Version classiqueVersion mobile

Le marché des matières premières dans l’Antiquité et au Moyen Âge

 | 
Didier Boisseuil
, 
Christian Rico
, 
Sauro Gelichi

Les acteurs des trafics des matières premières

Les acteurs du marché des matières premières, entre entrepôts et marchés : le cas de Délos dans le monde égéen à l’époque hellénistique

Véronique Chankowski

Résumé

Les sources épigraphiques du monde grec, et plus particulièrement les comptabilités publiques et sacrées, comportent de nombreuses indications de transactions qui, en particulier lorsqu’elles concernent l’entretien et la construction de bâtiments, intéressent le marché des matières premières, essentiellement aux époques classique et hellénistique. Outre les informations sur l’évolution des prix qu’elles contiennent, elles permettent également d’aborder l’étude des acteurs de ce marché : producteurs, revendeurs, mais aussi entrepositaires témoignent de circuits complexes qui, au cours de l’époque hellénistique, font une place de plus en plus grande aux activités de stockage qu’il convient de réintroduire dans l’analyse des circuits de distribution. Complétée par quelques sources littéraires qui témoignent du statut de certains de ces acteurs, la documentation épigraphique permet d’envisager le marché des matières premières à travers ses enjeux économiques, mais aussi politiques en éclairant le rôle de quelques productions stratégiques.

Texte intégral

  • 1 Deux études ont plus particulièrement exploité dans cette perspective la documentation épigraphiqu (...)

1La documentation épigraphique du monde grec antique fournit des informations importantes sur les modalités de commercialisation des matières premières, plus particulièrement à travers les comptes de construction des sanctuaires dans lesquels sont enregistrés, sur plusieurs années, des fournisseurs, des prix et des provenances pour plusieurs catégories de matériaux1. Parmi ces dossiers de comptes de construction, on a souligné à maintes reprises la richesse de la documentation épigraphique délienne de la période hellénistique : les comptes des hiéropes de Délos, comptabilité annuelle et gravée sur pierre entre 314 et 167 av. J.-C. par des magistrats en charge de l’administration du sanctuaire d’Apollon, enregistrent mois par mois les achats faits sur le marché égéen pour les besoins de l’entretien du sanctuaire.

  • 2 Glotz 1913, p. 16-29.

2Mais la richesse des données n’est rien sans les paradigmes interprétatifs qui en sous-tendent l’analyse et, comme on le sait, l’évolution du débat sur l’histoire économique antique, du modernisme au primitivisme, a livré des visions bien différentes du marché égéen des matières premières, tel que l’on peut le reconstituer à partir des données déliennes. En 1913, alors que les comptes des hiéropes commençaient à être publiés et qu’il en percevait l’immense potentiel pour la reconstruction des phénomènes économiques de l’Égée hellénistique (« un tableau d’une précision unique et d’une ampleur inespérée »), Gustave Glotz concluait : « Dans la période hellénistique, le marché de la Grèce devient universel. Il s’ouvre librement à l’importation, et les seules denrées dont le prix augmente sont celles qui ne mettent pas en concurrence plusieurs pays de production »2. Un siècle plus tard, le réexamen des modèles économiques du régionalisme mène Gary Reger à une conclusion toute différente :

  • 3 G. Reger dans W. Scheidel, I. Morris, R. Saller (dir.), The Cambridge economic history of the Grec (...)

Some studies suggest that local markets set prices with relatively little integration between poleis even at relatively short distances, while others see a more integrated market that at least set prices for grain across a broad region. The disagreements stem in part from the lack of data —the best price series comes from Delos, which is in many ways a special case3.

  • 4 Ces questions sont approfondies dans V. Chankowski, Parasites du dieu. Pratiques financières et vi (...)

3On tentera ici de dessiner quelques pistes de réflexion entre ces deux perspectives, devenues en même temps deux grandes apories de l’interprétation des données déliennes : Délos est certes « a special case » par l’ampleur de la documentation fournie par le site, qui reflète elle-même une place particulière occupée par l’île sacrée dans les circuits économiques égéens, celle d’un grand centre de redistribution. Dès lors, Délos peut aussi apparaître comme le point d’observation privilégié d’une situation égéenne dont les paramètres se répercutent ailleurs. Le changement d’échelle qui a fait évoluer l’interprétation d’un cadre méditerranéen à un cadre régional, voire micro-régional, n’a permis en réalité que de déplacer la question, en faisant en même temps écho aux doutes exprimés, dans la mouvance de la pensée de M.I. Finley, sur l’existence d’un grand marché méditerranéen unifié. La question, reprise récemment dans le cadre du programme ANR Entrepôts et lieux de stockage dans le monde gréco-romain antique, peut être renouvelée par l’analyse du rôle du stockage dans les circuits de distribution des matières premières4. Il importe aussi de replacer l’organisation du circuit des matières premières dans le cadre légal et institutionnel qui est celui des procédures d’achat et de vente à l’époque hellénistique, telles qu’elles transparaissent en particulier à travers la documentation délienne.

4Le marché des matières premières, à Délos, est très largement lié à la demande générée par le sanctuaire d’Apollon. Un grand sanctuaire comme celui d’Apollon délien est un constructeur et un employeur : entrepreneurs, artisans, manutentionnaires et marchands côtoyaient les pèlerins dans l’enceinte sacrée comme dans l’ensemble de l’île et y déployaient une intense activité dont le rythme n’avait rien à envier à celui des actes rituels et des sacrifices. Cette demande pèse donc d’un poids à la fois non négligeable et très particulier sur le marché car elle n’est comparable, ni en nature, ni en quantité, à la demande d’un oikos. L’enjeu principal, pour le sanctuaire délien, n’est guère de s’approvisionner en denrées alimentaires, mais bien plutôt de s’assurer la disponibilité régulière de matériaux et de denrées permettant l’accomplissement des sacrifices et des fêtes ainsi que l’entretien des bâtiments : le bétail et les porcins, le bois de construction et le bois de chauffage ainsi que le charbon, la poix et les résines, la pierre, les métaux, sont des denrées essentielles, auxquelles s’ajoutent quelques produits de luxe comme les parfums, l’ivoire, l’encens.

5Ces données ont toutefois reçu moins d’attention de la part des commentateurs préoccupés d’établir des séries de prix, tout d’abord parce qu’elles sont plus difficiles à exploiter car les unités de mesure en sont disparates, mais aussi parce qu’elles ne se rattachent pas aux enjeux de l’approvisionnement en produits de première nécessité comme le blé ou l’huile. Elles permettent pourtant d’observer le fonctionnement du marché délien avec une certaine précision et de mesurer l’impact de la demande du sanctuaire par rapport à la disponibilité de l’offre.

6Dans cette réflexion sur les chaines opératoires de la transformation des matières premières et de leur aboutissement sur les marchés, un maillon paraît négligé : celui du stockage, qui peut avoir un rôle déterminant tant dans l’organisation des circuits que dans le comportement des acteurs (marchands, entrepositaires et acheteurs) avec une incidence parfois visible sur les prix. Stocker, surtout pour des matières premières, est un choix économique : ce qui est en stock n’est pas en trésorerie. Étant donné les possibilités d’investissement financier qu’offre le monde égéen à l’époque hellénistique, tout particulièrement à travers le prêt à intérêt, un tel choix de la part des entrepreneurs n’était pas anodin.

La forme des transactions

  • 5 Pour les fournitures de terre et de briques, voir les tableaux composés dans Feyel 2006, p. 389-39 (...)
  • 6 Sur le rôle du Conseil dans les finances du sanctuaire, Vial 1984, p. 104 et p. 116-119. Le Consei (...)

7Bon nombre de produits destinés aux travaux dans le sanctuaire étaient fournis par contrat : la forme contractuelle est d’usage pour une grande partie de l’approvisionnement en matériaux de construction et en matières premières. C’est par exemple le cas pour la brique, la pierre, la terre et le bois de construction5. Ainsi, lorsque Ménon, artisan installé à Délos, vend au sanctuaire des « bois macédoniens », en 274 (IG XI 2, 199, A, 57), l’achat ψηφισαμένου τοῦ δήμου (« par décret du Peuple ») est conclu μετὰ βουλῆς, « en présence du Conseil ». La formule est employée aussi dans les actes des Amphictyons athéniens du IVe s. pour désigner la transmission des offrandes « en présence de la Boulè des Déliens » (ID 104, l. 3 et ID 104-12, l. 2). Ici, elle témoigne du fait que le Conseil, dont la commission des Onze servait de témoin lors de contrats d’entreprise (ID 502, A, 25), était présent lors de la conclusion de l’achat de bois entre les hiéropes et Ménon, et que cet achat avait pris la forme d’un contrat6. Même si la formule n’est pas systématiquement reprise dans la forme gravée des comptes, on aurait sans doute tort d’y voir une exception : la rédaction du compte fait probablement apparaître là, au contraire, la procédure habituelle d’achat.

  • 7 Voir les nombreux exemples de contrats de construction rassemblés par M.-Chr. Hellmann, Choix d’in (...)

8Ces contrats procèdent d’une mise en concurrence des acteurs à travers l’adjudication, qui permettait aux administrateurs du sanctuaire, par la mise aux enchères de l’offre de travail à accomplir, d’obtenir le prix du mieux-disant. En même temps, le contrat garantissait l’employeur contre tout défaut de livraison de la part du fournisseur7.

  • 8 Sur les dispositifs de vente aux enchères à Délos, voir Moretti – Fincker – Chankowski 2012, p. 22 (...)

9Ces conditions de vente et cette place occupée par le processus des enchères avaient une incidence considérable sur la répartition de l’information entre les acteurs8.

  • 9 Voir aussi, dans le cas des clous, les lignes 67-68 du compte de 279 (IG XI 2, 161, A) : le total (...)
  • 10 Voir par exemple la liste établie par Feyel 2006, p. 487-489, qui considère que ces mentions témoi (...)
  • 11 Chankowski 2008, p. 91.

10En dépit de la rotation des collèges, les hiéropes disposaient toujours d’une information archivée sur les prix payés par leurs prédécesseurs. De façon caractéristique, ils ont parfois omis, dans les comptes, d’indiquer le montant total payé pour tel achat (c’est par exemple fréquemment de cas pour les achats de poix) mais ont généralement inscrit le prix unitaire9. Ils le font aussi pour les contrats de fourniture de différents matériaux, alors qu’il aurait suffi, d’un point de vue comptable, d’indiquer le coût total imputé à la caisse sacrée10. Au début du IIe s., la forme de rédaction des comptes est réorganisée et fait apparaître plus clairement les prix mensuels d’achats récurrents, tels l’huile, le bois de chauffage, la poix, les porcelets destinés aux sacrifices11. Les instances civiques, par l’intermédiaire des comptes des hiéropes avaient donc une connaissance des prix moyens et des cours, en même temps que des fournisseurs, qui leur permettait de faire autorité dans les transactions. Sans fonctionner à proprement parler comme des mercuriales, les comptes des hiéropes produisaient un effet qui n’en était pas très éloigné.

11Du côté des fournisseurs, la demande régulière du sanctuaire était assez largement prédictible. Quant aux grands travaux, la proclamation des adjudications par la voix du héraut public leur donnait une publicité suffisante pour faire venir des entrepreneurs de l’étranger. Avant même la conclusion d’un prix par la mise en rapport de l’offre et de la demande, l’essentiel des éléments était connu de part et d’autre.

12Bien que ces prix soient établis dans le cadre d’un marché, ils n’étaient pas, on le voit, déterminés par une pure confrontation de l’offre et de la demande en un instant t, comme le voudrait l’analyse économique néo-classique.

  • 12 Chankowski 2011, p. 159-162.

13D’après le témoignage de l’enregistrement des transactions dans les comptes des hiéropes, le sanctuaire était donc le plus souvent en position de vendeur, et non d’acheteur, grâce au mode de l’enchère et de l’adjudication, même lorsqu’il était en définitive le payeur dans le cas des contrats de fourniture et de travaux12 : il vendait au moins-disant lorsqu’il mettait en adjudication des travaux, mais aussi au mieux-disant lorsqu’il affermait par ce même procédé les taxes, les fermages et les loyers du patrimoine d’Apollon. Dans tous les cas, le mode de l’enchère plaçait le sanctuaire dans une position favorable dans la vente, non seulement parce qu’il exacerbait la concurrence entre les acheteurs potentiels, mais aussi parce que le sanctuaire, par l’intermédiaire des hiéropes ou du héraut, était, en tant que vendeur, le premier à dire son prix.

14Les règles de comportement sur le marché voulaient que le vendeur annonce d’abord son prix et c’est précisément l’attitude contraire que Théophraste (Caractères, 15, 4-5) décrit comme de la muflerie : le mufle, « lorsqu’il vend quelque chose, ne dit pas aux acheteurs combien il en demande, mais demande combien ça vaut » (καὶ πωλῶν τι μὴ λέγειν τοῖς ὠνουμένοις, πόσου ἂν ἀποδοῖτο, ἀλλ’ ἐρωτᾶν·Τί εὑρίσκει ;). Aussi la majeure partie des prix enregistrés dans les comptes des hiéropes sont-ils des prix de vente, ou plus exactement, dans le cadre de la définition d’un contrat, des prix demandés par le vendeur et acceptés par le contractant, après une négociation dans laquelle le sanctuaire avait le plus souvent l’avantage.

15Ce poids du sanctuaire peut aussi être mesuré à travers son aptitude à mobiliser les capacités de production de son environnement : à plusieurs reprises, lors de grandes opérations de rénovation ou de construction, plusieurs fournisseurs interviennent pour une même opération. En 282 lors de la construction du vestibule sud du sanctuaire de l’Archégésion, il faut ainsi quatre fournisseurs pour les 520 briques nécessaires (IG XI 2, 158, A, l. 57-60). En 207 pour la construction de la Salle Hypostyle (ID 366, l. 37-41), qui nécessite beaucoup de bois de charpente, une dizaine de fournisseurs sont mobilisés.

16Les comptes du sanctuaire délien reflètent donc surtout une économie de la demande. Alors que ces prix ont été lus par la plupart des commentateurs comme le reflet d’une conjoncture égéenne ou régionale ou micro-régionale, quelle qu’en soit l’échelle (c’est-à-dire comme le reflet d’une offre), il faut surtout y voir le poids de l’organisation de la demande du sanctuaire.

Les circuits d’approvisionnement et de distribution

  • 13 Hellmann 1999.
  • 14 IG XI 2, 161, A, l. 73-74 ; IG XI 2, 165, l. 54-58.
  • 15 IG XI 2, 144, A, l. 115-116. Vial 2008, s.v., p. 35, considère que le fournisseur de tuiles nommé (...)
  • 16 IG XI 2, 287, A, l. 113.
  • 17 ID 290, l. 161, 165, 174-175. Cl. Vial, Index II, s.v., p. 70.

17Les contrats de construction du monde grec comportent fréquemment des clauses relatives à la fourniture des matériaux par l’entrepreneur lui-même13. Mais pour certaines opérations, les administrateurs des sanctuaires avaient intérêt à organiser par eux-mêmes le circuit d’approvisionnement pour optimiser les coûts. À Délos, c’est le cas pour les toitures : les fournisseurs de tuiles ne sont pas les couvreurs. Le sanctuaire procède généralement à deux adjudications différentes pour la fourniture des tuiles et pour la couverture. Durant la première moitié du IIIe s., les hiéropes se fournissent en dehors de Délos, dans les îles voisines, et payent, tantôt à Syros, tantôt à Mykonos, les frais de transport (naulon) ainsi qu’une taxe (keramon), qui touche probablement la production au point de départ plutôt que l’exportation car elle ne semble pas constituer un cinquantième du coût total comme on pourrait l’attendre de l’habituelle taxe nommée pentekostè14. Ils obtiennent un tarif unitaire qui doit être proche du coût de production sur place (4 à 5 oboles le couple de tuiles) auquel s’ajoutent les frais de transport et de taxation, si bien qu’ils parviennent à un prix moyen d’une drachme : c’est là un prix inférieur à celui d’1 drachme 2 oboles que le sanctuaire, en 304, avait obtenu auprès de deux fournisseurs sans doute déliens, Aristokratès et Aristoboulos15. On peut donc penser que le coût proposé par ces deux fournisseurs – qui devaient eux aussi importer leurs tuiles car le sol de Délos était pauvre en argile et en bois – était augmenté du bénéfice de la revente. Les hiéropes ont d’abord cherché à se passer des revendeurs déliens en organisant eux-mêmes leur approvisionnement auprès des producteurs de Syros et de Mykonos, quitte à faire supporter par la caisse sacrée le coût du transport. Mais au milieu du IIIe s., les prix ont considérablement baissé : les hiéropes obtiennent des prix unitaires de 4 ou 5 oboles, soit le même tarif qu’à Syros, mais sans avoir cette fois à supporter de coûts de transport puisque rien n’est plus indiqué à ce sujet dans la comptabilité. À l’exception de l’un des fournisseurs, désigné comme « le Chiote »16, les artisans qui vendent des tuiles au sanctuaire semblent être Déliens ou résidents. L’un d’eux, Zèloménès, porte un nom typiquement délien17. La documentation comptable ne nous dit rien sur ces circuits de production mais Délos n’avait pas davantage de ressources naturelles en argile et en bois à cette date. Que ces tuiles aient été fabriquées dans les Cyclades ou plus loin, c’est en tout cas à Délos même qu’elles sont achetées par les administrateurs du sanctuaire. Il est bien probable que le développement d’un stockage de grande ampleur sur l’île ait permis de diminuer les coûts et de les stabiliser. La demande régulière et importante du sanctuaire, parallèlement à l’activité de construction privée dans les quartiers, avait dû contribuer à conditionner les modes de production et d’approvisionnement.

  • 18 Sur les prix et les conditions de vente de la poix, voir Reger, dans J. Andreau, P. Briant, R. Des (...)

18On observe une évolution similaire pour la poix, nécessaire à l’entretien des boiseries du sanctuaire : après une période de prix élevés et de fluctuations importantes, les prix baissent considérablement à partir du milieu du IIIe s. et les hiéropes n’indiquent plus, à deux exceptions près, les noms de leurs fournisseurs. Il semble bien, alors, que la question des sources d’approvisionnement ait été résolue et que des prix relativement stables se soient imposés : là aussi, c’est probablement le fait de structures de stockage permettant d’égaliser les coûts et de garantir un approvisionnement équilibré sur toute l’année, bénéficiant de transports plus abondants et réguliers depuis les sources d’approvisionnement extérieures à l’île18.

  • 19 IG XI 2, 158, A, l. 75-77.
  • 20 Voir par exemple les clauses d’un devis de Lébadée (IG VII, 3073) ; Forbes 1955, p. 206-213.
  • 21 IG II1673, l. 20-22 et 1672, col. I, fr. a, l. 13-16.

19Parmi les vendeurs de poix, ceux qui figurent avec un ethnique ne sont pas connus par ailleurs tandis que les vendeurs sans ethnique sont soit des artisans, Déliens ou non, actifs à Délos pendant plusieurs années, soit des Déliens que l’on reconnaît d’après l’onomastique. Il est donc possible de considérer que les vendeurs répertoriés avec un ethnique dans les comptes des hiéropes étaient des importateurs de passage tandis que les autres étaient des vendeurs installés sur place. Certains de ces fournisseurs de poix sont connus comme artisans et travaillent par ailleurs pour le sanctuaire. Les travaux de vernissage, de peinture ou encore de menuiserie pour lesquels ils sont engagés expliquent qu’ils aient accès à des fournitures artisanales comme la poix ou diverses résines. Parfois, le fournisseur de poix est aussi l’artisan qui effectue le vernissage : c’est par exemple le cas d’Amphithalès en 28219. Dans d’autres cas, les fournisseurs sont des artisans qui interviennent pour d’autres activités sur les chantiers du sanctuaire. Certains de ces produits d’entretien relevaient en effet, avant leur commercialisation, d’un artisanat de transformation. C’est le cas du pigment rouge, le miltos utilisé en architecture à l’état pur pour marquer les lignes d’assemblage des blocs mais dont on se servait également mélangé à un liant résineux pour obtenir un enduit coloré qui est appliqué sur les monuments20. Les sources ne permettant pas toujours d’identifier clairement le statut des vendeurs, nous ne pouvons pas affirmer que le recours à des artisans ait été plus rentable pour le sanctuaire que l’achat auprès de revendeurs. On peut le supposer à Eleusis, où, la même année, l’achat de deux keramia de poix auprès d’un revendeur coûte aux épistates 12,5 drachmes l’unité contre 10 drachmes l’unité lorsqu’ils en achètent 3 keramia à un marchand de céramique qui pouvait disposer, par sa spécialité, d’un accès privilégié à la poix et d’une bonne connaissance des circuits d’approvisionnement21.

20L’approvisionnement en bois de construction montre des évolutions similaires, même si le caractère disparate des données ne permet pas réellement de comparer des prix. Une variation est en revanche perceptible au cours de l’Indépendance dans la nature des essences achetées par les hiéropes. Dans la première moitié du IIIe s., une grande variété de bois apparaît dans les passages des comptes consacrés aux constructions : en 302, les hiéropes achètent du noyer (IG XI 2, 145, 20), en 282 ils utilisent du sapin (IG XI 2, 158, 68-69), en 281 du cèdre (IG XI 2, 159, A, 24), en 279 du chêne-liège d’Arcadie (IG XI 2, 161, A, 70), du tilleul (IG XI 2, 161, A, 96), du cornouiller (IG XI 2, 161, A, 104) et de l’orme (IG XI 2, 161, A, 112-113 et 120-121). En 276 ou 275, ils achètent encore du tilleul (IG XI 2, 165, 4-5, 32-33, 45) et du chêne (IG XI 2, 165, l. 59), en 250 du cornouiller (IG XI 2, 287, A, 77) et du chêne (IG XI 2, 287, A, 118). En 246, ils achètent majoritairement du chêne (ID 290, l. 221-226) ainsi que du sapin (ID 290, l. 173). En 209 ils achètent du chêne (ID 364, A, 19). En 207, ils achètent encore du chêne (ID 366, A, 38) et du hêtre (ID 366, A, 37-38), en 189 du sapin (ID 403, 19), du chêne (ID 403, 24-25) et de l’orme (ID 403, 29-30). En 174 et en 169, ils achètent encore du sapin (ID 440 A, l. 77-78 = 456+440, B, l. 91-92 ; ID 461, Ab, 50).

Tabl. 1 – Les variétés de bois dans l’approvisionnement des hiéropes de Délos.

(Année) Noyer Cèdre Chêne-liège Tilleul Cornouiller Orme Chêne Sapin Hêtre
302 x
282 x
281 x
279 x x x x
276 x x
250 x x
246 x x
209 x
207 x x
189 x x x
174 x
169 x

21Comme le montre le tableau ci-dessus, l’approvisionnement des hiéropes tend à se réduire, à partir du milieu du IIIe s., à des espèces qui devaient leur être plus facilement accessible dans les circuits d’approvisionnement : le chêne majoritairement, avec le sapin suivi de l’orme et du hêtre, au détriment des essences variées qui avaient constitué leurs achats dans la première moitié du IIIe s. Sans doute ne faut-il pas négliger ici l’impact possible de phénomènes de déforestation et de surexploitation de variétés qui étaient encore disponibles à l’époque classique, contraignant les commerçants à recourir ensuite à des filières plus spécialisées offrant surtout du chêne et du sapin. Mais cette transformation montre aussi que les hiéropes, d’abord dépendants de divers circuits de distribution, semblent être parvenus, vers le milieu du IIIe s., à établir des sources d’approvisionnement stables, en faisant le choix d’essences plus facilement accessibles comme le chêne et le sapin.

22Les fournisseurs des hiéropes dans ce domaine sont le plus souvent mentionnés par leur simple éponyme, sans patronyme ni ethnique, ce qui laisse penser que les hiéropes trouvaient souvent sur place, à Délos même, des marchands capables de leur fournir les pièces de bois de construction dont ils avaient besoin. On constate donc, là encore, que pour des ressources nécessairement importées, les hiéropes avaient réussi à se constituer un réseau de fournisseurs locaux.

Enjeux sociaux, politiques et législatifs

23L’implication de quelques magistrats et hommes politiques dans le commerce n’était sans doute pas étrangère à la mise en œuvre par l’administration du sanctuaire, d’un collège de hiéropes à un autre, d’une politique active de constitution de circuits d’approvisionnement stables dans la première moitié du IIIe siècle. Les décisions concernant les finances sacrées relevaient du Conseil et de l’Assemblée et pouvaient en même temps refléter les orientations politiques d’un parti. Ainsi, le développement d’un approvisionnement se traduisant par un appui aux pratiques de stockage était un choix politique établi dans l’intérêt des finances du sanctuaire : il servait en même temps l’intérêt de la communauté des Déliens en préservant le trésor du dieu grâce à une bonne gestion, mais plus encore certains citoyens lorsque ceux-ci trouvaient des intérêts financiers à se lancer dans des activités commerciales qui répondaient à la demande du sanctuaire.

  • 22 M. Brunet dans Prêtre et al. 2002, p. 262-264.
  • 23 Vial 2008, s.v.

24Dans un espace insulaire nécessairement réduit, ces choix avaient pu créer des débats et des désaccords au sein de la communauté civique : alors que la location des domaines et des maisons appartenant au patrimoine du dieu était monopolisée par quelques familles déliennes22, il pouvait être tentant d’utiliser les enchères pour installer un locataire intéressé par le développement de certaines activités plutôt que tel autre. La nature comptable de la documentation délienne n’éclaire guère ces questions mais on devine que le soutien à une politique favorable à l’installation d’entrepositaires, parfois au détriment d’autres activités, ne devait pas manquer de susciter des réactions au sein des familles déliennes qui étaient parties prenantes dans les adjudications. Ainsi, Etéokleidès, fermier du domaine nommé Kérameion avec son fils pendant trois décennies de 282 à 258, en est chassé par Ergotélès, qui est également locataire de locaux artisanaux (andrônes) en 246 (ID 290, 26). Etéokleidès avait aussi essayé de se maintenir à la location de la boutique d’Ephésos, qu’il perd en 26823.

  • 24 IG XI 2, 161, A, 26 ; IG XI 2, 287, A, 9.

25Bien que le sanctuaire délien n’ait certainement pas été le seul bailleur à proposer des locaux à la location, l’augmentation générale des loyers sacrés au cours de la première moitié du IIIe s. est sans doute à mettre, en partie au moins, sur le compte de cette nouvelle situation économique : il est probable que ces locaux, dont une partie au moins pouvait servir à des activités commerciales et artisanales, étaient devenus plus recherchés au fur et à mesure que les hiéropes tendaient à s’adresser de plus en plus à des entrepositaires installés sur place. Cette hausse ne concernait pas que le sanctuaire. L’augmentation des revenus issus des loyers sacrés est confirmée par les chiffres d’une taxe concernant l’ensemble des loyers de l’île, la dékatè sur les loyers, qui était affermée au profit de la caisse publique et dont nous possédons deux mentions, à la faveur de remboursements de prêts par la cité au trésor sacré. Cette taxe, qui avait rapporté 600 dr. en 279, est adjugée pour 1690 dr. en 25024.

  • 25 Voir l’étude détaillée du vocabulaire et des aspects chronologiques dans Chankowski 2018 (art. cit (...)
  • 26 Par exemple ID 1416, B, I, l. 14 ; ID 1417, C, l. 15 ; ID 1774.
  • 27 Ἀπάμεια δ’ ἐστὶν ἐμπόριον μέγα τῆς ἰδίως λεγομένης Ἀσίας, δευτερεῦον μετὰ τὴν Ἔφεσον· αὕτη γὰρ καὶ (...)

26La constitution d’un réseau de marchands capables d’approvisionner le sanctuaire était appuyée par le développement du stockage qui, pour un certain nombre de denrées non périssables, permettait d’assurer la stabilité des prix en atténuant les effets des césures liées aux condition de production ou aux ruptures dans les circuits de distribution plus lointains. Si l’étude des vestiges archéologiques, menée dans le cadre du programme ANR Entrepôts et lieux de stockage dans le monde gréco-romain antique, nous renvoie à une période plus tardive qui correspond au fonctionnement du port-franc de Délos entre le milieu du IIe s. et le milieu du Ier s. av. J.-C., l’étude du vocabulaire employé dans les inscriptions des IIIe et IIe s. permet d’établir l’ancienneté de ces pratiques de stockage sur le site de Délos25. À côté du vocabulaire habituel du stockage, connu dans d’autres corpus documentaires (ταμιεῖον, θησαυρός, ἀποθήκη), un autre terme apparaît dans les inscriptions de Délos au IIs. pour qualifier le rôle bien particulier de ce grand marché égéen qui préfigure ce que sera, à partir de 167, le port-franc créé par Rome. Il se réfère à une fonction spécifique du stockage dans les circuits d’approvisionnement, en utilisant la notion de « réservoir », ἐγδοχεῖον, et la désignation d’un corps de métier liés à ces bâtiments, les « entrepositaires », ἐγδοχεῖς26. L’usage de ce terme ne se limite d’ailleurs pas au contexte de l’île. Strabon, dans un passage qui concerne Apamée de Phrygie (XII, 8, 15), utilise un terme similaire en reprenant cette notion de réservoir, quand il décrit la cité comme « un grand marché de l’Asie proprement dite, le deuxième en importance après Éphèse : elle sert, en effet, d’entrepôt (hypodocheion) commun pour les marchandises venues d’Italie et de Grèce »27.

  • 28 Selon le schéma proposé par Reger 1994, p. 249-276.
  • 29 Comme le laisse entendre l’étude des structures de stockage (supra, n. 4).
  • 30 Chankowski 2012, p. 31-52, où l’on trouvera l’historique du débat suivi d’une réédition de l’inscr (...)

27Si le port de Délos avait pu devenir, au cours de la deuxième moitié du IIIe s., un centre de redistribution à une échelle cycladique28, ou égéenne puis méditerranéenne29, la difficulté pour les Déliens était aussi de faire en sorte que le marché soit suffisamment approvisionné pour qu’une partie des cargaisons continue à alimenter les besoins locaux, sans que la hausse de la demande ne fasse excessivement monter les prix. Même si la fréquentation de leur port de commerce permettait aux Déliens d’augmenter leurs recettes fiscales, l’enjeu restait de maintenir l’équilibre entre les besoins de la cité d’une part, parmi lesquels il fallait compter ceux du sanctuaire, et la demande liée au commerce de transit d’autre part. Une loi réglementant la vente du bois et du charbon sur le marché délien, gravée au cours du IIIe s. et exposée dans l’espace portuaire, témoigne de cette recherche d’une politique d’équilibre par la communauté civique de Délos30. Ce texte a longtemps été utilisé à tort par plusieurs commentateurs comme un témoignage sur la fixation autoritaire des prix dans la cité grecque. Comme on vient de le voir, l’importance des enchères dans l’organisation de l’approvisionnement va à l’encontre de cette interprétation.

28L’inscription présente dans le détail une série de situations de commercialisation et de revente de ces deux matériaux, le bois et le charbon, dans l’espace précis qui est celui des ventes sur le port, en envisageant tous les points de vue. Il apparaît qu’une marchandise peut être rembarquée aussitôt après l’achat à Délos, ou laissée sur place après validation de l’enchère, en attendant un enlèvement ultérieur ; que les vendeurs doivent être des importateurs agréés soumis à des déclarations douanières préalables, et que certains peuvent éventuellement faire partie de la catégorie des ateleis, c’est-à-dire des marchands exemptés des taxes douanières, s’ils en ont reçu le privilège de la part de l’Assemblée du peuple délien :

῎Ανθρακας μηδὲ ῥυμοὺς μηδ[ὲ ξύλα, ὅσα πωλεῖ]-
ται τοῖς σταθμοῖς τοῖς ξυληροῖς, [μὴ ἐξέστω]
πριάμενον ἐν Δήλωι πωλεῖν, μηδὲ ὄν[των ἐμ]
πλοίωι τούτ[ω]ν μηθὲν πριάμενον εἰς αὑτὸν
τὴν ἀπογραφὴν ποιησάμενον πωλεῖν, μηδὲ
ἐπικηρυσσόμενα καθισάμενον πωλεῖν, μη-
δὲ τὰ ἀλλότρια ξύλα μηδὲ ῥυμοὺς μηδὲ ἄν-
θρακας· μηδὲ ἐξέστω πωλεῖν ἀλλ᾿ αὐτοῖς τοῖς
εἰσάγουσιν, μηδὲ πλείονος πωλεῖν ἢ ὅσου ἂν
ἀπογράψωνται πρὸς τοὺς πεντηκοστολό-
γοὺς μηδὲ ἐλάσονος· ἀπογραφέσθωσαν
δὲ καὶ πρὸς τοὺς ἀγορανόμους οἱ εἰσαγαγόν-
τες πρὸ τοῦ πωλεῖν ὅσου ἂν ἀπογράψωνται
πρὸς τοὺς πεντηκοστ[ο]λόγους·

  • 31 Les génitifs de prix πλείονος et ἐλάσονος correspondent littéralement à la formule « pour plus che (...)

Les charbons, les rondins, le bois de construction qui sont vendus en utilisant les emplacements destinés au bois, qu’il ne soit pas permis de les revendre à Délos alors qu’on les y a achetés, et que l’on ne vende non plus aucune de ces marchandises rembarquées (litt. : quand elles se trouvent sur le bateau) alors qu’on les a achetées en les ayant déclarées comme un achat pour usage personnel, ni non plus après avoir acquis sans les enlever des marchandises achetées aux enchères, et que l’on ne vende pas non plus des charbons, des rondins et du bois de construction pour le compte d’un tiers. Qu’il ne soit permis qu’aux importateurs en personne de procéder à la vente et qu’ils ne vendent pas pour plus que ce qu’ils ont déclaré aux percepteurs de la taxe du cinquantième, ni pour moins31. Que les importateurs fassent également une déclaration devant les agoranomes, avant de vendre, de la valeur qu’ils auront déclarée devant les percepteurs de la taxe du cinquantième. [l. 1-14]

29La règlementation vise surtout à interdire des formes de spéculation suscitées par le développement du rôle commercial de Délos comme centre de redistribution, en envisageant et en réprimant toutes les tentatives de fraude qui permettraient de faire de la revente abusive sur la place délienne. Tous les intervenants potentiels sur le marché du bois et du charbon voient donc leur activité encadrée par la loi. Les premières clauses (l. 1-8) interdisent la revente en envisageant tous les cas possibles d’accaparement des marchandises à des fins spéculatives : revendre après avoir acheté sur place, revendre après avoir rembarqué ses marchandises, revendre après avoir rassemblé plusieurs lots (acquis par soi-même ou par d’autres) se trouvant sur le port. L’entente entre les acheteurs-revendeurs pouvait en effet permettre de monopoliser des quantités plus importantes. Les lignes suivantes (l. 8-14) portent sur un autre problème lié à la spéculation : la multiplication des intermédiaires. Restait tout de même pour l’importateur la possibilité de stocker sa marchandise : la loi ne concerne que les marchandises qui étaient déclarées pour la vente et dans un lieu précis, le marché au bois, en utilisant les emplacements dévolus à ces ventes. Elle ne s’exprime pas sur les activités de ceux qui faisaient entrer à Délos, en payant les taxes douanières appropriées, du bois et du charbon pour le stocker et le vendre ultérieurement, en boutique ou sur contrat avec le sanctuaire. La loi ne portait pas atteinte à ces pratiques de stockage mais elle obligeait à une forme de traçabilité des cargaisons de bois et de charbon, sur la base des archives constituées par les pentekostologoi et les agoranomes qui enregistraient les déclarations des vendeurs. La marchandise stockée, si elle était vendue ultérieurement sur le marché au bois, devait être soumise à la même obligation de ne vendre que la quantité qui avait été initialement déclarée pour l’importation.

30La documentation épigraphique délienne apporte ainsi un éclairage particulièrement complet sur les conditions de commercialisation des matières premières et sur les acteurs impliqués dans ces circuits. Répondant à la demande constituée autour des grands chantiers de construction du sanctuaire d’Apollon, des réseaux de métiers alliant compétences techniques et compétences financières laissent entrevoir les profits et les conditions de concurrence générées par le commerce des matières premières dans cette partie de la Méditerranée antique.

Notes

1 Deux études ont plus particulièrement exploité dans cette perspective la documentation épigraphique des sanctuaires grecs : celle de Chr. Feyel, Les artisans dans les sanctuaires grecs aux époques classique et hellénistique à travers la documentation financière en Grèce, Athènes, 2006 (BEFAR 318), ainsi que la thèse de V. Mathé, Le prix de la construction en Grèce aux IVe et IIIe s. av. J.-C. Étude sur les chantiers financés par les sanctuaires de Delphes, d’Epidaure et de Délos, université Lumière Lyon 2, 2010.

2 Glotz 1913, p. 16-29.

3 G. Reger dans W. Scheidel, I. Morris, R. Saller (dir.), The Cambridge economic history of the Greco-Roman world, Cambridge, 2007, p. 469. Cette conclusion reprend largement les résultats de Reger 1994.

4 Ces questions sont approfondies dans V. Chankowski, Parasites du dieu. Pratiques financières et vie économique dans la Délos hellénistique, Athènes BEFAR 384, 2019 ; V. Chankowski, Stockage et distribution : un enjeu dans les circuits économiques du monde grec, dans Ead., X. Lafon, C. Virlouvet, (dir.), Entrepôts et circuits de distribution en Méditerranée antique, Athènes, 2018 (BCH Supplément, 58), p. 15-42.

5 Pour les fournitures de terre et de briques, voir les tableaux composés dans Feyel 2006, p. 389-390 (brique) et p. 393 (terre).

6 Sur le rôle du Conseil dans les finances du sanctuaire, Vial 1984, p. 104 et p. 116-119. Le Conseil procédait aussi à l’examen des garants en vérifiant les sécurités qu’ils présentaient.

7 Voir les nombreux exemples de contrats de construction rassemblés par M.-Chr. Hellmann, Choix d’inscriptions architecturales grecques, Lyon, 1999, p. 33-61.

8 Sur les dispositifs de vente aux enchères à Délos, voir Moretti – Fincker – Chankowski 2012, p. 225-246.

9 Voir aussi, dans le cas des clous, les lignes 67-68 du compte de 279 (IG XI 2, 161, A) : le total payé n’est pas mentionné mais la mention du prix unitaire de la mine de clous figure dans une rasura, comme si cette indication avait été jugée assez importante pour remplacer sur la stèle l’indication du total payé : ἥλων πα[ρὰ] Δεξίου εἰς τὰς πυλίδας μναῖ πέντε· ἡ μνᾶ 𐅂Ι𐅁·.

10 Voir par exemple la liste établie par Feyel 2006, p. 487-489, qui considère que ces mentions témoigneraient de rabais consentis par les artisans.

11 Chankowski 2008, p. 91.

12 Chankowski 2011, p. 159-162.

13 Hellmann 1999.

14 IG XI 2, 161, A, l. 73-74 ; IG XI 2, 165, l. 54-58.

15 IG XI 2, 144, A, l. 115-116. Vial 2008, s.v., p. 35, considère que le fournisseur de tuiles nommé Aristoboulos pourrait être Délien. Ce nom est largement représenté dans l’onomastique délienne.

16 IG XI 2, 287, A, l. 113.

17 ID 290, l. 161, 165, 174-175. Cl. Vial, Index II, s.v., p. 70.

18 Sur les prix et les conditions de vente de la poix, voir Reger, dans J. Andreau, P. Briant, R. Descat (dir.), Économie antique. Prix et formation des prix dans les économies antiques. Entretiens d’archéologie et d’histoire, Saint-Bertrand-de-Comminges, 1997, p. 53-72 ; Chankowski 1997, p. 74-89.

19 IG XI 2, 158, A, l. 75-77.

20 Voir par exemple les clauses d’un devis de Lébadée (IG VII, 3073) ; Forbes 1955, p. 206-213.

21 IG II1673, l. 20-22 et 1672, col. I, fr. a, l. 13-16.

22 M. Brunet dans Prêtre et al. 2002, p. 262-264.

23 Vial 2008, s.v.

24 IG XI 2, 161, A, 26 ; IG XI 2, 287, A, 9.

25 Voir l’étude détaillée du vocabulaire et des aspects chronologiques dans Chankowski 2018 (art. cit. supra n. 4).

26 Par exemple ID 1416, B, I, l. 14 ; ID 1417, C, l. 15 ; ID 1774.

27 Ἀπάμεια δ’ ἐστὶν ἐμπόριον μέγα τῆς ἰδίως λεγομένης Ἀσίας, δευτερεῦον μετὰ τὴν Ἔφεσον· αὕτη γὰρ καὶ τῶν ἀπὸ τῆς Ἰταλίας καὶ τῆς Ἑλλάδος ὑποδοχεῖον κοινόν ἐστιν (trad. CUF, Fr. Lasserre).

28 Selon le schéma proposé par Reger 1994, p. 249-276.

29 Comme le laisse entendre l’étude des structures de stockage (supra, n. 4).

30 Chankowski 2012, p. 31-52, où l’on trouvera l’historique du débat suivi d’une réédition de l’inscription avec traduction et commentaire.

31 Les génitifs de prix πλείονος et ἐλάσονος correspondent littéralement à la formule « pour plus cher » ou « pour moins cher » c’est-à-dire « pour un plus grand montant » ou « pour un moins grand montant » : voir art. cit. n. 30.

© Publications de l’École française de Rome, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search