Version classiqueVersion mobile

Les officiers et la chose publique dans les territoires angevins (xiiie-xve siècle) : vers une culture politique ?

 | 
Thierry Pécout

Avant-Propos

Thierry Pécout

Texte intégral

  • 1 Colloque international de Saint-Étienne, Université Jean Monnet, UMR LEM-CERCOR, 17-19 novembre 20 (...)

1Le présent ouvrage rassemble les communications du quatrième des colloques internationaux organisés dans le cadre du programme EUROPANGE (Les processus de rassemblements politiques : l’exemple de l’Europe angevine, XIIIe-XVe siècle)1. Au sein des divers territoires contrôlés par les dynasties angevines, nous avons ici proposé de considérer tous les niveaux de l’office. Il s’agissait de s’interroger sur l’origine, la formation, les réseaux et les carrières de tout ce personnel, ainsi que sur la genèse institutionnelle de ses charges. Dans le prolongement du colloque précédent tenu à Angers en novembre 2015 et publié en 2019 (Formations et cultures des officiers dans les territoires angevins, milieu XIIIe-fin XVe siècle), ces thèmes ont alimenté une réflexion portant sur l’émergence de cultures administratives et politiques propres à ces officiers conçus comme groupe social : autant de valeurs, de normes, de pratiques, de dévotions et de goûts spécifiques caractérisant la genèse d’un milieu, et dans certains cas d’un « corps de l’État ». En la matière, la question des circulations, des modèles et des échanges est certes essentielle. Mais dans un contexte monarchique, l’enjeu est aussi de questionner précisément les phénomènes de « dépersonnalisation » de l’État et de discuter cette notion au regard de l’élaboration d’une « machine administrante » distincte de la personne du souverain et dont ce milieu est l’acteur. Aussi, pour éclairer ces processus, il convenait de recourir tant à la prosopographie qu’aux carrières individuelles, à l’archéologie, à l’histoire et à l’histoire de l’art, à celle des idées et des croyances, tant aux usages de l’écrit administratif ou spéculatif, qu’aux arts et lettres. L’enjeu était donc aussi d’instiller dans notre réseau scientifique un décloisonnement disciplinaire.

Notes

1 Colloque international de Saint-Étienne, Université Jean Monnet, UMR LEM-CERCOR, 17-19 novembre 2016 – Convegno internazionale di Saint-Étienne, Università Jean Monnet, UMR LEM-CERCOR, 17-19 novembre 2016.

© Publications de l’École française de Rome, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search