Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les officiers et la chose publique dans les territoires angevins (xiiie-xve siècle) : vers une culture politique ?

 | 
Thierry Pécout

Pratiques de l’écrit

Les diplomates de Louis le Grand. Quelques remarques sur les pratiques de l’écrit en Hongrie angevine

Judit Csákó

Résumé

L’article s’attache, en mettant l’accent sur l’époque des campagnes italiennes, à donner un aperçu sur le cercle de l’élite politique hongroise jouant un rôle diplomatique sous le règne de Louis Ier (dit le Grand) : le sujet permet d’aborder quelques questions liées à la culture politique de la Hongrie angevine. Un examen du « corps diplomatique » montre que les ambassadeurs dépêchés auprès du Saint-Siège, dans les cités italiennes ou en Angleterre appartiennent à un milieu culturel commun : celle de la cour royale. En dépit de l’importance accordée par Louis Ier à l’éducation de ses émissaires ecclésiatiques, les lettres du souverain – témoignages a priori de sa diplomatie – attestent plutôt la puissance d’un monarque prêt à défendre ses intérêts par la force militaire que la haute culture juridique des ses prélats.

L'articolo pone l'accento sull'epoca delle campagne italiane, dando uno sguardo sulla cerchia dell'élite politica ungherese che ha giocato un ruolo diplomatico sotto il regno di Luigi I (detto il Grande); il soggetto permette inoltre di affrontare alcune questioni legate alla cultura politica dell'Ungheria angioina. Un esame del corpus diplomatico dimostra che gli ambascatori presso la Santa Sede, nelle città italiane o in Inghilterra, appartengono ad un contesto culturale comune: quello della corte reale. A dispetto dell'importanza riconosciuta da Luigi I all'educazione dei suoi emissari ecclesiastici, la corrispondenza del sovrano – testimonianza fondamentale della sua diplomazia – attesta piuttosto la potenza di un monarca pronto a diferendere i suoi interessi attraverso la forza militare che non l'alta cultura giuridica dei suoi prelati.

Note de l’auteur

L’auteure du présent article est chercheuse associée à l’Institut d’Histoire du Centre de Recherches en Sciences Humaines (4, rue Tóth Kálmán, 1097 Budapest, Hongrie). La recherche a été réalisée avec le soutien financier du Fonds National Hongrois de la Recherche, du Développement et de l’Innovation dans le cadre des programmes OTKA/NKFIH NN 111049 (« The Power Elites in the Countries and Provinces under the Lordship of the Angevin Dynasty [13th to 15th Centuries]. Prosopographical Database, Comparative Analysis of Social and Political History ») et PD 128405 (« The Western narrative sources of Angevin Hungary. Narrative sources and foreign policy »). Je tiens à exprimer mes remerciements à Enikő Csukovits (Centre de Recherches en Sciences Humaines) pour ses précieux conseils lors de la rédaction de l’article.

Texte intégral

  • 1 Au sujet de la terminologie, voir le résumé de la thèse de doctorat soutenue à l’Université de Par (...)
  • 2 Sur les contacts politiques entre la Hongrie angevine et le royaume de Naples – y compris l’histoi (...)

1L’élite politique de Louis Ier (dit le Grand) (1342-1382) jouait un rôle important dans la « politique extérieure »1 du roi. La première décennie du règne du souverain se caractérise, dans le domaine des affaires étrangères, par une orientation italienne. Les émissaires du roi étaient présents à la cour pontificale d’Avignon, dans les cités italiennes et auprès des monarques européens pour soutenir la cause de l’aspiration des Angevins de Hongrie au trône de Naples, fief de Saint-Pierre2. La présente contribution vise à donner un bref aperçu sur les diplomates de Louis le Grand : le sujet nous permettra de faire quelques remarques sur la culture politique de la Hongrie angevine. Nous traiterons la problématique en deux grandes unités : nous présenterons d’abord, en nous concentrant sur l’époque des campagnes italiennes, le cercle des officiers qui jouaient un rôle diplomatique sous le règne de Louis Ier. Les personnes représentant à l’étranger les intérêts de leur souverain étaient des dignitaires qui exerçaient, en même temps qu’ils avaient des missions diplomatiques, des charges importantes dans le royaume de Hongrie. En esquissant les parcours de ces individus et les caractéristiques de ce groupe d’officiers, nous tenterons de répondre à la question de la présence, chez ces fonctionnaires de l’État, des éléments d’une culture politique commune qui les prédestinait à la carrière diplomatique. Nous analyserons ensuite la langue des documents diplomatiques issus de la période – celle des lettres adressées au pape Clément VI (1342-1352) par le roi et la reine-mère Élisabeth Piast (Łokietek) – pour observer comment la terminologie et les tournures de ces textes peuvent refléter les idées politiques en vogue à la cour de Louis le Grand.

Les diplomates de Louis le Grand : une culture politique commune ?

  • 3 Sur les narrationes historiques servant d’introduction aux parties dispositives des diplômes, voir (...)

2Dans la Hongrie du XIVe siècle, les prélats, les barons et les autres membres de la cour formant l’élite politique des souverains issus de la dynastie angevine remplissaient, pendant leur carrière, plusieurs fonctions au service de leur roi : en s’élevant dans l’échelle sociale, ils accédaint à des dignités ecclésiastiques et laïques de plus en plus importantes. En observant leurs parcours, on peut constater qu’un certain nombre d’entre eux jouaient un rôle considérable dans la diplomatie de leur souverain : ils étaient envoyés, par le roi de Hongrie, auprès du pontife et des monarques européens. L’importance de ces ambassades est soulignée par le fait qu’elles sont plusieurs fois mentionnées dans les notes historiques insérées dans les privilèges royaux. Les « chants héroïques » racontant les hauts faits des destinataires des lettres de donation – l’introduction de longues parties narratives dans les chartes est une spécificité de la pratique de la chancellerie hongroise3 – témoignent, dans la majorité des cas, de la prouesse de leurs protagonistes sur le champ de bataille mais n’oublient pas d’y ajouter les missions des nobles à l’étranger. La prudence et la sagesse dans les affaires diplomatiques étaient donc aussi dignes de l’appréciation du souverain que les valeurs guerrières.

3Dans ce qui suit, nous présenterons le groupe de diplomates au service des aspirations napolitaines de Louis le Grand durant la première décennie du règne du monarque. Il peut sembler inhabituel d’effectuer des recherches prosopographiques sur un cercle d’individus qui ne sont pas liés à une même institution. Le « corps diplomatique » est constitué d’un certain nombre de clercs et d’officiers laïcs, remplissant différentes fonctions dans le gouvernement ou l’administration, auxquels des missions ad hoc sont confiées lorsque le roi les envoie à l’étranger.

  • 4 Dans la présente étude, nous traitons les relations diplomatiques de la brève période entre la mor (...)
  • 5 Á. Bossányi (éd.), Regesta supplicationum. A pápai kézikönyvek magyar vonatkozású okmányai. Avigno (...)
  • 6 Grégoire, prévôt de Csázma (diocèse de Zagreb, aujourd’hui Čazma, Croatie) se trouvait à Avignon q (...)

4Pour aborder la problématique, nous pouvons nous interroger sur les types de sources qui nous informent sur les personnes des envoyés à l’étranger de Louis Ier et leurs activités diplomatiques pendant la période entre 1343 et 13524. Les registres des suppliques adressées au pape5 – même si le contenu des pétitions n’a aucune relation avec la diplomatie – peuvent témoigner de la présence des envoyés de Louis à Avignon : un séjour à la cour pontificale permettait aux clercs chargés de missions diplomatiques de régler aussi leurs propres affaires6.

  • 7 Voir Kropf, Az aversai gyilkosság [Le meurtre d’Aversa], in Erdélyi Múzeum, 13, 1896, p. 97-111, 1 (...)
  • 8 A. Theiner, Vetera monumenta historica Hungariam sacram illlustrantia, 1-2, Romae, 1859-1860, 1, p (...)
  • 9 Le scholasticus du chapitre cathédral de Liège – qui cultivait d’ailleurs des relations avec la co (...)
  • 10 G. Kurth (éd.), La chronique de Jean de Hocsem, p. 382-383, 384-385. Au sujet du rôle joué par Nic (...)

5Pour notre sujet, les échanges épistolaires s’avèrent particulièrement importants. Plusieurs lettres de Clément VI adressées au roi de Hongrie commencent par mentionner les membres de la délégation envoyée à la cour pontificale et transmettant au pape les revendications du souverain auxquelles le pontife devait répondre. Une correspondance datant du 14 mars 1346 nous renseigne sur la composition de la députation hongroise qui s’est présentée à Avignon après l’assassinat du prince André7 – époux de Jeanne Ire et frère cadet de Louis – pour livrer à Clément VI la lettre du monarque affligé par le deuil et assoiffé de vengeance contre les coupables8. Sur le territoire italien, le tribun de Rome Cola di Rienzi parle, dans l’une de ses lettres – citée dans son intégralité par Jean de Hocsem (1297-1348) dans sa Geste des pontifes de Liège (Gesta pontificum Leodensium)9 –, du vicaire (vicarius) du roi de Hongrie qui séjournait en juillet 1347 à L’Aquila, centre du parti hongrois dans le royaume de Naples10.

  • 11 1356-1367, voir P. Engel, Magyarország világi archontológiája, 1301-1437 [Archontologie laïque de (...)
  • 12  26/11/1349 : DL 4091 ; publié in AO, V, p. 339-340 ; regeste in AOkl., 33, no 878.

6Quant à la matière diplomatique hongroise, nous venons de mentionner les narrationes insérées dans les chartes éditées par la chancellerie royale : les récits qui servent d’introduction aux parties dispositives des privilèges apportent souvent des informations sur les services diplomatiques des donataires. Un diplôme datant du 26 novembre 1349 présente les mérites de Nicolas Raholcai dit « Kont » – futur palatin11 – en esquissant sa mission en Italie : Louis envoya son baron fidèle, en mars 1347, en Pouilles pour qu’il y prépare le terrain avant l’arrivée, à la tête de son armée, du roi de Hongrie12.

  • 13 Sur sa carrière et sa Gesta Ludovici regis, voir S. Steinherz, Die Beziehungen Ludwigs I. von Unga (...)
  • 14 Johannes de Thurócz, Chronica Hungarorum, 1, Textus, éd. E. Galántai et J. Kristó, Budapest, 1985 (...)
  • 15 Chronique rédigée au XIVe siècle sous la plume d’un auteur anonyme. Le récit se concentre sur l’hi (...)
  • 16 Chronicon Estense, gesta marchionum Estensium complectens, in L. A. Muratori (éd.), Rerum Italicar (...)

7Pour terminer, nous ne pouvons pas négliger le témoignage des sources narratives. Jean Küküllei, officier de chancellerie et biographe de Louis le Grand13 nomme les membres d’une nombreuse délégation dépêchée à Avignon par la reine-mère Élisabeth lors du voyage de celle-ci à Naples : les envoyés avaient pour mission d’insister, auprès de Clément VI, sur la nécessité du couronnement du prince André14. Les chroniques rédigées en Italie – telles que la Chronique d’Este (Chronicon Estense)15 – mentionnent également l’activité des délégués hongrois dans les villes italiennes à la veille des campagnes militaires de Louis16.

  • 17 Pour le contexte politique, consulter H. Thomas, Clemens VI. und Ludwig von Bayern, in H. Nehlsen, (...)
  • 18 18/03/1346 : CDH, IX/1, p. 368 ; regeste in AOkl., 30, no 196.
  • 19 S. Homonnai, Egy bencés főpapi karrier : Szigfrid apát életútja (1300-as évek eleje-1365) [La carr (...)
  • 20 I. Miskolczy, A magyar Anjouk, p. 50, 53 et I. Miskolczy, Nagy Lajos nápolyi, p. 47-48.

8Suite au meurtre de l’époux de Jeanne Ire, Louis – en songeant à s’emparer du pouvoir à Naples – chercha l’alliance d’autres monarques européens. Bien qu’il ait essayé de gagner à sa cause Louis Ier, roi de Sicile (1342-1355), ou Louis IV de Bavière, empereur germanique (1328-1347)17, nos sources ne nous informent que d’une seule ambassade18 : celle de Siegfried, l’abbé du monastère bénédictin de Garamszentbenedek (Hronský Beňadik, Slovaquie), délégué à la cour d’Édouard III, roi d’Angleterre (1327-1377)19. Malgré les résultats favorables des négociations et les promesses des souverains européens, Louis le Grand dut finalement commencer son entreprise sans aucun soutien militaire de la part de ses « alliés »20.

  • 21 Sur leurs hauts faits, voir aussi le témoignage du privilège accordé par le roi à Nicolas Vásári ( (...)
  • 22 . CID, 2, p. 1101-1110.
  • 23 Gy. Rácz, Az Anjou-ház és a Szentszék, p. 76.
  • 24 Les délégations que nous examinons sont mentionnées par V. Fraknói, Magyarország egyházi, 1, p. 17 (...)

9Comme nous venons de le mentionner, nous connaissons le rôle des diplomates dépêchés en Italie quelques mois avant le départ de l’armée de Louis le Grand pour alimenter la haine contre Jeanne Ire et les ennemis du parti hongrois : le roi confia des tâches délicates à un prélat, Nicolas Vásári et à un baron, Nicolas Kont21. Les autres personnages qui apparaissent en tant que diplomates dans les sources de la période entre 1343 et 1352 appartiennent aux députations représentant les intérêts hongrois auprès du Saint-Siège. Tandis que sous le règne de Charles Ier de Hongrie, les envoyés à Avignon étaient moins nombreux et voyagaient seuls, la mort de Robert le Sage et les problèmes soulevés par son testament22 provoquèrent la multiplication des délégations qui se composaient souvent de quatre ou de cinq personnes : outre les clercs, les laïcs se précipitaient aussi à la cour pontificale pour mieux défendre les préoccupations de leur souverain auprès de Clément VI, seigneur du royaume de Sicile23. Louis Ier essaya d’établir son pouvoir par la force militaire en territoire italien, mais la scène principale des luttes diplomatiques pour le trône de Naples demeura la Curie pontificale. Entre 1343 et la paix mettant fin, en 1352, aux guerres italiennes, les envoyés hongrois portèrent une quinzaine de fois le message de leur souverain à Avignon. Les diplomates les plus doués faisaient partie de plusieurs délégations, séjournaient plusieurs mois au siège du pape et participaient activement dans les querelles autour de la succession au trône de Naples24.

  • 25 Johannes de Thurócz, Chronica Hungarorum, 1, p. 162. L’historiographe Jean Küküllei – l’auteur pré (...)

10Sans prendre en considération les membres de la nombreuse escorte accompagnant, en 1343-1344, la reine-mère Élisabeth en Italie du Sud25, les sources nous ont conservé les noms de presque trente personnes remplissant un rôle diplomatique auprès de Louis Ier – nos recherches se bornent aux « affaires de Naples » et aux relations avec le Saint-Siège : les observations qui suivront reposeront sur ce groupe d’individus.

  • 26 A. Gárdonyi, A királyi titkos kanczellária eredete és kialakulása Magyarországon [L’origine et la (...)

11Parmi les délégués du roi de Hongrie dans les villes italiennes ou auprès du pontife et du roi d’Angleterre, nous trouvons presque la même proportion de laïcs que de clercs. Nous commençons notre présentation par les envoyés appartenant à l’Église. Dans les carrières des prélats et des personnes issus des couches moyennes de la société ecclésiastique, nous pouvons repérer un élément commun. Comme les recherches d’Albert Gárdonyi et surtout celles de György Bónis l’ont souligné26, les clercs remplissant des missions diplomatiques étaient liés à un office central : la chapelle royale (ou la chapelle de la reine).

  • 27 Gy. Bónis, A jogtudó értelmiség, p. 32. Sur l’institution et son activité en tant que lieu d’authe (...)
  • 28 Les chapelains sont des canonistes, seul Jean (Jacques) Bredenscheid – le « légiste du roi » – est (...)
  • 29 Les prébendes canonicales leur permettent de financer une formation aux facultés de droit de Padou (...)
  • 30 Gy. Bónis, A jogtudó értelmiség, p. 32-36, 42, 44-45.

12Entre 1317 et 1374, la chapelle fonctionnait comme un office indépendant de la chancellerie : le bureau était dirigé par le comes capellae et émettait des chartes authentiques27. Tandis que le personnel de la chancellerie fut touché, au XIVe siècle, par une forte sécularisation, la chapelle royale garda son caractère ecclésiastique et préserva sa haute culture juridique. D’après les constatations de Bónis, les officiers de l’institution étaient issus des familles nobles les plus anciennes et les plus aisées du royaume de Hongrie – la proportion des personnes qui arrivaient de l’étranger resta basse –, qui parcouraient une carrière traditionnelle au sein de l’Église : leur revenus étaient assurés par des bénéfices ecclésiastiques (canonicats, évêchés ou archevêchés). Les comites capellae étaient des prélats doctes et les chapelains (capellani) possédaient aussi des compétences dans le domaine juridique : plusieurs membres de l’office étaient qualifiés de iurisperiti, de in iure canonico licentiati ou de decretorum doctores28 et faisaient leurs études dans les universités de l’Italie du Nord29. Pour réaliser ses ambitions en matière de « politique extérieure » – avant tout pour tenter de défendre, avec succès, ses intérêts napolitains devant le Saint-Siège –, Louis le Grand avait besoin de juristes. Les membres de la chapelle étaient souvent chargés de missions diplomatiques et l’office commençait à fonctionner – toujours selon Bónis – en tant que haute école hongroise de la diplomatie. En fondant l’université de Pécs en 1367, le roi voulut créer une institution susceptible de former des diplomates : les clercs n’auraient plus besoin, selon l’intention du souverain, de s’inscrire aux facultés de droit des universités italiennes30.

13Après une brève présentation de la chapelle royale, observons de plus près les membres du clergé qui soutiennent, dans leurs qualités de diplomates, la lutte de Louis le Grand pour le trône de Naples.

  • 31 Il possède des prébendes canonicales dans les églises de Zagreb (Croatie), Pécs, Vác et Titel (Ser (...)
  • 32 17/02/1344 : A. Theiner, Vetera monumenta historica, 1, p. 664 ; regeste in AOkl., 28, no 159 et 2 (...)
  • 33 Par la mission avignonnaise, il aurait dû décevoir le roi : dans la charge du comes capellae, il f (...)
  • 34 02/03/1345 : A. Theiner, Vetera monumenta historica, 1, p. 681-682 ; regeste in AOkl., 29, no 34. (...)
  • 35 08/01/1345 : E. Déprez et G. Mollat (éd.), Clément VI (1342-1352). Lettres closes, patentes et cur (...)

14Parmi les envoyés à Avignon, nous trouvons des chapelains pour lesquels le service diplomatique ne semble pas permettre, malgré l’importance de la tâche, l’élévation dans l’échelle sociale. Jacques, prévôt de la cathédrale de Bács (Bač, Serbie) – bien qu’il accède à de nombreux canonicats – ne parvint jamais au rang de prélat31. Néanmoins, la majorité des officiers de la chapelle royale remplissant des rôles diplomatiques appartient – ou appartiendra très vite – au haut clergé. Vid Vasvári – qui est chargé de porter les lettres de Louis Ier et de la reine-mère Élisabeth, à la tête d’une nombreuse délégation à la cour pontificale32 – dirige la chapelle royale en tant qu’évêque de Nyitra (Nitra, Slovaquie)33. Grégoire Kaproncai est élu évêque de Csanád34 exactement dans la période où il effectue plusieurs voyages à Avignon : c’est à lui que Louis le Grand confie, au début de l’année 1345, la somme d’argent par laquelle le roi de Hongrie veut solliciter, auprès de Clément VI, le couronnement du prince André35.

  • 36 P. Engel, Magyarország világi archontológiája, 1, p. 91 ; 2, p. 80-81. Sur sa carrière, voir M. We (...)
  • 37 A. Theiner, Vetera monumenta historica, I, p. 805-806 et 1352 : ADE, 2, p. 411-413. Voir aussi V. (...)
  • 38 Sur le parcours de Paul Garai (de genere Dorozsma), voir M. Wertner, A Garaiak, p. 904-905 ; J. Ka (...)
  • 39 Archevêque de Gran entre 1330-1349. Sur sa carrière, voir Gy. Bónis, A jogtudó értelmiség, p. 32 ; (...)
  • 40 1339-1347. Voir F. Kollányi, Esztergomi kanonok, p. 44-46.
  • 41 27/03/1355 : V. Fraknói, Genealógiai kérdések, p. 137.
  • 42 Sur son parcours, voir J. Karácsonyi, Vásári Miklós esztergomi érsek származása [L’origine de Mikl (...)
  • 43 Ou Bongiovanni di Campello.
  • 44 A. Theiner, Vetera monumenta historica, I, p. 757 et V. Fraknói, Magyarország egyházi, 1, p. 222.
  • 45 Sur sa carrière, voir C. Eubel et al., Hierarchia catholica medii aevii, 1-7, Regensburg-Münster-P (...)

15Quant à l’origine des chapelains, il sont souvent issus – comme nous venons de le mentionner – de familles importantes. Jean Garai – comes capellae entre 1346-134836 et négociateur du roi chargé de la préparation du traité proclamant la fin des guerres italiennes37 – est le fils d’un puissant baron de Charles Ier accédant à la dignité du ban de Macsó38. Les relations parentales peuvent s’avérer déterminantes dans l’évolution de la carrière de tel ou tel officier de la chapelle. Le puissant archevêque Csanád Telegdi39 veille aux débuts du curriculum de son neveu Nicolas Vásári qui deviendra prévôt de Gran40 et que l’on trouve dans la délégation dépêchée par Louis Ier à Avignon pour précipiter le couronnement de son frère au tournant des années 1343-134441 : le voyage en France marque le début d’une carrière diplomatique importante42. Pour donner un exemple des chapelains arrivés de l’étranger, nous pouvons citer l’italien Boniohannes de Campello43 qui représente son souverain à Avignon après l’exécution de Charles, duc de Durazzo, lors de la première campagne italienne44 : il accède à de multiples prébendes avant de quitter la Hongrie et de poursuivre sa carrière dans son pays natal à la tête du diocèse de Fermo45.

  • 46 Gy. Bónis, A jogtudó értelmiség, p. 35.
  • 47 Gy. Bónis, A jogtudó értelmiség, p. 34.

16Nous n’avons pas toujours de précision concernant la culture ou la formation des membres du cercle d’officiers auquel nous nous intéressons dans la présente analyse. Le susmentionné Grégoire Kaproncai peut pourtant servir d’exemple pour les décrétistes (decretorum doctor) de la cour royale46. Boniohannes de Campello jouit du soutien et de la confiance du roi grâce à ses compétences juridiques acquises en Italie47.

  • 48 Dit aussi « Apáti », archevêque entre 1358-1366. Voir A. Pór, Keszei Miklós [Nicolas Keszei], Buda (...)
  • 49 Ou Nicolas Gilétfi, comes palatinus entre 1342-1356. P. Engel, Magyarország világi archontológiája(...)
  • 50 1356-1367. P. Engel, Magyarország világi archontológiája, 1, p. 3.
  • 51 Le « gouvernement des quatre Nicolas » est présenté par A. Pór, A négy Miklós, p. 601.
  • 52 En 1350, voir P. Engel, Magyarország világi archontológiája, 1, p. 63.
  • 53 Pór 1902, p. 726-727. Sur les événements de la guerre, voir aussi Gy. Kristó, Az Anjou-kor háborúi(...)
  • 54 Pour une biographie détaillée, voir A. Pór, Jegerndorfi Pál nyitrai főesperes, 1350 [Paul von Jege (...)

17La carrière de deux personnages est particulièrement brillante : leur rôle est considérable, dans le domaine de la diplomatie et de la « politique extérieure », même après l’époque des guerres italiennes. Le prélat Nicolas Vásári est présenté par l’historien Antal Pór comme l’un des piliers du gouvernement de Louis le Grand. En compagnie de trois autres aristocrates portant le même prénom que lui : l’archevêque de Gran Nicolas Keszei48, le vieux palatin Nicolas Zsámboki49 et son successeur dans cette même charge, Nicolas Kont50, il était une figure déterminante de l’époque du règne du deuxième roi issu de la dynastie angevine51. En s’accédant à l’archevêché de Gran (Esztergom)52, il a également participé – avec son frère Thomas – à la guerre contre les Vénitiens pour la possession de la côte dalmate entre 1356-135853. Paul von Jägerndorf est l’exemple par excellence du diplomate doué venu de l’étranger que Louis Ier essaie de garder auprès de lui en récompensant largement ses services. Bien qu’il reçoive l’évêché de Gurk (Autriche), il quitte le service du roi de Hongrie pour faire une carrière avignonnaise mais retourne, chargé de missions diplomatiques, plusieurs fois dans son pays54.

  • 55 Pál Engel – spécialiste de la noblesse hongroise de l’époque angevine – décrit l’aristocratie laïq (...)

18Le rapport entre les diplomates de Louis Ier appartenant à l’Église et la chapelle royale est bien connu auprès de la médiévistique hongroise. Que peut-on cependant constater de l’autre partie du corps diplomatique assumant un rôle actif dans la « politique extérieure » d’orientation italienne du roi : des envoyés qui ont fait une carrière séculière ? On découvre le lien unissant les personnes laïques chargées de missions à l’étranger – même si les sources ne les appellent pas toujours explicitement aulae milites ou membres de la cour royale – dans leur appartenance à l’entourage du roi : ils passent la plupart de leur temps près du souverain qui leur confie des charges centrales ou périphériques et récompense leurs services par les revenus des propriétés rattachées aux charges55.

  • 56 Iudex curiae regis entre 1328-1349. Voir A. Pór, A Nagy-Martoniak. Szopori Nagy Imrének ajánlva [L (...)
  • 57 09/10/1345 : A. Theiner, Vetera monumenta historica, 1, p. 688-689 ; regeste dans E. Déprez et G. (...)
  • 58 De genere Csór. Voir P. Engel, Magyarország világi archontológiája, 2, p. 87.
  • 59 1328-1355. Voir P. Engel, Magyarország világi archontológiája, 1, p. 296.
  • 60 Il lutte auprès de Charles Ier en Valachie (1330), accompagne le jeune prince André à Naples (1333 (...)
  • 61 Voïvode du prince Étienne d’Anjou ente 1350-1351. Voir P. Engel, Magyarország világi archontológiá (...)
  • 62 Magister ianitorum regalium entre 1353-1358. Voir P. Engel, Magyarország világi archontológiája, 1 (...)
  • 63 Ou Wolfart. Sur la famille issue de la région de Vorarlberg, voir M. Wertner, Családtörténeti adal (...)
  • 64 Comes de Moson, Sopron et Vas (1350-1352). Voir P. Engel, Magyarország világi archontológiája, 1, (...)
  • 65 Propriété foncière appartenant à la reine (comitat de Somogy). P. Engel, Magyarország világi archo (...)
  • 66 15/03/1345 : E. Déprez et G. Mollat (éd.), Clément VI (1342-1352). Lettres closes, patentes et cur (...)
  • 67 A. Pór, I. Lajos király követsége a szent-székhez Avignonba 1346 elején [La députation de Louis Ie (...)
  • 68 Duc de Strelitz. Voir A. Pór, I. Lajos király követsége, p. 144 
  • 69 Marie Piast. Dans la recherche, il est sujet à débat si la duchesse silésienne était la première c (...)
  • 70 I. Miskolczy, A magyar Anjouk trónigénye Nápolyra, p. 48 ; A. Bárány, Magyar–angol kapcsolatok, p. (...)

19Parmi les membres des députations envoyées à Avignon, on trouve de puissants barons occupant les offices centraux du royaume. Paul Nagymartoni doit son élévation à sa participation aux luttes de Charles Ier pour la stabilisation du pouvoir royal : il remplit, pendant plus que deux décennies, la charge du juge de la cour royale. Plusieurs missions diplomatiques lui sont confiées avant qu’il ne perde, à la fin de sa vie, les faveurs de son souverain56. En compagnie de Grégoire, évêque de Csanád, il séjourne à Avignon au cours de l’année 1345 pour précipiter le couronnement d’André et n’en retourne qu’après avoir appris la nouvelle de la mort du prince57. Thomas Gönyűi58 – qui commence sa carrière en tant que châtelain de Csókakő59 – doit son ascencion sociale à ses hauts faits militaires et à son habilité dans les affaires diplomatiques60. Au lendemain des guerres napolitaines, il devient voïvode de Transylvanie61 pour accéder ensuite à une dignité de l’hôtel du roi62. D’autres membres des députations avignonnaises ont une carrière moins illustre. Bien qu’Ulrich von Wolfurt63 ne remplisse pas de charges centrales dans le royaume, il se trouve à la tête de plusieurs comitats en Hongrie occidentale64 mais le comes de Segesd (Segasd)65 Thomas ou le page Paul ne s’élèvent pas, suite à leur service diplomatique66, dans l’échelle sociale. Plusieurs familles dont les membres représentent le roi devant le Saint-Siège sont d’origine étrangère : on peut être témoin de leur installation définitive en Hongrie angevine. Csenik Ugodi arrive de Bohême au tout début du règne de Charles Ier et fait une carrière en rejoignant les luttes contre les oligarques67. Dans la liste des membres de la délégation envoyée auprès de Clément VI en 1346, on trouve le nom d’un duc silésien, Albert68: il s’agit d’un cousin – qui ne joue d’ailleurs aucun rôle en Hongrie angevine – de l’épouse69 de Charles Ier. Suite à la mort violente d’André, la représentation de ses intérêts devant le Saint-Siège devient d’autant plus importante pour Louis le Grand qu’il se tourne vers ses parents, descendants d’influentes familles européennes. Nous savons qu’il a également sollicité son neveu Humbert – le dauphin de Viennois – pour faire un voyage à Avignon et intervenir dans les querelles autour de la succession du trône de Naples70.

  • 71 Voir G. Kiss, La culture juridique. Ceux qui ne pouvaient pas se permettre de fréquenter des unive (...)
  • 72 15/03/1345 : Á. Bossányi (éd.), Regesta supplicationum, 1/2, p. 92. et AOkl., 29, no 173. Sur la c (...)

20En présentant le cercle restreint des barons et des nobles de la cour de Louis auquel ont été confiées des missions diplomatiques relatives aux affaires italiennes, nous n’avons encore fait aucune remarque concernant leur culture ou leur formation. Bien que le nombre des intellectuels laïcs augmente tout au long du XIVe siècle, l’accès au savoir – il s’agit en premier lieu d’une formation de nature juridique – reste avant tout le privilège de personnes destinées à une carrière ecclésiastique71. Rares sont les sources nous informant sur l’éducation des jeunes nobles qui ne sont pas liés à l’Église. Nous nous bornons à citer ici le cas de Paul Nagymartoni dont nous avons précédemment mentionné le parcours : le futur juge de la cour et diplomate de Louis Ier avait pour instructeur le maître Giffredus de Giffredis, enseignant les arts libéraux pendant plus de vingt ans à l’université de Bologne72.

  • 73 Sclavus ou « Tót ». Voir P. Engel, Magyarország világi archontológiája, 2, p. 201.
  • 74 Celle du magister tavernicorum regalium. P. Engel, Magyarország világi archontológiája, 1, p. 37.
  • 75 Voïvode de Transylvanie entre 1351 et 1356, palatin entre 1356 et sa mort, arrivée en 1367. P. Eng (...)
  • 76 Sur sa carrière, voir A. Pór, A négy Miklós, p. 601-614, 716-728 ; P. Engel, Kont Miklós [Nicolas (...)
  • 77 Le Chronicon Dubnicense (Chronique de Dubnic) est le seul à avoir maintenu le texte d’une geste co (...)
  • 78 […] qui ipse, Nicolaus Khont tantum habebat industriam, et sapienciam sibi diuinitus inspiratus, q (...)

21Il nous reste à présenter brièvement le personnage de Nicolas Kont qui est sans aucun doute la figure la plus importante au sein du groupe des diplomates laïcs du roi de Hongrie. Étant le fils de Laurent dit le Slave73 – qui remplissait entre 1344 et 1346 la fonction économique la plus importante du royaume74 –, il accède aisément à la cour royale à un jeune âge. Après s’être illustré en tant que soldat et diplomate à l’époque des campagnes italiennes, il atteint les positions centrales du gouvernement à partir de 135175. Il participe à plusieurs entreprises guerrières de Louis Ier – outre la deuxième expédition contre Naples, il lutte en Bosnie ou en Bulgarie – et le roi profite de temps en temps de ses talents de négociateur76. Le chroniqueur anonyme du souverain – un frère mineur77 – dépeint ainsi, en parlant du traité conclu en 1351 avec les Lithuaniens, les compétences montrées par le baron dans le domaine de la diplomatie : « lui, Nicolas Kont avait autant de zèle et de sagesse, lui inspirée par Dieu, que, quel que soit le lieu où venait le roi de Hongrie – qui l’éleva au-dessus de tous les Hongrois –, il arrangeait toujours la paix »78.

22Pour conclure, on peut constater que les missions diplomatiques sont confiées, dans la période examinée, à des officiers ecclésiastiques ou laïcs appartenant à la cour royale. Les clercs sont liés à la chapelle royale – institution fonctionnant comme l’école diplomatique de la Hongrie du milieu du XIVsiècle – et suivent souvent une formation juridique dans les universités de l’Italie du Nord. Louis le Grand délègue les tâches diplomatiques les plus délicates aux chapelains disposant d’un grand savoir. Pourtant, les ambassades à l’étranger ne se composent pas uniquement de clercs. Les barons et les milites aulae regiae – même si leur culture juridique ne peut pas égaler celle de doctes prélats – reçoivent un rôle plus ou moins important selon leur sagesse et leur habilité à mener des négociations. La valeur précieuse des services diplomatiques offerts au roi s’exprime par une rapide élévation dans l’échelle sociale des personnes les plus compétentes : Louis Ier témoigne sa reconnaissance en accordant à ses émissaires les plus doués les dignités ecclésiastiques et séculières les plus prestigieuses.

Diplomatie et idées politiques dans la Hongrie du XIVe siècle : analyse de documents diplomatiques

23En étudiant le « corps des diplomates » de Louis Ier, nous avons souligné que le roi accordait une grande importance à la formation juridique de ses envoyés dépêchés auprès du Saint-Siège : pour pouvoir défendre, avec succès, ses intérêts italiens à Avignon, il avait besoin de canonistes. Dans ce qui suit, nous examinerons si les documents en relation avec la diplomatie du roi reflètent les connaissances acquises par les chapelains dans les universités de Padoue et de Bologne. Les idées de Louis (et de sa mère) concernant le droit des Angevins de Hongrie au trône de Naples se reflètent le mieux dans les lettres adressées au pontife : leurs textes feront donc l’objet de nos analyses.

  • 79 Voir ci-dessus, note 14.
  • 80 Inteream nuncii domini regis Lodowici et domine matris sue apud dominum papam Clementem VI. Andree (...)
  • 81 Et factus est luctus et planctus magnum in Hungaria. […] Super quo eventu mortis fratris sui idem (...)
  • 82 Voir ci-dessus, note 77.
  • 83 Rex autem Ludouicus domino deo ipsum protegente et dirigente, regnum Sicilie, quo pater suus rex K (...)
  • 84 Cum autem mors regis Andree inflicta per illos quos maxime infligi non debuerat, utpote per suam c (...)
  • 85 Voir ci-dessus, note 4.
  • 86 […] quia cum miserabilem quondam excellentissimi principis domini Andree Jerusalem et Sycilie regi (...)

24Avant de consulter le témoignage des échanges diplomatiques, il convient de regarder comment les sources narratives hongroises – partialement favorable à l’égard du souverain – relatent les motifs des guerres italiennes. L’élément principal de la rhétorique des chroniqueurs, qui parlent d’une voix enthousiaste des entreprises militaires de Louis, est sans aucun doute la punition obligatoire des assassins d’André et de leurs complices. Jean Küküllei – historiographe et officier à la chancellerie royale79 – se montre d’abord plus prudent. En présentant l’ambassade dépêchée auprès de Clément VI afin de précipiter le couronnement du jeune prince hongrois encore vivant, il souligne que les émissaires savants de Louis construisaient toute une argumentation juridique pour prouver que le royaume de Sicile formait, selon les règles de la succession, l’héritage légitime d’André80. Lorsqu’il passe aux événements postérieurs à l’attentat d’Aversa, il change brusquement de ton et parle d’une éloquence pathétique du deuil de la cour royale de Hongrie ressenti sur les événements tragiques qui mériteraient, au nom de l’honneur chevaleresque, d’être vengés81. L’auteur anonyme82 de la Chronique de Dubnic présente les opinions du parti hongrois au sein du royaume de Naples. Bien qu’il mentionne que Charles Ier était injustement exclu de l’héritage de son père83, il explique l’arrivée en Pouilles de Louis le Grand par le mécontentement des villes italiennes qui auraient appelé au secours le puissant monarque de Hongrie. Il peint avec des couleurs vives la peur et le dégoût qui s’emparaient des sujets de Jeanne Ire devenue, aidée par ses parents et fidèles, la meurtrière de son époux84 : l’indignité au pouvoir de la reine pécheresse légalise donc, aux yeux du chroniqueur comtemporain, les prétentions au trône de Louis. Les récits des barons et des nobles insérés dans les privilèges royaux – c’est-à-dire les narrationes contenant des informations historiques85 – mettent encore davanatge l’accent sur l’innocence d’André d’une part et le désir de vengeance et le sentiment de rancune envers Jeanne d’autre part. Dans une lettre de donation adressée à son diplomate doué, Nicolas Kont, le roi se dit avoir été obligé de châtier ceux qui étaient coupables d’avoir répandu le sang de son frère86.

25Dans les documents de la diplomatie, on s’attendrait cependant à un ton moins coléreux et plus raisonnable que celui des sources narratives : comme on l’a vu dans la première partie de la présente analyse, Louis le Grand accordait beaucoup d’attention à la formation de ses ambassadeurs qui devaient justifier par des arguments juridiques les aspirations à l’héritage napolitain des Angevins de Hongrie. Nous rassemblons, dans ce qui suit, les éléments des lettres qui servent à attester le droit d’André (et ensuite celui de Louis) au trône du royaume de Naples : à défaut d’autres documents, c’est surtout la correspondance entre le pape et le roi (ou la reine-mère) qui nous permet de faire quelques déductions concernant les négociations menées par les diplomates à Avignon.

  • 87 Jean Ier de Luxembourg, dit l'Aveugle (1310-1346).
  • 88 Charles IV de Luxembourg, marquis de Moravie (1333-1346), roi de Bohême (1347-1378), empereur roma (...)
  • 89 Voir aussi V. Fraknói, Magyarország egyházi, 1, p. 172.
  • 90 1343 : […] qualiter his diebus transactis magnificus et egregius princeps Robertus, Jerusalem et S (...)
  • 91 16/01/1343 : […] instituit sibi haeredem universalem Joannem ducissam Calabriae, neptem eius primo (...)
  • 92 Le contenu du contrat ne nous est connu que par l’approbation papale (08/11/1333) accordée à Charl (...)

26En apprenant la nouvelle du décès de Robert le Sage, le roi de Hongrie, qui séjourne alors à Prague, n’hésite pas à demander l’intercession immédiate du roi de Bohême87 et du marquis de Moravie88 auprès du pontife et de l’élite politique du royaume de Naples en faveur de son frère, le duc de Calabre.89 Dans sa lettre relatant les événements à des destinataires inconnus, il suppose que sur son lit de mort, le feu roi de Sicile a désigné André – après une prudente délibération et sain d’esprit – comme son héritier et que les prélats et les barons du royaume ont accepté d’une voix unanime la décision de leur souverain90. N’ayant pas encore pu s’informer sur le vrai contenu du testament – selon lequel Robert céda sa couronne à sa petite-fille (et pas à l’époux de cette dernière)91 –, Louis doit présumer qu’en vertu du mariage d’André avec Jeanne92, son frère est le successeur légitime au trône de Naples.

  • 93 15/01/1346 : Recordari dignemini, quod, sanctossima Romana ecclesia annuente et papali clemencia d (...)
  • 94 Vobis igitur beatissime et clementissime pater, qui verus Christi in coelo presidentis estis, divi (...)
  • 95 Cum igitur apostolice beatitudini constat evidenter, quod ego sum primogenitus primogeniti, de dom (...)
  • 96 Dignatur eciam vestra papalis clemencia recordari, quod ipsis dominis Carolo et Roberto regibus pi (...)

27L’accord entre Charles Ier et Robert le Sage conclu sur l’union de leurs enfants en 1333 apparaît dans l’argumentation des Angevins de Hongrie même ultérieurement à l’attentat d’Aversa. En écrivant au pape quelques mois après l’assassinat d’André, Louis précise qu’avant de célébrer les fiançailles de leurs enfants, les deux souverains ont aussi accepté la condition qu’en cas de décès des deux époux, un autre fils du roi de Hongrie se marierait avec Marie, sœur de Jeanne93. Puisque le document juridique (qui ne nous est d’ailleurs pas parvenu) ne semble pourtant avoir contenu aucune disposition concernant l’hérédité de la couronne, Louis ne put pas s’en servir lors de sa lutte pour le trône de Naples : avec ses conseillers, il dut inventer des titres pour revendiquer le royaume de Sicile malgré le testament de Robert le Sage. La missive qu’il confie à ses émissaires en janvier 1346 formule des accusations graves à l’encontre de Jeanne Ire et des membres de sa famille. En les déclarant coupables du meurtre de son frère, il les trouve indignes de tout pouvoir et exige leur punition. Selon la logique de ce texte, l’épouse d’André – l’assassin de son mari – perdrait son droit à l’héritage de son grand-père et le fief reviendrait à son seigneur féodal : le pontife. Louis supplie Clément VI de lui accorder – comme il l’a fait auparavant à ses ancêtres – le royaume de Naples94. C’est à ce point-ci que l’ordre de la succession – la règle de la primogéniture mâle – réapparaît dans l’argumentation : le roi de Hongrie se présente comme le fils aîné du premier-né du feu prince-héritier Charles Martel95. L’épître témoignant de la douleur vive du souverain se permet un ton emporté. Louis critique même la procédure du pape qui a trop longtemps hésité avant d’ordonner le couronnement d’André et qui n’a rien fait – malgré les signes de mauvaise augure – pour empêcher l’arrivée d’événements tragiques96.

  • 97 15/01/1346 : Super quo apostolicam beatitudinem vestram attentissima et humillima devocione filial (...)
  • 98 19/03/1346 : Quo circa clemenciam apostolicam peto, deprecor et exoro humilitate filiali, sicut pl (...)

28La voix de la colère revient dans d’autres lettres adressée à Clément VI : Louis et sa mère semblent être en fureur contre la jeune reine frivole lorsqu’ils demandent au pontife l’interdiction du nouveau mariage de Jeanne avec Louis, duc de Tarente97. Le répertoire des arguments s’enrichit à la nouvelle de la naissance du fils posthume d’André : l’arrivée au monde de l’héritier de son frère n’empêche aucunement le roi de Hongrie de maintenir ses revendications sur Naples. Comme Jeanne s’est avérée indigne d’élever l’enfant, il exige que son neveu soit éduqué en Hongrie, sous les yeux attentifs de sa grand-mère. Jusqu’à ce que Charles Martel ait atteint l’âge mûr, son oncle – en tant que son tuteur – défendra ses intérêts et gouvernera le royaume de Sicile98.

  • 99 27/03/1347 : Item de vindicta facta de quibusdam proditoribus et ipsius domini regis germani mei i (...)

29À l’aube des campagnes italiennes, le roi se trouve contraint de s’expliquer et de justifier la nécessité d’une intervention militaire de sa part. Dans les premiers mois de l’année 1347, il déclare au pontife qu’il attend en vain le résultat de la procédure judiciaire examinant la culpabilité de Jeanne. À défaut de verdict prononcé contre tous ceux qui ont participé au crime, il s’attribue la tâche de se venger sur les assassins de son frère99.

  • 100 I. Miskolczy, A magyar Anjouk trónigénye Nápolyra, p. 21.
  • 101 On peut pourtant s’apercevoir d’une présence de termes légaux – des expressions appartenant au voc (...)

30Un bref parcours des arguments dont Louis se sert pour prouver son droit (ou celui de son frère cadet) au trône de Naples nous permet de faire les constatations suivantes. À première vue, la rhétorique des lettres adressées par le roi au pontife ne semble pas différer beaucoup de la langue des sources narratives. Le roi de Hongrie présente des arguments légaux pour défendre son intérêt : il mentionne l’ordre traditionnel de la succession – contredit par le testament de Charles II (le Boîteux) (1285-1309)100 – ou le contrat conclu entre Charles Ier de Hongrie et Rober le Sage concernant le mariage de leurs enfants ; et il exige une procédure juridique contre les assassins supposés d’André. Pourtant, ses revendications sont avant tout fondées sur une accusation de meurtre contre sa belle-sœur : le désir de vengeance contre Jeanne, qui est un élément obligatoire des gestes célébrant les vertus chevaleresques, se manifeste aussi dans les textes diplomatiques. Il serait donc difficile d’arriver à la conclusion que les lettres de Louis – trahissant même les sentiments de douleur du souverain – témoignent de la haute culture juridique qui se pratiquait au sein de la chapelle royale101.

  • 102 Pour une présentation détaillée, voir Á. Kurcz, Lovagi kultúra Magyarországon.
  • 103 Pour le culte de Ladislas Ier (1077-1095) de Hongrie, voir I. Bertényi, Szent László kultuszának A (...)

31Les textes présentés ci-dessus s’avèrent cependant utiles si on veut se faire une idée de la figure du prince idéal de la Hongrie angevine : de l’image du roi-chevalier, prêt à se venger après que le sang de son frère a été répandu. La mentalité, dont les lettres – et les gestes par lesquelles nous avons commencé notre présentation – témoignent, correspond tout à fait à celle de la cour hongroise, imprégnée d’idées chevaleresques, du milieu du XIVe siècle102. Il suffit de souligner à ce point que parmi ces prédécesseurs árpádiens canonisés par l’Église, Louis propage avant tout le culte de saint Ladislas, représenté généralement comme miles Christi : par le choix de l’ancêtre admiré, le souverain souligne à la fois la descendance de la beata stirps des Árpádiens (idée de la continuité) et son intention de devenir lui-même un héros de la chrétienté103. Nous pouvons encore y ajouter que les sources nous révèlent l’image d’un monarque puissant : tout en acceptant la suprématie du pape en tant que seigneur du royaume de Sicile, Louis se montre prêt à défendre ses intérêts contre le Saint-Siège.


  • 104 S. Péquignot, Au nom du roi. Pratique diplomatique et pouvoir durant le règne de Jacques II d'Arag (...)

32Nos analyses s’inscrivent dans la nouvelle lignée des recherches européennes concernant les pratiques diplomatiques médiévales : comme le souligne la thèse de Stéphane Péquignot, s’attachant à la diplomatie de Jacques II d’Aragon (1291-1327), l’examen de l’envoi des ambassadeurs à l’étranger et des échanges épistolaires peut soulever des questions en rapport avec la nature du pouvoir royal et les pratiques du gouvernement104. En présentant le cercle des émissaires de Louis le Grand dépêchés auprès du Saint-Siège, en Italie ou en Angleterre, nous avons cherché chez les ecclésiastiques et laïcs les éléments d’une culture commune. Le milieu culturel duquel les membres des délégations sont issus, est la cour royale où les fils de nobles reçoivent une éducation chevaleresque et où le souverain s’occupe de la formation de ses clercs les plus doués en les envoyant dans les universités italiennes. Bien que les documents de la diplomatie – la correspondance de Louis le Grand avec le pape – ne semblent pas refléter la haute culture juridique propre à la chapelle royale, ils témoignent de la puissance d’un monarque s’introduisant dans la politique européenne.

Abréviations

33ADE = G. Wenczel (éd.), Magyar diplomácziai emlékek az Anjou-korból. Acta extera Andegavensia, 1-3, Budapest, 1874-1876 (Monumenta Hungariae historica. Acta extera)
AO = I. Nagy, Gy. Tasnádi Nagy (éd.), Anjoukori okmánytár. Codex diplomaticus Hungaricus Andegavensis, 1-7, Budapest, 1878-1920.
AOKl. = T. Almási et al. (éd.), Anjou-kori Oklevéltár. Documenta res Hungaricas tempore regum Andegavensium illustranti, I-, Budapest-Szeged, 1990.
AUSZ. AH = Acta Universitatis Szegediensis. Acta historica.
CDH = G. Fejér (éd.), Codex diplomaticus Hungariae ecclesiasticus ac civilis, I-XI, Budae, 1829-1844.
CID = J. Ch. Lünig (éd.), Codex Italiae diplomaticus, quo non solum multifaria investiturarum literae ab augustissimis romanorum imperatoribus Italiae principibus et proceribus concessae atque traditae, verum etiam alia insignia varii generis diplomata, tam edita quam multa anecdota, ipsos concernentia continentur, quae omnia collegit ac elencho indiceque reali instruxit, 1-4, Francoforti-Lipsia, 1725-1735.
DL = Magyar Nemzeti Levéltár Országos Levéltára [Archives Nationales de Hongrie], Diplomatikai Levéltár [Collection diplomatique].
EMCh = G. Dunphy et al. (dir.), Encyclopedia of the Medieval Chronicle, 1-2, Leiden, 2010.
Eszt. érs. = M. Beke (dir.), Esztergomi érsekek, 1001-2003, Budapest, 2003.
KMTL = Gy. Kristó, P. Engel, F. Makk (dir.), Korai magyar történeti lexikon (9-14. század) [Dictionnaire de la Hongrie médiévale, 9e-14e siècles], Budapest, 1994.
MIÖG = Mitteilungen des Instituts für Österreichische Geschichtsforschung.
NaSo = J. Deploige (dir.), The Narrative Sources from The Medieval Low Countries. Les sources narratives des Pays-Bas médiévaux. Bruxelles, Commission Royale d'Histoire, depuis 2009. Base de données en ligne consultée le 27 janvier 2019. URL : www.narrative-sources.be.

Notes

1 Au sujet de la terminologie, voir le résumé de la thèse de doctorat soutenue à l’Université de Paris XII-Val de Marne par Stéphane Péquignot : « De même, la notion de “politique extérieure” n’a pas semblé adéquate, car elle implique subrepticement une délimitation nette entre domaines extérieur et intérieur d’exercice du pouvoir politique et renvoie trop souvent à la seule volonté des souverains comme facteur explicatif, deux présupposés devenus largement caducs » – S. Péquignot, Au nom du roi. Pratique diplomatique et pouvoir durant le règne de Jacques II d’Aragon (1291-1327), in Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 35, 2005, mis en ligne le 3 juin 2010, consulté le 13 février 2017. URL : http://mcv.revues.org/1450.

2 Sur les contacts politiques entre la Hongrie angevine et le royaume de Naples – y compris l’histoire des campagnes menées par Louis le Grand en Pouilles (1347-1348, 1350) – voir A. Pór, Nagy Lajos, 1326-1382 [Louis le Grand, 1326-1382], Budapest, 1892 (Magyar Történeti Életrajzok), p. 111-256 ; I. Miskolczy, A magyar Anjouk trónigénye Nápolyra [La prétention des Angevins de Hongrie au trône de Naples], in Történeti Szemle, 13, 1928, p. 18-78 ; G. M. Monti, Nagy Lajos magyar király törvényhozási intézkedései a nápolyi királyságban [Les dispositions législatives de Louis le Grand dans le royaume de Naples], in Történeti Szemle, 14, 1929, p. 96-123 ; É. G. Léonard, Histoire de Jeanne Ire, reine de Naples, comtesse de Provence, 1-2, Monaco-Paris, 1932 ; I. Miskolczy, Nagy Lajos nápolyi hadjáratai [Les campagnes italiennes de Louis le Grand], in Hadtörténelmi Közlemények, 34, 1933, p. 46-70, 123-146 ; 35, 1934, p. 41-57 ; Id., Magyar-olasz összeköttetések az Anjouk korában. Magyar-nápolyi kapcsolatok [Relations hungaro-italiennes à l’époque des Anjou. Relations entre la Hongrie et le Royaume de Naples], Budapest, 1937 ; Gy. Kristó, Az Anjou-kor háborúi [Les guerres de l’époque angevine], Budapest, 1988, p. 91-125 et E.  Csukovits, Lackfi István Apuliában [Étienne Lackfi en Pouilles], in V. Dáné, M. Lupescuné Makó, G. Sipos (dir.), Testimonio litterarum. Tanulmányok Jakó Zsigmond tiszteletére, Kolozsvár, 2016, p. 61-68 ; Ead., Az Anjouk Magyarországon, 2, I. (Nagy) Lajos és Mária uralma (1342-1395) [Les Angevins en Hongrie, 2, Les règnes de Louis Ier (dit le Grand) et de Marie (1301-1342)], (Momumenta Hungariae Historica. Dissertationes), Budapest, 2019, p. 27-48. Une étude approfondie des relations diplomatiques entre la Hongrie angevine et le Saint-Siège apostolique a été offerte par V. Fraknói, Magyarország egyházi és politikai összeköttetései a római Szent-Székkel [Les relations ecclésiastiques et politiques entre la Hongrie et le Saint-Siège de Rome], 1, 1000-1417, Budapest, 1901, p. 97-289, surtout p. 171-237. Sur ce dernier sujet, voir aussi Gy. Rácz, Az Anjou-ház és a Szentszék (1301-1387) [La maison d’Anjou et le Saint-Siège, 1301-1387], in I. Zombori (dir.), Magyarország és a Szentszék kapcsolatának ezer éve, Budapest, 1996, p. 55-81, et Á. Maléth, Diplomatische Beziehungen zwischen Karl I. von Ungarn und dem Papsttum unter Johannes XXII. (1316-1334), in Ungarn Jahrbuch, 32, 2016 (2014-2015), p. 25-38.

3 Sur les narrationes historiques servant d’introduction aux parties dispositives des diplômes, voir E. Mályusz, La chancellerie royale et la rédaction des chroniques dans la Hongrie médiévale, in Le Moyen Âge, 75, 1969, p. 51-86, 219-254 ; H. Fichtenau, Forschungen über Urkundenformeln. Ein Bericht, in MIÖG, 94, 1986, p. 285-339, p. 313-314 ; L. Veszprémy, Chronicles in charters. Historical narratives (narrationes) in charters as substitutes for chronicles in Hungary, in E. Kooper (dir.), The Medieval Chronicle, 3, Proceedings of the 3rd International Conference of the Medieval Chronicle. Doorn/Utrecht 12-17 July 2002, Amsterdam-New York, 2004, p. 184-199, et E. Csukovits, « Le serpent tortueux » et « les satellites du Satan » : L’image de l’ennemi dans les narrations des chartes de donation des rois Anjou en Hongrie, in Z. Kordé et I. Petrovics (éd.), La diplomatie des États angevins aux XIIIe et XIVe siècles. Actes du colloque de Szeged-Visegrád-Budapest, 2007, Roma-Szeged, 2010, p. 339-348.

4 Dans la présente étude, nous traitons les relations diplomatiques de la brève période entre la mort de Robert (dit le Sage), roi de Naples (1309-1343) et la paix mettant fin aux guerres italiennes de Louis le Grand (1352) : pendant cette décennie, « les affaires de Naples » constituaient la préoccupation principale de la « politique extérieure » hongroise. Nous nous bornons à citer ici les événements les plus importants de l’histoire des prétentions des Angevins de Hongrie au trône de Naples : En 1330, des négociations de mariage commencèrent entre les cours de Naples et de Hongrie et suite aux échanges diplomatiques, André, le fils cadet de Charles Ier (1301/1308-1342) arriva en Pouilles en tant que fiancé de Jeanne, petite-fille aînée de Robert le Sage (1333). En dépit du traité de mariage, Robert indiqua dans son testament Jeanne comme sa seule héritière au trône en n’accordant à André que la principauté de Salerne. À la mort du souverain (1343), des émissaires de Louis Ier – frère aîné du jeune époux de Jeanne – arrivèrent à Avignon pour défendre les intérêts d’André et pour donner de la vigueur au traité de marige. Le parti hongrois remporta un premier succès lorsque Clément VI ordonna le couronnement d’André mais la cérémonie n’eut jamais lieu : le 18 septembre 1345, le prince fut assassiné à Aversa. Après l’attentat et la mort tragique de son frère, Louis présenta au pontife sa prétention au trône de Naples et exigea vengeance contre Jeanne Ire (1343-1382), accusée de l’assassinat de son mari. Il s’empara du royaume de Naples (1347) mais dut retourner dans son pays, accablé par l’épidémie (1348). Malgré les tentatives de paix par Clément VI, l’armée du roi de Hongrie arriva une deuxième fois en Italie de Sud (1350), mais la prise du pouvoir ne s’avèra pas durable. Pour les détails, voir I. Miskolczy, A magyar Anjouk trónigénye Nápolyra, p. 18-78.

5 Á. Bossányi (éd.), Regesta supplicationum. A pápai kézikönyvek magyar vonatkozású okmányai. Avignoni korszak [Regesta supplicationum. Les documents relatifs aux affaires de Hongrie des registres pontificaux. L’époque des pontifes avignonnais], 1-2, Budapest, 1916-1918, 1.

6 Grégoire, prévôt de Csázma (diocèse de Zagreb, aujourd’hui Čazma, Croatie) se trouvait à Avignon quelques mois après la mort de Robert le Sage : Clément VI accorda à l’ambassadeur du roi de Hongrie – à la demande de Louis Ier – un canonicat devenu vacant à Gran (Esztergom). Pour la supplique (07/05/1343), voir Á. Bossányi (éd.), Regesta supplicationum, 1/2, p. 13 ; AOkl., 27, no 266. Sur son rôle diplomatique, voir V. Fraknói, Magyarország egyházi, 1, p. 173.

7 Voir Kropf, Az aversai gyilkosság [Le meurtre d’Aversa], in Erdélyi Múzeum, 13, 1896, p. 97-111, 163-177, 211-228, 258-273 et I. Miskolczy, András herceg tragédiája és a nápolyi udvar [La tragédie du prince d’André et la cour de Naples], in Századok, 62, 1928, p. 766-800 et 869-887.

8 A. Theiner, Vetera monumenta historica Hungariam sacram illlustrantia, 1-2, Romae, 1859-1860, 1, p. 708-710 ; regeste dans E. Déprez, G. Mollat (éd.), Clément VI (1342-1352). Lettres closes, patentes et curiales se rapportant à la France, 1-4, Paris, 1901-1960, no 2363 = AOkl., 30, no 181. Pour l’identification des membres de la députation, voir A. Pór, I. Lajos király követsége a szent-székhez Avignonba 1346 elején [La députation de Louis Ier auprès du Saint-Siège au début de l’an 1346], dans Századok, 26, 1892, p. 139-144.

9 Le scholasticus du chapitre cathédral de Liège – qui cultivait d’ailleurs des relations avec la cour pontificale d’Avignon où il avait été envoyé plusieurs fois – entreprit de rédiger l’histoire de son diocèse : sa geste, couvrant la période entre 1247-1348, constitue une source primordiale pour l’histoire de la région wallone dans la première moitié du XIVe siècle. Déçu par les luttes renouvelées entre le chapitre et le prince-évêque, l’auteur se tourna, à la fin de sa vie, vers les événements d’Italie : la dernière partie de son précieux travail renferme un vif témoignage concernant les actes du tribun Cola di Rienzi. Hocsem – qui doit ses informations à une correspondance élargie – esquissa également les aventures de la première expédition militaire du souverain hongrois en Pouilles : l’œuvre du chroniqueur liégeois se termine notamment sur le retour de Louis, dû à la Grande Peste, en Hongrie (1348). Sur le chroniqueur liégeois et son œuvre, voir G. Kurth, Introduction, in Id. (éd.), La chronique de Jean de Hocsem, Bruxelles, 1927 (Commission royale d’histoire. Recueil de textes pour servir à l’étude de l’histoire de la Belgique), p. IX-LXXV ; NaSo, J210 et R. Lützelschwab, John of Hocsem, dans G. Dunphy et al. (dir.), EMCh, 2, Leiden, 2010, p. 933. Pour les informations de la chronique relatives à la campagne de Louis, voir G. Kurth (éd.), La chronique de Jean de Hocsem, p. 395-398, 400.

10 G. Kurth (éd.), La chronique de Jean de Hocsem, p. 382-383, 384-385. Au sujet du rôle joué par Nicolas Kont en Italie avant l’arrivée de Louis, voir I. Miskolczy, Nagy Lajos nápolyi, p. 49-52. Sur les relations des ambassadeurs hongrois et le tribun, consulter I. Miskolczy, A magyar Anjouk, 1933, p. 54.

11 1356-1367, voir P. Engel, Magyarország világi archontológiája, 1301-1437 [Archontologie laïque de la Hongrie, 1301-1437], 1-2, Budapest, 1996 (História könyvtár. Kronológiák, adattárak, 5), 1, p. 3.

12  26/11/1349 : DL 4091 ; publié in AO, V, p. 339-340 ; regeste in AOkl., 33, no 878.

13 Sur sa carrière et sa Gesta Ludovici regis, voir S. Steinherz, Die Beziehungen Ludwigs I. von Ungarn zu Karl IV, in MIÖG, 8, 1887, p. 253-256 ; L. B. Kumorovitz, Tótsolymosi Apród János mester küküllői fősperes kancelláriai működése [L’activité déployée à la chancellerie par Jean Tótsolymosi Apród, archidiacre de Küküllő], in Levéltári Közlemények, 51-52 (1980-1981), p. 5-29 ; Gy. Kristó, Utószó [Épilogue], dans J. Küküllei, Lajos király krónikája – Névtelen szerző, Geszta Lajos királyról, trad. Gy. Kristó, Budapest, 2000 (Millenniumi magyar történelem. Források), p. 90-103 et L. Spychała, Küküllei, János, in EMCh, 2, p. 983.

14 Johannes de Thurócz, Chronica Hungarorum, 1, Textus, éd. E. Galántai et J. Kristó, Budapest, 1985 (Bibliotheca scriptorum medii recentisque aevorum. Series Nova, 7), p. 163.

15 Chronique rédigée au XIVe siècle sous la plume d’un auteur anonyme. Le récit se concentre sur l’histoire de Ferrare et celle de la maison d’Este durant la période 1095-1393. Voir B. G. Kohl, Chronicon Estense, in EMCh, I, p. 335-336.

16 Chronicon Estense, gesta marchionum Estensium complectens, in L. A. Muratori (éd.), Rerum Italicarum scriptores, 15, Mediolani, 1729, p. 295-550, p. 434. Voir aussi I. Miskolczy, Nagy Lajos nápolyi, p. 50.

17 Pour le contexte politique, consulter H. Thomas, Clemens VI. und Ludwig von Bayern, in H. Nehlsen, H.-G. Hermann (dir.), Kaiser Ludwig von Bayern. Konflikte, Weichenstellungen und Wahrnehmung seiner Herrschaft, Paderborn-München-Wien-Zürich, 2002 (Quellen und Forschungen aus dem Gebiet der Geschichte. Neue Folge, 22), p. 119-138.

18 18/03/1346 : CDH, IX/1, p. 368 ; regeste in AOkl., 30, no 196.

19 S. Homonnai, Egy bencés főpapi karrier : Szigfrid apát életútja (1300-as évek eleje-1365) [La carrière d’un prélat bénédictin : le parcours de l’abbé Siegfried (début des années 1300-1365), in AUSz. AH, 115, 2001, p. 55-65, p. 60-62 et K. Keglevich, A garamszentbenedeki apátság története az Árpád- és az Anjou-korban (1075-1403) [L’histoire de l’abbaye bénédictine de Garamszentbenedek à l’époque des dynasties árpádienne et angevine], Szeged, 2012 (Capitulum, 8), p. 56-57. Siegfried retourne en Hongrie en compagnie du délégué d’Édouard III, le dominicain Walter de Mora. Pour les détails de ce dernier voyage, voir F. Trautz, Die Reise eines englischen Gesandten nach Ungarn im Jahre 1346, in MIÖG, 60, 1952, p. 359-368, et S. Homonnai, « …eundo in nuncium regis versus regem Hungariae… ». Egy diplomáciai utazás és költségei 1346-ban [« …eundo in nuncium regis versus regem Hungariae… ». Un voyage diplomatique et ses frais en 1346], in Aetas, 14, 1999, p. 34-56. Attila Bárány présente les échanges diplomatiques entre Louis le Grand et Édouard III dans le contexte de la guerre de Cent Ans : le roi d’Angleterre décida de lancer une campagne – aboutissant à sa célèbre victoire de Crécy – contre les Français après avoir connu, par l’intermédiaire de Walter de Mora, les intentions du roi de Hongrie, prêt à s’emparer de royaume de Naples par la force militaire : Édouard aurait dû attendre, d’un éventuel succès hongrois, un affaiblissement du système d’alliance des Valois. A. Bárány, Magyar-angol kapcsolatok az Anjouk korában [Relations hungaro-anglaises à l’époque angevine], in Id., J. Laszlovszky et Zs. Papp, Angol-magyar kapcsolatok a középkorban, 1, Gödöllő-Máriabesnyő, 2008, p. 304-309. Nous connaissons aussi le nom d’un certain Petrus de Bouer, dépêché par Louis dans la cour de roi d’Angleterre en 1349 : sa mission – dont aucun détail ne nous est parvenu – avait probablement une relation avec les guerres italiennes de Louis. A. Bárány, Magyar-angol kapcsolatok, p. 316.

20 I. Miskolczy, A magyar Anjouk, p. 50, 53 et I. Miskolczy, Nagy Lajos nápolyi, p. 47-48.

21 Sur leurs hauts faits, voir aussi le témoignage du privilège accordé par le roi à Nicolas Vásári (27/03/1355), cité par V. Fraknói, Genealógiai kérdések. Pór Antalnak ajánlva [Questions généalogiques recommandées à l’attention de M. Antal Pór], in Turul, 1899, p. 137.

22 . CID, 2, p. 1101-1110.

23 Gy. Rácz, Az Anjou-ház és a Szentszék, p. 76.

24 Les délégations que nous examinons sont mentionnées par V. Fraknói, Magyarország egyházi, 1, p. 171-237 et I. Miskolczy, A magyar Anjouk.

25 Johannes de Thurócz, Chronica Hungarorum, 1, p. 162. L’historiographe Jean Küküllei – l’auteur présentant l’escorte – aurait sans doute accompagné la mère de Louis Ier en Pouilles, voir Gy. Kristó, Utószó [Épilogue], in Küküllei János, Lajos király krónikája – Névtelen szerző, Geszta Lajos királyról, trad. Gy. Kristó, Budapest, 2000 (Millenniumi magyar történelem. Források), p. 91.

26 A. Gárdonyi, A királyi titkos kanczellária eredete és kialakulása Magyarországon [L’origine et la formation de la chancellerie secrète en Hongrie], in Századok, 48, 1914, p. 94-98 et Gy. Bónis, A jogtudó értelmiség a Mohács előtti Magyarországon [Les gens de loi en Hongrie avant Mohács (1526)], Budapest, 1971, p. 32-36, 42, 43-45. Voir aussi G. Kiss, La culture juridique des clercs dans le royaume de Hongrie sous les rois angevins au XIVe siècle, in Belvedere Meridionale, 27, 2015, p. 22-35, p. 25-26.

27 Gy. Bónis, A jogtudó értelmiség, p. 32. Sur l’institution et son activité en tant que lieu d’authenticité (locus credibilis), voir L. B. Kumorovitz, Tótsolymosi Apród János.

28 Les chapelains sont des canonistes, seul Jean (Jacques) Bredenscheid – le « légiste du roi » – est iuris civilis professor. Sur sa carrière, voir Gy. Bónis, A jogtudó értelmiség, p. 36 ; N. C. Tóth, A székes- és társaskáptalanok prépostjainak archontológiája 1387–1437 [Archontologie des prévôts des chapitres cathédraux et collégiaux de la Hongrie, 1387-1437], Budapest, 2013 (Subsidia ad historiam medii aevi Hungariae inquirendam, 4), p. 39, 76.

29 Les prébendes canonicales leur permettent de financer une formation aux facultés de droit de Padoue et de Bologne. Voir A. Pór, Adatok a bolognai és a pádovai jog-egyetemen a XIV. században tanult magyarokról [Informations concernant les Hongrois faisant leurs études aux facultés de droit de Padoue et de Bologne au 14e siècle], in Századok, 31, 1897, p. 769-795.

30 Gy. Bónis, A jogtudó értelmiség, p. 32-36, 42, 44-45.

31 Il possède des prébendes canonicales dans les églises de Zagreb (Croatie), Pécs, Vác et Titel (Serbie) mais renonce, en 1347, à ses biens ecclésiastiques et rejoint l’ordre de Saint-Paul, premier Ermite. Voir A. Pór, I. Lajos király követsége a szent-székhez Avignonba 1346 elején [La députation de Louis Ier auprès du Saint-Siège au début de l’an 1346], in Századok, 26, 1892, p. 140 ; P. Winkler, A kalocsai és bácsi érseki főkáptalan története alapításától 1935-ig [L’histoire du chapitre de Kalocsa et de Bács depuis sa fondation jusqu’en 1935], Kalocsa, 1935, p. 43-44.

32 17/02/1344 : A. Theiner, Vetera monumenta historica, 1, p. 664 ; regeste in AOkl., 28, no 159 et 23/02/1344 : A. Theiner, Vetera monumenta historica, 1, p. 664-665 ; regeste dans E. Déprez et G. Mollat (éd.), Clément VI (1342-1352). Lettres closes, patentes et curiales intéressant les pays autres que la France, Paris, 1960, no 407-408 = AOkl., 28, no 174. Voir V. Fraknói, Magyarország egyházi, 1, p. 173 ; I. Miskolczy, A magyar Anjouk, p. 42.

33 Par la mission avignonnaise, il aurait dû décevoir le roi : dans la charge du comes capellae, il fut vite remplacé par Nicolas Neszmélyi. Voir A. Pór, Neszmélyi Miklós, Nagy Lajos király tanítója [Nicolas Neszmélyi, précepteur de Louis le Grand], in Katholikus Szemle, 21, 1907, p. 473 ; A. Gárdonyi, A királyi titkos kanczellária, p. 191 ; P. Engel, Magyarország világi archontológiája, 1301-1437 [Archontologie laïque de la Hongrie, 1301-1437], 1-2, Budapest, 1996 (História könyvtár. Kronológiák, adattárak, 5), 1, p. 72, 91, 378 ; 2, p. 255.

34 02/03/1345 : A. Theiner, Vetera monumenta historica, 1, p. 681-682 ; regeste in AOkl., 29, no 34. Prélat de Csanád entre 1345-1350, voir P. Engel, Magyarország világi archontológiája, 1, p. 67 ; 2, p. 124.

35 08/01/1345 : E. Déprez et G. Mollat (éd.), Clément VI (1342-1352). Lettres closes, patentes et curiales se rapportant à la France, 1-4, Paris, 1901-1960, no 1389-1390 = AOkl., 29, no 17-19 et E. Déprez et G. Mollat (éd.), Clément VI (1342-1352). Lettres closes, patentes et curiales intéressant = AOkl., 29, no 20 ; 13/01/1345 : E. Déprez et G. Mollat (éd.), Clément VI (1342-1352). Lettres closes, patentes et curiales intéressant, no 622 = AOkl., 29, no 34 ; 15/03/1345 : E. Déprez et G. Mollat (éd.), Clément VI (1342-1352). Lettres closes, patentes et curiales se rapportant, no 1562 = AOkl., 29, no 179. Sur cette mission, voir V. Fraknói, Magyarország egyházi, 1, p. 182-184 ; I. Miskolczy, A magyar Anjouk, p. 44-46.

36 P. Engel, Magyarország világi archontológiája, 1, p. 91 ; 2, p. 80-81. Sur sa carrière, voir M. Wertner, A Garaiak [Les Garai], in Századok, 31, 1897, p. 906 ; F. Kollányi, Esztergomi kanonok, 1100-1900 [Chanoines de Gran, 1100-1900], Esztergom, 1900, p. 50 ; J. Karácsonyi, A magyar nemzetségek a XIV. század közepéig [Les clans hongrois jusqu’au milieu du XIVe siècle], 1-3, Budapest, 1900-1901, 1, p. 417-418 ; A. Gárdonyi, A királyi titkos kanczellária, p. 191-192 ; Gy. Bónis, A jogtudó értelmiség, p. 33 et T. Árvai, Birth of the palatine branch of the Garai family. The early history of the Dorozsma genus (1269-1375), in Specimina nova. Pars prima, Sectio mediaevalis, 7, 2013, p. 107-109.

37 A. Theiner, Vetera monumenta historica, I, p. 805-806 et 1352 : ADE, 2, p. 411-413. Voir aussi V. Fraknói, Magyarország egyházi, 1, p. 235 et I. Miskolczy, A magyar Anjouk, p. 62.

38 Sur le parcours de Paul Garai (de genere Dorozsma), voir M. Wertner, A Garaiak, p. 904-905 ; J. Karácsonyi, A magyar nemzetségek, 1, p. 416-417 ; P. Engel, Magyarország világi archontológiája, 1, p. 25, 54, 56, 114, 188, 199, 221 ; 2, p. 81 et T. Árvai, Birth of the palatine branch, p. 106-107.

39 Archevêque de Gran entre 1330-1349. Sur sa carrière, voir Gy. Bónis, A jogtudó értelmiség, p. 32 ; I. Petrovics, Megjegyzések Telegdi Csanád egri püspökké szentelése kapcsán [Remarques relatives à l’intronisation de Csanád Telegdi à l’épiscopat d’Eger], in AUSz. AH, 92, 1991, p. 43-50 ; E. Csukovits, Telegdi Csanád [Csanád Telegdi], in KMTL, p. 665 ; P. Engel, Magyarország világi archontológiája, 1, p. 63, 68, 91 ; 2, p. 241 et L. Szende, Telegdi Csanád [Csanád Telegdi], in Eszt. érs., p. 161-171.

40 1339-1347. Voir F. Kollányi, Esztergomi kanonok, p. 44-46.

41 27/03/1355 : V. Fraknói, Genealógiai kérdések, p. 137.

42 Sur son parcours, voir J. Karácsonyi, Vásári Miklós esztergomi érsek származása [L’origine de Miklós Vásári, évêque de Gran], in Turul, 12, 1894, p. 43-44 ; V. Fraknói, Genealógiai kérdések ; A. Pór, A négy Miklós ; Gy. Bónis, A jogtudó értelmiség, p. 34 ; E. Csukovits, Vásári Miklós [Nicolas Vásári], in KMTL, p. 721 ; P. Engel, Magyarország világi archontológiája, 1, p. 63, 65, 72, 79, 126 ; 2, p. 255 et A. Hegedűs, Vásári IV. Miklós [Nicolas IV Vásári], in Eszt. érs., p. 171-175.

43 Ou Bongiovanni di Campello.

44 A. Theiner, Vetera monumenta historica, I, p. 757 et V. Fraknói, Magyarország egyházi, 1, p. 222.

45 Sur sa carrière, voir C. Eubel et al., Hierarchia catholica medii aevii, 1-7, Regensburg-Münster-Padova, 1898-1968, 1, p. 111, 142, 249, 393, 518 ; Á. Bossányi (éd.), Regesta supplicationum, 1/1, p. 193, 229, 284, 307, 323, 329 ; 2/1, p. 254 ; Gy. Bónis, A jogtudó értelmiség, p. 33-34.

46 Gy. Bónis, A jogtudó értelmiség, p. 35.

47 Gy. Bónis, A jogtudó értelmiség, p. 34.

48 Dit aussi « Apáti », archevêque entre 1358-1366. Voir A. Pór, Keszei Miklós [Nicolas Keszei], Budapest, 1904 (Magyar Történeti Életrajzok, 20) ; A. Hegedűs, V. Miklós [Nicolas V], in Eszt. érs., p. 175-190 et P. Engel, Magyarország világi archontológiája, 1, p. 64.

49 Ou Nicolas Gilétfi, comes palatinus entre 1342-1356. P. Engel, Magyarország világi archontológiája, 1, p. 3.

50 1356-1367. P. Engel, Magyarország világi archontológiája, 1, p. 3.

51 Le « gouvernement des quatre Nicolas » est présenté par A. Pór, A négy Miklós, p. 601.

52 En 1350, voir P. Engel, Magyarország világi archontológiája, 1, p. 63.

53 Pór 1902, p. 726-727. Sur les événements de la guerre, voir aussi Gy. Kristó, Az Anjou-kor háborúi [Les guerres de l’époque angevine], Budapest, 1988, p. 137-144.

54 Pour une biographie détaillée, voir A. Pór, Jegerndorfi Pál nyitrai főesperes, 1350 [Paul von Jegerndorf, archidiacre de Nyitra], in Századok, 39, 1905, p. 693-711, 789-810.

55 Pál Engel – spécialiste de la noblesse hongroise de l’époque angevine – décrit l’aristocratie laïque de Charles Ier et de Louis le Grand comme une aristocratie d’officiers. Voir P. Engel, Nagy Lajos bárói [Les barons de Louis le Grand], in Történelmi Szemle, 28, 1985, p. 393-413 ; P. Engel, A honor (A magyarországi feudális birtokformák kérdéséhez) [L’honor (Position sur la question des formes des propriétés féodales en Hongrie)], in Id., Honor, vár, ispánság. Válogatott tanulmányok, dir. par E. Csukovits, Budapest, 2003 (Millenniumi magyar történelem. Historikusok), p. 73-100 et Honor, vár, ispánság. Tanulmányok az Anjou-királyság kormányzati rendszeréről [Honor, château, comitat. Études sur le gouvernement du royaume des Anjou], in Id., Honor, vár, ispánság, p. 101-161. Consulter aussi E. Csukovits, Le gouvernement du royaume de Hongrie : personnel et institutions, in R. Rao (dir.), Les grands officiers dans les territoires angevins. I grandi ufficiali nei territori angioini, Roma, 2016 (Collection de l’École française de Rome, 518) [Ressource électronique], mis en ligne le 5 avril 2016, consulté le 6 avril 2017. URL : http://books.openedition.org/efr/3042.

56 Iudex curiae regis entre 1328-1349. Voir A. Pór, A Nagy-Martoniak. Szopori Nagy Imrének ajánlva [Les Nagy-Martoni. Recommandé à l’attention de M. Imre Szopori Nagy], in Turul, 7, 1889, p. 63-65 ; I. Bertényi, Az országbírói intézmény története a XIV. században [Histoire de l’institution de juge de la cour au XIVe siècle], Budapest, 1976, p. 73-105 ; I. Bertényi, Nagymartoni Pál [Paul Nagymartoni], in KMTL, p. 476-477 et P. Engel, Magyarország világi archontológiája, 1, p. 7.

57 09/10/1345 : A. Theiner, Vetera monumenta historica, 1, p. 688-689 ; regeste dans E. Déprez et G. Mollat (éd.), Clément VI (1342-1352). Lettres closes, patentes et curiales se rapportant, no 2031-2032 ; E. Déprez et G. Mollat (éd.), Clément VI (1342-1352). Lettres closes, patentes et curiales intéressant, no 784-785 = AOkl, 29, no 667-669. Voir aussi V. Fraknói, Magyarország egyházi, 1, p. 184.

58 De genere Csór. Voir P. Engel, Magyarország világi archontológiája, 2, p. 87.

59 1328-1355. Voir P. Engel, Magyarország világi archontológiája, 1, p. 296.

60 Il lutte auprès de Charles Ier en Valachie (1330), accompagne le jeune prince André à Naples (1333) et représente la reine-mère Élisabeth à Avignon (1343). Sur son parcours, voir A. Pór, Csór Tamás, királyi főajtónálló, liptói és kőrösi főispán, csókakői, gesztesi és ó-budai várnagy (1330-1360) [Thomas Csór, magister ianitorum de l’hôtel du roi, comes de Liptó et de Kőrös, châtelain de Gesztes et d’Óbuda], in Az Erdélyi Múzeum-Egylet Bölcselet-, Nyelv- és Történettudományi Szakosztályának Kiadványai, 7, 1890, p. 24-47 ; J. Karácsonyi, A magyar nemzetségek, 1, p. 386-390.

61 Voïvode du prince Étienne d’Anjou ente 1350-1351. Voir P. Engel, Magyarország világi archontológiája, 1, p. 12.

62 Magister ianitorum regalium entre 1353-1358. Voir P. Engel, Magyarország világi archontológiája, 1, p. 48.

63 Ou Wolfart. Sur la famille issue de la région de Vorarlberg, voir M. Wertner, Családtörténeti adalékok [Contributions généalogiques], dans Turul, 15, 1897, p. 135-136.

64 Comes de Moson, Sopron et Vas (1350-1352). Voir P. Engel, Magyarország világi archontológiája, 1, p. 155, 179, 226 ; 2, p. 261. Au sujet de ses hauts faits militaires lors des campagnes italiennes et sa mission diplomatique, voir Fraknói 1901, 1, p. 235 ; Gy. Kristó, Az Anjou-kor háborúi, p. 115, 124-125.

65 Propriété foncière appartenant à la reine (comitat de Somogy). P. Engel, Magyarország világi archontológiája, 1, p. 174.

66 15/03/1345 : E. Déprez et G. Mollat (éd.), Clément VI (1342-1352). Lettres closes, patentes et curiales se rapportant, no 1563 = AOkl., 29, no 180-181. Thomas, comes de Segasd et Paul, aulae iuvenis voyagent en compagnie de Grégoire Kaproncai et Paul Nagymartoni. Voir aussi V. Fraknói, Magyarország egyházi, 1, p. 172.

67 A. Pór, I. Lajos király követsége a szent-székhez Avignonba 1346 elején [La députation de Louis Ier auprès du Saint-Siège au début de l’an 1346], in Századok, 26, 1892, p. 141-144. Sur son rôle diplomatique joué en 1346, voir aussi V. Fraknói, Magyarország egyházi, 1, p. 189.

68 Duc de Strelitz. Voir A. Pór, I. Lajos király követsége, p. 144 

69 Marie Piast. Dans la recherche, il est sujet à débat si la duchesse silésienne était la première consorte de Charles Ier, ou le roi avait épousé, avant de s’unir avec la fille de Casimir de Bytom, une autre princesse d’origine volhynienne portant le même prénom Marie. Voir Gy. Kristó, Károly Róbert családja [La famille de Charles Robert], dans Aetas, 20, 2005, p. 15-21. Cf. E. Csukovits, Az Anjouk Magyarországon. I. I. Károly uralkodása (1301–1342) [Les Angevins en Hongrie, 1, Le règne de Charles Ier (1301-1342)], Budapest, 2012 (Momumenta Hungariae Historica. Dissertationes), p. 110-111.

70 I. Miskolczy, A magyar Anjouk trónigénye Nápolyra, p. 48 ; A. Bárány, Magyar–angol kapcsolatok, p. 314, 328.

71 Voir G. Kiss, La culture juridique. Ceux qui ne pouvaient pas se permettre de fréquenter des universités à l’étranger faisaient leurs études dans des écoles capitulaires ou monastiques.

72 15/03/1345 : Á. Bossányi (éd.), Regesta supplicationum, 1/2, p. 92. et AOkl., 29, no 173. Sur la culture chevaleresque des nobles, voir Á. Kurcz, Lovagi kultúra Magyarországon a 13-14. században [Culture chevaleresque en Hongrie aux 13e-14e siècles], Budapest, 1988, p. 221-256.

73 Sclavus ou « Tót ». Voir P. Engel, Magyarország világi archontológiája, 2, p. 201.

74 Celle du magister tavernicorum regalium. P. Engel, Magyarország világi archontológiája, 1, p. 37.

75 Voïvode de Transylvanie entre 1351 et 1356, palatin entre 1356 et sa mort, arrivée en 1367. P. Engel, Magyarország világi archontológiája, 1, p. 3, 12 ; 2, p. 201.

76 Sur sa carrière, voir A. Pór, A négy Miklós, p. 601-614, 716-728 ; P. Engel, Kont Miklós [Nicolas Kont], in KMTL, p. 368.

77 Le Chronicon Dubnicense (Chronique de Dubnic) est le seul à avoir maintenu le texte d’une geste couvrant la période entre les années 1345 et 1355. L’analyse permet de distinguer deux auteurs : tandis que le premier chroniqueur appartenait selon toute vraisemblance à l’entourage italien du prince André, l’autre s’appuyant sur les notes de son prédécesseur était probablement un chroniqueur franciscain. Voir S. Domanovszky, A Dubnici Krónika [La Chronique de Dubnic], in Századok, 33, 1899, p. 226-256, 342-345, 411-451 ; Gy. Kristó, Utószó, p. 104-114 ; Gy. Kristó, Magyar historiográfia, 1, Történetírás a középkori Magyarországon [Historiographie hongroise, 1, Historiographie dans la Hongrie médiévale], Budapest, 2002 (A történettudomány kézikönyve), p. 89-93.

78 […] qui ipse, Nicolaus Khont tantum habebat industriam, et sapienciam sibi diuinitus inspiratus, quod ubicunque veniebat rex Hungarie, qui ipsum super omnes Hungaros extulerat, semper pacem ordinabat […] Chronicon Dubnicense, in M. Florianus (éd.), Historiae Hungaricae fontes domestici, 1, Scriptores, 3, Quinque-Ecclesiis, 1884, p. 161-162.

79 Voir ci-dessus, note 14.

80 Inteream nuncii domini regis Lodowici et domine matris sue apud dominum papam Clementem VI. Andree regis iura ecclesiastica ac leges civiles in consistorio proponentes ac coram aliis iudicibus delegatis per omnia in iura probantes, quod regnum Sicilie iure successionis regalis ad dominum regem penitus pertinebat, laborantes tamen nihil de negociis profecerunt […]. Johannes de Thurócz, Chronica Hungarorum, 1, p. 164.

81 Et factus est luctus et planctus magnum in Hungaria. […] Super quo eventu mortis fratris sui idem rex Lodowicus ultra modum dicendi vehemendi dolore cordis sauciatus condolens et anxius cepit cogitare et tractare de vindicta, ne tam execrabile scelus impunitum pertransiret […]. Johannes de Thurócz, Chronica Hungarorum, 1, p. 168.

82 Voir ci-dessus, note 77.

83 Rex autem Ludouicus domino deo ipsum protegente et dirigente, regnum Sicilie, quo pater suus rex Karolus iniuste priuatus fuerat, recuperauerat. Chronicon Dubnicense, p. 153.

84 Cum autem mors regis Andree inflicta per illos quos maxime infligi non debuerat, utpote per suam coniugem ac suos consangineos ac propinquos, necnon per suos secretarios et sodales, ideo mundi magnatibus, regibus et principibus et minoribus nobilibus et popularibus propter crudelis et feralis interficiendi modum horrorem et timorem (incussit). Omnes igitur unanimiter dei omnipotentis iusticiam flagitabant, et ad eius maiestatem suspirabant, ut huius tanti sceleris autores pena condigna vindicaret, et secundum quod merebantur quali eos flagello corriperet, et talione percelleret, luce clarius demonstraret. Ab illo autem tempore quo rex Andreas decessit, dominum regem Ludouicum quasi de tota Italia rectores ciuitatum, nobiles terrarum, et singulariter de Italia et prouincia barones et comites et reliquum volgus populi, ut ad ipsos transiret, de Hungaria assumtuosius inuitabant, et per nuncios et affines consanguineos et cognatos, ut regimen regni Sicilie, quod ipsum regem Ludouicum de uire contingebat assumeret, eius animum indesinenter ac iugitur commouebant, et hoc libenter et fideliter faciebant. Chronicon Dubnicense, p. 146.

85 Voir ci-dessus, note 4.

86 […] quia cum miserabilem quondam excellentissimi principis domini Andree Jerusalem et Sycilie regis fratris nostri karissimi necem fere omnibus christiane fidei cultoribus patenter notam et eiusdem fratris nostri mortem nostrum cor indicibili amaritudine amplectentem, dei adiutorio mediante vindicare debuissemus […]. AO, V, p. 339. Voir encore ci-dessus, note 12.

87 Jean Ier de Luxembourg, dit l'Aveugle (1310-1346).

88 Charles IV de Luxembourg, marquis de Moravie (1333-1346), roi de Bohême (1347-1378), empereur romain-germanique (1355-1378).

89 Voir aussi V. Fraknói, Magyarország egyházi, 1, p. 172.

90 1343 : […] qualiter his diebus transactis magnificus et egregius princeps Robertus, Jerusalem et Siciliae rex, priuignus noster karissimus, diuina disponente potentia, diem clausit extremum, qui mortuus huic mundo, cum Christo viuit in gloria in eternum, quique dum adhuc in humanis rebus foret constitutus, disposuit sanus mente et corpore, ac ordinauit deliberatione prouida, generosum principem, dominum Andream Calabriae ducem, fratrem germanum nostrum karissimum, successorem in regnum Siciliae predictum, succedereque eum legitime et immediate debere in eodem, coram primatibus et baronibus regni illius, qui omnes et singuli concordi voce et vnanimiter in regem Eum cum solemnitate debita assumserunt […]. CDH, 9/7, p. 33 ; regeste in AOkl., 27, n844.

91 16/01/1343 : […] instituit sibi haeredem universalem Joannem ducissam Calabriae, neptem eius primogenitam […] ; Illustris dominus Andreas, dux Calabrie, vir eius, habeat et habere debeat principatum Salerni cum titulo principatus et fructibus, reditibus, iuribus et pertinentiis omnibus […]. CID, 2, p. 1103, 1105.

92 Le contenu du contrat ne nous est connu que par l’approbation papale (08/11/1333) accordée à Charles Ier et à Robert le Sage par Jean XXII (1316-1334) : Sane quia post diversos tractatus inter te ac eundem regem Sicilie super predictis habitos ad hoc finaliter est deventum, quod inter prefatum Andream secundogenitum tuum, et memoratum Johannam ducis predicti primogenitam sponsalia publice in facie ecclesie sunt contracta ; adiecto inter vos specialiter expresse, quod etate adveniente legitima predictus Andreas reformet seu contrahat matrimonium cum Johanna predicta. Et quod si absit, contingeret eandem Johannam ante perfeccionem matrimonii predicti, eodem Andrea superstite, decedere, ipse Andreas prefatam Mariam dicti ducis secundogenitam recipere debeat in uxorem. Si vero, quod advertat altissimus, contingeret predictum Andream, matrimonio inter ipsum et prelibatam Johannam nondum perfecto, ipsa Johanna superstite, decedere, tunc inter eandem Johannam et alterum de natis tuis nunc extantibus et tunc superstitibus, quem tue legeris, matrimonium contrahatur. Preterea si accideret, quod divina non patiatur clementis, prefatos Andream et Johannam, antequam inter ipsos perficiatur matrimonium, ab hac luce migrare, tunc eo casu contrahatur matrimonium inter alterum de filiis tuis, quem nunc habes et tunc eligendum duxeris venturum ad regnum Sicilie, ac prefatam Mariam secundogenitam dicti ducis. A. Theiner, Vetera monumenta historica, 1, p. 594 ; regeste in AOKl., 17, no 486 (voir aussi no 487). L’accord ne semble pas avoir réglé les questions liées à la succession. Voir encore V. Fraknói, Magyarország egyházi és politikai összeköttetései, 1, p. 155-156 ; I. Miskolczy, A magyar Anjouk trónigénye, p. 37.

93 15/01/1346 : Recordari dignemini, quod, sanctossima Romana ecclesia annuente et papali clemencia dispensante, dominus Carolus, genitor meus, Hungarie et Robertus Jerusalem et Sicilie regnorum reges, ductis in consideracionem utilitatibus, que regno Sicilie provenire possent, inter filios ipsius Caroli regis Hungarie et filias Caroli ducis Calabrie, neptes eiusdem regis Roberti, multo tempore missis pluribus ambaxiatoribus solemnibus (matrimonium), tractaverint ; demum ad hoc fuit deventum, quod idem dominus rex genitor meus, dominum Andream, secundogenitum suum, germanum meum carissimum, in Siciliam transduxerat ; et ibi sponsalia germani mei cum Johanna, primogenita dicti ducis Calabrie, publice, in facie ecclesie, fuerunt contracta, tali condicione : ut si idem Andreas et Johanua morerentur, tunc alter filiorum ipsius regis Hungarie, quem idem rex eligeret, in Siciliam transmittendum, Mariam, germanam ipsius Johanne ducerei in uxorem. V. Fraknói, Nagy Lajos király és Erzsébet királyné kiadatlan levelei VI. Kelemen pápához, 1346-1347 [Lettres inédites du roi Louis le Grand et de la reine Élisabeth adressées au pape Clément VI, 1346-1347], in Történelmi Tár, 6, 1905, p. 2 ; regeste dans AOkl., 30, no 33.

94 Vobis igitur beatissime et clementissime pater, qui verus Christi in coelo presidentis estis, divina favente clemencia, vicarius in terris, supplico humiliter et devocione filiali, quatenus intuitum cordis, mentis et animi vestri clemenciali pietate ad hoc dirigatis et flectatis, ut de hoc crimine lese maiestatis fiat vindicta, secundum sui quantitatem ; et interemptores germani mei ac eius cruore maculati omni jure suo in regno Sicilie et eius pertinenciis sint privati. Et isti interemptores germani mei sunt dicta Johanna viricida, quondam contoralis ipsius germani mei ; et domina Maria, soror eiusdem Johanne ; Robertus princeps Tarenti et germani eiusdem ; Carolus dux Duracii et germani eiusdem ; et alii omnes, qui coronam ipsius regni Sicilie querebant et querunt subrepcione. V. Fraknói, Nagy Lajos király és Erzsébet királyné kiadatlan levelei, p. 3.

95 Cum igitur apostolice beatitudini constat evidenter, quod ego sum primogenitus primogeniti, de domo Sicilie oriundus, ea propter vice iterata clementissime et sublimissime sanctitati vestre supplico devotissime ac humilitate filiali, sicut plus possum, quatenus me amaritatum respirare et cor meum turbatimi clemenciali pietate velitis (sic) per hoc, ut ipsum regnum Sicilie, cum pertinenciis suis, quod in manus sanctitatis vestre devenit, absolute mihi et domino Stephano duci, germano meo, de benignitate et liberalitate apostolica dare nunc et locare dignemini eo modo, prout domini reges predecessores mei ipsum tenuerunt, ut a sanctissima matre Romana ecclesia idem regnum recognoscam et censuni dein et servicia faciam, sicut priores reges, et maiora de eodem. V. Fraknói, Nagy Lajos király és Erzsébet királyné kiadatlan levelei, p. 3.

96 Dignatur eciam vestra papalis clemencia recordari, quod ipsis dominis Carolo et Roberto regibus pie memorie de medio, Domino volente, sublatis, et matrimoniali copula inter eosdem germanum meum et Johannam, de spontanea voluntate eiusdem Johanne, consummata, vos pater sanctissime, ad meas frequentes postulaciones ipsum dominum Andream Sicilie regem, germanum meum, coronare et regali corona insignire spopondistis, et ipsa coronacio in terminos et annos extitit prorogata. Et cum tandem vestra benignitas apostolica coronacionem ipsam fieri annuisset, et littere bullate jam date, ac auctoritatem coronandi habentes deputati fuissent, propter ipsam coronam, illi qui coronam eandem subripere conati sunt et conantur, dictum regem germanum meum, digne memorie, turpissima morte et mundo prius inaudita, interfecerunt ; per quod tota parentela mea, per gyrum et distensionem tocius Christianitatis diffusa, una mecum, opprobrium recepit perhennaliter ignominiosum. De cujus quidem mortis eventu formidabar, et formidans pluries scripsi et proposui vestre beatitudini ipsam mortem eventuram ; et ista turpissima mors germani mei evenit sub spe et speramine vestre sanctitatis. V. Fraknói, Nagy Lajos király és Erzsébet királyné kiadatlan levelei, p. 2-3. Pour un commentaire de la lettre, voir Id., Magyarország egyházi és politikai összeköttetései, 1, p. 189-192. L’accusation contre Clément VI revient dans la lettre d’Élisabeth datée du 27/03/1347 : Et si forsan aliquis instaret, quod illa mulier de nece mariti sui inculpabilis habeatur, dico : quod adhuc me ibi Neapoli existente, fama communis volabat, et eminentissima persona, quam nolo presentibus nominare, nos consciam fecit, et per evidencia signa apparebat, quod procurabatur occulte de morte filii mei ; et sic, post reditum meum de partibus illis, cum maxima cura et dolore, sanctitati vestre notificari curavi illud item, quod procurabatur de morte ejus, et hunc casum verens, et volens educere filium meum de partibus illis, totis viribus procurabam et procuravi, quod posset educi ; vestra autem sanctitas bis nunciavit, quod non erat timendum de ipso, et propter hoc ibi eum reliquimus ad manendum, sub spe et speramine vestre sanctitatis. V. Fraknói, Nagy Lajos király és Erzsébet királyné kiadatlan levelei, p. 9-10 ; regeste dans AOkl., 31, no 262.

97 15/01/1346 : Super quo apostolicam beatitudinem vestram attentissima et humillima devocione filiali peto, deprecor et exoro, quatenus dispensare non velitis, et apostolica sedes dispensare non dignetur super eo, ut ipsa Johanna viricida cum ipso principe Tharenti vel altero de domo Sicilie, aut quoquam de mundo, sponsalia consummare et matrimonialiter copulali possit ; nam si cum ipsa dispensaretis et eam maritari ac legitimari permitteretis, tunc turpissima mors germani mei renovaretur. V. Fraknói, Nagy Lajos király és Erzsébet királyné kiadatlan levelei, p. 4-5, regeste dans AOkl., 30, no 34 ; 18/03/1346 : Cum igitur ipsa ceciderit ab omni jure et honore suo, et vos, paternali pietate moti et nimio dolore ducti, promiseritis mortem tilii mei, quantum in vobis est, ulcisci et vindicare ; quamobrem supplico humiliter et devote, quatenus beatitudo vestra dispensacionem eidem Johanne non dignetur admittere, ut cuiquam regali de domo Sicilie aut alicui alteri matrimonialiter possit copulari. V. Fraknói, Nagy Lajos király és Erzsébet királyné kiadatlan levelei, p. 7 ; regeste dans AOkl., 30, no 192.

98 19/03/1346 : Quo circa clemenciam apostolicam peto, deprecor et exoro humilitate filiali, sicut plus possum, quatenus ipsum puerum filium germani mei ad educandum et tutoris solicitudinis cura custodiendum et servandum, simul cum regno Sicilie et administracione ejusdem regni, domine regine genitrici mee, mihi et Stephano duci germano meo dare dignemini et donare ; nemini enim ita sicut domine regine genitrici mee, mihi et germano meo ipse puer pertinet ad servandum. V. Fraknói, Nagy Lajos király és Erzsébet királyné kiadatlan levelei, p. 8 ; regeste dans AOkl., 30, no 204. La même argumentation est présentée par la reine-mère Élisabeth le 18/03/1346 : Quamobrem clementiam apostolicam deprecor humiliter et devocione filiali, quatenus ipsum puerum, nepotem meum, ad educandum et tucioris sollicitudinis cura custodiendum, cum regimine Sicilie, mihi meisque filiis dare dignemini atque conferre. V. Fraknói, Nagy Lajos király és Erzsébet királyné kiadatlan levelei, p. 6 ; regeste dans AOkl., 30, no 191.

99 27/03/1347 : Item de vindicta facta de quibusdam proditoribus et ipsius domini regis germani mei interfectoribus, non contentor : quoniam non est facta sicut fieri debuit. […] Ecce annus expiravit, et alter annus instat, a quo prestolatus sum a clemencia vestre sanctitatis vindictam fieri, et nondum finis est subsecutus. V. Fraknói, Nagy Lajos király és Erzsébet királyné kiadatlan levelei, p. 11 ; regeste dans AOkl., 31, no 261.

100 I. Miskolczy, A magyar Anjouk trónigénye Nápolyra, p. 21.

101 On peut pourtant s’apercevoir d’une présence de termes légaux – des expressions appartenant au vocabulaire du droit romain – dans la lettre du roi de Hongrie adressée au pape au début de l’année 1346 : il s’agit du document qui présente – encore sous le choc de la mort d’André – l’argumentation la plus détaillée en faveur de la succession des Angevins de Hongrie au trône de Naples (voir ci-dessus, notes 93 et 94). En prononçant le verdict sur Jeanne et sa famille, Louis les trouve coupables de meurtre et de crime de lèse-majesté (crimen laese maiestatis) : en assassinant le jeune prince, la reine et ses proches tentaient de s’assurer le pouvoir par fraude (subrepcione). Malgré l’occurrence des termes juridiques, on ne peut oublier le fait que Louis se permet de désigner la veuve de son frère et sa parenté napolitaine en tant que meurtriers sans qu’aucun procès juridique n’ait constaté leur complicité.

102 Pour une présentation détaillée, voir Á. Kurcz, Lovagi kultúra Magyarországon.

103 Pour le culte de Ladislas Ier (1077-1095) de Hongrie, voir I. Bertényi, Szent László kultuszának Anjou-kori történetéhez [Contribution à l’histoire du culte de Saint Ladislas à l’époque angevine], in Századok, 130, 1996, p. 985-989 ; G. Klaniczay, Az uralkodó szentsége a középkorban. Magyar dinasztikusok szentkultuszok és európai modellek [La sainteté du souverain au Moyen Âge. Le culte de saints dynastiques en Hongrie et ses modèles européens], Budapest, 2000 [en anglais : Holy rulers and blessed princesses. Dynastic cults in medieval Central Europe, Cambridge, 2002], p. 243, 284-285 ; P. Molnár, Idéologies monarchiques en Hongrie (XIIIe-XIVe siècles), in P. Nagy, M. Lionnet et P. Sahin-Tóth (dir.), Identités hongroises, identités européennes du Moyen Âge à nos jours, Rouen, 2006 (Publications des universités de Rouen et du Havre), p. 23-50, p. 41-47.

104 S. Péquignot, Au nom du roi. Pratique diplomatique et pouvoir durant le règne de Jacques II d'Aragon (1291-1327), Madrid, 2009 (Bibliothèque de la Casa de Velázquez, 42) [Ressource électronique], mis en ligne le 7 mars 2010, consulté le 2 avril 2017. URL : http://books.openedition.org/cvz/583. Pour l’histoire de la diplomatie médiévale, voir aussi les travaux d’Isabelle Lazzarini. Par ex. I. Lazzarini, Argument and Emotion in Italian Diplomacy in the early Fifteenth Century: the case of Rinaldo degli Albizzi (Florence, 1399-1430), in A. Gamberini, J.-P. Genet, A. Zorzi, The Languages of Political Society. Western Europe, 14th-17th Centuries, Roma, 2011 (I libri di Viella, 128), p. 339-364 ; Ead., Records, Politics and Diplomacy : Secretaries and Chanceries in Renaissance Italy (1350-c. 1520), in P. M. Dover (dir.), Secretaries and Statecraft in the Early Modern World, Edinburgh, 2016, p. 16-36.

© Publications de l’École française de Rome, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter