Versione classicaVersione mobile

Les officiers et la chose publique dans les territoires angevins (xiiie-xve siècle) : vers une culture politique ?

 | 
Thierry Pécout

Conclusion

Thierry Pécout

Testo integrale

  • 1 Marion Chaigne (Paris IV, ÉA Jeux et enjeux des pouvoirs), L’office de chancelier dans les territo (...)

1Ce colloque s’est attaché au personnel chargé des services centraux tout comme à celui des cours locales. La manifestation suivante (Rome, septembre 2017) apporte une perspective comparatiste en s’ouvrant à bien d’autres principautés, depuis les Plantagenet jusqu’à la Couronne d’Aragon. Pour éclairer les processus à l’œuvre au sein de l’office, chacun a ici recouru tant à la prosopographie qu’aux carrières individuelles, à l’archéologie, à l’histoire et à l’histoire de l’art, à l’histoire des idées et des croyances, aux usages de l’écrit administratif. Le présent volume ne rend compte qu’imparfaitement de cet effort d’interdisciplinarité : plusieurs communications n’ont pu y trouver leur place, leurs auteurs n’ayant pu rendre leur texte à temps pour diverses raisons1.

2Il demeure encore difficile de dénouer l’écheveau complexe des circulations intellectuelles et des modes d’appartenance en vigueur dans ce milieu des officiers. Au moins quelques points auront-ils été posés. L’étude des pratiques de l’écrit, des formulaires, des discours est essentielle à la compréhension de la culture administrative. L’archéologie funéraire, la commande artistique, l’emblème, sont aussi des pistes essentielles à la diffusion des formes et sentiments d’appartenance. Dans les périphéries des domaines angevins, tels les Balkans, l’enquête est rendue difficile par le caractère épisodique de la domination angevine et l’étroitesse des corpus. Les périodes de crise dynastique et politique, comme à la fin du XIVe siècle, constituent un observatoire particulier des processus d’appartenance, des clivages et de leur dépassement. Elles invitent à revisiter les notions de société politique, de partis et de réforme. En définitive, ce colloque aura concouru à sa manière à apporter son écot à la réflexion sur ce que signifie le moment médiéval dans la fabrique de l’État, ou plutôt des fictions institutionnelles qui marquent l’émergence des communautés politiques modernes.

3L’espace considéré y prend une épaisseur historiographique. Certes, le programme EUROPANGE s’attache à un type spécifique de construction politique et institutionnelle évoluant à l’échelle régionale, dépassant toute unité culturelle et linguistique possible, et posant au souverain et à ses agents de nouveaux enjeux au regard de l’administration des hommes et des choses. Chacun a noté depuis longtemps cette évidence, l’espace considéré est hétérogène et n’a pas d’unité formelle. Loin de vouloir y instaurer un lien inexistant, les présentes réflexions se sont employé à noter les circulations qui y opèrent et leurs limites, et les cohésions étroites évoluant à l’échelle de certaines parties de cet ensemble : Piémont et Provence, royaume de Sicile et Balkans ou Morée, par exemple. Ce type d’assemblage politique dissocié dans l’espace, n’est ni réductible au modèle impérial (puisqu’il repose sur une affirmation de la notion de souveraineté) ni à des processus de colonisation (qui imposeraient un centre et une périphérie) ni seulement à des unions personnelles. Pareils édifices politiques n’ont pas débouché sur des États-nations, aux époques modernes et contemporaines. De ce fait, ils ont longtemps été délaissés par les historiographies nationales qui les jugèrent a priori non viables. Pourtant, ils s’avèrent au contraire riches de sens si nous les interrogeons à l’aune de leur capacité de synthèse, d’innovation politique et administrative, ainsi que de leur pragmatisme. Les territoires placés sous domination angevine aux XIIIe-XVe s. offrent ainsi un cas d’espèce bien documenté. On peut y examiner l’émergence d’un milieu et d’une société politiques, en questionnant la constitution d’un corps d’administrateurs, les officiers, dont un certain nombre sont des clercs, avec leurs réseaux, leur formation, leurs compétences. Notre base de données prosopographique commence à fournir l’outil fondamental de cette réflexion comparatiste menée à l’échelle internationale.

4La rencontre de Saint-Étienne fut ainsi l’occasion de présenter cet instrument conférant à notre réflexion une nouvelle dimension. L’analyse des réseaux et des circulations est menée par l’application Prosopange conçue par les informaticiennes de l’UMR LIRIS2. Cette rare expérience de collaboration internationale et pluridisciplinaire (informatique et histoire) a débouché sur un outil susceptible de rendre de nombreux services à l’échelle du continent. S’il a été en effet conçu initialement pour mener une réflexion dans le cadre des dynasties angevines, ses capacités peuvent s’étendre à n’importe quel autre espace politique. Ce colloque est aussi un appel lancé à la communauté scientifique pour susciter de nouvelles collaborations et partager un outil.

5Au fil de ces journées, quelques lignes de force se sont esquissées. On aura noté que la constitution d’une culture rhétorique a supposé la circulation de modèles et de formules empruntant des voies complexes et non forcément conformes à des ensembles politiques ou dynastiques déterminés. De même, la production documentaire atteste la diffusion de pratiques, notamment comptables, évoquant une forme de rationalisation et spécifiques à certains milieux. Les méthodes comptables et fiscales correspondent aussi bien à des générations qu’à des formes de contrôle territorial liées à certains moments politiques et que remettent en cause les bouleversements de la fin du XIVe siècle, comme en témoigne l’étude de la Chambre de la Sommaria de Naples. Les zones d’affrontements jouent aussi un rôle de passage. Ainsi, des milieux spécifiques d’officiers, confrontés à des modes de recrutement liées à des contextes spéciaux, comme la frontière, incitent à identifier des modes particuliers d’accès à l’office, mais l’enquête concernant leur spécificité comme corps reste à poursuivre. Du moins, la défense militaire du Regno impose-t-elle assez tôt des méthodes et des pratiques architecturales identifiables. De leur côté, les marges et fronts militaires, comme la Morée, témoignent de la circulation d’un système administratif angevin venu du royaume de Sicile. Enfin, les duchés lorrains puisent à des traditions administratives différentes et connaissent une acculturation capétienne, tout en demeurant un cadre de frontière. Les pratiques et modèles artistiques contribuent à ancrer des périphéries telles l’Albanie dans un univers administratif latin. Au cœur du Regno, il est vrai que le milieu des artistes s’avère proche de celui des officiers, du moins par son fonctionnement et ses modes de rémunération.

6Quand il s’agit d’apprécier la culture d’un milieu d’officiers, les obligations propres à certaines missions se combinent à un recrutement sociologique homogène, propices à l’émergence de connivences idéologiques : les diplomates de Louis Ier de Hongrie, qui forment un milieu culturel proche, mais manifestent aussi les orientations militaires de la politique de leur prince ; les clercs, trop peu étudiés sans doute ici, sinon pour les duchés lorrains, avec leurs missions diplomatiques, au conseil ou à la Chambre des comptes. Chez les prélats hongrois, les structures idéologiques anciennes semblent perdurer et se heurtent à l’opposition du roi angevin, tout en s’étiolant à partir de la fin du XIIIe siècle. L’exemple de Benoît Himfi illustre un attachement à la sainteté arpadienne accompagnant des stratégies lignagères et marquant en cela les limites de l’imitation d’un modèle royal. En Anjou, Bertrand de Beauvau entretient durant sa carrière de grand officier des liens très étroits avec les établissements religieux, mais ses faveurs à l’égard des couvents sont surtout rythmées par un processus de ramification de son lignage. Certes, le modèle princier semble fortement présent dans les pratiques funéraires en Provence, au moins pour une noblesse dont la stratégie dynastique intègre désormais la fidélité au roi. Les Beaudricourt pourraient pour leur part illustrer l’intégration de la leur aux intérêts de la seconde maison d’Anjou. De même, le partage d’armoiries illustre une pratique commune aux Angevins dans leurs méthodes d’adhésion et de fidélisation. Une certaine idée de l’État semble se propager au sein de l’aristocratie du Regno, notamment les milieux comtaux fortement territorialisés, oscillant entre fidélité et rébellion.

7Enfin, la communication politique, dans les communes urbaines, est un instrument de diffusion d’une appartenance commune ou d’une adhésion récemment réévaluée. L’idéologie monarchique est soutenue par un véritable corps d’officiers identifiable dès l’époque normande et souabe dans le royaume. Sous le règne de Robert, comme sous celui de son père, la reine tend à occuper une place singulière dans ce dispositif. Aux côtés du souverain, l’action administrative de Sancia est marquante, fondée sur l’appui de ses propres officiers et proches, et illustre l’exaltation d’une figure et d’un sang dynastiques dépassant l’individu et le genre.

8À cette étape de notre réflexion commune, j’en viens à me dire que, si l’enjeu d’une construction institutionnelle est la pérennité, gouverner c’est peut-être surtout lier et délier, administrer des flux : ceux de l’échange et de la valeur, de la circulation du sens entre les mots et les choses, de la production et de sa consumation. C’est sans doute là que réside la capacité de pareille instance à générer et régénérer de la chose publique. Quand le flux se tarit, immobilisant des foules sur la place, du capital, des denrées etc., l’institution s’écroule dans l’insignifiance. Foin des couronnes de fer et des bâtons d’Aaron, peut-être bien que l’attribut primordial du gouvernement des hommes et des choses et de la souveraineté sur elles, c’est la barrière en acier galvanisé, pour finir dans l’actualité.

Note

1 Marion Chaigne (Paris IV, ÉA Jeux et enjeux des pouvoirs), L’office de chancelier dans les territoires de la seconde Maison d’Anjou, entre tradition, translation et innovation ; Tamás Körmendi (Université Eötvös Loránd, Budapest), Les activités et le personnel de la chancellerie des reines en Hongrie angevine ; Roberto delle Donne (Napoli, Université Federico II), Cultures administratives et politiques des officiers de finance dans le royaume angevin de Sicile ; Alessandra Perriciuoli (Université Napoli II), Libri miniati per Giovanni de Haya, ciambellano alla corte di Roberto d’Angiò ; Andreas Kiesewetter, La dissolution de l’État angevin durant la lutte entre Charles III puis Ladislas et Louis Ier puis Louis II. Le rôle des officiers issus de la haute noblesse. Nous avons volontairement retiré notre contribution au présent volume, pour en diminuer la taille et le rendre viable auprès d’un éditeur. Nous espérons pouvoir la publier dans un périodique.

2 https://angevine-europe.huma-num.fr/ea/fr

© Publications de l’École française de Rome, 2020

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Acquista

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search