Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les officiers et la chose publique dans les territoires angevins (xiiie-xve siècle) : vers une culture politique ?

 | 
Thierry Pécout

L’horizon de l’État

Un souverain collectif ? Les officiers du royaume de Sicile et la monarchie, de Frédéric II à la monarchie aragonaise

Henri Bresc

Résumé

Le royaume de Sicile s’est fondé entre 1090 et 1140 sur un corps de principes qui puise ses racines dans les modèles byzantins : majesté du prince, sacralité du roi, de la loi et du domaine, éternité de la Couronne et de ses possessions. Établie par l’assise Scire volumus de Roger II, cette doctrine sera défendue et appliquée par un service d’officiers et de légistes attentif à inaliénabilité au service des dynasties successives et allié aux aspirations et à l’opinion des villes domaniales. L’excès de son zèle souvent dénoncé n’est que l’expression de la résistance à la corrosion du domaine public et le corps des officiers et des juristes obtient des Parlements mesures et institutions qui mettent en tutelle une monarchie étrangère dépensière et expriment la conscience du royaume face au prince.

Il regno di Sicilia si è fondato, tra il 1090 e il 1140, su un corpo di dottrina emanato da modelli bizantini, maestà del principe, sacralità del re, della legge e del demanio, eternità della Corona e dei propri possessi. Sancita dall’assisa Scire volumus di Ruggero II, l’inalienabilità verrà difesa da un servizio di ufficiali e di giuristi passato da una dinastia all’altra e alleato alle aspirazioni e all’opinione delle città e delle “terre” demaniali. I loro eccessi e gli abusi spesso denunciati sono solo una forma di resistenza alla graduale disgregazione del demanio pubblico con la complicità di una monarchia straniera e pronta a dilapidarlo; gli ufficiali ottengono dai Parlamenti delle misure e delle istituzioni di tutela, capaci di esprimere la coscienza del regno di fronte al principe.

Entrées d'index

Parole chiave :

Reign of Sicily, Crown of Aragon

Texte intégral

  • 1 J.-P. Boyer, La domanialité entre Provence et Mezzogiorno sous la première dynastie angevine, dans (...)
  • 2 H. Bresc, L'héritage frédéricien en Sicile (1250-1350), dans J.-L. Bonnaud, N. Coulet, D. Menjot, (...)

1L’application du paradigme dominant, évolutionniste, constructiviste, de l’État se heurte à l’expérience de la Sicile insulaire, cœur et matrice du royaume normand, puis angevin, où l’État est apparu soudainement, comme Athéna cuirassée et casquée. La majesté, la justice, la loi, l’inaliénabilité surgissent en cinquante ans, entre 1090 et 1140, sur des modèles byzantins. La conscience collective du royaume est déjà exprimée par le pseudo Falcando, Hugues Foucaud probablement, pour exploser au XIIIe siècle dans la révolution des Vêpres aux colorations nationalitaires. Un axe essentiel de cette conscience pluriséculaire est la domanialité et son éventuelle défense contre le roi. Il faut ici rendre hommage à Jean-Paul Boyer, qui a mis en lumière la genèse sicilienne d’une « couronne impersonnelle »1. Le royaume de Sicile a vu, de 1190 à 1296, se succéder des dynasties servies par un personnel administratif et judiciaire de qualité et dont la continuité est remarquable2. Si l’état-major politique, les gouverneurs provinciaux et les chefs militaires ont été largement renouvelés sous Charles Ier, les administrateurs du fisc sont des Amalfitains, et les grands juges sont recrutés dans le milieu des légistes formés au palais de Palerme sous les Normands et sous Frédéric II, puis dans des écoles de droit de Campanie et dans les universités italiennes, tandis que les chefs des services provinciaux proviennent de la petite aristocratie et de la chevalerie, dévouées au modèle de l’État normand et frédéricien. Ce sont également des officiers et des juges de l’État angevin qui assument la direction politique de la Révolution des Vêpres et qui passent au service du nouveau gouvernement « aragonais ».

2Les sources utilisées encadrent la période angevine : en amont, le registre de correspondance de Frédéric II de 1239-1240, seul outil disponible pour pénétrer l’idéologie et le fonctionnement d’un gouvernement sicilien médiéval, et, en aval, l’œuvre encyclopédique du secrétaire de Ferdinand le Catholique, Giovan Luca Barberi, qui, entre 1484 et 1516, élabore un Domesday Book du Domaine insulaire, les Capibrevi, rassemble la mémoire des aliénations de Domaine, exalte le vocabulaire de l’État, en explicite la logique et rappelle avec force au souverain ses devoirs envers la Couronne et les manquements de ses prédécesseurs. Le prince, volontiers oublieux de l’inaliénabilité, se sert à l’occasion de la doctrine juridique pour restaurer la base fiscale de l’État, mais, pour les officiers, il s’agit d’un domaine « sacré » et « éternel ». De l’une à l’autre de ces sources, la continuité est essentielle.

Contextes

  • 3 A. Nef, Conquérir et gouverner la Sicile islamique aux XIe et XIIe siècles, Paris-Rome, 2011, p. 1 (...)

3La monarchie sicilienne s’appuie sur une tradition étatique longue et précoce. La majesté et la sacralité du prince, héritage romano-byzantin, exprimé d’abord en arabe, qiddîs en 1143, qiddîsî en 1145, et en grec, haghios en 1143, et donc reçu à travers le personnel arabe chrétien du Palais3, sont proclamées dès le XIIe siècle. Le vocabulaire envahit les actes des rois et les chapitres des Parlements : Sacras nostras litteras dans le registre de Frédéric II en 1239, Sacre constitutiones dès 1271 sous Charles Ier, Sacratissimus imperator Fredericus en 1296, Sacratissime leges en 1325, Sacrum consilium generale en 1398, Sacrum regimen en 1402, Sacrosancta […] sanctio en 1446, Sacrum demanium en 1460, tandis que Sacrum palatium apparaît en 1283, et Sacra regia majestas est attesté dans la correspondance du municipe de Palerme en 1311. Sacralité de la loi, sacralité du domaine vont de pair avec la sacralité de la personne du prince.

4Barberi rattache les expressions de la sacralité éparses dans les actes de la chancellerie aux fonctions et aux droits conférés par la Légatie apostolique, certes, mais comme le résultat de l’acte fondateur, la libération des Chrétiens de l’île du joug musulman : Roger le Normand, « glorieux, très chrétien et presque divin », a agi divino auspicio (BE, p. 255). Le « sang sacré des seigneurs rois » qualifie les descendants des monarques (MC, p. 148), et « antique domaine sacré » le Patrimoine. Les Hauteville sont les « rois Catholiques » comme dans les actes angevins (a Catholicorum regum Sicilie temporibus, RCA, IX, p. 290, reg. xxxvii, App. no 14, 16 juin 1272) et la rhétorique de Barberi reprend des figures anciennes : l’endyade juste et racionabiliter (CIII, p. 392), remontant aux diplômes byzantins et normand, loin d’être une cheville rhétorique, oppose le rationnel, conforme au droit (CI, p. 371) et l’irrationel (CII, p. 5). Comme ailleurs, le mot Corona présente un caractère abstrait qui le rend supérieur à la personne royale (CII, p. 319, CIII, p. 209) et l’Honor renvoie à la permanence et à la puissance de l’État : en 1398, le chapitre final du Parlement de Syracuse qualifie ainsi le maintien du Domaine, ut regius honor conservetur et sua ordinatio non sit elusoria (CR, p. 150, Martin, no xxxi). La Res publica se confond avec le bien commun, l’universale beneficium, et peut qualifier une communauté urbaine (CIII, p. 590, Salemi). Pour Frédéric II, l’œuvre du lac Fucin se fait ad laudem et gloriam nominis nostri et profectum nostrorum fidelium et hominum regionis (RCF, p. 805, no 914, 20 avril 1240).

5Le premier point de cristallisation des études de droit a été le palais royal. La présence d’un Justinien dans une bibliothèque des années 1160 de la Chapelle palatine atteste cette précocité : les familles de la Palatine, notaires et juges, sont des hommes du roi, Carastono, Cayto, Dumpno, Farrasio, Guidayfo, Maramma, Panormo, Pipitono, Pulcaro, Scriba, Secreto, d'origine mêlée, techniciens gréco-arabes et membres de lignages chevaleresques normands. Plusieurs portent le nom des fonctions administratives et fiscales, gayt, écrivain du fisc, secreto, assumées par leur fondateur. D’autres maisons de juges et d’officiers royaux et impériaux, à Messine, portent des cognomina qui soulignent leur fonction aulique ou ministériale, Maniscalco, Protonotaro, et des titres d’ancienne origine byzantine, Cartolario, Conterato, Drongaire, Mangalaviti, Tourmarque, Spatarocandidat, Vestiarite, passés aussi à des fiefs et qui révèlent la longue durée de la relation de la petite aristocratie à l’État (fig. 1).

6Deuxième pilier de l’État, la discipline féodale et l’exigence rigoureuse du service militaire, sous les Normands et sous Frédéric, impliquent le renouvellement régulier des registres, la compilation et l’archivage à la Cour des cahiers de fiefs et de services dûs et des obligations fiscales, contenant la liste des domaines et des échoites (RCF, p. 252, no 256, 15 décembre 1239, et p. 901, no 1034, 3 mai 1240). Sous les Angevins, les maîtres rationaux rassemblent en 1270 un répertoire des baronnies, des fiefs, des châteaux et des biens burgensatici, avec l’indication de la concession, du possesseur, du revenu et de la localisation, un autre de tous les fiefs et possessions fiscales concédés après la déposition de Frédéric olim empereur, un autre enfin de tous les fils mineurs et des héritières des feudataires décédés à la date de 1270 (RCA, III, p. 202, reg. xiii, no 561, 25 février 1270, XI, p. 209, reg. lix, no 106, 10 avril 1274, V, p. 26, reg. xx, no 118, 13 août 1270, et XX, p. 62, reg. ciii, no 292, 2 août 1281). La surveillance, également rigoureuse, doit éviter aussi les excès des barons sur leurs vassaux, les usurpations de biens de l’Église ou du Domaine. La domanialité des principales « terres » présente un caractère stratégique : elle fragmente les dominations seigneuriales, interdisant longtemps la constitution de comtés dans l’île de Sicile. Au XIVe siècle, la faiblesse de l’État sous les Aragonais et l’extension de la domination des grands sur les « terres » domaniales ne doit pas masquer la résistance idéologique des juristes, qui reproduisent dans les diplômes de concession arrachés au prince les clauses de protection du Domaine.

7Le troisième pilier de l’État normand, impérial et angevin, est le loyalisme des « terres » : la répartition des conseils d’Anciens (gerousiai) dans les diplômes normands montre une bien plus ancienne fidélité politique, qui correspond à la géographie du thème, le réduit byzantin des Xe et XIe siècles (fig. 1). La relation entre la monarchie normande, ses relais épiscopaux et les cités est scandée par des privilèges. Dans un royaume gardé par des garnisons minuscules (323 hommes en 1274, 266 en 1281, châtelains, chevaliers, écuyers et sergents), les municipes assurent la surveillance des territoires, la maintenance des châteaux et les tâches fiscales, collecte et transmission de l’impôt. La démilitarisation des forteresses (quatre sous Frédéric II en 1239, Trapani, Marsala, Mazara, Sciacca, quatorze sous Charles en 1274 et 1281) dément au demeurant que la crainte ou même la terreur aient été le ressort du pouvoir. La fondation de « terres » assure le maillage du royaume et consolide le domaine royal : après les créations de Roger II, ce sont celles de Frédéric, de Manfred, de Charles Ier, de Frédéric III enfin.

8Le loyalisme des « terres » permet à la monarchie d’aborder avec prudence l’élaboration d’une autonomie administrative. En théorie, les souverains refusent absolument l’autogouvernement des cités et des « terres », durement réprimées quand la fidélité vient à manquer, mais, dans la pratique, un étagement de conseils et de commissions élus permet d’associer les notables à la répartition de l’impôt direct, l’appretium. Si les Constitutions impériales interdisent d’élire les juges, la pratique est la pré-élection, confirmée par Frédéric en 1239. L’élection des juges et des maîtres jurats se précise sous Charles qui l’impose à Salerne en 1268 (CRS, p. 296), mais il fait détruire en 1279 les sceaux des universités, indices d’aspiration à la commune autonome.

  • 4 M. De Vio, Felicis et fidelissimæ urbis Panormitanæ… Privilegia, Palerme, 1706, p. 16, 25 août 124 (...)
  • 5 A. Marongiu, La parte dell’eredità normanna nello stato di Federico II, dans Annali della scuola s (...)
  • 6 M. Hébert, Les assemblées représentatives dans le royaume de Naples et dans le comté de Provence, (...)
  • 7 M. Camera, Annali del Regno delle Due Sicilie, Naples, 1860, p. 14-15.
  • 8 L. Genuardi, Parlamento siciliano, I, Parte prima (1034-1282), Città di Castello, 1924, p. cxxxiii(...)

9Les souverains sont d’abord en relation directe avec des délégations de citoyens comme celle de Palerme en 1243, qui proteste contre la violation des privilèges de la cité par les forestarii de Godrano et de Parco Vecchio4. La convocation de Cours générales, annuelles ou semestrielles, constitue l’innovation majeure de l’empereur. Les historiens du droit5 ont insisté sur l’absence d’institution représentative et de personnalité juridique de ces parlements, de rôle législatif jusqu’en 1286 (couronnement de Jacques), ou fiscal jusqu’en 1446, non sans percevoir obscurément le caractère de généralité et d’autorité qui se cristallise sous Jacques et Frédéric III, et l’esprit représentatif nouveau souligné par Michel Hébert6. La convocation périodique des représentants des « terres » établit une représentation collective du royaume, même si le programme, fictif, est d’écouter en silence la volonté impériale (RCF, p. 615-629, no 640-715 : Nuntii sui pro parte vestrum omnium serenitatem vultus nostri prospiciant et nostram vobis referant voluntatem). La formule est purement rhétorique : l’assemblée forme en effet le théâtre d’une enquête permanente sur les abus des officiers impériaux. Cette enquête parlementaire répond à la fonction judiciaire traditionnelle des assemblées et sans doute aussi à leur fonction consultative. À la différence d’autres États qui organisent des commissions pour recueillir les doléances des sujets, le royaume de Sicile choisit une institution collective capable de donner la plus grande publicité aux remontrances et aux plaintes, au niveau de la province ou à celui de l’État. Charles Ier décide en 1267 de maintenir la réunion de la Curia generalis deux fois par an aux calendes de mai et à la Toussaint, mais ne convoque que les officiers provinciaux pour répondre à « ceux qui présenteront des plaintes », querelantibus, et qui sont nécessairement des représentants des communautés. Le parlement sera effectivement réuni au moins une fois. Charles abandonnera ensuite les grandes Cours pour adopter la technique française de l’enquête itinérante et c’est seulement après une série de réunions urgentes dans l’atmosphère des Vêpres que le principe d’une convocation annuelle est retenu en 1289 selon la formule de Frédéric II, réunissant comtes et barons et syndics, quatre élus pour les villes « fameuses » et deux pour les universités mineures, pour n’être qu’irrégulièrement appliqué7. La même décision est prise en 1296 à Palerme : le chapitre de generali Curia semel in anno facienda convoque la réunion des comtes, des barons et des syndics des universités, comme en 1282, en 1283, en 1286, en 1290 et en 1295. Et la simple liste des chapitres présentés par l’ensemble de ces parlements montre le poids des universités : de 1286 à 1296, quarante-neuf chapitres ont été produits par les cités et les « terres » domaniales, quatorze seulement sont en faveur des barons, contrebalancés par quatre autres destinés à soulager le poids féodal sur leurs vassaux et pris sans doute à l’initiative de la Cour elle-même. On notera que les chapitres sont rédigés par des légistes : on connaît les rédacteurs de 1452, quatre docteurs en lois, et de 1456, quatre docteurs en lois et un docteur en décrets8.

Surveillance collective et zèle indiscret : les abus des officiers

10Une surveillance particulière pèse sur les officiers. Leur fidélité et leur honnêteté sont soumises à la vigilance de la chaîne hiérarchique, mais les exemples de fautes sont rares dans la correspondance de Frédéric II, comme dans les registres reconstitués de la chancellerie napolitaine. Les relations d’administrations indépendantes et parallèles constituent une inspection permanente. Dans le registre de 1239-1249, plus de quatre-vingts lettres évoquent des informations transmises par d’autres officiers ou par de simples sujets, dont dix-neuf plaintes et une suggestion : l’audience impériale était donc toujours ouverte. Dix-huit autres lettres transmettent aux justiciers des informations, dénonciations et délations, presque toujours sur des crimes graves : trahison pour le camp du pape, liaison matrimoniale avec un traître, désobéissance aux règles de la régale et des élections épiscopales et abbatiales, mauvaise gestion des biens ecclésiastiques, non-respect des règles féodales. Le style de ces lettres est souvent cryptique, mais l’essentiel est la traque du parti pontifical. La délation fait supposer une résistance collective du royaume solidaire avec l’empereur.

  • 9 W. Koller, A. Nitschke (ed.), Die Chronik von Saba Malaspina, Hanovre, 1999 (MGH, SS, 35), p. 130.

11La législation impériale reprend deux lois de Roger II qui répriment sévèrement les extorsions des officiers et la corruption des juges ; elles leur ajoutent onze normes destinées à limiter les effets du système ministérial, gîte, réquisitions, ventes forcées et « épices », à supprimer les ingérences et à interdire toute implantation qui mènerait à une féodalisation rampante. Le vocabulaire qui dénonce les abus des officiers est celui des protestataires et il faut voir dans les excès reprochés la défense de la forme ancienne, normande, de l’État, une forme ministériale, et de ses intérêts contre les revendications des communautés. Les exigences rapportées par Saba Malaspina révèlent de larges pans de ministérialité : l’impôt est porté au Trésor, les officiers peuvent emprunter les bêtes de somme, loger leurs familiers, prélever les lits et leur trousseau pour leur propre gîte et imposer un supplément de 5 % sur la collecte, distribuer les tâches des massarie royales aux plus riches des sujets, en particulier les troupeaux, selon des critères de productivité exorbitants, recruter des gardes des forêts parmi les citoyens les plus riches9. Certaines de ces obligations ont déjà été annulées par Frédéric II (LA, I, 93, 2) et l’interdiction de saisir les bêtes de somme sera répétée en 1282 (CRS, p. 306). Frédéric avait déjà interdit le port d’armes par la garnison à l’extérieur des châteaux, la réception par les officiers de présents, munera et exenia. Charles défend à son tour le port d’armes et les prestations gratuites de services, les cadeaux (CRS, p. 297-298). Il maintient l’interdiction d’emprisonner les sujets soumis à de simples peines pécuniaires. Réquisitions et achats ou ventes forcés, intervention des châtelains dans la vie et la gestion des communautés seront de nouveau interdites par Jacques Ier.

12Et les nouveautés reprochées au souverain ne font que reproduire de vieilles obligations, interdiction aux navires de charger dans les ports des églises, droit perçu par les forestiers sur le passage des troupeaux transhumants dans les bois et les terres de la Couronne, interdiction de la chasse et du prélèvement du bois, mort et vert. Ces prétendus excès sont une résistance à une longue pratique des communautés et des individus de ronger les possessions et les droits de la monarchie sur les forêts. Frédéric II avait déjà sanctionné l’abandon aux habitants de Palerme de l’usage des forêts. Les forestiers ne tiennent pas compte de ces droits acquis et Charles doit confirmer à Palerme la concession impériale (RCA, VI, p. 251, reg. xxii, no 1345, 1270-1271) et élargir les privilèges de Trapani aux dépens des forêts royales (RCA, IX, p. 55, reg. xlii, no 197, 1272). Les chapitres de Jacques Ier manifestent cependant que de nouvelles « forêts » ont été aménagées sous Charles, que le souverain aragonais abolira, tout en ouvrant de nouveaux terroirs à la culture aux dépens des réserves royales (CR, p. 19, § xxviii).

13C’est un grignotage général des lois que subit la monarchie : en 1270, Messine se plaint de l’application de la norme frédéricienne sur les homicides clandestins et obtient une exemption de fait (RCA, VIII, p. 135, reg. xxxvii, no 174, 1272). En 1286, Jacques Ier supprime la responsabilité collective des homicides clandestins (CR, p. 25, § xlv), et renonce aux enquêtes générales sur les « universités » (CR, p. 19, § xxvi) et au déplacement forcé pour peupler de nouvelles villes (CR, p. 23, § xxxviii).

  • 10 P. Collura, Le più antiche carte dell'Archivio capitolare di Agrigento, Palerme, 1961, p. 131-141.
  • 11 N. Kamp, Potere monarchico e chiese locali, dans P. Toubert, A. Paravicini Bagliani (dir.), Federi (...)

14La longue résistance des officiers fiscaux aux ordres royaux se cristallise sur le paiement des décimes des revenus de la Cour aux églises locales. Déjà, sous Frédéric II, les secreti avaient été contraints d’enquêter sur les droits des évêchés à cette dîme, tels que les avaient définis des privilèges de Guillaume II. Une longue série de confirmations, de mandements et de lettres s’enchaîne de 1246 à 1280 pour l’évêché de Girgenti10. En 1251 une enquête confirme les droits de l’évêque de Cefalù, pour reprendre en 1266 sous Manfred et se prolonger sous Charles Ier. La répétition des ordres royaux, année après année, trahit une résistance tenace : dans l’île, on en perçoit des pôles, Cefalù, Girgenti, Messine, Patti, mais toutes les églises connaissent cette récurrence, prébendes, archiprêtrés et doyennés, terzarie de la Chapelle palatine, ainsi que les monastères, bénédictins, « basiliens » et cisterciens, qui jouissent de décimes sur les revenus des secrezie, en particulier sur les madragues. Comme l’a écrit Norbert Kamp11, les officiers traitent les biens d’Église comme une réserve patrimoniale, dans une tradition prégrégorienne qui s’accorde parfaitement avec l’autorité réservé au souverain sur les élections.

  • 12 Documenta Pactensia, 2, 1, L’età sveva e angioina, éd. P. De Luca, Messine, 2005, p. 250, 281, 294
  • 13 Palerme, Biblioteca del Comune, QqH 7, fol 493, lettres de Melfi, 23 août 1266.

15Les mêmes mandements récurrents sont nécessaires pour débloquer l’exemption de marinaria de l’évêché de Patti, en 1266, en 1268, en 127012, et la restitution aux églises de biens et de droits confisqués par la Cour ou usurpés par des puissants, mais Manfred comme Charles, soutenus sans doute par une chaîne de complicités locales, feront la sourde oreille aux objurgations du pape, demandant la rétrocession à l’évêque du château de Cefalù13. La conviction des administrateurs, explicitée plus tard par Barberi, est qu’il faut garder à la monarchie des points stratégiques, et d’abord les châteaux littoraux et les « terres » maritimes : une défense efficace du royaume ne peut passer que par la monarchie ; elle seule peut financer la construction de châteaux et les garnir, tandis que les feudataires sont inhabiles et indeficientes (LS, p. 292 et CII, p. 14). La défense est la prérogative exclusive du souverain : Aci, « sur la mer, est d’importance pour la tutelle et la conservation du royaume » (MC, p. 356) ; confiée par Roger Ier à l’évêque de Catane, elle a graduellement été recouvrée par la monarchie ; le château de Capo d’Orlando, « depuis les débuts du monde a été de la Cour royale, c’est-à-dire du Domaine royal, inaliénable à perpétuité, particulièrement parce que ce château est sur la mer et importe fort à la tutelle du royaume et à la prééminence royale » (CII, p. 296). Plus largement, la « disposition et nature du royaume » est explicite : aucune villa ou terra murata ne peut être aliénée sauf à des parents royaux et à vie.

Le cœur : la défense du Domaine

  • 14 A. Marongiu, Dottrine e istituzioni politiche medievali e moderne, Milan, 1979, p. 72-73, sur La p (...)

16La domanialité apparaît plus largement comme le fil rouge de l’analyse historique que font les officiers et leur programme. Barberi résume la doctrine des officiers : le domaine remonte aux origines du monde et de la construction des villes (MC, p. 527, Syracuse), il est éternel (LS, p. 250 : Castronuovo in regio Demanio et dominio in presentiarum permanet et in eternum permanebit) ; inaliénable, sa disponiblité est limitée aux cas d’extrême nécessité, pour l’acquisition du Status, c’est-à-dire la conservation ou la reconstrution de l’État dans sa territorialité et dans la plénitude du dominium14, ou pour le bien de la paix (LS, p. 203, ob extremam necessitatem Curie vel pro acquisitione Status aut bono pacis). Des apanages peuvent cependant être créés, mais à vie seulement, pour « soutenir l’état » de parents proches du souverain, frères, femme, cousins en ligne directe, même bâtards, mais de regio sanguine. Les donations, faites au mépris du serment de respecter les chapitres du royaume, sont invalides (MC, p. 467, 622, CIII, p. 34). Elles n’obligent pas les souverains successeurs (MC, p. 461). Barberi nie en particulier au souverain la capacité d’aliéner des biens dont la domanialité est consubstantielle au statut : forêts, sous-sol, mines et salines, domaine maritime et littoral, madragues et balestrate, espaces d’un tir d’arbalête le long de la mer (CII, p. 53, Foresta demanialis et adeo privilegiata non potuit neque potest alienari, neque alienata detineri) ; il résume ainsi le droit qui s’exprime dans les inféodations du XIIIe et du XIVe siècle.

17Les diplômes de concession énumèrent les réserves de la Cour, excluent forêts et littoral (RCA, III, p. 197, reg. xiii, no 519, preter forestam regiam, XXII, p. 21, Reg. lxxxxvi, no 47). La domanialité s’étend aux hommes : la constitution Ad subjectorum nostrorum invidiam de Frédéric II interdit de recevoir des habitants du Domaine (LA III, 11) ; l’interdiction est reprise par Charles Ier dans le chapitre De occupantibus res Demanii en 1272, qui rappelle avec force la domanialité (Prædecessorum nostrorum Regum Siciliæ ut nullus […] civitates, castra, munitiones, casalia, villas et denique quicquid in eis intus vel foris esset demanii […] redditus etiam et servitia nobis debita occupare, vel occupata tenere præsumat).

18Le concept de domanialité partagé par les officiers de l’État, par les grands municipes et par la monarchie quand elle n’est pas accablée de dettes, plonge ses racines dans l’assise de Roger II Scire volumus intégrée dans le Liber Augustalis de Frédéric II (LA, III, 1) :

Scire volumus principes nostros, comites, archiepiscopos, universos episcopos et abbates quod quicunque de regalibus nostris magnum vel parvum quid tenet, nullo modo, nullo ingenio possit ad nostra regalia pertinens alienare, donare vel vendere in totum vel in parte minuere unde jura nostra regalia minuantur.

19C’est l’objectif que se fixe, contre les barons catalans, le Parlement de 1286, à l’occasion du couronnement de Jacques : il impose le chapitre De prohibita donatione demanii (CR, p. 9, § ix)

De prohibita donatione Demanii: tam nos quam hæredes et successores nostros ab ipsorum demaniorum donatione volumus abstinere. Nam proventus fisci nostri uberiores fieri poterunt. Et per copiam et ubertatem ipsorum, qualibet extorsione sopita, status pacificus et conservatio nostrorum fidelium reflorebit.

  • 15 J.-P. Boyer, La domanialité entre Provence et Mezzogiorno, p. 220 s.

20Les Capitula Regni, réponses royales aux requêtes des Parlements, sont compris dans les privilèges et les lois de ses prédécesseurs et confirmés globalement par Frédéric III (CR, p. 57, § i), puis inscrits dans le serment royal pour la première fois en 1474 à l’avènement de Ferdinand (CR, p. 511, § i) et dotés d’un véritable statut constitutionnel. Le respect des Constitutions du royaume (on peut dire de la Constitution) et l’ancrage dans la sacralité de la monarchie expliquent la place qu’occupe la domanialité chez les juristes méridionaux, Andrea d’Isernia, Marino da Caramanico, Guglielmo de Perno15.

  • 16 J. Krynen, “De nostre certaine science”. Remarques sur l’absolutisme législatif de la monarchie mé (...)

21Pour Barberi, les détenteurs de parts du Domaine en ont obtenu la concession par fraude, fausse information, mensonge (Antonio Moncada est ainsi qualifié de mendax predator, MC, p. 279) et par l’indifférence coupable des officiers et du roi lui-même. Les concessions sont largement illégales et subreptices, utilisant de manière abusive les formules de nostri certa scientia et ex plenitudine regie potestatis (CIII, p. 333). L’absolutisme proclamé est le masque d’une politique de gaspillage et de dispersion du Patrimoine, la destruction de la Couronne16. Les membres du Parlement de 1451 avaient déjà exigé que le roi « abdiquât » le pouvoir de dispenser de l’application des chapitres rédigés par contrat avec le Royaume et d’appliquer la clause de potestate absoluta (CR, p. 375, Alphonse, § cdxlix).

  • 17 Autorisation à Gervais Aikhthos [Ruffo] d’épouser la veuve de Robert Malet et de recevoir la tutel (...)

22La répartition sur la carte des « terres » du Domaine (fig. 2) montre le souci de créer un maillage qui encadre des seigneuries, elles-mêmes instables : une loi rigoureuse attestée sous la régence d’Adélaide, dès 1111, impose l’autorisation du mariage des femmes veuves ou filles des feudataires et réserve le bail à la Cour17. La transmission féminine préférée à la succession des collatéraux explique la disparition rapide des familles normandes. Les donations aux églises forment un coussin autour des villes importantes : la fondation et la dotation de l’archevêché de Monreale isolent ainsi Palerme de l’arrière-pays féodal.

23Dès les origines, sous Roger Ier et Roger II, un gouvernement de juristes, des Grecs formés au droit romain, les protonotaires Jean de Troina, Nicolas et Bon, les logothètes Léon, Philippe, Nicolas, Richard de Tarente, les émirs Eugène, Jean, Nicolas Graffeo, Théodore, Basile, puis le juge Tarentinus, maître justicier en 1159, puis moine grec, est l’axe d’une monarchie sur modèle byzantin, qui vérifie les titres et rappelle les fiefs. Avec Roger II, la présentation du diplôme originel devient une exigence courante de la bureaucratie ; une première campagne est lancée en 1142-1145 ; reprise par Frédéric II en 1220, après Capoue, elle continuera jusqu’en 1239-1240 et sera relancée sous Manfred en 1260, puis sous Charles Ier entre 1267 et 1273. Cet éternel retour et la révocation des fiefs possédés indûment n’enrayent cependant pas le lent grignotage du Domaine.

  • 18 H. Zielinski (ed.), Tancredi et Willelmi III regum diplomata, Cologne-Vienne, 1982, p. 42-45.
  • 19 Th. Kölzer (ed.), Constantiæ imperatricis et reginæ Siciliæ Diplomata (1195-1198), Cologne-Vienne, (...)

24L’écho populaire de l’inaliénabilité se fait sentir dès ce moment dans les revendications des municipes : en 1191, Gaète obtient la domanialité18 ; en 1199 le même privilège accordé par Constance à Malte est destiné à un peuple double (universus populus totius insule [Malte et] Gaudisii, tam Christiani quam Saraceni) et en deux langues, latin et arabe19. Il ne s’agit pas d’une manœuvre de l’« oligarchie communale » pour défendre ses intérêts de classe, mais d’une requête collective de liberté, c’est-à-dire d’État.

25Le pouvoir personnel de Frédéric II voit le triomphe de la domanialité et le gouvernement des légistes. Une politique rigoureuse de récupération des seigneuries usurpées démantèle les comtés « adultérins » qui ont surgi entre 1190 et 1210 et réduit drastiquement l’espace féodal (fig. 3).

26Une première rupture se manifeste sous les Angevins : la figure 4 montre une nette reféodalisation, déjà entamée sous Manfred. Ce mouvement correspond à une forme nouvelle de gouvernement mixte : tandis que les fonctionnaires fiscaux sont des régnicoles, les justiciers et les châtelains, les maîtres des pas et les gardiens des frontières sont des ultramontains. Cette première immigration militaire, Français et Provençaux, impose une distribution de fiefs. Mais l’administration angevine de l’île a pour l’essentiel maintenu le Domaine royal : Polizzi, Isnello, Collesano ont ainsi été retirés du comté de Geraci en 1271. La demande de domanialité réapparaît, mais discrète, à Cammarata en 1269 (RCA, V, p. 142, reg. xvi, no 186, 13 septembre 1269).

La résistance à l’aliénation

27De la révolution des Vêpres, en 1282, à la constitution d’un royaume indépendant, en 1296, se consolide en Sicile un double gouvernement : celui du Palais, assumé par de hauts juristes, et celui de l’Hôtel, composé de militaires et d’hommes à poigne, en particulier immigrés, sans ancrage dans la tradition aulique. Catalans, Aragonais et réfugiés anti-angevins, Gibelins d’Italie du centre et du nord, descendants de maisons normandes de Terreferme, reconstituent une noblesse militaire d’abord hétéroclite. C’est un État personnel face à un peuple solidaire : le Parlement exige en 1296 de Frédéric III la promesse de ne pas céder la Sicile contre la Sardaigne (CR, p. 46, § i). Il en résulte une politique schizophrène, déchirée entre l’affirmation de l’inaliénabilité imposée par la représentation que l’on dira nationale et la pratique de la cession de biens domaniaux en fiefs.

  • 20 G. Silvestri (ed.), De Rebus Regni Siciliæ (9 settembre 1282-26 agosto 1283). Documenti inediti es (...)
  • 21 H. Bresc, Un royaume pour Martin de Montblanc, dans M. T. Ferrer i Mallol (dir.), Martí l’Humà. El (...)

28La montée des exigences des féodaux et leur lutte acharnée pour la saisie des organes centraux de l’État explique l’ampleur nouvelle de l’aspiration des « universités » à la domanialité, exprimée aussitôt, dès 1283, à Malte20. Elle court à travers tout le XIVe siècle : au témoignage de Barberi San Pietro sopra Patti obtient une reconnaissance fragile de sa domanialité en 1297, en 1356 et se rebelle contre les Orioles qualifiés de « tyrans », et tués en 1371 (MC, p. 341), tandis que des révoltes antiféodales secouent Assoro en 1350, Gagliano en 1357, Avola en 1375, Motta Camastra contre Giovanni Achuni, tué lui aussi, « toujours invoquant le nom sacré de notre glorieux roi » (MC, p. 406). La monarchie accepte alors que Motta Camastra entre « sous le gouvernement et dans le district de Messine, comme Francavilla » (MC, p. 406). Pendant la remise en ordre réalisée par Martin de Montblanc de 1392 à 1398, l’opinion des juristes et des cadres administratifs qui adhèrent à la reconquête catalane se cristallise dans la revendication des municipes21 (fig. 5), revendication admise à Francavilla en 1392 (MC, p. 532), à Caltavuturo, qui sera déçue (MC, p. 195), à Castiglione en 1392 et en 1396, toujours en vain (MC, p. 304, CII, p. 101), à Syracuse en 1392 (MC, p. 527), à Tripi en 1397, avec l’appui de Messine (MC, p. 330), à Assoro (MC, p. 670) et à Tortorici (CII, p. 108) en 1398.

29Cette alliance implicite entre le volet palatial du gouvernement et les universités est soulignée par le chapitre lvii de Frédéric III, interdisant toute ingérence des féodaux dans l’administration municipale et anticipant leur totale exclusion des conseils. Elle se concrétise en 1392 par la saisie du grand fief de Cundrò par les deux universités de Castrogiovanni et de Piazza et par son partage.

30Les membres du gouvernement du Palais n’ont pas manqué d’obtenir aussi des fiefs et de s’intégrer à l’aristocratie féodale, mais à la marge. Les constructions massives de nouveaux patrimoines féodaux, très vite passés à la rébellion (Guglielmo Raimondo Moncada dès 1397) ou à des ambitions démesurées, celles d’une régence du royaume de Sicile (Ramon de Cabrera en 1410-1411), sont celles de ces maisons « catalanes », aragonaises et valenciennes, Abella, Cruillas, Prades, Lluis Rajadell, les Liori-Heredia, les Santa Pau. Elles comptent pour plus des deux tiers des lignées ibériques qui ont reçu des fiefs en Sicile, sans compter une poignée de mercenaires français, Gascons, Limousins, Béarnais. Plusieurs échouent et s’en retournent en Catalogne, en Aragon et à Valence. On note que les Catalans venus avec Martin de Montblanc ne comportent qu’un seul marchand capable d’assumer des fonctions fiscales, Francesc Casasatja, trésorier de 1392 à 1395 ; c’est donc à un Génois, Davide Lercario, qu’est confiée la fonction centrale de maître portulan de 1393 à 1410, sur laquelle repose le financement des campagnes de conquête.

31C’est sur le droit et sur la volonté du Parlement que viennent se briser les ambitions désordonnées. On notera l’expression de « tyrannie » utilisée par les « universités » pour définir le pouvoir féodal et la volonté de détruire les châteaux entre 1392 et 1398, à Nicosia, à Syracuse, à Alcamo.

32Le Parlement de Syracuse, en 1398, impose aux représentants de Martin de Montblanch, devenu roi d’Aragon, la délimitation du Domaine. Une commission paritaire de six représentants de la Cour et de six élus du Parlement (dont trois juristes, deux docteurs en lois et un notaire, mais ils sont neuf Siciliens contre trois Catalans seulement) dessine en 1398 une image en principe définitive du Domaine (CR, p. 132, Martin, § ii), tandis qu’une autre commission de quatre Siciliens gère la collecte. La figure 6 montre que la délimitation comprend des « terres » pourtant soumises au XIIIe siècle à des féodaux, Castiglione, Vizzini, San Filippo d’Argirò, San Fratello. Ce n’est pas une œuvre de mémoire, mais une ambition stratégique débouchant sur un compromis historique, qui laisse d’ailleurs un doute sur dix « terres », destinées à tomber dans l’escarcelle de nouveaux seigneurs. La tension est sans doute forte : Salemi a pris les armes pour chasser Antonio Moncada, et le chapitre final du parlement affirme, suivant un modèle universel, le droit de résistance en cas de non-respect des normes édictées « pour que l’honneur royal soit protégé ».

33Le parlement présente également des requêtes qui montrent l’influence des juristes, l’interdiction de l’octroi du mère et mixte empire aux barons, et qui expriment le mouvement politique des universités, la destruction des châteaux inutiles, la demande, éludée, d’un conseil permanent auprès du prince, à moitié nommé et à moitié élu par le Parlement.

  • 22 B. Pasciuta, Placet Regie Maiestati, p. 208.

34Au XVe siècle, les promesses de domanialité sont destinées à s’évanouir pendant une phase de faiblesse de la monarchie des Trastamare : engagée dans une immense entreprise de conquête, l’Amprisa napolitaine, elle procède à des vagues d’inféodation à la recherche de soutiens militaires et pour récompenser les services d’une aristocratie transnationale. Un chantage cynique laisse aux « universités » le choix de racheter la valeur, le capital fiscal de la « terre », valorisé par la vente du mère et mixte empire, ou de perdre leur liberté. La résistance aux aliénations passe maintenant par le Parlement, formé désormais de trois Bras, selon la formule ibérique, mais longtemps dominé par le Bras domanial (fig. 8). Le roi ruse aussi avec le Parlement : en 1446, les trois Bras votent un donative pour permettre le rachat des biens aliénés, donative répété paresseusement ensuite, sans qu’aucune procédure générale de restitution soit lancée. En 1446, l’influence des juristes obtient encore l’examen par la Gran Corte des actes royaux contenant des clauses dérogatoires, examen suspensif de l’exécutoire, ainsi qu’une surveillance permanente par les juristes du Sacro Regio Consiglio exercée sur le juge « monocratique » de la Sacra Regia Coscienza22. Mais un tournant, dessiné en 1446, s’affirme en 1457 : l’influence du Bras nobiliaire s’exprime par l’annulation obtenue de pragmatiques qui restreignaient liberté d’action et autorité judiciaire des féodaux.

35Les rachats sont infinis et certains redoublés, en dépit de toutes les promesses : Nicosia, Malte, Taormine, Castronovo, Naro, Sutera, Troina, Polizzi, Mazara, Termini, Sciacca, Corleone, Mistretta et Capizzi, Marsala. D’autres aliénations sont définitives : Aci, Mussomeli, Paternò, Sutera. Pantelleria demande son rattachement au Domaine en 1407 et de nouveau sous Ferdinand le Catholique, sans succès cependant parce que les « pauvres habitants » avaient perdu le diplôme de Martin qui garantissait la domanialité (CI, p. 14) ; dès que meurt Isabelle la Catholique en 1508, Syracuse, siège de la Chambre réginale, apanage de la reine, réclame son retour au Domaine (MC, p. 527).

  • 23 H. Bresc, Un Monde méditerranéen : économie et société en Sicile (1300-1460), Paris-Rome-Palerme, (...)

36Barberi rappelle les révoltes et les procès lancés par les universités pour retourner au Domaine, la rébellion étant un gage de négociation avec la Cour royale, toujours « au nom du nom sacré du roi » : ce sont les procès tentés par Modica en 1447, « comme de vrais et de parfaits fidèles royaux » (MC, p. 52) et de San Pietro sopra Patti en 1448, les tumultes de Nicosia en 1410 et 1425, de Calatafimi en 1445, de Malte en 1427 et 1451, de Salemi en 1441, de Polizzi en 1443, de Castrogiovanni et de Gioiosaguardia en 1445, de Modica et de Raguse en 1448, de Scicli en 1450, de Syracuse en 1448 et 1459. Le droit de résistance armée en cas d’aliénation « par inadvertance » est reconnu en 1441 à Salemi et en 1447 à Corleone. On perçoit l’existence de vrais pôles de résistance, Malte, Salemi, San Pietro, Syracuse, ancrés dans une culture municipale de liberté23. G. L. Barberi rappelle en effet que leur statut est « le doux et suave Domaine royal » (LS, p. 295) et que le gouvernement royal est synonyme de liberté (CII, p. 108, Novara).

37Barberi signale aussi la solidarité qui unit les universités dans la recherche de la domanialité : Messine soutient les habitants de Monforte en 1399, « à leur grande joie » (MC, p. 549) et ceux de Novara, mais en vain (CII, p. 108). Palerme intervient pour faire échapper Salemi à l’aliénation : centre du Val de Mazara, « terre forte et noble », elle compte 1 500 maisons, et sa perte serait désastreuse.

  • 24 J.-P. Boyer, La domanialité entre Provence et Mezzogiorno, p. 222 et 232.

38En 1397 à Catane, en 1398 à Syracuse, en 1458 à Palerme, la résistance aux aliénations vient des Parlements, c’est-à-dire du Bras domanial, cités et « terres » solidaires, au nom des statuts reconnus, des Constitutions du royaume, de la « coutume antique et invétérée », dans une forme constitutionaliste, qui garantit l’inaliénabilité du Domaine, ce qu’Andrea d’Isernia, héritier et interprète de la pensée de Frédéric II, appelle l’honor Corone24. En 1458 le Parlement intervient en vain pour obtenir que le privilège de domanialité concédé par Alphonse à Syracuse et qui aurait dû prendre effet à la mort de la reine Marie soit enfin mis en œuvre, mais Jean II renvoie l’application à la mort de la reine Blanche (CR, p. 464, § lxiv). Le Parlement de 1474 obtient la promesse que les privilèges de Capizzi, Cefalù, Marsala, Mistretta, Naro, Sciacca et Sutera seront respectés ; il demande aussi de pouvoir choisir des defensores Capitulorum Regni, véritable conseil permanent du royaume face au « Sacro Regio Consiglio », mais Jean ne concède que d’élire un, deux ou trois représentants pour attirer l’attention du vice-roi sur les cas de non-observance, in casibus non observantiæ (CR, p. 499, § ci, cv). La session de 1481 reviendra à la charge pour obtenir enfin de Ferdinand le Catholique le respect de la domanialité de Mistretta et Capizzi (CR, p. 523, § xvi).

  • 25 L. Genuardi, Parlamento siciliano, p. cc.

39Le contexte juridique est changé : si les chapitres présentés par les Parlements ont toujours été négociés, depuis 1446 ils prennent la forme d’un contrat, lex pactionata, entre le souverain et le royaume, et d’un privilège, in vim et formam privilegiorum atque libertatum legumque pactionatarum, en échange d’un donative. Si des chapitres sont présentés sans concorde préalable, le souverain peut refuser le placet ou répondre de manière évasive ou ambiguë. En 1458, le Parlement a également tenté de se donner une représentation permanente sur le modèle catalan, une députation de neuf élus, trois par Bras, pour lever le donative, mais son autorité reste bancale, sans continuité, car sans permanence25. L’hostilité des juristes au pactisme et au donative s’exprime chez Barberi : il dénonce la négociation qui conduit au vote par les trois Bras du Parlement du subside gracieux, car elle implique la perte de « biens domaniaux du Royaume et la diminution des regalia » ; « sous couleur de service, l’offrande apparaît comme un prix payé, et non comme un don » (BE, p. 255).

La conscience du royaume

Face au prince

  • 26 Gl. M. Cantarella, Ripensare Falcando, dans Studi medievali, 34, 1993, p. 838-839.

40L’exhortation du pseudo Falcando à l’unité du peuple sicilien, en 1189-1190, pour tenir tête à la menace allemande, s’était révélée impuissante, encore que son projet, rassembler Siciliens chrétiens et musulmans, n’ait pas été absurde. Hugues a défendu avec fermeté la personne de Roger II contre l’accusation de tyrannie et le règne d’une loi sévère, invoquant la necessitas. Glauco Maria Cantarella en déduit que Roger II est l’idéal du monarque, son « corps invisible », et Palerme, sous Roger et sous Guillaume II, le modèle de la « convivenza ». Il discerne très justement dans cette construction, personnalité du royaume, roi abstrait, concorde, tranquillitas, rigueur de justice, un courant de pensée élaboré au Palais, sous le gouvernement des archontes, évêques et grands issus de maisons normandes26.

  • 27 P. Kehr, Das Briefbuch des Thomas von Gaeta, dans Quellen und Forschungen, VIII, 1905, p. 53, no X (...)

41Ce sont de hauts officiers et des prélats qui tiennent tête au prince au nom du modèle normand : Tommaso Maltaccia de Gaète, ambassadeur de Constance auprès de Célestin III en 1195, notaire en 1199, maître justicier en 1202, ambassadeur de Guillaume Capparone en 1204 auprès d’Innocent III, apparaît comme le défenseur des populations et le promoteur d’une politique de conciliation. En 1223-1225, il écrit à l’empereur que la chrétienté toute entière désire l’entente entre le pape et l’empereur27. C’est l’amour des sujets qui constitue la puissance des princes. Il demande des intervalles entre les collectes, une modération du poids de l’impôt. Que le royaume, fatigué déjà, respire, ce royaume florissant sous les rois catholiques. Il souhaite une pratique plus douce envers les peuples et les cités. Dans une seconde lettre, il implore le souverain de limiter les constructions multipliées simultanément et qui accablent les pauvres et d’en réserver les prémices à Dieu, selon l’exemple de ses ancêtres les souverains très chrétiens qui, entre les guerres, fondaient des églises et des monastères. Les forteresses construites sur les hauteurs, défendues par des tours et des murailles multiples, ne sont rien sans l’amour et le dévouement des sujets. Une troisième lettre, de 1226, suggère un rapprochement avec le pape, appuyé sur des présents, muneribus, pour adoucir le conflit sur la Marche d’Ancône et le duché de Spolète et maintenir les bonnes dispositions du pontife. La constitution d’un parti favorable à l’empereur au sein de la Curie, composé de deux ou trois cardinaux, est aussi conseillée.

42En 1238, l’archevêque de Messine, Lando d’Anagni, membre d’un parti philopontifical raréfié, promu à ce siège important en 1232 et utilisé comme ambassadeur à la Cour romaine, choisit l’exil à Anagni. Il écrit à l’empereur une lettre que l’on ne connaît qu’en creux, l’exhortant à rétablir la paix avec Grégoire IX, sans cependant attribuer la faute de la crise à l’empereur. La réponse de Frédéric est un long plaidoyer, sur un ton indigné, et un historique détaillé du conflit et des provocations pontificales, qui termine sur la décision irrévocable de restituer le duché de Spolète et la Marche d’Ancône à l’Empire et sur la promesse de lui rendre visite à Anagni et de répondre à ses demandes « comme il sera convenable à notre Altesse et comme nous verrons qu’il convient à notre honneur » (RCF, p. 477, no 504, 2 février 1240).

Le roi en tutelle ?

  • 28 A. Baviera Albanese, L’istituzione dell’Ufficio di Conservatore del Real Patrimonio e gli organi f (...)

43L’exécutoire est « l’institution de tutelle des intérêts du royaume, aussi et surtout en opposition éventuelle avec ceux du roi »28. Elle va de pair avec celle du Conservateur du Patrimoine royal, établie en 1414 ; l’avis du conservateur est indispensable pour que le vice-roi permette l’exécution des ordres royaux, toujours suspects d’avoir été obtenus subrepticement, en cachant la vérité. Les refus d’exécutoire signalés par Barberi (LS, p. 135, 152, 155, 175, 262), restent rares et tous finalement tournés, deux par l’autorité royale, un par « lettres secrètes », un autre par l’appel au « Sacro Regio Consiglio », deux autres par l’appel au Parlement, mais il se peut que d’autres donations n’aient pas été enregistrées en chancellerie, échappant à l’observation. Il est probable que l’exécutoire a limité le flux des aliénations, sans mettre le roi sous une tutelle permanente, mais son existence même est un rappel permanent du contrat politique qui unit la Maison d’Aragon et le royaume.

De la communauté du royaume à la nation

44L’explosion des Vêpres de 1282 prolonge et renforce une communauté du royaume, amputé cependant de sa partie continentale et réduit d’abord à l’ancien comté de Sicile et de Calabre, puis à l’île seule. Pour la première fois, les historiens se font l’expression des sentiments et des projets d’une communauté. Le vocabulaire des chroniqueurs, Bartolomeo de Neocastro, Niccolò Speciale, est le reflet des discours et des débats, qui ont balisé la révolution palermitaine, puis messinoise : Communitas, l’opposition Galli/Siculi, Sicilie populus, tocius Sicilie libertatem, pro republica et defensione omnium Siculorum, le mot de natio demeurant cependant absent. Pour la première fois, la Sicile est l’objet d’un intérêt particulier : description de son sous-sol, évocation de ses cavernes, de ses géants, de ses merveilles, de son passé mythologique. La comparaison des Siciliens avec les Hébreux bibliques sous-tend également le récit de la révolte : shibboleth du mot « ciciru » prononcé par les Français et qui signe leur arrêt de mort, rédemption assurée par Pierre d’Aragon. Ce vocabulaire reproduit celui que les juristes de la Cour introduisent dans les chapitres concordés entre Frédéric III et le parlement de 1296 : pas de négociation avec le pape ou l’Angevin « sans le consentement exprès et la pleine connaissance des Siciliens » (CR, p. § 1 : absque consensu expresso, et aperta scientia Siculorum), et pour « l’état de notre république » (CR, p. § 3, De generali Curia semel in anno : nostræ reipublicæ status), un parlement annuel et un tribunal des pairs chargé des causes criminelles des feudataires.


45C’est donc contre les Angevins, mais sous la guide de membres de leur appareil administratif, que le royaume s’est donné une personnalité, une énergie héroïque, une violence qui lui a permis de tenir durant la longue guerre de cent trente ans qui mène à la paix presque définitive d’Aversa en 1372. Les officiers de justice et d’administration ont été les porteurs de la doctrine issue de l’assise Scire volumus et rassemblée par Barberi après quatre siècles sans qu’un juriste sicilien en ait fait la synthèse.

Abréviations :

46BE = G. L. Barberi, Beneficia Ecclesiastica, ed. I. Peri, I, Palerme, 1963.
CI, II, II = G. L. Barberi, I capibrevi di Giovanni Luca Barberi, ed. G. Silvestri, Palerme, 1879-1886, vol. I, I feudi del Val di Noto ; vol. II, I feudi del Val di Demina ; vol. III, I feudi del Val di Mazzara.
CR = Capitula Regni Siciliæ, ed. F. Testa, Palerme, 1741 (rééd. anastatique, Soveria Manelli, 1999).
CRS = Capitula Regni Siciliæ, in Constitutiones Regni Utriusque Siciliæ, Venise, 1580, p. 285-312.
LA = Liber Augustalis, in Constitutiones Frederici secundi, Die Konstitutionen Friedrichs II. für das Königreich Sizilien, ed. W. Stürner, Hanovre, 1996 (MGH, Constitutiones et acta publica imperatorum et regum, Supplementum).
LS = G. L. Barberi, Liber de Secretiis, ed. E. Mazzarese Fardella, Milan, 1966.
MC  = G. L. Barberi, Il « Magnum Capibrevium » dei Feudi Maggiori, ed. G. Stalteri Ragusa, Palerme, 1989.
RCA = I registri della Cancelleria angioina ricostruiti con la collaborazione degli archivisti napoletani, ed. R. Filangeri, Naples, t. III, 1952 ; t. V, 1953 ; t. IX, 1957 ; t. XI, 1958 ; t. XX, 1966 ; t. XXII, 1969.
RCF = C. Carbonetti-Vendittelli, Il registro della cancelleria di Federico II del 1239-1240, Rome, 2002.

Fig. 1 – Municipes et matrice de l’État des Hauteville.

Fig. 1 – Municipes et matrice de l’État des Hauteville.

Fig. 2 – Le domaine sous les Hauteville.

Fig. 2 – Le domaine sous les Hauteville.

Fig. 3 – Le domaine sous Frédéric II.

Fig. 3 – Le domaine sous Frédéric II.

Fig. 4 – La Sicile angevine.

Fig. 4 – La Sicile angevine.

Fig. 5 – Le domaine royal au XIVe siècle.

Fig. 5 – Le domaine royal au XIVe siècle.

Fig. 6 – Le domaine défini par le Parlement de Syracuse, 1398.

Fig. 6 – Le domaine défini par le Parlement de Syracuse, 1398.

Fig. 7 – Le domaine, 1392-1516.

Fig. 7 – Le domaine, 1392-1516.

Notes

1 J.-P. Boyer, La domanialité entre Provence et Mezzogiorno sous la première dynastie angevine, dans Th. Pécout (dir.), Quand gouverner c’est enquêter. Les pratiques politiques de l’enquête princière (Occident, XIIIe-XIVe siècles), Paris, 2010, p. 212.

2 H. Bresc, L'héritage frédéricien en Sicile (1250-1350), dans J.-L. Bonnaud, N. Coulet, D. Menjot, Th. Pécout, L. Roy (dir.), Memini. Travaux et documents, 19-20, 2015-2016, Des communautés aux États. Mélanges offerts à Michel Hébert, Montréal, p. 245-257.

3 A. Nef, Conquérir et gouverner la Sicile islamique aux XIe et XIIe siècles, Paris-Rome, 2011, p. 105-106.

4 M. De Vio, Felicis et fidelissimæ urbis Panormitanæ… Privilegia, Palerme, 1706, p. 16, 25 août 1243.

5 A. Marongiu, La parte dell’eredità normanna nello stato di Federico II, dans Annali della scuola speciale per archivisti e bibliotecari dell’Università di Roma, I, 1961, p. 3-19 ; B. Pasciuta, Placet Regie Maiestati. Itinerari della normazione nel tardo meioevo siciliano, Turin, 2005.

6 M. Hébert, Les assemblées représentatives dans le royaume de Naples et dans le comté de Provence, dans L’État angevin. Pouvoir, culture et société entre XIIIe et XIVe siècle, Rome, 1998 (Collection de l’École française de Rome, 245), p. 475-490, ici p. 483.

7 M. Camera, Annali del Regno delle Due Sicilie, Naples, 1860, p. 14-15.

8 L. Genuardi, Parlamento siciliano, I, Parte prima (1034-1282), Città di Castello, 1924, p. cxxxiii.

9 W. Koller, A. Nitschke (ed.), Die Chronik von Saba Malaspina, Hanovre, 1999 (MGH, SS, 35), p. 130.

10 P. Collura, Le più antiche carte dell'Archivio capitolare di Agrigento, Palerme, 1961, p. 131-141.

11 N. Kamp, Potere monarchico e chiese locali, dans P. Toubert, A. Paravicini Bagliani (dir.), Federico II e il mondo mediterraneo, Palerme, 1994, p. 84-106, ici p. 96.

12 Documenta Pactensia, 2, 1, L’età sveva e angioina, éd. P. De Luca, Messine, 2005, p. 250, 281, 294.

13 Palerme, Biblioteca del Comune, QqH 7, fol 493, lettres de Melfi, 23 août 1266.

14 A. Marongiu, Dottrine e istituzioni politiche medievali e moderne, Milan, 1979, p. 72-73, sur La parola Stato, mot qui exprime dès le XIVsiècle l’autorité abstraite de la Couronne.

15 J.-P. Boyer, La domanialité entre Provence et Mezzogiorno, p. 220 s.

16 J. Krynen, “De nostre certaine science”. Remarques sur l’absolutisme législatif de la monarchie médiévale française, dans A. Gouron et A. Rigaudière (dir.), Renaissance du pouvoir et genèse de l’État, Montpellier, 1988, p. 131-144, note que cette clause dérogatoire est « une clef à toutes serrures ».

17 Autorisation à Gervais Aikhthos [Ruffo] d’épouser la veuve de Robert Malet et de recevoir la tutelle des pupilles ; P. Collura, Appendice al regesto dei diplomi di re Ruggero compilato da Erich Caspar, dans Atti del Convegno Internazionale di Studi Ruggeriani, Palerme, 1955, p. 545-625, ici p. 595-597.

18 H. Zielinski (ed.), Tancredi et Willelmi III regum diplomata, Cologne-Vienne, 1982, p. 42-45.

19 Th. Kölzer (ed.), Constantiæ imperatricis et reginæ Siciliæ Diplomata (1195-1198), Cologne-Vienne, 1983, p. 237-240. Le texte original, latin et arabe, a été retrouvé par Jeremy Johns dans les Archives Moncada.

20 G. Silvestri (ed.), De Rebus Regni Siciliæ (9 settembre 1282-26 agosto 1283). Documenti inediti estratti dell'Archivio della Corona di Aragona, Palerme, 1882, p. 422, no ccclx, 19 avril 1283.

21 H. Bresc, Un royaume pour Martin de Montblanc, dans M. T. Ferrer i Mallol (dir.), Martí l’Humà. El darrer rei de la dinastia de Barcelona (1396-1410). L’interregne I el Compromís de Casp, Barcelone, 2015, p. 303-328.

22 B. Pasciuta, Placet Regie Maiestati, p. 208.

23 H. Bresc, Un Monde méditerranéen : économie et société en Sicile (1300-1460), Paris-Rome-Palerme, 1986 (BEFAR, 262), p. 733-734, p. 893.

24 J.-P. Boyer, La domanialité entre Provence et Mezzogiorno, p. 222 et 232.

25 L. Genuardi, Parlamento siciliano, p. cc.

26 Gl. M. Cantarella, Ripensare Falcando, dans Studi medievali, 34, 1993, p. 838-839.

27 P. Kehr, Das Briefbuch des Thomas von Gaeta, dans Quellen und Forschungen, VIII, 1905, p. 53, no X, p. 55, no XI, p. 61, no XV.

28 A. Baviera Albanese, L’istituzione dell’Ufficio di Conservatore del Real Patrimonio e gli organi finanziari del Regno di Sicilia, dans Scritti minori, Soveria Manelli, 1992, p. 11-15.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Municipes et matrice de l’État des Hauteville.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/7398/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 974k
Titre Fig. 2 – Le domaine sous les Hauteville.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/7398/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 3 – Le domaine sous Frédéric II.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/7398/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 4 – La Sicile angevine.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/7398/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 5 – Le domaine royal au XIVe siècle.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/7398/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 6 – Le domaine défini par le Parlement de Syracuse, 1398.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/7398/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 7 – Le domaine, 1392-1516.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/7398/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

© Publications de l’École française de Rome, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter