Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les officiers et la chose publique dans les territoires angevins (xiiie-xve siècle) : vers une culture politique ?

 | 
Thierry Pécout

Modèles nobiliaires et modèles ecclésiaux

Les orientations religieuses d’un officier angevin : Bertrand de Beauvau († 1474)

Jean-Michel Matz

Résumé

La famille de Beauvau apparaît dans l’entourage des princes angevins au cours des dernières décennies du XIVe siècle. Jean de Beauvau fut capitaine de Tarente à partir de 1382, charge dans laquelle son cousin Macé lui succéda après sa mort à Naples en juillet 1391. Deux fils de Jean se retrouvent ensuite en charge de services administratifs, militaires ou financiers. Pierre de Beauvau (v. 1380-v. 1435), chambellan et exécuteur testamentaire de Louis II, président du conseil de la reine Yolande pendant la minorité de Louis III, est nommé lieutenant général, vice-roi et gouverneur de Provence en 1429, et assiste à la mort du roi de Sicile en Calabre, en novembre 1434. Son frère Bertrand (v. 1382-1474), qui lui a survécu près de quatre décennies, a été quant à lui un des principaux serviteurs du roi René en tant que, notamment, capitaine du château d’Angers. À la fin de sa vie, déjà veuf par trois fois, il épousa en quatrièmes noces la fille naturelle de René, Blanche d’Anjou. Il avait entre-temps entamé une carrière au service du roi de France comme bailli de Touraine puis comme premier président laïque de la Chambre des comptes de Paris. Bertrand de Beauvau a entrepris la construction de deux châteaux : Ternay, dans le pays loudunais, et Pimpéan, à une trentaine de kilomètres d’Angers. Dans les deux cas, il a doté ces résidences d’une somptueuse chapelle ; celle de Pimpéan, dédiée à François d’Assise et à Catherine d’Alexandrie, porte encore d’admirables fresques représentant des scènes de la vie de la Vierge, des épisodes de la Passion et de nombreux saints – notamment franciscains, parmi lesquels saint Louis d’Anjou. Alors que la branche aînée des Beauvau avait tissé des liens étroits avec les Franciscains d’Angers pendant que celle des Beauvau du Rivau se montra généreuse envers les Dominicains de la ville, Bertrand de Beauvau fut le grand bienfaiteur du couvent des Ermites de saint Augustin d’Angers dans lequel il se fit inhumer avec ses trois premières épouses dans un grand tombeau de marbre noir. Il y fit « edifier tout de neuf les batiments et les cloitres et reparer l’eglise » à partir de 1468. Il lui donna de somptueuses tapisseries et plusieurs « livres très beaux, enrichys de très belles mignatures ». Pour finir, il dota le couvent de plus de 2 000 livres tournois pour des messes obituaires et diverses fondations pieuses.

La famiglia de Beauvau apparve nell'entourage dei principi angioini negli ultimi decenni del XIV secolo. Jean de Beauvau fu capitano di Taranto dal 1382, carica che successe al cugino Macé dopo la morte avvenuta a Napoli nel luglio 1391. Due figli di Jean erano poi responsabili dei servizi amministrativi, militari o finanziari. Pierre de Beauvau (v. 1380-1435), ciambellano ed esecutore testamentario di Luigi II, presidente del consiglio della regina Yolande durante la minorità di Luigi III, fu nominato tenente generale, viceré e governatore della Provenza nel 1429, e assistè alla morte del re di Sicilia, in Calabria, nel novembre 1434. Suo fratello Bertrand (v. 1382-1474), che gli era sopravissuto per quasi quattro decenni, fu uno dei principali servitori di re Renato in qualità, tra l’altro, di capitano del castello di Angers. Alla fine della sua vita, già vedovo per tre volte, sposò in quarte nozze Blanche d'Anjou, la figlia naturale di Renato. Nel frattempo, aveva iniziato la sua carriera al servizio del Re di Francia come balivo di Touraine e poi come primo presidente laico della Camera dei conti di Parigi. Bertrand de Beauvau intraprese la costruzione di due castelli: Ternay, nella regione di Loudunais, e Pimpéan, a una trentina di chilometri da Angers. In entrambi i casi, aveva dotato tali residenze di una sontuosa cappella; quella di Pimpean, dedicata a Francesco d'Assisi e Caterina d’Alessandria, porta ancora oggi ammirevoli affreschi raffiguranti scene della vita della Vergine, episodi della Passione e numerosi santi – in particolare francescani, tra cui San Luigi d’Angiò. Mentre il ramo più antico della famiglia Beauvau aveva stretto legami con i Francescani di Angers, il ramo di Beauvau du Rivau invece si mostrò generoso verso i Domenicani della città e Bertrand de Beauvau fu il grande benefattore del convento degli Eremiti di Sant’Agostino di Angers, dove fu sepolto con le sue prime tre mogli in una tomba monumentale di marmo nero. A partire dal 1468 fece « edifier tout de neuf les batiments et les cloitres et reparer l’eglise ». Donò arazzi sontuosi e diversi « livres très beaux, enrichys de très belles mignatures ». Infine, donò al convento oltre 2 000 libbre tornesi per messe funerarie e varie fondazioni pie.

Texte intégral

1La mobilité sociale est un processus de toutes les époques, mais au cours des derniers siècles du Moyen Âge sans doute plus qu’à d’autres, nombre d’individus ou de familles sont sortis parfois d’à peu près nulle part pour connaître une ascension sociale quelquefois fulgurante. La fortune des affaires, le service de l’État ou des princes, la force des alliances et des réseaux ou le poids croissant des grades universitaires sont autant de facteurs qui ont pu jouer – quel qu’en ait été l’ordre et le poids respectif – pour permettre à des hommes et bientôt à leurs parents de s’extirper de l’anonymat et de se hisser hors de leur milieu d’origine, souvent bien terne. Les Beauvau, modeste lignage issu des campagnes de l’Anjou, en donnent un exemple abouti et méritent à ce titre que le programme de recherche ANR sur les officiers dans les territoires angevins se penche sur leur destinée à travers le parcours de l’un d’entre eux.

  • 1 Les origines des Beauvau et leur ascension ont été très bien retracées par L. Bidet, La famille de (...)
  • 2 Jacques Chevillard, Histoire généalogique de la maison de Beauvau, 3 volumes datés de 1712 : Paris (...)
  • 3 L. et Sc. de Sainte-Marthe, Histoire généalogique de la maison de Beauvau, justifiée par tiltres, (...)
  • 4 J. Hiret, Des Antiquités de l’Anjou, Angers, 1605-1618, p. 365.
  • 5 Journal de Jean Le Fèvre, évêque de Chartres, chancelier des rois de Sicile Louis Ier et Louis II (...)
  • 6 Preuve de cette confusion tardive, des pièces intéressant les Beauvau d’Anjou ont été classées ave (...)

2Entre la fin du XIVe siècle et la fin du suivant, en l’espace seulement de deux générations, les Beauvau sont parvenus à occuper les plus hautes fonctions au service des princes angevins et des rois de France1. Leur devenir, encore consolidé par leurs descendants sous l’Ancien régime, a nourri une prétention à vouloir ancrer leurs origines dans un passé digne de leur situation acquise. Des généalogies flatteuses forgées par des feudistes de l’époque moderne ont affirmé qu’ils descendaient d’un fils cadet d’un comte d’Anjou du Xe siècle2, replaçant ainsi ni plus ni moins les ancêtres des Beauvau dans la nobilitas carolingienne ! Cette prétention ne résiste pas un instant à l’examen des sources, pas plus d’ailleurs que l’existence dans la seconde moitié du XIIIe siècle d’un René, seigneur de Beauvau, connétable du royaume de Sicile sous Charles Ier d’Anjou3, ou celle de son fils Macé qui passe pour avoir été le premier Beauvau à remplir l’office de sénéchal d’Anjou – le sénéchalat s’est pourtant transmis de manière héréditaire chez les Craon tout au long du XIIIe siècle et jusqu’au début du suivant – et le « fondateur » des Cordeliers d’Angers4. Il existe encore un Macé de Beauvau, « bourgeois d’Angers » – rattaché sans doute par erreur au lignage qui va nous occuper – mentionné dans un acte de 1340 rangé malencontreusement dans les titres de famille des Beauvau aux Archives départementales de Maine-et-Loire au simple motif que le nom même de cette famille a mis du temps à se fixer définitivement. D’ailleurs, encore à la fin du XIVe siècle dans le Journal du chancelier d’Anjou-Provence Jean Le Fèvre5, ces petits nobles angevins sont toujours dénommés Beauval (de Bella Vallis)6, du nom d’une seigneurie d’importance moyenne détachée au cours du XIIIe siècle de celle de Jarzé, dans le Baugeois, à une trentaine de kilomètres au Nord-Est d’Angers.

3Bertrand de Beauvau (v. 1382-† 1474), dont la carrière d’officier s’est déployée à la fois au service des ducs d’Anjou et des rois de France, est à l’origine d’une des branches de ce lignage angevin. S’interroger sur sa culture et ses orientations religieuses revient évidemment à considérer les manifestations de sa piété mais surtout à dénouer l’enchevêtrement de leurs motivations tout aussi bien personnelles que familiales et politiques. Son comportement religieux s’inscrit-il dans une tradition lignagère, traduit-il une volonté de consolider son appartenance aux cercles dirigeants en s’attirant les grâces du prince, exprime-t-il une piété propre – si tant est qu’elle existe – au monde des serviteurs et des officiers ?

Les Beauvau, officiers des princes angevins

  • 7 BnF, ms. fr. 26737, Pièces originales 253 (dossier Beauval, 5541), no 3.
  • 8 G. Bianciotto, Édition critique et commentée du Roman de Troyle, traduction française du XVe siècl (...)
  • 9 Journal de Jean Le Fèvre…, cité, p. 146 (28 juillet 1385) ; en décembre 1387, Marie de Blois lui e (...)
  • 10 Sainte-Marthe, Beauvau, p. 113.
  • 11 Jamet était seigneur de Monriou au Nord d’Angers ; sa dernière trace documentaire est une fondatio (...)
  • 12 Pour les actes de fondations, voir Archives départementales de Maine-et-Loire [désormais ADML], E  (...)

4C’est à la période tardive des débuts de la seconde maison apanagée d’Anjou-Provence que remontent les premières preuves incontestables de la présence de certains Beauvau dans l’entourage des princes angevins. D’un Jean de Beauvau, mort à une date inconnue et dont on ne sait rien hormis son mariage avec Jeanne de Coulaines, sort Jean († 1391), le père de Bertrand. Il est attesté pour la première fois en 1377 en tant qu’écuyer d’écurie du duc Louis Ier d’Anjou lorsqu’il reçoit un don de 120 francs or « pour le recompenser de plusieurs frais, mises et despens qu’il a pour ce soustenuz en nostre service »7. Au tournant de 1380, avec son frère cadet Jamet (mort après 1405), Jean figure en tête des écuyers de la troupe que mène Jean de Bueil en Flandre puis en Bretagne8, et sans transition aucune, on le retrouve châtelain et capitaine de Tarente au royaume de Naples en 1385, charge qu’il occupe vraisemblablement depuis déjà plusieurs années9. Il circule ensuite entre le Regno, la Provence et Avignon, chargé de différentes missions au service des Angevins, la dernière trace de Jean de Beauvau étant semble-t-il son testament passé à Naples le 21 juillet 1391 avant sa mort dans les jours qui suivent. À cette date, un de ses frères resté anonyme – mentionné dans ce testament – est déjà décédé et inhumé dans une église de Naples10, et un autre, Jamet, lui survit une quinzaine d’années et meurt sans postérité avant d’être inhumé chez les Cordeliers d’Angers11. La branche aînée des Beauvau, qui descend de ce Jean par son fils Pierre († 1435) a noué des relations privilégiées avec le couvent des Franciscains d’Angers où ils avaient leur caveau et leurs armoiries représentées dans les vitraux de l’église et dans lequel ils ont multiplié les services et les fondations religieuses au fil des générations12.

  • 13 Sainte-Marthe, Beauvau, p. 114-115.
  • 14 Ibid., p. 115-116.
  • 15 M.-R. Reynaud, Le temps des princes. Louis II et Louis III d’Anjou-Provence (1384-1434), Lyon, 200 (...)
  • 16 Paris, Archives nationales [désormais AN], P 13344, fol. 120v.
  • 17 AN, KK 48, fol. 127v.
  • 18 Sainte-Marthe, Beauvau, p. 93.
  • 19 On trouvera la représentation de sa sépulture dans J. Adhémar, Catalogue des tombeaux de Gaignière (...)

5Jean de Beauvau ne laissant que des enfants en bas âge (dont Bertrand), le relais est alors pris par Macé († 1421), son neveu et par conséquent un cousin de Bertrand. Dès la mort de Jean de Beauvau à l’été 1391, la capitainerie et la garde du château de Tarente sont confiées par Marie de Blois à Robert de Dreux qui retient Macé comme lieutenant, office dont il est déchargé quand Dreux est remplacé l’année suivante par un nouveau capitaine, mais en 1399, Louis II d’Anjou nomme Macé, « nostre escuyer d’escuirie » châtelain et garde de Tarente13. On le retrouve plus tard gouverneur du comté de Roucy – que Louis Ier d’Anjou avait acheté en 1370 à son héritière – en 140314, en 1406 grand maître de l’hôtel de Louis II d’Anjou15, en 1411 « grant maistre d’ostel de monseigneur Regné » qui est tout juste né deux ans plus tôt16, et en 1413 en compagnie de Yolande d’Aragon pour aller négocier avec Isabeau de Bavière le mariage de Marie d’Anjou (la sœur aînée de René) avec son fils Charles de Ponthieu (le futur Charles VII)17. Nommé capitaine du château d’Angers en 141718, Macé meurt en 1421. Lui et ses héritiers forment la branche des Beauvau dite de la Beschère ou du Rivau, du nom de deux de leurs seigneuries, la première située dans le Maine, la seconde en Touraine. Il fut inhumé avec sa femme chez les Dominicains d’Angers et ses descendants ont cultivé cette relation privilégiée avec les frères Prêcheurs19.

  • 20 Abbé J.-P. Papon, Histoire générale de Provence, dédiée aux États, t. 3, Paris, 1784, p. 357 ; N.  (...)
  • 21 M.-R. Reynaud, Le temps des princes…, cité, p. 137.
  • 22 AN, P 13344, fol. 128v, rente de 600 lb. t. et pension de 400 lb. t.
  • 23 AN, P 133417, no 44 (en date du 27 avril 1417) ; les exécuteurs testamentaires sont l’évêque d’Ang (...)
  • 24 G. Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII, t. 1, Paris, 1881, p. 87-88 (avec Tanguy du Châte (...)
  • 25 AN, P 13344, fol. 148.
  • 26 A. Coville, La vie intellectuelle dans les domaines d’Anjou-Provence de 1380 à 1435, Paris, 1941, (...)
  • 27 AN, P 133417, no 46 (testament du 13 novembre 1434).

6À la mort de Macé, les deux fils mineurs laissés par Jean de Beauvau avaient déjà intégré le monde des offices et les sphères du pouvoir. D’après certains auteurs, l’aîné, Pierre de Beauvau († 1435), né sans doute vers la fin de la décennie 1370, aurait passé sa jeunesse auprès de son père en Italie et, plus tard, participé à la campagne de Louis II d’Anjou au cours de laquelle il remporta – sans réussir à en tirer un parti décisif – la victoire de Roccasecca contre Ladislas de Duras (19 mai 1411)20. Quoi qu’il en soit, il entama une longue carrière de conseiller à partir de 140621, et Louis II accorda en 1414 une pension à son conseiller et chambellan ainsi qu’une rente dont il devait jouir avec sa femme Jeanne de Craon22. Si Pierre est au nombre des exécuteurs testamentaires que le prince angevin désigne en 141723, il est rarement présent au conseil jusqu’à la mort de son cousin Macé, mais il sait déjà se faire apprécier du dauphin Charles dont il est à l’été 1418 conseiller et chambellan en même temps que capitaine et lieutenant général, participant à ce titre à la sinistre entrevue de Montereau (1419) où il avait été député pour recevoir le serment du duc de Bourgogne24. Nommé capitaine du château d’Angers début 1422 après la mort de Macé25, il préside alors le conseil de Yolande d’Aragon dans les premières années de la minorité de Louis III d’Anjou qu’il accompagne ensuite en Italie et au nom duquel il gouverne la Calabre entre 1424 et 1427 avant d’être nommé gouverneur de la Provence en 142926 ; il assiste la même année au sacre de Charles VII – dont il avait été le gouverneur à Angers à partir de 1413 – à Reims avec le roi de Sicile. En mission à Naples en 1431 pour les préparatifs de l’adoption de Louis III par la reine Jeanne II de Duras, il est chargé la même année des négociations en vue du mariage du jeune prince angevin avec Marguerite de Savoie et assiste ce dernier sur son lit de mort à Cosenza le 15 novembre 1434 après avoir été désigné – comme son frère Bertrand – parmi ses exécuteurs27. Pierre de Beauvau disparaît des sources au début de l’année 1435, sans doute en raison de son décès.

  • 28 En attendant le remboursement de cette dette, le duc laissait à Beauvau la jouissance de plusieurs (...)

7Tous ces éléments pourront paraître fort longs et inutilement développés pour cerner la spiritualité et les orientations religieuses de Bertrand de Beauvau, deuxième fils de Jean et frère cadet de Pierre, par ailleurs cousin de Macé. Ces parcours n’en sont pas moins très éclairants sur les ressorts de l’élévation de ce lignage : la faculté de ses différentes branches à se relayer dans le service en cas de minorité des enfants ; l’importance des offices domestiques et militaires qu’ils ont occupés ; leur capacité à se mouvoir entre les différents territoires angevins ; une aisance financière qu’ils mettent semble-t-il sans compter à la disposition de leurs maîtres – on sait par exemple qu’à sa mort en 1417, Louis II ne devait pas moins de 17 000 ducats d’or à Pierre de Beauvau28. Mais quelle que soit la branche envisagée et la génération considérée, il faut noter que les études et les grades universitaires n’ont tenu aucun rôle dans leur ascension et leurs carrières. Un dernier trait, poussé à l’extrême par Bertrand n’est pas à négliger : le service des Angevins n’est en rien exclusif de celui de la maison de France – ce qui ne saurait surprendre dans la première moitié du XVe siècle tant le sort des uns et de l’autre étaient alors imbriqués.

La carrière de Bertrand de Beauvau

  • 29 AN, P 1344, no 603 (vidimus du 24 novembre 1432 d’un acte original daté du 15 octobre 1427).

8La tradition fixe la date de naissance de Bertrand de Beauvau en 1382, mais aucun texte ne permet de la confirmer. Il a de toute évidence suivi son père et son frère aîné dans le service militaire des rois de Sicile. En 1427, Louis III lui confirme en effet la cession à perpétuité de la seigneurie de Précigné (dans le Maine) faite par Yolande en 1425 qui entérinait déjà un bienfait octroyé de son vivant par Louis II en 1416 (n. s.)29. Le texte ne laisse aucun doute sur l’engagement de Bertrand au service des princes angevins :

Loys, par la grace de Dieu roy de Jherusalem et de Secille […] À touz ceulx qui ces presentes lectres verront, salut. Comme nostre feu très redoubté seigneur et pere, que Dieu absoulle, par ses lectres données en nostre chastel à Angiers le xxviiie jour de janvier l’an mil iiiic et quinze, et pour consideracion des grans et notables services et plaisirs que par avant lui avoit fais nostre amé et feal premier escuier de nostre escuyrie Bertran de Beauvau, tant en la conqueste de nostredit royaume que aultrement en plusieurs et diverses manieres où il avoit mis et employé parti du temps de sa jeunesse ; voulant lui en fere recompensacion et affin que plus grandement et honnestement il peust avoir et soustenir son estat en son service, eust donné et transporté audit Bertran de Beauvau, durant la vie d’icelui Bertran seullement, la chastellenie de Precigné avecques toutes et chascunes les terres aultres. Et depuis, nostre très redoubté damme et mere, lieutenant general de nous en touz nos païs et terres, par ses lectres données en nostre chastel d’Angers le xxie jour du mois d’aoust l’an mil iiiic vingt cinq, tant par les causes et consideracions dessusdictes que pour consideracion des grans, bons et notables services depuis le trespas de nostredit feu seigneur et pere à elle et nous par ledit Bertran faiz en ceste presente conqueste de nostredit royaume où il a esté en nostre compegnie par très long temps à grant despense, mise, paine, labours, perilz de son corps, comme à la garde et deffence de noz païs d’Anjou et du Maine esqueulx les Angloys, ancien ennemis de monseigneur le roy et de nous, fesoient et encore font de present forte guerre, eulx esforsent de les subjuguer et mettre en leur obeissance. En remuneracion de ce que dit est et pour autres causes et consideracions qui ad ce ont meue nostredite très redoubtée damme et mere, ait donné, cedé et transporté purement et absoluement audit Bertran de Beauvau, pour luy et ses hors legitimes masles et femelles descendant de son corps en droicte ligne, lesdictes chastellenie et terre de Precigné.

  • 30 AN, P 1339, no 431 ; la seigneurie de Saint-Laurent lui fut définitivement vendue par René d’Anjou (...)
  • 31 ADML, 9 J 3 (chartrier de Pimpéan), fol. 195, d’après l’hommage prêté au baron de Trèves en 1444.
  • 32 ADML, 9 J 3, fol. 197-200, texte édité par Ch. Urseau, Cinq lettres patentes extraites des archive (...)
  • 33 Toutes ces opérations sont parfaitement détaillées par L.  Bidet, La famille de Beauvau…, cité.

9La fortune foncière de Bertrand ne lui vient assurément pas de sa naissance ou d’héritages mais elle doit tout à la faveur – dictée en partie par leur impécuniosité – des Angevins, et bientôt aux difficultés financières des familles de la vieille noblesse de l’Anjou. Après Précigné, le même Louis III lui confirma en février 1428 la cession faite là aussi par Yolande de la seigneurie voisine de Saint-Laurent-des-Mortiers30. Entre 1435 et 1437, par toute une série d’opérations dans lesquelles il engagea plus de 2 200 royaux d’or, il édifia de toutes pièces en Anjou une importante seigneurie à Pimpéan pour laquelle il obtint bientôt à la fois la haute justice et le droit d’édifier une forteresse31, puis son érection en châtellenie par René d’Anjou en 1461 « en consideracion de bons, grans et continuelz services que nous ont fait et aux nostres ledict seigneur de Precigny et les siens, qui d’ancienneté ont esté et sont au service de nous et de noz predecesseurs »32. Dans les années 1440, il acheta pour 8 000 écus la châtellenie de Gilbourg au seigneur de Montjean, et la faillite des héritiers de ce dernier permit à Bertrand d’acquérir dans les années 1460 la seigneurie de Sillé-le-Guillaume via un marchand d’Angers, Jacques Le Camus, auquel Beauvau avait prêté auparavant 7 700 écus et qu’il ne parvenait pas à lui rembourser33. Bertrand de Beauvau a donc construit la fortune foncière et la puissance seigneuriale de la branche dite de Pressigny (en Touraine), et seuls les gages et pensions qu’il a perçus de ses maîtres au fil de sa carrière le lui ont permis.

10La carrière de Bertrand de Beauvau peut être envisagée d’abord par le résumé qu’en donne l’épitaphe gravée sur l’une des faces de son tombeau aux Augustins d’Angers :

Cy gist noble et puissant seigneur messire Bertrant de Beauvau, chevalier, baron de Precigné, de Sillé le Guillaume et de Brienczon et 1er conseiller et chambellan du roy nostre sire, president de ses comptes et grant conservateur de son dommaine ; aussi conseiller, chambellan et grant maistre d’ostel du roy de Sicile duc d’Anjou, et cappitaine de son chastel d’Angers, lequel a fait faire et ediffier tout de neuf les maisons et cloaistres et reparer l’eglise de cyens et trespassa à Angiers le xxxe jour du moys de septembre l’an de grace mil cccc et lxxiiii.

  • 34 Dans son testament de 1473 (ADML, 78 H 6), on peut lire : « Item, et pource que depuis environ l’a (...)
  • 35 Sainte-Marthe, Beauvau, p. 120.
  • 36 BnF, ms. fr. 26737, Pièces originales 253 (dossier Beauvau, 5545), no 3 et 4.
  • 37 Sainte-Marthe, Beauvau, p. 120 (contrat de mariage de Bertrand avec sa seconde épouse, Françoise d (...)

11Il convient de rétablir la chronologie de ce double parcours au service des ducs d’Anjou et des rois de France qui illustre, parmi d’autres, la grande porosité entre le monde des officiers angevins et de ceux de la monarchie et le parcours sinueux qu’ont emprunté bien des carrières. Premier écuyer de Louis II sans doute bien avant 1416, capitaine du château d’Angers en novembre 1422 (charge qu’il conserva jusqu’à sa mort), Bertrand détenait à cette date une charge qui l’amenait à délivrer des sauf-conduits en Anjou et dans le Maine, mais nous n’en connaissons pas la nature exacte34. Dans les années suivantes, membre du conseil de Yolande d’Aragon et exécuteur testamentaire de Louis III d’Anjou comme son frère Pierre, Bertrand de Beauvau se rencontre comme lui auprès de Charles VII. En 1428 (ou 1429 n. s.), il est écuyer d’écurie du roi de France et perçoit à ce titre 200 livres de gages35. En 1435, il est pour la première fois mentionné comme conseiller du roi et son chambellan36. Deux ans plus tard, on le retrouve néanmoins auprès de René d’Anjou : il est grand maître de son hôtel et l’année suivante son conseiller et chambellan37.

  • 38 Voir à ce sujet Chr. Leduc, Bertrand de Beauvau : la carrière d’un chevalier diplomate au XVe sièc (...)
  • 39 P.-R. Gaussin, Les conseillers de Charles VII (1418-1461) : essai de politologie historique, dans (...)
  • 40 G. Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII, t. 4, Paris, 1888, p. 91.
  • 41 AN, P 13345, fol. 188v (« nostre très chier et feal conseillier et grant maistre d’ostel le sieur (...)
  • 42 On le voit présider les séances du conseil ducal entre l’automne 1453 et mai 1454, date du retour (...)
  • 43 A. Lecoy de La Marche, Extraits des comptes et mémoriaux du roi René, Paris, 1873, p. 55 no 168 (t (...)
  • 44 AN, P 133410, no 94 (procuration du 1er septembre 1454), et AN, J 409, no 64.

12À partir du milieu des années 1440, il devient un acteur majeur de la diplomatie du roi Charles VII38. Membre du conseil royal particulièrement présent entre 1443 et 145039, il participe par ailleurs aux opérations de reconquête de la Normandie et occupe la charge de bailli royal de Touraine entre 1446 et 1451. Compromis dans le procès du grand argentier Xaincoins en 1451, il revient pourtant très vite en grâce comme conseiller, chambellan et capitaine de Sainte-Menehould (en Argonne) en 145240. À l’occasion de cette affaire délicate, il s’est rapproché de René d’Anjou qui le nomme à nouveau grand maître de son hôtel41. Il est alors en charge du fonctionnement de la Chambre des comptes d’Anjou et en l’absence du sénéchal (son neveu Louis) et de René partis en campagne en Lombardie, Bertrand assure également la présidence du conseil ducal en 145342 : sans en porter le titre, il exerce donc les fonctions qui sont celles du sénéchal. Dans ce cadre, il s’occupe des travaux entrepris par René dans ses différents manoirs en Anjou ou de l’édification de son tombeau dans la cathédrale d’Angers43. Preuve de la confiance dont il jouit, Bertrand de Beauvau reçoit procuration pour traiter des affaires matrimoniales de la maison d’Anjou : le remariage de René avec Jeanne de Laval en 1454 et, en 1461, le mariage de son petit-fils Nicolas de Lorraine avec Anne de France, la fille de Louis XI44.

  • 45 G. Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII, t. 6, Paris, 1891, p. 187. Sur le cadre général d (...)
  • 46 P.-R. Gaussin, Les conseillers de Louis XI (1461-1483), dans B. Chevalier, Ph. Contamine (éd.), La (...)
  • 47 Sur les péripéties politiques à la tête de l’évêché d’Angers, J.-M. Matz, Fr. Comte, Répertoire pr (...)
  • 48 BnF, ms. fr. 23030, fol. 72v.

13Bertrand de Beauvau n’a pas pour autant disparu de la cour royale. En 1458, il est ainsi appelé par Charles VII pour siéger au procès intenté pour crime de lèse-majesté contre le duc d’Alençon45. Après la mort de Charles VII en 1461, Beauvau fait partie de ceux qui survivent au changement de règne – à la différence de son beau-frère Pierre de Brézé qui est arrêté et incarcéré à Loches – et il échappe si bien à la « purge » organisée par Louis XI contre les serviteurs de son père que le nouveau roi le nomme en 1462 président de la Chambre des comptes de Paris, charge qui lui vaut 1 000 livres de gages par an, tout en siégeant au conseil royal, et comme le montre son épitaphe, il est également institué grand conservateur du domaine royal46. Mais la roue de la fortune allait bientôt tourner, notamment à cause de la guerre du Bien Public et probablement aussi de l’engagement de deux des fils de Bertrand auprès d’ennemis de Louis XI : son fils aîné, Antoine, est alors conseiller et chambellan du duc François II de Bretagne et il se rapproche de Charles de France, frère et néanmoins opposant du roi de France ; un autre de ses fils, Jean, évêque d’Angers (1447-1467), devint quant à lui chancelier du même Charles après sa déposition du siège épiscopal ourdie par Louis XI pour y caser son protégé Jean Balue47. Dans son premier testament de 1469, tout en se défendant d’avoir « servi bien et loyaument » le souverain « sans tenir parolle à seigneur ny à aultre qui fust contraire audit roy », Bertrand de Beauvau se plaint qu’en 1467 « ledit roy prins imagination contre moy en maniere qu’il me chassa et mist hors de Paris »48.

14La disgrâce de Bertrand de Beauvau signe son retour en Anjou où il meurt le 30 septembre 1474. L’année même de son arrivée, en 1467, déjà veuf par trois fois, il se remarie avec Blanche d’Anjou († 1470) qui n’est autre que la fille naturelle du roi René. Son éloignement des affaires politiques ne signifie pourtant pas une retraite définitive en Anjou puisque c’est depuis Paris qu’il dicte en mars 1473 son second testament.

La culture de Bertrand de Beauvau

  • 49 Comptes de Jeanne de Laval par Jean Legeay (1455-1458) : BM Angers, ms. 1064 (913), fol. 40, 103v, (...)

15Issu d’un modeste lignage qui s’est fait une place enviable à la cour des princes angevins comme à celle des rois de France, Bertrand de Beauvau ne manque pas d’y introduire ses enfants. En dépit de la disgrâce de son père, son fils aîné Antoine lui succède à la présidence de la Chambre des comptes de Paris qu’il conserva ensuite sous Charles VIII jusqu’à sa mort en 1489. Dans les années 1450, plusieurs de ses enfants sont membres de l’hôtel de Jeanne de Laval49.

  • 50 É. Perrier, Les chevaliers de l’ordre du Croissant. Essai historique et héraldique, Vannes, 1906, (...)
  • 51 BnF, ms. fr. 25204 (statuts et armorial de l’ordre du Croissant, institué le 11 août 1448), fol. 2 (...)

16Agrégé au milieu curial, Bertrand de Beauvau en partage les pratiques et un certain nombre de valeurs, à commencer par celles chevaleresques, ce qui n’a pas lieu de surprendre de la part d’un homme de guerre. En 1451, Bertrand a l’insigne honneur d’être nommé membre de l’ordre de chevalerie du Croissant fondé par René d’Anjou en 1448 pour servir de creuset à la noblesse de ses différents territoires et flatter certains de ses alliés. Bertrand compte parmi les vingt-huit premiers membres élus entre 1448 et 1452 et il a même été désigné comme sénateur pour l’année 1452-1453 (fig. 1)50. Cette promotion dépasse largement les qualités de ce modeste serviteur puisque le premier article des statuts stipulait que « nul ne pourra estre receu ne porter ledit ordre se non qu’il soit duc, prince, marquis, conte, viconte ou issu d’ancienne chevalerie et gentil homme de ses quatre lignes et que sa personne soit sans villain cas de reprouche »51. Nous le verrons, certaines de ses dévotions le portent vers des saints guerriers ou militaires et porteurs de ces vertus chevaleresques.

Fig. 1 – Armes de Bertrand de Beauvau, D’argent, à 4 lionceaux cantonnés de gueules, à l’étoile à 6 rais d’azur. Statuts et armorial de l’ordre du Croissant (Paris, BnF, ms. fr. 25204, fol. 45v).

Fig. 1 – Armes de Bertrand de Beauvau, D’argent, à 4 lionceaux cantonnés de gueules, à l’étoile à 6 rais d’azur. Statuts et armorial de l’ordre du Croissant (Paris, BnF, ms. fr. 25204, fol. 45v).
  • 52 Dans une abondante bibliographie, voir en dernier lieu L. Burkart et alii (éd.), Le trésor au Moye (...)
  • 53 AN, X1A 8310, fol. 162-165v (séances du Parlement, 20-21 août 1467), et ADML, 78 H 6 (testament de (...)
  • 54 L’acte de vente a été édité par M. E. Hucher, Notices sur quelques monuments historiques du départ (...)

17Comme nombre de princes et de membres de la haute aristocratie, Bertrand de Beauvau s’est entiché d’un trésor – dont les fonctions d’ostentation et de thésaurisation ont été bien mises en perspective par l’historiographie52. Sa composition n’est pas précisément connue, mais il semble avoir atteint une valeur importante. En août 1467, Beauvau intente un procès à sa troisième épouse, Yde du Châtelet, issue d’un lignage lorrain : il l’accuse devant le Parlement d’avoir, « par mauvais conseil et autrement de sa voulenté », forcé le coffre-fort de son château de Mognéville – la seule seigneurie, proche de Saint-Dizier, acquise par Bertrand hors de la France de l’Ouest – et d’y avoir dérobé pour 25 000 écus – somme ensuite réévaluée à hauteur de 30 à 40 000 écus dans son testament – « tant en ornemens comme en bagues et vaisselle dont elle disposa comme bon lui sembla »53. Dans les dernières années de sa vie, Bertrand de Beauvau commença à disperser toutes les terres qu’il avait acquises. Ainsi, en juin 1466, il vendit à son fils Antoine la seigneurie de Sillé-le-Guillaume (dans le Maine) pour la somme de 14 000 écus d’or54. Le contrat précise qu’Antoine ne versa qu’un peu plus de 3 150 écus et devait en acquitter encore 1 800 autres avant Noël ; le reste de la vente (soit plus de 9 000 écus) fut soldé par une liste impressionnante de bijoux, d’objets précieux et de pièces d’orfèvrerie, avec par exemple 2 200 écus de vaisselle dorée et autant de vaisselle d’argent doré, deux chaînes d’or pesant plus de huit marcs ou encore « ung cuer de dyamant à plusieurs faces assis sur une fleur de pencée appreciée valloir mille escuz » ! Certaines pièces de ce trésor – « ournemens, vestemens, tapiceries, livres, reliques » – furent laissées aux Augustins d’Angers à la fin de sa vie.

  • 55 Sur la bibliothèque de l’évêque Jean de Beauvau, je me permets de renvoyer à J.-M. Matz, Le chapit (...)
  • 56 BnF, ms. fr. 541, avec son blason rajouté aux fol. 1, 38, 162.
  • 57 Stockholm, Bibliothèque royale, ms. V. u. 22 (ancien ms. fr. liii), attribution donnée par Fr. Rob (...)
  • 58 Sainte-Marthe, Beauvau, p. 177.
  • 59 Archives de l’Évêché du Mans, ms. non coté, où ses armes figurent sur de nombreux feuillets : [2] (...)

18Bertrand de Beauvau avait aussi en sa possession des manuscrits. Le contenu de sa bibliothèque n’est connu que de manière très fragmentaire, mais elle paraît très en retrait comparée par exemple à celle de son fils l’évêque d’Angers55. En l’état des sources, on ne peut lui attribuer avec certitude qu’un volume profane, l’Éthique d’Aristote, acheté à Paris en 144756. Certains auteurs lui ont prêté la possession d’un autre manuscrit qui est une compilation très désordonnée d’une bonne centaine de textes – comprenant notamment Guillaume de Machaut, Christine de Pisan ou des œuvres de François Villon – mais sa date probable de réalisation, peu avant 1480, paraît difficilement compatible avec cette assertion57. Pour les manuscrits liturgiques, on sait par un inventaire moderne des livres du couvent des Augustins d’Angers que Beauvau lui donna un antiphonaire (en six volumes) et un graduel (en quatre volumes) aujourd’hui perdus, qu’il avait commandés en 1471 auprès d’un « ecrivain » de Paris et dont il ne vit sans doute pas l’achèvement58. Le graduel qu’il a offert à la cathédrale du Mans est en revanche conservé59 : il se compose de quatre volumes tout à fait impressionnants par leurs dimensions (72 x 54 cm, de 28 à 36 kg par volume !), dont le premier porte les armes du commanditaire et sa représentation en donateur sur une enluminure qui figure saint Julien (dédicataire de la cathédrale du Mans) faisant jaillir une source.

19La culture de Bertrand de Beauvau s’est également exprimée dans les chantiers qu’il a organisés dans plusieurs de ses terres. Dans la région de Loudun, il acquit la seigneurie de Ternay dans laquelle il entreprit la construction d’un château en 1439 et de sa chapelle à partir de 1444. Du château du XVe siècle subsistent le donjon carré et une tour réunis par une galerie qui mène, au premier étage, à la chapelle. Celle-ci est entièrement recouverte de sculptures, notamment sur les clés de voûte avec un Christ en majesté bénissant et un Couronnement de la Vierge. Plusieurs statues de saints (Jacques, Louis et Roch) datent du successeur de Bertrand d’après les armes écartelées qui figurent sur un des murs de cette galerie.

  • 60 Chr. Leduc, La chapelle du château de Pimpéan et ses peintures murales de la fin du Moyen Âge, dan (...)
  • 61 AN, P 13347, fol. 56v.
  • 62 Ch. Urseau, La peinture décorative en Anjou du XIIe au XVIIIe siècle, Angers, 1918, p. 79-92, et C (...)

20La chapelle du château de Pimpéan en Anjou reste néanmoins la plus intéressante de ses réalisations60. La seigneurie a été constituée au milieu des années 1430 et les travaux d’édification d’une forteresse lancés dans la décennie suivante. Ils étaient bien avancés voire peut-être achevés en 145861. Le château, profondément remanié dans les siècles suivants n’a pas lieu de nous retenir. La chapelle, d’une grande sobriété, est un simple rectangle aux dimensions modestes (10 x 6 m) divisé en deux travées couvertes de voûtes d’ogives octopartites très bombées. Sur une des voûtes, les armes de Bertrand avec un croissant donnent une chronologie précise entre 1451 (année de son entrée dans l’ordre) et 1462 (avec la cession de Pimpéan à son fils Antoine). La datation du programme iconographique est en revanche moins sûre et prête aujourd’hui encore à débat : pour certains auteurs, il ne fait aucun doute que le commanditaire fut Bertrand de Beauvau et ils avancent même une attribution au peintre de René d’Anjou Coppin Delf, d’autres penchent pour une commande passée par son fils62.

21Les murs des deux travées sont couverts de peintures qui représentent de nombreux saints, ordonnés en plusieurs registres et distribués de manière à composer des ensembles cohérents. Du fait de la technique utilisée (peinture à sec, sans enduit, directement sur les pierres de tuffeau) et du badigeon qui les avait recouvertes et dont il a fallu les dégager au début du XXe siècle, certaines figures n’ont pu être identifiées et d’autres – tel saint Louis d’Anjou – ont perdu depuis toute lisibilité. On relève cependant de nombreux saints qui entrent en écho avec les dévotions de la cour angevine et plus particulièrement avec celles de René d’Anjou :

  • Saint Nicolas, honoré dans son sanctuaire de Lorraine, dont le nom a été donné au petit-fils de René ; il est aussi représenté en protecteur de sa femme Jeanne de Laval sur le triptyque du Buisson ardent commandé par le duc d’Anjou pour les Carmes d’Aix ;
  • Saint Maurice, patron de la cathédrale d’Angers, devenue la nécropole de la maison d’Anjou avec Louis II – au-dessus du tombeau duquel Bertrand de Beauvau (fig. 2) et son frère Pierre sont représentés en armes – et qui était aussi le saint protecteur de l’ordre du Croissant ;
  • Un groupe bien pourvu de quatre saints franciscains : François d’Assise (auquel est dédiée la chapelle) dans la position du stigmatisé, Antoine de Padoue (patron du fils aîné de Bertrand, à moins qu’il ne s’agisse de saint Antoine ermite), Louis d’Anjou, et Bernardin de Sienne. Bernardin († 1444), canonisé en 1450, avait peut-être été le confesseur de René lors de son séjour en Italie autour de 144063 ; sous sa dédicace, René a fait édifier dans les années 1450 au couvent des Franciscains d’Angers une chapelle destinée à recevoir son cœur après sa mort ;
  • Parmi les autres saints (Adrien et Georges, des saints guerriers64, le roi saint Louis, Marguerite…), on note curieusement l’absence de sainte Catherine d’Alexandrie, autre dédicataire avec François d’Assise de la chapelle, à moins de la retrouver sous le badigeon encore en place derrière le retable moderne du mur oriental.

Fig. 2 – Bertrand de Beauvau en armes ; cathédrale d’Angers, peintures du tombeau de Louis II d’Anjou, vers 1440 (Bruno Rousseau, Conservation du patrimoine, Département de Maine-et-Loire).

Fig. 2 – Bertrand de Beauvau en armes ; cathédrale d’Angers, peintures du tombeau de Louis II d’Anjou, vers 1440 (Bruno Rousseau, Conservation du patrimoine, Département de Maine-et-Loire).
  • 65 J. Bruneau de Tartifume, Angers, contenant ce qui est remarquable en tout ce qui estoit ancienneme (...)
  • 66 L’invention des reliques eut lieu en 1448 en présence de nombreux prélats à Notre-Dame-de-la-Mer ( (...)

22La travée occidentale est couverte de peintures qui représentent les épisodes de la vie de la Vierge et de l’enfance du Christ. Dans la travée orientale, sept anges porteurs des instruments de la Passion et une Trinité occupent les huit voûtains (fig. 3). Vêtus d’habits sacerdotaux, les anges sont représentés dans l’ordre chronologique du récit de la Passion, chacun accompagné d’un phylactère qui raconte l’épisode sous la forme d’un huitain. Cette thématique des anges porteurs des instruments de la Passion n’est pas anodine. Dans les mêmes années, René les a commandés pour la chapelle Saint-Bernardin des Franciscains d’Angers, aujourd’hui détruite ; d’après les relevés qui en ont été faits au début du XVIIe siècle, ils étaient rigoureusement identiques à ceux de Pimpéan65. Le même thème fut ensuite repris par une fille de Bertrand, Charlotte de Beauvau, pour orner la charpente lambrissée de la chapelle qu’elle avait fondée dans son château de Monriou en 1484, sous la dédicace des Trois Maries, autre dévotion « angevine » depuis l’invention des reliques des saintes en Provence en 1448 à l’instigation de René d’Anjou66.

Fig. 3 – Chapelle du château de Pimpéan, voûte de la travée orientale : anges porteurs des instruments de la Passion (Bruno Rousseau, Conservation du patrimoine, Département de Maine-et-Loire).

Fig. 3 – Chapelle du château de Pimpéan, voûte de la travée orientale : anges porteurs des instruments de la Passion (Bruno Rousseau, Conservation du patrimoine, Département de Maine-et-Loire).

Le testament de Bertrand de Beauvau

  • 67 Un premier testament du 10 février 1469 (n.s.) est conservé (BnF, ms. fr. 23030, fol. 72v-73), et (...)

23Au crépuscule de sa vie, âgé de plus de quatre-vingt-dix ans, Bertrand de Beauvau avait donc eu une vie publique bien remplie. Sa vie familiale ne l’avait pas moins été. Il avait été marié quatre fois et de ses trois premières unions – la dernière étant restée sans postérité – étaient nés au moins dix-sept enfants. À l’heure de tester une deuxième fois67, le 20 mars 1473, dix au moins de ces enfants étaient encore vivants, ce qui explique la part très importante occupée par la dévolution des biens dans son testament, d’autant qu’il devait éteindre un conflit né des appétits patrimoniaux de deux de ses fils, Antoine († 1489) et Jacques de Beauvau († 1501), demi-frères sortis de ses deux premiers mariages.

  • 68 À titre de comparaison, voir A. Vanbalberghe, Attitudes de la noblesse angevine à l’heure de la mo (...)

24Pour ce qui est du versant religieux de ses dernières volontés, le testament de Bertrand reprend pour l’essentiel celui de 1469 et ne présente pas d’originalité manifeste au regard des textes de cette nature et de ce qu’ils montrent des orientations et des attentes religieuses des chrétiens d’alors. Il se distingue seulement de ceux des autres nobles angevins par la « flamboyance » de ses dispositions que seule sa fortune lui permettait de déployer au service d’une religiosité certainement sincère68.

  • La recommandation de l’âme est d’abord particulièrement chargée : pour la « conduire, mener et mectre en lieu de repos tout le droit chemin », il mobilise, outre le Christ, sa Mère, saint Michel et tous les anges et archanges, ce qui est commun, les saints Étienne, Laurent et Christophe et tous les martyrs ; les saints Martin et Nicolas et tous les confesseurs ; Marie Madeleine, Marie l’Égyptienne et les saintes Catherine, Marguerite et Anne, « et generalement tous les benoistz sains et sainctes de la glorieuse et excellente compaignie de paradis ».
  • Il élit sépulture dans le chœur de l’église du couvent des Ermites de saint Augustin d’Angers, « auprès de ses feues femmes dessoubz sa sepulture qui y est ». Après les autres branches des Beauvau chez les Cordeliers ou les Prêcheurs, il inaugure donc une nouvelle nécropole où l’ont rejoint plus tard son fils Antoine et leurs descendants.
  • Le jour de son obit, il demande trois grandes messes à note (Saint Esprit, Notre Dame et trépassés) « oultre la messe de requiem qui se dit tous les jours et continuellement sera dicte à tousiourmais en ladicte eglise », et veut encore « ledit jour que l’en dye des petites messes basses de requiem en ladicte eglise des Augustins d’Angiers tant que on y en pourra dire jusques à midy d’icelui jour ».
  • Pour le luminaire, il commande pas moins de 13 grandes torches tenues « environ son corps » par autant de pauvres vêtus de noir ; 24 petites torches (de 2 livres de cire) par 24 pauvres ; 4 cierges (de 3 livres) qui « seront environ son corps sur quatre chandelliers » ; 2 cierges (de 2 livres) au grand autel et 2 cierges (d’une livre) à chacun des autres autels de l’église ; tout le reste du luminaire sera laissé au couvent pour le service divin.
  • Au jour de sa sépulture, il ordonne une distribution de 25 lb. t. en faveur des pauvres, mais « sans faire assemblée de charité pour ce qu’il peut venir trop grans inconveniens ». Bertrand fait ici implicitement référence à un incident survenu aux obsèques de son neveu le sénéchal Jean de Beauvau († 1469), enterré comme les autres membres de la branche aînée chez les Franciscains : alors que l’on distribuait des deniers « à touttes gens pauvres et mendiants et autres » rapporte le journal d’un prêtre d’Angers, il y eut un tel concours de peuple que l’on releva une quinzaine de morts, « une femme grosse fut ouverte » et « moult d’autres femmes et enfants blessez »69.
  • Bertrand commande ensuite 3 000 messes basses de requiem, et « à la fin de chacun cent de messes une messe de requiem qui soit dicte haulte à note », lesquelles devront être assurées en trois ans de son vivant si Dieu lui prête vie, en spécifiant qu’il en veut 1 000 dès la première année, à raison de 200 dans chacun des quatre couvents mendiants d’Angers (Augustins, Carmes, Dominicains et Franciscains) et les 200 autres réparties dans plusieurs églises de ses domaines (Sillé-le-Guillaume, Tigné…).
  • Il fonde chez les Augustins un anniversaire avec vigiles de morts à 9 psaumes et 9 leçons, contre 10 setiers de froment à prendre sur les moulins qu’il possède à Angers et une rente annuelle de 20 sous sur une de ses maisons sise dans la ville.
  • Il reprend ensuite un autre article de son premier testament relatif à l’édification chez les Augustins d’un logis pour deux maîtres en théologie : « Item, veille que les chambres que j’ay faict faire ausdits Augustins demeurent et soient audits Augustins pour loger deux notables maistres en theologie et y donne tous les ustancilles de bois qui y sont, c’est ascavoir les charlis sur escrenes et les aultres petitz charlis à couchette, les bancs, tables, escabeaux et autre chose de bois qui y sont, lesquelz je ordonne qu’ilz ne bougeront desdictes chambres pour en servir lesdicts maistres qui y seront ; touttefois je pries et requiers au prieur et freres dudict couvent que quand aucun de mes enfans auroient à besoin dudict logis, qu’ilz le luy presteront s’il n’estoit occupé comme dit est »70 ; cette dernière clause en faveur de ses enfants montre bien la relation particulière de Bertrand avec ce couvent dans lequel il semble avoir résidé par moments à la fin de sa vie et dont il fut considéré comme un second fondateur.
  • Il se préoccupe alors du devenir de tout ce qu’il a pu donner au couvent, demandant au prieur actuel et à ceux à venir de « ne mectre hors ne partir par commandement qui leur puisse estre faict de leur ordre ne d’autre nulz des ournemens, vestemens, tapiceries, livres, reliques ne autres bienfaiz, […] car les ay ordonnez et donnez pour servir à Dieu et à sainct Augustin en ladicte eglise et non ailleurs », sans malheureusement en donner la liste ; cette clause est l’unique occurrence de saint Augustin dans les sources – il est absent de la recommandation de l’âme dans le testament ou du programme hagiographique pourtant dense de la chapelle du château de Pimpéan – et rien ne permet de conclure à une dévotion particulière de Bertrand à ce saint.
  • Il confirme un legs aux novices des Augustins, lui aussi déjà prévu en 1469 : « Item, je vielle et ordonne qu’il soit donné chacun an à jamais perpetuellement ausdicts Augustins et leurs successeurs pour chauffer les chappellains et novisses en leur dortoier et non ailleurs à l’issue de matines au temps d’hyver quand il faict froit le nombre de trois cents de fagos bons et raisonnables », à lever dans deux de ses seigneuries71.
  • Pour finir la liste des articles pieux, en réparation d’une négligence qui l’en a empêché de son vivant, il « volt et ordonne qu’il soit donné à quinze pouvres pucelles, en l’onneur des quinze Joyes Nostre Dame, à chacune dix francs pour les marier ».

25Bertrand de Beauvau, sans doute largement nonagénaire, meurt donc à Angers le 30 septembre 1474. À cette date, il s’est déjà départi des plus belles seigneuries acquises au cours de son existence, en particulier au profit de son fils Antoine. Si ce dernier continue à servir Louis XI puis Charles VIII jusqu’à sa mort en 1489, la branche des Beauvau dite de Pressigny – à la différence des Beauvau-Craon et, dans une moindre mesure des Beauvau du Rivau – redevint une simple famille de la noblesse provinciale, sans implication dans les affaires politiques.

26Dans un premier temps, il faut reconnaître l’impact apparent de la culture et des dévotions du milieu curial dans lequel Bertrand a évolué. Bien que sa carrière se soit finalement déroulée autant au service des rois de France que des ducs d’Anjou, le climat spirituel de la cour angevine semble avoir eu un poids important sur les orientations religieuses de Bertrand de Beauvau comme le montrent par exemple le programme iconographique des anges porteurs des instruments de la Passion et le choix des figures de sainteté représentées dans la chapelle de Pimpéan. Ils peuvent manifester des dévotions personnelles de Bertrand, mais rien n’interdit d’envisager qu’il se soit agi pour lui aussi de s’attirer les bonnes grâces et les faveurs du roi René en affichant ainsi les marqueurs d’une spiritualité partagée. Pour autant, invoquer un simple processus d’imitatio regis semble bien outrepasser la réalité.

  • 72 A. Vauchez, Une sainte femme du Val de Loire à l’époque de la guerre de Cent Ans : Jeanne-Marie de (...)
  • 73 Un seul chapelain lui est connu, un séculier, élu comme exécuteur dans ses deux testaments de 1469 (...)
  • 74 René donne 500 lb. t. en 1457 et ajoute 450 lb. t. en 1459 pour les travaux des cloitres (AN, P 13 (...)
  • 75 B. Montagnes, Le roi René et les ordres mendiants, dans Le roi René. Actes du colloque internation (...)
  • 76 X. de La Selle, Le service des âmes à la cour. Confesseurs et aumôniers des rois de France du XIII(...)

27En effet, Bertrand paraît finalement peu perméable à l’ambiance « franciscanisante » qui domine alors la cour angevine et, plus largement, une bonne partie de la noblesse de la France de l’Ouest72. On ne lui connaît ni lien particulier avec l’ordre des frères Mineurs ni confesseur ou chapelain franciscain73. En tout cas, son choix des Augustins pour sa dernière demeure ne découle pas d’un déterminant angevin. Pour en rester à l’époque de René d’Anjou, les Ermites de saint Augustin restent effectivement très en retrait dans le paysage spirituel de la cour : le prince a fondé ou comblé de faveurs des maisons dominicaines de Provence (Seyne-les-Alpes, Saint-Maximin) ou des établissements franciscains dans plusieurs de ses territoires (la Baumette aux portes d’Angers ou l’ermitage de Saint-Jérôme à côté de Marseille), il a également investi des fonds importants dans la reconstruction du couvent des Carmes d’Angers et soutenu d’autres maisons de cet ordre74, mais hors de la présence seulement ponctuelle de quelques rares chapelains ou confesseurs augustins auprès de lui75, force est de reconnaître que le quatrième ordre mendiant n’occupe pas le devant de la scène. Ils ne sont d’ailleurs pas davantage présents dans le service des âmes à la cour de France ou dans celle des ducs de Bourgogne76.

  • 77 R. Sauzet, Les réguliers mendiants acteurs du changement religieux dans le royaume de France (1480 (...)
  • 78 Corpus vitrearum. Les vitraux du Centre et des Pays de la Loire, Paris, 1981, p. 126, baie 137 (X) (...)
  • 79 Archives de l’Évêché du Mans, ms. non coté, [4] fol. 176.
  • 80 L. Meiffret, Saint Antoine ermite en Italie (1340-1540). Programmes picturaux et dévotion, Rome, 2 (...)
  • 81 Statuts du diocèse d’Angers depuis environ l’an 1240, recueillis par H. Arnault, évêque d’Angers, (...)
  • 82 Péan de La Tuilerie, Description de la ville d’Angers et de tout ce qu’elle contient de plus remar (...)

28Comment interpréter le choix des Augustins – vrais disciples du Christ, alors particulièrement actifs sur le terrain de la réforme au point d’avoir été nombreux à embrasser le protestantisme naissant au siècle suivant77 – par Bertrand de Beauvau ? Une attirance pour l’idéal de perfection que ces religieux étaient censés représenter ? Les sources n’en disent rien. Il faut cependant relever que Bertrand a eu une dévotion certaine envers saint Antoine ermite : c’est lui qu’il a choisi comme protecteur sur le vitrail de la cathédrale de Tours où il est représenté au milieu du XVe siècle78, et le père des moines figure également parmi la douzaine de personnages de l’assemblée des saints peinte dans une enluminure du graduel qu’il a offert à la cathédrale du Mans79. Les religieux augustins n’avaient certes pas le monopole du culte de saint Antoine – loin s’en faut tant les courants réformés des différents ordres religieux s’en sont emparés à la fin du Moyen Âge80 –, mais les Ermites de saint Augustin en étaient de très fervents dévots et une confrérie Saint-Antoine lui était alors dédiée dans le couvent des Augustins d’Angers81. Hors de ces mobiles spirituels, l’élection de sépulture chez ces religieux lui permit surtout d’affirmer l’identité de la branche des Beauvau à laquelle il venait de donner naissance, en l’émancipant à Angers de celle aînée qui avait sa nécropole chez les Franciscains et de celle qui venait récemment d’élire les Dominicains pour dernière demeure – peut-être pour la même raison d’ailleurs. Pour affirmer mieux encore cette identité, Bertrand a fait représenter dans l’église, outre ses armes sur les clés de voûte, celles des familles de ses premières épouses et des lignages qui avaient soutenu l’ascension des Beauvau par des alliances hypergamiques au profit de ses aïeux : un érudit moderne rapporte en effet que « le lambris de l’église était orné des alliances du seigneur de Beauvau. Les écussons attachés à des arbres avec des courroies rouges portaient les armes des Beauvau, de La Tour, de Brézé, de Craon et de Tigny »82.

  • 83 BM Angers, ms. 868 (780), une note moderne estime à 20 000 lb. t. les sommes investies par Bertran (...)
  • 84 ADML, E 1610 et 78 H 6 pour les fondations et legs des Beauvau aux Augustins postérieurs à Bertran (...)

29Les couvents des différents ordres mendiants auraient donc servi un processus d’individuation des rameaux d’un même lignage aristocratique. Quoi qu’il en soit, pour la postérité, Bertrand de Beauvau reste le grand bienfaiteur et comme un nouveau fondateur des Augustins d’Angers où il fit, à partir de 1468, « edifier tout de neuf les batiments et les cloitres et reparer l’eglise » pour une somme considérable83, lui donnant par ailleurs de nombreux biens (ornements, tapisseries, manuscrits…) et dotant pour finir le couvent de plus de 2 200 lb. t. pour le service de messes obituaires et de diverses fondations pieuses. Il fut suivi de son fils Antoine qui donna à sa mort 300 écus au couvent pour la fondation perpétuelle de trois messes hebdomadaires et d’autres Beauvau ont par la suite cultivé ce lien84.



30* Jean-Michel Matz est décédé le 7 mars 2020, avant d’avoir pu renvoyer les épreuves du présent article. Elles ont été relues par Isabelle Mathieu et par le directeur de ce volume. En hommage et affection à leur ami disparu.

Notes

1 Les origines des Beauvau et leur ascension ont été très bien retracées par L. Bidet, La famille de Beauvau à la fin du Moyen Âge (vers 1380-vers 1510), mémoire de maîtrise d’histoire, université d’Angers, 1994, résumé dans L. Bidet, La noblesse et les princes d’Anjou. La famille de Beauvau, dans N. Coulet, J.-M. Matz (dir.), La noblesse dans les territoires angevins à la fin du Moyen Âge. Actes du colloque international d’Angers, 1998, Rome, 2000 (Collection de l’École française de Rome, 275), p. 471-497. Je lui emprunte les principaux éléments sur les parents de Bertrand de Beauvau, tout en étant retourné à certaines sources manuscrites.

2 Jacques Chevillard, Histoire généalogique de la maison de Beauvau, 3 volumes datés de 1712 : Paris, Bibliothèque nationale de France [désormais BnF], ms. fr. 16795 (et 16796-16797 pour les suivants), fol. 4, 18…

3 L. et Sc. de Sainte-Marthe, Histoire généalogique de la maison de Beauvau, justifiée par tiltres, Histoires et autres bonnes preuves, avec la figure des armes et leur blason, Paris, 1626, p. 3 [désormais Sainte-Marthe, Beauvau].

4 J. Hiret, Des Antiquités de l’Anjou, Angers, 1605-1618, p. 365.

5 Journal de Jean Le Fèvre, évêque de Chartres, chancelier des rois de Sicile Louis Ier et Louis II d’Anjou, éd. H. Moranvillé, Paris, 1887.

6 Preuve de cette confusion tardive, des pièces intéressant les Beauvau d’Anjou ont été classées avec les papiers des Beauval de Picardie : BnF, ms. fr. 26737, Pièces originales 253 (dossier Beauval, 5541).

7 BnF, ms. fr. 26737, Pièces originales 253 (dossier Beauval, 5541), no 3.

8 G. Bianciotto, Édition critique et commentée du Roman de Troyle, traduction française du XVe siècle du Filostrato de Boccace, thèse de doctorat, université de Paris IV-Sorbonne, 1977, 3 vol., t. 1, p. 125-126, d’après BnF, ms. fr. 27033, Pièces originales 549 (dossier Bueil, 5073).

9 Journal de Jean Le Fèvre…, cité, p. 146 (28 juillet 1385) ; en décembre 1387, Marie de Blois lui envoie toutefois près de 6 300 francs or « pour la garde dudit chastel de l’an iiiixx et un » (Ibid., p. 476).

10 Sainte-Marthe, Beauvau, p. 113.

11 Jamet était seigneur de Monriou au Nord d’Angers ; sa dernière trace documentaire est une fondation de messe et de procession dans l’église Saint-Martin de Monriou en 1405 : voir A. de Soland, Chapelle et château de Monriou, dans Bulletin historique et monumental de l’Anjou, 1, 1852, p. 119-124.

12 Pour les actes de fondations, voir Archives départementales de Maine-et-Loire [désormais ADML], E 1609 (titres des Beauvau) et 87 H 3 (Franciscains d’Angers), et Bibliothèque municipale [désormais BM] d’Angers, ms. 872 (784) ; Obituaire des Cordeliers d’Angers (1216-1710), éd. L. Guilloreau, Paris, 1902 (Mémoires et documents concernant l’histoire des provinces d’Anjou et du Maine, IV), p. 20, 28, 44-45, 47, 55… Pour la représentation de certains de leurs tombeaux, voir J. Adhémar, Catalogue des tombeaux de Gaignières. 1re partie, dans Gazette des Beaux-Arts, 1974, p. 184, no 1037 (Jeanne de Craon, femme de Pierre de Beauvau), et Id., Catalogue des tombeaux de Gaignières. 2e partie, dans Gazette des Beaux-Arts, 1976, p. 22, no 1202 (leur fils, le sénéchal Jean de Beauvau, mort en 1469).

13 Sainte-Marthe, Beauvau, p. 114-115.

14 Ibid., p. 115-116.

15 M.-R. Reynaud, Le temps des princes. Louis II et Louis III d’Anjou-Provence (1384-1434), Lyon, 2000, p. 152.

16 Paris, Archives nationales [désormais AN], P 13344, fol. 120v.

17 AN, KK 48, fol. 127v.

18 Sainte-Marthe, Beauvau, p. 93.

19 On trouvera la représentation de sa sépulture dans J. Adhémar, Catalogue des tombeaux de Gaignières. 1re partie, art. cité, p. 192, no 1085.

20 Abbé J.-P. Papon, Histoire générale de Provence, dédiée aux États, t. 3, Paris, 1784, p. 357 ; N. Valois, La France et le Grand Schisme d’Occident, t. 4, Paris, 1902, p. 120-140 ; C. Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire, 2e éd., t. 1, Angers, 1965, p. 311 ; G. Bianciotto, Édition critique et commentée du Roman de Troyle…, cité, t. 1, p. 164.

21 M.-R. Reynaud, Le temps des princes…, cité, p. 137.

22 AN, P 13344, fol. 128v, rente de 600 lb. t. et pension de 400 lb. t.

23 AN, P 133417, no 44 (en date du 27 avril 1417) ; les exécuteurs testamentaires sont l’évêque d’Angers Hardouin de Bueil (1374-† 1439), chancelier et président de la Chambre des comptes, l’abbé de Saint-Aubin d’Angers Guy de Baïf (1412-† 1442), conseiller et maître des comptes, le seigneur de Montjean Guy de Laval et Pierre de Beauvau.

24 G. Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII, t. 1, Paris, 1881, p. 87-88 (avec Tanguy du Châtel, Beauvau protège le dauphin à la Bastille lors de la prise de Paris par les Bourguignons en mai 1418), p. 97 (à la tête de 400 hommes d’armes en juillet 1418), p. 148-149 et p. 166 (Montereau).

25 AN, P 13344, fol. 148.

26 A. Coville, La vie intellectuelle dans les domaines d’Anjou-Provence de 1380 à 1435, Paris, 1941, p. 141-154 sur Pierre de Beauvau ; Coville précise fort justement que ce dernier n’a pas pu être sénéchal de Provence, le sénéchalat ayant été laissé vacant entre 1421 et 1437.

27 AN, P 133417, no 46 (testament du 13 novembre 1434).

28 En attendant le remboursement de cette dette, le duc laissait à Beauvau la jouissance de plusieurs seigneuries en Touraine (Champigny-sur-Veude, La Rajace et Champvent) ; cette cession est connue par une confirmation de Louis III en 1431 qui les lui cède perpétuellement (AN, P 1340, no 503, 8 avril 1431).

29 AN, P 1344, no 603 (vidimus du 24 novembre 1432 d’un acte original daté du 15 octobre 1427).

30 AN, P 1339, no 431 ; la seigneurie de Saint-Laurent lui fut définitivement vendue par René d’Anjou en janvier 1438 pour 2 200 royaux d’or (AN, KK 1116, fol. 514-515v).

31 ADML, 9 J 3 (chartrier de Pimpéan), fol. 195, d’après l’hommage prêté au baron de Trèves en 1444.

32 ADML, 9 J 3, fol. 197-200, texte édité par Ch. Urseau, Cinq lettres patentes extraites des archives de la seigneurie de Pimpéan en Anjou, dans Mémoires de la Société nationale d’agriculture, sciences et arts d’Angers, 14, 1916, p. 65-88.

33 Toutes ces opérations sont parfaitement détaillées par L.  Bidet, La famille de Beauvau…, cité.

34 Dans son testament de 1473 (ADML, 78 H 6), on peut lire : « Item, et pource que depuis environ l’an mil cccc et vingt ledit testateur a eu charge de bailler saufconduiz et scellez es pays et frontieres d’Anjou et du Maine tant pour delivrance de prisonniers comme autrement, et en icelui temps fut contrefait son seel et aussi le signé de sa main et en furent faiz de faulx scellez ; il ne savoit se on l’avoit obligé en aucunes sommes soubz lesdicts scellez par quoy on voulsist demander aucunes sommes après sa mort, icelui testateur fist grant serement et print sur conscience qu’il ne cuide aucune chose devoir dudit temps ».

35 Sainte-Marthe, Beauvau, p. 120.

36 BnF, ms. fr. 26737, Pièces originales 253 (dossier Beauvau, 5545), no 3 et 4.

37 Sainte-Marthe, Beauvau, p. 120 (contrat de mariage de Bertrand avec sa seconde épouse, Françoise de Brézé, sœur du sénéchal d’Anjou Pierre de Brézé bientôt conseiller du roi de France).

38 Voir à ce sujet Chr. Leduc, Bertrand de Beauvau : la carrière d’un chevalier diplomate au XVe siècle, dans Les Cahiers du Baugeois, 11, 1991, p. 43-69.

39 P.-R. Gaussin, Les conseillers de Charles VII (1418-1461) : essai de politologie historique, dans Francia, 10, 1982, p. 67-130 (ici p. 107) ; l’auteur relève 32 mentions de présence de Bertrand de Beauvau au conseil (en 1435 et 1440, surtout entre 1443 et 1450, en 1452 et 1455-1459).

40 G. Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII, t. 4, Paris, 1888, p. 91.

41 AN, P 13345, fol. 188v (« nostre très chier et feal conseillier et grant maistre d’ostel le sieur de Precigné »).

42 On le voit présider les séances du conseil ducal entre l’automne 1453 et mai 1454, date du retour de son neveu Louis : AN, P 13343, fol. 62v (26 septembre 1453) à fol. 104 (26 mai 1454).

43 A. Lecoy de La Marche, Extraits des comptes et mémoriaux du roi René, Paris, 1873, p. 55 no 168 (travaux de son tombeau avec l’emploi du sculpteur Poncet, d’après AN, P 13347, fol. 62v), p. 109 no 290 (manoir de La Ménitré, d’après AN, P 13346, fol. 219), p. 111 no 293 (La Ménitré encore, d’après AN, P 13347, fol. 71v), p. 112 no 297 (La Ménitré toujours, d’après AN, P 13347, fol. 170).

44 AN, P 133410, no 94 (procuration du 1er septembre 1454), et AN, J 409, no 64.

45 G. Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII, t. 6, Paris, 1891, p. 187. Sur le cadre général de ces procès, Ph. Contamine, Inobédience, rébellion, trahison, lèse-majesté : observations sur les procès politiques à la fin du Moyen Âge, dans Y.-M. Bercé (éd.), Les procès politiques (XIVe-XVIIe siècles), Rome, 2007 (Collection de l’École française de Rome, 375), p. 63-82.

46 P.-R. Gaussin, Les conseillers de Louis XI (1461-1483), dans B. Chevalier, Ph. Contamine (éd.), La France à la fin du XVe siècle. Renouveau et apogée. Actes du colloque de Tours, 1983, Paris, 1985, p. 105-134 (ici p. 112).

47 Sur les péripéties politiques à la tête de l’évêché d’Angers, J.-M. Matz, Fr. Comte, Répertoire prosopographique des évêques, dignitaires et chanoines des diocèses de France de 1200 à 1500. Diocèse d’Angers, Turnhout, 2003 (Fasti Ecclesiae Gallicanae, 7), p. 182-192.

48 BnF, ms. fr. 23030, fol. 72v.

49 Comptes de Jeanne de Laval par Jean Legeay (1455-1458) : BM Angers, ms. 1064 (913), fol. 40, 103v, 108v…

50 É. Perrier, Les chevaliers de l’ordre du Croissant. Essai historique et héraldique, Vannes, 1906, p. 13, 16, 18, 32. Sur cet ordre, voir M. T. Reynolds, René of Anjou, King of Sicily, and the Order of the Croissant, dans Journal of Medieval History, 19, 1993, p. 125-161, et « Los en Croissant ». Ordres et chevaliers en Anjou. Catalogue de l’exposition du château d’Angers, 2018, Angers, 2018, en particulier p. 20-33.

51 BnF, ms. fr. 25204 (statuts et armorial de l’ordre du Croissant, institué le 11 août 1448), fol. 2v.

52 Dans une abondante bibliographie, voir en dernier lieu L. Burkart et alii (éd.), Le trésor au Moyen Âge. Discours, pratiques et objets, Florence, 2010 (Micrologus Library, 32).

53 AN, X1A 8310, fol. 162-165v (séances du Parlement, 20-21 août 1467), et ADML, 78 H 6 (testament de 1473). Dans son testament de 1469, il se plaint également du comportement de Blanche d’Anjou qui, « nonobstant toutes les gratuites amour et plaisir que je lui ay faictz, elle m’a tousjours tenu touttes les rigueurs du monde et m’a faict tous les desplaisirs qu’elle a peu », et « a dissipé et degasté bien l’argent de mes meubles », mais l’on ne sait si les pièces du trésor sont ici concernées (BnF, ms. fr. 23030, fol. 72v-73).

54 L’acte de vente a été édité par M. E. Hucher, Notices sur quelques monuments historiques du département de la Sarthe, dans Bulletin monumental, série 2, 6 (= 16), 1850, p. 321-376 (ici p. 370-375), et par M. Termeau, Deux curieux documents du XVe siècle, dans Province du Maine, 17, 1937, p. 97-107.

55 Sur la bibliothèque de l’évêque Jean de Beauvau, je me permets de renvoyer à J.-M. Matz, Le chapitre cathédral d’Angers et le service du prince. Formation intellectuelle et pratiques culturelles des chanoines officiers des ducs d’Anjou (milieu XIVe-fin XVe siècle), dans I. Mathieu, J.-M. Matz (dir.), Formations et cultures des officiers et de l’entourage des princes dans les territoires angevins (milieu XIIIe-fin XVe siècle). Actes du colloque ANR d’Angers, 2015, Rome, 2019 (Collection de l’École française de Rome, 518-3), p. 87-116 (ici p. 109).

56 BnF, ms. fr. 541, avec son blason rajouté aux fol. 1, 38, 162.

57 Stockholm, Bibliothèque royale, ms. V. u. 22 (ancien ms. fr. liii), attribution donnée par Fr. Robin, La cour d’Anjou-Provence. La vie artistique sous le règne de René, Paris, 1985, p. 44 (note 185), reprise par Chr. Leduc, Les commandes artistiques de Bertrand de Beauvau, dans Les Cahiers du Baugeois, 12, 1991, p. 62-92 ; sur le contenu et la chronologie du manuscrit, voir A. Piaget, Recherches sur la tradition manuscrite de Villon. I. Le manuscrit de Stockholm, dans Romania, 230, 1932, p. 238-254.

58 Sainte-Marthe, Beauvau, p. 177.

59 Archives de l’Évêché du Mans, ms. non coté, où ses armes figurent sur de nombreux feuillets : [2] fol. 18, [3] fol. 48v, [4] fol. 1 (avec une enluminure de l’Annonciation), 100, 129v, 132v et 181v ; voir Fr. Billaud, Ph. Lenoble, J. Lusseau, Le graduel de la cathédrale du Mans, XVe siècle, Le Mans, 1991.

60 Chr. Leduc, La chapelle du château de Pimpéan et ses peintures murales de la fin du Moyen Âge, dans N. Coulet, J.-M. Matz (dir.), La noblesse dans les territoires angevins…, cité, p. 639-652, que je résume ici (même si je ne partage pas son opinion sur la datation : voir note 62).

61 AN, P 13347, fol. 56v.

62 Ch. Urseau, La peinture décorative en Anjou du XIIe au XVIIIe siècle, Angers, 1918, p. 79-92, et Chr. de Mérindol, Les brisures et les modifications des armoiries de Beauvau à la fin du Moyen Âge, dans Brisures, augmentations et changements d’armoiries. Actes du 5e colloque international d’héraldique, Spolète, 1987, Bruxelles, 1989, p. 199-224 (ici p. 219) penchent pour Bertrand ; Chr. Leduc, La chapelle du château de Pimpéan…, cité, lui préfère Antoine, sur la base du rapprochement avec un livre d’Heures des années 1480.

63 M.-R. Reynaud, Foi et politique : autour de la mort des princes d’Anjou-Provence (environ 1383-environ 1480), dans Provence historique, 36, 1986, p. 21-43 (ici p. 38).

64 Voir E. Dehoux, Saints guerriers. Georges, Guillaume, Maurice et Michel dans la France médiévale (XIe-XIIIe siècle), Rennes, 2014.

65 J. Bruneau de Tartifume, Angers, contenant ce qui est remarquable en tout ce qui estoit anciennement dict la ville d’Angers, éd. Th. Civrays, 2e éd. Bruxelles, 1977, p. 221-226.

66 L’invention des reliques eut lieu en 1448 en présence de nombreux prélats à Notre-Dame-de-la-Mer (ensuite Saintes-Maries-de-la-Mer) lors de fouilles archéologiques autorisées par la papauté ; René d’Anjou a agi en faveur de la promotion des reliques des Trois Maries et de l’enrichissement de l’église qui les abritait : voir toutes les dépenses consenties dans A. Lecoy de La Marche, Extraits des comptes et mémoriaux…, cité, p. 310-318 no 689 à 715 (d’après AN, P 133414) ; voir M. Chaigne-Legouy, La seconde Maison d’Anjou et le culte aux saintes Maries et à Marthe : essai d’interprétation culturelle et politique des pratiques dévotionnelles princières, dans Ch. Connochie-Bourgne, V. Gontero (dir.), Les arts et les lettres en Provence au temps du roi René, dans Sénéfiance, 59, 2013, p. 107-122.

67 Un premier testament du 10 février 1469 (n.s.) est conservé (BnF, ms. fr. 23030, fol. 72v-73), et aussi sous la forme d’une copie du début du XVIIe siècle qui ne retient que les seuls extraits intéressant les Augustins d’Angers avec lesquels les descendants négligents du fondateur étaient alors en procès (ADML, E 1609). Pour le second testament, ADML, 78 H 6.

68 À titre de comparaison, voir A. Vanbalberghe, Attitudes de la noblesse angevine à l’heure de la mort (v. 1390-v. 1560), mémoire de maîtrise d’histoire, université d’Angers, 2000.

69 BM Angers, ms. 976 (858), édité : Journal des événements qui sont arrivés en Anjou depuis l’an 1447 jusqu’à l’an 1499, par messire Guillaume Oudin, prestre sacriste de l’abbaye de Notre-Dame du Ronceray, éd. Ch. de Sanzay dans Revue de l’Anjou et du Maine, 5, 1857, p. 1-16 (ici p. 3-4) et p. 129-144 ; 6, 1858, p. 65-88.

70 ADML, E 1609, fol. 3v-4v.

71 Ibid., fol. 5v-6.

72 A. Vauchez, Une sainte femme du Val de Loire à l’époque de la guerre de Cent Ans : Jeanne-Marie de Maillé (1331-1414), dans Id., Les laïcs au Moyen Âge. Pratiques et expériences religieuses, Paris, 1987, p. 225-236, a parlé d’un « réseau aristocratique franciscanisant » dans ces régions (p. 232-234) ; à ce sujet, je me permets de renvoyer à J.-M. Matz, La noblesse angevine et l’Église au temps de la seconde maison d’Anjou (v. 1356-1480), dans N. Coulet, J.-M. Matz (dir.), La noblesse dans les territoires angevins…, cité, p. 619-637.

73 Un seul chapelain lui est connu, un séculier, élu comme exécuteur dans ses deux testaments de 1469 et 1473 : Guillaume Lagogne, clerc du diocèse du Mans, licencié en décret, notaire de l’officialité d’Angers, qui a été l’un des deux commissaires chargés de l’enquête (commandée par le roi Louis XI) sur les miracles de la Vraie-Croix de Saint-Laud d’Angers en 1471-1472 : voir BM Angers, ms. 759 (681), 2 fol. 39. Au cours de son règne, Louis XI a envoyé la plupart des grands féodaux à Angers pour lui prêter allégeance sur cette relique : voir J.-M. Matz, Religion et politique à la fin du Moyen Âge : la Vraie-Croix de Saint-Laud d’Angers, dans Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 95, 1987, p. 241-263.

74 René donne 500 lb. t. en 1457 et ajoute 450 lb. t. en 1459 pour les travaux des cloitres (AN, P 13347, fol. 62v et 151), et leur assigne encore 100 écus d’or pour « faire le lambruns des cloistres de l’eglise des Carmes d’Angiers » en 1462 (AN, P 13348, fol. 8v) ; ses armes figuraient d’ailleurs sur une clé de voûte (conservée aujourd’hui dans les collections du Musée d’Angers). Il a aussi fait preuve de largesses en faveur des Carmes d’Aix, de Marseille, de Loudun et de Nantes.

75 B. Montagnes, Le roi René et les ordres mendiants, dans Le roi René. Actes du colloque international, Avignon (1981), Avignon, 1986, p. 140-145, relève un confesseur augustin, Pierre Marini (confesseur de Yolande d’Aragon puis de René qui lui obtient l’évêché de Glandèves en 1447), et des chapelains en Anjou (Raoullin Franquet) ou en Provence (Jean Viende).

76 X. de La Selle, Le service des âmes à la cour. Confesseurs et aumôniers des rois de France du XIIIe au XVe siècle, Paris, 1995 ; V. Tabbagh, Un siècle d’influence dominicaine à la cour des ducs Valois de Bourgogne, dans Annales de Bourgogne, 80, 2008, p. 101-124.

77 R. Sauzet, Les réguliers mendiants acteurs du changement religieux dans le royaume de France (1480-1560), Tours, 1994 : sur les 579 noms que comporte son répertoire prosopographique, il relève 92 augustins, dont 42 devenus protestants, soit un taux largement supérieur aux autres ordres mendiants.

78 Corpus vitrearum. Les vitraux du Centre et des Pays de la Loire, Paris, 1981, p. 126, baie 137 (X). L’ensemble, offert par Bertrand de Beauvau, se compose de huit lancettes trilobées qui ont subi des amputations à l’occasion de leur déplacement au début du XXsiècle ; on retiendra néanmoins que Bertrand est donc présenté par saint Antoine, sa seconde épouse par Marie Madeleine, un chevalier et un évêque (son fils Jean, évêque d’Angers de 1447 à 1467) par Jean l’évangéliste, un groupe de six garçons par le Baptiste et un autre de six filles par sainte Catherine ; les dates d’épiscopat de Jean de Beauvau donnent sans doute une fourchette pour la réalisation de ces vitraux, soit au temps où Bertrand servait au plus près les rois de France si présents dans le Val de Loire, notamment comme bailli royal en Touraine entre 1446 et 1451.

79 Archives de l’Évêché du Mans, ms. non coté, [4] fol. 176.

80 L. Meiffret, Saint Antoine ermite en Italie (1340-1540). Programmes picturaux et dévotion, Rome, 2004 (Collection de l’École française de Rome, 329).

81 Statuts du diocèse d’Angers depuis environ l’an 1240, recueillis par H. Arnault, évêque d’Angers, Angers, 1680, p. 240 (statut synodal de 1481) ; un autel portait également la dédicace de saint Antoine au début du XVIe siècle, et peut-être déjà auparavant (ADML, 5 E5 258, pièce 122).

82 Péan de La Tuilerie, Description de la ville d’Angers et de tout ce qu’elle contient de plus remarquable, Angers, 1778 (rééd. Marseille, 1977), p. 486.

83 BM Angers, ms. 868 (780), une note moderne estime à 20 000 lb. t. les sommes investies par Bertrand de Beauvau dans les travaux du couvent augustin d’Angers.

84 ADML, E 1610 et 78 H 6 pour les fondations et legs des Beauvau aux Augustins postérieurs à Bertrand aux XVe et XVIe siècles.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Armes de Bertrand de Beauvau, D’argent, à 4 lionceaux cantonnés de gueules, à l’étoile à 6 rais d’azur. Statuts et armorial de l’ordre du Croissant (Paris, BnF, ms. fr. 25204, fol. 45v).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/7354/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre Fig. 2 – Bertrand de Beauvau en armes ; cathédrale d’Angers, peintures du tombeau de Louis II d’Anjou, vers 1440 (Bruno Rousseau, Conservation du patrimoine, Département de Maine-et-Loire).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/7354/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 3 – Chapelle du château de Pimpéan, voûte de la travée orientale : anges porteurs des instruments de la Passion (Bruno Rousseau, Conservation du patrimoine, Département de Maine-et-Loire).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/7354/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 345k

© Publications de l’École française de Rome, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter