Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les officiers et la chose publique dans les territoires angevins (xiiie-xve siècle) : vers une culture politique ?

 | 
Thierry Pécout

Modèles nobiliaires et modèles ecclésiaux

Les orientations religieuses de Benoît Himfi († 1380/1381). Un tropisme mendiant de bon aloi ?

Marie-Madeleine de Cevins

Résumé

Benoît Himfi, chevalier de cour puis comte-ispan et enfin ban de Bulgarie resté pendant quatre décennies au service du roi de Hongrie Louis Ier, a exprimé de multiples façons son soutien aux ordres mendiants au cours de son existence. Plus que la logique d’imitatio regis qui aurait caractérisé le milieu des officiers angevins, il semble avoir traduit ainsi en actes sa volonté d’enraciner topographiquement son lignage ainsi que son attachement aux saints de la dynastie arpadienne.

Benedetto Himfi, cavaliere di corte, poi conte-ispano e banno della Bulgaria, rimasto per quattro decenni al servizio del re d'Ungheria Luigi I, ha manifestato il suo sostegno agli ordini mendicanti in svariati modi durante la sua vita. Più che la logica dell'imitatio regis che avrebbe caratterizzato l'ambiente degli ufficiali angioini, sembra aver tradotto in azione la sua volontà di radicare topograficamente il suo lignaggio e il suo attaccamento ai santi della dinastia degli Arpadi.

Entrées d'index

Texte intégral

  • 1 Tel est le raisonnement qu’appliquent par défaut les historiens, plus souvent modernistes que médi (...)
  • 2 Dans une bibliographie-fleuve, on commencera par la synthèse éclairante et toujours utile de : B. (...)

1Le comportement religieux des officiers supérieurs angevins tendait-il à cimenter un milieu partageant déjà la même culture politique – autrement dit les mêmes valeurs, les mêmes normes et la même vision de l’État – ? Assurément : influencé a minima par le contact avec les pratiques et dévotions du roi et de son entourage, il constituait un précieux outil de promotion personnelle pour qui cherchait à s’attirer les bonnes grâces du souverain1. La monarchie angevine ne pouvait que s’en trouver confortée. Car en se focalisant sur de « vraies » personnes royales (ou réginales), la vénération des serviteurs du pouvoir angevin pour les saints issus de la dynastie à fleurs de lys a ralenti le double processus entamé depuis la fin du XIIe siècle dans les grands royaumes d’Occident de dépersonnalisation de l’État et de transfert de sacralité du souverain au profit du royaume et de la nation2. Au delà du cercle restreint des collaborateurs directs du prince, ces orientations ont fort bien pu gagner par capillarité l’ensemble de l’élite nobiliaire, s'instillant jusqu’aux échelons inférieurs de l’administration angevine.

  • 3 L’historiographie hongroise retient habituellement la date de 1380 comme année du décès de Benoît (...)

2Figure majeure de la scène politique hongroise du XIVe siècle – il resta au service de Louis Ier d’Anjou pendant près de quatre décennies, des années 1340 jusqu’à sa mort en 1380 ou 13813 –, Benoît Himfi a multiplié les gestes favorables aux ordres mendiants toute sa vie durant. On voudrait savoir si cette inclination était « de bon aloi », dans les deux sens de l’expression, c’est-à-dire « de bonne facture » (authentique, soutenue, sincère), et « de bon ton » (conforme au goût du cercle des grands officiers servant les rois angevins de Hongrie). Après une brève mise au point sur ce que l’on sait aujourd’hui des rapports entre aristocratie et ordres religieux dans le royaume de Hongrie au XIVe siècle, on exposera la carrière politique de Benoît Himfi puis ses pratiques religieuses, en se focalisant in fine sur ses liens avec les ordres mendiants afin d’évaluer la part des déterminants angevins dans le façonnement de sa piété.

Aristocratie et ordres religieux en Hongrie sous les rois angevins

  • 4 Voir les travaux de Pál Engel cités en note infra. Aperçu en français dans : P. Engel, Gy. Kristó, (...)

3Une précision terminologique s’impose. Il sera question dans les lignes qui suivent de noblesse ou d’aristocratie – au sens d’élite fondant sa puissance sur sa proximité avec le pouvoir et non seulement selon le critère de la naissance – plus souvent que d’officiers angevins. En effet, Charles-Robert ou Charles Ier (1301-1342) et Louis Ier (1342-1382) ont recruté presque systématiquement leurs hauts administrateurs dans les rangs de la noblesse et du baronnage hongrois4. Presque tous les aristocrates hongrois du XIVe siècle (barones en tête, conformément au sens premier du mot en Hongrie, celui de détenteur d’un office royal de haut rang) ont servi l’État angevin. L’équivalence ne vaut pas pour les simples « nobles » (nobiles), puisque seule une petite minorité d’entre eux parvint à obtenir des charges ou honneurs royaux. Une fois promus, ils s’agrégèrent à l’aristocratie du pays.

  • 5 La pratique testamentaire ne se généralisa véritablement qu’au siècle suivant, sortant alors des s (...)
  • 6 L. Szegfű, György, Crissafán fia, aki megjárta a túlvilágot [Georges, fils de Crissafan, qui sillo (...)

4En comparaison du XVe siècle, les huit décennies de domination angevine en Hongrie souffrent d’une carence documentaire chronique. Pour approcher les pratiques religieuses des officiers angevins, on dispose en tout et pour tout d’une poignée de testaments5, de rares suppliques et de quelques dizaines de chartes de fondation ou de donation en faveur d’établissements ecclésiastiques. Moines et frères mendiants ne mentionnent leurs bienfaiteurs nobles que de façon épisodique. De brèves notations indiquent par exemple le soutien apporté par le seigneur local ou le descendant du fondateur (patronus) à la reconstruction de telle église ou à l’organisation matérielle de tel chapitre provincial. Au demeurant, en Hongrie comme ailleurs, les nobles et aristocrates hongrois tiennent plus fréquemment le rôle de spoliateurs (à propos des terres, des dîmes, des péages) que celui de bienfaiteurs des églises et communautés religieuses – à l’exception relative des Mendiants. Quant à la littérature pieuse issue du milieu nobiliaire, elle est pour ainsi dire inexistante. Les Visiones de Georges de Becse, capitaine de Louis le Grand né vers 1316 et mort en 1363 (si l’on accepte l’identification proposée par László Szegfű), racontent ainsi sur le mode onirique son voyage au Purgatoire de saint Patrick vers 13506. Elles font figure d’exception.

  • 7 Á. Kurcz, A lovagi kultúra Magyarországon a 13-14. században [La culture chevaleresque en Hongrie (...)
  • 8 T. Fedeles, Egy középkori főúri család vallásossága. Az Újlaki példája [La religiosité d’une famil (...)
  • 9 Communication présentée le 22 mars 2016 au colloque Középkori egyháztörténeti konferencia Koszta L (...)
  • 10 T. Fedeles, K. Prajda, Olyan vallásosan, szokásaiban és életmódjában olyan mértétartóan élt. Adalé (...)
  • 11 B. Romhányi, Meretur vestre devocionis affectus Egy vallásos középkori budai polgár - Söptei Péte (...)
  • 12 B. Kertész, « A Gyulaiak és a ferencesek » [Les Gyula(i) et les Franciscains], dans A. Barány, G. (...)

5Que sait-on aujourd’hui de la piété des aristocrates hongrois au XIVe siècle ? Dans sa présentation de la culture chevaleresque en Hongrie aux XIIIe et XIVe siècles, Ágnes Kurcz la brosse à grands traits en s’appuyant principalement sur des sources littéraires et iconographiques7. Kornél Szovák a consacré récemment une monographie à Benoît Himfi, en deux étapes, dont les résultats seront discutés plus loin. C’est là tout pour l’époque angevine. Inversement, le comportement religieux des aristocrates hongrois ayant vécu approximativement entre 1400 et 1520 environ est bien mieux connu. Tamás Fedeles a analysé les pratiques dévotionnelles de plusieurs barons hongrois (ou implantés en Hongrie) et de leurs descendants – les « D’Ilok » ou Újlak(i)8, les Marcali9, Pipon d’Ozora10. Beatrix Romhányi s’est intéressée aux fondations pieuses du bourgeois de Buda Pierre de Söpte (ou Septe), devenu notaire royal et anobli sous le roi Mathias Corvin11. Balázs Kertész a éclairé les liens unissant les Gyula(i) aux franciscains observants de Hongrie12.

  • 13 Chez Georges de Becse : L. Szegfű, György, Crissafán fia.
  • 14 Voir les références indiquées dans les notes précédentes. Le parallèle avec les pratiques aristocr (...)

6Il ressort de ces travaux que les membres de l’élite laïque hongroise s’illustraient aux derniers siècles du Moyen Âge par leur participation active à la fondation, à la dotation et à l’entretien des établissements ecclésiastiques – séculiers (nouveaux sanctuaires érigés dans les villages de leurs domaines, chapelles aménagées dans les églises paroissiales, cathédrales et collégiales…) et réguliers –, avec une prédilection marquée depuis le dernier quart du XIIIe siècle pour les ordres mendiants et érémitiques. Nobles et aristocrates affectionnaient par ailleurs les pèlerinages lointains – Rome, Compostelle, Aix-la-Chapelle ou la Terre sainte –, investis d’une forte valeur pénitentielle13. Avant de prendre la route, ils dressaient leur testament en multipliant les dons pieux. Ils en attendaient des contreparties salvifiques en tous points comparables à celles que l’on trouve exprimées dans d’autres régions de la Chrétienté et dans d’autres milieux sociaux, notamment la bourgeoisie urbaine. Plus caractéristique de l’aristocratie hongroise et centre-européenne est le « droit de patronage » (ius patronatus). Il imposait aux seigneurs fondateurs et à leurs héritiers – en grande majorité des laïcs (en Hongrie comme en Bohême et en Pologne) – de veiller au bon fonctionnement matériel des églises séculières et régulières fondées sur leurs terres : financer la construction, la restauration ou l’agrandissement d’une église, défendre son temporel, solliciter des indulgences pour obtenir davantage de visiteurs (et de dons), etc. En retour, les patroni exaltaient leur lignage en déployant ses armoiries sur les clefs de voûte, les pierres tombales, les tableaux d’autels ou encore la vaisselle liturgique. Le droit de patronage leur permettait également d’affirmer ou de confirmer l’ancrage géographique de leur lignée, en particulier sur les terres fraîchement acquises. L’étude spatiale des actes pieux des nobles et aristocrates hongrois révèle plus généralement l’importance du critère de proximité par rapport à leurs résidences14. Dernier ressort aisément perceptible : l’imitation délibérée des pratiques religieuses du souverain. Elle consolidait l’entrée des nouveaux dignitaires dans le cercle des dirigeants du royaume (primores) et favorisait leur avancement.

  • 15 M.-M. de Cevins, L. Koszta, Noblesse et ordres religieux en Hongrie sous les rois angevins (v. 132 (...)
  • 16 La reconnaissance officielle par la papauté de l’ordre des Ermites de saint Paul avait bénéficié d (...)
  • 17 M.-M. de Cevins, L. Koszta, Noblesse et ordres religieux, p. 588-589.
  • 18 M.-M. de Cevins, L. Koszta, Noblesse et ordres religieux, p. 591.
  • 19 M.-M. de Cevins, L. Koszta, Noblesse et ordres religieux, p. 596-599.
  • 20 M.-M. de Cevins, L. Koszta, Noblesse et ordres religieux, p. 594.
  • 21 M.-M. de Cevins, L. Koszta, Noblesse et ordres religieux, p. 599-601.

7Elle s’observe en particulier à propos des établissements réguliers au XIVe siècle, comme l’a montré une communication présentée à Angers en 199815. Tirant l’essentiel de leur puissance du roi angevin – plus que de leur naissance ou de l’influence de leurs ancêtres –, les membres de la nouvelle élite laïque avaient particulièrement besoin, pour justifier leur position et la conserver, d’afficher leur convergence de vues avec la royauté. Or à cette période, on le sait, le roi (Charles-Robert ou Charles Ier, puis Louis), de même que la reine puis reine-mère Élisabeth (de la dynastie des Piast, épouse de Charles-Robert), réservait l’essentiel de ses faveurs à deux familles de religieux : les ordres mendiants (Franciscains en tête, mais aussi Dominicains et Ermites de saint Augustin) et les Ermites de saint Paul, ordre de fondation hongroise et proche des précédents par son implication dans la pastorale16. Pour un aristocrate hongrois, soutenir les Mendiants plutôt que les moines ou les chanoines réguliers n’allait pas de soi. Le droit de patronage s’exerçait de façon restreinte sur les couvents mendiants, dans une relation où la protection l’emportait sur la propriété ou la puissance : impossible pour le patronus de nommer le chef de la communauté ou de disposer de ses biens et revenus. Par ailleurs, la sépulture n’était accordée en principe qu’aux bienfaiteurs des couvents, et non à l’ensemble de la lignée des patrons ou donateurs ; les églises et cimetières mendiants ne pouvaient donc faire office de nécropole familiale17. Qu’à cela ne tienne, la frange supérieure de la noblesse hongroise apporta un soutien actif aux ordres mendiants et paulinien tout au long du siècle angevin. Prenant le relais des créations royales ou épiscopales (quasi-exclusives au siècle précédent), elle serait redevable d’au moins une douzaine de fondations franciscaines (avortées ou réellement accomplies) sur le sol hongrois au XIVe siècle – pour cinq créations royales et deux issues de la reine18. De même, une part significative des fondations d’ermitages de saint Paul revient à de grands officiers angevins, nettement plus présents sur ce terrain que les (simples) nobles, à égalité avec le roi et la reine19. Et ils eurent à cœur de promouvoir leurs créations, en finançant la tenue de chapitres provinciaux dans leurs murs et en sollicitant des indulgences pour les fidèles qui les visiteraient et leur feraient des dons. Le rapprochement entre les membres de l’élite laïque et les ordres en vogue à la cour angevine ne se limitait pas à des manifestations extérieures. Il modela la vie spirituelle des aristocrates hongrois. Certains avaient, comme le roi, un confesseur ou directeur spirituel franciscain. Il s’en trouvait même qui prenaient l’habit de Mineur, bien que les occurrences soient trop sporadiques au XIVe siècle pour conclure à une surreprésentation du groupe nobiliaire dans les couvents masculins20. L’évolution interne de l’aristocratie hongroise, d’un côté, et la souplesse des responsables réguliers locaux de l’autre, expliquent cette convergence. En effet, les liens claniques s’étaient fortement distendus depuis le XIIIe siècle, si bien que l’enterrement de tous les membres du lignage en un même lieu – déjà entravé par le morcellement géographique de l’assise foncière des aristocrates qu’entretenaient à dessein les rois angevins – n’apparaissait plus comme une obligation. De plus, la fragilité (politique et matérielle) de la position des officiers angevins, entièrement dans la main du roi depuis la restauration des honores par Charles-Robert, les poussait à privilégier des fondations ecclésiastiques moins « gourmandes » sur le plan foncier que les établissements bénédictins ou prémontrés21. L’attitude conciliante des dirigeants mendiants hongrois facilita un rapprochement. En rupture avec les interdits originels, les églises mendiantes ne tardèrent pas, dès le XIVe siècle, à arborer les emblèmes héraldiques de leurs fondateurs et bienfaiteurs, offrant ainsi les mêmes possibilités d’exaltation lignagère que les sanctuaires séculiers ou monastiques. Les supérieurs de couvent acceptèrent d’accueillir la sépulture de donateurs sur plusieurs générations. Ultime concession, dès la fin du XIVe siècle, les messes et autres services pro anima se multiplièrent, à la demande de bienfaiteurs appartenant pour la plupart à l’élite séculière du royaume.

  • 22 Voir les travaux de Gábor Klaniczay cités en note infra.
  • 23 Sur la confraternitas de manière générale, et son épanouissement en Hongrie à la fin du Moyen Âge, (...)

8Avec le recul d’une quinzaine d’années de recherche, cette présentation des relations entre noblesse hongroise et ordres mendiants au siècle angevin demeure grossièrement recevable. Elle gagnerait néanmoins à prendre en considération d’autres mobiles que ceux que dictaient l’ambition politique ou la conscience de classe. Les traces d’imperméabilité, d’indifférence voire de résistance au mainstream propagé depuis la cour angevine mériteraient d’être relevées et analysées. On sait que le culte de Louis de Toulouse – sous le vocable duquel Charles-Robert plaça le couvent franciscain qu’il fonda dès 1325 à Lipova / Lippa – n’a pas « pris » en Hongrie22. La promotion des Mendiants par les rois angevins n’a pas rencontré un écho général et unanime au sein de l’aristocratie hongroise : Georges de Becse ne semble avoir noué aucun lien avec les Mendiants. Il ne constitue certainement pas un cas isolé. Autre piste à explorer : l’examen des formes privées d’attachement des aristocrates hongrois aux ordres réguliers, moins sujettes à une exploitation socio-politique que la fondation d’un couvent ou de services anniversaires. Longtemps négligées, les sources sur les entrées en confraternité auprès des Mendiants – qui ont largement développé cette formule en Hongrie à partir du XIVe siècle en la réservant initialement aux personnages de haut rang23 –, apportent des éléments exploitables en ce sens. Benoît Himfi, membre d’une de ces confraternités et doté d’un beau dossier documentaire, se prête donc particulièrement bien à une analyse de l’importance, des modalités et des causes du tropisme mendiant chez les officiers angevins de Hongrie.

La carrière politique de Benoît Himfi

  • 24 Sauf mention spécifique, l’ensemble de ce paragraphe s’appuie sur les biographies plus ou moins dé (...)

9Étalé sur quatre décennies, le cursus honorum de Benoît Himfi se lit sans difficulté presque année par année24. Né autour de 1320, deuxième d’une fratrie de six garçons, Benoît était le fils de Paul, lui-même fils de Hem (également orthographié Heym ou Heem) – ce qui donna le patronyme de Himfi, à savoir « fils de Him / Hem ». Hem était initialement implanté à « Német », un toponyme difficile à identifier : un Németbánya (« mine allemande ») ou un Németfalu (« village allemand ») comme il en existe des dizaines en Hongrie. Les diplômes relient Benoît Himfi aux deux principaux domaines dont il était le seigneur foncier : la terre d’Egerszeg (aujourd’hui Zalaegerszeg), à l’ouest du lac Balaton, et celle de Döbrönte (ou Debrente), au nord du même lac, dans la région des monts Bakony, localité qui conserve jusqu’à nos jours les vestiges d’une forteresse construite sur ordre de Benoît à partir de 1367.

  • 25 Source : Nagy–Deák–Nagy 1879, p. 80, no 72 (31 janvier 1278).

10Benoît Himfi fait partie de ces nobles hongrois du XIVe siècle qui parvinrent à se hisser dans les rangs du baronnage à la faveur de l’avènement de la dynastie angevine et selon une progression bien connue : les services rendus aux nouveaux rois de Hongrie leur procuraient des charges toujours plus nombreuses, souvent plus lucratives et surtout plus prestigieuses. Aux deux générations précédentes, les Himfi étaient encore des agents subalternes de la monarchie hongroise. Leur fonction était d’organiser les chasses royales. Le grand-père paternel de Benoît Himfi (Heem) est appelé comes leporariferorum nostrorum – responsable des chiens de chasse (lévriers) du roi – par Ladislas IV en 1278. Celui-ci le gratifie alors d’une terre proche du lac Balaton, à la demande de l’intéressé et en récompense de son dévouement25. On ignore quelles charges exerçait le père de Benoît Himfi, Paul. Le frère aîné de ce dernier, Ladislas de Német, tenait celle de comte forestier de Bakony (comes de Bakon) au début du XIVe siècle. Jusqu’à sa fusion avec la dignité comtale de Veszprém au XVe siècle, l’office de comte de (la forêt de) Bakony – le terrain de chasse favori des rois et princes de Hongrie depuis l’époque arpadienne – consistait à administrer ce giboyeux domaine boisé et à superviser les chasseurs royaux qui s’y déployaient.

  • 26 Source : Magyar Nemzeti Levéltár, Országos Levéltár [Archives Nationales de Hongrie, Budapest] [dé (...)

11Lorsque Benoît Himfi émerge pour la première fois des sources en octobre 1343, dans une citation à comparaître établie à sa demande par Guy, évêque de Nitra / Nyitra et chancelier royal, il n’occupe aucune dignité officielle26. Il n’est pas impossible qu’il ait succédé peu après à son oncle paternel comme responsable des chasses royales dans la forêt de Bakony. Quatre ans plus tard, en 1347, il est mentionné en tant que chevalier (miles regis) à la cour de Louis le Grand. Commence alors une brillante carrière, à la fois civile et militaire, confortée par un beau mariage : Benoît épousa Dorothée d’Essegvár, issue d’une famille (déjà) aristocratique, dont il eut plusieurs enfants. Leur fils Nicolas (mort avant 1385) devint à son tour chevalier de cour.

12Au début des années 1350, le roi angevin Louis Ier confia à Benoît des responsabilités militaires, défensives – en tant que capitaneus, c’est-à-dire commandant ou capitaine de forteresse, en l’occurrence celle de Somló (dans les monts Bakony) à partir de 1352 (charge qu’occupèrent deux frères de Benoît après lui) – puis offensives. Engagé dans les campagnes contre Venise en 1357, puis très probablement en Bulgarie dans les années 1360, Benoît Himfi mena les troupes royales lancées contre la Sérénissime en 1372 et 1373. Il exerça en parallèle de nombreuses fonctions territoriales. Il devint comte-ispan de Komárno / Komárom (à partir de 1357), Pilis (à partir de 1358), Satu Mare / Szatmár, Maramureș / Máramaros et Ugocsa (1360-1362), Bratislava (Presbourg) / Pozsony (1362-1365), Caraș / Krassó et Kovin / Keve (1365-1366), Vas et Sopron (1369-1370), Timiș / Temes et Cenad / Csanád (1371-1375) et enfin à nouveau Bratislava, outre Bakony (le comitat forestier que tenait son oncle Ladislas de Német), Győr, Fejér et Komárno (1379-1380/1381). Benoît Himfi administra au total seize comitats, et jusqu’à cinq en même temps. Ces circonscriptions formaient parfois des blocs contigus, preuve de ce que Benoît avait l’entière confiance de Louis le Grand. Situées originellement à l’ouest du royaume, tout près du berceau familial des Himfi, elles se répartirent ensuite dans l’est et le sud du pays, puis ramenèrent in fine Benoît à proximité de sa région natale, à une période où les rois angevins s’efforçaient au contraire de couper les aristocrates de leurs bases patrimoniales pour les empêcher de se tailler de petits royaumes dans le royaume comme au temps des « oligarques » (v. 1280-v. 1310). Plusieurs de ces comitats avaient une importance stratégique par leur position frontalière.

13L’année 1366 marque un tournant crucial dans la carrière civile et militaire de Benoît : il fut nommé ban de Bulgarie, c’est-à-dire gouverneur d’une province extérieure au royaume de Hongrie et militairement autonome. Ce titre lui conférait peu de pouvoirs en réalité, la domination hongroise sur la Bulgarie n’ayant perduré que jusqu’en 1369. Il consacrait cependant la position éminente que Benoît Himfi s’était acquise à la cour de Hongrie : celui-ci entrait parmi les veri barones, bien au-dessus des comtes-ispans, et à peine en dessous des deux plus prestigieux officiers de la cour royale, le palatin (comes palatinus) et le juge suprême (iudex curie). Cette promotion traduit également le rôle actif que jouait Benoît dans la politique extérieure du roi angevin. Diplomate apprécié de Louis Ier pour ses talents de négociateur, il avait représenté le roi à la Curie avignonnaise dès les années 1350. Il prit part aux négociations de paix avec Venise, qui débouchèrent sur la paix de Turin en 1381. Sans doute était-il un farouche partisan de l’expansionnisme angevin dans les Balkans.

14Il resta jusqu’à sa mort un proche conseiller de Louis le Grand. C’est à Diósgyőr, dans le palais d’été de ce dernier, qu’il s’éteignit en octobre 1380 ou 1381. Son intimité avec le souverain devait peut-être autant à sa bravoure et à sa loyauté qu’à son niveau d’instruction : chose encore inhabituelle dans l’aristocratie hongroise, Benoît correspondait en latin avec sa famille, ses amis, ses intendants. De plus, ses orientations religieuses rejoignaient à bien des égards celles du roi angevin.

Les pratiques religieuses de Benoît Himfi

  • 27 On trouvera la liste, les références et le contenu abrégé de ces documents dans l’Annexe 1.
  • 28 Voir Annexe 1, documents no 11, 13 et 15. Le premier de ces trois testaments (no 11), consigné le (...)
  • 29 Á. Kurcz, A lovagi kultúra Magyarországon a 13-14. században [La culture chevaleresque en Hongrie (...)
  • 30 K. Szovák, A győri ferences őrség (custodia) XIV. századi történetéhez [Contribution à l’histoire (...)
  • 31 K. Szovák, Meritorum apud Dominum fructus cumulatorum (Megjegyzések a 14. századi főúri vallásossá (...)
  • 32 Elle a changé de prénom en prenant le voile, ce qui a inspiré à Richárd Horváth le titre malicieux (...)

15Une quinzaine de textes contemporains des faits éclairent les pratiques religieuses de Benoît Himfi27. Parmi eux se trouvent rien moins que trois documents testamentaires28. Voilà ce qui explique que son nom apparaisse si souvent dans l’historiographie pour illustrer la piété aristocratique hongroise à la fin du Moyen Âge29. Kornél Szovák, après une première découverte documentaire remontant à 198930, a dressé en 1998 un inventaire des pratiques religieuses de Benoît Himfi31. Richárd Horváth a décrit le parcours spirituel de la veuve de Benoît, jusqu’alors énigmatique en raison d’obstacles onomastiques32. D’après ces études, le comportement religieux de Benoît Himfi serait le reflet d’un milieu social – l’aristocratie hongroise – et le produit d’une époque, plutôt que l’expression d’une culture politico-religieuse propre aux éminents serviteurs du pouvoir angevin. Il nous revient de discuter cette interprétation.

  • 33 Ces suppliques concernent, dans l’ordre de leur apparition dans le registre du pontificat d’Innoce (...)
  • 34 Documents numérotés 3 à 6 dans l’Annexe 1.
  • 35 K. Szovák, Meritorum apud Dominum, p. 80-81. Sources : voir Annexe 1, no 6 (perpetuas capellas) et (...)
  • 36 Annexe 1, no 4.
  • 37 Á. Bossányi (éd.), Regesta supplicationum, I, p. 360, note 3.
  • 38 Annexe 1, no 8.
  • 39 Annexe 1, no 9 : de rectoratu seu magistratu alteris Sancti Benedicti in ecclesia Alberegalis) : q (...)
  • 40 K. Szovák, Meritorum apud Dominum, p. 81. Source : Annexe 1 no 8.

16Envoyé en mission diplomatique en Avignon par le roi de Hongrie en 1359, Benoît Himfi, alors au tout début de sa carrière politique, remit au pape un total de trente-deux suppliques33, dont quatre présentées en son nom propre34. Le 18 mai, il obtint des indulgences (un an et quarante jours, soit la moitié de ce qu’il avait demandé) en faveur des pieux visiteurs de deux sanctuaires – appelés « chapelles » ou « chapelles perpétuelles » (perpetuae capellae) dans la supplique – fondés par ses ascendants directs ou par lui-même (per dictum comitem et antecessores suos fundatae et dotae). Le premier lieu de culte cité, dédié à saint Ladislas, se trouvait dans la cathédrale de Veszprém, le second, placé sous le vocable de saint Benoît, dans la collégiale royale Sainte-Marie de Székesfehérvár35. La chapelle Saint-Ladislas pourrait remonter aux années 1330. La cathédrale de Veszprém se trouvait non loin du berceau des Himfi. Benoît y comptait des proches parents. Dans l’une des suppliques qu’il adressa au pape en mai 1359, il lui demandait d’accorder à son consanguineus et homonyme Benoît, fils de Georges, prêtre et chanoine cathédral de Veszprém, une dignité dans ce chapitre36. Par la suite, un cousin de Himfi prénommé lui aussi Benoît et chapelain de Louis le Grand en 1360 accéda au siège épiscopal de Veszprém à la demande du roi angevin, après avoir tenu la prévôté de Spiš / Szepes (1379)37. Le second oratoire gratifié d’indulgences pontificales en mai 1359 – tantôt désigné sous le nom de « chapelle » (1359), tantôt sous celui d’« autel » (1365-1366, 1372)38 – a très certainement été fondé et doté par Benoît lui-même. L’indiquent son saint patron (éponyme) et la mention portée dans un registre pontifical de 1372 qui présente Benoît Himfi comme le fondateur et patronus de l’autel en question39. Un document établi en 1383 rapporte que cet autel avait été doté par Himfi de la terre d’Akasztó, ancien lieu de péage royal situé dans le comitat de Fejér. Il était suffisamment lucratif pour éveiller la convoitise du pape : en 1365-1366, Urbain V entendait se réserver l’attribution de ce bénéfice, parmi d’autres charges capitulaires40.

  • 41 A. Kralovánszky, The settlement history of Veszprém and Székesfehérvár in the Middle Age, dans L. (...)

17Dès la fin des années 1350, les initiatives religieuses de Benoît Himfi semblent essentiellement guidées par deux préoccupations : la fidélité aux dévotions et points d’ancrage cultuels et topographiques de son lignage, d’une part ; le rapprochement symbolique et spirituel avec une royauté hongroise fortement sacralisée depuis l’époque arpadienne et par l’action des Angevins, d’autre part. La seconde se lit à la dédicace au saint roi Ladislas, figure revalorisée par les deux angevins41, ainsi qu’au choix de la basilique de Székesfehérvár – dont la fondation remontait à saint Étienne et qui était le lieu traditionnel du couronnement des rois de Hongrie ainsi que, parfois, celui où ils élisaient sépulture. À ce stade, point de spécificité angevine très marquée, si ce n’est une tonalité « arpadiano-angevine » – c’est-à-dire angevine en ce qu’elle réactivait la beata stirps issue d’Árpád –, tandis qu’affleurent en parallèle des motivations personnelles par le biais du vocable à saint Benoît.

  • 42 A. Harsányi, A domonkosrend Magyarországon a reformáció előtt [L’ordre des Dominicains en Hongrie (...)
  • 43 Annexe 1, no 13.
  • 44 R. Horváth, Bigámista volt-e Himfi, p. 117-118.
  • 45 […] ipsa autem ab hac luce decessa, eadem possessio [Gelsa] cum memoratis utilitatibus et proventi (...)

18Le même enchevêtrement subtil de motivations présida manifestement au choix du lieu de sépulture de Benoît. Dans son testament le plus ancien (1376), il exprime sa volonté de reposer dans l’enceinte du couvent des Dominicaines de Veszprém. Fondé par l’évêque Barthélemy en 1240, le couvent Sainte-Catherine de Veszprém jouissait d’un grand prestige depuis le séjour qu’y avait effectué Marguerite de Hongrie, fille de Béla IV morte en odeur de sainteté en 1270, et dont la cause fut relancée en Curie par la reine Élisabeth (épouse de Charles Ier) au milieu du XIVe siècle. Comme celui de l’Île aux Lièvres (actuelle Île Marguerite), où la sainte finit ses jours, l’établissement accueillait les veuves et les filles de l’aristocratie hongroise42. Benoît Himfi légua aux sœurs dominicaines de Veszprém, outre des reliques, plusieurs biens fonds, et confia à sa femme Dorothée la responsabilité de les transférer aux moniales à son entrée en religion ou, à défaut, après sa mort43. Il préparait ainsi le séjour que la même Dorothée, une fois veuve, effectuerait plus tard dans l’établissement. Celle-ci prit d’ailleurs le nom de religion de Marguerite44 – qui est aussi le prénom que Benoît et Dorothée avaient choisi pour l’une de leurs filles. Il est possible que leur seconde fille, Anne, déjà veuve à la mort de son père, ait également terminé ses jours dans le couvent de Veszprém : le dernier testament de Benoît Himfi lui léguait en 1381 un des domaines énumérés dans les dispositions qu’il avait fait enregistrer en 1376 (Gelse / Gelsa), en stipulant que cette terre reviendrait, après le décès d’Anne, au couvent dans lequel elle aurait pris l’habit45. En se donnant pour ultime demeure le couvent Sainte-Catherine de Veszprém, Benoît et Dorothée s’inscrivaient là encore dans la mouvance spirituelle « arpadiano-angevine », une mouvance centrée sur quelques grandes figures saintes – féminines en l’occurrence – et des lieux sanctifiés par leur présence. Le choix du couple respectait aussi le critère de proximité spatiale par rapport aux terres ancestrales et au siège épiscopal de Veszprém où ils comptaient des parents. Enfin, il confirmait l’appartenance de Benoît Himfi et des siens au cercle des proches du roi.

  • 46 Voir la mise au point récente de : L. Veszprémy, L’ordine di San Giorgio, dans E. Csukovits (dir.) (...)
  • 47 Annexe 1, no 5.

19Benoît Himfi ne semble pas avoir voué de culte particulier à saint Georges, sous le patronage duquel avait été placé l’ordre de chevalerie fondé par Charles-Robert au milieu des années 1320 et dont on perd la trace après 134046. Pour autant, il souscrivait aux projets de croisade contre les hérétiques et les « schismatiques » que nourrissaient conjointement la papauté et le roi de Hongrie Louis Ier, le premier à des fins théocratiques, le second à des fins politiques et conquérantes. Benoît Himfi entendait tirer un profit eschatologique de son engagement armé contre les « Infidèles ». En mai 1359, en prévision probablement de l’offensive royale programmée pour les mois suivants contre le roi serbe Étienne Uroš IV, il demanda au pape la rémission plénière de ses fautes pour lui-même et jusqu’à cinquante de ses familiares s’ils venaient à mourir en combattant les Infidèles (qui contra infideles pugnando decesserint)47. Sans doute cette grâce accrut-elle la détermination de Benoît au temps des difficiles campagnes bulgares qui suivirent (1366-1369).

  • 48 K. Szovák, Meritorum apud Dominum, p. 82-83. Source : Annexe 1, no 10. Sur les préparatifs de cett (...)
  • 49 Du moins si l’on suit l’identification proposée par Kornél Szovák, pour qui le Benedictus Haymonis (...)
  • 50 Annexe 1, no 10.
  • 51 […] Deo disponente et Spiritus Sancti gratia invocate causa salutis anime nostre cogitassemus et d (...)
  • 52 Bilan historiographique dans R. Horváth, Bigámista volt-e Himfi, p. 116.
  • 53 Voir les exemples réunis dans E. Csukovits, Középkori magyar zarándokok et dans la communication d (...)
  • 54 K. Szovák, Meritorum apud Dominum, p. 83.

20Enfin, Benoît Himfi entreprit de partir en pèlerinage en Terre sainte. Il obtint du pénitencier apostolique en 1375 l’autorisation de s’y rendre entouré de son escorte48. Le projet était ancien : Benoît avait déjà sollicité une dérogation en ce sens au printemps 1357, lors de son premier séjour en Avignon. Transmise par l’évêque de Knin Jean de Scherffemberg, elle l’autorisait à se rendre sur les Lieux saints accompagné de six personnes (cum sex personis)49. Le cardinal Jean, qui accorda à Benoît une autorisation similaire en 1375, étendue cette fois à onze individus de son choix, souligne l’ardeur de sa vénération pour le Saint-Sépulcre, mobile principal de son voyage outre-mer (ex magno devocionis fervore sacrum sepulcrum Domini)50. Dans son testament de 1376, Benoît présente son projet, de façon assez convenue, comme une entreprise à but salvifique et inspirée par l’Esprit saint51. Les travaux récents ont écarté l’hypothèse, rocambolesque, d’une démarche visant à retrouver sa fille Marguerite, enlevée par les bandes ottomanes puis revendue comme esclave en Crète : son rapt n’eut pas lieu en 1375, comme le supposait Bernát Kumorovitz, mais seulement autour de 1391-139252. Faut-il voir dans le projet de voyage en Terre sainte – dont on ignore d’ailleurs si Benoît l’accomplit intégralement – l’adhésion aux rêves de reconquête de l’Orient entretenus par les Angevins de Naples depuis la fin du siècle précédent, rêves possiblement confortés chez Himfi par ses missions diplomatiques puis par sa charge de ban de Bulgarie ? N’allons pas trop vite en besogne : les départs d’aristocrates hongrois pour Jérusalem continuèrent au siècle suivant, en un temps où les successeurs de saint Étienne avaient définitivement renoncé aux mirages orientaux53. Témoin des ravages de la peste et des horreurs de la guerre pendant ses déplacements en Italie, Benoît aurait été extrêmement préoccupé par son salut et celui de ses congénères. C’est la raison pour laquelle il aurait entrepris le périlleux voyage. L’exemple et le discours des frères mendiants, franciscains en particulier, ont pu l’y encourager, suggère Kornél Szovák54. Toujours est-il que, sans les Mendiants, le profil religieux de Benoît Himfi serait non seulement lacunaire mais illisible.

Des liens privilégiés avec les Mendiants

  • 55 R. Horváth, Bigámista volt-e Himfi, p. 118. Source : MNL OL, DL 7179.
  • 56 P. Németh, A városlődi karthauzi kolostor története és régészeti emlékanyaga [L’histoire et les ve (...)

21Les Mendiants ne sont pas les seuls réguliers avec lesquels Benoît Himfi entretenait de bonnes relations. Environ cinq ans après sa mort, en 1385, sa veuve reçut du prieur cartusien de Saint-Michel de Lövöld – prieuré fondé (et doté) avant 1364 par le roi Louis le Grand et sa mère Élisabeth – une lettre d’association spirituelle, avec commémoration55. On peut supposer que, de son vivant, Benoît avait déjà soutenu activement ce monastère situé à proximité immédiate de son patrimoine familial, en pleine forêt de Bakony56. Il semble néanmoins que l’ampleur de l’aide qu’il accorda aux Mendiants ait dépassé de très loin celle qui alla à d’autres réguliers. Elle conforte l’impression d’un tropisme mendiant « de bon aloi ».

  • 57 […] plenam remissionem omnium peccatorum semel tantum in mortis articulo concedere dignemini. Anne (...)
  • 58 Le testament que Benoît rédigea en son nom propre en 1376 devant deux frères mineurs, le custode e (...)

22En mai 1359, Benoît sollicita du pape l’autorisation de choisir librement son confesseur, pour lui-même et son épouse, pour son frère Pierre et sa femme, ainsi que pour douze personnes (non nommées dans le document mais enregistrées à la chancellerie pontificale), avec pouvoir pour ledit confesseur de remettre tous les péchés, y compris à l’article de la mort, selon la formule d’usage57. Ce privilège répandu dans toute la Chrétienté depuis le XIIIe siècle mais encore rare en Hongrie permettait de se soustraire à la contrainte paroissiale et de bénéficier des services de direction de conscience d’un prêtre régulier. À quel ordre appartenait le confesseur de Benoît Himfi ? Le lieu où il dressa son testament (à la première personne) en 1376, un couvent franciscain, oriente d’emblée vers les Mineurs ; mais ni ce texte, ni la version plus solennelle de ses dernières volontés enregistrée par le chapitre cathédral de Cenad / Csanád la même année, ni enfin la version tronquée des dispositions qu’il dicta sur son lit de mort en 1380 ou 1381, n’identifient l’ordre de son confesseur58. Il n’est pas exclu au demeurant que Benoît ait oscillé entre plusieurs familles régulières au cours de son existence.

  • 59 En 1372, le roi Louis et sa mère Élisabeth (Piaste) fondèrent à proximité de Buda le premier couve (...)
  • 60 K. Szovák, Meritorum apud Dominum, p. 82. Source : Annexe 1, no 2.
  • 61 M.-M. de Cevins, Koldulórendi konfraternitások.
  • 62 M.-M. de Cevins, Les Ermites de saint Augustin en Hongrie médiévale : état des connaissances, dans (...)

23À l’appui de cette dernière supposition, on constate que les trois ordres mendiants présents en Hongrie jusqu’à l’arrivée des Carmes en 137259 – Franciscains, Dominicains et Ermites de saint Augustin – ont bénéficié des faveurs de Benoît Himfi. Les documents les plus anciens du dossier mettent en relief ses contacts avec les Ermites de saint Augustin. Le 1er juin 1357, le prieur général augustinien, Grégoire, lui accorda, à lui comme à son épouse et à leurs enfants, la participation aux mérites de l’ordre. Il lui appliquait les mêmes dispositions nécrologiques que pour les frères défunts, l’admettant ainsi dans la « confraternité majeure »60. Comme souvent dans les lettres de confraternité, la formulation, elliptique et codifiée, ne permet pas de savoir quels services Benoît avait préalablement rendus aux Ermites. La lettre évoque seulement la sincérité de sa foi (vestre fidei sinceritas) et sa dévotion envers saint Augustin et son ordre (vestra devocione, quam ob Dei reverenciam ac doctoris eximii, beatissimi nostri Augustini nostrum habetis ordinem). L’obtention de cette grâce impliquait que le récipiendaire ait manifesté son soutien aux Ermites de façon prolongée, un soutien matériel et non seulement moral61. L’appui de Benoît Himfi aux Ermites de saint Augustin, qui comptaient une vingtaine d’établissements en Hongrie dès les années 1350, fait écho à l’admiration que leur vouait le roi Charles-Robert d’Anjou. Le règne de ce dernier correspond au pic des fondations augustiniennes en Hongrie, fondations redevables dans deux cas sur trois au roi en personne62. Inversement, même si l’on se gardera de raisonner a silentio tant le taux de conservation des sources est médiocre, l’intérêt déclinant de Benoît pour les Ermites augustiniens après 1360 pourrait refléter celui qui s’observe chez Louis le Grand à la même période.

  • 63 Annexe 1, no 12.
  • 64 […] sincerissime devocionis affectus, quem ad ordinem sancti Dominici geritis indesinenter, quem a (...)
  • 65 M.-M. de Cevins, L. Koszta, Noblesse et ordres religieux en Hongrie sous les rois angevins (v. 132 (...)

24Le deuxième ordre mendiant favorisé par Benoît Himfi est celui des Prêcheurs. Le nom de Benoît apparaît dans une lettre établie par le prieur et le chapitre de la province dominicaine de Hongrie, réunis à Győr à la Toussaint 1376. En vertu de cette lettre, Benoît et son fils Nicolas sont recommandés à la prière des frères de la province et obtiennent des célébrations spécifiques (5 messes par les prêtres, 5 psaumes par les frères clercs, et 5 fois 100 Pater et 100 Ave par les laïcs) pour leur salut et celui de leurs enfants63. L’exposé des motifs précise que Benoît avait fourni l’essentiel du ravitaillement nécessaire à la tenue du chapitre provincial64. Son geste illustre la propension qu’avaient nobles et aristocrates hongrois de la fin du Moyen Âge à apporter un soutien économique et logistique à la tenue des chapitres mendiants – parfois pour promouvoir les couvents qu’ils avaient fondés, et qui accueillaient le chapitre provincial à l’instigation de leur patronus, mais pas toujours65. Enfin, les clauses funéraires déjà évoquées en faveur des Dominicaines de Sainte-Catherine de Veszprém – prolongées ensuite par l’entrée dans ce couvent de sa veuve et celle, apparemment, de sa fille Anne – orientent vers un resserrement des liens de Benoît Himfi avec les Dominicains sur ses vieux jours.

  • 66 Annexe 1, no 14. Kornél Szovák réfute la datation indiquée par un précédent éditeur (« vers 1320 » (...)
  • 67 Il signe : Frater Johannes custos Jauriensis, vestre dominationis fidelis orator.

25Il noua simultanément des relations avec les Frères mineurs. Dans les derniers mois de son existence terrestre, Benoît participa à l’organisation matérielle du chapitre provincial des Franciscains de Hongrie, qui s’ouvrit en 1380 à Győr – siège du comitat qu’il dirigeait depuis 1379. C’est ce qu’indique une lettre écrite par le custode de Győr le 4 juillet 1380 (d’après les recoupements minutieux de Kornél Szovák)66. Benoît s’étant engagé à participer aux frais qu’occasionnait l’événement, le custode énumère à son intention les besoins concrets des frères – acheminer les quantités de blé et de vin nécessaires jusqu’au couvent de Győr, installer une cuisine fermée au milieu de la cour du couvent… – ; il rapporte qu’une liste de fournitures (necessaria) suivra, consignée dans un registre qui sera transmis au châtelain de Devín / Dévény ; il termine sa lettre par une formule assurant Benoît de ses prières67. À l’évidence, la participation de Benoît fait pendant à celle accordée au chapitre dominicain réuni quatre ans plus tôt dans la même ville.

  • 68 J. Karácsonyi, Szent Ferencz rendjének története Magyarországon 1711-ig [Histoire de l’ordre de sa (...)
  • 69 J. Karácsonyi, Szent Ferencz, II, p. 43-44 et 88. Sur les projets d’expansion religieuse de Louis (...)
  • 70 […] coram fratri Arnaldo custode de Sebes ordinis fratrum minorum et coram fratri Johanni de Buda (...)

26Son intérêt pour les Mineurs pourrait toutefois remonter aux années 1360. Benoît se serait en effet engagé dans la fondation d’un couvent franciscain, à Gherman (en hongrois Ermény, en latin Armenis, aujourd’hui en Roumanie). Au vrai, aucun document ne présente explicitement Himfi comme le fondateur de l’établissement. C’est une simple supposition, formulée il y a un siècle par János Karácsonyi à partir de la coïncidence chronologique et géographique entre la carrière politique de Benoît (promu ban de Bulgarie en 1366, on l’a dit) et la vague de créations de couvents franciscains au sud-est du royaume de Hongrie68. Elle cadre bien avec ce que l’on sait par ailleurs de la carrière diplomatique de Benoît. Le couvent de Gherman était rattaché initialement à la vicairie franciscaine (observante) de Bosnie – et non à la province franciscaine de Hongrie. Le couvent de Caransebeş, érigé vers 1368 par le roi Louis le Grand à environ 80 kilomètres à l’est de Gherman, sur un front particulièrement instable de la Chrétienté latine, se trouvait dans la même configuration. Doublant ses fonctions militaro-civiles d’attributions religieuses, Benoît Himfi aurait ainsi participé au programme de conversion des « Schismatiques » valaques (roumains) et bulgares que Louis Ier entendait mettre à exécution, en accord avec les responsables de l’Observance italienne naissante et pour légitimer ses projets de conquête des Balkans69. L’engagement de Benoît pour la cause demeura intact après l’échec des campagnes bulgares et le retrait précipité des troupes royales en 1369-1370. Au début du testament qu’il dressa en 1376 au couvent franciscain de Sebes (probablement Caransebeş) quelques semaines sans doute après avoir fait enregistrer ses dernières volontés par le chapitre cathédral de Cenad, Benoît désignait comme exécuteurs testamentaires deux frères mineurs du couvent de Sebes : Arnaud, custode de Sebes, et Jean de Buda, gardien du même lieu70. Il confirmait ainsi son attachement au « franciscanisme de frontière » qu’incarnaient ces Mendiants d’un genre nouveau, précurseurs de l’Observance franciscaine hongroise.

27Après 1360, Prêcheurs et Mineurs l’emportaient donc nettement dans les orientations religieuses de Benoît Himfi. Ils se situaient à peu près à égalité. En témoigne la manière dont Benoît se prépara à mourir en 1376, avant son départ pour le Levant : à quelques mois d’intervalle, il sollicita aussi bien les services commémoratifs des Dominicains – dont il venait de financer le chapitre provincial – que ceux des Mineurs, devant qui il rédigea son testament, avant d’en obtenir enfin des prières en 1380.

La part des déterminants angevins

  • 71 […] et quod omnes morimur et sicut aqua dilabimur et nullus hominum potest mundum possidere perpet (...)
  • 72 Annexe 1, no 15.

28La documentation réunie ne laisse rien transparaître des raisons profondes de la prédilection de Benoît Himfi pour les Mendiants. Son testament de 1376 déroule, en préambule et à la première personne, les considérations d’usage sur la vanité des choses de ce monde71. Le texte qu’il dicta en 1380/1381 alors qu’il était à l’agonie (gravi infirmitate prepeditus), transmis sous une forme interpolée, n’est pas plus disert72. Impossible donc de savoir ce qui l’a emporté chez lui, de l’imitatio regis, de l’affichage social, de la tradition familiale doublée de l’ancrage géographique de son lignage, ou encore d’une possible attirance personnelle pour la perfection chrétienne qu’entendaient incarner les Mendiants. L’examen attentif de la chronologie permet toutefois de risquer plusieurs hypothèses.

29Premier constat : les formes les plus discrètes de l’attachement de Benoît Himfi aux Mendiants (le choix d’un confesseur portant leur habit, l’entrée dans leur confraternité spirituelle) se concentrent sur le début de sa carrière, tandis que les aspects publics (la possible fondation du couvent de Gherman, le financement de chapitres provinciaux, la demande de sépulture chez les Dominicaines de Veszprém, les commandes de messes pro anima) occupent les dernières décennies de sa vie terrestre. L’affichage du soutien de Benoît aux ordres mendiants ne précède donc pas son ascension politique, elle la suit. Il comptait déjà parmi les officiers les plus titrés, les plus prestigieux et les plus puissants de Hongrie quand il l’a exprimée au grand jour. Cela écarte a priori la piste de l’opportunisme politique. Indice convergent : le dossier documentaire de Benoît Himfi ne fournit pas de traces de relations avec les Ermites de saint Paul. Ils sont les grands absents du paysage spirituel de Benoît. Ils comptaient pourtant plusieurs prieurés dans sa région natale et avaient la faveur des deux rois angevins comme de l’influente reine Élisabeth.

30Parmi les éléments de la piété de Benoît qui pourraient dériver d’un possible modèle royal, on relève son engouement (temporaire) pour les Ermites de saint Augustin, le partage ensuite de son soutien entre Franciscains et Dominicains, et enfin l’adhésion aux projets missionnaires confiés aux Franciscains de Bosnie. Le tropisme mendiant de Benoît Himfi serait donc « de bon ton » dans le second sens de l’expression. Toutefois, à l’exception de la fondation de Gherman (d’ailleurs hypothétique) et du choix de ses exécuteurs testamentaires en 1376 – peut-être imposé par les circonstances, puisque le couvent de Caransebeş se trouvait sur l’itinéraire censé conduire Benoît jusqu’en Terre sainte –, la préoccupation qui semble l’emporter chez lui sur toutes les autres, à propos des Mendiants comme de l’ensemble de ses orientations religieuses, est la volonté de confirmer l’ancrage familial. Le montrent son soutien aux deux chapitres provinciaux réunis à Győr par Prêcheurs et Mineurs, ainsi que ses relations matérielles et familiales avec les Dominicaines de Veszprém. L’intérêt de Benoît Himfi envers le couvent Sainte-Catherine fait jouer un second paradigme : le prestige sacré des Arpadiens, une dynastie qui donna à l’Église plusieurs saintes mendiantes vénérées dès le XIIIe siècle (à commencer par Élisabeth et Marguerite) et qui accueillit précocement les Mendiants dans le bassin des Carpates.


31En l’absence de données équivalentes concernant les pratiques religieuses d’autres officiers de la cour angevine de Hongrie, l’exemple de Benoît Himfi ne permet de dégager aucune tendance générale. Il n’empêche que, dans ce cas précis, la logique de l’imitatio regis ne paraît pas l’avoir emporté. Même chez un individu qui, à partir des années 1360, faisait partie de la sphère étroite des fidèles du roi, elle passait après la volonté de consolider l’implantation lignagère par l’attention portée aux couvents et sanctuaires proches de ses terres et résidences. Et là où elle paraît opérante, l’imitation du souverain traduisait la volonté de se rattacher à l’héritage sacré et pluriséculaire des rois arpadiens – certes réactivé par les Angevins – plutôt qu’une influence intrinsèquement angevine.

  • 73 L. Szegfű, György, Crissafán fia, passim.
  • 74 L. Szegfű, György, Crissafán fia, p. 21.

32Difficiles à cerner chez Benoît Himfi faute de sources, les mobiles personnels affleurent plus clairement chez Georges de Becse. Pour ce haut responsable militaire de Louis le Grand torturé par le souvenir des atrocités commises au cours de ses campagnes italiennes, le salut passait par l’expiation corporelle de ses fautes – thème récurrent dans le récit de son voyage au Purgatoire de saint Patrick (Visiones) –, et non par la médiation des clercs ou les prières des moines et des frères. On ne lui connaît aucun lien d’aucune nature avec des Mendiants. Ses rapports avec des communautés régulières (prémontrées et cisterciennes) se bornaient à se poser en protector ac defensor de celles-ci, sans effet sur sa piété personnelle73. Sur la fresque représentant le jugement particulier de Georges de Becse que sa fille fit peindre après sa mort à Želiezovce / Zselíz, les seules figures d’intercession se limitent aux anges et à la Vierge Marie74. Joint à celui de Benoît Himfi, le portrait spirituel de Georges de Becse rend en définitive peu plausible pour la Hongrie du XIVe siècle l’hypothèse d’un comportement religieux qui aurait uni et caractérisé le corps des serviteurs de l’État angevin.

Annexe 1

Tableau des documents relatifs aux pratiques religieuses de Benoît Himfi.

Date Lieu d’émission ou de rédaction Nature et émetteur / auteur Références 1. Manuscrits (originaux ; reproductions) 2. Édition(s) Contenu
1. 15/05/1357 Villeneuve-lès-Avignon Supplique adressée par l’évêque de Knin Jean de Scherffemberg en faveur de Benedictus Haymonis, miles Vesprimiensis diocesis 2. RS t. I, p. 303 n° 85 Le pape donne à BH l’autorisation de partir en pèlerinage en Terre sainte, accompagné de six personnes
2. 01/06/1357 Montpellier Lettre de confraternité établie par le prieur général des Ermites de saint Augustin, Grégoire 1. PBFL, Somogyi cs. lt. n° 1 ; MNL OL DF 257423
2. Szovák 1998, p. 84 n° 1
Le prieur général de l’Ordre des Ermites de saint Augustin admet BH et sa famille dans la confraternité majeure de l’ordre
3. 18/05/1359 Avignon Supplique adressée au pape par BH 2. RS t. I, p. 360 n° 213 Le pape accorde à BH, à le droit de choisir librement son confesseur, pour lui, son frère Pierre, leur épouse et douze autres proches
4. 18/05/1359 Avignon Supplique adressée au pape par BH 2. RS t. I, p. 360 n° 214 Le pape accorde à BH la réserve d’une dignité capitulaire au chapitre de Veszprém pour un parent (consanguineus) nommé Benoît, fils de Georges, chanoine à Veszprém
5. 18/05/1359 Avignon Supplique adressée au pape par BH 2. RS t. I, p. 362 n° 219 Le pape accorde à BH la rémission plénière pour lui et jusqu’à 50 de ses familiers s’ils viennent à mourir en combattant les Infidèles
6. 18/05/1359 Avignon Supplique adressée au pape par BH 2. RS t. I, p. 362 n° 220 BH demande au pape 2 ans et 2 fois 40 jours d’indulgences pour les visiteurs de deux « chapelles perpétuelles » fondées par lui-même et ses ancêtres : Saint-Ladislas dans la cathédrale de Veszprém et Saint-Benoît dans la basilique royale de Székesfehérvár
7. 18/05/1359 Avignon Lettre de réponse du pape Innocent VI à la supplique de BH 2. MREV, t. II, p. 182 n° 215 Le pape accorde la moitié des indulgences demandées par BH en faveur de ces deux chapelles, à 13 fêtes par an
8. 28/10/1365 – 27/10/1366 Registre de bénéfices 2. MREV, p. 229 n° 270 ; MVH t. I/I, p. 488 Mention de l’autel Saint-Benoît de la basilique de Székesfehérvár dans une liste de bénéfices à la collation du pape Urbain V
9. 30/12/1371 – 29/12/1372 Registre de bénéfices 2. MREV, p. 231 n° 270 ; MVH t. I/I, p. 490-491 Le droit de patronage exercé par BH sur l’autel Saint-Benoît empêche le candidat du pape, André fils de Thomas, d’en prendre le bénéfice
10. 27/06/1375 Avignon Lettre de Jean, cardinal-prêtre et pénitencier apostolique, par l’autorité du pape 1. PBFL, Somogyi cs. lt. n° 2 ; MNL OL DF 257424
2. Szovák 1998, p. 85 n° 2
Le pape autorise BH et onze personnes de son choix à se rendre en Terre sainte malgré l’interdiction pontificale
11. 23/07/1376 Cenad / Csanád Acte authentique dressé par le chapitre cathédral de Cenad 1. MNL OL DL 42016 Testament de BH enregistré par le chapitre cathédral de Cenad
12. 01/11/1376 Győr Lettre du prieur et du chapitre de la province dominicaine de Hongrie Iványi 1942, p. 35-36 n° 4 BH et son fils Nicolas sont recommandés à la prière des Prêcheurs de la province de Hongrie, suite à l’aide matérielle apportée à la tenue du chapitre provincial
13. ?/ ?/1376 Caransebeş / Karánsebes ( ?) Notice testamentaire établie par BH (Nota quod […] nos Benedictus) devant le custode et le gardien du couvent franciscain de Sebes 1. MNL OL DL 42026 Dispositions testamentaires
14. 04/07/1380 ( ?) Bánhida Lettre du custode de Győr nommé Jean 1. MNL DL 47976
2. Szovák, 1989, p. 17 n° 2
Le custode de Győr détaille à BH ses besoins en approvisionnement en vue du prochain chapitre provincial
15. 08/06/1384 Buda Charte de la reine Marie d’Anjou 2. ZVTO t. II, p. 199 n° 68 Mention du testament de BH, dressé le 16 octobre 1381 à Diósgyőr, dont une clause en faveur de sa fille Anne

BH = Benoît Himfi (lat. : Benedictus Himfi, hongrois : Himfi Benedek)
Iványi 1942 = Iványi Béla (éd.), Dominikánus levelek és oklevelek a körmendi levéltárban. Epistolae et documenta historiam provinciae dominicanae Hungariae illustrantia et in archivo gentis principum de Batthyány reperibilia, Körmend (Körmendi Füzetek I), 1942, p. 31-38
MNL OL = Magyar Nemzeti Levéltár, Országos Levéltár
MREV = Fraknói Vilmos, Lukcsics József (éd.), Monumenta Romana episcopatus Vesprimiensis. A veszprémi püspökség római oklevéltára, Budapest, t. I-IV, Budapest, 1899-1907
MVH = Monumenta Vaticana Hungariae, Vatikáni Magyar Okirattár, Budapestini, 1887-., Series I, 1887-1891 (6 vol.)
PBFL = Pannonhalmi Bencés Főapátsági Levéltár
RS = Bossányi Árpád (éd.), Regesta supplicationum. A pápai kérvénykönyvek magyar vonatkozású okmányai. Avignoni korszak (1302-1394), Budapest, 1916-1918, 2 vol.
Szovák 1989 = Szovák Kornél, « A győri ferences őrség (custodia) XIV. szazadi történetéhez [Contribution à l’histoire de la custodie franciscaine de Győr au XIVe siècle] », Levéltári Szemle 39 (1989) (3), p. 11-17
Szovák 1998 = Szovák Kornél, « Meritorum apud Dominum fructus cumulatorum (Megjegyzések a 14. századi főúri vallásossághoz) » [Observations sur la piété aristocratique au XIVe siècle], dans P. Tusor, Z. Rihmer, G. Thoroczkay (dir.), R. Várkonyi Ágnes emlékkönyv születésének 70. évfordulója ünnepére, Budapest, 1998, p. 79-87
ZVTO = Nagy Imre, Véghely Dezső, Nagy Gyula (éd.), Zala vármegye története, Oklevéltár, t. 1-2, Budapest, 1886-1890

Annexe 2

Dispositions testamentaires de Benoît Himfi (1376)

Dispositions testamentaires de Benoît Himfi (1376)

Cliché : Budapest, Magyar Nemzeti Levéltár [Archives Nationales Hongroises], MNL OL DL 24026.

Notes

1 Tel est le raisonnement qu’appliquent par défaut les historiens, plus souvent modernistes que médiévistes, qui s’intéressent aux pratiques religieuses des élites laïques d’Ancien Régime. Au-delà des questions de rituels et de dévotions propres aux souverains, la notion de « religion de cour » mériterait d’être explorée à nouveaux frais.

2 Dans une bibliographie-fleuve, on commencera par la synthèse éclairante et toujours utile de : B. Guenée, L’Occident aux XIVe et XVe siècles. Les États, Paris, [1971] 1998.

3 L’historiographie hongroise retient habituellement la date de 1380 comme année du décès de Benoît Himfi. Une charte de 1384 rapporte cependant qu’il dressa son testament le jour de la Saint-Gall [16 octobre] 1381 (de anno Domini millesimo CCCo LXXXo primo). Voir Annexe 1, no 15.

4 Voir les travaux de Pál Engel cités en note infra. Aperçu en français dans : P. Engel, Gy. Kristó, A. Kubinyi, Histoire de la Hongrie médiévale, t. II, Rennes, 2008.

5 La pratique testamentaire ne se généralisa véritablement qu’au siècle suivant, sortant alors des seuls milieux princiers, aristocratiques et nobiliaires. À côté de nombreux travaux hongrois, on se limitera ici à trois références en langue anglaise : M. Lupescu Makó, Item lego…. Gifts for the Soul in Late Medieval Transylvania, dans Annual of Medieval Studies at CEU, vol. 7, Budapest, 2001, p. 161-185 ; K. Szende, The Other Half of the Town : Women in Private, Professional and Public Life in two Towns of Late Medieval Western Hungary, dans East Central Europe, 20-23, part 1, 1993-1996, p. 171-190 ; K. Szende, Families in Testaments. Some aspects of demography and inheritance customs in a Late Medieval Hungarian town, dans Medium Aevum Quotidianum 35 - Otium 3, no 1-2 (Krems), 1996, p. 107-124.

6 L. Szegfű, György, Crissafán fia, aki megjárta a túlvilágot [Georges, fils de Crissafan, qui sillonna l’autre monde], dans Irodalomtörténeti Közlemények, 86, no 1-2, 1986, p. 1-21.

7 Á. Kurcz, A lovagi kultúra Magyarországon a 13-14. században [La culture chevaleresque en Hongrie aux XIIIe et XIVe siècles], Budapest, 1988.

8 T. Fedeles, Egy középkori főúri család vallásossága. Az Újlaki példája [La religiosité d’une famille aristocratique médiévale. L’exemple des Újlak], dans Századok, 145, 2011, no 2, p. 377-418.

9 Communication présentée le 22 mars 2016 au colloque Középkori egyháztörténeti konferencia Koszta László emlékére (organisé par Zsolt Hunyadi), Université de Szeged, sous presse.

10 T. Fedeles, K. Prajda, Olyan vallásosan, szokásaiban és életmódjában olyan mértétartóan élt. Adalékok Filippo Scolari és családja vallásosságához [Il vécut de façon si pieuse, si mesurée dans ses habitudes et son mode de vie. Données sur la piété de Filippo Scolari et de sa famille], dans Történelmi Szemle, LVI, 2014, no 3, p. 357-382.

11 B. Romhányi, Meretur vestre devocionis affectus Egy vallásos középkori budai polgár - Söptei Péter kancelláriai jegyző [Un pieux bourgeois de Buda au Moyen Âge : Pierre de Söpte, notaire royal], dans B. Romhányi et al. (dir.), Es tu scholaris. Ünnepi tanulmányok Kubinyi András 75. születésnapjára, Budapest, 2004, p. 37-44. J’ai eu l’occasion de compléter le portrait religieux de Pierre de Söpte dans ma monographie sur les confraternités des ordres mendiants : M.-M. de Cevins, Koldulórendi konfraternitások a középkori Magyarországon (1270 k.-1530 k.) [Les confraternités des ordres mendiants dans la Hongrie médiévale (v. 1270-v. 1530)], Pécs, 2015 – prochainement disponible en anglais dans une version plus complète sous le titre Confraternity, Mendicant Orders, and Salvation in the Middle Ages : The Contribution of the Hungarian Sources (c. 1270-c. 1530) (Turnhout, coll. Europa sacra, 23).

12 B. Kertész, « A Gyulaiak és a ferencesek » [Les Gyula(i) et les Franciscains], dans A. Barány, G. Dreska, K. Szovák (dir.), Arcana tabularii. Tanulmányok Solymosi László tiszteletére, I, Budapest-Debrecen, 2014, p. 235-248.

13 Chez Georges de Becse : L. Szegfű, György, Crissafán fia.

14 Voir les références indiquées dans les notes précédentes. Le parallèle avec les pratiques aristocratiques florentines du Quattrocento établi dans T. Fedeles, K. Prajda, Olyan vallásosan met en évidence des similitudes frappantes.

15 M.-M. de Cevins, L. Koszta, Noblesse et ordres religieux en Hongrie sous les rois angevins (v. 1323-1382), dans N. Coulet, J.-M. Matz (dir.), La noblesse dans les territoires angevins à la fin du Moyen Âge, Actes du colloque d’Angers-Saumur (3-6 juin 1998), Rome, 2000, p. 585-606.

16 La reconnaissance officielle par la papauté de l’ordre des Ermites de saint Paul avait bénéficié de l’entremise des deux rois angevins. Louis Ier obtint en 1381 de Venise le transfert du chef-reliquaire de saint Paul l’Ermite à la maison-mère de l’Ordre, située près de Buda (Budaszentlőrinc). Voir la mise au point récente de Romhányi 2008.

17 M.-M. de Cevins, L. Koszta, Noblesse et ordres religieux, p. 588-589.

18 M.-M. de Cevins, L. Koszta, Noblesse et ordres religieux, p. 591.

19 M.-M. de Cevins, L. Koszta, Noblesse et ordres religieux, p. 596-599.

20 M.-M. de Cevins, L. Koszta, Noblesse et ordres religieux, p. 594.

21 M.-M. de Cevins, L. Koszta, Noblesse et ordres religieux, p. 599-601.

22 Voir les travaux de Gábor Klaniczay cités en note infra.

23 Sur la confraternitas de manière générale, et son épanouissement en Hongrie à la fin du Moyen Âge, voir M.-M. de Cevins, Koldulórendi konfraternitások.

24 Sauf mention spécifique, l’ensemble de ce paragraphe s’appuie sur les biographies plus ou moins détaillées fournies dans : B. Hóman, Gy. Szekfű, Magyar történet [Histoire de la Hongrie], Budapest, t. II, 1939 (6e éd.), p. 307 ; Gy. Kristó et al. (dir.), Korai magyar történeti lexikon (9-14. század) [Dictionnaire encyclopédique de la Hongrie ancienne (IXe-XIVe siècle)], Budapest, 1994, s.v. Himfi Benedek, p. 263 (Pál Engel) ; P. Engel, Magyar középkori adattár. Magyarország világi archontologiája 1301-1457. Közepkori magyar genealógia [Base de données sur le Moyen Âge hongrois. Archontologie civile de la Hongrie 1301-1437. Généalogie médiévale hongroise], Budapest, 2001 [version numérique].

25 Source : Nagy–Deák–Nagy 1879, p. 80, no 72 (31 janvier 1278).

26 Source : Magyar Nemzeti Levéltár, Országos Levéltár [Archives Nationales de Hongrie, Budapest] [désormais MNL OL], manuscrit DL 40 927 (21 octobre 1343). Le document n’attribue ni charge ni titre à Benoît Himfi, pas plus qu’à son père.

27 On trouvera la liste, les références et le contenu abrégé de ces documents dans l’Annexe 1.

28 Voir Annexe 1, documents no 11, 13 et 15. Le premier de ces trois testaments (no 11), consigné le 23 juillet 1376 par le chapitre cathédral de Cenad / Csanád en tant que locus credibilis (lieu d’authentification) à la veille du départ de Benoît pour la Terre sainte et à sa demande, est rarement pris en compte par les chercheurs. Ils lui préfèrent la notice, de contenu similaire bien qu’adoptant des tournures plus brèves et de facture plus brouillonne, que Benoît écrivit la même année en présence de deux frères du couvent franciscain de Caransebeş / Karánsebes, à la première personne (Nota […] quod nos…) (Annexe 1 no 13 et Annexe 2). Le texte ne comporte pas d’indication de jour ni de mois, mais la position géographique du couvent, placé entre Cenad et la Terre sainte, laisse penser qu’il a été écrit quelques semaines (ou mois) après le précédent. Les deux testaments sont inédits. Le troisième document testamentaire (Annexe 1 no 15) est tronqué : il s’agit d’une charte de Marie d’Anjou, fille de Louis le Grand, datée du 8 juin 1384, qui rapporte l’une des ultimes volontés qu’aurait exprimées Benoît sur son lit de mort le 16 octobre 1381, au palais de Diósgyőr.

29 Á. Kurcz, A lovagi kultúra Magyarországon a 13-14. században [La culture chevaleresque en Hongrie aux XIIIe et XIVe siècles], Budapest, 1988, en particulier p. 127-134 et 146-161.

30 K. Szovák, A győri ferences őrség (custodia) XIV. századi történetéhez [Contribution à l’histoire de la custodie franciscaine de Győr au XIVe siècle], dans Levéltári Szemle, 39, 1989, no 3, p. 11-17.

31 K. Szovák, Meritorum apud Dominum fructus cumulatorum (Megjegyzések a 14. századi főúri vallásossághoz) [Observations sur la piété aristocratique au XIVe siècle], dans P. Tusor, Z. Rihmer, G. Thoroczkay (dir.), R. Várkonyi Ágnes emlékkönyv születésének 70. évfordulója ünnepére, Budapest, 1998, p. 79-87.

32 Elle a changé de prénom en prenant le voile, ce qui a inspiré à Richárd Horváth le titre malicieux de son article : R. Horváth, Bigámista volt-e Himfi Benedek bolgár bán (Adalékok a Döbrentei Himfiek családi történetéhez) [Le ban de Bulgarie Benoît Himfi était-il bigame ? (Données sur l’histoire des Himfi de Döbrönte)], dans Turul, 83, 2010, p. 116-118. L’apport ces deux articles est repris dans : M.-M. de Cevins, Koldulórendi konfraternitások, p. 192-197.

33 Ces suppliques concernent, dans l’ordre de leur apparition dans le registre du pontificat d’Innocent VI, 22 bénéfices ecclésiastiques à la collation de différents évêques et prévôts du royaume, le droit de choisir son confesseur pour un clerc et un laïc, quatre autres bénéfices ou réserves de bénéfices, des indulgences pour les visiteurs et contributeurs de l’hôpital Sainte-Élisabeth de Banská Bystrica / Besztercebánya et une autorisation de non-résidence pour études en faveur d’un chanoine de Vác. Á. Bossányi (éd.), Regesta supplicationum. A pápai kérvénykönyvek magyar vonatkozású okmányai. Avignoni korszak (1302-1394), Budapest, 1916-1918, t. I, p. 353-359 no 190-211, p. 359-360 no 212, p. 361-362 no 215-218, p. 363 no 224 et p. 364, no 225.

34 Documents numérotés 3 à 6 dans l’Annexe 1.

35 K. Szovák, Meritorum apud Dominum, p. 80-81. Sources : voir Annexe 1, no 6 (perpetuas capellas) et no 7 (capelle). Le second document détaille les fêtes pendant lesquelles les indulgences seront effectives.

36 Annexe 1, no 4.

37 Á. Bossányi (éd.), Regesta supplicationum, I, p. 360, note 3.

38 Annexe 1, no 8.

39 Annexe 1, no 9 : de rectoratu seu magistratu alteris Sancti Benedicti in ecclesia Alberegalis) : quia quidam nobilis, qui dicit dictum magistratum fundasse, non vult sibi dimittere, dicens iure patronatus ad eum pertinere.

40 K. Szovák, Meritorum apud Dominum, p. 81. Source : Annexe 1 no 8.

41 A. Kralovánszky, The settlement history of Veszprém and Székesfehérvár in the Middle Age, dans L. Gerevich (dir.), Towns in medieval Hungary, Budapest-Columbia, 1990, p. 51-95 ; G. Klaniczay, La noblesse et le culte des saints dynastiques sous les rois angevins, dans N. Coulet, J.-M. Matz (dir.), La noblesse dans les territoires angevins à la fin du Moyen Âge, Actes du colloque d’Angers-Saumur (3-6 juin 1998), Rome, 2000, p. 511-526.

42 A. Harsányi, A domonkosrend Magyarországon a reformáció előtt [L’ordre des Dominicains en Hongrie avant la Réforme], Debrecen, 1938, p. 103-104 ; A. Kralovánszky, The settlement history of Veszprém and Székesfehérvár in the Middle Age, dans L. Gerevich (dir.), Towns in medieval Hungary, Budapest-Columbia, 1990, p. 51-95, p. 71.

43 Annexe 1, no 13.

44 R. Horváth, Bigámista volt-e Himfi, p. 117-118.

45 […] ipsa autem ab hac luce decessa, eadem possessio [Gelsa] cum memoratis utilitatibus et proventibus devolveretur ad usum monasterii perpetue ubi eadem domina sub habitu religioso domino famulari decrevisset. Annexe 1, no 15.

46 Voir la mise au point récente de : L. Veszprémy, L’ordine di San Giorgio, dans E. Csukovits (dir.), L’Ungheria angioina, Roma, 2013, p. 264-282.

47 Annexe 1, no 5.

48 K. Szovák, Meritorum apud Dominum, p. 82-83. Source : Annexe 1, no 10. Sur les préparatifs de cette expédition, voir : E. Csukovits, Középkori magyar zarándokok [Les pèlerins hongrois au Moyen Âge], Budapest, 2003, p. 103 et 108-109.

49 Du moins si l’on suit l’identification proposée par Kornél Szovák, pour qui le Benedictus Haymonis, miles Vesprimiensis diocesis mentionné dans une supplique de 1357 n’est autre que Benoît Himfi. K. Szovák, Meritorum apud Dominum fructus cumulatorum (Megjegyzések a 14. századi főúri vallásossághoz) [Observations sur la piété aristocratique au XIVe siècle], dans P. Tusor, Z. Rihmer, G. Thoroczkay (dir.), R. Várkonyi Ágnes emlékkönyv születésének 70. évfordulója ünnepére, Budapest, 1998, p. 79-87, ici p. 83. Source : Annexe 1, no 1.

50 Annexe 1, no 10.

51 […] Deo disponente et Spiritus Sancti gratia invocate causa salutis anime nostre cogitassemus et disposuissemus nos peregrinari ad Sancta terram visitare Sepulcrum Domini. Annexe 1, no 13 et Annexe 2. Le testament que Benoît Himfi fit dresser la même année devant le chapitre cathédral de Cenad emploie à propos de son départ en Terre sainte une tournure légèrement différente, qui met en avant le fruit d’une saine méditation plutôt que la seule volonté de faire son salut : ipse salubri meditatione in se peracta inspiranteque Spiritus Sancti gratia causa peregrinationis Sanctam terram utpote Sepulcrum Domini visitare accensivit. Annexe 1 no 11. Ces motifs n’ont rien de très original dans le cadre de la Hongrie médiévale. Voir E. Csukovits, Középkori magyar zarándokok, p. 51-52.

52 Bilan historiographique dans R. Horváth, Bigámista volt-e Himfi, p. 116.

53 Voir les exemples réunis dans E. Csukovits, Középkori magyar zarándokok et dans la communication de Tamás Fedeles sur les Marcali signalée ci-dessus.

54 K. Szovák, Meritorum apud Dominum, p. 83.

55 R. Horváth, Bigámista volt-e Himfi, p. 118. Source : MNL OL, DL 7179.

56 P. Németh, A városlődi karthauzi kolostor története és régészeti emlékanyaga [L’histoire et les vestiges archéologiques du cloître cartusien de Városlőd], dans A Veszprém Megyei Múzeumok Közleménye, 19-20, 1993-1994, p. 367-382.

57 […] plenam remissionem omnium peccatorum semel tantum in mortis articulo concedere dignemini. Annexe 1, no 3.

58 Le testament que Benoît rédigea en son nom propre en 1376 devant deux frères mineurs, le custode et le gardien de Sebes, ne dit pas que l’un d’eux était le confesseur attitré de Benoît Himfi. Annexe 1, no 13. L’extrait de testament remontant à 1381 cité dans la charte de la reine Marie d’Anjou en 1384 a été établi coram ipso utputa tunc confessore suo, sans plus de précision. Annexe 1, no 15. Quant à la version la plus développée du testament de 1376, celle établie par le chapitre cathédral de Cenad, elle ne mentionne pas de frères mendiants. Annexe 1, no 11.

59 En 1372, le roi Louis et sa mère Élisabeth (Piaste) fondèrent à proximité de Buda le premier couvent hongrois de Carmes. Dans son testament dressé en 1380, la reine-mère gratifia son confesseur carmélitain d’un don de 50 florins. M.-M. de Cevins, Le testament d’Élisabeth Łokietek, reine de Hongrie et de Pologne (1380) : remarques introductives, dans Mémoire des Princes Angevins. Bulletin, 9, 2012, p. 45-58.

60 K. Szovák, Meritorum apud Dominum, p. 82. Source : Annexe 1, no 2.

61 M.-M. de Cevins, Koldulórendi konfraternitások.

62 M.-M. de Cevins, Les Ermites de saint Augustin en Hongrie médiévale : état des connaissances, dans Augustiniana, 62, 2012, fasc. 1-2, p. 77-117, ici p. 114-115.

63 Annexe 1, no 12.

64 […] sincerissime devocionis affectus, quem ad ordinem sancti Dominici geritis indesinenter, quem affectum sincerum ac devotum nobis ostenditis evidenter in tam solenni celebratione capituli nostri ordinis, quod quidem capitulum anno in presenti in festo omnium sanctorum Jaurini procurastis tam affluenter tam liberaliter. « […] du très sincère dévouement que vous portez continuellement à l’ordre de saint Dominique, cette affection sincère et dévote que vous manifestez envers nous de façon évidente pour la célébration solennelle du chapitre de notre ordre, chapitre de l’année présente tenu à Győr à la fête de Tous les saints et aux besoins duquel vous pourvoyez en abondance et avec munificence ». Annexe 1, no 12.

65 M.-M. de Cevins, L. Koszta, Noblesse et ordres religieux en Hongrie sous les rois angevins (v. 1323-1382), dans N. Coulet, J.-M. Matz (dir.), La noblesse dans les territoires angevins à la fin du Moyen Âge, Actes du colloque d’Angers-Saumur (3-6 juin 1998), Rome, 2000, p. 585-606.

66 Annexe 1, no 14. Kornél Szovák réfute la datation indiquée par un précédent éditeur (« vers 1320 ») ; la notice des Archives Nationales Hongroises indique : « 1369-1371 ».

67 Il signe : Frater Johannes custos Jauriensis, vestre dominationis fidelis orator.

68 J. Karácsonyi, Szent Ferencz rendjének története Magyarországon 1711-ig [Histoire de l’ordre de saint François en Hongrie jusqu’en 1711], Budapest, 1922-1924, II, p. 88.

69 J. Karácsonyi, Szent Ferencz, II, p. 43-44 et 88. Sur les projets d’expansion religieuse de Louis le Grand, voir : M.-M. de Cevins, L’alliance du sabre et du goupillon en Hongrie au XIVe siècle : les frères mendiants comme agents de l’expansionnisme angevin dans les Balkans, dans Z. Kordé, I. Petrovics (dir.), La diplomatie dans les États angevins aux XIIIe et XIVe siècles. Diplomacy in the Countries of the Angevin Dynasty in the thirteenth-fourteenth centuries, Actes du colloque de Szeged-Visegrád-Budapest (13-16 septembre 2007), Rome-Szeged, 2010, p. 155-170.

70 […] coram fratri Arnaldo custode de Sebes ordinis fratrum minorum et coram fratri Johanni de Buda gardiano de eadem Sebbes. Annexe 1, no 13. Kornél Szovák (dans K. Szovák, A győri ferences őrség (custodia) XIV. századi történetéhez [Contribution à l’histoire de la custodie franciscaine de Győr au XIVe siècle], dans Levéltári Szemle, 39, 1989, no 3, p. 13) ne mentionne que le gardien nommé Jean de Buda et il le présente comme le confesseur de Benoît, ce que le texte du testament ne précise pas, on l’a dit. Ce document pose une autre difficulté : en 1376 (pas plus qu’au siècle suivant d’ailleurs), selon les inventaires franciscains, il n’existait pas de custodie de Sebeş. Les Observants créèrent peu après une « custodie de Bulgarie », nommée dans l’inventaire de 1385. J. Karácsonyi, Szent Ferencz, II, p. 88. Le couvent de Caransebeş servait déjà de centre aux entreprises missionnaires visant les chrétiens orientaux de Bulgarie à la fin du XIVe siècle, d’où, peut-être, cette mention d’un « custode » en ce lieu.

71 […] et quod omnes morimur et sicut aqua dilabimur et nullus hominum potest mundum possidere perpetualiter et omne (sic) que sunt in mundo sunt transitoria et vana. Annexe 1, no 13.

72 Annexe 1, no 15.

73 L. Szegfű, György, Crissafán fia, passim.

74 L. Szegfű, György, Crissafán fia, p. 21.

Table des illustrations

Titre Dispositions testamentaires de Benoît Himfi (1376)
Légende Cliché : Budapest, Magyar Nemzeti Levéltár [Archives Nationales Hongroises], MNL OL DL 24026.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/7338/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 649k

© Publications de l’École française de Rome, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter