Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les officiers et la chose publique dans les territoires angevins (xiiie-xve siècle) : vers une culture politique ?

 | 
Thierry Pécout

Modèles nobiliaires et modèles ecclésiaux

Chose publique et contexte féodal. Rôle(s) de l’aristocratie sous les angevins de Naples

Sylvie Pollastri

Résumé

Si l’idée d’État se propage au sein du royaume Capétien, entre la fin du XIIe siècle et le début du XIIIe siècle, à travers l’image biblique et christique du Corps – de la tête et de ses membres – qu’en est-il du royaume angevin de Sicile ? Qu’en est-il surtout de son aristocratie féodale, des comtes ? S’opère-t-il, à l’intérieur d’un vaste et lent mouvement conceptuel du suzerain au souverain, du vassal au sujet, un passage de la hiérarchie vers un corps politique ? L’aristocratie des comtes comprend-elle la « chose publique » ? Alors que l’historiographie projette une image encore aujourd’hui négative, fortement involutive, notre intention est de parcourir à nouveau les éléments constitutifs de la féodalité et, sous l’éclairage « politique », entendre leur lecture. Le rétablissement de l’échelon comtal par Charles Ier aux lendemains de la conquête permet certes d’installer une noblesse ultramontaine dominante sur les vestiges du réseau comtal régnicole et de leurs familles mais doit aussi être vu comme une réactualisation macro-territoriale du pouvoir par des hommes délégués du souverain, dans le contexte d’une monarchie féodale qui s’inscrit dans une expansion. Les Vêpres et la délicate question de la gestion d’un royaume tronqué et brisé dans son élan, de 1281 à 1304, signifient l’arrêt d’une mobilité aristocratique en faveur d’une territorialisation, au moment où la ville de Naples devenait le centre politique, fiscal et administratif du royaume continental. Dans les années 1310-1340, d’après la documentation tirée d’archives privées les lignages comtaux se constituent, se pérennisent et leur emprise juridique (voire judiciaire), militaire, économique et sociale se déploie en se précisant dans et autour des comtés, dont les chefs-lieux s’organisent en cours locales, non pas seulement administratives. La documentation, bien que fragmentaire et hétérogène, permet d’entrevoir le fonctionnement de ces états féodaux jusqu’au XVe siècle. Dans un principe de négociation continue avec la Couronne, se dessinent certains mécanismes de survie d’une aristocratie « de souche » qui, contrairement à la Sicile, ne put ou ne voulut se substituer ni au souverain en soi, ni au souverain angevin et à l’idée de royaume qui s’y rattachait.

Se, nel regno francese sotto i Capetingi tra la fine del XII e l’inizio del XIII secolo, l’idea di Stato si consolida in parte tramite l’immagine biblica e Cristica del Corpo-testa d membri, che ne sappiamo per il Regno di Sicilia sotto gli Angioini? Che ne è della sua aristocrazia feudale, i conti? È possibile che possa formarsi un lento movimento concettuale dal signore al sovrano, dal vassallo al suddetto, concretizzandosi nel passaggio dal concetto di gerarchia a quello di corpo politico? Riesce l’aristocrazia dei conti a pensare e realizzare il concetto di “res publica”, cosa pubblica-oggetto pubblico? Mentre la storiografia restituisce un’immagine della feudalità ancora negativa, fortemente involutiva, il proposito è di ripercorrere gli elementi costitutivi della feudalità e, sotto la lente del “politico”, affrontare la loro lettura. Carlo I d’Angiò, ristabilendo dopo la conquista del Regno l’integralità della gerarchia dei conti, immette nel regno una nuova nobiltà, prevalentemente di origini ultramontane, che prende possesso dell’antica rete comitale regnicola e domina su l’insieme dei baroni del regno, pur dovendo vedere in questo la riattualizzazione macro-territoriale del potere da pate di uomini il cui potere è delegato dal sovrano, nel contesto politico di monarchia feodale e della sua espansione. Negli anni 1210-1340, i lignaggi dei conti, sulla base della documentazione proveniente da archivi nobiliari, si costituiscono, si stabiliscono nel tempo, mentre si delinea sempre di più il loro dominio giuridico (anche giudiziario), militare, economico e sociale a l’interno della contea e nella sua immediata periferia, i cui “capi luoghi” di organizzano come “corti” locali non solo amministrative. La documentazione accessibile oggi rimane frammentaria, eterogenea; ma permette di intravedere i meccanismi di funzionamento di questi stati feudali fino al 15o secolo. E all’interno di un continuo negoziare con il potere sovrano, si delineano gli elementi costituenti della sua perennità, della vita di un’aristocrazia “territoriale” che, diversamente dalla Sicilia, non ha potuto o voluto sostituirsi sia al sovrano come tale, sia al sovrano angioino e allo stato da lui retto.

Texte intégral

  • 1 Je renvoie à la communication de Jean-Paul Boyer dans ce volume, Discipulus sub rege Roberto. La h (...)
  • 2 Sicile en tant que « royaume de Sicile », ensuite royaume de Naples dont sont titulaires les souve (...)
  • 3 L’État angevin. Pouvoir, culture et société entre XIIIe et XIVe siècle, Rome, 1998 (Collection de l (...)
  • 4 S. Kelly, The New Solomon : Robert of Naples (1309-1343) and fourteenth century kingship, Leiden, 2 (...)

1Au XIIIe siècle, Capétiens et Angevins semblent former une unité conceptuelle, celle de l’État et du service à lui devoir1, d’abord en France, puis en Provence-Sicile2. Mon rôle n’est pas de parler de la construction d’organes de gestion et de représentation à l’intérieur d’un territoire de plus en plus défini, parfois même redéfini, mais toujours vecteur d’unité3. Tout au plus, j’esquisse ici les bases de cette idée partant du roi, de son idéal de sainteté, de justice, de paix4 – même à travers la guerre – à l’intérieur d’un monde occidental défini autour d’une papauté se renforçant au détriment de l’idée impériale, d’ordres mendiants et des frères mineurs face au monachisme traditionnel et aux évêchés. Cette idée d’État s’appuie aussi sur une société d’encellulements, ces espaces intérieurs au territoire où prennent place fiefs, villes, domaine royal, espaces religieux et de pouvoir (Hôtel du roi, Parlement, cours féodales, etc.) et qui tous, chacun à leur manière, contribuent à définir et structurer la société. Le point fort de ce modèle réside en l’existence d’une hiérarchie qui part du roi et de sa parenté stricte pour se déployer vers la féodalité. Celle-ci prend forme au moyen d’un filtre entre le roi et les barons incarné par l’aristocratie comtale. Il s’agit là d’un maillon et d’un rouage essentiel de cette structure féodale.

  • 5 Quand ils retracent les généalogies des principales familles de l’aristocratie napolitaine sous la (...)
  • 6 Sur le système féodal du Mezzogiorno, « fortement hiérarchisé » et concédé « aux ‘serviteurs’ fidè (...)

2Dans le cas particulier du royaume de Naples sous les Angevins, la question est de comprendre comment et en quoi cette aristocratie composite agit dans ce cadre et pour cette unité alors que les stratégies d'encellulement se renforcent ; si elle agit pour le maintien de ce cadre unitaire à travers sa position (appartenir à l’aristocratie par le sang, fondement de son pouvoir) et ses fonctions (comtales et grands officiers royaux, fondement de son autorité) ; s’il existe des limites à son action, tant du fait de l’existence d’un espace englobant les encellulements que de l’idée d’une unité d’hommes et d’espaces5, voire d’une utilitas publica présente, possible6.

  • 7 On peut entendre ce rétablissement comme la réalisation d’une des clauses de l’acte d’investiture (...)
  • 8 Sur la noblesse comme « pouvoir public » : K. E. Werner, Nascita della nobiltà. Lo sviluppo delle (...)
  • 9 B. Croce, Storia del Regno di Napoli, Milan, Adelfi, 2e éd., 2005, p. 90-93 (sur la base de deux é (...)

3La promotion de Charles Ier comme roi de Sicile est suivie d’une installation mouvementée, de 1265 à 1269, conclue par la bataille de Tagliacozzo et par une mesure aux conséquences durables sur le contrôle et l’organisation du territoire : le rétablissement d’un échelon comtal parfaitement opératoire7. C’est le point de départ d’une évolution qui est plus qu’une hiérarchisation de l’espace féodal depuis le roi, mais un réel redéploiement des pouvoirs délégués8. L’aristocratie méridionale ne jouit cependant pas d’une bonne réputation, accusée d’égoïsme, d’avidité, perdue peut-être dans ses conflits immédiats de prééminence et de voisinage, portant à la ruine la dynastie, à la faillite tout renouvellement dynastique entre 1370 et 1420, plongeant le royaume entier dans le chaos à cause de ses « tendances anarchiques », soulignées par Benedetto Croce dans sa Storia del Regno di Napoli9. Dans cet ouvrage, l’auteur tente d’expliquer la notion même d’anarchie qui, selon lui, renverrait à une absence de sens « politique » d’union, d’unité, de chose commune publique.

  • 10 Cette réflexion reprend et complète celles faites jusqu’à ce jour sur les familles comtales sous l (...)

4Toute entreprise semble désespérée. Pourtant, il est possible de reconstruire une dynamique qui n’est pas seulement le fruit d’un prompt pragmatisme sur le fil de la relation constante entre royauté et aristocratie féodale. L’arc temporel étudié va du milieu du XIIIe siècle au milieu du XVe siècle, empiétant quelque peu sur l’installation de la nouvelle dynastie aragonaise. L’espace géographique est le royaume continental, redimensionné pour des questions documentaires à la Terre de Labour (Gaetani), la Calabre (Ruffo) et l’espace Apennin de la Basilicate aux Pouilles (Sanseverino, Baux et Orsini-Baux)10.

Encellulements et hiérarchie

  • 11 Ce terme de barons est à entendre uniquement comme membres de l’aristocratie.
  • 12 E. Cuozzo, «Quei maledetti Normanni» Cavalieri e organizzazione militare nel Mezzogiorno normanno, (...)
  • 13 Pour le fond de carte et la carte 2, je suis grandement tributaire de la recherche de E. Papagna, (...)
  • 14 N. Kamp, Su un nipote di Maione di Bari, che fu giustiziere di Federico II, dans Studi in onore di (...)
  • 15 D’après De Lellis, dans les documents provenant de Registres angevins datés de 1325-1326, Roberto (...)

5En posant l’idée d’une anarchie latente des barons11 – anarchie comprenant une inculture crasse et un désintérêt pour tout investissement économique, face à un État et un roi juridiquement constitués –, Benedetto Croce entend valoriser, aux fins de l’exposition de sa pensée politique et de sa démonstration, les forces civiques et urbaines. Il pose certes les éléments d’un système de dominations plurielles, sans admettre que celui-ci ne s’applique plus à une féodalité stricto sensu mais à une monarchie féodale c’est-à-dire un État agissant avec des représentants de la Curie, une féodalité comtale puis des communautés urbaines, un espace devenant complexe et clivé, dans lequel le fief est un bien public, de l’instauration du système féodal jusqu’au renversement de la féodalité12. Les cartes (fig. 1 et 2) permettent de visualiser ce phénomène d’expansion des possessions par les lignages comtaux pour la Terre de Bari13 en l’espace d’un siècle. Au milieu du XIVsiècle, il n’y a que les comtés historiques de Conversano (Enghien), d’Andria (Baux) et de Minervino (Pipino, originaires de Barletta et apparentés par leurs épouses à Sparano de Bari, Maion de Bari et les Aquila comtes de Fondi14) et une seigneurie (Terlizzi) acquise par mariage par un membre d’un lignage comtal établi en un autre justiciérat (les Sanseverino de Basilicate15). Au milieu du XVe siècle, les Orsini et les Baux occupent l’ensemble des espaces comtaux et ducaux, dont certains avaient été des apanages de membres de la dynastie régnante à laquelle ils sont apparentés. L’ampleur de la domination féodale ne doit pas faire perdre de vue que les possessions sont distribuées en unités contiguës et toujours distinctes, détenues par des chefs de lignées autonomes qui isolément construisent leur réseau d’alliances aux niveaux national et local pour lier, seulement dans un second temps, des alliances inter-lignagères transversales, à la fois de parité des lignées comtales et de précaution de survie lignagère comme le montre la planche 1 de la généalogie des Baux (fig. 4 et 5).

  • 16 S. Pollastri, Le lignage et le fief, p. 97-104 ; S. Pollastri, Le « Liber donationum », p. 657-727
  • 17 Sur la base du Catalogus baronum normand, conservé sans doute par une copie souabe pour Nef 2011, (...)
  • 18 S. Pollastri, Enquête sur les droits de justice de l’aristocratie napolitaine (XIVe-XVe siècles). (...)
  • 19 La fonction de capitaine de guerre (sur une portion de côte au niveau « provincial » – justiciérat (...)

6Le rétablissement de l’échelon comtal16 s’organise sur les divisions normandes précédentes réduites puis partiellement relancées par les souabes17. Il s’accompagne d’une redéfinition radicale de la domination de l’espace par des représentants du roi, ses fidèles et ses amis (mieux encore s’ils sont affins) puisque c’est du et dans le comté que va être regroupé presque tout le monde féodal (barons, sous-fiefs selon des modalités de dépendance qui font entrer la parenté et la protection). C’est également autour du comté, dans l’espace « public » restant (routes, côtes, etc. au niveau « provincial ») que le comte exerce une puissance policière et militaire, voire exécutrice de sentences pénales18 en tant que capitaine de guerre ou lieutenant19.

  • 20 R. Trifone, La legislazione angioina, Naples, 1909, p. 93-105 et p. 114-115. Une analyse par G. Ga (...)
  • 21 Ainsi le lignage des Ruffo de Sinopoli qui contraint ses cadets à l’allégeance et au service milit (...)

7À cet égard, la guerre des Vêpres a eu des conséquences sur ce mouvement mais ne l’a pas provoqué. Le royaume « mutilé » affirme en effet ses nouvelles frontières des Abruzzes à la Calabre, de la Campanie à la Terre d’Otrante, à l’intérieur desquelles feudataires et hommes sont tenus de demeurer. Une désertion de leur part s’apparenterait à de la félonie ce qui les exposerait à d’importantes sanctions. Peut-être faut-il entendre ainsi les dispositions de 1285 qui dispensent les barons de rendre le service militaire hors du royaume, alors que celui-ci avait été maintenu pour une campagne de trois mois avec tous les hommes possibles dans les Chapitres de San Martino20. Ces mêmes dispositions prévoient le transfert humain et géographique aux comtes de la charge de connétable, puisqu’il indique que les sous-feudataires ne doivent le service direct qu’au baron Se définit certes l’image du comte-condottiere ou du fils de famille comtale-condottiere qui va s’affirmer à partir de la seconde moitié du XIVsiècle21. Mais, en fait, il s’agit bien du plein établissement d’une hiérarchie féodale du roi au comte et du comte-baron au chevalier-vassal.

  • 22 G. Delille, Famille et propriété dans le royaume de Naples (XVe-XIXe siècles), Rome, 1985 (BEFAR, (...)
  • 23 S. Pollastri, Le lignage et le fief, p. 157-179. L’ouverture successorale jusqu’au 4e degré canoni (...)

8L’amputation provoquée par les Vêpres n’est pas seulement territoriale. Le ou les flux humains – des chevaliers feudataires en puissance – sont brusquement redimensionnés par la succession de décès, voire arrêtés, puisque la conjoncture démographique devient mauvaise (peste et invasions hongroises du milieu du XIVe siècle). L’important est alors moins de resserrer les rangs que de préserver cet échelon comtal devenu base d’une gestion du territoire du royaume aussi bien politique que dynastique. De ce fait, alors que les Constitutions de 1231 reprenaient les grandes lignes du droit féodal normand et quelques dispositions du concile de Latran en 1215, en rappelant que la succession du fief est ouverte avant tout aux fils (l’aîné surtout), puis ses frères ou leurs fils ; et à l’exclusion des filles mariées. En effet, les chapitres de San Martino et les dispositions de 1285 se gardent de toucher à ce système qui demeurera jusqu’au XVIIe siècle22, encore moins de le dérégler. Ils offrent un assouplissement – presque un allégement bureaucratique – des mariages, l’assensus n’étant plus préliminaire à l’union (1283) et confirment ce qui existait déjà à savoir que des biens féodaux peuvent être apportés en dot. Les mesures « libérales » de 1285 (fin de l’assensus pour les mariages, succession collatérale jusqu’à la troisième génération) resteront, durant toute l’époque de la domination angevine jusqu’à la fin du règne des Anjou-Duras, des mesures soumises à examen royal23.

  • 24 Pour le détail de la documentation d’archives consultée, je renvoie à ma thèse, S. Pollastri, La n (...)

9Justement, tous les enjeux dynastiques des mariages et des testaments sont inscrits dans des actes qui nous sont directement parvenus à travers les archives personnelles conservés aux Archives d’État de Naples. Tous ont passé le cap de l’enregistrement-accord curial même s’il n’en reste que des traces au revers des parchemins, des regestes angevins ou que ces traces d’accord apparaissent lors de contestations légales portées devant la Curie ou le tribunal, impliquant le consentement et donc un contrôle24.

Maillage humain et dominium

10Ainsi les lignages comtaux se constituent-ils à partir de 1310, comme l’attestent les textes, et le fait comtal, c’est-à-dire les comtés, autour de 1330 par la conjonction de deux mouvements : la multiplication des unions (qui captent des héritages féminins ou des héritages par les femmes) et la création de lignées-frères. Celles-ci se développent soit par l’accès à une seigneurie, de préférence un comté, des fils premiers nés de second lit, comme le font largement les Sanseverino qui constituent un lignage d’égaux réunis en domus, soit par une politique d’acquêts destinés aux cadets strictement attachés à la branche comtale par sous-inféodation, comme les Ruffo de Sinopoli. C’est au terme de cette première phase, variable selon que le lignage se constitue rapidement ou non ou qu’une lignée affirme sa position comtale, comme les Gaetani (fig. 6), que les filles ne sont plus dotées qu’en rentes, en entrées fiscales. Les Gaetani sont en quelque sorte des pionniers. Cela est peut-être dû à leurs origines romaines et à l’exiguïté de leur lignage napolitain. Cet état de fait dégage le lignage d’une course aux mariages dont la fonction est de ne jamais perdre de vue le fief qu’il faut maintenir ou faire revenir dans la lignée, mais le précipite au contraire dans une course aux mariages dont la finalité est le renforcement du lignage. A cet égard, les héritières, les veuves, les maisons baronniales voisines jouent un rôle essentiel. Ces stratégies, à la fois prévisibles, mobiles et réactives, se déroulent souvent dans des temporalités courtes et ont toutes pour but la recherche de puissance, d’amitié et de protection. L’espace en jeu est à la fois physique et humain et joue sur la double charnière comtale : le territoire immédiat autour du comté, les autres lignées comtales, la maison royale, elle-même distribuée en branches et dominations locales. En cela aussi est la force de ces grandes maisons : agir au coup par coup.

  • 25 G. Butaud, Généalogie et histoire des rois mages : les origines légendaires de la famille des Baux (...)
  • 26 S. Pollastri, Le lignage et le fief, p. 180, p. 183. La mention de « de domo et cognomine de Sanct (...)

11Mais ce n’est que bien plus tard, au XVIe siècle et au XVIIe siècle, qu’elles développeront une conscience des origines. À la fin du XIVe siècle et au début du XVe siècle, certaines s’inquiètent de leur cohésion lignagère et de cet enracinement qui côtoie le prestige : les Baux, dont le développement du thème du roi mage, Balthazar25, évoque les origines Latines de quelques-unes de leurs femmes (Aulnay, Brienne) et un certain enracinement méridional ; les Sanseverino, ayant eux aussi des origines Latines (Bethsan), qui sont organisés en « domus », représentée par un bien immémorial (Marsico) tenu en indivision sous l’égide de la branche aînée, fait qu’ils revendiquent peu après la dure répression de 140526.

  • 27 La concession du mère et mixte empire, de la justice pénale jusque dans son aspect exécutrice, advi (...)
  • 28 Les comtes, en tant qu’officiers royaux militaires et judiciaires, se trouvent investis des châtel (...)

12Les ensembles territoriaux, que l’aristocratie accumule et rassemble tout au long du XIVe siècle, sont consolidés par l’octroi de droits de haute juridiction militaires et policiers principalement temporaires, intérieurs vers 1347-1351 (mère et mixte empire)27 ou extérieurs au début du XVe siècle (capitaineries de villes28).

Tab. 1 – Le mère et mixte empire.

Date Destinataire Observations Référence
1305 Bartolomeo Siginolfo, comte de Telese Concession annuelle Moscati, Ricerche e documenti sulla feudalità napoletana nel periodo angiono, dans ASPN, n. 22 (1936), p. 1-14.
1346 Gauthier de Brienne, comte de Lecce Idem Ibidem
Tommaso di Sanseverino, comte de Marsico Idem Ibidem
1347 Nicola Gaetani, comte de Fondi Idem Ibidem
Robert di Sanseverino, comte de Terlizzi Idem Ibidem
1348 Carlo Ruffo, comte di Montalfo Idem Ibidem
Nicola Acciaiuoli, comte de Melfi Idem Ibidem
Roberto di Capua, comte d’Altavilla Idem Ibidem
Filippo di Sangineto, comte d’Altomonte Idem Ibidem
Pietro Pipino, comesa de Vico Idem Ibidem
1377 Giacomo Arcuccia de Capri, comte de Minervino (ainsi que pour ses possessions provençales) Idem Capua, vol. II, p. 85, doc. n. CCXXXI.
1390, 9 octobre Pietro, comte de Celano En remboursement d’un prêt de 300 florins Barone, Notizie storiche tratte dai registri ci Cancelleria di Ladislao di Durazzo, ASPN, XIII-3 (1888), p. 5-35.
1419, 9 juin Carlo Ruffo, comte de Sinopoli Concession à vie pour Motta Rossa. ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, Cartulario n. 2 fol. 419v
1419, 13 juillet Ser Gianni Caracciolo Sur la terre et le castrum de Cerignola ASN, Arch. Priv. Pignatelli, diplomi n. 46
1420, 25 juillet Covella Ruffo, comtesse de Montalto Concession transmissible aux héritiers sur le comté ASN, Arch. Priv. Sanserverino di Bisignano, II^ num, parch. n. 58
1422, 22 septembre Leonetto Caracciolo Octroi de la capitainerie sur Pisciotta et Terra Nova, banco justicie causis criminalibus et droit d’appel. ASN, Arch. Priv. Pignatelli, diplomi n. 89
1425, 11 février Tristan de Clermont, comte de Copertino, et son frère Guillaume Sur la terre et les casaux de Copertino. ASN, Arch. Priv. Giudice Caracciolo, cassetta n. 90, parch. n. 3 (1457, 17 août)
1425, 24 mai Carlo Ruffo, comte de Sinopoli Sur tous ses biens (concession de Louis III d’Anjou) ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, cartulario n. 2, fol. 506r.
1431 Luigi di Sanseverino Sur les terres de Rocca Imperiale, Colobraro, Pisticci, Montalbano, Salandra, Garaguso, Noha et casal Faballe. Sur les terres de Circlari, Casalnuovo, Ordeoli prise à Giovanni Antonio des Baux. De Lellis, Notamenta, vol. III, fol. 781.
1431, 1 septembre Cristoforo Gaetani, comte de Fondi, protonotaire Sur Trentola et Marzano. Concession transmissible aux héritiers ASN, Arch. Priv. Pignatelli, diplomi n. 115.
1433, 21 janvier Giovanni Antonio di Marzano, duc de Sessa. Sur la ville de Sessa et le comté d’Alife. ASN, Arch. Priv. Pignatelli, diplomi n. 121.
a. Il s’agit sans doute simplement d’une charge administrative et judiciaire déléguée du souverain sur la ville de Vico (Equense) et non pas d’un titre comtal sur un fief.
  • 29 La rationalisation juridique des terroirs tient compte de l’évolution de sa redistribution entre p (...)
  • 30 S. Pollastri, Le lignage et le fief, p. 236. ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, cartulario no 17.
  • 31 S. Pollastri, Le lignage et le fief, p. 244 ; Inventarium Honorati Gaietani. L’inventario dei beni (...)

13À l’intérieur des fiefs, l’espace économique est lui aussi redistribué selon un schéma de simplification des possédants et des possessions, où l’alleu et la possession emphytéotique reculent devant une possession censitaire et contractuelle des biens agricoles (feudum généralisé, contrats de location)29. La communauté d’habitants s’organise par la généralisation des statuts communaux à la fin du XIVe siècle. C’est à l’intérieur de ce milieu de possédants aisés, ayant accès au notariat et aux institutions communales, que les comtes trouvent leurs familiers et leurs procurateurs (Angelo Faraone-Gaetani – cas des Sanseverino, des Ruffo). Et dans la mesure où chaque fief occupe un terroir spécifique, les comtes organisent l’espace économique, commercial (les Ruffo organisent l’exploitation du bois pour la tonnara de Bagnara et ses vignobles30) voire industriel (exemple tardif des Gaetani qui écoulent leur production d’olives et d’huile vers la fabrication du savon, utilisent la force hydraulique pour celle du papier31). Cela constitue une vitalité qu’on ne peut nier.

  • 32 M. Gaglione, Sancia d’Aragona-Maiorca tra impegno di governo e «attivismo» francescano, dans Studi (...)
  • 33 P. L. Leone de Castris, La peinture à Naples de Charles Ier à Robert d’Anjou, dans L’Europe des An (...)
  • 34 ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, cartulario n. 1, fol. 19r et suiv. (23 janvier 1322).

14Le modèle semble bien venir de la Cour, et il ne pourrait en être autrement, à l’instar de l’aristocratie qui s’approprie également le modèle culturel curial. Comment expliquer alors la présence des fraticelles à Chiaromonte auprès de Marguerite di Sanseverino et la diffusion de monastères féminins d’empreinte franciscaine dans le royaume32 ? Simone Martini peignant un Saint Ladislas pour les Marzano vers 132633 ? Les missels dans les chapelles seigneuriales, comme à Sinopoli34 ? La sépulture de Nicola Ruffo dans l’église de San Francesco de Gerace en Calabre, qui ne diffère en rien de celles d’autres nobles dans la nécropole royale de Santa Chiara de Naples ? Ou Raimond de Baux évoqué tenant un faucon sur son sarcophage dans cette même église ?

Maillage territorial : en garantie de paix

  • 35 La taxe qui peut permettre au roi de lever une armée professionnelle.
  • 36 Si les Sanseverino organisent un lignage de comtes qui couvrent l’ensemble du justiciérat de Basil (...)

15Mais le roi demeure aussi celui qui accorde au comte – à l’origine celui qui guide ses propres vassaux au combat, celui qui administre la police – la capacité à entretenir sa propre « capacité à faire la guerre », à lever des soldats parmi ses vassaux pour les exigences internes de sécurité. Et si l’adoha35 est généralisée au détriment du service personnel, le rôle militaire reste celui d’un agent public, non pas seulement celui de parade ou de chevalier dans un tournois comme bien des historiens le laisseraient entendre. Les comtes peuvent donc compter sur des troupes, des lances. Ils assurent pleinement la charge de contrôle territorial à l’échelle de leur état féodal et peuvent à tout moment mobiliser et encadrer des soldats pour le service du souverain. Et leurs cadets, qui n’ont pas de fief car ils sont exclus d’une succession qui favorise une primogéniture stricte, peuvent tenter la vie des armes seules (et le mercenariat), comme Raimondo Orsini, Ser Gianni Caracciolo, Cola Gambatesa ou Antonio di Sanseverino, gratifiés de comtés pour services rendus36.

16C’est ainsi que se dessine le profil d’une aristocratie uniforme, consciente de son rang mais divisée.

  • 37 Et marquer en cela un désintérêt pour les fiefs transalpins, se détournant du royaume méridional e (...)
  • 38 On peut dire que la rébellion est toujours négociable. Sanction réelle entre les mains du souverai (...)

17Elle demeure minée par un point faible, son talon d’Achille, celui d’une primogéniture stricte, contrôlée par le roi et le degré canonique consenti à l’accès à la succession des collatéraux (troisième degré) : l’absence d’héritiers mâles directs, déclarer trop tard la succession37, ne pas payer le relief ou l’adoha. Bref, la dévolution, plus que la rébellion38, est l’épée de Damoclès qui tranchera ce bel échafaudage, une arme toujours détenue par le roi, celle qui trace la limite de l’action aristocratique, maintenue ainsi dans sa hiérarchie, dans sa cellule à l’intérieur de la construction de l’État. De ce fait, l’espace comtal finit par coïncider avec l’espace administratif, en formant une unité publique-féodale, certes ambiguë mais qui, tenue et contrôlée par le comte, est un espace de sécurité, de paix et de soutien dynastique.

  • 39 Comme le rapporte l’enquête en vue de la restitution de fiefs aux « rebelles » ou suspects de rébe (...)
  • 40 S. Pollastri, Les Burson d’Anjou, barons de Nocera puis comtes de Satriano (1268-1400), dans N. Co (...)

18Le lignage n’est donc pas une machine de guerre si l’on peut dire, mais un ensemble qui sait amortir les coups du sort. Il lance des unions transversales dès qu’il est menacé (généalogies des Sanseverino et des Ruffo, fig. 7 et 8). Déjà, dès la fin du XIIIe siècle, certaines lignées féodales arguaient d’une alliance (et d’un héritage par les femmes) pour revendiquer la concession d’un fief dévolu à la Cour par rébellion de son titulaire39 ; et le roi, après enquête, consentait généralement à cette requête. Chez les Sanseverino ou les Ruffo, les unions de chefs de lignées avec des héritiers (frères et sœurs) demeurent plus une mesure classique de captation et d’accroissement du propre patrimoine, englobant des lignées parfois prestigieuses, qu’un recours pour conserver le patrimoine d’une lignée félonne. Car dans ce cas, ils préfèrent souvent couper littéralement la branche – le maillon désormais faible, et s’affairent à procéder à l’absorption d’une autre maison noble, avec lesquelles des unions existent déjà, pour consolider le patrimoine-territoire, comme dans des pratiques antérieures de constitution généalogique et patrimoniale, à l’exemple des Burson au XIVe siècle40. Il convient, en effet, de rappeler qu’en l’espace d’une cinquantaine ou soixantaine d’années, toutes ces grandes maisons aristocratiques, par la réduction du nombre de maisons-familles, ont lancé des unions amicales-non hostiles, renforçant une structure égalitaire, représentant un réseau d’amitiés, tenu par les amitiés de chacun avec le souverain. Et sur ce principe d’égalité, l’abandon d’un nom ou l’ajout d’un nom à celui d’un autre lignage (mais jamais la reprise d’un nom comme en Sicile) sont l’exemple d’un transfert réussi et de la survie (Baux Orsini, Planche II).

  • 41 Je me réfère en partie à la communication d’Andreas Kiesewetter au présent colloque, malheureuseme (...)

19Quand sur le terrain, deux grands lignages s’affrontent – comme les Sanseverino et les Baux puis les Baux-Orsini41 –, c’est moins par idéal partisan ou factionnel que par admonition à la suprématie d’un sur tous, cette suprématie n’appartenant qu’au roi. La notion de chantage fait au souverain ou au prétendant au trône pour consolider une présence territoriale est à envisager avec prudence. Les deux lignages sont compris dans le réseau généralisé d’alliances paritaires avec les maisons comtales du royaume, garanti d’un statut autant que d’un statut quo. D’ailleurs, si l’on observe la carte (fig. 3), il apparaît clairement que les deux lignages se répartissent, l’un vers l’Adriatique l’autre vers la Tyrrhénienne, des espaces obtenant peu après un titre princier sur des fiefs retenus des fiefs de l’héritier au trône. Le roi Ladislas procède à une répartition égalitaire entre des lignages qui revendiquent tous deux des unions matrimoniales avec la Couronne. Mais ce que l’on obtient, c’est la paix territoriale par l’entremise de deux maisons regroupant par alliance d’autres grandes maisons détentrices d’autant de clés territoriales, d’autant de clés de maîtrise de l’espace.

  • 42 Pour une vision d’ensemble sur le gouvernement des Quatre vicaires : I. La Lumia, I quattro vicari (...)
  • 43 Fait proprement urbain aboutissant à l’appel de Louis d’Anjou (novembre 1386-juin 1387), contre la (...)
  • 44 B. Croce, Storia del Regno di Napoli, Milan, Adelfi, 2e éd., 2005, p. 91.

20Le souverain serait-il donc soumis à cette aristocratie ? Au plus fort des luttes pour la succession du royaume (en 1383-1386, en 1405-1410), cette dernière voudrait-elle faire comme en Sicile, un gouvernement des Quatre vicaires42 ou ce fameux « triumvirat » avancé par Croce – un mot par ailleurs maladroit, qui pourrait renvoyer aux Huit du Bon État de la ville de Naples43 –, serait une marque indiscutable de cette « anarchie » qu’il faut traduire par « l’absence totale de vue politique et d’intérêt pour la chose publique, et formé de Ser Gianni Caracciolo, de Jacopo Caldora et du Prince de Tarente »44 ?

  • 45 De 1383 à 1386, la papauté, à travers Urbain VI, avait affirmé son appui à Charles III qu’elle rec (...)
  • 46 S. Pollastri, Il matrimonio di Maria Ruffo, figlia di Fulco Ruffo di Calabria, conte di Sinopoli, (...)

21L’aristocratie comtale, ballottée entre ces incertitudes, reste liée à la dynastie « nationale », d’où son ralliement aux Duras plutôt qu’aux Anjou. Les Sanseverino seraient les seuls à rallier les Anjou, mais eux-mêmes sont partagés45. Du moins laissent-ils à chacun la possibilité de choisir une ligne de conduite personnelle, sans pour autant que les désaccords ne puissent forclore les options matrimoniales à garantie de la survie de la maison et du maintien en son sein du patrimoine accumulé en cent ou cent cinquante ans. Les Gaetani de Fondi, après l’expérience de 1378 et leur tentative de jouer dans l’enjeu pontifical, réagissent durement et isolent la lignée philo-angevine. Cela expliquera le choix successif en faveur des Aragonais. Les Ruffo de Sinopoli se rapprochent bien de la Sicile, par le mariage entre Maria Ruffo de Sinopoli et Blasco d’Alagona en 140546, mais restent garants de Jeanne II ; les Gaetani, après avoir soutenu Ladislas, agissent en faveur de l’Aragonais.

  • 47 A. Pivano, Lineamenti storici della cavalleria medievale dans Accademia delle scienze di Torino, t (...)
  • 48 Manifeste politique avant l’heure, le préambule dit : « [M]ais au jour de huy sont les périlz plus (...)

22Bien que semblant se désengager des ordres curiaux, qui visent le ralliement de la noblesse de la capitale et de la Cour, cette aristocratie n’est sans doute pas insensible à leur message, surtout l’Ordre de la Nef de Charles III de 138047. En effet, dans son préambule, le texte de l’Ordre appelle au ralliement de tous : curie et capitale, nobiliores et populares des communautés urbaines du royaume, et barones. Il le fait au nom d’une communauté d’origine et d’appartenance territoriale48.

23C’est la marque d’un État qui continue à fonder sa force sur un univers social et politique intégré ou intégrant ses diverses dynamiques. Mais d’un État monarchico-féodal où l’alliance contre la rébellion demeure encore le meilleur moyen de contrôler et d’inclure cette aristocratie maîtresse – publique – du territoire qui propose sa paix pour que puisse régner le roi. Ce dernier est d’ailleurs reconnu pour son don du rassemblement, son prestige, sa lignée, son lien avec le royaume et la Couronne et sa capacité à garantir la possession de fiefs, certes transmis, mais qui demeurent des biens publics dotés de puissances (militaires et judiciaires) et de pouvoirs économiques que les détenteurs exercent, utilisent pour la faire fructifier. C’est pour cela que l’aristocratie va porter en avant le concept d’une certaine « continuité dynastique », qui pourrait être ‘française’, tout en idéalisant un concept de royauté « de toujours » respectueuse des premiers échelons féodaux, s’associant à des rois qui connaissent et pratiquent ce système des ‘hommes’, identique de part et d’autre du détroit. Une sorte de contrat féodal assurant le primat au roi.

24Dans un cadre juridique défini, celui du fief, celui du mariage, celui de la fonction comtale, et une pratique des liens et de l’amitié entre souverain et noblesse féodale – et de son revers, l’infidélité et l’éradication –, le rétablissement de l’échelon comtal par Charles Ier d’Anjou n’a pas pour seul but de récompenser les chevaliers ultramontains et de franciser un monde féodal normand, byzantin, Lombard ou Latin. Le but est bien de rétablir une hiérarchie humaine et territoriale, tout en veillant à un renouvellement régulier des concessions et des titulaires, en gérant les unions pour créer un milieu d’égaux et en organisant les comtés de telle façon qu’ils soient des encellulements de terres-pouvoirs contigus et réduisant donc le comté normand à des enclaves parsemées sur le territoire. Le but est de créer un groupe d’affins et de fidelissimi, en utilisant la notion de « récompense » moins pour les services rendus (Baux, Gaetani, Colonna, Orsini, Della Ratta, Lauria) que pour des services à rendre (paix en Provence, paix et contrôle de la frontière avec le Latium, paix dans les comtés). L’aristocratie comtale consent volontiers à être des pions entre les mains d’un souverain, auquel ils se soumettent car il est leur arbitre, leur garant et un modèle culturel de prestige.

  • 49 S. Pollastri, Le lignage et le fief, p. 231-232, p. 256-258.
  • 50 S. Pollastri, Le lignage et le fief, p. 218.

25La diminution du nombre de familles comtales et l’augmentation de celui des comtés, puis la concentration des comtés entre les mains de quelques maisons est le produit de la conjoncture des Vêpres, des guerres, des maladies. Mais cela est aussi la conséquence de la logique même de placer les comtes et les comtés en position de contrôle du monde féodal, tandis que la Couronne développe un appareil d’État, incluant la capitale, reconnaissant peu à peu les communautés urbaines et leurs représentants – non sans que ces dernières se dégagent d’une domination seigneuriale (Gravina) ou y tombent (Gerace49) ou s’en défendent (Reggio50).

  • 51 S. Pollastri, Les terres de feudataires rebelles, dans C. Carlone (dir.), Diano et l’assedio del 1 (...)
  • 52 G. Delille, M. A. Visceglia, La rappresentazione della nobiltà, p. 37-39.

26Alors que la ville de Naples est le lieu où se concentrent les élites curiales du pouvoir, les élites urbaines et une chevalerie urbaine qui trouvera dans le fief l’accès au titre comtal (avec la bienveillance royale qui y voit là un moyen de contenir au mieux des condensations territoriales mais aussi parce que la non contiguïté des possessions demeure un principe de répartition de la domination féodale), le reste du royaume de Naples, en particulier la façade Tyrrhénienne et les Pouilles, est le lieu de domination des comtes qui s’engagent à tenir le territoire provincial et à garder un équilibre entre les maisons aristocratiques, au nom d’une solidarité égalitaire toujours fragile, car dépendant de la biologie, et sous la menace des ultimes pouvoirs du roi et de la Couronne. Cette dernière s’exprime sous la forme d’actes de répression pouvant parfois aller jusqu’à la mort physique mais également dans la nature même du fief qui est l’inaliénabilité, ce qu’Alphonse et Ferrante d’Aragon redéfiniront en unité singulière et totale, à la fois foncière, banale et fiscale, à partir de laquelle construire autant d’espaces nécessaires, auquel ajouter un titre honorifique51. En fait, seul Charles Quint y parviendra52. Mais c’est une autre époque.

Généalogies

27Aux fins de la démonstration de nœuds matrimoniaux, les généalogies présentées ici ont été simplifiées. Bien que fruit d’une reconstruction patiente, elles contiennent encore des incertitudes et des maladresses. Les sources principales pour leur établissement sont S. Amirato, Delle famiglie nobili napoletane, 2 vol., Florence, 1580-1591 ; C. De Lellis, Famiglie nobili del Regno di Napoli, 3 vol., Naples (1654-1670) 1663 ; C. De Lellis, Notamenta ex registris Roberti et Caroli ducis Calabrie, ASN, Naples, 1680-1682 ; C. De Lellis, Notamenta ex registris Roberti et Caroli ducis Calabrie, ASN, Naples, 1680-1682 ; les documents angevins et privés de l’Archivio di Stato de Naples (ASN) et de l’Archivio Caetani de Rome (ACR). Je reste toutefois largement tributaire du travail effectué par F. Mazel, La noblesse et l’Église en Provence, fin Xe-début XIVe siècle. L’exemple des familles d’Agoult-Simiane, de Baux et de Marseille, Paris, 2002.

Abreviations

28ACR = Archivio Caetani di Roma.
ASN = Archivio di Stato di Napoli.

Fig. 1 – La terre de Bari au milieu du XIVe siècle.

Fig. 1 – La terre de Bari au milieu du XIVe siècle.

Fig. 2 – La Terre de Bari au milieu du XVe siècle (d’après E. Papagna).

Fig. 2 – La Terre de Bari au milieu du XVe siècle (d’après E. Papagna).

Fig. 3 – Paysage féodal au XIVe siècle (Principat Citérieur, Basilicate, Terre de Bari).

Fig. 3 – Paysage féodal au XIVe siècle (Principat Citérieur, Basilicate, Terre de Bari).

Fig. 4 – Planche généalogique 1 : les Baux.

Fig. 4 – Planche généalogique 1 : les Baux.

Fig. 5 – Planche généalogique 2 : les Baux.

Fig. 5 – Planche généalogique 2 : les Baux.

Fig. 6 – Planche généalogique 3 : les Gaetani.

Fig. 6 – Planche généalogique 3 : les Gaetani.

Fig. 7 – Planche généalogique 4 : les Ruffo.

Fig. 7 – Planche généalogique 4 : les Ruffo.

Fig. 8 – Planche généalogique 5 : les Sanseverino.

Fig. 8 – Planche généalogique 5 : les Sanseverino.

Notes

1 Je renvoie à la communication de Jean-Paul Boyer dans ce volume, Discipulus sub rege Roberto. La haute administration dans la prédication napolitaine de la première moitié du XIVe siècle.

2 Sicile en tant que « royaume de Sicile », ensuite royaume de Naples dont sont titulaires les souverains angevins.

3 L’État angevin. Pouvoir, culture et société entre XIIIe et XIVe siècle, Rome, 1998 (Collection de l’École française de Rome, 245) ; B. Guenée, L’Occident à la fin du Moyen Âge. Les États, Paris, 1993.

4 S. Kelly, The New Solomon : Robert of Naples (1309-1343) and fourteenth century kingship, Leiden, 2003.

5 Quand ils retracent les généalogies des principales familles de l’aristocratie napolitaine sous la dynastie espagnole, Amirato ou De Lellis prennent soin de rappeler le souvenir de maisons et de lignages « francs », « français » et « angevins », c’est-à-dire dont le développement et la « fortune », sont liés particulièrement à la dynastie angevine (comme les Minutolo), soulignant ainsi la force du souvenir de l’action d’une dynastie qui a su modeler la société et l’imaginaire généalogique, au point de récupérer une mémoire familiale antérieure (byzantine, normande ou ultramontaine au sens large). Candida Gonzaga se veut plus précis, mais donne une large part au mythe de l’origine normande et française, voire aux réorganisations plus récentes des origines (où les Gantelme/Cantelmo ne sont plus désormais que les descendants du roi d’Écosse). S. Amirato, Delle famiglie nobili napoletane, 2 vol. , Florence, 1580-1591 ; C. De Lellis, Famiglie nobili del Regno di Napoli, 3 vol. , Naples (1654-1670) 1663 ; B. Candida Gonzaga, Memorie delle famiglie nobili delle provincie meridionali d’Italia, 3 vol., Naples, 1875 ; S. Pollastri, La noblesse napolitaine sous la dynastie angevine : l’aristocratie des comtes (1265-1435), Lille, 1995, t. II, p. 692-699, partiellement repris dans S. Pollastri, Le lignage et le fief. L’affirmation du milieu comtal et la construction des États féodaux sous les Angevins de Naples (1265-1435), Paris, 2011, p. 44-49.

6 Sur le système féodal du Mezzogiorno, « fortement hiérarchisé » et concédé « aux ‘serviteurs’ fidèles » encore au tout début du XVIe siècle, ainsi que la construction d’une pyramide propre à la féodalité par hiérarchisation à l’intérieur du lignage, cf. Les remarques de G. Delille, M. A. Visceglia, La rapprensentazione della nobiltà napoletana nella relazione di un servitore fiammingo di Carlo V, dans B. Salvemini, A. Spagnoletti (dir.), Territori, poteri, rappresentazioni nell’Italia di età moderna. Studi in onore di Angelo Massafra, Bari, 2012, p. 19-39, ici p. 31-32 ; G. Delille, Famiglia e potere locale. Una prospettiva mediterranea, Bari, 2011. Pour une mise en perspective avec d’autres royaumes européens, cf. Ph. Contamine, L’État et les aristocraties : France, Angleterre, Écosse XIIe-XVIIe siècle, Paris, 1989, dont M. Jones, Aristocratie, faction et l’État dans la Bretagne du XVe siècle, dans ibidem, p. 138-142 et J. Wormald, L’État et l’aristocratie et l’idée de contrat en Écosse, XVe-XVIIe siècle, dans ibidem, p. 217.

7 On peut entendre ce rétablissement comme la réalisation d’une des clauses de l’acte d’investiture de 1265 à garantie de la « paix » angevine promue par cette nomination. S. Pollastri, L’aristocratie comtale sous les Angevins (1265-1435), dans Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, 125-1, 2013 (http://mefrem.revues.org/1110) ; S. Pollastri, Le lignage et le fief, p. 124-125, 138-142, 148-156 ; S. Pollastri, Le « Liber donationum » et la conquête angevine du royaume de Sicile (1268-1281), dans MEFRM, 116-2, 2004, p. 678-690 ; S. Pollastri, La noblesse napolitaine sous la dynastie angevine, p. 145, p. 195-197, p. 247 ; E. Cuozzo, Modelli di gestione del potere nel regno di Sicilia. La “restaurazione” della prima età angioina, dans L’État angevin. Pouvoir culture et société entre XIIIe et XIVe siècle. Actes du colloque international organisé par l’American Academy in Rome, l’École française de Rome, l’Istituto storico italiano per il Medio Evo, l’UMR Telemme et l’Université de Provence, l’Università degli studi di Napoli « Federico II » (Rome-Naples, 7-11 novembre 1995), Rome, 1998, p. 522-527.

8 Sur la noblesse comme « pouvoir public » : K. E. Werner, Nascita della nobiltà. Lo sviluppo delle élite politiche in Europa, Turin, 2000, p. 8.

9 B. Croce, Storia del Regno di Napoli, Milan, Adelfi, 2e éd., 2005, p. 90-93 (sur la base de deux éléments absents, le premier au sein de l’aristocratie féodale : concepts moraux et politiques, le second structurel d’une monarchie sans territoire et « dépendante » des barons) ; G. Galasso, Il Regno di Napoli, Turin, 1992, p. 363.

10 Cette réflexion reprend et complète celles faites jusqu’à ce jour sur les familles comtales sous les Angevins de Naples, leur système de lignage et de construction d’états féodaux. Outre les références nécessaires à Ammirato ou De Lellis et sur la base de documents d’archives consultés, une généalogie des Caetani peut être consultée dans S. Pollastri, Les Gaetani de Fondi. Recueil d’actes (1174-1623), Rome, 1998, des Ruffo dans S. Pollastri, Les Ruffo de Calabre sous les Angevins : le contrôle lignager (1268-1435), dans MEFRM, 113-1, 2001, p. 543-577, des Sanseverino dans ead., Une famille de l’aristocratie napolitaine sous les Angevins : les Sanseverino (1270-1426), dans MEFRM, 103-1, 1991, p. 237-360 et ead., Les terres de feudataires rebelles, dans C. Carlone (dir.), Diano et l’assedio del 1497, Salerno, 2010, p. 288-290. Pour les Baux, utiles les consultations de É.-G. Léonard, Les Angevins de Naples, Paris, 1954 (tableaux généalogiques) et de F. Mazel, La noblesse et l’Église en Provence, fin Xe-début XIVe siècle. L’exemple des familles d’Agoult-Simiane, de Baux et de Marseille, Paris, 2000 (dactylographié), qui reprend et complète L. Barthélemy, Recherches historiques et généalogiques sur la maison des Baux et ses différentes branches, dans Congrès archéologique de France (XLIIIe session, Arles 1876), Paris, 1877, p. 372-468. Deux planches de la généalogie simplifiée des Baux sont présentées ici, comme illustration a minima de la construction du processus lignager et territorial de lignées aristocratiques et comtales.

11 Ce terme de barons est à entendre uniquement comme membres de l’aristocratie.

12 E. Cuozzo, «Quei maledetti Normanni» Cavalieri e organizzazione militare nel Mezzogiorno normanno, Naples, 1989, C. Cahen, Le régime féodal de l’Italie normande, Paris, 1940, N. F. Faraglia, Il comune nell’Italia meridionale (1100-1806), Naples, 1895, D. Winspeare, Storia degli abusi feudali, Naples, 1883, N. Santamaria, I feudi, il diritto feudale e la loro storia nell’Italia meridionale, Naples, 1881, B. Capasso, Sul catalogo dei feudi e dei feudatari delle provincie napoletane sotto la dominazione normanna, Naples, 1870 (réimpr. anast., Bologne, 2002). Il convient de souligner que de récentes études remettent en cause l’importation en Italie méridionale par les « Normands » d’un « système féodal » (ou sa structuration en triple hiérarchisation dès l’instauration d’un état unitaire par Roger II), absent de l’île de Sicile, tout en confirmant la mise en place d’une architecture militaire (et humaine) d’influence normande dans certaines régions, tandis que la mise en place d’un contrôle central du royaume a une empreinte proprement byzantine et arabe. J.-M. Martin, Italies normandes. XIe-XIIe siècles, Paris, Hachette, 1994, P. Skinner, When was Sothern Italy "feudal"?, dans Il feudalismo nell’alto medioevo, Spoleto 1999, Spolète, Centro italiano di studi sull’alto medioevo, 2000 (settimane di studio del Centro italiano di studi sull’alto medioevo, 47), t. I, p. 309-340, Bauduin, 2008, p. 51-97, A. Peters-Custot, Les Grecs de l’Italie méridionale post-byzantine (IXe-XIVe siècle). Une acculturation en douceur, Rome, 2009 (École française de Rome, 420), A. Nef, Conquérir et gouverner la Sicile islamique aux XIe et XIIe siècles, Rome, 2011 (École française de Rome), 346, p. 429-447, H. Houben, Le royaume normand de Sicile était-il vraiment « Normand » ?, dans D. Bates, P. Bauduin (dir.), 911-2011. Penser les mondes normands médiévaux. Actes du colloque international de Caen et Cerisy, 2011), Caen, 2016, p. 325-339, p. 325-339.

13 Pour le fond de carte et la carte 2, je suis grandement tributaire de la recherche de E. Papagna, Organizzazione del territorio e trama nominativa della feudalità in Terra di Bari (secoli XV-XVIII), dans B. Salvemini, A. Spagnoletti (dir.), Territori, poteri, rappresentazioni… cit., p. 69-112, p. 109 (La Terre de Bari au milieu du XVe siècle).

14 N. Kamp, Su un nipote di Maione di Bari, che fu giustiziere di Federico II, dans Studi in onore di Mario del Treppo, Naples, 2000, p. 283-300 ; S. Pollastri, Le lignage et le fief, p. 32-33.

15 D’après De Lellis, dans les documents provenant de Registres angevins datés de 1325-1326, Roberto di Sanseverino serait l’époux de Jacoba (ou Giacoma) de Bosco, fille de Guglielmo de Bosco et d’Aquilina (ou Agneline) de Monteselicola. Aquilina de Monteselicola est connue comme « dame de Genzano ». C. De Lellis, Notamenta ex registris Roberti et Caroli ducis Calabrie, ASN, Naples, 1680-1682, vol. III.1, p. 59 (RA 1325-1326 O fol. 72v, fol. 84), vol. III.1, p. 1139 (RA 1324 C fol. 179). Voir aussi M. Battaglino, Aquilina di Monteserico, Venosa, 2008. Cette union est à situer dans une stratégie d’unions avec des familles baroniales bien enracinées en Pouilles, les Clignetto (ou Clignet) de Bari, seigneurs de Forenza, ou en Principat, les Scotto-Gaulard/Gallardo, pour consolider les espaces limitrophes à leurs fiefs principaux tout en donnant des femmes à leurs cadets, à l’occasion.

16 S. Pollastri, Le lignage et le fief, p. 97-104 ; S. Pollastri, Le « Liber donationum », p. 657-727.

17 Sur la base du Catalogus baronum normand, conservé sans doute par une copie souabe pour Nef 2011, p. 433. Le Liber donationum, qui recense les premières inféodations de 1266-1270 pour la Terre de Labour et le Principat, suit un schéma de composition qui rappelle le Catalogus. Pollastri 2004, p. 664-665. Sur les comtés réduits à 4 par Frédéric II et partiellement rétablis par Manfred au profit de sa parenté, cf. E. Sthamer, L’amministrazione dei castelli nel Regno di Sicilia sotto Federico II e Carlo I d’Angiò (trad. F. Panarelli), Bari, 1995, p. 5 ; E. Pispisa, Il regno di Manfredi. Proposte di interpretazioni, Messine, 1991, p. 43.

18 S. Pollastri, Enquête sur les droits de justice de l’aristocratie napolitaine (XIVe-XVe siècles). Quelques exemples, dans J.-P. Boyer, A. Mailloux, L. Verdon (dir.), La justice temporelle dans les territoires angevins, Rome, 2005, p. 279-305 (Collection de l’école française de Rome, 354).

19 La fonction de capitaine de guerre (sur une portion de côte au niveau « provincial » – justiciérat –) se généralise après les Vêpres et en particulier sous le règne de Robert d’Anjou (voir, par exemple, les Ruffo dans S. Pollastri, Le lignage et le fief. Sous Charles III et Ladislas, celle de Lieutenant (vice regens) semble prendre la relève (voir, par exemple, Cristoforo Gaetani, déjà maréchal du royaume pour « réduire à l’obéissance » la comtesse de Conversano, puis lieutenant (ou vice-régent) de Terre de Labour en 1404, S. Pollastri, Les Gaetani de Fondi, p. 313-317.

20 R. Trifone, La legislazione angioina, Naples, 1909, p. 93-105 et p. 114-115. Une analyse par G. Galasso, Il Regno di Napoli, Turin, 1992, p. 357-362.

21 Ainsi le lignage des Ruffo de Sinopoli qui contraint ses cadets à l’allégeance et au service militaire, non sans refus. S. Pollastri, Le lignage et le fief, p. 176. Pour les Sanseverino, pourtant plus enclins à constituer une communauté de « comtes » réunis en domus, les cadets sans titre peuvent être tentés par la condotta comme Roberto di Sanseverino au milieu du XVe siècle. C. M. Brown, P. Tosetti Grandi (dir.), I Gonzaga di Bozzoli, Mantova, 2011, S. Pollastri, Le lignage et le fief, p. 178.

22 G. Delille, Famille et propriété dans le royaume de Naples (XVe-XIXe siècles), Rome, 1985 (BEFAR, 259).

23 S. Pollastri, Le lignage et le fief, p. 157-179. L’ouverture successorale jusqu’au 4e degré canonique sera propre à l’époque moderne. G. Delille, Famiglia e proprietà nel Regno di Napoli, Turin, 1988, p. 210-212.

24 Pour le détail de la documentation d’archives consultée, je renvoie à ma thèse, S. Pollastri, La noblesse napolitaine sous la dynastie angevine, et S. Pollastri, Le lignage et le fief.

25 G. Butaud, Généalogie et histoire des rois mages : les origines légendaires de la famille des Baux (XIIIe-XVe siècles), dans Cahiers de Fanjeaux, 43, 2008, p. 107-154.

26 S. Pollastri, Le lignage et le fief, p. 180, p. 183. La mention de « de domo et cognomine de Sancto Severino » est faite dans la copie d’un privilège royal de 1421 sur un accord successoral qui confirme la primogéniture stricte à l’intérieur de chaque lignée mais s’ouvre aux collatéraux à l’intérieur des degrés canoniques de succession. De ce fait, l’accord signe la formation d’une communauté d’héritiers « de nom et de maison », sanctionnant les unions entre lignées parentes afin de conserver les patrimoines tenus et acquis dans « la maison ». L’existence de la communauté d’héritiers s’inscrit aussi dans la co-possession du fief-souche de Marsico. ASN, Arch. Priv. Sanseverino di Bisignano, carte, privileggi, istrumenti n. 314, doc. A, fol. 2v.

27 La concession du mère et mixte empire, de la justice pénale jusque dans son aspect exécutrice, advient à un moment où le royaume est sous menace. Elle est révoquée dès la fin du péril et le retour de la reine Jeanne Ière dans le royaume. Les concessions de 1305, 1390 et 1319 servent à compléter les droits du feudataire sur le fief à peine concédé ou constitué, mais plus encore à générer une rente temporaire en compensation de paiement, comme dans le cas de Pietro comte de Celano. Dans certains cas, on pourrait penser à son maintien pour des fiefs entrant dans un patrimoine déjà constitué ou à leur extension parce qu’ils sont agrégés à un patrimoine comme dans le cas de Trentola et de Marzano en 1431. Sa généralisation à l’ensemble du patrimoine d’un feudataire demeure tardive et liée à des phases extrêmes de conflits, comme entre les Sanseverino et les Baux en 1431, comme le rapporte Carlo De Lellis.

28 Les comtes, en tant qu’officiers royaux militaires et judiciaires, se trouvent investis des châtellenies royales, comme Guglielmo Ruffo de Sinopoli à Gerace de 1323 à 1335, où ils possèdent des biens et peu avant l’accès au titre comtal. La châtellenie est concédée en 1348 au fils du comte, Enrico, qui n’avait pas hésité à exercer un chantage pour extorquer une seigneurie plénière. ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, cartulario no 1, fol. 140r, no 7, fol. 98r. L’octroi de capitaineries de villes est tardif, pas avant Ladislas et Jeanne II, dans la tentative de protéger cette partie domaniale du territoire face aux villes, comme dans le cas des mottes calabraises de Fiumara, de Motta Anomerie et de Motta Rossa face à la ville de Reggio dans les années 1420-1422, ou du port de Bagnara (dès 1417) qui vont faire définitivement partie du patrimoine des Ruffo de Sinopoli. ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, Cartulario, no 2, fol. 122r, fol. 135r, fol. 156v, fol. 171r, fol. 181v, fol. 1006v.

29 La rationalisation juridique des terroirs tient compte de l’évolution de sa redistribution entre possédants, issus d’une même famille, par exemple dans le cas des Ruffo de Sinopoli dans les fiefs de leur comté, où les échoites et l’emphitéose (sur les aporia ou excadentia) disparaissent devant des contrats de location toujours renégociables. Les nouvelles formes contractuelles ad laborandia, souvent en champart, et à durée limitée, s’appliquent d’abord à des lots dédiés à de nouvelles cultures (vignoble chez les Ruffo de Sinopoli, qui possèdent une ou deux tavernes) ainsi qu’à de remises en cultures de fiefs entiers abandonnés ou pour lesquels l’élevage est abandonné (chez les Gaetani de Fondi dans la région du Matese). Pour le détail du processus, S. Pollastri, Le lignage et le fief, p. 234-239 (Ruffo), p. 244-248 (Gaetani).

30 S. Pollastri, Le lignage et le fief, p. 236. ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, cartulario no 17.

31 S. Pollastri, Le lignage et le fief, p. 244 ; Inventarium Honorati Gaietani. L’inventario dei beni di Onorato II Gaetani d’Aragona (1491-1493), S. Pollastri (éd.), Rome, 2006 (Documenti dell’Archivio Caetani).

32 M. Gaglione, Sancia d’Aragona-Maiorca tra impegno di governo e «attivismo» francescano, dans Studi storici, 4, 2008, p. 931-985 ; C. Andenna, «Secundum regulam datam sororibus ordinis Sancti Damiani». Sancia e Aquilina: due esperimenti di ritorno alle orgini alla corte di Napoli nel XIV secolo, dans M. Robson, J. Röhrkasten (dir.), Franciscan organisation in the Mendicant context. Formal and informal structures of the friars’ live and ministru in the Middle Ages. Vita regularis, 44, 2010, p. 139-178 ; C. Andenna, “Francescanesimo di Corte” e santità francescana a corte. L’esempio di due regine angioine fra XIII e XIV, dans Monasterium regnum. Religione e politica nelle pratiche di legitimazione e di governo. Vita regularis, 58, 2015, p. 139-180 ; S. Pollastri, Les terres de feudataires rebelles.

33 P. L. Leone de Castris, La peinture à Naples de Charles Ier à Robert d’Anjou, dans L’Europe des Anjou. Aventure des princes angevins du XIIIe au XVe siècle, Paris, 2001, p. 105-133, ici p. 113.

34 ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, cartulario n. 1, fol. 19r et suiv. (23 janvier 1322).

35 La taxe qui peut permettre au roi de lever une armée professionnelle.

36 Si les Sanseverino organisent un lignage de comtes qui couvrent l’ensemble du justiciérat de Basilicate jusqu’à Salerne (où le Cilento avec Marsico et la vallée Teggiano sont aussi des bases féodales ancestrales) et la Terre de Bari, les Ruffo, disposant d’un territoire plus étroit mais allant jusqu’à Messine, mettent en place un contrôle étroit des cadets, dont la force militaire est encadrée dans la sous-inféodation. S. Pollastri, Le lignage et le fief, p. 176-178.

37 Et marquer en cela un désintérêt pour les fiefs transalpins, se détournant du royaume méridional et refusant pour cela l’assimilation, toujours assez rapide – et cela dès la conquête normande – qui en est un point fort. H. Houben, Le royaume normand de Sicile, p. 326-327.

38 On peut dire que la rébellion est toujours négociable. Sanction réelle entre les mains du souverain légitime ou tenu comme tel, car le feudataire est privé des fondements mêmes de sa puissance (le titre, les pouvoirs et les droits), elle provoque peut-être cette surenchère des investitures quand se multiplient les prétendants au trône de Naples entre 1380 et le début du XVsiècle. Il s’agit d’abord de « tenir » les fiefs, garantir la stabilité territoriale, d’agir ensuite pour établir le seul souverain sur le royaume selon des critères que l’on peut identifier assez clairement. Entre 1382 et 1383, Giacomo Gaetani, frère d’Onorato (I) Gaetani comte de Fondi, se constitue un patrimoine féodal en reprenant des fiefs de rebelles, dont il était parent. S. Pollastri, Les Gaetani de Fondi, p. 287-298. En même temps, son frère est condamné pour rébellion (S. Pollastri, Les Gaetani de Fondi, p. 295, doc. 183). Mais Giacomo recevra intact le comté, par le truchement d’une succession régulière, agréé par le souverain (S. Pollastri, Les Gaetani de Fondi, p. 286, doc. 177 datable de 1382-1383 – corrigeant la seule date de 1382 dans l’édition)

39 Comme le rapporte l’enquête en vue de la restitution de fiefs aux « rebelles » ou suspects de rébellion en 1271 publiée dans RCA, t. 2, p. 272-277. S. Pollastri, Le lignage et le fief, p. 151-154.

40 S. Pollastri, Les Burson d’Anjou, barons de Nocera puis comtes de Satriano (1268-1400), dans N. Coulet, J.-M. Matz, La noblesse dans les territoires angevins à la fin du Moyen Âge, Rome, 2000 (Collection de l’École française de Rome, 275), p. 79-114.

41 Je me réfère en partie à la communication d’Andreas Kiesewetter au présent colloque, malheureusement non rendue pour ses actes.

42 Pour une vision d’ensemble sur le gouvernement des Quatre vicaires : I. La Lumia, I quattro vicari: studi di storia siciliana del XIV secolo, Firenze 1867 ; V. D’Alessandro, Politica e società nella Sicilia aragonese, Palermo 1963, p. 106-126 ; P. Corrao, Una lettera in volgare siciliano dell’epoca dei quattro vicari (1385), dans Atti dell’Accademia di Scienze, Lettere e Arti, serie V, III (1982-83), pp. 192-207.

43 Fait proprement urbain aboutissant à l’appel de Louis d’Anjou (novembre 1386-juin 1387), contre la politique de Charles III, profitant de la régence de Marguerite de Blois, malgré la tentative d’intimidation de l’aristocratie encerclant la capitale. A. Di Costanzo, Storia del regno di Napoli, Naples, 1710, p. 273-293.

44 B. Croce, Storia del Regno di Napoli, Milan, Adelfi, 2e éd., 2005, p. 91.

45 De 1383 à 1386, la papauté, à travers Urbain VI, avait affirmé son appui à Charles III qu’elle reconnaît comme seul garant de la continuité monarchique et de la stabilité institutionnelle. C’est ainsi que le souverain peut réunir autour de lui l’aristocratie dont certains membres s’éloigneront successivement plus en raison d’une évaluation différente d’une conduite à tenir au sein de la faction noble que par un fait externe, le désaccord entre le roi et la papauté ou le schisme lui-même. S. Fodale, La politica napoletana di Urbano VI, Caltanisetta-Roma, 1973, p. 15-16, p. 154.

46 S. Pollastri, Il matrimonio di Maria Ruffo, figlia di Fulco Ruffo di Calabria, conte di Sinopoli, con Blasco d’Alagona, barone di Monforte di Sicilia, dans Incontri meridionali, 1-2, 1991, p. 205-219, ici p. 219.

47 A. Pivano, Lineamenti storici della cavalleria medievale dans Accademia delle scienze di Torino, t. LV, 1965, fasc. 2 ; B. D’Arcy, The Middle french studies of the monarchical order of the Ship (Naples, 1381), dans Medieval Studies, 47, 1985, p. 168-271 ; B. D’Arcy, The Knights of the Crown: The Monarchical Orders of Knighthood in Later Medieval Europe, 1325-1520, Woodbridge, 2000, p. 224-259.

48 Manifeste politique avant l’heure, le préambule dit : « [M]ais au jour de huy sont les périlz plus grant et plus apparissant qu’ils ne furent jamès, et la mer plus troublée par les vens contraires et horribles par tempeste, si que aussi est faite comme no navigable, la foy catholique est en péril tresgrant, l’Église est desceu, chevalerie nullée et le menu peuple destruit. » Il reprend les symboles et les idéaux de la royauté angevine et de légitimation du pouvoir : « Pour quoy celly qui premier jardin dessus dit es mes flours planta, une flour fist naistre et yssir de tel vertu, joissance et odour comme dessus est dit pour garder et deffendre nostre foy et les III estats dessus dit, laquelle four nouvelle, cest a ssavoir tresexcellent prince et seigneur Monser Charle de Duras, par la grâce de Dieu roy de Jerusalem et de Sicile, qui de ce jardin de flours est yssu par la droite ligne, considérant les biens fais prouve ces vertu et foy de ses antecessour qui de ce jardin et flours ont esté estrait. ». Par ailleurs, Charles de Duras se présente comme l’homme providentiel pour l’Église et la chevalerie, non sans poser que l’Italie méridionale est la « terre d’élection de la chrétienté » (chapitre 49). Il insiste sur le « retour à la paix » et l’abandon de « guerres intestines » (chapitre 4). S. Pollastri, Le royaume, l’aristocratie, Charles, comte de Gravina, duc de Duras. Mises en scène des discours politiques à Naples (1345-1381), dans Mémoire des princes angevins, 9, 2012, p. 7-21, ici p. 11, p. 15-20.

49 S. Pollastri, Le lignage et le fief, p. 231-232, p. 256-258.

50 S. Pollastri, Le lignage et le fief, p. 218.

51 S. Pollastri, Les terres de feudataires rebelles, dans C. Carlone (dir.), Diano et l’assedio del 1497, Salerne, 2010, p. 288-290.

52 G. Delille, M. A. Visceglia, La rappresentazione della nobiltà, p. 37-39.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – La terre de Bari au milieu du XIVe siècle.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/7254/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 2 – La Terre de Bari au milieu du XVe siècle (d’après E. Papagna).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/7254/img-2.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Fig. 3 – Paysage féodal au XIVe siècle (Principat Citérieur, Basilicate, Terre de Bari).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/7254/img-3.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Fig. 4 – Planche généalogique 1 : les Baux.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/7254/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 5 – Planche généalogique 2 : les Baux.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/7254/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 6 – Planche généalogique 3 : les Gaetani.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/7254/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 7 – Planche généalogique 4 : les Ruffo.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/7254/img-7.PNG
Fichier image/png, 103k
Titre Fig. 8 – Planche généalogique 5 : les Sanseverino.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/7254/img-8.PNG
Fichier image/png, 110k

Auteur

© Publications de l’École française de Rome, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter