Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les officiers et la chose publique dans les territoires angevins (xiiie-xve siècle) : vers une culture politique ?

 | 
Thierry Pécout

Images du pouvoir

Ordonner et inclure. L’héraldique au service de l’unité des officiers angevins

Laurent Hablot

Résumé

Parmi les nombreuses fonctions remplies par l’héraldique au Moyen Âge, la pratique des partages d’armoiries reste encore mal connue. Elle a pourtant offert aux princes angevins issus des différentes maisons qui se sont succédées à la tête du royaume de Naples, un utile moyen, à travers toute l’étendue de leurs possessions, pour désigner, distinguer et honorer certains de leurs fidèles en les autorisant de façon tacite ou patente à exposer publiquement et sous diverses formes les signes héraldiques du prince.

Tra le molte funzioni svolte dall'araldica nel Medioevo, la pratica della condivisione degli stemmi è ancora poco conosciuta. Ciò nonostante offrì ai principi angioini delle diverse case che si succedettero alla testa del regno di Napoli, un mezzo utile, per tutta l'estensione dei loro possedimenti, per designare, distinguere e onorare alcuni dei loro fedeli autorizzandoli tacitamente o palesemente mostrare pubblicamente e in varie forme i segni araldici del principe

Entrées d'index

Parole chiave :

araldica, Casa d'Angiò, fideles, ufficiali

Texte intégral

  • 1 « Celi Henri le gonfalonnier […] qui représentait la présence du roi par la noblesse des armes don (...)
  • 2 H. Stein, Henri de Courances, maréchal de France (1255-1268), Paris, 1892. Voir aussi Archivio di (...)
  • 3 « car si anemi li coururent si aigrement sus, pour ce que il cuidoit que ce fut li roys, si le déc (...)

1Un passage de la chronique de Primat traduite par Jean du Vignay1 nous rappelle le dévouement de ces officiers angevins qui, sous les couleurs de leur prince, sacrifient jusqu’à leur vie pour le service de sa cause, à l’exemple du maréchal Henri de Courances2, capitaine général de l’armée de Charles d’Anjou, « chevalier très sûr et hardi » qui fut « occis et demembrez » […] » « découpé pièce à pièce » à l’issue de la bataille de Tagliacozzo le 22 août 1268 « pour avoir celui jour vêtu les armes du roi »3.

  • 4 Les historiens interprètent souvent ce partage d’armoiries, par l’intermédiaire de cotte armoriées (...)

2Si le cas traité ici est singulier et révèle sans doute ce surprenant usage qui consiste à faire porter aux différents chefs des corps de bataille les armes mêmes du chef d’armée4, il annonce encore cette pratique du partage des armoiries si familière aux souverains angevins.

  • 5 Le cimier est l’ornement qui surmonte le heaume dans les représentations héraldiques. Il constitue (...)
  • 6 La devise est un emblème personnel, librement figuré, parfois associé à une courte sentence, le mo (...)

3Ces derniers sont en effet connus pour leur goût prononcé pour l’emblématique sous ses formes multiples (armoiries, cimiers5 et devise6) qui a très largement contribué à leur représentation souveraine, à la délimitation formelle de leur autorité, à la matérialisation même de leurs États.

  • 7 J’ai consacré à ce sujet des concessions d’armoiries en Europe au Moyen Âge le mémoire inédit de m (...)

4Ces mêmes signes ont également pu être partagés avec différents groupes de serviteurs, dont, en priorité, les officiers, investis par ce medium de l’autorité déléguée du prince, assujettis autant que distingués par ce partage honorable. Si, comme on vient de le voir, cet échange prend parfois la forme de la délégation d’attributs princiers, nous nous intéresserons ici pourtant plus spécifiquement aux exemples de concessions héraldiques qui octroient le droit de s’approprier tout ou partie des emblèmes du prince7. En faisant leurs ces parcelles de l’identité héraldique du souverain qu’ils servent, les officiers se proclament du même coup comme les relais incontournables de l’autorité princière et participent ainsi à la matérialisation de l’État. 

5La présente étude rassemble quelques-unes des multiples occurrences de partages emblématiques des princes angevins révélées par des sources. Leur pratique dans ce domaine s’inspire d’ailleurs assez clairement de celle des rois de France et des empereurs romains germaniques, notamment telles qu’elles s’étaient développées dans le contexte très spécifique de l’Italie médiévale. La branche de Hongrie subira en partie les mêmes influences en la matière. À la fin du Moyen Âge, les tensions politiques autour de la possession disputée du royaume de Naples, suscitent même une véritable surenchère dans l’attribution de ces gratifications héraldiques, faisant de cet espace, une sorte d’unicum dans ce dossier.

  • 8 Jusqu’à la rédaction de mon mémoire d’habilitation, le seul travail de synthèse produit sur cette (...)
  • 9 Voir N. Bock, Fideles regis. Héraldique et comportement public à la fin du Moyen Âge, dans A. Marc (...)

6L’enquête sur ce corpus reste toutefois un chemin tortueux, semé d’épines et de chausse-trappes. Un certain nombre de ces concessions attribuables aux princes de la maison d’Anjou se révèlent être des lectures a posteriori de signes héraldiques dont on a souvent bien du mal à retracer la généalogie et l’origine. La documentation relative aux gratifications héraldiques est pauvre – beaucoup de ces « partages » ayant pu se faire verbalement ou spontanément –, lacunaire – une grande partie des fonds d’archives des chancelleries qui enregistraient ces concessions a aujourd’hui disparue –, mal connue – si quelques actes dorment encore dans des dépôts d’archives publics ou privés, aucune recension n’en a jamais été faite et le sujet n’a jamais été traité jusqu’ici pour cet espace particulier8. Les attestation sigillaires, seules véritablement fiables, sont éparpillées, maltraitées ou négligées. Le patrimoine héraldique monumental a été en grande partie modifié ou détruit à l’époque moderne9. Enfin, l’information est très souvent brouillée par les mythes familiaux et les légendes héraldiques modernes et contemporaines qui participent certes de cette pratique de l’imaginaire héraldique mais brouillent largement l’analyse du phénomène.

« Concession », « augmentation », « partage », s’entendre sur les termes

  • 10 R. Le Jan, Apprentissages militaires, rites de passage et remises d’armes au haut Moyen Âge, dans (...)

7Les concessions et augmentations d’armoiries de la fin du Moyen Âge héritent en partie du rituel germanique de la remise d’armes (de guerre) à l’origine de l’adoubement et au moyen duquel le jeune guerrier entrait dans la caste militaire. À cette occasion, son « parrain » établissait entre eux une parenté choisie garantie de la fidélité10. Mais cette remise d’armes permettait également de contracter une fraternité d’armes, d’honorer un guerrier héroïque ou d’adopter un proche.

8Quelques siècles plus tard, c’est dans le contexte christianisé et formalisé de l’adoubement chevaleresque que s’observent les premières concessions d’armoiries c’est-à-dire le droit accordé à un nouveau chevalier de porter les armes conjointes de son parrain et de son père.

  • 11 Voir Affinités héraldiques.

9Cette pratique, assez exceptionnelle, se prolonge à la fin du Moyen Âge dans celle des augmentations d’armoiries qui établissent un lien visuel entre les armoiries du donateur et les nouvelles armoiries du bénéficiaire, soit que celui-ci n’en possédait pas encore et que la concession génère une création ex-nihilo, soit qu’il ajoute dans ses anciennes armes familiales un élément des armoiries du donneur. Pour qualifier ces armoiries qui matérialisent un lien visuel entre les deux parties, les auteurs modernes utilisent parfois les qualificatifs d’« armes de dévotion » ou « de patronage ». Les premières occurrences connues de ce type d’associations concernent plutôt des princes souverains conférant la chevalerie à d’importants seigneurs. Dans le courant du XIIIe siècle, la pratique s’étend aux compagnonnages et fraternités d’armes et récompense de fidèles serviteurs et officiers11.

  • 12 En Angleterre, Adrian Ailes identifie la première création d’armoiries sans référence explicite au (...)

10Mais en formalisant leur droit d’anoblir, les princes captent aussi le droit de concéder de nouvelles armoiries. Ces octrois d’armoiries produisent la plupart du temps des compositions totalement inédites, que l’on voit se multiplier à la fin du Moyen Âge12, en marge des anoblissements accordés par les souverains. Nous n’insisterons pas ici sur ces armoiries qui ne permettent pas de rattacher le donateur au bénéficiaire et ne contribuent donc pas directement à la distinction héraldique des officiers angevins.

11Au moment où se fonde la première maison d’Anjou, l’usage des augmentations est déjà bien établi même s’il reste encore exceptionnel. Il deviendra progressivement, pour ces princes comme pour nombre de leurs contemporains, alliés et rivaux, un véritable outil de pouvoir.

Les dons héraldiques de la première maison d’Anjou

  • 13 Voir en dernier lieu L. Grant, The Castle of Castille. An image of power, or the power of an image (...)

12La concession du royaume des Deux-Siciles par Urbain IV au frère de saint Louis, en 1262, concrétisée par son couronnement par Clément IV en 1266, intervient à une période de plein épanouissement de l’héraldique. Ce milieu du XIIIe siècle voit en effet s’étoffer considérablement l’exploitation par les souverains de ce medium, en même temps que se fixent les principaux usages sociaux des armoiries et que se codifie la composition du blason. Les descendants d’Alphonse VIII, dont saint Louis et ses frères, emploient notamment cet argument visuel pour établir leur relation au royaume de Castille et couvrent littéralement le royaume de France de fleurs lis et de châteaux13.

  • 14 Une courte bande horizontale avec plusieurs pendants, trois le plus souvent, placée dans le haut d (...)
  • 15 À cette date il rachète les droits de Marie d’Antioche et se fait reconnaître par une partie des b (...)
  • 16 Les lis conservent place d’honneur, à dextre – la gauche –, qui a la primauté hiérarchique dans le (...)

13Le dernier fils de Louis VIII et de Blanche de Castille, Charles (1266-† 1285), apanagé du comté d’Anjou et du Maine et marié à l’héritière de Provence (1246), brise d’abord ses lis d’une bordure « de Castille » (de gueules semé de châteaux d’or). Dans les années qui suivent son mariage (1246), il abandonne progressivement cette référence à la famille maternelle et brise ses lis de France par l’ajout d’un lambel de couleur rouge14. C’est sous ces couleurs que le prince se croise, soumet la Provence et entame son expansion italienne à partir de 1259. Devenu roi de Sicile, il fait de ces armoiries au lambel l’emblème héraldique de ses domaines avant de les compléter en 1277 par l’ajout des armes de Jérusalem15 disposées en parti : le plus souvent à dextre (gauche) de France au lambel, à senestre (droite) Jérusalem (d’argent à la croix potencée d’or cantonnée de quatre (ou cinq) croisettes du même)16.

14Les lis d’Anjou deviennent donc, à compter de cette seconde moitié du XIIIe siècle, le signe visible et partagé des domaines et des partisans de Charles d’Anjou et se trouvent impliqués dans tous les grands conflits qui divisent l’espace italien : les luttes entre Guelfes et Gibelins, la conquête du royaume de Naples (1266), la domination de Florence (1267), la révolte de la Sicile (1282). Si la bannière du duc est la victime désignée de ses adversaires, elle est également adoptée par les communautés qui se placent sous sa protection et sous son autorité. Un certain nombre d’entre elles ajouteront même, dans les décennies qui suivent, les armes du prince aux armoiries qui les désignent déjà quand elles en possèdent.

  • 17 M. de Framond, Aux origines du sceau de ville et de juridiction : les premiers sceaux de la ville (...)
  • 18 M. Popoff, Le "capo dello scudo" dans l’héraldique florentine XIII-XVIe siècles, dans Brisures, au (...)
  • 19 Détail d’un coffre de mariage, New York, Metropolitan Museum. Charles de Duras à la prise de Naple (...)
  • 20 A. Savorelli, Piero della Francesca e l’ultima crociata. Araldica, storia e arte tra gotico e Rina (...)

15Il n’est bien sûr pas assuré que des concessions officielles aient autorisé ces adoptions d’armoiries Anjou. Il est même fort probable que la plupart de ces choix ont été spontanés et le roi de Naples y a sans doute vu un moyen efficace de renforcer la visibilité de son pouvoir. Rien ne s’oppose pourtant à ce que Charles Ier ait accordé à telle ou telle communauté le droit de faire usage de ses armes. De concessions de ce type existent déjà à la fin du XIIe siècle comme en témoigne par exemple l’acte en faveur de la ville de Millau de 1187 par lequel le roi d’Aragon accorde à cette cité l’usage d’un sceau et d’une bannière à ses armes qui deviennent du même coup celles de la cité et qui seront d’ailleurs complétées par l’ajout du chef de France en 132517. Cet exemple illustre ce qui semble avoir été le mode de diffusion des armes d’Anjou dans la péninsule italienne. En signe de protection, d’allégeance et de devoir militaire, les villes sont autorisées à faire usage de la bannière royale qui pourra soit être déployée aux côtés de l’enseigne communale soit lui être ajoutée sous forme de flamme, plaçant l’armoirie royale en chef, tandis que l’armoirie communale se trouve sous la protection, « in signum subjectionis »18. De nombreuses occurrences iconographiques19 et textuelles attestent de cette pratique. Les comptes de la ville de Prato mentionnent ainsi en 1280 « unam banderiam novam de sindone albo cum pennoncello in capite armorum domini regis Charoli »20.

  • 21 Voir A. Savorelli, Les fleurs de lys y sont partout.
  • 22 M. Popoff, Le "capo dello scudo", p. 253.
  • 23 L. Gentile, La diffusion du capo dell’Impero dans le nord de l’Italie, dans L. Hablot (dir.), Part (...)
  • 24 Statuti delle Compagnie del Popolo della città di Firenze (1355), dans Archivio storico italiano, (...)

16Ce chef aux armes d’Anjou ou capo d’Angiò, si largement représenté dans l’héraldique des villes et des familles italiennes entre le milieu du XIIIe siècle et la fin du XVe siècle21, trouve en tout cas son origine dans cette mise en signe partisane plus ou moins contrôlée par le roi de Naples. Comme l’a souligné Alessandro Savorelli, l’érudition moderne a le plus souvent mal interprété cette diffusion des chefs d’Anjou en y voyant parfois la récompense des cités alliées lors de la bataille de Bénévent ou encore le bienfait accordé à de bénéficiaires précis dans le cadre strict de concessions officielles. Alessandro Savorelli a statistiquement établi que la diffusion du chef d’Anjou concerne davantage les petites citées et les classes modestes de la société politique plutôt que les grands centres économiques de pouvoir et la haute aristocratie de la péninsule. Michel Popoff a également démontré qu’à Florence le développement du chef d’Anjou s’est produit davantage au moment de la seigneurie de Robert d’Anjou (1313-1321) et de la régence de Charles d’Anjou, duc de Calabre (1325-1328), que lors du règne de Charles Ier22. Le processus de diffusion de ce capo d’Angiò répond donc à d’autres logiques que les concessions d’armoiries telles que nous les envisageons ici. Devenu signe partisan des Guelfes, il s’oppose au chef d’Empire ou capo dell’Impero des Gibelins, qui connaît un développement parallèle et non moins important23. Ces motifs rivaux contribuent toutefois à créer dans la péninsule italienne une ambiance héraldique tout à fait originale qui assure la promotion des armoiries des Anjou désignées dans les sources comme l’arme de lo re Karlo24 ou encore le rastrello del re (le lambel du roi), nous y reviendrons.

  • 25 « Li roys l’oy molt volentiers, et pourchassa de tout son pooir sa mère comment elle li baillast t (...)

17Cette profusion de partages politiques, qui va caractériser l’héraldique italienne entre la fin du XIIIe siècle et le début du XVIe siècle, tend toutefois à brouiller l’identification et l’interprétation des concessions héraldiques réellement encadrées par le pouvoir. Car ce type de pratique existe bel et bien au temps de Charles d’Anjou. On l’observe de façon assurée dans son entourage familial avec ces concessions d’armoiries d’adoubement encore en vigueur à cette époque. En 1253 par exemple son frère Louis IX accorde à Bohémond VI d’Antioche, qu’il a adoubé et placé sous sa protection, le droit d’écarteler ses armes (de gueules plain) aux armes royales25. Ce motif de partage héraldique a été étendu à d’autres occasions dès le début du siècle, notamment l’expression de l’amitié, la gratification d’un service militaire insigne ou la représentation du souverain. Les quelques concessions d’armoiries attribuées par des sources postérieures à Charles d’Anjou pourraient donc avoir un certain fondement..

  • 26 C. de Nostredame, L’histoire et chronique de Provence, Lyon, 1614, p. 436.
  • 27 C. de Nostredame, L’histoire, p. 283, année 1284.
  • 28 Libro d’Oro Napoletano, Archivio di Stato di Napoli, Sezione Diplomatica.
  • 29 Ces armes sont assez proches de celles accordées à Niccolo Acciaiuoli (voir infra). Notons la bann (...)

18Les auteurs modernes attribuent en effet au premier roi de Naples de la maison d’Anjou plusieurs concessions d’armoiries. Ainsi César de Nostredame, dans son Histoire et chronique de Provence écrite en 161426, évoque cette bande d’azur à trois lis d’or que Charles Ier aurait accordé à Guillaume Caradet, comte de Caserte et de Melfi, créé en 1271 prince d’Achaïe, pour ajouter par-dessus ses armes d’or au lion de gueules27. Teodoro Mastrilli, chevalier originaire de Provence, aurait quant à lui reçu un écu d’or au lion d’azur, augmenté par concession de Charles Ier d’une bande d’azur à la fleur de lis d’or posée en bande. Ce baron provençal est connu pour avoir armé à ses frais plusieurs galères marseillaises venues soutenir le futur roi de Naples28. Ce même type d’honneur aurait également été accordé à Ponzio di Branciforte, commandant d’une flotte angevine au service de Charles Ier et dont les descendants porteront un écu d’azur au lion couronné d’or soutenant un étendard rouge semé de trois lis d’or29.

  • 30 Voir la liste infra.

19Si ces concessions ne sont pas improbables, elles sont toutefois mal et peu documentées et restent très hypothétiques. On pourrait d’ailleurs leur ajouter une petite dizaine de familles arrivées dans le sillage du prince en Sicile et portant dans leurs armes des éléments de l’emblématique royale angevine30. Dans leurs formes pourtant, ces compositions correspondent davantage à celles qui se développent vers la fin du XIVe siècle, quand les donateurs prennent l’habitude de fragmenter leur armoirie pour en concéder tel ou tel élément mais rarement la totalité. Si l’on se base sur les concessions contemporaines du règne de Charles Ier attestées ailleurs en Europe et notamment en France, on pourrait s’attendre à ce que le roi de Sicile concède plutôt le droit de partitionner ses armes avec celles du bénéficiaire, ou celui d’ajouter un écusson à ses armes dans l’écu tiers.

  • 31 Citons par exemple le sceau de son maître des œuvres royales, Yvain le Charpentier, qui intègre un (...)
  • 32 A. Savorelli, Les fleurs de lys y sont partout, qui cite les Baroncelli, Adimari (Florence), Bagli (...)

20Une composition de ce type se retrouve par exemple chez les Allemagne qui ajoutent à leurs armes un écusson d’Anjou (voir infra). Toutefois, l’usage qui consiste à superposer sur des armoiries existantes une pièce honorable aux armes du donateur existe lui aussi dès les dernières décennies du XIIIe siècle comme le prouvent quelques concessions de Philippe le Bel31. D’ailleurs, en Italie, dès la fin du XIIIe siècle, les registres des Podestats et capitaines du Peuple de certaines citées associent les armes du titulaire avec un chef aux armes du seigneur de la ville. A. Savorelli a ainsi observé dès les années 1289-90 que sur les registres de Padoue ou de Pérouse les armes des magistrats portent presque systématiquement un chef d’Anjou32, mais il s’agit davantage d’un partage dans le cadre de l’exercice d’une fonction que du produit d’une concession du prince à un particulier. Très peu de ces chefs se transmettent d’ailleurs aux héritiers de ces magistrats.

  • 33 J’y consacre un chapitre dans mon ouvrage Affinités héraldiques.
  • 34 N. Bock, L’Ordre du Saint-Esprit au Droit Désir. Enluminure, cérémonial et idéologie au 14e siècle(...)

21Cependant, pour les familles provençales ou angevines qui ont suivi et assisté Charles Ier dans sa conquête puis se sont installées avec lui en Sicile, ce règne fait figure d’épisode fondateur qui justifie qu’on y rattache les distinctions héraldiques peut-être accordées par ses successeurs ou même « de libre adoption ». Cet « imaginaire de la concession » fait partie intégrante de la pratique33. En réalité, ainsi que l’a souligné Nicolas Bock dans un travail de référence sur le sujet34, l’armoirie royale bénéficie encore au temps de Charles Ier d’un statut tout à fait particulier et relativement exclusif. Pour cette raison, les représentations de ce signe sur des édifices privés sont rares avant le XIVe siècle et, quand elles sont connues, figurent alors côte à côte l’écu du roi et celui de son fidèle plutôt que de réelles armoiries augmentées. Nous y reviendrons. Quelques soient leurs supports – façade de palais ou d’église, pièce d’orfèvrerie, textile, armorial, etc. -, ces associations doivent être comprises comme des manifestations publiques de l’affinité royale et de véritables prémisses des concessions d’armoiries.

  • 35 Je me permets de renvoyer à mon article Sacralisation of the royal coats of arms in Europe in the (...)

22Durant les règnes de Charles Ier et de Charles II (1289-1309), la pertinence politique et la valeur de ces associations héraldiques s’est également nourrie de l’exaltation de l’armoirie royale, savamment entretenu par le texte et l’image. La canonisation de saint Louis puis celle de saint Louis de Toulouse sont autant d’occasions de rappeler que le lis est le signe consacré de l’élection divine des Capétiens. Cette idée est notamment développée au début XIVe siècle, en France d’abord naturellement mais bientôt aussi dans tous les royaumes dont le prince porte les lis35, et inscrit les concessions d’armoiries dans une relation qui unit le prince à Dieu et le fidèle au prince.

  • 36 Voir la notice qui lui est consacrée dans l’Encyclopédie Treccani (http://www.treccani.it/enciclop (...)
  • 37 On retrouve ces mêmes armes notamment sur la plate tombe de sa sœur Lapa à la chartreuse del Gallu (...)
  • 38 Plusieurs connétables royaux s’associent étroitement si ce n’est héraldiquement aux lis royaux com (...)

23Une des premières augmentations d’armoiries attestée de façon solide par des sources contemporaines est celle accordée, sous le règne de Robert d’Anjou (1309-† 1343), à Niccolo Acciaiuoli36. Ce dernier, issu d’une famille de riches commerçants florentins, s’est imposé à la cour de Naples au point d’être adoubé par le roi Robert, de devenir le conseiller de son neveu Louis de Tarente et d’être nommé Grand sénéchal du royaume en 1352. Bien qu’aucun document textuel nous le confirme, les sources iconographiques prouvent en revanche qu’il modifie ses armes et ajoute à l’écu d’argent au lion d’azur armé et lampassé de gueules, un étendard d’azur semé de lis d’or au lambel de gueules placé dans les pattes du lion – ce dont témoigne sa tombe réalisée vers 1345 et celles de certains de ses parents37 (fig. 1). Il ne serait naturellement pas impossible que cette augmentation entretienne un lien avec son office militaire, le sénéchal pouvant être chargé de porter la bannière. Nous avons vu que Ponzio de Branciforte, investi d’un commandement militaire, pourrait avoir reçu lui aussi une concession du même type sous le règne de Charles Ier. D’autres exemples analogues se retrouvent en Europe à la fin du Moyen Âge38.

Fig. 1 – Tombe de Niccolo Acciaiuoli. Certosa del Galluzzo, 1365, détail.

Fig. 1 – Tombe de Niccolo Acciaiuoli. Certosa del Galluzzo, 1365, détail.
  • 39 Sur ces armes voir C. de Mérindol, L’héraldique des princes angevins, p. 287.
  • 40 P. Ebner, Chiesa, baroni e popolo nel Cilento, 2 vol. , Rome, 1982, p. 366. Il existe des attestat (...)
  • 41 C. de Nostredame, L’histoire et chronique, p. 436.
  • 42 C. de Nostredame, L’histoire et chronique, p. 633.

24Le règne de Jeanne Ire (1343-1382) est également l’occasion de quelques possibles concessions héraldiques. Elle est le premier souverain de Naples à utiliser systématiquement les armes parties de Jérusalem et d’Anjou sur ses sceaux39. Son premier époux, son cousin André de Hongrie († 1345), aurait ainsi concédé de nouvelles armes à un jeune chevalier, Giorgio Capano, adoubé par lui en mars 1343 et gratifié d’un écu d’argent à la bande de gueules chargée de trois lis d’or40. César de Nostredame déjà cité41, rapporte pour l’année 1376, le cas d’un chevalier piémontais, François de Boliers, sire de Demonts, engagé au péril de sa vie dans la défense des intérêts de la reine dans cette région et pour cette cause gratifié par elle d’une augmentation d’armoiries. Jeanne Ière lui accorde le droit d’ajouter à ses armes de gueules au chef d’argent une bordure de huit pièces, quatre de Jérusalem et quatre de Naples (fig. 2). C’est peut-être au règne de cette souveraine encore qu’il convient de rattacher l’autre concession mentionnée dans l’ouvrage de Nostredame et qui concerne la famille provençale d’Andrea, installée à Montpellier puis à Naples dans le sillage de Charles Ier. Dans son ouvrage42, l’auteur décrit la chapelle du Chancelier d’Andrea, située dans l’église des Jacobins d’Aix, et les armes de cette famille inscrites sur ce monument : « d’argent à deux lions rampants affrontés d’or (sic) tenant un anneau de sable, à la bordure d’azur semée de fleurs de lis d’or au lambel de gueules ».

Fig. 2 – César de Nostredame. Les armes de François Boliers.

Fig. 2 – César de Nostredame. Les armes de François Boliers.
  • 43 N. Bock, L’Ordre du Saint-Esprit et Id., Fideles regis. Voir aussi B. Guenée, Les généalogies entr (...)
  • 44 A. Savorelli, Les fleurs de lys y sont partout.
  • 45 Dans ce domaine, on pourrait citer le saint Louis de Toulouse commandé à Donatello par le parti Gu (...)
  • 46 On notera toutefois que, dans la combinaison d’armoiries adoptée par Charles Ier d’Anjou à partir (...)

25Si le long règne de Jeanne Ière est marqué par les querelles de succession et les difficiles relations qui l’associent à ses époux successifs (André de Hongrie † 1345, Louis de Tarente † 1362, Jacques IV de Majorque † 1375, Othon IV de Brunswick † 1399), cette période est aussi celle du plein épanouissement de l’emblématique royale. Comme l’a relevé Nicolas Bock, le Livre des statuts de l’Ordre du saint Esprit au Droit désir en est un témoignage éclatant. En réalité, dès avant les canonisations de saint Louis de France et de saint Louis de Toulouse, la dynastie angevine avait déjà exploité le thème de l’aura sacrée des Capétiens43 dont le poids symbolique explique également en partie l’imposante diffusion des armes d’Anjou dans la péninsule. Comme nous l’avons souligné, cette « fleurdelisation » des citées italiennes est un efficace outil du rayonnement politique des rois de Sicile44. Mais la beata stirps des Anjou est bien entendu renforcée par les canonisations des deux saints Louis en 1297 et 1317. Le retable de saint Louis d’Anjou commandé à Simone Martini en 1317 par son frère Robert Ier, illustre précisément ce discours du pouvoir délégué par le saint familial, lui-même consacré par les anges de Dieu. Le programme iconographique de ce tableau associe clairement la couronne et les armoiries aux lis – dont le lambel Anjou disparaît parfois fort opportunément – à ce discours de la sacralité du pouvoir. La diffusion du culte de saint Louis de Toulouse contribue d’ailleurs à relier l’héraldique angevine à l’idée de sainteté sans avoir à passer par l’intermédiaire français45. L’association des armes d’Anjou à celles de Jérusalem qu’avait opéré Charles Ier à partir de 1277 ajoute encore à la sacralité du discours héraldique des rois de Sicile46.

  • 47 N. Bock, L’Ordre du Saint-Esprit.
  • 48 S. Pollastri, La Noblesse napolitaine sous la dynastie angevine : l’aristocratie des comtes (1265- (...)

26Comme l’a souligné Nicolas Bock47, la mise en scène de cette dimension sacrée de l’autorité royale transparaît mieux que jamais à l’occasion du couronnement, le 27 mai 1352, de Jeanne Ière de Naples et de Louis de Tarente. Ces cérémonies s’accompagnent deux semaines plus tard de la translation des restes de la reine mère, épouse de Robert, Sancia de Mallorca, à Santa Chiara, dans une sépulture monumentale ornée d’un programme sculpté sur thème de la regina christianissima. La cérémonie se prolonge dans la fondation de l’ordre du Saint Esprit au Droit Désir qui donne une place toute particulière au saint Esprit et à la Trinité et confère un véritable rôle eschatologique au souverain48. L’entrée dans cet ordre d’une partie de la noblesse napolitaine s’inscrit d’ailleurs dans la même logique de distinction honorable que nous retrouvons dans les concessions d’armoiries, nous y reviendrons.

  • 49 Sur cette question voir C. de Mérindol, L’imaginaire du pouvoir à la fin du Moyen Âge, dans J. Bla (...)
  • 50 Voir L. Hablot, Sacralisation of the royal coats of arms in Europe in the Middle Ages, dans M. Her (...)

27L’effondrement génésique et politique de la dynastie d’Anjou et la rivalité avec les rois d’Aragon mettent pourtant un terme à l’élaboration de cette rhétorique du pouvoir par héraldique interposée. Notons toutefois que les ducs d’Anjou-Valois, Louis Ier, Louis II, Louis III puis René, ne manquent pas, quand ils sont adoptés successivement par Jeanne Ier et Jeanne II, de cumuler, via leur panoplie héraldique, le potentiel symbolique des maisons capétiennes et Valois, encore enrichi par le prestige sacré du titre de roi de Jérusalem et la sainteté de Charles de Blois49. Les rois aragonais de Naples eux-mêmes conserveront, contre toute logique dynastique, les armes des angevins de Naples telles qu’elles se fixent sous Jeanne II de Naples (tiercé en pal de Hongrie (d’argent fascé de gueules), de Naples (d’azur semé de lis d’or au lambel de gueules) et de Jérusalem (d’argent à la croix potencée cantonnée de quatre croisettes du même), tant pour marquer la continuité du pouvoir que pour bénéficier de ce potentiel symbolique de l’héraldique de leurs prédécesseurs, même si les armes d’Aragon ne sont pas dénuées de toute sacralité, loin s’en faut50.

28La concession plus ou moins officielle d’éléments héraldiques de l’armoirie royale semble donc avoir été un outil de communication politique pour la maison d’Anjou-Naples. Mais les modalités de ce partage restent difficiles à saisir et le paradoxe est frappant entre la diffusion parallèle d’un discours de sacralisation des armes royales, véritable sanctuaire de la majesté, et l’exubérante dispersion de ces mêmes armes au gré des fidélités collectives ou individuelles.

  • 51 En 1334, Louis Ier de Bourbon accorde à deux chevaliers de la maison de Bourbon-Dampierre le droit (...)
  • 52 Divers exemples dans C. de Mérindol, L’héraldique des princes angevins.
  • 53 Plusieurs familles napolitaines portent ainsi un lambel de gueules parfaitement anachronique dans (...)

29L’héraldique Anjou hésite elle-même entre la fierté d’être Anjou-Naples et celle d’être Capétien. Ainsi plusieurs concessions héraldiques imputables aux Anjou-Naples semblent tout simplement ignorer le lambel qui brise normalement leurs armes, ce qui semblerait impensable aux cadets capétiens par-delà les Alpes. En France, les autres princes des lis – le terme est encore anachronique – concèdent eux-aussi leurs armes mais sans jamais omettre leur brisure, comme les Bourbon et leur bande par exemple51. Cette liberté héraldique que prennent ces princes napolitains vis-à-vis des armes pleines52 ressemble de près à un discours de prétention les situant comme la seconde maison royale des lis en Europe plutôt que comme une branche cadette des Capétiens. A contrario pourtant et de façon très originale, les Anjou semblent également concéder à plusieurs de leurs fidèles non pas des lis mais le seul lambel ou rastrello des armes Anjou, signe qui, de brisure, devient finalement un meuble héraldique identifiant et souligne la fierté que les Angevins placent dans leur signe singulier53.

Les Anjou-Hongrie et les Anjou-Tarente

  • 54 Exception faite des armes des del Monte Santa Maria, voir infra.
  • 55 Les travaux sur l’héraldique de l’ancienne Hongrie existent évidemment même si la situation politi (...)
  • 56 Voir notamment la synthèse de C. de Mérindol, L’héraldique des princes angevins.

30Le corpus des concessions accordées par la branche Hongroise des Anjou semble à première vue moins éloquent. On ne connaît, me semble-t-il54, aucune concession accordée par le fils aîné de Charles II de Naples, Charles Martel (1290-† 1295), roi titulaire de Hongrie, ni par son fils Charles Robert qui règne effectivement de 1308 à sa mort en 1342. Mais ce relatif silence pourrait bien être un effet de source – de la difficulté d’accès aux sources pour dire vrai55 – plutôt que la manifestation du désintérêt de ces princes pour ce mode de communication politique. Les diverses manifestations héraldiques connues des Anjou-Hongrie prouvent bien l’attention qu’ils accordaient eux-aussi à ce medium56.

  • 57 Cette cité, située dans l’actuelle Slovaquie, est connue pour être une des premières villes d’Euro (...)

31Le magnifique dossier des armoiries de la ville de Kaschau (Košice) confirme clairement, sous le règne de Louis le Grand (1342-† 1382), l’existence de cette pratique chez les Anjou-Hongrie57. On peut également rappeler ici la concession citée plus haut et peut-être accordée à un certain Giorgio Capano par André de Hongrie († 1345) en 1343 dans l’exercice de son règne consort à Naples.

  • 58 Ce quartier ignore la brisure Anjou et le nombre des lis change au fil du temps, voir D. Cernovode (...)
  • 59 Ibid., p. 75-76. En 1485 le roi Casimir IV de Pologne accorde à Etienne III de Moldavie un quartie (...)
  • 60 Ibid., p. 75.

32Son frère Louis Ier de Hongrie concède également au prince de Moldavie, Pierre Ier Musat (1375-† 1391), vers 1378, des armes parties de Hongrie (fascé de huit pièces d’argent et de gueules) et de « France » (d’azur à sept fleurs de lis d’or)58 qui deviennent les armes des ducs de Moldavie jusqu’au début du XVIe siècle avant de subir de nouvelles augmentations59. Les armes des princes de Valachie (écartelé au 1 et 4 fascé d’or et de gueules de quatre pièces et au 2 et 3 d’azur plain) ne semblent en revanche pas découler d’une concession angevine comme il l’a été longtemps supposé60, même si on peut souligner l’intentionnelle parenté graphique entre l’écu des Angevins de Hongrie, tel qu’il est porté par Charles Martel († 1295), et les armes des princes valaques.

  • 61 L. Borgia, Il concordato familiare relativo allo stemma dei Bourbon del Monte, dans Archivio stori (...)
  • 62 Ces armoiries se retrouvent sur deux couvertures de registres communaux ayant appartenu à Guido, m (...)
  • 63 Elles figurent dans l’Armorial Wijnbergen et sur un sceau de 1280 (Paris, AN, Douët d’Arcq no 1178 (...)
  • 64 C. de Mérindol, L’héraldique des princes angevins, p. 288-89.
  • 65 On retrouve le même emblème sur les figurations de Guillaume le Maréchal dans les œuvres de Matthe (...)
  • 66 Tablette armoriée de la Biccherna de Sienne de 1331 (Paris, BnF, ms It 1668, plat supérieur).

33À ma connaissance, la branche des Anjou-Tarente n’a pas non plus laissé de mentions explicites de concessions d’armoiries. Citons toutefois le curieux cas des Bourbon del Monte, famille toscane qui porte depuis le XVIe siècle un écu parti aux armes des Anjou-Tarente (parti au 1 d’azur semé de lis d’or à la bande d’argent – chargée de trois maillets d’armes de sable – et au 2 d’argent au lion d’azur armé et lampassé de gueules, au lambel de gueules à cinq pendants brochant sur l’écu). Si le nom « de Bourbon » et la reprise des armes de Bourbon par cette famille résultent d’un imbroglio généalogico-héraldique de l’époque moderne61, les armoiries des marquis del Monte di Santa Maria sont en revanche attestées depuis le XIVe siècle62 et intègrent à l’évidence les armes de la branche de Tarente fondée par Philippe de Tarente († 1322) – d’Anjou à la bande d’argent – mais déjà portées par son père Charles II de Naples alors qu’il n’était que prince de Salerne63. La présence des marteaux renverrait plutôt au cognomen du fils aîné de Charles II, Charles Martel († 1295), vicaire du roi à Naples à partir de 1290. Lui aussi fut prince de Salerne avant de devenir roi titulaire Hongrie en 1290, date à laquelle il modifia ses armes selon des formules mal connues, peut-être un canton senestre de Hongrie ou une bordure de Hongrie (qui se confond alors avec le componé des Duras)64. Il ne serait pas impossible que Charles ait porté ces mêmes armes des Salerne-Tarente en les singularisant de son emblème parlant du marteau, attribut fréquent du maréchal65 en même temps que, dans son cas, réminiscence de son glorieux ancêtre homonyme et manifeste politique. C’est peut-être durant cette courte période qu’il aurait pu concéder ses armes à un membre de la famille del Monte, sans doute Guido di Valano, podestat de Sienne vers 1330 et capitaine de l’armée de Florence (fig. 3)66.

Fig. 3 – Les armes des Bourbon del Monte. Tablette armoriée de la Biccherna de Sienne de 1331 (Paris, BnF, ms. It 1668, plat supérieur).

Fig. 3 – Les armes des Bourbon del Monte. Tablette armoriée de la Biccherna de Sienne de 1331 (Paris, BnF, ms. It 1668, plat supérieur).
  • 67 Il porte d'argent à trois chevrons d'azur, au chef d'Anjou, chargé au canton senestre d'un fascé d (...)

34Il faudrait encore ajouter les possibles concessions des armes fascées de Hongrie que l’on observe par exemple, apposées en canton du chef, à l’instar de Robertus Actaviani de Belfortibus de Vulterris, podestat de Pérouse en 1345 et en 135367.

Les Anjou-Durazzo

  • 68 Jean de Duras est le quatrième fils de Charles II de Naples, son fils Louis de Gravina est le père (...)
  • 69 Sur ce prince voir A. Cutolo, Re Ladislao d’Angiò-Durazzo, Napoli, 1969.
  • 70 Sur cette princesse voir N. F. Faraglia, Storia della regina Giovanna II d’Angiò, Lanciano, 1904.

35Eux-aussi issus de Charles II d’Anjou, roi de Naples, les Anjou-Durazzo revendiquent le trône de Naples à la mort de Jeanne Ièr68 puis celui de Hongrie à la mort sans héritier mâle de Louis Ier de Hongrie. Charles de Duras fait la conquête militaire de la Sicile en 1381 et s’y impose jusqu’à ce que la succession au trône de Hongrie l’en détourne et provoque sa perte en 1386. Son fils Ladislas (1377-† 1414) lui succède69. À sa mort, sa sœur Jeanne II (1373-† 1435) devient à son tour reine de Naples70. Cette branche cumule donc dans ses armes les quartiers de Hongrie, d’Anjou-Naples et de Jérusalem.

36Dans le même esprit qui semble avoir poussé les Anjou-Naples à concéder leur lambel comme figure héraldique emblématique, on pourrait s’interroger sur l’origine de la bordure componée qui apparaît dans les armes de la famille Dentice del Pesce. Aloisio Dentice, dit Naccarella, Grand justicier du royaume de Naples sous le règne de Charles de Duras et de Ladislas, porte en un effet un écu d’azur au dauphin d’or (armes parlantes ?) à la bordure componée d’argent et de gueules qui pourrait être l’effet d’une concession royale.

  • 71 L’exposition de ces couronnes invite à faire un rapprochement entre ce décor et les armes peintes (...)

37On ne connaît pas, a priori, d’exemple de concession d’armoiries octroyée par Ladislas. Son règne, après son retour à Naples d’où il avait été chassé par Louis II d’Anjou entre 1386 et 1400, est en revanche marqué par un important mécénat monumental et l’avènement de riches familles de courtisans, anciennes ou non, qui rendent visible leur fidélité au prince par des associations d’armoiries monumentales. Le cas le plus célèbre est certainement celui d’Antonio de Penna à Naples. Sur son célèbre palais édifié en 1406, ce secrétaire et conseiller royal, expose conjointement ses armoiries et celles du roi et couvre la façade de son palais du meuble héraldique parlant de ses armes, les plumes, des lis royaux des Anjou associés aux fasces de Hongrie, à la croix potencée de Jérusalem et aux couronnes71 (fig. 4).

Fig. 4 – La façade du palais da Penna à Naples.

Fig. 4 – La façade du palais da Penna à Naples.

38Mais on peut également citer l’exemple d’Artusio Pappacoda († 1433). Ce dernier, qui avait participé avec son père Lionetto aux luttes de Ladislas d’Anjou-Duras contre Louis II d’Anjou-Valois, avait été couvert d’honneurs. En 1401, il est qualifié de familiaris et nape nostra, devient conseiller du roi et sera nommée par Jeanne II, en 1415, Grand sénéchal du royaume. Ses armoiries (un lion qui se mange la queue) ne semblent pas modifiées pour autant mais Artusio Pappacoda les expose publiquement aux côtés de celles du roi sur la somptueuse façade d’une petite église de fondation privée, San Giovanni dei Pappacoda, confiée au grand artiste Antonio Baboccio, l’artisan du palais Penna. La même association est mise en scène sur son palais qui conserve une impressionnante exaltation des armes de Ladislas de Duras cimées d’un éléphant chargé sur l’oreille des mots attribués à Jules César AUT CAESAR AUT NIHIL (fig. 5).

Fig. 5 – Tour du palais Pappacoda à Naples.

Fig. 5 – Tour du palais Pappacoda à Naples.
  • 72 Voir à ce sujet L. Tufano, Linguaggi politici e rappresentazioni del potere nella nobiltà regnicol (...)
  • 73 On sait qu’Ulrich d’Elfenstein concède ainsi son cimier à l’éléphant à Fencio di Prato en 1353 qui (...)

39Quelques grands seigneurs suivent l’exemple de ces deux courtisans comme le cardinal archevêque de Naples Henri Minutulus qui, en 1407, expose ses armes près de celles du roi sur le tympan de la cathédrale, ou encore, durant le règne de Jeanne II, le Grand sénéchal Sergianni Caracciolo qui associe les soleils de ses armes aux armoiries royales sur l’église San Giovanni a Carbonara72. L’analyse des sceaux de ces personnages pourrait d’ailleurs révéler d’autres types d’associations héraldiques comme le partage d’un même cimier par exemple73.

  • 74 Sur la lutte entre ces princes voir N. F. Faraglia, Storia della lotta tra Alfonso V d’Aragona e R (...)

40Parvenue au pouvoir à la mort de son frère en 1414, Jeanne II (1373-† 1435), doit, elle aussi, obtenir d’âpre lutte le soutien des barons napolitains. Après la mort de son premier époux Guillaume de Habsbourg en 1406, elle épouse en 1415 Jacques II de Bourbon (1370-† 1438), comte de la Marche, chassé du royaume en 1419. Après avoir choisi pour héritier Alphonse V d’Aragon, déjà roi de Sicile, elle retient finalement comme successeur Louis II d’Anjou puis, après la mort de celui-ci en 1434, son frère René d’Anjou74.

  • 75 Ce titre, synonyme de militia aurata, désigne en réalité tous les chevaliers créés par l’empereur (...)
  • 76 Cette devise se confond avec la devise aragonaise du piumai, une couronne traversée par un rameau (...)
  • 77 Sur ce personnage et cette concession voir W. Ingeborg, Die Strozzi, Eine Familie im Florenz der R (...)
  • 78 L’arrière-grand-père de Jacques II, Louis Ier de Bourbon est déjà connu pour avoir accordé des con (...)

41Dès 1415, et donc le début de son règne, une première concession d’armoiries royale est attestée. À cette date, un important citoyen florentin, Palla Strozzi, se rend à Naples pour renouveler l’hommage de la ville auprès de la nouvelle reine et de son époux, accompagné par deux autres bourgeois de Florence. Arrivés à Naples, ils sont tous trois adoubés par Jacques de Bourbon et Palla Strozzi rentre à Florence pourvu du titre de « chevalier de l’éperon d’or »75, de la concession d’une devise Bourbon (une couronne traversée par deux rameaux)76 et d’une augmentation d’armoiries (l’ajout d’un écusson aux armes écartelées d’Anjou-Hongrie et de Bourbon-La Marche au point d’honneur (centre du chef) de ses armes)77 (fig. 6). La précocité de cette gratification héraldique souveraine, immédiatement après l’avènement de Jacques de Bourbon, pourrait laisser penser que les habitudes des Bourbon en la matière aient influencé la jeune reine78. Toutefois, les occurrences angevines précédentes ne permettent pas d’être aussi catégorique. Les études sur l’héraldique napolitaine restent à ce jour trop lacunaires pour prétendre que les prédécesseurs de Jeanne II n’ont pas, eux aussi, régulièrement concédé de tels privilèges.

Fig. 6 – Les armes augmentées de Palla Strozzi sur la façade de Santa Trinita à Florence.

Fig. 6 – Les armes augmentées de Palla Strozzi sur la façade de Santa Trinita à Florence.
  • 79 Voir la lettre patente. Naples, Archivio di stato, registro Angioino 1419, no 375, fol. 153v (ces (...)

42Après le départ de Jacques de Bourbon, la situation politique impose à la reine de trouver un autre protecteur. C’est d’abord son Grand sénéchal, Giovanni Caracciolo († 1432), qui remplit ce rôle. Mais pour contrer la soif de pouvoir de ce dernier et faire face aux différents risques potentiels – le retour de son époux Jacques de Bourbon libéré de prison à la demande du pape ; les prétentions de Louis III d’Anjou soutenues par ce même pape -, Jeanne II s’appuie sur le duc de Milan, Filippo Maria Visconti (1392-† 1447). Pour souligner leur alliance, elle lui concède en 1420 le droit d’écarteler ses armes Visconti à celles d’Anjou-Naples. Cet acte, dont la copie est conservée79, établit des armoiries dont on ne connaît aucune figuration, le revirement d’alliance de la reine quelques temps plus tard justifiant sans doute l’abandon rapide de ce présent héraldique. Ce faisant Jeanne II se place également dans la position d’autorité internationale, à l’égal du roi des Romains Wenceslas de Luxembourg ou du roi de France Charles VI qui avaient accordé en 1395, deux concessions d’armoiries successives au père de Filippo Maria, Giangaleazzo, l’autorisant à écarteler ses armes aux lis de France (brisées d’une double bordure d’argent et de gueules) et à l’aigle de l’Empire.

  • 80 M. Manfredi, D’Alemagna Giorgio, s.v. dans Dizionario biografico degli Italiani, vol. 2, Roma, 196 (...)
  • 81 En 1441, il accompagnera René d’Anjou en exil et sera spolié de ses biens.
  • 82 Ces armes se retrouvent notamment dans le décor sculpté de la tombe de Caterina della Ratta († 151 (...)
  • 83 Il s’agit de Raimondo Orsini, d’Innico d’Anna (chef à trois lis), de Giorgio della Magna (Giorgio (...)

43Quelques temps plus tard Jeanne II concède à son fidèle Giorgio d’Alemagna († 1468)80, comte de Capaccio et de Buccino, son vicaire à Naples entre 1423 et 1425, le droit d’ajouter dans ses armes en chef à dextre un écusson aux armes d’Anjou81. C’est peut-être elle également qui concède à la famille della Ratta, venue d’Aragon avec la reine Yolande, le droit d’ajouter un lambel semé de lis en abîme sur leurs armes (d’argent au lion de gueules couronné d’or tenant un croissant du même, un lambel d’azur chargé de 9 fleurs de lis d’or brochant)82. En 1432, après l’assassinat du Caracciolo, la reine fait de Baldassare della Rata, comte de Caserta, un des gouverneurs du royaume et plusieurs des autres conjurés sont gratifiés de dons, de titres et, peut-être, de concessions héraldiques83.

44Il est évident que la concurrence entre les différentes branches des Anjou – puis avec la seconde maison d’Anjou – pour la possession et la proclamation légitime du royaume de Naples a été un facteur de promotion de ces pratiques héraldiques. Issus d’une même lignée, exaltant respectivement la fierté d’être Capétien et la sacralité des princes des lis, les différentes maisons d’Anjou ont su tirer profit de ce formidable outil de communication politique qu’est l’héraldique, en croisant les apports respectifs des pratiques propres de leurs différents royaumes.

La seconde maison d’Anjou

  • 84 Cette adoption stipule, peut-être comme il était d’usage alors, la reprise du nom et des armes des (...)

45En 1351 Jean II le Bon concède en apanage à son second fils Louis (1339-† 1384), le comté d’Anjou érigé en duché dix ans plus tard. Le jeune prince, ambitieux, jouera un rôle important durant le règne de son frère Charles V et de son neveu Charles VI. Le 29 juin 1380, il est adopté par sa lointaine parente Jeanne Ière de Naples84, avant de mourir sous les murs de Bari en 1384, sur le chemin de la reconquête de sa capitale envahie par Charles III de Duras en juillet 1381.

  • 85 Voir en dernier lieu L. Hablot, Présences emblématiques dans la tenture de l’Apocalypse, dans Apoc (...)
  • 86 Sur l’emblématique de la seconde maison d’Anjou voir la magistrale synthèse de Christian de Mérind (...)

46Comme pour ses contemporains et ses parents, mais peut-être encore davantage pour ce grand mécène, l’expression héraldique représente pour le fondateur de la maison d’Anjou un outil essentiel d’affirmation et de communication politique. De nombreux témoignages monumentaux en attestent encore à commencer par la célèbre tapisserie de l’Apocalypse d’Angers85 mais aussi des sceaux, des manuscrits, etc.86. Au sein de cette effervescence emblématique qui caractérise la fin du Moyen Âge et les usages de la maison d’Anjou, la pratique de la concession d’armoiries ne semble pourtant pas avoir été un des moyens favoris des ducs pour honorer leur clientèle avant le règne du roi René.

  • 87 Sur l’histoire des concessions royales voir mon mémoire Affinités héraldiques.
  • 88 Voir la concession faite aux frères de Bourbon par Louis Ier en 1334, acte transcrit dans mon arti (...)
  • 89 D’un point de vue juridique, cette question reste assez complexe et mal résolue par les historiens (...)
  • 90 H. Morainvillé, Inventaire de l’orfèvrerie et des joyaux de Louis Ier d’Anjou, Paris, 1903-1906, v (...)

47Ce type de mise à l’honneur, bien qu’exceptionnel, existe néanmoins chez les derniers Capétiens et chez les princes de lis. Sans être nombreux, les exemples d’augmentations ou de concessions d’armoiries aux lis par les rois de France et leurs proches parents n’ont jamais véritablement cessé entre Louis VII – c’est à dire la naissance même de l’héraldique royale – et la fin du Moyen Âge87. Rien n’interdisait donc aux ducs d’Anjou de partager à leur tour « le lis extrait des armes de France » que le duc de Bourbon donnait déjà à quelques fidèles depuis les années 30 du XIVe siècle88. Le statut même du duc d’Anjou lui octroie assurément la capacité d’anoblir89, geste régalien qui est souvent moteur pour la création et la concession d’armoiries. Il semble toutefois que, durant le règne de Louis Ier, la fondation de l’Ordre de la Croix, hélas encore très mal connu90, permettait de satisfaire ce besoin de distinction d’une clientèle de fidèles. Durant les cent vingt-neuf années d’existence de cette seconde maison, le partage de devises et l’entrée dans les ordres ducaux (Ordre de la Croix, devise de la Voile, ordre du Croissant) participeront également de ce système de fidélisation des élites aux côtés d’autres formes de mises à l’honneur dont les concessions d’armoiries.

  • 91 Sur ce personnage voir J. Hayez, Palazzo Datini a Prato. Una casa fatta per durare mille anni, J. (...)
  • 92 Ibid. Sur les armoiries de la ville de Prato voir A. Savorelli, Les fleurs de lys y sont partout.
  • 93 C. Guasti, Lettere di un notaro a un mercante del secolo XIV, Florence, 1880, t. 2, note 2 aux p.  (...)

48L’action de Louis Ier en matière de concession d’armoiries semble donc apparemment nulle. Son fils Louis II (1377-†1417) en revanche s’est montré plus généreux pour dispenser le lis. On lui connaît notamment une concession restée célèbre en raison de la notoriété historiographique de son bénéficiaire : Francesco Datini, le célèbre Marchand de Prato91. En 1410, à l’occasion de son voyage en Italie, Louis II est accueilli à plusieurs reprises par le riche marchand dans son magnifique palais dans lequel il a pu d’ailleurs se sentir chez lui tant il est littéralement couvert des lis d’Anjou et de ceux des armes de Prato (la ville de Prato porte en effet de gueules semé de lis d’or au chef d’Anjou)92. Pour le remercier de son hospitalité, mais aussi le récompenser de l’avoir soutenu financièrement dans sa campagne, le duc-roi concède à Datini le privilège, par un acte daté du 5 juillet93, d’ajouter une fleur de lis dans ses armes préexistantes (bandé d’argent et de gueules), dans ce que l’héraldique nomme un point ou un compon, placé au sommet d’une des bandes d’argent. Cette concession est notamment confirmée par son monument funéraire, qui, à la différence des autres représentations de ses armes, figure cette modification.

  • 94 F. Campanile, Dell’armi, overo insegne de i nobili. Scritte dal Signor Filiberto Campanile, Naples (...)
  • 95 Cette question de l’abandon des armes de Jérusalem par Louis Ier entre son adoption et sa mort est (...)

49La concession accordée en 1398 par ce même Louis II à Galeotto Pagano (†1420), son maréchal et proche compagnon, est en revanche bien plus démonstrative. Ce seigneur, d’abord majordome du roi Robert et créé maréchal de Naples en 1379, est couverts d’honneurs et de titres par le roi de Naples de qui il reçoit ce privilège d’ajouter à ses armes coupé au 1 d’hermine au lambel de gueules (concession Anjou ?) et au 2 bandé de 6 pièces d’or et d’azur, une bordure de huit pièces, quatre de Jérusalem et quatre de Naples94 (fig. 7). Cette concession témoigne d’ailleurs de la reprise des armes de Jérusalem par Louis II alors que Louis Ier ne les exhibait pas95.

Fig. 7 – Armoiries de la chapelle Pagano à Naples.

Fig. 7 – Armoiries de la chapelle Pagano à Naples.
  • 96 H. Beauchet Filleau, Dictionnaire historique et généalogique des familles du Poitou, Poitiers, 190 (...)

50En 1411 encore, en Provence cette fois, Louis II accorde semble-t-il des lettres patentes à son écuyer, Honoré Clément, dans lesquelles il rappelle notamment l’ancienneté de sa noblesse et lui concède peut-être les armes portées depuis par cette famille : de gueules à la fasce d’or surmontée d’un soleil du même, un écusson d’azur au lis d’or brochant en abîme96.

  • 97 10 mars 1431 Cosenza. Aix-en-Provence, Bibl. Mun., Ms. 768, Registrum Ludovicii tertii, comitis Pr (...)
  • 98 Ibid.

51Louis III (1403-1434) succède à son père en 1419. Il ne parvient pas plus que ses prédécesseurs à asseoir durablement le pouvoir angevin dans le royaume de Naples. Du point de vue des concessions d’armoiries, il est surtout connu pour avoir accordé à la ville d’Aix, qui portait déjà les pals d’Aragon, par un acte du 10 mars 1431 passé à Cosenza en Calabre, ville où il trouve la mort trois ans plus tard97, une augmentation d’armes : un chef parti d’Anjou-Naples et d’Anjou. Cette concession semble a priori la première accordée par un prince d’Anjou, roi de Naples-comte de Provence, à l’une de ses cités. En 1434, Louis III complète cette donation d’un quartier de Jérusalem98.

  • 99 Lettres patentes données à Aversa en 1424. Voir C. de Nostredame, L’histoire et chronique, p. 212.

52C’est peut-être encore à ce prince qu’il convient d’attribuer la concession dont se prétend bénéficiaire la famille provençale d’Yse qui porte d’argent au lion de gueules à la bande d’azur chargée en chef d’une fleur de lis d’or. Au service de la première puis de la seconde maison d’Anjou entre la Provence et Naples, cette famille se distingue particulièrement sous le règne de Louis III, notamment un certain Crapace d’Yse établi à Marseille en 1400 et qui reçoit en 1424 de Louis III les îles de la mer de Marseille, dont la future île d’If, en récompense de services rendus99.

  • 100 L’ornementation de ce type de document est relativement variable en fonction des circonstances de (...)
  • 101 Voir sur le sujet J.-C. Blanchard, L’héraldique des anoblis dans les duchés de Lorraine et de Bar (...)
  • 102 Sur cette devise voir notamment ma base DEVISE et pour ses usages héraldiques L. Germain de Maidy, (...)
  • 103 Sur cette question des concessions d’armoiries à devises voir Affinités héraldiques.
  • 104 C. de Mérindol, Le roi René, p. 124, n. 61 d’après L. Germain de Maidy, La voile de navire, p. 36.
  • 105 L. Germain de Maidy, La voile de navire, p. 36.
  • 106 1er mai 1440, Vidimus de lettres d’anoblissement. Cité dans Dominique Callot, Le hérault d’armes d (...)

53La donne en matière de concessions d’armoiries change radicalement avec René d’Anjou. On lui connaît pas moins d’une dizaine d’octrois d’armoiries en marge ou non d’anoblissements100 dont la plupart intègrent des éléments de son emblématique personnelle, héraldique ou devises. Outre cet engouement du prince pour la pratique, ce qui change également avec René d’Anjou c’est l’importance des concessions données sur le sol français pour des familiers locaux et non plus uniquement pour des acteurs de la politique italienne ou provençalo-napolitaine. Sans doute l’héritage Barrois et Lorrain en matière d’anoblissement et de concession d’armoiries a t-il pu jouer un rôle101. C’est dans cet espace politique en effet qu’apparaissent les premières concessions emblématiques de René d’Anjou dans lesquelles ses couleurs et ses devises jouent également un rôle important, notamment celle de la voile102. Notons qu’à la différence des pratiques italiennes, il est très exceptionnel dans l’héraldique française de concéder des devises pour figure héraldiques103. Dès 1426 pourtant, et donc avant l’avènement de René d’Anjou au duché de Bar, Jacquet Quarrey, de Bar, son conseiller et secrétaire, reçoit pour armes d’argent à une voile de navire de gueules et deux serres d’aigles de sable onglées de gueules en pointe104. En 1439, René d’Anjou anoblit Pierresson Bruslé, son conseiller-secrétaire ordinaire, et lui octroie les armes d’or à une étoile de gueules, au chef d’azur chargé de deux voiles de navire d’or105. En 1440, c’est Jean Voillot, son maître-canonnier, qui reçoit des armes portant la croix fichée de Bar (d’argent à trois fusées d’azur rangée en fasce, chargées d’une croix recroisetée au pied fiché d’or)106.

  • 107 Les sources italiennes ne mentionnent jamais ce fait mais prétendent que ces armoiries ont été ado (...)

54Dans l’espace politique italien, la première concession supposée du roi René est celle accordée en juillet 1442 à Andrea de’Pazzi : d’azur semé de croisettes recroisetées au pied fiché d’or à deux dauphins (alias deux bars) adossés du même107. Les anciennes armes de cette famille d’azur à deux bars adossés d’or – prétendument concédées par saint Louis, Godefroy de Bouillon ou un comte de Bar – permettent au roi de concevoir une quasi réplique des armes de Bar.

  • 108 Aix-en-Provence, Bibl. Mun., ms 2031. L. Hablot, Mise en signe du livre, mise en scène du pouvoir. (...)
  • 109 Dans le blason, on ne superpose pas entre eux les émaux (azur, gueules, sinople, sable, pourpre) n (...)
  • 110 Ce détail – le poisson qui avale ou recrache une croix sur les armes de Bar – mériterait une analy (...)

55Le bénéficiaire suivant est un provençal. Bertrand de Rosset, receveur et archiviste des comtes de Provence et de Forcalquier. Les lettres qui lui concèdent de nouvelles armoiries en même temps que la noblesse sont datées de Marseille, le 13 novembre 1442, et figurent la représentation en couleur des nouvelles armes de l’intéressé : de gueules à la bande d’azur (sic) chargée d’un bar d’or engoulant une croix recroisetée du même108. Cette composition est intéressante puisque qu’elle propose des armes non conformes à la règle héraldique des couleurs109 et qu’elle inclue, comme chez les Pazzi, les meubles principaux des armes de Bar : un poisson éponyme et la croix qu’il avale, nouveauté peut-être introduite dans les armes de Bar par René d’Anjou110.

  • 111 En 1468, René d’Anjou porte sur les fonts baptismaux le petit-fils d’Andrea Pazzi à qui il lègue s (...)

56La devise de la voile, qui reste la grande figure des projets italiens du roi René, sera également concédée comme meuble héraldique à Jacques Pazzi, viguier de Marseille et proche du roi René qui porte, comme son père, sur ses armes l’écu de Bar mais brisé d’un lambel de gueules (brisure de cadet ou concession angevine ?) et la voile en chef111.

  • 112 R. des Godins de Souhesmes, Armorial de la Recherche de Didier Richier (1577-1581), précédé d’une (...)
  • 113 Lettre d’anoblissement de Jean de Regina. Ce serviteur du roi, originaire du royaume de Naples, fo (...)

57On retrouve encore cette voile dans les armes concédées à une date inconnue à un certain Philippe Merlin (d’azur à trois voiles d’or posées 2 et 1), originaire de Calabre, ainsi qu’à Michel Matheron, seigneur de Salignac et comte palatin, chambellan du roi, président de Provence et conseiller du roi (†1495) qui en 1463 reçoit de lui une seigneurie et porte pour armes d’azur à un rocher d’argent sur une mer de pourpre, une voile enflée d’or112. Il est le commanditaire du célèbre diptyque des Matheron de Nicolas Froment. Les autres lettres conservées et les multiples attestations d’octrois d’armoiries par le roi René n’intègrent pas en revanche d’éléments de l’emblématique princière mais sont des créations d’armoiries pures et simples113.

  • 114 Sur ce personnage et les concessions citées voir W. Paravicini, Ein Spion in Malpaga, dans Italia (...)
  • 115 Cum igitur illustrissimus Batholomeus de Coleonibus, gentium armorum magnanimus capitaneus is sit, (...)
  • 116 Milan, Bibl. Trivulziana, Ms. 1325, fol. 2237v (Bruges, 5 janvier 1473).
  • 117 Armoirie héritée des armes des Visconti et de la concession faite à Jean-Galéas par Wenceslas en 1 (...)
  • 118 G. Rocculli, Lo stemma di Bartolomeo Colleoni.

58Pourtant, l’action de partage héraldique de René d’Anjou est principalement marquée par la « concession adoptive » accordée au Colleoni114. Ce célèbre condottiere vénitien, Bartolomeo Colleoni (1395-† 1475), est ainsi gratifié en 1467, par le roi René, qui songe alors à le mettre à la tête d’une expédition contre les aragonais de Naples, du droit de porter son nom et ses armes : une adoption en bonne et due forme !115 En dépit de l’échec de ces projets militaires, cette concession est suivie d’effet puisque le Colleone transforme effectivement ses célèbres armoiries parlantes aux trois paires de testicules en leur ajoutant un chef d’Anjou et en prenant le nom d’Andegavia. Cette concession est doublée, à la suite de la condotta passée en 1473 avec Charles le Téméraire, du droit similaire de porter les armes et le nom de Bourgogne116. Cette double concession donne donc naissance à une armoirie composite intégrant les armes Bourgogne à celles des Colleoni sommées du chef d’Anjou, figurées à quelques occasions, tandis que le capitaine se pare effectivement de ses noms adoptifs comme sur cette condotta de février 1473 où il est qualifié du patronyme « Bartolomeo Collione de Andegavia et Borgogna ». Ces concessions héraldiques et patronymiques avaient déjà été précédées, vers 1435, par la concession faite au Colleone par Francesco Sforza du quartier à l’aigle impériale117. Le condottiere avait enfin bénéficié d’une concession ibérique de devise/armoirie, la bande engoulée devise de « l’ordre de la Bande » que l’on retrouve en marge de l’emblématique des souverains de Castille puis d’Aragon mais que Belloti et Rucolli attribuent à un don de Jeanne II de Naples118. De cette démesure emblématique, le célèbre condottiere ne retiendra principalement que la concession angevine, avec le seul chef de Naples placé en haut de ses armes, à la manière du capo d’Angio, et souvent dispensé du lambel, comme elles figurent sur le décor de son monument vénitien ou de sa chapelle familiale à Bergame (fig. 8).

Fig. 8 – Les armes au chef d’Anjou du Colleoni sur son monument à Venise.

Fig. 8 – Les armes au chef d’Anjou du Colleoni sur son monument à Venise.
  • 119 Sur ce dossier, voir mon mémoire d’habilitation. Parmi les nombreuses concessions héraldiques acco (...)
  • 120 La première concession de nom et d’armes attribuée par Alphonse V d’Aragon, qui complète un import (...)

59La source d’inspiration de René d’Anjou est probablement à trouver dans la concurrence que se livrent les princes angevins et aragonais dans la fidélisation des élites napolitaines par concessions interposées119. Les familles « adoptées » en nom et armes sont en effet, proportionnellement à cette pratique d’exception, fort nombreuses dans le royaume aragonais de Naples120.

60Bien que renouvelant les concessions d’armoiries liées aux remises d’armes du haut Moyen Âge, il presque assuré, qu’à la fin de cette période, cet usage s’inspire également des pratiques antiques d’adoption du héros, revisitées à la mode humaniste. Ce nouveau type de partage emblématique révèle en réalité un rapport très différent du prince à son signe héraldique. À l’octroi de l’armoirie, pensé d’abord comme le partage d’un signe personnel, traduction visible de l’identité chevaleresque du donateur, se sont substituées des concessions qui exploitent le signe héraldique comme l’expression visuelle d’une fonction – le corps politique du prince – dont le titulaire peut accorder à son gré des fragments plus ou moins conséquents pour exprimer sa reconnaissance ou la délégation d’une part de son autorité. Les concessions de la fin du Moyen Âge transforment enfin ce signe personnel en patrimoine national, signe de la communauté que les souverains incarnent en leur qualité de pater patriae et protégé comme eux par le concept juridique de lèse-majesté. Un patrimoine que les fils méritant de la Patrie sont désormais admis à partager avec le prince.

  • 121 Parmi ces cas possibles de concessions livrés par les sources armoriales il faudrait citer la fami (...)

61Ce corpus des partages héraldiques des princes d’Anjou se fait donc le reflet des fonctions culturelles et politiques du signe héraldique à la fin du Moyen Âge. Comme il l’a été souligné, il s’agit d’un dossier difficile à saisir, tant parce qu’il a longtemps été ignoré par l’historiographie que parce qu’il s’attache à des pratiques formelles souples et imprécises et parce qu’enfin il appartient à ces substrats historiques qui nourrissent les mythes dynastiques et familiaux. De nombreux autres cas possibles de concessions, identifiés uniquement par la composition d’armoiries attestées par des sources modernes, attendent d’être confirmés ou infirmées comme le résultat de dons héraldiques des princes angevins121.

  • 122 Sur cette noblesse voir notamment les travaux de Sylvie Pollastri, notamment S. Pollastri, Le Lign (...)
  • 123 Sur ces ordres, voir ma base DEVISE. Les maisons d’Anjou sont connues pour être parmi les promoteu (...)

62Ces dizaines d’occurrences plus solides permettent toutefois de tirer quelques conclusions sur la « politique héraldique » des Anjou. Leur intérêt marqué pour l’expression emblématique, évident ici, est déjà bien connu. Le rôle que ces figures héraldiques ont joué dans la cohérence visuelle de l’Europe angevine a lui aussi déjà été souligné. Ce qui semble nouveau peut-être est l’analyse de ces pratiques dans le contexte particulier de la domination du royaume de Naples et l’insertion de ces maisons princières françaises dans l’univers politique, culturel et héraldique propre à la péninsule italienne. De ce point de vue Naples fait véritablement figure de laboratoire des pratiques héraldiques, au carrefour des influences impériales, pontificales, françaises, orientales, hispaniques. À l’époque même où se structurent les pratiques héraldiques dans l’Europe du Nord (France, Angleterre, Pays-Bas, Empire), où disparaissent les groupes d’armoiries et les concessions d’adoubement, où se développent les brisures et les combinaisons d’armoiries, les rois de Naples exploitent intensément les modes de partages d’armoiries pour constituer une familia héraldique, un ensemble d’affinités, reflet de leur charisme politique. Ils complètent ainsi les multiples moyens à leur disposition pour honorer et fidéliser une indispensable et versatile élite militaire et politique122 déjà ralliée par les dons de terres, de titres, les ordres de chevalerie123, les alliances matrimoniales.

63Loin de signifier la fragilité de ces princes, ces partages héraldiques, fondés sur la dispense d’un bien patrimonial inaliénable et considéré comme extrêmement précieux, et même sacré dans une ample mesure, doivent plutôt, à mon sens, être interprétés comme la volonté des souverains d’impliquer le plus étroitement possible leurs familiers dans leurs intérêts politiques compris au sens de la res publica qui unit dans un même but la foi, la terre et les hommes.

Notes

1 « Celi Henri le gonfalonnier […] qui représentait la présence du roi par la noblesse des armes dont il portait le signe, ja soit ce que se desfendist moult, fut en la parfin détrenché membre à membre par ses anemis pour ce qu’il estoit en armes du roy », Primat, Chronique, éd. par H. Brosien dans les Monumenta Germaniae historicaScriptores, t. XXVI, p. 582 et 657-660. Voir aussi Guillaume de Nangis, Gesta sanctae memoriae Ludovici regis Franciae, auctore Guillelmo de Nangiaco, éd. par P.-C.-F. Daunou, J. Naudet, Recueil des historiens des Gaules et de la France, Paris, Imprimerie royale, t. 20, 1840, p. 132-133.

2 H. Stein, Henri de Courances, maréchal de France (1255-1268), Paris, 1892. Voir aussi Archivio di Stato di Napoli, Registres angevins 2, fol. 16b ; 4, fol. 176 ; 6, fol. 13 cités dans P. Durrieu, Les archives angevines de Naples, 2, Paris, 1887, p. 311.

3 « car si anemi li coururent si aigrement sus, pour ce que il cuidoit que ce fut li roys, si le découpèrent pièce à pièce, jasoit ce que il se feust moult bien deffendus comme bons chevalier ».

4 Les historiens interprètent souvent ce partage d’armoiries, par l’intermédiaire de cotte armoriées – que l’on observe par exemple lors de la bataille de Poitiers en 1356 – comme un moyen pour le prince d’éviter d’être la cible des attaques ennemies et d’être capturé. La motivation me semble plus pratique et constitue plus probablement une forme de délégation d’autorité nécessaire pour l’organisation des batailles.

5 Le cimier est l’ornement qui surmonte le heaume dans les représentations héraldiques. Il constitue parfois un élément emblématique autonome.

6 La devise est un emblème personnel, librement figuré, parfois associé à une courte sentence, le mot (devenu par extension la « devise » au sens moderne). Sur ces emblèmes et leur usage, notamment par les Anjou voir la base DEVISE en ligne (https://devise.saprat.fr/).

7 J’ai consacré à ce sujet des concessions d’armoiries en Europe au Moyen Âge le mémoire inédit de ma thèse d’habilitation présentée en 2015 à l’EPHE : Affinités héraldiques. Concessions augmentations et partages d’armoiries, XIIe-XVIe siècle. Les informations qui suivent sont issues des chapitres de cette recherche relatifs aux Anjou.

8 Jusqu’à la rédaction de mon mémoire d’habilitation, le seul travail de synthèse produit sur cette pratique héraldique sont les actes du colloque de l’Académie internationale d’héraldique tenu à Spolète en 1987 : Brisures, augmentations et changements d’armoiries, Bruxelles, 1988.

9 Voir N. Bock, Fideles regis. Héraldique et comportement public à la fin du Moyen Âge, dans A. Marchandisse, J.-L. Kupper (dir.), À l’ombre du pouvoir. Les entourages princiers au Moyen Âge, Genève, 2003, p. 204.

10 R. Le Jan, Apprentissages militaires, rites de passage et remises d’armes au haut Moyen Âge, dans Éducation, apprentissages, initiation au Moyen Âge, Cahiers du CRISIMA, 1, 1993, p. 214-222. 

11 Voir Affinités héraldiques.

12 En Angleterre, Adrian Ailes identifie la première création d’armoiries sans référence explicite au donateur avec celles concédées en 1389 par Richard II à un de ses hommes liges, non noble, John de Kyngeston, qui souhaite se mesurer à un chevalier français dans un gage de bataille. Celui-ci reçoit du souverain de nouvelles armoiries en même temps que la noblesse et le titre d’écuyer. Ces armes sont d’argent au chapeau d’azur coiffé d’une plume d’autruche de gueules. A. Ailes, Royal Grant of Arms in England before 1484, dans P. Coss, C. Tyerman (dir.), Soldiers, Nobles and Gentlemen: Essays in Honour of Maurice Keen, Woodbridge, 2009, p. 92. Ce chapeau appartient pourtant bien à l’emblématique royale anglaise.

13 Voir en dernier lieu L. Grant, The Castle of Castille. An image of power, or the power of an image ?, dans F. Collard, F. Lachaud, L. Scordia (dir.), Images, pouvoirs et normes. Exégèse visuelle de la fin du Moyen Âge (XIIIe-XVe siècle), Paris, 2017, p. 215-235.

14 Une courte bande horizontale avec plusieurs pendants, trois le plus souvent, placée dans le haut de l’écu. Cette brisure avait précédemment été portée par le frère de Philippe Auguste, Philippe Hurepel, comte de Dammartin. Sur ces armes voir C. de Mérindol, L’héraldique des princes angevins, dans N.-Y. Tonnerre, E  Verry (dir.), Les princes angevins du XIIIe au XVe siècle : un destin européen, Rennes, 2003, p. 286. Voir aussi ses sceaux M.-A. Nielen, Corpus des sceaux. Les sceaux des reines et des enfants de France, Paris, 2011, notices 70 à 76. Les armes à la bordure figurent encore sur son sceau en 1248 et celles au lambel apparaissent sur une nouvelle matrice connue à partir de 1277. Voir la base SIGILLA.

15 À cette date il rachète les droits de Marie d’Antioche et se fait reconnaître par une partie des barons latins. Sur ces armes voir C. de Mérindol, L’héraldique des princes angevins, dans N.-Y. Tonnerre, E. Verry (dir.), Les princes angevins du XIIIe au XVe siècle : un destin européen, Rennes, 2003, p. 287.

16 Les lis conservent place d’honneur, à dextre – la gauche –, qui a la primauté hiérarchique dans le blason qui se lit du point de vue du porteur de l’écu. Son sceau armorial comme roi de Sicile (St 3142 (1266) place en revanche Jérusalem au premier quartier.

17 M. de Framond, Aux origines du sceau de ville et de juridiction : les premiers sceaux de la ville de Millau, dans Bibliothèque de l’École des chartes, 147,1989, p. 87-122.

18 M. Popoff, Le "capo dello scudo" dans l’héraldique florentine XIII-XVIe siècles, dans Brisures, augmentations et changements d’armoiries, Actes du 5e colloque international d’héraldique, Spolète 12-16 oct. 1987, Bruxelles, Académie Internationale d’Héraldique, 1988, p. 251.

19 Détail d’un coffre de mariage, New York, Metropolitan Museum. Charles de Duras à la prise de Naples en 1381. On y voit déployées des bannières aux armes de Hongrie, de l’Église et d’Anjou-Duras parti de Jérusalem sous une “flamme” d’Anjou. Je remercie M. Savorelli de m’avoir signalé cette image.

20 A. Savorelli, Piero della Francesca e l’ultima crociata. Araldica, storia e arte tra gotico e Rinascimento, Florence, 1999, p. 115 et Id., « Les fleurs de lys y sont partout ». Origine et signification du chef d’Anjou dans l’Italie du XIIIe-XIVe siècle, dans L. Hablot (dir.), Actes des 3e Journées d’études héraldiques de Poitiers, Partages héraldiques au Moyen Âge, à paraître.

21 Voir A. Savorelli, Les fleurs de lys y sont partout.

22 M. Popoff, Le "capo dello scudo", p. 253.

23 L. Gentile, La diffusion du capo dell’Impero dans le nord de l’Italie, dans L. Hablot (dir.), Partages héraldiques au Moyen Âge, à paraître.

24 Statuti delle Compagnie del Popolo della città di Firenze (1355), dans Archivio storico italiano, XV, 1851, p. 30.

25 « Li roys l’oy molt volentiers, et pourchassa de tout son pooir sa mère comment elle li baillast tant comme li roys pot traire de li. Si tost comme il parti dou roy, il s’en ala en Anthioche, l’ou il fist son avaenant. Par le grei dou roy, il escartela ses armes, qui sont vermeilles, aus armes de France, pour ce que li roys l’avoit fait chevalier ». Jean de Joinville, Histoire de Saint-Louis, M. Natalis de Wailly (éd.), Société de l’histoire de France, Paris, 1868, p. 220, cité dans H. Pinoteau, Saint Louis, 2005, p. 176.

26 C. de Nostredame, L’histoire et chronique de Provence, Lyon, 1614, p. 436.

27 C. de Nostredame, L’histoire, p. 283, année 1284.

28 Libro d’Oro Napoletano, Archivio di Stato di Napoli, Sezione Diplomatica.

29 Ces armes sont assez proches de celles accordées à Niccolo Acciaiuoli (voir infra). Notons la bannière de gueules semée de lis d’or tenue par le lion. Cette combinaison se retrouve dans l’entourage des Angevins de Naples (cf. armes de Prato, celle des Armalei de Sienne) et pourrait constituer une forme de brisure des armes royales à des fins de concession.

30 Voir la liste infra.

31 Citons par exemple le sceau de son maître des œuvres royales, Yvain le Charpentier, qui intègre une croix fleurdelisée en 1272 (Paris, AN, D. 5880) ou encore les armes de Guillaume IV Durand, évêque de Mende, avec une fasce à trois lis, vers 1309 (Rome, Église Santa Maria sopra Minerva).

32 A. Savorelli, Les fleurs de lys y sont partout, qui cite les Baroncelli, Adimari (Florence), Baglioni (Perouse), Da Fogliano (Reggio Emilia), Cima (Cingoli, Marche), Camponeschi (L’Aquila) et fait le constat que cette pièce aux armes disparaît le plus souvent chez les successeurs.

33 J’y consacre un chapitre dans mon ouvrage Affinités héraldiques.

34 N. Bock, L’Ordre du Saint-Esprit au Droit Désir. Enluminure, cérémonial et idéologie au 14e siècle, dans N. Bock, P. Kurmann, S. Romano, J.-M. Spieser (dir.), Art, liturgie et cérémonial au Moyen Âge, Rome, 2002, p. 415-461 ; N. Bock, Fideles regis. Héraldique et comportement public à la fin du Moyen Âge, dans A. Marchandisse, J.-L. Kupper (dir.), À l’ombre du pouvoir. Les entourages princiers au Moyen Âge, Genève, 2003, p. 203-234 ; J.-P. Boyer, La « foi monarchique » : royaume de Sicile et Provence (mi XIIe-mi XVe siècle) », dans P. Cammarosano (dir.), Le forme della propaganda politica nel Due e nel Trecento, Rome, 1994, p. 85-110 ; et R. Foltz, Les saint rois du Moyen Âge en Occident (VIe-XIIIe siècles), Bruxelles, 1984.

35 Je me permets de renvoyer à mon article Sacralisation of the royal coats of arms in Europe in the Middle Ages, in

M. Herrero, J. Aurell, A. Micelli Stout (dir.), Political theology in Medieval and Early Modern Europe. Discourses, Rites and Representations, Turnhout, 2017, p. 313-336.

36 Voir la notice qui lui est consacrée dans l’Encyclopédie Treccani (http://www.treccani.it/enciclopedia/niccolo-acciaiuoli/), consultée le 30 novembre 2014.

37 On retrouve ces mêmes armes notamment sur la plate tombe de sa sœur Lapa à la chartreuse del Galluzo réalisée vers 1360.

38 Plusieurs connétables royaux s’associent étroitement si ce n’est héraldiquement aux lis royaux comme Gaucher de Châtillon qui en sème le champ de son grand sceau équestre. C’est après avoir été créé maréchal, en juillet 1429, que Gilles de Laval, sire de Rais, reçoit en septembre suivant le privilège de porter ses armes de Retz (d’or à la croix de sable) augmentées d’une bordure aux lis.

39 Sur ces armes voir C. de Mérindol, L’héraldique des princes angevins, p. 287.

40 P. Ebner, Chiesa, baroni e popolo nel Cilento, 2 vol. , Rome, 1982, p. 366. Il existe des attestations du milieu du XVe siècle pour ces armoiries, voir p. 131.

41 C. de Nostredame, L’histoire et chronique, p. 436.

42 C. de Nostredame, L’histoire et chronique, p. 633.

43 N. Bock, L’Ordre du Saint-Esprit et Id., Fideles regis. Voir aussi B. Guenée, Les généalogies entre l’histoire et la politique : la fierté d’être Capétien, en France, au Moyen Âge, dans Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 33e année, n. 3, 1978, p. 450-477.

44 A. Savorelli, Les fleurs de lys y sont partout.

45 Dans ce domaine, on pourrait citer le saint Louis de Toulouse commandé à Donatello par le parti Guelfe de Florence en 1423 pour les niches extérieures de l’Orsanmichele de la ville (Musée de l’œuvre de Santa Croce de Florence).

46 On notera toutefois que, dans la combinaison d’armoiries adoptée par Charles Ier d’Anjou à partir de 1377 (sur un sceau connu mais surtout sur ses monnaies, précisément denommées Saluts, thème théologique s’il en est), l’écu aux armes de Jérusalem est placé à dextre (à gauche, place d’honneur) tandis que celui aux lis est à senestre.

47 N. Bock, L’Ordre du Saint-Esprit.

48 S. Pollastri, La Noblesse napolitaine sous la dynastie angevine : l’aristocratie des comtes (1265-1435), thèse de doctorat, Université Paris X-Nanterre, 1994 ; D’A. J. D. Boulton, The Knights of the Crown: The Monarchical Orders Of Knighthood in Later Medieval Europe, 1325-1520, Woodbridge, 1987, rééd. 2000, p. 211-240, A. Perricioli Saggese, Gli Statudi dell’Ordine dello Spirito Santo o del Nodo. Immagine e ideologia del potere regio a Napoli alla metà del Trecento, dans A. C. Quintavalle (dir.), Medioevo: immagini e ideologie, Milan, 2005, p. 519-524.

49 Sur cette question voir C. de Mérindol, L’imaginaire du pouvoir à la fin du Moyen Âge, dans J. Blanchard (dir.), Représentation, pouvoir et royauté à la fin du Moyen Âge, Paris, Picard, 1995, p. 65-92 et Id., Le roi René et la seconde maison d’Anjou, Paris, 1987.

50 Voir L. Hablot, Sacralisation of the royal coats of arms in Europe in the Middle Ages, dans M. Herrero, J. Aurell, A. Micelli Stout (dir.), Political theology in Medieval and Early Modern Europe. Discourses, Rites and Representations, Turnhout, 2017, p. 313-336.

51 En 1334, Louis Ier de Bourbon accorde à deux chevaliers de la maison de Bourbon-Dampierre le droit d’ajouter dans leurs propres armes celles du prince – sur une coquille de ses armes pour l’un, sur un écusson posé sur le lion des armes pour l’autre. Sur cette concession voir L. Hablot, L’héraldique au service de l’Histoire. Les armoiries des bâtards à la fin du Moyen Âge, études de cas, dans C. Avignon (dir.), Bâtards et bâtardise dans l’Europe médiévale et moderne, Rennes, PUR, 2016, p. 257-277.

52 Divers exemples dans C. de Mérindol, L’héraldique des princes angevins.

53 Plusieurs familles napolitaines portent ainsi un lambel de gueules parfaitement anachronique dans la mesure où l’héraldique italienne ignore souvent les brisures et surtout par le fait même que ces lambels sont posés sur des champs d’émail (azur, sable, sinople) en contradiction avec les règles héraldiques. Il est fort probable qu’un certain nombre d’entre eux soient le fruit d’une concession royale. Voir par exemple les fidèles du roi de Naples dans l’Armorial du concile de Constance (Manchester, John Rylands Library, Ms. Latin MS 28, fol. 99, vers 1416).

54 Exception faite des armes des del Monte Santa Maria, voir infra.

55 Les travaux sur l’héraldique de l’ancienne Hongrie existent évidemment même si la situation politique du premier XXe siècle a mis un frein provisoire aux études héraldiques qui renaissent progressivement aujourd’hui.

56 Voir notamment la synthèse de C. de Mérindol, L’héraldique des princes angevins.

57 Cette cité, située dans l’actuelle Slovaquie, est connue pour être une des premières villes d’Europe à recevoir une lettre officielle de concession d’armoiries. Elle lui est accordée le 7 mars 1369 par le roi qui octroie à la ville des armes fusionnant les patrimoines héraldiques hongrois et capétien : fascé de gueules et d’argent de huit pièces (Hongrie), au chef d’azur chargé de trois fleurs de lys d’or (Anjou). Ces armes, qui reprennent horizontalement les armes parties Hongrie/Anjou-Naples (le plus souvent sans le lambel comme sur les armes concédées à Kaschau) seront confirmées par l’empereur Sigismond en 1423. En 1453, Ladislas de Bohême autorise la ville à les couronner d’or et enfin, en 1502, Ladislas IV de Bohême ajoute au fascé de Hongrie une demi-aigle d’argent et une champagne aux armes d’Évreux (d’azur semé de lis d’or à la bande componée d’argent et de gueules) extraites des armes de sa femme Anne de Foix. Sur ces concessions voir notamment A. Zajic, M. Roland, Les chartes enluminées dans les pays d’Europe centrale, dans Bibliothèque de l’École des chartes, t. 169, 2011, p. 151-253, ici p. 202 et notes. La ville de Kaschau a récemment déposé un dossier auprès de la commission Memory of the World de l’Unesco pour faire inscrire ces quatre chartes au registre de la Mémoire du Monde, dossier dont nous avons conjointement assuré l’expertise. La ville de Viterbe avait déjà été honorée d’une concession pontificale en 1317, celle de Trente d’une concession impériale en 1339. Charles V en France concède ses armes à Abbeville en 1369 (Charte perdue). Voir à ce sujet le chapitre dédié de ma thèse d’habilitation, Les concessions faites aux villes.

58 Ce quartier ignore la brisure Anjou et le nombre des lis change au fil du temps, voir D. Cernovodeanu, Augmentations et changements d’armoiries dans l’héraldique des pays Roumains, dans Brisures, augmentations et changements d’armoiries, Actes du 5e Colloque international d’héraldique, Spolète 12-16 oct. 1987, Bruxelles, 1988, p. 73-86, notamment, p. 75-76.

59 Ibid., p. 75-76. En 1485 le roi Casimir IV de Pologne accorde à Etienne III de Moldavie un quartier à la croix double.

60 Ibid., p. 75.

61 L. Borgia, Il concordato familiare relativo allo stemma dei Bourbon del Monte, dans Archivio storico Italiano, no 530 (1986), p. 469-494.

62 Ces armoiries se retrouvent sur deux couvertures de registres communaux ayant appartenu à Guido, marquis del Monte di Santa maria, la Tablette armoriée de la Biccherna de Sienne de 1321 (Paris, BnF, Ms. It 1668, plat supérieur) et le Liber inquisitionum du Notaio Santi di Ser Ciucco di Città di Castello, 1331, Florence, Archivio di Stato, Podestà 11 étudié par R. Wolff, Liber prosecutionum, Coperta di un libro delle cause civili, dans D. Parenti, M.-M. Donato (dir.), Dal Giglio al David. Arte civica a Firenze fra Medioevo e Rinascimento, Florence, 2013, catalogue notice 16 et notice 32, p. 16. Elles figurent sur les murs de la sala di Dante à San Gimignano voir A. Savorelli, Paladini di Francia nella «Sala di Dante» a San Gimignano, dans M. Montesano (dir.), Come l’orco della fiaba. Studi per Franco Cardini, Firenze, 2010, p. 571-580.

63 Elles figurent dans l’Armorial Wijnbergen et sur un sceau de 1280 (Paris, AN, Douët d’Arcq no 11787), sous le titre « sigillum karoli primogenitii regis Sicilie. », cité dans C. de Mérindol, L’héraldique des princes angevins, p. 284-285.

64 C. de Mérindol, L’héraldique des princes angevins, p. 288-89.

65 On retrouve le même emblème sur les figurations de Guillaume le Maréchal dans les œuvres de Matthew Paris et dans le même sens à la cour de Bourgogne au XVe siècle.

66 Tablette armoriée de la Biccherna de Sienne de 1331 (Paris, BnF, ms It 1668, plat supérieur).

67 Il porte d'argent à trois chevrons d'azur, au chef d'Anjou, chargé au canton senestre d'un fascé d'argent et de gueules.

68 Jean de Duras est le quatrième fils de Charles II de Naples, son fils Louis de Gravina est le père de Charles III de Naples qui épouse sa cousine germaine Marguerite de Duras, fille de son oncle Charles de Duras. Ils sont les parents de Ladislas Ier de Naples et de Jeanne II de Naples.

69 Sur ce prince voir A. Cutolo, Re Ladislao d’Angiò-Durazzo, Napoli, 1969.

70 Sur cette princesse voir N. F. Faraglia, Storia della regina Giovanna II d’Angiò, Lanciano, 1904.

71 L’exposition de ces couronnes invite à faire un rapprochement entre ce décor et les armes peintes sur la Palla della Zecca de Florence où les armes tiercées en pal d’Anjou-Hongrie sont sommées de trois couronnes. Voir à ce sujet la notice du catalogue de l’exposition, V. Camaletti, Incoronazione della Vergine, notice 12, Dal giglio al David, Florence, 2012, p. 132-133.

72 Voir à ce sujet L. Tufano, Linguaggi politici e rappresentazioni del potere nella nobiltà regnicola tra Trecento e Quattrocento: il mausoleo di Sergianni Caracciolo in S. Giovanni a Carbonara e i caratteri trionfalistici del sepolcro nobiliare, dans MEFRM, 127-1, 2015, p. 221-246.

73 On sait qu’Ulrich d’Elfenstein concède ainsi son cimier à l’éléphant à Fencio di Prato en 1353 qui l’a accompagné de nombreuses années dans ses campagnes militaires, voir A. di Ricaldone, Una rara concessione araldica ad un patrizio monferrino, dans Archivum Heraldicum, 89, 1975, p. 225-226. Outre sa symbolique propre, référence aux guerres puniques et à la conquête de Rome, ce cimier de Ladislas à l’éléphant est peut-être le signe partagé d’alliances chevaleresques. De tels échanges sont constatés entre les Aragon et leurs fidèles. Je remercie vivement A. Savorelli pour ses informations sur ce relief héraldique.

74 Sur la lutte entre ces princes voir N. F. Faraglia, Storia della lotta tra Alfonso V d’Aragona e Renato d’Angiò, Lanciano, 1908.

75 Ce titre, synonyme de militia aurata, désigne en réalité tous les chevaliers créés par l’empereur ou le pape. La définition de cette chevalerie impériale et pontificale attend encore son historien.

76 Cette devise se confond avec la devise aragonaise du piumai, une couronne traversée par un rameau d’olivier et un rameau de palme pourtant l’usage de la devise de la couronne à deux rameaux est attesté pour les Bourbon dès le principat de Louis II (voir sur ces devises la base DEVISE)

77 Sur ce personnage et cette concession voir W. Ingeborg, Die Strozzi, Eine Familie im Florenz der Renaissance, Munich, 2011, p. 27. Ces armoiries sont encore visibles sur le mur de la sacristie de l’Église Santa Trinita de Florence.

78 L’arrière-grand-père de Jacques II, Louis Ier de Bourbon est déjà connu pour avoir accordé des concessions d’armoiries, voir L. Hablot, L’héraldique au service de l’Histoire. Les armoiries des bâtards à la fin du Moyen Âge, études de cas, dans C. Avignon (dir.), Bâtards et bâtardise dans l’Europe médiévale et moderne, Rennes, 2016, p. 257-277.

79 Voir la lettre patente. Naples, Archivio di stato, registro Angioino 1419, no 375, fol. 153v (ces archives furent détruites durant le seconde guerre mondiale). C. Minieri Riccio, Saggio di codice diplomatico formato sulle antiche scritture dell’Archivio di Stato di Napoli, t. 2, Naples, 1879, p. 78 sq., no LV.

80 M. Manfredi, D’Alemagna Giorgio, s.v. dans Dizionario biografico degli Italiani, vol. 2, Roma, 1960 ; E. Catone, La famiglia D’Alemagna. Una casata nobile della Buccino medievale, Carlone Editore, Salerno, 2005. Il n’est pas impossible que cette concession soit en réalité plus ancienne comme sa forme le laisse supposer.

81 En 1441, il accompagnera René d’Anjou en exil et sera spolié de ses biens.

82 Ces armes se retrouvent notamment dans le décor sculpté de la tombe de Caterina della Ratta († 1511) à Naples et celui de leur château de Limatola à la fin du XVe siècle.

83 Il s’agit de Raimondo Orsini, d’Innico d’Anna (chef à trois lis), de Giorgio della Magna (Giorgio d’Alemagna ?), de Perdicasso Barrile (lambel de gueules), d’Ottino Caracciolo.

84 Cette adoption stipule, peut-être comme il était d’usage alors, la reprise du nom et des armes des rois de Naples. Sur ces pratiques, voir les travaux de M. Nassiet, Alliance et filiation dans l’héraldique des XIVe et XVe siècles, dans Revue française d’héraldique et de sigillographie, 64, 1994, p. 9-30 ; Id., La monographie familiale à la fin du Moyen Âge : quelques problématiques d’histoire de la parenté, dans M. Aurell (dir.), Le médiéviste et la monographie familiale : sources, méthodes et problématiques, Turnhout, 2004, p. 67-78. Dans son article sur l’héraldique de Louis Ier, Jean-Bernard de Vaivre souligne le fait que dès 1380 le duc d’Anjou adopte les armes d’Anjou-Naples parties avec les siennes et brisées d’une bordure d’argent, anciennes armes du fils de Robert de Naples, Charles († 1328), duc de Calabre. Cette brisure disparaît très certainement dès 1384 même si le prince n’a pas attendu la mort de Jeanne II pour se proclamer dès l’été 1382 roi de Sicile (J.-B. de Vaivre, Sur quelques œuvres du mécénat de la seconde branche d’Anjou de la maison de France, dans Bulletin Monumental, 147-1, 1989, p. 35-54).

85 Voir en dernier lieu L. Hablot, Présences emblématiques dans la tenture de l’Apocalypse, dans Apocalypse. La tenture de Louis d’Anjou, Réunion des musées nationaux, Paris, 2015, p. 27-41.

86 Sur l’emblématique de la seconde maison d’Anjou voir la magistrale synthèse de Christian de Mérindol et les nombreux compléments critiques de Jean-Bernard de Vaivre (J.-B. de Vaivre, Notes d’héraldique et d’emblématique à propos de la tapisserie de l’Apocalypse d’Angers, dans Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 127ᵉ année, n. 1, 1983, p. 95-134 ; Id., Représentations de Louis Ier d’Anjou et portraits de Louis II, dans Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 128ᵉ année, n. 4, 1984, p. 722-745 ; Id., Sur quelques œuvres du mécénat).

87 Sur l’histoire des concessions royales voir mon mémoire Affinités héraldiques.

88 Voir la concession faite aux frères de Bourbon par Louis Ier en 1334, acte transcrit dans mon article (L. Hablot, L’héraldique au service de l’Histoire).

89 D’un point de vue juridique, cette question reste assez complexe et mal résolue par les historiens du droit. A priori l’appartenance au lignage royal suffit pour donner cette capacité d’anoblir aux princes des lis. Mais l’exercice d’un pouvoir souverain, délégué par le roi ou en lien avec une possession propre, semble également nécessaire. Dans le cas des Anjou, leurs anoblissements semblent être possibles en raison de leur titre de roi de Jérusalem et plus tard, de duc de Bar, duc de Lorraine ou roi d’Aragon.

90 H. Morainvillé, Inventaire de l’orfèvrerie et des joyaux de Louis Ier d’Anjou, Paris, 1903-1906, volume d’introduction (t. 4), p. XVII-XXIII.

91 Sur ce personnage voir J. Hayez, Palazzo Datini a Prato. Una casa fatta per durare mille anni, J. Hayez, D. Toccafondi (dir.), Florence, 2012.

92 Ibid. Sur les armoiries de la ville de Prato voir A. Savorelli, Les fleurs de lys y sont partout.

93 C. Guasti, Lettere di un notaro a un mercante del secolo XIV, Florence, 1880, t. 2, note 2 aux p. 159-160. L’acte octroyant un lis d’or sur champ d’azur semble perdu mais il en existe deux copies de l’époque moderne (Biblioteca Roncioniana de Prato, Miscellanea de Michelangelo Martini, XVIIIe s. et Prato, Archivio di Stato, Ceppi, mss d’Amadio Baldanzi « memorie pratesi », même période). Par ailleurs le tome 1 de C. Guasti, Lettere di un notaro, p. CXXVIII-CXXIX reproduit la seconde copie. Le privilège du 15 juillet 1410 fait suite au dernier séjour du roi. Je remercie vivement Jérôme Hayez pour ces précieuses informations.

94 F. Campanile, Dell’armi, overo insegne de i nobili. Scritte dal Signor Filiberto Campanile, Naples, 1610, p. 256. L’auteur retranscrit la lettre de concession enregistrée à la chancellerie le 1er janvier 1398 : Vir nobilis Galeoctus Paganus miles castellanus castri nostri S. Erasmi […] ut omictamus hic nobilitatem sui generis et merita maiorum suorum, qui, sicut habemus testimonia fide digna, nobiliter vixerunt connubia et coniugia continue contrahentes. Eidem Galeocto pro se et suis filiis ac liberis utriusque sexus in perpetuum natis et nascituris de certa, nostra scientia et gratia speciali conferimus arma nostra gloriosa seu nostra regalia insignia de clara prosapia domus Franciæ, lilia videlicet aurea impressa in campo cœlesti, cum tribus labellis rubeis una cum armis Hyerusalem secundum quod alii Reges Hyerusalem et Siciliæ prædecessores nostri hactenus fuere consueti.

95 Cette question de l’abandon des armes de Jérusalem par Louis Ier entre son adoption et sa mort est commentée par Jean-Bernard de Vaivre qui y voit le respect politique des prétentions contemporaines de Pierre de Lusignan, roi de Chypre, couronné roi de Jérusalem à Famagouste en 1372 (J.-B. de Vaivre, Notes d’héraldique, p. 100-101).

96 H. Beauchet Filleau, Dictionnaire historique et généalogique des familles du Poitou, Poitiers, 1903, t. 3, Clément de Blavette.

97 10 mars 1431 Cosenza. Aix-en-Provence, Bibl. Mun., Ms. 768, Registrum Ludovicii tertii, comitis Provinciae, fol. 268. Copie aux Archives départementales des Bouches-du-Rhône, B 11, fol. 79. Cité dans R. Chabanne, Le régime juridique des armoiries, Lyon, 1954, p. 31 et note 83. I registri della cancelleria angioina ricostruiti da Riccardo Filangieri, vol. XXXIV, Napoli, 1976. Cette concession accorde à la ville le droit d’ajouter un chef de ses armes (d’Anjou-Naples et d’Anjou) qui vient s’ajouter aux pals d’Aragon que portait déjà la cité. Louis III remercie de cette façon le soutien apporté par les habitants de la ville d’Aix à ceux de Marseille, mise au pillage par les troupes du roi d’Aragon en 1423. En 1434, il complète cette donation d’un quartier de Jérusalem.

98 Ibid.

99 Lettres patentes données à Aversa en 1424. Voir C. de Nostredame, L’histoire et chronique, p. 212.

100 L’ornementation de ce type de document est relativement variable en fonction des circonstances de leur émission, de la qualité des bénéficiaires et de celle du commanditaire. Une lettrine plus ou moins ornée ou des effets de calligraphie mettent presque systématiquement en valeur le nom de l’autorité émettrice et des marques de validation, signature et sceau, la confirment. Outre l’énumération des motifs de l’anoblissement et des droits afférents, on y trouve le plus fréquemment la description et la représentation des armoiries du nouvel anobli qui sont souvent composées pour l’occasion, la lettre d’anoblissement se doublant alors presque toujours de la fonction de lettre de concession d’armoiries. Il est toutefois utile de rappeler qu’à cette date les deux ne vont pas de pair. Si tout noble se doit de posséder des armes, de nombreux roturiers en font également usage et les lettres d’anoblissement se contentent parfois de proposer un changement ou une modification d’armoiries préexistantes. À l’inverse des anciens nobles peuvent être honorés d’une concession armoriale qui d’ailleurs ne semble pas toujours donner lieu à l’émission d’une lettre, l’enjeu économique et légal étant, dans une certaine mesure, de moindre importance. Notons enfin que dans plusieurs cas, le prince anoblit officiellement un quidam dont la famille est déjà réputée noble depuis plusieurs générations.

101 Voir sur le sujet J.-C. Blanchard, L’héraldique des anoblis dans les duchés de Lorraine et de Bar des origines (1363) à la fin du règne de René II (1508), dans J.-M. Cauchies (dir.), Images et représentations princières et nobiliaires dans les Pays-Bas bourguignons et quelques régions voisines (XIVe-XVIe s.), Nivelles-Bruxelles, 1996, p. 239-262. Le duc de Bar anoblit dès 1363 et le duc de Lorraine dès 1382.

102 Sur cette devise voir notamment ma base DEVISE et pour ses usages héraldiques L. Germain de Maidy, La voile de navire dans le blason héraldique en Barrois et au nombre des emblèmes du roi René, dans Mémoires de l’Académie Stanislas, 6e série, 21, 1923-24, p. 28-52. Voir aussi pour la voile dans son contexte italien F. Buttay-Jutier, Fortuna : usages politique d’une allégorie morale à la renaissance, Paris, 2008, p. 102 et suivantes.

103 Sur cette question des concessions d’armoiries à devises voir Affinités héraldiques.

104 C. de Mérindol, Le roi René, p. 124, n. 61 d’après L. Germain de Maidy, La voile de navire, p. 36.

105 L. Germain de Maidy, La voile de navire, p. 36.

106 1er mai 1440, Vidimus de lettres d’anoblissement. Cité dans Dominique Callot, Le hérault d’armes de Lorraine et de Barrois, Bibl. Mun. Nancy, ms 981 (134), fol. 385-390v et Lallain de Montigny, Nobiliaire du duché de Lorraine et de Bar, par le duc René, Liège, 1756, rééd. Gand, 1862, p. 6. Je remercie vivement Jean-Christophe Blanchard pour cette information tirée de sa maîtrise sur les anoblis lorrains.

107 Les sources italiennes ne mentionnent jamais ce fait mais prétendent que ces armoiries ont été adoptées par un Pazzi parti guerroyer en France et gratifié en 1265 d’une concession d’armoiries par le roi saint Louis (Litta, chapitre Pazzi, planche I) ou encore furent accordées par Godefroy de Bouillon à Pazzino de’Pazzi en 1088, durant la croisade (Litta explique ainsi l’usage d’une couronne murale par cette famille en prétendant que ce même Pazzi est connu pour avoir le premier franchi les murs de Jérusalem). L’érudit florentin Luigi Passerini († 1877) affirme que cette concession fut accordée par un comte de Bar en 1338 (Voir Ceramelli Papiani, fascicule 3647). Ce qui est assuré est que ces armes portées par Andrea de’Pazzi apparaissent à l’occasion du chantier de la Chapelle Pazzi dans la cathédrale Santa Croce de Florence par Brunelleschi, initiée en 1429 mais véritablement engagée entre 1442 et 1446. Il est quasiment certain que cette concession émane de René d’Anjou qui noue d’étroites relations avec les Pazzi lors de son séjour à Florence en juillet 1442 (voir J. Favier, Le Roi René, Paris, 2008, p. 103 et surtout V. Herzner, Die Segel-Imprese der Familie Pazzi, dans Mitteilungen des Kunsthistorischen Institutes in Florenz, XX-1, 1976, p. 13-32). On notera toutefois, à la suite d’Alessandro Savorelli, que le Libro antico dell’armi de Florence (1302) recopié au XVIe siècle, donne déjà pour armes aux Pazzi deux dauphins adossés. Il ne serait pas impossible que René d’Anjou, frappé par cette ressemblance, ait souhaité concéder ses armes de Bar à cette famille. Je remercie Alessandro Savorelli pour son aide précieuse dans ce dossier.

108 Aix-en-Provence, Bibl. Mun., ms 2031. L. Hablot, Mise en signe du livre, mise en scène du pouvoir. Armoiries et devises dans les manuscrits de René d’Anjou ; notices 15, 16, 17, 24, 26, 27, 28, « lettres de noblesses et concessions d’armoiries », dans M.-E. Gautier (dir.), Splendeurs de l’enluminure, Le roi René et les livres, Angers, 2009, p. 167-177 et 248-255.

109 Dans le blason, on ne superpose pas entre eux les émaux (azur, gueules, sinople, sable, pourpre) ni les métaux (or et argent).

110 Ce détail – le poisson qui avale ou recrache une croix sur les armes de Bar – mériterait une analyse fine des occurrences connues. Cette mise en forme du poisson se généralise au cours du XIVe siècle. Il faut très probablement y voir le signe d’une légende héraldique et/ou culturelle mais dont je n’ai jusqu’à présent jamais trouvé de mention explicite.

111 En 1468, René d’Anjou porte sur les fonts baptismaux le petit-fils d’Andrea Pazzi à qui il lègue son prénom, Renato Pazzi (1442-† 1478). Il lui concédera plus tard la devise de la voile. Les armes accordées à Andrea Pazzi seront augmentées pour son fils Jacopo Pazzi (1421-† 1478), chevalier de l’ordre du Croissant, qui les porte brisées d’un lambel de gueules (concession Anjou ou brisure ?) et chargées en chef de la devise de la voile. Jacopo porte encore le cimier de la chaufferette inspiré par la devise du roi. Voir C. de Mérindol, Le roi René, p. 77 et 151.

112 R. des Godins de Souhesmes, Armorial de la Recherche de Didier Richier (1577-1581), précédé d’une notice par Raymond des Godins de Souhesmes, Nancy, 1894, no B 378, et A. Pelletier, Dom, Nobiliaire de la Lorraine et du Barrois, tome I, Les anoblis, Nancy, 1758, p. 568. Je remercie vivement Jean-Christophe Blanchard pour cette information tirée de sa maîtrise sur les anoblis lorrains.

113 Lettre d’anoblissement de Jean de Regina. Ce serviteur du roi, originaire du royaume de Naples, fourrier de la maison du roi est anobli par lettres patentes le 17 mars 1463. Il reçoit pour armes : d’argent au mont à trois copeaux de sable surmontés de trois merlettes du même, au chef d’azur cimé d’un vol aux armes. Dans les lettres de noblesses accordées à Jehannon Roy et à Pierre Dupin une dizaine d’années plus tard, Jehannon Roy se voit concéder pour armoiries un écu d’argent à la bande de gueules chargée d’un couronne d’or posée en bande – probable allusion à son patronyme qui en font des armes « parlantes » et que l’on retrouve dans son cimier, un buste de femme vêtue de gueules issant tenant au-dessus de sa tête une couronne d’or, celles de Pierre Dupin de sable à la bande d’argent, chappé-chaussé d’or et cimé d’un carreau de sable à la bande d’argent pomponné d’or. J.-C Blanchard cite encore 6 cas de concessions d’armoiries – sans lien héraldique évident à des anoblis barrois et lorrains sous le règne de René d’Anjou : Jacquemin de Nancy (1447), Gérard Mangeot, Jean de Chastenoy, Jacquottin Forgeault, François Baudoüin, Mathieu de Metz (1462 – par la reine de Sicile). Il faudrait encore pouvoir établir avec précision le nombre total de concessions héraldiques accordées par le roi René dans l’ensemble de ses états pour obtenir un décompte révélateur de la part prise par ces armoiries d’affinité.

114 Sur ce personnage et les concessions citées voir W. Paravicini, Ein Spion in Malpaga, dans Italia et Germania. Liber amicorum Arnold Esch, Tübingen, 2001, p. 469-487 ; G. Rocculli, Lo stemma di Bartolomeo Colleoni, dans Atti de la Società italiana di studi araldici, Mondovì, 2005, p. 155-175.

115 Cum igitur illustrissimus Batholomeus de Coleonibus, gentium armorum magnanimus capitaneus is sit, qui virtute et multis mirandis prestet, que magnas et preclaras res bellicas gesserit […] In tantorum laborum ac meritorum suorum compensationem et nostre erga eum benivolentie testimonium, eundem illustrissimum Bartholomeum de Colionibus gentis ac familie domus nostre Andegavie nomine et titulo ac insigniis sive armis, presentium litterarum et privilegii auctoritate, motu nostro proprio decoramus atque ornamus […], Milan, Bibl. Trivulziana, Ms. 1325, fol. 236v-237r (Angers 14 mai 1467).

116 Milan, Bibl. Trivulziana, Ms. 1325, fol. 2237v (Bruges, 5 janvier 1473).

117 Armoirie héritée des armes des Visconti et de la concession faite à Jean-Galéas par Wenceslas en 1395.

118 G. Rocculli, Lo stemma di Bartolomeo Colleoni.

119 Sur ce dossier, voir mon mémoire d’habilitation. Parmi les nombreuses concessions héraldiques accordées par les rois d’Aragon Alphonse V († 1458), Ferdinand Ier († 1494), Alphonse II († 1495), Ferdinand II († 1496), Frédéric Ier († 1504) et Ferdinand II († 1516) on peut citer les familles Beccadelli, Monaco, Carafa (cimier), Ludovic le More, duc de Milan, Mastrilli.

120 La première concession de nom et d’armes attribuée par Alphonse V d’Aragon, qui complète un important corpus de concessions des armes seules, est probablement celle accordée en 1444 à Marino Marzano († 1489), important seigneur calabrais, Grand amiral de Sicile, parent des Anjou, il épouse la fille naturelle du roi, Éléonore d’Aragon en 1444. C’est surtout son fils, Ferdinand Ier de Naples († 1494), qui exploite ce type de concessions pour consolider son pouvoir après son avènement en 1458. En 1466, il octroi au condottiere Onorato II Gaetani dell’Aquilia le droit d’écarteler ses armes à celles d’Aragon et d’en porter le nom. Un don analogue est accordé en 1479 à Giulio Antonio Acquaviva († 1481), Grand capitaine du royaume de Naples et membre de l’ordre de l’Hermine. En 1501 encore, Ferdinand II honore de cette façon Baldassare Milano († 1513) qui l’avait assisté dans la libération de Naples en 1495. Ce type de concessions ne profite cependant pas qu’aux condottières et sert aussi, à la même époque, à étendre le prestige d’une famille et à honorer les bénéficiaires – parents, alliés, officiers, représentants étrangers – en les assimilant le plus étroitement possible au donateur presque à la manière d’un relèvement d’armoiries. Ce type de concessions adoptives connaît notamment un important développement chez les Aragon ou chez les papes de la fin du siècle, les della Rovere ou les Piccolomini. En 1458 par exemple Ferdinand Ier donne sa fille naturelle, Maria d’Aragona, en mariage à Antonio Maria Todeschini Piccolomini († 1493), à qui il concède le nom et les armes d’Aragon. Il souhaite ainsi remercier son oncle maternel, le pape Jules II – qui avait déjà concédé à son neveu le droit de porter le nom et les armes des Piccolomini – d’avoir envoyé le cardinal Orso à son couronnement et par là servi la cause aragonaise en légitimant son accession au trône napolitain. En 1500 encore Frédéric II concède à Gabriele Ruggi, pour services rendus, d’ajouter à son nom et à ses armes celles des Aragon.

121 Parmi ces cas possibles de concessions livrés par les sources armoriales il faudrait citer la famille d’Anna di Barletta (lis), Berlingieri (lambel), Bifulco (lis), Bonito (bande fleurdelisée), Galeota (lambel), Coppola (lis), Daniele (lis), Dentice dei Pesci (bordure componée des Duras ?), Frezza (chef d’or à trois lis d’azur), della Gatta (lambel de gueules), Gesualdo (lis de gueules), Lanza (lis d’or), Leonessa (lis d’or), Majo (armes d’Anjou), della Marra (lambel de gueules), Mastrilli (lambel et lis), Mezzacapo (lis d’or), Migliaccio (milet, devise d’Alphonse V et lambel de gueules), Pignatelli (lambel de gueules), Pinto (lambel de gueules), Rossi (lambel de gueules), Severino (lis d’or), Scardaccione (lambel de gueules), Toraldo (lambel de gueules), del Tufo (lambel de gueules), Zaccaria.

122 Sur cette noblesse voir notamment les travaux de Sylvie Pollastri, notamment S. Pollastri, Le Lignage et le fief. L’affirmation du milieu comtal et la construction des états féodaux sous les angevins de Naples (1265-1435), Paris, 2011.

123 Sur ces ordres, voir ma base DEVISE. Les maisons d’Anjou sont connues pour être parmi les promoteurs des ordres chevaleresques. Après la fondation de l’ordre du Nœud ou ordre du saint Esprit au droit désir par Louis de Tarente en 1352, l’ordre de la Nef est fondé par Charles de Duras en 1381, celui de l’Argata ou de la Bobine de Marguerite de Duras son épouse est fondé en 1388. L’ordre de la Croix de Louis Ier d’Anjou fondé vers entre 1360 et 1380, n’aura semble-t-il pas eu le temps d’être engagé dans sa politique italienne, ce qui n’est pas le cas de la Voile de René d’Anjou qui, sans être un ordre à proprement parler, est une devise partagée avec ses fidèles et précieux clients comme les Rucellai et les Pazzi, tandis que l’ordre du Croissant, fondé en 1448, est un véritable outil de fusion des noblesses de ses états. Sur les ordres aragonais qui entrent en concurrence avec ces ordres angevins voir G. Vitale, Araldica e politica. Gli ordini cavallereschi nella Napoli aragonese, Battipaglia, 1999.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Tombe de Niccolo Acciaiuoli. Certosa del Galluzzo, 1365, détail.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/7170/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Fig. 2 – César de Nostredame. Les armes de François Boliers.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/7170/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre Fig. 3 – Les armes des Bourbon del Monte. Tablette armoriée de la Biccherna de Sienne de 1331 (Paris, BnF, ms. It 1668, plat supérieur).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/7170/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Fig. 4 – La façade du palais da Penna à Naples.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/7170/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 5 – Tour du palais Pappacoda à Naples.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/7170/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 6 – Les armes augmentées de Palla Strozzi sur la façade de Santa Trinita à Florence.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/7170/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 867k
Titre Fig. 7 – Armoiries de la chapelle Pagano à Naples.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/7170/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Titre Fig. 8 – Les armes au chef d’Anjou du Colleoni sur son monument à Venise.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/7170/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 105k

© Publications de l’École française de Rome, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter