Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les officiers et la chose publique dans les territoires angevins (xiiie-xve siècle) : vers une culture politique ?

 | 
Thierry Pécout

Images du pouvoir

Le tombeau de la famille de Baux à l’Abbaye de Silvacane. Un art funéraire à l’instar des tombeaux comtaux d’Aix-en-Provence sous Charles Ier d’Anjou

Andreas Hartmann-Virnich, Marie-Pierre Bonetti, Heike Hansen et Nathalie Molina

Résumé

En 2013, une mission archéologique conduite par les co-auteurs, confiée au Laboratoire d’Archéologie Médiévale et Moderne en Méditerranée (LA3M UMR 7298 Université d’Aix-Marseille/CNRS) et à l’Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives), eut pour objet la réalisation d’une première campagne d’étude du mobilier lapidaire ex situ de l’abbaye cistercienne de Silvacane dans la basse vallée de la Durance. Le classement des éléments architecturaux en tout genre, mal identifiés, très partiellement inventoriés et inégalement préservés, déposés à l’intérieur comme à l’extérieur du monument, a permis de rassembler, d’identifier et de resituer dans leur contexte architectural des fragments appartenant à un tombeau monumental gothique de la famille des Baux, bienfaiteurs de l’abbaye à l’époque de sa fondation. Or, la conception, l’ordonnance, le style, la modénature et le décor sculpté du prestigieux monument funéraire étaient étroitement apparentés à ceux du tombeau d’Alphonse II, comte de Provence, à l’église Saint-Jean-de-Malte d’Aix, commandé par Charles Ier d’Anjou dans les années 1270, détruit à la Révolution mais connu par une gravure publiée au début du XIXe siècle par Aubin-Louis Millin d’après un dessin de la fin du XVIIIe siècle. L’analogie étroite qui lie les deux monuments, et qui pourrait relever de l’intervention d’une même équipe de sculpteurs qu’il est toutefois impossible de prouver, pose la question du commanditaire du monument, posthume sans doute à l’instar du tombeau aixois, et de sa relation avec la famille comtale. En outre, un examen minutieux des murs de la nef de l’église a mis en évidence des traits d’épure gravés dans le parement, dont le tracé s’accorde à la géométrie du remplage du baldaquin couronnant le gisant, ainsi que du remplage des baies du réfectoire de l’abbaye, dont l’architecture appartient à la même époque précoce du gothique méridional que l’église des Hospitaliers d’Aix : un indice des pratiques de chantier de l’équipe qui pose la question de l’emplacement du tombeau à l’intérieur de l’église abbatiale et qui associe la réalisation du monument à l’achèvement du réfectoire. Ces éléments entrent manifestement dans une stratégie dynastique de la famille de Baux nouvellement liée aux comtes angevins.

Nel 2013, una missione archeologica guidata dagli autori di questo contributo, membri del Laboratorio di archeologia medievale e moderna nel Mediterraneo (LA3M UMR 7298 Università di Aix-Marsiglia / CNRS), mirava a realizzare una prima campagna di studio di vari frammenti lapidari ex situ dell'abbazia cistercense di Silvacane nella bassa valle della Durance. La classificazione di elementi architettonici di ogni tipo, scarsamente identificati, in parte inventariati e conservati in modo diseguale, depositati all'interno e all'esterno del monumento, ha permesso di raccogliere, identificare e collocare nel loro contesto architettonico frammenti appartenenti a una monumentale tomba gotica della famiglia Des Baux (dei Balci), benefattori dell'abbazia al momento della sua fondazione nel XII secolo. Tuttavia, la manifattura, lo stile, la modenatura e la decorazione scolpita del prestigioso monumento funebre si è rivelata essere strettamente correlata a quella della tomba di Alfonso II, conte di Provenza, situata nella chiesa di Saint-Jean-de-Malte d'Aix, commissionata da Carlo I d'Angiò nel 1270, e distrutta durante la Rivoluzione francese ma conosciuta da un'incisione pubblicata all'inizio dell'Ottocento da Aubin-Louis Millin grazie ad un disegno della fine del Settecento. La stretta analogia che collega i due monumenti da cui si potrebbe dedurre che ci sia stato un intervento dello stesso laboratorio di scultori, è tuttavia impossibile da provare, e pone la domanda del committente del monumento, senza dubbio postumo come quello di Aix, e il suo rapporto con la famiglia contale. Lo stesso vale per l'influenza della dinastia angioina sulla diffusione dello stilo gotico in Provenza, tra cui si ricordano la chiesa dei Cavalieri Ospitalieri di Aix, la cappella dei Templari di Avignone e il refettorio di Silvacane, probabilmente contemporanei alla tomba. Oltre al rilevamento dettagliato dei frammenti della tomba in previsione della loro restituzione, un attento esame delle pareti della navata della chiesa ha rivelato un tracciato di linee geometriche la cui disposizione concorda con la geometria del baldacchino della tomba e delle finestre del refettorio, forse lavorati insieme per la stessa officina: un indizio delle pratiche di cantiere che pone, tra l'altro, la questione della posizione, ad ora sconosciuta, della tomba all'interno della chiesa dell'abbazia.

Texte intégral

  • 1 H. Hansen, M.-P. Bonetti, A. Hartmann-Virnich, Ville de La Roque d’Anthéron. Abbaye de Silvacane ( (...)

1En 2013, l’étude et le relevé détaillé d’un lot de fragments d’éléments architecturaux provenant de l’abbaye de Silvacane, réalisés par les co-auteurs de la présente étude à la demande de la Ville de La Roque d’Anthéron (Bouches-du-Rhône)1, ont donné lieu à l’identification des vestiges d’un tombeau monumental dont les caractéristiques stylistiques s’inscrivent dans la première période de l’épanouissement du gothique rayonnant septentrional en Provence, au dernier tiers du XIIIe siècle. D’emblée, la modénature, la composition et l’exécution de la trentaine d’éléments appartenant à ce monument funéraire, ainsi que l’ordonnance de la superstructure que ceux-ci permettaient d’entrevoir, accusaient la grande qualité de l’ensemble disparu, attribuable, d’après le témoignage d’un fragment de blason (fig. 1), à la famille de Baux associée à la fondation du monastère cistercien.

Fig. 1 – Fragment de remplage avec l’écu de la famille des Baux dans sa variante à douze rais (catalogue n° SILV2013-12).

Fig. 1 – Fragment de remplage avec l’écu de la famille des Baux dans sa variante à douze rais (catalogue n° SILV2013-12).

A – Relevé graphique manuel (H. Hansen, 2013) ; B – Relevé photogrammétrique (M.-P. Bonetti, 2013)

2Pour restituer la forme du monument funéraire disparu, notre étude archéologique partait d’un double relevé manuel et numérique des fragments identifiés (fig. 2), le premier, réalisé par Heike Hansen, dans le but d’identifier et de caractériser avec précision le tracé géométrique de la modénature et les impacts des outils employés par les tailleurs de pierre, susceptibles de renseigner sur les pratiques et la culture technique de l’atelier auquel la mise en œuvre des éléments avait été confiée, et sur le processus constructif ; une seconde approche par stéréophotogrammétrie numérique, prise en charge par Marie-Pierre Bonetti, devait documenter la configuration volumétrique des fragments en vue de la restitution tridimensionnelle de l’ensemble. Le relevé manuel décompose les pièces à l’échelle du 5e pour représenter chacune de leurs faces avec une cartographie précise des traces de leur facture. Celles-ci restent en effet le plus souvent trop discrètes pour être visibles ou interprétables à partir d’un relevé tridimensionnel au scanner, ou d’un support photographique qui reste tributaire d’un éclairage unilatéral, inapte à rendre intelligibles et interprétables toutes les incisions et les impacts discrets qu’on distingue sur le relief complexe des moulures et des sculptures, et qu’il faut de ce fait faire ressortir nettement par une caractérisation graphique. En revanche, la pertinence de la stéréophotogrammétrie réside entre autres dans la possibilité de manipuler virtuellement les blocs pour en étudier l’assemblage, le développement dans l’espace et la place dans l’ouvrage.

Fig. 2 – Fragment de remplage : retombée centrale (catalogue n° SILV2013-11).

Fig. 2 – Fragment de remplage : retombée centrale (catalogue n° SILV2013-11).

A – Relevé graphique manuel (H. Hansen, 2013) ; B – Relevé photogrammétrique (M.-P. Bonetti, 2013).

  • 2 Sylvain Vondra caractérise cette tenue comme suit : « On distingue très nettement que les vêtement (...)
  • 3 Sylvain Vondra décrit cette tenue comme suit : « Le personnage est présenté en tunique, avec une o (...)

3D’après l‘étude des fragments, le tombeau monumental accueillait en son centre un gisant reposant sur un catafalque parallélépipédique, abrité sous un baldaquin ajouré formé d’arcades à remplage, qui s’inscrivaient chacune dans un gâble pointu flanqué de pinacles aux quatre angles. Au centre de la face antérieure du catafalque figurait le défunt gisant sur un lit, entouré d’une procession de personnages dont la tenue, à première vue similaire à un habit monastique et comparable aux amples vêtements de pleurant, pourrait en réalité être un costume laïc, bien que l’état fragmentaire incite à une interprétation prudente2 (fig. 3). Du gisant pourrait provenir le fragment mutilé du buste d’une figure masculine en ronde-bosse de grandeur nature, habillée d’un vêtement plissé qui est serré à la taille par une ceinture ornée d’appliques par-dessus une tunique agrémentée d’un bijou ou fermail quadrilobé sur la gorge. Sur les épaules on distingue les traces d’un manteau, marque de distinction sociale, tenu par un triple cordeau de serrage3 (fig. 4). L’état trop fragmentaire de cet élément ne permet toutefois pas d’en déterminer toutes les caractéristiques stylistiques, qui sont trop imprécises pour exclure une date plus tardive, dans le courant du XIVe siècle, ce qui pose la question d’une éventuelle modification postérieure du monument du dernier quart du XIIIe siècle, ou celle de l’existence d’un autre monument funéraire plus tardif.

Fig. 3 – Fragment du catafalque : procession de pleurants (catalogue n° SILV2013-36. Relevé photogrammétrique M.-P. Bonetti, 2013).

Fig. 3 – Fragment du catafalque : procession de pleurants (catalogue n° SILV2013-36. Relevé photogrammétrique M.-P. Bonetti, 2013).

Fig. 4 – Buste de gisant (catalogue n° SILV2013-37. Relevé photogrammétrique M.-P. Bonetti, 2013).

Fig. 4 – Buste de gisant (catalogue n° SILV2013-37. Relevé photogrammétrique M.-P. Bonetti, 2013).
  • 4 Aix-en-Provence, Bibliothèque Méjanes, Est. A 31.
  • 5 A.-L. Millin de Grandmaison, Atlas pour servir au Voyage dans les départements du Midi de la Franc (...)
  • 6 Y. Esquieu, L’église des hospitaliers de Saint-Jean-de-Malte à Aix, in Congrès archéologique de Fr (...)

4À quelques menues variantes près, la superstructure accuse une surprenante similitude formelle et stylistique avec celle du tombeau du comte de Provence Alphonse II à l’église des Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem d’Aix-en-Provence, connue grâce à un relevé précis réalisé avant la destruction à la Révolution, à l’initiative de l’antiquaire Alexandre Fauris de Saint-Vincens (fig. 5)4 et publié en 1807-1808 par Aubin-Louis Millin de Grandmaison5. Les composantes de la partie centrale de ce monument funéraire posthume, érigé avec d’autres tombeaux de l’ancienne famille comtale vers 1272-1277 lors de la reconstruction de l’église, qui devait leur servir d’écrin, par Charles Ier d’Anjou en hommage au lignage de son épouse6, présentaient une analogie incontestable avec les fragments du tombeau de Silvacane. En effet, le relevé du monument aixois, dont il subsiste in situ le socle en calcaire froid avec l’empreinte des supports de la superstructure, permet de comprendre l’organisation du décor du tombeau de Silvacane dans tous ses détails (fig. 6).

Fig. 5 – Relevé du tombeau d’Alphonse II à l’église Saint-Jean-de-Malte d’Aix, réalisé avant sa destruction à l’initiative de l’antiquaire aixois Alexandre Fauris de Saint-Vincens (Aix-en-Provence, Bibliothèque Méjanes, Est. A31).

Fig. 5 – Relevé du tombeau d’Alphonse II à l’église Saint-Jean-de-Malte d’Aix, réalisé avant sa destruction à l’initiative de l’antiquaire aixois Alexandre Fauris de Saint-Vincens (Aix-en-Provence, Bibliothèque Méjanes, Est. A31).

Fig. 6 – Superposition des fragments du tombeau des Baux au dessin de la partie centrale du tombeau comtal (d’après Fauris de Saint-Vincens. M.-P. Bonetti, 2014-2017).

Fig. 6 – Superposition des fragments du tombeau des Baux au dessin de la partie centrale du tombeau comtal (d’après Fauris de Saint-Vincens. M.-P. Bonetti, 2014-2017).
  • 7 . Catalogue no SILV2013-34 (H. Hansen, M.-P. Bonetti, A. Hartmann-Virnich, Ville de La Roque d’Anth (...)
  • 8 SIL1846300015, catalogue no SILV2013-27 (H. Hansen, M.-P. Bonetti, A. Hartmann-Virnich, Ville de L (...)
  • 9 SIL199330003, catalogue no SILV2013-12 ; 7SIL1993300037, catalogue no SILV2013-11, SILV2013-9, SIL (...)
  • 10 SIL1993300037, catalogue no SILV2013-11 (ibid.).
  • 11 SIL1993300037, catalogue no SILV2013-12 (ibid.).

5Au centre et aux angles du long côté, la modénature complexe du remplage répondait à celles des piliers cantonnés, dont le noyau carré posé en losange était constellé de quatre fûts cylindriques aux angles7, et qui reposaient sur un socle dont celui du tombeau comtal d’Aix permet d’imaginer la forme. Le chapiteau survivant d’un des piliers d’angle (fig. 7)8 confirme la parfaite analogie avec son homologue aixois qui présentait, à l’instar des chapiteaux de l’église des Hospitaliers (fig. 8), la même organisation de deux rangs de feuillages naturalistes et d’un abaque polygonal suivant les contours sinueux des corbeilles fusionnées. La modénature du remplage, dont le réseau de moulures toriques se superpose à un simple profil à pans coupés conformément à la section des supports, est comparable à celui représenté dans le relevé du tombeau d’Aix, à la différence près que le relevé de Fauris de Saint-Vincens indique des interstices ajourés, libérant les figures de leur support, alors que celles du tombeau de Silvacane, sculptées en haut-relief, se détachent sur un arrière-plan plein. Si l’on y retrouve les mêmes figures vêtues de longue robes dans les écoinçons, celles-ci adoptent des attitudes différentes : alors que le relevé de Fauris de Saint-Vincens montre quatre personnages non ailés en position rampante inscrits dans les interstices ajourés entre les deux arcs brisés et leur remplage, et tenant de leurs mains l’oculus polylobé du couronnement, ceux du tombeau de Silvacane sont dotés d’ailes, très finement ciselées, et se tiennent debout sur des tiges entrecroisées à crochet, en tenant leurs mains jointes en position de prière9. Au centre, au-dessus du pilier médian, on retrouve le même ange assis, mais adossé à une surface pleine (fig. 2)10. Les parties latérales du couronnement, jouxtant les ailes des anges, arboraient au moins deux écus, dont un seul, déjà évoqué, est conservé dans un état fragmentaire (fig. 1)11 : de forme ovale, il présente douze rais au lieu des seize du blason baussenque classique.

Fig. 7 – Chapiteau (catalogue n° SILV2013-27. cl. M.-P. Bonetti, 2013).

Fig. 7 – Chapiteau (catalogue n° SILV2013-27. cl. M.-P. Bonetti, 2013).

Fig. 8 – Aix-en-Provence, église Saint-Jean-de-Malte, chapiteau de la façade occidentale (cl. A. Hartmann-Virnich, 2017).

Fig. 8 – Aix-en-Provence, église Saint-Jean-de-Malte, chapiteau de la façade occidentale (cl. A. Hartmann-Virnich, 2017).
  • 12 Catalogue no SILV2013-10 (ibid.).
  • 13 Ibid.
  • 14 Catalogue no SILV2013-30 (ibid.).

6L’arcade géminée était abritée par un gâble sous lequel s’ouvrait l’oculus polylobé du couronnement, d’après le seul fragment qui en subsiste12, probablement flanqué de deux anges à l’instar de leurs homologues du tombeau comtal, qui se tenaient debout en tenant un phylactère. De part et d’autre, le gâble était sans doute flanqué de pinacles coiffés de flèches pyramidales pointues dont les arêtes étaient ornées de crochets, aujourd’hui réduits à leurs seules naissances13. À ces mêmes éléments, comparables aux pinacles du portail de Saint-Jean-de-Malte d’Aix, est attribuable un dais formé d’un bloc parallélépipédique mouluré et orné d’un gâble pointu feuillagé sur au moins une de ses faces (fig. 9)14. L’ensemble de la composition et la conception du décor sont donc extrêmement proches du tombeau comtal aixois, tandis que leur exécution présente des différences. Si un lien de parenté, voire une interdépendance, sont indéniables, on ne sait si les deux monuments furent réalisés par les mêmes artisans, et si les différences furent, dans ce cas, le résultat d’une réinterprétation intentionnelle – guidée ou libre – d’un modèle, d’un relevé ou d’un prototype graphique.

Fig. 9 – Dais de pinacle (catalogue n° SILV2013-30. Relevé H. Hansen, 2013).

Fig. 9 – Dais de pinacle (catalogue n° SILV2013-30. Relevé H. Hansen, 2013).

Le tombeau et les Baux à Silvacane

  • 15 N. Molina, Les convers. Abbaye de Silvacane. La Roque d’Anthéron (Bouches-du-Rhône). Document fina (...)
  • 16 Dom Denis de Sainte-Marthe éd., Gallia Christiana, t. 1, Paris, 1715, p. 344.
  • 17 J. H. Albanès, L’abbaye de Silvacane, de l’ordre de Cîteaux, au diocèse d’Aix-en-Provence, nouvell (...)
  • 18 J. H. Albanès, L’abbaye de Silvacane, p. 187
  • 19 F. Mazel, La noblesse et l’Église en Provence, fin Xe-début XIVe siècle ; l’exemple des familles d (...)
  • 20 Archives départementales des Bouches-du-Rhône [désormais ADBdR], 3H 67 (389).
  • 21 L. Barthélémy, Inventaire chronologique et analytique des chartes de la maison des Baux, Marseille (...)
  • 22 F. Mazel, La noblesse et l’Église, p. 434.

7La présence d’écus aux armes des Baux adoptées au début du XIIIe siècle, réduites d’après le seul fragment conservé à douze rais, au lieu de seize, selon une simplification qui est attestée par ailleurs et notamment sur le sceau de Raimond IV de Baux, branche de Berre, confirme sans conteste le lignage de la famille du ou des défunts. Une relation étroite entre les Baux et Silvacane est effectivement attestée dès les origines de l’abbaye. Dans les années 1140, des moines de l’abbaye cistercienne de Morimond s’installent sur des terres ayant appartenu au milieu du XIe siècle à une communauté de clercs, à laquelle on est tenté d’associer les tranchées d’épierrement d’un hémicycle absidal retrouvée en fouille à l’ouest de l’espace claustral15. La Gallia Christiana attribue la fondation de Silvacane à Raimond I de Baux (1088-1147/50) en 1147, sur la foi d’un acte qui n’a pas été conservé16 et qui semble fautif au moins quant à la date, puisque la première mention de l’abbaye, une donation du seigneur de La Roque, rapportée il est vrai dans un document de la fin du XIIe siècle retranscrit au XIXe siècle, date de 114517. En 1150, le diplôme accordé par le comte Raimond Bérenger II, plus ancien acte authentique concernant Silvacane, ne fait aucune référence à la famille des Baux ; il est en revanche souscrit par quelques seigneurs locaux dont Raimond seigneur de La Roque et Pierre de Lambesc, gendre et fidèle de Raimond I de Baux, tous deux donateurs avérés de l’abbaye18. En 1166, Hugues IV et Bertrand I de Baux, fils de Raimond I, figurent en première place parmi les témoins de l’acte en vertu duquel le comte-roi Alphonse Ier accorda sa protection et l’exemption des taxes à la nouvelle abbaye19. Par la suite, les Baux, devenus entre-temps bienfaiteurs des nouvelles fondations cisterciennes d’Ulmet (peu avant 1177) et de Bouchet (1181/1184), se considèrent et se présentent comme les seuls fondateurs et protecteurs de l’abbaye au détriment des autres donateurs locaux. La décision de Bertrand I (1130-1181), fils de Raymond I, de mourir sous l’habit monastique et d’être inhumé à Silvacane, consacre définitivement l’emprise des Baux sur l’histoire des origines de l’abbaye20. En 1220, Hugues V de Baux, son épouse Barrale et leurs enfants Gilbert II et Barral I, passent un acte en faveur de Pons abbé de Silvacane, dans lequel ils déclarent « prendre sous leur protection tous les biens du monastère, et ordonnent à leurs descendants, leurs barons, vassaux et amis, d'observer cette déclaration et de protéger les biens du monastère comme ceux des donateurs et comme la prunelle de leurs yeux »21. On notera cependant dès à présent que la branche aînée des Baux semble par la suite s’être désintéressée de l’abbaye22.

  • 23 Cf. notamment H. Bouche, La Chorographie ou Description de Provence, et l’histoire chronologique d (...)

8L’identification précise du commanditaire comme celle du ou des destinataires du monument élevé à la fin du XIIIe siècle reste donc sujette à conjecture. Compte tenu de l’analogie formelle avec le tombeau d’Alphonse II, il pourrait s’agir d’une création posthume à l’instar de l’exemple aixois. Dans ce cas, le monument aurait pu être érigé pour l’un des fondateurs reconnus de l’abbaye, Raimond I ou son fils Bertrand I, sinon pour les deux. Un tombeau monumental, sans doute celui qui nous occupe, encore visible dans l’abbatiale au début de l’époque moderne, était d’ailleurs attribué soit à l’un soit à l’autre de ces deux personnages par les érudits du XVIIe siècle23. Mais le tombeau pourrait également avoir été conçu pour abriter la dépouille de Guillaume IV de Berre, Bertrand IV de Meyrargues et Puyricard et Barral II de Baux, morts respectivement en 1265, 1266 et 1268.

  • 24 L’église de Saint-Jean-de-Malte conserve une niche à baie géminée inscrite dans un gâble sommé de (...)

9D’autre part, le lien étroit entre le tombeau de Silvacane et les tombeaux comtaux, réalisés très probablement par un même atelier de sculpteurs spécialisés24, suppose une relation privilégiée du commanditaire avec Charles d’Anjou, maître d’ouvrage de la commanderie hospitalière aux portes de sa capitale.

  • 25 G. Noblemaire, Histoire de la Maison des Baux, Paris, 1913, p. 32.
  • 26 ADBdR, B 1209, d’après L. Barthélémy, Inventaire chronologique, acte 534.
  • 27 Antonello del Balzo di Presentano, dans l’étude très détaillées de l’histoire de sa famille, ne ci (...)
  • 28 Bertrand III est qualifié de « cousin du roi » dès 1272 dans S. Pollastri, Le lignage et le fief : (...)
  • 29 S. Pollastri, L’aristocratie comtale sous les Angevins (1265-1435), dans MEFRM, 125-1, en ligne ht (...)

10Le monument funéraire aurait-il été commandé par la branche aînée, malgré l’absence de donations et de liens avérés avec Silvacane après 1220 ? Les historiens récents n’ont pas retenu le testament de Barral I de Baux mort en Italie en 1268, mentionné par Gustave Noblemaire en 1913, dans lequel il aurait demandé à être enterré à Silvacane fondée par ses aïeux25. L’existence de ce testament est mentionnée dans un inventaire des archives de Baux réalisé en 147326, mais son contenu n’a jamais été reproduit et la mention de Silvacane rapportée par G. Noblemaire n’est donc pas certaine27. Quoi qu’il en soit, son fils Bertrand III de Baux, qui a intégré le premier cercle du comte de Provence qu’il a suivi en Italie28 où il est nommé comte d’Avellino en 1272 sans abandonner pour autant ses biens provençaux29, aurait pu faire édifier le monument pour son père Barral et, ou, pour ses ancêtres.

  • 30 L. Barthélémy, Inventaire chronologique, actes 342 et 343.
  • 31 L. Barthélémy, Inventaire chronologique, acte 515.
  • 32 D’après F. Mazel, La noblesse et l’Église, p. 343 et p. 344 qui ne précise pas dans quel document (...)
  • 33 F. Mazel, La noblesse et l’Église p. 630.
  • 34 S. Pollastri, Le lignage et le fief : l’affirmation du milieu comtal et la construction des états (...)

11Si les douze rais de l’écu désignent la branche cadette, le monument funéraire aurait-il été érigé en l’honneur d’un membre de la branche cadette de Berre ou de Meyrargues ? Bertrand IV dota plusieurs fois l’abbaye de son vivant30 ainsi que dans son testament en 126631 ; il serait même désigné dans l’un d’eux comme fondateur de l’abbaye32. La branche cadette de Berre se rapproche aussi des Angevins à la fin du XIIIe siècle et se hisse à un haut niveau33, puisque Bertrand XI, petit-neveu du Bertrand IV inhumé à Silvacane en 1266, devient comte d’Andria et de Montescaglioso au début du XIVe siècle et épouse en 1308une fille du roi, Béatrice d’Anjou34.

  • 35 N. Molina, R. Thernot, S. Vondra, Inventaire du mobilier.
  • 36 M. Aurell i Cardona, Autour de l'identité héraldique de la noblesse provençale au XIIIe siècle, in (...)
  • 37 Cette légende serait à associer à la nouvelle dévotion dont sont alors entourés les Rois Mages dan (...)
  • 38 S. Pollastri, L’aristocratie comtale.

12Bien que les actes relatifs au rôle précis joué par la famille des Baux dans la fondation de l’abbaye puis dans son développement fassent défaut, l’érection du tombeau monumental dans l’église abbatiale dans les années 1270 constituerait donc un puissant argument en faveur d’une relation privilégiée et déjà solidement établie entre l’abbaye et les Baux. À moins qu’il ne faille associer ce monument funéraire à une stratégie dynastique nouvelle, observée par ailleurs à la même époque35. Dans les années 1270, la famille des Baux forme le projet, qui sera réussi, de prendre toute sa place dans l’entourage des comtes angevins et, parallèlement, de retrouver une partie des droits confisqués par les comtes de Provence une génération auparavant. Cette stratégie s’accompagne dans ces mêmes années d’une volonté bien construite de renforcer l’image familiale. La conscience généalogique des Baux se matérialise à travers l’héraldique et l’adoption quasi systématique de l’étoile, sur leurs sceaux et autres supports, dès la fin des années 126036. Cette volonté est également visible dans le nouveau récit des origines familiales, qu’ils font remonter aux Rois Mages, dont ils se dotent à la même époque37. D’autre part, la famille œuvre à conserver une unité lignagère malgré le nombre important de branches pourtant restées indépendantes dans leurs seigneuries provençales et italiennes. Le nombre de lignées se stabilise dès le milieu du XIIIe siècle et le début du XIVe siècle voit même les branches des Baux s’allier entre elles par mariage et tisser un lien généalogique qui les renforce38. La réalisation du monument funéraire à l’imitation du tombeau des comtes de Provence prendrait ainsi sa place dans une série de gestes identitaires familiaux, manifestations d’une nouvelle approche lignagère.

  • 39 A. Hartmann-Virnich, N. Molina, Le réfectoire de Silvacane : recherches archéologiques sur le dern (...)
  • 40 Si les relations avec le chantier comtal sont étroites, une réalisation du monument à Aix est donc (...)
  • 41 ADBdR, 3H 7 (33bis), ADBdR 3H 36 (203) et J. H. Albanès, L’abbaye de Silvacane.

13On peut également être tenté d’associer la construction du réfectoire de l’abbaye, édifice gothique attribuable à la fin du XIIIe siècle dont l’architecture, la construction et le décor sculpté s’inscrivent dans le même courant du premier gothique provençal que Saint-Jean-de-Malte d‘Aix, à cette politique39. La découverte, dans le cadre de notre étude, d’épures – des tracés grandeur nature correspondant aux lignes directrices des éléments du remplage servant de référence et de gabarit pour les tailleurs de pierre – sur le mur du collatéral nord de l’église suppose une mise en œuvre sur place (fig. 10-12)40. Or, la concordance de certains traits avec la géométrie du remplage des baies du réfectoire, dont le décor sculpté et la modénature appartiennent à la même époque, suggère ou suppose une réalisation contemporaine du tombeau et du réfectoire, le dernier des bâtiments claustraux à être édifié au terme d’une interruption significative du chantier (fig. 13). En 1289, la spoliation et invasion de Silvacane commanditée par les moines de Montmajour, épisode violent relativement bien documenté par les textes, dont les motivations politiques et stratégiques n’ont pas été interprétées jusqu’à présent, pourrait renvoyer à l’importance économique comme symbolique acquise par Silvacane à la fin du XIIIe siècle41.

Fig.10 – Épure pour le tracé du remplage, gravé sur le mur du collatéral nord (relevé H. Hansen, 2013).

Fig.10 – Épure pour le tracé du remplage, gravé sur le mur du collatéral nord (relevé H. Hansen, 2013).

Fig. 11 – Relevé d’un élément du remplage d’une baie du réfectoire (catalogue n° SILV2013-39. H. Hansen, 2013).

Fig. 11 – Relevé d’un élément du remplage d’une baie du réfectoire (catalogue n° SILV2013-39. H. Hansen, 2013).

Fig. 12 - Épure pour le tracé du même remplage, gravé sur le mur du collatéral nord (relevé H. Hansen, 2013).

Fig. 12 - Épure pour le tracé du même remplage, gravé sur le mur du collatéral nord (relevé H. Hansen, 2013).

Fig. 13 – Silvacane, réfectoire, relevé du mur latéral nord (détail) (A. Hartmann-Virnich, 1998).

Fig. 13 – Silvacane, réfectoire, relevé du mur latéral nord (détail) (A. Hartmann-Virnich, 1998).

Le tombeau dans l’abbatiale

  • 42 Vicomte d’Estienne de Saint-Jean, Histoire de l’abbaye cistercienne de Silvacanne en Provence d’ap (...)
  • 43 ADBdR, 3H67, L. Barthélémy, Inventaire chronologique, acte 515 et ADBdR 3H56 (329). Le testament d (...)

14L’emplacement du tombeau dans l’église abbatiale reste encore incertain. La relation entre ce monument et un caveau soigneusement construit en pierre de taille dans le collatéral sud, doté d’un pourrissoir et donc destiné à des inhumations successives, n’est pas assurée. On notera d’ailleurs que l’attribution actuelle de cette tombe à Bertrand I de Baux et à sa femme Tiburge ne repose que sur l’interprétation erronée de l’ouvrage du vicomte Estienne de Saint-Jean en 1891. En effet, ce dernier, se rapportant lui-même à la bibliographie antérieure et n’ayant pu vérifier ces dires, plus aucun tombeau n’étant en place depuis plusieurs siècles au moment de la rédaction de son ouvrage, plaçait un tombeau qu’il attribuait à Bertrand et Tiburge contre le mur sud dans la dernière travée du collatéral sud42. Les testaments ou autres chartes conservés font état de plusieurs inhumations de membres de la famille de Baux dans l’enceinte de l’abbaye, sans jamais préciser d’emplacement précis : Bertrand I en 1181, Bertrand IV en 1266 et Antoine de Baux comte d’Avellino en 137443. L’interprétation du monument funéraire conçu comme un simple cénotaphe sans lien avec aucune tombe est également à envisager.

  • 44 Visite de l’abbaye par une délégation de l’administration des Monuments historiques en présence de (...)
  • 45 L. Barthélémy, Abbaye de Silvacane, in La Provence artistique & pittoresque : journal hebdomadaire (...)

15Le caveau de l’abbatiale a probablement été mis au jour dans les années 1930 lors de la restitution du dallage de l’église, même si aucun document n’en mentionne la découverte. C’est d’ailleurs à l’occasion de ces travaux que certains éléments du monument funéraire furent retrouvés dans le sol de l’abbatiale où ils avaient été remployés44 tandis que le buste du gisant avait déjà été découvert à la fin du XIXe siècle45. La poursuite de l’étude des dimensions des différents vestiges permettra peut-être une restitution plus précise du ou des tombeaux ayant pu abriter ou évoquer quelques-uns des membres de la vaste famille des Baux.

Notes

1 H. Hansen, M.-P. Bonetti, A. Hartmann-Virnich, Ville de La Roque d’Anthéron. Abbaye de Silvacane (La Roque d’Anthéron, Bouches-du-Rhône). Mobilier lapidaire erratique provenant de l’abbaye. Première campagne d’étude des fragments sculptés - 2013, rapport final, 2 t., 2014 (rapport déposé) ; N. Molina, R. Thernot, S. Vondra, Inventaire du mobilier lapidaire de l’abbaye de Silvacane – Seconde campagne d’étude, 2016. Inrap, Nîmes, 2017 (rapport déposé).

2 Sylvain Vondra caractérise cette tenue comme suit : « On distingue très nettement que les vêtements portés par les deux personnages sont très semblables et sont constitués de deux parties superposées. Celui du dessous, n’est visible que grâce aux manches qui apparaissent étroites et serrées grâce à des séries de petits boutons disposés tout le long des avant-bras. Cette mode se rencontre exclusivement sur des représentations de costumes civils et seigneuriaux dès le début du XIVe siècle écartant l’hypothèse du costume ecclésiastique. Au-dessus de ce vêtement, les personnages portent une tenue qui rappelle, par sa forme, le hérigaut. Cette sorte de garde-corps long et ample fendu sur les côtés ne possédant pas de manches et garantissant la poitrine et le dos. Si l’on se réfère aux travaux de Viollet-le-Duc, ce type de vêtement était très courant entre 1320 et 1340 » (N. Molina, R. Thernot, S. Vondra, Inventaire du mobilier, p. 44).

3 Sylvain Vondra décrit cette tenue comme suit : « Le personnage est présenté en tunique, avec une ouverture de col de quelques centimètres. Tout le pourtour de cette partie du vêtement est orné de bandes d’orfrois, sorte de galon bordant les extrémités de la découpe. […] Les deux pans du col de la tunique sont maintenus grâce à un fermail dont les branches formées de demi-cercles, se rejoignent formant un décor quadrilobé. Ce bijou apparaît être un élément caractéristique du costume aristocratique porté dès la fin du 12e siècle. […] Autre élément intéressant figuré sur le gisant est le mantel ou manteau que l’on discerne encore en partie sur chaque épaule. Le cordon de serrage triple est bien visible et barre la poitrine du défunt. Sur l’épaule droite, l’extrémité de ce cordon, présente encore une bonne partie d’une houppelande. Ce type de vêtement […] affichait […] une marque distinctive pour les nobles et certains bourgeois […]. Sur la partie basse du fragment, le côté droit a conservé une partie d’une ceinture. Fine et ouvragée, elle est rehaussée d’une série de raidisseurs traditionnellement identifiés sous le terme un peu générique de banquelets. […] Toujours pour la ceinture de ce buste, notons également qu’il est possible de discerner deux petits cordons figurés verticalement au côté droit. Ces derniers sont les derniers témoins d’un accessoire en suspension qui pouvait être une escarcelle ou moins certainement une dague […]. Ainsi, grâce au costume figuré, si fragmentaire soit-il la sculpture représente un homme, civil, portant un costume aux attributs aristocratiques de la fin du 13e ou du début du 14e siècle ». (N. Molina, R. Thernot, S. Vondra, Inventaire du mobilier, p. 42-43).

4 Aix-en-Provence, Bibliothèque Méjanes, Est. A 31.

5 A.-L. Millin de Grandmaison, Atlas pour servir au Voyage dans les départements du Midi de la France, 4 t., Paris, 1807-1811, Tome 1, Paris, 1807, p. 285-291, Tome 3, Paris, 1808, pl. XLI, XLII, XLIII. Les gravures de Millin reproduisent les dessins commandés par l’antiquaire aixois Alexandre Fauris de Saint-Vincens, qui fit relever de nombreux monuments du patrimoine aixois avant les destructions révolutionnaires.

6 Y. Esquieu, L’église des hospitaliers de Saint-Jean-de-Malte à Aix, in Congrès archéologique de France, 1985, Pays d’Aix, Paris, 1988, p. 103-119.

7 . Catalogue no SILV2013-34 (H. Hansen, M.-P. Bonetti, A. Hartmann-Virnich, Ville de La Roque d’Anthéron).

8 SIL1846300015, catalogue no SILV2013-27 (H. Hansen, M.-P. Bonetti, A. Hartmann-Virnich, Ville de La Roque d’Anthéron, t. II).

9 SIL199330003, catalogue no SILV2013-12 ; 7SIL1993300037, catalogue no SILV2013-11, SILV2013-9, SILV2013-13, SILV2013-14, SILV2013-14, SILV2013-21 (ibid.).

10 SIL1993300037, catalogue no SILV2013-11 (ibid.).

11 SIL1993300037, catalogue no SILV2013-12 (ibid.).

12 Catalogue no SILV2013-10 (ibid.).

13 Ibid.

14 Catalogue no SILV2013-30 (ibid.).

15 N. Molina, Les convers. Abbaye de Silvacane. La Roque d’Anthéron (Bouches-du-Rhône). Document final de synthèse de fouille préventive. 1er février - 15 mars 1995, Afan, DRAC SRA PACA, Aix-en-Provence, 1995 (rapport déposé).

16 Dom Denis de Sainte-Marthe éd., Gallia Christiana, t. 1, Paris, 1715, p. 344.

17 J. H. Albanès, L’abbaye de Silvacane, de l’ordre de Cîteaux, au diocèse d’Aix-en-Provence, nouvelle liste de ses abbés, in Revue des Sociétés savantes, 7e série, VI, 1882 [ou 1881], p. 163-200, ici p. 190, acte V.

18 J. H. Albanès, L’abbaye de Silvacane, p. 187

19 F. Mazel, La noblesse et l’Église en Provence, fin Xe-début XIVe siècle ; l’exemple des familles d’Agoult-Simiane, de Baux et de Marseille, Paris, 2002, p. 344.

20 Archives départementales des Bouches-du-Rhône [désormais ADBdR], 3H 67 (389).

21 L. Barthélémy, Inventaire chronologique et analytique des chartes de la maison des Baux, Marseille, 1882, acte 199.

22 F. Mazel, La noblesse et l’Église, p. 434.

23 Cf. notamment H. Bouche, La Chorographie ou Description de Provence, et l’histoire chronologique du même pays, 2 vol. , Aix, 1664, t. 2 p. 116 ; J. Pitton, Annales de la sainte Église d’Aix, Lyon, 1668, p. 125 ; N. Molina, R. Thernot, S. Vondra, Inventaire du mobilier.

24 L’église de Saint-Jean-de-Malte conserve une niche à baie géminée inscrite dans un gâble sommé de feuilles à crochets, transférée au XVIIe siècle au mur occidental de la seconde chapelle méridionale. Cette niche pourrait provenir de l’ensemble de monuments funéraires du transept, car sa position actuelle suggère qu’il aurait été démonté lors du percement de passages reliant entre elles les chapelles latérales du XVIIe siècle. Or, la modénature et sculpture végétale présente effectivement des similitudes avec celles représentées dans les dessins publiés par Millin, et avec les fragments du tombeau de Silvacane.

25 G. Noblemaire, Histoire de la Maison des Baux, Paris, 1913, p. 32.

26 ADBdR, B 1209, d’après L. Barthélémy, Inventaire chronologique, acte 534.

27 Antonello del Balzo di Presentano, dans l’étude très détaillées de l’histoire de sa famille, ne cite pas les termes du testament, faisant référence à un document disparu cité sous forme de brève analyse dans les Registri della Cancelleria angioina ricostruiti, Napoli, 1950 sqq. (RCA, 3, p. 7, no 28) et faisant allusion en 1269 à Barral de Baux « autrefois maître justicier du royaume de Sicile ». A. del Balzo di Presentano, À l'asar bautezar! I Del Balzo ed il loro tempo, Naples, 2003, p. 119 note 171

28 Bertrand III est qualifié de « cousin du roi » dès 1272 dans S. Pollastri, Le lignage et le fief : l’affirmation du milieu comtal et la construction des états féodaux sous les Angevins de Naples (1265-1435), Paris, 2011, p. 140.

29 S. Pollastri, L’aristocratie comtale sous les Angevins (1265-1435), dans MEFRM, 125-1, en ligne http://mefrm.revues.org/1110.

30 L. Barthélémy, Inventaire chronologique, actes 342 et 343.

31 L. Barthélémy, Inventaire chronologique, acte 515.

32 D’après F. Mazel, La noblesse et l’Église, p. 343 et p. 344 qui ne précise pas dans quel document il est désigné ainsi.

33 F. Mazel, La noblesse et l’Église p. 630.

34 S. Pollastri, Le lignage et le fief : l’affirmation du milieu comtal et la construction des états féodaux sous les Angevins de Naples (1265-1435), Paris, 2011, p. 171.

35 N. Molina, R. Thernot, S. Vondra, Inventaire du mobilier.

36 M. Aurell i Cardona, Autour de l'identité héraldique de la noblesse provençale au XIIIe siècle, in Médiévales, XIX, 1990, p. 20.

37 Cette légende serait à associer à la nouvelle dévotion dont sont alors entourés les Rois Mages dans toute l’Europe et à l’intérêt porté à la même époque en Provence aux légendes saintes. L’implantation de la famille de Baux en Italie aurait pu favoriser l’adoption du thème exporté de ce pays (G. Butaud, Généalogie et histoire des rois mages : les origines légendaires de la famille des Baux (XIIIe-XVe siècle), in Les cahiers de Fanjeaux, 43, 2008, p. 107-154).

38 S. Pollastri, L’aristocratie comtale.

39 A. Hartmann-Virnich, N. Molina, Le réfectoire de Silvacane : recherches archéologiques sur le dernier chantier d’une abbaye cistercienne en Provence, in Colloquium Natuursteen. Architecturale natuursteenfragmenten. De bouwhistorische problematiek rond. Afbraak, opgraving, consolidering en presentatie in lapidaria, actes du colloque de Koksijde, Abdijhoeve Ten Bogaerde, 23-24 octobre 2009, in Abdijmuseum Ten Duinen 1138, Jaarboek (Novi Monasterii, 9, 2010), p. 111-134.

40 Si les relations avec le chantier comtal sont étroites, une réalisation du monument à Aix est donc à exclure.

41 ADBdR, 3H 7 (33bis), ADBdR 3H 36 (203) et J. H. Albanès, L’abbaye de Silvacane.

42 Vicomte d’Estienne de Saint-Jean, Histoire de l’abbaye cistercienne de Silvacanne en Provence d’après les documents recueillis par le R.P. Bernard d’Hyères, Aix-en-Provence, J. Remondet-Aubin, 1891, notamment p 136.

43 ADBdR, 3H67, L. Barthélémy, Inventaire chronologique, acte 515 et ADBdR 3H56 (329). Le testament de Barral I de Baux mort en 1268 en Italie n’existe plus et sa copie n’a jamais été publiée, cf. supra. De même, le testament disparu d’un Raimond de Baux mort en 1348, attribuable à Raimond XIII de Marignane ou Raimond XIV de Meyrargues, est peu fiable et en tout cas postérieur au tombeau. Vicomte d’Estienne de Saint-Jean, Histoire de l’abbaye cistercienne, p. 85 et L. Barthélémy, Inventaire chronologique, acte 1301.

44 Visite de l’abbaye par une délégation de l’administration des Monuments historiques en présence de J. Formigé et P. Colas, architecte en chef. Mai 1948. Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine, Archives des Monuments historiques, 0081/013/0066.

45 L. Barthélémy, Abbaye de Silvacane, in La Provence artistique & pittoresque : journal hebdomadaire illustré, 9 septembre 1883, p. 285-286 ; Vicomte d’Estienne de Saint-Jean, Histoire de l’abbaye cistercienne, p. 59-60 ; I. Gilles, Le Pays d’Aix, Avignon-Marseille, s.d., p. 121-122.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Fragment de remplage avec l’écu de la famille des Baux dans sa variante à douze rais (catalogue n° SILV2013-12).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/6990/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende A – Relevé graphique manuel (H. Hansen, 2013) ; B – Relevé photogrammétrique (M.-P. Bonetti, 2013)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/6990/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Titre Fig. 2 – Fragment de remplage : retombée centrale (catalogue n° SILV2013-11).
Légende A – Relevé graphique manuel (H. Hansen, 2013) ; B – Relevé photogrammétrique (M.-P. Bonetti, 2013).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/6990/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Fig. 3 – Fragment du catafalque : procession de pleurants (catalogue n° SILV2013-36. Relevé photogrammétrique M.-P. Bonetti, 2013).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/6990/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre Fig. 4 – Buste de gisant (catalogue n° SILV2013-37. Relevé photogrammétrique M.-P. Bonetti, 2013).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/6990/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre Fig. 5 – Relevé du tombeau d’Alphonse II à l’église Saint-Jean-de-Malte d’Aix, réalisé avant sa destruction à l’initiative de l’antiquaire aixois Alexandre Fauris de Saint-Vincens (Aix-en-Provence, Bibliothèque Méjanes, Est. A31).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/6990/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre Fig. 6 – Superposition des fragments du tombeau des Baux au dessin de la partie centrale du tombeau comtal (d’après Fauris de Saint-Vincens. M.-P. Bonetti, 2014-2017).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/6990/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 7 – Chapiteau (catalogue n° SILV2013-27. cl. M.-P. Bonetti, 2013).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/6990/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre Fig. 8 – Aix-en-Provence, église Saint-Jean-de-Malte, chapiteau de la façade occidentale (cl. A. Hartmann-Virnich, 2017).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/6990/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Titre Fig. 9 – Dais de pinacle (catalogue n° SILV2013-30. Relevé H. Hansen, 2013).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/6990/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre Fig.10 – Épure pour le tracé du remplage, gravé sur le mur du collatéral nord (relevé H. Hansen, 2013).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/6990/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre Fig. 11 – Relevé d’un élément du remplage d’une baie du réfectoire (catalogue n° SILV2013-39. H. Hansen, 2013).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/6990/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Fig. 12 - Épure pour le tracé du même remplage, gravé sur le mur du collatéral nord (relevé H. Hansen, 2013).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/6990/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Fig. 13 – Silvacane, réfectoire, relevé du mur latéral nord (détail) (A. Hartmann-Virnich, 1998).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/6990/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 109k

Auteurs

Aix Marseille Univ, CNRS, LA3M, Aix-en-Provence - hartmann-virnich.andreas@neuf.fr

Aix Marseille Univ, CNRS, LA3M, Aix-en-Provence - bonettimariepierre@yahoo.com

Aix Marseille Univ, CNRS, LA3M, Aix-en-Provence - Hansen.Heike@gmx.de

Inrap/Aix Marseille Univ, CNRS, LA3M, Aix-en-Provence - nathalie.molina@inrap.fr

© Publications de l’École française de Rome, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter