Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les officiers et la chose publique dans les territoires angevins (xiiie-xve siècle) : vers une culture politique ?

 | 
Thierry Pécout

Une culture de l’administration

Les ecclésiastiques et les offices de la principauté lorraine sous le duc René II (1473-1508)

Hélène Schneider

Résumé

À l’avènement du duc René II en 1473, les évêchés lorrains sont dominés par l’influence des ducs de Bourgogne. Or, ce sont des principautés d’Empire autonomes vis-à-vis des duchés, puissantes grâce à de vastes temporels et dotées de droits régaliens. René II tente de retourner la situation dans l’objectif d’imposer les candidats de son choix sur les sièges épiscopaux. Il recrute au moins 200 officiers ecclésiastiques très divers par la provenance géographique, les prébendes occupées et la formation. Certains occupent des offices-clés tels que la présidence du conseil ducal ou de la chambre des comptes ou plus modestes comme ceux de conseillers et de secrétaires. Il se fait représenter par eux à Rome pour défendre ses prérogatives et tenter de promouvoir sa politique italienne

All'avvento del duca Renato II (1473-1508) in Lorena, i vescovati lorenesi sono dominate dall'influenza dei duchi di Borgogna. Questi vescovati sono tuttavia principati dell'impero tedesco, indipendenti dai ducati e sono potenti grazie alle loro vaste proprietà e ai loro diritti reali. Renato II tenta di ribaltare la situazione con l’obiettivo di imporre i suoi candidati ai seggi episcopali. Il duca ingaggia almeno 200 ufficiali ecclesiastici, molto diversi per origine geografica, benefici ottenuti e per il livello di formazione intellettuale. Gli uni dirigono il consilio ducale, la Camera dei Conti, altri piu modestamente sono consiglieri e anche segretari; essi rappresentano il duca a Roma e nelle ambascerie.

Texte intégral

  • 1 Comme l’a montré B. Guenée, Entre l’Église et l’État : quatre vies de prélats français à la fin du (...)
  • 2 Voir à ce propos H. Millet (dir.), I canonici al servizio dello Stato in Europa secoli XIII-XVI, M (...)

1Le clergé en Occident à la fin du XVe siècle est confronté aux crises engendrées par les mutations qui affectent la chrétienté : la papauté, mise en cause à la suite de décisions des conciles de Bâle et de Constance a vu son autorité se réduire face à la montée des églises « nationales ». Elle s’est résignée à la signature de concordats qui accroissent l’autorité des souverains laïques sur les Églises de leurs États au détriment de la sienne. Les ecclésiastiques jouent des tensions ouvertes ou latentes pour défendre leurs intérêts propres. En même temps, les difficultés qui surgissent en tout domaine, les abus des pontifes, les malheurs des guerres et des épidémies, les transformations sociales, politiques et administratives qui président à la construction de l’État-Nation modifient la considération dont le clergé a joui jusqu’alors et sa place au sein des réseaux de pouvoirs s’en trouve ébranlée. Face à l’essor des instances de gouvernement de moins en moins réservées aux nobles et réclamant de plus en plus de compétences, les ecclésiastiques responsables des savoirs et de l’éducation à travers les universités veulent conserver une place privilégiée auprès des suzerains devenus souverains. À la recherche de carrières et de défense des intérêts de l’Église1, ils assument des offices et des missions d’importance dans les grandes monarchies de la fin du Moyen Âge. Ces questions ont surtout été étudiées du point de vue des chapitres qui permettent de les éclairer à partir de milieux clairement définis2.

2La situation des duchés de Bar et de Lorraine présente plusieurs particularités : la région assez éloignée des grandes universités de l’époque est à cheval sur la limite des langues et se situe donc sur un carrefour d’influences. Les États ducaux, de taille modeste, sont morcelés par les temporels des trois évêchés d’Empire et les villes épiscopales qui échappent à son autorité, ainsi que les ecclésiastiques qui y exercent. En revanche, dans la principauté lorraine en construction, après un demi-siècle d’administration à distance le plus souvent, René II doit recruter un personnel nouveau, instruit et compétent pour faire face à ses responsabilités. La bonne entente avec le clergé et une politique de coexistence décente avec les évêques à défaut de mieux, sont indispensables à la survie de la principauté marquée par la discontinuité territoriale. Or, à son avènement les sièges épiscopaux lorrains sont tous aux mains d’évêques favorables au duc de Bourgogne Charles le Téméraire. 35 ans plus tard, la situation est inversée et tous ont été pourvus conformément aux souhaits et aux intérêts du duc. Il est donc intéressant d’étudier la place occupée par le clergé dans le personnel de l’hôtel ducal comme dans celui de l’administration de la principauté et d’observer dans quelle mesure le duc a construit sa politique en s’appuyant sur les ecclésiastiques.

Les nombreux officiers d’une chapelle modeste

  • 3 Archives départementales de Meurthe-et-Moselle [désormais ADMM], B 1 à B 11 et B 975 à B 1007 ; le (...)

3Le dépouillement de notices d’enregistrement d’environ 8200 décisions du duc René II et de la comptabilité générale conservée fournit une liste de 198 ecclésiastiques qui ont occupé un ou plusieurs offices ponctuellement ou de manière durable durant les 35 années du règne3. Le nombre total d’officiers au service des princes lorrains de cette époque n’a pu être calculé à ce jour, mais les deux duchés comptant 60 prévôtés regroupées en 7 bailliages, dans l’administration desquels le clergé n’apparaît pratiquement pas, sa présence ne peut être considérée comme numériquement écrasante au total.

Le personnel de la chapelle ducale

  • 4 Cette question a été étudiée par C. zum Kolk, L’évolution d’un service curial la chapelle de la re (...)
  • 5 A. Parayre, Le palais ducal de Nancy à la fin du XVe siècle, mémoire de maîtrise, Université de Na (...)

4Naturellement, les ecclésiastiques entourent d’abord le duc dans sa vie spirituelle en assurant le service de la chapelle ducale au palais4. Le duc dispose dans son hôtel d’une vieille chapelle située sous ses appartements et peu utilisée jusque-là ainsi que d’un oratoire qui communique avec sa chambre, avec sa librairie et avec les galeries de ce corps de bâtiments ; la pièce est chauffée par une cheminée, couverte d’un plafond lambrissé et prend la lumière par quatre fenêtres5.

  • 6 P. Desaux, Enquête sur la pratique musicale en Lorraine et Barrois au XVe siècle et dans la premiè (...)
  • 7 Exception faite de sa présence à Padoue auprès du duc : il signe en effet en août 1483 deux lettre (...)
  • 8 ADMM, B 1, fol. 252v, B2, 227r et 247r. Nouvelle permutation de sa part en 1489 : ibid., B3, fol. (...)

5René II particulièrement sensible à la musique crée des chapelles musicales au palais de Nancy, dans la collégiale de Saint-Dié et dans celle de Saint-Maxe de Bar ; il développe aussi celle de la collégiale Saint-Georges6. Il obtient d’abord du pape en 1489 la permission de fonder en son hôtel une chapelle musicale avec 30 offices de chapelains et de chantres tous investis de prébendes localisées dans les diocèses lorrains, le reste du financement devant être supporté par les profits du grenier à sel de Joinville. Dès l’année suivante, 14 offices sont pourvus dont ceux de 6 de chantres ordinaires. Un organiste y est adjoint : il s’agit d’Antoine de Hongarde dont la présence est attestée au conseil dès mai 1474. Recruté comme secrétaire et clerc de chapelle en mars 1475, il est responsable du premier registre de décisions ducales conservé en Lorraine pour les années 1474 à 1478, puis il disparaît presque totalement des charges administratives7. Il obtient une prébende à la collégiale Saint-Georges liée à l’office d’archichantre qu’il abandonne au « tenoriste » Jean Braconnier pour bénéficier d’une prébende en Normandie8.

  • 9 Entre 1492 et 1508, 8 registres de comptes sont conservés : ADMM, B989, B 991, B 993, B 994, B 996 (...)
  • 10 ADMM, B 4, fol. 140r. Il y a alors un conflit entre le duc et la papauté pour la nomination de l’a (...)
  • 11 Dans le registre ADMM, B 10, il enregistre plus de 150 actes et encore 50 dans le suivant pour les (...)
  • 12 ADMM, B 11, fol. 66r-67v.

6Restent à la charge de la comptabilité de l’hôtel, selon les années, à 4 à 6 personnes9, avec au moins un aumônier, un chapelain, un confesseur et un clerc de chapelle. La plupart des chapelains exerçant au palais se cantonnent dans des tâches liturgiques et spirituelles et n’apparaissent guère dans les sources administratives parce qu’ils demeurent en marge des autres affaires, même si le duc peut recourir à eux pour des missions ponctuelles : ainsi envoie-t-il en 1495 le chapelain Jean Day administrer le revenu de l’abbaye royale de femmes de Saint-Pierre-aux-Nonnains à Metz « etant necessaire d’y mettre une personne pour rendre bon compte »10. Didier Tallard semble davantage que les autres, intégré dans les services de l’hôtel. Apparu en 1477 en qualité de clerc du trésorier puis en 1480 comme chambre aux deniers du duc, fonction dans laquelle il exerce un intérim, il devient ensuite clerc de chapelle et secrétaire ducal, puis il est cité pour sa qualité d’aumônier à partir de 1494, tout en restant secrétaire. Il supplée à l’occasion, Jean de Châteauneuf qui est chargé de l’enregistrement des décisions ducales11 ; Il reçoit alors des serments d’officiers nouvellement nommés ainsi que des résignations de prébendes. En 1507, il accompagne le maître de la chambre aux deniers pour aller enquêter dans la Sarthe sur les abus commis dans la baronnie de Sablé puis contrôler en Normandie les comptes seigneuriaux pour faire rentrer l’argent dû au duc12. Il gère également des comptes de dépenses et des sommes d’argent, alors qu’il n’exerce plus d’office comptable depuis deux ans : demeuré plus de 35 ans au service de la principauté, il est souvent sorti des attributions d’un clerc des comptes ou de chapelle devenu aumônier du duc.

  • 13 ADMM, B 3 fol. 244r et B5, fol. 141v.
  • 14 L.-E. Dupin, Histoire des controverses et des matières ecclésiastiques, Paris, 1698, p 594 et 705 (...)
  • 15 ADMM B3, fol. 41r, 88v, 95r.

7La liste des six confesseurs de René II qui ont pu être identifiés comme tels donne une idée à la fois de son souci permanent d’équilibre diplomatique et de ses penchants spirituels personnels. Il choisit en effet un premier confesseur dans l’Ordre des Franciscains : il s’agit d’un certain maître Jean qui prêche la Passion devant lui le Vendredi saint de 1477. Plus tard, il choisit un docteur en théologie de l’université de Paris et professeur d’Écriture Sainte, le dominicain Jean Grilot nommé le 24 avril 1489, date à laquelle il obtient également l’office de conseiller ducal ; en 1495, le duc lui octroie une rente annuelle de 100 livres tournois, alors qu’il demeure à Paris13. Ce versement est à convertir en œuvres pieuses du choix du bénéficiaire et intervient malgré la censure que lui inflige la faculté de théologie en 1493 en raison de ses propositions relatives au dogme de l’Immaculée Conception de la Vierge14. Ce dominicain aurait prêché le jour de la Conception dans l’église Saint-Germain l’Auxerrois en prenant pour texte l’Évangile de la femme adultère… Un autre frère dominicain docteur en théologie et en décrets Jean de Cortesiis reçoit à partir de 1485 la somme de 12 livres et demie par mois de gages et pension, mais il ne se cantonne pas dans le rôle de confesseur : il figure au conseil dans les années 1486 et 1487 et effectue des voyages, notamment à Rome, pour le compte du duc 15.

  • 16 Ils ont d’ailleurs été fort minutieusement étudiés par P. Desaux, Hugues des Hazards, évêque de To (...)

8Les chantres de la chapelle ducale, quant à eux, sont rattachés à la collégiale Saint-Georges et ne sont généralement pas titulaires de la prêtrise. Ils n’entrent pas de ce fait, dans le cadre de cette étude16.

Une « diaspora » de chapelains du duc

  • 17 22 d’entre eux d’après les lettres patentes du règne de René II : référence en note 3.
  • 18 Au contraire, ce sont tous des hommes d’origine modeste à l’exception d’Hugues de Ligniville prêtr (...)

9Les lettres patentes enregistrées sous le règne de René II comportent, outre le personnel cité ci-dessus, 53 nominations de chapelains du duc. Ceux-ci se distinguent des chapelains de l’hôtel ducal par le fait qu’ils ne remplissent aucun office ecclésiastique régulier déterminé et rétribué auprès de la personne du duc. L’enregistrement de la lettre patente qui les concerne, précise pour près de la moitié d’entre eux qu’ils exercent cet office à titre honorifique17. Ces hommes ne se distinguent ni par des origines particulièrement aristocratiques18, ni par des cursus universitaires brillants, qui pourraient leur valoir l’intérêt particulier du duc, en vertu de leurs relations familiales et sociales, de leur éducation ou de leurs compétences soit théologiques soit juridiques. On ne compte parmi eux aucun docteur et trois ou quatre seulement sont mentionnés comme titulaires d’un diplôme universitaire de bachelier ou de licencié.

  • 19 Hormis les rémunérations des chapelains de l’hôtel ducal pour gages et menus services que mentionn (...)
  • 20 ADMM, B 2, fol. 189. La nomination est faite à Nancy le 22 septembre 1482. Il s’agit de Girard Wau (...)

10En outre, la plupart d’entre eux résident hors de la ville de Nancy ; ils exercent des charges dans des églises situées en diverses localités extérieures à la capitale ducale et aux résidences habituelles du prince. On en trouve deux à Metz et à Toul, quatre à Verdun, et autant dans les nombreux chapitres réguliers où le duc entretient jalousement son droit de nomination aux prébendes. À leurs côtés figure une bonne vingtaine de curés et de simples prêtres peu ou pas du tout attestés dans les sources comptables. Ils sont dispersés de la Haute-Marne à la région luxembourgeoise, dans des paroisses apparemment dépourvues de tout intérêt particulier et de lien étroit avec la chapelle ducale ; ils ne peuvent du fait de leur éloignement participer quotidiennement au service religieux du duc. Ils ne sont vraisemblablement appelés que lors de cérémonies exceptionnelles et encore, aucun indice ne le prouve. Il n’y a pas trace de dépenses de voyages pour les avertir ou les faire venir. Leur lien avec la principauté est donc sans doute d’une autre nature. Une fois nommés, ils n’apparaissent plus guère dans les sources ducales que pour des mutations de prébendes. Leur rôle dans l’administration demeure marginal, à en croire les dépenses comptables les concernant qui sont rares et limitées à quelques mentions ponctuelles19. Mais ils contribuent sans doute par leur seule présence favorable au duc à qui ils doivent leur nomination, à un réseau de relations utile à divers titres à la cohésion de l’État princier. Aucune lettre de nomination n’a pu être retrouvée à ce jour ; les regestes conservés parlent des prérogatives et privilèges attachés à la charge sans les énumérer, à une exception près : la nomination d’un curé vosgien précise qu’il obtient l’office de chapelain ordinaire pour la bonne relation faite au duc de sa personne et pour les bons services passés et futurs qu’il en escompte, mais aussi et sans doute surtout parce que René II a appris « qu’il scet faire oyseaux de praye dont presentement luy donnons charge nous en faire nourrir et entretenir »20. Le même document indique certains au moins des avantages retirés par l’impétrant : celui-ci bénéficie de l’affranchissement de toute aide et de tous emprunts que le duc pourrait lever sa vie durant, sur le clergé de Lorraine. De plus, l’ensemble de ses biens est placé sous la protection et sauvegarde ducale. Enfin, il est autorisé à chasser et à prendre du gibier avec les oiseaux du duc où bon lui semblera. Ce n’est sûrement pas un cas général, malgré le goût prononcé de René II pour les oiseaux. Mais on peut, à partir de cet exemple, imaginer les causes de nomination les plus variées. Il montre que les offices n’encadrent pas nécessairement des activités liées à leur dénomination. Ils établissent un lien avec le duc qui confie ensuite à ceux qu’il choisit des missions ponctuelles ou des charges selon ses besoins et selon leur faculté à y répondre.

Les ecclésiastiques dans les offices d’administration interne des duchés

11La Lorraine ne fait pas exception au phénomène de l’essor de l’administration tant centrale que locale, à la fin du XVe siècle. Les clercs laïcs, en raison des études faites et des compétences acquises, constituent une part importante du personnel recruté. S’il est impossible, du fait de l’état des recherches et de celui des sources de brosser un tableau d’ensemble des offices, le dépouillement des enregistrements de lettres patentes permet d’en établir les chiffres (tab. 1).

12Tab. 1 – Les offices d'administration interne.

Nature de l’office

Total des nominations

Part des ecclésiastiques

Conseiller

106

49

Tabellion

177

15

Secrétaire

81

14

Total

364

76

Les clercs au conseil

  • 21 Selon C. Michon, les prélats d’État dans la France et l’Angleterre de la Renaissance, dans H. Mill (...)

13C’est donc au conseil ducal que la place des ecclésiastiques est la plus importante, puisqu’ils constituent près de la moitié de ses membres, soit une présence plus forte que celle constatée dans les royaumes de France et d’Angleterre à la même époque21. À la différence des chapelains, ils occupent fréquemment des prébendes recherchées dans les trois chapitres cathédraux de Metz, Toul et Verdun mais aussi dans ceux de Langres, de Châlons-sur-Marne ou de Troyes, ce qui leur confère des rôles d’intermédiaires dans les relations avec les évêchés de la région.

  • 22 Conseiller en l’hôtel du duc dès le début du règne il est confirmé en cet office, le 16 janvier 14 (...)
  • 23 Humaniste originaire de Sélestat, considéré comme le fondateur de l’historiographie allemande, Il (...)

14On trouve aussi parmi eux des abbés de monastères intérieurs ou extérieurs aux duchés. Rares sont en revanche les représentants du monde germanique, hormis Henri de Helmstatt doyen de la cathédrale de Spire22 où Maximilien venait à cette époque entendre des sermons et où se retrouvaient aussi les comtes palatins Louis et Philippe, les ducs de Saxe Albert et Henri, etc. Le chapitre de Spire, en relations avec un cercle humaniste du Rhin supérieur formé autour de Jacques Wimpfeling, accueillit ce dernier et subit son influence23. René II attire avec le doyen de Spire une personnalité importante du monde politico-religieux du Rhin moyen susceptible de le conseiller dans ses relations avec l’archevêque de Trèves et avec les princes de la vallée du Rhin. Les mauvaises relations de René II avec les archevêques Jean puis Jacques de Bade, sa méconnaissance de l’allemand et son souci de ne développer aucun lien de soumission à l’Empire expliquent probablement la faiblesse de la présence des ecclésiastiques germanophones au conseil.

  • 24 Voir à son sujet A. Harmand, Ph. Masson (dir.), La Renaissance à Toul, morceaux choisis, Toul, 201 (...)

15Les nobles appartenant au clergé ne sont d’ailleurs pas très nombreux au sein du corps des conseillers : Ambroise de Charnières noble angevin, Warry de Dommartin membre d’une illustre famille lorraine alliée aux Haroué, aux Du Châtelet et aux Lenoncourt ou encore Didier de Bistroff24 issu d’une famille de la petite noblesse sont les seuls qu’on y relève. L’aristocratie ne tient donc pas le conseil à travers le clergé : seulement une minorité de ses membres ecclésiastiques appartiennent à d’illustres familles et les lignages lorrains les plus nobles y sont présents autrement.

  • 25 Les titres universitaires ne sont pas systématiquement mentionnés dans les regestes des lettres de (...)
  • 26 Ils suivent en cela les tendances observées ailleurs à l’époque.
  • 27 Voir notamment celle de Didier Briel (ADMM B 2, fol. 334v).
  • 28 Voir ADMM, B 2, fol. 46v. Il décède avant le 15 mars 1491, date à laquelle son frère Ambroise bach (...)
  • 29 Voir ADMM, B 11, fol. 5r : il fait un versement au gardien et vicaire du couvent.
  • 30 Par exemple une prébende à Sainte-Croix de Pont-à-Mousson pour Richier Hennequin, fils de son pell (...)

16En revanche 24 au moins de ces 49 conseillers25 possèdent des titres universitaires et 12 d’entre eux sont titulaires d’un ou deux doctorats, généralement en droit canon et civil, plus rarement en théologie26. La plupart des autres sont déclarés licenciés, les bacheliers sont en minorité. Le duc tient en effet à recruter des hommes de qualité et instruits, comme il le spécifie dans certaines lettres de nomination27. Ce souci se manifeste également par le soutien financier que le duc apporte à des ecclésiastiques réguliers ou séculiers, dans la poursuite de leurs études : c’est le cas de maître Jean de Charnières prêtre, bachelier en théologie, son secrétaire et aumônier depuis des années quand il devient boursier du collège royal de Navarre à Paris28 en 1481. René II subventionne également les études de clercs qui ne deviendront pas nécessairement ses officiers : il pourvoit ainsi à la dépense de six frères qui étudient au couvent des Cordeliers de Paris en 150629. Plus souvent, le duc confère des prébendes aux jeunes ecclésiastiques poursuivant des études universitaires30. Apparemment tous sont envoyés à Paris plutôt que dans des universités du domaine germanique, traduisant bien l’orientation principale de la politique ducale et des questions juridiques qu’elle affronte : l’Empire apparaît moins menaçant que le royaume de France, à cette époque, pour l’avenir de la principauté.

  • 31 On en compte 7 à Metz et 5 à Verdun dans une situation comparable toujours à partir du corpus des (...)
  • 32 Sur cette question voir Ch. Barralis, René II et les évêques de la région lorraine, p. 243-255, da (...)

17Il est difficile d’évaluer l’influence des conseillers appartenant au clergé sur les décisions prises par le duc. Leur recrutement reflète sans doute surtout la prévalence de ses préoccupations territoriales. On observe en particulier que 13 d’entre eux occupent à Toul31 des prébendes de chanoines ou s’y trouvent à la tête d’établissements ecclésiastiques ; tous sont pourvus de titres universitaires. Ils contribuent davantage à la défense des intérêts du duc à Toul qu’à l’inverse au renforcement de l’autonomie touloise contre l’emprise ducale : en témoigne la mainmise sur le siège épiscopal de Toul par le candidat du duc au détriment de celui de Rome32.

Secrétaires et tabellions ecclésiastiques

  • 33 On en trouve les rôles soit dans les registres de lettres patentes (ADMM, B2, B 3, B 4, B 5, rien (...)
  • 34 ADMM, B 1, fol. 173v et 244r, B 3, fol. 70v, B 4, fol. 59v et 79r, B 5, fol. 232v. En 1474, il voy (...)

18L’appartenance au conseil semble accompagner l’exercice de la plupart des offices administratifs, mais on ne possède pas d’attestation avérée de cette pratique. En effet, seuls les témoins les plus prestigieux des prises de décisions sont nommément cités au bas des enregistrements de décisions avec le secrétaire et l’enregistreur. Tout secrétaire est nécessairement conseiller pour pouvoir œuvrer au conseil en vertu de son office. Les tabellions sont souvent d’anciens secrétaires. Hormis les secrétaires de l’hôtel dont deux seulement sont rémunérés chaque année sur les comptes des dépenses de l’hôtel ducal33, les autres tant laïcs qu’ecclésiastiques sont pourvus de charges généralement liées à des recettes sur lesquelles ils sont rémunérés, de manière à ne pas peser directement sur la dépense du palais ducal. On trouve peu de tabellions et de secrétaires parmi les ecclésiastiques probablement parce que ces derniers peuvent être au service du duc tout en occupant une prébende rémunératrice dont le duc exerce le droit de provision plutôt qu’un office administratif. Hormis Didier Tallard dont le cas est évoqué plus haut avec le personnel de la chapelle de l’hôtel auquel il a appartenu, les secrétaires ecclésiastiques ne sont pas nombreux à remplir des charges administratives mentionnées dans les sources. Parmi eux, Jean Connain déjà secrétaire de René d’Anjou, licencié en droit civil et maître ès arts, signe des actes conservés jusqu’à nos jours et d’autres dont on a gardé l’enregistrement, en petit nombre jusqu’en 1493, bien qu’il soit en même temps chantre et chanoine de la cathédrale de Toul34.

  • 35 A. Collignon, Aluy (Jean) secrétaire de René II en 1493, dans J. Balteau (dir.), Dictionnaire de b (...)
  • 36 ADMM, B 4, fol. 199 et B 989, fol. 51v. Il reçoit 200 francs pour l’année 1493. Sa lettre de nomin (...)
  • 37 Au sujet de cette prestation d’hommage, consulter B. Stollberg-Rilinger, Les vieux habits de l’emp (...)
  • 38 Il est dédommagé en 1499 pour faire porter ces lettres en Avignon : ADMM, B 996, fol. 75.
  • 39 René II donne procuration à ce prélat romain pour suivre ses affaires en cour de Rome, le 1er juil (...)
  • 40 Une procuration plus large que la précédente désigne le cardinal Soderini pour être le protecteur (...)
  • 41 René II recrute, sur sa recommandation, comme chevaucheur d’écurie, le 25 août 1502, un certain Ha (...)
  • 42 Il y figure sous la cote K 1182e. Le texte a été publié sous son titre original par Guillaume 1875
  • 43 ADMM, B 1, fol. 372v et le lendemain 14 mai lui est octroyée une pension de 30 florins d’or du Rhi (...)
  • 44 Voir la notice et la bibliographie à son sujet dans Ph. Hoch (dir.), Trésors des bibliothèques de (...)

19Deux autres secrétaires sont bien connus parce qu’ils ont laissé chacun une œuvre historiographique. Le premier est Jean-Louis Crasse, alias Johannès Aloysius Crassus Calaber35, apparemment d’origine calabraise si l’on en croit son nom. Il a probablement été présenté au duc par Raymond Peyraud, futur cardinal de Gurck, légat du pape qui postula à l’évêché de Metz, dont il était le secrétaire : il reçoit à ce titre une gratification de René II le 22 juin 1492 et dès l’année suivante devient secrétaire de l’hôtel ducal36. Son usage courant du latin et sa connaissance des milieux diplomatiques fréquentés grâce à son précédent maître, le font choisir pour accompagner les négociations relatives à la prestation de l’hommage ducal à l’Empereur qui donna lieu à des mises au point particulières37. Familier des usages de la curie romaine, Il accomplit aussi divers voyages en Italie pour les affaires du duc, mais également à Lyon et à Avignon où il fait porter des lettres au cardinal Julien della Rovere38 ; il est appelé pour rédiger des lettres en latin, en particulier celles destinées aux personnages de l’entourage du pape comme Giovanni Baptista Ferrari cardinal archevêque de Capoue39 ou Francesco Soderini cardinal du titre de Sainte-Suzanne40. Sa présence est attestée entre 1493 et 150741. Mais seule la bibliothèque de Sélestat conserve un exemplaire de sa publication sur 8 feuillets de la Renati secundi Syciliae regis et Lothringiae ducis vita42, texte qui tient du panégyrique sans originalité et fut beaucoup moins prisé que celui de son collègue secrétaire ducal Pierre de Blarru. Ce dernier rencontré sans doute à Paris, est recruté par René II comme conseiller et secrétaire le 13 mai 147743. Devenu plus tard chanoine de Saint-Dié où il participa aux travaux du Gymnase Vosgien, il est l’auteur de la Nancéïde, épopée en vers latins retraçant la lutte de René II contre Charles le Téméraire44. Hormis cette œuvre qui connut un grand succès, Pierre de Blarru licencié en décrets n’apparaît dans aucune activité liée à son office de secrétaire.

Évêques et futurs évêques à la tête du conseil et de la chambre des comptes

20La présence du haut-clergé dans les offices ducaux est limitée par la situation propre à la Lorraine : si les institutions suivent un modèle français tant dans l’administration centrale que locale, les territoires sont marqués par la présence d’évêchés d’Empire aux vastes domaines autonomes à l’égard du duc et souvent ses rivaux. Les questions d’influences réciproques, les querelles de frontières et de voisinages rendent les relations parfois difficiles pour le duc, avec les cités épiscopales surtout.

  • 45 ADMM B 2, fol. 219v : les biens en indivis avec ceux de son frère André de Haraucourt avaient été (...)
  • 46 Sur ces diverses affaires, voir ADMM B 1, fol. 244v, B 2, 74r, 394r, 395v, 422v, B7, fol. 8r. Il o (...)

21Pourtant René II tente l’expérience. Au début du règne, Guillaume de Haraucourt, évêque de Verdun est prisonnier de Louis XI à la Bastille pour complicité avec les Bourguignons et avec le cardinal de La Balue, depuis 1469. À peine libéré contre promesse de ne pas retourner en Lorraine, il rentre à Toul et paraît au conseil ducal le 24 janvier 1483, pour obtenir levée de la mainmise sur ses biens45. René II l’a attiré, sans doute parce qu’il partage son inimitié à l’égard de Louis XI. Il le nomme chef de son conseil mais l’entente est brève. Sitôt le roi de France décédé, Guillaume de Haraucourt remonte sur le siège épiscopal de Verdun ; les querelles reprennent avec le duc et il cesse de paraître au conseil après le 22 février 1491 jusqu’à sa mort en 1500. Le duc attend plusieurs années avant de lui donner un successeur en la personne d’Hugues des Hazards futur évêque de Toul, prévôt de la collégiale Saint-Georges immédiate voisine du palais ducal à Nancy. Titulaire d’un double doctorat en droit canon et civil, ayant débuté sa carrière à Rome après des études à Sienne, cet ecclésiastique apporte à la principauté des qualités de juriste et de négociateur. Le calendrier de ses présences au conseil entre 1494 et 1508 est impressionnant par sa densité : il participe à cette instance durant la majorité des mois de l’année, exception faite de 1502 et de 1503. Il est difficile de déterminer son influence sur les décisions ducales mais on le retrouve dans l’action diplomatique hors des duchés et il manifestera comme évêque de Toul des qualités en maints domaines. S’il demeure conseiller après son élévation à l’épiscopat il ne préside plus le conseil. Warry de Dommartin futur évêque de Verdun lui succède dans cet office. Membre de l’aristocratie lorraine, abbé de Gorze et administrateur des prieurés de Saint-Nicolas-de-Port et de Varangéville, il est qualifié de « fidèle conseiller » dans les sources. Il n’hésite cependant pas à s’opposer à René II pour défendre les intérêts de ses ressortissants et le contraint à recourir au pape pour le faire céder. En 1475, avant même d’entrer au conseil, Warry de Dommartin oblige René II à respecter et à confirmer par lettre les privilèges concédés aux divers établissements ecclésiastiques qu’il dirige. En 1486, c’est sur la requête du pape et après plusieurs remontrances, que l’abbé de Gorze consent en échange d’une lettre de non-préjudice, à la levée par René II d’une aide de 2 francs par feu et le mois suivant à un don de 1200 francs. Ces sommes sont destinées à financer la reconquête du royaume de Sicile. En 1499 encore, il le contraint à accepter la construction de moulins à blé et à écorces ainsi que d’autres usines à Varangéville46.

  • 47 À ce sujet voir notamment H. Olland, Le personnel de la chambre des comptes de Lorraine à la fin d (...)
  • 48 A. D. Thierry, Histoire de la ville de Toul et de ses évêques, Paris, 1841, p. 25. Il reçoit l’arg (...)
  • 49 ADMM, B1, fol. 270r. Il ne semble pas avoir de prédécesseur, cet office n’est pas mentionné avant (...)
  • 50 ADMM, B 4, fol. 97v-99r.
  • 51 Sa nomination est datée du 9 avril 1498 ; elle précise qu’il remplace Huyn Roynette démis de ces f (...)

22Outre le conseil, le duc recourt aux prélats pour présider aux destinées de la chambre des comptes qu’il développe en Lorraine47, parce qu’elle ne dispose pas, à son avènement, d’une tradition et d’un personnel installés de longue date. Le protonotaire Jean de Lamballe élu malheureux du chapitre de Toul contre l’évêque Antoine de Neuchâtel était déjà au service des ducs Jean de Calabre et Nicolas d’Anjou48. II est nommé en 1475 président de la chambre des comptes de Lorraine « pour entendre, maintenir et conduire le fait » des finances49. Il assiste dès lors au conseil, prend les serments de nouveaux officiers et effectue des transferts de fonds ; à la fin des années 1480 sa présence se raréfie au conseil où sa dernière venue mentionnée se situe le 29 avril 1491, avant sa mort l’année suivante50. Après un laïc recruté dans l’intervalle, c’est maître Hugues des Hazards conseiller du duc déjà nommé qui devient président de la chambre des comptes de Lorraine en 1498 et le demeure jusqu’à la fin du règne et au-delà ; si l’on ne peut juger de sa gestion par des actes précis, du moins doit-on observer dans la dernière partie du règne, l’amélioration de l’équilibre des finances et de la clarté de la hiérarchie comptable qui sont au moins en partie à porter à son crédit51.

23La place du clergé dans les offices d’administration de la principauté n’est donc pas négligeable. Elle s’exerce principalement dans le domaine des finances qui sont l’un des aspects les plus constructifs de la période et dans celui du conseil qui aide le duc à mener sa politique. Cette coopération est complétée par le rôle des ecclésiastiques qui bénéficient simplement de la part du duc de collation de prébendes, prérogative dont il se montre particulièrement jaloux et qu’il n’hésite pas à défendre face aux interventions de la papauté. Il se construit ainsi une clientèle largement dispersée à travers ses duchés par le biais des cures et des collégiales de chanoines réguliers présentes auprès de la majeure partie des châteaux ducaux ; c’est une manière de tenir les territoires avec l’aide de ceux qui exercent un ascendant moral et une autorité souvent concrète sur la population.

L’implication des officiers ecclésiastiques dans la politique extérieure et la représentation : bilan de leurs carrières

24Le prestige du clergé, ses compétences juridiques acquises dans les études universitaires poursuivies, la confiance et le respect qu’il inspire, la stature que lui confèrent ses charges rendent fort utile la présence d’un ecclésiastique de renom dans une ambassade. Une partie de la diplomatie est orientée vers l’Italie et particulièrement vers la Cour pontificale du fait des principaux objectifs de la politique de René II : la mainmise sur les chapitres cathédraux pour maîtriser le choix des titulaires des trois évêchés et de bonnes relations avec les puissances italiennes pour faire aboutir son projet de reconquête du royaume de Naples.

Ambassadeurs et procureurs en missions

  • 52 Ces missions sont mentionnées dans les lettres patentes de René II : ADMM, B 4, fol. 29r, 48r et 1 (...)
  • 53 Voir note 36.
  • 54 L’ambassade de Lindau a été étudiée par J. Schneider 1980 p. 109. Hugues des Hazards va directemen (...)

25Peu nombreux à être expérimentés, et en assez bonne santé pour de longs et multiples voyages, les officiers ecclésiastiques compétents à la fois en matière de langues, de droit et de diplomatie se trouvent parmi les conseillers les plus titrés : Guillaume Gaultier abbé de Saint-Èvre-lès-Toul, Warry de Dommartin abbé de Gorze et futur évêque de Verdun et Hugues des Hazards doyen du chapitre de Metz, futur évêque de Toul déjà lourdement chargé de responsabilités à l’intérieur du duché, sont les plus sollicités pour la défense des intérêts du duc à l’extérieur de ses domaines. Ils se rendent tant à Paris que dans l’Empire pour régler des conflits juridiques, des acquisitions ou abandons de biens : maître Guillaume Gaultier est constitué procureur au Parlement de Paris en 1490 par le duc qui juge nécessaire d’y être représenté en raison du nombre d’affaires à y traiter. Dès cette année-là, il se trouve à Paris pour régler le différend concernant le comté de Ligny, en 1492 pour procéder au transfert d’une rente due au maréchal de France Philippe de Crèvecoeur, en 1493 pour y poursuivre le receveur de la seigneurie de Boves mauvais payeur, l’année suivante pour transiger avec le chapitre d’Angers qui réclame une importante somme d’argent devant les maîtres des requêtes. En 1495 avec trois autres il va procéder au rachat de la seigneurie de Brionne dans l’Eure pour la revendre ensuite à l’oncle du duc Henri de Lorraine évêque de Metz qui a avancé l’argent de l’opération52. Il intervient donc dans des questions essentiellement domaniales traitées soit à Paris soit dans les possessions normandes du duc. Hugues des Hazards bien que parfois envoyé en France, apparaît plus souvent sollicité dans les démarches concernant les pays d’Empire. Il fait partie de la délégation lorraine qui accompagne le duc à la diète de Worms lors de sa prestation d’hommage à l’Empereur Maximilien, en 149553. L’année suivante il part représenter le duc à la diète de Lindau et s’absente pour cette raison du 13 août au 18 septembre. Dès son retour, le duc qu’il trouve à Pont-à-Mousson fort préoccupé par cette question, l’envoie de suite à Sierck à une conférence sur le fait de la guerre contre Robert de La Marck. Le 14 décembre suivant il reçoit mandat d’aller à Reims le représenter pour le règlement de ce conflit54. On pourrait multiplier les exemples de ce genre qui montrent à la fois le dévouement des hommes concernés, une certaine fébrilité du prince face à la multiplicité des démarches à entreprendre et à mener à leur terme. Cette principauté modeste s’efforce de mettre en œuvre les moyens humains et financiers d’une politique ambitieuse rendue nécessaire par les contraintes de son environnement géopolitique.

Représentation des intérêts du duc à Rome

  • 55 La nomination de Charles de Manelles docteur en décrets n’est connue que par celle de l’un de ses (...)
  • 56 ADMM, B2, fol. 163r-163v : il est probablement membre de la famille d’un chambellan du duc de Bret (...)
  • 57 Il est nommé pendant le séjour du duc à Tours en janvier 1484 en raison de ses connaissances jurid (...)
  • 58 Il reçoit 300 florins pour son voyage à Rome en octobre 1486 : ADMM B3, fol. 3v et 17r.
  • 59 ADMM, B3, 3v.

26Dès le début de son règne, René II se fait représenter à Rome, dans le souci apparent de la gestion des nominations aux prébendes. Après Charles de Manelles qui a reçu la charge de procureur et orateur du duc à Rome, il constitue Jean Louet docteur en droit comme procureur général devant le pape et le sacré collège pour recevoir des bulles et autres documents mais les sources attestent peu de relations nouées par ces intermédiaires55. En revanche dans les années 1480, les rapports s’intensifient et cinq ecclésiastiques au moins sont envoyés à Rome. Ce sont Robert d’Espinay prélat breton nommé avec Charles Baron procureur en cours de Rome en 148256, maître de Barsiis docteur en droit civil et canon dit de Pérouse, retenu en l’office de conseiller en 1484 pour participer au conseil et à l’expédition des affaires à Rome57. L’année suivante Jean de Cortesiis confesseur du duc se rend à Rome avec Raymond de Glandevès et peut-être y retourne-t-il ensuite. Quatre ans plus tard le duc se préoccupe de rembourser les dettes qu’il a contractées auprès d’un banquier pour payer certaines bulles apostoliques et expéditions obtenues à Rome58. Warry de Dommartin conseiller du duc et abbé de Gorze à cette époque est dédommagé à son tour en octobre 1486 pour un voyage à Rome59.

  • 60 E. Nunziante, Il concistoro d’Innocenzo VIII per la chiamata di Renato Duca di Lorena contro il Re (...)
  • 61 ADMM, B 984, fol. 17. Le frère dominicain est défrayé de son voyage, moyennant le versement de 120 (...)
  • 62 ADMM B 3, fol. 84r-84v. C’est au printemps de la même année que prend place sa seconde tentative p (...)

27Cette époque est celle où René II s’est rendu par deux fois à Venise et où il a combattu pour la cité des Doges contre Ferrare ; ses revendications sur le royaume de Naples rencontrent alors quelque écho favorable auprès du pape Innocent VIII. Ce dernier va jusqu’à réunir un consistoire au printemps 1486 pour examiner la possibilité de soutenir l’entreprise du duc de Lorraine sur le royaume méridional et conclut le dilemme en sa faveur. Mais René II n’arrivant pas assez vite en Italie au goût du souverain pontife, un nouveau consistoire réuni en juin s’oriente vers l’entente avec le royaume d’Aragon60. René II envoie cette année-là son confesseur le dominicain Jean de Cortesiis à Rome avec Raymond de Glandevès, sans que l’on connaisse le contenu de leur mission61. Le 1er juillet 1487, il nomme Jean Briel docteur en droit sujet du duché de Bar à son tour procureur, conseiller et orateur en cour de Rome avec pleine puissance de défendre toutes ses causes en matière de bénéfices et autres affaires sous l’obligation de ses biens 62.

  • 63 Sur ces succès voir Ch. Barralis, René II et les évêques, note 25 p. 252.
  • 64 Pour reprendre l’expression de C. Michon, les prélats d’État, p. 101.
  • 65 Les bribes conservées de courriers échangés avec Jean Briel et Jean-Louis Crasse principalement, m (...)

28De nouveau dans la première décennie du XVIe siècle plusieurs conseillers et procureurs sont chargés de défendre les intérêts lorrains auprès de la curie. Jean de Vicherey doyen de la collégiale de Vic-sur-Seille, Jean Wyard archidiacre de Vittel ont plaidé la cause du duc avec succès : les 3 évêchés changent de titulaire durant cette période et le duc impose dans tous les cas son candidat en surmontant non sans mal et non sans frais de vives oppositions pontificales : à Verdun Warry de Dommartin président du conseil ducal, à Metz après l’oncle du duc Henri de Lorraine, son propre fils Jean âgé de 7 ans en 1505, à Toul d’abord Olry de Blâmont63 son cousin puis Hugues des Hazards alors président du conseil ducal et de la chambre des comptes de Lorraine depuis la décennie précédente. Ce dernier pourrait être qualifié de « prélat d’État »64 si l’accession à la dignité épiscopale ne lui avait conféré le statut et les activités d’un prince d’Empire autonome à l’égard du duc. Ces succès reflètent le premier aspect de la politique menée à l’époque : le duc affirme ouvertement sa volonté de choisir le clergé des diocèses lorrains pour éviter inimitiés et divisions. Il cache bien davantage son ambition de reconquérir le royaume de Naples, tout en voulant montrer au pape, pour le convaincre, sa sincérité et la force de son implication dans la politique italienne, comme le montrent les quelques sources conservées en la matière65.

Le moyen de cette politique : la provision aux prébendes

  • 66 Il investit encore des abbesses et abbés par la crosse et par l’anneau et en reçoit prestation d’h (...)
  • 67 C’est par exemple le cas de l’abbaye Saint-Nicolas sise près de Verdun : tous les serviteurs, gran (...)

29Outre les qualités des clercs déjà décrites qui motivent leur recrutement, intervient aussi le fait que ceux-ci pèsent peu financièrement sur l’administration ducale, car ils vivent de leurs prébendes. Les sources montrent de la part de René II un « interventionnisme ecclésiastique » prononcé. Le duc dispose de la collation de nombreuses prébendes dans une vingtaine de collégiales régulières, dans divers couvents et abbayes et dans nombre de paroisses de ses États où il se comporte en patron laïc en perpétuant des pratiques archaïques d’investiture et en défendant ses candidats contre ceux du pape si nécessaire 66. Il veille à recruter comme officiers des membres de ces établissements ou à y installer des clercs favorables à ses intérêts. Il y ajoute à plusieurs reprises l’obtention du pape de la collation d’autres prébendes au bénéfice de sa chapelle notamment. Ses faveurs s’étendent à des ecclésiastiques recommandés par d’autres outre ceux dont il a lui-même observé les qualités : son épouse, sa sœur, son oncle Henri de Lorraine, Jean de Baudricourt, le sénéchal de Barrois Louis de Stainville, le seigneur de Valangin Claude d’Arberg obtiennent ainsi des prébendes pour un proche. Une autre façon d’étendre son influence consiste à imposer sa sauvegarde à nombre d’établissements religieux, plaçant tous leurs biens sous sa protection et y faisant installer des panonceaux à ses armes67.

  • 68 Archives de la Moselle, G 464, fol. 13.
  • 69 Même si, comme c’est le cas pour Hugues Bienfait, on ne trouve nulle mention de service précis ren (...)

30Les clercs « repérés » accèdent par étapes aux prébendes et aux titres les plus prestigieux susceptibles de favoriser la politique de mainmise sur les sièges épiscopaux. Jean Briel par exemple est recruté en qualité de conseiller ordinaire en 1484. Il est alors chanoine de Toul. L’oncle de René II étant devenu dans l’intervalle évêque de Metz, Briel y devient chanoine en 1488, archidiacre de Vic-sur-Seille l’année suivante et princier du chapitre en 1496 alors que l’année précédente il représentait le duc à Rome avec la qualité d’archidiacre de Toul et de protonotaire du Saint-Siège 68. D’autres déjà en place sont recrutés tard dans leur carrière par le duc comme officiers. S’ils cumulent plusieurs canonicats comme Hugues Bienfait chanoine des églises de Metz et de Toul, leur retenue comme conseiller est d’autant plus utile et peu onéreuse69.

  • 70 V. Julerot, 2006 dans son étude des élections épiscopales en France constate aussi la fréquente vi (...)

31Le duc de Lorraine met donc bien en œuvre une politique de recrutement de clercs au service des intérêts de la principauté70. Sur près de 200 prêtres, pour le moins, recrutés en 35 ans de règne, seule une poignée accomplit des tâches de gouvernement d’importance déterminante auprès de lui. Il est difficile d’appréhender les cheminements de son emprise sur les milieux canoniaux mais le rôle des officiers ecclésiastiques paraît essentiellement fondé sur l’essor de relations d’autorité et de confiance avec une large part du clergé, dans sa diversité sociale et dans sa dispersion géographique. Les capacités et la fidélité de chacun sont testées par l’exercice de tâches variées. L’objectif de placer sur les sièges épiscopaux lorrains ses propres candidats suppose de la part de René II un renversement complet en sa faveur, des relations avec les chanoines au cours du règne, la maîtrise de la provision de quantité de prébendes, la réaction immédiate contre toute forme d’abus contraire à ses droits et l’aménagement des relations avec Rome pour obtenir, au besoin par la contrainte l’accord du pape, en sont les principaux éléments. Cette politique a porté ses fruits.

Notes

1 Comme l’a montré B. Guenée, Entre l’Église et l’État : quatre vies de prélats français à la fin du Moyen Âge, XIIIe-XVe siècle, Paris, 1987, pour de grands prélats français de la fin du Moyen Âge.

2 Voir à ce propos H. Millet (dir.), I canonici al servizio dello Stato in Europa secoli XIII-XVI, Modena, 1992 et Ch. Barralis (dir.), Église et État, Église ou État ? Les clercs et la genèse de l’État moderne, Paris-Rome, 2014.

3 Archives départementales de Meurthe-et-Moselle [désormais ADMM], B 1 à B 11 et B 975 à B 1007 ; les sources ecclésiastiques n’ont pu être systématiquement dépouillées mais elles ne sont pas d’une grande aide d’après les sondages effectués, car elles ne précisent généralement pas la qualité d’officier ducal des clercs cités à propos de leurs prébendes ou de leurs charges. En revanche les lettres patentes font l’objet d’une base de données qui identifie systématiquement personnes et lieux cités consultables sous forme d’une base de données identifiant lieux et personnes concernés à l’adresse suivante : https://apps.atilf.fr/rene2/.

4 Cette question a été étudiée par C. zum Kolk, L’évolution d’un service curial la chapelle de la reine de France (XIIIe-XVIsiècle), dans M. Gaude-Ferragu, C. Vincent-Cassy (dir), La dame de cœur. Patronage et mécénat religieux des femmes de pouvoir dans l’Europe des XIVe-XVIIe siècles, Rennes, 2016, p. 51-66.

5 A. Parayre, Le palais ducal de Nancy à la fin du XVe siècle, mémoire de maîtrise, Université de Nancy, 1998 (dactylographié) : c’est en 1489 que commencent les travaux d’aménagement du palais ducal qui avait beaucoup souffert durant les guerres et qui a reçu d’abord en 1477 une toiture provisoire, signe de son délabrement.

6 P. Desaux, Enquête sur la pratique musicale en Lorraine et Barrois au XVe siècle et dans la première décennie du XVIe siècle, dans Annales de l’Est, 2015, 2, p. 61-94 a étudié minutieusement ces créations et les hommes qui les ont animées.

7 Exception faite de sa présence à Padoue auprès du duc : il signe en effet en août 1483 deux lettres ducales de présentation d’un chapelain pour obtention d’une prébende : ADMM, B2, fol. 247r-v.

8 ADMM, B 1, fol. 252v, B2, 227r et 247r. Nouvelle permutation de sa part en 1489 : ibid., B3, fol. 274r. Il est rémunéré comme les autres chantres de la chapelle ducale sur le grenier de Joinville à partir du 1er janvier 1490 : ibid., fol. 328r et en décembre suivant il obtient expectative des premiers bénéfices vacants à la collégiale de Saint-Dié : ibid., B 4, fol. 127r.

9 Entre 1492 et 1508, 8 registres de comptes sont conservés : ADMM, B989, B 991, B 993, B 994, B 996, B 1001, B 1006, et B 1010. S’y ajoutent des rôles contenus dans les registres de lettres patentes ADMM B2 à B 5.

10 ADMM, B 4, fol. 140r. Il y a alors un conflit entre le duc et la papauté pour la nomination de l’abbesse.

11 Dans le registre ADMM, B 10, il enregistre plus de 150 actes et encore 50 dans le suivant pour les années 1505-1506.

12 ADMM, B 11, fol. 66r-67v.

13 ADMM, B 3 fol. 244r et B5, fol. 141v.

14 L.-E. Dupin, Histoire des controverses et des matières ecclésiastiques, Paris, 1698, p 594 et 705 évoque cette censure pour propositions erronées touchant la conception immaculée de la Vierge en même temps que celle subie par Henri de Banqueville à propos de l’incarnation du Christ. Voir aussi J.-B.-L. Crevier, Histoire de l’Université de Paris, Paris, 1761, t. 4, p 475 et M. Lamy, L’Immaculée conception : étapes et enjeux d’une controverse au Moyen Âge (XIIe-XVe siècles), Paris, 2000 qui étudie la controverse sur quatre siècles.

15 ADMM B3, fol. 41r, 88v, 95r.

16 Ils ont d’ailleurs été fort minutieusement étudiés par P. Desaux, Hugues des Hazards, évêque de Toul : un mécène de la musique ?, dans Annales de l’Est, 2005, 2, Hugues des Hazards et Blénod-lès-Toul, p. 181-201. En fait la première partie de cet article est consacrée à la chapelle ordinaire du duc René II.

17 22 d’entre eux d’après les lettres patentes du règne de René II : référence en note 3.

18 Au contraire, ce sont tous des hommes d’origine modeste à l’exception d’Hugues de Ligniville prêtre fils bâtard de Gérard ou d’Henri de Ligniville qui appartient à la haute noblesse lorraine ; après sa nomination comme chapelain « ad honores » assortie de l’octroi du « gouvernement des orgues » à la collégiale Saint-Georges de Nancy, il demeure absent des sources conservées : ADMM, B2, fol. 252v.

19 Hormis les rémunérations des chapelains de l’hôtel ducal pour gages et menus services que mentionnent les comptes de la chambre aux deniers.

20 ADMM, B 2, fol. 189. La nomination est faite à Nancy le 22 septembre 1482. Il s’agit de Girard Wautrin, curé d’Aroffe au ban de Vicherey, dans les Vosges.

21 Selon C. Michon, les prélats d’État dans la France et l’Angleterre de la Renaissance, dans H. Millet (dir.), I canonici al servizio dello Stato in Europa secoli XIII-XVI, Modène, 1992, n. 1, p. 101.

22 Conseiller en l’hôtel du duc dès le début du règne il est confirmé en cet office, le 16 janvier 1492. Issu d’une famille de noblesse chevaleresque qui fournit à ce chapitre quantité de chanoines et plusieurs évêques, c’est un personnage-clé de la région du Rhin moyen. Il est doyen du chapitre de 1484 à sa mort en 1517 : C. Ehlers, Unendliche Gegenwart. Speyer zwischen Konrad II. und Stefan George, dans M. Borgolte, Stiftungen und Stiftungswirklichkeiten vom Mittelalter bis Gegenwart, Berlin, 2000, p. 13-37, ici p. 23. Il est apparenté aux seigneurs de Château-Voué.

23 Humaniste originaire de Sélestat, considéré comme le fondateur de l’historiographie allemande, Il a été accueilli comme prédicateur à la cathédrale de Spire, devenu figure centrale du chapitre vers 1492 il prêcha devant Maximilien : voir C. C. Ehlers, Unendliche Gegenwart, p. 23-24.

24 Voir à son sujet A. Harmand, Ph. Masson (dir.), La Renaissance à Toul, morceaux choisis, Toul, 2013, p. 228-229.

25 Les titres universitaires ne sont pas systématiquement mentionnés dans les regestes des lettres de nomination. Il faut recourir aux mentions aléatoires des comptes conservés pour trouver certaines de ces précisions qui font sans doute parfois défaut. La liste établie est de ce fait sans doute incomplète.

26 Ils suivent en cela les tendances observées ailleurs à l’époque.

27 Voir notamment celle de Didier Briel (ADMM B 2, fol. 334v).

28 Voir ADMM, B 2, fol. 46v. Il décède avant le 15 mars 1491, date à laquelle son frère Ambroise bachelier en décrets lui succède par don du duc, dans sa prébende de La Saussaye en Normandie (ibid., B4, fol. 62bisv) et peu après dans l’office de conseiller et aumônier du duc (ibid., fol. 92v).

29 Voir ADMM, B 11, fol. 5r : il fait un versement au gardien et vicaire du couvent.

30 Par exemple une prébende à Sainte-Croix de Pont-à-Mousson pour Richier Hennequin, fils de son pelletier : ADMM, B 9, fol. 94r, une autre pour Nicolas Thouvenin fils du receveur de Dompaire : ibid., B 10, fol. 40v, deux autres en Normandie pour des clercs étudiant aussi à Paris : ibid., B 4, fol. 39v et B 8, fol. 87r.

31 On en compte 7 à Metz et 5 à Verdun dans une situation comparable toujours à partir du corpus des lettres patentes de René II.

32 Sur cette question voir Ch. Barralis, René II et les évêques de la région lorraine, p. 243-255, dans J.-Ch. Blanchard, H. Schneider (dir.), René II lieutenant et duc de Bar, Saint-Nabord, 2014.

33 On en trouve les rôles soit dans les registres de lettres patentes (ADMM, B2, B 3, B 4, B 5, rien après) soit dans les comptes de l’argentier (ibid., B 989) soit dans ceux du trésorier général (ibid., B 982, B 997). 

34 ADMM, B 1, fol. 173v et 244r, B 3, fol. 70v, B 4, fol. 59v et 79r, B 5, fol. 232v. En 1474, il voyage à Rome peut-être pour apprendre le chant car il fait chanter des messes pour le duc qui l’en dédommage : ADMM, B1, fol. 145r. En 1486, le duc fait placer sous séquestre les biens du prieuré de Châtenois dans les Vosges que se disputent Jean Connain et frère Claude Bidel religieux de Saint-Mihiel puis Hugues Brevet ; c’est finalement le secrétaire ducal qui obtient gain de cause.

35 A. Collignon, Aluy (Jean) secrétaire de René II en 1493, dans J. Balteau (dir.), Dictionnaire de biographie française, Paris, 1933, t. II, p. 350-351, voir aussi H. Lepage, Sur l’auteur d’une vie de René II imprimée à Saint-Dié en 1500 (Johanis Aluysus Crassus Calaber), dans Journal de la société d’archéologie lorraine, 1875, p. 76-92.

36 ADMM, B 4, fol. 199 et B 989, fol. 51v. Il reçoit 200 francs pour l’année 1493. Sa lettre de nomination est perdue

37 Au sujet de cette prestation d’hommage, consulter B. Stollberg-Rilinger, Les vieux habits de l’empereur Une histoire culturelle des institutions du Saint-Empire à l’époque moderne, Paris, 2008, p. 74-77.

38 Il est dédommagé en 1499 pour faire porter ces lettres en Avignon : ADMM, B 996, fol. 75.

39 René II donne procuration à ce prélat romain pour suivre ses affaires en cour de Rome, le 1er juillet 1502 : ADMM B 8, fol. 224r-225r.

40 Une procuration plus large que la précédente désigne le cardinal Soderini pour être le protecteur des intérêts du duc auprès du pape, du Sacré Collège et de la curie romaine, le 1er octobre 1507 : ADMM, B 11, fol. 82r.

41 René II recrute, sur sa recommandation, comme chevaucheur d’écurie, le 25 août 1502, un certain Hans Landemburg qui a servi Jean-Louis Crasse dans ces voyages : ADMM B 8, fol. 253r. On a conservé quelques lettres signées de sa main : ADMM, 3F 471 et 3F 473.

42 Il y figure sous la cote K 1182e. Le texte a été publié sous son titre original par Guillaume 1875.

43 ADMM, B 1, fol. 372v et le lendemain 14 mai lui est octroyée une pension de 30 florins d’or du Rhin par an à prendre sur les recettes de l’étape de Raon jusqu’à ce qu’elle fasse retour à la recette générale. Le 29 avril 1489, il reçoit le gouvernement de l’hôpital Notre-Dame du faubourg Saint-Nicolas de Nancy : ADMM, B 3, fol. 290r.

44 Voir la notice et la bibliographie à son sujet dans Ph. Hoch (dir.), Trésors des bibliothèques de Lorraine, Paris, 1998, p. 252.

45 ADMM B 2, fol. 219v : les biens en indivis avec ceux de son frère André de Haraucourt avaient été saisis par René II pour trahison au profit des Bourguignons.

46 Sur ces diverses affaires, voir ADMM B 1, fol. 244v, B 2, 74r, 394r, 395v, 422v, B7, fol. 8r. Il obtient pour la justice de Saint-Nicolas-de-Port, rétribution des travaux d’écriture, après s’être plaint que la lourdeur des tâches non rémunérées l’empêche en qualité de prieur de Varangéville de trouver des gens pour exercer la justice : ibid., B5, fol. 75r.

47 À ce sujet voir notamment H. Olland, Le personnel de la chambre des comptes de Lorraine à la fin du Moyen Âge, dans Ph. Contamine, O. Mattéoni (dir.), Les chambres des comptes en France au XIVe et XVe siècles, Paris, 1998, p. 125-133, ici p. 125.

48 A. D. Thierry, Histoire de la ville de Toul et de ses évêques, Paris, 1841, p. 25. Il reçoit l’argent destiné aux menus plaisirs du duc Nicolas peu avant son décès en 1473 : ADMM, B 1, fol. 108v et ces sommes sont déduites de la recette du receveur général en 1474.

49 ADMM, B1, fol. 270r. Il ne semble pas avoir de prédécesseur, cet office n’est pas mentionné avant sa nomination : H. Lepage, Sur l’auteur d’une vie, p. 217. Il reçoit 40 florins d’or de gages auxquels s’ajoute une pension annuelle de 100 florins d’or du Rhin, puis une pension de 400 francs par à partir de mai 1475 : ADMM, B 1, fol. 287v.

50 ADMM, B 4, fol. 97v-99r.

51 Sa nomination est datée du 9 avril 1498 ; elle précise qu’il remplace Huyn Roynette démis de ces fonctions sans indication de la raison : ADMM, B8, fol. 75v.

52 Ces missions sont mentionnées dans les lettres patentes de René II : ADMM, B 4, fol. 29r, 48r et 195r, B 5, fol. 199r et 244v. Voir aussi B 766, no 64.

53 Voir note 36.

54 L’ambassade de Lindau a été étudiée par J. Schneider 1980 p. 109. Hugues des Hazards va directement de Pont-à-Mousson à Sierck d’après la dépense du compte ADMM B 994, fol. 55v. La procuration pour régler le différend avec Robert de La Marck mentionne que le roi de France s’est mêlé de l’affaire et en a délégué le règlement à Jean de Bourgogne comte de Nevers : ADMM, B 6, fol. 192r.

55 La nomination de Charles de Manelles docteur en décrets n’est connue que par celle de l’un de ses successeurs sans que l’on ait gardé trace de son travail effectif : ADMM, B3, fol. 34r-34v, Jean Louet est retenu comme procureur général et particulièrement pour comparaître devant le pape, le 8 août 1474 : ibid., B1, fol. 165r-165v. 12 jours après il est chargé de recueillir le serment d’un nouveau conseiller ecclésiastique du duc Jean Chardelli chantre et chanoine de l’église de Metz, mais on n’a pas non plus trace de ses interventions éventuelles : ibid., fol. 171r-171v.

56 ADMM, B2, fol. 163r-163v : il est probablement membre de la famille d’un chambellan du duc de Bretagne François II, qui compte plusieurs hauts dignitaires ecclésiastiques.

57 Il est nommé pendant le séjour du duc à Tours en janvier 1484 en raison de ses connaissances juridiques : ADMM, B2, fol. 252v-253r.

58 Il reçoit 300 florins pour son voyage à Rome en octobre 1486 : ADMM B3, fol. 3v et 17r.

59 ADMM, B3, 3v.

60 E. Nunziante, Il concistoro d’Innocenzo VIII per la chiamata di Renato Duca di Lorena contro il Regno (Marzo 1486), dans Archivio Storico per le Provincie Napolitane, XI, 1886, p. 751-766 explique les hésitations de la politique pontificale à ce propos.

61 ADMM, B 984, fol. 17. Le frère dominicain est défrayé de son voyage, moyennant le versement de 120 livres tournois.

62 ADMM B 3, fol. 84r-84v. C’est au printemps de la même année que prend place sa seconde tentative pour s’emparer de Djem, frère du sultan Bajazet dans l’espoir de plaire au pape en le lui livrant mais l’opération tourne court : voir L. Thuasne, Djem-sultan. Étude sur la question d’Orient à la fin du XVe siècle, Paris, 1892.

63 Sur ces succès voir Ch. Barralis, René II et les évêques, note 25 p. 252.

64 Pour reprendre l’expression de C. Michon, les prélats d’État, p. 101.

65 Les bribes conservées de courriers échangés avec Jean Briel et Jean-Louis Crasse principalement, montrent clairement que les vicissitudes de la politique italienne sont au cœur des préoccupations de René II, dans l’attente d’une conjoncture favorable à la reconquête de Naples : ADMM, 3F 473.

66 Il investit encore des abbesses et abbés par la crosse et par l’anneau et en reçoit prestation d’hommage, voir à ce sujet H. Olland-Schneider, Prolongements de la Querelle des Investitures en Lorraine à la fin du Moyen Âge dans Les pays de l’Entre-Deux au Moyen Âge : Questions d’histoire des territoires d’Empire entre Meuse, Rhône et Rhin. Actes du 113e congrès national des sociétés savantes, Strasbourg, 1988, Paris, 1990, p. 47-60. Il défend âprement ses candidats contre ceux du pape, qu’il s’agisse d’une abbaye, d’un évêché ou d’une simple chapelle.

67 C’est par exemple le cas de l’abbaye Saint-Nicolas sise près de Verdun : tous les serviteurs, granges, maisons et bêtes sont compris dans la sauvegarde et toutes les constructions doivent recevoir au besoin des panonceaux aux armes du duc, ce qui donne une large lisibilité locale à cette mesure : ADMM B2, fol. 392r.

68 Archives de la Moselle, G 464, fol. 13.

69 Même si, comme c’est le cas pour Hugues Bienfait, on ne trouve nulle mention de service précis rendu au duc, après sa nomination : ADMM, B1, fol. 191v. Mais Didier de Bistroff chanoine de Toul et prévôt de Saint-Dié attesté de 1474 à 1477 et devenu vicaire épiscopal reçoit 100 lb. t. en 1507 pour services rendus à feu Olry de Blamont évêque élu de Toul : ibid., B 11, fol. 92v.

70 V. Julerot, 2006 dans son étude des élections épiscopales en France constate aussi la fréquente victoire du roi dans les élections épiscopales après de longs et difficiles conflits entre papauté, chapitre et roi. Ici les conflits avec la papauté n’ont pas été examinés en détail car ils ne sont pas au cœur du sujet : se reporter à Ch. Barralis, René II et les évêques sur ces questions.

© Publications de l’École française de Rome, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter