Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les officiers et la chose publique dans les territoires angevins (xiiie-xve siècle) : vers une culture politique ?

 | 
Thierry Pécout

Une culture de l’administration

Ut die noctuque sic diligenter et fideliter ipsa debeant custodire. Quelques réflexions sur la carrière des officiers frontaliers du Royaume de Sicile sous Charles Ier et Charles II d’Anjou (1266-1309)

Kristjan Toomaspoeg

Résumé

Une étude prosopographique de l'ensemble du personnel administratif angevin actif sur la frontière entre le Royaume et les États de l'Église permet de cerner 150 cas d'hommes qui ont effectué une vrai et propre « carrière », en arrivant quelquefois au sommet du parcours d'un officier. Parmi ces fonctionnaires se comptent les « maîtres des pas », donc responsables du contrôle militaire et douanier de la frontière, les « capitaines de la Montagne » qui supervisent la zone autour du Monte Terminillo, les capitaines des villes stratégiques comme L'Aquila, mais aussi les plus modestes châtelains des forteresses royales et même quelques simples écuyers et soldats. Un autre parcours administratif était celui des juristes, actifs comme assesseurs des justiciers et capitaines et comme enquêteurs. Ces officiers représentent diverses typologies de carrière, mais parmi eux se distingue un groupe d’hommes d’origines provençales et françaises, quelquefois d’origines non illustres. L'étude doit affronter une série de problématiques, dont celle du rapport entre la féodalité et l'administration et celle de l'efficacité du gouvernement angevin. La question de base est, si le corps des officiers frontaliers, qui s’est formé comme un formidable exemple de la mobilité sociale médiévale, ait fini par se consolider et par représenter un milieu stable, un « corps de l’État » vrai et propre.

Uno studio prosopografico di tutto il personale amministrativo angioino attivo al confine tra il Regno e lo Stato della Chiesa consente di identificare 150 casi di uomini che hanno svolto una vera e propria "carriera", arrivando talvolta al livello massimo consentito ad un ufficiale. Tra questi funzionari vi sono i "maestri dei passi", quindi responsabili del controllo militare e doganale del confine, i "capitani della Montagna" che sovrintendono alla zona intorno al Monte Terminillo, i capitani di città strategiche come L'Aquila, ma anche i più modesti castellani delle fortezze reali e persino alcuni semplici scudieri e soldati. Un altro percorso era quello dei giuristi, attivi come assessori dei giustizieri provinciali e dei capitani e come incaricati di inchieste della corte reale. Questi ufficiali rappresentano varie tipologie di carriera, ma tra di loro spicca un gruppo di uomini di provenienza provenzale e francese, talvolta di origini modeste. Lo studio deve affrontare una serie di problematiche, tra cui quella del rapporto tra il feudalesimo e l'amministrazione reale e quella dell'efficienza del governo angioino. La domanda di base è se il corpo degli ufficiali di frontiera, che rappresenta un formidabile esempio di mobilità sociale medievale, si sia finalmente consolidato per formare un ambiente stabile, un vero e proprio "corpo dello Stato".

Note de l’auteur

Mon étude se base principalement sur les sources présentées dans les volumes des Registri della cancelleria Angioina, éd. R. Filangieri di Candida et alii, Naples, 1950-2010 (Testi e documenti della storia napoletana pubblicati dall’Accademia Pontaniana, 1-50) [désormais RCA], dont seront indiqués seulement les numéros de série avec l’année de parution (ainsi RCA, 1 (1950). Pour épargner de l’espace, ne seront pas citées toutes les sources présentes sur des officiers étudiés, mais seulement les premières et dernières mentions de leurs charges. Une liste complète des sources disponibles sur chacun sera fournie, dans les années à venir, dans la base de données disponible sur le portail des Études angevines (https://angevine-europe.huma-num.fr/ea/fr/base-officiers-angevins).

Texte intégral

  • 1 .E. Sthamer, Dokumente zur Geschichte der Kastellbauten Kaiser Friedrichs II. und Karls I. von Anjo (...)
  • 2 3 octobre 1272, J.-M. Martin, La frontière septentrionale du royaume de Sicile à la fin du XIIIe s (...)

1« […] et ordonne à ces châtelains et servants qu’ils doivent les garder jour et nuit diligemment et fidèlement […] » Telles étaient les instructions données par Charles Ier le 12 décembre 1276 au provisor castrorum des Abruzzes au sujet des châteaux frontaliers de Macchia et Colonnella, mal tenus par leur personnel1. Quelques années auparavant, le roi avait envoyé un ordre similaire aux gardes de la frontière à Civitella del Tronto, tenus de surveiller « jour et nuit » que personne ne puisse sortir du royaume ou exporter des articles « interdits »2.

  • 3 Cf. K. Toomaspoeg, Frontiers and Their Crossing as Representation of Authority in the Kingdom of S (...)

2Ces deux documents mettent à la lumière les officiers actifs sur la frontière entre le royaume de Sicile et les États de l’Église, objet celle-ci d’une recherche de longue haleine3 qui a permis de distinguer un groupe spécifique de fonctionnaires angevins. Ces hommes seront l’objet de l’étude prosopographique qui suit et qui se concentre sur les années 1266-1309, dans l’arc de temps le mieux couvert par les registres de la chancellerie angevine de Naples. En tout, un corpus d’environ 300 personnes a pu être cerné, dont je prendrai en observation les 150 cas les plus éclairants qui présentent des exemples d’une véritable et propre « carrière administrative ».

3Mon étude s’attache à la frontière du royaume, dans un espace géographique et chronologique qui peut et doit être élargi, ce qui sera la tâche de la base de données Europange4. Plusieurs cas que j’examinerai peuvent être suivis également en dehors du Mezzogiorno : ainsi, pour ne donner qu’un exemple, le chevalier Simon de Cinq-Ormes, maître des pas dans les Abruzzes depuis septembre 12905, à compter de 1293 dans la suite de Robert II d’Artois, est capitaine de la marine d’Artois en 1294, maître de l’écurie du comte en 1298, bailli de Domfront en 1299-1300, puis au service de Mahaut d’Artois comme sénéchal de l’Hôtel en 1304, dirige les troupes envoyées contre Cambrai en 1309 etc.6, avant de se mettre au service de Philippe le Bel7.

  • 8 Sur les maîtres des pas, cf. J. Göbbels, Das Militärwesen im Königreich Sizilien zur Zeit Karls I. (...)

4Les officiers frontaliers les plus connus sont sans doute les fonctionnaires dénommés dans les sources comme « maîtres des pas » (magistri passuum, quelquefois custodes passuum). Il s’agit d’une catégorie d’officiers utilisés par Charles Ier depuis les débuts de son règne pour surveiller les tronçons de la frontière. D’habitude, il existait un maître pour les « pas », donc les points de passage, des Abruzzes et un autre pour ceux de la Terre de Labour, mais il pouvait y avoir aussi des sous-divisions et quelques rares fois toute la frontière était soumise à un unique fonctionnaire. Les maîtres des pas exerçaient un pouvoir militaire et policier complet sur une zone déterminée, d’une profondeur de quelques dizaines de kilomètres, et, en même temps, s’occupaient de ce que l’on appelle aujourd’hui le trafic douanier8.

  • 9 P. Bertolini, Il ruolo di Atina nell’asse viario della Valle di Comino. Appunti per un contributo (...)
  • 10 Une description minutieuse de l’histoire de la capitanie de la Montagne et des charges spécifiques (...)
  • 11 RCA, 4 (1952), p. 3.
  • 12 1272, RCA, 8 (1957), p. 123-124.
  • 13 17 janvier 1293, RCA, 44 (1998-1999), p. 182.
  • 14 T. Leggio, Ad fines regni, p. 234.

5Une seconde catégorie importante sont les « capitaines de la Montagne » : après le passage de Conradin, en 1268, Charles Ier s’est rendu compte de la vulnérabilité du tronçon de frontière autour du Mont Terminillo9, instituant dans un premier temps une capitanie spécifique pour Amatrice, Accumoli et Montereale et procédant par la suite à la fondation de nouveaux sites fortifiés dans la zone, comme Leonessa, soumis au capitaine10. Ces hommes sont documentés dès avril 1270, lorsque Andreas de Pontibus senior est capitaneus Amatricis, Arquate, Accumoli et Montane11, puis le titre inclut aussi Montereale12 et Leonessa13. Les capitaines qui depuis un certain moment exerçaient le merum et mixtum imperium dans la zone qui leur a été confiée14, contrôlaient un avant-poste militaire et administratif dont l’importance ne peut être sous-estimée. À ces hommes s’ajoutent les capitaines des villes stratégiques, en premier lieu de l’Aquila.

  • 15 S. Morelli, I Giustizieri nel Regno di Napoli al tempo di Carlo I d’Angiò: primi risultati di un’a (...)
  • 16 S. Morelli, I Giustizieri; S. Morelli, Per conservare la pace. I giustizieri del regno di Sicilia (...)

6La zone frontalière se divisait entre deux justiciérats, donc, au départ ceux de la Terre de Labour et des Abruzzes ; puis, entre 1273 et 1284, s’est mis en place un nouveau système administratif, avec la création des justiciérats plus spécifiquement frontaliers des Abruzzes au-delà du fleuve Pescara et de la Terre de Labour au-delà du Volturno15. Les justiciers des provinces du royaume angevin ont fait l’objet des études monographiques de Serena Morelli16, ce qui me permet de ne pas approfondir leur cas, sauf quand ils ont aussi exercé d’autres fonctions sur la frontière.

  • 17 Cf. les listes des « pas » du juin 1282, J. Göbbels, Das Militärwesen, p. 83-88, J.-M. Martin, La (...)
  • 18 E. Sthamer, Dokumente zur Geschichte der Kastellbauten Kaiser Friedrichs II. und Karls I. von Anjo (...)

7Les maîtres des pas et les capitaines représentent le milieu et en quelques cas le sommet de l’échelle administrative. Ils ne forment qu’une partie des fonctionnaires documentés dans la zone frontalière, caractérisée par la présence d’un grand nombre d’officiers mineurs et des hommes de plus humble condition. Ainsi, la frontière s’articulait en points de passages, les 24-25 « pas »17, confiés à la garde des officiers subalternes et du personnel civil. Puis, une catégorie très présente est celle des châtelains des forteresses royales dont j’ai compté pour mon étude environ 91 cas, dont 66 présentent des éléments d’une « carrière ». Ces hommes ont fait l’objet d’études d’Eduard Sthamer et de ses successeurs18, qui éclairent le fonctionnement de leurs charges et fournissent une bonne partie des sources les concernant, mais n’approfondissent en général pas l’aspect prosopographique du sujet.

  • 19 Cf. J. Göbbels, Das Militärwesen, p. 87 et RCA, 26 (1979), p. 237.
  • 20 Les simples soldats apparaissent peu dans les sources et ne semblent pas avoir effectué des parcou (...)

8En descendant encore l’échelle administrative, nous trouvons une grande quantité de simples combattants. Les maîtres des pas donnaient leurs ordres à une soixantaine d’hommes d’armes, divisées en cavaliers, soldats à pied et archers, choisis pour la plupart parmi les Ultramontani19. Ces troupes sont assez similaires à celles que l’on trouve dans les châteaux royaux, dans les rares cas où leurs garnisons sont énumérées nom par nom. À présent, je prendrais en compte seulement ceux qui se sont en quelque manière élevés de leur statut ou qui représentent des cas de mobilité sociale, par ailleurs peu nombreux (14 personnes)20.

  • 21 Cf. S. Morelli, Il personale giudiziario nel regno di Napoli durante i governi di Carlo I e Carlo (...)

9En définitive, ma recherche s’intéresse aussi au personnel civil, en premier lieu des juristes qui ont servi comme assesseurs des capitaines des villes et des justiciers ou comme enquêteurs, envoyés par la cour en missions de contrôle. Il s’agit dans ce cas d’une tout autre typologie de carrière administrative21, à laquelle on peut ajouter quelques cas de clercs, utilisés par l’administration angevine pour diverses tâches sur la frontière. Un graphique représentant les catégories des officiers et fonctionnaires observés se trouve dans l’Annexe de la présente étude : il exclut les fonctions exercées en dehors de la zone de frontière, mais ne prend pas en compte les cas où la même personne a été à la fois maître des pas, capitaine etc., ce qui fait que le total des observations dépasse le nombre de 150 officiers indiqué plus haut.


  • 22 Cf. C. Minieri Riccio, Cenni storici intorno i Grandi Uffizii del Regno diSicilia duranti il regno (...)

10L’idée de départ de ma recherche était d’examiner une série d’officiers mineurs, car, dans ma perception d’alors, le service sur la frontière aurait constitué le début ou l’un des premiers pas dans une carrière administrative ou militaire. J’étais alors influencé par les exemples comme celui de Louis de Mons, homme d’origine inconnue, qui commença à gravir l’échelle de la bureaucratie comme maître des pas, avant de devenir l’une des meilleures illustrations de carrière dans l’Italie du Sud médiévale : il apparaît en 1269 comme chargé d’une enquête à Monopoli, est maître des pas de toute la frontière terrestre du royaume entre 1269 et 1272, devient alors un familier du roi, pour exercer ensuite les fonctions de stratigot de Messine et de justicier de la Terre d’Otrante, en arrivant au sommet de l’échelle administrative au début de la guerre des Vêpres, comme lieutenant du maître justicier du royaume (lorsque les charges du maître étaient en réalité laissées vacantes) et capitaine en-deçà du Phare – donc dans la partie continentale du royaume –, jusqu’en 1289. Il peut être considéré, alors, comme responsable logistique de la guerre contre les Aragonais. Sa carrière a subi quelques ralentissements dans les premières années du gouvernement effectif de Charles II, lorsqu’il est documenté comme simple justicier de la Terre de Labour et délégué auprès de Catherine de Courtenay, impératrice titulaire de Constantinople, mais par la suite il a exercé les charges importantes de vicaire de la Principauté et de stratigot de Salerne, puis de capitaine de Naples, avant de décéder aux alentours du mois d’avril 129422.

  • 23 P. Toubert, Frontière et frontiers : un objet historique, dans J.-M. Poisson (dir.), Castrum 4. Fr (...)

11Toutefois, après la lecture des sources, une « correction du cours » radicale apparut nécessaire. Comme il a été signalé par Pierre Toubert, la frontière est « le meilleur indicateur de l’état de l’État »23, la zone administrative par excellence, où l’on envoie les meilleurs hommes. Les officiers frontaliers du royaume de Sicile angevin n’étaient en général guère des novices et étaient choisis pour leurs qualités éprouvées par le biais d’autres services rendus à la couronne. En étudiant les carrières antérieures et successives de ces fonctionnaires, on peut dresser la liste des événements et entreprises politiques et militaires les plus significatifs des règnes de Charles Ier et Charles II, dont surtout la guerre contre Conradin et ses partisans depuis 1268 (qui avait par ailleurs lieu dans la zone frontalière), la guerre contre les « Sarrasins » de Lucera entre 1269 et 1271, les rapports avec la cour pontificale et la présence de troupes royales dans les territoires de l’Église, les guerres en Albanie et dans la principauté de Morée et, enfin, la guerre des Vêpres.

12Il reste que la frontière était un lieu propice à une carrière administrative, surtout dans le cas des charges comme celles de maître des pas ou de capitaine de la Montagne et de l’Aquila. Dans 24 cas, leurs titulaires sont devenus des justiciers et on trouve parmi eux 10 futurs capitaines de guerre et 11 ambassadeurs. Puis, 25 officiers sont aussi devenus des familiers du roi pendant ou après l’exercice de leurs charges.

  • 24 Les dates extrêmes de son service comme capitaine de la Montagne sont le mois de février 1270, RCA (...)
  • 25 Ainsi en avril-mai 1270, RCA, 4 (1952), p. 4.
  • 26 Il a été exempt du service dans la Morée, dans un premier temps, car « utile dans ces territoires- (...)
  • 27 Depuis 13 mai 1283, RCA, 26 (1979), p. 128-129 jusqu’au 26 juin 1290, RCA, 30 (1971), p. 56.
  • 28 Documenté comme justicier entre 26 juin 1289, RCA, 30, p. 53 et 27 septembre 1289, RCA, 32 (1982), (...)

13Il existait diverses formes de carrière, déterminées au point de départ par les origines sociales. Il y avait une différence sur le plan de la mobilité géographique. Dans certains cas, comme celui d’Andreas de Pontibus et de son fils homonyme, le service est étroitement lié à l’inféodation dans le territoire. Andreas senior était capitaine de la Montagne en 1270-127124 et fut au même moment inféodé des biens de Galvano Lancia et de Conrad d’Antioche dans les Abruzzes25, puis, après un bref service en Morée26, il est signalé exclusivement comme feudataire abruzzais. Son fils, Andreas junior, a effectué toute sa carrière dans les Abruzzes, comme capitaine de la Montagne27 et justicier de l’Aprutium Citerior28. Il est question d’une famille qui s’enracine dans le territoire, en ne participant qu’exceptionnellement aux pouvoirs en dehors de sa propre région.

  • 29 RCA, 1 (1950), p. 273. Il restera en charge jusqu’à la première moitié de 1272, RCA, 8 (1957), p.  (...)
  • 30 Depuis 28 août 1272, RCA, 8 (1957), p. 265-266 jusqu’au novembre 1275, RCA, 13 (1959), p. 76.
  • 31 1er juillet 1278, RCA, 18 (1964), p. 177.
  • 32 Documenté comme tel entre 9 septembre 1280, RCA, 24 (1976), p. 130-132 et 15 juin 1281, RCA, 25 (1 (...)
  • 33 3 décembre 1283, C. Minieri-Riccio, Il regno di Carlo I d’Angiò dal 2 gennaio 1273 al 31 dicembre (...)
  • 34 Depuis 23 septembre 1288, A. De Aprea (éd.), Syllabus membranarum ad Regiae Siclae archivum pertin (...)
  • 35 Avant 18 novembre 1291, C. Carucci (éd.), Codice diplomatico salernitano del secolo 13., III, Sale (...)
  • 36 Attesté du 16 avril 1293, RCA, 43 (1996), p. 87, au 18 mai 1294, RCA, 46 (2002), p. 128.
  • 37 RCA, 27 (1979), p. 184, 241, 317, 344, 347, 399 et 445. En 1277-1278, il était indiqué comme miles (...)

14Le contraste est très fort avec le cas, assez typique, de Jacques de Champeigni : cet homme qui apparaît dans les sources méridionales pour la première fois comme valet de l’Hôtel du roi en 1269, devient à cette même date capitaine de la Montagne29, pour figurer ensuite comme capitaine de Brescia30, ambassadeur auprès de la Curie romaine31, maréchal de Morée32, ambassadeur à Pise33, justicier des Abruzzes Ultérieurs34, lieutenant du maître justicier du royaume (donc le relatif « sommet » de la carrière)35 et, enfin, justicier de la Terre de Bari36. Il n’a été visiblement inféodé dans le royaume (dans les Abruzzes) que très tard, en 128437.

  • 38 Ainsi défini dans le premier document qui le regarde, du 27 janvier 1267, RCA, 1 (1950), p. 34.
  • 39 RCA, 1 (1950), p. 91.
  • 40 1270-1271, RCA, 6 (1954), p. 345-373, ici p. 366.
  • 41 En 1272, on affirme qu’il est « placé dans les Abruzzes par le roi, pour lui rendre service », RCA (...)
  • 42 Nombreuses missions de Pierre de l’Île en Orient sont documentées, ainsi le 20 janvier 1292, RCA, (...)
  • 43 Ainsi le 7 avril 1292, RCA, 38 (1991), p. 121 et le 31 octobre 1292, RCA, 44 (1998-1999), p. 61.
  • 44 17 décembre 1292, RCA, 44 (1998-1999), p. 132-133.
  • 45 Nommé le 23 juillet 1294, RCA, 47 (2003), p. 194.
  • 46 9 juillet 1294, C. Perrat, J. Lognon (éd.), Actes relatifs à la principauté de Morée 1289-1300, Pa (...)

15Il est aussi possible de distinguer un groupe d'officiers, lié plus étroitement au roi que les autres, composé de ses familiers et conseillers. Le premier pas de leur carrière était, comme pour Jacques de Champeigni, l’entrée dans l’Hôtel du roi, comme valet ou chevalier. L’un des exemples les plus marquants est celui du Flamand38 Pierre de l’Île : documenté depuis février 1267 comme chevalier de l’Hôtel39, il est ensuite mis au service du prince de Morée (Guillaume II de Villehardouin)40, est chargé d’une série de tâches dans les Abruzzes où il reçoit des biens féodaux41, puis est, entre beaucoup d’autres, ambassadeur auprès d’Andronic II Paléologue42 et auprès du roi d’Aragon43, reçoit en 1292 l’hommage prêté par Isabelle de Villehardouin à Charles II44, puis, en 1294, est capitaine de Corfou45 et reçoit l’hommage prêté au roi de Sicile par le duc d’Athènes46. Les chevaliers comme Pierre de l’Île formaient l’entourage immédiat du roi, ils étaient utilisés pour des tâches spécifiques de court terme, donc des missions de contrôle, transferts d’argent, escortes armées etc., et ensuite placés dans des offices territoriaux ou chargés d’importantes missions, telles des ambassades. Certains revenaient à la cour, d’autres continuaient à exercer des fonctions administratives ou à faire la guerre.


  • 47 N. Kamp, Die deutsche Präsenz im Königreich Sizilien (1194-1266), dans T. Kölzer (dir.), Die Stauf (...)
  • 48 S. Pollastri, La noblesse provençale dans le royaume de Sicile (1265-1282), dans Annales du Midi, (...)
  • 49 S. Pollastri, La noblesse provençale, p. 408, 415-416 et 419.
  • 50 23 janvier 1267, RCA, 1 (1950), p. 57.
  • 51 6 février 1269, RCA, 2 (1951), p. 260.
  • 52 1er avril 1283, RCA, 26 (1979), p. 223, puis replacé le 1er juin 1283, RCA, 26 (1979), p. 132, mai (...)
  • 53 15 janvier 1292, RCA, 38 (1991), p. 20.
  • 54 S. Pollastri, La noblesse provençale, p. 416.

16L’empereur Henri VI avait équipé dans les années 1190 la zone frontalière du royaume de chefs de guerre allemands47 et, d’une manière similaire, les Anjou y ont provoqué un afflux de Provençaux et de Français48. Ce fait se manifeste aussi bien dans la composition de la féodalité locale des zones frontalières que dans le corpus des officiers qui y sont destinés : plus de la moitié d’eux sont des Ultramontains. Ainsi, pour prendre l’un des cas les mieux connus, les Agoult de Curbans49, dont en particulier Amiel, qui commence sa carrière dans le royaume comme capitaine militaire dans les Abruzzes50 et est inféodé dans la région51, pour devenir ensuite justicier des Abruzzes Ultérieurs52 ; s’y adjoint Baudoin d’Agoult, capitaine de l’Aquila en 129253. Ce qui caractérise les Agoult et autres familles similaires est leur volonté de maintenir les liens avec la Provence et un enracinement tout compte fait relativement limité dans le royaume54.

  • 55 P. Braida di Soleto, Un grande capitano angioino Pietro de Brayda di Alba, duce dei Graffagnini da (...)
  • 56 RCA, 35 (1985), p. 144.
  • 57 C. Minieri Riccio, Studi storici su’ fascicoli angioini dell’Archivio della Regia Zecca di Napoli, (...)
  • 58 RCA, 18 (1964), p. 336.
  • 59 1283-1284, RCA, 27 (1979-1980), p. 365.
  • 60 Il a exercé cette charge dans une période du temps avant le 12 janvier 1293, RCA, 44 (1998-1999), (...)

17La situation est différente lorsque nous avons affaire à des hommes d’origines plus modestes, comme Pierre de l’Île et Louis de Mons, ou à des familles comme les Braida, par la suite bien installées dans le Mezzogiorno55. Louis de Mons épousa, en secondes noces, la sœur du comte de Fondi, Riccardo de Aquila56, et fit marier sa fille première-née Clementia avec le fils de Jacques de Boursonne, conseiller du roi et l’un des hommes les plus en vue à la cour de Charles Ier et de Charles II57. Prenons le cas de Henri de Bourgogne alias Bourguignon : il provient d’une famille inféodée à Calvello (dans l’actuelle Basilicate) et dans le territoire d’Aversa, reçoit la ceinture de chevalier entre novembre 1277 et février 127858, étant alors un jeune homme, participe à la guerre des Vêpres et est pris en otage par les Byzantins59, ce qui lui vaut la reconnaissance de la cour royale, pour terminer sa carrière comme maître des pas des Abruzzes60.

  • 61 Prenons le cas très bien connu de Filippo Mareri, partisan de Manfred, qui transmit en 1266 à la c (...)
  • 62 Simone était stratigot de Salerne à la fin du règne de Manfred : RCA, 1 (1950), p. 104.
  • 63 24 octobre 1302, A. De Aprea (éd.), Syllabus membranarum ad Regiae Siclae archivum pertinentium, I (...)
  • 64 6 septembre 1306, E. Ricca, La nobiltà del regno delle due Sicilie, Naples, 1859-1862, I, 5, p. 50 (...)
  • 65 Juin 1272, RCA, 8 (1957), p. 142.
  • 66 RCA, 43 (1996), p. 47.

18À côté des Provençaux et des Français, les régnicoles conservaient toutefois encore une place importante, finissant à la fin du règne de Charles II par dominer sur les Ultramontains. Certains, comme les Mareri des Abruzzes ou une bonne partie des d’Aquino furent dans un premier temps bannis du royaume61 mais réhabilités par la suite. On trouve ensuite une série de familles chevaleresques du sud qui n’ont nullement souffert du changement dynastique de 1266. Prenons l’exemple des Tufo qui avaient servi l’administration de Manfred62. Simone de Tufo devint sous Charles II justicier de la Terre d’Otrante63 et capitaine de l’Aquila64. Un autre bon exemple est fourni par les Acquaviva, dont Riccardo, feudataire dans les Abruzzes et participant au siège du château de la Macchia en 127265, et Giacomo, maître des pas dans la Terre de Labour en 1292-129366.

  • 67 P. Durrieu, Les Archives angevines de Naples. Étude sur les registres du roi Charles Ier (1265-128 (...)
  • 68 RCA, 43 (1996), p. 47 e 48.
  • 69 Ainsi dans l’index des RCA, 38 (1991) et RCA, 43 (1996).
  • 70 8 juillet 1280, RCA, 22 (1969), p. 112-113.
  • 71 26 avril 1293, RCA, 44 (1998-1999), p. 30-31.
  • 72 N. Kamp, Kirche und Monarchie im Staufischen Königreich Sizilien, I, Prosopographische Grundlegung (...)

19Il faut préciser, sur ce point, que depuis Paul Durrieu67 on a quelquefois attribué des origines françaises ou provençales à des officiers qui en réalité provenaient de familles du royaume. Ainsi, Petrus de Luparia, maître des pas dans la Terre de Labour avant septembre 129268, n’était pas un « Pierre de Louvres69 », mais membre d’une famille chevaleresque du Molise, qui vivait avec son frère Nicola et sa mère Gemma selon le droit lombard70. De même, à l’exception de Pierre, Flamand, les hommes indiqués comme « de l’Île » provenaient ou de la famille des Isola del Gran Sasso (comme probablement Nicola, capitaine de l’Aquila en 129371) ou, le plus souvent, de l’ancienne dynastie lombarde des Insula, avec comme siège principal l’actuelle Isola sur le Liri (Insula Filiorum Petri), à l’origine des feudataires des d’Aquino et connus entre autres à travers Roffredo, abbé du monastère du Mont-Cassin entre 1188 et 121072.

  • 73 4 avril 1280, E. Sthamer, Dokumente zur Geschichte, no 1266, p. 27, L. Pensa, Le liste dei castell (...)
  • 74 L. Pensa, Le liste dei castellani, p. 46. La chronologie exacte de ses fonctions n’est pas connue, (...)

20L’afflux des Provençaux et Français reste toutefois un fait, dont on peut rendre compte en quittant le niveau social des officiers pour étudier les châtelains et leurs subordonnés. Ainsi, en avril 1280, Charles Ier ordonna au justicier des Abruzzes de substituer à la garnison de Montecalvo, composée de dix Ultramontani et cinquante Latini, une autre, de cinquante Ultramontains, soumis à un châtelain provençal, le chevalier Gibaud de Mimet73. Ce genre de mesures, qui devaient être fréquentes, n’empêche pas de trouver parmi les officiers subalternes quelques régnicoles également, comme Andrea de Pendentia, d’une famille chevaleresque résidant au château de Pendenza auz Abruzzes (près de Cittaducale), dans les années 1270 châtelain de Forcapretula, non loin de Pendenza74.

  • 75 Il a été nommé en mars 1273, RCA, 10 (1957), p. 18 et 233, et est attesté jusqu’au janvier 1280, R (...)
  • 76 RCA, 11 (1958), p. 189.
  • 77 6 octobre 1278, RCA, 21 (1967), p. 55.
  • 78 Juin 1290, RCA, 32 (1982), p. 231.
  • 79 RCA, 13 (1959), p. 188.
  • 80 L. Pensa, Le liste dei castellani nel Regno di Sicilia nel lascito di Eduard Sthamer, Galatina, 20 (...)
  • 81 6 février 1278, RCA, 18 (1964), p. 104-105.
  • 82 8 décembre 1278, RCA, 20 (1966), p. 180, cf. aussi RCA, 21 (1967), p. 264.

21Les châtelains constituent un groupe de fonctionnaires plutôt consistant qui nous offre une série de cas de « carrières ». Certains comme l’écuyer Enguerrand du Bois, châtelain de la Tour Sainte-Anastasia entre Terracina et Fondi de 1273 à 128075, n’ont visiblement jamais été déplacés de leur lieu de service original. Lorsque la carrière avait lieu, elle pouvait consister en une simple mobilité géographique, comme pour Thomas de Chally, nommé châtelain de Civitella del Tronto en janvier 127476, puis, après une période de détention dans la tour de Capoue « au pain et à l’eau »77, il finit son cursus comme châtelain de Ravello, en 129078. À la lumière des études d’Eduard Sthamer et de ses successeurs, ni le prestige de la charge, ni la rémunération des châtelains ne semblent particulièrement élevés. Quelquefois, devenir châtelain pouvait s’avérer une punition plus qu’un avancement, comme dans le cas de Claaquin de Bruges. Ce dernier fut reçu parmi les valets de l’Hôtel du roi à la fin de l’année 127579, puis, devenu familier du roi, il fut châtelain et gardien des forêts d’Eboli en 127780. Or, en février 1278, il fut accusé d’avoir abandonnée la garde du « pas » de l’Isola dont il était responsable, pour se rendre (ou fuir) vers les territoires de l’Église81 ; en décembre de la même année, nous le trouvons châtelain à Ruvo di Puglia où il semble avoir terminé sa carrière82.

  • 83 RCA, 18 (1964), p. 193.
  • 84 Il est documenté comme tel depuis 1290-1291, RCA, 35 (1985), p. 245, jusqu’à 1293-1294, RCA, 47 (2 (...)
  • 85 Il a été nommé le 16 juin 1270, RCA, 5 (1953), p. 79, L. Pensa, Le liste dei castellani, p. 83 e 8 (...)
  • 86 Nommé le 9 juin 1274, RCA, 50 (2010), p. 164, RCA, 11 (1958), p. 144, L. Pensa, Le liste dei caste (...)
  • 87 RCA, 27 (1979-1980), p. 345, 348 et 411.

22On trouve également des exemples du passage du statut de simple soldat à celui de châtelain. Ainsi, Robert de Mares, écuyer du justicier de la Terre de Labour en 127883, est ensuite attesté comme châtelain de Rocca Ianula84. Certains châtelains ont effectué des parcours plus soutenus. L’écuyer Guillaume Quarante-Sous a débuté en dirigeant les rudes avant-postes frontaliers de Ripa de Cornu et Rocca de Intro85 pour devenir ensuite châtelain de Capri86 et pour finir sa carrière en 1284 comme provisor castrorum de la Terre de Bari et de la Terre d’Otrante87.

  • 88 RCA, 3 (1951), p. 13, RCA, 4 (1952), p. 150, L. Pensa, Le liste dei castellani, p. 60.
  • 89 L. Pensa, Le liste dei castellani, p. 59.
  • 90 RCA, 23 (1971), p. 328.
  • 91 RCA, 27 (1979-1980), p. 46, 178, 211, 212, 244, 313, 326, 397 et 440.
  • 92 RCA, 26 (1979), p. 137, 153, 159, 167 et 194.
  • 93 RCA, 27 (1979-1980), p. 212.
  • 94 RCA, 27 (1979-1980), p. 350.
  • 95 1284-1285, RCA, 28 (1969), p. 66, il était alors visiblement déjà décédé.

23La carrière de châtelain la plus éclatante est celle de Guillaume de Donnemarie. Il apparaît dans les sources en août 1269 comme écuyer, châtelain de Mareri dans les Abruzzes (aujourd’hui dans le Latium)88, puis il est attesté comme châtelain de la Macchia (une charge de grande responsabilité) en 127789 et de Bominaco, tous les deux dans les Abruzzes, en 128090. En 1284, il est documenté comme chevalier, inféodé de la terre de Gragnano dans la Principauté91. Cela pourrait s’expliquer par une participation à la guerre des Vêpres, surtout si nous supposons qu’il est assimilable à Guillelmus Domine Rose, attesté come capitaine de Crotone en 1282-128392 : il s’agirait d’une erreur de transcription tout à fait possible dans le cas des registres angevins. Quoi qu’il en soit, Guillemus Domine Rose disparaît des sources, pendant que Guillaume de Donnemarie, chevalier et familier du roi, est indiqué en janvier 1284 comme « capitaine »93. Au mois de mai de la même année, il était chargé de la défense de la côte de Castellamare di Stabia contre la flotte aragonaise94 et, par la suite, nous le trouvons comme feudataire à Gragnano et à Polignano (ce dernier dans la Terre de Bari)95.

  • 96 L. Pensa, Le liste dei castellani, p. 88, RCA, 5 (1953), p. 131, RCA, 21 (1967), p. 205, RCA, 23 ( (...)
  • 97 RCA, 26 (1979), p. 195 et 197.

24Il reste à savoir si la carrière de Guillaume a été facilitée, outre par ses propres capacités, par des liens familiaux, autrement dit s’il était apparenté à d’autres Donnemarie, chevaliers de carrière, documentés par les registres angevins de Naples. Toutefois, son cas n’était pas unique et la guerre des Vêpres a permis l’élévation de divers officiers. Ainsi, « maître » Jean de La Forest, écuyer, châtelain d’Arpino puis d’Antrodoco entre 1269 et 128296, est devenu capitaine de Monteleone en Calabre (aujourd’hui Vibo Valentia)97.

25Il est nécessaire d’établir une distinction entre les simples écuyers placés à la tête des avant-postes disséminés le long de la frontière et les chevaliers envoyés dans les forteresses les plus importantes ou dans des résidences royales comme châtelains, tels Guillaume et Robert de Grollay alias de Cornay. Il s’agit de deux exemples caractéristiques d’une « bonne carrière » dans l’administration militaire angevine qu’il convient d’examiner.

  • 98 RCA, 6 (1954), p. 103.
  • 99 RCA, 10 (1957), p. 18.
  • 100 La première attestation est du 11 avril 1273, RCA, 10 (1957), p. 40, la dernière du février-mars 1 (...)
  • 101 RCA, 13 (1959), p. 195.
  • 102 RCA, 20 (1966), p. 252-253.
  • 103 1279-1280, RCA, 22 (1969), p. 131.
  • 104 Nomme le 15 septembre 1281, RCA, 25 (1978), p. 100, RCA, 50 (2010), p. 476.
  • 105 RCA, 26 (1979), p. 156.

26Guillaume de Grollay apparaît pour la première fois au printemps 1271 comme chevalier au service de la cour pour des missions de courte durée98, pour être ensuite, en mars 1273, envoyé dans les Abruzzes, au début visiblement comme gardien de la sécurité des routes99, puis, à partir d’avril, comme maître des pas100. En 1275 ou 1276 il est devenu familier du roi et membre de l’Hôtel101, en 1278 ou 1279 il a été envoyé en brève mission en Calabre102, pour recevoir par la suite sous sa garde le château de Montecalvo dans les Abruzzes103, avant de devenir en septembre 1281 capitaine de Lucera104, la charge qu’il exerça jusqu’à son décès survenu au début de 1283105.

  • 106 J.-M. Martin, La frontière septentrionale, p. 300
  • 107 11 juillet 1269, RCA, 2 (1951), p. 137.
  • 108 Il est attesté dans ces fonctions jusqu’au 26 février 1276, RCA, 14 (1961), p. 19.
  • 109 11 décembre 1269, RCA, 4 (1952), p. 6.
  • 110 RCA, 2 (1951), p. 243, RCA, 3 (1951), p. 48.
  • 111 V. Balzano, Documenti per la storia di Castel di Sangro, dans Bullettino della regia deputazione a (...)

27Le parcours de Robert de Grollay commença le 24 juin 1269, lorsqu’il fut nommé maître des pas dans la Terre de Labour, pour le trajet entre Tour Sainte-Anastasia et Sora106. Toutefois, moins d’un mois après, il est devenu capitaine d’Avellino107, avec comme charge supplémentaire celle de garantir la sécurité des routes dans toute la Principauté et la Terre de Bénévent, intitulé depuis septembre 1269 capitaneus Principatus et Terre Beneventane108. Il a mené une lutte très énergique contre le banditisme, ce qui lui a valu les félicitations du roi en personne109. À la différence de Guillaume, sans doute son parent, Robert est depuis les débuts de sa carrière inféodé dans le royaume, recevant en 1269-1270 la terre de Calvello et une série de casaux dans le Molise110, y ajoutant d’autres biens dans les Abruzzes Ultérieurs grâce à son mariage avec Margherita de Forlì (Forlì del Sannio)111.

  • 112 L. Pensa, Le liste dei castellani, p. 26.
  • 113 Ibidem, p. 64.
  • 114 27 janvier 1281, RCA, 25 (1978), p. 21.
  • 115 RCA, 26 (1979), p. 57.
  • 116 1er juin 1284, RCA, 27 (1979-1980), p. 224.
  • 117 Ainsi le 8 novembre 1284, RCA, 27 (1979-1980), p. 491.
  • 118  9 mars 1293, A. De Aprea (éd.), Syllabus membranarum, 1832, no 8, p. 119-120. Il est attesté comme (...)

28En novembre 1277, après un long service territorial, le roi le nomma châtelain de Valone (Vlora)112, puis, en avril 1280, il reçut sous sa garde le château de Messine113. En 1281, il fit partie d’une ambassade auprès de Rodolphe Ier, roi de Rome, destinée à négocier le mariage de Clémence de Habsbourg avec Charles Martel114, puis, l’année suivante, il se plongea dans la guerre des Vêpres, où nous le trouvons en novembre à la tête des troupes venues défendre Solano en Calabre115. Par la suite, en 1284, il est envoyé dans les Abruzzes, comme maître des pas116, avec la tâche supplémentaire de lutter contre Conrad d’Antioche117. Enfin, Robert de Grollay est attesté comme justicier de la Basilicate à partir de mars 1293118.

  • 119 15 janvier 1270, RCA, 3 (1951), p. 218 : son salaire fut alors transmis à sa femme.
  • 120 Il y est documenté du 8 juin 1269, RCA, 2 (1951), p. 150, jusqu’au 17 janvier 1279, RCA, 21 (1967) (...)
  • 121 Il fut remis de cette charge le 12 décembre 1290, RCA, 35 (1985), p. 191-192.
  • 122 RCA, 46 (2002), p. 168-169, RCA, 48 (2005), p. 54-57.

29En revenant aux simples châtelains et aux subalternes des maîtres des pas, nous avons affaire, dans la majorité des cas, à des Provençaux, quelquefois des Français, classifiés dans les sources comme des « écuyers sans terres dans le royaume ». Une exception est donnée par le cas de Jean Chaperon, écuyer qui a reçu des terres de la couronne au moment de son transfert de Provence où il avait déjà exercé les charges de châtelain et où était demeurée sa femme Alice119. Dans le royaume, il remplit pendant de longues années la fonction de châtelain de la Tour Majeur de Salerne120, fut ensuite fait chevalier et nommé capitaine de la Montagne121, avant de recevoir un fief dans la Basilicate en mai 1294122.

  • 123 7 juillet 1283, RCA, 26 (1979), p. 237.
  • 124 10 janvier 1294, RCA, 49 (2006), p. 27.
  • 125 Documenté entre le 8 mai 1279, E. Sthamer, Dokumente zur Geschichte, no 1225, p. 13, RCA, 50 (2010 (...)
  • 126 30 octobre 1289, RCA, 32 (1982), p. 166.
  • 127 RCA, 38 (1991), p. 68.

30Dans quelques cas, nous connaissons les lieux d’origine et les modalités d’arrivée de ces hommes : ainsi, cet Alphiarius de Turi, écuyer du maître des pas de la Terre de Labour en 1283123, avait laissé sa famille en Provence, où, après sa mort, en 1294, Charles II régla les dettes de son fils Rostaing et de sa femme Mathia124. Quelquefois, on assiste aussi à des situations émouvantes : Thomas Fourrier, un chevalier « sans terres » qui devint châtelain de Civitella en 1279125 et qui, engagé dans la guerre des Vêpres, fut mutilé en combattant les Aragonais sur mer126, et décéda en 1291 comme invalide pris en charge par la cour127.


  • 128 Sur la pratique des enquêtes administratives dans le royaume, cf. E. Sthamer, Bruchstücke mittelal (...)
  • 129 1271-1272, RCA, 8 (1957), p. 46, 9 novembre 1276, RCA, 13 (1959), p. 24.
  • 130 Révoqué le 3 mars 1278, RCA, 18 (1964), p. 13.
  • 131 1278-1279, RCA, 20 (1966), p. 101, RCA, 21 (1967), p. 247.
  • 132 6 février 1280, RCA, 23 (1971), p. 217, mars 1281, RCA, 25 (1978), p. 31.
  • 133 RCA, 26 (1979), p. 118 et 210.
  • 134 RCA, 27 (1979-1980), p. 353, RCA, 28 (1969), p. 71. Il pourrait s’agir de la confirmation d’un dro (...)

31Un groupe très intéressant est formé par les juristes au service du roi dans les zones frontalières, surtout comme enquêteurs128 ou comme assesseurs des capitaines de l’Aquila ou des justiciers provinciaux. Prenons le cas, très éloquent, d’Andrea de Madio de Naples : il était juge dans sa ville natale depuis 1271 jusqu’à 1276 au moins129, juge et assesseur auprès du capitaine de l’Aquila jusqu’en mars 1278130, de nouveau actif à Naples, mais muni de commissions par la cour131, puis chargé d’une enquête royale sur les activités du justicier et des autres officiers des Abruzzes en 1280 et 1281132, enfin juge délégué auprès du vicaire du roi à Rome en avril 1283133. Le 8 mai 1284, lui et son frère Martuccio reçurent un privilège du prince de Salerne (futur Charles II) qui leur concéda le statut de chevalier, pour les services rendus au roi et au prince134.

  • 135 RCA, 4 (1952), p. 23.
  • 136 23 mars 1272, RCA, 8 (1957), p. 20, il habitait in platea Pistasii.
  • 137 24 avril 1277, RCA, 15 (1961), p. 12, 8 février 1282, RCA, 25 (1978), p. 192.
  • 138 Novembre 1283, RCA, 27, (1979-1980), p. 131 et une autre série de documents du novembre et décembr (...)
  • 139 Ainsi de décembre 1284, RCA, 27 (1979-1980), p. 281 jusqu’à l’année de l’indiction 1289-1290, RCA, (...)
  • 140 RCA, 32 (1982), p. 255.
  • 141 Ibidem, p. 183.
  • 142 Ibidem, p. 234.
  • 143 Ibidem, p. 241.
  • 144 RCA, 44 (1998-1999), p. 86.

32Un autre exemple, celui de Giovanni de Ursone, d’une famille de juristes de Salerne, étudiant à Naples en 1270135 (il fut par la suite citoyen de la ville et y comptait parmi les populares)136. Il fut actif comme juriste dans la Terre de Bari137, avant d’être chargé en 1283, comme professeur de droit civil, d’une grande enquête contra transgressores constitutionum et capitulorum regalium dans la Principauté et la Terre de Labour138. Par la suite, il a enseigné à Naples139, avant d’être nommé en 1289-1290 dans l’office d’avocat des pauvres (auprès du maître justicier du royaume)140. Désigné en janvier 1290 assesseur du justicier des Abruzzes141, il est chargé au mois de juin de la même année d’une enquête en Basilicate142 et, en juillet, d’une ambassade auprès du roi de France143. Enfin, en septembre 1292 il conduisit une autre enquête en Provence144.

  • 145 15 octobre 1269, RCA, 5 (1953), p. 158.
  • 146 Ainsi le 5 avril 1273, RCA, 10 (1957), p. 30 et en octobre 1276, RCA, 14 (1961), p. 80.
  • 147 RCA, 16 (1962), p. 26 et RCA, 43 (1996), p. 138-139.
  • 148 Démis de sa charge en avril 1281, RCA, 25 (1978), p. 41.
  • 149 RCA, 25 (1978), p. 3-5.
  • 150 RCA, 26 (1979), p. 172.
  • 151 RCA, 30 (1971), p. 65.
  • 152 RCA, 43 (1996), p. 50.
  • 153 A. De Aprea (éd.), Syllabus membranarum, 1845, p. 115, 123 et 132-133.
  • 154 RCA, 21 (1967), p. 257.
  • 155 RCA, 27 (1979-1980), p. 130 et 278.
  • 156 RCA, 30 (1971), p. 55.
  • 157 E. Sthamer, Bruchstücke mittelalterlicher Enqueten.
  • 158 N. Kamp, Vom Kämmerer zum Sekreten. Wirtschaftsreform und Finanzverwaltung im staufischem Königrei (...)
  • 159 K. Toomaspoeg, I chierici al servizio dello stato nel Regno di Sicilia. Appunti di mobilità eccles (...)

33Le service de la couronne sur la frontière distingue une série de familles de juristes, comme celle des Magdalono de Naples. Barbatus, juge royal à Rome en 1269145, chargé de diverses enquêtes dans la Terre de Labour dans les années 1270146, fut nommé en janvier 1277 assesseur du justicier des Abruzzes147, pour devenir ensuite assesseur du justicier de la Calabre148 ; de nouveau envoyé auprès du vicaire du roi à Rome en mai 1281149, il est nommé assesseur du justicier de la Capitanate en 1283150 et, enfin, celui du justicier des Abruzzes Ultérieurs en juillet 1289151. Voici les Suio de Capoue : Enrico, juge qui effectua une enquête sur les activités de Louis de Mons en 1293152 et qui finit par devenir justicier de la Terre de Bari en 1304-1305153 ; ou les Cerreto d’Alife : Giacomo fut chargé d’une enquête sur les officiers royaux des Abruzzes en 1278-1279154, était assesseur du justicier des Abruzzes en 1283155 et, enfin, percevait les impôts dus à la cour à l’Aquila en 1290156. Il existait ainsi, de toute évidence, une possibilité de carrière administrative pour les juristes qui pouvait mener au rang chevaleresque. Sur ce point, je me limiterai à rappeler les études d’Eduard Sthamer157 et de Norbert Kamp158 qui fournissent une description de la classe des juristes, surtout de Naples, Capoue et Salerne, munis d’une bonne préparation universitaire et chargés de fonctions administratives dans le royaume, formant de véritables dynasties d’hommes de loi. La mobilité sociale de ces familles se manifesta à travers des carrières ecclésiastiques – un bon nombre d’évêques du Mezzogiorno étaient issus des rangs des juristes159 – et par le biais d’un service dans l’administration royale.

  • 160 27 février 1267, RCA, 1 (1950), p. 69, n. 176, 14 octobre 1268, RCA, 1 (1950), p. 149 (il était al (...)
  • 161 Arnolphe enquêta en février 1267 ensemble avec le Templier Godefroi sur les châteaux des Abruzzes, (...)
  • 162 C. A. Bruzelius, The Stones of Naples. Church building in Angevin Italy 1266-1343, New Haven, 2004 (...)
  • 163 RCA, 1 (1950), p. 128, RCA, 3 (1951), p. 80, 81, 106, 142, 143 et 262.
  • 164 RCA, 1 (1950), p. 260, RCA, 2 (1951), p. 99, RCA, 5 (1953), p. 206, RCA, 6 (1954), p. 346 et 361, (...)
  • 165 RCA, 4 (1952), p. 161-162.
  • 166 RCA, 5 (1953), p. 218 e 226.
  • 167 RCA, 11 (1958), p. 187-188, 195, 228-229, 245, 248 et 251, RCA, 12 (1959), p. 18-19.
  • 168 Depuis juin 1275, RCA, 12 (1959), ad indicem.

34Le cas des juristes est en quelque manière lié à celui des hommes d’Église au service de l’administration angevine : pour ce qui regarde la frontière, nous y trouvons des personnes comme le Templier Godefroi, capitaine, vicaire général et provisor castrorum dans les Abruzzes en 1267-1268160, Guillaume de Villiers et Arnolphe de Croissy, deux autres spécialistes des forteresses161, et le chanoine Pierre de Chaules, non seulement l’un des architectes les plus connus du règne de Charles Ier162, mais aussi fonctionnaire royal, actif comme maître portulan et secretus de la Principauté en 1268-1269163, chargé d’une enquête sur les biens des proditores dans la Terre d’Otrante en 1269164 et d’une autre sur le bajulus de Naples en 1270165, puis envoyé en Morée en mai 1272166. On doit noter le rôle de Pierre de Chaules dans le chantier de Santa Maria della Vittoria de Sculcola, église construite pour commémorer la victoire sur Conradin, qu’il a dirigé à partir de janvier 1274167, avant de s’occuper de Belvedere nel Gualdo168 puis de Castel Nuovo à Naples. 


  • 169 S. Morelli, Le élites burocratiche nel Mezzogiorno angioino : mobilità sociale e processi identita (...)
  • 170 Ibidem, p. 198.
  • 171 RCA, 21 (1967), p. 302.
  • 172 Nommé le 1er septembre 1284, RCA, 27 (1979-1980), p. 477.
  • 173 Nommé le 14 juillet 1271, RCA, 6 (1954), p. 65.

35Les carrières des officiers frontaliers présentent des exceptions non conformes à la pratique habituelle de l’administration angevine. Ainsi, en règle générale, les carrières des fonctionnaires se divisaient entre secteurs militaire, civil et fiscal. Il était habituel qu’un officier ait été capitaine d’une ville ou justicier provincial et, à d’autres moments, capitaine de guerre, mais il était rare qu’un fonctionnaire puisse exercer des charges tant dans le secteur fiscal que militaire et civil. La fiscalité était encore entre les mains de spécialistes, surtout des Amalfitains et ou d’autres provenant des villes côtières des Pouilles169. Mais, comme l’a noté Serena Morelli, on trouve des exceptions, notamment avec la famille des Siginolfo de Naples, s’occupant de fiscalité bien que chevaliers 170. En effet, les seuls officiers frontaliers ayant aussi exercé dans l’administration des finances sont Giovanni Siginolfo, maître des pas dans les Abruzzes en 1278-1279171, après une longue carrière comme maître portulan, secretus, gabelier du sel etc. dans diverses parties du royaume, avant de devenir justicier de la Terre de Labour Ultérieure en 1284172, et Sergio Siginolfo, maître des pas de la Terre de Labour en 1271173.

  • 174 Cf. par exemple l’acte de restitution des fiefs à Pietro Colonna du 24 février 1269, RCA, 2 (1951) (...)
  • 175 RCA, 17 (1963), p. 119.
  • 176 RCA, 25 (1978), p. 105, RCA, 27, p. 160, n. 193, E. Ricca, La nobiltà, p. 76.
  • 177 RCA, 27 (1979-1280), p. 491.
  • 178 RCA, 46 (2002), p. 9, RCA, 50 (2010), p. 4.
  • 179 RCA, 19 (1964), p. 221.

36Une autre exception qui finit par devenir une règle sous Charles II est l’afflux parmi les officiers d’individus originaires du reste de l’Italie. En haut de l’échelle, nous avons affaire à des familles romaines comme celle des Colonna qui reçut des fiefs dans le royaume, en particulier dans les zones frontalières, à compter des années 1260174. Pietro Colonna junior fut admis en février 1277 à Rome parmi les familiers du roi175. Il est feudataire dans les Abruzzes et figure entre 1282 et 1284 comme châtelain de Petrella Salto176. Son frère Stefano reçut en novembre 1284, sous recommandation de Robert de Grollay, la garde du château de Celle (aujourd’hui Carsoli)177, repris par la cour mais immédiatement concédé aux Colonna en 1293-1294178. Enfin, Andreas de Pontibus junior, officier frontalier qui nous est déjà connu, était marié à la sœur de Pietro et Stefano, Cecilia179. L’insertion des Colonna dans le royaume, qui mérite sans doute une étude plus approfondie, s’accompagne d’une prise de contrôle de localités frontalières, comme Petrella Salto ou Celle, par le biais de la charge de châtelain.

  • 180 RCA, 8 (1957), p. 117.
  • 181 RCA, 10 (1957), p. 82.
  • 182 RCA, 18 (1964), p. 28-29, RCA, 19 (1964), p. 200, J. Göbbels, Das Militärwesen, p. 86.
  • 183 RCA, 26 (1979), p. 84-85, 194, RCA, 27 (1979-1980), p. 266 et 341.
  • 184 8 mai 1284, RCA, 27 (1979-1980), p. 350.
  • 185 RCA, 28 (1969), p. 94.
  • 186 RCA, 8 (1957), p. 141. Guelfo était auparavant juge auprès du vicaire du roi à Rome, 13 mars 1270, (...)
  • 187 RCA, 10 (1957), p. 94.
  • 188 V. de Bartholomaeis (éd.), Cronaca Aquilana rimata di Buccio di Ranallo di Popplito di Aquila, Rom (...)

37On ne peut considérer les Colonna comme des officiers de la couronne, ce qui était en revanche le cas de Lucchesino de Florence, le premier fonctionnaire angevin actif sur la frontière originaire de la péninsule Italienne au-delà des territoires pontificaux. Il fut nommé capitaine de l’Aquila aux alentours du moi du juin 1272180, démis en 1273181, nommé podestat de la ville papale d’Ascoli Piceno en avril 1278182, puis exerça de nouveau la fonction de capitaine de l’Aquila à partir de 1282183, en participant aux combats survenus dans les Abruzzes dans le cadre de la guerre des Vêpres184. Au moment de son décès sans héritiers peu avant mai 1286, nous apprenons qu’il avait tenu des fiefs dans la Terre de Labour185. Par ailleurs, l’assesseur de Lucchesino dans la capitanie de l’Aquila était le juriste Guelfo de Lucques186, ensuite assesseur du capitaine suivant, Pierre de Thionville187 et, enfin, en 1307, lui-même capitaine de l’Aquila188.

  • 189 Rinaldo Villani apparaît dans les sources angevines au janvier 1271, comme connétable des Guelfes (...)
  • 190 Documenté depuis le 20 février 1279, RCA, 21 (1967), p. 78, jusqu’au 6 mars 1283, RCA, 26 (1979), (...)
  • 191 Attesté entre le 20 juillet 1292, RCA, 38 (1991), p. 239-241, et le 17 janvier 1293, RCA, 44 (1998 (...)
  • 192 A. De Aprea (éd.), Syllabus membranarum, 1845, p. 65 et 67.
  • 193 Ibidem, p. 148, 157, 170 et 172. Il était marié à Isabella Filangieri, veuve de Jean Revel, E. Ric (...)
  • 194 Ibidem, p. 147, 151 et 174.
  • 195 Ibidem, p. 209, 212 et 221, A. Cutolo, Il regno di Sicilia negli ultimi anni di vita di Carlo II d (...)
  • 196 RCA, 5 (1953), p. 154.
  • 197 Au service de la cour en 1269-1270, RCA, 3 (1951), p. 12.
  • 198 RCA, 8 (1957), p. 262.

38Un autre cas précoce est celui de Rinaldo Villani de Sienne qui fit une longue carrière dans le Sud entre 1271 et 1290189, en s’occupant entre autres du chantier de Santa Maria della Vittoria dont il était préposé et expensor190. La présence de ces étrangers devint plus intense vers la fin du siècle, avec des hommes comme Giacomo delle Milizie de Rome, capitaine de la Montagne en 1292-1293191, Guglielmo di Recuperanza de Pise, capitaine de l’Aquila et maître des pas des Abruzzes en 1301-1302192, puis justicier de la Terre de Bari en 1306193, Naso Vicedomini de Florence, capitaine de la Montagne en 1306194, justicier de la Terre d’Otrante en 1308-1309195, pour ne donner que quelques exemples. Au niveau plus bas, celui des juristes, nous trouvons peu de cas similaires : ceux de Guelfo de Lucques, cité plus haut, et de Bongiovanni dei Medici de Plaisance, notaire dans l’office du justicier des Abruzzes en novembre 1269196, qui appartenait à une famille servant le roi, connue à travers un autre notaire, Giacomo197, et un certain Giovanni qui pourrait bien être notre Bongiovanni et qui fut reçut parmi les valets de l’Hôtel du roi en février 1272198.


39Les diverses typologies de carrière présentées confirment, sans laisser de doutes, que le service sur la frontière faisait partie du cursus honorum d’un fonctionnaire angevin, au même titre que les combats dans la principauté de Morée, la mobilisation pour la guerre des Vêpres, les missions diplomatiques et l’administration des grands offices territoriaux et centraux. Parmi les hommes qui ont servi aux confins du royaume comme capitaines, maîtres des pas, provisores castrorum etc., nous trouvons une bonne partie de l’élite militaire, bureaucratique ou simplement chevaleresque de la cour angevine.

  • 199 9 septembre 1268, RCA, 1 (1950), p. 135.
  • 200 Il est fait chevalier de l’Hôtel et familier du roi le 31 août 1278, RCA, 19 (1964), p. 267.
  • 201 Nommé en 1278 ou 1279 (RCA, 21 (1967), p. 278), documenté comme tel depuis juin 1280 (RCA, 23 (197 (...)
  • 202 Documenté en 1282-1283, L. Pensa, Le liste dei castellani, p. 49, RCA, 26 (1979), p. 28. 29, 137, (...)
  • 203 L’autorisation pour le mariage lui fut concédée le 22 février 1284, E. Ricca, La nobiltà, 1,2, p.  (...)
  • 204 Il a été nommé capitaine de l’Aquila le 18 juillet 1292, RCA, 38 (1991), p. 252, 253 et 254, les d (...)
  • 205 RCA, 46 (2002), p. 5 et 17.

40Il existait un parcours caractéristique d’officier angevin, bien visible sur la frontière, que l’on peut observer par exemple dans le cas de Jean Revel : le premier élément typique est le début de service en Provence, où il est documenté à partir de 1268199, puis, dix ans après, l’arrivée dans le royaume et l’intégration à l’Hôtel du roi200, accompagnée de la première charge importante, comme magister defensarum et forestarum des Abruzzes, de la Terre de Labour, de la Capitanate et de la Basilicate201. Un autre fait notable, la participation à la guerre des Vêpres, comme capitaine de Gerace en Calabre202, de même l’inféodation dans les Abruzzes à travers le mariage avec une représentante de la noblesse du royaume, Isabella Filangieri203. Parmi les nombreuses charges exercées par Jean Revel par la suite, en France, en Anjou et dans le royaume (où il a été justicier de la Terre d’Otrante, de la Terre de Labour et de la Capitanate), on dénombre aussi deux fonctions sur la frontière : capitaine de l’Aquila et maître des pas de la Terre de Labour204, avant son décès survenu à l’été 1294205.

  • 206 Sur l’efficacité du gouvernement angevin, cf. surtout E. Sthamer, Bruchstücke mittelalterlicher En (...)
  • 207 M. Balard, Carlo I d’Angiò e lo spazio mediterraneo, dans G. Musca (dir.), Le eredità normanno-sve (...)

41La problématique des carrières des officiers frontaliers est étroitement liée à celle de l’efficacité de l’administration angevine. Il s’agit d’une thématique ambiguë, caractérisée par la contradiction entre une régie centrale, tout compte fait rationnelle et bien réfléchie, et les réalités du terrain206. Dans le cas contraire, comme l’a souligné Michel Balard à propos de la politique extérieure de Charles Ier, les efforts du roi auraient été annihilés par la résistance de ses sujets207.

  • 208 Cf. la grande enquête réalisée dans la Terre de Labour en 1276 et qui devait vérifier les abus com (...)
  • 209 Cf. 10 juin 1282, R. Trifone, La legislazione angioina. Edizione critica, Naples, 1921 (Società na (...)

42Sur la frontière, comme ailleurs, le système appliqué par les Angevins – et par leurs prédécesseurs – se fondait sur une rotation des officiers dans quelques points clefs. Les hommes auxquels le roi avait confiance étaient amenés à exercer des charges, comme celle de capitaine de la Montagne, de maître des pas ou de châtelain de quelque avant-poste stratégique, pour une période limitée, de préférence pas supérieure à deux années indictionnelles (dans le royaume de Sicile, du 1er septembre jusqu’au 31 août), puis remplacés par d’autres. En outre, les officiers ne devaient en théorie pas être originaires de leur territoire de service. Toutefois, ces procédés idéaux n’étaient pas toujours applicables. La subordination directe au roi d’officiers tels les maîtres des pas et les capitaines finissait par augmenter leur autonomie, puisqu’ils n’étaient pas contrôlés par les justiciers provinciaux. La seule mesure de surveillance était celle des enquêtes ordonnées par la cour pour lutter contre les abus des fonctionnaires, mais il s’agissait d’un procédé ponctuel et non pas d’un contrôle permanent. Il n’est donc pas surprenant que les activités des fonctionnaires, à commencer par le plus infime châtelain jusqu’au justicier provincial, aient été caractérisés par de nombreux abus. Cela est bien documenté par des enquêtes administratives conduites par la cour dans les Abruzzes et dans la Terre de Labour208 et par les mesures législatives prises par Charles Ier et Charles II pour freiner les excès des fonctionnaires209.

  • 210 13 décembre 1283, RCA, 27 (1979-1980), p. 10-11.
  • 211 3 mai 1284, RCA, 27 (1979-1980), p. 54.
  • 212 RCA, 32 (1982), p. 10.
  • 213 RCA, 43 (1996), p. 47, 48 et 49.
  • 214 Ainsi par l’évêque d’Aquino en juin 1290, RCA, 32 (1982), p. 14 et 17.
  • 215 2 janvier 1291, RCA, 35 (1985), p. 208-209.
  • 216 Les d’Aquino étaient feudataires de Monte San Giovanni pour le pape depuis 1157, M. T. Caciorgna, (...)
  • 217 RCA, 47 (2003), p. 248, n. 723.
  • 218 16 mai 1281, RCA, 24 (1976), p. 48.

43Prenons le cas de Giacomo (II) d’Aquino qui était l’un des rares officiers frontaliers issu d’une famille locale de la zone, d’origine lombarde, et celui dont les activités ont suscité le plus de problèmes. Il hérita droits féodaux de son père Rinaldo et de son frère aîné Roberto en 1283210, se mit au service du légat Gherardo cardinal de Sabine l’année suivante211, pour finir peu après, aux environs de 1284 ou 1285, comme maître des pas de la Terre de Labour, une charge qu’il a tenu pour une ou deux années. En mars 1290 on lui a ordonné de présenter à la cour la comptabilité de son office212, ce qu’il n’avait pas encore fait en mai 1293213. Il était accusé par plusieurs personnes d’avoir commis des abus durant ses fonctions214 et en janvier 1291 il subit une procédure d’enquête sous l’accusation de viol, de séquestration et de vol215. Il s’adonnait aussi à la contrebande et utilisait les possessions de sa famille dans les territoires pontificaux, dont Monte San Giovanni216 de l’autre côté de la frontière, pour ses activités illicites. Il fut en outre accusé d’agression armée contre le nouveau maître des pas en mars 1294217. À un autre niveau, Riccardo d’Acquaviva fut accusé en 1281 d’avoir planifié une attaque contre la ville papale de Fermo, en réunissant une milice composée de feudataires des Abruzzes218.

  • 219 Cf. note 74.

44Les problèmes trouvaient souvent leur origine dans le fait que les fonctionnaires étaient également des feudataires de leur région de service. En principe, au niveau des justiciers, cela n’était pas autorisé, mais la règle n’était pas toujours respectée et ne valait visiblement pas pour les autres officiers. Ainsi, on observe la situation fréquente où un fonctionnaire reçoit des biens féodaux dans son territoire de service au moment de l’entrée en fonction. Les châtelains étaient quelquefois des feudataires locaux, comme les Provençaux Gibaud de Mimet et son fils Guillaume219. Les charges de capitaine de l’Aquila étaient quelquefois exercées par des gens originaires de la ville. Les châtelains des forteresses frontalières, mal payés et quelquefois maintenus en place pour une période excessivement longue, avaient tendance à abuser du voisinage de terres extérieures, en finissant facilement par s’impliquer dans des conflits armés et des insurrections.

  • 220 Février 1272, RCA, 8 (1957), p. 4-5.

45Prenons un exemple concret, bien documenté par les sources, qui illustre le fonctionnement de l’administration frontalière et la stature des hommes qui y participaient. Le château abruzzais de la Macchia, l’actuel Castel Manfrino, à Valle Castellana, était un avant-poste important qui formait une unique ligne de défense avec les fortifications de Montecalvo et de Civitella. Au début de l’époque angevine, il s’agissait d’un château féodal – les feudataires avaient un rôle essentiel dans le système castral du royaume – et en 1271 ou 1272 Charles Ier le donna en fief à son fidèle Pierre de l’Île. Or, sitôt après l’arrivée du Flamand à la Macchia, les habitants, peut-être agacés par son action, peut-être motivés par un dessein politique, occupèrent le château, en tuant la famille de Pierre de l’Île, alors absent ou contraint à la fuite220. Cette opération fut conduite en alliance avec les habitants d’Ascoli Piceno, dans les terres de l’Église, et plaça la Macchia dans les mains de Conrad d’Antioche.

  • 221 13 septembre 1270, RCA, 6 (1954), p. 21.
  • 222 RCA, 6 (1954), p. 338.
  • 223 Février-mars 1271, RCA, 6 (1954), p. 127.
  • 224 RCA, 5 (1953), p. 266.
  • 225 Martin 2004, p. 126-127.
  • 226 RCA, 9 (1957), p. 195.
  • 227 22 janvier 1276, RCA, 12 (1959), p. 198.
  • 228 .16 juillet 1278, C. Minieri-Riccio (éd.), Saggio di Codice diplomatico formato sulle antiche scrit (...)
  • 229 Il apparaît peu avant, comme chevalier au service du roi, ensemble avec Hervé de Chaources, RCA, 7 (...)
  • 230 9 décembre 1273, L. Pensa, Le liste dei castellani, p. 59.
  • 231 Avril 1279, RCA, 21 (1967), p. 215.
  • 232 Attesté du 3 octobre 1274, L. Pensa, Le liste dei castellani, p. 59, jusqu’au 22 février 1282, RCA (...)
  • 233 Il est documenté comme tel depuis 1271-1272, RCA, 7 (1955), p. 149. Son séjour à Macchia dura du j (...)
  • 234 Ainsi selon un mandat de 1278-1279, RCA, 21 (1967), p. 312.
  • 235 Septembre 1277, RCA, 18 (1964), p. 4 et 24 mai 1278, RCA, 18 (1964), p. 39. Il pourrait être ident (...)

46S’ensuivit un longue siège, conduit par Matthieu du Plessis senior, un officier originaire d’Anjou221, chevalier de l’Hôtel et familier du roi depuis janvier 1271 222, seigneur féodal de Manoppello dans les Abruzzes223, conseiller du roi au moins dès 1272224, qui venait à peine d’être accusé d’avoir saccagé la terre de Campli, avec son nouveau feudataire « français » : comme à la Macchia, à Campli s’entrevoit une situation du conflit entre la population et les nouveaux seigneurs territoriaux angevins225. En 1273, il subit une enquête pour une agression contre les habitants de Teramo226, mais visiblement sans conséquence, enfin, en 1276 il fut appelé au service du roi à Rome227 et, en 1278, s’occupa de la fondation de Leonessa228. Plessis et ses 700 soldats étaient assistés par les 200 soldats à pied du chevalier Payen de Vario alias de Vere229, capitaine des tours de siège. En décembre 1273, une fois la Macchia conquise, le château était confié à la garde d’un châtelain ultramontain, l’écuyer Jean de Pons230, plus tard châtelain de Gerace en Calabre231, suivi par Guillaume de Donnemarie et par Gérard de Fleuron232. En 1279, la Macchia fut soumise à une administration hybride : elle fut donnée en fief à Hervé de Chaources, un chevalier de l’Hôtel du roi233, mais on y maintenait le châtelain et la garnison royale234, avec ses combattants, tous des Ultramontains dont nous connaissons certains, comme ce Robert Normand, présent en 1277 et 1278, d’une identification plutôt difficile235. Ainsi, dans le cas de la Macchia, nous avons affaire à un échantillon de parcours administratifs frontaliers.


  • 236 F. Sampsonis, Entre le roi et le prince. La principauté de Morée aux mains des rois de Sicile Char (...)

47Pour conclure, l’étude de l’administration frontalière angevine permet de cerner une série de typologies d’officiers et de carrières parmi lesquels se distinguent deux éléments dynamiques, sources de renouvellement mais aussi garants d’une certaine stabilité. D’une part, il s’agit de la petite et moyenne chevalerie ultramontaine, avec des hommes comme Pierre de l’Île, Matthieu du Plessis père et fils ou Louis de Mons, auxquels, malgré les efforts des amateurs de généalogie nobiliaire napolitaine, on pourrait difficilement attribuer d’illustres origines. Il s’agit des plus fidèles serviteurs du roi, présents un peu partout, qui finissaient par être inféodés dans le royaume. D’autre part, les familles des juristes de la Terre de Labour, du Principat et de la Terre de Bari dont les membres jouissaient d’un grand prestige, en finissant quelquefois par être armés chevaliers. Peut-on considérer les officiers de frontière comme un « corps de l’État » propre ? Sans aucun doute existait-il des parcours types qui débutaient avec l’Hôtel du roi, dans le cas des chevaliers, et avec l’Université de Naples, dans celui des juristes : tous ces hommes devaient posséder une manière de culture commune. Si nous observons les durées des carrières des 150 officiers frontaliers, nous constatons des parcours qui occupèrent dans 55 % des cas cinq années, dans 45 % dix ans, dans 25 % quinze ans et, enfin, dans 16 % vingt ans. Cela indique l’existence d’un corps d’officiers compact et bien expérimenté. Mon étude considère certes un secteur parmi bien d’autres. Mais l’examen d’autres points chauds des domaines angevins, comme la Morée étudiée récemment par Florence Sampsonis236, aboutit à des résultats similaires.

48On doit prendre en compte les évolutions chronologiques, surtout depuis les Vêpres de 1282 qui ont stimulé les carrières du secteur militaire, mais marqué aussi les débuts de l’affaiblissement progressif des structures administratives. Les parcours réguliers que nous avons observé – du chevalier, de l’écuyer, du châtelain, du juriste – sont obscurcis par d’autres, où on entrevoit déjà le rôle, prédominant quelques décennies plus tard, de la féodalité dans les affaires de la frontière et dans l’administration territoriale en général. La place des Ultramontains diminue progressivement sous Charles II, au bénéfice d’un personnel originaire de l’Italie du Centre et du Nord. Toutefois, les typologies de carrière dominant entre 1266 et 1309 nous indiquent une série d’éléments communs et une incontestable mobilité sociale. Les jeunes chevaliers venus de Provence ou des terres du royaume français, les juristes sortis de l’Université de Naples, mais également les simples écuyers ultramontains, trouvaient dans le Mezzogiorno un endroit propice pour se distinguer et pour s’élever socialement.

Fig. 1 – Esquisse de carte de la zone frontalière du royaume.

Fig. 1 – Esquisse de carte de la zone frontalière du royaume.

Fig. 2 – Les catégories d’officiers royaux actifs sur la frontière avec les États de l’Église (1266-1309).

Fig. 2 – Les catégories d’officiers royaux actifs sur la frontière avec les États de l’Église (1266-1309).

Liste sommaire des maîtres des pas, capitaines de la Montagne et capitaines de l’Aquila

Maîtres des pas de la Terre de Labour

49Robert de Grollay, 1269
Louis de Mons, 1269-12171
Sergio Siginolfo, 1271
Louis de Mons, 1271-1273
Guillaume de Malassise, 1275-1279
Guglielmo Sanfelice, 1279-1281
Mauger de Bussères, 1283
Giacomo (II) d’Aquino, ap. 1284-av. 1289
Simon de Noblans, 1289-1290
Pietro de Luparia, 1291-1292
Gilles de Saint-Lié junior, 1292-1293
Giacomo Acquaviva, 1293
Pierre de Crépant, 1293-1294
Henri de Nanteuil, 1294
Manasses de Falaise, 1294-1296

Maîtres des pas des Abruzzes

50Louis de Mons, 1269-1271
Andrea da Rojo, Guillelmus de Brenda, Randisio di Monticelli, Gualterio di Monte Orsello, 1271
Raindisio di Monticelli, 1272
Guillaume de Grollay, 1273-1274
Dreux de Bordel, 1275-1278
Giovanni Siginolfo, 1279
Roger d’Ars, 1279
Guillaume de Joinville, 1279-1283
Philippe d’Herville, 1289
Simon de Cinq-Ormes, 1290
Jean Revel, 1291 (?)
Henri de Bourgogne, 1292-1293
Guillaume du Bois et Guy de Moustiers, 1293
Guglielmo di Recuperanza, 1301-1302
Nicola Roccaforte, 1306-1308

Capitaines de la Montagne

51Jacques de Champeigni, 1269-1272
(Andreas de Pontibus senior, 1270-1271)
(Andrea da Rojo, 1272)
Hugues d’Aulnay, 1272
Pierre de Thionville, 1273
Robert de Richeville, 1276
Todino da Rojo, 1278
Berardo da Rojo, 1278-1279
Andreas de Pontibus junior, 1289
Trasmondo da Penne, 1289
Theodinus de Cornu, 1289
Jean Chaperon, 1290
Abuinamons de Calvano, 1290
Giacomo delle Milizie, 1292-1293
Imberto di Chiusano, 1293
Rostaing Gantelme, 1299
Guido de Primarano, 1303-1304
Naso Vicedomini de Florence, 1306

Capitaines de l’Aquila

52Lucchesino de Florence, 1272-1273
Pierre de Thionville, 1273
Johannes Guastablado, 1275-1278
Berardo da Rojo, 1281
Lucchesino de Florence, 1282-1284
(Nicola de Insula, 1283)
Philippe d’Herville, 1284
Berardo Vicedomini de Parme, 1289
Hugo Guerardus, 1289-1290
Enrico Ruffo di Calabria, 1291
Baudoin d’Agoult, 1292
Jean Revel, 1292-1293
Nicola de Isola, 1293
Rostaing Gantelme, 1299-1300
Guglielmo di Recuperanza, 1301-1302
Guelfo da Lucca, 1307
Giovanni Coppola, 1309

Notes

1 .E. Sthamer, Dokumente zur Geschichte der Kastellbauten Kaiser Friedrichs II. und Karls I. von Anjou, III, Abruzzen, Kampanien, Kalabrien und Sizilien, éd. H. Houben, Tübingen, 2006, no 1230, p. 14.

2 3 octobre 1272, J.-M. Martin, La frontière septentrionale du royaume de Sicile à la fin du XIIIe siècle, dans É. Hubert (dir.), Une région frontalière au Moyen Âge. Les vallées du Turano et du Salto entre Sabine et Abruzzes, Rome, 2001, p. 291-303, p. 296.

3 Cf. K. Toomaspoeg, Frontiers and Their Crossing as Representation of Authority in the Kingdom of Sicily (12th-14th Centuries), dans I. Baumgärtner, M. Vagnoni, M. Welton (dir.), Representations of Power at the Mediterranean Borders of Europe (12th-14th Centuries), Florence, 2014, p. 29-49 ; K. Toomaspoeg, La frontière terrestre du Royaume de Sicile àl’époque normande : questions ouvertes et hypothèses, dans J.-M. Martin, R. Alaggio (dir.), Quei maledetti normanni. Studi offerti a Errico Cuozzo per i suoi settant’anni da Colleghi, Allievi, Amici, Ariano Irpino-Naples, 2016 (Medievalia, 5), II, p. 1205-1224 ; K. Toomaspoeg, «Quod prohibita de Regno nostro non extrahant». Le origini medievali delle dogane sulla frontiera tra il Regno di Sicilia e lo Stato pontificio (secc. XII-XV), dans V. Rivera Magos, F. Violante (dir.), «Apprendere ciò che vive». Studi offerti a Raffaele Licinio, Bari, 2017, sous presse. Sur la frontière du royaume à l’époque angevine, cf. J.-M. Martin, La frontière septentrionale.

4 https://angevine-europe.huma-num.fr/ea/fr/base-officiers-angevins.

5 RCA, 35 (1985), p. 163, n. 17.

6 M. Vale, The Princely Court: Medieval Courts and Culture in North-West Europe, 1270-1380, Oxford, 2001, p. 334-335 ; C. Balouzat-Loubet, Bien s’entourer pour mieux gouverner. Les officiers de Mahaut, comtesse d’Artois (1302-1329), dans Annales de Bretagne et du Pays de l’Ouest, 116/1 (2009), p. 146-165.

7 X. Hélary, L’armée du roi de France. La guerre de Saint Louis à Philippe le Bel, Paris, 2012.

8 Sur les maîtres des pas, cf. J. Göbbels, Das Militärwesen im Königreich Sizilien zur Zeit Karls I. von Anjou (1265-1285), Stuttgart, 1984 (Monographien zur Geschichte des Mittelalters, 29), p. 83-89 et J.-M. Martin, La frontière septentrionale, p. 299-302. Sur leur fonction douanière, cf. aussi K. Toomaspoeg, Quod prohibita.

9 P. Bertolini, Il ruolo di Atina nell’asse viario della Valle di Comino. Appunti per un contributo di topografia storica medievale, dans F. Avagliano (dir.), Atina potens. Fonti per la storia di Atina e del suo territorio. Atti della tavola rotonda in onore del prof. Herbert Bloch (Atina, 21 giugno 1989), Montecassino, 1993 (Archivio storico di Montecassino. Studi e documenti sul Lazio meridionale, 2), p. 41-63, ici p. 50 ; M. Zelli, Narnate: storia di un territorio di frontiera tra Spoleto e Rieti dall’ VIII al XIII secolo, Rome, 1997, p. 29-30.

10 Une description minutieuse de l’histoire de la capitanie de la Montagne et des charges spécifiques du capitaine est disponible dans T. Leggio, Ad fines regni. Amatrice, la Montagna e le alte valli del Tronto, del Velino e dell’Aterno dal X al XIII secolo, L’Aquila, 2011, p. 229-239.

11 RCA, 4 (1952), p. 3.

12 1272, RCA, 8 (1957), p. 123-124.

13 17 janvier 1293, RCA, 44 (1998-1999), p. 182.

14 T. Leggio, Ad fines regni, p. 234.

15 S. Morelli, I Giustizieri nel Regno di Napoli al tempo di Carlo I d’Angiò: primi risultati di un’analisi prosopografica, dans L’État angevin. Pouvoir, culture et société entre XIIIe et XIVe siècle. Actes du colloque international organisé par l’American Academy in Rome, l’École française de Rome, l’Istituto storico italiano per il Medio Evo, l’U.M.R. Telemme et l’Université de Provence, l’Università degli Studi di Napoli "Federico II" (Rome-Naples, 7-11 novembre 1995), Paris 1998 (Collection de l’École française de Rome, 245 – Istituto Storico Italiano per il Medio Evo. Nuovi studi storici, 45), p. 491-517, ici p. 493, note 4.

16 S. Morelli, I Giustizieri; S. Morelli, Per conservare la pace. I giustizieri del regno di Sicilia da Carlo I a Carlo II d’Angiò, Naples, 2012.

17 Cf. les listes des « pas » du juin 1282, J. Göbbels, Das Militärwesen, p. 83-88, J.-M. Martin, La frontière septentrionale, p. 299-302 et du janvier 1293, RCA, 44 (1998-1999), p. 192-196.

18 E. Sthamer, Dokumente zur Geschichte der Kastellbauten Kaiser Friedrichs II. und Karls I. von Anjou, I, Tübingen, 19972 ; E. Sthamer, Dokumente zur Geschichte der Kastellbauten Kaiser Friedrichs II. und Karls I. von Anjou, III, Abruzzen, Kampanien, Kalabrien und Sizilien, éd. H. Houben, Tübingen, 2006 ; L. Pensa, Le liste dei castellani nel Regno di Sicilia nel lascito di Eduard Sthamer, Galatina, 2002 (Università degli Studi di Lecce. Dipartimento dei Beni delle Arti e della Storia. Fonti medievali e moderne, 4).

19 Cf. J. Göbbels, Das Militärwesen, p. 87 et RCA, 26 (1979), p. 237.

20 Les simples soldats apparaissent peu dans les sources et ne semblent pas avoir effectué des parcours particulièrement intéressants. Pour ne donner que deux exemples, Guilielmus de Fillonia, arbalétrier du maître des pas de la Terre de Labour en avril 1278, RCA, 18, p. 129, est en avril 1280 au service dans le château de Montecalvo, RCA, 50 (2010), p. 366-368. Hugues de Briançon, soldat à pied à Corfou en avril 1279, RCA, 21 (1967), p. 190, pourrait être le même, documenté au service du même maître des pas en juillet 1283, RCA, 26, p. 237.

21 Cf. S. Morelli, Il personale giudiziario nel regno di Napoli durante i governi di Carlo I e Carlo II d’Angiò, dans J.-P. Boyer, A. Mailloux, L. Verdon (dir.), La justice temporelle dans les territoires angevins aux XIIIe et XIVe siècles, Rome, 2005 (Collection de l’École française de Rome, 354), p. 159-169 ; L. Verdon, Les notaires, officiers du comte de Provence au XIIIe et XIVe siècle, dans Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 28, 2007, mis en ligne le 21 décembre 2012, consulté le 11 avril 2017. URL : http://rives.revues.org/1223.

22 Cf. C. Minieri Riccio, Cenni storici intorno i Grandi Uffizii del Regno diSicilia duranti il regno di Carlo I. d’Angio, Naples, 1872, p. 109 et, surtout, J. Göbbels, s. v. Delli Monti, Ludovico, dans Dizionario Biografico degli Italiani, 38, Rome, 1990. À la biographie de Göbbels il faut ajouter les sources présentes dans les volumes 38, 39, 43, 44, 46, 47, 48 et 50 des RCA, publiés successivement. 

23 P. Toubert, Frontière et frontiers : un objet historique, dans J.-M. Poisson (dir.), Castrum 4. Frontière et peuplement dans le monde méditerranéen au Moyen Âge. Actes du colloque d’Erice-Trapani (Italie), tenu du 18 au 25 septembre 1988, Rome-Madrid 1992 (Collection de l’École française de Rome, 105, Collection de la Casa de Velázquez, 38), p. 9-17, p. 16.

24 Les dates extrêmes de son service comme capitaine de la Montagne sont le mois de février 1270, RCA, 3 (1951), p. 255 et le mois de juillet 1271, RCA, 6 (1954), p. 263.

25 Ainsi en avril-mai 1270, RCA, 4 (1952), p. 4.

26 Il a été exempt du service dans la Morée, dans un premier temps, car « utile dans ces territoires-ci » (dans les Abruzzes), 6 février 1272, RCA, 8 (1957), p. 8, pour se rendre ensuite en Péloponnèse, en passant par Brindisi : 1er juin 1273, RCA, 9 (1957), p. 194.

27 Depuis 13 mai 1283, RCA, 26 (1979), p. 128-129 jusqu’au 26 juin 1290, RCA, 30 (1971), p. 56.

28 Documenté comme justicier entre 26 juin 1289, RCA, 30, p. 53 et 27 septembre 1289, RCA, 32 (1982), p. 151.

29 RCA, 1 (1950), p. 273. Il restera en charge jusqu’à la première moitié de 1272, RCA, 8 (1957), p. 131.

30 Depuis 28 août 1272, RCA, 8 (1957), p. 265-266 jusqu’au novembre 1275, RCA, 13 (1959), p. 76.

31 1er juillet 1278, RCA, 18 (1964), p. 177.

32 Documenté comme tel entre 9 septembre 1280, RCA, 24 (1976), p. 130-132 et 15 juin 1281, RCA, 25 (1978), p. 34.

33 3 décembre 1283, C. Minieri-Riccio, Il regno di Carlo I d’Angiò dal 2 gennaio 1273 al 31 dicembre 1283, dans Archivio storico italiano, série 4, 5, 1880, p. 361.

34 Depuis 23 septembre 1288, A. De Aprea (éd.), Syllabus membranarum ad Regiae Siclae archivum pertinentium, II,1, A Caroli II ad Roberti regnum pars prima in qua membrana a prid. id. ian. MCCLXXXV ad XI kal. ian. MCCC scriptae continentur, Naples, 1832, no 7, p. 25, jusqu’au 2 juillet 1289, RCA, 36 (1987), p. 116.

35 Avant 18 novembre 1291, C. Carucci (éd.), Codice diplomatico salernitano del secolo 13., III, Salerno dal 1282 al 1300, Subiaco, 1946 (Fonti per la storia d’Italia), no 99, p. 128.

36 Attesté du 16 avril 1293, RCA, 43 (1996), p. 87, au 18 mai 1294, RCA, 46 (2002), p. 128.

37 RCA, 27 (1979), p. 184, 241, 317, 344, 347, 399 et 445. En 1277-1278, il était indiqué comme miles de Hospitio regio, terram non habens, RCA, 20 (1966), p. 74.

38 Ainsi défini dans le premier document qui le regarde, du 27 janvier 1267, RCA, 1 (1950), p. 34.

39 RCA, 1 (1950), p. 91.

40 1270-1271, RCA, 6 (1954), p. 345-373, ici p. 366.

41 En 1272, on affirme qu’il est « placé dans les Abruzzes par le roi, pour lui rendre service », RCA, 5 (1953), p. 259. Il était actif en particulier à la Macchia, château dont il était feudataire (cf. infra), mais il semble aussi avoir été un spécialiste de l’architecture militaire, vu qu’il a conseillé le roi sur les travaux à effectuer dans le château de Montecalvo, 28 juin 1281, E. Sthamer, Dokumente zur Geschichte der Kastellbauten Kaiser Friedrichs II. und Karls I. von Anjou, III, Abruzzen, Kampanien, Kalabrien und Sizilien, éd. H. Houben, Tübingen, 2006, no 1255, p. 23, RCA, 24 (1976), p. 31, RCA 50 (2010), p. 442-443, et dans celui de Lucera, en Capitanate, 18 juin 1274, RCA, 11 (1958), p. 239.

42 Nombreuses missions de Pierre de l’Île en Orient sont documentées, ainsi le 20 janvier 1292, RCA, 38 (1991), p. 21.

43 Ainsi le 7 avril 1292, RCA, 38 (1991), p. 121 et le 31 octobre 1292, RCA, 44 (1998-1999), p. 61.

44 17 décembre 1292, RCA, 44 (1998-1999), p. 132-133.

45 Nommé le 23 juillet 1294, RCA, 47 (2003), p. 194.

46 9 juillet 1294, C. Perrat, J. Lognon (éd.), Actes relatifs à la principauté de Morée 1289-1300, Paris, 1967, no 100, p. 101-102, RCA, 47 (2003), p. 172.

47 N. Kamp, Die deutsche Präsenz im Königreich Sizilien (1194-1266), dans T. Kölzer (dir.), Die Staufer im Süden. Sizilien und das Reich, Sigmaringen, 1996, p. 141-185.

48 S. Pollastri, La noblesse provençale dans le royaume de Sicile (1265-1282), dans Annales du Midi, 100, 1988, p. 405-434 ; S. Morelli, I Giustizieri nel Regno, p. 515 ; M. Matheus, L. Clemens, Musulmani e Provenzali in Capitanata nel XIII secolo. I primi risultati di un progetto internazionale e interdisciplinare, dans P. Favia, H. Houben, K. Toomaspoeg (dir.), Federico II e i cavalieri teutonici in Capitanata: recenti ricerche storiche e archeologiche. Atti del Convegno internazionale, Foggia-Lucera-Pietra Montecorvino 10-13 giugno 2009, Galatina, 2011 (Acta Theutonica, 7), p. 369-404.

49 S. Pollastri, La noblesse provençale, p. 408, 415-416 et 419.

50 23 janvier 1267, RCA, 1 (1950), p. 57.

51 6 février 1269, RCA, 2 (1951), p. 260.

52 1er avril 1283, RCA, 26 (1979), p. 223, puis replacé le 1er juin 1283, RCA, 26 (1979), p. 132, mais nommé de nouveau le 26 avril 1284, RCA, 27 (1979-1980), p. 71-72 et attesté comme tel encore en 1289-1290, RCA, 32 (1982), p. 162. Depuis 26 avril 1282, RCA, 25 (1978), p. 93, il était, au même moment, de nouveau capitaine des Abruzzes.

53 15 janvier 1292, RCA, 38 (1991), p. 20.

54 S. Pollastri, La noblesse provençale, p. 416.

55 P. Braida di Soleto, Un grande capitano angioino Pietro de Brayda di Alba, duce dei Graffagnini dal 1259 al 1306, Naples, 1935. Un Guillelmus de Brenda, custos des pas abruzzais en juillet 1271, RCA, 6 (1954), p. 60, pouvait appartenir à la famille des Braida.

56 RCA, 35 (1985), p. 144.

57 C. Minieri Riccio, Studi storici su’ fascicoli angioini dell’Archivio della Regia Zecca di Napoli, Naples, 1863, p. 70-71. I. Walter, s.v. Boursonne, Jacques de, dans Dizionario biografico degli Italiani, 13 (1971).

58 RCA, 18 (1964), p. 336.

59 1283-1284, RCA, 27 (1979-1980), p. 365.

60 Il a exercé cette charge dans une période du temps avant le 12 janvier 1293, RCA, 44 (1998-1999), p. 192-195.

61 Prenons le cas très bien connu de Filippo Mareri, partisan de Manfred, qui transmit en 1266 à la cour angevine le château de Capradosso, concédé par le capitaine militaire dans les Abruzzes ensuite à San Salvatore de Rieti, peut-être contrairement aux accords préalables, G. Del Giudice (éd.), Codice diplomatico del regno di Carlo Io e IIo d’Angiò dal 1265 al 1309, I, Naples, 1863, p. 245-246, RCA, 1 (1950), p. 54 et 66-67, puis l’un des principaux alliés de Conradin et de Conrad d’Antioche.

62 Simone était stratigot de Salerne à la fin du règne de Manfred : RCA, 1 (1950), p. 104.

63 24 octobre 1302, A. De Aprea (éd.), Syllabus membranarum ad Regiae Siclae archivum pertinentium, II, 2, A Caroli II ad Roberti regnum pars secunda in qua membrana a kal. ian. MCCC ad XI kal. mai MCCCCIX (sic) scriptae continentur, Naples, 1845, no 5, p. 81. Simone était le petit-fils de l’homonyme stratigot de Manfred.

64 6 septembre 1306, E. Ricca, La nobiltà del regno delle due Sicilie, Naples, 1859-1862, I, 5, p. 500-501.

65 Juin 1272, RCA, 8 (1957), p. 142.

66 RCA, 43 (1996), p. 47.

67 P. Durrieu, Les Archives angevines de Naples. Étude sur les registres du roi Charles Ier (1265-1285), II, Paris, 1887 (BEFAR, 51), p. 215 sqq : Table des personnages français mentionnés dans les registres angevins comme ayant passé dans le royaume de Sicile sous le règne de Charles Ier.

68 RCA, 43 (1996), p. 47 e 48.

69 Ainsi dans l’index des RCA, 38 (1991) et RCA, 43 (1996).

70 8 juillet 1280, RCA, 22 (1969), p. 112-113.

71 26 avril 1293, RCA, 44 (1998-1999), p. 30-31.

72 N. Kamp, Kirche und Monarchie im Staufischen Königreich Sizilien, I, Prosopographische Grundlegung : Bistümer und Bischöfe des Königreichs 1194-1266, Munich, 1973-1982 (Münstersche Mittelalter-Schriften, 10/I, 1-4), 2, p. 550-552 ; T. Kölzer, s.v. Dell’Isola, Roffredo, dans Dizionario biografico degli Italiani, 38 (1990).

73 4 avril 1280, E. Sthamer, Dokumente zur Geschichte, no 1266, p. 27, L. Pensa, Le liste dei castellani, p. 67, RCA, 50 (2010), p. 367-368. Gibaud était depuis 1269-1270 feudataire dans le Molise et dans les Abruzzes (RCA, 2 (1951), p. 252, RCA, 4 (1952), p. 83 et autres sources), il est documenté à Montecalvo encore le 31 août 1282, E. Sthamer, Dokumente zur Geschichte, no 1274, p. 29 et le châtelain successif y était son fils Guillaume, 16 février 1283, RCA, 26 (1979), p. 221.

74 L. Pensa, Le liste dei castellani, p. 46. La chronologie exacte de ses fonctions n’est pas connue, mais il est attesté comme feudataire à Pendenza en 1272-1273, RCA, 9 (1957), p. 232.

75 Il a été nommé en mars 1273, RCA, 10 (1957), p. 18 et 233, et est attesté jusqu’au janvier 1280, RCA, 23 (1971), p. 332. Vue l’importance de la Tour Sainte-Anastasia, il exerçait un rôle administratif supérieur à celui d’un simple châtelain, en agissant comme représentant de l’autorité royale face aux habitants de Terracina dans les États de l’Église : cf. le document du 18 mars 1273, G. Battelli, Una supplica e una minuta di Niccolò II, dans Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 32, 1942, p. 33-50 (rééd. dans Idem, Scritti scelti, Rome, 1975, p. 25-44), ici p. 49-50.

76 RCA, 11 (1958), p. 189.

77 6 octobre 1278, RCA, 21 (1967), p. 55.

78 Juin 1290, RCA, 32 (1982), p. 231.

79 RCA, 13 (1959), p. 188.

80 L. Pensa, Le liste dei castellani nel Regno di Sicilia nel lascito di Eduard Sthamer, Galatina, 2002 (Università degli Studi di Lecce. Dipartimento dei Beni delle Arti e della Storia. Fonti medievali e moderne, 4), p. 44, RCA, 15 (1961), p. 4, RCA, 16 (1962), p. 25.

81 6 février 1278, RCA, 18 (1964), p. 104-105.

82 8 décembre 1278, RCA, 20 (1966), p. 180, cf. aussi RCA, 21 (1967), p. 264.

83 RCA, 18 (1964), p. 193.

84 Il est documenté comme tel depuis 1290-1291, RCA, 35 (1985), p. 245, jusqu’à 1293-1294, RCA, 47 (2003), p. 327-328.

85 Il a été nommé le 16 juin 1270, RCA, 5 (1953), p. 79, L. Pensa, Le liste dei castellani, p. 83 e 86.

86 Nommé le 9 juin 1274, RCA, 50 (2010), p. 164, RCA, 11 (1958), p. 144, L. Pensa, Le liste dei castellani, p. 34.

87 RCA, 27 (1979-1980), p. 345, 348 et 411.

88 RCA, 3 (1951), p. 13, RCA, 4 (1952), p. 150, L. Pensa, Le liste dei castellani, p. 60.

89 L. Pensa, Le liste dei castellani, p. 59.

90 RCA, 23 (1971), p. 328.

91 RCA, 27 (1979-1980), p. 46, 178, 211, 212, 244, 313, 326, 397 et 440.

92 RCA, 26 (1979), p. 137, 153, 159, 167 et 194.

93 RCA, 27 (1979-1980), p. 212.

94 RCA, 27 (1979-1980), p. 350.

95 1284-1285, RCA, 28 (1969), p. 66, il était alors visiblement déjà décédé.

96 L. Pensa, Le liste dei castellani, p. 88, RCA, 5 (1953), p. 131, RCA, 21 (1967), p. 205, RCA, 23 (1971), p. 328, RCA, 25 (1978), p. 179 et 163, RCA, 26 (1979), p. 220.

97 RCA, 26 (1979), p. 195 et 197.

98 RCA, 6 (1954), p. 103.

99 RCA, 10 (1957), p. 18.

100 La première attestation est du 11 avril 1273, RCA, 10 (1957), p. 40, la dernière du février-mars 1274, RCA, 11 (1958), p. 32, en 1276 on spécifia qu’il avait exercé ses fonctions pendant la première et la seconde indiction, donc 1273-1274, RCA, 13 (1959), p. 149.

101 RCA, 13 (1959), p. 195.

102 RCA, 20 (1966), p. 252-253.

103 1279-1280, RCA, 22 (1969), p. 131.

104 Nomme le 15 septembre 1281, RCA, 25 (1978), p. 100, RCA, 50 (2010), p. 476.

105 RCA, 26 (1979), p. 156.

106 J.-M. Martin, La frontière septentrionale, p. 300

107 11 juillet 1269, RCA, 2 (1951), p. 137.

108 Il est attesté dans ces fonctions jusqu’au 26 février 1276, RCA, 14 (1961), p. 19.

109 11 décembre 1269, RCA, 4 (1952), p. 6.

110 RCA, 2 (1951), p. 243, RCA, 3 (1951), p. 48.

111 V. Balzano, Documenti per la storia di Castel di Sangro, dans Bullettino della regia deputazione abruzzese di storia patria, 25, 1935, p. 48-49.

112 L. Pensa, Le liste dei castellani, p. 26.

113 Ibidem, p. 64.

114 27 janvier 1281, RCA, 25 (1978), p. 21.

115 RCA, 26 (1979), p. 57.

116 1er juin 1284, RCA, 27 (1979-1980), p. 224.

117 Ainsi le 8 novembre 1284, RCA, 27 (1979-1980), p. 491.

118  9 mars 1293, A. De Aprea (éd.), Syllabus membranarum, 1832, no 8, p. 119-120. Il est attesté comme justicier en Basilicate encore le 22 mai 1294, ibidem, no 7, p. 133 et lui ou un homonyme figure dans cette charge de nouveau le 15 mai 1308, si nous nous fions à E. Ricca, La nobiltà, I, 2, p. 223.

119 15 janvier 1270, RCA, 3 (1951), p. 218 : son salaire fut alors transmis à sa femme.

120 Il y est documenté du 8 juin 1269, RCA, 2 (1951), p. 150, jusqu’au 17 janvier 1279, RCA, 21 (1967), p. 204.

121 Il fut remis de cette charge le 12 décembre 1290, RCA, 35 (1985), p. 191-192.

122 RCA, 46 (2002), p. 168-169, RCA, 48 (2005), p. 54-57.

123 7 juillet 1283, RCA, 26 (1979), p. 237.

124 10 janvier 1294, RCA, 49 (2006), p. 27.

125 Documenté entre le 8 mai 1279, E. Sthamer, Dokumente zur Geschichte, no 1225, p. 13, RCA, 50 (2010), p. 334, et l’été 1282, RCA, 25 (1978), p. 150.

126 30 octobre 1289, RCA, 32 (1982), p. 166.

127 RCA, 38 (1991), p. 68.

128 Sur la pratique des enquêtes administratives dans le royaume, cf. E. Sthamer, Bruchstücke mittelalterlicher Enqueten aus Unteritalien. Ein Beitrag zur Geschichte der Hohenstaufen, dans Id., Beiträge zur Verfassungs- und Verwaltungsgeschichte des Königreichs Sizilien im Mittelalter, éd. H. Houben, Aalen, 1994, p. 553-656.

129 1271-1272, RCA, 8 (1957), p. 46, 9 novembre 1276, RCA, 13 (1959), p. 24.

130 Révoqué le 3 mars 1278, RCA, 18 (1964), p. 13.

131 1278-1279, RCA, 20 (1966), p. 101, RCA, 21 (1967), p. 247.

132 6 février 1280, RCA, 23 (1971), p. 217, mars 1281, RCA, 25 (1978), p. 31.

133 RCA, 26 (1979), p. 118 et 210.

134 RCA, 27 (1979-1980), p. 353, RCA, 28 (1969), p. 71. Il pourrait s’agir de la confirmation d’un droit déjà existant, si la notice publiée dans RCA, 21 (1967), p. 236 qui atteste l’élévation du statut d’Andrea et de Martuccio déjà en 1278-1279 est correcte. 

135 RCA, 4 (1952), p. 23.

136 23 mars 1272, RCA, 8 (1957), p. 20, il habitait in platea Pistasii.

137 24 avril 1277, RCA, 15 (1961), p. 12, 8 février 1282, RCA, 25 (1978), p. 192.

138 Novembre 1283, RCA, 27, (1979-1980), p. 131 et une autre série de documents du novembre et décembre 1283, RCA, 43 (1996), p. 214 et 215, RCA, 27 (1979-1980), p. 269-271.

139 Ainsi de décembre 1284, RCA, 27 (1979-1980), p. 281 jusqu’à l’année de l’indiction 1289-1290, RCA, 30 (1971), p. 111.

140 RCA, 32 (1982), p. 255.

141 Ibidem, p. 183.

142 Ibidem, p. 234.

143 Ibidem, p. 241.

144 RCA, 44 (1998-1999), p. 86.

145 15 octobre 1269, RCA, 5 (1953), p. 158.

146 Ainsi le 5 avril 1273, RCA, 10 (1957), p. 30 et en octobre 1276, RCA, 14 (1961), p. 80.

147 RCA, 16 (1962), p. 26 et RCA, 43 (1996), p. 138-139.

148 Démis de sa charge en avril 1281, RCA, 25 (1978), p. 41.

149 RCA, 25 (1978), p. 3-5.

150 RCA, 26 (1979), p. 172.

151 RCA, 30 (1971), p. 65.

152 RCA, 43 (1996), p. 50.

153 A. De Aprea (éd.), Syllabus membranarum, 1845, p. 115, 123 et 132-133.

154 RCA, 21 (1967), p. 257.

155 RCA, 27 (1979-1980), p. 130 et 278.

156 RCA, 30 (1971), p. 55.

157 E. Sthamer, Bruchstücke mittelalterlicher Enqueten.

158 N. Kamp, Vom Kämmerer zum Sekreten. Wirtschaftsreform und Finanzverwaltung im staufischem Königreich Sizilien, dans J. Fleckenstein (dir.), Probleme um Friedrich II., Sigmaringen, 1974 (Vorträge und Forschungen, 16), II, p. 43-92 ; Id., Politica ecclesiastica e struttura sociale nel regno svevo di Sicilia, dans Archivio storico per le province napoletane, 95, 1978, p. 9-20.

159 K. Toomaspoeg, I chierici al servizio dello stato nel Regno di Sicilia. Appunti di mobilità ecclesiastica (XII-XIII sec.), dans S. Carocci, A. De Vincentiis (dir.), Mobilità sociale e mondo ecclesiastico (Italia, XII-XV secolo), Rome, 2017, sous presse.

160 27 février 1267, RCA, 1 (1950), p. 69, n. 176, 14 octobre 1268, RCA, 1 (1950), p. 149 (il était alors à peine décédé).

161 Arnolphe enquêta en février 1267 ensemble avec le Templier Godefroi sur les châteaux des Abruzzes, RCA, 1 (1950), p. 69, n. 176, accompagné de Guillaume de Villiers qui avait été chargé en janvier 1267 de deux autres enquêtes, RCA, 1 (1950), p. 56 et 65-66.

162 C. A. Bruzelius, The Stones of Naples. Church building in Angevin Italy 1266-1343, New Haven, 2004, p. 31, 201 et 204.

163 RCA, 1 (1950), p. 128, RCA, 3 (1951), p. 80, 81, 106, 142, 143 et 262.

164 RCA, 1 (1950), p. 260, RCA, 2 (1951), p. 99, RCA, 5 (1953), p. 206, RCA, 6 (1954), p. 346 et 361, RCA, 42 (1995), p. 36.

165 RCA, 4 (1952), p. 161-162.

166 RCA, 5 (1953), p. 218 e 226.

167 RCA, 11 (1958), p. 187-188, 195, 228-229, 245, 248 et 251, RCA, 12 (1959), p. 18-19.

168 Depuis juin 1275, RCA, 12 (1959), ad indicem.

169 S. Morelli, Le élites burocratiche nel Mezzogiorno angioino : mobilità sociale e processi identitari, dans S. Carocci (dir.), La mobilità sociale nel Medioevo, Rome, 2010 (Collection de l’École française de Rome, 436), p. 189-190.

170 Ibidem, p. 198.

171 RCA, 21 (1967), p. 302.

172 Nommé le 1er septembre 1284, RCA, 27 (1979-1980), p. 477.

173 Nommé le 14 juillet 1271, RCA, 6 (1954), p. 65.

174 Cf. par exemple l’acte de restitution des fiefs à Pietro Colonna du 24 février 1269, RCA, 2 (1951), p. 260-261.

175 RCA, 17 (1963), p. 119.

176 RCA, 25 (1978), p. 105, RCA, 27, p. 160, n. 193, E. Ricca, La nobiltà, p. 76.

177 RCA, 27 (1979-1280), p. 491.

178 RCA, 46 (2002), p. 9, RCA, 50 (2010), p. 4.

179 RCA, 19 (1964), p. 221.

180 RCA, 8 (1957), p. 117.

181 RCA, 10 (1957), p. 82.

182 RCA, 18 (1964), p. 28-29, RCA, 19 (1964), p. 200, J. Göbbels, Das Militärwesen, p. 86.

183 RCA, 26 (1979), p. 84-85, 194, RCA, 27 (1979-1980), p. 266 et 341.

184 8 mai 1284, RCA, 27 (1979-1980), p. 350.

185 RCA, 28 (1969), p. 94.

186 RCA, 8 (1957), p. 141. Guelfo était auparavant juge auprès du vicaire du roi à Rome, 13 mars 1270, RCA, 3 (1951), p. 231.

187 RCA, 10 (1957), p. 94.

188 V. de Bartholomaeis (éd.), Cronaca Aquilana rimata di Buccio di Ranallo di Popplito di Aquila, Rome, 1907 (Fonti per la storia d’Italia pubblicate dall’Istituto Storico Italiano, 41), p. 44-49.

189 Rinaldo Villani apparaît dans les sources angevines au janvier 1271, comme connétable des Guelfes de Toscane, RCA, 6 (1954), p. 169, il était au service direct de Charles Ier depuis octobre 1272, RCA, 9 (1957), p. 112, RCA, 10 (1957), p. 215, en combattant par la suite dans l’armée du roi, notamment durant la guerre des Vêpres, en exerçant des charges comme celle du capitaine de Naples et en recevant des fiefs dans le royaume. Il est décédé avant le 16 avril 1290, RCA, 32 (1982), p. 203, son frère Roberto étant alors capitaine d’Averse, RCA, 30 (1971), p. 116, RCA, 32 (1982), p. 203, 239, 241, puis de Troia, RCA, 35 (1985), p. 147, 246, RCA, 36 (1987), p. 74.

190 Documenté depuis le 20 février 1279, RCA, 21 (1967), p. 78, jusqu’au 6 mars 1283, RCA, 26 (1979), p. 233.

191 Attesté entre le 20 juillet 1292, RCA, 38 (1991), p. 239-241, et le 17 janvier 1293, RCA, 44 (1998-1999), p. 182 et 183. La famille était inféodée dans la Terre de Bari depuis 1277 au moins, RCA, 15 (1961), p. 45, et on trouve aussi Riccardo delle Milizie au service de la cour, entre 1277 et 1291-1292, RCA, 16 (1962), p. 103, RCA, 20 (1966), p. 105, RCA, 39 (1992), p. 49.

192 A. De Aprea (éd.), Syllabus membranarum, 1845, p. 65 et 67.

193 Ibidem, p. 148, 157, 170 et 172. Il était marié à Isabella Filangieri, veuve de Jean Revel, E. Ricca, La nobiltà, 1,2, p. 134-135, et son fils Enrico était en janvier 1307 capitaine de Monopoli dans la Terre de Bari, Ibidem, p. 172.

194 Ibidem, p. 147, 151 et 174.

195 Ibidem, p. 209, 212 et 221, A. Cutolo, Il regno di Sicilia negli ultimi anni di vita di Carlo II d’Angiò, Milan, 1924, p. 183-184.

196 RCA, 5 (1953), p. 154.

197 Au service de la cour en 1269-1270, RCA, 3 (1951), p. 12.

198 RCA, 8 (1957), p. 262.

199 9 septembre 1268, RCA, 1 (1950), p. 135.

200 Il est fait chevalier de l’Hôtel et familier du roi le 31 août 1278, RCA, 19 (1964), p. 267.

201 Nommé en 1278 ou 1279 (RCA, 21 (1967), p. 278), documenté comme tel depuis juin 1280 (RCA, 23 (1971), p. 299) jusqu’à la guerre des Vêpres.

202 Documenté en 1282-1283, L. Pensa, Le liste dei castellani, p. 49, RCA, 26 (1979), p. 28. 29, 137, 180, 182 et 192, RCA, 27 (1979-1980), p. 203-204 et 401, RCA, 44 (1998-1999), p. 673-674.

203 L’autorisation pour le mariage lui fut concédée le 22 février 1284, E. Ricca, La nobiltà, 1,2, p. 138-139, il est déjà marié le 10 mars de la même année, RCA, 27 (1979-1980), p. 398 et 439-440.

204 Il a été nommé capitaine de l’Aquila le 18 juillet 1292, RCA, 38 (1991), p. 252, 253 et 254, les dates de ses charges comme maître des pas ne sont pas connues : il devait présenter les comptes de son office aux alentours de décembre 1293, RCA, 43 (1996), p. 10, RCA, 48 (2005), p. 116.

205 RCA, 46 (2002), p. 5 et 17.

206 Sur l’efficacité du gouvernement angevin, cf. surtout E. Sthamer, Bruchstücke mittelalterlicher Enqueten Je me limite à citer un seul cas, bien éloquent, des difficultés eues par le roi dans l’application de ses ordres : R. Alaggio, L’incompiuta di Brindisi tra burocrazia angioina e appalto protocapitalistico, dans E. Cuozzo, V. Déroche, A. Peters-Custot, V. Prigent (dir.), Puer Apuliae. Mélanges offerts à Jean-Marie Martin, Paris, 2008 (Collège de France-CNRS. Centre de recherche d’Histoire et Civilisation de Byzance, Monographies, 30), I, p. 11-25.

207 M. Balard, Carlo I d’Angiò e lo spazio mediterraneo, dans G. Musca (dir.), Le eredità normanno-sveve nell’età angioina. Persistenze e mutamenti nel Mezziogiorno. Atti delle quindicesime giornate normanno-sveve, Bari, 22-25 ottobre 2002, Bari, 2004 (Centro di studi normanno-svevi. Università degli Studi di Bari. Atti, 15), p. 85-100, p. 100.

208 Cf. la grande enquête réalisée dans la Terre de Labour en 1276 et qui devait vérifier les abus commis depuis la prise de pouvoir par Charles Ier, RCA, 13 (1959), p. 241-242, et celle de l’année suivante qui regardait les Abruzzes, RCA, 17 (1963), p. 97 et 100-101. Bien d’autres enquêtes furent conduites par la suite : J. Göbbels, Das Militärwesen, p. 88.

209 Cf. 10 juin 1282, R. Trifone, La legislazione angioina. Edizione critica, Naples, 1921 (Società napoletana di Storia Patria. Documenti per la storia dell’Italia meridionale, 1), p. 76-93, RCA, 25 (1978), p. 104-208.

210 13 décembre 1283, RCA, 27 (1979-1980), p. 10-11.

211 3 mai 1284, RCA, 27 (1979-1980), p. 54.

212 RCA, 32 (1982), p. 10.

213 RCA, 43 (1996), p. 47, 48 et 49.

214 Ainsi par l’évêque d’Aquino en juin 1290, RCA, 32 (1982), p. 14 et 17.

215 2 janvier 1291, RCA, 35 (1985), p. 208-209.

216 Les d’Aquino étaient feudataires de Monte San Giovanni pour le pape depuis 1157, M. T. Caciorgna, Confini e giurisdizioni tra Stato della Chiesa e Regno, dans É. Hubert (dir.), Une région frontalière… cit., p. 307-308, note 10, A. Taglienti, Monte S. Giovanni – Canneto – Strangolagalli alla luce delle pergamene, Casamari, 1995, p. 21-22.

217 RCA, 47 (2003), p. 248, n. 723.

218 16 mai 1281, RCA, 24 (1976), p. 48.

219 Cf. note 74.

220 Février 1272, RCA, 8 (1957), p. 4-5.

221 13 septembre 1270, RCA, 6 (1954), p. 21.

222 RCA, 6 (1954), p. 338.

223 Février-mars 1271, RCA, 6 (1954), p. 127.

224 RCA, 5 (1953), p. 266.

225 Martin 2004, p. 126-127.

226 RCA, 9 (1957), p. 195.

227 22 janvier 1276, RCA, 12 (1959), p. 198.

228 .16 juillet 1278, C. Minieri-Riccio (éd.), Saggio di Codice diplomatico formato sulle antiche scritture dell’Archivio di Stato in Napoli, Naples, 1878-1883, I, no CLXXVI, p. 167-169, RCA, 18, p. 52-54, M. Zelli, Narnate, p. 99-101, E. Sthamer, Dokumente zur Geschichte, no 1294, p. 38-39. Il est décédé en 1279. Son fils, Matthieu du Plessis junior, connu pour son rôle dans la guerre des Vêpres, actif dans le Mezzogiorno et en Provence (C. Minieri-Riccio (éd.), Saggio, I, p. 192-193), avait aussi un rôle à jouer dans l’administration frontalière, dans la qualité du seigneur de Manoppello et du châtelain de Castelmenardo (6 février 1284, L. Pensa, Le liste dei castellani, p. 63).

229 Il apparaît peu avant, comme chevalier au service du roi, ensemble avec Hervé de Chaources, RCA, 7 (1955), p. 119 e 246, et reste à Macchia comme châtelain jusqu’au mois d’avril 1273, L. Pensa, Le liste dei castellani, p. 59, RCA, 10 (1957), p. 58, n. 202.

230 9 décembre 1273, L. Pensa, Le liste dei castellani, p. 59.

231 Avril 1279, RCA, 21 (1967), p. 215.

232 Attesté du 3 octobre 1274, L. Pensa, Le liste dei castellani, p. 59, jusqu’au 22 février 1282, RCA, 25 (1978), p. 163.

233 Il est documenté comme tel depuis 1271-1272, RCA, 7 (1955), p. 149. Son séjour à Macchia dura du juin au septembre 1279, RCA, 23 (1971), p. 328. Il est sans doute identique à Herveus de Caprosia, vicaire du roi à Rome en 1277 : Europange, Caprosia, Herveus de, dans Base de données prosopographique sur les officiers angevins, 2017 ©Europange | mise en ligne le 15 décembre 2017 | consulté le 11/04/2017. URL : https://angevine-europe.huma-num.fr/ea/fr/base-officiers-angevins. Sur la famille des Chaources (dont Patrice, Hervé et Henri avaient rejoint Charles Ier en Italie du Sud), cf. N. Petrovich, La reine de Serbie Hélène d’Anjou et la maison de Chaources, dans Crusades, 14, 2015, p. 167-182, en particulier p. 176-177.

234 Ainsi selon un mandat de 1278-1279, RCA, 21 (1967), p. 312.

235 Septembre 1277, RCA, 18 (1964), p. 4 et 24 mai 1278, RCA, 18 (1964), p. 39. Il pourrait être identique à un homonyme, envoyé en novembre 1279 à servir dans le château de Durrës, RCA, 23 (1971), p. 82.

236 F. Sampsonis, Entre le roi et le prince. La principauté de Morée aux mains des rois de Sicile Charles Ier et Charles II d’Anjou (1267-1309), Thèse de Doctorat en Histoire Médiévale, Université de Paris I – Panthéon Sorbonne, 2016 (dactylographié). Cf. Ead., L’administration de la Morée par Charles Ier d’Anjou (1267-1285). L’apport majeur d’une source délicate : les registres angevins, dans Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, 120, 2008, p. 139-158 et le texte de la même autrice dans le présent volume.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Esquisse de carte de la zone frontalière du royaume.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/6702/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 2 – Les catégories d’officiers royaux actifs sur la frontière avec les États de l’Église (1266-1309).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/6702/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 215k

© Publications de l’École française de Rome, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter