Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les officiers et la chose publique dans les territoires angevins (xiiie-xve siècle) : vers une culture politique ?

 | 
Thierry Pécout

Pratiques de l’écrit

Utilisation et conservation de l’acte écrit d’après le premier « journal » de la Chambre des comptes d’Angers (1397-1424)

Justine Moreno

Résumé

Le premier « Journal » de la Chambre des comptes d'Angers (1397-1424) reflète, de par sa composition et le statut de ses auteurs, l'impulsion donnée par la pratique de l'écrit à l'organisation de cette institution ducale au tournant du XVe siècle. Entraînant la spécialisation d'une partie de son personnel, la maîtrise rédactionnelle et la conservation des archives princières participent à la création d'une identité propre à ces agents. Le « Journal » témoigne également de la rationalisation administrative du duché. La clarification de ses normes de présentation et la diffusion de normes comptables par les officiers de la Chambre aux agents locaux de finance révèlent un souci d'efficacité et la mise en ordre du contrôle fiscal en Anjou.

Il primo diario della Camera dei Conti di Angers (1397-1424) riflette, attraverso la propria composizione e i propri autori, l'impulso dato dalla pratica della scrittura all'organizzazione di questa istituzione all'alba del XV secolo. Parte dell'amministrazione centrale del Ducato al momento della seconda dinastia d'Angiò, la Camera ha garantito l'integrità territoriale e finanziaria del dominio. Suoi ufficiali erano principalmente incaricati di esaminare, giudicare e registrare i conti di varie giurisdizione locali e centrali. Giornalmente, la Camera ha dato un ruolo prominente alla ricerca e alla compilazione dei documenti che giustificano la difesa dei redditi ducali. Sua rapporto con gli archivi e la padronanza della scrittura si riferisce alla missione primaria di conservazione assegnata alla Camera. Inoltre, queste pratiche scritturali iniziarono una specializzazione e contribuirono a creare un'identità specifica per questi agenti, riuniti sotto l'ufficio di “clerc des comptes”. Il diario ha anche mostrato il miglioramento della razionalizzazione amministrativa nel ducato. Il chiarimento dei criteri di presentazione e la diffusione dei principi contabili ai responsabili degli ufficiali locali hanno messo in luce una certa preoccupazione per l'efficienza e per il controllo fiscale in Anjou. Il giudizio contabile rappresenta infatti un momento di dialogo e di scambio tra l'amministrazione e i funzionari locali. Era anche un modo per ricordare loro il quadro giuridico e finanziario in cui operavano. La composizione del diario rivela così tanti indizi che mettono in chiaro questa competenza e testimoniano l'ordine intellettuale di questo strumento di lavoro.

Texte intégral

  • 1 C. -J. Beautemps-Beaupré, Coutumes et institutions de l’Anjou & du Maine antérieures au XVIe siècl (...)

1Les dispositions instaurées par les officiers de la Chambre des comptes d’Angers quant à la rédaction et la conservation de leur « Journal » ont très tôt attiré l'attention de leurs contemporains, et ce jusqu'au plus haut niveau de l'administration royale française. Lors d'une visite à Angers au mois de janvier 1482, le roi de France Louis XI faisait notamment l'éloge de la tenue des archives ducales dans lesquelles, « se tiennent et pourront à toute heure estre trouvées plusieurs lettres, chartres, escriptures et beaux faitz par les gens des Comptes, redigés par escript comme dict est, et mis en tres bon ordre et à nous moult prouffitables par la grant et bonne conduite qui y a esté mise et gardée par les gens d'iceulx Comptes qui es temps passés en ont eu la charge »1.

2Aujourd'hui composées d'une collection de huit « Journaux », les archives produites par la Chambre des comptes d'Angers constituent un matériau indispensable pour aborder le fonctionnement du gouvernement angevin aux XIVe et XVe siècles. Rouage essentiel de l’administration centrale du duché au temps de la seconde Maison d’Anjou, l'institution veille à l'intégrité territoriale et financière des princes apanagés, en assurant d'une manière générale la gestion, le contrôle et la préservation de leur patrimoine.

3Les gens de comptes sont ainsi principalement chargés d'examiner, de juger et d'enregistrer la comptabilité des différents receveurs locaux de finance. Au quotidien, ces officiers accordent donc une place de choix à la compilation d'actes et à la production de documents de gestion, justifiant la perception ou la défense de ces revenus ducaux. Le rapport étroit qu'ils entretiennent avec ces archives souligne la mission primordiale de conservation attribuée à la Chambre des comptes d'Angers. Plus encore, ces pratiques scripturaires amorcent une spécialisation d'une partie de son personnel.

  • 2 Introduction, dans O. Mattéoni (dir.), Classer, dire, compter : Discipline du chiffre et fabrique (...)

4Les préoccupations historiographiques les plus récentes orientent désormais l'étude de ces institutions vers deux objets d'étude, d'une part la culture pratique de l'écrit, et plus particulièrement la notion de scripturalité, définie comme « la production et l'usage de documents écrits à des fins pratiques »2, et d'autre part, les savoirs et savoir-faire comptables véhiculés par ces institutions et leurs agents à la fin du Moyen Âge. C'est bien l'utilisation et la conservation de l'acte écrit sous toutes ses formes qui concentrent toute l'attention dans ce « Journal », qui est le plus ancien conservé de la série. Initié sous la régence de Marie de Blois (1384-1399) durant la minorité de Louis II en 1397, il est composé de nombreux procès-verbaux de séances enregistrant la mémoire des affaires traitées par le Conseil ducal et la Chambre des comptes d'Angers jusqu'en 1424. Véritable objet d'histoire en soi, le « Journal » traverse le règne de Louis II (1399-1417), la lieutenance de Yolande d'Aragon (1417-1424) et une partie du règne de Louis III (1424-1434) sur l'apanage angevin. Il rappelle notamment le rôle majeur qu'occupe l'institution dans la rationalisation de l'administration ducale en Anjou.

5Facilitant le suivi des affaires, le travail de correction, mais aussi l'appréhension et la synthèse des données recueillies par les officiers locaux, le « Journal » de la Chambre des comptes tend vers une plus grande clarification de ses normes de présentation. Les efforts consentis par ses officiers en faveur de l'organisation de ce mémorial traduisent un réel souci d'efficacité de la part de l'institution et illustre en ce sens le degré de développement des structures financières dans les principautés françaises à la fin du Moyen Âge.

6La pratique de l'écrit serait donc constitutive d'une culture politique certaine, y compris dans le duché d'Anjou aux XIVe et XVe siècles. La finalité de ce « Journal » répond bien à un usage et une logique propre à la Chambre des comptes, mais au-delà, l'administration ducale vise à terme la fabrication et la diffusion d'une norme comptable auprès des officiers locaux de finances qu'elle mobilise dans l'ensemble du duché.

7Les pratiques scripturaires mises en place par les officiers de la Chambre des comptes au travers de leur « Journal » répondent aux défis de l'administration ducale en Anjou et sont aussi révélateurs des enjeux socio-professionnels associés à la maîtrise de l'écrit.


  • 3 J. Kerhervé, L’État breton aux 14e et 15e siècles. Les ducs. L'argent. Les hommes, Paris, 1987, p. (...)
  • 4 J. Thibault, Le personnel de la Chambre des comptes de Blois, dans P. Contamine, O. Mattéoni (dir. (...)

8D'après une ordonnance publiée par Louis II à la fin du mois de mai 1400, le personnel de la Chambre des comptes comprend un président – qui en a seulement le titre -, huit maîtres-auditeurs, deux clercs des Comptes et un huissier, soit un total de douze officiers. La composition de l'institution ne diffère pas en ce sens des autres Chambres des comptes princières voisines à la fin du Moyen Âge, comme les Chambres de Bretagne (onze membres en 1404-1405)3 et de Blois (10 membres en 1395)4.

Tab. 1 – Composition de la Chambre des comptes d'Angers en 1400.

Nom de l'officier Office exercé à la Chambre des comptes d'Angers Total
Hardouin de Bueil Président 1
Thibaut Ruffier Maître-auditeur 8
Jean le Bégut Maître-auditeur
Jean de Cherbée Maître-auditeur
Guillaume Aignen Maître-auditeur
Denis du Breuil Maître-auditeur
Étienne Buynart Maître-auditeur
Lucas Lefèvre Maître-auditeur
Brient Prieur Maître-auditeur
Gilles Buynart Clerc des Comptes 2
Jean Fromont Clerc des Comptes
Jean Duvivier Huissier 1
Total 12
  • 5 Paris, Archives nationales [désormais AN], P 13344, fol. 15v : « li firent response par la bouche (...)

9Parmi ces officiers, un petit groupe d'entre eux acquiert très vite une identité professionnelle propre, fondée sur la pratique de l'écrit : les clercs des Comptes. Si les maîtres-auditeurs sont ceux qui détiennent le pouvoir de décision, mais aussi la parole lors des audiences de la Chambre5, les clercs des Comptes se démarquent davantage par leurs compétences scripturaires.

  • 6 AN, P 13344, fol. 33v.

10La répartition des tâches au sein de la Chambre leur a attribué très tôt un rôle rédactionnel prépondérant dans le fonctionnement de l'institution : par la rédaction d'actes, d'enquêtes ou de compilations d'archives, ces officiers œuvrent en faveur d'une connaissance minutieuse des biens fonciers et des revenus sur les territoires angevins. Ainsi « le VIIIe jour dudit mois de juillet, fut baillé au lieutenant d'Angiers un cayer de papier contenant X feillez ou quel sont estoient escripz de la main maistre Lucas Lefevre touz les debez des vinages d'Angiers »6.

11Situés à un niveau hiérarchique inférieur de la Chambre, ils secondent les maîtres-auditeurs en prenant en charge le travail préparatoire à l'audition des différentes affaires traitées, de même que l’exécution des sentences. Les missions développées dans le cadre de leur fonction sont multiples et diversifiées. Elles vont de la prise de note des audiences sous forme de procès-verbaux à la rédaction d'actes officiels, de la réception à l'enregistrement et l'expédition de la correspondance administrative. Loin de les écarter de la gestion quotidienne des affaires et de leur participation aux délibérations de la Chambre, cette pratique de l'écrit permet aux clercs des Comptes de présenter les pièces justificatives utilisées dans le cadre d’une procédure en cours ainsi que la mémoire des différentes affaires.

  • 7 Il s'agit de Pierre Bricoan (1409), Étienne Buynart (1377), Gilles Buynart (1399), Jean Lohéac (14 (...)

12Ce savoir-faire est utilisé pour le service quotidien de l'institution et leur technicité en matière de rédaction développe dans le gouvernement central angevin une complémentarité des offices qui permet notamment aux clercs des Comptes de cumuler certaines charges, celles de notaires ou en particulier les postes de secrétaire auprès du Conseil ducal. La moitié d'entre eux possède également le titre de secrétaire du duc ou de la duchesse d’Anjou7.

13Ces officiers sont les principaux auteurs des mémoriaux et il est notamment possible de les identifier grâce aux signatures qu'ils apposent eux-mêmes à la fin des notices. Si l’amplitude chronologique du document et la polygraphie apparente du « Journal » laissent présumer l’existence de plusieurs rédacteurs, la majorité des signataires (9/14) sont des officiers de comptes, dont six clercs. Avec plus de 120 signatures comptabilisées, Pierre Bricoan est certainement l'un des clercs qui possède le rapport à l'écrit le plus fréquent. Viennent après lui Gilet Buynart (plus de 50 signatures) et Jean Lohéac (plus de 30 signatures), tous deux clercs des Comptes également. Il est intéressant de noter que ces trois officiers comptent parmi ceux dont les carrières à la Chambre ont été les plus longues et les plus fournies. Gilet Buynart totalise à lui seul au minimum 48 ans d'exercice ! Entré à la Chambre en tant qu'huissier vers 1385, il gravit peu à peu les échelons de l'institution, en devenant clerc des Comptes (1399), puis en accédant à la fonction de conseiller et maître-auditeur en fin de carrière (vers 1424). La promotion interne des clercs par l'accès à la maîtrise est une caractéristique commune à tous ces signataires – Pierre Bricoan (1412), Jehan Lohéac (avant 1437) – et un trait général de cet office à la Chambre des comptes d'Angers. La pratique de l'écrit constitue donc un facteur d'ascension socio-professionnelle important et révèle les stratégies mises en place par certains officiers pour se hisser au plus haut niveau de l'institution.

14Si l'écrit fait partie intégrante du fonctionnement de la Chambre des comptes et oriente la composition de son personnel, le savoir-faire acquis par la maîtrise de l'écriture se retrouve aussi dans les techniques d'archivage des actes et des comptabilités.


  • 8 Le 3 juin 1400, ils ordonnent ainsi que « touz les adveuz de Mirebeau et des autres terres et chas (...)

15Afin de défendre au mieux les intérêts des princes en Anjou, la Chambre des comptes d’Angers s’est orientée très tôt vers la sauvegarde de tous les actes justifiant leurs droits, l'étendue de leurs propriétés, ainsi que la perception de leurs revenus. La légitimité du gouvernement princier en dépend. La conservation des archives représente un véritable outil de gouvernement et leur mise en ordre par les clercs des Comptes n'en est que d'autant plus primordiale. Cette prérogative voit en effet progressivement l'affirmation d'un enjeu mémoriel spécifique à la Chambre des comptes dont les officiers sont les principaux dépositaires8.

  • 9 AN, P 13344, fol. 69.
  • 10 AN, P 13344, fol. 30v.
  • 11 AN, P 13344, fol. 28v.
  • 12 Le double des procurations des causes du roi de Sicile en Parlement est ainsi reporté en « l'inven (...)
  • 13 AN, P 13344, fol. 20v : « en la liace des letres rendues et cousues en la fin dudit livre des debt (...)
  • 14 AN, P 13344, fol. 63, « Ledit sire de Laval a eu letre du roy sur ce de laquelle letre la coppie c (...)

16Le « Journal » de la Chambre fournit plusieurs informations sur le classement et la gestion des documents par ces officiers. Mais il faut souligner dans un premier temps la diversité des formes de l'écrit à laquelle est confrontée le personnel de l'institution. Les dimensions et la nature des supports utilisés pour la rédaction des titres, de la correspondance ou encore des registres de comptabilité constituent autant d'indices permettant d'appréhender l'organisation des archives ducales angevines. Les « papiers et caternes de la Chambre de nozdiz comptes »9 ont montré que le triomphe du papier et de la langue vernaculaire – s'il est bien visible – ne supplante pas totalement le prestige associé au parchemin et au latin, qui sont encore préférés pour l'écriture de certains documents. Les hommages de la baronnie de Château-du-Loir sont ainsi compilés dans « un petit livre de parchemin ancien escript partie en latin et l'autre en franczois […] lequel livre contient VI cayers non couverts »10. Les documents de gestion comptable sont quant à eux majoritairement rédigés sur un support papier, tel le compte des paroisses et châtellenies de Chinon et Loudun « escript en un caier de papier »11. Le traitement réservé à l'écrit profite également d'une visibilité particulière dans le mémorial. Ce dernier indique que les supports d'écriture – feuillets ou rouleaux – peuvent être laissés volants ou bien compilés en liasses ou encore en « rolle »12, rattachés à un autre document ou en formant un nouveau13 et parfois cloués et suspendus aux meubles de la Chambre14.

  • 15 AN, P 13344, fol. 94v.
  • 16 AN, P 13344, fol. 114v.
  • 17 AN, P 13344, fol. 117.

17La Chambre des comptes enregistre un grand nombre d'actes dont le classement est opéré par son personnel et notifié selon des normes de présentation précises. Ces dernières s'orientent essentiellement vers la description des lieux et du mobilier liés à la sauvegarde des archives ducales. Ainsi, les clercs des Comptes utilisent un grand nombre de « huges », écrins, boîtes, armoires et autres « sac de toille »15 pour les conserver. Cependant, les coffres restent le mobilier de choix attribué à cette mission d'archivage. Ces derniers sont nommés d'après leur aspect extérieur, que ce soit leur format, leur couleur, le matériau de fabrication ou encore par leur contenu. Ainsi le 28 janvier 1412 (n.s), un certain nombre de lettres « furent mises en l'escrin du coffre ou l'en mect le seel de justice du cousté devers le petit comptoer »16. Le 26 février 1412 (n.s) encore « furent apportées ceans par Jamelot les letres royaulx pour contraindre à faire guet et garde es chasteaulx et forteresses d'Aniou et du Maine […] mises ou petit coffret couvert de cuir noir feré de blanc »17.

  • 18 AN, P 13344, fol. 120v : « l'inventoire est en la fenestre où sont les comptes et autres escriptur (...)
  • 19 Hardouin de Bueil.
  • 20 AN, P 13344, fol. 55v.

18Le classement choisi par les clercs des Comptes est généralement géographique, spécialement quand il s'agit de sauvegarder les documents des officiers locaux de finance18. Il devient néanmoins thématique quand il s'attache à une fonction supérieure ou une affaire spécifique, comme pour les archives des chanceliers : « du profit dudit seel a rendu compte ledit monseigneur l'evesque19 depuis le IIIIe jour de juign l'an MCCCCIIIIxxXII jusques au IIIIe jour de juign l'an MCCCCIIII pour XII années entieres, lequel compte est avecques les comptes des autres chanceliers ou coffre pres des armoires de la Chambre des comptes »20.

  • 21 André Joubert, Étude sur les comptes de Macé Darne, maître des œuvres de Louis Ier, duc d’Anjou et (...)
  • 22 F. Comte, Les lieux du pouvoir ducal à Angers au XVe siècle, dans J.-M. Matz, N. -Y. Tonnerre (dir (...)

19Les mentions textuelles associées au mobilier de conservation sont le plus souvent complétées par des indications sur leur emplacement, afin de faciliter la recherche des documents. Puisque la gestion des archives ducales est entièrement réservée à la Chambre des comptes, leur localisation renvoie implicitement aux locaux de l'institution. Deux hypothèses ont longtemps divisé les historiens angevins quant à la situation de ce bâtiment. Il est toujours impossible de dater avec précision l'installation des gens de comptes dans le ministère qu'ils occupent durant le règne du roi René (1434-1480). Ce dernier se situe devant le portail du château d'Angers tourné vers la ville, à l'extrémité de l'actuelle promenade du Bout du Monde. Cependant, les travaux entamés par le maître d’œuvre Macé Darne aux mois de janvier et février 1369 dans une maison jouxtant le château laissent penser que la Chambre des comptes investit très tôt les lieux21. « Les archives de cette chambre sont curieusement conservées chez les frères mineurs jusque vers 1367-1369 »22, mais à l'époque du « Journal » elles sont réparties entre la chambre du Trésor et les locaux qu'occupe l'institution, quels qu’ils soient.

  • 23 AN, P 13344, fol. 20v.
  • 24 AN, P 13344, fol. 76v.
  • 25 AN, P 13344, fol. 24v.
  • 26 AN, P 13344, fol. 88.
  • 27 AN, P 13344, fol. 29v.
  • 28 AN, P 13344, fol. 147.
  • 29 AN, P 13344, fol. 28.

20La chambre du Trésor est elle-même repérée « ou portal du chastel d'Angiers »23 ou encore « en la tour du chastel d'Angiers »24 que les officiers placent bien « devers la ville »25, « en un retrait d'une des tours »26. À l'intérieur de la Chambre des comptes, la plupart des coffres sont entreposés « devers l'uys de l'entrée de la Chambre »27 ou bien « d'emprès les aisemens [toilettes] »28 également appelées « chambres privées ». Il arrive également que les documents circulent en dehors de ces locaux pour le besoin des affaires ou pour suivre simplement les officiers en déplacement. Les gens de comptes les gardent alors souvent directement avec eux, comme Guillaume Aignen, conseiller et maître-auditeur, chargé d'envoyer des mandements aux élus d'Angers, Saumur et Loudun, touchant la perception des aides, qui les « emporta en sa maison »29.

  • 30 AN, P 13344, fol. 97 : (en marge) « J. Benoin, de ceste clause [traité de mariage entre Louis, fut (...)

21L'utilité des archives et les manipulations parfois quotidiennes de ces documents orientent donc certaines modalités de conservation et obligent à une grande minutie de description quant au rangement des documents et aux mentions de leurs mouvements. Pour s'assurer qu'aucun oubli ne vienne troubler la gestion du fonds d'archives, des inventaires sont dressés et régulièrement revus30 tandis que les officiers en charge de la rédaction du « Journal » notent consciencieusement le retour des documents prêtés.

22Mais si l'identité professionnelle des clercs se construit autour d'une spécialisation par la pratique et la conservation de l'écrit, forment-ils pour autant un groupe à part entière parmi le personnel de la Chambre des comptes ?


23Sur les vingt-et-un officiers qui se sont succédé entre 1397 et 1424, dix ont exercé l'office de clerc des Comptes, soit la moitié. Le poids numérique de ces officiers est donc incontestable et marque l'influence de cette charge dans leurs carrières respectives.

Tab. 2 – Les clercs des Comptes de la Chambre des comptes d'Angers entre 1376 et 1437.

Nom de l'officier Durée de l'office de clerc des Comptes
(date/nombre d'années)
Moyenne (années)
Étienne Buynart 1377-]1400 23 14
Gilles Buynart 1399-]1424 25]
Pierre Bricoan 1405-1412 ]7
Jean de Cherbée -1376] ?
Jean Fromont 1400-1402 2
Guillemin Gorelle 1423-1437] 14]
Jean Herbelin 1405-1423[ 18
Lucas Lefèvre ]1376-1399] 23]
Guillaume Leroy ]1405-1408 ]3-8]
Jean Lohéac 1414-1437] 23]
  • 31 AN, P 13344, fol. 122v « Le dernier jour d'octobre l'an M CCCC XIII fut receu Jehan Loheac en offi (...)
  • 32 Jean de Cherbée (un ecclésiastique), bachelier en lois (1389) et licencié dans les deux droits, ai (...)
  • 33 « Jean Lohéac s’en ala avec le juge son maistre à Paris » lors de sa nomination en 1413, AN, P 133 (...)

24Si l'uniformisation des temps d'exercice n'est pas de mise, la rémunération de la charge est quant à elle fixe et homogène, d'un montant de 50 livres tournois par an31. De plus, la durée moyenne des carrières d'un clerc des Comptes est à peu près équivalente à l'ensemble des officiers en fonction à la Chambre entre 1397 et 1424, cette dernière étant établie à environ 13 ans (12,8). Leur formation admet aussi un facteur d'unité. Si la formation intellectuelle ne joue pas un rôle prépondérant dans leur entrée en charge – seulement deux officiers possèdent un grade universitaire connu32 –, c'est plutôt l’expérience administrative et le service du prince qui conduisent aux offices de clercs des Comptes angevins. Le milieu de la justice est pourvu de quelques représentants comme Guillaume Leroy, qui a exercé en tant que maître des eaux et forêts (jusqu’en 1375) et Pierre Bricoan, qui a reçu l’office de sergent de Moncontour en 1385. Une place importante est également accordée aux membres du gouvernement ducal par la présence de nombreux secrétaires et d'un maître de la Chambre aux deniers de Louis Ier d'Anjou (Guillaume Leroy). L’expérience professionnelle qu’ils acquièrent au service des princes et les promotions internes généralement associées invitent à considérer une formation continue des clercs des Comptes. La constitution probable d'une paire de travail autour d'un maître-auditeur et d'un clerc des Comptes33 doit certainement constituer un tremplin pour ces officiers subalternes, qui peuvent par la suite prétendre à remplacer leur supérieur dans l'exercice de sa fonction. L'office de clerc des Comptes peut donc être considéré comme un réservoir de maître-auditeur en puissance.

  • 34 AN, P 13344, fol. 144.

25Quelques liens de parenté existants entre certains clercs et maîtres-auditeurs – notamment entre Guillaume Leroy et Guillaume Aignen ou encore Gilles et Étienne Buynart – mènent à penser que les clercs des Comptes bénéficient de réseaux et d'appuis à la Chambre, mais aussi dans la société angevine en général. Leur intégration à l'élite administrative du duché est également passée par l'accès à la propriété, tel Pierre Bricoan possédant une maison et un jardin près du « val de Mayenne »34 jouxtant les murs de la ville d'Angers.

26Leur recrutement géographique est avant tout régional : ils proviennent majoritairement du diocèse d’Angers mais également des territoires situés plus au nord de l’apanage, dans le comté du Maine, ou bien encore dans les provinces limitrophes (Touraine et Bretagne). Leur recrutement social est quant à lui beaucoup plus difficile à appréhender. Les seuls représentants ayant pu être clairement identifiés appartiennent à l'élite locale. Parmi eux se trouvent un ecclésiastique issu de la noblesse angevine (Jean de Cherbée) et un chevalier (Guillaume Leroy). Le reste des clercs des Comptes est donc largement méconnu. Ce milieu d'officiers « modestes », rompu aux pratiques administratives, judiciaires et exerçant en tant que scribe ou officier subalterne à l'échelon local doit encore livrer tous ses secrets.

27Par le biais de l'écrit, la Chambre des comptes acquiert des compétences spécifiques tournées vers la conservation et la production de tous les actes justifiant et défendant d'un point de vue juridique, les droits domaniaux et financiers du duc d'Anjou. Cette reconnaissance institutionnelle fait de la Chambre des comptes un acteur central du processus de rationalisation de l'administration ducale en Anjou. Reflet des prérogatives attribuées à l'institution, cette spécialisation trouve également un écho dans l'organisation interne des Comptes. La composition de son personnel réserve la pratique de l'écrit à un groupe d'officiers bien précis, les clercs des Comptes. Ces derniers partagent un profil type de carrière. Ils exercent de nombreuses fonctions au service des princes apanagés à différents échelons de l'administration angevine, même si leur entrée à la Chambre est souvent gage d'immuabilité. Les perspectives de promotion interne et l'accès à l'office de maître-auditeur expliquent en effet certains parcours – parfois très longs – et l'attente des officiers souhaitant profiter de toutes les occasions pour se hisser au sommet de la hiérarchie interne de l'institution.

28Cette dernière éprouve de nombreuses difficultés à asseoir son autorité auprès des comptables, notamment en ce qui concerne l'application des procédures d'audition et de correction menant au jugement définitif de leurs comptes. Afin de pallier ce manque d'efficacité, la Chambre des comptes d'Angers s'oriente dès la fin du XIVe siècle vers la mise en place et la diffusion d'une standardisation des normes de présentation de la matière comptable, mais aussi de ses propres documents de gestion.


  • 35 M. Le Mené, La Chambre des Comptes d'Anjou et les libéralités princières, dans P. Contamine, O. Ma (...)
  • 36 AN, P 13344, fol. 24 : « ainsi que mencion est faicte es XXe et XXIIIe feillez du viel papier jour (...)

29Le « Journal » de la Chambre des comptes est le témoin de la rationalisation de l'administration princière. Sa mise en place s'inscrit dans une pratique institutionnelle amorcée dès les premiers temps de son fonctionnement dans les années 136035. Les références au « viel papier journal »36 témoignent des efforts consentis pour doter l'institution d'un instrument de pratique efficace, qui impulse un meilleur traitement des affaires. Les multiples dossiers reflètent une grande diversité des formes de l'écrit. Le risque consiste donc à obscurcir le suivi des différentes procédures et le travail de consultation des officiers, d'autant plus que les notices qui composent le « Journal » oscillent entre la copie d'actes ou de correspondance, des procès-verbaux ou encore de simples mémos constamment mis à jour par des ajouts.

  • 37 C.- J. Beautemps-Beaupré, Coutumes et institutions de l’Anjou & du Maine antérieures au XVIe siècl (...)

30Le « Journal » est néanmoins un exemple des premiers pas de la Chambre des comptes vers la construction intellectuelle d'un outil de travail quotidien. Les historiens de l'Anjou n'ont pas hésité à souligner dès la fin du XIXe siècle les qualités organisationnelles des clercs des Comptes. Pour Charles-Jean Beautemps-Beaupré, « les mémoriaux de la Chambre des comptes […] témoignent d'un grand esprit d'ordre et d'intelligence »37. Les principes prévalant à la rédaction et à l'archivage des notices qui composent le premier « Journal » révèlent des spécificités scripturaires et des indices de perfectionnement comme la clarification des normes de présentation, à la fois du registre et des notices. Ils participent tous deux à une plus grande lisibilité du document, tout en facilitant le travail des officiers de la Chambre et son efficacité.

31Imposant par sa taille – il s'agit d'un registre papier de 159 folios au format 55x24 cm -, et par son amplitude chronologique (1397-1424), la signalisation et la visibilité de certaines informations constituent un enjeu primordial pour les officiers de Comptes. Ces éléments soulignent à nouveau la relation privilégiée qui s'établit entre eux et leur support de travail. C'est donc bien l'ergonomie du « Journal » qui attire leur attention. Ce dernier est principalement aménagé pour répondre aux problèmes soulevés par les multiples et interminables procédures, qui étirent la durée des affaires dans le temps et donc leurs mentions dans le « Journal ». Les procédés techniques et scripturaires mis en place relèvent donc de soucis pratiques et sont essentiellement utilisés pour marquer le passage des ans et le suivi des dossiers.

  • 38 AN, P 13344, fol. 2.

32La rédaction des notices du « Journal » respecte généralement l'ordre chronologique, répondant ainsi à une logique d'enregistrement, c'est-à-dire une transcription au fur et à mesure des séances et/ou de la correspondance reçue. Cet enchaînement chronologique devient la clé de lecture dominante du document et l'année pascale le repère de choix du registre. La date de Pâques est donc souvent mise en avant et matérialisée, que ce soit par un emplacement et une graphie plus appuyés en titre et/ou en haut de page, ou bien par des onglets en parchemin cousus à même le papier et servant à signaler le changement d'année. Mais l'emploi de ces différents procédés n'intervient pas d'une manière uniforme tout au long du « Journal ». Les premières années du registre possèdent ainsi leur propre logique d'indexation, qui évolue par la suite vers une autre pratique à partir de l'année 1404. Entre 1397 et 1424, les gens de comptes sont donc à la recherche d'une règle de présentation fixe pour leurs mémoriaux. Leurs hésitations sont aussi perceptibles dans l'unification et la foliotation des feuillets. Jusqu'au folio 32 (2 x 16 ou 4 x 8 cahiers), elle comporte en effet une double numérotation comportant un écart de 15 folios. Si le premier système de notation est graphiquement intact, l'autre est néanmoins barré (« I-XVI »38). Cependant, le folio 33 reprend sur la base de la deuxième foliotation, passant ainsi du folio 32 à 48.

  • 39 AN, P 13344, fol. 21.
  • 40 AN, P 13344, fol. 55 : « L'an mil IIIIc IIII commançant à Pasques XXX de mars ».

33Quoiqu'il en soit, la juxtaposition des deux procédés de datation permet de délimiter précisément les différentes étapes de rédaction du registre. Ainsi la période 1398 à 1403 est caractérisée par l'usage de 6 onglets de parchemin cousus directement au papier et sur lesquels la nouvelle année est identifiée grâce à sa dernière dizaine : « IIIIxx XVIII »39. La manière dont les onglets sont cousus indique également que ce procédé est intervenu après la rédaction des notices, car ceux-ci se superposent à l'écriture. À partir de l'année 1404, la date de Pâques est cependant placée soit en tête de folio à la manière d'un titre40, soit est directement intégrée dans les notices. Ces deux principes prévalent alors pour l'ensemble des mémoriaux de la Chambre des comptes jusqu'en 1484. La standardisation des « Journaux » est donc intervenue au tout début du XVe siècle et perceptible au travers de ce premier registre.

  • 41 C. Jéhanno, Le compte et son décor : entre norme comptable et liberté du scribe, dans O. Mattéoni (...)

34Si la visualisation de la fête pascale répond à un souci pratique pour le personnel des Comptes, certains procédés de clarification présents dans le registre relèvent davantage d'un souci esthétique. Souvent considérés comme purement utilitaires, les historiens ont longtemps rechigné à accorder aux documents de gestion ce crédit ornemental41, pourtant bien présent dans le « Journal ». Les décors ne sont pas spectaculaires, certes, mais ils participent tout autant à la mise en ordre de l'écriture comptable en permettant au lecteur de se repérer dans le registre et ses notices. Le principal élément relevé dans le « Journal » de la Chambre des comptes est une lettre évidée, représentée par la lettre « P ».

  • 42 Ibid.
  • 43 AN, 133410, fol. 178-178v.

35L'attention portée au paragraphe introductif sert ici à démarquer le titre du mémorial par rapport au reste du texte en attirant l’œil du lecteur par une calligraphie plus travaillée. Cette pratique représente souvent le principal trait décoratif lorsqu'il existe dans les documents de gestion42. L'utilisation d'un décor confère en effet un statut particulier à l'acte écrit, qui acquiert par ce biais une valeur spécifique le distinguant des autres textes. Le soin apporté au document par ce traitement ornemental justifie alors sa conservation et sa place au sein des archives ducales. L'enjeu mémoriel attribué à la Chambre des comptes dans ce domaine se retrouve donc dans la constitution de ses propres fonds documentaires. La composition d'une liste des ducs d'Anjou depuis « Challemaine le Grant » jusqu'à René d'Anjou sur le dernier folio du registre ouvre même l'analyse sur la portée historique de l'institution et l'érudition de ses officiers. Composée à une date inconnue, ce travail généalogique est cependant cité dans un autre « Journal » de la Chambre des comptes (P 133410) le 31 juillet 1478. À cette date, les agents en poste répondent à une requête du roi René, qui cherchait à connaître la succession de ses ancêtres et leur manière de se vêtir : « et vous plaise savoir sire que nagueres avons receu voz letres qu'il vous a pleu nou escripre par lesquelles nous mandez que vous envoyons les noms des contes qui ont esté d'Aniou et du Maine […] les abillemens qu'ilz portoient lors et comment lesdites seigneuries sont escheues et descendues de degré en degré et puys venues à la couronne ». Le personnel des Comptes effectue alors des recherches – malheureusement vaines – dans les archives ducales, mais retrouve la trace de cette liste dans ce « Journal » : « sire […] avons serché par touz les livres et cathernes de ceans et n'avons trouvé aucune cronique ou livre qui nous en ait donné enseignement, fors seulement ung repertoire en papier de plusieurs choses desclairées en iceluy qui commence en l'an mil IIIc IIIIxx XVII, en la fin duquel son escriptz les noms des princes qui ont esté contes d'Aniou, […] et pour ce, sire, qu'il nous a semblé que ledit livre ne parle pas assez souffisamment nous avons deliberé aller les aucuns de nous par les eglizes anciennes de ce pays qui sont d'ancienne fondacion pour savoir s'aucune chose se y trouvera qui puisse servir à vostre entencion […] »43.

36L'intérêt porté à la dynastie des ducs d'Anjou se perpétue au travers du mémorial avec la liste des ducs d'Anjou, mais aussi la mention des allées et venues de la famille princière dans les territoires angevins et des grands événements associés à leur lignée, comme les naissances, les mariages et les décès. Ainsi le 29 avril 1417, la mort de Louis II est ainsi signalée et accompagnée du deuxième et dernier élément figuratif du registre.

  • 44 C. Jéhanno, Le compte et son décor : entre norme comptable… cit., p. 141.

37En améliorant la signalisation chronologique des notices, la mise au propre du mémorial permet aux officiers de comptes de persévérer dans leur quête d'efficacité. Cette pratique accompagne donc la rationalisation de l'institution et démontre une certaine prise de conscience professionnelle de leur part. Le soin apporté à l'esthétique du « Journal » et la clarification de son organisation trahissent la volonté de proposer un travail de qualité44.

  • 45 AN, P 13344, fol. 22 : « Le VIIIe jour de juillet l'an MCCCIIIIxx XVIII Jehan Landry fut continué (...)
  • 46 C. Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire, 1re éd., Angers- (...)
  • 47 AN, P 13344, fol. 61.

38Les procédés techniques et scripturaires relevant d'un souci pratique se retrouvent enfin dans le suivi des dossiers. Deux grandes logiques sont à l’œuvre dans le « Journal » de la Chambre des comptes : le regroupement thématique ou le recoupement des notices. Si leur ordre chronologique est respecté, des renvois aux folios antérieurs sont directement intégrés au développement du texte. Le lecteur ou l'officier doit alors faire l'effort de reconstruire intellectuellement l'historique de l'affaire en allant chercher les informations éparpillées dans le mémorial45. Il peut être cependant guidé par des signes mnémotechniques ou des mots clés placés dans les marges. Ainsi la notice du 14 février 1405 (n.s) traitant du rachat de la terre de Bocé près de Baugé46 est indexée en marge par une étoile annonçant la thématique de l'affaire « Rachat », l'individu concerné « l'abbé de la Boessière » et le suivi de l'affaire (en latin) qui voit une conclusion positive qualifiée d' « exacte »47.

  • 48 AN, P 13344, fol. 54.

39Cependant, dans certains cas, des rubriques thématiques sont parfois préférées quand les étapes d'une procédure s'enchaînent rapidement dans le temps ou lorsque la rareté d'une affaire veut être soulignée (comme la perception des amendes entraînée par la tenue des Grands Jours d'Anjou48). Ces regroupements thématiques interviennent spécialement lors des visites de travaux ou l'enchère des grandes fermes. Les doublements et « tiercoiements » des adjudications interviennent alors à plusieurs semaines d'intervalle avant d'être définitivement arrêtées. Une première notice est ainsi élaborée dans le « Journal » et un espace blanc est laissé à sa suite pour des ajouts ultérieurs.

40D'une manière générale, la modernité du « Journal » vient de l'uniformisation de ses notices. Au-delà du simple récit qu'elles offrent de l'activité quotidienne de la Chambre des comptes, c'est la mention d'informations précises et stéréotypées qui intéresse les officiers, comme la date et le lieu de la séance, la liste des officiers présents, la description de l'affaire et la sentence rendue.

41La rationalisation de la Chambre des comptes d'Angers passe donc par l'amélioration des normes de présentation des outils administratifs liés à son exercice. Ils constituent en ce sens une référence, un modèle, que les officiers des Comptes sont chargés de diffuser et de faire respecter à l'ensemble des agents locaux du duché.


42La mise en ordre administrative et comptable de l'apanage est particulièrement visible dans les notices évoquant les redditions de comptes. Elles représentent en effet un moment fort de dialogue et d'échanges entre les différents acteurs des finances ducales. L'examen des recettes et dépenses des receveurs locaux est alors soumis à l'analyse minutieuse des officiers de la Chambre des comptes qui passent au crible chaque opération comptable. Rares sont ceux qui échappent à une nouvelle convocation pour répondre de leurs charges et expliquer les points les plus discutables. Il s'agit alors de justifier tel montant, l'absence de pièces justificatives prouvant l'ordre de paiement et/ou son acquittement ou encore la manière dont il a été perçu.

  • 49 AN, P 13344, fol. 144.

43Ces rencontres formalisées sont à l'origine de la circulation des informations et des modèles de pratiques scripturaires, encadrées par le personnel des Comptes. Cette transmission fonctionne sur le mode de la reproduction par copie des comptes précédents. Le 24 février 1412 (n.s) « fut baillé par ordonnance du Conseil à Jehan du Vergier et Guillaume Jamelot, compaignons et fermiers de la conté de Beaufort et mis es mains de Jehan Niellet, leur receveur commis à recevoir les deniers etc. de ladicte conté, le livre des cens et rentes particuliers estant en la Chambre des comptes à Angiers pour ycelui livre copier et emprandre le double afin d'en faire et procurer à leur proufit la recette à eulx appartenant à cause de ladicte recepte »49.

  • 50 AN, P 13344, fol. 96v.

44L'administration du duché d'Anjou tend une fois de plus vers la standardisation de ses archives comptables. Les modalités de cette diffusion sont assurées par les gens de comptes de deux manières : soit par le prêt de documents, soit plus directement lors de leurs déplacements à travers le territoire angevin. Ainsi au mois de février 1409 le receveur de Loudun reçoit deux cahiers « afin que sur yceulx ledit receveur et le procureur puissent et doyvent eulx informer et remectre de nouvel lesdiz cens au cler et au net, et lesquelx quayers il rapportera à son prouchain compte apres la reformacion sur ce faicte etc. »50.

  • 51 AN, P 13344, fol. 40v.

45Les auditions de comptes permettent également de rappeler aux agents locaux le cadre juridique et financier dans lequel ils évoluent. Les officiers de la Chambre doivent donc juger à la fois la forme du compte, son fond, mais aussi l'officier dépositaire. L'institution est garante du contrôle fiscal du duché et d'une forme de contrôle social sur ses subordonnés. Les instructions données lors des redditions de comptes assurent une meilleure gestion de leur contrôle, mais aussi des officiers en charge de leur rédaction, en identifiant les éléments perturbateurs qui refusent de se plier aux règles : le 24 février 1400 (n.s), le fermier des pavages et barrages d'Angers « vint et se comparut audit jour et aporta son compte en IIII feillez de papier du fait des pavages et barrages d'Angiers tant seulement tres mauvaisement ordené sans ryme et sans raison et pour ce est à reffaire copie et chassé »51.


46L'impulsion donnée par la pratique de l'écrit à l'organisation de la Chambre des comptes d'Angers, au tournant du XVe siècle, consacre la spécialisation de son personnel par une distribution des tâches qui régit le fonctionnement de l'institution et la nature des offices. Élevés au rang de spécialistes de l'écriture, les clercs des Comptes fondent leur identité commune sur cette maîtrise rédactionnelle et sur la conservation des archives ducales. La composition du « Journal » révèle autant d’indices qui mettent au jour ce savoir-faire et témoignent de la mise en ordre intellectuelle de cet outil de travail.

47Utilisés à des fins administratives concrètes, les registres de la Chambre des Comptes deviennent un élément de communication incontournable pour un « État » angevin en formation. Fondant en droit l'autorité ducale, ils affirment également de fait son action auprès des sujets et des agents locaux en participant à la diffusion de normes comptables.

48Plus que la communication de ces normes, l'enjeu pour l'institution est de parvenir à fixer et à uniformiser les règles de présentation des documents en matière de finances. Ces éléments matériels et organisationnels restent par la suite en vigueur jusqu'au retour de l'apanage angevin au domaine royal en 1480, preuve de leur succès et de leur efficacité. Cependant, la place de l'écrit est sans cesse renouvelée dans les administrations médiévales, ce qui rend ces pratiques scripturaires vite obsolètes. À mesure que les registres s'étoffent et que le recours aux actes se multiplie, les gens des Comptes poursuivent leur recherche de techniques toujours plus performantes pour gérer leurs affaires et les archives qui en découlent. La création d'un index en début de « Journal » – reprenant les notes marginales et la foliotation des notices – constitue la dernière grande avancée en matière d'ordonnancement des « Journaux » à partir de 1450.

49Il reste alors à nous interroger sur la transmission de ces modèles et les échanges potentiels entre les espaces dominés par la seconde Maison d'Anjou puisque le papier utilisé pour la confection du mémorial provient, d'après ses filigranes, soit d'Italie, soit du sud de la France.

Notes

1 C. -J. Beautemps-Beaupré, Coutumes et institutions de l’Anjou & du Maine antérieures au XVIe siècle, Paris, 1897, t. 2, p. 550-551.

2 Introduction, dans O. Mattéoni (dir.), Classer, dire, compter : Discipline du chiffre et fabrique d’une norme comptable à la fin du Moyen Age, Paris, 2015, p. 15. Cette tendance historiographique est incarnée en France par la revue Comptabilité(S) (https://journals.openedition.org/comptabilites/838), qui développe une réflexion globale sur l’archéologie des documents comptables. Plusieurs numéros thématiques ont contribué à enrichir le présent article, auxquels nous renvoyons le lecteur : « Approche codicologique des documents comptables au Moyen Âge », 2, 2011 ; « Le vocabulaire et la rhétorique des comptabilités médiévales », 4, 2012 ; « Savoirs et savoir-faire comptables au Moyen Âge », 7, 2015.

3 J. Kerhervé, L’État breton aux 14e et 15e siècles. Les ducs. L'argent. Les hommes, Paris, 1987, p. 341-405.

4 J. Thibault, Le personnel de la Chambre des comptes de Blois, dans P. Contamine, O. Mattéoni (dir.), La France des principautés. Les Chambres des comptes XIVe et XVe siècle. Colloque tenu aux Archives départementales de l’Allier, à Moulins-Yzeure, les 6, 7 et 8 avril 1995, Paris, 1996, p. 153-156.

5 Paris, Archives nationales [désormais AN], P 13344, fol. 15v : « li firent response par la bouche dudit doyan d'Angers que la dicte Dame ne son procureur n'estoient ylleques presens ne auxi n'estoient yleques assemblez par maniere de conseil ».

6 AN, P 13344, fol. 33v.

7 Il s'agit de Pierre Bricoan (1409), Étienne Buynart (1377), Gilles Buynart (1399), Jean Lohéac (1414), Lucas Lefèvre (1376).

8 Le 3 juin 1400, ils ordonnent ainsi que « touz les adveuz de Mirebeau et des autres terres et chastellenies de madame et du roy soient apportez cyens affin de y demourer à memoire perpetuel » AN, P 13344, fol. 30v.

9 AN, P 13344, fol. 69.

10 AN, P 13344, fol. 30v.

11 AN, P 13344, fol. 28v.

12 Le double des procurations des causes du roi de Sicile en Parlement est ainsi reporté en « l'inventoire d'icelles ou coffre ferré sur cuir en un rolle de papier », AN, P 13344, fol. 126.

13 AN, P 13344, fol. 20v : « en la liace des letres rendues et cousues en la fin dudit livre des debtes […] ou Ve feillet du livre des debtes en parchemin ».

14 AN, P 13344, fol. 63, « Ledit sire de Laval a eu letre du roy sur ce de laquelle letre la coppie collacionnée et retenue ceans sera trouvée en une liace d'autres letres atachée au clou dedanz la fenestre du petit comptouer ».

15 AN, P 13344, fol. 94v.

16 AN, P 13344, fol. 114v.

17 AN, P 13344, fol. 117.

18 AN, P 13344, fol. 120v : « l'inventoire est en la fenestre où sont les comptes et autres escriptures de ladicte chastellenie [Saint-Laurent des Mortiers] ».

19 Hardouin de Bueil.

20 AN, P 13344, fol. 55v.

21 André Joubert, Étude sur les comptes de Macé Darne, maître des œuvres de Louis Ier, duc d’Anjou et comte du Maine (1367-1376), d’après un manuscrit inédit du British Museum, Angers, Germain et G. Grassin, 1890.

22 F. Comte, Les lieux du pouvoir ducal à Angers au XVe siècle, dans J.-M. Matz, N. -Y. Tonnerre (dir.), René d'Anjou (1409-1480). Pouvoirs et gouvernement, Rennes, 2011, p. 166.

23 AN, P 13344, fol. 20v.

24 AN, P 13344, fol. 76v.

25 AN, P 13344, fol. 24v.

26 AN, P 13344, fol. 88.

27 AN, P 13344, fol. 29v.

28 AN, P 13344, fol. 147.

29 AN, P 13344, fol. 28.

30 AN, P 13344, fol. 97 : (en marge) « J. Benoin, de ceste clause [traité de mariage entre Louis, futur Louis III et Catherine de Bourgogne] est plus à plain faicte mencion ou cayer de l'inventoire des letres de ceanz ».

31 AN, P 13344, fol. 122v « Le dernier jour d'octobre l'an M CCCC XIII fut receu Jehan Loheac en office de clerc des comptes pour et en lieu de Pierre Briconan, aux gaiges de L livres tournois par an ».

32 Jean de Cherbée (un ecclésiastique), bachelier en lois (1389) et licencié dans les deux droits, ainsi que Jean Fromont, bachelier en lois (1389) et maître en Arts (1395).

33 « Jean Lohéac s’en ala avec le juge son maistre à Paris » lors de sa nomination en 1413, AN, P 13344, fol. 122v.

34 AN, P 13344, fol. 144.

35 M. Le Mené, La Chambre des Comptes d'Anjou et les libéralités princières, dans P. Contamine, O. Mattéoni (dir.), La France des principautés, cit., p. 43.

36 AN, P 13344, fol. 24 : « ainsi que mencion est faicte es XXe et XXIIIe feillez du viel papier journal de ceans et ou XXIIIIe feillet de cest present papier ».

37 C.- J. Beautemps-Beaupré, Coutumes et institutions de l’Anjou & du Maine antérieures au XVIe siècle, cit., t. 2, p. 550.

38 AN, P 13344, fol. 2.

39 AN, P 13344, fol. 21.

40 AN, P 13344, fol. 55 : « L'an mil IIIIc IIII commançant à Pasques XXX de mars ».

41 C. Jéhanno, Le compte et son décor : entre norme comptable et liberté du scribe, dans O. Mattéoni (dir.), Classer, dire, compter… cit., p. 106.

42 Ibid.

43 AN, 133410, fol. 178-178v.

44 C. Jéhanno, Le compte et son décor : entre norme comptable… cit., p. 141.

45 AN, P 13344, fol. 22 : « Le VIIIe jour de juillet l'an MCCCIIIIxx XVIII Jehan Landry fut continué en l'estat dont mencion est faite ou procès registré ou XXe feillet de cest papier cy-devant jusques au vendredi prochain XIIe dudit mois ».

46 C. Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire, 1re éd., Angers-Paris, 1874-1878, t. 1, p. 373.

47 AN, P 13344, fol. 61.

48 AN, P 13344, fol. 54.

49 AN, P 13344, fol. 144.

50 AN, P 13344, fol. 96v.

51 AN, P 13344, fol. 40v.

Auteur

Université d'Angers, TEMOS - justine.moreno@outlook.fr

© Publications de l’École française de Rome, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter