Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les officiers et la chose publique dans les territoires angevins (xiiie-xve siècle) : vers une culture politique ?

 | 
Thierry Pécout

Introduction

Olivier Mattéoni

Résumé

Après avoir replacé le programme Europange au sein des enquêtes de nature prosopographique relatives à l’État médiéval, l’introduction propose des éléments de réflexion sur l’office et sa pratique dans une confrontation avec le discours théorique et normatif. L’apparente contradiction qui existe entre des principes ambitieux et clairement énoncés et une réalité plus pragmatique conduit à poser la question de la culture politique au sein des constructions institutionnelles de la fin du Moyen Âge. Le propos est volontairement comparatif, de sorte à introduire au mieux la réflexion sur les territoires angevins, objet du colloque de Saint-Etienne.

Dopo aver ricollocato il programma Europange nel quadro delle inchieste prosopografiche relative allo Stato medievale, l’introduzione propone elementi di riflessione sugli uffici governativi e la loro pratica, che mette a confronto col discorso teorico e normativo. L’apparente contraddizione, che oppone dottrine ambiziose e chiaramente enunciate a realtà più prammatiche, conduce a interrogarsi sulla cultura politica nelle costruzioni istituzionali di fine Medioevo. Il mio proposito è deliberatamente comparativo, per introdurre al meglio la riflessione sui territori angioini, oggetto del convegno di Saint-Étienne.

Texte intégral

1En demandant d’introduire ce volume, fruit du colloque qui a réuni durant trois jours, en novembre 2016, à Saint-Étienne, les meilleurs spécialistes des études « angevines » ou « angevinistes », selon la formule consacrée, à un « non-angeviniste », les organisateurs de la rencontre ont fait preuve d’un certain goût du risque. Et l’auteur de ces lignes, en acceptant, d’une certaine témérité ! Car si celui-ci connaît un peu la problématique des officiers et de l’État à la fin du Moyen Âge, à travers principalement le cas français, ce qui a pu le conduire bien sûr à rencontrer les princes angevins, leurs hommes, leur administration, il ne connaît néanmoins ce monde angevin, dans toute son étendue, que par ses lectures, non directement par le travail sur une documentation première, mis à part quelques grands textes – statuts et ordonnances de Charles Ier et de Charles II, sermons de Robert de Naples, journal du chancelier Jean Le Fèvre. En conséquence, le point de vue ici énoncé doit être compris comme celui d’un « observateur de l’extérieur » qui entend proposer, autour de la problématique débattue, quelques éléments de réflexion qui, espérons-le, pourront alimenter le questionnement et mettre en perspective les textes ci-dessous rassemblés, dans une comparaison suggestive.

  • 1 Rome, 1998 (Collection de l’École française de Rome, 245/Istituto storico per il Medio Evo, Nuovi (...)
  • 2 C.-M. de La Roncière, L’État angevin 1265-1340 : pouvoirs et sociétés dans le Royaume et le comté, (...)
  • 3 Ibid., p. 655.

2« Les officiers et la chose publique dans les territoires angevins (XIIIe-XVe siècle). Vers une culture politique » ? Ainsi libellé, le titre de la rencontre nous situe clairement dans un champ d’étude qui relève de l’histoire politique et des pouvoirs. Un domaine qui a largement profité, ces quatre dernières décennies, de l’intérêt renouvelé porté au politique, et qui a fait l’objet de recherches importantes, lesquelles ont considérablement modifié notre compréhension des institutions, de la pratique gouvernementale et des constructions politiques. Les territoires angevins ont largement bénéficié de ce renouvellement, et la production historiographique les concernant a été importante, marquante même. De ce point de vue, les grands colloques des années 1990 et 2000, soutenus par l’École française de Rome, ont constitué des jalons essentiels. Parmi eux, le volume L’État angevin. Pouvoir, culture et société entre XIIIe et XIVe siècle1, s’avère une pièce maîtresse. Ambitieux par ses thèmes d’analyse, cet ouvrage collectif permet de saisir le pouvoir angevin dans ses fondements idéologiques et ses dynamiques institutionnelles et juridiques. L’impression qui s’en dégage est celle d’une dynastie angevine, en Provence et encore davantage dans le royaume de Naples, ingénieuse dans ses réalisations institutionnelles, qui a su capter au mieux et faire fructifier l’héritage frédéricien, les auteurs étant largement acquis à l’idée, résumée par Charles-Marie de La Roncière dans la conclusion, que « tout le système administratif du Royaume était à la fin du XIIIe siècle "infiniment plus développé" que celui de n’importe quel royaume occidental »2. Et de citer à l’appui : « sa bureaucratie, sa fiscalité et son armée ». Sur ces trois domaines de l’ordre gouvernemental, les contributions sont sans conteste très convaincantes, et l’étude de la pratique administrative, saisie à travers l’impôt ou le fonctionnement de la chancellerie, ou encore du personnel judiciaire et militaire, par le biais de la prosopographie, en valident l’assertion. Par ailleurs, la question idéologique est pleinement affrontée dans ce volume : on y découvre notamment comment les premiers Angevins, une fois installés à Naples, s’ils ne renient pas leur ascendance capétienne – qui se « monétarise » considérablement après la canonisation de Louis IX en 1297 et celle de Louis d’Anjou en 1317 –, s’efforcent toutefois de s’émanciper en mettant en avant, par exemple pour Charles Ier, une origine carolingienne, et surtout, par la suite, en conformité avec un recrutement des officiers qui devient de plus en plus régnicole, une conception du ministère royal qui, si elle n’a rien là encore de totalement renouvelée, sait néanmoins faire sienne « une théologie politique familière à l’Italie communale, celle du buongoverno »3.

  • 4 N. Coulet, J.-M. Matz (dir.), La noblesse dans les territoires angevins à la fin du Moyen Âge, Rom (...)
  • 5 M.-M. de Cevins, J.-M. Matz (dir.), Formation intellectuelle et culture du clergé dans les territo (...)
  • 6 J.-P. Boyer, A. Mailloux, L. Verdon (dir.), La justice temporelle dans les territoires angevins au (...)
  • 7 Z. Kordé, I. Petrovics, La diplomatie des États angevins aux XIIIe et XIVsiècles, Rome-Szeged, 2 (...)
  • 8 Au sein d’une production scientifique très riche à laquelle a donné lieu cette vaste entreprise, c (...)
  • 9 C.-M. De La Roncière, L’État angevin 1265-1340… cit., p. 663-664.

3Ce magnum opus, que complétèrent par la suite quatre autres livres – un sur la noblesse4, un sur le clergé5, un sur la justice6, un sur la diplomatie7 – posait donc clairement l’existence d’un « État angevin » – mais la notion n’y était pas vraiment discutée –, et ouvrait aussi sur bon nombre de thématiques nouvelles dont beaucoup entraient en écho avec la grande enquête sur la genèse de l’État moderne qui voyait alors le jour, enquête coordonnée par Jean-Philippe Genet, d’abord sous l’égide du CNRS, puis, quelques années plus tard, sous celle de la Fondation européenne de la Science8. Plusieurs auteurs participèrent d’ailleurs aux deux aventures, même s’il faut reconnaître que les représentants de l’école italienne n’y étaient finalement pas très nombreux, et ceux qui s’embarquèrent sur le bateau étaient plutôt des historiens des facultés juridiques. Dans sa conclusion au volume sur l’État angevin, Charles-Marie de La Roncière invitait d’ailleurs à mieux situer le royaume de Naples sous les premiers rois angevins, « parmi tous ceux qui l’entourent en Europe et en Méditerranée […], en s’inspirant des résultats de l’enquête sur l’État moderne ». Et l’historien d’énumérer : « Qu’en est-il, à Naples, de la persistance des pouvoirs jugés ailleurs antérieurs à l’État moderne : règles coutumières, pratiques féodales, etc. ? Qu’en est-il des caractères censés donner à l’État sa modernité : droit, codes, lois, notion de couronne, de nation, connaissance du Royaume, moyens administratifs, etc. »9 ?

  • 10 À titre d’exemple : J.-L. Bonnaud, Un État en Provence. Les officiers locaux du comte de Provence (...)
  • 11 M.-E. Gautier (dir.), Splendeur de l’enluminure. Le roi René et les livres, Arles, 2009.
  • 12 Sous la direction de J.-M. Matz et N.-Y. Tonnerre, Rennes, 2011.
  • 13 P. Gilli, En guise de conclusion. Échec au roi !, p. 387-395, spécialement p. 388.
  • 14 Voir, pour la Bourgogne, É. Lecuppre-Desjardin, Le royaume inachevé des ducs de Bourgogne (XIVe-XV(...)
  • 15 M. Senellart, Les arts de gouverner. Du regimen médiéval au concept de gouvernement, Paris, 1995.

4Bien des pistes étaient lancées, et il faut reconnaître que, depuis la publication des volumes romains, beaucoup de sillons ont été tracés. Ainsi la question de la structuration et du fonctionnement des institutions financières et judiciaires, à travers une confrontation des textes normatifs, nombreux et riches, et la pratique procédurale. Ainsi encore la question du personnel politique : elle a débouché sur de belles prosopographies10. Surtout l’invitation à prolonger la recherche entraîna un élargissement de l’enquête à l’ensemble des territoires angevins, à savoir la Hongrie d’abord, l’Anjou, au royaume de France ensuite, à partir du moment où la relève était prise par la deuxième maison d’Anjou avec Louis II, la Lorraine et le Barrois enfin. Du coup, l’enquête s’ouvrait sur un large XVe siècle, qui avait été jusqu’alors négligé. Cette inclination fut renforcée en 2009 à l’occasion du sixième centenaire de la naissance du roi René, qui donna lieu à plusieurs manifestations scientifiques commémoratives : outre l’exposition d’Angers sur le Roi René et les livres, dont il nous reste un remarquable ouvrage11, le colloque René d’Anjou (1409-1480). Pouvoirs et gouvernement12 a permis de relire à nouveaux frais l’action du « bon roi » en interrogeant une éventuelle modernité politique de sa pratique. Force est de reconnaître que celle-ci n’a été que relative. Il est vrai que la conjoncture politique au royaume de France, notamment après 1461, avec l’arrivée de Louis XI au pouvoir, a été contraignante. À quoi se sont ajoutés les défis que représentait le gouvernement de terres éclatées géographiquement. Il y avait là des obstacles, en tout cas des freins, auxquels le prince tenta de faire face par un brassage des élites et des officiers, et par un effort de rationalisation des institutions existantes. Mais cet effort se heurta vite à des difficultés financières. René d’Anjou s’employa à y remédier par une pression fiscale toujours plus forte. Dans tous les cas, l’enquête mettait en avant les hommes et un solide terreau administratif capable encore d’innovations. Elle posait aussi la question de la cohésion de l’ensemble territorial angevin. Dans sa conclusion, Patrick Gilli s’interrogeait sur l’existence ou non d’un sentiment d’appartenance à un espace commun dont, écrivait-il, « on ne voyait guère qu’il ait été au cœur des préoccupations du roi »13. Là se trouve une clé d’explication à la cohésion ou non des constructions politiques tardo-médiévales, et l’un des enjeux des études angevines – cela vaut également pour les travaux relatifs à d’autres espaces princiers14 – réside dans la qualification des contours de ce sentiment d’appartenance. Car la cohésion – cohésion institutionnelle, idéologique, politique – est la condition au succès de la sujétion. Dans quelle mesure le service du prince a-t-il pu aider à la fabrique de cette cohésion ? Comment l’action des officiers a-t-elle pu contribuer à la construction de la sujétion ? Dans la démarche des agents du pouvoir, la défense de la « chose publique » et du « bien commun », au centre du projet des princes angevins – mais ils ne sont pas les seuls à l’invoquer15 – a sans conteste été un élément d’identification.

5Sur tous ces aspects, les débats de Saint-Étienne ont beaucoup apporté. Pour les introduire et les mettre en perspective, je me propose de m’arrêter sur trois points. En premier lieu, je développerai quelques considérations de méthode puisque le programme Europange, autour duquel a été construite la rencontre stéphanoise, conduit à s’interroger à nouveaux frais sur les apports des enquêtes prosopographiques à une meilleure compréhension de l’État tardo-médiéval. J’avancerai ensuite quelques éléments de réflexion sur l’office et sa pratique dans une confrontation avec le discours. On verra qu’une apparente contradiction existe entre des principes normatifs clairement définis et ambitieux, et une réalité plus pragmatique. Ce constat me conduira in fine à reprendre la question de la culture politique pour tenter d’en définir les contours et de voir si celle-ci a pu être un facteur constitutif d’une « identité officière ».


  • 16 Le dernier numéro, le volume 33, est paru en 2018. Pour une présentation du sommaire des volumes, (...)
  • 17 J.-P. Genet, N. Bulst (dir.), Medieval Lives and the Historian. Studies in Medieval Prosopography, (...)
  • 18 F. Autrand (dir.), Paris, 1986.
  • 19 F. Autrand, Naissance d’un grand corps de l’État. Les gens du Parlement de Paris, 1345-1454, Paris (...)
  • 20 F. Autrand, Y a-t-il une prosopographie de l’État médiéval ?, dans Prosopographie et genèse de l’É (...)
  • 21 Ibid., p. 14.
  • 22 Ibid., p. 15.
  • 23 J.-P. Genet, G. Lottes (dir.), Paris, 1996.
  • 24 J.-P. Genet, Introduction, p. 9-16, spécialement p. 11.
  • 25 N. Bulst, Objet et méthode de la prosopographie, p. 467-482.
  • 26 Ibid., p. 473.

6Dans le renouvellement des études sur l’État de la fin du Moyen Âge, l’approche prosopographique a occupé une place importante depuis quatre décennies, et le phénomène a touché assez largement les principales historiographies européennes et au-delà, même si des disparités existent. La fondation en 1980 de la revue Medieval Prosopography, attachée à l’université de Kalamazoo, Michigan, est révélatrice de l’importance prise alors par cette approche dans la production historienne. Cette tendance est toujours valable aujourd’hui si l’on se réfère aux dernières livraisons de la revue16. En 1984, les éditions de l’université de Michigan accueillaient par ailleurs les actes du colloque de Bielefeld, qui s’était tenu en 1982, et qui confrontait, pour la première fois, questionnement épistémologique et réflexion méthodologique sur la prosopographie17. Au même moment se réunissait à Paris la table ronde, Prosopographie et genèse de l’État moderne18. Cette dernière rencontre avait permis de dresser un bilan des travaux, effectués ou en cours, qui utilisait la démarche prosopographique, en même temps qu’elle prolongeait la réflexion de Bielefeld sur les usages de la prosopographie pour l’histoire politique et des pouvoirs. Françoise Autrand, qui avait depuis peu publié sa grande thèse sur les gens du Parlement19, posait la question à brûle pourpoint dans son article introductif : « Y a-t-il une prosopographie de l’État médiéval ? »20. Si sa réflexion dégageait un certain nombre de points désormais bien acquis pour ce qui est de la démarche, elle s’interrogeait néanmoins sur son efficience : « si l’objectif de notre recherche est la genèse de l’État moderne », écrivait-elle, « l’approche prosopographique permet-elle de dépasser la description et même l’analyse d’un groupe social, d’aborder certains des problèmes que posent l’histoire des pouvoirs et celle de l’État ? »21. Et l’historienne de citer les ennemis de l’État, ses victimes, ou encore les clientèles, « au noyau dur mais aux contours flous », « les alliés d’une saison qui n’apparaissent qu’une fois mais peut-être de façon décisive », « les groupes informels, indéfinissables, souterrains »22. Quelques années plus tard, en 1991, un nouveau colloque international, à Paris, revenait sur ces enjeux épistémologiques, sous le titre, L’État moderne et les élites, XIIIe-XVIIe siècles. Apports et limites de la méthode prosopographique23. Plaidoyer pro domo face à certaines critiques qui, ne voyant dans la prosopographie, pour reprendre la formule de Jean-Philippe Genet, qu’« une sorte de rejeton issu des noces déjà lointaines de la sociologie et de l’histoire » qui « n’aurait ni la rigueur de la première, ni la vie de la seconde »24, le livre, par le biais de réflexions théoriques et empiriques, vaut par plusieurs de ses acquis. Parmi eux, les considérations terminologiques, qui renvoient à des pratiques quelque peu différentes selon les historiographies. Dans sa contribution, Neithard Bulst distingue ainsi la Personenforschung de la recherche allemande, la collective biography de la recherche anglo-saxonne, la prosopographie de l’école française25. Il reste que, même si les définitions de la prosopographie peuvent variées, un point commun demeure entre toutes ces approches : « l’analyse de l’individu en fonction de la totalité dont il fait partie », c’est-à-dire en fonction du groupe auquel il appartient26.

  • 27 R. Rao, Introduzione. I grandi ufficiali territori angioini: dal bilancio storiografico alle prosp (...)

7Le programme Europange s’inscrit donc dans une tradition de recherche bien vivante, qui a donné des résultats – la liste est longue des travaux qui ont eu recours à cette approche, dans et hors le champ des études angevines. L’intérêt du présent programme réside toutefois dans son ambition et sa dimension collective. Ambition d’abord avec la prise en compte de l’ensemble des espaces angevins sur une chronologie longue, XIIIe-XVe siècle, ce qui permet de donner toute sa place à un XVsiècle jusque-là moins privilégié. Dimension collective ensuite en fédérant une large équipe internationale, reflet d’écoles historiques aux traditions parfois différentes – et Riccardo Rao a bien rappelé, dans l’introduction au colloque de Bergame, combien la recherche sur les officiers angevins, et notamment les grands officiers, a été un thème central de l’historiographie nationale napolitaine depuis le XVIIe siècle27.

  • 28 Impossible de citer ici tous les travaux de ces auteurs. On pourra retrouver une partie de la bibl (...)
  • 29 Voir, dans le présent volume, la contribution de A. Tchounikine, M. Miquel, T. Pécou. À compléter (...)
  • 30 . Élaborée à partir des 25 ordonnances d’hôtel et des plus de 5800 écrous des gages des hôtels des (...)
  • 31 La base de données Charles VI a pour objet de fournir des renseignements sur les personnes actives(...)

8Faire le bilan aujourd’hui des études sur les officiers et la pratique gouvernementale au sein des espaces de cette vaste Europe angevine montre l’importance des réalisations : depuis les années 1990, beaucoup a été fait, et il suffit de citer les noms de Giuseppe Galasso, Thierry Pécout, Jean-Paul Boyer, Serena Morelli, Riccardo Rao, Giuliana Vitale, Roberto Delle Donne, Andreas Kiesewetter, Kristjan Toomaspoeg, Enikö Csukovits, Michel Hébert, Jean-Luc Bonnaud, entre autres, pour se convaincre de la richesse et de la qualité de la production en ce domaine28. Il y a là un socle solide pour le programme Europange, dont l’ambition est de fournir une précieuse base de données pour saisir au mieux les itinéraires individuels et professionnels des agents du pouvoir des princes angevins et leur circulation au sein des territoires dominés par ces derniers. La structure de la base et son fonctionnement ont été présentés à Saint-Étienne29. Comparée à d’autres projets de ce type, dont certains sont aujourd’hui accessibles sur des portails internet – ainsi la base Prosopographia Curiae Burgundicae élaborée dans le cadre de l’Institut historique allemand30, ou la base Charles VI, conçue au sein du Laboratoire de Médiévistique occidentale de Paris31 –, la base Europange présente une double force : d’une part, son caractère collaboratif pour son alimentation avec un protocole de suivi et de vérification rigoureux et indispensable qui permet de nourrir le dictionnaire biographique, d’autre part, et surtout, la dimension spatiale du traitement des données. Chaque lieu auquel est attaché un office territorial est géo-référencé dans la base, ce qui permet, grâce à des interfaces graphiques, des réalisations cartographiques essentielles compte tenu des enjeux du projet.

  • 32 T. Pécout, J.-L. Bonnaud, E. Csukovits, I. Mathieu, S. Morelli, R. Rao, Europange : les processus (...)

9C’est que la dimension spatiale est au cœur de l’enquête sur les officiers angevins puisque, c’est bien, in fine, une contribution à l’analyse de ce que les porteurs du programme appellent « les processus de rassemblements politiques » pour la période finale du Moyen Âge qu’ils entendent éclairer32. On saisit du coup aisément à quel point les questions d’échanges et de mobilité – mobilité non seulement des hommes mais aussi circulation des pratiques et des idées – sont importantes. Comment restituer les mouvements des officiers, des curiaux, des agents du pouvoir au sein d’espaces différents – de la Provence au royaume de Naples, de l’Anjou à la Lorraine, de la Hongrie à la Morée –, et au sein d’un même espace, entre la cour et le territoire ? Quand on y réfléchit, le thème des circulations s’avère premier pour définir la culture politique propre aux espaces angevins. Afin d’en cerner les contours, il faut auparavant revenir à l’office et à sa pratique, et ce sont quelques considérations un peu générales et inspirées de travaux portant sur des aires non exclusivement angevines, que je voudrais introduire.


  • 33 . R. Rao, Introduzione. I grandi ufficiali territori angioini… cit., p. 27-41, et S. Morelli, "Il f (...)
  • 34 P. Durrieu, Les archives angevines de Naples. Étude sur les registres du roi Charles Ier et Charle (...)
  • 35 J.-P. Boyer, Conclusions. Définir une haute administration au Moyen Âge tardif, dans Les grands of (...)

10Les présentations ici rassemblées sont prioritairement axées sur les agents de ce que les organisateurs appellent les « services centraux » des entités politiques angevines, chancellerie, cours de justice, chambres des comptes, mais également conseil royal et hôtel, de même que les cours locales. On a là dessinés des cercles qui renvoient à des dynamiques institutionnelles, et qui nous situent clairement dans le prolongement immédiat de la rencontre de Bergame dédiée aux grands officiers des territoires angevins. Cette rencontre a déjà livré de riches présentations pour les principaux types d’officiers – juges, sénéchaux, membres de la chancellerie, officiers dans l’ordre financier ou militaire –, tout en relisant une historiographie souvent ancienne, napolitaine et provençale, qui avait fossilisé les grands officiers autour d’une nomenclature stricte et rigide33. Dans le même temps, les présentations s’attachaient à caractériser le matériau disponible pour l’étude, et on sait combien cette question est cruciale pour le royaume de Naples après la destruction des archives de la chancellerie en 1943, partiellement palliée par la reconstitution des registres à l’aide de l’exploitation de différents fonds, tels ceux par exemple constitués par les historiens en lien avec l’École française de Rome à la fin du XIXe siècle – on songe bien sûr à Paul Durrieu et Léon Cadier34. Au bout du compte, cette rencontre invitait à s’interroger sur la constitution d’un corps d’officiers dans les espaces angevins, Jean-Paul Boyer parlant, dans sa conclusion, de « haute administration » dont il s’est attaché à délimiter les contours et à définir les caractéristiques35. Dans le prolongement, les débats de Saint-Étienne apportent de notables compléments, en particulier sur les pratiques d’administration et les référents idéologiques et symboliques en jeu dans le positionnement des agents du pouvoir par rapport au prince.

  • 36 C. Loyseau, Cinq livres du droict des offices…, Paris, 1620.
  • 37 F. Autrand, Offices et officiers royaux en France sous Charles VI, dans Revue Historique, 242, 196 (...)
  • 38 La réflexion qui suit est redevable au travail de F. Lachaud, L’éthique du pouvoir au Moyen Âge. L (...)
  • 39 Sur la nature de cette œuvre monumentale et touffue, J. Barrau, Ceci n’est pas un miroir, ou le Po (...)
  • 40 F. Lachaud, L’éthique du pouvoir au Moyen Âge… cit., p. 187, 204 et 214-216.
  • 41 Ibid., p. 221.
  • 42 Sur le De regno, nouvelle édition et traduction de D. Caron, avec la collaboration de V. Decaix : (...)
  • 43 F. Lachaud, L’éthique du pouvoir au Moyen Âge… cit., p. 217-223.
  • 44 J. Krynen, Idéal du prince et pouvoir royal en France à la fin du Moyen Âge (1380-1440). Étude de (...)
  • 45 F. Lachaud, L’éthique du pouvoir au Moyen Âge… cit., p. 457-628 ; J. Kubler, Recherches sur la fon (...)
  • 46 J. Krynen, Idéal du prince et pouvoir royal en France… cit., p. 144-154. Sur la notion de bien com (...)
  • 47 .F. Autrand, Offices et officiers royaux… cit., p. 285-338 ; Ead., Charles V le sage, Paris, 1994, (...)
  • 48 Pour la nomination des officiers de Morée, les expensores castrorum ou les officiers des frontière (...)
  • 49 J.-P. Boyer, Parler du roi et pour le roi. Deux "sermons" de Barthélemy de Capoue, logothète du ro (...)
  • 50 V. Niola, Les formulaires de la chancellerie angevine de Charles Ier à Jeanne Ire, dans Rives médi (...)
  • 51 Cf. B. Grévin dans le présent volume. À compléter par Id., Rhétorique du pouvoir médiéval. Les Let (...)

11Toute réflexion sur l’éventuelle existence d’un « corps d’officiers » doit au préalable partir des textes du temps, textes théoriques et textes de la pratique, dans une confrontation qui permet de définir l’office et de cerner au mieux son déploiement. À scruter les textes théoriques d’abord, il ressort que l’office – indépendamment de la façon dont il est tenu, nomination, commission ou ferme, ce qui a bien sûr son importance – est étroitement lié à la notion de service, au point que l’on a pu dire – les juristes d’Ancien Régime en particulier36 – que le service était une composante constitutive de l’office37. À partir du XIIIe siècle, et même dès le XIIe siècle, en Angleterre par exemple, une réflexion s’engage sur la définition même de l’office, qui emprunte à plusieurs sources, en même temps que s’affine la délimitation des charges et que se dessine une sphère administrative38. Dans la masse des textes didactiques et politiques, pour beaucoup à portée morale, qui comprennent une réflexion sur l’office et les conseillers du prince, il est possible de distinguer un premier ensemble, autour de ce texte fondamental, car largement diffusé à la fin du Moyen Âge dans les milieux du pouvoir en Europe, le Policraticus de Jean de Salisbury39. Dans cette œuvre, l’acception du mot officium comprend deux notions, qui obligent son détenteur : une obligation morale et une obligation politique. L’office signifie à la fois la charge – charge administrative ou fonction politique – et le devoir vis-à-vis de la communauté et du prince40. Toutefois, la diffusion des œuvres d’Aristote modifie cette appréhension de l’office. Dès la seconde moitié du XIIIe siècle, la place de l’office et de l’officier dans la constitution politique est envisagée à l’aune de la pensée aristotélicienne. Comme l’écrit Frédérique Lachaud, « au-delà des prescriptions qui s’adressent à l’individu en tant qu’homme, l’officier est désormais considéré selon deux points de vue : en premier lieu, dans le contexte de la discussion des mérites respectifs des différents régimes politiques, en second lieu, sous l’angle du service du prince »41. Le De regno de Thomas d’Aquin42, le De regimine principum de Gilles de Rome développent ces deux thèmes. Ils deviennent au tournant des XIIIe et XIVsiècles des textes centraux de la littérature politique, tant en Angleterre qu’en France, au royaume de Naples ou encore dans les monarchies ibériques43. Importante a été l’influence de ces textes pour l’éducation des princes aux deux derniers siècles du Moyen Âge44. L’idée que le prince doit s’entourer de serviteurs sages, fidèles et compétents, est amplement soulignée dans ces écrits, afin que le gouvernement royal ne tombât pas du côté de la tyrannie. À cette fin, des critères de désignation et de contrôle des officiers voient le jour. Un droit des offices se développe45. Aux XIVe et XVe siècles, ce discours exigeant est largement diffusé, et il insiste sur l’intérêt supérieur de la chose publique et du bien commun qui doit animer officiers et conseillers dans l’exercice de leur fonction46. On sait quel impact ces textes ont eu sur la réflexion politique dans les cercles du pouvoir à certains moments – on pense, pour la France, au temps de Charles V et au début du règne de Charles VI, où la réflexion, sous l’effet de la traduction des œuvres d’Aristote en français par Nicole Oresme, de la pensée des juristes et des écrits des artiens et des politistes, a été particulièrement soutenue47. Dans la royauté angevine, la réflexion est également très présente, depuis la seconde moitié du XIIIe siècle – la matrice souabe et italienne n’est pas pour rien dans ce foisonnement –, et elle se lit dans les critères et les modalités de nomination à tel ou tel office48. On nous a rappelé combien ce discours sur l’office a pu se diffuser à Naples par le biais de la prédication dans l’entourage du roi Robert49. Mais, au-delà, il convient de scruter les échos de ce discours dans les sources normatives, telles les ordonnances et les statuts, ou encore les formulaires50. Dans le cas angevin, la chancellerie a su intégrer les summae dictaminis en provenance de la cour frédéricienne mais aussi de la chancellerie papale pour dire et qualifier le service princier. Benoît Grévin nous a éclairé sur cette dialectique de l’emprunt et du recyclage51.

  • 52 E. Nosova, Pour nous servir en ceste estat et office. Les nominations à la cour de Bourgogne dans (...)
  • 53 O. Mattéoni, Servir le prince. Les officiers des ducs de Bourbon à la fin du Moyen Âge, Paris, 199 (...)
  • 54 A. Jamme, Les contradictions du service pontifical. Procédures de nomination et raisons de l’offic (...)
  • 55 I. Lazzarini, La nomination des officiers dans les États italiens du bas Moyen Âge. Pour une histo (...)

12Dans cette production des chancelleries, les lettres de nomination constituent, quand elles ont été conservées, un matériau de choix, et je me permets de m’y arrêter un instant car elles sont souvent négligées, au motif qu’elles seraient stéréotypées. Or riches sont les indications qu’elles comportent : titulature de l’officier, titres universitaires quand il en possède, teneur du serment, surtout énumération des qualités censées être les siennes, mais qui correspondent en fait à celles attendues pour la charge envisagée. Un véritable discours sur l’office se déploie dans ces lettres. Sur le long terme, on constate que les clercs des chancelleries se sont efforcés d’y mieux définir les offices, en les ordonnançant et en les hiérarchisant par le biais notamment des qualités énumérées. Ainsi, dans les lettres de nomination conservées pour certains espaces – principautés bourguignonne52 et bourbonnaise53, par exemple, mais la même analyse a été faite pour les lettres de nomination des papes54, celles émises dans les États de l’Italie septentrionale55, et la proximité avec les Angevins pousse ici à la confrontation de la documentation –, le souci de la compétence est une préoccupation majeure, de plus en plus présente au fur et à mesure que l’on avance dans le temps. Le nombre des qualités augmente dans les lettres entre le XIVe et le milieu du XVe siècle : on passe de trois à six, sept, voire huit qualités, lesquelles renvoient plus volontiers à la science, à la technicité, au savoir, mais également à la prudence et aux vertus.

  • 56 F. Autrand, Offices et officiers royaux… cit., p. 285-338, et M. Pinet (dir.), Histoire de la fonc (...)

13Si le discours est une chose, il doit être confronté à la réalité, celle de la pratique de l’office. En France, ce discours est allé de pair avec la mise en place de règles qui, sans être encore totalement homogènes, ont contribué à donner aux agents de l’État royal une amorce de statut leur garantissant protection et stabilité56. Là encore, on ne peut que noter la concomitance avec l’effervescence de la réflexion politique, puisque ce sont les règnes de Charles V et de Charles VI qui ont été, sur ce point, imaginatifs et décisifs. Il en a été de même à l’évidence chez les Angevins, avec peut-être une plus grande précocité. Mais comment ce droit de l’office s’y est-il affirmé ? Et selon quelles modalités ? Ces deux questions doivent continuer de retenir l’attention.

  • 57 O. Mattéoni, “Plaise au roi”. Les requêtes des officiers en France à la fin du Moyen Âge, dans H.  (...)
  • 58 F. Autrand, Offices et officiers royaux… cit., p. 285-338.
  • 59 F. Autrand, Vénalité ou arrangements de familles : la résignation des offices royaux en France au (...)
  • 60 A. Barbero, Les châtelains des comtes, puis des ducs de Savoie en vallée d’Aoste (XIIIe-XVIe siècl (...)
  • 61 Cf., pour un exemple local, B. Guenée, Tribunaux et gens de justice dans le bailliage de Senlis à (...)
  • 62 Autre exemple, celui de la Franconie où la pratique de l’engagement est générale pour les offices (...)

14En parallèle, les pratiques de dévolution de l’office paraissent souvent en décalage avec les principes dans beaucoup d’espaces politiques. Si, pour les offices royaux, en France, l’élection a pu être pensée comme un mode de recrutement garantissant la compétence, elle ne dura qu’un temps – 1370-1420 –, et elle disparut ensuite pour ne plus réapparaître. L’autre mode de désignation, le plus usité, est l’impétration, qui consiste en la concession d’une lettre de don par le prince. Elle nécessite au préalable une requête par laquelle un impétrant demande au roi un office57. Ce mode de désignation n’offrait pas toutes les conditions d’objectivité et de qualité dans le choix des candidats retenus. Pression, désordre, faveur le caractérisent souvent comme le prouvent les nombreux procès58. Malgré les critiques, le procédé demeure, de même que les pratiques de dévolution par résignation, qui tendent à prendre de plus en plus d’importance au cours du XVe siècle. Or les recherches montrent que la résignation des offices cache souvent des affaires d’argent ou des « arrangements de famille »59. En bien des endroits, des offices sont attribués pour cautionner un prêt, voire pour acquitter une dette. En terre savoyarde, par exemple, les mutua super officiis sont enregistrés dans les comptes des trésoriers dès la seconde moitié du XIVe siècle. L’office est alors assimilé à un gage. Au XVe siècle, les ducs de Savoie se lamentent de ne pouvoir remplacer certains châtelains, au prétexte qu’ils n’ont pas les moyens de leur rembourser le prêt que ces derniers leur avaient concédé60. Quant à l’administration royale française, on sait que la vénalité – vénalité privée – y existe dès la seconde moitié du XIVe siècle pour quelques offices61. Où que l’on regarde, l’argent apparaît comme une composante de la dévolution des charges62. Il entre dans les relations entre le prince et les officiers d’une manière apparemment peu compatible avec le discours des théoriciens.

  • 63 A. Barbero, Les châtelains des comtes, puis des ducs de Savoie en vallée d’Aoste… cit., p. 168.
  • 64 A. Jamme, Les contradictions du service pontifical… cit., p. 78 et 79.
  • 65 E. Lecuppre-Desjardin, « Largesse ! » De la magnanimité féodale à la stratégie gouvernementale dan (...)
  • 66 O. Mattéoni, Office, pouvoir ducal et société politique dans la principauté bourbonnaise à la fin (...)

15La contradiction entre le discours et les pratiques paraît donc, au premier abord, flagrante. Sur la base de ce constat, convient-il pour autant, comme le suggère Alessandro Barbero, « de renverser […] un cliché suranné, en substituant au modèle weberien de l’État moderne et impersonnel, l’image […] d’un réseau impénétrable de clientèles et d’affaires, de clans familiaux et de privilèges locaux »63 ? Le constat s’applique en fait à tous les pouvoirs princiers et souverains. Au terme de son étude sur les lettres de constitution des officiers pontificaux au XIVe siècle, Armand Jamme s’interroge en ces termes : « Entre bon gouvernement des sujets et rétribution des fidélités, l’action du prince se résumerait-elle à concilier des orientations contradictoires » ? Et l’historien de poursuivre : « le problème ne se limite pas à une opposition entre discours et pratiques, entre des prétentions politiques clairement énoncées et d’implicites procédés de nomination et de gestion des offices qui en freineraient les effets […]. La contradiction que trahit le processus de désignation est finalement assez commune à l’ensemble des corps politiques du temps, écartelés qu’ils étaient entre le désir hautement affirmé de bon gouvernement, et donc de réforme, et la satisfaction des besoins des élites et des cercles dirigeants, structurés en réseaux hiérarchisés par des fidélités souvent multiples »64. Bref, insister ainsi sur le hiatus entre discours et pratique ne revient-il pas tout simplement à interroger ce que nous appelons la « modernité » de l’État à la fin du Moyen Âge ? Cette modernité, ne serait-elle pas ailleurs, à savoir dans cet équilibre parfois atteint où le prince et l’officier, chacun ayant ses propres intérêts, parviennent néanmoins à s’entendre pour les défendre au prix d’une collaboration qui n’est pas que factice ? L’attachement des élites locales, nobiliaires et bourgeoises, par le biais de l’office, relève d’une économie de la faveur qui est au cœur du fonctionnement des sociétés politiques tardo-médiévales65. Le monde angevin n’a pas échappé à cette tendance. Une telle interprétation conduit à sortir d’une lecture trop administrative et juridique de l’office, au profit d’une lecture plus anthropologique qui insiste sur les retombées du service princier pour l’officier et les siens. Elle a l’avantage de mieux éclairer la nature complexe des liens – revenus, distinction, pouvoir effectif et symbolique – qui unissent le détenteur d’un office à son maître66.


16L’office a été un élément de fidélisation des élites, à côté de la féodalité, mais aussi du contrat politique et d’autres formes de retenue. En retour, l’officier devait un service au prince. Or ce service a été, dans les terres angevines, comme ailleurs – avec peut-être une relative précocité en Provence et dans le Royaume au XIIIe siècle, mais il convient de ne pas omettre l’avance anglaise –, le terreau d’une culture bureaucratique. En effet, on peut postuler que le partage d’une culture commune, accessible à une partie des agents du pouvoir – les grands officiers, la « haute administration » – a pu aider à faire naître chez eux conscience de soi et sentiment identitaire. Ce point doit être étudié à l’aune de ce qu’étaient la réalité du travail administratif et le niveau de développement des institutions. Deux questions principales émergent, que je me contente juste d’évoquer.

  • 67 N. Coulet, Le personnel de la Chambre des comptes de Provence sous la deuxième maison d’Anjou (138 (...)
  • 68 Formations et cultures des officiers et de l’entourage des princes dans les territoires angevins…, (...)

17D’une part, celle de la formation. Beaucoup d’études prosopographiques, en premier lieu pour la Provence avec les cours de justice et la chambre des comptes d’Aix, et pour le Royaume avec la chancellerie et la Camera della Sommaria, ont montré que les juristes occupent une place de choix et croissante au sein du monde des officiers, qu’ils soient gradués de l’université ou seulement frottés de droit67. Cette question a été l’objet du colloque d’Angers qui s’est tenu un an avant celui de Saint-Étienne. La publication des actes nous en apprend désormais davantage68. Cela étant, la force des juristes ne doit pas faire oublier la formation sur le terrain, au contact des praticiens. Elle ne doit pas non plus éclipser ce que la formation impliquait en termes d’investissement pour les familles.

  • 69 Il existe une riche bibliographie sur cette question qui a été largement renouvelée ces dernières (...)
  • 70 Ainsi la Camera della Sommaria à Naples : R. Delle Donne, Burocrazia e fisco a Napoli tra XV e XVI(...)
  • 71 Sur cette notion de science de l’État, P. Bourdieu, O. Christin, P.-O. Will, Sur la science de l’É (...)

18La deuxième question a trait à la diffusion de cette culture et à son appropriation par les officiers. La mise en place et le renforcement de structures administratives développées, hiérarchisées et de plus en plus spécialisées – on le sait pour la Provence et le Royaume – a eu des conséquences sur le travail des agents du prince. Que l’on soit officier de finance, notaire et secrétaire de chancellerie, juge mage, l’action administrative ou judiciaire devait s’effectuer selon des règles précises, auxquelles les officiers devaient se plier. Ces règles furent définies dans les ordonnances royales ou princières, qui sont riches et nombreuses dans l’espace angevin pour le temps de Charles Ier, de Charles II ou encore de Robert. En matière de gestion, par exemple, les comptes devaient être tenus selon des normes précises que les officiers en charge du contrôle rappelaient aux officiers comptables quand ceux-ci les négligeaient. L’amélioration de la présentation des registres, ici et là, en Provence comme ailleurs, s’accompagna de retouches dans l’agencement de leur contenu qui aboutirent à une hiérarchisation des recettes et des dépenses, révélatrice de l’évolution des méthodes de travail et des conditions de l’exercice même de la charge comptable69. Bref, les tâches administratives ont été réglementées, et chaque fois qu’elles ont été affinées, c’est dans le sens d’une plus grande rigueur supposée. Partout s’impose une technicité du travail qui requérait de l’officier des compétences particulières, véritable savoir-faire dont les manuels para-professionnels, quand ils existent, gardent mémoire. Certaines institutions furent de puissants vecteurs de la rationalisation de la geste administrative. Ainsi les cours supérieures de justice, la chancellerie, les chambres des comptes ou leur équivalent70 : en leur sein s’est forgée la « science de l’État »71.

  • 72 Voir, dans ce volume, la contribution de J. Moreno.
  • 73 P. Contamine, La mémoire de l’État : les archives de la Chambre des comptes du roi à Paris au XVe  (...)
  • 74 J.-P. Genet, Conclusion, dans La France des principautés. Les Chambres des comptes… cit., p. 272. (...)

19Dans ces grandes institutions, mais aussi à des échelons inférieurs, incombait aux agents du prince une tâche fondamentale : la conservation des archives. Les officiers qui œuvraient à la chancellerie ou encore à la chambre des comptes – c’est le cas à Aix et à Angers – furent foncièrement des archivistes72. Des techniques de classement des archives virent le jour, qui n’étaient d’ailleurs pas toutes nouvelles, car elles empruntaient souvent aux ecclésiastiques. Ce faisant, il n’y avait pas là qu’une simple affaire de technique archivistique. C’est que les archives constituaient, pour reprendre la formule heureuse de Philippe Contamine, « la mémoire de l’État »73. Les archives étaient le socle de la légitimité princière. Le classement des pièces, chartes et autres registres en séries thématiques et topographiques, leur cotation selon un système élaboré de lettres et de chiffres, leur rangement ordonné dans des coffres, sacs et layettes conservés à l’intérieur de locaux protégés, contribuaient à donner aux territoires une « cohérence » qui faisait généralement défaut sur le terrain74.

  • 75 Voir notamment, dans ce volume, la contribution de H. Bresc.
  • 76 S. Kelly, The New Solomon : Robert of Naples (1309-1343) and Fourteenth-Century Kingship, Leyde-Bo (...)
  • 77 Cf., dans ce volume, l’exemple développé dans S. Pollastri.
  • 78 Dans le présent volume, se reporter aux présentations de A. Hartmann-Virnich, M.-P. Bonetti, H. Ha (...)
  • 79 Voir, dans ce volume, la contribution de L. Hablot.
  • 80 J.-P. Genet, Pouvoir symbolique, légitimation et genèse de l’État moderne, dans Id. (dir.), La lég (...)

20Cette pratique de l’office, ce travail en commun que partageaient les officiers dans les cours supérieures, ont-ils contribué, in fine, à l’émergence d’une culture politique propre ? C’était l’objet de la rencontre de Saint-Étienne. À la lecture des textes prononcés à cette occasion, on peut souligner que, dans l’espace angevin pris dans sa globalité, la définition du service princier était empreinte d’une haute densité. Appuyé sur le droit romain et soutenu par la force de la loi dont témoignent nombre de statuts et d’ordonnances organisant le fonctionnement de la justice et les contours des grandes institutions, le service du prince était ambitieux. Sans doute a-t-il eu auprès des officiers, ceux de la « haute administration », un poids et une charge qui engageaient75. Et ce d’autant que la conception du projet politique des Angevins, notamment de la première maison d’Anjou, fortement théologico-juridique76, demeurait très aristocratique77. En ce sens le projet parlait aux élites administratives et judiciaires. Des phénomènes d’imitatio dans le comportement en attestent, comme pour les commandes artistiques78 et le développement d’une emblématique partagée79. Des éléments incontestables montrent qu’il y a eu largement identification entre le positionnement des élites et les valeurs de la maison d’Anjou, dont la fonction unificatrice est sans doute à valoriser. Ils montrent aussi la force du pouvoir symbolique dans cette adhésion, et il y a ici un chantier à ouvrir, dans le sillage de la dernière enquête de Jean-Philippe Genet sur les « vecteurs de l’idéel », pour traquer les pratiques, les réalités matérielles et les signes à l’œuvre dans la construction de la croyance et le façonnement de l’imaginaire politique80.

  • 81 C. Carpenter, O. Mattéoni, Offices and officers, dans C. Fletcher, J.-P. Genet, J. Watts (dir.), G (...)
  • 82 B. Guenée, L’Occident aux XIVe et XVe siècles. Les États, 4e éd., Paris, 1991, p. 284 ; R. Fédou, (...)
  • 83 P. Bourdieu, De la maison du roi à la raison d’État. Un modèle de la genèse du champ bureaucratiqu (...)
  • 84 Comme l’atteste l’exemple des Baudricourt en Lorraine présenté dans ce volume. À compléter par L.  (...)
  • 85 G. Castelnuovo, Physionomie administrative et statut social des officiers savoyards au bas Moyen  (...)

21Reste un dernier point : chez les principaux officiers du prince, le service de l’« État » et l’attachement aux Anjou ont-ils débouché sur l’émergence d’une « identité officière » ? Le sujet est délicat. Dans d’autres entités politiques, voisines et contemporaines des espaces angevins, à commencer par le royaume de France et les états de l’Italie, l’idée selon laquelle il existerait une unique « identité officière » est à nuancer81. Ce sont davantage des « identités » auxquelles nous avons affaire, « identités » souvent complexes, de sorte que la constitution d’un « quatrième état », qui n’en est qu’à ses balbutiements, ne peut recouvrir qu’une sphère réduite d’officiers, qui ne se limite pas d’ailleurs à eux, mais englobe également les gens de savoir, que nombre d’officiers sont aussi82. Dire ainsi les choses, c’est finalement reconnaître qu’il n’y a pas de caractère rédhibitoire entre « mode de reproduction bureaucratique » et « mode de reproduction dynastique », pour reprendre une distinction bourdieusienne83. Compétence et fidélité, noblesse et service, pratique et savoir, n’apparaissent pas comme des binômes antinomiques au sein du monde des officiers84. Au contraire, en bien des endroits – ainsi dans la Savoie de Guido Castelnuovo –, « champ bureaucratique » et « champ dynastique » coexistent et se complètent85. L’axiome vaut-il pour les territoires angevins ? Les travaux de Saint-Étienne semblent pleinement le confirmer.

Notes

1 Rome, 1998 (Collection de l’École française de Rome, 245/Istituto storico per il Medio Evo, Nuovi studi storici, 45).

2 C.-M. de La Roncière, L’État angevin 1265-1340 : pouvoirs et sociétés dans le Royaume et le comté, bilan d’un colloque, p. 649-664, spécialement p. 659.

3 Ibid., p. 655.

4 N. Coulet, J.-M. Matz (dir.), La noblesse dans les territoires angevins à la fin du Moyen Âge, Rome, 2000 (Collection de l’École française de Rome, 275).

5 M.-M. de Cevins, J.-M. Matz (dir.), Formation intellectuelle et culture du clergé dans les territoires angevins (milieu du XIIIe-fin du XVe siècle), Rome, 2005 (Collection de l’École française de Rome, 349).

6 J.-P. Boyer, A. Mailloux, L. Verdon (dir.), La justice temporelle dans les territoires angevins aux XIIIe et XIVe siècles. Théories et pratiques, Rome, 2005 (Collection de l’École française de Rome, 354).

7 Z. Kordé, I. Petrovics, La diplomatie des États angevins aux XIIIe et XIVsiècles, Rome-Szeged, 2010.

8 Au sein d’une production scientifique très riche à laquelle a donné lieu cette vaste entreprise, citons, en lien avec la thématique du colloque de Saint-Étienne, Culture et idéologie dans la genèse de l’État moderne, Rome, 1985 (Collection de l’École française de Rome, 82) ; F. Autrand (dir.), Prosopographie et genèse de l’État moderne, Paris, 1986 (Collection de l’École normale supérieure de jeunes filles, 30) ; J.-P. Genet (dir.), L’État moderne : genèse. Bilans et perspectives, Paris, 1990 ; J.-P. Genet (dir.), L’État moderne et les élites, XIIIe-XVIIIe siècle. Apports et limites de la méthode prosopographique, Paris, 1996 ; W. Reinhard (dir.), Les élites du pouvoir et la construction de l’État en Europe, trad. fr., Paris, 1996 ; A. Padoa-Schioppa (dir.), Justice et législation, trad. fr., Paris, 2000.

9 C.-M. De La Roncière, L’État angevin 1265-1340… cit., p. 663-664.

10 À titre d’exemple : J.-L. Bonnaud, Un État en Provence. Les officiers locaux du comte de Provence au XIVe siècle (1309-1382), Rennes, 2007.

11 M.-E. Gautier (dir.), Splendeur de l’enluminure. Le roi René et les livres, Arles, 2009.

12 Sous la direction de J.-M. Matz et N.-Y. Tonnerre, Rennes, 2011.

13 P. Gilli, En guise de conclusion. Échec au roi !, p. 387-395, spécialement p. 388.

14 Voir, pour la Bourgogne, É. Lecuppre-Desjardin, Le royaume inachevé des ducs de Bourgogne (XIVe-XVsiècles), Paris, 2016, et pour l’espace des ducs de Bourbon, O. Mattéoni, Un prince face à Louis XI. Jean II de Bourbon, une politique en procès, Paris, 2012.

15 M. Senellart, Les arts de gouverner. Du regimen médiéval au concept de gouvernement, Paris, 1995.

16 Le dernier numéro, le volume 33, est paru en 2018. Pour une présentation du sommaire des volumes, cf. le site de Western Michigan University : https://wmich.edu/medievalpublications/journals/prosopography/past-volumes.

17 J.-P. Genet, N. Bulst (dir.), Medieval Lives and the Historian. Studies in Medieval Prosopography, Kalamazzo, 1986.

18 F. Autrand (dir.), Paris, 1986.

19 F. Autrand, Naissance d’un grand corps de l’État. Les gens du Parlement de Paris, 1345-1454, Paris, 1981.

20 F. Autrand, Y a-t-il une prosopographie de l’État médiéval ?, dans Prosopographie et genèse de l’État moderne… cit., p. 13-18.

21 Ibid., p. 14.

22 Ibid., p. 15.

23 J.-P. Genet, G. Lottes (dir.), Paris, 1996.

24 J.-P. Genet, Introduction, p. 9-16, spécialement p. 11.

25 N. Bulst, Objet et méthode de la prosopographie, p. 467-482.

26 Ibid., p. 473.

27 R. Rao, Introduzione. I grandi ufficiali territori angioini: dal bilancio storiografico alle prospettive di ricerca, dans R. Rao (dir.), Les grands officiers dans les territoires angevins/I grandi ufficiali nei territori angioini, Rome, 2017 (Collection de l’École française de Rome, 518/1), p. 27-41.

28 Impossible de citer ici tous les travaux de ces auteurs. On pourra retrouver une partie de la bibliographie dans les volumes des rencontres qui ont précédé celle de Saint-Étienne : Les grands officiers dans les territoires angevins… cit. ; S. Morelli (dir.), Périphéries financières angevines. Institutions et pratiques de l’administration sur des territoires composites (XIIIe-XVe siècle)/Periferie finanziarie angioine. Istituzioni e pratiche di governo su territori compositi (sec. XIII-XV), Rome, 2018 (Collection de l’École française de Rome, 518/2) ; I. Mathieu et J.-M. Matz (dir.), Formations et cultures des officiers et de l’entourage des princes dans les territoires angevins (milieu XIIIe-fin XVe siècle)/Percorsi di formazione e culture degli ufficiali e dell’entourage dei principi nei territori angioini (metà XIII -fine XV), Rome, 2019 (Collection de l’École française de Rome, 518/3).

29 Voir, dans le présent volume, la contribution de A. Tchounikine, M. Miquel, T. Pécou. À compléter par A. Tchounikine, M. Miquel, La base de données Europange. Un outil de travail collaboratif, dans Les grands officiers dans les territoires angevins… cit., p. 21-25.

30 . Élaborée à partir des 25 ordonnances d’hôtel et des plus de 5800 écrous des gages des hôtels des ducs de Bourgogne Philippe le Bon et Charles le Téméraire, la base livre des informations sur plus de 4500 personnes. Elle est accessible en ligne à l’adresse : http://burgundicae.heraudica.org/fmi/iwp/cgi?-db=Prosopographia%20Curiae%20Burgundicae&-loadframes. Le site Prosopographia Burgundica propose aussi une bibliothèque numérique qui permet d’accéder à des sources éditées (comptes de l’argenterie, catalogue d’actes, ordonnances de l’hôtel ducal) et à des études essentielles sur la cour de Bourgogne : http://www.prosopographia-burgundica.org/index.php.

31 La base de données Charles VI a pour objet de fournir des renseignements sur les personnes actives durant le règne de Charles VI (1380-1422). Elle est le produit d’un programme de recherche du LaMOP, débuté en 2001. La base de données a été mise en ligne en 2005. Selon la définition qu’en donne la page d’accueil, elle a pour but de recenser les personnes qui ont déjà été l'objet de recherches biographiques, afin de faciliter la coopération entre chercheurs, de faire connaître les corpus prosopographiques déjà constitués, et de signaler les sources déjà explorées. Elle est accessible à l’adresse suivante : https://www.vjf.cnrs.fr/charlesVI/accueil.php ?section =base.

32 T. Pécout, J.-L. Bonnaud, E. Csukovits, I. Mathieu, S. Morelli, R. Rao, Europange : les processus de rassemblements politiques. L’exemple de l’Europe angevine (XIIIe-XVe siècle), dans Les grands officiers dans les territoires angevins… cit., p. 9-20.

33 . R. Rao, Introduzione. I grandi ufficiali territori angioini… cit., p. 27-41, et S. Morelli, "Il furioso contagio delle genealogie". Spunti di storia politica e amministrativa per lo studio dei grandi ufficiali del Regno, dans Les grands officiers dans les territoires angevins… cit., p. 43-75.

34 P. Durrieu, Les archives angevines de Naples. Étude sur les registres du roi Charles Ier et Charles II d’Anjou (1265-1285), 2 vol. , Paris, 1886-1887 (BEFAR, 46) ; L. Cadier, Essai sur l’administration du royaume de Sicile sous Charles Ier et Charles II d’Anjou, Paris, 1991 (BEFAR, 59) ; S. Morelli, Le carte di Léon Cadier alla Bibliothèque nationale de France. Contributo alla ricostruzione della Cancelleria angioina, Rome, 2005 (Sources et documents d’histoire du Moyen Âge, 9) ; G. L. Borghese, Les registres de la chancellerie angevine de Naples. Un exemple de destruction et reconstitution de sources archivistiques à travers les siècles, dans Médiévales, 69, 2015, p. 171-182 (accessible en ligne : https://journals.openedition.org/medievales/7640#ftn13).

35 J.-P. Boyer, Conclusions. Définir une haute administration au Moyen Âge tardif, dans Les grands officiers dans les territoires angevins… cit., p. 321-373.

36 C. Loyseau, Cinq livres du droict des offices…, Paris, 1620.

37 F. Autrand, Offices et officiers royaux en France sous Charles VI, dans Revue Historique, 242, 1969, p. 285-338.

38 La réflexion qui suit est redevable au travail de F. Lachaud, L’éthique du pouvoir au Moyen Âge. L’office dans la culture politique (Angleterre, vers 1150-vers 1330), Paris, 2010 (Bibliothèque d’histoire médiévale, 3).

39 Sur la nature de cette œuvre monumentale et touffue, J. Barrau, Ceci n’est pas un miroir, ou le Policraticus de Jean de Salisbury, dans F. Lachaud, L. Scordia (dir.), Le Prince au miroir de la littérature politique de l’Antiquité aux Lumières, Rouen-Le Havre, 2007, p. 87-111.

40 F. Lachaud, L’éthique du pouvoir au Moyen Âge… cit., p. 187, 204 et 214-216.

41 Ibid., p. 221.

42 Sur le De regno, nouvelle édition et traduction de D. Caron, avec la collaboration de V. Decaix : Thomas d’Aquin, La royauté au roi de Chypre, Paris, 2017.

43 F. Lachaud, L’éthique du pouvoir au Moyen Âge… cit., p. 217-223.

44 J. Krynen, Idéal du prince et pouvoir royal en France à la fin du Moyen Âge (1380-1440). Étude de la littérature politique du temps, Paris, 1981 ; A. Boureau, Le prince médiéval et la science politique, dans R. Halévi (dir.), Le savoir du prince, du Moyen Âge aux Lumières, Paris, 2002, p. 25-50.

45 F. Lachaud, L’éthique du pouvoir au Moyen Âge… cit., p. 457-628 ; J. Kubler, Recherches sur la fonction publique sous l’Ancien Régime. L’origine de la perpétuité des offices royaux, Nancy, 1958.

46 J. Krynen, Idéal du prince et pouvoir royal en France… cit., p. 144-154. Sur la notion de bien commun, Pouvoir d’un seul et bien commun (VIe-XVIe siècle), dans Revue française d’histoire des idées politiques, 32, 2010, p. 227-413.

47 . F. Autrand, Offices et officiers royaux… cit., p. 285-338 ; Ead., Charles V le sage, Paris, 1994, p. 688-750.

48 Pour la nomination des officiers de Morée, les expensores castrorum ou les officiers des frontières du Royaume de Sicile, voir, dans le présent volume, les contributions de S. Sampsonis, M. Frisone et K. Toomaspoeg.

49 J.-P. Boyer, Parler du roi et pour le roi. Deux "sermons" de Barthélemy de Capoue, logothète du royaume de Sicile, dans Revue des sciences philosophiques et théologiques, 79, 1995, p. 193-248 ; Id., Prédication et État napolitain dans la première moitié du XIVe siècle, dans L’État Angevin. Pouvoir, culture et société… cit., p. 127-157 ; Id., Une théologie du droit. Les sermons juridiques du roi Robert de Naples et de Barthélemy de Capoue, dans C. Gauvard, F. Autrand, J.-M. Moeglin (dir.), Saint-Denis et la royauté. Mélanges offerts à Bernard Guenée, Paris, 1999, p. 649-659.

50 V. Niola, Les formulaires de la chancellerie angevine de Charles Ier à Jeanne Ire, dans Rives méditerranéennes. Réformer l'Église, réformer l'État : une quête de légitimité (XIe-XIVsiècle), 28, 2007, p. 57-91 (en ligne, revues.org : https://journals.openedition.org/rives/1203).

51 Cf. B. Grévin dans le présent volume. À compléter par Id., Rhétorique du pouvoir médiéval. Les Lettres de Pierre de La Vigne et la formation du langage politique européen (XIIIe-XVsiècle), Rome, 2008 (BEFAR, 339).

52 E. Nosova, Pour nous servir en ceste estat et office. Les nominations à la cour de Bourgogne dans les années 1460, mémoire de master II sous la dir. de O. Mattéoni, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2015.

53 O. Mattéoni, Servir le prince. Les officiers des ducs de Bourbon à la fin du Moyen Âge, Paris, 1998, p. 258-272 ; Id., Écriture et pouvoir princier. La chancellerie du duc Louis II de Bourbon (1356-1410), dans G. Castelnuovo, O. Mattéoni (dir.), De part et d’autre des Alpes (II). Chancelleries et chanceliers des princes à la fin du Moyen Âge, Chambéry, 2011, p. 137-178, et Écrire et signer à la chancellerie d’un contemporain de Jean de Berry, Louis II de Bourbon (1356-1410), dans O. Guyotjeannin, O. Mattéoni (dir.), Jean de Berry et l’écrit. Les pratiques documentaires d’un fils de roi de France, Paris, 2019, p. 159-185.

54 A. Jamme, Les contradictions du service pontifical. Procédures de nomination et raisons de l’office à travers la correspondance des papes et de leurs vicaires généraux, dans A. Jamme, O. Poncet (dir.), Offices et papauté (XIVe-XVIIe siècle). Charges, hommes, destins, Rome, 2005 (Collection de l’École française de Rome, 334), p. 29-92.

55 I. Lazzarini, La nomination des officiers dans les États italiens du bas Moyen Âge. Pour une histoire documentaire des institutions, dans Bibliothèque de l’École des chartes, 195, 2001, p. 389-412.

56 F. Autrand, Offices et officiers royaux… cit., p. 285-338, et M. Pinet (dir.), Histoire de la fonction publique en France, t. 1, P. Riché, E. Bournazel, F. Autrand, Des origines au XVe siècle, Paris, 1993, p. 386-425.

57 O. Mattéoni, “Plaise au roi”. Les requêtes des officiers en France à la fin du Moyen Âge, dans H. Millet (dir.), Requêtes et suppliques. Le gouvernement par la grâce en Occident (XIIe-XVe siècle), Rome (Collection de l’École française de Rome, 310), 2003, p. 281-296.

58 F. Autrand, Offices et officiers royaux… cit., p. 285-338.

59 F. Autrand, Vénalité ou arrangements de familles : la résignation des offices royaux en France au XVe siècle, dans Ämterhandel im Spätmittelalter und im 16. Jahrundert, I. Mieck (dir.), Berlin, 1984, p. 69-81.

60 A. Barbero, Les châtelains des comtes, puis des ducs de Savoie en vallée d’Aoste (XIIIe-XVIe siècle), dans G. Castelnuovo, O. Mattéoni (dir.), De part et d’autre des Alpes. Les châtelains des princes à la fin du Moyen Âge, Paris, 2006 (Histoire ancienne et médiévale, 88), p. 167-175, spécialement p. 167-168 ; aussi G. Castelnuovo, Physionomie administrative et statut social des officiers savoyards au bas Moyen âge : entre le prince, la ville et la seigneurie (XIVe-XVe siècle), dans Les serviteurs de l’État au Moyen Âge. XXIXe Congrès de la SHMESP, Paris, 1999 (Histoire ancienne et médiévale, 57), p. 181-192, spécialement p. 189-190, qui rappelle que la pratique est critiquée dans les mémoriaux et tue dans les Decreta.

61 Cf., pour un exemple local, B. Guenée, Tribunaux et gens de justice dans le bailliage de Senlis à la fin du Moyen Âge (vers 1380-vers 1550), Paris, 1963, p. 170-175.

62 Autre exemple, celui de la Franconie où la pratique de l’engagement est générale pour les offices territoriaux : J. Morsel, À quoi sert le service de l’État ? Carrières, gains, attentes et discours dans l’aristocratie franconienne à la fin du Moyen Âge, dans Les serviteurs de l’État au Moyen Âge… cit., p. 229-247, spécialement p. 237-240.

63 A. Barbero, Les châtelains des comtes, puis des ducs de Savoie en vallée d’Aoste… cit., p. 168.

64 A. Jamme, Les contradictions du service pontifical… cit., p. 78 et 79.

65 E. Lecuppre-Desjardin, « Largesse ! » De la magnanimité féodale à la stratégie gouvernementale dans les sociétés d’Ancien Régime, dans Revue du Mauss, Anthropologie(s) du don, 52, 2018, p. 132-148.

66 O. Mattéoni, Office, pouvoir ducal et société politique dans la principauté bourbonnaise à la fin du Moyen Âge, dans Le duché de Bourbon, des origines au connétable, Saint-Pourçain-sur-Sioule, 2001, p. 35-46 (repris dans Id., Institutions et pouvoirs en France, XIVe-XVe siècle, Paris, 2010, p. 33-51) ; G. Castelnuovo, Société, politique et administration dans une principauté du bas Moyen Âge. Les officiers savoyards et le Cheshire Cat, dans E. Savoie (dir.), Les noms que l’on se donne. Processus identitaire, expérience commune, inscription publique, Paris, 2001, p. 121-136.

67 N. Coulet, Le personnel de la Chambre des comptes de Provence sous la deuxième maison d’Anjou (1381-1481), dans P. Contamine, O. Mattéoni (dir.), La France des principautés. Les Chambres des comptes, XIVe et XVe siècles, Paris, 1996, p. 135-148 ; J.-P. Boyer, Le droit civil entre studium et cour de Naples : Barthélemy de Capoue et son cercle, dans La justice temporelle dans les territoires angevins aux XIIIe et XIVe siècles… cit., p. 47-82. Sur la part des gradués dans l’entourage de René II, cf. dans ce volume, la contribution de H. Schneider.

68 Formations et cultures des officiers et de l’entourage des princes dans les territoires angevins…, cit.

69 Il existe une riche bibliographie sur cette question qui a été largement renouvelée ces dernières années. Pour un aperçu de ce renouvellement : O. Mattéoni, P. Beck (dir.), Classer, dire, compter. Discipline du chiffre et fabrique d’une norme comptable à la fin du Moyen Âge, Paris, 2015, et T. Pécout (dir.), De l’autel à l’écritoire. Genèse des comptabilités princières en Occident, Paris, 2017 (Romanité et modernité du droit).

70 Ainsi la Camera della Sommaria à Naples : R. Delle Donne, Burocrazia e fisco a Napoli tra XV e XVI secolo. La Camera della Sommaria e il Repertorium alphabeticum solutionum fiscalium Regni Siciliae Cisfretanae, Florence, 2012. Voir, dans ce volume, la contribution de C. Andenna.

71 Sur cette notion de science de l’État, P. Bourdieu, O. Christin, P.-O. Will, Sur la science de l’État, dans Actes de la recherche en sciences sociales. Genèse de l’État moderne, 133, juin 2000, p. 3-9, et É. Anheim, Culture de cour et science de l’État dans l’Occident du XIVe siècle, ibid., p. 40-47.

72 Voir, dans ce volume, la contribution de J. Moreno.

73 P. Contamine, La mémoire de l’État : les archives de la Chambre des comptes du roi à Paris au XVe siècle, dans Media in Francia. Recueil de mélanges offerts à Karl-Ferdinand Werner, Maulévrier, 1989, p. 85-100 (repris dans Id., Des pouvoirs en France, 1300-1500, Paris, 1992, p. 237-250).

74 J.-P. Genet, Conclusion, dans La France des principautés. Les Chambres des comptes… cit., p. 272. Exemples de classements d’archives : J. Richard, Les archives et les archivistes des ducs de Bourgogne dans le ressort de la Chambre des comptes de Dijon, dans Bibliothèque de l’École des chartes, 105, 1944, p. 123-168 ; P. Rück, L’ordinamento degli archivi ducali di Savoia sotto Amedeo VIII (1398-1451), Rome, 1977 ; O. Guyotjeannin, Y. Potin, La fabrique de la perpétuité. Le Trésor des chartes et les archives du royaume (XIIIe-XIXe siècle), dans Revue de synthèse, 125, 2004, p. 15-44 ; Y. Potin, L’État et son trésor. La science des archives à la fin du Moyen Âge, dans Actes de la recherche en sciences sociales, 133, juin 2000, p. 48-52 ; O. Mattéoni, La conservation et le classement des archives dans les Chambres des comptes de la principauté bourbonnaise à la fin du Moyen Âge, dans La France des principautés. Les Chambres des comptes… cit., p. 65-81 (repris dans Id., Institutions et pouvoirs en France… cit., p. 170-186).

75 Voir notamment, dans ce volume, la contribution de H. Bresc.

76 S. Kelly, The New Solomon : Robert of Naples (1309-1343) and Fourteenth-Century Kingship, Leyde-Boston, 2003, et Justice in the Sermons of Robert of Naples (1309-1343), dans La justice temporelle dans les territoires angevins aux XIIIe et XIVe siècles… cit., p. 31-45 ; J.-P. Boyer, Sapientis est ordinare. La monarchie de Sicile-Naples et Thomas d’Aquin (de Charles Ier à Robert), dans Formation intellectuelle et culture du clergé dans les territoires angevins… cit., p. 277-312, et Id., Une théologie du droit. Les sermons juridiques du roi Robert de Naples et de Barthélemy de Capoue… cit., p. 649-659.

77 Cf., dans ce volume, l’exemple développé dans S. Pollastri.

78 Dans le présent volume, se reporter aux présentations de A. Hartmann-Virnich, M.-P. Bonetti, H. Hansen et N. Molina, P. Leone de Castris, R. Rao, P. Terenzi et M. Ferrari.

79 Voir, dans ce volume, la contribution de L. Hablot.

80 J.-P. Genet, Pouvoir symbolique, légitimation et genèse de l’État moderne, dans Id. (dir.), La légitimité implicite, 2, vol. , Paris-Rome, 2015 (Histoire ancienne et médiévale, 135/1-Collection de l’École française de Rome, 485/1), t. 1, p. 9-47. Plusieurs volumes de cette enquête sont déjà parus. Parmi eux, signalons P. Boucheron, J.-P. Genet (dir.), Marquer la ville. Signes, traces, empreintes du pouvoir (XIIIe-XVIe siècle), Paris-Rome, 2013 (Histoire ancienne et médiévale, 124/8 ; Collection de l’École française de Rome, 485/8) ; P. Ventrone, L. Gaffuri (dir.), Images, cultes, liturgies. Les connotations politiques du message religieux, Paris-Rome, 2013 (Histoire ancienne et médiévale, 126/5 ; Collection de l’École française de Rome, 485/5) ; J.-P. Genet, E. I. Mineo (dir.), Marquer la prééminence sociale, Paris-Rome, 2014 (Histoire ancienne et médiévale, 127/6-Collection de l’École française de Rome, 485/6) ; J.-P. Genet (dir.), La vérité. Vérité et crédibilité : construire la vérité dans le système de communication de l’Occident (XIIIe-XVIIe siècle), Paris-Rome, 2015 (Histoire ancienne et médiévale, 128/2 ; Collection de l’École française de Rome, 485/2).

81 C. Carpenter, O. Mattéoni, Offices and officers, dans C. Fletcher, J.-P. Genet, J. Watts (dir.), Government and Political Life in England and France, c. 1300-c. 1500, Oxford, 2015, p. 78-155, spécialement p. 110-111 ; F. Leverotti, Premessa, dans Ead. (dir.), Gli officiali negli Stati italiani del Quattrocento, Pise, 1997, spéc. p. XVI-XVII.

82 B. Guenée, L’Occident aux XIVe et XVe siècles. Les États, 4e éd., Paris, 1991, p. 284 ; R. Fédou, Les hommes de loi lyonnais à la fin du Moyen Âge. Étude sur les origines de la classe de robe, Paris, 1964 ; J. Verger, Les gens de savoir en Europe à la fin du Moyen Âge, Paris, 1997, p. 217-224.

83 P. Bourdieu, De la maison du roi à la raison d’État. Un modèle de la genèse du champ bureaucratique, dans Actes de la recherche en sciences sociales. Genèse de l’État moderne, 118, juin 1997, p. 55-68, spécialement p. 61.

84 Comme l’atteste l’exemple des Baudricourt en Lorraine présenté dans ce volume. À compléter par L. Dauphant, dans ce volume.

85 G. Castelnuovo, Physionomie administrative et statut social des officiers savoyards au bas Moyen Âge… cit., p. 181-192, spécialement p. 188.

© Publications de l’École française de Rome, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter