Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Marie-René de La Blanchère: dalle terre pontine all’Africa romana

 | 
Stéphane Bourdin
, 
Alessandro Pagliara

La Blanchère en Afrique du Nord

Anne-Florence Baroni

Résumé

La carrière de Marie-René du Coudray de La Blanchère (1853-1896) en Tunisie et en Algérie illustre la manière dont la France a organisé la protection du patrimoine dans l’Afrique du Nord coloniale. La Blanchère est d’abord arrivé à Alger comme enseignant en 1881. Il est envoyé en Tunisie en 1885 par Xavier Charmes, Secrétaire général du ministère de l’Instruction publique, afin de réglementer la conservation des monuments historiques et des vestiges archéologiques. Premier directeur du Service des Antiquités de Tunisie, il a été le principal artisan de la législation sur la protection du patrimoine en Tunisie et le créateur du musée du Bardo (Tunis). Ses succès en Tunisie ont conduit le ministère à élargir sa mission à l’Algérie, comme chef de la mission d’Afrique du Nord (1890) et inspecteur des bibliothèques et musées d’Algérie et de Tunisie (1892). La politique mise en œuvre par La Blanchère en Tunisie, étendue à l'Algérie puis au Maroc, a seulement été adoptée en France au début des années 1940.

The career of Marie-René du Coudray de La Blanchère (1853-1896) in Tunisia and Algeria illustrates how France organized the heritage protection in colonial North Africa. La Blanchère first arrived in Algiers as a teacher in 1881. He was sent in Tunisia in 1885 by Xavier Charmes, General Secretary of the Ministry of Public Instruction, in order to systematize the conservation of historic monuments and archeological remains. First director of the Tunisian Antiquities Service, he was the main architect of the heritage protection legislation in Tunisia and the creator of the Bardo museum (Tunis). His success in Tunisia led the Ministry to expand his mission to Algeria, as head of the Mission d'Afrique du Nord (1890) and Inspector for libraries and archaeological museums in Algeria and Tunisia (1892). The policy implemented by La Blanchère in Tunisia, extended to Algeria and later to Morocco, was adopted in France only in the early 1940s.

Note de l’auteur

Mes plus vifs remerciements vont à Myriam Bacha, dont les travaux sont essentiels pour le sujet et qui a accepté de relire ce travail.

Texte intégral

  • 1 Cagnat 1897b, p. 122 sq.
  • 2 La Blanchère 1883b [= La Blanchère n°24]. Cagnat 1897b, p. 123. Également Février 1989, p. 58-59.
  • 3 La Blanchère 1883a [= La Blanchère n°23].
  • 4 Cagnat 1897b.
  • 5 Voir par exemple Camps 1995.
  • 6 La Blanchère 1881b [= La Blanchère n°9], La Blanchère 1881a [= La Blanchère n°6], La Blanchère 188 (...)
  • 7 Bacha 2013, p. 14.

1Normalien, agrégé d’histoire, membre de l’École française de Rome de 1878 à 1881, Marie René du Coudray de La Blanchère (1853-1896) arrive en Afrique du Nord en 1881 comme professeur de géographie en Algérie. À sa sortie de l’École française de Rome, il choisit en effet d’enseigner à l’École supérieure des lettres d’Alger1, créée l’année précédente. Durant cette période, il parcourt l’Algérie, et en particulier le département d’Oran, dont l’exploration archéologique est rapportée dans son Voyage d’étude dans une partie de la Maurétanie Césarienne, que Cagnat jugeait le meilleur mémoire de La Blanchère2 ; il écrit également sa thèse latine sur le roi Juba II3 et fonde avec Émile Masqueray le Bulletin de Correspondance africaine, où sont publiées les découvertes archéologiques faites par les Européens dans le pays et où paraissent ses propres travaux4. Toutefois, si La Blanchère a profité de son séjour pour livrer de précieuses descriptions des monuments antiques5 et écrire quelques ouvrages scientifiques sur la région, ces derniers n’ont pas bénéficié de la même reconnaissance que ses travaux précédents sur Terracine et les marais pontins6. L’œuvre de La Blanchère en Afrique du Nord est surtout administrative : nommé en Tunisie par le ministère de l’Instruction publique en 1885, il reçoit pour mission d’organiser la conservation des monuments historiques sur le territoire du protectorat français récemment instauré. Premier directeur du service des Antiquités de Tunisie dont il est le fondateur, créateur du musée du Bardo, il définit la politique de sauvegarde du patrimoine du pays7. À partir de 1890, grâce au succès de sa mission en Tunisie et devant la situation catastrophique des musées et des vestiges de l’Antiquité en Algérie, le ministère de l’Instruction publique le nomme à un poste qui lui permet de garder la tutelle sur son ancien service tunisien et étend ses compétences à l’Algérie. Il exerce ces fonctions jusqu’à sa mort en 1896, à l’âge de 43 ans.

  • 8 Bacha 2013, p. 13 ; Gutron 2010, p. 27-28 avec la bibliographie.
  • 9 Arrêté du 18 décembre 1884 signé par le ministre de l’Instruction publique Armand Fallières, publi (...)
  • 10 Sur le rôle de l’École supérieure des lettres d’Alger, Gran-Aymerich 1998, p. 241-244 (repris dans (...)
  • 11 L’expérience de Jérôme Carcopino en Algérie a nettement influencé l’élaboration de la législation (...)

2S’intéresser à La Blanchère pendant ses années africaines présente un double intérêt historique. D’une part, l’étude de son action participe au débat, qui n’est pas encore tranché, visant à déterminer si les services des antiquités ont été des instruments du pouvoir colonial8. À cette époque en effet, la France se pose en héritière de Rome en Afrique et les vestiges de la présence romaine légitiment la colonisation française. Les recherches historiques et archéologiques sont également des aspects de la compétition entre puissances européennes. D’autre part, la carrière africaine de La Blanchère illustre la manière dont la France a organisé la gestion des antiquités au Maghreb. D’abord enseignant à Alger, La Blanchère, fondateur du Bulletin de correspondance africaine, membre de la Commission créée en 1884 au sein du Comité des travaux historiques et scientifiques pour veiller à la publication des documents découverts en Tunisie9, illustre en premier lieu le rôle tenu à cette époque par les jeunes professeurs : dans leur grande majorité anciens élèves de l’École normale supérieure de Paris et anciens membres de l’École française de Rome, les enseignants en poste en Algérie deviennent les interlocuteurs privilégiés des institutions scientifiques françaises10. De plus, La Blanchère témoigne du parallèle établi par la puissance coloniale dans l’organisation des antiquités en Algérie et en Tunisie, malgré les situations administratives différentes des deux pays. En effet, alors que l’Algérie, conquise en 1830, est une colonie, administrée directement par la France, la Tunisie est un protectorat depuis 1881 seulement – soit trois ans avant la nomination de La Blanchère en Tunisie. Maintenu au pouvoir, le bey est officiellement toujours à la tête de la Tunisie ; il continue donc de disposer de sa propre administration – avec laquelle La Blanchère collabore d’ailleurs étroitement – et en théorie, pour les affaires internes, d’une relative autonomie. Le gouvernement français est représenté en Tunisie par le résident général qui détient de façon effective le pouvoir et défend les intérêts de la France. Le parcours de La Blanchère, d’abord chargé de créer et d’organiser le Service des Antiquités de Tunisie, avant d’être nommé inspecteur des bibliothèques et musées archéologiques d’Algérie et de Tunisie, signale les étapes de la politique française de conservation des antiquités au Maghreb : nourrie par les échecs constatés en Algérie, cette politique a d’abord été élaborée en Tunisie, dès les lendemains de l’établissement du protectorat ; elle a été ensuite étendue à l’Algérie, avant d’être adoptée au Maroc et, beaucoup plus tard, en France, avec les lois Carcopino11. C’est essentiellement grâce à son rôle d’artisan dans la mise au point de cette politique que l’œuvre de La Blanchère en Afrique mérite une attention particulière.

  • 12 Voir par exemple Bacha 2006.
  • 13 Les critiques sévères de Wilmanns et Schmidt sont relayées et traduites en français : Wilmanns – T (...)
  • 14 Bacha 2013, p. 81-84, p. 88.

3La Blanchère est nommé en Tunisie en 1885 pour organiser un service archéologique. Cette nomination, en accord avec le résident général, est l’œuvre de Xavier Charmes. Ce dernier, directeur du secrétariat général du Ministère de l’Instruction publique, membre de l’Institut, est alors l’homme qui définit la politique extérieure de la France dans le domaine de l’archéologie12. La nomination de La Blanchère intervient dans un contexte nouveau de prise en compte par les autorités françaises, depuis le début des années 1880, de la nécessité d’intervenir en faveur de la conservation des vestiges archéologiques dans les pays colonisés, mais aussi de mieux organiser le traitement des informations scientifiques. La situation est en effet alarmante, principalement en Algérie, mais aussi en Tunisie. Depuis les années 1870, de nombreuses protestations s’élèvent, en France comme à l’étranger (en particulier de la part des responsables de la collecte des inscriptions pour le tome huit du Corpus Inscriptionum Latinarum édité par l’Académie de Berlin, G. Wilmanns en 1873 et dix ans plus tard, J. Schmidt), pour dénoncer les destructions dont sont responsables l’armée et les colons en Algérie, la disparition des inscriptions collationnées et l’état de ruine des musées locaux13. En Tunisie, les fouilles sont généralement entreprises par des militaires français qui représentent une main d’œuvre abondante mais peu formée. Une grande partie des fouilles alimente la constitution de collections privées. Les destructions sont quotidiennes, aussi bien pour les vestiges de l’Antiquité que pour les monuments de la période islamique. En outre, les résultats des fouilles et des nouvelles découvertes ne sont pas recensés efficacement14.

  • 15 Leclant 2001 ; Oulebsir 2004, p. 180.
  • 16 Bacha 2013, p. 90  sq.
  • 17 Gran-Aymerich 1998, p. 239 sq. (repris dans Gran-Aymerich 2007).
  • 18 Cagnat 1897b ; Cagnat – Saladin 2005 (avec la préface de F. Baratte) ; Desanges 1999, p. 16 ; Gran (...)

4Après le traité du Bardo de 1881 et l’instauration du protectorat sur la Tunisie, les autorités françaises manifestent une volonté de résoudre ces problèmes pour l’ensemble de l’Afrique du Nord colonisée. Parmi les initiatives prises afin d’éviter la reproduction des erreurs commises en Algérie, on compte la création en 1882, au sein de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (AIBL), d’une Commission pour l’Afrique du Nord15. Les principaux membres de cette commission, présidée par l’épigraphiste Léon Renier, éditeur en 1855 des Inscriptions romaines de l’Algérie, rédigent de fréquents rapports sur les découvertes réalisées dans les territoires sous domination française. De plus, l’AIBL influence considérablement les décisions de Xavier Charmes au ministère de l’Instruction publique16. Or, lorsque le résident général Cambon réclame un délégué qui pourrait consacrer son temps à remédier aux problèmes des autorisations de fouilles et de la centralisation des informations scientifiques en Tunisie, le choix de X. Charmes se porte sur La Blanchère. Cette désignation s’explique sans doute par les liens de La Blanchère avec le milieu des savants de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. La Blanchère est en effet un élève d’Ernest Desjardins, lui-même disciple de Renier17, qui fait partie de la Commission de l’Afrique du Nord. La Blanchère est également depuis sa khâgne parisienne et sa scolarité à l’École normale supérieure un camarade de l’épigraphiste René Cagnat, autre élève de Desjardins, envoyé en mission par le ministère de l’Instruction publique pour mener l’exploration scientifique de la Régence en 1881 et 1882-188318.

  • 19 Gutron 2010, p. 28.

5En Tunisie, La Blanchère est délégué par le ministère de l’Instruction publique auprès des autorités beylicales et du résident général afin de centraliser les découvertes, d’inventorier et d’organiser la protection des monuments. Le travail de La Blanchère se fait sous l’autorité des institutions parisiennes, c’est-à-dire du ministère de l’Instruction publique et de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, mais ses propres initiatives sont fondamentales19. Sa contribution est particulièrement déterminante dans l’instauration d’une législation spécifique pour l’inventaire et la protection des monuments et des antiquités comme dans la création du musée du Bardo. Son action se déroule dans le cadre du Service des Antiquités de Tunisie, instrument de cette politique de conservation dont il est à la fois le créateur et le premier directeur.

Le Service des Antiquités de Tunisie et la mise en place d’une législation de protection du patrimoine

  • 20 Le service est renommé en 1886 Service des Antiquités et Beaux-Arts, sous la pression de Xavier Ch (...)

6Un mois après la nomination de La Blanchère en Tunisie, le décret beylical du 8 mars 1885 crée le Service des Antiquités, Beaux-Arts et monuments historiques, et nomme du même coup La Blanchère comme directeur de ce service20. La Blanchère est donc placé sous une double tutelle : celle du ministère de l’Instruction publique pour centraliser les travaux des savants envoyés par la France, et celle de la résidence générale à Tunis, dont il dépend en tant que directeur d’un service beylical. Les deux institutions de tutelle co-financent d’ailleurs le service.

  • 21 Bacha 2006, p. 130 ; Bacha 2013, p. 93.
  • 22 La Blanchère 1895 a [= La Blanchère n°71] ; Golvin – Khanoussi 2005, p. 104 ; Bacha 2013, p. 111.

7La première tâche du directeur du Service des Antiquités est l’organisation du service lui-même. La Blanchère recrute le personnel et part en tournée pour dresser l’inventaire des monuments et vestiges du pays. En raison d’un budget extrêmement limité, il inaugure seulement quelques chantiers de fouille de faible envergure. Pour financer ses explorations, il a l’idée avec le résident général Justin Massicault, en poste à partir de 1886, de demander des subventions aux particuliers et aux grandes villes de France. En échange, les donateurs recevront des moulages, des fac-similés et des estampes d’une partie des objets découverts durant les fouilles21. C’est essentiellement la Ville de Paris qui répond à l’appel. Ce mode de financement original, qui ne sera pas reconduit, permet notamment d’ouvrir des fouilles à Gafsa, Tabarka, Bulla Regia et Sousse. Néanmoins, en raison du peu de temps et d’argent que La Blanchère a pu consacrer aux fouilles, son action dans le domaine archéologique reste modeste. Elle permet par exemple de déblayer le temple de Junon Caelestis à Dougga à partir de 1894 ou de restaurer les édifices exceptionnels mais menacés que sont l’amphithéâtre d’El Djem et le Capitole de Dougga22.

  • 23 Bacha 2006, p. 127 ; Bacha 2013, p. 95, 97-100.
  • 24 Bacha 2013, p. 134-135, 137-139.
  • 25 Bacha 2013, p. 101.
  • 26 Bacha 2013, p. 114-116.

8Le principal apport de La Blanchère à la tête du service des Antiquités tunisiennes est la mise en place d’une législation de protection du patrimoine, le décret beylical du 7 mars 188623, et du premier inventaire des monuments du pays. Le décret de 1886, dont La Blanchère est le principal artisan, est un texte novateur qui présente une grande différence avec la loi française, préparée depuis 1876 et publiée en 1887 : tandis que la loi française respecte le droit de propriété et exige l’accord du propriétaire pour classer un bâtiment monument historique, le décret tunisien prévoit au contraire le classement d’office sans accord du propriétaire. Le décret a pour but de protéger tous les monuments présentant un intérêt pour l’art et pour l’histoire, mais accorde une place privilégiée aux vestiges antiques. Afin d’empêcher les destructions quotidiennement constatées, le texte prévoit le classement, et donc la conservation, des biens immeubles, mais aussi la protection des objets d’art et d’antiquité mobiliers : leur destruction ou leur dégradation est punie par le versement de dommages et intérêts, et dans le cas des objets mobiliers, il est interdit de les faire sortir du pays sans autorisation du directeur des Antiquités. Les inscriptions sont considérées comme des monuments susceptibles d’être classés. Le décret fixe également la pratique des fouilles et le statut des découvertes. Tout travail sur les vestiges antiques doit être soumis à l’autorisation du directeur des Antiquités et des arts. Le décret confère ainsi au service créé par La Blanchère la charge de gérer le patrimoine du pays ; il vise à favoriser la constitution de fonds publics et à contrer le développement des collections privées. La Blanchère a donc créé un outil efficace pour la sauvegarde des monuments tunisiens. Celui-ci sera pourtant essentiellement mis en œuvre par son successeur, Georges Doublet, nommé fin 189024, car La Blanchère ne lance une procédure de classement qu’à la fin de son séjour en Tunisie25. Vingt-six monuments sont concernés, la plupart connus des voyageurs qui ont visité la Régence avant le protectorat ; on peut citer parmi eux ceux de Dougga, Sicca Veneria, ou encore le nymphée et la porte romaine de Zaghouan. La Blanchère s’est en effet consacré essentiellement à l’inventaire archéologique du pays. Pour ce travail préalable nécessaire au classement des vestiges, il bénéficie de la collaboration fructueuse de la Brigade topographique de Tunisie, le service géographique de l’armée : les militaires relèvent l’emplacement des vestiges et des inscriptions et fournissent à La Blanchère des comptes rendus assortis de descriptions détaillées, accompagnées d’estampages d’inscriptions, de dessins et plus tard de photographies. Une partie des rapports fournis par les officiers sont publiés dans les organes du ministère comme les Archives des missions scientifiques ou le Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques26.

Le créateur du musée du Bardo

  • 27 Bacha 2013, p. 101
  • 28 Voir Cagnat 1897a ; Jaïdi 2001 ; Bacha 2013, p. 52 ; Gutron 2010, p. 32.
  • 29 Bacha 2013, p. 74.

9Toutefois, l’activité qui a le plus occupé le premier directeur du Service des Antiquités est la création d’un musée archéologique, le musée du Bardo27. Le projet de création d’un musée des antiquités à Tunis est antérieur à l’arrivée de La Blanchère dans le pays28. Les tentatives avortées sont au nombre de trois ; elles présentent l’intérêt d’avoir constitué le premier noyau des collections du musée. Le premier projet, celui de Mohammed, fils du ministre du bey Moustapha Khaznadar, formé dans les lycées français, ne survit pas à l’éviction du ministre. La deuxième tentative est élaborée par le successeur de Moustapha Khaznadar, Khereddine Pacha, premier ministre réformateur de 1873 à 1877. Son projet s’inscrit dans une vaste entreprise de modernisation de la Tunisie, aussi bien dans le domaine institutionnel que dans celui de l’éducation et de la culture. Enfin, lors de sa mission en Tunisie commandée par X. Charmes, René Cagnat propose également de créer un musée pour les objets qu’il a découverts29 ; grâce à l’intervention de Cagnat auprès de Roustan, le résident de France, le bey offre à la France les vestiges rassemblés par Khereddine Pasha quand il était premier ministre. Cagnat se fait octroyer une maison par le bey, qui dans son esprit devait servir de point de départ à un futur musée.

  • 30 Cagnat 1897a ; Bacha 2013, p. 104.
  • 31 Créée en 1882, le service est chargé, entre autres, d’entretenir les bâtiments appartenant à la Ré (...)

10Finalement, l’impulsion décisive est donnée par la nomination de La Blanchère en Tunisie. Dédié à toutes les périodes de l’histoire, le musée est créé dès 1885 afin d’offrir un cadre pour protéger les œuvres. Le premier souci est de trouver un lieu apte à accueillir les collections. Le choix se porte sur l’ancien harem de Mohammed-Bey30, situé à cinq kilomètres de Tunis, abandonné depuis 1859 et largement en ruine. Après la cession du bâtiment par le bey, La Blanchère participe à l’aménagement du musée tandis que la restauration est confiée à la direction des Travaux publics31.

  • 32 Bacha 2013, p. 109-110. Cagnat 1897a.
  • 33 Bacha 2013, p. 103. Sur l’appropriation par la France des antiquités tunisiennes et algériennes, v (...)
  • 34 Gutron 2010, p. 101.
  • 35 Bacha 2013, p. 114.
  • 36 Cagnat 1896, p. 564 et Cagnat 1897 a, p. 3-5 cite par exemple les ingénieurs du chemin de fer Bône (...)
  • 37 Cagnat 1896, p. 564 ; Cagnat 1897 a. Sur le rôle de Carton à Bulla Regia, Hanoune 1983, p. 23-27 ; (...)
  • 38 Par Doublet et Pradère ; Bacha 2013, p. 114.
  • 39 Cagnat 1897a.
  • 40 Bacha 2013, p. 114-116.
  • 41 Cagnat 1897a, p. 4.

11La Blanchère œuvre ensuite à la constitution des collections du musée Alaoui32, ainsi nommé en hommage à la dynastie régnante. L’une des conséquences de son action est le ralentissement du nombre de pièces archéologiques envoyées en France. En effet, les plus belles œuvres trouvées en Afrique ont servi à enrichir les collections nationales françaises aux dépens des pays colonisés, en particulier en Tunisie et en Algérie ; Cagnat lui-même conseillait dans ses rapports de ne laisser sur place que les pièces n’ayant qu’un « intérêt local » pour envoyer en France les pièces ayant un « véritable intérêt historique »33. Le noyau initial du musée se compose des collections du général Khereddine et de Moustapha Khaznadar, récupérées par Cagnat, tout du moins ce qui a échappé au pillage. La Blanchère accroît ces collections grâce à ses propres recherches, aux fouilles et à différents relais dans le pays. Le fond du musée du Bardo est constitué à la fois grâce à l’armée et aux civils, parfois de manière légale, parfois de manière frauduleuse, en violation de la propre législation de La Blanchère sur la protection des antiquités34. Lors des longues tournées pendant lesquelles il dresse également l’inventaire du patrimoine du pays, La Blanchère choisit lui-même des pièces pour le futur musée35 ; il entretient de plus un réseau de correspondants qui sélectionnent des objets pour lui. En outre, les amateurs d’archéologie et surtout les ingénieurs chargés de construire les routes36 envoient leurs découvertes. Les contrôleurs civils, à la tête des nouvelles circonscriptions administratives françaises, représentent une autre source importante d’approvisionnement. Dès 1886, La Blanchère entretient des liens étroits avec ces fonctionnaires, qui sont à la fois des informateurs sur les cas de dégradations perpétrées contre les vestiges, et des « conservateurs » qui mettent les objets en lieu sûr avant de les expédier au musée. Le Bardo bénéficie également de dons de collections particulières, souvent après des négociations engagées par La Blanchère. Le bey lui-même offre certaines de ses antiquités. Des fouilles sont également menées dans le but d’alimenter le musée, notamment dans les nécropoles punique et romaine de Bulla Regia, fouillées par un médecin militaire, le docteur Carton37, mais aussi dans l’une des nécropoles d’Hadrumète (Sousse)38, ou encore à Tabarka, au cimetière chrétien et à la ferme Godmet d’où sont prélevés des pavements en mosaïque39. Les officiers de l’armée française jouent quant à eux un rôle majeur pour la découverte et le transport des pièces. Avant même l’instauration du protectorat et du Service des Antiquités, les militaires français ont aussi pris l’habitude ancienne d’ouvrir des chantiers autour de leur camp40 ; sous le protectorat, les travaux de construction dont ils ont la charge permettent la mise au jour de nombreux vestiges : un grand nombre d’inscriptions de Maktar sont ainsi découvertes et envoyées au Bardo par le capitaine chargé de fonder le contrôle civil de la ville41. Par ailleurs, en raison du mauvais état des routes, souvent de simples pistes, les navires militaires sont régulièrement utilisés pour le déplacement des pièces, en particulier les plus fragiles.

  • 42 La Blanchère 1887c [= La Blanchère n°47] ; Bertrand 1887 ; La Blanchère 1888a [= La Blanchère n°56 (...)
  • 43 La Blanchère 1887c, p. 344-346 [= La Blanchère n°47] ; La Blanchère 1888a, p. 172-176 [= La Blanch (...)
  • 44 Bertrand 1887.
  • 45 Laporte – Lavagne 2006.

12Un épisode représentatif de ce rôle de l’armée comme des méthodes de La Blanchère est celui de la découverte et de l’attribution au Bardo des mosaïques de la maison romaine de Sorothus à Sousse. La maison et ses mosaïques, notamment les célèbres représentations des haras de Sorothus et des chevaux vainqueurs, sont découvertes en 1886-1887 lors du creusement d’un puisard par le 4e régiment de Tirailleurs, commandé par le général Bertrand42. La Blanchère apprend la découverte et fait attribuer l’une des mosaïques, celle dite de Neptune, au nouveau musée. Il la fait enlever par les militaires et met au point à cette occasion une technique permettant d’assurer la conservation de la mosaïque pendant le transport43. Les caisses sont transportées sur un croiseur français. Pour faire accepter aux militaires le départ de la mosaïque de Neptune, La Blanchère propose que la mosaïque d’une panthère et celle représentant les chevaux de Sorothus, le propriétaire de la maison, aillent décorer la salle d’honneur du régiment. La Blanchère présente ensuite la découverte dans une communication à l’AIBL, dans laquelle il met en valeur son propre rôle en passant largement sous silence celui des militaires qui ont fait la découverte. S’ensuit donc une lettre de protestation du général commandant le régiment de tirailleurs et un article correctif d’A. Bertrand, suivi d’une note d’A. Héron de Villefosse, publiés après la note de La Blanchère dans le même fascicule des Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres et qui visent à rendre aux militaires le mérite qui leur revient44. Par la suite, les militaires mènent leurs fouilles en toute discrétion et transportent les mosaïques immédiatement dans leur salle d’honneur45.

  • 46 Cagnat 1897b, p. 123 ; Bacha 2013, p. 109.

13Malgré ou grâce à ces méthodes expéditives, le musée du Bardo est très vite reconnu, principalement pour la qualité exceptionnelle de sa collection de mosaïques. Les mosaïques sont en effet rarement laissées sur le lieu de leur découverte, officiellement pour leur sauvegarde. En raison des sources même d’approvisionnement, la constitution des premières collections par La Blanchère ne résulte pas d’un plan méthodique mais plutôt du choix d’amateurs éclairés. Ils privilégient donc selon toute vraisemblance les critères esthétiques ou la nécessite de conserver les pièces. Le musée est inauguré au printemps 1888, en présence d’académiciens, et La Blanchère reçoit la croix de chevalier de la Légion d’honneur à cette occasion46.

  • 47 Cagnat 1897a, p. 6 ; Gran-Aymerich 2001 b, p. 291-292 ; Alexandropoulos 2006, p. 405-411 ; Bacha 2 (...)
  • 48 Bacha 2013, p. 111.

14L’action de La Blanchère en Tunisie s’est donc concentrée sur la législation de protection des monuments, leur l’inventaire, ainsi que sur la création du musée, dont les collections sont augmentées par ses successeurs et en particulier par Paul Gauckler, par ailleurs véritable organisateur de l’archéologie française en Tunisie, qui inaugure les fouilles scientifiques notamment à Carthage, Dougga et Oudna47. Sous la direction de La Blanchère, les fouilles et la restauration des monuments, dont beaucoup se dégradent, n’ont en effet pas été considérées comme une priorité48.

Le chef de la Mission d’Afrique du Nord

  • 49 Oulebsir 2004, p. 189.
  • 50 Cagnat 1897b, p. 123. Bacha 2006, p. 130-131 ; Bacha 2013, p. 134.

15Une fois achevées la mise en place du service tunisien des Antiquités et celle du musée du Bardo, X. Charmes décide d’étendre à l’Algérie le système archéologique inauguré en Tunisie, afin de remédier à la situation désastreuse des antiquités algériennes. C’est pourquoi La Blanchère est nommé chef de la mission de l’Afrique du Nord en 1890 et, à partir de 1891, chargé de la direction du musée d’Alger49. En 1892, s’ajoute à ces fonctions le titre d’inspecteur général des musées et bibliothèques. La tâche de La Blanchère consiste à mener dans la colonie française le même travail d’organisation effectué en Tunisie, laquelle continue d’appartenir à son territoire de compétence50.

  • 51 La Blanchère 1890, en part. p. 7-9 [= La Blanchère n°64]. Dondin-Payre 2003, p. 162-163 ; Oulebsir (...)
  • 52 La Blanchère 1893a [= La Blanchère n°67].
  • 53 Cagnat 1897b, p. 124 ; Oulebsir 2004, p. 190.
  • 54 Cagnat 1897b. p. 124. 
  • 55 La Blanchère 1895b [= La Blanchère n°70].

16La Blanchère commence par dresser un bilan de la situation des musées d’Algérie, dans un rapport accablant adressé en 1890 au Ministre de l’Instruction publique, qui sera par la suite publié en introduction du Catalogue du Musée d’Alger51. La Blanchère décrit des musées laissés à l’abandon par les municipalités – il pleut dans la salle de la mairie qui fait office de musée à Constantine ; le musée de Bône est un magasin en demi-sous-sol qui reçoit les balayures d’une cour d’école et ses collections « se cachent sous une épaisse couche d’ordure ». La Blanchère dénonce le manque de locaux, de personnel qualifié pour entretenir ces musées et l’absence d’une législation qui assurerait une existence légale aux objets conservés. Il s’attelle donc à l’organisation des musées archéologiques algériens, sans toucher cette fois au problème de la conservation des monuments historiques, qui ressortit du ministère des Beaux-Arts. Il négocie avec les autorités municipales pour assurer la constitution régulière des collections. Il installe en outre à la tête de ces musées des conservateurs qu’il juge compétents. Dans le même temps, La Blanchère assure la direction d’une œuvre d’envergure : la série des Musées et Collections archéologiques de l’Algérie et de Tunisie, qui regroupe les catalogues des collections des principaux musées des deux pays. L’ensemble fait partie du programme de Description de l’Afrique du Nord, voulu par le ministère de l’Instruction publique, toujours dans la perspective de réaliser l’inventaire des antiquités d’Algérie et de Tunisie. Vingt-six fascicules sont publiés entre 1890 et 1928. La Blanchère signe l’un des volumes, celui sur le musée d’Oran52, et confie les autres à des spécialistes de son choix53. Parallèlement, il rassemble les éléments d’un recueil de mosaïques africaines et se consacre au musée d’Alger, dont il choisit l’emplacement et le plan avec l’architecte et dont il surveille les travaux54. Enfin, durant les deux dernières années de sa vie, La Blanchère poursuit ses propres activités scientifiques et entreprend de rechercher les traces des travaux hydrauliques romains en Algérie, dans la continuité de ses travaux en Italie et en Tunisie55.


  • 56 Gran-Aymerich 1998, p. 385 (repris dans Gran-Aymerich 2007) ; Gran-Aymerich 2001a, p. 7 ; Gran-Aym (...)
  • 57 Cagnat 1897 b ; Gran-Aymerich 2006, p. 246 sq ; Gutron 2010, p. 29, 86-87 ; Bacha 2013, p. 161 ; D (...)

17La Blanchère a donc joué en Afrique du Nord un rôle fondateur pour l’instauration d’une législation et d’outils destinés à garantir la protection des vestiges archéologiques. Dans ce domaine, l’Algérie et la Tunisie ont constitué un terrain d’expérimentation pour la conservation des antiquités ; la France n’est dotée d’un tel dispositif qu’au début des années 1940 avec les lois Carcopino56. On peut également souligner la continuité du parcours de cet ancien membre de l’École française de Rome, « des terres pontines à l’Afrique », en rappelant qu’il est à l’origine de la tradition d’études africanistes de l’École et des relations étroites entre cette institution et le Service des Antiquités de Tunisie. À une époque où les missions archéologiques françaises sont limitées dans l’Italie post-Unité, il inaugure ainsi une tradition qui a perduré bien au-delà de l’indépendance, celle d’envoyer chaque année un ou deux membres de l’EFR fouiller en Tunisie. La Blanchère est par ailleurs le premier d’une longue série de directeurs du Service des Antiquités de Tunisie passés par Rome. Paul Gauckler puis Georges Doublet, ancien membre de l’École française d’Athènes, sont les deux seules exceptions à cette règle. Cette spécialisation des directeurs en archéologie classique a logiquement influencé les travaux menés en Tunisie, mais aussi en Algérie et au Maroc, tout au long de la période coloniale57.

Notes

1 Cagnat 1897b, p. 122 sq.

2 La Blanchère 1883b [= La Blanchère n°24]. Cagnat 1897b, p. 123. Également Février 1989, p. 58-59.

3 La Blanchère 1883a [= La Blanchère n°23].

4 Cagnat 1897b.

5 Voir par exemple Camps 1995.

6 La Blanchère 1881b [= La Blanchère n°9], La Blanchère 1881a [= La Blanchère n°6], La Blanchère 1882b [= La Blanchère n°19], La Blanchère 1882c [= La Blanchère n°20], La Blanchère 1884b [= La Blanchère n°26]. Voir Rey 2012, p. 181-185, 200-201, ainsi que les articles publiés dans ce volume.

7 Bacha 2013, p. 14.

8 Bacha 2013, p. 13 ; Gutron 2010, p. 27-28 avec la bibliographie.

9 Arrêté du 18 décembre 1884 signé par le ministre de l’Instruction publique Armand Fallières, publié dans le BCTH, 1885, p. 2. Desanges 1999, p. 13-14.

10 Sur le rôle de l’École supérieure des lettres d’Alger, Gran-Aymerich 1998, p. 241-244 (repris dans Gran-Aymerich 2007) ; Gran-Aymerich 2003, p. 203-204 ; Oulebsir 2004, p. 180.

11 L’expérience de Jérôme Carcopino en Algérie a nettement influencé l’élaboration de la législation métropolitaine de 1941-1942 : Gran-Aymerich 2003, p. 204 et 209 ; Corcy-Debray 2003, en part. p. 326-330 ; Gutron 2010, p. 28-29. Voir n. 56.

12 Voir par exemple Bacha 2006.

13 Les critiques sévères de Wilmanns et Schmidt sont relayées et traduites en français : Wilmanns – Thédenat 1884, p. 6-7 ; le rapport de J. Schmidt sur son voyage en Algérie et en Tunisie est traduit par Émile Masqueray dès 1883, l’année de sa rédaction, dans le Bulletin de correspondance africaine : Schmidt – Masqueray 1883 (Schmidt remercie par ailleurs La Blanchère pour l’aide apportée lors de sa mission en Afrique). Oulebsir 2004, p. 179 ; Gran-Aymerich 2011, p. 587-588 ; Greenhalgh 2014.

14 Bacha 2013, p. 81-84, p. 88.

15 Leclant 2001 ; Oulebsir 2004, p. 180.

16 Bacha 2013, p. 90  sq.

17 Gran-Aymerich 1998, p. 239 sq. (repris dans Gran-Aymerich 2007).

18 Cagnat 1897b ; Cagnat – Saladin 2005 (avec la préface de F. Baratte) ; Desanges 1999, p. 16 ; Gran-Aymerich 1998, p. 239 sq. (repris dans Gran-Aymerich 2007) ; Bacha 2013, p. 71-77.

19 Gutron 2010, p. 28.

20 Le service est renommé en 1886 Service des Antiquités et Beaux-Arts, sous la pression de Xavier Charmes, pour éviter l’ingérence du Service des monuments historiques. Bacha 2006, p. 127 ; Bacha 2013, p. 92.

21 Bacha 2006, p. 130 ; Bacha 2013, p. 93.

22 La Blanchère 1895 a [= La Blanchère n°71] ; Golvin – Khanoussi 2005, p. 104 ; Bacha 2013, p. 111.

23 Bacha 2006, p. 127 ; Bacha 2013, p. 95, 97-100.

24 Bacha 2013, p. 134-135, 137-139.

25 Bacha 2013, p. 101.

26 Bacha 2013, p. 114-116.

27 Bacha 2013, p. 101

28 Voir Cagnat 1897a ; Jaïdi 2001 ; Bacha 2013, p. 52 ; Gutron 2010, p. 32.

29 Bacha 2013, p. 74.

30 Cagnat 1897a ; Bacha 2013, p. 104.

31 Créée en 1882, le service est chargé, entre autres, d’entretenir les bâtiments appartenant à la Régence, dont les palais beylicaux. Bacha 2013, p. 105-107. Également Cagnat 1897a.

32 Bacha 2013, p. 109-110. Cagnat 1897a.

33 Bacha 2013, p. 103. Sur l’appropriation par la France des antiquités tunisiennes et algériennes, voir également Février 1989, p. 38 ; Jaïdi 2001, p. 100-102 ; Dondin-Payre 2003, p. 154.

34 Gutron 2010, p. 101.

35 Bacha 2013, p. 114.

36 Cagnat 1896, p. 564 et Cagnat 1897 a, p. 3-5 cite par exemple les ingénieurs du chemin de fer Bône-Guelma, dont les découvertes sont offertes au musée, et ceux de la route Tunis-Le Kef, qui ont mis au jour un sanctuaire de Baal-Saturne avec 300 ex voto.

37 Cagnat 1896, p. 564 ; Cagnat 1897 a. Sur le rôle de Carton à Bulla Regia, Hanoune 1983, p. 23-27 ; Hanoune 2008 (voir également Gutron 2008) ; Bacha 2011.

38 Par Doublet et Pradère ; Bacha 2013, p. 114.

39 Cagnat 1897a.

40 Bacha 2013, p. 114-116.

41 Cagnat 1897a, p. 4.

42 La Blanchère 1887c [= La Blanchère n°47] ; Bertrand 1887 ; La Blanchère 1888a [= La Blanchère n°56].

43 La Blanchère 1887c, p. 344-346 [= La Blanchère n°47] ; La Blanchère 1888a, p. 172-176 [= La Blanchère n°56].

44 Bertrand 1887.

45 Laporte – Lavagne 2006.

46 Cagnat 1897b, p. 123 ; Bacha 2013, p. 109.

47 Cagnat 1897a, p. 6 ; Gran-Aymerich 2001 b, p. 291-292 ; Alexandropoulos 2006, p. 405-411 ; Bacha 2013, p. 157-174.

48 Bacha 2013, p. 111.

49 Oulebsir 2004, p. 189.

50 Cagnat 1897b, p. 123. Bacha 2006, p. 130-131 ; Bacha 2013, p. 134.

51 La Blanchère 1890, en part. p. 7-9 [= La Blanchère n°64]. Dondin-Payre 2003, p. 162-163 ; Oulebsir 2004, p. 181 sq.

52 La Blanchère 1893a [= La Blanchère n°67].

53 Cagnat 1897b, p. 124 ; Oulebsir 2004, p. 190.

54 Cagnat 1897b. p. 124. 

55 La Blanchère 1895b [= La Blanchère n°70].

56 Gran-Aymerich 1998, p. 385 (repris dans Gran-Aymerich 2007) ; Gran-Aymerich 2001a, p. 7 ; Gran-Aymerich 2001b, p. 195 ; Gutron 2010, p. 29.

57 Cagnat 1897 b ; Gran-Aymerich 2006, p. 246 sq ; Gutron 2010, p. 29, 86-87 ; Bacha 2013, p. 161 ; Dondin-Payre 2015, p. 480, 487 sq., 493. Également Rey 2012, p. 125-177 pour les travaux des « Farnésiens » en Afrique du Nord.

© Publications de l’École française de Rome, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site