Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Padoue et son contado (Xe-XIIIe siècle)

 | 
Gérard Rippe

Troisième partie. Les transformations sociales et la crise du XIIIe siècle

Chapitre 5. La révolution du xiiie siècle : le temps des usuriers1

Texte intégral

  • 1 Je n’entends pas, avec ce titre, signifier qu’une couche de nouveaux riches accapare le pouvoir à P (...)

Nous étions les guépards et les lions ; après nous viendront les chacals et les hyènes.
Lampedusa, Le guépard.

1Les guelfes triomphants allaient ajouter l’ignominie à l’horreur.

2En 1259 Ezzelino a eu la chance de mourir entouré des marques d’honneur désuètes du code des guerres féodales d’antan – les bone werre de Rolandino. Il est vrai que ce sont le marquis d’Este, le marquis Pelavicino, Buoso da Dovara et d’autres grands qui l’ont capturé. La « razza padrona » dont il est lui-même issu le fait soigner, éloigne de lui la soldatesque et lui organise de dignes funérailles.

  • 2 Sur les « deux morts » des da Romano et le changement de valeurs qu’elles signifient, cf. G. Ortall (...)

3En 1260, Alberico et sa famille seront les victimes de la logique de la montée aux extrêmes et de la soif de vengeance des communes, où les élites nouvelles de l’argent n’ont pas encore de code d’honneur. Le massacre est froidement délibéré et programmé par les autorités communales de Trévise. Justice distributive, selon Salimbene : on voit surtout s’assouvir sur des innocents – la famille d’Alberico – les ressentiments auxquels ses égaux avaient soustrait son frère2.

4Selon les écrits les plus sobres Alberico, un mors dans la bouche, dut voir sa femme et ses filles brûlées vives, et ses fils – enfants compris – mis en morceaux à coups d’épées, avant de finir traîné à la queue d’un cheval.

5Ainsi était inaugurée une nouvelle ère de liberté.

I – LES CONSÉQUENCES DE LA GUERRE

6Il est impossible de faire un tableau précis de l’état du Padouan vers 1259-1260, quand se terminent enfin les années de guerre. Un certain nombre d’indices convergent du moins pour inciter à proposer l’esquisse d’un état de crise, tout particulièrement dans le monde rural.

7D’une part certaines régions ont été quasi constamment, jus-qu’en 1256, des zones de contact entre les deux camps : ainsi la basse-plaine entre Monselice et l’Adige, disputée entre le dictateur et le marquis d’Este. D’autres secteurs, peut-être longtemps paisibles (ce qui resterait à prouver), ont été dévastés sur le tard : la Saccisica durant la « croisade » de 1256, puis le nord-ouest jusqu’aux abords de Padoue lors des vaines tentatives de reconquête d’Ezzelino. Au total, entre 1248 et 1259, c’est à peu près tout le contado qui, à des moments et à des degrés divers, aura été touché.

***

  • 3 Missi sunt homines de Montesilice... ad Solesinum, ficta occasione quod magnum dampnum daret inimic (...)
  • 4 Solesino était devenue possession des marquis à l’occasion du mariage d’Azzo II avec Cunizza, fille (...)
  • 5 Non laborantur propter werram quia sunt longe extra sepes : Catastico..., p. 182.
  • 6 Cf. ibid., p. 182-184, 220-222, 282-283, 319-320. Ces énumérations, bien que réparties en 4 groupes (...)
  • 7 Je rappelle que, la même année, il s’empare d’Este et qu’ensuite la lutte se poursuit autour des ca (...)

8En 1249 Ezzelino envoie le contingent de troupes impériales stationné à Monselice à la rencontre de l’armée adverse, à Solesino, localité sise à environ 6 kms au sud, puis en profite pour s’emparer de la ville, à présent non défendue et qu’il voulait contrôler directement. Il avait assuré le capitaine qu’il lui serait possible d’infliger « de grands dommages » à l’adversaire3. Retenons-en pour l’instant que ledit adversaire campait aux abords du territoire – ou sur le territoire – de la ville gibeline4. Monselice se trouvait donc, au cours du conflit, dans une situation de ville-frontière. D’après son Catastico rédigé autour de 1250, un certain nombre de terres excentrées ne sont pas cultivées du fait de la guerre5 : il s’agit en fait d’une superficie d’environ 36 hectares, précisément située à la limite sud du territoire communal, au contact avec celui de Solesino6. On peut trouver ce chiffre dérisoire, mais qu’en était-il des terres de Solesino et, plus généralement, de l’ensemble de cette zone frontalière du domaine des Este, puisqu’à partir de 1249 Ezzelino, devenu maître effectif de Monselice, allait y poursuivre l’offensive ?7

  • 8 En 1242, Ezzelino tente une première offensive sur Este :...et fruges et omnia, preter castrum sive (...)
  • 9 Castrum Bovolente non attemptavit, set, in burgo et per villam misso igne, villam dampnificavit (ib (...)
  • 10 Legatus feliciter collocavit in villa Plebis (p. 116).
  • 11 Le bref récit du sac de Padoue est resté célèbre : Et duravit hec rapacitatis insanies fere per die (...)

9Si, en général, la population n’avait pas trop à souffrir directement du conflit, il est connu que, selon une tradition bien ancrée, l’attaquant se livrait le plus souvent à une dévastation systématique des cultures et des biens8. Il est donc probable que la prolongation de l’insécurité sur plusieurs années, à partir de 1249-1250, a fait de diverses zones rurales du Padouan des territoires sinistrés. Le récit de Rolandino se fait quelque peu lénifiant quand l’attaquant est le « Croisé » guelfe, en 1256 : en fait d’étapes guerrières – et donc de destructions – il n’évoque guère que Bovolenta9 ; la traversée de la Saccisica est présentée comme une tranquille, voire triomphale, promenade militaire10. Le fait que ce citadin ne puisse passer sous silence le pillage féroce imposé à Padoue par ses « libérateurs » incite à la méfiance ; il semble qu’elle soit justifiée, on le verra sous peu11.

  • 12 Iussit... arbores incidere et rubeta, vineas et segetes omnes, planare vias fossasque cunctas obstr (...)

10Le chroniqueur redevient disert sur la manie destructrice de l’adversaire lors de ses tentatives de reprendre la ville les mois suivants (mais là encore il n’insiste que sur les récoltes et les biens), tentatives qui ont pour conséquence la dévastation, non seulement du secteur rural situé entre la frontière du Vicentin et Padoue mais des villages suburbains plus largement : les arbres fruitiers et les vignes sont systématiquement coupés (selon l’usage, pourrait-on dire), toute la campagne proche des faubourgs semble être en flammes et, ce qui est de plus de conséquence, les canaux et les fossés sont comblés12.

  • 13 Chronicon Marchiae..., p. 27 ; R. Ciola éd., Il « De Generatione »..., p. 48.
  • 14 A S V, San Giorgio maggiore, B. 91, Proc. 372, décembre 1258 :...tenuit eam (terram) a dicto monast (...)

11Les silences de Rolandino au sujet du trajet des « Croisés » en Saccisica et dans le sud-est voilent une réalité plus brutale. Le Chronicon Marchiae signale l’incendie du burgus de Concadalbero ; au début du xive siècle da Nono rappelle que le burgus de Conselve aussi avait brûlé13. Mais il y a plus révélateur. En 1258, lors d’un procès soutenu par le monastère vénitien de San Giorgio maggiore, un témoin déclare tenir à Codevigo une terre arable en « fief » ; une coupure brutale est intervenue en 1256 : le village a été brûlé pendant la guerre, et il déclare que depuis lors sa terre est demeurée inculte. Or, de ce côté du moins, on est en paix depuis deux ans !14

12Aucune chronique ne signale ce fait, qui me semble démontrer que la marche des troupes guelfes avait sans doute été suffisamment dévastatrice pour engendrer des conséquences graves à moyen terme sur la société rurale.

  • 15 A S V, San Giorgio maggiore, B. 103, Proc. 390, 5 décembre 1258 – 23 janvier 1259 ; ibid., 1223, 29 (...)
  • 16 Statuti..., no 928, p. 308 :...debeant fluere unde consueverant fluere tempore pacis, si mutate non (...)

13Les indices de perturbations durables des activités agraires, épars certes, ne manquent pas. La même année 1258, à Vallonga, village limitrophe de Codevigo, on voit un certain Menico Carnello, de Chioggia, détenteur d’un sedimen warbum, c’est-à-dire rendu désert et inculte, dont San Giorgio maggiore est propriétaire ; or en 1223 Giacomo Carnello, père du précédent, exploitait ce même bien (la liste des confronts témoigne qu’il s’agit de lui)15. C’est là, dira-t-on, un maigre argument ; voici qui est plus révélateur et témoigne de la durable gravité de la situation : un statut padouan relativement tardif, puisqu’il date de 1265, pendant le podestariat de Lorenzo Tiepolo, déclare que tous les vieux canaux du Padouan, tant communaux que de consortes, les petits comme les grands par conséquent, devront retrouver le cours qui était le leur durant la paix16. Ainsi les conséquences de la guerre pesaient encore entre dix et six ans après, selon les lieux, sur le contado.

  • 17 Voici un premier exemple : en 1251, les manses tenus par les héritiers de dominus Azoco à Borbiago (...)
  • 18 En 1254, le monastère de Santa Maria de Porciglia achète des terres à Campolongo maggiore, en Sacci (...)
  • 19 Signalons, à ce sujet, que les contrats concernant des biens citadins contiennent évidemment les mê (...)
  • 20 Le 23 janvier 1255 deux habitants de Boion, en Saccisica, vendent au monastère de Santa Maria de Po (...)
  • 21 Cf. supra, p. 633.

14A ce fléau, et durant ces mêmes dernières années de la dictature, s’était jointe la férocité fiscale, tantôt parachevant la ruine causée par le passage des armées, tantôt la précédant. Entre 1251 et 1256 la commune impose aux propriétaires, quels qu’ils soient, une surcharge de taxes : à l’ordinaire dacia s’ajoutent les piçocariae et aliae angariae ; parmi ces charges d’exception, on trouve parfois la mention d’une milicia, contribution explicite des revenus de la terre à l’effort de guerre17. Si bien que, tout particulièrement dans les deux dernières années, des clauses de garantie viennent s’insérer dans les actes de cession, clauses par lesquelles le vendeur s’engage à dédommager l’acheteur de ces frais supplémentaires18. Ce ne sont pas les seules autorités communales padouanes qui sont chargées de la perception19 ; les organismes communaux ruraux sont utilisés, sous contrôle de la dominante à ce qu’il semble20. Si l’on se souvient que, dès les années 1230, ils étaient eux-mêmes passablement endettés, on mesurera les effets de ces nouveautés21.

  • 22 Voici un exemple des difficultés où pouvait les mettre le poids de la fiscalité des temps de guerre (...)
  • 23 D. Rando parle, au sujet de l’époque d’Alberico da Romano, d’une « crisi economica che raggiunse li (...)

15A l’issue des années gibelines, les campagnes padouanes étaient donc plongées dans une crise grave22. Les terres incultes étaient sans doute plus nombreuses que ne le suggèrent les maigres indices documentaires, et le prix de la terre avait, semble-t-il, considérablement baissé, tout comme dans le contado de la voisine Trévise23.

  • 24 S. Collodo, Credito..., p. 273, note 264.
  • 25 Ibid., p. 221.
  • 26 « Il valore del vignato nell’area di Arquà si aggirava intorno alle 100 lire per campo ; tale deduz (...)

16On ne sait que trop qu’il est à peu près impossible d’écrire une histoire de l’évolution des prix de la terre au Moyen Âge central. Sur ce point il semble que le pessimisme soit allé croissant : dans un ouvrage récent, Silvana Collodo déclare tout de go que, même pour un xive siècle où les informations se font relativement nombreuses, « les contrats d’achat-vente ne sont pas une source utilisable pour la reconstitution des prix de la terre »24. Et cela parce que les prix déclarés sont, dit-elle, peu fiables dans la mesure où ils formalisent des transactions de nature diverse (prêts dissimulés, etc...). Et elle cite quelques exemples où le prix indiqué est de moins de la moitié de la valeur du bien25. Tout cela, malgré tout, ne l’empêche pas de tenter ce que je tenterai moi aussi, un optimisme incurable étant sans doute nécessaire au travail historique, et de risquer une évaluation du prix moyen de la vigne à Arquà vers 134026.

  • 27 C. Wickham, Vendite di terra e mercato della terra in Toscana nel secolo xi, dans « Quaderni storic (...)

17Certes, il va de soi que ce qui est risqué pour le xive siècle le sera davantage pour les époques précédentes, moins richement documentées. Plus encore aux hautes époques qu’ensuite, de surcroît, des aspects sociaux souvent très spécifiques, liés aux conditions locales, jouent dans la détermination des prix, lesquels dès lors cessent d’être le véritable reflet d’une valeur marchande : Chris Wickham en a fait la démonstration pour la Toscane du xie siècle, et s’est du coup attaqué à l’hypothèse, lancée autrefois par Violante, d’une augmentation contemporaine des prix suburbains27.

18Dans le Padouan, les associations des mentions de prix et de superficie des biens-fonds sont longtemps erratiques. Lesté de tout le scepticisme et de tout le sens critique requis, je me suis efforcé de formuler du moins des hypothèses, nées d’impressions apparues à la lecture des séries relativement abondantes fournies par certains fonds d’archives monastiques du xiiie siècle.

19Le plus souvent (il faut commencer par cette constatation) les superficies ne sont pas indiquées (on les trouve bien davantage mentionnées dans les contrats de livello), et donc la majorité des actes d’achat-vente s’avère inutilisable. Or la volonté de garantir, au moins relativement, le sérieux de la recherche de l’évaluation d’un prix moyen oblige d’elle-même à une série d’éliminations draconiennes, ce qui réduit encore le corpus : j’ai vite dû conclure que ne valaient la peine d’être relevées, du fait de la rareté des autres types de biens concernés, que des mentions de terres arables, situées dans des secteurs géographiques aussi limités que possibles. Et il a fallu, bien entendu, ne considérer que les ventes en toute propriété, les achats de droits utiles sur des parcelles tenues en livello impliquant des prix très inférieurs. Mes déceptions ne se sont point comptées : sur des centaines d’actes du monastère de San Zaccaria à Monselice, je n’en ai pas trouvé 10 pour la première moitié du xiiie siècle, ni pour la seconde. De surcroît les monastères vénitiens, les plus richement documentés, cessent, pour d’évidentes raisons, de faire des affaires dans le Padouan durant les années 1250-1256 : je n’ai rencontré aucune occurrence d’achat de terres arables, dans le fonds de San Zaccaria, entre 1246 et 1259 ! Ce sont en fin de compte les archives des monastères padouans du nouvel ordre des albi, notamment celles de Santa Maria de Porciglia et de Santa Maria de Polverara, qui m’ont fourni l’essentiel des données utilisables.

20Le résultat s’est fait visible sur deux graphiques ci-contre :

  • le premier indique le prix du campo de terre arable dans la zone centrale de la Saccisica : les terroirs concernés sont ceux de Piove, Corte, Campolongo dei Liettoli et Sant’Angelo, soit un secteur parfaitement compact, ces villages, de Piove au sud à Sant’Angelo au nord, étant tous voisins les uns des autres.

  • le second concerne Bovolenta et Polverara, situés non loin de là, le long du Bacchiglione, et limitrophes l’un de l’autre.

  • 28 Dans le second graphique, la très faible valeur du campo lors de la transaction réalisée en 1244 (s (...)

21Dans l’un et l’autre, deux groupes de points se constituent de façon manifeste : le premier groupe, dans les années 1241-1243, s’il fait apparaître une assez grande variété de prix, permet de situer la valeur moyenne du campo autour de 25 livres ; le second, après une période d’atonie, s’étale entre 1251 et 1258, et cette fois la dite valeur moyenne est considérablement diminuée, soit un peu moins de 15 livres28. Il est probable que c’est l’effondrement même des prix de la terre qui a incité, durant ces années 1250-1256, les monastères nouveaux-nés à se constituer des bases foncières à peu de frais ; à leur façon ces pieuses institutions ont été des profiteurs de la guerre.

Prix du campo de terre arable dans la zone centrale de la Saccisica (en lires)

Document utilisés : 1o) A S P, Corp. soppr., Santa Maria della Riviera : a. 1242 : t. 10, p. 24 ; a. 1243 : p. 25a ; a. 1256 : p. 31a, 32a. Du mémorial des acquisitions de Santa Maria della Riviera à Sacco (t. 10, p. 21), ont été utilisés les actes des 1er et 8 mars 1242, 8 janvier et 4 décembre 1243, 7 août 1247, 30 avril 1248, 2 septembre 1251, 1er juin 1252, 9 août, 28 et 29 novembre 1253, 7 mars et 13 mai 1256, 20 février et 6 mars 1258. 2o) A S V, San Michele in isola di Murano, B. 11 : a. 1241 : no 392 ; a. 1242 : nos 383, 394 ; a. 1254 : nos 407, 408 ; a. 1255 : nos 412, 410.

Prix du campo de terre arable à Polverara et Bovolenta (en lires)

Document utilisés : 1o) A S P, Corp. soppr., Santa Maria della Riviera : a. 1240 : t. 1, p. 34, 37a ; a. 1241 : p. 38a, 39a ; a. 1244 : p. 42 ; a. 1248 : p. 45 ; a. 1253 : p. 48 ; a. 1255 : p. 54 ; a. 1257 :p. 57a ; a. 1258 : p. 61. 2o) A S P, Corona, no 8300 (a. 1242).

22Résumons-nous : les conclusions que suscite cette modeste tentative statistique ne font que corroborer les constatations précédentes ; une bonne part des terres du Padouan, sinon toutes, s’est trouvée passablement ravagée durant les dernières années des guerres ezzéliniennes, et aux ravages s’ajoutait une pression fiscale qui a sans doute achevé de ruiner les campagnes ou d’y approfondir une crise socio-économique dont on verra plus loin qu’elle a pu avoir ici et là des effets décisifs. On n’a malheureusement pas de témoignages directs sur les réactions des ruraux ; le fait que se soient prolongés aussi bien l’abandon de certaines terres que le délaissement des réseaux de canalisations désorganisés par les troupes de da Romano incite à penser, en tout cas, que les communautés villageoises étaient, dans les secteurs les plus touchés, singulièrement affaiblies, voire dispersées, ne serait-ce que dans les premiers temps de la paix.

  • 29 Liber focorum Districtus Pisterii (a. 1226) ; Liber Finium Districtus Pistorii (a. 1255), dans les (...)

23C’est d’ailleurs un point désormais bien acquis, pour toute l’Italie du nord et du centre, que les guerres des années centrales du xiiie siècle, celles des derniers temps de Frédéric et de la décennie suivante, ont atteint un degré de violence et d’acharnement qui les distingue des « guerres féodales » peu destructrices de jadis. Je renvoie ici le lecteur au thème précédemment développé du changement qualitatif des conflits au cours du xiiie siècle italien. Et si les indices recueillis pour le cas padouan peuvent sembler minces, sinon erratiques, je rappelle que l’on a pu faire les mêmes constatations pour d’autres régions. Déjà dans l’introduction à l’édition, datée de 1956, du Liber focorum de Pistoia, Q. Santoli écrivait que l’état de guerre prolongé (avec une période de particulière intensité entre 1251 et 1254) avait eu pour conséquence un afflux considérable de population en ville, et la disparition de nombreux centres habités ; bref, la guerre était venue renforcer la vieille tendance des ruraux à s’urbaniser29.

  • 30 A. A. Settia, « Ista maledictio guerrarum ». Il fenomeno bellico nella « cronica » di Salimbene di (...)
  • 31 Ibid.

24Plus récemment, A. A. Settia a commenté les remarques de Salimbene sur les effets de la guerre entre Frédéric II et la ligue lombarde en 1247 dans la région de Parme, Modène et Crémone, remarques qu’il nourrissait aussi de souvenirs postérieurs (des années 1265 à 1270, quand lui-même était dans la région, et aussi du temps des sièges de Forli et Faenza, en 1273 et 1275). Le chroniqueur raconte comment, pendant une longue période, « les hommes ne pouvaient ni labourer, ni semer, ni faire les vignes, ni vendanger ni habiter les villages » ; comment, près des villes, ils « travaillaient sous la garde des milices urbaines », et cela moins à cause des opérations militaires elles-mêmes qu’à cause de l’insécurité due aux « soudards, larrons et brigands » habitués à voler le bétail et torturer les gens pour les rançonner. Il parle aussi de renards qui sautaient sur les toits de l’hôpital de Faenza et de bandes de loups qui assaillaient des villes !30A. A. Settia peut conclure : « il est hors de doute que, dans certaines zones, les campagnes avaient atteint un degré élevé de dépeuplement ». Et il cite, à l’appui de cette affirmation, les Statuts de Parme de 1255 et 1266 qui « ordonnent, de façon répétée, à tous ceux qui avaient immigré en ville au temps de la première guerre, commencée en 1247, de retourner habiter les villages »31.

  • 32 J. K. Hyde, Padua..., p. 44 ; le statut est le no 699, p. 233. Dans son ouvrage de synthèse, A. I. (...)

25Or un statut padouan, non daté mais que J. K. Hyde situe avant 1285, dans le but d’inciter des paysans à s’installer dans le territoire sous domination communale, garantit aux éventuels immigrés une exonération d’impôts et de corvées durant les 5 premières années de leur installation ; de surcroît le même auteur remarque que, jusqu’aux années 1320 au moins, la productivité dépassait la croissance de la population et que des surplus de grains étaient produits32.

  • 33 Statuti..., no 1215, p. 372. Le statut no 699 ne fait qu’ajouter une chose : sed ab inde in antea ( (...)
  • 34 Cf. supra, p. 757, note 142.

26On peut aller plus loin. C’est en fin de compte tout le xiiie siècle, du début à la fin, et même un peu au-delà, qui est caractérisé par cette situation d’aisance démographique relative ; car Hyde n’avait pas remarqué que le statut incitatif qu’il citait ne faisait que reprendre presque mot pour mot un statut antérieur à 123633. Et cela en dépit de l’afflux de nombreux immigrés, venus des territoires proches (de Vérone, Mantoue, Trévise et autres) dans les villes, Padoue comme Monselice, dès l’époque ezzélinienne34.

***

27Des phénomènes en apparence contradictoires se produisent donc dans les campagnes padouanes, phénomènes amorcés depuis longtemps mais que le contexte guerrier des années 1250 semble avoir prodigieusement accélérés.

  • 35 Cf. supra, p. 521.
  • 36 Cf. supra, ibid., p. 559 sq. Je rappelle ici, avec Perrine Mane, que la vigne (ou l’olivette) ignor (...)
  • 37 Cf. supra, p. 756-757.
  • 38 Cf. supra, entre autres, mes remarques p. 702-703. A partir de 1259 s’introduit certes un ensemble (...)

28A quoi devait-on que la croissance de la population n’ait pas, jusqu’aux années 1230-1240, atteint un seuil critique ? Il convient ici de rappeler rapidement un certain nombre de facteurs. A partir des années 1180, alors que s’essoufflaient les possibilités de défrichement des incultes pour les riches particuliers tout comme pour les communautés rurales, la commune, profitant de la paix revenue, avait su prendre le relais, et donc à la fois ouvrir des espaces nouveaux aux exploitants en surnombre et donner aux classes dirigeantes des moyens d’enrichissement multipliés35. De surcroît, une nouvelle « frontière » s’était ouverte avec la création de zones de cultures spécialisées, viticulture et oléiculture, tout particulièrement dans les Euganées, qui permettaient le maintien d’une population rurale abondante sur de petits espaces hautement productifs : et là aussi la commune – à sa manière, un peu maladroitement dirigiste – et les grands propriétaires fonciers les plus dynamiques (les mieux connus étant les monastères vénitiens) avaient su profiter d’une conjoncture favorable à la mise en valeur maximale des possibilités locales36. Dans le même temps l’expansion urbaine, celle de Padoue comme celle des centres mineurs (le mieux connu étant Monselice), attirait ce qui aurait pu devenir un autre surplus de population. D’une certaine façon, la croissance démographique s’y amplifiait d’elle-même avec la nécessité de nourrir, vêtir et approvisionner de biens de consommation variés, toujours davantage, des citadins en nombre toujours croissant. Entre 1237 et les années 1248-1250, enfin, la création d’un grand marché régional unissant, pour la première fois, Padoue à Vérone, Vicence, Trente et, de là, au monde germanique, avait permis l’essor d’une industrie textile qui en était à ses premiers balbutiements autour de 123037. Puis la décennie 1250 avait imposé sa propre solution aux risques de montée vers un seuil malthusien ; le paroxysme guerrier qu’avait fini par engendrer la recherche effrénée d’une solution radicale – l’anéantissement de l’adversaire – à la crise qui secouait les classes dirigeantes désormais divisées en deux vastes factions antagonistes, ce paroxysme avait entraîné la ruine (momentanée) des campagnes et celle (souvent définitive) des exploitants ruraux. Si bien qu’on n’est pas surpris de constater que la stagnation, au moins relative, de la population se prolongera jusqu’aux années 132038.

29D’une part, une fois délivrée de l’écrasante fiscalité des dernières années de la dictature, l’économie urbaine allait reprendre son essor sur les bases élargies qui étaient désormais les siennes depuis les années 1240, et continuer à attirer une immigration non seulement locale mais étrangère au territoire communal, d’autre part la ruine des exploitants ruraux allait profiter aux grands propriétaires, avant tout citadins ou vénitiens, et leur permettre d’accélérer une transformation des rapports de production à peine amorcée jusque là.

30Une contradiction apparente surgit : il est admis comme une vérité de bon sens que les propriétaires imposent des conditions plus défavorables à leurs tenanciers-exploitants lorsque ceux-ci sont en surnombre, et donc en concurrence les uns avec les autres. Il faut comprendre qu’une telle situation de surnombre pouvait n’être, à ce moment, que relative, et se présenter dans un contexte, sinon de dépeuplement, du moins de crise démographique. C’est pourquoi il me semble nécessaire d’accorder aux effets immédiats des guerres du xiiie siècle des conséquences sociales jusqu’à présent non reconnues.

  • 39 Cf. p. 626 sq.

31Conséquences qui, bien sûr, n’auraient sans doute pas été à ce point redoutables si elles n’avaient été préparées de longue date par le progressif affaiblissement des communautés rurales, dont on a pu voir qu’elles étaient entrées en crise en même temps que les fortunes seigneuriales auxquelles leur destin était lié39.

  • 40 Sur l’endettement du monde rural, cf. supra, p. 633 sq.

32Le lecteur se souviendra peut-être que ces communautés se trouvaient déjà fort endettées dès les décennies 1230-124040. A partir de la fin du xiie siècle, on s’en souviendra aussi, l’attaque de plus en plus radicale des incultes avait peu à peu fait disparaître la vieille solidarité des villageois, et ce que j’ai caractérisé comme une « trahison des élites » avait permis l’accaparement des vieux espaces de pâture commune par les citadins, les anciennes élites locales urbanisées (on pense ici aux notables qui, tels les Tadi, avaient, jusque vers 1150, représenté la vieille communauté arimannique devant l’évêque-comte) et certains monastères, vénitiens notamment.

  • 41 Cf. supra, p. 783.
  • 42 Cf. supra, sur les modifications imposées par les monastères vénitiens dans les livelli, p. 482-484 (...)

33On imagine donc quels effets dévastateurs a pu avoir, sur des communautés rurales déjà désorganisées de ce fait, la conjonction des ravages guerriers et de la fiscalité furieuse des dernières années de la dictature. Le résultat est assez clair : si la campagne padouane, au contraire d’autres, comme celle de Pistoia, n’a pas subi de disparitions d’habitats41, l’après-guerre va, par contre, voir s’établir peu à peu la domination du « podere », l’exploitation isolée, d’un seul tenant ou constituée du moins de quelques grandes pièces exclusivement. La paysannerie, affaiblie, voire ruinée, et désorganisée par une crise sociale lentement approfondie puis devenue dramatique en peu de temps, n’a pas de forces pour réagir lorsque devant elle le propriétaire est imprégné d’une véritable mentalité de profit. Citadins et monastères vénitiens étaient déjà, depuis le début du siècle, les moteurs du changement des rapports de production, modifiant les clauses des livelli, intervenant dans le choix des cultures, imposant des remembrements – à l’inverse des vieux monastères indigènes, tels que Praglia par exemple42. Désormais, c’est brutalement et sur une grande échelle qu’ils vont agir, accélérant en peu d’années la mise en place d’un système d’exploitation pré-capitaliste des secteurs de la campagne padouane où ils sont installés.

  • 43 Cf. supra, p. 639-642.
  • 44 Sur les pratiques usuraires au temps d’Ezzelino, cf. supra, p. 752, note 119 ; p. 755 ; cf. aussi p (...)

34Corollaire, en négatif, de cette évolution : l’époque post-ezzélinienne consacre en ville l’apparition au premier rang, à côté des survivants (nombreux, en fin de compte) de l’ancienne aristocratie, des nouveaux riches, c’est-à-dire, avant tout ou pour le moins de façon voyante, des usuriers. Rien d’étonnant : je me contenterai ici de rappeler ce qu’était la fonction de l’usure dans ce contexte de crise du système ancien (la « seigneurie ») ; elle dévorait par les deux bouts (d’un côté la fortune du seigneur, de l’autre les maigres biens des petits alleutiers) la substance d’un corps malade, permettant ainsi la progressive mise en place de nouveaux rapports sociaux43. On n’aura pas de peine à admettre que la ruine d’une masse de gens de tous niveaux, par la fiscalité ezzélinienne et les effets de la guerre, avait par contre considérablement profité à ceux des prêteurs citadins, déjà bénéficiaires de la bonne conjoncture des années 1230-1240, qui n’avaient pas eux-mêmes été des dernières fournées de victimes du « tyran »44. Les usuriers infernaux de Dante sont des hommes de la génération post-ezzélinienne.

II – LES CAMPAGNES DU SECOND DUECENTO : NOUVEAUX PAYSAGES ET NOUVEAUX RAPPORTS SOCIAUX

  • 45 G. Cherubini avait désigné, il y a déjà quelque temps, comme un facteur décisif de la paupérisation (...)

35Au terme des années de guerre, le déclin de la paysannerie du Padouan est devenu irrémédiable. Les destructions ont pu être inégalemmlent réparties, néanmoins les communautés sont frappées dans leur ensemble par l’aggravation d’un processus déjà ancien d’appauvrissement, processus dont le rétrécissement inexorable des communaux est à la fois l’une des manifestations et l’une des raisons profondes45, et que, pour couronner le tout, l’endettement vient accélérer.

36Dès lors se manifeste en pleine lumière une double transformation qui n’était jusque là lisible qu’en filigrane à partir d’une analyse attentive des contrats agraires : celle des paysages et celle des rapports de production. Transformation incomplètement réalisée dans la période qui m’occupe, parfois très rapide, là où s’investit immédiatement le capital urbain et dans les zones les plus touchées par la guerre, où la reconstruction pouvait se faire sur des bases neuves, parfois d’une extrême lenteur au contraire, ainsi dans de vieilles seigneuries conservatrices comme celle de Praglia ou la Scodosia des marquis d’Este.

  • 46 Connue à Parme au moins dès la fin du xiie siècle et très vite diffusée dans la plupart des commune (...)
  • 47 Les statuts communaux qui définissent les compétences de l’institution sont tous antérieurs à 1236, (...)
  • 48 S. Bortolami a fait la liste (cf. note 46) des rares occurrences documentaires qui mettent en scène (...)

37Modification des paysages : le remembrement des parcelles se fait, semble-t-il, aisément. Durant le premier tiers du siècle, on voit à maintes reprises les propriétaires ecclésiastiques (les seuls bien connus mais nullement les seuls dans ce cas) faire appel, lorsqu’ils désirent s’agrandir, à l’institution communale des ingrossatores46. On ne la voit plus sollicitée ensuite que très rarement, même durant le grand mouvement de réaménagement des années 1256-1260 ; et cela tout simplement parce qu’un statut de 1228, d’inspiration, à ce qu’il paraît, précocement anticléricale, interdit désormais aux églises de s’agrandir par ce moyen47. Réservée aux opérations des seuls laïcs l’ingrossatio disparaît à peu près de la documentation, du moins pour la période qui m’occupe48.

  • 49 Cf. infra, p. 836-838.

38Ce remembrement est accompagné d’un véritable processus d’enclosures dont la conséquence logique est l’apparition d’un habitat dispersé, sans que s’étiole vraiment, toutefois, le vieux centre villageois, protégé par les résistances à l’évolution d’une partie des classes dirigeantes. Reste à savoir si son peuplement n’est pas de plus en plus largement composé de journaliers, de ces salariés agricoles dont on ne peut que présupposer l’existence dans les nouvelles structures, car sur eux on ne sait à peu près rien49.

39Modification des rapports de production : c’est le remplacement, plus ou moins rapide et plus ou moins complet, selon les lieux et selon la mentalité des maîtres du sol, des vieux livelli, perpétuels ou renouvelables indéfiniment, par des contrats à durée limitée.

40Une telle évolution du contado padouan, avec toutes les nuances que l’on voudra y apporter, n’en fait rien d’autre qu’une des multiples variantes d’un tableau d’ensemble bien connu, celui de la plus grande partie de l’Italie du nord et du centre. Ce qui s’y produit est aisément caractérisable : en quelque 250 ans (des années 1250 au xvie siècle), par des séries de modifications variées et inégalement profondes selon les moments et les lieux, les structures agraires des temps dits « modernes » s’y mettent en place.

41La compréhension du phénomène implique, assez curieusement, une démarche inverse de celle que j’avais eue à adopter dans la première partie de ce travail : pour comprendre le Padouan des temps pré-communaux et communaux il fallait remonter au point de départ, c’est-à-dire aux origines « barbares » et carolingiennes – formation des groupes arimanniques, mise en place des structures d’encadrement comtales, puis castrales ; au contraire le sens de l’évolution s’éclaire ici par la considération de son point d’arrivée : les rapports de production des campagnes de l’Italie « moderne », tels que les ont présentés les synthèses de P. J. Jones ou G. Cherubini, ou l’étude de G. Giorgetti sur les contrats agraires, précisément consacrée pour une large part, rappelons-le, à la lente gestation du système entre xiiie et xvie siècle. C’est de cette gestation qu’il va être question ici.

  • 50 P. Jones, Per la storia agraria italiana..., p. 241-246.

42Philip Jones avait, il y a longtemps, proposé des vues générales que les travaux ultérieurs ont largement corroborées. Il avait incité à voir dans l’aggravation de la condition paysanne la rançon des progrès économiques et de ce que l’on peut qualifier de rationalisation des structures d’exploitation. Le début du xiiie siècle avait vu le fugitif apogée des communautés rurales, puis, très vite, les effets même du développement (bonifications, renouvellement des méthodes de gestion, etc.) avaient concouru à affaiblir les rapports coutumiers dont dépendaient l’équilibre du système et le bien-être de la majorité des agriculteurs-exploitants. « A la coutume succéda la concurrence », les bénéfices de l’amélioration du système agricole fuirent de leurs mains et, dans la plaine du Pô comme en Toscane, la concentration de la propriété eut le double effet d’étendre sur les campagnes le pouvoir des notables non-exploitants, anciens et nouveaux, et d’approfondir les inégalités entre les paysans eux-mêmes, annihilant de la sorte toute éventualité de résistance du groupe social. La fiscalité urbaine, enfin, plus rigide et plus lourde que la coutume seigneuriale, ne pouvait qu’accentuer les conséquences de l’évolution50.

A) Les transformations du paysage rural

  • 51 Cf. p. 562-566, 569.
  • 52 Ibid., p. 541-542 ; p. 549, note 31.
  • 53 Cf. P. J. Jones, The agrarian development..., p. 74-75, sur la généralité de ce processus d’enclosu (...)

43Sur les terres, fertiles et fertilisées, de la plaine comme des collines volcaniques du contado padouan la culture était désormais au-si intensive qu’il était possible et tendait, là où la nature s’y montrait favorable, à la spécialisation à des fins spéculatives, avec l’encouragement des autorités communales, on l’a vu51. Elle s’était toujours exercée sans contrôle collectif ; seuls y demeuraient soumis des incultes de plus en plus réduits à la portion congrue et, comme le montrent les statuts ruraux (ainsi ceux de Pernumia), les terres moissonnées et les jachères, où l’on permettait la pâture des animaux52. Or, de plus en plus à mesure qu’on avance dans le xiiie siècle, et tout particulièrement après le retour à la paix, triomphe un individualisme qui est celui, non des exploitants eux-mêmes, mais des propriétaires désormais guidés par le souci du profit : des parcelles sont systématiquement agrandies peu à peu puis doublement isolées, par des fossés et par des haies ou des rangées d’arbres, et privent d’objet les dispositions statutaires fraîchement rédigées53.

a) Remembrements et concentration de la propriété

  • 54 Cf. tableaux n. 15 p. 924 sv.
  • 55 Cf. ibid., tableaux 6 et 5.

44Je rappelle que, non contrariée, la tendance telle qu’elle apparaissait à Sacco durant la seconde moitié du xiie siècle, était au lent amenuisement des parcelles54. Dès les années 1230, cependant, les élites citadines imposaient un mouvement inverse allant dans le sens du remembrement des exploitations et de la concentration de la propriété. Vers le milieu du siècle les conséquences s’en manifestaient déjà aux alentours immédiats de la ville : à cette époque la taille moyenne des parcelles dans les terres de San Giorgio maggiore à Vigodarzere n’était que de 1,8 campo, ce à quoi l’on pouvait opposer les 2,9 campi de moyenne dans un petit ensemble de manses situés dans divers villages de la campanea de Padoue55.

  • 56 L. Caberlin, Il Catastico detto « di Ezzelino »..., tesi di laurea, Dissert., p. l-lviii ; et table (...)

45L’ampleur du remembrement effectué durant le demi-siècle suivant saute aux yeux lorsqu’on compare les superficies moyennes des terres cultivées sur le terroir de Monselice vers 1250 et vers 1300. Une telle vérification statistique y est possible grâce aux données du Catastico dit d’« Ezzelino », rédigé en deux temps, et elle ne l’est d’ailleurs que là. Elle a été effectuée par Luigi Caberlin, dont je résume ici les résultats56.

  • 57 Sur la confection du Catastico et son contenu actuel, cf. la présentation faite par Caberlin à l’éd (...)

46La partie du registre la plus consistante et la mieux conservée concerne les années 1250 : l’ensemble des parcelles énumérées y totalise quelques 3300 campi ; moins complète, celle des années 1300 en compte encore 2600, ce qui permet malgré tout la comparaison57. Il se trouve que, vers 1250, plus de la moitié des parcelles (976, soit 52,9 %) sont inférieures à 1 campo, et représentent plus de 20 % de la superficie totale. Les 3 parcelles les plus vastes mesurent respectivement 24, 30 et 38 campi. La superficie moyenne de la parcelle est alors de moins de 2 campi (1,98 pour être précis). Il va de soi que les terres des collines, le plus souvent occupées par des vignes et des oliviers, sont globalement plus petites que celles de plaine : elles constituent plus du tiers des superficies de moins d’un campo.

  • 58 On trouve même des terre cum vitibus et arboribus qui atteignent les 13 campi, soit le double de le (...)

47La situation est profondément différente autour de 1300 : de majoritaire qu’il était le nombre des parcelles inférieures à 1 campo est descendu à moins de 20 % (79 parcelles, soit 18,1 %, pour être précis) et ne couvre plus que 2,8 % de la superficie considérée (passée, je le rappelle, de 3300 à 2600 campi). Les plus vastes atteignent des dimensions inconnues un demi-siècle auparavant : 55, 60 et 65 campi !58Si bien que la superficie moyenne de la parcelle est passée de moins de deux campi à près de six (soit 5,9 pour être précis).

  • 59 Des filles et fils d’artisans posent aux Domini ; cf. par exemple Domina Iacoba filia Gambarini bec (...)

48Il va de soi que le corollaire d’un remembrement aussi spectaculaire est la concentration de la propriété aux mains d’un patriciat citadin, tant autochtone que padouan, au détriment d’une couche de petits propriétaires manifestement laminée. La dimension moyenne d’une propriété, d’après les calculs de L. Caberlin, a plus que doublé : elle est passée d’environ 4,5 à 10 campi. Il n’est pas toujours aisé (loin de là) de qualifier socialement ces propriétaires dont le plus souvent on ne connaît que le nom. L. Caberlin s’est efforcé de mettre du moins en évidence une tendance profonde en isolant deux groupes, les Domini, aristocrates au sens large, voire très large59, et des « bourgeois », entité dans laquelle il a fait entrer tous les individus désignés comme artisans, commerçants, membres de professions libérales (médecins, notaires, avocats) et officiers publics.

49Vers 1250, une trentaine de Domini et une soixantaine de « bourgeois » détiennent respectivement 12,7 % et 6,9 % de la superficie totale ; les établissements religieux ne comptent que pour 3,9 %, mais ce chiffre est évidemment plus faussé que les autres dans la mesure où plusieurs, et non des moindres comme San Zaccaria de Venise, ne paient pas la dîme. Il reste donc une très forte majorité de terres (76,5 %) à une masse de gens non définie, parmi lesquels un nombre probablement élevé de petits propriétaires.

  • 60 Cf. note précédente.
  • 61 Les da Carrara sont fréquemment cités ; cf. par exemple : p. 17, Domina Fi-na uxor condam domini Ia (...)

50Autour de 1300 le changement est manifeste et va, bien sûr, dans le même sens que l’évolution des superficies des parcelles : Domini et « bourgeois » pris ensemble détiennent à présent la moitié des terres mentionnées. Certains des « bourgeois » de 1250 sont maintenant des Domini60, et d’autre part un nombre croissant de Padouans, et non des moindres, comme les da Carrara (désormais toujours davantage citadins, en attendant de dominer la commune), est possessionné dans le terroir de Monselice61.

51Au total, 60 % environ des parcelles ont changé de mains en un demi-siècle, ce qui signifie une considérable diminution de la petite et moyenne propriété, étant entendu toutefois que la terre circule également à l’intérieur du milieu dirigeant lui-même.

52Il n’est évidemment aucun corpus documentaire qui, de près ou de loin, s’approche de la série impressionnante de données que fournit le Catastico de Monselice. Aussi bien est-il à peu près impossible de préciser davantage les rythmes du mouvement de concentration des terres, tout comme d’établir des résultats chiffrés aussi convaincants pour d’autres secteurs.

53J’ai du moins tenté, après de successives et pénibles renonciations, deux modestes sondages que me semblaient autoriser deux petits, très petits, corpus qui concernaient heureusement deux territoires fort différents à la fois l’un de l’autre et de celui de Monselice.

54Le premier a pour objet la partie de la Saccisica qui avait le plus souffert de l’avancée des « croisés » de 1256 : les terres, voisines les unes des autres, de Rosara, Melara et Codevigo (dont on se souviendra que la destruction est attestée par la documentation d’archives). Il s’agit d’une région anciennement et intensivement cultivée. Les trois terroirs considérés présentent cette différence avec celui de Monselice de n’être directement contrôlés par aucun centre urbain : ils sont relativement loin de Padoue, Piove n’a pas le poids démographique de Monselice et, de toute façon, ne les domine pas ; quant aux proches Vénitiens, les laïcs n’y sont point encore trop installés et les monastères ont une gestion qui, bien que plus directive et soucieuse de profits, on l’a vu, ne s’était pas distinguée fondamentalement, avant la guerre, de celle de toute seigneurie ecclésiastique.

55La documentation utilisée est constituée par deux listes, qui se complètent, de possessions de San Giorgio maggiore dans ces trois villages.

  • 62 A S V, San Giorgio maggiore, B. 105, Proc. 394 : Quadernus possessionum ; même cote pour la seconde (...)

56La plus fournie est un Quadernus possessionum compilé sans doute en 1264 ; s’y ajoute un petit cahier, non daté lui aussi mais d’une écriture semblable62. Sont donc mentionnés 25 manses, avec indication de la superficie de chacune des parcelles les constituant, et 45 pièces de terre isolées. Les résultats sont les suivants :

    • 63 Le 1er de ces deux manses, le plus concentré, termine la seconde liste : le 11 août 1258, un certai (...)

    les manses sont encore relativement peu concentrés : ils sont constitués en moyenne de 10 parcelles chacun, avec bien entendu de fortes disparités qui vont de 3 peciae totalisant 43 campi à un ensemble de 18 autres qui en totalisent 39 (au minimum il est vrai car il manque la superficie d’une parcelle)63 ;

  • aucune des terres isolées n’atteint les 10 campi, à l’inverse certains des ensembles organiques que constituent les manses ont été constitués autour d’un petit noyau de pièces remembrées de 10 campi ou plus, ou à l’intérieur d’une seule : ils sont encore peu nombreux, 6 au total (sur 25).

  • 64 Cf. tableau n. 25 p. 946.
  • 65 Les listes de confronts témoignent de ces contrastes dans de vieilles régions agricoles comme Sacco (...)

57L’ensemble des parcelles – manses et terres isolées réunis – totalise environ 719 campi, soit une superficie moyenne de 2,4 campi par pecia. Ce résultat est relativement comparable au 1,98 auxquel on aboutissait à Monselice une quinzaine d’années plus tôt. Si l’on accepte de considérer comme représentatif le petit ensemble de biens-fonds de San Cipriano à Sacco en 1192, on peut considérer qu’un début de concentration se manifeste puisque la taille moyenne de la parcelle se situait alors à 1,5 campo64. Au bout du compte des contrastes étonnants devaient alors marquer ce paysage inachevé où des petits champs continuaient à se presser autour de vastes plaques65.

  • 66 L. Nussio, Il monastero di S. Maria della Riviera... : je rappelle qu’on y trouve 317 documents édi (...)

58Le deuxième sondage offre l’avantage de concerner un terroir de la campanea, donc directement soumis à la ville, tant administrativement que socialement, et où, de surcroît, de vastes espaces de terres de pâture, dont la commune de Padoue est le propriétaire éminent, ont été défrichés au bénéfice des notables citadins, ce qui, dans ce secteur déjà plus remembré, en fait une sorte de front pionnier : il s’agit de Polverara. Le corpus qui permet cette enquête est pris dans les documents du monastère albus de Santa Maria della Riviera, situé précisément à Polverara, et dont la documentation pour le xiiie siècle a été éditée dans une « tesi di laurea » due à Loretta Nussio66.

  • 67 Y compris dans le tableau no 5 du 1er chapitre de la 2ème partie, qui concernait un ensemble de man (...)
  • 68 Cf. tableau n. 15.3 p. 925.

59Ces terres de citadins sont très souvent des terres « novales » : c’est sans doute pourquoi elles sont d’une taille moyenne qui contraste énormément avec les exemples rencontrés jusqu’ici67. Et de surcroît c’est dès le début du xiiie siècle que se manifeste cette différence. Qu’on en juge : entre 1201 et 1240 un ensemble de 34 peciae totalise 303,25 campi, soit déjà une moyenne de 8,9 campi par pecia ; or, entre 1241 et 1260, un autre ensemble, de 67 peciae, atteint les 602,5 campi, soit une moyenne de 9 campi (8,99 pour être précis) par pecia, quasi identique à la première, en somme68.

  • 69 Ces citadins se font connaître à l’occasion de ventes, avant tout, bien sûr, au monastère ou à son (...)
  • 70 Ibid., t.2, p.3 c.
  • 71 Ibid., t. 1, p. 59 a, a. 1257 (entre autres, vente d’une terre de 34 campi) et t. 2, p. 16 b, a. 12 (...)

60On est porté à faire des constatations de conséquence ! Les défrichements se sont effectués dans les terres de propriété communale dès la fin du xiie siècle et le début du xiiie et, tout de suite, ont été conduits par des livellarii citadins69 ; ils ont été menés de façon à constituer des parcelles plus vastes que celles des terres de vieille culture. La série de chiffres obtenue pour la période 1241-1260 à Polverara ne donne peut-être cet effet de persistance sans changement de la situation qu’en raison d’une modification relative de la documentation elle-même : jusque vers la fin des années 1230 sont réunis en grand nombre des actes émis par des Padouans, et ce sont eux, avant tout, que concernent les terres « novales » de propriété communale. Par la suite le nouveau monastère est plus directement concerné et son action se fait assez variée : soucieux sans doute de constituer des ensembles cohérents, on le voit se livrer à des acquisitions de micro-parcelles (les seules inférieures à 1 campo sont mentionnées en 1258)70, mais aussi bien revendre des pièces de plusieurs dizaines de campi pour finir de régler d’autres achats71.

61La spécificité de l’évolution à Polverara saute aux yeux. Les notables citadins, des vieilles familles consulaires comme les Tadi à de plus récentes comme les Corvi, sont de loin les premiers et les plus efficaces instigateurs du mouvement de remembrement des parcelles. Ce qui signifie que c’est d’abord à eux que profite la concentration de la propriété, et au premier chef dans la part du contado que la commune urbaine domine directement, sa propre campanea. C’est à peu près un demi-siècle d’avance qu’ils ont acquis par rapport aux plus modestes notables de Monselice ou aux monastères vénitiens les plus soucieux de gestion efficace, cela, il est vrai, sur des terres neuves où ne pesait pas la coutume. On verra plus loin que, dans un deuxième temps, les difficultés de la période ezzélinienne leur ont permis d’imposer à leurs dépendants ruraux, avant tous autres, des contrats d’un type nouveau, susceptibles de leur procurer de plus sûrs et plus consistants profits.

b) Isolement des parcelles

  • 72 Cf. supra, p. 790.
  • 73 M. Roberti, Un formulario..., p. 4-9.
  • 74 Ibid., p. 70 :...laborare et seminare, lodamare et fossadare et salices complatare (sic).
  • 75 V. Gamboso éd.,Vita prima di S. Antonio o « Assidua », Padoue, 1981, p. 498-501. Il est intéressant (...)
  • 76 Ad clausuram qua cingebatur panichium ;... nec super salices panichium cingentes.

62Ces parcelles peu à peu plus vastes, on s’efforce, parfois dès la fin du xiie siècle, de les isoler, et cela doublement, je l’ai dit72. Le formulaire du notaire Padouan Corradino date de 1223. Les documents qu’on y trouve transcrits à titre d’exemples sont, bien entendu, antérieurs73. Il est donc révélateur d’y rencontrer une location à dix ans : ces baux à courte durée sont alors des nouveautés, à en juger par leur extrême rareté dans la documentation d’archives. Non datée, elle est attribuée à un certain Siméon, notaire, connu entre 1209 et 1211 ; le locataire, un homme de Camponogara nommé Albertino, reçoit une pièce de terre au même lieu : il promet, non seulement, selon la coutume, de bien la travailler et l’ensemencer mais, de surcroît, de la fumer et de l’entourer de fossés et de saules74. Les parcelles plus ou moins complètement isolées et, en tout cas, délimitées de façon visible, font partie du paysage dès cette époque. Dans la première hagiographie de saint Antoine, la Vita prima o assidua, écrite à ce qu’il semble dès 1232, soit fort peu après sa mort survenue le 13 juin 1231, on raconte comment le saint, invoqué par une paysanne de Tremignon (village au nord de Padoue, aujourd’hui « frazione » de Piazzola sul Brenta), éloigne des céréales non encore récoltées une foule de moineaux qui les dévastait75. C’est que le champ est entouré de saules où s’abritent les petits parasites76.

63Des fossés, des saules ou, mieux encore, des haies ; les maîtres commencent donc à imposer la présence des uns et des autres dès la fin du xiie siècle, de façon d’abord circonstanciée et sélective, puis de plus en plus généralisée, tout cela, par conséquent, bien avant de songer à modifier la durée des contrats (en dépit de l’apparition d’un modèle « pilote » dans le formulaire de Corradino !).

  • 77 Cf. supra, p. 483. En 1190, est concernée une pecia de 4 campi située dans une cultura, soit une an (...)
  • 78 Le 29 mai, le « livellario » doit s’engager à plantare et fodere et fossare : A S P, Dipl., no 2035 (...)
  • 79 A S P, Corona, nos 8988 et 8989.

64Les plus réticents sont décidément les seigneurs ecclésiastiques autochtones. Ainsi Praglia : à deux reprises, en 1190 et 1192, le monastère inclut dans des contrats de livello l’obligation de creuser des fossés ; dans le second cas la raison est évidente, il s’agit de drainer un pré que l’on veut mettre en culture77. Puis plus rien ne change avant les années 1260 (je rappelle ici que ce monastère, favorisé par Frédéric II, ne semble pas avoir vu ses activités trop affectées durant les temps ezzéliniens, pour lesquels on dispose d’une série de contrats, petite mais significative), et ce changement même s’effectue ensuite par à-coups, comme sans conviction ; en 1262 ça n’est pas lui, mais le prieuré dépendant de Valsanzibio qui introduit, pour les livellarii de quelques terres de ce lieu, dans 2 contrats, l’obligation de fossare (ou fossadare), à laquelle s’ajoute, dans le second, celle de planter des haies ou des saules sur les bords (circumplantare, sans autre précision)78. Il faut attendre l’année 1269 pour trouver deux nouvelles occurrences ; cette fois c’est le monastère lui-même qui fait isoler deux terres arables à Brusegana, l’une de ses principales seigneuries de plaine, près de Padoue. Influence de l’air de la ville, sans doute...79.

  • 80 Cf. p. 483-484.

65Les établissements vénitiens adoptent plus volontiers, dès avant le milieu du siècle, l’habitude d’isoler certaines au moins de leurs pièces de terre. On a déjà vu, toutefois, que même eux ne semblent encore agir que sporadiquement lorsqu’il s’agit de creuser des fossés sur leurs terres de plaine80.

***

  • 81 A la différence des alignements de saules, dont la diffusion suit, avec un certain retard sans dout (...)
  • 82 S. Bortolami, Territorio..., p. 70, note 89.

66Il est particulièrement difficile de situer le démarrage et les rythmes de l’implantation des haies, amorcée plus tôt, peut-être, dans certaines des vieilles terres de culture81. Au xiiie siècle, ce sont davantage les statuts de communes rurales que les documents de la pratique qui y font allusion, comme l’a montré l’historien soviétique Samarkin. Il aura été le premier à tenter une analyse et à proposer un schéma explicatif du passage, dans les campagnes padouanes, d’un paysage de champs ouverts à un paysage largement dominé par les enclos. Dans ses grandes lignes ce schéma, qui rejoint en fin de compte les conclusions des synthèses de P. J. Jones, garde sa pertinence. Dans son ouvrage sur Pernumia et ses statuts, Sante Bortolami a déjà signalé la principale des nuances à y apporter : lecteur avant tout, précisément, des statuts et des sources imprimées, Samarkin n’avait eu le temps d’acquérir qu’une connaissance relativement superficielle des archives, et son erreur avait été de croire que les systèmes de clôture – notamment les plantations de saules – n’existaient pas encore au xiiie siècle82. En fin de compte, le tableau général qu’il avait présenté doit être avancé d’un bon demi-siècle.

  • 83 V. V. Samarkin, L’evoluzione..., p. 3-4 et 7-8 de la traduction italienne ; d’autres articles de ce (...)
  • 84 Cf. par exemple, dans l’édition Bortolami, les statuts suivants no 61 (p. 191) : De non pignorando (...)
  • 85 N° 273 (p. 232) :...non debeant... runcari facere cesas...

67Il avait été, en tout cas, le premier à signaler la présence, dans le cadre des servitudes collectives et exigée par ces dernières, de ce que la version italienne du seul article de lui qui ait été traduit du russe dénomme des « haies légères » ; faites d’osier le plus souvent, d’un caractère purement temporaire, elles étaient destinées à protéger les cultures des divagations des troupeaux ; on les enlevait une fois la récolte faite, et elles demeuraient « sous le sévère contrôle de la commune » – celle de Pernumia en l’occurrence83. Si l’on se reporte aux statuts de ce lieu, on s’aperçoit que le terme de sepes y désigne en effet, non point des haies vives mais des sortes de palissades d’osier (vimina) et/ou de branches mortes, en effet transportables et protectrices momentanées d’espaces privés84. C’est le terme de cesa, beaucoup plus rare, qui y a le sens français de « haie ». C’est ainsi qu’un statut interdit de faire défricher les cesas qui ont poussé sur les rives des canaux municipaux et qui, par conséquent, constituent bien – à la différence des sepes – des espaces éventuellement labourables85.

68Il va donc de soi que les sepes témoignent d’un état ancien de la campagne padouane, où les champs sont ouverts et ne souffrent que momentanément d’être isolés, alors que la présence des cesae annonce au contraire les enclosures, modification radicale de l’avenir.

  • 86 C D P, 2/1, no 1 :...sicut cernitur prima pecia a cesa et fossato... Et coheret ei ab uno latere vi (...)
  • 87 En 1178, le juge autorise le monastère San Cipriano à maintenir une sepes dont un certain Enrico, d (...)

69Si l’on cherche à remonter aux témoignages les plus précoces la documentation du xiie siècle en fournit, dans un contexte précis où les haies sont des exceptions justifiées par des circonstances particulières. C’est ainsi qu’en 1101, à Legnaro, deux parcelles de terre arable sont entourées, l’une complètement l’autre en partie, par une cesa et un fossé, parce qu’on est au voisinage d’un pan de forêt et qu’il s’agit donc de les protéger des bêtes, soit sauvages soit tout simplement allant pâturer dans le bois, ou encore revenant par le chemin qui longe l’une et l’autre parcelle86. Au reste, du xiie siècle à Ezzelino, les clôtures installées au bord d’autres lieux que des sedimina ou des jardins demeurent un objet de litiges où il faut avouer que le magistrat se montre plus indulgent envers le grand propriétaire qu’envers le petit alleutier87.

70Si les haies vives ne sont que très rarement signalées dans les livelli, actes de vente, échanges de parcelles, donations, bref dans les actes de la pratique, ceux dont nous vient l’essentiel des informations sur le paysage rural, c’est que les notaires n’ont tout simplement aucune raison de les mentionner dans les descriptions de confronts, à l’inverse des fossés ou des chemins ; situées sur le terrain concerné, elles ne constituent pas un intervalle entre lui et celui du voisin.

71Il va de soi que la nécessité même où l’on est d’installer des palissades temporaires pour barrer le passage aux animaux implique la rareté, au moins relative, des haies vives. On dispose cependant, dans le Padouan, d’un document d’un type assez particulier qui dévoile cette réalité que les contrats négligent et qui montre, autour de 1250, une évolution déjà plus qu’amorcée : il s’agit des quelques dizaines de pages que, dans le Catastico dit « d’Ezzelino », rédigé à leur profit, les chanoines de la « pieve » de Monselice ont consacrées à la description de leurs propres biens-fonds.

  • 88 Cf. par exemple :...(perticas II) et tabulas XX (...) terre cum vineis et olivis in Monte Vinearum (...)

72Le détail de chaque parcelle y est méticuleusement reporté, à la différence de ce qui est fait dans tout le reste du registre, rédigé sur le modèle habituel aux actes notariés. C’est ainsi que, pour près de la moitié des vignes et olivettes en leur possession explicitement situées sur le Mons vinearum (l’actuel Montericco), soit 16 sur 35, il est fait mention de haies vives (cesae), souvent associées à ce qui pourrait être des murets formés avec la pierraille ramassée sur place (praerae)88. Il n’en est pas question à propos des parcelles des autres propriétaires situées sur le même lieu, pourtant énumérées en bien plus grand nombre.

  • 89 Cf. par exemple :...canpum I et perticas VI et tabulas LII terre aratorie de qua est in cesa et in (...)

73Sur les terres de la « pieve » situées en plaine la proportion n’est pas non plus négligeable, même si elle est moindre ; les haies sont alors, en général, associées à des fossés ; c’est le cas de 55 parcelles sur 144, soit 38 %89. Il faut donc, au vu de ces chiffres, relativiser les conclusions auxquelles on est porté par le reste de la documentation.

74Sur l’association d’alignements d’arbres (en général des saules) à des fossés qui isolent totalement la pièce de terre, il est cependant possible, sinon de proposer une chronologie, du moins de suggérer les étapes d’un mouvement qui, se généralisant peu à peu à partir du milieu du Duecento, va constituer la modification la plus radicale du paysage.

  • 90 S. Bortolami, Territorio..., no 83, p. 196 (signalé par l’auteur en p. 70, note 89) :...et si fueri (...)
  • 91 Cf. supra, p. 796.

75Au début du siècle les arbres s’alignaient au long, non point des fossés privés, mais de ceux des communes ou des canaux d’intérêt régional ; les statuts de Pernumia font même obligation aux riverains d’en planter pour isoler leur espace d’habitation dans le castrum et dans les bourgs90. C’est – on l’a vu avec des exemples tirés de la documentation de Praglia – dans la dernière décennie du xiie siècle, que s’introduisent dans les contrats agraires des clauses qui obligent le tenancier à creuser un fossé autour de sa parcelle91.

  • 92 P. Sambin éd., Candiana..., nos 5 (a. 1190), 7, 8 (a. 1195), 9 (a. 1197), 11, 12, 13, 15 (a. 1198), (...)
  • 93 Cf. par exemple, B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t. 3, no 439, a. 1212 : un manse de 30 c (...)
  • 94 Dès 1258, on indique d’une pecia de plus de 17 campi qu’elle est cum ripis sine fossatis (A S P, Co (...)

76Une autre série, contemporaine, montre la précocité des initiatives d’un autre monastère, celui de Candiana, qui s’applique à faire entourer de fossés une dizaine de parcelles probablement remembrées, en tout cas relativement vastes (leurs dimensions vont de 3 à 13 campi) par ses libellarii, entre 1190 et 119992. Pendant la première moitié du xiiie siècle de telles obligations sont manifestement liées aux remembrements ou aux attributions de terres défrichées ; ainsi les nouveaux manses d’un seul tenant constitués à Bagnoli, à l’emplacement des anciens marécages, sont isolés les uns des autres de cette façon93. L’amplification des remembrements et de la concentration foncière dans la seconde moitié du Duecento entraînera donc la généralisation de ces pratiques, au point que, parfois, durant cette troisième phase, par une sorte d’inversion des réactions, le notaire en viendra à signaler le fait qu’une terre remembrée n’est pas, ou pas encore, ceinturée de fossés94.

  • 95 P. Sambin, Candiana..., no 5 : et ut non debeant in illa pecia de terra vel circa eam salices haber (...)
  • 96 Les instructions données deviennent alors assez contradictoires : en 1198 (no 12), une pecia concéd (...)
  • 97 C’est de l’année 1185 que date la première mention qu’il m’ait été donné de trouver de telles explo (...)
  • 98 Il est en tout cas frappant de constater qu’une autre solution au même problème n’a pas été général (...)
  • 99 Seules sont taxées les véritables saulaies, installées en plantations sur des parcelles entières, e (...)

77L’usage d’entourer de saules la pièce ainsi isolée s’est diffusée à un rythme assez comparable. C’est ainsi que le monastère de Candiana, après avoir interdit aux premiers des 10 livellariii de la série documentaire qu’on vient de voir de planter des saules95, commence à changer d’avis à partir de 119896. L’existence, de plus en plus fréquente à partir des années 1180, de saulaies et de pièces de terre plantées à la fois de saules et d’autres arbres97prouve qu’on leur a reconnu une nouvelle utilité : celle de maintenir la terre au bord des fosses qui longeaient désormais un nombre toujours plus grand de parcelles98. Les réticences initiales des maîtres s’expliquent sans doute du fait que, si les saulaies ou les espaces en partie plantés d’arbres dans un but de profit étaient tout naturellement chargés de redevances, les alignements le long des fossés prenaient de la place au détriment des cultures. Une fois devenus conscients du rôle protecteur de ces files d’arbres, on ne voit point qu’ils aient tenté d’en faire pour eux-mêmes une source de revenus immédiats : il est tout à fait exceptionnel de les voir les taxer d’une redevance99.

c) Mise en place progressive d’un habitat intercalaire : de l’incastellamento à l’appoderamento

78Elle accompagne remembrements et enclosures ; elle en est en somme la conséquence inévitable.

  • 100 A S P, Dipl., no 935.
  • 101 A S P, Certosa di Vigodarzere, no 33.
  • 102 A S P, Corona, no 39, III, c.

79Lorsque des parcelles atteignent ou dépassent les 20, les 30, voire les 60 campi, ce qui n’est pas si rare dès les années 1250, non seulement il est souvent exclu qu’elles soient soumises à une rigoureuse monoculture, mais elles ont non moins souvent pour destin de constituer à elles seules des exploitations, quitte à y adjoindre des peciolae complémentaires de vignes, de bois... Les mentions cessent d’être rares à partir des années 1210-1220 : dans la campanea de Padoue, à Ponteglese, en 1214, Giovanni di Steno vend au monastère San Benedetto de Padoue un ensemble de terres, tant « novales » qu’anciennes, parmi lesquelles une terra cum domibus et edifficiis mesurant 3 manses, soit 60 campi ! On conçoit qu’il ait été plus commode d’installer le ou les tenanciers à l’intérieur d’une superficie à travailler aussi considérable100. Puis les exemples se font nombreux avec le milieu du siècle ; le plus souvent c’est encore avant tout dans la zone la plus remembrée, c’est-à-dire près de la ville : en 1251 le notaire et usurier Pietro Boccone vend une pecia terre cum sedimine, domo... et cum vinea de 36 campi, située dans la campanea de Padoue ; le remembrement n’est d’ailleurs pas complet puisque, au milieu de cet espace, demeurent deux îlots (peciolae) totalisant 3 campi ; curieusement c’est le monastère San Bernardo, propriétaire encerclé de ces 3 campi, qui achète les 36 et termine ainsi l’opération !101 ; en 1255, au lieu-dit Torniago, toujours dans la campanea, voici une pecia de terra aratoria et prataliva cum sedimine et domibus de paleis qui mesure 27,5 campi102.

  • 103 A C P, Feuda episcopi, t.1, no112 : XXII campi terre aratorie et vineate cum quinque sediminibus, c (...)

80Parfois l’exploitation d’un seul tenant est composée de plusieurs pièces – jointives – dont certaines étaient déjà encloses ; en 1236 le notable padouan Giovanni De Rulle en possède une à Montecchia, aux pieds des Euganées, qui mesure 22 campi et qui comprend 5 sedimina bâtis, un jardin et plusieurs clausurae103.

  • 104 Cf. par exemple, A S P, Corona, no 3648 : en 1199, est prévue la construction d’une maison sur un s (...)
  • 105 Une pecia terre cum domibus de plus de 22 campi, à Polverara, est située au locus dit Calle de Carb (...)
  • 106 A S P, Santa Maria della Riviera, t. 10, p. 11 a ; a. 1222.
  • 107 Ibid., t.I, p.31 ; a.1239 : iuxta ripam fluminis.
  • 108 La diocesi..., p. 428.
  • 109 A S P, Dipl., no 1778. Les conditions ne sont pas mauvaises : ils tiennent le lieu en livello perpe (...)

81Ces maisons ou groupes de maisons isolés sont installés en des lieux aussi variés que possibles. Il est des emplacements sans surprise : ainsi les constructions sur les grandes pièces de terre d’anciennes « coutures », vastes parcelles cultivables de réserve, caractéristiques des vieilles seigneuries monastiques autochtones104, ou encore au bord de chemins publics105. Mais le plus souvent ce nouvel habitat est établi en des lieux qui avaient longtemps été répulsifs. Un bon nombre des terres concernées sont liées aux trois formes prises dans le Padouan par la conquête des incultes, à savoir le défrichement des forêts, l’assèchement des marais, l’endiguement des eaux courantes : voici par exemple, sur le terroir de Polverara, un sedimen à maisons de pierre, qui englobe des bois dans son enceinte, au lieu-dit Cadengo106, ou encore un manse bâti au lieu-dit (révélateur) Vadus de Monario, dont le sedimen est situé le long de la rivière107. Tandis que, une fois construit (en 1191) le nouveau pont sur le Brenta au nord de Padoue, se développe au bord du fleuve une petite agglomération de bateliers108, la plaine environnante se peuple elle aussi : en 1252, 5 frères, tenanciers de Praglia, installés au milieu d’une parcelle arable de 5 campi, sont originaires de Brusegana, village dont le monastère est seigneur ; on est en droit de penser que c’est lui qui les a incités à émigrer vers une terre de mise en valeur récente109.

  • 110 A S V, S. Michele in isola..., B. 11, no 450.

82Parfois on assiste à une entreprise planifiée : en 1234 on prévoit de délimiter 4 sedimina à bâtir, bordés d’un côté par le chemin public se dirigeant vers Carrara, de l’autre par la rivière, dans un vaste pré en partie occupé par une saulaie, chaque maison devant elle-même être longée par une fosse d’écoulement qui rejoindrait la rivière ; finalement 3 des maisons prévues seront bâties, le 4e espace délimité demeurant en pré110. Ces choix ne sont pas sans hardiesse si l’on se souvient que les inondations ne sont alors pas rares, malgré tout, et ne cesseront pas de l’être avant le siècle dernier ! Il semble que les propriétaires imposent l’efficacité au détriment de la sécurité.

83Peut-on envisager d’évaluer la proportion d’habitat dispersé vers la fin du xiiie siècle ? Toute hypothèse à caractère général étant exclue, on peut du moins oser une tentative à partir d’un échantillon bien documenté.

  • 111 Ce Catastico, qui comprend aussi des contrats passés dans des villages voisins ainsi que dans Padou (...)
  • 112 E. Bandelloni, La casa rurale nel Padovano, Padoue, 1975, p. 9-10 (photographies des témoins surviv (...)
  • 113 M. Fiorentin éd., Dinamismo economico..., f. 98 sedimen cum domo de muro et de cupis.

84Voici l’exemple des 112 contrats agraires conclus par l’abbaye de Santa Giustina à Legnaro entre 1275 et 1292, et retranscrits dans un Catastico111 ; sur cet ensemble sont mentionnés 27 espaces bâtis (sedimina) au total : 16 se trouvent in villa, 11 à l’extérieur. De beaucoup de maisons (quelle que soit leur situation) il est précisé qu’elles sont paleatae : c’est là un habitat sans doute très proche de ces casoni, « constructions élémentaires de paille et de boue, directement venues de la cabane primordiale », dont on pouvait encore photographier quelques ultimes exemplaires autour de Piove di Sacco dans les années 1970112. Une seule exception, bâtie en pierre avec un toit de tuiles113.

  • 114 Ibid., f. 98 et 106.

85Les emplacements hors du centre ont les caractéristiques que j’ai désignées plus haut : sur 11, 6 sont au bord de l’eau – le long d’un flumen vetus, au lieu-dit Vallis Savine (rappelons que le toponyme Vallis désigne un endroit marécageux), ou encore le long d’un canal communal (la publica comunis). La maison construite en « dur » se trouve, quant à elle, sur la grande route qui va vers Piove (super stratam per quam itur ad Plebem Sacci). Une autre est plantée à l’intérieur d’une parcelle de 13 campi, suffisante à elle seule pour constituer une exploitation114.

  • 115 Fs. 77 et 80 : supra quam terram debet facere domum.
  • 116 D’autres l’ont écrit avant moi. Ainsi Ch. Klapisch-Zuber, dans son article Mezzadri e insediamenti (...)

86A plusieurs reprises il est précisé que c’est le tenancier lui-même qui a construit cet abri modeste, ou qu’il a à le faire (deux occurrences, le long d’une rivière)115. Le monastère est donc de ces propriétaires qui provoquent la dispersion de l’habitat paysan ; dispersion qui, si l’on y réfléchit, s’avère un facteur, d’une part de relâchement des liens communautaires entre les ruraux et, de l’autre, de dépendance accrue vis-à-vis du maître116.

  • 117 Une petite parcelle de quelques perticae, qualifiée de terra casalina, au lieu-dit Fossa Bersello, (...)
  • 118 Ibid., p. 296-344.
  • 119 Cf. A S V, S. Zaccaria, B. 8 Catast. II, B. 22, 23, 24, 25 ; l’exception se trouve en B. 24 : elle (...)
  • 120 Ibid., B. 17 : 3 juin 1258.

87Une exception à ce tableau, et non des moindres : les Euganées viticoles, à en juger par l’épaisse documentation dont on dispose sur Monselice. Aucune mention, parmi les terres devant la dîme, dans le « Catastico d’Ezzelino », de maisons isolées autour de 1300 et, peut-être, une exception insignifiante dans le principal registre, celui de 1250117. Quant aux maisons dont les chanoines sont propriétaires, toutes sont en ville ou aux abords118. On voit, de son côté, le monastère San Zaccaria posséder, acheter, vendre 110 maisons et sedimina, bâtis à Monselice, entre 1251 et 1299 ; seule une 111e est peut-être isolée, le long d’une via comunis, en un lieu-dit « Pozzo Paganino »119. On n’en est que plus frappé de voir, dans l’un des rares actes concernant les biens qu’il possède à Roncaiette, c’est-à-dire non seulement en plaine mais dans les fines de Padoue, et donc dans la région la plus transformée sans doute, les locataires d’une terre de 28 campi s’engager à y construire une maison120.

  • 121 Si la vigne est aussi cultivée en plaine, l’olivier ne l’est pas. De surcroît, la spécialisation pr (...)
  • 122 On est sans doute en droit de considérer comme une généralité au moins tendantielle, et à nuancer c (...)

88Il faut croire qu’un déterminisme géographique a joué, à Monselice, pour contrarier l’évolution générale : l’habitat est demeuré fixé au point de rencontre entre plaine et collines, c’est-à-dire entre les deux secteurs complémentaires de l’activité agraire du lieu121. Bref, la transformation du paysage y est demeurée inachevée : remembrements, concentration foncière et enclosures n’y ont pas eu pour conséquence, comme ailleurs, la naissance d’un peuplement dispersé122.

***

  • 123 Cf. C. Rotelli, Una campagna medievale..., p. 38 sq. : l’auteur oppose communaux, champs ouverts et (...)
  • 124 G. Cherubini, Le campagne italiane dall’xi al xv secolo, dans Storia d’Italia UTET, t. 4, Turin, 19 (...)
  • 125 G. Giorgetti, Contadini e proprietari..., p. 33 ; cf. aussi P. J. Jones, Le origini medievali..., p (...)
  • 126 Ibid., p. 152.
  • 127 Fragiles, ces édifices étaient, il est vrai, transportables ! Au xive siècle, le seigneur de Vérone (...)

89Le vieux système où champs ouverts et incultes communaux se complétaient est donc mort ou agonisant123. L’avenir se profile avec l’implantation progressive de ce que les historiens de l’époque moderne désignent du terme italien de « podere », c’est-à-dire, lorsqu’il est parvenu au parfait accomplissement de sa forme, une exploitation d’un seul tenant, « isolée et compacte »124, constituant « une unité productive suffisamment organique et stable »125. Au xiiie siècle une étape essentielle est franchie lorsque les propriétaires insèrent dans les contrats une clause d’obligation d’habiter sur place pour le locataire, ainsi autoritairement isolé ; c’était bien sûr nécessaire pour assurer une exploitation suffisamment intensive et continue : l’appoderamento signifie rationalisation126au terme d’une série d’investissements – canalisations, travaux de drainage, enclosures, etc., le moins coûteux étant pour l’instant la construction de ces fragiles édifices de terre et de paille dont les exploitants se chargeaient eux-mêmes127.

  • 128 A Orvieto, au xiiie siècle, c’est la réserve seigneuriale qui est appelée podere (E. Carpentier, Or (...)
  • 129 E. Zorzi, Il territorio..., Doc. 1, p. 258.
  • 130 Ce podere Fabrici, qu’il tenait de ses ancêtres, vendu cette année-là par l’impécunieux aristocrate (...)
  • 131 R. Cessi éd., « Gesta magnifica »..., p. 186-187 :...de toto illo podere...in Pernumia vel eius con (...)
  • 132 C’en est un relativement modeste que Giacomino Fisolo détient à San Giorgio delle Pertiche, soit un (...)

90Cela dit l’usage médiéval du terme « podere » a varié avec le temps, et de région à région128. Introduit dans le Padouan dès les dernières décennies du xie siècle, il y a un tout autre sens, assez malléable au demeurant. Lorsque, au cours d’un procès, vers 1184, un témoin déclare que Domina Speronella détient son podire (sic) cum omni honore il s’agit clairement du pouvoir propre au seigneur banal129. Un peu plus tard le mot désigne la seigneurie en une acception plutôt géographique : le « podere » de Iacopo da Sant’Andrea à Favariego, avec toutes ses composantes dans la villa, dans le terroir et dans la curia qu’elle domine, en 1205130, ou encore le « podere » des da Carrara à Pernumia, à Carrara et dans leurs territoires, en 1241131. Dans le même temps il peut signifier, tout simplement, « propriété foncière », sans qu’il soit encore sous-entendu que celle-ci est d’un seul tenant : bien au contraire, les exemples qu’on rencontre sont ceux d’ensembles complexes132.

  • 133 A. I. Pini, La viticoltura italiana..., p. 839.
  • 134 Cf. supra, p. 525.
  • 135 Cf. A. Rigon, « Franchavilla »..., p. 8, qui résume des développements de l’article de A. Castagnet (...)

91Quant aux ensembles fonciers nouveaux, exploitations compactes atteignant 20 campi et plus, c’est-à-dire ces 7 à 8 hectares qui constituent le minimum rentable pour de tels organismes133ou, encore très souvent, associations d’une grande parcelle et de quelques peciolae éparses, ils continuent, très traditionnellement, d’être appelés « manses » ; du fait même de leur existence le terme (je le rappelle) désigne aussi une unité de mesure. Les nouvelles tenures d’un seul tenant sur les terres défrichées de Bagnoli sont des manses134, de même que, plus à l’ouest, dans la basse-plaine de Vérone, à Villabona, entre l’Adige et les « valli » du Tartaro, les maxi, « compacts et allongés de vaste superficie, disposés...dans une direction perpendiculaire aux digues de l’Adige », que Castagnetti désigne, logiquement et en conformité avec le vocabulaire historiographique, comme des « poderi »135.

  • 136 Vers 1550, sur les 600.000 campi cultivables du contado padouan, un tiers appartiendra à des laïcs (...)

92Structure portante, « fer de lance » de la modernité agricole, le « podere », avec ou sans le nom, signifie dès la deuxième moitié du Duecento le déclin accéléré, et la quasi-disparition à terme, de ces petits et moyens alleutiers qui avaient été les acteurs de l’expansion agricole et de la mise en place des communes rurales136.

***

  • 137 G. Cherubini, Qualche considerazione..., p. 75-76. Dans le contado de Sienne, selon le même auteur, (...)
  • 138 E. Carpentier, Orvieto..., p. 185. C. Rotelli, L’economia agraria di Chieri attraverso i catasti de (...)
  • 139 Id., Una campagna medievale..., p. 36-42. C’est ainsi que, fréquemment, on voit les prés communaux (...)

93Lors même que l’on n’en arrive pas à la constitution d’ensembles homogènes et à un habitat dispersé – ainsi à Monselice –, les remembrements et concentrations de propriété n’en sont pas moins impressionnants au cours de la seconde moitié du xiiie siècle, accélérés qu’ils ont été par les conséquences de la période de guerre. Au point que la situation du Padouan s’apparente à celle des secteurs les plus précoces du monde rural en Italie du nord et du centre, à savoir la Lombardie autour de Milan et une partie de la Toscane, la région d’Arezzo avant tout, où Giovanni Cherubini a vu le même processus de dépossession des ruraux s’engager à la même époque137. Il existe au contraire, aux marges des grands secteurs d’agriculture intensive (Lombardie, Vénétie, Toscane) des régions où l’émiettement de la propriété et des parcelles va se poursuivre plus ou moins jusqu’à la grande crise démographique du xive siècle. C’est le cas du contado d’Orvieto et d’une bonne partie du Piémont : dans les campagnes de Chieri la moyenne des parcelles agricoles passe de 3 « journées » environ en 1311 à 2 « journées » en 1327138. Très logiquement, au début du xive siècle, les campagnes piémontaises demeurent donc un pays de champs ouverts soumis à des règles communautaires strictement fixées par les statuts139.

94On éprouve la tentation d’opposer deux « modèles » : un « modèle » padouan et arétin (auquel on devrait pouvoir assimiler l’essentiel de la Lombardie et de la Toscane), et un modèle piémontais et orviétan, l’un représentatif d’une transformation accélérée des paysages et (on va y insister) des rapports de production dans le conta-do de grandes cités-états (mais certainement pas de toutes), l’autre demeuré plus traditionnel, sinon archaïque, où le Moyen Âge « classique » va perdurer au moins jusqu’à la grande crise, sinon jusqu’au xve siècle.

B) Vers la généralisation du contrat à durée limitée

95Si les processus de remembrement et de concentration n’ont fait que s’accélérer à partir des années 1250, les modifications apportées aux contrats agraires ont été plus brutales. On peut les qualifier de révolutionnaires, même si elles n’ont pas été généralisées.

  • 140 Cf. supra, p. 467-472.
  • 141 Cf. supra, p. 462-463 la série de contrats, entre 1218 et 1235, qui prévoit le paiement d’une taxe (...)
  • 142 Fs. p. 513-514.
  • 143 P. 512-513. Je rappelle que, dans le livello traditionnel, on se contentait d’une obligation très g (...)

96Rappelons tout d’abord, aussi brièvement que possible, quels premiers frémissements de nouveauté étaient apparus dans les anciens contrats de livello, perpétuels et renouvelables : pour commencer une tendance à l’alourdissement de fait des redevances à partir des années 1190 avec les tentatives, tantôt réussies (les monastères vénitiens), tantôt contrariées (Praglia), de les rendre fixes alors que, de tradition, elles étaient proportionnelles à la récolte140 ; un retour aux contrats renouvelables, de préférence aux perpétuels, constatable à Praglia, qui permet au propriétaire, outre un meilleur contrôle de ses biens, des rentrées substantielles tous les 29 ans, et cela, semble-t-il, dans le cas d’exploitations récentes ou nouvelles141 ; allant dans le même sens, une mesure qui tendait à soumettre le vieux livello lui-même aux contraintes et à la rationalité du marché, à savoir la fixation d’un prix d’entrée proportionnel – au moins relativement – à la valeur de la terre142 ; et enfin, pour la première fois, l’intervention directe du propriétaire dans la gestion, qui se traduit par un certain nombre de clauses nouvelles : obligation, pour le tenancier, de fumer la parcelle, de l’isoler par un fossé ce qui relie notre problème au précédent143. De tout cela on a pu déduire deux chose : d’une part le « livellario » est, de plus en plus souvent, soit un non-exploitant, soit un exploitant aisé, sans doute appuyé par des salariés, ce dont témoigne l’irruption des forts prix d’entrée dans ces contrats agraires ; de l’autre la somme de ces nouveautés a une conséquence globale : la condition de la majorité des exploitants se détériore au fur et à mesure que le propriétaire sort de la vieille conception rentière et acquiert une mentalité de profit.

97La « Révolution » dans les contrats est cependant une autre chose : elle ne consiste pas en une généralisation de ces nouveautés de détail mais en l’apparition massive (au moins dans certains secteurs du Padouan) de contrats à durée limitée, dont les clauses les intégreront.

98Rien ne naît du néant. Cette nouveauté fondamentale a sa préhistoire dans l’évolution antérieure ; il y a une tradition de contrats à court terme, d’une part hors du milieu rural, d’autre part dans une certaine catégorie de contrats agraires que j’ai déjà eu l’occasion de mentionner et qu’il me faudra rappeler brièvement.

  • 144 Dondi, Dissert. 6, no 165.
  • 145 A C P, Episcopi, t. 1, no 80.
  • 146 A C P, Villarum, t. 9 : Spasano, nos 4 (a. 1209) et 6 (a. 1224), Sarmeola, no 1 (a. 1215), Scandalò (...)

99Les seigneuries ecclésiastiques ont assez tôt établi des modalités tout à fait particulières pour assurer la perception de certains gros revenus, pour lesquels la coutume ne les bridait pas. C’est ainsi que, dès 1203, l’évêque de Padoue, qui percevait encore un tonlieu sur des marchés de la ville, l’afferme à deux citadins, Bon Giovanni de Picinato et Gombertino Crostolo, pour une durée de 20 ans144. De même en 1207 il afferme pour 5 ans la perception des dîmes sur les terres d’ancienne exploitation (veteres) de Campolongo di Liettoli (en Saccisica) à un notaire et au fils d’un maçon, l’un et l’autre gens du lieu, contre versement de 32 livres145. Les chanoines suivent l’exemple, avec une série d’affermages, le plus souvent à 3 ans, à 1 an dans un cas146.

  • 147 A C P, Episcopi, t. 1, no 91 ; A S P, Dipl., no 1039.
  • 148 A S P, Corona, no 4696 : la warda omnium suorum nemorum, ainsi concédée, est rémunérée par la moiti (...)

100Autre source de bénéfices appréciables où s’est tôt diffusé le bail à court terme, les moulins : en 1208 deux roues de moulins sont cédées par l’évêque en location pour 15 ans ; en 1219 une posta molendini (c’est-à-dire l’emplacement) à Lugo est louée pour 20 ans par le monastère Santo Stefano de Padoue à 3 personnes du lieu, dont un de ses villici147. Enfin on voit un laïc de fortune récente, Trevisio di Mangiavillano, en 1232, louer à son gastald, pour 3 ans, la garde de ses bois à Cazzago !148

  • 149 A S V, C D Lanfranchi, janvier 1187 : San Zaccaria concède une pêcherie pour 6 ans ; A S V, San Cip (...)

101Quant aux monastères vénitiens ils expérimentent de premiers baux à court terme sur leurs pêcheries aux limites de la terre ferme, à Conche149.

  • 150 Cf. par exemple : A S P, Dipl., no 1048, a. 1209 : un sedimen bâti est cédé par le monastère San Pi (...)

102Dans la gestion de leurs biens immeubles, enfin, les monastères et l’église cathédrale, assez tôt dans le siècle, se permettent de temps à autre des baux limités (20 ans, 10 ans...) sur des sedimina citadins150.

  • 151 Cf. supra, p. 457 (premières définitions).

103Tournons-nous vers les contrats agraires : je rappelle qu’on peut considérer comme une préfiguration de l’avenir l’attitude des seigneurs fonciers à l’égard d’une catégorie particulière de dépendants, longtemps assujettis à une coutume purement orale, les villani : c’est à partir des années 1180 que des contrats sont rédigés pour les tenures en villanaticum, et très vite ils sont relativement diversifiés. Certains, plus défavorisés que d’autres, n’obtiennent que des concessions à court, voire à très court terme, de 10 ans jusqu’à 1 an, ou même, tout simplement, au bon vouloir du maître. Ces contrats particulièrement draconiens sont en général qualifiés de locations ad laborandum151.

  • 152 Cf. supra, mes remarques enp. 500.
  • 153 Cf. supra, p. 461. Ces contrats conclus pour moins de 29 ans sont de toute façon renouvelables, ce (...)

104J’avais remarqué que, à de très rares exceptions près, on cessait d’en rencontrer après les années 1240, et cela non plus du fait d’un processus, longtemps favorable aux exploitants ruraux, d’extinction des formes marginales, mais au contraire parce que l’insécurité propre aux baux à court terme allait concurrencer les vieux livelli jusqu’à s’imposer en fin de compte comme règle. Bref, la location ad laborandum, forme contractuelle d’avant-hier, allait être celle d’après-demain, du fait de la possibilité qu’elle offrait d’un réajustement constant des redevances152. Elle avait conflué au passage, pour aboutir à l’élaboration des nouveaux rapports agraires, avec une catégorie, jusque là demeurée très minoritaire, de livelli atypiques, fruits de l’imagination volontiers débridée des juristes d’Italie du nord153et, surtout, avec de tout aussi rares « locations » (locationes) à plus ou moins court terme et/ou non renouvelables, apparues dans les années 1180 (toujours elles !) mais sans jamais constituer des séries, et longtemps demeurées comme des îlots dans l’océan de la coutume.

  • 154 A S V, San Cipriano, B. 114, R. 1034.
  • 155 Ibid., San Zaccaria, B. 17 : 9 août 1221, 16 juin 1205.
  • 156 Ibid., San Cipriano, B. 105, R. 504 : 6 mai 1237.
  • 157 Dondi, Dissert. 6, no171 : a.1208 ; A C P, Episcopi, t. 1, no 103 : a. 1210.
  • 158 B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t. 3, nos 439 (a. 1212) et 676 (A. 1226).
  • 159 De ces contrats antérieurs au régime ezzélinien, celui qui préfigure peut-être le mieux l’avenir de (...)

105Voici par exemple, dès 1189, un bail à 20 ans, sur un manse du monastère San Cipriano de Murano à Bovolenta : si aucun renouvellement n’est explicitement prévu, les charges dues par l’exploitant sont traditionnelles : fixes et accompagnées d’une colta de 15 sous, du cadeau coutumier (amissere unum) et du droit de gîte (albergarias, seulement si besoin est)154. Entre les années 1200 et 1237 les archives des grandes seigneuries ecclésiastiques fournissent à peu près toutes leurs exemplaires : contrats à 5 et 6 ans de San Zaccaria155, à 15 ans de San Cipriano156, à 16 et 10 ans de l’évêque157, à 20 et 10 de propriétaires laïcs dont les actes sont conservés dans la documentation du monastère de Brondolo158, etc. Jusque là, cependant, il s’agit toujours d’exceptions quasi absolues dans la gestion des biens des intéressés, exceptions dont il est par ailleurs impossible de comprendre les raisons d’être. Si l’on peut voir, en 1205, San Zaccaria imposer une redevance particulièrement lourde – 1/3 des céréales mineures, mais la moitié du froment – à son locataire pour 6 ans, à l’inverse San Cipriano n’exige en tout et pour tout que 7 setiers pour une superficie de 7 campi, c’est-à-dire bien moins que la moyenne habituelle. La diversité est la règle, du plus au moins en passant par l’habituel159.

a) Padoue : les divers cas de figure

106Les thèmes entrelacés de la paupérisation de la paysannerie et de l’évolution des contrats agraires au xiiie siècle n’ont plus rien de neuf ni d’imprévu dans l’historiographie italienne. Il s’agit, ici aussi, non point de proposer des idées originales, mais plus modestement de délimiter la place du Padouan dans le concert général, tout en en faisant ressortir les aspects spécifiques, cela va de soi.

107Le cas padouan présente des contrastes violents : certains monastères autochtones, tels Praglia, de même que les plus grandes seigneuries châtelaines, sont des conservatoires de la vieille rente « féodale » ; l’attitude des monastères vénitiens est représentative des deux autres possibilités offertes : celle de San Zaccaria, le plus anciennement installé, s’apparente longtemps à celle de Praglia et des seigneuries padouanes, avec toutefois une réelle évolution à partir des années 1280 ; de même San Cipriano n’introduit que lentement les baux à court terme tandis que San Giorgio maggiore impose, là où il le peut, les nouveaux rapports de production dès les premières années de paix ; le monastère padouan de Santa Giustina, moins traditionaliste que Praglia, adopte des solutions diverses selon les lieux. Et c’est sans doute aux laïcs citadins, d’ancienne et, surtout, de récente fortune, qu’il revient d’être les premiers expérimentateurs de la modernité foncière. Malheureusement on ne dispose à leur sujet, pour cette première période, que d’exemples épars et, en somme, assez rares.

  • 160 P. J. Jones, The agrarian development..., p. 82.
  • 161 Si les arguments qui précèdent ne sont sans doute pas sans valeur, il faut pourtant éviter tout dét (...)

108Le cas du monastère de Praglia pourrait constituer une bonne illustration d’une remarque de P. J. Jones, selon qui « les rentes coutumières, en fait, lorsqu’elles étaient en assez grand nombre, pouvaient encore produire des revenus suffisants et... continuer à constituer une part substantielle du revenu seigneurial »160. Une condition nécessaire, et qui se trouvait réalisée à Praglia, était que les redevances fussent acquittées en nature, gage de stabilité dans les contrats perpétuels. L’attachement de cette seigneurie à la tradition la distingue d’autres qui, longtemps tout aussi conservatrices, ont fini par évoluer, telle Santa Giustina. Il peut y avoir une raison sociologique à ces différences de comportement : Praglia est une abbaye du contado, sise aux pieds des Euganées, liée aux deux familles comtales ; Santa Giustina est citadine et a, dans un ensemble de seigneuries foncières beaucoup plus dispersé (de la campanea de Padoue aux rivages de l’Adige), davantage de raisons d’être influencée par la gestion « bourgeoise » de certains de ses voisins161.

  • 162 A S P, Corona, B. 182 ; Dipl., B. 14 et 15. En 1257 le monastère a consenti une locatio à 20 ans – (...)

109N’est-il pas révélateur que, durant les années 1256-1257, lors-qu’une sorte de frénésie de rédaction de nouveaux contrats s’empare des propriétaires, la documentation de Praglia se réduise à presque rien ? Dans la décennie 1260 (27 contrats), et tout particulièrement en 1263 (15 contrats), elle accorde des livelli à perpétuité, dont une majorité renouvelables tous les 29 ans, et l’on retrouve en ce cas la mention du versement d’un gros d’argent à chaque renouvellement, instaurée au début du siècle162. Environ un tiers des redevances demeure à part de fruits (le tiers des récoltes en général), et le reste est fixe – sans prétentions excessives au demeurant, de 1 à 3 setiers par campo pour les terres arables. Bref, une tradition bien assise inspire la gestion.

  • 163 S. Bortolami, Formazione, consistenza..., p. 32, col. 2.
  • 164 Ibid., p. 38, col. 2.
  • 165 A S P, Corp. soppr., Praglia, no 165.
  • 166 S. Bortolami, Formazione, consistenza..., p. 35, col. 1. Il note justement qu’une telle situation e (...)
  • 167 Franco Fasulo, Livelli e livellari del monastero di Praglia tra ’400 e ’500. Primi risultati di una (...)

110Les occasions éventuelles de changement, là où il n’y a pas encore de coutume implantée, ne sont pas envisagées. En l’an 1300 est fondé, sur des terres du monastère auparavant boisées, le nouveau village de San Benedetto delle Selve ; c’est encore une série de contrats de livello qui règle les rapports avec les exploitants, lesquels verseront 1/10e des produits durant la première année, la dîme plus 1/5e la deuxième année, puis 1,25 setier de blé et 12 deniers par campo, à perpétuité163. Dans les années 1290, cependant, à l’initiative de l’abbé du moment, Mauro, on voit apparaître une petite série de contrats ad tempus de 3, 6, 10 et surtout 5 ans ; mais le taux de prélèvement n’en est pas modifié pour autant : environ 2 setiers de céréales, et 12 deniers, par campo164. Dans un épais Catastico des biens du monastère, où l’on retrouve 1290 contrats échelonnés entre 1190 et 1320, on en rencontrera cependant une centaine, significativement rejetés à la fin, qui seront ad tempus165. La tentative de modification ne se poursuivra pas au-delà. Le livello à perpétuité avec renouvellement tous les 29 ans caractérise la très grande majorité des biens-fonds de Praglia encore au début du xvie siècle166. Mais, avec la deuxième moitié du xive siècle et le xve, la crise du monde rural finira par atteindre ses tenanciers, longtemps protégés par cette gestion traditionnelle : des nobles et des bourgeois citadins se substitueront peu à peu comme « livellari » aux exploitants directs frappés à leur tour par l’endettement et la paupérisation167.

  • 168 A. L. Trombetti-Budriesi, Beni estensi..., p. 194 et note 187.
  • 169 A. Castagnetti commente l’article de A. L. Trombetti-Budriesi dans La Marca..., p. 179-182. Si cett (...)

111On aimerait être mieux informé sur la gestion des biens-fonds des marquis d’Este. Le riche inventaire des biens familiaux rédigé en 1293 s’avère, à la première lecture, décevant sur le mode de conduction des exploitations, rarement indiqué. Sur un groupe de 2890 pièces de terre, 17 % sont gérées directement, 36 % sont inféodées, 47 % sont exploitées par des tenanciers ; il n’est d’informations qu’au sujet d’une minorité de ces dernières : un peu plus de 300 sont dites « en livello », 42 en « livello perpétuel », 6 seulement en « location », et de 28 il est dit que l’exploitant occupe la parcelle « sans droit » (non habet ius). Qu’en est-il des autres ? Anna-Laura Trombetti, dans son étude sur ledit inventaire, émet l’hypothèse que cette rareté des précisions sur le type de contrat pourrait être à mettre en relation avec les transformations en cours dans le sens selon elle commun à toute l’Italie du nord, à savoir la généralisation des contrats à durée déterminée ; mais alors pourquoi ces quelques 380 mentions, parmi lesquelles sont si rares les « locations » ?168. La connaissance des situations régionales dans leur variété incite à la prudence, et c’est Andrea Castagnetti qui me semble être dans le vrai lorsqu’il estime au contraire que la situation de la majorité des tenanciers demeure proche de celle qui caractérisait le contado de Vérone aux xiie-xiiie siècle. Ils sont tout simplement, avec le marquis, dans un rapport coutumier, et le contrat écrit ne s’est pas encore implanté parmi eux. Du coup les centaines de livelli font ici figure d’expression de la modernité169.

  • 170 L’acte est publié dans S. Bortolami, Signoria cittadina e comuni rurali..., p. 24-28. Selon un acte (...)

112Ce qui est vrai des marquis l’est aussi, à ce qu’il semble, des da Carrara : héritiers d’un bien des da Camposampiero dans le nord, à San Michele delle Badesse, les da Carrara, au xive siècle, ne changeront rien aux relations avec les ruraux. Encore en 1377 Francesco da Carrara garantit aux paysans les biens communaux du lieu par un renouvellement de livello, moyennant un loyer annuel de 50 livres (de deniers parvi), à charge pour les villageois de porter 2 chapons au moment du renouvellement (ce qui est fait à cette occasion). Le même seigneur, en 1362, en mettant à jour les vieux statuts de Padoue, avait reconnu le droit des communes rurales sur leurs biens et interdit de s’en emparer par force ou par ruse : il voulait protéger ce qui avait réussi à demeurer170. Le grand seigneur est un « conservateur » : c’est ce que Montesquieu eût appelé « la nature des choses ».

***

113San Zaccaria est-il un monastère « conservateur » ? Et si oui, pourquoi ?

  • 171 Cf. p. 469.
  • 172 Cf. le tableau n. 27 p. 953 : « San Zaccaria. Evolution des contrats agraires dans le Padouan ». Co (...)

114La plus importante de ses propriétés dans le Padouan est celle qu’il a constituée à Monselice à partir de la curtis de Petriolo, acquise dès le Xe siècle. Du fait de son ancienneté même, le jeu de la coutume y est difficile à modifier ; d’autre part on a vu que seules les marges méridionales du terroir ont véritablement souffert de la guerre ; on n’a pas vraiment à « reconstruire ». Dans l’autre domaine, celui de Corte, avant les années de dictature des nouveautés substantielles avaient été introduites dans le cadre du vieux livello, ce qui rendait peut-être moins pressante la nécessité de changements radicaux171. La seule modification quantitativement notable est le passage des livelli perpétuels aux livelli renouvelables tous les 29 ans ; et il s’effectue assez tard, entre les années 1260 et 1290 ; dans la dernière décennie du siècle les premiers ont totalement disparu172. Sans doute s’agit-il pour le monastère de mieux contrôler le devenir de ses biens.

115Avec les années 1270, démarrent toutefois, très modestement au début, les séries de contrats à durée limitée, les seuls qui comptent étant de surcroît les plus longs : ceux de 20 ans et plus (non renouvelables, ce qui fait toute la différence). Leur présence se fait significative avec les décennies 1280 et 1290 : 8 sur 56 contrats, puis 9 sur 44.

  • 173 L’important article, maintes fois cité, de K. Modzelewski, fondé sur l’utilisation des Catastici mo (...)

116Ils ont un rôle précis. On peut voir en eux, à les analyser d’un peu près, l’arme du monastère pour amener ses dépendants, progressivement (l’évolution sera lente et contrastée), à supporter une plus forte ponction sur leurs récoltes173.

  • 174 K. Modzelewski, Le vicende..., 1re partie, p. 50 et 68.
  • 175 On trouve encore des mentions attardées du rectum – redevance à part de fruit coutumière – en 1257 (...)
  • 176 Cf. par exemple : 3,75 setiers, pour une terre de 2 campi, le 12 novembre 1299 (B. 17) ; 8 setiers (...)
  • 177 Cf. par exemple les 4 baux à 20 ans du 14 juin 1277 : 2 sont de 8 setiers par campo, et 2 autres de (...)
  • 178 24 novembre 1268, B. 22 ; 15, 16 et 25 janvier 1282, B. 8 « Catastico » II.
  • 179 Cf. note précédente.
  • 180 Cf. les contrats de San Giorgio maggiore à Roncaiette dès 1258 (14 septembre et 8 octobre 1258).

117Le prélèvement sur les livelli avait été, au xiie siècle, fixé par la coutume uniformément : il se montait alors toujours à 1/3 du vin et de l’huile, plus la dîme, 1/4 des autres produits (le terraticum), plus la dîme, cette dernière sans autre charge pour les herbes et les animaux, sans parler des cadeaux d’usage ; à Corte seulement, dans une minorité de cas, le livellario devait, déjà, 3 setiers par campo (sur le froment, les fèves et le mil)174. Encore à la fin du siècle (ainsi dans une vingtaine de livelli, des années 1297 à 1299) quelques pièces de vignes et d’oliviers doivent encore le tiers de leur production. Il n’y a plus, par contre, aucune règle pour les loyers en céréales ; désormais fixes175, ils vont de moins de 2 à 8 setiers par campo176. Or les loyers à durée limitée (et ceux de 20 ans sont souvent les plus rigoureux sur ce point), dès les années 1270, mettent presque tous la redevance à 6 ou 8 setiers par campo177 ; sur les vignes l’augmentation semble se faire plus difficilement. Le premier contrat à durée limitée (sur 10 ans), en 1268, en reste à la ponction traditionnelle du tiers et du dixième, par contre en 1282 c’est la moitié qui est exigée, dans 5 contrats à 20 ans178. C’est en outre dans ces nouveaux baux, et non pas dans les livelli, que le monastère exige, d’une part des travaux d’isolement des pièces de terre par des fossés et des plantations de saules, et d’autre part, à partir des années 1280, çà et là, des séries de « cadeaux » plus consistantes qu’auparavant : dans les baux à 20 ans de 1282 est exigé chaque fois un chevreau, éventuellement remplacé par 20 sous ; dans un bail à 5 ans de 1294, qui concerne un ensemble de 26 campi à Roncaiette, outre le chevreau, sont énumérés une livre de poivre et une de cire, 2 poules, 2 poulets, une oie et les plus habituels spalla et fugacia179. Le monastère ne fait ici, au demeurant, qu’introduire sur le tard des exigences que d’autres ont formulées bien plus tôt après le retour à la paix180.

118Il apparaît donc clairement que, dès les années 1270, lentement mais sûrement, le rôle des baux à durée limitée (sinon courte) est de tirer vers le haut les exigences du maître, et qu’à la fin du siècle, les coutumes ayant été peu à peu oubliées, dans un désordre significatif, les livelli eux-mêmes – encore majoritaires pour l’instant – laisseront pénétrer des clauses d’une sévérité égale à celles des loyers du nouveau type de contrat.

  • 181 Cf. les mentions de l’index du Catastico d’Ezzelino, p. 366.
  • 182 A S V, San Zaccaria, B. 8 Catastico II : 31 janvier ; B. 24 : 21, 24 (2 contrats) et 28 mars, 1er a (...)
  • 183 B. 24.

119Si la volonté de changement et l’esprit de profit ne semblent donc pas manquer à San Zaccaria, quels sont les freins à son action ? J’ai cité la force de la coutume dans des secteurs où les communautés rurales ont peut-être été moins touchées que d’autres par la guerre. On a pu voir aussi que, bien que victimes de la concentration des terres, elles gardaient, au moins à Monselice, leur cohésion en évitant la dispersion de l’habitat. Il y a une troisième raison : Monselice, à son échelle – plus modeste –, connaît, depuis plusieurs décennies sans doute, le même processus que Padoue, d’accaparement des terres par sa classe dirigeante, aristocratique et bourgeoise. Or, San Zaccaria n’a pu éviter qu’une part considérable de ses biens-fonds ne passe à des « livellari » non exploitants. Tentons un petit sondage : les 8 contrats de livello conclus en l’année 1283 à Monselice le sont avec une Domina Béatrice, épouse d’un nautonnier (nauterius), Rolando dei Foscoli, Giacomino dei Foscoli (chacun pour une terre différente ; il s’agit d’une famille de petits notables locaux)181, un magister Pietrobono (avec son frère Frugerio, notaire), un Dominus originaire de Mantoue, Gioacchino, et seulement 3 personnages totalement obscurs, ce qui n’en fait pas pour autant de simples exploitants182. J’ajouterai que la première personne citée, Domina Béatrice, vient d’acheter le même jour le droit utile sur le lieu à un probable – ou du moins possible – exploitant direct, qui répond au surnom de Naxi et est le fils d’un certain Andrea de Bisis (« des petits pois », en dialecte)183.

120Il en ressort que, par une contradiction qui n’est qu’apparente, les citadins de la classe dirigeante, alors qu’ils mènent désormais à vitesse accélérée sur leurs propres terres le passage aux baux à durée limitée (on le verra sous peu), freinent le processus sur celles de l’Église, mais à leur profit. La conséquence pour l’historien est que la transformation des rapports de production, dans la mesure où ce sont ces « livellari » indirects qui l’imposent aux exploitants, lui demeure le plus souvent masquée, la documentation d’archives ne montrant que rarement les laïcs directement à l’œuvre sur leurs propriétés.

121Il n’en est que plus remarquable que San Zaccaria ait pu exiger de ses « livellari » citadins des loyers dont on a vu que, en dépit de bien des inégalités, ils étaient tendantiellement en hausse. Ce qui implique que les conditions imposées aux exploitants réels aient été de plus en plus draconiennes, j’y reviendrai ; ce qui signifie aussi que les tenanciers de Praglia auront, quant à eux, joui d’un délai d’un siècle environ !

***

  • 184 Cf. le tableau n. 27 p. 953 : « San Cipriano. Evolution des contrats agraires dans le Padouan ».
  • 185 A S V, San Cipriano, B. 116, S. 166 à 170.
  • 186 Une première occurrence de loyer consistant exclusivement en une somme d’argent, tout à fait isolée (...)

122Semblables à San Zaccaria en ce qu’ils imposent progressivement le changement, mais légèrement plus précoces, peut-être en partie parce qu’ils n’ont pas, ou ont moins constamment, affaire à des locataires citadins, d’autres monastères comme San Cipriano ou San Nicolò du Lido, à voir de près les témoignages de leur gestion, bien moins nombreux au demeurant (la documentation de San Zaccaria est de loin la plus riche), cherchent sans doute, dans un premier temps, à accroître leur sécurité en imposant des baux courts, plus qu’à augmenter leurs bénéfices. C’est à partir des années 1270 que les contrats à durée limitée deviennent une minorité significative pour San Cipriano184. On est surpris de voir, en 1276, 4 baux à 6 ans imposer exactement les mêmes charges, sur des parcelles ou des ensembles de parcelles sis à Pianiga (au nord de Padoue), qu’un livello, soit le tiers des produits (avant tout les céréales, tant d’été que d’automne) ; il n’est pas jusqu’aux cadeaux coutumiers qui ne se retrouvent identiques : 1 oie, 2 poules, 2 poulets, 25 œufs, et un amisere indéterminé (sans doute fouace ou épaule de porc)185. Avec la dernière décennie du siècle les baux courts deviennent majoritaires, et désormais – à partir de 1289 pour être plus précis – ils ont une caractéristique commune originale : leur loyer est payable en argent, le plus souvent en gros deniers, la durée la plus fréquente étant de 5 ans, ce qui assure aux moines de San Cipriano une constante possibilité de réajustement186.

  • 187 Le monastère San Nicolò du Lido, par exemple, fournit un autre cas de figure : à partir de 1286, le (...)

123Ces monastères vénitiens ont en fin de compte cela de semblable qu’ils aboutissent, durant les dernières décennies du xiiie siècle, à un changement plus ou moins radical de leur gestion : simplement amorcé ici (San Zaccaria), mieux entamé là (San Cipriano), il présente des modalités très variables187. Un seul d’entre eux se détache tout à fait par sa précocité : c’est San Giorgio maggiore, sur lequel je reviendrai.

***

  • 188 La documentation sur Maserà de 1200 à 1292 (l’auteur s’arrête à la date de la mort de l’abbé Odelri (...)

124Le monastère autochtone, et citadin, de Santa Giustina présente un cas de figure complexe, tout aussi éloigné de celui de Praglia que de celui des monastères vénitiens. Son patrimoine, vaste et dispersé, a évolué, à partir de 1256, de façon très différenciée selon les lieux. L’analyse de sa situation dans les deux terroirs de Maserà et Legnaro, bien documentés l’un et l’autre, quoique diversement, permet d’illustrer cette diversité188.

  • 189 A S P, Corona : 2206, f. 6v, 7, 8v, 11r, 13r, 15r ; 2207, f. 117r, 119v, 121r à 124v ; 1591, f. 82r (...)
  • 190 Ces petits vassaux ruraux devaient à l’origine un servicium unius equi, lequel est ainsi avantageus (...)
  • 191 Les Domini Gerardo Lovesino et « Segnoria », petit-fils de q. Oredico di Sparando (cf. la fiche fam (...)

125La plupart des terres de Maserà ont été cédées en fiefs à des citadins et à des notables locaux, et la grande majorité des actes conservés est constituée d’investitures. Durant la seule année 1272, 16 concessions en rectum feudum portent sur une centaine de campi au moins (les surfaces ne sont pas toutes indiquées) et, souvent, sur les dîmes189 ; le monastère n’est au demeurant pas toujours perdant ; plusieurs petits vassaux de Maserà doivent une somme pas forcément négligeable, tous les 5 ans, en guise de service vassalique190 ; les aliénations les plus sérieuses ont, bien sûr, été faites au profit de grandes familles padouanes comme, par exemple, les di Sparando191.

  • 192 Cf. par exemple : A S P, Corona, no 2210, f. 13 (a. 1259 : 1/3 des produits) ; Dipl., no 2018 (a. 1 (...)
  • 193 A S P, Corona, no 2208, f. 2r : il s’agit d’une location à 20 ans.
  • 194 C’est ainsi que Domina Daniotta, de Padoue, veuve du juge Enrico da Curtarolo, doit un setier de fr (...)
  • 195 A S P, Corona, no 2210, f. 8v.

126Minoritaires, les livelli alternent jusqu’à la fin avec les contrats à durée limitée. Les premiers concernent le plus souvent des sedimina pour lesquels les loyers exigés sont fort minces (quelques sous), les rares ensembles de terres cultivables concernés supportant au contraire des charges qui correspondent à la moyenne (soit 1/3 des produits, soit plusieurs setiers par campo)192. Les locationes s’échelonnent entre quelques mois et 20 ans. Ici aussi les loyers sont d’une grande variété, mais en général en argent (3 livres, plus la dîme et 2 poulets pour 1 campo en 1276)193 ; il convient d’ajouter que ce type de bail concerne le plus souvent des sedimina guarba, donc à reconstruire, et parfois des dîmes194. Introduit peu après la paix (le premier exemple en est une locatio à 10 ans datant de 1258)195, il n’a pas d’autre but, semble-t-il, que de garantir des possibilités d’ajuster les profits à la conjoncture.

  • 196 Cf. supra note 191.

127En fin de compte Maserà est pour le monastère une sorte d’« abcès de fixation » : il a consacré l’essentiel de ses terres en ce lieu à satisfaire sa clientèle vassalique padouane (entre autres en lui offrant des dîmes sur des terres novales, ainsi à Ronchi)196et, de surcroît, l’abbé, au moment où c’était devenu nécessaire, a distribué des feuda equi à la notabilité du village (comme l’évêque le faisait au même moment à Piove).

128A Legnaro, par contre, le monastère est davantage maître chez lui ; aussi bien la nature et l’évolution des contrats y sont-elles tout autres. Là le bail à durée limitée règne dans l’homogénéité !

  • 197 S. Bortolami, L’età dell’espansione (sec. xi-xiii) e la « crisi » del Trecento, dans I Benedettini (...)
  • 198 I. Daniele, La diocesi di Padova..., p. 308-309.

129Du moins s’agit-il de la situation à la fin des années 1280, lors-qu’un tableau précis nous en est donné par le Liber seu memoriale compilé pour l’essentiel en 1289, avec quelques adjonctions qui amènent jusqu’en 1292, et qu’a édité Maria Fiorentin. Sur 222 noyaux familiaux, environ 80 « livellari » (on verra que cette dénomination, qui demeure, ne correspond plus à la réalité), dont le chapelain, détiennent des terres du monastère, soit un ensemble de 112 parcelles197 ; s’y ajoutent 34 autres dans un village neuf, Isola dell’Abbà, tenues par 28 personnes (parmi lesquelles une seule – un nommé Giovanni q. Gerardino – est aussi à Legnaro, s’il ne s’agit pas d’un homonyme). Le nom même de ce surgeon de Legnaro, Isola « dell’Abbà », implique la domination incontestée de Santa Giustina : il s’agit d’un espace initialement marécageux, l’ancien lieu-dit Memora, cédé en 1076 par l’évêque Odelrico ; une villa Isola est documentée pour la première fois en 1123, et dès les années 1140 elle est suffisamment peuplée pour qu’une église y soit construite198.

  • 199 M. Fiorentin éd., p. 97 : Item Antonius nepos domini Lionelli de domo illorum de Sancta Lucia ; il (...)
  • 200 Quelques rares non-exploitants probables : un certain Benvenuto, fils d’un magister Giovanni (p. 77 (...)
  • 201 La superficie de presque toutes les terres est indiquée ; elles sont de taille extrêmement variable (...)

130A une exception près – un da Santa Lucia –, aucun Dominus parmi les tenanciers199. Il semble qu’on n’ait guère affaire qu’à des gens du lieu, sans doute exploitants dans leur grande majorité200. Presque tous ne détiennent que quelques campi du monastère201, sans qu’on sache bien s’il s’agit principalement de petits alleutiers qui complètent ainsi leurs ressources ou de très modestes journaliers munis d’un petit lopin.

  • 202 M. Fiorentin éd., p. 79 (10 ans), 87 (livello à 29 ans), 94 (15 ans), 102 (2 baux à 15 ans), 111 (1 (...)

131Presque toutes les parcelles sont louées à 20 ans, durée non explicitement renouvelable : pour 12 d’entre elles (sur 146) la durée n’est pas indiquée, d’autre part 3 sont louées pour 15 ans, 2 pour 10 ans, et enfin demeure un unique livello à 29 ans202.

  • 203 Cf. par exemple, à la page 123 : 2 parcelles de 2 campi chacune doivent chacune 6 livres et un chev (...)
  • 204 Cf. par exemple, p. 126 : un sedimen bâti de 3/4 de campo doit 3,5 livres et 2 poules ; un autre (p (...)
  • 205 Quelques exemples, parmi ceux qui sont signalés en marge du registre : p. 84 : en 1291, le bail d’u (...)
  • 206 Ibid., p. 96 : 18 gros deniers (et 4 poules) pour un sedimen, en 1285 ; p. 102 : 10 gros (et 2 chev (...)

132A l’uniformité des durées correspond celle des loyers ; tous sont en argent : quelques livres auxquelles s’ajoute le cadeau coutumier – un chevreau, ou 2 poules, ou l’un et l’autre –, le tout modulé selon la taille du bien en général203. Les sedimina qui associent maison d’habitation et jardin – voire terre arable – sont un peu plus lourdement taxés204. On a la preuve d’une gestion attentive de la part du monastère : les loyers augmentent lorsque les baux sont renouvelés et, éventuellement (pas toujours), leur durée se raccourcit205. Signalons enfin qu’à trois reprises la somme à payer est stipulée en gros d’argent, sans que les raisons de cette originalité apparaissent vraiment : les dates de rédaction des contrats recopiés dans l’inventaire s’échelonnent entre 1275 et 1292 et ces quelques exceptions ne sont pas les plus récentes ; il est vrai que, sur les trois, l’un est à 15 ans, l’autre à 10 (donc la surveillance en est plus serrée)206.

  • 207 Encore que Maserà ait été longtemps l’un des villages ad civitatem pertinentes dont la dîme revenai (...)

133Il est clair que le même grand propriétaire est amené à modifier son attitude selon les opportunités qu’offrent ou non les situations locales : à Maserà, point d’ancrage de sa clientèle vassalique, relativement éloigné de l’influence citadine de surcroît207, Santa Giustina demeure largement soumis au jeu de la coutume et peine à introduire chez ses tenanciers la location à durée limitée – quelques baux à 20 ans seulement, on l’a vu. Ces mêmes baux sont exclusifs de tous autres à Legnaro, à une exception près, et déjà s’y annonce une évolution vers le raccourcissement. On est là beaucoup plus près de la ville, la paysannerie est plus assujettie aux nouvelles règles du jeu, celles qu’impose l’aristocratie citadine et que le monastère suit sans états d’âme.

  • 208 Cf. supra, 3e partie, chap. 3, p. 733.

134Il est au demeurant visible, à parcourir le Liber, que la mise en ordre opérée à Legnaro et Isola, son appendice, n’a été qu’une part – certes essentielle – d’une vaste opération qui englobait tout un ensemble, urbain et péri-urbain, de possessions de Santa Giustina, qui s’étale, en une coulée plus ou moins dense, de son voisinage immédiat jusqu’à Legnaro, précisément : c’est tout d’abord un secteur citadin allant du quartier de Santa Croce à celui du Ponte Corvo, soit du sud-ouest au sud-est, avec les bâtiments abbatiaux à son centre, puis, à partir du Ponte Corvo, des parcelles sises au long de la via nova vers Piove (terminée en 1212)208, par Volta Barozzo où se trouve un petit noyau de possessions, jusqu’à Legnaro et Isola, limite sud de cette série d’implantations (à laquelle il faut ajouter toutefois quelques parcelles encore plus méridionales, à Bovolenta).

  • 209 L’exception majeure est représentée par les sedimina bâtis du monastère au Ponte Corvo (p. 37-45), (...)
  • 210 Fait révélateur : les livelli du Ponte Corvo sont les seuls à payer, pour près de moitié, moins d’u (...)
  • 211 Au Ponte Corvo, des terres de 3 campi sont redevables de 15 livres de loyer chacune (p. 36), contre (...)
  • 212 Autour de Legnaro, l’influence des citadins était ancienne : le bois de Scandalò, à l’intérieur duq (...)

135Partout le contrat à 20 ans est la règle, à quelques exceptions près209, et absolument tous les loyers sont en argent. Il est clair que le modèle citadin s’est imposé sur cet ensemble, distingué par l’homogénéité au moins relative du traitement des locataires : dans le quartier de Santa Croce de petites parcelles de moins de 1 campo à reconstruire (ce sont des sedimina guarb) ne paient que de 1 à 3 livres en général210, alors que les terres arables situées aux abords immédiats de l’espace bâti ou dans la campanea proche (le long de la via nova) sont plus lourdement taxés que celles de Legnaro211. La valeur marchande joue donc son rôle dans la fixation du loyer de la terre dans ce secteur, celui où l’on est déjà parvenu à une modification radicale du statut de l’exploitation, et qui annonce l’avenir qui guette, à plus ou moins long terme, l’ensemble du contado212.

***

136Parmi les établissements religieux il en est cependant un qui a précédé tous les autres dans la mise en place de nouveaux rapports de production : San Giorgio maggiore ; et cela dans l’est de la Saccisica, c’est-à-dire dans un secteur où l’on ne voit pas que l’ait accompagné ou précédé l’action des citadins padouans, dès les années de « reconstruction », avant 1260. Ici, c’est la guerre seule qui a créé une situation telle que le grand propriétaire pouvait faire table rase de la tradition antérieure, avant même que les remembrements aient pris une ampleur significative, alors qu’on les a vus précéder, en général, les nouveaux contrats.

  • 213 Cf. le tableau n. 27 p. 954 : « San Giorgio maggiore. Evolution des contrats dans le Padouan ». La (...)
  • 214 Curieusement, les 2 premiers exemples de telles accumulations de cadeaux se trouvent dans les 2 liv (...)

137A Rosara, Melara et Codevigo (je rappelle qu’un témoignage explicite nous fait connaître la destruction de Codevigo et que des indices montrent que ses voisins ont souffert), entre 1257 et 1260, des sedimina plus ou moins vastes (de 1 à 2 campi) sont l’objet de baux à 10 ans, pour un loyer en argent encore modéré (environ 1,5 livre, sauf un, en 1260, de 2 sous seulement)213. Par la suite, sur les mêmes lieux, le bail à durée limitée demeure, mais plus varié – de 5 à 10 ans –, et porte sur des exploitations complètes. A l’instigation cette fois, peut-être, du milieu citadin, il est adopté par le monastère également dans ses biens de Vigodarzere (où l’on trouve même un exemple unique de bail à 1 an, en 1277). Le loyer, dès qu’il est appliqué à des manses ou à des groupes de parcelles, à partir de 1262, se modifie : il est en nature et fixe, avec une colta de 20 sous par exploitation (autour de 20 campi), une somme bigarrée de « cadeaux » annuels assez pesante, où des volailles variées (oies, poules, poulets) viennent s’ajouter aux traditionnelles épaule et fouace ; enfin l’obligation d’isoler le bien s’impose dès le début des années 1260214.

138La promptitude avec laquelle San Giorgio saisit, à Codevigo, l’occasion d’imposer un nouveau rapport foncier est le signe d’une mentalité de profit qui n’est pas surprenante de la part d’un monastère vénitien, géré par des membres de ces grandes familles citadines d’aristocrates-hommes d’affaires qui sont les premiers introducteurs de la modernité économique dans l’Italie du Nord-Est.

***

139Avant même San Giorgio, la classe dirigeante padouane, tant d’ancienne que de nouvelle extraction, avait donné l’impulsion au mouvement dès la période guerrière, c’est-à-dire dès que les déséquilibres que celle-ci engendrait, en affaiblissant les résistances coutumières, lui créaient un espace où imposer sa volonté à un monde rural affaibli depuis des décennies déjà par l’endettement, par le rétrécissement des communaux et par l’action de concentration qu’elle avait bien entamée autour de la ville.

  • 215 B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t. 3, no 439 : le juge Baialardo, de Padoue, concède en l (...)
  • 216 A S P, Certosa di Vigodarzere, no 18 ; malheureusement la superficie n’est pas indiquée.
  • 217 A C P, Villarum, 11 : Vigonovo, nos 22, 23, 24, 25.

140Le modèle avait en somme été créé bien auparavant, avec certains nouveaux manses d’un seul tenant édifiés sur des terres à peine arrachées au marécage : à côté du vieux livello on pouvait rencontrer là des exemples de location pour 20 ans, ainsi à Bagnoli dès 1212215. A partir des années 1240 la maigre documentation des temps ezzéliniens laisse filtrer quelques indices d’une expansion dudit modèle sur les terres des citadins : on n’est pas surpris de voir, en 1241, l’usurier Pietro Boccone imposer à un habitant de Curtarolo, sur une parcelle du même lieu, un bail à 5 ans dont le loyer se monte à la somme non négligeable de 10 livres216. Il arrive aux chanoines eux-mêmes de suivre l’exemple : en 1243, après avoir acheté à un notaire une pièce de terre à Vigonovo (dans l’est padouan), ils la cèdent en location à 5 ans, pour un loyer fixe, 20 setiers de froment, sans autre charge217.

  • 218 A C P, Villarum, 2 : Bertipaglia, 4, a. 1260 ; ibid., 4 : Este, 4, a. 1261. Il convient d’éviter to (...)

141Avec la paix, on voit des membres de vieilles familles de l’aristocratie citadine se joindre au mouvement : la veuve d’Uberto da Vò, Domina Benedetta, loue elle aussi une terre à 5 ans, à Bertipaglia, près de Padoue ; par contre on la voit céder encore en livello une vigne sur le terroir d’Este : la contradiction est-elle, une fois encore, à mettre au compte des situations locales, et faut-il simplement opposer la campanea communale au territoire encore tout coutumier du marquis ?218. Il n’est malheureusement pas de séries « laïques » que l’on puisse comparer à celles des monastères.

  • 219 A C P, Diversa, 1, no 51 : un certain Guerra di Mariarosa, d’Abano, acquiert 1 vache, 1 bœuf et 1 v (...)
  • 220 A S P, Certosa di Vigodarzere, no 35. D’autres ruraux doivent au défunt des parts de récolte.
  • 221 Marco di Ardoino et son fils Grado étaient en societas avec Pietro Boccone pour 6 vaches, 3 bœufs d (...)
  • 222 T. Pesenti-Marangon, Università..., p. 56-57.

142Une des sources d’enrichissement de la nouvelle bourgeoisie padouane est une forme de contrat à court terme d’un type particulier, la « soccida ». Dès la deuxième décennie du xiiie siècle on a des témoignages épars d’achats de bétail à crédit par des paysans219 ; en 1253 l’inventaire des biens du défunt Pietro Boccone le montre partie prenante dans une série d’« associations » (societates) de ce type : 2 vaches et 1 veau avec deux hommes de Marsango, 2 vaches et 2 bœufs avec 2 frères habitants de Curtarolo, 2 vaches et 1 bœuf avec un autre homme du même lieu, etc. (13 contrats en tout)220. Nombreux sont ses débiteurs pour du bétail : parmi eux, deux sont encore ses associés, Marco di Ardoino et son fils Grado, de San Michele de Villafranca221. Mais l’ancienne classe dirigeante n’est pas en reste et, dès 1241, un autre inventaire après décès, celui des biens du juge Lemizo degli Ardenghi, nous montre en soceda avec des ruraux de San Siro, Polverara et Carpenedo, cet aristocrate détenteur du castrum de San Siro et d’une belle fortune foncière dans le territoire environnant222.

  • 223 G. Giorgetti, Contadini e proprietari..., p. 147. Sur la « soccida » en Italie, cf. la bibliographi (...)
  • 224 Je rappelle ici qu’un statut communal daté de 1259 interdit l’exportation du bétail (cf. supra, p. (...)
  • 225 V. V. Samarkin, L’evoluzione..., p. 16-17. Les remarques de cet auteur sur ce thème dans le context (...)

143Il était dans la nature des choses que la classe dirigeante citadine soit intéressée également à cette forme de profit : le contrat de « soccida », comme l’ont remarqué les historiens du monde rural – parmi lesquels, entre autres, G. Giorgetti, se développe en parallèle, voire en corrélation, avec la location à durée limitée : là où le bétail n’est pas fourni par le propriétaire, non plus que les semences, ce qui est le cas dans les nouveaux contrats padouans, le paysan se voit bientôt contraint à ce type d’association dont le bénéficiaire est, assez souvent, son propriétaire, ou sinon un spéculateur/usurier citadin223. Le prix du bétail, en effet, augmente dramatiquement, et cela pour deux raisons au moins : d’une part les animaux sont de plus en plus privés d’espaces de parcours suffisants, et d’autre part, à cette raison structurelle de rareté s’en ajoute dans le Padouan une seconde, conjoncturelle, à savoir les ravages guerriers224. La « soccida » contribue donc à la paupérisation du monde rural. Au xive siècle les lamentations des paysans sur le prix du bétail seront devenues, en Italie, une constante et on en retrouvera l’écho dans les prédications de Saint Bernardin de Sienne (1380-1444)225.

***

  • 226 Si l’on considère comme deux entités comparables, ainsi que le fait Lesley A. Ling, d’un côté les m (...)

144Baux à durée limitée sinon à court terme, redevances de plus en plus souvent fixes et, peu à peu, plus lourdes à supporter pour le tenancier, voire pour le locataire non-exploitant, voici donc le tableau général. Rapidement introduites, à ce qu’il semble, dans la zone centrale du Padouan, autour de la ville et, plus généralement, là où les citadins sont le plus amplement possessionnés, ainsi que là où des propriétaires à l’esprit entreprenant comme les monastères vénitiens avaient loisir d’agir – comme San Giorgio maggiore dans le secteur de Codevigo –, ces nouveautés demeurent très exceptionnelles sur les vieilles terres seigneuriales autochtones, tant ecclésiastiques que laïques226. Il ne fait aucun doute qu’autour de 1300 la condition des ruraux devait présenter de violents contrastes micro-régionaux : on peut opposer, assez grossièrement, l’ouest et le nord, « féodaux » et coutumiers, au centre et à l’est entrés dans l’économie spéculative et où, tantôt se précipite, tantôt s’annonce leur paupérisation, voire leur prolétarisation.

b) Le Padouan dans le cadre du royaume d’Italie

  • 227 G. Luzzatto, L’inurbamento delle popolazioni rurali in Italia nei secoli xii e xiii, auj. dans Id., (...)

145Il y a longtemps que le cadre général a été délimité ; ainsi, dans un article paru en 1939 et centré sur un autre problème, celui de l’immigration dans les villes, Gino Luzzatto notait, en passant, que le xiiie siècle avait vu la classe de propriétaires aisés qui dominait les communes rurales agir, de concert avec les citadins, au détriment des plus pauvres en mettant fin aux droits d’usage commun sur les bois et les marais d’une part, et en diffusant peu à peu les contrats à court terme, d’où le renforcement accéléré de l’« inurbamento »227. L’étude du cas padouan permet de préciser, on l’a vu, que cette attitude des élites locales est largement liée au fait que leurs représentants étaient le plus souvent déjà devenus des citadins et ne voyaient plus leurs campagnes d’origine que de l’extérieur, comme un territoire à exploiter.

  • 228 Ainsi l’article de G. Cherubini, Qualche considerazione..., paru en 1967 dans la « Rivista storica (...)
  • 229 Ibid., p. 59.
  • 230 Ibid., p. 63.
  • 231 Sur ce thème général, cf. les remarques de G. Giorgetti, Contadini e proprietari..., chap. 1, « Il (...)

146Après la seconde guerre mondiale sont venues les analyses régionales ; elles ont suscité de premières tentatives de synthèse dès la fin des années 1960228. Une évidence, pour commencer : au xiiie siècle ce qui est remis en question dans le nord et le centre de l’Italie est l’ancestrale stabilité du tenancier sur sa tenure, garantie par le versement d’un loyer héréditaire fixé par la coutume ; or c’était là le fondement du système seigneurial « classique »229. Selon un schéma, sinon général, du moins largement répandu, le seigneur se transforme, avec plus ou moins de rapidité, en propriétaire ou perd ses biens au profit d’un nouveau venu qui agira d’emblée en propriétaire ; c’est qu’en effet s’impose, progressivement et, de toute façon, à des rythmes d’une extrême variété, ce que G. Cherubini appelle la « propriété absolue », c’est-à-dire selon la conception romaine, et que disparaît la distinction entre droit utile et droit éminent230. La seigneurie ne décline pas forcément ; la crise qu’elle connaît se résoudra en fin de compte par une intégration du capital commercial (ou usuraire !) citadin et des structures féodales, en un processus complexe qui ne fait que démarrer durant la seconde moitié du xiiie siècle. Du coup le paysan passe d’une dépendance qui, aux temps dits « féodaux », avait été avant tout personnelle (et à des degrés prodigieusement variables), à une dépendance économique qui va perdurer, en Italie du nord, en fin de compte, souvent jusqu’après la seconde guerre mondiale. Les modifications que subissent peu à peu les rapports de production au xiiie siècle – au début de ce processus – se traduisent par l’apparition des diverses formes de contrats à durée limitée231.

147De ces formes, celle qui exprime le mieux, car le plus radicalement, le passage à une exploitation absolument nouvelle, débarrassée des moindres traces d’usages coutumiers, vouée à une rationalité qui est l’expression de l’esprit de profit du propriétaire, est incontestablement la « mezzadria ».

  • 232 Je reprends cette définition de P. Racine (Plaisance..., t. 2, p. 550-551, note 38). Sur le thème d (...)

148Elle repose, on le sait, sur trois fondements : 1o) obligation de résidence du colon sur l’exploitation, 2o) contribution du propriétaire, qui fournit les animaux et la semence, ce qui permet l’existence du troisième fondement : 3o) division par moitié des fruits entre le propriétaire et l’exploitant232. Pour qu’elle existe il faut donc, d’une part qu’il ait été fait table rase des structures qui encadraient et protégeaient à la fois le paysan, d’autre part que la concentration des terres ait été suffisante pour aboutir à la création de « poderi » assez vastes pour permettre à l’exploitant de subsister après avoir cédé la moitié de sa récolte.

  • 233 Ibid., p. 95-97.

149Le « mezzadro » est donc un paysan, certes libre, mais surtout préalablement dépossédé ; le bail à court terme, d’une part le maintient dans cet état de fondamentale séparation d’avec ses moyens de production, d’autre part permet au propriétaire de réajuster les baux, ce qu’il fait en général tous les 5 ans233.

  • 234 Odile Redon, Seigneurs et communautés rurales dans le contado de Sienne au xiiie siècle, « MEFRM », (...)
  • 235 G. Piccinni, « Mezzadria » et « mezzadri », p. 94, note 6.

150La Toscane est donc la terre de la modernité par excellence dans la mesure où elle est celle où s’élabore et se met en place la « mezzadria ». Non sans une longue résistance des structures anciennes, toutefois, ce qui donne une signification générale, de ce point de vue, aux contradictions que j’ai signalées dans le Padouan entre des secteurs et des milieux d’évolution rapide et d’autres « conservateurs ». C’est ainsi que les tenures demeurent héréditaires tout au long du xiiie siècle dans les territoires des communes rurales castrales du contado de Sienne et que, encore vers 1300, cette situation apparaît solide234. Il en est évidemment de même dans les régions limitrophes où s’implante la « mezzadria ». G. Piccinni cite comme « emblématique » le cas du territoire de Pérouse, qui peut paraître bien tardif puisqu’il faut y attendre le xive siècle pour qu’elle se répande dans les propriétés bourgeoises, le xve dans celles des nobles et le xvie dans celles des organismes religieux, le livello devant persister jus-qu’au xviie tant chez les nobles que chez les religieux235.

151Lenteurs souvent, contrastes dans l’évolution un peu partout ; au-delà de cette première constatation il en est une autre : les contrats à durée limitée autres que la « mezzadria », tout particulièrement en Italie du Nord, sont l’expression d’une situation en cours de transformation, moins clairement définissable qu’en Italie centrale. La « mezzadria » classique ne caractérisera que rarement la Lombardie, et pas du tout le Veneto ; du moins les transformations s’y effectuent (car il est des régions où elles ne s’effectuent pas, aux marges ouest et est de l’Italie du Nord).

  • 236 V. Fumagalli, L’evoluzione dell’economia agraria..., dans Le campagne italiane prima e dopo il Mill (...)
  • 237 G. Pasquali, Contratti agrari scritti..., p. 281-283.
  • 238 E. Occhipinti, Il contado milanese..., p. 69-70, 176-205. Quelque chose d’assez semblable s’est pro (...)

152Pour m’en tenir à la deuxième moitié du xiiie siècle, un tableau varié s’y présente : autour de Crémone, vers 1270-1280, on en arrive à la « mezzadria »236 ; en Romagne, un contrat à bail se développe qui peut aboutir à des redevances de la moitié de la récolte, mais qui n’est pas la « mezzadria » car le propriétaire ne fournit rien et, comme dans le Padouan, la durée peut en être relativement longue237 ; la Lombardie centrale ne va pas non plus jusqu’à la « mezzadria », tout en développant, à partir des années 1250, les baux à durée limitée : ainsi sur les terres du monastère féminin de San Maurizio « maggiore », autour de Milan, des contrats de « location » (ad fictum), de durée variable (tantôt 10 ans, tantôt 5 ou 6, parfois moins), imposent des loyers fixes tantôt en nature tantôt en argent, complétés, comme à Padoue, de redevances annexes (du poivre, par exemple, souvent demandé pour les sedimina)238.

  • 239 A l’est du Piémont, par contre, à en juger par l’exemple du contado de Verceil, la situation est as (...)
  • 240 G. Piccinni, « Mezzadria »..., p. 93-94.
  • 241 V. Fumagalli, L’evoluzione..., p. 489.

153Ce sont les zones de moindre développement urbain qui, dans le nord de l’Italie, seront, comme il est logique, celles des moindres changements agraires et du maintien des structures « féodales » ; il s’agit avant tout de l’ouest du Piémont (j’ai déjà eu l’occasion de signaler que le remembrement des terres ne s’y était pas fait)239et, à l’est, du Trentin et du Frioul, soit les marges extrêmes de l’Italie padane240. Il va de soi qu’à l’intérieur de chacun des secteurs en transformation l’on retrouve des poches de résistance – communautés rurales, seigneuries ecclésiastiques ou châtelaines : un exemple particulièrement tardif est la révolte des tenanciers de San Benedetto du Polirone en 1509, lorsque le monastère impose un passage brusque du livello perpétuel au bail à 8 ans241.

154Quelle est la situation de la Vénétie dans le cadre général, et de Padoue dans le cadre vénète ?

  • 242 Ibid.
  • 243 G. P. Cagnin, I patti agrari in territorio trevigiano dalla metà del secolo xii agli inizi del seco (...)
  • 244 Ibid., p. 341. C’est qu’en effet, comme on l’a vu, le livello lui-même avait évolué en s’adaptant a (...)

155Dans l’ensemble, assez comparable à celle que l’on constate en Lombardie, avec des rythmes quelque peu inégaux d’un espace communal à l’autre. Ainsi Vérone fait figure, relativement, de conservatrice : le contrat à durée limitée ne s’y diffuse qu’à partir du xive siècle242. Voisine de Padoue, Trévise l’est aussi par son évolution. Le livello a été absolument prédominant, dans ce territoire aussi, jusqu’à la fin du xiie siècle ; à ce moment, comme dans le Padouan, le propriétaire tend à imposer certaines cultures et le loyer fixe. Il faut attendre les années 1270 pour voir les baux à durée limitée acquérir une importance relativement comparable aux livelli ; là aussi les baux à moyen terme (autour de 20 ans) concurrencent les courts, eux-mêmes assez variés. Ils ne correspondent pas forcément à un alourdissement des charges, mais semblent représenter pour le propriétaire avant tout une sécurité. Autre similitude avec le Padouan : la variété micro-régionale. Les collines, monastiques et seigneuriales, terres du livello tout le long du xiiie siècle, s’opposent aux plaines en transformation où s’impose mieux l’esprit de profit des citadins243. On ne peut qu’être d’accord avec Gian-Paolo Cagnin, et estimer valable pour le Padouan aussi l’explication qu’il propose lorsqu’il écrit que ce mélange de livelli maintenus et de contrats à durée moyenne était au fond le plus à même de répondre à l’exigence de réorganiser un espace agraire bouleversé par la guerre244.

156Bref, le Padouan et le Trévisan s’inscrivent, avec leurs nuances propres, dans une configuration assez précise : ils sont l’un des secteurs où l’évolution des rapports de production agraires est en somme la plus marquée de l’Italie au nord du Pô, à en juger par un certain nombre de catactéristiques :

  1. tout d’abord, avec la seconde moitié du xiiie siècle, le livello y est fortement concurrencé par le bail à durée limitée, non sans que de fortes poches de résistances – les terres seigneuriales – ne s’installent ;

    • 245 L’expression locatio ad tempus se trouve, par exemple, dans des documents de San Giorgio maggiore ( (...)

    ce bail nouveau n’est pas la « mezzadria ». On peut le qualifier, comme l’on fait jusqu’ici les historiens, de bail ad fictum ; cela dit les documents qui concernent la campagne padouane parlent de locatio ad tempus ou, le plus souvent, se contentent d’indiquer, après le mot locatio, la durée du bail245 ;

    • 246 Il m’a été donné de rencontrer un curieux exemple, au demeurant fort précoce, de clause à durée lim (...)

    il s’avère en fin de compte plus dur que la « mezzadria » pour l’exploitant rural dans la mesure où le propriétaire n’offre aucun apport, ni en semences ni en bétail246, d’où des motifs supplémentaires d’endettement, avec par exemple la fréquente fatalité de la « soccida » ;

    • 247 Cette interdiction, à peu près généralisée, supporte cependant de rares exceptions : ainsi en est-i (...)

    il est par contre comparable à la « mezzadria » sur trois points : l’obligation de résidence du tenancier, l’intervention du propriétaire dans la gestion (cf. les interdictions de couper les arbres ou les obligations d’en planter, les indications précises sur les cultures, etc.), et l’interdiction faite au tenancier d’aliéner le bien sans autorisation, voire d’aliéner tout court (ce que le livello permettait), ce qui achève de le priver de tout droit sur la terre qu’il cultive247.

  • 248 G. Giorgetti, Contadini e proprietari..., p. 58-59 : en 1552, Sant’Agostino de Padoue loue pour 3 a (...)

157La situation qui se met en place dans le Padouan au xiiie siècle est destinée à y durer plusieurs siècles, comme le montrent un certain nombre d’exemples, des xve et xvie siècles, produits par Giorgetti. Le contrat ad tempus demeure identique à lui-même vers 1550, à cette seule nuance près que désormais la durée des baux est courte ; le livello persiste encore, si bien que le même exploitant peut détenir des parcelles sous l’une et l’autre formes contractuelles248.

  • 249 Ibid., p. 62.

158Ce système élastique, où coexistent l’ancien et le moderne, n’est que le reflet du maintien de nombreuses exploitations non seulement dispersées, mais sans doute fluides de surcroît249. Cela dit les « poderi » constitués en resteront, au xvie siècle, au bail ad tempus sans s’inspirer du modèle toscan alors même que rien ne l’empêche plus. Un certain parasitisme du patronat rural distinguera alors le Veneto, comme un trait d’archaïsme.

  • 250 Cf. supra, p. 816 et 820.

159Il faut enfin revenir sur un aspect quelque peu négligé de l’histoire de cette évolution. On n’a jusqu’ici, dans la recherche d’une définition des caractères nouveaux des rapports de production à la campagne, considéré que le meilleur des cas du point de vue de l’exploitant, c’est-à-dire celui où il demeure dans une relation directe avec le propriétaire. Or, de plus en plus, l’intrusion du citadin aisé locataire fait disparaître le paysan du champ visuel de l’historien. J’ai eu, dans les pages qui précèdent, l’occasion d’y faire allusion çà et là : le lecteur de bonne mémoire aura peut-être de lui-même opposé les cas de San Zaccaria, où les « livellari » non-exploitants sont majoritaires dès après 1250, et de Praglia, où les tenanciers ne cessent d’avoir affaire au monastère qu’au xve siècle250. J’en ai conclu que, menée par des « livellari » non-exploitants, la transformation des rapports de production nous demeure en général opaque. Il faut rappeler aussi ce fait essentiel que le citadin, comme l’a montré l’exemple de San Zaccaria, paie souvent un véritable loyer et non pas quelques deniers symboliques. Si, dans les terres de Praglia, la situation de l’exploitant peut demeurer comparable à ce qu’elle avait toujours été, dans l’autre cas le locataire, pour réaliser des profits après s’être acquitté de redevances non négligeables, ne peut que pressurer rudement ledit exploitant. Mais on n’a généralement pas de témoignages écrits de cette exploitation.

  • 251 On trouvera les références aux citations du Catastico et l’exposé de ce problème dans G. Rippe, Il (...)

160Au contraire, les faux-semblants s’accumulent : le Catastico « d’Ezzelino », par exemple, plonge parfois le lecteur dans la perplexité, en dépit d’une apparence d’honnête évidence. Le rédacteur s’y est attaché à distinguer le propriétaire du tenancier-exploitant dont le nom est introduit par l’indication « travaillé par » (laboratur per) ; dans les cas où il s’agit d’une seule et même personne, il nous l’indique (et laboratur per ipsum). On ne saurait être plus obligeant251.

  • 252 Au demeurant la chose n’est pas davantage probable avec certains propriétaires-exploitants supposés (...)

161Que penser, du coup, lorsqu’on rencontre des formules telles que laboratur per dominum Antonium de Gregoriis, laboratur per Oliverium domini Gerardi de Raimundo, voire laboratur per Dominicum storarium de Padua ? Il est clair qu’ils ne cultivaient point, tel Candide, leur « jardin » ; et pourtant ils n’étaient pas propriétaires252. Comment étaient effectivement gérées les terres ainsi caractérisées ?

  • 253 Il est assez bien établi que, en Italie du nord, dès le xiie siècle au moins et peut-être avant, le (...)

162Il n’est guère qu’une alternative possible : ces Domini mentionnés comme exploitants de leurs terres les font travailler soit par des salariés253, soit par des locataires aux baux trop courts, et peut-être trop peu fréquemment renouvelés de surcroît, pour qu’il ait valu la peine d’en enregistrer les noms dans le Catastico, de telle sorte que ces biens-fonds y figurent comme étant en gestion directe.

  • 254 A S V, San Zaccaria, B. 22.

163Une occurrence de sous-location écrite, à Monselice, tout à fait exceptionnelle, vient confirmer ce qui précède : le 24 novembre 1268 un « livellario » du nom de Gerardo, q. Giovanni Rosso, reçoit l’accord de San Zaccaria pour sous-louer, pendant 10 ans, une terre de vignes et d’oliviers du Mons vinearum ; lui-même continuera de payer au monastère 1/3 du vin, des olives et des blés éventuels, plus la dîme, ainsi que le cadeau coutumier (spalla et fugacia) ; le sous-locataire, quant à lui, versera la moitié de sa récolte, subdivisée comme suit : à San Zaccaria la part due par Gerardo, et le reste (de cette moitié) à ce dernier254.

164L’arrangement ainsi conclu par écrit est sans doute conjoncturel, et le locataire s’en sort avec peu de profit, mais la situation du sous-locataire est probablement assez banale. Il aurait été sans doute à peu près impossible d’exiger davantage de lui puisqu’on ne lui fournit rien.

  • 255 J’ai volontairement parlé de prolétarisation : jusqu’à quel point a-t-on le droit de le faire au su (...)

165Je répète qu’il est extrêmement rare que de telles conventions soient écrites. En fin de compte on ne peut percevoir que fugitivement la présence non-dite d’un peuple silencieux de prolétaires ou de semi-prolétaires ruraux, part désormais passive, et privée même de son identité, d’une paysannerie padouane en laquelle on avait pu voir, encore un siècle auparavant, une véritable actrice du jeu social255.

  • 256 Comme pour apporter une preuve par l’absurde, quand une résistance se produit elle ne vient pas de (...)

166On ne voit pas, ni au xiiie siècle ni plus tard (à de rares exceptions près, comme la révolte des tenanciers du monastère du Polirone en 1509), que les paysans aient sérieusement résisté à ces modifications progressives et qui les frappaient au moment précis où ils étaient affaiblis et désorganisés (ainsi après la guerre, à l’est de la Saccisica)256. Ils subissent, et ce sont les impératifs du climat et des possibilités du sol, bref la nature elle-même, qui fixent aux maîtres les limites de leurs exigences. Encore que, même eu égard à ces ultimes conditionnements, ils semblent les avoir poussés à un point tel que les ruraux ne pouvaient toujours y satisfaire.

  • 257 Il ne m’a pas été possible d’identifier avec certitude les locataires cités à des personnages conce (...)
  • 258 Cf. les tableaux ci-joints : « liste des rentes du monastère San Giorgio maggiore à Piove di Sacco (...)
  • 259 Çà et là, en 1279 et 1280, on trouve de rares mentions de suppléments en céréales ou en argent, qui (...)
  • 260 Faut-il accuser une conjoncture particulièrement défavorable en 1280 et 1281 ? La paix règne dans c (...)

167C’est ainsi que trois listes des revenus du monastère San Giorgio maggiore à Piove et Codevigo, datées de 1279, 1280 et 1281, qui malheureusement ne font pas mention des biens concernés257, montrent que la fixité du loyer est assez théorique ou que, en tout cas, la ponction à laquelle prétend le propriétaire peut s’avérer irréalisable. Entre les listes de charges effectivement payées en 1279 et en 1281 il y a une différence de taille – de premières modifications apparaissent çà et là dès 1280 : la très grande majorité des chiffres est révisée à la baisse, et assez considérablement dans la plupart des cas (plus de la moitié). Seuls ceux qui ont peu à payer ou qu’un statut social supérieur garantit (un gastald, le fils d’une Domina ou même un simple cordonnier) et qui sont des non-exploitants sont en mesure de s’acquitter de la même somme ou de la même quantité de froment qu’auparavant, selon le type de loyer258. On ne sait malheureusement pas si le monastère enregistre passivement cet état de fait ou, ce qui est plus probable, si les locataires sont du coup endettés, aucune remise n’étant consentie259. Voici donc un rare témoignage direct du malaise agraire qu’engendre la mutation des rapports de production, malaise qui va s’exaspérer au xive siècle260.

168Liste des rentes du monastère San Giorgio maggiore à Piove di Sacco et à Codevigo, en 1279 et 1281 (seul l’essentiel est indiqué : loyer en froment, en argent, selon les cas)

Rappel : 1 muid = 12 setiers

Rappel : 1 muid = 12 setiers
  • 261 J’indique les cadeaux lorsqu’ils demeurent le seul élément payé du loyer dû.

(à suivre)
Note261

  • 262 Si l’on admet que le gros vaut alors autour de 28 deniers « piccoli », on arrive à 504 deniers en 1 (...)

Note262

Notes

1 Je n’entends pas, avec ce titre, signifier qu’une couche de nouveaux riches accapare le pouvoir à Padoue après 1256, mais plutôt évoquer ce qui a constitué pour la génération suivante une caractéristique majeure de ce temps : il suffit de parcourir la chronique de da Nono pour s’en rendre compte. Désormais, et pour la première fois, ils se hissent véritablement au premier rang, avec la haute aristocratie, et se mêlent à elle.

2 Sur les « deux morts » des da Romano et le changement de valeurs qu’elles signifient, cf. G. Ortalli, Ezzelino : Genesi e sviluppi di un mito, dans N S Ezz, t. 2, p. 619-621.

3 Missi sunt homines de Montesilice... ad Solesinum, ficta occasione quod magnum dampnum daret inimicis imperatoris (Rolandino, Cronica..., p. 87-88).

4 Solesino était devenue possession des marquis à l’occasion du mariage d’Azzo II avec Cunizza, fille de Guelfo II, qui la lui avait apportée en dot en 1126 (La diocesi di Padova..., p. 637).

5 Non laborantur propter werram quia sunt longe extra sepes : Catastico..., p. 182.

6 Cf. ibid., p. 182-184, 220-222, 282-283, 319-320. Ces énumérations, bien que réparties en 4 groupes différents, concernent toutes le même secteur : on retrouve partout les mêmes indications de lieux-dits, entre autres Stortola (p. 182 et 220) et Vallongo (p. 222 et 282), que l’on sait situés à ce niveau, de même que Gambarara (p. 182) que, au xixe siècle, Gloria pouvait encore indiquer sur la carte jointe à son Codice (cf. aussi, sur ces lieux-dits, S. Bortolami, Monselice « oppidum opulentissimum »..., p. 131).

7 Je rappelle que, la même année, il s’empare d’Este et qu’ensuite la lutte se poursuit autour des castra de la région, où s’est d’ailleurs réfugiée une partie des habitants de la petite ville (Rolandino, Cronica..., p. 91). L’un d’eux, Vescovana, est immédiatement au sud de Solesino.

8 En 1242, Ezzelino tente une première offensive sur Este :...et fruges et omnia, preter castrum sive roccam, radicitus devastavit... Et hic devastate sunt arbores et vinee et laboraciones cuncte usque ad Baonem. Et... fecit totum comburi burgum unde itur ad Cintum (ibid., p. 77). Par contre, il ne massacre pas : en 1250, les défenseurs des deux castra de Cerro et Calaone peuvent partir sains et saufs (et qui illic steterant, habitus suis rebus et armis, incolumes abierunt). En 1256, les « croisés » épargneront les défenseurs vénètes de Concadalbero, mais massacreront les Sarrasins ! (p. 113).

9 Castrum Bovolente non attemptavit, set, in burgo et per villam misso igne, villam dampnificavit (ibid.).

10 Legatus feliciter collocavit in villa Plebis (p. 116).

11 Le bref récit du sac de Padoue est resté célèbre : Et duravit hec rapacitatis insanies fere per dies octo, ita quod hiis diebus fuit nobilis illa civitas paduana pauperior quam eo tempore.. quo ab Athilla destructa canino translata mutavit locum ! (p. 123-124). On imagine mal le parcours des mêmes troupes, de la lagune à la ville, absent de tout dommage.

12 Iussit... arbores incidere et rubeta, vineas et segetes omnes, planare vias fossasque cunctas obstruere...... (p. 135) ;...combusto Carturio toto... (p. 138) ; Fecit Ecelinus Burciganam (Brusegana, dans les fines urbaines, au sud-ouest) et loca alia inde circum igni et destructioni submitti (p. 138-139).

13 Chronicon Marchiae..., p. 27 ; R. Ciola éd., Il « De Generatione »..., p. 48.

14 A S V, San Giorgio maggiore, B. 91, Proc. 372, décembre 1258 :...tenuit eam (terram) a dicto monasterio usque... (quando) villa per werram fuit combusta..., et adhuc dicta terra stat in wasto sive warbo.

15 A S V, San Giorgio maggiore, B. 103, Proc. 390, 5 décembre 1258 – 23 janvier 1259 ; ibid., 1223, 29 août. Sur la notion de sedimen warbum (ou guarbum), cf. R. Cessi, Nuove ricerche..., p. 277.
Voici quelques autres occurrences relevées dans les documents vénitiens : un sedimen guarbum sine edificiis à Vigonza, dans l’est padouan, le 8 novembre 1268 (A S V, San Cipriano, B. 118, S. 527) ; un autre, varbo sine domo à Saletto, village proche de Vigodarzere le long du Brenta, le 11 mars 1272 (ibid., San Giorgio maggiore, B. 107, Proc. 421) ; et enfin un sedimen garbum cum arboribus, dans les domaines de San Zaccaria à Monselice, le 18 mars 1297 (ibid., San Zaccaria, B. 8, Cat. B II, c. 147 v.). Ces abandons d’habitat ont vraisemblablement deux causes possibles : la guerre tout d’abord, puis, sans doute de plus en plus, la concentration des exploitations ; la dernière occurrence pourrait trouver là son explication.

16 Statuti..., no 928, p. 308 :...debeant fluere unde consueverant fluere tempore pacis, si mutate non fuissent de voluntate consortium. Manifestement d’aucuns s’arrangeaient pour que la remise en état des canaux s’effectuât à leur profit, au détriment de celui de la communauté.

17 Voici un premier exemple : en 1251, les manses tenus par les héritiers de dominus Azoco à Borbiago doivent à la commune suam dacyam et piçocariam et alias angarias (A S V, S. Michele in isola..., B. 11, no 136). On trouvera des occurrences du terme milicia dans la note suivante.

18 En 1254, le monastère de Santa Maria de Porciglia achète des terres à Campolongo maggiore, en Saccisica, à un Murfi qui s’engage, occasione daciarum vel piçocariarum seu milicie vel aliarum angariarum, à payer ces charges (ibid., nos 407 et 408) ; même chose en 1255, lorsque le même monastère achète une nouvelle terre au même vendeur, sise au même lieu, et que pourtant le propriétaire tient cum honore et districtu. Tous sont désormais à la même enseigne (ibid., no 410) ; c’est ainsi que, la même année, un notable padouan, dominus Gregorio dei Roberti, doit vendre un sedimen bâti et une pecia terre partim aratorie et partim vineate cum broyllo, situés à Valnogaredo, pour payer à la commune miliciam et omnes alias angarias, dacias et omnia honera et scufia ipsius Gregorii (G. Carraro, Il « Liber »..., p. 302, 10 mars 1255). Sur la fin, l’énumération s’enrichit encore : ainsi, dans un acte de vente du 17 décembre 1255, qui concerne une exploitation de 27 campi d’un seul tenant, sise au lieu-dit Torniago, dans la campanea de Padoue, la garantie porte sur les dacyae, miliciae, cavalcatae, condempnaciones, angariae et perangariae a comuni Padue... (A S P, Corona, no 39, III, c ; une formule semblable dès le 8 avril : ibid., no 39, LIV, kkk).

19 Signalons, à ce sujet, que les contrats concernant des biens citadins contiennent évidemment les mêmes clauses : en 1254, le monastère de Sant’Agata in Vanzo acquiert le ius utile de moulins à foulons de propriété communale ; les vendeurs – et précédents exploitants – promettent de dédommager le monastère occasione daciarum comunis Padue vel piçocariarum vel aliarum angariarum seu milicie (G. Carraro, ibid., p. 188, 10 décembre).

20 Le 23 janvier 1255 deux habitants de Boion, en Saccisica, vendent au monastère de Santa Maria de Porciglia une pièce de terre sise à Campolongo maggiore, et promettent de warentare et defendere ab omni persona, universitate, colegio, et a comune Padue et a comunibus Bulonis et Campilongi maioris et... ab omnibus angariis et parangariis... (A S V, S. Michele in isola..., B. 11, no 412) ; de même, à l’occasion de l’achat effectué par le même monastère le 4 mars, il est précisé que les taxes incriminées sont exigées pro comuni Padue seu Campilongi maioris (cf. supra, note 18). A quel moment appartient-il à la commune rurale d’intervenir ? La formulation ne permet pas de comprendre le processus dans le détail.

21 Cf. supra, p. 633.

22 Voici un exemple des difficultés où pouvait les mettre le poids de la fiscalité des temps de guerre : le 30 mars 1249, le juge du podestat de Padoue autorise plusieurs seigneurs et notables – à savoir le monastère de Praglia (en la personne de son syndic), le podestat d’Abano, Ottone Volpe, agissant au nom de Gomberto Dalesmanini et de la commune d’Abano (le dit Ottone Volpe, client des Dalesmanini, sera englobé dans leur chute et tué en 1253), un certain Marcio, d’Abano, et un nommé Gombertino Scanabeto – à confisquer les terres et les récoltes des consortes de vicinancia ultra fovee de Abano, le motif étant qu’ils n’ont pas payé les scufula qu’ils devaient (A S P, Corona, no 3729). Le dictionnaire de latin du Veneto de P. Sella traduit scufulum par « tribut » ; on peut y voir le scufium dont du Cange fait une taxe communale d’origine lombarde. Je n’ai pas rencontré d’autre occurrence de ce terme.

23 D. Rando parle, au sujet de l’époque d’Alberico da Romano, d’une « crisi economica che raggiunse limiti intollerabili anche per gli strati superiori della popolazione, determinata dall’endemico stato di guerra che aveva pesantemente inciso sulla produttività delle campagne, ormai incolte e soggette a svalutazione », dans Dall’età del particolarismo..., p. 91). Là aussi, on trouve des exemples de notables comme, en 1249, les da Casier, contraints, de même que les dei Roberti de Padoue, à vendre des terres pour récupérer des sommes qui seront utilisées pro exercenda militia communis Tarvisii et pro victualibus sibi emendis, cum non habeant redditus ullos ex terris suis quia propter presentis werre dissidia non coluntur (Id., La classe dirigente trevisana durante la dominazione di Alberico da Romano (1239-1259). Primi contributi, dans Istituzioni, società..., p. 167-168). Il est d’ailleurs probable que la situation a été pire à Trévise dans la mesure où Ezzelino en avait régulièrement envahi le territoire à partir de sa brouille avec son frère, en 1239.

24 S. Collodo, Credito..., p. 273, note 264.

25 Ibid., p. 221.

26 « Il valore del vignato nell’area di Arquà si aggirava intorno alle 100 lire per campo ; tale deduzione è peraltro incerta, come poco attendibili sono generalmente i prezzi dichiarati » (ibid.).

27 C. Wickham, Vendite di terra e mercato della terra in Toscana nel secolo xi, dans « Quaderni storici », n.s., 67, 1987, p. 355-377 (sur la critique de Violante, cf. p. 372 sq.) ; auj. dans C. Wickham, Land and Power. Studies in Italian and European Social History, 400-1200 (= chap. 9, en anglais), p. 257-274.

28 Dans le second graphique, la très faible valeur du campo lors de la transaction réalisée en 1244 (signalée par le chiffre 1 à côté du point) s’explique par le fait que le bien est tenu en indivis et que seule une part de propriété est vendue ; il convient de signaler, de même, qu’un prix de 11 livres par campo est particulièrement bas dans l’acte de 1253 (signalé par le chiffre 2), dans la mesure où, avec une pecia de terre arable, est vendu un sedimen bâti d’une maison à toit de tuiles.

29 Liber focorum Districtus Pisterii (a. 1226) ; Liber Finium Districtus Pistorii (a. 1255), dans les Fonti per la storia d’Italia, Rome, 1956, Introduction, p. 23.

30 A. A. Settia, « Ista maledictio guerrarum ». Il fenomeno bellico nella « cronica » di Salimbene di Parma, auj. dans Id., Comuni in guerra. Armi ed eserciti nell’Italia delle città, Bologne, 1993, p. 21 ; une traduction française de l’essentiel de Salimbene existe désormais, assortie d’une introduction détaillée sur la vie de l’auteur et son œuvre ; cf. O. Guyotjeannin, Salimbene de Adam : un chroniqueur franciscain, Brepols, 1995, p. 310 pour le passage concerné.

31 Ibid.

32 J. K. Hyde, Padua..., p. 44 ; le statut est le no 699, p. 233. Dans son ouvrage de synthèse, A. I. Pini va plus loin et écrit qu’après les années 1250, « l’immigration spontanée des campagnes en ville menaça les campagnes de dépeuplement » (A. I. Pini, Città, comuni..., p. 149).

33 Statuti..., no 1215, p. 372. Le statut no 699 ne fait qu’ajouter une chose : sed ab inde in antea (c’est-à-dire après les 5 ans d’exonération) teneatur cuncta honera subire cum sua villa secundum quod facient alii sui vicini.

34 Cf. supra, p. 757, note 142.

35 Cf. supra, p. 521.

36 Cf. supra, ibid., p. 559 sq. Je rappelle ici, avec Perrine Mane, que la vigne (ou l’olivette) ignore la jachère et que, bonne ou mauvaise, la récolte est annuelle (P. Mane, Calendriers..., p. 169) et que, en outre, l’existence même des vignes est un modeste palliatif à la diminution de la superficie forestière : « après la taille, on ramasse les sarments coupés pour en faire des fagots qui seront utilisés dans le four ou la cheminée (Id., L’iconographie du travail viticole en France et en Italie, du xiie au xve siècle, dans Le vigneron, la viticulture..., p. 19).

37 Cf. supra, p. 756-757.

38 Cf. supra, entre autres, mes remarques p. 702-703. A partir de 1259 s’introduit certes un ensemble de mesures à caractère protectionniste, mais très relatif car, comme je l’ai précisé, conjoncturel, sur le gros bétail ou la semence de lin ; le blé n’est pas concerné.

39 Cf. p. 626 sq.

40 Sur l’endettement du monde rural, cf. supra, p. 633 sq.

41 Cf. supra, p. 783.

42 Cf. supra, sur les modifications imposées par les monastères vénitiens dans les livelli, p. 482-484 et 550.

43 Cf. supra, p. 639-642.

44 Sur les pratiques usuraires au temps d’Ezzelino, cf. supra, p. 752, note 119 ; p. 755 ; cf. aussi p. 633 : sur les prêts du juge et usurier filo-ezzélinien Lemizzo degli Ardenghi aux 4 communes rurales de Teolo, Rovolon, Roncon et Merlara.

45 G. Cherubini avait désigné, il y a déjà quelque temps, comme un facteur décisif de la paupérisation des ruraux, « la scomparsa o forte riduzione dei possessi comuni, intorno al cui sfruttamento si era concentrata... tanta parte della vita comunitaria della gente della campagna » (G. Cherubini, La mezzadria toscana delle origini, dans Id., Scritti toscani. L’urbanesimo medievale e la mezzadria, Florence, 1991, p. 189-207).

46 Connue à Parme au moins dès la fin du xiie siècle et très vite diffusée dans la plupart des communes urbaines, l’ingrossatio permettait d’exproprier le possesseur d’une petite parcelle au profit d’un voisin muni d’une plus grande, moyennant juste compensation (F. di Renzo, Ingrossatio, dans le Novissimo Digesto Italiano, t. 8, Turin, 1962, p. 700-701). A lire les statuts, cela dit, dans le cas padouan elle avait eu pour première fonction, non point d’être au service des particuliers, mais de permettre, par l’expropriation, l’élargissement ou la création de chemins publics ou de canaux. On l’y voit fonctionner à partir de 1211 (S. Bortolami, Fra « Alte Domus »..., p. 33 et note 123). Cela dit, les ouvrages de synthèse sur l’histoire du monde rural lui accordent un rôle essentiel, d’abord comme instrument des remembrements et de la modernisation des structures : ainsi en est-il de l’article de P. J. Jones, Per la storia agraria italiana nel Medioevo : lineamenti e problemi (auj. dans Id., Economia e società..., p. 203), et de l’ouvrage classique de G. Giorgetti, Contadini e proprietari nell’Italia moderna. Rapporti di produzione e contratti agrari dal secolo xvi a oggi, Turin, 1974, p. 150 et p. 187-188, note 13 : on y trouvera la bibliographie des historiens du droit sur le sujet).

47 Les statuts communaux qui définissent les compétences de l’institution sont tous antérieurs à 1236, et 2 sur 4 sont datés, respectivement, de 1225 et 1228 (Statuti..., nos 609-612, p. 198-200). Ce dernier, le 610, prescrivait donc : Nulla ecclesia possit auferre per ingrossatores alicui terras nec ab ea auferri. On ne peut qu’être d’accord, quant aux raisons de cette décision, avec A. Rigon, qui voit là l’expression de la volonté de mettre fin à des abus et de limiter l’expansion de la propriété ecclésiastique (A. Rigon, Il monastero di S. Pietro, p. 406). Il serait utile, en fin de compte, de reprendre la question dans le cadre d’ensemble des communes, comme le souhaite Rigon (ibid., note 18) ; c’est ainsi que l’évolution semble avoir été la même à Parme : Olivier Guyotjeannin a montré qu’après avoir couramment fonctionné entre 1198 et 1232, l’ingrossatio s’y fait brutalement plus rare, mais ne présente pas d’hypothèse sur ce fait (Id., Conflits de juridiction et exercice de la justice à Parme et dans son territoire d’après une enquête de 1218, dans « MEFRM », 1985, p. 267-282).

48 S. Bortolami a fait la liste (cf. note 46) des rares occurrences documentaires qui mettent en scène les ingrossatores dans les archives padouanes avant Ezzelino : ce sont des établissements ecclésiastiques de Padoue et Monselice qui y ont recours : « pieve » et hôpital San Giacomo de Monselice, monastère San Benedetto de Padoue, etc. Les monastères vénitiens, San Zaccaria surtout, y font également appel entre 1213 et 1227, à Monselice, Corte et Piove. Cf. A S V, San Zaccaria, B. 21 : 1213 (5 mars et 23 avril), 1214 (14 février) ; B. 17 : 1219 (8 février) ; B. 21 : 1219 (12 février : il est vrai qu’à cette occasion les ingrossatores se déclarent incompétents), 1225 (8 décembre), 1226 (17 mars), 1227 (22 mai). Un document du 28 mars 1229 (ibid., B. 25), dans la logique du statut de l’année passée, concerne 2 laïcs.

49 Cf. infra, p. 836-838.

50 P. Jones, Per la storia agraria italiana..., p. 241-246.

51 Cf. p. 562-566, 569.

52 Ibid., p. 541-542 ; p. 549, note 31.

53 Cf. P. J. Jones, The agrarian development..., p. 74-75, sur la généralité de ce processus d’enclosures en Italie du nord.

54 Cf. tableaux n. 15 p. 924 sv.

55 Cf. ibid., tableaux 6 et 5.

56 L. Caberlin, Il Catastico detto « di Ezzelino »..., tesi di laurea, Dissert., p. l-lviii ; et tableaux p. XCV-CV.

57 Sur la confection du Catastico et son contenu actuel, cf. la présentation faite par Caberlin à l’édition imprimée : Caratteri e struttura del manoscrito, p. XXXV-XLVIII (p. XLV pour les indications concernant les superficies décrites dans les deux parties du registre).

58 On trouve même des terre cum vitibus et arboribus qui atteignent les 13 campi, soit le double de leur superficie maximale antérieure (G. Rippe, Il Catastico..., p. XXI).

59 Des filles et fils d’artisans posent aux Domini ; cf. par exemple Domina Iacoba filia Gambarini becarii, Dominus Guilielmus condam domini Tisii feratoris, etc (ibid., p. XXXIII et note 76).

60 Cf. note précédente.

61 Les da Carrara sont fréquemment cités ; cf. par exemple : p. 17, Domina Fi-na uxor condam domini Iacobini de Carraria reddit decimam XII camporum ; p. 32 : Dominus Ubertinus de Carraria reddit decimam XIII camporum ; p. 25 : Do-minus Iacobus de Carraria reddit decimam VIII camporum, etc. L. Caberlin a calculé que Giacomo da Carrara détient 66,5 campi à Monselice, Domina Fina 43, et Ubertino 17 (Id., tesi di laurea, p. LVIII). Parmi les notables padouans, on retrouve un certain nombre de familles récentes comme les Macaruffi, les Frigimelica et les emblématiques Scrovegni (cf. l’index de l’édition du Catastico). Certains, rarement, s’étaient introduits dès l’époque d’Ezzelino : c’est le cas des Macaruffi.

62 A S V, San Giorgio maggiore, B. 105, Proc. 394 : Quadernus possessionum ; même cote pour la seconde liste. Le Quadernus réunit les données de plusieurs listes d’écriture semblable et datées de 1264.

63 Le 1er de ces deux manses, le plus concentré, termine la seconde liste : le 11 août 1258, un certain Domenico Rosso di Vecio, de Codevigo, avait reconnu le tenir du monastère ad laborandum (ibid., B. 104, Proc. 392). On trouvera le second également dans la deuxième liste. Cf. tableau ci-joint.

64 Cf. tableau n. 25 p. 946.

65 Les listes de confronts témoignent de ces contrastes dans de vieilles régions agricoles comme Sacco, où la petite et moyenne exploitation manifeste une résistance tenace. Voici par exemple, à Rosara, tirés du Quadernus de 1264, ceux d’une pecia de 11 campi, manifestement seule remembrée de son secteur : sur un côté, Leonardo (le locataire du bien concerné) et les iura de San Giorgio maggiore ; sur un second Ugo di Pagnone et ses frères, les iura de San Giorgio et ceux de San Cipriano ; sur un 3e les iura de San Daniele de Venise et ceux de San Cipriano ; sur le 4e une fossa publica et les iura de San Giorgio ; au total 9 confronts sur 4 côtés.
Autre exemple, plus précoce puisque daté de 1229 et concernant une pecia de 20 campi sur un côté les héritiers de Clemente, de Legnaro ; sur un second Pietro Pigna, Enselmo di Aicardo et Albertino di Tedaldo (manifestement 3 propriétaires différents) ; sur un 3e les héritiers du notaire Floriano, le même Albertino di Tedaldo, Ugolino « del prete » et alii consortes (même remarque : les consortes ne sont associés, à mon sens, qu’à Ugolino) ; les héritiers de Manzio di Adelmaro ; soit 8 confronts sur 4 côtés.

66 L. Nussio, Il monastero di S. Maria della Riviera... : je rappelle qu’on y trouve 317 documents édités, de 1197 à 1239.

67 Y compris dans le tableau no 5 du 1er chapitre de la 2ème partie, qui concernait un ensemble de manses de la campanea, et cela malgré la présence d’un manse de Polverara, précisément.

68 Cf. tableau n. 15.3 p. 925.

69 Ces citadins se font connaître à l’occasion de ventes, avant tout, bien sûr, au monastère ou à son représentant ; parmi eux, on retrouve les noms de notables bien connus : Guglielmo di Ongarello (A S P, Santa Maria della Riviera, t. 1, p. 2, a. 1197) ; Vicedomino dei Tadi avec ses frères Arloto et Ugo (ibid., p. 6 a, a. 1211) ; Vano di Zacco (ibid., p. 8, a. 1218) ; Anselmo di Aicardo (à plusieurs reprises, parmi lesquelles p. 9 a, 9 d, 10, a. 1218) ; le juge Enrigino di Arloto (qui vend son ius utile précisément à Anselmo di Aicardo : p. 13, a. 1222) ; Pietro Corvo (même remarque : p. 20 a, a. 1229) ; etc.

70 Ibid., t.2, p.3 c.

71 Ibid., t. 1, p. 59 a, a. 1257 (entre autres, vente d’une terre de 34 campi) et t. 2, p. 16 b, a. 1259 (vente d’une terre de 50 campi).

72 Cf. supra, p. 790.

73 M. Roberti, Un formulario..., p. 4-9.

74 Ibid., p. 70 :...laborare et seminare, lodamare et fossadare et salices complatare (sic).

75 V. Gamboso éd.,Vita prima di S. Antonio o « Assidua », Padoue, 1981, p. 498-501. Il est intéressant de noter au passage que les céréales ainsi menacées sont du panic : Quia vero tempus messis instabat et panichium, quod iam albebat ad messem... On retrouve ici un bon exemple de l’importance de ces céréales mineures dans l’alimentation du paysan. L’exemple a ceci de particulier que le panic est beaucoup plus rare dans le Padouan que d’autres, tel le sorgho (cf. supra, p. 546).

76 Ad clausuram qua cingebatur panichium ;... nec super salices panichium cingentes.

77 Cf. supra, p. 483. En 1190, est concernée une pecia de 4 campi située dans une cultura, soit une ancienne terre de réserve, à Tramonte (A S P, Corona, no 3610). En 1192, le tenancier debet fossadare une terre dont on précise quod erat prativa, ce qui suggère qu’il s’agit d’en modifier l’usage (ibid., no 3620).

78 Le 29 mai, le « livellario » doit s’engager à plantare et fodere et fossare : A S P, Dipl., no 2035 ; le 19 juillet la formule se fait pour la première fois assez proche de celle du formulaire de Corradino (cf. supra, note 74) avec l’obligation de laborare, lodamare, fossadare, circum plantare ubi necesse fuerit : ibid., no 2046.

79 A S P, Corona, nos 8988 et 8989.

80 Cf. p. 483-484.

81 A la différence des alignements de saules, dont la diffusion suit, avec un certain retard sans doute, celle des fossés.

82 S. Bortolami, Territorio..., p. 70, note 89.

83 V. V. Samarkin, L’evoluzione..., p. 3-4 et 7-8 de la traduction italienne ; d’autres articles de cet auteur n’ont pas été traduits jusqu’à présent, non plus qu’un autre, dû à son collègue L. M. Braghina, sur le même sujet.

84 Cf. par exemple, dans l’édition Bortolami, les statuts suivants no 61 (p. 191) : De non pignorando de sepe. Et quod nemo pignoretur de sepe sui sediminis si habuerit plura sedimina et voluerit trasferre sepem unius sediminis ad aliud sedimen infra villam ; nos 27-28 (p. 185) : ces statuts prévoient, d’une part que omnis qui habet sepem et plantones ne sera autorisé à les transporter hors de leur lieu habituel que le 1er ou le 2e vendredi du mois, et d’autre part, la commune de Pernumia fixe les sanctions devant frapper ceux qui transporteraient frauduleusement des sepes chez eux ; ces palissades sont, en effet, in cura et guarda comunis Pernumie ; no 29 (p. 186) : la vente de ces sepes hors du territoire communal est interdite.

85 N° 273 (p. 232) :...non debeant... runcari facere cesas...

86 C D P, 2/1, no 1 :...sicut cernitur prima pecia a cesa et fossato... Et coheret ei ab uno latere via. ab alio similiter via et nemore percurrente, Secunda pecia... iuxta eamdem viam, cernitur a fossa cum cesa supra usque ad arborem roburis que est prope viam currentem inter utramque peciam de terra et ab ipsa via usque ad silvam que est ab alio capite.

87 En 1178, le juge autorise le monastère San Cipriano à maintenir une sepes dont un certain Enrico, de Rosara, réclamait l’enlèvement (C D P, 2/2, no 1296 : absolvo...priorem a restitucione seu sepis remocione ; le 11 mars 1248, par contre, on voit une sepes, qu’avait installée un certain Giacomino di Fante, et qui fermait une ouverture utilisée en commun par le monastère San Zaccaria et des notables de Monselice, détruite par décision judiciaire (A S V, San Zaccaria, B. 21).

88 Cf. par exemple :...(perticas II) et tabulas XX (...) terre cum vineis et olivis in Monte Vinearum in hora que dicitur Fontana Bataiola de qua sunt in olivis tabul(e) VI et in cesis et preara tabul(e) XVI (Catastico, p. 288) ; canpum I et perticas V terre cum vineis in Monte Vinearum in hora que dicitur Costaldolus de qua sunt III pertic(e) terra sovelosa que no(n) laboratur nec frutificat et in cesa et preara pertic(a) I (p. 303). Il est clair que les chanoines veulent connaître la mesure exacte de la valeur de chacune de leurs terres.

89 Cf. par exemple :...canpum I et perticas VI et tabulas LII terre aratorie de qua est in cesa et in fossatis pertic(a) I et tabul(e) LII et sunt in hora que dicitur Braida (p. 285) :...perticas VIIII et tabulas L terre aratorie que iacet in hora que dicitur Val de Geço de qua sunt in cesa et fosatis tabul(e) L (p. 311) ; etc.
Le chiffre de 144 – et donc la proportion de haies vives en plaine – serait cependant à revoir à la baisse, du fait de la probable présence de terres de collines non explicitement signalées.

90 S. Bortolami, Territorio..., no 83, p. 196 (signalé par l’auteur en p. 70, note 89) :...et si fuerint duo consortes supra fossatum burgorum unus ab uno latere fossati et alter ab alio debeant... arbores in ripis illorum fossatorum burgorum et castri plantare. Cf. aussi no 137, p. 206.

91 Cf. supra, p. 796.

92 P. Sambin éd., Candiana..., nos 5 (a. 1190), 7, 8 (a. 1195), 9 (a. 1197), 11, 12, 13, 15 (a. 1198), 16 et 17 (a. 1199). Chaque fossé aura 6 pieds de large, chacun de ses deux riverains devant se charger, dans un avenir proche, d’en creuser 3 de son côté ; cf. par exemple, dans le doct. no 5 : ita quod circa eam (peciam) undique fossata faciant et ea compleant a proximo festo nativitatis Domini ad unum annum, que sint de tribus pedibus inter se et suos consortes, ita quod inter factum a se et factum a suo consorte sit fossatum amplum de VI pedibus.

93 Cf. par exemple, B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t. 3, no 439, a. 1212 : un manse de 30 campi, d’un seul tenant, est loué pour 20 ans par le notable padouan Ezzelino di Baialardo à un exploitant qui devra facere fieri IV turnas de fossatis circa terram illius mansi ; no 489, a. 1215 : le tracé des limites des biens-fonds de Bagnoli vendus par les da Carrara au monastère de Brondolo fait apparaître un creusement systématique entre les manses ; on part du fossatum inter mansum Guilielmo et mansum filiorum Mireti Calegarii..., lequel va rejoindre un canal (publicam) ; un peu plus loin, la limite volvitur per fossatum quod fieri fecit Belengerius inter se et territorium Agne, puis vadit per fossatum quod vadit inter terram Iacobi de Baialardo et terrenum de Agna ; etc. On remarquera au passage que cette appropriation « bourgeoise » est caractérisée par une rigoureuse séparation d’avec les communaux voisins.

94 Dès 1258, on indique d’une pecia de plus de 17 campi qu’elle est cum ripis sine fossatis (A S P, Corona, no 2210, f. 8 v).

95 P. Sambin, Candiana..., no 5 : et ut non debeant in illa pecia de terra vel circa eam salices habere.

96 Les instructions données deviennent alors assez contradictoires : en 1198 (no 12), une pecia concédée se trouve déjà longée sur un côté par une fossa publica, super quam (libellarius) debet ponere ordinem unam de salgariis ; sur l’une des autres cédées, la même année se trouvent des salgarii, assujettis à redevance (no 15) ; par contre, l’année suivante (no 16), au sujet d’une première, le propriétaire précise : salices vel aliquas arbores in ea vel circa eam terram non debeant habere ; mais pour la seconde (no 17), il admet un minimum de plantations :...et solummodo duos pedes salicum pro unoquoque campo.

97 C’est de l’année 1185 que date la première mention qu’il m’ait été donné de trouver de telles exploitations arboricoles : une pecia de terra cum salicibus et arboribus à Monselice (A S V, C D Lanfranchi : 12 septembre). On ne précise pas, en général, quels sont ces autres arbres ; voici cependant une exception : en 1221, le monastère San Pietro de Padoue cède en livello une pecia warba, située à Volta Brusegana, au bord de l’eau (iusta vadum de Luseraga), que le tenancier devra planter en saules et en peupliers (de salicibus et povolariis), et qu’il devra maintenir ainsi boisée (ad buscum mantenere ad voluntatem abbatisse) (A S P, Corona, no 3170).
L’espace réservé, aux marges du terroir, que constitue la frata finit parfois, lui aussi, par être rentabilisé par l’implantation de saulaies : en 1214, est mentionnée une frata salicum à Solesino (A S P, Dipl., no 549). S. Bortolami, invoquant des témoignages postérieurs, écrit : « è da pensare che le frate che troviamo a Pernumia già nel xii secolo costituissero, come ancora nel Quattrocento, delle ri-serve per l’arboricoltura protetta destinata a fornire i piantoni di salici necessari pro clauxuris ».

98 Il est en tout cas frappant de constater qu’une autre solution au même problème n’a pas été généralisée, celle de clore le terrain par une vigne ; on en trouve un exemple en 1217 à Monselice, au lieu-dit subter Rovere : pecia de terra clausurata et de fossatis circumdata, et cum vitibus circa positis (A Vat., Fondo veneto, 1, S. Giacomo di Monselice, no 5902). De même, sont très rares et tardives les solutions mixtes imposées : le 9 février 1297, à Vigonza, le monastère San Cipriano ordonnera d’allevare de vitibus et arboribus circumcirca... sedimen (A S V, San Cipriano, B. 120, S. 530). La tendance à la spécialisation de secteurs viticoles jouait contre une telle évolution.

99 Seules sont taxées les véritables saulaies, installées en plantations sur des parcelles entières, et elles peuvent l’être pesamment : en 1199 un livellario doit la moitié totius lignaminis sive salicum quod fuerit in ea terra (F. Gaeta éd., San Lorenzo..., no 21). Vers la même époque, on juge parfois nécessaire d’exempter explicitement les alignements qui commencent à ceinturer les parcelles (cf. par exemple à Piove en 1197 : A S P, Dipl. no 474 ; à Bagnoli en 1206 et 1209 : B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t. 3, nos 393 et 415 ; etc.). Un document de 1229, qui concerne une fois de plus le monastère de Candiana, en vient même à distinguer les saules éventuellement plantés dans une pecia et taxés, et ceux de la bordure, non taxés :...si... plantaverit salices in ea terra, reddere debet tercium de salgariis, sicut de aliis frugibus (cette proportion, égale à celle qui est demandée des autres produits d’une terre, est la règle la plus fréquente) preter illis salicibus que fuerunt circam eam terram in ripis fossatum, de quibus nichil reddere debet (P. Sambin éd., Candiana..., no 54). Puis on négligera de mentionner ce qui ira de soi : les séries de contrats agraires bien fournies des monastères vénitiens, ainsi San Giorgio maggiore ou San Zaccaria (de loin la plus abondante), que j’ai parcourues jusqu’en 1300, n’en font jamais mention.
L’unique exception qu’il m’ait été donné de rencontrer concerne, non une terre, mais deux pêcheries de Conche, dans un milieu déjà tout vénitien : le locataire devra planter des saules le long des rives et versera, au bout de 5 ans, le tiers des revenus qu’il en tirera (A S V, San Cipriano, B. 110, R. 811 : 14 décembre 1235). En voici peut-être une autre, toutefois, mais de biais, en quelque sorte : en 1276, une parcelle de vignes et d’oliviers du Montericco doit au monastère San Zaccaria, outre la moitié du raisin et des olives, la moitié des perticae que superaverint ad dictas vites faciendas (A S V, San Zaccaria, B. 23 : 18 décembre). Cette mention-là est unique dans le gros dossier de San Zaccaria.

100 A S P, Dipl., no 935.

101 A S P, Certosa di Vigodarzere, no 33.

102 A S P, Corona, no 39, III, c.

103 A C P, Feuda episcopi, t.1, no112 : XXII campi terre aratorie et vineate cum quinque sediminibus, cum domibus supra et broilo, et clausuris insimul se tenentibus. Le terme clausura qui, pour des raisons évidentes, se rencontre de plus en plus fréquemment au long du xiiie siècle, est d’une définition malaisée. A lire les statuts de Pernumia, il s’agit de tout espace enclos qui n’est ni un sedimen-bâti ou non – ni un simple jardin potager. Cf. par exemple : Si quis inventus fuerit... aufferendo..., frangendo...alienas portas clausurarum vel ortorum vel sediminorum (S. Bortolami, Territorio..., p. 70, no 5) ; ou encore : Statuimus quod quilibet habens in suo sedimine infra villam ortum et si non habet in sedimine habuerit clausuram vel peciam terre claudendo (ibid., p. 201, no 103). A lire les actes de la pratique, on voit le sens du mot se diluer davantage : il peut s’agir, non point d’une seule pièce enclose, mais d’un ensemble de plusieurs : en 1253, une parcelle de terre arable mesurant 10 campi (ce qui n’est déja pas mal !) possédée par Pietro Boccone, est située dans une clausura du monastère Santa Margherita de Polverara ; et le même personnage en détient une autre, de 7 campi,dans une clausura (dite également, dans ce cas, sedimen !) d’un autre monastère, Santa Maria de Saonara (A S P, Certosa di Vigodarzere, no 35). Du coup, la définition, que propose V. V. Samarkin, d’« unité économique indépendante », est à la fois trop précise et trop floue. Tout ce que l’on peut retenir est qu’il s’agit soit d’une unité, soit d’un ensemble d’unités échappant, parce qu’effectivement enclose, aux servitudes communautaires.

104 Cf. par exemple, A S P, Corona, no 3648 : en 1199, est prévue la construction d’une maison sur un sedimen du monastère de Praglia, à Tramonte, in cultura braidi.

105 Une pecia terre cum domibus de plus de 22 campi, à Polverara, est située au locus dit Calle de Carbonara (le terme dialectal « calle » désigne un chemin) (A S P, Santa Maria della Riviera, t. 1, p. 21 ; a. 1229).

106 A S P, Santa Maria della Riviera, t. 10, p. 11 a ; a. 1222.

107 Ibid., t.I, p.31 ; a.1239 : iuxta ripam fluminis.

108 La diocesi..., p. 428.

109 A S P, Dipl., no 1778. Les conditions ne sont pas mauvaises : ils tiennent le lieu en livello perpetuel et doivent en tout et pour tout 10 setiers de froment.

110 A S V, S. Michele in isola..., B. 11, no 450.

111 Ce Catastico, qui comprend aussi des contrats passés dans des villages voisins ainsi que dans Padoue et aux alentours immédiats, a été publié par Maria Fiorentin, dans une « tesi di laurea » (cf. supra, p. 14, note 4) : la partie qui concerne Legnaro est aux f. 75 à 118.

112 E. Bandelloni, La casa rurale nel Padovano, Padoue, 1975, p. 9-10 (photographies des témoins survivants les plus caractéristiques aux p. 22-27).

113 M. Fiorentin éd., Dinamismo economico..., f. 98 sedimen cum domo de muro et de cupis.

114 Ibid., f. 98 et 106.

115 Fs. 77 et 80 : supra quam terram debet facere domum.

116 D’autres l’ont écrit avant moi. Ainsi Ch. Klapisch-Zuber, dans son article Mezzadri e insediamenti rurali alla fine del Medio Evo, dans Civiltà ed economia agricola in Toscana nei secoli xii-xv : problemi della vita delle campagne nel tardo Medioevo, Pistoia, 1981, p. 160-161 : « Isolata nel mezzo delle terre che coltiva, la famiglia del lavoratore è di fatto separata dalla comunità rurale alla quale per altro continua a rimanere legata amministrativamente e religiosamente » ; ou encore : « La creazione dei poderi conduce a una certa perdita della solidarietà fra i membri del villagio, se non fra vicini ». De même, G. Cherubini lie « atomizzazione della vita rurale e distruzione delle comunità rurali » (Id., La mezzadria toscana..., p. 140).
Il va de soi qu’on est encore, au xiiie siècle, aux premiers symptômes de ce relâchement, et qu’une solution longtemps adoptée par les paysans eux-mêmes sera la double résidence : encore, dans la Toscane du « Catasto » florentin de 1427, les exemples en sont nombreux : « les paysans allant de l’une à l’autre de leurs maisons hésitent encore entre la rationalisation de leur travail que représente l’installation à proximité de leurs champs, et la protection, de plus en plus dérisoire, que leur assure la vieille enceinte ». Même à cette époque tardive et dans cette région où l’évolution était sans doute la plus avancée, le « processus d’éparpillement » pouvait ne pas encore sembler irréversible (D. Herlihy et Ch. Kla-pisch-Zuber, Les Toscans et leurs familles. Une étude du Catasto florentin de 1427, Paris, 1978, p. 233).

117 Une petite parcelle de quelques perticae, qualifiée de terra casalina, au lieu-dit Fossa Bersello, dont on ignore au demeurant la situation (L. Caberlin éd., Il Catastico..., p. 181).

118 Ibid., p. 296-344.

119 Cf. A S V, S. Zaccaria, B. 8 Catast. II, B. 22, 23, 24, 25 ; l’exception se trouve en B. 24 : elle est datée du 14 décembre 1287. Ce lieu-dit Puteus Paganinus n’apparaît pas dans le « Catastico » et sa localisation m’est inconnue.

120 Ibid., B. 17 : 3 juin 1258.

121 Si la vigne est aussi cultivée en plaine, l’olivier ne l’est pas. De surcroît, la spécialisation progressive des secteurs les plus doués exaltait les terres de collines. Dans le cadre d’un terroir comme celui d’Abano, voisin des Euganées mais dont le centre est en plaine, on peut rencontrer, au contraire, un tenancier de Praglia installé sur sa vigne, trouée par sa maison, son area et son jardin (A S P, Corona, 8981 ; a. 1260).

122 On est sans doute en droit de considérer comme une généralité au moins tendantielle, et à nuancer cas après cas, cette remarque appliquée par Monique Bourin-Derruau aux campagnes du Languedoc, région à maints égards fort différente du Padouan, ne serait-ce que par son climat, véritablement méditerranéen : « Traditionnellement, viticulture et habitat dispersé vont de pair » (Id., Villages médiévaux..., p. 100).

123 Cf. C. Rotelli, Una campagna medievale..., p. 38 sq. : l’auteur oppose communaux, champs ouverts et habitat concentré, caractéristiques du Piémont médiéval, aux terres closes à habitat dispersé, lesquelles ne se diffuseront dans cette région qu’à partir du xve siècle.

124 G. Cherubini, Le campagne italiane dall’xi al xv secolo, dans Storia d’Italia UTET, t. 4, Turin, 1981 p. 362.

125 G. Giorgetti, Contadini e proprietari..., p. 33 ; cf. aussi P. J. Jones, Le origini medievali..., p. 411-412.

126 Ibid., p. 152.

127 Fragiles, ces édifices étaient, il est vrai, transportables ! Au xive siècle, le seigneur de Vérone, Cangrande della Scala, peut ordonner aux habitants de la rive gauche de l’Alpone, de Villanova à Cavalpone, de transporter leurs maisons sur la rive droite de la rivière, en prévision d’une attaque venue de l’est (A. Castagnetti, La pianura veronese..., p. 82).

128 A Orvieto, au xiiie siècle, c’est la réserve seigneuriale qui est appelée podere (E. Carpentier, Orvieto à la fin du xiiie siècle. Ville et campagne dans le cadastre de 1292, Paris, 1986, p. 169).

129 E. Zorzi, Il territorio..., Doc. 1, p. 258.

130 Ce podere Fabrici, qu’il tenait de ses ancêtres, vendu cette année-là par l’impécunieux aristocrate, est un agrégat, formé de toto et omni eo quod...habuerunt vel visi fuerunt habere et tenere in ea villa et in illis confinibus et in curia, soit 13 manses, 3 roues de moulins, 4 sedimina isolés, une clausura domnicalis, 8 campi de prés et 60 de bois, auxquels s’ajoutent la petite tenure d’une servante et le fief d’un vassal (R. Cessi, Iacopo da Sant’Andrea, Appendice, p. 77-78).

131 R. Cessi éd., « Gesta magnifica »..., p. 186-187 :...de toto illo podere...in Pernumia vel eius confinio, et in Carraria vel eius confinio.

132 C’en est un relativement modeste que Giacomino Fisolo détient à San Giorgio delle Pertiche, soit un podere composé de prata et nemus et unum mollendinum et tres mansos, soumis aux coutumes du lieu (E. Zorzi, Il territorio..., doc. 11, p. 301 ; a. 1223). En 1259, est décrit le podere que Gerardo Gnanfo avait autrefois tenu en fief du marquis d’Este à Baone : il s’agissait simplement de 7 vignes et d’une parcelle de terre arable ; de même, Schinella avait lui aussi un podere en fief du marquis, constitué de 7 peciae terre (G. Brunacci, C D P, p. 2172).

133 A. I. Pini, La viticoltura italiana..., p. 839.

134 Cf. supra, p. 525.

135 Cf. A. Rigon, « Franchavilla »..., p. 8, qui résume des développements de l’article de A. Castagnetti, La pianura veronese... Il faut donc faire remonter les origines de l’habitat dispersé du bas Moyen Âge aux lointaines entreprises de défrichement, seigneuriales puis communales, qui, dès la fin du xie siècle, ont provoqué l’implantation de nouvelles exploitations compactes sur des terres auparavant vides, et donc tout particulièrement le long du cours des fleuves. Sur ces mouvements originels, on pourra consulter l’article, dont le champ couvre toute l’Italie du Nord, de Rinaldo Comba, Le origini medievali dell’assetto insediativo moderno nelle campagne italiane, dans la Storia d’Italia Einaudi : Annali, 8 : Insediamento e territorio, Turin, 1985, p. 367-404 (et plus particulièrement les pages 369-371 sur l’habitat dispersé entre viiie et xiie siècle).

136 Vers 1550, sur les 600.000 campi cultivables du contado padouan, un tiers appartiendra à des laïcs vénitiens, un tiers au clergé, tant padouan que vénitien, et seulement 1/12e aux habitants des villae, le reste étant aux citadins (V. Lazzarini, Beni carraresi e proprietari veneziani, dans Studi in onore di Gino Luzzatto, Milan, 1950, t. 1, p. 277).

137 G. Cherubini, Qualche considerazione..., p. 75-76. Dans le contado de Sienne, selon le même auteur, il faut attendre le xive siècle.

138 E. Carpentier, Orvieto..., p. 185. C. Rotelli, L’economia agraria di Chieri attraverso i catasti dei secoli xiv-xvi, Milan, 1967, p. 22.

139 Id., Una campagna medievale..., p. 36-42. C’est ainsi que, fréquemment, on voit les prés communaux distribués chaque année entre les paysans du village (p. 39).

140 Cf. supra, p. 467-472.

141 Cf. supra, p. 462-463 la série de contrats, entre 1218 et 1235, qui prévoit le paiement d’une taxe d’1 gros d’argent à chaque renouvellement.

142 Fs. p. 513-514.

143 P. 512-513. Je rappelle que, dans le livello traditionnel, on se contentait d’une obligation très générale de melioratio.

144 Dondi, Dissert. 6, no 165.

145 A C P, Episcopi, t. 1, no 80.

146 A C P, Villarum, t. 9 : Spasano, nos 4 (a. 1209) et 6 (a. 1224), Sarmeola, no 1 (a. 1215), Scandalò, nos 6 (a. 1215), 8 (a. 1222) et 9 (a. 1224 : bail d’un an, à l’expiration du précédent) ; t. 1 : Albignasego, no 7 (a. 1215) ; t. 6 : San Nicolò, no 3 (a. 1215). Les fermiers versent une certaine quantité, fixe, de céréales. Ce ne sont pas des notables de haut rang : non autrement connus, ils peuvent être de simples villageois ; ainsi en est-il, à Scandalò, de l’un des deux fermiers de 1215, le second étant par contre un héraut (preco) padouan ; à Albignasego il s’agit d’un clerc de l’Église.

147 A C P, Episcopi, t. 1, no 91 ; A S P, Dipl., no 1039.

148 A S P, Corona, no 4696 : la warda omnium suorum nemorum, ainsi concédée, est rémunérée par la moitié du lignamen des dits bois vendu pendant ces 3 ans.

149 A S V, C D Lanfranchi, janvier 1187 : San Zaccaria concède une pêcherie pour 6 ans ; A S V, San Cipriano, B. 110, R. 809 (a. 1231) et 811 (a. 1235) : la première pêcherie est louée pour 5 ans, contre un loyer annuel de 12 livres et 20 poissons ; la seconde pour 10 ans, avec un loyer exclusivement en argent. Il ne faut pas en déduire trop vite que la rente en argent se généralise sur ces terres amphibies : en 1271 le même monastère consentira la location pour 10 ans d’une terra et aqua contre un loyer annuel de 12 canards ! (R. 814).

150 Cf. par exemple : A S P, Dipl., no 1048, a. 1209 : un sedimen bâti est cédé par le monastère San Pietro en livello usque ad XX annos tantum ; Corona, no 4010 a, 40 (a. 1212) : Santo Stefano loue pour 10 ans une pecia terre... ad edifficandum domos supra ; etc.

151 Cf. supra, p. 457 (premières définitions).

152 Cf. supra, mes remarques enp. 500.

153 Cf. supra, p. 461. Ces contrats conclus pour moins de 29 ans sont de toute façon renouvelables, ce qui les insère dans la coutume et en fait bien de vrais livelli.

154 A S V, San Cipriano, B. 114, R. 1034.

155 Ibid., San Zaccaria, B. 17 : 9 août 1221, 16 juin 1205.

156 Ibid., San Cipriano, B. 105, R. 504 : 6 mai 1237.

157 Dondi, Dissert. 6, no171 : a.1208 ; A C P, Episcopi, t. 1, no 103 : a. 1210.

158 B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t. 3, nos 439 (a. 1212) et 676 (A. 1226).

159 De ces contrats antérieurs au régime ezzélinien, celui qui préfigure peut-être le mieux l’avenir des rapports sociaux entre propriétaires et exploitants est le contrat à 10 ans de 1226 intégré au recueil d’actes du monastère de Brondolo : un bourgeois padouan, Tommasino « Pelipario », cède une exploitation avec sedimen à un tenancier qui n’est autre que l’ancien propriétaire, avec un loyer de la moitié du vin et des blés, plus les coutumières spalla et fugacia. Voilà donc un exemple classique, sinon de prolétarisation, à tout le moins de précarisation de l’exploitant rural.

160 P. J. Jones, The agrarian development..., p. 82.

161 Si les arguments qui précèdent ne sont sans doute pas sans valeur, il faut pourtant éviter tout déterminisme excessif : la fratalea des prêtres des paroisses de Padoue gère ses biens de la même façon que Praglia : en dépit de quelques exceptions, elle en restera au livello perpétuel jusqu’au xvie siècle ! (A. Rigon, Clero e città..., p. 203-204).

162 A S P, Corona, B. 182 ; Dipl., B. 14 et 15. En 1257 le monastère a consenti une locatio à 20 ans – fait unique ! – mais elle sera ensuite renouvelable tous les 29 ans (A S P, Corona, 3731).

163 S. Bortolami, Formazione, consistenza..., p. 32, col. 2.

164 Ibid., p. 38, col. 2.

165 A S P, Corp. soppr., Praglia, no 165.

166 S. Bortolami, Formazione, consistenza..., p. 35, col. 1. Il note justement qu’une telle situation est « sorprendente rispetto a quanto sembra acquisito a livello di sintesi generale ».

167 Franco Fasulo, Livelli e livellari del monastero di Praglia tra ’400 e ’500. Primi risultati di una ricerca, dans San Benedetto e otto secoli (xii-xix) di vita monastica nel Padovano, Padoue, 1980, p. 113-149. Cf. aussi l’article plus récent de Aldo Stella, Formazione, consistenza e conduzione del patrimonio fondiario. Dal 1448 al 1806, dans L’abbazia di Santa Maria di Praglia, p. 44-49 ; il reprend et intègre l’article de Fasulo dans une durée plus longue.
L’évolution du patrimoine foncier de Praglia au xive siècle est l’un des cas de figure que propose l’article célèbre de C. Cipolla, Une crise ignorée. Comment s’est perdue la propriété ecclésiastique dans l’Italie du Nord entre le xie et le xvie siècle (« Annales ESC », 1947, p. 317-327). Si les potentes laïcs louent le plus souvent, selon Cipolla, ad fictum, d’autres utilisent le vieux livello ad perpetuum (p. 319).

168 A. L. Trombetti-Budriesi, Beni estensi..., p. 194 et note 187.

169 A. Castagnetti commente l’article de A. L. Trombetti-Budriesi dans La Marca..., p. 179-182. Si cette hypothèse est juste on aurait là une des expressions, dans le cadre coutumier, des rapports de production « sommersi » de G. Pasquali (cf. Id., Agricoltura e società..., p. 266-267).

170 L’acte est publié dans S. Bortolami, Signoria cittadina e comuni rurali..., p. 24-28. Selon un acte de 1601, ces droits usufruitiers de la commune de San Michele dataient de 1173 : ils dureront jusqu’au xixe siècle (p. 21). On est ici dans un nord « lointain », relativement à l’abri des convoitises citadines.

171 Cf. p. 469.

172 Cf. le tableau n. 27 p. 953 : « San Zaccaria. Evolution des contrats agraires dans le Padouan ». Contrairement à Praglia, le monastère n’impose pas un fort taux de renouvellement : encore dans les années 1290, il oscille entre 1 et 2 sous (cf. A S V, San Zaccaria, B. 17 et B. 24).

173 L’important article, maintes fois cité, de K. Modzelewski, fondé sur l’utilisation des Catastici monastiques du xive siècle, ne fait pas l’analyse de cette évolution.

174 K. Modzelewski, Le vicende..., 1re partie, p. 50 et 68.

175 On trouve encore des mentions attardées du rectum – redevance à part de fruit coutumière – en 1257 (19 et 30 mai) (A S V, San Zaccaria, B. 22).

176 Cf. par exemple : 3,75 setiers, pour une terre de 2 campi, le 12 novembre 1299 (B. 17) ; 8 setiers par campo spécifiés dans un contrat du 27 octobre 1297 (B. 24).

177 Cf. par exemple les 4 baux à 20 ans du 14 juin 1277 : 2 sont de 8 setiers par campo, et 2 autres de 6 (B. 23) ; les 2 baux à 20 ans du 29 janvier 1279 : 6 setiers par campo (B. 8 Catastico » II) ; les 6 baux à 20 ans d’octobre 1297 : 6 et 8 setiers par campo (B. 24). Par contre, en 1290 (le 24 novembre), un contrat à 5 ans prévoit seulement 3 setiers par campo (B. 24).

178 24 novembre 1268, B. 22 ; 15, 16 et 25 janvier 1282, B. 8 « Catastico » II.

179 Cf. note précédente.

180 Cf. les contrats de San Giorgio maggiore à Roncaiette dès 1258 (14 septembre et 8 octobre 1258).

181 Cf. les mentions de l’index du Catastico d’Ezzelino, p. 366.

182 A S V, San Zaccaria, B. 8 Catastico II : 31 janvier ; B. 24 : 21, 24 (2 contrats) et 28 mars, 1er avril, 21 mai, 21 juillet.

183 B. 24.

184 Cf. le tableau n. 27 p. 953 : « San Cipriano. Evolution des contrats agraires dans le Padouan ».

185 A S V, San Cipriano, B. 116, S. 166 à 170.

186 Une première occurrence de loyer consistant exclusivement en une somme d’argent, tout à fait isolée, en 1265 : le monastère y afferme pour 21 ans la moitié de ses biens à Castel di Brenta et Calcinara (terrarum, domorum, nemorum, paludum...) à deux hommes, l’un de Chioggia, l’autre de Castel di Brenta, pour 22,50 livres par an (ibid., B. 110, R. 813, 11 septembre). La série homogène commence avec un bail à 20 ans du 25 avril 1289, où un loyer de 10 livres de « piccoli » est dû pour une exploitation de quelques 15 campi à Pianiga (B. 118, S. 364).

187 Le monastère San Nicolò du Lido, par exemple, fournit un autre cas de figure : à partir de 1286, les baux à court terme (5 ans le plus souvent) ont éliminé presque totalement les livelli sur ses biens de Sacco (on en retrouve un seul, en 1293) ; sur une quinzaine de contrats entre cette date et 1299, la plupart imposent des loyers fixes, non pas en argent mais en grains, avec de surcroît une certaine quantité de poivre et de safran qu’on ne voyait jamais demandée dans les livelli des décennies précédentes. Cf. A S V, San Nicolò del Lido, Processo 104 : Affitti di Corte, t. 1 : 15 documents ; Processo 93 : Affitti di Piove : 1 document. Le livello de 1293 se trouve dans : Processo 92 : Enfiteusi...in Piove.

188 La documentation sur Maserà de 1200 à 1292 (l’auteur s’arrête à la date de la mort de l’abbé Odelrico da Limena) a été publiée dans la « tesi di laurea » de Bruno Castiglioni (cf. supra, p. 22) ; sur Legnaro cf. la « tesi » déjà signalée de Maria Fiorentin (cf. supra, note 111 et texte correspondant).

189 A S P, Corona : 2206, f. 6v, 7, 8v, 11r, 13r, 15r ; 2207, f. 117r, 119v, 121r à 124v ; 1591, f. 82r. Catastico Verde, f. 71v.

190 Ces petits vassaux ruraux devaient à l’origine un servicium unius equi, lequel est ainsi avantageusement remplacé, au moins dès 1230 (une première occurrence : A S P, Corp. soppr., Santa Giustina, no 3 : Maserà feudo, 1230). La somme due semble varier plus ou moins en fonction de la superficie du fief initialement constitué pour ce service : en 1272, un certain Flaviano di Enrico doit 55 sous pour une pecia aratoria d’un peu plus de 3 campi, et rien pour deux autres terres, sans doute ajoutées plus tard, alors qu’un nommé Enselmo di Enrico doit 5 livres pour une exploitation d’environ 4,5 campi, et qu’une troisième personne, Giovanni q. Giacomo di Rolando doit 31 sous et 3 deniers ( !) pour une pecia aratoria de 1,5 campo.

191 Les Domini Gerardo Lovesino et « Segnoria », petit-fils de q. Oredico di Sparando (cf. la fiche familiale en appendice), recoivent en fief la dîme de 17 sedimina, 80 peciae aratoriae dont 2 cum vitibus, et une vigne, à Ronchi di Maserà.

192 Cf. par exemple : A S P, Corona, no 2210, f. 13 (a. 1259 : 1/3 des produits) ; Dipl., no 2018 (a. 1262 : 2,5 setiers de froment pour environ 2/3 de campo) ; Corona, no 2208, f. 2v (a. 1279 : 3 setiers de froment par campo).

193 A S P, Corona, no 2208, f. 2r : il s’agit d’une location à 20 ans.

194 C’est ainsi que Domina Daniotta, de Padoue, veuve du juge Enrico da Curtarolo, doit un setier de froment par campo pour la dîme de 2 peciae qui en mesurent 16 au total (A S P, Corona, no 2208, f. 15v).

195 A S P, Corona, no 2210, f. 8v.

196 Cf. supra note 191.

197 S. Bortolami, L’età dell’espansione (sec. xi-xiii) e la « crisi » del Trecento, dans I Benedettini a Padova, Padoue, 1980, p. 29. La partie du memoriale qui concerne Legnaro et Isola se trouve aux pages 75 à 131 de l’édition de Maria Fiorentin.

198 I. Daniele, La diocesi di Padova..., p. 308-309.

199 M. Fiorentin éd., p. 97 : Item Antonius nepos domini Lionelli de domo illorum de Sancta Lucia ; il détient une parcelle de 5,5 campi environ. Les conditions qui lui sont faites sont identiques à celles des autres tenanciers (cf. suite du texte).

200 Quelques rares non-exploitants probables : un certain Benvenuto, fils d’un magister Giovanni (p. 77), le chapelain de Legnaro, Albrico di Piola (p. 94), un autre prêtre, Ognibene, fils du forgeron Giovanni, et des magistri scholarium dont la maison dans le village est louée aux mêmes conditions que toutes les autres terres concernées (p. 97), le dit forgeron Giovanni (p. 114) et, sans doute, le fils du prêtre Ognibene, Egidio (p. 115) ; à Isola, le boucher Giovanni (p. 126).
Il convient, pour nuancer mon propos, d’ajouter que la non-déclaration de profession ou d’appartenance à un autre milieu ne fait pas ipso facto de tous les autres locataires des paysans-exploitants ; d’autre part certains ont uniquement une parcelle bâtie, mais dans cet habitat rural aux larges mailles cette parcelle n’est en général (sauf l’exception des magistri scholarium) occupée qu’en partie par la maison, le reste étant exploité ; cf. par exemple, la terre de 2 campi, « à bâtir », de Miro di Meto (p. 79) ou, mieux encore, la pecia terre aratorie cum domo supra, de 2,5 campi, d’Alberto q. Guicenano (p. 76).

201 La superficie de presque toutes les terres est indiquée ; elles sont de taille extrêmement variable, oscillant de 0,25 à 12 campi ; il convient d’ajouter que, sur 109 connues (76 à Legnaro et 33 à Isola), 10 seulement dépassent les 5 campi, parmi lesquelles aucune n’est située à Isola, où la majeure partie en reste à 2 campi, probable mesure des pièces distribuées à l’origine. Cette modestie des superficies est un indice indirect du maintien d’une situation déjà ancienne, et par là même de celui des familles paysannes exploitantes.

202 M. Fiorentin éd., p. 79 (10 ans), 87 (livello à 29 ans), 94 (15 ans), 102 (2 baux à 15 ans), 111 (10 ans). Ces durées exceptionnelles ne correspondent à rien de spécifique aux terres concernées.

203 Cf. par exemple, à la page 123 : 2 parcelles de 2 campi chacune doivent chacune 6 livres et un chevreau, une autre, de 4 campi, doit 12 livres, 2 poules et un chevreau.

204 Cf. par exemple, p. 126 : un sedimen bâti de 3/4 de campo doit 3,5 livres et 2 poules ; un autre (p. 127) de 2 campi doit 7 livres et 4 poules.

205 Quelques exemples, parmi ceux qui sont signalés en marge du registre : p. 84 : en 1291, le bail d’une parcelle bâtie, autrefois accordé à une veuve, Milianese, est concédé à un nouvel occupant, Miro di Meto, pour la même durée (20 ans), mais passe de 45 sous (soit 2,25 livres) à 3 livres ; p. 125-126 : en 1291, le nouveau locataire d’une terre arable devra 11 livres et 2 poules, soit une livre de plus que dans le loyer précédent, et il n’a le bail que pour 10 ans, contre 20 auparavant ; p. 127 : changement du locataire d’un sedimen cum domo, aux mêmes conditions. Etc.

206 Ibid., p. 96 : 18 gros deniers (et 4 poules) pour un sedimen, en 1285 ; p. 102 : 10 gros (et 2 chevreaux) pour une pecia aratoria, en 1287 et le contrat est à 15 ans ; p. 111 : 10 sous de gros (et un chevreau) pour une autre pecia aratoria, en 1288, et le contrat est à 10 ans.

207 Encore que Maserà ait été longtemps l’un des villages ad civitatem pertinentes dont la dîme revenait aux chanoines (en concurrence avec le monastère, précisément), avant de devenir une « pieve » durant la seconde moitié du xiie siècle. Cf. I. Daniele, La diocesi..., p. 339-340 ; S. Bortolami, Pieve..., p. 5-6, 3032, 46.

208 Cf. supra, 3e partie, chap. 3, p. 733.

209 L’exception majeure est représentée par les sedimina bâtis du monastère au Ponte Corvo (p. 37-45), tenus en livello sauf deux (soit 20 sur 22). Les autres cas particuliers, épars, sont au contraire ceux de durées plus courtes (5, 9, 10, 15, 19 ans, ou ad voluntatem abbatis : ce dernier cas est celui de quelques terres du monastère à Bovolenta). Cf. par exemple, p. 10 (un contrat à 15 ans), 23 (5 ans), 56 (9 ans), 59 (10 ans), 70 (19 ans), 57 et 131-133 (les contrats de Bovolenta).

210 Fait révélateur : les livelli du Ponte Corvo sont les seuls à payer, pour près de moitié, moins d’une livre. Manifestement les taux des loyers à durée limitée ont été ajustés à l’évolution des prix.

211 Au Ponte Corvo, des terres de 3 campi sont redevables de 15 livres de loyer chacune (p. 36), contre de 7 à 9 à Legnaro (p. 76, 81).

212 Autour de Legnaro, l’influence des citadins était ancienne : le bois de Scandalò, à l’intérieur duquel s’était constitué le village neuf d’Isola dell’Abbà, était pour une part, depuis la fin du xiie siècle, et du fait d’aliénations consenties alors par le monastère lui-même, « sotto il controllo di gruppi umani limitrofi a quelli del territorio cittadino » (S. Bortolami, Pieve..., p. 53-54). Bref, l’action du monastère s’intégrait, depuis ses abords immédiats jusque là, à la politique foncière des propriétaires citadins.

213 Cf. le tableau n. 27 p. 954 : « San Giorgio maggiore. Evolution des contrats dans le Padouan ». La documentation se trouve dans A S V, San Giorgio maggiore, B. 104 et 107, Proc. 392 et 421. Quant aux livelli, les 2 derniers contrats du monastère datent de 1258 et concernent des manses de Roncaiette (B. 85, Proc. 358, 14 septembre et 8 octobre).

214 Curieusement, les 2 premiers exemples de telles accumulations de cadeaux se trouvent dans les 2 livelli cités en note précédente ; quant à l’obligation de fossadare et de salices circumplantare, elle se fait générale dans les baux à durée limitée dès 1262. On en rencontre la première occurrence à Codevigo, dans un bail à 10 ans sur une exploitation comprenant un sedimen et 40 campi desquels on ignore s’ils sont ou non divisés en plusieurs terres (B. 104, Proc. 392, 23 juillet 1262).

215 B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t. 3, no 439 : le juge Baialardo, de Padoue, concède en location pour 20 ans une superficie de 30 campi encore à défricher et qui constituera un manse, isolé par un fossé ; le loyer demeure fidèle aux normes coutumières – 1/3 des produits, et des cadeaux –, mais c’est le propriétaire qui se charge de la construction et de l’isolement. On est bien, avec de telles clauses, qui évoquent déjà la « mezzadria », dans une structure contractuelle nouvelle, la location.

216 A S P, Certosa di Vigodarzere, no 18 ; malheureusement la superficie n’est pas indiquée.

217 A C P, Villarum, 11 : Vigonovo, nos 22, 23, 24, 25.

218 A C P, Villarum, 2 : Bertipaglia, 4, a. 1260 ; ibid., 4 : Este, 4, a. 1261. Il convient d’éviter toute explication schématique : dès 1230 on pouvait voir à Este un laïc padouan louer pour 20 ans des parcelles à un homme du lieu (A S P, San Bernardo, no 21).

219 A C P, Diversa, 1, no 51 : un certain Guerra di Mariarosa, d’Abano, acquiert 1 vache, 1 bœuf et 1 veau, pour 13 livres et 5 sous payables à la foire d’Este, d’un homme de Sarmeola, Otolino Delepeca, en 1211 ; ibid., no 61 : l’année suivante un certain Rambaldo, de Meianiga, paie à Domenico q. Desiderio, à Megliadino, une dette de 3 livres qui lui restait de l’achat d’une vache et d’un veau, en societas avec un certain Ripipo, de Megliadino. Autres exemples aux nos 80 (a. 1218), 84 et 92 (a. 1221) ; etc.

220 A S P, Certosa di Vigodarzere, no 35. D’autres ruraux doivent au défunt des parts de récolte.

221 Marco di Ardoino et son fils Grado étaient en societas avec Pietro Boccone pour 6 vaches, 3 bœufs d’un an, une vachette et un autre bœuf ; débiteurs de Pietro pour une somme non indiquée, ils devront la payer au monastère San Bernardo de Padoue, héritier du défunt, avant le partage des animaux et la dissolution de la societas. Comme le notait fort justement G. Duby, « ces « sociétés » masquaient toutes, en fait, des prêts usuraires » (Id., L’économie rurale..., t. 1, p. 253).

222 T. Pesenti-Marangon, Università..., p. 56-57.

223 G. Giorgetti, Contadini e proprietari..., p. 147. Sur la « soccida » en Italie, cf. la bibliographie citée par lui en p. 186, note 16. Un exemple régional dans P. Racine, Plaisance..., t. 2, p. 562-577.

224 Je rappelle ici qu’un statut communal daté de 1259 interdit l’exportation du bétail (cf. supra, p. 785, note 38).

225 V. V. Samarkin, L’evoluzione..., p. 16-17. Les remarques de cet auteur sur ce thème dans le contexte du Trecento sont parfaitement valables déjà pour le Duecento, ou au moins pour sa seconde moitié.

226 Si l’on considère comme deux entités comparables, ainsi que le fait Lesley A. Ling, d’un côté les monastères vénitiens, de l’autre les propriétaires autochtones, l’opposition peut apparaître brutale au début du xive siècle : les premiers, selon ses estimations, perçoivent en moyenne, dans leurs biens du Padouan, 6 setiers par campo, les autres 3 setiers seulement (Id., La presenza fondiaria..., p. 315). Suggestive et effectivement révélatrice, l’opposition est quelque peu trompeuse dans la mesure où les propriétaires padouans ont des attitudes et des modes de gestion fort hétérogènes, au contraire des Vénitiens qui, tous, tendent aux mêmes résultats, à des rythmes certes divers, dictés, on l’a vu, par les situations locales.

227 G. Luzzatto, L’inurbamento delle popolazioni rurali in Italia nei secoli xii e xiii, auj. dans Id., Dai servi..., p. 407-432 (les remarques évoquées sont aux pages 428-429) ; l’article avait été publié en 1939 dans les Studi di storia e diritto in onore di E. Besta, Milan, vol. 2, p. 183-203.

228 Ainsi l’article de G. Cherubini, Qualche considerazione..., paru en 1967 dans la « Rivista storica italiana », auj. dans Signori, contadini..., p. 51-119.

229 Ibid., p. 59.

230 Ibid., p. 63.

231 Sur ce thème général, cf. les remarques de G. Giorgetti, Contadini e proprietari..., chap. 1, « Il problema storico », p. 3-32. Au point de départ de l’ouvrage, il y a cette constatation fondamentale de l’auteur : « dei rapporti di produzione i contratti agrari esprimono gli aspetti essenziali e riflettono le principali caratteristiche » (p. 7).

232 Je reprends cette définition de P. Racine (Plaisance..., t. 2, p. 550-551, note 38). Sur le thème de la « mezzadria », je renvoie le lecteur à la synthèse récente de G. Piccinni, « Mezzadria » et « mezzadri » en Italie centrale et septentrionale (xiiie-xve siècles), dans Les revenus de la terre, complant, champart, métayage en Europe occidentale (ixe-xviiie siècles) ? Flaran, 7es journées internationales d’histoire. 20-22 septembre 1985, Auch, 1987, p. 93-105. Sur les caractéristiques juridiques du contrat, on consultera toujours le traité classsique de I. Imberciadori, Mezzadria classica toscana, Florence, 1951.

233 Ibid., p. 95-97.

234 Odile Redon, Seigneurs et communautés rurales dans le contado de Sienne au xiiie siècle, « MEFRM », t. 91, 1979, p. 631.

235 G. Piccinni, « Mezzadria » et « mezzadri », p. 94, note 6.

236 V. Fumagalli, L’evoluzione dell’economia agraria..., dans Le campagne italiane prima e dopo il Mille. Una società in trasformazione, Bologne, 1985, p. 20. L’auteur se réfère à l’article de G. Chittolini, I beni terrieri del capitolo..., p. 213-274.

237 G. Pasquali, Contratti agrari scritti..., p. 281-283.

238 E. Occhipinti, Il contado milanese..., p. 69-70, 176-205. Quelque chose d’assez semblable s’est produit sur les terres de Sant’Ambrogio à Origgio (à 20 kms environ de Milan) où, en 1257, à côté des livelli – qui ne disparaissent pas – est conclue une série de contrats d’1 an, parfois 9. Au demeurant ce sont les mêmes familles qu’auparavant qui demeurent, et demeureront (R. Romeo, Il comune rurale di Origgio nel secolo xiii, Assise, p. 61-63).

239 A l’est du Piémont, par contre, à en juger par l’exemple du contado de Verceil, la situation est assez semblable à celle du Milanais et, en somme, du Padouan : les transformations, lorsqu’elles se font, se présentent sous les espèces du contrat ad fictum, seul à concurrencer – lentement – le livello (F. Panero, Terre in concessione..., p. 33-40).

240 G. Piccinni, « Mezzadria »..., p. 93-94.

241 V. Fumagalli, L’evoluzione..., p. 489.

242 Ibid.

243 G. P. Cagnin, I patti agrari in territorio trevigiano dalla metà del secolo xii agli inizi del secolo xiv : tradizione e innovazione, dans Storia di Treviso, t. 2, p. 323.355.

244 Ibid., p. 341. C’est qu’en effet, comme on l’a vu, le livello lui-même avait évolué en s’adaptant aux mêmes normes que le contrat ad tempus, voire en le précédant, avec le remplacement progressif des loyers proportionnels à la récolte par les loyers fixes (cf. M. Montanari, Campagne medievali..., p. 91-92).

245 L’expression locatio ad tempus se trouve, par exemple, dans des documents de San Giorgio maggiore (A S V, B. 103, Proc. 390 : 5 décembre 1258 – 23 janvier 1259 ; 21 novembre 1259 : un locataire tenait un bien, selon un témoignage en justice, usque ad certum tempus). Le plus souvent le terme locatio est simplement suivi de l’indication de durée : locatio ad annos viginti (sur les terres de Santa Giustina de Padoue à Legnaro), ou encore nomine locationis ad laborandum usque ad decem annos (A S V, San Giorgio maggiore, B. 104, Proc. 392, 23 juillet 1262), etc.

246 Il m’a été donné de rencontrer un curieux exemple, au demeurant fort précoce, de clause à durée limitée intégrée à un livello perpétuel, par laquelle le propriétaire s’engageait à fournir son apport : en 1188, un laïc vénitien (n.b. : il s’agit toujours du milieu le plus inventif), le marchand Pancrazio Staniario, cède en livello perpétuel un braidum, situé à Villa Estense, avec obligation pour les tenanciers, sur dix ans, de iamdictum braidum bene lodamare et de fossatis claudere et super ripam fossati vineam plantare ; durant cette période ils devront la moitié du froment, des fèves et du seigle, mais le propriétaire fournira la moitié des semences ; là où il ne donne rien – ainsi pour la vigne – le loyer est du tiers ; la chose n’est pas encore décidée pour le lin (S. Borsari, Venezia e Bisanzio..., Doct. 3, p. 140-141).
Ce contrat est un hapax : sans doute s’agissait-il, à une époque où la chose était loin d’être encore fréquente, de dédommager le locataire de ce qui apparaissait comme un surcroît de travail. On l’a vu, entre la fin du xiie siècle et les années 1250, on en est en somme à la phase d’expérimentation : les modalités du changement ne sont point vraiment fixées.

247 Cette interdiction, à peu près généralisée, supporte cependant de rares exceptions : ainsi en est-il pour 2 contrats de location à 15 ans, à Codevigo, où le propriétaire – San Giorgio maggiore – accorde le droit d’aliéner (A S V, San Giorgio maggiore, B. 104, Proc. 392, 6 juillet 1289).

248 G. Giorgetti, Contadini e proprietari..., p. 58-59 : en 1552, Sant’Agostino de Padoue loue pour 3 ans, à 2 frères, une vaste exploitation de 62 campi ; rien n’est fourni par le maître, ni semences ni bétail ; le loyer consiste en 15 muids de « bon froment » (millet, sorgho et autres céréales pauvres sont exclues), 110 mastellos de vin, 12 setiers de legumina ; et l’on trouve toujours les « cadeaux » – poules, poulets, oies, œufs –, plus un porc, 50 livres de lin et une charretée de paille ; p. 62 et note 13 (p. 116) : à propos du mélange de livelli et de baux à court terme, l’auteur cite un Catastico de Santa Giustina daté de 1473.

249 Ibid., p. 62.

250 Cf. supra, p. 816 et 820.

251 On trouvera les références aux citations du Catastico et l’exposé de ce problème dans G. Rippe, Il Catastico..., p. XXVI-XXVII.

252 Au demeurant la chose n’est pas davantage probable avec certains propriétaires-exploitants supposés : Dominus Laurencius iudex de Radicibus reddit decimam duorum camporum terre... et laboratur per ipsum ; ou encore Franciscus condam domini Rolandi de Rova reddit decimam V camporum terre... et laboratur per ipsum Franciscum.

253 Il est assez bien établi que, en Italie du nord, dès le xiie siècle au moins et peut-être avant, les seigneurs fonciers utilisaient des travailleurs salariés sur ce qui leur restait de réserves, les quelques corvées qui demeuraient étant insuffisantes : à ce sujet, K. Modzelewski a présenté des hypothèses bien étayées à propos de San Zaccaria (Id., Le vicende..., p. 65). Si les exemples immédiatement analysables manquent pour le Padouan, il s’en trouve ailleurs en Italie du nord ; je me contenterai ici de rappeler l’article de M. C. Daviso di Charvensod, Coltivazione e reddito della vigna a Rivoli nel secolo quattordicesimo (dans Storia dell’economia italiana, t. 1, p. 97-106) : sur une vigne seigneuriale les travaux étaient effectués, à la fin du xiiie siècle, non plus par des corvéables, mais par des manœuvres salariés payés à la journée ; ce système devait d’ailleurs s’avérer peu rentable et, en 1337, cette vigne sera divisée entre plusieurs locataires dont les loyers seront d’un meilleur profit pour le propriétaire.

254 A S V, San Zaccaria, B. 22.

255 J’ai volontairement parlé de prolétarisation : jusqu’à quel point a-t-on le droit de le faire au sujet d’autres que les salariés agricoles ? G. Giorgetti hésite à utiliser la notion à propos des tenanciers à court terme, et notamment des « mezzadri ». Il admet qu’on peut s’y autoriser, cependant, à propos des locataires non pourvus de bétail et d’outils, et obligés d’emprunter. Il va de soi que certains, plus chanceux, peuvent parvenir à une relative aisance. Admettons que l’expression est à utiliser en un sens large : le paysan ne détient plus le moyen de production fondamental, la terre. Si l’on s’y refuse, on s’en tiendra à parler d’une paupérisation de la masse rurale (cf. G. Giorgetti, Contadini e proprietari..., p. 158-159).

256 Comme pour apporter une preuve par l’absurde, quand une résistance se produit elle ne vient pas de l’exploitant. En 1258, on voit un certain Menico Carnello, de Chioggia, en procès avec le monastère San Giorgio maggiore ; son père, Giacomo, avait tenu une terre de Vallonga en livello ; Menico n’avait pu la recevoir, après lui, qu’en location à court terme, aussi prétendait-il revenir au livello tandis que, cette année-là, le monastère lui signifiait que son bail était terminé (A S V, San Giorgio maggiore, B. 103, Proc. 390 : 5 décembre 1258-23 janvier 1259).

257 Il ne m’a pas été possible d’identifier avec certitude les locataires cités à des personnages concernés par les contrats conservés : des prénoms communs, tel Giovanni, sont de faibles indices.

258 Cf. les tableaux ci-joints : « liste des rentes du monastère San Giorgio maggiore à Piove di Sacco et à Codevigo ». Ces trois listes se trouvent dans le Processo 372 (B. 91).

259 Çà et là, en 1279 et 1280, on trouve de rares mentions de suppléments en céréales ou en argent, qui correspondent à des arriérés. Mais ils sont très rares et portent sur de petites portions du loyer. Par exemple Giovanni et Ezzelino, à Piove (no 9 du tableau), s’acquittent, en plus des 8 muids de leur loyer, de 7 setiers pro debito (ce qui, en passant, confirme que les 8 muids sont la charge normalement due) ; Salvado, à Codevigo (no 6) doit, outre ses 6 muids, 4 setiers pro debito veclo.

260 Faut-il accuser une conjoncture particulièrement défavorable en 1280 et 1281 ? La paix règne dans ce secteur. D’autre part aucune disette ni aucune calamité naturelle n’est attestée par les chroniques padouanes. Un indice, cependant : des inondations le sont à Vérone et à Ferrare ainsi qu’à Parme en 1280. Cependant les mêmes analystes rapportent qu’à Ferrare les récoltes de céréales ont été bonnes. En 1281 c’est pour Parme seulement que de mauvaises récoltes de céréales sont signalées (P. Alexandre, Le climat en Europe..., p. 409 et 411). De quoi il ressort que, si les conditions naturelles ont pu être simplement médiocres, ces inégalités de production en sont d’autant plus significatives.

261 J’indique les cadeaux lorsqu’ils demeurent le seul élément payé du loyer dû.

262 Si l’on admet que le gros vaut alors autour de 28 deniers « piccoli », on arrive à 504 deniers en 1279, contre 448 en 1281. Cf. G. Luzzatto, L’oro e l’argento..., p. 381).

Table des illustrations

Légende Prix du campo de terre arable dans la zone centrale de la Saccisica (en lires)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/572/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Légende Prix du campo de terre arable à Polverara et Bovolenta (en lires)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/572/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 928k
Titre Rappel : 1 muid = 12 setiers
Légende (à suivre)Note261
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/572/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende Note262
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/572/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 327k

© Publications de l’École française de Rome, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540