Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Padoue et son contado (Xe-XIIIe siècle)

 | 
Gérard Rippe

Troisième partie. Les transformations sociales et la crise du XIIIe siècle

Chapitre 1. Noblesse féodale et communautés rurales : « crise du féodalisme »1

Texte intégral

  • 1 Avec un siècle d’avance, me semble-t-il, on décèle, en Italie du nord (et tout particulièrement du (...)

1Les familles châtelaines entrent assez tôt – dès les années 1150 pour certaines – dans une phase de déclin économique qui ne sera fatale, au demeurant, qu’à un petit nombre d’entre elles. En un processus sans doute plus lent, et pas clairement perçu par les intéressés, les communautés rurales même les plus autonomes perdent insensiblement leur cohésion initiale ; d’une part, les petites aristocraties indigènes issues de la couche arimannique détachent leurs intérêts de ceux de leur milieu d’origine et s’intègrent à une notabilité urbaine qui, elle, se fait au contraire plus homogène, quelles que soient les oppositions de factions qui y naissent ; d’autre part l’affaiblissement des pouvoirs, tant politiques que juridictionnels, des seigneurs-châtelains, et leur fréquent appauvrissement laissent les ruraux en position de faiblesse devant la pénétration des milieux citadins, tant politique que foncière. Les premières manifestations violentes de crise apparaissent dès la fin du xiie siècle à la campagne.

I – CRISE DES FORTUNES NOBILIAIRES2

  • 2 S. Bortolami a, le premier, noté le caractère général de cette crise dans le Padouan et a donné une (...)
  • 3 Cf. infra p. 604.

2Le manque de liquidités est, c’est bien connu, une maladie chronique des lignages nobles. Il est donc exclu de considérer mécaniquement toute vente ou mise en gage de la part d’une grande famille comme un « signe de déclin », sous peine d’éprouver dans un certain nombre de cas l’impression logiquement contradictoire qu’elle n’en finit pas de finir. En l’absence de séries homogènes (sauf peut-être chez les da Carrara, et à un moment précis de leur histoire) toute tentative d’interprétation des coups de sonde, plus ou moins isolés, que permet la documentation sur l’évolution des patrimoines garde donc quelque chose de hasardeux et d’aventuré. Les archives du monastère vénitien de San Cipriano laissent une impression catastrophique de la situation des da Vigonza, par exemple : ces derniers lui vendent une série de biens dès les années 1130-1140, puis autour de 1200, et de nouveau en 1233. On est impressionné d’une telle capacité à brader une fortune sur la longue durée : il faut admettre qu’en l’absence d’un arbre généalogique suffisamment bien établi de cette prolifique famille et, bien sûr, d’une vision précise du patrimoine de chaque branche, il est impossible d’arriver à une évaluation claire : difficultés momentanées, et ne touchant chaque fois qu’une partie distincte du groupe parental, ou faillite généralisée ? On pourra mettre en évidence le malaise, non l’analyser dans toutes ses composantes3.

  • 4 C D P, 2/1, nos 5, 31, 32 ; no 10, a. 1105 : Alberto da Baone prête 1 500 livres à Ugo Orseolo, et (...)
  • 5 Ibid., no 128, a. 1122 : Uguccione da Baone et sa mère Elica vendent ou, plus vraisemblablement, la (...)

3Des mouvements d’ensemble, heureusement, se dessinent. Une première évidence : au xie siècle (quand on les voit apparaître à cette époque, ce qui n’est le cas que d’un petit nombre) et durant une période plus ou moins longue dans le xiie, ces familles sont capables d’acheter, voire de prêter (et, j’y insiste, je ne parle pas d’occurrences isolées) ; puis la tendance s’inverse, pas toujours définitivement : les da Baone, par exemple, encore au début du xiie siècle, achètent (à Vigodarzere en 1104, à Cona et Conselve en 1107), et prêtent même de l’argent4. La marche ascendante s’interrompt vite : une première cession en gage, en 1122, est encore isolée ; le véritable processus d’endettement démarre, au vu des documents, en 1176 et s’aggrave dans les années 11805. Mais après les années 1190 le pire semble passé.

  • 6 Il faut avouer que le seul témoignage d’endettement d’un da Lozzo dont je dispose est sujet à cauti (...)

4On est donc à même, du moins dans quelques cas privilégiés, de faire apparaître des phases, ascendante et descendante, et de dépasser le stade de l’impression (celle que provoque la lecture de telle ou telle information ponctuelle). Un tableau d’ensemble devient possible, à grands traits certes, où chaque famille offre un apport : plus que modeste chez les Da Lozzo6, il est extraordinairement détaillé, pour les années 1200-1220, comme je l’ai dit, chez les da Carrara. On saura du moins qui est concerné, et où se situent les périodes de crise les plus généralisées.

5Qui ? C’est, à l’évidence, dans la noblesse châtelaine que la crise est la plus spectaculaire, mais – il faut y insister – assez inégalement en fin de compte : « ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés ». L’évêque accompagne les laïcs dans ces difficultés, mais non tous les monastères du Padouan, ni d’ailleurs, semble-t-il, le chapitre cathédral.

6Plus contrastée est la situation de la moyenne et petite aristocratie urbaine, des familles consulaires comme les Tadi à de plus modestes lignages de milites comme les Gerardacci de Monselice. Cela va d’une situation de demi-faillite à l’enrichissement. On n’est pas surpris, enfin, de constater que ceux qui s’intègrent le plus tard au milieu dirigeant – une dernière génération de juges, non antérieure au xiiie siècle – ne sont pas touchés. Chez tous les enrichis, héritiers de fortunes anciennes ou nouveaux venus, il y a des solutions communes, la plus évidente est l’usure, on y insistera. Quant à l’inégalité dans l’endettement chez les élites aristocratiques, elle implique, pour être comprise, de distinguer des nuances multiples : une typologie du déclin est nécessaire, une fois caractérisée la situation générale.

  • 7 Cf. le tableau n. 19 p. 935.

7Quand ? Une mise en place chronologique fait apparaître des schémas différenciés dans la strate supérieure des châtelains7, auxquels on peut adjoindre l’évêque, châtelain lui aussi et dont la fortune, par sa structure, s’apparente à celle des grands laïcs.

  • 8 Sur les da Celsano cf. supra, sur leur identité, leur déclin et son expression matrimoniale, p. 150 (...)

81o Certaines familles entrent en crise patrimoniale plus précocement que d’autres : c’est le cas des da Celsano et des da Vigonza8. Apparemment les deux destins sont dissemblables. Jusqu’à un certain point seulement : la déchéance a quelque chose de pathétique chez les premiers ; plus limitée dans ses conséquences chez les seconds, elle signifie cependant leur ravalement au rang de l’aristocratie urbaine moyenne ; les effets, dans les deux cas, sont patents dès les années 1200.

  • 9 Voici la liste des aliénations des biens de Roncaiette :
    C D P, 2/1, no 123, a. 1122 : vente à un Co (...)
  • 10 P. Sambin éd., Nuovi..., no 16, a. 1149 : 8 masaricie vendues à Sacco, ainsi que deux parcelles iso (...)
  • 11 Cf. supra, p. 239.
  • 12 Des exemples de dots, aristocratiques et bourgeoises, dans S. Bortolami, Fra « Alte Domus »..., p. (...)

9Entre 1122 et 1185 des séries d’aliénations, ou d’hypothèques se transformant en aliénations, font passer en des mains vénitiennes l’ensemble des biens-fonds (qui semblent avoir été fort étendus) des da Celsano à Roncaiette. Sont en jeu, insistons-y, des sommes de plus en plus considérables qui servent à éponger – toujours incomplètement – des dettes accumulées : cela va de 150 livres en 1 122 à 1 356 livres en 1175 et 1306 en 11789. S’y ajoutent des ventes à Sacco, Roncone, Padoue (celle-ci en fief sans fidélité)10. Signalons trois crises aiguës dans ce processus, plutôt qu’un déclin continu (du moins au témoignage d’une documentation avant tout vénitienne) : 1122, 1149 et, surtout, une série dans les années 1170. Le résultat est connu ; je l’ai signalé en son temps comme le seul témoignage vraiment patent de mésalliance : en 1202 Almengarda, fille de feu Albertino da Celsano, épouse le petit-fils d’un boucher enrichi, Albertino di Giovanni di Belloncino11. La dot, qui se monte à 200 livres, confortable dans un milieu de notaires ou de commerçants, est très inférieure à la moyenne de celles des filles nobles, ce qui témoigne bien d’une descente de quelques crans dans la hiérarchie sociale12.

  • 13 Cf. supra, p. 141.
  • 14 C D P, 2/1, no 311, a. 1136 : vente d’une masaricia de Pianiga, à San Cipriano de Venise, pour 31 l (...)

10Les problèmes des « Cattanei » da Vigonza, d’origine vicomtale13, commencent à se manifester une décennie plus tard, et ils le font de manière très différente : à aucun moment ne sont en jeu des sommes aussi imposantes que chez les da Celsano, loin de là ; on atteint un maximum de 300 livres en 1233, c’est-à-dire fort tard, et quand une telle somme ne correspond plus guère qu’à deux manses environ. Des séries de vente s’étalent sur deux périodes d’inégale longueur : une première crise dans les décennies 1130-1140 semble surmontée, puis c’est un processus en voie d’aggravation entre les années 1190 et 1230, le paroxysme étant atteint en 123314. Menacée, la situation de la famille est donc loin d’être aussi déprimée que celle des da Celsano. Son déclin est relatif.

11On voit donc bien ce qui unit les da Celsano et les da Vigonza dans un même schéma – la précocité exceptionnelle du processus d’appauvrissement – et, surtout, ce qui les sépare : les da Vigonza ne souffrent que d’une gêne relative, mais qui devient chronique à partir de la fin du xiie siècle, alors qu’au même moment la catastrophe finale engloutit les da Celsano.

  • 15 Cf. supra, p. 342-343.
  • 16 A S P, Dipl., no 1253. Ce Paganino est identifié comme un da Vigonza dans un document du 30 décembr (...)
  • 17 L’autre famille de capitanei installée en ville, les da Limena, a elle aussi connu des problèmes pa (...)

12Une solution, elle aussi relative, à leurs problèmes a été trouvée par les da Vigonza dans l’immersion au sein du milieu citadin : dès 1142 l’un d’eux est consul (mais c’est là une période guerrière qui rend nécessaire la présence des féodaux, on l’a vu, dans cette institution)15 ; plus révélateur est le fait qu’au xiiie siècle (au demeurant relativement tard, en 1225) un premier membre de la famille, Paganino, est dans le collège des juges16. L’exercice de cette profession – on aura l’occasion d’y insister – est un symptôme-Janus : il met le point final à un processus d’intégration à la classe dirigeante urbaine chez des nouveaux riches, et permet de faire oublier l’étal sur la grand-place du père ou du grand-père ; il constitue une porte de sortie honorable pour qui n’a plus les moyens de figurer dans le « happy-few » dédaigneux des grands seigneurs. Il est vrai qu’une telle voie s’imposait à cette famille qui, malgré son ancienneté, n’avait pas trouvé l’occasion de s’enraciner dans une seigneurie castrale au moment crucial. Partis de plus haut, les da Celsano étaient très tôt tombés plus bas17.

132o Il apparaît, à regarder le tableau indicatif, qu’une crise générale – ou quasi – des revenus nobiliaires démarre dans les années 1170 pour atteindre, dirait-on, un état paroxystique entre 1210 et 1220, puis connaître une nouvelle flambée, moins parfaitement mise en évidence, dans les années 1230 à 1237. L’évêque et le milieu comtal (au sens large de Vaccari) dans son ensemble sont frappés : outre la famille des comtes proprement dits, les da Baone, Camposampiero, Castelnuovo, Carrara, Sant’Andrea, Tanselgardini et enfin, « last but not least », les Este. Les Maltraversi, comtes de Vicence, ne semblent moins concernés que dans la mesure où le centre de leur puissance, et donc de leurs soucis, est ailleurs. Il sera, enfin, utile de comparer à la situation de ces seigneurs celle des da Romano, futurs protagonistes.

14Ces concordances chronologiques font apparaître la noblesse châtelaine comme un tout. Une approche plus fine permet d’introduire de multiples facteurs de différentiation. Les politiques familiales sont variées dans leurs ambitions et en fonction des risques qu’elles prennent ; les facteurs fondamentaux que sont le nombre d’enfants et les modalités de gestion et de partage des revenus scellent des destins contradictoires. La crise patrimoniale les atteindra donc très inégalement.

  • 18 Cf. supra, note 5. On peut ajouter quelques mentions de ventes : C D P, 2/2, no 783, a. 1162 : Ugol (...)
  • 19 E. Zorzi, Il territorio..., p. 120-128.

15a) Plus qu’ailleurs la crise est conjoncturelle chez les da Baone. Dans les années 1170 la fortune est rassemblée entre les mains de deux cousins, Albertino et Alberto ; quelques rares ventes et mises en gage, parfois suivies de cessions, d’éléments isolés du patrimoine durant les décennies 1160-1170, mais en somme rien de très grave jusque là18. Le drame de la famille, dont E. Zorzi a bien retracé les péripéties19, tient tout entier, on l’a vu, dans l’absence d’héritier mâle à la mort d’Albertino, en 1182 ou peu avant, et dans la présence de 8 filles entre les mains desquelles (et surtout entre les mains des maris desquelles) va se disperser la moitié du patrimoine. Les violences qui se déchaînent autour de cet héritage témoignent à leur manière du fait que sa consistance faisait l’envie de châtelains désargentés, comme l’était alors déjà le plus agressif des gendres du défunt, Giacomino da Carrara : entre 1182 et 1185 les terres de ce dernier et celles de l’ultime da Baone mâle, Alberto, qui conteste le règlement des dispositions testamentaires, sont à feu et à sang. Or que constate-t-on ?

  • 20 Cf. supra, note 5.
  • 21 A S V, San Cipriano, B 109, R 732.
  • 22 Ibid., San Giorgio maggiore, B. 81, Proc. 316, 1er novembre.

16C’est en 1183 qu’Alberto cède en gage à son seigneur, le marquis d’Este, le castrum de Baone (qu’il tenait de lui en fief) et ses biens à Conselve, pour 820 livres et 5 sous, en 1184 qu’il engage, pour 200 livres, au monastère de Candiana, ses biens à Candiana, Calcinara, Cona, Bovolenta20. Encore en 1191 Alberto, qui avait acquis à Calcinara des biens d’India, fille d’Albertino, doit les vendre à San Cipriano de Venise pour 480 livres21. Dans le même temps, en 1185, une autre des huit filles, Beatrice, doit vendre un ensemble de manses et de parcelles isolées, sis à Roncaiette, au notable padouan Rolandino di Malpilio22. Puis les choses se tassent.

  • 23 M. Roberti, Un formulario..., p. 60-62. S’agit-il d’un apocryphe ?
  • 24 A C P, Villarum, 3 : Curtarolo, 1.

17Dans ce cas précis il est clair que l’épisode guerrier a été la cause essentielle des problèmes financiers, et la vente de 1191 est la queue du cyclone. La fortune d’Alberto va tenir, avec, çà et là, peut-être, des accrocs : un document problématique, daté de 1218, que l’on trouve dans le Formulaire de Corradino, montre Gerardo da Calaone, tuteur d’un Tiso da Baone désigné comme fils d’Alberto mais par malheur non autrement connu, vendant au nom de ce dernier une terre pour la forte somme de 1 000 livres23. Par contre, la même année, India, fille de Daria (et donc petite-fille d’Alberto), achète aux enchères des biens de Cunizza da Camposampiero à Marsango et Curtarolo pour 2 000 livres24.

  • 25 A Castagnetti, I conti..., p. 154.
  • 26 Il y a avant tout l’émancipation des mineurs : elle lui revient encore en 1210 (ibid. et, plus part (...)
  • 27 A C P, Diversa, t. 1, no 104. Cf. mes remarques sur ce titre, supra, p. 220, note 404.
  • 28 Statuti..., no 645, p. 213. Rappelons ici, au sujet cette liste, longtemps datée de 1225 en raison (...)
  • 29 A S P, Dipl., no 993, a. 1217 : Schinella vend, pour 50 livres (ce chiffre rond suggère un possible (...)

18La fortune des comtes de Padoue résiste elle aussi à l’érosion. Il y a même là quelque chose comme une contradiction apparente : comme l’a remarqué A. Castagnetti, dès la fin du xiie siècle voilà une famille qui « est sur le point de perdre toute importance politique »25. Dans cette démission acceptée elle trouve sans doute son salut. Il convient d’abord de relativiser son importance initiale : elle n’avait jamais été qu’une composante, parmi bien d’autres, de la vie politique locale, mises à part quelques prérogatives symboliques conservées jusque vers les années 1210, parfois plus tard26. Et c’est précisément cette intégration de plus en plus complète, cette fusion dans la notabilité citadine et dans les intérêts politiques généraux de la commune qui, tout en la faisant passer au second plan de l’histoire événementielle locale, lui a permis de conserver ses assises. Durant les années 1230 il est un personnage, de ce point de vue, emblématique : Schinella, petit-fils d’Alberto Terzo, lui-même frère du comte Giacomo. Dans un document de 1232 le voici désigné, de façon très inusitée, comme « comte Schinella, du bourg des Torricelle »27 ! Il reste comte en quelque sorte in abstracto (son cousin Tiso ayant le titre en raison de sa fonction) tout en étant de tel quartier de Padoue. Aussi bien est-il, de même que Tiso, compté parmi les magnats28. Des difficultés l’ont malgré tout frappé lui aussi, comme la plupart des « magnats » : en 1217, puis en 1230 et 1232, il lui a fallu, à lui aussi, emprunter : cette position de repli citadin est une possible tentative de solution29.

  • 30 Dès 1184 le comte Manfredino et son frère Alberto Terzo engagent quelques manses à Arquà pour 100 l (...)
  • 31 A S P, Dipl., no 924 ; cf. la liste publiée par S. Bortolami, dans Id., Fra « Alte Domus »..., p. 6 (...)

19Quant à la branche aînée de la famille, si on lui connaît quelques difficultés durant la dure décennie entre 1210 et 1220, où elle doit écorner – sans trop de mal – ses possessions d’Arquà et de Campocroce30, elle ne semble plus menacée ensuite. Le comte Tiso, lui aussi, joue absolument le jeu de l’insertion citadine : en 1214 il est procurateur de la commune31. En somme, aucune de ces liquidations totales de seigneurie foncière, aucune de ces ventes aux enchères qui frappent une majorité de grandes familles.

20b) La documentation est bien trop inégalement répartie pour permettre d’établir, je l’ai dit, un véritable « état des grandes fortunes ». Du moins peut-on tenter de continuer à distinguer entre des niveaux de gravité selon les situations.

21Dans l’aristocratie châtelaine de rayon d’action purement local on peut arriver à des faillites partielles, toutefois sans repli citadin (à l’inverse de ce que font les da Vigonza) : ainsi chez les da Carrara (auxquels je réserve un développement particulier un peu plus loin, tant leur cas, spécialement bien connu, permet de pénétrer dans le détail des rapports d’argent entre seigneurs, notables citadins et instances communales) et chez les Tanselgardini, que je prendrai comme exemple ici. Beaucoup plus rares sont les faillites totales, ou quasi totales : il me faudra revenir sur la fameuse saga dantesque de Iacopo da Sant’Andrea.

22A un niveau plus élevé, celui des da Camposampiero, des Maltraversi (dont le rôle à Vicence est sans commune mesure avec celui des comtes à Padoue) et, encore davantage, des marquis d’Este et de leurs adversaires, les da Romano, les enjeux – d’emblée supra-régionaux – sont à ce point d’une autre ampleur qu’ils en arrivent à être d’une autre nature ; car il ne saurait plus ici être question de faillite : c’est le problème du pouvoir suprême qui est posé. Et ce sont leurs rivalités qui enclenchent les mécanismes de la montée aux extrêmes du milieu du xiiie siècle, où tous se trouveront engagés et où beaucoup seront broyés.

Tanselgardini

  • 32 Cf. supra, p. 157-158.
  • 33 A C P, Villarum, 3 : Corte, 5. Le prix ne figure pas.
  • 34 A. Rigon, Un abate e il suo monastero..., p. 56-57.

23La fin du xiie siècle est pour eux un temps d’apogée : à partir de 1185 la main mise sur le vicedominatus de Sacco les établit en une sorte de co-seigneurie avec l’évêque32. Le lignage a-t-il ensuite vu trop grand ? Alors que se multiplient déjà les signes de difficultés financières dans les grandes familles on voit, en 1204, Gualperto di Tanselgardino acheter un ensemble de biens communaux à Boion, Corte et Campolongo, en Saccisica33, et, surtout, en 1206, Forzatè achète pour 525 livres les droits d’avouerie sur le monastère de Santa Giustina à Guitaclino da Montagnone. Une telle opération, réussie, aurait donné à ce lignage, comme le remarque Antonio Ri-gon, dans la mesure où l’avouerie se serait ajoutée au vicedominatus de Sacco, des pouvoirs de contrôle sur les deux plus grands établissements religieux de Padoue : aussi bien les moines refusent-ils l’achat, sur lequel ils n’avaient pas été consultés ; au demeurant Forzatè n’est pas perdant puisqu’il reçoit en échange, à l’issue d’un arbitrage prononcé en décembre 1207, en livello, pour un cens recognitif de 6 deniers cédés en fief sans fidélité, tous les biens du monastère à Roncaiette, d’une valeur estimée à 1 225 livres, plus la somme de 675 livres, qui lui sera effectivement payée en 120834.

24Il avait donc, en fin de compte, non seulement récupéré sa mise mais même réalisé un substantiel bénéfice à cette occasion. Ce qui laisse pourtant penser que celle-ci n’est qu’un témoignage – particulièrement voyant – d’une politique d’acquisitions trop ambitieuse est la brutale série de revers financiers qui survient quelques années plus tard, sans avoir été précédée de ces signes annonciateurs que l’on a pu déceler dans les exemples précédents :

    • 35 A C P, Diversa, t. 1, no 60.

    dès 1212 le même Forzatè est le débiteur insolvable d’un da Ronco pour une somme pourtant relativement modeste, eu égard à un si puissant personnage – 200 livres – et ses fidéjusseurs doivent payer pour lui35 ;

    • 36 A C P, ibid., t. 1, no 64, a. 1213 : il semble d’ailleurs que Forzatè ait réussi à s’acquitter enve (...)
    • 37 A la date du 25 juin 1215, le vicedominus Forzatè se trouve inscrit, en raison de ses dettes, in li (...)

    en 1213 le juge du podestat lui intime l’ordre de payer 850 livres à un certain Boneto di Bernardo, de Concadalbero ; en 1214 il doit 50 livres, plus 7 d’amende, à Vitaliano, fils du juge Cino, et 100 livres à un certain Pietro Zantagallo36. Il semble que le plus lourd de sa dette soit lié à la nécessité où il se trouve de verser à sa sœur Giacomina le montant de sa dot37 ;

    • 38 A C P, Diversa, t. 1, no 70 : tout est vendu, avec le comitatus, preter vassallaticos civitatis Pad (...)

    en décembre 1214 ce sont les fils de feu Gualperto di Tanselgardino (le frère de Forzatè) qui, insolvables, sont contraints de laisser vendre aux enchères tous leurs biens à Corte et dans son iudicatus (rappelons qu’il vient d’être dit que, en 1204, Gualperto y avait acquis des biens communaux) ; une tentative de rachat partiel par la parentèle échoue : Persenda, l’épouse de Forzatè, fait, semble-t-il, une série d’acquisitions mais elle devra tout revendre l’année suivante38 ;

    • 39 A S P, Dipl., nos 1253, 1258 et 1257.

    en 1225, enfin, Adigerio Rosso di Ubertino di Marcoardo, un cousin relativement éloigné, débiteur insolvable, doit vendre deux grandes pièces de terre à San Siro pour 250 livres39.

  • 40 J. K. Hyde, Padua..., p. 85 et 257-258. Au xve siècle Giovan Capodilista, auteur du De Viris illust (...)

25Au total la famille s’enfonce, à partir des années 1210, dans un processus d’endettement et d’aliénations dont on ignore jusqu’où il l’aurait conduite si, à l’issue des 20 ans de la domination ezzélinienne, l’appartenance au parti vainqueur ne lui avait permis un rétablissement impressionnant, favorisé entre autres par sa participation au démantèlement de la fortune des da Romano : les biens acquis dans la région de Bassano seront l’un des facteurs de sa nouvelle puissance40.

Iacopo da Sant’Andrea

  • 41 Cf. S. Bortolami, Fra « Alte Domus »..., p. 44 et 64-65. Le récit le plus complet de la vie – et de (...)

26Le « crash » (pour reprendre une image utilisée par S. Bortolami) dont Iacopo da Sant’Andrea est victime dans les années 1230 est une histoire trop bien connue pour que j’ai à faire autre chose que la rappeler, le plus brièvement possible41.

  • 42 Gennari, Iacopo..., p. 12.
  • 43 Ibid., p. 16 ; une même tradition folklorique se prête à des variantes à son sujet : après une chas (...)
  • 44 R. Cessi, Iacopo..., p. 73-74 ; le document est édité aux p. 77-80.
  • 45 A S V, Ss. Ilario..., t. I, Membranarum, a. 1211, 28 septembre : le monastère, ayant investi le jug (...)
  • 46 A S V, ibid., Liber XIV, c. 12 (1er mars) ; en outre, à un moment non précisé de cette même année, (...)

27La fortune de sa mère Speronella, dont il avait hérité en 1199, était considérée comme colossale : outre ses alleux, elle tenait de l’évêque, au titre de son fief de gonfalon, des biens-fonds considérables entre Brenta, à l’ouest, et Musone à l’est, et la dîme de plus de 4000 manses42. La tradition (avant les commentateurs de la Divine Comédie) fait du fils un archétype de la prodigalité stupide : entre autres il aurait passé le temps, lors d’un trajet en barque jusqu’à Venise, à faire des ronds dans l’eau en y jetant des pièces d’or et d’argent43. Il est, bien sûr, exclu de connaître la véritable part des tares de l’individu dans cette histoire. Par contre il est clairement établi que Speronella lui avait laissé en mourant un ensemble consistant de dettes à régler : dès 1205, avec l’accord de son père (il n’a pas encore 25 ans), il lui faut liquider la curia de Favariego pour se procurer les 4 000 livres nécessaires au règlement de ce passif44. Sans doute est-il aux abois dès 1214-1215 : profitant de la guerre du « Castello d’Amore » entre Padoue et Venise, il s’introduit avec des hommes d’armes au monastère de Sant’Ilario, dont il est vassal45, oblige l’abbé à la fuite et en fait nommer un à sa botte, qui lui permet d’occuper une part consistante des terres des religieux, d’une valeur de 10.000 livres, et lui cède une somme de 500. Le pape envoie des juges délégués qu’il empêche d’agir. C’est pourquoi, dans le traité de paix signé en 1215, il est prévu que, avec 24 autres jeunes aristocrates (il est seul à être nommément désigné !), il devra se présenter au doge et se mettre à sa disposition. On sait peu de choses sur la suite des événements : en 1220 il donne au monastère les villae de Tresiegolo, Arzere, Aurelia, Balladello (sauf le castrum) et Gambarare... Est-ce à titre de dédommagement ou parce que sa ruine se précipite46 ?

  • 47 Le récit de Gennari fait partir l’affaire de l’an 1212 : à cette date Iacopo, sans doute déjà sur l (...)
  • 48 S. Bortolami, Fra « Alte Domus »..., p. 44, note 176, et p. 65, note 271.

28Bientôt cette ruine va provoquer une véritable fracture au sein de la classe dirigeante de Padoue : une notable part de ses biens avait fini par passer aux mains de Tiso da Camposampiero, son ami qui avait accepté d’être fidéjusseur de certains de ses emprunts47. Engagé lui-même, aux côtés des Este, dans la spirale guerrière qui emporte alors toute la région, Tiso se refuse à toute restitution, arguant de sa crainte de voir ses ennemis s’en emparer. Iacopo organise alors avec ses parents (en premier lieu les Dalesmanini) et leurs clientèles un véritable complot, qui échoue, mais désormais Tiso n’ose plus entrer dans Padoue. Puis il fait appel à l’évêque, qui réclame les biens concernés en tant que fiefs épiscopaux. On a quelques témoignages du procès48, mais on en ignore le résultat : débouté en 1236, l’évêque fera appel à Frédéric II, lequel remettra la cause à Ezzelino dans le cours de l’année 1237 ; il est peu probable que ce dernier ait penché pour les da Camposampiero...

  • 49 H-Br., Hist. Dipl., t. 5/1, p. 122-123.
  • 50 Gennari, ibid., p. 29-30 ; Enciclopedia Dantesca, t. 3, p. 348.

29On n’en sait guère plus sur Iacopo : en octobre 1237 il est présent, avec Ezzelino, lors de l’octroi d’un diplôme impérial à l’évêque49 ; en 1239, par contre, il fait partie de la suite du marquis d’Este. Puis on perd sa trace : Dante l’ayant mis en Enfer avec un suicidé, Lano, de Sienne, lui aussi dissipateur de ses biens, Gennari propose l’hypothèse d’une fin semblable ; selon une autre tradition il serait mort misérablement, dans un hôpital de Ferrare50. L’une comme l’autre fin scelle un destin de failli.

Camposampiero et Maltraversi

30Ils agissent, les uns comme les autres, dans le cadre de deux Cités-États, les premiers aux marges du Trévisan et du Padouan – mais de plus en plus au sein des villes –, les seconds à Vicence et Padoue ; mais le centre de leur pouvoir et de leur fortune est depuis longtemps le Vicentin, dont ils sont les comtes, malgré l’implantation padouane du monastère de Praglia, sanctuaire familial qu’ils ont fondé mais qui leur est commun avec les comtes de Padoue, les da Baone et les autres branches issues des Candiano.

  • 51 G. Cracco, Da comune di famiglie a città-satellite (1183-1311), dans Storia di Vicenza, t. 2, p. 73 (...)

31Avec les Maltraversi on entre dans une sphère supérieure aux précédentes et où, d’emblée les problèmes financiers impliquent, puis engendrent, des positions et des actes qui sont de l’ordre du politique. Il suffit pour s’en rendre compte d’une lecture, même rapide, du chapitre de la récente Storia di Vicenza consacré par Giorgio Cracco à la période située entre 1183 et 131151.

  • 52 A S P, Corona, no 3619. Le même Marcio, un an plus tôt, avait vendu à Praglia un ensemble de biens (...)

32Non point que les prestigieux comtes n’aient, comme tous leurs pairs, leurs simples problèmes momentanés de liquidités. On est même surpris de la contradiction constante entre les chiffres impressionnants que livrent les chroniques et quelques minimes embarras, comme si ces potentats manquaient par moments d’argent de poche : en 1191 Marcio est condamné à verser à un acheteur une somme de 100 livres, équivalente à deux fois le prix de terres vendues dont on s’aperçoit qu’elles avaient été confisquées par un créancier52 !

33Le récit des luttes politiques confuses qui marquent l’histoire de Vicence entre l’assassinat de l’évêque Cacciafronte, en 1184, et la mainmise des da Romano sur le territoire (encore que la caractérisation de ces séries de combats de rues, échauffourées, exécutions sommaires et perpétuels renversements d’alliances comme luttes « politiques » magnifie sans doute par trop cette agitation affolée), ce récit laisse bien vite deviner le motif profond qui rend enragés les chefs de factions : c’est, plus qu’un très réel appauvrissement progressif, la permanente nécessité de satisfaire une meute de créanciers, laquelle engendre une fuite en avant dans la violence pour s’emparer du pouvoir et, avec lui, des ressources des puissances concurrentes, adversaires désignés ; fuite en avant qui, à son tour, engendre de nouveaux besoins d’argent pour se donner les moyens de vaincre. De conséquence de la crise qu’elle était, la guerre se fait cause.

  • 53 Cf. par exemple A. Castagnetti, I conti..., p. 172
  • 54 En l’occurrence Gerardo Maurisio, Cronaca ezzeliniana, trad. F. Fiorese, Vicence, 1986, p. 64-65. G (...)
  • 55 E. Caliaro, Il prestito ad interesse a Vicenza tra xii e xiii secolo (1184-1222), dans « Studi stor (...)

34N’oublions pas en effet que, là où la science historique contemporaine parle du « popolo » et de son organisation à Vicence53, les chroniqueurs, allant à l’essentiel avec un déplorable manque de goût, désignent le « parti des usuriers »54. Car la famille comtale doit de l’argent à tout un groupe de créanciers de basse origine, parmi lesquels surtout un certain Bossonello Bossone55.

35La violence exaspérée dans la recherche des ressources est une des caractéristiques les plus frappantes des Maltraversi (mais sont-ils seuls ?). Elle se manifeste à plusieurs niveaux :

    • 56 S. Bortolami, Formazione, consistenza..., p. 30, col. 2.

    mesquineries à l’égard du monastère familial de Praglia, dont pourtant on éprouve la nécessité spirituelle : le 17 avril 1222, le prieur Ugo « en arrive à conditionner la concession de l’extrême-onction à Marcio dei Maltraversi mourant à la reconnaissance par celui-ci de plusieurs offenses au monastère, en particulier l’usage abusif du bois de Selva maggiore »56 ;

    • 57 G. Maurisio, Cronaca..., p. 11.

    opérations de brigandage pur et simple : en 1196 le comte Ugezzone, aux dires de Gerardo Maurisio, se saisit de la personne d’un riche génois qui faisait un pèlerinage au tombeau de Saint Marc à Venise, l’emprisonne dans sa rocca de Meda jusqu’à ce que le captif lui verse 16.000 livres, et cela en dépit d’une tentative des aristocrates vicentins et véronais pour le libérer57 ;

    • 58 G. Gualdo, Contributo alla cronologia dei vescovi di Vicenza dal secolo vi a tutto il xii, dans « R (...)
    • 59 G. Cracco, Da comune di famiglie..., p. 77-79.
    • 60 A. Castagnetti insiste avec raison, dans son récit de la montée en puissance des da Romano, sur le (...)

    assassinat de l’adversaire politique : le comte est à la tête de ces nobiles et magnates qui, dans les dernières décennies du xiie siècle, s’attaquent au pouvoir et aux biens de l’évêque de Vicence, puis à sa personne : en 1184 l’assassinat de Giovanni Cacciafronte aurait été combiné par Ugezzone58. C’est à la suite de ce crime que la noblesse du lieu va se diviser en une pars comitis et une pars ecclesiae, dirigée par les da Vivaro, avoués de l’évêque59. Dès lors on entre dans un jeu dont les dimensions sont sans commune mesure avec ce qui l’a précédé, car toute la Vénétie va peu à peu s’y trouver impliquée60.

36Les da Camposampiero n’occupent pas à Trévise – et encore moins à Padoue – la place centrale qui revient aux Maltraversi à Vicence. On n’en est que plus fortement frappé par des parallélismes :

  • 61 Encore que le fameux récit, par Rolandino, de leur tentative de s’approprier la riche héritière Cec (...)
  • 62 S. Bortolami, Fra « Alte Domus »..., p. 43 et note 171.
  • 63 Ibid., notes 171 et 172.

37– l’assassinat de l’évêque de Vicence est le signe d’une urgence ressentie par le comte : c’est en ces années 1180 que l’endettement se fait insupportable et que s’affole la recherche des solutions ; certes on n’a pas de tels témoignages de démesure chez les da Camposampiero, ni dans leurs actions ni, semble-t-il, dans leurs problèmes financiers61 ; cependant à la même époque, en 1186 pour être précis, on les voit mettre aux enchères leurs biens de Povegliano, estimés à 1 650 livres, dans le Trévisan, et ils trouvent à Trévise l’équivalent des usuriers de Vicence, car l’endettement envers un certain nombre de citadins est à l’origine de la vente des poderi de Maria, orpheline de Gerardino da Camposampiero, ordonnée par les statuts de la ville en 1207 et que les aliénations de 1186 avaient annoncée62. De même, en 1218, Cunizza da Camposampiero cèdera la propriété de deux villages, avec leurs masnade, pour 2 000 livres, « afin de payer ses dettes » comme le précise l’acte de vente, et 16 ans plus tard, en 1234, son frère Tiso laissera à ses héritiers 1 770 livres de dettes à régler63.

38Tout cela témoigne d’une situation que l’on pourrait qualifier de « sérieuse mais non désespérée » ; n’oublions pas, d’autre part, que les da Camposampiero, plutôt malgré eux, s’étant portés garants pour Iacopo da Sant’Andrea, ébranlés sans doute dans un premier temps par sa faillite, avaient été poussés à conserver la curia de Sant’Andrea, obtenue en garantie en 1216. Cadeau empoisonné : on retrouve ici la dimension politique, le « clan » Dalesmanini resserrant, par contre-coup, son entente avec leurs vieux adversaires da Romano.

Este et da Romano

  • 64 Cf. infra, p. 731-732.

39On aborde ici des puissances d’un ordre tel que leurs faillites même ne mettent en cause que dans une certaine mesure leur capacité d’action, car elles occupent des espaces multiples et y sont – non point toujours mais souvent – en situation de domination. Si bien que lorsqu’un point d’appui cède, les autres permettent de durer, le temps de trouver des solutions politico-militaires. Dans leur cas, en effet, les ressources militaires et les instruments de pouvoir politique peuvent, dans le contexte de ce temps, engendrer les solutions financières – chose encore impossible à un Iacopo da Sant’Andrea –. A leur échelle, désormais, et cela pour la première fois peut-être depuis des siècles, la menace finale n’est plus la faillite mais, au terme d’une montée aux extrêmes de la violence guerrière, l’anéantissement64.

  • 65 La bibliographie est non seulement riche mais précoce avec, toujours utile depuis le xviiie siècle, (...)

40Il ne m’appartient pas de revenir ici sur la situation des da Romano : d’une part, bien davantage que les Este, ils sont pour l’essentiel des seigneurs étrangers au Padouan, mais surtout la littérature est devenue (tout particulièrement ces derniers temps) abondante sur tous les aspects de leur histoire. Seul manque un ouvrage de synthèse qui, il faut l’avouer, ajouterait peu à nos connaissances s’il venait à l’heure actuelle65.

41A l’inverse tout discours sur les Este passe encore par l’ouvrage de Muratori, Delle Antichità estensi, demeuré non seulement indispensable (celui de Verci sur les da Romano est toujours un nécessaire instrument de travail) mais unique ! Preuve de la fécondité historique supérieure de ce qui atteint, comme c’est le cas d’Ezzelino, la dignité de mythe.

42Que constate-t-on si l’on s’intéresse d’un peu près aux finances des marquis ? Tout d’abord qu’elles sont relativement mal connues, du moins avant la grande période guerrière qui s’ouvre en 1236-1237. Les quelques coups de sonde que l’on peut tenter sont toutefois révélateurs.

  • 66 A S P, Dipl. no 971. Sur les faits évoqués on consultera toujours L. A. Muratori, Delle Antichità e (...)
  • 67 A. Rigon, « Franchavilla Mercatorum »..., p. 25.
  • 68 Cf. par exemple A S P, Dipl., no 732 : dès 1207 un notable du bourg véronais de Legnago, Dominus Am (...)
  • 69 Ces problèmes demeureront, dans le cas des Este, au delà de la période ezzélinienne : encore en 126 (...)

43Les dettes accumulées par les Este peuvent être énormes et les mettre parfois dans des situations difficiles, voire humiliantes : en novembre 1216, après une guerre perdue contre la commune de Padoue et la mort du jeune Aldobrandino dans une malheureuse expédition à Ancône, la comtesse Ailisia, veuve d’Azzo VI, doit céder à Guglielmo da Carturo et au frère de ce dernier, Gerardo Zoto, un ensemble de vignes et de terres à Tormeno, pour 2 500 livres, afin de rembourser les dettes de son mari et de son fils aîné et de libérer son fils cadet, le tout jeune marquis Azzo VII, tenu en otage par des banquiers florentins, comme gage des prêts consentis à Aldobrandino pour son aventure guerrière66. Et cette somme ne semble pas avoir été suffisante ; il fallait, çà et là, consentir à d’autres aliénations : pour la même raison on voit, en effet, l’abbé de la Vangadizza se porter acquéreur, au prix de 900 livres, des droits seigneuriaux sur Piacenza d’Adige et sur le marais de Grotariolo, non loin de là67. Et bien entendu les problèmes financiers avaient démarré plus tôt68 ; ils croissaient, en bonne logique, dans un contexte de difficultés politiques et d’urgences guerrières elles aussi croissantes69.

44Mais précisément ces difficultés sont le corollaire d’une action à très ample rayon : lorsque la situation est critique, voire perdue, à Vérone, le marquis trouve ailleurs des alliés – car désormais c’est de Milan à Venise que les hommes et l’argent peuvent lui venir en aide. Bientôt Ferrare lui sera un refuge inexpugnable, en attendant la complète revanche.

***

45Cette crise générale de la noblesse, si elle n’offre pas les mêmes échappatoires ni les mêmes possibilités de solution, selon les divers degrés de puissance, ressort pourtant d’un faisceau de causes qui est commun à tous ses éléments. Au demeurant, tant que la situation n’a pas encore de caractère trop critique, des remèdes de même nature sont envisageables, pour le petit châtelain comme pour le marquis.

  • 70 Pour l’évêque de Padoue comme pour tout prélat d’Italie du Nord une charge (fort heureusement d’une (...)
  • 71 C’est un homme du commun, Giovanni de Cabaldu, qui avance à l’évêque de quoi réparer la rocca de Pe (...)

46Il est bien connu que cette classe sociale, même dans ses plus hauts moments de puissance et de fortune, souffre d’un manque chronique de numéraire : la réception du suzerain70, la campagne militaire à ses côtés, la réfection du château71sont des événements propres à obérer aussi bien les finances des Cités-États même les plus prospères ; or une seigneurie châtelaine est à maints égards un micro-État avec, par conséquent, les mêmes urgences budgétaires souvent trop peu prévisibles. Mais ce sont là des maux anciens et bénins.

47La situation devient dramatique quand, à des causes structurelles d’appauvrissement mal perçues le plus souvent, voire pas du tout, par les intéressés, vient se surimposer une conjoncture défavorable. Dans le cas qui m’occupe elle sera d’abord politique.

  • 72 Dans son ouvrage de synthèse, L’économie rurale..., Duby consacre un chapitre à la rente seigneuria (...)

48Il faut considérer qu’il y a une pluralité de causes structurelles. La moins préoccupante – et ici la situation nord-italienne apparaît très différente de celle du royaume de France, par exemple – est l’évolution de la seigneurie foncière et des rapports de production. Dans la mesure où, mis à part les quelques sous exigés du tenancier pour la colta, la rente demeure versée en général en nature et non pas en argent, le revenu du maître n’est pas affecté par la lente érosion de la valeur de la monnaie72. Qu’elle lui soit soit plus ou moins favorable, fixe ou à part de fruits, elle demeure identique à elle-même. De surcroît, en ouvrant leurs incultes aux défricheurs, les seigneurs se sont, assez longtemps, procurés de quoi voir croître leurs revenus presque constamment. Mais il semble, on l’a vu, que le point culminant de l’entreprise ait été atteint avec la deuxième moitié du xiie siècle. Précisément au moment où les facteurs de difficultés s’accumulent cette source d’enrichissement se tarit dans la plupart des cas. Habitués qu’ils étaient depuis trop longtemps à vivre toujours plus largement, conditionnés par un système de valeurs qui glorifiait la largesse et portait à mépriser l’esprit d’économie, ils étaient incapables de tenir compte du nouvel état des choses.

  • 73 Cf. supra, p. 199-200.
  • 74 A C P, Episcopi, t. 1, no 96 :...non alienabunt...suos vassallos nec vassallatica quos et que habeb (...)

49Pour la même raison on ne les voit point se préoccuper de modifier la gestion de leurs biens ni de pressurer davantage les tenanciers-exploitants lorsque commencent à le faire, de leur côté, les monastères vénitiens – qui participent d’une mentalité différente : ils laissent passivement la coutume fixer le taux du prélèvement. Il y a plus grave, semble-t-il : ces non-gestionnaires que sont les seigneurs délèguent, comme le font toutes les noblesses d’Occident, à des officiers recrutés sur place le soin d’administrer leurs biens et de se préoccuper pour eux de la rentrée des taxes et redevances. Volant depuis des décennies les paysans d’un côté, son maître de l’autre, le gastald, héritier de sa charge, se transforme peu à peu en un petit aristocrate de village, ou du moins en affiche la prétention : on a vu, au sujet des comitati ruraux, que c’est précisément dans les premières décennies du xiiie siècle que certains gastalds se parent du titre de dominus73. C’est alors, précisément, que la situation se fait critique pour le maître ; ainsi voit-on l’évêque, poussé par une soudaine conscience des problèmes, surveiller les actions de certains de ses subordonnés : en 1209 Giovanni Mellone, fils de gastald et gastald lui-même, à San Giorgio delle Pertiche, doit s’engager à ne pas aliéner les biens des vassaux épiscopaux, ni ces vassaux eux-même (il s’agit donc vraisemblablement de fiefs conditionnels et d’hommes de masnada)74. On le voit bien, cependant, il s’agit là d’inconvénients propres à un système, qui se sont développés avec lui, sans toutefois l’empêcher de fonctionner. Les vraies causes de la crise sont ailleurs.

  • 75 Le plus efficace de ces palliatifs aura été la limitation à la seule dot de la part des filles (cf. (...)

50L’une d’elles tient aux règles successorales : pas de droit d’aînesse, on l’a vu, mais un partage égalitaire entre les héritiers mâles. Du coup – et quels que soient les palliatifs que j’ai décrits dans la première partie –75 l’existence de fratries nombreuses sur deux ou trois générations peut s’avérer être une catastrophe ; celle-ci ne survient, rarement en fin de compte, que dans la mesure où la mortalité, naturelle ou liée à l’activité guerrière, ne vient pas rétablir l’équilibre.

  • 76 Sur ce terme et ce qu’il signifie cf. supra, p. 237, note 474.

51Il faut un patrimoine initial considérable pour permettre à un groupe familial de se scinder en une pluralité de lignages par un processus de segmentation76, le meilleur exemple dont je dispose étant, bien sur, celui des descendants des Candiano, divisés en deux branches, la vicentine et la padouane, puis engendrant les da Baone, les da Castelnuovo, les da Lozzo et, pour finir, les da Carturo et les da Rovolon. Une branche aînée garde le titre d’origine publique et parvient régulièrement à installer une branche cadette, féconde et constituée en lignage, dans un des castra familiaux où elle constitue une seigneurie particulière.

  • 77 Cf. p. 214-215.
  • 78 Cette opposition des destins entre familles nobles à plusieurs castra et familles nobles « monocast (...)

52Il est donc clair que toute famille installée dans un castrum unique peut se trouver très rapidement fragilisée : si la mortalité ne s’en mêle pas, et si tous les frères ont des enfants, la solution par la division en quote-parts idéales ne peut fonctionner longtemps (on en a vu un exemple dans le cadre citadin avec les Tadi)77, et la fortune finit par disparaître à force de subdivisions (catastrophes auxquelles viennent s’ajouter les donations pieuses)78.

  • 79 Il n’existe pas, à ma connaissance, de témoignage écrit de l’existence d’un castrum de Vigonza, mai (...)
  • 80 Cf. leur arbre généalogique dans A. Castagnetti, I conti..., p. 189. Révélatrice à cet égard est, a (...)
  • 81 Cf. la carte 15.
  • 82 Il est malheureusement impossible de réaliser un arbre généalogique qui réunisse tous ces nombreux (...)

53L’évolution de la famille des da Vigonza, par exemple, illustre assez bien les difficultés auxquelles se heurte une famille nombreuse installée dans une unique micro-région79. Alors que, entre 1069 et 1237, la documentation, assez abondante pour qu’on puisse estimer qu’elle ne laisse pas de zones d’ombre, permet de recenser 18 individus dans la famille des comtes de Padoue80, détenteurs d’une fortune foncière poly-centrée (dans les fines de Padoue, à Arquà, Rovolon, dans le sud-est...), à l’inverse j’ai pu compter 42 da Vigonza entre 1076 et 1237 ; or ils n’ont, dans le contado, de biens fonciers que dans un secteur assez restreint, disposé en étoile autour de Vigonza81 ; Ca-selle, au nord, en est distant de 6 kms et Vigonovo, au sud, de 7 environ. N’est-il pas révélateur que, dans cette décennie 1140 où leur patrimoine subit sa première crise grave, aux 4 fils de Naticherio viennent s’ajouter de probables cousins, tous implantés en ces mêmes lieux82 ?

  • 83 Cf. supra, p. 588.

54Il est clair que, si la famille n’a pas totalement disparu, elle le doit pour beaucoup à son précoce « inurbamento », on l’a vu83. C’est à sa présence continue dans la cour vassalique épiscopale qu’elle doit l’une des trois possessions excentrées qu’on lui connaît, celle de la Selva di Brenta, au nord de Padoue, et probablement à son intégration au milieu consulaire qu’elle doit les deux autres, à Roncaiette et Casale au sud, dans une zone où les élites urbaines se sont partagées les incultes comme des soldats vainqueurs l’eussent fait d’un butin.

55Dans une certaine mesure, des lignages étroitement apparentés et pourvus égalitairement des parts d’héritage, une fois effectués ces partages qui appauvrissent tous les éléments du « clan familial » considérés séparément, peuvent du moins constituer – si l’entente règne – une vaste association de secours mutuel. Ceci est un palliatif de cela, au moins partiellement. Tant qu’un certain degré d’acuité dans la crise n’est pas atteint, une branche plus favorisée est éventuellement à même de venir au secours d’une autre. Dans une première phase de déclin le seigneur, soit s’adresse à des parents (en ce cas il fait souvent venir à la rescousse une épouse bien dotée ou un membre de la belle-famille), soit il préfère de toute façon emprunter à d’autres aristocrates, laïcs parfois, religieux le plus souvent. Les exemples ne manquent pas.

  • 84 C D P, 2/1, no 123.
  • 85 Cf. supra, p. 593.
  • 86 B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t. 3, nos 407, 408 et 409.

56En 1122 la première aliénation de la série dont ont pâti les da Celsano est faite en faveur d’un noble vénitien, Pietro Contarini, beau-frère (cognatus) de l’emprunteur84 ; on a vu que, en 1214, c’était Persenda, l’épouse de Forzatè, qui tentait – vainement en fin de compte – de racheter les biens mis aux enchères des fils de Gualperto85 ; de même en 1208 Marietta da Baone, veuve de Giacomino da Carrara, et sa sœur Palma, épouse de Marcio dei Maltraversi, rachètent les biens de feu Uguccio da Carrara à Bagnoli : c’est tout un réseau féminin de parenté qui se constitue pour le sauvetage partiel de la fortune d’un lignage allié par mariage86.

  • 87 A C P, Diversa, nos 98-99 : a. 1229 ; 102 et 104 : a. 1230 et 1232.

57De même, dans cette société noble toute divisée en factions et groupes de clients et d’ » amis », on s’efforce de trouver parmi ceux-ci, en cas de besoin, les garants nécessaires, à charge de revanche : en 1229 Rolandino di Corrado emprunte 500, puis 100 livres, et son fidéjusseur est Schinella ; en 1230, puis 1232, Schinella emprunte tout d’abord 300 livres puis 160, et c’est alors à Rolandino di Corrado d’être son fidéjusseur. Un prêté pour un rendu87.

  • 88 Alberto da Baone, dans ses moments de difficultés guerrières, emprunte à son propre seigneur, le ma (...)
  • 89 Cf. supra, p. 595.

58Un tel jeu ne fonctionne que tant que les acteurs demeurent crédibles88. Le surendettement de Iacopo da Sant’Andrea finit par atteindre un tel degré que Tiso da Camposampiero, qui s’est porté garant pour lui en 1212, sous peine d’être lui-même englouti, ou pour le moins mis dans une mauvaise passe, doit s’emparer de la curtis de Sant’Andrea et d’autres biens, on l’a vu89.

  • 90 Si toutefois l’acte est authentique, car il se trouve dans le problématique formulaire de Corradino (...)
  • 91 P. Sambin éd., Documenti inediti..., nos 50, 53, 55-61, a. 1228 à 1235.
  • 92 B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t. 3, no 492.
  • 93 Du moins, là encore, si l’on peut se fier au formulaire de Corradino (p. 48).
  • 94 Cf. S. Bortolami, Fra « Alte Domus »..., p. 44 et note 176.
  • 95 A C P, Diversa, no 102.

59Il est un signe auquel on perçoit que le seuil critique est atteint : c’est le moment où seuls les usuriers acceptent de prêter ; bien sûr, ils ont toujours plus ou moins tourné autour des occasions offertes par les nobles en mal de numéraire, mais désormais il n’y a plus qu’eux. Comme par un fait exprès, dans le Padouan c’est au même moment – toujours dans les mêmes décennies, à partir de 1210 environ – que l’on voit aussi les établissements ecclesiastiques s’adresser à eux, y compris les monastères, jusque-là demeurés préservés (et pour lesquels, au demeurant, les difficultés semblent avoir été moindres, et passagères : ils continuent de recevoir des dons et font bien moins de frais de représentation) : en 1215 un da Fontaniva, Albertino degli Avogari, emprunte 200 livres à un certain Spinello, commerçant en vins90 ; à partir de 1228, et pour de longues années, le monastère de Candiana s’endette auprès d’un certain Giacomino Moro (ou Murro), d’une famille de changeurs91 ; dès 1214 le même personnage est connu comme l’un des nombreux créanciers des da Carrara92 ; en 1223 le plus fameux, Alessio Mangiavillano, est devenu créditeur de Santa Giustina de Padoue93 ; dans les années 1230, avec bien d’autres, les Maioli, des negotiatores, participent à la curée sur les biens de Iacopo da Sant’Andrea94 ; en 1230 le comte Schinella emprunte à un certain Bartolomeo, dit « Madragola », non autrement connu95, etc.

60Au demeurant, j’y reviendrai, à côté des nouveaux riches, chez qui l’usure peut être une véritable profession, les vassaux citadins des grands, juges ou notaires, se livrent eux aussi – et massivement – à cette activité. J’aurai bientôt l’occasion de faire le lien entre rapports d’argent et vassalité. Retenons pour l’instant que, fort logiquement, l’entrée massive des usuriers dans les affaires de la noblesse est le corollaire de l’appauvrissement de la totalité de cette classe, et non plus de certains de ses éléments.

  • 96 Cf. S. Bortolami, intervention à la table-ronde dirigée par Paolo Giuriati et Paolo Marangon sur : (...)
  • 97 Au début du xiiie siècle les rentes annuelles de l’évêque de Vicence se montent à 10.000 livres et (...)

61Revenons un instant sur l’endettement de l’évêque : autour de 1215 il se monte à la somme impressionnante de 11.500 livres (la valeur d’environ 1000 campi)96. Or il se trouve que sa situation est plutôt moins dramatique à Padoue qu’à Trévise et, surtout, à Vicence97. Du moins une évidence s’impose : l’égalitarisme successoral, quelque dangereux qu’il soit pour les fortunes laïques qu’il menace d’éparpillement, du moins tendantiellement, ne peut être la cause la plus profonde de leur appauvrissement, l’évêque s’en trouvant par essence préservé ; tout au plus joue-t-il, soit comme une cause ponctuelle, extrêmement variable en tout cas selon les familles, soit comme un accélérateur de crise.

62Il est clair que c’est dans les relations complexes que la noblesse entretient avec le fait communal qu’il faut voir le facteur déclencheur ; dans ses relations avec le fait communal mais aussi avec le fait urbain tout court : la ville est pour elle un lieu de dépenses ostentatoires, et donc son point d’insertion dans l’économie d’échanges. Dans ce rapport avec de nouvelles forces, que la noblesse, au fond, tend d’abord à subir passivement, se construit, en dernière instance, avec toutes les nuances, voire toutes les contradictions possibles, le facteur déterminant de l’avenir.

  • 98 La littérature historique sur le sujet est assez abondante : une première vision d’ensemble de la c (...)
  • 99 G. Folena, « Beata Beatrix », dans Storia e cultura..., p. 390 ; auj. dans Id., Culture e lingue... (...)

63Le mode de vie noble, avec ce qu’il implique de faste insouciant, sinon dilapidateur, n’est certes pas spécifiquement urbain, loin de là. C’est d’abord en ses châteaux que le grand seigneur accomplit son devoir de luxe et de libéralité ; la Marche de Trévise, que tous alors disent « joyeuse » et « courtoise », l’est avant tout par ses cours châtelaines. Le thème est plus que connu, rebattu, grâce à tout ce que les cohortes de troubadours et jongleurs qui les hantaient ont pu en écrire et en chanter98. C’est en dehors des villes, dans l’atmosphère « féodale » du contado, que s’élabore tout le répertoire poétique « courtois ». C’est sur les amènes collines des Euganées méridionales, à Calaone, que se tient de préférence, dans les premières décennies du xiiie siècle, la cour des marquis, avec laquelle seules peuvent rivaliser celles des da Romano et des San Bonifacio, comtes de Vérone99.

  • 100 G. Folena, « Beata Beatrix », p. 391 (de la première édition).
  • 101 Cf. supra, p. 600.

64Quant à l’idéologie que louent les artistes stipendiés, venus de tous les horizons mais avant tout d’Outremont, le plus célèbre d’entre eux, le Toulousain Aimeric de Peguilhan, qui séjourna longtemps chez les Este, l’exprime vigoureusement en ses poèmes : ainsi son « planh » (chant funèbre) pour la mort d’Azzo VI chante la libéralité du défunt, le désespoir des troubadours et jongleurs de sa cour, et va jusqu’à proposer (« e c’è di certo aria d’ironia nell’iperbole », écrit G. Folena. Certes) « un suicide collectif de type oriental, qui les expédie tous à continuer de jouir dans l’au-delà de cette libéralité »100. Bien sûr, il s’agit d’un lieu commun imposé par le genre littéraire : il n’empêche que, peu après, la veuve du même Azzo VI se débattait pour libérer son plus jeune fils des griffes des usuriers toscans (il est vrai qu’entretemps Aldobrandino, l’aîné, leur avait emprunté de quoi se lancer dans sa fatale expédition d’Ancône)101.

  • 102 M. Boni, Poesia e vita cortese..., p. 165-182.

65L’élan une fois donné, aucun des grands lignages de la Marche n’aurait d’ailleurs pu désormais se passer de cet entourage coûteux : les troubadours étaient devenus un article de dépense indispensable car ils faisaient figure de propagandistes en chantant les louanges de leurs protecteurs : à celles d’Aimeric de Peguilhan chez les Este répondent, chez les da Romano, celles du quercynois Uc de Saint-Circ – le « troubadour de cour » par excellence –, ou, plus brièvement, de l’Italien Sordello102.

  • 103 Cf. R. Delort, Le commerce des fourrures en Occident à la fin du Moyen Âge, Rome, 1978, t. 1, p. 32 (...)
  • 104 Dès l’époque pré-communale, la plupart des nobles s’était fait construire des maisons fortes, soit (...)

66Il est difficile de mesurer les progrès du luxe dans la vie quotidienne au long des xiie et xiiie siècle – dans l’ameublement, l’habillement, les manières de table ; il ne fait pas de doute, en tout cas, qu’ils n’ont cessé d’obliger les aristocraties occidentales, dans la logique de leur idéologie, à dépenser sans cesse davantage : les nouveautés dues aux séjours orientaux des Croisés (ainsi, pour ne citer qu’un exemple, la mode des fourrures, venue des musulmans)103, la proximité du marché d’importation vénitien dans le cas qui m’occupe, autant d’occasions d’achats quasi obligés à qui devait tenir un certain rang. Or il fallait y mettre encore plus d’ostentation quand on séjournait en ville : car la ville était le lieu où tous les aristocrates se côtoyaient, le vrai centre des tensions, des rivalités, et donc le lieu où s’affrontaient les susceptibilités. Aux dépenses qu’exigeait la bonne tenue du château campagnard s’ajoutaient celles de l’indispensable palais citadin104. Il fallait de surcroît se montrer généreux envers la clientèle nombreuse qu’on y voyait affluer, des grands notables alliés (et, le plus souvent, vassaux) jusqu’aux purs parasites.

  • 105 Rolandino, Cronaca..., p. 24-26. Sur l’ensemble des événements, cf. R. Predelli, Documenti relativi (...)

67La ville était, tout autant que la demeure contadine, pour des séjours plus brefs peut-être, le cadre de fêtes où les élites se devaient de briller. On connaît bien l’histoire de celle du « Castello d’Amore », mal finie il est vrai, à Trévise en 1214. Toute la noblesse de la Marche s’y était donné rendez-vous : Rolandino raconte comment de nobles dames, ayant pris place dans un château de fantaisie tout orné de draps précieux et riches fourrures, étaient censées subir le siège d’un groupe de chevaliers, lesquels faisaient mine de les assaillir en lançant fleurs, parfums et dragées. Cette atmosphère fin de siècle fut bientôt troublée par une violente rixe entre nobles vénitiens et padouans, manifestement révélatrice de problèmes de voisinage plus profonds entre les deux cités puisqu’il s’ensuivit une guerre, dite du « Castello d’Amore », non point immédiatement mais au bout de plusieurs mois de mauvaise humeur réciproque105.

68Le rapport des aristocraties avec le fait urbain est, en fin de compte, d’une formidable ambiguïté. Nécessaire même pour qui, comme le marquis, ne fait en ville que de brèves apparitions (du moins avant qu’il se mette en tête de dominer Ferrare), il est en même temps ruineux. Essayons d’en rassembler les caractéristiques et de déceler la raison des choses à travers la multiplicité des contradictions apparentes.

69Depuis le haut Moyen Âge la présence d’un évêque dont à peu près tous, à Padoue, étaient vassaux, avait habitué les nobles à se rencontrer périodiquement en ville. La curia épiscopale était un terrain neutre. Mais peu à peu la ville devient quelque chose de plus : le lieu où réside cet « autre », qu’on se permet sans doute de mépriser mais dont on a besoin, l’artisan-producteur ou le commerçant, qui amasse l’argent qui coule des mains du noble. La nécessité où l’on se trouve bientôt de garder des rapports permanents avec cet « autre », les agréments que l’on ne se procure que par lui, tout autant que la tradition des rencontres périodiques entre nobles (rencontres rendues plus agréables par lesdits agréments), tout cela impose de rendre plus solide l’insertion dans ce milieu citadin : le séjour s’y allonge, et l’on s’y attache ces vassaux-clients que j’ai mentionnés. En cas de besoin, si les assises campagnardes deviennent insuffisantes pour une trop nombreuse famille, une branche vient s’y installer (on en a vu des exemples).

70Mais, ce faisant, le séjour, la création d’un réseau d’obligés et, moins souvent, l’installation à demeure, ont cette conséquence que, chaque lignage adoptant l’une au moins de ces solutions, ce qui, à la campagne, était rivalité diluée par un minimum de distance se fait, en ce milieu clos, occasion quotidienne de heurts plus ou moins violents. Et le besoin des services que seule la ville peut offrir crée de nouvelles raisons de se manifester à des conflits chroniques, car les plus puissants de ces groupes familiaux rivaux s’efforcent de confisquer à leur profit les services attendus ; à leur profit et à celui des clientèles qui s’accrochent à eux, c’est-à-dire, à Padoue, le noyau des milites citadins d’origine arimannique.

71Le jeu se fait plus subtil et se complique, insensiblement, du fait que continuent d’exister les indispensables terrains neutres où peuvent se concilier les intérêts antagonistes : avant tout le palais épiscopal ; du fait aussi que, de plus en plus, « l’autre », l’homme d’argent, prend conscience que son enrichissement est menacé, ou du moins contrarié, par les foucades agressives perpétuelles de ses superbes clients, et s’efforce de trouver des remèdes à cet état de choses. Le populus organisé ne sera rien d’autre – avec toutes les nuances que l’on voudra – que le résultat de cette prise de conscience : il ne s’agit nullement de prendre la place des clans aristocratiques rivaux, mais de les obliger à discipliner leur anarchisme belliqueux, pour les aider malgré eux à préserver leurs ressources, afin de mieux continuer à les tondre.

72La fin du xiie siècle et les premières décennies du xiiie, on l’aura compris, sont donc le moment où les contradictions inhérentes à une telle situation arrivent à leur point d’exaspération. Tentons, après ce schéma un peu abstrait, de représenter plus concrètement les choses.

73On ne peut fixer un quelconque moment de démarrage, dans le cadre citadin, des querelles entre groupes familiaux, ne serait-ce que parce que la guerre privée a toujours été la caractéristique chronique des relations entre nobles. La création de cette instance représentative qu’on appelle la commune consulaire a bien sûr été suscitée par l’émergence d’une multiplicité de problèmes. Distinguons le gestionnaire – tous ceux que posait la présence d’un groupe humain concentré de plusieurs milliers d’individus – du politique : permettre le règlement des litiges entre familles autrement que par des heurts violents, ce que la cour vassalique épiscopale, de structure moins formalisée, n’était plus à même de faire.

  • 106 Cf. supra, p. 336.
  • 107 C D P, 2/1, no 158.
  • 108 Le plus remarquable dans cette entente est sa précocité. A Mantoue, par exemple, comme le montre un (...)

74La première liste de consuls connue, rappelons-le, remonte à 1138106. Or, dans un curieux document daté de 1124, Patavino Scintilla achète à Giovanni di Tado, à prix réduit, une maison qu’il habite déjà ; en contrepartie il accepte de mettre la tour qu’il projette d’y construire à la disposition des Tadi en cas de werra si ces derniers y sont impliqués107. Comment traduire werra (dialectal, pour guerra) : guerre ? rixe ? Cela tient de l’une et de l’autre108. Toujours est-il que les réunions des consuls servent aussi à éviter le retour périodique de telles situations. Il s’agit d’imposer un ordre pour le plus grand bien de tout le milieu aristocratique.

75La politique communale, pourrait-on dire en parodiant Clausewitz, c’est la guerre privée poursuivie avec d’autres moyens. Le consulat s’efforce d’instaurer un système de règlement des rivalités, étant entendu que celles-ci demeurent le ressort de l’ensemble des comportements nobles. De la même manière, les rencontres codifiées que sont, non seulement – bien sûr – les tournois, mais aussi ces fêtes courtoises où il s’agit de briller autant et plus que le voisin, leur permettent (ou devraient leur permettre !) de se manifester de façon adoucie, civilisée. L’histoire du « Castello d’Amore » est, en ce sens, prodigieusement révélatrice : voici une réunion amicale où l’harmonie est symbolisée par la présence des Dames de la haute société au sommet d’un lieu qui les rassemble toutes, un château « pour rire », ce qui permet de sublimer les rivalités dans un pacifique concours d’élégance ; il suffit que les gentilshommes s’échauffent un peu au jeu, un geste ou un mot de trop fait apparaître dans sa crudité l’essence de leurs relations. Peu importe qu’ici les motifs d’agressivité soient un peu déplacés – puisqu’on s’est empoigné de Padouan à Vénitien –, ce qui demeure est le sentiment de rivalité, et donc le rapport de force.

76La création, puis l’évolution de cette structure de plus en plus complexe qu’est la commune engendre très tôt ses « effets pervers ».

  • 109 R. Ciola éd., « De Generatione »..., p. 173.

77Dans la Padoue pré-communale on ne pouvait encore parler que de querelles de familles : on n’y voyait guère en cause à la fois que deux ou trois lignages de part et d’autre, semble-t-il. C’est ainsi que, dans sa tardive chronique, da Nono situe dans un passé indéfini une inimitié entre les Transelgardini et les da Bibano d’un côté, et les da Ponte de l’autre109. De même le pacte Tadi-Scintilla témoigne que dès le début du xiie siècle des réseaux d’alliances se sont noués. Mais de quelle ampleur ? Manifestement encore assez médiocre.

78Une fois que les institutions existent, s’il va de soi que leur but est de régler pacifiquement les conflits, l’agressivité des élites qui, pourtant, sont à l’origine de leur création, va s’employer à en fausser le fonctionnement. Chaque clan s’efforce de dominer les instances communales et, une famille seule ou un petit groupe de familles ne pouvant y parvenir, il s’agit de s’entourer de gens intéressés à poursuivre les mêmes buts. Et c’est ainsi que, peu à peu, les querelles de familles se structurent en luttes de factions, englobant suffisamment d’acteurs pour constituer de véritables groupes de pression.

79Parce que les mentalités aristocratiques sont demeurées inchangées, la solution communale est déviée de son sens, et l’ampleur des enjeux et donc des conflits s’en trouve multipliée. La nécessité de contrôler les instances de cette commune rend simplement les conflits non seulement plus subtils mais, à l’évidence, plus coûteux. La compétition entre les membres des élites, avant même qu’il soit besoin d’en arriver à la guerre ouverte, s’avère fatale à qui n’a pas une fortune suffisante, ou ne sait pas la gérer.

  • 110 Cf. supra, 1re partie, chap. 5.
  • 111 S. Bortolami, Fra « Alte Domus »..., p. 59.
  • 112 Sur le juge Rogato et sa famille, cf. supra, p. 377.
  • 113 G. Rippe, « Feudum sine fidelitate »..., p. 227 : pro serviciis quos ei (Iacopo) fecerat. Sur le ju (...)
  • 114 Cette utilisation du fief sans fidélité à fins clientélaires, non seulement a perduré au long du xi (...)

80En revanche la constitution même des factions peut être source d’enrichissement pour la petite et moyenne aristocratie citadine, sans compter les déclassés du milieu féodal – Vigonza, Limena – qui ont accepté d’entrer dans ce jeu, bref, tous ceux qui se sont durablement installés aux postes de commandes des institutions communales, et sans lesquels les rouages de la machine se bloqueraient110. Devenus indispensables, ils savent profiter de la situation acquise, tout en participant directement aux luttes partisanes, et donc en en partageant eux aussi les risques, dans une mesure variable. Car il faut désormais s’attirer leur bienveillance. Les membres des familles de milites qui exercent la fonction de juge se font acheter de diverses manières. Pour rendre compte de cet assouplissement des rouages administratifs, au profit des intérêts privés, par la corruption, Sante Bortolami avait assez joliment parlé du « sommerso di una società aperta »111 : c’est aussi à cela, par exemple, que sert la vieille et, en somme, si souple institution féodale, avec entre autres son avatar local si particulier, le fief sans fidélité ni hommage (aux multiples utilités, je le rappelle). Cet aspect de « pot de vin » m’avait frappé quand je m’y étais intéressé ; je reprends ici deux aspects significatifs : en 1215 un da Carrara, Albrico « Leone », investit d’une pecia terre de 25 campi le juge Rogato112, en remerciement de son arbitrage, qui avait permis l’heureuse conclusion d’un procès entre lui et des membres de sa famille au sujet de quelques biens-fonds, manière de « fidéliser » ce magistrat pour l’avenir ; en 1216 Iacopo da Sant’Andrea « remercie » de la même façon le juge Beltrame, de la famille des di Ordano, pour des motifs largement sous-entendus113. Curieusement, c’est par le biais de la corruption que l’on finissait par réintroduire dans cette sorte de fief une relation d’homme à homme, comme aux temps classique de l’institution ; mais elle était devenue quasi souterraine114.

  • 115 Cf. supra, p. 450.
  • 116 Cf. supra, p. 497.

81Il ne faut donc pas chercher les contradictions entre la commune et les aristocraties – petites, moyennes et grandes – là où elles ne sont pas. La commune, née d’une volonté de dégager un minimum de consensus entre les aristocrates eux-mêmes pour leur plus grand profit, quels que soient les heurts – ponctuels le plus souvent – entre elle et telle ou telle grande famille (voire tel groupe de familles), n’en vient jamais, ce qui est révélateur, à en menacer les bases foncières, ni à tenter même de diminuer celles-ci. Même durant la guerre contre les Este, en 1213, on ne voit pas de trace de tentative de rétorsion économique : je rappelle que ses dirigeants d’alors ne semblent pas avoir songé à libérer les serfs de ses adversaires momentanés115. L’auraient-ils pu, alors que les da Romano, riches de leur nombreuse masnada, combattaient à leurs côtés contre le marquis ? De surcroît la chose se serait peut-être avérée sans intérêt, tant les masnadieri sont alors devenus le plus souvent des fidèles de leurs maîtres. En tant que seigneurs fonciers (et les élites dirigeantes urbaines, de quelque origine qu’elles soient, participent presque toutes de la seigneurie foncière) les nobles, non seulement ne sont jamais menacés, mais, comme toutes les autres couches dirigeantes en ville, peuvent compter sur l’autorité communale : les statuts sur les villani le montrent bien116. Les mesures hostiles aux magnats ne concernent que l’exercice des juridictions banales (ou « comtales », si l’on préfère).

  • 117 E. Zorzi, Il territorio..., doc. 2, p. 260-266.

82Dans quelle mesure les seigneurs s’en trouvaient-ils appauvris ? La perte du symbole de pouvoir que cela signifiait les affectait peut-être davantage que la constatation d’un manque à gagner. On peut toutefois rappeler que certains d’entre eux, alors que déjà les soucis d’argent commençaient à se faire lancinants, non seulement ne négligeaient pas la source de richesse que représentaient les profits du ban, mais en arrivaient à les accaparer contre tout droit : ainsi Speronella qui, vers 1165, avait enlevé aux hommes de Campopremarino le quart des revenus du ban, après s’être au demeurant emparée par la force du comitatus de ce lieu qui revenait de droit aux da Marostica117.

83Revenons à ce qui demeure l’essentiel : les diverses factions nobles étaient prises dans une spirale guerrière qui, depuis les années 1180, ne cessait de les pousser à élargir et leurs alliances et le champ de leurs interventions. Les tentatives d’unification de la juridiction sur le contado par les dirigeants de la commune de Padoue, à partir de 1200, qui expriment leur volonté d’assurer davantage d’ordre et une paix moins précaire sur le territoire communal, arrivent au pire moment ; elles concourent au contraire à aggraver la crise et à accélérer le processus de généralisation des conflits. D’une part, des mesures qui ne concernaient que le territoire d’une seule commune n’avaient plus guère d’incidences quand les plus grands seigneurs antagonistes devaient agir sur l’ensemble de la Marche, et la plus spectaculaire de ces mesures, la sujétion d’Este et de la Scodosia, avait pour effet d’affaiblir un vieil allié au profit de nouveaux qui devaient s’avérer plus volatiles, les da Romano. J’en reviens à ce que j’ai écrit plus haut de la « prise de conscience » du populus (terme au demeurant fort ambigu, comme on pourra s’en rendre compte) : elle arrivait trop tard pour discipliner la violence des nobles désormais engagés sur un champ d’action plus vaste. La guerre les avait déjà à demi ruinés, ou pour le moins fort appauvris, depuis les années 1210-1220, mais à ce point il ne restait plus qu’elle pour imposer des solutions. Une logique infernale entraînait du coup à l’abîme toute la Marche derrière les Este, les da Romano, et quelques autres.

***

  • 118 B. Lanfranchi-Strina ed, Ss. Trinità..., passim ; les documents des Archives épiscopales sont épars (...)
  • 119 Encore que les usuriers ne se recrutent pas exclusivement dans le populus, on le verra.

84Le dossier documentaire très fourni rassemblé et édité par Bianca Lanfranchi-Strina sur le processus d’endettement et sur l’aliénation par les seigneurs da Carrara de la plus grande partie de leurs biens à Bagnoli, si on lui ajoute un plus petit ensemble encore inédit qu’abritent les archives épiscopales de Padoue118, dans la mesure où il permet l’analyse détaillée d’un cas précis, aide à mieux comprendre toute la complexité, mieux, toute l’ambiguïté des relations qui lient les trois grands protagonistes de l’histoire communale : les magnats (ici représentés par les da Carrara), l’aristocratie urbaine, et enfin le populus, qui figure ici sous les espèces d’un milieu social dont le rôle a été crucial dans cette histoire, à savoir les usuriers119. Il me faudra tenter de démonter les rouages de la complexe machinerie dont cette crise patrimoniale a occasionné la mise en place. Tentative qui me donnera ensuite l’occasion d’esquisser une explication du rôle qu’a joué l’usure à ce moment de l’histoire du Padouan, comme d’ailleurs d’une bonne partie de la Vénétie.

  • 120 Il s’agit du document déjà souvent cité de l’édition de B. Lanfranchi-Strina, Ss. Trinità..., t. 2, (...)
  • 121 Ibid., nos 145-146, a. 1165.
  • 122 Ibid., no 53.
  • 123 N° 145 ; t. 3, no 388.
  • 124 En 1202 c’est Bagnolo domini Marsilii (no 360), puis en 1206 c’est Bagnolo domini Uguccione (no 397 (...)
  • 125 Première mention du castrum en 1204 (no 374) : dans le document de 1211, cité en note précédente, o (...)
  • 126 N°360, a. 1202 ; en 1215 (no 489) l’identification est explicitée : Bagnolo de subtus, seu Bagnolo (...)
  • 127 A l’issue du procès de 1206 (cf. note 124) Uguccio reconnaît que, à Bagnoli di sotto, il n’a de dro (...)

85La curtis de Bagnoli avait été donnée au monastère vénitien de San Michele arcangelo de Brondolo par le marquis Amelrico et sa femme Franca, en 954120. Au xiie siècle la villa est manifestement dédoublée : il existe un Bagnolo de subtus et un Bagnolo de supra121. C’est seulement en 1118 que l’on y voit apparaître pour la première fois un da Carrara, encore est-ce de façon indirecte : Gomberto est témoin d’une donation pieuse consentie au monastère de Brondolo par un da Fontana, Oto di Alberico122. Il faut attendre 1165 pour y voir la famille explicitement possessionnée, et ça n’est qu’en 1206 que l’on apprend, à l’occasion d’un procès avec le monastère, qu’elle a le comitatus de Bagnoli « di sopra »123 ; ce qui justifie que l’endroit soit également appelé du nom de celui de ses membres qui y exerce la juridiction124, et que le castrum s’y trouve125, tandis que Bagnoli « di sotto » est appelé Bagnolo Abbatis126. Les relations de voisinage entre le laïc et l’ecclésiastique se compliquent du fait que l’un et l’autre ont, en tant que seigneurs fonciers, des tenanciers dans l’une et l’autre villa127.

  • 128 T. 2, no 183 : le prix, qui se monte à la somme toute ronde de 300 livres, sent son prêt dissimulé.
  • 129 Ibid., t. 3, no 360.
  • 130 Ibid., t. 2, nos 285, 286, 287 (a. 1193), 290, 291 (a. 1194), 295 (a. 1195).

86Dès les années 1170 les difficultés financières des da Carrara ont des incidences. Le monastère est le premier à en profiter : en 1176 c’est l’achat, sans doute fictif et déguisant un prêt, d’une parcelle boisée128 ; en 1202, celui d’une vaste terre, pour 525 livres129. Il est vrai qu’il lui arrive aussi d’en pâtir : de 1193 à 1195 Marsilio da Carrara, comme d’ailleurs d’autres propriétaires du lieu, se voit intimer l’ordre de lui restituer le quartese de la chapelle San Michele de Bagnoli, d’abord par l’évêque d’Adria, qui en arrive à excommunier tout le groupe, puis (en 1195) par l’évêque de Padoue130.

  • 131 Cf., sur la vente aux enchères des biens de Bagnoli, un petit dossier : t. 3, les nos 402 à 408.
  • 132 Entre 1208 et 1213 on voit à plusieurs reprises Palma inféoder des vassaux (cf. les nos 420, a. 120 (...)
  • 133 N° 489 ; des investitures d’anciens vassaux des da Carrara aux nos 498 (a. 1215), 524 et 547 (a. 12 (...)

87L’aliénation de l’essentiel de la seigneurie se fera en deux temps : en 1208 les biens de feu Uguccio da Carrara dans les deux Bagnoli sont rachetés pour les deux-tiers par Palma da Baone, épouse de Marcio dei Maltraversi et, pour le tiers restant, par Marietta sa sœur, épouse de Iacopino da Carrara131. Il semble qu’après la mort de Palma, à partir de 1213, Bagnoli soit revenu en fait aux neveux de Marietta, Albrico Leone, fils de Pietro da Carrara – pour un tiers – et les fils de Marsilio, Iacopo et Albertino132. Mais en août 1215, pour éponger leur dette, ces deux derniers vendent leur part au monastère de Brondolo, avec toutes les dîmes qu’ils détenaient, et ils lui cèdent du même coup les deux tiers des fiefs de leurs vassaux ; et l’on verra, en effet, au cours des années suivantes, tout un ensemble de vassaux venir jurer fidélité à leur nouveau seigneur133.

  • 134 Deux cas explicites en 1214 : nos 465 et 469.
  • 135 Cf. les tableaux n. 20-22 p. 936-942 : aliénations de biens à Bagnoli ; listes de créanciers et de (...)

88Si Brondolo, le co-seigneur, joue donc un rôle décisif dans cette histoire, il n’a cependant pas été le seul bénéficiaire de la déconfiture financière du lignage. Une première constatation : tout un ensemble de notables, petits, moyens et grands, venus d’horizons très divers, en a profité. Entre les années 1180 et la liquidation finale de 1215, les da Carrara n’avaient pas cessé d’inféoder de nouveaux vassaux ou, fréquemment, de consentir des augments de fiefs à d’anciens, et cela à prix d’argent ; on voit même parfois le vassal-acheteur payer non point le seigneur mais tel ou tel des créanciers de celuici134. Deuxième constatation, qui vient donner un éclairage assez cru sur les relations féodo-vassaliques en ces temps et en ces lieux, il apparaît, à bien regarder les abondantes – quoique manifestement non exaustives – listes de créanciers dont on dispose, qu’elles se recoupent fréquemment avec les listes de ces vassaux-acheteurs que l’on peut dresser135.

  • 136 Au début seulement : en 1188 (ibid., t. 2, no 250) et 1203 (t. 3, no 369).

89Dans une société où l’argent circule en abondance et où de nouvelles fortunes émergent constamment (et c’est par excellence le cas au xiie siècle et dans la première moitié du xiiie en Italie) l’aliénabilité des fiefs avait fini par aller de soi ; la nature des choses incitait donc le seigneur à en arriver à vendre les investitures. Ce qui ne dispensait pourtant pas le vassal d’une fidélité au moins de principe : rares sont, dans ces inféodations, quelque liées qu’elles soient à des urgences budgétaires, les fiefs sans fidélité136.

  • 137 Les prix s’échelonnent de 9 livres (pour la plus ancienne) à une centaine, et se situent dans l’ens (...)
  • 138 Cf., entre autres : no 371 : le sartor Iacopino Bocca achète 11 campi dont il se fait investir ad f (...)

90Resterait à mieux savoir quelles circonstances immédiates provoquaient cette lente et régulière hémorragie de terres au profit de vassaux tant nouveaux qu’anciens : comparées aux centaines de milliers dues aux créanciers, les quelques dizaines de livres que procuraient les ventes-inféodations aux da Carrara n’étaient que peu de choses137. Outre la recherche de plus en plus anxieuse de solution pour contenter les créanciers, il y avait sans doute une foule de nécessités immédiates. Les initiatives ont pu venir aussi des vassaux eux-mêmes, conscients que le seigneur s’empresserait, moyennant finances, de satisfaire leurs envies d’agrandissement138.

  • 139 Le sartor Bocca, en 1216, est témoin d’une discussion, au palais épiscopal, entre l’évêque et un re (...)

91J’ai fait allusion à l’extrême variété de l’origine sociale de ces vassaux. Comme le montre le dernier tableau il y a tout d’abord une notabilité de village : Costantino et ses deux frères, en 1188, sont de Bagnoli, de même que Cavorcio et que Gerardo et ses frères ; on ne sait rien sur eux. Puis viennent les artisans, en la personne des tailleurs Guglielmo Longo et Iacopino Bocca, lequel est sans doute un Padouan : nous voici un cran-au dessus dans l’aisance139.

92Avec les notaires on entre dans une couche sociale où, déjà, il arrive qu’on trouve des nobles appauvris, ou des parents de Domini : Citadino, qui est d’Arre en dépit de son nom, et les Padouans Otolino di Gambavara, Onesto (ou Onestino) et Litolfo, son fils. Puis viennent ceux qui sont, soit par droit de naissance soit de fait et depuis peu, membres des classes dirigeantes en ville.

  • 140 Sur cette famille cf. infra, chap. 2, II. En 1209 Giacomo da Carrara autorise Guglielmo di Mangiavi (...)

93Commençons par les nouveaux riches : Severio di Trevisio est un Mangiavillano, et avec lui c’est une des plus notoires familles d’usuriers padouans du moment que l’on voit acquérir des biens-fonds à la campagne ; c’est toute une fratrie qui s’est acquis un fief à Bagnoli : outre Severio, Guglielmo est connu par ailleurs en tant que vassal, et l’on est en droit de penser qu’un troisième, Facio, l’est aussi140. Qui est, d’autre part, ce Tronda, de Venise, qui fait le plus gros achat de tout le groupe ? Il est le seul étranger, remarquons-le au passage.

  • 141 L’identité du personnage du document no 395 n’est pas absolument prouvée : on n’a que le prénom, En (...)
  • 142 C D P, 2/1, no 324.
  • 143 E. Malipiero-Ucropina éd., Ss. Secondo..., no 67.

94Avec Enginolfo Bocca di Bue (à ne pas confondre avec l’obscur tailleur « Bocca » !) on est en milieu de vieille citadinité padouane141. Connus depuis 1137 (un Bonus qui dicitur Buca de Bo est témoin d’un acte conclu par un da Fontaniva)142, ils ne s’élèvent pas très haut dans les honneurs et l’un d’eux est notaire encore en 1199143, mais le début du siècle les voit s’enrichir, y compris le notaire qui, précisément, apparaît au moment où il acquiert des biens de la commune de Padoue, à Vigorovea, en livello à loyer symbolique. On les retrouvera sous peu.

  • 144 Nos 378 et 379, 380, 381. On retrouve Torengo en 1214 (nos 466 et 470).
  • 145 N° 472, a. 1214.
  • 146 Cf. l’appendice prosopographique en fin de volume.

95Belengerio di Baialardo di Ecelino et ses frères Torengo et Pietro, dont les apparitions se suivent en 1204144, ainsi qu’Ecelino di Belengerio dei Baialardi145sont quelques-uns des membres d’un vaste réseau de parents que j’ai pris sur moi de rassembler sous le nom unique « di Zopello » (l’une des deux branches, en fait, du groupe, l’autre étant précisément celle des di Ezzelino). Leur profil social est, le plus classiquement qui soit, celui de la vieille aristocratie consulaire : famille non seulement de consuls mais de juges, vassaux de l’évêque, des da Baone, du monastère de Santa Giustina, etc., et, donc, des da Carrara146.

  • 147 Il est vrai qu’une telle mention, de la part d’un des membres de l’aristocratie citadine la plus di (...)

96Avec les Gnanfo, pour finir, le noyau dirigeant est atteint. Les régles du jeu féodal sont ici plus clairement explicitées : à l’issue de son inféodation de 1213 à Bagnoli, le juge Gerardo di Ugolino di Gnanfo jure fidélité en spécifiant bien qu’il le fait sous réserve de celle qu’il doit à son seigneur-lige, le marquis d’Este Aldobrando ; la précision est rarissime dans la documentation padouane147.

  • 148 Tableaux n. 21 et 22 p. 938-942.

97Confrontons à présent ces listes de vassaux des années 1202 à 1215, qu’ils soient nouveaux ou acquéreurs d’augments de fief, à celles des créanciers et/ou fidéjusseurs (je prie le lecteur de m’accorder pour l’instant cette équivalence sur laquelle je m’expliquerai sous peu)148. Un certain nombre de familles et d’individus se retrouvent, ainsi qu’il avait été annoncé, dans l’une et l’autre à la fois.

98Les petits feudataires du contado ne sont pas concernés par tout le mouvement de numéraire qui se fait autour des da Carrara. Le plus obscur, parmi les créanciers (le seul, même, avec le Vénitien, qui me soit tout à fait inconnu) est Beraldo di Canfio, que je ne saurais situer socialement, et que l’on voit intéressé en 1215 au recouvrement d’une créance en compagnie de 10 autres personnes, dont des « di Zopello ». Pas d’artisans ni de commerçants non plus sur les listes : on les verra pourtant s’introduire dans ces opérations, mais de biais.

  • 149 Cf. le tableau 21, p. 939 (nos 504 et 508).

99Les Mangiavillano sont, dans le groupe vassalique de Bagnoli, les représentants du milieu des usuriers/nouveaux riches ; or Guglielmo, frère de Severio, est intégré à des sortes de « consorterie » de créanciers du lignage, l’une qui récupère 1 575 livres le 17 septembre 1215, l’autre, plus nombreuse, qui, le même jour, recouvre 1 080 livres, les deux sommes ayant été versées par le monastère de Brondolo, acheteur aux enchères des biens de Iacopo da Carrara à Bagnoli149.

  • 150 De même, dans le document no 504, si l’un des deux associés de Guglielmo est Giacomino Morro, d’une (...)

100Fait révélateur : nouveaux riches et aristocratie consulaire participent ensemble à la curée : dans l’une des deux associations créancières dont je viens de parler Guglielmo Mangiavillano est en compagnie, entre autres, de 4 membres de la parentèle des « di Zopello » : Giovanni Zopello, Enrico di Ecelino, Pietro di Baialardo et Giacomo di Baialardo. On retrouve donc ces derniers, créanciers dès les années 1206-1208, derrière le rachat par Palma et Marietta da Baone, puis, ensuite, derrière l’aliénation finale. Les usuriers (les Mangiavillano), dans cette histoire, apparaissent non point comme des meneurs de jeu mais plutôt comme des gens auxquels le fait de prendre en route le train de ces spéculations permet de s’intégrer plus vite à la classe dirigeante, en en partageant les intérêts et les risques calculés150.

  • 151 N° 445.

101On devine que des liens personnels sans doute variés lient ces familles entre elles : ainsi les mal connus Bocca di Bue offrent-ils l’hospitalité de leur maison padouane à Giacomo da Carrara et au juge Gerardo dei Gnanfi le jour de l’investiture de ce dernier en 1213151. La commune appartenance des deux familles à la clientèle vassalique du lignage, et leur participation aux opérations de crédit engagées pour lui, s’expliquent sans doute par tout un passé dont on ne sait à peu près rien, et dans lequel des liens personnels pas forcément dénués d’affectivité ont pu être noués.

102Si l’on considère ensuite ceux des ces créanciers connus qui sont demeurés apparemment hors de l’association ambigue de la vassalité et des relations d’affaires (mais on n’est sûr de rien), l’échantillonnage social s’élargit à nouveau.

  • 152 A C P, Diversa, 1, no 25, a. 1203 : Tardivello di Domenico. A dire vrai Sante Bortolami en fait un (...)

103Si ne figure parmi eux aucun habitant de Bagnoli, voici un certain Tardivello, d’Abano, un tavernier du nom de Bonello (dont on ne sait s’il est padouan ou contadin), un notaire, Uberto di Clariana...152. Les sommes prêtées par ces inconnus sont tout à fait équivalentes à celles que déboursent les aristocrates : 300 livres par Bonello, soit la même somme que par Albertino Bocca di Bue vers la même époque.

  • 153 Les 16 membres de l’aristocratie dirigeante qui s’ajoutent au petit nombre déjà considéré sont les (...)
  • 154 S. Bortolami qualifie de « nouveau riche » (en français dans le texte) Giacomino Morro (ou Murro), (...)

104Les familles de magistrats de l’aristocratie consulaire prédominent toutefois très largement, les grands usuriers ne les suivant que de très loin : près d’une vingtaine de noms dont un certain nombre déjà connus du lecteur, parmi lesquels les Gizi, les Guarnerini, les di Vainanzo, les Flabiani, et d’autres153, alors que, du côté des parvenus, aux Mangiavillani ne s’ajoutent guère que Giacomino Morro et Ziliolo Macaruffo154.

105Dans quelle mesure ces gens à ancêtres peuvent-ils en l’occurrence être soupçonnés d’usure ? Il ne fait pas de doute que la plu-part d’entre eux ne se font pas faute d’en tâter, et j’aurai l’occasion d’insister sur cette caractéristique qui les distingue le plus souvent de la vieille noblesse féodale. Mais la documentation laisse deviner, derrière les rapports d’argent affichés, des opérations souvent souterraines et d’une rare complexité, au point qu’on ne sait pas toujours qui est le véritable prêteur, quelle est la source d’où coule l’argent... pour y revenir plus abondant. C’est tout un ensemble de réseaux de relations entre notables, sans doute préexistant aux problèmes des da Carrara, que l’on fait intervenir à cette occasion. N’est-il pas révélateur que, lors de cette inféodation du juge Gerardo di Gnanfo en 1213, dont on a vu qu’elle a eu lieu chez l’un des vassaux-créanciers, Bocca di Bue, 3 juges ont été témoins, qui tous feront partie du groupe des créanciers : Rogato, Spinabello et Leonardo di Albrigeto des « di Arsalone » ? Il s’agit d’un petit monde : l’argent dont les uns n’ont pas la disponibilité immédiate leur est apporté par d’autres, et de véritables chaînes de créances se constituent.

  • 155 Cf. le tableau 21.
  • 156 Cf. le tableau 22.

106C’est également parce que tous participent à la même opération et y ont les mêmes intérêts qu’on voit les mêmes personnages tantôt créanciers, tantôt garants du prêt (fideiussores)155. Ces hommes qui, du moins sur le moyen terme, disposent de ressources à peu près comparables, font circuler entre eux (parfois d’un individu à l’autre, mais on a souvent affaire à des groupes associés)156les reconnaissances de dettes des da Carrara, comme des sortes de « cartes de créance » ; on est tenté d’écrire « de crédit » !

  • 157 Dans le document no 506 Caroti des Gnanfi doit sa part à Gombertino di Baligante. Giovanni Zopello (...)
  • 158 N° 515 ; une opération du même genre également au no 508.

107Ainsi s’explique que, en 1215, lorsque le monastère de Brondolo rembourse les créanciers des da Carrara, il donne l’argent, non pas au prêteur mais à celui qui, pour le moment, dispose des droits sur le débiteur ; et c’est pourquoi l’on voit à plusieurs reprises des sommes passer des mains de qui les a reçues à celles de groupes d’associés, eux-mêmes éventuellement débiteurs théoriques d’autres groupes ou d’autres individus157. Ce qui complique encore le schéma est l’intervention du monastère lui-même qui, manifestement, s’entend avec certains de ces groupes pour faire fructifier l’argent dans les opérations de bonification lancées par la commune à Bagnoli : c’est ainsi que Bertaldo Longo, Galvano di Guido di Erzo, Bava et Albrigeto di Canavola reçoivent de l’argent du monastère, non pas directement mais des mains d’un autre créancier, le juge Giovanni Zopello, en prêt, et cela sur l’ordre de l’abbé ! La chose ne peut s’expliquer que si l’on voit en eux des hommes d’affaires de l’abbé, chargés d’utiliser cette somme à son profit, le seul vrai créancier, dans ce cas, étant donc Giovanni Zopello qui consent à remobiliser dans un but spéculatif l’argent qu’il avait auparavant avancé au grand seigneur aux abois158.

108La nature complexe des relations entre le milieu des juges et les da Carrara (relations fort anciennes, il ne faut pas l’oublier) interdit d’avoir une vision trop simpliste de cette histoire d’endettement croissant et d’aliénation foncière. Il va de soi que notables et usuriers profitent de cette déconfiture économique, mais ils sont aussi tous intégrés dans le jeu, complexe lui aussi, des clientèles. Ce qui veut dire que, d’une part, les relations féodo-vassaliques en elles-mêmes signifient encore une relation d’homme à homme dans la mesure où le vassal est déjà intégré dans la clientèle des da Carrara et dans la ou (plutôt) les factions qu’ils dirigent ou desquels ils sont un des éléments dirigeants, et que, d’autre part, alors même que ces vassaux-créanciers peuvent tirer un profit économique immédiat de la ruine de leurs nobles débiteurs, ils ont un intérêt politique à leur survie.

109Il n’est donc pas surprenant de les retrouver à un troisième niveau d’activité (après les activités vassaliques et usuraires), à savoir dans les instances communales, et cela dès 1208, lorsqu’une première fois l’essentiel de Bagnoli est mis aux enchères. On va les voir mener les opérations non seulement à leur profit mais aussi, dans une certaine mesure, à celui des da Carrara.

  • 159 Nos 403 (la nomination des deux venditores, qui prêtent serment) et 407 (la vente aux enchères).

110On se souvient que, dans cette première mise en vente, la famille (en l’occurrence Marietta da Baone, avec sa sœur Palma) a pu récupérer les biens-fonds. Etait-il indifférent que les deux officiers communaux désignés pour procéder à la vente (les venditores) aient été deux des notables créanciers, Leonardo di Albrigeto (des « di Arsalone ») et Enrigeto di Pietro Toco159 ?

  • 160 N° 407 : Que plubice debeant fieri... ad voluntatem Henrigeti de Pietro Toco... per illos homines q (...)
  • 161 N° 451 (a. 1213) : les deux hommes ont jugé que publica de palude Maiori bene placebat. et utilis v (...)

111Il y a plus : le même Enrigeto reçoit de la commune la mission de diriger les travaux préliminaires à l’entreprise concertée de bonification des marécages du territoire de Bagnoli (on en a vu les modalités dans le chapitre sur les défrichements) ; d’emblée est prévu le creusement des deux grands canaux de drainage160. Les travaux avancent lentement : cinq ans plus tard, deux autres officiers communaux déclarent d’utilité publique la publica de Palude Maiori ; l’un d’eux est le juge Pietro di Calderia, l’un des créanciers des da Carrara, l’autre, Enrigino di Arloto, est un Tadi, famille non intéressée directement à l’affaire, semble-t-il, mais vassale de la famille depuis plus d’un siècle161.

  • 162 Cf. supra, p. 523-524.
  • 163 Par contre on comprend l’opposition résolue des Este, qui aboutit à la guerre de 1213 (que, d’aille (...)

112Il importe ici de comprendre que les vassaux et/ou créanciers qui ont ainsi utilisé l’institution communale pour lancer un programme de bonification l’ont, bien sûr, fait en fonction des intérêts, anciens ou acquis à la faveur des achats (encore en cours à ce moment) qui étaient les leurs à Bagnoli, mais que, dans la mesure où les da Carrara demeurent, directement pour la part non encore vendue, indirectement pour l’essentiel, parmi les plus grands propriétaires de ces lieux, c’est d’abord à eux que doit profiter l’entreprise : et l’on voit bien comment la commune se fait l’auxiliaire de la seigneurie foncière des « féodaux » à l’occasion, en imposant aux ruraux de Bagnoli et des villages concernés de faire les travaux de canalisation et de drainage162. On comprend dès lors en quoi, dans une large mesure, la résistance des seigneurs à abandonner leurs prérogatives banales est réactionnaire, stricto sensu, car si elle s’explique dans la mesure où en effet elle leur enlève, dans un premier temps, des sources de profit, il est non moins vrai qu’il est de l’intérêt de toute l’aristocratie dirigeante, châtelains inclus, d’utiliser le pouvoir coercitif de la commune, plus étendu que le sien : s’il faut mobiliser la population de tout un ensemble de villages le vieux pouvoir banal du châtelain, limité géographiquement d’une part et par la coutume d’autre part, n’aurait pu y parvenir163. Et la collaboration se fait, à Bagnoli, sans anicroche aucune entre les da Carrara et la commune.

  • 164 Cf. supra, p. 526.

113Le fait que la crise financière de la famille se soit poursuivie, et même accentuée, n’infirme pas ce qui vient d’être dit : le mal avait, on l’a vu, des causes trop profondes. Rappelons ici le trait de mentalité signalé au sujet de la gestion des terres défrichées de Bagnoli : les da Carrara se contentent d’une gestion purement coutumière, et cèdent en livello des parcelles de quelques campi, tandis que les notables citadins créent sur ces terres neuves des manses compacts d’entre 15 et 20 campi164. La dynamique de l’esprit de profit s’oppose ici à la routine et aide à comprendre comment les uns peuvent s’enrichir pendant qu’au mieux les autres stagnent.

  • 165 S. Bortolami, Fra « Alte Domus »..., p. 43, et note 168.

114Pour en finir avec l’exemple des da Carrara, il faudra attendre l’heureuse issue de la guerre contre Ezzelino et les orientations nouvelles, tant politiques que foncières, qui seront les leurs à partir de ce temps, pour qu’ils redeviennent une puissance dynamique. Comme le signale S. Bortolami, en 1217 – soit deux ans après la débâcle finale à Bagnoli – leur endettement dépassait encore les 12 000 livres165.

II – DÉCLIN DES COMMUNAUTÉS PAYSANNES : VERS LA FIN DES COMMUNAUX

  • 166 Cf. supra, p. 539.

115Selon les temps considérés, un même phénomène peut changer de sens. L’aliénation des communaux est d’abord la simple contrepartie d’un mouvement d’expansion des communautés rurales. On l’a vu, c’est des années 1150 que datent les premières alertes, la plus significative étant celle qui rendit nécessaire un arbitrage du marquis, en 1157, entre Pernumia et Monselice, pour fixer les limites du terroir de chaque commune166. Jusque-là les intérêts de tous allaient dans le même sens car tous pouvaient, dans le grand mouvement des défrichements, s’enrichir ou du moins espérer vivre d’une vie moins précaire. Les contradictions vont apparaître au sein des groupes d’habitants avec le resserrement de l’espace. Il est difficile de caractériser davantage les origines de la crise : on peut sans doute émettre l’hypothèse de l’arrivée à un seuil malthusien (au moins relatif : l’essor urbain est un exutoire), mais aucune étude démographique sérieuse n’est envisageable.

  • 167 Cf. supra, p. 539-540.
  • 168 Statuti..., no 700, p. 233-234.
  • 169 Il s’agit là d’une attitude bien sûr assez générale, dans son esprit, de la part des communes urbai (...)

116Pendant plusieurs décennies encore la vigilance de certains seigneurs assure un minimum de protection aux incultes : j’ai dit plus haut quelles mesures l’évêque avait prises, tant à Piove qu’à San Giorgio delle Pertiche, pour le profit commun. La commune de Padoue impose parfois son bannum, pour assurer le respect des espèces d’arbres les plus précieuses, sur les incultes de seigneuries ecclésiastiques, à leur demande167. En 1224 elle édicte un statut par lequel sont interdits toute aliénation, sous quelque forme que ce soit (hypothèque y comprise) et tout partage des communaux, même entre vicini, sans le consentement des domini du village et des consortes168. Sous couvert de protection des incultes il s’agit en fin de compte de bien autre chose, car cette mesure entérine une situation de fait : désormais les élites sociales des communes rurales et/ou les bourgeois citadins devenus propriétaires dans le contado se voient assurés de la mainmise sur les aliénations auxquelles les ruraux peuvent être obligés, et en même temps ils confisquent à leur profit une réorganisation des terroirs qui s’amorce169. Les seigneurs eux-mêmes finissent par entrer dans ce jeu nouveau : en tant que propriétaires fonciers, du moins, ils suivent un mouvement d’appropriation qui est vécu par les communautés comme une spoliation.

  • 170 C D P, 2/1, no 239 : Fossa de Sabluncello non debet cavari ab episcopo neque a domina Elica.
  • 171 Dans les années 1140, semble-t-il (on connaît l’affaire par les souvenirs d’un témoin, lors d’un pr (...)

117Dès les premières décennies du xiie siècle des contradictions apparaissent dans les comportements seigneuriaux : l’évêque lui-même, s’il demeure, en tant qu’autorité comtale, tout au long du xiie siècle, un protecteur des surfaces boisées pour le bien de tous, a parfois un comportement opposé dans ses propriétés foncières : dès 1132 les Saccensi se voient dans l’obligation de rappeler leurs droits d’usage sur le bois de Tombiole, tant à l’évêque qu’à Elica da Baone ; l’un et l’autre s’interdisent de creuser une fossa qui eût sans doute gêné ou empêché le passage du bétail170. Ce premier heurt, précoce, est encore isolé, mais déjà le problème fondamental est posé : les propriétaires nobles et/ou citadins ont tendance à sortir des contraintes communautaires, même dans leurs parts d’incultes, en les séparant du voisinage par des fossés. Tant que les alleutiers du lieu restent soudés à la communauté et s’en font les interprètes celle-ci peut encore faire respecter ses droits. Dans ce cas précis, un certain juge Enrico et le futur consul de Padoue Giovanni di Tado figurent parmi les représentants du populus (ou encore du comunis) de Sacco et font reculer l’évêque et Elica da Baone171.

118Le danger commence à se faire plus précis avec les décennies 1180-1190. Il se présente sous deux formes : non seulement l’attitude des seigneurs fonciers devient plus agressive, les accaparements de parts d’incultes se multiplient, et désormais les communautés ne parviennent plus à se faire entendre – on verra pourquoi –, mais de surcroît, aussi bien les vicini en tant que collectivités que des villageois en particulier se livrent à des aliénations répétées ; là non plus les éléments d’explication ne manquent pas.

  • 172 A C P, Diversa, t. 1, no 28, 32, 29, 31 ; Villarum, t. 3, Corte, no 6.
  • 173 «...per vim, cum armis et cum confalone ;...herbam devastaverunt et fossata attraversaverunt ;...il (...)

119a) Accaparements : on retrouve les mêmes seigneurs s’y livrant désormais sans états d’âme. En 1204 éclate à Corte un violent conflit provoqué par les conséquences de l’appropriation, déjà ancienne semble-t-il, par Bertolina puis par sa fille Palma da Baone, d’une vaste parcelle – 25 campi au moins, 50 au plus, car les témoins divergent –, en partie marécageuse, en partie utilisable comme pré. Les témoins du procès font allusion à des fossés, là encore ; à l’origine immédiate des heurts, semble-t-il, il y a des travaux récents de Palma, et notamment l’installation d’une panthera, c’est-à-dire d’un filet pour prendre les canards172. Au mois d’août les gens de Corte sont entrés sur cette terre par la force, en brandissant un gonfalon communal, l’ont saccagée et s’en sont pris aux fossés173.

  • 174 Un témoin vidit pasculare homines Curtis, Campilongi et Bulionis in ter-ram litis pro suis comunibu (...)
  • 175 A C P, Diverse, no 50.

120Il y a donc encore unanimité face à quelqu’un qui apparaît comme un envahisseur, ainsi que le montre la présence du gonfalon dans cette expédition punitive. Et en effet Palma se plaint nommément des notables locaux, fils de juges, notaires, etc. Mais la situation a changé, cependant, par rapport à 1132 : pas de recherche de compromis à présent ; elle traîne en justice ces notables devant les autorités padouanes et réclame des dédommagements. L’affaire prendra du temps mais désormais il ne sert plus d’invoquer la coutume ; la justice padouane est celle de propriétaires, au sens moderne du mot, et qui volent au secours de l’individualisme des possédants, seigneurs inclus, auxquels on reconnaît le droit de s’approprier leur part et de l’isoler. Pour les magistrats citadins peu importe désormais qu’à l’origine Alberto da Baone n’ait été qu’un vicinus parmi d’autres et que, durant des décennies, les hommes des trois communes de Corte, Boion et Campolongo maggiore aient exercé là un droit de parcours174. Bien mieux, en 1211 le podestat padouan prend une décision générale en faveur de Palma da Baone : il fixe un taux d’amendes pour les actes commis dans ses terres clôturées, non seulement à Corte mais dans tout le districtus de Padoue175.

  • 176 B. Lanfranchi-Strina éd., Ss Trinità..., t. 3, no 360 :...cum capulo et pas culo et... cum warda.
  • 177 Ibid., no 499 : ils ont coupé blavas, arbores et salices.
  • 178 Ibid., no 501, 522, 536, 621, 622, 639.

121Ce qui s’est passé à Corte au début du xiiie siècle me semble exemplaire pour comprendre l’évolution des rapports de force dans les campagnes. L’intervention des juristes, sollicitée par les seigneurs, s’avère décisive : c’est, sinon l’existence des communaux, du moins le droit coutumier qui est en fin de compte nié. Les communautés rurales en sont désormais réduites à d’inutiles explosions de colère quand les domini privatisent leur part des incultes. C’est ainsi que des événements assez semblables à ceux de Corte se produisent à Conselve une dizaine d’années après, en liaison avec le défrichement du marais de Bagnoli : en 1202 Marsilio et Uguccio da Carrara ont vendu au monastère de Brondolo de vastes espaces incultes, avec les droits seigneuriaux176 ; en 1215 les homines de Conselve ont, tous ensemble (communiter) dévasté les nouvelles parcelles cultivées de la palus maior, désormais soustraites même à la vaine pâture après les moissons, car isolées par des haies d’arbres177. Une longue querelle procédurière s’ensuit qui se poursuivra jusqu’en 1222 et se terminera bien sûr en faveur du monastère178.

  • 179 A S V, C D Lanfranchi, 25 avril 1188 ; A S P, Dipl., no 936 et 958.

122Les communes rurales trouvent certains palliatifs, insuffisants, de ces dangers venus de l’extérieur : ainsi voit-on, dès 1188, celle de Corte, à l’occasion d’une vente qu’elle consent à un homme du lieu, l’obliger à s’interdire d’aliéner le bien acquis à un étranger à Sacco ; de même, en 1218, la commune de Cartura cède à deux villageois des parcelles en livello à cens symbolique (2 deniers) et ils s’engagent à ne vendre, le cas échéant, qu’à des gens de Cartura179. Ce sont là dérisoires combats d’arrière-garde, au moins pour deux raisons :

    • 180 A S P, Dipl., no 989.
    • 181 Un exemple parmi d’autres : en 1157 un document mentionne la mise en culture d’une terre communale (...)

    le ver est dans le fruit, le Padouan déjà entré dans la communauté des vicini : précisément à Cartura, à la même époque (en 1217), on voit un citadin, Patavino di Redaldo, vendre à un autre citadin, le cordonnier Bianco, une parcelle de propriété de la commune du lieu180. Cette insertion est souvent déjà ancienne181 : ce qui est nouveau est le refus des règles du jeu coutumier ;

  1. il y a bien pire : les membres les plus puissants de la communauté des vicini s’en désolidarisent désormais ; ceux qui, auparavant, se chargeaient de la représenter et de la défendre réagissent à présent en citadins, en Padouans. Il s’est produit, entre les annnées 1130 et la fin du siècle, quelque chose comme une trahison des élites. Elles jouent leur propre jeu, contre la majorité du monde rural. L’évolution de la famille des Tadi est, à cet égard, hautement révélatrice.

  • 182 A S P, Dipl. no 547, a. 1199 : le sindicus et procurator comunis (de Codevigo), pro comuni Saci, pr (...)

123Premier temps : à la fin du xiie siècle Enrigino dei Tadi, comme tous les gros propriétaires locaux, est gagné à la mentalité nouvelle ; les communaux, qu’autrefois Giovanni défendait, sont désormais partagés, à l’initiative des notables de Sacco, et il en reçoit sa part182 ; du moins est-il encore du nombre des vicini.

  • 183 A S P, Dipl., no 671.
  • 184 A S P, Dipl, no 805, 806 et 824.
  • 185 Bien entendu il s’agit d’une situation générale et banale : des groupes de petits exploitants en di (...)

124Deuxième temps : désormais les Tadi réagissent en purs citadins ; au demeurant ils se déclarent de civitate Padua. Dès 1205 Arlotto, à l’issue d’un de ces procès que les élites communales savent accommoder à leur sauce – l’un des deux juges est un membre de sa famille, Tado dei Tadi –, oblige la fédération des communes du iudicatus de Piove à lui louer contre un loyer symbolique 50 campi de terres183 ; en 1210 Enrigino fait une série d’achats de terres communales (tenues en livello de même sorte) à des gens du lieu184. Il le fait d’autant plus aisément qu’il fait partie de la vicinia185 : ces acquisitions sont systématiques, effectuées dans le même lieu-dit, « La Planta ». De vastes exploitations se construisent sur les anciennes terres de parcours.

125Voici donc pourquoi les communautés rurales ne peuvent plus se faire entendre : l’ancienne unité entre les élites et la masse, maintenue par la tradition germanique, s’est rompue, tardivement, au demeurant. Désormais les exploitants ruraux, petits et moyens alleutiers comme tenanciers dépendants, seront sans voix.

  • 186 En 1132 l’église San Marco de Venise (par ailleurs peu présente dans le Padouan avant la conquête) (...)
  • 187 Quelques exemples : en 1154 et 1156 les marisi de Melara et Rosara vendent des terres (de communio  (...)
  • 188 En 1204 les communes de Corte, Boion et Campolongo maggiore vendent des biens, salvo iure... warde (...)
  • 189 En 1210 les socii de Campagna (aujourd’hui Campagna Lupia) autorisent leur maricus à vendre un bois (...)
  • 190 En 1192 le monastère, propriétaire, à Valsanzibio, d’un pré qui se trouve entouré sur 3 côtés de te (...)
  • 191 A S P, Dipl., no 924.

126b) Aliénations : n’en exagérons pas le nombre. Quelques dizaines dans la documentation entre les années 1130 et 1250, en un flux modeste mais constant. Cela commence, dans les décennies 1130-1150, avec des acquisitions faites par des églises et des monastères vénitiens, San Giorgio Maggiore avant tout, et d’abord à Sacco186 : ils achètent aussi bien directement aux collectivités qu’à des vicini en manque d’argent, locataires de leur commune187. Bien entendu ces parcelles issues d’anciens communaux ne font que s’ajouter à la masse plus importante de leurs autres achats. A partir des années 1180-1190 on voit un peu partout des communes rurales vendre ou louer : à Sacco, la famille du vicedominus episcopal (les Tanselgardi) se mêle aux acquéreurs aristocrates, d’origine locale (comme les Tadi) ou non188 ; au nord du Cornio, non loin de là – à Campagna –, c’est l’évêque lui-même qui achète189 ; dans les Euganées ce sont, au nord, Santa Maria de Praglia, au sud, Santa Margherita de Salarola190 ; et partout s’installe la composite classe dirigeante citadine, qu’elle soit ou non originaire des lieux : ainsi les Ta-di achètent aussi dans le nord du Padouan, à Onara191.

127La continuité des aliénations à partir des premières décennies du xiie siècle interdit tout schéma explicatif univoque, même si l’on s’en tient aux communes à caractère rural prédominant. Il ne s’agit sans doute pas dès le départ d’un phénomène d’appauvrissement collectif. Le cas de Sacco, où les monastères (et certains grands laïcs) de Venise construisent à petites touches des seigneuries foncières, est à cet égard emblématique. Sacco est tout simplement un bon placement.

  • 192 Le 16 décembre 1203 les vicini de Rosara nomment 3 procuratores pour payer les dettes de la commune (...)

128Sa richesse agricole, dans la situation de proximité immédiate d’une métropole marchande qui est la sienne, lui est une arme à double tranchant, exalte sa prospérité mais, à terme, menace sa cohésion sociale : les plus riches et les mieux doués de ses habitants y trouvent matière à bénéfices tandis que les Vénitiens s’infiltrent en profitant régulièrement des occasions d’achat. Peu à peu les matières premières en viendront à parvenir à Venise, de plus en plus, sous forme de redevances, et non plus comme produits d’importation. Un véritable processus de colonisation s’amorce. Vienne, vers la fin du xiie siècle, le moment où les communautés s’endettent, et les Vénitiens sont en bonne place pour en profiter : en 1204 on voit, par exemple, le monastère San Giorgio maggiore servir d’intermédiaire au richissime Pietro Ziani pour l’acquisition d’une terre dont les communes de Rosara et Melara se séparaient pour régler des dettes192.

  • 193 A S V, C D Lanfranchi : 25 avril 1188.
  • 194 A S V, San Nicolo’ del Lido, Proc. 93 : affitti antichi, Piove : 27 février 1201. Parmi les procura (...)
  • 195 Dondi, Diss. 6, no 174 : la commune de Corte vend un mansus illius communis à un notaire pour lui r (...)

129Car il est de fait que l’endettement des communes rurales semble, sinon général – ce qu’il est impossible de savoir –, du moins être devenu un phénomène diffus et, sans doute, en voie d’aggravation progressive. Il est trop mal documenté pour qu’on puisse aller au-delà de constatations d’ensemble, et il commence trop tôt pour autoriser à y voir la simple conséquence du poids de la commune urbaine ; ce dernier n’interviendra que comme facteur d’approfondissement de la crise : dès 1188 la commune de Corte cède une petite parcelle (un campolinus de terra) pour rembourser des dettes ; le mal n’est pas encore bien grand – simple problème de trésorerie sans doute – ; de surcroît c’est un habitant de Sacco qui l’achète, et qui s’interdit de l’aliéner à un étranger à Sacco193. Même Piove, pourtant petite ville à la société plus variée, connaît de tels problèmes, précocement elle aussi : en 1201 une terre communale est vendue pour payer à un groupe de créanciers 29 livres, consistant reliquat d’une dette de 50194. Encore en 1212 on verra l’évêque créancier des « Saccensi »195.

  • 196 Le document est édité dans l’article de Tiziana Pesenti-Marangon, Università, giudici..., p. 54 et (...)

130Là encore, cependant, l’ère ezzélinienne sera le temps de la véritable cassure : la guerre, ses besoins et ses destructions ruinent ou au moins appauvrissent durablement les collectivités : l’inventaire des biens de feu Lemizo degli Ardenghi, membre d’une famille de juges padouans adonnée, comme bien d’autres, à l’usure, en 1241, fait apparaître comme ses plus gros débiteurs 4 communes rurales dont il n’est pas sans intérêt de noter qu’elles sont situées en 3 secteurs différents du contado : Teolo et Rovolon, dans les Euganées, sont endettées pour respectivement 350 et 460 livres, Roncon, dans les fines de Padoue, pour 240, et Merlara, en Scodosia, pour 460196. On reviendra au moment voulu au faisceau de facteurs nouveaux qui viennent accélérer l’évolution de la société du Padouan dans les décennies 1230-1250. Retenons pour l’instant qu’il en est trois qui ont successivement joué dans le sens de l’affaiblissement des communautés rurales :

  • tout d’abord la limitation progressive de l’espace mis à leur disposition, facteur d’une ouverture accrue de l’éventail des fortunes à l’intérieur de chaque collectivité ;

  • au moment où ce seuil critique était atteint ou en passe de l’être, une mentalité nouvelle se diffusait chez les seigneurs fonciers et, de façon générale, chez tous les possédants, mentalité qui s’exprimait par le rejet des contraintes coutumières et la volonté de créer des espaces d’exploitation entièrement appropriés ;

  • le troisième facteur s’avère déterminant, fatal aux communautés paysannes : les milites, les aristocrates issus des anciennes élites arimanniques, longtemps soudés aux intérêts des collectivités dont ils se faisaient les représentants encore dans les années 1130, de plus en plus profondément urbanisés désormais, s’imprègnent à leur tour des mentalités nouvelles, cessent de se faire les défenseurs des anciennes coutumes et entendent au contraire profiter eux aussi du démantèlement des communaux.

  • 197 Cf. 2e partie, chap. 1.

131Trahison des anciennes élites locales à l’issue de laquelle, désormais non défendues auprès des instances seigneuriales ou communales, les couches les plus pauvres d’anciens alleutiers et les petits tenanciers, privés des terres de parcours d’antan (et aussi sans doute d’une bonne partie des anciennes zones de pêche), se voient happés dans un processus de paupérisation qui, dans le cas des tenanciers (et maints petits alleutiers tiennent aussi des terres en livello), tend à s’aggraver du fait de la dureté croissante des clauses des contrats197– encore que le pire soit pour plus tard.

132Qu’en est-il dans une semi-ville comme Monselice ? Là le problème de l’endettement ne se pose pas, du moins pas comme cause première ou déterminante des aliénations de biens communaux. Et pourtant elles ont lieu, là aussi : on peut même y assister à certaines opérations à grande échelle. On y voit la classe dirigeante opérer à son propre profit, si bien que le résultat est le même qu’ailleurs pour la part paysanne de la population. Le processus s’enclenche – et je ne peux voir là un hasard – juste après l’apparition du consulat, à en juger du moins par la documentation : la classe dirigeante locale se dote d’une institution et l’utilise, en bonne logique, d’abord pour elle-même, car ici ce sont les notables qui la composent qui, de préférence, achètent ou louent à la commune.

  • 198 Cf. supra, p. 384.
  • 199 C D P, 2/2, no 853.
  • 200 Ibid., no 864.

133La première liste de consuls connue est de 1162198 : on les voit donner une terre communale pour la fondation de l’hôpital San Giacomo. Par contre, deux ans plus tard, deux socii choisis par eux, en leur nom et en celui du populus de Monselice, cèdent 3 campi sis au lieu-dit Savellone à un certain Guinicello199 ; des opérations de ce type se sont sans doute répétées plusieurs fois car en 1165 les consuls accordent auxdits socii, Sigoprando di Paola et Biaggio di Marta, ainsi qu’à un troisième, frère dudit Biaggio, des terres communales en location, et l’on apprend que c’est pour les récompenser du service qu’ils ont rendu en vendant des biens communaux à Savellone et ailleurs200.

  • 201 Outre le document 853, les 889 (a. 1166), 943 et 944 (a. 1168), et 974 (a. 1169 : dans ce dernier c (...)
  • 202 Un Oliverius clericus en 1168 (no 922 et 944) ; en 1173 (no 1119) un notaire, Uberto, parmi les con (...)
  • 203 Cf. par exemple les no 889, 974, 1337 et 1338 (a. 1179), 1474 (a. 1183).

134Une série de documents postérieurs le confirme : il y a un marais (palus) de Savellone et ce sont donc ici les autorités consulaires locales (et non pas un seigneur désargenté et ses créanciers padouans comme à Bagnoli) qui, dans les années 1160, en organisent la mise en vente par parcelles à des fins de défrichement. A plusieurs reprises on retrouve donc les socii susnommés dans leur fonction de vendeurs de parts du marais201. Des clercs du lieu, des notaires, sont acquéreurs202, mais aussi le monastère de San Zaccaria, intégré depuis le Xe siècle dans la vicinia203.

  • 204 Sur les Benincasa, cf. l’index de l’ouvrage d’A. Rigon, San Giacomo....
  • 205 A. Vat, Fondo veneto, S. Giacomo, 5974 A.

135De telles opérations ont manifestement été menées un peu partout sur le terroir communal ; voici, pour prendre un exemple parmi d’autres, un document daté de 1223 : Albertino dei Benincasa, l’un des notables les plus en vue de la ville, qui a été consul en 1206204, à l’occasion de l’entrée en religion de sa petite-fille Bonafede, donne à San Giacomo de Monselice un ensemble de terres, parmi lesquelles une parcelle boisée de 4 campi sis au bord du bois d’Oneda, qu’il tient de la commune205.

136Mais on peut faire mieux que citer des exemples isolés : les documents conservés de ce même hôpital San Giacomo permettent d’analyser de plus près le processus du partage des incultes de Monselice, et d’en comprendre mieux les raisons, grâce à l’approche détaillée de deux cas particuliers, ceux des bois de Valcaucola et de Carpenedo.

  • 206 Entre le 10 février et le 13 septembre 1225, plus d’une douzaine d’acquisitions (A V, ibid., 5933, (...)

137En 1225 l’hôpital rachète de façon très systématique des parts du bois de Valcaucola à des consortes, ou parfois se les fait donner ; en 1231 et 1232 il en fait autant dans celui de Carpenedo206.

138Ces parts, quand la superficie en est indiquée, sont toujours modestes : à Valcaucola, elles varient entre un maximum de 2 campi et un minimum de 2 perticae ; à Carpenedo on en trouve quelques-unes de 3 campi et une de 4 ; bref, les superficies concernées se situent entre 1,33 hectare et 1/7e de campo, soit 1/21e d’hectare !

  • 207 Ibid., 5934 et 5937.

139Les vendeurs et donateurs sont des possédants : si un certain nombre sont totalement inconnus, l’éventail social des personages identifiables – ou dont l’état est indiqué – va, à Carpenedo, d’un fils de maçon à un Paltanieri (châtelain à Tribano, je le rappelle, soit la plus grande famille du lieu), en passant par des notaires et un fils de prêtre. A Valcaucola on trouve Oddone da Fontana, donc un représentant de l’autre grande famille, apparentée à la première, et un notaire207.

140Il est remarquable que la part d’Oddone ne soit que de 1,5 campo ; l’étendue de celle de Niccolo’ Paltanieri n’est pas connue mais la grande homogénéité de l’ensemble dans la médiocrité incite à ne rien imaginer de plus brillant : à Carpenedo, sur 41 parts acquises par San Giacomo, 12 (soit plus du quart) étaient à des familles de Domini : les dimensions connues oscillent entre 4 campi Dominus Biaggio) et 0,5 (Alberto di Domina Bunda), soit une moyenne un peu moins misérable que l’ensemble, mais qui ne tranche pas.

141Voici donc des espaces incultes qui étaient manifestement utilisés, non pas sans doute par tous les possédants de Monselice, mais par de nombreux consortes. Il s’agit donc, soit d’anciens biens communaux acquis par des groupes en fonction d’affinités géographiques, soit même de superficies qui, depuis un temps désormais lointain, étaient les terres de parcours des propriétaires d’un secteur cultivé précis du vaste terroir de Monselice, celui qui avoisinait le bois.

142On voit aisément, en tout cas, comment l’hôpital San Giacomo a pu y acquérir rapidement, par des séries continues d’achats, et grâce aussi à quelques donations, de vastes superficies.

143Dans ces années 1220-1230 le nombre des consortes concerné avait manifestement atteint un seuil critique et le mode ancien d’exploitation des bois atteignait son point d’absurdité, du moins sur le plan de la seule efficacité économique, car il resterait à savoir ce que signifiait l’usage de ces incultes pour les modestes exploitants des biens des citadins à Carpenedo.

  • 208 Ibid., 5991 ; 19 décembre 1233.
  • 209 Ibid., 5989 (a. 1234), 6004, 6008 (a. 1235), 6012, 6015 (a. 1236), 6018 (a. 1237), 6023 (a. 1238), (...)

144A l’inverse l’action de San Giacomo relève, quant à elle, de la rationalité économique : à Carpenedo, au terme de cette série d’acquisitions de parts en indivis, l’hôpital fait procéder, dans le bois, à la délimitation d’une pièce d’un seul tenant de 65,5 campi208 ; face à lui les consortes restants se partagent ce qui apparaît bel et bien comme une peau de chagrin car, jusqu’en 1240, San Giacomo va continuer, à un rythme désormais beaucoup plus lent, sa politique d’acquisitions : la gestion collective des incultes de Carpenedo n’est donc plus qu’une structure en sursis209.

  • 210 On m’objectera que c’est l’hôpital San Giacomo, dans l’exemple cité, qui profite de ce remodelage : (...)
  • 211 Cette constatation est exportable : les mêmes remarques ont pu être faites pour Vicence où l’un des (...)

145Avec ce qu’il a de spécifique cet exemple des incultes de consortes à Monselice permet de mieux comprendre la quasi-disparition de nombreux espaces collectifs – communaux ou non – : dans le Padouan, à l’issue de la période d’essor qui va du Xe au début du xiiie siècle, les notables propriétaires ont fini par constituer une classe suffisamment nombreuse pour se trouver collectivement intéressée à un remodelage des structures de propriété au détriment des anciens équilibres où les incultes avaient leur part210. A Monselice et dans la campanea de Padoue ils agissent sur un terroir qu’ils dominent directement ; ailleurs ils s’imposent aux collectivités des communes rurales, de l’extérieur, ou en s’emparant des leviers de commande. Tout va donc dans le sens d’une transformation des structures de propriété entièrement à l’avantage, non de l’ensemble des milieux dirigeants, mais plutôt des notables citadins, moins dramatiquement endettés que les nobles châtelains alors engagés dans une spirale de rivalités guerrières, prêts au contraire, comme on l’a vu, à se faire leurs créanciers, et surtout dotés, en tant que propriétaires, d’un nouvel esprit de profit qui, lui aussi, les distingue de la plupart des seigneurs, encore englués dans la routine du droit coutumier211.

III–A LA CHARNIÈRE DE DEUX STRUCTURES : LE RÔLE DE L’USURE

  • 212 Dante, Inferno, XVII, 52-75 (éd. N. Sapegno, Florence, s.d., p. 192-194).
  • 213 «... e perchè se’ vivo anco,/ sappi che’l mio vicin Vitaliano sederà qui dal mio sinistro fianco » (...)

146Au cours de sa fameuse excursion de la Pâque 1300 Dante rencontre en Enfer, dans le 7e cercle, assis sous la pluie de flammes, une bourse pendant à leur cou, les usuriers, tous florentins sauf un qui est padouan et attend un compatriote destiné à occuper une place à côté de lui, libre pour l’heure : ce damné, dont la bourse porte l’image d’une grosse truie est, bien sûr, Reginaldo Scrovegni (dont le nom évoque la « scrova » – en dialecte, la truie)212 ; son « voisin Vitaliano », qui va bientôt le rejoindre, est, au dire de la plupart des commentateurs anciens, Vitaliano del Dente, de la vieille famille patricienne des Lemizzi213.

  • 214 J’y reviendrai plus loin, dans le chapitre sur le pouvoir en ville : on trouvera là un discours plu (...)
  • 215 Reginaldo, en attendant l’arrivée prévue de Vitaliano, est d’ailleurs agacé de sa solitude : « Con (...)
  • 216 On trouvera des remarques à ce sujet dans plusieurs articles de l’ouvrage collectif Dante e la cult (...)
  • 217 J. K. Hyde, Padua..., p. 181-190.

147Il ne m’importe pas pour l’instant d’en savoir davantage sur la personnalité de ces deux figures emblématiques214. Je voudrais avant tout faire remarquer que, rien n’étant jamais gratuit dans la Divine Comédie, il n’est pas indifférent que les seuls non florentins admis dans le « cercle » (c’est le cas de le dire), certainement très choisi, de la grande usure aux séjours infernaux soient deux padouans215. Bien sûr il y a chez Dante – et les exégètes n’ont pas manqué, encore récemment, de le faire remarquer – une attitude politique hostile à Padoue : ce gibelin est, contre la ville la plus résolument guelfe de la région, du parti de son protecteur Cangrande della Scala, le maître de Vérone. Les Padouans sont donc en Enfer, de préférence216. Mais il faut aller plus loin : l’usure est bel et bien une activité caractéristique de Padoue ; dans sa monographie sur la société padouane (« in the age of Dante », précisément !), J. K. Hyde en avait fait la remarque et avait bien montré comment ladite activité n’était pas réservée à un seul milieu mais, à la fin du Duecento, s’exerçait depuis les plus grands seigneurs d’alors (même les da Carrara avaient fini par s’y mettre) jusqu’à de modestes villageois ; ce qui n’empêchait pas l’existence de familles de « semi-professionnels », dont celles des Scrovegni et des del Dente, auxquelles son ouvrage consacrait quelques pages217.

  • 218 Ibid., p. 181.

148Hyde s’en tenait à une description et s’abstenait de tout schéma explicatif. Il associait pourtant, au passage, comme étant « les deux caractéristiques les plus persistantes du milieu citadin padouan », « le prêt d’argent et la propriété foncière »218. L’association même de ces deux constantes l’avait mis sur le seuil d’une compréhension intime des choses ; il s’y était arrêté.

149Voici ce qu’écrivait au siècle dernier quelqu’un qui n’a pas contemplé avec moins d’horreur que Dante « les eaux glacées du calcul égoïste » : « Dans les époques qui précèdent le mode de production capitaliste, le capital usuraire a deux formes caractéristiques... :

  1. l’usure pratiquée moyennant le prêt d’argent à des seigneurs prodigues, particulièrement des propriétaires fonciers ;

    • 219 K. Marx, Le Capital, livre III, dans l’édition de « la Pléiade » (éd. M. Rubel : K. Marx, Oeuvres. (...)

    l’usure par prêt d’argent à des petits producteurs qui sont propriétaires de leurs moyens de travail et dont font partie l’artisan, mais surtout le paysan... L’usure ruine les riches propriétaires fonciers et épuise les ressources des petits producteurs »219.

150L’endettement, commun aux da Carrara et à maintes communautés rurales, frappe en effet aux deux extrémités de l’échelle sociale : d’un côté les anciens seigneurs, de l’autre une masse croissante de paysans ; comme le rappelle le surnom de l’une des familles padouanes qu’elle a le plus notoirement enrichies (Mangiavillano), l’usure « mange le vilain ». On ne chicanera pas Marx sur le terme « propriétaire » qu’il emploie pour désigner le « petit producteur » paysan : de l’arimanno effectivement alleutier au tenancier de livello, les ruraux menacés par l’usurier sont les maîtres effectifs de leur outil de production ; le vocabulaire du Capital n’est pas juridique.

  • 220 Ibid., p. 1269. Cf. aussi p. 1283 : « conservatrice, elle ne fait que rendre (un mode de production (...)

151L’usure est donc un accélérateur de déclin. Son rôle est de « ruiner un mode de production » : elle ne le change pas, en effet, mais « tel un parasite elle y adhère et le rend misérable. Le vidant de son sang, elle lui enlève tout ressort et soumet la reproduction à des conditions de plus en plus pitoyables »220.

  • 221 Ibid., p. 1270.

152Le cas padouan se caractérise par une ambiguïté apparente : d’une part certains seigneurs réagissent en pressurant davantage les ruraux, mais on a vu que les tentatives de Praglia en ce sens se sont vite heurtées à des résistances et que leur efficacité n’a pu être que modérée ; la noblesse « indigène » laïque, plus dépensière pourtant, n’a pas ces réactions ; les da Carrara s’en tiennent avec leurs tenanciers aux contrats traditionnels, même dans les terres de bonification : ils illustrent parfaitement le cas de figure développé par Marx où le seigneur « finit par céder la place à l’usurier, qui devient lui-même propriétaire foncier... A l’ancien exploiteur, qui employait des méthodes plus ou moins patriarcales, parce qu’il visait surtout à des fins de domination politique, se substitue un parvenu dur et cupide. Mais le mode de production comme tel n’est pas changé »221. Les années autour de 1200 sont précisément le moment de la foire d’empoigne entre les châtelains détenteurs de pouvoirs « comtaux » pour ladite « domination politique », seule solution imaginée par eux aux difficultés qui frappent l’ensemble de leur milieu et qui est le premier grand accélérateur de crise. L’usure s’en trouve confortée dans son rôle.

  • 222 Dans la Storia di Vicenza (t. 2, p. 96), G. Cracco insiste lui aussi sur le rôle négatif des usurie (...)

153A l’inverse, moins directement engagés – pour l’instant ! – dans ce jeu de rivalités, les usuriers, aristocrates citadins et nouveaux riches mêlés, qui se partagent les dépouilles, agissent d’abord en propriétaires soucieux de profit : sans généraliser tout de suite (chose impossible) un système de précarisation des tenanciers par le contrat à court terme, ils commencent du moins à s’y essayer là où ils le peuvent et, de toute façon, durcissent l’exploitation. Quant au jeu politique, l’institution communale qu’ils incarnent leur procure une domination plus indirecte, différente dans sa nature de celle des seigneurs (non coutumière), et pour lors plus assurée, comme l’a montré l’exemple de l’action coercitive de la commune sur les paysans lors des grands travaux de Bagnoli. Bref, l’usure est un processus négatif et s’applique à la destruction d’un système, l’intensification de l’exploitation des ruraux est de son côté le prélude – en positif – à l’élaboration d’un nouvel état des choses, lequel s’annonce déjà par plus d’un signe (ainsi les contrats précaires ad laborandum) : la prolétarisation des ruraux, corollaire d’une rationalisation de la production agricole222.

  • 223 Tout le long du xive siècle l’endettement demeurera l’un des ressorts essentiels de la circulation (...)

154Si les processus doivent être distingués, les acteurs, par contre, sont les mêmes : il n’est que de penser aux citadins-créanciers défricheurs de Bagnoli. L’usure a été pour eux génératrice d’un capital immédiatement utilisé dans les bonifications. Une dernière constatation : l’usure n’est rendue historiquement nécessaire que lorsqu’un « mode de production » (pour demeurer dans le vocabulaire de Marx) entre en une agonie qui, au demeurant, peut être longue223. Cette agonie, à Padoue, est, sinon provoquée, du moins hâtée par la concurrence d’un système plus dynamique. La virulence de l’usure padouane n’est-elle pas structurellement liée au voisinage de Venise ?

  • 224 K. Marx, ibid., p. 1275. Il est tout aussi vrai d’écrire – comme l’a fait F.C. Lane – que les mêmes (...)
  • 225 Dans le testament du notable padouan Gerardino di Guglielmo di Ailo, en 1174, San Cipriano figure e (...)
  • 226 Cf. supra, p. 623.
  • 227 Cf. supra, 2e partie, surtout p. 468-472.

155Dès le xiie siècle Venise s’est dotée d’un « système moderne de crédit », né « de la nécessité, pour le commerce de gros, fondé sur le commerce maritime, de s’affranchir de la domination de l’usure »224. Il est significatif que les monastères vénitiens ne s’intègrent pas vraiment dans le schéma qui précède : ils ne figurent pas parmi les seigneurs en difficultés, par contre ils prêtent, çà et là225. Parfois ils utilisent les usuriers d’une manière que la documentation laisse percevoir, mais pas très clairement : à Bagnoli, les notables dont le déclin local des da Carrara a fait les vassaux de la Trinité de Brondolo sont chargés d’organiser un nouvel emprunt, lié sans doute à la bonification programmée du vaste marais dont le monastère est désormais le possesseur principal226. En outre, dans la mesure où ils sont, dans la basse plaine, le plus souvent des nouveaux venus (avec l’exception de San Zaccaria à Monselice), la force des liens coutumiers ne retient pas les Vénitiens dans leurs rapports fonciers avec les ruraux : on a vu qu’eux seuls (du moins parmi les seigneurs d’Église) sont parvenus à appesantir durablement l’exploitation de leurs tenanciers227. Ils passeront vite à une « vitesse supérieure » quand s’en présentera l’occasion après la chute d’Ezzelino ; on y reviendra.

  • 228 Il va de soi que les laïcs vénitiens mènent une politique analogue à celle des monastères : il est (...)

156C’est l’impact du voisinage de Venise sur l’économie de la Terre-Ferme qui fait d’elle le fossoyeur inconscient du féodalisme local228.

Notes

1 Avec un siècle d’avance, me semble-t-il, on décèle, en Italie du nord (et tout particulièrement du nord-est), certains au moins des ingrédients essentiels de la structure de crise analysée, à partir d’un exemple français, par Guy Bois dans son ouvrage Crise du féodalisme. Economie rurale et démographie en Normandie orientale du début du xive au milieu du xvie siècle, Paris, 1981.

2 S. Bortolami a, le premier, noté le caractère général de cette crise dans le Padouan et a donné une série d’exemples significatifs dans son article Fra « Alte Domus »..., p. 43-44.

3 Cf. infra p. 604.

4 C D P, 2/1, nos 5, 31, 32 ; no 10, a. 1105 : Alberto da Baone prête 1 500 livres à Ugo Orseolo, et reçoit en gage le domaine de ce dernier à Conche ; cela dit, il semble qu’il a en fait joué un rôle d’intermédiaire du monastère San Cipriano, à cette occasion (cf. nos 13, 14, 23 ; a. 1105, 1106).

5 Ibid., no 128, a. 1122 : Uguccione da Baone et sa mère Elica vendent ou, plus vraisemblablement, laissent en gage, pour 100 livres, à San Cipriano, leurs biens à Castel di Brenta (omnes res), le 3 août ; no 130 : le 19 novembre de la même année Elica et un autre de ses fils, Manfredo, font une autre vente simulée au même monastère, celle des deux tiers de leurs biens, cette fois pour 200 livres (l’illogisme qui frappe à rapprocher les deux prix de vente dénonce l’emprunt).
C D P, 2/2, no 1230, a. 1176 : Albertino cède en gage à l’évêque 6 manses à Calcinara ; no 1470, a. 1183 : Alberto, cousin du précédent, cède en gage au marquis d’Este le castrum de Baone et tous ses biens à Conselve pour la somme de 820 livres et 5 sous ; dans le même temps (no 1473) Bertolina, veuve d’Albertino, et deux de ses filles avec leurs époux, Marcio dei Maltraversi et Giacomino da Carrara, doivent 300 livres aux Morosini de Venise ; P. Sambin éd., Documenti inediti..., no 2, a. 1184 : Alberto emprunte 200 livres au monastère de Candiana et hypothèque ses biens de Calcinara, Candiana, Cona et Bovolenta, et le même document contient une allusion à un autre emprunt, fait par lui à ses vassaux.

6 Il faut avouer que le seul témoignage d’endettement d’un da Lozzo dont je dispose est sujet à caution ; il se trouve dans l’un des exemples de contrats transcrits par le notaire Corradino dans son formulaire. Un Giacomo, fils de feu Guido da Lozzo, est censé vendre à un certain Bernardino, pour 200 livres (toujours ces chiffres ronds qui laissent suspecter d’autres choses que de simples ventes), une parcelle bâtie, avec cour et jardin, dans Padoue (M. Roberti, Un formulario..., p. 56). Le document n’est pas daté : Guido da Lozzo est déjà mort en 1215 (à cette date, son épouse, Floreta, est veuve : cf. A S P, Corona, no 3147).

7 Cf. le tableau n. 19 p. 935.

8 Sur les da Celsano cf. supra, sur leur identité, leur déclin et son expression matrimoniale, p. 150, note 140. On admettra l’hypothèse qu’il s’agit d’une branche padouane d’une famille surtout installée dans le Vicentin.

9 Voici la liste des aliénations des biens de Roncaiette :
C D P, 2/1, no 123, a. 1122 : vente à un Contarini de 20 campi de terres arables du braidum domnicale de Gomberto, pour 150 livres ; P. Sambin, Nuovi..., no 25, a. 1167 : cession en gage de 4 campi, pour 12 livres ; C D P, 2/2, no 1131, a. 1173 : vente simulée de 22 campi à San Giorgio maggiore, pour 176 livres ; no 1178, a. 1175 : vente de 169,50 campi pour 1 356 livres, à San Giorgio maggiore ; 1190, a. 1175 : l’épouse du pseudo-vendeur du document no 1131 renonce à la terre non libérée du pignus ; 1196, a. 1175 : vente à San Giorgio maggiore de 76 campi ; L. Lanfranchi éd., S. Giorgio maggiore, t. 3, no 365, a. 1178 : Salico da Celsano vend au monastère, pour 1 306 livres, tous ses biens à Roncaiette, et il est précisé qu’une partie de cet argent devra servir à libérer la terre des vassalli de la famille ; ibid., nos 451-452, a. 1185 : le même Salico récupère un fief pour le vendre au monastère, au prix de 67 livres ; 583-584, a. 1196 : Guicemanno rappelle qu’il a vendu, 20 ans auparavant, tous ses biens de Roncaiette, avec les fiefs de ses vassaux, au monastère pour rembourser ses créanciers.

10 P. Sambin éd., Nuovi..., no 16, a. 1149 : 8 masaricie vendues à Sacco, ainsi que deux parcelles isolées, pour 260 livres, au monastère San Nicolo du Lido ; C D P, 2/2, no 1177, a. 1175 : un manse à Roncone, vendu à San Giorgio maggiore pour 109 livres ; A S P, Dipl., no 417, a. 1189 : cession d’un bien à Padoue en fief sans fidélité.

11 Cf. supra, p. 239.

12 Des exemples de dots, aristocratiques et bourgeoises, dans S. Bortolami, Fra « Alte Domus »..., p. 37-38.

13 Cf. supra, p. 141.

14 C D P, 2/1, no 311, a. 1136 : vente d’une masaricia de Pianiga, à San Cipriano de Venise, pour 31 livres ; 342, a. 1138 : vente d’un ensemble de biens à Pianiga et Caltana, au même monastère, pour 29,50 livres ; 346, a. 1138 : vente de tous ses biens à Caltana, par Erzo q. Ariberto da Vigonza, au monastère, pour 70 livres ; 376, a. 1140 : vente, au monastère, d’une masaricia de Pianiga, pour 45 livres ; 395, a. 1141 : cession au monastère, en livello à cens symbolique, d’un manse sis à Peraga (le prix du droit d’entrée est effacé) ; 402, a. 1142 : cession en gage au monastère d’un manse à Campo Cicerano, pour 10 livres ; 430, a. 1144 : cession en gage, au monastère, d’une dîme à Pianiga, pour 6 livres, et d’un manse à Campo Cicerano, pour 10 livres (est-ce un autre que le précédent, ou le même, réutilisé pour un contrat simulé ?).
La deuxième série commence en 1198 (A S V, San Cipriano, B 114, S 39) : vente de deux terres, l’une de 7 campi, l’autre d’un peu plus de 4, toujours au même monastère, pour un peu plus de 165 livres, à raison de 15 livres par campo ; A C P, Feuda canonicorum. nos 21, 22, 23, a. 1201, 1202, et sans date : mentions répétées de ventes faites auparavant, par les da Vigonza, de terres qu’ils tenaient en fief des chanoines de Padoue, lesquels les rachètent ; ibid., no 36, a. 1220 : mention de même nature ; A S V, San Cipriano, B 118, S 356, a. 1211 : vente d’une pecia terre sise à Trevisanelle, en fief sans fidélité, à San Biagio de Venise, pour 6 livres et 16 sous ; ibid., B 115, S 111, et B 114, S 54, a. 1233 : vente en fief sans fidélité à San Cipriano, pour 300 livres, de la dîme de 45 pièces de terre – d’une taille allant de un à 30 campi – à Pianiga ; B 114, S 53, a. 1233-1234 : vente d’un manse de Pianiga, avec sa dîme, pour 130 livres ; A C P, Feuda episcopi, no 107, a. 1233 : renonciation à un fief tenu de l’évêque, soit 6 manses et une posta molendini à Ca-selle, pour la modeste somme de 10 livres, ce qui sous-entend probablement que ces biens étaient déja aliénés.

15 Cf. supra, p. 342-343.

16 A S P, Dipl., no 1253. Ce Paganino est identifié comme un da Vigonza dans un document du 30 décembre 1233 (A S P, Corp. Soppr., San Bernardo, B. 1, no 47) où il figure parmi les témoins.

17 L’autre famille de capitanei installée en ville, les da Limena, a elle aussi connu des problèmes passagers, mais plus épisodiques, semble-t-il. En 1154, vente de tous les biens de Guglielmo et de sa femme à Costa (sans doute Costa Saracina, dans les Euganées) : C D P, 2/1, no 611 ; en 1178 Iacopino doit vendre une pièce de terre, à Piove, qui faisait partie de la dot de sa femme : ibid., 2/2, no 1294 ; ensuite, de même que pour les da Vigonza, il faut passer une génération pour voir, en 1210, Iacopino réunir sa curia vassallorum et lui demander des subsidia pro debitis : A C P, Feuda episcopi, I, no 49 (cf. aussi S. Bortolami, Fra « Alte Domus »..., p. 12, note 30) ; par contre, en 1227, Lovesino fait partie des créanciers de l’évêque (ibid., p. 42, note 163). Bref, une situation sans doute contrastée et, en tout cas, pas encore dramatique.

18 Cf. supra, note 5. On peut ajouter quelques mentions de ventes : C D P, 2/2, no 783, a. 1162 : Ugolino vend un braidus à Calcinara, pour 45 livres, au monastère San Cipriano ; P. Sambin éd., Nuovi..., no 24, a. 1164 : Albertino vend pour 100 sous la moitié de la dîme des ampla d’Arzercavalli.

19 E. Zorzi, Il territorio..., p. 120-128.

20 Cf. supra, note 5.

21 A S V, San Cipriano, B 109, R 732.

22 Ibid., San Giorgio maggiore, B. 81, Proc. 316, 1er novembre.

23 M. Roberti, Un formulario..., p. 60-62. S’agit-il d’un apocryphe ?

24 A C P, Villarum, 3 : Curtarolo, 1.

25 A Castagnetti, I conti..., p. 154.

26 Il y a avant tout l’émancipation des mineurs : elle lui revient encore en 1210 (ibid. et, plus particulièrement, note 627). Par contre en 1229 l’émancipation d’Aldevrandino, fils de Dominus Giovanni di Gerardaccio, de Monselice, se fait au palais communal de Padoue devant le juge Pietro di Meneghino (A S V, San Zaccaria, B 25, 9 novembre). Cependant, comme le remarque A. Castagnetti, d’autres droits publics, tel celui de s’approprier les biens des étrangers morts sans héritiers, la présidence des duels et quelques redevances symboliques, telles que la fourniture d’un pain par fournée de la part de chaque boulanger en ville et une redevance équivalente en vin de la part des taverniers, continuent à lui revenir jusqu’au delà de 1250 (A. Castagnetti, ibid. ; E. Zorzi, Il territorio..., p. 53-54).

27 A C P, Diversa, t. 1, no 104. Cf. mes remarques sur ce titre, supra, p. 220, note 404.

28 Statuti..., no 645, p. 213. Rappelons ici, au sujet cette liste, longtemps datée de 1225 en raison de sa place dans le recueil, qu’un premier regard critique a porté S. Bortolami à proposer une datation située entre 1236 et 1240, puis que S. Collodo, en fonction d’hypothèses qui inversent la signification du document, l’a daté de 1236. Je rappelle que, selon elle, il s’agit, non de « magnats » à combattre, mais au contraire de ceux des grands qui s’engagent à défendre la commune contre Ezzelino (S. Collodo, Il ceto dominante padovano, dal comune alla Signoria (secoli xii-xiv), dans Istituzioni, società..., p. 31-32). Il est clair que cette récente relecture va dans le sens des conclusions qu’implique l’insertion manifeste d’un personnage comme Schinella dans la vie communale, telle que je viens de la signaler.

29 A S P, Dipl., no 993, a. 1217 : Schinella vend, pour 50 livres (ce chiffre rond suggère un possible prêt dissimulé) un sedimen et 8 peciae à Pernumia. Totalement isolé, ce document n’a rien de vraiment probant, à l’inverse des deux suivants qui, eux, témoignent d’un bref moment de crise : en 1230 il emprunte 500 livres à un certain Bartolomeo « Madragola » (A C P, Diversa, t. 1, no 102) ; en 1232 il emprunte 160 livres à un notable padouan, Viviano di Teupo, dit « Piteponte » (ibid., no 104).

30 Dès 1184 le comte Manfredino et son frère Alberto Terzo engagent quelques manses à Arquà pour 100 livres, et il est explicitement prévu que les tenanciers paieront les redevances aux créanciers (E. Zorzi, Il territorio..., doc. 3, p. 270 ; cité par S. Bortolami, Fra « Alte Domus »..., p. 43 et note 167 ; le même Bortolami voit Alberto Terzo aliéner des fiefs à Arquà pour 140 livres en 1221 mais, si je ne m’abuse, il s’agit d’une sous-inféodation et la vente est donc le fait d’un vassal, et non le sien : cf. A S P, Dipl., nos 1104-1105). Puis en 1213 leur neveu, Alberto da Orgnano, vend un fief consistant en deux manses à Campocroce, pour 100 livres, et enfin, en 1219, le même personnage vend un bien non précisé, pour un prix qu’on ignore, à un notaire d’Arquà (A S P, Dipl., nos 917, 941 et 1058). Signalons d’autre part, par souci d’exhaustivité, qu’avant 1196 le comte avait payé à un autre seigneur, Amerigoto da Montagnone, 100 livres qu’il lui devait (A C P, Villarum, 1 : Arquà, 3) – cas banal et fréquent de ces avances de trésorerie dont les maisons nobles avaient un besoin quasi continuel –.

31 A S P, Dipl., no 924 ; cf. la liste publiée par S. Bortolami, dans Id., Fra « Alte Domus »..., p. 68-72.

32 Cf. supra, p. 157-158.

33 A C P, Villarum, 3 : Corte, 5. Le prix ne figure pas.

34 A. Rigon, Un abate e il suo monastero..., p. 56-57.

35 A C P, Diversa, t. 1, no 60.

36 A C P, ibid., t. 1, no 64, a. 1213 : il semble d’ailleurs que Forzatè ait réussi à s’acquitter envers Boneto d’une partie de sa dette, car l’année suivante le juge réitère son injonction de payer, mais cette fois 450 livres seulement, dont 250 pour la dot de sa sœur (cf. note suivante) ; il est vrai que le délai accordé en 1213 était censé prendre fin en avril 1214, or on est le 30 octobre (ibid., no 65) ; nos 69 (2 février 1214) et 67 (27 février).

37 A la date du 25 juin 1215, le vicedominus Forzatè se trouve inscrit, en raison de ses dettes, in libro forbannitorum : S. Bortolami, Fra « Alte Domus »..., p. 43, note 170.

38 A C P, Diversa, t. 1, no 70 : tout est vendu, avec le comitatus, preter vassallaticos civitatis Padue, silicet illorum qui in Padua habitant, et sauf les dîmes et le podere de Lova ; Persenda achète pour une valeur de 1 000 livres, et un groupe de Padouans – Giovanni di Omobono, Leonardo di Adelasia et Olderico di Sparando – pour 500 livres. En 1215 c’est l’évêque qui rachète l’ensemble des terres du territoire de Corte ayant appartenu à Gualperto ; or il paie 2 333 livres, 6 sous et 8 deniers à Persenda, et 666 livres, 19 sous et 4 deniers au groupe de notables. Manifestement l’opération s’était faite en deux ou plusieurs étapes l’année précédente (A C P, Episcopi, t. 2, no 134). On est d’ailleurs peu surpris de l’échec de la récupération par la famille : dès 1201 la même Persenda, et Richeldina, épouse d’un autre des Tanselgardini, Aleduce, avaient dû vendre des biens pour la considérable somme de 6 516 livres et 2 sous. Déjà il s’agissait, semble-t-il, de biens de Corte (mais le document n’est que la quittance donnée par les chanoines de Padoue, acquéreurs : A C P, Villarum, 3 : Corte, 4). Au demeurant il n’est pas impossible que Persenda ait agi, d’emblée, en accord avec l’évêque, dans une de ces opérations en deux temps qui sont fréquentes de la part des ecclésiastiques.

39 A S P, Dipl., nos 1253, 1258 et 1257.

40 J. K. Hyde, Padua..., p. 85 et 257-258. Au xve siècle Giovan Capodilista, auteur du De Viris illustribus familiae Tanselgardorum, Forzatè et Capitis Listae (dit aussi Codice Capodilista, M. Blason-Berton éd., Rome, 1972), rappelle comment Giovanni Forzatè, devenu évêque de Padoue après la chute d’Ezzelino, avait concédé à ses frères des fiefs à Arsego et en d’autres lieux ayant appartenu à ce-lui-ci (p. 79).

41 Cf. S. Bortolami, Fra « Alte Domus »..., p. 44 et 64-65. Le récit le plus complet de la vie – et de la légende – du personnage se trouve dans Giuseppe Gennari, Notizie di Iacopo da Sant’Andrea padovano, Padoue, 1831 ; il convient de le compléter, et parfois de le corriger, avec l’ouvrage cité ci-dessus ainsi que les suivants : R. Cessi, Iacopo da Sant’Andrea, auj. dans Id., Padova medioevale, t. 1, p. 71-80 ; l’article Iacopo da Sant’Andrea dans l’Enciclopedia Dantesca, t. 3, Rome, 1971, p. 347-348. On pourra consulter aussi Gina Fasoli, Veneti e Veneziani fra Dante e i primi commentatori, auj. dans Id., Scritti di storia medievale, Bologne, 1974, p. 813-820 (des remarques rapides, à dire vrai).

42 Gennari, Iacopo..., p. 12.

43 Ibid., p. 16 ; une même tradition folklorique se prête à des variantes à son sujet : après une chasse sous la pluie il aurait, faute d’autre moyen de se réchauffer, fait brûler la maison (à toit de paille) d’un de ses tenanciers pour ensuite le dédommager en lui donnant 10 campi de bien plus de valeur ; l’article de l’Enciclopedia Dantesca rappelle une folie plus néronienne : « l’aver bruciato una sua villa per vedere un grande incendio ».

44 R. Cessi, Iacopo..., p. 73-74 ; le document est édité aux p. 77-80.

45 A S V, Ss. Ilario..., t. I, Membranarum, a. 1211, 28 septembre : le monastère, ayant investi le juge Baratto de droits féodaux (sur 50 campi) que Iacopo revendiquait, lui cède en échange des biens à Porto, San Bruson et dans un secteur entre le Cornio et Noventa.

46 A S V, ibid., Liber XIV, c. 12 (1er mars) ; en outre, à un moment non précisé de cette même année, il lui restitue toutes les terres qu’il en avait eu en concession, sauf les villae de Porto et San Bruson : ibid., B. 21, mazzo VI, 4, c. 17.

47 Le récit de Gennari fait partir l’affaire de l’an 1212 : à cette date Iacopo, sans doute déjà sur la brèche, n’avait pas encore versé à l’évêque et au chapitre cathédral de Padoue une somme de 200 livres octroyée par le testament de Speronella ; le 27 juin 1212 il se serait engagé à les verser en 4 ans, Tiso étant à l’occasion son fidéjusseur (Gennari, Iacopo..., p. 14-15). Il faut croire que c’était là le début d’une série d’engagements plus substantiels de sa part puisque, en 1232, Tiso dépossède Iacopo de ses biens à Sant’Andrea, Ronchi di Reschigliano, Villanova, et de la « pieve » de San Prosdocimo (Dondi, Dissert. 7, no 73).

48 S. Bortolami, Fra « Alte Domus »..., p. 44, note 176, et p. 65, note 271.

49 H-Br., Hist. Dipl., t. 5/1, p. 122-123.

50 Gennari, ibid., p. 29-30 ; Enciclopedia Dantesca, t. 3, p. 348.

51 G. Cracco, Da comune di famiglie a città-satellite (1183-1311), dans Storia di Vicenza, t. 2, p. 73-138.

52 A S P, Corona, no 3619. Le même Marcio, un an plus tôt, avait vendu à Praglia un ensemble de biens sis à Luvigliano pour 1 300 livres (Ibid., Dipl., no 432).

53 Cf. par exemple A. Castagnetti, I conti..., p. 172

54 En l’occurrence Gerardo Maurisio, Cronaca ezzeliniana, trad. F. Fiorese, Vicence, 1986, p. 64-65. G. Cracco insiste avec raison sur cet aspect central de la question (Id., Da comune di famiglie..., cf. surtout p. 96).

55 E. Caliaro, Il prestito ad interesse a Vicenza tra xii e xiii secolo (1184-1222), dans « Studi storici Luigi Simeoni », 33, 1983, p. 104 et – surtout – p. 110. De façon générale les usuriers s’associent pour prêter aux nobles : c’est également un « consorzio » qui prête 2400 livres à Pietro da Celsano – ou Sossano – (p. 103).

56 S. Bortolami, Formazione, consistenza..., p. 30, col. 2.

57 G. Maurisio, Cronaca..., p. 11.

58 G. Gualdo, Contributo alla cronologia dei vescovi di Vicenza dal secolo vi a tutto il xii, dans « Rivista di storia della chiesa in Italia », 10, 1956, p. 31, note 70. Du coup le pape le priva du fief qu’il tenait de l’église vicentine : en 1202 il se rend vainement à Rome pour en obtenir la restitution (Id., La morte del vescovo di Vicenza Pistore (1184-1200), dans « Rivista »..., 14, 1960, p. 118, note 7.

59 G. Cracco, Da comune di famiglie..., p. 77-79.

60 A. Castagnetti insiste avec raison, dans son récit de la montée en puissance des da Romano, sur le fait que le passage des conflits locaux, citadins, à un embrasement général est provoqué par l’adhésion des da Romano à la faction véronaise des Monticoli, c’est-à-dire en fin de compte qu’il se produit quand les grands seigneurs périphériques – da Romano et Este en tête – donnent une unité de direction à ce qui, jusque-là, était dispersé en plusieurs foyers. Et il rappelle que le rédacteur anonyme des Annales Patavini situait le début des maux de la « Marca » en 1207, car alors se déchaînent les luttes de factions citadines (A. Castagnetti, I da Romano e la loro ascesa politica (1074-1207), dans N S Ezz, 1, p. 37).

61 Encore que le fameux récit, par Rolandino, de leur tentative de s’approprier la riche héritière Cecilia d’Abano, puis du viol commis par le prétendant évincé, Gerardo da Camposampiero, témoigne d’une frénésie assez comparable (cf. Rolandino, Cronica..., p. 15-17).

62 S. Bortolami, Fra « Alte Domus »..., p. 43 et note 171.

63 Ibid., notes 171 et 172.

64 Cf. infra, p. 731-732.

65 La bibliographie est non seulement riche mais précoce avec, toujours utile depuis le xviiie siècle, la Storia degli Ecelini de Verci. Je me contenterai ici de rappeler l’existence du « corpus » en 4 volumes constitué par les trois congrès publiés par l’Istituto storico italiano per il Medio Evo, « una quadrilogia ormai inscindibile », comme l’a écrit G. Cracco dans sa préface aux deux derniers de ces volumes (cf. N S Ezz., t. 1, p. xx).

66 A S P, Dipl. no 971. Sur les faits évoqués on consultera toujours L. A. Muratori, Delle Antichità estensi ed italiane, t. 1, Modène, 1717, p. 402-403. On peut à présent lui ajouter les articles suivants du DBI, t.43 : Aldobrandino d’Este, p. 300-301 ; Azzo VI d’Este, p. 320-322 ; Azzo VII d’Este, p. 322-324, par T. Dean.

67 A. Rigon, « Franchavilla Mercatorum »..., p. 25.

68 Cf. par exemple A S P, Dipl., no 732 : dès 1207 un notable du bourg véronais de Legnago, Dominus Amanino, se voit autorisé par un ensemble de notables padouans à toucher durant l’année en cours (usque ad novas fruges) les revenus d’un podere du marquis Bonifacio ; on n’a pas plus de précisions sur le bien concerné.

69 Ces problèmes demeureront, dans le cas des Este, au delà de la période ezzélinienne : encore en 1267 et 1269, Obizzo d’Este rembourse à Marco Badoer un emprunt de 15.000 livres (J. K. Hyde, Padua..., p. 234-235).

70 Pour l’évêque de Padoue comme pour tout prélat d’Italie du Nord une charge (fort heureusement d’une récurrence irrégulière) plus redoutable encore que celle de le recevoir (qu’on peut éviter) est celle d’accompagner le souverain dans ses descentes vers Rome pour le couronnement, avec tout le luxe que la chose implique : en 1228 le déjà désargenté évêque Giordano emprunte à cette fin 200 livres (Dondi, Dissert. 7, no 52).

71 C’est un homme du commun, Giovanni de Cabaldu, qui avance à l’évêque de quoi réparer la rocca de Pendice (S. Bortolami, Fra « Alte Domus »..., p. 30).

72 Dans son ouvrage de synthèse, L’économie rurale..., Duby consacre un chapitre à la rente seigneuriale (t. 2, p. 462-500) entre 1180 et 1330. Or il constate, en s’appuyant avant tout sur des exemples français, que, « après le milieu du xiie siècle, l’endettement (seigneurial) devient chronique » (p. 465). La chronologie est donc la même que dans le cas qui m’occupe. Mais il lie fortement le phénomène au fait qu’une rente en argent avait remplacé une bonne part des redevances fixes en nature » et que, « pour les seigneurs, le bénéfice de cette transformation se révélait vite illusoire, dans une période de hausse continue des prix » (p. 470-471). Il fournit quelques exemples dont l’un des plus frappants est le suivant : à la fin du xiiie siècle « le tenancier d’un manse mâconnais, dont on évaluait le rapport annuel à une vingtaine de livres, versait en redevance foncière dix sous par an à son seigneur ; autrement dit, il gardait par devers lui près de 98 % des profits » (p. 471). Cela dit, Duby fait, du passage aux cens en argent, plutôt une conséquence aggravante des premières manifestations que la cause première de crise des revenus seigneuriaux.

73 Cf. supra, p. 199-200.

74 A C P, Episcopi, t. 1, no 96 :...non alienabunt...suos vassallos nec vassallatica quos et que habebant. Dans le cas particulier de la fortune épiscopale les dîmes sont au même moment l’objet de convoitises constantes de la part d’une véritable meute de petits vassaux dans les zones de défrichement récent : en 1207 l’évêque intente un procès à un groupe de laïcs de Piove qui ont accaparé les dîmes d’ampla de ce lieu, prétendent les avoir en fief, mais reconnaissent ne pas être en mesure de le prouver (Ibid., no 79).

75 Le plus efficace de ces palliatifs aura été la limitation à la seule dot de la part des filles (cf. supra, p. 210-211).

76 Sur ce terme et ce qu’il signifie cf. supra, p. 237, note 474.

77 Cf. p. 214-215.

78 Cette opposition des destins entre familles nobles à plusieurs castra et familles nobles « monocastrales » a été mise en évidence par P. Cammarosano dans Id., La nobiltà del senese..., p. 236-237.

79 Il n’existe pas, à ma connaissance, de témoignage écrit de l’existence d’un castrum de Vigonza, mais le problème n’est pas là, et l’exemple vaut dans la mesure où la famille y trouve sa seule base de pouvoir.

80 Cf. leur arbre généalogique dans A. Castagnetti, I conti..., p. 189. Révélatrice à cet égard est, au demeurant, la comparaison avec celui des cousins Maltraversi (ibid., p. 188). Chez les comtes de Padoue on ne voit qu’une fois trois enfants mâles, du moins ayant survécu – les trois fils du comte Iacopo : Manfredino son successeur, Alberto terzo (II) et Giordanino –, les autres descendances se composant de deux fils ou d’un seul. Les problèmes des Maltraversi ne sont pas sans relations avec le fait que cinq fils avaient succédé à Uberto Maltraverso en 1138 (parmi lesquels Alberto, ancêtre de la lignée des da Lozzo).

81 Cf. la carte 15.

82 Il est malheureusement impossible de réaliser un arbre généalogique qui réunisse tous ces nombreux éléments : on a manifestement affaire à une pluralité de fratries contemporaines, mais on ne saurait aller plus loin. Les 4 fils de Naticherio sont, par ordre d’apparition dans la documentation, Pigolo (C D P, 2/1, no 222 : a. 1131), Enrico (no 376 : a. 1140), Cono (no 395 : a. 1141), Pietro (ibid., 2/2, no 714 : a.1159). Dans la même période c’est un Arderico qui est consul à Padoue (ibid., 2/1, no 409-410 : a. 1142) ; en 1147 il figure parmi les fidèles du défunt Giovanni Sicherio, gonfalonnier de l’évêque, aux côtés du déjà connu Pigolo, mais aussi de deux autres parents, Uberto et Alerio (no 493) : ni d’Arderico ni de ces deux derniers il n’est possible de connaître le degré de parenté avec les fils de Naticherio.

83 Cf. supra, p. 588.

84 C D P, 2/1, no 123.

85 Cf. supra, p. 593.

86 B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t. 3, nos 407, 408 et 409.

87 A C P, Diversa, nos 98-99 : a. 1229 ; 102 et 104 : a. 1230 et 1232.

88 Alberto da Baone, dans ses moments de difficultés guerrières, emprunte à son propre seigneur, le marquis d’Este, auquel il cède en gage le castrum de Baone, qu’il tient de lui (cf. supra, p. 589) ; la première fois que la famille avait engagé un bien, en 1122, c’était au monastère vénitien de San Cipriano (C D P, 2/1, nos 128 et 130) ; en 1176 elle s’était adressée à l’évêque (ibid., 2/2, no 1230). Manifestement, dans ce cas, la solution est suffisante.

89 Cf. supra, p. 595.

90 Si toutefois l’acte est authentique, car il se trouve dans le problématique formulaire de Corradino (M. Roberti, Un formulario..., p. 45 ; sur la profession de Spinello, cf. p. 63-64) ; du moins l’usurier, originaire de Noventa et installé à Padoue, est-il bien réel (A C P, Diversa, no 83 ; cf. aussi S. Bortolami, La città del santo..., p. 269).

91 P. Sambin éd., Documenti inediti..., nos 50, 53, 55-61, a. 1228 à 1235.

92 B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t. 3, no 492.

93 Du moins, là encore, si l’on peut se fier au formulaire de Corradino (p. 48).

94 Cf. S. Bortolami, Fra « Alte Domus »..., p. 44 et note 176.

95 A C P, Diversa, no 102.

96 Cf. S. Bortolami, intervention à la table-ronde dirigée par Paolo Giuriati et Paolo Marangon sur : S. Antonio di Padova tra storia e profezia, dans « Studia Patavina », 28, 1981, p. 578 et note 45 ; sur l’endettement de l’évêque cf. A C P, Episcopi, t. 1, no 107, et t. 2, nos 128, 157, 171, 201.

97 Au début du xiiie siècle les rentes annuelles de l’évêque de Vicence se montent à 10.000 livres et les intérêts de ses dettes à 120.000 ! Quant au chapitre cathédral, alors qu’il est peu touché à Padoue, il en arrive, à Vicence en 1219, à hypothéquer les livres liturgiques. L’évêque Uberto, aux abois face aux usuriers, est destitué en 1212 par un légat, et remplacé par un administrateur apostolique (G. Cracco, Da comune di famiglie..., p. 74-75).
A Trévise, Biscaro, dans un article ancien, voit les évêques commencer à dilapider leurs biens dès les années 1125-1130 en concédant des fiefs sur une vaste échelle. Il est en tout cas frappant de constater que la crise atteint son point culminant à la même époque que dans le Padouan, à savoir dans la deuxième décennie du xiiie siècle ; à ce moment-là l’évêque en arrive à vendre quantité de biens, et en 1214 Giordano Forzatè, prieur de San Benedetto de Padoue, et Iacopo, archidiacre de Padoue, sont chargés d’aider l’évêque Tiso à remettre de l’ordre dans ses affaires, en même temps qu’on lui interdit de contracter de nouvelles dettes. En fait les ventes vont continuer pendant encore des années (G. Biscaro, Le temporalità del vescovo di Treviso dal secolo ix al xiii, dans « A V », ser. 5, 18, 1936, p. 36-37 et 45-54).

98 La littérature historique sur le sujet est assez abondante : une première vision d’ensemble de la culture de cour à l’époque ezzélinienne, qui constitue une bonne introduction, se trouve dans l’article de M. Boni, Poesia e vita cortese nella Marca, dans S. Ezz., p. 162-188. Plus récente et copieuse, la synthèse de G. Folena, Tradizione e cultura trobadorica nelle corti e nelle città venete, dans Id., Culture e lingue nel Veneto medievale, Padoue, 1990, p. 1-137. A signaler enfin, un recueil collectif d’articles intitulé Il Medioevo nella Marca. Trovatori, giullari, letterati a Treviso nei secoli xiii e xiv, M. L. Meneghetti et F. Zambon éd., Trévise, 1991. Ces ouvrages fourniront au lecteur une bibliographie exaustive d’histoire littéraire.

99 G. Folena, « Beata Beatrix », dans Storia e cultura..., p. 390 ; auj. dans Id., Culture e lingue..., p. 148-149 ; mais aussi – et surtout – du même, Tradizione e cultura..., p. 29-58 (sur la cour des Este), p. 58-106 (sur celle des da Romano). Cf. aussi M. Boni, Poesia e vita cortese..., p. 163-164.

100 G. Folena, « Beata Beatrix », p. 391 (de la première édition).

101 Cf. supra, p. 600.

102 M. Boni, Poesia e vita cortese..., p. 165-182.

103 Cf. R. Delort, Le commerce des fourrures en Occident à la fin du Moyen Âge, Rome, 1978, t. 1, p. 323-324 : « Nous connaissons assez bien l’importance – considérable – des fourrures dans le monde musulman... Jusqu’à preuve du contraire, il est vraisemblable que c’est sous cette influence beaucoup plus qu’en vertu d’une très ancienne tradition germanique que l’Occident a vu apparaître sinon l’usage, du moins la mode des fourrures ».

104 Dès l’époque pré-communale, la plupart des nobles s’était fait construire des maisons fortes, soit à proximité du palais épiscopal, lieu de rencontre de tous, soit près des portes de la ville, où elles s’adossaient aux murailles. A Padoue comme ailleurs les privilèges de la citoyenneté n’étaient acordés qu’à qui habitait en ville une partie de l’année. Si l’on en croit les clauses auxquelles avait dû consentir le patriarche d’Aquilée lorsque, en 1221, il avait acquis la citoyenneté padouane, les autorités communales pouvaient s’avérer férocement exigeantes. Qu’on en juge : il avait dû promettre, d’une part d’acheter infra muros un terrain où faire édifier 12 palais (duodecim palacia), valant chacun 1 000 livres au moins, à raison de 4 par podestatie ; en temps de paix, 12 de ses milites, de melioribus et maioribus, séjourneraient à Padoue, et le chiffre se monterait à 50 en temps de guerre, 3 mois par an (Dondi, Dissert. 7, no 24). Il est vrai, cela dit, que le patriarche était un prince territorial alors considérable, et que la commune pouvait se permettre d’être d’autant plus exigeante qu’il était en guerre contre Trévise et que ses châtelains du Frioul s’étaient révoltés contre lui (ibid., p. XX). En général la construction d’un palais suffisait ! Encore en 1260, l’évêque de Feltre-Belluno, devenant citoyen de Padoue, n’en devait qu’un d’une valeur de 1 500 livres (J. K. Hyde, Padua..., p. 229). On voit donc bien à quel point ce qu’on voulait imposer au patriarche était exceptionnel.

105 Rolandino, Cronaca..., p. 24-26. Sur l’ensemble des événements, cf. R. Predelli, Documenti relativi alla guerra pel fatto del Castello d’Amore, dans « A V », 30, 1885, p. 421-447.

106 Cf. supra, p. 336.

107 C D P, 2/1, no 158.

108 Le plus remarquable dans cette entente est sa précocité. A Mantoue, par exemple, comme le montre une étude récente, c’est au début du xiiie siècle que les tours deviennent un élément significatif du paysage urbain et il faut attendre 1202 pour tomber sur un accord semblable à celui des Tadi et des Scintilla : Zambono di Oddone dei Mozzi conclut avec son oncle, Muto dei Mozzi, et avec Boso di Poltrone Poltroni, gendre de Muto, un accord sur l’usage et la défense de la tour dont il est propriétaire, dans un moment de lutte entre les fils de Poltrone, auxquels il est lié, et la famille des Callaresi. On utilise là aussi le terme de guerra (I. Lazzarini, Gerarchie sociali e spazi urbani a Mantova dal Comune alla Signoria gonzaghesca, Pise, 1994, p. 62-63).

109 R. Ciola éd., « De Generatione »..., p. 173.

110 Cf. supra, 1re partie, chap. 5.

111 S. Bortolami, Fra « Alte Domus »..., p. 59.

112 Sur le juge Rogato et sa famille, cf. supra, p. 377.

113 G. Rippe, « Feudum sine fidelitate »..., p. 227 : pro serviciis quos ei (Iacopo) fecerat. Sur le juge Beltrame et son appartenance à la famille des di Ordano, cf. infra, p. 738.

114 Cette utilisation du fief sans fidélité à fins clientélaires, non seulement a perduré au long du xiiie siècle, mais elle s’est même manifestée, au fil du temps, avec franchise, voire avec impudeur. A la fin du siècle des vassaux munis de tels fiefs par les Dalesmanini s’engagent explicitement, comme le remarque S. Collodo, « a gestire i negocia o facta del signore che li aveva investiti ». Deux documents publiés par elle, datés respectivement de 1281 et 1299, manifestent en effet une parfaite absence d’ambiguïté : dans le premier on mentionne les services que in futurum potuerunt prestare le vassal et ses descendants, et dans le second il est spécifié que le fief est consenti eo salvo quod idem Gerardus predicto domino Manfredo in suis propriis factis teneatur et debeat servire (S. Collodo, Magnati e clientela partigiana nel Duecento, dans Id., Una società in trasformazione..., p. 137, et doc. 4 et 5, p. 152-156).

115 Cf. supra, p. 450.

116 Cf. supra, p. 497.

117 E. Zorzi, Il territorio..., doc. 2, p. 260-266.

118 B. Lanfranchi-Strina ed, Ss. Trinità..., passim ; les documents des Archives épiscopales sont épars : on se reportera aux références que je donne en notes.

119 Encore que les usuriers ne se recrutent pas exclusivement dans le populus, on le verra.

120 Il s’agit du document déjà souvent cité de l’édition de B. Lanfranchi-Strina, Ss. Trinità..., t. 2, no 2.

121 Ibid., nos 145-146, a. 1165.

122 Ibid., no 53.

123 N° 145 ; t. 3, no 388.

124 En 1202 c’est Bagnolo domini Marsilii (no 360), puis en 1206 c’est Bagnolo domini Uguccione (no 397) ; puis, après le rachat par Palma da Baone, il deviendra Bagnolo domine Palme (cf. par exemple au no 430, a. 1211).

125 Première mention du castrum en 1204 (no 374) : dans le document de 1211, cité en note précédente, outre l’indication du lieu, on a la précision : in turre castri.

126 N°360, a. 1202 ; en 1215 (no 489) l’identification est explicitée : Bagnolo de subtus, seu Bagnolo abbatis.

127 A l’issue du procès de 1206 (cf. note 124) Uguccio reconnaît que, à Bagnoli di sotto, il n’a de droits que sur ses propres villani, et à caractère purement foncier, les dits villani relevant du districtus abbatial ; cf. aussi, sur ce problème, supra, p. 496.

128 T. 2, no 183 : le prix, qui se monte à la somme toute ronde de 300 livres, sent son prêt dissimulé.

129 Ibid., t. 3, no 360.

130 Ibid., t. 2, nos 285, 286, 287 (a. 1193), 290, 291 (a. 1194), 295 (a. 1195).

131 Cf., sur la vente aux enchères des biens de Bagnoli, un petit dossier : t. 3, les nos 402 à 408.

132 Entre 1208 et 1213 on voit à plusieurs reprises Palma inféoder des vassaux (cf. les nos 420, a. 1209 ; 430, 433, a. 1211). Dès 1213 on ne voit plus agir à Bagnoli que Iacopo et son frère Albertino, le plus souvent ensemble (cf. par exemple les nos 452, a. 1213 ; 463, 464, 465, etc., a. 1214). Des tantes, sœurs de Palma et Marietta, conservent, en vertu du testament de Palma, des droits sur une portion de Bagnoli : en 1217, après la vente de la seigneurie au monastère de Brondolo, les pourtant désargentés Iacopo et Albertino devront promettre à Sofia la somme de 415 livres pour qu’elle y renonce (no 562).

133 N° 489 ; des investitures d’anciens vassaux des da Carrara aux nos 498 (a. 1215), 524 et 547 (a. 1216), 637 (a. 1222), etc.

134 Deux cas explicites en 1214 : nos 465 et 469.

135 Cf. les tableaux n. 20-22 p. 936-942 : aliénations de biens à Bagnoli ; listes de créanciers et de fidéjusseurs. Il va sans dire que l’absence de mention du paiement d’une somme d’argent dans une grosse minorité de ces inféodations ne signifie pas qu’elles aient été gratuites !

136 Au début seulement : en 1188 (ibid., t. 2, no 250) et 1203 (t. 3, no 369).

137 Les prix s’échelonnent de 9 livres (pour la plus ancienne) à une centaine, et se situent dans l’ensemble entre 20 et 80.

138 Cf., entre autres : no 371 : le sartor Iacopino Bocca achète 11 campi dont il se fait investir ad feudum cum alio suo feudo..., uni fidelitati (sic) et uno servicio cum alio suo feudo ; no 386 : le notaire Onestino, après avoir acheté un fief de 40 campi en 1203 (no 370) y ajoute, toujours par achat, 5 campi ad feudum... ut abeat cum alio suo feudo, et ab eodem servicio ; etc.

139 Le sartor Bocca, en 1216, est témoin d’une discussion, au palais épiscopal, entre l’évêque et un représentant du monastère (no 532) ; en 1210 il l’avait été d’un acte de Palma da Baone (no 424) ; est-ce la même personne qu’un Giacomino « Boca » qui se dit negociator en 1228, et est créancier de l’évêque (Dondi, Dissert. 7, no 52) ?

140 Sur cette famille cf. infra, chap. 2, II. En 1209 Giacomo da Carrara autorise Guglielmo di Mangiavillano, son vassal, à procéder à un échange de terres à Bagnoli (no 421).

141 L’identité du personnage du document no 395 n’est pas absolument prouvée : on n’a que le prénom, Enginolfo. Mais une petite série de documents montre un Bocca di Bue, fils d’Enginolfo, Giovanni, dans l’entourage des da Carrara, témoin d’actes qui concernent Bagnoli (nos 445, a. 1213 ; 463, 470 et 475, (a. 1214).

142 C D P, 2/1, no 324.

143 E. Malipiero-Ucropina éd., Ss. Secondo..., no 67.

144 Nos 378 et 379, 380, 381. On retrouve Torengo en 1214 (nos 466 et 470).

145 N° 472, a. 1214.

146 Cf. l’appendice prosopographique en fin de volume.

147 Il est vrai qu’une telle mention, de la part d’un des membres de l’aristocratie citadine la plus distinguée, est alors hautement significative, car en 1213 la commune fait la guerre au marquis Aldobrando ; elle prend donc une allure de désaccord affirmé avec la politique alors menée par ses concitoyens.

148 Tableaux n. 21 et 22 p. 938-942.

149 Cf. le tableau 21, p. 939 (nos 504 et 508).

150 De même, dans le document no 504, si l’un des deux associés de Guglielmo est Giacomino Morro, d’une famille de changeurs, récente elle aussi (cf. S. Bortolami, Fra « Alte Domus »..., p. 39-40 : l’auteur le considère même comme l’un des nouveaux riches les plus emblématiques), le second est Oliverio di Pietrobono, des Guarnerini, vieille famille de l’aristocratie urbaine.

151 N° 445.

152 A C P, Diversa, 1, no 25, a. 1203 : Tardivello di Domenico. A dire vrai Sante Bortolami en fait un immigré, venu à Padoue de son village, mais rien ne le prouve : il se déclare « d’Abano », et non point, comme c’est en général le cas, qui fuit de... (S. Bortolami, Per Abano medioevale..., p. 160). Ibid., no 35, a. 1206 : Bonello et Uberto di Clariana.

153 Les 16 membres de l’aristocratie dirigeante qui s’ajoutent au petit nombre déjà considéré sont les suivants, par ordre d’entrée en scène :

  1. Leonardo, fils du juge Albrigeto : c’est un « di Arsalone » ; dès les années 1160 on rencontre un juge Absalon (ou Arsalone) et un juge Albrigeto, qui sont parents. Je renvoie le lecteur, pour ce qui est de ce groupe familial comme de tous ceux qui vont être repérés à la suite, à l’appendice prosopographique de fin de volume.

  2. Enrigeto di Pietro Toco : en 1227 un Pietro Toco sera juge.

  3. Tommaso, fils du juge Zamboneto : ce dernier était lui-même fils d’un juge, Gosberto, connu en 1189 ; si l’on n’est pas abusé par une homonymie il s’agit de la famille des Capodivacca (cf. à cette rubrique), qui connaîtra son apogée dans la deuxième moitié du siècle.

  4. Oliverio di Pietrobono : les « di Pietrobono » prendront dans les années 1230 le patronyme de Guarnerini (cf. à cette rubrique) ; dès 1163 on rencontre un juge Pietrobono.

  5. Zilio di Vainanzo : dès les années 1080 l’un de ses ancêtres, Allo, était iurisprudens.

  6. Alberto di Rufo : son identification pose problème ; peut-être s’agit-il d’une branche des Tanselgardini ;

  7. Rogato, juge : un probable parent, du même nom, a été consul en 1182 ;

  8. Spinabello, juge : le personnage lui-même apparaît souvent, mais je ne sais rien de sa famille.

  9. Giovanni di Aldigerio : le père est un juge connu dès 1185 (cf., par conséquent, la rubrique Aldigerio).

  10. Pietro di Calderia, juge : on ne sait rien d’autre de lui.

  11. Albrigeto di Canavola : selon le Liber regiminum, un Ugo dei Canavoli avait été consul en 1176.

  12. Pietro di Flabiano : la famille est ancienne ; on la voit liée aux di Zopello dès 1172.

  13. Gombertino di Baligante : la famille n’est pas très connue, mais ce personnage précis sera estimé assez dangereux pour être exilé avec d’autres notables du parti des Este en 1239.

  14. Tommaso dei Gizi : l’une des familles les mieux connues de l’aristocratie consulaire.

  15. Patavino, juge : le prénom est trop commun pour permettre les hypothèses.

  16. Lovesino : il peut s’agir d’un da Limena, un Lovesino da Limena et ses fils étant connus au début du xiiie siècle.

154 S. Bortolami qualifie de « nouveau riche » (en français dans le texte) Giacomino Morro (ou Murro), et de « parvenu » (également en français dans le texte), avec quelques autres, Bartolomeo di Egidio (dont Ziliolo est le diminutif) Macaruffo (S. Bortolami, Fra « Alte Domus »..., p. 39-40, et p. 35). Cf. aussi l’appendice prosopographique.

155 Cf. le tableau 21.

156 Cf. le tableau 22.

157 Dans le document no 506 Caroti des Gnanfi doit sa part à Gombertino di Baligante. Giovanni Zopello et deux associés reçoivent la leur au nom d’un groupe plus important (de 11 personnes), qui lui-même la doit aussi à Gombertino di Baligante, lequel avait sans doute racheté la créance de Pietro di Flabiano. De même, au no 503, Giovanni di Aldigerio et deux associés doivent l’argent reçu au même groupe de 11 personnes, qui à son tour le doit à Pietro di Flabiano.

158 N° 515 ; une opération du même genre également au no 508.

159 Nos 403 (la nomination des deux venditores, qui prêtent serment) et 407 (la vente aux enchères).

160 N° 407 : Que plubice debeant fieri... ad voluntatem Henrigeti de Pietro Toco... per illos homines quos ordinaverit.

161 N° 451 (a. 1213) : les deux hommes ont jugé que publica de palude Maiori bene placebat. et utilis videbatur esse ; sur Pietro di Calderia créancier, cf. no 502 (a. 1215) ; sur les Tadi vassaux des da Carrara, cf. C D P, 2/1, no 117, a.1120.

162 Cf. supra, p. 523-524.

163 Par contre on comprend l’opposition résolue des Este, qui aboutit à la guerre de 1213 (que, d’ailleurs, ils perdent) : ils sont en effet les seuls, dans le contado padouan, à disposer non seulement d’une vaste seigneurie qui englobe tout le sud-ouest, mais à avoir des possibilités d’action à si vaste échelle qu’ils ont moins que d’autres besoin de l’aide du pouvoir communal padouan.

164 Cf. supra, p. 526.

165 S. Bortolami, Fra « Alte Domus »..., p. 43, et note 168.

166 Cf. supra, p. 539.

167 Cf. supra, p. 539-540.

168 Statuti..., no 700, p. 233-234.

169 Il s’agit là d’une attitude bien sûr assez générale, dans son esprit, de la part des communes urbaines : dans le Liber consuetudinum de Milan, daté de 1216, l’article 14 traite de la vente des terres communales (vicinalia) : il y faut le consensus dominorum et viciniorum. En outre, le dominus loci devra, en cas de division, recevoir ou la moitié de la terre ou la moitié de son prix (Gianluigi Bar-ni, « Cives » e rustici a Milano alla fine del xii secolo secondo il Liber consuetudinum Mediolani, dans la « Rivista storica italiana », 69, 1957, p. 57-58). Bien souvent ce dominus n’est autre qu’un des membres de la classe dirigeante urbaine (Id., ibid., p. 39).

170 C D P, 2/1, no 239 : Fossa de Sabluncello non debet cavari ab episcopo neque a domina Elica.

171 Dans les années 1140, semble-t-il (on connaît l’affaire par les souvenirs d’un témoin, lors d’un procès daté de 1172), dans la campagna du lieu-dit Albarello, sur le territoire de Scandalò di Legnaro, les consortes du lieu se sont violemment opposés à l’abbé de Santa Giustina de Padoue. L’origine est la même qu’à Tombiole : le témoin raconte comment il a vu, plus de 30 ans auparavant, fossatum factum per abbatem Benzo inter campaniam Albarelli et clausuras Lignarii. La réaction avait été vive : Consortes de Scandolado destruxerunt et plantones inciderunt (on le voit : l’isolement de la terre monastique avait été complété par la plantation d’une haie ; on retrouvera cette manière de faire). Un compromis avait été trouvé, qui semble avoir cependant joué plutôt en faveur de l’abbé : Demum idem abbas fuit cum consortibus in curte Sancti Laurencii et ibi refutavit campaniam Albarelli consortibus extra fossatum et consortes refutaverunt quod intus erat (C D P, 2/2, no 1092).

172 A C P, Diversa, t. 1, no 28, 32, 29, 31 ; Villarum, t. 3, Corte, no 6.

173 «...per vim, cum armis et cum confalone ;...herbam devastaverunt et fossata attraversaverunt ;...illi iverant cum confalone et destruxerant omnia... ; etc. Un premier fossé avait été creusé 15 ans auparavant, puis repris il y avait 4 ans et, de nouveau, en mars 1204. L’hostilité des gens de Corte était si manifeste que, cette année-là, le gastald de Palma da Baone avait dû faire venir des hommes de Padoue pour faucher le pré (témoignage de Zilio, de Boion, 2e témoin du document de l’ACP, Villarum).

174 Un témoin vidit pasculare homines Curtis, Campilongi et Bulionis in ter-ram litis pro suis comunibus a quinquaginta annis usque huc in pace ; non est, sed fuit, déclare laconiquement un autre (A C P, Villarum, cf. note 172).

175 A C P, Diverse, no 50.

176 B. Lanfranchi-Strina éd., Ss Trinità..., t. 3, no 360 :...cum capulo et pas culo et... cum warda.

177 Ibid., no 499 : ils ont coupé blavas, arbores et salices.

178 Ibid., no 501, 522, 536, 621, 622, 639.

179 A S V, C D Lanfranchi, 25 avril 1188 ; A S P, Dipl., no 936 et 958.

180 A S P, Dipl., no 989.

181 Un exemple parmi d’autres : en 1157 un document mentionne la mise en culture d’une terre communale de Piove par Guglielmo di Compagno (C D P, 2/2, no 675) ; il s’agit d’une famille consulaire padouane (ibid., no 339, a. 1138), vassale de l’évêque (le document de 1157 concerne un procès avec ce dernier, précisément au sujet de fiefs).

182 A S P, Dipl. no 547, a. 1199 : le sindicus et procurator comunis (de Codevigo), pro comuni Saci, promet à un groupe de consortes représentés par Enrigino de leur assigner autant de terra comunis qu’en ont reçu les autres vicini ; et cela manifestement au prorata de la fortune de chacun, car Enrigino reçoit, quant à lui, en attendant, un gage estimé à 50 livres.

183 A S P, Dipl., no 671.

184 A S P, Dipl, no 805, 806 et 824.

185 Bien entendu il s’agit d’une situation générale et banale : des groupes de petits exploitants en difficulté, installés sur des terres communales défrichées, les vendent à l’enfant du pays qui a, depuis longtemps ou non, « réussi » et s’est transféré en ville : ainsi, en 1208, un groupe de gens de Pernumia vend le droit utile sur une terre que l’acheteur, originaire du lieu mais vivant à Padoue, s’engage du moins à tenir de la commune de Pernumia eodem pacto et eadem condicione... quod alii homines Pernumie (A S P, Corona, no 39 – 29c –).

186 En 1132 l’église San Marco de Venise (par ailleurs peu présente dans le Padouan avant la conquête) achète à un couple de Melara deux parcelles de terre arable pour lesquelles il lui faudra payer un loyer de 6 deniers aux vicinis vel comuno ipsius terre de Sacco (C D P, 2/1, no 232) ; en 1137 des représentants des Saccensi cèdent à San Giorgio maggiore une terra communis iuris viciniorum Saccensium, assortie d’un loyer un peu plus consistant – 28 deniers – mais qui est aussitôt remis au monastère (L. Lanfranchi éd., San Giorgio maggiore..., t. 2, no 185).

187 Quelques exemples : en 1154 et 1156 les marisi de Melara et Rosara vendent des terres (de communio ; del comuno) à San Giorgio (ibid., no265 et 272) ; ils récidivent en 1171 (t. 3, no 331) et en 1188 (no 492-493). En 1175 le monastère de la Trinité de Brondolo acquiert un tiers de la part des vicini de Codevigo sur une pecia de terra pradaliva, moyennant un loyer d’un denier à la commune (B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., no 357). Etc.

188 En 1204 les communes de Corte, Boion et Campolongo maggiore vendent des biens, salvo iure... warde super illam terram, à Gualperto di Tanselgardino (A C P, Villarum, t. 3 : Corte, no 5).

189 En 1210 les socii de Campagna (aujourd’hui Campagna Lupia) autorisent leur maricus à vendre un bois communal à l’évêque (A C P, Episcopi, t. 1, non numéroté).

190 En 1192 le monastère, propriétaire, à Valsanzibio, d’un pré qui se trouve entouré sur 3 côtés de terres de la commune (undique vero habebat comune ipse ville preter ab uno latere), oblige le livellario auquel il le concède à l’entourer d’un fossé (fossadare). Il s’agit manifestement d’une acquisition récente (A S P, Corona, no 3620). En 1211 la commune de Tramonte lui vend ses droits sur un bois (avec les 2/3 des amendes) du Monte Cengiari ; en 1212, devenu seul maître, il y distribue des peciae en livello (A S P, Praglia, no 846, et 849-853, 857).
En 1218 la commune de Valle San Giorgio cède, en livello à loyer symbolique (2 deniers), une part de son nemus in Monte Salarola au monastère de ce lieu.

191 A S P, Dipl., no 924.

192 Le 16 décembre 1203 les vicini de Rosara nomment 3 procuratores pour payer les dettes de la commune, en levant une dathia qu’ils répartissent, et éventuellement en vendant des terres (A S V, San Giorgio maggiore, B. 91, Proc. 372) ; le 15 mars 1204 ceux de Melara en font autant (avec cette fois 2 procuratores seulement (ibid.) ; le 10 avril, à Padoue, l’advocatus Ugolino autorise les 2 communes à vendre à Pietro Ziani, représenté par le moine Paolo, une terre sise à Rosara (ibid.) ; le 20 juin le bien vendu est remis à son acheteur (ibid., Proc. 376). Il faut noter au passage que le 18 mai, à Padoue, Vicedomino dei Tadi a renoncé à tout droit en faveur de Ziani ; il était donc là, sans doute, un vicinus de plus de conséquence que les autres (ibid., Proc. 372).
La famille Ziani, son évolution, ses pouvoirs et ses biens sont désormais bien connus grâce à la récente monographie due à Irmgard Fees, Reichtum und Macht im mittelalterlichenVenedig. Die Familie Ziani, Tübingen, 1988. Particulièrement utiles à mon propos sont, d’une part l’appendice de régestes de 406 documents qui couvre la période allant de 1079 à 1351 (les 2 premiers cités dans cette note ne s’y trouvent pas, les 3 derniers – qui seuls concernent directement les Ziani – sont résumés aux no 222 à 224, p. 353-354), d’autre part, dans le chapitre III, consacré au patrimoine de la famille, tout ce qui concerne les investissements sur la terre-ferme (p. 176-193, avec une carte p. 177). Etroitement liée, dans le Padouan, à San Giorgio maggiore, elle est propriétaire à Sacco avant tout (non seulement à Rosara – Melara, mais aussi à Vallonga et Codevigo) et, avant le monastère, à Vigodarzere. C’est ainsi que, à Melara, en 1261, San Giorgio maggiore héritera de Marco Ziani 3 manses et un ensemble de terres totalisant environ 120 campi (I. Fees, Reichtum..., doct. 333, p. 421-425).
On trouvera un compte-rendu de l’ouvrage d’Irmgard Fees, assorti d’un certain nombre de critiques sur les schémas interprétatifs de l’auteur, dans G. Cracco, La famiglia Ziani di Venezia. Alcune considerazioni su una recente pubblicazione, dans « Quellen und Forschungen »...., t. 69, 1989, p. 394-398.

193 A S V, C D Lanfranchi : 25 avril 1188.

194 A S V, San Nicolo’ del Lido, Proc. 93 : affitti antichi, Piove : 27 février 1201. Parmi les procuratores de la commune l’un des petits vassaux de colmelli de l’évêque, un di Danisio (cf. supra, p. 229).

195 Dondi, Diss. 6, no 174 : la commune de Corte vend un mansus illius communis à un notaire pour lui rembourser 40 livres.

196 Le document est édité dans l’article de Tiziana Pesenti-Marangon, Università, giudici..., p. 54 et 55.

197 Cf. 2e partie, chap. 1.

198 Cf. supra, p. 384.

199 C D P, 2/2, no 853.

200 Ibid., no 864.

201 Outre le document 853, les 889 (a. 1166), 943 et 944 (a. 1168), et 974 (a. 1169 : dans ce dernier cas il ne s’agit plus d’une terre de Savellone mais d’une autre, plus lointaine, près du monte d’Ispida, non marécageuse). Encore en 1173, on voit l’un des vendeurs, Frugerio, agissant seul pour la commune, vendre une terre de Savellone (no 1119).

202 Un Oliverius clericus en 1168 (no 922 et 944) ; en 1173 (no 1119) un notaire, Uberto, parmi les confronts de l’acquéreur ; etc.

203 Cf. par exemple les no 889, 974, 1337 et 1338 (a. 1179), 1474 (a. 1183).

204 Sur les Benincasa, cf. l’index de l’ouvrage d’A. Rigon, San Giacomo....

205 A. Vat, Fondo veneto, S. Giacomo, 5974 A.

206 Entre le 10 février et le 13 septembre 1225, plus d’une douzaine d’acquisitions (A V, ibid., 5933, 5934, 5935, 5936, 5937) ; de janvier 1231 à décembre 1232 : cf. tableau n. 23 p. 943.

207 Ibid., 5934 et 5937.

208 Ibid., 5991 ; 19 décembre 1233.

209 Ibid., 5989 (a. 1234), 6004, 6008 (a. 1235), 6012, 6015 (a. 1236), 6018 (a. 1237), 6023 (a. 1238), 6038 (a. 1240).

210 On m’objectera que c’est l’hôpital San Giacomo, dans l’exemple cité, qui profite de ce remodelage : mais il s’agit d’une création – voire d’une créature – de ces notables ; leurs filles y deviennent nonnes.

211 Cette constatation est exportable : les mêmes remarques ont pu être faites pour Vicence où l’un des groupes de créanciers les plus constants de la haute noblesse est une fratrie de juges, Pellegrino et Ugolino (E. Caliaro, Il prestito..., p. 105 et 120, note 129).

212 Dante, Inferno, XVII, 52-75 (éd. N. Sapegno, Florence, s.d., p. 192-194).

213 «... e perchè se’ vivo anco,/ sappi che’l mio vicin Vitaliano sederà qui dal mio sinistro fianco » (Ibid., p. 193, 67-69). Sur la famille Lemizzi, je rappelle qu’on dispose désormais de l’étude de Bortolami, Famiglia e parentela... : sur Vitaliano del Dente, cf. p. 120-121.

214 J’y reviendrai plus loin, dans le chapitre sur le pouvoir en ville : on trouvera là un discours plus concret sur les usuriers comme milieu social.

215 Reginaldo, en attendant l’arrivée prévue de Vitaliano, est d’ailleurs agacé de sa solitude : « Con questi fiorentin son padovano : / spesse fiate m’intronan li orecchi »... (Ibid., p. 193, 70-71).

216 On trouvera des remarques à ce sujet dans plusieurs articles de l’ouvrage collectif Dante e la cultura veneta. Atti del convegno di studi, éd. V. Branca et G. Padoan, Florence, 1966 ; cf. surtout les interventions de G. Arnaldi, La Marca trevigiana « prima che Federigo avesse briga » e dopo, p. 29-37, et Ezio Raimondi, Dante e il mondo ezzeliniano, surtout p. 56 sq. ; selon ce dernier la position de Dante « si rivela non solo anti-estense ma anche, e in modo tanto più sottile, antipadovana », et la présence en Enfer des usuriers padouans, entre autres, en est pour lui un signe. L’article a été réédité dans Id., Metafora e storia. Studi su Dante e Petrarca, Turin, 1970, p. 123-146, sous le titre « L’àquila e il fuoco di Ezzelino ».

217 J. K. Hyde, Padua..., p. 181-190.

218 Ibid., p. 181.

219 K. Marx, Le Capital, livre III, dans l’édition de « la Pléiade » (éd. M. Rubel : K. Marx, Oeuvres. Economie, II, p. 1267). Cf. aussi p. 1268, note « a » :... « l’usure qui pressure les petits propriétaires pauvres va de pair avec celle qui pressure les riches propriétaires fonciers ».

220 Ibid., p. 1269. Cf. aussi p. 1283 : « conservatrice, elle ne fait que rendre (un mode de production) plus misérable encore ».

221 Ibid., p. 1270.

222 Dans la Storia di Vicenza (t. 2, p. 96), G. Cracco insiste lui aussi sur le rôle négatif des usuriers en tant qu’accélérateurs de la crise du vieux féodalisme et que facteurs d’appauvrissement des franges les plus fragiles de la paysannerie. Mais il en reste là et ne considère pas le capital usuraire comme capable d’engendrer un capital productif.

223 Tout le long du xive siècle l’endettement demeurera l’un des ressorts essentiels de la circulation des biens-fonds, signe d’une maladie de langueur demeurée chronique, comme l’a bien montré Silvana Collodo : « a dispetto dell’intensità del movimento fondiario, non sembra che si fosse affermato un ampio mercato della terra in senso proprio, poiché gran parte dei passaggi di proprietà era forzata dall’indebitamento ». Il est clair que la conjoncture de crise qui caractérise le Trecento ne pouvait que donner une virulence accrue à l’activité usuraire ; mais certains archaïsmes mentaux avaient aussi leur part, selon cet auteur qui parle d’une « realtà economica contradittoria nella quale l’espansione del credito si scontrava con la difesa della terra, concepita come valore sociale, oltre che base produttiva primaria » (S. Collodo, Credito, movimento della proprietà fondiaria e selezione sociale, dans Id., Una società in trasformazione..., p. 253).

224 K. Marx, ibid., p. 1275. Il est tout aussi vrai d’écrire – comme l’a fait F.C. Lane – que les mêmes qui, ailleurs, auraient pratiqué l’usure, y ont investi dans le commerce, susceptible de rentrées infiniment plus profitables (F. C. Lane, Investment and usury, dans Id., Venice and History, Baltimore, 1966, p. 56-68). A l’inverse, comme le remarquait d’ailleurs J. K. Hyde, Padoue se caractérise par « the extreme rarity of commercial loans » : durant tout le xiiie siècle pas une seule référence à une « commenda » ni à un contrat de change ; le rayon d’action des manieurs d’argent padouans est strictement local (J. K. Hyde, Padua..., p. 40-41).

225 Dans le testament du notable padouan Gerardino di Guglielmo di Ailo, en 1174, San Cipriano figure en débiteur pour 300 livres (C D P, 2/2, no 1156) : en fait cela pouvait être lié à des opérations de crédit associant les deux partenaires ! En 1157 Gerardino avait servi de prête-nom au monastère à l’occasion d’un prêt sur gage foncier consenti à un laïc vénitien – un Polani –, d’un montant de 400 livres (no 686). On est autorisé à penser qu’en 1174 il s’agit d’une affaire en cours où le Padouan aurait fait l’avance.
En cas de besoin, il est vrai, le crédit des laïcs padouans peut être sollicité : en 1233 le juge Patavino Panasio est associé à l’achat d’un manse, par San Cipriano, à un da Vigonza, Giovanni di Naticherio ; il verse au vendeur une somme identique à celle payée par le monastère, pourtant seul acheteur (A S V, San Cipriano, B. 114, S. 53).
Il va de soi que ces rares apparitions des établissements religieux vénitiens dans un rôle de débiteurs ont un sens tout positif : il ne s’agit que de mobiliser rapidement le capital nécessaire à une opération spéculative. Quant à la fonction de prêteurs d’argent qu’ils conservent dans le Padouan, elle tient à leur richesse même (qui les distingue du clergé local) et à la demande locale ; cf. par exemple C D P, 2/1, no 266, a. 1134 : San Cipriano prête sur gage foncier au juge padouan Paganino ; 2/2, no 1284, a. 1178 : San Zaccaria en fait autant pour un alleutier de Corte.

226 Cf. supra, p. 623.

227 Cf. supra, 2e partie, surtout p. 468-472.

228 Il va de soi que les laïcs vénitiens mènent une politique analogue à celle des monastères : il est à peu près impossible de dire à partir de quand, en raison de la relative rareté des sources. Dès 1180 au moins le marchand Pancrazio Staniario a des biens-fonds dans les territoires du marquis, à Villa Estense : cf. Silvano Borsari, Venezia e Bisanzio nel xii secolo. I rapporti economici, Venise, 1988, p. 112-113 et note 31 ; cf. aussi le dossier documentaire en appendice, p. 139-144 (documents 1, 3, 5, 6, 7). C’est, en tout cas, au début du xiiie siècle que l’on voit la grande aristocratie commencer à s’installer au-delà des bords de la lagune : lorsque, en 1221, les biens à Melara d’un certain Alberto di Onesto sont mis aux enchères à la demande de ses créanciers, c’est le doge Pietro Ziani qui, représenté par son frère Giovanni, en sera l’acquéreur pour 820 livres. Cf. I. Fees, Reichtum und Macht..., régestes no 262, 263, 265, 266, p. 373-376. Je rappelle que l’auteur s’étend sur la politique d’acquisitions des Ziani dans le Padouan en p. 179-187.

© Publications de l’École française de Rome, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540