Version classiqueVersion mobile

Padoue et son contado (Xe-XIIIe siècle)

 | 
Gérard Rippe

Deuxième partie. L’évolution du monde rural avant la crise du XIIIe siècle

Chapitre 3. La production agricole et son évolution

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les conditions naturelles faisaient que la campagne padouane était douée pour trois produits : le blé sur les terres asséchées de la plaine, la vigne un peu partout mais surtout, et de plus en plus, sur les collines, avec l’olivier pour compagnie, enfin le lin dans les basses terres marécageuses. Les maîtres du sol, dont on vient de voir que, à partir de la fin du xiie siècle et sans cesse davantage, ils tendent à jouer un rôle d’agents actifs, voire de décideurs de la production agricole, du fait de l’existence des grands centres de consommation que sont Padoue, Venise et, à un degré non négligeable, des centres subordonnés comme Monselice, vont encourager l’accroissement considérable de la vigne, de l’olivier et, sans doute, des linières. De même la céréale « noble » qu’est le froment, du fait tant des exigences des propriétaires que de la demande des marchés urbains (qui, par un choc en retour, stimulera lesdites exigences), se trouve occuper progressivement une place qui est san...

© Publications de l’École française de Rome, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search