Version classiqueVersion mobile

Les dieux olympiens et la mer

 | 
Annick Fenet

Première partie. Les divinités olympiennes et la mer

Les divinités olympiennes et la mer

Texte intégral

  • 1 Une présentation synthétique regroupant l’ensemble des attestations par domaine d’activité s’avère (...)

1L’étude des cultes d’un ensemble de divinités en rapport avec un thème spécifique soulève deux problèmes méthodologiques majeurs : celui de l’approche et du traitement des sources pour chacune d’entre elles, puis dans un second temps celui de l’organisation générale de ces études individuelles1.

  • 2 L’ordre suit dans ses grandes lignes celui des notices de la RE.

2En ce qui concerne le premier point, nous avons tenu à privilégier les sources de tous types afin de présenter la masse de la documentation disponible pour chacun des dieux, avant de proposer une analyse d’ensemble. Pour chaque divinité, notre étude débute donc par l’inventaire de ces informations, en distinguant dans un premier temps les traditions mythiques liées aux cycles épiques, puis les attestations cultuelles. Celles-ci sont inventoriées de manière géographique : par site, par région ou par littoral de la Méditerranée. Sauf cas particulier, la description géographique part de l’Attique pour s’achever aux confins du monde grec2. Pour éviter des répétitions inutiles et ne pas alourdir cette présentation des sources, les documents liés aux rites nautiques faisant l’objet de la seconde partie de l’ouvrage sont simplement recensés ; des renvois facilitent les correspondances entre les deux parties. Ainsi les offrandes navales, les noms ou décors religieux de bateaux sont rattachées à la divinité et au site auxquels ils appartiennent afin d’offrir un tableau complet des données cultuelles divinité par divinité.

  • 3 Semple 1927 ; Semple 1932. L’auteur a recensé à travers le bassin méditerranéen tous les sanctuair (...)

3Une fois cet inventaire terminé, alors seulement est proposée une analyse dirigée dans deux directions. Dans un premier temps, l’attention est portée, dans la lignée des travaux d’Edith Semple3, sur l’aspect géographique des cultes marins de chaque divinité : sont-ils répartis par zones bien définies ? Peut-on distinguer une logique d’implantation ? Les lieux de culte présentent-ils ainsi des points communs pouvant aider à la compréhension de la nature du culte maritime qui y est rendu ? Ensuite, il convient de cerner la personnalité marine du dieu : la manière dont il est perçu dans son rapport à la mer, son/ses domaine(s) d’activité.

  • 4 Jost 1992, p. 33-34 montre la complexité de la notion de « fonction » divine : une même sphère d’a (...)
  • 5 Detienne 1970 ; aux p. 134-135, l’auteur explique le fondement de son analyse.

4Ce principe posé, restait le problème de la détermination d’un critère de classement de ces études individuelles, une présentation alphabétique n’offrant aucun intérêt. Une répartition par domaine d’activité au sens strict s’avérait malaisée car une même divinité peut en posséder plusieurs. Finalement, c’est le caractère général du culte marin de chacune d’elles qui permet le mieux de cerner une cohérence parmi l’ensemble de ces cultes4. Une étude comme celle de Marcel Detienne sur Athéna5 a montré que ce qui constituait la base des relations d’Athéna avec la navigation était sa métis. Sans vouloir reproduire à l’identique ce genre d’analyse, il nous a paru intéressant de l’enraciner dans un contexte historique et dans une réalité cultuelle.

  • 6 Lesky 1973.

5Par ailleurs A. Lesky6, dans le cadre d’une recherche sur les relations entre les Grecs et la mer, a étudié l’évolution de leurs comportements et de leur usage de cet espace : apprentissage, découverte, maîtrise. Dans cet esprit, une classification suivant la nature du rapport à la mer qu’exprimait le culte de telle ou telle divinité s’est imposée comme la plus satisfaisante, d’autant plus qu’elle respectait globalement une certaine chronologie cultuelle. Ainsi nous étudierons tout d’abord la conquête de la mer (Athéna et Héra), puis la maîtrise des éléments (Zeus, Aphrodite, Déméter et Koré), dans un troisième chapitre la domination de la mer (Apollon, Poséidon) pour ensuite achever sur sa domestication (Artémis, Dionysos et Hermès).

6Dans une perspective de présentation synthétique, l’insistance est mise sur le culte marin, mais les éléments bien connus ne sont pas développés inutilement. Ainsi pour des divinités comme Aphrodite ou Apollon pour lesquelles les sources sont nombreuses et parfois répétitives, nous n’avons fait que peu appel à des sources tardives qui renvoyaient souvent l’image du culte ou de la déesse telle qu’elle s’est fortement imposée à l’époque impériale. De même, la bibliographie générale des grands sanctuaires et divinités se limite volontairement à quelques titres, de façon à ne pas alourdir les notes.

Notes

1 Une présentation synthétique regroupant l’ensemble des attestations par domaine d’activité s’avère impossible et ingérable devant la quantité de documents, leur caractère lacunaire ou complexe. Des études de ce type sont possibles à une petite échelle : à l’intérieur d’une œuvre (par exemple Mazaubert 1937 pour un livre de l’Anthologie Palatine), ou à l’intérieur d’une zone bien définie (Vian 1974 pour le Bosphore).

2 L’ordre suit dans ses grandes lignes celui des notices de la RE.

3 Semple 1927 ; Semple 1932. L’auteur a recensé à travers le bassin méditerranéen tous les sanctuaires placés de façon à être visibles depuis la mer, cherchant à percevoir une relation entre les conditions de navigation et la géographie religieuse. Ce travail comptabilise ainsi plus de 175 sites ; on peut lui reprocher parfois une lecture rapide des sources qui conduit à des erreurs ou attributions hâtives ou erronées. À signaler également l’usage comme sources de nombreuses gravures anciennes, qui permettent de mieux reconstituer la configuration antique des lieux littoraux.

4 Jost 1992, p. 33-34 montre la complexité de la notion de « fonction » divine : une même sphère d’activité fait intervenir plusieurs divinités en même temps que chacune d’elles possède une certaine polyvalence ; « il est clair néanmoins que chaque divinité a une personnalité qui s’exprime dans une multitude de préoccupations ».

5 Detienne 1970 ; aux p. 134-135, l’auteur explique le fondement de son analyse.

6 Lesky 1973.

© Publications de l’École française de Rome, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search