Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Padoue et son contado (Xe-XIIIe siècle)

 | 
Gérard Rippe

Première partie. Les pouvoirs, des rois d’Italie à la crise de la première commune (Xe siècle-1200)

Chapitre 4. Place et rôle du castrum dans le Padouan (xe-xiie siècles)

Texte intégral

1Les réticences des notaires padouans constituent, on vient de le voir, à la fois un handicap et un atout. Ils font un usage parcimonieux du mot castrum lorsqu’ils ont à définir un habitat ou une structure socio-économique : au contraire le symbole du pouvoir les frappe. Si bien que le castrum padouan devient, sous leur plume, un être abstrait.

2Avant d’analyser le rôle de cet être abstrait, essayons de mieux comprendre jusqu’à quel point son expression concrète a, ou non, marqué le paysage.

I – CASTRUM ET MODIFICATIONS DE L’HABITAT

A) Géographie castrale

3Dans quelle mesure les castra ont-ils conditionné l’évolution de l’habitat du Padouan ? Dans quelle mesure aussi ont-ils eux-mêmes été soumis au conditionnement d’une situation préalable ? Il faut ici raisonner à partir du petit nombre de cas où la situation initiale est connue.

  • 1 A. A. Settia, Lo sviluppo degli abitati rurali in alta Italia : villaggi, castelli e borghi dall’al (...)

4Il ressort des analyses introductives sur les déterminations géographiques et le legs du paysage antique qu’il s’agit là de facteurs décisifs de stabilité, notamment dans la plaine. La nature elle-même obligeait les constructeurs à fortifier ces habitats des « dossi » où, dès l’antiquité la plus reculée, s’étaient fixées les populations. Quant aux « siècles obscurs » du temps des invasions, s’ils en avaient considérablement modifié la hiérarchie, et s’ils avaient provoqué de multiples disparitions, ils n’avaient pu susciter de redistributions radicales. La plaine du Padouan rejoint donc le cas général de l’Italie du nord où le démarrage de « l’incastellamento » ne concerne guère que des lieux déjà habités, à des degrés divers cela va de soi. Le rapport entre la fortification et l’habitat y varie donc en fonction des situations particulières et des besoins ressentis, si bien qu’Aldo A. Settia a pu suggérer un premier type de classement qui partirait de la distinction entre les fortifications que l’on édifie autour (circa) de l’habitat et celles qui, au contraire, s’établissent à côté (iuxta)1. Le plus souvent, à vrai dire, les précisions manquent, à l’échelle d’une mi-cro-région comme celle qui m’occupe, pour caractériser ainsi les castra au moment de leur apparition (étant entendu que, si elles viennent un ou deux siècles après celle-ci, elles risquent de concerner une situation déjà bien différente des débuts).

  • 2 C D P, 1, no 76, a. 996.
  • 3 C D P, 1, no 118, a. 1027 : in Pernumia tam infra ipso castro de iam dicto loco. Il s’agit là de la (...)
  • 4 Cf. A. A. Settia, Lo sviluppo degli abitati..., p. 170.
  • 5 Sur Cittadella et les déterminations historiques ayant agi sur le choix du site, cf. infra, p. 297, (...)

5Alors qu’il est impossible de savoir si, dans les curtes cum castello de Merlara et Montagnana, la forteresse était à côté ou si le manse seigneurial était ceinturé d’un fossé et, éventuellement, d’un mur2, on peut par contre préciser qu’à Pernumia le castrum de predicto loco n’englobait sans doute pas tout le village préexistant puisque le vocabulaire notarial le désignait comme un élément dans un ensemble (le locus)3. Cette situation subalterne interdisait tout plan préétabli, à l’inverse de ce qui était au même moment la règle dans le centre et le sud de la péninsule, et il faudra attendre l’époque du plein épanouissement des communes pour voir des fondations ex nihilo de véritables villages fortifiés4. Dans le Padouan les seuls exemples significatifs de telles créations sont Cittadella (1220) et, nettement plus tard, Castelbaldo (1292)5.

  • 6 Roncaiette, au nom caractéristique (ronca signifie « serpe », et roncare pourrait être assez bien t (...)

6Dans la plaine aucune « géographie castrale » spécifique ne s’impose donc au détriment de la distribution antérieure des établissements humains. Si les modifications peuvent ici et là être profondes, il n’y a pas de bouleversement fondamental des structures de l’habitat. « L’incastellamento » accentuera des processus évolutifs, il ne les créera pas. Il en est ainsi, par exemple, des défrichements : de nouveaux villages naissent ; s’ils sont fortifiés, il est fort possible que ce soit après coup. On en a un exemple au xe siècle6.

  • 7 La bibliographie sur le sujet reste dominée par les articles du volume collectif déjà cité, Le isti (...)

7De même le rôle du castrum en tant que facteur de changement s’avère très relatif dans sa relation avec les grandes paroisses rurales héritées du haut Moyen Âge, voire des temps paléo-chrétiens, les « pievi »7. On n’a sans doute pas eu tort de reprocher à l’ouvrage déjà ancien de A. Barzon, Padova cristiana, utile étude systématique de l’encadrement religieux du diocèse des origines à Charlemagne, un excès de confiance dans la « tradition ». Il reste cependant probable que certaines de ces « pievi », devenues plus tard églises paroissiales, ont une origine paléo-chrétienne, et que leur présence a souvent déterminé l’érection de castra.

  • 8 A. Barzon, Padova cristiana. Dalle origini all’anno 800, Padoue, 1955. Sur le cas de Pernumia et le (...)
  • 9 C D P, 1, no 144 : plebe sancte Iustine de Pernumia... tam inter eodem castor (sic) quanque et de f (...)

8L’hypothèse paléo-chrétienne a été retenue comme la plus plausible, dans le cas de Pernumia, par S. Bortolami lui-même, en dépit de sa position – justement – critique à l’égard de l’optimisme antiquisant de Barzon. A la permanence de l’habitat depuis l’antiquité correspondrait celle d’une « pieve » consacrée à Santa Giustina, sainte patronne de Padoue – ce que l’on peut en effet considérer comme révélatrice, sans aller jusqu’à en déduire une paléo-chrétienté automatique, où que ce soit8. D’un document daté de 1045 il ressort que l’édifice de la « pieve » se trouve désormais à l’intérieur d’un espace fortifié9.

  • 10 Cf. supra, p. 73. Le nouveau centre pléban est attesté dès 988 : une vente est faite ubi dicitur Pl (...)

9Je rappellerai aussi, pour mémoire, que la « pieve » qui a donné son nom au chef-lieu de la Saccisica – Piove – se trouve à l’intérieur d’un ancien vicus romain, établi sur un cardo maximus de centurie10. Dans ce cas aussi le castrum n’a donc fait que consacrer une situation au moins relativement ancienne. Les constantes que détermine la géographie physique ne sont toutefois pas les seules à justifier le rôle que jouera Piove au Moyen Âge : elle est située sur la route qui joint Padoue à Chioggia, c’est-à-dire au centre lagunaire le plus immédiatement accessible avant le « taglio » du Brenta de 1142.

  • 11 C. Violante, Pievi e parrocchie..., p. 771-772.
  • 12 S. Collodo, Il « castello » di Montagnana..., p. 103-104 ; A. Barzon, Padova cristiana..., p. 185.

10La hiérarchie castrale elle-même ne conditionne pas absolument la hiérarchie plébane. C. Violante avait remarqué que les castra d’où les capitanei de Lombardie tiraient leur pouvoir ne coïncidaient pas forcément avec les sièges de « pievi »11. Or, mutatis mutandis, quelque chose d’un peu comparable s’est produit en Scodosia. Le castrum dont les marquis ont fait le chef-lieu de cette circonscription « banale » est leur ancienne curtis de Montagnana (caput Scodosie au xiie siècle), mais la pieve » est, encore vers 1180, à Casale, habitat lui aussi devenu castral ; et cela, d’après Barzon qui se guide sur un auteur du xviiie siècle, M. Lupi, en raison d’une très ancienne implantation ici aussi12.

  • 13 Cf. supra, p. 68.
  • 14 A. Barzon, Padova cristiana..., p. 55-61 ; La diocesi di Padova 1972 (notes sur l’histoire des paro (...)

11Rien n’éclaire mieux la force de résistance des « pievi » du haut Moyen Âge que la permanence de celle de Lova, sise aux abords de la lagune, dans l’angle nord-est de la Saccisica. Santa Giustina de Lova se trouvait au point où le Medoacus était traversé par la Via Popillia nouvelle qui, depuis le Haut-Empire, longeait le littoral, et dont le déclin avait été scellé par l’envahissement des marécages à partir de la guerre gothique au plus tard13. Lova est riche en témoignages archéologiques et des fouilles conduites dès 1843 avaient permis de retrouver, sous l’église réédifiée en 1226, les restes d’un plus vaste sanctuaire. Un castrum avait été érigé plus à l’ouest, celui de Campagna (aujourd’hui Campagna Lupia). En 1221 la « pieve » ne paie déjà plus que 20 sous à l’occasion d’une dacia épiscopale, alors que l’église castrale de Campagna en doit 40 et celle de Prozzolo, l’autre chapelle qui dépend d’elle, 8 seulement. Il faudra pourtant attendre l’année 1489 pour que le siège soit transféré à San Pietro di Campagna, après des inondations destructrices et alors que Prozzolo aussi, depuis le xive siècle, était plus peuplé. Et cela même ne fit pas oublier le vieux droit : entre 1571 et 1588 l’église de Lova est reconstruite, sans retrouver toutefois de fonts baptismaux14.

  • 15 C D P, 2/1, no 638 ; M G H, Friderici I Dipl., t. 3, no 701. Paltena n’est d’ailleurs qualifié expl (...)

12Il n’est qu’un seul village pléban, au demeurant tout à fait mystérieux, que l’on voit disparaître dans le courant du xiie siècle, donc au terme de la longue période où les constructions de castra ont accompagné l’expansion du peuplement : la plebs de Paltena, qui n’apparaît que dans deux diplômes, pontifical et impérial, l’un de 1155 en faveur de l’évêque de Padoue, l’autre de 1177 en faveur de l’église des Carceri. Andrea Gloria, perplexe, accompagne son nom d’un point d’interrogation15. Le lieu est cité entre des références à Monselice et Maserà dans le premier document, et après Monselice, Tribano et Cona dans le second : nous nous retrouvons dans les zones facilement inondables de la basse-plaine. Le silence est total en dehors de ces deux occurrences.

  • 16 Sur la carte au 1/25000e (Legnaro) un lieu-dit cultivé, dépourvu d’habitat, est dénommé Sermazza, e (...)
  • 17 Il faut, pour être complet sur le problème des « pievi » disparues, mentionner l’hypothèse de la «  (...)

13La « pieve » de Sermazza, enfin, elle aussi disparue avec le village du même nom, existait encore en 1297, à en croire les Rationes Decimarum. C’est donc de la crise des xive et xve siècles qu’elle a été victime, absorbée par sa voisine Camino16. Hors de ces deux cas, à travers des transformations éventuellement, l’ensemble du réseau des centres d’habitat abritant les « pievi » s’est maintenu17.

***

  • 18 Sur le thème de la typologie castrale et de ses problèmes, cf. les remarques de P. Toubert dans Les (...)

14Les nombreux castra des Euganées sont peu documentés avant les xiie-xiiie siècles. La chose est d’autant plus regrettable que la typologie présente plus de variété qu’en plaine, dans la mesure où le facteur stratégique s’y avère parfois prédominant18. Il est probable que certains, hardiment perchés sur des pitons rocheux, ont été des fondations ex nihilo. Mais en l’absence aussi bien de fouilles (sauf celles, déja signalées, de Monselice) que de documents, il est interdit de l’affirmer. On se contentera donc de quelques remarques sur trois exemples.

  • 19 C D P, 1, no 70.

15Le castrum euganéen le mieux connu est celui d’Arquà, dont la première apparition remonte à l’an 98519. On est là sur les premières pentes d’un pays d’amènes collines, et tout près d’une grande route de plaine, celle qui joint Padoue à Este par Monselice. Par un document de 1023 nous savons que son église, dédiée à la Vierge, a déjà rang de « pieve ». Selon toute vraisemblance se répète ici le même schéma qu’à Pernumia : un vieux village doté depuis longtemps d’un centre pléban, habité par une communauté d’alleutiers, se fortifie au cours du xe siècle.

  • 20 A. Gloria, Territorio padovano..., t. 2, p. 74.
  • 21 Cf. supra, p. 251, et p. 260, note 38. On remarquera avec l’auteur que l’identification du lieu rep (...)
  • 22 C D P, 1, no 101.

16Plus original peut-être : le cas de Castelnuovo. Nous nous trouvons ici à l’intérieur des Euganées, à près de 300 mètres d’altitude, ce qui en impose vu d’une plaine proche du niveau de la mer, non loin d’un rocher que Gloria décrivait, avec un zeste de romantisme, comme « uno scoglio che fa paura con la sua cima volgente al piano »20. Comme l’avait déjà remarqué le vigilant Aldo Settia21, le castrum qui dicitur Novo dont, en 1016, les comtes Uberto et Manfredo se disent habitatores, est, ainsi que le suggère la manière même de le désigner, assez sûrement de fondation récente22 ; ajoutons qu’il est, du même coup, le seul qui soit approximativement datable dans le Padouan des xe-xie siècles.

  • 23 C D P, 1, no181 : tam infra ipsa villa et castro et de foris.

17C’est en 1060 qu’apparaît la villa correspondante, dont un prêtre et sa concubine sont, eux aussi, habitatores. Ils donnent à leur fils des biens situés « tant dans la villa et le castrum qu’au dehors »23. Le castrum a donc peut-être été construit à côté d’elle. A-t-il précédé, accompagné ou simplement suivi un processus de peuplement ou de repeuplement du lieu ? S’il est impossible de répondre à la question (on l’a dit plus haut) il est néanmoins significatif qu’elle puisse être posée. Il serait absurde d’opposer cet exemple à ce que l’on vient de voir au sujet de la plaine : le cas le plus général, quelque fragmentaires que soient nos connaissances, demeure donc, à l’évidence, la continuité.

  • 24 Ainsi nommé, comme l’écrit Gloria, « perché ti pare pendere a filo » (Id., Territorio padovano..., (...)
  • 25 M G H, Friderici I Dipl., t. 2, no 343 ; t. 4, no 1069. Sur le sujet, cf. aussi V. Lazzarini, Due d (...)

18Non loin de là se dresse, abrupt et isolé, le rocher dit « Pendice »24. Surplombant la plaine et le col de Teolo, il s’est vu coiffé, à une époque indéterminée, d’une forteresse à fonction purement stratégique. En 1161 (première apparition documentaire) Frédéric Barberousse soustrait celle-ci à son possesseur, l’évêque de Padoue, avec les terres qui en dépendent ; l’ensemble est alors désigné des termes conjoints d’arx et curtis ; dans un faux acte de restitution par l’empereur à l’évêque, daté de 1177 et rédigé sous Frédéric II, le vocabulaire se fait plus hésitant : on y trouve tantôt arx et castrum, tantôt arx seu castrum. Le sens, du moins, est assez clair : il ne s’agit plus d’un village fortifié mais bien d’un « château-fort » dominant un ensemble de villages à ses pieds, le terme curtis mettant l’accent sur le fait qu’il y a là le centre d’un ensemble foncier25.

  • 26 La langue des notaires, devenue au xiie siècle « classicheggiante », comme le remarque A. A. Settia (...)

19Cette forteresse est, à ma connaissance, la seule dans la documentation qui soit ainsi caractérisée par son isolement26.

  • 27 Que Pendice n’intéresse pas directement l’histoire du peuplement ressort assez bien de ce qui suit. (...)

20On le voit, les caractères originaux de « l’incastellamento » euganéen ne peuvent être que suggérés. Le peu que j’ai pu en dire n’y dénote, en fin de compte, pas davantage qu’en plaine de mutation brusque et révolutionnaire. Le fait qu’aucun village ne semble avoir avoisiné le castrum de Pendice illustre même a contrario la stabilité d’ensemble qui caractérise l’habitat rural du nord italien durant cette période de transformations structurelles fondamentales27.

21Est-ce à dire qu’aucun contraste ne marquait la dynamique de l’évolution démographique du Padouan ? Le castrum ne crée pas – ou rarement – le village, mais là comme ailleurs tout un processus complexe d’abandons et de reclassements s’effectue autour de lui.

B) Désertions et reclassements : la faible part de « l’incastellamento »

  • 28 A. A. Settia, Lo sviluppo degli abitati..., p. 165. L’auteur s’attache plus perticulièrement aux ex (...)
  • 29 A. Castagnetti, La pieve rurale nell’Italia padana, Rome, 1976 ; cf. p. 37-65.

22Dans un article dont les conclusions concernaient l’Italie du nord dans son ensemble, A. A. Settia remarquait la coïncidence générale entre l’édification de certains castra bien documentés et, autour d’eux, une « hécatombe » de petits centres28. Dans la basse-plaine du Veneto, au sud de Vérone, par conséquent dans un milieu comparable au sud du Padouan, Andrea Castagnetti, au sujet de la « pieve » de Tillida, montre à l’œuvre cette dialectique de l’attraction et de la désertion29.

  • 30 A. A. Settia, Lo sviluppo degli abitati..., p. 165-166 : « Occorre però distinguere quali e quante (...)

23La documentation subsistante ne me permet pas de détailler, comme il a pu le faire, les métamorphoses d’un lieu unique. Mais les disparitions de toponymes, du xe au xiie siècle, sont relativement nombreuses. Armé de toute la méfiance que recommande A. A. Settia en la circonstance30, on peut s’efforcer de sélectionner les abandons localisables pour tenter de comprendre jusqu’à quel point ils sont en relation avec « l’incastellamento ». Disons-le tout de suite : comme dans le cas du contado de Vérone, c’est la basse-plaine qui se prête le mieux à l’enquête.

24Toute la zone nord (depuis Vigodarzere, à quelques kms de Padoue, sur le Brenta) est sous-documentée : 3 cas sur un total de 52 dont l’étude m’a paru possible, alors que la basse-plaine, au sud de Monselice et du Brenta en compte 13, et la petite Saccisica 15. Cette extrême inégalité dans la distribution géographique n’a, vraisemblablement, qu’une faible relation avec les proportions réelles d’abandon d’une zone à l’autre.

  • 31 C D P, 1, no 38 ; A S P, Dipl., no 1202. Cf. les tableaux n. 12 p. 214.
  • 32 C D P, 1, no 233. Gloria précise, dans son Territorio padovano (t. 3, p. 48) : « Le allagazioni di (...)
  • 33 C D P, 2/1, no 187.
  • 34 Sur les dangers qui guettèrent constamment les établissements humains en ces lieux jusqu’aux « boni (...)

25Néanmoins une première évidence s’impose à l’issue de l’enquête. Si la basse-plaine est indiscutablement mieux connue, il est clair aussi qu’elle a souffert jusqu’à l’époque moderne des divagations, parfois catastrophiques, de l’Adige et de ses affluents. Les disparitions de villages longtemps bien peuplés s’y poursuivent fort tard (on n’en sait pas toujours la cause, il est vrai : Mardinago, connu depuis 944, constitue encore une paroisse rurale en 1224 ; en 1294 elle semble avoir disparu, comme en témoigne son absence de la liste des Rationes Decimarum)31. C’est seulement vers 1476 qu’une inondation détruit définitivement Angarano, village qui était apparu dans la documentation dès 107732. Desman, situé entre Correzola et Cona, dans une zone caractérisée par l’abondance des marécages, est une villa en 1129. Elle dépend, avec d’autres, de la curia de Concadalbero33. Un premier essor agricole et humain de la région est suivi d’un recul que l’on voit s’amorcer dans la deuxième moitié du xiiie siècle, et qui se poursuivra tout au long du Trecento, au point qu’au début du xve siècle il faudra faire appel à des familles slaves pour entamer le repeuplement34.

  • 35 P. Sambin éd., Documenti inediti..., no 10.
  • 36 Cité par A. Gloria, Territorio padovano..., t. 3, p. 296.

26Encore à la fin du xiie siècle le travail de bonification semblait s’y poursuivre : en 1197 une fovea était creusée de Villa del Bosco à Desman, soit dans la zone la plus exposée et qui sera la plus déshéritée ensuite35. Un siècle plus tard (d’après la liste des Rationes Decimarum, de 1297) le village est encore vivant, avec son église de San Egidio. La relation d’une visite épiscopale de 1489 décrit par contre un état de choses déjà ancien : on ne voit plus que les fondements des maisons et de l’église, et les inondations de l’Adige y sont désignées explicitement comme la cause de la désertion du lieu36.

  • 37 On pourrait en développer d’autres : ainsi Cacaturriga, connu depuis 980, est encore bien vivant au (...)
  • 38 C D P, 2/1, no 448 : les biens en question sont infra fines de Carnese et Meliadino.
  • 39 Nogleda : une apparition en 1183 (C D P, 2/2, no 1480), dans une liste de villages où se trouvaient (...)
  • 40 C D P, 2/1, no 212. Du moins peut-on en ce cas repérer sur la carte au 1/25000e, à l’ouest du terri (...)
  • 41 A. 1215 : A S P, Dipl., no 575 ; a. 1216, no 971 ; a. 1232 : no 1458 ; a. 1238 : no 1609. D. Olivie (...)

27A côté de quelques exemples où du moins un processus évolutif se devine37il n’est que trop de noms de villages qui n’apparaissent qu’une fois ou deux, et que l’on est déjà bien aise de pouvoir situer approximativement sur une carte : ainsi, dans la basse-plaine, en est-il de Carnese, où un document de 1145 nous parle de biens cédés par le marquis d’Este à Santa Maria delle Carceri, monastère de la Scodosia, et qui était sans doute proche de Megliadino38 ; de même pour « Nogleda » ou « Olesia »39, par exemple. Il va de soi que certaines des rares mentions de villages disparus des Euganées, du nord et du centre sont tout aussi furtives : en 1130 un « Arzere » est du nombre des villae et tituli de la « pieve » de Pernumia, puis il n’en est plus question40. Un peu mieux documenté, Tormeno, dans les Euganées, apparaît et disparaît au xiiie siècle sans qu’on sache pourquoi41.

28D’une micro-région à l’autre (à base documentaire comparable) les motifs dominants des disparitions explicables changent de nature : la Saccisica, mieux peuplée et moins amphibie que le sud, vraisemblablement mise à l’abri des plus graves dangers par la déviation du cours du Brenta en 1142, est géographiquement dans la basse-plaine mais n’offre aucun des exemples dramatiques que je viens de relever. J’y trouve enfin, non perturbé par les caprices des éléments, ce lien avec la dynamique de l’évolution démographique dont je m’étais mis en quête.

  • 42 Elles constituent à peu près la moitié de l’ensemble : il s’agit de Sollo di Onedo (1047), Aroncadi (...)

29Une première évidence s’impose, au vu du tableau : le stock des apparitions/disparitions y est davantage concentré sur les xie et xiie siècles, en partie, n’en doutons pas, parce que la relative abondance documentaire permet de serrer de plus près le mouvement, mais aussi parce que la région n’a pas eu à souffrir comme la plaine de l’Adige du retour des catastrophes naturelles à la fin du Moyen Âge, ainsi que je viens de le rappeler. Une fois éliminées les apparitions erratiques (une occurrence ou deux, sans éléments d’explication)42, comment peut-on caractériser le phénomène ?

  • 43 Casisildo (C D P, 1, no 221, a. 1073), Casa Merlai (no 270, a. 1084) et Pozzo Cavalliolo (no 261, a (...)
  • 44 L. Lanfranchi éd., S. Giorgio maggiore, t. 3, no 492 :...communi de Rosa-ria et de Mellaria ; le mê (...)
  • 45 C D P, 2/1, no 186, a. 1129. Dans un acte de 1188 (L. Lanfranchi éd., ibid., no 493) il est précisé (...)
  • 46 C D P, 2/1, no 233, a. 1132.
  • 47 Ibid., no 151, a. 1124.
  • 48 C D P, 1, no 262.
  • 49 En 1118 déjà, on le voit in fine de Curte (C D P, 2/1, no 103) ; mais un document de 1120 en refait (...)
  • 50 Cf. par exemple : A S V, San Cipriano, B. 113, R. 937, a. 1285.

30Il est aisé de retracer le destin commun aux villages. Tous sont qualifiés de villae, ou au moins de loci et fundi43. A des dates très variables, ils perdent leur identité, sans pour autant disparaître. Ils se retrouvent absorbés dans le territoire de villages voisins, dont chacun devient une dépendance : ils constituent éventuellement des noyaux autonomes, du fait du maintien d’une population résidente suffisamment nombreuse. L’histoire de Melara est exemplaire : proche de Rosara elle forme avec elle une seule commune rurale, attestée pour la première fois en tant que telle en 118844. Or il n’y a qu’une seule église – San Daniele – pour les deux villages, et c’est à Rosara qu’elle se trouve45. On tient sans doute ici la raison d’une fusion finale en faveur de Rosara. De même on retrouve, dès le xiie siècle, Casisildo devenu « Ca Sesaldo » et réduit au rang de lieu-dit infra finem de Piove di Sacco46. Casa Merlai, devenue « Camerlai », est infra finem de villa de Campolongo47. Dès 1080 Pozzo Cavalliolo s’était trouvé absorbé dans la villa de Sant’Angelo48. Le moment de l’absorption, par Corte, de Campo Siplone, devenu « Campo Cipolone » (ou « Cepolone »), est plus imprécis : il se situe entre 1118 et 117049 ; au xiiie siècle « Campo » disparaît et le lieu-dit devient, plus simplement, « Cipolone »50.

  • 51 A C P, Villarum, 7 : Piove, 2 (a. 1188) ; A S P, Dipl., no 595, a. 1201.
  • 52 A S P, Corona, no 3160. De même, en 1223, on y trouve encore des édifices tels qu’un sedimen cum ca (...)
  • 53 A S P, Dipl., no 1471, a. 1232 ; ensuite cf., par exemple : A S V, San Cipriano, B. 99, R. 26, a. 1 (...)

31Corte Folverto maintient plus longtemps son autonomie : en 1188 l’endroit est encore cité parmi les comunia du plebatus de Piove ; dès 1201il a disparu de la liste51. En1218 encore, cependant, il apparaît comme un village à part entière52puis, à partir de 1232, toutes les occurrences le montrent comme un simple lieu-dit d’Arzere di Sacco53.

  • 54 C D P, 2/1, no 36 ; P. Sambin éd., Nuovi..., no 7.
  • 55 Cf. par exemple : A S V, San Cipriano, B. 101, R. 168, a. 1190 ; R. 192, a. 1257 ; R. 194, a. 1275. (...)
  • 56 A S V, San Michele in Isola, B. 11, no 400.

32Non moins tardive : l’absorption de Zignano (ou Cignano). Connu en 1108, qualifié de villa en 112854, le lieu ne cesse pas d’être habité durant tout le xiiie siècle55. Un document le situe in pertinenciis Campilongi maioris dès 124256.

  • 57 A une exception près, qui est demeurée jusqu’à présent inexpliquée, celle de Campo Gisello : connu (...)

33Une première conclusion s’impose : aucun des centres dynamiques dans lesquels viennent se fondre ces villages n’est un castrum, à l’exception de Piove. Tous sont demeurés des villae ouvertes. Le mouvement qui mène à la réduction du nombre des terroirs villageois n’offre pas ici de rapport direct avec le phénomène de « l’incastellamento ». L’explication d’une partie au moins des absorptions a sans doute déjà été fournie par l’exemple de Melara : on l’a vu, une première supériorité de Rosara tenait à ce que l’église commune aux deux villages y était située. Or la documentation ne fait connaître aucun lieu de culte dans les lieux disparus57. On n’a pas de mentions explicites de concurrence pour l’espace exploitable ; si les raisons économiques ne peuvent pas ne pas avoir joué, je ne puis aller au-delà de cette remarque de bon sens.

  • 58 Ainsi l’église de Santa Maria « del Pigozzo » est le seul vestige de Pigozolo, disparu au cours du (...)
  • 59 Première apparition en 1214 (A S P, Dipl., no 928).
  • 60 F. S. Dondi, Dissert. 7, doc. 7 (male stabant absque ecclesia).

34Jusqu’à quel point l’absence d’église était-elle un facteur d’instabilité voire, à terme, de déclin ? Elle n’explique certes pas tout, d’autant que l’on connaît, ça et là, le cas inverse où seule elle a subsisté58. Il est clair, toutefois, que c’était là un manque ressenti, voire éprouvé comme une infériorité : en 1217 les habitants de Terranova, village de fondation récente59, prient l’évêque d’y fonder une église paroissiale, expliquant que « sans église, ils étaient mal » !60.

  • 61 Comme le remarque C. Klapisch-Zuber (Villaggi abbandonati ed emigrazio ni interne, dans la Storia d (...)
  • 62 On aura remarqué qu’il n’a pas été fait de commentaire particulier sur l’évolution du secteur Est. (...)

35Résumons-nous : de l’analyse de ces deux districts relativement bien documentés que sont Sacco et le sud, il ressort que toute tentative d’élaborer pour le Padouan un modèle explicatif unique rendant compte du processus de disparition et de reclassement des lieux habités est condamnée à échouer. L’interaction des facteurs géographiques et socio-économiques y est certainement déterminante, mais jamais parfaitement saisissable, sinon peut-être dans la basse-plaine de la fin du Moyen Âge61. Non seulement les transformations s’opèrent lentement mais il est de toute évidence rare qu’elles aient un caractère radical : très peu nombreuses sont les disparitions de centres ayant atteint une certaine importance au haut Moyen Âge62.

***

36N’est-il donc pas de témoignages, ne serait-ce qu’indirects, d’une influence des castra padouans dans la concentration de l’habitat qui, on vient de le voir, se vérifie ici comme partout ailleurs ? Devrai-je opposer à l’image de « l’hécatombe de petits centres » qui venait sans la plume d’Aldo Settia la théorie d’une inaction castrale, expression de l’unicité d’une région ? Ce serait là une manière douteuse de retrouver, en quelque sorte en creux, un modèle explicatif univoque. Dans la mesure où la fortification d’un centre de peuplement dynamique renforce encore son pouvoir d’attraction – et dans cette mesure seulement – il est clair que quelques-unes au moins des disparitions signalées peuvent être mises en relation avec « l’incastellamento » ; elles sont en tout état de cause peu nombreuses, et l’on ne saurait jurer de disposer à leur sujet du seul schéma explicatif possible, aucun argument dirimant ne venant jamais à l’appui d’une volonté démonstrative.

37Trois centres de la basse-plaine (encore et toujours les hasards des sources !) peuvent avoir dû leur fin au voisinage de castra : il s’agit (en allant du sud-ouest vers le nord-est) de Perariolo, Visignolo et Cagnano.

  • 63 Première occurrence en 840 environ (C D V, 1, no 156), deuxième et dernière en 955 (ibid., 2, no 25 (...)
  • 64 B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t. 2, no 2.
  • 65 Cf. la remarque de A. A. Settia, qui rend très relative la sécurité de tant d’analyses : supra, p. (...)
  • 66 B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t. 3, no 373 (a. 1204).

38L’exemple de Perariolo est peut-être le plus convaincant : antérieur à « l’incastellamento », il est un des deux seuls cas de disparition de la deuxième moitié du xe siècle63, avec Visignolo. La chronologie, pour l’un et l’autre, conforte l’hypothèse : c’est le moment des grands bouleversements de l’habitat. Situé entre Merlara, Altaura et Casale de Scodosia, près de la limite du comté de Vérone, il est sans doute mort d’être trop proche du castrum que l’on voit édifier à Merlara dès 954. Au sud-est Visignolo il y a en cette même année 954, une villa dotée d’une chapelle de Sant’Isidoro, au bord du chemin joignant Bagnoli à Agna. Bagnoli contient déja trois chapelles, une turris, ancienne il est vrai, et abrite cent familles de massari et 25 esclaves64. On peut donc imaginer que cette curtis (on notera la différence de qualification), bien peuplée et équipée, a étouffé sa voisine, à moins (chose toujours possible) que celle-ci ait tout simplement changé de nom65. Mais il n’est pas alors question, stricto sensu, d’un castrum : la documentation ne le fait connaître à Bagnoli qu’à partir du début du xiiie siècle, ce qui, il est vrai, ne signifie pas qu’il ait été alors récent66. Son dynamisme a fort bien pu, cependant, être longtemps celui d’un village ouvert.

  • 67 C D P, 2/1, nos 514 et 64.

39Cagnano, dans l’est, est cité une seule fois, en 1149, dans une liste, juste après Camponogara dont le castrum est connu à partir de 111467, et en compagnie d’autres lieux circonscrits dans la même zone. Ce voisinage peut avoir eu son effet, un peu tardif.

***

  • 68 Pour une première approche du problème, dans le cadre général de l’Italie du nord, on se référera à (...)
  • 69 A. A. Settia, ibid., p. 302-303.
  • 70 C D P, 1, no 285. Pour l’identification du lieu avec Borgoricco cf. Gloria, Territorio padovano..., (...)
  • 71 Sur le problème de la frata, cf. A. A. Settia, ibid., p. 203-204 : cet élément défensif, mal connu, (...)

40L’implantation des castra elle aussi était en constante évolution : tous les ouvrages sur la question l’ont suffisamment montré68. Mais on ne peut présenter ici ne serait-ce que l’ébauche d’un dossier. Dans le tableau présenté par A. A. Settia en appendice à son chapitre sur la question, dans son ouvrage de synthèse, à partir de la documentation éditée, il n’y a aucune mention de castrum abandonné, non seulement dans le Padouan mais même dans tout le Veneto durant les xe et xie siècles, c’est-à-dire lorsque le processus se développe le plus intensément69. Il est vrai que seules les disparitions explicites apparaissent : ainsi, en Piémont, à Levaldigi, un castelare qui ante os (sic) die castrum edificatum fuit. Peut-être a-t-on dans le Padouan un exemple comparable, le témoignage – unique – d’un abandon suivi de la reconstruction d’un castrum à côté du site, dans le cas de Borgoricco : en 1085 sont mentionnés ensemble fracta de Castellaro et castrum cum capella S. Leonardi70. Si l’on accepte de définir ici le castellare comme un castrum détruit antérieurement (et dont la frata serait demeurée le seul élément utilisable – et sans doute réutilisé, comme on voit), on aurait un exemple de continuité « castrale » à travers des modifications matérielles71.

41L’intérêt de cet hapax est de préfigurer une situation postérieure : on pourra retrouver, lié à des modifications structurelles identifiables des fortifications, un tel processus de « mort et transfiguration ». Ce qui n’apparaît pas clairement est la désertion pure et simple.

***

42L’idée d’une continuité au moins relative ne cesse donc pas de s’imposer au terme d’une étude sur les redistributions de l’habitat avant la fin du xiie siècle. La rareté des témoignages d’un impact direct de « l’incastellamento » lui-même sur cette réalité peu mobile est l’un des caractères originaux les plus remarquables qui distinguent celui-ci dans le Padouan.

43Dans quelle mesure la discrétion des notaires, dont j’ai tenté plus haut de cerner les raisons d’être, amène à minimiser une réalité sans doute plus lourde de conséquences qu’il n’y paraît, on n’en peut rien savoir. Toujours est-il que cette distance voulue, entre la réalité concrète d’un temps et l’écriture qui nous en transmet une certaine idée, ne cesse d’affecter dans tous ses aspects le tableau que je tente d’esquisser. Dans quelle mesure est-elle le reflet d’une vérité, ou dans quelle mesure la voile-t-elle ? Elle contribue avant tout à détacher d’un arrière-plan général nord-italien, et à singulariser l’image que cette société veut donner d’elle-même.

C) Le castrum dans le paysage rural

  • 72 Cf. supra, p. 247.

44Le castrum instaure avec l’habitat environnant un rapport que les études historiques récentes sur l’Italie du nord ont permis de bien connaître dans ses grandes lignes, mais qui est particulièrement discret dans le contexte padouan. Il faut avant tout rappeler que l’on parle ici d’une réalité qu’il est loisible de considérer comme homogène jusque dans les années 1150, et dont les changements nous demeurent peu perceptibles ; des mutations profondes surviendront au xiiie siècle, liées à celles qui affecteront alors l’ensemble de la société72.

45Passons rapidement sur les données bien connues, c’est-à-dire sur les points où les remarques qu’on pourra faire ressortent, pour l’essentiel, à un schéma général.

46On ne voit naître aucun castrum. Le lexique des notaires nous met toujours en présence d’êtres vivants ayant déjà un passé, plus ou moins ancien et complexe. Voici une proposition de départ : dans la très grande majorité des cas il y a, dès l’origine, coexistence entre le castrum et un habitat ouvert. Ce dernier est relativement concentré aux abords immédiats puis, au delà, on a affaire assez fréquemment à une nébuleuse de hameaux et de demeures isolées ; sur les terroirs voisins, des villages non protégés demeurent, dont on a constaté qu’ils peuvent garder leur dynamisme.

  • 73 Comme le remarque A. A. Settia, l’essor démographique va amplifier avec le temps cette juxtapositio (...)

47Première évidence : dans le Padouan comme ailleurs en Italie du nord, la règle est le dédoublement du centre habité, là où un castrum a été édifié. Que le fait soit originel ou acquis, une villa se juxtapose le plus souvent au quartier fortifié (l’expression « noyau fortifié » vient s’offrir comme une tentation qu’il est préférable d’éviter car elle implique une antériorité qui n’est nullement établie)73.

  • 74 On trouvera les occurrences du xie siècle dans un tableau de Settia qui embrasse tout le nord (ibid(...)
  • 75 Il s’agit, pour la période antérieure à 1150, des 6 lieux suivants : Agna, Borgoricco, Merlara, Mon (...)
  • 76 Cf. par exemple : tam in castello quam in villa, tam in eodem castor (sic) quamque et deforis in vi (...)
  • 77 C D P, 2/1, no 64, a. 1114 ; L. Lanfranchi et B. Strina éd., Ss Ilario..., no 18.
  • 78 C D P, 2/1, no 71, a. 1115.

48Non seulement les deux-tiers des castra du Padouan documentés avant 1150 mais, convient-il d’ajouter, tous les plus importants (Monselice, Este, Montagnana, Piove, Carrara) sont dans ce cas74. Et il va de soi que le tiers restant est tout simplement moins connu : rien n’induit à envisager un seul exemple d’enfermement de toute la population dans la forteresse75. Les rares mentions simultanées mettent toujours en évidence la séparation des deux éléments, castrum et villa76. Parfois la place subordonnée du castrum (cette caractéristique du Padouan) est soulignée par le notaire, ainsi à Camponagara – « dans la villa et le castrum de celle-ci » (in villa... et in castro eiusdem villae) – et, plus nettement que partout ailleurs, à Porto, où il est localisé à l’intérieur de la villa (castrum... in villa de Porto)77. Dans le seul cas d’Este la division est concrètement figurée : l’église Santa Tecla est sise dans la villa, qui est elle-même placée devant le castrum (sita in Villa quae est ante castrum Esti), et l’on imagine aussitôt, comme à Monselice, un noyau accroché à la colline, face à un habitat de plaine78.

  • 79 Les remarques suivantes, de Rinaldo Comba, au sujet des collines piémontaises, reflètent l’évidente (...)
  • 80 C’est en effet en 1120 que le centre ancien est pour la première fois dénommé « maggiore » (C D P, (...)
  • 81 En 1149 apparaît un « Bagnolo di Litolfo », première expression de la division du territoire en un (...)
  • 82 Megliadino San Fidenzio et Megliadino San Vitale sont distants l’un de l’autre d’environ 2 kms. Les (...)

49Cette différentiation spatiale étant donnée, on ne peut percevoir de ligne de démarcation entre l’habitat concentré – l’espace propre à la villa, au sens strict – et l’ensemble flou des maisons éparses et hameaux de bordure des finages : ni la plaine, ni même les collines douces et peu élevées de la plus grande partie des Euganées n’imposent les délimitations rigides qui caractérisent les castra du centre et du sud italien79. Les conditions géographiques permettent à tout village dynamique de s’étaler, se dédoubler, voire constituer au fil du temps une structure complexe, polynucléaire, dans laquelle le vieux castrum est, au mieux, le centre auquel on fait référence, au pire, éventuellement, un simple souvenir. Retenons comme une règle générale que l’espace de la villa se présente toujours comme ouvert, évolutif ; son avenir n’est en rien déterminé par la clôture de l’un de ses quartiers. Quant aux villae sans castrum, l’absence de protection de leur centre ne les empêche nullement de s’épandre avec la même variété de manières : elles intègrent des habitats moins favorisés, qui survivent comme des noyaux de peuplement subordonnés, ainsi que je l’ai constaté à partir des exemples de Saccisica, ou, à l’inverse, elles suscitent, dès le début du xiie siècle, le surgissement de nouveaux noyaux, tel Campolongo di Lietoli, que l’on devine prospérant à partir de 1120 dans le territoire de la villa de Campolongo, dont le centre est désormais qualifié de « maggiore » pour le distinguer du rejeton80, ou même elles se dédoublent comme, par exemple, Bagnoli81, ou, dans un contexte assez particulier et, sans doute, exceptionnellement précoce, Megliadino, en Scodosia82.

50Le castrum est donc en général un chef-lieu, ou mieux, le cœur fortifié de ce chef-lieu, un centre de pouvoir seigneurial rayonnant sur une micro-région ouverte, plus ou moins vaste. Les exceptions existent, avant tout dans les Euganées : l’archétype en est Pendice, fortification stratégique. De même les cartes que l’on s’est efforcé de dresser, quelque imparfaites qu’elles soient, mettent en évidence des différences de densité dans l’implantation castrale. De nouvelles questions se présentent : la distribution même du réseau castral me ramène au thème de la fonction de ces chefs-lieux. Toutefois, avant de l’aborder et dans la mesure où les deux problèmes sont liés, une analyse préalable s’impose : on doit s’interroger sur la survie de l’ancienne curtis, et donc sur sa longue coexistence avec la nouvelle structure d’encadrement des hommes. S’agit-il d’un archaïsme, ou d’un piège du vocabulaire ?

D) Curtis et castrum

a) Le passage de la curtis à la villa

51« L’incastellamento » non révolutionnaire de l’Italie padane n’impliquait en aucune façon la disparition rapide de la vieille curtis ; le contraire eût surpris. En bonne logique le passage de la curtis à la curtis cum castro, puis à la villa cum castro correspond à un processus lent : à partir de quand une augmentation quantitative – celle de la population, grossie par des ruraux venus de la zone environnante – engendre-t-elle une mutation qualitative, c’est-à-dire le passage à cette structure d’habitat différente qu’est en effet le village (la villa) ? La réponse à cette question suppose que l’on puisse se représenter avec un minimum de clarté la façon dont le grand domaine aristocratique s’est ou non transformé en une seigneurie.

  • 83 P. Toubert, Il sistema curtense : la produzione e lo scambio interno in Italia nei secoli viii, ix (...)
  • 84 P. Toubert, Il sistema..., p. 23. L’auteur donne l’exemple de Santa Giulia de Brescia. Sur le thème (...)
  • 85 P. Toubert, ibid., p. 15.

52Les travaux des historiens turinois sur l’échantillonnage piémontais, puis la synthèse de P. Toubert (dans les Annali de la Storia d’Italia Einaudi)83, ont finalement débarrassé le thème de la transition vers le castrum du vieux schéma simpliste, et indémontrable en fin de compte, de la « crise » du système de la curtis. A l’image d’un déclin aboutissant on ne sait trop comment à la floraison vénéneuse des châteaux et des seigneuries, se substitue peu à peu une compréhension plus nuancée du processus. Certes, vers l’an mil, l’équilibre, nécessaire dans le grand domaine « classique » du ixe siècle, entre la masse des corvéables et la force d’appoint que sont les esclaves prébendiers a disparu : il y a pénurie de main-d’œuvre servile84. Mais il faudrait continuer d’imaginer le système comme purement statique pour voir là une preuve de sa ruine : cette conception est, on le sait, caduque. Le modèle « classique » n’a jamais été le seul en vigueur, et bien des curtes italiennes gèrent un patrimoine fragmenté où les réserves sont d’importance médiocre, et morcelées de surcroît, mais où l’espace, ouvert très tôt aux défrichements, permet la multiplication progressive des tenures, desquelles le grand propriétaire est amené à tirer profit bien davantage par le prélèvement sur la production que par les corvées85. Diversité et fluctuance, donc, et non plus monolithisme et immobilité !

  • 86 Ibid., p. 62.

53Et puisqu’il va de soi que tout le processus de passage d’un système à un autre implique l’émergence, puis la résolution d’un certain nombre de problèmes (dont témoignent en effet la disparition de l’esclavage et la réduction des corvées), si l’on tient, pour cette raison, à ne pas renoncer à l’usage du terme de « crise », c’est donc d’une crise de croissance surmontée que témoigne « l’affirmation, après 920, d’une nouvelle structure portante, la curtis cum castello »86.

54L’étape qu’elle représente est le produit à la fois de l’évolution interne de la curtis, et de l’apparition d’une nouvelle fonction du grand propriétaire lui-même. Sur le compte de l’évolution interne on mettra la progressive transformation des diverses catégories de tenanciers et dépendants en un groupe plus ou moins homogène, soumis à des charges qui, dès le xe siècle, constituent une première strate des coutumes de la seigneurie en formation. Quant à sa nouvelle fonction, porteuse de nouveaux revenus, le maître se l’approprie, abusivement ou non, à partir des troubles de la fin du ixe siècle et du xe : c’est le pouvoir de commandement et de coercition sur les hommes, et notamment sur les alleutiers libres de la région environnante.

  • 87 L. Schiaparelli éd., I diplomi di Berengario I, no 118 : de mercatis vel castel-lis super quascumqu (...)

55C’est ainsi que, les quelques curtes du Padouan à destin castral que l’on connaît pour cette première période étant tenues par l’Église (l’évêque à Sacco) ou par les marquis, ancêtres des Este (à Merlara et Montagnana), le passage à la seigneurie banale s’est effectué, pour ces vassaux directs des rois, sans rupture nette. A Sacco la métamorphose était même inscrite dans l’acte de concession du roi Bérenger à l’évêque Pietro, de 897, puisque avec le domaine était cédée la délégation du pouvoir royal sur les dépendants libres, le districtus, avec ce qu’il impliquait de revenus. Les ingrédients de la seigneurie banale sont au complet lorsque, en 918, l’église de Padoue se voit explicitement reconnaître le droit de construire des castra dans ses possessions, sans restriction apparente87. Toute l’évolution ultérieure devient alors prévisible.

  • 88 Dans l’acte de 918 cité, en faveur de l’Église de Padoue, le lien est établi des unes aux autres, s (...)
  • 89 On peut rappeler à ce sujet cette constatation de Settia que c’était avant tout les riches qui s’in (...)

56Mais le cadre de la curtis ne mettait en présence que le propriétaire et ses agents, d’un côté, et les dépendants, esclaves ou colons, de l’autre. Au terme d’une évolution de quelques décennies, la villa constituera une structure moins fruste. La dissémination des pouvoirs au niveau micro-régional modifie la nature des relations entre les puissants et les milieux d’alleutiers. Ces derniers, pour la plupart, se comportent en nouveaux sujets, protégés de façon variable selon les lieux par la coutume, mais les plus aisés parmi eux, ici et là déjà liés, sans doute, au maître par les vieux liens de la vassalité carolingienne, en deviennent les auxiliaires obligés dans l’exercice de sa nouvelle fonction – agents de la coercition féodale, milites. Un jeu complexe s’instaure donc avec la constitution d’une élite militarisée dont le maître a un besoin impératif, dès lors qu’il est devenu ce chef local dont le castrum symbolise l’ascension. Si l’on ajoute que la protection qu’assurent les forteresses provoque la concentration sur elles des activités d’échanges (quand elles n’ont pas été créées pour protéger des marchés préalablement existants)88, il devient clair que les paysans aisés y sont attirés par l’intérêt. C’est donc l’installation, sans nul doute plus ou moins progressive, dans le castrum ou autour de lui, des plus riches et des plus dynamiques parmi les alleutiers libres qui, en interposant des groupes sociaux divers, par leurs activités comme par la nature de leurs relations avec le seigneur, entre celui-ci et ses dépendants, aboutit à l’élaboration d’un milieu bien plus diversifié que l’ancienne curtis, la villa89. La durée de l’évolution portant de l’une à l’autre n’est pas évaluable et, en ce domaine, il n’y a que des cas particuliers où se combinent une foule de paramètres. Telle curtis fortifiée demeurera peu attractive et longtemps marginale, telle autre deviendra le lieu privilégié de la relation entre le seigneur et un groupe alleutier puissant et entreprenant. L’exemple de Sacco serait sans doute exemplaire s’il était mieux documenté : il est vraisemblable que, sur le territoire de la future villa de Corte, se trouvait à la fin du ixe siècle le centre domanial gérant un patrimoine fragmenté dans ce vaste district. L’initiative des arimanni, devenus interlocuteurs du seigneur-évêque au xe siècle, n’a-t-elle pas été déterminante dans la fixation définitive du chef-lieu du territoire à Piove, où on les retrouve castellenses en 1005 ? On regrette d’en être réduit, au sujet d’une évolution d’un peu plus d’un siècle, à des reconstitutions certes probables, mais hasardées.

  • 90 Les exemples sont nombreux : Boccone, curtis en 969 (C D P, 1, no 52), villa en 1149 (C D P, 2/2, n(...)

57Il reste enfin à rappeler que fixer son attention sur les seuls centres fortifiés fausserait les perspectives puisque, dans le Padouan, les habitats ouverts ont souvent fait preuve d’un dynamisme comparable, étant entendu qu’ils laissent le rôle de chefs-lieux aux castra, comme on l’a vu. N’est-il pas révélateur que Corte, précisément, ait continué à prospérer après que Piove eut pris la première place en Saccisica ? L’expansion démographique et l’installation d’élites locales se sont aussi bien effectuées dans nombre d’anciennes curtes demeurées ouvertes90.

  • 91 A une exception près, qui est notable et a déjà été signalée sur d’autres sujets : les diplômes pon (...)

58Le jeu dialectique entre le grand propriétaire aristocrate et les libres alleutiers serait donc au centre du processus évolutif menant de la curtis à la villa, fortifiée ou non. Ce processus a pu s’avérer lent ; on n’en est pas quitte pour autant des problèmes que pose le vocabulaire : il témoigne, en apparence au moins, de persistances têtues qui exigent une explication, sinon plusieurs. Et il serait vain d’espérer s’en sortir en évoquant de simples « archaïsmes » d’écriture chez les notaires91. A côté d’évolutions claires, où villa remplace curtis (la majorité, heureusement !), il demeure un bel ensemble de cas de coexistence.

b) Le problème des persistances tardives

59Deux situations, concomitantes, sont à distinguer radicalement :

    • 92 C D P, 2/1, no 525 ; 2/2, no 1480.
    • 93 A S P, Corona, no 3680. Auparavant, cf. par exemple à Sermazza, en 1132, une portion de forêt déten (...)
    • 94 Ainsi, pour reprendre les exemples de la note précédente, à Carbonara en 1205 (A S P, Corona, no 36 (...)

    On verra, jusqu’à l’orée du Duecento, curtis de temps à autre utilisée dans le prolongement de sa vieille acception carolingienne, et appliquée à l’aspect foncier des seigneuries. Quelques exemples : vers 1150 il est question d’un manse de la curtis de Merlara ; encore en 1183 un personnel servile (des homines de masnada) est attaché à la curtis de Carturo92. Il arrive aussi que le terme soit dans une relation explicite avec le droit éminent que le seigneur foncier a sur les surfaces boisées : encore en 1205 il sera question de celles de la curtis de Carbonara, qui appartient au monastère de Praglia93. Les notaires, comme toujours, sont très conscients des nuances terminologiques : ils réservent le mot curia à la seigneurie – ou à son territoire, dans sa totalité –, villa au lieu géographique94, curtis à l’ensemble immobilier et à ce qui s’y rattache (ainsi les homines de masnada).

    • 95 L. Schiaparelli éd., I diplomi di Berengario I, no18 : quandam cortem iuris nostri... cum universis (...)
    • 96 A. Solmi, Storia del diritto italiano, Milan, 1918 (2o éd.), cité par P. Vaccari, La territorialità(...)
    • 97 C D P, 2/1, nos 64 et 125 : in villa... et in castro eiusdem ville, vel per cetera loca ad illam co (...)
    • 98 E. Zorzi, Il territorio..., doc. 11, p. 303 : Scio quod dominus episcopus Iordanus est comes et dom (...)

    Toutefois, dès la fin du ixe siècle se manifeste pour le moins une ambiguïté sémantique du mot curtis : en 897, lorsque le roi cède à l’évêque de Padoue la curtis de Sacco, le mot désigne à la fois un domaine (selon l’acception traditionnelle) et un ensemble de pouvoirs qui l’accompagnent (les plaids et districtiones qui lui appartiennent)95. Solmi avait autrefois évoqué « la curtis... implantant aussi sa prééminence administrative et économique sur les biens des libres et sur les terres communes vouées aux pâtures et aux bois »96. Aux xiie et xiiie siècles la documentation offre un certain nombre d’occurrences où le terme a évolué jusqu’à une signification que l’on peut qualifier de « territoriale ». C’est ce qui se passe dans deux exemples déjà rencontrés : à Camponogara en 1114, lorsque les da Baone localisent des biens leur appartenant « dans la villa... et dans le castrum de ladite villa, et en d’autres lieux appartenant à cette curtis », et à Carturo en 1122, lorsqu’ils cèdent « toutes les massariciae et toutes les terres qu’ils possèdent dans la curtis de Carturo, aussi bien dans le castellum que dans la villa et dans ses fines »97. De même, encore plus nettement, en 1223, l’évêque de Padoue est le « comte de la villa et du territoire de la curtis » de San Giorgio delle Pertiche98. Chaque fois il s’agit bel et bien d’une circonscription banale.

  • 99 G. Tabacco, La storia politica e sociale, dans Storia d’Italia Einaudi, t. 2, Turin, 1974, p. 154.
  • 100 C. Violante, Una famiglia feudale della « Langobardia » tra il x e il xi secolo : i « da Bariano » (...)
  • 101 Parler de « conservatisme » est d’ailleurs, sans doute, une manière superficielle de caractériser l (...)

60G. Tabacco avait relevé la progressive « variation sémantique » qu’implique le deuxième cas de figure (soit la deuxième « situation » que je viens d’exposer)99. De même C. Violante avait mis en évidence le processus dans le cas de la curtis de Bariano, entre la fin du xe siècle et celle du xie100. Ce qui fait, par contre, l’originalité du Padouan est la coexistence, jusqu’au xiiie siècle, de cette nouvelle acception du terme, qu’on a vu se profiler dès 897, et l’autre, directement héritée des temps carolingiens. Conservateurs en la circonstance, les notaires se sont accommodés de ce double jeu sémantique101.

61Je m’étais, au seuil de ce développement sur curtis et castrum, demandé si la survie du premier terme était la preuve du long maintien d’un archaïsme – ou pour le moins de structures antérieures à « l’incastellamento » –, ou s’il s’agissait d’un piège du vocabulaire. Il faut en fin de compte se résoudre à répondre au coup par coup. Dès le début du xiie siècle, toutefois, le terme, polyvalent lui aussi, de curia concurrence curtis, qu’il finira par éliminer autour de 1220. Ses significations et leur évolution seront analysées dans le chapitre qui vient à présent.

62Dès lors qu’au temps des seigneuries les castra ne se voient pas, en fin de compte, concurrencés dans leur fonction de chef-lieu, par les curtes survivantes, malgré la persistance de l’ancienne terminologie, il est permis de passer à l’étude plus précise de cette fonction.

II – CASTRUM ET POUVOIRS

63Autrement dit : à quoi sert un castrum ? D’une relative simplicité, une première réponse pourrait être : il a fonction de plus petite subdivision territoriale d’exercice de la puissance d’essence publique.

  • 102 Cf. supra, p. 5, mes remarques sur la place de l’ouvrage d’Elda Zorzi dans l’historiographie du Pad (...)
  • 103 E. Zorzi remarque que le mot castrum peut en arriver à signifier « circonscription » ; par exemple (...)
  • 104 C’est ainsi que G. Tabacco estime que Duby se rend coupable d’une « interpretazione astratta e non (...)
  • 105 A C P, Villarum, 1 : Arquà, 3, a. 1196 ; en partie édité dans E. Zorzi, Il territorio... (doc. 3) : (...)
  • 106 Cf., par exemple, en 1162 (C D P, 2/2, no 1533) : occasione comitatus Pernumie ; en 1221 (A S P, Co (...)

64Pour expliciter cette définition il n’est pas inutile de rappeler le schéma élaboré autrefois par Vaccari et appliqué au cas padouan par Elda Zorzi : le castrum est d’abord le centre d’un comitatus102 ; que l’origine en soit usurpée ou non n’a plus ici d’importance103. En d’autres lieux on parlerait de « seigneurie banale » : l’expression n’a jamais vraiment « mordu » en Italie104. Empruntée à la tradition historiographique italienne, celle de « comtés ruraux » n’est pas sans raison d’être, dans la mesure, d’une part où elle reprend un terme (comitatus) dont les hommes du Moyen Âge central faisaient eux-mêmes usage, et d’autre part où elle installe d’emblée les institutions de ce temps dans l’ambiguïté qui les caractérise, et qui explique l’étrangeté apparente de certaines formules : lors d’une déposition dans un procès, un simple villageois d’Arquà déclare que « le comté d’Arquà est aux comtes » – sous-entendu « de Padoue » –, lesquels le tiennent en fief des marquis ; fausse lapalissade, donc !105Ce témoin modeste fait très clairement la distinction entre les pouvoirs de commandement et de justice sur les libres dans le petit district rural qui est son cadre de vie, et la famille qui les détient. Il se trouve qu’ici c’est celle des comtes de Padoue, les seuls qui puissent se désigner sans besoin d’aucune spécification. Ailleurs, à Pernumia par exemple, les da Carrara détiennent le « comté », de même à Tencarola le monastère de Praglia106.

  • 107 C. Violante, La signoria « territoriale » come quadro delle strutture organizzative del contado nel (...)

65Cela dit les historiens contemporains de l’Italie (pas seulement les Italiens) ne se sont pas arrêtés à l’expression « comté rural », et ils ont fini par privilégier celle, plus neutre mais plus pédagogique, de « seigneurie territoriale » : Cinzio Violante, qui en a fait le succès, a d’ailleurs explicitement défini cette « territorialité » comme l’aboutissement d’un processus de concentration lié à « l’incastellamento », au terme duquel, en effet, la seigneurie se fait locale, compacte, après aliénation des biens isolés ou lointains107.

  • 108 Cf. infra, p. 321.
  • 109 La fondation de Cittadella remonte à 1220, si l’on en croit Rolandino (Cronica..., p. 30). Un statu (...)

66Revenons à la définition proposée il y a peu : les castra du Padouan constituent un réseau de chefs-lieux dans une région où l’habitat ouvert, non seulement a survécu, mais prédomine. Réseau durable : la commune de Padoue (j’aurai l’occasion d’y revenir) va, dès la fin du xiie siècle parfois, après 1200 le plus souvent, s’emparer du comitatus des vieilles familles, mais elle se contentera, en général, de prendre leur place, et pas toujours complètement108, si bien que le castrum gardera son ancienne fonction avec les nouveaux maîtres. Il est révélateur que la fondation communale du xiiie siècle qu’est Cittadella ait été conçue, elle aussi, comme un castrum classique, avec son territoire à administrer ; la chose se fit au détriment probable, tant de Fontaniva, que les milices padouanes détruisent d’ailleurs en 1228, que d’Onara, village des da Romano : un tel cas de remodelage est au demeurant rarissime109.

  • 110 Encore en 1077, lors d’un plaid présidé par des missi impériaux, il est dit comes huius civis Patav (...)
  • 111 C D P, 2/1, no 90. Il est clair qu’il s’agit désormais non plus de l’indication du lieu d’où il exe (...)
  • 112 A. A. Settia, Castelli e villaggi..., p. 172-173 ; ou encore p. 400, où l’auteur déclare, avec une (...)

67Toutefois le nouveau sens, micro-régional (« banal »), du mot comitatus ne s’est pas imposé d’emblée avec l’apparition des castra. Au xie siècle il désigne encore l’ensemble de la circonscription dont le comte « de Padoue » a été chargé par les Ottoniens110. En 1117 une situation nouvelle est peut-être révélée par le fait, nouveau en effet, que le comte Ugo se déclare de civitate Padua : il faut croire que la référence à la vieille fonction comtale, celle des temps où un empereur était à même d’imposer son représentant, est devenue si parfaitement abstraite qu’il est à présent nécessaire, pour situer ce personnage dans la société aristocratique, de rappeler qu’il est un notable citadin111. C’est donc dans le courant du xiie siècle que les pouvoirs seigneuriaux sont enfin explicitement fixés sur des circonscriptions castrales (le droit naît vieux, dit-on), c’est-à-dire que les termes de districtus et, a fortiori, de comitatus s’appliquent à celles-ci112.

  • 113 E. Zorzi, Il territorio..., p. 61 ; P. Vaccari, La territorialità..., p. 65-66, sur le thème de la (...)
  • 114 C D P, 2/1, no 506.

68A celles-ci abstraction faite du seigneur qui exerce ces pouvoirs. E. Zorzi, reprenant Vaccari, insiste sur la présence continue, dans la documentation, du terme curia, dans le sens nouveau de « circonscription » qu’il acquiert dès le xiie siècle, à côté de comitatus ; et elle définit la curia comme le complexe des possessions et droits du castrum, quelque chose comme sa « personnalité juridique »113. Autrement dit, le seigneur peut changer, la circonscription demeure : la curia est le territoire castral, indépendamment de qui exerce le pouvoir ; il arrive qu’on la voit divisée en parts abstraites, qui sont distribuées à plusieurs seigneurs : en 1148 Rolando da Curano inféode à Dalesmanino, son gendre, un tiers de la curia de Campagna (de tercia porcione tocius curie de Campagna scilicet Cornium – Cornio, village disparu dès le xiiie siècle – et Lupam – Lova – atque Praceulum – Prozzolo114.

A) Géographie des pouvoirs castraux

  • 115 Cf., par exemple, au sud-est : Pernumia cum tota sua curia et terratorio et comitatu et districtu ; (...)

69Le territoire castral est extrêmement variable en superficie. C’est ainsi que la ligne pressée des castra qui se suivent au long de l’ancienne limite orientale de la civitas d’Este, largement inféodée par les marquis, correspond à autant de comitati et donc de curiae sans aucune villa dépendante signalée, sauf pour Agna115.

  • 116 De même le territoire de la seigneurie épiscopale au nord de Padoue, le long du Brenta, est divisé (...)

70A l’inverse, de vastes secteurs ont pour chef-lieu un seul castrum, Sacco avec le castrum/chef-lieu de Piove, la Scodosia avec Montagnana, caput Scodosie à laquelle viennent s’ajouter au moins Casale et Merlara, territoires bientôt à leur tour subdivisés en plusieurs curiae116.

a) Deux cas bien connus : Sacco et la Scodosia, domaines de l’évêque de Padoue et des marquis d’Este

  • 117 C D P, 2/1, no 447 : un bien est vendu in comitatu Sacci ; no 623 : une vente se fait ante domnum P (...)
  • 118 C D P, 2/1, no 74 : In Curte debet marigus poni cum consilio et consensu episcopi vel sui missi... (...)

71C’est en 1145 que Sacco est désigné pour la première fois comme un comitatus, et en 1154 que l’on voit l’évêque, seigneur depuis l’origine, qualifié de comte117. Le territoire sera, dans une première phase, divisé en deux, Corte, villa non fortifiée devenue une commune rurale, acquérant une fonction de tête de district : dès 1116 au plus tard, des marici sont créés, sous contrôle épiscopal, à Piove d’une part, à Corte de l’autre118.

  • 119 M G H, Friderici I, Dipl., t. 2, no 343.

72Une situation nouvelle est créée par l’acte impérial de 1161, par lequel Frédéric Barberousse confisque l’essentiel du territoire de Sacco : sont tout d’abord énumérées l’une après l’autre, comme devant lui revenir, en premier lieu Piove et ses appendicia, qui sont Cambroso, Tognana, Arzere, Corte Folverto, Vallonga et Codevigo, tous situés au sud de Piove, puis Corte, similiter cum suis appendiciis, c’est-à-dire Rosara, Melara, Campolongo maggiore, Zignano, Campogiselo, Cazeolo et Boion, tous situés au nord-nord-est119. La division apparue en 1116 s’est donc non seulement maintenue mais en quelque sorte durcie.

  • 120 Cf supra, p. 201.

73Mais il se trouve que l’empereur laisse à l’évêque un troisième ensemble de villages, à l’ouest-nord-ouest de Sacco, où ce dernier a, semble-t-il, l’essentiel de ses biens fonciers, y compris la terre de Tombiole que lui avaient autrefois cédée les arimanni, le long de l’ancien cours du Brenta (avant la dérivation de 1142). Ce secteur a toujours été dans une situation un peu marginale : les vicini de Sacco peuvent y faire paître leurs bêtes sans encombre depuis l’accord qu’ils ont conclu avec l’évêque en 1080, mais les dépendants de ce dernier ne peuvent, quant à eux, en sortir et mener leurs bêtes vers l’est qu’avec leur permission120. Il s’agit, en 1161, de Legnaro, Sant’Angelo, Campolongo di Liettoli, Cereseo, Saonara, Sopra Cornio et Tombiole.

  • 121 C D P, 2/2, no 833 : les communes de Piove, Corte et Campolongo maggiore, pour les iudicariae de Pi (...)
  • 122 A C P, Feuda episcopi, 1, no 43 (publié dans Dondi, Dissert. 6, no 167).

74De ce fait, dès 1163, on voit apparaître une dénomination nouvelle : les territoires dont Piove et Corte sont la tête sont désormais appelés tantôt iudicaria, tantôt iudicatus, tantôt enfin curia121 ; en 1204, lorsque l’évêque fait de Forzatè di Tanselgardino son vicedominus à Sacco, les iudicati en lesquels le territoire se divise sont désignés tous les trois : ce sont ceux de Piove, Corte et Sant’Angelo. On retrouve donc la division qu’avait enregistrée Frédéric Barberousse122.

  • 123 Cf. supra, p. 119. Quelques occurrences de iudicaria au sujet de Monselice : a. 1013 (C D P, 1, no (...)
  • 124 A. 1190, 2 août (A S V, C D Lanfranchi) : l’évêque autorise capulum et pasculum à Santa Maria della (...)

75La réapparition du vieux terme de iudicaria (ou iudicatus) n’est pas indifférente. On se souvient qu’à partir de 970 Monselice, détrônée de sa situation de tête de comté, avait été chef-lieu d’une iudicaria. Point n’est besoin d’insister sur le fait qu’était ainsi désignée une circonscription publique, dans l’atmosphère de reconstruction des structures étatiques propre à la période ottonienne. Le terme y demeure en usage, significativement, jusqu’au début du xiie siècle, puis semble oublié durant quelques décennies123. De façon non moins significative c’est au temps de la tentative frédéricienne de remise en ordre qu’il réapparaît, appliqué cette fois à Piove. A partir des années 1190 on le retrouve, rarement mais assez régulièrement, à Piove et Monselice à la fois, et exclusivement en ces deux lieux124.

  • 125 Resterait à s’interroger sur l’influence du renouveau du droit romain, et donc des juristes de Bolo (...)
  • 126 Reste à savoir ce que, au terme d’une parabole descendante, l’évêque avait pu conserver à Padoue mê (...)

76J’ai tenu à insister sur les aléas de cette terminologie dans la mesure où ils me semblent corroborer ce qui m’était apparu avec l’évolution du mot comitatus. Qu’ils soient directement dans les mains d’un podestat impérial, ou dans celles d’un évêque qui a conscience de les détenir par délégation, les pouvoirs de commandement sont d’essence publique. Aussi bien l’évêque à Sacco que l’aristocratie dirigeante à Monselice savent, en réactualisant la vieille notion de iudicaria, qu’ils sont les garants d’un ordre125. Il n’est pas non plus indifférent que Monselice et Sacco soient terres d’arimanni et d’alleutiers, plus et mieux que toutes les autres dans le Padouan (en considérant à part le cas de la ville de Padoue elle-même), et que c’est précisément là que se maintiennent ou se réveillent les vieux concepts – la notion de res publica en somme et, avec elle, celle d’un rapport direct et, de surcroît, actif et non point de simple sujétion, avec le pouvoir126.

***

77A l’inverse, dans une situation à certains égards comparable à celle de l’évêque, puisque lui aussi se trouve à la tête de toute une micro-région homogène (nettement plus vaste que Sacco, mais moins peuplée sans doute à l’origine), le marquis d’Este n’utilise que le terme curia, ce qui est révélateur : dans la conscience qu’il pouvait avoir de sa propre autorité, le facteur lignager l’emportait sans nul doute sur la considération plus abstraite d’une puissance d’origine – sinon de nature – publique. Pour le reste, dans le sud-ouest padouan comme à Sacco, on voit des subdivisions s’opérer par création de curiae de niveau infra-castral, si je puis m’exprimer ainsi.

  • 127 E. Zorzi, Il territorio..., doc. 4, p. 271-286 ; S. Bortolami, Comuni e beni comunali..., doc. 1, p (...)
  • 128 De cette dernière curia seul nous parle le document retranscrit dans le C D Lanfranchi.
  • 129 Cf. S. Bortolami, ibid., p. 562 : les ville de Scodescia vadunt ad batiçandum ad tres plebes, c’est (...)

78Un ensemble de 3 documents dont les 2 plus importants ont été édités127, tous constitués de dépositions testimoniales, permet de se faire une idée assez précise de la situation à l’extrême fin du xiie siècle (en 1199, pour être exact). Montagnana joue le rôle – désormais ancien – de chef-lieu de la Scodosia (caput Scodescie) ; son castrum est le castrum Scodescie, le symbole explicite de l’unité de cette petite région : les autres villages sont désignés à l’occasion comme les villae de castro de Montagnana. A l’est de la Scodosia, deux castra contigus, chacun à la tête de sa curia : Este et, dans les Euganées, Calaone128. Mais déjà la situation s’est compliquée : la Scodosia elle-même n’a plus – si tant est qu’elle ait jamais eu – de véritable unité. On s’aperçoit que seule la moitié ouest du territoire est véritablement assujettie à Montagnana : dans l’esprit des habitants, seuls Merlara, Casale, Altaura, Urbana, San Salvaro et, moins cité, Trecontai, à la limite nord-ouest, constituent vraiment la Scodosia, car seuls les villageois de ces lieux sont chargés de l’entretien et de la garde du castrum de Montagnana. D’aucuns continuent à la délimiter, soit abstraitement, soit en relation avec l’encadrement religieux129, de la frata de Trecontai à l’ouest jusqu’à la moitié de Ponso, à l’est. Le fait est que, dès 1097, le marquis Azzo maior (c’est-à-dire Adalberto-Azzo II) aurait légué à Ugo Megliadino la moitié ouest de Ponso et Saletto, et le reste à Folco : c’est ce reste qui conserve avec Montagnana la relation étroite qui a été dite.

  • 130 Reste le problème du sort du castrum/résidence seigneuriale de Merlara (cf. supra, p. 260) : s’il d (...)
  • 131 Cf. E. Zorzi, Il territorio..., p. 273, sur la curia Vigiçoli ; p. 278 : Montagnana est curia per s (...)

79Si bien que, dès la fin du xie siècle, s’est détaché de l’ancienne Scodosia (jusqu’à quel point, c’est ce qu’on ne saurait dire) tout un ensemble de villages, à l’est, desquels il n’est pas vraiment certain qu’alors, ni non plus au xiie siècle, celui qui fera office de chef-lieu ait été ou soit devenu un castrum. Comment la population exprime-t-elle la division en 1199 ? D’un côté Montagnana est curia per se, mais – depuis quand ? – Casale aussi ; de l’autre on trouve à la fois Megliadino et Vighizzolo. En fin de compte la situation s’avérait assez complexe, on l’aura entrevu, pour ceux-là même que l’on voit s’appliquer à la décrire dans la documentation. La Scodosia c’est : 1 castrum (Montagnana)130mais 4 curiae (Montagnana, Casale, Megliadino et Vighizzolo) et, sur le plan religieux, 3 pievi (Merlara, Ca-sale et Megliadino, dont dépend Montagnana elle-même)131.

  • 132 Dans 2 documents, l’un antérieur, l’autre plus tardif : en 1197, le texte est de formulation ambigu (...)
  • 133 E. Zorzi, Il territorio..., p. 176.

80Les territoires contigus ne constituent pas plus une unité : les domaines euganéens (j’ai cité Calaone) n’apparaissent qu’incidemment dans les dépositions testimoniales de 1199. Este, à l’est, vieux site castral, est bien à la tête d’une curia, mais qui ne couvre pas tout le territoire restant jusqu’à l’Adige. Du moins apprend-on que l’autre moitié de Ponso en relève désormais132. Plus au sud, Solesino et le territoire de sa curtis avaient été apportés en dot à Alberto-Azzo, dans les années 1040, par sa femme Cunizza, de la famille des marquis de Vérone133. Il avait conservé son autonomie puisque, en 1199, la curia de Solesino est citée, à côté de celle d’Este.

  • 134 C’est dans la chronique de Rolandino que l’on a enfin des mentions explicites du castrum de Calaone (...)

81A cette date il y aurait donc, dans l’ensemble territorial dominé par les Este, au moins 3 castra (deux bien attestés, Montagnana et Este, et un troisième probable car ayant donné son nom à une dynastie de féodaux vassaux des marquis, Calaone)134, et 7 curiae : à celles qui correspondent aux castra s’ajoutent Casale, Megliadino, Vighizzolo et Solesino.

  • 135 A S P, Dipl. nos 549 et 551 : mention de campos positas (sic) in castro Sulicini, et du comitatus S (...)

82Est-ce du fait de lacunes de la documentation antérieure, ou y a-t-il au contraire une évolution dans les décennies suivantes, toujours est-il que la situation apparaît encore plus complexe dans les années 1230, durant les premières années de l’époque guerrière de Frédéric II et d’Ezzelino. La rivalité entre les Este et le parti dirigé par les da Romano a-t-elle engendré une nouvelle génération de forteresses, ou est-ce tout simplement le cours guerrier des événements qui les fait apparaître dans la documentation de ces temps ? Toujours est-il que, à Solesino et dans l’est de la Scodosia (précisément là où Montagnana n’a pas de domination directe), à Vighizzolo, des castra sont désormais mentionnés. Mieux encore, dès 1214 il est question d’un comitatus de Solesino135.

83Il est licite de conclure, à la lueur de ces exemples, que l’évolution va dans le sens de la complexité, laquelle est manifestée par une subdivision croissante des circonscriptions seigneuriales. Tout y conduit sans doute : tant l’augmentation du nombre des hommes que, surtout, l’affirmation progressive d’organismes communaux dans les villae ouvertes les plus importantes comme dans les castra. A Sacco, comme je l’ai dit, la première cause de la division de ce comitatus épiscopal en trois iudicariae semble bien avoir été la présence d’une commune de Corte face à celle de Piove.

b) Honor et districtus : des enclaves dans les juridictions castrales

84Les subdivisions des grands comtés ruraux en curiae n’en affectent pas l’unité. Il en est autrement des concessions en honor et districtus qu’on rencontre çà et là au xiie siècle et plus tard, alors que les enclaves qu’elles créent dans les seigneuries avaient jusque-là été plutôt exceptionnelles.

  • 136 En 1203 (A C P, Villarum, 7 : Pernumia, 13) le gastald Zubiano déclare que fama est in Pernumia que (...)
  • 137 G. Tabacco, La costituzione del regno italico al tempo di Federico Barbarossa, dans Popolo e stato (...)
  • 138 E. Zorzi, Il territorio..., doc. 10, p. 297 : cum tota sua curia et terratorio et comitatu et distr (...)

85Comment peut-on caractériser l’honor et districtus ? La conscience qu’en avaient ceux qui y étaient soumis ne parvenait sans doute pas à une grande précision juridique136. Par contre, comme le rappelle G. Tabacco, dans la langue des notaires cette expression signifie le pouvoir de nature publique qui procure au seigneur des profits autres que les revenus fonciers, donc, fondamentalement, le pouvoir de contraindre137. En conséquence, si ce pouvoir s’exerce depuis le castrum, l’expression honor et districtus, ajoutée à comitatus, sonne comme une redondance ; les exemples ne manquent pas : G. Tabacco cite la vente d’un castrum à la commune d’Asti avec honore et districtu et comitatu ; en 1215 Albrico Leone da Carrara reçoit Pernumia « avec toute sa curia, son territoire, le comitatus et le districtus »138.

  • 139 Sur la seigneurie des chanoines à Pernumia et leurs litiges avec les da Carrara (et, d’ailleurs, d’ (...)

86Les occasions de conflit naissent lorsque, dans un territoire castral, un seigneur, non vassal du châtelain, sans relation hiérarchique d’aucune sorte avec lui, se trouve muni, pour des biens qu’il possède, de omni honore et districtu. C’est le cas, face aux da Carrara, du chapitre cathédral de Padoue à Pernumia : de ce fait, il prétend que ses tenanciers et dépendants en ce lieu relèvent de sa curia. Je ferai remarquer qu’ici le terme se trouve donc appliqué à une seigneurie non châtelaine : les notaires, sinon les habitants du lieu qui témoignent dans le procès entre chanoines et seigneurs « comtaux » sur ce sujet, distinguent fort bien le comitatus du « comte » de l’honor et districtus du chapitre, mais ils désignent les pouvoirs des deux parties comme leur curia139.

  • 140 Le sens du mot districtus est relativement clair à Pernumia. Cela ne signifie pas qu’il ait été tou (...)
  • 141 S. Bortolami, Territorio..., p. 104.
  • 142 Un témoin, en 1203 (A C P, Villarum, 7 : Pernumia, 13), dit que les tenanciers des chanoines sont s (...)
  • 143 Ibid. : le gastald Zubiano rappelle l’histoire de la vache, puis comment les gens de Marsilio da Ca (...)
  • 144 Ils viennent facere rationem inter suos habitatores et aliis de illis conquerentibus (cité par S. B (...)
  • 145 Un gastald des chanoines, qui est aussi un de leurs tenanciers, s’est vu enlever un bœuf par les ge (...)

87Il est, en effet, une conséquence majeure du districtus des chanoines à Pernumia140 : leurs tenanciers sont censés échapper à la juridiction des « comtes » du lieu, dans la mesure même où ils sont sous la curia de leurs propriétaires. Voici donc, comme l’écrit S. Bortolami, une « oasis de pouvoir »141, une mini-circonscription couvrant l’espace de la seigneurie foncière munie de sa portion de pouvoir banal142. Sa portion seulement : en effet les chanoines sont à même de juger un de leurs tenanciers dont s’est plaint un tenancier des da Carrara au sujet d’une vache, mais la justice sur les homicides revient manifestement au pouvoir du « comte »143. Les chanoines, cependant, conçoivent manifestement le leur comme relevant d’une immunité d’ancien style : en concurrence avec les plaids comtaux, ils rendent la justice deux fois par an à leurs dépendants144, lesquels, par voie de conséquence, sont censés ne pas se rendre aux plaids, ce qui est la cause fondamentale du litige avec les da Carrara145.

  • 146 Sur les autres seigneurs fonciers, dont les comitisse, cf. S. Bortolami, ibid., p. 101-102.
  • 147 Cf. supra, p. 189, sur la sorte de co-seigneurie que les arimanni locaux exercent, à partir du cast (...)
  • 148 A C P, Villarum, 7 : Pernumia, 17, a. 1203.

88Les chanoines ne sont pas, bien sûr, les seuls seigneurs fonciers à Pernumia, ni même les seuls seigneurs munis de l’honor et districtus. Sante Bortolami rappelle qu’il y en a au moins 4 autres : la « pieve » de Pernumia, le monastère familial des da Carrara – Santo Stefano –, les comitisse et « ceux de Monselice » (illi de Montesilice). Pour ce qui est desdites « comtesses », il retient l’hypothèse de leur appartenance à la famille comtale de Vicence146. Quant aux de Montesilice je tendrais, personnellement, eu égard aux occurrences déjà rencontrées de l’expression, à voir en eux, soit les da Fontana, soit, plus vraisemblablement, les Paltanieri, « comtes » de la voisine Tribano. La chose importe peu : l’essentiel est de retenir que, sauf pour les affaires criminelles et les problèmes de contrôle des terres communes et des voies de passage (routes et cours d’eau), les da Carrara n’ont, en théorie du moins, de pouvoir de coercition et de commandement que, d’une part, sur les alleutiers – les arimanni du lieu –, dans les limites des accords conclus avec la commune locale et, plus complètement, bien entendu, sur leurs propres dépendants147. Car les mêmes témoins qui insistent sur l’autonomie judiciaire de la seigneurie des chanoines signalent que les autres seigneurs du lieu disposaient des mêmes pouvoirs et que leurs dépendants n’étaient donc pas non plus jugés par les da Carrara148.

89Pernumia méritait d’être évoqué comme le meilleur observatoire possible de cette coexistence générale – et conflictuelle assez souvent – de deux niveaux de pouvoir de commandement et de justice dans les comitati du contado.

90Les concessions en honor et districtus, au xiie siècle, sont liées à l’épanouissement des fortunes monastiques et à l’élargissement des clientèles vassaliques. Elles sont un luxe que les puissants, installés solidement dans les districts qu’ils se sont constitués, peuvent désormais se permettre. Plus souvent, il est vrai, est concédé le seul honor ; j’y reviendrai.

  • 149 C D P, 2/1, no 497 : omnem functionem seu exactionem atque districtam in omnibus rebus temporalibus(...)
  • 150 M G H, Conradi III et filii eius Heinrici Dipl., F. Hausmann éd., Vienne-Cologne, 1969, no 255 : Fo (...)
  • 151 C D P, 2/1, no 578, a. 1152 : in se retinuit... generale bannum. Quod Saccensibus antiquitus imposi (...)
  • 152 Ibid., no 361 : les biens du monastère en Saccisica sont confirmés, et l’évêque concessit totum fod (...)

91Les donations pieuses épiscopales consenties aux monastères s’accompagnent de l’octroi du districtus (en général féminisé en districta) : ainsi, en 1147, le prélat grégorien Bellino abandonne au monastère de Saccolongo toutes les redevances d’origine publique, toutes les exactions et la districta sur tous les biens149. Les monastères vénitiens, dans leur politique systématique d’acquisitions sur la terre-ferme, s’appliquent à faire reconnaître leur autonomie, une fois les achats réalisés. Ils utilisent parfois les grands moyens : en 1151, San Nicolò du Lido devient vassal direct de l’empereur et se fait céder par Conrad III, avec le fodrum, le districtus et tout ce qui relève de lui sur son temporel150. Reste malgré tout à régler la coexistence avec les autorités locales ! Ce qui est fait l’année suivante ; mais l’évêque de Padoue a mis les choses au point, et a précisé les limitations qu’implique la possession du districtus : confirmant les donations de son prédécesseur, il se réserve le « ban général, anciennement imposé aux Saccensi, le plaid général », et (comme les da Carrara à Pernumia) la haute justice, dont les cas sont au demeurant énumérés151. Il s’agit là, d’ailleurs, d’une règle du jeu que l’évêque avait établie dès 1139 avec San Cipriano, autre monastère vénitien152.

  • 153 C D P, 2/2, no 1062.

92Il en est de même pour la clientèle vassalique laïque des grands. Une fois de plus Sacco est le meilleur champ d’observation du phénomène. En même temps qu’il réactualise pour les monastères vénitiens la vieille pratique de l’immunité, l’évêque accorde des privilèges semblables à ses vassaux laïcs, tant grands seigneurs que simples notables alleutiers du lieu. On ne le sait qu’indirectement, à l’occasion des multiples transactions réalisées ensuite par ces mêmes monastères avec des laïcs à Sacco : dès 1172 un certain Frugerio, habitant Corte, cède à San Giorgio maggiore un manse avec le fodrum, la dîme, et districta... cum omni honore153.

93La documentation vénitienne est suffisamment riche et facile d’accès pour permettre de poursuivre l’enquête, de la paix de Constance jusqu’à la fin de la période. C’est à travers elle qu’on connaît le mieux l’implantation de la vaste clientèle padouane de l’évêque en Saccisica. On peut compléter par des coups de sonde dans les archives padouanes, quelque éparpillée qu’y soit la distribution de la documentation.

94Une approche modestement statistique des transactions des monastères vénitiens à Sacco a donc été tentée, en utilisant :

  1. l’ensemble de la documentation allant de 1183 à 1199, entièrement édité, avant tout dans le « Codice Lanfranchi », dactylographié ;

    • 154 Cf. les tableaux ci-joints. Les « coups de sonde » annoncés dans les archives padouanes, isolés, n’ (...)

    les actes des 3 monastères les mieux documentés dans le Padouan, à savoir San Cipriano, San Giorgio maggiore et San Zaccaria, dépouillés aux archives de Venise, pour la période allant de 1200 à 1260154.

  • 155 Un rappel nécessaire, même si, au fond, il va de soi : une minorité de ces transactions s’effectue (...)

95Le résultat est le suivant : des chiffres comparables – 62 et 60 transactions – pour l’ensemble entre 1183 et 1199 puis pour les 3 entités concernées entre 1200 et 1260155.

  • 156 A S V, C D Lanfranchi : Santa Maria della Carità, B. 21, 18 juillet 1188.

96Dans la majorité des cas le bien, petit ou gros alleu, donné, vendu ou échangé, l’est sans aucune référence à un privilège quelconque, soit parce qu’effectivement le laïc concerné est un mince personnage, soit tout simplement parce que le notaire néglige de signaler ce privilège : il va de soi que Palma da Baone qui, avec son mari Marcio dei Maltraversi, cède un bien à Santa Maria della Carità en échange d’une dîme en 1188, dispose de droits seigneuriaux à Boion, comme ailleurs en Saccisica156. Il faut donc tenir compte du non-automatisme des mentions d’honor ou d’honor et districtus.

97La minorité de privilèges mentionnés se répartit comme suit :

    • 157 Cf. supra, p. 189-190, des remarques sur l’appropriation du fodrum par tout un milieu d’origine ari (...)

    entre 1183 et 1199 : 2 mentions d’honor et districtus, 7 mentions du seul honor et, parfois liées à ce dernier, 24 mentions d’exonération (ou d’appropriation par le laïc) du fodrum157 ;

  1. entre 1200 et 1260 : 2 mentions d’honor et districtus, 1 d’honor seul et 11 du fodrum.

  • 158 Honor et districtus, en 1213 et 1221 ; honor seul, en 1209.

98Il est clair que, à partir de 1200, ces précisions sur le statut de la terre dans son rapport avec le pouvoir seigneurial ont de moins en moins d’importance : il n’y a rien après 1221158.

  • 159 Le hic : une aussi claire hiérarchie n’est discernable que dans la Saccisica épiscopale, micro-régi (...)

99Entrons à présent dans les détails de ce tableau de la dilution des pouvoirs et privilèges seigneuriaux dans le cadre des comitati des xiie et xiiie siècles : si j’ai pu distinguer, à partir des analyses de Sante Bortolami sur Pernumia, deux niveaux de pouvoir de commandement et de justice – le comitatus (pouvoir complet) et l’honor et districtus (pouvoir, de fait, incomplet) –, au-dessous de ce dernier, le simple alleutier aisé se trouve disposer, au mieux de l’honor (sans le districtus), au minimum de l’exemption du fodrum159.

Mentions de l’honor et districtus

  • 160 L. Lanfranchi éd., San Giorgio maggiore, t. 2, no 503, a. 1188 ; Id., San Giovanni Evangelista di T (...)
  • 161 A S V, San Cipriano, B. 101, R. 173, a. 1213, 1er décembre.

100Voici quelques seigneurs de second rang : Pietro dei Bonizzi, Aldrigetto di Rolando et son fils Oliverio, Domenichino di Rizzo, tous représentants de familles de l’aristocratie des temps de la commune consulaire, liés à la curia épiscopale, jouissent dans leurs possessions de Sacco de l’honor et districtus160. Puis une quatrième occurrence témoigne de la tendance à descendre au niveau d’une petite notabilité locale : un certain Paolo di Valenzano, de Campolongo maggiore, non autrement connu161.

  • 162 A S P, Dipl., no 454. Cela dit, cet exemple de « démocratisation » demeure isolé.

101Un coup de sonde dans la documentation des archives de Padoue renforce cette impression : dès 1199 un habitant de Codevigo, Giovanni di Albertino di Fabro, vend à un certain Albertino di Bertaldo une petite pièce de terre d’un campo (un tiers d’hectare environ), cum omni honore et districtu162.

102Non seulement les pouvoirs tendent à s’éparpiller mais, selon la logique du système des fiefs en Italie du nord, ils entrent dans le circuit des échanges et leur mention peut dès lors prendre un caractère abstrait. Si bien que, assez vite, on en arrive à constater qu’il faut être extrêmement prudent, de ce fait, au terme de deux générations à peine, quant au contenu réel de cette mention de districtus ou d’honor et districtus accrochée à une terre ou à toute espèce de bien-fonds. Deux exemples opposés rendront plus évidente la distance qui peut séparer, malgré l’utilisation d’un même vocabulaire, l’acquisition d’une puissance réelle sur les hommes et une simple marque, toute symbolique, de distinction.

  • 163 Dondi, Dissert. 6, no116 : Et si aliquod fecerit, quod videbitur episcopo iniquum, aut superfluum, (...)
  • 164 C D P, 2/2, no 1461, a. 1182. Sur le fief sans fidélité cf. G. Rippe, Feudum sine fidelitate...

103En 1185, lorsque l’évêque fait de Tanselgardino son vicedominus en Saccisica, il est prévu que celui-ci jouira du tiers des revenus attachés à la fonction comtale, les deux autres tiers demeurant au prélat, lequel aura un droit de regard sur l’administration de son délégué163 ; ce pouvoir et ce privilège bien circonscrits sont donc qualifiés, en bonne logique, d’honor et districtus, explicitement. Mais que dire lorsque le même évêque, quelque temps plus tôt, investit en fief sans fidélité un juge padouan, du nom de Bucentoro, de districta et honore, tant de la maison qu’habite ce juge en ville que d’un sedimen (c’est-à-dire d’un espace clos, bâti ou non) dans un autre quartier164 ? Il ne s’agit plus ici que de signifier que les charges coutumières et le cens, théoriquement dûs par tout habitant d’une des nombreuses demeures de propriété ecclésiastique, sont gracieusement remis à ce locataire de la bonne société. Bref, le même vocabulaire désigne, à la même époque, l’octroi d’un pouvoir de commandement dans le contado, avec les revenus y afférant, et la simple exonération du loyer consentie à un notable citadin entré dans la vassalité épiscopale... comme presque tous les notables citadins.

  • 165 S. Bortolami définit le terroir de Polverara comme « un’area di bonifica ormai direttamente amminis (...)
  • 166 Cf. supra, p. 297.
  • 167 Visdomino, Arlotto et Ugo dei Tadi tiennent une pecia terre cum domorum ediffitiis et vitibus et ar (...)
  • 168 En 1222 Enrigino di Arlotto dei Tadi vend à Anselmo di Aicardo une pecia à Polverara, tenue en live (...)

104Dernier avatar de l’expression dans le Padouan, durant les décennies 1210-1230. Dans les terres de la campanea de Padoue, c’està-dire dans le secteur rural immédiatement administré par la ville, le premier tiers du xiiie siècle voit s’achever un vieux mouvement de défrichements systématiques, et cela tout particulièrement aux limites de cette campanea. C’est ainsi que les témoignages (indirects) ne manquent pas pour le terroir de deux villages situés au sud-est de la ville : Polverara et Roncaiette165. Nous voici donc dans un univers a priori tout autre, voire opposé à celui des divers comitati qui l’entourent. Mais qui s’approprie les bénéfices de ce premier mouvement de bonification dirigée ? Ces notables vassaux épiscopaux qui sont encore, vers 1230, dans le milieu dirigeant de la commune (après avoir été, jusque vers 1205 au moins, toute la commune). Or on voit, non sans surprise, le rapport juridique entre l’entité « commune » et l’élite des familles qui la constituent se construire, et s’exprimer, selon le vieux modèle féodo-vassalique. De même que la commune tend, au début du xiiie siècle, ainsi qu’on l’a vu avec l’exemple de Cittadella166, à diviser en districts castraux les zones du contado où elle s’impose directement, de même les familles de notables (toujours les mêmes) qui s’approprient, en livello le plus souvent (moyennant des cens parfaitement symboliques), les terres dont, à la tête des instances dirigeantes citadines, elles ont probablement fait décider le défrichement, tiennent ces terres cum honore et districtu de la commune. Ainsi en est-il des Tadi à Polverara en 1211167. Mieux encore : les mêmes, environ 10 ans plus tard et, à Roncaiette, les Borselli, les Canavoli et les di Corrado vendent des manses dont ils avaient le comitatus168. Les parts de gâteau distribuées entre dignitaires citadins, à l’issue d’une entreprise de bonification communale, le sont donc selon ces formes anciennes qui étaient censées exprimer des forces qu’on a trop longtemps vues comme anti-citadines et essentiellement tendues à diviser le territoire. Resterait à savoir ce qui demeure, de pouvoirs de commandement effectifs sur leurs dépendants, aux notables qui se sont ainsi auto-privilégiés. Je verrais, là aussi, plutôt une marque de distinction affectée que le signe de pouvoirs réels en quoi que ce soit comparables à ceux de Tanselgardino à Sacco, ou même des chanoines de Padoue à Pernumia. Car on se trouve ici au terme de l’évolution, voire de l’usage de cette terminologie.

Mentions de l’honor seul, du fodrum et de l’arimannia

  • 169 Les deux Padouans investis de biens cum honore, sans plus, sont Lemizo di Otto (F. Gaeta éd., San L (...)
  • 170 Dans le contado de Vérone aussi, on rencontre de ces notables de village, pourvus de l’honor. L. Si (...)
  • 171 Les modalités, du fait des transactions successives, sont souvent complexes : en 1184 un certain Do (...)

105Un cran au-dessous, peut-être : de petites seigneuries foncières possédées cum honore. C’est – on l’a vu – dans une brève période de 17 ans, entre 1183 et 1199, que les transactions portant sur des biens munis du seul honor constituent une minorité révélatrice : soit 8 mentions sur 62 actes. Il est exclu de s’appesantir : elles concernent 2 Padouans et 6 « Saccensi »169. Ces chiffres sont trop modestes pour permettre d’aller au-delà de l’hypothèse qu’il s’agit là d’une couche de petits vassaux, majoritairement ruraux, dépourvus de pouvoirs de coercition sur d’éventuels dépendants170. Par contre il est clair que l’évêque a fort libéralement remis le fodrum, qu’Henri IV lui avait concédé en 1079, à toute une couche d’alleutiers locaux (24 cas, soit plus du tiers, entre 1183 et 1199, et 12 entre 1200 et 1260, soit 1/6e, dont 10 avant 1237). Certains détiennent à la fois l’honor et le fodrum ; près de la moitié des possesseurs du fodrum disposent en même temps de la dîme du bien qu’ils aliènent. Curieusement rares, par contre, sont les mentions accolées d’appropriation conjointe du fodrum et de l’arimannia (4 explicites, plus une occurrence de l’expression libera a condicione, qui pourrait y faire allusion). Souvent ces dîmes (et, plus rarement, le fodrum) sont cédées à l’acquéreur en fief sans fidélité ni hommage, ce qui, en bonne logique féodale, me semble signifier que les laïcs concédants tenaient eux-mêmes, ou avaient acheté, de quel-qu’un qui la tenait, la dîme en fief171.

  • 172 A C P, Feuda episcopi, no 56, a. 1214. Le nouvel évêque, Giordano, fait paraître devant lui ses vas (...)
  • 173 A C P, Villarum, 2 : Campopremarino, 4, et ibid., 3, pour les « livelli » (a. 1225).

106L’inféodation de dîmes n’est sans doute pas le fait des seuls évêques ; mais il est impossible de se faire une idée de ce que les chanoines de Piove ont pu laisser aux notables locaux. Il reste que, lorsque l’on sait quel est le seigneur dont un alleutier de Sacco, petit ou grand, détient une dîme en fief, c’est soit l’évêque, soit éventuellement son vicedominus. A Corte, par exemple, le comte-prélat dispose des dîmes, et l’on voit un certain Gerardo, decano, habitant du même lieu, y détenir un très explicite feudum decime172. L’inféodation des dîmes, tout comme la cession de l’honor, atteignait des niveaux relativement modestes de la société puisque l’on voit, dans un autre secteur de seigneurie épiscopale, à Campopremarino, un groupe de 7 consortes du lieu, petits alleutiers dont les exploitations sont complétées par la location en livello de terres de l’évêque, engager avec leurs terres (sous la forme d’un contrat de vente simulé) tout un ensemble de dîmes173.

***

107De même qu’on voit, dans les circonscriptions les plus vastes et (si j’excepte le cas de Pernumia) les mieux connues, des villages ouverts finir par jouer aussi un rôle de centre de district mineur (ainsi Corte di Sacco), de même la gamme des puissants et des privilégiés s’élargit par nuances progressives et déborde très tôt le cadre du groupe restreint des seigneurs. D’autant que l’un des effets majeurs d’une prospérité sans limites sociales brutales est de faire entrer dans le circuit des échanges, avec les biens vendus (ou échangés, ou aliénés à des titres quelconques), les privilèges attachés à ces mêmes biens. D’où les cessions en fiefs sans fidélité de l’honor ou, plus modestement, du fodrum et/ou de la dîme. Mais il serait erroné de se représenter les choses de façon univoque. Si ce mouvement a tendu à engendrer une sorte de dilution des privilèges, dont les structures féodo-vassaliques et la puissance des seigneurs pouvaient à terme se trouver menacées, d’un autre côté, le nombre, tant des établissements religieux acquéreurs que celui des milites laïcs pourvus, au dessous des comites ruraux, non seulement de l’honor mais du districtus, ce nombre là n’était pas indéfiniment extensible. Il s’agit, pour l’instant, toujours de la même aristocratie qui sait intégrer au compte-goutte ceux des nouveaux riches qui s’avèrent susceptibles de vivre sur le même pied qu’elle. Et l’on a bien vu que l’on découvre en fait, munies de ce pouvoir banal partiel qu’est l’honor et districtus, voire d’un comitatus sans doute surtout honorifique octroyé par la commune du premier quart du Duecento, toujours un peu les mêmes familles : Gnanfo, Tadi, et autres lignages de juges/milites de la ville.

108Des pouvoirs qui dominent le contado, il est grand temps, maintenant, de présenter le fonctionnement concret. Le seigneur castral muni du comitatus voit, face à lui, disposé selon une économie excessivement variable, synchroniquement comme diachroniquement, un conglomérat de forces qui sont, entre elles comme avec lui, dans une relation oscillant entre rivalité et coopération. Cela va des autres seigneurs de même rang, détenant au même lieu des possessions ancestrales, jusqu’à la communauté locale dont se dégage peu à peu un groupe de notables avec lesquels il faut le cas échéant partager le castrum lui-même, en passant par les milites et notables urbains installés sur place, et par les vassaux du « comte », qui peuvent au demeurant être également du nombre, tant de ces notables locaux que de ces milites urbains. De ce fait, toute situation est instable et varie en fonction, essentiellement, du rapport de forces existant entre le châtelain muni du comitatus et le milieu local. Il semble bien, par exemple, que Speronella corresponde beaucoup mieux à l’image traditionnelle du seigneur oppresseur et brutal que l’évêque à Sacco.

109Le rapide tableau, qui va suivre, du fonctionnement des châtellenies/comitati sera donc d’autant plus juste que le lecteur y réintroduira en pensée ces nuances. D’autre part il ne convient pas moins de se souvenir que, s’il n’est possible d’en esquisser la description qu’à partir d’une époque assez tardive, non antérieure au début du xiie siècle, l’âge « classique » de la seigneurie « comtale » dure peu puisque les interventions de la commune urbaine commencent à redistribuer les rôles, sans toutefois modifier la structure, entre 1200 environ et 1237, puis qu’avec la tourmente ezzélinienne le paysage se trouvera profondément modifié.

B) L’exercice du pouvoir

  • 174 A. Castagnetti, Il potere sui contadini. Dalla signoria fondiaria alla signoria territoriale. Comun (...)
  • 175 R. Bordone, L’influenza culturale e istituzionale nel regno d’Italia, dans Friedrich Barbarossa. Ha (...)
  • 176 Toute analyse régionale passe par la mise en évidence de cette dialectique. Ainsi, au sujet du Trév (...)
  • 177 Cf. infra, p. 730.

110« Maître chez lui », le seigneur l’est jusqu’à un certain point seulement : jamais, et nulle part, il ne peut (ni, sans doute, ne veut) oublier qu’il est « le continuateur direct d’une tradition publique d’exercice du pouvoir » (A. Castagnetti)174. Si bien qu’est toujours à l’œuvre une dialectique de la « publicité » et de l’appropriation privée : ainsi, dans les familles comtales, le souvenir de ce qui était circonscription ne s’oublie pas, et dans les seigneuries « d’origine spontanée » (comme celle des da Carrara), le pouvoir se fait « tendantiellement public » (R. Bordone)175. Bref, l’idée de légitimité reste toujours présente176, et le restera jusqu’au xiiie siècle et à la dictature d’Ezzelino, premier exemple connu de cette illégitimité princière dont Jacob Burckhardt fera, non sans raison, quelque chose comme la part maudite de la modernité en Italie177.

  • 178 E. Zorzi, Il territorio..., à plusieurs endroits : dans la mesure où elle passe en revue les divers (...)

111Quant au contenu concret de ce pouvoir, il a été déjà fort bien analysé, entre autres par E. Zorzi et S. Bortolami, puis rappelé dans une synthèse d’A. Castagnetti178, et je n’aurai donc pas à m’appesantir ; il me suffit d’y revenir à grands traits.

  • 179 A S P, Corona, Santa Maria di Praglia, no 974.
  • 180 E. Zorzi, Il territorio..., doc. 11, p. 303 : ius capiendi latrones et faciendi rationes hominibus. (...)
  • 181 E. Zorzi, qui reprend Vaccari, rappelle à ce sujet, fort opportunément, que le merum imperium invoq (...)

112Il arrive parfois que les notaires éprouvent le besoin de caractériser le comitatus : en 1230 Nicolo’ da Castelnuovo vend au monastère de Praglia ses biens à Tramonte et dans plusieurs villages qui en dépendent, avec le comitatus. Si, assez souvent, ce terme paraît suffisant, il est ici suivi d’une kyrielle d’autres, parfois redondants : comitatus, segnoria, iurisdictio, marigantia, supramarigantia, regula et omni honore, districtus...179. Si l’on excepte la mention de la marigantia et de la supramarigantia, sur lesquelles je reviendrai, toute cette énumération évoque les pouvoirs de contraindre et de juger. C’était bien ainsi que tous l’entendaient : en 1223 un autre notaire, appelé à témoigner dans un procès, déclare que le comitatus est « le droit de prendre les voleurs et de rendre la justice aux hommes »180 ; bref, c’est d’abord la haute justice et ce qu’elle implique de violence légale181.

  • 182 S. Bortolami, Territorio..., p. 106.
  • 183 E. Zorzi, ibid., doc. 11, p. 302 : un témoin a vu l’avoué suspendere quemdam latronem..., super str (...)
  • 184 L. Simeoni, Il comune rurale..., p. 218. Le plaid, précise l’auteur, peut durer jusqu’à 3 jours et (...)
  • 185 S. Bortolami, ibid., p. 110.

113Le seigneur tient, ou, pour être plus précis, le plus souvent vient d’ailleurs tenir un plaid général. Il a lieu deux fois par an à Pernumia, en mai et novembre : tous les hommes libres doivent y venir, et il amène avec lui tout un personnel d’officiers : vicecomes, iurati, nuncii, iudices182. A San Giorgio delle Pertiche c’est l’avoué de l’évêque qui se charge de faire pendre les voleurs une fois que les gastalds les ont capturés183. Selon Simeoni – qui l’écrivait au sujet du contado de Vérone –, ces gastalds seigneuriaux pouvaient être amenés à rendre la justice, le cas échéant, en dehors du plaid184 ; mais il faut ajouter qu’à Pernumia, par exemple, les vols commis à l’intérieur du castrum sont du ressort des publicani de la commune, qui en a la garde185.

  • 186 A S V, C D Lanfranchi, 25 avril 1188 : l’évêque donne son autorisation à la commune de Corte, endet (...)
  • 187 En 1186, en tant que comes Sacci, l’évêque donne l’ordre de délimiter le parcours d’une fossa pour (...)

114Les limites du pouvoir « comtal » en matière de justice ne sauraient donc être déterminées de façon générale sans quelque indécision. Il va de soi que le seigneur, hors la justice criminelle, est en principe le gardien de la coutume (la regula, mentionnée lors de la vente des terres de Nicolo’ da Castelnuovo en 1230, y fait référence), c’est-à-dire, plus concrètement, des dispositions prises sur la protection des terres cultivées avant les récoltes et, de façon générale, de tous les règlements établissant une discipline collective parmi les ruraux – tout particulièrement sur les biens communaux –. Il s’ensuit, entre autres, qu’il lui appartient en principe de veiller au maintien de ces biens : on voit les communes de Saccisica demander à l’évêque son autorisation avant d’en aliéner186. De même il est un arbitre possible dans les querelles entre propriétaires187.

  • 188 S. Bortolami, ibid., p. 109. De même, à Montagnana, ce sont des iurati masari domini Açonis marchio (...)
  • 189 E. Zorzi, ibid., doc. 2, p. 260. Désormais les homines Campopremarini vadunt ad curiam Sancti Andre (...)

115Toutefois c’est ici qu’intervient le plus constamment, mais de façon extrêmement variable selon les cas, la relation entre le seigneur et la communauté rurale, presque partout organisée en commune durant le xiie siècle, et qui vient bien souvent dédoubler le pouvoir banal. Je réserverai plus loin à cette organisation l’analyse qu’elle mérite. Pour ce qui est du seigneur, il en arrive à un partage des compétences et, conséquemment, des revenus. A Pernumia, comme le note S. Bortolami, « il ne manque pas de formes peu claires d’interférence » : c’est ainsi que les iurati chargés de veiller aux terres communes sont nommés par les da Carrara « avec la commune de Pernumia », selon une déposition testimoniale188. Et il faut être un maître abusif et un usurpateur, comme Speronella Dalesmanini, pour priver les habitants de Campopremarino des revenus du ban, qu’ils partageaient jusque là avec les da Marostica et l’évêque189.

  • 190 P. Sambin, Aspetti dell’organizzazione e della politica comunale nel territorio e nella città di Pa (...)
  • 191 A C P, Feuda episcopi, no 106, a. 1227.
  • 192 A S P, Corona, Santa Maria di Praglia, no 1097, a. 1221 : omnem comitatum, iurisdictionem et segnor (...)
  • 193 C D P, 2/2, nos 1324 et 1329 ; cf., par exemple : et dominus Walvanus fecit mihi suum gastaldum. et (...)

116En général les seigneurs avaient du moins un droit de regard sur la nomination des officiers qui percevaient les amendes (sur l’usage abusif des bois communaux, sur les dommages faits aux récoltes, etc.), et ils recevaient leur part desdites amendes. Ces officiers avaient des noms divers – parfois gastalds, plus souvent saltarii ou marici –, et de ce fait la prérogative seigneuriale était appelée marigantia. Reste suspendue la question de ce qui différentiait celle-ci de la supramarigantia : les deux termes ne vont pas souvent l’un sans l’autre. Les exemples ne manquent pas : l’évêque mentionne la marigantia parmi les prérogatives comtales que lui contestent, dans les années 1230, les gens de Piove190 ; ceux de Corte lui versent pour elle, chaque année, 4 livres de poivre et 45 sous191 ; on a vu que le monastère de Praglia la reçoit avec les droits comtaux à Tramonte, en 1230 : il la détenait déjà à Tencarola, avec le comitatus192 ; à Strà, en 1179, les chanoines de Padoue la disputent aux Dalesmanini, et l’on voit apparaître des témoins qui ont été marici et ont mis à l’amende des pêcheurs et des gens qui faisaient paître du bétail ou coupaient du bois193 ; etc.

  • 194 S. Bortolami, Territorio..., p. 107. On ne confondra pas ces cadeaux biannuels dûs par les arimanni(...)

117L’exercice effectif de la justice comtale implique un séjour du comte et de ses officiers, et par là même, en principe, que les ruraux se chargent de leur entretien. La chose s’est réduite à des redevances coutumières, ligna et recetum à Pernumia (décidément la mieux connue), où la commune doit, pour l’un puis l’autre plaid, respectivement deux et trois chariots de bois de chauffage, officiellement « pour la cuisson des repas des seigneurs » (pro coquendis dominorum prandiis) ; et de surcroît, chacun fait cadeau d’une poule ou d’une fouace194.

  • 195 S. Bortolami, ibid.
  • 196 En 1221 on le voit verser à l’abbé de Praglia à Tencarola : il consiste en l’obligation de donner à (...)

118C’est aussi à l’occasion des plaids que les redevances à caractère public sont versées : le fodrum (3 deniers par tête à Pernumia) et l’arimannia (un setier de sorgho, un de froment et une poule à Pernumia) sont les plus généralement dues, par les alleutiers du moins ; à Pernumia ces derniers s’acquittent aussi d’une taxe appelée calendaria, dont l’origine comme le contenu nous demeurent inconnus195. Bien que d’origine publique lui aussi, l’ancien droit de gîte (albergaria), distinct des charges d’entretien dues lors des plaids, n’apparaît plus, au contraire, que dans des contrats agraires ou, de façon générale, parmi les redevances dues par de simples tenanciers. Il a manifestement fini par se confondre avec les charges foncières196.

  • 197 Ainsi à Schio où, en 1200, les arimanni sont en litige avec le comte Uguccione pour le paiement du (...)
  • 198 Respondit quod comune Urbane non solvebat coltam marchionibus pro districtu nisi ad preces marchion (...)
  • 199 Cf. infra, p. 473 à 478. Même intégration dans les charges des villani.

119La plus commune des redevances dues au seigneur en tant que détenteur de l’autorité est la colta (ou collecta). Cela dit, il faut se tourner vers les Préalpes vicentines pour la voir associée à l’arimannia197. Son destin est plutôt complexe : c’est ainsi que si, en Scodosia, tous la doivent en principe, à Urbana le marquis en a abandonné la perception aux milites du lieu ; toutefois il arrive qu’il en réclame une à la commune, sans doute en des circonstances exceptionnelles198 ; le même terme peut donc désigner des charges différentes. Et, pour plus de complexité, il se trouve que la colta est fréquemment comprise parmi celles que doivent les tenures ou les simples parcelles tenues en livello, selon un processus de fusion avec les charges foncières qu’on vient de voir totalement abouti dans le cas de l’albergaria199.

  • 200 A. Castagnetti, La Marca..., p. 33.

120Signalons enfin que la terminologie, çà et là, peut varier : comme le signale A. Castagnetti, la dadea due à Speronella par ses sujets de Sant’Andrea et de Campopremarino est une colta200.

  • 201 C D P, 2/1, no 74 : l’évêque et la communauté des « Saccensi » fixent la part des revenus publics l (...)
  • 202 Le seigneur met à l’amende pro invasione vie ; il fait de même à ceux qui impediunt flumen qui fuit (...)
  • 203 A. Castagnetti, Il potere sui contadini..., p. 20. Cf. aussi, par exemple, E. Zorzi, Il territorio. (...)

121Les autres fonctions et revenus relevant de la puissance publique, s’ils se laissent assez facilement déterminer, sont relativement moins documentés, sauf dans les domaines des Este (surtout la Scodosia). On a peu de témoignages directs du contrôle seigneurial sur le trafic routier et fluvial. A Sacco l’évêque avait le ripaticum encore en 1116201 ; puis on n’en entend plus parler. A Pernumia cette rubrique se confond avec celle de la justice coutumière (amendes sur les usages non autorisés)202. En Scodosia les habitants doivent assurer l’entretien des digues et des fossés, et tous travaux d’intérêt public, tels que les fréquentes réparations d’urgence après les ruptures de digues le long de l’Adige, ou l’entretien des ponts203.

  • 204 A S V, C D Lanfranchi, 1199 (avant le 5 novembre) : des témoins déclarent que illos de Casale et Al (...)
  • 205 B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t. 3, no 407, a. 1208 : Palma da Baone reçoit sa part des (...)
  • 206 A. Castagnetti, La Marca..., p. 32. Ainsi les gens d’Altaura, Casale et Urbana faisaient des waitas (...)
  • 207 A. Castagnetti, ibid. : et XXX anni sunt quod homines predictarum villarum incanevant in castro Mon (...)

122J’en arrive enfin, « last but not least », à la relation entre les ruraux et le castrum. Pour commencer il va de soi que, après l’avoir construit204, ils en assurent l’entretien : c’est le cas de celui des da Carrara à Bagnoli, et de ceux des marquis, tant à Montagnana qu’à Este, pour lesquels toute la Scodosia est réquisitionnée en cas de besoin205. Ils y montent la garde, tant diurne que nocturne206. En contrepartie, ils peuvent y entreposer des vivres – à moins que, là comme en bien d’autres lieux, ce qui avait été une faveur accordée se soit transformé en une obligation207.

  • 208 E. Zorzi, ibid., p. 274 : et scio quod homines de Scodesia... hostiliter venerunt cum Alberto, Obiç (...)
  • 209 S. Bortolami, Comuni e beni comunali..., doc. 1, p. 571 : respondit quod vidit homines de Urbana... (...)
  • 210 P. Vaccari avait en son temps insisté sur l’importance de la fidelitas et sur le lien qui est le si (...)

123Il leur faut enfin participer activement, non seulement à la défense du castrum, mais aux expéditions guerrières du seigneur, y compris hors du territoire castral par conséquent : c’est ainsi que tous les villages de la Scodosia ont participé à l’aide militaire apportée par les marquis à Alberto et Ugolino da Baone dans leur guerre contre Marsilio da Carrara208. Pour les seigneurs l’essentiel est peutêtre là, dans le pouvoir qu’ils ont de recruter les habitants des villages pour leurs aventures belliqueuses, les milites, bien sûr (on a vu, avec l’exemple d’Urbana, qu’ils sont l’élite du village et que certaines des prérogatives seigneuriales leur ont été dévolues), mais aussi tous les autres hommes libres. Cette aide militaire que tous doivent a un nom, issu du vocabulaire féodal, c’est la fidelitas ; elle est, dans son essence, liée au castrum : aussi bien, en Scodosia, parle-t-on de la fidelitas castri209. Cette terminologie n’est pas indifférente : s’il arrive que le maître change, la charge militaire demeurera210.

***

124Pouvoirs de justice, tant au criminel qu’au civil, prérogatives fiscales (parfois mêlées aux redevances foncières : la seule albergaria a tout à fait changé de sphère, tandis que la colta, taxe publique sur les alleutiers, est, dans les livelli ou dans les charges des villani, devenue redevance coutumière), surveillance de l’état des routes, des cours d’eau et de tout le système régulateur de l’hydrographie et, pour finir, construction, entretien des forteresses, et mobilisation des hommes pour les guerres tant offensives que défensives, on a là toutes les caractéristiques d’un micro-pouvoir d’Etat ; la vaste circonscription que constitue la seigneurie des Este (Scodosia, Este et territoires adjacents) est, de ce point de vue, un parfait exemple du caractère fondamentalement public qu’a pu conserver le pouvoir seigneurial.

  • 211 E. Zorzi, ibid., p. 281, par exemple.

125Rien d’étonnant, par conséquent, à ce que, lorsque la commune de Padoue tente de se substituer à ce pouvoir, elle n’y change rien mais, au contraire, se moule dans le cadre qu’il lui offre. La fidélité due au castrum restant ce qu’elle est, les villageois – milites comme simples paysans – feront de la même façon la guerre pour la commune, paieront la collecta, etc. La seule question qui se pose à l’historien est de savoir dans quelle mesure les charges s’en trouvent alors augmentées, car il apparaît assez clairement, à travers la documentation, que, dans le courant du xiie siècle, la commune n’a fait qu’ajouter ses exigences à celles du marquis, dans ce cadre inchangé : comme un témoin le déclare très clairement en 1199, il y a maintenant un service militaire et un impôt « de la ville » (exercitus et collecta civitatis), et un service militaire et un impôt « du marquis » (exercitus et collecta marchionum)211. Peut-il s’agir de charges inchangées mais partagées entre les deux autorités ? Il est clair que les guerres communales ne pouvaient que s’ajouter à celles du marquis (sans doute étaient-ce parfois les mêmes), ainsi que les collectae exceptionnelles de la commune. Toujours est-il que, sur ce point, on reste dans l’incertitude.

126Il ne convient pas, au demeurant, d’opposer les seigneuries et la commune comme deux entités antagonistes, sinon occasionnellement. La ville, jusqu’en plein xiiie siècle, est aussi, dans une large mesure, un lieu d’exercice du pouvoir seigneurial !

Notes

1 A. A. Settia, Lo sviluppo degli abitati rurali in alta Italia : villaggi, castelli e borghi dall’alto al basso Medioevo, dans Medioevo rurale. Sulle tracce della civiltà contadina, Bologne, 1980, p. 157-160.

2 C D P, 1, no 76, a. 996.

3 C D P, 1, no 118, a. 1027 : in Pernumia tam infra ipso castro de iam dicto loco. Il s’agit là de la première mention.

4 Cf. A. A. Settia, Lo sviluppo degli abitati..., p. 170.

5 Sur Cittadella et les déterminations historiques ayant agi sur le choix du site, cf. infra, p. 297, note 109.

6 Roncaiette, au nom caractéristique (ronca signifie « serpe », et roncare pourrait être assez bien traduit par « débroussailler »), est d’abord désigné comme une villa, en 918 (C D P, 1, no 31). C’est en 953 qu’il l’est comme castrum (ibid., no 42). Des villages de plaine que la documentation fait connaître avant le xie siècle et qui sont devenus des castra à un moment ou l’autre (soit une petite dizaine), il n’y en a qu’un – Selvazzano – duquel aucune information ne permet d’affirmer qu’il préexistait à la structure fortifiée : le premier document où il est mentionné date de l’an 1000, et il y est d’emblée désigné comme castrum, sans autre spécification (M G H, Ottonis III Dipl., no 349).

7 La bibliographie sur le sujet reste dominée par les articles du volume collectif déjà cité, Le istituzioni ecclesiastiche... ; le plus utile pour moi, en raison même de son argument, est celui de C. Violante, Pievi e parrocchie... On y trouvera, pour commencer, une bonne définition générale de la « pieve » (p. 644).
Depuis lors les intérêts se sont quelque peu déplacés, soit dans l’espace, vers la ville, soit dans le temps, vers la fin du Moyen Âge. On remarquera que le recueil collectif sur Pievi, parrocchie e clero nel Veneto dal x al xv secolo, est entièrement occupé par des études sur la « pieve » urbaine (ainsi celui de S. Bortolami, Pieve e « territorium »...) ou sur la paroisse urbaine (les articles de A. Rigon et C. Adami sur Padoue et Vérone, etc.) ; la seule exception rurale porte sur un exemple tardif : c’est l’étude de G. M. Varanini, La chiesa di un borgo franco. Note su S. Pietro di Villafranca Veronese (secoli xii-xv), p. 181-219. Cet ouvrage est sorti en 1987 ; en 1984 l’avait précédé un autre recueil collectif de même inspiration, Pievi e parrocchie in Italia nel basso medioevo (sec. xiii-xv) (Atti del VI Convegno di storia della Chiesa in Italia. Firenze, 21-25 settembre 1981, Rome, 1984), suivi de La parrocchia nel medioevo. Economia, scambi, solidarietà, Rome, 1995, lui aussi consacré aux xive-xve siècles. La décennie 1990 semble confirmer, chez les médiévistes italiens du nord, après un excursus campagnard, sans doute en partie d’inspiration française, un retour hédoniste vers la ville. La découverte – révélatrice – du thème des « quasi città » était d’ailleurs, pour qui persistait à étudier le contado, une manière de recentrer le sujet.

8 A. Barzon, Padova cristiana. Dalle origini all’anno 800, Padoue, 1955. Sur le cas de Pernumia et les remarques, tant négatives que positives, sur les méthodes et déductions de Barzon, cf. S. Bortolami, Territorio..., p. 21-29. Sur les traces d’un habitat antique au même lieu, ibid., p. 19-21. Une chose est sûre : Barzon se trompait en attribuant une origine antique à Santa Giustina de Monselice. Les fouilles ont bien montré que l’habitat ne remonte pas plus haut que le vie siècle, quand les Byzantins fortifient le lieu contre les Lombards, et que son essor est attribuable au choix fait par ces derniers après la conquête de 602 (A. Barzon, ibid., p. 81-82 ; G. P. Brogiolo, Ricerche archeologiche..., p. 58).

9 C D P, 1, no 144 : plebe sancte Iustine de Pernumia... tam inter eodem castor (sic) quanque et de foris in predicta villa Pernumia. Cf. A. A. Settia, Castelli e villaggi..., p. 250-251 ; entre autres remarques : « Considerando che l’attrazione di un’antica pieve da parte di una fortezza si presenta di solito come un fenomeno lungo e complesso, se una di queste si trova nel suo interno già nel corso dei secoli x e xi c’è buona ragione di credere che il castello sia stato costruito circa una chiesa di esso più antica ». Et il cite une série d’exemples couvrant l’Italie du nord, parmi lequels celui de Pernumia.

10 Cf. supra, p. 73. Le nouveau centre pléban est attesté dès 988 : une vente est faite ubi dicitur Pleve (C D P, 1, no 71) ; l’église elle-même l’est en 1008 : une donation est reçue par les prêtres de Plebe sancto Martino (C D P, 1, no 85). Le castrum apparaît en 1005, à l’occasion de la transaction des « Saccensi » avec Venise, déjà mentionnée (ibid., no 82). D’un document de 1041 il ressort que l’église est à l’intérieur de l’enceinte : Ecclesia sancti Martini scita castro Pleve (no 142).

11 C. Violante, Pievi e parrocchie..., p. 771-772.

12 S. Collodo, Il « castello » di Montagnana..., p. 103-104 ; A. Barzon, Padova cristiana..., p. 185.

13 Cf. supra, p. 68.

14 A. Barzon, Padova cristiana..., p. 55-61 ; La diocesi di Padova 1972 (notes sur l’histoire des paroisses, par I. Daniele), p. 322-323, où l’on mentionne aussi les chiffres d’un « estimo » du xive siècle, fournis par les Rationes Decimarum (p. 198, rubriques 2506, 2507 et 2509) : Lova doit 17 livres, Campagna 50 et Prozzolo (encore appelée Braziolo) 30. Barzon présentait, par ailleurs, une hypothèse qui n’est pas à négliger au sujet de Piove : la promotion de l’église de ce lieu au rang de « pieve » pourrait avoir été, au haut Moyen Âge, la conséquence du déclin du littoral ; il y aurait eu, en ce cas, à une date inconnue, dédoublement du territoire pléban, jusque là unique, dont Lova avait été la tête (A. Barzon, ibid., p. 6061). On peut ajouter que le fait que le site revigoré de Piove ait été une étape sur la route de Padoue à Chioggia allait dans le même sens : à une route en déclin une autre se substituait. Sur le lien entre les routes et la situation d’églises plébanes, cf. A. A. Settia, Strade romane e antiche pievi tra Tanaro e Po’, dans Id., Chiese, strade e fortezze nell’Italia medievale, Rome, 1991, p. 167-284.

15 C D P, 2/1, no 638 ; M G H, Friderici I Dipl., t. 3, no 701. Paltena n’est d’ailleurs qualifié explicitement de plebs que dans le document pontifical.

16 Sur la carte au 1/25000e (Legnaro) un lieu-dit cultivé, dépourvu d’habitat, est dénommé Sermazza, entre Tombelle au S.O., et Strà au N.E.

17 Il faut, pour être complet sur le problème des « pievi » disparues, mentionner l’hypothèse de la « pieve » de Sant’Ilario, avancée par L. Lanfranchi et B. Strina (Ss. Ilario..., p. lvii) à propos d’un document unique, de 1113, où l’on voit un vicarius Sancti Ilarii. Or, à Venise, vicarius est synonyme de plebanus. Sa disparition, avec celle du centre de peuplement qui en est l’origine, serait en ce cas due aux conséquences à moyen terme des bouleversements causés à l’hydrologie locale par les Padouans en 1142, avec la déviation du cours du Brenta.
Il faut enfin admettre qu’une plebs Linzago, mentionnée une seule fois – en 1064 (C D P, 1, no 189) –, n’a peut-être jamais existé. Le document est sujet à caution : Gloria l’a repris du Codice Diplomatico écrit au xviiie siècle par Brunacci, qui avait transcrit une copie du xve siècle, laquelle avait elle-même reproduit une copie du xiie. On est en droit de se demander si Linzago n’était pas un simple lieu-dit de Piove (l’expression in plebe du texte serait en ce cas à lire in Plebe), d’autant que le monastère San Nicolò du Lido de Venise, investi de biens par l’acte de 1064, était effectivement possessionné en Saccisica et, entre autres lieux, à Piove (cf. C D P, 2/1, no 334, a. 1138 ; no 387, a. 1140, etc.).

18 Sur le thème de la typologie castrale et de ses problèmes, cf. les remarques de P. Toubert dans Les destinées d’un thème historiographique..., p. 22-23.

19 C D P, 1, no 70.

20 A. Gloria, Territorio padovano..., t. 2, p. 74.

21 Cf. supra, p. 251, et p. 260, note 38. On remarquera avec l’auteur que l’identification du lieu repose sur de fortes présomptions mais n’est pas absolument certaine.

22 C D P, 1, no 101.

23 C D P, 1, no181 : tam infra ipsa villa et castro et de foris.

24 Ainsi nommé, comme l’écrit Gloria, « perché ti pare pendere a filo » (Id., Territorio padovano..., t. 2, p. 72). Origine confirmée par D. Olivieri, dans sa Toponomastica veneta, p. 109.

25 M G H, Friderici I Dipl., t. 2, no 343 ; t. 4, no 1069. Sur le sujet, cf. aussi V. Lazzarini, Due documenti per la storia della Rocca e del castello di Pendice, dans NAV, 31, 1916, p. 372-374. Le lecteur aura remarqué que je viens de faire pour Pendice une exception à la règle que je m’étais fixée de ne considérer que les forteresses apparues dans la documentation des xe-xie siècles. Il faut avouer qu’elle est davantage inspirée par le simple bon sens – avec ses limites ! – que par des considérations appuyées sur des arguments d’érudition. Les conditions naturelles permettent mal d’imaginer une autre situation initiale. Mais à dire vrai rien ne dit qu’en 1161 le château n’était pas de construction récente.

26 La langue des notaires, devenue au xiie siècle « classicheggiante », comme le remarque A. A. Settia (Castelli e villaggi nelle terre canossiane fra x e xiii secolo, dans Studi matildici, Modène, 1978, p. 288) a abandonné l’usage du terme rocca. Il est fort rare dans ma documentation. Curieusement ce n’est guère que dans l’œuvre du notaire Rolandino, encore plus tardive, qu’on le trouve régulièrement, avec le même sens que arx. Ainsi toutes les sources des xie-xiie siècles ne connaissent que le castrum (ou castellum) d’Este ; par contre Rolandino, qui veut en évoquer la fonction militaire, écrit : et estensem villam occupans..., rocam obsedit ostiliter (cité par A. A. Settia, Le temibili artiglierie di Ezzelino, dans Id., Comuni in guerra. Armi ed eserciti nell’Italia delle città, Bologne, 1993, p. 307-315). Mais lui aussi a ses hésitations, tout comme ses prédécesseurs du xiie siècle : ailleurs on peut trouver un Estensis roca seu castrum (Rolandino, Chronica..., p. 61, 77 et 92). Curieusement il évoque la reprise, par les Croisés guelfes de 1256 – sans combat il est vrai –, du castrum episcopale Pindisii (Pendice : p. 127). Signalons pour finir que l’expression rocca castri, fréquente sous d’autres cieux, n’apparaît jamais.

27 Que Pendice n’intéresse pas directement l’histoire du peuplement ressort assez bien de ce qui suit. Il se trouve, au xiiie siècle, à la tête d’une circonscription seigneuriale ; les villages de Teolo et Luvigliano, qui en dépendent, auront pu être confortés de sa protection, mais leur origine est sans doute antérieure et rien ne dit que leur développement ait été entravé ni stimulé du fait de son voisinage (cf. A C P, Feuda episcopi, t. 1, no 104, a. 1227). Dès 1077 Luvigliano est mentionné comme « pieve » (C. Manaresi éd., I placiti..., t. 3/1, no 441), et il est clair que la chapelle du castrum de Pendice n’aurait su lui porter ombrage. Il semble que l’on ait affaire, à Pendice, mutatis mutandis, à une structure assez proche du « castello-torre » dont des exemples ont été étudiés en Ligurie par T. Mannoni (cf. son article Il castello di Molassana e l’archeologia medievale in Liguria, dans « Archeologia medievale «, 1, 1974, p. 14-16), qui protégeait depuis un sommet un habitat qu’il surplombait et pouvait demeurer relativement dispersé ; dans ce cas non plus le château « non modifica il primitivo assetto sparso e pianeggiante dell’abitato rurale » (p. 16).

28 A. A. Settia, Lo sviluppo degli abitati..., p. 165. L’auteur s’attache plus perticulièrement aux exemples de Monza et Cologno.

29 A. Castagnetti, La pieve rurale nell’Italia padana, Rome, 1976 ; cf. p. 37-65.

30 A. A. Settia, Lo sviluppo degli abitati..., p. 165-166 : « Occorre però distinguere quali e quante di esse siano veramente scomparse e non abbiano semplicemente cambiato nome ». L’auteur montre comment, très fréquemment, le nom originel est tout simplement abandonné au profit de celui du saint patron du lieu. Il faut enfin éviter de confondre la perte d’identité territoriale et le dépeuplement : les mêmes habitats peuvent survivre comme simples lieux-dits subordonnés aux castra. On en verra maint exemple.

31 C D P, 1, no 38 ; A S P, Dipl., no 1202. Cf. les tableaux n. 12 p. 214.

32 C D P, 1, no 233. Gloria précise, dans son Territorio padovano (t. 3, p. 48) : « Le allagazioni di Fossa Lovara distrussero la villa di Angarano » ; il ajoute qu’en 1825 un tertre et une croix signalaient encore l’emplacement de son église de Santa Colomba. Le nom seul est resté : à 1 km environ de Villa Estense un lieu-dit « Ancarani » désigne une zone de cultures.

33 C D P, 2/1, no 187.

34 Sur les dangers qui guettèrent constamment les établissements humains en ces lieux jusqu’aux « bonifiche » du xve siècle et au-delà, cf. G. De Sandre-Gasparini, Contadini, chiesa, confraternita in un paese veneto di bonifica : Villa del Bosco nel Quattrocento, Padoue, 1979, p. 20-38. La fragilité du peuplement de la basse-plaine est une donnée générale, mais les études régionales aboutissent à des conclusions assez différenciées. Dans le Mantouan, c’est le xiie siècle qui est apparu à A. Castagnetti comme une période de déclin, dû aux divagations du Pô (Id., Circoscrizioni amministrative ecclesiastiche in area canossiana, dans Studi matildici, Modène, 1978, p. 318-319).

35 P. Sambin éd., Documenti inediti..., no 10.

36 Cité par A. Gloria, Territorio padovano..., t. 3, p. 296.

37 On pourrait en développer d’autres : ainsi Cacaturriga, connu depuis 980, est encore bien vivant au xiiie siècle (A S P, Dipl., no 820), sous le nom de Carcatunica ou Calcatonega ; en 1297 son église, San Giacomo, est citée dans les Rationes Decimarum. En 1489 le village a disparu et l’église est abandonnée (Gloria, Territorio padovano..., t. 3, p. 63, note 6).

38 C D P, 2/1, no 448 : les biens en question sont infra fines de Carnese et Meliadino.

39 Nogleda : une apparition en 1183 (C D P, 2/2, no 1480), dans une liste de villages où se trouvaient des biens des da Baone (...in Agna, in Nogleda, in Buvolenta : il ne reste qu’à espérer, en l’absence de toute trace, que ce village était voisin des deux autres) ;
Olesia : en 1077 (M G H, Heinrici IV Dipl., t. 2, no 289) l’empereur Henri IV confirme leurs biens à Ugo et Folco d’Este ; de même que Corregia qui, lui, réapparaîtra plus tard, Olesia est qualifié de curtis (mais le vocabulaire des diplômes impériaux est volontiers archaïque) et des arimanniae en relèvent. Il nous est heureusement précisé qu’Olesia et Corregia sont dans le comté de Padoue – donc sans doute dans la basse-plaine, comme toutes les terres padouanes des marquis.

40 C D P, 2/1, no 212. Du moins peut-on en ce cas repérer sur la carte au 1/25000e, à l’ouest du territoire actuel de Pernumia, un lieu-dit « Arzer di mezzo », mais le mot « arzere » signifiant « digue » en dialecte, il peut s’agir de tout autre chose que de l’ancien village ; d’autre part on peut envisager un déclin provoqué par la fondation de Battaglia, au début du xiiie siècle, le long du nouveau canal joignant Padoue à Monselice.

41 A. 1215 : A S P, Dipl., no 575 ; a. 1216, no 971 ; a. 1232 : no 1458 ; a. 1238 : no 1609. D. Olivieri (Toponomastica..., p. 117) en fait un lieu-dit de Baone.

42 Elles constituent à peu près la moitié de l’ensemble : il s’agit de Sollo di Onedo (1047), Aroncadizza (1058), Bunucla (1060), Ronco di Gazzolo (1060), Prato Vergaro (1072), Vigna maggiore (1084), Campo di Salgaro (1084). Tous ces lieux, sauf un, sont définis par l’expression locus et fundus : étant donné le sens qu’elle a, selon moi, au xie siècle, il fallait les citer (cf. supra, p. 264). Un cas douteux, celui de Sollo di Onedo : un bien-fonds est localisé infra fine Sacisica, locus ubi dicitur Sollo de Onedo (C D P, 1, no 149). Il pourrait s’agir d’un simple lieu-dit dépendant d’une villa, mais il est présenté ici comme autonome.

43 Casisildo (C D P, 1, no 221, a. 1073), Casa Merlai (no 270, a. 1084) et Pozzo Cavalliolo (no 261, a. 1079) ne sont désignés que comme des loci et fundi.

44 L. Lanfranchi éd., S. Giorgio maggiore, t. 3, no 492 :...communi de Rosa-ria et de Mellaria ; le même document parle, de façon révélatrice, comme d’une seule entité, du locus et fundus predictarum villarum.

45 C D P, 2/1, no 186, a. 1129. Dans un acte de 1188 (L. Lanfranchi éd., ibid., no 493) il est précisé que San Daniele est l’église de ambabus villis.

46 C D P, 2/1, no 233, a. 1132.

47 Ibid., no 151, a. 1124.

48 C D P, 1, no 262.

49 En 1118 déjà, on le voit in fine de Curte (C D P, 2/1, no 103) ; mais un document de 1120 en refait une villa (ibid., no 113). L’absorption paraît définitive en 1170 (C D P, 2/2, no 1004).

50 Cf. par exemple : A S V, San Cipriano, B. 113, R. 937, a. 1285.

51 A C P, Villarum, 7 : Piove, 2 (a. 1188) ; A S P, Dipl., no 595, a. 1201.

52 A S P, Corona, no 3160. De même, en 1223, on y trouve encore des édifices tels qu’un sedimen cum casa lapida (A S V, San Cipriano, B. 113, R. 942).

53 A S P, Dipl., no 1471, a. 1232 ; ensuite cf., par exemple : A S V, San Cipriano, B. 99, R. 26, a. 1252 ; ibid., B. 106, R. 590, a. 1266 ; etc.

54 C D P, 2/1, no 36 ; P. Sambin éd., Nuovi..., no 7.

55 Cf. par exemple : A S V, San Cipriano, B. 101, R. 168, a. 1190 ; R. 192, a. 1257 ; R. 194, a. 1275. Dans ces documents sont mentionnés des maisons ou des sedimina ; une population résidente se maintient donc à Zignano.

56 A S V, San Michele in Isola, B. 11, no 400.

57 A une exception près, qui est demeurée jusqu’à présent inexpliquée, celle de Campo Gisello : connu en 1108, qualifié de villa en 1145 (C D P, 2/1, nos 37 et 447), l’endroit dispose d’une église, dédiée à San Felice, qui est connue par un document de 1209 (A S V, San Zaccaria, B. 19, 25 octobre 1209). Or, à la fin du siècle elle a, semble-t-il, disparu (n’étant pas signalée par les Rationes Decimarum), et le village avec elle.

58 Ainsi l’église de Santa Maria « del Pigozzo » est le seul vestige de Pigozolo, disparu au cours du xiiie siècle, sans doute du fait de la concurrence de Battaglia, fondé le long du canal joignant Padoue à Monselice. De même l’église de la Madonna di Tessara est aujourd’hui isolée, au bord du Brenta, entre Curtarolo et Non : la paroisse de Tessara avait été unie à celle de Non à une époque assez tardive, quelque temps avant 1438, signe sans doute d’un déclin démographique.
L’église a vraisemblablement dû de subsister au fait qu’elle abritait une image de la Vierge vénérée des gens de la région (A. Gloria, Territorio padovano..., t. 2, p. 192).

59 Première apparition en 1214 (A S P, Dipl., no 928).

60 F. S. Dondi, Dissert. 7, doc. 7 (male stabant absque ecclesia).

61 Comme le remarque C. Klapisch-Zuber (Villaggi abbandonati ed emigrazio ni interne, dans la Storia d’Italia Einaudi, t. 5/1, Turin, 1973, p. 315), « se il terreno è buono e non esiste un’altra ragione di carattere più generale, cause come la distruzione, la peste, un’epidemia, un’inondazione... raramente impediscono la ricostruzione di un villaggio ». Le contre-exemple existe en effet : détruit par une crue du Brenta dans son nouveau cours, durant les années 1170, Strà sera vite reconstruite et repeuplée (cf. supra, p. 52).

62 On aura remarqué qu’il n’a pas été fait de commentaire particulier sur l’évolution du secteur Est. Les 7 villages de Sant’Ilario, Balladello, Ceresara, Pladano, Piovega, Vicolo et Perarolo, tous situés dans ce qui avait été le delta du Bren-ta/Medoacus avant le viie siècle, ont en commun d’avoir vu leur destin lié à celui du monastère vénitien de Sant’Ilario, installé sur la terre ferme depuis l’année 819. On peut renvoyer le lecteur aux analyses détaillées que contient la Préface de l’édition des documents par L. Lanfranchi et B. Strina.
Je rappelle brièvement l’essentiel de ce que l’on sait. L’histoire de ces habitats, tous situés près de la lagune, à un peu plus de 10 km au sud-ouest de Mestre, a été modifiée par l’événement catastrophique qu’a été pour eux le détournement de cours du Brenta de 1142. Cette action concertée allait avoir ici des effets comparables aux divagations fluviales spontanées du sud padouan. Le monastère s’est assez tôt retrouvé entouré de marais d’eau douce. Un premier groupe d’habitats a vite disparu : dès 1178 Perarolo, Piovega et Vicolo sont abandonnés (modo est palus : L. Lanfranchi et B. Strina éd., Ss. Ilario..., p. XXVI, note, et doc. no 30). La guerre ezzélinienne, puis la crise du xive siècle, auront peu à peu raison du village de Sant’Ilario, dont il n’est plus question après 1370 et qui fut sans doute absorbé par Gambarare (p. XXXII, note), et de celui de Pladano, dont l’ultime mention est de 1382 (p. LVIII, note). Ceresara a disparu après 1209 sans qu’on puisse invoquer de raison précise : on ignore même la situation géographique de ce village pourtant connu dès le ixe siècle (p. XXXIII-XXXIV, note). Balladello devait durer plus longtemps : il figure encore sur une carte de 1449 (p. XXXVII, note).
Le « delta ilariano », pour reprendre l’expression de R. Cessi, constitue l’exemple original d’une connivence maléfique entre l’action humaine et des prédispositions géographiques : on remarquera que la part de l’homme a été déterminante. Quant aux autres villages disparus du secteur oriental, en général moins proches de la lagune, leur histoire, ou bien peut être ramenée à tel ou tel des cas de figure présentés dans le cours de l’analyse, ou bien n’est pas autrement connue : il sera question, dans les paragraphes suivants, de Sermazza et de Cagnano.

63 Première occurrence en 840 environ (C D V, 1, no 156), deuxième et dernière en 955 (ibid., 2, no 258).

64 B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t. 2, no 2.

65 Cf. la remarque de A. A. Settia, qui rend très relative la sécurité de tant d’analyses : supra, p. 277 et note 30.

66 B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t. 3, no 373 (a. 1204).

67 C D P, 2/1, nos 514 et 64.

68 Pour une première approche du problème, dans le cadre général de l’Italie du nord, on se référera à A. A. Settia, Castelli e villaggi..., chap. VIII : « Incastellamento e descastellamento », p. 287-310.

69 A. A. Settia, ibid., p. 302-303.

70 C D P, 1, no 285. Pour l’identification du lieu avec Borgoricco cf. Gloria, Territorio padovano..., t. 2, p. 227-228. Ce document est cité par Settia, mais à propos de la frata, p. 240, note 135.

71 Sur le problème de la frata, cf. A. A. Settia, ibid., p. 203-204 : cet élément défensif, mal connu, pouvait être un terrain broussailleux, maintenu le plus impénétrable possible.

72 Cf. supra, p. 247.

73 Comme le remarque A. A. Settia, l’essor démographique va amplifier avec le temps cette juxtaposition : « Si tratti di una continuazione degli sdoppiamenti verificatisi sin dai tempi del primo incastellamento oppure di nuove fondazioni, la giustapposizione di una villa e di un castrum, già frequente nel corso del secolo xi, si generalizza in tutta l’Italia settentrionale nel corso dei secoli successivi (Castelli e villaggi..., p. 315).

74 On trouvera les occurrences du xie siècle dans un tableau de Settia qui embrasse tout le nord (ibid., p. 337). On peut sans doute y ajouter, précédant cet ensemble, dès le xe siècle, Arquà où, en 985, à une Giustina de castro, s’oppose un Aberico de loco (C D P, 1, no 70).

75 Il s’agit, pour la période antérieure à 1150, des 6 lieux suivants : Agna, Borgoricco, Merlara, Montagnone, Roncaiette et Selvazzano. Je dois signaler que, si je ne m’étais pas fixé la date limite de 1150, avec ce qu’elle implique d’arbitraire, la proportion des habitats à noyaux juxtaposés aurait encore grossi avec l’apparition, dans un même document de 1152, de Rustega (cum castro et villa), Stigliano (castrum cum villa) et Borbiago (cum castro portu) (C D P, 2/1, no 562).

76 Cf. par exemple : tam in castello quam in villa, tam in eodem castor (sic) quamque et deforis in villa (C D P, 2/1, no 125, a. 1122 ; C D P, 1, no 144, a. 1045).

77 C D P, 2/1, no 64, a. 1114 ; L. Lanfranchi et B. Strina éd., Ss Ilario..., no 18.

78 C D P, 2/1, no 71, a. 1115.

79 Les remarques suivantes, de Rinaldo Comba, au sujet des collines piémontaises, reflètent l’évidente généralité de ce qui vient d’être dit dans le contexte du nord : « spesso la linea di demarcazione che separa un villaggio vero e proprio da un grappolo di case sparse per la campagna è assai labile » (R. Comba, La dinamica dell’insediamento umano nel Cuneese (sec. x-xiii), dans « BSBS », 71, 1973, p. 553). Il en est de même plus à l’ouest, dans le paysage de plaines et de collines modestes du Languedoc méditerranéen : « autour de ces points forts (les villae fortifiées) un processus de regroupement des maisons paysannes est amorcé, bien que la dispersion de l’habitat reste la règle » (M. Bourin-Derruau, Villages médiévaux en Bas-Languedoc (xe-xive s.), Paris, 1987, t. 1, p. 63. C’est moi qui souligne).

80 C’est en effet en 1120 que le centre ancien est pour la première fois dénommé « maggiore » (C D P, 2/1, no 110).

81 En 1149 apparaît un « Bagnolo di Litolfo », première expression de la division du territoire en un Bagnolo « di sopra » et un Bagnolo « di sotto » (B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t. 2, no 117).

82 Megliadino San Fidenzio et Megliadino San Vitale sont distants l’un de l’autre d’environ 2 kms. Les origines du dédoublement remontent au xe siècle. Selon une tradition transmise à l’occasion de la relation écrite, en 1502, d’une visite paroissiale, avant les années 970 l’église du village était l’actuel sanctuaire de la Madonna dell’Anconese, sur le territoire de Megliadino San Vitale. Vers 970 les cendres de San Fidenzio, retrouvées à Polverara, sont transférées dans l’église qui, depuis lors, a gardé le nom du saint après avoir été auparavant consacrée à Saint Thomas (A. Gloria, Territorio padovano, t. 2, p. 339 et 342). Pourquoi en ce lieu ? Sans doute l’une des raisons a été sa situation, proche en effet de l’ancienne voie romaine joignant Este à Montagnana. De surcroît cette église, isolée au voisinage d’une route fréquentée, aurait été, dans un premier temps, entourée d’un fossé, et l’enceinte ainsi créée aurait été protégée d’un rempart et de tours de bois (A. Giacomelli, Notizie e ricerche di Montagnana..., p. 483 ; cité par A. A. Settia, Ecclesiam incastellare..., p. 91-92, qui note fort justement que l’auteur n’indique malheureusement pas ses sources !). La tradition est donc riche sur les origines de l’habitat qui s’est développé autour de ce lieu de culte « incastellato ». Rien d’étonnant à ce que (toujours selon la tradition) dès la fin du xe siècle Megliadino ait été promue au rang de « pieve », dont dépendront la caput Scudescie – Montagnana elle-même – et, bien sûr, San Vitale. On remarquera pour finir que – effet de la distance ? – l’essor de Megliadino San Fidenzio ne semble pas avoir nui à celui du village originel (San Vitale), demeuré bien vivant jusqu’à nos jours.

83 P. Toubert, Il sistema curtense : la produzione e lo scambio interno in Italia nei secoli viii, ix e x, auj. dans Id., Histoire du Haut Moyen Âge..., VII, p. 5-63.

84 P. Toubert, Il sistema..., p. 23. L’auteur donne l’exemple de Santa Giulia de Brescia. Sur le thème de la progressive disparition de l’esclavage, on verra la mise au point de P. Bonnassie, Survie et extinction du régime esclavagiste dans l’Occident du haut Moyen Âge (ive-xie siècle), dans « C C M », 28, 1985, p. 307-343.

85 P. Toubert, ibid., p. 15.

86 Ibid., p. 62.

87 L. Schiaparelli éd., I diplomi di Berengario I, no 118 : de mercatis vel castel-lis super quascumque res et possessiones iam dictae Pataviensis ecclesiae que costructa esse videntur sive in antea construentur. L’ensemble du texte se présente par ailleurs sous les apparences d’une banale immunité : il convient de remarquer que ne sont encore concernés que les dépendants de l’Église – les homines residentes in possessionibus beatae Marie virginis et sanctae Iustinae – et non les alleutiers des districts correspondants. Seule une acception fort large du terme possessiones permettra donc le passage à la seigneurie banale, c’est-à-dire au pouvoir sur les alleutiers.

88 Dans l’acte de 918 cité, en faveur de l’Église de Padoue, le lien est établi des unes aux autres, sans que soit explicitement exprimée, toutefois, une relation de cause à effet : ut nulla publica persona nullusque officialis de mercatis vel castel-lis... teloneum aut aliquem publicam functionem exigat.

89 On peut rappeler à ce sujet cette constatation de Settia que c’était avant tout les riches qui s’installaient dans les castra : « in realtà, possedere una casa in un castello rappresenta un lusso che poche persone si possono permettere » (A. A. Settia, Castelli e villaggi..., p. 267).

90 Les exemples sont nombreux : Boccone, curtis en 969 (C D P, 1, no 52), villa en 1149 (C D P, 2/2, no 1532) ; Cinto, curtis en 969, villa en 1122 (C D P, 1, no 53 ; 2/1, no 124) ; Cona, curtis en 914, villa en 1107 (C D P, 1, no 29 ; 2/1, no 31) ; Maserà, curtis en 874, villa en 1055 (C D P, 1, nos 15 et 174) ; etc. On remarquera que l’évolution semble lente, au témoignage des sources écrites.

91 A une exception près, qui est notable et a déjà été signalée sur d’autres sujets : les diplômes pontificaux et impériaux qui, se recopiant parfois inlassablement, peuvent fausser notre image de la réalité. C’est ainsi que Peraga et S. Giorgio delle Pertiche sont désignés comme villae pour la première fois en 1129 et 1155 (C D P, 2/1, nos 193 et 635), puis comme curtes, dans une confirmation de Lothaire II en 1136 pour la première, et une décision de Barberousse en 1161 pour la seconde (L. Lanfranchi et B. Strina éd., Ss. Ilario..., no 19 ; M G H, Friderici I Dipl., t. 2, no 343) : en de tels cas c’est bien la fossilisation des formules de chancellerie qui semble être en cause.

92 C D P, 2/1, no 525 ; 2/2, no 1480.

93 A S P, Corona, no 3680. Auparavant, cf. par exemple à Sermazza, en 1132, une portion de forêt détenue par les chanoines de Padoue : Nam ut canonici estenderent quod iuris ipsi habent in prefata silva... carta testamenti... in quod reliquerat omnem suam porcionem de curte Sermaza canonicae (C D P, 2/1, no 237) ; à Abano et Lissaro, en 1157, les bois de Manfredino d’Abano, membre de la famille comtale : in nemoribus meis quae habeo in curte Lisarii et in curte Apani (ibid., no 681).

94 Ainsi, pour reprendre les exemples de la note précédente, à Carbonara en 1205 (A S P, Corona, no 3682), soit la même année que celle de la mention de la curtis ; à Sermazza à partir de 1142 (C D P, 2/1, no 406) ; à Abano depuis 1137 (ibid., no 319), à Lissaro dès 1090 (C D P, 1, no 302).

95 L. Schiaparelli éd., I diplomi di Berengario I, no18 : quandam cortem iuris nostri... cum universis rebus et possessionibus..., placitis, districtionibus... ad eandem cortem... pertinentibus. Dans l’article où il développe précisément l’exemple de Sacco, G. Tabacco remarque que le vocabulaire des chancelleries royales est le premier à appliquer « la conception patrimoniale non seulement aux biens du fisc dans leur acception économique, mais aussi à des pouvoirs de contrainte et de juridiction qui étaient exercés au nom du roi par les fonctionnaires qui géraient ces biens » (G. Tabacco, Alleu et fief..., p. 3).

96 A. Solmi, Storia del diritto italiano, Milan, 1918 (2o éd.), cité par P. Vaccari, La territorialità... (éd. 1931), p. 53.

97 C D P, 2/1, nos 64 et 125 : in villa... et in castro eiusdem ville, vel per cetera loca ad illam cortem pertinentibus, omnes massariciae ac terrae quae... possident in curte de Cartorio tam in castello quam in villa seu... in finibus.

98 E. Zorzi, Il territorio..., doc. 11, p. 303 : Scio quod dominus episcopus Iordanus est comes et dominus ville Sancti Georgii de perticis et territorii curtis Sancti Georgii de perticis et nemoris illius ville.

99 G. Tabacco, La storia politica e sociale, dans Storia d’Italia Einaudi, t. 2, Turin, 1974, p. 154.

100 C. Violante, Una famiglia feudale della « Langobardia » tra il x e il xi secolo : i « da Bariano » (« da Maleo »), dans « Archivio storico lodigiano », 1974, p. 5557 ; cf., par exemple, p. 56-57 : et omnibus...districtis, comendationibus ad ipsam curtem pertinentibus). Un peu plus récemment M. Nobili a repris la démonstration : en 1188, dans la Lunigiana, la curtis est un « ambito circoscrizionale di signoria » (M. Nobili, Le mappe catastali come fonte per la storia dei beni comuni, dans Medioevo rurale, Bologne, 1980, p. 72-73).

101 Parler de « conservatisme » est d’ailleurs, sans doute, une manière superficielle de caractériser leur lexique : dans l’article cité G. Tabacco reconnaît là, de façon plus positive, l’impact d’une « culture juridique » parmi les « forces constructives » à l’œuvre dans le royaume d’Italie (ibid., p. 15).

102 Cf. supra, p. 5, mes remarques sur la place de l’ouvrage d’Elda Zorzi dans l’historiographie du Padouan.

103 E. Zorzi remarque que le mot castrum peut en arriver à signifier « circonscription » ; par exemple lorsque, en 1199, un témoin déclare, lors d’un procès : omnes predicte ville sunt de Scodescia et de castro de Montagnana (E. Zorzi, Il territorio..., p. 34). Dès lors le comitatus est, comme le voulait Vaccari, que Zorzi ne fait ici que reprendre, « le complexe de droits et d’attributs juridictionnels relevant du seigneur reconnu comes de cette circonscription » (E. Zorzi, ibid., p. 37, note 1).

104 C’est ainsi que G. Tabacco estime que Duby se rend coupable d’une « interpretazione astratta e non coerente del processo di disgregazione politica, per una sopravvalutazione dei concetti di privato e di pubblico nella coscienza degli uomini del x secolo » ; s’abritant quelque peu derrière Boutruche (lequel écrivait, en 1955, que Duby était « pour une fois mal inspiré »), G. Tabacco, implicitement, refuse la distinction entre « seigneurie banale » et « seigneurie foncière » ; cette dernière, surtout, lui semblait être une notion sujette à caution (G. Tabacco, La dissoluzione medievale dello stato nella recente storiografia, auj. dans Id., Sperimentazioni del potere..., p. 271-275).

105 A C P, Villarum, 1 : Arquà, 3, a. 1196 ; en partie édité dans E. Zorzi, Il territorio... (doc. 3) : Et respondit quod comitatus Arquade est comitum (p. 267). Auparavant le même témoin a déclaré : Vidi eos (le comte et son frère) servire marchiones pro illo feudo et fecerunt eis fidelitatem (p. 266).

106 Cf., par exemple, en 1162 (C D P, 2/2, no 1533) : occasione comitatus Pernumie ; en 1221 (A S P, Corp. soppr., Praglia, no 1097) : in Tencarola omnem comitatum. Rare, mais non exceptionnel, l’usage de dominium. Le terme a un sens manifestement plus large, donc volontiers vague. Il peut concerner des sphères de pouvoir plus élevées : en 1136 le duc Henri de Saxe, de la branche devenue germanique de la famille des marquis, évoque son dominium sur les biens ancestraux dans la Marche (cum ad nostrum dominium spectent multa oppida, castra atque rura sita in Marchia Trivisana) avant de donner l’un de ces biens, la villa de Cavallilo, dans le comté de Vérone, avec son districtus et son comitatus ; ces derniers termes désignent donc un pouvoir que le premier englobait dans un plus vaste ensemble (C D P, 2/1, no 289). Par contre, appliqué par exemple à l’évêque de Padoue, voire à de simples vassaux de celui-ci, dominium n’est plus qu’un synonyme un peu redondant de comitatus, voire de districtus, c’est-à-dire d’une simple part de pouvoir banal concédée par un comes. Ainsi, en 1187, un témoin, lors d’un procès, appelle dominium le pouvoir « comtal » usurpé par Speronella à Campopremarino (E. Zorzi, Il territorio..., doc. 2, p. 264 : vidi dominam Speronellam et suos gastaldos pro ea habere et tenere dominium Campopremarini). Ailleurs le terme vient tout simplement redoubler comitatus : ainsi, au sujet des saltarii auxquels l’évêque fait garder les bois de ses villae de Torre, Piove, Sant’Angelo et Campagna, est-il dit qu’il le fait pro comitatu et dominio quod habet in predictis villis (C D P, 2/2, no 1389, a. 1181). Mieux encore, les da Limena cèdent au monastère de Praglia, en 1154, un ensemble de manses, cum omni iure, onore, districta et dominatu (C D P, 2/1, no 611). Le terme cesse à peu près complètement d’être employé avec le xiiie siècle. La dernière occurrence qu’il m’ait été donné de rencontrer remonte à 1209 : un certain Alberico Dente, fils d’Aiolfo Rauso, notable non autrement connu, cède aux chanoines de Padoue un ensemble de biens, situés à San Nicolo’ et Scandalo’, cum marigantia et supramarigantia, segnoriis, dominio et districtu (A C P, Villarum, 9 : Scandalo’, 7). L’expression se fait ici particulièrement redondante. Bref, dans ce domaine aussi le xiiie siècle simplifiera : il ne reste plus, passée cette ultime occurrence, que les mots comitatus et districtus, ce dernier désignant la délégation partielle du précédent, comme je l’ai écrit plus haut.

107 C. Violante, La signoria « territoriale » come quadro delle strutture organizzative del contado nella Lombardia del secolo xii, dans Histoire comparée de l’administration (ive-xviiie siècles), Munich, 1980, p. 333. Quant au succès de l’expression, en témoigne par exemple sa récente utilisation par C. Wickham, dans son ouvrage Comunità e clientele... (p. 83) ; mais le sentiment de l’impossibilité de découvrir celle qui dévoilerait l’essence des choses demeure : Wickham n’utilise celle-ci qu’en en citant le créateur et en la mettant entre guillemets.

108 Cf. infra, p. 321.

109 La fondation de Cittadella remonte à 1220, si l’on en croit Rolandino (Cronica..., p. 30). Un statut antérieur à 1236 lui attribue un territoire de juridiction en ces termes : Homines habitantes in castro Citadelle habeant regulam de honaria, millinica, galeria, tombolo, scalfanesco, sancto donato, insimul cum predictis villis, et in illis sit tantum una regula. Et caput regule sit in castro (Statuti..., no 1121, p. 342 ; cité par S. Bortolami, Territorio..., p. 114-115, note 92). Sur la destruction de Fontaniva, cf. Rolandino, Cronica..., p. 34). Sur la rivalité entre le nouveau centre et Onara, une allusion dans S. Bortolami, ”Honor civitatis ». Società comunale ed esperienze di governo signorile nella Padova ezzeliniana, dans N S Ezz, t. 1, p. 176-177 ; cf. aussi, du même auteur, sur les origines et les débuts de Cittadella, Alle origini di un borgo franco medioevale : Cittadella e le sue mura, dans Città mu-rate..., p. 181-188.

110 Encore en 1077, lors d’un plaid présidé par des missi impériaux, il est dit comes huius civis Patavi (C. Manaresi, I Placiti..., 3/1, no 439).

111 C D P, 2/1, no 90. Il est clair qu’il s’agit désormais non plus de l’indication du lieu d’où il exerce son pouvoir (comme en 1077), mais tout simplement de sa résidence. Bien entendu son effacement n’est pas complet, du moins avant les bouleversements du xiiie siècle. Des traces symboliques demeurent de son ancienne fonction, tels des fossiles incrustés : c’est le comte qui, dans la Padoue communale, procède à l’émancipation des fils mineurs (cf., outre E. Zorzi – Il territorio..., p. 52 –, des occurrences de 1207 et 1210 : A C P, Diverse, no 40, et Villarum, 5 : Gorgo, 1a). De même il hérite des biens des étrangers morts intestats et préside les duels (E. Zorzi, ibid., p. 53-54). Enfin, au xive siècle encore, da Nono sait que, dans un passé dont lui-même ne mesure pas le degré d’éloignement, il avait conservé deux privilegia regales (sic) : il avait droit à un pain de toutes les fournées sorties de chaque four de la ville (il aurait un moment prétendu sans succès à deux !) et, de même, chaque tavernier lui versait une redevance en vin (R. Ciola éd., Il « De Generatione »..., p. 83).

112 A. A. Settia, Castelli e villaggi..., p. 172-173 ; ou encore p. 400, où l’auteur déclare, avec une particulière netteté, que ce n’est qu’au xiie siècle qu’il voit vraiment se former les seigneuries « di castello » au sens propre, avec la généralisation du districtus lié à la forteresse.

113 E. Zorzi, Il territorio..., p. 61 ; P. Vaccari, La territorialità..., p. 65-66, sur le thème de la personnalité juridique. Qu’en est-il des autres acceptions du polysémique curia ? La dernière occurrence du terme comme synonyme de curtis que fournisse le C D P est de 1129 : les comtes de San Bonifacio vendent à Santa Giustina de Padoue tota curia de Concadealbaro, sive omnium rerum mobilium et immobilium, et l’on trouve plus loin cum omni iure ad ipsam curtem pertinente (2/1, no 187). A partir des années 1190 se diffuse le sens de « cour » de la demeure : c’est ainsi que bien des actes de vente sont rédigés dans la curia des vendeurs (A C P, Diversa, no 16, a. 1191 : in curia... domini Benci (da Urbana) ; P. Sambin éd., Documenti inediti..., no 26, a. 1218, et A S P, Corona, no 39 (40) : in curia venditorum). La curia est aussi, parfois, le terroir d’un village, abstraction faite de toute juridiction (C D P, 2/1, no 596, a. 1152 : une terre cultivée est située in villa et curia Sarmaciae et villa Nova ; A S P, Dipl., no 937, a. 1214 : une autre in curia Mignayni – Megliadino –, etc.). Il va de soi, enfin, qu’est toujours vivante l’expression curia vassallorum : encore en 1258 on la voit se réunir à Carrara (R. Cessi éd., Gesta magnifica domus Carrariensis, R I S, Bologne, 1948, 17/1, vol. 2, p. 199).

114 C D P, 2/1, no 506.

115 Cf., par exemple, au sud-est : Pernumia cum tota sua curia et terratorio et comitatu et districtu ; Agna cum tota sua curia et territorio et pertinenciis, scilicet cum Cesso et Albareda (E. Zorzi, Il territorio..., doc. 10, a. 1215, p. 297) ; Carraria cum tota sua curia et territorio ; Anguillara cum tota sua curia et territorio (p. 298).

116 De même le territoire de la seigneurie épiscopale au nord de Padoue, le long du Brenta, est divisé en deux curiae, celle de Torre au sud, et celle de San Giorgio delle Pertiche, à l’autre extrémité, seule pourvue d’un castrum, semble-til. Cf. ACP, Villarum, 8 : Ronchi Nuovi, 10, a. 1198 : Torre est définie comme curia episcopi ; E. Zorzi, Il territorio..., doc. 2, p. 260 : vidi gastaldum episcopi paduani accipere fodrum... pro curia Sancti Georgii. Le comitatus épiscopal est mentionné à Torre dès 1181 (C D P, 2/2, no 1389), à San Giorgio en 1223 : l’évêque a segnoriam et iurisdictionem et comitatum ville sancti Georgii de perticis et eius terri-torii et tocius curie eiusdem ville (E. Zorzi, ibid., doc. 11, p. 300).

117 C D P, 2/1, no 447 : un bien est vendu in comitatu Sacci ; no 623 : une vente se fait ante domnum Paduanum episcopum et terre Saccensis comitem. De même que, en tant que représentant de la puissance publique, le comte de Padoue a longtemps conservé en ville l’émancipation des mineurs (cf. supra, note 111), de même le comes Saccensis exerce cette même prérogative, comme le montre un document daté de 1188 (A S P, Dipl., no 408).

118 C D P, 2/1, no 74 : In Curte debet marigus poni cum consilio et consensu episcopi vel sui missi... Similiter quoque et in Plebe non debent poni marisi sine consilio et consensu epsicopi et talem in Plebe habet honorem qualem in Curte. Cette dernière précision permet de penser que la promotion de Corte est récente.

119 M G H, Friderici I, Dipl., t. 2, no 343.

120 Cf supra, p. 201.

121 C D P, 2/2, no 833 : les communes de Piove, Corte et Campolongo maggiore, pour les iudicariae de Piove d’une part, de Corte et Campolongo d’autre part, sont en procès avec Sant’Angelo et Campolongo di Lietoli. Le 2 août 1190 l’évêque cède des droits de pâture et de coupe de bois au monastère de Santa Maria della Carità de Venise, dans la iudicaria de Piove (A S V, C D Lanfranchi) ; en 1198 on trouve des notables de Piove réunis pro ipso comuni et iudicatus (ASP, Corp. Soppr., Santa Maria della Riviera, t. 10, no 1) ; en 1218, enfin, l’équivalence est indiquée : curia sive iudicatus plebis de Sacco (A C P, Episcopi, 2, no 151). Un document de 1203 donne la liste des villages du iudicatus de Piove : c’est la même qu’en 1161, moins Corte Folverto, devenu un simple lieu-dit (A S P, Dipl., no 639).

122 A C P, Feuda episcopi, 1, no 43 (publié dans Dondi, Dissert. 6, no 167).

123 Cf. supra, p. 119. Quelques occurrences de iudicaria au sujet de Monselice : a. 1013 (C D P, 1, no 94), 1017 (no 102), 1033 (no 128), 1040 (C D P, 2/2, no 1496), 1100 (C D P, 1, no 334), 1113 (2/1, no 60). Suit une période d’effacement : curieusement, même le légat impérial, Pagano, residens in Montesilice en 11601161, ne fait pas référence à la vieille circonscription (2/2, nos 746, 761). Il n’est plus guère de mention que du terratorium de Monselice (cf. par exemple : ibid., no 752, a. 1160 ; no 1033, a. 1171 ; no 1430, a. 1182, etc.).

124 A. 1190, 2 août (A S V, C D Lanfranchi) : l’évêque autorise capulum et pasculum à Santa Maria della Carità de Venise, in iudicaria ville Plebis ; a. 1193 (ibid., 19 janvier), 1197 (ibid., 19 octobre) : des terres situées in iudicaria Montissilicis.

125 Resterait à s’interroger sur l’influence du renouveau du droit romain, et donc des juristes de Bologne des temps de Barberousse, dans ce retour en force de l’emploi d’une terminologie qui, au demeurant, n’avait jamais été tout à fait oubliée. Le rapport direct avec l’Empire qui semble caractériser Monselice doit être ici rappelé.

126 Reste à savoir ce que, au terme d’une parabole descendante, l’évêque avait pu conserver à Padoue même, au début du xiiie siècle, de ses anciens pouvoirs de représentant de la puissance publique en lieu et place du comte. Il ne nous est fait nulle part de tableau de sa situation, ni à ce moment ni auparavant, au demeurant. Au hasard d’un document daté de 1203, on apprend qu’il était alors encore en mesure d’affermer pour 20 ans les deux tiers des revenus de taxes sur les marchés de la ville (de mude, seu mute, tocius civitatis paduane), le tout contre un loyer assez conséquent, payé à la fois en espèces et en denrées – du sel avant tout (Dondi, Dissert. 6, no 165).

127 E. Zorzi, Il territorio..., doc. 4, p. 271-286 ; S. Bortolami, Comuni e beni comunali..., doc. 1, p. 569-582 ; A S V, C D Lanfranchi, a. 1199 (avant le 5 novembre).

128 De cette dernière curia seul nous parle le document retranscrit dans le C D Lanfranchi.

129 Cf. S. Bortolami, ibid., p. 562 : les ville de Scodescia vadunt ad batiçandum ad tres plebes, c’est-à-dire Casale, Merlara et Megliadino.

130 Reste le problème du sort du castrum/résidence seigneuriale de Merlara (cf. supra, p. 260) : s’il disparaît de la documentation après le xe siècle on voit mentionner un fortilicium dans la liste dite « de 1258 ». On retrouve, à plus de 2 siècles de distance, une forteresse familiale. Sans doute n’avait-elle jamais disparu. Il existe un Casale site castral : il semble qu’il s’agisse de Casale Ser Ugo, au sud-est de Padoue. On n’a en tout cas aucune information allant dans le sens contraire.

131 Cf. E. Zorzi, Il territorio..., p. 273, sur la curia Vigiçoli ; p. 278 : Montagnana est curia per se sicut Casale. On trouve aussi : Montagnana est curia per se, si-cuti Milladinum per se (p. 277). Il y a deux Megliadino : sans doute s’agit-il de Megliadino San Fidenzio, déja centre pléban. D’autant que ce lieu aurait été « incastellato » durant une brève période : si la documentation d’archives n’en parle jamais, un texte hagiographique, l’Inventio S. Fidentii, cité par A. Giacomelli (Notizie e ricerche per la storia di Montagnana..., p. 483), en traduction italienne, raconte comment, après la translation du corps de San Fidenzio de Polverara à Megliadino, le marquis aurait fait entourer le lieu d’un large fossé et édifier sur le terre-plein une palissade. Mais le récit se poursuit et il est question de tours de bois « con guardie, la qual custodia durò quasi 40 anni ». Il semblerait donc que l’édifice n’ait eu qu’une courte durée. A. A. Settia insiste justement sur le « surprenant réalisme » de ce récit, qui en constitue (sauf, selon lui, le thème des tours, anachronique) la crédibilité (A. A. Settia, Ecclesiam incastellare..., p. 91-92).

132 Dans 2 documents, l’un antérieur, l’autre plus tardif : en 1197, le texte est de formulation ambiguë : in curia Palsi (Ponso) de Vico de Este ; le mot a ici le sens (fréquent) de terroir communal (A S V, C D Lanfranchi, 15 juin) ; en 1218, par contre, on trouve la mention du vicus Palsi, de curia de Este (A S P, Corona, no 4099).

133 E. Zorzi, Il territorio..., p. 176.

134 C’est dans la chronique de Rolandino que l’on a enfin des mentions explicites du castrum de Calaone : en 1239 le marquis le reprend aux Sarrasins d’Ezzelino, puis il le reperd en 1250 (Cronica, p. 68 et 92).

135 A S P, Dipl. nos 549 et 551 : mention de campos positas (sic) in castro Sulicini, et du comitatus Sulicini. Quant au castrum de Vighizzolo, on apprend sa destruction par Ezzelino, en 1249, grâce à Rolandino (Cronica, p. 92).

136 En 1203 (A C P, Villarum, 7 : Pernumia, 13) le gastald Zubiano déclare que fama est in Pernumia que les chanoines y ont des terres cum omni honore et districtu ; comme on lui demande : quid est fama ?, il répond assez joliment : Fama est sonus qui est in terra. Ainsi est perçue la légitimité...

137 G. Tabacco, La costituzione del regno italico al tempo di Federico Barbarossa, dans Popolo e stato in Italia nell’età di Federico Barbarossa. Alessandria e la lega lombarda, Turin, 1970, p. 165-166.

138 E. Zorzi, Il territorio..., doc. 10, p. 297 : cum tota sua curia et terratorio et comitatu et districtu.

139 Sur la seigneurie des chanoines à Pernumia et leurs litiges avec les da Carrara (et, d’ailleurs, d’autres propriétaires du lieu), je renvoie le lecteur à l’analyse de S. Bortolami (Territorio..., p. 82-98 et p. 147-148).

140 Le sens du mot districtus est relativement clair à Pernumia. Cela ne signifie pas qu’il ait été toujours univoque, ni véritablement constant dans la longue durée. Comme le remarque G. Tabacco dans le même article (p. 166), c’est sans doute à l’époque carolingienne, à laquelle il remonte (on le trouve dans les Capitulaires), qu’il est le mieux délimité, car alors il ne désignait que « la dignité et le pouvoir des officiers royaux ». A l’inverse, aux xiie et xiiie siècles, la clarté que je lui reconnais n’existe pour l’historien que s’il a une connaissance au moins relative du contexte, faute de quoi, comme le remarque le même Tabacco dans un article plus tardif, toute définition « sarebbe ingenuità » (L’ambiguità delle istituzioni nell’Europa costruita dai Franchi, dans Id., Sperimentazioni..., p. 92-93). D’une part se pose toujours, vers le haut, la question des limites du pouvoir de contrainte qu’il implique, c’est-à-dire du moment où l’on passe, comme à Pernumia, au stade supérieur, celui du comitatus ; d’autre part, vers le bas cette fois, demeure dans l’usage une tendance structurelle à confondre le public et le privé, ou du moins, comme le rappelle à nouveau G. Tabacco, une absence de distinction nette (Id., La costituzione del regno..., p. 165).

141 S. Bortolami, Territorio..., p. 104.

142 Un témoin, en 1203 (A C P, Villarum, 7 : Pernumia, 13), dit que les tenanciers des chanoines sont sub illa curia ; et il précise qu’ils tiennent un ensemble de 16 manses et multa terra inlibellata.

143 Ibid. : le gastald Zubiano rappelle l’histoire de la vache, puis comment les gens de Marsilio da Carrara ont détruit les maisons de deux personnes qui avaient participé à un homicide.

144 Ils viennent facere rationem inter suos habitatores et aliis de illis conquerentibus (cité par S. Bortolami, Territorio..., p. 89).

145 Un gastald des chanoines, qui est aussi un de leurs tenanciers, s’est vu enlever un bœuf par les gens de Marsilio da Carrara, à titre d’amende, parce qu’il refusait d’aller au plaid (doc. cité en note 142).

146 Sur les autres seigneurs fonciers, dont les comitisse, cf. S. Bortolami, ibid., p. 101-102.

147 Cf. supra, p. 189, sur la sorte de co-seigneurie que les arimanni locaux exercent, à partir du castrum, avec les da Carrara.

148 A C P, Villarum, 7 : Pernumia, 17, a. 1203.

149 C D P, 2/1, no 497 : omnem functionem seu exactionem atque districtam in omnibus rebus temporalibus. On remarquera que l’honor ne précède pas automatiquement.

150 M G H, Conradi III et filii eius Heinrici Dipl., F. Hausmann éd., Vienne-Cologne, 1969, no 255 : Fodrum quoque et albergarias et districtum, collectas, bannum, placitum, assaltum et cetera que regii iuris sunt... in manus abbatum predicti cenobii committimus.

151 C D P, 2/1, no 578, a. 1152 : in se retinuit... generale bannum. Quod Saccensibus antiquitus impositum fuit et generale placitum. Ac disciplinam ecclesiasticam. Cotidianamque districtam de furto. De raptu. De scacho. De falso.

152 Ibid., no 361 : les biens du monastère en Saccisica sont confirmés, et l’évêque concessit totum fodrum et albergariam et districtam, preter in generali placito.

153 C D P, 2/2, no 1062.

154 Cf. les tableaux ci-joints. Les « coups de sonde » annoncés dans les archives padouanes, isolés, n’y figurent pas. La documentation de San Zaccaria, de loin la plus abondante, s’est avérée décevante, les fonds qui concernent Monselice l’emportant de très loin sur ceux de Corte di Sacco.

155 Un rappel nécessaire, même si, au fond, il va de soi : une minorité de ces transactions s’effectue entre laïcs exclusivement, et concerne des biens-fonds passés ensuite aux monastères.

156 A S V, C D Lanfranchi : Santa Maria della Carità, B. 21, 18 juillet 1188.

157 Cf. supra, p. 189-190, des remarques sur l’appropriation du fodrum par tout un milieu d’origine arimannique.

158 Honor et districtus, en 1213 et 1221 ; honor seul, en 1209.

159 Le hic : une aussi claire hiérarchie n’est discernable que dans la Saccisica épiscopale, micro-région absolument privilégiée pour ce qui est de l’histoire de la seigneurie et de la féodalité.

160 L. Lanfranchi éd., San Giorgio maggiore, t. 2, no 503, a. 1188 ; Id., San Giovanni Evangelista di Torcello, no 98, a. 1193 ; A S V, San Zaccaria, B. 17, a. 1221, 7 mars. Sur les Bonizzi, cf. S. Bortolami, Fra « Alte Domus »..., p. 38, note 147. Sur Aldrigetto di Rolando, cf. une note substantielle de S. Bortolami (ibid., p. 10, note 25). Un juge Matteo di Rizzo est connu à Padoue entre 1211 et 1227 (A C P, Episcopi, 1, no 109 ; A S P, Corona, no 4114).

161 A S V, San Cipriano, B. 101, R. 173, a. 1213, 1er décembre.

162 A S P, Dipl., no 454. Cela dit, cet exemple de « démocratisation » demeure isolé.

163 Dondi, Dissert. 6, no116 : Et si aliquod fecerit, quod videbitur episcopo iniquum, aut superfluum, ad voluntatem episcopi moderabitur.

164 C D P, 2/2, no 1461, a. 1182. Sur le fief sans fidélité cf. G. Rippe, Feudum sine fidelitate...

165 S. Bortolami définit le terroir de Polverara comme « un’area di bonifica ormai direttamente amministrata dalla collettività cittadina » et cela dès les années 1130, à en juger par une concession de dîmes de l’évêque à ses chanoines – (Id., Pieve e « territorium »..., p. 26). Un peu plus loin il écrit : « già agli inizi del xii secolo il comune di Padova aveva posto dei vincoli su questa zona di acquitrini e boscaglie in vista di una sua sistematica colonizzazione » ; et le mouvement se poursuit donc sur près d’un siècle (ibid., p. 60).

166 Cf. supra, p. 297.

167 Visdomino, Arlotto et Ugo dei Tadi tiennent une pecia terre cum domorum ediffitiis et vitibus et arboribus, cum honore et districta et privilegio... a comuni Padue (A S P, Corp. Soppr., Santa Maria della Riviera, t. 1, no 6 a).

168 En 1222 Enrigino di Arlotto dei Tadi vend à Anselmo di Aicardo une pecia à Polverara, tenue en livello de la commune, cum omni honore, districtu, marigancia, comitatu et signoria (ibid., no 13). Le monastère vénitien de San Giorgio maggiore achète en 1226 six terres arables de Roncaiette aux Borselli et tous les biens d’Americo dei Canavoli au même endroit ; tous sont cédés cum comitatu (ASV, San Giorgio maggiore, B. 82, Proc. 322, 3 décembre ; Proc. 321, 6 novembre) ; de même, en 1231, le fils de Guitaclino di Corrado lui vend deux manses de Roncaiette cum omni honore, comitatu, districtu et marigancia (ibid., B. 81, Proc. 316, 26-27 février).

169 Les deux Padouans investis de biens cum honore, sans plus, sont Lemizo di Otto (F. Gaeta éd., San Lorenzo, no 41) et un certain juge Bernardino (A S V, San Cipriano, B. 101, R. 167). Aucun des deux n’a pu être rattaché à une famille de notables connue.

170 Dans le contado de Vérone aussi, on rencontre de ces notables de village, pourvus de l’honor. L. Simeoni en fait des vassaux non-milites ; dans la mesure où j’ai rencontré parmi eux un juge il ne m’est pas possible de maintenir avec certitude une telle distinction. Vraisemblablement, si tous sont des alleutiers aisés, ils appartiennent, semble-t-il, à des niveaux variés de la hiérarchie sociale (L. Simeoni, Il comune rurale..., p. 232).

171 Les modalités, du fait des transactions successives, sont souvent complexes : en 1184 un certain Domenico di Capitello, de Piove, vend à deux frères, Giovanni et Giuliano di Plebano di Bonvicino, une pièce de terre arable à Piove, et leur cède la moitié de la dîme et la moitié du fodrum en fief sans fidélité (F. Gaeta éd., San Lorenzo, no 22). En 1228, par contre, un certain Almerico di Carista, de Piove, vend une vigne au monastère local de San Vito : il cède la dîme en fief sans fidélité alors que le fodrum et le ius foidri (noter la précision, rare) ont été inclus dans le prix de vente (A S P, Corona, no 5129 c).

172 A C P, Feuda episcopi, no 56, a. 1214. Le nouvel évêque, Giordano, fait paraître devant lui ses vassaux de Corte, en l’église du lieu, San Tommaso : Alberico, fils du decano Gerardo, jure fidélité au nom de son père pour le feudum de-cime, puis un certain Guirinzone jure à son tour et déclare que suum feudum (est) quod debet colligere decimas quas episcopus padue habet in Curte et eius confinio.

173 A C P, Villarum, 2 : Campopremarino, 4, et ibid., 3, pour les « livelli » (a. 1225).

174 A. Castagnetti, Il potere sui contadini. Dalla signoria fondiaria alla signoria territoriale. Comunità rurali e comuni cittadini, dans Le campagne italiane..., p. 19.

175 R. Bordone, L’influenza culturale e istituzionale nel regno d’Italia, dans Friedrich Barbarossa. Handlungsspielräume und Wirkungsweisen des staufischen Kaisers, Sigmaringen, 1992, p. 164.

176 Toute analyse régionale passe par la mise en évidence de cette dialectique. Ainsi, au sujet du Trévisan, Daniela Rando parle d’une « tendance à la patrimonialisation », et définit le moment où l’ancienne fonction comtale publique est devenue une seigneurie, comme un passage du « comitato » à la « contea », « dal distretto pubblico di eredità carolingia all’ambito signorile al quale si applicava il titolo dinastico di conte » (D. Rando, Dall’età del particolarismo al comune (secoli xi-metà xiii), dans la Storia di Treviso, t. 2, p. 42.

177 Cf. infra, p. 730.

178 E. Zorzi, Il territorio..., à plusieurs endroits : dans la mesure où elle passe en revue les diverses seigneuries, elle fait allusion au concret du pouvoir seigneurial. C’est sans doute au sujet de la seigneurie épiscopale qu’elle s’y attarde le plus (p. 70-84). S. Bortolami analyse l’exercice des droits comtaux à Pernumia dans son ouvrage, Territorio..., p. 105-112 ; il fait un peu plus loin une comparaison avec les autres exemples connus dans le Padouan (p. 118-123). Une synthèse rapide et bien faite dans A. Castagnetti, La Marca..., p. 28-33.

179 A S P, Corona, Santa Maria di Praglia, no 974.

180 E. Zorzi, Il territorio..., doc. 11, p. 303 : ius capiendi latrones et faciendi rationes hominibus. Ce droit est alors contesté, sur San Giorgio delle Pertiche, à l’évêque par la commune.

181 E. Zorzi, qui reprend Vaccari, rappelle à ce sujet, fort opportunément, que le merum imperium invoqué par l’évêque au sujet de la rocca de Pendice et de son territoire, est défini, dans la Summa Codicis du juriste Azzone, d’abord comme la potestas gladii (p. 78-79), et qu’il s’oppose au mixtum imperium, la basse justice.

182 S. Bortolami, Territorio..., p. 106.

183 E. Zorzi, ibid., doc. 11, p. 302 : un témoin a vu l’avoué suspendere quemdam latronem..., super stratam que vadit ad campum Sancti Petri, 40 ans auparavant, soit vers 1180-1185. Les gastalds étaient au nombre de 4.

184 L. Simeoni, Il comune rurale..., p. 218. Le plaid, précise l’auteur, peut durer jusqu’à 3 jours et avoir lieu 3 fois par an au plus ; mais il arrive qu’il ne soit tenu qu’une fois tous les 3 ans.

185 S. Bortolami, ibid., p. 110.

186 A S V, C D Lanfranchi, 25 avril 1188 : l’évêque donne son autorisation à la commune de Corte, endettée ; A S P, Dipl., no 639, a. 1203 : la vente est faite coram Gerardo episcopo..., explicitement désigné comme Sacci comes, cette fois par la commune de Piove et celles de son iudicatus.

187 En 1186, en tant que comes Sacci, l’évêque donne l’ordre de délimiter le parcours d’une fossa pour trancher un litige entre deux propriétaires, et il faut ajouter qu’il est assisté du vicedominus Tanselgardino (E. Malipiero-Ucropina éd., S. Secondo..., no 42).

188 S. Bortolami, ibid., p. 109. De même, à Montagnana, ce sont des iurati masari domini Açonis marchionis et comunis Montagnane qui, en 1212, fixent les limites entre le district de Montagnana et celui de Pressana (S. Bortolami, Gli Estensi, Padova e la Marca trevigiana : una riflessione e nuove fonti, dans Terra d’Este, 2, 1992, doc. 2, p. 45-46).

189 E. Zorzi, ibid., doc. 2, p. 260. Désormais les homines Campopremarini vadunt ad curiam Sancti Andree ad rationem faciendam... per vim.

190 P. Sambin, Aspetti dell’organizzazione e della politica comunale nel territorio e nella città di Padova tra il xii e il xiii secolo, dans « A V », 5e s., 58, 1956, doc.2, p.11 : iurisdicionis et marigancie et ponendi maricos, iuratos, saltarios et statuendi et ordinandi regulas et banna.

191 A C P, Feuda episcopi, no 106, a. 1227.

192 A S P, Corona, Santa Maria di Praglia, no 1097, a. 1221 : omnem comitatum, iurisdictionem et segnoriam, mariganciam, banna..., salvo iure et honore communis Padue.

193 C D P, 2/2, nos 1324 et 1329 ; cf., par exemple : et dominus Walvanus fecit mihi suum gastaldum. et precepit mihi quod irem ad Stratam et si invenirem ibi aliquos piscando vel capulando vel pasculando. quod eos pignorarem (no 1329).

194 S. Bortolami, Territorio..., p. 107. On ne confondra pas ces cadeaux biannuels dûs par les arimanni, alleutiers, avec les redevances de même nature prévues dans la plupart des contrats de livello (cf. infra, p. 479).

195 S. Bortolami, ibid.

196 En 1221 on le voit verser à l’abbé de Praglia à Tencarola : il consiste en l’obligation de donner à tout hôte du monastère, à la demande de l’abbé, une culcetra cum uno plumacio et uno linzolo, plus unum faxium feni et un autre de paille, dont le poids doit correspondre à ce que peut en porter un homme sur son dos, et cela deux fois par an (cf. supra, note 192). De même l’albergaria est due aux Dalesmanini par les homines de Sant’Andrea et de Campopremarino (S. Bortolami, Territorio..., p. 120). On ne la voit pas demandée aux alleutiers, à moins que la mystérieuse calendaria de Pernumia, due elle aussi 2 fois l’an, en soit un équivalent. Dans la documentation de Sacco elle n’apparaît guère que dans les contrats agraires : c’est-à-dire qu’elle est intégrée aux redevances du livello et a perdu tout rapport avec le pouvoir comtal. De même, à Arquà, le comte de Padoue, détenteur du comitatus local, ne demande l’albergaria collectivement qu’aux villani, c’est-à-dire aux tenanciers coutumiers (E. Zorzi, Il territorio..., doc. 3, p. 266, a. 1196 : sont dues ensemble operas dompnicas in braidis et coltam, domnicatus, albergarias et alia servicia..., sicut vilani faciunt dominis suis ; sur les villani). De même, enfin, à Pernumia, les chanoines font payer l’albergaria à leurs tenanciers (albergant ad domum suorum habitatorum), qui leur doivent du foin, des lits et une annona (A C P, Villarum, 7 : Pernumia, 12, a. 1203).

197 Ainsi à Schio où, en 1200, les arimanni sont en litige avec le comte Uguccione pour le paiement du fodrum, de l’arimannia et de la colta (S. Bortolami, ibid., p. 138, note 180).

198 Respondit quod comune Urbane non solvebat coltam marchionibus pro districtu nisi ad preces marchionum, quia dicunt milites se habere ad feudum illum honorem a marchionibus (S. Bortolami, Comuni e beni comunali..., doc. 1, a. 1199, p. 570).

199 Cf. infra, p. 473 à 478. Même intégration dans les charges des villani.

200 A. Castagnetti, La Marca..., p. 33.

201 C D P, 2/1, no 74 : l’évêque et la communauté des « Saccensi » fixent la part des revenus publics leur revenant respectivement. Il est spécifié que le ripaticum totum episcopi est.

202 Le seigneur met à l’amende pro invasione vie ; il fait de même à ceux qui impediunt flumen qui fuit antiquum ; de façon générale il taxe tous ceux qui impediunt regalia (S. Bortolami, Territorio..., p. 106).

203 A. Castagnetti, Il potere sui contadini..., p. 20. Cf. aussi, par exemple, E. Zorzi, Il territorio..., doc. 4, p. 278 : publica facienda... ad ruptam abacie et ad fossatum novum.

204 A S V, C D Lanfranchi, 1199 (avant le 5 novembre) : des témoins déclarent que illos de Casale et Altadura et Urbana et Merlaria (en Scodosia) fecisse castrum de Montagnana.

205 B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t. 3, no 407, a. 1208 : Palma da Baone reçoit sa part des biens d’Uguccio da Carrara à Bagnoli, vendus aux enchères, à savoir le castrum, avec omnes ius et rationes et actiones contra homines de Bagnolo pro facto castri et pro laborerio castri. E. Zorzi, Il territorio..., doc. 4, a. 1199, p. 272 : les hommes de Scodosia ibant ad faciendum pontem, bertinissas et muros illius castri per Scodosiam ; cf. aussi, plus loin : reficiunt pontem (p. 276). De même c’est toute la Scodosia qui entretient l’appareil défensif renforcé du castrum d’Este : marchiones... preceperunt hominibus de Scodescia ut venirent ad laborandum dullonem (le donjon) de Este (p. 279).

206 A. Castagnetti, La Marca..., p. 32. Ainsi les gens d’Altaura, Casale et Urbana faisaient des waitas ad illum castrum (de Montagnana) de nocte (E. Zorzi, ibid., p. 274).

207 A. Castagnetti, ibid. : et XXX anni sunt quod homines predictarum villarum incanevant in castro Montagnane (E. Zorzi, ibid., p. 276) ; ou encore : Altadura et Urbana et cetere ville infra fines predictos habebant ibi canipas (p. 277). Sur le rôle du castrum comme entrepôt de produits agricoles et la progressive transformation du droit concédé aux ruraux en une obligation, cf. A. A. Settia, Castelli e villaggi..., p. 443-454.

208 E. Zorzi, ibid., p. 274 : et scio quod homines de Scodesia... hostiliter venerunt cum Alberto, Obiço et Fulco marchionibus in auxilium Albertini et Ugolini de Baone ad Agnam per werram quam habebant cum Marscilio de Carraria.

209 S. Bortolami, Comuni e beni comunali..., doc. 1, p. 571 : respondit quod vidit homines de Urbana... facere fidelitatem castri sicut homines de Scutissia. E. Zorzi, ibid., p.274 : Vidit homines de Altadura et de Casali et de Urbana facientes fidelitatem castello de Montagnana ; etc.

210 P. Vaccari avait en son temps insisté sur l’importance de la fidelitas et sur le lien qui est le sien avec le castrum. Il n’est pas donné, cela dit, de rencontrer dans le Padouan d’exemples concrets confirmant la fixation de cette charge sur le lieu, qu’il présente comme caractéristique, sinon, ce qui n’est pas rien il est vrai, avec l’intervention du pouvoir communal (P. Vaccari, La territorialità..., p. 104105, éd. 1963).

211 E. Zorzi, ibid., p. 281, par exemple.

© Publications de l’École française de Rome, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540