Version classiqueVersion mobile

Les dieux olympiens et la mer

 | 
Annick Fenet

Préface

Madeleine Jost

Texte intégral

1Au fil des activités riches et multiples d’Annick Fenet, on retrouve son amour de la vie marine grecque et de ses dieux, vers lesquels l’avait orientée Pierre Chuvin pour sa thèse. Appelée à en parler à Nantes, Boulogne-sur-Mer ou en Grèce à Pylos, elle a été aussi pour un temps Chargée de mission au Centre international de la mer (Corderie Royale-CIM) et membre du Comité scientifique de l’exposition « Peurs bleues. Prendre la mer à la Renaissance » à Rochefort.

2C’est à la mesure de la place occupée par les activités maritimes dans la vie des Grecs qu’elle nous offre aujourd’hui un ouvrage d’importance sur « Les dieux olympiens et la mer : espace et pratiques cultuelles ». Les dieux et les hommes sont traités en deux volets, offrant ainsi un tableau judicieux d’une « religion marine grecque » dont aucun ouvrage ne donne l’équivalent à ce jour. Le lecteur y trouvera, dans une large fourchette chronologique et sans limites géographiques, une somme considérable de documents de tous ordres, présentés et analysés avec rigueur. Annick Fenet utilise les textes littéraires jusqu’aux plus basses périodes, en tenant toujours compte de leur chronologie et sans amalgames entre eux. L’épigraphie a sa place tant pour le culte des divinités que pour des objets inscrits comme les ancres. Les données de l’archéologie concernent les sanctuaires où se marque une orientation marine des divinités ; elle est à la base de la seconde partie sur les pratiques cultuelles en relation avec la mer. Cette pluridisciplinarité constitue un des intérêts de l’ouvrage et en fait la richesse.

3La composition du volume est simple et logique. La première partie étudie les divinités olympiennes dans leur rapport avec la mer ; celle-ci ne sont pas désignées par une appellation abstraite, mais bien en temps que « personnes » divines, notion récemment réhabilitée par R. Parker dans ses réflexions critiques sur le structuralisme (On Greek Religion 2011, p. 95). Quatre chapitres aux titres nuancés organisent la matière : « À la conquête de la mer » (Athéna, Héra), « La maitrise des éléments » (Zeus, Aphrodite), « La domination de la mer » (Apollon, Poséidon), « Les frontières de la mer, ou la mer domestiquée » (Artémis, Dionysos, Hermès). Ce classement très subtil engendre des recoupements de détail entre les divinités, tant il est vrai que chacune d’elles est « multiple ». Comme le note Annick Fenet, toutes ces « personnalités » ont des points en commun : leur action, par exemple, s’exerce en grande majorité au moyen des vents et elles partagent certaines épiclèses comme Apobatèrios (« du Débarquement»), qui peut s’appliquer à Apollon, Aphrodite, Artémis ou Zeus. Au total, il y a dans les aspects marins des personnalités divines un certain manque de spécialité qui rend les frontières poreuses.

4Les chapitres étudient successivement les légendes de chaque divinité, ses lieux de culte, ses épiclèses en rapport avec la mer (celles-ci ayant souvent des implications plus larges, comme Sôter (« Sauveur »). Il en ressort un tableau neuf et intéressant des pouvoirs marins des divinités grecques. On est frappé au premier abord par le nombre important des dieux et des déesses qui peuvent revêtir un caractère marin, en dehors de leur domaine d’action dominant ; elles sont concernées avant, pendant et après la navigation ; il est clair que, comme dans les autres domaines, les Grecs cherchent à multiplier les protections, sans hésiter à ajouter l’une à l’autre. La multiplicité de toutes ces divinités est en relation avec le paysage grec où abondent rivages, îles et promontoires.

5Poséidon et Hermès occupent une place tout à fait secondaire par rapport à ce qu’on pouvait attendre. C’est pour Poséidon, un éclairage nouveau et un des apports d’Annick Fenet : il est plus le dieu des tremblements de terre qu’un protecteur marin. C’est une puissance qui s’affirme souvent de manière négative, dans un déchaînement de violence des éléments, si bien qu’on le craint plus qu’on ne l’honore. Le rôle principal est tenu par Zeus, avec plusieurs épiclèses comme Ourios (« dieu des vents favorables »), et Aphrodite, qui assure le calme des eaux et de la traversée en tant qu’Euploia (« De la navigation heureuse »). À côté, Artémis, qui protège les rivages et les expéditions de colonisation, ainsi que les déesses poliades Athéna et Héra, toutes deux associées au mythe des Argonautes, sont bien représentées. Apollon bénéficie de son statut de dieu d’un sanctuaire panhellénique : c’est lui qui reçoit le plus d’offrandes navales. Dionysos est associé à une mer calme. Déméter et Koré ne sont que rarement attestées.

6La seconde partie s’attache aux pratiques cultuelles en relation avec la mer, que ce soit à bord des navires ou sous forme d’ex-voto à terre. Nous sommes ici en contact avec les realia et cet aspect concret donne vie au tableau des pratiques religieuses des marins. La construction est analytique. Sur mer, on découvre le décor naval et religieux de la proue et de la poupe, comme ces parasèmes en bronze ou appliques s’adaptant à la coque de part et d’autre à l’avant du bateau, avec la représentation de Dionysos et Ariane, provenant de l’épave de Mahdia. La poupe est l’élément religieux essentiel : on peut y trouver, sur la stylis, le nom de la divinité tutélaire du navire, sans que cette pratique des noms théophores de bateaux soit majoritaire. Les divinités concernées sont surtout Athéna et Aphrodite. Les ancres en plomb, que révèle l’archéologie sous-marine, sont à bord l’objet qui incarne le mieux la recherche de protection divine. Annick Fenet leur consacre de longues pages riches de données et de mises au point, en particulier pour les concepts d’ancre sacrée et d’ancre « de miséricorde ». Pour le rôle « magico-religieux » et apotropaïque du décor, on retiendra, entre autres, de savants raisonnements sur la combinaison des faces des osselets qui apparaissent parfois sur les jas et la valeur religieuse de ces objets.

7Viennent ensuite les ex-voto à terre. Durant toute l’Antiquité grecque, les dieux olympiens se voient consacrer des bateaux sous des formes diverses, en remerciement d’une traversée réussie ou d’une victoire navale. Il s’agit de dons de bateaux réels, de modèles réduits, d’images de bateaux dont Annick Fenet donne des analyses détaillées. Le cas des bateaux sacrés et des chars-bateaux retient particulièrement l’attention. Une collecte méthodique et exhaustive des sources littéraires et épigraphiques relatives au char des Panathénées et au péplos d’Athéna conduisent à une analyse serrée de la chronologie d’apparition des différents éléments – bateau, péplos, voile – à partir de la fin du Ve siècle et du début du IVe, avec un changement à l’époque d’Hérode Atticus dans le mode de traction du navire, auparavant tiré par des bêtes, puis muni de « machineries secrètes» (Philostrate) difficiles à restituer.

8Mais ce sont les ancres en pierre découvertes en lien avec des sanctuaires comme ex-voto à terre qui sont l’objet de prédilection de l’auteur. Le don d’ancres est une pratique attestée par les sources littéraires, les inscriptions déliennes et l’archéologie qui fournit un matériel relativement nombreux. Annick Fenet dresse un catalogue raisonné des ancres inscrites, puis des ancres anépigraphes. Son talent est d’allier des descriptions précises à des discussions critiques toujours prudentes sur les données et les problèmes qu’elles posent. L’ancre de Gravisca, dont le propriétaire, Sostratos, serait connu par ailleurs ou l’ancre de Métaponte donnent lieu à de réelles monographies. Ces études ont en commun une problématique : l’inscription est-elle contemporaine de la fabrication de l’ancre ou gravée dans un second temps ? Elles donnent lieu à d’utiles remarques sur des matériels voisins dans la forme, comme les cippes ou les argoi lithoi (« pierres brutes ») : même intégrées à un ensemble d’argoi lithoi les ancres gardent leur valeur d’ex-voto.

9Des cartes, de nombreuses et précieuses annexes et un index accompagnent le volume : elles donnent, sous forme de corpus ou de tableaux faciles à consulter, les sources utilisées. Ajoutons que la plupart des illustrations qui jalonnent le texte sont des clichés de l’auteur, ce qui témoigne de son implication totale dans le sujet.

10Le lecteur s’apprête ainsi à lire une étude foisonnante mais ordonnée, qui lui apportera des connaissances nouvelles et l’incitera à réfléchir sur le polythéisme grec et sur la vie religieuse des marins.

© Publications de l’École française de Rome, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search