Version classiqueVersion mobile

Les dieux olympiens et la mer

 | 
Annick Fenet

Remerciements

À Papa Louis,
ce livre de mer et de voyages

Texte intégral

À l’extrémité de la cave, qui était oblongue, sous une archivolte cyclopéenne d’une coupe singulièrement correcte, dans un creux presque indistinct, espèce d’antre dans l’antre et de tabernacle dans le sanctuaire, derrière une nappe de clarté verte interposée comme un voile de temple, on apercevait hors du flot une pierre à pans carrés ayant une ressemblance d’autel. L’eau entourait cette pierre de toutes parts. Il semblait qu’une déesse vint d’en descendre. On ne pouvait s’empêcher de rêver sous cette crypte, sur cet autel, quelque nudité céleste éternellement pensive, et que l’entrée d’un homme faisait éclipser. (...) Il était invraisemblable qu’il n’y eût point là un fantôme. Une femme toute nue, ayant en elle un astre, était probablement sur cet autel tout à l’heure. Sur ce piédestal d’où émanait une indicible extase, on imaginait une blancheur, vivante et debout. L’esprit se représentait, au milieu de l’adoration muette de cette caverne, une Amphitrite, une Téthys, quelque Diane pouvant aimer, statue de l’idéal formée d’un rayonnement et regardant l’ombre avec douceur. C’était elle qui, en s’en allant, avait laissé dans la caverne cette clarté, espèce de parfum lumière sorti de ce corps étoile. L’éblouissement de ce fantôme n’était plus là ; on n’apercevait pas cette figure, faite pour être vue seulement par l’invisible, mais on la sentait; on avait ce tremblement, qui est une volupté. La déesse était absente, mais la divinité était présente.
Victor Hugo, Les travailleurs de la mer II, i, 13.

1Ulysse en a fait l’expérience : la route droite n’est pas la plus directe pour arriver au terme du périple. Avant de pouvoir finaliser ce volume, il m’a fallu tirer des bords et même – qui l’eût cru ? – opérer un détour par l’Afghanistan.

2Ce travail n’aurait donc pu aboutir sans l’aide de divinités tutélaires pour lesquelles le lecteur pourra s’amuser au jeu de l’interpretatio antiqua.

3Mme Catherine Virlouvet, Directrice de l’École française de Rome, m’a fait l’honneur d’accepter la publication dans la Collection de l’École et m’a accordé la faveur d’un séjour de 2 mois à Rome pour finaliser le manuscrit. Au Palais Farnèse et à la place Navone, M. Stéphane Bourdin, Directeur des études pour l’Antiquité, et le responsable des publications M. Richard Figuier m’ont accueillie avec affabilité et dispensé des conseils avisés ; M. Bertrand Grandsagne a accompagné avec patience et efficacité la publication de ce mémoire.

4Ce séjour a également bénéficié d’une subvention de la fondation Debrousse de l’Institut de France, sur décision de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Je ne saurais exprimer ma reconnaissance à cette honorable institution et à M. Henri Lavagne, véritable deus ex machina.

5J’ai trouvé en AOROC (UMR 8546) un laboratoire où il fait bon travailler, sous la dynamique direction de Stéphane Verger. Je sais gré à ce dernier et à Laurianne Sève, qui pilote avec art notre équipe « Hellénismes d’Asie et civilisations orientales », de leur l’intérêt amical pour mes recherches et leur soutien constant, sans oublier le concours fidèle du Labex TransferS, dirigé par M. Michel Espagne.

6En remontant l’horloge du temps, je salue M. Pierre Chuvin qui sut guider mes premiers pas dans cette enquête et me détermina à suivre les précieux cours de M. Paul Bernard, à l’EPHE, M. Pierre Cabanes qui fut un directeur de thèse bienveillant durant ces années d’études, ainsi que M. Roland Étienne, qui m’a ouvert les portes de la Grèce et rendu accessibles les inestimables richesses de la bibliothèque de l’École française d’Athènes. À la faveur de bourses de l’EFA, de l’EFR, du gouvernement grec et du Centre Jean Bérard, j’ai pu découvrir les réalités du terrain parfois bien différentes de celles des livres et profiter in situ des visites des meilleurs archéologues, tel feu Dinu Adamesteanu à Métaponte.

7La soutenance reste un excellent souvenir, grâce aux qualités scientifiques et humaines du jury composé de MM. Pierre Chuvin, Piero Gianfrotta et Patrice Pomey. Sa Présidente, Mme Madeleine Jost, a été la première à m’inciter à publier : son appui n’a jamais faibli et s’est manifesté jusque dans des relectures du texte final et l’écriture de la préface. À M. Pomey, je dois également ma participation au colloque Tropis à Pylos en 1999 avec la rencontre de savants hors normes en affaires maritimes, la regrettée Miss Honor Frost et M. Lucien Basch. La transformation du manuscrit a ensuite bénéficié des conseils de M. François Lissarrague et de Mme Pauline Schmitt-Pantel, ainsi que de ceux de M. Antoine Hermary qui, en m’attribuant la rédaction d’un chapitre du ThesCRA, m’a fait me replonger dans la religion marine.

8Les heures passées en bibliothèques ne sauraient faire oublier l’indispensable : l’affection de la famille et des proches. Merci à mes amis historiens qui m’encouragent depuis des années, en particulier Osmund Bopearachchi, Bruno Cabanes et Natacha Lubtchansky ; à Anne Coulié et sa chaleureuse générosité ; à mon bon génie Odile Cavalier, dont l’optimisme est si réconfortant. Mille et une pensées pour ma sœur Joëlle qui m’a toujours précédée ou suivie avec enthousiasme sur les chemins de la Méditerranée, et pour Alain, mon compagnon de toutes ces années postdoctorales, qui a partagé les joies de la découverte (de Rochefort au cap Malée et au musée de Palerme) comme les vents contraires. E la nave va !

Paris-Athènes, été 2015

© Publications de l’École française de Rome, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search