Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Question d'honneur

 | 
Mathieu Jacotot

Troisième partie. La pensée : approches intellectuelles et représentations

Chapitre 14. Les épitaphes des Scipions : la mobilisation de l’honos par l’aristocratie

Texte intégral

Introduction

  • 1 Les Cornelii Scipiones ne forment pas, à strictement parler, une gens, qui regroupe l’ensemble des (...)

1Par leur longueur, leur qualité poétique et l’importance de leurs commanditaires, les épitaphes des Scipions font partie des inscriptions les plus remarquables de l’époque républicaine. Ces textes présentent, pour notre étude de la pensée de l’honneur, plusieurs intérêts. Ils nous donnent d’abord l’occasion d’observer le traitement de la notion d’honos sur un autre support qu’une œuvre littéraire, pourvu de règles et de fonctions propres, qui implique une modalisation particulière de la notion d’honos. Ces épitaphes, ensuite, concernent des individus qui ont appartenu à l’une des plus grandes familles de la Rome républicaine, la gens des Cornelii Scipiones, qui a joué aux IIIe et IIe siècles un rôle primordial sur les plans politique, militaire et culturel1. Ces inscriptions constituent donc un champ privilégié pour l’observation des représentations de l’honos dans la pensée aristocratique de l’époque. Il serait cependant réducteur de n’y voir que des documents dépositaires des modes de pensée de la noblesse. Ce sont aussi des instruments de pouvoir : ces textes jouent, pour la famille des Scipions, un rôle publicitaire essentiel et remplissent des fonctions idéologiques et politiques qui accroissent encore leur intérêt. Ils élaborent une certaine image de la famille et font à ce titre un usage particulier de la notion d’honos. Après une présentation d’ensemble des inscriptions, nous étudierons les singularités aristocratiques de l’idée d’honos dans ces textes. Nous verrons ensuite comment cet honos est valorisé et déformé en un sens positif. Nous finirons par nous interroger sur les raisons et les fonctions d’une telle élaboration de l’honos.

1. Les inscriptions et l’identité des défunts

  • 2 Cic. Tusc. I, 13 ; Arch. 22 ; Suet. De Poetis, p. 25 ; Liv. XXXVIII, 56 ; Plin. NH. 7, 114. Sur l’e (...)
  • 3 Sur la tombe des Cornelii Scapulae, voir LTUR Sub. II, p. 164.
  • 4 Pour une description détaillée du tombeau, voir L. Crema, L’architettura romana, Turin, Società Ed (...)
  • 5 Son sarcophage occupe en effet une position centrale, au fond de l’hypogée, juste en face de l’ent (...)
  • 6 Ibid., p. 62 sqq. Voir aussi LTUR IV, p. 283 pour les diverses hypothèses sur l’aspect extérieur d (...)
  • 7 Tite Live (Liv. XXXVIII, 56, 1-4) parle de trois statues (celles de Scipion l’Africain, de Scipion (...)
  • 8 Pour une hypothèse sur le sens de ces peintures, illustrant l’histoire familiale, voir Flower, Anc (...)

2Les textes généralement rassemblés dans les recueils d’inscriptions sous le nom d’elogia Scipionum proviennent tous du tombeau de la famille des Scipions, placé quelques centaines de mètres après la porte Capène, entre la via Appia et la via Latina2. Non loin se trouvait un autre sépulcre, destiné à une autre branche des Cornelii, les Cornelii Scapulae, ce qui indique le lien privilégié noué par les Scipions avec cet espace géographique3. Le monument a été transformé au cours des siècles et il est aujourd’hui fortement détérioré mais encore partiellement visible4. Il contenait plus d’une trentaine de sarcophages, et a dû commencer à être utilisé au début du IIIe siècle, avec l’ensevelissement de Scipion Barbatus, ancêtre de la gens5. Le tombeau se distinguait par une façade monumentale6 sur deux niveaux, le premier étant percé de trois portes et le second formé d’un podium et décoré de semi-colonnes ainsi sans doute que de niches accueillant des statues7. Le monument était recouvert de fresques sur toute la longueur, et l’on y distingue encore quelques traces d’une scène de combat8.

  • 9 Plusieurs d’entre elles ont été commentées en détail dans l’ouvrage de Kruschwitz, Carmina Saturni (...)

3Sur l’ensemble des inscriptions qui nous sont connues, cinq retiendront plus particulièrement notre attention, pour leur intérêt idéologique ou pour leur mention de l’honos. Nous en donnons ici la référence et le texte, auxquels nous nous permettrons de renvoyer dans la suite de notre étude9. Elles sont généralement composées selon le même modèle : la mention de l’identité (nom, filiation et charges exercées) précède un poème laudatif, l’elogium.

1.1. L. Cornelius Scipio Barbatus (CIL I2, 6-7 = ILLRP 309)

[L. Corneli]o Cn(aei) f(ilius) Scipio

Cornelius Lucius Scipio Barbatus Gnaiod patre
prognatus, fortis uir sapiensque quoius forma uirtutei parisuma
fuit consol, censor, aidilis quei fuit apud uos. Taurasia, Cisauna
Samnio cepit, subigit omne Loucanam opsidesque abdoucit.

« Lucius Cornelius Scipion, fils de Gnaeus

Cornelius Lucius Scipion Barbatus, fils de Gnaeus son père,
homme courageux et avisé, dont la beauté égala parfaitement la valeur
et qui fut consul, censeur et édile dans votre cité. Il prit Taurasia,
et Cisauna dans le Samnium, il soumit toute la Lucanie et en ramena des otages. »

  • 10 Coarelli, « Il sepolcro degli Scipioni », p. 45 sqq. ; Nicorescu, « La tomba degli Scipioni », p. 4 (...)
  • 11 Les saturniens n’apparaissent pas dans le texte tel que nous le présentons, puisque nous suivons l (...)
  • 12 Liv. X, 11-12. Le texte de Tite Live parle seulement d’une bataille couronnée de succès contre les (...)
  • 13 Coarelli, Guide archéologique de Rome, p. 113.
  • 14 Voir le bilan critique dressé par Flower, Ancestor Masks, p. 171 sqq.
  • 15 P. Kruschwitz, « Die Datierung der Scipionenelogien CLE 6 und 7 », ZPE, 122, 1998, p. 273-285.
  • 16 Voir T. Frank, « The Scipionic Inscriptions », CQ, 15, 1921, p. 169-171 ; Coarelli, « Il sepolcro (...)

4L’inscription, dont la première ligne est peinte en lettres rouges et les autres gravées, figure sur la face avant d’un sarcophage d’une facture tout à fait remarquable, qui prend la forme d’un autel et présente plusieurs affinités avec l’art hellénique10. Le texte de l’elogium proprement dit est composé en saturniens, le vers romain national11. Le défunt est connu : il s’agit de Scipion Barbatus, consul en 298, qui s’est illustré militairement au début de la troisième guerre samnite12. Le texte de l’inscription est plus récent que la date de l’ensevelissement et présente des traces de remaniement. Le nom peint doit dater du milieu du IIIe siècle (entre 270 et 230)13 ; quant à l’elogium, sa datation est très controversée14. P. Kruschwitz15, au terme d’une minutieuse analyse linguistique, historique et épigraphique, le situe entre 270 et 150. Au regard des derniers arguments avancés sur ce point, il nous paraît possible de le situer, plus précisément, au début du IIe siècle16.

1.2. L. Cornelius Scipio (CIL I2, 8-9 = ILLRP 310)

[L](ucius) Cornelio L(ucii) f(ilius) Scipio
[a]idiles, cosol, cesor.

Honc oino ploirume cosentiont R[omai]
duonoro optumo fuise uiro
Luciom Scipione. Filios Barbati
consol, censor, aidilis, hic fuet a[pud uos].
Hec cepit Corsica Aleriaque urbe,
dedet Tempestatebus aide mereto[d].

« Lucius Cornelius Scipion, fils de Lucius, édile, consul, censeur.

C’est sur lui seul que tous s’accordent à Rome pour dire
qu’il fut le meilleur des hommes de bien :
Lucius Scipion. Fils de Barbatus,
Consul, censeur, édile, voilà ce qu’il fut auprès de vous.
C’est lui qui s’empara de la Corse et de la ville d’Aléria ;
Il offrit à juste titre un temple aux Tempêtes. »

  • 17 Liv. Ep. 17 ; Flor. I, 18, 15 ; Eutr. II, 20.
  • 18 Ov. Fast. VI, 193-194.
  • 19 Voir la datation de CIL I2, ILLRP, Coarelli, « Il sepolcro degli Scipioni » (240-230). E. F. Fay e (...)

5Cette inscription, elle aussi en saturniens, fait l’éloge de L. Cornelius Scipion, le fils de Scipion Barbatus, bien connu par les sources17. Il fut édile curule, consul en 259, censeur en 258. Ses conquêtes d’Aléria et de la Corse sont attestées, mais les fasti triumphales parlent à son sujet d’un triomphe que l’inscription ne mentionne pas. La dédicace d’un temple aux Tempestates s’explique par la protection dont sa flotte a bénéficié lors d’une tempête18. L’orthographe présente un aspect plus archaïque que dans l’épitaphe précédente. P. Kruschwitz la situe entre 230 et 150, et elle est volontiers datée des décennies suivant la mort de L. Cornelius Scipion, entre 240 et 20019, et se trouve donc être plus ancienne que celle de son père.

1.3. P. Cornelius Scipio (CIL I2, 10 = ILLRP 311)

Quei apice insigne Dial[is fl]aminis gesistei,
mors perfe[cit] tua ut essent omnia
breuia, honos, fama, uirtusque,
gloria atque ingenium, quibus sei
in longa licu[i]set tibi utier uita,
facile facteis superases gloriam
maiorum. Qua re lubens tua in gremiu,
Scipio, rec[i]pit Terra, Publi,
prognatum Publio Corneli.

« Toi qui as porté l’apex, insigne du flamine de Jupiter,
La mort a mis un terme prématuré à toutes tes qualités :
Honneur, réputation et valeur,
gloire et talent, s’il t’avait été permis
d’en jouir au cours d’une longue vie,
tu aurais facilement surpassé par tes actes la gloire
de tes ancêtres. C’est pourquoi la Terre te reçoit volontiers en son sein,
Publius Cornelius Scipion,
fils de Publius Cornelius. »

  • 20 Sur ce point, voir W. J. Tatum, « The Epitaph of Publius Scipio Reconsidered », CQ, 38 (1), 1988, (...)
  • 21 Coarelli, « Il sepolcro degli Scipioni ». Une date plus précise, autour des années 150, est avancée (...)
  • 22 C’est l’avis de Coarelli, Guide archéologique de Rome, p. 114 et de E. Wölfflin, « Die Dichter der (...)
  • 23 Cic. Cato. mai. 35 ; Off. I, 121 ; Brut. 77.
  • 24 Cette absence de fonctions publiques peut aussi s’expliquer par le flaminat de Jupiter que le défu (...)
  • 25 Liv. XL, 42. L’identification au fils de l’Africain, qui remonte à T. Mommsen, a été mise en doute (...)

6L’inscription, qui figurait sur la partie antérieure d’un sarcophage, est en saturniens. Le premier vers a été rajouté ultérieurement, comme cela est visible sur la pierre, sans doute pour réparer un oubli20. Le texte est daté des années 170-14521. L’identité du défunt n’est pas assurée ; il est assez tentant d’y reconnaître le fils de l’Africain, père adoptif de Scipion Émilien22 : le nom et la date correspondent, et Cicéron indique qu’il était de santé fragile23, ce qui pourrait expliquer l’absence de charges publiques24 et la mort précoce mentionnées dans l’elogium. Une telle identification est cependant problématique car Tite Live dit de lui qu’il a été augure, ce qui n’est pas indiqué dans l’épitaphe25 ; l’historien, en outre, ne mentionne pas le flaminat de Jupiter. Le fait que le défunt soit mort jeune ne plaide pas non plus en faveur d’une identification au père adoptif de Scipion Émilien : le processus d’adoption est moins susceptible d’être intervenu alors que le père adoptif n’était pas encore d’âge mûr. On peut aussi s’étonner que la filiation à la fin du texte ne fasse pas état du glorieux surnom de son père, Africanus.

1.4. L. Cornelius Scipio (CIL I2, 11 = ILLRP 312)

L(ucius) Cornelius Cn(aei) F(ilius) Cn(aei) N(epos) Scipio. Magna sapientia
multasque uirtutes aetate quom parua
posidet hoc saxsum quoiei uita defecit, non
honos, honore, is hic situs, quei nunquam
uictus est uirtutei, annos gnatus XX is
l[oc]eis mandatus. Ne quairatis honore
quei minus sit mandatus.

« Lucius Cornelius Scipion, fils de Gnaeus, petit-fils de Gnaeus. C’est une grande sagesse,
et de nombreuses vertus, malgré un âge peu avancé,
que retient cette pierre. Celui dont la vie,
et non l’honneur, manqua d’honneur gît ici, lui
dont la valeur ne fut jamais vaincue ; c’est à l’âge de vingt ans
qu’il fut confié à ce lieu. Ne cherchez pas d’honneur
car il n’en reçut jamais. »

  • 26 Coarelli, « Il sepolcro degli Scipioni », p. 90 ; Wölfflin, « Die Dichter der Scipionenelogien ».

7Cette inscription en saturniens, qui concerne encore un Scipion décédé dans la fleur de l’âge, à vingt ans, est contemporaine de la précédente, et date des années 160-140 avant notre ère26. L’identité du personnage est incertaine ; on pense parfois à un fils de Cn. Scipion Hispallus, le consul de 176.

1.5. Cn. Cornelius Scipio Hispanus (CIL I2, 15 = ILLRP 316)

Cn(aeus) Cornelius Cn(aei) F(ilius) Scipio Hispanus
pr(aetor) aid(ilis) cur(ulis) q(uaestor) tr(ibunus) mil(itum) II Xuir s(t)
l(itibus) iudik(andis) Xuir sacr(is) fac(iundis).

Virtutes generis mieis moribus accumulaui,
Progeniem genui, facta patris petiei.
Maiorum optenui laudem, ut sibei me esse creatum
Laetentur: stirpem nobilitauit honor.

« Gnaeus Cornelius Scipio Hispanus, fils de Gnaeus,
préteur, édile curule, questeur, deux fois tribun militaire, décemvir chargé
de juger les litiges, décemvir chargé des sacrifices.

J’ai augmenté grâce à mes mœurs les vertus de ma race,
J’ai fondé une descendance et essayé d’égaler les exploits de mon père.
J’ai préservé la gloire de mes ancêtres, de sorte qu’ils se réjouissent de m’avoir engendré :
Mon honneur a ennobli ma lignée. »

  • 27 Sur cet usage du distique et sur la singularité de l’inscription, voir M. Massaro, « L’epigramma p (...)
  • 28 Val. Max. I, 3, 3.
  • 29 Coarelli, « Il sepolcro degli Scipioni », p. 90.

8Cette inscription figurait sur trois tablettes de pierre formant la partie avant d’un sarcophage. Elle mentionne d’abord l’identité et le cursus honorum du défunt puis en fait l’éloge, en recourant cette fois à des distiques élégiaques27. Le défunt est un fils de Cn. Scipion Hispallus (et donc peut-être un frère du Scipion de l’inscription précédente), préteur pérégrin en 139 avant notre ère28. Le type de mètre employé et l’interruption de la carrière à la préture font pencher pour une datation vers les années 13029.

  • 30 Cicéron est bien conscient de la gloire qu’un somptueux tombeau de famille apporte à ses membres e (...)

9Avant d’en venir à l’étude de la notion d’honneur dans ces textes, il convient de souligner combien ces inscriptions et le tombeau dans lequel elles se situaient constituent eux-mêmes un honos d’une nature exceptionnelle30. Le sépulcre était placé à un endroit bien visible, à la sortie de Rome, entre deux axes majeurs de circulation ; il était pourvu d’une façade monumentale, décorée de fresques et ornée de statues représentant certains des plus illustres membres de la gens. Le sarcophage de Barbatus, avec sa forme rappelant celle d’un autel de type hellénistique, fait du défunt un héros digne d’un culte et lui confère un prestige sans pareil. La facture littéraire soignée des inscriptions, qui trouve ses racines dans la tradition romaine des carmina conuiualia et de la laudatio funebris ainsi que dans la littérature grecque encomiastique et épigrammatique, contribue aussi à grandir le défunt. Sont ainsi réunies de remarquables marques d’honneur architecturales, iconographiques et épigraphiques qui concourent à augmenter le prestige du mort et celui de sa famille. Les inscriptions parlent d’honneur tout en participant activement, et sous une forme inédite, à l’hommage rendu au défunt.

2. La représentation aristocratique de l’honos

  • 31 Voir par exemple l’usage qu’en fait Earl, Tradition : les épitaphes des Scipions montrent « the wh (...)
  • 32 Sur la définition des « valeurs », voir supra p. 403.

10Les épitaphes des Scipions ont fréquemment été utilisées comme documents pour l’histoire des modes de pensée aristocratiques31. Elles montrent en effet de quoi un nobilis des IIIe-IIe siècles s’enorgueillit et nous renseignent ainsi sur les valeurs de la noblesse32.

2.1. L’évolution des sources du prestige aristocratique

  • 33 Sur les qualités signalées dans les épitaphes, voir P. Witzmann, « Kommunikative Leistungen von We (...)
  • 34 Sur les qualités louées dans l’éloge, composants de la Nobilitätsethos, voir Hölkeskamp, Die Entst (...)
  • 35 Sur le sens de uirtus dans cette inscription, voir Eisenhut, Virtus romana, p. 209 et McDonnell, R (...)
  • 36 Ce recours à l’adjectif sapiens remplace le terme générique plus neutre de bonus (E. Wölfflin, « D (...)
  • 37 Zevi, « Considerazioni sull’elogio di Scipione Barbato », p. 70 ; Till, « Die Scipionenelogien », p (...)
  • 38 Voir Grimal, Le Siècle des Scipions, p. 143 sqq. et Gruen, Culture and National Identity.

11L’étendue chronologique des inscriptions retenues permet de dessiner des évolutions dans la représentation que les Scipions se font de l’excellence33. On remarque, de manière générale, une diminution progressive de l’importance de la valeur militaire au profit des qualités morales. L’épitaphe de Scipion Barbatus (CIL I2, 6-7) présente trois sources de prestige : l’exercice de charges politiques (Barbatus a été édile, consul et censeur), les succès militaires (conquêtes dans le Samnium et en Lucanie), les qualités de la personne (il est fortis, sapiens, il détient forma et uirtus)34. Les valeurs aristocratiques sont donc l’engagement politique au service de la res publica, la réussite militaire, et les qualités de cœur. La mention des qualités morales est particulièrement intéressante car, à l’éloge de traits conformes à la tradition tels que le fait d’être fortis et d’avoir de la uirtus, capacité de l’homme d’action, notamment lors du combat35, s’ajoutent ici des éléments plus originaux : Barbatus est sapiens, c’est-à-dire non pas « sage » au sens philosophique mais « avisé, prudent »36, et il a de la forma, de la « beauté ». Cette mention de la beauté physique du défunt est inhabituelle à Rome et traduit probablement une influence des modes de pensée grecs et particulièrement de l’idéal du καλός κἀγαθός dont la présence est sensible dans l’association de la forma et de la uirtus37. À l’époque où cette inscription a été rédigée, Rome connaît en effet une seconde vague d’hellénisation, notamment au sein des élites cultivées38, et la famille des Scipions, dont l’intérêt pour l’hellénisme est ancien, se trouve au cœur de ce phénomène.

12L’inscription du fils de Barbatus (CIL I2, 8-9) fait référence à des qualités similaires, mais sur un mode bien plus traditionnel, ce qui fait penser qu’elle est effectivement plus ancienne que celle de son père. On retrouve la mention de l’excellence morale, mais avec la formule plus conventionnelle duonoro optumo (« le meilleur des hommes de bien »), l’exercice de charges politiques (édilité, consulat, censure) et les exploits militaires (conquête d’Aléria et de la Corse). Il n’y a pas de référence à la beauté, ni de trace de pensée hellénique.

  • 39 Plin. NH. VII, 139-140.

13Les textes CIL I2, 10 et 11, qui sont contemporains et plus récents que les deux précédents et concernent deux défunts décédés dans la fleur de l’âge, présentent quelques innovations. Les charges politiques, d’abord, y tiennent une place bien moins importante, en raison de la mort prématurée des deux Scipions : ils n’ont pas eu le temps de commencer le cursus honorum. Pour la même raison, aucune mention n’est faite de réalisations militaires. La troisième catégorie de valeurs, les qualités morales, est en revanche bien représentée : les deux textes parlent de la uirtus des défunts, le texte CIL I2, 11 évoque la sapientia, et l’on rencontre dans chacun d’eux l’honos, qui apparaît donc ici pour la première fois dans les épitaphes des Scipions. Faut-il en déduire que la notion d’honos ne possède pas, avant les années 160-145, de place dans la pensée aristocratique ? Plusieurs éléments nous amènent à repousser cette hypothèse. L’éloge du noble L. Caecilius Metellus, prononcé par son fils en 221, mentionne déjà l’honos comme titre de gloire du défunt39. L’édification d’un temple à Honos par Fabius Maximus Verrucosus autour de 233 montre également que la notion faisait déjà partie de l’arsenal idéologique de la noblesse romaine.

  • 40 Sur cet écho entre le premier et le dernier terme, Massaro, « L’epigramma per Scipione Ispano (CIL(...)

14L’inscription de Scipion Hispanus (CIL I2, 15) présente plusieurs évolutions notables dans les sources de prestige. Si les charges politiques sont encore un élément prépondérant, les hauts faits militaires, en revanche, sont totalement absents de l’elogium, alors même que le défunt a eu une carrière militaire, puisqu’il a été deux fois tribun. Il semblerait que, dans les années 130, la guerre ne soit plus un lieu privilégié pour le déploiement de l’excellence et l’obtention de la gloire ; il est également possible que l’auteur de l’épitaphe ait voulu creuser la différence entre Hispanus et les Scipions les plus âgés dont la gloire était fondée sur les succès à l’armée. À cette déperdition en termes de prestige de la uirtus militaire fait pendant la valorisation de la uirtus morale : ce sont principalement les mores qui font l’objet de l’éloge. L’épitaphe fait état des uirtutes du défunt et non de sa uirtus générale, ce qui fait passer le terme de la désignation de la vaillance à celle des vertus éthiques et des bonnes mœurs. La mention d’une descendance est elle aussi nouvelle. On retrouve au terme de l’éloge la référence à l’honos du défunt, qui semble faire écho au premier mot de l’épitaphe, uirtutes40. Les deux notions sont ici liées, comme c’est le cas dans le temple consacré aux divinités Honos et Virtus, la première étant la conséquence de la seconde. Parmi les qualités qui composent l’idéal de la noblesse, l’honos occupe donc une place importante, aux côtés d’autres traits comme la réussite politique et l’excellence des mœurs qui tend progressivement à remplacer les succès militaires.

2.2. L’honos comme objectif d’une vie

  • 41 Honos (l. 4) désigne l’« intégrité », honore (l. 4) le « prestige » et honore (l. 6) la « charge p (...)
  • 42 Earl, Tradition, p. 22 sqq.

15Les modes de pensée aristocratiques ont comme singularité d’accorder un très grand prix à l’honos et d’en faire le but de l’existence. Cette importance cruciale se lit dans les deux réactions que suscite cet honos, grande fierté quand il est présent et affliction quand il est absent. Sa présence est en effet toujours mise en valeur par les textes : c’est le premier des biens mentionnés dans l’elogium de L. Scipion (CIL I2, 10). L’épitaphe CIL I2, 11 est encore plus remarquable : elle présente trois occurrences du mot qui jouent sur son sens41. C’est enfin, nous l’avons vu, le dernier mot de l’inscription d’Hispanus (CIL I2, 15), qui couronne sa vie autant que son éloge. L’honos apparaît donc comme un titre de gloire de premier plan : il est promu au rang de qualité essentielle, au même titre que la uirtus. Son prix apparaît également quand il est absent puisqu’il donne alors lieu à une déploration pathétique : le défunt de CIL I2, 10 a joui de l’honos, mais de manière très brève car la mort a mis un terme à ce prestige, ce que le texte regrette amèrement, en s’adressant directement au mort, à la deuxième personne du singulier. La tonalité est similaire dans l’inscription consacrée à L. Scipion (CIL I2, 11), où le texte s’adresse cette fois au passant : il est inutile de chercher dans l’épitaphe la mention d’un honos, d’une charge publique, car Lucius Scipion est mort trop jeune pour qu’on lui en confie une. La fierté née de l’exercice de l’honos, de même que la tristesse provoquée par son absence, montrent qu’il s’agit d’un but essentiel pour le jeune nobilis, qui doit se montrer digne de ses ancêtres et préserver l’honneur de sa famille, notamment en exerçant des magistratures. On retrouve là l’idéal aristocratique du service de l’État42, sensible dans d’autres textes mettant en jeu les valeurs de la noblesse romaine, tels que l’éloge funèbre de Metellus où son fils rappelle en ces termes ce qui faisait l’objet de son ambition :

Voluisse enim primarium bellatorem esse, optimum oratorem, fortissimum imperatorem, auspicio suo maximas res geri, maximo honore uti […].

« Il avait voulu en effet être le premier guerrier, le meilleur orateur, le général le plus courageux, diriger d’immenses affaires sous ses auspices, bénéficier du plus grand honneur […]. »
(Plin. NH VII, 140).

16Ici aussi, l’honos est d’une importance cruciale pour la définition d’une vie réussie, selon les normes de l’aristocratie ; c’est l’une des decem maximas res optimasque, un des « dix objectifs suprêmes » que le défunt aurait tous atteints.

  • 43 Voir notre étude sur Caton p. 588-591.
  • 44 Voir supra p. 441 sqq.

17Il convient cependant de noter que cet attachement à l’honos, s’il est particulièrement fort au sein de la nobilitas, ne lui est pas propre. On trouve une semblable valorisation de l’honneur à la même époque chez des auteurs qui n’appartiennent pas à cette catégorie socio-politique. C’est notamment le cas dans les discours de Caton, homo nouus parvenu aux plus hautes charges, qui fait de l’honos un bien précieux à conquérir43. Ce qu’il y a de singulier à l’aristocratie, c’est que sa recherche du prestige ne vise pas le bénéfice personnel de celui qui l’entreprend. Le nobilis qui cherche l’honos tente d’entretenir le prestige de la gens, ce qui est, comme on l’a vu, une nécessité pour ne pas déchoir44. La notion d’un prestige individuel n’est pas centrale dans ces inscriptions où l’individu reste un élément d’un groupe familial prépondérant alors qu’un homo nouus comme Caton cherche l’honos pour son propre prestige.

2.3. L’honos fondé sur la naissance

  • 45 Cf. notre chapitre sur Caton.

18C’est enfin la représentation que donnent ces textes des origines de l’honos, de ses motifs, qui relève d’un mode de pensée aristocratique. Les inscriptions présentent l’honos comme un bien inné, fondé sur la seule appartenance à une famille de la noblesse romaine. Dans le texte CIL I2, 10, l’honos est attaché à la personne et à sa vie : seule la mort a pu le faire disparaître. Dans l’inscription CIL I2, 11, l’honos au sens d’« honneur moral » est également conçu comme un trait naturel, que détenait L. Cornelius Scipion dès son plus jeune âge. Il est remarquable que, pour ces deux inscriptions, l’honos soit présent chez de très jeunes gens n’ayant pas encore véritablement eu de vie publique : il ne se fonde donc pas sur leur action politique ou militaire, mais sur leur haute naissance. La pensée aristocratique ne méconnaît pas l’importance des actions personnelles dans l’obtention du prestige, comme le prouve la mention des facteis dans l’inscription CIL I2, 10. Mais ces « hauts faits » ne sont pas créateurs d’honos ; ils ne sont là que pour développer l’honneur inné de l’aristocrate. Ces inscriptions fondent l’honos sur l’excellence du genus et non sur la grandeur des actions. On mesure combien l’honos des Scipions diffère de celui de Caton : pour les Scipions, ce n’est jamais un objet dont il a fallu faire la conquête, alors que ce processus d’obtention, fondé sur la uirtus, est essentiel pour Caton ; du nobilis à l’homo nouus, ce n’est pas le prix attaché à l’honos mais ses fondements qui varient45. L’honos donne donc lieu au IIe siècle à un affrontement sur deux terrains différents. Les luttes politiques visent l’obtention des honneurs suprêmes et de la considération publique, mais un conflit se dessine aussi sur le plan idéologique pour la définition de ce qu’est l’honos : les aristocrates tentent de se l’attacher en le caractérisant comme un bien inné tandis que leurs rivaux en font un bien acquis, qui s’obtient par le mérite personnel.

3. La valorisation de l’honos de la gens

19La notion d’honos est infléchie dans les épitaphes par les représentations propres à la noblesse, mais elle subit aussi des modifications d’un autre type. L’honos est en effet consciemment manipulé et mobilisé par les commanditaires de ces inscriptions. Ces textes ne doivent pas seulement être envisagés comme témoins mais aussi comme acteurs : les Scipions ont le souci de valoriser, à travers les épitaphes, l’honos de leur famille en le grandissant et en se l’attachant.

3.1. L’amplification de l’honos

  • 46 Voir Lamoine, « Les lecteurs de l’elogium de Scipion Barbatus » : « Par la composition de l’elogiu (...)

20Les épitaphes ne se contentent pas de rappeler les qualités des défunts : elles les exaltent et l’honos bénéficie pleinement de cette valorisation. Elles donnent d’abord à l’honos une ampleur temporelle : l’inscription CIL I², 10 déplore que la mort ait mis un coup d’arrêt à l’honos de Scipion, mais ne dit pas que le décès l’annule. De fait, l’inscription fait perdurer cet honos par-delà la mort en préservant son souvenir, en ravivant son existence dans la mémoire des lecteurs de façon potentiellement infinie, puisque le nom, la vie et le prestige des Scipions sont gravés dans la pierre et bénéficient de la pérennité de ce matériau46. Le travail d’amplification de l’honos accompli par les elogia est encore plus intense quand il touche l’existence même de cet honos. Le Scipion de l’inscription CIL I², 10 n’a pu, en raison de sa mort prématurée, faire une brillante carrière : aucune charge politique n’est mentionnée par l’inscription et son honos « prestige » est donc bien faible. C’est ici l’inscription qui crée de toutes pièces l’honos ou, au moins, le grandit considérablement en même temps qu’elle prétend en perpétuer le souvenir.

21Un autre usage habile de la notion d’honos apparaît dans l’inscription CIL I2, 11. Le défunt est lui aussi mort jeune, à vingt ans, et n’a pu exercer de charge politique. Pourtant, le terme d’honos revient ici trois fois. Tout se passe comme si le texte comblait un vide : le commanditaire de l’inscription a pallié l’absence d’honos du jeune homme en multipliant les occurrences du terme, ainsi qu’en utilisant le mot dans un sens très inhabituel, celui d’« honneur, dignité morale », afin que le défunt puisse tout de même être pourvu de cette qualité essentielle. Il faut en outre remarquer, pour toutes ces inscriptions, que les défunts concernés par ces textes très élogieux ne sont pas, selon notre regard moderne du moins, les membres les plus éminents de la gens des Cornelii Scipiones ni des personnages de premier plan dans l’histoire. Leur honos, célébré dans ces inscriptions, sans être une création totalement factice, n’en apparaît donc pas moins comme largement amplifié par les textes.

3.2. L’appropriation gentilice de l’honos

22Le travail d’amplification de l’honneur mené par les inscriptions se double d’un autre procédé de valorisation : l’honos fait l’objet d’une appropriation exclusive par la gens des Cornelii Scipiones en étant présenté comme le bien de la famille. Ce sont les Scipions en tant que gens, et non comme membres de l’aristocratie, qui affirment leur mainmise sur cette notion-clef. Cette appropriation transparaît d’abord dans le statut de bien héréditaire conféré à l’honos par les inscriptions. Il n’est jamais explicitement présenté comme tel, mais tout concourt à implanter cette idée dans l’esprit du lecteur : les différentes inscriptions emploient le mot de façon répétée, en se faisant écho, et constituent l’honos en bien que chaque membre de la famille possède et, implicitement, se transmet. L’insistance de chacun de ces textes sur les ascendants du défunt et le rassemblement des sarcophages dans un même lieu contribuent à faire de l’honos et des différentes qualités célébrées des possessions entrées dans le patrimoine de la gens.

  • 47 Liv. XXIX, 11. Voir notre chapitre 11 sur le dieu Honos.
  • 48 Les sources parlent plus volontiers, au sujet du temple, de Marcellus que de Fabius Maximus : Cic.(...)
  • 49 LTUR IV, p. 282 ; Coarelli, Guide archéologique de Rome, p. 112 et Lahusen, Untersuchungen zur Ehr (...)
  • 50 Les deux familles responsables de l’édification et de la réfection du temple se sont opposées tout (...)
  • 51 L’endroit, qui attirait beaucoup les convoitises, était en effet également occupé par les monument (...)

23La localisation du tombeau est un autre moyen pour les Scipions d’associer leur gens à l’honos dans l’esprit des Romains. Le monument funéraire, nous l’avons vu, se situe juste à la sortie de Rome, après la porte Capène, à proximité de la via Appia. Or le temple consacré à Honos et Virtus se trouvait à proximité47. Le tombeau, qui a commencé d’être utilisé au début du IIIe siècle, est plus ancien que le temple, édifié par Fabius Maximus Verrucosus en 233 et remanié par Marcellus environ vingt ans plus tard, et sa localisation n’a donc pu être choisie en fonction de la présence du sanctuaire. En revanche, il est frappant de constater que les mentions répétées de l’honos dans les épitaphes n’apparaissent qu’à partir de la date où le temple est présent non loin de la sépulture. On peut donc émettre l’hypothèse selon laquelle les Scipions ont voulu établir un lien entre leur monument et le temple d’Honos voisin. Si tel est bien le cas, ce serait là une remarquable tentative de captation de l’honos : les Scipions, en effet, ne sont pour rien dans l’édification du bâtiment sacré. Ce dernier, primitivement rattaché à la gens Fabia, fut ensuite lié à Marcellus qui en a organisé la réfection48. Il semble en outre que la tombe des Marcelli se trouvait juste à côté de l’édifice49. Les Scipions essaient peut-être ainsi de déposséder les Marcelli50 de leur lien privilégié avec Honos au profit de leur seule gens, écartant du même coup les prétentions éventuelles des autres grandes familles dont les sépultures se trouvaient également dans l’entourage immédiat de la porte Capène51.

4. Les fonctions de la valorisation de l’honos et le rôle des épitaphes

24Après avoir vu la manière dont les inscriptions mettaient en valeur l’honos de la famille, il nous reste à statuer sur la fonction d’une telle valorisation et, plus généralement, sur le rôle des épitaphes. Pour ce faire, nous devons nous interroger sur l’identité des lecteurs de ces épitaphes ainsi que sur celle de leurs commanditaires.

4.1. Célébrer et honorer les défunts

  • 52 Cf. les propos que Cicéron fait tenir à Caton au sujet des épitaphes : his enim ipsis legundis in (...)
  • 53 Lamoine, « Les lecteurs de l’elogium de Scipion Barbatus » ; Flower, Ancestor Masks, p. 160.

25L’affirmation de l’honos des défunts et le rappel de leur excellence ont pour but de les célébrer, en préservant leur souvenir d’une part, et en faisant leur éloge d’autre part. Les inscriptions, conformément à la fonction traditionnelle des épitaphes, rappellent à la mémoire des vivants les actions et les qualités des morts52. Elles cherchent notamment à ancrer le souvenir du mort par un procédé d’adresse au lecteur, qui peut n’être qu’une convention littéraire, mais suppose tout de même une posture d’apostrophe à l’égard de la collectivité. C’est ce que l’on voit par exemple avec la mention « Ne quairatis honore » de l’inscription CIL I2, 11. Il faut cependant s’interroger, pour évaluer la portée de cette commémoration, sur l’identité exacte du lecteur concerné. À la différence de nombreuses autres épitaphes, celles-ci ne sont pas immédiatement visibles, puisque les tombes et leurs inscriptions se trouvent à l’intérieur d’un grand monument funéraire et ne sont pas placées directement au bord de la route, comme c’est le cas de bon nombre de sépultures. Il est difficile de savoir avec certitude si le public pouvait ou non accéder à l’intérieur du monument, et l’on a fait remarquer que, même si c’était le cas, l’obscurité régnant à l’intérieur ne devait pas faciliter la lecture des inscriptions53. Par conséquent, le cercle des lecteurs de ces inscriptions se réduirait aux membres de la gens eux-mêmes, qui auraient l’occasion de les lire lors de l’exécution de rites funéraires familiaux dans le tombeau. Si les membres de la famille sont à coup sûr des destinataires privilégiés de ces textes, il nous paraît cependant difficile de penser que les Scipions aient cherché à empêcher l’accès du public à l’intérieur du bâtiment. L’emplacement du monument entre les deux axes majeurs que sont la via Appia et la via Latina, la façade monumentale ornée de statues, le percement de trois portes, la riche décoration du sarcophage de Barbatus placé dans l’hypogée, témoignent d’une volonté d’attirer l’œil et de rendre visible à tous les illustres défunts de la gens. Les adresses au lecteur contenues dans les inscriptions sont en outre plus riches de sens si l’on imagine ce lecteur comme un citoyen romain quelconque plutôt que comme un membre de la famille. La fonction de commémoration s’applique donc à deux destinataires. Pour la collectivité, les textes rappellent à tous le souvenir prestigieux des Scipions. Pour les descendants des défunts, la commémoration s’inscrit dans le culte des ancêtres.

  • 54 Sur le rapport entre elogium inscrit et laudatio, voir Flower, Ancestor Masks, p. 179.

26La commémoration ne va pas sans une valorisation des défunts. Nous l’avons remarqué à propos de la notion d’honos, mise en avant par les épitaphes, mais cela vaut aussi pour les autres qualités évoquées. Les textes présentent les défunts sous un jour très favorable et prolongent en quelque sorte l’éloge funèbre prononcé lors des funérailles : sans être exactement la transposition écrite de laudationes funebres prononcées, ces textes peuvent en constituer un résumé évocateur, fixant de manière pérenne l’essentiel des paroles prononcées54. L’accumulation d’éléments laudatifs dans l’épitaphe de Barbatus (fortis uir sapiensque quoius forma uirtutei parsiuma fuit), le recours aux superlatifs dans l’inscription de son fils (optumo uiro) et plus généralement le ton admiratif des épitaphes contribuent à les rapprocher du genre rhétorique de l’éloge. Il s’agit là d’un honos en soi, qui adjoint la célébration à la commémoration.

4.2. Valoriser les vivants

  • 55 Voir supra p. 356 sqq. sur les avantages de l’honos.
  • 56 Voir Scullard, Roman Politics, 220-150 B. C, p. 133-152.
  • 57 Ibid., p. 153-189. Sur les procès des Scipions, voir p. 290-303.
  • 58 Censeur en 159, triomphateur sur la Dalmatie, grand pontife en 150 et princeps senatus en 147 et 1 (...)
  • 59 Coarelli, « Il sepolcro degli Scipioni », p. 62 sqq.
  • 60 Ex innocentia nascitur dignitas, ex dignitate honor, ex honore imperium, ex imperio libertas. « De (...)
  • 61 La réfection de l’éloge de Barbatus, qui est bien postérieur à la date de sa mort, poursuit le mêm (...)

27Cette célébration des ancêtres a pour singularité de profiter, par effet de contagion, aux commanditaires mêmes de ces inscriptions. C’est la valeur personnelle de chacun des membres de la famille qui est louée mais aussi, puisque ces textes sont juxtaposés les uns aux autres et mis en scène dans le tombeau collectif, l’excellence de la gens tout entière et donc des derniers descendants. Le souci des Scipions d’attirer l’honos dans leur sphère familiale s’explique par la nature de ce dernier, élément de pouvoir essentiel dans la pratique politique romaine. La puissance d’une famille ne se mesure pas seulement à sa richesse ou à l’étendue de sa clientèle ; la détention d’honores et de l’estime des concitoyens est aussi un facteur crucial55. Signaler que les ancêtres ont bénéficié d’un large honos permet aux descendants de montrer la grandeur de leurs pères et de bénéficier de leur prestige, qui se propage selon la lignée familiale. Ce sont donc aussi les descendants des défunts qui sont mis en valeur par l’exaltation de l’honos des disparus. La mise en avant de l’honos par les épitaphes est liée à un moment d’affirmation des Scipions sur la scène publique. Les trois inscriptions qui mentionnent l’honos ont été réalisées dans les années 160-130 environ, à une période où la famille des Scipions sort d’une période d’affaiblissement56 : dans les deux décennies précédentes, elle a été touchée par les « procès », dont la nature exacte est encore très débattue, de l’Africain et de son frère Asiagenes, puis par la mort de l’Africain en 183, et par la concurrence de Caton et d’autres familles de la nobilitas comme les Fulvii et les Claudii57. À partir des années 160 et suivantes, les Scipions connaissent un regain de puissance : de nombreux membres de la famille exercent les plus hautes magistratures et certains d’entre eux jouent un rôle politique de première importance, tels que Scipion Nasica Corculum58 et surtout Scipion Émilien. Ce dernier, vainqueur de Carthage puis de Numance, censeur sévère en 142, domina la vie politique de l’époque et était également entouré de certains des écrivains et penseurs les plus brillants de son temps. Ce retour en force des Scipions s’est accompagné de multiples formes d’affirmation symbolique de leur pouvoir auxquelles participent les épitaphes. Il est possible que Scipion Émilien ait joué un rôle particulier dans cette valorisation de la famille : c’est à son époque que la façade monumentale du tombeau a subi une réfection assez importante59 et il a pu intervenir aussi dans la réalisation des inscriptions qui mentionnent l’honos. Nous avons en effet déjà vu, dans un fragment d’un de ses discours, que la notion d’honos occupait une place dans sa pensée politique60. Les inscriptions et le tombeau lui-même ont donc tout autant pour fonction de commémorer l’honos des ancêtres que de mettre en avant leurs descendants afin de renforcer leur autorité61.

  • 62 « Optumo uiro ». Sur cette rivalité aristocratique perceptible à travers l’inscription, Hölkeskamp(...)
  • 63 Scipion et Neptune : Pol. X, 11, 7 ; X, 14, 12. Hercule : Hor. carm. IV, 8, 15 sqq. ; Lact. Inst. (...)

28Ce souci qu’ont les Scipions d’affirmer symboliquement leur prestige s’explique par un contexte de rivalité persistante entre les grandes familles romaines. Les épitaphes présentent d’ailleurs des traces de cette lutte en manifestant la volonté qu’ont les Scipions de se distinguer des autres personnages influents de Rome. C’est ainsi que l’inscription du fils de Barbatus (CIL I2, 8-9) affirme la supériorité du défunt sur l’ensemble de ses contemporains : tous reconnaissent, est-il écrit, qu’il est le meilleur des hommes62. Quant à Lucius Scipion (CIL I2, 11), l’inscription précise que sa uirtus ne fut jamais vaincue : de ce point de vue, lui aussi surpasse ses rivaux. C’est donc bien la promotion de la gens des Scipions par rapport aux autres grandes familles romaines qui est visée par ces textes. Les épitaphes réactivent la promotion sur le plan symbolique des Cornelii Scipiones, dont Scipion l’Africain avait su donner un exemple éclatant, entre autres par l’affirmation de ses relations privilégiées avec Neptune, Hercule, et Jupiter63. La lutte entre les familles aristocratiques se déroule donc aussi sur le plan symbolique, par le biais des constructions architecturales et des textes épigraphiques.

4.3. Exhorter les descendants

  • 64 Voir supra p. 408-415.
  • 65 Sur ce point Thomas, « Gloria maiorum » et Knoche, « Der römische Ruhmesgedanke ».
  • 66 Thomas, « Gloria maiorum », p. 135.
  • 67 Cic. Fin. II, 116. Le texte que cite Cicéron est étonnament proche d’un passage de l’inscription du (...)

29Au-delà de la commémoration des défunts et de la valorisation des commanditaires, les inscriptions s’adressent à une autre partie de la gens, ses membres les plus jeunes et ceux qui ne sont pas encore nés. Les épitaphes parlent du passé, ont un sens pour le présent, mais visent également l’avenir. Elles remplissent en effet une fonction à l’intérieur de la famille, en instituant les défunts en modèles pour les générations futures. Attribuer l’honos à quelqu’un revient en effet à sanctionner sa conformité aux normes sociales et morales de la cité et à le transformer en modèle64. Or les inscriptions ne cessent d’évoquer l’honos des défunts et donc d’affirmer leur légitimité à être constitués en personnages qu’il convient d’imiter. Toutes les qualités rappelées par ces textes dessinent l’image de l’homme romain accompli dont les descendants doivent se rapprocher. Nous avons la trace de cette mentalité mimétique dans deux des inscriptions : le texte CIL I2, 10 invoque l’impossibilité pour P. Scipion de dépasser la gloria maiorum en raison de sa mort prématurée ; le texte CIL I2, 15 rappelle fièrement qu’Hispanus est parvenu à préserver la gloire de ses ancêtres (maiorum optenui laudem). Cette volonté d’égaler, voire de dépasser, le prestige des pères65 est entretenue par les inscriptions qui remplissent ainsi une fonction didactique : elles rappellent l’excellence des ancêtres pour exhorter les descendants à les imiter. La célébration de l’honos des défunts est un moyen de donner des normes de comportement aux jeunes membres de la famille ; elle n’est pas tournée vers le passé mais vers l’avenir, et l’on pourrait faire à son propos la même remarque que celle faite par J.-F. Thomas à propos de la gloria dans les épitaphes : « La gloria maiorum ne se limite pas à l’émulation ni même à l’incitation pour acquérir une nouvelle gloire, mais oriente et impose la conduite actuelle66. » L’exhortation est même susceptible de s’adresser à l’ensemble des Romains et de constituer de la sorte le défunt en modèle universel et non seulement familial. Ainsi, dans le De finibus, Cicéron rappelle à Torquatus le contenu de l’éloge inscrit de Calatinus, dont le monument se situait lui aussi près de la porte Capène, pour lui prouver que les grands hommes de la République ne se glorifiaient pas de vivre dans le plaisir67.

Conclusion

30Les elogia des Scipions offrent donc une représentation singulière de l’honos, qui demande à être interprétée en s’appuyant sur les fonctions que revêtent ces inscriptions. Il s’agit là d’un document de premier ordre pour comprendre comment l’aristocratie du iie siècle envisage l’honos : elle lui assigne un très grand prix et le fonde sur l’excellence de son genus. Ces textes révèlent aussi l’idéologie d’une famille, celle des Cornelii Scipiones : ils dessinent en effet une image de l’honos à leur avantage et modèlent la notion jusqu’à se l’approprier. S’il faut parler d’idéologie à l’œuvre dans ces inscriptions, elle est donc plus gentilice qu’aristocratique. Les épitaphes ne mènent pas un travail réflexif sur la notion d’honos, mais elles la mobilisent au sein d’un mode de pensée familial qui lui donne une conformation unique, à des fins politiques précises. L’honos n’y est pas un concept, mais il est dépouillé de son statut vague pour devenir une idée politique. Ces textes, enfin, révèlent l’importance de l’image et du symbole dans le domaine de la vie civique. Il est primordial, pour une grande famille, de s’approprier l’idée de l’honos et pas seulement l’honos concret, le prestige ou la magistrature. Le iie siècle présente de fortes rivalités pour la détention du pouvoir mais aussi pour les signes et les représentations de ce pouvoir, rivalités au sein desquelles l’épigraphie, moyen de communication efficace, joue un rôle de premier plan.

Notes

1 Les Cornelii Scipiones ne forment pas, à strictement parler, une gens, qui regroupe l’ensemble des descendants libres d’un même ancêtre dans la lignée des mâles. Mais leur groupe est bien plus large que celui d’une simple familia et nous emploierons donc, par commodité, la dénomination de gens à leur sujet. Le tombeau dont il est ici question ne regroupe par ailleurs qu’une partie des Cornelii Scipiones, autour de l’ancêtre Barbatus.

2 Cic. Tusc. I, 13 ; Arch. 22 ; Suet. De Poetis, p. 25 ; Liv. XXXVIII, 56 ; Plin. NH. 7, 114. Sur l’emplacement du monument, Coarelli, « Il sepolcro degli Scipioni » ; LTUR IV, p. 282 et Richardson, A New Topographical Dictionary of Ancient Rome, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 1992, p. 359-360. Les inscriptions elles-mêmes ont été retrouvées dans cette zone, entre la muraille servienne et la muraille aurélienne.

3 Sur la tombe des Cornelii Scapulae, voir LTUR Sub. II, p. 164.

4 Pour une description détaillée du tombeau, voir L. Crema, L’architettura romana, Turin, Società Editrice Internazionale, 1959, p. 126 ; P. Nicorescu, « La tomba degli Scipioni », Ephemeris Dacoromana, 1, 1923, p. 1-56 (configuration de l’hypogée, disposition des tombes, matériaux mis en œuvre, matériel retrouvé) ainsi que Coarelli, « Il sepolcro degli Scipioni », p. 40, qui insiste sur les réaménagements successifs de l’hypogée et de la façade et présente un plan général.

5 Son sarcophage occupe en effet une position centrale, au fond de l’hypogée, juste en face de l’entrée (voir Coarelli, « Il sepolcro degli Scipioni », p. 43). Scipion Barbatus a été consul en 298 (MRR I, p. 174), ce qui nous permet de dater la première utilisation du tombeau du début du IIIe siècle. Selon F. Coarelli (Ibid. p. 41), il devait comprendre 32 ou 33 tombes. Ni Scipion l’Africain, enterré, suppose-t-on, près de sa villa de Liternum (aucun reste n’a été trouvé à Rome, ce qui exclut la possibilité d’un ensevelissement près de l’Vrbs, envisagé par Liv. XXXVIII, 56, 1), ni Scipion Émilien, dont le lieu de sépulture est inconnu, ne sont ensevelis à cet endroit.

6 Ibid., p. 62 sqq. Voir aussi LTUR IV, p. 283 pour les diverses hypothèses sur l’aspect extérieur de la façade.

7 Tite Live (Liv. XXXVIII, 56, 1-4) parle de trois statues (celles de Scipion l’Africain, de Scipion Asiagenes et d’Ennius). Leur présence coïnciderait avec la tripartition de la partie supérieure de la façade ; on connaît d’autres exemples contemporains de statues liées à des sépulcres (sur la tombe des Marcelli, voir Coarelli, Ibid. p. 70-71). La présence des statues de l’Africain et d’Ennius est à l’origine d’une tradition, erronée de l’avis des archéologues, selon laquelle ces deux personnages seraient enterrés dans le tombeau (Ibid., p. 73-81). La mise en place des statues semble désormais pouvoir être attribuée de manière assez sûre à Scipion Émilien (LTUR IV, p. 284).

8 Pour une hypothèse sur le sens de ces peintures, illustrant l’histoire familiale, voir Flower, Ancestor Masks, p. 163.

9 Plusieurs d’entre elles ont été commentées en détail dans l’ouvrage de Kruschwitz, Carmina Saturnia Epigraphica.

10 Coarelli, « Il sepolcro degli Scipioni », p. 45 sqq. ; Nicorescu, « La tomba degli Scipioni », p. 41 sqq. ; V. Saladino, Der Sarkophag des Lucius Cornelius Scipio Barbatus, Würzburg, Triltsch, 1970. Il a la forme d’un grand autel rectangulaire, décoré d’une frise dorique (voir U. Scamuzzi, « L’ipogeo degli Scipioni in Roma. Il sarcofago di Lucio Cornelio Scipione Barbato », RSC, 5, 1957, p. 248-268, qui le rapproche d’autres sarcophages de même type). Sur la marque de l’hellénisme, E. Strong, Art in Ancient Rome, Londres, W. Heinemann, 1929, vol. 1, p. 46 ; A. La Regina, « L’elogio di Scipione Barbato », DArch, II, 2, 1968, p. 173-190 et Coarelli, Guide archéologique de Rome, p. 113.

11 Les saturniens n’apparaissent pas dans le texte tel que nous le présentons, puisque nous suivons la disposition des lignes telles qu’elles apparaissent sur le monument. On les restitue en général de la façon suivante : Cornelius Lucius Scipio Barbatus / Gnaiod patre prognatus, fortis uir sapiensque / quoius forma uirtutei parisuma fuit, / consol, censor, aidilis quei fuit apud uos. / Taurasia, Cisauna Samnio cepit, / subigit omne Loucanam opsidesque abdoucit. Sur ce point, voir G. Radke, « Überlegungen zum Saturnier », REA, 93, 1991, p. 263-276.

12 Liv. X, 11-12. Le texte de Tite Live parle seulement d’une bataille couronnée de succès contre les Étrusques, et non d’une conquête, même partielle, du Samnium. Sur cette discordance entre les indications fournies par les textes littéraires et celles données par l’inscription, voir ILLRP p. 179 ; C. Ferone, « Subigit omne Loucanam : a proposito dell’elogio di Scipione Barbato (CIL I2 6,7 = ILLRP 309) », Klio, 87 (1), 2005, p. 116-122 ; R. Till, « Die Scipionenelogien », in Baleitinger, D. et Gugel, H.(éds.), Festschrift Karl Vretska zum 70. Geburtstag, Heidelberg, C. Winter, 1970, p. 276-289 et surtout La Regina, « L’elogio di Scipione Barbato », p. 175 sqq.

13 Coarelli, Guide archéologique de Rome, p. 113.

14 Voir le bilan critique dressé par Flower, Ancestor Masks, p. 171 sqq.

15 P. Kruschwitz, « Die Datierung der Scipionenelogien CLE 6 und 7 », ZPE, 122, 1998, p. 273-285.

16 Voir T. Frank, « The Scipionic Inscriptions », CQ, 15, 1921, p. 169-171 ; Coarelli, « Il sepolcro degli Scipioni ». En revanche, Wachter, Altlateinische Inschriften et Radke, « Überlegungen zum Saturnier » proposent une datation plus haute.

17 Liv. Ep. 17 ; Flor. I, 18, 15 ; Eutr. II, 20.

18 Ov. Fast. VI, 193-194.

19 Voir la datation de CIL I2, ILLRP, Coarelli, « Il sepolcro degli Scipioni » (240-230). E. F. Fay en fait néanmoins une « scipionic forgery » de Scipion Metellus, à une date beaucoup plus basse (E. F. Fay, « Scipionic Forgeries », CQ, 14 (3/4), 1920, p. 163-171).

20 Sur ce point, voir W. J. Tatum, « The Epitaph of Publius Scipio Reconsidered », CQ, 38 (1), 1988, p. 253-259, notamment p. 256, mais il nous paraît difficile d’y voir là un oubli volontaire. Voir aussi Coarelli, « Il sepolcro degli Scipioni », p. 94.

21 Coarelli, « Il sepolcro degli Scipioni ». Une date plus précise, autour des années 150, est avancée par les ILLRP.

22 C’est l’avis de Coarelli, Guide archéologique de Rome, p. 114 et de E. Wölfflin, « Die Dichter der Scipionenelogien », Sitzungsberichte der philosophisch-philologischen und der historischen Classe der Akademie der Wissenschaften zu München, 1892, p. 188-219, à la p. 196.

23 Cic. Cato. mai. 35 ; Off. I, 121 ; Brut. 77.

24 Cette absence de fonctions publiques peut aussi s’expliquer par le flaminat de Jupiter que le défunt exerçait : cette prêtrise était soumise à un grand nombre d’interdits, tels que l’impossibilité de quitter Rome ou de voir l’armée en armes, ce qui limite considérablement l’accès aux hautes charges. Cf. Gell. X, 15 et J. H. Vanggaard, The Flamen : a Study in the History and Sociology of Roman Religion, Copenhague, Museum Tusculanum Press, 1988.

25 Liv. XL, 42. L’identification au fils de l’Africain, qui remonte à T. Mommsen, a été mise en doute par l’article de Tatum, « The Epitaph of Publius Scipio Reconsidered », p. 258, et, de façon selon nous convaincante, par G. Bandelli, « P. Cornelio Scipione, prognatus Publio (CIL I2, 10) », Epigraphica, 37, 1975, p. 84-99.

26 Coarelli, « Il sepolcro degli Scipioni », p. 90 ; Wölfflin, « Die Dichter der Scipionenelogien ».

27 Sur cet usage du distique et sur la singularité de l’inscription, voir M. Massaro, « L’epigramma per Scipione Ispano (CIL I2, 15) », Epigraphica, 59, 1997, p. 97-124.

28 Val. Max. I, 3, 3.

29 Coarelli, « Il sepolcro degli Scipioni », p. 90.

30 Cicéron est bien conscient de la gloire qu’un somptueux tombeau de famille apporte à ses membres et affirme, au livre II du De Legibus, la nécessité de limiter le luxe de ces tombeaux (Cic. Leg. II, 63-66).

31 Voir par exemple l’usage qu’en fait Earl, Tradition : les épitaphes des Scipions montrent « the whole aristocratic ideal of a successful life » (p. 22). Voir aussi LTUR IV, p. 284 sur ces inscriptions qui « illuminano l’ideologia della nobilitas al potere nel passagio tra la media e la tarda età repubblicana ». Voir encore Thome, Zentrale Wertvorstellungen der Römer, p. 82, qui voit dans ces textes la « Selbstverständnis der römischen Nobilität, das sich im 3. und 2. Jahrhundert herausgebildet hat ».

32 Sur la définition des « valeurs », voir supra p. 403.

33 Sur les qualités signalées dans les épitaphes, voir P. Witzmann, « Kommunikative Leistungen von Weih-, Ehren- und Grabinschriften », in Braun, M., Haltenhoff, A. et Mutschler, F.-H. (éds.), Moribus antiquis res stat Romana. Römische Werte und römische Literatur im 3. und 2. Jh. v. Chr, Munich, K. G. Saur, 2000, p. 55-86.

34 Sur les qualités louées dans l’éloge, composants de la Nobilitätsethos, voir Hölkeskamp, Die Entstehung der Nobilität, p. 225-226 ainsi que Kruschwitz, Carmina Saturnia Epigraphica, p. 50-51.

35 Sur le sens de uirtus dans cette inscription, voir Eisenhut, Virtus romana, p. 209 et McDonnell, Roman Manliness, p. 33.

36 Ce recours à l’adjectif sapiens remplace le terme générique plus neutre de bonus (E. Wölfflin, « De Scipionum elogiis », RPh, n. s. 14, 1890, p. 113-122, à la page 121). Zevi, « Considerazioni sull’elogio di Scipione Barbato », p. 67, considère que sapiens est ici l’équivalent du gr. φρόνιμος et non σοφός. C’est aussi l’avis d’A. Pignatelli, « Il concetto di sapientia a Roma fra III e II sec. a. C. », in Pani, M. (éd.), Epigrafia e territorio. Politica e società. Temi di antichità romane, VI, Bari, Edipuglia, 2001, p. 271-286 et de Garbarino, « Evoluzione semantica dei termini sapiens e sapientia nei secoli III e II a. C. » : la sapientia désigne d’abord la sagesse pratique, dans le domaine politique (p. 264). Il est intéressant de noter que cet usage de sapiens se démarque de la notion de sagesse grecque : on connaît en effet deux P. Sempronii qui portaient comme cognomen Sophus, décalque du σοφός grec (Liv. IX, 45, 1 ; Liv. Per. 15 ; Vell. I, 14, 7) ; le premier a été consul en 304, le second en 268 (MRR, vol. 1, p. 167 et 199). La notion grecque de sagesse est donc intégrée à Rome par une transposition lexicale du grec ; le cognomen de Sapiens, porté notamment par Laelius, apparaît plus tard, et élabore la notion de sagesse grecque dans un sens plus romain, par une acculturation avec la sapientia « nationale » (cf. Cic. Lael. 6).

37 Zevi, « Considerazioni sull’elogio di Scipione Barbato », p. 70 ; Till, « Die Scipionenelogien », p. 281. On retrouve une semblable association dans le Miles gloriosus, v. 57 et 1042 (voir le commentaire de Thome, Zentrale Wertvorstellungen der Römer, p. 80-81 ainsi que de Kruschwitz, Carmina Saturnia Epigraphica, p. 54).

38 Voir Grimal, Le Siècle des Scipions, p. 143 sqq. et Gruen, Culture and National Identity.

39 Plin. NH. VII, 139-140.

40 Sur cet écho entre le premier et le dernier terme, Massaro, « L’epigramma per Scipione Ispano (CIL I2, 15) », p. 109-110.

41 Honos (l. 4) désigne l’« intégrité », honore (l. 4) le « prestige » et honore (l. 6) la « charge publique ». Sur ces distinctions, voir notre étude sémantique p. 92.

42 Earl, Tradition, p. 22 sqq.

43 Voir notre étude sur Caton p. 588-591.

44 Voir supra p. 441 sqq.

45 Cf. notre chapitre sur Caton.

46 Voir Lamoine, « Les lecteurs de l’elogium de Scipion Barbatus » : « Par la composition de l’elogium, sa gravure dans la pierre et sa lecture, les Scipions du IIe siècle offrent à Barbatus ‘quelques instants de vie’, annulent le passé donc l’oubli » (p. 363).

47 Liv. XXIX, 11. Voir notre chapitre 11 sur le dieu Honos.

48 Les sources parlent plus volontiers, au sujet du temple, de Marcellus que de Fabius Maximus : Cic. ND II, 61 ; Liv. XXVII, 25, 6-10 : Val.-Max. I, 1, 8.

49 LTUR IV, p. 282 ; Coarelli, Guide archéologique de Rome, p. 112 et Lahusen, Untersuchungen zur Ehrenstatue in Rom, p. 138.

50 Les deux familles responsables de l’édification et de la réfection du temple se sont opposées toutes les deux aux Scipions, à des dates différentes, dans des contextes d’affrontement militaire : les Fabii lors de la seconde guerre punique, et les Marcelli lors des opérations en Espagne : Marcus Claudius Marcellus, favorable à une paix négociée en 179, s’est heurté à l’opposition de Scipion Émilien qui souhaitait poursuivre la guerre. L’hostilité qui transparaît dans l’histoire de Polybe, proche de Scipion Émilien, à l’égard des Marcelli est un signe supplémentaire de l’antagonisme des deux familles. Sur Marcellus et Scipion, Astin, Scipio Aemilianus, p. 38-40.

51 L’endroit, qui attirait beaucoup les convoitises, était en effet également occupé par les monuments funéraires des Servilii, des Metelli et des Calatini (Cic. Tusc. I, 13). Voir Coarelli, Guide archéologique de Rome, p. 112 et LTUR IV, p. 282. Le tombeau des Scipions paraît le plus ancien et semble à l’origine d’une convergence des monuments funéraires de la nobilitas vers cette zone.

52 Cf. les propos que Cicéron fait tenir à Caton au sujet des épitaphes : his enim ipsis legundis in memoriam redeo mortuorum, « c’est en les lisant que les morts me reviennent en mémoire » (Cic. Cato Mai. 21).

53 Lamoine, « Les lecteurs de l’elogium de Scipion Barbatus » ; Flower, Ancestor Masks, p. 160.

54 Sur le rapport entre elogium inscrit et laudatio, voir Flower, Ancestor Masks, p. 179.

55 Voir supra p. 356 sqq. sur les avantages de l’honos.

56 Voir Scullard, Roman Politics, 220-150 B. C, p. 133-152.

57 Ibid., p. 153-189. Sur les procès des Scipions, voir p. 290-303.

58 Censeur en 159, triomphateur sur la Dalmatie, grand pontife en 150 et princeps senatus en 147 et 142. Sur le personnage, voir Astin, Scipio Aemilianus, p. 276-280.

59 Coarelli, « Il sepolcro degli Scipioni », p. 62 sqq.

60 Ex innocentia nascitur dignitas, ex dignitate honor, ex honore imperium, ex imperio libertas. « De l’intégrité naît le mérite, du mérite l’honneur, de l’honneur le pouvoir, du pouvoir la liberté. » (Scip. Aem. frg. inc. 32 ORF).

61 La réfection de l’éloge de Barbatus, qui est bien postérieur à la date de sa mort, poursuit le même but. Si l’on retient la datation fixant la réalisation au début du IIe siècle, on ne peut manquer de constater que c’est l’époque qui voit l’apogée de Scipion l’Africain, après la victoire de Zama, ainsi que de son frère Asiagenes qui bat Antiochos à Magnésie en 190. Il est tentant de supposer que l’un de ces deux Scipions est à l’origine de cette réfection élogieuse de l’inscription de Barbatus, personnage particulièrement important car placé à la racine de la gens. C’est l’hypothèse de F. Coarelli (Coarelli, « Il sepolcro degli Scipioni », p. 95).

62 « Optumo uiro ». Sur cette rivalité aristocratique perceptible à travers l’inscription, Hölkeskamp, Die Entstehung der Nobilität, p. 226 et Flower, Ancestor Masks, p. 178.

63 Scipion et Neptune : Pol. X, 11, 7 ; X, 14, 12. Hercule : Hor. carm. IV, 8, 15 sqq. ; Lact. Inst. I, 18, 11. Et Jupiter, Pol., X, 5, 5 ; Liv. XXVI, 19, 3-9 ; Gell. VI, 1. Voir aussi la synthèse de Walbank, « The Scipionic Legend ».

64 Voir supra p. 408-415.

65 Sur ce point Thomas, « Gloria maiorum » et Knoche, « Der römische Ruhmesgedanke ».

66 Thomas, « Gloria maiorum », p. 135.

67 Cic. Fin. II, 116. Le texte que cite Cicéron est étonnament proche d’un passage de l’inscription du fils de Barbatus (CIL I2, 8-9) : « Hunc unum plurimae consentiunt gentes populi primarium fuisse uirum. »

© Publications de l’École française de Rome, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access