Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Question d'honneur

 | 
Mathieu Jacotot

Troisième partie. La pensée : approches intellectuelles et représentations

Introduction

Texte intégral

  • 1 L’honneur est aussi envisagé comme objet intellectuel de réflexion par des historiens d’autres épo (...)

1L’étude du fonctionnement concret de l’honos et de l’honestas a permis de faire surgir les spécificités de l’honneur romain. Notre objet a été envisagé comme une pratique à la fois sociale, politique et morale, dont nous avons tâché de donner une description et une interprétation, en recourant à des outils empruntés à l’anthropologie et à la sociologie. Une telle approche a cependant l’inconvénient de donner une vision peut-être trop cohérente et trop systématique de l’honneur en le constituant en un objet clos, fonctionnant sans accroc selon des mécanismes bien rodés. La pratique de l’honneur n’est pourtant pas à Rome quelque chose qui va de soi ; l’honos et l’honestas sont vécus mais aussi constamment interrogés, évalués, voire contestés. Les auteurs de la période républicaine ont opéré sur ces objets un retour réflexif et un approfondissement théorique. Il est donc nécessaire de nous intéresser, au-delà de la pratique de l’honneur, à la pensée de l’honneur, en envisageant notre objet comme donnée intellectuelle et représentation mentale. On abordera les textes non plus comme des documents mais comme des acteurs d’une construction intellectuelle et axiologique de l’honneur1.

Objets d’étude

2L’honos, l’honestum et l’honestas peuvent être, dans les textes qui nous intéressent, pensés de trois manières. Ils sont abordés comme des concepts, en philosophie ou en rhétorique, comme des valeurs, dans la réflexion morale et dans l’idéologie politique, et comme des images, quand ils font l’objet du travail littéraire des auteurs. Telles sont les trois formes de l’idée d’honneur qui feront l’objet de cette partie.

3Certains aspects nous intéresseront plus particulièrement. Nous interrogerons ainsi l’élaboration théorique de l’honneur : il y a au cours de la période républicaine une progressive conceptualisation de la notion dont il faut apprécier les étapes et les méthodes. L’honos et l’honestum sont au début de notre période des notions, c’est-à-dire des objets intellectuels définis d’une manière assez lâche et pourvus d’un faible degré d’abstraction. Au premier siècle avant notre ère, cependant, l’honos fait l’objet de définitions et reçoit des normes de fonctionnement. L’honestum, lui, devient un concept philosophique important et doté d’une profondeur théorique inédite, puisqu’il désigne le beau moral et est identifié au souverain bien dans la pensée stoïcienne. Il nous faudra déterminer selon quels procédés l’honneur est passé de la notion au concept. Il nous appartiendra aussi de préciser les effets de cette théorisation, par exemple sur l’écart entre l’honos et l’honestum et sur l’évolution de l’honestum hors de la sphère de l’honneur, vers celle du bien moral ; nous nous pencherons aussi sur ses causes, en observant entre autres le rôle joué par l’influence de l’hellénisme, prépondérante à l’époque qui nous intéresse.

4On étudiera également les jugements de valeur formulés par les auteurs sur l’honneur. Quel prix accordent-ils à l’honos ? Quelle appréciation les Romains, en fonction de leurs affinités intellectuelles et du contexte historique dans lequel ils vivent, portent-ils sur l’honneur ? Comment considèrent-ils l’ambition et la recherche de l’honos ? Il faudra ici encore évaluer le poids respectif de l’hellénisme et du mos maiorum sur leurs représentations.

5On s’intéressera tout autant à l’utilisation littéraire de l’honneur et à sa place dans l’imaginaire des œuvres de l’époque républicaine. Il faudra notamment prêter attention à l’usage singulier qu’en font les différents genres littéraires : quelle modalisation les pièces comiques de Plaute ou de Térence font-elles du thème de l’honneur ? Quel discours la satire tient-elle à son sujet ? Quelle est la place de l’honneur dans les récits historiques d’un Salluste ou d’un César ?

Méthode

  • 2 Nous avons commencé l’étude de l’honneur et du bien moral chez Cicéron dans notre thèse de doctora (...)

6Pour répondre à ces différentes questions, il nous faudra, à l’inverse de ce que nous avons fait jusqu’alors, suivre un fil chronologique. Il importe en effet de faire ressortir les progrès de la théorisation de l’honneur, l’évolution du jugement des Romains sur cette notion et les variations littéraires auxquelles elle donne lieu. Nous procéderons en étudiant les auteurs les uns après les autres ; si cette méthode risque de donner lieu à quelques redites, elle a cependant l’avantage de mettre en valeur la singularité de chaque écrivain et de constituer une approche différente de celle que nous avons suivie jusqu’alors, qui procédait par recoupements et étude des points communs. Elle nous permettra de revenir sur la diversité des représentations de l’honneur et sur les particularités laissées jusqu’à présent de côté. Nous nous efforcerons aussi de souligner les points de convergence entre les auteurs. Nous commencerons par Plaute, premier auteur chez qui apparaît la notion d’honneur, pour finir avec Salluste, dont les œuvres ont été écrites autour de l’époque qui voit la disparition de la République avec la formation du triumvirat et la défaite à Philippes des derniers républicains. Plutôt que d’étudier en détails chez un seul auteur le traitement des notions qui nous intéressent, nous avons fait le choix de n’aborder que certaines questions, mais de les envisager dans la diachronie, chez chacun des écrivains de l’époque républicaine, pour dégager des lignes de force dans l’histoire intellectuelle de l’honos et de l’honestum. L’étude de Cicéron, qui requiert de longs développements, n’a pas pu trouver sa place dans cet ouvrage et devrait faire l’objet d’une publication ultérieure de notre part2.

Notes

1 L’honneur est aussi envisagé comme objet intellectuel de réflexion par des historiens d’autres époques que la nôtre. Voir par exemple dans le volume collectif H. Drévillon et D. Venturino (éds.), Vivre et penser l’honneur à l’époque moderne, Rennes, P.U.R., 2011, les contributions de R. Halévi, « La pensée politique de l’honneur » (p. 109-126) et D. A. Bell, « La critique de l’honneur à la fin du siècle des Lumières : ses origines et ses conséquences » (p. 143-149).

2 Nous avons commencé l’étude de l’honneur et du bien moral chez Cicéron dans notre thèse de doctorat et poursuivons actuellement nos recherches sur cet auteur.

© Publications de l’École française de Rome, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access