Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Padoue et son contado (Xe-XIIIe siècle)

 | 
Gérard Rippe

Introduction

Texte intégral

1Un mythe d’adolescence est à l’origine de ce livre. D’une Italie rêvée l’École de Rome m’offrait de passer à l’Italie réelle ; l’échantillon de réalité dont je disposais pour trois ans était Padoue.

2Tout en m’immergeant avec bonheur dans le milieu vénète je poursuivais dans les Archives une enquête, entamée à Paris grâce à la présence de sources imprimées, sur les structures sociales et économiques dans la période centrale du Moyen Age, enquête qui devait peu à peu être passablement recentrée sur le thème de la relation entre le pouvoir et la société. Et cela, tant du fait de l’évolution qu’elle connaissait au contact des Padouans eux-mêmes, que de mon propre fait.

  • 1 C. Violante, La società milanese nell’età precomunale, 1ère édition, Bari, 1953 ; je citerai l’ouv (...)

3L’Institut d’histoire médiévale de Padoue s’était acquis, à l’époque où je m’y suis présenté pour la première fois, en 1973, une réputation avant tout parmi les paléographes et les spécialistes de l’histoire intellectuelle : peu d’années auparavant étaient nés les Quaderni per la storia dell’Università di Padova. Il semblait, à première vue, se tenir quelque peu à l’écart d’un renouvellement des études d’histoire sociale en Italie dont l’ouvrage déjà classique de Cinzio Violante sur le Milanais représentait quelque chose comme le modèle – modèle que mon maître Pierre Toubert m’avait suggéré de méditer au tout début de mes recherches1.

  • 2 P. Sambin, L’ordinamento parrocchiale di Padova nel medioevo, Padoue, 1941.

4La vérité allait vite s’avérer plus complexe. Paolo Sambin, dont les travaux avaient en effet enrichi le corpus documentaire édité, et qui jouait un rôle de premier plan dans l’entreprise des « Quaderni », avait aussi été l’un des premiers en Italie à s’intéresser à l’histoire de l’encadrement religieux urbain, et tout particulièrement à la naissance des paroisses2. Il avait surtout formé un très actif groupe de chercheurs de ma génération, tout aussi intéressés que moi par l’histoire des structures de la société d’Italie du Nord, et qui avaient en même temps acquis, à une rigoureuse école, des compétences paléographiques dont j’allais d’ailleurs largement profiter. Enfin Giorgio Cracco, qui enseignait à ses côtés durant les années 70, confortait l’évolution. Mon propre travail s’en est trouvé conditionné, et cela de deux façons :

  • reçu avec une hospitalité chaleureuse par l’un et l’autre, j’étais vite intégré. Loin d’être considéré comme un piétineur de plates-bandes par leurs élèves, j’ai toujours vécu parmi eux, durant mes séjours padouans (à commencer par les trois années d’École de Rome, de 1973 à 1976), comme un collaborateur. Deux d’entre eux, Antonio Rigon et Sante Bortolami, dont les intérêts rejoignaient les miens, partiellement pour le premier, absolument pour le second, sont devenus des amis. Il me serait bien difficile d’isoler et de délimiter tout ce que je dois aux discussions avec eux, et tout particulièrement avec Bortolami : si mes propres curiosités et affinités me poussaient au fond à privilégier l’étude des pouvoirs et des structures sociopolitiques, il m’apparaît que, du moins durant les premières années, d’article en article, nos centres d’intérêt confluaient et que la direction qu’a prise en fin de compte ma propre recherche doit beaucoup à cette compétition/collaboration. Certaines des productions de Bortolami ont, en déblayant un terrain jusqu’alors peu défriché, fourni à ce travail des points d’appui sans lesquels il ne serait pas ce qu’il est3 ;
  • les réalisations de l’école padouane ont fixé à mon champ d’activités certaines limitations. Ce qu’un historien anglo-saxon a joliment appelé « The Sambin Revolution »4, à savoir l’apport de l’intéressé et de ses disciples à l’histoire religieuse et ecclésiastique, me dispensait d’aller tenter des analyses spécifiques de ce côté. On rencontrera dans les pages qui suivent de nombreuses références aux travaux d’Antonio Rigon ; Bortolami lui-même a consacré un important article à renouveler l’analyse de la « pieve » urbaine, dans la voie tracée par P. Sambin5. Il va de soi que cette problématique est présente dans mon propre travail, mais on ne l’y trouvera point étudiée pour elle-même.

***

  • 6 Les deux plus proches voisines de Padoue, Vicence et Trévise, sont l’une et l’autre dotées d’une d (...)

5Le terrain n’était, bien entendu, pas vierge au début des années 1970, mais en somme les grands historiens de Padoue et de sa région demeuraient les érudits du Settecento. Aucune synthèse n’avait encore été tentée, et la situation est aujourd’hui la même, dans un contexte il est vrai fort différent, où un ouvrage de cet ordre n’est plus guère concevable que collectif6.

  • 7 J’ai mentionné les transcriptions de documents faites par ces trois érudits dans la liste des sour (...)
  • 8 Sur Gloria, cf. S. Bortolami, Andrea Gloria (1821-1911) e il suo contributo alla storia ecclesiast (...)

6Dans un esprit muratorien, durant le xviiie siècle finissant et à l’époque napoléonienne, trois ecclésiastiques, Giovanni Brunacci, Giuseppe Gennari et Francesco-Scipione Dondi Dall’Orologio, ainsi que, hors de Padoue, le laïc Giambattista Verci, tous patients collecteurs de matériel documentaire, avaient donc posé les fondements de l’édifice et élaboré une première histoire des faits religieux et politiques (dans le cadre plus vaste de l’ensemble de la Vénétie de Terre-Ferme pour ce qui est de Verci)7. Au xixe siècle, Andrea Gloria, plus archiviste qu’historien, est leur continuateur. Son Codice Diplomatico Padovano, édité en 1879 et 1881, non remplacé, réunit la documentation padouane jusqu’à la paix de Constance (25 juin 1183) dans sa très grande majorité ; et on lui doit l’édition des Statuts communaux du xiiie siècle8.

  • 9 G. Duby, Sur l’histoire agraire de l’Italie, dans « Annales E S C », 18, 1963, p. 352-362.

7L’Histoire, telle qu’on l’a faite jusqu’aux années 1950 en Italie, aura été conditionnée, la chose est bien connue, par une sorte de symbiose avec le Droit. Elle a donc été essentiellement institutionnelle et, comme les Italiens le reconnaissent eux-mêmes, « urbanocentrica », y compris quand elle s’intéressait à la campagne, en s’en justifiant au besoin (un peu abusivement malgré tout) par les déterminations de la nature des sources : encore au début des années 1960 Georges Duby rappelait que, d’un débat sur l’histoire économique des campagnes italiennes au haut moyen-âge, lors du 2e Congrès international d’histoire économique, il ressortait que la nature urbaine des sources en conditionnait l’étude, définitivement croyait-on9.

  • 10 C. Wickham, Comunità e clientele nella Toscana del xii secolo. Le origini del comune rurale nella (...)

8Plus généralement, l’école « historico-juridique », qui a dominé la scène durant le premier demi-siècle, avait la double particularité d’être peu sensible à l’exception et à la diversité et d’être hantée par la thématique des origines. Elle a proposé des modèles, des synthèses souvent hasardées à partir d’exemples locaux, depuis le grand débat introduit par la réaction brutale de Volpe aux théories de Caggese, avant la première guerre mondiale, jusqu’aux hypothèses antiquisantes de Bognetti sur les communes rurales, durant les années 20. Chris Wickham a récemment rappelé les limites comme les apports de cette école à l’historiographie contemporaine10.

  • 11 A. Bonardi, Le origini del comune di Padova, dans « Atti e Mem. Accad. Sc. lett. ed arti Pad. », 1 (...)
  • 12 Cf. avant tout A. Checchini, Comuni rurali padovani, dans « N A V », n.s., 18, 1909, p. 131-184. C (...)
  • 13 On trouvera dans ce travail de multiples références aux articles de Simeoni, réunis dans la revue (...)

9La même obsession des origines institutionnelles a marqué, autour de 1900, les ouvrages écrits sur le Padouan selon cette perspective « historico-juridique ». On lui doit, entre autres, l’article pionnier d’Antonio Bonardi sur les origines de la commune de Padoue, un peu excessivement calqué sur le modèle florentin que venait alors d’imposer Davidsohn11, et ceux d’Aldo Checchini sur les communes rurales padouanes et sur le thème des « arimanni »12. La voisine Vérone était, un peu après, pourvue d’un historien plus considérable, Luigi Simeoni, dont les travaux, aux ambitions plus circonscrites et d’un esprit plus pragmatique, sont aujourd’hui encore d’actualité13.

  • 14 E. Zorzi, Il territorio padovano nel periodo di trapasso da comitato a comune, dans les « Miscella (...)
  • 15 P. Vaccari, La territorialità come base dell’ordinamento giuridico del conta-do nell’Italia medioe (...)

10Avant la seconde guerre mondiale, l’ouvrage sur le Padouan le plus fécond l’a été lui aussi, peut-être, du fait d’une scrupuleuse modestie et d’une attention rigoureuse aux seules réalités locales. Il s’agit de l’unique production d’Elda Zorzi, publiée en 1930, une monographie sur l’évolution des pouvoirs dans le territoire padouan, du comté aux seigneuries châtelaines14. Loin de prétendre à l’originalité, elle se proposait d’appliquer la grille de lecture qu’offrait, depuis dix ans, l’œuvre de Vaccari, qui suggérait d’ancrer l’histoire des institutions du Moyen Age central sur l’étude des circonscriptions territoriales et de leur évolution15. A partir de ce rappel au concret, au local, un même fil conducteur allait porter aux recherches les plus récentes, et s’enrichir des apports des travaux sur l’« incastellamento » des années 1970, lesquels allaient donner davantage de corps aux intuitions de Vaccari et d’Elda Zorzi.

  • 16 Il convient ici de saluer avant tout les travaux de Roberto Cessi et, plus récemment, de Paolo Sam (...)

11On l’aura compris, la lecture de cette œuvre isolée a été un point de départ irremplaçable et, en somme, unique, pour moi comme pour les chercheurs padouans qui, à partir de ces mêmes années 70, se sont proposés d’étudier les structures sociales, politiques et économiques, d’un territoire où la commune dominante et son contado étaient enfin considérés comme un tout, tandis que, jusqu’aux décennies 1950-60, les historiens padouans s’étaient consacrés de préférence à divers aspects d’histoire urbaine (institutionnels, culturels, religieux)16.

  • 17 V. V. Samarkin, L’evoluzione degli ordinamenti fondiari nell’agro padovano nei secoli xii-xiv (tra (...)
  • 18 J. K. Hyde, Padua in the age of Dante, Manchester-New-York, 1966.
  • 19 « The intimate interdependence of town and country is one of the characteristics of the Italian sc (...)

12Curieusement, deux des champs que l’équipe à présent active d’historiens du Veneto explore aujourd’hui, l’histoire du monde rural et l’histoire de la société citadine, ont commencé à être défrichés par deux étrangers : pour la première le soviétique V. V. Samarkin, dont malheureusement un seul des articles a été traduit et est consultable (dactylographié) à la bibliothèque de l’Institut d’histoire médiévale de Padoue17, et l’anglais J. K. Hyde dont l’étude sur les classes dirigeantes de la seconde période communale à Padoue débute par d’excellents chapitres de synthèse sur la ville et son territoire18. Signe des temps (on est en 1966), et signe surtout qu’on est enfin sorti de cette aporie qu’avait déplorée G. Duby, Hyde ne parle plus d’un rapport séparé – et de domination – entre deux entités qui seraient la Ville et la Campagne mais, bien plus justement, d’une « interdépendance »19.

  • 20 Le lecteur rencontrera, tout au long des pages qui suivent, les noms de Fumagalli, Cherubini, Mont (...)

13C’est, au demeurant, à partir de ces mêmes années 1960 que se multiplient les études d’histoire sociale sur le monde rural, son évolution, et sur cette interdépendance ; aux monographies, qui couvrent peu à peu toutes les régions d’Italie, s’ajoutent très vite les premières synthèses20. Mes propres recherches sont en partie immergées dans ce vaste courant.

  • 21 G. Cracco, Società e stato nel medioevo veneziano, Florence, 1967, p. 247 ; cf. aussi R. Cessi, Le (...)

14Reste à situer, après réflexion, le « cas padouan », et son degré d’exemplarité, dans le panorama des études d’histoire régionale. Padoue n’a, longtemps, semblé présenter qu’un assez modeste intérêt, lorsque les recherches portaient de préférence sur des problématiques purement « citadines », sur l’histoire des marchands et des industries. Au mieux elle était un « hinterland » de l’économie vénitienne : comme l’a fort bien montré G. Cracco, il a fallu l’initiative d’un podestat vénitien, Lorenzo Tiepolo, pour que l’activité textile y occupe enfin une place essentielle, dans la seconde moitié du xiiie siècle21.

15A présent, le fait qu’elle était devenue le centre commercial d’une grande région agricole durant les siècles de l’expansion médiévale nous la rend intéressante ! Rien à voir, bien sûr, avec les cas milanais ou florentin : pour en comprendre le mode d’évolution et les problèmes, à tous niveaux, il faut se pencher sur ce qui l’unit à la société et à l’économie de son territoire : j’utilise à dessein ce terme, de préférence à celui de « campagne », trop restrictif quand il s’agit d’y inclure de véritables villes, comme Monselice.

  • 22 J. K. Hyde, Padua..., p. 17. Il va de soi que, déjà, des voix s’étaient fait entendre, en Italie m (...)

16Du coup Padoue est, de très loin, plus représentative que les brillantes métropoles auxquelles je l’ai opposée. Comme l’a fort bien exprimé J. K. Hyde, « à de rares exceptions près, la ressource essentielle de toute cité italienne était dans la richesse de son contado »22. C’est maintenant une évidence historique qu’il me faudrait presque m’excuser de rappeler, que Florence, longtemps tenue pour le paradigme des villes italiennes, était au contraire l’exception.

17Il est exclu de préjuger des perspectives de l’avenir : du moins le cadre de la Cité-État de Padoue peut-il être considéré comme exemplaire (sinon comme un modèle ! Je me garderai bien de le proposer comme tel !), étant donné ce que sont les problématiques du moment.

LES DOCUMENTS

  • 23 Cf. infra la liste des sources publiées.

18Je rappelle, avant toute énumération, que l’intégralité de la documentation – alors connue – allant du vie siècle à la paix de Constance (25 juin 1183) avait été éditée par A. Gloria, dans son Codice Diplomatico Padovano. Au total les compléments qu’ont apportés, pour la même période historique, les publications de P. Sambin et celles de l’équipe des Fonti per la storia di Venezia, auxquelles s’ajoutent çà et là quelques trouvailles erratiques dans les M G H, voire dans telle ou telle « tesi di laurea » (et en ce cas demeurées modestement dactylographiées)23, tout cela n’ajoute que quelques dizaines d’unités au monument édifié par Gloria.

19La documentation inédite se distribue, pour l’essentiel, entre l’Archivio di Stato de Padoue, l’Archivio Capitolare de Padoue et l’Archivio di Stato de Venise ; quelques fonds sont au Vatican.

  • 24 L. Lanfranchi, Per un codice diplomatico veneziano del secolo xiii, dans « Viridarium Floridum ». (...)
  • 25 Guida generale degli Archivi di Stato italiani, t. 3, Rome, 1986, p. 223-285 sur les archives pado (...)

20A Padoue et à Venise, « comme il est d’usage pour toutes les Archives (d’Etat) italiennes », ainsi que le rappelait fort opportunément Luigi Lanfranchi24, « l’essentiel du matériel le plus ancien était, et est, conservé dans les fonds des “Corporazioni religiose soppresse” ». La chose est d’autant plus vraie à Padoue qu’en 1420 un incendie avait détruit la chancellerie communale ; seuls les Statuts du xiiie siècle et ceux de l’époque des da Carrara, du xive, avaient échappé au désastre ; la documentation des archives notariales et celle des Arts de la ville sont également demeurées, mais elles démarrent respectivement en 1303 et 1325 et sont donc situées au-delà de mon champ d’investigation. Il n’y a plus d’Estimo antérieur à 1418 non plus25.

  • 26 L’Archivio fut d’abord, à Padoue, municipal, et intégré au Museo Civico. C’est en 1948 qu’il est d (...)

21On doit donc presque tout aux sécularisations napoléoniennes. Il se trouve que les critères de classement des fonds ainsi parvenus aux institutions publiques26 ne sont pas sans poser des problèmes spécifiques : à Padoue la situation présente parfois des aspects que l’on peut qualifier sans exagération d’aberrants.

  • 27 Un fonds « Demanio » réunit à part les documents qui concernaient des biens devenus propriété de l (...)

22Il existe bel et bien une rubrique « Corporazioni soppresse » : elle ne contient qu’une partie, minoritaire, des documents des établissements supprimés. Dès les temps napoléoniens on a constitué en un ensemble séparé ceux qui concernaient les biens passés à la Couronne dans ce qui était alors le département du Brenta : c’est le fonds dénommé « Archivio Corona ». Il a du moins le mérite d’être classé par l’ordre alphabétique des établissements de provenance, comme celui des « Corporazioni soppresse »27.

  • 28 Ces précisions, et bien d’autres, se trouvent dans l’ouvrage d’A. Moschetti, Il Museo Civico di Pa (...)
  • 29 L. Briguglio, L’Archivio Civico Antico di Padova e l’opera dei suoi ordinatori (1420-1948), dans « (...)
  • 30 A titre d’exemple, voici le contenu des documents de l’« Archivio Diplomatico » compris dans les « (...)

23L’étrangeté des Archives d’État de Padoue est dans l’existence d’un « Archivio diplomatico » qui a lui aussi été constitué d’actes pris aux fonds des « Corporazioni soppresse » par l’archiviste du moment, Marchettani, selon des critères de sélection dont on ignore les tenants et aboutissants : le titre ne se justifie pas, la très grande majorité des documents étant des actes privés28. Il s’agit presque uniquement de parchemins ; il a fallu attendre V. Lazzarini, au début de ce siècle, pour qu’un inventaire soit fait, accompagné de régestes, des fonds « Corona » et « Diplomatico » ; le travail de mise en ordre devait l’occuper jusqu’en 1955 !29. Le résultat de ce démembrement des fonds des « Corporazioni » est que la documentation d’un même établissement religieux tel que le grand monastère citadin de Santa Giustina, par exemple, est, pour l’essentiel, dans les deux premiers fonds, avec des pièces erratiques dans le « Diplomatico »30.

  • 31 C’est pourquoi j’adopterai pour les documents de ce fonds la numérotation qu’ils ont reçue dans le (...)

24Ajoutons à cela que certains fonds des « Corporazioni » ne sont pas encore inventoriés (par exemple le fonds « Gesuiti », qui comprend tout un ensemble de parchemins du xiiie siècle, ou d’autres récemment parvenus comme celui de San Bernardo et de la Chartreuse de Vigodarzere)31.

25Il faut enfin signaler deux fonds autonomes où j’ai été amené à puiser : les « Pergamene diverse », où le xiiie siècle est représenté surtout par des documents d’autres régions, il est vrai, et, distinct des précédents par sa provenance, un fonds de « Famiglie private », davantage utile pour la fin du Moyen Âge.

***

  • 32 A. Da Mosto, L’Archivio di Stato di Venezia. Indice generale, storico, descrittivo ed analitico, 2 (...)

26Pas de dispersion à Venise : on y passe, en toute logique, du fonds d’un établissement religieux à un autre. Un cas un peu particulier est celui de la « Mensa Patriarcale », qui réunit tout un ensemble, dont le monastère de San Cipriano de Murano, qui fut grand propriétaire dans le Padouan32.

27Le travail du chercheur est aujourd’hui considérablement facilité, à Venise, par une double réalisation dont le maître d’œuvre a été le défunt Luigi Lanfranchi :

  • d’une part la transcription dactylographiée de toute la documentation antérieure à 1200 : ce Codice Diplomatico Veneziano est consultable à l’Archivio di Stato ;
  • d’autre part, depuis les années 1960, les régestes de toute la documentation du xiiie siècle, sous forme de fiches classées par fonds d’archives33.
  • 34 Ces publications, toutefois, sont partielles : celles qui ont de l’intérêt pour moi ne concernent (...)

28Il conviendrait d’ailleurs de parler d’une triple réalisation puisque certains de ces fonds ont fait l’objet de publications dans la collection des Fonti per la storia di Venezia, signalée plus haut34.

  • 35 A. Da Mosto, L’Archivio di Stato..., t. 2, p. 122.

29La présence de certains fonds vénètes (non seulement vénitiens mais aussi de plusieurs régions de la Terre-Ferme) aux Archives du Vatican s’explique par la suppression en 1668, après accord entre la Papauté et la République de Venise, d’un certain nombre d’établissements religieux ; le but était de fournir à la Sérénissime un apport pécuniaire dans la guerre contre les Turcs. Leurs documents furent transférés au Vatican, avec ceux des archives de la Nonciature pontificale à Venise35. Particulièrement précieux pour mon travail ont été ceux de San Giacomo de Monselice, édités, pour la période qui m’intéressait, par Antonio Rigon (cf. infra : la liste des sources éditées dans des « tesi di laurea »), et ceux de San Giovanni Evangelista de Padoue, édités par Cecilia San Bonifacio (cf. ibid.). L’un et l’autre monastère étaient entrés au xve siècle dans la dépendance de San Giorgio in Alga de Venise, supprimé en 1668.

  • 36 L. Lanfranchi, Per un Codice..., p. 357.

30Si la présence de documents padouans à Venise et à Rome peut s’expliquer par ce jeu de concentrations et de suppressions, celle d’une partie de la documentation de certains monastères vénitiens à Padoue est indirectement due à une velléité napoléonienne : à l’époque du royaume d’Italie, et encore un peu après, on avait envisagé de concentrer à Milan des Archives Nationales sur le modèle français et le transfert de la documentation avait été entamé. Puis on y avait renoncé, ce qui avait entraîné un retour assez désordonné aux Archives de chaque région, à l’occasion duquel on avait quelque peu outré les critères territoriaux : c’est ainsi qu’une partie – mais très minoritaire ! – des documents concernant les biens des monastères vénitiens dans le Padouan s’est retrouvée à Padoue36.

  • 37 L. Caberlin éd., Il Catastico di S. Giustina di Monselice detto di Ezzelino, Padoue, 1988. Le manu (...)

31Aux Archives épiscopales de Padoue les choses sont plus simples : les parchemins y constituent un ensemble de 34 coffrets dont le Catalogue, assorti de brefs régestes, a été dressé par Dondi Dall’Orologio. C’est aussi là qu’est conservé le Catastico dit « d’Ezzelino », volume de 174 feuilles de parchemin qui, en plus de 2 600 rubriques, décrit les terres dont la « pieve » de Santa Giustina de Monselice percevait la dîme, et cela à deux moments différents, vers 1250 et peu avant 1300. Ce précieux document a été édité il y a quelques années par Luigi Caberlin : il inaugurait la nouvelle collection des Fonti per la storia della Terraferma veneta, créée et dirigée par G. Cracco37.

  • 38 J. K. Hyde écrit, fort justement, que « the Paduan commune was outstanding in the production of hi (...)
  • 39 G. Arnaldi, I cronisti della Marca trevigiana, dans S. Ezz., Rome, 1963, p. 123-143 ; cet article (...)

32L’orientation progressivement prise par ma recherche impliquait un dépouillement, aussi minutieux que possible, des chroniques, essentielles à une connaissance des élites et des rapports de pouvoir dans une période aussi agitée que le xiiie siècle. Ma chance était que le plus grand historien de la Vénétie, et de loin, était le Padouan Rolandino, dont s’est inspirée toute la littérature qui l’a suivi38. On la trouvera énumérée dans la rubrique des « Sources narratives ». Sur les qualités et les limites de l’ensemble, je me permets de renvoyer le lecteur aux ouvrages de Girolamo Arnaldi39.

  • 40 On dispose à présent d’une édition dactylographiée : R. Ciola, Il « De Generatione » di Giovanni d (...)
  • 41 S. Collodo, Genealogia e politica in una anonima cronachetta del primo Trecento, dans Id., Una soc (...)
  • 42 Sur les mythes généalogiques colportés par da Nono, cf. Pio Rajna, Le origini delle famiglie padov (...)

33A signaler, assez à part, un texte plus tardif, non narratif, le « De Generatione aliquorum civium urbis Padue », de Giovanni da Nono40. La date de composition en est incertaine : S. Collodo, après avoir présenté diverses hypothèses à ce sujet, refuse de choisir et suggère donc de s’en tenir à une fourchette large, entre 1320 et 132741. Cette généalogie des élites présente, avec une méchanceté digne de Saint-Simon, les familles des divers milieux qui comptent ou ont compté à Padoue, des plus hauts seigneurs châtelains aux plus douteux usuriers de récente extraction, presque tous caractérisés de venimeuse façon. Da Nono est une telle mine d’informations (assez souvent – sinon toujours ! – vérifiées par la documentation) qu’on lui pardonne la crédulité complaisante avec laquelle, faisant soudain taire son scepticisme habituel, il reprend des légendes flatteuses sur les origines de quelques rares lignages nobles, à commencer par le sien42.

***

  • 43 Parmi la petite série documentaire de Santa Giustina antérieure à 888, seule demeure la donation d (...)
  • 44 M G H, Pippini, Carlomanni, Caroli Magni Dipl., E. Mühlbacher éd., Hanovre, 1906, no 134, p. 184-1 (...)

34Les limites chronologiques que j’ai imposées à mon sujet méritent justification. En amont tout allait de soi : sur les 16 premiers documents publiés par Andrea Gloria (vie siècle-883), dont une douzaine censée remonter aux Carolingiens, plusieurs se sont avérés être des faux43 et un seul diplôme a été découvert par la suite44 ; le point de départ de la recherche, une fois posés quelques rares jalons préliminaires, était par conséquent l’époque des rois « italiens », et plus précisément le temps de Bérenger Ier (888-924) : celui des diplômes de consécration des pouvoirs locaux, corollaires des débuts de l'« incastellamento ».

35En aval j’ai fait un choix en quelque façon dédoublé : le titre lui-même semblera témoigner d’une hésitation (« vers » 1260). L’année 1260 est celle de la fin dramatique des da Romano, avec le massacre d’Alberico et de sa famille, un an après la mort de son frère Ezzelino, « tyran » de Padoue, Vicence et Vérone, et donc celle du retour à la paix. Mais c’est dès 1256 que s’est mise en place à Padoue ce qu’on peut qualifier de « seconde commune », après l’intermède des 20 ans de dictature. Du point de vue de l’histoire politique et urbaine cet événement peut donc jouer un rôle de coupure assez commode, et si mon propos s’était limité à ce champ d’étude je m’y serais arrêté puisque le relais était alors passé au lecteur avec l’ouvrage, déjà cité, de J. K. Hyde. Il se trouve que les premières années de la reprise en main de leur destin par les Padouans sont aussi celles d’une « reconstruction » qui, dans le contado, est extrêmement contrastée, tantôt conservatrice, tantôt marquée par une impressionnante accélération de la mise en place de nouveaux rapports de production (mise en place qui, jusque là, n’avait fait que s’annoncer sporadiquement). Entre 1256 et 1260 environ, en même temps qu’est progressivement liquidé l’ordre gibelin, les campagnes du Padouan acquièrent déjà, dans certains secteurs, leur visage de l’époque « moderne » – considérable conséquence d’une dure période guerrière.

  • 45 M. Fiorentin, Dinamismo economico e contesto socio-territoriale a Padova nel Duecento (secondo il (...)
  • 46 Cf. supra, p. 11, note 37.

36Le souci de vérifier la solidité de ces transformations, et de les ancrer en somme dans la « longue durée », m’a fait procéder, là où c’était possible, à des sondages, à partir de fonds d’archives mieux fournis que d’autres : j’ai poursuivi jusqu’en 1299-1300 le dépouillement des belles séries documentaires des monastères de San Cipriano, San Giorgio Maggiore et surtout San Zaccaria à l’Archivio di Stato de Venise, et j’ai analysé dans le même esprit deux sources padouanes éditées : le Catasto de Santa Giustina, transcrit dans une « tesi di laurea », qui rassemble des séries de contrats conclus par le monastère dans des villages de la périphérie de Padoue, ainsi que dans la ville elle-même, durant les décennies 1270-129045, et surtout le Catastico dit « d’Ezzelino », déjà signalé plus haut46.

37Il ne s’agit là, je le répète, que de sondages destinés à mieux faire comprendre que les nouveautés analysées pour la période 1256-1260 ont signifié, à terme, à la fois la liquidation, à peine amorcée auparavant, des structures socio-économiques du contado des temps seigneuriaux et (jusqu’à un certain point) de ce qu’on continue à appeler le « féodalisme », et la mise en place de celles de l’Italie rurale de la Renaissance et des temps modernes.

***

38Au terme de cette lente épreuve, mes souvenirs, et parfois mes regrets, s’accumulent. Ceux et celles qui ont suscité, aidé mon travail, et en ont encouragé le laborieux achèvement, sont nombreux. Certains en passant, d’autres avec une louable constance. Le plus constant de tous aura été mon maître Pierre Toubert, qui m’a proposé le sujet, et dont le séminaire m’a permis d’acquérir une méthode de travail. J’ai déjà dit combien je suis redevable aux Italiens : il y a eu l’accueil que m’ont réservé, à Padoue, Paolo Sambin et Giorgio Cracco, puis la longue histoire d’amitié avec Sante Bortolami et Antonio Rigon, et avec tous ceux qui n’étaient pas, loin de là, nécessairement des collègues – Daniela Bortolami et sa mère, Liliana et Fernando Galzignato, Silvana Rigon, Mario Schiavon, Giorgetta Bonfiglio et, plus récemment, Laura Gaffuri, et quelques autres, sans qui mes séjours padouans auraient été bien gris – ; et puis, à Venise, Marinella Laini, mon hôtesse des années durant, et les collègues des Archives, avant tout Elisabeth et Denis Crouzet. Il y avait aussi les intermèdes romains, où je retrouvais André Vauchez, tout d’abord, dont l’amitié m’a encouragé d’autant plus que j’étais arrivé en Italie sans avoir le moins du monde fait mes preuves, et qui m’a aidé à acquérir davantage de confiance en moi ; j’y retrouvais aussi des amis anciens – ainsi Jean-Claude Maire Vigueur –, et nouveaux – Jean-Louis Ferrary, François Fossier, et Ghislaine Noyé qui m’a fait entendre, pour la première fois je crois, la Callas, et grâce à qui cette voix grecque a été l’une des incarnations de « mon » Italie.

39Il y a eu certains archivistes italiens. Don Bellinati a toujours été extrêmement serviable à mon égard ; de même, plus récemment, mesdames Gilda Mantovani et Bianca Lanfranchi-Strina. Un souvenir, un peu attendri, pour Monsieur Rampin, mort à présent, qui m’avait tiré d’une grande panique initiale à l’Archivio de Padoue.

40Il y a eu, enfin, les aides multiformes qui me sont venues d’amis et de collègues français : les auditeurs du séminaire de Pierre Toubert, au fil du temps ; Eric Benitah et Denis Krier, sans qui je n’aurais pu réaliser mon appendice prosopographique ; Nathalie Bouloux, Jean-Louis Lebrave et mon fils Raphaël ont eu en moi un élève des plus médiocres en fait d’utlisation de l’ordinateur ; Corinne Daubas sait combien je l’ai mal aidée à faire passer mes tableaux sur cet engin.

41Merci, enfin, à Jennifer qui, travaillant beaucoup, m’a entraîné à en faire – finalement – autant.

Notes

1 C. Violante, La società milanese nell’età precomunale, 1ère édition, Bari, 1953 ; je citerai l’ouvrage dans la 3e édition, parue en 1981.

2 P. Sambin, L’ordinamento parrocchiale di Padova nel medioevo, Padoue, 1941.

3 Je pense tout particulièrement à son article, Fra « Alte domus e populares homines » : il comune di Padova e il suo sviluppo prima di Ezzelino, dans Storia e cultura a Padova nell’età di Sant’Antonio. Convegno internazionale di studi. 1-4 ottobre 1981. Padova-Monselice, Padoue, 1985, p. 3-74. Il constitue une irremplaçable description du milieu communal padouan au temps de la première commune.

4 R. Brentano, Italian ecclesiastical history. The Sambin revolution, dans « Medievalia et humanistica », n. s. 14, 1986, p. 189-197.

5 S. Bortolami, Pieve e « territorium civitatis » nel medioevo. Ricerche sul campione padovano, dans Pievi, parrocchie e clero nel Veneto dal x al xv secolo, P. Sambin éd., Venise, 1987, p. 1-92.

6 Les deux plus proches voisines de Padoue, Vicence et Trévise, sont l’une et l’autre dotées d’une de ces Storie en plusieurs volumes, composées d’articles d’auteurs variés et s’attachant à l’étude des structures plus qu’à l’événement, qui semblent se multiplier depuis une dizaine d’années (cf., entre autres, les Storie de Brescia, de Ferrare, ou la gigantesque Storia di Venezia en cours) : les tomes 2 de la Storia di Vicenza (G. Cracco éd., Vicence, 1988) et de la Storia di Treviso (Daniela Rando et Gian-Maria Varanini éd., Venise, 1991) sont consacrés au Moyen Âge. Le cadre, plus vaste, de la Vénétie de Terre-Ferme a, cela dit, été celui de plusieurs articles d’Andrea Castagnetti ; il en a réuni la substance en des synthèses où l’on peut trouver comme une ébauche pour une Storia di Padova. Je pense avant tout aux deux ouvrages suivants de cet auteur : La Marca Veronese-Trevigiana, Turin, 1986 (extrait du volume VII/1 de la Storia d’Italia de l’UTET) ; Le città della Marca veronese, Vérone, 1991.
Je me dois de signaler, pour finir, un ouvrage plus modeste, simple compilation mais bien faite et qui, en son temps, a rendu quelques services au débutant que j’étais : Attilio Simioni, Storia di Padova dalle origini alla fine del secolo xviii, Padoue, 1968.

7 J’ai mentionné les transcriptions de documents faites par ces trois érudits dans la liste des sources (cf. infra), et leurs œuvres historiques dans la bibliographie. La plus importante de Brunacci, sa Storia ecclesiastica di Padova, est restée inédite et, par exception, est donc classée comme une source : outre qu’elle présente une impressionnante moisson de faits, elle est émaillée d’intuitions qui gardent encore aujourd’hui, ça et là, leur fécondité : on en trouvera un exemple p. 183.
Cela dit le plus « actuel » de l’ensemble, et de loin, demeure Giambattista Verci : plus que sa monumentale Storia della Marca Trivigiana en 10 volumes, dont les documents font l’intérêt, c’est sa Storia degli Ecelini, en 3 volumes (le dernier est un appendice documentaire), qui demeure utilisable.
Sur la vie et l’œuvre de Brunacci et Dondi Dall’Orologio, on dispose désormais de fort bons articles dans le DBI : Brunacci, Giovanni, t. 14, p. 518-523, par Maria Rita Zorzato ; Dondi Dall’Orologio, Francesco Scipione, t. 41, p. 92-95, par Paolo Preto. Maria Rita Zorzato a repris le même thème, un peu plus développé, dans le cadre d’un ouvrage collectif sur Monselice (Giovanni Brunacci storico della Chiesa padovana, dans Monselice. Storia, cultura e arte di un centro « minore » del Veneto, Monselice, 1994, p. 633-643). Il n’existe encore rien de satisfaisant sur Gennari. La vie et l’œuvre de Verci sont évoquées par Gherardo Ortalli dans son article Sulle tracce dell’opera di G.B. Verci. Introduzione al Convegno, dans Istituzioni, società e potere nella Marca trevigiana e veronese (secoli xiii-xiv). Sulle tracce di G.B. Verci. Atti del Convegno, 25-27 settembre 1986, Rome, 1988, p. 3-8. Cf. aussi P. Preto, Erudizione municipale e metodo muratoriano in Giambattista Verci, dans L.A. Muratori storiografo. Atti del Convegno internazionale di studi muratoriani, Modena, 1972, Florence, 1975, p. 437-450.

8 Sur Gloria, cf. S. Bortolami, Andrea Gloria (1821-1911) e il suo contributo alla storia ecclesiastica padovana, dans Contributi alla bibliografia storica della Chiesa padovana, 3-4, Padoue, 1980, p. 11-44.

9 G. Duby, Sur l’histoire agraire de l’Italie, dans « Annales E S C », 18, 1963, p. 352-362.

10 C. Wickham, Comunità e clientele nella Toscana del xii secolo. Le origini del comune rurale nella Piana di Lucca, Rome, 1995, p. 199-203.

11 A. Bonardi, Le origini del comune di Padova, dans « Atti e Mem. Accad. Sc. lett. ed arti Pad. », 14, 1897-1898, p. 204-254, et 15, 1898-1899, p. 1-38.

12 Cf. avant tout A. Checchini, Comuni rurali padovani, dans « N A V », n.s., 18, 1909, p. 131-184. Cf. aussi infra, 1ère partie, chapitre 2, paragr. 3, p. 166, note 205.

13 On trouvera dans ce travail de multiples références aux articles de Simeoni, réunis dans la revue « Studi storici veronesi », en un ensemble de 4 volumes intitulés Studi su Verona nel Medioevo (1959-1963). Sur le thème des communes rurales il convient de citer : Il comune rurale nel territorio veronese, ibidem, t. 4, Vérone, 1963 (= « Studi storici veronesi », 13, 1962), p. 203-250.

14 E. Zorzi, Il territorio padovano nel periodo di trapasso da comitato a comune, dans les « Miscellanea edite per cura della regia Deputazione veneta di storia patria », s. 4, 3, Venise, 1930, p. 1-311. Il faut insister aussi sur le choix très remarquable des documents édités en appendice, mines d’informations que ses propres interprétations n’ont pas épuisées, en dépit de leurs qualités.

15 P. Vaccari, La territorialità come base dell’ordinamento giuridico del conta-do nell’Italia medioevale, Pavie, 1921 (2e édition : Milan, 1963).

16 Il convient ici de saluer avant tout les travaux de Roberto Cessi et, plus récemment, de Paolo Sambin. Les articles du premier sur le Padouan ont été réunis en 2 volumes sous le titre Padova medioevale... Studi e documenti (Padoue, 1985), avec une présentation par P. Sambin ; il faut citer aussi, toujours fondamentale, l’une de ses premières œuvres, Le corporazioni dei mercanti di panni e della lana in Padova fino a tutto il secolo xiv, dans « Memorie del r. Istituto veneto di scienze, lettere ed arti », 28, 1908. On trouvera, sur R. Cessi, un article de P. Preto dans le DBI, t. 24, p. 269-273.

17 V. V. Samarkin, L’evoluzione degli ordinamenti fondiari nell’agro padovano nei secoli xii-xiv (trad. ital.), dans « Vestnik Moskowskogo Universiteta », s. ix, Histoire, 6, 1966, p. 47-58.

18 J. K. Hyde, Padua in the age of Dante, Manchester-New-York, 1966.

19 « The intimate interdependence of town and country is one of the characteristics of the Italian scene » (Ibid., p. 79).

20 Le lecteur rencontrera, tout au long des pages qui suivent, les noms de Fumagalli, Cherubini, Montanari, Castagnetti, Bordone, Comba et quelques autres, pour m’en tenir aux Italiens (et aux non-padouans).

21 G. Cracco, Società e stato nel medioevo veneziano, Florence, 1967, p. 247 ; cf. aussi R. Cessi, Le corporazioni dei mercanti..., p. 32-33.

22 J. K. Hyde, Padua..., p. 17. Il va de soi que, déjà, des voix s’étaient fait entendre, en Italie même, pour énoncer cette vérité. C’est ainsi que Hyde cite le célèbre article d’Enrico Fiumi, Sui rapporti fra città e contado nell’età comunale, dans « Archivio storico italiano », 114, 1956, p. 18-68. Et c’est en somme peu de temps après que commençait à s’épanouir le nouveau flux d’études sur les sociétés rurales, dont le rapport avec la ville était désormais mieux caractérisé.

23 Cf. infra la liste des sources publiées.

24 L. Lanfranchi, Per un codice diplomatico veneziano del secolo xiii, dans « Viridarium Floridum ». Studi di storia veneta offerti dagli allievi a Paolo Sambin, Padoue, 1984, p. 356.

25 Guida generale degli Archivi di Stato italiani, t. 3, Rome, 1986, p. 223-285 sur les archives padouanes (p. 228, 234 et 253 pour les informations données ci-dessus).

26 L’Archivio fut d’abord, à Padoue, municipal, et intégré au Museo Civico. C’est en 1948 qu’il est devenu national et, de ce fait, indépendant du Musée (ibid., p. 227).

27 Un fonds « Demanio » réunit à part les documents qui concernaient des biens devenus propriété de l’Etat. L’époque qui m’occupe n’y est pratiquement pas représentée.

28 Ces précisions, et bien d’autres, se trouvent dans l’ouvrage d’A. Moschetti, Il Museo Civico di Padova. Cenni storici e illustrativi, Padoue, 1903 (sur la partie des Archives où se trouve la documentation médiévale, cf. surtout p. 44 et 71 à 87).

29 L. Briguglio, L’Archivio Civico Antico di Padova e l’opera dei suoi ordinatori (1420-1948), dans « Boll M C Pad », 45, 1956, p. 202.

30 A titre d’exemple, voici le contenu des documents de l’« Archivio Diplomatico » compris dans les « buste » 7 et 8, soit 127 actes des années 1210 à 1219 inclus (plus 1 de 1204), qui ont été édités dans une « tesi di laurea » par Anna Mioni-Missaggia (cf. infra p. 22). Actes de monastères du Padouan : Santa Giustina, 15 ; Santo Stefano, 3 ; San Pietro, 1 ; Ognissanti, 1 ; San Benedetto, 3 ; Santa Maria de Praglia, 1 ; Santa Margherita de Salarola, 7 ; San Fidenzio de Baone, 1 ; San Martino de Piove, 2. Actes de monastères vénitiens : San Zaccaria, 3 ; Santa Trinità de Brondolo, 1 (du moins s’agit-il de biens-fonds de ces établissements dans le Padouan). Le reste, c’est-à-dire la majorité, est constitué d’actes de la plus grande variété qui concernent des laïcs (ventes, locations, quittances, cessions de dot, cessions de biens communaux, tant de la ville que de communes rurales, etc.). Signalons enfin quelques documents isolés venus d’autres communes (Trévise, Vicence, Ferrare, Venise, Parme), et même un extrait de comptes du monastère de la Vangadizza, dans le Polesine. Il va de soi qu’on ignore de quels fonds provenaient ces pièces.

31 C’est pourquoi j’adopterai pour les documents de ce fonds la numérotation qu’ils ont reçue dans les deux « tesi di laurea » où on les trouve édités, celles de Paola Romagnosi et de Paola Cuman (cf. infra, p. 22-23).

32 A. Da Mosto, L’Archivio di Stato di Venezia. Indice generale, storico, descrittivo ed analitico, 2 vol., Rome, 1937-1940 (la description des séries documentaires m’ayant servi se trouve dans le tome 2, p. 119-159, pour l’essentiel).

33 Sur ce double travail cf. l’article cité de L. Lanfranchi, Per un Codice..., p. 355-363.

34 Ces publications, toutefois, sont partielles : celles qui ont de l’intérêt pour moi ne concernent que les documents antérieurs à 1200, sauf pour le monastère de la Trinité de Brondolo.

35 A. Da Mosto, L’Archivio di Stato..., t. 2, p. 122.

36 L. Lanfranchi, Per un Codice..., p. 357.

37 L. Caberlin éd., Il Catastico di S. Giustina di Monselice detto di Ezzelino, Padoue, 1988. Le manuscrit est présenté par Caberlin aux pages XXXV-XLVIII.

38 J. K. Hyde écrit, fort justement, que « the Paduan commune was outstanding in the production of historical writings » (Id., Padua..., p. 5).

39 G. Arnaldi, I cronisti della Marca trevigiana, dans S. Ezz., Rome, 1963, p. 123-143 ; cet article résume les données d’une monographie du même auteur : Studi sui cronisti della Marca trevigiana nell’età di Ezzelino da Romano, Rome, 1963. Ont suivi : Il notaio cronista e le cronache cittadine in Italia, dans La storia del diritto nel quadro delle scienze storiche, Florence, 1966, p. 293-309 ; enfin, en collaboration avec L. Capo, I cronisti di Venezia e della Marca trevigiana dalle origini alla fine del secolo xiii, dans Storia della cultura veneta, t. 1. Dalle origini al Trecento, Vicence, 1976, p. 387-423.

40 On dispose à présent d’une édition dactylographiée : R. Ciola, Il « De Generatione » di Giovanni da Nono. Edizione critica e « fortuna », tesi di laurea, Univ. di Padova ; anno accademico (= aa) 1984-85, p. 1-276.

41 S. Collodo, Genealogia e politica in una anonima cronachetta del primo Trecento, dans Id., Una società in trasformazione. Padova tra xi e xv secolo, Padoue, 1990, p. 38-39, note 11. Les divergences et incertitudes quant à la datation tiennent à ce que le texte de da Nono est une « compilation généalogique » qui, ayant réuni des matériaux divers, présente des dispositions narratives « qui en dénoncent la nature stratifiée » (Id., Un intellettuale del basso Medioevo : il giudiceumanista Lovato di Rolando, dans Id., Una società..., p. 165 et note 34).

42 Sur les mythes généalogiques colportés par da Nono, cf. Pio Rajna, Le origini delle famiglie padovane e gli eroi dei romanzi cavallereschi, dans Romania, 4, 1875, p. 161-183. C’est ainsi qu’il fait de ses propres ancêtres des compagnons de Charlemagne. De façon générale les familles nobles qu’il fait remonter à ces temps lointains se voient attribuer à l’origine des personnages des cycles de chansons de geste carolingien et narbonnais – Roland, le traître Ganelon, Aimery de Narbonne, etc.

43 Parmi la petite série documentaire de Santa Giustina antérieure à 888, seule demeure la donation de l’évêque Rorio, datée de 874 (C D P, 1, no 15 ; 2/2, no 1485 : Gloria, rectifiant une erreur de Brunacci reprise par lui dans l’édition du premier volume, y reconnaît une copie faite au xe siècle). Pour le reste : la fameuse « donation d’Opilion », datée de 673 (C D P, 1, no 4), est un faux du xe siècle (cf. A. Guillou, Régionalisme et indépendance dans l’Empire byzantin au viie siècle. L’exemple de l’Exarchat et de la Pentapole d’Italie, Rome, 1969, p. 283-293) ; il y a déjà longtemps que Kehr a exclu le diplôme attribué à Grégoire IV – daté de 830-, de même que celui qui l’est à Léon IX – daté de 1053 – (P. F. Kehr, Italia Pontificia, VII. Venetiae et Istria, 1. Provincia Aquileiensis, dans « Regesta pontificum romanorum », Berlin, 1923, p. 179, no 1, et p. 180, no 3 ; reimpr. anast., 1961. Cf. C D P, 1, no 6, avec une datation erronée – 828 –, et no 164). Le dossier des diplômes concédés à Santa Giustina a été repris récemment par Ireneo Daniele (dans son ouvrage San Prosdocimo, vescovo di Padova : nella leggenda, nel culto, nella storia, Padoue, 1987, p. 123-129, 164, et 183-193), puis par S. Collodo (Il Prato della Valle : storia della rinascita di un’area urbana, dans Id., Una società..., p. 119-127). L’analyse critique à laquelle cette dernière a soumis les documents aboutit à mettre en doute également une série de diplômes postérieurs, épiscopaux (ceux de 970, 1014 et 1034 : C D P, 1, nos 55, 98 et 129), et celui, pontifical, de 1123 (C D P, 2/1, no 136), largement interpolé pour le moins ; l’ensemble avait pour but de faire reconnaître une série de prétentions foncières à Alexandre III, auteur d’un diplôme, authentique celui-ci, délivré en 1165 (C D P, 2/2, no 840, avec la datation erronée de 1164, corrigée par Kehr, Italia Pontificia, p. 181, no 7). Au demeurant des interpolations se sont glissées aussi dans le seul diplôme d’époque carolingienne reconnu authentique, celui de 874 : ainsi la mention de la curtis de Maserà.
De même le diplôme de Louis II à San Pietro de Padoue, de 866 (C D P, 1, no 14), est à exclure : on a longtemps voulu y croire, avec Brunacci, pour faire admettre qu’un monastère avait pu être installé dans la ville avant le xe siècle (cf. I. Daniele, ibid., p. 122 ; M G H, Ludovici II Diplomata, K. Wanner éd., Munich, 1994, no 74, p. 211-213, où l’on trouvera l’argumentation la plus récente sur l’inauthenticité). Les diplômes de Lothaire et Charles le Gros au monastère vénitien de Sant’Ilario ont été considérés comme des faux, le premier par Cessi, le second par Kehr (R. Cessi, Un falso diploma di Lotario (839) ed il delta di Sant’Ilario, dans « Atti e Mem. Accad. Sc. Lett. et Arti Pad. », n. s., 38, 1920-1921, p. 133-147 ; M G H, Karoli III Dipl., P. Kehr éd., Berlin, 1937, no 183, p. 305-307, a. 883). Mais les éditeurs des documents de Sant’Ilario dans la collection des Fonti per la storia di Venezia ne partagent pas cet avis négatif, admettent tout au plus qu’il a pu y avoir des interpolations et ont intégré l’un et l’autre (L. Lanfranchi et B. Strina éd., Ss. Ilario e Benedetto e S. Gregorio, Venise, 1965, nos 3-4, p. 25-29).

44 M G H, Pippini, Carlomanni, Caroli Magni Dipl., E. Mühlbacher éd., Hanovre, 1906, no 134, p. 184-185 (a. 781).

45 M. Fiorentin, Dinamismo economico e contesto socio-territoriale a Padova nel Duecento (secondo il Catasto di Santa Giustina pubblicato in Appendice), tesi di laurea, Università di Padova, 1976-77. Le Catasto comprend 288 contrats.

46 Cf. supra, p. 11, note 37.

© Publications de l’École française de Rome, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540