Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Question d'honneur

 | 
Mathieu Jacotot

Deuxième partie. La pratique : fonctionnements et usages

Chapitre 9. La gestion de l’honneur

Texte intégral

Introduction

1L’étude des fonctions de l’honos a permis de mettre au jour les différents usages qui pouvaient être faits de l’honneur par celui qui le donne. Déplaçant le regard vers celui qui le reçoit, nous voudrions examiner l’attitude de ce dernier vis-à-vis de l’honos. Une importante activité est en effet déployée pour obtenir puis conserver l’honneur. L’analyse de l’honos comme capital symbolique impose d’élucider la manière dont les Romains gèrent ce capital de prestige, l’augmentent, le détériorent, le préservent, le transmettent. Se déploient autour de ce capital différentes stratégies, comme l’explique P. Bourdieu :

  • 1 Bourdieu, Raisons pratiques, p. 191.

« Il [i. e. le capital symbolique] est attaché à des groupes – ou à des noms de groupes, familles, clans, tribus – et il est à la fois l’instrument et l’enjeu de stratégies collectives visant à le conserver ou à l’augmenter et de stratégies individuelles visant à l’acquérir ou à le conserver, en s’agrégeant aux groupes qui en sont pourvus (par l’échange de dons, la commensalité, le mariage, etc.) et en se distinguant des groupes qui en sont peu pourvus ou dépourvus. »1

2Comment l’individu préserve-t-il l’honos ? Comment le capital symbolique évolue-t-il dans le temps ? Comment est-il mis en péril ? Pour répondre à ces questions, nous observerons trois aspects de la gestion de l’honos : la recherche active de l’honos et sa constitution en capital ; la préservation de ce capital par l’individu ; les modalités de transmission de ce capital au sein de la famille.

1. La recherche de l’honneur

  • 2 L’importance du « prestige seeking » dans les sociétés où l’honneur est valorisé a été mise en val (...)

3L’honneur est avant tout objet de désir : il apparaît de façon récurrente dans les textes comme un bien précieux dont il faut entreprendre la recherche2. L’individu cherche à se constituer un capital d’honneur ou à augmenter celui qu’il possède déjà et se place dès lors avec les autres dans un rapport de compétition.

1.1. La valeur de l’honos

  • 3 Voir p. 403 sqq.
  • 4 Sur cette définition, voir p. 403.
  • 5 Sur les lieux de l’éloge et la topique encomiastique, voir Pernot, La Rhétorique de l’éloge, p. 12 (...)
  • 6 Sur la nature consensuelle des qualités louées dans l’éloge et la fonction parénétique de ce genre (...)

4Au cœur de la volonté des agents sociaux d’obtenir l’honos se situe le prix attaché à cet objet. Nous avons vu que la marque d’honneur contribuait à définir les valeurs de la collectivité par la distinction et la rétribution accordées à des qualités comme la uirtus ou la fides3. Mais l’honos a la singularité d’être lui-même une de ces valeurs. Il donne du prix à des qualités mais est lui-même prisé, au même titre que d’autres biens non matériels comme la gloria. Pour reprendre la définition de la valeur proposée par C. Kluckhohn, l’honos est une de ces « conceptions du désirable » qui orientent le comportement des individus4. Il est significatif que l’honos soit, dans la rhétorique de l’éloge, un « lieu » du discours, un de ces gisements où l’orateur puise des arguments5. Cela montre qu’il constitue, d’une part, un trait prisé qui contribue à l’« amplification » de l’individu que le discours démonstratif doit opérer et qu’il représente, d’autre part, une valeur consensuelle susceptible de recueillir l’adhésion des auditeurs6. L’importance attachée par les Romains à l’honneur transparaît également dans un thème fréquent des discours et des récits historiques, celui du caractère préférable de l’honneur à la vie. L’idée est en général la suivante : une vie dépourvue d’honos ne vaut pas la peine d’être vécue et il faut tout risquer pour obtenir l’honneur plutôt que continuer à mener une existence tranquille mais obscure. C’est cette idée que Salluste place dans la bouche de Catilina dans le discours qu’il adresse à ses complices :

Itaque omnis gratia, potentia, honos, diuitiae apud illos sunt aut ubi illi uolunt; nobis reliquere repulsas, pericula, iudicia, egestatem. Quae quousque tandem patiemini, o fortissumi uiri? Nonne emori per uirtutem praestat quam uitam miseram atque inhonestam, ubi alienae superbiae ludibrio fueris, per dedecus amittere?

« Aussi toute influence, tout pouvoir, tout honneur, toute richesse sont à eux, ou aux gens qu’ils veulent ; ils nous ont laissé les échecs, les périls, les condamnations, la misère. Jusques à quand enfin, mes braves, le supporterez-vous ? Ne vaut-il pas mieux mourir courageusement que de perdre honteusement une vie misérable et sans honneur, après avoir servi de jouet à l’insolence d’autrui ? »
(Sall. Cat. 20, 8-9 ; trad. Ernout modifiée).

  • 7 Cic. Pis. 57

5Catilina dénonce la manière dont les nobles ont le monopole du pouvoir, de l’argent et de l’honos. Cette confiscation est insupportable car l’honneur est un bien extrêmement précieux. Il vaut mieux donc mourir les armes à la main (emori per uirtutem) que de passer une vie inhonesta, dépourvue d’honneur : l’honos est préférable à la vie. C’est la raison pour laquelle ne pas rechercher l’honos quand on est un homme public apparaît comme un comportement aberrant. Cicéron reproche très vivement à Pison de ne pas avoir désiré l’honos du triomphe quand il était dans sa province de Macédoine : une telle conduite, peut-être en accord avec l’épicurisme de Pison, ne peut qu’être le fait d’un esprit étroit et bas7. Il est aussi honteux de rechercher une gloire imméritée que de fuir le prestige d’un honos légitime.

  • 8 Sur cet éloge funèbre, voir Vollmer, Laudationum funebrium Romanorum historia ; Kierdorf, Laudatio (...)

6L’observation diachronique des textes dont nous disposons montre que l’honos est plus particulièrement prisé par l’aristocratie romaine et par sa frange la plus haute, la nobilitas. Cette valorisation de l’honos est ancienne puisqu’on la rencontre dès le dernier tiers du IIIe siècle dans un texte représentatif de l’idéologie nobiliaire, l’éloge funèbre de L. Caecilius Metellus prononcé par son fils Quintus8. Nous avons déjà eu l’occasion de faire quelques observations sur ce texte mais il nous paraît utile d’y revenir pour examiner la place qu’y occupe l’honos :

Q. Metellus in ea oratione quam habuit supremis laudibus patris sui L. Metelli […] scriptum reliquit decem maximas res optimasque, in quibus quaerendis sapientes aetatem exigerent, consummasse eum: uoluisse enim primarium bellatorem esse, optimum oratorem, fortissimum imperatorem, auspicio suo maximas res geri, maximo honore uti, summa sapientia esse, summum senatorem haberi, pecuniam magnam bono modo inuenire, multos liberos relinquere et clarissimum in ciuitate esse; haec contigisse ei nec ulli alii post Romam conditam.

« Quintus Metellus, dans le discours qu’il prononça pour faire l’éloge funèbre de son père Lucius Metellus […] écrivit que son père avait accompli les dix objectifs suprêmes que les hommes avisés passent leur vie à rechercher : il avait voulu en effet être le premier guerrier, le meilleur orateur, le général le plus courageux, conduire de grandes entreprises sous ses auspices, bénéficier du plus grand honneur, être de la plus haute sagesse, être considéré comme le sénateur le plus important, faire fortune de manière honnête, laisser de nombreux enfants et être l’homme le plus brillant dans la cité ; tout cela lui était échu à lui et à lui seul depuis la fondation de Rome. »
(Plin. NH VII, 139-140).

  • 9 MRR, p. 213 et 216.
  • 10 Sur l’évolution de la notion de sapientia, voir Garbarino, « Evoluzione semantica dei termini sapi (...)
  • 11 Cicéron rapporte que les maiores qualifiaient de sapientes des gens comme C. Fabricius, M. Dentatu (...)
  • 12 Voir notre étude détaillée de ces textes au chapitre 14. Ces inscriptions mettent particulièrement (...)

7L’éloge célèbre l’excellence du défunt en montrant qu’il a atteint la perfection dans les dix domaines les plus importants. On y trouve des activités au service de la cité, comme la réussite militaire (primarium bellatorem ; fortissimum imperatorem), oratoire (optimum oratorem) et politique (maximas res geri ; maximo honore ; summum senatorem), mais aussi l’accomplissement des devoirs de père de famille (pecuniam magnam bono modo inuenire ; multos liberos relinquere) et l’obtention d’un large prestige (clarissimum in ciuitate). L’éloge dessine l’image d’une excellence militaire, politique et sociale conforme aux idéaux de l’aristocratie de l’époque. L’honos maximus, qui est certainement le consulat, exercé deux fois par le défunt en 251 et en 2479, est un de ces dix objectifs suprêmes qu’il est particulièrement glorieux d’avoir atteint : l’honneur politique est donc bien, aux yeux des nobiles, un but particulièrement valorisé. La laudatio indique en outre que ces decem maximas res sont l’objectif des sapientes. Le terme ne renvoie pas ici à la sagesse philosophique et à la σοφία grecque mais à la sagesse pratique du uir bonus romain, à un bon sens qui s’exprime notamment en matière politique10. Ces sapientes ne sont pas des « sages » mais les grands hommes avisés de la tradition, devenus exemplaires par leurs mérites et pris comme modèles par l’aristocratie11. L’honos est donc un objectif dont la réalisation est un devoir pour les membres des grandes familles qui veulent imiter les Romains les plus glorieux du passé. Semblable valorisation de l’honos, comme considération sociale et comme charge politique, se retrouve dans les épitaphes des Scipions, autres textes où s’expriment les modes de pensée aristocratiques. On y observe la fierté que suscite l’exercice d’honores et l’affliction que provoque leur absence lorsque le défunt n’a pas pu les obtenir en raison de sa mort prématurée12. L’honos est donc un titre de gloire particulier pour la noblesse et un « désirable » qui oriente vers lui l’activité des individus.

  • 13 Sur cette définition, voir supra p. 294-295.
  • 14 Hölkeskamp, Die Entstehung der Nobilität, p. 204-205.
  • 15 Ibid., p. 210 sqq. ; Blösel, « Von der Familientradition zum Nobilitätsethos », p. 46-53, montre q (...)

8Pourquoi la nobilitas valorise-t-elle autant l’honos ? L’explication réside dans la fonction constitutive de cet honos pour la noblesse. L’honos politique est en effet au cœur de la définition du nobilis. Au IIIe siècle et au début du IIe, c’est par l’exercice d’une magistrature curule puis, à la fin de la République, par l’obtention du consulat ou de la dictature qu’un homme public peut ouvrir à ses descendants les portes de la nobilitas13. L’honos est activement recherché parce qu’il constitue un critère de noblesse, bien plus que la fortune : la nobilitas est une noblesse politique14. L’honos comme « prestige » est quant à lui un trait identitaire de la noblesse, aux côtés d’autres qualités comme la uirtus. Après les lois licinio-sextiennes, la disparition du critère de la naissance, propre au patriciat, comme moyen de définir la noblesse amène l’aristocratie à recourir à d’autres éléments de référence parmi lesquels l’honos joue un rôle essentiel. Comme « charge publique », l’honos ouvre les portes de la nouvelle nobilitas patricio-plébéienne ; comme « prestige », il appartient à ces valeurs autour desquelles la nobilitas se regroupe et consolide idéologiquement son existence15.

  • 16 Nicolet, L’Ordre équestre, vol. 1, p. 700.
  • 17 Sur ce refus d’Atticus, voir Y. Benferhat, Ciues Epicurei. Les Épicuriens et l’idée de monarchie à (...)
  • 18 Ibid., vol. 1, p. 704.
  • 19 Ibid., vol. 1, p. 701.
  • 20 Malgré la fiction qui situe le lieu de l’action dans le monde grec, plusieurs traits bien romains (...)

9L’importance de l’honos pour l’aristocratie romaine est bien réelle mais nos textes, qui sont souvent écrits par des membres de cette noblesse ou, quand ils ne le sont pas, la prennent fréquemment pour objet, tendent à donner l’impression que seule la nobilitas s’y intéresse. Il s’agit là d’une image faussée : le caractère essentiel de l’honos pour l’aristocratie n’implique pas que d’autres groupes sociaux n’en aient pas fait eux aussi un objet prisé. Plusieurs moyens peuvent être employés pour le montrer. Les travaux prosopographiques de C. Nicolet sur les chevaliers fournissent ainsi des données intéressantes. L’on sait que la vraie différence entre les chevaliers et les sénateurs n’était pas l’origine sociale ou la fortune mais l’absence d’exercice des honores populi Romani16. L’on sait aussi que certains d’entre eux, comme le célèbre Atticus, refusaient délibérément d’entrer dans la carrière des honneurs pour vivre dans l’otium17. Cependant, une telle attitude n’implique pas un désintérêt général de l’ordre équestre pour l’honos. Il n’y a, d’abord, de vrai refus de l’honos qu’à partir du IIe siècle et encore doit-il être relativisé : tous les chevaliers qui se détournent alors des honores ne le font pas par goût de l’ataraxie. Nombre d’entre eux préfèrent en effet se spécialiser dans la judicature ou les publica, qui sont des activités aux implications politiques18. La prosopographie montre en outre que l’absence d’honores est plus souvent subie que choisie : nombre de chevaliers ont cherché à faire carrière et à s’attirer la considération publique sans y parvenir19. Il y a donc bien une attirance pour l’honos en dehors de la noblesse. On le constate aussi dans d’autres catégories de la population, comme cela apparaît dans les comédies de Plaute20. Rejetant les séductions de l’amour, le personnage de Lysitélès déclare :

Boni sibi haec expetunt, rem, fidem, honorem,
Gloriam et gratiam: hoc probis pretiumst.

« Les gens de bien, voilà ce qu’ils recherchent : la fortune, le crédit, l’honneur, La gloire et l’influence : voilà le salaire de la probité. »
(Pl. Trin. 272-273).

  • 21 Pl. Pers. 838-839.

10L’honos, envisagé ici selon le paradigme économique de la rétribution, apparaît comme ce que visent les boni, les gens de bien, c’est-à-dire ceux qui ont une vie rangée et ne succombent pas aux tentations de la vie de plaisir. La recherche de l’honos dépend donc d’une qualité morale et non sociale et la volonté d’être honoré peut dès lors se retrouver dans toutes les catégories de la population. Dans le Persa, Toxile souligne que bien des affranchis pensent qu’ils ne seront pas assez considérés, qu’ils ne bénéficieront pas de suffisamment d’honos, s’ils ne s’en prennent pas à leur ancien maître devenu leur patron21. Le groupe social des affranchis, situé entre deux mondes, celui des esclaves et des ingénus, tient particulièrement à l’obtention de l’honos et la comédie raille leur ambition. Ces différents indices nous conduisent à penser que la recherche de l’honos et l’élévation de ce dernier au rang de valeur ne sont pas seulement le fait de la nobilitas : la quête de l’honos se retrouve bel et bien aux différents niveaux de la société. Il est possible en revanche que la noblesse ait donné l’impulsion première à la valorisation de l’honos et ait été ensuite imitée par les autres catégories sociales.

1.2. La compétition pour l’honos

11Comme les marques d’honneur sont en nombre limité et que le prestige n’a de sens que par la distinction qu’il opère entre un individu élevé en dignité et les autres, la recherche de l’honos provoque une compétition qui voit s’opposer les membres de la société les plus actifs. Les stratégies de constitution et d’accumulation du capital symbolique passent à Rome par l’antagonisme entre des concurrents. L’honos est envisagé comme un bien précieux dont l’acquisition permet d’assouvir un désir qui enflamme les esprits. Ce désir devait être largement répandu car plusieurs textes du Ier siècle, période où se développe une approche réflexive de l’honos, en rendent compte. Il figure comme exemple illustratif dans la Rhétorique à Herennius :

Hic, tametsi uidetur esse honoris cupidus, tamen non tantum curiam diligit quantum Curiam.

« Celui-ci, bien qu’il semble avide d’honneur, n’aime pas cependant la curie autant que Curie. »
(Rhet. Her. IV, 29).

  • 22 Voir aussi Rhet. Her. III, 5 où le désir d’honos est à nouveau utilisé à titre d’exemple pour illu (...)

12Pour illustrer le procédé de la paronomase entre curiam (la curie) et Curiam (Curie, prénom d’un personnage féminin), l’auteur convoque la figure manifestement connue du cupidus honoris, de l’ambitieux qui cherche à obtenir une charge publique pour entrer dans la curie, c’est-à-dire au sénat. L’honos fait l’objet d’un véritable désir (cupidus) qui est rapproché du désir amoureux22. Un fragment du De uita populi Romani de Varron témoigne, dans le contexte cette fois d’une analyse historique, de l’emprise de cette cupiditas :

Tanta porro inuasit cupiditas honorum plerisque, ut uel caelum ruere, dummodo magistratum adipiscatur, exoptent.

« Ils ont pour la plupart été gagnés d’un tel désir d’honneurs qu’ils vont jusqu’à souhaiter que le ciel s’écroule pourvu qu’ils obtiennent une magistrature. »
(Varr. Vita Pop. Rom. frg. 121 Riposati = 434 Salvadore).

  • 23 Cic. Planc. 60.
  • 24 Voir aussi Cic. Balb. 19 sur l’honos donnant naissance à l’inuidia.
  • 25 Lucr. DRN V, 1123-1126.

13Le désir d’honneurs des Romains apparaît comme une cupiditas irrépressible, qui envahit les esprits (inuasit) et mène à une conduite déraisonnable. On voit aussi, chez ceux qui ne parviennent pas à se procurer ces honores, le désir se muer en inuidia pour ceux qui ont réussi en ce domaine. Cicéron déplore que Plancius, qui a obtenu l’honos de l’édilité, suscite autour de lui l’inuidia, jalousie mêlée de haine, parce qu’il n’est pas nobilis23. Le désir se fait envie et suscite l’irritation contre celui qui a obtenu l’honos24. Si l’on quitte le terrain de l’art oratoire pour rejoindre celui de la réflexion philosophique, on trouve de semblables représentations de l’honos comme source d’envie. Dans son analyse critique de l’ambition, Lucrèce, se fondant sur la doctrine épicurienne, décrit en des termes terrifiants la manière dont l’inuidia, comparée à la foudre, frappe ceux qui atteignent le sommet de l’honos et les précipite dans le Tartare25. Ces réflexions des auteurs du Ier siècle n’ont d’existence que parce que le désir d’honos prend alors une ampleur inégalée.

14L’existence de ce puissant désir conduit ceux qui recherchent l’honos à entrer en lutte les uns avec les autres. La stratégie à mettre en œuvre pour obtenir l’honneur est pensée sur le modèle d’un plan de guerre : il faut livrer des batailles pour remporter la victoire. C’est patent dans la description que fait le Pro Sulla de la manière dont P. Sylla a été démis du consulat pour brigue et dont L. Manlius Torquatus a été élu à sa place :

Tum adflicto P. Sulla consulatus uobis pariebatur, sicuti partus est; honoris erat certamen; ereptum repetere uos clamitabatis, ut uicti in campo in foro uinceuinceretis; tum qui contra uos pro huius salute pugnabant, amicissimi uestri, quibus non irascebamini consulatum uobis eripiebant, honori uestro repugnabant, et tamen id inuiolata uestra amicitia, integro officio, uetere exemplo atque instituto optimi cuiusque faciebant.

« Alors la défaite de Sylla vous assurait le consulat, comme cela est arrivé en effet. L’honneur suprême était en jeu. Vous ne faisiez que revendiquer un bien qu’on vous avait ravi, répétiez-vous à grands cris ; vaincus au Champ de Mars, vous vouliez triompher au Forum. Alors ceux qui combattaient contre vous en faveur de Sylla, vos meilleurs amis, à qui pourtant vous ne témoigniez aucun ressentiment, cherchaient à vous arracher le consulat. Ils combattaient votre élévation à l’honneur suprême et cependant ils le faisaient sans trahir l’amitié, ni négliger leur devoir, conformément à l’antique exemple et à la tradition de tous les meilleurs citoyens. »
(Cic. Sull. 49 ; trad. Boulanger).

  • 26 L’image du certamen honoris réapparaît en Cic. Off. I, 38 et en Lael. 34.
  • 27 Cic. Mur. 8.
  • 28 Von Hesberg, Römische Grabbauten, p. 26-37.

15Tout le passage file la métaphore militaire de la guerre pour l’honneur. L’honos qu’est le consulat fait l’objet d’un certamen, d’une lutte entre des partis adverses pour son obtention26. Après l’éviction de P. Sylla, Torquatus, dont le camp avait d’abord été vaincu (uicti in campo), a cherché à prendre sa revanche et à l’emporter à son tour (in foro uinceretis). Il a dû pour cela affronter d’autres adversaires (pugnabant ; repugnabant). Cette transposition dans le domaine politique du lexique militaire témoigne de la virulence des affrontements suscités par l’honos. Ces antagonismes ne sont pas propres au cas un peu particulier de l’élection de Sylla au consulat et de son éviction car on les retrouve à propos de nombreuses autres affaires. Muréna a ainsi obtenu le consulat pour 62, emportant la victoire dans la contentio honoris qui l’opposait notamment à Sulpicius Rufus27. Les charges publiques ne sont pas les seuls honores à provoquer des antagonismes entre ceux qui y prétendent. On observe, à la fin de la République, une concurrence entre les grandes familles pour donner à leurs défunts des honores particulièrement prestigieux et édifier des monuments funéraires encore plus magnifiques que ceux de leurs rivaux28.

  • 29 Sur la culture de la compétition en politique, Wiseman, « Competition and Co-operation » et Hölkes (...)
  • 30 Voir sur ce point Wiseman, « Competition and Co-operation », p. 12. La compétition à laquelle donn (...)

16La compétition pour l’honos montre toute la dimension agonistique de la culture politique romaine. Les membres de l’aristocratie n’entrent pas en compétition, comme ce pouvait être le cas en Grèce, dans le domaine athlétique, lors des Jeux, mais seulement dans la sphère politique29 : l’idéal agonistique grec est déplacé sur le terrain civique. Cette logique compétitive s’explique par deux facteurs. D’abord, le nombre restreint des marques d’honneur prestigieuses pouvant être obtenues : dans le domaine politique, par exemple, il n’y a au IIe siècle qu’environ soixante-dix postes politiques importants à pourvoir, pour un nombre beaucoup plus élevé de prétendants, ce qui attise l’ardeur de la lutte. Ensuite, l’honos est par nature un objet qui ne peut être octroyé à tous et n’a de sens que par l’exclusion qu’il opère. Le prestige n’a de réalité que lorsqu’il est réservé à quelques-uns, de même que la marque d’honneur qui sert à distinguer les individus. Il ne peut y avoir d’honos pour tous car cela reviendrait à diluer la force de cet honneur. Une société comme Rome qui valorise tant l’honos ne peut donc qu’être compétitive30.

  • 31 Cic. Planc. 50. Sur l’ambitus et les manœuvres frauduleuses destinées à attirer le vote des électeu (...)

17Le grand prix attaché à l’honos et l’intensité de la compétition pour y parvenir ne sont pas sans conséquence sur le fonctionnement de la res publica. La stratégie employée pour atteindre l’honneur peut en effet recourir à des moyens déviants qui rendent la compétition pour l’honos néfaste pour la cité. Cette concurrence a cependant ceci de singulier qu’elle apparaît simultanément aux auteurs anciens comme un mécanisme essentiel à l’excellence de la vie politique et au bon fonctionnement de l’État. La recherche de l’honos, à la fois positive et nuisible, recèle donc une profonde ambivalence. La compétition pour l’honos peut d’abord pousser les individus à différentes malversations. Le désir de conquérir l’honos politique conduit par exemple certains candidats à s’attirer la faveur des électeurs par la corruption, plus ou moins dissimulée sous l’octroi de gratifications et bienfaits divers. Ces procédés ont néanmoins été de plus en plus rigoureusement encadrés par la législation de ambitu31. La compétition pour l’honos peut aussi provoquer des dissensions entre les membres de la cité. Cicéron remarque dans le Laelius que la concurrence politique est la pire menace de l’amitié :

Quod si qui longius in amicitia prouecti essent, tamen saepe labefactari, si in honoris contentionem incidissent; pestem enim nullam maiorem esse amicitiis, quam in plerisque pecuniae cupiditatem, in optimis quibusque honoris certamen et gloriae; ex quo inimicitias maximas saepe inter amicissimos exstitisse.

« Quant à ceux qui persistent plus longtemps encore dans leur amitié, ils la voient souvent chanceler quand ils se trouvent en compétition pour quelque magistrature. Car il n’est pire fléau de l’amitié que le désir de s’enrichir, chez la plupart des hommes, que la lutte pour les magistratures et pour la gloire chez les meilleurs ; elle engendre souvent les plus vives inimitiés entre les amis les plus intimes. »
(Cic. Lael. 34 ; trad. Combès).

  • 32 Cic. Off. I, 26.
  • 33 Sall. Cat. 30, 4. Voir le commentaire sur ce passage de K. Vretska (éd.), Sallust. De Catilinae co (...)
  • 34 Voir par exemple Liv. XXXIII, 22, 2-6 et Liv. XXXVIII, 47, 2.
  • 35 Sall. Iug. 73, 6. Sur la place que Salluste assigne à l’honos dans la naissance des troubles civil (...)

18La contentio honoris qu’implique la recherche des magistratures va à l’encontre du fonctionnement de l’amicitia : elle place les individus en concurrence et suscite des inimicitiae. On retrouve l’image de la lutte, du certamen, dont les effets négatifs sur le lien social sont soulignés. Dans la lignée de cette réflexion, Cicéron remarque dans le De officiis que le désir des honores provoque une telle contentio entre les membres de la société que la justice est mise en péril et qu’il devient impossible de préserver la societas des hommes32. La compétition pour l’honos possède une force centrifuge qui rompt les liens unissant les membres d’une collectivité. Si l’on passe du terrain de l’analyse philosophique à celui de la description historique, on voit de fait à plusieurs reprises des affrontements internes à la cité naître de la recherche de l’honos. À propos de Q. Marcius Rex et de Q. Metellus Creticus, Salluste remarque qu’ils ont été empêchés de triompher à cause d’une cabale organisée par « quelques hommes » derrière lesquels il faut sans doute reconnaître Pompée et ses proches, opposés à ce qu’un honos soit octroyé à des personnages qui sont leurs adversaires33. Pompée cherche ainsi à se réserver l’honos prestigieux du triomphe et à affaiblir symboliquement ses ennemis. On rencontre également plusieurs fois dans l’histoire livienne de semblables dissensions à propos du triomphe34. Dans le pire des cas, les discordes générées par la compétition pour l’honos peuvent aller jusqu’aux affrontements civils. Dans le tableau que fait Salluste de la situation à Rome avant que Marius ne se présente au consulat, on voit la plèbe, agitée par des tribuns séditieux, quitter son travail, escorter Marius et susciter le trouble dans l’Vrbs pour que Marius puisse obtenir l’honos auquel il prétend35. Le prix attaché à l’honos conduit à des perturbations de l’ordre public.

  • 36 R. Syme, La Révolution romaine, Paris, Gallimard, 1967, p. 25 : « La vie politique de la Républiqu (...)
  • 37 Elle a été, à l’issue de la guerre, privée de son territoire et de ses droits politiques par Rome  (...)

19Pourtant, malgré les troubles suscités par la compétition pour l’honos, cette dernière n’est pas analysée de manière totalement négative. Elle recèle aussi des effets positifs bien réels car elle peut susciter entre ceux qui prétendent à l’honos une émulation bénéfique pour la collectivité. Les évergètes font assaut de générosité pour s’attirer la considération de leurs concitoyens et les soldats sont amenés à faire preuve de la plus grande uirtus pour remporter les honores, en nombre limité, que le général décerne à l’issue de la bataille. En ce qui concerne les honores politiques, la compétition pour leur obtention est pensée à Rome comme un ferment nécessaire à la vie publique. C’est elle qui donne son impulsion au fonctionnement des institutions et au jeu politique36. Un passage important du second discours de Cicéron sur la loi agraire nous permet d’en prendre la mesure à travers l’exemple de Capoue. Après sa trahison pendant la deuxième guerre punique, Capoue n’a pas été détruite mais elle a été laissée sans force par des dispositions qui y paralysent la vie politique37 :

Neque enim contionandi potestas erat cuiquam nec consili capiundi publici; non gloriae cupiditate efferebantur, propterea quod, ubi honos publice non est, ibi gloriae cupiditas esse non potest; non contentione, non ambitione discordes. Nihil enim supererat de quo certarent, nihil quod contra peterent, nihil ubi dissiderent.

« Car personne n’avait le pouvoir de prononcer des discours, ni de prendre l’avis du peuple ; les gens n’étaient pas agités par le désir de gloire pour la raison que, là où il n’y a pas d’honneur public, le désir de gloire ne peut exister ; pas de discordes provoquées par la compétition et l’ambition. Il ne restait rien, en effet, sur quoi s’affronter, rien pour quoi lutter, rien pour donner lieu à des dissensions. »
(Cic. Agr. II, 91).

  • 38 « Cicéron résume la vie de Capoue par un otium indolent et amorphe, et ramène la tranquillité publ (...)

20La suppression de toute possibilité d’atteindre l’honos a éteint à Capoue le désir de gloire et a également supprimé les discordes. Le passage fait en apparence écho aux textes qui soulignent les effets néfastes de la compétition : Cicéron souligne que l’absence d’honos a induit une absence de contentio et, partant, une absence de discordes. Cependant, la suppression des honores et la mise au pas des institutions ont aussi fait tomber la cité dans un état de léthargie qui lui fait perdre toute souveraineté et toute grandeur38. Les luttes pour l’honos sont au cœur de l’activité publique et leur disparition signe la mort de toute indépendance et de toute vitalité politique. Une image suggestive montre les effets de cette suppression des antagonismes liés aux honneurs :

[…] neruis urbis omnibus exsectis urbem ipsam solutam ac debilitatam reliquerunt.
« […] après avoir tranché tous les nerfs de la ville, ils la laissèrent amollie et paralysée. »
(Cic. Agr. II, 91).

  • 39 Hölkeskamp, Reconstruire une République, p. 87-90.

21Capoue est assimilée à un corps humain auquel on a tranché tous les nerfs et qui se retrouve totalement inerte. La compétition pour les honneurs est donc l’élément qui donne vie à une cité et lui permet d’être vigoureuse. K.-J. Hölkeskamp va jusqu’à affirmer, en s’appuyant sur les analyses du sociologue G. Simmel, que cette compétition est un ferment de consensus pour la res publica et non de dissension39 : ceux qui s’affrontent pour l’obtention des honores ne s’opposent pas en effet directement les uns aux autres. Ils sont en concurrence auprès d’une « tierce instance », le peuple qui octroie les charges publiques. Cela leur impose de se rapprocher de ce dernier, de tisser des liens avec lui, de chercher ses faveurs. La classe politique est contrainte à des compromis et à la proximité avec le populus. La recherche de l’honos peut donc avoir un effet socialisant et contribuer à générer des solidarités au sein de la collectivité. La relation de l’individu au groupe mise en jeu par les stratégies d’honos est ainsi plus complexe qu’il n’y paraît car elle associe compétition et consensus.

2. La préservation de l’honneur

22Une fois que l’honos a été obtenu, un autre enjeu se dessine pour son détenteur, celui de sa préservation. Si certaines marques d’honneur paraissent acquises de façon définitive ou sont au contraire, par nature, éphémères, comme les charges publiques, il n’en va pas de même de la « considération » qu’est l’honos. Il s’agit en effet d’un capital de prestige que les Romains veulent durable mais qui est susceptible d’être perdu. Au fil du temps, l’honneur peut être mis en péril et subir des attaques et il est donc essentiel de le protéger.

2.1. La vulnérabilité de l’honneur personnel

23Le prestige qu’est l’honos, puisqu’il repose sur l’estime de l’entourage, dépend de ce dernier qui peut cesser de l’alimenter et le faire donc disparaître : il est possible de passer rapidement du prestige au déshonneur. Même un individu bénéficiant d’une grande considération n’est pas à l’abri du déshonneur. Quelqu’un comme Muréna, qui s’est couvert d’honneur au cours des campagnes militaires d’Orient, risque de perdre totalement cet honos s’il est convaincu de brigue et condamné à l’exil :

Ibit igitur in exilium miser? Quo? Ad Orientisne partis in quibus annos multos legatus fuit, exercitus duxit, res maximas gessit? At habet magnum dolorem, unde cum honore decesseris, eodem cum ignominia reuerti.

« Il ira donc en exil, le malheureux ? Mais où ? Dans ces contrées de l’Orient où il fut légat pendant plusieurs années, où il a mené des armées, où il a accompli de grandes choses ? Mais c’est une grande douleur de revenir couvert d’opprobre à l’endroit d’où l’on est parti couvert d’honneur. »
(Cic. Mur. 89).

  • 40 Sur l’antonymie de ces deux termes, voir p. 55.
  • 41 Voir Losada-Goya, L’Honneur au théâtre ; Lepoutre, Cœur de banlieue. Codes, rites et langages, p.  (...)
  • 42 Sur les réactions à l’iniuria et à la contumelia, Lendon, Empire of Honour, p. 50 sqq.
  • 43 DC. XXXVI, 440 et Val. Max. V, 4, 4. Voir RE II, 2, col. 2489, s. v. Aurelius Cotta (no 107).
  • 44 Sur le lien entre violence et honneur à cette époque, voir, entre autres, Nassiet, La Violence, un (...)
  • 45 Sur le déshonneur lavé par le sang, voir Barton, « Savage Miracles : the Redemption of Lost Honor (...)
  • 46 Liv. I, 48 et III, 48.
  • 47 Nassiet, La Violence, une histoire sociale souligne de même qu’il y a au XVIe siècle une échelle d (...)

24Muréna court le risque de passer sans transition de l’honos à l’ignominia, de l’honneur au déshonneur40. Ce texte témoigne de la façon dont l’honos est mis en péril : il n’est pas progressivement entamé mais détruit subitement et de manière irréversible. Les anthropologues ont eu le loisir d’observer, dans différentes cultures, les moyens mis à la disposition des agents sociaux pour tenter de récupérer leur prestige ; ils ont notamment mis en évidence le rôle de la vengeance41. Or, si les assauts contre l’honneur suscitent bien à Rome des réactions, aucun texte de l’époque républicaine ne fait état, à notre connaissance, d’une possibilité de récupérer ainsi son honos perdu. Des ripostes à un attentat contre le prestige d’un individu sont prévues par le droit, notamment quand il s’agit d’insultes, mais à l’époque qui nous intéresse on ne leur assigne pas pour fonction de restaurer un honos endommagé42. Il peut aussi y avoir des formes de vengeance plus spontanées, mais elles ne débouchent pas nécessairement sur la reconstitution d’un honos détruit. On le voit dans l’épisode qui fait intervenir M. Aurelius Cotta : C. Carbo avait fait condamner son père en 67 pour des déprédations et lui avait ainsi fait perdre son titre de sénateur, qui est une forme d’honos. M. Aurelius Cotta se vengea dès qu’il fut en âge de prendre la toge virile en accusant à son tour C. Carbo43. Cependant les textes n’indiquent pas que l’honneur du père fut pour autant récupéré par son fils. Si l’on peut parler de vengeance, elle ne débouche pas sur une restauration de l’honos. Il n’y a pas non plus à Rome de recours à la violence physique pour racheter l’honos endommagé, alors que l’usage de la force brutale, sous la forme du duel par exemple, sera un moyen essentiel de préservation du prestige en réaction à une avanie dans les milieux nobles des XVIe et XVIIe siècles, et un rouage essentiel de l’honneur nobiliaire44. Il peut y avoir à Rome des réactions violentes au déshonneur, comme le suicide de Lucrèce ou le meurtre de Virginie45, mais les auteurs qui évoquent ces épisodes célèbres ne parlent pas à leur sujet de la récupération d’un honos perdu : chez Tite Live, par exemple, Lucrèce se tue parce qu’elle est aegra, « affligée », de son nouveau statut, bien involontaire, d’impudica ; Virginie est tuée par son père parce que c’est pour lui le seul moyen de la préserver de l’esclavage qu’elle encourt et de sauvegarder sa libertas46. Il n’est pas question ici de regagner un honos. Quand elle intervient, la perte de l’honos paraît donc définitive. On voit ainsi se dessiner les limites de la notion de capital pour la compréhension du fonctionnement de l’honneur car le capital économique, quand il est détruit, est susceptible d’être ensuite reconstitué progressivement. Or il n’en est pas ainsi de l’honos qui apparaît comme un bien absolu47.

25Le caractère irréversible de la destruction de l’honos explique que le sujet soit très soucieux de le préserver dès qu’il est menacé. Une remarque incidente de Cicéron dans l’In Caecilium permet de le mesurer. L’orateur fait observer que Verrès et ses amis ont tout fait pour que l’accusation ne lui soit pas confiée :

Ecquis umquam tam palam de honore, tam uehementer de salute sua contendit quam ille atque illius amici ne haec mihi delatio detur?

« Quelqu’un a-t-il jamais lutté aussi ouvertement pour son honneur, aussi violemment pour son salut que ne l’ont fait cet homme et ses amis pour que cette accusation ne me soit pas confiée ? »
(Cic. Diu. Caec. 22).

  • 48 Même parallèle dans le Pro Quinctio où Cicéron évoque le zèle extraordinaire avec lequel des homme (...)

26Pour éviter que Cicéron ne soit constitué comme accusateur dans le procès intenté à Verrès, le camp de l’intéressé a fait de très grands efforts, comme s’il en allait, dit Cicéron, de leur salut (de salute) ou de leur honneur (de honore). Le parallèle montre la très grande valeur attachée à l’honos, bien aussi précieux que la vie, et dont la perte est aussi irrémédiable48. On retrouve également dans le texte, à propos de la préservation de l’honneur, une image employée au sujet de son acquisition, celle de la lutte : personne, dit Cicéron, ne s’est battu (contendit) de façon aussi intense pour son honneur. Il est donc nécessaire de mener une contentio non seulement pour obtenir l’honos mais aussi pour le préserver.

  • 49 Sur le code de conduite imposé par l’honos, voir p. 383-385. Nous aurons l’occasion de revenir plu (...)

27Cette vulnérabilité de l’honos impose à l’homme in honore de suivre une certaine conduite afin de le préserver car si l’honneur dépend largement d’autrui, cela ne signifie pas que le détenteur de l’honos n’ait aucun rôle à jouer dans sa conservation. Il lui revient en effet d’adopter un comportement conforme aux normes morales et sociales de la collectivité et en accord avec le statut privilégié que l’honos lui a conféré. Nous avons vu précédemment que l’honos imposait à son détenteur de suivre un code de comportement, un « code de l’honos ». Nous voudrions voir à présent les effets sur l’honos des infractions à ces règles de conduite49. Les comédies de Plaute nous permettent d’observer les conséquences désastreuses que peuvent avoir pour la considération un certain nombre de comportements jugés déviants, notamment dans le domaine de la vie intime. La débauche sexuelle du personnage de l’amoureux entraîne très fréquemment chez lui une destruction de son honos. La fréquentation assidue des courtisanes n’est pas en effet considérée comme convenable car elle détourne des devoirs civiques et sociaux que doit remplir le Romain. Dans le Truculentus, Diniarque, amoureux transi et esclave de sa passion, oublie tout pour se consacrer à son amour pour la meretrix Phronésie. Une telle conduite a entraîné la perte de son honos, comme le remarque son esclave Cyame :

Velut haec meretrix meum erum miserum sua blanditia
Intulit in pauperiem,
Priuauit bonis, luce, honore atque amicis.

« C’est comme cette courtisane qui, par ses caresses, a réduit mon pauvre maître
À la misère,
L’a privé de ses biens, de la lumière, de l’honneur, de ses amis. »
(Pl. Truc. 572-574).

  • 50 Pl. Bac. 64.

28La courtisane, comparée à la mer qui engloutit tout, a fait perdre à Diniarque sa fortune, ses amis et son honneur. Dans les Bacchides, Pistoclère, le jeune homme rangé de la pièce, refuse de céder aux avances des courtisanes qui tentent de le séduire car il sait trop bien qu’elles « blessent la conduite et la réputation » (facta et fama sauciant)50 : leur fréquentation dérègle le comportement et engendre une destruction de la bonne renommée. On voit ainsi apparaître, en négatif, les conditions de préservation de l’honos : elles résident dans l’adoption d’une conduite rangée, qui évite la débauche et les excès. Le contrôle du comportement et du corps, notamment dans la vie intime, permet de maintenir l’honos intact. C’est aussi ce qui apparaît dans un fragment d’une autre comédie de Plaute, le Phago (« Le Dévoreur ») :

Honos syncerasto periit, pernis, glandio.

« L’honneur a péri à cause du ragoût, des jambons, du ris de porc. »
(Pl. frg. 101 Ernout).

29Par une métaphore, l’honos est assimilé à un être vivant dont on pleure le décès. La cause de cette mort réside dans la consommation excessive de mets variés, ragoût, jambons, ris de porc. Il est sans doute question du personnage éponyme de la pièce, le goinfre, qui a perdu tout prestige social en raison de sa passion déréglée pour la nourriture. Ici encore, la préservation de l’honos impose de faire preuve de modération et de frugalité. Il convient donc, d’une manière générale, d’être capable de régler sa conduite pour conserver son honneur.

2.2. Les menaces d’autrui sur l’honos

  • 51 L’infamia n’est pas à l’origine une institution légale et judiciaire mais un moyen populaire de fa (...)

30Le sujet met en péril son honneur quand il se comporte de façon indigne mais la destruction de son honos n’intervient pas toute seule : elle suppose le regard d’autrui et parfois même sa participation active. L’entourage peut être impliqué de deux manières dans l’annihilation de l’honneur d’un individu : il peut provoquer sa disparition en réagissant à un comportement jugé déshonorant, par la critique, la moquerie ou l’indignation. Il peut aussi s’en prendre à l’honneur d’une personne alors même qu’elle adopte une conduite en accord avec les normes morales. Que l’assaut contre l’honneur soit une réponse à une attitude déshonorante ou ne possède pas de fondement assignable chez celui qu’il vise, il revêt en général deux formes. L’honneur d’un tiers peut d’abord être atteint par des pratiques populaires hostiles, licites ou illicites (insulte, texte diffamatoire, etc.) qui provoquent l’infamia51. De manière plus institutionnelle et réfléchie, la considération peut également être mise à mal par des procédures légales menées par un individu ou par des magistrats (condamnation, blâme, etc.). Nous ne pouvons, sans excéder les limites de notre travail, nous intéresser à tous les procédés d’attaque contre la considération et nous nous limiterons donc à l’étude de ceux où les notions d’honos et d’honestas sont directement impliquées. C’est le cas dans trois procédures infamantes, le flagitium, la condamnation en justice et la nota censoriale.

2.2.1. Le flagitium

  • 52 Sur ces pratiques d’infamie romaines voir, pour une approche générale, H. Usener, « Italische Volk (...)
  • 53 Voir par exemple le libelle injurieux visant les sénateurs créés par César (Suet. Caes. 80). Sur c (...)
  • 54 Cic. Rep. IV, 12 ; Hor. Sat. II, 1, 82-83. Voir G. Comerci, « Carmen, occentatio ed altre voci mag (...)
  • 55 Occentatio : Pl. Pers. 569 ; Cic. Rep. IV, frg. 11 ; voir G. Lepointe, « L’occentatio de la loi de (...)
  • 56 Fest. 262, 19 = XII Tables, II, 3 (FIRA). Voir J. A. Arias Bonet, « Prueba testifical y obvagulati (...)

31Plusieurs pratiques populaires d’infamie permettaient à un individu ou un groupe de porter atteinte à l’honneur d’un tiers52. Une des plus répandues de ces pratiques est la diffamation, sous la forme d’une insulte verbale, de vers obscènes ou de libelles injurieux53. Elle a été assez tôt réprimée à Rome, dès la loi des XII Tables semble-t-il54. Un certain nombre d’actions collectives tapageuses visaient également à attirer la réprobation sur un individu. L’occentatio et le conuicium consistaient en un rassemblement bruyant de personnes qui poursuivaient quelqu’un ou s’attroupaient devant sa maison, pour pousser des clameurs de réprobation et attirer sur lui le mauvais œil et l’infamie55. L’obuagulatio était une sorte de charivari fait devant la porte d’un témoin défaillant : il servait à publier la faute de l’individu en question et à porter réclamation pour sa défaillance56. Un dernier type de pratique collective infamante est le flagitium, et c’est à son sujet qu’il est question d’« honorabilité », dans une comédie de Plaute. Dans le Mercator, Charinus a ramené de l’étranger son amoureuse et tente de la faire passer pour une servante. Son père Démiphon, qui s’en est épris et entend se la réserver, s’oppose à ce que la jeune femme soit confiée à son épouse comme domestique :

De .: [...] Verum quod praeterii dicere,
Neque illa matrem satis honeste tuam sequi poterit comes
Neque sinam.
Cha .: Qui uero?
De .: Quia illa forma matrem familias
Flagitium sit si sequatur, quando incedat per uias.
Contemplent, conspiciant omnes, nutent, nictent, sibilent,
Vellicent, uocent, molesti sint, occentent ostium;
Impleantur elegeorum meae fores carbonibus.
Atque ut nunc sunt maledicentes homines, uxori meae
Mihique obiectent lenocinium facere. Nam quid eost opus?

« Demiphon : Mais, j’ai oublié de te dire :
Elle ne pourra pas honorablement accompagner ta mère comme suivante, Je ne le permettrai pas. – Charinus : Pourquoi donc ? – De. : Parce que si une beauté comme elle
Accompagnait une mère de famille, il y aurait du scandale quand elle passe rait dans les rues.
Tous l’observeraient, la dévisageraient, il y aurait des signes de tête, des œillades, des sifflements,
On la bécoterait, on l’appellerait, on serait désagréable, il y aurait du chari vari devant la porte ;
Les battants seraient charbonnés de vers licencieux.
Et vu comme les gens sont médisants de nos jours, on m’accuserait,
Ma femme et moi, de faire les maquereaux. En quoi ai-je besoin de tout cela ? »
(Pl. Merc. 403-411).

  • 57 Autres occurrences : Pl. Epid. 516 ; Curc. 198. Sur ce sens, Usener, « Italische Volksjustiz », p. (...)
  • 58 Cic. Sest. 106. Sur les manifestations populaires au théâtre, voir Nicolet, Métier, p. 482 sqq.
  • 59 Cic. Fam. VIII, 2, 1.
  • 60 Cic. Sest. 121.

32Le refus de Démiphon s’appuie sur les conséquences de la présence de la jeune fille aux côtés de son épouse : cela provoquerait, dit-il, un flagitium, un « scandale ». Il s’agit là du sens premier du mot qui désigne la protestation tapageuse faite devant la maison de quelqu’un qu’on juge coupable d’une faute, pour attirer sur lui l’attention de manière négative57. Le texte du Mercator permet d’observer les caractéristiques de ce flagitium : on y retrouve l’occentatio (occentent ostium) et les vers obscènes (elegeorum), procédés déshonorants déjà observés, auxquels s’ajoutent des regards inquisiteurs (conspiciant omnes), des comportements grossiers et moqueurs comme les clins d’œil (nictent) ou les sifflements (sibilent) ainsi que des cris et des dénigrements plus violents (uocent, maledicentes). Le flagitium implique une émotion collective qui donne naissance à un tollé bruyant et accusateur. Ce scandale, note Démiphon, met en péril l’honneur de la famille car il empêche de se conduire honeste, d’une manière qui préserve l’honos. Le flagitium menace l’honos pour deux raisons principales : d’abord parce qu’il s’accompagne d’un tapage agressif et fort peu discret, ensuite parce qu’il donne lieu à des calomnies dégradantes (Démiphon et sa femme seraient accusés de faire le métier de leno). La préservation de l’honos consiste ainsi, à l’inverse, à bénéficier du respect d’autrui et d’un discours positif, signes d’une opinion favorable. D’autres espaces que celui de la rue donnaient lieu à des tapages visant à déshonorer un individu ; c’est le cas du théâtre et des jeux qui représentent, avec les comices et les réunions publiques, l’une des trois occasions où, selon Cicéron, le peuple peut manifester son opinion58. La foule a en effet alors l’occasion de rencontrer dirigeants et hommes d’État et peut en profiter pour exprimer son mépris : au lendemain de l’acquittement de Valerius Messala, accusé de brigue, Hortensius, son avocat, se rendit au théâtre et fut accueilli par des sifflets et des hurlements59. On peut aussi, à l’inverse, être honoré et acclamé, ce qui fut le cas de Cicéron, comme il se plaît à le rappeler60. Le théâtre est un des lieux où le prestige d’un homme public est mesuré et éventuellement attaqué.

2.2.2. La condamnation en justice

33Le second type d’attaque contre l’honos émanant d’autrui prend la forme de la condamnation en justice. L’honos de l’individu n’est plus alors en proie à la justice populaire mais à un châtiment infligé conformément à la loi. Le procès est un procédé par lequel on peut tenter de priver quelqu’un de son honneur, notamment quand la punition encourue est dégradante. Dans la péroraison du Pro Sulla, l’orateur explique que P. Sylla cherche à éviter la condamnation pour ne pas tomber dans le déshonneur :

Omnia, iudices, haec amissa sunt, omnia generis, nominis, honoris insignia atque ornamenta unius iudici calamitate occiderunt. Sed ne extinctor patriae, ne proditor, ne hostis appelletur, ne hanc labem tanti sceleris in familia relinquat, id laborat, id metuit ne denique hic miser coniurati et conscelerati et proditoris filius nominetur; huic puero qui est ei uita sua multo carior metuit, cui honoris integros fructus non sit traditurus, ne aeternam memoriam dedecoris relinquat.

« Il a perdu tout cela juges, tous les insignes et les distinctions de sa famille, de sa réputation, de son honneur, par le désastre d’une seule décision de justice. Mais être appelé destructeur de sa patrie, traître, ennemi, laisser à sa famille la souillure d’un tel crime, voilà ce qui l’inquiète ; ce qu’il craint, c’est que ce malheureux jeune homme que voici soit nommé fils de conjuré, de criminel, de traître ; il craint de laisser à cet enfant, qui lui est bien plus cher que la vie et à qui il ne pourra transmettre intact les avantages de son honneur, le souvenir éternel du déshonneur. »
(Cic. Sull. 88).

  • 61 Cic. Rosc. Amer. 113 ; Clu. 119.
  • 62 Sur le risque d’infamie lié au procès, voir Pommeray, Études sur l’infamie en droit romain, p. 52 (...)
  • 63 Cic. Quinct. 8 ; 26 ; 27 ; 33. Cf. Cic. Caecin. 7 où le procès est un existimationis periculum.
  • 64 Cic. Quinct. 46. Voir aussi Cic. Rab. Perd. 27 où la condamnation pour perduellio est une ignomini (...)
  • 65 Cic. Rosc. Amer. 113 et Clu. 104.

34Sylla a déjà perdu l’honos du consulat lors du procès qui lui a été intenté pour brigue mais il risque dans cette affaire de perdre tout son honos, tout son prestige. Si P. Sylla est convaincu d’avoir participé aux conjurations contre l’État, il sera entaché d’un déshonneur éternel pour avoir pris les armes contre sa patrie. Son fils ne recevra dès lors aucun des avantages associés à l’honos de son père puisque ce dernier aura été totalement détruit. Sylla risque ce que Cicéron appelle en d’autres endroits un turpe iudicium, une condamnation infamante61. Le procès est donc un moment critique où l’on met en péril sa considération62. C’est d’autant plus vrai que l’accusé y risque toujours son honos, même quand la condamnation encourue n’est pas en soi déshonorante. Cicéron répète à l’envi dans le Pro Quinctio qu’en défendant Quinctius il protège ses biens mais aussi sa fama et que Naevius tente de dépouiller Quinctius de sa fortune ainsi que de sa réputation63. La partie condamnée par les juges encourt, outre la peine prévue, le dedecus, c’est-à-dire la disparition radicale et irréversible de la bonne renommée64. L’acquittement, à l’inverse, est quelque chose d’honorable65. Le procès est un lieu où l’honneur est mis en péril et le tribunal est donc une des instances capables d’agir sur le prestige d’un individu, de manière positive ou destructrice. Il assume ainsi une fonction supplémentaire à celle qui lui est officiellement dévolue en sanctionnant une action répréhensible par le déshonneur, et non seulement par un châtiment légalement défini. Le procès peut dès lors servir d’instrument pour discréditer un adversaire en le faisant tomber dans l’ignominie.

2.2.3. Le blâme des censeurs

  • 66 Sur les opérations du census, voir Nicolet, Métier, p. 71-121.
  • 67 Sur l’examen des mœurs pratiqué par les censeurs, voir Pieri, L’Histoire du cens, p. 100 sqq. et N (...)
  • 68 Sur les causes de sanction censoriale, voir la liste établie par Mommsen, DPR, vol. 4, p. 55-60 et(...)
  • 69 Nicolet, Métier, p. 114-118.
  • 70 Nicolet, L’Ordre équestre, p. 69-101.
  • 71 Parce que, selon Cic. Rep. IV, 7, frg. 5, cette sanction frappe le nomen. Voir Pommeray, Études su (...)
  • 72 Cic. Rep. IV, 13, frg. 1.

35Un dernier type d’attaque contre le prestige social est opéré par la cité elle-même en la personne des censeurs. Lors des opérations du census, ces derniers ont pour charge de recenser les citoyens, d’évaluer leur fortune et de les classer à des fins militaires, financières et politiques66. Mais ils doivent aussi, avant de confectionner les listes de citoyens, examiner les mœurs et sanctionner l’immoralité67. Un certain nombre de comportements étaient répréhensibles : l’insubordination militaire, le défaut de comparution au recrutement, les faux serments, les faux témoignages, la mauvaise gestion des biens, etc.68 Le blâme infligé par les censeurs prend la forme d’une note placée à côté du nom du coupable sur les registres du cens, la nota censoria. Elle pouvait s’accompagner d’un changement de tribu, ce qui avait des conséquences néfastes pour la participation à la vie politique, ou de l’obligation de rejoindre les aerarii, contribuables qui ne bénéficiaient plus des droits liés à leur fortune69. Le regimen morum des censeurs s’exerce aussi lors de la lectio du sénat, dont certains membres peuvent être exclus, et de la recognitio equitum, pendant laquelle un chevalier peut être privé de son cheval public70. La sanction de la nota censoria est liée à l’honos de plusieurs manières. Le blâme en lequel elle consiste est désigné par le terme d’ignominia, l’antonyme récurrent d’honos71. Les deux notions sont donc, dans les esprits, exclusives l’une de l’autre. En second lieu, deux passages de Cicéron mettent en relation le blâme censorial avec l’honneur. Dans le De republica, l’Arpinate fait état, par la bouche de Scipion, des dispositions prises par les ancêtres à l’encontre des acteurs qui furent privés d’honos et changés de tribu en vertu de la notatio censoria72. Le second passage, qui figure dans le Pro Cluentio, est plus problématique. Cicéron y compare les effets sur l’honos d’un turpe iudicium et du blâme des censeurs :

Quod si illud iudicium putaretur, ut ceteri turpi iudicio damnati in perpetuum omni honore ac dignitate priuantur, sic hominibus ignominia notatis neque ad honorem aditus neque in curiam reditus esset. Nunc si quem Cn. Lentuli aut L. Gelli libertus furti condemnarit, is omnibus ornamentis amissis numquam ullam honestatis suae partem recuperabit; quos autem ipse L. Gellius et Cn. Lentulus, duo censores, clarissimi uiri sapientissimique homines, furti et captarum pecuniarum nomine notauerunt, ei non modo in senatum redierunt sed etiam illarum ipsarum rerum iudiciis absoluti sunt.

« Si on avait vu là un jugement, pareils à ceux qui frappés par une condamnation infamante sont à jamais privés de tout honneur et de toute charge, les hommes atteints d’ignominie n’auraient eu ni accès aux honneurs ni retour dans la curie. Mais en réalité, qu’un affranchi de Gnaeus Lentulus et de Lucius Gellius ait condamné quelqu’un pour vol, ce dernier perdra tous ses titres et jamais ne recouvrera la moindre part de son honorabilité, mais ceux que Lucius Gellius lui-même et que Gnaeus Lentulus, tous deux censeurs, personnages illustres et très éclairés ont flétris pour vol et pour corruption judiciaire, non seulement sont rentrés dans le sénat, mais ont été acquittés par des jugements qui visaient précisément ces points-là. »
(Cic. Clu. 119-120 ; trad. Boyancé).

  • 73 Sur l’affaiblissement des effets de l’ignominia censoriale à la fin de la République, Pommeray, Ét (...)

36Cicéron cite le cas de Gaius Geta, exclu du sénat par les censeurs, qui devint plus tard lui-même censeur. Il remarque à son sujet que l’effet produit par la sanction censoriale sur l’honos est moindre que celui d’une condamnation infamante dans le cadre d’un procès. Un châtiment judiciaire détruit irrémédiablement l’honestas, l’honorabilité, et empêche donc de prétendre à quelque honos que ce soit, alors que le blâme des censeurs n’empêche pas de rejoindre les rangs du sénat. Cicéron paraît donc indiquer que la nota censoria n’a qu’un effet limité sur l’honos : elle induit une disqualification sociale partielle, qui ne se propage pas à l’activité politique. La lecture de Cicéron doit cependant être nuancée. L’Arpinate, d’abord, fait état de la situation au Ier siècle, ce qui ne présage pas de l’efficacité de la nota avant cette date73. Il ne faut pas perdre de vue, en outre, que Cicéron défend un client qui a précisément fait l’objet d’une nota censoria et qu’il a donc tout intérêt à en minimiser les effets.

37Le fait qu’un individu puisse voir son honneur mis en péril par son entourage et sa cité montre que le rapport du sujet à autrui est encore ici un rapport d’antagonisme : il importe de ne pas donner prise au scandale, aux accusations et au blâme pour pouvoir préserver son honos. Le groupe est à la racine du prestige de l’individu mais il est aussi à l’origine de sa destruction quand le sujet ne se comporte pas d’une manière conforme à ses normes.

3. La transmission de l’honneur familial

  • 74 Sur cette notion, voir P. Bourdieu et J.-C. Passeron, La Reproduction. Éléments pour une théorie d (...)

38La volonté de sauvegarder l’honos prend tout son sens quand on la rapporte au désir qu’ont les Romains de le transmettre à leurs descendants. Il importe de conserver son prestige pour ne pas déchoir soi-même mais aussi pour pouvoir le léguer à ses héritiers et les faire bénéficier des prérogatives qui y sont attachées. L’honos apparaît ici encore dans nos textes comme un capital car il y a un patrimoine d’honneur que les générations successives essaient de se transmettre et d’augmenter au cours du temps. La transmission de ce patrimoine d’honneur contribue à la reproduction sociale74 des élites romaines, c’est-à-dire au maintien de leur position différenciée de génération en génération, par un phénomène de tri entre les individus possédant l’honneur et ceux ne le possédant pas. C’est à l’un des mécanismes de cette reproduction, les stratégies de cession et d’héritage du capital symbolique, que l’on s’intéressera à présent. Avec ce mode de gestion de l’honos, l’individu n’est plus placé en conflit avec autrui mais travaille en collaboration avec son groupe familial à la conservation de l’honos. Comment faire pour assurer la pérennité de l’honneur dans le temps ? Comment un objet aussi fuyant que le prestige peut-il se passer de main en main ?

3.1. Nécessité et difficulté de la transmission

39L’honneur familial possède une histoire. Il est appréhendé à Rome comme un patrimoine progressivement constitué, au fil du temps : l’héritier d’une famille prestigieuse reçoit un legs d’honneur à préserver. C’est le cas de Muréna :

Qui primum, dum ex honoribus continuis familiae maiorumque suorum unum ascendere gradum dignitatis conatus est, uenit in periculum ne et ea quae relicta et haec quae ab ipso parta sunt amittat, deinde propter studium nouae laudis etiam in ueteris fortunae discrimen adducitur.

« D’abord, en voulant ajouter aux honneurs perpétués dans sa famille et chez ses ancêtres un nouveau degré de dignité, il court le risque de perdre à la fois ce qui lui a été légué et ce qu’il a acquis lui-même ; ensuite l’ambition d’une gloire nouvelle met en péril jusqu’à son ancienne fortune. »
(Cic. Mur. 55 ; trad. Boulanger).

  • 75 Cic. Verr. II, IV, 79.

40Les ancêtres de Muréna ont réussi à accumuler au cours du temps un stock prestigieux d’honores familiae. Ils ont pour particularité d’être continus (continuis), de former une chaîne ininterrompue au fil des générations et de se stratifier dans le temps. Muréna est l’héritier de cet honneur familial et des avantages qui vont avec : tout cela lui a été relicta, « légué ». La transmission du prestige dans la lignée a été jusqu’alors assurée, mais elle est mise en péril par la situation de Muréna. Lors de sa candidature au consulat, Muréna a été accusé de brigue et risque une condamnation en vertu de la loi de ambitu. Il risque donc de perdre (amittat) la considération et les honneurs patiemment accumulés par ses ascendants et d’échouer à transmettre, à son tour, l’honneur à ses descendants. C’est, de façon paradoxale, en voulant perpétuer les honores dont il est l’héritier qu’il les a mis en péril : c’est sa candidature à l’honos du consulat qui l’a amené à être traîné en justice. On retrouve donc le thème de la préservation de l’honos, augmenté d’une problématique temporelle et familiale : il faut conserver son prestige mais aussi celui de ses ancêtres et être capable de le transmettre à ses enfants. C’est cette nécessité de la transmission qui amène Cicéron à critiquer, dans les Verrines, le comportement de Caecilius Metellus Pius Scipion. Ce dernier défend en effet Verrès qui s’en est pourtant pris à l’honos de sa famille en faisant main basse sur des statues rapportées de Carthage en Sicile par Scipion l’Africain. Cicéron fait montre de son incompréhension devant cette attitude et rappelle que c’est un devoir (officium) envers la famille que de s’opposer à ceux qui attaquent l’honos de la gens75.

  • 76 Supra p. 302-304.
  • 77 Supra p. 204-206.
  • 78 Sur la commendatio maiorum, voir p. 365.
  • 79 Pl. Trin. 645-646 ; Cic. Brut. 281.
  • 80 Cic. Mur. 11 ; RRC 326, 1 et 402.

41Cette transmission directe de l’honos aux descendants est cependant difficile. S’agissant du « prestige » qu’est l’honos, d’abord, le fait qu’il puisse être hérité ne va pas de soi. À la différence du capital économique, fondé sur la fortune, et du capital social, composé de la clientèle et des amis, le capital symbolique ne peut s’hériter directement car l’estime des concitoyens ne se reporte pas automatiquement d’une personne à ses descendants : nous avons vu combien Cicéron était réservé à l’égard de Caecilius Metellus Pius Scipion malgré l’admiration qu’il voue à Scipion l’Africain et à Scipion Émilien. Il paraît donc difficile de contrôler le transfert de la considération publique. En ce qui concerne les marques d’honneur, ensuite, il faut souligner qu’elles ne sont pas décernées à une famille en général mais à un de ses membres en particulier et qu’elles ne peuvent pas être transférées à un proche sans perdre leur sens. Il est essentiel, en premier lieu, que celui qui reçoit un hommage ait fait la preuve de son mérite pour que l’honos soit conforme à l’aequum76 et, en second lieu, qu’un tiers extérieur soit intervenu dans l’octroi de l’honos77. Le bénéfice d’un éloge, d’une supplication ou d’une statue ne sont donc pas transférables. Mais comment expliquer, alors, que certaines familles aristocratiques aient pu exercer un quasi-monopole sur certaines marques d’honneur ? Cet état de fait ne s’explique pas, quoiqu’en disent certaines sources, par la faculté qu’a la nobilitas de se passer l’honos de main en main mais plutôt par la « recommandation » qu’est la présence, au sein d’une famille, d’ancêtres ayant déjà obtenu ces honores : la commendatio maiorum facilite l’accès aux honneurs78. Pour rendre compte de ce phénomène, les textes utilisent une image révélatrice : les ancêtres qui détiennent l’honos « ouvrent la voie » à leurs descendants pour que ces derniers y accèdent à leur tour. Un personnage de Plaute déclare de la sorte à son ami que son père et son grand-père lui ont préparé une planam uiam / Ad quaerundum honorem, « une route dégagée pour briguer l’honneur » et Cicéron, dans un passage où l’honos est envisagé de manière plus réflexive que chez Plaute, se souvient d’avoir déclaré à Publius Crassus que la meilleure uia vers la gloire et l’honneur était celle quam maiores eius ei tritam reliquissent, « que ses ancêtres lui avaient ouverte »79. Les ancêtres ne peuvent pas donner directement l’honos à leur descendants mais ils peuvent leur en faciliter l’accès. Cela n’est pas propre d’ailleurs à l’honos des magistratures. On voit aussi les triomphateurs recourir à certains artifices pour permettre à leur fils de prétendre ultérieurement à l’honos du triomphe. Les enfants de l’imperator étaient par exemple associés au cortège et montaient parfois les chevaux tirant le quadrige du général80. Ce type de procédé ne réalise cependant pas, lui non plus, la transmission : il ne fait que la faciliter. Comment se résout donc la tension entre la nécessité de transmettre l’honos et la difficulté qu’il y a à le faire ?

3.2. Reproduire l’honneur ancestral

42Devant l’impossibilité d’hériter directement de l’honos, les descendants se trouvent contraints, pour préserver le prestige de leur famille, d’œuvrer personnellement pour obtenir à leur tour l’honos. Il y a donc bien une forme de transmission de l’honos mais elle est en quelque sorte indirecte : l’honos ne se transmet du père au fils que lorsque le fils parvient à reproduire l’honos de son père. C’est en obtenant soi-même l’honos qu’un individu réussit à préserver celui de sa gens. La reproduction sociale implique un réel effort de la part des héritiers des grandes familles honorables.

43On comprend mieux, dès lors, l’attitude de Muréna : ce dernier a pris le risque de mettre en péril les honores familiae lors de sa candidature parce que l’obtention du consulat était nécessaire à leur conservation. L’obtention d’honores permet la préservation du capital symbolique. Un passage du Trinummus que nous avons déjà exploité permet d’en prendre la mesure. Lysitélès, jeune homme rangé, réprimande son ami Lesbonicus qui mène une vie de plaisir ruineuse et dangereuse pour son prestige :

Itan tandem hanc maiiores famam tradiderunt tibi tui,
Vt uirtute eorum anteparta per flagitium perderes?
Atque honori posterorum tuorum ut uindex fieres,
Tibi paterque auosque facilem fecit et planam uiam
Ad quaerundum honorem; tu fecisti ut difficilis foret
Culpa maxime et desidia tuisque stultis moribus.
Praeoptauisti amorem tuum uti uirtuti praepo

« Tes ancêtres t’ont-ils légué cette bonne réputation
Pour que tu ruines par ta débauche les biens acquis autrefois par leur vertu ?
Et pourtant, pour que tu puisses protéger l’honneur de tes descendants,
Ton père et ton ancêtre t’avaient ménagé un chemin facile, tout plat,
Vers l’honneur ; tu l’as rendu difficile
Par ta conduite fautive, surtout, et par ta paresse et tes mœurs stupides.
Tu as choisi de faire primer ton amour sur la vertu. »
(Pl. Trin. 642-648).

  • 81 CIL I2, 15 = ILLRP 316.
  • 82 Voir Earl, Tradition, p. 27 : « The noble who refused to take his proper place in public life disg (...)
  • 83 Supra p. 276 sqq.

44Les ancêtres de Lesbonicus ont réussi à lui transmettre (tradiderunt) une bonne réputation, une fama favorable. Le jeune homme a dès lors pour charge de préserver la considération publique qui s’attache à sa famille et de la donner à son tour à ses enfants : il doit se faire le uindex, le protecteur, de l’honos posterorum, de l’honneur de ses descendants, en évitant toute conduite indigne qui ruinerait la possibilité de leur léguer cet honos. Ce qui fait tout l’intérêt de ce passage, c’est que Lysitélès y définit les conditions d’une transmission efficace du prestige et articule pour cela deux aspects différents de l’honos. C’est par l’obtention d’un honos concret, qui semble désigner ici une charge publique, que le jeune homme pourra préserver le prestige, l’honos familial. L’acquisition d’une marque d’honneur a pour but (ut) le maintien de l’honneur ancestral. L’estime d’une famille doit être non seulement préservée par une attitude morale convenable mais aussi actualisée et transmise par l’obtention de marques d’honneur. Il s’agit d’une exigence essentielle dans l’idéologie de la nobilitas dont le Trinummus pastiche peut-être le discours. On la retrouve, de fait, dans un contexte beaucoup plus sérieux, dans l’épitaphe de Scipion Hispanus, où le défunt déclare que, par l’honor obtenu, maiorum optenui laudem, « j’ai préservé la gloire de mes ancêtres »81. La conservation de la notoriété publique de la famille passe par l’acquisition de l’honos, notamment sous la forme des magistratures82. Le capital symbolique ne peut se perpétuer que s’il est nourri de façon régulière. D’autres honores permettent d’entretenir le prestige de la lignée, notamment l’honos des funérailles. Cette cérémonie bénéficie autant au défunt qu’à la gens dans son ensemble car elle est l’occasion de faire figurer au cœur de la cité toute la lignée des ancêtres du défunt, représentés par des acteurs portant les imagines et les insignes de la charge exercée83. La pompa funebris et l’éloge funèbre rappellent l’apport de chaque membre de la famille au capital symbolique collectif, inscrivent leur honneur dans une succession familiale, et exhibent à tous le prestige du groupe. C’est ainsi, pour l’aristocratie, un excellent moyen de perpétuation de l’honos.

  • 84 facta patris petiei (CIL I2, 15, l. 4).

45S’il importe de conquérir des honores pour alimenter le prestige gentilice, ce qui anime cette conquête semble être la volonté d’imiter les honores ancestraux et de les égaler. La transmission de l’honos s’opère par la reproduction des marques d’honneur obtenues jadis, afin de provoquer l’impression d’une continuité parfaite à travers le temps. Il n’y a pas de propagation des honores par le sang mais par l’imitation. Scipion Hispanus, qui a obtenu l’honos et a donc maintenu la gloire de sa famille, précise aussi qu’il a essayé d’égaler les exploits de son père84. À propos de Q. Aelius Tubero, le stoïcien, Cicéron indique qu’il ne fut pas un grand orateur :

[…] ut uita sic oratione durus, incultus, horridus; itaque honoribus maiorum respondere non potuit.

« Comme sa vie, son éloquence était dure, négligée, âpre ; c’est pourquoi il ne put égaler les honneurs obtenus par ses ancêtres. »
(Cic. Brut. 117).

46L’âpreté de son éloquence, caractéristique de la rhétorique stoïcienne, l’a empêché d’atteindre les mêmes honores que ses ancêtres, de leur respondere, ce qui est perçu comme une défaillance. Il est nécessaire, pour assurer la transmission de l’honos, de suivre le même parcours d’honneur que ses ascendants.

  • 85 Sur la pression s’exerçant sur les descendants de l’aristocratie romaine, Flower, Ancestor Masks, (...)
  • 86 Pol. XXXI, 23, 12. Voir Hölkeskamp, Die Entstehung der Nobilität, p. 206 et 211 sqq.
  • 87 Maiorum optenui laudem, ut sibei me esse creatum (CIL I2, 15, l. 5).
  • 88 Develin, Patterns in Office-Holding 366-49 B. C, p. 99.
  • 89 Plus de cinquante ans pour les Fabii, entre la fin de la deuxième guerre punique et 145 (Hölkeskam (...)

47La nécessité d’égaler les honores des ancêtres a une conséquence directe sur les membres des grandes familles de Rome. Elle met sur eux une pression importante car ils sont les dépositaires du prestige de leur lignée et seule leur réussite dans la conquête des honores permet de l’entretenir85. On en perçoit le poids dans le dialogue du jeune Scipion Émilien avec Polybe, à qui il confie son inquiétude de ne pas être à la hauteur de ce qu’on attend de lui86. Cette pression apparaît aussi indirectement dans l’épitaphe de Scipion Hispanus quand ce dernier indique que ses ancêtres se réjouissent de l’avoir engendré car il a réussi à préserver le prestige de la famille : voir s’éloigner l’échec en ce domaine constitue manifestement un soulagement87. Cette attente et les incitations répétées à l’imitation des honores ne doivent cependant pas occulter le fait que la reproduction effective des honores paternels ou ancestraux n’est pas une réalité courante. Dans la pratique, il est très difficile pour une famille de voir chaque génération obtenir un consulat, un triomphe ou un autre honos prestigieux. Concernant le consulat, qui est l’honos pour lequel on trouve le plus de données, on a remarqué qu’il n’était pas fréquent qu’un fils soit consul comme son père et que, lorsque cela arrivait, on ne voyait pas le phénomène s’étendre sur de nombreuses générations88. On observe au contraire que même des gentes célèbres et puissantes comme les Fabii disparaissent des fastes consulaires pendant plusieurs dizaines d’années89. L’accumulation régulière des honores et leur transmission constante relève donc d’un idéal aristocratique plutôt que de la réalité. Le monopole absolu de la nobilitas sur les honores apparaît, ici encore, comme un fantasme.

3.3. Dépasser l’honos des ancêtres

  • 90 Sur l’importance de cette augmentation du prestige ancestral, Rech, Mos maiorum, p. 29. Le rapport (...)
  • 91 Develin, The Practice of Politics at Rome, 366-167 B. C., p. 203 : « The ethos of aristocracy dema (...)
  • 92 Sur ce texte et l’identification du défunt concerné, voir p. 605 sqq.

48Les modes de pensée aristocratiques n’en continuent pas moins à se caractériser par l’importance accordée à la reproduction des honores à chaque génération. Et il apparaît même parfois que l’honos est un véritable terrain d’émulation avec les ancêtres : il est essentiel d’imiter les honneurs des ascendants et il est encore plus prestigieux de les dépasser. Le capital symbolique doit être préservé mais aussi, si possible, augmenté au fil du temps90. L’individu n’entretient donc pas seulement avec ses ancêtres une relation d’imitation mais aussi d’émulation91. Il y a une compétition pour l’excellence à l’intérieur même de la gens, dans la diachronie, et non seulement entre les grandes familles, dans la synchronie. C’est une source de fierté que d’avoir égalé ou, mieux, dépassé ses ascendants, comme on le voit dans une autre épitaphe du tombeau des Scipions92 :

Quei apice insigne Dial[is fl]aminis gesistei,
mors perfe[cit] tua ut essent omnia
breuia, honos, fama, uirtusque,
gloria atque ingenium, quibus sei
in longa licu[i]set tibi utier uita,
facile facteis superases gloriam
maiorum. Qua re lubens tua in gremiu,
Scipio, rec[i]pit Terra, Publi,
prognatum Publio Corneli.

« Toi qui as porté l’apex, insigne du flamine de Jupiter,
La mort a mis un terme prématuré à toutes tes qualités :
Honneur, réputation et valeur,
gloire et talent, s’il t’avait été permis
d’en jouir au cours d’une longue vie,
tu aurais facilement surpassé par tes actes la gloire
de tes ancêtres. C’est pourquoi la Terre te reçoit volontiers en son sein,
Publius Cornelius Scipion,
fils de Publius Cornelius. »
(CIL I2, 10 = ILLRP 311).

49L’honos, la considération, apparaît comme l’un des domaines dans lesquels s’exerce l’émulation avec les ancêtres : c’est en l’utilisant (utier) que l’on peut dépasser les ancêtres. Scipion aurait pu surpasser (superare) la gloire de ses ancêtres s’il n’était pas mort trop tôt. Chaque génération doit augmenter les exploits, la gloria et l’honos de la famille. Un passage de Tite Live fait état, à propos d’une autre gens aristocratique célèbre, celle des Fabii, de l’existence d’une même idéologie de l’émulation gentilice par les honneurs. Au moment du récit de la mort de Fabius Maximus, l’historien écrit, dans un style proche de celui des elogia Scipionum et peut-être influencé par le texte de l’éloge funèbre réel adressé au défunt,

Superauit paternos honores, auitos aequauit. Pluribus uictoriis et maioribus proeliis auus insignis Rullus; sed omnia aequare unus hostis Hannibal potest.

« Il surpassa les honneurs de son père et égala ceux de son grand-père. Son ancêtre Rullus était remarquable par ses nombreuses victoires et les combats plus importants qu’il avait menés ; mais d’avoir eu Hannibal lui seul comme ennemi suffit à égaler toutes ses actions. »
(Liv. XXX, 26, 8).

50Fabius Maximus Cunctator a réussi à dépasser (superauit) les trois consulats exercés par son père et à égaler (aequauit) les cinq consulats de son grand-père, ce qui apparaît comme un titre de gloire. L’honos se situe donc au cœur d’une dynamique d’amplification constante. La gestion de l’honneur fait intervenir ici encore une forme d’antagonisme, quoiqu’il ne soit pas hostile ni destructeur, entre l’individu et le groupe familial.

Conclusion

51Au terme de cette étude du rapport de l’individu à l’honos, différentes stratégies pour obtenir et conserver l’honneur apparaissent. L’honneur fait en premier lieu l’objet d’une recherche assidue qui témoigne de sa valeur dans les mentalités. Elle prend la forme d’une véritable conquête car elle implique de lutter avec d’autres individus pour pouvoir atteindre des marques d’honneur et un prestige qui ne sont pas disponibles pour tous. En second lieu, une fois obtenu, l’honos doit être préservé. Il possède en effet une réelle vulnérabilité et ne saurait être acquis une fois pour toutes. Cette fragilité impose à son détenteur de suivre une conduite exemplaire pour ne pas le mettre en péril. Elle le contraint également à protéger son honos des atteintes venues de l’extérieur, pratiques populaires infamantes, condamnations en justice ou blâme infligé par les censeurs. Enfin, il est essentiel de transmettre l’honneur reçu. Mais devant l’impossibilité d’hériter directement de l’honos, les descendants de l’homme de prestige se doivent d’obtenir à leur tour des honores afin de préserver le prestige de la famille dans le temps et, éventuellement, l’augmenter ; ils s’efforcent pour cela d’imiter leurs ancêtres, voire de les dépasser, notamment en accumulant par strates successives les marques d’honneur. L’honos nous apparaît donc ici encore comme un capital car il doit être acquis, entretenu et accru. Et sa bonne gestion est un des facteurs de la bonne reproduction sociale des élites.

52En dernière analyse, trois aspects de l’attitude des Romains vis-à-vis de l’honos doivent être soulignés. Leur rapport à l’honneur s’inscrit, d’abord, dans la temporalité : sa recherche prend du temps, et une fois acquis il importe de le faire durer puis de le transmettre dans sa famille. Ensuite, la relation à l’honneur apparaît, à chaque stade, comme un désir puissant : la conquête de l’honos est sous-tendue par une vigoureuse envie de l’atteindre, sa conservation provoque une réelle anxiété et la nécessité de sa transmission exerce une grande pression sur les descendants des familles prestigieuses. Enfin, les stratégies de gestion de l’honos donnent fréquemment naissance à des antagonismes qui créent une dynamique : la conquête de l’honneur est perçue comme un certamen honoris, sa préservation impose de se protéger des attaques d’autrui et sa transmission donne lieu à une émulation avec les ascendants.

Notes

1 Bourdieu, Raisons pratiques, p. 191.

2 L’importance du « prestige seeking » dans les sociétés où l’honneur est valorisé a été mise en valeur par Goode, The Celebration of Heroes, qui a analysé la manière dont les individus calculent la conduite à adopter pour obtenir le plus de distinction possible. Pour une lecture critique de cette analyse sociologique, voir Hatch, « Theories of Social Honor », p. 346 sqq.

3 Voir p. 403 sqq.

4 Sur cette définition, voir p. 403.

5 Sur les lieux de l’éloge et la topique encomiastique, voir Pernot, La Rhétorique de l’éloge, p. 129-131 ainsi que Pernot, « Lieu et lieu commun dans la rhétorique antique ».

6 Sur la nature consensuelle des qualités louées dans l’éloge et la fonction parénétique de ce genre oratoire, Pernot, La Rhétorique de l’éloge, p. 718-720.

7 Cic. Pis. 57

8 Sur cet éloge funèbre, voir Vollmer, Laudationum funebrium Romanorum historia ; Kierdorf, Laudatio funebris, p. 10-21 et Earl, Tradition, p. 21-27. Selon ce dernier, « the earliest expression of the aristocratic ideal is well summarized in the eulogy that Q. Metellus delivered at the funeral of his father » (p. 24).

9 MRR, p. 213 et 216.

10 Sur l’évolution de la notion de sapientia, voir Garbarino, « Evoluzione semantica dei termini sapiens e sapientia nei secoli III e II a. C. » et U. Klima, Untersuchungen zu dem Begriff Sapientia von der republikanischen Zeit bis Tacitus, Bonn, R. Habelt, 1971.

11 Cicéron rapporte que les maiores qualifiaient de sapientes des gens comme C. Fabricius, M. Dentatus et Tib. Coruncanius (Cic. Lael. 18). Le terme sapientes n’a donc pas ici, comme le veut Kierdorf, Laudatio funebris (p. 12), le sens de nobiles qui n’est jamais attesté ailleurs (voir les remarques de Garbarino, « Evoluzione semantica dei termini sapiens e sapientia nei secoli III e II a. C. », p. 259, n. 2).

12 Voir notre étude détaillée de ces textes au chapitre 14. Ces inscriptions mettent particulièrement en valeur la notion d’honos : c’est le premier des biens mentionnés dans le texte CIL I2, 10. Le terme d’honos apparaît trois fois, avec des sens différents, dans le texte CIL I2, 11. C’est le dernier mot de l’inscription CIL I2, 15.

13 Sur cette définition, voir supra p. 294-295.

14 Hölkeskamp, Die Entstehung der Nobilität, p. 204-205.

15 Ibid., p. 210 sqq. ; Blösel, « Von der Familientradition zum Nobilitätsethos », p. 46-53, montre que le mos maiorum dans son ensemble est une éthique de la nobilitas.

16 Nicolet, L’Ordre équestre, vol. 1, p. 700.

17 Sur ce refus d’Atticus, voir Y. Benferhat, Ciues Epicurei. Les Épicuriens et l’idée de monarchie à Rome et en Italie de Sylla à Octave, Bruxelles, Latomus, 2005, p. 121-123. Atticus est le plus célèbre mais on connaît bien aussi le cas de L. Oppius et de Q. Sextius Niger (Nicolet, L’Ordre équestre, vol. 1, p. 706-707). Voir aussi dans notre chapitre 16 la situation de Lucilius.

18 Ibid., vol. 1, p. 704.

19 Ibid., vol. 1, p. 701.

20 Malgré la fiction qui situe le lieu de l’action dans le monde grec, plusieurs traits bien romains sont observables dans ces pièces (voir infra p. 547 sqq.).

21 Pl. Pers. 838-839.

22 Voir aussi Rhet. Her. III, 5 où le désir d’honos est à nouveau utilisé à titre d’exemple pour illustrer les loci relatifs à la modération : critiquer les nimias libidines honoris, les « désirs d’honneur excessifs » est une des façons d’utiliser ces lieux.

23 Cic. Planc. 60.

24 Voir aussi Cic. Balb. 19 sur l’honos donnant naissance à l’inuidia.

25 Lucr. DRN V, 1123-1126.

26 L’image du certamen honoris réapparaît en Cic. Off. I, 38 et en Lael. 34.

27 Cic. Mur. 8.

28 Von Hesberg, Römische Grabbauten, p. 26-37.

29 Sur la culture de la compétition en politique, Wiseman, « Competition and Co-operation » et Hölkeskamp, Reconstruire une République, p. 81.

30 Voir sur ce point Wiseman, « Competition and Co-operation », p. 12. La compétition à laquelle donne lieu l’honos n’apparaît pas cependant comme une fin en soi : c’est bien le prestige et les honneurs qui sont l’essentiel. Pour une approche différente de la recherche du prestige où la lutte a en elle-même une valeur essentielle, voir J. Huizinga, Homo ludens : essai sur la fonction sociale du jeu, Paris, Gallimard, 1951 et la lecture critique qu’en fait Hatch, « Theories of Social Honor », p. 350-351.

31 Cic. Planc. 50. Sur l’ambitus et les manœuvres frauduleuses destinées à attirer le vote des électeurs, voir L. Fascione, Crimen e quaestio ambitus nell’età repubblicana, Milan, A. Giuffrè, 1984 ; J. Linderski, « Buying the Vote. Electoral Corruption in the Late Republic », AncW, 11, 1985, p. 87-94 ; E. Deniaux, « De l’ambitio à l’ambitus : les lieux de la propagande et de la corruption électorale à la fin de la République », in Gros, P. et Nicolet, C. (éds.), L’Vrbs. Espace urbain et histoire, Rome, E.F.R., 1987, p. 279-304 ; A. Lintott, « Electoral Bribery in the Roman Republic », JRS, 80, 1990, p. 1-16.

32 Cic. Off. I, 26.

33 Sall. Cat. 30, 4. Voir le commentaire sur ce passage de K. Vretska (éd.), Sallust. De Catilinae coniuratione, Heidelberg, C. Winter, 1976. Pompée pouvait empêcher ces deux généraux de triompher car ils se trouvaient sous ses ordres en vertu de la lex Manilia et de la lex Gabinia.

34 Voir par exemple Liv. XXXIII, 22, 2-6 et Liv. XXXVIII, 47, 2.

35 Sall. Iug. 73, 6. Sur la place que Salluste assigne à l’honos dans la naissance des troubles civils, voir infra p. 733-736.

36 R. Syme, La Révolution romaine, Paris, Gallimard, 1967, p. 25 : « La vie politique de la République romaine reçut l’empreinte et l’impulsion, non pas de partis et de programmes d’un caractère moderne et parlementaire, non pas de l’opposition prétendue entre le Sénat et le Peuple, optimates et populares, nobiles et novi homines, mais de la lutte pour le pouvoir, la richesse et la gloire. »

37 Elle a été, à l’issue de la guerre, privée de son territoire et de ses droits politiques par Rome ; elle était administrée directement par un préteur romain. Sur la reddition de la ville en 211, Liv. XXVI, 6.

38 « Cicéron résume la vie de Capoue par un otium indolent et amorphe, et ramène la tranquillité publique à une somme de paresses individuelles » (J.-M. André, L’Otium dans la vie morale et intellectuelle romaine des origines à l’époque augustéenne, Paris, P.U.F., 1966, p. 244).

39 Hölkeskamp, Reconstruire une République, p. 87-90.

40 Sur l’antonymie de ces deux termes, voir p. 55.

41 Voir Losada-Goya, L’Honneur au théâtre ; Lepoutre, Cœur de banlieue. Codes, rites et langages, p. 380 ; Nassiet, La Violence, une histoire sociale, p. 133 sqq. Sur la dialectique du défi et de la riposte au cœur de l’honneur, voir Bourdieu, Trois études, p. 29-32. Sur la nécessité de répondre aux attaques visant l’honneur, voir Stewart, Honor, p. 64 sqq.

42 Sur les réactions à l’iniuria et à la contumelia, Lendon, Empire of Honour, p. 50 sqq.

43 DC. XXXVI, 440 et Val. Max. V, 4, 4. Voir RE II, 2, col. 2489, s. v. Aurelius Cotta (no 107).

44 Sur le lien entre violence et honneur à cette époque, voir, entre autres, Nassiet, La Violence, une histoire sociale.

45 Sur le déshonneur lavé par le sang, voir Barton, « Savage Miracles : the Redemption of Lost Honor in Roman Society and the Sacrament of the Gladiator and the Martyr ».

46 Liv. I, 48 et III, 48.

47 Nassiet, La Violence, une histoire sociale souligne de même qu’il y a au XVIe siècle une échelle de la dignité mais pas de l’honneur qui est soit présent soit absent : « la moindre atteinte suffisait à le faire perdre » (p. 181).

48 Même parallèle dans le Pro Quinctio où Cicéron évoque le zèle extraordinaire avec lequel des hommes puissants soutiennent Naevius, l’accusateur de son client, quasi sua res aut honos agatur, « comme s’il s’agissait de leur fortune ou de leur honneur » (Cic. Quinct. 9).

49 Sur le code de conduite imposé par l’honos, voir p. 383-385. Nous aurons l’occasion de revenir plus en détails sur le contenu et le fonctionnement du code de l’honneur à Rome dans le chapitre 10.

50 Pl. Bac. 64.

51 L’infamia n’est pas à l’origine une institution légale et judiciaire mais un moyen populaire de faire respecter le mos maiorum (Pommeray, Études sur l’infamie en droit romain, p. 11 sqq.).

52 Sur ces pratiques d’infamie romaines voir, pour une approche générale, H. Usener, « Italische Volksjustiz », RhM, 56, 1901, p. 2-28 ; P. Veyne, La Société romaine, Paris, Seuil, 1991, p. 58 sqq. ; Ruelle, « Le citoyen face aux pratiques collectives de la honte à Rome : le droit et les dieux, ou deux poids, deux mesures » et les analyses sur la « popular justice » de Lintott (A. Lintott, Violence in Republican Rome, Oxford, Oxford University Press, 1999, p. 8 sqq.) et de Nippel (Nippel, Public Order in Ancient Rome, p. 39-46). Ces pratiques existent dans de nombreuses autres cultures ; voir par exemple le vito andalou étudié par Pitt-Rivers qui sert à donner une publicité tapageuse à une faute morale (Pitt-Rivers, Anthropologie de l’honneur, p. 53).

53 Voir par exemple le libelle injurieux visant les sénateurs créés par César (Suet. Caes. 80). Sur ces pratiques de diffamation, voir l’ensemble du Digeste XLVII, 10 De iniuriis et famosis libellis. Voir aussi A. D. Manfredini, La diffamazione verbale nel diritto romano, Milan, A. Giuffrè, 1979 ainsi que M. Ducos, « Le droit romain et la polémique », in Declercq, G., Murat, M. et Dangel, J. (éds.), La Parole polémique, Paris, H. Champion, 2003, p. 283-296.

54 Cic. Rep. IV, 12 ; Hor. Sat. II, 1, 82-83. Voir G. Comerci, « Carmen, occentatio ed altre voci magico-diffamatorie delle XII Tavole a Cicerone », BStudLat, 7, 1977, p. 287-306 et Ducos, « Le droit romain et la polémique ». Des édits prétoriens ont également sanctionné la diffamation : voir notamment les édits De conuicio, De adtemptata pudicitia et Ne quid infamandi causa fiat (O. Lenel, Essai de reconstitution de l’édit perpétuel, Paris, L. Larose, 1901, § 191, 192 et 193 ; Pommeray, Études sur l’infamie en droit romain, p. 114 sqq. ; D. Daube, « Ne quid infamandi causa fiat. The Roman Law of Defamation », in Moschetti, G. (éd.), Atti del congresso internazionale di diritto romano e di storia del diritto, Milan, 1951, p. 411-450 ; E. Pólay, « Der Schutz der Ehre und des guten Rufes im römischen Recht », ZRG, 106, 1989, p. 502-534). Selon Ulpien, l’iniuria, qui désigne dans un sens général quod non iure fit, peut aussi, dans un sens précis, renvoyer à la contumelia punie par la loi ; elle concerne tantôt le corps tantôt la dignitas et l’infamia (Dig. XLVII, 10, 1, pr. et 2). Une action pour injure fut par exemple intentée contre un mime qui avait insulté Accius et une autre contre un acteur qui s’en était pris au poète Lucilius (Rhet. Her. I, 24 et II, 19). Sur cet aspect de l’iniuria, voir F. Raber, Grundlagen klassischer Injurienansprüche, Vienne, Böhlau, 1969 ; A. D. Manfredini, Contributi allo studio della iniuria in età repubblicana, Milan, A. Giuffrè, 1977 et E. Pólay, Iniuria Types in Roman Law, Budapest, Akademiai Kiadó, 1985.

55 Occentatio : Pl. Pers. 569 ; Cic. Rep. IV, frg. 11 ; voir G. Lepointe, « L’occentatio de la loi des XII Tables d’après saint Augustin et Cicéron », RIDA, 2, 1955, p. 287-302 et Ducos, « Le droit romain et la polémique », p. 285 sqq. Conuicium : Dig. XLVII, 10, 15, 4 et 5 ; voir A. Ruelle, « L’anathème en chantant. Scandale, fascinatio et fatalité », in Klimis, S. et Van Eynde, L. (éds.), Littérature et savoir(s), Bruxelles, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, 2002, p. 127-173, notamment p. 132-135. Ulpien note que seul le conuicium dirigé contre les bonos mores et provoquant l’infamia est illicite. Pour Festus, le conuicium est la forme moderne de l’occentatio (Fest. 190, 32). Le sens du conuicium s’est progressivement élargi pour désigner l’insulte et les comportements sanctionnés par l’actio iniuriarum (Cic. Cael. 6 ; Gai. Inst. III, 220).

56 Fest. 262, 19 = XII Tables, II, 3 (FIRA). Voir J. A. Arias Bonet, « Prueba testifical y obvagulatio en el antico diritto romano », Studi in onore di Pietro di Francisci, I, Milan, 1956, p. 283-301 ; G. MacCormack, « Witnesses in the Law of the Twelve Tables », BIDR, 76, 1973, p. 225-243.

57 Autres occurrences : Pl. Epid. 516 ; Curc. 198. Sur ce sens, Usener, « Italische Volksjustiz », p. 9 ; DELL, p. 238 s. v. flagito et Thomas, Déshonneur et honte, p. 181-185. Le terme est formé sur le fréquentatif-intensif flagito, qui se ramène à la racine *flag- « faire du bruit », de *bhlāg-, ce qui implique l’idée d’une réclamation tapageuse.

58 Cic. Sest. 106. Sur les manifestations populaires au théâtre, voir Nicolet, Métier, p. 482 sqq.

59 Cic. Fam. VIII, 2, 1.

60 Cic. Sest. 121.

61 Cic. Rosc. Amer. 113 ; Clu. 119.

62 Sur le risque d’infamie lié au procès, voir Pommeray, Études sur l’infamie en droit romain, p. 52 sqq. et 106 sqq. et J. M. Kelly, Studies in the Civil Judicature of the Roman Republic, Oxford, Clarendon Press, 1976, p. 96 sqq.

63 Cic. Quinct. 8 ; 26 ; 27 ; 33. Cf. Cic. Caecin. 7 où le procès est un existimationis periculum.

64 Cic. Quinct. 46. Voir aussi Cic. Rab. Perd. 27 où la condamnation pour perduellio est une ignominia. Sur la perte irréversible de l’honneur impliquée par dedecus, Thomas, Déshonneur et honte, p. 26. Le procès met aussi en péril l’honos en permettant à l’accusation de tenir un discours très défavorable à l’endroit de l’accusé et parfois insultant, la reprehensio uitae (Cic. Mur. 11 ; Kelly, Studies in the Civil Judicature of the Roman Republic, p. 98-99).

65 Cic. Rosc. Amer. 113 et Clu. 104.

66 Sur les opérations du census, voir Nicolet, Métier, p. 71-121.

67 Sur l’examen des mœurs pratiqué par les censeurs, voir Pieri, L’Histoire du cens, p. 100 sqq. et Nicolet, Métier, p. 103 sqq. Sur le regimen morum des censeurs en général, voir aussi A. E. Astin, « Regimen morum », JRS, 78, 1988, p. 14-34 et Baltrusch, Regimen morum, p. 12-29.

68 Sur les causes de sanction censoriale, voir la liste établie par Mommsen, DPR, vol. 4, p. 55-60 et Pieri, L’Histoire du cens, p. 99.

69 Nicolet, Métier, p. 114-118.

70 Nicolet, L’Ordre équestre, p. 69-101.

71 Parce que, selon Cic. Rep. IV, 7, frg. 5, cette sanction frappe le nomen. Voir Pommeray, Études sur l’infamie en droit romain, p. 26-32 qui distingue l’infamia de source populaire et l’ignominia censoriale, ainsi que Ducos, Les Romains et la loi, p. 385. Sur le rapport entre nomen et ignominia, Thomas, Déshonneur et honte, p. 303.

72 Cic. Rep. IV, 13, frg. 1.

73 Sur l’affaiblissement des effets de l’ignominia censoriale à la fin de la République, Pommeray, Études sur l’infamie en droit romain, p. 35-36.

74 Sur cette notion, voir P. Bourdieu et J.-C. Passeron, La Reproduction. Éléments pour une théorie du système d’enseignement, Paris, Minuit, 1970.

75 Cic. Verr. II, IV, 79.

76 Supra p. 302-304.

77 Supra p. 204-206.

78 Sur la commendatio maiorum, voir p. 365.

79 Pl. Trin. 645-646 ; Cic. Brut. 281.

80 Cic. Mur. 11 ; RRC 326, 1 et 402.

81 CIL I2, 15 = ILLRP 316.

82 Voir Earl, Tradition, p. 27 : « The noble who refused to take his proper place in public life disgraced not merely himself but his whole family and not only those members who were alive but his ancestors who had won glory and his posterity who would receive from him a diminished prestige. »

83 Supra p. 276 sqq.

84 facta patris petiei (CIL I2, 15, l. 4).

85 Sur la pression s’exerçant sur les descendants de l’aristocratie romaine, Flower, Ancestor Masks, p. 62.

86 Pol. XXXI, 23, 12. Voir Hölkeskamp, Die Entstehung der Nobilität, p. 206 et 211 sqq.

87 Maiorum optenui laudem, ut sibei me esse creatum (CIL I2, 15, l. 5).

88 Develin, Patterns in Office-Holding 366-49 B. C, p. 99.

89 Plus de cinquante ans pour les Fabii, entre la fin de la deuxième guerre punique et 145 (Hölkeskamp, Reconstruire une République, p. 76-77).

90 Sur l’importance de cette augmentation du prestige ancestral, Rech, Mos maiorum, p. 29. Le rapport à l’honos des ancêtres est ainsi proche de celui à la gloria maiorum qui est conçue comme un bien à égaler ou à dépasser (Thomas, « Gloria maiorum », p. 137-138).

91 Develin, The Practice of Politics at Rome, 366-167 B. C., p. 203 : « The ethos of aristocracy demanded that individuals of established family uphold and, if possible, advance the family’s standing by achievement. »

92 Sur ce texte et l’identification du défunt concerné, voir p. 605 sqq.

© Publications de l’École française de Rome, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access