Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Question d'honneur

 | 
Mathieu Jacotot

Deuxième partie. La pratique : fonctionnements et usages

Chapitre 8. Les fonctions de l’honneur

Texte intégral

Introduction

1L’analyse précédente a mis au jour les avantages et les contraintes apportés par l’honos mais il nous faut pousser l’analyse au-delà. On peut en effet supposer que ces effets de l’honos sont utilisés à dessein par le donateur pour parvenir à certaines fins : avantages et contraintes sont des conséquences de l’honos mais peuvent aussi devenir à leur tour des instruments, dotés de fonctions sociales qui dépassent le cadre de la relation individuelle d’honneur. Il faut donc prendre en compte, au-delà des effets localisés de l’honneur, ses fonctions à l’échelle de la collectivité, fonctions peut-être moins explicites mais essentielles. Comment les processus de symbolisation et de rétribution au cœur de l’honneur contribuent-ils au fonctionnement de la cité et de la vie sociale ? Nous avons choisi de porter notre attention sur les trois fonctions les plus importantes de l’honos. La première est de nature morale : l’honos est utilisé pour régler le comportement des individus. C’est la fonction prépondérante et c’est donc elle qui retiendra le plus notre attention. La seconde est de nature sociale : l’honos sert à structurer la société. La troisième est politique au sens large du terme : l’honos permet à celui qui l’octroie de gagner du pouvoir dans la cité.

1. Régler les comportements

2Dans la représentation que s’en font les Romains, l’honos apparaît comme un moyen utilisé par les instances qui le confèrent pour régler le comportement des individus, de ceux qui le reçoivent et de la collectivité dans son ensemble qui, en tant que témoin, est également concernée par l’honneur. La capacité de l’honneur à régler les mœurs s’exerce de deux manières complémentaires qui seront examinées successivement : l’honos sert à la fois de guide de conduite pratique et d’instrument de définition axiologique. D’une part, il amène celui qui le reçoit et son entourage à s’adonner préférentiellement à certaines activités en exerçant une influence directe sur le comportement, notamment au moyen de la rétribution qu’il procure (fonction liée au paradigme économique). D’autre part, il sert à définir les valeurs et les normes de conduite et exerce ainsi une influence indirecte en agissant sur les représentations et en délivrant des signes (fonction liée au paradigme symbolique). L’honos règle ainsi les attitudes au niveau pratique et au niveau idéologique, en orientant l’action et les représentations morales.

1.1. L’orientation pratique des conduites

3L’honos permet en premier lieu d’orienter de façon pratique et directe l’action des individus. Octroyer une marque d’honneur et donner du prestige à quelqu’un est un moyen d’amener, sans coercition, à accomplir certaines actions.

1.1.1. « Honos alit artes » : stimuler des pratiques

4Dans le proœmium de la première Tusculane, Cicéron concède que, dans le domaine des arts, les Grecs l’emportaient jadis sur les Romains car la pratique artistique n’a été introduite que tardivement à Rome. Ce fut le cas de la poésie :

Quo minus igitur honoris erat poetis, eo minora studia fuerunt, nec tamen si qui magnis ingeniis in eo genere extiterunt, non satis Graecorum gloriae responderunt. An censemus, si Fabio, nobilissimo homini, laudi datum esset quod pingeret, non multos etiam apud nos futuros Polyclitos et Parrhasios fuisse? Honos alit artes, omnesque incenduntur ad studia gloria, iacentque ea semper, quae apud quosque improbantur.

« Donc, moins la poésie était à l’honneur, moins on s’y consacrait, mais tous ceux qui montrèrent un grand talent pour cette pratique, ne manquèrent pas d’égaler la gloire des Grecs. Pensons-nous par hasard que si ses talents de peintre avaient valu à Fabius, cet homme extrêmement noble, des éloges, nous n’aurions pas été entourés de nombreux Polyclète et Parrhasius ? L’honneur nourrit les arts, et la gloire enflamme tous les esprits pour les études, et, chez tous les peuples, ce qui ne reçoit pas l’approbation gît à terre. »
(Cic. Tusc. I, 3-4).

  • 1 Enn. Ann. frg. inc. 113 Skutsch. Sur ce fragment, voir G. Mazzoli, « Il frammento enniano Laus ali (...)

5Le nombre réduit d’honneurs adressés à la poésie autrefois a eu un effet négatif sur la pratique de cet art : peu de gens s’y sont adonnés. De même, Fabius Pictor n’a pas reçu d’éloges, honores verbaux, pour son œuvre picturale et par conséquent peu de Romains l’ont suivi dans cette voie et Rome n’a pas excellé en ce domaine. L’honos, déclare Cicéron, alit artes, est l’« aliment » des arts, il les nourrit et leur permet de se développer. Il cite ici librement un passage des Annales d’Ennius, que nous ne connaissons que de manière fragmentaire : laus alit artis, « l’éloge nourrit les arts »1. L’hommage détermine le développement de certaines activités et notamment des pratiques culturelles. La rétribution qu’est la marque d’honneur encourage la collectivité à reproduire l’action honorée. Les bienfaits associés à l’honos rendent en effet son obtention enviable et encouragent à s’adonner aux pratiques récompensées. C’est la raison pour laquelle Caton regrette que la poésie jouisse à son époque de l’honos et ne soit plus méprisée, comme c’était autrefois le cas :

Poeticae artis honos non erat: siquis in ea re studebat aut sese ad conuiuia adplicabat, grassator uocabatur.

« La pratique de la poésie n’était pas en honneur : si quelqu’un s’y consacrait ou s’attachait aux banquets, ils l’appelaient traînard. »
(Cat. Carmen frg. 2 Sblendorio-Cugusi).

  • 2 La volonté de ne pas octroyer trop d’honos à la poésie n’a pas disparu avec Caton. On voit indirec (...)

6Le passage est issu du Carmen de moribus qui semble avoir été un recueil de préceptes moraux à visée didactique. Il confirme les dires de Cicéron sur le peu d’intérêt suscité autrefois par la poésie. Caton déplore que la poésie soit à l’honneur car cela en fait une activité attractive, drainant le studium de ses contemporains et les détournant des activités sérieuses et utiles à la république, comme l’exercice physique ou la présence sur le forum2. L’honos a ainsi pour fonction d’orienter la conduite des individus vers certaines pratiques.

  • 3 Cic. Phil. V, 4.
  • 4 Sur la place de l’honestum dans la Rhétorique à Herennius, voir le chapitre 17.

7Reste à savoir comment il y parvient. Il faut pour cela opérer une distinction entre la fonction de l’honos pour celui qui le reçoit et pour celui qui en est seulement le témoin. Celui qui reçoit une marque d’honneur se voit confirmé dans sa conduite : l’honos agit à la manière d’un stimulant qui l’incite à poursuivre dans le même sens. Les honneurs votés par le sénat aux légions opposées à Antoine sont un excellent moyen de confirmare animos, « d’affermir leurs dispositions » contre ce dernier et de ne pas debilitare uirtutem, « affaiblir leur courage »3. L’honos a pour fonction de rétribuer une action jugée positive et, par là-même, de la prolonger en consolidant les intentions de son auteur. Un passage de la Rhétorique à Herennius donne une présentation plus formalisée de cette fonction de la marque d’honneur à propos des discours délibératifs. L’une des « fins » du genre délibératif, ce dont l’orateur doit convaincre l’auditoire, est l’honestum, qui se subdivise en rectum et en laudabile : l’orateur doit souligner le caractère honnête de la décision en faveur de laquelle il se prononce en montrant qu’elle est droite et louable4. La dimension louable d’une conduite ne suffit pas en soi à la faire accepter mais accroît le prix que lui donne sa rectitude :

Neque enim solum laudis causa rectum sequi conuenit, sed si laus consequitur, duplicatur recti adpetendi uoluntas.

« Et il ne convient pas en effet d’agir avec rectitude pour mériter des éloges, mais si ceux-ci viennent de surcroît, la volonté d’atteindre la rectitude est doublée. »
(Rhet. Her. III, 7 ; trad. Achard).

  • 5 Sur la fonction du prestige comme moyen de pousser un individu à se surpasser, voir Goode, The Cel (...)
  • 6 Varr. RR I, 17, 6-7.

8L’action droite vaut par elle-même, mais les honores verbaux que sont les éloges permettent de renforcer la uoluntas qui mène à agir droitement. La marque d’honneur stimule donc la conduite de celui qui la reçoit en agissant sur sa uoluntas5. Le donateur de l’honos peut de la sorte orienter en sa faveur le comportement de celui qu’il honore. Varron indique ainsi, lors de ses recommandations sur la façon de traiter les esclaves, qu’on doit accorder de l’honos aux ouvriers agricoles les plus importants pour « se concilier leur bonne volonté » (inliciendam uoluntatem), et les rendre « plus attachés à travailler » (studiores ad opus)6. L’honos est présenté à nouveau comme un moyen d’agir sur la uoluntas de la personne honorée et d’orienter son studium d’une manière utile à l’auteur de l’honos. Ce dernier emploie donc à son profit la fonction stimulante de l’honos.

  • 7 W. J. Goode a analysé la manière dont, aux États-Unis, les individus modifient régulièrement leur (...)
  • 8 Plin. NH XXXV, 2, 7.
  • 9 Cat. frg I, 18 ORF. Selon Marmorale, Caton essaie avec un certain opportunisme de se concilier les(...)
  • 10 Caes. BG VII, 27, 2. Il s’agit sans doute de coronae murales. Voir aussi BG III, 26, 1 où Crassus (...)
  • 11 Liv. IV, 35, 7-9 (discours attribué aux tribuns de la plèbe en 424).

9Cette fonction de l’honneur concerne un cercle plus large que celui des personnes honorées. La collectivité, on l’a vu, est témoin de l’honos et, à ce titre, peut indirectement être la cible des fonctions qu’il remplit. L’honneur joue, pour l’entourage, un rôle protreptique : il incite ceux qui n’ont pas encore adopté les conduites qui valent de l’honos à se tourner vers elles7. Les avantages visibles apportés par l’honneur amènent ceux qui en sont les témoins à désirer en bénéficier à leur tour et désignent les conduites à la racine de l’honos comme le moyen d’obtenir ces avantages. Les portraits peints honorifiques des ancêtres prestigieux dans les atriums des maisons aristocratiques incitent les occupants suivants à bien se conduire : ces peintures servent, pour reprendre le terme de Pline l’Ancien, de stimulatio8. Si Caton évoque, dans sa contio adressée aux chevaliers avant le combat à Numance, les honores octroyés aux soldats valeureux, c’est pour que cette remémoration des honneurs donnés à la vaillance excite leur courage pour le combat à venir9. Les récompenses que promet César avant l’assaut contre Avaricum aux soldats qui seront les premiers à escalader le rempart ont de même pour fonction de les inciter à la bravoure10. Comme le résume bien une phrase de Tite Live, « les grands honneurs font les grandes âmes »11. L’honos parvient à diriger efficacement le comportement parce qu’il rétribue la valeur, selon un paradigme économique : les individus voient que les efforts sont compensés par l’honos et qu’il vaut la peine de se faire créancier d’une communauté qui sait acquitter ses dettes.

10Cette fonction d’« aliment » remplie par l’honos explique l’importance du phénomène à l’échelle de la cité entière. Puisque l’honneur guide la conduite des individus, il est crucial pour les autorités de prendre en main l’octroi des marques d’honneur et de choisir avec discernement les personnes et les mérites récompensés. Il y a de ce fait un authentique usage politique de l’honos. C’est ce que nous apprend Cicéron dans le De natura deorum, où il opère un retour réflexif sur l’usage des marques d’honneur :

Atque in plerisque ciuitatibus intellegi potest augendae uirtutis gratia, quo libentius rei publicae causa periculum adiret optimus quisque, uirorum fortium memoriam honore deorum immortalium consecratam. Ob eam enim ipsam causam Erectheus Athenis filiaeque eius in numero deorum sunt, itemque Leo natarum est delubrum Athenis, quod Λεωκόριον nominatur.

« Et dans la plupart des cités on peut voir que, pour stimuler la vertu et encourager les meilleurs citoyens à affronter plus volontiers les dangers dans l’intérêt de l’État, le souvenir des hommes courageux a été consacré par l’octroi d’honneurs réservés aux dieux immortels. C’est pour cette même raison qu’à Athènes Érechtée et ses filles sont au nombre des dieux, et que, dans la même ville, il y a un sanctuaire des filles de Leos, appelé Léocorion. »
(Cic. ND III, 50).

  • 12 Veyne, Le Pain et le cirque, p. 273 : « en acclamant un évergète, le peuple encourage et même cont (...)
  • 13 Les Encyclopédistes faisaient une analyse assez similaire du rôle de l’honneur à l’échelle de la s (...)
  • 14 Sur ce rôle positif du désir d’honos, voir p. 462 de Drexler, « Honos ». Pour un exemple de l’hono (...)

11L’octroi d’honneurs exceptionnels, de nature divine, obéit à une stratégie de gouvernement de la part des instances supérieures de nombreuses cités (in plerisque ciuitatibus). La construction de sanctuaires, qui fait l’objet d’une décision publique, préserve la memoria des individus honorés, effet de l’honos déjà observé. Mais Cicéron remarque surtout que ces honneurs publics sont là augendae uirtutis gratia, « pour stimuler la vertu » : leur fonction est morale et vise l’ensemble des citoyens. C’est la cité elle-même qui prend en charge ces honores pour orienter le comportement de ses membres rei publicae causa, « dans l’intérêt de l’État ». L’État dépense pour honorer certains citoyens mais cette dépense est un investissement avisé car elle finit par lui être bénéfique : par l’honos, l’État incite au courage pour pouvoir renforcer sa sécurité. Sur un autre terrain, il honore les évergètes pour perpétuer l’investissement des particuliers dans la cité12. L’honos est le moyen pour une société de promouvoir ce qui paraît utile à son fonctionnement et à sa pérennité13. Il assure en outre le perfectionnement des citoyens dans les pratiques qui sont mises à l’honneur par l’émulation qu’il suscite entre eux : le désir d’honos, s’il peut avoir des conséquences néfastes, est aussi un facteur d’excellence14.

1.1.2. Contrôler le corps social

  • 15 Il renforce ainsi le rôle des lois dont l’une des fonctions est de maintenir la concorde dans la c (...)
  • 16 Voir notamment W. Nippel, Public Order in Ancient Rome, Cambridge, Cambridge University Press, 199 (...)
  • 17 Les magistrats à imperium pouvaient infliger des amendes, mettre aux arrêts, faire battre de verge (...)
  • 18 « The magistrates’ role in maintaining order can be understood as complementary to the mechanisms (...)
  • 19 Sur ces cas de figure, Ibid., p. 30-46. Sur le fonctionnement du contrôle social en général, Reyna (...)
  • 20 Sur la sanction comme instrument de contrôle, Reynaud, Les Règles du jeu, p. 37 sqq. qui montre qu (...)
  • 21 Plusieurs pratiques collectives tapageuses comme les « charivaris » (flagitia), les libelles injur (...)

12L’honos est utilisé par la société pour amener à des conduites utiles à son développement mais on va voir qu’il sert aussi à éviter des comportements déviants et nuisibles et constitue donc également un instrument de contrôle et de stabilité du corps social15. La Rome républicaine possédait des moyens de police assez peu importants rapportés au nombre élevé de ses habitants et les historiens n’ont pas manqué de s’interroger sur la façon dont l’ordre y était maintenu16. Les magistrats avaient un rôle à jouer dans ce domaine mais leurs moyens étaient assez limités17. W. Nippel a montré que l’action des particuliers contribuait autant que celle des institutions à préserver l’ordre dans la Ville18. Les citoyens, en effet, sont d’une part pris dans des réseaux sociaux qui contraignent leur comportement : les enfants sont soumis à la patria potestas du chef de famille et les clients à l’autorité de leur patron, par exemple. D’autre part, ils peuvent agir directement pour maintenir l’ordre, en constituant des corps de garde ou en se livrant à des formes de justice populaire spontanée19. À ces moyens de contrôle extra-institutionnels du corps social identifiés par W. Nippel, il faut ajouter, nous semble-t-il, l’honos. L’hommage fonctionne en effet comme une sanction sociale. Une sanction, au sens non marqué du terme, est une mesure consécutive à une action qui entérine son rapport, de conformité ou de discordance, vis-à-vis d’une norme20. Dans le domaine extra-institutionnel et non juridique qui nous intéresse, c’est l’affront (ou ignominia) qui est la sanction négative qui punit la transgression de la norme21, alors que l’honos est la sanction positive qui récompense la conformité exemplaire à cette même norme. Il assure par là-même la pérennité de cette dernière et de sa valeur contraignante. Évoquant les conditions du prestige chez les vieillards, le Caton du De senectute s’exprime en ces termes :

Ita enim senectus honesta est, si se ipsa defendit, si ius suum retinet, si nemini emancipata est, si usque ad ultimum spiritum dominatur in suos.

« Car la vieillesse est estimée si elle se défend elle-même, si elle conserve ses droits, si elle ne s’aliène à personne, si elle commande aux siens jusqu’à son dernier souffle. »
(Cic. Cato mai. 38).

13Caton déclare qu’un homme âgé doit, pour être honestus, c’est-à-dire pour bénéficier de l’estime de son entourage, préserver une certaine vigueur et se conduire avec dignité. On attend notamment de lui qu’il conserve l’autorité sur les siens, que sa patria potestas ne s’efface pas avec l’âge. L’octroi de l’honneur est conditionné par la satisfaction d’un certain nombre d’obligations nées des représentations que la collectivité a du rôle social des hommes âgés. L’honos vient sanctionner le respect de deux règles de comportement que la collectivité impose aux senes, la dignitas et la potestas ; il récompense la conformité à ces règles et, du même coup pérennise ces normes puisque, selon le fonctionnement que nous avons précédemment observé, la récompense amène à la reproduction des attitudes récompensées. L’honos entérine la norme et assure sa perpétuation. Dans l’exorde de son plaidoyer pour C. Rabirius, Cicéron affirme que le rôle des bons citoyens est de soutenir l’État et ses institutions et de barrer la route à la sédition.

Ea qui secutus sit, laude potius et honore quam poena et supplicio dignum iudicare.

« Celui qui a suivi ces principes, <il faut> le juger digne de louange et d’honneur plutôt que de châtiment et de supplice. »
(Cic. Rab. Perd. 3).

  • 22 Voir aussi Cic. Ad Brut. I, 15 où Cicéron se réfère sans le commenter à un mot de Solon déclarant (...)

14Celui qui, comme Rabirius, a assuré la sauvegarde de la res publica a observé les règles de conduite qui s’imposent à tout citoyen, les principes républicains rappelés par Cicéron. Rabirius les a pleinement suivis (secutus) et l’honos doit venir sanctionner cette adhésion et la valider. Cicéron réclame que le châtiment soit écarté de Rabirius car il discréditerait les principes qui ont guidé son action et remettrait en cause les règles essentielles au bon fonctionnement de l’État. L’honos, à l’inverse, viendrait confirmer la validité de ces règles et rappeler leur importance22.

  • 23 Voir supra p. 383-385.

15L’honos constitue de la sorte le versant positif des pratiques d’ignominia légales ou spontanées. Son efficacité en la matière est même double car l’honos impose à celui qui le reçoit un code de conduite tatillon, ce « code de l’honos » que nous avions identifié comme une des contraintes liées à l’honneur23. Ce qu’il faut remarquer, pour compléter notre analyse de ce code de l’honos, c’est qu’il fonde, pour les auteurs qui l’évoquent, la bonne marche de la res publica dans sa totalité et contribue à introduire de la stabilité dans l’ordre social. Un passage de l’In Caecilium le rappelle opportunément :

Nulla salus rei publicae maior est quam eos qui alterum accusant non minus de laude, de honore, de fama sua quam illos qui accusantur de capite ac fortunis suis pertimescere. Itaque semper ii diligentissime laboriosissimeque accusarunt qui se ipsos in discrimen existimationis uenire arbitrati sunt.

« La république n’est jamais plus assurée de son salut que lorsque les accusateurs ne craignent pas moins pour leur gloire, leur honneur, leur réputation que les accusés pour leur personne et leurs biens. C’est pourquoi les accusateurs les plus soigneux et les plus laborieux ont toujours été ceux qui considéraient qu’ils mettaient en péril l’estime dont ils jouissaient. »
(Cic. Diu. Caec. 71).

  • 24 Sur le rapport du code d’honneur et de l’observation des lois, voir Ducos, Les Romains et la loi, (...)

16Cicéron, qui souhaite pouvoir mener l’accusation contre Verrès, répond ici à une objection qu’on pourrait lui faire : pourquoi veut-il se faire accusateur alors même qu’il jouit d’un certain prestige et brigue un honos, l’édilité ? Pour Cicéron, c’est précisément l’honneur qu’il détient qui fait de lui un accusateur de qualité car ceux qui risquent leur prestige personnel dans une affaire constituent des accusateurs scrupuleux et honnêtes : ils sont en effet obligés de se conformer, au cours de la procédure judiciaire, au code de conduite que leur honos leur impose pour ne pas perdre l’estime de leur entourage. De ce fait, laisser les hommes in honore jouer un rôle dans les affaires publiques ou privées est la garantie de la salus rei publicae car ces personnes respectent les normes collectives pour ne pas se discréditer. En donnant de l’honos à un individu, cette même collectivité contribue indirectement à son bon fonctionnement car cet octroi impose un code d’honneur qui amène au respect des lois24.

  • 25 M. Ducos, « La crainte de l’infamie et l’obéissance à la loi (Cicéron, De republica, V, 4,6) », RE (...)
  • 26 Cic. Diu. Caec. 71.
  • 27 Scip. Aem. frg. IX, 30 ORF.

17De manière plus générale, la crainte du déshonneur et le souci d’éviter le discrédit constituent à Rome des piliers efficaces du maintien de l’ordre25. Dans une société qui prise autant le prestige et l’honneur, la peur de l’infamie est régulatrice. Caecilius ne constitue pas aux yeux de Cicéron un bon accusateur car il ne fait aucun cas de sa fama, de sa réputation, ce qui le conduira nécessairement à mal agir26. Quand des individus dotés d’un rôle social clef ne se soucient plus de leur honneur, c’est l’État tout entier qui est en péril. Dans un de ses discours, Scipion Émilien s’indigne ainsi que de jeunes enfants nobles, qui sont l’avenir de Rome, fréquentent les écoles d’histrions où ils compromettent leur honneur en apprenant des praestigias inhonestas, « des tours déshonorants » ; cette absence de souci pour l’honneur désole Scipion : me rei publicae maxime miseritum est, « cela me fait grandement pitié pour la république »27. La crainte du déshonneur doit donc conduire l’individu à se conformer aux règles de conduite propres à son statut et permettre à la res publica de perpétuer la structure sociale et morale sur laquelle elle est fondée.

  • 28 Sur la complémentarité du mos et du ius et de l’honneur et de la loi, voir Lintott, The Constituti (...)

18L’honos semble donc susceptible d’agir en complémentarité avec les moyens légaux du maintien de l’ordre : une pratique coutumière, relevant du mos, fonctionne ainsi de concert avec les punitions légales, relevant du ius28. Cependant, l’honos diffère de la sanction juridique. Les châtiments légaux sanctionnent des infractions aux lois et orientent négativement la conduite par la punition. L’honos sanctionne une conformité à des normes sociales et morales et oriente positivement le comportement, par la rétribution. En outre, la contrainte exercée par l’honos n’est pas aussi directe que celle des lois et ne provient pas d’un organe spécialisé chargé de son application : l’honos peut être issu de foyers multiples, individuels ou collectifs. L’honos, enfin, ne s’applique pas selon des règles explicites et écrites mais fonctionne de manière bien plus souple. En dernière analyse, la société romaine utilise conjointement l’honos et les lois pour orienter l’action des agents sociaux car ces instruments n’ont pas exactement la même visée : l’honneur et la crainte de l’infamie permettent d’amener à des conduites jugées bonnes par l’opinion mais dont la législation n’exige pas nécessairement l’accomplissement, telles que la dignité ou le dévouement à la res publica.

1.2. L’orientation axiologique des modes de pensée

  • 29 Cette fonction normative est aussi présente dans le fonctionnement de la gloria qui fixe ce que do (...)

19L’honos est également employé, à un niveau supérieur à celui de la pratique, pour définir des normes morales. Il continue ainsi d’orienter l’action, non plus en agissant directement sur cette dernière mais en modelant les représentations morales qui motivent les agissements des individus. Il agit dans ce domaine de deux façons, en établissant des valeurs et en définissant des modèles. Les valeurs servent de soubassement aux normes et motivent la conduite ; les modèles incarnent et illustrent les normes. L’honneur permet ainsi de produire des règles nécessaires à l’orientation de l’action individuelle29.

1.2.1. Définir des valeurs

  • 30 C. Kluckhohn, « Values and Value-Orientations in the Theory of Action », in Parsons, T. et Shils, (...)
  • 31 On ne peut donc dire, avec M. Bettini (Bettini, « Mos, mores und mos maiorum », p. 324), que la fa (...)

20L’honos ne crée pas directement les normes de conduite mais formule des valeurs qui sous-tendent les normes. Nous entendons par « valeurs » les éléments de référence idéaux d’un groupe qui servent à orienter l’action des individus de ce groupe en guidant leur choix parmi les moyens et les fins possibles. Ce sont, pour reprendre l’expression de C. Kluckhohn, des « conceptions du désirable » qui servent à maintenir les systèmes culturels30. Ces valeurs sont, par nature, difficiles à saisir et l’honos, qui les précise, joue de ce point de vue un rôle capital pour la société en lui permettant de cerner ces éléments essentiels à son fonctionnement. L’honos contribue de la sorte à l’instauration du mos maiorum, cet ensemble de règles coutumières qui orientent le comportement des individus. S’ajoutant aux œuvres littéraires, au culte des ancêtres, aux temples consacrés à des qualités divinisées, il définit les valeurs de la « coutume ancestrale »31. Comment cette définition fonctionne-t-elle ?

21L’honos permet de définir des valeurs car il confère du prix aux personnes qui le reçoivent ainsi qu’à leurs qualités. Nous retrouvons ici le paradigme économique de l’honneur : c’est parce que la marque d’honneur est une rétribution qu’elle « enrichit » son destinataire et en fait une personne « prisée » dans tous les sens du terme. C’est là que se situe, selon Salluste, l’effet pervers du très grand honos conféré à la richesse après la dictature de Sylla :

Postquam diuitiae honori esse coepere et eas gloria, imperium, potentia sequebatur, hebescere uirtus, paupertas probro haberi, innocentia pro maliuolentia duci coepit.

« Lorsque la richesse fut en honneur, qu’elle s’accompagna de la gloire, du commandement, de la puissance, bientôt le mérite personnel perdit de sa valeur, la pauvreté devint une honte, l’intégrité, de la malveillance. »
(Sall. Cat. 12, 1 ; trad. Ernout modifiée).

  • 32 Supra p. 368 sqq.

22Salluste élucide dans ce texte le mode opératoire de l’honos et en débusque les conséquences morales sur le long terme. Selon son analyse de la décadence à Rome, le moment où l’honos fut décerné à la richesse et non plus à la uirtus précipita la chute de la république. Honorer les riches, c’est en effet faire de l’argent une valeur supérieure aux autres et notamment à la uirtus qui, du coup, s’émousse (hebescere) car elle n’est plus un désirable et n’est plus pratiquée. Déplacer l’honos d’un objet à un autre revient à altérer les représentations morales dans leur ensemble : la pauvreté devient honteuse, l’intégrité est perçue comme de la malveillance. Donner de l’honos à une pratique, c’est donc modifier en profondeur l’axiologie des membres de la société et, partant, leur comportement. L’analyse de Salluste est particulièrement pénétrante car il évoque les raisons pour lesquelles l’honos est apte à définir les valeurs : il donne du prix, étant une rétribution, mais il s’accompagne aussi de pouvoir (potentia sequebatur) qui est un des avantages de l’honos, comme nous l’avons vu32. C’est cette puissance apportée par l’honos qui rend les objets sur lesquels il se porte « désirables ». L’honneur contribue à façonner les représentations morales et provoque

  • 33 Pitt-Rivers, Anthropologie de l’honneur, p. 40.

« une entorse au dogme philosophique de la séparation des jugements de valeur et de réalité ; ce qui ‘est’, quel qu’il soit, devient ce qui ‘est bien’. »33

23L’hommage rendu à un individu et à ses mérites confère une plus-value morale à ces derniers, les extrait du champ du réel pour les instituer dans le champ du devoir et des idéaux. C’est la raison pour laquelle l’octroi de l’honos apparaît à Salluste comme une pratique cruciale pour le bon fonctionnement de la collectivité. Donner l’honneur à des vices conduit à un bouleversement profond des comportements. Dans le discours que Salluste place dans la bouche de Caton quand ce dernier plaide en faveur de la peine de mort pour les conjurés de 63, il relève les effets dévastateurs d’hommages mal orientés : les qualités des ancêtres ont cédé la place au luxe et à la paresse parce que

Laudamus diuitias, sequimur inertiam; inter bonos et malos discrimen nullum; omnia uirtutis praemia ambitio possidet.

« Nous louons les richesses, nous suivons la paresse ; entre les bons et les méchants, aucune distinction ; l’ambition détient toutes les récompenses dues à la vertu. »
(Sall. Cat. 52, 22).

24Le mauvais usage des marques d’honneur, qu’il s’agisse des éloges (laudamus) ou des autres récompenses de la vertu (uirtutis praemia), a modifié les représentations morales des Romains. Le fait d’avoir octroyé des honneurs au vice a perturbé la définition du bien et du mal : il n’y a plus, selon Caton, de discrimen, de distinction, entre bons et méchants. L’honos doit servir à établir cette distinction dans les esprits en montrant à tous la différence entre bien et mal par la récompense des actions jugées bonnes.

  • 34 Sur ces éléments du triomphe, voir supra p. 274-275.
  • 35 Cic. Phil. V, 36. Il en va de même du décret en l’honneur de Lépide (Cic. Phil. V, 40-41).
  • 36 Sur la présence des mérites du défunt dans l’éloge funèbre, voir Pol. VI, 53, 2 et Kierdorf, Lauda (...)

25Le fonctionnement économique de l’honos participe de la sorte à l’établissement des « désirables » qui motivent l’action individuelle ; mais son fonctionnement symbolique concourt à cette fonction d’orientation axiologique. En signifiant l’estime du donateur, l’honos reconnaît en effet également le mérite du destinataire. Le triomphe, par exemple, constitue une élévation des qualités militaires du triomphateur qui sont montrées au peuple. La présence des captifs, du butin, l’exhibition de tableaux représentant les territoires conquis servent à rendre sensible, au cœur de Rome, une excellence militaire qui ne peut autrement y être vue34. Le triomphe sublime la bravoure guerrière et la violence martiale pour les élever au rang de qualités désirables propres à constituer un mode de conduite idéal. C’est pourquoi la visibilité des honores est cruciale : ils doivent pouvoir représenter à tous les mérites récompensés et signifier ce qu’est la uirtus. L’honos verbal remplit lui aussi parfaitement cette fonction : il dit l’estime du locuteur mais signale aussi le mérite de celui qui le reçoit et propose ainsi une définition de l’excellence. C’est pourquoi le texte du sénatus-consulte honorifique demandé par Cicéron pour D. Brutus contient une énumération des services qu’il a rendus à la république35. Le rappel des res gestae et des uirtutes dans les éloges funèbres ou sur les tombeaux contribue de même à la définition des qualités morales36.

26C’est parce que l’honos est un signe polysémique qu’il permet cette exhibition des mérites. La riche signification de l’honos est perceptible dans un passage du Rudens de Plaute. Palestra, qui vient de faire naufrage sur une côte inhospitalière, adresse une plainte aux dieux ; ce malheur qu’ils lui ont envoyé est immérité, car elle a toujours fait preuve de pietas à leur endroit, et il a des conséquences funestes :

Nam quid habebunt sibi <s>igni impii posthac
Si ad hunc modum est innoxiis honor apud uos?

« Car quel signe les impies recevront-ils après cela
Si c’est de cette façon que vous honorez les innocents ? »
(Pl. Rud. 195-196).

  • 37 L’éditeur allemand Marx juge la correction irrecevable, considère que le passage est irrécupérable (...)

27Le texte ici reproduit est celui retenu par Leo et Ernout dans leurs éditions, mais une correction a été apportée : les manuscrits présentent en effet la leçon « sibigni » (BT) ou encore « sibi igni » (CD), corrigée en sibi <s>igni37. La restitution du s nous paraît vraisemblable car elle donne au texte une cohérence : Palestra se plaint auprès des dieux qu’en lui infligeant un naufrage, ils ne récompensent pas sa piété et adressent par là-même un signe désastreux aux impies qui seront confirmés dans leur comportement. Sous réserve que la correction faite par Leo et Ernout soit bonne, le raisonnement de Palestra montre que l’honos tient le rôle de signum. Et l’on peut effectivement penser que, si Palestra avait échappé au naufrage, cet honos aurait signifié l’estime des dieux, estime elle-même fondée sur la piété de la jeune femme. Manquer d’honorer les gens pieux est une faute aux conséquences sérieuses car cela revient à signifier que la piété est sans valeur. Conférer un honos, c’est donc, à l’inverse, signifier que la personne honorée est dotée de qualités valables. Ce rapport signifiant de l’honos au mérite apparaît de manière plus directe dans une lettre de Cicéron à Munatius Plancus :

Crede igitur mihi, Plance, omnis quos adhuc gradus dignitatis consecutus sis – es autem adeptus amplissimos –, eos honorum uocabula habituros, non dignitatis insignia, nisi te cum libertate populi Romani et cum senatus auctoritate coniunxeris.

« Eh bien ! crois-moi, Plancus, tous les échelons de la dignité que tu as gravis jusqu’à présent – et tu as atteint les plus élevés –, on considérera qu’ils n’ont d’honneurs que le nom et ne sont pas des marques de ton mérite si tu ne fais pas cause commune avec la liberté du peuple romain et l’autorité du sénat. »
(Cic. Fam. X, 6, 2).

  • 38 Cicéron se représente aussi la manière dont l’honos exprime le mérite selon une autre image que le (...)

28Les honores que Plancus a obtenus sont considérés comme des dignitatis insignia, comme des « marques de son mérite », à condition que son action en reste digne. Ils sont la preuve de l’excellence de Plancus, qu’ils servent à manifester, exhibant du même coup à tous ce qu’est la dignitas. Les honores apposent une marque distinctive sur des individus aux qualités reconnues. C’est la raison pour laquelle la personne honorée doit ensuite perpétuer les mérites qui lui ont valu l’honneur, sans quoi le signe voit ses effets pervertis car il ne renvoie plus à un mérite valable et utile à la collectivité. Sans le mérite, l’honos n’est qu’un mot creux38.

  • 39 Sur cet aspect du mos maiorum, voir Lind, « The Tradition of Roman Moral Conservatism », p. 53.

29Cette fonction de définition axiologique remplie par l’honos montre que la détermination des conduites morales à Rome peut être faite par la pratique et non par la théorie. Les normes du mos maiorum ne sont pas établies par l’élaboration théorique de lois morales mais par la rétribution concrète des mérites et la désignation explicite des valeurs. Cette manière de se doter de règles de comportement offre l’avantage de la souplesse : l’orientation des honores en direction de conduites nouvelles permet de les intégrer avec facilité au sein du mos maiorum, qui n’est pas un code fermé à l’innovation39. Cette définition des normes par la pratique est aussi très efficace. Dans son éloge du droit civil, Crassus affirme que cette discipline est supérieure à la philosophie quand il s’agit de fournir des règles de conduite et donne une place, au sein de ce droit, aux honores :

Ex his enim et dignitatem maxime expetendam uidemus, quoniam uirtus atque honestus labor honoribus, praemiis, splendore decoratur, uitia autem hominum atque fraudes damnis, ignominiis, uinclis, uerberibus, exsiliis, morte multantur; et docemur non infinitis concertationumque plenis disputationibus, sed auctoritate nutuque legum domitas habere libidines, coercere omnis cupiditates, nostra tueri, ab alienis mentes, oculos, manus abstinere.

« C’est à partir des lois, en effet, que nous considérons qu’il faut surtout viser à la dignité, parce que c’est à la vertu et à une honnêteté sans faiblesse que l’on décerne des honneurs, des récompenses, la gloire, alors que les vices humains et les crimes sont punis par des amendes, par des flétrissures, par l’emprisonnement, par des coups, par l’exil, par la mort ; et leur enseignement ne s’appuie pas sur des dissertations sans fin, remplies de controverses, mais sur l’autorité décidée des lois qui nous apprend à dompter nos passions, à contrôler tous les désirs, à veiller sur nos biens et à tenir éloignés de ceux d’autrui nos esprits, nos regards et nos mains. »
(Cic. De or. I, 194).

  • 40 Sur le rôle de l’ignominie et des récompenses prévues par les lois pour guider la conduite, voir D (...)

30Pour Crassus, la philosophie échoue à délivrer un enseignement moral car elle se perd dans des arguties sans fin, contradictoires et peu claires (infinitis concertationumque plenis disputationibus). Les lois, en revanche, sont un maître particulièrement efficace parce qu’elles recourent, entre autres, aux honores et aux ignominiae pour amener à la vertu : les honores ne sont plus ici un moyen complémentaire à l’action régulatrice des lois mais un instrument de ces dernières40. Mais Crassus va plus loin dans son analyse : c’est par l’usage des honores que les hommes apprennent (docemur) la valeur de la maîtrise de soi et de la propriété. L’honneur délivre un enseignement sur ces objets que la philosophie revendique habituellement comme siens. Crassus met en relation les honores et l’honestus labor, c’est-à-dire les marques d’honneur et l’honnêteté dans l’effort. Par leur immédiateté, les hommages et les affronts mènent directement à la moralité : l’honos est le meilleur chemin vers l’honestas.

1.2.2. Définir des modèles

  • 41 Sur ce mode de définition romain des normes de comportement, A. Haltenhoff, « Wertbegriff und Wert (...)

31L’honneur agit sur les représentations morales des individus en établissant des valeurs qui permettent de motiver leur action. Il est donc facteur de normativité. Mais cette dernière s’exerce aussi d’une autre manière. Toute norme s’appuie en effet sur des modèles qui l’incarnent et auxquels les individus sont supposés se conformer. Or l’honos contribue à définir ces modèles et ainsi à orienter la conduite des membres de la société. L’honneur constitue celui qui le reçoit en individu exemplaire, propre à être imité. Il fait ainsi le lien entre les normes abstraites et leur mise en application pratique. À Rome, les valeurs ne sont pas définies de manière théorique mais par la mise en avant d’occurrences significatives : elles sont incarnées dans des personnes remarquables et explicitées dans des rituels symboliques41.

  • 42 Pl. Trin. 291-292.

32Pour les Anciens, la pratique de l’hommage et celle de l’imitation sont étroitement liées. Honorer quelqu’un suppose de reconnaître la valeur de sa conduite et, par conséquent, de chercher à la reproduire. Le rapport de l’imitation et de l’hommage apparaît par exemple dans le Trinummus, quand le vieux Philton, se faisant l’écho de l’opinion commune, déplore que ses contemporains fassent l’éloge des ancêtres et se conduisent en même temps de manière immorale : rendre hommage aux maiores doit aller de pair avec l’imitation de leur comportement ; c’est faire preuve d’une incohérence totale que de ne pas associer honos et reproduction de la conduite42. Ce lien étroit de l’honos et de l’imitation fait que la marque d’honneur est utilisée pour constituer quelqu’un en individu à imiter. Elle place en effet sur lui un signe distinctif qui lui donne le statut de modèle visible. L’effet de distinction de l’honos est utilisé pour remplir une fonction morale de définition. On le voit dans un texte contemporain des comédies de Plaute, mais d’un genre très différent. Il s’agit d’un discours de Caton l’Ancien où ce dernier évoque la manière dont il entraînait ses troupes armées :

Si quis strenue fecerat, donabam honeste, ut alii idem uellent facere, atque in contione uerbis multis laudabam.

« Si l’un s’était comporté vaillamment, je le récompensais généreusement, pour que les autres veuillent l’imiter, et pendant l’assemblée des soldats je le louais dans un long discours. »
(Cat. frg. IV, 35 ORF).

  • 43 Sur ce sens d’honeste, voir supra p. 136-137.
  • 44 Cf. Cic. Font. 42 où il apparaît que l’honos doit être octroyé aux généraux valeureux car cela les (...)
  • 45 Voir par exemple Cic. Phil. IX, 4. Sur cet aspect, Lahusen, Untersuchungen zur Ehrenstatue in Rom,(...)
  • 46 Pol. VI, 54, 3. Voir Flower, Ancestor Masks, p. 220-221 et Badel, La Noblesse de l’Empire romain, (...)
  • 47 Sur ce rôle de définition morale joué par les rituels sociaux aristocratiques, voir Hölkeskamp, Di (...)

33Le fait de les récompenser honeste, c’est-à-dire, littéralement, « en conférant des honneurs », de manière « honorifique » et donc « généreuse »43, a un but précis : Caton souhaite que les autres soldats, témoins de l’honneur, idem uellent facere, « veuillent faire la même chose ». L’honos oriente la conduite par l’attrait que suscite la rétribution mais aussi, à un niveau supérieur, par la définition de personnages de référence : usant de la dimension symbolique de l’honos, Caton signifie à l’armée que le soldat qui s’est comporté strenue est un modèle de conduite44. La rétribution économique et la désignation symbolique sont ici associées pour élaborer la norme morale. Les règles de conduite ne sont pas tacites : elles sont constamment extériorisées par l’institution de modèles visibles. Et si la constitution de ces modèles est efficace pour orienter l’action, c’est parce que, notamment dans le cadre militaire, l’imitation se fait sur le mode de l’émulation : on imite pour essayer de se hausser au même niveau, voire tenter de faire mieux que la personne honorée. Certains honores semblent plus propres que d’autres à constituer l’individu en modèle. C’est le cas des statues qui placent dans l’espace public, de façon durable, des figures de référence bien identifiables45. L’honos ultime des funérailles, où apparaît une autre représentation physique des personnes, les imagines, constitue aussi un moyen particulièrement efficace d’inciter à l’imitation. Dans la description que Polybe donne des funérailles aristocratiques, il souligne que la présence figurée des ancêtres ainsi que l’éloge funèbre adressé au défunt sont des moyens d’inciter les jeunes gens qui assistent à cet honos à tout faire pour obtenir la gloire qui a été celle de ces grands hommes46. Les marques d’honneur que sont les funérailles, les éloges, les triomphes, sur lesquels l’aristocratie jouit d’un certain monopole, servent à orienter la conduite des jeunes générations en suscitant l’émulation avec les ancêtres47.

  • 48 La notion a fait l’objet de nombreuses études critiques. Pour notre approche, se sont révélés util (...)
  • 49 Voir le rapport établi entre emo, eximo, eximius et exemplum par le DELL, p. 195. « Exemplum est p (...)
  • 50 Sur les sens d’exemplum et sur cette organisation du sémantisme voir Kornhardt, Exemplum. Eine bed (...)
  • 51 Ce sont les exempla uirtutis étudiés par Litchfield, « National Exempla Virtutis in Roman Literatu (...)
  • 52 Sur les vertus qu’illustrent les exempla uirtutis, voir Ibid., p. 28-35.

34Le statut de modèle conféré par l’honos nous amène à nous interroger sur l’exemplarité des figures bénéficiant de l’honneur. Le « modèle » est en effet celui que l’on imite, mais c’est aussi celui qui illustre de manière exemplaire un trait particulier, au point de pouvoir en constituer l’archétype. L’honos donne-t-il ce statut archétypal ? Pour répondre à cette question, il est utile de rapprocher l’honos de la notion d’exemplum48. Ce terme possède des sens nombreux qui procèdent d’une image centrale, celle de l’objet que l’on distingue de ceux de sa catégorie49. L’objet peut être employé à des fins illustratives et représentatives (comme « échantillon », « exemple typique », « exemplaire ») ou dans une visée didactique, pour susciter l’imitation ou la répulsion (comme « précédent », « modèle », « exemple », « punition »…)50. Ces notions de « distinction » et de « modèle » contenues dans le mot nous invitent à le rapprocher de l’honos qui les possède aussi. Nous retiendrons pour notre comparaison deux aspects de la notion fréquemment invoqués. L’exemplum peut désigner un personnage illustre grâce à ses qualités saillantes. On se demandera si l’honos ne contribue pas à la création de ces figures remarquables. L’exemplum peut aussi être un procédé rhétorique par lequel on évoque dans un discours une figure illustre à des fins argumentatives et morales. On se demandera si l’honos, comme procédé, peut fonctionner d’une manière analogue à l’exemplum. L’exemplum, au sens large du terme, est un grand homme du passé qui s’est illustré par ses qualités, morales notamment51. C’est à la fois un exemple illustratif d’une vertu et un exemple normatif, qui, par le souvenir qu’il laisse de lui dans les mémoires, dicte la conduite à suivre : M. Atilius Régulus est ainsi un exemplum de fides et de pietas envers la patrie ; M.’ Curius Dentatus de seueritas et de paupertas52.

35Quel rôle l’honos peut-il jouer dans la constitution de ces exempla ? Un passage du De legibus nous renseigne à ce sujet :

Quaecumque mutatio morum in principibus extiterit, eandem in populo secutam. […] Quo perniciosius de re publica merentur uitiosi principes, quod non solum uitia concipiunt ipsi, sed ea infundunt in ciuitatem, neque solum obsunt quod ipsi corrumpuntur, sed etiam quod corrumpunt, plusque exemplo quam peccato nocent. Atque haec lex, dilatata in ordinem cunctum, coangustari etiam potest: pauci enim atque admodum pauci honore et gloria amplificati uel corrumpere mores ciuitatis uel corrigere possunt.

« Tout changement moral qui se produit chez les chefs se poursuit dans le reste du peuple. […] C’est pourquoi des dirigeants dépravés font d’autant plus de mal à l’État que, non seulement eux-mêmes contractent des vices, mais encore les introduisent dans la cité ; ils ne sont pas nuisibles seulement parce qu’ils sont corrompus, mais parce que, de plus, ils corrompent les autres, et ils font plus de mal par leur exemple que par leur propre faute. D’ailleurs cette loi, étendue à un ordre tout entier, peut aussi se restreindre : il suffit de quelques gens peu nombreux et même très peu nombreux, qui soient grandis par l’honneur et la gloire, pour corrompre ou corriger les mœurs d’une cité. »
(Cic. Leg. III, 31-32 ; trad. De Plinval modifiée).

  • 53 Cic. Flac. frg. 17 du manuscrit de Cues. Sur la distinction entre exemplum et exemplar, voir Kornh (...)
  • 54 M. Coudry, « Camille : construction et fluctuations de la figure d’un grand homme », in Coudry, M. (...)

36Cicéron explique pourquoi le fait d’avoir des dirigeants corrompus conduit une cité à la ruine morale. L’amplification assurée par l’honneur procure à l’individu un statut d’exemplum et explique que son attitude, si elle est déviante, ait des répercussions négatives sur la cité. Ce ne sont pas les mauvaises mœurs de l’homme in honore qui sont par elles-mêmes nuisibles mais « l’exemple » désastreux qu’elles donnent. L’honos donne un statut d’exemplum qui provoque ensuite l’imitation de l’entourage. Celui qui le reçoit obtient non seulement une image de supériorité mais aussi une posture de référent exemplaire. Le choix du destinataire de l’honos est donc, à l’échelle de la cité, crucial pour orienter les mœurs des habitants car c’est un moyen de créer des images de référence morale qui incarnent les normes de conduite. Cette exemplarité procurée par l’honos réapparaît dans le Pro Flacco, quand Cicéron remarque que la considération et les ornamenta uirtutis dont jouit Flaccus font de lui un « exemple de l’antique gravité » (exemplar pristinae grauitatis) : celui qui jouit de l’estime et des marques d’estime de son entourage est constitué en représentant de l’excellence des ancêtres et devient un exemple à suivre53. L’honneur joue ainsi un rôle important dans la constitution des « grands hommes » de la cité. M. Coudry note que Camille apparaît en tant que figure de référence chez Claudius Quadrigarius et Cicéron mais que son image de grand homme est plus ancienne et a pu se structurer par d’autres moyens que l’écrit ; on connaît par exemple une statue honorifique de Camille sur les rostres, qui date sans doute de la fin du IVe ou du début du IIIe siècle54 : l’honos contribue donc à l’élaboration de la figure d’un grand homme. J.-M. David fait une remarque similaire pour Coriolan :

  • 55 À la p. 17 de J.-M. David, « Les étapes de la construction de la figure de Coriolan », in Coudry, (...)

« L’histoire culturelle de Rome n’est pas seulement celle de sa littérature. Elle est aussi celle des modes de représentation du passé et de son utilisation par des hommes qui grâce à lui déterminaient leur identité et légitimaient leurs conduites. […] Avant même que l’histoire n’apparût à la fin du IIIe siècle, d’autres formes de célébration des grands hommes des temps anciens avaient leur place et trouvaient leur efficacité. »55

  • 56 Sur la columna rostrata, Plin. NH XXXIV, 20 ; CIL I2, 25 = ILLRP 319. Sur le porteur de torche et (...)
  • 57 Nous nous appuyons sur la comparaison des deux personnages faite par Gendre et Loutsch, « C. Duili (...)
  • 58 Ibid., p. 164. Sur les sources historiques concernant Régulus, voir supra p. 319 n. 63.
  • 59 Sur l’importance de la littérature dans la construction d’un modèle de référence, Litchfield, « Na (...)
  • 60 C’est la manifestation de uirtutes à travers les actions réussies qui rend exemplaire et non la ré (...)

37L’honos nous paraît pouvoir contribuer à la création de modèles de référence dans la cité. Il n’est cependant pas suffisant pour créer un grand homme. Il est en effet possible d’accumuler les honores sans être pour autant une figure exemplaire. Plus d’un Romain a obtenu les honneurs du consulat, du triomphe et de funérailles publiques sans rejoindre les rangs des grands exempla. C. Duilius, par exemple, consul de 260, vainqueur des Carthaginois sur mer à Mylae lors de la première guerre punique a célébré un triomphe naval, a obtenu une statue sur les rostres et la columna rostrata qui rappelait ses mérites. Il avait aussi le droit de se faire raccompagner après les banquets publics par un porteur de torche et un joueur de flûte56. Cependant, il n’a jamais eu la même stature que son contemporain M. Atilius Régulus57. Ce dernier, lui aussi consul et vainqueur des Carthaginois à Ecnome, eut finalement moins de succès que Duilius puisqu’il fut battu par les troupes puniques menées par Xanthippe et réduit en captivité. Cependant, les récits qui se sont développés sur son compte et l’épisode de son retour héroïque à Rome, du sacrifice de sa personne et de sa mort sous la torture à Carthage ont fait de lui une figure exemplaire. Régulus a été confronté à un choix difficile et a fait primer le devoir sur sa survie ; il a fait montre de loyauté, de courage face à la mort et de dévouement à la patrie58. Pour devenir un véritable grand homme, l’individu doit remplir trois conditions : faire l’objet d’une élaboration littéraire assez importante59 ; être situé dans le passé, car l’exemplum est le plus souvent un personnage historique ou légendaire que le décalage temporel avec le présent contribue à grandir ; avoir montré ses grandes qualités morales60. L’honos ne vient en quelque sorte que par surcroît.

  • 61 Arstt. Rhet. 1356 a-b.
  • 62 « L’exemple consiste à citer un fait ou un propos du passé dont on peut nommer l’auteur avec préci (...)
  • 63 Cic. Rosc. Amer. 50.
  • 64 David, « Les enjeux de l’exemplarité », p. 10 ; Späth, « Erzählt, erfunden ».
  • 65 Sur l’auctoritas exempli, voir Gaillard, « Auctoritas exempli : pratique rhétorique et idéologie a (...)
  • 66 David, « Les enjeux de l’exemplarité », p. 10.
  • 67 Kornhardt, Exemplum. Eine bedeutungsgeschichtliche Studie, p. 57 ; David, « Maiorum exempla sequi  (...)

38On peut dès lors se demander si ce n’est pas plutôt avec l’exemplum rhétorique que l’honos a le plus de rapports. Ce procédé, connu comme instrument de persuasion depuis Aristote61, est défini ainsi par la Rhétorique à Herennius : exemplum est alicuius facti aut dicti praeteriti cum certi auctoris nomine propositio62. C’est la mention d’une action ou d’un fait passé qui permet au locuteur de garantir, par le prestige de son auteur, un autre fait. Par exemple, pour justifier la vie à la campagne menée par Roscius, Cicéron utilise l’exemplum d’Atilius qui montre l’honorabilité de ce mode de vie63. L’honos et l’exemplum ont des similitudes. Tous deux, d’abord, réduisent la personnalité des individus à quelques traits saillants, parfois à un seul, ce qui permet de transformer la personne en une figure univoque et puissante64. L’honos donné pour un mérite moral fige celui qui le reçoit en mettant en valeur la qualité qui fonde son octroi : le triomphe, par exemple, consacre la uirtus militaire et réduit l’individu honoré à l’image d’un imperator vainqueur. Ensuite, l’exemplum vaut par l’auctoritas de la personne invoquée, comme l’indique la définition de la Rhétorique à Herennius ; l’honos confère de même une auctoritas qui permet ensuite d’influencer le comportement de l’entourage65. Enfin, exemplum et honos ont une même fonction morale : les exempla constituent un système de références éthiques et politiques et permettent d’établir des normes tout en les énonçant66. L’honos, nous l’avons vu, fonctionne de façon similaire : il illustre et énonce des valeurs. Honos et exemplum servent à orienter la conduite en donnant, par un procédé pragmatique ou rhétorique, une stature supérieure à des personnages présentés dès lors comme objets d’imitation67. Honos et exemplum, s’ils divergent par leurs moyens, l’un utilisant l’action et l’autre le discours, l’un consacrant des contemporains et l’autre exhumant des héros du passé, ont cependant des fonctions morales similaires.

39L’honos apparaît, au terme de l’analyse de sa fonction morale, comme un facteur de normativité. Nous pensons que l’honneur entretient en effet un triple rapport aux normes : comme sanction, il entérine la conformité exemplaire aux normes et participe ainsi à leur stabilité ; comme rétribution symbolique, il donne du prix à certains objets, signifie où se situe le mérite et définit ainsi les valeurs qui sous-tendent les normes et motivent l’action ; comme facteur d’émulation et d’imitation, il participe à la constitution de modèles de référence qui explicitent les normes et les énoncent simultanément. L’honos fait ainsi constamment le lien entre les règles de la société et leur mise en application.

2. Structurer la société

40À ce rôle normatif et moral de l’honos s’ajoute une fonction sociale. Comme nous l’avons vu, l’honos met en relation des individus ou des groupes : ses protagonistes sont associés par des rapports d’observation, de bienfaisance, de reconnaissance, d’échange, etc. Il ne faudrait pas cependant concevoir ces relations sociales comme de simples préalables nécessaires à son fonctionnement. L’honos se fonde sur ces relations mais peut aussi avoir pour fonction de les exprimer symboliquement, voire de les instaurer. L’honos joue à Rome un rôle de structuration sociale : il établit des liens entre les individus et participe à la formation de groupes sociaux homogènes. Cette fonction est remplie de deux façons complémentaires, que nous aborderons successivement. D’une part, l’hommage suscite, entre les donateurs de l’honos, une cohésion et un sentiment d’appartenance à une communauté. D’autre part, il permet d’exprimer l’existence d’un lien social entre le donateur de l’honos et le destinataire.

2.1. Contribuer à la cohésion du groupe

  • 68 Combès, Imperator, p. 93.
  • 69 Flower, Ancestor Masks, p. 99-100.
  • 70 Von Hesberg, Römische Grabbauten, p. 14.
  • 71 Robert, « Quelques usages du portrait peint à l’époque médio-républicaine », p. 85.
  • 72 Cic. Verr. II, II, 51.
  • 73 Halkin, La Supplication, p. 101-102. Voir par exemple Cic. Catil. III, 23.
  • 74 Voir Nicolet, Métier, p. 333-341 et 347-348.
  • 75 Voir le consensus universel qui préside à l’honos rendu à Horatius Coclès (Liv. II, 10, 12-13) ou (...)
  • 76 Beard, The Roman Triumph, p. 239-244.
  • 77 Le triomphe fonctionne ici comme un rituel qui renforce les liens des membres de la communauté. Ce (...)

41L’honos procure à celui qui le reçoit une supériorité sur les autres, sous forme de dignitas et de pouvoir, qui le distingue de la communauté. Il peut donc paraître paradoxal de déclarer que l’honos est facteur de cohésion sociale. Le paradoxe n’est cependant qu’apparent, car l’octroi d’un signe d’honneur, s’il isole un membre du groupe, permet simultanément à ce groupe de se réunir autour de celui à qui l’hommage est rendu. Quand des soldats octroient à leur général le titre d’imperator, ils le font en se retrouvant tous ensemble au camp et en poussant à l’unisson une acclamation solennelle68. L’honos reconnaît la supériorité du chef et permet à son armée de se représenter comme un corps uni dans l’estime du général ; il réunit les différents éléments du groupe militaire autour de la figure de l’imperator. Lors de l’honos suprême des funérailles, c’est toute une gens qui se retrouve et reprend conscience de son unité autour de la célébration d’un défunt et de la présence symbolique, par les imagines, de tous les ancêtres communs. La procession funéraire a pour fonction de représenter la communauté des membres de la famille, passés et présents, et de montrer leurs liens69. Après l’inhumation, la sépulture et le culte rendu au défunt rassemblent les membres épars de la famille70. Ces rites funéraires ont une importance fonctionnelle au sein de la société en permettant de renforcer les liens entre les vivants et la cohésion du groupe familial. La contemplation de portraits honorifiques figurant dans les atria ou dans les tombes des aristocrates est elle aussi l’occasion pour les proches de ressentir l’appartenance à un groupe71. D’autres honores religieux servent aussi à rassembler les membres d’une communauté. Les fêtes en l’honneur de Marcellus permettent ainsi aux Syracusains de se retrouver et d’afficher leur appartenance à une même cité, dans la célébration du souvenir d’un de leurs bienfaiteurs72. Quand l’honos religieux prend une certaine ampleur, il implique la participation de plusieurs personnes qui se retrouvent associées dans une même succession d’actes rituels, tendus vers un même but : la supplication d’action de grâces exige ainsi la collaboration de tous les membres de la cité pour rendre hommage aux dieux73. L’octroi de l’honos d’une charge publique revêt également un aspect rituel important et suscite un rassemblement de la collectivité. Le populus est réuni dans un lieu précis et organisé selon son appartenance à un groupe civique, classe, tribu ou centurie74. Le vote est une procédure technique mais aussi une des formes de l’expression symbolique de l’appartenance à la res publica dans son ensemble et à ses unités plus réduites. L’octroi de l’honos réunit une large communauté civique tout en l’ordonnant selon les catégories qui la subdivisent. Allant parfois au-delà de cette fonction de réunion sociale, l’honos permet de renforcer la concorde des membres d’un groupe. On voit à plusieurs reprises, dans l’histoire livienne, le peuple romain oublier ses dissensions à l’occasion d’un honos ou exprimer son estime avec une ferveur unitaire75. Cette concorde instaurée par l’honos provient de la répercussion positive sur la communauté des marques d’honneur accordées à certains de ses membres. Le triomphe, en mettant en avant le général victorieux, célèbre en même temps la grandeur de Rome. L’imperator se trouve au cœur de la pompa triumphalis, mais il est accompagné de son armée ainsi, semble-t-il, que de sénateurs et magistrats, sous les yeux de la communauté76. Le triomphe rassemble tous les membres de la cité dans la célébration de la victoire77.

  • 78 Voir Hölkeskamp, Die Entstehung der Nobilität, p. 204 et Blösel, « Von der Familientradition zum N (...)
  • 79 Hölkeskamp, Die Entstehung der Nobilität, p. 222. Voir par exemple l’éloge funèbre de Caecilius Me (...)

42Si l’honos produit efficacement de la cohésion sociale, c’est parce que l’unité du groupe des donateurs ne repose pas sur la seule réunion physique de ces derniers. La concorde permise par l’octroi de l’honos procède en effet également du partage constamment renouvelé de représentations collectives. L’honos est l’occasion de réunir des individus mais aussi d’expliciter ce qu’ils ont en commun et de définir les principes qui régissent leur rapprochement. Il a de ce fait une fonction identitaire : c’est un moyen pour une communauté de célébrer des qualités spécifiques à cette dernière, sources de l’honos, et de reformuler ainsi les valeurs sur lesquelles elle s’est bâtie. La fonction morale rejoint ici la fonction sociale : l’honos permet de définir des valeurs qui orientent le comportement mais servent aussi à donner une identité à un groupe. Les marques d’honneur sont ainsi pour l’aristocratie un moyen d’affirmer les qualités et les valeurs qu’elle considère comme centrales et de se définir sur le terrain moral78. La pompa funebris et les éloges funèbres mettent par exemple en valeur les activités politiques, les succès militaires et les qualités morales du défunt ; ce rituel rend ainsi hommage à ce dernier mais énonce simultanément quelles sont les valeurs prisées et établit du même coup les caractéristiques de l’appartenance à la nobilitas79. La mise en avant de ces mérites essentiels est une manière d’établir des critères subjectifs, moraux, de l’appartenance à l’élite patricio-plébéienne qui s’ajoutent au critère plus objectif, politique, qu’est l’exercice d’une charge élevée dans le cursus honorum.

2.2. Symboliser le lien social

  • 80 Dans la typologie que donne P. Veyne des échanges, l’« hommage » vise non pas la satisfaction des (...)
  • 81 Sur cette affaire où un territoire est frappé de confiscation et où sont impliqués, de façon plus (...)

43La structuration sociale des groupes opérée par l’honos fonctionne aussi à l’échelle des individus. Il ne s’agit plus alors de la cohésion instaurée entre donateurs de l’honos mais des rapports établis entre donateur et destinataire. La marque d’honneur permet en effet de symboliser les liens sociaux existant entre eux et de les entretenir. L’honos peut par exemple se fonder sur un lien d’amicitia et servir alors à signifier l’estime d’un individu à son ami mais aussi à symboliser leur relation d’amitié80. Dans une lettre adressée à L. Plotius Plancus où il lui demande d’intervenir dans l’affaire de Buthrote81, Cicéron écrit :

[…] tamen hoc pro coniunctione et beneuolentia nostra mihi sumpsi ut id a te peterem quod tua singularis humanitas suauissimique mores a te essent impetraturi; id autem est ut hoc quod te tua sponte facturum esse certo scio, honoris nostri causa libenter, prolixe, celeriter facias.

« Cependant, étant donné nos relations et notre bienveillance mutuelle, je me permets de te demander ce que te dicteraient ta bonté sans égale et la douceur de ton caractère, c’est-à-dire d’accomplir avec plaisir, empressement, célérité, par considération pour moi, l’acte que, j’en ai la certitude, tu accomplirais de toi-même. »
(Cic. Att. XVI, 16a, 4 ; trad. Beaujeu).

  • 82 Sur cet aspect de l’amicitia, voir supra p. 321-322.

44Cicéron demande à Plotius Plancus d’agir au nom de leur coniunctio et de leur beneuolentia, c’est-à-dire au nom des liens qui les unissent et de leurs bonnes relations. Aux yeux de Cicéron, ce serait lui faire honneur (honoris nostri causa) que de lui venir en aide dans cette affaire. L’invocation de l’honos est habile de la part de Cicéron car un refus serait le signe que la beneuolentia et la coniunctio précédemment évoquées n’ont pas de réelle existence. L’honos que Cicéron réclame servirait à manifester clairement leur relation d’amitié et un refus entraînerait une détérioration de leurs rapports. Les honores rendus entre amis permettent de visualiser l’amitié et de la renforcer car cette dernière se nourrit de services concrets82. L’économique connaît ainsi un usage symbolique : la dépense d’argent ou d’énergie consentie par l’ami sert à représenter l’existence d’une relation sociale.

  • 83 Cic. Phil. I, 12. Sur cet épisode, Ferrary, « À propos de deux passages des Philippiques (1, 11-13 (...)
  • 84 Cic. Mur. 70.

45La notion d’amicitia possédant à Rome une coloration politique toujours plus ou moins marquée, on peut s’interroger sur la fonction de communication politique que peut avoir l’honos qui exprime cette amitié. Manifester l’amicitia par des marques d’honneur peut revenir à signifier également son allégeance à un homme ou au parti qu’il représente. Le jour de supplication supplémentaire que Marc Antoine veut faire consacrer à César après sa mort est une façon de se positionner comme héritier politique du dictateur défunt et de marquer son opposition irréductible aux césaricides83. Les personnes qui font à un candidat à une magistrature l’honos de l’escorter le soutiennent dans la perspective des élections et signifient de manière très visible leur appui84. L’honos sert ici de media : il fait passer de manière efficace et rapide un message de nature politique à la population urbaine de Rome. L’honos est également un moyen d’expression de l’alliance entre deux cités ou deux États. Les honores échangés par des peuples servent à manifester une bonne entente diplomatique et à prolonger cette dernière. Un passage de César, que nous avons cité précédemment à propos des décrets honorifiques, témoigne de cette fonction de l’honos. En voici à nouveau le texte :

Docebat etiam quam ueteres quamque iustae causae necessitudinis ipsis cum Haeduis intercederent, quae senatus consulta quotiens quamque honorifica in eos facta essent.

« Il lui apprit encore combien étaient anciennes et légitimes les raisons de l’amitié qui unissait les Héduens aux Romains, quels sénatus-consultes avaient été rendus en leur faveur, à mainte reprise et dans les termes les plus honorables. »
(Caes. BG I, 43, 6-7 ; trad. Constans modifiée).

  • 85 Liv. XXXVIII, 39, 12 pour Smyrne, Chios et Erythrées ; XLII, 11, 2 et 14, 10 pour Pergame.

46César explique à Arioviste que des liens étroits unissent les Romains aux Héduens et qu’il ne saurait donc tolérer qu’on s’en prenne à eux. Les sénatus-consultes honorifiques rendus en faveur des Héduens sont l’expression de la necessitudo qui rapproche les deux peuples, le signe tangible de leur alliance. La répétition des senatus consulta honorifica permet de symboliser et d’entretenir cette necessitudo dans le temps. C’est aussi par l’honos que Rome renforce ses liens avec les cités grecques d’Asie après la victoire sur Antiochus ou, quelques années après, avec Eumène, placé à la tête du royaume de Pergame85. Les marques d’honneur sont ainsi les éléments d’un langage diplomatique : elles constituent des informations publiques sur la teneur des relations de Rome avec les autres cités de Méditerranée et symbolisent, pour les bénéficiaires mais aussi pour tous les autres États qui en sont les témoins, le degré d’amicitia entre l’Vrbs et ces peuples.

3. Obtenir du pouvoir

  • 86 Supra p. 355 sqq.

47Nous avons vu au chapitre précédent que l’honos procurait à son détenteur un ascendant sur son entourage et que cet ascendant était indissociable de certaines contraintes86. L’existence de ces dernières nous amène à reconsidérer la nature de la relation de pouvoir créée par l’honneur. Les obligations liées à l’honos sont en effet une forme d’emprise du donateur sur la personne qui reçoit l’honos. On peut dès lors se demander si les honores n’ont pas pour fonction de donner du pouvoir à celui qui les octroie.

3.1. Gagner en prestige

  • 87 L’éloge de la famille a lieu juste après le préambule et constitue une constante de la laudatio fu (...)
  • 88 Flower, Ancestor Masks, note que par la laudatio « an office holding family set itself apart from (...)
  • 89 Robert, « Quelques usages du portrait peint à l’époque médio-républicaine », p. 86.

48L’acte de rendre hommage n’est pas un geste totalement désintéressé. Le donateur de l’honos peut bénéficier, de manière indirecte, de l’hommage qu’il rend à un tiers. Il peut d’abord être lui-même un destinataire secondaire de l’honos conféré à autrui. C’est patent lorsqu’une famille aristocratique rend honneur à l’un des siens à son décès. La procession, qui met en scène les ancêtres du trépassé, souligne en effet le prestige de toute la gens et non du seul mort ; cette démonstration de grandeur profite aux derniers descendants encore vivants de la famille. L’éloge funèbre rappelle de même les mérites du défunt mais commence par glorifier les ancêtres et la famille, et donc les personnes mêmes qui organisent le funus87. La fonction politique de la laudatio est nette : cet honos sert le prestige de la famille en commémorant sa valeur passée et en mettant en avant un de ses jeunes rejetons, celui qui prononce le discours88. Les portraits peints des aristocrates triomphateurs figurant dans les temples ou les tombes visent de même à imposer le souvenir d’une gens tout entière dans des espaces semi-publics89.

  • 90 Sur les inscriptions sur la base des statues, Lahusen, Untersuchungen zur Ehrenstatue in Rom, p. 1 (...)

49La marque d’honneur permet à celui qui la reçoit de se singulariser et de se construire une image publique positive. Mais cet effet particulier est également recherché par le donateur pour son propre compte : donner un honos constitue un moyen de publicité efficace. La statue honorifique décernée à un individu est pourvue d’une inscription qui mentionne en général le nom de celui qui l’octroie90. L’honos ne bénéficie pas alors seulement à celui qui le reçoit mais aussi à celui qui le confère. Une inscription retrouvée en Sicile sur un piédestal qui supportait vraisemblablement une statue dédiée au frère de Scipion l’Africain déclare :

Italicei
L. Cornelium Sc[ip]i[one]m
honoris caussa

« Les Italiens, à Lucius Cornelius Scipion, pour l’honorer. »
(CIL I2, 612 = ILLRP 320).

  • 91 Liv. XXXIV, 44 ; Cic. De or. II, 280.
  • 92 Val. Max. VIII, 14, 6.

50Le texte rappelle l’identité de la personne figurée sous forme de statue mais indique aussi, en premier lieu, l’auteur de cet honos, les Italiens de Sicile. Par cet honos, les Italicei remercient sans doute L. Scipion pour son action en Sicile lorsqu’il y était préteur mais rappellent aussi à tous l’hommage qu’ils ont pris la peine de décerner à un magistrat du peuple romain91. L’honos montre que le donateur est reconnaissant et donne de lui une image sociale positive. Il en va de même des peintures historiques qui célèbrent des grands hommes de l’histoire de Rome mais mettent simultanément en valeur le peintre : à en croire Valère Maxime, Fabius Pictor a cherché à s’attirer la gloire par les fresques qu’il réalisa dans le temple de Salus, alors même que sa famille était déjà extrêmement célèbre92.

  • 93 Lors du potlatch, donner est une obligation si l’on veut conserver son rang (Mauss, Sociologie et (...)
  • 94 Veblen, Théorie de la classe de loisir, p. 48-68 notamment. Pour Veblen, montrer les dépenses élev (...)

51Enfin, sur un plan plus concret, le donateur de l’honos peut augmenter son propre prestige en engageant des dépenses importantes. La forme matérielle de l’honos est en effet loin d’être secondaire : la valeur économique soutient la valeur symbolique. Mauss a souligné dans son analyse du don combien le prestige se gagnait par la dépense somptuaire, voire, dans les sociétés où le don est un échange agonistique, par la destruction de ses biens93. Vu la publicité qui entoure l’octroi d’honores, le don de marques d’estime coûteuses est un moyen de prouver sa richesse et d’en tirer une supériorité : c’est une forme de la consommation ostentatoire théorisée par Veblen94. L’homme public qui octroie des honores à sa cité retire de l’estime de son geste généreux : les inscriptions qui commémorent les largesses rappellent avec précision les investissements réalisés et soulignent que les donateurs les ont fait de sua pecunia. C’est le cas de Gaius Quinctius et Marcus Porcius à Pompéi :

C(aius) Quinctius C(aii) f(ilius) Valgus | M(arcus) Porcius M(arci) f(ilius) duo uir(i) | quinq(uennales) coloniai honoris | caussa spectacula de sua | peq(unia) fac(ienda) coer(auerunt) et coloneis | locum in perpetuom deder(unt).

« Gaius Quinctius Valgus, fils de Gaius, et Marcus Porcius, fils de Marcus, duumvirs quinquennaux, se chargèrent d’organiser des spectacles à leurs frais pour honorer la colonie et donnèrent aux colons un lieu d’enterrement pour l’éternité. »
(CIL I2, 1632).

  • 95 Cf. l’inscription commémorant les actes d’évergétisme de C. Catius (ILLRP I, 116 = CIL X, 1236).
  • 96 Sur l’image de magnificence procurée par l’évergétisme, Veyne, Le Pain et le cirque, p. 31 sqq.
  • 97 Pour T. Veblen, la dépense ostentatoire prestigieuse est celle qui va à des superfluités et non à (...)
  • 98 Supra p. 278 n. 167.

52Les deux magistrats locaux ont investi leur argent personnel dans un honos à leur cité, en organisant un spectacle et en offrant un lieu d’ensevelissement aux colons. L’inscription commémore, à leur profit, cette largesse et leur donne une image durable d’hommes généreux95. L’honos intègre ici les effets particuliers de la pratique hellénistique de l’évergétisme, par laquelle un notable s’attire la reconnaissance du peuple, affirme son appartenance à la classe dirigeante et augmente son prestige96. Les funérailles sont un autre type d’honos où la dépense économique engagée sert le prestige de celui qui la fait. L’exhibition, lors de la pompa funebris aristocratique, de nombreux musiciens, chanteurs, danseurs, mimes, les affranchissements testamentaires à l’occasion du décès et la destruction dans le feu du bûcher d’objets précieux relèvent de ces dépenses ostentatoires, dont certaines sont ici réalisées en pure perte, à des seules fins de prestige social97. Le nombre parfois très élevé de ces sacrifices matériels, qui ne sont pas sans rappeler les destructions de biens intervenant lors des potlatchs décrits par Mauss, ont conduit à des limitations légales, pour éviter de mettre en péril l’ordre public par l’excès de luxe et la ruine des familles98.

3.2. « Do ut des » : s’attirer bienfaits et partisans

  • 99 Supra p. 376-382.
  • 100 Ce principe est formulé par le juriste Paul (Dig. XIX, 5, 5).
  • 101 Cic. Phil. II, 110 et 111.

53L’honos contribue également à l’augmentation du pouvoir de la personne qui en est à l’origine en lui permettant d’obtenir des avantages concrets et des alliés qui lui sont soumis. L’honos procure à son donateur un pouvoir de nature symbolique, le prestige, mais aussi une influence directe sur la personne honorée. Cet ascendant est rendu possible par le fonctionnement économique de l’honneur et plus précisément par la dette qu’il crée et la gratia qu’il impose. La rétribution honorifique conférée à autrui sous forme d’honos l’oblige en effet à rendre en retour un autre bienfait pour acquitter sa dette99. Ce mécanisme d’échange explique que l’honos puisse avoir comme fonction délibérée de s’attirer des bienfaits de la part de celui qu’on honore : c’est le principe du do ut des100. C’est cet usage de l’honos que Cicéron dénonce chez Marc Antoine : il l’accuse d’avoir honoré César non pas en raison de sa dignitas mais par intérêt personnel, avec l’espoir d’être gratifié pour ces honneurs101. Cette critique est étayée de manière théorique par la réflexion à laquelle se livre Cicéron au livre II du De officiis ; il s’interroge sur les manières de s’attirer la faveur de son entourage et les évalue d’un point de vue moral. Or, accorder l’honos dans le seul but de recevoir en retour un bienfait est une conduite méprisable à ses yeux :

Quaecumque igitur homines homini tribuunt ad eum augendum atque honestandum, aut beniuolentiae gratia faciunt cum aliqua de causa quempiam diligunt, aut honoris si cuius uirtutem suspiciunt quemque dignum fortuna quam amplissima putant […] aut postremo pretio ac mercede ducuntur, quae sordidissima est illa quidem ratio et inquinatissima et iis, qui ea tenentur, et illis, qui ad eam confugere conantur.

« Ainsi donc, tout ce que les hommes accordent à l’homme pour le grandir ou l’honorer, ils le font soit par bienveillance lorsqu’ils ont une raison de l’aimer, soit pour lui rendre hommage s’ils admirent sa vertu et le jugent digne de la plus grande fortune […] ou s’ils sont menés par la récompense d’un salaire, ce qui est assurément le motif le plus vil et le plus ignoble, à la fois pour ceux qu’il retient et pour ceux qui entreprennent de recourir à lui. »
(Cic. Off. II, 21 ; trad. Testard modifiée).

  • 102 Sen. Ben. IV, 1, 2 sqq.

54L’octroi d’une marque d’honneur peut répondre, entre autres raisons, à la volonté d’honorer une grande uirtus mais aussi au désir de s’attirer, par ce signe de respect, la bienveillance de celui qui est honoré et des récompenses de sa part, pretium ou merces. On retrouve ici le paradigme économique de l’honos, qui vise encore le profit, mais de celui qui le donne cette fois. La critique est reprise par Sénèque dans le De beneficiis où il expose que la bienfaisance doit être désintéressée : selon le point de vue stoïcien de Sénèque, la vertu, manifestée dans le beneficium, ne peut rechercher une récompense car elle vaut par elle-même et constitue le souverain bien102. Ces diverses répréhensions morales montrent indirectement que l’utilisation de l’honos pour obtenir des bienfaits en retour ne devait pas être une pratique rare à Rome. Ce principe du do ut des est également à l’œuvre dans les marques d’honneur adressées aux dieux : les signes d’estime sont donnés aux divinités par les hommes dans l’espoir d’obtenir en retour la faveur des dieux. C’est ce qu’indique un passage du De natura deorum où est récusée l’idée épicurienne selon laquelle les dieux ne se préoccupent pas des affaires humaines :

Sin autem dei neque possunt nos iuuare nec uolunt nec omnino curant nec quid agamus animaduertunt nec est quod ab is ad hominum uitam permanare possit, quid est quod ullos deis immortalibus cultus honores preces adhibeamus?

« Mais si les dieux ne peuvent et ne veulent nous aider et ne s’en soucient pas du tout, s’ils ne font pas attention à nos actions et si rien de ce qui est issu d’eux ne peut toucher la vie humaine, pourquoi adresser aux dieux immortels un culte, des honneurs ou des prières ? »
(Cic. ND I, 3).

  • 103 Malgré ces affirmations sur l’inefficacité des honores sur les dieux, les épicuriens ont entouré d (...)
  • 104 « The purpose of most Roman sacrificers was to make the divine power more capable of carrying out (...)

55Si les dieux n’ont pas part aux activités humaines, comme le soutiennent les épicuriens, alors les marques d’honneur que les hommes leur adressent perdent tout leur sens car elles ne peuvent infléchir favorablement leur attitude103. Mais, avance Cicéron, comme ces rites ont bien, dans la tradition religieuse romaine, une signification, c’est la preuve que les divinités ne sont pas indifférentes. Les gestes rituels honorifiques sont accomplis parce qu’ils permettent d’obtenir en retour des avantages. Les dieux romains peuvent faire l’objet d’un certain contrôle et les hommes peuvent instaurer avec eux un lien de nature contractuelle : les honores servent à orienter dans leur intérêt les puissances divines104.

  • 105 Le mécanisme de l’honos est similaire à celui du don : « Donner semble instituer immédiatement un (...)

56L’influence que l’honos permet à son auteur d’exercer sur la personne honorée va cependant au-delà de l’obtention de bienfaits. La dette que crée l’honos n’instaure pas seulement une relation d’échange mais aussi une inégalité car le donateur prend un véritable ascendant sur le destinataire : l’honneur « oblige » celui qui le reçoit car le donataire est placé dans une posture de débiteur vis-à-vis du donateur tant qu’il n’a pas rétribué l’hommage reçu105. L’honos permet à l’honorans de prendre l’avantage sur l’honoratus en lui imposant une conduite et constitue donc un instrument de pouvoir. On le voit dans l’usage qu’en fait César. Lors de la révolte des Gaulois rapportée dans le livre V du Bellum Gallicum, César raconte comment l’honos accordé aux Héduens a permis de préserver leur fidélité envers Rome :

Tantum apud homines barbaros ualuit esse aliquos repertos principes inferendi belli tantamque omnibus uoluntatum commutationem attulit, ut praeter Haeduos et Remos, quos praecipuo semper honore Caesar habuit, alteros pro uetere ac perpetua erga populum Romanum fide, alteros pro recentibus Gallici belli officiis, nulla fere ciuitas fuerit non suspecta nobis.

« L’impression fut si forte sur ces esprits barbares quand on sut qu’il s’était trouvé quelques audacieux pour nous déclarer la guerre, il en résulta un tel changement dans les dispositions de tous les peuples que, sauf les Héduens et les Rèmes, à qui César témoigna toujours des honneurs particuliers, les uns en raison de leur ancienne et durable fidélité envers Rome, les autres à cause de leurs services récents dans la guerre contre les Gaulois, il n’y eut guère de cité qui ne nous donnât lieu de la soupçonner. »
(Caes. BG V, 54, 4 ; trad. Constans modifiée).

  • 106 Voir aussi la manière dont César, avant de quitter l’Espagne après sa victoire sur Varron, distrib (...)
  • 107 Voir par exemple la manière dont il adresse un honos à Allucius en lui restituant une captive (Liv (...)

57César présente la fides des Héduens comme la source des honores qu’il leur a accordés mais il est fort possible que ce soit, à l’inverse, l’octroi de marques d’honneur qui ait amené les Gaulois à la fides. L’honos est ici un instrument de contrainte dont César fait un usage stratégique pour maintenir chez les Héduens et les Rèmes des dispositions qui lui sont favorables et faire d’eux ses obligés106. Il s’agit d’une pratique fréquente chez les grands chefs de guerre : Scipion avait agi de même en octroyant des honores à des Espagnols afin de pouvoir gagner une emprise sur eux107. L’honos crée un lien de dépendance de l’honoré vis-à-vis de celui qui l’a honoré, lien qui est assorti de plusieurs devoirs. C’est ainsi un moyen d’exercer un pouvoir de manière plus discrète et peut-être plus efficace que par la coercition directe car les avantages liés à l’honos en dissimulent les contraintes. L’honos apparaît également dans nos sources comme un excellent moyen de se rallier des partisans fidèles dans les luttes politiques. César a offert, à plusieurs reprises, des honores à Cicéron, dans l’espoir de s’attacher son soutien. Nous en avons la trace dans le De prouinciis consularibus :

Consul ille egit eas res, quarum me participem esse uoluit; quibus ego si minus adsentiebar, tamen illius mihi iudicium gratum esse debebat. Me ille ut quinqueuiratum acciperem rogauit; me in tribus sibi coniunctissimis consularibus esse uoluit; mihi legationem, quam uellem, quanto cum honore uellem, detulit.

« Pendant son consulat, il a pris des mesures auxquelles il désirait me voir m’associer. Si je ne les approuvais guère, son jugement à mon égard ne devait pas moins m’être agréable. Il m’a prié d’accepter d’être l’un des Cinq ; il a voulu que je fusse l’un des trois consulaires étroitement associés à sa politique ; il m’a offert la mission de légat que je voudrais, avec tous les honneurs que je pouvais souhaiter. »
(Cic. Prou. 41 ; trad. Cousin modifiée).

  • 108 Voir l’explication donnée en Cic. Prou. 41. Il est question à plusieurs reprises dans l’œuvre de C (...)

58Les charges publiques offertes par César à Cicéron lui auraient donné du pouvoir mais elles auraient aussi eu pour effet de le soumettre indirectement à la volonté de César, ce qui a contribué au refus de Cicéron108. La réception d’un honos de la part d’un homme puissant lie en effet celui qui le reçoit à son bienfaiteur et amenuise son indépendance. C’est pourquoi Cicéron félicite les sénateurs d’avoir couvert César d’honneurs :

Ego uos intellego, Patres conscripti, multos decreuisse eximios honores C. Caesari et prope singularis. Si, quod ita meritus erat, grati, sin etiam, ut quam coniunctissimus huic ordini esset, sapientes ac diuini fuistis.

« Je vois, sénateurs, que vous avez conféré à César beaucoup d’honneurs, des honneurs magnifiques et presque uniques. Si c’est en raison de ses mérites, c’est un acte de reconnaissance, mais si vous l’avez fait aussi pour l’attacher le plus étroitement possible à notre ordre, c’est un acte de sagesse divine. »
(Cic. Prou. 38 ; trad. Cousin modifiée).

  • 109 C’est pour la même raison que Cicéron justifie les honores qu’il a voulu faire octroyer à Octave e (...)

59Les honores octroyés à César par le sénat lui ont procuré du prestige mais ont aussi servi à se l’attacher (coniunctissimus) et d’une certaine façon à se le soumettre. L’honos fait de César l’obligé du sénat et sert de moyen de pression sur le chef des populares, en essayant de le détacher de ses amitiés politiques109.

Conclusion

60L’honos semble donc jouer plusieurs rôles essentiels au fonctionnement de la collectivité. C’est tout d’abord un moyen de régulation des comportements. Il oriente, dans la pratique, l’action des membres du corps social en stimulant leur volonté et en leur assignant des buts désirables qui gravitent autour de l’utilité publique. Il permet ainsi d’exercer un contrôle social et de stabiliser les normes collectives. Cette fonction d’orientation opère aussi dans le domaine axiologique : l’honos façonne les représentations morales en définissant les valeurs prisées et en constituant des modèles de conduite à imiter. S’il se fonde sur les qualités du mos maiorum qu’il vient récompenser, il est aussi ce qui fonde, réciproquement, ces normes morales traditionnelles. En second lieu, l’honos contribue à la structuration de la société romaine. Il rassemble en effet les individus dans des rituels d’hommage communs et permet au groupe d’affirmer son identité. Il symbolise également les liens sociaux existant entre les personnes. En dernier lieu, l’honos remplit une fonction politique au sens large du terme : il permet à celui qui le donne de bâtir des rapports de pouvoir, d’une part en bénéficiant lui-même de l’honos qu’il donne, par le prestige qui rejaillit sur lui, d’autre part en créant chez autrui un lien de dépendance en sa faveur. Ces fonctions assurées par l’honos sont indissociables des effets de l’honneur sur le destinataire : ils en sont l’utilisation stratégique et parfois polémique, dans le contexte des antagonismes qui agitent la cité. L’honos peut instituer des modèles exemplaires grâce à la visibilité qu’il procure et à l’inscription dans la mémoire collective qu’il réalise, par exemple. Il énonce les valeurs morales parce qu’il signale, par les avantages qu’il donne, quelles sont les qualités prisées. Il donne du pouvoir au donateur parce qu’il oblige le destinataire à faire preuve de gratia. Sont ainsi mobilisés le fonctionnement symbolique aussi bien que le fonctionnement économique de l’honos. Le paradigme symbolique réapparaît dans l’utilisation de l’honos comme signe de ce qu’est le bien, comme désignation des modèles à imiter et comme symbolisation des liens sociaux. Le paradigme économique structure le rapport de pouvoir créé par l’honos : on donne un hommage pour créer une dette et devenir créancier de bienfaits et de soutiens.

Notes

1 Enn. Ann. frg. inc. 113 Skutsch. Sur ce fragment, voir G. Mazzoli, « Il frammento enniano Laus alit artis e il proemio al XVI libro degli Annales », Athenaeum, 42, 1964, p. 307-333. Le vers est commenté par Sénèque (Epist. 102, 16) qui considère qu’Ennius parle de l’estime des cœurs et non d’éloges verbaux. Une idée similaire au passage cicéronien figure chez Velleius Paterculus I, 16-17 (L. Alfonsi, « La dottrina dell’aemulatio in Velleio Patercolo », Aevum, 40, 1966, p. 375-378).

2 La volonté de ne pas octroyer trop d’honos à la poésie n’a pas disparu avec Caton. On voit indirectement dans le Pro Archia combien la pratique poétique peut susciter de réprobations : Cicéron y exhorte les juges à ne pas a Musarum honore et a poetarum salute abhorrere, « avoir en horreur l’honneur des Muses et le salut des poètes » (Cic. Arch. 27).

3 Cic. Phil. V, 4.

4 Sur la place de l’honestum dans la Rhétorique à Herennius, voir le chapitre 17.

5 Sur la fonction du prestige comme moyen de pousser un individu à se surpasser, voir Goode, The Celebration of Heroes, p. 80-81.

6 Varr. RR I, 17, 6-7.

7 W. J. Goode a analysé la manière dont, aux États-Unis, les individus modifient régulièrement leur « allocation d’activité » en abandonnant leur métier au profit d’un autre plus prestigieux (Goode, The Celebration of Heroes, p. 1-93).

8 Plin. NH XXXV, 2, 7.

9 Cat. frg I, 18 ORF. Selon Marmorale, Caton essaie avec un certain opportunisme de se concilier les equites réputés indisciplinés au sein de son armée (E. V. Marmorale, Cato maior, 2e éd., Bari, Laterza, 1949, p. 57-58).

10 Caes. BG VII, 27, 2. Il s’agit sans doute de coronae murales. Voir aussi BG III, 26, 1 où Crassus invite les préfets de la cavalerie à exciter l’ardeur de leurs hommes magnis praemiis pollicitationibusque. D’après Polybe, les décorations militaires sont un excellent moyen de pousser les soldats à braver le danger et leur importance au sein de l’armée explique le succès des Romains à la guerre (Pol. VI, 39, 8-9).

11 Liv. IV, 35, 7-9 (discours attribué aux tribuns de la plèbe en 424).

12 Veyne, Le Pain et le cirque, p. 273 : « en acclamant un évergète, le peuple encourage et même contraint les autres à l’imiter. »

13 Les Encyclopédistes faisaient une analyse assez similaire du rôle de l’honneur à l’échelle de la société au XVIIIe siècle (Terraillon, L’Honneur, p. 59).

14 Sur ce rôle positif du désir d’honos, voir p. 462 de Drexler, « Honos ». Pour un exemple de l’honos comme facteur d’excellence, dans le domaine rhétorique, voir K. Heldmann, Antike Theorien über Entwicklung und Verfall der Redekunst, Munich, C. H. Beck, 1982, p. 35-42. Sur le rôle de la φιλοτιμία à Sparte comme moyen de développement des qualités morales, voir J. E. Lendon, « Spartan Honor », in Hamilton, C. D. et Krentz, P. (éds.), Polis and Polemos. Essays on Politics, War, and History in Ancient Greece in Honor of Donald Kagan, Claremont, Regina, 1997, p. 105-126.

15 Il renforce ainsi le rôle des lois dont l’une des fonctions est de maintenir la concorde dans la cité (Ducos, Les Romains et la loi, p. 194-202). Il est aussi le pendant positif du châtiment qui sert à sauvegarder la cohésion sociale (Cic. Off. III, 23 ; voir Ducos, Les Romains et la loi, p. 357-358). Cette fonction de l’honneur a été observée, dans la société du XVIe siècle, par M. Nassiet, « L’honneur au XVIe siècle : un capital collectif » : « Le devoir de se conformer à un modèle de comportement propre à sa condition est un trait élémentaire de contrôle social ; l’honneur contribuait à la régulation sociale puisqu’il suscitait la conformité des comportements aux normes » (p. 77).

16 Voir notamment W. Nippel, Public Order in Ancient Rome, Cambridge, Cambridge University Press, 1995 et H. Ménard, Maintenir l’ordre à Rome (IIe-IVe siècles ap. J.-C.), Seyssel, Champ Vallon, 2004.

17 Les magistrats à imperium pouvaient infliger des amendes, mettre aux arrêts, faire battre de verges et exécuter des contrevenants, mais ces pouvoirs ont été limités une fois le ius prouocationis établi. Les censeurs possédaient des pouvoirs de contrôle s’exerçant surtout sur les classes dirigeantes. Les édiles et les tresuiri capitales avaient quelques moyens de surveiller l’ordre mais pas de pouvoirs de police au sens moderne du mot. Voir Nippel, Public Order in Ancient Rome, p. 5-6.

18 « The magistrates’ role in maintaining order can be understood as complementary to the mechanisms of social control underlying the authority of both the magistrates and the Senate » (Ibid., p. 30).

19 Sur ces cas de figure, Ibid., p. 30-46. Sur le fonctionnement du contrôle social en général, Reynaud, Les Règles du jeu, p. 30-31.

20 Sur la sanction comme instrument de contrôle, Reynaud, Les Règles du jeu, p. 37 sqq. qui montre qu’elle peut être institutionnelle ou coutumière, organisée ou spontanée. Voir aussi Goffman, La Mise en scène de la vie quotidienne, p. 101 : « Une norme est une sorte de guide pour l’action soutenue par des sanctions sociales ; les sanctions négatives pénalisent l’infraction ; les sanctions positives récompensent la conformité exemplaire. »

21 Plusieurs pratiques collectives tapageuses comme les « charivaris » (flagitia), les libelles injurieux, les chansons diffamatoires, les vers obscènes, agissent comme des sanctions endommageant le prestige. Sur ces pratiques, voir infra p. 445 sqq.

22 Voir aussi Cic. Ad Brut. I, 15 où Cicéron se réfère sans le commenter à un mot de Solon déclarant qu’une république se fonde sur deux pratiques, la récompense et la punition. Le renforcement des normes est également une des fonctions attribuées à l’honos verbal, l’éloge. Ce dernier possède un rôle protreptique, car il incite les auditeurs à imiter les qualités de la personne louée et sert ainsi souvent à « renforcer l’adhésion du public à des valeurs admises et reconnues » (Pernot, La Rhétorique de l’éloge, p. 720). Sur le contenu moral de l’éloge, voir Kierdorf, Laudatio funebris, p. 80-82.

23 Voir supra p. 383-385.

24 Sur le rapport du code d’honneur et de l’observation des lois, voir Ducos, Les Romains et la loi, p. 396-397.

25 M. Ducos, « La crainte de l’infamie et l’obéissance à la loi (Cicéron, De republica, V, 4,6) », REL, 57, 1979, p. 145-165 ; Ducos, Les Romains et la loi, p. 397-399 ; Pöschl, « Politische Wertbegriffe in Rom », p. 14.

26 Cic. Diu. Caec. 71.

27 Scip. Aem. frg. IX, 30 ORF.

28 Sur la complémentarité du mos et du ius et de l’honneur et de la loi, voir Lintott, The Constitution of the Roman Republic, p. 4 sqq. ; Bleicken, Lex publica. Gesetz und Recht in der römischen Republik, p. 368 sqq. ; Ducos, Les Romains et la loi, p. 384-399 et A. Ruelle, « Le citoyen face aux pratiques collectives de la honte à Rome : le droit et les dieux, ou deux poids, deux mesures », in Alexandre, R., Guérin, C. et Jacotot, M. (éds.), Rubor et pudor. Vivre et penser la honte à Rome, Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2012, p. 61-82.

29 Cette fonction normative est aussi présente dans le fonctionnement de la gloria qui fixe ce que doit être la conduite des individus (J.-F. Thomas, « Gloria maiorum, gloria antiqua. La conscience du passé dans la conception de la gloire à Rome », in Bakhouche, B. (éd.), L’Ancienneté chez les Anciens, Montpellier, Université de Montpellier III, 2003, vol. 1, p. 133-153). De façon générale, le contrôle social en vigueur dans une société ne se borne pas à éviter la déviance et à maintenir les règles mais agit aussi sur ces dernières et peut les modifier (Reynaud, Les Règles du jeu, p. 31).

30 C. Kluckhohn, « Values and Value-Orientations in the Theory of Action », in Parsons, T. et Shils, E. (éds.), Toward a General Theory of Action, Cambridge (MA), Harvard University Press, 1951, p. 388-433. Pour une définition plus pragmatique de la valeur, en tant qu’objet sur lequel une action collective peut se fonder, voir Reynaud, Les Règles du jeu, p. 234. Sur le rapport des valeurs et des normes à Rome, E. Flaig, « Keine Performanz ohne Norm – keine Norm ohne Wert. Das Problem der zwingenden Gesten in der römischen Politik », in Haltenhoff, A., Heil, A. et Mutschler, F.-H. (éds.), Römische Werte als Gegenstand der Altertumswissenschaft, Munich, K. G. Saur, 2005, p. 209-221.

31 On ne peut donc dire, avec M. Bettini (Bettini, « Mos, mores und mos maiorum », p. 324), que la façon dont se définit le mos maiorum est floue. Il est exact que cette définition ne procède pas par l’édiction systématique de normes explicites, mais il y a tout de même, par l’honos, désignation de valeurs essentielles. Sur la manière dont sont établies les normes du mos maiorum, voir F.-H. Mutschler, « Norm und Erinnerung : Anmerkungen zur sozialen Funktion von historischem Epos und Geschichtsschreibung im 2. Jh. v. Chr. », in Braun, M., Haltenhoff, A. et Mutschler, F.-H. (éds.), Moribus antiquis res stat Romana. Römische Werte und römische Literatur im 3. und 2. Jh. v. Chr., Munich, K. G. Saur, 2000, p. 87-124, notamment p. 88 et B. Linke et M. Stemmler, « Institutionalität und Geschichtlichkeit in der römischen Republik », in Linke, B. et Stemmler, M. (éds.), Mos maiorum. Untersuchungen zu den Formen der Identitätsstiftung und Stabilisierung in der römischen Republik, Stuttgart, F. Steiner, 2000, p. 1-23.

32 Supra p. 368 sqq.

33 Pitt-Rivers, Anthropologie de l’honneur, p. 40.

34 Sur ces éléments du triomphe, voir supra p. 274-275.

35 Cic. Phil. V, 36. Il en va de même du décret en l’honneur de Lépide (Cic. Phil. V, 40-41).

36 Sur la présence des mérites du défunt dans l’éloge funèbre, voir Pol. VI, 53, 2 et Kierdorf, Laudatio funebris, p. 75-80. Sur les qualités mentionnées sur les tombeaux, voir Von Hesberg, Römische Grabbauten, p. 208.

37 L’éditeur allemand Marx juge la correction irrecevable, considère que le passage est irrécupérable et place igni entre cruces desperationis (F. Marx, Plautus Rudens. Text und Kommentar, Amsterdam, A. M. Hakkert, 1959).

38 Cicéron se représente aussi la manière dont l’honos exprime le mérite selon une autre image que le signe : il s’agit du testimonium, du témoignage en justice. L’obtention d’un honos est un témoignage de la dignitas ou de la uirtus de celui qui le reçoit et manifeste ainsi publiquement sa valeur (Cic. Planc. 50 ; Phil. IX, 11 et 15).

39 Sur cet aspect du mos maiorum, voir Lind, « The Tradition of Roman Moral Conservatism », p. 53.

40 Sur le rôle de l’ignominie et des récompenses prévues par les lois pour guider la conduite, voir Ducos, Les Romains et la loi, p. 395-396.

41 Sur ce mode de définition romain des normes de comportement, A. Haltenhoff, « Wertbegriff und Wertbegriffe », in Braun, M., Haltenhoff, A. et Mutschler, F.-H. (éds.), Moribus antiquis res stat Romana. Römische Werte und römische Literatur im 3. und 2. Jh. v. Chr, Munich, K. G. Saur, 2000, p. 15-29, notamment p. 24 ; Linke et Stemmler, « Institutionalität und Geschichtlichkeit in der römischen Republik », p. 8.

42 Pl. Trin. 291-292.

43 Sur ce sens d’honeste, voir supra p. 136-137.

44 Cf. Cic. Font. 42 où il apparaît que l’honos doit être octroyé aux généraux valeureux car cela les pose en figures de référence pour tous, dans l’intérêt de la république.

45 Voir par exemple Cic. Phil. IX, 4. Sur cet aspect, Lahusen, Untersuchungen zur Ehrenstatue in Rom, p. 136 ; T. Späth, « Faits de mots et d’images. Les grands hommes dans la Rome ancienne », Traverse, 5 (1), 1998, p. 35-56 ; Sehlmeyer, Stadtrömische Ehrenstatuen der republikanischen Zeit, p. 103-108.

46 Pol. VI, 54, 3. Voir Flower, Ancestor Masks, p. 220-221 et Badel, La Noblesse de l’Empire romain, p. 39.

47 Sur ce rôle de définition morale joué par les rituels sociaux aristocratiques, voir Hölkeskamp, Die Entstehung der Nobilität, p. 204 sqq. Sur le rôle plus spécifiquement identitaire des honores voir infra p. 415-418.

48 La notion a fait l’objet de nombreuses études critiques. Pour notre approche, se sont révélés utiles les travaux généraux sur la notion (H. Kornhardt, Exemplum. Eine bedeutungsgeschichtliche Studie, Diss., Göttingen, 1936 ; A. Lumpe, « Exemplum », RLAC, 6, 1966, p. 1229-1257), ceux consacrés à l’exemplum comme procédé rhétorique (M. Fuhrmann, « Das Exemplum in der antiken Rhetorik », in Koselleck, R. et Stempel, W. D.(éds.), Geschichte, Ereignis und Erzählung, Munich, Fink, 1973, p. 449-452 ; J. Gaillard, « Auctoritas exempli : pratique rhétorique et idéologie au Ier s. av. J-C. », REL, 56, 1978, p. 30-34 ; N. Zorzetti, « Dimostrare et convincere : l’exemplum nel ragionamento induttivo e nella communicazione », in David, J.-M. et Berlioz, J.(éds.), Rhétorique et histoire. L’exemplum et le modèle de comportement dans le discours antique et médiéval, Rome, E.F.R., 1980, p. 33-65 ; J.-M. David, « Maiorum exempla sequi : l’exemplum historique dans les discours judiciaires de Cicéron », in David, J.-M. et Berlioz, J.(éds.), Rhétorique et histoire. L’exemplum et le modèle de comportement dans le discours antique et médiéval, Rome, E.F.R., 1980, p. 67-86 ; J.-M. David, « Les enjeux de l’exemplarité à la fin de la République et au début du principat », in David, J.-M. (éd.), Valeurs et mémoire à Rome. Valère Maxime ou la vertu recomposée, Paris, De Boccard, 1998, p. 9-17 ; R. Gazich, « Teoria e pratica dell’exemplum in Quintiliano », in Vincenzo, C. V.(éd.), Aspetti della paideia di Quintiliano, Milan, Vita e Pensiero, 1990, p. 61-141) ; les études sur l’idéologie des exempla (H. W. Litchfield, « National Exempla Virtutis in Roman Literature », HSCPh, 25, 1914, p. 1-71 ; M. Stemmler, « Auctoritas exempli. Zur Wechselwirkung von kanonisierten Vergangenheitsbildern und gesellschaftlicher Gegenwart in der spätrepublikanischen Rhetorik », in Linke, B. et Stemmler, M. (éds.), Mos maiorum. Untersuchungen zu den Formen der Identitätsstiftung und Stabilisierung in der römischen Republik, Stuttgart, F. Steiner, 2000, p. 141-205 ; K.-J. Hölkeskamp, « Exempla und mos maiorum : Überlegungen zum kollektiven Gedächtnis der Nobilität » in Senatus Populusque Romanus. Die politische Kultur der Republik, Stuttgart, F. Steiner, 2004, p. 169-198) ; les travaux sur les recueils d’exempla et notamment celui de Valère Maxime (G. Maslakov, « Valerius Maximus and Roman Historiography : a Study of the Exempla Tradition », ANRW, II, 32, 1, 1984, p. 437-496 ; J.-M. David (éd.), Valeurs et mémoire à Rome. Valère Maxime ou la vertu recomposée, Paris, De Boccard, 1998 ; U. Lucarelli, Exemplarische Vergangenheit. Valerius Maximus und die Konstruktion des sozialen Raumes in der frühen Kaiserzeit, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2007). Voir aussi les études sur les « grands hommes » (Späth, « Faits de mots et d’images. Les grands hommes dans la Rome ancienne » ; M. Coudry et T. Späth (éds.), L’Invention des grands hommes de la Rome antique, Paris, De Boccard, 2001).

49 Voir le rapport établi entre emo, eximo, eximius et exemplum par le DELL, p. 195. « Exemplum est proprement l’objet séparé des autres pour servir de modèle » (DELL, p. 205).

50 Sur les sens d’exemplum et sur cette organisation du sémantisme voir Kornhardt, Exemplum. Eine bedeutungsgeschichtliche Studie qui isole deux sens fondamentaux, celui d’« échantillon » et celui de « modèle ».

51 Ce sont les exempla uirtutis étudiés par Litchfield, « National Exempla Virtutis in Roman Literature ».

52 Sur les vertus qu’illustrent les exempla uirtutis, voir Ibid., p. 28-35.

53 Cic. Flac. frg. 17 du manuscrit de Cues. Sur la distinction entre exemplum et exemplar, voir Kornhardt, Exemplum. Eine bedeutungsgeschichtliche Studie, p. 52-55.

54 M. Coudry, « Camille : construction et fluctuations de la figure d’un grand homme », in Coudry, M. et Späth, T. (éds.), L’Invention des grands hommes de la Rome ancienne, Paris, De Boccard, 2001, p. 47-81, aux p. 50-51. Sur la statue de Camille, voir Ascon. In Scaur. 29C.

55 À la p. 17 de J.-M. David, « Les étapes de la construction de la figure de Coriolan », in Coudry, M. et Späth, T. (éds.), L’Invention des grands hommes de la Rome ancienne, Paris, De Boccard, 2001, p. 17-25.

56 Sur la columna rostrata, Plin. NH XXXIV, 20 ; CIL I2, 25 = ILLRP 319. Sur le porteur de torche et le joueur de flûte, Cic. Cato mai. 44 ; Liv. Per. 17 ; Val. Max. III, 6, 4 ; Sil. VI, 663-669.

57 Nous nous appuyons sur la comparaison des deux personnages faite par Gendre et Loutsch, « C. Duilius et M. Atilius Regulus ».

58 Ibid., p. 164. Sur les sources historiques concernant Régulus, voir supra p. 319 n. 63.

59 Sur l’importance de la littérature dans la construction d’un modèle de référence, Litchfield, « National Exempla Virtutis in Roman Literature », p. 62-63 ; T. Späth, « Erzählt, erfunden : Camillus. Literarische Konstruktion und soziale Normen », in Coudry, M. et Späth, T. (éds.), L’Invention des grands hommes de la Rome ancienne, Paris, De Boccard, 2001, p. 341-412 ; Hölkeskamp, « Exempla und mos maiorum : Überlegungen zum kollektiven Gedächtnis der Nobilität ».

60 C’est la manifestation de uirtutes à travers les actions réussies qui rend exemplaire et non la réussite de ces actions elle-même. Sur la cohérence des uirtutes d’une figure à l’autre, Litchfield, « National Exempla Virtutis in Roman Literature », p. 421-437.

61 Arstt. Rhet. 1356 a-b.

62 « L’exemple consiste à citer un fait ou un propos du passé dont on peut nommer l’auteur avec précision » (Rhet. Her. IV, 62 ; trad. Achard). Voir aussi la définition de Cic. Inu. I, 49 ; De or. III, 204-205 ; Top. 41-45 ; Part. 44 et 55. Sur ces définitions, David, « Les enjeux de l’exemplarité », p. 9 ; David, « Maiorum exempla sequi », p. 68-69 ; Lucarelli, Exemplarische Vergangenheit, p. 31.

63 Cic. Rosc. Amer. 50.

64 David, « Les enjeux de l’exemplarité », p. 10 ; Späth, « Erzählt, erfunden ».

65 Sur l’auctoritas exempli, voir Gaillard, « Auctoritas exempli : pratique rhétorique et idéologie au Ier s. av. J-C. » et Stemmler, « Auctoritas exempli ».

66 David, « Les enjeux de l’exemplarité », p. 10.

67 Kornhardt, Exemplum. Eine bedeutungsgeschichtliche Studie, p. 57 ; David, « Maiorum exempla sequi », p. 76 ; Späth, « Erzählt, erfunden », p. 343.

68 Combès, Imperator, p. 93.

69 Flower, Ancestor Masks, p. 99-100.

70 Von Hesberg, Römische Grabbauten, p. 14.

71 Robert, « Quelques usages du portrait peint à l’époque médio-républicaine », p. 85.

72 Cic. Verr. II, II, 51.

73 Halkin, La Supplication, p. 101-102. Voir par exemple Cic. Catil. III, 23.

74 Voir Nicolet, Métier, p. 333-341 et 347-348.

75 Voir le consensus universel qui préside à l’honos rendu à Horatius Coclès (Liv. II, 10, 12-13) ou à Manlius Capitolinus (Liv. V, 47, 8). Après la victoire du Métaure, c’est tout Rome qui honore les vainqueurs (Liv. XXVII, 51, 1-10).

76 Beard, The Roman Triumph, p. 239-244.

77 Le triomphe fonctionne ici comme un rituel qui renforce les liens des membres de la communauté. Cette interprétation traditionnelle du rituel, qui est celle de V. W. Turner et É. Durkheim, a été contestée par T. Itgenshorst et M. Beard. Pour T. Itgenshorst, la pompa triumphalis, si elle est bien un rituel, a plutôt pour fonction de laisser s’exprimer des conflits qui agitent la société, entre le général et le sénat, ou le général et le peuple (Itgenshorst, Tota illa pompa, p. 189). Pour M. Beard, le rituel du triomphe permet de mettre en cause les valeurs traditionnelles (Beard, The Roman Triumph, p. 59). Ces deux lectures ne nous paraissent pas recevables. L’octroi du triomphe donne bien lieu à des rivalités et des dissensions, mais elles se produisent avant la cérémonie où elles sont ensuite occultées. La subversion que M. Beard décèle à l’œuvre dans le triomphe repose sur un argument qui nous paraît bien mince : ce serait la splendeur de certains vaincus, susceptibles de concurrencer le général, qui inverserait le rapport vainqueur-vaincu. Mais cette splendeur, qui ne se manifeste que dans quelques triomphes et non systématiquement, ne change rien au destin des vaincus, étranglés dans le carcer et à l’assomption du vainqueur, l’imperator, assimilé à Jupiter.

78 Voir Hölkeskamp, Die Entstehung der Nobilität, p. 204 et Blösel, « Von der Familientradition zum Nobilitätsethos », p. 46-53.

79 Hölkeskamp, Die Entstehung der Nobilität, p. 222. Voir par exemple l’éloge funèbre de Caecilius Metellus (Plin. NH VII, 139-140).

80 Dans la typologie que donne P. Veyne des échanges, l’« hommage » vise non pas la satisfaction des protagonistes de l’échange mais la figuration métaphorique de leur relation (Veyne, Le Pain et le cirque, p. 82).

81 Sur cette affaire où un territoire est frappé de confiscation et où sont impliqués, de façon plus ou moins directe, Atticus et César, voir J. Beaujeu (éd.), Cicéron. Correspondance. Tome IX, Paris, Les Belles Lettres, p. 289-294.

82 Sur cet aspect de l’amicitia, voir supra p. 321-322.

83 Cic. Phil. I, 12. Sur cet épisode, Ferrary, « À propos de deux passages des Philippiques (1, 11-13 et 2, 110) ».

84 Cic. Mur. 70.

85 Liv. XXXVIII, 39, 12 pour Smyrne, Chios et Erythrées ; XLII, 11, 2 et 14, 10 pour Pergame.

86 Supra p. 355 sqq.

87 L’éloge de la famille a lieu juste après le préambule et constitue une constante de la laudatio funebris (Kierdorf, Laudatio funebris, p. 64-69). Sur la glorification des autres personnes que le défunt par les funérailles, voir Flaig, « Die pompa funebris », p. 130.

88 Flower, Ancestor Masks, note que par la laudatio « an office holding family set itself apart from ordinary citizens by virtue of past political function and made an exhibition of its history in the most public way available » (p. 132).

89 Robert, « Quelques usages du portrait peint à l’époque médio-républicaine », p. 86.

90 Sur les inscriptions sur la base des statues, Lahusen, Untersuchungen zur Ehrenstatue in Rom, p. 142.

91 Liv. XXXIV, 44 ; Cic. De or. II, 280.

92 Val. Max. VIII, 14, 6.

93 Lors du potlatch, donner est une obligation si l’on veut conserver son rang (Mauss, Sociologie et anthropologie, p. 101).

94 Veblen, Théorie de la classe de loisir, p. 48-68 notamment. Pour Veblen, montrer les dépenses élevées que l’on consent est un moyen d’acquérir du prestige car cela revient à exhiber sa puissance pécuniaire. Pour une application nuancée de cette théorie à l’Antiquité, voir Veyne, Le Pain et le cirque, p. 104 sqq.

95 Cf. l’inscription commémorant les actes d’évergétisme de C. Catius (ILLRP I, 116 = CIL X, 1236).

96 Sur l’image de magnificence procurée par l’évergétisme, Veyne, Le Pain et le cirque, p. 31 sqq.

97 Pour T. Veblen, la dépense ostentatoire prestigieuse est celle qui va à des superfluités et non à des biens indispensables (Veblen, Théorie de la classe de loisir, p. 65). L’important lors du funus n’est pas de dépenser pour les funérailles elles-mêmes mais pour leur somptuosité.

98 Supra p. 278 n. 167.

99 Supra p. 376-382.

100 Ce principe est formulé par le juriste Paul (Dig. XIX, 5, 5).

101 Cic. Phil. II, 110 et 111.

102 Sen. Ben. IV, 1, 2 sqq.

103 Malgré ces affirmations sur l’inefficacité des honores sur les dieux, les épicuriens ont entouré d’honneurs et d’un culte de type quasi religieux le fondateur de leur secte, Épicure, qui, par sa réalisation parfaite de la sagesse, avait égalé les dieux. Sur le culte rendu à Épicure par les adeptes du Jardin, voir R. Koch, Comment peut-on être Dieu ? La secte d’Épicure, Paris, Belin, 2005.

104 « The purpose of most Roman sacrificers was to make the divine power more capable of carrying out their wishes. Purely honorific sacrifice seems to have been unknown » (Jocelyn, « The Roman Nobility and the Religion of the Republican State », p. 100).

105 Le mécanisme de l’honos est similaire à celui du don : « Donner semble instituer immédiatement un double rapport entre celui qui donne et celui qui reçoit. Un rapport de solidarité, puisque celui qui donne partage ce qu’il a, voire ce qu’il est, avec celui à qui il donne, et un rapport de supériorité, puisque celui qui reçoit le don et l’accepte se met en dette vis-à-vis de celui qui lui a donné. » (Godelier, L’Énigme du don, p. 21).

106 Voir aussi la manière dont César, avant de quitter l’Espagne après sa victoire sur Varron, distribue des honores à des particuliers ou à des cités afin de s’assurer de leur soutien futur dans la guerre civile et au-delà (Caes. BC II, 21, 5).

107 Voir par exemple la manière dont il adresse un honos à Allucius en lui restituant une captive (Liv. XXVI, 50, 13). Cette marque d’honneur produit rapidement l’effet escompté : Allucius repart chez lui et revient auprès de Scipion avec 1400 cavaliers d’élite (Liv. XXVI, 50, 14).

108 Voir l’explication donnée en Cic. Prou. 41. Il est question à plusieurs reprises dans l’œuvre de Cicéron des honneurs que César lui a fait miroiter : Cic. Pis. 79 ; Fam. VII, 17, 2 ; Q. fr. III, 5, 3.

109 C’est pour la même raison que Cicéron justifie les honores qu’il a voulu faire octroyer à Octave en 43 : ils ont servi, dit-il, à rapprocher Octave du sénat et des partisans de la res publica et à l’écarter d’Antoine (Cic. Ad Brut. I, 15, 9). Voir aussi Cic. Fam. X, 2, 1 où Cicéron essaie de s’attacher L. Munatius Plancus en s’intéressant à lui, en lui écrivant, et en veillant à son honos.

© Publications de l’École française de Rome, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access