Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Question d'honneur

 | 
Mathieu Jacotot

Deuxième partie. La pratique : fonctionnements et usages

Chapitre 5. Les formes de l’honos

Texte intégral

Introduction

1L’identification des mécanismes fondamentaux de l’honneur nous a donné le cadre général de fonctionnement de l’honos mais il reste à éclairer le contenu précis de ce cadre, les éléments matériels, objets, gestes et rituels, qui sont mobilisés par l’honos. Il faut voir quelles formes peut prendre, concrètement, la marque d’honneur et quels égards et bienfaits accompagnent la situation de prestige. L’honos peut revêtir des aspects extrêmement divers et il ne nous sera donc pas possible d’étudier chacune des marques d’honneur de façon étendue, d’autant que certaines d’entre elles, comme le triomphe ou les charges publiques, ont déjà fait l’objet de plusieurs monographies. Nous tenterons donc plutôt de donner de ces honores une typologie et de déceler une unité sous l’apparente diversité. Nous exploiterons aussi les paradigmes mis en avant précédemment : les marques d’honneur ont-elles une valeur économique ou symbolique ? Le signifiant de l’honos a-t-il en lui-même un prix ou bien est-il destiné à s’effacer derrière le signifié ?

1. Honos, insigne, ornamentum

2Nous avons vu que l’honos est un signe parmi d’autres au sein d’une culture qui fait un large usage des marques symboliques. À ce titre, il peut être malaisé d’établir une différence profonde entre l’honos d’une décoration militaire et le signe qu’est l’anneau d’or des chevaliers, ou entre les marques d’honneur rendues à un consul et les insignes de sa charge comme la chaise curule ou les faisceaux. Tous appartiennent en effet à la catégorie des signes socio-politiques. Cependant, il convient de se déprendre d’une vision moderne de ces objets qui les engloberait tous dans la catégorie, à l’unité fallacieuse, des « signes d’honneur ». Pour les Romains, les honores possèdent en effet au sein de cet univers symbolique une nature bien particulière, que reflète une distinction sémantique précise entre les termes d’honores, insignia et ornamenta.

  • 1 Sur ces insignes, voir T. Schäfer, Imperii insignia, sella curulis und fasces : zur Repräsentation (...)
  • 2 Cic. Clu. 154 ; Sull. 50.
  • 3 Le flamine de Jupiter possède ainsi une chaise curule et revêt la toge prétexte (voir Mommsen, DPR (...)
  • 4 On connaît des pratiques de ce genre depuis le milieu du IIe siècle : Paul Émile aurait eu le droi (...)

3Une première catégorie de signes politiques distincts des honores est celle des insignes des magistrats, faisceaux, chaise curule et toge prétexte1. Tous ces attributs distinctifs possèdent un fort pouvoir symbolique mais ne sont jamais qualifiés d’honores. Ils ne sont cependant pas sans rapport avec l’honos, puisqu’ils sont qualifiés d’ornamenta honoris ou d’insignia honoris, honos portant le sens de « charge publique »2. Il ne s’agit donc pas d’honores à part entière, mais d’objets d’apparat attachés à l’honos de la charge publique. Les prêtres obtiennent eux aussi des insignia liés à leur sacerdoce3. La situation est similaire pour le triomphe : ce dernier est bien un honos, et lors de la cérémonie le triomphateur arbore des objets symboliques mais ceux-ci ne sont jamais qualifiés d’honores. La tunica palmata, la couronne, le sceptre, le quadrige ne sont que des insignia honoris, ce qui explique que leur usage en dehors de la cérémonie du triomphe ait toujours suscité la désapprobation4.

  • 5 Mommsen, DPR, vol. 2, p. 10. Sur l’imperium, possédé par le consul, le préteur, le dictateur, le m (...)
  • 6 Caes. BC I, 6. Voir aussi l’indignation provoquée par les décemvirs qui, redevenus priuati à la so (...)
  • 7 Liv. II, 55, 9 et III, 49, 4.
  • 8 Mommsen, DPR, vol. 1, p. 42.
  • 9 Cic. Verr. II, V, 36-37.
  • 10 C’est ce qui explique que le bisellium, un siège honorifique à première vue proche de la sella cur (...)

4Pourquoi ces divers insignia ne sont-ils pas des honores ? D’abord parce qu’ils sont bien des signes, mais qu’ils ne disent pas l’estime de celui qui les donne mais le pouvoir de celui qui les possède. Les faisceaux sont l’insigne de la plus haute puissance publique et notamment de l’imperium du magistrat, les verges et la hache rappelant son pouvoir d’infliger des châtiments corporels allant jusqu’à la peine capitale5. Plusieurs textes montrent qu’ils sont, dans l’esprit des Romains, étroitement liés à l’imperium : César considère ainsi comme une illégalité qu’un priuatus dépourvu de l’imperium puisse avoir des licteurs6 ; lorsque les faisceaux sont brisés, c’est le signe que la puissance publique est bafouée7 ; des magistrats de même rang ne peuvent avoir simultanément les faisceaux pendant la durée de leur charge : les licteurs les accompagnent par roulement8. L’honos et les insignia imperii ne fonctionnent pas en outre de la même manière car, si l’honos doit être formellement octroyé par un tiers, l’insigne du pouvoir est attaché de manière automatique à l’obtention d’une charge et ne donne pas lieu à une décision autonome de la part du peuple. Parlant de l’édilité qu’il a remportée, Cicéron remarque que la toge prétexte, la chaise curule et les autres avantages sont des fructus de la charge, des bienfaits liés de manière indissoluble à cette dernière9. L’ensemble des insignia imperii se différencie donc des honores par leur mode d’octroi qui ne repose pas sur une décision autonome mais sur le lien indissoluble avec une charge publique10.

  • 11 Les textes anciens les plus fournis sur la nature des imagines sont Pol. VI, 53-54 et Plin. NH XXX (...)
  • 12 Sur l’adéquation partielle entre nobilitas et ius imaginis, voir C. Badel, La Noblesse de l’Empire (...)
  • 13 Badel, La Noblesse de l’Empire romain, p. 34-35 ; Flower, Ancestor Masks, p. 62 sqq. ; Hölkeskamp,(...)
  • 14 Sur les marques distinctives de l’ordre équestre, voir A. Alföldi, Der frührömische Reiteradel und (...)
  • 15 C’est aussi la raison pour laquelle nous n’agrégerons pas à notre étude des realia comme les troph (...)

5La seconde catégorie de signes socio-politiques à distinguer des honores est celle des marques du rang social ou de l’ordre auquel un citoyen appartient. Les imagines, l’anneau d’or ou encore le cheval public sont assurément honorifiques mais ne sont pas pour autant des honores. Les imagines, les masques de cire représentant les ancêtres11, sont un des marqueurs de l’appartenance à la nobilitas romaine et servent à symboliser un statut socio-politique et non à marquer l’estime12 : ils revêtent une fonction identitaire et idéologique13. Un constat similaire peut être fait pour l’anulus aureus ou pour le cheval public des chevaliers14. L’honos, lui, n’a pas pour fonction première de marquer l’appartenance à une communauté au statut élevé, même s’il peut, secondairement, être utilisé de la sorte. Il convient donc de ne pas mêler l’ensemble des signes sociaux et politiques sous la dénomination de « marques d’honneur », qui doit rester limitée aux honores tels que les Romains les conçoivent15.

2. L’échelle de l’honneur

6Si les Romains sont bien conscients de la variété des signes en général, ils sont aussi attentifs à la diversité interne des marques d’honneur. En effet, d’une part les honores ne se valent pas tous, d’autre part une personne in honore peut jouir d’un prestige plus ou moins important. Il peut y avoir une différence de hauteur (l’honneur est plus ou moins élevé) ou bien de taille (les honneurs sont plus ou moins grands).

7Quand l’honos désigne la considération, elle est envisagée comme un gradus, une échelle pourvue de différents degrés. Nous en avons un exemple dans le Pro Sestio :

Neque enim in hoc me hominem esse infitiabor umquam, ut me optimo fratre, carissimis liberis, fidissima coniuge, uestro conspectu, patria, hoc honoris gradu sine dolore caruisse glorier.

« Je ne suis en cela qu’un homme comme les autres, j’en conviendrai toujours, et je ne me vanterai pas d’avoir été privé sans souffrir du meilleur des frères, d’enfants chéris, d’une épouse très dévouée, de votre vue, de ma patrie, du haut rang d’honneur que j’occupe ici. »
(Cic. Sest. 49 ; trad. Cousin).

  • 16 Dans le Pro Sulla, Cicéron affirme que les consulaires, qui ont un haut gradus honoris, n’ont pu t (...)

8Cicéron reconnaît que son exil lui a été douloureux, en particulier parce qu’il l’a privé de l’honoris gradus élevé qu’il occupait à Rome avant de quitter la ville. En tant que consulaire et père de la patrie, Cicéron se trouvait en effet au sommet de l’échelle du prestige ; c’est l’exercice des charges publiques les plus importantes qui permet d’atteindre l’honos le plus élevé. Il est plusieurs fois question chez Cicéron du gradus honoris particulier que possèdent les consulaires16. Le plus haut degré du prestige a donc une coloration éminemment politique. On rencontre aussi d’autres représentations de l’honos en termes de hauteur, pour parler cette fois du plus bas degré. Dans une lettre à Cassius Longinus écrite à la fin de sa vie, Cicéron déplore le manque de courage de certains membres de la classe politique :

Quamquam egregios consules habemus, sed turpissimos consularis; senatum fortem, sed infimo quemque honore fortissimum.

« Il est vrai que nous avons des consuls extraordinaires, mais des consulaires tout à fait honteux ; des sénateurs courageux, mais les plus courageux sont ceux qui ont le moins de prestige. »
(Cic. Fam. XII, 4, 1).

  • 17 Sur les modalités de décision du sénat et l’ordre de la prise de parole, voir Mommsen, DPR, vol. 6 (...)

9Parmi les sénateurs, ceux qui seraient le plus disposés à agir pour la défense de la république sont ceux qui ont le moins de prestige (infimo honore) ; il faut entendre par là ceux qui, au sein du sénat, ont le moins d’autorité en raison de leur jeune âge ou du caractère modeste des charges exercées17. Il y a donc bien des variations qualitatives de l’honos. Cependant, les Romains s’accordent plus facilement à reconnaître les degrés les plus hauts et les plus bas que les échelons intermédiaires. Il n’y a pas, à l’époque républicaine, de hiérarchie très détaillée de l’honneur. Le prestige demeure un bien social difficile à quantifier de manière précise.

10Les marques d’honneur concrètes sont elles aussi hiérarchisées selon leur valeur. Mais l’image récurrente est celle de la taille et non plus celle du gradus. Cette représentation est utilisée dans le prologue de l’Aulularia, quand le lare de la maison se plaint de la médiocrité des honneurs que les précédents occupants lui ont accordés :

Vbi is obiit mortem qui mihi id aurum credidit,
Coepi obseruare, ecqui maiorem filius
Mihi honorem haberet quam eius habuisset pater.
Atque ille uero minus minusque impendio
Curare minusque me impertire honoribus.

« Lorsqu’il mourut, celui qui m’avait confié son or,
J’ai commencé à observer si son fils
Me ferait plus d’honneurs que son père.
Mais voilà qu’il se soucie encore moins – et beaucoup moins ! –
De m’octroyer des honneurs. »
(Pl. Aul. 15-19).

  • 18 Voir par exemple Pl. Pers. 510-512 ; Cic. Red. Pop. 16 ; Phil. V, 41 ; IX, 14 ; XIII, 9.
  • 19 Plin. NH XVI, 3 et XXII, 4, 6. Sur ces couronnes, voir infra p. 257.
  • 20 L. Halkin, La Supplication d’action de grâces chez les Romains, Paris, Les Belles Lettres, 1953, p (...)
  • 21 Voir par exemple Cic. Phil. XIII, 9.
  • 22 Maxfield, The Military Decorations, p. 157 et 206. Les honores sont alors organisés selon le rang (...)
  • 23 Selon Sénèque, c’est aussi quand les bienfaits sont donnés de manière mesurée, et ont donc une cer (...)
  • 24 Cic. Phil. IX, 14 et CIL I2, 834 (= ILLRP 357). L’honneur fait à Bibulus est d’autant plus surpren (...)
  • 25 Cic. Phil. XIII, 9 fait de la statue un maximus honos au même titre que le triomphe.

11Le lare déplore que le fils du premier occupant ne lui ait pas conféré un honos plus grand (maiorem honorem) que son père, mais qu’il y ait eu au contraire une incessante diminution (minus minusque), en nombre et en qualité. L’honos est donc une réalité qui se mesure, comme en témoigne le décompte scrupuleux que le lare en a fait. Les textes manifestent surtout une conscience des honneurs les plus importants, comme en témoigne la fréquence de l’expression maximi honores18. Cependant, la différence qualitative des marques d’honneur est plus finement ressentie que dans le cas de l’honos « considération ». La corona ciuica, honos militaire octroyé à celui qui a sauvé la vie d’un citoyen romain en tuant un ennemi, est ainsi reconnue comme seconde en prix par rapport à la corona obsidionalis, conférée au soldat qui réussit à faire lever un siège19. Les cérémonies de victoire sont elles aussi des honores plus ou moins prestigieux. La salutation du titre d’imperator est un honos souvent considéré comme une première étape vers l’obtention d’une supplicatio, elle-même condition de l’octroi du triomphe20. Le triumphus est en effet un maximus honos, un des honneurs les plus précieux21. Si la hiérarchie des honores est assez étendue, il faut cependant noter qu’elle n’est pas extrêmement précise ni officiellement formalisée. Les distinctions faites parmi les différentes décorations militaires, par exemple, relèvent de la coutume, du mos, et non du droit. Ce n’est que bien après la République, à l’époque de Vespasien, qu’une échelle précise et officielle des honores, adossée au rang militaire des soldats, sera établie22. Est-il possible de dégager, pour l’époque républicaine, le critère selon lequel les différentes marques d’honneur sont hiérarchisées ? Ce n’est pas, semble-t-il, la présence d’un trait unique qui rend un honos supérieur ou inférieur aux autres. Il s’agit plutôt d’un faisceau de caractéristiques qui, une fois combinées, permettent de différencier entre eux les honores. C’est d’abord la rareté d’une marque d’honneur qui fait son prix23. Cela explique qu’un honneur tel que le tombeau offert sur fonds publics, particulièrement rare, soit extrêmement prisé : Cicéron mentionne ce type d’honos une fois dans les Philippiques, et on en connaît un autre exemple grâce à l’inscription du monument funéraire de C. Poplicius Bibulus24. La pérennité de l’honos est un autre critère de son prix, comme on le voit avec ces tombeaux, honneurs inscrits dans l’espace public de Rome, mais aussi avec les statues honorifiques25. Enfin, la magnificence plus ou moins importante de l’honos est aussi un indicateur de sa valeur : si le triomphe est l’un des maximi honores, c’est parce qu’il constitue un spectacle somptueux qui mobilise toute la cité.

  • 26 Auteur du De Poetis, poème didactique en sénaires iambiques dont les quelques passages qui nous re (...)

12Il faut ménager, dans la hiérarchie des marques d’honneur, une place particulière aux honores que sont les charges publiques. D’abord parce qu’elles constituent, avec le triomphe ou une statue sur les rostres, un de ces maximi honores ardemment recherchés par les Romains, ensuite parce que les honores politiques ont fait l’objet d’une organisation plus attentive et plus précoce que les autres signes d’estime. On lit ainsi, au IIe siècle, chez Volcacius Sedigitus26 :

Hae quae <Terenti sex> uocantur fabulae,
cuiae sunt? non has iura qui populis [retentibus] dabat
honore summo affectus fecit fabulas?

« Ces six comédies que l’on dit de Térence,
De qui sont-elles ? ne les a-t-il pas écrites celui qui donnait des lois aux
peuples,
Pourvu d’un honneur suprême ? »
(Volc.-Sed. frg. 4 FPL).

  • 27 MRR, vol. 1, p. 463 et 490.
  • 28 La notion de cursus honorum, couramment utilisée par les modernes, ne se rencontre pas avant les a (...)
  • 29 Même image en Fam. II, 18, 2.
  • 30 Sall. Iug. 85, 28-30.
  • 31 C. Nicolet, Rome et la conquête du monde méditerranéen. Tome 1 : Les structures de l’Italie romain (...)
  • 32 Beck, Karriere und Hierarchie, p. 33. Sur la question de l’existence d’une « constitution » à Rome (...)
  • 33 Liv. XL, 44, 1. Sur cette loi, voir G. Rotondi, Leges publicae populi Romani, réimpr. de l’éd. ita (...)
  • 34 Sur la lex annalis de Sylla de 81, voir Cic. Phil. V, 48 ; Agr. II, 3-4 ; App. Ciu. I, 100. Sur la (...)

13On retrouve dans ce passage l’opinion, répandue dans l’Antiquité, selon laquelle Térence n’aurait pas composé tout seul certaines de ses pièces. L’auteur supposé des pièces est désigné comme honore summo affectus : il s’agit de Scipion Émilien, le vainqueur de Carthage et de Numance, et le summus honos n’est autre que le consulat27 qu’il revêtit à deux reprises, en 147 et 134. Ce texte présente deux idées importantes : les honores politiques sont organisés suivant une échelle, en hauteur, puisqu’il est question d’un sommet (summo honore) ; c’est le consulat qui est perçu comme le point le plus haut de cette hiérarchie. De nombreux autres textes confirment ces deux éléments. Les magistratures y sont souvent représentées selon l’image du gradus, de l’échelle28. Dans la prosopopée de la première Catilinaire, la patrie, parlant à Cicéron, lui rappelle que le peuple romain ad summum imperium per omnis honorum gradus extulit, « [l]’a porté par tous les degrés des honneurs jusqu’au pouvoir suprême »29. Au sommet de cette échelle des honneurs se trouve le consulat : dans le Bellum Iugurthinum, Marius affirme ainsi que le consulat auquel il a été élu est pour lui summus honos et maximum negotium30. Les magistratures sont en effet hiérarchisées les unes par rapport aux autres, le consul ayant autorité sur les magistrats inférieurs31. Les honores politiques ont la particularité d’avoir été progressivement organisés. Jusqu’au début du IIe siècle, il n’y a pas de législation précise car c’est le mos, la coutume, qui règle avec souplesse la hiérarchie32. Puis la loi de 180 du tribun L. Villius Annalis vient mettre de l’ordre33. Cette disposition est importante, car ce n’est plus la tradition qui régit la hiérarchie des honores mais le droit positif. La loi a cependant été bafouée dès les années 150 puis son application profondément perturbée par les guerres civiles. Sylla puis César ont dû légiférer à leur tour pour réorganiser le gradus honorum34.

3. Typologie des formes de l’hommage

14Nous proposons une typologie des marques d’honneur en prenant pour critère distinctif le moyen employé pour signifier l’estime.

3.1. L’objet

15Plusieurs marques d’honneur consistent en l’octroi d’un objet concret qui sert de support matériel pour signifier l’estime.

3.1.1. Formes

16L’honos comme objet peut prendre cinq formes différentes : il peut être un legs, une dépense édilitaire, une statue, un donum militarium ou encore une offrande religieuse.

17Léguer de l’argent ou faire de quelqu’un son héritier est interprété par plusieurs textes comme un authentique honos. C’est le cas dans le Pro Quinctio où l’héritage de C. Quinctius doit revenir, après son décès, à son frère P. Quinctius :

Heredem testamento reliquit hunc P. Quinctium, ut, ad quem summus maeror morte sua ueniebat, ad eundem summus honos quoque perueniret.

« Il fit par testament de notre P. Quinctius son héritier, de sorte que Publius recevait en raison de la mort de Gaius une immense douleur et qu’en même temps il obtenait aussi un immense honneur. »
(Cic. Quinct. 14).

  • 35 Cic. Rosc. Amer. 44.
  • 36 Dig. I, 2, 2, 45. Un testament est laissé in honorem alicuius. Voir aussi Dig. XXXII, 11, 21 où il (...)
  • 37 Cic. Caecin. 12.

18L’honos consiste à léguer à un membre de sa famille une somme d’argent ou un ensemble de biens. Le legs d’une terre à un descendant est aussi perçu comme un honos35. L’honos de l’héritage a ceci de particulier qu’il est juridiquement défini et réglé, en général par un testament, disposition légale que le Digeste qualifie d’honos36. On rencontre un exemple assez détaillé de cette formalisation de l’honos à notre époque dans le Pro Caecina : Fulcinius a institué sa femme Césennia comme principale héritière de ses biens, lui faisant de ce fait un magnus honos qui prend la forme d’un testament prévoyant la légation de l’usus et du fructus de ses biens37.

19Un autre type d’honos prend la forme d’un transfert de richesse à l’échelle publique. Il s’agit des dépenses édilitaires consenties par un particulier, souvent magistrat, au profit de sa cité. Deux textes épigraphiques du Ier siècle avant J.-C. nous donnent un aperçu de ce type d’hommage. Le premier est une inscription trouvée à Pompéi :

C(aius) Quinctius C(aii) f(ilius) Valgus | M(arcus) Porcius M(arci) f(ilius) duo uir(i) | quinq(uennales) coloniai honoris | caussa spectacula de sua | peq(unia) fac(ienda) coer(auerunt) et coloneis | locum in perpetuom deder(unt).

« Gaius Quinctius Valgus, fils de Gaius, et Marcus Porcius, fils de Marcus, duumvirs quinquennaux, se chargèrent d’organiser des spectacles à leurs frais pour honorer la colonie et donnèrent aux colons un lieu d’enterrement pour l’éternité. »
(CIL, I2, 1632).

20Les duumvirs C. Quinctius et M. Porcius ont donné un honos à la colonie en organisant à leurs frais (de sua pequnia) un spectacle, probablement dans l’amphithéâtre. L’honos est un geste de bienfaisance de la part des magistrats qui manifestent ainsi leur reconnaissance à leurs concitoyens pour la charge qu’ils ont obtenue. L’autre inscription provient de Nola :

C(aius) Catius M(arci) f(ilius) IIIIuir campum publice | aequandum curauit, maceriem | et scholas et solarium, semitam | de s(ua) p(ecunia) f(aciunda) c(urauit). | Genio coloniae et colonorum | honoris causa, | quod perpetuo feliciter utantur.

« Gaius Catius, fils de Marcus, quattuorvir, fit aplanir aux frais publics le campus et fit construire à ses frais un mur, des galeries, un solarium et un sentier. Au Génie de la colonie et des colons, pour les honorer ; qu’ils l’utilisent pour toujours avec bonheur. »
(CIL X, 1236 = ILLRP I, 116).

  • 38 Dig. XXX, 122.
  • 39 Pour une définition de l’évergétisme, Veyne, Le Pain et le cirque, p. 21.
  • 40 Ibid., p. 215-218.
  • 41 « L’évergétisme atteint son plein développement quand les fonctions publiques ne sont plus guère q (...)
  • 42 Les Romains reçoivent au IIe siècle dans plusieurs cités grecques le titre d’« évergètes », ce qui (...)
  • 43 La bibliographie critique sur le sujet est très abondante. Sont particulièrement utiles pour notre (...)
  • 44 Clélie aurait été la première à recevoir une statue équestre pour sa bravoure lors de son évasion (...)
  • 45 CIL I2, 612 = ILLRP 320. Sur les statues comme honores, Sehlmeyer, Stadtrömische Ehrenstatuen der r (...)

21Le quattuorvir C. Catius a fait réaliser divers travaux à ses frais pour honorer sa cité et ses concitoyens : l’honos prend la forme d’édifices publics. Ces bienfaits rendus par des particuliers à leur cité apparaissent aussi dans les textes de loi : le Digeste signale qu’il est possible de léguer de l’argent à une cité ad ornatum, pour l’édification de bâtiments, et ad honorem, pour organiser des jeux et des spectacles scéniques, des munera, des banquets, etc.38 Le fait que ces marques d’honneur soient conférées par un particulier à la cité dans laquelle il vit rapproche cette pratique de l’honos de l’évergétisme du monde hellénistique. L’acte d’évergétisme suppose en effet qu’un particulier fortuné, jouant un rôle important dans la vie de sa cité, contribue de ses deniers aux dépenses publiques et obtienne en retour la reconnaissance de ses concitoyens39. La pratique, qui existait déjà au Ve et IVe siècles chez les hommes publics du monde grec qui assuraient de leur bourse la totalité ou une partie des dépenses de leurs fonctions40, est devenue un rouage essentiel de l’administration des cités hellénistiques au IIIe et IIe siècles. Les aristocrates de la République romaine le pratiquèrent aussi, mais dans un contexte différent, notamment parce que les charges publiques n’étaient pas à Rome des fonctions honorifiques41. Il est intéressant de voir que les actes d’évergétisme sont qualifiés d’honores car cela indique que les largesses des notables, gestes caractéristiques des cités hellénistiques, s’agglomèrent à une pratique proprement romaine, celle de l’honos42. L’évergétisme n’a cependant pas été totalement confondu avec l’honos car il possède une configuration plus rigide que ce dernier : l’acte d’évergétisme est le fait d’un individu isolé, appartenant à l’élite sociale et agissant au bénéfice d’une collectivité ; l’honos, lui, fait intervenir des protagonistes plus variés. On le constate quand l’honos prend l’aspect d’une statue. Il n’est pas question, dans le cadre de ce travail, d’étudier en détail la statuaire romaine et son histoire mais il nous appartient de voir de quelle manière la statue peut consister en une marque d’honneur43. L’érection de statues est une pratique ancienne à Rome, que la tradition fait remonter, sans doute de façon anachronique, aux premiers temps de la République44. L’identification d’une statue comme honos dans un texte républicain commence avec l’inscription des Italiens de Sicile à L. C. Scipion, datée du premier tiers du IIe siècle, qui figurait sur la base d’une statue représentant sans doute Scipion, le bénéficiaire de l’honos45. Mais c’est surtout pour le Ier siècle que nous possédons de nombreux exemples de statues employées comme marques d’honneur. Dans son discours sur la préture urbaine de Verrès, Cicéron aborde l’affaire des statues extorquées par Verrès aux Siciliens :

Illae quid sibi statuae equestres inauratae uolunt, quae populi Romani oculos animosque maxime offendunt, propter aedem Volcani? nam inscriptum esse uideo quandam ex his statuis aratores dedisse. Si honoris causa statuam dederunt, inimici non sunt; credamus testibus.

« Que signifient ces statues équestres en or, près du temple de Vulcain, qui offensent grandement les yeux et l’esprit du peuple romain ? Car je vois d’après l’inscription que l’une de ces statues a été donnée par les fermiers. S’ils te l’ont donnée pour t’honorer, ce ne sont pas tes ennemis ; croyons-en les témoins. »
(Cic. Verr. II, II, 150-151).

  • 46 Cf. Cic. Phil. IX, 13 où Cicéron demande pour Ser. Sulpicius une statue en pied en bronze, et non u (...)

22Ces statues sont un honos particulièrement prestigieux en raison du matériau utilisé, l’or, et de la situation dans laquelle est représenté le bénéficiaire, à cheval46. Mais pour Cicéron, elles ne méritent qu’à peine le nom d’honos car Verrès a contraint les Siciliens à les lui octroyer. Le cas de Verrès est cependant exceptionnel : la statue sert bien, en général, à signifier au destinataire l’estime de celui qui la donne. C’est pourquoi Cicéron avait un temps plaidé en faveur d’une statue pour Lépide, avant que ce dernier ne se retourne contre le sénat :

At in Lepido reprehendimur, cui cum statuam in rostris statuissemus, idem illam euertimus; nos illum honore studuimus a furore reuocare: uicit amentia leuissimi hominis nostram prudentiam; nec tamen tantum in statuenda Lepidi statua factum est mali quantum in euertenda boni.

« Mais, dans le cas de Lépide, on nous critique, car, après lui avoir décerné une statue aux Rostres, nous l’avons ensuite abattue ; c’est que nous nous sommes efforcés de le détourner de son égarement en l’honorant ; la folie de cet homme, léger entre tous, a eu raison de notre sagesse ; il a, d’ailleurs, été fait moins de mal en élevant une statue de Lépide que de bien en l’abattant. »
(Cic. Ad Brut. I, 15, 9 ; trad. Beaujeu).

23La statue signifiait l’estime et le soutien du sénat ; une fois cette opinion favorable disparue, l’ouvrage a été détruit.

  • 47 Lahusen, Untersuchungen zur Ehrenstatue in Rom, p. 56, n. 84 et p. 57-58. Sur les première statues (...)
  • 48 Peirce, Écrits sur le signe, 2, 247, p. 140. Peirce donne comme exemples d’icônes les plans et maq (...)
  • 49 Chez Peirce, le symbole est « un signe qui renvoie à l’objet qu’il dénote en vertu d’une loi, d’or (...)

24L’observation de l’aspect matériel de ces statues permet de percevoir la dimension symbolique de l’honos. Les statues équestres, par exemple, ont un sens essentiellement symbolique : le cheval sur lequel la personne honorée est représentée devait initialement rappeler que l’individu appartenait aux prestigieuses centuries équestres et avait effectué son service militaire à cheval47. Il y avait donc un lien direct entre l’honos et le mérite récompensé, un exploit réalisé en contexte militaire. Cet honos est, à l’origine, un signe de type icône, pour employer la terminologie de Peirce : il « renvoie à l’objet qu’il dénote simplement en vertu des caractères qu’il possède, que cet objet existe réellement ou non »48. Ce signe est une image de son objet : il lui ressemble et partage avec lui un certain nombre de caractéristiques. Mais le rapport d’analogie ne se situe pas entre le signe et l’estime, mais entre le signe et le mérite de son destinataire. C’est le motif de l’honos, l’exploit à cheval, qui est représenté. Le sens de cette figuration s’est néanmoins progressivement figé : la statue équestre a pu être octroyée pour des actions sans lien avec l’armée ou pour des personnes n’ayant pas effectué le service monté. Le signe s’est rapproché du symbole, renvoyant par convention à l’excellence et au prestige49. Le lien entre la forme matérielle de l’honos et le mérite récompensé est alors beaucoup plus ténu.

  • 50 Plut. Cato mai. 19 ; Plin. NH XXXIV, 19.
  • 51 Plin. NH XXXIV, 30 ; sur l’édit censorial, voir Sehlmeyer, Stadtrömische Ehrenstatuen der republik (...)
  • 52 Voir le relevé de Lahusen, Untersuchungen zur Ehrenstatue in Rom, p. 15-16.
  • 53 Liv. II, 10, 12 ; Plin. NH XXXIV, 22 ; Ps.-Aur. Vict. Vir. 12.
  • 54 Lahusen, Untersuchungen zur Ehrenstatue in Rom, p. 9-10.

25La statue est une marque d’honneur aux effets particulièrement efficaces car elle se trouve sur la place publique. De nombreux ouvrages sont situés aux endroits fréquentés de Rome, tels que les temples : Caton avait sa statue dans le temple du Salut et Accius dans l’aedes Camenarum50. Le forum a progressivement été rempli de statues, au point qu’un édit des censeurs de 158 a ordonné la suppression de toutes celles qui n’avaient pas été édifiées par une décision officielle51. Certains lieux à fort pouvoir symbolique en concentraient un grand nombre : c’est le cas des rostres où se trouvaient celles de Camille, Scipion l’Africain, Sylla, Pompée, César, Octavien, entre autres52. Le comitium accueillait également les statues de plusieurs héros légendaires, tels qu’Horatius Cocles ou Mucius Scaevola53 et le Capitole recevait celles des hommes les plus célèbres de l’histoire romaine, comme Romulus et Rémus, ou des membres des très grandes gentes54. L’honos de la statue inscrit donc celui qui en bénéficie dans l’espace public de Rome et lui confère un rayonnement particulier en l’associant aux lieux les plus illustres de l’Vrbs.

  • 55 Sur cette pratique, voir H. Drerup, « Totenmaske und Ahnenbild bei den Römern », MDAI, 87, 1980, p (...)
  • 56 Ces imagines pictae désignent bien des portraits peints, distincts des masques en cire, comme l’a (...)
  • 57 Plin. NH XXXV, 2, 6.
  • 58 Sur cette conquête de l’espace visible par le portrait aristocratique, voir Robert, « Quelques usa (...)
  • 59 Voir sur cette fresque les analyses de R. Bianchi Biandinelli, Rome, le centre du pouvoir, Paris, (...)
  • 60 C’est l’interprétation de Coarelli, « Frammento di affresco dall’Esquilino con scena storica » et (...)
  • 61 C’est l’interprétation de La Rocca, « Fabio o Fannio », p. 49, qui estime que M. Fannius est le po (...)
  • 62 Sur les peintures triomphales, voir les cas évoqués par Plin. NH XXXV, 7. Sur Fabius Pictor et le (...)
  • 63 Sur ce personnage, voir RE col. 1835 s. v. Fabius (no 122). Devant la distance, soulignée par plus (...)
  • 64 J. H. Richardson, « Dorsuo and the Gauls », Phoenix, 58 (3-4), 2004, p. 284-297.
  • 65 Sur cet usage des temples pour l’exposition de portraits, Robert, « Quelques usages du portrait pe (...)

26De ces statues, il faudrait rapprocher d’autres marques d’honneur, bien qu’elles ne soient pas explicitement qualifiées d’honores : il s’agit des peintures honorifiques. On peut en effet honorer un individu en le figurant dans une sculpture ou bien sur une surface peinte. Le portrait est employé comme moyen d’affirmation de soi, notamment par les aristocrates romains55 : on sait, par Pline l’Ancien, qu’à côté des imagines figurant dans les atriums des maisons de familles éminentes se trouvaient des arbres généalogiques dont les branches indiquaient les ancêtres les plus illustres de la gens et étaient ornées de représentations peintes de ces derniers (imagines pictae)56. Certains de ces portraits semblent même avoir figuré directement sur la façade des demeures, autour du seuil57. Le portrait peint inscrit ainsi dans le champ du visible, dans une zone publique ou semi-publique, celui que l’on souhaite honorer : il n’est pas aussi exposé que la statue située dans l’espace de la ville mais témoigne tout de même d’une volonté d’exposition de soi de la part des gentes aristocratiques58. Un fragment de fresque provenant d’une tombe de l’Esquilin revêt une fonction assez similaire, bien que l’interprétation en soit difficile59. Ce vestige datant du IIIe siècle ou du début du IIe siècle se compose de quatre registres superposés qui représentent des scènes militaires, dans lesquelles figurent notamment deux personnages plus grands que les autres, identifiés par une inscription, M. Fannius et Q. Fabius. Les interprètes y voient soit un épisode de la deuxième guerre samnite, la conclusion d’un traité de paix entre le chef romain, Q. Fabius, et le chef ennemi, M. Fannius60, soit l’octroi par le général Q. Fabius d’une hasta pura, marque d’honneur militaire, au soldat M. Fannius61. On aurait dans ce dernier cas une peinture figurant l’octroi d’un honos. Quelle que soit l’inteprétation exacte de la scène représentée, il s’agit d’une peinture commémorative d’un événement passé, qui en donne une description assez minutieuse, mais vise simultanément à honorer un des protagonistes, ou un de ses descendants. La peinture est donc un signe, comme la statue, mais il est plus parlant que cette dernière car il permet une description plus abondante du fait rappelé, selon une certaine chronologie, comme semble l’indiquer la présence de registres superposés. La fresque de l’Esquilin est cependant un signe moins visible que les statues ou les portraits peints dans les maisons des aristocrates puisque seule la famille a accès à la sépulture dans laquelle figurait la fresque. On rapprochera de ce type de représentation figurée les peintures à caractère historique qui nous sont connues par les textes, telles que les peintures à sujet triomphal ou bien les fresques du temple de Salus62. Ces dernières, dont la réalisation est attribuée à Fabius Pictor63, représentaient peut-être des épisodes des guerres samnites, dans la mesure où le temple a été consacré en 303 par C. Iunius Bubulcus, vainqueur des Samnites. On a aussi évoqué la possiblité d’une représentation des affrontements contre les Gaulois64. Ce type de figuration vise à honorer l’armée et le général représentés. Le temple de Salus devenait ainsi un moyen, pour le triomphateur, de célébrer sa réussite et de l’inscrire dans la mémoire de la ville65.

  • 66 Voir par exemple celle qui concerne un soldat de l’armée césarienne : CIL X, 5713 = ILLRP vol. 1, (...)

27Les dona militaria présentent un pouvoir symbolique assez semblable à celui des peintures. À l’issue d’un combat victorieux, le général confère assez régulièrement des décorations militaires qualifiées d’honores ou de dona militaria. Elles sont attestées par quelques inscriptions de l’époque républicaine66 ainsi que par des textes littéraires, comme ce passage du Bellum Alexandrinum :

Ponto recepto, praeda omni regia militibus condonata, postero die cum expeditis equitibus ipse proficiscitur, legionem sextam decedere ad praemia atque honores accipiendos in Italiam iubet […].

« Après avoir reconquis le Pont et distribué tout le butin royal à ses soldats, lui-même s’en va le lendemain avec ses cavaliers équipés à la légère, donne l’ordre à la sixième légion de rentrer en Italie pour y recevoir récompenses et honneurs […]. » (Ps.-Caes., B. Al. 77, 2 ; trad. Andrieu).

  • 67 Pour un autre exemple d’honores donnés aux légions, voir Cic. Phil. III, 7. Sur ces deux catégorie (...)
  • 68 Sur les dona militaria, voir, outre l’ouvrage de Maxfield, J. Naudet, De la noblesse et des récomp (...)
  • 69 Maxfield, The Military Decorations, p. 61.
  • 70 D’où son nom de corona graminea ou « couronne de gazon ». C’était autrefois le signe le plus solen (...)
  • 71 Gell. V, 6, 13-14 et Plin. NH XVI, 12-13. Voir Maxfield, The Military Decorations p. 70. Plusieurs (...)
  • 72 Liv. Epit. 129 ; Vell. II, 81.
  • 73 Plin. NH XVI, 4.
  • 74 Gell. V, 6, 16. Voir Maxfield, The Military Decorations, p. 77. Scipion Émilien en obtint une en E (...)
  • 75 Gell. V, 6, 17 ; Fest. 49, 25. On l’appelle aussi corona castrensis.

28L’auteur évoque le retour en Italie de César et les suites de la victoire : les soldats de la sixième légion vont recevoir des praemia, des récompenses en argent tirées du butin, et des honores, des décorations militaires honorifiques67. L’étude de leur aspect à l’époque républicaine nous apporte plusieurs informations utiles sur l’importance de la matérialité de l’honos68. On peut distinguer deux catégories d’honores guerriers : les couronnes et les objets militaires. L’usage des couronnes comme signes honorifiques provient du monde grec, mais les Romains les emploient surtout en contexte martial ; elles servent beaucoup moins pour récompenser la vertu civique ou les victoires dans les concours gymniques et artistiques69. Parmi les différentes couronnes, la corona obsidionalis est la plus prestigieuse : elle est donnée à celui qui a fait lever un siège et fabriquée à partir de la végétation qui pousse sur le site70. Cet honos a donc une valeur purement symbolique et aucunement économique. La corona ciuica, accordée à celui qui sauve la vie d’un citoyen romain, a elle aussi une valeur financière nulle puisqu’elle est faite de feuilles de chêne71. Ces deux couronnes fonctionnent comme des symboles, et ne possèdent qu’un rapport distant avec le mérite qu’elles récompensent. D’autres couronnes le rappellent en revanche de façon plus directe : la corona naualis, octroyée pour une victoire navale, est très rare, mais nous en connaissons une attestation pour M. Varron qui l’obtint de Pompée72 ; sa dénomination alternative de corona rostrata et un texte de Pline attestent qu’elle était composée de feuilles de laurier et ornée de proues miniatures de navire73. L’honos qui signifie l’estime représente donc aussi le mérite qui est à sa racine : le signe est ici icône. Il en est de même pour la corona muralis, donnée au soldat qui franchit le premier le mur d’une cité ennemie lors d’un assaut74, et pour la corona uallaris, donnée lors de la prise d’un camp ennemi pour celui qui l’a investi le premier75 : ces deux couronnes portaient une représentation stylisée d’une muraille. L’exploit est donc encore figuré directement sur l’honos. Il faut noter également que ces deux couronnes sont faites en or, et non en matériaux végétaux : leur valeur est donc à la fois symbolique et économique.

29L’autre catégorie de dona militaria est composée d’objets militaires utilisés comme décorations. Un texte de Salluste en donne quelques exemples ; il s’agit d’un passage du discours de Marius :

Non possum fidei causa imagines neque triumphos aut consulatus maiorum meorum ostentare; at, si res postulet, hastas, uexillum, phaleras, alia militaria dona, praeterea cicatrices aduorso corpore.

« Je ne puis, pour inspirer confiance, exhiber les portraits ni les triomphes ou les consulats de mes ancêtres, mais, s’il en était besoin, des lances, un étendard, des phalères et autres récompenses militaires, sans parler de mes blessures, toutes reçues par devant. »
(Sall. Iug. 85, 29-30 ; trad. Ernout).

  • 76 Pol. VI, 39, 3-4. La nature exacte de la hasta pura a fait débat car les textes sont contradictoir (...)
  • 77 Maxfield, The Military Decorations, p. 82.
  • 78 Büttner, « Untersuchungen », p. 123 et p. 145-152. Maxfield, The Military Decorations, p. 92.
  • 79 Ces décorations ne sont d’ailleurs pas portées lors du combat : elles tombent bien dans le domaine (...)
  • 80 Sur les torques et armillae comme honores, voir Büttner, « Untersuchungen », p. 133-135 (origine) (...)
  • 81 Maxfield, The Military Decorations, p. 88.
  • 82 Voir le texte d’Isidore de Séville (Orig. XIX, 31, 16) : armillae autem proprie uirorum sunt, conl (...)

30Marius mentionne la hasta, une lance d’apparat donnée à un soldat qui tue un ennemi en combat singulier76. Le uexillum, honos rare à l’époque républicaine, est une exacte réplique de l’étendard porté par les légionnaires77. Les phalerae sont des disques de métal surtout utilisés pour le harnachement des chevaux78. L’honos prend donc la forme d’objets dont la nature première n’est pas honorifique ; il s’agit d’accessoires militaires courants investis à titre secondaire d’un pouvoir honorifique79. Ces honores ne se distinguent donc pas par leur nature mais par l’intention qui préside à leur octroi et par le geste de donner, d’où leur dénomination générique de dona militaria. L’honos transforme ainsi l’usage et la destination d’un objet courant pour en faire un signe honorifique. Il en va de même pour deux autres types d’honores militaires qui sont d’origine barbare : les torques et les colliers. Ces deux objets figuraient probablement aux origines dans le butin de l’armée et devaient être arborés par les soldats comme prises de guerre. Puis ils sont progressivement passés dans le domaine des distinctions honorifiques80. L’honos est ainsi primitivement un trophée de guerre qui signifie que l’ennemi a été vaincu. Le lien de l’honos avec l’exploit au combat est donc ici encore rendu visible et le rapport entre signifiant et signifié est loin d’être arbitraire. La transformation, par la suite, de ces ornements en véritables honores est perceptible dans la façon dont ils sont portés : les torques ne sont pas placés autour du cou, là où les Celtes les mettent, mais attachés sur la cuirasse, par paires81. Les armillae changent eux aussi de nature quand ils deviennent des honores ; ce sont à l’origine des attributs féminins mais ils deviennent des récompenses de la vaillance virile82. L’honos peut ainsi altérer en profondeur les objets : ce qui est barbare devient romain, ce qui est féminin devient masculin.

  • 83 Pl. Aul. 15-19.
  • 84 Voir aussi Aul. 325 sqq. où Euclion se décide à mettre de l’encens et des couronnes sur l’autel du (...)
  • 85 Lors de la praefatio du sacrifice, on offrait, sur un foyer portatif, de l’encens et du vin (J. Sc (...)

31Enfin, dans le domaine de l’honos religieux aussi la relation d’hommage recourt à des objets courants enrichis d’une portée honorifique. Nous avons vu, dans le prologue de l’Aulularia, que le lare se félicite que la jeune fille de la maison lui octroie des honores83. Leur nature est précisée quelques vers plus loin : il s’agit de vin, d’encens et de couronnes84. Les coronae ont donc un autre usage honorifique, dans le domaine religieux ; quant au vin et à l’encens, il s’agit de denrées qui ne sont qu’incidemment employées comme marques d’honneur. Les honores font partie intégrante du culte rendu aux dieux : ils relèvent à la fois du rituel du sacrifice, pour le cas du vin et de l’encens85, et de celui du don d’un objet à la divinité, pour les couronnes.

3.1.2. Bilan

32L’objet utilisé par l’honos s’enrichit souvent d’une signification inédite en devenant un instrument qui sert à exprimer un jugement positif. Une somme d’argent, un bâtiment public, une lance, sont initialement des objets courants qui n’ont pas en soi de valeur honorifique. Mais quand ils sont conférés en récompense de certains mérites, ils peuvent se transformer en signes d’estime. Ce qui nous amène, pour affiner notre typologie, à opérer une distinction : les objets octroyés à titre d’honneur peuvent être déjà pourvus de cette signification honorifique ou bien ne la recevoir que parce qu’ils sont mobilisés dans une relation d’honos. Les couronnes constituent ainsi des honneurs déjà codés comme tels : l’octroi à quelqu’un d’une couronne obsidionale dans un contexte autre que celui de l’hommage est impensable. Il est en revanche des cas où l’honos recourt à des objets qui ne sont nullement emprisonnés dans cet usage honorifique. Nous pouvons l’observer avec l’exemple du vin. Il est offert au lare de la maison, sous forme de libation, et c’est ce geste qui le transforme en honos.

33Plusieurs marques d’honneur dessinent, par leur forme, un lien avec le mérite qu’elles récompensent. Il y a, de ce fait, un sens supplémentaire de la marque d’honneur : l’honos signifie l’estime ou la gratia mais aussi le mérite de celui qui le reçoit. L’honos dit quelque chose du donateur mais aussi du destinataire. La forme prise par les dona militaria est ainsi en rapport étroit avec ce qui fonde leur attribution : la muraille miniature présente sur la corona muralis ou uallaris rappelle que le soldat décoré a été le premier à franchir le mur de la cité ou du camp. Le signe figure, de manière analogique, l’exploit ou du moins le lieu de celui-ci. La statue peut également signaler le mérite de celui qui la reçoit mais elle est plus sujette à des conventions iconographiques : les statues équestres ne célèbrent pas toujours un individu qui s’est illustré dans le cadre du service monté. Ces exemples montrent que l’honos n’est pas toujours un signe aussi arbitraire que le signe linguistique défini par Saussure.

  • 86 Sur le détachement possible de l’économique et du symbolique, voir Bourdieu, Esquisse d’une théori (...)
  • 87 La situation est comparable à l’observation que fait P. Bourdieu de la pratique du don chez les Ka (...)

34Tous les honores examinés précédemment possèdent une valeur symbolique car ils valent par l’estime qu’ils signifient. Cependant, même des honores à forte valeur symbolique ont une valeur économique : plusieurs couronnes, par exemple, sont faites en or et la nature du métal employé pour une statue n’est pas indifférente. Quant aux honores que sont les héritages et dépenses publiques, leur valeur repose précisément dans l’avantage matériel qui est conféré au destinataire. Le symbolique et l’économique ne sont donc pas deux ordres contradictoires. La coïncidence, cependant, n’est pas toujours systématique : certains honores, comme les couronnes faites de feuillage, n’ont pas de valeur économique. Le rapport entre l’économique et le symbolique est donc un rapport d’association et non pas de corrélation parfaite86. Cette association peut être encore précisée par trois observations. Les marques d’honneur examinées montrent d’abord que des actes relevant des échanges économiques, comme l’héritage ou la dépense publique, sont perçus comme des échanges symboliques : le donateur honore celui dont il fait son héritier et l’évergète honore la cité et ses concitoyens. Il s’opère ainsi une transfiguration de la relation économique en relation symbolique : la prestation devient un hommage87.

35En second lieu, l’économique est associé au symbolique parce que l’économique dit l’estime et devient donc lui-même vecteur du symbolique. Les évergètes insistent sur le fait que l’honos est effectué de sua pecunia : c’est la dépense engagée qui est honorifique pour la cité et l’estime du bienfaiteur pour ses concitoyens se mesure à l’importance des largesses octroyées. En dernier lieu, la valeur économique est symbolique parce que la richesse s’accompagne à Rome, dans le cadre du régime censitaire, de prérogatives civiques. La matérialité de l’honos est cruciale car les biens permettent d’avoir un rang social et d’exercer un rôle politique dans la cité. L’honos augmente le prestige par ce qu’il dit, mais aussi par ce qu’il est. La valeur économique de l’hommage ne doit donc pas être opposée à sa valeur symbolique.

  • 88 Sur le potlatch, Mauss, Sociologie et anthropologie, p. 149 sqq. Voir aussi la lecture critique de(...)
  • 89 Voir le mythe des Indiens Haïda rapporté par Mauss, Sociologie et anthropologie, p. 103, n. 6. Un (...)

36Cette double valeur de l’honos nous invite à le rapprocher du phénomène du don. Les deux pratiques se ressemblent en effet : elles recourent à des objets matériels, mettent en œuvre l’acte volontaire et personnel d’attribuer un objet, et opèrent une combinaison du symbolique et de l’économique. Les analyses du don faites par les ethnologues fournissent d’autres parallèles intéressants avec l’honos. Dans son étude du potlatch, qui est une forme extrême de don, M. Mauss insiste sur l’importance prise par la dépense matérielle. Au cours de cette cérémonie, il faut donner, et donner beaucoup. Les dons prennent en effet une tournure agonistique : les chefs s’affrontent pour savoir qui sera capable de donner le plus et d’atteindre ainsi le sommet de la hiérarchie. Le prestige se gagne par le biais de la dépense somptuaire, qui peut aller parfois jusqu’à la destruction de biens88. L’honos romain n’est pas une forme de potlatch : aucune rivalité ne s’y exprime. Mais la dépense et le coût de ce qui est donné revêtent une place très importante, comme on l’a vu : pour les Kwakiutl étudiés par M. Mauss comme pour les Romains, le don ou l’honneur accordé est d’autant plus significatif et prestigieux qu’il est coûteux. M. Mauss montre également que le don est source d’honneur pour celui qui le reçoit ; l’homme déconsidéré retrouve son prestige quand des statues lui sont érigées et des fêtes organisées en son nom, notamment parce que ces célébrations occasionnent des dépenses significatives89. Malgré ces parallèles, cependant, l’honos n’est pas totalement réductible à une conduite de don. L’honos est en effet une réponse à un mérite, la rétribution d’une qualité ou d’un service, sur le mode du paiement. Le don, lui, est consenti plus librement. Il y a, dans les sociétés étudiées par les anthropologues, une obligation de donner, mais elle n’est pas imposée par la dignité de celui qui reçoit le don. Le paradigme économique de l’honos, celui de la rétribution, n’est donc pas le même que celui du don.

3.2. Le geste

37L’honos peut aussi prendre la forme d’un geste fait par une personne en direction d’une autre. Il s’agit alors d’un acte qui n’implique pas le recours à un instrument extérieur pour signifier l’estime. Ce geste peut être de deux types, les soins et services ou bien les égards et politesses.

3.2.1. Formes

38Les honores peuvent d’abord consister en bons traitements ou services. C’est le cas dans le Stichus où Panégyris déclare à sa sœur, à propos de leurs maris partis en mer :

Nolo ego, soror, me credi esse immemorem uiri,
Neque ille eos honores mihi quos habuit perdidit.
Nam pol mihi grata acceptaque huiust benignitas.

« Je ne veux pas, ma sœur, qu’on pense que j’ai oublié mon mari, Ni que les honneurs qu’il m’a conférés ont été donnés en pure perte.
Car, par Pollux, j’accepte et je lui suis reconnaissante de sa bienveillance. »
(Pl. St. 48-50).

  • 90 Varr. RR I, 17, 6.
  • 91 Cic. Verr. II, IV, 25.
  • 92 Pl. Rud. 284-289.
  • 93 Voir par exemple Cic. Att. XVI, 16a, où Cicéron demande l’aide de L. Plotius Plancus honoris grati (...)
  • 94 C’est pourquoi l’honos s’oppose à toutes les actions qui visent à endommager l’intégrité physique (...)

39Panégyris veut conserver le souvenir des honores que son mari lui a témoignés et qui consistent en un ensemble de bons traitements et de gestes d’attention. Ce sont des bienfaits matériels procédant de la benignitas de l’époux. Le maître peut aussi avoir ce type d’honores pour ses esclaves, en leur donnant plus de vivres, de vêtements ou de repos90. Quand un sénateur se déplace à l’étranger, on lui fait généralement l’honos de lui offrir l’hospitalité91. C’est un honos que d’accéder à la demande de suppliants en leur offrant asile92 ou d’apporter son aide à un ami dans une affaire délicate93. L’honos consiste ainsi en un geste prévenant qui vise le bien-être de celui qui est honoré94. Il implique donc une activité plus grande de la part de celui qui honore que lorsqu’il s’agit d’un objet : le destinateur doit faire un effort pour rendre hommage à autrui. L’honos impose une dépense d’énergie et pas seulement une dépense matérielle. Le contact entre celui qui donne et celui qui reçoit l’honos est en outre plus direct car il se passe d’objet intermédiaire. L’honos d’un geste est cependant plus fugace et plus volatil que l’honos sous forme d’objet car il s’efface une fois accompli.

40Une seconde catégorie de gestes honorifiques recouvre les égards et marques de politesse. Ces marques d’honneur n’augmentent pas le bien-être ni ne protègent la personne mais visent à dire le respect. Deux textes de notre époque en fournissent des exemples. Le premier est un passage de Térence :

Dum haec loquimur, interea loci ad macellum ubi aduentamus,
Concurrunt laeti mihi obuiam cuppedinarii omnes,
Cetarii, lanii, coqui, fartores, piscatores,
Quibus et re salua et perdita profueram et prosum saepe;
Salutant, ad cenam uocant, aduentum gratulantur.
Ille ubi miser famelicus uidet me esse tanto honore et
Tam facile uictum quaerere, ibi homo coepit me obsecrare
Vt sibi liceret discere id de me.

« Pendant que nous causons, nous arrivons au marché et à cet instant
Accourent à ma rencontre, le sourire aux lèvres, tous les marchands de
bonnes choses,
Les mareyeurs, les bouchers, les charcutiers, les rôtisseurs, les poissonniers,
À qui, dans la richesse comme dans la misère, j’avais rendu et rends encore souvent des services ;
Ils me saluent, m’invitent à dîner, me félicitent de ma venue.
Lorsqu’il voit, ce pauvre famélique, que je suis autant à l’honneur
Et que je gagne mon pain si facilement, il commence à me supplier
De lui permettre de devenir mon élève. »
(Ter. Eun. 255-262).

  • 95 Quand le roi Bocchus, rallié aux Romains, tend un piège à Jugurtha pour le livrer à Sylla et Mariu (...)
  • 96 Cic. Pis. 96.
  • 97 Nous renseignent sur cette pratique Pol. XXXI, 29 ; Val. Max. V, 8, 3 ; Sen. Ben. VI, 34, 2. Voir (...)

41Il est ici question de la grande considération dont jouit le parasite Gnathon auprès des marchands et des marques d’honneur qui l’accompagnent. Il s’agit d’égards cordiaux : les gens viennent à sa rencontre (obuiam), le saluent (salutant), l’invitent à dîner (ad cenam uocant), et se réjouissent de sa venue (aduentum gratulantur). Ce sont des prévenances gestuelles ou orales. Aller à la rencontre de quelqu’un est un honos bien identifié comme tel, que l’on retrouve dans d’autres contextes95. Par cette marque d’honneur le donateur épargne à celui qu’il honore la peine de se déplacer et fait l’effort de se rapprocher de lui : il y a mouvement vers celui que l’on reconnaît comme supérieur pendant que ce dernier reste immobile. Le salut est également un honos relativement répandu ; Cicéron estime que Pison est tellement ignoble qu’il ne mérite même pas une marque d’honneur aussi banale96. La salutatio consiste à se tourner vers un tiers et à lui adresser une parole de civilité, que ce soit dans la rue ou, plus spécifiquement, dans la maison d’un concitoyen. Les aristocrates romains recevaient tous les matins clients et visiteurs dans l’atrium de leur demeure pour la salutatio avant de vaquer à leurs affaires97.

  • 98 Sur ce texte, voir l’étude de P. Moreau, « Positions du corps, gestes et hiérarchie à Rome », in M (...)

42Le second texte important pour la compréhension de ces honores à l’époque républicaine est un passage du Cato maior évoquant les marques d’honneur rendues aux personnes âgées98 :

Haec enim ipsa sunt honorabilia quae uidentur leuia atque communia, salutari, appeti, decedi, adsurgi, deduci, reduci, consuli; quae et apud nos et in aliis ciuitatibus, ut quaeque optime morata est, ita diligentissume obseruantur.

« Voici en effet des marques certaines d’honneur, bien que cela paraisse frivole et banal, saluer, aborder, céder le pas, se lever, escorter, reconduire, consulter, toutes coutumes qui s’observent chez nous et dans d’autres cités, avec d’autant plus de soin que les mœurs y sont plus honnêtes. »
(Cic. Cato mai. 63 ; trad. Wuilleumier modifiée).

  • 99 On donne à celui que l’on veut honorer la place éloignée du bord de la route quand on marche à ses (...)
  • 100 Cic. Verr. II, IV, 138.
  • 101 Plin. NH XVI, 4, 13.
  • 102 Cic. Pis. 26 ; Liv. IX, 46.
  • 103 Liv. III, 11, 1. Mommsen, DPR, vol. 2, p. 31.
  • 104 Val. Max. VIII, 3, 4 ; Plut. Pomp. 8 et Crass. 6. Voir Moreau, « Positions du corps, gestes et hié (...)
  • 105 C’est pourquoi Accius ne se levait pas devant J. Caesar Strabo car il considérait que ce dernier, (...)
  • 106 Voir par exemple Sall. Iug. 65, 1-2 où la place honorifique est celle située près du siège de l’im (...)
  • 107 Voir C. Nicolet, Le Métier de citoyen dans la Rome républicaine, 2e éd., Paris, Gallimard, 1976, p (...)
  • 108 Liv. XXX, 45, 2. À l’inverse, Cicéron raille Pison que personne n’est venu escorter lors de son pit (...)
  • 109 Q. Cic. Comm. 34-38. Voir aussi d’autres textes importants : Cic. Mur. 70 ; Sull. 81 ; Dom. 76.
  • 110 Q. Cic. Comm. 36. Le prestige est encore accru quand des individus de haut statut acceptent de pre (...)

43On retrouve parmi ces marques de respect le salut (salutari) et le fait de se porter au devant de quelqu’un (appeti). Trois autres honores sont relevés par l’auteur : céder le pas (decedi), se lever (adsurgi) et faire cortège (deduci, reduci). La demande de conseil (consuli) n’appartient pas quant à elle aux honores gestuels. Céder le pas à quelqu’un revient à lui laisser la place dans les rues et les lieux publics, à s’effacer en sa présence pour qu’il n’ait pas de peine à se donner en faisant un écart99. L’honos consiste donc à donner une place avantageuse et à laisser occuper librement l’espace. La personne honorée gagne ainsi en visibilité publique. Se lever devant quelqu’un est une marque d’estime octroyée en des occasions diverses : quand Cicéron paraît devant le sénat de Syracuse, tous ses membres se lèvent honorifice100. Le public du théâtre se lève aussi lors de l’entrée dans les gradins d’un personnage décoré101. Quand un citoyen à cheval ou assis sur un siège se trouve en présence d’un magistrat, on attend de lui qu’il se mette debout102. La position assise est en effet celle du supérieur, notamment quand il exerce une charge publique ; c’est assis sur la chaise curule que le magistrat administre la justice, prend les auspices ou lève les troupes103. C’est donc rendre une marque d’honneur toute particulière pour un personnage important que de se lever devant un inférieur : devant le jeune Pompée, Sylla se découvrait, se levait et le saluait du titre d’imperator104. Se lever, c’est reconnaître de façon manifeste la supériorité de celui devant qui on se trouve105. La position assise du supérieur lui confère, par rapport à ceux qui sont debout, une posture distinctive. C’est à la valorisation de cette posture assise que se rattachent les signes distinctifs relevant de la proédrie : il y a, dans les édifices de spectacle, dans les banquets, dans les camps militaires, des places réservées, qui ne sont pas perçues comme des honores, mais relèvent des insignes de prestige liés à une posture dans l’espace et à une ségrégation positive106. La dernière marque d’honneur gestuelle relevée dans le texte du Cato maior consiste à accompagner quelqu’un dans les endroits publics. Il s’agit là de la pratique romaine du cortège, que l’on rencontre en différentes occasions : les magistrats et les promagistrats qui entrent ou sortent de Rome pour l’exercice de leur charge sont traditionnellement accompagnés d’une foule qui les escorte pour leur faire honneur107. Des cortèges se forment aussi autour des généraux vainqueurs : en 201, Scipion l’Africain fut accueilli dans les villes qu’il traversait sur le chemin de son retour à Rome et les paysans le suivaient le long des chemins108. Mais c’est surtout pour les candidats à une charge politique que les cortèges revêtent une importance particulière : ils leur permettent d’affirmer visiblement leur popularité aux yeux de l’électorat. Le Commentariolum petitionis consacre tout un passage riche d’enseignement à l’honos des cortèges109. Il distingue les gens qui viennent simplement pratiquer la salutatio dans la demeure, ceux qui escortent le candidat au forum, et enfin ceux qui le suivent partout en ville. On constate à nouveau dans ce passage l’existence d’une échelle des honores : suivre quelqu’un partout est un hommage plus grand que venir le saluer le matin. On voit également l’importance prise par le nombre des présents dans ces honores : plus la foule est dense, plus le prestige est accru110. L’honos se nourrit donc du capital humain mobilisé et de la visibilité conférée au candidat dans l’espace de la cité.

  • 111 Ces gestes honorifiques perdurent au-delà de l’époque républicaine et semblent alors avoir fait l’ (...)
  • 112 Ibid., p. 199.

44Peut-on déceler une matrice commune à ces différents honores111 ? Il s’agit à chaque fois de conduites gestuelles qui s’inscrivent dans l’espace : se lever, céder la place ou faire cortège implique de se déplacer au bénéfice de la personne honorée. Ce qui importe est le mouvement mais surtout l’abandon d’une posture occupée avant l’honos : celui qui marque son estime change de position alors que l’autre garde sa place112. L’effort fait par celui qui honore est lui aussi capital : on va à la rencontre d’autrui, on prend la peine de se lever ou de l’escorter pendant de longues heures. Il y a des gestes, de l’ordre du symbolique, mais aussi une dépense d’énergie, qui relève de l’économique.

3.2.2. Bilan

  • 113 Sur ces gestes, voir A. P. Corbeill, Nature Embodied. Gesture in Ancient Rome, Princeton, Princeto (...)
  • 114 Cic. De or. III, 216 ; Off. II, 128-130. On retrouve ici les principes de la tradition physiognomon (...)

45Ces honores gestuels signifient, comme les objets, l’estime de celui qui les accomplit mais ont la singularité de mobiliser pour ce faire le corps. L’octroi de bons traitements implique physiquement la personne qui les donne et la fait entrer en relation étroite avec l’individu honoré. Les gestes de salut et de respect utilisent directement le corps comme support de signes : ce sont le mouvement des membres et la posture physique qui signifient l’estime. L’honos rejoint ainsi d’autres pratiques romaines qui font du corps un objet parlant. Ce dernier joue un rôle signifiant dans le discours de l’orateur, au moment de l’actio, dans le sacrifice religieux, où les gestes sont performatifs, au cours des funérailles, où les larmes disent l’intensité du chagrin, ou bien au sénat où l’on vote en se déplaçant vers celui dont on soutient la proposition113. L’honos lui aussi mobilise gestes et postures pour délivrer une signification, le jugement favorable. L’expression corporelle de l’estime est rendue possible par la corrélation que posent les Romains de la République entre aspects du corps et aspects de l’âme. Cette correspondance a été par exemple théorisée à propos de l’actio de l’orateur dans le De oratore, où Cicéron explique comment le corps d’un homme et les expressions de son visage sont gouvernés par l’âme et ses mouvements, puis de manière plus générale dans le De officiis où l’apparence extérieure est considérée comme le reflet de la personnalité intérieure114.

  • 115 Voir Cic. Verr. II, IV, 62 où un invité estime avoir été traité honorifice parce que la cena a été (...)

46À cette fonction symbolique des marques d’honneur gestuelles s’ajoute une dimension économique tout aussi importante. Il y a en effet, comme on l’a vu, une dépense engagée par le donateur, d’ordre physique : celui qui fait cortège prend de la peine pour honorer un candidat ; l’hôte qui reçoit chez lui engage une dépense financière115. L’honos gestuel apporte en outre d’authentiques bienfaits à celui auquel il est destiné : son bien-être est augmenté par des attentions, son intégrité physique préservée par une intervention extérieure, sa situation sociale protégée par une assistance dans un procès, ses chances de succès à une candidature renforcées par les cortèges.

  • 116 Supra p. 204 sqq.
  • 117 Voir les remarques de C. Nicolet à ce sujet sur Rome comme « civilisation ostentatoire où le fait (...)

47Pour que l’honos remplisse pleinement sa fonction, il doit être visible de tous. On se souvient en effet que la marque d’honneur est destinée à autrui mais prend son sens quand un public assiste à la relation d’hommage116. Or, le geste honorifique s’en assure parfaitement en se plaçant sous les yeux de tous et en conférant au bénéficiaire une visibilité remarquable. Faire cortège à un individu implique de placer en tête celui que l’on honore et d’occuper l’espace public dans la cité117.

  • 118 Sa situation est comparable à celle du courtisan qui, pour avoir du prestige et appartenir à l’éli (...)

48La personne honorée se trouve placée dans une posture distinctive : elle est assise quand son entourage est debout, elle demeure immobile alors que les autres viennent vers elle. Cette distinction spatiale est d’importance car l’honos gestuel, à la différence du don, n’est pas durable : sa faible extension temporelle est compensée par une inclusion dans l’espace. Le prestige repose sur le discours positif des autres mais aussi sur le regard des pairs : un aristocrate romain n’a pas de prestige quand il est seul dans sa uilla de campagne mais quand il se trouve à Rome, sous les yeux de tous118.

  • 119 Le beneficium est une réalité sociale et juridique qui a été enrichie de caractères moraux par Cic (...)

49Ces différentes marques d’honneur nous paraissent, en dernière analyse, pouvoir être rapprochées des actes de bienfaisance, les beneficia119. L’honos gestuel vise en effet l’utilité, ce qui est l’une des règles de la bienfaisance dans la définition qu’en donne Cicéron au premier livre du De officiis :

Videndum est enim, primum ne obsit benignitas et iis ipsis quibus benigne uidebitur fieri et ceteris, […].

« Il faut veiller, en effet, d’abord à ce que cette bonté ne nuise pas à ceux-là mêmes en faveur de qui on paraîtra agir avec bonté, ni non plus aux autres […]. »
(Cic. Off. I, 42 ; trad. Testard).

50La bienfaisance ne doit pas nuire en prétendant accorder un bienfait, ce qui reviendrait à ôter tout sens à ce bienfait. La même recommandation pourrait valoir pour l’honos tel que nous venons de l’analyser. Le beneficium comme l’honos apportent un avantage matériel, voire économique, et ont donc une utilité concrète. L’honos, en outre, vise le bien-être de ceux à qui il est destiné. Or c’est là une autre caractéristique du beneficium dans la définition qu’en donne Sénèque :

Quid est ergo beneficium? Beneuola actio tribuens gaudium capiensque tribuendo in id, quod facit prona et sponte sua parata.

« Qu’est-ce donc qu’un bienfait ? Un acte de bienveillance qui procure de la joie et qui, par ce fait, s’accompagne de joie, en même temps qu’une inclination et une disposition spontanée à l’accomplir. »
(Sen. Ben. I, 6, 1 ; trad. Préchac).

  • 120 Voir supra p. 213. Dans un autre texte de Sénèque, la uoluntas et l’estime (iudicium) occupent pou (...)

51Le beneficium produit de la joie comme l’honos contente celui auquel il est destiné. On remarque par ailleurs, dans cette définition, la présence de la volonté bienveillante (beniuolentia actio) qui rappelle le rôle joué par la uoluntas dans l’octroi de l’honos120. Certains textes de notre époque indiquent d’ailleurs eux-mêmes combien l’honos est proche du beneficium. On le voit dans les Captifs, quand Tyndare remercie Hégion de lui ôter ses chaînes :

Tyn .: Di tibi omnes omnia optata <of>ferant,
Cum me tanto honore honestas cumque ex uinclis eximis.
He .: Quod bonis bene fit beneficium, gratia ea grauida est bonis.

« Tyndare : Que les dieux t’apportent tout ce que tu désires
Pour te remercier de m’honorer d’un tel honneur et de m’enlever mes chaînes.
Hégion : Quand on accorde un bienfait de bon cœur aux gens de bien, les
gens de bien sont pleins de reconnaissance. »
(Pl. Cap. 355-357).

  • 121 Voir les remarques de Cicéron sur le mépris que suscite l’ingrat (Cic. Off. II, 63). Sur la gratit (...)

52L’honos fait à Tyndare est interprété par Hégion comme un beneficium, avec une insistance particulière sur le « bien » qui justifie l’hommage et l’instaure en même temps (bonis, bene, beneficium, bonis). Cette proximité de l’honos et du beneficium est confirmée par la présence de la gratia comme dénominateur commun : la reconnaissance de celui qui est honoré est aussi attendue de celui qui reçoit un bienfait121.

  • 122 Cic. Off. I, 42. Cicéron recommande que la bienfaisance pro dignitate cuique tribuatur, « soit don (...)

53Malgré cette proximité entre les deux notions, certains éléments nous amènent à les distinguer. Il y a d’abord une faible valeur symbolique du beneficium : ce dernier n’a pas autant que l’honos vocation à être un signe. Il peut avoir un sens, mais ce n’est pas là l’essentiel de ce qu’il est : son aspect matériel est primordial. Le beneficium, ensuite, n’exige pas comme l’honos l’existence d’un mérite. Il s’ancre dans la générosité spontanée du bienfaiteur et rien ne l’impose hormis la décision personnelle de son auteur alors que l’honos doit être la récompense d’une qualité ou d’un exploit. Si Cicéron recommande d’octroyer un bienfait de préférence à ceux qui le méritent, il s’agit là seulement d’une prescription, qui vise un usage idéal122.

3.3. La cérémonie

54Il arrive que la marque d’honneur mette en jeu non pas un geste unique mais un ensemble de gestes ordonnés de façon rituelle qui porte en général une forte dimension religieuse. L’honos prend alors la forme d’une cérémonie.

3.3.1. Formes

55Les honores de ce type sont surtout des cérémonies de victoire octroyées pour honorer un chef militaire. Trois sont reconnues comme des honores : la salutation du titre d’imperator, la supplication d’action de grâces et le triomphe. Un autre type d’honos cérémoniel n’est pas lié à la guerre : il s’agit des funérailles.

  • 123 Caes. BC II, 32, 14. Sur ce rituel, voir l’article de Rosenberg dans la RE s. v. imperator et R. C (...)
  • 124 La reconstitution exacte de la cérémonie est difficile en raison du manque d’explications données (...)
  • 125 Il est alors mentionné à côté du nom et de la magistrature exercée. Voir par exemple Cic. Phil. XI (...)
  • 126 Liv. XXVII, 19, 4. Le texte de Tite Live est confirmé par une inscription de Sagonte (CIL II, 3836) (...)
  • 127 Combès, Imperator, p. 38-49.
  • 128 C’est d’autant plus probable que l’assimilation du vainqueur à Jupiter existait déjà dans la cérém (...)

56Aux IIe et Ier siècles avant notre ère, le terme d’imperator est utilisé pour désigner le détenteur de l’imperium militiae, qu’il s’agisse d’un général ou bien d’un promagistrat. Mais il peut aussi être employé comme titre honorifique au cours d’une cérémonie où les soldats le décernent de façon solennelle à leur général : il s’agit de la salutation impératoriale, que César lui-même qualifie d’honos123. Cette marque d’honneur se rapproche de l’honos du salut puisqu’elle consiste pour les soldats à se réunir autour du général et à lui octroyer un nomen particulier. Elle en diffère cependant car elle est beaucoup plus exceptionnelle124. Après une campagne victorieuse, les soldats de l’armée se réunissent au camp et, restant debout pendant que le général est assis, le désignent du nom d’imperator par une puissante acclamation. Ce dernier a ensuite le droit d’être salué de ce titre et de l’utiliser dans sa correspondance125. La première attestation de cet honos se rencontre avec Scipion l’Africain126. Cet honneur a été obtenu par la plupart des grands généraux romains, parfois à plusieurs reprises, et une étape supplémentaire fut franchie par Octave qui en fit son praenomen. Cette cérémonie procède à un grandissement de nature religieuse du général : le terme imperator est en effet une épithète de Jupiter attestée dès le début du IVe siècle127. Il est possible que, par l’usage de ce qualificatif, les soldats aient souhaité consacrer la supériorité du chef victorieux en l’associant à cette divinité128.

  • 129 Sur la supplication d’action de grâces, voir Halkin, La Supplication. La procédure de demande et d (...)

57Un autre honos cérémoniel octroyé à l’issu d’une victoire militaire est la supplication d’action de grâces129. Dans une lettre adressée à Sulpicius Rufus, Cicéron explique pourquoi il a soutenu l’octroi de cet honos à son ami :

[…] non existimaui me saluo iure nostrae ueteris amicitiae multorumque inter nos officiorum facere posse, ut honori tuo deessem; itaque affui supplicationemque tibi libenter decreui nec reliquo tempore ullo aut rei aut existimationi aut dignitati tuae deero.

« […] j’ai pensé que je ne pouvais, sans trahir notre vieille amitié et les nombreux services que nous avons échangés, me dispenser de prendre part à l’hommage qui t’était rendu ; aussi ai-je assisté à la séance et voté avec plaisir la supplication en ton honneur, et à l’avenir je ne manquerai en aucune circonstance de servir tes intérêts, ta réputation ou ton rang. »
(Cic. Fam. XIII, 77, 1 ; trad. Beaujeu).

  • 130 Ibid., p. 87-89. On connaît des cas où le sénat a refusé l’octroi d’une supplication demandée par (...)

58Le texte montre que la supplication a été discutée au sénat et a fait l’objet d’un vote. Ce n’est donc pas un honos spontané comme la salutation impératoriale : il fait l’objet de la consultation d’une institution centrale de Rome130. Un passage du De prouinciis consularibus montre, à propos d’une supplication octroyée à César, une autre singularité de cette cérémonie, qui est la complexité du rôle des différents protagonistes :

Ergo in illa supplicatione, quam ego decreui, res ipsa tributa est dis immortalibus et maiorum institutis et utilitati rei publicae, sed dignitas uerborum, honos et nouitas et numerus dierum Caesaris ipsius laudi gloriaeque concessus est.

« Ainsi, pour la supplication que j’ai votée, la cérémonie elle-même a été dédiée aux dieux immortels, aux institutions des ancêtres et au bien de la république, mais la grandeur du texte, l’honneur, son caractère nouveau ainsi que le nombre de jours décrété ont été concédés à César lui-même, à son mérite et à sa gloire. »
(Cic. Prou. 27 ; trad. Cousin modifiée).

59L’honos n’est pas adressé directement au général mais aux dieux et par-delà à la république. Cependant, il y a un destinataire secondaire, le général : l’honos est bien, dans le texte, défini comme la propriété de César (Caesaris). Comment le général, qui n’est pas celui qui reçoit les actions de grâces, peut-il bénéficier de l’honos ? Un passage de la quatrième Catilinaire, qui évoque les récompenses pour ceux qui ont déjoué la conjuration, l’explique :

[…] maximeque quod meo nomine supplicationem decreuistis, qui honos togato habitus ante me est nemini.

« […] et surtout parce que vous avez décrété en mon nom une supplication, honneur qui avant moi n’a été donné à aucun civil. »
(Cic. Catil. IV, 5).

  • 131 Liv. XXVI, 21, 3. On voit aussi chez Tite Live un général victorieux, de retour à Rome, demander un(...)
  • 132 Halkin, La Supplication, p. 101-102. Des offrandes et des sacrifices sont aussi réalisés.
  • 133 Liv. III, 63, 5.
  • 134 Respectivement, Liv. V, 23, 3 ; Liv. XXVI, 21, 3 ; Liv. XLV, 2, 1.

60L’homme est, autant que les dieux, honoré par la supplicatio car cette dernière est organisée en son nom (meo nomine, dit Cicéron). Le nom de Cicéron est donc associé aux gestes de piété de la collectivité. C’est aussi en invoquant le nomen de Marcellus que l’honos de la supplication aux dieux a été décidé après la prise de Syracuse131. La supplication est donc un honos qui implique un nombre élevé de protagonistes : le donateur de l’honos est le sénat qui décide de la cérémonie, mais aussi le peuple qui l’effectue ; le destinataire est à la fois le général, au nom de qui l’honos est fait, mais aussi les dieux, bénéficiaires directs. La cérémonie se déroule de la façon suivante : une fois la supplication décidée par le sénat, les jours qui lui sont consacrés sont décrétés fériés puis tous les Romains sont invités à se rendre dans les temples de la ville pour accomplir différents rites dont le principal est la gratulatio, la récitation de la prière de remerciement aux dieux132. Il s’agit d’un rituel ancien, dont la première attestation remonte, si l’on en croit Tite Live, à 449, après les victoires de Valerius Publicola sur les Èques et d’Horatius Barbatus sur les Sabins133. De nombreuses grandes victoires militaires furent suivies de supplications : la prise de Véies par Camille, les succès de Marcellus en Sicile, la victoire de Paul Émile à Pydna134.

  • 135 Le triomphe a donné lieu à de très nombreuses études critiques, portant sur la cérémonie en généra (...)
  • 136 Cic. Phil. XIII, 9.
  • 137 Liv. III, 63, 9-10 et Pol. VI, 15, 7. On connaît le cas extrême de Lucullus, qui aurait été contrai (...)
  • 138 Les amis du général ainsi que ses soldats font bien évidemment pression : Liv. XXXI, 48, 1 et XXXV (...)
  • 139 Nicolet, Métier : ce qui est d’abord une célébration de la victoire de la cité va devenir avec le t (...)
  • 140 Liv. XLV, 39, 10 : diis quoque […] non solum hominibus debetur triumphus. « Le triomphe est dû aux (...)
  • 141 Sur l’iconographie, voir Bastien, Le Triomphe romain, p. 259. Beard, The Roman Triumph note justem (...)
  • 142 Pour les différentes hypothèses sur l’itinéraire suivi par la pompa, voir Künzl, Der römische Triu (...)
  • 143 Le problème de sa localisation a été résolu par F. Coarelli qui l’identifie avec la porta Carmenta (...)
  • 144 Cléopâtre, qui s’était suicidée pour ne pas figurer dans le triomphe d’Octave, y fut représentée p (...)
  • 145 Liv. X, 7, 10 ; Plut. Aem. Paul. 34 ; DH. III, 61 ; Val. Max. IV, 4, 5 ; Plin. NH XV, 137. Voir(...)
  • 146 Liv. IV, 20 ; V, 49 ; XXXIX, 7 ; Plin. NH XIX, 144 ; Plut. Marc. 8 ; Suet. Caes. 49. Sur les soldat (...)
  • 147 Ibid., p. 239-244.

61Parmi les cérémonies liées à la victoire militaire, le triomphe est l’honos le plus prestigieux135. À propos de celui décerné à Lépide, Cicéron écrit qu’il relève des maximos honores136. Comme la supplicatio, le triomphe est une marque d’honneur qui fait intervenir plusieurs protagonistes. Le sénat joue un rôle capital car c’est lui qui donne au général l’autorisation de triompher et vote l’allocation de fonds137. Le peuple joue également un rôle : après le vote du sénat et l’édition du sénatus-consulte, une lex doit être passée devant le peuple ou la plèbe pour que le général puisse entrer en armes dans l’enceinte de Rome138. Quant au destinataire de l’honos, il est ici encore multiple. Il est incontestable que l’imperator qui triomphe bénéficie de cette cérémonie exceptionnelle : revêtu d’insignes de grand prestige, placé au centre d’une pompa fastueuse, il attire tous les regards. Le rituel sacré qu’est le triomphe a ménagé de plus en plus de place au cours du temps à la célébration du général139. Cependant, le triomphe reste une procession, une pompa, et son point culminant est le sacrifice à Jupiter au Capitole. C’est donc aussi un honneur rendu à un dieu et cette cérémonie n’a pas été complètement sécularisée malgré la diminution de sa dimension religieuse140. La cérémonie elle-même peut être reconstituée à l’aide de sources textuelles et iconographiques des IIe et Ier siècles141. Elle consiste en une procession, la pompa triumphalis, qui parcourt l’espace public de Rome142 : les participants commencent par se rassembler au Champ de Mars en dehors du pomerium, puis franchissent la porte Triomphale143, traversent le Cirque Maxime puis le forum jusqu’au Capitole où le triomphateur offre à Jupiter les lauriers figurant sur les faisceaux de ses licteurs et ceux qu’il tient en main. Puis les animaux figurant dans la procession sont sacrifiés. Le cortège qui traverse la ville peut être plus ou moins étendu. En tête figure le butin de la guerre et des tableaux ou des écriteaux qui signalent les villes prises, les batailles remportées et les chefs vaincus144. Comme dans le cas des dona militaria, une partie de la campagne militaire est donc représentée. Derrière le butin se trouvent les animaux pour le sacrifice, suivis de trompettes et de danseurs, puis des captifs. Viennent ensuite les licteurs qui précèdent l’imperator : ce dernier est placé avec ses enfants sur un quadrige de chevaux blancs. Il porte différents attributs : une tunica palmata de pourpre, la toga picta, le sceptre d’ivoire surmonté d’un aigle dans une main, un rameau de laurier dans l’autre et une couronne de laurier. Debout derrière lui, un esclave tient une couronne d’or au-dessus de sa tête145. Le général est suivi de son armée et ses soldats crient io triumpe ! et chantent des chansons satiriques146. Figurent aussi parfois d’autres personnes derrière le général : des sénateurs, des magistrats, des citoyens libérés de la servitude, etc147. Cet honos du triomphe rassemble donc autour du général un grand nombre de personnes pour l’accompagner dans sa procession au cœur de la cité.

  • 148 Il est recensé par les fastes triomphaux : de Corseis primus in monte Albano (A. Degrassi, Inscrip (...)
  • 149 Bastien, Le Triomphe romain, p. 267-268.
  • 150 Brennan, « Triumphus in Monte Albano », p. 320.
  • 151 Liv. XXXIX, 29, 4-5 ; Gell. V, 6, 21 et 27 ; DH. V, 47, 3-5. Voir Künzl, Der römische Triumph, p.  (...)
  • 152 Liv. XLII, 20, 1 ; Plin. NH XXXIV, 20.

62Il faut enfin mentionner trois autres cérémonies proches du triomphe mais qui possèdent une moindre valeur. La première est le « triomphe sur le mont Albain », attesté pour la première fois avec C. Papirius Maso, consul en 231, victorieux en Corse148. Il s’agit d’une procession vers le mont Albain, situé à 27 km au sud-est de Rome, où se trouvait le sanctuaire de Jupiter Latiaris149. Cette cérémonie est généralement organisée quand un triomphe a été refusé, comme dans le cas de Marcellus en 211 ; elle est conduite en vertu de l’imperium du général et financée par le butin150. Cet honos conserve une dimension religieuse mais a la singularité de ne pas être octroyé formellement par un tiers : le général triomphe à ses frais. Une autre cérémonie triomphale est l’ovation (ouatio) qui est, elle, conférée par le sénat. Elle semble avoir consisté en une entrée du général suivi par son armée dans la ville, à pied et non en quadrige, et vêtu seulement de la toge prétexte et couronné de myrte151. La dernière forme de triomphe, dont on ignore presque tout, est le triumphus naualis ; il est lié à une victoire sur mer et a été célébré pour la première fois en 260 avant J.-C. par C. Duilius152.

63Outre ces rites de victoire militaire, l’honos peut prendre la forme d’une autre cérémonie qui est celle des funérailles. Les auteurs latins qualifient d’honos le funus, c’est-à-dire les obsèques dans leur ensemble, avec rites préliminaires, pompa et ensevelissement ou crémation, comme dans ce passage de la neuvième Philippique où Cicéron montre que Ser. Sulpicius Rufus, membre de la députation envoyée à Antoine et mort pendant le voyage, mérite qu’on lui rende dignement hommage :

Quodsi cuiquam iustus honos habitus est in morte legato, in nullo iustior quam in Ser. Sulpicio reperietur.

« Si jamais un juste honneur fut rendu à la mort d’un légat, on verra qu’il n’est personne pour qui il serait plus juste que pour Servius Sulpicius. »
(Cic. Phil. IX, 2).

  • 153 Sur l’honos du tombeau, voir aussi Cic. Phil. IX, 14-15 ainsi que le fragment où Lucilius déplore (...)
  • 154 Pol. VI, 53-54 et Plin. NH XXXV, 6. Sur le déroulement des funérailles, voir aussi l’article de E. (...)
  • 155 Toynbee, Death and Burial in the Roman World, p. 44-45 (qui exploite notamment le relief de la tomb (...)
  • 156 Il s’agit là d’une prescription remontant aux XII Tables (Cic. Leg. II, 60 ; Tert. Cor. 10).
  • 157 Sur la praefica et la nénie, voir Fest. 155, 27 et 250, 5 ; Varr. LL VII, 70 et De uita pop. Rom. (...)
  • 158 Deschamps, « Rites funéraires de la Rome républicaine », p. 173-174.
  • 159 Cicéron indique que cette interdiction repose sur la crainte des incendies en cas de crémation (Ci (...)
  • 160 Aux origines de Rome, crémation et inhumation sont pratiquées concurremment. C’est à partir du IVe(...)

64L’honos réclamé par Cicéron consiste en des funérailles nationales et en l’élévation d’un tombeau153. La nature de cette cérémonie est assez bien connue, notamment grâce à des textes de Polybe et de Pline154. Les obsèques commencent par des rites pratiqués dans la maison du défunt155 : ses proches lui font un dernier adieu, lui ferment les yeux et appellent plusieurs fois son nom. Puis le mort est lavé, habillé et pourvu des couronnes qu’il a reçues dans sa vie : l’honos ultime des funérailles inclut les honores obtenus de son vivant156. Les obsèques des Romains de condition moyenne comprennent une pompa où le corps est transporté depuis la demeure jusqu’au lieu de la sépulture. Il est placé dans une sorte de cercueil sans couvercle lui-même installé sur une litière, souvent portée par les descendants du mort. Devant le cercueil se trouvent des joueurs de trompette et de flûte et des praeficae, pleureuses professionnelles qui chantent la nénie, un chant de lamentation157. Derrière le cercueil, la famille et les amis forment le cortège158. La pompa s’arrête sur le lieu de la sépulture, situé en dehors de la cité, conformément à une interdiction ancienne159. Le corps est alors inhumé dans un cercueil déposé en terre ou bien brûlé sur un bûcher ; ses restes calcinés sont recueillis dans une urne160.

  • 161 Sur le funus aristocratique, voir Badel, La Noblesse de l’Empire romain, p. 35-37 et Flower, Ances (...)
  • 162 Fest. 94, 17 ; Suet. Caes. 84 ; Cic. Leg. II, 61.
  • 163 DC. LXXIV, 4, 5 ; Suet. Caes. 84. La présence de danseurs grotesques suscitant le rire est attesté (...)
  • 164 Pol. VI, 54, 3. Flower, Ancestor Masks, p. 99.
  • 165 Voir infra p. 283 sqq.
  • 166 Sur l’histoire et le déroulement des obsèques publiques, voir G. Wesch-Klein, Funus publicum. Eine (...)
  • 167 Les XII Tables imposaient déjà certaines restrictions comme la limitation du nombre de joueurs de (...)

65Quand le défunt est un aristocrate ou un homme public important, le funus s’enrichit de rites supplémentaires161. Un héraut parcourt la ville pour annoncer les obsèques162 et le cortège comprend davantage de musiciens, des chœurs d’hommes, des danseurs et des bouffons163. Quand le mort est un nobilis, des acteurs portant les imagines des ancêtres, leur tenue et leurs insignes défilent en tête de la procession 164. Le public voit ainsi revivre tous les ascendants du défunt au sommet de leur gloire politique : les funérailles constituent pour la gens une remarquable démonstration de pouvoir. Le prestige de la famille est encore renforcé quand le convoi funéraire s’arrête au forum pour que soit prononcé l’éloge funèbre du défunt ; ce dernier étant un honos à part entière, il sera étudié en son lieu, avec les autres honores uerborum165. L’honos des funérailles peut prendre un tour encore plus prestigieux quand un défunt reçoit un funus publicum, des obsèques officielles, financées par l’État166. Les retombées politiques de cet honos expliquent qu’il ait été l’un de ceux dont le déroulement fût le plus contrôlé167.

  • 168 Cic. Cato mai. 75. Voir aussi Cic. Inu. 108.
  • 169 Voir les typologies de Toynbee, Death and Burial in the Roman World, p. 101-244 et Von Hesberg,(...)

66Le terme d’honos peut aussi désigner plus précisément un aspect seulement du funus, l’inhumation (ou la crémation) et le monument funéraire qui est édifié par la suite. Après la mort de Marcellus dans une embuscade tendue par les Carthaginois, ces derniers n’osèrent pas lui refuser l’honos sepulturae168. La sépulture permet d’éviter que le corps du défunt ne subisse des outrages et représente l’honos ultime rendu à un individu. Les tombes rendent hommage au mort, rappellent ses qualités par une inscription et préservent durablement le souvenir du défunt. Leur aspect pouvait être extrêmement varié en fonction de la richesse de la famille, allant de la simple fosse au grand monument richement décoré169. Un monument funéraire de la République se signale par sa nature particulière et son inscription mentionnant l’honos. Il s’agit du monument de C. Poplicius Bibulus. Le texte de l’inscription est le suivant :

C(aio) Poplicio L(ucii) F(ilio) Bibulo aed(ili) pl(ebis) honoris
uirtut[is]que caussa, senatus
consulto populique iussu locus
monumento quo ipse postereique
eius inferrentur publice datus est.

« À Gaius Poplicius Bibulus, fils de Lucius, édile de la plèbe, pour l’honorer, et en raison de sa valeur, par décision du sénat et par ordre du peuple, un lieu a été attribué aux frais de l’État pour l’édification d’un monument où lui-même et ses descendants seront ensevelis. »
(CIL I2, 834 = ILLRP 357).

  • 170 Liv. XXVII, 20 et Plut. Marc. 27. Voir aussi Macr. Sat. I, 7, 33. Cette thèse est retenue par A. To (...)
  • 171 Pour la date de l’inscription, A. E. Gordon, Album of Dated Latin Inscriptions, Berkeley, Universi (...)
  • 172 C’est pourquoi il a fallu un vote du peuple, nécessaire pour qu’une partie de l’ager publicus puis (...)
  • 173 Le monument a parfois été identifié non comme une tombe mais comme un édifice commémoratif (Frisch (...)
  • 174 Cf. Cic. Phil. IX, 6 ; IX, 14 ; IX, 7 et XIV, 33.
  • 175 Une description détaillée du monument se trouve dans R. Delbrück, Hellenistische Bauten in Latium,(...)

67Le personnage honoré semble être le tribun de la plèbe de 209 mentionné par Tite Live et Plutarque170. L’orthographe est ancienne (Poplicio, caussa, posterei), mais les lettres sont d’époque syllanienne ou césarienne. L’aspect et les matériaux du monument font également pencher pour une datation dans la première moitié du Ier siècle171, mais il est possible qu’il s’agisse d’une restauration et que le texte et le monument soient un peu plus anciens. L’honos fait à Bibulus est très grand car il reçoit un emplacement sur une portion de l’ager publicus172, aux frais de l’État (publice), pour que lui-même et ses descendants y soient ensevelis173. Il s’agit là d’un honos rare à l’époque républicaine174. L’aspect du tombeau, placé sur un haut podium, soigneusement décoré, et relevant du type du tombeau-temple, marqué par le style de l’herôon hellénistique, témoigne d’un souci de monumentalité qui amplifie encore la grandeur de l’honos rendu à Bibulus175.

3.3.2. Bilan

  • 176 Voir l’article de J. Scheid « Jupiter » dans l’OCD, p. 801-802 ; G. Wissowa, Religion und Kultus d (...)

68Ces différents honores consistent en une succession d’actions précises organisées en un ensemble relativement codifié : procession, sacrifice, discours, prière peuvent être utilisés conjointement. L’honos prend donc ici le visage du rituel et remplit, de ce fait, une fonction symbolique centrale : le rituel dit quelque chose par des gestes, qu’il s’agisse de remercier les dieux ou d’affirmer la supériorité du général vainqueur. Mais ici encore l’économique est conjoint au symbolique : l’aspect somptueux du triomphe rehausse encore le prestige du général, comme l’importance des dépenses consenties pour les funérailles, dépenses qui ont dû être limitées par la loi tant elles pouvaient prendre de l’ampleur. L’économique participe donc au symbolique. L’aspect rituel de ces honores apparaît aussi dans la manière dont ils mettent en jeu des divinités : la salutation impératoriale utilise un titre de Jupiter, la supplication a lieu dans tous les temples de la ville, le triomphe culmine sur le sacrifice à Jupiter Capitolin, les funérailles font passer le défunt chez les dieux mânes. Il faut souligner que les honores liés à la victoire militaire sont plus spécifiquement associés à Jupiter, dieu qui exerce le pouvoir suprême. Il est associé aux cérémonies de victoire car ces dernières sont le lieu d’expression de la souveraineté dans le domaine de la guerre176.

  • 177 Pour un calcul du nombre des spectateurs, voir Künzl, Der römische Triumph, p. 70-71.
  • 178 Cic. Quinct. 50.

69Tous ces honores ont également pour particularité d’impliquer un très grand nombre d’individus dans leur exécution. Les rites de la supplicatio doivent être accomplis par les hommes et les femmes, adultes comme enfants. Le titre d’imperator est donné au général par l’ensemble de son armée. Quant aux triomphes et aux funérailles, ils réunissent un large public : le fait que la pompa triumphalis passait par le circus maximus, le plus grand édifice de spectacle de Rome, donne une idée du nombre possible de spectateurs présents177. Les funérailles des grands hommes de la cité attiraient de nombreuses personnes et Cicéron indique que rendre hommage au défunt consiste précisément à venir grossir les rangs du cortège pour lui donner un tour plus somptueux178. C’est donc une large part de la cité qui est mobilisée par ces différents honores. Ils sont aussi l’occasion, pour une communauté, de se retrouver et de prendre conscience de son unité : la salutation impératoriale réunit les soldats de l’armée, et les funérailles les différents membres de la famille, par exemple. Il nous faudra donc prêter attention aux fonctions sociales et identitaires de l’honos.

  • 179 L’identification de ces rites comme de vrais spectacles a déjà été suggérée par Dupont, Le Citoyen (...)
  • 180 Sur l’aspect spectaculaire du triomphe, voir R. Brilliant, « ‘Let the Trumpets roar !’ The Roman T (...)

70Cette mobilisation de la cité contribue à donner aux honores cérémoniels un éclat particulier et à en faire de véritables spectacles179. Comme les précédentes marques d’honneur, les cérémonies s’inscrivent dans l’espace public de l’Vrbs : la pompa triumphalis comme la pompa funebris parcourent Rome. La personne honorée doit être visible et tire son prestige de la dimension ostentatoire de l’honos : être à l’honneur, c’est être vu. Paraître en public est un des modes de communication les plus efficaces et les honores contribuent à magnifier ces apparitions. Le souci du spectaculaire apparaît dans la pompa triumphalis avec la présence d’animaux, de danseurs, de décorations et d’insignes, de personnes très diverses dans leur costume particulier180, mais aussi avec les musiciens, les chansons et les applaudissements ; dans la pompa funebris, ce sont les lamentations, les cris et les éloges qui sollicitent l’ouïe. Il s’agit donc véritablement d’un spectacle total. Cette exhibition occasionne d’importantes dépenses. Il y a donc pour l’honos cérémoniel une corrélation inverse entre l’argent dépensé et le prestige gagné, entre la déperdition du capital économique et l’augmentation du capital symbolique.

3.4. L’honos uerborum

  • 181 Cic. Att. V, 21, 7. Ce sont les honores que les Chypriotes veulent lui décerner mais qu’il refuse  (...)

71Certains honores peuvent être intégralement constitués de paroles. Nous les nommons honores uerborum, reprenant une formule de Cicéron qui les oppose à d’autres marques d’honneur plus concrètes comme les statues181.

3.4.1. Formes

  • 182 Sur cette pratique, Moreau, « Quem honoris causa appello ».

72Les honneurs verbaux peuvent consister à citer le nom de quelqu’un, à lui donner un titre, à faire son éloge ou encore à rédiger un décret en son honneur. La première de ces formes d’honneur, prononcer en public le nom d’un individu, est la plus simple182. Dans la narration du Pro Quinctio, on voit Quinctius, dépouillé en son absence par Naevius, recourir à l’aide du propréteur de Gaule C. Flaccus :

Expulsus atque eiectus a praedio Quinctius accepta insigni inuria confugit ad C. Flaccum imperatorem, qui tunc erat in prouincia, quem, ut ipsius dignitas poscit, honoris gratia nomino.

« Expulsé, jeté hors de sa propriété, Quinctius, après avoir subi cette injustice insigne, a recours au gouverneur C. Flaccus, qui était alors dans la province et que je nomme pour lui faire honneur, comme son rang l’exige ».
(Cic. Quinct. 28 ; trad. De La Ville de Mirmont modifiée).

  • 183 Ibid., p. 296.
  • 184 La dimension honorifique de l’ostentation du nom est visible dans d’autres cultures, comme la cult (...)
  • 185 Voir K. Latte, Römische Religionsgeschichte, Munich, C. H. Beck, 1960, p. 62-63. Les incantations (...)

73Cicéron aurait pu se contenter de mentionner que Quinctius en appelait au propréteur de la province sans donner le nom de ce dernier, cependant la dignitas du promagistrat pousse l’orateur à dire son nom. On se situe ici dans le cadre d’un procès public et le nom du propréteur retentit donc aux oreilles de nombreuses personnes. C’est une parole prestigieuse car le nom de C. Flaccus se trouve accolé à la fonction d’imperator, c’est-à-dire de promagistrat. La précision apportée par Cicéron, quem honoris gratia nomino, répond à une règle protocolaire : il faut préciser, quand on mentionne une personne extérieure à l’affaire, qu’on le fait sans lui porter offense183. La valeur surnaturelle du nomen explique que le prononcer puisse consister en un honos184. Il y a en effet une authentique puissance du nom et la nomination fait partie intégrante de certains rites religieux ou magiques185.

  • 186 Il se répandra en revanche à l’époque impériale, au sein de l’armée où des titres honorifiques son (...)

74L’honos verbal peut aussi ajouter quelque chose au nomen de l’individu honoré. Il arrive en effet qu’une institution, généralement le sénat, octroie à une personne ou à un groupe un titre qui lui procure de la considération. Cet usage n’est pas encore souvent repéré comme honos à l’époque républicaine mais il en existe quelques attestations dans le domaine diplomatique186. Cicéron écrit à propos de Ptolémée :

Rex Ptolemaeus, qui, si nondum erat ipse a senatu socius appellatus, erat tamen frater eius regis qui, cum esset in eadem causa, iam erat a senatu honorem istum consecutus […].

« Le roi Ptolémée, qui, s’il n’avait pas encore été lui-même qualifié d’allié par le sénat, était cependant le frère de ce roi qui, dans une situation semblable, avait déjà reçu cet honneur du sénat […]. »
(Cic. Sest. 57).

  • 187 Liv. XXXI, 11, 16.

75L’honos consiste, pour un souverain étranger, à recevoir du sénat le titre de socius de Rome. C’est une appellation honorifique car le roi est, ici encore sur le mode de l’association, rapproché d’une entité prestigieuse sur la scène internationale : Rome. En 200, quand Vermina, le fils de Syphax, envoie des ambassadeurs à Rome pour réclamer les titres de « roi, allié, ami », il se voit répondre que cet honos n’est donné par le sénat qu’à ceux qui ont fait preuve de grands mérites à son égard187. Ce titre de rex, socius, amicus est bien un signe qui dit quelque chose. Mais il suppose aussi des avantages matériels non négligeables concrétisés par des traités ; on retrouve ainsi la double valeur, symbolique et concrète, de l’honos.

  • 188 Cic. Brut. 62 ; Varr. Men. 370-383 (Cèbe). De façon générale, le genre épidictique a été bien moin (...)

76Mais c’est sous la forme de l’éloge que l’honos verbal est le plus riche : il s’agit alors d’un discours entier, composé et orné. Deux types d’éloges sont perçus comme des honores, la laus prononcée pour un homme public et la laudatio funebris adressée à un défunt. Le premier type est assez peu fréquent : dans le Brutus, en dehors de la laudatio funebris, Cicéron ne cite pas un seul exemple de discours d’éloge pour un homme public ; Varron résume lui aussi le genre démonstratif à l’éloge funèbre188. Cicéron indique tout de même qu’un discours honorifique fut adressé à Octave, à l’instigation de plusieurs sénateurs :

[…] quis honos ei non fuit decernendus? Quamquam ego illi tum uerborum laudem tribui eamque modicam, decreui etiam imperium; quod quamquam uidebatur illi aetati honorificum, tamen erat exercitum habenti necessarium.

« […] y avait-il un honneur qu’on dût lui refuser ? Pourtant, je ne lui accordai alors qu’une louange verbale, et encore modeste ; je lui fis décerner aussi le pouvoir de commander en chef ; ceci paraissait, il est vrai, un grand honneur pour son âge ; mais c’était une nécessité pour qui avait une armée sous ses ordres. »
(Cic. Ad Brut. I, 15, 7 ; trad. Beaujeu).

77Parmi différents honores, Octave a reçu une laus, un éloge que Cicéron ne considère pas manifestement comme une marque d’honneur extrêmement importante : elle est modica, sans doute parce qu’elle se compose de uerba. L’honos de l’éloge semble donc moins prisé que les autres parce qu’il n’implique pas d’avantages importants et ne s’inscrit pas dans la durée. Ces uerba font la singularité de ce type d’honos car ils situent l’hommage dans le domaine des signes verbaux et de l’oralité et non dans celui des marques visuelles.

  • 189 Pol. VI, 53, 2. Voir aussi, comme source grecque, DH. V, 17. La laudatio n’est pas comme le discou (...)
  • 190 Il s’agit de l’éloge de L. Caecilius Metellus (Plin. NH VII, 139-140) et de celui de Marcellus (Li (...)
  • 191 DH. V, 17, 1 ; Plut. Publ. 9.
  • 192 Voir les listes établies par Vollmer, Laudationum funebrium Romanorum historia et Kierdorf, Laudat (...)
  • 193 Il est possible qu’un éloge funèbre ait aussi été prononcé pour des défunts plus modestes, près de (...)
  • 194 Il y a quelques cas rares où l’éloge n’est pas prononcé par un membre de la gens du défunt (voir p (...)

78L’éloge funèbre est, lui, plus répandu et apprécié. Il s’agit d’une pratique singulière, différente de l’ἐπιτάφιος λόγος athénien, et qui a de ce fait suscité l’intérêt de Polybe, entre autres189. Les premiers témoignages assurés de ce rituel datent du dernier quart du IIIe siècle avant notre ère190, mais les Romains font remonter cette tradition à Brutus, le premier consul de Rome, qui aurait été loué par son collègue Publicola191 ; la pratique perdure ensuite pendant la République192. La laudatio constitue le point culminant des funérailles des aristocrates et des individus qui ont exercé une charge publique193 : la pompa funebris s’arrête au forum et un parent proche du défunt194, généralement son fils, prononce son éloge depuis les rostres, devant les ancêtres représentés par les acteurs portant les imagines et devant la cité assemblée. C’est de cet honos qu’il est question dans le De oratore :

Ita, inquit Antonius, et in eo quidem genere scio et me et omnis, qui adfuerunt delectatos esse uehementer, quom a te est Popilia mater uestra laudata, cui primum mulieri hunc honorem in nostra ciuitate tributum puto.

« Oui, poursuivit Antoine ; et je me rappelle le singulier plaisir que me causa un discours de ce genre, à moi et à tous ceux qui l’entendirent : ce fut lorsque tu prononças, Catulus, l’éloge funèbre de votre mère Popilia, la première femme, je crois, à qui l’on ait décerné dans notre cité cet honneur. »
(Cic. De or. II, 44 ; trad. Courbaud modifiée).

  • 195 Contrairement à ce qu’affirme Tite Live qui rapporte que les matrones qui aidèrent à payer la ranç (...)
  • 196 Cic. De or. II, 341. Kierdorf, Laudatio funebris, p. 58 sqq.
  • 197 Pol. VI, 53, 2.
  • 198 Plin. NH VII, 139. Sur ce texte, voir Kierdorf, Laudatio funebris, p. 10-21 et Flower, Ancestor Ma (...)
  • 199 Suet. Caes. 6, 1. Voir Flower, Ancestor Masks, p. 143.
  • 200 Cic. Brut. 62 et Liv. VIII, 40, 4 relèvent l’invention de consulats, de triomphes et de généalogie (...)

79Antoine évoque l’éloge funèbre prononcé par Lutatius Catulus pour sa mère Popilia qui fut, selon ce texte, la première à recevoir ce type d’honneur195. Il apparaît dans le De oratore que le style des laudationes était considéré comme monotone et sec mais Kierdorf a montré que ces discours, qui ont certes un style particulier, suivaient les tendances oratoires de leur époque196. Leur contenu varie assez peu : après un exorde, l’orateur fait d’abord l’éloge de la famille et des ancêtres puis du défunt en parlant de son mode de vie, des honores qu’il a obtenus et de ses actions et vertus197. Le discours s’achève par une adresse parénétique aux auditeurs. L’orateur s’applique plus particulièrement à souligner l’excellence du défunt dans différents domaines et à donner de lui une image grandiose. La laudatio de Q. Caecilius Metellus indique ainsi que ce dernier avait réussi à primarium bellatorem esse, optimum oratorem, fortissimum imperatorem, « être le premier guerrier, le meilleur orateur, le général le plus courageux »198. L’éloge prononcé par César pour sa tante Julie évoquait quant à lui les origines légendaires et glorieuses de la gens Iulia199. Ces éloges possèdent à l’évidence une importante fonction politique, sur laquelle il nous faudra revenir. Plusieurs auteurs ont d’ailleurs souligné que l’information qu’ils contenaient n’était pas fiable et les ont considérés comme des moyens de publicité familiale ou personnelle200.

  • 201 Voir Veyne, Le Pain et le cirque, p. 275-278.

80Le dernier honos uerborum connu est de nature différente des précédents car il est matérialisé par un texte écrit : il s’agit du décret honorifique. On donne à lire les mérites de la personne honorée, on lui dit qu’on l’honore plutôt qu’on ne fait le geste de l’honorer. Il s’agit d’une marque d’honneur répandue à l’époque hellénistique et qui perdure ensuite201. César rappelle en ces termes à Arioviste que les Héduens sont en bons termes avec les Romains :

Docebat etiam quam ueteres quamque iustae causae necessitudinis ipsis cum Haeduis intercederent, quae senatus consulta quotiens quamque honorifica in eos facta essent.

« Il lui apprit encore combien étaient anciennes et légitimes les raisons de l’amitié qui unissait les Héduens aux Romains, quels sénatus-consultes avaient été rendus en leur faveur, à mainte reprise et dans les termes les plus honorables. »
(Caes. BG I, 43, 6-7 ; trad. Constans modifiée).

  • 202 Cic. Red. Sen. 2. Cicéron a peut-être notamment en tête le décret voté en juillet 57 qui indique q (...)
  • 203 Cic. Phil. V, 35 et 40.
  • 204 Cic. Phil. V, 41. Pour d’autres exemples d’honos par sénatus-consultes, voir Cic. Fam. XV, 10, 1 ;(...)

81L’amitié entre Rome et les Héduens est visible dans les sénatus-consultes honorifiques rendus en leur faveur. Le sénat a voté et publié un texte qui est une marque d’honneur adressée aux Héduens par les dispositions qu’il prévoit et les mérites qu’il signale chez les Gaulois. Dans son discours de retour d’exil devant le sénat, Cicéron remercie cette assemblée a quo saepe magnificentissimis decretis sumus honestati, « qui nous a souvent honoré des plus magnifiques décrets »202. Dans la cinquième Philippique, Cicéron demande aux sénateurs de décerner à D. Brutus ainsi qu’à Lépide l’honos d’un sénatus-consulte élogieux pour s’être opposé à Antoine203. L’honos prend donc le tour particulier d’une décision officielle, faisant l’objet d’un vote de la part du sénat. Il a aussi la particularité, partagée avec l’éloge, de signifier de façon directe et particulièrement efficace les mérites de la personne honorée : Cicéron veut mentionner dans le sénatus-consulte pour Lépide la uirtus, l’auctoritas et la felicitas de ce dernier pour montrer à tous ses mérites204.

3.4.2. Bilan

  • 205 « Le discours détaille précisément les mérites, donne une image globale de l’objet, au présent et (...)

82La puissance de signification de ces honores uerborum nous semble leur principale caractéristique : ces honores sont des signes mais leur capacité de signifier, pour l’éloge et le décret surtout, est considérablement enrichie par le moyen des uerba. Il ne s’agit plus ici de représenter de façon imagée une partie des mérites qui ont donné lieu à l’honos, comme pour les dona militaria ou le triomphe, mais de dire en détail le mérite205. Les honneurs verbaux ont donc une puissance symbolique extrêmement forte. Cette dernière apparaît cette fois inversement proportionnelle à leur valeur économique : à la différence des autres marques d’honneur, la valeur d’échange de ces honores est très réduite.

83Ces honores uerborum ont eux-mêmes une matérialité assez faible : ils se situent pour la plupart dans la sphère de l’oralité et non dans celle du geste. L’honos ne mobilise donc pas seulement la vision : il fait aussi appel à l’écoute de l’entourage. Cette oralité fait de ces honores des marques plus éphémères que les autres hommages, à moins qu’ils ne soient couchés par écrit. Mais elle confirme le lien que l’honos nourrit avec la réputation. Être à l’honneur, c’est bien faire l’objet d’un discours favorable. Par rapport à l’honneur gestuel, l’honneur verbal apparaît revêtu d’une moindre importance et comme en relation de dépendance par rapport à lui. La nomination ou l’éloge sont des hommages moins fréquents que ceux que nous avons précédemment examinés et ils ne se manifestent que rarement de façon autonome : l’éloge funèbre prend place au sein de l’honos des funérailles ; le décret honorifique s’accompagne d’autres marques d’honneur. Tout se passe comme si l’absence de matérialité de l’honos verbal, son éloignement de la sphère de l’économique et sa très forte dimension symbolique restreignaient sa valeur propre. Pour que l’échange mis en place par l’honos fonctionne pleinement, la marque d’honneur verbale doit être articulée à un honos plus matériel.

3.5. La responsabilité publique

84La dernière catégorie des honores est celle des fonctions et charges publiques. Leur importance dans la vie politique romaine et leur singularité par rapport aux autres honores nous a conduit à leur donner une place à part.

3.5.1. Formes

85La responsabilité publique qu’est l’honos peut prendre la forme de la citoyenneté, d’une charge politique, militaire ou religieuse. La citoyenneté représente le premier degré de cette catégorie. Cette dernière est comprise comme un honos car c’est un statut particulier qui n’est pas donné à tous les habitants de Rome. On le voit dans le Pro Balbo, où Cicéron défend Balbus, originaire de Gadès, qui a obtenu de Pompée le droit de cité. Un accusateur, inconnu de nous, considère que cet octroi est illégal et intente une action en justice. Toute l’argumentation du défenseur consiste à montrer que cette marque d’honneur est bien méritée et qu’elle respecte les formes légales. Dès le début du texte, la ciuitas est définie comme honos :

Vbi igitur est crimen? Quod eum Pompeius ciuitate donauit. Huius crimen? Minime, nisi honos ignominia putanda est. Cuius igitur? Re uera nullius, actione accusatoris eius unius qui donauit.

« Où est donc le crime ? Pompée lui a offert le droit de cité. Est-ce le crime de Balbus ? Pas du tout, à moins qu’un honneur ne doive être considéré comme une humiliation. De qui alors ? En vérité, ce n’est le crime de personne, mais selon la plainte de l’accusateur, de celui-là seul qui a donné ce droit. »
(Cic. Balb. 7).

  • 206 C’est une pratique ancienne. Voir par exemple la ciuitas sine suffragio donnée aux chevaliers camp (...)
  • 207 J. Gaudemet, Institutions de l’Antiquité, Paris, Sirey, 1967, p. 362-364 ; Nicolet, Métier, p. 31- (...)
  • 208 Sur le symbole de la toge, voir C. Vout, « The Myth of the Toga : Understanding the History of Rom (...)

86L’octroi du droit de cité est un honos authentique, pas une ignominia, ce qui fait que Balbus n’est pour rien dans le crimen que l’accusateur essaie d’établir. Pompée a conféré la ciuitas à Balbus pour le récompenser et lui signifier son estime, ce qui en fait bien un honos206. Que la citoyenneté soit une marque d’honneur apparaît également dans les avantages et le prestige dont elle s’accompagne. La ciuitas impose un certain nombre de devoirs, financiers et militaires notamment, mais procure aussi un ensemble de droits comme celui de contracter un mariage, d’accéder à la légion, de voter et de faire appel au peuple207. Elle s’accompagne du port d’un vêtement distinctif, la toge, marque du citoyen208. Cet honos consiste donc en un faisceau de pouvoirs et de droits au sein de la cité et en un statut rendu visible par des signes extérieurs.

  • 209 Au point que la différence entre magistratus et honos peut devenir très faible (voir supra p. 90). (...)

87Les autres honores publics sont différents de la citoyenneté car ils consistent en des fonctions officielles octroyées au moyen d’une désignation ou d’une élection. C’est par souci de clarté que nous distinguons des fonctions politiques, militaires et religieuses, car les responsabilités publiques relèvent souvent à Rome de ces trois domaines simultanément. La charge politique, c’est-à-dire la magistrature conférée par le peuple lors d’une élection, est la fonction publique la plus souvent qualifiée d’honos209. C’est de cet honos dont il est question dans le Pro Flacco quand sont fustigés ceux qui essaient de l’obtenir de façon illégale :

Quotus enim quisque est qui hanc in re publica sectam sequatur, qui uobis, qui uestri similibus placere cupiat, qui optimi atque amplissimi cuiusque hominis atque ordinis auctoritatem magni putet, cum illam uiam sibi uideant expeditiorem ad honores et ad omnia quae concupiuerunt?

« Car combien y en a-t-il qui puissent s’attacher à notre parti politique, qui songent à vous complaire, à vous et à ceux qui vous ressemblent, qui attribuent un grand prix à l’autorité des premiers citoyens de l’État, quand ils voient qu’ils ont une autre route pour les mener plus aisément aux magistratures et à tout ce qu’ils ont désiré ? »
(Cic. Flac. 104 ; trad. Boulanger).

  • 210 Respectivement, Cic. Planc. 26 et Cic. Verr. II, V, 35 ou Cic. Pis. 2.
  • 211 Sur ces magistratures, voir Lintott, The Constitution of the Roman Republic, p. 137-144.
  • 212 Sur l’aspect militaire de l’honos, voir aussi son lien à la uirtus martiale (p. 307) et le chapitr (...)
  • 213 Plus précisément, l’obtention définitive de l’honos doit passer par une loi d’investiture et impli (...)

88L’honos est ici la charge politique qu’il convient de briguer en attirant à soi la faveur du peuple et ses suffrages. Cependant, dans l’esprit des Romains, toute magistrature ne constitue pas un honos. Les magistratures les plus élevées comme le consulat, la censure et la préture sont bien appréhendées de cette manière, mais l’usage de la notion d’honos est déjà moins fréquent pour l’édilité et la questure, bien que nous en possédions des exemples210. Le tribunat de la plèbe, en revanche, n’est jamais dans nos sources qualifié d’honos. La raison en est peut-être son caractère sulfureux dans l’histoire romaine. Quant aux magistratures inférieures, comme celles des tresuiri capitales ou des decemuiri stlitibus iudicandis, elles ne sont pas non plus perçues comme des honores211. L’honos d’une fonction politique implique donc la détention, sinon de l’imperium, du moins d’un pouvoir relativement important : l’honos est lié à l’autorité dans la cité mais aussi sur le champ de bataille et possède de ce fait une réelle coloration militaire212. En quoi ces charges sont-elles des marques d’honneur ? Elles sont d’abord octroyées par un tiers, le populus réuni en comices213, au moyen du vote, comme le dit un passage de Plaute :

Nam olim populi prius honorem capiebat suffragio
Quam magistro desinebat esse dicto oboediens.

« Car autrefois on recherchait l’honneur et les suffrages du peuple Alors qu’on n’avait pas cessé d’obéir aux ordres de son maître. »
(Pl. Bac. 438-439).

  • 214 Voir aussi l’honos populi dont il est question dans Pl. Trin. 482.
  • 215 Le pouvoir réel du peuple au sein des institutions romaines a suscité ces dernières années un impo (...)

89Lydus, le pédagogue acariâtre de la pièce, se plaint que son jeune maître ne respecte plus rien et qu’il soit en cela semblable à la jeunesse nouvelle qui enfreint toutes les autorités. On voit dans le passage que l’obtention de l’honos suppose de capter le suffragium du peuple214. Comme pour tout honos, le rôle du donateur est donc ici primordial215. La charge publique, comme les autres marques d’honneur, est en outre un signe d’estime :

Iam de C. Fannio quae sit existimatio uidemus; quod iudicium populi Romani in honoribus eius futurum sit, nemini dubium esse debet.

« Quant à Fannius, nous voyons l’estime dont il jouit ; le jugement que le peuple romain portera sur lui, lors de futures candidatures, ne saurait faire de doute pour personne. »
(Cic. Sest. 113 ; trad. Cousin).

  • 216 Voir aussi Cic. Clu. 153 sur le rôle décisif du iudicium populi dans l’élection et Cic. Vat. 10 où (...)

90Cicéron parle ici d’un tribun de la plèbe, C. Fannius, qui sera sans doute prochainement élu préteur. Ce personnage jouit déjà d’une grande estime (existimatio), au point qu’il est possible de prédire quel sera, au moment de l’élection, le iudicium du peuple romain. Habituellement, pour des candidats moins notoires, c’est donc l’obtention de l’honos qui exprime au grand jour le jugement et l’estime du peuple216.

91L’honos sous forme de charge publique peut aussi être une fonction militaire. Caton en évoque deux de ce type dans son discours de 195 :

Maiores seorsum atque diuorsum pretium parauere bonis atque strenuis, decurionatus, optionatus, hastas donaticas, aliosque honores.

« Les ancêtres ont établi des récompenses bien différenciées pour les soldats bons et valeureux : décurionats, optionats, lances de parade, et d’autres honneurs. »
(Cat. frg I, 18 ORF).

  • 217 K. R. Dixon et P. Southern, The Roman Cavalry, Londres, Batsford, 1992 ; D. J. Breeze, « Pay Grade (...)
  • 218 Caes. BC I, 77, 2.

92Les deux charges militaires, optionat et décurionat, sont des honores placés sur le même plan que les objets honorifiques. Le décurion est un officier de cavalerie, qui commandait à l’origine dix cavaliers ; l’option est un sous-officier choisi par le centurion pour l’assister217. L’honos consiste donc en une élévation du grade de simple légionnaire. Dans le Bellum ciuile, César évoque un autre honos militaire, le grade de tribun militaire octroyé à des chevaliers218.

93L’honos peut aussi prendre la forme d’une prêtrise. Il en est question dans ce passage du discours de Memmius dans le Bellum Iugurthinum de Salluste :

Itaque postremo leges, maiestas uostra, diuina et humana omnia hostibus tradita sunt. Neque eos qui ea fecere pudet aut paenitet, sed incedunt per ora uostra magnifici, sacerdotia et consulatus, pars triumphos suos ostentantes, proinde quasi ea honori, non praedae habeant.

« Aussi ont-ils fini par livrer aux ennemis les lois, la majesté de votre nom, tous les droits des dieux et des hommes. Et les auteurs de ces excès n’ont ni honte, ni remords ; ils défilent insolemment devant vos yeux, étalant leurs sacerdoces et leurs consulats, quelques-uns même leurs triomphes ; comme s’ils avaient ces charges à titre d’honneur et non de butin. »
(Sall. Iug. 31, 9-10 ; trad. Ernout).

  • 219 Caes. BC III, 83, 4. Cic. Fam. XV, 4, 13. Chez Tite Live, l’honos peut renvoyer à d’autre charges (...)
  • 220 Scheid, « Le prêtre », p. 90-92.

94Memmius reproche aux nobles leur arrogance et leur mainmise sur les honores. Sont ici regroupés sous la notion générale d’honos les triomphes, les consulats et les sacerdoces, ce qui confirme la vision unitaire qu’ont de l’honos les Romains du Ier siècle. Il est difficile d’établir avec précision quels sacerdoces sont plus spécifiquement pensés comme des honores car le mot renvoie souvent à une prêtrise sans plus de précision mais on rencontre une fois chez César le grand pontificat qualifié d’honos, et une fois chez Cicéron l’augurat219. Le sacerdoce constitue, comme la magistrature, un authentique honos pour celui qui le reçoit, marquant l’estime du donateur et conférant des responsabilités au sein de la cité : les prêtres jouent un rôle dans l’exécution des rites et, ce qui fait leur singularité par rapport aux magistrats, sont les seuls à connaître le droit sacré et la manière dont il faut interagir avec les dieux220.

95Enfin, quelques autres charges ne faisant pas partie des fonctions régulières de la cité sont aussi perçues comme des honores en raison de leur importance politique ou de leur dimension prestigieuse. Il en est ainsi du décemvirat dont la création est prévue par la loi agraire proposée par le tribun de la plèbe Servilius Rullus et que critique Cicéron, alors consul :

Denique, si qui est honos singularis, nihilne interest, utrum populus Romanus eum cui uelit deferat, an is impudenter populo Romano per legis fraudem surripiatur?

« Enfin, quand il s’agit d’un honneur exceptionnel, cela ne fait-il aucune différence, que le peuple romain l’octroie à qui il veut ou que cet honneur soit dérobé de manière impudente au peuple romain, par une loi frauduleuse ? »
(Cic. Agr. II, 46).

  • 221 Cic. Dom. 22.

96Cicéron fustige notamment une disposition de la loi qui prévoit l’élection des décemvirs selon des modalités particulières. Le décemvirat agraire, qui ne fait pas partie des institutions courantes établies par la coutume, est un honos singularis. C’est de même un honos particulier qui est confié à Caton d’Utique lorsqu’on lui donne, pour l’éloigner de Rome, une mission à Chypre221.

3.5.2. Bilan

97Les honores que nous venons d’examiner ne s’apparentent nullement à des « fonctions honorifiques » car ils impliquent l’obtention d’un réel pouvoir. Le citoyen, le magistrat, l’officier, le prêtre possèdent tous le droit d’intervenir dans la vie civique. Les pontifes établissent le droit sacré et le calendrier ; les officiers de l’armée ont sous leurs ordres un nombre variable de légionnaires ; les magistratures supérieures s’accompagnent de l’imperium. Un texte de Scipion Émilien fonde de façon explicite l’imperium sur l’honos :

Ex innocentia nascitur dignitas, ex dignitate honor, ex honore imperium, ex imperio libertas.

« De l’intégrité naît le mérite, du mérite l’honneur, de l’honneur le pouvoir, du pouvoir la liberté. »
(Scip. Aem. frg. inc. 32 ORF).

  • 222 Le terme de climax provient d’Isidore (Orig. II, 21, 4).
  • 223 Mommsen DPR, vol. 1, p. 136 sqq. ; Gaudemet, Institutions de l’Antiquité, p. 331-332 ; Lintott, Th (...)
  • 224 Voir infra p. 382 sqq.

98Ce climax, qui nous est connu par Isidore de Séville222, est riche d’enseignements sur les conceptions politiques de Scipion Émilien mais nous ne retiendrons pour le moment que le troisième terme de cette gradation, ex honore imperium. Scipion rattache directement à l’obtention de l’honos l’exercice de l’imperium, qui permet de mener des opérations militaires, de conclure des traités, et d’exercer des pouvoirs administratifs et judiciaires au sein de la cité223. Mais l’honos consiste bien en une responsabilité, car ces pouvoirs sont assortis de devoirs, comme les officia liés à la charge ou bien la dignitas que l’on exige du magistrat224.

  • 225 Mommsen, DPR, vol. 2, p. 27.
  • 226 Mommsen, DPR, vol. 1, p. 335.
  • 227 Sur cette loi, inscrite sur trois tables de bronze qui nous sont parvenues en plusieurs fragments, (...)

99Les honores possèdent de ce fait une valeur pratique : ils sont prisés pour le pouvoir qu’ils apportent ainsi que pour les différents avantages auxquels ils donnent droit, tels que la détention de places réservées lors des spectacles ou bien le droit de se déplacer dans un véhicule en certaines circonstances225. Mais ils sont aussi perçus comme le moyen pour le populus d’exprimer son iudicium, comme on l’a vu : ce sont des signes d’estime pourvus d’une valeur symbolique. C’est ce qui explique que ces charges ne puissent être vénales, si l’on excepte celles des sous-officiers qui perçoivent une solde : aucune indemnité ne peut être octroyée pour l’exercice de ces responsabilités qui sont avant tout des marques d’honneur226. La loi municipale dite d’Urso (lex Vrsonenis ou lex coloniae genitiuae Iuliae), un document datant des années 40 avant notre ère227, interdit ainsi qu’un décret soit pris

quo cui pecunia publica a[liutue] | quid honoris habendi causa munerisue d[andi pol]|licendi [proue] statua danda ponenda detur do[netur]

« par lequel de l’argent public ou quoi que ce soit d’autre puisse être donné à quelqu’un pour avoir exercé une charge, offert un combat de gladiateurs ou donné ou érigé une statue »
(CIL I2, 594).

  • 228 Voir supra p. 241-242.

100Il est ainsi prohibé de verser de l’argent à un individu pour l’exercice d’un honos. Dans le cas précis de la magistrature, la rétribution fonctionne de manière symbolique et exclut, du moins dans les dispositions légales, tout profit économique. La puissance symbolique de ce type d’honos est rendue sensible, enfin, dans les insignia dont il s’accompagne régulièrement. La magistrature est inséparable d’un certain nombre de marques de pouvoir tels que la toge prétexte, la chaise curule et les faisceaux portés par les licteurs228. De même, l’exercice d’un sacerdoce implique le port d’insignes visibles : les augures étaient ainsi pourvus d’une trabea de pourpre et du bâton augural recourbé, le lituus. L’honos, s’il ne consiste pas ici dans l’octroi de signes concrets, s’accompagne cependant de marques qui manifestent le pouvoir et les particularités de la charge exercée.

  • 229 C’est la leçon de l’étude prosopographique de Gelzer, dont les conclusions ont été précisées par A (...)
  • 230 Meier, Res publica amissa. Eine Studie zu Verfassung und Geschichte der späten römischen Republik,(...)
  • 231 L’impossibilité de satisfaire à l’obtention répétée de l’honos a obscurci la nobilitas de personna (...)
  • 232 Sur l’augmentation du degré de dignitas par l’honos politique, Beck, Karriere und Hierarchie, p. 1 (...)
  • 233 La notion sociologique de marqueurs sociaux est utilisée par Badel, La Noblesse de l’Empire romain(...)

101Il reste à expliquer la grande fréquence avec laquelle la notion d’honos renvoie aux magistratures. Cela est partiellement dû à la nature des textes de l’époque étudiée, qui font la part belle à la prose oratoire et historique. Mais le fait que le consulat soit régulièrement qualifié de summus honos n’est pas lié au genre littéraire des textes où l’expression apparaît. Une telle polarisation de l’honos vers sa forme politique provient en réalité de la façon dont se définissent l’aristocratie romaine et sa frange la plus prestigieuse, la nobilitas. Appartiennent en effet à la noblesse, au IIIe siècle et au début du IIe, les descendants d’un magistrat curule, puis au Ier siècle, ceux d’un consul ou d’un dictateur229. De ce point de vue, aucune marque d’honneur n’a donc autant de valeur que l’honos d’une magistrature de haut rang qui permet l’accès à ce cercle fermé. L’honos politique est l’honos par excellence car la noblesse romaine est une noblesse politique230. Et il est d’autant plus crucial que l’appartenance à la noblesse n’est pas acquise une fois pour toutes : la nobilitas est quelque chose qui s’use au point de pouvoir s’éteindre si elle n’est pas réactivée, à chaque génération, par l’obtention de nouveaux honores. Un noble issu de trois générations de consuls n’a pas le même statut qu’un noble qui compte un seul consul parmi ses lointains ancêtres231. Chaque honos politique de la famille augmente un peu plus son prestige232. Le fait que la nobilitas ne soit pas un statut juridiquement défini explique aussi l’importance de la dimension symbolique des honores et l’usage de différents « marqueurs sociaux » qui rendent visible cette noblesse233.

Conclusion et mise en perspective historique

102Les formes prises par l’honos nous paraissent donc pouvoir être ramenées à cinq catégories principales. La marque d’honneur peut être un objet, un geste, une cérémonie, un ensemble de mots ou une charge publique. L’existence de ces cinq types d’honores ne permet pas de définir de manière univoque les marques d’honneur mais, au-delà de cette hétérogénéité, un certain nombre de traits communs apparaissent. Tous ces honores, d’abord, sont octroyés en public : la statue, la décoration militaire, le service rendu, le triomphe, l’éloge ou la magistrature sont conférés sous les yeux des membres de la cité. À cette dimension publique des honores est liée leur grande visibilité : la plupart des marques d’honneur attirent le regard et possèdent, à des degrés divers, une dimension spectaculaire. Les objets offerts comme marques d’honneur sont les vecteurs visibles de l’estime, les gestes honorifiques n’ont de sens que parce qu’ils sont vus, le triomphe ou les funérailles sont une forme de spectacle, les décrets sont publiés et les charges publiques se parent d’insignes. Cet aspect visuel explique l’existence, pour chacun de ces honores, d’une fonction symbolique : par leur aspect, les marques d’honneur symbolisent l’estime et parfois le mérite qu’elles récompensent. L’ordre symbolique de l’honos est articulé à un aspect économique, confirmant l’importance des deux paradigmes que nous avons identifiés. L’honos est souvent précieux et utile. Mais le mode de relation de l’économique et du symbolique peut être de nature très variée. On voit le symbolique corrélé à l’économique : plus la valeur de l’objet donné est grande, plus l’estime signifiée est importante. Mais la corrélation peut être inverse : le triomphe ou les funérailles accroissent le prestige mais imposent des dépenses qui entament le capital économique. On rencontre aussi des cas où le symbolique et l’économique ne sont pas liés, comme pour l’éloge, ou peuvent même s’exclure, comme pour la magistrature qui ne doit pas être vénale.

  • 234 Cic. Arch. 22.
  • 235 DC. XXXVII, 21 ; Vell. II, 40, 4.
  • 236 Sur ces différents honneurs, S. Weinstock, Divus Julius, Oxford, Clarendon Press, 1971, passim, qu (...)
  • 237 Sur la divinisation de César et son culte, voir Weinstock, Divus Julius, p. 364-410.
  • 238 Cic. Phil. I, 5 ; II, 107 et 110.

103Avant de passer à un autre moment de l’analyse, il faut dessiner à grands traits l’évolution des formes de l’honos au cours de notre période. Depuis les premières apparitions de la notion d’honos jusqu’à la fin de la République, les formes revêtues par l’honos sont relativement stables. On relève cependant quelques nouveaux types d’hommage, qui apparaissent pour l’essentiel au Ier siècle. Dans le Pro Archia, Cicéron qualifie d’honos les récits faits par les poètes des hauts faits des généraux romains234 : on se trouve ici proche de l’éloge, mais il est bien question d’une œuvre poétique et non d’un discours, puisque Cicéron pense à Archias et à Ennius. Cette orientation de la poésie vers la louange des grands hommes n’est pas nouvelle, mais elle n’était pas appréhendée comme honos auparavant. C’est également au premier siècle que l’on voit se développer des honores d’un nouveau genre, adressés aux grands généraux de l’époque. Pompée obtient par exemple des distinctions hors norme, en étant consul unique, en prenant le surnom de Magnus et en recevant le droit de porter une couronne d’or et la toge triomphale lors des jeux235. Mais c’est surtout César qui bénéficie de son vivant puis à sa mort d’honneurs exceptionnels dont quelques-uns peuvent être nommés236 : il préside tous les jeux et est interrogé en premier au sénat ; en 45 le titre d’imperator devient une partie de son nom ; il gagne le droit de porter la tenue triomphale en permanence ; des statues le représentent pourvu de la couronne obsidionale et de la couronne civique sur les rostres. Il reçut également, et c’est là l’innovation centrale, des honneurs divins : sa maison est dotée d’un fastigium, comme si c’était celle d’un dieu ; son effigie est portée avec celles des divinités lors des jeux ; un jour de fête lui est consacré en 44 aux ludi Romani puis un collège de luperques juliens est créé et un temple dédié à sa clémence. Après sa mort, on projette de lui construire un temple sur le forum et il devient le diuus Iulius237. Ces distinctions divines sont expressément qualifiées d’honores par Cicéron qui les fustige comme une aberration238.

  • 239 Voir Flower, Ancestor Masks, p. 122-125 et Weinstock, Divus Julius, p. 346-355.
  • 240 Sur ces développements, voir Bastien, Le Triomphe romain, p. 158-165.
  • 241 Sur cette réglementation, voir Ibid., p. 287-309 et Auliard, Victoires et triomphes à Rome.
  • 242 Plin. NH XXXIV, 30. Sehlmeyer, Stadtrömische Ehrenstatuen der republikanischen Zeit, p. 152-163.
  • 243 C’est le cas dans la lex municipale dite Vrsonenis et dans la lex Iulia repetendarum (voir J. Nico (...)

104Les honores connaissent aussi une augmentation de leur faste et de leur nombre. Les funérailles aristocratiques sont ainsi de plus en plus somptueuses : celles de Sylla et de César sont restées célèbres pour leur splendeur extraordinaire239. Il en va de même pour les triomphes : la longueur de la procession augmente, tout comme la richesse du butin présenté. Se greffent à la pompa d’autres éléments de prestige tels que l’exposition de dépouilles et de peintures triomphales240. On voit surtout leur nombre augmenter : alors qu’une soixantaine de triomphateurs sont répertoriés au IIIe siècle, on en connaît une trentaine rien que dans le premier quart du IIe siècle. Un contrôle plus rigoureux de leur octroi est alors établi par la loi241, ce qui conduit à une réduction des triomphes à partir des années 170. On ne compte de ce fait qu’une dizaine de triomphateurs supplémentaires au IIe siècle par rapport au iiie. Leur nombre décroît au premier siècle, mais ces données doivent être pondérées par la diminution, également, du nombre des conflits extérieurs où Rome est engagée. D’autres dispositions légales furent prises au IIe et au Ier siècle pour contrôler le développement exponentiel des marques d’honneur : en 158, les censeurs font enlever du forum les statues qui n’avaient pas été érigées par décision du peuple ou du sénat242 ; on trouve aussi des règles juridiques sur la façon dont un patronus peut être honoré ou dont un gouverneur de province peut recevoir des honneurs de ses administrés243.

  • 244 Liv. XLV, 2, 1 (Halkin, La Supplication, p. 33-34).
  • 245 Sur ces données, voir Ibid., p. 106 sqq. Cicéron (Prou. 25 et Pis. 45) et César lui-même (BG II, 3 (...)
  • 246 Stat. Silu. I, 1, 84 et Plin. NH XXXIV, 5, 18. Voir Lahusen, Untersuchungen zur Ehrenstatue in Rom (...)
  • 247 DC. XLIV, 4, 4 ; XLIV, 18, 2.
  • 248 Cf. David, La République romaine, à propos des suites de la guerre sociale : « Cet élargissement d (...)

105L’augmentation des autres honores au Ier siècle est malgré tout très sensible. La durée des supplications s’allonge régulièrement. Le nombre de jours qui leur est consacré va de un à trois, initialement, puis Paul Émile en obtient cinq244, Marius dix puis Pompée douze. César en obtient quinze en 57, vingt en 55 et en 52. Puis il en reçoit trente en 47, et enfin cinquante en 45245. César semble avoir joué un rôle décisif dans l’augmentation considérable des honores, comme le montrent aussi les statues qu’on lui érigea. Sur son forum se trouvaient une statue équestre ainsi qu’une statua loricata qui fut peut-être la première du genre246. Il avait aussi des statues à son effigie dans les temples de Rome, dans les maisons de certains particuliers, et on le voit chez Appien recevoir une statue « de la part de chaque tribu »247. Parmi les différents facteurs responsables de cette surenchère, il faut faire une place à la situation politique créée par les guerres civiles : la lutte des généraux pour la suprématie se fait aussi en dehors du champ de bataille et l’obtention d’honores plus importants que ceux de l’adversaire permet d’affirmer symboliquement sa supériorité. L’extension du territoire de Rome et du nombre d’habitants sous domination romaine a pu également nécessiter l’utilisation de moyens de communication de masse. Or les honores, par leur éclat et leur visibilité, sont un de ces instruments de publicité : les marques d’honneur permettent, autant que la communication orale ou écrite, de s’imposer à un public toujours plus large248.

Notes

1 Sur ces insignes, voir T. Schäfer, Imperii insignia, sella curulis und fasces : zur Repräsentation römischer Magistrate, Mainz, P. von Zabern, 1989. Les faisceaux sont des verges liées ensemble par une courroie, et fichées d’une hache quand le magistrat quitte la ville ; ils sont portés par des licteurs qui se déplacent devant le magistrat en file indienne (Cic. Verr. II, V, 142 ; Rep. II, 55 ; Liv. XXIV, 44). Sur les licteurs et leurs faisceaux, voir T. Mommsen, Le Droit public romain, 2e éd., Paris, E. Thorin, 1892, vol 2, p. 2 ; P. Kübler, « Lictor », RE, XIII, 1, col. 507-518 ; E. Samter, « Fasces », RE VI, 2, col. 2002-2006 ; A. J. Marshall, « Symbols and Showmanship in Roman Public Life : the Fasces », Phoenix, 38, 1984, p. 120-141 et A. Goltz, « Maiestas sine uiribus – Die Bedeutung der Lictoren für die Konfliktbewältigungsstrategien römischer Magistrate », in Linke, B. et Stemmler, M. (éds.), Mos maiorum. Untersuchungen zu den Formen der Identitätsstiftung und Stabilisierung in der römischen Republik, Stuttgart, F. Steiner, 2000, p. 237-267. La chaise curule est un siège pliable souvent fait d’ivoire, sans bras ni dossier, et dont les pieds sont généralement recourbés (Mommsen, DPR, vol. 2, p. 33-34 ; O. Wanscher, Sella curulis : the Folding Stool : an Ancient Symbol of Dignity, Copenhague, Rosenkilde and Bagger, 1980). La toge prétexte est une toge blanche pourvue d’une large bande de pourpre (Mommsen, DPR, vol. 2 p. 55).

2 Cic. Clu. 154 ; Sull. 50.

3 Le flamine de Jupiter possède ainsi une chaise curule et revêt la toge prétexte (voir Mommsen, DPR, vol. 2, p. 38 et p. 59, ainsi que p. 101-102 de J. Scheid, « Le prêtre », in Giardina, A. (éd.), L’Homme romain, Paris, Seuil, 2002, p. 73-109). Il porte aussi l’apex et une toge de laine. Les augures ont une trabea de pourpre, les Vestales la robe matronale, un voile de mariée et une coiffure spéciale.

4 On connaît des pratiques de ce genre depuis le milieu du IIe siècle : Paul Émile aurait eu le droit de porter son costume triomphal lors des jeux et Marius a convoqué le sénat habillé en tenue triomphale en 104, par exemple. Voir M. Beard, The Roman Triumph, Cambridge (MA), Harvard University Press, 2007, p. 273. Sur les insignes du triomphateur, voir infra p. 274 sqq.

5 Mommsen, DPR, vol. 2, p. 10. Sur l’imperium, possédé par le consul, le préteur, le dictateur, le magister equitum et certains promagistrats, voir A. Lintott, The Constitution of the Roman Republic, Oxford, Clarendon Press, 1999, p. 96. L’imperium implique notamment l’exercice du pouvoir de commandement militaire ainsi qu’une capacité judiciaire (iuris dictio et investigation des crimes).

6 Caes. BC I, 6. Voir aussi l’indignation provoquée par les décemvirs qui, redevenus priuati à la sortie de leur charge, ne restituent pas les honoris insignia, ce qui est vu comme un signe de regnum (Liv. III, 38, 1).

7 Liv. II, 55, 9 et III, 49, 4.

8 Mommsen, DPR, vol. 1, p. 42.

9 Cic. Verr. II, V, 36-37.

10 C’est ce qui explique que le bisellium, un siège honorifique à première vue proche de la sella curulis, soit en réalité bien différent et constitue un véritable honos (voir CIL X, 1026) ; cet objet est en effet conféré par les décurions des villes italiques pour récompenser la générosité envers la cité de particuliers qui n’ont pas encore exercé de charge. Ce n’est donc pas un insigne de pouvoir, mais bien un honos. Voir T. Schäfer, « Der Honor bisellii », MDAI(R), 97, 1990, p. 307-346.

11 Les textes anciens les plus fournis sur la nature des imagines sont Pol. VI, 53-54 et Plin. NH XXXV, 4-14. Voir aussi les études modernes de H. I. Flower, Ancestor Masks and Aristocratic Power in Roman Culture, Oxford, Clarendon Press, 1996, p. 32-52 ; F. Dupont, « Les morts et la mémoire : le masque funèbre » in La Mort, les morts et l’au-delà dans le monde romain, Caen, Centre de publications de l’Université de Caen, 1987, p. 167-172 ; G. Lahusen, « Statuae et imagines », in Hausmann, U., Von Löringhoff, B., Mannsperger, D. et al. (éds.), Praestant interna. Festschrift für Ulrich Hausmann, Tübingen, E. Wasmuth, 1982, p. 101-109.

12 Sur l’adéquation partielle entre nobilitas et ius imaginis, voir C. Badel, La Noblesse de l’Empire romain. Les masques et la vertu, Seyssel, Champ Vallon, 2005, p. 32. Sur le ius imaginum et sur la controverse historiographique depuis Mommsen à ce sujet, voir Flower, Ancestor Masks, p. 53-59.

13 Badel, La Noblesse de l’Empire romain, p. 34-35 ; Flower, Ancestor Masks, p. 62 sqq. ; Hölkeskamp, Die Entstehung der Nobilität, p. 223.

14 Sur les marques distinctives de l’ordre équestre, voir A. Alföldi, Der frührömische Reiteradel und seine Ehrenabzeichen, Baden-Baden, Verlag für Kunst und Wissenschaft, 1952 et Nicolet, L’Ordre équestre. Le cheval public est cependant situé à la limite de l’insigne social et de la marque d’honneur : il est en effet octroyé par les censeurs, et devait bien être perçu initialement comme quelque chose d’honorifique (Nicolet, L’Ordre équestre vol. 1, p. 32).

15 C’est aussi la raison pour laquelle nous n’agrégerons pas à notre étude des realia comme les trophées ou les arcs d’honneur dont la fonction et le sens sont différents des honores au sens strict, bien qu’en apparence ils soient eux aussi sources d’honneur. Sur la singularité du trophée, voir G. C. Picard, Les Trophées romains, Paris, De Boccard, 1957. Sur l’arc d’honneur, voir A. Wallace-Hadrill, « Roman Arches and Greek Honours : the Language of Power at Rome », PCPhS, 36, 1990, p. 143-181 et Studi sull’arco onorario Romano, Rome, L’Erma di Bretschneider, 1979.

16 Dans le Pro Sulla, Cicéron affirme que les consulaires, qui ont un haut gradus honoris, n’ont pu tremper dans la conjuration de Catilina (Sull. 82). Dans une lettre à Appius Claudius Pulcher, il écrit que, pour avoir exercé les summa imperia, il a atteint le même honos que celui des plus nobles des Romains : superiorem quidem numquam, sed parem uobis me speraui esse factum : « j’eus l’espoir d’être devenu non point certes ni en aucun cas votre supérieur, mais votre égal » (Cic. Fam. III, 7, 5 ; trad. Constans et Bayet modifiée).

17 Sur les modalités de décision du sénat et l’ordre de la prise de parole, voir Mommsen, DPR, vol. 6, 2, p. 147-175 et M. Bonnefond-Coudry, Le Sénat de la République romaine de la guerre d’Hannibal à Auguste, Rome, E.F.R., 1989.

18 Voir par exemple Pl. Pers. 510-512 ; Cic. Red. Pop. 16 ; Phil. V, 41 ; IX, 14 ; XIII, 9.

19 Plin. NH XVI, 3 et XXII, 4, 6. Sur ces couronnes, voir infra p. 257.

20 L. Halkin, La Supplication d’action de grâces chez les Romains, Paris, Les Belles Lettres, 1953, p. 79.

21 Voir par exemple Cic. Phil. XIII, 9.

22 Maxfield, The Military Decorations, p. 157 et 206. Les honores sont alors organisés selon le rang de celui qui peut y prétendre : une distinction est opérée entre les marques d’honneur accessibles aux sénateurs, chevaliers, centurions ou soldats.

23 Selon Sénèque, c’est aussi quand les bienfaits sont donnés de manière mesurée, et ont donc une certaine rareté, qu’ils font véritablement plaisir (Sen. Ben. I, 14, 1).

24 Cic. Phil. IX, 14 et CIL I2, 834 (= ILLRP 357). L’honneur fait à Bibulus est d’autant plus surprenant qu’il s’adresse à une personne qui n’a été qu’édile de la plèbe et dont la famille n’est pas autrement connue de nous.

25 Cic. Phil. XIII, 9 fait de la statue un maximus honos au même titre que le triomphe.

26 Auteur du De Poetis, poème didactique en sénaires iambiques dont les quelques passages qui nous restent portent sur les auteurs comiques.

27 MRR, vol. 1, p. 463 et 490.

28 La notion de cursus honorum, couramment utilisée par les modernes, ne se rencontre pas avant les années 50 avant J.-C., et elle reste ensuite assez peu fréquente à l’époque républicaine. Cicéron est, semble-t-il, le premier à l’utiliser, deux fois seulement : Cato mai. 60 et Fam. III, 11, 2.

29 Même image en Fam. II, 18, 2.

30 Sall. Iug. 85, 28-30.

31 C. Nicolet, Rome et la conquête du monde méditerranéen. Tome 1 : Les structures de l’Italie romaine, 4e éd., Paris, P.U.F., 1991, p. 397. Seul le dictateur peut exercer son pouvoir sur les consuls. Sur la hiérarchie des magistratures, voir Lintott, The Constitution of the Roman Republic, p. 105-144.

32 Beck, Karriere und Hierarchie, p. 33. Sur la question de l’existence d’une « constitution » à Rome et sur sa formation empirique, voir C. Meier, Res publica amissa. Eine Studie zu Verfassung und Geschichte der späten römischen Republik, Wiesbaden, F. Steiner, 1966. Au IIIe siècle, l’accès au consulat sans exercice préalable de l’ensemble des autres magistratures est possible, tout comme l’itération de charges. Un ordre n’est pas fixé : on peut ainsi être consul puis préteur. Voir les exemples donnés par Lintott, The Constitution of the Roman Republic, p. 144. Sur l’organisation générale des magistratures au IIIe siècle, Beck, Karriere und Hierarchie, p. 62-113.

33 Liv. XL, 44, 1. Sur cette loi, voir G. Rotondi, Leges publicae populi Romani, réimpr. de l’éd. italienne, Hildesheim, G. Olms, 1962, p. 278 ; G. V. Sumner, « The lex Annalis under Caesar », Phoenix, 25, 1971, p. 246-271 ; A. Afzelius, « Lex Annalis », Classica et Mediaevalia, 8, 1946 p. 263 sqq. et A. E. Astin, The Lex Annalis before Sulla, Bruxelles, Latomus, 1958. La loi prévoit un ordre de succession obligatoire des magistratures (questure, édilité, préture puis consulat), un âge minimal pour accéder à la préture et au consulat, et impose un intervalle de deux ans (biennium) entre l’exercice de deux honores.

34 Sur la lex annalis de Sylla de 81, voir Cic. Phil. V, 48 ; Agr. II, 3-4 ; App. Ciu. I, 100. Sur la loi de César, Sumner, « The lex Annalis under Caesar ».

35 Cic. Rosc. Amer. 44.

36 Dig. I, 2, 2, 45. Un testament est laissé in honorem alicuius. Voir aussi Dig. XXXII, 11, 21 où il est prévu qu’un testator puisse vouloir honorem habere au profit de plusieurs héritiers. Sur le testament, voir M. Ducos, Rome et le droit, Paris, Le livre de poche, 1996, p. 83-90 ; A. Watson, The Law of Succession in the Later Roman Republic, Oxford, Clarendon Press, 1971.

37 Cic. Caecin. 12.

38 Dig. XXX, 122.

39 Pour une définition de l’évergétisme, Veyne, Le Pain et le cirque, p. 21.

40 Ibid., p. 215-218.

41 « L’évergétisme atteint son plein développement quand les fonctions publiques ne sont plus guère que des privilèges honorifiques et que la politique n’est plus une affaire sérieuse. Or rien n’était plus sérieux que la politique mondiale de Rome » (Ibid., p. 348).

42 Les Romains reçoivent au IIe siècle dans plusieurs cités grecques le titre d’« évergètes », ce qui témoigne de l’assimilation de la pratique romaine à une tradition hellénique et de la capacité des Grecs à mettre en harmonie la notion d’évergétisme avec celle, romaine, de patronat. Sur les convergences de ces pratiques, voir J.-L. Ferrary, Philhellénisme et impérialisme, Rome, E.F.R., 1988, p. 124-132 et J.-L. Ferrary, « The Hellenistic World and Roman Political Patronage », in Cartledge, P., Garnsey, P. et Gruen, E. S.(éds.), Hellenistic constructs, Berkeley, University of California Press, 1997, p. 105-119.

43 La bibliographie critique sur le sujet est très abondante. Sont particulièrement utiles pour notre point de vue les ouvrages portant directement sur la pratique et l’idéologie de la statuaire durant la République : T. Hölscher, « Die Anfänge römischer Repräsentationskunst », MDAI(R), 85, 1978, p. 315-357 ; Lahusen, Untersuchungen zur Ehrenstatue in Rom ; M. B. Flory, « Livia and the History of Public Honorific Statues for Women in Rome », TAPhA, 123, 1993, p. 287-308 ; F. Martin, « The Importance of Honorific Statues : a Case-Study », BICS, 41, 1996, p. 53-70 ; M. Sehlmeyer, Stadtrömische Ehrenstatuen der republikanischen Zeit, Stuttgart, F. Steiner, 1999 ; M. Sehlmeyer, « Die kommunikative Leistung römischer Ehrenstatuen », in Braun, M., Haltenhoff, A. et Mutschler, F.-H. (éds.), Moribus antiquis res stat Romana. Römische Werte und römische Literatur im 3. und 2. Jh. v. Chr., Munich, K. G. Saur, 2000, p. 271-284 ; P. Stewart, Statues in Roman Society. Representation and Response, Oxford, Oxford University Press, 2003. Sur l’aspect iconographique et artistique de la statuaire, voir les titres réunis par H. Inglebert, P. Gros et G. Sauron, Histoire de la civilisation romaine, Paris, P.U.F., 2005, p. l-lv.

44 Clélie aurait été la première à recevoir une statue équestre pour sa bravoure lors de son évasion du camp de Porsenna (Liv. II, 13, 9-11). Sur les statues des héros de la guerre de Porsenna, Sehlmeyer, Stadtrömische Ehrenstatuen der republikanischen Zeit, p. 91-101.

45 CIL I2, 612 = ILLRP 320. Sur les statues comme honores, Sehlmeyer, Stadtrömische Ehrenstatuen der republikanischen Zeit, p. 274-278. Sur le vocabulaire utilisé pour désigner les statues, Stewart, Statues in Roman Society, p. 20-28.

46 Cf. Cic. Phil. IX, 13 où Cicéron demande pour Ser. Sulpicius une statue en pied en bronze, et non une statue équestre dorée, honos qu’il juge démesuré.

47 Lahusen, Untersuchungen zur Ehrenstatue in Rom, p. 56, n. 84 et p. 57-58. Sur les première statues équestres romaines, Sehlmeyer, Stadtrömische Ehrenstatuen der republikanischen Zeit, p. 48 sqq. Sur le sens de la figuration à cheval, en rapport avec le service monté, Sehlmeyer, « Die kommunikative Leistung römischer Ehrenstatuen », p. 275-276.

48 Peirce, Écrits sur le signe, 2, 247, p. 140. Peirce donne comme exemples d’icônes les plans et maquettes.

49 Chez Peirce, le symbole est « un signe qui renvoie à l’objet qu’il dénote en vertu d’une loi, d’ordinaire une association d’idées générales » (Ibid., 2, 249 p. 140). On est également ici assez proche de la définition du symbole donnée par Saussure : il s’agit d’un signe où le lien entre signifiant et signifié n’est pas totalement arbitraire (De Saussure, Cours de linguistique générale, p. 100-101) : la figuration équestre, si elle n’est plus une image fidèle, continue d’avoir un lien avec l’excellence signifiée.

50 Plut. Cato mai. 19 ; Plin. NH XXXIV, 19.

51 Plin. NH XXXIV, 30 ; sur l’édit censorial, voir Sehlmeyer, Stadtrömische Ehrenstatuen der republikanischen Zeit, p. 152-163.

52 Voir le relevé de Lahusen, Untersuchungen zur Ehrenstatue in Rom, p. 15-16.

53 Liv. II, 10, 12 ; Plin. NH XXXIV, 22 ; Ps.-Aur. Vict. Vir. 12.

54 Lahusen, Untersuchungen zur Ehrenstatue in Rom, p. 9-10.

55 Sur cette pratique, voir H. Drerup, « Totenmaske und Ahnenbild bei den Römern », MDAI, 87, 1980, p. 81-129 ; R. Robert, « Quelques usages du portrait peint à l’époque médio-républicaine », in Auvray-Assayas, C. (éd.), Images romaines, Paris, Presses de l’E.N.S., 1998, p. 73-89.

56 Ces imagines pictae désignent bien des portraits peints, distincts des masques en cire, comme l’a montré R. Robert, « Quelques usages du portrait peint à l’époque médio-républicaine », p. 75-79.

57 Plin. NH XXXV, 2, 6.

58 Sur cette conquête de l’espace visible par le portrait aristocratique, voir Robert, « Quelques usages du portrait peint à l’époque médio-républicaine », p. 85-86.

59 Voir sur cette fresque les analyses de R. Bianchi Biandinelli, Rome, le centre du pouvoir, Paris, Gallimard, 1969, p. 115 ; J.-M. Croisille, La peinture romaine, Paris, Picard, 2005, p. 24 ; F. Coarelli, « Frammento di affresco dall’Esquilino con scena storica », in Affreschi romani dalle raccolte dell’antiquarium comunale, Rome, 1976, p. 13-21 ; E. La Rocca, « Fabio o Fannio. L’affresco medio-repubblicano dell’Esquilino come riflesso dell’arte rappresentativa e come espressione di mobilità sociale », DArch, 2, 1984, p. 31-53 ; Hölscher, « Die Anfänge römischer Repräsentationskunst ».

60 C’est l’interprétation de Coarelli, « Frammento di affresco dall’Esquilino con scena storica » et Hölscher, « Die Anfänge römischer Repräsentationskunst ». La fresque est également rattachée au conflit de Rome avec les Samnites par R. Bianchi Biandinelli, Rome, le centre du pouvoir, p. 115 et J.-M. Croisille, La peinture romaine, p. 24.

61 C’est l’interprétation de La Rocca, « Fabio o Fannio », p. 49, qui estime que M. Fannius est le possesseur de la sépulture.

62 Sur les peintures triomphales, voir les cas évoqués par Plin. NH XXXV, 7. Sur Fabius Pictor et le temple de Salus, voir les évocations de Cic. Tusc. I, 4 ; Liv. IX, 43, 25 et X, 1, 9 ; Val. Max. VIII, 14, 6 et Plin. NH XXXV, 7.

63 Sur ce personnage, voir RE col. 1835 s. v. Fabius (no 122). Devant la distance, soulignée par plusieurs sources antiques, entre la noblesse de Fabius Pictor et la bassesse de l’art manuel qu’est la peinture, l’attribution des fresques à ce personnage a été mise en doute par R. Robert, « Le fragment de Denys A. R. 16 F et les peintures de Fabius Pictor. Histoire d’une interprétation » in S. Pittia (éd.), Fragments d’historiens grecs. Autour de Denys d’Halicarnasse, Rome, E.F.R., 2002, p. 307-328.

64 J. H. Richardson, « Dorsuo and the Gauls », Phoenix, 58 (3-4), 2004, p. 284-297.

65 Sur cet usage des temples pour l’exposition de portraits, Robert, « Quelques usages du portrait peint à l’époque médio-républicaine », p. 83-84.

66 Voir par exemple celle qui concerne un soldat de l’armée césarienne : CIL X, 5713 = ILLRP vol. 1, 498a.

67 Pour un autre exemple d’honores donnés aux légions, voir Cic. Phil. III, 7. Sur ces deux catégories de récompenses militaires, bienfaits concrets et décorations symboliques, voir Maxfield, The Military Decorations, p. 56-57.

68 Sur les dona militaria, voir, outre l’ouvrage de Maxfield, J. Naudet, De la noblesse et des récompenses d’honneur chez les Romains, Paris, A. Durand, 1863 ; Büttner, « Untersuchungen » et J. Harmand, L’Armée et le soldat à Rome de 107 à 50 avant notre ère, Paris, Picard, 1967. Les dona militaria sont d’apparition ancienne, mais on connaît surtout leur emploi à partir du Ier siècle avant notre ère (sur leur date d’apparition, voir Büttner, « Untersuchungen », p. 127-128).

69 Maxfield, The Military Decorations, p. 61.

70 D’où son nom de corona graminea ou « couronne de gazon ». C’était autrefois le signe le plus solennel de défaite de la part d’un conquis que d’offrir au conquérant un morceau de sa terre (Gell. V, 6 ; Plin. NH XXII, 4, 6). Publius Decius eut l’honneur d’en recevoir deux (Liv. VII, 37, 2).

71 Gell. V, 6, 13-14 et Plin. NH XVI, 12-13. Voir Maxfield, The Military Decorations p. 70. Plusieurs bas-reliefs permettent de se faire une bonne idée de son aspect (Maxfield, The Military Decorations, p. 72). C’est de là que vient son autre nom de corona iligna ou quercea.

72 Liv. Epit. 129 ; Vell. II, 81.

73 Plin. NH XVI, 4.

74 Gell. V, 6, 16. Voir Maxfield, The Military Decorations, p. 77. Scipion Émilien en obtint une en Espagne.

75 Gell. V, 6, 17 ; Fest. 49, 25. On l’appelle aussi corona castrensis.

76 Pol. VI, 39, 3-4. La nature exacte de la hasta pura a fait débat car les textes sont contradictoires sur ce point, Varron indiquant, contre Polybe, que son nom de pura provient de l’absence d’un fer de lance (Varr. d’ap. Serv. Aen. VI, 760). Mais les représentations figurées témoignent de la présence de ce dernier ; le qualificatif pura indique plutôt que la lance n’a jamais versé le sang (Maxfield, The Military Decorations, p. 86). Sur la hasta, voir Büttner, « Untersuchungen », p. 131 et p. 142 sqq. Voir aussi sur la symbolique de la lance, régulièrement associée au pouvoir, A. Alföldi, « Hasta - Summa Imperii. The Spear as Embodiment of Sovereignity in Rome », AJA, 63 (1), 1959, p. 1-27.

77 Maxfield, The Military Decorations, p. 82.

78 Büttner, « Untersuchungen », p. 123 et p. 145-152. Maxfield, The Military Decorations, p. 92.

79 Ces décorations ne sont d’ailleurs pas portées lors du combat : elles tombent bien dans le domaine de l’ornement (Maxfield, The Military Decorations, p. 142).

80 Sur les torques et armillae comme honores, voir Büttner, « Untersuchungen », p. 133-135 (origine) et p. 152-154 (aspect et histoire).

81 Maxfield, The Military Decorations, p. 88.

82 Voir le texte d’Isidore de Séville (Orig. XIX, 31, 16) : armillae autem proprie uirorum sunt, conlatae uictoriae causa militibus ab armorum uirtute : « et les bracelets sont des attributs proprement masculins, qui sont conférés aux soldats pour une victoire et en raison de leur vaillance au combat. »

83 Pl. Aul. 15-19.

84 Voir aussi Aul. 325 sqq. où Euclion se décide à mettre de l’encens et des couronnes sur l’autel du lare pour que les noces de sa fille soient bénies.

85 Lors de la praefatio du sacrifice, on offrait, sur un foyer portatif, de l’encens et du vin (J. Scheid, Quand faire c’est croire. Les rites sacrificiels des Romains, Paris, Aubier, 2005, p. 44-50).

86 Sur le détachement possible de l’économique et du symbolique, voir Bourdieu, Esquisse d’une théorie de la pratique, p. 374.

87 La situation est comparable à l’observation que fait P. Bourdieu de la pratique du don chez les Kabyles : travestissant des échanges de biens en conduites de don, ils font en sorte que « le don cesse d’être un objet matériel pour devenir une sorte de message ou de symbole propre à créer un lien social » (Raisons pratiques, p. 189). Il y a un tabou de la vérité économique qui doit être dissimulée.

88 Sur le potlatch, Mauss, Sociologie et anthropologie, p. 149 sqq. Voir aussi la lecture critique de Godelier, L’Énigme du don, Paris, Flammarion, 1996, p. 79-109. Sur les dons non agonistiques, voir cet ouvrage p. 59-62.

89 Voir le mythe des Indiens Haïda rapporté par Mauss, Sociologie et anthropologie, p. 103, n. 6. Un vieux chef de clan se rend à un potlatch mais il ne donne pas assez pour pouvoir conserver son rang ; ses offrandes insuffisantes lui valent de ne plus être invité, ce qui le plonge dans une profonde détresse, au point qu’il en meurt. Ses descendants lui adressent alors des dons : ils lui érigent une statue et organisent des fêtes en son nom, ce qui a pour effet de faire renaître son prestige.

90 Varr. RR I, 17, 6.

91 Cic. Verr. II, IV, 25.

92 Pl. Rud. 284-289.

93 Voir par exemple Cic. Att. XVI, 16a, où Cicéron demande l’aide de L. Plotius Plancus honoris gratia dans l’affaire de Buthrote, dans laquelle Atticus et César ont joué un rôle important.

94 C’est pourquoi l’honos s’oppose à toutes les actions qui visent à endommager l’intégrité physique d’autrui : Cicéron oppose la façon dont les marchands romains ont été honorés en Syrie et en Égypte à l’attitude de Verrès en Sicile qui les a emprisonnés et décapités (Cic. Verr. II, V, 157).

95 Quand le roi Bocchus, rallié aux Romains, tend un piège à Jugurtha pour le livrer à Sylla et Marius, il s’avance vers lui pour faire semblant de l’honorer (Sall. Iug. 113, 5).

96 Cic. Pis. 96.

97 Nous renseignent sur cette pratique Pol. XXXI, 29 ; Val. Max. V, 8, 3 ; Sen. Ben. VI, 34, 2. Voir l’article de Hug dans la RE s. v. salutatio et Flower, Ancestor Masks, p. 217-219.

98 Sur ce texte, voir l’étude de P. Moreau, « Positions du corps, gestes et hiérarchie à Rome », in Moreau, P. (éd.), Corps romains, Grenoble, J. Millon, 2002, p. 179-200.

99 On donne à celui que l’on veut honorer la place éloignée du bord de la route quand on marche à ses côtés dans la rue (Hor. Sat. II, 5, 17) : c’est l’endroit le moins boueux et le mieux protégé.

100 Cic. Verr. II, IV, 138.

101 Plin. NH XVI, 4, 13.

102 Cic. Pis. 26 ; Liv. IX, 46.

103 Liv. III, 11, 1. Mommsen, DPR, vol. 2, p. 31.

104 Val. Max. VIII, 3, 4 ; Plut. Pomp. 8 et Crass. 6. Voir Moreau, « Positions du corps, gestes et hiérarchie à Rome », p. 183.

105 C’est pourquoi Accius ne se levait pas devant J. Caesar Strabo car il considérait que ce dernier, qui lui était bien supérieur par le rang social, ne l’emportait pas sur lui par le talent poétique (Val. Max. III, 7, 11).

106 Voir par exemple Sall. Iug. 65, 1-2 où la place honorifique est celle située près du siège de l’imperator, dans le praetorium, à peu près au milieu du camp militaire, au croisement des deux axes matérialisés par les quatre portes (cf. les textes plus tardifs de Suet. Nero 13, 2 et Domit. 11, 1).

107 Voir C. Nicolet, Le Métier de citoyen dans la Rome républicaine, 2e éd., Paris, Gallimard, 1976, p. 473. Caton, de retour de sa propréture de Chypre, remonta le Tibre jusqu’à Rome et fut accueilli par le peuple, les magistrats et le sénat sur les berges (Plut. Cato 39).

108 Liv. XXX, 45, 2. À l’inverse, Cicéron raille Pison que personne n’est venu escorter lors de son piteux retour à Rome (Cic. Pis. 55).

109 Q. Cic. Comm. 34-38. Voir aussi d’autres textes importants : Cic. Mur. 70 ; Sull. 81 ; Dom. 76.

110 Q. Cic. Comm. 36. Le prestige est encore accru quand des individus de haut statut acceptent de prendre part au cortège (Cic. Sull. 81).

111 Ces gestes honorifiques perdurent au-delà de l’époque républicaine et semblent alors avoir fait l’objet d’une progressive codification. Voir Serv. Aen. XI, 500 et Sen. Epist. LXIV, 10. Sur ces textes et sur l’élaboration d’une réflexion sur les modes de salutation, Moreau, « Positions du corps, gestes et hiérarchie à Rome », p. 186 sqq.

112 Ibid., p. 199.

113 Sur ces gestes, voir A. P. Corbeill, Nature Embodied. Gesture in Ancient Rome, Princeton, Princeton University Press, 2004. Sur les signes portés par le corps de l’orateur, voir le livre XI de l’Institution Oratoire de Quintilien, et les études de Maier-Eichhorn, Die Gestikulation in Quintilians Rhetorik ; F. Graf, « The Gestures of Roman Actors and Orators », in Bremmer, J. et Roodenburg, H.(éds.), A Cultural History of Gesture, Oxford, Polity Press, 1991, p. 36-58 et Aldrete, Gestures and Acclamations in Ancient Rome.

114 Cic. De or. III, 216 ; Off. II, 128-130. On retrouve ici les principes de la tradition physiognomonique, qui connut une vraie vogue entre le iiie et le Ier siècles avant notre ère (E. C. Evans, Physiognomonics in the Ancient World, Philadelphie, American Philosophical Society, 1969).

115 Voir Cic. Verr. II, IV, 62 où un invité estime avoir été traité honorifice parce que la cena a été somptueuse.

116 Supra p. 204 sqq.

117 Voir les remarques de C. Nicolet à ce sujet sur Rome comme « civilisation ostentatoire où le fait d’être ‘entouré d’hommes’ est essentiel » (Nicolet, Rome et la conquête, p. 234).

118 Sa situation est comparable à celle du courtisan qui, pour avoir du prestige et appartenir à l’élite, doit être à la cour et non en province (N. Elias, La Société de cour, Paris, Calmann-Lévy, 1974, p. 91-92).

119 Le beneficium est une réalité sociale et juridique qui a été enrichie de caractères moraux par Cicéron et Sénèque (R. Marino, « Fra diritto e morale : il concetto metagiuridico di beneficium nel trattato senecano », in Rocca, S. (éd.), Latina didaxis, 18, Gênes, Compagnia dai Librai, 2003, p. 79-118).

120 Voir supra p. 213. Dans un autre texte de Sénèque, la uoluntas et l’estime (iudicium) occupent pour le beneficium une place assez similaire à celle qu’ils ont pour l’honos : Non est beneficium, cui deest pars optima, datum esse iudicio ; alioqui pecunia ingens, si non ratione nec recta uoluntate donata est, non magis beneficium est quam thesaurus. « Un bienfait n’en est pas un quand il lui manque l’élément le plus important : d’être octroyé après jugement ; sans cela une immense somme d’argent, si elle n’a pas été donnée en étant guidée par la raison et une volonté droite, ce n’est pas plus un bienfait qu’un trésor trouvé » (Sen. Ben. I, 15, 6).

121 Voir les remarques de Cicéron sur le mépris que suscite l’ingrat (Cic. Off. II, 63). Sur la gratitude à laquelle est tenu le destinataire du beneficium, Hellegouarc’h, Vocabulaire, p. 164.

122 Cic. Off. I, 42. Cicéron recommande que la bienfaisance pro dignitate cuique tribuatur, « soit donnée à chacun en fonction de son mérite. »

123 Caes. BC II, 32, 14. Sur ce rituel, voir l’article de Rosenberg dans la RE s. v. imperator et R. Combès, Imperator. Recherches sur l’emploi et la signification du titre d’imperator dans la Rome républicaine, Thèse principale de doctorat, Université de Paris (Sorbonne), Paris, 1966.

124 La reconstitution exacte de la cérémonie est difficile en raison du manque d’explications données par les sources qui l’évoquent. Nous nous appuyons sur les données réunies par Combès, Ibid., p. 87 sqq.

125 Il est alors mentionné à côté du nom et de la magistrature exercée. Voir par exemple Cic. Phil. XIX, 14.

126 Liv. XXVII, 19, 4. Le texte de Tite Live est confirmé par une inscription de Sagonte (CIL II, 3836). R. Develin, « Scipio Africanus Imperator », Latomus, 36, 1977, p. 110-113, estime qu’il ne fut pas le premier à recevoir le titre car les sources ne présentent pas cet octroi comme une nouveauté.

127 Combès, Imperator, p. 38-49.

128 C’est d’autant plus probable que l’assimilation du vainqueur à Jupiter existait déjà dans la cérémonie, plus ancienne, du triomphe, et que le premier à recevoir la salutation impératoriale fut Scipion l’Africain dont les rapports privilégiés avec Jupiter sont bien connus. Combès, Imperator, p. 66. Voir, sur la relation entre Scipion et Jupiter, Pol. X, 5, 5 ; Liv. XXVI, 19, 3-9 ; Gell. VI, 1 ; et la synthèse de F. W. Walbank, « The Scipionic Legend », PCPhS, 13, 1967, p. 54-69.

129 Sur la supplication d’action de grâces, voir Halkin, La Supplication. La procédure de demande et d’octroi de cette cérémonie est assez bien connue grâce aux supplications obtenues par Cicéron en 50 pour ses victoires sur des peuplades insoumises de Cilicie : sa correspondance de l’époque montre les différentes étapes du processus (voir notamment les lettres Fam. XV, 3 et 4).

130 Ibid., p. 87-89. On connaît des cas où le sénat a refusé l’octroi d’une supplication demandée par le général (Ibid., p. 93-97).

131 Liv. XXVI, 21, 3. On voit aussi chez Tite Live un général victorieux, de retour à Rome, demander un honos pour les dieux, c’est-à-dire une supplication, et un triomphe pour lui-même. Voir par exemple Liv. XXVIII, 9, 7-8 après la victoire du Métaure et XXXVII, 59, 1 après la victoire sur Antiochus.

132 Halkin, La Supplication, p. 101-102. Des offrandes et des sacrifices sont aussi réalisés.

133 Liv. III, 63, 5.

134 Respectivement, Liv. V, 23, 3 ; Liv. XXVI, 21, 3 ; Liv. XLV, 2, 1.

135 Le triomphe a donné lieu à de très nombreuses études critiques, portant sur la cérémonie en général ou sur des points plus précis tels que le terme triumphus, l’origine du rituel, la localisation de la porta triumphalis, la signification des insignes du triomphateur, etc. Se sont révélés utiles pour notre approche les travaux d’ensemble de W. Ehlers, « Triumphus », RE, vol. VII, A, 1, col. 493-511 ; H.-S. Versnel, Triumphus. An Inquiry into the Origin, Development and Meaning of the Roman Triumph, Leiden, Brill, 1970 ; E. Künzl, Der römische Triumph. Siegesfeiern im antiken Rom, Munich, C. H. Beck, 1988 ; C. Auliard, Victoires et triomphes à Rome, Besançon, Presses universitaires franc-comtoises, 2001 ; Itgenshorst, Tota illa pompa ; J.-L. Bastien, Le Triomphe romain et son utilisation politique à Rome aux trois derniers siècles de la République, Rome, E.F.R., 2007 ; Beard, The Roman Triumph.

136 Cic. Phil. XIII, 9.

137 Liv. III, 63, 9-10 et Pol. VI, 15, 7. On connaît le cas extrême de Lucullus, qui aurait été contraint d’attendre trois ans aux portes de Rome pour pouvoir entrer en triomphe (Eutr. VI, 10 ; Vell. II, 34, 2 ; Plut. Luc. 37).

138 Les amis du général ainsi que ses soldats font bien évidemment pression : Liv. XXXI, 48, 1 et XXXVIII, 50, 2. Sur la pression de l’armée, voir Auliard, Victoires et triomphes à Rome, p. 142-145. On connaît des cas où un général triomphe sans le sénatus-consulte ou sans le vote du peuple : c’est le cas de P. Servilius Priscus Structus, consul en 495, d’après DH. VI, 30, 2-3, par exemple. Il y a des cas où un général triomphe contre la décision du sénat, avec l’appui du peuple : le dictateur C. Marcilius Rutilius en 356 (Liv. VII, 17, 9) et C. Flaminius en 223 (Liv. XXI, 63, 2 et XXIII, 14, 4). Le triomphe est parfois même célébré contre l’avis du sénat et du peuple : L. Postumius Megellus, consul en 294 (Liv. X, 37, 6-12) et Appius Claudius Pulcher en 143 (Beard, The Roman Triumph, p. 204). Mais ces cas restent rares, et la majorité des triomphes connus a été octroyée par les instances publiques de Rome.

139 Nicolet, Métier : ce qui est d’abord une célébration de la victoire de la cité va devenir avec le temps le triomphe d’un chef précis, qui procède d’une idéologie différente, celle du « Sauveur individuel » (p. 471). Sur la valorisation du général et pour une lecture du triomphe comme point culminant de la carrière d’un nobilis, voir Hölkeskamp, Die Entstehung der Nobilität, p. 236.

140 Liv. XLV, 39, 10 : diis quoque […] non solum hominibus debetur triumphus. « Le triomphe est dû aux dieux aussi, et non seulement aux hommes. » Sur la permanence de l’aspect religieux, voir Itgenshorst, Tota illa pompa et Künzl, Der römische Triumph, passim. L’origine du triomphe et sa fonction religieuse première ont suscité de nombreux travaux dont Bastien, Le Triomphe romain a proposé une récapitulation (p. 122-132). La thèse de Versnel, Triumphus, selon laquelle le triomphe était aux origines une cérémonie orientale de renouvellement du temps et de régénération du pouvoir royal, transmise à Rome par le biais des Étrusques au VIe siècle, a notamment suscité de nombreux travaux critiques.

141 Sur l’iconographie, voir Bastien, Le Triomphe romain, p. 259. Beard, The Roman Triumph note justement que la description que l’on donne en général de la cérémonie est une image idéale du triomphe, faite d’éléments qui ne se trouvaient sans doute pas tous dans chaque pompa (p. 82 et 105-106). Nous suivons principalement la description faite par W. Ehlers dans son article de la RE, qui s’appuie sur de nombreuses sources anciennes.

142 Pour les différentes hypothèses sur l’itinéraire suivi par la pompa, voir Künzl, Der römische Triumph, p. 14-19.

143 Le problème de sa localisation a été résolu par F. Coarelli qui l’identifie avec la porta Carmentalis (F. Coarelli, « La porta trionfale e la via dei trionfi », DArch, 2, 1968, p. 55-103).

144 Cléopâtre, qui s’était suicidée pour ne pas figurer dans le triomphe d’Octave, y fut représentée par un tableau. Sur ces tableaux peints, voir Plin. NH V, 36 ; DC. LI, 21, 8. Sur les écriteaux, voir Liv. XXVI, 21 ; Cic. Phil. VIII, 6 ; Pol. VI, 13. C’est ainsi que César, lors de son triomphe pontique, avait fait inscrire le fameux Veni uidi uici (Suet. Caes. 37).

145 Liv. X, 7, 10 ; Plut. Aem. Paul. 34 ; DH. III, 61 ; Val. Max. IV, 4, 5 ; Plin. NH XV, 137. Voir Künzl, Der römische Triumph, p. 85-88. La signification de ces attributs a été discutée. Certains semblent avoir été empruntés au temple de Jupiter Capitolin (Liv. X, 7, 10 parle de Iouis optimi maximi ornatu et Juv. Sat. 10, 38 de la tunica Iouis ; voir Versnel, Triumphus, p. 73 sqq. et Ehlers, RE, col. 494) ce qui a conduit certains à penser que le triomphateur était mis en relation avec le dieu, mais les partisans de cette théorie ne sont pas d’accord sur la nature de cette relation : le triomphateur peut être le dieu, le représenter, être son double, représenter sa statue, etc. Voir Bastien, Le Triomphe romain p. 128 sur ces différentes interprétations. Une autre lecture a reconnu dans ces insignes ceux du roi. Versnel, Triumphus, Künzl, Der römische Triumph et L. Bonfante-Warren, « Roman Triumphs and Etruscan Kings. The Changing Face of the Triumph », JRS, 60, 1970, p. 49-66 ont tenté une intéressante synthèse de ces deux interprétations. L. Bonfante-Warren souligne de manière convaincante que ces différents attributs correspondent à des strates différentes de la cérémonie qui ont fini par se mélanger, les attributs du roi appartenant à la période étrusque et ceux de la divinité au IIIe siècle, introduits sous l’influence hellénistique.

146 Liv. IV, 20 ; V, 49 ; XXXIX, 7 ; Plin. NH XIX, 144 ; Plut. Marc. 8 ; Suet. Caes. 49. Sur les soldats et leurs chants, voir Beard, The Roman Triumph, p. 245-249.

147 Ibid., p. 239-244.

148 Il est recensé par les fastes triomphaux : de Corseis primus in monte Albano (A. Degrassi, Inscriptiones Italiae XIII, 1, 78-79). Le triumphus in monte Albano fut aussi célébré par d’autres généraux tels que Marcellus en 211 ou Q. Minucius Rufus en 197. Voir la liste de T. C. Brennan, « Triumphus in Monte Albano », in Wallace, R. W. et Harris, E. M. (éds.), Transitions to Empire. Essays in Greco-Roman History, 360-146 B. C., in honor of E. Badian, Norman, University of Oklahoma Press, 1996, p. 315-337.

149 Bastien, Le Triomphe romain, p. 267-268.

150 Brennan, « Triumphus in Monte Albano », p. 320.

151 Liv. XXXIX, 29, 4-5 ; Gell. V, 6, 21 et 27 ; DH. V, 47, 3-5. Voir Künzl, Der römische Triumph, p. 100-101.

152 Liv. XLII, 20, 1 ; Plin. NH XXXIV, 20.

153 Sur l’honos du tombeau, voir aussi Cic. Phil. IX, 14-15 ainsi que le fragment où Lucilius déplore l’absence d’honos funéraire pour Tib. Sempronius Gracchus (Lucil. frg. XXVII, 10 Charpin = 691 Marx).

154 Pol. VI, 53-54 et Plin. NH XXXV, 6. Sur le déroulement des funérailles, voir aussi l’article de E. Cuq dans le DAGR ; J. M. C. Toynbee, Death and Burial in the Roman World, Londres, Thames & Hudson, 1971, p. 43-72 ; L. Deschamps, « Rites funéraires de la Rome républicaine », in Hinard, F.(éd.), La Mort au quotidien dans le monde romain, Paris, De Boccard, 1995, p. 171-180 ; E. Flaig, « Die pompa funebris. Adlige Konkurrenz und annalistische Erinnerung in der römischen Republik », in Oexle, O. G.(éd.), Memoria als Kultur, Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht, 1995, p. 115-148 et Flower, Ancestor Masks, p. 93-126.

155 Toynbee, Death and Burial in the Roman World, p. 44-45 (qui exploite notamment le relief de la tombe dite des Haterii) et Flower, Ancestor Masks, p. 93-97.

156 Il s’agit là d’une prescription remontant aux XII Tables (Cic. Leg. II, 60 ; Tert. Cor. 10).

157 Sur la praefica et la nénie, voir Fest. 155, 27 et 250, 5 ; Varr. LL VII, 70 et De uita pop. Rom. frg. 110 Riposati ; Serv. Aen. VI, 216. Une parodie de nénie en anapestes se trouve dans Sen. Apoc. 12. Voir aussi Deschamps, « Rites funéraires de la Rome républicaine », p. 175-176 et W. Kierdorf, Laudatio funebris. Interpretationen und Untersuchungen zur Entwicklung der römischen Leichenrede, Meisenheim am Glan, A. Hain, 1980, p. 96 sqq.

158 Deschamps, « Rites funéraires de la Rome républicaine », p. 173-174.

159 Cicéron indique que cette interdiction repose sur la crainte des incendies en cas de crémation (Cic. Leg. II, 58). Mais il est possible que la souillure que représente le cadavre et l’odeur putride aient joué un rôle dans l’institution de cette règle (Isid. Orig. XV, 11 ; Cuq, DAGR, p. 1392). Le sépulcre est en effet un locus religiosus, un espace particulier qui doit être séparé du domaine des vivants (M. Ducos, « Le tombeau, locus religiosus », in Hinard, F. (éd.), La Mort au quotidien dans le monde romain, Paris, De Boccard, 1995, p. 135-144). C’est par conséquent un grand privilège que de recevoir une sépulture dans l’enceinte de la ville, comme ce fut le cas pour certains grands hommes (Cic. Leg. II, 58). Des lois ou sénatus-consultes spéciaux ont par exemple accordé cet honneur à Sylla (Liv. Per. 90), Hirtius et Pansa (Liv. Per. 119).

160 Aux origines de Rome, crémation et inhumation sont pratiquées concurremment. C’est à partir du IVe siècle que la crémation est de plus en plus utilisée, mais certaines familles restent attachées à l’inhumation (la gens Cornelia par exemple). Le règne d’Hadrien verra un retour à l’inhumation (Toynbee, Death and Burial in the Roman World, p. 39-40).

161 Sur le funus aristocratique, voir Badel, La Noblesse de l’Empire romain, p. 35-37 et Flower, Ancestor Masks, p. 97-106.

162 Fest. 94, 17 ; Suet. Caes. 84 ; Cic. Leg. II, 61.

163 DC. LXXIV, 4, 5 ; Suet. Caes. 84. La présence de danseurs grotesques suscitant le rire est attestée par Denys d’Halicarnasse (VII, 72, 10). Sur cette présence comique au sein des funérailles, voir M. Bettini, « Death and its Double. Imagines, Ridiculum and Honos in the Roman Aristocratic Funeral », in Mustakallio, K., Hanska, J., Sainio, H.-L. et al. (éds.), Hoping for Continuity : Childhood, Education and Death in Antiquity and the Middle Ages, Rome, Institutum Romanum Finlandiae, 2005, p. 191-202.

164 Pol. VI, 54, 3. Flower, Ancestor Masks, p. 99.

165 Voir infra p. 283 sqq.

166 Sur l’histoire et le déroulement des obsèques publiques, voir G. Wesch-Klein, Funus publicum. Eine Studie zur öffentlichen Beisetzung und Gewährung von Ehrengräbern in Rom und den Westprovinzen, Stuttgart, F. Steiner, 1993. Sylla obtint des funérailles de ce genre : son corps fut porté sur une litière d’or, accompagné par deux cents couronnes d’or et faisceaux, et suivi par une procession des Vestales, sénateurs, magistrats, soldats, cavaliers et citoyens (App. Ciu. I, 105-106).

167 Les XII Tables imposaient déjà certaines restrictions comme la limitation du nombre de joueurs de flûte, des dépenses vestimentaires, du nombre et de la nature des offrandes qui pouvaient être inhumées ou brûlées avec le défunt, et du nombre des affranchissements par testament autorisés. Voir Cic. Leg. II, 58-62 ; Gai., Inst. I, 42. Ainsi que H. Von Hesberg, Römische Grabbauten, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1992, p. 10-13 et E. Baltrusch, Regimen morum. Die Reglementierung des Privatlebens der Senatoren und Ritter in der römischen Republik und frühen Kaiserzeit, Munich, C. H. Beck, 1988, p. 43. Cicéron estime que cette régulation est marquée par la législation de Solon. Cependant, il ne s’agit pas seulement, comme en Grèce, de limiter le luxe mais aussi d’éviter les ravages sur l’aristocratie d’une compétition débridée entre les grandes familles (Flower, Ancestor Masks, p. 118 ; « The best model for understanding Roman sumptuary legislation is that of aristocratic self-preservation within a highly competitive society which valued overt display of prestige above all else »).

168 Cic. Cato mai. 75. Voir aussi Cic. Inu. 108.

169 Voir les typologies de Toynbee, Death and Burial in the Roman World, p. 101-244 et Von Hesberg, Römische Grabbauten, p. 55-201.

170 Liv. XXVII, 20 et Plut. Marc. 27. Voir aussi Macr. Sat. I, 7, 33. Cette thèse est retenue par A. Tomassetti, « Un edificio antico lungo il cliuus Argentarius : il monumentum di Gaio Publicio Bibulo », BCAR, 101, 2000, p. 39-80 et B. Frischer, « Monumenta et Arae Honoris Virtutisque Causa. Evidence of Memorials for Roman Civic Heroes », BCAR, 88, 1982-1983, p. 51-86. L’identification avec Lucius Poplicius Bibulus, tribun militaire en 216 est plus difficile (hypothèse de Broughton, MRR, vol. 1, p. 251) : l’inscription fait clairement état d’un praenomen qui est Gaius.

171 Pour la date de l’inscription, A. E. Gordon, Album of Dated Latin Inscriptions, Berkeley, University of California Press, 1958 ; I. Calabi Limentani, Epigrafia latina, 4e éd., Milan, Cisalpino, 1991. Sur les éléments archéologiques faisant pencher vers le courant du Ier siècle, voir l’étude de ce monument par M. E. Blake et E. B. Van Deman, Ancient Roman Construction in Italy from the Prehistoric Period to Augustus, Washington, Carnegie Institution, 1947 ; M. Eisner, Zur Typologie der Grabbauten im Suburbium Roms, Mainz, P. von Zabern, 1986 ; Tomassetti, « Un edificio antico ».

172 C’est pourquoi il a fallu un vote du peuple, nécessaire pour qu’une partie de l’ager publicus puisse être aliénée. Cf. Cic. Dom. 127. Le monument se trouve au pied du Capitole mais la question de savoir s’il se situait à l’extérieur ou à l’intérieur du pomerium est débattue. Voir E. Nash, Bildlexikon zur Topographie des Antiken Rom, Tübingen, E. Wasmuth, 1962 ; Eisner, Zur Typologie der Grabbauten im Suburbium Roms ; Tomassetti, « Un edificio antico ». La situation à l’intérieur du pomerium, peu courante pour un édifice funéraire, n’est pas improbable en raison de l’honos particulier, publice, fait à Bibulus.

173 Le monument a parfois été identifié non comme une tombe mais comme un édifice commémoratif (Frischer, « Monumenta et Arae » ; Tomassetti, « Un edificio antico »). Mais cette interprétation est contraire à ce que dit l’inscription elle-même : l’emplacement doit servir quo ipse postereique eius inferrentur.

174 Cf. Cic. Phil. IX, 6 ; IX, 14 ; IX, 7 et XIV, 33.

175 Une description détaillée du monument se trouve dans R. Delbrück, Hellenistische Bauten in Latium, Strasbourg, Trübner, 1907 et Tomassetti, « Un edificio antico ». Sur le podium, voir Nash, Bildlexikon zur Topographie des Antiken Rom, p. 319 ; A. Golfetto, « Das Grabmal des C. Publicius Bibulus », Raggi, 5 (2), 1963, p. 9-11.

176 Voir l’article de J. Scheid « Jupiter » dans l’OCD, p. 801-802 ; G. Wissowa, Religion und Kultus der Römer, Munich, C. H. Beck, 1902, p. 113 sqq. et C. Koch, Der römische Iuppiter, 1937.

177 Pour un calcul du nombre des spectateurs, voir Künzl, Der römische Triumph, p. 70-71.

178 Cic. Quinct. 50.

179 L’identification de ces rites comme de vrais spectacles a déjà été suggérée par Dupont, Le Citoyen romain et Nicolet, Métier, p. 461 sqq. à propos des funérailles et du triomphe.

180 Sur l’aspect spectaculaire du triomphe, voir R. Brilliant, « ‘Let the Trumpets roar !’ The Roman Triumph », in Bergmann, B. et Kondoleon, C. (éds.), The Art of Ancient Spectacle, New Haven, Yale University Press, 1999, p. 221-228 et G. Amiotti, « Il trionfo come spettacolo », in Sordi, M. (éd.), Guerra e diritto nel mondo greco e romano, Milan, Vita e Pensiero, 2002, p. 201-206. Ce dernier souligne, d’après Plut. Aem. Paul. 32, que le peuple fait tout pour voir la procession : il se masse dans le cirque, autour du forum, et dans tout endroit de la cité qui offre un point de vue (p. 203).

181 Cic. Att. V, 21, 7. Ce sont les honores que les Chypriotes veulent lui décerner mais qu’il refuse : Ob haec beneficia quibus illi obstupescunt nullos honores mihi nisi uerborum decerni sino, statuas, fana, τέθριππα prohibeo nec sum in ulla re alia molestus ciuitatibus ; « Pour de pareils bienfaits, qui les laissent muets d’étonnement, je ne permets pas qu’on me décerne d’autres honneurs que verbaux ; statues, sanctuaires, quadriges, je les interdis, et il n’est rien où je n’évite d’ennuyer les cités. »

182 Sur cette pratique, Moreau, « Quem honoris causa appello ».

183 Ibid., p. 296.

184 La dimension honorifique de l’ostentation du nom est visible dans d’autres cultures, comme la culture urbaine moderne où elle participe à la construction symbolique de soi (D. Lepoutre, Cœur de banlieue. Codes, rites et langages, Paris, Odile Jacob, 1997, p. 367).

185 Voir K. Latte, Römische Religionsgeschichte, Munich, C. H. Beck, 1960, p. 62-63. Les incantations curatives doivent par exemple mentionner le nom du patient pour le guérir (Plin. NH XXI, 176).

186 Il se répandra en revanche à l’époque impériale, au sein de l’armée où des titres honorifiques sont octroyés à des unités militaires, et dans la société où certains qualificatifs progressivement figés seront réservés aux individus d’un certain rang : « Très Grand » pour les anciens consuls, « Très Célèbre » pour les sénateurs, « Illustres » pour les chevaliers de premier ordre, etc. Sur ce point, voir R. MacMullen, Les Rapports entre les classes sociales dans l’Empire romain, 50 av. J.-C.-284 ap. J.-C., Paris, Seuil, 1986 et Nicolet, L’Ordre équestre vol. 1, p. 256 sqq.

187 Liv. XXXI, 11, 16.

188 Cic. Brut. 62 ; Varr. Men. 370-383 (Cèbe). De façon générale, le genre épidictique a été bien moins représenté pendant la République romaine que l’éloquence délibérative ou judiciaire (Pernot, La Rhétorique de l’éloge, p. 50-51, M. Durry, « Laudatio funebris et rhétorique », Rph, 16, 1942, p. 105-114).

189 Pol. VI, 53, 2. Voir aussi, comme source grecque, DH. V, 17. La laudatio n’est pas comme le discours funèbre grec une célébration civique, mais la mise en avant d’une famille à des fins de prestige. Sur le déroulement de la laudatio funebris, ses origines, son histoire et sa forme rhétorique, voir F. Vollmer, Laudationum funebrium Romanorum historia et reliquiarum editio, Leipzig, Teubner, 1891 ; O. C. Crawford, « Laudatio funebris », CJ, 37, 1941, p. 17-27 ; Durry, « Laudatio funebris et rhétorique » ; Kierdorf, Laudatio funebris ; Flower, Ancestor Masks, p. 129-150.

190 Il s’agit de l’éloge de L. Caecilius Metellus (Plin. NH VII, 139-140) et de celui de Marcellus (Liv. XXVII, 27, 13). Voir Kierdorf, Laudatio funebris, p. 94.

191 DH. V, 17, 1 ; Plut. Publ. 9.

192 Voir les listes établies par Vollmer, Laudationum funebrium Romanorum historia et Kierdorf, Laudatio funebris, p. 106 sqq.

193 Il est possible qu’un éloge funèbre ait aussi été prononcé pour des défunts plus modestes, près de la tombe (Flower, Ancestor Masks, p. 131).

194 Il y a quelques cas rares où l’éloge n’est pas prononcé par un membre de la gens du défunt (voir par exemple Liv. II, 47 ; Vollmer, Laudationum funebrium Romanorum historia, p. 457).

195 Contrairement à ce qu’affirme Tite Live qui rapporte que les matrones qui aidèrent à payer la rançon demandée par les Gaulois en 390 reçurent l’honos d’un éloge funèbre (Liv. V, 50, 7). Sur cette contradiction, voir R. J. Evans, « Popillia, mater uestra : a Note on Cicero, de Orat. 2.11.44 », LCM, 17, 1992, p. 35 et T. W. Hillard, « Popilia and ‘laudationes funebres’ for Women », Antichthon, 35, 2001, p. 45-63. Des éloges funèbres de femmes sont bien attestés au début de l’Empire avec les deux laudationes inscrites de Turia et Murdia (ILS 8393 et 8394). Voir Kierdorf, Laudatio funebris, p. 111-126.

196 Cic. De or. II, 341. Kierdorf, Laudatio funebris, p. 58 sqq.

197 Pol. VI, 53, 2.

198 Plin. NH VII, 139. Sur ce texte, voir Kierdorf, Laudatio funebris, p. 10-21 et Flower, Ancestor Masks, p. 139.

199 Suet. Caes. 6, 1. Voir Flower, Ancestor Masks, p. 143.

200 Cic. Brut. 62 et Liv. VIII, 40, 4 relèvent l’invention de consulats, de triomphes et de généalogies.

201 Voir Veyne, Le Pain et le cirque, p. 275-278.

202 Cic. Red. Sen. 2. Cicéron a peut-être notamment en tête le décret voté en juillet 57 qui indique qu’une proposition de loi pour le rappeler d’exil sera déposée et ajoute que toute tentative de s’opposer à la présentation de cette loi aux comices exposera le responsable à être déclaré ennemi public (Cic. Sest. 129-130).

203 Cic. Phil. V, 35 et 40.

204 Cic. Phil. V, 41. Pour d’autres exemples d’honos par sénatus-consultes, voir Cic. Fam. XV, 10, 1 ; Fam. XII, 25, 1 ; Fam. X, 13, 1.

205 « Le discours détaille précisément les mérites, donne une image globale de l’objet, au présent et au passé, et exprime les fondements moraux de la louange » (Pernot, La Rhétorique de l’éloge, p. 621).

206 C’est une pratique ancienne. Voir par exemple la ciuitas sine suffragio donnée aux chevaliers campaniens et aux habitants de Fundi et de Formies honoris causa parce qu’ils n’ont pas pris part aux révoltes des Latins contre Rome (Liv. VIII, 14, 10).

207 J. Gaudemet, Institutions de l’Antiquité, Paris, Sirey, 1967, p. 362-364 ; Nicolet, Métier, p. 31-37.

208 Sur le symbole de la toge, voir C. Vout, « The Myth of the Toga : Understanding the History of Roman Dress », G&R, 43 (2), 1996, p. 204-220.

209 Au point que la différence entre magistratus et honos peut devenir très faible (voir supra p. 90). Pour Mommsen, DPR, vol. 1, p. 8, n. 1 et Beck, Karriere und Hierarchie, p. 11, cette convergence n’est pas surprenante car la charge publique constitue le stade supérieur de l’honneur au sein de la collectivité.

210 Respectivement, Cic. Planc. 26 et Cic. Verr. II, V, 35 ou Cic. Pis. 2.

211 Sur ces magistratures, voir Lintott, The Constitution of the Roman Republic, p. 137-144.

212 Sur l’aspect militaire de l’honos, voir aussi son lien à la uirtus martiale (p. 307) et le chapitre 11 sur la divinité Honos.

213 Plus précisément, l’obtention définitive de l’honos doit passer par une loi d’investiture et implique aussi, d’une certaine façon, une approbation divine puisque le magistrat reçoit les auspices (Nicolet, Métier, p. 19-20).

214 Voir aussi l’honos populi dont il est question dans Pl. Trin. 482.

215 Le pouvoir réel du peuple au sein des institutions romaines a suscité ces dernières années un important débat, né des travaux de F. Millar. Pour ce dernier, le pouvoir réel du populus dans la vie politique romaine est bien plus important qu’on ne l’a dit, au point qu’il est possible de considérer Rome comme une démocratie et de la comparer à l’Athènes de l’époque classique (F. Millar, « The Political Character of the Classical Roman Republic, 200-151 B. C. », JRS, 74, 1984, p. 1-19 ; F. Millar, « Political Power in Mid-Republican Rome : Curia or Comitium ? », JRS, 79, 1989, p. 138-150 ; F. Millar, The Crowd in Rome in the Late Republic, Ann Arbor, University of Michigan Press, 1998). Une telle lecture, qui visait notamment à remettre en cause l’interprétation oligarchique de Rome faite par l’école historique allemande, a suscité de nombreuses critiques, justifiées selon nous. S’il est exact que le pouvoir du peuple, notamment lors des comices, ne doit pas être sous-estimé et que l’emprise des grandes familles sur la plèbe par le biais de la clientèle n’est pas aussi étendue qu’on a pu le dire, la cité romaine ne peut être définie comme une démocratie. Le peuple, à Rome, n’est amené à voter que lorsque le magistrat le convoque, et c’est toujours aussi un magistrat qui dirige les élections. Le vote à bulletin secret n’a en outre été introduit que tardivement dans l’histoire de la République. Pour l’ensemble des arguments allant contre l’interprétation de F. Millar, voir Beck, Karriere und Hierarchie, p. 22 sqq. et Hölkeskamp, Reconstruire une République, notamment p. 13-43, qui souligne que le peuple joue le rôle de « tierce instance » de la compétition aristocratique, notion empruntée au sociologue allemand G. Simmel.

216 Voir aussi Cic. Clu. 153 sur le rôle décisif du iudicium populi dans l’élection et Cic. Vat. 10 où l’honos est considéré comme le moment crucial où nostrorum ciuium spectentur iudicia de nobis, « on peut observer le jugement de nos concitoyens à notre égard ». À l’époque impériale, l’honos politique reste un signe d’estime, mais de celle du prince ou du puissant qui les octroie : « in a world where one was appointed to posts by high personages, the receipt of an office publicized the esteem of the great man who had given it. » (Lendon, Empire of Honour, p. 185).

217 K. R. Dixon et P. Southern, The Roman Cavalry, Londres, Batsford, 1992 ; D. J. Breeze, « Pay Grades and Ranks below the Centurionate », JRS, 61, 1971, p. 130-135.

218 Caes. BC I, 77, 2.

219 Caes. BC III, 83, 4. Cic. Fam. XV, 4, 13. Chez Tite Live, l’honos peut renvoyer à d’autre charges comme le sacerdos des Vestales (Liv. I, 3, 11).

220 Scheid, « Le prêtre », p. 90-92.

221 Cic. Dom. 22.

222 Le terme de climax provient d’Isidore (Orig. II, 21, 4).

223 Mommsen DPR, vol. 1, p. 136 sqq. ; Gaudemet, Institutions de l’Antiquité, p. 331-332 ; Lintott, The Constitution of the Roman Republic, p. 96 sqq.

224 Voir infra p. 382 sqq.

225 Mommsen, DPR, vol. 2, p. 27.

226 Mommsen, DPR, vol. 1, p. 335.

227 Sur cette loi, inscrite sur trois tables de bronze qui nous sont parvenues en plusieurs fragments, voir FIRA I, p. 77, n. 21 et M. H. Crawford, Roman Statutes, Londres, Institute of classical studies, 1996, vol. 1, p. 393-454.

228 Voir supra p. 241-242.

229 C’est la leçon de l’étude prosopographique de Gelzer, dont les conclusions ont été précisées par Afzelius (M. Gelzer, Die Nobilität der römischen Republik. Die Nobilität der Kaiserzeit, 2e éd., Stuttgart, Teubner, 1983 et A. Afzelius, « Zur Definition der römischen Nobilität in der Zeit Ciceros », C&M, 1, 1938, p. 40-94). Mais la question reste controversée. P. A. Brunt, « Nobilitas and Nouitas », JRS, 72, 1982, p. 1-17, a contesté une telle définition. Il a été à son tour contredit par D. R. Shackleton Bailey, « Nobiles and Novi reconsidered », AJPh, 107, 1986, p. 255-260 ; L. Burckhardt, « The Political Elite of the Roman Republic : Comments on Recent Discussion of the Concepts nobilitas and homo nouus », Historia, 39, 1990, p. 77-99. Voir le bilan dressé par Badel, La Noblesse de l’Empire romain.

230 Meier, Res publica amissa. Eine Studie zu Verfassung und Geschichte der späten römischen Republik, p. 47 ; Hölkeskamp, Die Entstehung der Nobilität, p. 204-205 et Hölkeskamp, Reconstruire une République, p. 80-81 ; Flower, Ancestor Masks, p. 62 sqq.

231 L’impossibilité de satisfaire à l’obtention répétée de l’honos a obscurci la nobilitas de personnages comme Sylla (Sall. Iug. 95, 3), Servius Sulpicius (Cic. Mur. 16) ou Aemilius Scaurus (Cic. Mur. 16 ; Ascon. 23C). Voir Hölkeskamp, Reconstruire une République, p. 102. Sur les échecs de la nobilitas à se perpétuer, voir K. Hopkins, Death and Renewal, Cambridge, Cambridge University Press, 1983.

232 Sur l’augmentation du degré de dignitas par l’honos politique, Beck, Karriere und Hierarchie, p. 16 et infra p. 361-367.

233 La notion sociologique de marqueurs sociaux est utilisée par Badel, La Noblesse de l’Empire romain dans son introduction.

234 Cic. Arch. 22.

235 DC. XXXVII, 21 ; Vell. II, 40, 4.

236 Sur ces différents honneurs, S. Weinstock, Divus Julius, Oxford, Clarendon Press, 1971, passim, qui soutient que César a lui-même introduit, à la fin de sa vie, le culte divin de sa personne ; G. Dobesch, Caesars Apotheose zu Lebzeiten und sein Ringen um den Königstitel. Untersuchungen über Caesars Alleinherrschaft, Vienne, Österreichisches Archäologisches Institut, 1966 ; C. Cogrossi, « Gli onori a Cesare nella tradizione storiografica e nelle monete del 44 a. C. », CISA, 3, 1975, p. 136-156 et J.-L. Ferrary, « À propos des honneurs décernés à César entre 48 et 44 » in Urso, G. (éd.), Cesare : precursore o visionario ?, Pise, ETS, 2010, p. 9-30.

237 Sur la divinisation de César et son culte, voir Weinstock, Divus Julius, p. 364-410.

238 Cic. Phil. I, 5 ; II, 107 et 110.

239 Voir Flower, Ancestor Masks, p. 122-125 et Weinstock, Divus Julius, p. 346-355.

240 Sur ces développements, voir Bastien, Le Triomphe romain, p. 158-165.

241 Sur cette réglementation, voir Ibid., p. 287-309 et Auliard, Victoires et triomphes à Rome.

242 Plin. NH XXXIV, 30. Sehlmeyer, Stadtrömische Ehrenstatuen der republikanischen Zeit, p. 152-163.

243 C’est le cas dans la lex municipale dite Vrsonenis et dans la lex Iulia repetendarum (voir J. Nicols, « Zur Verleihung öffentlicher Ehrungen in der römischen Welt », Chiron, 9, 1979, p. 243-260).

244 Liv. XLV, 2, 1 (Halkin, La Supplication, p. 33-34).

245 Sur ces données, voir Ibid., p. 106 sqq. Cicéron (Prou. 25 et Pis. 45) et César lui-même (BG II, 35, 4) font état de cette augmentation. Sur les supplications reçues par César, Weinstock, Divus Julius, p. 62-64.

246 Stat. Silu. I, 1, 84 et Plin. NH XXXIV, 5, 18. Voir Lahusen, Untersuchungen zur Ehrenstatue in Rom, p. 22.

247 DC. XLIV, 4, 4 ; XLIV, 18, 2.

248 Cf. David, La République romaine, à propos des suites de la guerre sociale : « Cet élargissement de la sphère civique contribuait à promouvoir de nouveaux modes de communication et d’action qui allaient favoriser les hommes politiques qui seraient capables d’étendre leur influence au-delà de leurs relations personnelles directes » (p. 189). Sur ces modes de communication, voir G. Achard, La Communication à Rome, Paris, Payot, 1994.

© Publications de l’École française de Rome, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access