Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Question d'honneur

 | 
Mathieu Jacotot

Deuxième partie. La pratique : fonctionnements et usages

Introduction

Texte intégral

1Les pistes ouvertes par notre étude sémantique nous incitent à envisager désormais l’honos, l’honestum et l’honestas comme des objets concrets. Il nous faut passer de l’étude du lexique de l’honneur à celle de la pratique de l’honneur. Nous nous intéresserons dans cette partie à l’honos, l’honestum et l’honestas dans la vie des Romains, en observant les fonctionnements de ces phénomènes et les usages qui en sont faits, dans le domaine politique, social, moral et religieux.

Problèmes

2Une telle approche est cependant problématique. Les notions qui nous intéressent recouvrent en effet, comme l’a montré l’analyse sémantique, des objets très divers, les marques d’honneur – elles-mêmes hétérogènes –, le prestige social, les charges politiques, la dignité morale ou encore la beauté physique. Il faudra donc impérativement nous interroger sur l’unité et la cohérence de ces phénomènes. Nous nous demanderons ainsi s’il est possible de déceler des traits communs aux différents honores, ou encore s’il existe un lien concret entre l’honos et l’honestas.

3Cette diversité pose aussi un autre problème : comment aborder cet ensemble complexe de pratiques et d’objets variés ? Nous avons choisi de ne pas mener une étude historique détaillée des realia que recouvrent nos trois notions. Nous aurons à proposer une description des marques d’honneur, du prestige et des exigences du code de l’honestum, mais nous n’étudierons pas chacun de ces objets pour lui-même. Notre étude est une étude de notions, et non une histoire des charges publiques, des funérailles, ou des décorations militaires à Rome. Nous chercherons donc à voir en quoi ces objets sont tous, à leur manière, des honores ou des composantes de l’honestas.

Méthode

  • 1 L’approche anthropologique des sociétés antiques n’est pas une nouveauté. Elle a même été pratiqué (...)
  • 2 Cf. le projet de M. Meslin de faire « une analyse anthropologique, menée à un autre niveau que cel (...)
  • 3 Voir les travaux de « psychologie historique » de J.-P. Vernant (Vernant, Mythe et pensée chez les (...)

4Pour mener à bien ce travail et nous conformer aux principes posés dans notre introduction générale, nous avons choisi d’aborder la pratique de l’honos et de l’honestas dans un esprit voisin de celui qui anime l’anthropologie et la sociologie historiques1. Nous centrerons donc notre investigation sur l’homme romain et sur son expérience de l’honos et de l’honestas. Nous nous intéresserons à des pratiques sociales, politiques et morales ; les usages de l’honneur, les coutumes qui l’entourent, la place et le rôle de cet objet dans l’existence des Romains constitueront l’essentiel de cette partie2. Les évolutions chronologiques ne seront pas occultées mais elles ne se situeront pas au cœur de l’enquête. Nous pourrons aussi tenter d’approcher par ce biais les modes de pensée romains dans leur singularité, s’il est vrai que les actions et les œuvres humaines sont révélatrices de l’activité mentale3. Notre approche se propose non de décrire de façon exhaustive les pratiques de l’hommage et de l’honorabilité mais d’élucider leur fonction et leur signification pour l’individu et la collectivité : il s’agit de mener un travail plus interprétatif que descriptif.

  • 4 Sur la norme, voir par exemple les réflexions d’E. Goffman, La Mise en scène de la vie quotidienne (...)
  • 5 Voir sur cette méthode M. Detienne, Comparer l’incomparable, Paris, Seuil, 2000, p. 51.

5Pour restituer avec justesse la pratique de l’honneur à Rome, nous recourrons à une méthode conjuguant analyse descriptive et interprétation théorique. Nous tâcherons, d’une part, d’observer les mécanismes de l’honneur romain à l’aide des catégories par lesquelles les Romains le pensaient eux-mêmes. Nous aurons donc recours à d’autres notions romaines aussi essentielles que la uirtus, la dignitas ou l’auctoritas. Nous prêterons attention aux discours et aux images décrivant le fonctionnement de l’honos. On ne peut, cependant, en rester à l’accumulation d’observations et à l’exploration de ce savoir indigène sans tomber dans la paraphrase. Notre investigation doit, d’autre part, recourir à des outils théoriques et à des catégories externes car c’est l’association de l’observation des pratiques romaines et d’un savoir théorique qui permettra de constituer l’honos, l’honestum et l’honestas en objets scientifiques. Nous emploierons donc avec profit des instruments d’analyse élaborés par les sciences sociales, comme les concepts de norme, de contrôle social, de modèle ou encore de fonction4. Nous pourrons aussi tenter d’éclairer des faits romains par le recours à la comparaison avec les pratiques d’honneur et de prestige analysées par les anthropologues spécialistes de la Méditerranée ou par les sociologues ou les historiens d’autres périodes. La comparaison de l’honos ou de l’honestas avec des éléments d’autres civilisations est un exercice périlleux car la découverte de ressemblances est souvent subjective. Mais c’est aussi une piste intéressante à suivre, pour peu que l’on cherche à comparer des structures plutôt que des contenus, des mécanismes de pensée plutôt que des thèmes5.

6Notre usage des sources sera similaire à celui de la partie précédente. Afin de faire ressortir les traits communs, les fonctions essentielles et les traits profonds de l’honneur, nous devrons convoquer de manière rapprochée des textes appartenant à des périodes et des genres différents. Une telle juxtaposition, malgré ses inconvénients, nous semble nécessaire pour l’approche analytique et interprétative qui est la nôtre.

Notes

1 L’approche anthropologique des sociétés antiques n’est pas une nouveauté. Elle a même été pratiquée par un des pères fondateurs de l’anthropologie générale, James Frazer (Le Rameau d’or, Paris, R. Laffont, 1981). Elle s’est surtout développée à la fin du xxe siècle, dans le domaine grec essentiellement. Voir par exemple les travaux de L. Gernet, Anthropologie de la Grèce antique, Paris, Flammarion, 1982 ; M. Detienne, Dionysos à ciel ouvert, Paris, Hachette, 1986 ; J.-P. Vernant, Mythe et pensée chez les Grecs. Études de psychologie historique, nouvelle éd., Paris, La Découverte, 1996 ; P. Vidal-Naquet, Le Chasseur noir, Paris, La Découverte, 1983 ; C. Calame, L’Eros dans la Grèce antique, Paris, Belin, 1996. Les recherches anthropologiques sur le monde romain ont été moins nombreuses : on peut citer celles de F. Dupont, L’Orateur sans visage. Essai sur l’acteur romain et son masque, Paris, P.U.F., 2000 ; P. Moreau, Incestus et prohibitae nuptiae. L’inceste à Rome, Paris, Les Belles Lettres, 2002 ou P. Cordier, Nudités romaines. Un problème d’histoire et d’anthropologie, Paris, Les Belles Lettres, 2005. L’approche sociologique des sociétés disparues a été développée par l’École des Annales qui s’est intéressée, plutôt qu’à l’histoire événementielle, aux phénomènes sociaux profonds (la fête, la mort, la parenté, etc.). Voir par exemple l’étude d’E. Le Roy Ladurie sur le carnaval de Romans au xvie siècle : il s’intéresse à la fête elle-même et à ses débordements, mais aussi à ce que le carnaval révèle sur les conflits d’ordres dans le Dauphiné de la Renaissance : « événement ponctuel, le Carnaval de Romans éclaire, reflète les cultures et les conflits d’une époque. » (E. Le Roy Ladurie, Le Carnaval de Romans, Paris, Gallimard, 1979, p. 407). Dans le domaine antique, l’ouvrage de P. Veyne, Le Pain et le cirque. Sociologie historique d’un pluralisme politique, Paris, Seuil, 1976 est, comme l’indique son sous-titre, un travail de sociologie historique.

2 Cf. le projet de M. Meslin de faire « une analyse anthropologique, menée à un autre niveau que celui de l’histoire événementielle, institutionnelle, économique et sociale. » (M. Meslin, L’Homme romain, Paris, Complexe, 1985, p. 9).

3 Voir les travaux de « psychologie historique » de J.-P. Vernant (Vernant, Mythe et pensée chez les Grecs) et le rapprochement entre « formes de société » et « formes de pensée » opéré par P. Vidal-Naquet (Vidal-Naquet, Le Chasseur noir). Ces travaux sont inspirés des recherches d’I. Meyerson qui a montré comment l’esprit se révèle en permanence dans le travail et les œuvres de l’homme, et comment on peut donc percevoir le fonctionnement de la pensée à travers les actions humaines (I. Meyerson, Les Fonctions psychologiques et les œuvres, Paris, Vrin, 1948).

4 Sur la norme, voir par exemple les réflexions d’E. Goffman, La Mise en scène de la vie quotidienne. 2. Les relations en public, Paris, Minuit, 1973 ; E. Goffman, Les Rites d’interaction, Paris, Minuit, 1974. Sur le contrôle social, J.-D. Reynaud, Les Règles du jeu. L’action collective et la régulation sociale, Paris, A. Colin, 1989. Sur le modèle, voir l’introduction de S. Bell et I. L. Hansen (éds.), Role Models in the Roman World. Identity and Assimilation, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2008, qui utilise les outils de la sociologie pour l’étude des exempla. La notion de fonction a été développée par le fonctionnalisme anglais (A. R. Radcliffe-Brown, Structure et fonction dans la société primitive, Paris, Minuit, 1968) et français (É. Durkheim, Les Règles de la méthode sociologique, 13e éd., Paris, PUF, 2007).

5 Voir sur cette méthode M. Detienne, Comparer l’incomparable, Paris, Seuil, 2000, p. 51.

© Publications de l’École française de Rome, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access