Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Question d'honneur

 | 
Mathieu Jacotot

Première partie. Le lexique : les mots et leur sens

Chapitre 3. Analyse sémantique d’honestas

Texte intégral

Introduction

  • 1 Rhet. Her. I, 5 ; III, 7. Cic. Inu. I, 8 ; I, 20, etc.
  • 2 Daude, « Les substantifs abstraits de qualité », p. 246.
  • 3 C’est l’hypothèse du DELL p. 298. Mais J. Daude souligne, à propos des formations anciennes en -tas(...)
  • 4 Acc. Trag. frg. 8 et 121 (Dangel). Sur cet usage chez Accius, voir J. Dangel, « Les mots suffixés e (...)
  • 5 Daude, « Les substantifs abstraits de qualité », p. 251.
  • 6 Voir supra p. 28-29.

1Le substantif honestas est d’utilisation plus récente que les deux termes précédemment étudiés : il apparaît au début du Ier siècle, dans la Rhétorique à Herennius et dans le De inuentione1. Il est possible que l’accroissement d’un écart sémantique entre honos et honestus ait pu conduire à la production d’un substantif plus proche du sens d’honestus. Il est issu de l’adjectif honestus, avec une formation en-tas, suffixe largement employé en latin pour générer des substantifs abstraits désignant une qualité2, peut-être par haplologie de *honestitat-s3. On rencontre plus anciennement une substantivation d’honestus fondée sur l’emploi du suffixe -tudo (honestitudo) mais la forme ne s’est pas imposée, sans doute en raison de sa morphologie complexe et de son allure technique : les deux seules occurrences se trouvent chez le poète Accius4. Le suffixe en -tas est de sens très neutre, et tous les mots qui en sont pourvus désignent des notions assez générales, souvent abstraites et qui « constituent des données fondamentales, objectives et universelles de l’Vrbs, sur les plans juridique, social, économique et politique »5. Nous avons isolé sept sens différents d’honestas pour l’ensemble de notre corpus. Nous évitons autant que possible, dans la présentation de ces sens, l’utilisation de la traduction « honneur », même si elle est le plus souvent la plus adaptée, pour les raisons déjà exposées à propos d’honos6.

S1 : « Considération. »
S2 : « Honorabilité, dignité, honneur. »
S3 : « Honnêteté, probité. »
S4 : « Beauté admirable. »
S5 : « Beauté morale, moralité, honnêteté. »
S6 : « Marque d’honneur, source d’honneur. »
S7 : « Notabilité, personne prestigieuse. »

2Le sémantisme du substantif recoupe en bonne partie celui de l’adjectif honestus. Il nous appartiendra de voir quelles différences peuvent s’instaurer entre honestas et la forme substantivée de l’adjectif, honestum. Les sens S1, S2, S4 et S6 d’honestas sont par ailleurs très semblables à plusieurs sens d’honos. Il nous faudra donc aussi établir ce qui peut les différencier.

3Le mot est très majoritairement employé par Cicéron, qui rassemble 202 occurrences sur 206. Le terme fait une apparition tardive dans la langue et se trouve principalement dans les œuvres rhétoriques et philosophiques. On ne le rencontre jamais en poésie et qu’une seule fois dans un texte historique, chez Sisenna. Le sens le plus utilisé est de loin celui de « beauté morale ». Mais il y a des occurrences significatives pour « considération » et « dignité ». Il apparaît qu’honos et honestas ont des sens en commun, mais que les deux mots sont spécialisés dans un sens précis : honos vers l’expression de l’hommage et du prestige, honestas vers celle de la dignité et de la moralité.

1. « Considération » (S1)

  • 7 Ce sens d’honestas, qui n’est pas repéré par tous les lexicographes modernes, est cependant noté pa (...)

4Honestas est propre à désigner la considération dont jouit une personne auprès des gens qui l’entourent, la situation d’estime dans laquelle elle se trouve au sein de la société. Ce sens fait pendant à celui de « considéré, estimé » qui est le sens premier d’honestus. Il y a tout lieu de penser qu’il s’agit également du sens premier d’honestas : on le rencontre dès le Pro Quinctio de Cicéron, discours le plus ancien de l’Arpinate qui ait été conservé. Le mot se rapproche ici grandement d’honos, qui peut lui aussi signifier « considération », et des autres termes du lexique de la notoriété7.

1.1. Analyse sémique

5Honestas désigne la situation de la personne qui bénéficie de l’appréciation positive de son entourage. Évoquant les peines prévues pour infraction à la loi sur les mandats, Cicéron décrit le risque qu’il y a à les enfreindre :

Si hanc ei rem priuatim Sex. Roscius mandauisset ut cum Chrysogono transigeret atque decideret, inque eam rem fidem suam, si quid opus esse putaret, interponeret, ille qui sese facturum recepisset, nonne, si ex eo negotio tantulum in re suam conuertisset, damnatus per arbitrum et rem restitueret et honestatem omnem amitteret?

« Si Sex. Roscius lui avait donné à titre privé mandat de traiter et de s’arranger avec Chrysogonus et, au cas où il le jugerait à propos, d’engager sa parole pour cette transaction ; si, après avoir accepté cette mission, Capito avait, à la suite de cette négociation, détourné à son profit la plus petite somme, n’aurait-il pas été condamné à la restitution par l’arbitre qui statue sur le mandat et n’aurait-il pas perdu toute considération ? »
(Cic. Rosc. Amer. 114 ; trad. De La Ville de Mirmont).

6L’honestas que Capito aurait perdue s’il avait détourné de l’argent désigne la bonne réputation qui aurait été endommagée par une condamnation. Tout le monde aurait connu son forfait et il aurait perdu l’estime de son entourage. L’honestas est ici proche de la notoriété positive que dénote le mot gloria, comme le souligne Cicéron :

Propterque honestatis et gloriae similitudinem beati, qui honorati sunt, uidentur, miseri autem, qui sunt inglorii.

« Et en raison de la ressemblance entre honneur et gloire on trouve heureux ceux qui sont honorés, malheureux ceux qui ne connaissent pas la gloire. »
(Cic. Leg. I, 32 ; trad. De Plinval).

  • 8 Voir Cic. Quinct. 49 où honestas entre en synonymie avec l’expression existimatio integra.

7Le texte montre qu’une réelle similitudo est sentie entre les deux termes ; cependant, l’honestas a cette singularité par rapport à la « gloire » de s’accompagner de marques d’honneur, comme le suggère la reprise du substantif par honorati sunt, « ils sont honorés, ils reçoivent des hommages ». En revanche, cette présence des signes d’estime n’est pas exprimée de manière aussi fréquente avec honestas qu’avec honos. Honestas paraît parfois plus proche de l’existimatio, qui ne suppose pas de tels bienfaits, que d’une position où l’on est honoré concrètement8. Il s’agit d’un trait de sens virtuel, qui n’apparaît que dans environ 25 % des occurrences. L’honestas est donc une / situation d’estime / susceptible / d’être signifiée / par des bienfaits/.

8Les textes parlent d’honestas pour quelqu’un qui possède, outre la considération de ses contemporains, une position élevée au sein de la société, un statut social éminent. Ce statut est notamment lié à l’exercice du pouvoir, comme il apparaît dans un passage du Pro Sulla :

Honestatis enim et dignitatis habuisse nimis magnam iudicatus est cupidicupiditatem; quam si nemo alius habuit in consulatu petendo, cupidior iudicatus est hic fuisse quam ceteri; sin etiam in aliis non nullis fuit iste consulatus amor, fortuna in hoc fuit fortasse grauior quam in ceteris.

« Car on a jugé qu’il avait trop désiré l’honneur et le statut ; et si personne d’autre n’a eu cette envie en briguant le consulat, on a jugé qu’il l’avait désiré davantage que tous les autres ; mais si quelques autres ont eu également cet amour du consulat, peut-être la fortune fut-elle pour lui plus sévère que pour les autres. »
(Cic. Sull. 73).

9Cicéron évoque l’abattement de Sylla lors de son éviction du consulat, qu’il désirait fortement pour le rang qu’il pouvait lui conférer : l’obtention de cette charge suprême octroie de l’honestas, du prestige, qui donne un éclat particulier à Rome. Le terme est d’ailleurs associé à dignitas, qui désigne ici le haut rang. L’estime que désigne l’honestas est donc /associée à une position éminente dans la société/.

  • 9 Voir l’entrée d’un glossaire latin-grec : honestas : τιμὴ ἐπὶ ἀξίας (CGL II, 455, 38). Honestas est (...)

10Cette estime est en outre étayée sur des qualités9. Honestas implique que l’excellence morale des individus justifie la faveur publique dont ils bénéficient. Lors de son proconsulat, Gabinius s’est comporté de manière injuste envers les publicains de Syrie, allant jusqu’à mettre en péril leur honestas. C’est pourquoi Cicéron demande au Trésor de leur venir en aide :

Etsi iam multis non potestis, qui propter illum hostem senatus, inimicissimum ordinis equestris bonorumque omnium, non solum bona, sed etiam honestatem miseri deperdiderunt, quos non parsimonia, non continentia, non uirtus, non labor, non splendor tueri potuit contra illius helluonis et praedonis audaciam.

« <Il faut les aider> bien que vous ne puissiez plus rien faire pour nombre d’entre eux, à qui cet ennemi du sénat, cet adversaire passionné de l’ordre équestre et de tous les gens de bien, a fait perdre tous leurs biens et même leur rang, les malheureux, que ni le goût de l’économie, ni leur retenue, ni leur valeur, ni leurs efforts, ni leur éclat n’ont pu protéger de l’audace de ce vorace et de ce brigand. »
(Cic. Prou. 11 ; trad. Cousin modifiée).

11L’honestas des publicains, plus précieuse que tous les bona, a été détruite par Gabinius. C’est d’autant plus scandaleux que les chevaliers présentaient toutes les vertus nécessaires pour légitimer cette honestas : parsimonia, continentia, uirtus, labor. L’estime désignée par honestas est donc /fondée sur la conformité / aux normes morales collectives/.

1.2. Conclusion

12Le sémème d’honestas « considération » (S1) est donc le suivant : /Situation d’estime / associée à une position éminente dans la société, / fondée sur la conformité/aux normes morales collectives /, et susceptible / d’être signifiée / par des bienfaits/.

  • 10 Une autre différence est mise en avant par Lactance, mais elle n’est pas sensible dans les textes d (...)
  • 11 On trouve honestas employé en juxtaposition ou coordination avec gloria (Cic. Lael. 84 ; Fam. V, 8, (...)

13Ce sens d’honestas est à l’évidence très proche de celui d’honos « considération » (S2), et il est possible que le choix de l’un ou de l’autre terme obéisse à des raisons stylistiques plus que sémantiques. Salluste et Lucrèce, par exemple, n’emploient jamais honestas, alors qu’ils utilisent tous les deux honos pour désigner l’honneur. Honestas est un mot plus récent qu’honos et a de ce fait une allure plus moderne. La terminaison en -tas lui confère aussi un aspect plus savant qu’honos qui relève d’un vocabulaire plus courant. On peut cependant déceler quelques légères divergences sémantiques entre les deux mots. La « considération » désignée par honestas repose moins sur des bienfaits concrets que celle désignée par honos ; elle ne suppose pas la détention d’une autorité, sème que nous avions identifié pour honos ; enfin, et surtout, l’honestas est un prestige qui repose sur des qualités morales, alors qu’honos a des fondements beaucoup plus divers10. Malgré tout, la proximité des deux mots reste grande. Honestas présente de ce fait les mêmes singularités qu’honos quand on le rapproche de gloria, auctoritas ou dignitas quand ces mots désignent la notoriété ou le rang social11.

2. « Honorabilité, dignité, honneur » (S2)

  • 12 Sur la conception de l’honneur comme droit à l’estime, voir la réflexion et les définitions de Stew (...)

14Ce sens émerge au début du Ier siècle et constitue le deuxième sens le plus utilisé, après celui de « beauté morale ». Il est à noter qu’avec cet emploi du mot, le lexique latin est très proche de la notion contemporaine d’honneur, qui désigne chez les modernes un droit à la considération de l’entourage12. Honestas renvoie en effet au caractère de la personne qui a une prétention légitime au respect et à l’estime des autres, prétention étayée sur des qualités morales. On peut le traduire par « honorabilité », ou, plus souvent, par « dignité », au sens de la dignité morale, ou « honneur ». Ce sens d’honestas est lié au sens S2 d’honestus, « honorable », et notamment à son acception « qui a droit à la considération ». Il entre aussi en synonymie avec honos quand ce mot a le sens, peu courant, de « dignité ». Honestas se rapproche également de dignitas, pudor et uerecundia.

2.1. Analyse sémique

15Le mot désigne le caractère de celui qui mérite considération et égards. C’est l’attribut de la personne honesta, « honorable ». On ne considère plus l’estime en tant que bien possédé, mais comme objet d’une légitime revendication, comme cela apparaît dans la péroraison du Pro Quinctio :

Itaque hoc te obsecrat, C. Aquili, ut, quam existimationem, quam honestatem in iudicium tuum prope acta iam aetate decursaque attulit, eam liceat ei secum ex hoc loco efferre, ne is, de cuius officio nemo umquam dubitauit, sexagesimo denique anno, dedecore, macula, turpissimaque ignominia notetur […].

« C’est pourquoi, C. Aquilius, il te supplie au nom des dieux de lui permettre d’emporter entière en sortant d’ici cette estime, cet honneur qu’il a apporté presqu’à la fin de sa vie et au terme de sa carrière devant ton tribunal. Que cet homme, dont personne n’a jamais mis en doute le sens du devoir, ne soit pas, alors qu’il est arrivé à sa soixantième année, déshonoré, souillé, marqué de la plus honteuse des flétrissures […]. »
(Cic. Quinct. 99 ; trad. De La Ville de Mirmont modifiée).

  • 13 Sur la valeur radicale et intensive de dedecus, Thomas, Déshonneur et honte, p. 26-33.

16L’honestas de Quinctius n’est pas seulement la considération dont il bénéficie, que Cicéron désigne par existimatio : ce que Quinctius doit pouvoir emporter intact du tribunal n’est pas tant son image publique que son honneur, sa dignité. La fin du texte dit bien que Quinctius ne doit faire l’objet d’aucun affront (ignominia), d’aucune souillure (macula) qui provoqueraient pour lui le dedecus, le déshonneur, c’està-dire l’impossibilité radicale de pouvoir prétendre à l’estime collective13. Il doit au contraire préserver la capacité de prétendre à la considération, ce que désigne honestas. Ce sens est visible aussi dans le passage du De inuentione consacré à la manière dont il faut supplier les juges quand l’accusé avoue sa faute :

Postea, si facultas erit, se aut consanguineum aut magnis uiris aut primis amicum esse et amplitudinem suae uoluntatis, nobilitatem generis, eorum qui se saluum uelint dignitatem ostendere, et cetera ea quae personis ad honestatem et amplitudinem sunt adtributa cum conquestione, sine arrogantia, in se esse, ut honore potius aliquo quam ullo supplicio dignus esse uideatur.

« Ensuite, si la possibilité s’offre, il évoquera ses liens de sang ou d’amitié avec des personnages importants ou de premier plan, l’étendue de son dévouement, la noblesse de sa race et le rang de ceux qui veulent son salut, et il dira sans arrogance, tout en suscitant la compassion, qu’il possède toutes les autres marques octroyées à l’honorabilité et au prestige, de manière à paraître plus digne d’être honoré que puni. »
(Cic. Inu. II, 107 ; trad. Achard).

  • 14 Le sens à donner à ad dans l’expression ad honestatem et amplitudinem nous semble être « en retour (...)

17L’accusé doit mettre en avant les bonnes relations sociales qu’il a établies avec différentes personnes de haut rang, et qui s’expliquent par son amplitudo et son honestas14. Or c’est la démonstration de son honestas qui le fera paraître dignus honore : l’honestas est la qualité de celui qui a droit à l’estime et à ses marques concrètes, qui interdit tout affront ou toute condamnation. Honestas désigne donc un /droit légitime à / l’estime / et parfois / aux bienfaits / qui en sont le signe/. Notons qu’ici encore le sème des /bienfaits/ est moins prégnant que pour honos : il n’est actualisé que dans environ 50 % des occurrences.

  • 15 Cic. Mur. 21.
  • 16 Cic. Inu. II, 33.

18L’« honneur » que signifie honestas suppose la détention de qualités morales essentielles pour légitimer la prétention du sujet à la considération. Le juriste Sulpicius Rufus, qui a su donner des conseils utiles à ses concitoyens, tout comme Muréna, qui a fait preuve d’un courage exemplaire en Asie aux côtés de Lucullus, ont tous deux une summa honestas15. Le texte du Pro Quinctio cité supra fait état du remarquable officium de Quinctius, de son respect des obligations sociales et familiales. Et le De inuentione donne plusieurs exemples d’arguments utilisables pour affaiblir l’honestas de l’accusé que l’on veut faire condamner : l’orateur montrera qu’il est cupidus, avide de biens, petulans, incapable de se maîtriser, ou encore turpis, ignoble16. On voit resurgir ici un terme, relevant de la sphère du déshonneur et de la répulsion, qui était régulièrement opposé à honestus. De même, la turpitudo est l’inverse de l’honestas, comme le montre ce passage des Catilinaires :

Ex hac enim parte pudor pugnat, illinc petulantia; hinc pudicitia, illinc stuprum; hinc fides, illinc fraudatio; hinc pietas, illinc scelus; hinc constantia, illinc furor; hinc honestas, illinc turpitudo; hinc continentia, illinc lubido; denique aequitas, temperantia, fortitudo, prudentia, uirtutes omnes certant cum iniquitate, luxuria, ignauia, temeritate, cum uitiis omnibus.

« Car de notre côté combat la réserve, du leur la licence ; ici la pudeur, là-bas la débauche ; ici la loyauté, là-bas la fraude ; ici la piété, là-bas le crime ; ici la fermeté, là-bas la folie ; ici l’honneur, là-bas la turpitude ; ici la retenue, là-bas le désir déréglé ; enfin la justice, la tempérance, le courage, la prudence, toutes les vertus combattent l’injustice, la débauche, la lâcheté, la témérité, tous les vices. »
(Cic. Catil. II, 25).

  • 17 Sur cet aspect du sens de turpitudo, Thomas, Déshonneur et honte, p. 128-129. Sur l’extrait des Cat (...)

19Cicéron oppose ici par paires les qualités des consuls (fides, pietas,…) aux vices des conjurés (fraus, scelus,…) L’honestas est la qualité morale valorisée, située du côté du bien, tandis que la turpitudo est le comportement blâmé, situé du côté du mal. Elle désigne l’action condamnable de Catilina, qui heurte les normes morales traditionnelles17. À l’inverse, l’honestas suppose le respect des règles de conduite fixées par la collectivité. Ces différents éléments actualisent les sèmes de la /conformité / aux normes morales collectives/.

  • 18 Cic. Q. fr. I, 4, 4.

20L’opposition d’honestas à turpitudo suggère également que la « dignité » est quelque chose d’attirant et de valorisé, alors que la turpitudo provoque la répulsion et le dégoût. Les textes d’éloquence judiciaire cités précédemment montrent en effet que l’honestas est un bien précieux que l’on cherche à conserver. Lors de son exil, Cicéron regrette de n’avoir pas préféré la mort à la fuite, ce qui aurait préservé son honestas18. Les efforts faits pour conserver l’honestas font que cette dernière apparaît comme un but susceptible de guider toute la conduite de l’individu. Cela est confirmé par les textes où elle empêche le sujet de mal se conduire en lui interdisant certains comportements. Cicéron s’en prend en ces termes à Labiénus qui a dit que son oncle était sur le Capitole aux côtés du turbulent Saturninus lors du meurtre de ce dernier :

Equidem hoc adfirmo quod tu nunc de tuo patruo praedicas, neminem umquam adhuc de se esse confessum; nemo est, inquam, inuentus tam profligatus, tam perditus, tam ab omni non modo honestate sed etiam simulatione honestatis relictus, qui se in Capitolio fuisse cum Saturnino fateretur.

« Pour ma part, j’affirme que ce que tu avances à propos de ton oncle, personne ne l’a jamais avoué, jusqu’à aujourd’hui, à propos de lui-même ; personne, dis-je, ne s’est trouvé assez avili, assez dépravé, assez abandonné par tout honneur mais aussi par tout semblant d’honneur, pour avouer avoir été sur le Capitole aux côtés de Saturninus. »
(Cic. Rab. Perd. 23).

  • 19 Rhet. Her. I, 5 ; Cic. Inu. I, 20 et I, 21.

21C’est l’honestas qui doit empêcher quelqu’un d’avouer avoir été aux côtés de Saturninus, premier tribun de la plèbe visé par un senatus consultum ultimum. L’honestas est comparée à une entité qui habite le sujet, et qui peut l’abandonner (relictus). C’est quand elle le quitte que l’action n’est plus guidée de façon correcte et que des méfaits déshonorants sont accomplis. Les contextes actualisent donc l’idée que l’honestas /guide la conduite/. Mais ce sème ne se rencontre que dans un peu moins de la moitié des textes. Il nous faut enfin rappeler que, comme pour honestus au sens « honorable, source de considération », on rencontre pour honestas un emploi dans le domaine rhétorique pour renvoyer à un type de cause particulière : une causa se caractérise par son « honorabilité » quand elle suscite immédiatement la bienveillance de l’auditoire19.

2.2. Conclusion

22Le sens « honorabilité, dignité, honneur » d’honestas peut être analysé de la façon suivante : /Droit légitime à / l’estime / et parfois / aux bienfaits / qui en sont le signe / qui se fonde sur la conformité / aux normes morales collectives / et qui est propre à / guider la conduite/. La relation au sémème de « considération » est la suivante :

S1 : « Considération »

S2 : « Honorabilité, dignité, honneur »

/Situation d’estime/

/Droit légitime à/

/associée à une position éminente dans la société/,

/l’estime/,

/fondée sur la conformité/

/et parfois/

/aux normes morales collectives/,

/aux bienfaits/

/et susceptible/

/qui en sont le signe/,

/d’être signifiée/

/qui se fonde sur la conformité/

/par des bienfaits/.

/aux normes morales collectives/

/et qui est propre à /

/guider la conduite/.

23Les sèmes génériques diffèrent : S1 renvoie à une situation d’estime alors que S2 désigne un droit légitime à une telle situation. Il pourrait s’agir d’une relation de métonymie, où les sèmes de S1 seraient tous contenus dans S2, mais le trait de sens de la /position sociale éminente/ n’est pas actualisé avec le sens « dignité, honneur ». Il s’agit donc d’une relation de polysémie lâche de sens. Honestas désigne la conduite de celui qui manifeste un sens de l’honneur qui lui ouvre la considération de son entourage, tandis que S1 renvoie à la position sociale effective de celui qui bénéficie de l’estime et d’un rang élevé.

  • 20 Sur l’aspect éthique de la dignitas, Wegehaupt, Die Bedeutung und Anwendung von dignitas, p. 34-36  (...)
  • 21 Caes. BG VII, 66, 5 ; Ter. Heaut. 576.
  • 22 Cic. Verr. I, 27 et 28 : il faut consulere dignitati.
  • 23 Voir l’analyse de Thomas, Déshonneur et honte, p. 350 sqq. pour pudor et p. 409 sqq. pour uerecundi (...)
  • 24 J.-F. Thomas relève aussi pour pudor et uerecundia un autre sens, celui de « honorabilité, honneur  (...)

24La différence sémantique est faible entre honestas et honestus quand ce dernier, employé au neutre substantivé, désigne un principe (honestum, « l’honneur »). Il s’agit dans les deux cas d’un guide que l’individu utilise pour orienter sa conduite. La nature d’adjectif substantivé d’honestum lui donne toutefois une capacité plus grande à renvoyer à un principe supérieur, détaché de la personne et relativement abstrait. Honestas peut désigner « l’honneur » en soi, mais est plus volontiers rapproché de l’individu dont il signifie la qualité et le mérite, la « dignité » personnelle. Si on compare honestas à honos avec son sens de « dignité, honneur », la différence sémantique est encore plus faible puisque nous retrouvons les mêmes traits de sens pour l’un et l’autre mot. On peut noter tout au plus que le sème des /bienfaits/ est virtualisé avec honestas alors qu’il est systématique avec honos, ce qui confère à ce dernier un ancrage plus matériel. Il faut en revanche souligner que le sens « dignité » est proportionnellement beaucoup plus fréquent avec honestas qu’avec honos, où il reste marginal. Cela semble indiquer que les deux mots se sont spécialisés vers la désignation d’une aire sémantique précise, pour l’un celle de l’honorabilité, pour l’autre celle du prestige et de ses marques. Les deux termes peuvent aussi être rapprochés de dignitas quand ce mot désigne la « dignité » morale. Dignitas peut en effet renvoyer à la prétention légitime d’un individu à un haut rang pour ses qualités morales20. La dignitas, comme l’honestas, impose des normes de comportement qui orientent la conduite de l’individu : elle empêche de prendre la fuite au combat ou de raconter des secrets intimes, par exemple21. C’est un principe dont il faut écouter la voix22. Malgré de nombreuses convergences sémantiques, la dignitas se distingue cependant de l’honestas par quelques aspects. La présence d’obligations contraignantes et absolument impératives est plus importante dans le sémantisme de dignitas que dans celui d’honestas ; la dignitas morale consiste à faire ce qui est « digne » de son rang et de son statut plutôt qu’agir pour préserver l’estime et les hommages de l’entourage, ce que dénote honestas ; les particularités sémantiques des deux termes paraissent en somme fondées sur leur lien respectif avec dignus / decet et honos. On peut enfin rapprocher honestas « honorabilité » de deux termes qui appartiennent au lexique de l’honneur, pudor et uerecundia. Les deux mots peuvent désigner la capacité d’un individu à guider son action en se conformant aux normes de la morale sociale, ce qui l’amène à contrôler son désir, sa colère ou sa violence, par exemple23. La coloration morale de ces termes et le trait sémantique de la normativité les rapprochent d’honestas. Ils désignent cependant un état psychologique particulier et non une situation de dignité comme honestas : pudor et uerecundia renvoient au « sens de l’honneur », à un sentiment qui oriente la conduite, et non à la posture de mérite moral que désigne honestas. En outre, la présence d’un trait de sens concernant l’estime de la collectivité est accessoire pour pudor et uerecundia alors qu’elle est essentielle pour honestas. La synonymie n’est donc pas si grande qu’il y paraît24.

3. « Honnêteté, probité » (S3)

  • 25 Voir l’analyse que donne du terme Bardon, « L’honnêteté à Rome : du De officiis à La Rochefoucauld  (...)

25Ce sens d’honestas désigne la conformité d’un individu aux normes morales de son milieu, sans considération des retombées en termes de prestige. Ce sens correspond à celui d’honestus « honnête, probe » (S4) et se rapproche de termes comme probitas ou integritas25.

3.1. Analyse sémique

26Les textes où ce sens apparaît nous permettent de dégager quelques lignes de force. Cicéron reconnaît ainsi à Caton d’Utique la détention de plusieurs qualités morales, parmi lesquelles figure l’honestas :

Finxit enim te ipsa natura ad honestatem, grauitatem, temperantiam, magnitudinem animi, iustitiam, ad omnis denique uirtutes magnum hominem et excelsum.

« La nature elle-même a fait de toi un homme important et éminent, excellemment disposé à l’honnêteté, au sérieux, à la tempérance, à la grandeur d’âme, à la justice, enfin, à toutes les vertus. »
(Cic. Mur. 60).

27L’honestas apparaît aux côtés d’autres traits d’excellence, comme la grauitas ou la iustitia, et rejoint le domaine des uirtutes. Le contexte est peu explicite sur sa nature exacte, mais on remarquera qu’elle apparaît en tête de l’énumération, et que cette position inaugurale lui confère une certaine généralité. Elle est aussi un des éléments qui font de Caton un homme important et éminent, magnus et excelsus. Un texte du Pro Flacco permet de voir la nature des normes morales que l’honestas pousse à respecter. Cicéron vient de faire le récit d’une escroquerie à l’emprunt montée par Héraclide, témoin de l’accusation, contre Hermippus, un ami de l’orateur. Héraclide a été condamné, mais ne s’est pas soumis au jugement. Cicéron appelle l’attention des juges sur la malhonnêteté d’Héraclide :

Habetis et honestatem hominis et auctoritatem testimoni et causam omnem simultatis.

« Vous voyez l’honnêteté de cet individu, le poids de son témoignage et toute la raison de sa haine. »
(Cic. Flac. 49).

28L’honestas désigne par antiphrase l’absence de probité de la personne considérée. Le terme suppose donc habituellement, à l’inverse, la loyauté.

3.2. Conclusion

29L’honestas « honnêteté » désigne donc la /conformité / aux normes morales collectives / et parfois notamment / à la droiture / propre à / guider la conduite/. Ce sens paraît issu de celui d’« honorabilité ».

S2 : « Honorabilité, dignité, honneur »

S3 : « Honnêteté, probité »

/Droit légitime à/

/l’estime/,

/et parfois/

/aux bienfaits/

/qui en sont le signe/,

/qui se fonde sur la conformité/

/Conformité/

/aux normes morales collectives/

/aux normes morales collectives/

/et parfois notamment/

/à la droiture/

/et qui est propre à/

/propre à/

/guider la conduite/.

/guider la conduite/.

30La référence à l’estime ou à ses marques s’efface. La notion évolue ainsi vers la sphère de la morale, coupée de tout lien avec celle du prestige social et donc de l’honos. Les sèmes génériques diffèrent, un sème apparaît, d’autres disparaissent. Il s’agit donc d’une relation de polysémie lâche, avec la particularité que le sème générique de S3 est présent dans S2 comme sème spécifique.

  • 26 Cic. Lael. 29.
  • 27 Sall. Iug. 14, 4.

31Ce sens est propre à honestas et ne se retrouve pas dans le sémantisme d’honos, ce qui est un indice supplémentaire de l’orientation plus spécifiquement morale d’honestas. Honos se tourne vers l’expression du prestige et des marques d’honneur, alors qu’honestas touche aux fondements de la considération publique, sous la forme de la dignité ou de l’honnêteté. La différence sémantique entre probitas et honestas est extrêmement faible. Les deux termes sont en effet propres à renvoyer à une bonté morale générale, liée à la uirtus26, mais peuvent aussi se rapprocher plus précisément de la loyauté et de la droiture27.

4. « Beauté admirable » (S4)

32Ce sens esthétique d’honestas, désignant la beauté physique, ne se rencontre qu’une seule fois dans notre corpus. Il fait pendant au sens « beau, admirable » qu’on rencontre pour honestus.

4.1. Analyse sémique

33C’est un texte du De oratore qui nous permet de constater son existence au Ier siècle :

Rerum enim copia uerborum copiam gignit; et, si est honestas in rebus ipsis, de quibus dicitur, existit ex re naturalis quidam splendor in uerbis.

« L’abondance des choses donne naissance, en effet, à l’abondance des mots ; et, s’il y a de la beauté dans les choses mêmes dont on parle, une sorte de splendeur naturelle s’en répand sur les mots. »
(Cic. De or. III, 125).

  • 28 La synonymie crée ici un balancement syntaxique entre la protase et l’apodose. Sur cette fonction d (...)

34Le terme apparaît dans le livre III consacré à l’elocutio, dans le passage où Crassus montre qu’il est nécessaire pour l’orateur d’avoir une culture étendue même quand il ne s’agit que d’orner son discours. La copia des choses engendre la copia des mots et s’il y a de la beauté dans les choses (honestas), il y en aura aussi dans les mots (splendor). L’honestas désigne la beauté des objets évoqués par l’orateur, et le fait que le mot entre en relation de synonymie avec splendor indique qu’il s’agit d’une beauté éclatante, qui provoque l’admiration28.

4.2. Conclusion

35Nous pouvons proposer le sémème suivant, qui est sujet à caution car il ne se fonde que sur une seule occurrence : /Qualité formelle / qui suscite une estime / admirative / d’ordre esthétique/. On le rapprochera du sens « prestige, considération » :

S1 : « Considération »

S4 : « Beauté admirable »

/Situation d’estime/

/Qualité formelle/

/associée à une position éminente dans la société/,

/qui suscite une estime/

/fondée sur la conformité/

/admirative/

/aux normes morales collectives/,

/d’ordre esthétique/

/et susceptible/

/d’être signifiée/

/par des bienfaits/.

36Les deux sens sont à l’évidence éloignés l’un de l’autre puisqu’ils ne partagent que le sème de /l’estime/. Il s’agit d’une relation de polysémie lâche de sens.

37Honestas a ici encore un sens en commun avec honos, qui peut lui aussi signifier « beauté », « majesté ». Pour autant qu’il soit possible de différencier les deux termes avec le peu d’occurrences où il nous est donné de les observer, nous remarquons que la beauté désignée par honestas ne suppose pas, comme honos, l’obtention d’une position distinctive. En revanche, comme honos, honestas a la particularité, par rapport à d’autres termes du même lexique tels que pulchritudo, de renvoyer à une beauté qui provoque l’admiration de l’entourage.

5. « Beauté morale, moralité, honnêteté » (S5)

38La polarisation d’honestas vers le domaine moral est surtout sensible quand le terme désigne la « beauté morale », la pleine réalisation de la vertu éthique, qui vaut en soi, et qui est propre à constituer le souverain bien. Le mot entre ici au contact de la notion grecque de καλόν et s’enrichit de ce fait de traits inédits qui l’orientent vers l’expression d’une fin éthique et d’une adéquation à des normes morales absolues, détachées du groupe social dans lequel se trouve le sujet. Cicéron l’emploie notamment pour se référer au καλόν tel que le comprennent les stoïciens. Le mot est utilisé dans des contextes techniques, en philosophie et en rhétorique, où il vient enrichir la langue des spécialistes romains de ces disciplines. L’honestas ainsi comprise s’écarte radicalement du sémantisme d’honos, mais se rapproche grandement de la forme substantivée d’honestus, l’honestum, le « beau moral ». Il nous appartiendra d’évaluer leurs points de convergence et de divergence.

5.1. Analyse sémique

5.1.1. En contexte philosophique

39À la différence de « l’honneur », la « moralité » désignée par honestas renvoie à un ensemble de qualités morales qui ne débouchent sur aucun gain d’honos : l’honestas est une attitude qui se conforme à l’éthique pour elle-même, sans rétribution. Torquatus critique ainsi la manière dont Cicéron a montré que les hommes illustres du passé romain se sont bien conduits par amour de la moralité en elle-même, et non pour obtenir le plaisir ; Cicéron, dit Torquatus, a parlé

claris et fortibus uiris commemorandis eorumque factis non emolumento aliquo, sed ipsius honestatis decore laudandis […].

« en rappelant le souvenir des hommes illustres et vaillants et en faisant l’éloge de leur conduite, en y montrant non pas quelque gain obtenu par là, mais la beauté de la moralité elle-même […]. »
(Cic. Fin. I, 36 ; trad. Martha modifiée).

40Par sa démonstration, Cicéron montre que l’honestas est une fin et non un moyen en vue du plaisir. L’absence de l’estime et de ses bénéfices sociaux est une des singularités de ce sens d’honestas, mais n’est pas suffisante pour le distinguer du sens « honnêteté, probité » (S3). Une première divergence réside dans la nature des normes qui sont observées : l’honnêteté suppose le respect des bonnes mœurs et des coutumes alors que la beauté morale implique une excellence selon les normes éthiques de la vertu. Ces normes sont au nombre de quatre, les vertus cardinales. Au terme d’un exposé à leur sujet, Cicéron peut déclarer :

Habes undique expletam et perfectam, Torquate, formam honestatis, quae tota quattuor his uirtutibus, quae a te quoque commemoratae sunt, continetur.

« Tu as là, Torquatus, réalisée de toutes parts dans sa plénitude et son achèvement la forme de la moralité : elle tient tout entière dans l’ensemble des quatre vertus, dont, toi aussi, tu as rappelé les noms. »
(Cic. Fin. II, 48 ; trad. Martha modifiée).

  • 29 Cic. Off. III, 96.
  • 30 Cic. Luc. 139 : cum honestas in uoluptate contemnenda consistat […].
  • 31 Cic. Fin. II, 43.

41La forma honestatis est tout entière résumée dans ces quatre qualités fondamentales de l’éthique, parfois qualifiées de partes ou fontes honestatis29. Cicéron oppose régulièrement cette honestas, faite d’excellence morale, à la uoluptas, qui désigne un plaisir coupable, incompatible avec les exigences de la moralité, au point que l’honestas peut consister précisément à mépriser la uoluptas, pour se tourner vers la vertu30. L’honestas peut d’ailleurs parfois devenir synonyme de uirtus quand ce mot a le même sens que l’ἀρετή éthique31. Plusieurs sèmes se dégagent de ces analyses : honestas désigne une /conformité / aux normes éthiques de la vertu/.

42La qualité morale que désigne honestas a en outre la particularité d’être érigée en principe de conduite et de constituer de ce fait un guide qui oriente l’action de l’individu. Dans l’éthique stoïcienne, l’honestas est la fin de l’existence humaine, le seul terme à quoi tout doit être rapporté. C’est ce que l’homme, en tant qu’être rationnel, doit rechercher. L’honestas attire à soi, suscite l’approbation des hommes, et s’oppose donc à la turpitudo qui provoque le dégoût :

Quis est tam dissimilis homini, qui non moueatur et offensione turpitudinis et comprobatione honestatis?

« Qui est assez peu homme au point de ne pas être ému par l’aversion provoquée par l’immoralité et par l’approbation donnée à l’honnêteté ? »
(Cic. Fin. V, 62).

43Si la laideur morale repousse et suscite une offensio, l’honestas attire et reçoit la comprobatio. Elle provoque un mouvement au sein de l’individu (moueatur) et dirige de ce fait son action. Le pouvoir directeur de l’honestas apparaît parfois de manière encore plus explicite. Après avoir énuméré différentes figures illustres de l’histoire romaine, Cicéron écrit :

Quae quidem omnia et innumerabilia praeterea quis est quin intellegat et eos qui fecerint dignitatis splendore ductos immemores fuisse utilitatum suarum nosque, cum ea laudemus, nulla alia re nisi honestate duci?

« En voyant toutes ces actions, auxquelles s’en ajoutent une infinité d’autres, est-il possible de ne pas comprendre que ceux qui les ont accomplies, c’est la splendeur d’une chose très noble qui les a guidés et leur a fait oublier leur intérêt personnel ; que nous, d’autre part, qui les célébrons, c’est le sentiment de la beauté morale, et pas autre chose, qui nous guide ? »
(Cic. Fin. V, 64 ; trad. Martha).

  • 32 Cic. Fin. II, 81.
  • 33 Cic. Luc. 140 hanc normam, hanc regulam, hanc praescriptionem esse naturae. Voir aussi Off. III, 74 (...)

44Les uiri illustres du passé romain n’ont pas visé leur profit personnel ou leur plaisir. Le moteur de leur action réside dans l’honestas, dans la beauté morale par laquelle ils ont été guidés (ductos). C’est cette honestas qui pousse le sujet à faire preuve de vertu et oriente sa conduite. C’est pourquoi il est parfois question de sa force, bien plus grande que celle du plaisir32. D’autres images explicitent aussi cet aspect de l’honestas, comme quand elle est la règle (regula) qui dirige la vie et dont il ne faut pas s’écarter33. L’excellence morale désignée par honestas apparaît donc comme / ce qui oriente la conduite/.

45Or cette valeur de l’honestas a la particularité de ne reposer que sur elle-même. On le voit dans ce texte du Lucullus :

Vnum igitur par quod depugnet relicuum est, uoluptas cum honestate; de quo Chrysippo fuit, quantum ego sentio, non magna contentio. Alteram si sequare, multa ruunt et maxime communitas cum hominum genere, caritas amicitia iustitia reliquae uirtutes, quarum esse nulla potest nisi erit gratuita; nam quae uoluptate quasi mercede aliqua ad officium inpellitur, ea non est uirtus sed fallax imitatio simulatioque uirtutis.

« Il ne reste donc qu’une paire de combattants, le plaisir et l’honnêteté. À ce sujet Chrysippe, autant que je le constate, ne connut pas de grand dilemme. Si l’on suit le premier, de nombreuses choses s’effondrent et surtout la communauté du genre humain, l’affection, l’amitié, la justice et les autres vertus dont aucune ne peut exister si elle n’est pas désintéressée. Car être poussé vers le devoir par le plaisir comme par une sorte de salaire, ce n’est pas la vertu mais une imitation trompeuse de la vertu, un semblant de vertu. »
(Cic. Luc. 140).

46Cicéron souligne ici que la uoluptas ne peut constituer une fin de l’action morale, car elle en est alors un salaire, un merces. L’accomplissement des devoirs, l’officium, ne peut être réalisé qu’en raison de l’honestas même que comporte l’exercice de l’action droite. La moralité vaut par sa valeur propre, propter se, et n’implique aucune rétribution ; elle doit être absolument gratuita. Il s’agit là d’un sème supplémentaire, celui de la /valeur propre/ que suppose l’honestas, mais qui n’est actualisé que dans un peu moins de la moitié des occurrences du sens « beauté morale ».

  • 34 Cic. Fin. V, 22.
  • 35 Voir Cic. Fin. I, 36 ; V, 64 ; V, 73.
  • 36 Cic. Fin. V, 69. Sur le lumen de l’honestas, voir aussi Cic. Tusc. II, 58. Un lien fort est aussi é (...)

47Il faut enfin ménager une place à un autre sème virtuel qui accentue la singularité de ce sens par rapport à celui d’« honnêteté, probité », et que l’on trouve dans environ 40 % des occurrences. Il est fait état à plusieurs reprises du caractère admirable de l’honestas, voire de sa beauté, trait qui rapproche le mot de la notion grecque de καλόν, plus nettement située sur un terrain esthétique. Les textes évoquent ainsi le splendor honestatis ou bien associent honestas et magnificentia pour créer l’idée d’une apparence brillante et remarquable34. Tout comme honestus, honestas est associée à la notion de laudabile, qui implique bien que c’est une qualité digne d’estime, même si elle ne nécessite aucune rétribution de ce genre35. L’honestas est la chose praeclarissima, plus brillante encore que la gloire qui est, à ses côtés, réduite à une ombre36. L’honestas est ainsi une excellence morale /propre à / susciter / une estime / admirative/.

5.1.2. En contexte rhétorique

48Dans le domaine de la technique oratoire, honestas est un concept qui possède les mêmes traits de sens que ceux identifiés en contexte philosophique, mais connaît deux emplois particuliers. Tout comme l’adjectif honestus, il peut désigner la « fin » d’un genre rhétorique ou bien renvoyer à un locus emprunté au genre délibératif et employé dans divers types de causes. Le De inuentione fait de l’honestas la fin du genre démonstratif, retraçant la doctrine aristotélicienne du καλόν comme fin du genre épidictique. Le terme apparaît ainsi dans les Topiques, ouvrage directement inspiré d’Aristote :

Laudationis finis honestas, de qua item est ante dictum.

« La fin de l’éloge est l’honnêteté, dont il a été question précédemment. »
(Cic. Top. 91).

  • 37 Cic. Inu. II, 156.
  • 38 Cic. Inu. II, 157.

49Mais l’originalité cicéronienne dans la doctrine des fins du discours, déjà notée à propos de l’usage d’honestum comme but du genre délibératif, réapparaît avec le mot honestas, qui est associée à l’utilitas37. Avec ce sens, honestas continue d’être opposée à turpitudo38. Le second emploi d’honestas dans la langue technique de l’éloquence concerne la topique des fins et est exactement parallèle à l’usage qui est fait de l’adjectif honestus en ce sens. Quand l’orateur doit défendre une définition multiple, il peut recourir à des arguments propres à ce type de cause mais aussi à des lieux communs :

Deinde locus communis, per quem facti utilitas aut honestas adaugetur.

« < Il faut enfin recourir > au lieu commun qui consiste à augmenter le caractère utile et honnête du fait. »
(Cic. Inu. II, 55).

  • 39 Cic. Inu. II, 173-174.

50L’honestas est, comme l’utilitas, un lieu commun que l’orateur utilisera pour qualifier l’acte qu’il défend. L’honestas en contexte rhétorique possède les mêmes traits de sens que dans les textes philosophiques. Elle désigne des qualités morales conformes à la vertu, propres à orienter la conduite de l’individu39. On retrouve aussi l’idée que l’honestas vaut pour sa valeur propre, comme dans ce passage des Partitions oratoires :

Horum partim, propter se honestate ipsa, partim commoditate aliqua expetuntur; honestate, ea quae proficiscuntur ab his uirtutibus, de quibus paullo ante est dictum, quae sunt laudabilia ipsa per sese; commoditate autem aliqua, quae sunt in corporis aut in fortunae bonis expetenda.

« Parmi ces biens, les uns sont recherchés pour eux-mêmes, en raison de leur honnêteté propre, les autres pour quelque avantage qu’ils procurent ; on recherche pour leur honnêteté les biens qui relèvent de ces vertus dont j’ai parlé un peu avant et qui sont louables en eux-mêmes ; pour un avantage qu’ils procurent, ceux des biens du corps ou de la fortune qui méritent d’être recherchés. »
(Cic. Part. 87).

51La valeur propter se des objets distincts par leur honestas est nettement affirmée, tout comme le rapport de cette dernière aux uirtutes, le fait qu’elle est un objet digne d’être recherché, ou qu’elle possède un aspect admirable et louable.

5.2. Conclusion

52De ces différents usages se dégage le sémème suivant : /Conformité / aux normes éthiques de la vertu / qui oriente la conduite / par sa valeur propre / susceptible de / susciter / une estime / admirative/. Le sémantisme d’honestas s’est donc orienté vers le domaine de l’éthique pour désigner un bien moral absolu. Le sens « beauté morale » peut être rapproché de celui d’« honnêteté » (S3).

S3 : « Honnêteté, probité »

S5 : « Beauté morale, moralité, honnêteté »

/Conformité/

/Conformité/

/aux normes morales collectives/

/aux normes éthiques de la vertu/

/et parfois notamment/

/qui oriente la conduite/

/à la droiture/

/par sa valeur propre/

/propre à/

/susceptible de

/guider la conduite/.

/susciter/

/une estime/

/admirative/.

53Les sèmes génériques sont identiques, ce qui crée une réelle proximité entre les deux sens. Cependant, des sèmes spécifiques s’effacent de S3 à S5 pendant que d’autres apparaissent. Il s’agit donc d’une polysémie étroite de sens. L’influence de la notion grecque de καλόν est réelle ici encore, et l’on peut soupçonner l’existence d’un calque sémantique, comme pour honestus au sens « moralement beau ». Cependant, il est aussi envisageable qu’honestas ait pris cette signification par contagion avec honestum, qui est d’usage plus ancien pour désigner le souverain bien des stoïciens. Honestas s’écarte ici nettement d’honos car ce dernier ne possède pas ce sens fortement éthique. L’existence d’une divergence sémantique entre honestas et honestum quand les deux mots renvoient à la beauté morale est difficile à établir, au point qu’ils apparaissent dans certains textes comme totalement interchangeables. C’est le cas par exemple dans ce passage du Lucullus :

Sapiensne non timeat ne patria deleatur, non doleat si deleta sit? Durum, sed Zenoni necessarium, cum praeter honestum nihil est in bonis, tibi uero Antioche minime, cui praeter honestatem multa bona, praeter turpitudinem multa mala uidentur, quae et uenientia metuat sapiens necesse est et uenisse doleat.

« Le sage ne craindrait pas la destruction de sa patrie, ne souffrirait pas si elle était détruite ? Cela est dur, mais c’est nécessaire pour Zénon puisque il n’y a selon lui pas d’autre bien que l’honnête, mais pour toi Antiochus ce n’est pas vrai du tout, toi qui juges qu’il y a de nombreux biens outre l’honnêteté et de nombreux maux outre l’immoralité, dont il est nécessaire que le sage craigne la venue et souffre quand ils sont là. »
(Cic. Luc. 135).

  • 40 Voir un semblable effet en Cic. Fin. II, 68 ; Tusc. II, 46. Cicéron recourt de même alternativement (...)
  • 41 Ibid., p. 179.
  • 42 Comparer Cic. Off. III, 114 et Cic. Fin. V, 19-20.

54Le sémantisme d’honestum et d’honestas est totalement similaire et les deux mots sont employés dans des structures identiques, praeter honestum et praeter honestatem. L’usage d’honestas à la place d’honestum ne semble dû qu’à la volonté d’éviter une répétition. C’est une raison stylistique, le souci de uariatio, qui gouverne ici le choix des mots40. Cicéron semble aussi utiliser plus volontiers honestas qu’honestum quand il doit employer les cas obliques41. Il recourt par ailleurs plus souvent à honestum qu’à honestas pour signifier la « beauté morale ». Cet usage privilégié d’honestum est peut-être motivé par la volonté de restituer en latin ce qui est en grec un adjectif substantivé, τὸ καλόν. Par l’usage de l’abstrait neutre, Cicéron constitue la beauté morale en concept philosophique plus fermement qu’il ne le ferait avec honestas. La tendance de la langue à employer des adjectifs substantivés plutôt que les substantifs abstraits correspondants a dû jouer également. Il est possible néanmoins d’observer quelques légères divergences sémantiques dans les emplois des deux mots, mais cela ne touche qu’à des nuances de sens très localisées. De façon générale, le terme honestas est utilisé dans des contextes variés, pour désigner la beauté morale comme qualité, lorsqu’elle est incarnée par des individus, alors qu’honestum a une dimension plus conceptuelle et plus technique. Il est par exemple question de l’honestas manifestée par le sénat quand ce dernier a refusé de racheter des prisonniers romains détenus par Hannibal, alors que Cicéron emploie honestum quand il s’agit de parler de la « beauté morale » en tant que souverain bien ou composant du souverain bien, comme cela apparaît dans la diuisio carneadia par exemple42.

6. « Marque d’honneur » (S6)

55Ce sens d’honestas, dont il n’existe que deux occurrences, désigne l’objet par lequel est signifiée l’estime de la collectivité, autrement dit la « marque d’honneur ». Le mot n’est utilisé qu’au pluriel, nombre qui facilite l’émergence d’un sens concret d’honestas. Honestas rejoint ici le sémantisme d’honos, au point de revêtir le sens premier de ce terme.

6.1. Analyse sémique

56Ce sens d’honestas apparaît pour la première fois au moment de la miseratio du Pro Murena :

Nolite, per deos immortalis! iudices, hac eum cum re qua se honestiorem fore putauit etiam ceteris ante partis honestatibus atque omni dignitate fortunaque priuare.

« Ne permettez pas, juges, par les dieux immortels, qu’en plus de cette charge, par laquelle il pensait gagner en prestige, il soit privé aussi des autres honneurs acquis jadis, de toute dignité et de tout bien. »
(Cic. Mur. 87).

57On retrouve le thème de l’honestas mise en péril par le procès, mais l’usage du mot au pluriel interdit de penser qu’il s’agit du « prestige » ou de la « dignité » de Muréna. L’expression ante partis va dans le sens d’un bien concret que l’accusé a obtenu autrefois et qu’il risque alors de perdre. Il s’agit des différentes marques d’honneur qu’il a accumulées dans le temps, signes de l’estime publique. L’autre texte où apparaît ce sens d’honestas est tiré des Partitions oratoires :

Nam et, si quid effici non potest, deliberatio tollitur, quamuis sit utile et, si quid necesse est […] id est relicuis et honestatibus in ciuili ratione et commodis anteponendum.

« En effet, si une chose ne peut être réalisée, quelque utile qu’elle soit, la délibération n’a pas lieu, et, si elle est nécessaire […], il faut la préférer aux autres honneurs en politique et aux avantages. »
(Cic. Part. 83 ; trad. Bornecque modifiée).

58Le texte fait état de la necessitudo qui oblige à choisir une chose quelles que soient les circonstances. Les honestates apparaissent comme des avantages matériels octroyés dans un cadre public et liés de ce fait à l’exercice d’un pouvoir ou au moins d’une influence. Le mot renvoie à un objet recherché et valorisé, propre à conférer un ascendant dans la société.

6.2. Conclusion

59Nous pouvons proposer pour ce sens d’honestas le sémème suivant : /bienfait / signe d’estime / octroyé en reconnaissance / de certains mérites / qui confère une position éminente dans la société/. Ce sens paraît issu de celui de « considération » (S1) :

S1 : « Considération »

S6 : « Marque d’honneur »

/Situation d’estime/

/bienfait/

/associée à une position éminente dans la société/,

/signe/

/fondée sur la conformité/

/d’estime/

/aux normes morales collectives/,

/fondé sur certains mérites/

/et susceptible/
/d’être signifiée/

/qui confère une position éminente
dans la société
/.

/par des bienfaits/.

  • 43 Supra p. 72.

60De S1 à S6 se produisent un effacement de certains sèmes et un changement de sème générique. Il s’agit donc, dans la typologie de R. Martin, d’une polysémie lâche de sens. Cependant, le sens « marque d’honneur » a la particularité d’être formé de sèmes qui sont pratiquement tous contenus dans S1. On note simplement une redistribution de l’ordre des sèmes à l’intérieur du sémème. Il s’agit en somme du cas inverse de la « métonymie complexe » que nous avions observée pour les sens S1 et S2 d’honos43. Nous proposons de qualifier ce cas de figure inédit de « métonymie inverse complexe ».

61Ce sens d’honestas rejoint le sens premier d’honos, « marque d’honneur, hommage », ce qui indique que la sphère de la dignité et celle du signe d’estime finissent toujours par se rencontrer ; honos possède en effet lui aussi un sens « dignité, honneur », très semblable au deuxième sens d’honestas. Cependant chacun de ces termes n’empiète que de manière très restreinte sur le sémantisme fondamental de l’autre : il n’y a que deux occurrences du sens « marque d’honneur » pour honestas, et six du sens « honorabilité, dignité » pour honos. Le petit nombre de textes où honestas signifie « marque d’honneur » rend difficile une comparaison sémantique avec honos ; on peut noter tout au plus qu’honestas ne s’emploie en ce sens qu’au pluriel et ne paraît pas indiquer l’obtention d’une autorité ou d’une influence sur l’entourage comme c’est le cas d’honos.

7. « Notabilité, personne considérée » S7

62Ce sens d’honestas ne se manifeste qu’une seule fois dans notre corpus mais il constitue bel et bien un sens autonome. Honestas ne renvoie pas à la situation ou à la qualité d’un individu, mais à l’individu lui-même, à une personne prestigieuse. Afin d’essayer de restituer son lien avec le sémantisme général d’honestas, on peut le traduire par « notabilité », mot qui possède en français ce sens de « personne notable, considérée ».

7.1. Analyse sémique

63Le terme apparaît dans le Pro Sestio, dans un passage où Cicéron précise le sens qu’il entend donner à l’adjectif popularis :

Vtra igitur causa popularis debet uideri: in qua omnes honestates ciuitatis, omnes aetates, omnes ordines una consentiunt, an in qua furiae concitatae tamquam ad funus rei publicae conuolant?

« Laquelle de ces deux causes doit être considérée comme la cause populaire, celle où toutes les notabilités de l’État, tous les âges, tous les ordres sont unanimes, ou bien celle où les furies surexcitées s’élancent à tire d’aile comme à l’enterrement de la République ? »
(Cic. Sest. 109 ; trad. Cousin).

64Cicéron montre ici que la causa popularis n’est pas celle des agitateurs, mais celle où se retrouvent les individus les plus sérieux ainsi que les différents ordres qui composent la ciuitas. Cicéron indique notamment que les honestates sont du côté de cette causa, et il renvoie par là aux personnages importants de la cité qui se distinguent par leur notoriété et leur rang élevé. Ces personnes sont connues, appréciées et ont un statut social important. En outre, elles s’opposent aux furiae révolutionnaires qui s’en prennent à la res publica et ne savent faire preuve de modération et de raison.

7.2. Conclusion

65Ces quelques données nous amènent à dégager le sémème suivant : honestas désigne ici une /personne / qui bénéficie / d’une situation d’estime / associée à une position éminente dans la société / fondée sur la conformité aux normes morales collectives / et susceptible / d’être signifiée / par des bienfaits/. Ce sémème est lié à celui d’honestas signifiant « considération » :

S1 : « Considération »

S7 : « Notabilité, personne prestigieuse »

/Personne/ qui bénéficie/

/Situation d’estime/

/d’une situation d’estime/

/associée à une position éminente dans la société/,

/associée à une position éminente dans la société/,

/fondée sur la conformité/

/fondée sur la conformité/

/aux normes morales collectives/,

/aux normes morales collectives/,

/et susceptible/

/et susceptible/

/d’être signifiée/

/d’être signifiée/

/par des bienfaits/.

/par des bienfaits/.

66Les sèmes génériques différent, mais la totalité des sèmes de S1 se retrouve dans S7, avec le même ordre, ce qui indique une relation de métonymie simple. La « personne notable » est en effet la personne qui bénéficie de la « considération ».

8. Conclusion générale sur honestas

67La structure sémantique d’honestas est assez semblable à celle d’honestus.

Relations sémantiques entre les différents sens d’honestas :

Relations sémantiques entre les différents sens d’honestas :

68On remarque notamment, sur la gauche du schéma, l’évolution poussée du terme vers la sphère de l’éthique. À chaque étape, l’aspect social de la notion s’efface un peu plus au profit de la dimension morale. La désignation de la « beauté morale » par honestas apparaît ainsi comme un aboutissement et non comme une rupture avec les sens initiaux du mot. Si le terme a été enrichi d’un contact avec la notion grecque de καλόν, à la faveur d’un rapprochement avec honestum, il s’agit d’un calque sémantique discret et efficace, car parfaitement situé dans la lignée du sémantisme latin d’honestas. On perçoit ici toute l’habileté des cercles bilingues dans lesquels cet enrichissement s’est produit. Il faut aussi noter la capacité d’honestas à évoluer dans d’autres directions, même si ces sens restent secondaires. Honestas peut ainsi s’orienter vers un sens esthétique ; il s’agit là d’une caractéristique de tout le vocabulaire de l’honneur, puisqu’une telle évolution est visible aussi avec honos et honestus. Enfin, la capacité d’honestas à désigner la « marque d’honneur » et une « notabilité » témoigne d’une connexion du mot avec la sphère sémantique d’honos et d’une capacité à évoluer vers la désignation d’objets concrets et de personnes, tout en conservant les traits de sens essentiels de l’estime, de la position sociale et du mérite moral.

Conclusion de la première partie

69Au terme de ce parcours, il apparaît que les trois termes qui ont fait l’objet de notre étude ont une polysémie assez ample, avec neuf sens pour honos et sept pour honestus et honestas. Toutes les significations n’ont pas la même vitalité mais leur diversité témoigne de la plasticité du lexique en question ; il concerne quatre grandes sphères sémantiques, celles du social, du politique, du moral et de l’esthétique. Une des orientations majeures des termes étudiés est la désignation du prestige vécu par l’individu dans la collectivité à laquelle il appartient, qu’il s’agisse plus précisément de la situation de considération dont il jouit auprès de son entourage ou bien des marques d’honneur qui en sont le signe. Cet aspect est prépondérant pour honos mais son importance est moins grande pour ses dérivés, dont le sémantisme se concentre plutôt sur les qualités morales de la personne qui ne sont suivies qu’à titre facultatif d’effets sociaux bénéfiques. On voit ainsi s’opérer une spécialisation d’honos dans le domaine social de l’estime et de l’hommage, et d’honestus / honestas dans celui de la bonne moralité. Nos trois termes s’organisent donc globalement autour de deux pôles, celui de la sphère socio-politique, d’une part, et celui de l’éthique, d’autre part.

70Le sémantisme d’honos apparaît doté d’une assez forte cohérence car la très grande majorité des sens ont en commun un ou plusieurs sèmes. Ceux du /bienfait/, de l’/estime/, de la /position sociale éminente/ et des /mérites/ sont très fréquents et confèrent à honos une réelle unité. S’agissant d’honestus et d’honestas, on observe une récurrence de certains sèmes, tels que l’/estime/ ou la /conformité à des normes/, mais elle est moins massive que pour honos. Les sens s’organisent de manière cohérente mais ils sont plus étalés, certains d’entre eux apparaissant en cascade : dans honestas, « beauté morale » provient d’« honnêteté », qui provient d’« honorabilité » qui provient de « considération ».

71Notre analyse a aussi établi qu’honos, honestus et honestas ne sont pas isolés dans le système de la langue. En raison de leur polysémie, ils entrent chacun dans des relations d’antonymie ou de synonymie avec de nombreux autres termes. Parmi les différents rapports sémantiques observés, sont plus particulièrement significatives la synonymie d’honos avec dignitas, l’antonymie d’honos avec ignominia et celle d’honestus et honestas avec turpis et turpitudo.

72L’étude lexicale, enfin, apporte une solide base pour l’étude de la pratique et de la pensée de l’honneur. Pour honos, les analyses contextuelles ont mis en évidence un trait de sens désignant la présence d’un « signe » ; il nous faudra préciser la nature et le fonctionnement de ce signe et procéder à une herméneutique de l’honos. Il nous appartiendra aussi de préciser les formes concrètes prises par le « bienfait » qu’implique honos. Une place particulière devra être ménagée aux aspects politiques de l’honos et aux conséquences d’une définition des charges publiques comme marques d’honneur. Nous avons également constaté combien les mérites qui motivent l’honos occupaient une place importante dans les textes ; nous tâcherons donc de préciser leur nature et leur rôle. Il faudra aussi s’intéresser aux effets de l’honneur, comme nous invite à le faire la présence récurrente de traits de sens concernant la position sociale éminente. Pour honestus et honestas, l’analyse sémique a permis de montrer un déplacement de l’accent sémantique depuis une valeur sociale vers une valeur morale ; il faudra donc nous interroger sur la manière dont ces deux domaines s’articulent dans les faits. La présence de sèmes concernant la conformité à des normes et l’orientation de la conduite nous amènera à observer la capacité de l’honestum à agir comme un code d’honneur. L’évolution technique des termes nous conduira également à prêter une attention toute particulière à la conceptualisation de l’honestum et de l’honestas et à leur approfondissement théorique chez les auteurs de la République.

Notes

1 Rhet. Her. I, 5 ; III, 7. Cic. Inu. I, 8 ; I, 20, etc.

2 Daude, « Les substantifs abstraits de qualité », p. 246.

3 C’est l’hypothèse du DELL p. 298. Mais J. Daude souligne, à propos des formations anciennes en -tas sur base consonnantique (libertas, egestas), que « pour tenter de les ramener à la norme : base adjectivale + -itas, on s’est acharné à y supposer des haplologies » (Ibid., p. 248).

4 Acc. Trag. frg. 8 et 121 (Dangel). Sur cet usage chez Accius, voir J. Dangel, « Les mots suffixés en -tudo chez Accius : étude stylistico-linguistique », in Lavency, M. et Longrée, D. (éds.), Actes du ve colloque de linguistique latine, Louvain-la-Neuve / Borzée, 31 mars - 4 avril 1989, Louvain, Peeters, 1989, p. 91-102 ; A. De Rosalia., « I sostantivi in -tūdō in L. Accio », ALGP, 11-13, 1974-1976, p. 255-271. Sur la différence entre le suffixe -tas et -tudo, voir Daude, « Les substantifs abstraits de qualité », p. 303 : -tudo indique, à date ancienne, une qualité individuelle, subjective ; -tas « devait d’abord désigner une qualité en soi, une notion pour elle-même ».

5 Daude, « Les substantifs abstraits de qualité », p. 251.

6 Voir supra p. 28-29.

7 Ce sens d’honestas, qui n’est pas repéré par tous les lexicographes modernes, est cependant noté par les grammairiens anciens. Dans le chapitre de differentiis de son Ars, Charisius le rapproche ainsi de termes qui dénotent la notoriété ou l’importance sociale : auctoritas, amplitudo, claritas, claritudo (Char. 427, 2).

8 Voir Cic. Quinct. 49 où honestas entre en synonymie avec l’expression existimatio integra.

9 Voir l’entrée d’un glossaire latin-grec : honestas : τιμὴ ἐπὶ ἀξίας (CGL II, 455, 38). Honestas est ainsi définie comme une considération accordée au mérite.

10 Une autre différence est mise en avant par Lactance, mais elle n’est pas sensible dans les textes de notre corpus : quid est honestas nisi honor perpetuus ad aliquem secundo populi rumore delatus ? « Qu’est-ce que le prestige si ce n’est un honneur permanent adressé à quelqu’un par la rumeur populaire ? » (Lact. Inst. III, 8, 39). Voir aussi la définition d’Isidore de Séville : Nam quid est honestas nisi honor perpetuus, id est quasi honoris status ? « Car qu’est-ce que le prestige si ce n’est un honneur permanent, c’est-à-dire, en quelque sorte, une solide situation d’honneur ? » (Isid. Orig. X, 116). Les deux textes insistent sur le fait que l’honestas est un état de prestige plus durable que l’honos.

11 On trouve honestas employé en juxtaposition ou coordination avec gloria (Cic. Lael. 84 ; Fam. V, 8, 4), laus (Cic. Phil. VII, 14), decus (Cic. Phil. VII, 14), auctoritas (Cic. Inu. II, 33, 11 ; Flac. 49), dignitas (Cic. Sull. 73).

12 Sur la conception de l’honneur comme droit à l’estime, voir la réflexion et les définitions de Stewart, Honor, p. 12-29 : l’honneur y est analysé comme un « claim-right ».

13 Sur la valeur radicale et intensive de dedecus, Thomas, Déshonneur et honte, p. 26-33.

14 Le sens à donner à ad dans l’expression ad honestatem et amplitudinem nous semble être « en retour de » plutôt que « en vue de ».

15 Cic. Mur. 21.

16 Cic. Inu. II, 33.

17 Sur cet aspect du sens de turpitudo, Thomas, Déshonneur et honte, p. 128-129. Sur l’extrait des Catilinaires et sur sa valeur pour l’examen des vertus et des vices à Rome, voir Thome, Zentrale Wertvorstellungen der Römer, vol. 1 p. 104.

18 Cic. Q. fr. I, 4, 4.

19 Rhet. Her. I, 5 ; Cic. Inu. I, 20 et I, 21.

20 Sur l’aspect éthique de la dignitas, Wegehaupt, Die Bedeutung und Anwendung von dignitas, p. 34-36 ; Hellegouarc’h, Vocabulaire, p. 407 ; Piscitelli Carpino, « Dignitas in Cicerone », p. 261. Sur la proximité des deux notions, Drexler, « Dignitas », p. 234. Cicéron en vient presque à les identifier l’une à l’autre en Att. VII, 11, 1 : « ubi est dignitas nisi ubi honestas ? »

21 Caes. BG VII, 66, 5 ; Ter. Heaut. 576.

22 Cic. Verr. I, 27 et 28 : il faut consulere dignitati.

23 Voir l’analyse de Thomas, Déshonneur et honte, p. 350 sqq. pour pudor et p. 409 sqq. pour uerecundia.

24 J.-F. Thomas relève aussi pour pudor et uerecundia un autre sens, celui de « honorabilité, honneur » dont la synonymie avec honestas est plus forte que pour le sens « sentiment de l’honneur », mais qui n’est pas attesté avant Sénèque le Rhéteur (Ibid., p. 330 et 403).

25 Voir l’analyse que donne du terme Bardon, « L’honnêteté à Rome : du De officiis à La Rochefoucauld », p. 131.

26 Cic. Lael. 29.

27 Sall. Iug. 14, 4.

28 La synonymie crée ici un balancement syntaxique entre la protase et l’apodose. Sur cette fonction de la synonymie, voir Thomas, « Les fonctions linguistiques de la synonymie lexicale en latin », p. 878-880.

29 Cic. Off. III, 96.

30 Cic. Luc. 139 : cum honestas in uoluptate contemnenda consistat […].

31 Cic. Fin. II, 43.

32 Cic. Fin. II, 81.

33 Cic. Luc. 140 hanc normam, hanc regulam, hanc praescriptionem esse naturae. Voir aussi Off. III, 74 où il y a identité entre l’utilitatis regula et l’honestatis regula.

34 Cic. Fin. V, 22.

35 Voir Cic. Fin. I, 36 ; V, 64 ; V, 73.

36 Cic. Fin. V, 69. Sur le lumen de l’honestas, voir aussi Cic. Tusc. II, 58. Un lien fort est aussi établi entre le pulcherrimum et l’honestas par Cic. Off. III, 19.

37 Cic. Inu. II, 156.

38 Cic. Inu. II, 157.

39 Cic. Inu. II, 173-174.

40 Voir un semblable effet en Cic. Fin. II, 68 ; Tusc. II, 46. Cicéron recourt de même alternativement à decus et decorum. Sur cette alternance, voir R. Poncelet, Cicéron traducteur de Platon. L’expression de la pensée complexe en latin classique, Paris, De Boccard, 1953, p. 293.

41 Ibid., p. 179.

42 Comparer Cic. Off. III, 114 et Cic. Fin. V, 19-20.

43 Supra p. 72.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/5486/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Relations sémantiques entre les différents sens d’honestas :
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/5486/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k

© Publications de l’École française de Rome, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access