Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Question d'honneur

 | 
Mathieu Jacotot

Première partie. Le lexique : les mots et leur sens

Chapitre 2. Analyse sémantique d’honestus

Texte intégral

Introduction

  • 1 É. Benveniste, Noms d’agent et noms d’action en indo-européen, Paris, A. Maisonneuve, 1948, p. 167. (...)
  • 2 Voir A. Christol, « De l’accent phonologique à la suffixation : les thèmes en *-s- en latin », in B (...)
  • 3 F. Cusin-Berche, « Le lexique en mouvement : création lexicale et production sémantique », Langages (...)

1Honestus est le principal dérivé d’honos. Nous en donnerons une analyse conjointe avec l’adverbe honeste. Par commodité, toute référence faite à honestus s’entendra aussi comme une référence à la forme adverbiale. Honestus est issu de la flexion non attestée *honos, -eris, un ancien neutre qui aurait existé en parallèle à honos, -oris. Il est formé à l’aide d’une suffixation en *-to. Ce suffixe, d’après Benveniste, exprime « l’accomplissement de la notion dans l’objet »1. Dans les adjectifs en-tus dérivés de noms, l’accomplissement de la notion prend une valeur possessive : honestus, funestus, uenustus, signifient « qui a de l’honneur (honos), du deuil (funus), de la séduction (uenus) »2. Cependant, cela ne signifie pas que les sens d’honestus recouvrent entièrement ceux d’honos : les dérivés ont leurs développements sémantiques propres3. Le mot est aussi ancien qu’honos puisqu’on le rencontre chez Plaute et chez Ennius et il est légèrement plus fréquent que le substantif dont il est issu. Nous avons retenu sept sens d’honestus, dont deux sont étroitement liés et ne constituent pas à proprement parler des sens autonomes, mais plutôt des acceptions :

S1 : « Considéré, estimé. »
S2 : « Honorable, source de considération » (pour une chose, une action).
S2bis : « Honorable, digne de considération » (pour une personne).
S3 : « Honorifique. »
S4 : « Honnête, probe. »
S5 : « Beau, admirable. »
S6 : « Moralement beau, honnête, vertueux. »

2Le nombre des significations isolées peut paraître important mais les disparités sémantiques sont réelles et, dans la mesure où elles sont en rapport avec la morale romaine et son évolution, constituent des données trop importantes pour qu’on les néglige. Le court passage que consacre J. Hellegouarc’h à honestus fait pressentir la diversité des sens du mot :

  • 4 Hellegouarc’h, Vocabulaire, p. 463.

« Le plus souvent, sa valeur est très générale et il se rapporte à tous ceux qui appartiennent aux classes dirigeantes, et, de ce fait, exercent les honores ou sont susceptibles de les exercer. Il est l’équivalent du français ‘honorable’ et, comme lui, il se charge même d’une certaine valeur morale ce qui explique son large emploi dans le vocabulaire philosophique comme traduction du grec τὸ καλόν exprimant le ‘souverain bien’. »4

  • 5 TLL VI, 3, col. 2906-2908.

3Le mélange dans cette définition d’aspects politiques, sociaux, moraux et philosophiques est un indice de la richesse d’honestus mais montre aussi qu’un effort d’analyse et de classement est nécessaire. La même exigence apparaît quand on consulte des ouvrages de lexicographie. L’OLD propose quatre entrées principales : 1. « Regarded with honour or respect, of good repute » ; 2. « Well-born, of high rank » ; 3. « Morally worthy of respect, honourable » ; 4. « Having a fine appearance, handsome ». Cependant, la distinction entre les sens 1 et 2 demande à être réexaminée et la polysémie du mot « honourable » en anglais occulte certaines singularités d’honestus. L’article du TLL est plus riche, mais recourt à des critères de classement qui ne nous paraissent pas pertinents : aucune distinction n’est faite, notamment, entre honestus désignant l’état de celui qui détient le prestige par opposition à celui qui le mérite en raison de ses qualités. Certaines subtilités sémantiques sont en revanche bien isolées, telles que la différence entre celui qui est « honorable » pour sa « décence », sa « chasteté », sa « probité » ou bien sa « droiture »5, mais il faudra interroger la capacité de ces distinctions à constituer des sens autonomes. Le tableau qui suit présente l’emploi des différents sens d’honestus dans la chronologie.

Image 100000000000030B000004095A3BA174.jpg

4L’adjectif et l’adverbe apparaissent dans tous les genres littéraires mais sont surtout employés dans les œuvres oratoires, historiques et techniques (philosophie et rhétorique). Comme honos, honestus est très rare en poésie : on ne le rencontre qu’une seule fois, chez Lucrèce, et jamais chez Catulle. Le sens le plus fréquent est celui d’« honorable », qui représente environ 45 % des occurrences avec ses deux acceptions. Honestus est donc principalement tourné vers la sphère de l’honneur et de la dignité. Le second sens le plus récurrent est celui de « moralement beau » avec environ un tiers des occurrences, qui amène honestus dans la sphère de l’éthique. C’est aussi à ce domaine qu’appartient le troisième sens le plus représenté, « honnête », avec environ 12 % des occurrences. Les autres sens sont moins employés mais aucun ne l’est de manière extrêmement réduite, ce qui témoigne de la diversité du sémantisme d’honestus. L’adjectif et l’adverbe voient leur usage croître considérablement au premier siècle, mais cette augmentation est causée en grande partie par l’état de notre documentation : Cicéron concentre à lui seul plus de 80 % des occurrences. Les évolutions sémantiques les plus frappantes consistent dans le développement au second IIe siècle des sens « honnête » et « beau », très peu représentés auparavant, et dans l’importance considérable prise au Ier siècle, dans la Rhétorique à Herennius et l’œuvre de Cicéron, par le sens « moralement beau ». Le déplacement d’honestus vers l’esthétique et l’éthique intervient donc dans un second temps de l’histoire du mot. Honestus est centré initialement sur l’expression du prestige et de l’honneur.

1. « Considéré, estimé » (S1)

5Honestus désigne d’abord la personne qui bénéficie de la considération de son entourage ainsi que des marques d’honneur qui en sont le signe. Il s’agit d’une qualité purement sociale. Honestus signifie alors « considéré », « estimé » ou plus précisément « honoré », « distingué ». Il s’agit d’un sens peu fréquent (environ 5 % des occurrences) mais ancien et dont la position dans le sémantisme d’honestus est fondamentale. Le lien d’honestus avec honos est ici très fort, puisque l’adjectif désigne celui qui bénéficie de l’honos au sens « considération », ainsi que l’analyse morphologique nous l’a indiqué. Il s’agit donc probablement du sens premier d’honestus.

1.1. Bénéficier de la considération et de ses marques

6Est honestus l’individu qui fait l’objet d’un jugement positif de la part de la collectivité. Cicéron, pour souligner la loyauté et l’honnêteté de Roscius, fait remarquer que même Saturius, l’avocat de la partie adverse, a de la considération pour lui :

Quid? Tu, Saturi, qui contra hunc uenis, existimas aliter? nonne, quotienscumque in causa in nomen huius incidisti, totiens hunc et uirum bonum esse dixisti et honoris causa appellasti? Quod nemo nisi aut honestissimo aut amicissimo facere consueuit.

« Eh quoi ? Toi-même, Saturius, toi qui te présentes ici contre lui, as-tu de lui une autre opinion ? Chaque fois que dans cette cause tu as eu l’occasion de prononcer son nom, ne l’as-tu pas traité d’homme de bien, ne t’es-tu pas adressé à lui pour lui rendre hommage ? Et cela, personne n’a pour habitude de le faire si ce n’est pour quelqu’un de très estimé ou pour un ami très cher. »
(Cic. Rosc. Com. 18 ; trad. De La Ville de Mirmont modifiée).

  • 6 Cic. Tull. 19 ; Mur. 53 ; Verr. II, III, 60.
  • 7 Cic. Verr. II, III, 61 et II, IV, 44 ; Mur. 47.

7Cicéron présente Roscius comme une personne dont tous ont une bonne opinion : Saturius lui-même ne juge pas Roscius différemment (existimas aliter). C’est cette bonne opinion, rendue sensible par la marque d’honneur qui consiste à s’adresser à lui convenablement, pour l’honorer (honoris causa), qui justifie le qualificatif d’honestissimus décerné à Roscius. Celui qui est honestus est connu en bonne part : il n’est ni ignotus ni obscurus6. Ce sens d’honestus apparaît fréquemment associé à d’autres adjectifs qui suggèrent la faveur sociale, tels que gratiosus ou spectatus7. Dans la mesure où honestus qualifie celui qui bénéficie de l’honos, l’estime dont le sujet jouit peut s’accompagner de marques d’honneur concrètes qui signifient cette estime, puisque c’est là un des sèmes d’honos au sens « considération ». Nous le voyons dans le passage du Pro Roscio Comoedo cité supra, mais aussi dans des textes plus anciens comme les Captifs de Plaute :

Me hic ualere et seruitutem seruire huic homini optumo
Qui me honore honestiorem semper fecit et facit.

« Je vais bien et je suis en servitude ici, au service de cet excellent homme Qui, par les honneurs qu’il m’accorde, a fait et continue de faire de moi un homme plus honoré. »
(Pl. Cap. 391-392).

8Tyndare évoque ici la servitude dans laquelle il se trouve chez Hégion. L’adjectif honestus, au comparatif, signifie, sans ambiguïté possible, « honoré » : il désigne la situation de celui qui a bénéficié d’un honos au sens « marque d’honneur » ; le texte dit bien que honore, à l’ablatif instrumental, est le moyen par lequel Tyndare est devenu honestiorem. Ce sème n’est cependant pas systématiquement actualisé, et nous pouvons donc donner comme premiers éléments d’analyse sémique les traits suivants : /Qui bénéficie / de l’estime / susceptible d’être / signifiée / par des bienfaits/.

1.2. Les avantages sociaux associés à l’estime

9L’individu honestus jouit de l’estime de l’entourage mais aussi d’une position distinctive au sein de la collectivité à laquelle il appartient. L’adjectif peut qualifier un individu ou une famille entière. Il apparaît ainsi à plusieurs reprises dans l’expression honesto loco natus. Un des protagonistes du Pro Flacco est décrit en ces termes :

Adulescens bonus, honesto loco natus, disertus cum maximo ornatissimoque comitatu uenit in oppidum Graecum […].

« Un jeune homme de bien, né d’une famille estimée, s’exprimant aisément, arriva dans une ville grecque avec des compagnons nombreux et distingués […]. »
(Cic. Flac. 18).

  • 8 Cic. Flac. 24. Pour d’autres occurrences d’honesto loco natus, voir Cic. Verr. II, V, 31 ; Balb.(...)

10Le locus désigne le milieu dont l’adulescens est originaire, la famille dont il est issu ; et ce locus est honestus, c’est-à-dire qu’il est estimé et possède aussi une supériorité sur les autres dans la société. On le voit bien dans un autre passage du Pro Flacco où, glosant l’expression infimo loco natus, Cicéron écrit nullo splendore uitae, nulla commendatione famae : celui qui n’est pas issu d’un locus honestus n’a ni éclat distinctif ni bonne réputation8. Il s’agit là d’un trait de sens essentiel au sémantisme d’honestus, que nous pouvons présenter de la façon suivante : /qui bénéficie d’une position éminente dans la société/.

  • 9 Voir par exemple Cic. Verr. II, I, 10 et II, 149 où honestus est associé à grauis.

11À ce sème s’en adjoint un autre, relevant également des bénéfices sociaux impliqués par honestus et déjà observé à propos de plusieurs sens d’honos : celui de l’autorité sur l’entourage. Dans les Verrines, Cicéron souligne combien les témoignages contre Verrès sont accablants car ils sont portés par des hommes qui bénéficient d’un haut statut civique ou qui sont honestissimi9. L’honestus est une personne digne de foi, qui détient un réel pouvoir car son témoignage fait pencher la décision des juges dans le sens qu’il indique. Un sème virtuel se dégage, actualisé dans environ 25 % des cas, où l’estime est /propre à / être assortie d’influence/.

1.3. Conclusion

12Le sémème complet d’honestus « considéré » est le suivant : /Qui bénéficie / de l’estime, / susceptible d’être/signifiée/par des bienfaits,/et d’une position éminente dans la société/propre à/être assortie d’influence/. Ce sens d’honestus est étroitement lié à honos, dont il reprend plusieurs sèmes. Il apparaît comme exclusivement social puisqu’il qualifie l’individu ou le groupe jouissant de la faveur visible de l’entourage et d’une position distinctive et prestigieuse.

  • 10 Pl. Merc. 318 ; Cic. Verr. I, 137 ; Phil. II, 69.
  • 11 Voir dans Rhet. Her. IV, 11 ; Cic. Font. 16 ; Mil. 18.
  • 12 Sensible dans Cic. Quinct. 2 ; Flac. 88.

13Sa singularité apparaît encore davantage quand on le compare à des adjectifs de sens proche. Honestus ne comporte pas de manière aussi forte que spectatus l’idée, attachée à la racine *spic-, que le sujet attire les regards de l’entourage et fait l’objet d’une intense admiration10. Honestus est celui qui se distingue par les marques d’estime et par une position influente dans la société. On peut de la même façon le différencier d’ornatus, adjectif tourné vers l’expression d’un prestige visuel lié à une parure, qui ne suppose pas de hiérarchie sociale11. Honestus se distingue enfin de gratiosus tout comme honos s’écarte de gratia : la notion d’un crédit politique et d’une faveur populaire12 est nettement moins prégnante dans honestus.

2. « Honorable, source de considération »

14Ce sens d’honestus qualifie un objet, une action ou une qualité qui suscite la considération de l’entourage. Il désigne la conduite qui vaut à son auteur de l’honneur ou lui permet de conserver celui qu’il possédait déjà. On peut le traduire par « honorable », « source de considération », « source d’honneur ». Il se distingue du sens précédent car il ne désigne pas la situation où l’on jouit de l’estime, mais le stade préalable à cette situation, la capacité à obtenir une estime fondée sur l’excellence morale ou sociale. Honestus désigne la qualité de ce qui vaut de l’honos, de ce qui suscite la « considération » (S2 de honos).

2.1. Une source d’estime et de marques d’honneur

15Est honestum ce qui procure à son auteur la considération de son entourage. Il s’agit là d’un trait de sens essentiel, qui différencie honestus d’autres termes du vocabulaire moral tels que bonus ou probus : ces derniers, qui peuvent comme honestus renvoyer à un comportement jugé bon ou moral, n’impliquent jamais de bénéfice en termes d’estime publique. Cicéron raconte comment les Crotoniates ont montré à Zeuxis les beaux jeunes gens de leur cité :

Illi autem statim hominem deduxerunt in palaestram atque ei pueros ostenderunt multos, magna praeditos dignitate. Etenim quodam tempore Crotoniatae multum omnibus corporum uiribus et dignitatibus antesterunt atque honestissimas ex gymnico certamine uictorias domum cum laude maxima retulerunt.

« Ils conduisirent l’homme à la palestre et lui montrèrent de nombreux jeunes hommes, dotés d’une grande beauté. En effet, il y eut un temps où les Crotoniates étaient de loin les premiers en force et en beauté physiques et ils remportèrent dans des combats gymniques de très honorables et glorieuses victoires. »
(Cic. Inu. II, 2 ; trad. Achard).

16Dans le monde hellénisé de la Grande Grèce, les succès gymniques sont extrêmement valorisés et suscitent l’estime ; les victoires remportées par les Crotoniates sont honestissimae. Le fait de s’attacher à un comportement honestus permet de gagner de l’estime et de ne pas tomber dans le déshonneur ; c’est un des arguments que l’orateur qui veut parler en faveur du courage doit développer :

Item ab nulla re honesta periculi aut laboris magnitudine deduci oportere; antiquiorem mortem turpitudine haberi.

« De même il ne faut se laisser détourner d’aucune action honorable par l’importance du péril ou des épreuves ; il faut préférer la mort au déshonneur. »
(Rhet. Her. III, 5 ; trad. Achard modifiée).

17Faire preuve de courage au point de braver la mort écarte la turpitudo, c’est-à-dire la perte de l’estime collective par une action abjecte. L’action honesta, a contrario, permet de gagner la considération publique : le courage face au danger provoque en effet l’admiration. On retrouve avec ce sens d’honestus la notion d’estime observée au cœur du sémantisme d’honos. Cicéron expose en ces termes la raison qui l’a poussé à défendre les Siciliens :

Non enim spolia C. Verris, sed existimationem populi Romani concupiui. Meum fuit cum causa accedere ad accusandum: quae causa fuit honestior, quam a tam inlustri prouincia defensorem constitui et deligi?

« Car ce ne sont pas les dépouilles de Gaius Verrès que je désirai, mais l’estime du peuple romain. Il me fallait entreprendre mon accusation pourvu d’une cause légitime : quelle cause fut plus honorable que d’être choisi et constitué défenseur d’une si illustre province ? »
(Cic. Verr. II, I, 21).

  • 13 Voir aussi Cic. Att. I, 12 où agir honeste permet de s’attacher l’existimatio de la collectivité.
  • 14 Voir Sall. Iug. 14, 24 qui oppose l’acte honestus et celui qui est iure contemptus.
  • 15 Voir parmi de nombreux exemples Ter. Phorm. 912-913 ; Cic. Verr. II, II, 142 ; Dom. 65 ; Cael. 78 ;(...)
  • 16 Sur les valeurs morales de turpis, voir Monteil, Beau et laid, p. 280 sqq.
  • 17 Respectivement, Cic. Rosc. Amer. 48 ; Diu. Caec. 23.
  • 18 F. Klose note de même que cet usage d’honestus n’a pas un sens éthique et reste très lié à la notio (...)

18L’orateur a choisi de soutenir la cause des Siciliens, parce qu’elle est honesta, c’est-à-dire qu’elle permet d’attirer l’existimatio populi Romani, l’estime du peuple romain que Cicéron désire si fort13. Est honestum ce qui provoque une appréciation favorable et écarte le mépris14. C’est pourquoi honestus est régulièrement opposé à turpis15. Est turpe ce qui abaisse la considération et provoque une ségrégation sociale négative16. Honestus entre également dans des relations d’antonymie avec d’autres mots du vocabulaire du déshonneur et de l’infamie ; on voit ainsi chez Cicéron que l’acte honestus est celui qui n’est jamais suivi de probrum et permet d’éviter l’infamia17. Cette capacité d’honestus à désigner l’estime qui va être suscitée explique que le mot ait été employé avec un sens technique dans le domaine de la rhétorique, pour évoquer un type de genus causae. Il ne s’agit cependant pas d’un sens nouveau, mais bien d’un emploi localisé car tous les traits de sens d’honestus « honorable » sont conservés18. Il est question du genus honestum dans la Rhétorique à Herennius et le De inuentione, lorsque ces textes dressent une typologie des genres de cause possibles. La cause relève du genus honestum lorsqu’elle suscite de manière spontanée la faveur du public et la bienveillance des juges :

Genera causarum quinque sunt: honestum, admirabile, humile, anceps, obscurum. Honestum causae genus est cui statim sine oratione nostra fauet auditoris animus.

« Il y a cinq genres de cause : l’honorable, l’extraordinaire, l’insignifiant, le douteux, l’obscur. La cause est du genre honorable quand l’esprit de l’auditeur est immédiatement favorable, sans que nous prenions la parole. »
(Cic. Inu. I, 20 ; trad. Achard modifiée).

  • 19 Voir aussi Cic. Inu. I, 21 et Rhet. Her. I, 5. Le genus honestum correspond au genre que le grec no (...)

19La cause honesta est celle qui suscite la faveur de l’auditoire (fauet auditoris animus) qui est une forme d’estime. Le contenu social et moral d’honestus se trouve donc transposé dans le domaine technique de la rhétorique sans que son sens soit altéré19. C’est donc surtout l’estime que la conduite honesta assure à son détenteur mais on voit aussi dans quelques textes que vivre honeste permet d’obtenir des bienfaits qui sont la marque tangible de cette estime. On lit ainsi chez Salluste, dans le discours prononcé par Marius devant l’assemblée du peuple, que se conduire honeste permet de recevoir un honos :

Verum homines corrupti superbia ita aetatem agunt quasi uostros honores contemnant; ita hos petunt, quasi honeste uixerint. Ne illi falsi sunt, qui diuorsissumas res pariter expectant, ignauiae uoluptatem et praemia uirtutis.

« Mais ces hommes corrompus par leur orgueil vivent comme s’ils méprisaient vos honneurs ; et ils les briguent comme s’ils vivaient honorablement. Ils sont totalement dans l’erreur en voulant obtenir simultanément ces choses incompatibles, le plaisir de la paresse et les récompenses dues au mérite. »
(Sall. Iug. 85, 19-20 ; trad. Ernout modifiée).

20Marius reproche aux nobles de rechercher des honores sans vivre honeste, c’est-à-dire sans se conduire d’une manière qui permette de les obtenir. L’association des deux termes montre qu’est honestus le comportement digne d’honos. Mais ce dernier trait de sens n’est pas systématiquement actualisé et constitue donc un sème virtuel. Les différents éléments de sens repérés peuvent être synthétisés par les sèmes suivants : /Qui permet de / bénéficier de / l’estime / susceptible d’être / signifiée / par des bienfaits/.

2.2. La préservation du rang social

21Agir honeste permet de bénéficier pleinement de l’estime de la collectivité mais autorise également la préservation de son rang, de son appartenance à un groupe éminent. On voit ici resurgir un des traits du sémantisme d’honos qui associe la bonne réputation à la détention d’une position prestigieuse dans la société. L’acte honestus permet non seulement d’obtenir l’estime des autres mais aussi de préserver sa dignité sociale. Cet élément apparaît dans une tragédie d’Ennius. Agamemnon vient d’apprendre que sa fille Iphigénie est arrivée à Aulis et il sait qu’il va devoir la tromper pour la conduire au sacrifice, ce qui provoque en lui une intense affliction qu’il a cependant le devoir de réprimer :

Plebes in hoc regi antistat loco : licet
Lacrumare plebi, regi honeste non licet.

« La plèbe l’emporte sur le roi en ceci : il est permis
À la plèbe de pleurer, il n’est pas permis au roi de le faire sans se déshonorer. »
(Enn. Trag. inc. frg. CCXV Jocelyn).

  • 20 Cic. De or. II, 198.

22Agamemnon est gagné par le chagrin mais se trouve dans l’impossibilité de laisser couler ses larmes. Montrer son émotion et pleurer en public est inconcevable pour un roi : ce ne serait pas agir honeste, c’est-à-dire d’une manière qui lui permette de garder son rang de monarque et d’avoir la considération de ses sujets. Le fait d’être haut placé dans la cité, parce qu’on exerce le pouvoir, interdit un certain type de conduite. L’orateur Antoine le confirme quand il souligne qu’il est des activités inconcevables pour un ancien censeur tel que lui : il ne peut honeste se faire accusateur dans un procès20. Trois sèmes se dégagent : est honestus ce /qui permet / de bénéficier / d’une position éminente dans la société/.

2.3. Les fondements de l’estime suscitée : convenances sociales et règles morales

23L’adjectif honestus actualise de manière systématique l’idée que l’estime suscitée est fondée sur certaines qualités. Honestus évolue donc depuis un sens social, celui de « considéré », vers une coloration plus morale avec le sens « honorable ». Cependant, le rapport avec la collectivité, déjà sensible dans le trait de sens de /l’estime/, est encore ici bien réel : l’acte honestus est conforme à des règles qui sont celles du groupe et en adéquation avec une morale sociale et non une éthique personnelle. Si Antoine ne peut se livrer à l’accusation dans les procès, c’est parce que les convenances sociales interdisent à des hommes de son rang de le faire. Les actions honestae sont mentionnées dans des contextes qui évoquent l’idée d’une bienséance sociale. C’est le cas dans les Captifs où le prisonnier Tyndare conseille à Hégion de ne pas réclamer une rançon trop importante à celui qu’il fait passer pour son père car ce dernier pourrait bien préférer pour son fils la captivité :

Ne tuum animum auariorem faxint diuitiae meae:
Ne patri, tametsi unicus sum, decere uideatur magis,
Me saturum seruire apud te sumptu et uestitu tuo
Potius quam illi, ubi minime honestumst, mendicantem uiuere.

« Que mes richesses ne rendent pas ton cœur plus avide,
De peur qu’à mon père, bien que je sois son seul fils, il ne paraisse plus convenable
Que je sois esclave chez toi, bien nourri et vêtu à tes frais,
Plutôt que de vivre en mendiant chez nous, où c’est très peu honorable. »
(Pl. Cap. 320-323).

  • 21 Voir entre autres Rhet. Her. III, 5 et III, 9 ; Sall. Hist. frg. I, 12 et II, 47 (Reynolds).

24La vie en captivité est préférable, pour autant que l’on soit bien traité, à une vie dans le dénuement le plus total car la misère impose de mendier, ce qui est très peu honestum. Aux yeux du père, cela n’est pas conforme aux convenances sociales du decet (decere uideatur). Le sémantisme d’honestus prend donc en compte l’obéissance à des règles sociales, mais qui se doublent toujours de normes morales : l’adjectif implique la détention de vertus individuelles. À ce titre, l’acte honestus est un acte « honorable », mais aussi « conforme à l’honneur », aux règles de comportement les plus prestigieuses et les plus hautes. Le courage, notamment face à la mort, et la dévotion de l’individu à la res publica sont des traits récurrents d’une vie honesta21. D’autres qualités apparaissent dans le Pro Caelio :

At uero in M. Caelio (dicam enim iam confidentius de studiis eius honestis, quoniam audeo quaedam fretus uestra sapientia libere confiteri) nulla luxuries reperietur, nulli sumptus, nullum aes alienum, nulla conuiuiorum ac lustrorum lubido.

« Pour revenir à Caelius – j’aurai plus d’assurance désormais pour parler de ses penchants honorables, puisque l’appui de votre sagesse me fait oser quelques libres confidences – l’on ne trouvera chez lui ni luxe ni dépenses ni dettes ni passion pour la table ou les mauvais lieux. »
(Cic. Cael. 44 ; trad. Cousin).

  • 22 Voir respectivement Cic. Inu. II, 164 ; Sall. Cat. 13, 2 ; Cic. Verr. II, IV, 124 ; Diu. Caec. 64.

25Les studia honesta de Caelius désignent son austérité et sa modération, son refus des plaisirs et du luxe, toutes qualités qui sont valorisées dans la morale romaine. Sont aussi qualifiées d’honestae des qualités comme la parsimonia, le pudor, la générosité ou encore le mépris de son intérêt personnel22. Nous pouvons donc isoler les sèmes suivants : le comportement honestus mérite l’estime /par sa conformité / aux normes sociales et morales collectives/.

2.4. Un guide pour la conduite

26Il reste à expliciter un dernier trait de sens d’honestus : l’adjectif implique que l’action qu’il qualifie fait l’objet d’une inclination de la part des individus, que c’est une chose que l’on sélectionne de préférence quand il faut choisir telle conduite plutôt que telle autre. De ce fait, est qualifié d’honestum ce qui est propre à orienter le comportement du sujet : la conformité aux normes morales et sociales n’est pas vécue de manière passive mais active et les actes honesti constituent autant d’éléments d’un code de conduite. Il ne s’agit pas d’un trait de sens systématique, l’action honesta n’étant pas toujours érigée au rang de principe de comportement, mais on le retrouve tout de même dans environ 50 % des occurrences du mot. L’objet honestus apparaît souvent dans les moments où une décision doit être prise et il sert alors de critère de choix. Dans le Poenulus, Hannon s’adresse aux deux jeunes filles de la pièce et fait semblant de les assigner en justice :

In ius uos uoco, nisi honestiust prehendi.

« Je vous appelle en justice, à moins que vous ne jugiez plus honorable qu’on vous appréhende. »
(Pl. Poen. 1232 ; trad. Ernout).

  • 23 Sur l’usage plautinien de cette formule, M. A. Suárez, et M. B. Álvarez, « La ‘in ius uocatio’ en P (...)
  • 24 Rhet. Her. III, 8. Voir aussi Cic. Planc. 37 où sodalitas est préféré à consensio, bien que son sen (...)
  • 25 Voir Monteil, Beau et laid, p. 283-287.

27Il n’est pas honestus de subir une contrainte par corps pour être traîné devant le préteur (prehendi). Il est plus honorable de se plier à la procédure de mise en accusation classique devant le magistrat, que désigne la formule codifiée in ius uoco23. Hannon donne le choix aux jeunes filles entre une conduite honesta et une autre qui ne l’est pas et sa supposition ironique laisse clairement entendre que l’on choisit spontanément celle qui est honesta. Quand on hésite sur le mot à employer pour désigner une chose, on utilisera de préférence celui qui est honestus : le mot de consilium, pour désigner un dessein habile, est ainsi plus honorable que dolus qui est péjoratif24. Est donc honestum ce qui s’impose quand le sujet est placé face à un choix. À l’inverse, tout ce qui n’est pas honestum doit être rejeté et évité. L’adjectif turpis sert ici encore d’antonyme à honestus car il désigne une conduite mauvaise en insistant sur le fait qu’elle suscite la répulsion : est turpe ce dont on s’écarte en raison de l’aversion que l’on ressent25. À l’inverse, est honestum ce qui provoque une attraction et dirige l’action. Ce trait de sens devient particulièrement important quand honestus est utilisé comme substantif au neutre singulier ; il est alors apte à désigner « l’honneur » compris comme principe d’action. Celui qui s’y attache fait preuve de « sens de l’honneur ». C’est le cas chez Salluste quand ce dernier remarque que le consul Calpurnius, envoyé en Afrique avec des légions pour contrer Jugurtha, se laisse acheter par le roi Numide, tout comme Scaurus qui l’accompagne :

Qui, tametsi a principio, plerisque ex factione eius conruptis, acerrume regem inpugnauerat, tamen magnitudine pecuniae a bono honestoque in prauom abstractus est.

« Scaurus qui au début, bien que presque tous les gens de son parti se fussent laissé gagner, s’était déclaré l’adversaire acharné du roi, mais qui, devant les sommes énormes qu’on lui offrait, avait abandonné pour la voie du mal la voie du bien et de l’honneur. »
(Sall. Iug. 29, 2).

  • 26 Même association en Iug. 8, 1 et 82, 2. D’après Klose, Bedeutung, p. 126, l’expression bonum atque (...)

28L’honestum renvoie à un comportement « honorable » en tant qu’il est érigé en principe de conduite propre à orienter l’action du sujet. Scaurus écoute d’abord ce principe supérieur, qui lui permet de ne pas céder à la corruption, mais l’oublie devant l’importance des cadeaux qui lui sont faits. Il est alors « arraché » (abstractus est) à l’honestum, image qui suggère bien que ce dernier est un guide auquel il faut s’attacher. Il est ici associé à un autre principe, bonum, mais s’en distingue néanmoins26 : le bonum indique lui aussi une conduite morale réglée, mais ne suppose pas comme honestum la conformité à une dignité sociale ni l’obtention consécutive de l’estime publique. Il apparaît donc qu’est honestum ce qui est /propre à / guider la conduite de l’individu/.

2.5. Conclusion

29Le sémème complet d’honestus au sens « honorable, source de considération » est le suivant : /Qui permet de / bénéficier de / l’estime / susceptible d’être / signifiée / par des bienfaits / et d’une position éminente dans la société / par sa conformité / aux normes sociales et morales collectives / et qui est propre à / guider la conduite de l’individu/. Le nombre des sèmes retenu peut paraître important mais il nous paraît justifié par la complexité même de ce sens d’honestus. Ce sémème peut être comparé à celui de « considéré, estimé » (S1) :

S1 : « Considéré, estimé »

S2 : « Honorable, source de consid. »

/Qui permet de/

/Qui bénéficie/

/bénéficier de/

/de l’estime,/

/l’estime,/

/susceptible d’être/

/susceptible d’être/

/signifiée / par des bienfaits,/

/signifiée / par des bienfaits,/

/et d’une position éminente dans la société/

/et d’une position éminente dans la société/

/propre à/

/par sa conformité/

/être assortie d’influence/.

/aux normes sociales et morales collectives/

/et qui est propre à/

/guider la conduite de l’individu/.

30La totalité des sèmes de S1 se retrouve dans S2, à l’exception du sème de/l’influence/, mais ce dernier est secondaire car faiblement actualisé. Le sème générique de S2 est nouveau par rapport à S1. Il s’agit donc d’une relation de métonymie : est « honorable » ce qui permet d’être « honoré » par ses qualités sociales et morales conformes à un code de conduite. L’innovation sémantique majeure de l’acception « honorable » consiste à faire une place importante aux fondements moraux de la considération.

31Ces traits de sens permettent de mesurer la singularité d’honestus par rapport aux autres termes de son champ lexical. Laudabilis implique l’obtention d’un bienfait précis, l’éloge (laus), et gloriosus la détention d’une large notoriété qui n’est pas identique à l’estime et au respect des concitoyens suggérés par honestus : la gloria n’est pas l’honos. Honestus s’écarte encore davantage des adjectifs qui désignent la qualité morale comme bonus, probus ou rectus. D’abord parce que ces derniers n’envisagent pas les retombées sociales de la bonne conduite que sont l’estime et les marques d’honneur ; ensuite parce qu’ils supposent une conformité à des normes surtout morales tandis qu’honestus implique aussi le respect de règles sociales imposées par le rang dans la société. Bonus peut certes porter lui aussi cette signification, mais son sens est beaucoup plus large que celui d’honestus et sa connotation n’est pas aussi laudative.

3. « Honorable, digne de considération » (S2bis)

  • 27 Klose, Bedeutung, p. 122. Sur cette distinction, G. Cardascia, « L’apparition dans le droit des cla (...)
  • 28 Voir, pour ne citer que quelques exemples, Cic. Quinct. 43 ; Rosc. Amer. 24 ; Verr. II, III, 56 ; F (...)

32Ce sens d’honestus est très proche de celui que nous avons considéré précédemment. Il désigne le sujet qui mérite la considération et les marques d’honneur de son entourage pour ses qualités particulières. La traduction qu’en donne le français est d’ailleurs la même pour chacun des deux sens : est « honorable » l’acte qui apporte du prestige aussi bien que la personne qui est digne de le recevoir. Il faut cependant les distinguer, sinon en deux sens, du moins en deux acceptions. En effet, ce sens d’honestus diffère du précédent car des sèmes nouveaux apparaissent ; il a en outre la singularité de ne pas apparaître avant la Rhétorique à Herennius, ce qui est un indice supplémentaire de son indépendance par rapport au sens « source de considération » qui est ancien. Le lien avec honos est assez net : est honestus le sujet qui mérite l’honos « considération ». À l’époque républicaine, l’adjectif n’est pas encore un titre, ce qu’il deviendra au IIIe siècle après J.-C., où sera faite une distinction juridique entre honestiores et humiliores27. Il est fréquemment utilisé au superlatif pour qualifier des personnes. La forme honestissimus semble même parfois perdre un peu de sa force tant elle est employée de manière systématique au lieu d’honestus ; c’est le cas notamment dans les discours de Cicéron, où ce dernier qualifie facilement son client ou un témoin favorable d’honestissimus ou d’in primis honestus28. L’analyse sémique de ce sens sera plus rapide que celle opérée précédemment car les deux acceptions ont de nombreux sèmes en commun. Nous placerons l’accent sur leurs divergences.

3.1. Le droit à l’estime et à ses marques

33Avec ce sens, l’adjectif désigne non pas celui qui bénéficie de l’estime mais qui a droit à en bénéficier, qui la mérite. On le perçoit dans le passage des Verrines que Cicéron consacre à la cité d’Herbita, dépouillée par Verrès :

Etenim deinceps uideamus Herbitensis ciuitas honesta et antea copiosa quem ad modum spoliata ab isto ac uexata sit. At quorum hominum! summorum aratorum, remotissimorum a foro, iudiciis, controuersiis, quibus parcere et consulere, homo impurissime, et quod genus hominum studiosissime conseruare debuisti.

« Ensuite voyons donc comment l’honorable cité d’Herbita, qui était riche autrefois, a été dépouillée et persécutée par cet homme. Pourtant ces gens d’Herbita, quels hommes ! les meilleurs cultivateurs, tout à fait étrangers aux affaires du forum, aux procès, aux chicanes ; des gens que tu aurais dû épargner, sur qui tu aurais dû veiller, toi le plus impur des hommes, et dont tu aurais dû prendre le plus grand soin. »
(Cic. Verr. II, III, 75).

34Herbita est une ciuitas honesta qui a été accablée de malheurs par la faute de Verrès et que Cicéron s’attache à montrer comme digne de considération et de soins : en tant qu’honesta, la cité aurait dû être protégée (conseruare debuisti), ce qui est le degré zéro de la marque d’honneur. On voit qu’est qualifié d’honestus celui envers qui s’exerce un devoir d’estime et d’égards. On le voit aussi dans la distinction faite par Cicéron de l’honestus et de l’honoratus dans un texte du Brutus que nous citions à propos d’honos et qui mérite un nouvel examen :

Cum honos sit praemium uirtutis iudicio studioque ciuium delatum ad aliquem, qui eum sententiis, qui suffragiis adeptus est, is mihi et honestus et honoratus uidetur.

« Puisque l’honneur est une récompense de la vertu accordée à quelqu’un par le jugement et l’affection des concitoyens, celui qui l’obtient par leurs décisions et leurs suffrages me semble à la fois honorable et honoré. »
(Cic. Brut. 281).

  • 29 Rhet. Her. IV, 47.

35L’honoratus bénéficie pleinement de l’honos et de ses avantages mais n’est pas pour autant toujours honestus : pour pouvoir prétendre à cette qualité, il faut prouver que l’on est digne de l’honos, par ses qualités personnelles (la uirtus) et par la régularité des moyens avec lesquels on l’a obtenu. Honestus s’oppose aux termes qui impliquent l’impossibilité de mériter l’estime publique, comme turpitudo ou dedecus29. Les sèmes suivants peuvent donc être dégagés : /Qui mérite / de bénéficier / de l’estime / susceptible d’être / signifiée / par des bien faits/. Le sème des /bienfaits/ n’est pas systématiquement actualisé : on le rencontre dans environ 35 % des cas.

3.2. Les fondements du droit à l’estime : qualités morales et convenances sociales

36L’adjectif honestus désigne un droit à la considération fondé, essentiellement mais non exclusivement, sur des qualités morales. Cicéron évoque en ces termes Sextus Pompeius Chlorus, qui a défendu une victime de Verrès :

Quid ego hic nunc Sex. Pompei Chlori testimonium recitem, […] hominis honestissimi, tametsi ciuis Romanus uirtutis causa iam diu est, tamen omnium Siculorum primi ac nobilissimi?

« Dois-je faire ici et maintenant la lecture du témoignage de Sextus Pompeius Chlorus, […] cet homme très honorable qui, bien qu’il soit depuis longtemps devenu citoyen romain grâce à sa valeur, est cependant le premier et le plus noble de tous les Siciliens ? »
(Cic.Verr. II, II, 23).

37Pompeius Chlorus est honestissimus, tout à fait digne de considération, et il a d’ailleurs reçu une marque d’honneur, l’octroi de la citoyenneté romaine. Ce bénéfice se fonde sur sa valeur générale, uirtutis causa. Est honestus celui qui se conforme à des règles de comportement strictes qui écartent toute indignité et respecte donc un code de l’honneur. Cela apparaît dans le passage du De suppliciis où, après une défaite navale des Siciliens face aux pirates, les capitaines de vaisseaux sont mis aux arrêts, à l’exception de Cléomène, nommé par Verrès à la tête de la flotte de Sicile :

Tum uero omnibus indignissimum uisum est homines honestissimos electos ex suis ciuitatibus in ferrum atque in uincla coniectos, Cleomenem propter flagitiorum ac turpitudinum societatem familiarissimum esse praetori.

« Alors tous jugent tout à fait révoltant que des hommes très honorables, choisis parmi leurs concitoyens, soient mis aux fers et enchaînés et que Cléomène, à cause de sa complicité de scandales et d’infamies, soit dans la plus grande familiarité avec le préteur. »
(Cic. Verr. II, V, 107 ; trad. Rabaud).

  • 30 Voir le sémème que donne Thomas, Déshonneur et honte pour chacun de ces termes (p. 158 et 212). Cf.(...)
  • 31 Respectivement, Sall. Iug. 85, 49 ; Cic. Rosc. Amer. 113 ; Verr. I, 20 ; II, III, 67 ; II, III, 149
  • 32 L’honestus ne peut se comporter comme les déclassés que sont les gladiateurs ou les prostitués (Cic (...)

38Les hommes honesti sont ceux qui ne sont entachés d’aucun flagitium ni d’aucune turpitudo, qui désignent respectivement une action scandaleuse et une conduite déshonorante et ignoble30. À l’inverse, faire preuve de courage, être fortis, est un trait de caractère de l’homme honestus, au même titre que le respect de la fides, de l’équité, que l’absence d’esprit de chicane ou que la générosité désintéressée31. Outre ces qualités morales, le sens « honorable, digne de considération » d’honestus indique, comme S2, le respect des convenances sociales32. Se dégagent ainsi les sèmes de la /conformité / aux normes sociales et morales collectives/.

3.3. Les bases sociales du droit à l’estime

39La singularité du sens d’honestus « digne de considération » par rapport à « source de considération » apparaît dans le second pilier du droit à l’estime désigné par l’adjectif. Cette acception garde en effet un aspect social prononcé : dans environ la moitié des textes, elle renvoie à un mérite qui ne se fonde pas seulement sur le respect de convenances mais aussi sur la détention d’une position socialement élevée, qu’il s’agisse de la noblesse de la naissance ou de la richesse personnelle. Le droit à l’estime de la personne honesta repose aussi sur son prestige social. Ce double fondement du droit à la considération apparaît bien dans le texte des Catilinaires qui détaille la composition de l’entourage de Catilina et envisage d’abord le cas des riches Romains :

Horum hominum species est honestissima (sunt enim locupletes), uoluntas uero et causa impudentissima.

« Ces gens sont d’apparence très honorable (car ce sont des riches), mais leurs intentions et leur cause manquent totalement de décence. »
(Cic. Catil. II, 18).

40Les gens riches sont qualifiés d’honesti à cause de leur fortune (sunt enim locupletes). Mais elle n’est pas suffisante pour faire d’eux des personnes pleinement honestae : elles n’ont que l’apparence de l’honorabilité, c’est leur species qui est honestissima, il leur manque les fondements moraux qui créent la véritable dignité. Le caractère honestus de l’individu repose sur l’association de ces deux éléments, moral et social, comme en témoigne un texte des Verrines :

Eubulida est Grospus Centuripinus, homo cum uirtute et nobilitate domi suae, tum etiam pecunia princeps. Huic homini, iudices, honestissimae ciuitatis honestissimo non modo frumenti scitote sed etiam uitae et sanguinis tantum relictum esse quantum Aproni libido tulit.

« Eubulidas Grospus est un habitant de Centuripe, un citoyen, par sa valeur et la noblesse de sa famille ainsi que par sa fortune, de premier ordre. Cet homme, juges, le plus honorable d’une cité très honorable, sachez qu’on ne lui a laissé qu’autant de froment mais aussi de vie et de sang que le désir d’Apronius l’a permis. »
(Cic. Verr. II, III, 56).

  • 33 Le qualificatif d’honestus est à plusieurs reprises associé à celui de locuples (Cic. Verr. II, IV, (...)
  • 34 Voir, parmi de très nombreux exemples, Cic. Verr. II, I, 137 ; II, III, 36 ; Imp. Pomp. 17 ; Rab. P (...)

41Si Eubulidas est honestissimus, c’est par sa uirtus, sa valeur personnelle, mais aussi par la nobilitas de sa famille et par sa fortune (pecunia)33. Il est par ailleurs significatif qu’honestus soit utilisé pour désigner un ordo : l’ordre équestre est très souvent qualifié d’honestus, par Cicéron, qui en était un membre éminent et pouvait donc avoir intérêt à souligner la grandeur de son extraction, mais aussi par César ou par la Rhétorique à Herennius, ce qui montre qu’il ne s’agit pas d’un emploi spécifique à l’Arpinate34. Que tout un ordo puisse être honestus indique que l’appartenance à ce dernier est un gage d’honorabilité, et que cette même honorabilité a donc un fondement social. On voit ainsi se dégager un sème dans environ 40 % des occurrences : est honestus l’individu qui mérite l’estime par sa /position éminente dans la société/.

3.4. Savoir guider sa conduite

42Être honestus implique aussi la conscience d’un certain nombre de règles et la capacité à orienter sa conduite conformément à ces règles. L’homme honestus obéit à un code d’honneur qui dirige son action :

Atque huic eidem nuper tres equites Romani honesti et graues, cum in causa liberali eum qui adserebatur cognatum suum esse diceret, non crediderunt.

« C’est ce même homme que récemment trois chevaliers romains honorables et dignes de foi ont refusé de croire, dans un procès de liberté où il affirmait que celui dont il revendiquait la liberté était son parent. »
(Cic. Flac. 40 ; trad. Boulanger).

  • 35 Cic. Clu. 141.

43Il est ici question d’un menteur qui essaie d’abuser les juges dans un procès. Les chevaliers qui entendent le discours mensonger et savent qu’il l’est n’y ajoutent pas foi (non crediderunt). C’est précisément le fait qu’ils soient honesti qui les contraint à ne pas croire un affabulateur mal intentionné car une telle attitude mettrait en péril leur dignité. Un homme d’honneur ne peut, de la même façon, reconnaître publiquement qu’il va aux thermes avec son fils, car l’aveu d’une telle promiscuité dans la nudité est déshonorant35 : l’honestus doit écarter l’indécence sexuelle. Il doit écouter ce principe d’action qu’est l’honneur comme l’explicite Salluste au début du Bellum Iuguthinum :

Ea tempestate in exercitu nostro fuere conplures noui atque nobiles, quibus diuitiae bono honestoque potiores erant, factiosi domi, potentes apud socios, clari magis quam honesti, qui Iugurthae non mediocrem animum pollicitando accendebant, si Micipsa rex occidisset, fore uti solus imperi Numidiae potiretur : in ipso maxumam uirtutem, Romae omnia uenalia esse.

« À cette époque il y avait dans notre armée nombre d’hommes nouveaux et de nobles, qui préféraient la richesse au bien et à l’honneur, influents à Rome, puissants auprès des alliés, plus célèbres qu’honorables, qui enflammaient l’ambition déjà vive de Jugurtha à force de lui promettre que, si le roi Micipsa venait à disparaître, il deviendrait seul maître du royaume de Numidie : il avait pour lui sa grande valeur personnelle et à Rome tout se vendait. »
(Sall. Iug. 8, 1 ; trad. Ernout).

  • 36 Voir supra p. 127.

44L’adjectif substantivé honestum désigne l’honneur en tant que principe imposant une conduite honorable36. Or Salluste associe cet honestum à la qualité de personne honesta : ceux qui préfèrent la richesse à l’honestum sont ceux qui sont clari magis quam honesti, « plus célèbres qu’honorables » : honestus ne désigne pas ici une notoriété mais le droit à cette notoriété, l’honorabilité. Et ce droit à l’estime implique d’écouter attentivement l’honestum. Est donc honestus celui qui sait /guider sa conduite/.

3.5. Conclusion

45Le sémème complet d’honestus « honorable, digne de considération » (S2bis) est le suivant : /Qui mérite / de bénéficier / de l’estime / susceptible d’être / signifiée / par des bienfaits / pour sa conformité / aux normes sociales et morales / susceptible d’être / renforcée par sa position éminente dans la société /, et qui sait guider sa conduite/. Ici encore, le nombre de sèmes retenus peut paraître excessif mais il se justifie par la richesse des nuances sociales, morales et psychologiques. Il peut être rapproché du sémème de « honorable, source de considération » (S2) :

S2 : « Honorable, source de consid. »

S2bis : « Honorable, digne de consid. »

/Qui permet de/

/Qui mérite de/

/bénéficier de / l’estime,/

/bénéficier de / l’estime,/

/susceptible d’être/

/susceptible d’être/

/signifiée / par des bienfaits,/

/signifiée / par des bienfaits,/

/et d’une position éminente dans la société/

/par sa conformité/

/pour sa conformité/

/aux normes sociales et morales collectives/

/aux normes sociales et morales collectives/

/et qui est propre à/

/susceptible d’être/

/renforcée par sa position éminente dans la société/,

/guider la conduite de l’individu/.

/et qui sait guider sa conduite/.

  • 37 Thomas, Déshonneur et honte, p. 152-153.

46Les deux sémèmes sont très proches : mis à part le changement du sème générique, la totalité des sèmes de S2 se retrouve dans S2bis. Il faut cependant noter un changement de l’articulation logique : la /position sociale éminente/ est un bénéfice social de l’action honesta dans le premier cas alors qu’elle devient un fondement de l’honorabilité dans le second. Ce cas de figure n’est pas envisagé par R. Martin dans sa typologie, mais se rapproche de la relation de « pluralité d’acceptions par amincissement » décrite par J.-F. Thomas à propos de turpitudo et de flagitium : seul le sème générique change, les autres sèmes se maintiennent mais sont distribués différemment37. On ne passe pas réellement avec honestus d’une acception concrète à une acception abstraite, comme dans la description que donne J.-F. Thomas de ce phénomène, mais il y a tout de même évolution depuis une acception qui désigne une source tangible et concrète d’honneur à une autre où cet honneur est envisagé sur un mode plus conditionnel.

4. « Honorifique » (S3)

47Il s’agit là d’un sens d’honestus assez peu fréquent mais qui témoigne de la souplesse sémantique de l’adjectif et de sa capacité à envisager l’honos sous différents points de vue. L’action honesta est alors celle par laquelle une marque d’honneur est conférée à un tiers, marque qui procure à celui qui la reçoit du prestige. À la différence du sens « honorable » (S2), les mérites de la personne honorée passent au second plan et, surtout, ce n’est pas l’auteur de l’action qui bénéficie de l’estime et du prestige mais celui qui est visé par l’action. Est honestus l’acte qui donne un honos à un tiers, qui lui procure une « marque d’honneur » ainsi que la « considération » qui en découle. Le sens est attesté dès Plaute. Il n’est pas isolé par les ouvrages de lexicographie moderne mais nous paraît constituer un sens autonome en raison de la singularité du point de vue qu’il suppose.

4.1. Analyse sémique

48Ce sens apparaît dans un passage du Rudens :

Neque digniorem censeo uidisse anum me quemquam,
Cui deos atque homines censeam bene facere magisdecere.
Vt lepide, ut liberaliter, ut honeste atque haud grauate
Timidas, egentes, uuidas, eiectas, exanimatas
Accepit ad sese, haud secus quam si ex se simus natae!

« Je n’ai jamais vu, je crois, de vieille femme plus digne,
Personne ne mériterait plus de recevoir les bienfaits des dieux et des
hommes.
Avec quelle attention, quelle générosité, quels égards, quelle spontanéité
Elle nous a accueillies, nous qui étions terrifiées, dépouillées, trempées, abandonnées, épuisées,
Tout comme si nous étions ses propres filles ! »
(Pl. Rud. 406-410).

  • 38 C’est ainsi que F. Klose comprend le passage : « honeste entspricht etwa einem honorifice (...) : ‘ (...)

49Ampélisque parle ici de la prêtresse de Vénus qui l’a recueillie, elle et sa compagne, après leur naufrage. Honeste qualifie la façon dont la prêtresse a traité les jeunes femmes : ce pourrait être « honorablement » mais l’adverbe aurait alors un sens un peu faible. Étant donné les termes qui accompagnent honeste (lepide, liberaliter, haud grauate), on peut plutôt penser que l’adverbe exprime la générosité et l’affabilité de la prêtresse ; il indique qu’elle a accordé aux naufragées des honores. Elle a agi « d’une manière qui confère des égards », de façon « honorifique »38. De même, quand Caton parle de son attitude lorsqu’il était à la tête de l’armée en Espagne :

Interea unamquamque turmam manipulum cohortem temptabam quid facere possent; proeliis leuibus spectabam cuiusmodi quisque esset; si quis strenue fecerat, donabam honeste, ut alii idem uellent facere, atque in contione uerbis multis laudabam.

« Pendant ce temps je mettais à l’épreuve chaque escadron, chaque manipule, chaque cohorte, pour voir ce qu’ils étaient capables de faire ; en les engageant dans des escarmouches, j’essayais de voir de quelle trempe était chacun d’eux ; si l’un s’était comporté vaillamment, je le récompensais généreusement, pour que les autres veuillent l’imiter, et pendant l’assemblée des soldats je le louais dans un long discours. »
(Cat. frg. IV, 35 ORF).

50Caton montre qu’il a bien traité ses troupes, qu’il les a récompensées honeste, en leur conférant des honneurs qui donnaient une position prestigieuse au sein de l’armée, propre à exciter l’émulation (ut alii idem uellent facere). On comprend dès lors qu’un honos soit qualifié d’honestus car il est bien, par essence, « honorifique », porteur de prestige pour un tiers. C’est ce qui apparaît quand Cicéron compare la façon dont Caton d’Utique et lui-même ont été écartés de Rome par leurs adversaires :

Eiciuntur duo quos uidere improbi non poterant, alter per honorem turpissimum, alter per honestissimam calamitatem.

« Les deux hommes que les méchants ne pouvaient voir sont chassés, l’un par un honneur très dégradant, l’autre par un malheur très honorable. »
(Cic. Dom. 65).

51Par une alliance de mots suggestive, Cicéron note combien la mission qui a été confiée à Caton à Chypre était dégradante car elle ne visait qu’à l’éloigner : il s’agissait d’un honos qui n’en avait que le nom. À l’inverse, la calamitas qu’est l’exil infligé à Cicéron est honesta, elle lui apporte de l’honneur, car elle lui a permis un retour triomphal à Rome. En règle générale, c’est l’honos qui honore et l’affront qui déshonore, mais ce processus a été inversé.

4.2. Conclusion

52Nous pouvons proposer pour le sens « honorifique » le sémème suivant : /Qui permet / à un tiers / de bénéficier / de l’estime, / par des bienfaits / qui en sont le signe, / ainsi que d’une position éminente dans la société/ !. Il peut être comparé sens « estimé, considéré » (S1) :

S1 : « Considéré, estimé »

S3 : « Honorifique »

/Qui permet/

à un tiers/

/Qui bénéficie/

/de bénéficier/

/de l’estime,/

/de l’estime/,

/susceptible d’être/

/signifiée/

/par des bienfaits/

/par des bienfaits,/

/qui en sont le signe/,

/et d’une position éminente dans la société/

/ainsi que d’une position éminente dans la société/.

/propre à/

/être assortie d’influence/.

53Si l’on écarte le sème de /l’influence/, qui est de toute façon peu actualisé pour le sens « considéré », on observe que le sémème de S1 se retrouve intégralement dans S3. Il y a adjonction dans S3 de deux sèmes, dont un nouveau sème générique. Il s’agit donc d’une relation de métonymie entre les sens. Est en effet « honorifique » l’acte qui permet à un tiers d’être « considéré ».

5. « Honnête, probe » (S4)

  • 39 Aucune divergence sémantique ne permet ici de séparer deux acceptions d’honestus pour qualifier une (...)
  • 40 Voir le rapprochement fait par Cicéron entre innocentes, honesti et boni (Cic. Phil. VIII, 16).
  • 41 Pl. Trin. 731.

54Avec ce sens d’honestus l’adjectif continue d’évoluer vers le lexique moral et de s’éloigner de la dimension sociale originelle. Honestus désigne en effet l’acte ou la personne « honnête », c’est-à-dire faisant preuve de qualités morales conformes aux normes de son temps, mais sans que cela apporte un quelconque bénéfice en termes d’estime ou de prestige social. Il ne s’agit plus, en outre, d’obéissance à un code d’honneur mais simplement d’adéquation aux bonnes mœurs. La chose ou l’individu39 honestus est « honnête », « probe », « moral ». L’adjectif se rapproche donc de bonus, rectus et probus40. Du même coup, le lien avec le sémantisme d’honos se distend. Ce sens apparaît dès Plaute41 mais il est en réalité très peu utilisé avant la seconde moitié du IIe siècle.

5.1. La conformité à la morale collective

55Quand honestus porte le sens d’« honnête », il indique une conformité aux bonnes mœurs, sans impliquer que le sujet mérite pour cela l’estime de son entourage. C’est apparent dans la définition que donne Cicéron de la dignitas dans le De inuentione :

Dignitas est alicuius honesta et cultu et honore et uerecundia digna auctoritas.

« La dignité est une autorité honnête, digne de respect, d’honneur et de déférence. »
(Cic. Inu. II, 166 ; trad. Achard modifiée).

  • 42 Respectivement, Cic. Dom. 54 ; Verr. II, IV, 11 ; Sall. Iug. 95, 3.

56Honesta, qui qualifie auctoritas, ne peut ici signifier « honorable » car ce sens est porté par dignus honore. Ce qu’indique honestus, à propos de la dignitas, c’est qu’il s’agit d’une autorité qui s’accompagne d’une conduite moralement irréprochable, conforme aux bonnes mœurs. Cette conduite est susceptible de procurer de l’honos mais ce trait de sens n’appartient plus au sémantisme d’honestus. L’adjectif en vient essentiellement à désigner une personne ou une conduite qui témoigne de vertus diverses : modération, piété, pudeur dans la vie intime, par exemple42. Un texte de Cicéron permet de prendre la mesure des divers comportements que suppose une vie honesta :

Defensor autem primum, si poterit, debebit uitam eius qui insimulabitur quam honestissimam demonstrare. Id faciet, si ostendet aliqua eius nota et communia officia; quod genus in parentes, cognatos, amicos, affines, necessarios; etiam quae magis rara et eximia sunt, si ab eo cum magno aliquid labore aut periculo aut utraque re, cum necesse non esset, officii causa aut in rem publicam aut in parentes aut in aliquos eorum qui modo expositi sunt factum esse dicet; denique si nihil deliquisse, nulla cupiditate inpeditum ab officio recessisse.

« Le défenseur, quant à lui, devra, s’il le peut, montrer que la vie de l’accusé a été la plus honnête possible. Il y parviendra en évoquant des services connus et ordinaires rendus par lui, par exemple à ses père et mère, à ses proches, à ses amis, à ses parents par alliance, à ses relations ; en disant aussi – ce qui est plus rare et plus remarquable – qu’il a exécuté pour l’État, ou pour ses père et mère, ou pour certains de ceux que nous venons d’évoquer, une chose qui l’a exposé à bien des efforts ou à bien des dangers ou aux deux à la fois, et qu’il l’a faite pour rendre service alors qu’elle n’était pas obligatoire ; en disant enfin qu’il n’a commis aucune faute ; qu’aucune passion ne l’a empêché de remplir son devoir. »
(Cic. Inu. II, 35 ; trad. Achard).

57Vivre de manière « honnête » suppose de remplir ses obligations envers sa famille et ses relations sociales, rendre un service qui n’est pas obligatoire, s’abstenir de commettre des fautes et s’en tenir, plus généralement, à l’officium. Le sujet peut être honestissimus quand il va jusqu’à se soucier de la res publica. Il n’est plus question avec ce sens d’un respect de la dignité sociale et des convenances imposées par le statut dans la société mais seulement de l’adéquation à des normes morales. L’adjectif peut alors entrer en relation de synonymie avec bonus dont le sens est encore plus général. Est donc honestum ce qui est/conforme/aux normes morales collectives/.

5.2. La droiture

  • 43 Voir H. Bardon, « L’honnêteté à Rome : du De officiis à La Rochefoucauld », in Gareau, E. (éd.), Va (...)

58Cette conformité générale aux règles morales doit être précisée par un sème virtuel, actualisé dans environ 35 % des occurrences du sens « honnête ». Honestus recouvre plusieurs qualités de nature diverse mais parmi ces dernières émerge une caractéristique récurrente, bien mieux représentée que les autres. Il s’agit de la droiture, du trait de caractère qui fait récuser toute fourberie ou toute fraude. Est honestus celui qui ne cherche pas à tromper les autres ni à les léser43. Dans le Trinummus, Calliclès éprouve des scrupules à laisser la fille de son ami, sur laquelle il doit veiller, se marier sans dot alors qu’il sait que son père a caché de l’argent qui se trouve maintenant dans sa maison :

Namque hercule honeste fieri non potest
Vt eam perpetiar ire in matrimonium
Sine dote, quom eius rem penes me habeam domi.

« Et en effet, par Hercule, on ne peut honnêtement admettre que je la laisse se marier sans dot, alors que son bien est entre mes mains, chez moi. »
(Pl. Trin. 731-733 ; trad. Ernout).

  • 44 Sall. Iug. 5, 5 ; Cic. Verr. I, 9.
  • 45 Cic. Verr. II, II, 186.

59Il n’est pas honnête, pour Calliclès, de laisser la jeune fille faire un mariage peu glorieux, alors qu’il a chez lui de l’argent qui revient de droit à cette dernière. Ce n’est pas agir conformément à l’équité et à la probité. L’honestus évite tout autant la duplicité et la corruption44. Il ne se livre à aucune manigance ni aucune tricherie. Le terme honestus est de ce fait souvent employé dans le contexte judiciaire : ce n’est pas agir honeste que de dissimuler des preuves ou de faire du profit au détriment des autres45. Le mot est souvent employé par les avocats qui cherchent à innocenter leur client mis en accusation. Il s’oppose alors à l’illégalité et au crime, comme c’est le cas à propos de la mort de M. Papirius, chevalier romain tué sur la via Appia lors d’une rixe entre Clodius et les partisans de Pompée en 58 avant notre ère :

Quae cruentata antea caede honesti atque innocentis uiri silebatur, eadem nunc crebro usurpatur, postea quam latronis et parricidae sanguine imbuta est.

« Quand elle avait été ensanglantée par le meurtre d’un honnête homme, d’un innocent, on n’en parlait pas ; on la mentionne constamment aujourd’hui qu’elle a été imprégnée du sang d’un brigand, d’un assassin. »
(Cic. Mil. 18 ; trad. Boulanger).

60Honestus est associé à innocens, et s’oppose à la figure du latro et parricida, qui est un criminel hors-la-loi. Nous pouvons donc isoler un sème virtuel supplémentaire : est honestus l’action ou la personne qui se conforme aux normes morales et /notamment à la droiture/.

5.3. Guider la conduite

61Quand honestus est utilisé avec son sens d’« honnête », l’adjectif implique que le sujet oriente son comportement, qu’il fait des choix et vise des buts précis. Ce trait de sens, déjà repéré pour le sens « honorable », reparaît ici mais il est moins prégnant puisqu’on ne le rencontre que dans 25 % des cas où honestus signifie « honnête ». Quand la considération de l’honestum échoue à orienter correctement la conduite, cela est suffisamment exceptionnel pour être noté, comme dans cet exemple fourni par la Rhétorique à Herennius où il est question d’une femme soupçonnée de nombreux crimes :

[…] nulla potest honesta ratio retinere eam quam magnitudo peccati facit timidam, intemperantia audacem, natura mulieris inconsideratam.

« Aucun raisonnement honnête ne peut retenir une femme que la gravité de sa faute emplit de crainte, l’excès de sa passion d’audace et sa nature féminine d’irréflexion. »
(Rhet. Her. IV, 23 ; trad. Achard modifiée).

62La ratio honesta, le raisonnement honnête, est ce qui permet d’orienter la conduite et de s’écarter du peccatum ; mais la femme en question dans le texte ne se plie pas à ce dernier, elle ne sait pas réguler son action et fait preuve d’intemperantia. L’individu véritablement honestus sait, lui, se tenir à des principes de comportement : il est inaccessible à toute forme de corruption. Ce qui n’est pas honestum suscite la répulsion. Dans l’Hécyre, l’esclave Parménon rapporte les paroles de Pamphile, qui s’est marié contre son gré à une jeune fille qu’il n’aime pas et dont il veut se séparer :

Pa.: «Sed quam decrerim me non posse diutius
Habere, eam ludibrio haberi, Parmeno,
Quin integram itidem reddam ut accepi a suis,
Neque honestum mihi neque utile ipsi uirgini est.»

« Parmenon : ‘Mais une femme dont j’ai décidé qu’il n’était pas possible de la garder
Plus longtemps, la garder pour m’amuser, Parménon,
Sans la rendre pure comme je l’ai reçue des siens,
Ce ne serait ni honnête pour moi, ni utile pour la jeune fille elle-même.’ »
(Ter. Hec. 148-151).

63La considération de ce qui est honestum rejoint ici celle de l’utile pour orienter le choix du comportement à adopter. Se trouve donc actualisé un sème virtuel : /qui est propre à / guider la conduite/.

5.4. Conclusion

64Le sémème complet d’honestus au sens « honnête » peut être établi de la manière suivante : / Qui est conforme / aux normes morales collectives / et parfois/notamment à la droiture / et qui est propre à / guider la conduite/. Ce sens paraît procéder du sens « honorable » :

S2 : « Honorable, source de consid. »

S4 : « Honnête, probe »

/Qui permet de/

/bénéficier de/

/l’estime,/

/susceptible d’être/

/signifiée/

/par des bienfaits,/

/et d’une position éminente dans la société/

/par sa conformité/

/Qui est conforme/

/aux normes sociales et morales collectives/

/aux normes morales collectives/

/et parfois/notamment à la droiture/

/et qui est propre à/

/et qui est propre à/

/guider la conduite de l’individu/.

/guider la conduite/.

65De S2 à S4 s’opère un effacement de nombreux sèmes, l’ajout du sème de la/droiture/, et un changement du sème générique, qui était spécifique dans S2. Il s’agit donc d’une relation de polysémie lâche de sens, ce qui confirme notre impression initiale : le sens « honnête » s’écarte plus nettement du sémantisme initial d’honestus. Le plus frappant reste la disparition de tous les sèmes qui concernent l’estime et ses bénéfices sociaux que sont les bienfaits et la position éminente dans la société. Le sens « honnête » se concentre sur les motifs de l’honorabilité et évacue ses retombées en termes d’honos. Il faut en outre remarquer que les normes que le sujet respecte ne sont plus qu’exclusivement morales : la conformité aux convenances imposées par le rang est écartée du sémème. Est « honnête » ce qui respecte les bonnes mœurs et les coutumes du peuple auquel on appartient, mais pas les bienséances du groupe social précis auquel on est agrégé. Honestus n’implique plus le respect d’un code d’honneur mais d’une honnêteté plus générale.

  • 46 Sur cette antinomie, voir Ter. Heaut. 485. Est rectum ce qui est droit au sens concret, « direct » (...)
  • 47 Pl. Bac. 759 parle de l’excellence d’un général ; Ter. Phorm. 259 de celle d’un artifex.
  • 48 Voir par exemple Ter. Ad. 504 ; Cic. Att. X, 7, 1.

66Par rapport à bonus, honestus au sens « honnête » indique une qualité des mœurs, avec un accent porté plus particulièrement sur la probité et l’équité, alors que le sens de bonus est plus large. Honestus se rapproche davantage de rectus, mais ne comporte pas de manière aussi nette que ce dernier l’idée d’une rectitude morale : rectus possède dans ses différents sens le sème central de la droiture, hérité de son sens premier concret de « droit », et sensible dans l’opposition récurrente à prauus, qui désigne aussi bien ce qui est « courbe » que ce qui est moralement déviant46. La proximité sémantique d’honestus avec probus est grande elle aussi et les deux termes apparaissent parfois comme d’excellents synonymes ; si l’emploi de l’un plutôt que de l’autre semble obéir à des préférences stylistiques, on peut toutefois déceler dans probus la notion d’une qualité globale, d’une excellence générale, alors qu’honestus est orienté vers le domaine plus précis de la morale et du respect des normes47. Probus tend aussi à qualifier une personne en se référant à son caractère, alors qu’honestus envisage plutôt l’individu du point de vue de son action concrète48.

6. « Beau, admirable » (S5)

  • 49 L’usage d’un vocabulaire moral dans un sens esthétique apparaît aussi pour des termes comme bonus e (...)
  • 50 Le glossaire AA indique : Honesta facies : speciosa facies (Glossaria latina, vol. 5, p. 262).
  • 51 Krostenko, Cicero, Catullus and the Language of Social Performance, p. 32-33, note que l’émergence (...)
  • 52 TLL VI, 3, col. 2912, 42 ; OLD p. 801. Quelques-unes sont rapidement commentées par A. Espigares Pi (...)

67Avec ce sens, honestus s’écarte de la sphère sémantique de l’honneur et de celle de la morale pour rejoindre le lexique esthétique49. Honestus désigne en effet la belle apparence physique qui provoque l’admiration ; il signifie « beau », « admirable », et se trouve de ce fait rapproché d’adjectifs comme pulcher, uenustus, speciosus50. L’adjectif commence d’être employé en ce sens par Caton, Térence et Lucilius51. Le sens est isolé par les ouvrages de lexicographie bien qu’il ne soit pas très répandu puisqu’on n’en trouve qu’une vingtaine d’occurrences dans notre corpus52.

6.1. Une source d’estime et d’admiration

68L’adjectif peut désigner une chose concrète, comme dans le texte du De Agricultura où le mot apparaît pour la première fois :

Encytum ad eundem modum facito uti globos, nisi calicem pertusum cauum habeat: ita in unguen caldum fundito; honestum quasi spiram facito idque duabus rudibus uorsato praestatoque.

« Faites l’encytum de la même façon que les boules, sauf que l’on prenne un récipient creux à fond percé : ainsi, faites couler dans la graisse chaude ; faites-le beau comme une spira, et retournez et dressez avec deux baguettes. »
(Cat. Agr. 80, 3 ; trad. Goujard).

  • 53 Respectivement, Lucil. frg. inc. 111 Charpin = 1161 Marx ; Cic. Orat. 50 ; Cael. 40.

69L’auteur explique comment faire l’encytum, une sorte de gâteau au fromage cuit dans la friture. Honestus désigne l’aspect extérieur du gâteau, qui a une forme de spirale, comme le gâteau appelé spira décrit plus haut dans le texte. Peut aussi être honestus un vêtement ou bien encore une œuvre d’art, comme un uestibulum ou un ouvrage littéraire53. Mais l’adjectif tend plutôt à être utilisé pour qualifier une personne, comme dans ce passage de Térence où l’esclave Parménon aperçoit une jeune fille :

Facie honesta! Mirum ni ego me turpiter hodie hic dabo
Cum meo decrepito hoc eunucho. Haec superat ipsam Thaidem.

« Quel bel aspect ! Pas étonnant si je donne aujourd’hui un vilain spectacle Avec mon eunuque décrépit que j’ai là. Celle-ci dépasse Thaïs elle-même ! »
(Ter. Eun. 230-231).

  • 54 Sur cet aspect de turpis dans son sens esthétique, voir Monteil, Beau et laid, p. 270.

70On remarque qu’honestus s’oppose encore à la racine turp-, non plus au sens où « honorable » s’oppose à « déshonorant », mais où « beau » s’oppose à « laid ». Parménon s’émerveille de la beauté de la jeune fille qui se présente à ses yeux, et la laideur de l’eunuque qu’il doit offrir à l’amante de son maître n’est que plus manifeste. Turpis et honestus apparaissent ainsi comme une véritable paire de contraires dans le domaine moral aussi bien qu’esthétique. Sur le plan physique, est turpis une difformité qui provoque la répulsion, le dégoût54. À l’inverse, est honestus ce qui induit l’admiration. L’un repousse et l’autre attire. La beauté désignée par honestus est en effet une beauté qui provoque l’estime, d’ordre esthétique, de ceux qui la contemplent. C’est d’ailleurs ce trait de sens qui permet de comprendre comment honestus en est venu à signifier « beau ». Un autre passage de l’Eunuque nous éclaire à ce sujet. Les personnages parlent de Chéréa, beau jeune homme qui se fait passer pour l’eunuque que Phédria a acheté pour son amica :

Pa.: Vbi tu es, Dore? Accede huc. Em eunuchum tibi!
Quam liberali facie! Quam aetate integra!
Th.: Ita me di ament, honestust!
Pa.: Quid tu ais, Gnatho?
Numquid habes quod contemnas? Quid tu autem, Thraso?
Tacent: satis laudant.

« Parménon : Où es-tu Dorus ? Viens par ici. Voilà ton eunuque !
Quelle figure distinguée ! Quelle jeunesse parfaite !
Thaïs : Pour l’amour des dieux, il est beau ! – Pa. : Et toi, qu’en dis-tu, Gnathon ?
As-tu quelque chose à critiquer ? Et toi, Thrason ?
Ils se taisent : cela suffit comme louange. »
(Ter. Eun. 472-476).

  • 55 Voir aussi Ter. Andr. 121 où c’est le fait qu’une jeune femme soit honesta qui fait qu’elle est rep (...)

71Parménon questionne de manière rhétorique Gnathon et Thrason, en leur demandant s’ils ont quelque chose à mépriser (contemnas), chez cet eunuque ; mais ils n’ont rien à dire, ils ne peuvent que louer (laudant). On voit ici se dessiner un lien entre le sens « beau » et le sens « honorable » d’honestus : l’eunuque est « beau » au sens où il est « esthétiquement digne d’estime ». Mais c’est une estime particulière, proche de l’admiration car Gnathon et Thrason restent bouche bée. On le voit aussi dans le premier texte de l’Eunuque que nous citions : quand il voit la jeune fille honesta, l’esclave pousse des cris d’admiration55. Les sèmes suivants se dégagent de ces analyses : est honestus ce qui /suscite / une estime / admirative / d’ordre esthétique/.

6.2. Les qualités de l’aspect extérieur

72Les fondements de l’estime sont ici de nature exclusivement formelle : c’est l’aspect extérieur qui provoque l’admiration. Honestus qualifie, chez une personne, le corps ou une partie du corps comme dans ce fragment de Lucilius :

Cernuus extemplo plantas conuestit honestas

« Se penchant en avant, aussitôt il chausse ses nobles pieds. »
(Lucil. frg. III, 33 Charpin = 129 Marx).

73Il s’agit d’un fragment tiré du livre III qui raconte un voyage du poète vers la Sicile. Il évoque peut-être un personnage rencontré pendant le trajet. Il n’est pas improbable qu’il s’agisse d’un vers humoristique et moqueur, car il paraît curieux d’employer honestus, qui indique une beauté admirable, pour qualifier des pieds. Les qualités formelles de l’objet honestus se trouvent aussi dans les ouvrages littéraires ; Cicéron évoque en ces termes la façon dont les Grecs parlent des travaux intellectuels et physiques :

[…] etiam apud Graecos, doctissimos homines, quibus, cum facere non possent, loqui tamen et scribere honeste et magnifice licebat, alia quaedam mutatis Graeciae temporibus praecepta extiterunt.

« […] même chez les Grecs, qui étaient de grands savants, et qui, même s’ils n’étaient pas capables de les pratiquer, avaient du moins la possibilité d’en parler et d’en écrire avec noblesse et avec élévation. »
(Cic. Cael. 40 ; trad. Cousin).

  • 56 Pour un monument funéraire (CIL I, 1019 = CLE I, 68) ou un temple (dans la lex a uicanis Furfensibu (...)

74C’est ici dans le loqui et le scribere que réside la « beauté », dans la tournure des phrases et le style des auteurs. L’adjectif honestus peut aussi s’appliquer à des bâtiments pour indiquer leur beauté architecturale extérieure56. Une personne ou un objet est donc honestus /en raison de ses qualités formelles/.

6.3. Une beauté distinctive et éminente

75La beauté de la personne honesta a ceci de spécial qu’elle donne une position éminente et différencie nettement celui qui la détient. On lit ainsi dans l’Andrienne :

Quia tum mihi lamentari praeter ceteras
Visast, et quia erat forma praeter ceteras
Honesta ac liberali, accedo ad pedisequas,
Quae sit rogo: sororem esse aiunt Chrysidis.

« Comme elle semblait alors se lamenter plus que les autres,
Et qu’elle était plus que les autres d’une apparence
Noble et distinguée, je m’approche de ses suivantes,
Je demande qui elle est : elles me disent que c’est la sœur de Chrysis. »
(Ter. Andr. 121-124).

76Simon parle de l’amante de son fils et de sa beauté frappante. Puisqu’il a déjà été dit que la forma de la jeune femme est bona (v. 119), honesta apporte une précision supplémentaire sur sa beauté physique. Sa forma honesta la distingue de son entourage : Simon a manifestement été impressionné par son apparence physique, et il insiste sur le fait qu’elle surpasse de ce fait les autres (praeter ceteras). Une telle connotation apparaît aussi dans une satire de Lucilius qui évoque la posture d’un coq :

Gallinaceus cum uictor se gallus honeste
Altius <in> digitos primoresque erigit unguis.

« Lorsque le coq vainqueur se dresse noblement, haut sur la pointe de ses doigts et de ses ongles. »
(Lucil. frg. VIII, 7 Charpin = 300-301 Marx ; trad. Charpin).

  • 57 Monteil, Beau et laid, p. 270.

77Le coq se dresse « de belle façon », parce qu’il se hausse (altius erigit), de manière fière. La beauté suggérée par honestus est donc une beauté qui permet à son possesseur d’avoir le dessus sur les autres ; c’est une beauté noble, majestueuse, qui confère une position éminente. On retrouve là en négatif un trait propre à turpis, qui désigne une laideur provoquant une ségrégation dégradante57. Nous retrouvons ainsi un sème identifié pour le sens social d’honestus : la personne belle a des qualités qui /confèrent une position éminente dans la société/. Ce sème n’est cependant pas toujours actualisé puisqu’on le retrouve dans environ 40 % des occurrences.

6.4. Conclusion

78Le sémème d’honestus au sens « beau, admirable » est donc le suivant : /Qui suscite / une estime / admirative / d’ordre esthétique / en raison de ses qualités formelles / propres à / conférer une position éminente dans la société/. Ce sens possède des sèmes communs avec « considéré » :

S1 : « Considéré, estimé »

S5 : « Beau, admirable »

/Qui bénéficie/

/Qui suscite/

/de l’estime,/

/une estime / admirative /

/susceptible d’être/

/d’ordre esthétique/

/signifiée/

/en raison de ses qualités formelles/

/par des bienfaits,/

/propres à/

/et d’une position éminente dans la société/
/propre à/

/conférer une position éminente dans la société/.

/être assortie d’influence/.

  • 58 Monteil, Beau et laid, p. 261-306.

79Les deux sens possèdent seulement deux sèmes communs : celui de /l’estime/ et de la /position éminente dans la société/. Des sèmes disparaissent et d’autres font leur apparition ; en outre le sème générique est différent. Il s’agit d’une polysémie lâche de sens. Un clivage se dessine entre ce sens esthétique et l’ensemble des autres, qui ont une dimension morale plus nette. Cette bipartition morale et physique d’honestus fait pendant à celle de son antonyme turpis58.

  • 59 Serv. Aen. I, 289 ; Scholia Bembina in Terentium, Eun. 132 (éd. J. F. Mountford, 1934).
  • 60 Monteil, Beau et laid, p. 108.
  • 61 Ibid., p. 133.
  • 62 Venustus bénéficie de la proximité avec Vénus : Pl. Mos. 161 ; Cic. Pis. 70.

80Ainsi que les commentateurs postérieurs à la disparition de la République l’ont remarqué, honestus se rapproche de pulcher et des autres mots du lexique de la beauté. Servius note ainsi : ueteres […] honestum pro specioso ponebant et une scholie au v. 132 de l’Eunuque indique maiores nostri honestum dicebant pulchrum59. Honestus présente cependant des singularités. À la différence de pulcher, terme le plus fréquent pour signifier la beauté60, honestus n’est que peu utilisé dans son sens esthétique. Il ne porte pas comme uenustus la notion d’une beauté charmeuse, qui séduit de manière raffinée61 : honestus attire, mais en provoquant une noble admiration, pas une attraction à connotation érotique62. Deux singularités caractérisent donc surtout honestus : il désigne une beauté qui provoque l’estime admirative de l’entourage et confère à son détenteur une position distinctive.

7. « Moralement beau, vertueux, honnête » (S6)

81Ce sens est à première vue proche des sens « honorable » et « honnête », mais il possède en réalité une pleine autonomie. En effet, si honestus est ici utilisé comme terme technique de la langue de la rhétorique et de la philosophie, il ne s’agit pas d’un simple emploi dans des domaines spécialisés d’un sens préexistant. Avec ce sens, honestus se charge d’une densité conceptuelle sans précédent et reçoit des sèmes nouveaux. En outre, le mot entre en contact, selon des modalités qu’il nous appartiendra de préciser, avec la notion grecque de καλός qui contribue à modifier son sémantisme. Ce sens d’honestus nous offre ainsi l’opportunité d’observer les procédés de constitution d’un vocabulaire philosophique et rhétorique en latin. Dans le domaine philosophique, honestus désigne ce qui est moralement beau, ce qui réalise pleinement la vertu et se conforme idéalement aux normes d’une éthique rationnellement établie. Il s’agit d’un concept employé notamment en contexte stoïcien. La forme substantivée honestum renvoie à la moralité qui représente pour les stoïciens le souverain bien et doit être recherchée pour elle-même. Dans le domaine rhétorique, honestus peut renvoyer à deux objets : la fin du genre délibératif ou un locus du discours. Mais ses traits sémantiques sont alors identiques à ceux de l’emploi philosophique, ce qui ne saurait étonner tant ces deux types de réflexion ont été associés à l’époque républicaine. Nous ne distinguerons donc ces deux emplois que par souci de clarté.

  • 63 Ni le De inuentione de Cicéron ni la Rhétorique à Herennius ne présentent l’utilisation d’honestus (...)
  • 64 Voir la remarque que fait Antoine dans le De oratore (II, 61) à propos des livres écrits par les ph (...)

82Ce sens apparaît pour la première fois, de manière très fugace, dans la seconde moitié du IIe siècle, chez Lucilius, et il ne connaît un véritable développement qu’au Ier siècle, dans les manuels latins de rhétorique et dans l’œuvre philosophique de Cicéron, à une époque où de nombreuses notions romaines reçoivent un nouveau fondement théorique par contact avec le grec63. Avant d’en venir à une analyse sémique, un épineux problème de traduction doit être abordé. De toute évidence, honestus prend ici un sens particulier, technique et pourvu d’une valeur doctrinale. Plusieurs traducteurs le restituent donc par « moralement beau », ce qui a l’avantage de faire ressortir le lien de la notion romaine avec le concept grec de καλός. Une telle traduction fait cependant problème car elle abolit la proximité, que les lettrés Romains qui ont forgé le concept perçoivent très bien, entre le sens technique d’honestus et son sens traditionnel. Elle survalorise en outre l’aspect esthétique de la notion, qui est de moindre importance que dans le grec καλός. Enfin elle annihile l’effort fait par les penseurs latins pour intégrer de façon harmonieuse dans la langue latine, par le biais de soigneuses adaptations, un concept emprunté à la pensée grecque. Le sens philosophique d’honestus n’est pas en rupture avec les autres significations de l’adjectif et il ne manifeste nullement sa nouveauté avec brutalité64. C’est pour toutes ces raisons que nous le traduisons le plus souvent par « honnête » ou, moins fréquemment, « moral ». Il s’agit, à dessein, d’une traduction très proche du sens S4 (« honnête, probe »), afin de rattacher cet emploi d’honestus au sémantisme général et de restituer l’effort fait par les Romains pour intégrer ce sens dans leur lexique, ce que ne peut faire une traduction par « moralement beau ». Par souci de clarté, nous conserverons cependant cette dernière appellation au cours de notre analyse.

7.1. Honestus en contexte philosophique

7.1.1. L’adéquation à la vertu éthique

83Ce sens d’honestus s’écarte des autres significations de l’adjectif que nous avons identifiées, ce que les textes eux-mêmes soulignent volontiers. Cela apparaît dans le Lucullus :

Audi contra illos qui nomen honestatis a se ne intellegi quidem dicant (nisi forte quod gloriosum sit in uolgus id honestum uelimus dicere), fontem omnium bonorum in corpore esse, hanc normam, hanc regulam, hanc praescriptionem esse naturae, a qua qui aberrauisset eum numquam quid in uita sequeretur habiturum.

« Écoute d’autre part ceux qui prétendent ne pas même comprendre le mot d’‘honnêteté’ (à moins peut-être que ne nous ne voulions dire par ‘honnête’ ce qui est ‘glorieux’ pour la foule), qui disent que la source de tous les biens est dans le corps, que c’est là la norme, la règle, le précepte de la nature et que celui qui s’en écarte n’aura jamais de guide dans la vie. »
(Cic. Luc. 140).

  • 65 Voir une semblable distinction entre gloriosus et honestus en Fin. II, 48. Le jugement de la foule (...)

84Cicéron s’en prend ici aux épicuriens et notamment à la manière dont ils comprennent le terme honestus. Pour Cicéron, ce mot n’a pas le sens de gloriosus, « source de gloire », ce qui est une façon de le séparer de son sens traditionnel d’« honorable », source d’honos. Honestus tombe ici dans le domaine de l’éthique, sans considération d’une rétribution par le prestige65. Et il ne porte pas non plus le sens d’« honnête, probe » car Cicéron précise qu’il ne l’entend pas au sens du uolgus ; il lui donne un sens philosophique, conceptuellement plus riche. Cette évolution sémantique est déjà à l’œuvre dans le premier texte où apparaît le sens « moralement beau », le fragment sur la vertu de Lucilius, dont nous ne citons que deux vers :

Virtus, scire homini rectum, utile quid sit, honestum,
Quae bona, quae mala item, quid inutile, turpe, inhonestum.

« La vertu c’est savoir ce qui pour l’homme est droit, utile, honnête, Quels sont les biens et de même quels sont les maux, ce qui est inutile, honteux, malhonnête. »
(Lucil. frg. hex. inc. 23 Charpin = frg. 1329-1330 Marx).

  • 66 La uirtus n’est pas auparavant une qualité éthique mais l’adhésion à un code de conduite pratique. (...)

85Dans ce passage, honestus apparaît, de manière alors inédite, dans le cadre d’une réflexion philosophique, d’orientation morale et de nature assez abstraite. Le mot gagne en densité conceptuelle ; il est employé à côté d’utile et de rectum qui sont des notions de la pensée éthique. L’honestum est compris comme quelque chose d’un ; Lucilius ne parle pas d’un acte ou d’un geste honestus, mais de ce qui est honestus en général. Ce sens désigne un ensemble de qualités morales, mais qui sont éthiquement fondées et philosophiquement valorisées. Cet usage d’honestus fait entrer dans le sémantisme du mot la notion de conformité à la uirtus, qui est ici la vertu éthique, l’équivalent de l’ἀρετή des penseurs grecs66. L’évolution sémantique et conceptuelle d’honestus va de pair avec celle de uirtus. Si honestus au sens « honorable » ou « honnête » indiquait la conformité à des normes morales collectives, l’adjectif, quand il a son sens « moralement beau », implique en revanche la conformité et l’accomplissement de règles éthiques différentes. Ces normes sont en effet réfléchies et rationnellement fondées. Voilà en quoi consiste une vie honesta pour les stoïciens :

[…] Stoicis consentire naturae, quod esse uolunt e uirtute, id est honeste, uiuere, quod ita interpretantur: uiuere cum intellegentia rerum earum quae natura euenirent, eligentem ea quae essent secundum naturam, reicientemque contraria.

« […] Pour les Stoïciens c’est l’accord avec la nature, et ils entendent par là vivre suivant la vertu, c’est-à-dire moralement, ce qu’ils expliquent ainsi : vivre avec l’intelligence des événements qui sont produits par la nature, en choisissant ceux qui sont conformes à la nature et en rejetant ceux qui lui sont contraires. »
(Cic. Fin. II, 34 ; trad. Martha).

  • 67 Cic. Off. I, 79 : Honestum autem id quod exquirimus, totum est positum in animi cura et cogitatione
  • 68 Cic. Off. I, 107.
  • 69 Klose, Bedeutung, p. 107 : honestus au sens « honorable » suppose la conformité à un bien défini pa (...)

86Vivre honeste implique d’avoir une compréhension (intellegentia) de la nature et de savoir choisir (eligentem) de manière réfléchie certains comportements. Le De officiis confirme cette intellectualisation de l’honestum puisque ce dernier « repose totalement dans le soin et la réflexion de l’âme »67. L’honestum découle de la raison naturelle en l’homme68. On remarque en outre dans le passage du De finibus que la vie moralement belle est celle qui est guidée par la vertu (e uirtute uiuere). Les normes dont honestus dénote le respect ne sont donc plus celles, relatives, d’une collectivité, mais des normes absolues, indépendantes des circonstances, que l’individu s’impose seul à lui-même69. Les qualités morales recouvertes par l’adjectif honestus sont parfois précisées, ce qui permet de mesurer l’écart avec les autres sens du mot. Au cours de son exposé, Pupius Pison indique que la pratique de la vertu est une des plus nobles activités :

[…] tum prudens, temperata, fortis, iusta ratio reliquaeque uirtutes et actiones uirtutibus congruentes, quae uno uerbo complexi omnia honesta dicimus.

« […] enfin la raison sous les formes de la prudence, de la tempérance, du courage et de la justice, ainsi que toutes les autres vertus et les actions qui répondent aux vertus ; toutes choses que nous faisons tenir en un seul mot, en les appelant ‘honnêtes’. »
(Cic. Fin. V, 58 ; trad. Martha modifiée).

  • 70 Cic. Parad. I, 9 ; Fin. II, 55 ; II, 117 ; IV, 58 ; V, 19 ; V, 66 ; Off. III, 82.

87Honestus est un unum uerbum qui permet de recouvrir les quatre vertus cardinales, prudence, courage, justice et tempérance. L’adjectif est souvent associé à rectum70 mais aussi à laudabile ou, plus rarement, pulchrum. Ces termes ne sont jamais réellement synonymes et leur accumulation permet de mettre en relief certains aspects de la notion de beauté morale, comme l’explicite ce texte du De finibus :

Si una uirtus, unum istud quod honestum appellas rectum, laudabile, decorum (erit enim notius quale sit, pluribus notatum uocabulis idem declarantibus), id igitur, inquam, si solum est bonum, quid habebis praeterea, quod sequare? aut, si nihil malum, nisi quod turpe, inhonestum, indecorum, prauum, flagitiosum, foedum (ut hoc quoque pluribus nominibus insigne faciamus), quid praeterea dices esse fugiendum?
« Si seule la vertu, seul ce que tu appelles honnête, droit, louable, convenable (on saura mieux ce que c’est en le désignant par différents termes qui expriment la même chose), si cela seul, dis-je, est un bien, qu’y aura-t-il d’autre à rechercher ? Et s’il n’y a pas d’autre mal que ce qui est immoral, malhonnête, inconvenant, corrompu, honteux, repoussant (ici encore, j’utilise plusieurs mots pour rendre cela bien remarquable), que diras-tu qu’il faut fuir, outre cela ? »
(Cic. Fin. III, 14).

  • 71 Nous ne pouvons considérer, avec F. Klose, qu’honestum n’est que l’un des mots utilisés pour rendre (...)
  • 72 Voir la remarque de Monteil, Beau et laid, qui note à propos de turpis cette évolution éthique du m (...)
  • 73 Autres exemples de l’antagonisme honestus / turpis dans les textes philosophiques : Cic. Leg. I, 55 (...)

88Les différents adjectifs permettent de parcourir les diverses facettes de la moralité telle que les stoïciens la définissent : ils ne renvoient pas à des objets variés mais aux traits multiples d’une seule et même réalité (idem declarantibus)71. Il est à noter que l’on rencontre une nouvelle fois l’antagonisme honestus / turpis, plus fréquent que le couple honestus / inhonestus. Les deux termes s’opposent donc aussi dans le domaine de l’éthique72, de même que καλός est un antonyme d’αἰσχρός dans les textes grecs73. On peut dégager de ces différents éléments les sèmes suivants : est honestum ce/qui est conforme/aux normes éthiques de la vertu/.

7.1.2. Un guide pour la conduite

89Comme pour les sens « honorable » et « honnête », honestus dénotant ce qui est « moralement beau » implique que l’objet considéré serve à orienter le comportement de l’individu. Il s’agit même là d’un trait de sens essentiel à cette signification d’honestus, plus important que pour S2 et S4. Dans le De legibus, Cicéron explique que les gens de bien sont poussés à bien agir par la conscience du bien moral et non par la recherche du profit ; de même, la faute doit être évitée non par crainte du châtiment mais par aversion pour le mal :

Tum autem qui non ipso honesto mouemur ut boni uiri simus, sed utilitate aliqua atque fructu, callidi sumus, non boni. Nam quid faciet is homo in tenebris qui nihil timet nisi testem et iudicem?

« Mais alors, nous qui ne sommes pas poussés à être des gens de bien par l’honnêteté même, mais par quelque utilité ou bénéfice, nous sommes des habiles, non des gens de bien. Car que fera dans les ténèbres cet homme qui ne redoute qu’un témoin ou un juge ? »
(Cic. Leg. I, 41).

  • 74 Cic. Fam. IV, 2, 2 : quand on est sûr de l’honestum, non potest esse dubium quid faciendum nobis si (...)
  • 75 Voir Cic. Leg. I, 48 ; Fin. III, 36 ; Fin. II, 99.

90L’honestum est ce qui pousse à agir : nous sommes mis en branle (mouemur) par cet honestum et non par la recherche d’un bénéfice. Cet aspect d’honestus est particulièrement sensible quand l’adjectif est, comme ici, substantivé au neutre : il désigne alors un principe de comportement qui permet de savoir ce qu’il faut faire74. Il ne s’agit plus de « l’honneur » mais de la « beauté morale ». Les gens de bien sont attirés par l’honestum, qualifié à plusieurs reprises de diligendus, expetendus ou optabilis75 ; l’opposition avec turpis fonctionne ici pleinement puisque le turpe est ce dont on se détourne. Dans la philosophie stoïcienne, l’honestum est propre à constituer le souverain bien, ce à quoi se rapportent toutes les actions de la vie et ce qui représente la fin suprême, comme on le voit dans la diuisio carneadia du livre V du De finibus :

At uero facere omnia, ut adipiscamur quae secundum naturam sunt, etiamsi ea non assequamur, id esse et honestum et solum per se expetendum et solum bonum Stoici dicunt.

« Par contre, on a dit que tout faire pour acquérir ce qui est selon la nature, quand même on ne l’obtiendrait pas, était une chose et morale et la seule méritant par elle-même d’être recherchée, la seule qui fût un bien ; cela, les stoïciens le disent. »
(Cic. Fin. V, 20 ; trad. Martha).

  • 76 Tusc. V, 33 réfère cette idée à Zénon et Ariston.
  • 77 Cic. Fin. II, 34-35.

91L’honestum est présenté comme la seule chose qui soit à rechercher (expetendum) et la seule qui puisse porter le nom de bonum. La définition de l’honestum comme seul bien digne d’être recherché est une singularité de la pensée stoïcienne76 mais l’honestum entre parfois aussi, dans les autres écoles philosophiques hellénistiques, dans la composition d’un souverain bien de nature mixte77. L’inclination pour l’honestum et la capacité de ce dernier à diriger l’action humaine actualisent le sème suivant : /qui guide la conduite/.

7.1.3. La valeur en soi

92L’attirance vers l’honestum au sens « moralement beau » opère en raison de sa valeur intrinsèque et non parce qu’un bénéfice d’estime peut en être retiré (sens « honorable ») ou par conformité aux coutumes de la collectivité (sens « honnête »). Ce trait de sens est perceptible dans le texte cité précédemment, où l’honestum est per se expetendum, ou dans le discours de Cicéron contre Épicure dans le livre II du De finibus :

Ego autem existimo, si honestum esse aliquid ostendero, quod sit ipsum sua ui propter seque expetendum, iacere uestra omnia.

« Quant à moi, je pense que si je parviens à montrer que l’honnête est quelque chose qu’il faut rechercher en soi, pour son essence et pour lui-même, toutes vos théories sont par terre. »
(Cic. Fin. II, 44).

  • 78 Cic. Fin. II, 50 : per se, sua ui, sua sponte, sua natura. Voir aussi Cic. Fin. III, 36 ; Off. II, (...)

93Cicéron s’apprête ici à démontrer que la moralité ne saurait être un moyen pour obtenir un autre objet. Elle est en elle-même sa propre fin, en raison de sa valeur intrinsèque, ce qui est glosé dans le texte par propter se et sua ui. Ce type de formulation redondante est récurrent dans les textes78. Dans le De officiis, l’honestum est défini comme ce qui est louable en soi, même s’il ne fait l’objet d’aucun éloge :

Quibus ex rebus conflatur et efficitur id quod quaerimus, honestum, quod etiamsi nobilitatum non sit, tamen honestum sit, quodque uere dicimus, etiamsi a nullo laudetur, natura esse laudabile.

« C’est de la fusion de ces éléments qu’est formé et créé ce que nous cherchons, l’honnête, qui, même s’il n’était pas renommé, serait cependant l’honnête, et nous avons dit en toute vérité que s’il n’était loué par personne, il serait quand même louable par nature. »
(Cic. Off. I, 14).

94La rupture sémantique entre honestum et honos est donc totale, puisque l’honestum se passe de toute marque d’honneur. Est donc honestum ce qui guide la conduite /par sa valeur propre/.

7.1.4. Une source d’estime admirative

95Si l’honestum ne débouche pas sur une estime d’ordre social ou sur une situation de prestige, cela ne signifie pas qu’il écarte toute évaluation de la part de l’entourage. L’honestum n’est pas recherché pour l’honneur qu’il apporterait mais les contextes actualisent parfois l’idée qu’il peut susciter l’admiration. Le terme honestus, dans la mesure où il est utilisé pour transposer le grec καλός en contexte éthique, contient parfois la notion de beauté. On le perçoit dans ce texte du De finibus :

Non ob eam causam tamen illud dici esse honestum, quia laudetur a multis, sed quia tale sit, ut, uel si ignorarent id homines, uel si obmutuissent, sua tamen pulchritudine esset specieque laudabile.

« Je ne pense pas qu’il faille qualifier un comportement d’honnête pour la raison qu’il est loué par la foule, mais parce qu’il est tel que, même si les hommes l’ignoraient ou n’en parlaient pas, il serait néanmoins louable par sa beauté et son éclat. »
(Cic. Fin. II, 49).

  • 79 Voir aussi le lien entre la pulchritudo et les honesta en Fin. II, 47.

96L’honestum possède une beauté (pulchritudo) qui le rend digne d’une estime de nature intellectuelle et esthétique79. L’honestum est qualifié de laudabile, bien qu’il ne reçoive pas d’éloge. La notion de laudabile, transposition du concept grec d’ἐπαινετόν, apparaît fréquemment comme composant ou équivalent d’honestum. On la retrouve dans ce syllogisme stoïcien :

Concluduntur igitur eorum argumenta sic: quod est bonum, omne laudabile est; quod autem laudabile est, omne est honestum; bonum igitur quod est, honestum est.

« Voici donc par quelles déductions ils prouvent la vérité de ce principe : ‘Tout ce qui est bon est louable ; or tout ce qui est louable est honnête ; donc tout ce qui est bon est honnête’. »
(Cic. Fin. III, 27 ; trad. Martha modifiée).

97Tout ce qui est laudabile est inclus dans l’honestum, mais l’inverse n’est pas nécessairement vrai. Torquatus note en outre que la mineure est accordée sans difficulté (conceditur). C’est donc une identification qui semble élémentaire. Est honestum ce qui est digne d’admiration et d’éloge. Ces éléments nous amènent à dégager un sème : /qui suscite/ une estime / admirative/. Il s’agit d’un trait de sens virtuel, présent dans environ 20 % des occurrences.

7.2. Honestus en contexte rhétorique

  • 80 Supra p. 123.

98L’adjectif honestus connaît déjà un emploi en contexte rhétorique, quand il possède le sens « honorable » et sert à caractériser un type de cause, le genus honestum80. Mais honestus possède deux autres usages dans le domaine de l’éloquence, où il a le sens de « moralement beau, vertueux ». Honestus désigne d’abord une « fin » d’un genre rhétorique, l’objet que l’orateur a en vue. Dans le De inuentione, le terme est utilisé pour désigner la fin du genre démonstratif :

In iudiciis quid aequum sit quaeritur, in demonstrationibus, quid honestum, in deliberationibus, ut nos arbitramur, quid honestum sit et quid utile: nam ceteri utilitatis modo finem in suadendo et in dissuadendo exponi oportere arbitratisunt.

« Dans le genre judiciaire, on cherche ce qui est juste, dans le genre démonstratif, ce qui est honnête, dans le genre délibératif, ce qui est honnête et utile : c’est du moins mon avis, car tous les autres auteurs ont estimé que, lorsqu’on conseillait ou déconseillait quelque chose, il fallait seulement se proposer comme fin l’utilité. »
(Cic. Inu. II, 12 ; trad. Achard modifiée).

  • 81 Arstt. Rhet. I, 3
  • 82 Arstt. Rhet. I, 5.

99L’orateur qui fait l’éloge d’un individu vise ce qui est « moralement beau » par son discours. Cicéron reprend ici la doctrine aristotélicienne du τέλος rhétorique et utilise honestus pour rendre la notion grecque de καλός81. L’éloquence épidictique telle que l’envisage Aristote vise en effet le καλός ou l’αἰσχρός, le beau ou le laid moral. On constate cependant une divergence car l’honestum apparaît aussi chez Cicéron comme fin du genre délibératif, associé à l’utile, alors que le συμφέρον est le seul τέλος de ce type d’éloquence chez Aristote82. Honestus dans un contexte rhétorique présente des traits semblables à ceux de l’adjectif dans le domaine éthique :

Quod aut totum aut aliqua ex parte propter se petitur, honestum nominabimus. […] Est igitur in eo genere omnes res una ui atque uno nomine amplexa uirtus. Nam uirtus est animi habitus naturae modo atque rationi consentaneus. Quamobrem, omnibus eius partibus cognitis, tota uis erit simplicis honestatis considerata. Habet igitur partes quattuor: prudentiam, iustitiam, fortitudinem, temperantiam.

« Nous appellerons donc honnête ce que l’on recherche, totalement ou en partie, pour ses qualités propres. […] Dans cette catégorie, tout est englobé sous un seul sens et sous un seul nom, la vertu. En effet la vertu est un comportement en accord avec la mesure et la raison naturelles. Aussi, lorsqu’on aura passé en revue toutes ses parties, on connaîtra le contenu complet de l’honnêteté à l’état pur. Or celle-ci contient quatre parties : la sagesse, la justice, le courage et la modération. »
(Cic. Inu. II, 159).

  • 83 Sur les loci en rhétorique, L. Pernot, « Lieu et lieu commun dans la rhétorique antique », BAGB, 19 (...)

100L’honestum que l’orateur doit viser quand son discours relève de l’éloquence délibérative est quelque chose que l’on recherche (petitur), pour sa valeur propre, propter se. On voit en outre, comme pour l’honestum éthique, apparaître le rapport avec la uirtus. On retrouve enfin, à propos du mot honestas, qui reprend ici honestum, les quatre vertus cardinales : prudence, justice, courage, modération. L’emploi rhétorique d’honestus n’implique donc pas de divergences sémantiques avec l’emploi philosophique. Le second usage de l’adjectif dans le domaine de la technique oratoire concerne les « lieux » du discours, les sources où l’utilisateur va puiser ses arguments83. L’honestum est un de ces lieux utilisables par l’orateur. Cicéron explique ainsi comment ruiner une définition formulée par la partie adverse dans un procès :

Item infirmabitur, si turpis aut inutilis esse ostendetur eius descriptionis adprobatio et quae incommoda consecutura sint, eo concesso, – id autem ex honestatis et ex utilitatis partibus sumetur de quibus in deliberationis praeceptis exponemus –; et si cum definitione nostra aduersariorum definitionem conferemus et nostram ueram, honestam, utilem esse demonstrabimus, illorum contra.

« De même on la ruinera en montrant qu’il est immoral ou inutile d’approuver cette définition et quels inconvénients s’ensuivront si on l’approuve – cette démonstration sera empruntée aux considérations d’honnêteté et d’utilité que nous exposerons dans les règles concernant le genre délibératif ; en comparant d’autre part la définition donnée par nos adversaires avec la nôtre et en expliquant que la nôtre est exacte, honnête et utile, que la leur ne l’est pas. »
(Cic. Inu. II, 54 ; trad. Achard modifiée).

  • 84 C’est ce que montre la Rhet. Her. II, 16 et II, 21.
  • 85 Cic. Inu. II, 77 ; II, 119.
  • 86 Rhet. Alex. I, 4.
  • 87 Hermog., Progymnasmata 12, 10 et 25, 22 ; Sur les états, 52, 20. Voir Pernot, « Lieu et lieu commun (...)

101Dire que la définition que l’on soutient est uera, honesta, utilis revient à recourir à des loci, à employer des prédicats immédiatement utilisables dans différents contextes. Ces loci sont liés au genre délibératif mais peuvent être employés en d’autres endroits84. L’honestum est un locus communis, auquel on peut recourir quel que soit l’état de la cause que l’on défend : il peut être utilisé dans l’alternative, dans l’interprétation85, etc. Honestus entre ainsi dans une véritable topique. Les manuels de rhétorique du Ier siècle qui recommandent son usage se situent ici encore dans la lignée des ouvrages grecs et l’honestum correspond à nouveau à la notion de καλόν. La Rhétorique à Alexandre établit de fait une liste des prédicats que l’orateur peut appliquer à des actions, des propos ou des options, et qui comporte le καλόν, le beau, ainsi que le juste, le légal, l’utile, l’agréable, le facile, le possible, le nécessaire86. Le καλόν, comme l’honestum, est intégré dans la « topique des fins », dénommée ultérieurement τελικὰ κεφάλαια ou finalia capitula87.

7.3. Conclusion

102Ces différents traits de sens d’honestus peuvent être synthétisés de la façon suivante : /Qui est conforme / aux normes éthiques de la vertu / et guide la conduite / par sa valeur propre / susceptible / de susciter / une estime / admirative/. Ce sémème est proche de celui des sens « honnête » et « beau » mais nous le rapprocherons plutôt du premier car « honnête » et « moralement beau » ont une relation plus étroite et appartiennent au même champ lexical.

S4 : « Honnête, probe »

S5 : « Moralement beau »

/Qui est conforme/

/Qui est conforme/

/aux normes morales collectives/

/aux normes éthiques de la vertu/

/et parfois/

/notamment à la droiture/

/et qui est propre à/

/et guide la conduite/

/guider la conduite/.

/par sa valeur propre/

/susceptible/

/de susciter/

/une estime/

/admirative/.

103Ces deux sens d’honestus possèdent le même sème générique, mais plusieurs sèmes spécifiques disparaissent quand d’autres apparaissent. Il s’agit donc d’une polysémie étroite de sens. Honestus arrive, au terme de son évolution, vers un sens exclusivement moral, conceptuellement dense, utilisé dans les langages techniques. Il ne comporte plus de référence à l’estime ou à une position sociale éminente, ce qui le sépare radicalement du sens « honorable ». Il se différencie aussi du sens « honnête, probe », car les normes de comportement envisagées ne sont pas celles de la coutume et de la collectivité, mais de la raison et du sujet individuel. En outre, le mot implique l’attraction vers soi en raison d’une valeur propre, propter se, et il s’utilise dans des contextes techniques où il est l’équivalent du καλός de la pensée grecque. Il désigne souvent, au neutre substantivé, un principe, et non une simple qualité appliquée à une personne ou une chose. Ce sens d’honestus n’est pas, en outre, sans avoir de relations avec le sens « beau, admirable » puisque les deux partagent les sèmes de /l’estime/ admirative/. Il s’agit là d’un développement sémantique spécifique de l’adjectif par rapport à honos : l’évolution d’honestus vers une acception éthique est singulière à ce dérivé, tout comme son utilisation dans des textes techniques, et contribue à l’éloigner de l’aire sémantique recouverte par honos qui appartient davantage au lexique social et politique.

104Comme nous l’avons constaté, honestus est utilisé en philosophie et en rhétorique comme équivalent de καλός, qu’il s’agisse de la notion éthique des stoïciens ou bien de la catégorie rhétorique d’Aristote et des rhéteurs hellénistiques. L’usage d’honestus avec son sens de « beau moral » s’inscrit donc dans un travail de création d’un vocabulaire technique latin à travers la traduction du grec. On trouve, dans un seul texte de notre corpus, un rapprochement entre καλόν et honestum, dans une lettre de Cicéron à Atticus, envoyée après que César a traversé le Rubicon :

O hominem amentem et miserum, qui ne umbram quidem umquam τοImage 100000000000000A0000000F99096DC9.jpg καλοImage 100000000000000A0000000F99096DC9.jpg uiderit! Atque haec ait omnia facere se dignitatis causa. Vbi est autem dignitas nisi ubi honestas? honestum igitur habere exercitum nullo publico consilio, occupare urbis ciuium quo facilior sit aditus ad patriam?

« Ô insensé ! malheureux ! qui n’a jamais vu ne serait-ce que l’ombre du καλόν ! Et il prétend qu’il fait tout cela pour sa dignité. Où est la dignité si ce n’est dans la moralité ? Est-il donc moral de conserver une armée sans décision publique, d’occuper des villes de citoyens pour se ménager une entrée plus facile dans sa patrie ? »
(Cic. Att. VII, 11, 1).

  • 88 Sur le passage du latin au grec, G. E. Dunkel, « Remarks on Code-switching in Cicero’s Letters to A (...)
  • 89 Sur le calque sémantique et son usage, voir supra p. 113-114.
  • 90 Sur cette influence, voir notre étude sur Lucilius au chapitre 16.
  • 91 Les technographes et ceux qui pratiquent régulièrement la traduction ont souvent recours à ce procé (...)
  • 92 Des allusions sont faites à Carnéade, Socrate, Aristippe,… Voir G. Garbarino, Roma e la filosofia g (...)
  • 93 Moquerie contre un paradoxe stoïcien (frg. 1284 M.) ; rapports entre l’âme et le corps (frg 635-643 (...)

105Cicéron reproche à César d’ignorer la moralité et évoque d’abord cette notion sous son aspect grec avant de la restituer en latin. L’usage du mot grec reste donc très strictement limité : il est immédiatement suivi de son équivalent latin et n’apparaît que dans le contexte privé de l’échange épistolaire. Cicéron ne recourt que très peu au mot grec quand il veut se référer au concept de beauté morale et utilise de manière presque systématique le terme latin88. Le contact entre le καλόν et l’honestum va cependant au-delà de la simple traduction. On le voit chez Lucilius, dans le fragment sur la vertu : il y a un véritable transfert de sens et une première tentative de calque sémantique depuis καλός vers honestus, calque qui sera confirmé et développé par Cicéron89. Le sens de « beau moral » apparaît en effet dans un fragment qui porte la marque du stoïcisme de Panétius90, dans le cadre d’un vocabulaire technique, contexte où les calques sémantiques sont fréquents, et chez un auteur parfaitement bilingue, nourri de culture hellénique91, et faisant à plusieurs reprises allusion à des philosophes92 et à des notions philosophiques grecques93. Lucilius et Cicéron se sont tous deux efforcés d’acclimater à Rome la pensée grecque, ce qui passe, entre autres innovations, par un enrichissement du vocabulaire. Honestus possédait en latin des sens bien établis, nous l’avons vu, et il s’enrichit, par le biais de ce contact culturel, d’une partie du sens de καλός qui lui a été transférée. Le sens « moralement beau » d’honestus trouve des racines dans le fonctionnement sémantique propre du mot latin mais son émergence en tant que sens autonome ne peut s’expliquer totalement sans le phénomène du calque. Il est donc issu d’une sorte de double paternité, latine et grecque.

  • 94 C’est ce qui fait du choix d’honestum pour rendre καλόν un choix « heureux » selon les termes de M. (...)
  • 95 Il est donc inexact de dire, comme le fait A. R. Dyck, A Commentary on Cicero, De Officiis, Ann Arb (...)
  • 96 Od. XVII, 381 ; XVIII, 255.
  • 97 Voir par exemple Plat. Apol. 34e ou Arstt. EN 1115a.
  • 98 SVF II, 1003. Cette idée se rencontre notamment chez Chrysippe : SVF II, 296 et III, 9. Sur le rôle (...)
  • 99 Sur ces honores verbaux, voir infra p. 281-287.
  • 100 Setaioli, « La notion éthique de kalós / kalón en latin » et A. D. Smith, « Character and Intellect (...)
  • 101 Infra p. 631 sqq. et 659 sqq.

106Le calque de καλός sur honestus a la singularité d’être discret et particulièrement réussi car plusieurs facteurs ont facilité le rapprochement des deux notions. L’évolution sémantique d’honestus dans un sens moral prédisposait le terme à recevoir une acception éthique de plus en plus marquée. Il faut aussi souligner l’existence, avant tout contact entre les termes, de plusieurs points communs dans leur sémantisme respectif, ce qui facilite le calque sémantique. Le plus évident, et certainement aussi le plus déterminant, est l’existence d’un sens esthétique d’honestus et de καλός94. La capacité d’honestus à désigner la beauté de l’apparence extérieure a dû jouer un rôle prépondérant dans le rapprochement avec le grec καλός même si le sens esthétique est moins essentiel en latin qu’en grec95. Chacun des termes possède également un sens moral non marqué philosophiquement : honestus peut qualifier une action « honnête », « droite ». Quant à καλός, il est employé dès Homère pour qualifier une action ou une personne moralement bonne96 et ce sens persiste à l’époque classique où le mot garde sa signification générale, non conceptuelle97. Un autre élément se retrouve en grec comme en latin, et a pu exercer une influence : il s’agit de la conception du καλόν comme ἐπαινετόν, « louable »98. En latin, le sens le plus fréquent d’honestus est « honorable », « qui mérite l’honos », et la louange est une des formes que peut prendre l’honos99. Enfin, les deux termes présentent une dimension sociale qui a pu inciter à les rapprocher. C’est patent pour honestus, qui désigne la capacité à jouir de l’estime des autres, mais c’est aussi un trait qui existe dans le καλόν stoïcien ou encore chez Aristote100. L’ensemble de ces traits communs font que le calque sémantique est très réussi et très discret : l’enrichissement du sens d’honestus est réel mais s’insère parfaitement dans la continuité sémantique du latin. Le choix d’honestum pour restituer καλόν repose, outre sur ces facteurs sémantiques, sur des motifs culturels et philosophiques qui seront abordés dans une autre partie de cette étude101.

8. Conclusion générale sur honestus

107La structure sémantique d’honestus peut être synthétisée sous forme d’un tableau :

Relations sémantiques entre les différents sens d’honestus

Image 10000000000002BD000002ECCF199037.jpg

  • 102 Klose, Bedeutung, p. 100 : « Honestus in seinem ursprünglichen Sinn hat gemäß seiner Herkunft von h (...)

108La partie gauche du schéma témoigne de la progressive moralisation d’honestus. Le terme renvoie initialement à une position exclusivement sociale, où le sujet bénéficie de la considération de son entourage et d’une position éminente au sein de la société. L’adjectif est alors très proche d’honos102. Puis il désigne rapidement le caractère « honorable » d’une personne ou d’une conduite. L’adjectif préserve un lien avec honos, puisqu’il dénote ce qui est source de prestige ou ce qui permet d’être digne de marques d’honneur. Mais il implique alors aussi le respect des normes morales et de la dignité sociale, ce que le sémantisme d’honos, qui indique la détention de mérites plus généraux, ne suppose que de manière partielle et non systématique. L’accent se déplace sur le respect de ces normes avec le sens « honnête », où l’on voit s’abolir l’aspect social et la référence à l’honos « considération ». Le souci de l’estime publique n’est plus ce qui dicte le comportement. Enfin, le sens « moralement beau », utilisé en philosophie et en rhétorique, fait encore évoluer le terme vers le domaine de l’éthique, à la faveur d’un calque sémantique depuis καλός : l’action honesta est celle qui obéit à la vertu et vaut par elle-même. La beauté morale a remplacé l’honneur comme principe directeur. L’écart sémantique avec honos est maximal. Honestus passe ainsi d’un sens essentiellement social à un sens essentiellement moral. Le sémantisme d’honestus suit également deux autres lignes d’évolution, d’importance secondaire. La première, qui débouche sur le sens « honorifique », place l’accent sur l’octroi d’une marque d’honneur concrète, l’honos comme hommage. La seconde envisage la beauté comme qualité distinctive et admirable de l’apparence extérieure. Honestus apparaît donc comme un terme à la polysémie riche mais assez concentrée. Les différents sens sont bien reliés les uns aux autres et l’unité du sémantisme est assez nette.

Notes

1 É. Benveniste, Noms d’agent et noms d’action en indo-européen, Paris, A. Maisonneuve, 1948, p. 167. S. Mellet, M.-D. Joffre et G. Serbat, Grammaire fondamentale du Latin. Le signifié du verbe, Louvain, Peeters, 1994 en donne une analyse semblable : le suffixe exprime « l’accompli de la notion » (p. 315).

2 Voir A. Christol, « De l’accent phonologique à la suffixation : les thèmes en *-s- en latin », in Bammesberger, A. et Heberlein, F. (éds.), Akten des VIII internationalen Kolloquiums zur lateinischen Linguistik, Heidelberg, C. Winter, 1996, p. 78-93 : « le sens de l’adjectif X-to est ‘qui est pourvu de X’ » (p. 84).

3 F. Cusin-Berche, « Le lexique en mouvement : création lexicale et production sémantique », Langages, 136, 1999, p. 5-26 : « Dès qu’une forme nouvelle est intégrée au lexique, son sens évolue, se délie de la prescription morphologique » (p. 21).

4 Hellegouarc’h, Vocabulaire, p. 463.

5 TLL VI, 3, col. 2906-2908.

6 Cic. Tull. 19 ; Mur. 53 ; Verr. II, III, 60.

7 Cic. Verr. II, III, 61 et II, IV, 44 ; Mur. 47.

8 Cic. Flac. 24. Pour d’autres occurrences d’honesto loco natus, voir Cic. Verr. II, V, 31 ; Balb. 6 ; Tusc. V, 58 et Caes. BG V, 45, 2 ; BC III, 61, 1. Il ne nous semble pas légitime d’isoler pour honestus, comme le fait l’OLD (p. 801) notamment pour l’expression honesto loco natus, un sens « noble, de haut rang » : l’idée d’une distinction sociale est toujours associée à celle d’estime, qui est prévalente. On le voit bien quand on observe les tournures de sens contraire à honesto loco natus : on trouve d’une part l’idée de bassesse (infimo loco natus Cic. Flac. 24 ; Brut. 243 ; Tusc. III, 77) et d’autre part celle d’obscurité (ignobili loco natus Cic. Clu. 111 ; obscuro loco natus Cic. Verr. II, V, 167 et 181). Honestus unit la supériorité sociale et l’estime avec le sens « considéré », même si l’équivalent français restitue mal ce double aspect.

9 Voir par exemple Cic. Verr. II, I, 10 et II, 149 où honestus est associé à grauis.

10 Pl. Merc. 318 ; Cic. Verr. I, 137 ; Phil. II, 69.

11 Voir dans Rhet. Her. IV, 11 ; Cic. Font. 16 ; Mil. 18.

12 Sensible dans Cic. Quinct. 2 ; Flac. 88.

13 Voir aussi Cic. Att. I, 12 où agir honeste permet de s’attacher l’existimatio de la collectivité.

14 Voir Sall. Iug. 14, 24 qui oppose l’acte honestus et celui qui est iure contemptus.

15 Voir parmi de nombreux exemples Ter. Phorm. 912-913 ; Cic. Verr. II, II, 142 ; Dom. 65 ; Cael. 78 ; Lig. 4 ; Phil. II, 32 ; Caes. BC III, 32, 4.

16 Sur les valeurs morales de turpis, voir Monteil, Beau et laid, p. 280 sqq.

17 Respectivement, Cic. Rosc. Amer. 48 ; Diu. Caec. 23.

18 F. Klose note de même que cet usage d’honestus n’a pas un sens éthique et reste très lié à la notion d’assentiment de la part des auditeurs de l’orateur (Klose, Bedeutung, p. 119).

19 Voir aussi Cic. Inu. I, 21 et Rhet. Her. I, 5. Le genus honestum correspond au genre que le grec nomme ἔνδοξον, terme qui signifie « conforme à l’opinion commune » (voir par exemple Arstt. Top. I, 1, 13) et surtout « renommé, célèbre, glorieux ». Mais si honestus « honorable » possède un équivalent grec dans la langue de la rhétorique, il n’a pas subi l’influence de ce dernier par calque sémantique : son sens se situe parfaitement dans la lignée du sémantisme général du mot.

20 Cic. De or. II, 198.

21 Voir entre autres Rhet. Her. III, 5 et III, 9 ; Sall. Hist. frg. I, 12 et II, 47 (Reynolds).

22 Voir respectivement Cic. Inu. II, 164 ; Sall. Cat. 13, 2 ; Cic. Verr. II, IV, 124 ; Diu. Caec. 64.

23 Sur l’usage plautinien de cette formule, M. A. Suárez, et M. B. Álvarez, « La ‘in ius uocatio’ en Plauto : entre lo griego y lo romano », Faventia, 29 (2), 2007, p. 9-19.

24 Rhet. Her. III, 8. Voir aussi Cic. Planc. 37 où sodalitas est préféré à consensio, bien que son sens soit plus éloigné du référent désigné.

25 Voir Monteil, Beau et laid, p. 283-287.

26 Même association en Iug. 8, 1 et 82, 2. D’après Klose, Bedeutung, p. 126, l’expression bonum atque honestum désigne « die sittliche Norm, die für das Handeln der Menschen maßgebend sein soll ».

27 Klose, Bedeutung, p. 122. Sur cette distinction, G. Cardascia, « L’apparition dans le droit des classes d’honestiores et d’humiliores », RD, 1950, p. 305-337 et 461-485 et R. Rilinger, Humiliores – Honestiores. Zu einer sozialen Dichotomie im Strafrecht der römischen Kaiserzeit, Munich, R. Oldenbourg, 1988.

28 Voir, pour ne citer que quelques exemples, Cic. Quinct. 43 ; Rosc. Amer. 24 ; Verr. II, III, 56 ; Font. 41 ; Clu. 53.

29 Rhet. Her. IV, 47.

30 Voir le sémème que donne Thomas, Déshonneur et honte pour chacun de ces termes (p. 158 et 212). Cf. la définition donnée par Isid. Orig X, 116 : honestus, quod nihil habeat turpitudinis.

31 Respectivement, Sall. Iug. 85, 49 ; Cic. Rosc. Amer. 113 ; Verr. I, 20 ; II, III, 67 ; II, III, 149.

32 L’honestus ne peut se comporter comme les déclassés que sont les gladiateurs ou les prostitués (Cic. Mur. 83 et Quinct. 95).

33 Le qualificatif d’honestus est à plusieurs reprises associé à celui de locuples (Cic. Verr. II, IV, 45 ; II, V, 154).

34 Voir, parmi de très nombreux exemples, Cic. Verr. II, I, 137 ; II, III, 36 ; Imp. Pomp. 17 ; Rab. Perd. 27. Et Rhet. Her. IV, 47 ; Caes. BG VII, 3, 1. Sur l’usage d’honestus pour l’ordre équestre, C. Nicolet, L’Ordre équestre à l’époque républicaine (312-43 av. J.-C.), réimpr. de la 1ère éd., Paris, De Boccard, 1974, p. 235-236 qui remarque que c’est l’adjectif mélioratif le plus utilisé à son sujet, avec splendidus, et qu’il implique la détention d’un certain rang social, mais non nécessairement d’une grande fortune. L’adjectif honestus est aussi employé, quoique de manière moins fréquente, pour d’autres ordines, comme celui des scribes (Rhet. Her. III, 7 ; Cic. Catil. I, 28 ; Verr. II, III, 183 ; Phil. VII, 24).

35 Cic. Clu. 141.

36 Voir supra p. 127.

37 Thomas, Déshonneur et honte, p. 152-153.

38 C’est ainsi que F. Klose comprend le passage : « honeste entspricht etwa einem honorifice (...) : ‘wie annerkennend, wie ehrend’ oder schon ein wenig abgeschliffen ‘wie zuvorkommend, wie freundlich’ » (Ibid., p. 100). Et il le rapproche, à juste titre, d’un autre passage du Rudens, v. 464, où honeste a le même sens.

39 Aucune divergence sémantique ne permet ici de séparer deux acceptions d’honestus pour qualifier une personne ou une chose, comme nous l’avions fait pour honestus au sens « honorable ».

40 Voir le rapprochement fait par Cicéron entre innocentes, honesti et boni (Cic. Phil. VIII, 16).

41 Pl. Trin. 731.

42 Respectivement, Cic. Dom. 54 ; Verr. II, IV, 11 ; Sall. Iug. 95, 3.

43 Voir H. Bardon, « L’honnêteté à Rome : du De officiis à La Rochefoucauld », in Gareau, E. (éd.), Valeurs antiques et temps modernes, Ottawa, Éditions de l’Université d’Ottawa, 1972, p. 128-140 : « L’honestus est essentiellement un homme droit, aux principes moraux bien assurés » (p. 129).

44 Sall. Iug. 5, 5 ; Cic. Verr. I, 9.

45 Cic. Verr. II, II, 186.

46 Sur cette antinomie, voir Ter. Heaut. 485. Est rectum ce qui est droit au sens concret, « direct » dans sa façon de parler, « droit » dans sa conduite (Pl. Men. 382 ; Ter. Andr. 309 ; Cic. Att. VI, 4, 1).

47 Pl. Bac. 759 parle de l’excellence d’un général ; Ter. Phorm. 259 de celle d’un artifex.

48 Voir par exemple Ter. Ad. 504 ; Cic. Att. X, 7, 1.

49 L’usage d’un vocabulaire moral dans un sens esthétique apparaît aussi pour des termes comme bonus et malus (Pl. Merc. 414 ; Ter. Andr. 119). Voir le début de l’article d’A. Setaioli, « La notion éthique de kalós / kalón en latin », Prometheus, 34 (2), 2008, p. 160-180, qui montre que, dans la langue grecque, l’évolution du lexique se fait plutôt en sens inverse, de l’esthétique vers l’éthique.

50 Le glossaire AA indique : Honesta facies : speciosa facies (Glossaria latina, vol. 5, p. 262).

51 Krostenko, Cicero, Catullus and the Language of Social Performance, p. 32-33, note que l’émergence d’un sens esthétique d’honestus est concomittante des débuts de la valorisation des arts grecs à Rome et de l’adoption par les élites du goût pour l’esthétisme hellénistique. Un tel changement culturel a pu conférer à un adjectif appréciatif un sens esthétique inédit.

52 TLL VI, 3, col. 2912, 42 ; OLD p. 801. Quelques-unes sont rapidement commentées par A. Espigares Pinilla, « Claves para la historia de un cultismo : ‘honesto’. 1, Antigüedad y Edad Media ».

53 Respectivement, Lucil. frg. inc. 111 Charpin = 1161 Marx ; Cic. Orat. 50 ; Cael. 40.

54 Sur cet aspect de turpis dans son sens esthétique, voir Monteil, Beau et laid, p. 270.

55 Voir aussi Ter. Andr. 121 où c’est le fait qu’une jeune femme soit honesta qui fait qu’elle est repérée par Simon.

56 Pour un monument funéraire (CIL I, 1019 = CLE I, 68) ou un temple (dans la lex a uicanis Furfensibus templo dicta ; CIL I2, 756, l. 11). Voir aussi Cic. Q. fr. III, 1, 2 et 14.

57 Monteil, Beau et laid, p. 270.

58 Monteil, Beau et laid, p. 261-306.

59 Serv. Aen. I, 289 ; Scholia Bembina in Terentium, Eun. 132 (éd. J. F. Mountford, 1934).

60 Monteil, Beau et laid, p. 108.

61 Ibid., p. 133.

62 Venustus bénéficie de la proximité avec Vénus : Pl. Mos. 161 ; Cic. Pis. 70.

63 Ni le De inuentione de Cicéron ni la Rhétorique à Herennius ne présentent l’utilisation d’honestus au sens « moralement beau » comme un emploi inédit, ce qui laisse supposer que ce sens avait commencé à se répandre après Lucilius et avant le début du Ier siècle. Sur l’approfondissement théorique des notions romaines à cette date, Thome, Zentrale Wertvorstellungen der Römer, vol. 1, p. 32 et 50-51.

64 Voir la remarque que fait Antoine dans le De oratore (II, 61) à propos des livres écrits par les philosophes de honestate : le contenu, dit-il, est d’une grande complexité car il aborde un concept philosophique empêtré mais le titre est parfaitement clair, signe que la notion n’a pas un air étranger.

65 Voir une semblable distinction entre gloriosus et honestus en Fin. II, 48. Le jugement de la foule est également écarté de l’honestum par Cic. Off. I, 64.

66 La uirtus n’est pas auparavant une qualité éthique mais l’adhésion à un code de conduite pratique. Sur l’évolution de la nature de la uirtus, voir infra p. 307 sqq.

67 Cic. Off. I, 79 : Honestum autem id quod exquirimus, totum est positum in animi cura et cogitatione.

68 Cic. Off. I, 107.

69 Klose, Bedeutung, p. 107 : honestus au sens « honorable » suppose la conformité à un bien défini par le jugement de la collectivité ; au sens « moralement beau », la conformité à un bien absolu.

70 Cic. Parad. I, 9 ; Fin. II, 55 ; II, 117 ; IV, 58 ; V, 19 ; V, 66 ; Off. III, 82.

71 Nous ne pouvons considérer, avec F. Klose, qu’honestum n’est que l’un des mots utilisés pour rendre καλόν et qu’il est identique à rectum ou laudabile (Klose, Bedeutung, p. 104-105). Sur la fonction sémantique des synonymes, voir Thomas, « Les fonctions linguistiques de la synonymie lexicale en latin », p. 876-878.

72 Voir la remarque de Monteil, Beau et laid, qui note à propos de turpis cette évolution éthique du mot : « la déchéance est subjectivement ressentie par l’individu qu’elle frappe ; elle gagne aussi le plan moral et s’identifie au mal, à la bassesse » (p. 293).

73 Autres exemples de l’antagonisme honestus / turpis dans les textes philosophiques : Cic. Leg. I, 55 ; Fin. III, 11 ; III, 38 ; V, 93 ; Tusc. II, 30 ; V, 114.

74 Cic. Fam. IV, 2, 2 : quand on est sûr de l’honestum, non potest esse dubium quid faciendum nobis sit, « il ne peut y avoir aucune incertitude sur ce que nous devons faire ».

75 Voir Cic. Leg. I, 48 ; Fin. III, 36 ; Fin. II, 99.

76 Tusc. V, 33 réfère cette idée à Zénon et Ariston.

77 Cic. Fin. II, 34-35.

78 Cic. Fin. II, 50 : per se, sua ui, sua sponte, sua natura. Voir aussi Cic. Fin. III, 36 ; Off. II, 32 ; III, 33.

79 Voir aussi le lien entre la pulchritudo et les honesta en Fin. II, 47.

80 Supra p. 123.

81 Arstt. Rhet. I, 3

82 Arstt. Rhet. I, 5.

83 Sur les loci en rhétorique, L. Pernot, « Lieu et lieu commun dans la rhétorique antique », BAGB, 1986, p. 253-284.

84 C’est ce que montre la Rhet. Her. II, 16 et II, 21.

85 Cic. Inu. II, 77 ; II, 119.

86 Rhet. Alex. I, 4.

87 Hermog., Progymnasmata 12, 10 et 25, 22 ; Sur les états, 52, 20. Voir Pernot, « Lieu et lieu commun dans la rhétorique antique », p. 261 sqq.

88 Sur le passage du latin au grec, G. E. Dunkel, « Remarks on Code-switching in Cicero’s Letters to Atticus », MH, 57 (2), 2000, p. 122-129. Il y a une autre occurrence de καλόν, employé seul cette fois, dans une autre lettre à Atticus (Att. VIII, 8, 2). Sur le bilinguisme de Cicéron, notamment dans les lettres, M. Dubuisson, « Le grec à Rome à l’époque de Cicéron. Extension et qualité du bilinguisme », Annales ESC, 47 (1), 1992, p. 187-206 ; B. Baldwin, « Greek in Cicero’s Letters », Acta Classica, 35, 1992, p. 1-17. Sur le phénomène du bilinguisme gréco-latin en général, J. N. Adams, Bilingualism and the Latin Language, Cambridge, Cambridge University Press, 2003 et F. Dupont et E. Valette-Cagnac (éds.), Façons de parler grec à Rome, Paris, Belin, 2005.

89 Sur le calque sémantique et son usage, voir supra p. 113-114.

90 Sur cette influence, voir notre étude sur Lucilius au chapitre 16.

91 Les technographes et ceux qui pratiquent régulièrement la traduction ont souvent recours à ce procédé (Nicolas, Calque, p. 23-24).

92 Des allusions sont faites à Carnéade, Socrate, Aristippe,… Voir G. Garbarino, Roma e la filosofia greca dalle origini alla fine del II secolo a. C., Turin, Paravia, 1973, p. 487.

93 Moquerie contre un paradoxe stoïcien (frg. 1284 M.) ; rapports entre l’âme et le corps (frg 635-643 M.) ; surtout, on trouve de nombreux éléments de philosophie morale, tels que la critique du luxe, des plaisirs de la table, de la colère,… Nombre de ces idées, cependant, relèvent aussi de la morale romaine traditionnelle, comme le remarque G. Garbarino : « sono spogliate del loro carattere propriamente filosofico, trasferite come sono sul piano della morale pratica, applicate a figure e situazioni della vita d’ogni giorno » (Ibid., p. 517).

94 C’est ce qui fait du choix d’honestum pour rendre καλόν un choix « heureux » selon les termes de M. O. Liscu (M. O. Liscu, Étude sur la langue de la philosophie morale chez Cicéron, Paris, Les Belles Lettres, 1930, p. 151). Voir aussi A. Espigares Pinilla, « Claves para la historia de un cultismo : ‘honesto’. 1, Antigüedad y Edad Media », p. 70 sur le travail de latinisation opéré par Cicéron.

95 Il est donc inexact de dire, comme le fait A. R. Dyck, A Commentary on Cicero, De Officiis, Ann Arbor, University of Michigan Press, 1996 (p. 69) que Cicéron « sacrifie » la dimension esthétique de καλόν en utilisant honestum pour rendre le mot grec : il l’atténue sans l’effacer totalement.

96 Od. XVII, 381 ; XVIII, 255.

97 Voir par exemple Plat. Apol. 34e ou Arstt. EN 1115a.

98 SVF II, 1003. Cette idée se rencontre notamment chez Chrysippe : SVF II, 296 et III, 9. Sur le rôle de la notion de « louable » comme passerelle entre καλόν et honestum, M. Pohlenz, Antikes Führertum. Cicero De Officiis und das Lebensideal des Panaitios, 2e éd., Leipzig, Teubner, 1967, p. 52. On rencontre également l’association de καλόν et ἐπαινετόν chez Aristote, EN 1109a, 1127a et 1169a. Sur le « louable » dans l’éthique aristotélicienne, K. Rogers, « Aristotle’s Conception of τὸ καλόν », AncPhil, 13, 1993, p. 355-371.

99 Sur ces honores verbaux, voir infra p. 281-287.

100 Setaioli, « La notion éthique de kalós / kalón en latin » et A. D. Smith, « Character and Intellect in Aristotle’s Ethics », Phronesis, 41, 1996, p. 56-74 : l’opinion publique, sans être le critère de l’action, est un indicateur de ce qui est beau (p. 72).

101 Infra p. 631 sqq. et 659 sqq.

102 Klose, Bedeutung, p. 100 : « Honestus in seinem ursprünglichen Sinn hat gemäß seiner Herkunft von honos keine sittlich-moralische Bedeutung. » Voir aussi les remarques d’H. Bardon sur l’estimation d’ordre social que suppose initialement honestus (Bardon, « L’honnêteté à Rome : du De officiis à La Rochefoucauld »). On ne souscrira pas cependant à l’idée de l’auteur selon laquelle l’adjectif désignait à l’origine « celui qui a exercé une charge officielle » (p. 128). Nous avons vu qu’est honestus celui qui bénéficie de l’honos comme « prestige », et non comme charge.

© Publications de l’École française de Rome, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access