Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Question d'honneur

 | 
Mathieu Jacotot

Première partie. Le lexique : les mots et leur sens

Chapitre 1. Analyse sémantique d’honos

Texte intégral

1. Préambule linguistique et étymologique sur honos

  • 1 Sur honor et honra en espagnol, voir J. C. Baroja, « Honour and Shame : A Historical Account of Sev (...)

1Avant de commencer notre investigation sémantique, il faut interroger les caractéristiques linguistiques et morphologiques du mot honos, dont dérivent honestus et honestas, et essayer d’en savoir un peu plus sur ses origines et son étymologie. L’héritage d’honos dans les langues romanes est bien connu : en sont issus le français honneur, l’italien onore, l’espagnol honor ou honra1, le portugais honra.

1.1. Morphologie

  • 2 Ces données chiffrées ne sont qu’approximatives. Une faute du copiste, écrivant une terminaison à l (...)
  • 3 Quint. IO I, 4, 13.
  • 4 Isid. Orig. I, 27, 23.
  • 5 C’est ce que rappelle Serv. Aen. I, 253 : plerumque poetae ‘r’ in ‘s’ mutant causa metri ; ‘os’ eni (...)
  • 6 Sur le rhotacisme et l’extension analogique de-r à certains nominatifs, voir A. Meillet et J. Vendr (...)
  • 7 Dans la Lex parieti faciundo de Pouzzoles (CIL I2, 698, 2, 11).
  • 8 Ernout, Morphologie historique du latin, 3e éd., Paris, C. Klincksieck, 1953, p. 40.

2Le mot existe sous deux formes concurrentes : hŏnōs,-ōris, et hŏnŏr, -ōris. Honos est la forme la plus ancienne et c’est aussi, sur l’ensemble de la latinité, la plus fréquente : on compte environ quatre cents occurrences du nominatif honos pour deux cents d’honor2. La forme honos est de loin la plus employée tout au long de la République : Caton, Térence et Salluste n’utilisent qu’elle ; Cicéron n’emploie que trois fois la forme en -or dans l’ensemble de son œuvre. Honor apparaît pour la première fois chez Plaute puis se rencontre assez régulièrement jusqu’au début de l’époque impériale, moment où il prend le dessus sur honos. Quintilien considère qu’honos est vieilli3. Mais la forme ancienne honos persiste pendant toute la latinité. Isidore de Séville la connaît encore : il souligne la proximité entre s et r, et note que les anciens utilisaient plus volontiers la terminaison en -os, ce qui n’est plus l’usage à son époque4. En poésie, on n’observe pas toujours cette évolution conduisant à l’effacement d’honos au profit d’honor. Les deux terminaisons n’ont en effet pas la même valeur métrique, et les poètes choisissent l’une ou l’autre en fonction de la prosodie : -os est long, -or est court5. Le passage d’honos à honor s’est réalisé en deux temps. La forme primitive du mot, non attestée, devait être honos, *honosis. Par rhotacisme, le -s- intervocalique est devenu -r-, produisant la forme honos, honoris. Puis, sous l’influence des cas obliques, le -s final de honos a eu tendance à être remplacé par -r, provoquant l’abrègement du -o- en finale (de hŏnōs à hŏnŏr)6. Il faut signaler enfin une particularité graphique qui apparaît exclusivement dans les inscriptions : on connaît un génitif honorus7, qui rappelle d’autres génitifs présents dans les textes épigraphiques comme Venerus ou Caesarus, par exemple. Cette désinence -us au génitif est issue de *-os qui alternait à époque ancienne avec la terminaison *-es qui a de son côté produit la désinence -is que nous rencontrons en latin classique8.

  • 9 Sur ce point et pour les remarques suivantes, voir H. Quellet, Les Dérivés latins en -or. Étude lex (...)

3Honos, oris est un dérivé formé sur un radical hon-, et pourvu d’une suffixation en -os. Il appartient donc à la catégorie des dérivés en -os (ou -or), comme furor, odor, labor ou pudor9. La suffixation latine en -os n’est pas sans équivalent dans les autres langues indoeuropéennes et peut être éclairée par la grammaire comparée. Il s’agit d’une des formes prises en latin par le suffixe indo-européen *-es-/-os-, que l’on retrouve par exemple dans le grec αἰδώς, ἀναιδής, κλέος, εὐκλεής. Ce suffixe *-es-/-os- fournit dans les langues indo-européennes des substantifs abstraits de deux types :

  1. Des noms neutres, le plus souvent, que l’on observe par exemple avec gr. γένος, skr. jánah, lat. genus. Ce n’est pas le type dont relève honos tel que nous le connaissons (qui est masculin), mais il est fort probable qu’il ait existé un neutre ancien *honos, -eris dont nous n’avons pas d’attestation. En effet, les dérivés en honest- tels que honestus ou honestare impliquent l’existence d’un ancien neutre *honos, -eris, dont ces dérivés sont issus, par une suffixation en *-to-.

    • 10 Sur ce sujet, voir A. Meillet, Introduction à l’étude comparative des langues indoeuropéennes, 3e é (...)

    Le suffixe *-es-/-os- fournit aussi des substantifs abstraits masculins ou féminins ; il donne peu de noms animés en grec (αἰδώς par exemple), mais beaucoup en latin, où il prend le timbre o : amor, dolor, error, labor, odor, pudor,…10 Honos appartient à ce type.

  • 11 Monteil, Éléments, p. 175. La définition que donne M. Leumann des dérivés en -or est donc inexacte  (...)

4Du point de vue du sens, le suffixe *-es-/-os- servait en indo-européen à constituer des noms d’action, ce que l’on observe bien avec genus et γένος ; mais le cas de genus, clairement associé au verbe gigno, n’est pas la règle en latin : le mot en-os ne se rattache pas systématiquement à un verbe et honos n’a pas la même valeur de nom d’action que genus11. Cependant, le terme est masculin, et non pas neutre : c’est un animé et il y a une notion de vie dans le mot, comme dans amor, dolor ou fauor. Le suffixe sur lequel le dérivé honos est formé lui apporte donc une fraction de sens importante : le terme recèle la notion d’un procès actif.

1.2. La présence du mot dans la langue latine

5Honos est un mot courant. D’après le dénombrement effectué par interrogation de la base de données Phi 5.3, il y a plus de 3500 occurrences du mot dans les textes latins, des origines jusqu’au Ve siècle. À titre de comparaison, on est proche de la fréquence d’un mot comme officium (environ 3000 occurrences) ; honos se rencontre plus que pudor (1000 occurrences), mais moins que uirtus (5000 occurrences).

  • 12 Les termes qui présentent cette terminaison appartiennent en effet au vocabulaire latin le plus ant (...)

6Plusieurs raisons nous conduisent à penser qu’honos est un terme présent depuis longtemps dans la langue latine. Tout d’abord, ainsi que le remarque H. Quellet, la suffixation en -or, à laquelle honor se rattache, cesse d’être productive à la fin de l’époque cicéronienne : peu de nouveaux mots en -or font leur apparition après la fin de la République. Nous avons vu en outre qu’honor appartient à la souscatégorie des dérivés en -or isolés de toute forme verbale en -ere, qui sont précisément les plus anciens des dérivés en -or. L’existence d’une terminaison en -os, remplacée ultérieurement par-or, signale le caractère archaïque du mot12.

  • 13 Enn. Trag. frg. CVII Jocelyn ; Evh. frg. 42 Traglia.
  • 14 Dans le Miles gloriosus par exemple, situé le plus souvententre 206 et 204 (Pl. Mil. 1075).
  • 15 Voir aussi sur ce point Klose, Bedeutung, p. 9.
  • 16 Sur le xénisme, voir Nicolas, Calque. Voir aussi, sur les emprunts lexicaux, Lehmann et Martin-Bert (...)
  • 17 Char. 379, 1-11.

7Les premières occurrences d’honos se situent pour nous à la fin du IIIe siècle. On les rencontre chez Ennius13 et dans les comédies de Plaute14. H. Quellet estime qu’il devait être en usage un siècle avant les occurrences que nous en avons dans les textes ; le mot existait donc probablement dans le vocabulaire latin dès l’extrême fin du IVe siècle ou au début du IIIe siècle15. L’ancienneté du mot honos laisse penser qu’il ne s’agit pas d’un emprunt lexical fait par le latin à une autre langue. Cette impression est confirmée par l’examen de la morphologie du mot qui indique bien qu’honos n’est pas un xénisme16. Quand le latin emprunte un terme étranger, il le fait sous une forme productive ; par exemple, pour la catégorie des mots latins en -or, le latin recourrait au type -ere, -or, -idus, que l’on trouve par exemple avec calere, calor, calidus ou splendere, spendor, splendidus. Cette forme est commode et permet de produire un verbe, un substantif et un adjectif. Mais rien de tel ne se produit pour honor : le substantif est isolé. Le mot a donc toutes les chances d’être propre au latin. Le caractère latin d’honos est revendiqué par le grammairien du IVe siècle Charisius. Il évoque le mot honos dans ses Artis grammaticae libri V, au chapitre De idiomatibus, et explique que certains termes, qu’il qualifie d’idiomata, n’appartiennent qu’au latin sans avoir été empruntés au grec. Honos fait partie de ceux-là17.

1.3. L’étymologie d’honos

  • 18 Le DELL considère qu’il n’y a « pas d’étymologie » (p. 299). Le dictionnaire étymologique de Walde- (...)

8L’étymologie d’honos est très incertaine et pose des problèmes difficiles à résoudre18. Les étymologies avancées pour honos procèdent de deux manières : soit elles expliquent le mot de manière interne au lexique latin, soit elles recourent à la grammaire comparée des langues indo-européennes.

1.3.1. Honos issu de onus

  • 19 M. Bréal et A. Bailly, Dictionnaire étymologique latin, 4e éd., Paris, C. Klincksieck, 1967 s. v. h (...)

9Le Dictionnaire étymologique latin de M. Bréal et A. Bailly indique que « le sens primitif de honos semble avoir été ‘charge’ (v. onus). Aulu Gelle cite l’orthographe honeratus, honustus (pour oneratus, onustus). L’aspiration du h manque souvent ».19

10Le dictionnaire donne comme exemples de cette absence d’aspiration ira, anser, omnes, onus. Cette étymologie faisant dériver honos de onus était déjà avancée par Varron, qui cite à l’appui de son interprétation un vers tiré d’une comédie anonyme :

Honos ab onere: itaque honestum dicitur quod oneratum, et dictum: Onus est honos qui sustinet rem publicam.

« Honos (honneur) d’après onus (charge) : c’est pourquoi est dit ‘honoré’ce qui est ‘chargé’, et on dit : ‘C’est un poids que la charge de celui qui soutient la République’. »
(Varr. LL V, 73).

  • 20 V. Pisani considère également que l’étymologie de Varron est la bonne, aussi bien du point de vue p (...)
  • 21 Sur la conception « germinatoire » que se fait Varron du lexique latin, M. Baratin et F. Desbordes,(...)
  • 22 L’erreur de Varron est causée par sa tendance à vouloir rapprocher deux mots qui apparaissent comme (...)
  • 23 C’est le cas par exemple d’Audax (GLK VII, 362, 15).
  • 24 Voir par exemple CIL III, 8203, 9 ; X, 4724, 6 ; XI, 3939, 10.
  • 25 M. Leumann remarque à ce propos que les chutes du h- pour les mots à h- initial se produisent essen (...)
  • 26 Ibid.
  • 27 Voir à ce sujet l’article de R. Peiper, « Vermischte Bemerkungen und Mittheilungen zu römischen Dic (...)

11Le rapprochement fait par Varron, et repris par M. Bréal et A. Bailly20, est séduisant : il éclaire un des sens d’honos, la « considération », qui serait, de manière imagée, le « poids » d’une personne dans la vie publique de la cité ; on comprendrait aussi comment le mot a pu désigner une magistrature, fonction politique qui est naturellement « pesante », et que l’on traduit d’ailleurs en français par « charge ». Cette étymologie permet de poser à l’origine du mot une image bien concrète qui expliquerait les différentes significations et de faire dériver honos d’un autre terme latin qui l’aurait engendré21. Mais plusieurs éléments la rendent irrecevable22. On ne trouve jamais dans la littérature latine la forme *onos ou *onestus pour honos ou honestus. Le h est constant et les grammairiens anciens considèrent eux-mêmes l’absence d’aspiration dans honos comme un barbarisme23. Seules quelques inscriptions donnent la forme sans aspiration24. Mais elles sont peu nombreuses, et il s’agit sans doute d’une faute du lapicide plutôt que d’une orthographe concurrente qui présenterait un lien de parenté avec onus25. En outre, en latin le h- initial est parfois supprimé pour donner au mot une fausse proximité étymologique avec un autre terme, comme pour hastatus (soldat armé du javelot, ou centurion) écrit astatus pour le rapprocher de adstatus26. L’étymologie proposée par Varron nous paraît donc à rejeter. À l’inverse, onus ne s’écrit pas honus avant le Moyen-Âge27. Une parenté entre honos et un hypothétique *honus, mis pour onus, est donc à exclure. Certes, Aulu Gelle dit que les Anciens connaissaient les formes honera et honustum :

H litteram, siue illam spiritum magis quam litteram dici oportet, inserebant eam ueteres nostri plerisque uocibus uerborum firmandis roborandisque, ut sonus earum esset uiridior uegetiorque; atque id uidentur fecisse studio et exemplo linguae Atticae […] Sic ‘honera’, sic ‘honustum’ dixerunt. In his enim uerbis omnibus litterae seu spiritus istius nulla ratio uisa est, nisi ut firmitas et uigor uocis quasi quibusdam neruis additis intenderetur.

« La lettre h ou l’aspiration, s’il vaut mieux dire ainsi, les anciens, chez nous, l’inséraient pour soutenir et renforcer la sonorité de beaucoup de mots afin qu’ils s’entendissent de façon plus vigoureuse et puissante ; et ils paraissent avoir fait cela par goût et imitation de la langue attique. […] Ainsi on a dit honera (des poids), honustum (chargé). Car dans tous ces mots il n’existe aucune justification rationnelle de cette lettre ou de cette aspiration, si ce n’est d’augmenter la force et la vigueur du son en y ajoutant pour ainsi dire un peu de nerf. »
(Gell. II, 3, 1-4).

  • 28 Catul. 84. Catulle se moque d’Arrius qui affecte de mettre dans tous les mots des ‘h’ aspirés.

12Mais Aulu Gelle souligne bien qu’il n’y a aucune justification rationnelle à cette aspiration et qu’il s’agit d’un effet de la parole des individus et non pas de la langue. On sait que l’aspiration a été, à une époque, une véritable mode, raillée par Catulle28. Les textes ne présentent rien de tel, et les très rares honustus (pour onustus) que l’on peut y trouver sont des fautes de copistes toujours corrigées par les éditeurs. Plusieurs grammairiens ont pris soin de distinguer les deux termes dans leurs ouvrages. On lit ainsi dans l’Appendix de Probus :

Inter honestum et onustum hoc interest, quod honestum nobilem designat, onustum uero onus ferentem demonstrat.

« Entre honestus et onustus, la différence est la suivante : honestus signifie ‘noble’, mais onustus désigne une personne portant une charge. »
(Prob., App., GLK IV, 201, 35).

  • 29 La morphologie d’onustus est spécifique, peut-être pour éviter la confusion avec honestus : J. Mane (...)
  • 30 Sur le jeu de mots onus-honos, C. Blümlein, « Zum Wortspiele onus-honor », Archiv für lateinische L (...)

13Même si les termes n’étaient pas apparentés, ils prêtaient manifestement à confusion29. Les textes littéraires, de leur côté, ont joué de cette proximité phonique, mais sans que cela soit l’indice d’une parenté étymologique30. Aucun auteur avant Cicéron ne fait le rapprochement entre onus et honos, à part peut-être le vers que cite Varron, emprunté à une palliata anonyme. Par la suite, les auteurs créent certes des effets de paronomase, mais la distinction sémantique entre les deux mots est fermement établie. On trouve par exemple chez Tite Live :

oneratus magis quam honoratus

« chargé plutôt qu’honoré »
(Liv. XXII, 30, 4).

14ou chez Ovide :

non honor est sed onus species laesura ferentis.

« Ce n’est pas un honneur mais un fardeau, un masque destiné à blesser ceux qui le portent. »
(Ov. Her. IX, 30).

  • 31 Voir par exemple l’apparat critique de Cic. Inu. II, 177 : honos H2PS2I (leçon à retenir) : honus H(...)

15Il y a ici jeu de mots, mais pas jeu étymologique. Les manuscrits présentent parfois aussi quelques incertitudes, quoique peu nombreuses, entre onus, honus et honos31. Honos et onus ne sont donc pas apparentés. Cependant, même si l’étymologie donnée par Varron ne possède pas de valeur scientifique, il ne faut pas pour autant la négliger, car elle est significative de la conception que les Romains se font de l’honos, notamment en politique : la magistrature est un honneur, mais c’est aussi un fardeau.

1.3.2. Honor issu de in ore

  • 32 A. Zimmermann, Etymologisches Wörterbuch der lateinischen Sprache, Hanovre, Hahnschen, 1915, s. v. (...)
  • 33 Voir sur insula le DELL p. 319. Cette étymologie est avancée par certains grammairiens anciens ; vo (...)

16Cette hypothèse est soutenue par A. Zimmermann dans son dictionnaire étymologique32. De même que insula serait issu de in salo, honor serait issu de in ore ; on aurait en latin ancien la forme *en ose qui serait devenue (h)onos, le premier o passant à e comme celui de *hemo qui donne homo. A. Zimmermann considère que in honore esse serait alors une sorte de redoublement de in ore esse. On perçoit le lien de sens qu’on pourrait établir entre honos, qui désigne la considération dont on jouit, la renommée, et la formule in ore esse : jouir de l’honos, c’est « être sur toutes les lèvres ». Mais aucun argument sérieux ne vient étayer cette étymologie. La comparaison faite par A. Zimmermann avec insula dessert en réalité son raisonnement : l’hypothèse selon laquelle insula dérive d’*insulus lui-même issu de *en salos (« qui se trouve dans la mer ») est une étymologie erronée33. Le rapprochement entre honor et in ore paraît tout aussi arbitraire et soulève plusieurs difficultés : on ne voit pas, notamment, d’où proviendrait l’aspiration initiale d’honos. Cette étymologie nous paraît donc difficilement justifiable.

1.3.3. Honos et la racine *zghon-

  • 34 F. A. Wood, Post-Consonantal ‘w’ in Indo-European, Philadelphie, Linguistic Society of America, 192 (...)
  • 35 W. P. Lehmann, A Gothic Etymological Dictionnary, Leiden, Brill, 1986, s. v. *gansjan. Lehmann excl (...)

17Outre les étymologies internes au latin, d’autres hypothèses ont été faites en recourant à la grammaire comparée des langues indoeuropéennes. Ainsi, F. A. Wood rapproche honos du gothique gansjan (« causer »), et les fait dériver tous deux d’une base commune *zghonos, *seghonos- (« force, pouvoir »)34. Cette hypothèse ne peut cependant être retenue : on ne voit pas, d’abord, le lien sémantique entre honos et gansjan ni entre honos et la racine proposée. Ensuite, la reconstruction d’une ancienne base commune *zghon- est très improbable : la forme gansjan dérive d’une racine *ghew-, comme l’indique W. P. Lehmann35, qui ne peut remonter à *zghon-.

1.3.4. Honos et la racine *g Image 100000000000000C0000000F505B3198.jpghen-

  • 36 F. A. Wood, « Some Latin Etymologies », CPh, 11, 1916, p. 208-211 et A. Debrunner, « Honor », IF, 5 (...)
  • 37 Voir A. Walde, Vergleichendes Wörterbuch der indogermanischen Sprachen, Berlin, W. De Gruyter, 1927 (...)
  • 38 LEW, vol. 1, p. 656.
  • 39 Voir p. 99.

Une autre reconstruction avait été suggérée par F. A. Wood, dans une publication antérieure, et a été également formulée, de manière plus développée, par A. Debrunner36. Ils proposent tous deux de rapprocher honos de la racine indo-européenne *gImage 100000000000000C0000000F505B3198.jpghen-. Cette racine est attestée : elle désigne l’action de « gonfler », d’« enfler », et se retrouve dans le vieil indien āhanás et le grec εὐθηνImage 100000000000000E0000000FE3BC86A8.jpg37. Honos désignerait donc le fait d’être rempli, plein, l’abondance. Pour A. Debrunner, cela convient bien au sens premier d’honos, qui est selon lui le sens esthétique de « beauté ». Cette interprétation pose diverses difficultés qu’A. Walde a bien mises en évidence38. Il serait d’une part surprenant que, placée à l’initiale, la postpalatale avec articulation labiovélaire *gImage 100000000000000C0000000F505B3198.jpgh- produise en latin h- ; cette occlusive correspond en réalité au f- latin à l’initiale et au u (consonne) entre voyelles. A. Debrunner ne paraît pas l’ignorer mais explique cette bizarrerie par une origine sabine du mot : un terme rural (l’« abondance » agricole) aurait ainsi été importé dans la Rome urbaine. Cette provenance sabine du mot est douteuse : on ne trouve pas d’exemple probant d’un traitement sabellique d’une initiale *gImage 100000000000000C0000000F505B3198.jpgh- en h-. Un autre élément est particulièrement gênant pour la validité de l’hypothèse d’A. Debrunner : la « beauté » n’est assurément pas le sens premier d’honos, ainsi que nous aurons l’occasion de le voir39 ; le lien de la racine *gImage 100000000000000C0000000F505B3198.jpgh en- avec honos paraît donc extrêmement ténu.

1.3.5. Honos et la racine *g Image 100000000000000B0000000F854D1461.jpg en-

  • 40 Walde, Vergleichendes Wörterbuch der indogermanischen Sprachen, vol. 1, p. 583.
  • 41 H. Pedersen, Vergleichende Grammatik der keltischen Sprachen, Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht, (...)
  • 42 La racine n’apparaît ni dans le dictionnaire de Pokorny ni dans H. Rix, Lexikon der indogermanische (...)
  • 43 On se souviendra, à cet égard, de la mise en garde d’A. Meillet : « Les rapprochements qui ne s’éte (...)

A. Walde propose, à titre d’hypothèse, de rapprocher honos du moyen irlandais gen (« sourire, rire »). Honos serait alors issu de la racine indo-européenne *g Image 100000000000000B0000000F854D1461.jpgen- (« se comporter amicalement ») et signifierait « comportement amical, agréable »40. L’irl. gen existe bien, mais son étymologie est inconnue. H. Pedersen le rapproche du grec γάνυμαι (« être radieux, joyeux »), sans parler d’honos41. Il est exact qu’un g- initial irlandais peut correspondre en latin à h- initial, et impliquer donc une racine commune *gImage 100000000000000B0000000F854D1461.jpg-. La racine *gImage 100000000000000B0000000F854D1461.jpgen- pourrait se retrouver en latin au degré o, et la reconstruction proposée par A. Walde ne se heurte donc pas à des incohérences phonétiques. Cependant, nous ne possédons pas d’autres termes issus de dialectes indo-européens qui pourraient être rapprochés de cette racine, dont le latin et l’irlandais apportent les seules attestations42. Il nous paraît aventureux de proposer une étymologie à partir de la seule comparaison entre deux langues43. La reconstruction d’A. Walde demeure donc hypothétique, mais il faut souligner que c’est celle qui heurte le moins la réalité des faits. Sur le plan sémantique, notamment, le rapprochement avec une racine désignant le « comportement amical » n’est pas dénué de fondements : comme nous aurons l’occasion de le constater dans les textes, honos désigne essentiellement la « marque d’honneur », l’« hommage ». Et le mot suppose l’octroi d’un bienfait, en signe d’estime. Honos pourrait donc bien appartenir à un ensemble morphologique et sémantique désignant une relation sociale amicale et bienveillante.

1.3.6. Honos et le lexique italique

  • 44 H. Rix, Sabellische Texte, Heidelberg, C. Winter, 2002, Pg. 9, p. 73.

18En raison de ressemblances morphologiques frappantes, on a rapproché honestus, le principal dérivé d’honos, d’une forme oscoombrienne, hanustu. On trouve le mot dans une inscription osque de Corfinium44 dont la dernière ligne est la suivante :

lexe. lifar. dida. uus. deti. hanustu. herentas.

  • 45 J. Untermann, Wörterbuch des Oskisch-Umbrischen, Heidelberg, C. Winter, 2000, p. 317.

19Il semblerait que le terme hanustu soit un adjectif qualifiant herentas, mais son sens est incertain, comme le rappelle J. Untermann45 : on a proposé comme équivalent de ce mot honesta, mais aussi onustum, uenustatem, pulchra. L’étymologie est elle aussi inconnue, notamment en raison de l’incertitude du sens premier du mot. Le rapport avec le latin reste donc difficile à établir. Au terme de cet examen, l’étymologie d’honos reste donc très problématique, et en l’absence de résultat probant il nous faut passer à l’étude détaillée de son sémantisme d’après les textes littéraires et épigraphiques dont nous disposons.

2. Identification des sens d’honos

20Sept sens autonomes d’honos peuvent être identifiés par l’analyse sémique. Nous ajoutons à ces derniers un huitième cas, spécifique, où le mot renvoie à la divinité Honos. Les sens retenus, numérotés pour plus de commodité, sont les suivants :

S1 : « Marque d’honneur, hommage. »
S2 : « Considération. »
S3 : « Charge publique. »
S4 : « Dignité, honorabilité. »
S5 : « Récompense. »
S6 : « Beauté, majesté. »
S7 : Divinité Honos.

  • 46 TLL vol. VI, 3, col. 2916, l. 83 et col. 2923, l. 9.
  • 47 Nous en donnons ici un aperçu simplifié.
  • 48 Caton, dont la mort a lieu en 149, est à cheval avec la période suivante mais les textes où apparai (...)

21Tous ces sens ne sont pas relevés tels quels par les ouvrages de lexicographie. Le TLL divise honos selon qu’il désigne un acte ou une chose46. L’acte peut être intellectuel, et honos désignerait alors l’« estime » comme sentiment, ou concret, et honos renvoie alors à un « hommage », intervenant dans le domaine privé, public, ou sacré. Quant à l’honos comme chose, l’auteur de l’article multiplie les subdivisions, d’une manière qui n’est pas toujours claire ni indispensable : c’est notamment le cas de la principale dichotomie retenue, qui différencie honos désignant un « instrument de distinction » d’honos comme « chose distinguant par elle-même ». Au sein de l’honos comme chose qui distingue par elle-même, le TLL différencie la chose selon qu’elle parvient vers le sujet ou est fermement attachée à lui ; dans le premier cas, un sens d’honos comme équivalent de magistratus est isolé ; dans le second cas, honos est rapproché de gloria, laus, dignitas. Mais l’article ne montre pas ce qui fait la singularité d’honos par rapport à ces notions. Enfin, un sens esthétique est retenu, où honos désigne l’« ornement » ou la « beauté ». L’article du TLL possède de très nombreuses ramifications47 qui ne donnent pas une image claire et cohérente du sémantisme d’honos. L’OLD est plus synthétique : il distingue l’« estime » (comme sentiment ou comme état « enjoyed by the recipient ») ; la « marque d’estime » ; le « privilège » ; la « charge politique » ; et enfin la « beauté » ou « grâce physique. » Le dictionnaire de F. Gaffiot regroupe certains de ces sens, en proposant cinq entrées : « honneur, témoignage de considération » ; « charge, magistrature » ; « honneurs » dans un contexte religieux ; « honoraires » ; « beauté ». Quelques lignes de force se dégagent, mais aucune de ces présentations n’est exactement identique à une autre et il nous faudra donc observer avec minutie l’émergence de tel ou tel sens. Les textes de notre corpus recouvrant environ deux siècles, il est utile de présenter quelques données statistiques sur les occurrences de chaque sens. Pour essayer de discerner quelques évolutions dans le temps, nous distinguons trois périodes chronologiques : le « premier IIe siècle » (fin du IIIe siècle et premier tiers du IIe siècle), époque de l’affirmation de la puissance romaine sur le bassin méditerranéen, de l’hellénisation culturelle et de la constitution de la littérature latine autour notamment de Plaute, Ennius et Caton, premiers grands auteurs latins48. Le « second IIe siècle » (des années 160 aux années 120), époque des annexions territoriales, de la mutation économique et d’un nouvel hellénisme autour de Scipion Émilien ; en littérature s’exprime la « génération de 160 », pour reprendre l’expression de P. Grimal, avec notamment Térence, Afranius, Accius ou Lucilius. Enfin, le Ier siècle lato sensu (entre 120 et 42), siècle de la crise de l’aristocratie et de la République, depuis la mort de Gaius Gracchus jusqu’au triumvirat et à la bataille de Philippes. C’est l’époque de Lucrèce, Cicéron, César, Salluste, entre autres. Des données statistiques sont présentées dans le tableau qui suit.

Image 10000000000002D5000001F2962CA23E.jpg

Image 10000000000002D500000313CC7C163B.jpg

22On voit que le sens le plus fréquent est celui de « marque d’honneur », représenté dans environ 50 % des occurrences, suivi par « considération » et « charge publique », qui apparaissent chacun dans 20 à 25 % des cas. Les autres sens regroupent environ 5 % des occurrences du mot. Le sémantisme d’honos est donc articulé autour de trois sens principaux. Honos est employé dans tous les genres littéraires mais est surtout représenté dans la prose oratoire et historique et, dans une moindre mesure, dans les textes de théâtre. Il est en revanche peu fréquent dans la poésie : il n’apparaît qu’une petite vingtaine de fois chez Lucilius, Lucrèce et Varron d’Atax réunis et n’existe pas dans le corpus de Catulle. Si l’on compare les trois périodes chronologiques retenues, l’usage du mot est beaucoup plus important au Ier siècle, mais cela s’explique par l’état de nos sources qui sont bien plus abondantes à ce moment ; Cicéron rassemble à lui seul deux tiers des occurrences. On observe une stabilité globale du sémantisme à travers le temps : tous les sens principaux existent dès les origines et la proportion relative de leur usage est sensiblement identique, avec une domination du sens « marque d’honneur », sauf au IIe siècle, mais le petit nombre de fois où le mot apparaît ne rend pas cette variation très significative. Le sémantisme d’honos s’enrichit progressivement puisqu’au IIe siècle apparaît le sens « récompense » et au Ier siècle le sens « beauté ». Mais l’évolution la plus notable est l’important développement du sens « charge publique ». Il prend en effet une grande importance au Ier siècle alors qu’il est peu représenté auparavant.

  • 49 Les arguments contre l’attribution à Q. Cicéron, qui reposent sur la critique externe du manuscrit, (...)
  • 50 C’est l’opinion de la plupart des éditeurs de ces textes. Voir les éditions dans la C.U.F. de J. An (...)
  • 51 Voir notre chapitre 20 sur Salluste.

23Nous avons inclus dans notre corpus Quintus Cicéron, car c’est à ce dernier que nous attribuons la paternité du Commentariolum petitionis49. Nous avons aussi signalé les occurrences de nos notions dans le livre VIII du Bellum Gallicum, dans le Bellum Alexandrinum, le Bellum Africanum et le Bellum Hispaniense, qui ont été écrits à la fin de notre période, mais nous les plaçons sous l’entrée du pseudo-César car le dictateur ne semble pas en être l’auteur50. Nous avons exclu les deux Lettres à César et l’Invective contre Cicéron attribuées à Salluste, dont l’authenticité et la date restent très douteuses51.

3. « Marque d’honneur, hommage » (S1)

24Honos désigne le signe d’estime qu’une personne adresse à une autre, le geste ou l’objet par lequel elle donne une marque de sa considération. Ou, pour prendre le point de vue du destinataire, honos renvoie à une marque distinctive possédée par un individu, qui signale le prestige dont il jouit. Quand il a ce sens, honos peut être traduit par « marque d’honneur », « hommage », « témoignage de considération ». Honos se rapproche alors de mots comme praemium, pretium, ornamentum ou decus. Ce sens d’honos est le plus fréquent (environ la moitié des occurrences) et apparaît dès les premiers emplois du mot.

3.1. Acception active et acception passive

  • 52 Cette différence est relevée par H. Drexler : l’honos peut désigner « der Ausdruck einer bestimmten (...)

25Nous regroupons sous le même sens (« marque d’honneur, hommage »), deux acceptions qui ne sont pas, à strictement parler, identiques, mais qu’il est bien souvent difficile de distinguer dans les textes : honos peut désigner l’« hommage », l’acte par lequel on honore autrui, ou bien la « marque d’honneur », c’est-à-dire le moyen qui est employé pour honorer autrui, l’objet concret. Il y a, en somme, une acception active et une acception passive du même sens : l’action d’honorer d’une part, la marque d’honneur d’autre part52. Un texte de l’Aulularia, issu du prologue dit par le lare, permet de bien percevoir ce qui les différencie :

Vbi is obiit mortem qui mihi id aurum credidit,
Coepi obseruare, ecqui maiorem filius
Mihi honorem haberet quam eius habuisset pater.
Atque ille uero minus minusque impendio
Curare minusque me impertire honoribus.
[…]
Huic filia una est; ea mihi cottidie
Aut ture aut uino aut aliqui semper supplicat;
Dat mihi coronas. Eius honoris gratia
Feci thesaurum ut hic reperiret Euclio,
Quo illam facilius nuptum, si uellet, daret.

« Lorsqu’il mourut, celui qui m’avait confié son or,
J’ai commencé à observer si son fils
M’honorerait plus que ne l’avait fait son père.
Mais voilà qu’il se soucie encore moins – et beaucoup moins ! –
De m’octroyer des honneurs.
[…]
Il a une fille unique ; elle, c’est tous les jours
Qu’elle me fait des offrandes : de l’encens, du vin, toujours quelque chose ;
Elle me donne des couronnes. Pour lui rendre hommage,
J’ai fait découvrir le trésor par cet Euclion,
Pour qu’il puisse la marier plus facilement, s’il en a envie. »
(Pl. Aul. 15-19 et 23-27).

  • 53 Impertire aliquem aliqua re signifie « partager quelque chose avec quelqu’un » ou « faire un présen (...)
  • 54 F. Klose souligne bien la différence des deux acceptions dans ce texte, en même temps que le lien q (...)
  • 55 Il faudrait, théoriquement, distinguer deux sémèmes, mais la différence nous paraît trop contextuel (...)

26Honorem habere désigne quelque chose de concret, de visible, que le lare peut obseruare. Il s’agit de l’« hommage », action qui implique un sujet et un objet : l’honos est détenu par quelqu’un (haberet), mais destiné à un autre (mihi). Le singulier suggère une action assez générale. En revanche, avec impertire honoribus, on passe à un autre sens, celui de « marques d’honneur ». Il s’agit de la chose possédée, et non du geste accompli : le pluriel incite à voir quelque chose de très concret ; le verbe impertire construit avec l’ablatif de l’objet fait également percevoir un objet plus matériellement cernable53. Enfin, il est question un peu plus loin de la nature de ces honores : tur, uinum, coronas (v. 24-25). Les honores renvoient donc aux marques d’honneur54. Mais les deux valeurs sont très proches : c’est surtout l’opposition du singulier et du pluriel qui permet de les distinguer. Dans bien des cas la distinction est difficile à faire, et c’est pourquoi nous parlons ici d’« acceptions » et les regroupons sous un même sens, en proposant deux traductions possibles, « marque d’honneur » et « hommage »55.

  • 56 Quellet, Les Dérivés latins en -or, p. 97 sqq.
  • 57 Quellet, Les Dérivés latins en -or, p. 131.
  • 58 Ibid.

27Ces deux acceptions ne sont cependant pas exactement sur le même plan. L’aspect actif tend en effet à être prépondérant dans les textes, quand il est possible de le déceler. Des arguments de nature linguistique confirment cette prééminence. Dans son étude sur les dérivés latins en -or, H. Quellet tente de déterminer le sémantisme de l’ensemble de ces mots sur des critères linguistiques56. Son hypothèse est qu’il existe pour les substantifs, comme pour les verbes, des aspects, et que c’est à partir de notions aspectuelles qu’on peut définir objectivement le sémantisme. Selon H. Quellet, « les substantifs en -or indiquent un procès autonome et imperfectif »57. « Autonome », parce que la production n’en est rapportée à aucun agent ; le procès est représenté comme un événement qui se manifeste. Il est aussi « imperfectif », parce qu’il dure de manière indéterminée et « est envisagé dans son déroulement, à l’exclusion de son origine et de son terme »58. Ces considérations de nature linguistique concordent avec les observations que nous avons faites à partir de la morphologie et avec les données des textes. H. Quellet souligne avec raison que ces mots en -or désignent un procès, une action : honos se distingue par exemple d’honestas parce que ce dernier terme n’offre pas de valeur active. Il est également intéressant d’observer qu’honos a un aspect imperfectif. On le constate par exemple dans ce vers des Captifs, où l’un des prisonniers dit en parlant du vieil Hégion :

Me hic ualere et seruitutem seruire huic homini optumo
Qui me honore honestiorem semper fecit et facit.

« Je vais bien et je suis en servitude ici, au service de cet excellent homme Qui, par les honneurs qu’il m’accorde, a fait et continue de faire de moi un homme plus honoré. »
(Pl. Cap. 391-392).

  • 59 Voir aussi Pl. Aul. 17-19.
  • 60 Voir par exemple Pl. Cist. 4 ; Cic. Verr. II, V, 37 ; Agr. II, 1 et II, 64 ; Rab. Perd. 16 ; Dom. 1 (...)
  • 61 Voir par exemple Cic. Leg. II, 22 ; Brut. 117 ; Mur. 55 ; Sull. 49 ; Att. VI, 4, 2 ; Fam. XVI, 1, 1 (...)

28La durée indéterminée de l’honos dont le prisonnier est l’objet est clairement exprimée par semper fecit et facit. Il n’y a pas de bornes clairement assignables au procès de l’honos59. En revanche, la dimension « autonome » de ce procès est moins nette que ne le suggère H. Quellet qui systématise un élément contextuel : on rencontre de très nombreuses occurrences où honos est rapporté au sujet qui donne l’honos ou à celui qui en bénéficie. L’usage d’un possessif ou d’un complément du nom permet de désigner le donateur60 ou bien le donataire61.

3.2. Un bienfait

  • 62 F. Rastier parle pour ce type de classe minimale de « taxème » (Rastier, Sémantique interprétative,(...)
  • 63 Pour quelques cas où l’acception active est bien visible, voir Cic. Rab. Perd. 3 ; Rep. I, 7. Pour (...)

29Honos désigne fondamentalement un bienfait, c’est-à-dire un geste qui a des effets favorables pour son destinataire ou un objet avantageux qui améliore la situation d’un tiers. Fréquemment associé à beneficium, ornamentum, commodum, pretium ou cultus, avec lesquels il entre parfois en relation de synonymie, et opposé à contumelia, ignominia, poena ou supplicium, honos relève de la catégorie générale du geste favorable62. Par « bienfait », nous entendons aussi bien l’acte de bienfaisance que le bien octroyé, afin de couvrir les deux acceptions signalées plus haut63. L’honos est dans les textes un avantage qui profite à son détenteur. On lit dans la Rhétorique à Herennius :

Causa est ea quae induxit ad maleficium commodorum spe aut incommodorum uitatione, cum quaeritur num quod commodum maleficio appetierit, num honorem, num pecuniam, num dominationem, num aliquam cupiditatem aut amoris aut eiusmodi libidinis uoluerit explere ut num quod incommodum uitarit: inimicitias, infamiam, dolorem, supplicium.

« Le motif c’est ce qui a poussé à mal faire dans l’espoir d’obtenir des avantages ou d’éviter des désagréments. On cherche si l’accusé a désiré obtenir grâce à son forfait un avantage, un honneur, de l’argent, du pouvoir ; s’il a voulu assouvir une passion amoureuse ou une passion du même genre ; ou s’il a voulu éviter quelque désagrément : inimitiés, mauvaise réputation, douleur, châtiment. »
(Rhet. Her. II, 3 ; trad. Achard modifiée).

  • 64 Cic. Off. II, 20.

30L’honos est placé sous la catégorie des commoda, au même titre que l’argent et le pouvoir, et constitue un objet attirant que l’on s’efforce d’obtenir. Dans le De officiis, il est classé parmi les secundae res, les « avantages »64. L’acte de bienveillance qu’est l’honos apparaît aussi quand il prend la forme d’une faveur, voire d’un cadeau, comme celui que fait la lena au jeune homme de l’Asinaria :

Nec meum quidem edepol, ad te ut mittam gratiis.
Verum aetatis atque honoris gratia hoc fiet tui:
Quia nobis lucro fuisti potius quam decori tibi,
Si mihi dantur duo talenta argenti numerata in manum,
Hanc tibi noctem honoris causa gratiis dono dabo.

« Et ce n’est pas mon habitude non plus, par Pollux, de te l’envoyer gratis.
Cependant, en raison de ton âge, et pour te faire honneur, voilà ce qu’on fera :
Puisque tu nous as procuré plus de profit que de prestige à toi-même,
Si on me donne deux talents d’argent bien comptés en mains,
Cette nuit-ci, c’est pour t’honorer, gratis, cadeau ! que je te la donnerai. »
(Pl. As. 190-194).

  • 65 Cic. Caecin. 12 ; Pl. As. 80.

31L’honos consiste à offrir au iuuenis une nuit d’amour avec une courtisane, à lui octroyer un avantage dont la matérialité est tout sauf accessoire. Le bienfait concret auquel renvoie honos est ici patent et apparaît également quand l’honos prend la forme d’un héritage laissé à une veuve ou d’une somme d’argent offerte à la personne qu’on veut honorer65. L’honos occasionne une dépense de la part de celui qui le donne et un bénéfice pour celui qui le reçoit, bénéfice dont le prix est pesé, comme dans le Pro Flacco :

Delectum est oppidum, quo in oppido uno pecunia a tota Asia ad honores L. Flacci poneretur. Haec pecunia tota ab honoribus translata est in quaestum et faenerationem; recuperata est multis post annis.

« On a fait choix d’une ville pour y déposer l’argent donné par l’Asie entière pour honorer L. Flaccus. Tout cet argent, on l’a détourné de cette destination pour le faire valoir et l’employer à des prêts usuraires. Il n’a été repris que bien des années après. »
(Cic. Flac. 56 ; trad. Boulanger).

  • 66 Voir parmi de nombreux exemples Cic. Font. 14 et Brut. 51.
  • 67 Cic. Imp. Pomp. 71 ; Mur. 4.

32Cicéron se scandalise de l’usage qui a été fait de l’argent destiné à honorer Flaccus, qui n’a pas été employé à son profit mais pour le bénéfice d’une autre personne que celle qui devait être honorée. L’importance matérielle de l’honos est parfois précisée, et ce souvent avec des expressions superlatives telles que maximus honos ou amplissimus honos66. La tournure récurrente praeditus honore suggère bien quant à elle que l’honos est quelque chose d’avantageux dont on est « doté »67. Même quand honos n’implique pas de profit matériel réel, il peut être explicitement désigné comme un beneficium :

Ad hoc uiritim, uti quemque ob militare facinus pecunia aut honore extulerat, conmonefacere benefici sui et eum ipsum aliis ostentare.

« Puis, s’adressant à chaque soldat l’un après l’autre, à tous ceux qu’il avait pour un exploit militaire récompensés par de l’argent ou une marque d’honneur, il rappelait le bienfait qu’il leur avait accordé, et les montrait aux autres. »
(Sall. Iug. 49, 4).

  • 68 Cic. Verr. II, V, 82 ; Clu. 57 ; Pis. 32 ; Fam. XIII, 53, 2.

33Avant la bataille du Muthul, Metellus rappelle les bienfaits qu’il a octroyés à ses soldats et en distingue deux sortes, pecunia et honos. Beneficia et honores sont souvent associés dans des expressions binaires68. Honos s’oppose aux termes qui désignent des méfaits hostiles, tels que les attaques, dommages et préjudices. Dans le De inuentione, Cicéron préconise, quand l’accusé choisit d’avouer, de commencer par formuler des excuses, puis de supplier :

Postea, si facultas erit, se aut consanguineum aut magnis uiris aut primis amicum esse et amplitudinem suae uoluntatis, nobilitatem generis, eorum qui se saluum uelint dignitatem ostendere, et cetera ea quae personis ad honestatem et amplitudinem sunt adtributa cum conquestione, sine arrogantia, in se esse, ut honore potius aliquo quam ullo supplicio dignus esse uideatur.

« Ensuite, si la possibilité s’offre, il évoquera ses liens de sang ou d’amitié avec des personnages importants ou de premier plan, l’étendue de son dévouement, la noblesse de sa race et le rang de ceux qui veulent son salut, et il dira sans arrogance, tout en suscitant la compassion, qu’il possède toutes les autres marques octroyées à l’honorabilité et au prestige, de manière à paraître plus digne d’être honoré que puni. »
(Cic. Inu. II, 107 ; trad. Achard).

  • 69 Voir entre autres Cic. Flac. 1 ; Sull. 66 ; Dom. 119.

34La supplication doit s’appuyer sur les qualités de la personne et sur les services rendus, afin que l’accusé évite le supplicium, la punition désastreuse, et paraisse au contraire digne d’un honos, d’une récompense avantageuse. Cicéron se plaît ailleurs à opposer honos et miseriae, ou encore honos et calamitas69. Le sème générique d’honos « marque d’honneur » nous semble donc être celui de /bienfait/.

3.3. Le signe d’estime

35Ce qui fait la singularité de l’honos par rapport aux autres bienfaits ou avantages qui peuvent être accordés à un tiers, c’est qu’il ne fait pas qu’apporter un profit. Il est aussi porteur d’une signification. C’est un objet ou un geste qui dit quelque chose : il manifeste l’estime. Dans l’Asinaria, le vieux Déménète, à qui son fils a confié l’irrépressible désir qui l’habite, veut lui montrer l’estime qu’il a pour lui suite à sa confession :

Praesertim quom is me dignum quoi concrederet
Habuit, me habere honorem eius ingeniodecet.
Quom me adiit, ut pudentem gnatum aequomst patrem,
Cupio esse amicae quod det argentum suae.

« Surtout, comme il m’a jugé digne de lui servir de confident,
Il convient que je rende hommage à son bon caractère.
Puisqu’il est venu me voir, comme il est juste qu’un fils respectueux le fasse
avec son père,
Je désire qu’il ait de l’argent à donner à sa maîtresse. »
(Pl. As. 80-83)

  • 70 Cic. Att. II, 18.

36L’honos que le père souhaite donner à son fils est une marque concrète de l’estime et de l’affection qu’il a pour lui et qu’il veut rendre manifeste. La notion de signe apparaît parfois de façon explicite dans les textes : Cicéron rapproche ainsi les honores donnés à Curion de signa beneuolentiae dans une lettre à Atticus70. Quelle est la nature de l’estime que l’honos signifie ? Il s’agit d’une appréciation favorable, d’une évaluation positive. C’est pourquoi l’attitude de Cicéron vis-à-vis de Vatinius est paradoxale :

Quare ne tibi hunc honorem a me haberi forte mirere, quod interrogem quem nemo congressu, nemo aditu, nemo suffragio, nemo ciuitate, nemo luce dignum putet […].

« Ne va donc pas par hasard t’étonner, si je te fais l’honneur de t’interroger, quand personne ne te juge digne d’une rencontre, personne d’une approche, personne d’un suffrage, personne du titre de citoyen, personne de la lumière du jour […]. »
(Cic. Vat. 1-2 ; trad. Cousin).

  • 71 Cic. Rep. III, 28.

37L’honos est, en principe, accordé à quelqu’un quand on le juge (putet) positivement, qu’on le considère comme une personne de mérite (dignum). Le De republica met en relation de façon similaire les honores octroyés à un homme avec le fait qu’il fasse l’objet d’un jugement positif (dignissimus omni fortuna iudicetur)71. Honos implique ainsi dans son sémantisme une évaluation intellectuelle. Revenant sur ses relations passées avec César, Cicéron note que tous les honores qu’il a reçus de lui s’expliquent par le iudicium de César à son endroit :

Consul ille egit eas res, quarum me participem esse uoluit; quibus ego si minus adsentiebar, tamen illius mihi iudicium gratum esse debebat. Me ille ut quinqueuiratum acciperem rogauit; me in tribus sibi coniunctissimis consularibus esse uoluit; mihi legationem, quam uellem, quanto cum honore uellem, detulit.

« Pendant son consulat, il a pris des mesures auxquelles il désirait me voir m’associer. Si je ne les approuvais guère, son jugement à mon égard ne devait pas moins m’être agréable. Il m’a prié d’accepter d’être l’un des Cinq ; il a voulu que je fusse l’un des trois consulaires étroitement associés à sa politique ; il m’a offert la mission de légat que je voudrais, avec tous les honneurs que je pouvais souhaiter. »
(Cic. Prou. 41 ; trad. Cousin modifiée).

  • 72 Pl. Cist. 1-5 et Cic. Caecin. 12.

38L’estime signifiée peut aussi parfois se teinter d’affection, comme lorsque l’honos est conféré à un ami proche ou bien encore au conjoint72. Deux traits de sens se dégagent : /signe/d’estime/.

3.4. Les fondements de l’honos

39Les énoncés évoquant l’honos mettent très fréquemment en relief les raisons qui président à cet honos ; honos désigne donc un bienfait dont l’apparition s’appuie sur des motifs. Nous avons vu avec le texte de l’In Vatinium cité précédemment que l’honos est donné à celui qui en est jugé dignus, qui détient les mérites qui légitiment son obtention. Or on voit fréquemment réapparaître dans les textes la formule dignus honore, pour renvoyer à différents comportements jugés positivement. Les vertus personnelles font ainsi le mérite :

Aliis ego te uirtutibus, continentiae, grauitatis, iustitiae, fidei, ceteris omnibus, consulatu et omni honore semper dignissimum iudicaui.

« Ce sont d’autres vertus, ta modération, ton sérieux, ton équité, ta loyauté et toutes les autres qui, à mon avis, t’ont toujours rendu tout à fait digne du consulat et de tout honneur. »
(Cic. Mur. 23).

40Cicéron s’adresse ici à Sulpicius et estime que ses qualités éthiques le rendent digne d’honneur. Parfois, le fait de mériter l’honos possède plus de prix que l’honos lui-même :

Equidem primum ut honore dignus essem maxime semper laboraui, secundo ut existimarer; tertium mihi fuit illud quod plerisque primum est, ipse honos, qui eis denique debet esse iucundus quorum dignitati populus Romanus testimonium, non beneficium ambitioni dedit.

« Quant à moi, j’ai d’abord surtout travaillé en permanence à être digne d’un honneur, ensuite à en être jugé digne ; j’ai placé au troisième rang ce qui se trouve chez beaucoup de gens au premier rang, l’honneur lui-même, qui, tout compte fait, doit être agréable à ceux à qui le peuple romain a donné un témoignage de leur mérite, et non une récompense pour leurs manœuvres électorales. »
(Cic. Planc. 50).

  • 73 Pour une semblable relation entre les deux notions, voir aussi Cic. Inu. II, 161 et Flac. 1 où le t (...)
  • 74 Respectivement, Sall. Iug. 49, 4 ; Cic. Planc. 64 ; Caes. BG V, 54, 4.
  • 75 Sur le sémantisme de uirtus, voir A. N. Van Omme, Virtus. Een semantiese studie, Diss., Utrecht, 19 (...)

41Cicéron fait passer la grauitas et la magnitudo animi qui fondent ses prétentions à l’honos avant l’obtention de l’honos lui-même. L’honos est motivé par la dignitas de l’individu honoré. On perçoit ici un premier lien entre cette notion de dignitas et l’honos : la dignitas, entendue comme « mérite », justifie l’octroi de l’honos73. Les mérites qui donnent naissance à l’honos sont surtout de nature morale. Le courage à la guerre en fait partie, de même que la gestion droite des affaires publiques ou une attitude fidèle74. Ces qualités et comportements peuvent être désignés de manière globale par le terme de uirtus, qui apparaît dans les textes comme une source fréquente d’honos75. Salluste écrit ainsi dans le Bellum Iugurthinum :

Verum ex eis magistratus et imperia, postremo omnis cura rerum publicarum minime mihi hac tempestate cupiunda uidentur, quoniam neque uirtuti honos datur neque illi, quibus per fraudem is fuit, tuti aut eo magis honesti sunt.

« Mais parmi ces moyens de trouver la gloire, les magistratures, les commandements militaires, bref, toute activité politique ne me semblent nullement désirables à notre époque, parce que ce n’est pas la vertu qui vaut l’honneur, et parce que les gens qui l’ont acquis par fraude n’en sont ni plus en sûreté ni plus considérés. »
(Sall. Iug. 3, 1 ; trad. Ernout modifiée).

  • 76 Voir par exemple Sall. Iug. 85, 17-20. Sur le conflit entre uirtus et dignitas pour l’accès à l’hon (...)

42Salluste déplore qu’à son époque ce ne soit plus la uirtus qui permette d’obtenir l’honos mais la fraus. Les res gestae et les vertus personnelles ne sont cependant pas le seul motif d’honos : les contextes mettent à plusieurs reprises en évidence une autre source, qui réside dans la naissance ou le statut social. La différenciation entre uirtus et nobilitas à la source de l’honos constitue tout l’objet du discours de Marius dans le Bellum Iugurthinum : il critique avec véhémence les nobiles qui fondent leur prétention à l’honos sur leur appartenance à une grande famille de Rome76. En dehors du contexte politique, le statut particulier de l’individu peut aussi justifier l’honos. On lit ainsi dans les Captifs :

Per fortunam incertam et per mei te erga bonitatem patris,
Perque conseruitium commune quod hostica euenit manu
Ne me secus honore honestes quam quom seruibas mihi,
Atque ut qui fueris et qui nunc sis meminisse ut memineris.

« Par la fortune capricieuse et par la bonté que mon père t’a manifestée,
Par la servitude commune où le bras de l’ennemi nous a placés,
Ne va pas m’honorer par moins d’honneurs que lorsque tu étais à mon
service,
Et qui tu as été et qui tu es à présent, fais en sorte de t’en souvenir, de ne
pas l’oublier. »
(Pl. Cap. 245-248).

  • 77 Cat. frg. XII, 73 ORF.
  • 78 Lucil. frg. XXVII, 10 Charpin = 691 Marx.

43Philocrate donne à son esclave Tyndare des recommandations avant qu’ils n’inversent leurs rôles afin de tromper Hégion qui les retient prisonniers. Quand Tyndare fera semblant d’être le maître, il n’en devra pas moins témoigner des égards à Philocrate, qui reste son dominus, malgré la mascarade, et a droit en tant que tel à ces honores. Un autre statut particulier peut motiver l’honos, celui de dieu ou de défunt. La divinité a droit aux marques d’honneurs77, de même que celui qui a rejoint le monde des morts. Lucilius se scandalise ainsi qu’un défunt, qui est sans doute Tibérius Gracchus, ne reçoive pas l’honos d’une sépulture78. Devant cette diversité des sources d’honos, il ne nous paraît pas possible de préciser du point de vue sémantique les mérites qui justifient son obtention ; nous nous en tiendrons donc au sème de /certains mérites/.

  • 79 Voir par exemple Cat. frg. XLII, 168, ORF ; Sall. Iug. 49, 4 ; Cic. Inu. II, 115 ; Cic. Brut. 54 ; (...)

44Les textes permettent cependant de préciser la relation entre le bienfait désigné par honos et les mérites sur lesquels il repose. Il s’agit d’un trait de sens important car il donne à honos sa singularité par rapport à beneficium par exemple. À la différence du « bienfait », l’honos n’est pas en effet conféré de manière gratuite et spontanée car il constitue une réponse aux mérites qui sont à sa source. L’honos intervient en retour d’un acte ou d’une qualité, comme on le voit avec les prépositions employées pour introduire le mérite à l’origine de l’honos : pro suivi de l’ablatif, ob suivi de l’accusatif sont utilisés à plusieurs reprises et indiquent bien une réciprocité, un échange entre le mérite d’une part et l’honos d’autre part79. Cette impression est confirmée par la définition que donne Cicéron de l’honos dans le Brutus :

Cum honos sit praemium uirtutis iudicio studioque ciuium delatum ad aliquem, qui eum sententiis, qui suffragiis adeptus est, is mihi et honestus et honoratus uidetur.

« Puisque l’honneur est une récompense de la vertu accordée à quelqu’un par le jugement et l’affection des concitoyens, celui qui l’obtient par leurs décisions et leurs suffrages me semble à la fois honorable et honoré. »
(Cic. Brut. 281).

  • 80 TRF inc. frg. 30-31 ; Cic. Inu. II, 113 et 114 ; De or. I, 232 et III, 107. Sur ce point, voir Z. H (...)

45Le texte fait bien ressortir la part prise par le iudicium et l’affection de l’entourage dans l’octroi de l’honos mais définit surtout l’honos comme un praemium uirtutis. Le rôle essentiel de la uirtus est confirmé et l’honos apparaît comme une récompense, un avantage conféré à l’individu en retour de cette uirtus digne d’être valorisée. Semblable proximité entre honos et praemium apparaît dans plusieurs autres textes80. Cet aspect compensatoire de l’honos nous permet de préciser le sémantisme du mot : l’honos est lié à la notion d’estime mais aussi à celle de reconnaissance, trait de sens que les contextes actualisent à plusieurs reprises. Nous retiendrons donc comme sèmes pour les différents traits de sens identifiés : / octroyé en reconnaissance / de certains mérites/.

3.5. L’effet social de l’honos

46Les contextes dans lesquels se rencontre honos font apparaître un trait de sens important qui porte sur les effets engendrés par cet honos au sein de la collectivité à laquelle appartient le bénéficiaire. Ce trait sémantique apparaît quand on compare honos aux termes qui lui sont opposés, contumelia et ignominia. Au bienfait signe d’estime qu’est l’honos, répond l’affront fait à l’individu, qui s’en prend à sa dignité et entraîne une détérioration de son prestige. Parlant de C. Curion, tribun de la plèbe en 90 et légat de Sylla contre Mithridate en 76, Cicéron prend quelques précautions oratoires :

[…] C. Curio, quem ego hominem honoris potius quam contumeliae causa nominatum uolo.

« Gaius Curion, homme que je souhaite nommer pour l’honorer et non pour l’offenser. »
(Cic. Verr. I, 7).

  • 81 Voir aussi l’opposition entre honos et contumelia dans Cic. Agr. II, 61 ; Caes. BC II, 32, 14. Aulu (...)

47S’il le nomme, c’est par égard pour lui, pour lui donner une marque d’estime et non pour l’insulter. L’honos apparaît donc, à travers l’opposition à contumelia comme l’inverse de l’injure ou de l’avanie81. C’est encore plus sensible avec ignominia, qui est peut-être le meilleur antonyme d’honos quand ce mot a le sens de « marque d’honneur ». On le voit dans un discours prononcé par César :

In se uno non seruari, quod sit omnibus datum semper imperatoribus, ut rebus feliciter gestis aut cum honore aliquo aut certe sine ignominia domum reuertantur exercitumque dimittant.

« Contre lui seul on supprime ce qui a toujours été accordé à tous les généraux, de rentrer à Rome, après une campagne heureuse, ou avec quelque honneur, ou en tout cas sans flétrissure, et de licencier ensuite leur armée. »
(Caes. BC I, 85, 10 ; trad. Fabre).

  • 82 Sur cet aspect de l’ignominia, Cic. Verr. II, 3, 97 ; Rep. IV, 7, frg. 5 ; Caes. BC I, 85, 8 ; Liv.(...)
  • 83 C’est une « décision émanant de l’autorité qui objective la disqualification sociale » (Thomas, Dés (...)

48César s’indigne du traitement injuste qu’il subit ; après ses succès, il doit obtenir l’honos et non l’ignominia. L’ignominia est un affront qui dégrade la personne visée et porte gravement atteinte à son honorabilité82. L’antonymie avec honos apparaît dans les diverses strates du sémantisme. Si honos repose sur des mérites, l’ignominia est motivée par l’infraction aux règles essentielles de la morale sociale, et si honos indique un bienfait qui récompense ces mérites, l’ignominia est une sanction infligée par les autorités en réponse à un méfait83. L’antagonisme sémantique apparaît aussi dans les conséquences qu’impliquent les deux termes. Parlant de Balbus, accusé d’avoir usurpé la citoyenneté, Cicéron s’exclame :

Vbi igitur est crimen? Quod eum Pompeius ciuitate donauit. Huius crimen? Minime, nisi honos ignominia putanda est.

« Où est donc le crime ? Pompée lui a offert le droit de cité. Est-ce le crime de Balbus ? Pas du tout, à moins qu’un honneur ne doive être considéré comme une humiliation. »
(Cic. Balb. 7).

  • 84 C’est le sème retenu par J.-F. Thomas, Ibid., p. 299.

49L’octroi de la citoyenneté n’est pas l’objet du procès : c’est un honos que Pompée a octroyé à Balbus, ce n’est pas une ignominia. Alors que l’ignominia provoque une disqualification sociale, l’honos, lui, a des effets positifs et améliore la position du sujet au sein de la collectivité : ici, Balbus est agrégé au groupe des citoyens par l’honos qui lui est fait. Il s’agit maintenant de préciser le bénéfice social indiqué par l’honos, de voir ce qui fait pendant à /l’impossibilité de mériter l’estime collective/ engendrée par l’ignominia84.

50La marque d’honneur place celui qui la reçoit au premier plan et le sépare de la masse des autres personnes. Dans le De republica, Cicéron rappelle la conduite tenue par les anciens vis-à-vis des acteurs :

Cum artem ludicram scaenamque totam in probro ducerent, genus id hominum non modo honore ciuium reliquorum carere, sed etiam tribu moueri notatione censoria uoluerunt.

« Comme ils jugeaient déshonorant tout ce qui touche à l’art théâtral et à la scène, ils résolurent non seulement de priver ceux qui s’y adonnaient de toute distinction que pouvaient obtenir les autres citoyens, mais encore de les exclure de leur tribu, en vertu de la note censoriale. »
(Cic. Rep. IV, 13, frg. 1 ; trad. Bréguet).

  • 85 Sur la condition des acteurs, voir infra p. 309.
  • 86 Cic. Phil. V, 48 ; Sall. Iug. 49, 4.
  • 87 Voir Cic. Agr. II, 64 ; Dom. 118 et Ad Brut. I, 12, 1.
  • 88 Cic. Agr. I, 26 ; Deiot. 12.
  • 89 Cic. Inu. I, 194.

51Le probrum naissant de la représentation scénique interdit toute possibilité d’honos et entraîne une notatio censoriale qui les relègue dans une tribu à part85. La notatio marque et sépare les acteurs des autres citoyens, et possède les effets inverses de l’honos, apte lui aussi à induire une ségrégation, mais de nature positive, à élever au-dessus de la masse des ciues. Et de fait, la distinction apportée par l’honos prend souvent la forme d’un ascendant sur les autres. Les honores conférés à Octave l’élèvent au-dessus des autres hommes et ceux que le général en chef accorde à un soldat lui donnent une position supérieure à celle des autres combattants86. L’élévation que connaît le sujet honoré se fait au sein de la collectivité à laquelle il appartient, et prend donc la forme d’une amélioration du statut. Cette singularisation apportée par l’honos peut aussi prendre la forme de l’illustration : l’honos valorise la personne en lui conférant un éclat visible. Plusieurs images explicitent cette idée. L’individu, d’abord peut être « orné » par un honos. On rencontre à plusieurs reprises le syntagme ornatus honore ou honoribus87. Le terme est aussi associé directement à ornamentum88 ou apparaît dans des constructions du type honore decorare89. Il arrive aussi que l’honos soit métaphoriquement présenté comme porteur d’une lumière qui fait resplendir son possesseur. Dans l’exorde du deuxième discours sur la loi agraire, Cicéron dit ne pas bénéficier de l’éclat qu’apporte l’honneur des ancêtres :

Mihi, Quirites, apud uos de meis maioribus dicendi facultas non datur, non quo non tales fuerint qualis nos illorum sanguine creatos disciplinisque institutos uidetis, sed quod laude populari atque honoris uestri luce caruerunt.

« Quant à moi, Quirites, je ne peux parler devant vous de mes ancêtres, non pas qu’ils furent différents de ce que vous me voyez être, moi qui suis né de leur sang et ai été éduqué par leurs leçons, mais parce qu’ils n’ont pas bénéficié de la gloire auprès du peuple et de l’éclat qu’apportent vos honneurs. »
(Cic. Agr. II, 1).

  • 90 Thomas, Gloria et laus, p. 301-303.

52La lux honoris n’a pas brillé pour les ancêtres de Cicéron puisque ce dernier est un homo nouus. L’honos se rapproche ici de la gloire (laus), fréquemment présentée comme porteuse d’une splendeur brillante90. Ces différents textes actualisent l’idée d’un effet social positif de l’honos, qu’il s’agisse de distinction, d’élévation ou d’illustration. Cet aspect peut être synthétisé en un seul sème : l’honos est ce qui / confère une position éminente dans la société/.

3.6. Les autres effets de l’honos

  • 91 Sur les sèmes virtuels, voir notre introduction supra p. 29.

53Il est possible d’établir avec plus de précision les contours sémantiques de l’honos tels qu’ils sont dessinés par les textes en nous intéressant à des traits de sens qui ne sont pas systématiquement actualisés mais peuvent être virtualisés91. Le terme d’honos implique dans certains cas, outre une position sociale éminente, une autorité sur l’entourage, non pas sous la forme d’un pouvoir officiel mais d’une influence plus diffuse. Cherchant à donner des preuves de la culpabilité des Mamertins et de leur complicité avec Verrès, Cicéron fait remarquer qu’ils ne lui ont pas fait l’honneur de l’hospitalité qui lui était due en sa qualité de magistrat :

Qui honos non homini solum habetur, sed primum populo Romano, cuius beneficio nos in hunc ordinem uenimus, deinde ordinis auctoritati, quae nisi grauis erit apud socios et exteras nationes, ubi erit imperi nomen et dignitas?

« Cet honneur n’est pas rendu seulement à la personne, mais avant tout au peuple romain dont les bienfaits nous ont placé dans le sénat, ensuite à l’autorité de l’ordre sénatorial ; car si elle n’est puissante auprès des alliés et des peuples étrangers, où résidera le renom et la dignité de notre souveraineté ? »
(Cic. Verr. II, IV, 25 ; trad. Rabaud modifiée).

  • 92 Sur le sens d’auctoritas, voir notre analyse comparative de ce mot avec honos p. 77.
  • 93 Cic. Deiot. 12.
  • 94 Rhet. Her. II, 5.
  • 95 Sall. Cat. 20, 8.

54L’honos est ici appelé par l’auctoritas de l’ordre sénatorial, mais il est aussi ce qui contribue à rendre cet ordre grauis, à lui donner importance et sérieux. Il est grave que l’honos n’ait pas été octroyé à un sénateur, car ce manquement compromet l’auctoritas sénatoriale qui aurait dû être renforcée par la marque d’honneur92. Ce rapport de cause à effet entre honos et auctoritas réapparaît dans le Pro rege Deiotaro, quand Cicéron demande à César de pardonner à Déjotarus d’avoir suivi Pompée : le roi a cédé, de façon compréhensible, à l’auctoritas de Pompée, fondée sur les ornamenta et les honores dont il était chargé93. L’honos peut donc constituer un élément de prestige et d’influence. On comprend dès lors qu’il soit recherché par l’ambitiosus94 et puisse être associé à la gratia et à la potentia95. Ce sème virtuel peut être formalisé de la façon suivante : (/position éminente/) / susceptible d’être / assortie d’influence/. Il est actualisé dans environ 50 % des occurrences.

3.7. Conclusion

55Nous pouvons à présent présenter le sémème complet d’honos au sens « marque d’honneur » : /bienfait / signe / d’estime, / octroyé en reconnaissance / de certains mérites, / qui confère une position éminente dans la société, / susceptible d’être assortie / d’influence/.

  • 96 Cic. Brut. 281 ; Balb. 24 ; Phil. III, 7 ; V, 4 ; De or. I, 194 ; I, 232.
  • 97 Respectivement, Cic. Inu. II, 111 ; Balb. 43 ; Mil. 97 ; Inu. II, 111 ; Pl. Cap. 1036.
  • 98 Cic. Inu. II, 113.
  • 99 Ce mécanisme est explicité par Cic. Balb. 22.
  • 100 Cic. Sull. 51 ; Vat. 11 ; Sall. Cat. 17, 1.
  • 101 Cic. Phil. V, 4 distingue le praemium octroyé aux soldats de l’honos conféré au général en chef.
  • 102 DELL : « part de butin prise à l’ennemi et prélevée pour être offerte à la divinité qui a donné la (...)
  • 103 Pl. Pseud. 1225 ; Caes. BC III, 82, 1 ; Ov. Met. VI, 518.

56Ces éléments vont nous permettre d’éclairer le rapport d’honos à d’autres termes de sens proche. Nous avons pu constater certaines convergences entre honos et praemium. L’honos est même défini comme un praemium uirtutis par Cicéron qui se plaît par ailleurs à associer les deux termes96. Le sens principal de praemium, « récompense », présente de fait plusieurs similitudes avec honos. Il implique un donateur qui confère à un tiers un bénéfice matériel qui peut prendre différentes formes : somme d’argent, droit de cité, notoriété étendue, triomphe, applaudissements,…97 Le praemium récompense des beneficia de nature variée, ceux que Cicéron recommande par exemple d’examiner dans les causes qui traitent de la récompense98. Il a, comme l’honos, une fonction compensatoire : c’est un geste de reconnaissance qui permet de répondre à un bienfait reçu par un autre bienfait99. Cependant, des différences sont mises en lumière par les contextes où praemium est utilisé. Praemium suppose une rétribution matérielle qui n’a pas la nature d’un signe complexe comme honos : praemium ne signifie pas l’estime, ce n’est qu’une simple compensation concrète. Honos apparaît en outre comme un terme plus prestigieux que praemium. La raison en est que praemium n’implique pas l’obtention d’une position sociale élevée : il ne modifie pas le statut de la personne qui le reçoit et ne lui confère aucun prestige particulier, alors qu’honos procure une position éminente. Concernant les motifs impliqués par les deux termes, praemium n’est pas toujours fondé sur des actes glorieux : il peut récompenser une dénonciation, une trahison ou un complot, ce qui n’est pas le cas d’honos100. Et même quand l’action récompensée par un praemium est positive, elle n’est souvent pas aussi méritoire que celle qui vaut l’honos101. La divergence entre les deux mots est aussi sensible quand on observe l’étymologie de praemium : issu de *prai-emion, *prae-emium, le terme désigne initialement la part d’un butin de guerre consacrée au dieu ou donnée au général vainqueur102. Un des sens de praemium est d’ailleurs celui de « butin »103, ce qui rapproche le mot de praeda plutôt que d’honos : praemium est plus ancré du côté de la rétribution que de celui de l’honneur.

  • 104 Pretium peut aussi rentrer en relation de synonymie avec honos quand ce dernier a le sens de « cons (...)
  • 105 Lucil. frg. XXX, 85 Charpin = 1040 Marx.
  • 106 Pl. Trin. 274 : hoc probis pretiumst. Pl. As. 128 ; Ter. Andr. 29 ; Cic. Leg. I, 48.
  • 107 Pl. Amp. 151.
  • 108 Rançon : Cic. Off. III, 107. Pot-de-vin : Ter. Ad. 349 ; Sall. Cat. 49, 1. Salaire : Pl. Vid. 30 ; (...)

57Le terme pretium, qui a des sens variés, peut lui aussi signifier la « récompense » intervenant en retour d’un service rendu104. Il a de ce fait, comme praemium, un certain nombre de traits communs avec honos avec qui il est parfois associé105. Il renvoie à la rétribution de mérites, comme le courage ou des qualités morales plus générales106. Il est une réponse à des bienfaits ou à la peine prise par quelqu’un, comme on le voit dans le sens initial de la formule, ensuite figée, operae pretium est107. Cependant, le sémantisme de pretium s’écarte de celui d’honos, notamment parce que le mot reste fortement centré sur un paradigme financier : pretium désigne fondamentalement la dépense, le prix versé pour quelque chose, et peut prendre la forme d’une rançon, d’un pot-de-vin ou d’un salaire108. Comme praemium, pretium ne signifie pas l’estime : c’est une rétribution plus qu’un hommage car celui qui la reçoit n’en est pas socialement transformé. Le terme est en outre moins valorisant que ne l’est honos.

  • 109 Cic. Prou. 28 ; Verg. Aen. V, 262.
  • 110 Pl. As. 655.
  • 111 Lumen : Cic. Phil. II, 54 ; XI, 14. Flos : Cic. Flac. 75
  • 112 Apul. Soc. 1, 15 ; Liv. I, 34.

58Decus est également proche d’honos sur le plan sémantique. Les deux mots partagent plusieurs sens, mais nous nous limiterons à observer le sens « ornement » que détient decus et qui le rapproche de la « marque d’honneur » signifiée par honos. Decus peut renvoyer à un ornement lié au prestige ou à la gloire, qui provoque l’illustration de celui qui le détient, comme honos confère un rang éminent au sein de la société : le triomphe est un decus, de même que la cuirasse donnée comme trophée militaire109. Une personne peut même être qualifiée de decus, au sens où elle fait honneur au groupe auquel elle appartient : on peut être ainsi le decus populi110. Mais les textes où le mot apparaît montrent qu’il implique une action et un bénéfice différents de ceux de l’honos : le decus est prestigieux parce qu’il orne et embellit celui qui le reçoit. Un decus modifie positivement l’aspect extérieur d’une personne, ce que n’implique pas toujours honos. Decus signale l’octroi d’une splendeur brillante : le mot est souvent repris par lumen ou par flos, ce qui suggère un apport esthétique et non seulement un bénéfice de prestige111. Le mot peut d’ailleurs signaler un ornement matériel sans rapport avec la distinction sociale : la lune est qualifiée de noctis decus, et le bonnet de Lucumon est son capitis decus112. Decus est un substantif neutre formé sur decet, qui préserve dans son sémantisme l’idée que c’est une chose qui sied, un ornement adapté. Les effets dénotés par honos et decus divergent donc : le premier relève de l’autorité et du prestige social alors que le second renvoie à une illustration et une distinction proches de la beauté.

  • 113 Voir l’analyse sémantique qu’en donne Thomas, Gloria et laus, p. 236-255. Voir aussi Hellegouarc’h,(...)
  • 114 Voir par exemple Pl. Mil. 411-414 ; Liv. VII, 7, 3 ; Cic. De or. III, 117. J. Hellegouarc’h insiste (...)
  • 115 Thomas, Gloria et laus, p. 251. Voir Cic. Prou. 44 ; Rhet. Her. IV, 50.
  • 116 Ibid., p. 252-254.
  • 117 L’étymologie de laus est problématique mais on retient en général l’hypothèse qui rapproche le mot (...)

59On peut enfin rapprocher le sens d’honos « marque d’honneur » de laus quand le mot signifie « éloge, louange »113. Le terme désigne alors un acte concret, l’éloge, qui peut être adressé à un dieu, un général victorieux, à un défunt ou à des particuliers dans diverses circonstances moins codifiées114. Le mot implique l’appréciation favorable de la personne qui le donne, tout comme honos renvoie à un signe d’estime : il s’oppose à uituperatio et acrimonia qui indiquent le blâme et l’hostilité115. Comme honos, laus suppose aussi que la personne visée est fortement valorisée et que la louange se fonde sur des mérites remarquables116. Malgré ces points communs, laus se distingue d’honos car son référent est plus précis : l’éloge est un type particulier d’hommage, prenant une forme orale117. L’honos valorise la personne par le truchement d’objets et de gestes plus variés. Laus ne confère pas en outre à celui qui le reçoit d’autorité, mais simplement une position valorisée qui n’implique pas de pouvoir sur les autres.

4. « Considération » (S2)

  • 118 Pl. Cap. 277 ; Epid. 35 ; Enn. Evh. frg. X Vahlen.

60Honos est également apte à désigner la « considération », l’« estime » dont quelqu’un jouit auprès des autres. Le terme dénote l’appréciation favorable dont bénéficie une personne au sein de la collectivité, la situation de faveur dans laquelle elle se trouve. Honos ne renvoie plus ici à une marque concrète d’honneur mais à la position de prestige dont jouit l’individu ; ce n’est plus un acte ou un objet, mais une situation. Honos peut alors être traduit par « considération », « estime », « prestige » ; « honneur » est également adéquat, dans la mesure où honos se rapproche ici du mot français quand ce terme désigne l’estime dont bénéficie une personne pour ses qualités morales ou ses actions, comme dans l’expression « être à l’honneur ». L’honos se rapproche alors d’autres notions essentielles de la culture romaine, telles que gloria, laus, fama, decus, dignitas, auctoritas ou gratia. Ce sens est aussi ancien que le précédent puisqu’on le rencontre chez Plaute et Ennius118. Il est cependant moins fréquent et n’apparaît que dans une occurrence sur quatre environ.

4.1. Acception active et acception passive

61Parmi les différents sens d’honos présentés par les ouvrages de lexicographie, celui d’« estime », « considération » est souvent séparé en deux acceptions. On lit ainsi au début de l’article de l’OLD : « High esteem or respect accorded to superior worth or rank, honour. B. As enjoyed by the recipient » (p. 801). L’OLD oppose ainsi ce qu’on peut nommer l’estime « active » ou « subjective », la considération qu’on nourrit pour quelqu’un, à l’estime « passive » ou « objective », la considération que l’on possède, dont on jouit. On retrouve cette distinction dans le TLL où deux sens sont disjoints : honos comme « actus positus in intellectu (fere i. q. ‘aestimatio’) » ; honos comme « res distinguens sua ipsius uirtute, inhaerens, i. q. gloria, laus, dignitas, maiestas sim. ». Il faut souligner, de plus, que le sens d’« estime active » est présenté par les deux dictionnaires comme premier. Cette primauté chronologique est également ressentie par H. Quellet :

  • 119 Quellet, Les Dérivés latins en -or, p. 176.

« Comme fauor ‘disposition favorable, sympathie’, puis ‘marque de sympathie, faveur’, honos paraît désigner d’abord un état, une disposition intérieure vis-à-vis de quelqu’un, ‘le fait d’avoir de la considération pour quelqu’un’ (cf. aliquem in honorem habere), puis, concrètement, le ‘témoignage’ de cette considération, ‘estime, hommage, honneur(s), charge honorifique’, etc. (cf. aliquem honore afficere, honorem habere alicui, honoris causa) ».119

62La confrontation de ces différentes définitions avec les textes appelle une réserve importante car l’acception active, « l’estime que je nourris pour quelqu’un », nous paraît pour ainsi dire inexistante. Plusieurs éléments nous ont mené à cette constatation. D’abord, la faiblesse numérique et qualitative des exemples convoqués à l’appui de l’acception subjective. Le TLL avance quelques textes, comme ce fragment de Plaute :

Honos syncerasto periit, pernis, glandio.

« L’honneur a péri à cause du ragoût, des jambons, du ris de porc. »
(Pl. frg. 101 Ernout).

63Le vers est d’interprétation difficile étant donné son caractère isolé ; mais on peut mettre en doute que syncerasto, pernis, et glandio soient des datifs d’intérêt, désignant les destinataires de l’honos, ainsi que semble le suggérer le TLL. Il s’agit plutôt d’ablatifs de cause. Ce n’est pas l’honos « pour le ragoût, le jambon et les ris de porc » qui a péri, mais plutôt l’honos qui a péri « à cause du ragoût » et des autres mets. L’honos n’est pas l’estime qu’on accorde à la nourriture, mais plutôt l’estime dont quelqu’un jouit (le personnage du goinfre probablement, qui est évoqué par le titre de la comédie, Phago), et qui a disparu à cause de ses excès de table. Le sens actif d’honos est donc loin de s’imposer de manière indiscutable. Il faut ensuite souligner que, à la différence de ce que l’on observe pour le sens « marque d’honneur », honos avec le sens « estime » est presque toujours référé à la personne qui en bénéficie, et jamais à un sujet qui la ressentirait comme un sentiment. On ne trouve par exemple jamais l’expression *honos meus erga te au sens de « l’estime que j’ai pour toi ». En revanche, un possessif ou un complément au génitif marque souvent la personne qui bénéficie de ce bien qu’est l’honos. C’est le cas dans ce passage de Cicéron :

Putaui, speraui, etiam si honos noster uobis uilior fuisset, salutem certe caram futuram.

« J’ai pensé, j’ai esperé que même si notre prestige vous avait été assez indifférent, notre salut, lui, vous serait cher. »
(Cic. Flac. 103).

  • 120 Respectivement, Cic. Verr. II, IV, 79 et II, V, 84 ; Lucr. DRN V, 1114.
  • 121 Cic. Rosc. Amer 77 ; Verr. II, V, 157 ; De or. I, 235 ; Brut. 30.

64En outre, des métaphores telles que honorem tollere, honorem demere ou honorem depeculari120 invitent à comprendre l’honos « estime » comme un objet qu’on détient. La tournure in honore indique également que l’honos est une situation dans laquelle on se trouve121. Quand un auteur veut évoquer la personne qui ressent de la considération, il le fait par le tour apud aliquem, et l’honos reste donc un bien appartenant au destinataire, comme on le voit dans ce passage de Cicéron, où il est question des marchands romains maltraités par Verrès :

[…] ut qui usque ex ultima Syria atque Aegypto nauigarent, qui apud barbaros propter togae nomen in honore aliquo fuissent, qui ex praedonum insidiis, qui ex tempestatum periculis profugissent, in Sicilia securi ferirentur, cum se iam domum uenisse arbitrarentur?

« […] au point que ceux qui débarquaient du fin fond de la Syrie et de l’Égypte, qui avaient joui de quelque honneur chez les barbares en raison du renom de la toge, qui avaient échappé aux embuscades des pirates et aux dangers des tempêtes, étaient frappés de la hache en Sicile, alors qu’ils pensaient être enfin rentrés chez eux ? »
(Cic. Verr. II, V, 157).

65L’honos appartient bel et bien aux Romains, et la préposition apud n’introduit les barbares que de manière périphérique.

  • 122 Ce n’est donc pas exactement une notion « à double face », comme le dit R. Heinze qui évoque les do (...)

66L’aspect passif ou objectif d’honos nous paraît donc largement prépondérant. En conséquence, honos diffère d’un mot comme fama, car ce dernier a un versant actif et un versant passif bien définis ; c’est la « voix publique » d’une part, et la « renommée » d’autre part. Honos n’a pas cette bipolarité122.

4.2. Une situation d’estime

67Honos désigne une situation particulière au sein de la collectivité. Nous avons un premier aperçu de sa nature avec un passage du Trinummus où Lysitélès renonce à l’amour et déclare vouloir se consacrer à la sagesse et à la vie publique :

Boni sibi haec expetunt, rem, fidem, honorem,
Gloriam et gratiam: hoc probis pretiumst.

« Les gens de bien, voilà ce qu’ils recherchent : la fortune, le crédit, l’honneur, La gloire et l’influence : voilà le salaire de la probité. »
(Pl. Trin. 272-273).

  • 123 Pour laus, voir Cic. Inu. I, 5 ; Verr. II, III, 43 ; Catil. III, 26 ; Cael. 46 ; Part. 91. Pour glo (...)

68Honos est ici associé à fides, gloria et gratia, qui renvoient tous à une position de faveur. Ces associations de termes sont courantes, et plus particulièrement celles d’honos avec laus et gloria123. Chaque terme possède cependant des particularités : fides, c’est le crédit, jouir de la confiance des autres. Gloria, c’est la gloire, une notoriété éclatante. Gratia renvoie à la popularité, à l’influence, notamment politique. L’honos suppose, quant à lui, une appréciation et un jugement positifs de la part de l’entourage. C’est perceptible avec ce passage du livre V du De rerum natura où il est question de l’origine de la royauté et de la richesse :

Condere coeperunt urbis arcemque locare
Praesidium reges ipsi sibi perfugiumque,
Et pecus atque agros diuisere atque dedere
Pro facie cuiusque et uiribus ingenioque;
Nam facies multum ualuit uiresque uigebant.
Posterius res inuentast aurumque repertum,
Quod facile et ualidis et pulchris dempsit honorem.

« Les rois commencèrent à fonder des villes et à placer leur citadelle
Pour qu’elle leur serve de défense et de refuge,
Et ils divisèrent puis distribuèrent le bétail et les champs
Selon la beauté, la force et l’esprit de chacun ;
La beauté en effet avait du prix et la force était très estimée.
Plus tard on inventa la richesse et on découvrit l’or,
Qui ravirent facilement leur prestige à la force et à la beauté. »
(Lucr. DRN V, 1108-1114).

  • 124 Voir le parallélisme de esse honore avec in pretio dans Lucr. DRN V, 1273. Sur le paradigme économi (...)

69Les qualités personnelles telles que la beauté, la force, l’intelligence bénéficiaient initialement d’un grand honos qui leur a été ensuite ravi par la richesse. Avoir l’honos, c’est donc être prisé, avoir de la valeur. Une chose est in honore quand elle est « estimée » au sens quasi économique du terme124. Soulignant les bienfaits de la famille de Marcellus à son égard, Cicéron écrit :

Patris tui beneficia in me sunt amplissima; neque enim saluti meae neque honori amicior quisquam dici potest; frater tuus quanti me faciat semperque fecerit esse hominem, qui ignoret arbitror neminem.

« Les bienfaits de ton père à mon égard sont immenses ; personne n’a jamais été plus attaché à mon salut et à mon honneur ; en quelle estime me tient et m’a toujours tenu ton cousin, aucun homme ne l’ignore, je pense. »
(Cic. Fam. XV, 10, 2).

  • 125 Cic. Quinct. 72. Le parallèle sémantique d’honos et d’existimatio sert ici à souligner la structure (...)
  • 126 Cic. Sull. 24. Voir aussi Verr. II, II, 87.
  • 127 Sur cette fonction linguistique de la iunctura de deux synonymes, voir Thomas, « Les fonctions ling (...)
  • 128 Cic. Rosc. Amer. 147.

70Cicéron bénéficie de l’honos parce que le cousin de Marcellus fait grand cas de lui (quanti me faciat), l’évalue à haut prix : l’honos est une situation d’estime. Il entre d’ailleurs parfois en relation de synonymie avec existimatio, quand ce terme a une acception objective125. Honos se rapproche ici de la bonne réputation, désignée par nomen ou fama, termes avec lesquels il est parfois coordonné, comme lorsque Cicéron réplique à ceux qui le traitent de peregrinus qu’à Rome et nomen et honos inueterauit, « sa réputation et son honneur se sont fixés depuis longtemps »126. La iunctura sert ici à renforcer l’expression, notamment parce qu’honos porte une valeur légèrement plus forte que nomen127. Honos suppose un jugement de la part des autres et la circulation de propos favorables. Mais il comporte aussi une importante dimension visuelle, qui fait que la personne in honore est regardée, « considérée » au sens premier du terme. Cet aspect visuel d’honos l’écarte de nomen et fama qui sont de l’ordre de la réputation « auditive ». Parlant de Caecilia auprès de qui Roscius a trouvé refuge, Cicéron dit d’elle que c’est une femina spectatissima, qui bénéficie d’un grand honos128. Décrivant l’envie qui ronge les hommes, Lucrèce insiste sur le fait que celui qui incedit honore attire les regards et excite les passions :

Consimili ratione ab eodem saepe timore
Macerat inuidia: ante oculos illum esse potentem,
Illum aspectari, claro qui incedit honore,
Ipsi se in tenebris uolui caenoque queruntur.
Intereunt partim statuarum et nominis ergo.

« Par un procédé très semblable, l’envie, naissant souvent de la même peur
Les tourmente : celui-ci affiche sous leurs yeux sa puissance, gémissent-ils,
Celui-là attire les regards et s’avance dans l’éclat de l’honneur,
Alors qu’eux-mêmes se roulent dans les ténèbres et la fange.
Certains périssent pour des statues et pour un nom. »
(Lucr. DRN III, 74-78).

  • 129 Thomas, Déshonneur et honte p. 306-312.

71Ces éléments nous amènent à distinguer un sème générique pour le sens « considération », qui est celui de / situation d’estime/. Se dessine ainsi une antonymie entre ce sens d’honos et des termes dont certains ont déjà été reconnus comme étant de sens contraire, tels qu’ignominia. L’ignominia désigne en effet l’affront, l’humiliation, mais peut aussi dénoter le « déshonneur »129, la situation où l’on est privé de toute possibilité de considération, comme dans ce passage où se révèle l’antonymie avec honos :

Ibit igitur in exilium miser? Quo? Ad Orientisne partis in quibus annos multos legatus fuit, exercitus duxit, res maximas gessit? At habet magnum dolorem, unde cum honore decesseris, eodem cum ignominia reuerti.

« Il ira donc en exil, le malheureux ? Mais où ? Dans ces contrées de l’Orient où il fut légat pendant plusieurs années, où il a mené des armées, où il a accompli de grandes choses ? Mais c’est une grande douleur de revenir couvert d’opprobre à l’endroit d’où l’on est parti couvert d’honneur. »
(Cic. Mur. 89).

  • 130 Voir par exemple Cic. Part. 91.
  • 131 Rhet. Her. IV, 57. Voir le sémème de dedecus établi par Thomas, Déshonneur et honte, p. 94.

72Cicéron déplore le sort qui paraît réservé à Muréna, qui s’est autrefois distingué par ses hauts faits militaires qui lui valurent la considération de son entourage. Il risque aujourd’hui le déshonneur qui naîtrait d’une sentence d’exil. L’ignominia est la position du sujet privé de l’estime de la collectivité et dans l’impossibilité d’y prétendre, et s’oppose à honos qui désigne la situation où la personne jouit pleinement de cette considération publique. Honos s’oppose aussi aux autres termes relevant du même champ lexical qu’ignominia, comme infamia130 ou encore dedecus131.

4.3. Un bénéfice social connexe

73Honos possède une autre particularité sémantique dans le lexique de la faveur publique : le mot implique l’existence d’un bénéfice de statut social qui vient se greffer à la situation d’estime dont jouit l’individu. Évoquant le risque qu’il y a pour une cité à avoir de mauvais chefs, Cicéron conclut :

Pauci enim atque admodum pauci honore et gloria amplificati uel corrumpere mores ciuitatis uel corrigere possunt.

« Il suffit de quelques gens peu nombreux et même très peu nombreux, qui soient grandis par l’honneur et la gloire, pour corrompre ou corriger les mœurs d’une cité. »
(Cic. Leg. III, 32 ; trad. De Plinval modifiée).

  • 132 L’idée d’ampleur est récurrente : voir Cic. Parad. V, 40. Plusieurs syntagmes associent honos à amp (...)

74L’honos confère à une personne un rôle primordial au sein de la cité puisqu’il l’établit comme modèle aux yeux des autres et lui donne une grandeur distinctive132. Il permet à un individu de gagner une supériorité sociale sur ses semblables comme le montre la définition que donne Cicéron du respect dans le De inuentione :

Obseruantiam, per quam aetate aut sapientia aut honore aut aliqua dignitate antecedentes ueremur et colimus.

« Le respect est ce qui nous porte à montrer de la vénération et des égards envers ceux qui l’emportent sur nous par l’âge, la sagesse, l’honneur, ou quelque dignité. »
(Cic. Inu. II, 66 ; trad. Achard modifiée).

  • 133 Voir CIL I2, 10 et Cic. Sull. 24.
  • 134 Cic. Verr. II, I, 64 ; Flac. 79. ; Rep. II, 34.

75L’honos est ce par quoi un individu précède les autres (antecedentes) et ce qui impose à son entourage de le traiter avec respect. Il permet de se distinguer au sein de sa famille et de l’emporter sur les autres citoyens133. Cette supériorité peut même devenir absolue quand, par l’honos, un homme devient le princeps de sa cité134. On retrouve en outre pour ce sens d’honos des images que nous avions identifiées à propos du sens « marque d’honneur » car le terme implique une splendeur brillante qui s’ajoute à l’idée de supériorité, comme dans ce passage du Trinummus :

Et postremo, nisi mi auscultas atque hoc ut dico facis,
Tute pone te latebis facile, ne inueniat honor;
In occulto iacebis, cum te maxume clarum uoles.

« Et enfin si tu ne m’écoutes pas et si tu ne fais pas comme je dis,
Tu seras si bien caché derrière toi-même, qu’il ne te trouvera pas, l’honneur ;
Tu stagneras dans l’ombre, alors que tu voulais briller plus que tout. »
(Pl. Trin. 662-664).

  • 135 L’image se rencontrait déjà dans le texte de Lucrèce cité supra (DRN, III, 74). Sur cet aspect, voi (...)
  • 136 Cic. Quinct. 72 ; Sest. 136.

76Honos, ici personnifié, apporte à celui qui l’obtient une aura lumineuse qui l’arrache à l’obscurité135. Selon une autre métaphore, on peut aussi être florens honore136, ce qui indique ici encore le prestige émanant de la personne in honore. La supériorité sociale et la distinction associées à la situation de faveur que désigne honos font que le terme tend à se rapprocher à nouveau de dignitas quand ce mot désigne le rang et la dignité sociale du Romain. Crassus conclut son éloge de l’éloquence dans le De oratore en ces termes :

Ac ne plura, quae sunt paene innumerabilia, consecter, comprendam breui: sic enim statuo, perfecti oratoris moderatione et sapientia non solum ipsius dignitatem, sed et priuatorum plurimorum et uniuersae rei publicae salutem maxime contineri. Quam ob rem pergite ut facitis, adulescentes, atque in id studium in quo estis incumbite, ut et uobis honori et amicis utilitati et rei publicae emolumento esse possitis.

« Et pour ne pas m’étendre sur des détails qui seraient presque infinis, je résumerai brièvement : je considère que de la modération et de la sagesse de l’orateur parfait dépendent non seulement son propre prestige, mais aussi et surtout le salut de très nombreux citoyens et de la république tout entière. C’est pourquoi, jeunes gens, continuez comme vous le faites, appliquez-vous à cette pratique que vous étudiez, pour pouvoir être à vous-mêmes source d’honneur, à vos amis source d’utilité, et à la république source de profit. »
(Cic. De or. I, 34).

  • 137 L’emploi des deux synonymes relève ici d’un souci stylistique apparenté à la uariatio. Cf. Cic. Sul (...)

77Le bénéfice de l’art oratoire est double : il sert l’orateur en lui apportant de la dignitas, idée reprise par l’exhortation à être à soi-même source d’honos, et il profite à la salus de la République, idée elle aussi reformulée par les notions d’utilitas et de commodum. Honos apparaît ainsi en relation de synonymie avec dignitas pour désigner l’estime associée à un rang social distinctif137. Nous retrouvons donc un sème déjà identifié pour le sens « marque d’honneur », celui de la /position éminente dans la société/.

4.4. Les fondements de la considération

78Comme pour le sens « marque d’honneur », les contextes où apparaît honos « considération » actualisent fortement la notion d’un mérite à la racine de l’estime. En revanche, le trait de sens de la /reconnaissance/ disparaît ici pratiquement. Les qualités ou actions qui donnent lieu à l’honos sont proches de ce que nous avons observé précédemment. Le dévouement pour la patrie est ainsi une occasion privilégiée pour obtenir la considération de l’entourage. Au début de la troisième Catilinaire, Cicéron se réjouit d’avoir sauvé la patrie et de mériter ainsi l’honos :

[…] esse apud uos posterosque uestros in honore debebit is qui eandem hanc urbem conditam amplificatamque seruauit.

« […] il devra être à l’honneur chez vous et chez vos descendants celui qui a sauvé cette même ville qui avait autrefois été fondée et agrandie.
 » (Cic. Catil. III, 2).

  • 138 Cic. Inu. I, 5 et Mur. 12.

79La pratique de l’éloquence est pour Cicéron une source d’honos, de même que l’excellence dans le domaine militaire138. L’honos peut à l’inverse se perdre quand l’individu se rend coupable de méfaits ou d’actions honteuses. Les iuuenes de la palliata mettent ainsi souvent en péril leur image publique par la fréquentation des courtisanes, comme l’explique l’esclave Cyame à propos de son maître Diniarque :

Velut haec meretrix meum erum miserum sua blanditia
Intulit in pauperiem,
Priuauit bonis, luce, honore atque amicis.

« C’est comme cette courtisane qui, par ses caresses, a réduit mon pauvre maître À la misère,
L’a privé de ses biens, de la lumière, de l’honneur, de ses amis. »
(Pl. Truc. 572-574).

80Le jeune homme a perdu tout ce qui fait son identité sociale, richesse, honneur, amis, en raison de sa fatale passion pour une meretrix. Ces différents éléments nous permettent d’isoler un sème : la situation d’estime qu’est honos est /fondée sur certains mérites/.

4.5. Les effets de la situation d’estime

  • 139 Cic. Brut. 69. Sur cette fonction de l’honos, voir le chapitre 8.
  • 140 Cic. De or. I, 198.

81Afin de parachever la description sémique d’honos « considération », il nous faut encore relever deux traits de sens qui concernent les effets de la situation de faveur que désigne honos. Le premier d’entre eux, actualisé dans environ 50 % des occurrences, est identique à celui, également virtuel, repéré pour le sens « marque d’honneur » : il s’agit de l’autorité et de l’influence du bénéficiaire de l’honos. L’honos des anciens est ainsi un des éléments constitutifs de leur autorité et participe à la perpétuation du mos maiorum139. Si Crassus parle de l’honos que le droit civil apporte à celui qui le maîtrise parfaitement, c’est parce que le juriste qui a cette connaissance est estimé mais constitue aussi une figure de référence : il est consulté sur des points de droit par les Romains140. L’honos désigne ainsi un prestige qui se mêle d’autorité. Il est donc susceptible de déboucher sur un véritable pouvoir politique. La puissance que donne l’honos est ainsi selon Lucrèce la raison pour laquelle les hommes conçoivent à son endroit un désir qui n’est en réalité que folie :

At claros homines uoluerunt se atque potentes,
Vt fundamento stabili fortuna maneret
Et placidam possent opulenti degere uitam,
Nequiquam, quoniam ad summum succedere honorem
Certantes iter infestum fecere uiai,
Et tamen e summo, quasi fulmen, deicit ictos
Inuidia interdum contemptim in Tartare taetra.

« Mais les hommes ont voulu être illustres et puissants
Pour que leur destin fût fondé sur des bases solides
Et pour pouvoir mener une vie paisible grâce à l’opulence ;
En vain, car pour parvenir au sommet de l’honneur
Ils luttent et se rendent le chemin dangereux,
Et même s’ils arrivent au sommet, ils tombent, souvent, frappés par
L’envie, telle la foudre, qui les précipite honteusement dans l’horrible Tartare. »
(Lucr. DRN V, 1120-1130).

  • 141 Cic. Flac. 103 ; Dom. 46 ; Sall. Iug. 31, 1. La proximité de l’honos et de la potestas reste sensib (...)

82L’honos est prisé pour le pouvoir (potentes) qu’il apporte ; il séduit car les hommes croient y voir la sécurité qui les protégera de la mort. La protection que l’honos apporte contre les dangers est une idée qu’on retrouve dans d’autres textes, chez Cicéron et Salluste141. Dans la mesure où le pouvoir procuré par l’honos n’est pas toujours de l’ordre d’une puissance politique clairement définie, nous retiendrons le sème, assez général, de /l’influence/.

83L’autre trait de sens virtuel relevant des effets de l’estime permet d’identifier le lien qui unit le sens de « considération » à celui de « marque d’honneur » et, du coup, de prendre la mesure de l’originalité d’honos par rapport à des notions proches comme celle de dignitas. Ce sème n’est pas systématiquement actualisé, mais il est plus fréquent que le précédent puisqu’on le retrouve dans environ 60 % des cas. Honos a la singularité de dénoter le prestige d’un individu, mais en mettant l’accent sur la réaction collective de la société visà-vis de ce dernier. Les contextes mettent en exergue le fait que celui qui jouit de l’estime publique reçoit également des bienfaits qui signifient cette estime. On le perçoit dans un passage de Térence. Gnathon, parasite de son état, raconte ce qui lui est arrivé au marché alors qu’il s’y promenait avec un pauvre hère qui souhaitera bientôt devenir son émule :

Dum haec loquimur, interea loci ad macellum ubi aduentamus,
Concurrunt laeti mihi obuiam cuppedinarii omnes,
Cetarii, lanii, coqui, fartores, piscatores,
Quibus et re salua et perdita profueram et prosum saepe;
Salutant, ad cenam uocant, aduentum gratulantur.
Ille ubi miser famelicus uidet me esse tanto honore et
Tam facile uictum quaerere, ibi homo coepit me obsecrare
Vt sibi liceret discere id de me.

« Pendant que nous causons, nous arrivons au marché et à cet instant
Accourrent à ma rencontre, le sourire aux lèvres, tous les marchands de
bonnes choses,
Les mareyeurs, les bouchers, les charcutiers, les rôtisseurs, les poissonniers,
À qui, dans la richesse comme dans la misère, j’avais rendu et rends encore
souvent des services ;
Ils me saluent, m’invitent à dîner, me félicitent de ma venue.
Lorsqu’il voit, ce pauvre famélique, que je suis autant à l’honneur
Et que je gagne mon pain si facilement, il commence à me supplier
De lui permettre de devenir mon élève. »
(Ter. Eun. 255-262).

  • 142 L’apparat critique mentionne : me esse tanto honore DGPCE Don. Bentl. Fleck. : mihi esse tantum hon (...)
  • 143 Caes. BG VI, 13, 1 et 5.

84Dans la leçon retenue par J. Marouzeau, qui est celle de la majorité des manuscrits142, honore désigne la considération dont jouit le parasite auprès des marchands. Et ce qui permet à Gnathon de juger qu’il est à l’honneur, c’est qu’il bénéficie d’une multitude d’égards et de prévenances de la part des bouchers et poissonniers. Les salutations, les invitations, sont autant de marques d’honneur qui signifient à Gnathon l’estime que les marchands ont pour lui et qui étayent son prestige. De même, les druides que décrit César jouissent d’un grand honos parce qu’ils sont entourés d’égards dans la société gauloise143. Honos renvoie donc à une situation d’estime, en tant qu’elle est /signifiée / par des bienfaits/.

4.6. Conclusion

85Le sémème complet d’honos « considération » est le suivant : /situation d’estime / associée à une position éminente dans la société, / fondée sur certains mérites, / et susceptible / d’être assortie d’influence / et d’être signifiée / par des bienfaits/. Nous pouvons maintenant établir la relation de ce sémème (S2) avec celui de « marque d’honneur » (S1).

S1 : « Marque d’honneur »

S2 : « Considération »

/bienfait/

/situation d’estime/

/signe/
/d’estime/

/associée à une position éminente
dans la société
,/

/octroyé en reconnaissance/

/fondée sur certains mérites,/

/de certains mérites/

/et susceptible/

/qui confère une position éminente
dans la société,
/

/d’être assortie d’influence/
/et d’être signifiée/

/susceptible/

/par des bienfaits/.

/d’être assortie d’influence/.

  • 144 Martin, Pour une logique du sens, p. 75-95.
  • 145 Voir les sémèmes établis par Thomas, Déshonneur et honte, p. 321.
  • 146 Voir les compléments apportés par J.-F. Thomas à la typologie de R. Martin, (Thomas, Ibid., p. 442- (...)

86À l’exception du sème de la /reconnaissance/, la totalité des sèmes de S1 se retrouve dans S2 (les sèmes communs sont en gras). S2 a un sème générique (/situation d’estime/) différent de celui de S1 (/bienfait/), et l’on est donc très proche, selon la typologie établie par R. Martin, d’une relation de métonymie par pluralité d’acceptions144.Honos peut en effet désigner la « marque d’honneur », mais aussi la « situation de faveur où l’on jouit de marques d’honneur ». Le sémantisme d’honos fonctionne ainsi d’une manière assez similaire à celui d’ignominia, son antonyme privilégié, qui peut désigner l’« humiliation » (l’affront) ainsi que le « déshonneur » (la privation de l’estime qui peut se manifester par un affront)145. La relation entre les deux sens présente cependant deux singularités qui l’écartent de la simple métonymie. Il y a d’abord, de S1 à S2, disparition du sème de la /reconnaissance/. Ensuite et surtout, le sémème de S2 présente une particularité importante : son sème générique, /situation d’estime/, n’est pas inédit puisqu’il est presque identique à un sème spécifique contenu dans S1, celui d’/estime/. D’une part honos renvoie au bienfait qui signifie l’estime et donne une position éminente, d’autre part il désigne la position éminente associée à l’estime qui est signifiée par des bienfaits. En outre, les sèmes de « marque d’honneur » et ceux de « considération » sont très semblables, mais leur ordre est changé. Il s’agit donc là d’une relation de métonymie complexe, selon la formule utilisée par J.-F. Thomas pour ce type de relation sémantique146.

  • 147 Sur existimatio et fama, voir Hellegouarc’h, Vocabulaire, p. 365-366 et Z. Yavetz, « Existimatio, F (...)

87Ce sens d’honos peut être confronté avec des termes ayant trait à la notoriété, comme gloria, laus, fama et existimatio, ainsi qu’avec des mots du lexique de la dignité et de l’influence sociale comme decus, dignitas, auctoritas et gratia. Ce réseau lexical étant riche et très complexe, nous nous limiterons à poser quelques jalons. Nous nous intéresserons, pour la première catégorie, à gloria et, pour la seconde, à dignitas et auctoritas. Ce sont en effet les notions les plus riches et les plus présentes dans les textes147.

  • 148 C’est le sens le plus fréquent du mot, que l’on rencontre dans environ 85 % des occurrences. Voir T (...)
  • 149 Cat. frg. inc. 252 ORF ; Cic. Mur. 12 ; Sest. 136 ; Cael. 72 ; Leg. III, 32 ; Off. II, 31 et 42.
  • 150 Voir par exemple Cic. Off. II, 48. Knoche souligne le rôle important joué par la collectivité dans (...)

88Honos au sens de « considération » entre fréquemment en relation de synonymie avec gloria quand ce terme désigne la « gloire »148. Les deux termes sont d’ailleurs fréquemment coordonnés pour former une paire qui renforce l’expression ou crée un effet d’abondance oratoire149. Ils renvoient de fait tous deux à une forme de prestige brillant au sein de la cité et partagent plusieurs traits de sens communs. Gloria désigne une large notoriété, qui s’accompagne d’un vif attachement de la part de l’entourage et d’une admiration pour l’individu à qui elle est rapportée, qui n’est pas sans rappeler l’estime liée à l’honos150. Le sujet jouit en outre, comme pour l’honos, d’égards et de marques de considération diverses, comme le montre la définition que donne Cicéron :

Gloria est frequens de aliquo fama cum laude.

« La gloire est une réputation largement répandue concernant une personne, et qui s’accompagne d’éloges. »
(Cic. Inu. II, 166).

  • 151 Cic. Prou. 29 ; Leg. I, 31. Voir Thomas, Gloria et laus, p. 64-65.
  • 152 Sall. Iug. 1, 3 considère que la uirtus est la route vers la gloire (ad gloriam uia uirtutis). Sur (...)
  • 153 Guerre : Sall. Cat. 2, 2 ; Cic. Imp. Pomp. 53. Éloquence : Cic. Brut. 314. Activité politique : Sal (...)
  • 154 Cic. Phil. XI, 18 ; Caes. BG VIII, 6, 2.
  • 155 Cic. Agr. II, 54. Sur cette prééminence, Thomas, Gloria et laus, p. 70 sqq.
  • 156 Cic. Balb. 16 ; De or. I, 1. Ibid., p. 82 sqq.
  • 157 C’est le sème générique retenu par J.-F. Thomas (Ibid., p. 88).
  • 158 Voir la fréquence du syntagme gloria immortalis ou immortalitas gloriae (Pl. Amp. 1140 ; Cic. Pis. (...)
  • 159 Gloria est une notion qui est totalement attachée à la personne glorieuse alors qu’honos, parce qu’ (...)

89La gloria suppose la présence de la laus, de l’éloge, qui est un témoignage de considération. Les contextes précisent d’ailleurs parfois que celui qui bénéficie de la gloria est entouré d’honores, au sens de « marques d’honneur », ou est honoratus151. Cette notoriété qu’est la gloria repose en outre sur des fondements proches de ceux de l’honos. Elle procède de qualités remarquables et méritoires, et notamment de la uirtus152. On rencontre à sa source l’excellence à la guerre et dans les activités civiles, mais aussi dans les arts, ce qui est déjà moins fréquent à propos d’honos153. La gloria implique également une supériorité dans la cité : l’individu peut gloria excellere ou gloria praestare154. La gloria assure une prépondérance sur les autres citoyens et confère une prééminence qui fait qu’elle peut être mise sur le même plan que le pouvoir politique, militaire ou financier155. Elle se rapproche donc d’honos qui assure distinction et influence dans la société. Elle est d’ailleurs, comme ce mot et même plus encore, employée dans des métaphores qui la dépeignent comme un objet brillant et éclatant156. Par ses manifestations, ses fondements et ses effets, gloria semble donc très proche d’honos. Un certain nombre de divergences sémantiques apparaissent cependant quand on examine plus précisément les contextes des occurrences. On remarque, en premier lieu, que la gloria est fondamentalement une notoriété157 : elle désigne le fait d’être connu en bonne partie, d’avoir, comme le dit Cicéron dans le De inuentione, une large fama. La gloria est quelque chose qui dure dans le temps et a une grande extension dans l’espace158. Honos, en revanche, n’implique pas cette célébrité. Il renvoie à une situation où le sujet est estimé et respecté ; l’homme in honore n’est pas nécessairement réputé au-delà des frontières de sa communauté et ne laisse pas toujours un souvenir immortel. L’honos est un prestige d’ordre plus visuel qu’auditif. La gloria renvoie en outre à une notoriété qui naît de manière spontanée. L’honos est une situation qui repose sur un choix plus réfléchi de la part de l’entourage, après un jugement sur la valeur de la personne que l’on décide de mettre à l’honneur. Le rôle des marques d’honneur octroyées délibérément par la collectivité est plus important dans la constitution de la « considération » que dans celle de la « gloire »159. Enfin, les motifs qui sont à la source de la gloria sont moins souvent des qualités morales que des réalisations remarquables : les vertus occupent dans le sémantisme d’honos une place plus importante.

  • 160 Sur le sémantisme de dignitas, voir le TLL s. v. dignitas ; H. Wegehaupt, Die Bedeutung und Anwendu (...)
  • 161 Caes. BG VII, 54, 4 ; Cic. Rosc. Amer. 136.
  • 162 Cic. Verr. II, II, 95 ; Sull. 5 ; Sall. Hist. frg. I, 55, 26. Voir Drexler, « Dignitas », p. 235 et(...)
  • 163 Cic. Imp. Pomp. 41 ; Caes. BC I, 7, 1.
  • 164 Thome, Zentrale Wertvorstellungen der Römer, vol. 2, p. 118.
  • 165 La dignitas est souvent liée à des notions d’éclat et de splendeur (Cic. Cael. 3 ; Fin. II, 107).
  • 166 Cic. Imp. Pomp. 42 ; Sall. Cat. 50, 7. Piscitelli Carpino, « Dignitas in Cicerone », p. 259.

90Le sens d’honos « considération » rapproche également le terme de dignitas. Cette dernière possède une riche polysémie et l’un de ses sens principaux recoupe celui d’honos160. Le mot peut en effet désigner le rang élevé occupé par un individu dans la société, la posture de prestige dans la vie publique. Il s’oppose alors à humilitas qui implique la bassesse sociale161. Elle s’appuie fréquemment sur la naissance, la fortune ou le pouvoir et appartient notamment à celui qui a exercé des charges publiques. C’est pourquoi elle est volontiers attachée aux sénateurs, anciens magistrats162. La dignitas est la qualité de ceux qui sont situés au sommet de la société et de la cité : c’est par sa dignitas que Pompée l’emporte sur les autres grands hommes politiques de Rome et c’est pour elle que César prend le risque de déclencher une guerre civile contre Pompée163. C’est donc le « statut », le « rang » d’une personne. Ce sens de dignitas possède plusieurs traits communs avec la « considération » désignée par honos. Les deux mots désignent une situation favorable au sein de la société et s’appliquent notamment aux hommes publics164. Ils impliquent un rayonnement particulier et une distinction visible165. La dignitas est, comme l’honos, étayée sur des mérites et notamment sur la valeur personnelle et la uirtus166 ; elle procure elle aussi une autorité et une influence au sein de la cité. La définition qu’en donne Cicéron dans le De inuentione est explicite à ce sujet car elle identifie la dignitas à une forme d’auctoritas :

Dignitas est alicuius honesta et cultu et honore et uerecundia digna auctoritas.

« La dignité est une autorité honnête, digne de respect, d’honneur et de déférence. »
(Cic. Inu. II, 166 ; trad. Achard modifiée).

  • 167 Voir aussi la définition de Cic. Fam. IV, 14, 1 et le pouvoir qu’implique la dignitas dans Caes. BG(...)
  • 168 Cic. Rosc. Amer. 54 ; Liv. XXVI, 49, 15. Voir Wegehaupt, Die Bedeutung und Anwendung von dignitas, (...)
  • 169 Hellegouarc’h, Vocabulaire p. 401.
  • 170 Voir DELL s. v. decet. La parenté de dignitas avec dico « montrer du doigt » est à récuser (Ibid., (...)
  • 171 On parlera ainsi d’un sacrifice réalisé cum dignitate (Liv. XLIX, 49, 2), d’une accusation portée d (...)
  • 172 Sur ce sens de « mérite », voir Wegehaupt, Die Bedeutung und Anwendung von dignitas, p. 5-9. Dignit (...)
  • 173 Voir la succession établie par Klose, « Altrömische Wertbegriffe (honos und dignitas) », p. 273 : « (...)
  • 174 Sur l’association de dignitas à la noblesse, Cic. Rosc. Amer. 16 ; Sall. Iug. 41, 5. Voir Hellegoua (...)
  • 175 Voir Cic. Verr. II, I, 37, 4 ; Clu. 119 ; Agr. I, 27 ; Sull. 5 ; Sest. 137 ; Pis. 57 ; Phil. XIII, (...)

91La dignitas suppose une capacité d’agir dans les affaires publiques167. Le passage insiste également sur ce que l’individu qui possède cette dignité est en droit d’attendre des autres : il mérite (dignus) de recevoir des marques d’honneur et de respect. La dignitas permet de réclamer légitimement à l’entourage une attitude déférente et des honores au sens premier du mot168. C’est d’ailleurs avec cet aspect que commence à se faire sentir la divergence avec honos. Dignitas insiste plus qu’honos sur la prétention fondée du sujet à la reconnaissance des autres et à leur estime. Il ne marque pas simplement le rang dans la cité mais aussi le droit à recevoir des distinctions et des égards169. On retrouve ici la trace du sens étymologique de dignitas, qui désigne le fait d’être dignus, adjectif qui procède lui-même de decet170 : c’est donc le « fait de convenir », le « caractère approprié » d’une personne ou d’une chose171. De ce sens premier dérive celui de « mérite », « valeur » : la personne est digna non plus au sens où elle convient, mais au sens où cette convenance lui permet d’avoir des prétentions légitimes172. Avec ce sens, la dignitas ne se situe plus alors sur le même plan que l’honos : elle peut désigner la situation préalable à l’honos, les mérites créant la « dignité », cette dernière donnant lieu à l’honneur173. Le mot exprime moins le jugement positif de l’entourage qu’un haut statut social ; il est plus spécifiquement politique qu’honos et reçoit fréquemment une coloration aristocratique alors qu’honos peut désigner différents types de prestige174. En raison de ces divergences sémantiques, les coordinations honos et dignitas qui reviennent fréquemment ne constituent pas que des procédés stylistiques d’insistance ; l’association des deux mots peut aussi posséder une réelle richesse sémantique et dessiner l’excellence sociale et civique de l’individu à qui ils sont attribués175.

  • 176 La notion d’auctoritas a surtout été étudiée sous trois angles : comme notion juridique (l’auctorit (...)
  • 177 Cic. Off. I, 1. Sur le prestige désigné par auctoritas, Heinze, « Auctoritas », p. 354-355.
  • 178 Caes. BG I, 31, 16.
  • 179 Hellegouarc’h, Vocabulaire, p. 303 : « les exemples que propose pour une situation déterminée la co (...)

92Le terme d’auctoritas possède avec honos plusieurs points communs. Le mot possède des sens nombreux, notamment dans le domaine juridique (« droit de possession », « garantie » d’un tuteur, d’un vendeur) et politique (la « volonté » du peuple, une « décision » prise par le sénat) ; nous nous limiterons au sens plus général de « prestige, influence, autorité » qui rapproche les deux notions176. Auctoritas désigne alors le pouvoir non institutionnel d’un individu. Cicéron parle ainsi du « prestige » du maître de son fils, Cratippe, et de la ville d’Athènes177, qui rayonne par son glorieux passé et son rôle intellectuel. L’influence puissante que désigne auctoritas se perçoit dans l’abondance des formules du type aliquid agere mea auctoritate ; c’est l’auctoritas de César qui lui permet de tenir en respect Arioviste et ses troupes178. L’auctoritas d’un individu peut aussi le désigner aux yeux des autres comme un exemple à suivre. On comprend ainsi que les Romains en soient venus à évoquer l’auctoritas maiorum179. Auctoritas et honos désignent tous deux l’ascendant d’une personne sur ses semblables.

  • 180 Sur la notion d’« accroissement » propre à l’auctoritas et absente d’honos, voir Collart, « À propo (...)
  • 181 Ainsi dans le Curculio, le personnage de Curculio qui souhaite acheter une courtisane au leno, lui (...)
  • 182 Une veuve, par exemple, ne peut agir sua auctoritate ; il lui faut un garant. Cf. le cas de Clodia (...)
  • 183 Voir Cic. Flac. 9 et 53 par exemple.
  • 184 Hellegouarc’h, Vocabulaire, p. 296-297.

93Mais les deux termes ne renvoient pas au même type de prestige. L’auctoritas désigne en effet le prestige de celui qui pèse spontanément de tout son poids sur la société, alors que l’honos renvoie au prestige de celui qui est estimé de ses semblables, et donc hissé par eux à une position supérieure180. L’honos est lié à des marques de considération concrètes, à des hommages adressés à une personne ; l’auctoritas ne suppose rien de tel. On n’octroie pas l’auctoritas à quelqu’un, alors qu’on confère bien l’honos. En outre, l’auctoritas n’implique pas nécessairement un jugement ni une appréciation favorable de la part de ses concitoyens ; la notion de bonne réputation en est absente, alors que l’existence de la faveur publique est essentielle à honos. Ce sont donc, en somme, les notions d’estime publique et de marque d’honneur qui font la singularité d’honos. En outre, l’auctoritas implique, ce qui n’est pas le cas d’honos, un pouvoir de garantie possédé par le sujet. Les emplois juridiques d’auctoritas ont ce trait en commun, qu’il s’agisse de l’auctoritas uenditoris, de la « garantie » qu’un vendeur est capable d’apporter lorsqu’il procède à une vente181, de l’auctoritas d’un tuteur, qui vient donner sa garantie aux actes de son pupille182, de l’auctoritas d’un témoin lors d’un procès183. Cette notion, originellement juridique, se ressent souvent dans les emplois non spécifiquement juridiques du mot : l’auctoritas est ce qu’une personne met en jeu pour cautionner ses actes ou ceux d’un autre individu184.

4.7. Deux emplois lexicalisés : honoris gratia et honoris causa

  • 185 C. Moussy, Gratia et sa famille, Paris, P.U.F., 1966, p. 308-309 ; P.-J. Miniconi, Causa et ses dér (...)

94Ces deux tournures sont fréquentes et signifient le plus souvent « pour honorer », « pour rendre un hommage », ce qui est conforme à la valeur finale, à l’origine, des deux mots-outils185. Ce sens apparaît sans ambiguïté dans un texte de Cicéron :

Quod consuetudine patres faciunt, id quasi nouum reprehendis; quod beneuolentia fit, id odio factum criminaris; quod honoris causa pater filio suo concessit, id eum supplici causa fecisse dicis.

« Ce que les pères font, conformément à la coutume, tu le réprouves comme une nouveauté ; ce qui est un acte de bienveillance, tu l’incrimines comme étant une preuve de haine ; la concession dont un père honore son fils, tu prétends que ce père l’a faite pour châtier ce fils. »
(Cic. Rosc. Amer. 44 ; trad. De La Ville de Mirmont).

  • 186 Cic. Verr. I, 18.

95Le parallélisme de honoris causa et supplici causa impose de comprendre la première formule comme « en vue de l’hommage » puisque la seconde signifie nécessairement « en vue du châtiment ». On trouve de même, nous l’avons vu, une opposition entre contumeliae causa et honoris causa186, expressions qui ont toutes deux un sens final et impliquent un acte concret. Cependant, honos n’a pas toujours, dans cette expression, son sens concret de « marque d’estime » et peut, bien que cela soit moins fréquent, posséder le sens de « considération ». C’est sensible dès l’époque de Plaute, comme dans ce passage de l’Amphitryon où Mercure parle du comportement de Jupiter vis-à-vis d’Alcmène :

Sed Alcumenae huius honoris gratia
Pater curauit uno ut fetu fieret:
Vno ut labore absoluat aerumnas duas,
Et ne in suspicione ponatur stupri,
Et clandestina ut celetur consuetio.

« Mais pour l’honneur d’Alcmène,
Mon père a pris soin qu’elle accouchât en une seule fois,
Afin qu’elle se délivre de deux épreuves par un seul travail,
Qu’elle ne puisse être soupçonnée d’adultère,
Et que sa liaison clandestine demeure cachée. »
(Pl. Amp. 486-490).

  • 187 Cela est confirmé par une autre parole de Mercure un peu plus loin : Jupiter a agi nemo id probro / (...)

96Jupiter veut faire accoucher Alcmène d’un fils qu’elle a de lui et, en même temps, de l’autre enfant qu’elle a de son mari. L’adultère commis passerait ainsi inaperçu puisqu’Alcmène enfanterait des jumeaux dont la paternité serait imputée à son époux. On peut comprendre Alcumenae honoris gratia de deux façons : « pour l’honneur d’Alcmène » (honos est la considération dont elle jouit) ou « pour honorer Alcmène » (honos est la marque d’honneur que recevrait Alcmène). Il s’agit pour Jupiter, selon la manière dont on interprète le vers, de préserver l’honos qu’elle a déjà, ou de lui en accorder un supplémentaire. La première lecture nous semble ici nécessaire : le stratagème de Jupiter ne vise pas à honorer Alcmène mais à éviter le soupçon de stuprum, qui serait une menace pour la réputation de cette digne épouse, donc pour son honos compris comme « considération ». C’est ce que dit Mercure au vers 489 : ne in suscipione ponatur stupri ; il faut éviter à Alcmène l’accusation d’adultère, donc la perte de sa bonne réputation. Honoris gratia signifie « dans l’intérêt de sa bonne réputation », « pour son honneur »187. Dans un autre passage de l’Amphitryon, Jupiter s’adresse directement aux spectateurs :

Nunc huc honoris uestri uenio gratia,
Ne hanc incohatam transigam comoediam.
Simul Alcumenae, quam uir insontem probri
Amphitruo accusat, ueni ut auxilium feram.

« Maintenant, en raison de votre prestige, je viens ici
Pour ne pas arrêter la comédie en cours de route ;
Et aussi pour Alcmène, que son mari Amphitryon accuse injustement d’adultère,
Pour lui prêter mon aide. »
(Pl. Amp. 867-870).

  • 188 On peut remarquer que, dans cet exemple et dans le précédent, gratia peut recevoir son sens premier (...)

97Ici encore il est plus satisfaisant de rendre honoris uestri gratia par « pour l’amour de votre prestige ». Jupiter n’agit pas « pour honorer » les spectateurs ; on ne voit pas en quoi mener à son terme la comédie est quelque chose d’honorifique. Honos désigne plutôt la considération dont jouissent les spectateurs (honoris uestri), et qu’il s’agit de ménager188. Or, dans ce cas, gratia prend une valeur causale et non finale. La formule honoris causa / gratia possède donc une certaine souplesse sémantique puisqu’elle peut signifier « pour honorer » mais aussi « à cause de son prestige ».

  • 189 Moussy, Gratia et sa famille, p. 312.
  • 190 Ibid., p. 309.

98Plusieurs philologues considèrent, cependant, qu’il s’agit d’une formule figée, dans laquelle honos serait dépourvu d’un sens plein. C. Moussy rapproche mei honoris gratia de mea gratia. Mea gratia, note C. Moussy, est une expression utilisée couramment par Plaute, mais bien moins fréquente à l’époque classique ; son sens est « par bienveillance pour moi », « par égard pour moi ». Puis il remarque que « Plaute se sert volontiers aussi du tour mei, tui... honoris gratia, qu’il utilise avec une valeur identique »189. Il nous semble cependant difficile de penser que cette formule a, dès l’époque de Plaute, évacué tout le sémantisme propre à honos. La construction de gratiā avec le génitif du nom est une formule différente de gratiā accompagné d’un déterminant possessif. Comme le dit lui-même C. Moussy, « recevant un nom de chose pour complément, gratiā a pris aussi le sens de ‘ en vue de’ »190. Et on ne voit pas pourquoi il y aurait à l’origine une différence (pour le sens de gratia), que marque pourtant C. Moussy, entre une expression comme deridiculi gratia et une autre comme honoris gratia : deridiculi et honoris sont sur le même plan et ont la même importance sémantique. Dans le texte le plus ancien qui présente cette formule, la Médée d’Ennius, on voit qu’honoris gratia ne signifie pas « pour moi », mais « pour m’honorer » :

Tu me amoris magis quam honoris seruauisti gratia.

« Toi, tu m’as sauvé plus par amour que pour me faire honneur. »
(Enn. Trag. frg. CVII Jocelyn).

99Si honoris gratia signifiait « pour moi » ou « par bienveillance », la distinction faite par Jason perdrait toute sa force ; ce que Jason reproche à Médée c’est d’avoir agi parce qu’elle était poussée par l’amour, et non pour lui conférer un honneur, c’est-à-dire afin que sa uirtus de guerrier soit reconnue et consacrée.

100Si honoris gratia/causa nous paraît avoir ici un sens plein, cela ne signifie pas, néanmoins, que l’expression l’ait toujours conservé ; il est exact que le sens originel s’est affaibli avec le temps. Nous en avons une première trace au IIe siècle, où l’expression peut prendre le sens, moins marqué, de « pour vous », « dans votre intérêt » et évacuer la notion de « considération » ou d’« hommage ». C’est le cas dans le Phormion de Térence. Le parasite Phormion s’est rendu en justice et a prétendu qu’Antiphon était le plus proche parent de la jeune Phanium. Comme la jeune fille est épiclère, Antiphon l’a épousée, conformément au droit athénien. Démiphon, le père d’Antiphon, revenu de l’étranger, découvre le mariage et veut l’annuler ; il pousse alors Phormion à prendre la jeune femme comme épouse. Puis Démiphon revient sur sa décision, mais Phormion refuse de se laisser convaincre :

Nam non est aequom me propter uos decipi,
Cum ego uestri honoris causa repudium alterae
Remiserim, quae dotis tantumdem dabat.

« Car il n’est pas juste que je sois, à cause de vous, bien attrapé,
Parce que moi, dans votre intérêt, j’ai annoncé à l’autre
Qu’elle était répudiée, elle qui m’offrait autant pour dot. »
(Ter. Phorm. 927-929).

  • 191 Voir par exemple Cic. Rosc. Amer. 98 et 132 et Fam. XIII, 26, 2

101Quand Phormion dit qu’il a accepté d’épouser Phanium uostri honoris causa, il ne prétend pas l’avoir fait « pour rendre hommage » à Démiphon. Il est plus simple et plus cohérent de comprendre uostri honoris gratia par « dans ton intérêt », « pour toi », dans la mesure où le mariage de Phormion et Phanium était un arrangement proposé par Démiphon pour annuler la décision irréfléchie de son fils et réaffirmer son autorité de père. L’affaiblissement du sens de la formule se poursuit au Ier siècle191.

5. « Charge publique » (S3)

  • 192 Pl. Bac. 438 ; Cat. frg. XVIII, 93 ORF.
  • 193 F. Klose note que c’est surtout Cicéron qui a développé ce sens du mot (Klose, Bedeutung, p. 25). S (...)
  • 194 Gradus honorum : Cic. Catil. I, 28 ; Planc. 60 ; Brut. 156 ; Fam. II, 18, 2. Decursus honorum : Cic (...)
  • 195 Defungo honores : Cic. Planc. 52. Vtor honoribus : Cic. Flac. 45 ; Att. VIII, 3, 2 ; Sall. Iug. 25, (...)
  • 196 Adipiscor honores : Cic. De or. III, 136. Adsequor honores : Cic. Red. Pop. 5. Peto honores : Cic. (...)
  • 197 Contentio honoris : Cic. Mur. 8 et 56 ; Sull. 90 ; Mil. 42. Certamen honoris : Cic. Sull. 49.
  • 198 Defero honores : Cic. Vat. 10. Mandare honores : Cic. Imp. Pomp. 2 ; Pis. 2. Committo honores : Cic (...)

102Le troisième sens majeur d’honos est celui de « charge publique », employé de façon privilégiée pour renvoyer à une magistrature. Le terme s’oriente ainsi vers le vocabulaire de la vie civique et politique pour désigner une fonction à haute responsabilité. Ce sens est aussi ancien que les deux précédents, puisqu’on le rencontre chez Plaute et dans les discours de Caton192. Il est cependant peu employé avant le Ier siècle où sa fréquence devient alors aussi importante que celle du sens « considération »193. On le rencontre souvent avec des tournures spécifiques comme gradus honorum, decursus honorum, cursus honorum194. Les honores en tant que « charges publiques » sont « exercés », « employés » (defungo honores, utor honoribus, gero honorem)195. On les recherche activement (adipiscor honores, adsequor honores, peto honores)196 et on se bat pour eux (contentio honoris, certamen honoris)197. Ils sont en outre octroyés de façon formelle, en général par le peuple (defero honores, mandare honores, committo honores)198.

5.1. La fonction publique

103Ce sens d’honos renvoie à une fonction de la res publica pourvue d’un pouvoir officiel de décision. Dans la grande majorité des cas, la fonction est une magistrature, une charge élective et temporaire dotée d’un pouvoir de nature variable. Il en est ainsi question à propos de la questure dans cette invective de Cicéron contre Pison :

Is mihi etiam gloriabatur se omnis magistratus sine repulsa adsecutum! Mihi ista licet de me uera cum gloria praedicare; omnis enim honores populus Romanus mihi ipsi homini detulit. Nam tu cum quaestor es factus, etiam qui te numquam uiderant, tamen illum honorem nomini mandabant tuo.

« Et il se glorifiait devant moi d’avoir obtenu toutes les magistratures sans essuyer de revers ! C’est à moi qu’il est permis de dire cela, et d’en tirer une gloire véritable ; car tous les honneurs, le peuple romain me les a décernés, à ma propre personne. Toi, lorsque tu as été élu questeur, même ceux qui ne t’avaient jamais vu décernèrent cet honneur à ton nom. »
(Cic. Pis. 2).

104Cicéron se vante ici d’avoir obtenu la totalité des honores, c’est-àdire d’avoir rempli toutes les charges du cursus honorum. Le terme honos entre en relation de synonymie avec magistratus. Chez César, il désigne le consulat :

Docet se nullum extraordinarium honorem appetisse, sed exspectato legitimo tempore consulatus eo fuisse contentum, quod omnibus ciuibus pateret.

« Il montre qu’il n’a pas brigué une charge extraordinaire mais que, après avoir attendu la durée légale pour le consulat, il s’est contenté d’y être candidat, ce qui était permis à tous les citoyens. »
(Caes. BC I, 32, 2).

  • 199 Cic. Verr. II, IV, 137 : Héraclius possède à Syracuse l’honos de prêtre de Jupiter. Voir aussi la f (...)
  • 200 Cic. Vat. 19.
  • 201 Cic. Agr. II, 60. Le texte parle de l’honos decemuiratus.
  • 202 Cic. Dom. 22. Voir aussi un autre exemple en Cic. Flac. 45.
  • 203 Cat. frg I, 18 ORF ; Caes. BC I, 77, 2.

105Honos ne se limite pas cependant à désigner des magistratures et doit donc être rattaché au genre plus large des fonctions publiques. Il peut en effet aussi renvoyer à une prêtrise, de rang municipal199 ou de plus grande importance, comme l’augurat ; Cicéron juge ainsi insoutenable l’idée que Vatinius ait pu devenir augure parce qu’un tel honos ne peut revenir à un homme turpissimus200. D’autres fonctions plus ponctuelles sont également qualifiées d’honores, comme un décemvirat agraire201 ou une legatio, telle que celle confiée à Caton pour l’éloigner de Rome202. Des fonctions militaires sont aussi qualifiées d’honores203.

  • 204 Voir par exemple Cic. Agr. II, 2.
  • 205 Voir par exemple Pl. Bac. 438 et Cic. Dom. 46. Voir aussi la tournure ab populo honores accipere (P (...)

106Ces fonctions sont généralement publiques, au sens où elles relèvent des institutions de la res publica, mais aussi parce qu’elles sont en général conférées par le peuple. Nous avons vu avec le texte de l’In Pisonem cité supra que Cicéron se glorifiait des honores politiques reçus parce que le peuple en était l’auteur. Il ne manque jamais de rappeler que c’est le iudicium populaire qui octroie l’honos204. De fait, la charge politique est souvent qualifiée d’honos populi ou d’honos popularis au sens d’« honneur donné par le peuple »205. Le rôle important joué par le populus apparaît dans un passage du Pro Cluentio qui évoque l’opposition des chevaliers au projet de loi de M. Livius Drusus en 91 sur l’institution d’une quaestio pour les juges coupables de corruption :

Tum C. Flauius Pusio, Cn. Titinius, C. Maecenas, illa robora populi Romani, ceterique eiusdem ordinis, non fecerunt idem quod nunc Cluentius, ut aliquid culpae suscipere se putarent recusando, sed apertissime repugnarunt, cum haec recusarent et palam fortissime atque honestissime dicerent se potuisse iudicio populi Romani in amplissimum locum peruenire, si sua studia ad honores petendos conferre uoluissent.

« Alors Gaius Flavius Pusio, Gnaeus Titinius, Gaius Maecenas, l’élite du peuple romain, et d’autres membres du même ordre, n’agirent pas de la même façon que Cluentius aujourd’hui en pensant qu’en rejetant la loi ils commettaient quelque faute, mais ils ont lutté ouvertement, en protestant et en disant au grand jour, de façon très courageuse et très digne, qu’ils auraient pu parvenir grâce à la décision du peuple romain au rang le plus élevé, s’ils avaient voulu placer leurs efforts dans la recherche des honneurs. » (Cic. Clu. 153).

  • 206 Summus honos : Volc.-Sed. frg. 4 FPL ; Cic. Clu. 118 ; Agr. II, 2 ; Sest. 17 ; Brut. 96 ; Sall. Iug (...)

107Les chevaliers, à la différence des sénateurs, ont renoncé à briguer les honores et ne veulent donc pas encourir les risques de procès propres à ceux qui font une carrière politique. Ils ne manquent pas d’affirmer que, s’ils l’avaient voulu, ils auraient obtenu ces honores, forts du iudicium populi Romani qui leur était favorable. Ici encore le populus est présenté comme la source de l’honos. Les différentes charges publiques sont, comme les honores « marques d’honneur », hiérarchisées les unes par rapport aux autres. Nous avons vu qu’il est souvent question de parcourir le « chemin » des honores (cursus honorum, decursus honorum, gradus honorum), ce qui implique que les fonctions exercées au terme de la carrière, le consulat ou la censure, sont les plus prestigieuses. Les textes recourent très fréquemment à l’expression summus honos ou amplissimus honos pour désigner le consulat206. Ces différents éléments nous amènent à retenir le sème, générique, de /fonction publique/ ; nous parlerons plus exactement de /fonction publique attribuée/ pour rappeler que cette dernière est conférée par une élection ou une cooptation et marquer la proximité de ce sens avec celui de « marque d’honneur », la charge publique étant un type particulier de marque d’honneur.

5.2. Le pouvoir apporté par la fonction

  • 207 Cic. Flac. 104.

108Si l’honos comme « marque d’honneur » implique parfois la détention d’une autorité ou d’une influence au sein de la collectivité, l’honos au sens de « charge publique » suppose de manière systématique la possession d’un véritable pouvoir officiel. Certains textes évoquent la potentia qui se trouve associée à l’honos politique207 mais c’est surtout l’imperium qui apparaît associé à l’honos. Un fragment d’un discours de Scipion Émilien le montre sans ambiguïté :

Ex innocentia nascitur dignitas, ex dignitate honor, ex honore imperium, ex imperio libertas.

« De l’intégrité naît le mérite, du mérite l’honneur, de l’honneur le pouvoir, du pouvoir la liberté. »
(Scip. Aem. frg. inc. 32 ORF).

  • 208 Cic. Leg. III, 7.
  • 209 Cic. Verr. II, V, 38 ; Sall. Iug. 4, 7.
  • 210 Cic. Planc. 51 ; Rep. I, 10 ; Brut. 323 ; Sall. Iug. 85, 28.

109Cette maxime construite sur une frappante concaténation montre quels sont, dans l’esprit d’un aristocrate romain comme Scipion Émilien, les tenants et les aboutissants de l’exercice d’une charge publique. L’honos se fonde sur le mérite, la dignitas, et confère un pouvoir, l’imperium. Il s’agit là du pouvoir suprême, symbolisé par les faisceaux des licteurs, qui permet de commander les armées et de faire appliquer les lois. Ce rapport de l’imperium et de l’honos est important, car il montre que le pouvoir lié à l’honos est élevé : c’est le pouvoir suprême des magistrats cum imperio. Cette importance du pouvoir conféré par l’honos est confirmée par l’usage privilégié qu’en font les sources pour désigner certains référents. En effet, si honos peut renvoyer en principe à tout type de magistrature, il est employé très majoritairement pour désigner les magistratures situées au sommet du cursus honorum. Le terme est très peu utilisé pour désigner la questure ou bien l’édilité, qui est qualifiée par Cicéron de « premier degré d’honneur »208. On le rencontre plus fréquemment pour la préture209, et encore plus souvent pour le consulat210. Un trait sémantique nouveau se dégage donc : la fonction publique est /dotée d’un pouvoir officiel important/.

5.3. Le bénéfice social de la charge

  • 211 La définition que donne le Digeste (L, 4, 14) de l’honos municipal ménage une place au prestige lié (...)
  • 212 Sur les liens établis entre honos et dignitas dans leurs sens politiques, voir Cic. Agr. I, 27 ; Su (...)
  • 213 Cic. Red. Sen. 2
  • 214 Sall. Iug. 4, 8.
  • 215 Cic. Verr. II, V, 181.
  • 216 Cic. Catil. I, 28.
  • 217 Cic. Mur. 8.

110Jusqu’à présent, la différence de sens entre honos et magistratus est inexistante. Mais la divergence apparaît dès l’instant où l’on observe, à l’aide des contextes où apparaît honos, les conséquences sociales qu’implique ce terme. En effet, honos désigne une charge publique en tant qu’elle est source de prestige social, qu’elle confère à son détenteur un rayonnement qui va au-delà du pouvoir institutionnel. Le De legibus est instructif sur ce point puisque Cicéron y recourt très rarement à honos pour désigner une magistrature alors que magistratus est récurrent ; la raison en est que le texte est un traité et qu’il emploie donc plutôt le terme technique, neutre, qu’est magistratus. Honos est plus appréciatif car il implique une élévation du statut de l’individu211. Cet aspect d’honos est sensible également quand on observe les termes qui lui sont le plus volontiers associés : magistratus constitue moins souvent avec lui une paire que ne peut le faire dignitas. Comme honos, dignitas peut désigner une fonction publique. Et le mot renferme, tout comme honos, la notion d’un rang social élevé, ce que magistratus ne dénote pas212. Honos renvoie à une charge qui confère de l’éclat : il comporte un splendor éblouissant213, il fait partie des choses clara et magnifica si la uirtus préside à sa conquête214, et permet de sortir de l’obscurité215. L’élévation sociale occasionnée par l’honos est aussi suggérée de manière imagée : l’honos est ce qui rehausse son détenteur (extulit)216 ou lui donne de l’amplitudo217. Le Commentariolum petitionis énonce clairement le bénéfice de la réussite lors d’une élection :

Noli putare eos qui sunt eo honore usi non uidere, tu cum idem sis adeptus, quid dignitatis habiturus sis.

« Ne va pas croire que ceux qui ont exercé cette charge ne voient pas de quel prestige tu jouiras quand tu l’auras obtenue à ton tour. »
(Q. Cic. Comm. 13 ; trad. Constans modifiée).

  • 218 Voir sur ce point infra p. 364-365.

111Le bénéfice de prestige qu’apporte l’honos est bien réel puisqu’il permet, lorsque la magistrature est suffisamment élevée, de rejoindre les rangs de la nobilitas218. On peut donc dégager un sème supplémentaire : la fonction publique désignée par honos /confère une position éminente dans la société/.

5.4. Les fondements de la charge

  • 219 Supra p. 51-53.
  • 220 Il faut donc relativiser la manière dont F. Klose assoit systématiquement l’honos politique sur des(...)

112Les mérites en reconnaissance desquels l’honos est attribué sont un trait de sens essentiel d’honos quand le terme désigne la « marque d’honneur »219. Le sème se retrouve pour le sens de « charge publique » mais n’occupe pas une place aussi importante puisqu’il n’est actualisé que dans 40 % des occurrences environ220. On ne peut cependant ignorer les passages où la notion de mérite entre dans le sémantisme du mot. Nous l’avons déjà vu avec le fragment du discours de Scipion Émilien, où la dignitas, l’excellence personnelle, donne naissance à l’honos. L’idée réapparaît dans le Pro Plancio, lors de la prosopopée du peuple :

[…] sed amplissimos honores ut pro dignitate tua consequare, condiscas censeo mihi paulo diligentius supplicare.

« […] mais, pour obtenir des fonctions plus hautes, comme il convient à tes mérites, je pense qu’il te faut apprendre à me supplier avec un peu plus de zèle. »
(Cic. Planc. 13 ; trad. Grimal).

113Afin d’obtenir l’honos, le candidat doit savoir s’adresser au peuple, mais cet effort n’a aucun sens s’il n’est pas pourvu préalablement d’une dignitas qui permet de le briguer en toute légitimité. Outre la dignitas, une place importante est ménagée à la uirtus comme source d’honos, comme c’était le cas avec le sens « marque d’honneur » :

Deinde ista praeclara nobilitas desinat queri populum Romanum hominibus nouis, industriis, libenter honores mandare semperque mandasse. Non est querendum in hac ciuitate, quae propter uirtutem omnibus nationibus imperat, uirtutem plurimum posse.

« Après cela, que cette brillante noblesse cesse de se plaindre que le peuple romain confie et ait toujours confié volontiers les honneurs à des hommes nouveaux pleins de zèle. Il ne faut pas se plaindre, dans notre cité qui commande à tous les peuples grâce à son mérite, que le mérite puisse beaucoup. »
(Cic. Verr. II, IV, 81).

  • 221 Voir. Cic. Mur. 29 ; Sest. 138 ; Brut. 96 ; Pis. 1 ; Verr. I, II, 19.

114Cicéron défend les homines noui et affirme que les honores politiques ne doivent être appelés que par le mérite personnel, la uirtus, car c’est sur cette même uirtus que Rome s’est construite. La nature de ces mérites est encore très variable et il est difficile d’en donner une définition univoque. Les res gestae militaires, l’éloquence, les bonnes mœurs, le talent personnel, mais aussi la haute naissance, et parfois l’argent, sont autant de moyens d’accéder à l’honos221. La fonction publique est donc /susceptible/ de se fonder sur certains mérites/.

5.5. L’influence procurée par la charge

115Un dernier sème, lui aussi virtuel, et assez peu fréquent puisqu’il est actualisé dans environ 20 % des occurrences, permet de creuser la différence avec magistratus. Honos est en effet apte à désigner une fonction qui donne à son détenteur une influence allant au-delà des pouvoirs officiels qui lui sont conférés. Celui qui a l’honos gagne aussi une autorité plus diffuse que l’imperium. Dans le cadre d’un procès, il parvient à recueillir l’attention des juges, comme on le voit dans le Pro Cluentio, où un homme qui assiste à la torture d’un esclave comprend qu’on cherche à lui arracher de faux aveux :

Quidam ex aduocatis, homo et honoribus populi ornatus et summa uirtute praeditus, intellegere se dixit non id agi ut uerum inueniretur sed ut aliquid falsi dicere cogerentur.

« Alors un des amis convoqués, personnage distingué par les honneurs du peuple et doué du plus haut mérite, déclara bien comprendre qu’il ne s’agissait pas de découvrir la vérité mais d’extorquer une fausse déclaration. »
(Cic. Clu. 177 ; trad. Boyancé).

  • 222 Cic. Imp. Pomp. 2.
  • 223 Cic. Top. 78.

116Le fait que cet homme soit ornatus honoribus apporte du poids à son témoignage et le rend digne de foi. De même, au début du discours sur la lex Manilia, Cicéron affirme sa légitimité à parler en rappelant qu’il a obtenu les honores du peuple222. Ces honores confèrent au témoin ou à l’orateur une auctoritas, distincte de l’imperium parce que non formalisée, mais susceptible de s’exercer dans tous les moments de la vie civile. Cicéron lui-même a théorisé dans les Topiques l’autorité que confère, dans le domaine juridique, l’exercice d’une charge publique : à propos des preuves extra-techniques que sont les témoignages, il reconnaît que ceux qui proviennent des hommes qui in honoribus populi reque publica uersantur ont une grande valeur223. La charge publique peut donc être /assortie d’influence/.

5.6. Conclusion

117Le sémème complet d’honos « charge publique » (S3) est le suivant : /fonction publique attribuée, / dotée d’un pouvoir officiel important, / qui confère une position éminente dans la société / et est susceptible / de se fonder sur certains mérites / et d’être assortie d’influence/. On peut le rapprocher de celui de « marque d’honneur » (S1) :

S1 : « Marque d’honneur »

S3 : « Charge publique »

/bienfait/

/fonction publique attribuée,/

/signe/

/dotée d’un pouvoir officiel important,/

/d’estime/

/octroyé en reconnaissance/

/de certains mérites/
/qui confère une position éminente
dans la société
,/

/qui confère une position éminente
dans la société
,/
/et est susceptible/

/susceptible/

/de se fonder sur certains mérites,/

/d’être assortie d’influence/.

/et d’être assortie d’influence/.

  • 224 Thomas, Déshonneur et honte, p. 415 et 443.

118Le sème générique de S3 (/fonction publique attribuée/) est différent de celui de S1 (/bienfait/) mais un certain lien persiste entre eux : le fait que la charge soit /attribuée/ rappelle qu’elle est régulièrement conçue comme un type particulier de « marque d’honneur » et donc de /bienfait/, bien que l’autonomie des deux sens soit acquise ; il s’opère de S1 à S3 une adjonction de sèmes ainsi qu’un effacement de certains d’entre eux. La persistance de trois traits de sens communs et la proximité relative des deux sèmes génériques font que ces deux sens sont unis par une pluralité d’acceptions par déplacement de sens, pour reprendre l’un des types relevés par J.-F. Thomas224. Au-delà de ce constat purement sémique, le lien qui unit la « charge publique » à la « marque d’honneur » se dessine en effet assez bien. L’honos « charge publique » est une évolution et une spécialisation dans un sens politique de l’honos « marque d’honneur ». Le rapport entre la charge et le signe d’estime est réel, ainsi que le souligne J. Hellegouarc’h : l’honos est selon lui essentiellement un « acte de reconnaissance », et

  • 225 Hellegouarc’h, Vocabulaire, p. 384-385. Cette analyse rejoint en grande partie ce qu’écrit F. Klose (...)

« le plus fréquent de ces ‘actes’, c’est celui par lequel le peuple conférait les magistratures. C’est un caractère essentiel de la manière dont les anciens concevaient les fonctions administratives : elles ne sont pas une charge à proprement parler [...], mais une récompense accordée par le peuple en raison des services rendus. Toutes les magistratures sont donc des honores ou honores populi. »225

  • 226 Les premières occurrences s’observent dans Pl. Amp. 74 et Cat. frg. VII, 127 ORF.
  • 227 Il nous paraît nécessaire de relativiser l’affirmation de F. Klose selon laquelle honos ne peut jam (...)

119Il nous reste à analyser la différence entre magistratus et honos. Notons préalablement que le terme magistratus est connu et employé dès l’époque où honos est utilisé226. Ce dernier n’est donc pas employé à défaut de l’existence d’un terme spécifique et est donc apte à recevoir des particularités sémantiques. L’analyse sémique le confirme : honos renvoie à une magistrature en tant qu’elle confère à son détenteur un prestige social et une large influence au sein de la collectivité. L’existence de mérites singuliers à la source de l’honos est une autre particularité qui fait que le terme n’est pas totalement synonyme de magistratus. Magistratus, enfin, est une notion de droit public, dotée d’une technicité qu’honos n’a pas. On comprend ainsi que la traduction par « honneur », qui peut en français aussi désigner une fonction publique prestigieuse à responsabilité, soit, ici encore, la plus adaptée. Cependant, la métaphore de la magistrature comme honneur connaît une certaine érosion dans le temps227. Un texte capital à cet égard se trouve dans le Brutus, quand Cicéron parle à Brutus de Gaius Curion, jeune orateur qui a péri pendant les guerres civiles :

Qui si me audire uoluisset, ut coeperat, honores quam opes consequi maluisset.
- Quidnam est, inquit, istuc? et quemadmodum distinguis?
- […]Qui autem occasione aliqua, etiam inuitis suis ciuibus, nactus est imperium, ut ille cupiebat, hunc nomen honoris adeptum, non honorem puto.

« Et s’il avait bien voulu continuer à m’écouter, il aurait recherché les honneurs plutôt que le pouvoir.
- Que veux-tu dire par là, dit Brutus, et quelle est cette distinction ?
- […] Celui qui, profitant de quelque circonstance, s’empare de l’autorité contre le gré de ses concitoyens, comme Curion désirait le faire, j’estime qu’il n’a obtenu de l’honneur que le nom et pas l’honneur lui-même. »
(Cic. Brut. 280-281).

120Cicéron établit au début du passage une distinction entre honores, les honneurs politiques, et opes, le pouvoir dans la cité. Cette distinction provoque la surprise de Brutus, qui ne voit pas véritablement de différence entre les deux mots. Cette réaction est le signe qu’à cette date les termes d’« honneurs » et de « puissance, pouvoir » tendent à s’assimiler dans les esprits, jusqu’à se fondre dans une seule notion, celle de l’autorité politique. La dimension prestigieuse de l’honos comme charge et les mérites sur lesquels il s’appuie tendent à s’effacer. C’est contre cet effacement que réagit Cicéron : l’honos n’est pas l’imperium, le pouvoir ; ce n’est là que le nomen honoris. L’honos est le pouvoir prestigieux, fondé sur la uirtus. Le fait que l’honos persiste à être analysé par Cicéron comme un « honneur » authentique, source de responsabilités et de distinction, relève alors plus d’une idéologie politique personnelle que du sémantisme du mot.

6. « Dignité, honorabilité » (S4)

  • 228 Pl. Bac. 613 ; Trin. 697.
  • 229 Glossaria Latina (Lindsay) I, 282.
  • 230 Thomas, Déshonneur et honte, p. 401-439.

121Nous abordons avec la signification « dignité, honorabilité » des sens d’honos bien moins fréquents que les trois qui ont été jusqu’alors observés et recouvrent plus de 90 % des occurrences du mot. Honos peut désigner la « dignité », l’« honorabilité », autrement dit la prétention légitime d’une personne, fondée sur ses qualités morales, à l’estime de son entourage. Il s’agit d’une qualité individuelle qui implique l’observation de normes de conduite collectives ; c’est le caractère de celui qui a, en somme, le « sens de l’honneur » et mérite à ce titre l’estime publique. On peut donc observer, pour la première fois, une réelle proximité entre le sens moral du mot français « honneur » et honos, alors que jusqu’à présent cet aspect éthique n’était pas très sensible en latin. Ce sens est ancien puisqu’il apparaît chez Plaute228. Il n’est pas relevé par les ouvrages de lexicographie mais nous paraît doté de particularités qui justifient d’en faire un sens autonome. L’observation des synonymes partiels d’honos montre en outre que l’existence de ce sens est bien réelle. Les grammairiens et glossateurs antiques proposent comme équivalents d’honos des termes à la coloration morale prononcée. Les Glossae Vergilianae indiquent ainsi honos : uerecundia229. La mention de uerecundia, qui signifie généralement le sentiment de l’honneur ou la honte230, souligne l’aspect moral et intériorisé que peut avoir honos.

6.1. Un droit à la considération

122Avec ce sens d’honos, le jugement de la collectivité est toujours présent, mais sur un mode plus hypothétique, puisqu’on envisage le droit de la personne à l’estime publique, et non la situation où elle en bénéficie ou le bienfait qui la signifie. L’accent se porte sur ce qui légitime la prétention de la personne à la considération de son entourage. Dans les Bacchides, le jeune Mnésiloque se juge ainsi dépouillé de tout honos :

Petulans, proteruo, iracundo animo, indomito, incogitato,
Sine modo et modestia sum, sine bono iure atque honore.

« Imprudent, effronté, irascible, indomptable, irréfléchi,
Sans mesure ni modération, voilà ce que je suis ; j’ignore le bon droit et l’honneur. »
(Pl. Bac. 612-613).

  • 231 Pour la datation de l’inscription et l’identification du personnage, voir notre étude de ce texte p (...)

123Ces deux vers sont issus d’un monologue de désespoir dans lequel Mnésiloque regrette amèrement d’avoir restitué à son père l’argent que l’esclave Chrysale avait réussi à extorquer au senex. Sur la scène de la comédie où les valeurs sont inversées, le jeune homme se dit sine honore parce qu’il n’a pas dépouillé son père comme il se doit. L’honos ne désigne pas ici la considération dont il jouit et qu’il aurait perdue car Mnésiloque incarne le type du iuuenis mollis qui mène une vie dissolue et dont le prestige social est très faible. Le terme renvoie plutôt à sa dignité, à son honneur de jeune homme de comédie qui, pour mériter l’estime, doit se comporter comme son rôle l’impose, c’est-à-dire flouer son père. Une autre occurrence de ce sens se rencontre dans un elogium du tombeau des Scipions231 :

L(ucius) Cornelius Cn(aei) F(ilius) Cn(aei) N(epos) Scipio. Magna sapientia
multasque uirtutes aetate quom parua
posidet hoc saxsum quoiei uita defecit, non
honos, honore, is hic situs, quei nunquam
uictus est uirtutei, annos gnatus XX is
l[oc]eis mandatus. Ne quairatis honore
quei minus sit mandatus.

« Lucius Cornelius Scipion, fils de Gnaeus, petit-fils de Gnaeus. C’est une grande sagesse,
et de nombreuses vertus, malgré un âge peu avancé,
que retient cette pierre. Celui dont la vie,
et non l’honneur, manqua d’honneur gît ici, lui
dont la valeur ne fut jamais vaincue ; c’est à l’âge de vingt ans
qu’il fut confié à ce lieu. Ne cherchez pas d’honneur
car il n’en reçut jamais. »
(Cil I2, 11 = ILLRP 312).

  • 232 A. Ernout, Recueil de textes latins archaïques, 4e éd., Paris, C. Klincksieck, 1973, p. 20. Sur le (...)
  • 233 Littéralement : « Sa vie a fait défaut, non son honneur, pour l’obtention de l’honneur. »

124Le texte joue de manière intéressante sur la polysémie d’honos. On y trouve le sens de « dignité » avec honos au nominatif (l. 4) ; comme le dit A. Ernout, le mot renvoie ici à l’honestas morum du défunt qui le rend digne de recevoir une « marque d’honneur » (honore au datif archaïque l.4)232. L’inscription déclare que Lucius Scipion n’a pas reçu d’« hommage » non pas parce qu’il ne possédait pas de « dignité » mais parce que sa vie a été trop courte233. Lucius Scipion était tout à fait digne d’être honoré mais il est mort trop jeune. L’honos au nominatif de la ligne 4 désigne donc la qualité de celui qui mérite la considération en vertu de son excellence morale. Le mot suppose bien ici un droit à l’estime et à ses marques car, dans l’idéologie aristocratique, la prétention du nobilis à obtenir des honores est toujours légitime en raison de sa haute naissance. Quant à l’honore de la ligne 7, il s’agit de la « charge publique ». Les épitaphes mentionnent en effet habituellement le cursus honorum du défunt, les charges qu’il a exercées au cours de sa vie ; ici la tombe s’adresse au passant en lui disant de ne pas « chercher l’honneur », c’est-à-dire la mention d’une charge, puisque L. Scipion est mort trop jeune pour en exercer une. On peut ainsi dégager les sèmes suivants : /droit légitime à / l’estime / et aux bienfaits / qui en sont le signe/.

6.2. Les fondements moraux de l’honorabilité

125Les contextes où apparaît le sens « dignité » actualisent l’idée d’un mérite moral du sujet. On retrouve, ici encore, la notion de uirtus, comme on le voit dans l’épitaphe que nous venons de citer, mais aussi d’autres qualités, comme dans ce texte de Plaute :

Is est honos homini pudico meminisse officium suom.

« C’est cela l’honneur, pour un homme vertueux : se souvenir de son devoir. »
(Pl. Trin. 697).

126Lesbonicus, qui s’est ruiné par sa fréquentation des courtisanes, refuse cependant obstinément de laisser sa sœur se marier sans dot et justifie ce refus par la mention de son honos. C’est bien la dignité qui l’empêche d’agir ainsi, la volonté de ne pas se déshonorer. Cette dignité est comprise par Lesbonicus comme le propre de l’homme pudicus, de celui qui sait faire preuve de pudor, mélange de modération et de sens de la retenue qui permet d’éviter la honte. Le fondement moral de l’honos transparaît aussi dans le Pro Flacco quand Cicéron s’en prend à Méandrius, l’individu chargé par la cité de Tralles de transmettre ses plaintes contre Flaccus :

Quae si ciuitas per uiros bonos grauisque homines querelas ad uos detulisset, paulo commouerer magis. Nunc uero quid putem? Trallianos Maeandrio causam publicam commisisse, homini egenti, sordido, sine honore, sine existumatione, sine censu?

« Si cette cité vous avait transmis ses doléances par l’intermédiaire d’hommes de bien et de gens de poids, je serais un peu plus ému. Mais en réalité que penser ? Que les Tralliens ont confié la défense de leur cité à Méandrius, un homme indigent, vil, sans honneur, sans considération, sans argent ? »
(Cic. Flac. 52).

127Honos pourrait ici se comprendre comme la « considération », mais l’expression sine honore, sine existumatione serait alors redondante. Cicéron insiste en outre beaucoup dans la suite du texte sur les tares morales de Méandrius, ce qui oriente honos vers le sens de « dignité ». Le fait d’être sine honore s’oppose à la définition de l’homme digne de confiance donnée au début du texte : celui qui n’a pas l’honos n’est ni bonus ni grauis, ce qui implique que l’homme plein de « dignité » possède ces qualités éthiques. Nous pouvons donc indiquer des sèmes complémentaires : le droit à l’estime est /fondé sur des mérites/ moraux/.

6.3. Réguler sa conduite

128La dignité désignée par honos se fonde sur des qualités morales mais implique aussi une relation particulière du sujet à ces qualités. Celui qui a l’honos s’impose en effet une conduite en accord avec ces dernières, afin de conserver l’estime de l’entourage. Honos suppose donc que le sujet sache réguler sa conduite conformément à des principes supérieurs, qu’il ait conscience des exigences de l’honneur. Cette conscience l’amène à respecter les normes morales de la collectivité dans laquelle il se trouve. La régulation de la conduite qu’implique l’honos apparaît bien dans le texte des Bacchides cité supra qu’il est utile de réexaminer :

Petulans, proteruo, iracundo animo, indomito, incogitato,
Sine modo et modestia sum, sine bono iure atque honore.

« Imprudent, effronté, irascible, indomptable, irréfléchi,
Sans mesure ni modération, voilà ce que je suis ; j’ignore le bon droit et l’honneur. »
(Pl. Bac. 612-613).

  • 234 Pl. Trin. 688.

129Mnésiloque associe de façon significative l’honos au ius, qui désigne ici le « bon droit », l’équité, la conscience des principes de la loi. Honos suppose comme ius le respect de règles, mais de nature morale et non pas juridique. Être sine honore, c’est être incapable de respecter les contraintes imposées par la dignité, ce que dit bien le v. 612 : Mnésiloque a un animus indomptable, qui ne sait se plier à des règles. L’autre texte de Plaute que nous citions, tiré du Trinummus, reprend cette idée d’une conformité à un code moral impliquée par honos puisqu’il est dit que l’honos consiste à meminisse officium suom, se souvenir de son devoir, autrement dit avoir conscience des règles qu’impose la position dans la société234. Dès lors, l’honos peut devenir un objet moral et intellectuel qui oriente le comportement. Critiquant la malhonnêteté du triumuir capitalis Manilius, Cicéron le présente en ces termes :

Manilium plerique noratis: non ille honorem a pueritia, non studia uirtutis, non ullum existimationis bonae fructum umquam cogitarat, sed ex petulanti atque improbo scurra in discordiis ciuitatis ad eam columnam ad quam multorum saepe conuiciis perductus erat tum suffragiis populi peruenerat.

« Vous avez connu pour la plupart Manilius. Dès son enfance, il n’avait jamais eu une pensée pour l’honneur, pour la pratique de la vertu, ni pour aucun des fruits qui naissent d’une bonne réputation. Mais de plaisantin effronté et impudent qu’il était, à la faveur des discordes civiles il était arrivé, grâce aux suffrages populaires, à siéger près de cette colonne où l’avaient conduit souvent les cris insultants de la multitude. »
(Cic. Clu. 39 ; trad. Boyancé modifiée).

130Le contexte psychologisant, et le passage progressif de l’intériorité à l’extériorité (honos, puis uirtus et enfin existimatio) indiquent qu’honos désigne la « dignité » plutôt que le « prestige ». L’honos est quelque chose à quoi il faut réfléchir (cogitare), et c’est cette pensée de la dignité qui conduit à faire preuve de uirtus et, ultimement, à obtenir l’estime (existimatio) de l’entourage. Manilius est dépourvu de cet honos, ce qui le conduit à se comporter comme un scurra, un bouffon, incapable de se maîtriser : on retrouve le terme de petulans qui apparaissait déjà dans les Bacchides. L’honos, constitué par le sujet en objet de conscience, guide le comportement. Cela nous permet de faire émerger un dernier sème : honos désigne un /guide pour la conduite/.

6.4. Conclusion

131Le sémème complet d’honos « dignité » (S4) est le suivant : /droit légitime à / l’estime / et aux bienfaits / qui en sont le signe / fondé sur des mérites/moraux/et constituant un guide pour la conduite/. On peut le rapprocher utilement du sémème de « considération ». La « dignité » apparaît en effet comme le droit à la « considération » pour celui qui est doté de mérites moraux. C’est la qualité de l’individu qui érige ces mérites en principes de conduite.

S1 : « Considération »

S4 : « Dignité, honneur »

/situation d’estime/

/droit légitime à/

/associée à une position éminente dans la société,/

/l’estime/
/et auxbienfaits/

/fondée sur certains mérites,/

/qui en sont le signe/

/et susceptible/

/fondé sur des mérites/

/d’être assortie d’influence/

/moraux/

/et d’être signifiée/

/et constituant un guide pour la conduite/

/par des bienfaits/.

  • 235 Voir infra p. 173.

132Ce sens d’honos se révèle extrêmement proche de l’un des sens les plus importants d’honestas. Il nous appartiendra donc, lorsque nous examinerons ce dernier, de faire la comparaison entre les deux termes. Nous reportons aussi à cette occasion l’examen de la proximité du sens S4 d’honos avec le sens moral de dignitas et avec pudor et uerecundia235.

7. « Récompense » (S5)

  • 236 OLD, p. 802.
  • 237 Voir p. 753, « récompense, prix », sens relevé chez Virgile et Ovide.
  • 238 Klose, Bedeutung, p. 54.

133Honos peut perdre tout rapport avec la notion d’estime et désigner une simple « récompense », un avantage octroyé en retour d’un service ou d’un bienfait reçu. Ce sens, peu fréquent, se rencontre pour la première fois chez Térence. L’OLD le rattache à celui de « marque d’estime » considérant que la marque est « given as a reward »236 ; le dictionnaire de F. Gaffiot237, tout comme F. Klose238, le rapproche du sens « salaire » que peut avoir honos à une époque ultérieure. Ce signifié nous paraît cependant devoir être isolé en raison de l’effacement de plusieurs sèmes qui sont essentiels dans les autres acceptions du mot.

7.1. Un bienfait

  • 239 Sur le rapport entre honos et praemium, voir l’entrée du Glossarium Ansileubi (Glossaria latina p.  (...)

134Il existe une proximité entre honos « marque d’honneur » et le terme praemium, comme nous l’avons vu, proximité qui est naturellement accentuée quand honos désigne la « récompense »239. Au début de la seconde action contre Verrès, Cicéron évoque le comportement de Sylla avec Verrès après que ce dernier eut rallié sa cause : il le récompense, mais le tient à distance et se méfie de lui.

Ei postea praemia tamen liberaliter tribuit, bona quaedam proscriptorum in agro Beneuentano diripienda concessit, habuit honorem ut proditori, non ut amico fidem.

« Par la suite, il lui octroya généreusement de faire du butin, il lui permis de piller quelques biens de proscrits sur le territoire de Bénévent, il lui donna une récompense, comme on fait à un traître, et non sa confiance, comme on fait à un ami. »
(Cic. Verr. II, I, 38).

  • 240 Voir l’opposition entre honos et animaduersio dans Cic. Rosc. Amer. 137.

135Sylla a permis à Verrès d’accumuler des praemia, qui sont une forme de butin, à titre d’honos. Le terme ne peut désigner ici une « marque d’honneur » car le sens de la phrase est péjoratif et Cicéron ne présenterait pas l’image d’un Sylla honorant un proditor. L’honos donné à Verrès n’est qu’une récompense, un dû dont il faut s’acquitter et qui ne signifie nullement l’estime ni ne confère une position sociale distinctive. Mais il s’agit bien d’un avantage matériel, opposé à la punition et au châtiment240. Honos implique un bienfait concret, comme on le voit quand Cicéron accuse les Roscii d’avoir demandé à Chrysogonus d’acheter les biens de Roscius aux enchères pour leur profit :

Si nihil aliud fecerunt nisi rem detulerunt, nonne satis fuit iis gratias agi, denique, ut perliberaliter ageretur, honoris aliquid haberi?

« S’ils n’ont accompli d’autre acte que leur dénonciation, ne suffisait-il pas de les remercier ? tout au plus, pour agir avec la plus grande libéralité, de leur donner quelque récompense ? »
(Cic. Rosc. Amer. 108 ; trad. De La Ville de Mirmont modifiée).

136L’honos se situe juste au-dessus du remerciement (gratias agere) dans les gestes de reconnaissance, mais ne s’élève pas au niveau de l’hommage : il s’agit bien d’une récompense, ce qui donne à honos le sème générique de /bienfait/.

7.2. La reconnaissance de certains mérites

137Le bienfait concret désigné par honos a des fondements précis : il ne s’agit pas d’un acte de générosité spontanée car il intervient en retour d’un service rendu, comme dans cette scène de l’Eunuque :

Py.: Tu iam pendebis qui stultum adulescentulum nobilitas
Flagitiis et eumdem indicas; uterque in te exempla edent.
Pa.: Nullus sum.
Py.: Hic pro illo munere tibi honos est habitus. Abeo.

« Pythias : Tu vas être pendu immédiatement, toi qui rends un jeune imbé cile célèbre
Par des scandales, et le dénonces en même temps ; ils feront tous deux de toi un exemple.
Parménon
 : Je suis anéanti. – Py. : Voilà la récompense qui t’attend pour tes services. Je m’en vais. »
(Ter. Eun. 1021-1023).

  • 241 Le manuscrit A donne honus, issu d’une confusion avec honos, et G2 donne honor, qui ne peut être re (...)
  • 242 Le mot ne peut en aucun cas avoir le sens de « charge politique », comme le suggère D. C. Earl, « T (...)

138La servante Pythias menace l’esclave Parménon, responsable de l’introduction de Chéréa dans la maison de la meretrix où il a violé une jeune fille. Pour ce méfait, Parménon va recevoir un honos, employé ici par antiphrase241. Le sens de « marque d’honneur », même ironique, est mal adapté au contexte : c’est bien d’un salaire en retour d’un « service rendu » (pro munere), dont parle Pythias242, d’une « récompense » sous la forme de la pendaison, sans que l’estime soit signifiée. De même, dans le De inuentione, l’accusateur doit s’en prendre à celui qui avoue en disant

cum beneficiis honos habitus sit, pro maleficio poenam sumi oportere.

« qu’il doit être châtié pour ses méfaits, puisqu’il a été récompensé pour ses services. » (Cic. Inu. II, 108).

139Dans ce contexte juridique, l’honos est plus une récompense qu’un honneur ; il s’oppose d’ailleurs à la poena, la punition. Et il se fonde sur de bonnes actions (beneficiis). Nous pouvons donc retenir deux sèmes supplémentaires : /en reconnaissance / de certains mérites/.

7.3. Conclusion

140Le sémème complet du sens « récompense » est le suivant : /bienfait/ octroyé en reconnaissance / de certains mérites/. Ce sens procède de celui de « marque d’honneur » :

S1 : « Marque d’honneur »

S5 : « Récompense »

/bienfait/

/bienfait/

/signe/
/d’estime/

/octroyé en reconnaissance/
/de certains mérites/

/octroyé en reconnaissance/
/de certains mérites/.

/qui confère une position éminente dans la société,/
/susceptible/
/d’être assortie d’influence/.

141Plusieurs sèmes spécifiques de S1 disparaissent dans S5, mais le sème générique reste identique. Nous avons donc affaire à une relation d’extension de sens. Quand il désigne la « récompense », honos ne signifie plus l’estime comme quand il renvoie à la « marque d’honneur » et ne suppose pas non plus de bénéfices en termes de prestige social ni d’autorité sur l’entourage. Dès lors, le rapprochement sémantique avec praemium et pretium s’accentue.

8. « Beauté, majesté » (S6)

  • 243 Voir la traduction suggestive de l’OLD : « A quality of appearance that inspires esteem ; dignity, (...)

142Ce sens d’honos, bien repéré par tous les ouvrages de lexicographie, constitue une évolution importante puisqu’il écarte le mot des sphères de l’honneur et de la vie politique où il était jusque-là employé. Honos désigne la « beauté » physique d’une personne, mais une beauté d’un type particulier, noble et impressionnante, si bien que « majesté » ou « noblesse », au sens où ces mots caractérisent l’apparence extérieure, peuvent constituer de bonnes traductions243. Ce sens apparaît quatre fois dans notre corpus, chez Lucrèce et Varron d’Atax. C’est donc le plus récent de tous les sens d’honos considérés.

8.1. Analyse sémique

143Dans le courant du livre IV du De rerum natura, Lucrèce dépeint la passion amoureuse comme une folie nuisible et décrit notamment la manière dont les hommes s’aveuglent sur les défauts des femmes qu’ils aiment. Chaque vice est en effet transmué par eux en qualité :

Nigra melichrus est, inmunda et foetida acosmos,
Caesia Palladium, neruosa et lignea dorcas,
Paruula, pumilio, chariton mia, tota merum sal,
Magna atque immanis, cataplexis, plenaque honoris.

« Noire, elle est couleur de miel ; sale et puante, elle est sans fard ;
A-t-elle les yeux pers, c’est Pallas ; nerveuse et sèche comme le bois, c’est une gazelle ;
Une naine est une Pygmée, une des Grâces, un grain de sel pur ;
Une monstrueuse géante est une merveille, pleine de majesté. »
(Lucr. DRN IV, 1160-1163).

144Le passage oppose un à un des traits physiques négatifs aux qualités correspondantes. La femme qui est magna atque immanis devient, à travers les yeux de l’amoureux, plena honoris. L’honos est un trait de l’apparence physique qui provoque l’admiration de l’amoureux comme le suggère cataplexis qui dénote l’étonnement. Honos désigne donc la beauté, la qualité de l’apparence qui suscite une admiration de nature esthétique. À ces traits sémantiques s’ajoute un autre aspect important, que met en évidence le parallélisme avec magna atque immanis : honos comporte, comme ces deux termes qui en constituent le versant négatif, l’idée d’une grandeur qui force le respect, d’une apparence extérieure qui donne à son détenteur une importance de nature à impressionner. Honos est une beauté majestueuse, grandiose, connotée de manière très positive. Un autre texte de Lucrèce, situé quelques vers après, présente des traits de sens similaires :

Sed tamen esto iam quantouis oris honore,
Cui Veneris membris uis omnibus exoriatur:
Nempe aliae quoque sunt; nempe hac sine uiximus ante
Nempe eadem facit, et scimus facere, omnia turpi,
[...]

« Mais soit : son visage a toute la beauté possible,
Et le charme de Vénus émane de tous ses membres.
Mais il y en a d’autres qu’elles ! Mais nous vivions avant sans elle !
Mais elle a exactement les mêmes défauts qu’une laide, nous le savons bien ! »
(Lucr. DRN IV, 1171-1174).

  • 244 Sur ce sens esthétique de turpis, voir P. Monteil, Beau et laid. Contribution à une étude historiqu (...)

145Honos désigne ici encore une qualité de l’apparence physique, qui siège plus spécifiquement sur le visage, ce qui est l’indice que cette beauté est plus noble que celle qui se répand sur le corps et se trouve associée au désir. Honos est lié à os, mais c’est Veneris uis qui est rapprochée de membris. La « force de Vénus » (charme érotique du corps) est distincte de la noblesse qui empreint le visage. Cette beauté est ici aussi source d’une intense admiration : l’amoureux est aveuglé par elle, ce qui lui fait négliger toutes les autres femmes. À cette femme pleine d’honos s’oppose celle qui est turpis, c’est-à-dire qui possède une laideur qui suscite le dégoût et la répulsion244. Se trouvent donc actualisés, comme dans le texte précédent, les sèmes de la /qualité physique/ et de /l’estime / admirative / d’ordre esthétique/. On ne retrouve pas ici l’idée de la grandeur mais l’effacement des autres personnes aux yeux de celui qui contemple la beauté de la femme suggère que c’est une beauté qui distingue son détenteur. Honos peut aussi qualifier la beauté d’objets dotés d’un statut particulier, comme les statues divines : pour prouver que la foudre n’est pas l’œuvre des dieux, Lucrèce montre qu’un être divin ne détruirait pas ses propres images ; or il arrive que les temples et les statues divines soient foudroyés :

Postremo cur sancta deum delubra suasque
Discutit infesto praeclaras fulmine sedes
Et bene facta deum frangit simulacra suisque
Demit imaginibus uiolento uolnere honorem?

« Enfin pourquoi Jupiter renverse-t-il les temples sacrés des dieux
Et ses demeures superbes de sa foudre hostile,
Et pourquoi brise-t-il les belles statues divines
Et défigure-t-il ses propres images par d’horribles blessures ? »
(Lucr. DRN VI, 417-420).

  • 245 On trouve en outre une formulation assez semblable chez Varron d’Atax : Frigidus et siluis aquilo d (...)

146L’honos nous paraît ici renvoyer à la beauté des statues, car il est dit qu’elles sont bene facta245 : la foudre enlève l’honos des statues parce qu’elle les brise et les défigure. L’honos est ici aussi une beauté distinctive, car propre aux objets sacrés, qui impose le respect à l’entourage et interdit toute atteinte. On retrouve donc un sème déjà identifié pour d’autres sens : la qualité de l’apparence extérieure /confère une position éminente/.

8.2. Conclusion

147Le sémème complet d’honos au sens « beauté, majesté » est le suivant : /Qualité physique / qui suscite une estime / admirative / et confère une position éminente dans la société/. L’honos désigne l’apparence extérieure qui attire l’estime de l’entourage, mais une estime de nature esthétique, provoquée par des traits physiques. Ce sens peut donc être relié à celui de « considération », dans la mesure où la « beauté » est un trait qui apporte de la « considération ».

S2 : « Considération »

S6 : « Beauté, majesté »

/Qualité physique/

/situation d’estime/

/qui suscite une estime / admirative/

/d’ordre esthétique/

/associée à une position éminente dans la société,/

/et confère une position éminente dans la société/.

/fondée sur certains mérites,/

/et susceptible/

/d’être assortie d’influence/

/et d’être signifiée/

/par des bienfaits/.

  • 246 Thomas, Déshonneur et honte, p. 87-88.
  • 247 Thomas, Gloria et laus, p. 208-211.
  • 248 Voir infra p. 143.

148Il s’opère de S2 à S6 un changement de sème générique, avec l’apparition pour « beauté » de celui de la /qualité physique/. Plusieurs sèmes contenus dans S2 disparaissent, mais on retrouve dans S6 celui de la /position éminente/ ainsi que celui de /l’estime/, quelque peu modifié puisque l’estime se teinte d’une vive admiration. Il s’agit d’une relation de polysémie lâche de sens. On observe donc ici un passage d’honos dans le domaine de l’esthétique. Un tel déplacement de sens, s’il peut nous paraître surprenant, s’explique par la persistance des notions d’estime et de distinction sociale qui servent de maillons. On en trouve d’ailleurs d’autres exemples dans le lexique latin : dedecus, qui désigne le « déshonneur » et la « conduite déshonorante » en est venu à signifier, par une semblable polysémie lâche de sens, la « laideur physique » chez Ovide246. Selon un mécanisme semblable, gloria a pris le sens esthétique d’« éclat », « parure », qui partage avec le sens « gloire » le trait de sens du /prestige reconnu et intense/qui suit la notoriété ou la beauté247. Si le sens « beauté » d’honos procède bien du fonctionnement sémantique interne d’honos, il n’est pas impossible qu’ait pu jouer pour son émergence l’influence d’honestus, adjectif dérivé d’honos qui hérite donc de son sémantisme mais est aussi susceptible d’avoir réciproquement enrichi honos : l’adjectif possède en effet, dès l’époque de Térence, le sens esthétique de « beau »248.

  • 249 Monteil, Beau et laid, p. 105-108.
  • 250 Cic. Off. I, 130. Voir Fëdorov, « La genèse de la composante esthétique ».
  • 251 Verg. Aen. I, 592. Decus subit cependant alors la concurrence de decor, plus fréquent dans un sens (...)

149Par rapport à pulchritudo, les traits sémantiques spécifiques d’honos sont assez nets : pulchritudo est un terme générique pour désigner la beauté, même si le mot a pu porter à l’origine une coloration religieuse249. C’est le terme le plus employé pour y renvoyer. Honos, qui est bien plus rare, dénote une beauté admirable, qui est liée à la notion d’estime et de position distinctive. L’évolution esthétique d’honos rappelle celle que connaissent d’autres mots du lexique social ; dignitas peut ainsi avoir le sens de « beauté », comme l’atteste Cicéron, et renvoyer à une beauté virile, imposante, noble250. C’est aussi le cas de decus qui dénote, dans la lignée du sémantisme du mot, une splendeur qui orne le sujet de façon gracieuse251. On constate ainsi que dignitas et decus ont un fonctionnement sémantique parallèle, en plusieurs points, à celui d’honos puisqu’ils ont divers sens en partage. Chacun d’eux conserve cependant à chaque fois des nuances propres : l’estime et la marque distinctive pour honos, l’ornement et l’illustration pour decus, la dignité et le mérite pour dignitas.

9. La divinité Honos (S7)

  • 252 Infra chapitre 11.

150Honos est aussi à Rome une divinité qui fait l’objet d’un culte, au même titre que d’autres notions divines, comme Virtus ou Fides. Il s’agit là, du point de vue sémantique, d’un emploi particulier du mot, qui devient un nom propre et possède donc une désignation référentielle unique. Nous n’en donnons donc pas d’analyse sémique et renvoyons sur ce sujet au chapitre consacré à la divinité Honos252.

10. Conclusion générale sur le sémantisme d’honos

10.1. La question du sens premier

  • 253 TLL VI, 3, col. 2916, l. 84 ; OLD p. 801.
  • 254 Voir supra p. 62 sqq.

151Les quatre sens les plus anciens d’honos sont « marque d’honneur », « considération », « charge publique », « dignité ». Les deux derniers ne peuvent constituer le sens premier du mot, puisque leur sémantisme procède respectivement de « marque d’honneur » et de « considération ». C’est donc l’un de ces deux sens qui est premier. La mise en avant des différents traits de sens paraît impliquer que « marque d’honneur » soit antérieur à « considération », mais la relation de métonymie complexe qui les unit ne pourrait-elle pas fonctionner dans un sens aussi bien que dans l’autre ? Il est à première vue naturel de penser que le sens de « considération » précède celui de « marque d’honneur », l’estime préexistant à la marque concrète qui la signifie. Deux ouvrages de lexicographie font de « considération » le sens premier : le TLL commence son article par une entrée honos au sens d’aestimatio compris comme actus positus in intellectu ; l’OLD adopte un raisonnement similaire et donne d’abord le sens de « high esteem or respect accorded to superior worth or rank, honour »253. Une telle hypothèse ne nous paraît cependant pas défendable. D’abord parce que l’existence pour honos d’une signification « estime » au sens de « opinion favorable » nous paraît difficile à soutenir254. Ensuite parce que l’établissement des sèmes de la « considération » montre que le sémème procède de celui de « marque d’honneur » : la « considération » désignée par honos est la situation de prestige qui repose, entre autres, sur les marques d’honneur. Cette préséance logique indique une préséance chronologique, comme le rappelle C. Nicolas :

  • 255 Nicolas, Calque, p. 87.

« Chaque innovation sémantique, à l’intérieur d’un sémème donné, ne peut surgir qu’à partir d’un sémème déjà entériné (par voie de restriction de sens, extension, etc.), en sorte que, [...] il va de soi que le sommet de la pyramide est premier autant logiquement parlant que chronologiquement. »255

  • 256 Sur ces points, J. Marouzeau, Quelques aspects de la formation du latin littéraire, Paris, C. Klinc (...)
  • 257 Le thème de la patrii sermonis egestas est inauguré par Lucrèce (DRN I, 139 et 832 ; III, 260) et r (...)
  • 258 É. Gavoille met en garde contre « cette habitude qui, chez la plupart des philologues, consiste à p (...)
  • 259 Sur cet aspect, voir infra p. 367.

152C’est donc selon nous la « marque d’honneur » qui est le sens premier. Cela est conforme à une certaine répugnance du latin envers l’abstrait. J. Marouzeau a montré combien le latin a une propension naturelle au concret et présente au début de son histoire un certain déficit de termes abstraits256. Il s’agit certes là d’une représentation du lexique qui a ses limites, qui se fonde sur le thème de la patrii sermonis egestas développé par les anciens eux-mêmes et qu’il faut relativiser car le latin archaïque possédait déjà des termes abstraits257. Mais il est incontestable que les auteurs de l’époque classique, Cicéron en tête, ont largement employé les dérivations abstraites pour enrichir une langue qui en était assez peu pourvue initialement. Si des réserves ont été émises, à juste titre, sur la volonté de tout expliquer, dans la langue latine, par un sens premier concret258, il nous semble tout de même justifié de considérer que c’est là un trait d’honos, d’autant plus vraisemblable que le terme appartient au fonds le plus ancien du vocabulaire. Les realia le confirment. Estimer que la considération précède, dans les faits, les marques de considération, et que cet ordre logique se reflète dans le langage, revient à adopter un point de vue moderne qui n’est pas en accord avec la réalité romaine. La « considération » qu’est l’honos n’existe véritablement dans les esprits qu’en tant qu’on en a des marques visibles : l’honos concret produit l’honos abstrait tout autant qu’il en procède259.

L’identification du sens premier d’honos permet d’apporter un éclairage sur la question complexe de l’étymologie du mot. Le sens « marque d’honneur » semble pouvoir donner une certaine solidité à l’hypothèse qui paraissait la moins difficultueuse, celle qui faisait provenir honos de la racine indo-européenne *gImage 100000000000000B0000000F854D1461.jpgen- (« se comporter amicalement »). Le lien entre la « marque d’honneur » et la notion de « comportement amical » est en effet perceptible et indique peut-être une filiation étymologique, sans que cet argument ne soit tout à fait décisif.

10.2. Honos, terme du vocabulaire religieux ?

153Au cours de son étude du vocabulaire politique de la République, J. Hellegouarc’h considère qu’honos appartient initialement au lexique de la religion :

  • 260 Hellegouarc’h, Vocabulaire, p. 383.

« À l’origine, honos est, selon toute vraisemblance, un mot du vocabulaire religieux : c’est ‘ l’hommage’rendu aux dieux, le témoignage de la pietas que l’on éprouve à leur endroit, témoignage qui leur est dû en raison des bienfaits qu’ils apportent aux hommes. »260

  • 261 Hoffmann, « Der Wertbegriff honos in den Komödien von Plautus ».
  • 262 Enn. Evh. frg. X Vahlen ; Pl. Aul. 17 et 19 ; Cat. frg XV, 60 ORF.
  • 263 Enn. Evh. frg. X Vahlen.
  • 264 Cat. frg. XII, 73 ORF. Voir aussi, chez Cicéron, honos deorum immortalium (Cic. ND III, 50).

154C’est aussi la thèse que soutient Z. Hoffmann : honos désignerait au départ l’acte concret de rendre hommage aux dieux261. S’il arrive en effet que l’honos désigne, dès l’époque ancienne, la marque d’honneur adressée à une divinité, rien ne nous permet en réalité d’affirmer que c’est là le domaine où est né le terme. Les occurrences de ce terme dans son emploi religieux sont très peu nombreuses à l’époque la plus ancienne. On en trouve un exemple dans l’Évhémère d’Ennius, deux dans l’Aulularia et un dans un discours de Caton262. Il ne s’agit donc pas de l’emploi le plus fréquent. Par ailleurs, ces occurrences montrent qu’honos est un mot générique, employé incidemment dans un contexte religieux. Dans l’Évhémère, en parlant de Jupiter à qui on élève des autels, Ennius dit du dieu qu’il jouit d’un honorem diuinum263 ; l’expression montre bien que le terme a initialement un sens non marqué car la précision apportée par l’adjectif serait superflue si le mot était déjà connoté religieusement. De même, quand Caton parle du culte domestique : Domi cum auspicamus, honorem me dium immortalium uelim habuisse264. Ici encore, le génitif dium immortalium ne serait pas nécessaire si honos était un mot du lexique sacré. Mais c’est surtout le passage d’Ennius que nous venons de mentionner qui permet de mesurer combien le terme n’est pas perçu comme spécifiquement sacré. Le contexte apporte en effet un élément important : il y est dit que Jupiter obtient un honorem diuinum auprès des peuples à qui il a rendu visite ; or, pour que ce terme d’honos soit cohérent, dans le cadre de la doctrine évhémériste développée par Ennius, il faut qu’il ne soit pas connoté religieusement à l’origine, sans quoi le raisonnement perdrait de sa valeur : Jupiter est censé n’être encore qu’un homme. L’honos qu’il reçoit n’est pas compris, dans ce texte, comme un acte de piété ; il le deviendra par la suite, mais il ne s’agit pour l’instant que d’un hommage au sens général du terme.

10.3. Le fonctionnement sémantique d’honos

155Une synthèse de la structure sémantique du mot apparaît dans le tableau ci-dessous. Majoritairement centré sur l’expression de l’honneur, sous la forme de l’hommage, de la considération publique et de la dignité, honos présente un glissement de sens principal vers la sphère du politique, puisqu’il peut désigner la « charge publique ». D’autres évolutions se dessinent aussi dont l’une, avec le sens de « récompense », reste assez proche du sens initial tandis que l’autre fait passer honos dans le domaine de l’esthétique, avec le sens de « beauté ». Honos apparaît donc comme un terme à la polysémie assez variée mais il n’est pas pour autant sémantiquement centrifuge. Tous les sens possèdent au moins un sème qui les rattache aux autres emplois. Les sèmes du /bienfait/, de l’/estime/, de la /position sociale éminente/ et des /mérites/ sont les plus fréquents et confèrent à honos une réelle unité.

Relations sémantiques entre les différents sens d’honos

Image 100000000000029C0000012C993BF43F.jpg

11. Appendice : honos et le lexique grec

156La comparaison d’honos avec d’autres termes du lexique latin nous a permis de dégager quelques singularités de ce mot dans le vocabulaire du prestige et de la dignité. Il nous paraît utile de mener également ce type de rapprochement avec le vocabulaire grec. Les travaux de glossographie réalisés au début du Moyen-Âge nous permettent d’avoir une idée des termes grecs perçus comme équivalents d’honos. Ils sont au nombre de quatre : γέρας, ἀξιώμα, καταλογή et enfin τιμή, le principal d’entre eux.

11.1. Honos et γέρας

  • 265 CGL III, 131, 29.

157On lit dans les Hermeneumata Monacensia : « honos : γέρας, τιμή »265. Dans l’épopée, γέρας désigne les objets pris sur le butin et destinés aux chefs, la « part d’honneur ». É. Benveniste définit ainsi le terme :

  • 266 Benveniste, Le Vocabulaire des institutions indo-européennes, vol. 2, p. 44.

« Un avantage en nature, conféré par l’ensemble des membres d’un groupe social en vertu d’un partage, lors d’une prise de dépouilles (sac d’une ville) au moyen d’une mise préalable en commun de tout ce butin sur lequel précisément est prélevé ce géras, part du chef. »266

158Dans l’Odyssée, Ulysse décrit Néoptolème en ces termes à l’ombre de son père Achille :

μοImage 10000000000000080000000F0626FCFA.jpgραν καὶ γέρας ἐσθλὸν ἔχων ἐπὶ νηὸς ἔβαινεν

« avec son butin et sa magnifique part d’honneur, il remonta dans son navire »
(Od. XI, 534).

  • 267 Plat. Phaedr. 259b.

159Par la suite, le terme désigne un don, un cadeau, compris comme un privilège particulier. Ainsi, Socrate parle du γέρας que les cigales sont susceptibles d’accorder aux hommes qui, à l’heure la plus chaude de la journée, ne font pas la sieste mais conversent sans se laisser bercer par leur chant267. On voit se dessiner le rapport avec honos : le γέρας est, comme l’honos, une « marque d’honneur », qui prend la forme d’un objet concret et désigne la supériorité de son détenteur. Mais γέρας ne recouvre pas le terme d’honos dans sa complexité : il ne renvoie qu’à un seul sens du mot, la « marque d’honneur », sans suggérer les notions de « considération », de « charge » ou d’« honneur » ; par ailleurs, il laisse dans l’ombre la dimension civique de l’honos : le γέρας est essentiellement un terme du monde militaire et héroïque, alors que l’honos est un mot-clef de la res publica : le γέρας appartient au guerrier du monde épique et au roi, alors que l’honos appartient au citoyen et au magistrat.

11.2. Honos et ἀξιώμα

  • 268 CGL II, 232, 3.

160Honos est également rapproché d’ἀξιώμα dans les Glossae graecolatinae268. Parmi les différents sens que possède ἀξιώμα, plusieurs peuvent être comparés à ceux d’honos. Le mot désigne la « considération » dont on jouit. On lit chez Thucydide, à propos de Périclès :

Αἴτιον δ’ Image 10000000000000080000000F25BF8B14.jpgν ὅτι ἐκε Image 10000000000000080000000F0626FCFA.jpgνος μὲν δυνατὸς ὢν τImage 100000000000000A0000000F70152CF2.jpg τε ἀξιώματι καὶ τImage 10000000000000090000000FBD0A14CB.jpg γνώμImage 10000000000000090000000FBD0A14CB.jpg […].

« La raison était la suivante : il avait, lui, de la puissance grâce à la considération dont il jouissait et à son esprit […]. »
(Thuc. II, 55, 8).

  • 269 Voir par exemple Thuc. IV, 76, 6.

161On trouve aussi, avec ce même sens de « considération », la tournure ἐν ἀξιώματι, très proche de la formule latine in honore269. Le terme grec désigne aussi la « marque d’honneur ». On le voit dans ce vers de l’Ion d’Euripide où est évoqué le mariage de Xouthos avec Créuse. Xouthos, grâce à sa victoire militaire contre les Eubéens, a reçu un témoignage d’estime de la part des Athéniens qui lui ont permis de se marier avec Créuse :

γάμων Κρεούσης ἀξίωμ’ ἐδέξατο

« Il eut l’honneur de recevoir Créuse en mariage »
(Eur. Ion 62).

162D’où proviennent ces deux sens d’ἀξιώμα que le mot grec partage avec le mot latin ? Le grec ἀξιώμα dérive du verbe ἀξιοώ, « juger digne ; juger convenable, agréer » ; une des significations du substantif est donc, littéralement, « ce dont on est jugé digne », c’est-à-dire, de manière plus explicite, la « considération » ou l’« honneur ». Le rapprochement opéré par les glossaires entre honos et ἀξιώμα met en avant un aspect important d’honos que nous avions déjà repéré : l’honos est quelque chose qui s’obtient grâce à des mérites. Cette notion de « dignité », cruciale dans le sémantisme d’ἀξιώμα est aussi cependant ce qui trace la limite avec honos car la notion de mérite et de valeur ne se trouve pas à la racine du terme latin. De ce point de vue, dignitas serait un équivalent plus proche d’ἀξιώμα. Réciproquement, la « marque d’honneur », qui est le noyau sémantique d’honos, n’est pas essentielle dans ἀξιώμα. Le terme grec ne rend pas compte, en outre, d’un sens important d’honos, celui de « charge publique ».

11.3. Honos et τιμή

  • 270 On le trouve par exemple dans les Idiomata Codicis Harleiani (CGL II, 490, 4 et 29) ou les Hermeneu (...)
  • 271 Respectivement, CGL II, 453, 52 ; CGL II, 456, 6 ; CGL II, 312, 10.

163Dans les différents glossaires bilingues que nous possédons, τιμή apparaît de loin comme le principal équivalent d’honos270. En outre, les différents dérivés d’honos sont le plus souvent eux-mêmes rendus par des dérivés de τιμή. On peut lire ainsi, par exemple, « honoratus : τετιμημένος », « honoro : τιμῶ », ou encore « honestus : ἐπίτιμος »271. Tout semble indiquer que le terme était ressenti comme le plus proche équivalent grec d’honos. Un texte du De republica nous permet de voir cette équivalence au plus près. Décrivant la manière dont le peuple renverse un régime en place, Scipion déclare :

Eos autem qui in magistratu priuatorum similes esse uelint eosque priuatos qui efficiant ne quid inter priuatum et magistratum differat, ferunt laudibus et mactant honoribus.

« Au contraire, les magistrats qui acceptent de devenir semblables aux simples citoyens, et les simples citoyens qui travaillent à supprimer toute distinction entre homme privé et magistrat, il [i. e. le peuple] les porte aux nues et les comble d’honneurs. »
(Cic. Rep. I, 67 ; trad. Bréguet).

164Or Scipion dit explicitement quelques lignes plus haut (Rep. I, 65) qu’il s’inspire d’un passage de la République de Platon. Le texte latin est de fait une quasi-traduction du livre VIII :

[…] τοὺς δὲ ἄρχοντας μὲν ἀρχομένοις, ἀρχομένους δὲ ἄρχουσιν ὁμοίους ἰδίᾳ τε καὶ δημοσίᾳ ἐπαινεImage 10000000000000080000000F0626FCFA.jpg τε καὶ τιμImage 10000000000000090000000FAE34D806.jpg.

« […] les gouvernants qui ressemblent aux gouvernés, et les gouvernés qui ressemblent aux gouvernants, on les loue et on les honore en privé et en public. »
(Plat. Resp. VIII, 562d).

  • 272 Plut. Quaestiones Romanae, 266 F (éd. J. Boulogne) : Τὸν δὲ Ὁν(...)
  • 273 Sur la notion de τιμή, voir les études, lexicales et culturelles, de G. Steinkopf, Untersuchungen z (...)

Honos a été utilisé par Cicéron pour rendre le verbe τιμ Image 100000000000000E0000000F97913ED7.jpg, de même que laus traduit ἐπαινImage 100000000000000E0000000F97913ED7.jpg. En sens inverse, Plutarque explique que le nom latin du dieu Honos peut être interprété en grec par τιμή272. La τιμή a initialement un sens très concret : c’est l’« estimation » financière que l’on fait d’un bien et, par suite, le « prix », la « valeur ». De cette notion de prix découlent deux aires de signification : celle du « prix à payer », c’est-à-dire de la peine juridique, du châtiment ; et celle du « prix qu’on attache à autrui » c’est-à-dire de la « valeur que l’on a », et donc de la « considération », de l’« honneur »273. Trois sens de τιμή peuvent être rapprochés d’honos :

1651) Τιμή peut signifier la « marque d’honneur ». Dans le discours prononcé par Phèdre dans le Banquet, il est dit que l’amour est la seule chose qui doit guider les hommes :

Ὃ γὰρ χρὴ ἀνθρώποις ἡγεImage 10000000000000080000000F0626FCFA.jpgσθαι παντὸς τοImage 100000000000000A0000000F99096DC9.jpg βίου τοImage 10000000000000080000000F0626FCFA.jpgς μέλλουσι καλImage 100000000000000E0000000F97913ED7.jpgς βιώσεσθαι, τοImage 100000000000000A0000000F99096DC9.jpgτο οὔτε συγγένεια οἵα τε ἐμποιεImage 10000000000000080000000F0626FCFA.jpgν οὕτω καλImage 100000000000000E0000000F97913ED7.jpgς οὔτε τιμαὶ οὔτε πλοImage 100000000000000A0000000F99096DC9.jpgτος οὔτ᾽ ἄλλο οὐδέν, ὠς ἔρως.

« En effet ce qui doit guider toute leur vie les hommes destinés à vivre de belle façon ne peut être inspiré ni par la parenté, ni par les honneurs, ni par la richesse, ni par rien d’autre d’aussi belle façon que par l’amour. »
(Plat. Conv. 178c).

Les τιμαί font partie de ces biens immanents comme la richesse (πλοImage 100000000000000A0000000F99096DC9.jpgτος) que l’homme de bien ne saurait poursuivre. Il s’agit des marques de considération que l’on peut obtenir de ses semblables. Le même sens concret de τιμή apparaît chez Thucydide, dans le discours de Périclès qui exhorte les Athéniens à préserver l’empire :

μὴ φεύγειν τοὺς πόνους ἢ μηδὲ τὰς τιμὰς δίωκειν.

« Ne vous dérobez pas aux épreuves, si vous ne renoncez pas aussi à poursuivre les honneurs. »
(Thuc. II, 63, 1 ; trad. De Romilly).

  • 274 Il est d’ailleurs remarquable qu’honos soit rendu dans un des glossaires bilingues par l’expression (...)
  • 275 Voir Plat. Euthyph. 15a ; Crat. 398b ; Thuc. II, 35, 1.

166Périclès met en garde ses concitoyens : s’ils renoncent à prendre des risques et à affronter le danger, ils doivent aussi renoncer à gagner des τιμαί. La τιμή est un honneur qui s’obtient en contrepartie d’un haut fait. On retrouve là un trait important du sémantisme d’honos : la marque d’honneur s’obtient en reconnaissance de certains mérites274. La « marque d’honneur » désignée par τιμή existe aussi dans le contexte sacré : les Grecs doivent octroyer la τιμή aux dieux et aux défunts275.

1672) Le mot τιμή peut aussi signifier la « considération » dont on jouit. Dans l’Apologie de Socrate, Socrate dit aux juges qu’il ne cessera jamais de philosopher et de réprimander les citoyens d’Athènes, et qu’il les exhortera en ces termes :

χρημάτων μὲν οὐκ αἰσχύνῃ ἐπιμελούμενος ὅπως σοι ἔσται ὡς πλεImage 10000000000000080000000F0626FCFA.jpgστα, καὶ δόξης καὶ τιμImage 10000000000000090000000FACC3E429.jpgς;

« Tu ne rougis pas de donner tes soins à ta fortune, pour l’accroître le plus possible, ainsi qu’à ta réputation et tes honneurs ? »
(Plat. Apol. 29d-e ; trad. Croiset).

168Socrate fustige les Athéniens qui ne pensent qu’à leur argent et à leur statut au lieu de prendre soin de leur âme. La τιμή désigne ici quelque chose qui est, selon Socrate, superflu et vain, au même titre que la richesse ; c’est le prestige, l’importance sociale dans la cité. Isocrate affirme que la culture intellectuelle qu’il entend enseigner aux jeunes gens ne corrompt pas ces derniers. Car s’il en était ainsi, dit-il,

ἀλλὰ μὴν οὐδ᾽ ἂν θαυμασθεImage 10000000000000080000000F0626FCFA.jpgμεν οὐδὲ τιμImage 10000000000000090000000FACC3E429.jpgς μεγάλης τύχοιμεν τοιούτους τοὺς συνόντας ἀποπέμποντες […].

« Nous ne serions pas non plus l’objet d’une grande admiration ni d’un grand honneur si c’étaient de pareils disciples qui sortaient de notre école […]
(Isoc. Ant. 219 ; trad. Mathieu).

  • 276 Xen. An. II, 5, 38.

On voit que la τιμή a partie liée avec l’admiration (θαυμασθεImage 10000000000000080000000F0626FCFA.jpgμεν) : c’est la considération dont un individu jouit auprès des autres. Il s’agit donc là d’un sens proche d’honos. On rencontre d’ailleurs l’expression ἐν τιμImage 10000000000000090000000FBD0A14CB.jpg ε Image 10000000000000070000000F7D0D0722.jpgναι qui rappelle la tournure in honore esse276.

1693) Enfin, τιμή peut aussi avoir le sens de « charge publique » et désigner couramment une magistrature. Hérodote évoque ainsi l’action de Pisistrate après la prise de l’Acropole :

Ἔνθα δὴ ὁ Πεισίστρατος Image 10000000000000080000000F7D13C825.jpgρχε Ἀθηναίων, οὔτε τιμὰς τὰς ἐούσας συνταράξας οὔτε θέσμια μεταλλάξας [...].

« Pisistrate, dès lors, régna sur les Athéniens, sans troubler l’exercice des magistratures existantes, sans changer les lois […]. »
(Hér. I, 59 ; trad. Legrand).

  • 277 Voir par exemple Thuc. V, 20, 2.

170Après que Pisistrate fut devenu tyran, il laissa subsister les magistratures existantes. Thucydide utilise τιμή de la même manière, pour désigner une charge publique277. Le mot semble donc être un équivalent d’ἀρχή. Mais, de même qu’honos en dit plus que le mot technique magistratus, de même τιμή apporte une nuance par rapport à ἀρχή. Il s’agit, comme en latin, d’évoquer une magistrature en tant qu’elle est une marque honorifique que l’on reçoit. On le ressent dans l’Apologie de Socrate ; Socrate y évoque en ces termes les gens que les Athéniens choisissent pour être magistrats :

οὓς αὐτοὶ ἑαυτ Image 100000000000000E0000000F97913ED7.jpgν ἔν τε τα Image 10000000000000080000000F4201638F.jpgς ἀρχαImage 10000000000000080000000F4201638F.jpgς καὶ ταImage 10000000000000080000000F4201638F.jpgς ἄλλαις τιμαImage 10000000000000080000000F4201638F.jpgς προκρίνουσιν.

« ceux que les citoyens choisissent parmi eux pour leur confier magistratures et autres honneurs. »
(Plat. Apol. 35b).

Les magistratures (ταImage 10000000000000080000000F4201638F.jpgς ἀρχαImage 10000000000000080000000F4201638F.jpgς) sont considérées comme un élément faisant partie des « honneurs » (τιμαImage 10000000000000080000000F4201638F.jpgς) qui peuvent être d’une autre sorte (ἄλλαις) : une charge publique est un honneur parmi d’autres. Nous rencontrons donc ici une conception des fonctions publiques proche de celle qu’on a pu observer à Rome.

171Dans l’ensemble, les sens les plus courants d’honos trouvent donc tous des équivalents dans le grec τιμή. La proximité entre les deux mots se dessine nettement et l’on comprend que les grammairiens aient rapproché les deux termes. Néanmoins, ces deux mots conservent des différences réelles de sens. En premier lieu, si les deux mots ont des sens communs, les connotations et les contextes de ces sens diffèrent d’une langue à l’autre. On peut prendre, à titre d’exemple, le sens de « charge publique » que possède τιμή. Le mot est employé pour désigner une fonction dotée d’un pouvoir politique, mais il peut s’agir d’un pouvoir de nature royale et pas seulement d’une magistrature. On le constate dans le Philippe d’Isocrate, où l’orateur parle en ces termes des Macédoniens qui ont brigué le pouvoir suprême et oppose leur attitude à celle de Caranos, ancêtre de la famille royale de Macédoine :

Οἱ μὲν γὰρ ἐν ταImage 10000000000000080000000F4201638F.jpgς αὑτImage 100000000000000E0000000F97913ED7.jpgν πόλεσι στάσεις καὶ ταραχὰς καὶ σφαγὰς ἐμποιοImage 100000000000000A0000000F99096DC9.jpgντες ἐκτ Image 100000000000000E0000000F97913ED7.jpgντο τὴν τιμὴν ταύτην, ὁ δὲ τὸν μὲν τόπον τὸν Ἑλληνικὸν ὅλως εἴασεν, τὴν δ᾽ ἐν Μακεδονίᾳ βασιλείαν κατασχε Image 10000000000000080000000F4201638F.jpgν ἐπεθύμησεν.

« Ils acquéraient en effet cet honneur en provoquant dans leurs villes des révoltes, des troubles et des massacres, mais lui laissa totalement de côté la région grecque et désira établir la royauté en Macédoine. »
(Isoc. Phil. 107 ; trad. Brémond modifiée).

  • 278 Benveniste, Le Vocabulaire des institutions indo-européennes, vol. 2, p. 50. Voir aussi Riedinger, (...)

172La τιμή désigne ici la fonction de roi en Macédoine. À Rome, un tel usage d’honos ne se rencontre pas ; la fonction politique que désigne le terme s’inscrit dans les institutions de la res publica libera. L’association de τιμή avec le pouvoir royal remonte peut-être à l’usage homérique du mot : chez Homère, la τιμή est en effet le propre du roi, elle est ce qui fait sa grandeur et le distingue des autres hommes, et elle est accordée par Zeus278. Honos, à l’inverse, appartient au domaine de l’immanent : il est toujours octroyé par les hommes. En second lieu, honos ne possède pas le sens juridique de τιμή, celui de « prix à payer ». Ce sens singulier, absent d’honos, s’explique par un autre sens, essentiel en grec, qui fait lui aussi défaut à honos : τιμή désigne avant tout le « prix », la « valeur ». Ce sens paraît bien être la signification fondamentale du terme : τιμή, c’est d’abord le prix strictement financier, la valeur marchande ; puis le « prix à payer » dans le domaine juridique ; et enfin le « prix social », la valeur dont on jouit. C’est la conclusion de P. Chantraine :

  • 279 P. Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, Paris, C. Klincksieck, 1968, p. 1120

« Tout le champ sémantique de τιμή est centré sur la notion de ‘prix, valeur’, d’où les significations divergentes d’‘honneur’, et de ‘prix, ce que l’on paie, amende, réparation’, ce dernier sens apparaissant déjà clairement chez Homère (Il. 3, 286). »279

173Cette notion de « prix » ou de « valeur », si elle peut s’insinuer dans honos quand le mot est rapproché de pretium ou emolumentum, n’est en revanche pas essentielle dans son sémantisme. Mais c’est surtout le fonctionnement sémantique d’honos et de τιμή qui les différencie. Il faut souligner que τιμή n’entre dans l’aire sémantique de la « considération » que par métaphore : le mot désigne en effet à l’origine le « prix », la « valeur » financière puis, par analogie, le « prix d’une personne », l’« estime » dont elle jouit. Honos ne désigne pas la « marque d’honneur » ou la « considération » par évolution depuis un autre sens concret mais porte cette signification dès l’origine.

174Malgré ces différences, il n’en reste pas moins que la proximité sémantique entre les deux mots est frappante. C’est ce qui a conduit certains philologues à envisager entre eux l’existence d’une filiation. Comme nous l’avons vu, honos n’est pas un mot emprunté à une autre langue : c’est un terme ancien, qui appartient au plus vieux fonds du vocabulaire latin ; son étymologie est difficile à établir mais sa morphologie ne laisse transparaître aucun signe d’emprunt. Honos ne saurait donc, d’un point de vue morpho-linguistique, être issu de τιμή. Mais cela n’exclut pas un emprunt d’un autre type, sémantique cette fois. On sait en effet qu’un mot latin peut s’enrichir du sens d’un mot d’une autre langue tout en conservant sa morphologie propre. Ce procédé a été observé par plusieurs linguistes. J. Marouzeau donne de cet emprunt de sens la définition suivante :

  • 280 Marouzeau, Quelques aspects de la formation du latin littéraire, p. 140.

« Le processus consiste à charger tel mot latin en usage d’un contenu grec qui le renouvelle, et le recrée pour ainsi dire. Soit un mot ars, qui ne signifie pas autre chose que ‘procédé’ ; on l’enrichira des sens de teknè, ‘art’ ; un mot causa, ‘sujet, motif’ : il prendra les divers contenus de aitia [...]. La langue s’enrichit ainsi d’un apport invisible, par transfusion de sens. »280

  • 281 L’exemple est cité par A. Meillet, Esquisse d’une histoire de la langue latine, 7e éd., Paris, C. K (...)

175Ce moyen a beaucoup été employé, notamment par Cicéron, pour créer à Rome une langue philosophique propre au latin ; mais d’autres auteurs plus anciens y ont recouru. Ennius, par exemple, emprunte les sens du mot grec σοφία pour les injecter dans le latin sapientia, ce qui rend ce dernier apte à désigner la sagesse de nature philosophique281. C. Nicolas a défini et décrit de façon systématique ce procédé, qu’il nomme « calque sémantique » :

  • 282 Nicolas, Calque, p. 19.

« Le calque sémantique [...] est une transposition bilingue qui fait passer, dans des circonstances déterminées (traduction, recherche d’équivalences sémantiques...), d’un mot étranger à un mot autochtone, avec qui il se croise dans une ou plusieurs acceptions de base, une notion nouvelle, inédite à cette heure dans la langue emprunteuse. »282

  • 283 LEW s. v. honos.
  • 284 Sur le bilinguisme grec et latin à Rome, voir le bilan bibliographique établi par B. Rochette, « Le (...)
  • 285 Par exemple, le mot ars ne prend, sous l’influence du grec τέχνη, les sens de « science », « techni (...)

176Le calque sémantique se distingue des autres procédés de création lexicale parce qu’il ne s’accompagne pas d’un néologisme, et parce que seule une fraction de sens est transférée. Il s’agit donc d’une technique de création plus discrète que l’emprunt direct. L’existence d’un calque sémantique d’honos d’après le grec τιμή est soutenue par le dictionnaire étymologique d’A. Walde et J. B. Hofmann283. L’idée est séduisante : elle permettrait d’expliquer l’abondance des traits sémantiques qu’honos a en commun avec τιμή. Il est bien établi, par ailleurs, que les premiers auteurs à utiliser honos, Plaute, Ennius et Caton, étaient familiers de la langue grecque284. Mais plusieurs éléments rendent cette hypothèse difficile à soutenir. Pour que calque il y ait, il faut qu’un ou plusieurs sens d’honos que l’on retrouve dans τιμή aient été absents dans les emplois anciens du mot et soient apparus sous l’influence du terme grec285. Or il est clair que les sens qu’honos partage avec τιμή sont tous anciens : on les observe chez Plaute. Quant aux sens plus récents d’honos, comme celui de « beauté », ils n’ont manifestement rien à voir avec τιμή. En outre, il faut voir si l’acception soupçonnée d’être un calque n’est pas plutôt une évolution naturelle du mot, préparée par les sens antérieurs. Or, dans le cas d’honos, les sens sont étroitement articulés les uns aux autres et apparaissent par des évolutions internes. Le sens de « charge publique », qu’on pourrait soupçonner d’être calqué, est préparé par celui de « marque d’honneur », la magistrature étant perçue comme un honneur. L’hypothèse d’un calque sémantique nous paraît donc devoir être écartée.

Notes

1 Sur honor et honra en espagnol, voir J. C. Baroja, « Honour and Shame : A Historical Account of Several Conflicts », in Peristiany, J. G. (éd.), Honour and Shame. The Values of Mediterranean Society, Londres, Weidenfeld & Nicolson, 1966, p. 79-95 et C. Chauchadis, Honneur, morale et société dans l’Espagne de Philippe II, Paris, CNRS, 1984, p. 28-32.

2 Ces données chiffrées ne sont qu’approximatives. Une faute du copiste, écrivant une terminaison à la place d’une autre, est en effet toujours envisageable, même si apparemment les manuscrits font bien la différence entre les deux orthographes ; les leçons d’un même texte ne présentent guère en effet d’hésitation entre la forme en-os ou en-or.

3 Quint. IO I, 4, 13.

4 Isid. Orig. I, 27, 23.

5 C’est ce que rappelle Serv. Aen. I, 253 : plerumque poetae ‘r’ in ‘s’ mutant causa metri ; ‘os’ enim longa est, ‘or’ breuis : « La plupart des poètes changent le ‘ r’en ‘ s’pour des raisons métriques ; en effet ‘os’ est long, ‘or’ est bref. »

6 Sur le rhotacisme et l’extension analogique de-r à certains nominatifs, voir A. Meillet et J. Vendryes, Traité de grammaire comparée des langues classiques, 5e éd., Paris, H. Champion, 1966, p. 75 et P. Monteil, Éléments de phonétique et de morphologie du latin, Paris, Nathan, 1970, p. 181-182.

7 Dans la Lex parieti faciundo de Pouzzoles (CIL I2, 698, 2, 11).

8 Ernout, Morphologie historique du latin, 3e éd., Paris, C. Klincksieck, 1953, p. 40.

9 Sur ce point et pour les remarques suivantes, voir H. Quellet, Les Dérivés latins en -or. Étude lexicographique, statistique, morphologique et sémantique, Paris, C. Klincksieck, 1969, passim.

10 Sur ce sujet, voir A. Meillet, Introduction à l’étude comparative des langues indoeuropéennes, 3e éd., Paris, Hachette, 1912, p. 240-242, ainsi que Meillet et Vendryes, Traité de grammaire comparée des langues classiques, p. 404.

11 Monteil, Éléments, p. 175. La définition que donne M. Leumann des dérivés en -or est donc inexacte : ces substantifs sont, selon le grammairien, des noms abstraits tirés de verbes de la 2ème conjugaison : « Verbalabstrakta zu Intransitiven der 2. Konjug, d.h. zu Zustandsverben der äußeren Erscheinung auf -ere, und daher auch indirekt neben Adjektiven auf -idus » (M. Leumann, J. B. Hofmann et A. Szantyr, Lateinische Grammatik, Munich, C. H. Beck, 1963-1979, au vol. 1, p. 379, § 330 B). Mais cette observation n’est valable en réalité que pour un nombre limité de masculins en -or. Dans le cas d’honos, entre autres, il n’y a pas de verbe en -ere dont le mot serait un abstrait verbal, ni non plus d’adjectif en -idus.

12 Les termes qui présentent cette terminaison appartiennent en effet au vocabulaire latin le plus antique : c’est le cas d’honos, mais aussi de lepos ou mos par exemple. Voir Leumann, Hofmann et Szantyr, Lateinische Grammatik, vol. 1, p. 179, § 180 F.

13 Enn. Trag. frg. CVII Jocelyn ; Evh. frg. 42 Traglia.

14 Dans le Miles gloriosus par exemple, situé le plus souvententre 206 et 204 (Pl. Mil. 1075).

15 Voir aussi sur ce point Klose, Bedeutung, p. 9.

16 Sur le xénisme, voir Nicolas, Calque. Voir aussi, sur les emprunts lexicaux, Lehmann et Martin-Berthet, Introduction à la lexicologie, p. 8.

17 Char. 379, 1-11.

18 Le DELL considère qu’il n’y a « pas d’étymologie » (p. 299). Le dictionnaire étymologique de Walde-Hofmann, le TLL et l’OLD estiment que la plupart des propositions faites sont très incertaines.

19 M. Bréal et A. Bailly, Dictionnaire étymologique latin, 4e éd., Paris, C. Klincksieck, 1967 s. v. honor.

20 V. Pisani considère également que l’étymologie de Varron est la bonne, aussi bien du point de vue phonétique, morphologique que sémantique (V. Pisani, « Latino honos », Paideia, 2, 1947, p. 27-28).

21 Sur la conception « germinatoire » que se fait Varron du lexique latin, M. Baratin et F. Desbordes, L’Analyse linguistique dans l’Antiquité classique. I. Les théories, Paris, C. Klincksieck, 1981, p. 41.

22 L’erreur de Varron est causée par sa tendance à vouloir rapprocher deux mots qui apparaissent comme voisins par leur graphie ou leur sonorité. Voir J. Collart, Varron, grammairien latin, Paris, Les Belles Lettres, 1954, p. 279. Elle relève de sa conception générale du lexique, fondé sur des primigenia uerba créés par un onomathothète et auxquels l’étymologiste doit remonter, de proche en proche (S. Roesch, « Le rapport de res et uerbum dans le De Lingua latina de Varron », in Baratin, M. et Moussy, C. (éds.), Conceptions latines du sens et de la signification, Colloque du centre A. Ernout, Université de Paris IV, 4, 5 et 6 juin 1996, Paris, P.U.P.S., 1996, p. 65-80).

23 C’est le cas par exemple d’Audax (GLK VII, 362, 15).

24 Voir par exemple CIL III, 8203, 9 ; X, 4724, 6 ; XI, 3939, 10.

25 M. Leumann remarque à ce propos que les chutes du h- pour les mots à h- initial se produisent essentiellement dans les inscriptions (Leumann, Hofmann et Szantyr, Lateinische Grammatik, vol. 1, p. 173, § 178 IIIA).

26 Ibid.

27 Voir à ce sujet l’article de R. Peiper, « Vermischte Bemerkungen und Mittheilungen zu römischen Dichtern zum Theil aus Handschriften », RhM, 32, 1877, p. 519-520.

28 Catul. 84. Catulle se moque d’Arrius qui affecte de mettre dans tous les mots des ‘h’ aspirés.

29 La morphologie d’onustus est spécifique, peut-être pour éviter la confusion avec honestus : J. Manessy Guitton remarque qu’onustus est le seul dérivé d’onus avec un vocalisme -u- (les autres dérivés sont en -e-, comme onerare, onerosus,…) : J. Manessy-Guiton, Recherches sur les dérivés nominaux à bases sigmatiques en sanscrit et en latin, Dakar, Publications de l’Université, 1963, p. 67.

30 Sur le jeu de mots onus-honos, C. Blümlein, « Zum Wortspiele onus-honor », Archiv für lateinische Lexikographie, 8, 1893, p. 586.

31 Voir par exemple l’apparat critique de Cic. Inu. II, 177 : honos H2PS2I (leçon à retenir) : honus H1 S1 onus V.

32 A. Zimmermann, Etymologisches Wörterbuch der lateinischen Sprache, Hanovre, Hahnschen, 1915, s. v. honos.

33 Voir sur insula le DELL p. 319. Cette étymologie est avancée par certains grammairiens anciens ; voir par exemple Mart. Cap. VI, 643 : quod in salo sint, insulae uocitantur.

34 F. A. Wood, Post-Consonantal ‘w’ in Indo-European, Philadelphie, Linguistic Society of America, 1926, p. 83.

35 W. P. Lehmann, A Gothic Etymological Dictionnary, Leiden, Brill, 1986, s. v. *gansjan. Lehmann exclut tout rapprochement avec un autre terme d’une langue indo-européenne.

36 F. A. Wood, « Some Latin Etymologies », CPh, 11, 1916, p. 208-211 et A. Debrunner, « Honor », IF, 51, 1933, p. 195.

37 Voir A. Walde, Vergleichendes Wörterbuch der indogermanischen Sprachen, Berlin, W. De Gruyter, 1927-1932, au vol. 1, p. 679 et J. Pokorny, Indogermanisches etymologisches Wörterbuch, Bern, Francke, 1959, au vol. 1, p. 491.

38 LEW, vol. 1, p. 656.

39 Voir p. 99.

40 Walde, Vergleichendes Wörterbuch der indogermanischen Sprachen, vol. 1, p. 583.

41 H. Pedersen, Vergleichende Grammatik der keltischen Sprachen, Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht, 1909-1913, vol. 1, p. 96.

42 La racine n’apparaît ni dans le dictionnaire de Pokorny ni dans H. Rix, Lexikon der indogermanischen Verben, Wiesbaden, L. Reichert, 2001.

43 On se souviendra, à cet égard, de la mise en garde d’A. Meillet : « Les rapprochements qui ne s’étendent pas à plus de deux dialectes sont peu sûrs, sauf raisons particulières, car la ressemblance de deux mots exprimant le même sens dans deux langues différentes peut être due à une rencontre fortuite » (Meillet, Introduction, p. 367).

44 H. Rix, Sabellische Texte, Heidelberg, C. Winter, 2002, Pg. 9, p. 73.

45 J. Untermann, Wörterbuch des Oskisch-Umbrischen, Heidelberg, C. Winter, 2000, p. 317.

46 TLL vol. VI, 3, col. 2916, l. 83 et col. 2923, l. 9.

47 Nous en donnons ici un aperçu simplifié.

48 Caton, dont la mort a lieu en 149, est à cheval avec la période suivante mais les textes où apparaissent les notions qui nous intéressent sont surtout ceux du début de sa vie, c’est pourquoi nous l’incluons dans cette période.

49 Les arguments contre l’attribution à Q. Cicéron, qui reposent sur la critique externe du manuscrit, la personnalité de Quintus et le style de l’œuvre, nous semblent avoir été réfutés par l’étude de D. Nardo, Il Commentariolum petitionis. La propaganda elettorale nella ‘ars’ di Quinto Cicerone, Padoue, Liviana Editrice, 1970 et celle de J.-M. David, S. Demougin, E. Deniaux et al., « Le Commentariolum petitionis de Quintus Cicéron : état de la question et étude prosopographique », ANRW, I, 3, 1973, p. 239-277.

50 C’est l’opinion de la plupart des éditeurs de ces textes. Voir les éditions dans la C.U.F. de J. Andrieu (Bellum Alexandrinum, p. viii et xv), J.-Cl. Richard (Bellum Africanum) et N. Diouron (Bellum Hispaniense, p. xi). Sur la question de l’authenticité de ces œuvres, voir aussi M. Schanz et C. Hosius, Geschichte der römischen Literatur, 4e éd., Munich, C. H. Beck, 1927, p. 343-345.

51 Voir notre chapitre 20 sur Salluste.

52 Cette différence est relevée par H. Drexler : l’honos peut désigner « der Ausdruck einer bestimmten Wertschätzung » ou bien « in anderen Stellen gewinnt das äußere Zeichen Selbständigkeit, ist selbst die Ehre, die man jemandem erweist » (Drexler, « Honos », p. 464).

53 Impertire aliquem aliqua re signifie « partager quelque chose avec quelqu’un » ou « faire un présent ». Sur la distinction de ces deux significations, voir Milhous, Honos and Virtus in Roman Art, p. 81.

54 F. Klose souligne bien la différence des deux acceptions dans ce texte, en même temps que le lien qui les unit : honos subsume d’une certaine façon les honores : « honos [...] ist also hier ein Sammelbegriff für die verschiedenen einzelnen honores, die dem Lar erwiesen werden müssen » (Klose, Bedeutung, p. 14).

55 Il faudrait, théoriquement, distinguer deux sémèmes, mais la différence nous paraît trop contextuelle pour justifier cette distinction.

56 Quellet, Les Dérivés latins en -or, p. 97 sqq.

57 Quellet, Les Dérivés latins en -or, p. 131.

58 Ibid.

59 Voir aussi Pl. Aul. 17-19.

60 Voir par exemple Pl. Cist. 4 ; Cic. Verr. II, V, 37 ; Agr. II, 1 et II, 64 ; Rab. Perd. 16 ; Dom. 118 ; Off. II, 31 ; Sall. Iug. 85, 17.

61 Voir par exemple Cic. Leg. II, 22 ; Brut. 117 ; Mur. 55 ; Sull. 49 ; Att. VI, 4, 2 ; Fam. XVI, 1, 1 ; Varr. LL VI, 19.

62 F. Rastier parle pour ce type de classe minimale de « taxème » (Rastier, Sémantique interprétative, p. 61 sqq.).

63 Pour quelques cas où l’acception active est bien visible, voir Cic. Rab. Perd. 3 ; Rep. I, 7. Pour l’acception passive, voir Cat. frg. I, 18 ORF ; Cic. Flac. 25.

64 Cic. Off. II, 20.

65 Cic. Caecin. 12 ; Pl. As. 80.

66 Voir parmi de nombreux exemples Cic. Font. 14 et Brut. 51.

67 Cic. Imp. Pomp. 71 ; Mur. 4.

68 Cic. Verr. II, V, 82 ; Clu. 57 ; Pis. 32 ; Fam. XIII, 53, 2.

69 Voir entre autres Cic. Flac. 1 ; Sull. 66 ; Dom. 119.

70 Cic. Att. II, 18.

71 Cic. Rep. III, 28.

72 Pl. Cist. 1-5 et Cic. Caecin. 12.

73 Pour une semblable relation entre les deux notions, voir aussi Cic. Inu. II, 161 et Flac. 1 où le terme honos est repris par l’expression praemium dignitatis. Sur l’articulation des deux notions, voir infra p. 299 et 382.

74 Respectivement, Sall. Iug. 49, 4 ; Cic. Planc. 64 ; Caes. BG V, 54, 4.

75 Sur le sémantisme de uirtus, voir A. N. Van Omme, Virtus. Een semantiese studie, Diss., Utrecht, 1946 ; K. Büchner, « Altrömische und horazische virtus », in Oppermann, H. (éd.), Römische Wertbegriffe, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1967, p. 376-401 ; W. Eisenhut, Virtus romana. Ihre Stellung im römischen Wertsystem, Munich, W. Fink, 1973 ; F.-H. Mutschler, « Virtus und kein Ende ? », Poetica, 32, 2000, p. 23-49 ; F.-H. Mutschler, « Virtus 2002 : zur Rolle der ‘römischen Werte’ in der Altertumswissenschaft », Gymnasium, 110 (4), 2003, p. 363-385 et McDonnell, Roman Manliness. Sur la complexité de la notion et son articulation avec honos, voir infra p. 307 (et note 25).

76 Voir par exemple Sall. Iug. 85, 17-20. Sur le conflit entre uirtus et dignitas pour l’accès à l’honos, voir infra p. 339 sqq.

77 Cat. frg. XII, 73 ORF.

78 Lucil. frg. XXVII, 10 Charpin = 691 Marx.

79 Voir par exemple Cat. frg. XLII, 168, ORF ; Sall. Iug. 49, 4 ; Cic. Inu. II, 115 ; Cic. Brut. 54 ; Phil. V, 38 ; Att. V, 21, 7.

80 TRF inc. frg. 30-31 ; Cic. Inu. II, 113 et 114 ; De or. I, 232 et III, 107. Sur ce point, voir Z. Hoffmann, « Der Wertbegriff honos in den Komödien von Plautus », ACD, 24, 1988, p. 24-35 ; F. Klose, « Altrömische Wertbegriffe (honos und dignitas) », NJAB, 1938, p. 268-278.

81 Voir aussi l’opposition entre honos et contumelia dans Cic. Agr. II, 61 ; Caes. BC II, 32, 14. Aulu Gelle transmet un fragment d’un discours de Metellus Numidicus (III, 7 ORF) qui présente une occurrence d’honos à laquelle il donne le même sens que contumelia ; le grammairien rapproche honos de termes qui possèdent à la fois une acception positive et négative, comme dolus, facinus, periculum, uenenum, etc. Cette analyse est erronée : les termes cités par le grammairien ont à l’origine un sens négatif (comme dolus ; DELL p. 182) ou un sens neutre qui a évolué de manière négative (periculum signifie d’abord « essai, épreuve », puis « danger, risque » – DELL p. 498 ; uenenum « décoction » puis « poison » – DELL p. 719). Rien de tel ne peut être observé pour honos. Aucun texte ne permet en outre de lui donner le sens d’« affront » ; dans le passage que cite Aulu Gelle, honos signifie « marque d’honneur » et est employé par antiphrase ironique.

82 Sur cet aspect de l’ignominia, Cic. Verr. II, 3, 97 ; Rep. IV, 7, frg. 5 ; Caes. BC I, 85, 8 ; Liv. II, 27, 6 ; Sen. Ben. II, 8, 1. Voir l’analyse qu’en fait Thomas, Déshonneur et honte, p. 294-306 : « Ignominia s’oppose à honor dans des structures ad ignominiam, ignominiae causa signifiant que la finalité de la décision est bien de faire perdre toute estime et toute valorisation à l’intérieur de la collectivité » (p. 298). Voir aussi M. Kaser, « Infamia und ignominia in den römischen Rechtsquellen », ZRG, 73, 1956, p. 220-278.

83 C’est une « décision émanant de l’autorité qui objective la disqualification sociale » (Thomas, Déshonneur et honte, p. 300). Le terme d’ignominia s’applique notamment au blâme infligé par les censeurs.

84 C’est le sème retenu par J.-F. Thomas, Ibid., p. 299.

85 Sur la condition des acteurs, voir infra p. 309.

86 Cic. Phil. V, 48 ; Sall. Iug. 49, 4.

87 Voir Cic. Agr. II, 64 ; Dom. 118 et Ad Brut. I, 12, 1.

88 Cic. Agr. I, 26 ; Deiot. 12.

89 Cic. Inu. I, 194.

90 Thomas, Gloria et laus, p. 301-303.

91 Sur les sèmes virtuels, voir notre introduction supra p. 29.

92 Sur le sens d’auctoritas, voir notre analyse comparative de ce mot avec honos p. 77.

93 Cic. Deiot. 12.

94 Rhet. Her. II, 5.

95 Sall. Cat. 20, 8.

96 Cic. Brut. 281 ; Balb. 24 ; Phil. III, 7 ; V, 4 ; De or. I, 194 ; I, 232.

97 Respectivement, Cic. Inu. II, 111 ; Balb. 43 ; Mil. 97 ; Inu. II, 111 ; Pl. Cap. 1036.

98 Cic. Inu. II, 113.

99 Ce mécanisme est explicité par Cic. Balb. 22.

100 Cic. Sull. 51 ; Vat. 11 ; Sall. Cat. 17, 1.

101 Cic. Phil. V, 4 distingue le praemium octroyé aux soldats de l’honos conféré au général en chef.

102 DELL : « part de butin prise à l’ennemi et prélevée pour être offerte à la divinité qui a donné la victoire, ou au général vainqueur » (p. 531).

103 Pl. Pseud. 1225 ; Caes. BC III, 82, 1 ; Ov. Met. VI, 518.

104 Pretium peut aussi rentrer en relation de synonymie avec honos quand ce dernier a le sens de « considération ».

105 Lucil. frg. XXX, 85 Charpin = 1040 Marx.

106 Pl. Trin. 274 : hoc probis pretiumst. Pl. As. 128 ; Ter. Andr. 29 ; Cic. Leg. I, 48.

107 Pl. Amp. 151.

108 Rançon : Cic. Off. III, 107. Pot-de-vin : Ter. Ad. 349 ; Sall. Cat. 49, 1. Salaire : Pl. Vid. 30 ; Liv. VIII, 38, 1.

109 Cic. Prou. 28 ; Verg. Aen. V, 262.

110 Pl. As. 655.

111 Lumen : Cic. Phil. II, 54 ; XI, 14. Flos : Cic. Flac. 75

112 Apul. Soc. 1, 15 ; Liv. I, 34.

113 Voir l’analyse sémantique qu’en donne Thomas, Gloria et laus, p. 236-255. Voir aussi Hellegouarc’h, Vocabulaire, p. 365-369 et L. Pernot, La Rhétorique de l’éloge dans le monde gréco-romain, Paris, Brepols, 1993.

114 Voir par exemple Pl. Mil. 411-414 ; Liv. VII, 7, 3 ; Cic. De or. III, 117. J. Hellegouarc’h insiste justement sur la valeur active du mot : « laus implique […] la volonté consciente d’élever et d’exalter » (Hellegouarc’h, Vocabulaire, p. 366).

115 Thomas, Gloria et laus, p. 251. Voir Cic. Prou. 44 ; Rhet. Her. IV, 50.

116 Ibid., p. 252-254.

117 L’étymologie de laus est problématique mais on retient en général l’hypothèse qui rapproche le mot d’un radical *leu-t, attesté dans got. liuþōn « chanter, louer » et vx. nor. ljoþa (même sens), ang. sax. lēoþian (même sens). Voir DELL s. v. laus : « le sens ancien de laus devait être ‘fait de nommer, de citer’ ; le mot s’est spécialisé dans une acception favorable. »

118 Pl. Cap. 277 ; Epid. 35 ; Enn. Evh. frg. X Vahlen.

119 Quellet, Les Dérivés latins en -or, p. 176.

120 Respectivement, Cic. Verr. II, IV, 79 et II, V, 84 ; Lucr. DRN V, 1114.

121 Cic. Rosc. Amer 77 ; Verr. II, V, 157 ; De or. I, 235 ; Brut. 30.

122 Ce n’est donc pas exactement une notion « à double face », comme le dit R. Heinze qui évoque les doppelseitige Begriffe du latin, des notions ayant un versant subjectif et objectif. Voir R. Heinze, « Fides », Hermes, 64, 1929, p. 140-166.

123 Pour laus, voir Cic. Inu. I, 5 ; Verr. II, III, 43 ; Catil. III, 26 ; Cael. 46 ; Part. 91. Pour gloria, voir Cat. frg. inc. 252 ORF ; Cic. Rep. III, 36 ; Leg. III, 31-32 ; Sall. Cat. 11, 1-2.

124 Voir le parallélisme de esse honore avec in pretio dans Lucr. DRN V, 1273. Sur le paradigme économique de l’honos, voir infra p. 223 sqq.

125 Cic. Quinct. 72. Le parallèle sémantique d’honos et d’existimatio sert ici à souligner la structure syntaxique de la phrase. Voir J.-F. Thomas, « Les fonctions linguistiques de la synonymie lexicale en latin », in Moussy, C. (éd.), De lingua latina nouae quaestiones. Actes du xe colloque international de linguistique latine, Paris-Sèvres, 19-23 avril 1999, Louvain, Peeters, 2001, p. 875-890, notamment p. 878-879.

126 Cic. Sull. 24. Voir aussi Verr. II, II, 87.

127 Sur cette fonction linguistique de la iunctura de deux synonymes, voir Thomas, « Les fonctions linguistiques de la synonymie lexicale en latin », p. 887.

128 Cic. Rosc. Amer. 147.

129 Thomas, Déshonneur et honte p. 306-312.

130 Voir par exemple Cic. Part. 91.

131 Rhet. Her. IV, 57. Voir le sémème de dedecus établi par Thomas, Déshonneur et honte, p. 94.

132 L’idée d’ampleur est récurrente : voir Cic. Parad. V, 40. Plusieurs syntagmes associent honos à amplitudo (Cic. Verr. II, II, 157 ; Clu. 150).

133 Voir CIL I2, 10 et Cic. Sull. 24.

134 Cic. Verr. II, I, 64 ; Flac. 79. ; Rep. II, 34.

135 L’image se rencontrait déjà dans le texte de Lucrèce cité supra (DRN, III, 74). Sur cet aspect, voir Barton, Roman Honor, p. 34 : l’homme d’honneur est souvent splendidus, illustris ou clarus. Sur la dimension physique et visible de l’honos, voir aussi Lendon, Empire of Honour, p. 47.

136 Cic. Quinct. 72 ; Sest. 136.

137 L’emploi des deux synonymes relève ici d’un souci stylistique apparenté à la uariatio. Cf. Cic. Sull. 5. Sur cet usage, voir Thomas, « Les fonctions linguistiques de la synonymie lexicale en latin », p. 883.

138 Cic. Inu. I, 5 et Mur. 12.

139 Cic. Brut. 69. Sur cette fonction de l’honos, voir le chapitre 8.

140 Cic. De or. I, 198.

141 Cic. Flac. 103 ; Dom. 46 ; Sall. Iug. 31, 1. La proximité de l’honos et de la potestas reste sensible au-delà de l’époque républicaine, notamment quand il est question du prince : voir Gori, « Le nozioni di honos e munus in Plinio il Giovane ».

142 L’apparat critique mentionne : me esse tanto honore DGPCE Don. Bentl. Fleck. : mihi esse tantum honorem A1 Umpf. DZ. Linds.-K. La différence est minime pour nous, car, si la construction diffère, le sens d’honos reste le même.

143 Caes. BG VI, 13, 1 et 5.

144 Martin, Pour une logique du sens, p. 75-95.

145 Voir les sémèmes établis par Thomas, Déshonneur et honte, p. 321.

146 Voir les compléments apportés par J.-F. Thomas à la typologie de R. Martin, (Thomas, Ibid., p. 442-444). Le cas des deux sens d’honos est légèrement différent de celui décrit par J.-F. Thomas, puisqu’il n’y a pas ajout, mais effacement d’un sème entre S1 et S2, mais cela ne nous semble pas justifier la création d’une nouvelle catégorie, l’essentiel étant la relation de bijection et la modification de l’ordre des sèmes.

147 Sur existimatio et fama, voir Hellegouarc’h, Vocabulaire, p. 365-366 et Z. Yavetz, « Existimatio, Fama, and the Ides of March », HSCPh, 78, 1974, p. 35-65. Sur laus, voir Thomas, Gloria et laus. Sur gratia, voir Moussy, Gratia et sa famille.

148 C’est le sens le plus fréquent du mot, que l’on rencontre dans environ 85 % des occurrences. Voir Thomas, Gloria et laus, p. 18. Sur le sémantisme de gloria, voir, outre l’ouvrage de J.-F. Thomas, Hellegouarc’h, Vocabulaire, p. 369-383 ; U. Knoche, « Der römische Ruhmesgedanke », in Oppermann, H. (éd.), Römische Wertbegriffe, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1967, p. 420-445 ; Drexler, Politische Grundbegriffe der Römer, au chapitre « Gloria ».

149 Cat. frg. inc. 252 ORF ; Cic. Mur. 12 ; Sest. 136 ; Cael. 72 ; Leg. III, 32 ; Off. II, 31 et 42.

150 Voir par exemple Cic. Off. II, 48. Knoche souligne le rôle important joué par la collectivité dans la création de la gloria, ce qui la distingue de la notion grecque de gloire (Knoche, « Der römische Ruhmesgedanke »).

151 Cic. Prou. 29 ; Leg. I, 31. Voir Thomas, Gloria et laus, p. 64-65.

152 Sall. Iug. 1, 3 considère que la uirtus est la route vers la gloire (ad gloriam uia uirtutis). Sur les mérites à l’origine de la gloria, Ibid., p. 28-36 et Hellegouarc’h, Vocabulaire, p. 371.

153 Guerre : Sall. Cat. 2, 2 ; Cic. Imp. Pomp. 53. Éloquence : Cic. Brut. 314. Activité politique : Sall. Iug. 70. Activité littéraire : Sall. Cat. 3, 1-2.

154 Cic. Phil. XI, 18 ; Caes. BG VIII, 6, 2.

155 Cic. Agr. II, 54. Sur cette prééminence, Thomas, Gloria et laus, p. 70 sqq.

156 Cic. Balb. 16 ; De or. I, 1. Ibid., p. 82 sqq.

157 C’est le sème générique retenu par J.-F. Thomas (Ibid., p. 88).

158 Voir la fréquence du syntagme gloria immortalis ou immortalitas gloriae (Pl. Amp. 1140 ; Cic. Pis. 63 et Balb. 40). Ibid., p. 23.

159 Gloria est une notion qui est totalement attachée à la personne glorieuse alors qu’honos, parce qu’il possède un sens actif, celui de « marque d’honneur », présente dans son sémantisme l’idée d’une participation plus forte de la collectivité (Klose, Bedeutung, p. 44-45).

160 Sur le sémantisme de dignitas, voir le TLL s. v. dignitas ; H. Wegehaupt, Die Bedeutung und Anwendung von dignitas in den Schriften der republikanischen Zeit, Diss., Breslau, 1932 ; Klose, « Altrömische Wertbegriffe (honos und dignitas) » ; Hellegouarc’h, Vocabulaire ; H. Drexler, « Dignitas », in Klein, R.(éd.), Das Staatsdenken der Römer, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1966, p. 231-244 ; T. Piscitelli Carpino, « Dignitas in Cicerone », BStudLat, 9, 1979, p. 253-267 ; Pöschl, « Politische Wertbegriffe in Rom » ; Lind, « The Tradition of Roman Moral Conservatism » ; N. A. Fëdorov, « La genèse de la composante esthétique dans la sémantique du groupe lexical decusdecorum-decere-dignitas (d’après les textes de Cicéron) », VMUfilol, 1, 1981, p. 49-61 ; Thome, Zentrale Wertvorstellungen der Römer, vol. 2, p. 117-134 ; R. Rilinger, « Ordo und dignitas als soziale Kategorien der römischen Republik » Ordo und dignitas. Beiträge zur römischen Verfassungs-und Sozialgeschichte, Stuttgart, F. Steiner, 2007, p. 95-104.

161 Caes. BG VII, 54, 4 ; Cic. Rosc. Amer. 136.

162 Cic. Verr. II, II, 95 ; Sull. 5 ; Sall. Hist. frg. I, 55, 26. Voir Drexler, « Dignitas », p. 235 et Wegehaupt, Die Bedeutung und Anwendung von dignitas, p. 21 sqq.

163 Cic. Imp. Pomp. 41 ; Caes. BC I, 7, 1.

164 Thome, Zentrale Wertvorstellungen der Römer, vol. 2, p. 118.

165 La dignitas est souvent liée à des notions d’éclat et de splendeur (Cic. Cael. 3 ; Fin. II, 107).

166 Cic. Imp. Pomp. 42 ; Sall. Cat. 50, 7. Piscitelli Carpino, « Dignitas in Cicerone », p. 259.

167 Voir aussi la définition de Cic. Fam. IV, 14, 1 et le pouvoir qu’implique la dignitas dans Caes. BG VII, 12, 7 et VII, 77, 6. Hellegouarc’h, Vocabulaire, p. 405-406 ; Drexler, « Dignitas », p. 242.

168 Cic. Rosc. Amer. 54 ; Liv. XXVI, 49, 15. Voir Wegehaupt, Die Bedeutung und Anwendung von dignitas, p. 77 ; Lind, « The Tradition of Roman Moral Conservatism », p. 25 ; Thome, Zentrale Wertvorstellungen der Römer, p. 88.

169 Hellegouarc’h, Vocabulaire p. 401.

170 Voir DELL s. v. decet. La parenté de dignitas avec dico « montrer du doigt » est à récuser (Ibid., p. 389 sqq.). Le rapport entre dignus et decet est transparent dans les v. 52-53 de la Mostellaria : dignissimumst. / Decet me amare et te bubulcitarier (« C’est parfaitement convenable. Il convient à moi de faire l’amour et à toi de conduire les bœufs »).

171 On parlera ainsi d’un sacrifice réalisé cum dignitate (Liv. XLIX, 49, 2), d’une accusation portée dignitate, de façon appropriée (Cic. Verr. II, II, 168).

172 Sur ce sens de « mérite », voir Wegehaupt, Die Bedeutung und Anwendung von dignitas, p. 5-9. Dignitas désigne notamment le « mérite » du candidat qui prétend exercer une fonction publique (Cic. Mur. 43).

173 Voir la succession établie par Klose, « Altrömische Wertbegriffe (honos und dignitas) », p. 273 : « uirtus – res gestae (merita) – honor(es) – dignitas – Verpflichtung (officium) – neue res gestae (merita) – honor(es) – höhere dignitas. »

174 Sur l’association de dignitas à la noblesse, Cic. Rosc. Amer. 16 ; Sall. Iug. 41, 5. Voir Hellegouarc’h, Vocabulaire, p. 549-550.

175 Voir Cic. Verr. II, I, 37, 4 ; Clu. 119 ; Agr. I, 27 ; Sull. 5 ; Sest. 137 ; Pis. 57 ; Phil. XIII, 50 ; Off. I, 38 ; Fam. III, 7, 5 ; Q. fr. I, 1, 10. Caes. BC I, 7, 1 ; I, 32, 4. Sur la manière dont un couple de synonymes est employé pour rendre une notion complexe, grâce à la présence latente des autres sens de chacun des termes, voir Thomas, « Les fonctions linguistiques de la synonymie lexicale en latin », p. 888.

176 La notion d’auctoritas a surtout été étudiée sous trois angles : comme notion juridique (l’auctoritas des vendeurs, des témoins, etc.), comme notion politique, avec l’auctoritas patrum, et enfin comme élément du pouvoir impérial, notamment parce qu’elle occupe une place importante dans les Res Gestae. Sur cette notion, voir R. Heinze, « Auctoritas », Hermes, 60, 1925, p. 348-366 ; F. Fürst, Die Bedeutung der auctoritas im privaten und öffentlichen Leben der römischen Republik, Diss., Marburg, 1934 ; L. Amirante, « Il concetto unitario dell’auctoritas » in Studi in onore di S. Solazzi, Naples, Jovene, 1948, p. 375-390 ; J.P.V.D. Balsdon, « Auctoritas, dignitas, otium », CQ, 10, 1960, p. 43-50 ; J. Collart, « À propos du mot auctoritas », Helikon, 1, 1961, p. 211-216 ; Pöschl, « Politische Wertbegriffe in Rom » ; H. Rabe, Autorität, Elemente einer Begriffsgeschichte, Konstanz, Universitätsverlag, 1972. Pour l’aspect juridique voir, entre autres, A. D’Ors, « Aduersus hostem aeterna auctoritate esto », Eclás, 5, 1959, p. 174 et A. Solazzi, « La forma della tutoris auctoritas e della patris auctoritas », Jura, 2, 1951, p. 133-139 ; sur l’auctoritas d’Auguste et des empereurs, A. Magdelain, Auctoritas principi, Paris, Les Belles Lettres, 1947 ; M. Ricca-Barberis, « Auctoritas e potestas », AG, 16, 1954, p. 129-131 ; J.-L. Ferrary, « Res publica restituta et les pouvoirs d’Auguste », in Franchet d’Espèrey, S.(éd.), Fondements et crises du pouvoir, Bordeaux, Ausonius, 2003, p. 419-428 ; S. Gély, Le Pouvoir et l’autorité. Avatars italiens de la notion d’auctoritas d’Auguste à Domitien (27 av. J.-C. - 96 ap. J.-C.), Louvain, Peeters, 1995.

177 Cic. Off. I, 1. Sur le prestige désigné par auctoritas, Heinze, « Auctoritas », p. 354-355.

178 Caes. BG I, 31, 16.

179 Hellegouarc’h, Vocabulaire, p. 303 : « les exemples que propose pour une situation déterminée la conduite des ancêtres dans une même situation. » Voir J. C. Plumpe, Wesen und Wirkung der Auctoritas Maiorum bei Cicero, Diss., Munich, 1932.

180 Sur la notion d’« accroissement » propre à l’auctoritas et absente d’honos, voir Collart, « À propos du mot auctoritas ».

181 Ainsi dans le Curculio, le personnage de Curculio qui souhaite acheter une courtisane au leno, lui refuse la qualité d’auctor, conteste son auctoritas, car le proxénète est l’homme de mauvaise foi par excellence (Pl. Curc. 498).

182 Une veuve, par exemple, ne peut agir sua auctoritate ; il lui faut un garant. Cf. le cas de Clodia dans Cic. Cael. 68.

183 Voir Cic. Flac. 9 et 53 par exemple.

184 Hellegouarc’h, Vocabulaire, p. 296-297.

185 C. Moussy, Gratia et sa famille, Paris, P.U.F., 1966, p. 308-309 ; P.-J. Miniconi, Causa et ses dérivés. Contribution à l’étude du vocabulaire latin, Paris, Les Belles Lettres, 1951, p. 31 ; A. Ernout et F. Thomas, Syntaxe latine, 2e éd., Paris, C. Klincksieck, 1953, p. 117-8, § 139.

186 Cic. Verr. I, 18.

187 Cela est confirmé par une autre parole de Mercure un peu plus loin : Jupiter a agi nemo id probro / profecto ducet Alcumenae (v. 492-493). Le probrum se situe dans le même champ lexical que stuprum : il désigne la disgrâce, une situation de mépris, c’est-à-dire l’inverse de l’honos, de la considération. Voir aussi F. Klose : « Die aktivverbale Möglichkeit versagt hier, denn Juppiter hat natürlich der Alcumena durch seine Maßnahmen keine ‘Ehre erweisen’ wollen » (Klose, Bedeutung, p. 62).

188 On peut remarquer que, dans cet exemple et dans le précédent, gratia peut recevoir son sens premier de « en faveur de », « dans l’intérêt de », tout autant que le sens moins marqué « pour », « en vue de ». Mais gratia et causa peuvent aussi alors avoir un sens plus précisément causal : « à cause de leur honneur, en conséquence de leur honneur ». On trouve d’autres cas chez Plaute où causa garde sa valeur initiale. Par exemple dans ce vers cité par P.-J. Miniconi : Tuin uentris causa filiam uendas tuam ? : « Peux-tu bien, par amour pour ton ventre, vendre ta propre fille ? » (Pl. Pers. 338). Sur le sens causal de causa avec honos, Fest. 73, 6.

189 Moussy, Gratia et sa famille, p. 312.

190 Ibid., p. 309.

191 Voir par exemple Cic. Rosc. Amer. 98 et 132 et Fam. XIII, 26, 2

192 Pl. Bac. 438 ; Cat. frg. XVIII, 93 ORF.

193 F. Klose note que c’est surtout Cicéron qui a développé ce sens du mot (Klose, Bedeutung, p. 25). Sur cette acception, voir aussi Stutz, Honos. De vocabuli significatione Romana, qui identifie magistratus et honos publicus.

194 Gradus honorum : Cic. Catil. I, 28 ; Planc. 60 ; Brut. 156 ; Fam. II, 18, 2. Decursus honorum : Cic. De or. I, 1. Cursus honorum : Cic. Cato mai. 60 ; Fam. III, 11, 2.

195 Defungo honores : Cic. Planc. 52. Vtor honoribus : Cic. Flac. 45 ; Att. VIII, 3, 2 ; Sall. Iug. 25, 4. Gero honorem : Cic. Verr. II, II, 112.

196 Adipiscor honores : Cic. De or. III, 136. Adsequor honores : Cic. Red. Pop. 5. Peto honores : Cic. Font. 37. Voir aussi Hellegouarc’h, Vocabulaire, p. 385.

197 Contentio honoris : Cic. Mur. 8 et 56 ; Sull. 90 ; Mil. 42. Certamen honoris : Cic. Sull. 49.

198 Defero honores : Cic. Vat. 10. Mandare honores : Cic. Imp. Pomp. 2 ; Pis. 2. Committo honores : Cic. Verr. II, V, 35.

199 Cic. Verr. II, IV, 137 : Héraclius possède à Syracuse l’honos de prêtre de Jupiter. Voir aussi la façon dont Verrès vend les sacerdoces, qualifiés encore d’honores (Cic. Verr. II, II, 128).

200 Cic. Vat. 19.

201 Cic. Agr. II, 60. Le texte parle de l’honos decemuiratus.

202 Cic. Dom. 22. Voir aussi un autre exemple en Cic. Flac. 45.

203 Cat. frg I, 18 ORF ; Caes. BC I, 77, 2.

204 Voir par exemple Cic. Agr. II, 2.

205 Voir par exemple Pl. Bac. 438 et Cic. Dom. 46. Voir aussi la tournure ab populo honores accipere (Ps.-Caes. B. Afr. 57, 3).

206 Summus honos : Volc.-Sed. frg. 4 FPL ; Cic. Clu. 118 ; Agr. II, 2 ; Sest. 17 ; Brut. 96 ; Sall. Iug. 85, 28-30. Amplissimus honos : Cic. Diu. Caec. 70 ; Sull. 49 et 83 ; Rep. I, 10.

207 Cic. Flac. 104.

208 Cic. Leg. III, 7.

209 Cic. Verr. II, V, 38 ; Sall. Iug. 4, 7.

210 Cic. Planc. 51 ; Rep. I, 10 ; Brut. 323 ; Sall. Iug. 85, 28.

211 La définition que donne le Digeste (L, 4, 14) de l’honos municipal ménage une place au prestige lié à l’exercice de la charge : Honor municipalis est administratio rei publicae cum dignitatis gradu […] ; « Un honneur municipal est une charge de gestion publique qui confère un rang dans la dignité. »

212 Sur les liens établis entre honos et dignitas dans leurs sens politiques, voir Cic. Agr. I, 27 ; Sull. 1 et 24.

213 Cic. Red. Sen. 2

214 Sall. Iug. 4, 8.

215 Cic. Verr. II, V, 181.

216 Cic. Catil. I, 28.

217 Cic. Mur. 8.

218 Voir sur ce point infra p. 364-365.

219 Supra p. 51-53.

220 Il faut donc relativiser la manière dont F. Klose assoit systématiquement l’honos politique sur des merita (Klose, Bedeutung, p. 27).

221 Voir. Cic. Mur. 29 ; Sest. 138 ; Brut. 96 ; Pis. 1 ; Verr. I, II, 19.

222 Cic. Imp. Pomp. 2.

223 Cic. Top. 78.

224 Thomas, Déshonneur et honte, p. 415 et 443.

225 Hellegouarc’h, Vocabulaire, p. 384-385. Cette analyse rejoint en grande partie ce qu’écrit F. Klose sur ce point : la charge n’est qu’un des vecteurs par lesquels se manifeste la « öffentliche Anerkennung » du peuple pour les hommes de mérite (Klose, Bedeutung, p. 20). Voir aussi Milhous, Honos and Virtus in Roman Art, p. 84 et Hölkeskamp, Die Entstehung der Nobilität, p. 211.

226 Les premières occurrences s’observent dans Pl. Amp. 74 et Cat. frg. VII, 127 ORF.

227 Il nous paraît nécessaire de relativiser l’affirmation de F. Klose selon laquelle honos ne peut jamais être traduit par « charge publique », car alors la notion de « reconnaissance publique » s’efface (Ibid., p. 31). Il faut de même nuancer la position de J. E. Lendon pour qui honor et dignitas employés pour désigner une magistrature « are not dead metaphors, technical expressions devoid of their original flavour : honour, prestige, lies absolutely at the heart of the Graeco-Roman perceptions of office holding » (Lendon, Empire of Honour, p. 176).

228 Pl. Bac. 613 ; Trin. 697.

229 Glossaria Latina (Lindsay) I, 282.

230 Thomas, Déshonneur et honte, p. 401-439.

231 Pour la datation de l’inscription et l’identification du personnage, voir notre étude de ce texte p. 603 sqq.

232 A. Ernout, Recueil de textes latins archaïques, 4e éd., Paris, C. Klincksieck, 1973, p. 20. Sur le problème de l’identification du cas de honore, voir P. Kruschwitz, Carmina Saturnia Epigraphica, Stuttgart, F. Steiner, 2002, p. 98.

233 Littéralement : « Sa vie a fait défaut, non son honneur, pour l’obtention de l’honneur. »

234 Pl. Trin. 688.

235 Voir infra p. 173.

236 OLD, p. 802.

237 Voir p. 753, « récompense, prix », sens relevé chez Virgile et Ovide.

238 Klose, Bedeutung, p. 54.

239 Sur le rapport entre honos et praemium, voir l’entrée du Glossarium Ansileubi (Glossaria latina p. 282, 72) : « honorem : praemium » et supra p. 59.

240 Voir l’opposition entre honos et animaduersio dans Cic. Rosc. Amer. 137.

241 Le manuscrit A donne honus, issu d’une confusion avec honos, et G2 donne honor, qui ne peut être retenu pour des raisons métriques.

242 Le mot ne peut en aucun cas avoir le sens de « charge politique », comme le suggère D. C. Earl, « Terence and Roman Politics », Historia, 11, 1962, p. 469-485.

243 Voir la traduction suggestive de l’OLD : « A quality of appearance that inspires esteem ; dignity, grace » (p. 802). Le TLL note qu’au sein de cette beauté désignée par honos « praeualet uis maiestatis, dignitatis » (VI, 3, col. 2930, l. 17).

244 Sur ce sens esthétique de turpis, voir P. Monteil, Beau et laid. Contribution à une étude historique du vocabulaire esthétique en latin, Paris, C. Klincksieck, 1964, p. 261-306.

245 On trouve en outre une formulation assez semblable chez Varron d’Atax : Frigidus et siluis aquilo decussit honorem ; « Et le glacial Aquilon a dépouillé les forêts de leur parure. » (Varr. Atac. frg. 6 FPL). Tous les traducteurs ne s’accordent pas cependant sur ce point. C. Bailey et A. Ernout retiennent le sens de « beauté », mais J. Kany-Turpin et H. Clouard lui donnent le sens de « prestige ».

246 Thomas, Déshonneur et honte, p. 87-88.

247 Thomas, Gloria et laus, p. 208-211.

248 Voir infra p. 143.

249 Monteil, Beau et laid, p. 105-108.

250 Cic. Off. I, 130. Voir Fëdorov, « La genèse de la composante esthétique ».

251 Verg. Aen. I, 592. Decus subit cependant alors la concurrence de decor, plus fréquent dans un sens esthétique.

252 Infra chapitre 11.

253 TLL VI, 3, col. 2916, l. 84 ; OLD p. 801.

254 Voir supra p. 62 sqq.

255 Nicolas, Calque, p. 87.

256 Sur ces points, J. Marouzeau, Quelques aspects de la formation du latin littéraire, Paris, C. Klincksieck, 1949, chapitre « La conquête de l’abstrait ».

257 Le thème de la patrii sermonis egestas est inauguré par Lucrèce (DRN I, 139 et 832 ; III, 260) et repris par Cicéron, Sénèque puis Pline le Jeune (E. Valette-Cagnac, « Vtraque lingua. Critique de la notion de bilinguisme », in Dupont, F. et Valette-Cagnac, E. (éds.), Façons de parler grec à Rome, Paris, Belin, 2005, p. 7-35 ; T. Fögen, Patrii sermonis egestas. Einstellungen lateinischer Autoren zu ihrer Muttersprache : ein Beitrag zum Sprachbewußtsein in der römischen Antike, Munich, K. G. Saur, 2000, passim). Sur la capacité d’abstraction du latin, J. Daude, « Les substantifs abstraits de qualité », in Kircher-Durand, C. (éd.), Grammaire fondamentale du latin, tome IX. Création lexicale : la formation des noms par dérivation suffixale, Louvain, Peeters, 2002, p. 225-305 : « Le latin archaïque possédait déjà un large contingent de termes abstraits, beaucoup du type des noms-racines (uis, ius, ops, etc.) » (p. 226). Voir aussi H.J. Molsberger, Abstrakter Ausdruck im Altlatein, Frankfurt am Main, Athenäum, 1989, notamment les p. 16 et suivantes, qui discutent les conceptions de J. Marouzeau.

258 É. Gavoille met en garde contre « cette habitude qui, chez la plupart des philologues, consiste à partir du sens réputé ‘concret’ pour rendre compte d’une évolution sémantique » (Gavoille, Ars, p. 29). É. Gavoille reprend un avertissement formulé par É. Benveniste, Problèmes de linguistique générale, Paris, Gallimard, 1966, vol. 1, p. 298-301.

259 Sur cet aspect, voir infra p. 367.

260 Hellegouarc’h, Vocabulaire, p. 383.

261 Hoffmann, « Der Wertbegriff honos in den Komödien von Plautus ».

262 Enn. Evh. frg. X Vahlen ; Pl. Aul. 17 et 19 ; Cat. frg XV, 60 ORF.

263 Enn. Evh. frg. X Vahlen.

264 Cat. frg. XII, 73 ORF. Voir aussi, chez Cicéron, honos deorum immortalium (Cic. ND III, 50).

265 CGL III, 131, 29.

266 Benveniste, Le Vocabulaire des institutions indo-européennes, vol. 2, p. 44.

267 Plat. Phaedr. 259b.

268 CGL II, 232, 3.

269 Voir par exemple Thuc. IV, 76, 6.

270 On le trouve par exemple dans les Idiomata Codicis Harleiani (CGL II, 490, 4 et 29) ou les Hermeneuta Einsidlensia (CGL III, 240, 17 et 277, 19).

271 Respectivement, CGL II, 453, 52 ; CGL II, 456, 6 ; CGL II, 312, 10.

272 Plut. Quaestiones Romanae, 266 F (éd. J. Boulogne) : Τὸν δὲ Ὁνρεμ δόξαν ἄν τις ἢ τιμὴν μεθερμηνεύσειε : « On peut interpréter Honor au sens de réputation ou d’honneur. »

273 Sur la notion de τιμή, voir les études, lexicales et culturelles, de G. Steinkopf, Untersuchungen zur Geschichte des Ruhmes bei den Griechen, Diss., Halle, 1937 ; J. De Romilly, « Le thème du prestige dans l’œuvre de Thucydide », Ancient Society, 4, 1973, p. 39-58 ; J.-C. Riedinger, « Remarques sur la timè chez Homère », REG, 89, 1976, p. 244-264 ; H. Lloyd-Jones, « Ehre und Schande in der griechischen Kultur », A&A, 33, 1987, p. 1-28 ; E. Alexiou, Ruhm und Ehre : Studien zu Begriffen, Werten und Motivierungen bei Isokrates, Heidelberg, C. Winter, 1995, p. 40-54.

274 Il est d’ailleurs remarquable qu’honos soit rendu dans un des glossaires bilingues par l’expression τιμὴ ἐπὶ ἀξίας, c’est-à-dire la « récompense pour la valeur » (CGL II, 455, 38).

275 Voir Plat. Euthyph. 15a ; Crat. 398b ; Thuc. II, 35, 1.

276 Xen. An. II, 5, 38.

277 Voir par exemple Thuc. V, 20, 2.

278 Benveniste, Le Vocabulaire des institutions indo-européennes, vol. 2, p. 50. Voir aussi Riedinger, « Remarques sur la timè chez Homère ». Voir par exemple Il. II, 196-197.

279 P. Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, Paris, C. Klincksieck, 1968, p. 1120.

280 Marouzeau, Quelques aspects de la formation du latin littéraire, p. 140.

281 L’exemple est cité par A. Meillet, Esquisse d’une histoire de la langue latine, 7e éd., Paris, C. Klincksieck, 1966, p. 194 ; A. Meillet parle d’un « procédé plus ingénieux que l’emprunt brut » et remarque que Cicéron a beaucoup recouru à « ces emprunts de sens, plus discrets que les emprunts de mots, et par là même plus efficaces ». Sur l’évolution sémantique de sapientia, G. Garbarino, « Evoluzione semantica dei termini sapiens e sapientia nei secoli III e II a. C. », AAT, 100, 1965-1966, p. 253-284.

282 Nicolas, Calque, p. 19.

283 LEW s. v. honos.

284 Sur le bilinguisme grec et latin à Rome, voir le bilan bibliographique établi par B. Rochette, « Le bilinguisme gréco-latin et la question des langues dans le monde grécoromain », RBPh, 76 (1), 1998, p. 177-196 et Valette-Cagnac, « Vtraque lingua. Critique de la notion de bilinguisme ».

285 Par exemple, le mot ars ne prend, sous l’influence du grec τέχνη, les sens de « science », « technique » ou « théorie d’un art, traité » qu’au Ier siècle avant notre ère (Gavoille, Ars, p. 324).

© Publications de l’École française de Rome, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access