Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conquérir et gouverner la Sicile islamique aux xie et xiie siècles

 | 
Annliese Nef

Épilogue. Un précipité du xiie siècle sicilien

L’évolution intérieure et l’horizon du dār al-islām

Texte intégral

1Les chapitres précédents ont permis de mieux délimiter le projet des Hauteville et les méthodes utilisées pour le réaliser. Toutefois, des tensions pouvaient découler de mesures contradictoires : entre nécessité de s’appuyer en partie sur une élite conquérante et volonté de limiter son pouvoir ; entre besoin d’or et nécessité de ménager la population arabo-musulmane, entre volonté de mettre sur pied une administration efficace et dangers réels ou supposés de la dépendance vis-à-vis de techniciens qui maîtrisent des langues et des pratiques dont le contrôle échappe à une partie des conquérants, etc. Si les sources exploitées jusqu’ici, laissent entrevoir ces difficultés, d’autres les mettent violemment en lumière, en particulier les chroniques. Or, nous avons la chance de disposer pour la Sicile de quelques textes tout à fait instructifs de ce point de vue.

2Un autre problème est lié aux groupes qu’ils nous a semblé voir apparaître au cœur de l’administration royale. On l’a vu, au sein de la population, aucun groupe ne semble vraiment se distinguer, dès lors que l’on quitte les élites et les nouveaux venus, latins essentiellement, dont l’intégration au sein de la société est difficile à retracer. Le chapitre 5 suggérait l’existence de rivalités dans l’exercice du pouvoir qui à la fois rendait la tâche des Hauteville complexe et leur permettait, en les instrumentalisant, d’asseoir leur autorité en instaurant un État distant et majestueux.

3Il est un dernier volet de l’évolution historique que ne permet pas d’atteindre la documentation prise en considération jusqu’ici : la politique extérieure des souverains siciliens, en particulier vis-à-vis du dār al-islām. Or, cette dimension du contexte est décisive pour notre compréhension des événements et de la politique mise en œuvre par les Hauteville.

4L’analyse des structures administratives et les grandes lignes de l’étude du personnel administratif suggèrent des modalités de fonctionnement qui font leur place à la superposition et à une instrumentalisation des groupes culturels, engagés dans la construction d’un État qui s’est poursuivie tout au long du XIIe siècle. Pour prolonger la réflexion, on peut aborder trois points, distingués par commodité mais étroitement liés en réalité. Tout d’abord, quel est le rapport de ces groupes culturels à l’État ? le service du souverain les amène-t-il à converger, au-delà de leur spécialisation linguistique et administrative relative, ou bien des conflits apparaissent-ils, dictés par la lutte pour le contrôle de l’administration centrale ? Deuxième point : quels sont les liens entre les représentants de ces groupes culturels, peu nombreux, œuvrant au sommet de l’État, et la société qui les entoure ? Peut-on montrer l’existence de réseaux entre la cour et la société environnante ou bien est-on condamné à la supposer ? Enfin, quels sont les indices de tensions entre des logiques de domination contradictoires repérables dans les chroniques, tant en Sicile que dans les relations du comté, puis du royaume, avec le dār al-islām ?

5Les sources ne permettent pas de répondre complètement à ces interrogations essentielles. Les chroniques siciliennes lèvent un voile sur les logiques politiques et sociales à l’œuvre, mais, d’une part, elles se concentrent sur la seconde moitié du XIIe siècle, et, d’autre part, elles développent une conception de l’histoire sicilienne qu’il est difficile de mettre en perspective grâce à d’autres sources. Dans le même temps, le parti pris clairement affiché de leurs auteurs fait beaucoup de leur intérêt. Quant à la politique vis-à-vis du dār al-islām, les sources en langue arabe la mettent partiellement en lumière.

I. Une royauté œcuménique non exempte de tensions sous Roger II

6Mal informés sur les souverains, nous ne disposons en outre que de peu d’éléments concernant la biographie des grands qui évoluent à la cour, en particulier durant le règne de Roger II, les principales chroniques étant toutes postérieures à cette date. Cela n’empêche toutefois pas de tenter de reconstituer et d’interpréter les grandes lignes des affrontements politiques qui se déroulent pendant la première partie du siècle. Or, les dissensions politiques les plus apparentes dans les sources tiennent précisément à la conception qu’ont les différents acteurs des modalités de contacts entre les groupes culturels insulaires et des liens entre ces groupes et les orientations de la diplomatie sicilienne.

Tensions internes

7Deux épisodes qui se déroulent sous le règne de Roger II échappent au silence à peu près total des sources concernant l’évolution politique interne de la première moitié du siècle : l’élimination de Christodule par Georges d’Antioche et l’exécution de Philippe de Mahdiya à son retour de l’expédition de Bône (1153).

Georges d’Antioche contre Christodule

8La biographie de Georges d’Antioche par al-Maqrīzī suggère qu’une rivalité l’opposait à Christodule et qu’il l’aurait éliminé de la scène politique :

  • 1 Al-Maqrīzī, Al-Muqaffā, 3, p. 19-20 : Fa-lammā qadamū ‘alay-hi aḥsana ilay-him wa-wallā-hum al-daw (...)

Lorsque [la famille de Georges d’Antioche] se présenta devant [‘Abd al-Raḥmān = Christodule], il les acueillit avec bienveillance et les fit travailler pour les dīwāns de Sicile ; eux feignirent la sincérité et il leur accorda une haute position auprès de lui. Devenu adulte, Roger gouverna avec le vizir ‘Abd al-Raḥmān auquel il concéda des pouvoirs absolus. Georges d’Antioche se rapprocha (de Roger) en exauçant tous ses désirs et celui-ci l’envoya de nombreuses fois comme ambassadeur en Égypte. Georges ne cessa d’œuvrer contre le sultan ‘Abd al-Raḥmān jusqu’à ce que Roger le mette dans une cage de fer et le fasse exécuter1.

  • 2 V. von Falkenhausen, « I funzionari greci nel regno », p. 141-144.
  • 3 Cf. chapitre 5, p. 311-315.

9Reste à comprendre les raisons de cette inimitié. La politique que mène Georges d’Antioche par la suite pourrait fournir une clé de lecture. Alors que jusqu’à son accession au pouvoir, l’essentiel des actes royaux était rédigé en grec, Georges lance une politique d’arabisation de l’administration et d’orientalisation de la représentation royale. Cette orientation nouvelle coïncide avec l’éloignement de Christodule. Probablement au service de Roger Ier, avant de sortir de l’ombre sous Adélaïde vers 1105, ce dernier est proche du pouvoir royal lorsque l’île devient le centre de l’ensemble italien sous domination normande et Palerme le cœur de la Sicile, une évolution sanctionnée par le déplacement de la capitale de Messine à Palerme avant 1112. Or, les liens de Christodule avec Byzance sont nombreux2, tandis que la famille de Georges d’Antioche a dû fuir l’ire de l’empereur et que lui-même a passé bonne partie de sa vie en Ifrīqiya3.

  • 4 Sur ce personnage, cf. J. Johns, Arabic Administration, p. 215-219.

10Entre 1110 et 1125, le choix se fait plus pressant : faut-il poursuivre les orientations hellénophone du gouvernement et byzantine de la politique extérieure ou bien lui en donner une autre ? C’est alors que Georges d’Antioche débute sa carrière : il mène une activité diplomatique importante en Égypte qui suggère un resserrement des liens avec les dynastes du dār al-islām les plus proches. Il est donc probable que les raisons de l’éloignement de Christodule résident en partie dans ce changement de politique générale. Si l’on ne peut être certain de l’interprétation des événements rapportés, la solution apparaît en revanche clairement. Elle réside dans une personnalisation renforcée du pouvoir. La royauté est bicéphale, Roger II et Georges d’Antioche se partageant l’essentiel de l’autorité souveraine. Avec cette machination, qui eut pour conséquence la mise à l’écart et la disparition de Christodule, le règne incontesté de Georges d’Antioche sur la politique sicilienne commence véritablement. Lorsqu’il meurt en 1151, il est remplacé par Philippe de Mahdiya4. On a souvent souligné que la condamnation et l’exécution de ce dernier manifestaient l’avènement de nouvelles tensions.

L’exécution de Philippe de Mahdiya (1153)

  • 5 Cf. BAS, ar., 1, p. 337 et sq. et BAS, 1, p. 479 et sq.
  • 6 Romuald de Salerne, Chronicon, p. 234-236.
  • 7 A. Metcalfe évoque cet épisode pour critiquer l’idée qu’il pourrait s’agir d’un élément d’une poli (...)
  • 8 Ibid.

11Cet eunuque converti – deux caractéristiques qui en font le premier représentant d’une longue série dont l’existence est documentée – est, là encore, assez mal connu malgré les informations que livrent Ibn al-Athīr5 et Romuald de Salerne6, surtout sur l’issue de sa vie, il est vrai. Ce chroniqueur latin relate son exécution en 11537 : Philippe de Mahdiya est accusé d’être demeuré musulman en dépit de sa conversion au christianisme. Carlo Alberto Garufi a montré qu’il s’agissait d’une interpolation du XIIIe siècle destinée à exalter a posteriori la foi chrétienne de Roger II8. Toutefois, Ibn al-Athīr, qui s’intéresse lui aussi exclusivement à la séquence finale de la vie de Philippe de Mahdiya, explique également cette condamnation par des motivations religieuses. Or, on ne peut penser que le chroniqueur arabe (1160-1233) s’est inspiré du récit de Romuald de Salerne.

12Toutefois, Ibn al-Athīr fournit des indications supplémentaires qui permettent de ne pas attribuer cette condamnation aux seules crispations d’une fin de règne. Philippe était probablement un proche de Georges d’Antioche, auprès duquel il devait avoir fait ses classes d’amiratus stolii et qu’il remplace dès sa disparition.

  • 9 Sur cette entreprise almohade, on verra D. Valérian, Bougie, port maghrébin, 1067-1510, Rome, 2006 (...)
  • 10 Cf. supra à propos des Ḥammādides et Ibn al-Athīr, Kāmil, dans BAS, ar., 1, p. 336-337 et BAS, 1, (...)
  • 11 Ibid. Le vocable « arabes » désigne ici des tribus qui revendiquent une origine arabe et qui, quit (...)
  • 12 Ibid., p. 479.
  • 13 Ibid.

13Lorsque les Almohades9 défont les Ḥammādides en 1153 et qu’une partie de cette dynastie se réfugie en Sicile10, une riposte se prépare, conduite par les tribus arabes qui évoluent dans le Maghreb central11. Roger II approche alors cette coalition en proposant son aide à ses chefs (Ibn al-Athīr avance le chiffre extraordinaire de 5000 cavaliers). Le refus ne se fait guère attendre : les tribus ne peuvent accepter un soutien chrétien12. Cette réponse, au moins rhétorique, se justifie par le terrain sur lequel se placent les Almohades : celui d’un mahdisme affirmé, d’une reconquête de la péninsule Ibérique et du Maghreb au nom de l’islam. Dans ce contexte, il est difficile de faire appel à des « ennemis de la foi » pour s’opposer à la nouvelle dynastie berbère. Cette fin de non-recevoir n’empêche pas le souverain sicilien d’envoyer Philippe de Mahdiya à Bône, probablement à la suite d’un accord avec les Ḥammādides réfugiés à sa cour. Or, une fois sur place, l’eunuque se sert « des Arabes comme d’auxiliaires »13 et finit par s’emparer de la ville en octobre. Il s’en retourne ensuite vers Palerme, les vaisseaux lourds de prisonniers et de biens. C’est alors qu’il aurait été accusé d’une trop grande bienveillance envers les savants musulmans de la cité (il faut comprendre « les élites », du moins celles qui étaient encore dans la ville) et d’être demeuré musulman de cœur en dépit de sa conversion.

  • 14 Sur la politique de Roger II en Ifrīqiya, cf. infra.

14Cet épisode ne cadre pas avec la politique rogérienne pour deux raisons principales : d’une part, parce que les crypto-musulmans étaient foison à la cour, si l’on en croit Ibn Jubayr qui écrit bien plus tard, et qu’ils étaient donc tolérés ; d’autre part, parce que le souverain ne décapitait pas les élites des villes maghrébines qu’il conquérait, il les utilisait, dans la pire des hypothèses, en prélevant des otages qu’il emmenait à Palerme14. L’issue de l’affaire souligne la nouveauté de l’attitude de Roger II, puisque Philippe n’hésite pas à rentrer à Palerme.

15Il est probable que l’on reproche surtout à Philippe de Mahdiya son alliance avec les Arabes et sa popularité à Bône. Cette bienveillance éventuelle est donc plus un symptôme, un indice, que le motif réel de la fureur du souverain. Philippe de Mahdiya dispose pour son entreprise de forces navales non négligeables, dont les troupes étaient formées en partie d’Arabo-musulmans. Il traite avec les tribus arabes du Maghreb et doit avoir acquis à Bône comme à Palerme une certaine popularité à la suite de sa victoire, à un moment où, en revanche, le pouvoir royal est affaibli par la dégradation de la santé de Roger II. Georges d’Antioche disparu, lui qui jouissait de la complète confiance de Roger parce qu’à la fois hellénophone, arabophone et chrétien et donc peu susceptible d’être tenté par un modèle islamique et musulman en dépit de son hostilité à l’égard de Byzance, Philippe apparaît, en revanche, comme un danger pour la stabilité du royaume.

16La politique extérieure du royaume sicilien détermine donc une partie de l’évolution interne sicilienne et il convient de revenir sur les choix de Roger II dans ce domaine.

Roger II et le dār al-islām

17La position géographique de la Sicile, sans conditionner en rien sa politique vis-à-vis du dār al-islām, suppose néanmoins qu’elle adopte une politique à l’égard de ses voisins arabo-musulmans (essentiellement l’Ifrīqiya) et, éventuellement, des autres entités politiques islamiques (Maghreb occidental ou Égypte), d’autant que l’évolution de la partie méridionale du bassin méditerranéen est complexe et conflictuelle tout au long du XIIe siècle, laissant peu de possibilités de neutralité au souverain sicilien.

  • 15 Sur le contexte général, cf. M. Brett, « Muslim Justice under Infidel Rule. The Normans in Ifriqiy (...)
  • 16 Ainsi entre 1117 et 1121, les tensions sont récurrentes entre Roger et les émirs zirides, eux-même (...)
  • 17 A. De Simone, « Il Mezzogiorno normanno-svevo », p. 271-274.

18Il est, en effet, un élément du contexte général qui doit être souligné dès l’abord car il conditionne bonne partie du jeu diplomatique entre la Sicile et l’Ifrīqiya : la situation politique au Maghreb et en Méditerranée. Roger II fait face en Ifrīqiya à une situation similaire à celle que son père et Robert Guiscard avaient découvert en Sicile et dont les conséquences sont relativement semblables. On assiste en effet, en ce début du XIIe siècle, après la rupture entre les Zirides et les Fatimides et l’installation d’un certain nombre de tribus arabes dans la région, à une recomposition qui passe par la fragmentation des entités politiques et un jeu d’alliances complexes, mais aussi par l’intervention des Hauteville. Dans ce contexte en constante évolution, en effet, le souverain sicilien, au même titre que les Fatimides ou les Almoravides, mais sans la légitimité islamique qui le transformerait en rival, apparaît comme un soutien de poids possible pour les dynasties locales15, à la fois face à des rivaux locaux et comme contrepoids éventuel aux deux principales dynasties régionales. Les Hauteville font montre d’une grande prudence et conjuguent trêves renouvelées régulièrement avec les Zirides et interventions ponctuelles à la demande des acteurs locaux16, en se gardant autant que possible de provoquer l’ire des Almoravides et des Fatimides. Cette politique explique, par ailleurs, que l’image de Roger II ne soit pas particulièrement glorieuse dans les sources en langue arabe17.

19Nous reviendrons d’abord sur la politique pré-rogérienne, avant de mettre en lumière l’évolution engagée par Roger II. Toutefois, dans la mesure où la trame évenementielle est bien assise, nous nous contenterons de faire ressortir les lignes de force de l’évolution générale.

Avant Georges

20Jusqu’en 1123, la politique extérieure de la Sicile est conditionnée par trois éléments qui explique une relative prudence par rapport au dār al-islām. Le premier est son ancrage plus continental qu’insulaire, d’où découlent des relations intenses entre les Hauteville et l’empire byzantin. Pour conflictuelles qu’elles soient, elles dissimulent mal une aspiration à la reconnaissance impériale de la part des Normands.

  • 18 Dans le contexte de l’avancée chrétienne générale (en Sicile, en Syrie et en Espagne...), le futur (...)
  • 19 Cf. H. Houben, Ruggero II di Sicilia, p. 38-39. L’auteur rappelle que Guillaume de Tyr attribue à (...)

21Le deuxième est l’abstention normande dans le cadre des croisades. Si l’on en croit Ibn al-Athīr – même si l’anecdote qu’il rapporte était fausse, qu’il le fasse n’en serait pas moins significatif –, Roger Ier aurait clairement motivé sa position par sa préoccupation pour l’avenir de la Sicile18. Son fils ne revint pas sur cette position, on peut simplement noter que Baudouin épousa brièvement Adélaïde, la mère de Roger II, alimentant de cette manière les caisses de son royaume19.

22Enfin, la Sicile est prise dans un jeu à trois qui tient à la rivalité entre Byzance et les Fatimides et qui va la forcer à un positionnement, même si ce dernier fluctue jusqu’en 1123.

23L’ascension de Georges d’Antioche en Sicile semble ne pas être sans effet sur la politique du souverain sicilien à l’égard de l’Ifrīqiya.

Les nouvelles orientations de la politique rogérienne vis-à-vis du dār al-islām après 1123

  • 20 Faut-il comprendre qu’il fait appel à la régente Adélaïde à cette date ou bien faut-il repousser c (...)
  • 21 Cf. chapitre 5, p. 311-315.
  • 22 Ménager, Amiratus, p. 46-47.

24Rappelons que Georges d’Antioche appela Roger à la rescousse en 110820, à la mort de l’émir ziride Tamīm, lors de l’avènement de Yaḥyā, qui lui était hostile et avait fait exécuter le frère de Georges. Un ambassadeur envoyé de Palerme « exfiltra » toute la famille. Cet épisode souligne l’intensité des liens entre la Sicile et les Zirides et la bonne connaissance qu’avaient les Siciliens, dès une période haute, non seulement du terrain, mais probablement aussi de Georges lui-même, intermédiaire parfait pour les relations diplomatiques entre l’île et l’Ifrīqiya. Il explique aussi l’intérêt de Georges pour ce versant de la Méditerrannée plus que pour Byzance, même si l’histoire de sa famille explique en partie sa position21. L’orientation de la politique ifrīqiyenne du comté normand ne change toutefois clairement qu’une fois que Georges s’est imposé contre Christodule, vers 1123 probablement puisque telle est la date à laquelle on voit apparaître Georges dans les documents siciliens22. Ce changement de stratégie n’est néanmoins pas immédiatement couronné de succès.

  • 23 Cf. Ibn al-Athīr, Kāmil, BAS, ar., 1, p. 323 et BAS, 1, p. 456.
  • 24 A. De Simone, « Il Mezzogiorno normanno-svevo », p. 272-273.

25En effet, à la suite d’une attaque almoravide contre le territoire des Hauteville (en Sicile ou en Calabre23), Roger persuadé que l’émir ziride, al-Ḥasan, y est pour quelque chose décide d’attaquer Mahdiya en 1123. Il subit alors une défaite sans appel, symbolisée par le massacre de la garnison d’al-Dīmās chantée par de nombreux poètes de langue arabe et en particulier dans un poème de l’émir ziride lui-même24.

26Ce premier échec est suivi d’une révision de la politique comtale vis-à-vis de l’Ifrīqiya qui, là encore, pourrait bien s’inspirer de l’expérience sicilienne des Hauteville.

Après 1130 : l’Ifrīqiya des Hauteville et les relations avec les Fatimides

27Cette révision s’accompagne d’un renforcement de l’intérêt pour la région et de sa meilleure connaissance, mais commençons par rappeler les principales étapes de la « construction rogérienne », à partir des années 1130. Roger, devenu roi, a alors les mains plus libres pour mettre en œuvre cette réorientation, car il a achevé la « conquête » du midi péninsulaire.

  • 25 Ibn al-Athīr, Kāmil, BAS, ar., 1, p. 325-326 et BAS, 1, p. 459-460 et et Ibn Khaldūn, Kitāb al-‘Ib (...)
  • 26 Sur Jerba : Ibn al-Athīr, Kāmil, BAS, ar., 1, p. 327 et BAS, 1, p. 461.

28En 1134-1135, Mahdiya, attaquée par les Ḥammādides, est défendue par la flotte de Roger II qui se rapproche donc des Zirides25, au moins momentanément. La même année, Jerba est conquise et sa population réduite en esclavage26. En 1142-1143, Roger intervient contre la ville de Tripoli dont la population refuse de reconnaître l’émir ziride al-Ḥasan et a porté les Banū Matrūḥ au pouvoir, mais sa flotte est repoussée. Les Siciliens attaquent alors Gigel sur la côte nord-est du Maghreb central et y provoque des dommages, au nombre desquels figure la destruction du palais de Yaḥyā b. al-‘Azīz, émir ḥammādide, avant de réduire une partie de la population en esclavage.

  • 27 Al-Tijānī, Riḥla, BAS, ar., 2, p. 444 et BAS, 2, p. 60. Cela suggère qu’une partie de la populatio (...)
  • 28 Ibn al-Athīr, Kāmil, BAS, ar., 1, p. 329-330 et BAS, 1, p. 465-466.

29En 1144-1145, le domaine ḥammādide est à nouveau visé et Barask attaqué ; les captifs sont vendus aux musulmans. L’année suivante, l’armée de Roger occupe les Kerkenna qui relèvent théoriquement du domaine ziride. Parallèlement, et les deux affaires sont peut-être liées, à la suite de dissensions internes qui entraînent famine et fuite de la population, Georges d’Antioche intervient à Tripoli, avec mansuétude précise al-Tijānī, parce qu’il envisageait de conquérir d’autres points de la côte. Il y remet au pouvoir les Banū Matrūḥ, tribu arabe qui avait été chassée par des Berbères, sous la protection d’une armée sicilienne formée de chrétiens et de musulmans ; il y désigne un certain Yūsuf b. Zirī comme juge pour les musulmans27. En 1146-1147, la population de Tripoli fait cependant appel aux Almoravides contre les Banū Matrūḥ. Les Hauteville interviennent alors à nouveau en faveur de ces derniers et reprennent la cité en main28.

  • 29 Ibn al-Athīr, Kāmil, BAS, ar., 1, p. 330-332 et BAS, 1, p. 466-469.
  • 30 Ibn al-Athīr, Kāmil, BAS, ar., 1, p. 332 et sq. et BAS, 1, p. 469 et sq.

30En 1147/1148, Gabès est au centre des préoccupations normandes : Rashīd, qui tenait la ville, meurt. Un de ses mawālī, Yūsuf, prend le pouvoir et y place un de ses plus jeunes fils, mais il fait face à l’hostilité des fils de Rashīd. Ces derniers font appel aux Zirides, tandis que Yūsuf se tourne vers Roger, à qui il propose d’être son représentant (wālī). La population se rebelle et décide de confier la ville à al-Ḥasan, l’émir ziride. Se déroule alors à un épisode révélateur des effets de la politique rogérienne : al-Ḥasan et Yūsuf se seraient retrouvés en même temps à Palerme pour solliciter Roger l’un contre l’autre29. L’année suivante, les armes ne résolvant pas la question, une négociation est entamée, Roger désirant réinstaller Muḥammad b. Rashīd au pouvoir30.

  • 31 Ibn al-Athīr, Kāmil, BAS, ar., 1, p. 333-334 et BAS, 1, p. 470-472.
  • 32 Ibn al-Athır, KĀMIL, BAS, ar., 1, p. 335 et BAS, 1, p. 474.
  • 33 Ibn al-Athīr, Kāmil, BAS, ar., 1, p. 335-336 et BAS, 1, p. 475.
  • 34 Ibn al-Athīr, Kāmil, BAS, ar., 1, p. 336 et BAS, 1, p. 476-477.

31En 1148, dans un contexte de famine qui ravage la région depuis quelques années déjà, les Siciliens entendent pousser leur avantage et al-Ḥasan fuit, en abandonnant Mahdiya qui tombe aux mains des troupes menées par Georges d’Antioche31. De son côté, al-Ḥasan qui cherche à rejoindre le Caire par mer en est empêché par Georges ; il se met donc en route en direction des Almohades, non sans demander la permission aux Ḥammādides mais Yaḥyā b. al-‘Azīz le fait placer sous surveillance à Alger jusqu’à l’arrivée des Almohades32. Les Siciliens profitent de cette situation pour envoyer des soldats à Sfax et à Sousse, deux cités gouvernées par des fils d’al-Ḥasan, qui acceptent une reddition immédiate à l’été 114833. Selon Ibn al-Athīr, seule une discorde entre Roger et l’empereur byzantin aurait alors évité à l’Ifrīqiya de tomber toute entière sous le contrôle des Normands34.

  • 35 H. Bresc, « Du ribât au presidio, les enjeux et les contrôles des Détroits siciliens », dans Contr (...)

32Quels sont les principes de la politique rogérienne qui ressortent de ce rappel, au-delà de la première impression de grande volatilité des événements ? Les préoccupations stratégiques sont évidentes et expliquent en partie que seules les cités côtières intéressent les Hauteville. Le rôle central du contrôle des détroits dans son élaboration, que l’on retrouve également pour le versant adriatique, a déjà été bien souligné35.

  • 36 Ainsi à Gabès, en 1147-1148, Yūsuf réclame le vêtement et le diplôme qui feraient de lui un wālī e (...)
  • 37 En 1148, Roger impose la jiziya à la population de Mahdiya, cf. Ibn Khaldūn, Kitāb al-‘Ibar, BAS, (...)
  • 38 À la suite de la reddition de Sfax le 12 juillet 1148, la ville se voit imposer les mêmes conditio (...)

33Un autre volet de cette politique concerne les règles de domination mises en œuvre : elles rappellent là aussi étonamment la situation sicilienne. Elles conjuguent l’autonomie des différents gouverneurs, qui bénéficient d’une délégation de l’autorité royale36, et la reconnaissance symbolique par la population locale de sa soumission aux Hauteville. Cette dernière passe par le versement de la jiziya37 en échange de l’amān (protection) accordé par les souverains38, selon le principe du renversement de la dhimma, appliqué aussi en Sicile.

  • 39 Ces enjeux sont en partie exposés dans les travaux de D. Abulafia, « L’attività commerciale genove (...)

34Il est clair que ces choix répondent aussi à des motivations économiques, même si cette dimension n’apparaît guère dans les chroniques : le royaume normand a besoin d’or et vend son blé pour se le procurer, à un moment où l’Ifrīqiya traverse des difficultés récurrentes (famines, etc.). Il s’agit également de contrebalancer le rôle grandissant des communes septentrionales en Méditerranée et en Sicile en faisant fonctionner des réseaux commerciaux qui n’ont pas encore disparu39.

35Un autre point commun avec la situation sicilienne et qui va de pair avec la levée d’une jiziya, tient à ce que le christianisme est une des dimensions mises en avant par les Hauteville dans leur construction ifrīqiyenne. Elle a été bien mise en lumière pour l’évêché de Mahdiya, dont le rôle a été moins symbolique qu’on ne l’avait pensé dans un premier temps. Le soutien apporté au christianisme dans ce contexte, même s’il correspond à une réalité régionale assez ténue, permet à Roger II de revendiquer sa politique et la domination de l’Ifrīqiya aux yeux des deux ensembles chrétiens de l’époque ; elle justifie son action. De ce point de vue, on peut se demander, et l’on n’a pas manqué de le faire dans le passé, quelle est la nature du pouvoir que Roger II revendique d’exercer sur l’Ifrīqiya.

  • 40 Le dossier a été repris dans J. Johns, « Malik Ifrīqiya : The Norman Kingdom of Africa and the Fat (...)
  • 41 Cf. supra, chapitre 1, p. 106-108 ; la locution en question est la suivante : alhaḋra [...] mālika (...)
  • 42 Cf. Abulafia, « The Norman Kingdom of Africa », p. 41.
  • 43 Cf. ibid, le développement le plus complet à ce sujet, p. 41 et appendice p. 48-49. La légende aur (...)
  • 44 45 D. Abulafia avançait la même hypothèse (ibid., p. 48).

36Il y a deux décennies environ, la discussion a porté sur la question de la titulature de Roger II qui se serait défini comme malik Ifriqiya (« souverain de l’Ifrīqiya »). Les éléments mis en avant dans le débat sont les suivants : la frappe monétaire d’époque normande à Mahdiya40, la stèle funéraire élaborée par Grisantus41, quelques actes privés42 et une épée de Roger sur laquelle aurait été gravé ce titre et qui est évoquée dans une série de sources variées43. Or, aucun de ces éléments n’est décisif : la monnaie frappée à Mahdiya porte le simple titre de malik, sans référence aucune au christianisme, qu’il s’agisse de Roger ou de Guillaume Ier ; les actes invoqués, comme la stèle dont le texte a été rédigé par Grisantus, relèvent de la sphère du privé et ne sauraient donc constituer un indice certain de l’élaboration royale. Quant à l’épée, on hésite à penser qu’elle a existé44. Tout semble en effet découler d’un texte normand qui chante Rouen et ceux qui en sont issus, dont Roger II :

  • 45 M. Richard, « Notice sur l’ancienne bibliothèque des échevins de la ville de Rouen », Précis analy (...)

Ex te progenitus, Normanno sanguine clarus,
Regnat Rogerus victor, sapiens opulentus.
Te Rogere potens, tu maxima gloria regum ;
Subditur Ytalia et Siculus, tibi subditur Afer ;
Grecia te timet et Syria et te Persa veretur ;
Ethiopes albi germania nigra requirunt
Te dominante sibi, te protectore tueri.
Vera fides et larga manus tibi septa dedere ;
Te dignum imperio solum diiudicat orbis45

  • 46 Cf. H. Bresc, sur l’écho de ce rétablissement dans le monde latin, « Le royaume normand d’Afrique  (...)

37Ce texte qui aurait été rédigé entre 1147 et 1151 semble fournir la substance du vers qui aurait orné l’épée. Il n’est guère étonnant que cet aspect soit retenu en faveur des Normands46, même si, l’intérêt réel de la papauté pour les chrétiens en terre d’Islam et pour l’évangélisation est un peu plus tardif.

38Le fait que l’autorité des souverains normands ne soit jamais définie officiellement comme chrétienne s’explique certainement par le fait qu’elle aurait fait voler en éclats la pax fatimida. Les Fatimides laissent les mains libres aux Hauteville en Ifrīqiya car ils y sont un facteur de stabilité, mais l’expression de leur pouvoir suit des règles islamiques, l’humiliation de la jiziya en sus.

39L’horizon africain joue donc un rôle fondamental dans la construction du projet rogérien. Non seulement il procure au comté puis au royaume des ressources supplémentaires, mais, en outre, il permet de mettre fin au statut exceptionnel de la Sicile : cette domination chrétienne minoritaire numériquement qui s’exerce sur une population arabo-musulmane n’est plus une exception insulaire. Il autorise également la Sicile à développer des ambitions de nature impériale sur le même plan que d’autres ensembles politiques, à justifier le refus de la croisade orientale et à traiter sur un pied, sinon d’égalité du moins de respect mutuel, avec les Fatimides.

40La mort des deux principaux protagonistes de cette élaboration, Roger II et Georges d’Antioche ne pouvait pas ne pas avoir de conséquences ou, au moins, reposer la question de l’intérêt de cette politique.

II. Le règne des deux guillaume ou l’âge des turbulences

  • 47 De ce point de vue, les derniers roi normands n’ont guère laissé de traces.

41La mort de Roger II clôt une première moitié de siècle qui a connu, surtout sous ce souverain, une stabilité relative et une expansion notable. Cette impression tient sans doute en partie au fait, il est vrai, que nous ne connaissons guère le détail de la trame événementielle, en particulier pour l’histoire de la Sicile elle-même. La disparition du premier roi Hauteville (1154) a été précédée de celle de son plus fidèle conseiller, Georges d’Antioche, en 1151. Guillaume Ier, Marguerite pendant sa régence et Guillaume II47 ont promu des choix différents dans un contexte qui évoluait ; ce dernier, en particulier, a bénéficié d’un long règne, quasiment aussi long que celui de Roger II (plus de deux décennies). Ce sont donc ces transformations que nous mettrons ici en lumière en illustrant les moyens mis en œuvre afin de faire face aux fragilités institutionnelles révélées par les tensions qui se font jour dans le royaume.

  • 48 Pseudo-Falcand, Liber de regno Sicilie et S. Tramontana, Lettera a un tesoriere.
  • 49 Pour Pierre d’Eboli, voir la dernière édition, sous le titre Liber ad honorem Augusti sive De rebu (...)
  • 50 Sur ce personnage, cf. Tancredi : conte di Lecce, re di Sicilia (Atti del Convegno internazionale (...)

42L’analyse de l’évolution politique interne de la Sicile au cours de la deuxième moitié du XIIe siècle ne peut s’appuyer que sur trois sources, mais elles sont exceptionnelles ; il s’agit des deux ouvrages du Pseudo-Falcand48 et du Liber ad honorem Augusti de Pierre d’Eboli49. Ces trois textes sont polémiques, souvent à la limite du pamphlet. La chronique intitulée Liber de Regno Sicilie relate l’évolution politique du royaume normand de 1154 (mort de Roger II) à 1169 (exil d’Étienne du Perche et mise en place d’un triumvirat de conseillers sous Guillaume II). Les deux autres textes, la Lettre au Trésorier de Palerme et le De Rebus Siculis Carmen de Pierre d’Eboli, sont à replacer dans un contexte légèrement plus tardif, au moment de la crise dynastique qui met aux prises Tancrède50 et Henri VI après la mort sans héritier de Guillaume II en 1189. Dans ce cadre, le Pseudo-Falcand soutient résolument Tancrède, tandis que Pierre d’Eboli est farouchement favorable à l’empereur.

  • 51 Cf. la synthèse de A. De Lellis, « Il “Liber de Regno Sicilie” e la “Epistola ad Petrum” del cosid (...)
  • 52 J. -M. Martin, Italies normandes, p. 270.
  • 53 G. E. Hood, « Falcandus and Fulcaudus, Epistola ad Petrum, Liber de Regno Sicilie. Literary Form a (...)
  • 54 Ibid., p. 7-8. Dans la première (PL 131), Pierre de Blois avance que le pape actuel et l’abbé de S (...)
  • 55 Ibid., p. 12.
  • 56 Ibid., p. 32-35.

43L’anonymat du Liber de regno Sicilie, autrement intitulé De tyrannide Siculorum, et de la Lettre a donné naissance à des hypothèses diverses51 et si, finalement, on a renoncé à en identifier l’auteur (que l’on pense être unique), on a tenté de le replacer dans le panorama politique général de la Sicile. Ainsi, Jean-Marie Martin voit en lui un représentant de la noblesse d’origine française, favorable à un gouvernement royal fort mais qui fasse une place, réduite certes, à la noblesse latine52. Toutefois, une nouvelle tentative d’identification a été proposée récemment53. Son auteur revient sur l’ancienne attribution des deux œuvres à Hugues Foucaud (Fulcaudus), abbé de Saint-Denis de 1186 à 1197. Elle avait été avancée à la suite de la première édition des deux ouvrages en 1550 par Gervais de Tournay à qui Mathieu de Longuejoue, évêque de Soissons, avait confié un codex en mauvais état qui portait un nom que l’éditeur avait déchiffré comme étant celui d’Hugo Falcandus ; la Lettre y faisait office de préface. Les arguments, qui ne se réduisent pas à cette mention aujourd’hui invérifiable en raison de la disparition de ce manuscrit, sont assez convaincants. Nous les énumérons rapidement : deux lettres de Pierre de Blois adressées à l’abbé de Saint-Denis évoquent leur passé sicilien commun54, Hugues Foucauld est de formation probablement sicilienne55 et une comparaison entre le lexique le moins usuel des chartes attribuables à l’abbé de Saint-Denis et celui des deux œuvres siciliennes considérées comme anonymes montre des similitudes dans le choix de vocables rares. Toutes trois ont en commun en effet l’utilisation d’un lexique peu commun dans les textes latins du XIIe siècle56.

  • 57 Sans jamais citer G. E. Hood, S. Tramontana s’oppose à sa révision dans : « La lettera dello pseud (...)
  • 58 Comme le rappellent, après d’autres, S. Tramontana dans Lettera a un tesoriere di Palermo, p. 69-7 (...)
  • 59 G. E. Hood, « Falcandus and Fulcaudus », p. 3 ; The History of the tyrants of Sicily, p. 50-51. De (...)

44S’il n’est pas possible de trancher définitivement en faveur de cette hypothèse57, raison pour laquelle nous continuerons à désigner l’auteur par l’expression « Pseudo-Falcand », elle cadre bien cependant avec un certain nombre des caractéristiques de cette œuvre. La solide culture de l’auteur en littérature latine classique suggère qu’il était probablement clerc58. Hugues Foucaud a pu assurer pendant son séjour une fonction à la cour comme d’autres lettrés occidentaux (de Jean de Salisbury à Pierre de Blois) et l’auteur fait montre d’une remarquable connaissance du milieu de cour palermitain. La lettre au trésorier Pierre est rédigée par un homme qui quitte la Sicile, ce qui ne contredit pas la biographie de Hugues Foucaud. Enfin, la conservation d’un manuscrit des deux œuvres en France au XVIe siècle et de trois manuscrits aujourd’hui à la Bibliothèque nationale de France vont dans le même sens59.

  • 60 C. Frugoni, « “Fortuna Tancredi. Temi e immagini di polemica antinormanna in Pietro da Eboli », d (...)
  • 61 Cf. Petri Ansolini De Ebulo, De Rebus Siculis Carmen, éd. E. Rotta, 1904, Città di Castello (RIS, (...)

45Si l’on connaît l’identité de l’auteur du De rebus siculis Carmen, la vie de Pierre d’Eboli nous échappe en grande partie60. Un seul manuscrit de son œuvre a été conservé, mais les éditions en sont nombreuses, motivées autant par les liens de Pierre avec l’Empereur que par la richesse des miniatures qui ornent l’ouvrage61.

46Des résistances locales peuvent se faire jour, les grands de la Terre ferme se rebeller, des communautés urbaines ou paysannes manifester leur hostilité face à la dégradation de leurs conditions de vie ou de leur statut juridique, mais le jeu politique, surtout dans le contexte de la centralisation voulue par les souverains siciliens, se déroule avant tout à la cour et c’est à Palerme que l’on vient manifester son mécontentement. Jusque dans les années 1190, les œuvres siciliennes conservées se focalisent en effet sur les événements palermitains, les autres régions du regnum apparaissant périphériques.

Le règne de Guillaume Ier (1154-1166) ou la manifestation des tensions

  • 62 Pour une critique de l’histoire telle que le Pseudo-Falcand la retrace, cf. l’introduction de The (...)
  • 63 Une des premières synthèses documentées sur Guillaume Ier est celle de G. B. Siragusa, très favora (...)

47Nous n’entendons ni dresser un tableau de la situation réelle de la cour palermitaine dans les années 1150-1160 ni faire un portrait de Maion de Bari à partir du Pseudo-Falcand62. Mais celui-ci propose dans la Lettre au Trésorier une lecture des causes de la fin de la dynastie normande en Sicile, partiale et partielle, qui ne manque pas d’intérêt en raison de sa cohérence et parce qu’elle met bien en relief à la fois le type de politique royale qui pouvait être portée par une partie des élites siciliennes et les tensions entre les divers groupes culturels qui s’affrontent à la cour. Il est probable que ces dernières apparaissent d’autant plus nettement sous Guillaume Ier que les informations sur ce règne nous sont fournies précisément par le Liber de regno Sicilie. Mais il est indéniable que la royauté normande traverse une crise pendant la première moitié du règne de Guillaume Ier (1154-1166)63. Toutefois, moins que les faits retracés ou la critique de la présentation qu’en fait le Pseudo-Falcand, c’est la pensée politique de l’auteur qui nous retiendra.

Tyrannie et projet sicilien

  • 64 O. Capitani, « Motivazioni peculiari e linee costanti della chronachistica normanna dell’Italia me (...)
  • 65 H. Wieruszowski, « Roger II of Sicily, “Rex-Tyrannus” ».
  • 66 Le titre et l’introduction de The History of the Tyrants of Sicily l’illustre parfaitement.

48Que le Pseudo-Falcand soit de parti pris est incontestable, mais c’est précisément ce qui fait l’intérêt de sa chronique intitulée, rappelons-le, De tyrannide Siculorum (qu’il conviendrait de traduire « À propos de la tyrannie des Siciliens »). Comme l’a souligné Ovidio Capitani64, l’auteur prend position sur un sujet qui fait partie des clichés qui circulent depuis longtemps au sujet de la Sicile. Au XIIe siècle encore, le thème est repris par Jean de Salisbury et d’autres65, ce que le Pseudo-Falcand ne pouvait ignorer. À l’opposé de ce que l’on avance souvent66, il déconstruit, toutefois, le mythe de la Sicile-terre de tyrannie ; il le réinterprète. Pour ce faire, il exalte Roger II souvent critiqué de ce point de vue et insiste sur les divisions internes de la cour sous Guillaume Ier. Il montre, chemin faisant, qu’elles découlent de la faiblesse de ce roi et résultent de son abandon du modèle politique érigé par Roger II. La Sicile ne génère pas les tyrans, mais sa situation culturelle unique requiert une politique ferme, sans quoi ce paradis devient un enfer.

  • 67 – La première occurrence du terme, après le préambule, vise à critiquer son utilisation pour quali (...)
  • 68 Le passage se place pendant l’assaut donné au palais en 1161, au moment de la mort accidentelle du (...)
  • 69 Ibid., p. 3-4.

49L’utilisation que le Pseudo-Falcand fait du mot « tyrannie » dans sa chronique le place en général dans un contexte d’expression partisane et inconstante ; on soupçonne l’autre de tyrannie, on l’en accuse ; il ne s’agit qu’exceptionnellement du résultat d’une analyse politique : en général, ce sont des récriminations mises dans la bouche de tel ou tel individu qui critique un adversaire67. L’auteur n’utilise qu’une fois le vocable en exprimant son sentiment sur le sujet, au sein d’une explication d’ordre général68. Mais il faut remettre le passage dans son contexte : le début du paragraphe annonce l’énumération des graves conséquences qui découlent du bref mouvement de rébellion qui a agité Palerme en 1161. Au cours de ces événements, nombre d’hommes valeureux ont été tués, des trésors ont été détruits et le duc Roger, fils de Guillaume Ier, est mort accidentellement. Le préambule de l’ouvrage avait expliqué que la Sicile, plutôt que terre de tyrans, était un lieu où la Fortune tourne rapidement69, le passage en question le démontre. Le sujet de la phrase est l’île (« Pour que cette île ne manque jamais de tyrans »), c’est-à-dire ses habitants, inconstants et influençables. Guillaume n’est critiqué que pour sa faiblesse, qui explique ses réactions d’une extrême violence lorsqu’il se décide enfin à agir.

50La population sicilienne est soumise, malgré elle, à la tyrannie, en raison des coups de la Fortune. Son seul vrai tort est de ne pas chercher à s’en prémunir – qu’ils prennent la forme de divisions ou d’alliances entre les divers groupes culturels insulaires – par une conduite raisonnée et conforme à l’éthique (notamment de respect de l’autorité souveraine). La personnalité morale de certains individus, dont l’action est décisive en raison de la position qu’ils occupent y est en effet pour beaucoup. L’explication en termes de factions et de morale personnelle est systématiquement privilégiée contre une vision ancienne et monolithique de l’île comme mère de tyrannie. Ces deux facteurs convergent pour provoquer la désunion des Siciliens et donc leur faiblesse face à l’ennemi extérieur.

  • 70 Le passage utilisé est le suivant : Transalpinos maxime, cum ab Northmannis originem duceret, scir (...)
  • 71 Idque curabat, ut non magis viribus quam prudentia et hostes contereret et Regnum suum productis f (...)
  • 72 Ibid. : Aliorum quoque regum ac gentium consuetudines diligentissime fecit inquiri, ut quod in eis (...)

51On a souvent insisté sur le fait que le Pseudo-Falcand avait loué Roger pour son mode de gouvernement qui ménageait les Normands et faisait une place aux grands du royaume70. Mais, plus encore, c’est la manière dont il rend compte de la construction rogérienne et fait siennes les intentions qui y président qui frappe le lecteur, d’autant que cette position est en totale adéquation avec celle exprimée dans la Lettre au trésorier, dont il serait également l’auteur. En effet, on présente souvent la phrase du préambule qui souligne l’honneur dans lequel le roi tient les Français comme une synthèse de la pensée politique de l’auteur. Toutefois, son contexte immédiat suggère une autre lecture : dans les lignes qui la précèdent, le Pseudo-Falcand chante la construction d’un empire71 et la capacité qu’avait Roger II d’intégrer des apports divers dans l’édification de son royaume72, sans qu’il y ait de solution de continuité entre les deux éloges. En revanche, la phrase concernée, incluse dans le paragraphe suivant, semble simplement contrebalancer ce qui pourrait passer pour un oubli des origines : le souverain est, aussi, fier d’être normand. Cette notation n’est donc là que pour rétablir un équilibre et éviter la critique d’une politique trop « philo-islamique » menée par Roger : sa politique prend en compte toutes les composantes de la population du regnum sans exception. On n’entendra d’ailleurs plus parler des Normands jusqu’à la fin du récit. Ce portrait finit sur la justification du gouvernement fort, et parfois cruel, mis en place par ce souverain. Ce tableau se caractérise donc par la cohérence de l’action rogérienne.

52Par contraste, Guillaume Ier apparaît incapable de réunir autour de lui les différents groupes qui composent les élites siciliennes, parce qu’il n’a pas l’autorité nécessaire. Mais, plus encore que le roi, c’est l’émir Maion de Bari, le ministre le plus important du roi de 1154 à 1160, qui reçoit les coups de plumes du Pseudo-Falcand.

Le parcours politique sinueux de Maion de Bari sous Guillaume Ier

  • 73 Cf. S. Tramontana, La monarchia normanna e sveva, dans Storia dell’Italia, 3, Milan, 1986, puis ré (...)
  • 74 Pour des informations nouvelles sur l’ascension de Maion après la mort de Georges d’Antioche, du v (...)

53Nous ne reviendrons pas ici sur les détails de l’évolution politique sicilienne, bien connue73, mais nous arrêterons plutôt sur les conceptions générales défendues par la chronique du Pseudo-Falcand. Le portrait de Guillaume Ier y apparaît contrasté. Ce que lui reproche, en premier lieu, le chroniqueur ce sont l’éloignement des ministres de son père et la désignation comme principal conseiller de Maion de Bari74, individu originaire de la ville dont il porte le nom, de la Terre ferme donc, et d’humble extraction selon lui, qui aspire à la grandeur personnelle bien plus qu’au service efficace du souverain. Il gouverne seul et dans son seul intérêt, erreur impardonnable dans un contexte qui requiert un partage équitable des tâches entre les différents groupes culturels et un fort sens de l’intérêt du royaume.

  • 75 Pseudo-Falcand, p. 18-20.
  • 76 Contrairement à ce qu’avance S. Tramontana, La monarchia normanna e sveva, p. 192-193. Le problème (...)

54Immédiatement après sa nomination, Maion fomente un complot et ne cesse par la suite d’œuvrer contre les intérêts du roi tout en se rendant indispensable. Le ministre est un homme novus en politique et sans morale, deux caractéristiques qui vont de pair. Le véritable problème paraît toutefois moins social que politique : Maion manœuvre pour que la Pouille se rebelle75 et surtout pour que la Sicile perde le contrôle de Mahdiya76. Il mène sa politique en fonction du continent et non de l’embryon d’empire que Roger a édifié. Maion, non seulement ne réalise donc pas le manque à gagner que provoque cette perte, mais il remplace en outre les enjeux méditerranéens par des enjeux qui vont causer la ruine de la Sicile.

  • 77 Le Pseudo-Falcand soupçonne même Maion d’avoir favorisé la perte de Mahdiya afin de monter la plèb (...)
  • 78 Ce qui est confirmé quelques pages plus loin, lorsque Maion fait courir le bruit que le roi voit p (...)

55L’importance que revêt la perte de Mahdiya en 1160 pour le Pseudo-Falcand est a priori surprenante, surtout parce que son récit laisse supposer que ce retournement eut des répercussions sur l’état d’esprit général et que cet horizon lié au dār al-islām n’était donc pas sans importance pour la population, au moins palermitaine77. Une telle constatation suggère à la fois que les victoires ifrīqiyennes des souverains devaient être célébrées avec faste et que des bénéfices importants étaient tirés des rapports entre l’île et la ville ifrīqiyenne78, mais aussi que se trouvaient à la cour un certain nombre de personnes directement affectées par cette défaite. Cette dernière est attribuée, d’une part, à la trahison du gayt Pierre – aucune raison précise n’est avancée si ce n’est le fait que, comme tous les eunuques du palais, à en croire l’auteur, Pierre était demeuré musulman malgré sa conversion – et, d’autre part et surtout, à la manœuvre de Maion qui convainc Guillaume que les assiégés ont assez de vivres pour poursuivre le combat alors qu’ils meurent de faim. La naïveté du roi démontre qu’il ne comprend pas plus que son conseiller l’œuvre de son père.

  • 79 Entre autres passages qui soulignent ce lien, celui-ci qui suit la mort de Maion : Eodem ergo die (...)
  • 80 Après la mort de Maion, Thesauris autem ejus quotquot inveniri potuerunt ad Curiam sine dilatione (...)
  • 81 Ibid., p. 47 et 50.

56Les deux années qui vont de 1158 à l’assassinat de Maion par Mathieu Bonel, représentant de la noblesse latine insulaire, en novembre 1160, sont caractérisées par une recomposition du spectre politique. Mathieu d’Aiello (Notarius Matthaeus), qui apparaîtra par la suite comme l’un des partisans les plus fervents d’une monarchie forte et efficace en même temps que chrétienne, se rapproche de Maion. Un tel mouvement reflète le regroupement du parti « administratif» autour de l’émir79, ce que confirme le soutien apporté à Maion par un certain nombre d’eunuques80. Une fois excité contre lui l’ire d’une partie des nobles du royaume, qui l’accusent de confisquer l’exercice du pouvoir, Maion s’allie donc aux fonctionnaires d’origine arabo-musulmane, dont le soutien apparaît comme indispensable. Il est donc clair que les logiques des alliances qui se nouent au palais sont nettement plus complexes que si elles étaient guidées seulement par des éléments culturels ou linguistiques. Le chroniqueur, quant à lui, leur reproche de travailler à leur propre enrichissement, et à celui de leur maître, plus qu’au service du royaume et du roi, ce qui pousse les eunuques à conspirer ensuite auprès du roi contre Mathieu Bonel, qui tente de s’opposer à cette concentration du pouvoir entre quelques mains81.

57La mort de Maion ne pouvait donc manquer d’entraîner une nouvelle recomposition du champ politique à la cour.

La crise des années 1160-1162 et l’irrésistible ascension de Mathieu d’Aiello

  • 82 Ibid., p. 69 : Cum autem eis terrarum, feudorumque distinctiones, ritusque et instituta Curiae pro (...)

58Une fois un calme précaire revenu, le souverain appelle au gouvernement Henri Aristippe, érudit spécialiste de textes grecs, Richard Palmer, évêque de Syracuse, et Silvestre, comte de Marsico. Surtout, Mathieu d’Aiello est tiré de prison, où il avait été jeté pour complaire au parti « boneliste », parce qu’il est le seul à pouvoir reconstituer les defetarii (dafātir al-ḥudūd), les cahiers qui contiennent les limites des concessions et des domaines royaux, brûlés lors de l’assaut contre le palais royal82. On peut donc supposer que les eunuques qui auraient pu contribuer à cette réélaboration ont été en partie éliminés ou bien qu’on ne leur accordait plus la même confiance. Cette solution souligne en outre l’ascension d’individus latins à même de remplir des tâches administratives en arabe. Il n’en reste pas moins surprenant que Mathieu, considéré par tous les historiens comme un latin de Salerne très chrétien, connaisse aussi bien l’arabe et l’administration financière du royaume : il est probable qu’il a été formé pour cette fonction à dessein, même si nous ignorons dans quel cadre.

  • 83 Parce qu’il était aussi marié à une musulmane ?
  • 84 Nous remercions Elena Pezzini d’avoir attiré notre attention sur cette illustration. Cf. Annexe XV (...)
  • 85 Cf. chapitre 3.
  • 86 Ses relations avec les eunuques sont mentionnées à plusieurs reprises Cf. infra.

59De fait, Mathieu d’Aiello n’est pas un personnage ordinaire. Homme politique redoutable, à l’étonnante longévité dans un contexte aussi troublé (il reste au sommet du pouvoir au moins une trentaine d’années), les sources en livrent deux portraits contradictoires. Arabophone, taxé de bigamus83 par Pierre d’Eboli qui le déteste, il est, en outre, dépeint par ce dernier prenant des bains de pied dans le sang d’enfants égorgés84. Les chartes siciliennes illustrent, quant à elles, les nombreuses fondations d’églises que lui doit la ville de Palerme et, notamment, celle d’un lieu de culte qui deviendra la Magione teutonique, dont il décore le plafond de motifs islamisants85. Sa très longue carrière politique, retracée en grande partie par le Pseudo-Falcand, suggère qu’il est l’une des figures-clés de la paix au sein du Palais royal en raison de ses liens avec l’élément arabo-musulman sur lequel il exerce un ascendant certain86. Il n’est pas sans évoquer certains traits de la personnalité de Georges d’Antioche, mais il doit composer avec une administration plus articulée et une noblesse latine plus structurée et frondeuse. Son pouvoir est nettement moins personnalisé et il semble agir depuis les coulisses plutôt qu’il ne se place au premier plan.

  • 87 Pseudo-Falcand, p. 48-49.
  • 88 Le passage est connu, Pseudo-Falcand, p. 69-70.

60Lorsque Mathieu Bonel, qui était mêlé au meurtre de Maion, après avoir été appelé à la cour est menacé par les eunuques, il contre-attaque en complotant de remplacer le roi par son fils Roger, emprisonne le roi et pille le palais avec ses soutiens87. Les eunuques et les Sarrasins de Palerme, fournissent leur lot de victimes aux massacres organisés par les hommes d’armes qui appuient le rebelle88. Toutefois, Mathieu Bonel et ses troupes sont acculés par les Palermitains à faire marche arrière et contraints de relâcher le souverain. Mais la rébellion gronde au centre de la Sicile et, avant d’y mettre fin, Guillaume Ier fait aveugler et emprisonner Mathieu Bonel.

  • 89 Ibid, p. 73.

61Les événements de l’année 1161 ont en effet des répercussions ailleurs en Sicile. Les événements palermitains entraînent ainsi des massacres de musulmans, orchestrés par les Lombards contre les Sarrasins du Val de Noto89. Les révoltés qui s’y livrent sont présentés comme des partisans de Mathieu Bonel.

  • 90 Cf. infra.
  • 91 Les deux informations sont données dans Pseudo-Falcand, p. 79.
  • 92 Ibid., p 85-86.
  • 93 Fortification située au nord de la ville de Palerme, au bord de la mer.
  • 94 Pseudo-Falcand, p. 86-87 : Sed et Bartholomeus Parisinus, aliique justitiarii, stratigoti, camerar (...)

62Les conséquences de cette dégradation de la situation des eunuques palatiaux sont variées mais montrent que leur position est encore forte et qu’ils sont au cœur de réseaux étendus. Ainsi Iohar, qui exerce d’importantes fonctions dans l’administration fiscale90, parti sur la Terre ferme avec le roi pour y remettre de l’ordre, se plaint de vexations subies dans l’armée et s’enfuit avec les sceaux royaux pour rejoindre les rebelles. Rattrapé, il est mis à mort sur l’ordre de Guillaume. Dans le même temps, le gayt Martin, un eunuque du palais royal, qui avait perdu un frère dans les mouvements anti-arabo-musulmans de Palerme, profite de l’absence du roi dans la capitale pour y faire régner la terreur. Il y torture à sa discrétion un grand nombre de chrétiens91, aidé en cela par Robert de Calatabiano92, châtelain du Castello a mare93. Ensemble, ils mettent en coupe réglée la Sicile, imités par les fonctionnaires locaux94, mais aussi la Pouille et la Terre de Labour, par le biais de la taxe de rédemption que devaient verser les cités qui s’étaient rebellées contre le souverain.

63Après cette crise sanglante qui fait apparaître pour la première fois au grand jour des logiques de groupes, définis de manière en partie culturelle, mais reflétant ou répondant surtout à des logiques partisanes de domination et de pouvoir, le calme est rétabli et les années qui suivent (de 1161 à la mort de Guillaume en mai 1166) s’écoulent dans une relative tranquillité, qui explique le silence du chroniqueur.

64Il est toutefois significatif que ce moment de tensions maximales corresponde à une nouvelle évolution de la politique extérieure, retenue par le Pseudo-Falcand contre Guillaume Ier.

Abandonner l’Ifrīqiya ? Réticences ifrīqiyennes, nouveaux choix politiques et nouveaux ennemis

  • 95 Cf. p. 324.
  • 96 Ibn al-Athīr, Kāmil, BAS, ar., 1, p. 336-337 et BAS, 1, p. 477-478 et Ibn Khaldūn, Kitāb al-‘Ibar, (...)

65Guillaume Ier doit se positionner par rapport à un contexte qui évolue à la fin de la période rogérienne en raison de la pression militaire croissante des Almohades. En 1152-1153, on l’a vu95, les Ḥammādides, malgré une proximité très relative avec le souverain sicilien, ne peuvent que se réfugier à Palerme et les Hauteville constater leur impuissance à freiner l’avancée des Almohades. La région de la Qal‘a, Bougie, Constantine et Bône est inexorablement conquise et le fait de représenter localement l’autorité sicilienne n’est d’aucun secours pour les émirs en place, comme le montre le sort d’al-Ḥārith à Bône96.

  • 97 Al-Tijānī, Riḥla, BAS, ar., 2, p. 440-441 et BAS, 2, p. 55-56.
  • 98 Ibn al-Athīr, Kāmil, BAS, ar., 1, p. 339 et BAS, 1, p. 480-482 et A. De Simone, « Il mezzogiorno n (...)
  • 99 Ibn al-Athīr, Kāmil, BAS, ar., 1, p. 339-340 et BAS, 1, p. 482-483.

66Or, ces revers siciliens ne sont pas sans effet sur l’Ifrīqiya : ainsi, la population de Jerba se soulève en 1153-1154 contre la domination sicilienne, subissant en retour une violente répression97. Il est probable toutefois que la nouvelle donne maghrébine se conjugue aux informations qui arrivent de Sicile au sujet de l’affaiblissement du pouvoir royal et des rébellions qui éclatent tant en Sicile que sur la Terre ferme. Parallèlement, on a souligné les maladresses politiques de Guillaume Ier qui, par sa politique autoritaire, réussit à dresser contre lui Sfax et Tripoli98. En 1158-1159, la sortie de Tripoli de l’orbite sicilienne est l’aboutissement de cette évolution99.

  • 100 Pseudo-Falcand, p. 25.
  • 101 H. Bresc, « Le royaume normand d’Afrique ».

67Quant à Mahdiya, l’existence d’un dīnār frappé au nom de Guillaume Ier, semblable en tous points à celui de son père, souligne une volonté de continuité politique, mais la remise en cause de l’autorité sicilienne par la population n’autorise pas le souverain à maintenir cette orientation. L’abandon de Mahdiya en 1160, comme le laisse entendre le Pseudo-Falcand, équivaut à celui de l’Afrique, dont la ville porte souvent le nom éponyme dans les sources latines100. La chute de la ville se solde par le retour à Palerme des trésors de la cathédrale et de l’église Saint-Nicolas de Mahdiya. Apparaît ainsi au grand jour la fragilité du renouveau chrétien voulu par Roger II101.

  • 102 A. De Simone, « Il mezzogiorno normanno-svevo », p. 287.

68L’horizon islamique de la politique sicilienne disparaît-il pour autant ? L’unique écho d’une réorientation de la politique de Guillaume Ier réside dans l’attaque, qu’il mène en 1155, de Damiette, Tinnīs, Rashīd et Alexandrie en Égypte102.

III. La régente Marguerite, Guillaume II et leurs conseillers : tensions et luttes politiques

  • 103 Pseudo-Falcand, p. 88.

69Guillaume Ier voyant sa fin approcher, prend des dispositions concernant l’organisation du gouvernement après sa disparition. L’évêque de Syracuse, Richard Palmer, le gayt Pierre et Mathieu d’Aiello sont désignés comme familiers du jeune héritier Guillaume, alors âgé de douze ans, tandis que Marguerite de Navarre, la reine, doit assurer la régence103. La période qui suit renoue avec les soubresauts politiques, dans un contexte méditerranéen profondément transformé.

Les grandes lignes de l’évolution interne

La régence de Marguerite (1166-1171)

70Un certain nombre de mesures qui visent, notamment, à desserrer la pression fiscale, sont immédiatement prises et les instructions du défunt roi sont respectées, même si l’évêque de Syracuse et Mathieu voient leur activité soumise à l’autorité du gayt Pierre. Le Pseudo-Falcand décrit ce dernier comme un homme digne de respect, si l’on excepte l’hostilité qu’il manifeste à l’égard des chrétiens. Sous le règne de Guillaume Ier un fossé s’est donc manifestement creusé entre les divers groupes qui gravitent autour du pouvoir royal. Toutefois, la solution choisie par le roi est nouvelle à plus d’un titre : Richard Palmer, évêque de Syracuse, est un « Transalpin » anglais, Mathieu d’Aiello un Lombard arabophone, Henri Aristippe est un Latin, hellénisant de renom, et Pierre, enfin, un eunuque converti élevé à la cour. Il pourrait donc sembler que tous les groupes insulaires sont ainsi expressément représentés au plus haut niveau de l’État, sur un même pied. Néanmoins, dans le même temps, les caractéristiques culturelles de chacun de ses personnages soulignent à quel point cette analyse en termes de groupes culturels est insuffisante : comptent les compétences linguistiques et administratives, et non l’origine des individus.

  • 104 Ibid. : Ajebant enim Transalpinae gentis superbiam, quae hactenus potestate praedita Curiae, freta (...)
  • 105 Ou plus exactement construits comme tels, mais complexes et toujours fluides.
  • 106 Pseudo-Falcand, p. 93-94.

71Les dissensions n’en demeurent pas moins exacerbées ; pour preuve, la constitution immédiate d’un parti mené par des évêques siciliens et continentaux, flattant les soldats qui protestent contre les abus fiscaux commis par ceux qui ont autorité dans le domaine, mais surtout complotant contre l’élu de Syracuse, Richard Palmer. Son origine anglaise est prise pour cible et Mathieu d’Aiello rejoint en secret ses opposants. Le Pseudo-Falcand critique cet anti-« transalpinisme »104, exprimant ainsi le fond de sa position : le désespoir que fait naître en lui l’incapacité de tous à dépasser les logiques d’alliances et de réseaux, en partie culturels105, pour le bien du royaume. Les tensions opposent ici les nouveaux venus qui arrivent régulièrement et les Siciliens, présents de longue date dans l’île. Le Pseudo-Falcand ne prend pas la défense de Richard Palmer, mais suggère que ce complot n’a de motivations que personnelles. Tous agissent sur le même mode. Le fait que les factieux se mettent aussitôt à courtiser l’eunuque Pierre (qui, par contraste, n’apparaît pas comme un étranger) est éclairant de la part d’individus dont une partie est hostile à une monarchie « bureaucratique »106. Ils convainquent Pierre que l’évêque complote pour le faire assassiner et qu’il doit prendre les devants. La cour qui se forme autour de l’eunuque, cour d’évêques rappelons-le, montre à la fois que les lignes de partage ne sont pas toujours là où on les attendrait, qu’elles se recomposent, en outre, sans cesse, et que le pouvoir du gayt est immense.

  • 107 Ibid., p. 97. Il lui confie que : Jam enim universos Proceres indignari, quod, omissis Comitibus, (...)
  • 108 Ibid., p. 98 : Coepit interea Gaytus Petrus frequenter cum ingenti multitudine militum, hostiariis (...)
  • 109 Ibid., p. 99 : Cumque thesauros suos fecisset illuc sub noctis silentio comportari, sequenti die p (...)

72Alors que tout ce petit monde s’apprête à supprimer l’évêque Richard Palmer, Gilbert, comte de Gravina, cousin de Marguerite et représentant de la haute noblesse latine de Terre ferme, vient à Palerme pour conseiller à la reine de revenir sur les mesures prises par Guillaume sur son lit de mort. Il reproche à Marguerite de confier le royaume à un « esclave efféminé », en l’opposant explicitement aux « comtes » du royaume, c’est-à-dire aux représentants les plus éminents de l’aristocratie de Terre ferme107. La riposte de Pierre est immédiate. Face à l’hostilité de la majorité des grands, il obtient de la reine le comté de Molise pour Richard de Mandra, connétable sur la Terre ferme, afin de susciter un autre candidat latin face à ses opposants qui soutiennent le comte de Gravina. Puis il rassemble ses troupes et élargit son réseau de soutiens à Palerme108, mais, effrayé par la menace que représente le comte de Gravina, demeuré dans la capitale, il fuit finalement vers l’Afrique109. Cet épisode illustre la richesse et la puissance des eunuques de la cour les plus importants, l’étendue de leurs réseaux et leur intégration au sein de la ville.

  • 110 Ibid., p. 100 : (...) Ricardus comes Molisii, respondit gaytum Petrum servum quidem, ut aiebat, fu (...)

73Suit une scène tout à fait significative : le comte de Gravina critique en public la légèreté de la reine durant cette crise car, avance-t-il, Pierre aurait pu trahir et faire appel aux souverains musulmans. Mais le nouveau comte de Molise prend la défense de l’eunuque en rappelant qu’il a été émancipé par Guillaume Ier, geste confirmé par son épouse et son fils110. On peut donc se demander si l’opposition d’une partie des grands latins ne vise pas aussi cette innovation qui tend à faire d’esclaves au service de la monarchie ses serviteurs libres et donc à promouvoir ce qui pourrait devenir une nouvelle noblesse, d’origine arabo-musulmane et convertie.

  • 111 Ibid., p. 118.
  • 112 Ibid., p. 133.

74L’arrivée d’Étienne des Retrous, comte du Perche, autre cousin de Marguerite, appelé à la cour par la reine en 1166 afin de tenter de soustraire la politique du royaume au jeu des factions, ouvre une nouvelle, mais brève, période. Nommé chancelier et fait archevêque de Palerme, il tente de mettre fin aux abus de certains fonctionnaires et se rend ainsi populaire auprès des Palermitains qui, spontanément, viennent dénoncer des crypto-musulmans, parmi lesquels, le féroce Robert de Calatabiano. Accusé d’avoir fait aménager une mosquée dans le Castello a mare, et malgré sa défense par les eunuques du palais, il y est emprisonné et meurt dans ses geôles111. L’arrivée du Français fait espérer aux Latins un recul du « parti administratif ». Aussi Étienne du Perche est-il fervemment soutenu par les Lombards112.

  • 113 Ibid., p. 119.
  • 114 Ibid., p. 145.

75Se dressent alors contre lui les eunuques d’origine arabo-musulmane, notamment le gayt Richard, magister camerarius palatii, et une partie des élites musulmanes, dont Abū l-Qāsim, le Ḥammūdide113. Après moult rebondissements, qui illustrent des tensions extrêmement fortes entre les factions, Étienne obtient l’emprisonnement de Mathieu d’Aiello qui conspirait contre lui, mais pas celui du gayt Richard, protégé par la reine114. Il faut dire que les eunuques du palais présentent l’avantage, à la différence des nobles et des évêques, d’être l’ombre portée du pouvoir royal.

  • 115 Ibid., Matthaeus autem Notarius cum in palatio clausus teneretur, audiens quod Messanae gestum fue (...)
  • 116 Ibid., p. 162.
  • 117 Ibid., p. 165.

76Assez rapidement, toutefois, Mathieu parvient à corrompre son geôlier et obtient le soutien des eunuques du palais, que le Pseudo-Falcand dénombre à quatre cents115. Manœuvrant cette troupe énorme, il attise une révolte née de la convergence de plusieurs mouvements de protestation et Étienne du Perche est contraint à l’exil en Syrie en 1168116. Dix familiers sont nommés après le départ du chancelier, parmi lesquels des comtes, des évêques et l’eunuque Richard. Cette évolution manifeste la volonté d’élargir le cercle du gouvernement et de l’ouvrir aux grands latins. Étienne du Perche meurt peu après en Terre Sainte. Mais le dernier mot revient à Gauthier, archevêque de Palerme, qui, aidé de Mathieu d’Aiello et de Gentil, évêque d’Agrigente, prend en main le pouvoir, au point que le chroniqueur suggère qu’il gouverne à la place du roi117. Cette dernière notation n’est pas anodine et souligne la tendance de Guillaume II à se tenir à l’écart des affaires politiques.

77Le Pseudo-Falcand livre une version personnelle des événements. Sa présentation est le fruit d’une analyse politique et de son adhésion à un idéal de gouvernement que l’on peut qualifier de rogérien. La limite de son analyse réside dans le fait qu’il n’a probablement pas connu la période qu’il pose en modèle : le règne de Roger II. Guillaume Ier apparaît victime des attentes de tous, désireux qu’il redresse les torts dont ils s’estiment les victimes. Le chroniqueur montre très finement que l’empire africain de la Sicile constitue un horizon de puissance nécessaire à la paix sociale et politique intérieure. Dans ces circonstances, que Mathieu d’Aiello survive à tous les retournements politiques est compréhensible : il est le plus à même de comprendre les attentes des différents groupes de pression et de se faire comprendre de tous ; il est indispensable.

  • 118 Ibid., p. 164.
  • 119 G. E. Hood pense également que le récit est achevé mais, pour elle, le cercle est clos parce que G (...)

78Que la chronique s’interrompe brusquement avec la mise en place du gouvernement de Gauthier en 1169 ne peut être un hasard. Cet événement politique suit la description du tremblement de terre qui frappe la Sicile orientale en 1168, interprété comme le signe de tous les dangers (par exemple, le retour d’Étienne du Perche et/ou du comte de Gravina118). Or, le premier meurt et du second on ne saura plus rien. Le tremblement de terre apparaît donc moins comme une annonce de malheurs à venir que comme la fin d’un cycle. La période d’instabilité peut cesser119 car le triumvirat est à même d’imposer le retour à l’ordre. Ses membres connaissent suffisamment la Sicile pour ne pas apparaître comme des étrangers et sont conscients que la Cour ne peut être la caisse de résonnance des tensions inter-culturelles.

79Les conceptions défendues par le Pseudo-Falcand sont relativement claires et la représentation qu’il propose de l’élément arabo-musulman à la cour devrait s’accorder avec elles. On analysera donc cette dernière, avant de s’interroger sur la politique menée par Guillaume II vis-à-vis du dār al-islām.

L’élément arabo-musulman au cœur du royaume normand : lecture transversale du Pseudo-Falcand

  • 120 Cf. H. Houben, « La politica estera di Guglielmo II tra vocazione mediterranea e destino europeo » (...)

80La chronique du Pseudo-Falcand est la dernière qui mette Palerme au cœur des affaires du royaume ; le reste du territoire (Sicile orientale et Terre ferme) apparaît en effet périphérique. Qui veut protester se rend à la capitale. Or, l’élément le plus important numériquement à Palerme est arabo-musulman, la capitale étant structurée par des réseaux qui n’apparaissent qu’imparfaitement dans les sources. On comprend aussi par là l’importance de la perte de Mahdiya : c’est un indéniable coup d’envoi au déplacement du centre de gravité politique de la Sicile vers l’Europe, que le mariage de Henri VI, fils de Frédéric Barberousse, et Constance, fille de Roger II entérine en 1186120. Tancrède représente, quant à lui, le parti « sicilien », qui sera soutenu par Mathieu d’Aiello.

  • 121 Ibid., p. 50.
  • 122 Pseudo-Falcand, p. 115 : Panormitani (...) multos apud eum accusaverunt apostatas, de Christianis (...)
  • 123 Ibid., p. 116 : At illi Regis Reginaeque pedibus provoluti, cum lachrymis eos exorant, ne patiantu (...)
  • 124 Cf. supra, p. 609.
  • 125 Ibid., p. 119 : Gaytus quoque Richardus illi cum caeteris Eunuchis infestissimus erat, eo quod Rob (...)

81À plusieurs reprises, les eunuques du palais prennent l’initiative d’une action politique décisive sous Guillaume Ier. En 1160-61, ils s’opposent à la politique de Mathieu Bonel121. En 1167, lorsque des accusations sont portées contre Robert de Calatabiano, on dénonce à nouveau les eunuques qui le protègent auprès du roi122. De fait, ces derniers prennent sa défense, accusant Pierre qui s’est déjà enfui de tous les méfaits reprochés au châtelain du Castello a mare123. Les crimes imputés à Robert sont pourtant énormes : apostasie, vol, prostitution de chrétiennes au bénéfice des musulmans, meurtres... On lui fait de toute évidence payer la terreur qu’il a fait régner dans la capitale quelques années plus tôt124. La défense des eunuques est habile : ils reportent la faute sur l’ex-protégé de la reine dont le départ au Maghreb interdit tout procès. Mais, pour la régente, l’occasion se présente à la fois de remettre au pas l’élément arabo-musulman et de se laver de la trahison de Pierre qu’elle avait promu au gouvernement. La condamnation de Robert signe la fin d’Étienne du Perche : alors qu’il n’est pas soutenu par les grands qui voient en lui un rival qui doit tout à la reine, les eunuques le lâchent aussi125.

  • 126 Ibid., p. 156-157.
  • 127 Ibid., p. 157 : Constantinus (qui remplace le châtelain du Castello a mare malade) itaque castella (...)

82Lors de l’emprisonnement de Mathieu d’Aiello sur l’ordre d’Étienne du Perche, on a vu que Marguerite protégeait le gayt Richard, véritable tête pensante du complot contre le cousin de la reine. On perçoit le difficile équilibre que, là encore, Marguerite doit ménager : livrer une partie de l’ensemble arabo-musulman à la vindicte générale, tout en limitant les conséquences d’un acte, qui ne manqueront pas de se faire sentir en retour. Le calcul est juste mais le geste encore trop téméraire. Le prisonnier arrive en effet à rallier quatre cents esclaves du palais à sa cause afin qu’ils tendent un piège à Étienne du Perche à l’intérieur même du palais royal126. Le complot est certes déjoué de justesse, mais cet échec n’arrête pas le processus : la bataille se livre dans les rues de Palerme. Des eunuques, connus de la population, sont placés aux points stratégiques et appellent les Palermitains à donner l’assaut à la demeure du chancelier127. Le groupe des eunuques du palais représente donc le principal soutien de Mathieu d’Aiello, mais aussi, plus largement, une donnée décisive dans le jeu politique palermitain, grâce à leurs clientèles. Étienne tombe pour avoir voulu les ignorer et Marguerite échoue dans son intention de les diviser. Il apparaît, par contraste, que les eunuques sont en situation de mobiliser plusieurs centaines de personnes dans la capitale. De même, on a vu plus haut que l’eunuque Pierre avait été à même de mobiliser des milites et des hommes en armes.

83Au fond, le Pseudo-Falcand reproche à Guillaume et à Marguerite de n’avoir ni su promouvoir les Latins qui partageaient le projet rogérien avant 1168 ni su défendre leurs représentants (Richard Palmer par exemple), même quand ils les avaient choisis comme collaborateurs. Ils ont préféré appeler à leur cour des étrangers qui méconnaissaient la Sicile (Maion de Bari, la Pouille étant une région périphérique, Étienne de Blois, Étienne du Perche et ses proches, entre autres) en ignorant, on le devine, les bonnes volontés comme celle de l’auteur. Ce faisant, ils ont exacerbé les tensions et creusé un fossé qui ne sera plus comblé.

  • 128 On peut voir à présent A. Schlichte, Der ‘gute’ König. Wilhelm II. Von Sizilien (1166-1189), Tübin (...)

84Le règne de Guillaume II, souvent rapproché de celui de Roger II et opposé à celui de son père en raison de sa bonté, est mal connu128. Selon le Pseudo-Falcand, ce souverain est un des grands rois siciliens parce qu’il promeut des aristocrates favorables à un pouvoir royal fort, qui constituent un groupe plus idéologique que culturel et/ou ethnique.

85En arrière-plan, il faut également tenir compte de l’évolution de la politique extérieure de Guillaume II pour comprendre les choix promus, liés aux transformations du contexte méditerranéen et à l’absence de descendance du couple royal.

La politique extérieure de Marguerite et Guillaume II

  • 129 Le sens du terme itāwa n’est pas très clair.
  • 130 Al-Marrakushī, Kitāb al-Mu‘jib, BAS, ar., 1, p. 359 et BAS, 1, p. 514.
  • 131 Ibn ‘Idhārī, Bayān, BAS, ar., 1, p. 428 et BAS, 2, p. 160.

86Deux évolutions majeures infléchissent la politique sicilienne vis-à-vis du dār al-islām pendant le règne de Guillaume II. La première est le rapprochement du royaume avec les Almohades, probablement difficile à mettre en œuvre pour Guillaume Ier qui les avait combattus. Les Almohades ne tenant pas l’Ifrīqiya aussi étroitement que le Maghreb al-Aqṣā ou al-Andalus, avaient tout intérêt à ne pas créer un front supplémentaire. Dans ce contexte, le calife Abū Ya‘qūb Yūsuf (1163-1184), après la conquête de Gafsa en 1179-1180, semble avoir prêté une oreille favorable à la tentative de rapprochement sicilienne. Le souverain de Palerme lui aurait en effet envoyé une ambassade portant un don en argent129 et des présents, dont un rubis de grosse taille130. Un traité fut passé pour dix ans131. Ce geste démontre l’importance économique des relations avec l’Ifrīqiya : politiquement, les Hauteville ne pouvaient guère espérer y rétablir la situation antérieure de domination, même indirecte. En revanche, ils tentaient de sauvegarder la possibilité d’y commercer.

  • 132 A. De Simone, « Il Mezzogiorno normanno-svevo », p. 288. Sur le contexte de ces événements, cf. M. (...)
  • 133 Les sources principales sont Ibn al-Athīr, Kāmil, BAS, ar., 1, p. 345-346 et BAS, 1, p. 491-492.
  • 134 Ibn al-Athīr, Kāmil, BAS, ar., 1, p. 346-347 et BAS, 1, p. 493-495 pour le complot déjoué par Sala (...)
  • 135 Ibn al-Athīr, Kāmil, BAS, ar., 1, p. 347-349 et BAS, 1, p. 495-499.
  • 136 Ibn al-Athīr, Kāmil, BAS, ar., 1, p. 347-349 et BAS, 1, p. 495-499
  • 137 A. De Simone, « Il Mezzogiorno normanno-svevo », p. 288.

87Dans le même temps, pour compenser cette perte de contrôle de la région, une politique vis-à-vis de l’Orient islamique est mise en œuvre. Les relations de Guillaume II avec l’Égypte fatimide peuvent illustrer cette évolution. Des opérations militaires sont lancées par les Hauteville à partir de 1169-1170 contre l’Égypte, à un moment où l’autorité de la dynastie fatimide est pour le moins vacillante. Les sources précisent que ces interventions visaient à aider les souverains latins d’Orient ou à remettre les Fatimides en selle au détriment des Ayyoubides132, mais elles pourraient bien avoir eu un autre objectif. La première intervention, en 1169, est menée à la fois par les Francs de Syrie et par le souverain sicilien dont les troupes débarquent à Damiette133. La seconde, contre Alexandrie, en 1173-1174134, engage les seuls Siciliens135. Les deux années qui suivent sont également scandées par des attaques136. Ces épisodes ont été mis en relation avec la présence probable en Sicile d’exilés pro-Fatimides avant et à la suite de ces événements137. Toutefois, on peut se demander si les Hauteville n’ont pas caressé l’idée soit d’un califat fatimide, certes affaibli, sous protectorat sicilien, soit d’une Égypte, au moins côtière, sous contrôle sicilien, à la manière de l’Ifrīqiya jusqu’en 1160, soit même d’une prise de contrôle plus directe dans la région. Tant la politique rogérienne que celle des États latins d’Orient proposaient des exemples en ce sens et le contexte de crise intérieure en Égypte favorisait un tel projet.

Guillaume II et ses conseillers : la Lettre au Trésorier de la Chapelle palatine

  • 138 Richard de San Germano, Chronica. On sait peu de choses de l’auteur (cf. l’introduction de C. A. G (...)
  • 139 Cf. Lettera, p. 12. Sur la famille des Indulsi et leur origine, cf. B. Rocco, « Andalusi in Sicili (...)

88Les deux plus anciens chroniqueurs qui aient écrit sur le règne de Guillaume II sont, encore une fois, le Pseudo-Falcand et Richard de San Germano138. Il n’est pas sans importance que le premier, visiblement sur le départ, dédie une lettre à Pierre, identifié comme Pierre Indulsi, mentionné comme trésorier de la Chapelle palatine de Palerme dans un acte de 1167139. La Chapelle palatine est en effet le symbole et le cœur du dispositif rogérien. Quant à la famille des Indulsi, d’origine arabo-andalouse, elle est une excellente représentante du milieu que l’auteur aimerait voir figurer aux premiers rangs de la cour.

  • 140 Lettera, p. 122-124 : Intueri michi iam videor turbulentas barbarorum acies eo quo feruntur impetu (...)

89La missive du Pseudo-Falcand est toute entière placée sous le signe du deuil, deuil pour la mort du roi, mais aussi pour la fin d’une Sicile qui a duré un siècle et dont l’auteur annonce la disparition programmée. Aussi concise et ouvragée que profonde dans l’analyse politique qu’elle propose, la lettre au Trésorier est une source de premier ordre pour saisir les enjeux politiques de la fin du siècle. Le malheur qui s’apprête à frapper l’île prend les traits de la barbarie140.

  • 141 Ibid., p. 124.

90Le chant lugubre se déroule en vagues concentriques : de la Pouille vers Palerme. La première est traître dans l’âme141, et déjà la chronique des années de règne de Guillaume Ier le disait. La seconde est la capitale de la Sicile et la fierté des Siciliens ; c’est elle dont il faut pleurer la perte.

  • 142 Ibid., p. 126.
  • 143 Ibid., p. 127 : Nunc michi velim edisseras : ad quem intelligis finem rem in tanto discrimine perv (...)
  • 144 Ibid., p. 128 : At vero quia difficile est Christianos in tanto rerum turbine, sublato regis timor (...)
  • 145 Ibid., p. 136-142. Toutes les images développées tendent à souligner les relations entre les différ (...)

91Le Pseudo-Falcand met l’accent sur l’incapacité de la population à s’unir face à l’étranger prêt à imposer ses lois barbares (vel omnino peregrinarum legum barbarie conturbari)142. Le nœud fondamental de cet échec réside dans la désunion entre Sarrasins et Chrétiens143. Or, si ces derniers oppriment les musulmans, c’est que le souverain n’est plus là pour les en empêcher144. Seule l’autorité d’un roi puissant peut maintenir la prospérité sicilienne ou le consensus entre les différents groupes culturels de l’île, mais les deux ont disparu. La fin célèbre du texte propose la description d’un paradis déjà perdu : Palerme et la Conque d’or, plaine fertile où s’étale une ville de toute beauté, dont le cœur est le palais royal et plus exactement la Chapelle palatine145. Si le Liber de Regno offrait donc une image nuancée de la situation à la cour, celle de la fin de la période l’est nettement moins, mais la faute en est rejetée sur les chrétiens latins qui poussent la population insulaire à la révolte.

92La boucle est bouclée, la démonstration impeccable du Pseudo-Falcand ne peut être qu’un réquisitoire contre la population insulaire incapable de tirer profit des héritages qui sont les siens. Le cri désespéré de l’auteur est un symptôme qui devrait le conduire vers un diagnostic qu’il évite : les intellectuels, les clercs qui partageaient son point de vue ne sont pas parvenus à convaincre les membres des élites du bien fondé de leur position.

  • 146 Richard de San Germano, Chronica : Tempore, quo rex ille christianissimus, cui nullus in orbe secu (...)

93Richard de San Germano, qui écrit aux marges du royaume, veut, quant à lui, renouer le lien rompu en louant Guillaume II. Il le fait en des termes presqu’excessifs, ouvrant ainsi le chemin à une longue tradition. Mais il souligne, comme le Pseudo-Falcand, que derrière l’apparent immobilisme du roi, se cache un homme soucieux du royaume et qui n’a laissé régner Gauthier et Mathieu d’Aiello que pour préserver la paix et redonner à la Sicile une politique d’expansion146.

***

94Il est possible de tirer plusieurs conclusions de nature historique de l’analyse de ces chroniques et de cette Epistula, même si leurs auteurs défendent une conception de ce que doit être la monarchie sicilienne et lisent son échec à l’aune de leurs attentes.

  • 147 C’est la conclusion de l’ouvrage de J. Johns, Arabic Administration, p. 284-300, qui conclut à l’i (...)
  • 148 Ainsi de la rébellion de Mathieu Bonel qui entraîne des émeutes accompagnées de massacres d’Arabo- (...)

95Tout d’abord, on ne peut parler ici seulement de mise en scène du pouvoir, et en particulier de manipulation de la dimension islamique147. En premier lieu, on l’a dit (chapitre 4), le royaume sicilien est à même d’engager des dépenses qui supposent que son administration fiscale n’est pas totalement inefficace. Ensuite, l’administration centrale et la cour voient évoluer des eunuques d’origine arabo-musulmane dont le rôle politique va nettement au-delà de la simple représentation, d’autant que nous ne percevons que la partie émergée de l’iceberg administratif et palatial. Déterminants dans les moments de crise, riches, puissants en raison des réseaux palermitains qu’ils peuvent mobiliser, ils sont loin d’être seulement l’ombre portée et soumise du souverain. En outre, tous ceux qui tentent d’influer sur la politique générale du royaume se rendent à Palerme, ce qui n’aurait aucun sens si l’administration royale était inefficace et les souverains sans pouvoir. Confirme ce trait, le fait qu’aucun contre-pouvoir sub-régional structuré ne s’affirme en Sicile. Les seuls épisodes de contestation du contrôle exercé par le souverain dans le cadre insulaire prennent la forme d’émeutes ou de rébellions148.

  • 149 Cf. chapitre 5, p. 348.

96Après la mort de Roger II, et le phénomène est d’autant plus apparent que les chroniques se multiplient il est vrai, la contestation de la politique des Hauteville par l’aristocratie latine se fait plus vive, mais elle se heurte à une véritable résistance des grands administrateurs. Dans le même temps, les souverains se révèlent capables de faire évoluer les pratiques politiques au centre du royaume sans céder sur l’essentiel. En effet, après les événements qui se déroulent dans les années 1160-1162 et qui montrent que la détestation d’un pouvoir lointain et sacralisé peut déboucher sur le massacre d’Arabo-musulmans, notamment dans la capitale, des mesures sont prises pour éviter semblables tensions. Il faut souligner, toutefois, que les affrontements de 1161 entre chrétiens et musulmans ont lieu dans deux espaces privilégiés : d’une part, dans la capitale, où, de fait, les eunuques recrutent une partie de leurs soutiens parmi les Arabo-musulmans et, d’autre part, dans le Val de Noto, où ils sont relayés au sein de l’armée royale chargée de réprimer les Lombards rebelles149. Cette dernière compte en effet dans ses rangs des Sarrasins et des chrétiens qui, en cette occasion, s’affrontent.

97Notre connaissance de l’évolution au plus près du souverain est tributaire de deux sources exceptionnelles, mais probablement dues au même auteur. Le Liber de Regno Sicilie expose le point de vue d’un clerc qui assiste, désolé, au gouvernement de deux rois incapables à ses yeux de maintenir une unité minimale et indispensable. Toutefois, de ces pages se dégage l’impression que le problème, aux yeux de l’aristocratie latine frondeuse elle-même, ne tient pas tant à la dimension islamique du pouvoir qu’à l’inflation de la sphère administrative, de plus en plus spécialisée et technique. Cette tendance est d’autant plus dénoncée que les postes politiques sont confiés de manière croissante à des personnages issus de l’administration, voire à des eunuques, qui jouent un rôle essentiel au sein de cette dernière (Mathieu d’Aiello, Pierre l’eunuque, puis Martin). En outre, les spécificités de la cour palermitaine (présence servile importante, nombre d’individus d’origine arabo-musulmane...) peuvent créer des tensions car elles donnent une assise non négligeable aux eunuques notamment.

98La tentative de Marguerite de donner un coup d’arrêt à ce processus en appelant auprès d’elle Étienne du Perche n’est guère couronnée de succès. Le parti adverse est organisé et, surtout, constitue le soutien le plus fervent d’une conception du pouvoir propre aux souverains normands de Sicile depuis Roger II, mais qui est reprise par ses successeurs. Ce projet politique n’est défendu, pour des raisons qui peuvent varier d’un individu à l’autre, que par un milieu palermitain palatial qui excite d’autant plus l’hostilité des Latins dont la position est périphérique par rapport à la cour, que ces derniers évoluent sur la Terre ferme ou dans d’autres régions siciliennes.

99Paradoxalement, ce sont donc les choix des Hauteville, en particulier l’arabisation et l’islamisation d’une partie du cérémonial et de la pratique administrative, qui semblent durcir, au sommet de l’État, les limites entre groupes et leurs luttes pour le pouvoir. Le paradoxe est d’autant plus grand qu’en réalité les grands administrateurs du royaume ne sont jamais les représentants d’un groupe culturel tel qu’on l’imagine souvent. La consistance et les limites de ces groupes, dont l’existence est postulée plus que démontrée, n’étaient guère claires non seulement au sein de la population sicilienne, si l’on en croit les analyses toponymiques et anthroponymiques exposées plus haut, mais aussi au centre du royaume. Ainsi Mathieu d’Aiello ou, de manière quasi emblématique, les eunuques de la cour ne peuvent être identifiés à aucun groupe culturel, et ils ne sont pas le seuls dans ce cas... De fait, plus généralement, les alliances politiques qui se nouent à la cour ne suivent jamais des logiques ethniques ou culturelles.

  • 150 Cf. supra, p. 621, note 145.

100On peut donc se demander quel est le statut de la Lettera par rapport au Liber de Regno Sicilie. En effet, le premier décrit des tensions, certes, mais n’évoque jamais d’oppositions en termes culturels à la cour ; tandis que le second insiste sur la désunion entre musulmans et chrétiens en Sicile. Comment articuler ces deux analyses ? D’une certaine manière, ce sont moins les intrigues de la cour que leurs répercussions dans le cadre insulaire qui posent problème. Ces tensions ont en effet débouché sur des massacres qui, ajoutés à la dégradation de la situation dans les campagnes (cf. chapitre 8), doivent former un mélange explosif, justifiant le départ d’une partie des communautés arabo-musulmanes vers la montagne. La Lettera est très claire sur ce point150.

101Dernière conclusion, enfin, la trame événementielle intérieure est étroitement liée au contexte méditerranéen et à la place qu’y occupe la Sicile. Les victoires des souverains les renforcent, à l’inverse de leurs défaites. Cette règle politique qui se vérifie souvent, est d’autant plus cruciale dans le cas sicilien, que l’existence ou l’inexistence d’un horizon méditerranéen est déterminante pour l’évolution intérieure du royaume. En effet, en dépend la localisation de son centre de gravité, qui elle-même a un impact sur les choix en matière de politique extérieure. Lorsque le dār al-islām constitue l’horizon sicilien majeur, les choix des Hauteville en termes d’arabisation et d’islamisation se justifient d’autant plus facilement ; lorsque, à l’inverse, cet horizon disparaît, l’Italie continentale pèse plus lourd au sein de l’ensemble italo-normand et l’option impériale germanique s’en trouve également renforcée.

Notes

1 Al-Maqrīzī, Al-Muqaffā, 3, p. 19-20 : Fa-lammā qadamū ‘alay-hi aḥsana ilay-him wa-wallā-hum al-dawāwīn bi-Ṡiqilliyya fa-aharū al-nuṣḥ fa-ṣāra la-hum ‘indahu manzila. Wa-shabba al-malik Aūjār wa-shārik ‘Abd al-Raḥmān al-wazīr fī-l-amr wa-l-nahī. Fa-taqarraba ilay-hi Jurjī bi-kull mā yuwāfiqu-ha. Fa-ba‘atha Jurjī rasūlān ilā Miṣr karātin muta‘addadatin. Wa-lam yazal Jurjī yas‘ā bi-l-sulṫān ‘Abd al-Raḥmān wa-ja‘ala-hu fī qafaṣ ḥadīd wa-qatala-hu.

2 V. von Falkenhausen, « I funzionari greci nel regno », p. 141-144.

3 Cf. chapitre 5, p. 311-315.

4 Sur ce personnage, cf. J. Johns, Arabic Administration, p. 215-219.

5 Cf. BAS, ar., 1, p. 337 et sq. et BAS, 1, p. 479 et sq.

6 Romuald de Salerne, Chronicon, p. 234-236.

7 A. Metcalfe évoque cet épisode pour critiquer l’idée qu’il pourrait s’agir d’un élément d’une politique de conversions forcées menée par Roger II à la fin de sa vie. Il y a voit toutefois le révélateur d’une dégradation générale de la situation des musulmans dans l’île. Cf. A. Metcalfe, « The Muslims of Sicily under Christian rule », p. 305-306. Cf., également, J. Johns, Arabic Administration, p. 215-218 ; l’auteur rappelle les versions en présence sans proposer d’interprétation des événements.

8 Ibid.

9 Sur cette entreprise almohade, on verra D. Valérian, Bougie, port maghrébin, 1067-1510, Rome, 2006 (BEFAR, 328), p. 48-49.

10 Cf. supra à propos des Ḥammādides et Ibn al-Athīr, Kāmil, dans BAS, ar., 1, p. 336-337 et BAS, 1, p. 478.

11 Ibid. Le vocable « arabes » désigne ici des tribus qui revendiquent une origine arabe et qui, quittant l’Égypte, se sont installées en Ifrīqiya à partir du milieu du XIe siècle.

12 Ibid., p. 479.

13 Ibid.

14 Sur la politique de Roger II en Ifrīqiya, cf. infra.

15 Sur le contexte général, cf. M. Brett, « Muslim Justice under Infidel Rule. The Normans in Ifriqiya 517-555 H./1123-1160 AD », dans Le Maghreb et les pays de la Méditerranée : échanges et contacts (Actes du Ve Congrès d’histoire et de civilisation du Maghreb, 1989), Cahiers de Tunisie, 44/155-156 (1991), p. 325-368 et H. Bresc, « Le royaume normand d’Afrique et l’archevêché de Mahdiyya », p. 351.

16 Ainsi entre 1117 et 1121, les tensions sont récurrentes entre Roger et les émirs zirides, eux-mêmes en conflit avec le gouverneur de Gabès qui fait appel aux Hauteville, tandis que les Zirides font appel aux Almoravides. Roger alterne les alliances, mais préserve l’existence de ces accords jusqu’en 1121, date à laquelle l’émir ziride ‘Alī meurt laissant derrière lui un héritier fort jeune, al-Ḥasan. Cf. Ibn al-Athīr, Kāmil, BAS, ar., 1, p. 322-323 et BAS, 1, p. 454-456 ; al-Nuwayrī, Al-Nihāyat, BAS, ar., 2, p. 540-541 et BAS, 2, p. 155-156 et Ibn Khaldūn, Kitāb al-‘Ibar, BAS, ar., 2, p. 540-541 et BAS, 2, p. 207-209.

17 A. De Simone, « Il Mezzogiorno normanno-svevo », p. 271-274.

18 Dans le contexte de l’avancée chrétienne générale (en Sicile, en Syrie et en Espagne...), le futur Baudoin Ier, aurait contacté le comte Roger pour lui proposer de combattre contre les musulmans en Afrique. Malgré l’enthousiasme de ses conseillers, Roger aurait répondu par un pet et une série de critiques : il aurait dû se ruiner pour fournir une flotte et le reste de l’équipement nécessaire, tandis que Baudouin et ses proches auraient mis la main sur le commerce avec l’Ifrīqiya ; en outre, une telle action aurait mis fin à la trêve qui existait entre lui et Tamīm, l’émir ziride. Il aurait suggéré, pour conclure, d’attendre que la Sicile soit en mesure de conquérir l’Ifrīqiya elle-même et aurait donc envoyé Baudouin conquérir Jérusalem... Cf. Ibn al-Athīr, Kāmil, BAS, ar., 1, p. 320-321 et BAS, 1, p. 451-452.

19 Cf. H. Houben, Ruggero II di Sicilia, p. 38-39. L’auteur rappelle que Guillaume de Tyr attribue à la manière humiliante dont Adélaïde fut traitée par Baudouin, la haine tenace de son fils à l’égard du Royaume de Jérusalem et son refus de participer aux activités militaires menées dans le Levant.

20 Faut-il comprendre qu’il fait appel à la régente Adélaïde à cette date ou bien faut-il repousser cet appel à une date plus tardive ? Sur cet épisode, cf. Ménager, Amiratus, p. 45-46. L’auteur suggère qu’il faudrait reculer la date de cette fuite au moins jusqu’en 1112, date de la majorité de Roger II.

21 Cf. chapitre 5, p. 311-315.

22 Ménager, Amiratus, p. 46-47.

23 Cf. Ibn al-Athīr, Kāmil, BAS, ar., 1, p. 323 et BAS, 1, p. 456.

24 A. De Simone, « Il Mezzogiorno normanno-svevo », p. 272-273.

25 Ibn al-Athīr, Kāmil, BAS, ar., 1, p. 325-326 et BAS, 1, p. 459-460 et et Ibn Khaldūn, Kitāb al-‘Ibar, BAS, ar., 2, p. 540 et BAS, 2, p. 207.

26 Sur Jerba : Ibn al-Athīr, Kāmil, BAS, ar., 1, p. 327 et BAS, 1, p. 461.

27 Al-Tijānī, Riḥla, BAS, ar., 2, p. 444 et BAS, 2, p. 60. Cela suggère qu’une partie de la population n’est pas musulmane, ce qui pose la question de la dimension religieuse du projet normand, sur laquelle on reviendra. S’agit-il de se poser en protecteur de communautés chrétiennes, y compris peu importantes numériquement, ou de favoriser l’immigration de chrétiens, voire de Latins, et la restauration d’un cadre épiscopal bien mal en point au XIIe siècle ?

28 Ibn al-Athīr, Kāmil, BAS, ar., 1, p. 329-330 et BAS, 1, p. 465-466.

29 Ibn al-Athīr, Kāmil, BAS, ar., 1, p. 330-332 et BAS, 1, p. 466-469.

30 Ibn al-Athīr, Kāmil, BAS, ar., 1, p. 332 et sq. et BAS, 1, p. 469 et sq.

31 Ibn al-Athīr, Kāmil, BAS, ar., 1, p. 333-334 et BAS, 1, p. 470-472.

32 Ibn al-Athır, KĀMIL, BAS, ar., 1, p. 335 et BAS, 1, p. 474.

33 Ibn al-Athīr, Kāmil, BAS, ar., 1, p. 335-336 et BAS, 1, p. 475.

34 Ibn al-Athīr, Kāmil, BAS, ar., 1, p. 336 et BAS, 1, p. 476-477.

35 H. Bresc, « Du ribât au presidio, les enjeux et les contrôles des Détroits siciliens », dans Controllo degli Stretti e insediamenti militari nel Mediterraneo (Colloque de Spolète, 3-4 sept. 1997), Rome, 2002, p. 97-127.

36 Ainsi à Gabès, en 1147-1148, Yūsuf réclame le vêtement et le diplôme qui feraient de lui un wālī et l’égal des Banū Matrūḥ à Tripoli ; Roger les lui fait parvenir et Yūsuf, ayant endossé le premier, fait une lecture publique du second à la population. Cf. Ibn al-Athīr, Kāmil, BAS, ar., 1, p. 331 et sq. et BAS, 1, p. 467.

37 En 1148, Roger impose la jiziya à la population de Mahdiya, cf. Ibn Khaldūn, Kitāb al-‘Ibar, BAS, ar., 2, p. 540 et BAS, 2, p. 207.

38 À la suite de la reddition de Sfax le 12 juillet 1148, la ville se voit imposer les mêmes conditions que Mahdiya et Sousse. Roger envoie à l’ensemble de la région des lettres d’amān par lesquelles il accorde sa protection à la population. Cf. Ibn al-Athīr, Kāmil, BAS, ar., 1, p. 335-336 et sq. et BAS, 1, p. 475.

39 Ces enjeux sont en partie exposés dans les travaux de D. Abulafia, « L’attività commerciale genovese nell’Africa normanna : la città di Tripoli », dans Commerce and Conquest in the Mediterranean, 1100-1500, Aldershot, 1993 (Variorum Reprints), mais aussi Id., « The Norman Kingdom of Africa » et The Two Italies. Pour les réseaux existants, les fatwās ifrīqiyennes sont une source de premier ordre, elles sont l’objet d’une étude à venir.

40 Le dossier a été repris dans J. Johns, « Malik Ifrīqiya : The Norman Kingdom of Africa and the Fatimids », Libyan Studies, 18 (1987), p. 89-101. Pour le dinar daté de 1149 (Roger II), les légendes sont les suivantes : au droit, Ḋuriba bi-amr al-malik al-mu‘ażżam Rujār al-mu‘tazz bi-llāh bi-madīnat al-Mahdiya sannat thalath arba‘īn khamsumā’ia (marge extérieure : « A été frappé sur l’ordre du roi vénérable Roger, puissant par Dieu, dans la ville de Mahdiya, l’année 543 ») ; al-ḥamdu li-llāh ḥaqq ḥamdu-hu wa-kamā huwa ahlu-hu wa-mustaḥḥiq (marge intérieure : « Gloire à Dieu, il est juste de le louer et, en vérité, il est digne et mérite d’être loué ») ; al-malik Rujār (centre : « le roi Roger »). Au revers, les deux marges sont identiques à celles du droit ; au centre : al-mu‘tazz bi-llāh (« puissant par Dieu »).
Pour le dinar daté de 1155 (Guillaume Ier), les légendes sont les suivantes : au droit, Ḋuriba bi-amr al-hādī bi-amr Allāh al-malik Ġuliyālm bi-madīnat al-Mahdiya sanna tis‘arba‘īn khamsumā’ia (marge extérieure : « A été frappé sur l’ordre de celui qui guide par l’ordre de Dieu, le roi Guillaume, dans la ville de Mahdiya, l’année 549 ») ; la marge intérieure est identique à celle du dinar rogérien ; al-malik Ġuliyālm (centre : « le roi Guillaume »). Au revers, les deux marges sont identiques à celles du droit ; au centre : al-hādī bi-amr Allāh (« celui qui guide par l’ordre de Dieu »).

41 Cf. supra, chapitre 1, p. 106-108 ; la locution en question est la suivante : alhaḋra [...] mālika Inṫāliya wa-Ankabarda wa-Qulawriya wa-Ṣiqilliyya wa-Ifrīqiya...

42 Cf. Abulafia, « The Norman Kingdom of Africa », p. 41.

43 Cf. ibid, le développement le plus complet à ce sujet, p. 41 et appendice p. 48-49. La légende aurait été la suivante : Apulus et Calaber, Siculus mihi servit et Afer.

44 45 D. Abulafia avançait la même hypothèse (ibid., p. 48).

45 M. Richard, « Notice sur l’ancienne bibliothèque des échevins de la ville de Rouen », Précis analytique des travaux de l’Académie royale des sciences, belles-lettres et arts de Rouen pendant l’année 1845, Rouen, 1846, p. 127-182, spéc. p. 163.

46 Cf. H. Bresc, sur l’écho de ce rétablissement dans le monde latin, « Le royaume normand d’Afrique », p. 349, n. 9.

47 De ce point de vue, les derniers roi normands n’ont guère laissé de traces.

48 Pseudo-Falcand, Liber de regno Sicilie et S. Tramontana, Lettera a un tesoriere.

49 Pour Pierre d’Eboli, voir la dernière édition, sous le titre Liber ad honorem Augusti sive De rebus siculis.

50 Sur ce personnage, cf. Tancredi : conte di Lecce, re di Sicilia (Atti del Convegno internazionale di studio, Lecce, 19-21 febbraio 1998), éd. H. Houben et B. Vetere, Lecce, 2004 (Saggi e Testi, 16).

51 Cf. la synthèse de A. De Lellis, « Il “Liber de Regno Sicilie” e la “Epistola ad Petrum” del cosidetto Ugo Falcando. Stato degli studi ». Cf. également l’introduction de G. Loud à The History of the tyrants of Sicily, p. 28-42.

52 J. -M. Martin, Italies normandes, p. 270.

53 G. E. Hood, « Falcandus and Fulcaudus, Epistola ad Petrum, Liber de Regno Sicilie. Literary Form and Author’s Identity », Studi Medievali, 40/1 (1999), p. 1-43.

54 Ibid., p. 7-8. Dans la première (PL 131), Pierre de Blois avance que le pape actuel et l’abbé de Saint-Denis peuvent attester qu’il a été sigillator (« gardien des sceaux royaux ») en Sicile entre 1166 et 1168. Dans la lettre 116, il s’adresse à un abbé H. de Saint-Denis en lui proposant d’échanger leurs œuvres et se dit particulièrement intéressé par un traité que l’abbé a écrit sur les événements de Sicile (mais la fin de la lettre a pu faire penser qu’il s’agissait d’un autre Hugues, successeur de Foucauld, car Pierre indique que « le roi », sans autre précision, est irrité contre lui et il pourrait s’agir de Philippe Auguste).

55 Ibid., p. 12.

56 Ibid., p. 32-35.

57 Sans jamais citer G. E. Hood, S. Tramontana s’oppose à sa révision dans : « La lettera dello pseudo Ugo falcando : una lettura filologica », dans Nobiles Officinae, 2, p. 81-90.

58 Comme le rappellent, après d’autres, S. Tramontana dans Lettera a un tesoriere di Palermo, p. 69-70 et G. M. Cantarella dans « Ripensare Falcando ».

59 G. E. Hood, « Falcandus and Fulcaudus », p. 3 ; The History of the tyrants of Sicily, p. 50-51. Deux datent du XIVe siècle et le troisième de la fin du XIIIe siècle, c’est aussi le plus complet et le moins fautif. Il faut toutefois noter qu’un manuscrit, de 1230 environ, est conservé à la Bibliothèque apostolique du Vatican. On trouvera une description des manuscrits dans S. Tramontana, « La lettera dello pseudo Ugo Falcando ».

60 C. Frugoni, « “Fortuna Tancredi. Temi e immagini di polemica antinormanna in Pietro da Eboli », dans Studi su Pietro da Eboli, Rome, 1978, p. 147-166 (Studi Storici dell’Istituto Storico Italiano per il Medioevo, 103-105).

61 Cf. Petri Ansolini De Ebulo, De Rebus Siculis Carmen, éd. E. Rotta, 1904, Città di Castello (RIS, 31/1-3) et Pietro da Eboli, Liber ad honorem Augusti (FSI, 39), éd. G. B. Siragusa, Rome, 1906. Pour les miniatures, on verra Liber ad honorem augusti sive De rebus Siculis : codex 120 II der Burgerbibliothek Bern. Eine Bilderchronik der Stauferzeit, éd. T. Kölzer, M. Stähli et G. Becht-Jördens, Sigmaringen, 1994.

62 Pour une critique de l’histoire telle que le Pseudo-Falcand la retrace, cf. l’introduction de The History of the Tyrants.

63 Une des premières synthèses documentées sur Guillaume Ier est celle de G. B. Siragusa, très favorable à Maion, qu’il allait identifier à la fin de sa vie au Duce qu’il admirait : Il Regno di Guglielmo I in Sicilia illustrato con nuovi documenti, Palerme, 1, 1885 et 2, 1886.

64 O. Capitani, « Motivazioni peculiari e linee costanti della chronachistica normanna dell’Italia meridionale : secc. XI-XII », Atti dell’Accademia delle Scienze dell’Istituto di Bologna, Classe di scienze morali. Rendiconti, 65/1 (1976-1977), p. 59-91, spéc. p. 88.

65 H. Wieruszowski, « Roger II of Sicily, “Rex-Tyrannus” ».

66 Le titre et l’introduction de The History of the Tyrants of Sicily l’illustre parfaitement.

67 – La première occurrence du terme, après le préambule, vise à critiquer son utilisation pour qualifier la politique de Roger II : Porro quod quidam pleraque ejus opera tyrannidi dant, eumque vocant inhumanum, eo quod multis poenas graviores et legibus incognitas irrogaverit, ego si existimo virum utique prudentem et in omnibus circumspectum in novitate regni ex industria sic egisse, ut neque flagitiosi quilibet de scelerum sibi possent impunitate blandiri, neque benemeritos nimia severitas absterret, quibus ita mitem se prebuit, ne tamen ex nimia mansuetudine locus superesset contemptui, Pseudo-Falcand, p. 6 (« En outre, concernant le fait que certains disent que nombre de ses actions sont tyranniques et le qualifie d’inhumain parce qu’il a imposé à beaucoup des châtiments sévères et non prescrits par les lois, je considère que comme un homme prudent et circonspect en toutes choses, il a agi de la sorte au début de son règne par habileté, afin que les méchants ne puissent jouir d’aucune sorte d’impunité pour leurs crimes ; et pour ne pas décourager ceux qui agissaient bien, envers qui il se montrait bienveillant, par une trop grande sévérité, sans toutefois que d’une excessive douceur puisse naître le mépris. »). Cette notation est particulièrement intéressante parce qu’elle suppose qu’une tolérance consciente était pratiquée et qu’elle ne satisfaisait pas tous les groupes.
– Il apparaît ensuite dans le contexte d’une machination ourdie par Maion. Celui-ci persuade le roi de confisquer le château de Noto dont jouit Geoffroi, comte de Montescaglioso, avant de convaincre ce dernier que ce geste est le seul fait du roi praeterea tyrannum hunc verius, quam Regem, nescio quid sceleris in animo gerere (...) (p. 15-16, « sans qu’il puisse facilement savoir quels actes scélérats étaient nés dans l’esprit de ce tyran plutôt que roi (...) »). Le mot revient à la page suivante, repris par le comte convaincu.
– De même, des grands qui complotent contre le roi avec Maion, accusent Guillaume Ier de tyrannie à plusieurs reprises, mais leur usage du mot est présenté comme abusif par le chroniqueur (ibid., p. 16-18).
– Toujours dans le cadre des manipulations de Maion, celui-ci fait semblant de refuser d’exécuter des ordres cruels qu’il attribue à Guillaume Ier pour se poser en défenseur de la liberté contre la tyrannie (ibid., p. 24-25).
– Une autre occurrence suit la mort de Guillaume Ier ; les grands pleurent la mort de celui qu’ils avaient considéré jusque-là comme un très grand tyran, en constatant que la Cour est le lieu de toutes les intrigues (p. 90).

68 Le passage se place pendant l’assaut donné au palais en 1161, au moment de la mort accidentelle du fils de Guillaume Ier, Roger, dont d’aucuns accusent le roi : Verum haec insula ne tyrannis quandoque careat, eam sibi circa Regum filios consuetudinem vindicavit, ut morti meliores primum objiciat, eos sibi reges constituens, per quos in ea perpetuae possit tyrannidis privilegium conservari (p. 324, « Toutefois, pour que cette île ne manque jamais de tyrans, elle revendique cette coutume regardant les fils de rois : exposant les meilleurs à la mort, elle fait rois ceux qui lui permettent de conserver perpétuellement le privilège de la tyrannie »). À la suite de quoi, l’auteur donne en exemple Roger, duc de Pouille et fils de Roger II, mort en 1149, en laissant la place, dans l’ordre d’accession au trône, au cruel Guillaume Ier.

69 Ibid., p. 3-4.

70 Le passage utilisé est le suivant : Transalpinos maxime, cum ab Northmannis originem duceret, sciretque Francorum gentem belli gloria caeteris omnibus anteferri, plurimum diligendos elegerat, et propensius honorandos (p. 6, « Comme il tirait ses origines des Normands et savait que les Francs surpassaient par la gloire des armes tous les autres, il avait retenu comme dignes d’être appréciés par-dessus tous les Transalpins qu’il honorait plus naturellement »).

71 Idque curabat, ut non magis viribus quam prudentia et hostes contereret et Regnum suum productis finibus ampliaret ; Tripolin namque Barbariae, Africam, Faxum, Capsiam, aliasque plurimas Barbarorum civitates multis sibi laboribus ac periculis subjugavit (p. 5-6 : « Il veillait à combattre ses ennemis plus par la prudence que par la force et à étendre les limites de son royaume ; il soumit, à travers beaucoup d’épreuves et de dangers, Tripoli de Barbarie, l’Afrique [Mahdiya], Sfax, Gabès et beaucoup de cités barbares »).

72 Ibid. : Aliorum quoque regum ac gentium consuetudines diligentissime fecit inquiri, ut quod in eis pulcherrimum aut utile videbatur, sibi transumeret (p. 6, « Il fit chercher, avec beaucoup de zèle, les coutumes des autres règnes et peuples afin d’en prendre ce qui lui paraissait le plus utile et le plus beau »).

73 Cf. S. Tramontana, La monarchia normanna e sveva, dans Storia dell’Italia, 3, Milan, 1986, puis rééd. séparée à Milan, 1994, p. 182-202.

74 Pour des informations nouvelles sur l’ascension de Maion après la mort de Georges d’Antioche, du vivant de Roger II, cf. J. Johns, Arabic Administration, p. 197-198 et 201.

75 Pseudo-Falcand, p. 18-20.

76 Contrairement à ce qu’avance S. Tramontana, La monarchia normanna e sveva, p. 192-193. Le problème est moins le fait que Maion est un « homme nouveau » que le contenu de sa politique.

77 Le Pseudo-Falcand soupçonne même Maion d’avoir favorisé la perte de Mahdiya afin de monter la plèbe contre le roi (Pseudo-Falcand, p. 25)

78 Ce qui est confirmé quelques pages plus loin, lorsque Maion fait courir le bruit que le roi voit plus la ville comme une charge que comme une source de profits : Hoc autem ab Admirato, sicut dictum est, eo fiebat animo, ut insani capitis esse Regem ostenderet, qui nobilissimae civitatis amissione Regnum suum mutilari jacturam non duceret (...) (ibid., p. 27, « Tout ceci fut fait par l’Émir, comme on l’a dit, avec dans l’esprit de faire voir que le roi était fou puisqu’il ne pensait pas que la perte de cette très noble cité, mutilant son royaume, était un dommage »).

79 Entre autres passages qui soulignent ce lien, celui-ci qui suit la mort de Maion : Eodem ergo die capti sunt Stephanus Majonis filius, ejusdemque frater Stephanus, uterque Admiratus, cum Notario Matthaeo, qui plurimum illi familiaris extiterat (ibid., p. 45 : « Mais le même jour, furent faits prisonniers Étienne fils de Maion et Étienne le frère du même, tous deux Émirs, en même temps que Matthieu le Notaire car il avait été un de ses très proches familiers »).

80 Après la mort de Maion, Thesauris autem ejus quotquot inveniri potuerunt ad Curiam sine dilatione translatis, cum Andreas eunuchus ac plerique alii tortoribus traditi cogerentur indicare quicquid de rebus Majonis scirent, vel alicubi secretius occultatum, vel apud amicos depositum, multaque eorum indicio fuissent inventa (...), (ibid., p. 45 : « Et tous les trésors qu’ils purent trouver chez lui furent transférés sans attendre à la Cour, tandis que l’eunuque André et de nombreux autres étaient soumis à la torture pour les forcer à indiquer tout ce qu’ils savaient des biens de Maion, ou de ce qui était caché ailleurs, ou encore de ce qui était déposé chez ses amis. Et beaucoup de choses ayant été retrouvées selon leurs indications,... »).

81 Ibid., p. 47 et 50.

82 Ibid., p. 69 : Cum autem eis terrarum, feudorumque distinctiones, ritusque et instituta Curiae prorsus essent incognita, neque libri consuetudinum, quos defetarios appellant, potuissent post captum palatium inveniri, placuit Regi, visumque esse necessarium, ut Mattheum Notarium eductum de carcere in pristinum officium revocaret : qui, cum, in Curia diutissime Notarius extitisset, Majonisque semper adhaesisset lateri, consuetudinum totius Regni plenam sibi vindicabat peritium, ut ad componendum novos defetarios eadem prioribus continentes putaretur sufficere (« Et comme ils ignoraient tout des distinctions des terres et des fiefs, des rites et des usages de la Cour, et comme ils n’avaient pu, après la prise du Palais, trouver les livres de coutumes, que l’on appelle Defetarii, il plut au Roi, à qui cela était apparu nécessaire, que Mathieu le Notaire, une fois tiré de prison, soit rappelé à remplir son office. Il était resté très longtemps au service de la Curia, toujours aux côtés de Maion, démontrant sa parfaite connaissance des coutumes du regnum entier, si bien qu’on le pensa compétent pour composer de nouveaux defetarii contenant les mêmes informations que les précédents »).

83 Parce qu’il était aussi marié à une musulmane ?

84 Nous remercions Elena Pezzini d’avoir attiré notre attention sur cette illustration. Cf. Annexe XVIII.

85 Cf. chapitre 3.

86 Ses relations avec les eunuques sont mentionnées à plusieurs reprises Cf. infra.

87 Pseudo-Falcand, p. 48-49.

88 Le passage est connu, Pseudo-Falcand, p. 69-70.

89 Ibid, p. 73.

90 Cf. infra.

91 Les deux informations sont données dans Pseudo-Falcand, p. 79.

92 Ibid., p 85-86.

93 Fortification située au nord de la ville de Palerme, au bord de la mer.

94 Pseudo-Falcand, p. 86-87 : Sed et Bartholomeus Parisinus, aliique justitiarii, stratigoti, camerarii, catapani, gayti Petri patrociniis innitentes, innumeris plebem rapinis et injuriis atterebant ; hoc in omnibus judiciis precipuum attendentes, ut ab utralibet partium vel ab utraque, si fieri posset, pecuniam extorquerent (« Mais Barthélémy de Paris, et d’autres justiciers, stratigots, camériers, catépans, forts de la protection du gayt Pierre, affaiblissaient la plèbe par d’innombrables rapines et vexations, ceci surtout dans tous les jugements qu’ils rendaient de manière à extorquer à l’une des parties, ou aux deux à la fois, si cela était possible, de l’argent »).

95 Cf. p. 324.

96 Ibn al-Athīr, Kāmil, BAS, ar., 1, p. 336-337 et BAS, 1, p. 477-478 et Ibn Khaldūn, Kitāb al-‘Ibar, BAS, ar., 2, p. 553 et BAS, 2, p. 229.

97 Al-Tijānī, Riḥla, BAS, ar., 2, p. 440-441 et BAS, 2, p. 55-56.

98 Ibn al-Athīr, Kāmil, BAS, ar., 1, p. 339 et BAS, 1, p. 480-482 et A. De Simone, « Il mezzogiorno normanno-svevo », p. 286.

99 Ibn al-Athīr, Kāmil, BAS, ar., 1, p. 339-340 et BAS, 1, p. 482-483.

100 Pseudo-Falcand, p. 25.

101 H. Bresc, « Le royaume normand d’Afrique ».

102 A. De Simone, « Il mezzogiorno normanno-svevo », p. 287.

103 Pseudo-Falcand, p. 88.

104 Ibid. : Ajebant enim Transalpinae gentis superbiam, quae hactenus potestate praedita Curiae, fretaque Regum amicitia, Longobardos impune multis exacerbasset injuriis, deinceps a Curia penitus excludendam, si prius Electum amoveri contigerit. Eo (l’évêque de Syracuse) namque semel expulso, nec ejus gentis quempiam in Curia remansurum, ipsumque Regem, cum ad aetatem discretam pervenerit, eos habiturum familiares, inter quos nutritus fuerit, et quos eum usus longaevus, consuetudoque docuerit, neque peregrinis et advenis, quorum mores ut ignotos abhorreat, dignitates Curiae collaturum (p. 93, « Ils disaient, en effet, que la superbe des Transalpins, dont le pouvoir était encore grand à la Cour et qui s’appuyait sur l’amitié du roi, accablait les Lombards par de multiples vexations en toute impunité et qu’elle devait donc être exclue de la Cour, l’élu devant être le premier à partir. Celui-ci à peine chassé, aucun représentant de son peuple ne devait rester à la Cour, et le Roi lui-même, qui était parvenu à l’âge du discernement, ne devait avoir d’autres conseillers qu’eux-mêmes, au milieu desquels il avait grandi et auxquels il était habitué depuis longtemps ; par leur fréquentation, il apprendrait à ne conférer les dignités de la Cour ni à des étrangers ni à des mercenaires, dont il devait abhorrer les mœurs comme inconnues »).

105 Ou plus exactement construits comme tels, mais complexes et toujours fluides.

106 Pseudo-Falcand, p. 93-94.

107 Ibid., p. 97. Il lui confie que : Jam enim universos Proceres indignari, quod, omissis Comitibus, aliisque viris prudentibus, quorum oportebat consilio Curiam regi, toti Regno servum effoeminatum praefecerit. (« Déjà tous les Grands étaient indignés qu’elle ait placé à la tête de l’ensemble du royaume un esclave efféminé, tandis qu’avaient été négligés les comtes et d’autres hommes sages, grâce au conseil desquels la Cour devait être gouvernée »).

108 Ibid., p. 98 : Coepit interea Gaytus Petrus frequenter cum ingenti multitudine militum, hostiariisque, sagitariisque praecedentibus equitare, universis ad se confluentibus multa largiri, et sibi quos poterat sacramentis astringere (« Pendant ce temps, le gayt Pierre commença à monter souvent à cheval, accompagné d’une multitude de milites, précédé d’hostiaires et d’archers, et à distribuer des présents largement à tous ceux qui venaient le soutenir, et il lia à lui ceux qu’il pouvait par des serments ».

109 Ibid., p. 99 : Cumque thesauros suos fecisset illuc sub noctis silentio comportari, sequenti die post occasum solis fingens se novum adire velle palatium, quod in ea parte civitatis, quae vocatur Kemonia, nuper construxerat, cum paucis Eunuchis, quos secum decreverat abducendos, ad mare perrexit (...) (« Lorsqu’il eût fait porter ses trésors là-bas de nuit et en silence, le jour suivant, après le coucher du soleil, feignant de vouloir se rendre dans un nouveau palais qu’il s’était fait construire récemment dans cette partie de la ville que l’on appelle Kemonia, il se rendit au bord de la mer avec quelques eunuques qu’il avait décidé d’emmener avec lui (...) ».

110 Ibid., p. 100 : (...) Ricardus comes Molisii, respondit gaytum Petrum servum quidem, ut aiebat, fuisse, sed in testamento Regis solenniter manumissum, eamque libertatis dationem novi quoque Regis et Reginae privilegio roboratam (« Richard, comte de Molise, répondit que le gayt Pierre, comme il l’avait dit, avait été esclave, mais que dans son testament, le Roi l’avait émancipé, et que la liberté concédée avait été confirmée par un nouveau privilège du Roi et de la Reine »).

111 Ibid., p. 118.

112 Ibid., p. 133.

113 Ibid., p. 119.

114 Ibid., p. 145.

115 Ibid., Matthaeus autem Notarius cum in palatio clausus teneretur, audiens quod Messanae gestum fuerat, simulque videns Ansaldum Castellanum amicum Cancellarii in superiore parte palatii valetudine detineri, ex illius absentia datam sibi perpetrandi quod optabat opportunitatem agnovit, et Constantinum ejus socium, penes quem solum custodiendi palatii cura tunc erat, multis persuasionibus eo impulit, ut universos palatii servos, qui fere quadringenti erant, jurare faceret quod die tertia, quam eis praefixerat, Cancellarium ad Curiam venientem, et cum eo Joannem de Lavardino, et Rogerium Avellini Comitem inter primam ac secundam portam interficerent (p. 157-158, « Mais Mathieu d’Aiello, qui était détenu dans le palais, ayant eu vent des événements de Messine et, dans le même temps, voyant qu’Ansaldus le Châtelain, proche du Chancelier, était retenu par la maladie dans la partie supérieure du palais, il comprit qu’en l’absence de celui-ci, il avait l’opportunité de mettre à exécution son plan. Par de nombreux discours, il convainquit Constantin, compagnon d’Ansaldus qui avait seul la charge de garder le palais à ce moment-là, de faire jurer à tous les esclaves du palais, qui étaient presque quatre cents, que trois jours plus tard, moment qu’il avait fixé pour eux, lorsque le Chancelier se rendrait à la Cour avec Jean de Lavardino et le comte Roger d’Avellino, ils les assassineraient entre la première et la deuxième porte »). Ce passage est impressionnant car il met en scène une lutte frontale entre le Palais et les grands latins qui tentent de s’y imposer.

116 Ibid., p. 162.

117 Ibid., p. 165.

118 Ibid., p. 164.

119 G. E. Hood pense également que le récit est achevé mais, pour elle, le cercle est clos parce que Guillaume II est soumis à Gauthier comme son père l’était à Maion (« Falcandus and Fulcandus », p. 43). Une telle analyse n’est toutefois pas compatible avec le jugement positif que le Pseudo-Falcand porte sur Guillaume II dans la lettre à Pierre (cf. tout le préambule du texte).

120 Cf. H. Houben, « La politica estera di Guglielmo II tra vocazione mediterranea e destino europeo », dans Unità politica e differenze regionali nel Regno di Sicilia (Atti del convegno internazionale in occasione dell’VIII Centenario delle morte di re Guglielmo II di Sicilia, Lecce-Potenza, 19-22 avr. 1989), éd. C. D. Fonseca, H. Houben et B. Vetere, Galatina, 1992 (Università degli Studi di Lecce, Pubblicazioni del Dipartimento di Studi storici dal Medioevo all’Età contemporanea, 21), rééd. dans Mezzogiorno normanno-svevo. Monasteri e castelli, ebrei e musulmani, Naples, 1996 (Nuovo Medioevo, 52), p. 145-157 et W. Frohlich, « The Marriage of Henry VI and Constance of Sicily : Prelude and Consequences », dans Anglo-Norman Studies. XV, p. 99-117.

121 Ibid., p. 50.

122 Pseudo-Falcand, p. 115 : Panormitani (...) multos apud eum accusaverunt apostatas, de Christianis Sarracenos effectos, qui sub Eunuchorum protectionem diu latuerant (« Les Palermitains (...) dénoncèrent au (Chancelier, i.e. Étienne du Perche) de nombreux apostats, qui de Chrétiens s’étaient faits Sarrasins et depuis longtemps se cachaient sous la protection des eunuques »).

123 Ibid., p. 116 : At illi Regis Reginaeque pedibus provoluti, cum lachrymis eos exorant, ne patiantur virum Regno pernecessarium, qui Curiae semper fidelissime servire studuerit, condemnari (...) Rapinas enim, et homicidia, quae fecisse dicatur, non ei, sed Gayto Pietro, cujus ea jussu fecerit, imputanda. (« Mais ceux-ci (i. e. : les eunuques du palais) prosternés aux pieds du roi et de la reine, les supplient en larmes, de ne pas souffrir qu’un homme très nécessaire au royaume, qui s’était toujours efforcé de servir la Cour très fidèlement, soit condamné (...). En effet, les rapines et les assassinats qu’on lui attribuait, devaient être imputés non à lui, mais au gayt Pierre, sur l’ordre duquel il avait agi »).

124 Cf. supra, p. 609.

125 Ibid., p. 119 : Gaytus quoque Richardus illi cum caeteris Eunuchis infestissimus erat, eo quod Robertum Calatabojanensem contra voluntatem ejus damnaverat (« Le gayt Richard était aussi très ennemi (d’Étienne du Perche) comme tous les autres eunuques, car il avait, contre sa volonté, condamné Robert de Calatabiano »).

126 Ibid., p. 156-157.

127 Ibid., p. 157 : Constantinus (qui remplace le châtelain du Castello a mare malade) itaque castellanus, ubi spem et opinionem suam elusam animadvertit, mittens plerosque palatii servientes, quos civibus notissimos esse cognoverat, per singulas urbis regiones distribuit, jussitque clamare ut universi cives ad arma concurrerent, et domum Cancellarii, qui paratis jam navibus cum thesauris regiis fugere decreverat, obsiderent : « C’est pourquoi, le châtelain Constantin, lorsqu’il réalisa que ses espoirs et son plan étaient réduits à néant, envoya de nombreux serviteurs du palais, qu’il savait être très connus des habitants de la ville. Il les répartit dans les différentes zones de la ville et leur ordonna de lancer un appel pour que l’ensemble des habitants prennent les armes et assiègent la maison du Chancelier, lequel, après avoir préparé des bateaux, avait résolu de fuir avec les trésors du roi ».

128 On peut voir à présent A. Schlichte, Der ‘gute’ König. Wilhelm II. Von Sizilien (1166-1189), Tübingen, 2005 (Bibliothek des deutschen historischen Instituts in Rom, 110).

129 Le sens du terme itāwa n’est pas très clair.

130 Al-Marrakushī, Kitāb al-Mu‘jib, BAS, ar., 1, p. 359 et BAS, 1, p. 514.

131 Ibn ‘Idhārī, Bayān, BAS, ar., 1, p. 428 et BAS, 2, p. 160.

132 A. De Simone, « Il Mezzogiorno normanno-svevo », p. 288. Sur le contexte de ces événements, cf. M. Chamberlain, « The crusader era and the Ayyūbid dynasty », dans The Cambridge History of Egypt. I. Islamic Egypt (640-1517), éd. C. F. Petry, Cambridge, 1998, p. 211-241, spéc. p. 213-216.

133 Les sources principales sont Ibn al-Athīr, Kāmil, BAS, ar., 1, p. 345-346 et BAS, 1, p. 491-492.

134 Ibn al-Athīr, Kāmil, BAS, ar., 1, p. 346-347 et BAS, 1, p. 493-495 pour le complot déjoué par Saladin.

135 Ibn al-Athīr, Kāmil, BAS, ar., 1, p. 347-349 et BAS, 1, p. 495-499.

136 Ibn al-Athīr, Kāmil, BAS, ar., 1, p. 347-349 et BAS, 1, p. 495-499

137 A. De Simone, « Il Mezzogiorno normanno-svevo », p. 288.

138 Richard de San Germano, Chronica. On sait peu de choses de l’auteur (cf. l’introduction de C. A. Garufi à l’édition).

139 Cf. Lettera, p. 12. Sur la famille des Indulsi et leur origine, cf. B. Rocco, « Andalusi in Sicilia », Archivio storico siciliano, ser. III, 19 (1970), p. 267-273. L’auteur n’évoque pas Pierre, mais souligne que Jean Indulsi était trésorier de la cathédrale de Palerme en 1186. Comme le rappelle B. Rocco, l’église San Michele, dans laquelle Grisantus apposa les épitaphes multilingues célébrant la mémoire de ses parents (cf. chapitre 1, p. 106-109), était désignée comme San Michele des Andalous, le milieu est donc bien celui des serviteurs arabophones de l’État et de l’Église à Palerme.

140 Lettera, p. 122-124 : Intueri michi iam videor turbulentas barbarorum acies eo quo feruntur impetu irruentes, civitates opulentas et loca diuturna pace florentia metu concutere, cede vastare, rapinis atterere et fedare luxuria (« J’ai l’impression de voir déjà les troupes turbulentes de barbares faire irruption, portées par leur élan, frapper de peur les cités opulentes et les localités florissantes grâce à une longue paix, les dévaster par le meurtre, les terroriser par les vols et les souiller par la luxure ».

141 Ibid., p. 124.

142 Ibid., p. 126.

143 Ibid., p. 127 : Nunc michi velim edisseras : ad quem intelligis finem rem in tanto discrimine perventuram, quove putas Siculos usuros consilio ? utrumne regem sibi creandum existiment et collectis viribus contra barbaros dimicandum ? (...) Certe si regem sibi non dubie virtutis elegerint nec a Christianis Sarraceni dissentiant, poterit rex creatus rebus licet quasi disperatis et fere perditis subvenire et incursus hostium, si prudenter egerit, propulsare (« Je voudrais maintenant que tu m’éclaires : à quel résultat penses-tu qu’aboutira la situation parvenue à un point aussi critique et quel conseil penses-tu serait utile aux Siciliens ? Décideront-ils de se donner un roi et, ayant rassemblé leurs forces, de combattre les barbares [...] Certainement, s’ils élisaient un roi d’une vertu inattaquable et si Chrétiens et Sarrazins étaient d’accord entre eux, celui qui serait fait roi pourrait résoudre une situation quasiment désespérée et presque perdue, et agissant avec prudence, il pourrait repousser l’invasion des ennemis »).

144 Ibid., p. 128 : At vero quia difficile est Christianos in tanto rerum turbine, sublato regis timore, Sarracenos non opprimere, si Sarraceni multis illorum iniuriis fatigati ab eis ceperint dissidere et castella forte maritima vel montanas munitiones occupaverint (...) [« Mais puisqu’il est difficile que dans un tel chaos, la peur du souverain ayant diminué, les Chrétiens n’oppriment pas les Sarrazins, si les Sarrazins, fatigués des multiples offenses subies, commençaient à se rebeller et occupaient les fortifications maritimes et les forteresses de montagne (...)].

145 Ibid., p. 136-142. Toutes les images développées tendent à souligner les relations entre les différents groupes culturels.

146 Richard de San Germano, Chronica : Tempore, quo rex ille christianissimus, cui nullus in orbe secundus, regni hujus moderabatur habenas, qui inter omnes principes princeps sublimis, et abundens in omnibus opibus erat, stirpe clarus, fortuna elegans, virtute potens, sensu pollens, divitiis opulentus. Erat flos Regum, corona Principum, Quiritum speculum (...), (p. 4, « À cette époque, ce roi très chrétien, qui n’était le second de personne sur la terre, tenait les rênes de son royaume avec modération, prince sublime entre tous les princes, très capable, d’extraction noble, doté de bon goût par la fortune, puissant par son courage, d’une intelligence profonde, très riche en toutes choses. Il était la fleur des Rois, la couronne des princes, le miroir des chevaliers »), et plus loin, il ajoute : Legis et justitiae cultus tempore suo vigebat in Regno (« En son temps, le culte de la Loi et de la justice régnait dans le royaume »).

147 C’est la conclusion de l’ouvrage de J. Johns, Arabic Administration, p. 284-300, qui conclut à l’inefficacité de l’administration sicilienne en langue arabe et au contraste entre l’intégration d’éléments islamiques dans le cérémonial et l’administration et le traitement réel des musulmans en Sicile.

148 Ainsi de la rébellion de Mathieu Bonel qui entraîne des émeutes accompagnées de massacres d’Arabo-musulmans à Palerme et dans le Val de Noto.

149 Cf. chapitre 5, p. 348.

150 Cf. supra, p. 621, note 145.

© Publications de l’École française de Rome, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access