Version classiqueVersion mobile

Conquérir et gouverner la Sicile islamique aux xie et xiie siècles

 | 
Annliese Nef

Quatrième partie. La population arabo-musulmane dans la Sicile du xiie siècle. Statuts juridiques et conditions sociales

Conclusions de la quatrième partie

Texte intégral

1L’opposition simplificatrice entre vaincus et vainqueurs ne résiste guère à l’analyse. Rappelons, en premier lieu, qu’il est toute une partie de la population dont le statut et les conditions de vie ne sont pas documentés. Des zones entières, en particulier celles qui sont probablement les plus islamisées, échappent à toute possibilité d’enquête. Au-delà des aléas de la conservation des archives, les informations dont nous disposons nous renseignent sur les régions les plus encadrées et les plus contrôlées par l’administration royale et les institutions ecclésiastiques, dont les chartriers fournissent l’essentiel des éléments exposés ici. Qu’en est-il, toutefois, de la population insulaire telle que reflétée dans ces actes ?

2D’une part, les statuts dont relèvent l’essentiel de la population sicilienne, largement arabisée linguistiquement et islamisée culturellement si l’on en croit les nombreux indices toponymiques et anthroponymiques disponibles et en l’absence d’éléments plus précis, ne ressemblent guère à ce que l’on a longtemps décrit. Il importe à la fois de dé-juridiciser le lexique, en laissant de côté ses équivalents latins, et de repenser l’évolution chronologique des statuts. Dans un premier temps, une catégorie très englobante est mise en place : celle des propriétaires contribuables qui versent leurs taxes à l’État (rijāl al-jarā’id). Le revenu de ces dernières peut être concédé à des membres des élites. Plusieurs autres catégories sont attestées par la suite, dont deux paraissent les plus importantes : les muls et les maḥallāt. Elles regroupent des cultivateurs, intégrés à une communauté d’habitants dont ils ne sont pas solidaires fiscalement (muls) ou installés sur un grand domaine foncier (maḥallāt). L’évolution tout au long du XIIe siècle reflètent une dégradation de ces statuts, due selon toute probabilité à la mobilité des exploitants. Ces derniers fuient des charges fiscales devenues trop lourdes, tandis que tout est fait pour limiter le plus possible leurs déplacements à la recherche d’une condition meilleure.

  • 1 Ce sont leurs fonds qui fournissent l’essentiel des actes pour la période la plus haute, mais auss (...)

3La seigneurialisation des campagnes est réduite et on la perçoit surtout pour des groupes de paysans de culture grecque. Pour une part, ces derniers étaient des nouveaux venus, mais, surtout, ils était soumis à l’autorité de monastères de langue grecque1 dont les responsables venaient souvent de l’extérieur de l’île dans un premier temps. Ils se proposaient sans doute d’y appliquer des règles assez différentes de celles en vigueur à la période antérieure en Sicile, mais proches de celles mises en œuvre dans les régions dont ils venaient. Quelques exemples de tensions et de conflits entre la population locale et tel ou tel représentant d’une institution ecclésiastique renforcent cette hypothèse.

4D’autre part, l’analyse des données anthroponymiques contenues dans les listes (jarā’id) dressées en fonction des catégories évoquées plus haut, par les représentants de l’administration centrale, mais à partir de données rassemblées localement par les communautés d’habitants, permet de nuancer l’idée d’une population arabo-musulmane écrasée par la domination chrétienne et peu diversifiée. À l’inverse, ces catalogues contiennent les noms de propriétaires et de non-propriétaires, d’habitants des zones rurales, majoritairement, mais aussi des bourgs et des villes. Ces inventaires reflètent à la fois une islamisation des références sociales (présence de certaines fonctions, islamisation des noms), une hiérarchie sociale assez étendue (de l’esclave au propriétaire) et une diversité linguistique et religieuse, fréquente dans le dār al-islām de l’époque. En revanche, la dimension tribale y apparaît peu structurante.

  • 2 Il n’est que de considérer, par exemple, les taxes énumérées par Ibn Ḥawqal dans sa description de (...)

5La variété des termes désignant les statuts personnels en arabe et la diversité sociale interne de la population qui relève de ces derniers contrastent fortement avec le vocabulaire réduit des actes latins qui utilisent presque exclusivement le vocable villanus. En outre, il est probable que si une partie des droits dus aux souverains normands (taxes sur la pêche, sur le commerce, sur la poix, etc.) se sont inspirés de taxes antérieures2, certaines mesures ont affaibli l’autonomie des communautés rurales. Ainsi en fut-il, sans doute, des droits qui pesaient sur l’incultum, mais aussi sur les moulins, les fours et autres installations qui devaient être au moins en partie collectives à l’époque antérieure. Les modalités de leur délégation à tel ou tel concessionnaire sont mal connues : elle n’apparaît que dans un cadre épiscopal ou dans le cas de monastères richement dotés, en particulier de langue grecque. La tension entre une réalité sociale diversifiée et la dégradation progressive des statuts personnels, liés en partie aux conditions de vie, a pu tendre la situation toujours plus jusqu’aux révoltes de la fin du siècle.

6D’une certaine manière, les actes notariés en arabe, exceptionnels pour l’époque, même s’ils se réfèrent essentiellement à Palerme, reflètent une réalité similaire. Ils documentent en effet le maintien du droit musulman, malikite, dans l’île, mais aussi celui d’élites urbaines aux références islamiques, au sein desquelles la bona fama est établie par des critères qui n’ont guère varié depuis la période antérieure. Parallèlement, toutes les ventes soulignent le recul de la propriété arabo-musulmane, au profit des Latins notamment, même si ce trait découle en partie des modalités de conservation de cette documentation unique, qui provient des fonds eclésiastiques. Ces tensions contradictoires ne sont donc pas propres aux campagnes.

Notes

1 Ce sont leurs fonds qui fournissent l’essentiel des actes pour la période la plus haute, mais aussi les séries les plus continues.

2 Il n’est que de considérer, par exemple, les taxes énumérées par Ibn Ḥawqal dans sa description de la Sicile ; cf. Ibn Ḥawqal, Kitāb ṣurat al-arḍ, éd. J. H. Kramers, Beyrouth, 1964 et rééd. 2001, p. 134 et trad. frse : Configuration de la terre, trad. J. H. Kramers et G. Wiet, Beyrouth, 1964 (Collection UNESCO d’œuvres représentatives, Série arabe), p. 129.

© Publications de l’École française de Rome, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search