Version classiqueVersion mobile

Conquérir et gouverner la Sicile islamique aux xie et xiie siècles

 | 
Annliese Nef

Quatrième partie. La population arabo-musulmane dans la Sicile du xiie siècle. Statuts juridiques et conditions sociales

Chapitre 9. Population des villes, population des champs

Statuts et conditions sociales dans la Sicile du XIIe siècle

Texte intégral

1La richesse des listes des différentes catégories d’individus que nous venons de passer en revue a souvent été soulignée. Elles contiennent plusieurs milliers de noms, auxquelles s’ajoutent des listes en latin et grec. Un nouvel examen du dossier peut, en premier lieu, permettre de synthétiser l’ensemble des données et d’en éliminer, autant que possible, les erreurs de lecture. Mais ces sources permettent surtout d’avancer, en prenant les précautions méthodologiques de rigueur, quelques éléments sur la composition sociale des groupes ainsi énumérés.

  • 1 Il existe une bibliographie abondante qui a tenté d’évaluer au moins proportionnellement les différ (...)

2Ces inventaires, même partiels, reflètent le degré d’arabisation onomastique de ces groupes. Il s’agit d’un indice non négligeable, en raison de la rareté des sources qui nous renseignent sur les mouvements de population sous la domination islamique. Ces dénominations révèlent une évolution culturelle, tout au moins linguistique, qui n’exclut pas le plurilinguisme des individus. Les noms de personnes ne permettent toutefois pas de réfléchir sur la cartographie du phénomène comme nous l’avons fait à partir de la toponymie car les listes d’individus sont beaucoup plus ponctuelles et inégalement réparties au sein du territoire insulaire1.

  • 2 Cette expression est utilisée dans le sens large défini en introduction. Avec cette signification, (...)

3Nous tenterons surtout d’éclairer la composition sociale de la population ainsi documentée. Celle-ci est mal connue, mais il est possible de nuancer encore une fois l’idée d’une population soumise, dont la hiérarchie sociale serait en quelque sorte « écrasée » par la conquête et la domination. Les communautés arabo-musulmanes2 semblent en effet se maintenir et préserver une relative autonomie. Nous tenterons de mettre en avant des éléments d’explication de cette situation à partir des informations livrées par ces listes. L’exploitation systématique du stock d’anthroponymes connus, entreprise délicate, permet en effet d’affiner la vision générale que l’on a de la population insulaire aux XIe-XIIe siècles, surtout si l’on renouvelle le questionnement auquel il est soumis.

I. La population sicilienne : les lacunes des sources arabes

  • 3 Cf. F. Giunta, Bizantini e bizantinismo nella Sicilia normanna, Palerme, 1974. On dispose également (...)
  • 4 Ainsi, on aimerait connaître, avec plus de certitude, la proportion de chrétiens hellénophones qui (...)
  • 5 Le principal indice de l’immigration normande dans le sud de l’Italie est onomastique. Il a fait l’ (...)
  • 6 Cf. Préambule.

4Les informations qui permettent de dépasser les généralités sur les caractéristiques linguistiques et culturelles de la population sicilienne sont rares. Les travaux qui traitent de ces aspects sont surtout consacrés aux groupes censés constituer des ensembles à part ; ont fait l’objet d’enquêtes : les « Grecs »3, sans que la multiplication récente des travaux permette de répondre à des interrogations fondamentales4 ; mais aussi les Latins, et en particulier les Normands5 et les Lombards venus s’installer dans le Val Demone et le Val de Noto6. De fait, ce sont là les groupes et individus les plus faciles à repérer, puisqu’ils sont, en partie, nouveaux venus. On a donc tendance à juxtaposer les « groupes culturels » alors qu’il faut probablement concevoir une population arabo-musulmane très diverse et des petits groupes de nouveaux venus dont l’évolution culturelle et linguistique nous échappe en très grande partie.

5Mais l’essentiel de la population est encore plus mal connue, d’autant que les liens des individus ou groupes hellénophones ne sont pas documentés dans leur totalité : pratiquaient-ils d’autres langues ? quelle était la teneur exacte de leur culture ? les tranformations qu’a connues la population insulaire sous la domination islamique sont donc peu claires. Nous savons que la langue grecque et une partie de la culture qui s’y rapporte se sont maintenues, mais qu’en est-il de l’arabisation ? de l’islamisation de la population ?

6Sans prétendre répondre exhaustivement à cette question, nous exposerons les éléments disponibles. Les sources en langue arabe ne sont guère disertes sur les mouvements de population avant le XIIe siècle et l’essentiel de nos informations datent de l’époque normande.

Les maigres apports des sources de la période islamique

  • 7 Ainsi d’Ibn ‘Idhārī (BAS, 2, p. 5 et BAS ar., 1, p. 408) et d’al-Nuwayrī (BAS, 2, p. 116 et BAS ar. (...)
  • 8 BAS, 1, p. 202 et BAS ar., 1, p. 124.
  • 9 Ibn al-Athīr (BAS, 1, p. 368-369 et BAS ar., 1, p. 272).

7Les effectifs des troupes passées d’Ifrīqiya en Sicile en 827 sont répétés d’ouvrage en ouvrage sans qu’il soit possible de s’y fier : les chroniqueurs arabes avancent généralement les chiffres de 70 bateaux, 700 cavaliers et 1000 fantassins7. Seul Yaqūt met en avant ceux, vraisemblablement exagérés, de 900 cavaliers et 10 000 fantassins8. À défaut de données précises, se dégage néanmoins l’idée d’un contingent non négligeable. En 829-830, 300 bateaux venus de la péninsule Ibérique et de l’Ifrīqiya auraient apporté leur aide à la conquête9. Mais ces données sont d’autant moins significatives qu’au début de cette entreprise militaire, les envois de troupes depuis les côtes tunisiennes sont renouvelés chaque été ; elles varient donc d’une année à l’autre.

  • 10 Cf. le chapitre 8, p. 483-484.
  • 11 Et quand il l’est, c’est essentiellement pour les quelques informations qu’il contient sur la fisca (...)
  • 12 H. H. Abdul Wahab et F. Dachraoui, « Le régime foncier ».

8S’il faut renoncer à compter, il existe néanmoins une source arabe qui nous renseigne sur certains mouvements de population durant la domination islamique. Le Kitāb al-Amwāl d’al-Dawūdī (m. 1011), déjà mentionné10, est unique par les informations qu’il fournit. Or, il n’a jusqu’à présent guère été mis à profit11, même si la partie concernant la Sicile a été traduite il y a déjà longtemps12. Les compendia juridiques de ce type, bien qu’ayant une visée théorique, exposent des cas particuliers afin d’appuyer leur démonstration ; ils peuvent donc contenir des informations datables portant sur certains points.

  • 13 Ibid., p. 432. Les auteurs renoncent à identifier le toponyme. La traduction donne : « Une partie d (...)
  • 14 Comme cela a été définitivement établi dans E. Kislinger, Regionalgeschichte als Quellenproblem : d (...)

9Ainsi, le passage consacré à la Sicile souligne la spécificité du Val Demone, considéré comme « la terre des chrétiens » jusque fort tard. La première allusion qui y est faite, quoique non datée, renvoie au début de la conquête. Des chrétiens, opprimés par leurs nouveaux maîtres, se seraient réfugiés à Damashnū13. Ce toponyme renvoie à la ville de Demenna (act. San Marco)14, mais il désigne probablement tout le val qui en relève et auquel elle a donné son nom, le Val Demone, plutôt que la localité à proprement parler, d’autant que les fuyards gagnent aussi d’autres villes, vraisemblablement situées dans la même région. On comprend que ce val ait pu servir de zone de repli au début de la domination islamique, car il échappe au contrôle arabo-musulman jusqu’au milieu du Xe siècle.

  • 15 H. H. Abdul Wahab et F. Dachraoui, « Le régime foncier », p. 436-438 ; éd. Rabat, p. 75-77. La trad (...)
  • 16 Ibid., p. 438 : « Une armée de musulmans partit en expédition contre les Rūm et un groupe de soldat (...)
  • 17 Ibid., p. 438 : « Un groupe des anciens habitants d’Agrigente se rendit auprès du pouvoir central e (...)

10Ce val est cité à plusieurs reprises dans un autre passage qui évoque des événements datables des années 93015 et qui montre surtout la forte implantation arabo-musulmane à Agrigente. Ce texte met en scène des Agrigentins qui, ayant déserté lors d’une opération en territoire ennemi, sont punis et contraints de s’installer à Taormine, Rametta et Aci, « à proximité du territoire difficile »16. Cet établissement forcé pourrait s’être déroulé entre 905 et 965, date de la réduction définitive Rametta par les musulmans. Enfin, « l’ancienne génération des habitants d’Agrigente », évincée de ses droits, réclame d’être regroupée à Syracuse et de défendre la région en échange de terres17. Or, ces attaques sont susceptibles de venir aussi bien de la mer que du nord de l’île.

  • 18 Par exemple, en dernier lieu, F. Maurici, Castelli, p. 48-55.

11Ce texte confirme non seulement ce que d’autres sources laissaient déjà entrevoir du Val Demone sous la domination musulmane18, mais il apporte également un éclairage sur les modalités de colonisation du territoire et les modes de dévolution foncière variés sur lesquels on ne sait quasiment rien par ailleurs.

12À ces quelques informations viennent s’ajouter celles que l’on peut glaner dans les textes de la période normande.

Les sources arabes du XIIe siècle et la composition de la population sicilienne

  • 19 Sur cet ouvrage, cf. chapitre 3.

13On aurait pu penser que la géographie d’al-Idrīsī (v. 1154)19 serait sur ce point de quelque utilité. Mais, du fait de l’intention qui préside à sa réalisation, elle n’est d’aucun secours. Il ne s’agit en effet pas pour le géographe de chanter la Sicile arabo-musulmane, ou même une Sicile multiculturelle. Sa présentation de l’île a pour fin l’exaltation de ses richesses et de la dynastie normande. Toute précision sur les groupes culturels qui composent la population des localités ou des régions décrites est donc absente.

14Seul le récit du Voyage en Sicile d’Ibn Jubayr (1184-1185) se révèle relativement riche sur la question. Le pèlerin ne revient pas sur les conditions, réelles ou fictives, de l’installation des Arabomusulmans en Sicile, mais il décrit la situation des musulmans au sein d’une Sicile redevenue chrétienne. Ce thème motive sa description et le résultat en est donc très différent.

  • 20 Ibn Jubayr, « Relation de voyages », p. 345 : « À Messine ne vit qu’un petit nombre de musulmans qu (...)
  • 21 Ibid., p. 349 : « Une communauté de musulmans y réside ».
  • 22 Ibid. : « Les musulmans y occupent un vaste faubourg où sont érigées des mosquées ».
  • 23 Ibid., p. 345 : « C’est là que les musulmans citadins résident ».
  • 24 Ibid., p. 355 : « Les habitants de cette ville ainsi que ceux des villages situés sur cette route s (...)
  • 25 Ibid., p. 356 : « Les habitants musulmans et chrétiens ont leurs mosquées et leurs églises ».

15Dans son récit, Messine, la ville où il débarque après une tempête, apparaît comme vide d’habitants musulmans20. Toutefois, son voyage jusqu’à Trapani lui réserve, fort heureusement, quelques surprises agréables : Cefalù est peuplée d’« un certain nombre de musulmans »21 ; à Termini, ils vivent en très grand nombre22, de même qu’à Palerme23 ; à Alcamo « tous les habitants sont musulmans »24 et Trapani apparaît comme la deuxième capitale de cette Sicile musulmane que cherche le voyageur25. Ce parcours, qui dévoile progressivement la situation peu enviable des musulmans sous la domination normande, depuis le sauvetage des naufragés et l’accueil que leur prodigue Guillaume II à Messine jusqu’au destin, qui s’annonce tragique, de Ibn al-Ḥajar à Trapani, s’accompagne de la description de localités toujours plus musulmanes, jusqu’à Trapani si proche de la côte africaine, comme le souligne Ibn Jubayr. Ce témoignage précieux se limite cependant surtout à la partie nord-ouest de l’île et on peine à distinguer la réalité (une île qui se fait plus mulmane d’est en ouest ?) de la construction littéraire visant à exalter la supériorité de l’Islam. C’est là tout l’apport des sources littéraires.

16Il est donc nécessaire de prendre en examen les archives conservées en Sicile, peu nombreuses pour les XIe-XIIe siècles. À défaut de tracer un tableau complet de la population insulaire, il est néanmoins possible d’utiliser plus systématiquement la documentation latine et grecque disponible.

II. Les noms arabes dans les documents grecs et latins d’époque normande

  • 26 Sur les statuts paysans dans la Sicile normande, cf. chap. 8. En réalité, si l’essentiel des ensemb (...)

17On se penchera ici sur les listes de vilains26 contenues dans les documents grecs et latins. Celles, fort longues, incluses dans les documents arabes seront analysées dans un second temps afin d’enquêter sur la composition sociale des communautés arabo-musulmanes, même si on les mentionnera ici afin d’évaluer le nombre d’individus qu’elles recensent. La documentation latine a d’autant plus à nous apprendre dans ce domaine qu’elle a été négligée au profit des actes grecs et arabes, souvent étudiés en parallèle.

18Les chartes et autres diplômes siciliens sont susceptibles de fournir deux types d’informations : en premier lieu, ils permettent de faire ressortir les caractéristiques des noms énumérés (grecs, latins ou arabes, ou mêlant plusieurs langues ; éléments de dénomination, etc.). On verra qu’ils suggèrent que les contacts entre les différents groupes culturels étaient multiples puisque l’onomastique puise régulièrement dans des stocks variés. En outre, ils autorisent une réflexion sur l’usage des langues dans ce type de documentation, ainsi que sur les modalités de passage de l’une à l’autre (traduction, transcription, etc.). De ce point de vue, les noms transcrits en latin et en grec n’ont pas retenu toute l’attention qu’ils méritaient, en dépit de la masse d’informations qu’ils contiennent quant à la situation linguistique insulaire. Les quelques exemples de documents bilingues latin/arabe sont particulièrement instructifs de ce point de vue. Mais, il convient, tout d’abord, d’exposer synthétiquement les données qui, jusqu’ici, n’ont jamais été réunies de manière globale, en corrigeant les éventuelles erreurs des éditions antérieures.

L’anthroponymie arabe dans les documents latins et grecs

  • 27 En effet, la transcription en latin ou en grec ne permet pas toujours de retrouver le nom arabo-mus (...)
  • 28 Les noms des quwwād ont été passés en revue dans le chapitre 7 ; la troisième liste infra donne les (...)

19Les diplômes au moins partiellement rédigés en arabe seront analysés à part car les informations qu’ils fournissent diffèrent de celles que l’on tire des documents grecs et latins27. Pour ce qui concerne les anthroponymes grecs, seuls leur nombre sera retenu. Le corpus d’actes exploités ici s’étend de la fin du XIe siècle à la fin du siècle suivant. Il s’agit, pour l’essentiel, de donations ou de concessions qui contiennent avant tout les noms des individus dont on concède le revenu des taxes28.

20Indiquons quelques limites des listes qui suivent. Tout d’abord, la restitution du nom arabe qui est transcrit en grec ou en latin (restitution que l’on fera figurer entre parenthèses à la suite du nom tel qu’il figure dans le document) n’est pas toujours possible. Lorsque les noms individuels sont agrémentés de noms de métier, de surnoms ou autres éléments du même genre, les mots arabes que l’on peut identifier sont parfois polysémiques. Certaines des traductions proposées, toujours entre parenthèses, sont donc avant tout des hypothèses. En outre, les noms arabes sont systématiquement restitués sous leur forme classique, même si la transcription en latin ou en grec suggère une forme dialectale ou régionale. En effet, dans la mesure où la transposition de l’arabe dans ces deux langues ne suivait pas de règle précise, il n’est pas possible de se livrer sans risque d’erreurs à des analyses portant sur les variantes des noms ici rencontrées. Enfin, nous n’entrerons pas dans des considérations sur l’authenticité des documents car, si falsification il y a, elle ne porte pas sur le nom des individus en tant que dénomination.

Les noms arabo-musulmans dans les sources latines et grecques

211. 1091 (Pirro, 1, p. 521, col. 1) ; latin

  • 29 Les qualifications des individus que nous indiquons ici sont celles des documents et non celles que (...)

Quatre villani dont deux Sarrasins résidant à Messine sont concédés avec leurs enfants à la cathédrale de Catane par le Comte Roger29.

222. 1092 (Pirro, 1, p. 522) ; latin

Le Comte Roger affirme que les Sarrasins qui ont fui la ville lors de sa prise par les Normands relèvent de l’autorité de l’évêque de Catane.

233. 1092, transumptum de 1416 (Garufi, Doc. ined., doc. 2) ; latin

Le Comte Roger concède quatre agareni de Taormine, avec leur épouse et leurs enfants, au monastère San Salvatore de Messine.

  • 30 Un tilde surmonte la dernière lettre.

Machamuti (Muḥammad), Alm30 Michias ( ?), Suabone vel monoculum (Sū’bi-l-‘uyūn = « qui a un défaut aux yeux », « borgne », comme le suggère le latin ?), Sulfigut ( ?).

  • 31 Sur ce document, cf. Johns, Appendice I, doc. 2.

244. 1095 ? (Cusa, p. 1) ; grec31

  • 32 Seule cette dernière est ici détaillée.

Le Comte Roger concède à la cathédrale de Palerme soixante-quinze agarenoi/rijāl (liste en arabe) et leurs vingt enfants (liste en grec)32, qui résident dans les régions de Corleone et Iato

O Ises adelphos Iôb (« ‘Isā le frère d’Ayūb »), Othoumen epin Liskar (‘Uthmān b. al-‘askar = « U. le fils du soldat »), Achmet epin Mboudikêr (Aḥmad b. Bū-l-dhikr), Othoumen epin Othoumen (‘Uthmān b. ‘Uthmān), Boulfadl adelphos autou (« Bū-l-faḍl son frère »), Chasen exadelphos autou (« Ḥasan son cousin »), Brachimos epin Gergenti (Ibrāhīm b. al-Jirjantī = « l’Agrigentin »), Othoumen adelphos Mellek (« ‘Uthmān frère de Malik »), Chêlfe epin Sellem (Ḥilfa b. Salām), O agzimos (al-‘ajmī = « l’étranger »), Abderrachmen vios Achmet (‘Abd al-Raḥman b. Aḥmad), Mbousemex epin Maimoun (Bū Simāj b. Maymūn), Azouz ebiloutit (‘Azūz b. al- ?), Chammout epin Thoumen (Ḥammūd b. ‘Uthmān), Mouses adelphos Iôsêph (« Mūsā frère de Yūsuf »), Mouchammout epin Nnigziar (Muḥammad b. al-najjār = « M. le fils du charpentier »), Omout epin Bouabdilla (Ḥammūd b. Bū ‘Abd Allāh), Chaleph epin Iousêph (Ḥālif b. Yūsuf), Mbouabdilla (Bū ‘Abd Allāh) et O epin Siakra (Ibn al-Saqqā ? = « le fils du porteur d’eau » ?).

255. 1096 (Cusa, p. 289) ; grec

  • 33 Même si le chiffre de cent n’est pas à prendre au pied de la lettre, Roger estime qu’il y a suffisa (...)

Le Comte Roger concède à l’église de Troina des terres et « cent Agarènes à Olivieri »33.

266. 1100-1101 (White, doc. 4) ; trad. du grec en latin en 1270

Geoffroi Borrel concède le Casal Diavolium, près de Milazzo, au monastère San Bartolomeo de Lipari, avec quatre agareni

Epinaly (Ibn ‘Alī) et ses enfants, Aptolganus (‘Abd al-Ghanī) et ses enfants, Omorus (‘Umar) et ses enfants, Omorssus (‘Umar) et ses enfants.

277. 1102 (Cusa, p. 549) ; grec

Donation de Tancrède à la cathédrale de Catane, dont deux anthrôpoi

Un à Lentini, Chalil (Khalīl), et un à Syracuse, Sourourên (Surūr).

288. 1105 et 1130 (White, doc. 6) ; trad. du grec en latin en 1130

Achinus de Vizzini donne à l’abbé de Lipari-Patti des terres sises à Licodia et cinq villani

Maaluf (Makhlūf), Bulcasem (Bū-l-Qāsim), Soliman (Sulaymān), Azez (‘Azīz), Ali... sten (‘Alī ?) et ses enfants.

299. 1108 (Collura, p. 25) ; latin

Robert Malconvenant concède à Santa Margherita d’Agrigente cinq villani

Alibithumen (‘Alī b. ‘Uthmān), Hben el-Chassar (Ibn al-Ḥaṡṡār = « le fils du tisserand »), Sellem Eblis (Salām Iblīs), Miniarapip Abdelacai (Minia rabīb ‘Abd al-Ḥayy), Maimon Bincuiden (Maymūn b. ?).

3010. 1111 (Garufi, 1940, doc. 3) ; latin

Renaud Avenel, ses frères et son épouse concèdent à San Bartolomeo de Lipari une terre sise à Mensidusto (Val de Mazara) et dix villani

Omarusis (‘Umar), Sellemenus filius Saccomis (Sulaymān b. ?), Muhamutis filius Aysset (Muḥammad b. ‘Aysha ou ‘Isā), Otacheris ( ?), Abdelalim filius Baydune (‘Abd al-‘Alīm b. ?), Abdelas filius Lumbi (‘Abd al-‘Allāh b. ?), Alis filius Omeri (‘Alī b. ‘Umar), Hissennis (Ḥasan ou Ḥusayn) son fils, Obumuse filius Aly (Abū Mūsā b. ‘Alī), Elumcampa filius Barcameth ( ? b. ?).

3111. 1111 (Garufi, Doc. ined., doc. 15) ; confirmation de 1140 ; latin

Concession à San Pietro de Collesano de terres et de quatre villani résidant à Collesano par Adélaïde

Abraam eben Chayhar (Ibrāhīm b. ?), Filippus eben Muheres (nom latin b. Miḥriz), Abdisseid eben Bussid (‘Abd al-Sayd b. Bū-l-Sayd), Seidun eben Essaba eben Ettavil (Saydūn b. al-sabbāgh b. al-ṫawīl = « S. fils du teinturier fils du “Grand” »).

3212. 1115 (Garufi, Doc. ined., doc. 107) ; latin

Le Comte Roger concède des villani saraceni près de Sicaminò à Gautier dictus Gavarrecta

Villanum unum saracenum cum filiis eius (« un vilain sarrazin avec ses fils »)

3313. 1121, transumptus 1196 (C. A. Garufi, « Censimento e catasto », doc. 1) ; latin

Raul, dominus de Cefalù, concède à Guiscard fils de Bauduin six villani (dont cinq au nom arabe) résidant dans le lieu-dit Furnus, sur le Mont Gibelusta Ali filius Bucher (‘Alī b. Bū-l-khayr), Bucher filius Saba ? (Bū-l-khayr b. ?), Bueni filius Bufadat (Bū-l-Ġānī b. Bū-l-fiḍā), Ali (‘Alī), Bulaber ? (Bū-l- ?).

  • 34 Il s’agit d’un groupe de faux ; on donnera d’abord la version de 1122-1124, puis entre crochets cel (...)
  • 35 Les documents sont conservés à Catane, dans le Tabulario dei monasteri di S. Nicolo l’Arena di Cata (...)

3414. 1122-1124 et 113234 (Garufi, Le donazioni, p. 18-19 et 22-23 ; corrigé)35 ; latin

Henri fils de Manfred concède des villani à Santa Maria di Valle Giosafat

  • 36 Garufi, Le donazioni, p. 22-23 : Hamhelmesep.

Concession de quatorze villani à Hainhelmesep [Ham Hiusep]36 (près de Piazza Armerina)

  • 37 Ibid., p. 18-19 : Bhalil.
  • 38 Ibid. : elcausceri.
  • 39 Ibid. : Thacan.
  • 40 Ibid. : Gazem.
  • 41 Ibid. : Elabella.
  • 42 Ibid. : Catemhel Amenis.
  • 43 Ibid. : Elebiz.
  • 44 Ibid. : Halil.

Chalil37 [Chalil] (Khalīl), Isanigrum [Isinigrum] (‘Isā al-Sūdān ?=« I. le Noir » ?), Iseg El Causceri38 [Iseg Elcauseeri] (‘Isā al-Qawsārī = « I. de Pantelleria »), Hamet Ebene Thachan39 [Ahmet ebene Tahanom] (Aḥmad b. al-ṫaḥḥān = « Aḥmad fils du meunier »), Caçem40 filium sororis [Cazem] (« Qāsim fils de sa sœur »), Amor Elabellu41 [Amore Isabellu !] (‘Umar al- ?), Buchabar [Bucabar] (Bū-l-ḥabar = « le père la joie » ?), Caleph Buile [Caleph Buhile] (Khālif Bī-Allāh), Amor [Amor] (‘Umar), Catenhel Amemie42 [Cate el hamemis] (Khātim al-ḥamāmī = « H. le pigeonnier »), Clehiz43 (Iesin) [Yāsin], Hamut ebene Cassar [Hamut Ebbenechascar] (Ḥammūd b. al-khaṡṡār = « Ḥammūd le fils du tisserand »), Hamet fratrem eius [idem] (« Ḥammād son frère »), Hali44 ragel ebbene ellubi [Haliragel ebbene Ellulu] (‘Alī rājil Ibn al-Lū’lū’= « ‘Alī l’esclave du ‘‘fils de la perle’’ »), Machomet el Fartas [Mahomet el fartase] (Muḥammad al-Farṫās = « Muḥammad le ? : nombreuses possibilités »).

Concession de six autres villani sans localisation

  • 45 Ibid. : Jetha.

Hamor Ebbenecheteb [idem] (‘Umar b. al-khāṫib = « ‘Umar le fils du marieur »), fratrem eius Isam (« son frère ‘Isā »), Machluf Ebbenecheteb [Mechluf Ebbenecheteb] (Makhlūf b. al-khāṫib = « Makhlūf le fils du marieur »), Hali fratrem eius (« ‘Alī son frère »), Fetha45 Ebbenedadi [Fetah Ebbenedadi] (Fatḥ b. ?), Hamut Ebbenedari (Ḥammūd b. al-Naṡārī ? = « Ḥammūd le fils du chrétien » ?).

Auxquels s’ajoutent six villani à Trablisin (même région)

Amor (‘Umar), Zeug elgazire (Zawj al-Jazīra = « le mari de “l’île” »), Isa (‘Isā), Abdessalem (‘Abd al-Salām), Celmem [Chelinem] (Salmān), Hameth frater eius [Hamet frater eius] (« Ḥammād son frère »).

  • 46 H. Grégoire, « Diplômes de Mazzara (Sicile), Annuaire de l’Institut de Philologie et d’Histoire ori (...)

3515. 1124 (Confirmation en 1145. Faux. Grégoire, p. 82-85)46 ; grec

Le Comte Roger concède à San Michele de Mazara dix paroikoi de la platea de Mazara

  • 47 Peut-être faut-il entendre ici que le terme renvoie de manière générique à la filiation, à moins qu (...)

O Michipês sun tôn autou paidôn (« Muhhib et ses enfants »), O Chetim meta tôn paidôn autou (« Khāṫim et ses enfants »), Mosouout sun tou adelphou autou (« Mas ‘ūd et son frère »), O Abdelmoula sun tôn paidôn autou (« ‘Abd al-mawlā et ses enfants »), O Abdelselem sun tôn adelphôn autou (« ‘Abd al-Salam et ses frères »), Omour o agkar sun tôn adelphôn autou (‘Umar al-‘aqqār = « U. le droguiste et ses frères »), O Bouabdalla sun tôn adelphôn autou (« Bū ‘Abd Allāh et ses frères »), O Sittechlou vios epen Souttene sun tôn paidôn (Sitt al-Ḥulw ? = « la Dame de la douceur fils47 de Ibn Sūdān et ses enfants »), Omour epen Erazoun sun tôn paidôn autou (« ‘Umar b. Rizzūn et ses enfants »), Oi paides tou Martoup (« les enfants de Martūb ? »), O Abdella kai o adelphos (« ‘Abd Allāh et son frère ») ; sont concédés pour la pêche : Tous paidas Alê tou Tararch sun pantôn autois tôn prosontôn (« les enfants de ‘Alī b. Ṫarīq et tous leurs descendants »).

3616. 1125 (White, doc. 11 et Catalioto, 23) ; latin

Richard Bubli concède à Santa Maria de Butera, une église sur le territoire de Comicino et trois villani

Abdelagit (‘Abd al-ajwādd), Mocatel (Muqātil), Zeytone (Zaydūn).

3717. 1127, traduction de 1427 (Garufi, Doc. ined., doc. 7) ; latin

Le Comte Roger concède à Ansaldus, vicomte d’Arri, trente-deux homines résidant dans le casal de Nassari (Val Demone)

Bucherius filius Vecule (Bū-l-khayr b. Wakīl ?), filii Cupi (les fils de ?), Metus Epinimoin (Ḥammād ou Aḥmad b. Imān), Muses (Mūsā) leur frère, Chusenis et Pensinius (Ḥusayn et Ibn ?), Yse (‘Isā) son frère, Ioseph Epinsimuni (Yūsuf b. Simūn), Abderratin (‘Abd al-Rāḍī) et Miocus ( ?) son frère, Binarin Sopen ( ?), Hebrien Chalesepe ( ?), Ychie (‘Isā) ab deviacmenti ( ?), una Cueyen ( ?), Aly Epensalem (‘Ali b. Salām), Muchisii Epensalem ( ? b. Salām), Uthumennis filius Muchamut (‘Uthman b. Muḥammad), Sensius Amichamutus ( ? ‘amm Ḥammūd = « ? l’oncle maternel de H »), Chanerii (Khānir), Ioseph Chayrepiy (Yūsuf ?), Echepotry Culusii ( ?), Omaltis (O Maltês ?, al-Malṫī = « le Maltais » ?), Graferius de Muchonilies (Ja‘far ?), Aly

Charenus (‘Alī ?), Abdacan Chennis (‘Abd al-kā’in Ḥānī), Varlies filius Maymuni (Bū Ilyās ? b. Maymūn), Cayde Liviri (le Qā’id d’Oliverio ?), Bulcrey Epentugamis (Bū-l-Khayr b. al-‘ajamī ?), Selemardo ( ?).

Fugitifs : Ioseph et Epenchasim filii Supi (Yūsuf et Ibn Qāsim b. Ṣubḥī).

3818. 1131 (Cod. Diplo., doc. 16) ; latin

Roger II concède à l’abbaye de la Cava l’église de Sant’Archangelo près de Petralia avec les villani qui en dépendent.

Villanos tam christianos... : Nicolaus filius Aftas (« N. fils d’al-Aftās » = « nez plat » ?), Fadalis et frater eius (Faḍl), Fadalis Epenfurmi (Faḍl b. ?), Fadalis Epenfassat (Faḍl b. ?), vidua Aftas (« la veuve d’al-Aftās : « nez plat » ? ») ;

... quam Sarracenos : Meimun Epensanca (Maymūn b. ?), Muse Epensanca (Mūsā b. ?), Umur Epenfarme (‘Umar b. ?), Muchamut Epenrumie (Muḥammad b. al-Rūmiyya = « M. le fils de la Grecque »), Ioseph Epenrumie (Yusūf b. al-Rūmiyya = « Yusūf le fils de la Grecque »), Munsur (Manṡūr), Yales ( ?), Alis notarius (« ‘Alī notaire »), Pulchusenis (Bū-l-Ḥusayn), Giuad Epensacca (Jawwād b. al-saqqā = « le porteur d’eau » ?).

3919. 1131-1148 (C. A. Garufi, « Censimento e catasto », doc. 3 et Catalioto, doc. 52) ; latin

  • 48 Sont indiqués entre crochets les ajouts postérieurs.

Compilation par le monastère San Bartolomeo de Lipari d’une liste de ses villani résidant à Naso, Fitalia, Panagia et Librizi (sur 344, 53 sont des Sarraceni)48

  • 49 C. A. Garufi, « Censimento e catasto », doc. 3 et Catalioto, doc. 52 : Solimen.
  • 50 Ibid., doc. 3 : Ualcasimos ; Catalioto, doc. 52 : Valcasimos.
  • 51 Ibid., doc. 3 et Catalioto, doc. 52 : Amitis.
  • 52 Ibid. : Vucheris.
  • 53 Ibid. : Abdesseris.

Première colonne : Viliasis [Abut est filius suus] (Bū Ilyās ; « ‘Abbūd est son fils »), Jafaris (Sceken est filius suus) (Ja‘far ; « S. est son fils »), Salimen49 [obiit cum filiis suis] (Salmān ou Salīmān ; « il est mort avec ses fils »), Vulcasimos50 [addit filius eius] (Bū-l-Qāsim ; « son fils est parti »), Amuras51 [Camuk filius eius] (‘Umar ; « ? son fils »), Vuckeris52 [Abderrakmen filius eius] (Bū-l-khayr et « ‘Abd al-Raḥman son fils »), Abdessetis53 [cum filiis] (‘Abd al-Sayd ; « avec ses enfants »), Abdlemakis adelfos Abderisiac [addit cum filiis] (« ‘Abd al-mākin frère de ‘Abd al-Razzāq » ; il est parti avec ses enfants »), Vuttachiris ios Viliasi [obiit omnino] (Bū-l-khayr b. Bū Ilyās ; « il est mort tout entier »), Solimen Ageros [obiit omnino] (Sulaymān ?), Alifus [obiit omnino] (Khālif ; « il est mort tout entier »).

  • 54 Ibid. : Brachinos.
  • 55 Ibid., doc. 3 : Amoris.

Deuxième colonne : Gasenis [Ricagmet eius nepos] (Ḥasan ; « ? son petit-fils »), Otthomenis [Maimun eius nepos est] (‘Uthmān ; « Maymūn est son petit-fils »), Muse [Ali eius filius] (Mūsā ; « ‘Alī son fils »), Abdenfrac [anima et corpore obiit cum filiis] (‘Abd al-Faraj ; « il est mort corps et âme avec ses enfants »), Amaris [Ali behilus eius filius] (‘Ammār et « ‘Alī Bi-Allāh son fils »), Redoanos [anima et corpore obiit cum filiis] (Riḍwān ; « il est mort corps et âme avec ses fils »), Abdellas [anima et corpore obiit cum filiis] (‘Abd Allāh ; « il est mort corps et âme avec ses fils »), Gasenis [eius filius Fimit] (Ḥasan ; « son fils ? »), Brachimos54 [Macaluf eius filius] (Ibrāhīm ; « Makhlūf son fils »), Omoris55 anepsios Aptu [Ahmet eius filius] (‘Umar cousin de ‘Abdūn ; « Aḥmad son fils »), Amaris [Garie filius eius] (‘Umar ; « ? son fils »).

  • 56 Catalioto, doc. 52 : Achis.
  • 57 C. A. Garufi, « Censimento e catasto », doc. 3 : Oubli de Garufi.
  • 58 Garufi reporte ce qui est suscrit à la ligne précédente : Hamut filius eius (C. A. Garufi, « Censim (...)
  • 59 Catalioto, doc. 52 : Muhamet.

Troisième colonne : Vulgaris [Aehis56 eius filius] (Bū-l- ? ; ?), Iossiphos ios Fitali [Mahuluf Fitali eius filius] (Yūsuf b. al-Fitalī = « de Fitalia » ; « Makhlūf al-Fitalī son fils »), Alis Asuestas [Hamut est eius nepus] (‘Alī ? ; « Ḥammūd est son petit-fils »), Abdelhamitis [nescimus qui sit] (‘Abd al-Ḥāmid ; « nous ignorons qui il est »), Oerethis [nescimus] (Wārith ; « inconnu »), Omuris [Hamiti ejus filius]57 (‘Umar ; « Ḥāmid son fils »), Abdelcherimi [ ? eius nepos]58 (‘Abd al-Karīm ; « ? son petit-fils »), Omuris tu Africhi [Bufirat filius eius] (‘Umar al-Ifrīqī ; « Bū ? son fils »), Obdaon [‘Abdūn], Mahumet59 [filius eius Leu Sancti, omnes qui vivunt] (Muḥammad ; « son fils Leu Sancti, tous vivants »), Alis [tu uu... rigel] (‘Alī ; « illis., esclave »), Iohannis Gaitanis [..Gaitanis nepos] (Iohannis Gaitanis ; « .. Gaitanis, son petit-fils »).

  • 60 Erreur de Garufi et Catalioto qui reprennent Gusen Mungeberis (C. A. Garufi, « Censimento e catasto (...)
  • 61 C. A. Garufi, « Censimento e catasto », doc. 3 : Uucheris Ocunpulis.

Quatrième colonne : Alis (‘Alī), Gusenis [Hamet et Simali eius filii] (Ḥusayn ; « Ḥammād et ? ses fils »), Mugulufis [Bulcit eius filius] (Makhlūf ; « Bū-l-Sayd son fils »), Osurutis [anima et corpore cum filiis obiit] ( ? ; « il est mort corps et âme avec ses fils »), Gusen Mungeberis [Halen Begibre eius nepos] (Ḥusayn ? ; ? Bū ?, son petit-fils »), Bulfituh60 [anima et corpore cum progenie obiit] (Bū-l-Futūḥ ; « il est mort corps et âme avec ses descendants »), Mugamutis ios Athmeni [ignoramus] (Mujammid ou Muḥammad b. ‘Uthman ; « inconnu »), Vukeris Ocimpulas61 [... eius filius] (Bū-l-khayr ? ; « ? son fils »), Gamutis [Bucher Hamut Abilelmut] (Ḥammūd ; « Bū-l-khayr Ḥammūd ‘Abū al-mudd ? »), Yses [filii eius fugerunt] (‘Isā ; « ses fils ont fui »), Bulfituh [fugiit be...] (Bū-l-Futūḥ ; « il a fui... »).

  • 62 Ibid. : Umchinos.
  • 63 Ibid. : Abdelnakis.

– Cinquième colonne : Vukeris [cum progenie mortus est] (Bū-l-khayr ; « il est mort avec ses descendants »), Abdellas [nescitur] (‘Abd Allāh ; « inconnu »), Alis Thelenis [Fulet eius filius] (‘Alī ? ; « ? son fils »), Vukeris ios africhi [Abdelcherir eius filius] (Bū-l-khayr b. al-Ifrīqī et « ‘Abd al- ?, son fils »), Vrachimos62 ios Musatifu [nescitur] (Ibrāhīm b. Muṣṫafā ; « inconnu »), Abdeluakis63 [Ouhumit eius filius fugiit] (‘Abd al-bāqī et ? « son fils ; il a fui »), Vualis tu Vurruchelli [pro villano cambiatus leviter] (Bū ‘Alī ?), Mugulufis tu Asestuari [Otremen Maratu nepos] (Makhlūf ? et « ‘Uthman ?, son petit-fils »), Iosiph ios tu Vukeri (Yūsuf b. Bū-l-khayr).

  • 64 Catalioto, doc. 52 : Messanam. Probablement, toutefois, faut-il penser à identifier un nom de lieu (...)
  • 65 Catalioto, doc. 52 : fretres.
  • 66 C. A. Garufi, « Censimento e catasto », doc. 3 et Catalioto, doc. 52 : Chilio

En marge : cambium de duobus sarracenis quos habebamus apud Messanum (sic)64 pro quibus dedit nobis comes Rogerius Vasilius niger et Iohannes frater65, Vasilius Singim tu Chaliopullu66 cum filiis ac filiastris.

4020. 1132 (Cusa, p. 513) ; grec

Roger II concède à l’évêque de Patti le casal de Rahalzuchar, près de Patti, avec trente anthrôpoi (et trente-cinq enfants non détaillés)

Abdelchamêt (‘Abd al-Ḥāmid), Chammoutês adelfos Abdelchamêt (« Ḥammūd frère de ‘Abd al-Ḥāmid »), Abderrachmen uios Abderrêda (‘Abd al-Raḥman b. ‘Abd al-Riḍā), Boulchousein uios Chalioufou (Bū-l-Ḥusayn b. Khalūf), Boulfoutouch epen Chaiat (Bū-l-Futūḥ b. al-khayyāṫ = « B. le fils du tailleur »), Abderrachmen epen Ise (‘Abd al-Raḥman b. ‘Isā), Alês epen Iousef (‘Alī b. Yūsuf), Oumour epen Sourour (‘Umar b. Surūr), Boupkerês uios Poullêtou (Bū Bakr b. Bū ?), Boupkerês adelfos Abderrêda (Bū Bakr frère de ‘Abd al-Riḍā), Boulfoutouch epen Amer (Bū-l-Futūḥ b. Amīr), Achmet epen Farsach (Aḥmad b. ?), Mouchammout epen Mellek (Muḥammad b. Malik), Maimoun epen Seref (Maymūn b. Sharīf), Alês adelfos Abdelchamêt (‘Alī frère de ‘Abd al-Ḥāmid), Alês uios Abderrêda (‘Alī b. ‘Abd al-Riḍā), Chalioufês epen Nitzar (Khālif b. al-najjār = « H. le fils du bûcheron »), Abderrachmen epen Chaiat (‘Abd al-Raḥman b. al-khayyāṫ = « A le fils du tailleur »), Bouabdêlle epen Chaiat (Bū ‘Abd Allāh b. al-khayyāṫ = « B. le fils du tailleur »), Poussit epen Iousef (Bū-l-Sayd b. Yūsuf), Bouabdêlla Elgourap (Bū ‘Abd Allāh al- ?), Abderrachmen Poullêtou (‘Abd al-Raḥman Bū ?), Allelou epen Sourour ( ? b. Sūrūr), Machlouf Santêt (Makhlūf ?), Oumour Elfellious (‘Umar al- ?), Bouabdêlla epen Gatzene (Bū ‘Abd Allāh b. Ḥasan), Alê epen Mellek (‘Alī b. Malik), Boulfaratz epen Tourrê (Bū-l-Faraj b. ?), Alê epen Seref (‘Alī b. Sharīf).

4121. 1133 (Ménager, Les actes latins, doc. 5) ; latin

Concession par Galgana de Sperlinga de quatorze villani résidant à Messine à l’église Santa Maria de Messine

Bubecder et uxor eius (« Bū- ? et son épouse »), Imbelchair (Umm Bu-lkhayr), Sitilaide Eben (Sitt al-‘ayd b. [oubli ?]), et frater eius Abdilgelil (« et ‘Abd al-jalīl son frère »), Hied (‘Iyāḍ), Hesmael (Ismā‘īl), Eben Laharas (Ibn-al-kharrāz = « le fils du savetier »), Cusen (Ḥusayn), Dahab et uxor eius (« Dhahab et son épouse »), Jhaher et uxor eius (« Jawhar et son épouse »), Heredamus et filii eius (« ? et ses fils », Nechadem et filios suos (« ? et ses enfants »).

  • 67 Les archives de la cathédrale de Cefalù sont aujourd’hui inaccessibles ; en revanche l’Université d (...)

4222. 1136 (Garufi, Doc. ined., doc. 11 ; corrigé)67 ; latin

Échange de villani entre l’église de la Santa Trinità de Mileto et la cathédrale de Cefalù qui se voit attribuer des villani dans le territoire de Cefalù et à Rocella

    • 68 Garufi, Doc. ined., doc. 11 : Buseit.

    Des chrétiens : Nicholaus Delomocheti, Ioseph filius Ianuarii, Nicholaus filius Leonis, Philippus filius Buscit68 (fils de Bū-l-Sayd), Philippus filius Calochiri frater Ioseph.

  • Des Sarrasins : Abdelcherin filius Yse (‘Abd al-Karīm b. ‘Isā), Hamor filius Abdelcherin (‘Umar b. ‘Abd al-Karīm), Sidi filius ejusdem Abdelcherin (« Sayd fils du même ‘Abd al-Karīm »), Mehib filius Abdelcherin (Muhīb b. ‘Abd al-Karīm), Machalub filius Abdelcherin (Makhlūf b. ‘Abd al-Karīm), Samuehl filius Yse frater Abdelcherin (Shamwāl b. ‘Isā frère de ‘Abd al-Karīm), Moyses filius Ali (Mūsā b.‘Alī), Hasen filius Moysi (Ḥasan b. Mūsā), Hali filius Moysi (‘Alī b. Mūsā), Hasen filius Amut et frater suus (« Ḥasan b. Ḥammūd et son frère »), Hali strambus filius Ioseph (‘Alī « le tordu » b. Yūsuf), Hali Loiel (‘Alī ?), Abdella stultus (‘Abd Allāh « le stupide »), Bucher filius Rboabdel (Bū-l-khayr b. Bū ‘Abd Allāh).

  • À Rocella, des chrétiens : Theodorus filius Gafuri, Basilius filius Leonis, Basilius filius Babe, Jafar filius Capre (Ja‘far b. Khibra), Robertus filius Guarini.

    • 69 Ibid. : Taydus.
    • 70 Ibid. : Boson.

    Des Sarrasins : Ali filius Grisopolli (‘Alī b. al-Khrisubūlī), Moyses frater eius (« Mūsā son frère »), Abdesseit frater eius (« ‘Abd al-Sayd son frère »), Othoman filius Busen (‘Uthman b. Bū-l-Ḥasan), Bucher frater eius (« Bu-lkhayr son frère »), Hamor frater eius (« ‘Umar son frère »), Zaydon69 filius Cafey (Zaydūn b. Kāfī), Hasen filius Poson70 (Ḥasan b. Boson), Hamuth frater eius (« Ḥammūd son frère »), Abdelchamith (‘Abd al-Ḥāmid), Muchuluf (Makhlûf), Hamor et fratres eius filii Marturine (« ‘Umar et ses frères, fils de ? »).

  • 71 On citera le document grec de 1136 (Cusa, p. 115) entre crochets.

4323. 1136 et 1145 (Garufi, Doc. ined., doc. 12 et Cusa, p. 115)71 ; grec et trad. latine

Roger II concède cinq villani résidant près de Vicari à Adelina, sa nourrice

  • 72 Garufi, Doc. ined., doc. 12 : Muhamud.
  • 73 Ibid. : Abderrahem.
  • 74 Ibid. : Munden.

Muse bin Suleymen [Mouses uios Sôlimen] (Mūsā b. Sulaymān), Nemes [Nemes adelfos autou] (« Ni‘ma son frère »), Hyse [Ises adelfos autôn] (« ‘Isā leur frère »), Bulhasen [Mouleasen adelfos autôn] (« Bū-l-Ḥasan leur frère »), Muhumud72 filius Abderrahmen73 Buliste [Mouchammout uios Abderrachmen Boulêptis] (Muḥammad b. ‘Abd al-Raḥman Bū al-Labdī ? = « M. fils de A., père de l’originaire de Leptis ? ») <1145 : pro quo habitur Buabdille Muuden74 = « en échange duquel Bū ‘Abd Allāh al-muadhdhin (le muezzin) »>.

  • 75 Le texte est connu dans la version copiée par Antonio Amico (m. 1641) au XVIIe siècle, mais la trad (...)

4424. 1141 [P. Collura, « Frammenti di platee arabe dell’epoca normanna », Atti dell’Accademia di Scienze, Lettere ed Arti di Palermo, ser. 4, 30 (1969-1970), parte II, p. 255-260]. Date de la traduction inconnue75 ; latin

Roger II confirme des privilèges à San Giorgio de Triocala et en particulier des donations de viri (cent et quinze autres résidant dans la région de Caltabellotta, dont le nom est porté sur une liste distincte)

  • 76 Le document est troué à cet endroit.
  • 77 La lecture de l’arabe est très incertaine.
  • 78 On ne voit pas à qui s’applique cette mention par ailleurs classique dans ce type de listes.
  • 79 L’arabe est incertain.
  • 80 L’arabe est très incertain.
  • 81 M. E. Galvez, « Noticia » : Tamān.
  • 82 Ibid. : Bū K. q.
  • 83 Erreur du traducteur, mais l’arabe est incertain. Nous lisons : ‘Abd al-mu‘‘amim ; ibid. : ‘Abd al- (...)
  • 84 Erreur du traducteur. L’arabe peut se lire ‘Alwī (ibid.) ou ‘Alūn.

– Viri de Tarnacollesi : Ali Annassuar [‘Alī al-nashshār] (« A. le bûcheron »), senioris Abdilcarim [al-shaykh ‘Abd al-Karīm], Oman filius fratris [‘Umar b. akhī-hi] (« le fils de son frère ‘Uthman »), Abuabdalla filius fratris illius [Abū ‘Abd Allāh b. akhī-hi] (« le fils de son frère Abū ‘Abd Allāh »), Mahamad... [Muḥammad...76 b. akhī-hi], (« le fils de son frère Muḥammad »), Maimun cognatus Abdilcarim [Maymūn ṣihr ‘Abd al-Karīm] (« Maymūn gendre de ‘Abd al-Karīm »), Ali cognatus Annasiccar [‘Alī ṣihr al-nashshār] (« ‘Alī gendre du bûcheron »), Jasin filius Nibat [Yāsīn b. Nībat] (Yāsin le fils de Nībat), senior Giaafar [al-shaykh Ja‘far], Omar filius illius [‘Umar waladu-hu] (« ‘Umar son fils »),... [... ia] (trou dans le document), Atic Almanahbed [‘Atīq al-mū’addib] (A. « le maître » ou « le lettré »), Rogia frater illius [Rajā akhū-hu] (« son frère Rajā »), Abdullalim filius Labban [‘Abd al-Khalīm b. Labān]77, Abubacher filius Abilcassem [Abū Bakr b. Abul-Qāsim], Jiuseph filius Asemun [Yūsuf b. Hashmūn], Abubacher filius Almuaddeb [Abū Bakr b. al-mū’addib] (« Abū Bakr fils du « maître » ou du « lettré »), Omar filius Jalin [‘Umar Bū Salīq], Abubacher filius Algiangiani [Abū Bakr b. al-Janjānī], Omar Hhtacu [‘Umar Ḥatāfū] (« ‘Umar ils sont morts »)78, Ali filius Ahamsa frater illius [‘Alī b. Ḥamān79 akhū-hu] (« ‘Alī fils de ? son frère »), Othman filius Abud [‘Uthmān b. ‘Abūd], Ali Alacar [‘Alī al-‘aqqār] (« ‘Alī le droguiste »), Abubacher filius Charuba [Abū Bakr Bū Kharūba]80, Gazi [Ghāzī], Taman filius illius [Tamām81 waladu-hu] (« Tamām son fils »), Neema [Ni‘ma], Omar filius Sciaraf [‘Umar b. Sharaf], Abdulcassem [‘Abd al-Ḥasan], Hhamid [Ḥāmid], Maymun Alcartasi [Maymūn al-qarṫṫās] (« M. le fabricant de papier » ?), Ayyub Alhariry [Ayyūb al-ḥarīrī] (« Ayyūb le soyeux »), Hhamad cognatus illius [Ḥammūd ṣihru-hu] (« Ḥammūd son gendre »), Hhasa Alhariry [Ḥasan al-ḥarīrī] (« Hasan le soyeux »), Abulphotuh filius Lucoph [Abū-l-Futūḥ b. Bū K. f]82, Frater illius Mocatel [Akhū-hu Muqātil] (« son frère Muqātil »), Abdulmonem filius Abdissalam [‘Abd al- ?83 b. ‘Abd al-Salām], Alluse [ ?]84, Ahhamad filius Nibat Almesrati [Aḥmad b. Bint al-Miṣrātī] (« Aḥmad fils de la fille du Misrātī » i. e. nom de tribu berbère), Abulphotuth Assan hagi [Abū-l-Futūḥ al-Ṣanhājī] (« Abū-l-Futūḥ le Sanhāja » i. e. nom de tribu), Abdussalam filius Natuvayho [‘Abd al-Salām b. Naṣra], Ali filius Ali [‘Alī b. ‘Alī], Joseph cognatus illius [Yūsuf ṣihru-hu] (« Yūsuf son gendre »), Omar Alhauari [‘Umar al-Hawwārī], Abubacher filius Abdilcarim [Abū Bakr b. ‘Abd al-Karīm], Chalil Alabassi [Khalīl al-‘Abbāsī], Juseph [Yūsuf], Hhanaa [Ḥaddās], Hosaym filius Nibo Ramsam [Ḥusayn b. Bint Ramaḍān] (« [Ḥusayn fils de la fille de Ramaḍān »].

  • 85 Erreur de lecture du traducteur qui a confondu un avec un nūn.
  • 86 Erreur du traducteur.
  • 87 M. E. Galvez, « Noticia » : Abū Bakr ‘Abd Allāh.
  • 88 Manque dans le texte latin.
  • 89 M. E. Galvez, « Noticia » : Bū Raqīu.
  • 90 L’arabe n’est d’aucune aide.
  • 91 Erreur de lecture ou plutôt d’inattention du traducteur.
  • 92 M. E. Galvez, « Noticia » : Maymūn.
  • 93 Ibid.
  • 94 Erreur de lecture du traducteur.
  • 95 M. E. Galvez, « Noticia » : ‘Andūsh.
  • 96 Erreur de lecture du traducteur ; M. E. Galvez, « Noticia » : Finyān.
  • 97 M. E. Galvez, « Noticia » : Raḥmān.

– Villani de Rahlilbasal : Aman85 filius Chalat [‘Umar b. Khalaṫ], filius illius Hasayn [Walad Ḥusayn] (« le fils de Ḥusayn »)86, senior Abdulummen [al-shaykh ‘Abd al-mu’min], Abdu Addalla Almesrati [‘Abd Allāh87 al-Miṣrātī], senior Oman [al-shaykh ‘Uthmān], Audo filius Abdilla [‘Awḍ b. ‘Abd Allāh], Ali filius Haddab [‘Alī BūḤaddād], [‘Abd al-Bāqī]88, Emram filius Halyma [‘Imrān b. Ḥalīma], Omar filius Alargia [‘Umar b. al-‘Arja], Mosapheer [Musāfir], Hasuem [Hāshim], Reduan filius Raymun [Riḍwān b. Raymūn], Abdurrahman filius Almnaddem [‘Abd al-Raḥman b. al-mū’adhdhin] (« ‘Abd al-Raḥman fils du muezzin »), Hasan frater illius [Ḥasan akhū-hu] (« Ḥasan son frère »), Abdussalam Belala [‘Abd al-Salām Bilāla], Abdunnur filius illius [‘Abd al-Nūr waladu-hu] (« ‘Abd al-Nūr son fils »), Emran cognatus illius [‘Imrān ṣihru-hu] (« ‘Imrān son gendre »), Alex Attalea [‘Alī al-ṫāla‘a], Abdussalam Almaaz [‘Abd al-Salām al-ma‘‘āz] (« ‘Abd al-Salām le berger »), Almachiani [al-Jinyānī], Radaman Alhariri [Ramaḍān al-ḥarīrī] (« Ramaḍān le soyeux »), Abduluahad [‘Abd al-wāḥid], Chalil filius Albaycari [Khalīl b. al-Bayqarī], Hasan filius Burchie [Ḥasan b. Bū Raqīq]89, Abdulgaphpher [‘Abd al-ġaffār], Juseph Almuadeb [Yūsuf al-mū’addib], (« Yūsuf « le maître », le « lettré »), Mazallesi ( ?)90, Abdalla filius Alballuti [‘Abd al-Salam91 b. al-Ballūṫī], Abdulgaphphar frater illius [‘Abd al-ġaffār akhū-hu] (« ‘Abd al-ġaffār son frère »), Abubacher filius Emram [Abū Bakr b. ‘Imrān], Ebrahim Attauyl [Ibrāhīm al-ṫawīl] (« Ibrāhīm le grand »), Almnaddeb filius Alchamar [al-mū’addib b. al-ḥammār] (« le « maître » ou le « lettré », fils de l’ânier »), Samudo [Ṣamūd], Jaacub filius Raymun [Ya‘qūb b. Raymūn]92, Mahamad filius Alcalu [Muḥammad b. al-Ghalū ?], Almnadded Abdalla [al-mū’addib ‘Abd Allāh], Maymun filius Raymun [Maymūn b. Raymūn]93, Abdurradi cognatus illius [(‘Abd al-raḍī ṣihru-hu] (« ‘Abd al-raḍī son gendre »), Jhaher [Ṫāhir]94, Cayed [Qā’id], Algianasci [al-j. n. shī], Abulcayr [Bū-l-khayr], Hosayn Alanduse [Ḥusayn al-Ḥandūsh= ?]95, Abdulmaghit [‘Abd al-muġīth], Cainan filius Aud [Fityān96 b. ‘Awḍ], Ebrahim Alasecar [Ibrāhīm al-ashqar] (« Ibrāhīm le blond »), Sadaca [Ṣadaqa], Dahhaman [Daḥmān]97, Baccar [Bakkār].

Villani ajoutés : Ahaan Assaphachesi [Ḥasan al-safāqsī] (« Ḥasan de Sfax »), Abdulmanla frater illius [‘Abd al-mawlā akhū-hu] (« ‘Abd al-mawlā son frère »), Omar filius Alcalesi [‘Umar b. al-qalānsī], Jsa Alaphuchi [‘Isā al-Ifrīqī] (« ‘Isā l’Ifrīqiyen »), Abulcasem Alcabesi [Abū-l-Qāsim al-qābisī] (« Abū l-qāsim de Gabès »), Ali Attrinesi [‘Alī al-Tūnisī] (« ‘Alī de Tunis »), Maymun Alafrichi [Maymūn al-Ifrīqī] (« Maymūn l’Ifrīqiyen »), Ahmad Alatrabelesi [Aḥmad al-ṫarābulusī] (« Aḥmad le Tripolitain »), Abdulalim Alatrabelesi [‘Abd al-‘Alīm al-ṫarābulusī] (« ‘Abd al-‘Alīm le Tripolitain »), Abubacher Sciaychi Alafuchi [Abū Bakr shayfī al-Ifrīqī] (« Abū Bakr ? l’Ifrīqiyen »), Omar Luscea Alafrichi [‘Umar shaffa ? al-Ifrīqī] = (« ‘Umar ? l’Ifrīqiyen »), Gasli Jamr Alafrichi [Ghaznī tarūd ? al-Ifrīqī] (« Ġaznī ? l’Ifrīqiyen »), Musa Alafrichi [Mūsā al-Ifrīqī] (« Mūsāl’Ifrīqiyen »), Azsauari [al-Zawwārī], Helado [Hilāl].

4525. 1143 (Cusa, p. 524-525 et trad. Ménager, Amiratus, p. 207) ; grec

Georges d’Antioche donne à la cathédrale de Patti un bellanos et une famille en échange des bellanoi qu’il a reçus

Il a accepté : tous paidas Chaseni tou mazariôtou (Ḥasan al-Māzarī) et Ammarin et son frère (‘Umar) ; il a refusé Alu Lagê (‘Alī ?) ; parmi ceux qu’il donne, figure... Epen Oaud (... b. ‘Awd).

4626. 1154 (Garufi, Gli Aleramici, doc. IX) ; latin

Manfred, fils du Comte Simon, concède à Santa Maria de Mazzarino une terre, des villani et des privilèges

Au sud de la terre concédée, les limites mentionnent pratum et terra quam Sarraceni laborant. Concession d’une famille unius Sarraceni villani de Mazarino qui iam mortuus et eius nomen fuit Aseph (Yūsuf ?) de quo sunt quatuor filii nomen primi Alii (‘Alī), nomen secundi Bucker (Bū-l-khayr), nomen tertii Agmet (Aḥmad), nomen quartii Hiechie (Yaḥyā).

4727. 1154 (Cod. Diplo., doc. 4) ; trad. de l’arabe en latin en 1258

Délimitation de Haiarzeneti et de la Margana, concédés par Guillaume Ier à San Giovanni dei Lebbrosi. Sont concédés des homines, probablement arabomusulmans, dont les noms ne sont pas précisés : vingt-trois pour Haiarzeneti et trente pour la Margana.

4828. 1158 (Ménager, Les actes latins, doc. 7) ; latin

Règlement par trois maîtres justiciers d’un litige entre Gisolf de Scicli et Robert le Breton autour de deux villani qui se trouvent à Bessana mais pourraient appartenir à Scicli

Hahamut eben Chasin (Ḥammūd b. Ḥusayn) et Machlubf eben Chasin (Makhlūf b. Ḥusayn).

4929. 1171 (Battaglia, doc. 7) ; latin

Procès au sujet d’une terre près de Vicari

Le règlement prévoit une compensation de deux villani : Benune ( ?) et ses enfants et les enfants de Eben Asce (Ibn ‘Isā).

5030. 1173 (Byzantino-Sicula II, p. 165) ; traduction latine de 1375

Guillaume II concède à Santa Maria dei Latini le casal de Corubrichi (près de Calatrasi), où résident trente villani

  • 98 Il semble que le traducteur ait travaillé à partir d’un document arabe et ait commis des erreurs da (...)

Tait(us) ( ?), Machaluf bin Abdelgani et frater eius (« Makhlūf b. ‘Abd al-Ghanī et son frère »), filius Jahfar (Ibn Ja‘far), Machaluf(u) s bin Michamat (Makhlūf b. Muḥammad), Filii Alimed (« les enfants de Aḥmad »), Mucabil bin Chassi(m) (pour Mucatil98 ? Muqātil b. Qāsim), Filii Machamet il Murabid (« les enfants de Muḥammad al-murābiṫ »), Musahé bin Chassim (Mūsā b. Qāsim), Filii Casium (« les enfants de Qāsim »), Ysac bin Am(m) az (Isḥāq b. al-ma‘‘āz : « Isḥāq le fils du berger »), Filii Bulfichiuch bin me Amar (« les enfants de Bū-l-Futūḥ b. ‘Amar »), Vimar viù Iusuff ( ? b. Yūsuf), Filii Obichir (« les enfants d’Abī-l-khayr »), Chassur byn Obilibin ( ? b. Abī-l- ?), Filii el Acces (« les enfants d’al-ḥājjī ? »), Elohag Abdemadimion (al-ḥājj ‘Abd al- ?), Filii Marrayb (« les enfants de ? »), Filii Machaluff (« les enfants de Makhlūf »), Minchaniad bin Laccabuz ( ? b. ?), Filii Bibirin (« les enfants de ? »), Elu Abdddalla byn Chil Fesses (‘Alī ‘Abd Allāh b. Khalīl ? al-Fāsī = « de Fès »), Filii Bul Ficus Bieluimes (lire Fitus ? « les enfants de Bū-l-Futūḥb. ? »), Bul Fecus bin el Hacis (lire Fetus ? Bū-l-Futūḥ b. al-ḥājjī), Filii Elbifochaze Scum July (« les enfants de ? »), Elcanin bin Guamit el Hapacar (al- ? b. Ḥāmid al-baqqār = « ? fils de Ḥāmid le vacher »), Hilel bin el Busus Elubiu (Hilāl b. al- ? al- ?), Machus bin Mei(...) h (lire Mathus ? Aḥmad b. ?), Dachus bin Humar ( ? b. ‘Umar), El Hadi Ebul (al-Hādī ?), Fuchi byn Macaluff ( ? b. Makhlūf).

  • 99 Pour d’autres transcriptions, cf. A. Metcalfe, Muslims and Christians,

5131. 1183 (Garufi, Doc. ined., doc. 75) ; latin99

Robert de Collesano concède à la cathédrale de Cefalù dix villani

  • Des chrétiens : Iohannes filius Delgandi, Philippus filius Bulfadar (P. b. Bū-l-Faḍal), Basilius filius Abdesseid (B. b. ‘Abd al-Sayd)

  • Et des saraceni : Hasen filius Themen (Ḥasan b. ‘Uthmān), Omor filius Dahamen (‘Umar b. Daḥman), Oseim filius Bufel (Ḥusayn b. Bū Faḍl ?), Omorach filius fratris ipsius Oseim (‘Umar al-shaykh fils du frère du même).

  • Trois sont morts, mais leurs enfants sont vivants : Bulfadal Sale (Bū-l-Faḍal Ṣāliḥ), Abdesseid et Omor eben Tuluctet (‘Abd al-Sayd et ‘Umar b.?).

5232. 1186 (White, doc. 37) ; latin

Baudouin de Noto concède à Santa Lucia de Montaneis des terres près de Noto (Pantanus) et des villani

Machadet ( ?) et les enfants de sa sœur Queffure ( ?) et Abdille (‘Abd Allāh).

5333. 1202 (Girgensohn et Kamp, Urkunden, doc. 4) ; latin

Iacobus fils de feu Raon de Naples, son épouse et ses enfants concèdent à la cathédrale de Patti six villani sarraceni qui relevaient de feue la sœur de Raon

Casem videlicet Bencacchun (« Qāsim ou Ibn Ḥasan ? »), Brahem et Ise fratres eius (« Ibrahīm et ‘Isā ses frères »), Abdelreda ben Garyb (‘Abd al-Riḍā b. Ġarīb), Hasen et Ihya fratres eius (« Ḥasan et Yaḥyā, ses frères »).

5434. Mi-XIIIe (White, doc. 49) ; latin

Concession de Refesio à des moines venus de Syrie et de San Michele de Prizzi à des moniales de même origine : de nombreux vilains sarrasins y résidaient auparavant.

Le nombre de rijāl al-jarā’id, muls et rijāl al-maḥallāt dans les listes arabes

  • 100 Cf. Johns, Appendice I, doc. 2.

551095 ? (Cusa, p. 1)100

Concession par le Comte Roger de 75 rijāl/agarênoi à la cathédrale de Palerme (région de Corleone et Iato).

  • 101 Ibid., doc. 4.

561095 (Cusa, p. 541)101

Le Comte Roger concède 398 agarinoi/ahl (Liyāj) résidant à Aci à la cathédrale de Catane.

  • 102 Pour les corrections à apporter à l’édition d’A. Guillou, cf. J. Johns, Arabic Administration, p. 7 (...)

571111 (Guillou, Actes grecs de S. Maria di Messina, doc. 2)102

Liste de 8 rijāl/anthrôpoi donnés par le Comte Roger au chevalier Julianus dans la région de Messine.

  • 103 Cf. Johns, Appendice I, doc. 18.

581141 (M. E. Galvez, « Noticia », 1995)103

Renouvellement d’une liste de 115 rijāl relevant du monastère San Giorgio de Triocala sur l’ordre de Roger II.

  • 104 Ibid., doc. 20.

591143 (Cusa, p. 68)104

Concession de 10 rijāl/anthrôpoi résidant vers Misilmeri à Santa Maria dell’Ammiraglio par Georges d’Antioche.

601144 (Cusa, p. 614)

Liste de 24 vilains (pas de terme spécifique) concédés par Roger II à la cathédrale de Palerme. Le document est endommagé, la localisation manque.

  • 105 Ibid., doc. 24.

611145 (Cusa, p. 472)105

Renouvellement d’une concession de 225 rijāl/andres à la cathédrale de Cefalù, dans la région de Cefalù, sur ordre de Roger II.

  • 106 Ibid., doc. 22.

621145 (Cusa, p. 586)106

Renouvellement de la liste de 390 vilains concédés à Aci sur ordre de Roger II. Acéphale.

  • 107 Ibid., doc. 25.

631145 (Cusa, p. 127)107

Renouvellement d’une liste de 35 rijāl concédés par Roger II à Gauthier Forestal autour de Corleone.

  • 108 Ibid., doc. 21.

641145 (Cusa, p. 563)108

Renouvellement, sur l’ordre de Roger II, d’une liste (ahl Qaṫāniya) relevant de l’autorité et du territoire de la cathédrale de Catane, comptant 675 noms.

  • 109 Ibid., doc. 28.

651149 (Cusa, p. 28)109

Cinq rijāl résidant près de Iato sont concédés à San Nicolo de Churchurò par Roger II.

  • 110 Ibid., doc. 30.

661151 (Cusa, p. 130)110

Roger II fait établir pour Santa Maria Maddalena de Corleone une liste de ses 30 rijāl/anthrôpoi à Terrus (près de Sciacca) et de 20 autres à Fantasina dans la même région.

  • 111 Ibid., doc. 38.

671169 (Cusa, p. 37)111

Concession par Guillaume II de 14 rijāl al-khurshī, muls et rijāl al-ġurabā’résidant autour de Termini à l’hôpital de Khandaq al-Qayrūz.

  • 112 Ibid., doc. 43.

681178 (Cusa, p. 134)112

Liste de rijāl/anthrôpoi localisés sur les territoires de Calatrasi et Corleone relevant de la cathédrale de Monreale : 259 noms.

  • 113 Ibid., doc. 45.

691183 (Cusa, p. 245)113

Liste de 729 muls, rijāl al-maḥallāt/exôgraphoi, machallet, entopoi relevant de l’abbaye de Monreale dans la région de Corleone.

  • 114 Les documents notariés en arabe, presque exclusivement palermitains, seront passés en revue plus ba (...)

Noms d’Arabo-musulmans ni concédés ni qualifiés de quwwād dans les documents latins et grecs114

701. 1091 (Cusa, p. 385) ; grec

Concession faite par le Comte Roger à San Filippo de Fragalà

Comprend ta chôrafia Bentagia = « les champs de Bint al-Ḥajja ? ».

712. 1121 (C. A. Garufi, « Censimento e Catasto », doc. 1, cf. doc. 13 de la liste 1 supra) ; latin

Délimitation de Furnus (mons Gibelusta)

Mention des pirros que fuerunt Ammeset (« poiriers qui étaient à ? ») et de la vinea que fuit Alchale (« la vigne qui était à ? »).

723. 1122-1124 (cf. doc. 24 de la liste 1 supra) ; latin

Concession de vilains à Trablisin

Ils dépendaient auparavant du gayt Malahel [Mihahol] (« al-qā’id M ? »).

734. 1123 (Cusa, p. 471) ; grec

Jugement de la cour convoquée par le comte Roger à propos d’un litige qui oppose Boumadares fils de Petteranos et Muriel de Peterrana au sujet d’un moulin localisé vers Cimmina

Sont cités dans l’acte : Abdelkêrim (‘Abd al-karīm) et le qā’id Alê (gén.) (‘Alī), puis Boudiker Epen Seotên (Abū Dhikr b. Sūdān) et son cousin.

745. 1124 (cf. doc. 15 de la liste 1 supra) ; grec

Concession de paroikoi à Mazara

Sont cités dans l’acte les « quatre canaux de Tzeper », probablement Jābir.

756. 1154 (Garufi, Gli Aleramici, doc. IX) ; latin

Délimitation d’une terre à Mazzarino

Le texte mentionne dans les limites la terra de Omar Chage (‘Umar al-Ḥajj).

767. 1159 (Garufi, Doc. ined., doc. 34) ; latin

Le justicier de la Curia règle un litige entre les évêques de Patti et Cefalù autour des terres de Petralia ; des boni homines sont cités

  • Pour Petralia : Harif ben el-cadah (‘Arīf b. al-qāḍī = « A. le fils du juge »).

  • Pour Collesano : Mohabup filius de Areo (Mahbūb b.?), Abdemele filius Trumarchi (‘Abd al-Mulā fils de T.) et Benireb ben Aret ( ?).

778. 1188 (Garufi, Per la Storia, doc. 6) ; latin

Costantino, miles, vend deux terres à l’abbé de Lipari et Patti près de Milazzo

Une des limites mentionne terram filiorum gaiti Nemi et nepotum suorum, une autre (pour la deuxième terre) évoque terram eiusdem gaiti Nemi et nepotum suorum (« leqā’id Ni‘ma et ses petits-enfants »).

789. 1189 (White, doc. 39) ; latin

Les limites des casaux de Charsa et de Ottumarano sont établies : des exploitants sarrasins sont évoqués dans les deux, sans être nommés.

7910. 1194 (Garufi, Doc. ined, doc. 107) ; latin

Un terrain et un jardin sont achetés près de Palerme à Isaach sarracenus (« Isḥāq le musulman »).

8011. 1200 (Collura, doc. 44) ; latin

L’évêque d’Agrigente achète des terres

Description : terras quasdam extra Agrigentum, ubi fuit mahadinum Bincachen (Ibn Ḥasan) iuxta terras Ecclesie agrigentine.

8112. 1242 (Collura, doc. 63) ; latin et arabe

Délimitation bilingue, sur le territoire de Cefalà, sont citées : fines vinee Chichi [ḥudūd jannān Yaḥyā] (« les limites de la vigne de Yaḥyā »).

Tentative d’interprétation

  • 115 Illuminato Peri s’y est essayé, sans éviter certains écueils. Il a sous-estimé le rôle des églises (...)

82Il est impossible de tirer de cette documentation des informations qui permettent de dresser un tableau général ou une cartographie précise115. Il convient toutefois, avant d’analyser ces données de revenir brièvement sur la variante sicilienne de l’arabe.

Considérations générales sur le moyen-arabe de Sicile

83Si notre connaisance de l’arabe de Sicile a beaucoup gagné en précision depuis quelques années, les questions qui intéressent plus directement les historiens, tels le processus d’arabisation et ses liens avec le peuplement arabophone restent toujours aussi mal connus, faute de sources, mais aussi, peut-être en raison du peu d’intérêt suscité par ces thèmes.

  • 116 D. A. Agius, Siculo Arabic.
  • 117 On conçoit aujourd’hui les variantes de l’arabe sous la forme d’un spectre continu allant de la plu (...)
  • 118 Un article, abondamment critiqué depuis, rapprochait l’arabe de Sicile du dialecte égyptien : R. Di (...)
  • 119 Notons toutefois la naissance du GIRAS (Groupe international de recherche sur l’arabe de Sicile) en (...)
  • 120 Cf. A. Nef, « L’analyse du Tathqīf al-lisān d’Ibn Makkī et son intérêt pour la connaissance de la v (...)

84Les travaux portant sur le moyen-arabe de Sicile sont nombreux et une synthèse récente a permis de regrouper les apports d’une bibliographie jusqu’alors dispersée116. Il est aujourd’hui établi que, dans ses grandes lignes, l’arabe employé dans la documentation sicilienne est proche du moyen-arabe maghrébin117 de la même époque118, mais il est difficile, en raison de l’exiguïté du corpus disponible, d’aller beaucoup plus loin119. En outre, le seul témoignage de la langue pratiquée pendant la période proprement islamique de la Sicile qui nous soit parvenu est un ouvrage rédigé par Ibn Makkī au XIe siècle visant à corriger les « erreurs » de l’arabe insulaire. Dans les faits, toutefois, il se concentre surtout sur la langue telle qu’elle est utilisée par les élites120 et ne donne donc qu’une idée très partielle des caractéristiques de l’arabe sicilien.

  • 121 Par exemple, dans le domaine de la construction, cf. H. Bresc et G. Bresc-Bautier, « Maramma. I mes (...)
  • 122 Cf. D. A. Agius, « Arab Expertise in Cultivation as reflected in the Siculo-Arabic Agricultural Ter (...)
  • 123 G. B. Pellegrini, « Voci marinaresche siciliane di origine araba », Bollettino dell’Atlante linguis (...)
  • 124 Une question sur laquelle se sont penchés, entre autres auteurs, tant A. De Simone, « Gli antroponi (...)

85Comme l’a montré Dionisius A. Agius, diverses variantes de l’arabe se côtoyaient en Sicile : la langue des documents royaux est la plus proche d’une variante classique, même si des traits dialectaux peuvent y être repérés, tandis que les actes notariés témoignent de manière plus claire des dialectalismes siciliens. La langue parlée demeure inaccessible et l’étude du sicilien médiéval ou postérieur ne permet pas de pallier véritablement ce manque, même si elle montre l’apport substantiel de l’arabe à un certain nombre de sphères d’activités (artisanat121, agriculture122, pêche et activités maritimes123, etc.). La variante (ou, plutôt, les variantes) pratiquée par les Siciliens arabophones ne pouvait, toutefois, manquer de témoigner d’interférences linguistiques (avec, entre autres, le grec)124.

  • 125 Pour une comparaison entre les deux îles, cf. J. M. Brincat, « Malta e Pantelleria : affinità e div (...)
  • 126 J. M. Brincat, Malta 870-1054 : al-Ḥimyarī’s Account and its Linguistic Implications, Malte, 1995.
  • 127 G. Wettinger, Place-names of the Maltese Islands ca. 1300-1800, Malte, 2000. On y trouvera toute la (...)

86On aimerait penser que le maltais ou la langue parlée à Pantelleria peuvent aider les linguistes dans cette reconstruction125. Toutefois, l’histoire de la Sicile diffère tant de celle de ces deux îles que cela rend difficile tout rapprochement linguistique au-delà d’un certain nombre de généralités126. En outre, l’absence de toute documentation antérieure au XVe siècle qui puisse nous renseigner sur Pantelleria ou Malte n’aide guère à la comparaison. Si les toponymes récoltés systématiquement par Geoffrey Wettinger pour Malte et Gozo sont parfois proches de ceux que l’on connaît pour la Sicile du XIIe siècle, la ressemblance demeure très générale127.

87Plus largement, les sources disponibles ne permettent pas d’éclairer un certain nombre de questions fondamentales.

Questions ouvertes

  • 128 Quelques exemples récents de collaboration : Peuplement et arabisation au Maghreb occidental. ; le (...)

88Il est des phénomènes qui sont souvent mis en relation : le peuplement arabophone, l’arabisation et l’islamisation. Pour les aborder, la collaboration entre linguistes et historiens est considérée, à juste titre, comme indispensable. Mais la diversité des méthodes adoptées et les lacunes de la documentation condamnent, la plupart du temps, cette considération à ne demeurer qu’un vœu pieux. Si l’on peut noter une tendance au rapprochement des disciplines, elle est encore trop timide128. Les difficultés tiennent aussi au fait que, le plus souvent, aucune des deux approches ne peut apporter les certitudes qui font défaut à l’autre.

89Commençons donc par sérier les questions en prenant la Sicile pour objet. S’il est impossible de se faire une idée précise du processus d’islamisation de l’île, l’arabisation de la population, ses modalités et ses degrés échappent aussi en grande partie à l’historien. Les sources qui permettraient de poser les bases d’une analyse rigoureuse n’existent pas pour la période islamique. On ne peut donc que recourir à celles d’époque normande et postérieures. Ce n’est pas tant le processus d’arabisation qui apparaît alors que son résultat, et encore ne perçoit-on que la partie émergée de l’iceberg. En outre, les liens entre arabisation et peuplement arabophone sont difficiles à établir. L’immigration de groupes arabophones nous échappe presque totalement et l’arabisation des noms de personnes et de lieux ne donne qu’une idée très partielle du phénomène.

  • 129 Cf. Alex Metcalfe, Muslims and Christians, p. 62-67.

90Une dernière question, enfin, a trait à l’apport linguistique berbère en Sicile dont on peut espérer qu’elle sera abordée dans les années à venir. Pour le moment, son impact semble réduit, même s’il importerait de le mesurer plus exactement129. La situation n’est pas sans rappeler le Maghreb avant le XIe siècle : les Berbères sont quasiment absents des sources et ne sont attestés que par l’onomastique.

Les données de l’anthroponymie

  • 130 Nous y revenons plus bas.
  • 131 Nous ne comptons les vilains de Triocala et Rahlilbasal et ceux de la liste de 1095 pour Palerme qu (...)
  • 132 Nous proposerons plus loin une évaluation plus précise, prenant en compte le nombre de membres du f (...)

91Les chiffres disponibles, en laissant de côté les groupes dont le nombre n’est pas précisé et les cent vilains d’Oliveri qui sont « théoriques »130, mais aussi les noms qui apparaissent accolés à des lopins dans les délimitations foncières, car rien ne permet de penser que les individus qui les avaient portés étaient encore en vie au moment de la rédaction de l’acte, ne sont que très partiels puisque la population urbaine n’y figure pas. Ils ne sont toutefois pas négligeables : 571131 individus font l’objet d’un décompte précis et sont éventuellement nommés dans les documents latins et grecs, et ils sont souvent à la tête d’une unité familiale ; auxquels s’ajoutent 2612 unités fiscales mentionnées dans les actes en langue arabe132.

  • 133 Cf. les données toponymiques chapitre 6.

92Toutefois, outre l’Ouest du Val de Mazara dont l’arabisation est établie133, ils montrent que les campagnes de la Sicile orientale ont connu une arabisation notable, en particulier dans le Val de Noto, et que des petits noyaux arabo-musulmans se sont formés dans le Val Demone, même si les modalités de cette évolution culturelle nous échappent.

  • 134 Des noms grecs sont contenus en 1082 dans une donation à la cathédrale de Troina (dix hommes), à S. (...)
  • 135 La question des chrétiens arabophones sera traitée plus bas.

93Paradoxalement, la meilleure preuve de la forte hellénisation du Val Demone jusqu’à la période normande est négative : c’est la seule région où l’on rencontre des noms gréco-latins qui ne reflètent aucune arabisation134. En revanche, à une ou deux exceptions près, pour la partie occidentale de l’île ou le Val de Noto, tous les noms de vilains, que la documentation est cependant loin de toujours fournir et qui proviennent essentiellement de textes en langue arabe, sont arabes ou fortement arabisés, y compris lorsqu’il s’agit de chrétiens135.

  • 136 Nous disposons des archives de certaines institutions ecclésiastiques possessionnées dans le palerm (...)
  • 137 Les exceptions sont les documents 4, 10, 15 et 24 de la liste donnée aux p. 524-537. Notons que le (...)
  • 138 Cf. chapitre 7.
  • 139 Ainsi de la concession de 100 vilains, sans précision, à Bizir pour la cathédrale de Mazara en 1093 (...)

94Nous avons souligné la permanence dans l’ouest de l’île d’une réalité foncière plus islamisée. Or, – et les lacunes de la documentation ne peuvent à elles seules expliquer ce trait –136 très rares sont les actes provenant du val de Mazara qui concernent la concession de vilains cités par leur nom137. Il se pourrait que cette spécificité reflète précisément le maintien d’une réalité foncière distincte. Il s’agit le plus souvent soit de la donation d’un domaine foncier138 (et ce jusqu’à la fondation de Monreale à la fin de la période), soit de cessions de « cent vilains »139, presque exclusivement à des cathédrales. Ces concessions constituaient une sorte d’unité de calcul fiscal ou bien laissaient, de fait, les mains libres aux institutions bénéficiaires pour installer sur leurs terres des paysans à des conditions non déterminées (et qui sont donc probablement négociées) dans tel ou tel lieu, même si des actes similaires concernent également l’est (Patti, Oliveri).

  • 140 On se rappelle tout de même que Catane, comme Syracuse, est une des capitales de royaume de tayfa à (...)
  • 141 Cf. H. Bresc, « Dominio feudale, consistenza patrimoniale e insediamento umano », p. 76 et suiv.

95Enfin, le Val Demone, entendu comme l’espace insulaire qui fut le moins perméable à l’arabisation et à l’islamisation, doit être redéfini. Certes, la partie la plus hellénisée de l’île demeure la région des Nébrodes, à l’Ouest de Messine, de S. Marco à Taormine. Mais la région à l’intérieur de laquelle se vérifie l’acculturation de communautés arabophones à un hellénisme dominant est plus vaste. Elle correspond au Val Demone tel qu’il était entendu à l’époque normande et s’étend des Madonies à Messine et à la région d’Agira, Aci et Catane exclues. Ces deux localités sont mal connues pendant les périodes islamique140 et normande, mais on y note la présence de nombreux musulmans au XIIe siècle. La constitution de l’évêché de Catane à la fin du XIe siècle souligne le rôle de « tampon » qui était réservé à cet espace insulaire avant la conquête normande et au-delà, puisque cette région, qui se situe entre la zone d’implantation lombarde de Castrogiovanni et les possessions des Aleramici, demeure dense en fortifications141.

96Ces données onomastiques sont susceptibles de documenter non seulement d’éventuels mouvements de population mais aussi l’arabisation de l’anthroponymie, qui connaît des variations locales. Il est cependant impossible de faire la part de ces deux processus à partir des informations exploitées ici. Ces dernières reflètent les contacts qui se sont développés aussi bien sous la domination islamique qu’aux cours des XIe-XIIe siècles. La complexité de ces évolutions et des indices des interactions linguistiques sont également repérables au sein des données onomastiques.

Interférences linguistiques

  • 142 En outre, Alex Metcalfe y est revenu récemment, cf. A. Metcalfe, Muslims and Christians, p. 85-98.
  • 143 Ibid., p. 150-153.
  • 144 Ainsi à Mensidusto en 1111, à Naso, Fitalia, Panagia ou Librizzi en 1131-1148 ou à Rocella et Cefal (...)

97Les listes de vilains énumèrent parfois des noms grecs à côté d’autres qui sont arabes. Le phénomène est connu et évident dans les listes citées supra142. Les listes en latin et en grec détaillées plus haut révèlent, en revanche, des interactions plus discrètes mais non moins importantes, entre les langues insulaires. On citera : les terminaisons en-is (pour-ês) ou en-as (pour-as) des noms arabes retranscrits en grec dans les documents se rapportant au Val Demone143 ; l’hellénisation des noms ou leur déclinaison suivant des cas qui sont ceux du grec ; l’introduction d’articles transformant certains noms propres arabes en noms communs grecs144. Certes, ces documents ont pu être traduits du grec, mais ces hellénismes ne sont pas systématiques dans l’onomastique arabe transcrite dans les documents grecs d’époque normande. Cette explication n’est donc pas suffisante.

  • 145 Cf. G. Caracausi, « Un hapax medievale greco in veste arabo-sicula », Bollettino del Centro di stud (...)

98Les noms arabo-musulmans transcrits en latin ne reflètent pas un processus de latinisation similaire. Souvent peu compréhensibles, ils révèlent le peu de familiarité des nouveaux arrivants avec l’arabe, en dépit de l’existence d’un milieu de cour qui le connaît. On ne trouve jamais en latin de nom arabe traduit, totalement ou partiellement, comme cela arrive en grec145.

  • 146 Ce qui n’aurait pas de sens d’un point de vue fiscal s’ils n’étaient pas musulmans. Cf. 1131-1148, (...)

99En outre, ces listes se caractérisent également par des mélanges onomastiques ; ainsi, des individus venus de Sicile orientale se dénomment Basile, sans être pour autant chrétiens et/ou convertis puisqu’ils sont échangés contre des musulmans146. Ces éléments suggèrent l’adaptation d’une population d’origine arabo-musulmane minoritaire à l’hellénisme dominant dans la région – qui apparaît nettement par ricochet. Ce processus a pu être renforcé par le fait qu’une partie de ces individus étaient en rupture avec leurs coreligionnaires d’origine, si l’on en croit al-Dawūdī (cf. supra).

100En Sicile, les désignations individuelles arabes renvoient à un stock onomastique porteur d’une tradition islamique. Pour la période 1090-1190, dans les documents grecs et latins, la proportion des dénominations individuelles qui incluent le nom d’un des quatre premiers califes, des descendants de ‘Alī ou un théophore est supérieure au tiers, et ne connaît aucun fléchissement lorsqu’on avance dans le temps.

  • 147 Les actes en arabe ou bilingues analysés pour établir les tableaux 17, 1 et 2, sont ceux qui sont é (...)

Tableau 17 (1) – Les noms à connotation musulmane dans les actes arabes de l’administration comtale et royale147

Tableau 17 (1) – Les noms à connotation musulmane dans les actes arabes de l’administration comtale et royale147

Corleone (1151)

Ain Allien (1169)

Monreale (1178)

Monreale (1183)

Muḥammad

1/50, 2 %

50/1140, 4 %

14/690, 2 %

4 premiers califes

10/50, 20 %

5/14, 36 %

194/1140, 17 %

86/690, 12 %

Ḥasan et Ḥusayn

3/50, 6 %

56/1140, 5 %

56/690, 4 %

Théophores

11/50, 22 %

3/14, 21 %

193/1140, 17 %

101/690, 15 %

Tableau 17 (2) – Les noms à connotation musulmane dans les actes latins et grecs (1090-1190)

Tableau 17 (2) – Les noms à connotation musulmane dans les actes latins et grecs (1090-1190)

101Si l’anthroponymie arabo-musulmane, dans les documents grecs et latins fournit des éléments d’information sur l’arabisation de la population, la déformation des mots arabes y est importante et ne permet pas vraiment de tenter une analyse de la diversité sociale des groupes concernés, les incertitudes des transcriptions se révélant trop grandes. En revanche, les documents en langue arabe et bilingues arabe et grec l’autorisent, avec les précautions nécessaires.

III. Enquête anthroponymique dans les jarā’id et les actes notariés arabes de Sicile

  • 148 Cf. chapitre précédent.

102Si les chiffres disponibles concernant la population arabo-musulmane sont insuffisants pour dresser un tableau qui puisse prétendre à une quelconque exhaustivité, la Sicile des Hauteville a donné naissance à deux catégories de documents exceptionnels. D’une part, les jarā’id ou listes fiscales de noms148, composées le plus souvent en arabe ou bien en arabe et en grec (la version grecque étant transcrite dans un second temps) ; d’autre part, les documents notariés en langue arabe conservés dans les archives siciliennes.

103Ces deux types d’actes contiennent de nombreux noms renvoyant tant au milieu rural qu’au milieu urbain. Ils nous autorisent des réflexions complémentaires sur les communautés arabo-musulmanes de Sicile. L’anthroponymie expose à des écueils similaires à ceux qui caractérisent l’usage de la toponymie, mais elle procure une série d’informations non négligeables.

  • 149 H. Bresc et A. Nef, « Les mozarabes de Sicile (1100-1300) ».

104Les actes notariés grecs, quant à eux, fourniront un point de comparaison car ils nous informent sur un milieu urbain où se côtoient chrétiens et musulmans, arabophones et hellénophones. Ils contiennent en effet soit des noms arabes transcrits en grec, soit des signatures en arabe. Ils ont été étudiés en détail par Henri Bresc149 et nous ne les utiliserons, sur un mode comparatif, que pour en tirer quelques conclusions.

Rappels

  • 150 Voir à ce sujet, J. Sublet, Le voile du nom, Paris, 1991.

105Rappelons quelques règles de l’anthroponymie arabe150. La filiation de l’individu y est soulignée par la structure X bin Y, soit « X fils de Y », l’élément « bin Y » est appelé nasab, étant entendu qu’un autre type de relation parentale peut, éventuellement, prendre sa place. L’ism (le X de notre exemple) correspond plus ou moins à notre prénom ; c’est la partie la plus personnelle, mais aussi la plus vulnérable de la dénomination individuelle. Il peut être précédé d’une kunya, c’est-à-dire d’un tecnonyme en Abū (« père de ») ou en Umm (« mère de »). Cette indication, qui peut correspondre à une filiation réelle ou être la forme que prend le surnom de l’individu, est, en général, considérée comme honorable. Peuvent s’ajouter divers éléments identifiants : nom de métier ; laqab ou surnom ; nisba (adjectif de relation qui se termine en-ī ou en-anī), qui renvoie à un lieu géographique, à une entité tribale, ou éventuellement à une activité.

  • 151 Tâche que s’était fixé H. J. Cohen, « The Economic Background of Muslim Jurisprudents and Tradition (...)

106La principale difficulté méthodologique réside dans le statut des éléments qui ne sont pas introduits par un mot marquant une relation de parenté. En effet, certains d’entre eux peuvent être hérités ; ils ne qualifient alors pas l’individu qui le porte, mais renvoient à ses ancêtres, plus ou moins lointains. Ainsi, qui est dit « de Cordoue » (al-Qurṫūbī) peut être en réalité aussi bien le descendant, à plusieurs générations de distance, d’un Cordouan qu’un immigré cordouan de fraîche date, ou avoir simplement passé une partie de sa vie à Cordoue. Cette indétermination n’est pas sans poser de problème pour qui veut mener une étude socio-économique, ou même culturelle, à partir des données anthroponymiques livrées par ces dénominations individuelles151. En outre, le nombre et l’ordre des nasabs ne permettent pas, pour la même raison, de « remonter » de génération en génération.

  • 152 Divers projets ont vu le jour autour de leur exploitation, ainsi de l’Onomasticon Arabicum, gigante (...)

107Toutefois, ces précautions, maintes fois répétées à juste titre en ouverture des études de nature anthroponymique, sont en général rappelées pour un type de sources communément exploitées dans ce domaine, les dictionnaires biographiques (ṫabaqāt) arabo-musulmans. Or, si ces derniers présentent des caractéristiques particulières en raison de leur rôle de « bases de données » pour l’identification d’individus remarquables152, la finalité radicalement distincte des listes de vilains siciliennes suggèrent que les modalités de compilation des informations et, donc, de leur exploitation, sont différentes.

  • 153 D’autres documents notariés en arabe provenant du monde islamique médiéval ont été conservés, mais (...)

108Les deux types de documents pris en compte – jarā’id et actes notariés – apparaissent en effet immédiatement comme exceptionnels puisqu’ils contiennent des informations sur des groupes qui ne figurent jamais dans les dictionnaires biographiques : des paysans et des citadins qui ne se distinguent pas particulièrement par leur culture ou par leur fonction153. Ils ne sont pas nécessairement membres des élites et requièrent un traitement différencié. Les seconds relèvent d’une société urbaine, presque exclusivement palermitaine, dont les individus sont au moins capables de signer un document et qui, souvent, revendiquent leur appartenance à un lignage prestigieux. Les jarā’id, quant à eux, contiennent les noms d’individus évoluant surtout dans le monde rural, même si certains sont rattachés à des bourgs et s’il est possible de distinguer diverses conditions sociales. Les pratiques onomastiques repérables dans les uns et les autres ne peuvent donc être identiques et nous aborderons l’étude de ces sources en deux temps.

Les jarā’id

  • 154 Cf. A. Nef, « Anthroponymie et jarā’id de Sicile : une approche renouvelée de la structure sociale (...)
  • 155 Ainsi M. Bourin, par exemple, affirme : « C’est ainsi que l’organisme seigneurial assujettit le vil (...)

109L’exploitation des données contenues dans les jarā’id siciliens posent deux types de problèmes différents. Le premier tient, on l’a vu, aux règles de l’onomastique arabe ; le second aux conditions d’établissement de ces listes154. À propos des polyptiques rédigés ailleurs en Occident, que les listes siciliennes évoquent, on a en effet émis l’hypothèse qu’ils formataient les noms énumérés en fonction de leurs objectifs et du rapport de domination exercé par leurs rédacteurs sur les personnes énumérées155.

110En prémice, rappelons que, d’une part, les polyptiques occidentaux, liés à l’exploitation des grands domaines, diffèrent des listes fiscales siciliennes qui recensent des propriétaires (les muls et les maḥallāt représentent une très faible part du total). D’autre part, le processus d’identification, dont l’onomastique n’est qu’un aspect, vise précisément à pouvoir identifier les personnes. Si la fidélité à la forme quotidienne du nom n’est pas assurée, les éléments retenus doivent pouvoir être utiles, notamment en matière de fiscalité. Or, ce ne sont pas tant les pratiques onomastiques qui nous intéressent ici que les indices à même de nous renseigner sur la composition sociale des groupes listés.

  • 156 Il y a donc parfois plusieurs fiches par foyer fiscal, d’où la différence avec le nombre de foyers (...)
  • 157 La première rubrique donne la structure globale du nom (par exemple : ism, nasab d’ism et nom de mé (...)

111Toutefois, pour répondre à ces deux objections, il convenait de mener une étude systématique des documents. C’est pourquoi nous avons établi une fiche par nom156, en excluant des listes ceux qui contenaient des éléments non identifiés. Ce sont donc quelque trois mille cinq cent cinquante-sept dénominations qui ont été prises en compte. Chaque fiche se présente de manière identique157.

  • 158 Cf. A. Nef, « Anthroponymie et jarā’id de Sicile ».
  • 159 Étant donné les multiples choix fournis par la dénomination individuelle arabo-musulmane, disparaît (...)

112J’ai montré ailleurs, à partir de cette base de données, que la variété qui marque la composition des noms figurant dans ces listes limite le risque que constituerait la présence d’un trop grand nombre d’éléments « morts »158 et hérités. Elle suggère, au contraire, que les noms portés dans les registres sont ceux que la communauté de référence elle-même attribue aux individus qui la composent et par lesquels ils sont désignés couramment en son sein. Cette lecture est renforcée par le rôle que nous avons attribué aux communautés villageoises dans l’établissement des listes et de la perception des taxes. Par ailleurs, plus la restitution du nom individuel est fidèle, plus le contrôle des hommes en est facilité, puisque le registre devient instrument d’identification159.

  • 160 Cf. Tableau 18.

113En comparant les noms de vilains contenus dans les documents latins et grecs et ceux des listes en arabe ou grec-arabe160, il apparaît que la structure des dénominations énumérées dans les premiers relève pour l’essentiel de deux types : il s’agit soit d’un élément seul, soit d’une forme composée simple du type « X bin Y ». Les formulations arabes sont beaucoup plus variées et les catégories retenues dans nos tableaux ne les épuisent pas toutes, loin de là.

  • 161 Comme pour le tableau 17, les données exploitées sont détaillées dans les listes figurant plus haut (...)

Tableau 18 – La composition des dénominations individuelles dans les documents siciliens161

Élément seul

X bin Y

Ism et nom de métier ou surnom

Nom tribal ou géographique seul

Latin

127/287, soit 44 %

131/287, soit 46 %

8/287, soit 3 %

4/287, soit 1 %

Grec

6/57, soit 10 %

43/57, soit 75 %

6/57, soit 10 %

0

Arabe

604/3557, soit 16 %

721/3557, soit 20 %

373/3557, soit 10 %

259/3557, soit 7 %

  • 162 Cf. chapitre précédent.

114Il semble donc que le contrôle socio-économique exercé par les concessionnaires de vilains se manifeste dans les documents en latin et en grec, tantôt par la simplification du nom (élément seul), tantôt par son inscription à l’intérieur d’une famille considérée comme la propriété d’un concessionnaire (« X bin Y »). La différence tient probablement à la fonction du document qui ne sert pas pour la levée des taxes162. On ne peut pas exclure non plus que les formes occidentales de dénomination aient influencé la trancription des dénominations islamiques.

115Certains éléments onomastiques figurant dans les jarā’id sont donc hérités, ou l’équivalent de surnoms, mais une étude systématique autorise néanmoins à tirer quelques conclusions quant à la diversité sociale de la population arabo-musulmane ainsi énumérée.

116L’attestation par certains éléments anthroponymiques du maintien d’une diversité sociale forte tout au long de la période pourrait fournir un premier indice du maintien des structures sociales des communautés arabo-musulmanes. Or, les jarā’id reflètent non seulement la diversité sociale et religieuse des communautés rurales, mais aussi une mobilité interne certaine, ainsi que l’installation en Sicile d’individus arabo-musulmans venus de l’extérieur.

La diversité sociale des communautés arabo-musulmanes

117Commençons par rappeler que les rijāl al-jarā’id énumérés ne sont probablement pas tous installés dans des zones rurales ni coupés du monde urbain. En effet, les listes de Catane, ou de localités moins importantes mais urbaines, telles Aci, Corleone ou Iato, font partie des documents analysés. En outre, les documents de 1178, 1182 et 1183 pour Monreale soulignent bien le lien qui existe entre le chef-lieu d’un district administratif ou iqlīm et les habitats ruraux qui l’entourent. Les habitants d’un bourg sont susceptibles de posséder une terre dans son territoire et de la faire cultiver.

  • 163 G. Petralia, « La « signoria » nella Sicilia normanna », p. 228-229 et A. De Simone, « Ancora sui « (...)

118Des études récentes ont insisté sur la diversité intrinsèque des listes prises en examen ici163, rompant avec une approche traditionnelle plus sensible aux statuts, considérés qui plus est comme déprimés.

  • 164 Ainsi 17 % des rijāl (491/2836), 18 % des muls (95/527) et 11 % des maḥallāt (18/159) sont désignés (...)
  • 165 Cf. Tableau 18.
  • 166 Sur les kunyas en Sicile, on peut voir A. De Simone, « La kunyah negli antroponimi arabi di Sicilia (...)

119Si on évalue la proportion des noms constitués d’un élément unique dans les trois grands groupes des rijāl, muls et maḥallāt, on obtient une proportion qui évolue autour de 15 %164. Les modes de désignation sont plus ou moins complexes165 : ainsi, 14 % des rijāl portent une kunya166, élément honorifique, soit à peu près autant que les maḥallāt et un peu plus que les muls (10 %).

  • 167 Cf. Annexe XIV.
  • 168 On y trouve : deux nasabs en najjār (« menuisier », cf. supra, doc. 1095 et 1132), deux en ḥaṡṡār ( (...)

120Mais ce sont surtout les activités pratiquées qui révèlent la diversité interne notable des listes. On dénombre deux cent soixante-dix-huit mentions de noms de métier, auxquelles s’ajoutent quatre-vingt-treize autres en position de nasab. Ces indications se distribuent en au moins quatre-vingt-onze occupations différentes qui se recoupent parfois, mais demeurent très variées167. Il faut également y ajouter les données des listes latines et grecques168.

  • 169 Cf. Annexe XIV.

121Certaines listes présentent des spécificités liées aux caractéristiques de la localité dont elles enregistrent la population. Ainsi, la proximité de la ville de Catane se fait sentir dans les activités figurant dans les jarā’id établies pour son évêque : nombreuses sont les professions liées à la vente, de même que des métiers spécialisés tels le travail du cuivre, du goudron, de calfatage, ou encore la taille de la pierre. Cette région concentre presque exclusivement le travail de la forge. Enfin, la présence dans ces mêmes listes de veuves explique que certaines professions y soient déclinées au féminin et que d’autres, exclusivement féminines – comme les laveuses ou les sages-femmes – y soient mentionnées169.

  • 170 Pour une présentation générale des types d’activités mentionnées dans les documents concernant la r (...)
  • 171 On note dans cette région les présences d’un naffāsh (« cardeur »), d’un b. al-ṫarrāz (« fils du br (...)

122Les terres relevant de Monreale, quant à elles, abritent une activité induite par la proximité de la capitale. On y produit en effet de la soie et du coton et on y tisse bien plus qu’ailleurs170. Or, de telles productions nécessitent des débouchés171 et Palerme abrite un artisanat textile de haut niveau. Ces mentions confirment donc la présence de différentes activités liées au textile autour de la capitale.

  • 172 Sont cités, par exemple, des artisans qui fabriquent des vêtements non luxueux (qawālibī, labbād), (...)
  • 173 Sur six mentions de tājir (« marchand »), cinq sont en position de nasab. En revanche, de petits ve (...)

123D’autres activités, en revanche, sont pratiquées dans toute l’île, sans restriction géographique. Liées les unes aux autres, elles peuvent s’articuler de manière complexe, depuis la production des denrées jusqu’à leur vente, en passant par leur transformation. Ainsi, par exemple, de la culture du blé qui est ensuite commercialisé, transformé en farine, transporté ou vendu sous cette forme, avant d’être travaillé par les fourniers et les boulangers, qui en font du pain. L’artisanat et le commerce, tels qu’ils sont reflétés par la documentation, sont pour l’essentiel tournés vers la consommation locale de produits courants172. Les marchands plus importants (tujjār, pl. de tājir) n’apparaissent quasiment jamais173.

  • 174 Sont mentionnés un mutaqabbil al-sūq (Monreale, 1183) et un ṡāḥib al-sūq (Catane, 1145) ; cf. Annex (...)

124À côté des activités marchandes, les listes fournissent des informations sur certaines fonctions plus « institutionnelles », tel le mū’adhdhin indispensable pour l’appel à la prière et le mū’addib, dont le rôle n’est pas clair (« savant » local ? « instituteur » ?), mais qui, par son savoir, est en mesure de transmettre des éléments de la culture islamique, ou encore les personnes chargées de la surveillance des marchés et de la moralité174. Des fonctions propres aux sociétés islamiques sont donc repérables dans les jarā’id.

  • 175 H. Bresc, « Esclaves auliques et main d’œuvre servile », p. 102.
  • 176 Les données sont les suivantes : un ‘abīd (Monreale 1178, Calatrasi), six rājil [Monreale 1178, Cal (...)
  • 177 Sur le vocabulaire de la servitude et du service, cf. M. Méouak, Ṡaqāliba, eunuques et esclaves à l (...)
  • 178 Cf. le rigel de la liste de 1130-1148, cf. supra.
  • 179 On en rencontre à Aci en 1095 (3) et en 1145 (2) et à Catane en 1145 (1).
  • 180 Cf. Cusa, p. 563. Il s’agit de vingt-deux ou vingt-trois personnes dont H. Bresc a souligné que le (...)

125La diversité sociale des listes se reflète aussi dans les mentions d’esclaves. Elles attestent en effet à la fois l’existence d’un esclavage rural et d’une servitude dont la dimension est plutôt urbaine. Elles confirment le maintien d’une pyramide sociale fortement hiérarchisée175, que révèle le vocabulaire qui se rapporte au statut servile176 : ‘abīd et rājil renvoient à des esclaves ; ġulām désigne souvent des eunuques, mais il est probablement employé ici dans un sens plus générique177. Notons, également, un esclave dans un texte latin, près de Patti178. Le vocable de khadīm(a), que l’on retrouve essentiellement à Catane et dans ses environs, laisse soupçonner, quant à lui, la présence d’un service domestique important, qu’explique la proximité de la ville179. Les ‘abīd al-kanīsa (c’est-à-dire, les servi ecclesiae) de la cathédrale de Catane180 ne sont pas attestés ailleurs en Sicile. La notion est inconnue dans un contexte islamique et rien ne permet de déterminer leur origine.

  • 181 Rappelons en outre, après J. Johns (The Muslims, p. 301) que les foyers de cette localité, au nombr (...)

126On a pu penser que ces références renvoyaient avant tout à une servitude qui se serait développée en milieu rural. Or, aux premiers rangs des lieux concernés, on trouve Catane, mais aussi Calatrasi, la localité la plus peuplée à l’intérieur des terres de l’archevêché de Monreale181. Il est donc possible qu’une partie au moins des esclaves rattachés à ce bourg soient des esclaves domestiques, comme à Catane. La présence de ces esclaves et serviteurs souligne aussi qu’en Sicile, certains contribuables énumérés dans les jarā’id peuvent se permettre de les acheter et de les entretenir. En outre, en dépit de l’interdiction faite aux musulmans de détenir des esclaves professant la même religion qu’eux, tous ceux qui sont mentionnés dans les listes siciliennes portent des noms arabo-musulmans. Le changement du nom de l’individu réduit en esclavage par ses nouveaux maîtres est certes une pratique commune, mais le doute peut être permis.

127Les professions mentionnées au fil de ces textes ne représentent toutefois pas la totalité de celles qui sont exercées, puisque d’autres éléments d’identification individuelle peuvent être préférés au nom de métier. D’autres indices illustrent la variété sociale des registres, tels les éléments honorifiques : on compte ainsi onze ḥājj (et onze en position de nasab/s), vingt-six shaykh/s (et sept nasab/s), six qā’id/s (et trois nasab/s) et un sharīf, soit au total soixante-cinq éléments honorifiques de natures différentes. Le premier, référence religieuse, qualifie celui qui a accompli le pèlerinage à la Mecque. Les autres soulignent une supériorité sociale qui peut tenir au lignage, à l’âge et à l’expérience ou, enfin, à la fonction assumée au sein de la communauté rurale. Toutes n’ont de sens que dans le cadre d’une société musulmane structurée.

128L’intégration de nouveaux individus au sein des communautés d’habitants favorise également le maintien de leur diversité et leur renouvellement.

Déplacements internes et intégration de nouveaux venus

  • 182 Cf. Annexe XV.
  • 183 Ibid.
  • 184 Cf. R. H. Idris, La Berbérie orientale sous les Zirides du Xe au XIIe siècle ; cf. D. Abulafia, « T (...)
  • 185 Sur la politique africaine de la monarchie normande, cf. Épilogue.

129Les tableaux182 mettent en lumière une situation contrastée. Les premières listes mentionnent rarement la provenance des individus et lorsqu’elles le font, cette origine est, en général, « locale »183. À l’exception notable des vilains ajoutés à la liste de Triocala en 1141 dont la nisba géographique, portée comme un qualificatif personnel, renvoie au Maghreb. Cette présence atteste l’existence d’une émigration depuis l’Ifrīqiya sous les Normands, certainement provoquée par l’instabilité politique et les crises économiques à répétition que connaît la région au XIIe siècle184. De même, l’importance du nombre de Tripolitains et d’individus originaires de Bône témoigne des liens qui existent entre ces villes et la Sicile185.

  • 186 Cf. chapitre précédent.
  • 187 À propos des listes de Catane et Aci, cf. A. De Simone, « Catania nelle fonti arabe », dans Chiesa (...)
  • 188 Comparées aux documents établis pour Catane, les listes de Monreale en 1178 énumèrent des individus (...)

130Les diplômes établis pour Catane et Aci, dont les listes présentent des singularités186, contiennent peu de nisba/s géographiques. Dans la première, les Siciliens sont, pour l’essentiel, originaires de la région187. En revanche, Aci attire des individus venus de plus loin188. Cette particularité découle probablement de la plus grande proximité des Ifrīqiyens avec la partie occidentale de l’île, mais aussi du rôle de centre régional que joue Catane. Son attractivité est inférieure à celle de Palerme et son rayon d’influence reste cantonné à la partie sud-est de l’île. En effet, le Val Demone n’est pas représenté dans les nisba/s siciliennes de la ville, ce qui concorde en tous points avec le tableau dressé dans le chapitre 6.

  • 189 On trouve dans la jarīda de 1178 des individus originaires de Burgio, Castrogiovanni, Demone, Paler (...)

131Les différences entre ces listes et celles de l’archevêché de Monreale en 1178 sont nettes. La majorité des nisba/s géographiques renvoient dans ce cas à un contexte sicilien relativement large189. Les conséquences de la fuite des vilains soumis à une pression croissante et leur déplacement vers une région qui est le cœur du foyer de la rébellion arabo-musulmane au début du XIIIe siècle s’y lisent déjà. La région est considérée comme un « refuge ». En revanche, les nisba/s ne renvoyant pas au domaine insulaire sont quasiment toujours en position de nasab et héritées.

  • 190 Une partie des muls et des maḥallāt proviennent de Bishār, Bône, Fès, de l’Ifrīqiya plus génériquem (...)
  • 191 La liste de Triocala (1141) énumère des individus venant de Gabès, d’Ifriqiya, de Sfax, de Tripoli (...)
  • 192 Les « Siciliens » énumérés en 1183 sont originaires d’Agrigente, de Caltabellotta, de Cinisi, de Gr (...)
  • 193 On rencontre dans les listes latines et grecques un Agrigentin (1095), un Maltais (1127), deux nasa (...)

132Le contraste avec les documents concernant la même région en 1183 est frappant. Ils recensent, il est vrai, des muls et des maḥallāt. Or, au moins une partie des bénéficiaires de ces conditions contractuelles d’installation sont originaires de l’Ifrīqiya. Dans tous les cas, ils constituent la majorité des porteurs de nisba/s géographiques190, à l’image des hommes ajoutés en 1141 à la liste de Triocala191. Les immigrants siciliens proviennent d’une aire géographique large, comme en 1178192. Les listes latines et grecques offrent peu de renseignements sur ce point, mais les rares origines mentionnées y sont comparables193.

  • 194 Cf. J. Johns, Arabic Administration, p. 127-128, p. 154-155 et p. 157-158.
  • 195 Cf. Épouser au plus proche : inceste, prohibitions et stratégies matrimoniales autour de la Méditer (...)

133Dans un autre contexte, les listes de « nouveaux mariés » (mutazawwijūn)194 ajoutées à la suite des listes principales dans certaines jarā’id pourraient être l’indice d’arrivées récentes en raison de l’exogamie qui caractérise une partie des unions matrimoniales, mais dans la société arabo-musulmane, le mariage entre deux cousins est possible195. Nous ne savons pas ce qu’il en était en Sicile mais les listes ne renvoient donc pas nécessairement à des nouveaux venus dans la communauté d’habitants concernée.

  • 196 Cf., pour une exploitation de ce type de données telles que les sources médiévales les livrent, P. (...)

134Les communautés arabo-musulmanes insulaires connaissent donc un renouvellement de leurs membres par un apport extérieur. En revanche, le groupement par origine régionale commune ne semble pas jouer un rôle essentiel dans l’organisation des groupes arabo-musulmans en Sicile. L’élément tribal jouait-il ce rôle, comme cela a été soutenu, non sans débat, pour al-Andalus196 ?

L’élément tribal

  • 197 Cf. Annexe XVI.

135Ce type d’indication est minoritaire : on ne relève que quarantetrois nisba/s tribales dans l’ensemble des jarā’id197. En outre, elles sont localisées, pour l’essentiel, autour de Catane. Cette particularité s’explique peut-être par les modalités d’installation des Arabomusulmans dans la région, dont on a suggéré qu’elles pourraient avoir été différentes de celles du reste de l’île sans que l’on puisse en dire davantage. Dans le cas de Triocala, l’élément tribal qualifie surtout les individus ajoutés à la liste dans un deuxième temps, dont les liens avec le milieu d’origine sont donc encore forts (un seul nasab).

  • 198 A. Nef, « Premières réflexions sur l’emploi et place de la nisba tribale dans les dénominations ind (...)
  • 199 Voir par exemple, P. Guichard, Les musulmans de Valence ; pour le Portugal, S. Boissellier, Naissan (...)

136La majorité des nisba/s renvoient à des tribus ou à des confédérations tribales berbères : l’appartenance à ces ensembles peut donc être un motif de fierté. Mais il n’existe pas de concentration d’individus portant une nisba particulière, pas plus qu’on ne discerne une répartition régionale nette des nisba/s tribales berbères et arabes. On peut donc penser que dans la Sicile du XIIe siècle, l’élément tribal ne constitue pas la structure référentielle de base pour l’individu, conclusion que renforce l’étude d’une documentation plus vaste passée en revue ailleurs198. Plus largement, et par contraste avec le Ġarb al-Andalūs et le Sharq al-Andalūs199, ces constats suggèrent des modalités différentes de conquêtes ou la disparition rapide de la spécificité tribale.

137En l’absence de diffusion de l’élément tribal dans l’onomastique arabo-musulmane de Sicile, quelles étaient donc les structures de référence au sein des communautés arabo-musulmanes ?

Le dār

  • 200 On trouve, en effet, al-‘amiyyā dār bin al-Hawwārī (« les aveugles de la maisonnée B. al-H. »), Cus (...)
  • 201 Les jarā’id se présentent un peu comme des tableaux divisés en quatre ou cinq colonnes nettement sé (...)
  • 202 Ces liens familiaux peuvent être exprimés sous deux formes. Soit on énumère un nom, puis ses frères (...)
  • 203 Par exemple : ‘Abd al-Mun‘im b. al-shaqrūniyya et, ligne suivante, ‘Abd al-A‘lī ṡihru-hu (« A. son (...)
  • 204 J. Johns a bien montré que le scribe qui a rédigé le document de 1178 pour Monreale a compilé plusi (...)

138Si la cellule familiale est la structure sociale de base, le rôle de la famille élargie, ou dār, pour reprendre le terme employé dans la liste de Catane établie en 1145200, mérite d’être souligné. Nous avons pris comme indice de cette réalité la mention de deux individus apparentés à l’intérieur d’une même unité économique201. Dans les jarā’id, sont en effet cités des frères202, des fils203, des neveux, des gendres (ṣihr, rabīb204), à côté de leurs référents. Ils sont donc inclus dans le même espace symbolique et, probablement, physique (la maison), que ces derniers, sauf quand ils sont cités à part, dans des listes particulières (de « nouveaux mariés », par exemple).

  • 205 Cf. Annexe XVII.
  • 206 Quinze vilains sont dits « frères » d’un autre vilain, un « cousin », trente-sept « enfants » et di (...)

139Nos tableaux205 ne prennent pas en compte les documents rédigés pour Catane en 1145, qui ne sont que la copie de listes antérieures (la mention awlād, « les enfants de », placée devant chaque nom fausserait le calcul). Ils révèlent une situation contrastée. Le dār est mieux conservé dans le cadre de donations (Misilmeri, 1143), comprenant notamment des immigrés récents (Triocala, 1141). Dans la jarīda de Monreale établie en 1183, qui énumère, on l’a vu, des groupes installés récemment et où les immigrés de fraîche date sont donc proportionnellement bien représentés, les dār/s sont nombreux. Dans celle de Monreale de 1178, les dār/s que l’on peut reconstruire sont concentrés, pour l’essentiel, dans le territoire de Calatrasi. Mais dans toutes les listes, ils sont mieux documentés que la dimension tribale. Les listes latines et grecques révèlent des caractéristiques similaires et même une accentuation du phénomène dans le cadre de donations206.

140Si la diversité interne des communautés arabo-musulmanes insulaires apparaît déjà clairement, cette caractéristique se retrouve dans le domaine religieux. Toutefois, les éléments disponibles sont interprétés de manières diverses : comme autant d’indices de conversion rampante tout au long de la période normande ou bien comme la preuve de la présence de groupes chrétiens au sein des communautés arabo-musulmanes.

La diversité religieuse

  • 207 Pour quelques indications rapides, on peut voir A. Messina, « Gli Arabi christiani della Sicilia no (...)
  • 208 J. Johns a analysé ces noms dans « The Greek Church ». S’il envisage l’hypothèse mozarabe sans empl (...)
  • 209 Les noms suivants, exclusivement contenus dans la liste de la première génération, reflètent peut-ê (...)
  • 210 Comme l’indiquent les noms suivants : 1) Première génération : Bū-l-Sayd b. al-Tarmāsh (Bousêt epin (...)

141Les listes de rijāl comprennent des informations diverses sur ce sujet207. Il faut distinguer, d’un côté, les chrétiens de culture islamique (« mozarabes ») et, de l’autre, les convertis. Les premiers se rencontrent par exemple à Corleone en 1178208. Des quarante-sept individus de la première génération et des six de la seconde, très peu portent un nom qui indique une hellénisation ou une christianisation récente209. Au contraire, le mouvement est inverse et l’arabisation semble se renforcer avec le temps, comme le montre la comparaison des deux listes210. En outre, l’onomastique déjà arabisée des chrétiens arabo-musulmans, dont les patronymes pourraient être ceux de musulmans, ne connaît pas d’évolution. Cette liste révèle donc la diversité interne des communautés arabo-musulmanes et n’indique en rien un recul de l’arabisation ou un progrès de la christianisation dans les communautés de Corleone.

  • 211 J. Johns, « The Greek Church », p. 146-147. Quatre textes fournissent des informations : le premier (...)

142Le cas de Collesano analysé par Jeremy Johns reflète peut-être un mouvement de conversions qui n’aboutirait, toutefois, qu’à la fin de la période et ne concernerait qu’une poignée d’individus, d’autant plus perméables au changement culturel que Collesano est déplacée et qu’une église latine est fondée sur le nouveau site211.

  • 212 Cf. supra.
  • 213 Nous donnons ici la liste établie par J. Johns et les traductions qu’il propose : Maymunis Ihcas Ni (...)
  • 214 Tels Nicholaos Arcudi (Niqūlat al-qāḍī) – Arcudi est fréquent dans l’onomastique grecque du sud de (...)

143Le dernier exemple qu’il étudie provient de la liste latine de Lipari-Patti établie dans les années 1130-1148212. Il suggère la présence de convertis de l’islam au christianisme dans les listes de chrétiens213. Mais certains éléments ne peuvent être l’indice d’une conversion214. D’autres posent problème car ils pourraient bien être plutôt des surnoms dont ces individus auraient été affublés par leurs voisins arabophones (tel kāfir, le « mécréant ») ou des emprunts à l’arabe (tel ḥarīrī, « le soyeux »). Nous avons dit plus haut que cette liste paraît plutôt refléter une convergence culturelle particulière, propre à un contexte hellénisé, mais où la présence d’une forte minorité arabo-musulmane explique de nombreux emprunts réciproques.

144La situation est donc loin d’être simple à analyser dans l’ignorance où nous sommes de l’évolution linguistique précise de la région sous les Normands. Si l’on accepte, comme pour Collesano, l’hypothèse de conversions, les indices n’en restent pas moins infimes.

145D’autres éléments ont pu toutefois donner l’impression d’une perméabilité grandissante des communautés arabo-musulmanes, peu à peu assimilées, au contexte gréco-latin.

Le reflet d’interactions culturelles ?

  • 215 Mentionnons aussi dans les actes latins et grecs la présence de noms provenant de noms de métiers o (...)

146Nous avons vu que, dans les listes en grec, il est des noms qui laissent supposer l’acculturation d’Arabo-musulmans à l’hellénisme dominant de la Sicile orientale. Plus généralement, l’absence de transcriptions standardisées et la difficulté qu’il y a à retrouver derrière le latin les noms arabes contrastent avec la relative fidélité des transcriptions grecques. Plus encore, certaines d’entre elles, par leur systématicité ou la présence de formes données évoquent des influences linguistiques réciproques qui se seraient exercées entre les différents groupes culturels dans la partie occidentale de la Sicile215.

  • 216 Ainsi des isms Mouses pour Mūsā et Jises pour ‘īsā ou Oumourês pour ‘Umar, Outhmenes pour ‘Uthmān, (...)
  • 217 Une catégorie est constituée par les nisba/s géographiques : maltês pour māliṭī (« maltais », passi (...)

147Ainsi, certains noms arabes sont quasiment rendus d’une seule manière en grec216. En outre, certaines transformations qui affectent une partie des mots arabes lors de leur passage en grec suggèrent leur hellénisation car la transcription n’en propose pas un simple calque, mais leur confère des caractéristiques propres à la langue grecque. Ainsi, les terminaisons en – ês rendent le-ī final arabe, car dans l’une et l’autre langue, elles sont souvent la marque de noms de métier ou de noms indiquant une origine géographique217. Enfin, certains termes fréquents en arabe sont traduits ou transcrits systématiquement : c’est le cas d’al-shaykh rendu par « gerôn » ou « geron », d’al-qā’id toujours transcrit « kait », mais aussi des liens familiaux qui sont souvent traduits. Ces quelques indices reflètent une convergence qui atteste de l’existence d’une koiné linguistique insulaire sur laquelle on ne dispose pas par ailleurs d’informations supplémentaires. Ils montrent aussi que certains mots d’origine arabe ont été adoptés en grec et hellénisés. Remarquons néanmoins que ces phénomènes, attestés à la fin de la période, ne le sont pas dans les listes de vilains de la fin du XIe siècle. Ils témoignent donc peut-être d’une évolution qui advient sous la domination normande.

  • 218 G. Caracacausi le fait dans les articles déjà cités : « L’elemento bizantino e arabo » et « Un hapa (...)

148Des preuves plus évidentes de cette interaction quotidienne ont été exploitées par Adalgisa De Simone et Girolamo Caracausi218.

  • 219 Ainsi, par exemple, de doulos pour ġulām (« esclave », Cusa, p. 166), de bourdonaros pour ḥammār(...)
  • 220 Tels al-furnānī de fournani, le « fournier » (Cusa, p. 169), Quzmān pour Kosmas (Cusa, p. 146) et a (...)

149Ainsi, dans les listes gréco-arabes, le grec traduit parfois l’arabe au lieu de le transcrire219 ; plus révélateur, des mots d’origine latine ou grecque sont « arabisés »220. Là encore, toutefois, ils ne se rencontrent, pour l’essentiel, que dans les listes de la fin du XIIe siècle, et non dans les documents plus anciens et ils restent, somme toute, relativement marginaux. Les indices de la perméabilité du grec à la langue arabe sont finalement plus nombreux que l’inverse.

  • 221 Cf. A. Nef, « Anthroponymie ˙ et jarā’id de Sicile », p. 139-141.

150En outre, on a souligné ailleurs l’absence d’article devant certains mots arabes et la juxtaposition de noms qui en découle. Elle pourrait être le reflet d’une évolution de la structure onomastique arabo-musulmane vers une composition plus « latine »221. Mais cette réalité est circonscrite.

151Ce tableau, qui montre nettement le maintien de la diversité interne de la société arabo-musulmane, vaut surtout pour les zones rurales, même si la proximité d’une ville peut s’y faire sentir avec plus ou moins de force. La situation proprement urbaine est documentée, quant à elle, par les actes notariés.

Les élites urbaines dans les actes notariés en arabe

  • 222 Une nouvelle édition des actes privés est en préparation par J. Johns et son épouse N. Jamil.

152Le nombre limité des actes notariés d’époque médiévale conservés dans le monde islamique, surtout pour des périodes aussi hautes que le XIIe siècle, souligne toute la valeur des documents siciliens pris en examen ci-dessous. Ils livrent des informations auxquelles aucun autre support ne donne accès, exceptées les traductions tardives d’actes en arabe en latin. Ce corpus présente toutefois quelques limites : la première réside dans le nombre réduit de ces documents, d’autant que si tout cas individuel peut revêtir une signification générale, il faudrait pour le documenter disposer d’un « dossier » de plusieurs actes se rapportant à un même personnage ou à une même famille. Or, cela n’est pas le cas pour ces actes notariés conservés dans les chartriers ecclésiastiques222.

153Cette documentation permet, toutefois, d’éclairer un des « trous noirs » de l’histoire de la Sicile normande : sa population urbaine, en particulier arabo-musulmane. La deuxième limite de ce corpus tient néanmoins à ce que la quasi totalité de ces actes concerne Palerme. On peut élargir un peu la perspective en ayant recours à des actes notariés en grec, qui nous renseignent de manière partielle sur les chrétiens de culture islamique, mais là aussi, ils sont surtout palermitains. Enfin, troisième limite, propre à la plupart des actes notariés, ces derniers renvoient à un milieu plutôt aisé et qui a recours, précisément, aux notaires.

Prémisse sur les actes notariés arabes en Sicile

  • 223 Johns, Appendice II, 2 (1112), 6 (1137), 9 (1161), 18 (1180), 19 (1183), 26 (1190), 27 (1193), 29 ( (...)
  • 224 Johns, Appendice II, 5 (1132)
  • 225 Johns, Appendice II, 23 (1187).
  • 226 Johns, Appendice II, 8 ( ? 1130-1160). Il a été réédité par J. Johns dans « Arabic Contracts of Sea (...)
  • 227 Johns, Appendice II, 16 (1177).
  • 228 Sur ce sujet, on peut voir M. Gronke, « La rédaction des actes privés dans le monde musulman médiév (...)
  • 229 Nous avons développé ce point dans « La nisba tribale entre identification individuelle et catégori (...)

154Les treize documents notariés siciliens en langue arabe, dont un bilingue arabe et latin, comptent neuf contrats de vente (trois de biens fonciers et six de biens immobiliers)223, un contrat d’échange de tours d’eau entre deux propriétaires musulmans224, un accensement225, le brouillon d’un contrat commercial226 et, enfin, une reconnaissance d’obligations par des paysans à l’égard du concessionnaire de leurs revenus fiscaux227. Les données onomastiques y sont riches car les notaires siciliens, sans respecter à la lettre la règle édictée par les rédacteurs de formulaires notariaux islamiques ou les auteurs de traités juridiques qui enjoint de mentionner le nom complet des parties prenantes228, en donnent toutefois une forme plus développée que celles que l’on rencontre le plus souvent dans des documents de nature différente229.

  • 230 Cet aspect ne sera pas traité en détails ici car il sera l’objet d’une étude à part.

155Avant d’étudier en détail les données onomastiques de cette documentation, il convient d’éclairer le statut de l’acte notarié en droit islamique, ainsi que les règles qui le régissent. Les actes siciliens du XIIe siècle nous renseignent en effet sur le maintien du droit islamique et sur le respect de ses principes sous la domination normande. Ils contribuent aussi à lever un coin du voile sur l’organisation judiciaire des communautés arabo-musulmanes urbaines230.

  • 231 É. Tyan, Le notariat et le régime de la preuve par écrit dans la pratique du droit musulman, 2nde é (...)
  • 232 Cf. l’entrée bayyina (« preuve ») dans l’EI rédigée par R. Brunschvig.
  • 233 Pour une révision sous l’angle hanéfite, B. Johansen, « Formes de language et fonctions publiques : (...)
  • 234 Cf. C. Cahen, « À propos des shuhūd », Studia Islamica, 31 (1970), p. 71-79.

156Le statut de l’acte écrit dans le droit musulman a fait couler beaucoup d’encre231 : en général, on considère qu’au Moyen Âge il ne constituait pas une preuve232. Cette assertion a été nuancée, puis invalidée pour le droit hanéfite du XIe siècle233. Si, dans l’Occident malikite, cette évolution n’a pas eu lieu au même moment, l’écrit concentre assez tôt l’essentiel des procédures judiciaires en Islam. En outre, le « document témoigné » – c’est ainsi que Robert Brunschvig désigne un acte dont deux personnes au moins témoignent de la validité a posteriori – a toujours eu une place à part, qui lui était déjà reconnue dans le Coran : le témoignage lui donne sa valeur juridique. Dans la Sicile du XIIe siècle, comme ailleurs, les actes notariés sont donc plus que de simples aides-mémoire, mais dans le cadre d’un procès leur valeur de preuve doit être établie par un témoignage oral. Dans le cas présent, ils mettent souvent en contact des chrétiens et des musulmans et ont été conservés dans des archives ecclésiastiques ; dans ce nouveau contexte politique et juridique, ils assumaient probablement un statut différent dans l’esprit des deux parties. Reste que le rôle des témoins est essentiel et que leur sélection était censée suivre des critères sévères234.

  • 235 Nous avons rappelé plus haut l’existence d’une véritable dynastie de juges musulmans palermitains, (...)
  • 236 En 1137 et en 1161 (doc. 5 et 7 infra).
  • 237 É. Tyan, Histoire de l’organisation judiciaire en pays d’Islam, Leyde, 1960, deux. éd. revue, p. 86 (...)

157A priori, le juge235 n’a pas de raison d’intervenir dans ces actes. De fait, on ne le mentionne que lorsque des garants représentent un mineur ou une femme non mariée, car l’établissement de ce droit de représentation requiert une action judiciaire particulière. Ce cas ne se présente qu’à deux reprises236. Il est toutefois une exception à cette règle sicilienne qui suit les préceptes du droit islamique : dans l’acte de 1116 traduit en latin en 1266 (doc. 2), l’Arcadius, c’est-à-dire le qāḍī, a apposé sa signature au début de l’acte. Dans les deux documents plus tardifs, le qāḍī est dit qāḍī Ṣiqilliyya, c’est-à-dire de Palerme, tandis qu’en 1116, aucune précision n’est donnée. Or, l’organisation judiciaire en Islam prévoit, en théorie, l’unicité de la magistrature, qui fait ensuite l’objet de délégations multiples237. On peut donc penser qu’à la fin du XIe siècle, plusieurs qāḍī/s exerçaient à Palerme, comme dans d’autres grandes villes du monde islamique à l’époque. Les indices sont minces, mais reflètent peut-être une réorganisation de l’institution, centralisée entre 1116 et 1137, soit après l’avènement de Roger II, dans le cadre des mesures qu’il prit dans le domaine judiciaire.

  • 238 Sur le droit malikite, la bibliographie est immense. On peut toutefois voir D. Santillana, Istituzi (...)
  • 239 Une étude systématique a été proposée par A. d’Emilia dans « Diplomi arabi siciliani di compravendi (...)

158Les actes notariés en arabe sont, en Sicile, régis par le droit malikite238, notamment en matière d’héritage. Ils reprennent les différents points indispensables pour établir la validité des actes notariés en Islam239. Les diverses parties de ces textes rappellent, assez logiquement, les documents similaires rédigés en latin. S’y succèdent, dans l’ordre : la bism Allāh (invocation), la présentation des protagonistes, le contenu de l’acte (notification), la description des biens et leur délimitation, l’énoncé des conséquences juridiques de l’acte, la précision que le paiement est advenu, la mention de la remise effective des biens, de la relecture de l’acte et de l’accord des parties, puis de leur séparation, enfin la garantie de leur identité et de leur intégrité physique et intellectuelle, qui précède la date et la signature des témoins.

  • 240 Cf. la liste infra.
  • 241 Contrairement à ce que pense pouvoir faire O. R. Constable (« Cross-Cultural Contracts », p. 83).

159En théorie, deux témoins suffisent, mais dans les actes siciliens, leur nombre varie de quelques individus jusqu’à une dizaine de personnes240. On ignore s’il s’agit de témoins professionnels (‘udūl), comme le suggère l’évolution de l’organisation judiciaire en Islam depuis le VIIIe siècle ; cependant, aucun nom ne revient deux fois dans les documents et il est impossible d’établir entre eux des liens familiaux241. Leurs noms, comme ceux des parties qui contractent les actes, donnent un aperçu limité sur les élites arabo-musulmanes de Palerme.

Les noms des protagonistes dans les actes notariés en arabe de Sicile

  • 242 Il a été possible de vérifier la lecture de l’ensemble des actes (pour les références archivistique (...)

160Les noms qui suivent sont donnés dans l’ordre chronologique de leur apparition. En plus des documents en arabe, nous intégrons à ce tableau trois actes notariés arabes traduits en latin au XIIIe siècle242 :

1611. 1112, proximité de Palerme (Cusa, p. 610)

Vendeur : al-kātib Arġīsa al-mu‘allim (b.?) ‘Abd al-Raḥmān al-Qurashī et sa mère ‘Ayka bint al-kātib Aḥmad b. [...] al-Tamīmī.

Acheteur : Zakarī al-naṣrānī b. al-shaykh Sulaymān al-‘aṭṭār, représentant du qā’id Ġafūr b. al-shaykh al-Arūṭū.

Noms contenus dans les limites : ‘Abd al-Ḥamīd al-‘Alālī et S. dūs. Témoins : Mujāhid b. Ḥusayn al-Kindī, Muḥammad [...] b. Muḥammad al-Qaysī, ‘Alī b. Abī al-Fatḥ b. [...], Muḥammad b. Abī al-Fatḥ b.?

Objet : vente d’une terre.

1622. 1116 (trad. 1266), Cefalà (Bresc, 1995)

  • 243 Nous restituons directement ce qui peut l’être sans hésitation.

Vendeur : Charzalla filius Abdelgani Ellahmi [Ḥirz Allāh b. ‘Abd al-ġanī al-Laḥmī243].

Acheteur : Philippus filius Gayti Phytien [al-qā’id Fityān], chrétien.

Témoins : Abdelgani filius Jusuph Hegueri [‘Abd al-ġanī b. Yūsuf al-Hawwārī], Ahmed filius Abrahim Timimi [Aḥmad b. Ibrāhīm al-Tamīmī], Habdeleauy filius Gebyr Elensari [‘Abd al-ḥayy b. Jābir al-Anṣārī], Bulcassim filius Habdelssamed Elkaysi [Bū-l-Qāsim b. ‘Abd al-Ṣamad al-Qaysī], Habdelkerim filius Bubiker Elinsari [‘Abd al-Karīm b. Abī Bakr al-Anṣārī], Abrahym filius Seuden Ettimimi [Ibrāhīm b. Sawdān al-Tamīmī], Jusuph filius Abdelnur Ettemmichi [Yūsuf b. ‘Abd al-Nūr al-( ?)], Chamze filius Haly Ellegueri [Ḥamza b. ‘Alī al-Hawwārī], Uthmen filius Habdalle Elkaysi [‘Uthmān b. ‘Abd Allāh al-Qaysī], Senex Uthmen filius Haly Ettimimi [al-shaykh ‘Uthmān b. ‘Alī al-Tamīmī].

Objet : vente d’une terre.

1633. 1130 (trad. 1255), près de Palerme (Bresc, 1995)

Vendeur : Bulhasen filius Gayti Karram Essaly [Bū l-ḥasan b. al-qā’id Karrām al-( ?)].

Acheteur : Gualterius de Sayda, fils du vieux [shaykh] Matheus, chrétien. Témoins : Abderahmen filius Ali Elcurasy [‘Abd al-Raḥman b. ‘Alī al-Qurashī], Humur Buabdille [‘Umar Bū ‘Abd Allāh], Hythie filius Abderrahmen Elhesin [Yaḥyā b. ‘Abd al-Raḥman al-Ḥusayn], Aly byn Ebielhasyn Sekilli [‘Alī b. Abī l-Ḥusayn al-Ṣiqillī], Aly filius Abdelmelek [‘Alī b. ‘Abd al-Mālik], Ebusaad filius Hyse [Abū Sa‘d b. ‘Isā] et Aly filius Casi Ettimimni [‘Alī b. ( ?) al-Tamīmī].

Objet : vente d’une terre.

1644. 1132, Ouest de Palerme (Cusa, p. 6)

Échangeurs : (al-ḥājj) ‘Abd al-Raḥman b. ‘Umar b. Abī al-Samrā al-Lawātī et Ḥusayn b. ‘Alī al-Kindī al-ma‘rūf bi Ibn Alikhandrū.

Témoins : ‘Abd al-‘Azīz al-mū’adhdhin (ou al-mu’addib ?) b. al-Sab‘b. Abī al-Qāsim al-Hawwārī, Ḥusayn b. Yūsuf al-Lawātī et Aḥmad b. Ḥusayn b. Yūsuf al-Lawātī.

  • 244 Le volume d’eau échangé est évalué en temps de jouissance. Ce procédé perdurera en Sicile pendant t (...)

Objet : échange de tours d’eau244.

1655. 1137, Palerme (Cusa, p. 61)

Vendeur : ‘Alī b. Abī al-Qāsim b. ‘Abd Allāh al-‘Aṭṭār al-ma‘rūf Ibn al-bārūqī et sa mère Sayyida b. Yūsuf al-Qaysī, qui représente ses enfants ‘Abd Allāh al-murāhiq (« l’adolescent ») et B. lb. la al-bikr (« la vierge »), enfants d’Abū al-Qāsim.

Qāḍī : al-shaykh al-faqīh al-qāḍī Abū al-Qāsim ‘Abd al-Raḥmān b. Rajā. Acheteur : Gauthier fils de Gauthier, évêque de Messine. Noms contenus dans les limites : Banū al-Barūqī (maison qui appartient aujourd’hui à Lāw al-naṣrānī), Ibn R. qābū.

Garants : ‘Alī b. Nafiyya b. ‘Alī b. Nafiyya al-Laḥmī, Mujāhid b. Ḥusayn al-Kindī et Yūsuf b. Muḥammad b. ‘Abd al-Qāhir al-Lawātī.

Témoins : ‘Abd al-Raḥmān b. Abī al-Qāsim al-Anṣārī, ‘Umar b. Muḥammad al-Qaysī, Muḥammad b. Ḥusayn al-Qaysī, ‘Adhar b. Muḥammad al-Tamīmī, ‘Umar b. ‘Isā al-Zanātī, Abū ‘Abd Allāh b. Abī al-Faḍl b. ‘Alī al-Qurashī, ‘Abd Allāh b. Abī Bakr al-Hawwārī, Ḥusayn b. ‘Atīq al-Tamīmī, Abū Bakr b. ‘Umar al-Qurashī, Muḥammad b. ‘Umar b. Muḥammad al-Qaysī, ‘Abd Allāh b. Abī al-Qāsim al-Anṣārīet Muḥammad b. Muḥammad al-Lawātī.

Objet : Vente d’une maison.

1666. 1130-1160, Cefalù (rééd. J. Johns, « Arabic Contracts »)

Emprunteurs : Maymūn, son fils ‘Alī et sa sœur Ṣadaqa, Bū ‘Abd Allāh, Ḥasan neveu de Maymūn, Salām, Bū-l-Futūḥ, Muḥammad b. al-ḥājj b. Khālid de Corleone, al-ḥājj ‘Uthmān.

Prêteur : Sire Guillaume.

Témoins : (outre les nom latins) Muḥammad b. al-ḥājj b. Khālid de Corleone, Bū ‘Abd Allāh de Termini, al-ḥājj ‘Uthmān, Maymūn, Ṣadaqa et Salām et Bū ‘Abd Allāh, Ḥasan ; Yaḥyā al-Ṭarāb. n. sī, Muḥammad de Corleone, ‘Abd al-Raḥmān, Muḥammad de Sciacca et al-ḥājj de Termini.

Objet : contrats maritimes entre ces individus arabo-musulmans et sire Guillaume.

1677. 1161, Palerme (Cusa, p. 101)

Vendeurs : Abū Bakr b. ‘Umar al-Azdī, dabbāġ (tanneur), Aḥmad b. ‘Umar al-Azdī, dabbāġ, ‘Umar b. ‘Atīq al-Qaysī ‘urifa bi Ibn al-M. h. rīqa, qui représente Manjūma b. ‘Umar al-Azdī, son épouse, et Amr al-Khayr b. ‘Umar, non mariée, représentée par les vendeurs, ses frères.

  • 245 J. Johns propose Maḥmūd (Johns, Appendice II, doc. 9, p. 318) ; le doute persiste après vérificatio (...)
  • 246 J. Johns propose al-Tanūkhī (Ibid.) ; le doute persiste après vérification.
  • 247 J. Johns propose « b. Qarqar al-Tanūkhī » (Ibid.) ; le doute persiste après vérification.

Témoins qui garantissent l’identité des vendeurs : al-shaykh al-faqīh Abū al-Qasim ‘Abd al-Raḥman b. N. khūr245 b. Jabar al-Buyūṭī246 et al-shaykh al-faqīh Abū l-ḥasan ‘Alī b. Qūqū al-Buyūṭī247.

Acheteur : le prêtre de la Chapelle palatine.

Qāḍī : al-shaykh al-faqīh al-qāḍī Abū l-Faḍl Rajā b. al-shaykh al-faqīh al-qāḍī Abī l-Ḥasan ‘Alī b. al-shaykh al-faqīh al-qāḍī Abī al-Qāsim ‘Abd al-Raḥman b. Rajā.

  • 248 Cusa, p. 101 et Johns, Appendice II, doc. 9, p. 318 : al-L....
  • 249 Lecture tout à fait incertaine.
  • 250 Si la lecture de Cusa n’est pas satisfaisante, celle de J. Johns [‘ādiyā’( ?)] est impossible (John (...)
  • 251 Proposition de J. Johns qui ne va pas de soi, ibid.
  • 252 Cusa ne propose rien et J. Johns : al-naṡrānī( ?), ibid.

Témoins : Muḥammad b. ‘Alī b. ‘Abd al-Raḥman b. Rajā’Allāh248, ‘Abd al-Raḥman b. Maymūn b. al-Lathīq249, Ḥasan b. Yūsuf b. Muḥammad b. Ġālfān250 al-Lawātī, Hibat Allāh ( ?)251 b. Muḥammad b. ‘Alī al-Anṣārī252, ‘Abd

  • 253 J. Johns : al-ḥarīrī, ibid.
  • 254 J. Johns lit Ibn Mu‘āsh là où Cusa lisait Muwāthir (ibid.).
  • 255 Plutôt qu’al-Rayġī chez Cusa et al-Tanūkhī chez Johns (Johns, Appendice II, doc. 9, p. 318).

al-Raḥman b. Muḥammad b. ‘Atīq al-Ḥamrī253, Ḥasan b. Abī al-Qasim al-Qurashī, Ḥusayn b. ‘Atīq al-Tamīmī et ‘Alī Ibn Mu‘āsh254 b. Abī al-Qasim al-Rabi‘ī255.

Objet : vente d’une maison.

  • 256 Sans être directement en prise avec le monde urbain (quoique l’on puisse penser que les trois fugit (...)

1688. 1177-1179, Palerme (rééd. J. Johns, « Sulla condizione dei musulmani », p. 288-294)256

Concessionnaire des revenus des cultivateurs : Donatus, abbé de S. Giovanni degli Eremiti.

Cultivateurs : Jabrūn, Ibrāhīm et ‘Abd al-Raḥman, tous fils de Mūsā. Témoins : Abū-l-Faraj b. Salām al-Laḥmī, leur oncle maternel, Aḥmad b. Abī-l-Qāsim al-Qaysī, Abū Jum‘a b. Muḥammad al-Qurashī, ‘Alī b. Ya‘lā al-Qurashī et Abū...

Objet : trois rijāl al-jarā’id de Manzil Yusūf, en fuite, reconnaissent leur statut et reviennent dans le lieu où ils étaient cultivateurs en se soumettant à des conditions explicitées dans le texte.

1699. 1180, territoire de Palerme (Cusa, p. 39)

  • 257 Plutôt que al-Khudāmī chez Cusa, p. 39.

Vendeurs : al-shaykh Abū al-‘Abbās Aḥmad ‘Abd al-Nūr al-Tamīmī et al-shaykh al-muqrī al-ḥājj Abū al-Faḍl b. Aḥmad al-Judhāmī257.

Acheteur : Basile pour le compte de l’archevêque de Palerme. Noms contenus dans les limites : Muḥammad b. Abī al-Mālik et al-qā’id Jawhar.

  • 258 Cusa, p. 39 et Johns (Johns, Appendice II, doc. 18) : al-R.y.ġī ( ?).

Témoins : Abū al-Faḍl b. ‘Abd al-Wāḥid al-Burjī, ‘Alī b. ‘Umar b. ‘Atīq al-Rabi‘ī258, ‘Uthmān b. ‘Abd al-Wāḥid al-Ḥaḍramī, ‘Alī b. Abī al-Fataḥ b. al-Ḥ. l. fīsī ( ?) et Ahmad b. Khalīfa al-Azdī.

Objet : vente d’une plantation de canne à sucre.

17010. 1183, faubourg de Palerme (Cusa, p. 491)

Vendeur : Mas‘ūd b. Tāmir al-Qurashī et son fils ‘Abd al-Salām. Acheteur : dame Marguerite, chrétienne. Noms contenus dans les limites : maison partagée entre Bint al-Masīnī et al-Ġarābiyya.

Témoins : ‘Alī b. Abī l-Faḍl al-Tamīmī, Abū l-Qāsim b. ‘Abd al-Salām al-Arj(ouḥ ou kh) ī, Abū l-Qāsim b. Abī ‘Abd Allāh al-Tamīmī, Aḥmad b. Abī l-Qasim al-Qaysī, ‘Uthmān b. ‘Alī al-Hawwārī, ‘Alī al-ḥājj b. ‘Uthmān al-Anṣārī, Aḥmad b. ‘Abd Allāh al-ḥājj al-Hawwārī, ‘Umar b. Abī l-Khayr al-Qurashī, Makhlūf b. Makhlūf al-Qaysī et ‘Abd Allāh b. ‘Uthmān al-‘Afirī.

Objet : vente d’une maison.

17111. 1187, Territoire de Vicari (Bresc, 1995)

Vendeur : Ebraym filius Sebeun connu comme Atrami [Ibrāhīm b. Sab‘ūn] al-ma‘rūf bi Atrami ( ?)].

Acheteur : Ebu Suleyman b. Scaleri [Abū Sulaymān b. ( ?)] chrétien.

Témoins : Aly filius Abdalle Elhegueri [‘Alī b. ‘Abd Allāh al-Hawwārī], Ebubeker filius Abderrahmen Elhegueri [Abū Bakr b. ‘Abd al-Raḥmān al-Hawwārī], Aly ibin Abderrahmen Ettimimi [‘Alī b. ‘Abd al-Raḥmān al-Tamīmī] et Ebrahym ibin Nasar Ellachmi [Ibrāhīm b. Naṣr al-Laḥmī].

Objet : vente d’une terre.

17212. 1190, Palerme (Cusa, p. 44)

Vendeur : Zaynab b. ‘Abd Allāh al-Anṣārī, in absentia, car elle est prisonnière des Rūm ; l’ordre est donné par le dīwān al-fawā’id.

Acheteur : Niqūla Ashqar, serviteur du palais royal.

Noms contenus dans les limites : Aḥmad al-qā’id Sam‘ūn, Ibn al-Muwāz. nī et Ibn Mujāhid ‘Atiq.

Témoins : Abū l-Qāsim b. Muḥammad al-Tamīmī, Ḥasan b. Abī l-Qāsim b. Muḥammad al-Qurashī, al-Sab‘b. ‘Isā b. al-Sab ‘b. ‘Isā al-Lawātī, Muḥammad b. al-Salām b. ‘Abd Allāh al-Ḥ. mrī et Muḥammad b. ‘Umar b. Ḥasan al-Ṭā ?

Objet : réunir le montant de la rançon pour libérer Zaynab. La vente est achevée au retour de Zaynab.

17313. 1193, Castrogiovanni (Cusa, p. 496)

Vendeur : Ibrāhīm b. Muḥammad al-Qurashī.

Acheteur : le chrétien Jīlwa.

Noms contenus dans les limites : les héritiers d’Ibn Falāḥ, les héritiers du shaykh ‘Umar b. al-Būyūzī, le notaire, connu anciennement comme ‘Alī malik al-ġalūl et aujourd’hui maison de Junwa, Yaḥyā b. Muḥammad, Rīs, les héritiers de Muḥammad al-kharrāz et al-mū’adhdhin Aḥmad b. al-Qunfudh.

Témoins : Makhlūf b. Abī l-Futūḥ al-Tamīmī, Aḥmad b. ‘Abd al-Raḥman al-Tamīmī, Abū Bakr b. ‘Abd al-Mālik al-Hawwārī, ‘Abd al-Mun‘im b. ‘Abd al-Kāfī al-Zanātī, ‘Umar b. ‘Abd al-Muḥsin al-Qurashī, Aḥmad b. ‘Abd al-Karīm al-Hawwārī et Yaḥyā b. ‘Abd al-Kāfī al-Zanātī.

Objet : vente d’une maison.

17414. 1196, faubourg de Palerme (Cusa, p. 499)

Vendeur : ‘Uthmān b. Yūsuf al-Hawwārī.

Acheteur : le prêtre Pierre prêtre du sire Geoffroi Di Armana ( ?).

Noms contenus dans les limites : (ruine de la maison de) ‘Abd al-Jabbār al-sharāk, Aḥmad b. al-ḥājj.

Témoins : ‘Abd Allāh b. Muḥammad al-Būnī, ‘Alī b. Abī Bakr al-Tamīmī, Abū al-Ṭāhir b. ‘Umar al-N. būjī ( ?) et Ṭāhir b. ‘Abd al-Raḥmān al-Qurashī.

Objet : vente d’une maison.

17515. 1100-120 ? (Cusa, p. 505)

Vendeur : ‘Umar b. Ḥusayn al-Tamīmī yu‘raf bi Ibn Ṣāfī.

Acheteur : Eugoumène Abū Ġālib b. al-qisīs (« fils du prêtre) du monastère de Barḍālī.

  • 259 Plutôt que le al-Rabi‘ī de Cusa.

Témoins : ‘Abd al-Ġanī b. Ibrāhīm al-Lawātī, al-shaykh Maymūn b. Ḥasan al-Tamīmī et Yūsuf b. Abū (sic.) Bakr al-Hawwārī, Abū l-Faraj b. Ḥusayn al-Kutāmī, ‘Alī b. Ḥusayn al-Lawātī et Bū Jum‘a b. Yūsuf al-Rabi‘ī259.

Objet : vente d’une terre.

Les informations livrées par l’anthroponymie des actes notariés

  • 260 Par rapport à A. Nef, « La nisba tribale », on inclut en outre les actes traduits en latin plus tar (...)
  • 261 Nous ne considérons pas leur position dans la dénomination. Les quarante-cinq noms sont les suivant (...)
  • 262 Les noms du prophète de l’islam et des califes sont ainsi représentés : Muḥammad (21) et Abū l-Qāsi (...)
  • 263 Quant aux fils de ‘Alī, on relève 9 Ḥasan et 11 Ḥusayn.

176Les quinze actes260 contiennent un total de cent soixante-quatre noms dans un contexte, pour l’essentiel, palermitain. Au sein des isms, les théophores sont nombreux et variés261, de même que les noms du prophète et des premiers califes262 (quatre-vingt-onze) ; les descendants de ‘Alī, Ḥasan et Ḥusayn sont également bien représentés263.

  • 264 Un al-Būnī (de Bône), un al-Burjī, un al-Ḥaḍrāmī, un al-Masīnī (de Messine), un al-Shāqī (de Sciacc (...)

177Au-delà de ces généralités, les modalités d’identification sont très différentes de celles mises en évidence jusqu’ici dans les jarā’id. Le nom des vendeurs, acheteurs, témoins ou juges est plus développé que ceux des propriétaires cités au sein des limites de biens vendus. On dénombre, en outre, avec une très forte concentration dans le premier groupe, et en particulier parmi les témoins, cent quatorze nisba/s, dont quatorze restent non-identifiées et neuf sont géographiques264 ; toutes les autres sont des nisba/s tribales, ce qui apparaît là aussi exceptionnel.

  • 265 On rencontre des Anṡārī (6), des Azdī (4), des Kindī (3), des Laḥmī (2), des Qaysī (13), des Qurash (...)
  • 266 On trouve des Hawwārī (11), un Judhāmī, un Kutāmī, des Lawātī (9), des Zanātī (3).

178Les nisba/s tribales arabes265 et berbères266 cohabitent dans les actes sans qu’en apparence, il y ait séparation en groupes distincts. Soulignons néanmoins que les deux seules alliances matrimoniales attestées sont nouées entre un Azdī et un Qaysī (doc. de 1161) et entre un Qurashī et un Tamīmī (doc. de 1113). Aucun document ne mentionne d’union matrimoniale entre Arabes et Berbères. Toutefois, la présence au sein des groupes de témoins de représentants des deux origines est tellement systématique que l’on peut se demander s’il ne s’agit pas d’une règle tacite de leur sélection. Les nisba/s berbères constituent le tiers du total, soit la moitié des nisba/s arabes. Si ces dernières conservent donc plus de valeur à Palerme, les Berbères sont toutefois bien représentés et ne dissimulent en rien leur origine.

  • 267 A. Nef, « Premières réflexions sur l’emploi et la place de la nisba tribale », p. 76-78.
  • 268 Doc. 9. Al-shaykh Abū l-‘Abbās Aḥmad (p. 39) devient al-shaykh Abū l-‘Abbās Aḥmad b. ‘Abd al-nūr al (...)
  • 269 M. Amari, Le epigrafi arabiche di Sicilia et V. Grassi, « Iscrizioni del V-VI secolo dell’Egira nel (...)
  • 270 Stèle III (M. Amari, Le epigrafi arabiche, p. 152), il s’agit d’un Rabī‘ī, d’un Ru‘aynī (ibid., IV, (...)

179De ce point de vue, on ne décèle aucune évolution majeure au cours du siècle. Les paramètres de l’identification des citadins ne varient guère, mais ils reflètent surtout l’exigence de bona fama des témoins, symbolisée par des nisba/s tribales qui renvoient quasiment toutes à des tribus très célèbres, tandis que cet élément du nom est absent, on l’a vu, des jarā’id. Comme nous l’avons suggéré ailleurs267, la nisba tribale, sans doute virtuelle dans la vie quotidienne, ne s’actualise que dans un contexte urbain et particulièrement dans l’acte notarié, précision motivée par le souci de donner son nom complet et d’affirmer son idonéité avec la fonction de témoin, mais elle n’est pas une référence « vécue » au quotidien. Un acte de 1180 en fournit la preuve : le nom des deux vendeurs apparaît d’abord en tête de l’acte sous sa forme usuelle, tandis que dans la suite du texte il est développé268. Cette configuration variable du nom est confirmée également par les différences qui distinguent les noms des individus qui contractent les actes de ceux qui sont mentionnés dans les limites des biens immobiliers et fonciers décrits. La nisba tribale est également rare dans les épitaphes funéraires des Xe-XIIe siècles retrouvées en Sicile269. Même si elles sont parfois incomplètes, seules cinq sur trente-quatre contiennent des nisba/s tribales270. Un tel usage confirme le caractère éminemment surrérogatoire de cet élément.

  • 271 Doc. 1 et 9, nous ne prenons pas en compte les qāḍī/s qui sont tous dans ce cas.
  • 272 Doc. 6.
  • 273 Doc. 1, 5 et 7.
  • 274 Doc. 1.
  • 275 Doc. 4.
  • 276 Doc. 9 (muqrī).
  • 277 Ils apparaissent comme garants, dans le doc. 7.
  • 278 Doc. 1.

180Cette documentation livre très peu d’informations supplémentaires, mais elle confirme l’existence d’une hiérarchie subtile entre les différents individus. Ainsi, certains sont appelés shaykh271. D’autres sont qualifiés de ḥājj, motif d’orgueil et de bona fama. Or, les individus qui ont accompli le pèlerinage à la Mecque figurent presque tous dans un seul acte272, un contrat commercial maritime. Faut-il penser que seuls les commerçants pouvaient se permettre ce voyage et qu’ils avaient plus de facilités, techniques, à l’accomplir ? Rares sont les activités évoquées, si l’on excepte deux fils de tanneurs et deux fils de droguiste273. Enfin, quelques représentants de la culture lettrée et de la religion musulmane apparaissent aussi : un notaire ou un scribe274, un mū’adhdhin275, un lecteur276 et deux juristes277. Un seul cas dessine une sorte de dynastie professionnelle, en l’occurrence un notaire ou un scribe, dont la mère était elle-même fille de notaire ou de scribe278.

181Aux côtés de ces actes arabes, sources de première main sur la société urbaine, spécialement palermitaine, des documents en langue grecque nous informent sur un autre milieu déjà bien étudié par ailleurs : le groupe des chrétiens arabophones insulaires, là aussi majoritairement palermitain.

Les noms arabo-musulmans dans les actes notariés en langue grecque se rapportant aux villes

  • 279 H. Bresc, « Arab Christians » et Id. et A. Nef, « Les Mozarabes ». On verra également sur ce sujet (...)

182Henri Bresc a consacré une série d’articles à ce groupe, qualifié de « mozarabe », car il s’agit avant tout de chrétiens279. Résidant pour l’essentiel à Palerme et à Mazara, ils sont évoqués dans des documents en langue grecque, mais leur onomastique allie noms grecs et arabes et ils signent parfois en arabe. Nous ne reviendrons pas sur les données anthroponymiques analysées ailleurs.

183À dire la vérité, les origines des « mozarabes » de Sicile ne sont pas très claires et les informations à leur sujet sont peu nombreuses.

184En font partie probablement à la fois des descendants d’habitants insulaires arabisés mais restés chrétiens, des convertis musulmans au christianisme ayant appris le grec pour des raisons à la fois liturgiques et sociales (pour faciliter leur intégration au groupe) et, peutêtre, des melkites orientaux.

  • 280 Pour les Latins immigrés, cf. H. Bresc et A. Nef, « Les Mozarabes », p. 148.

185Dans les actes, ils ne sont jamais cités en compagnie de musulmans et tandis que les documents notariés arabes reflètent l’érosion de la propriété musulmane en Sicile au profit des Latins, la majorité des actes grecs enregistrent au contraire des ventes qui assurent le maintien des biens à l’intérieur du même groupe. Leurs rangs ne s’ouvrent qu’à des individus déjà chrétiens280 ou qui se convertissent. Ces caractéristiques et la relative homogénéité du groupe laissent supposer que ses membres ont développé un fort sentiment d’appartenance à ce dernier.

Conclusions du chapitre 9

186Si les sources datant des époques islamique et normande sont peu loquaces sur l’immigration de groupes arabo-musulmans en Sicile, aux XIe-XIIe siècles, la documentation insulaire combine deux éléments exceptionnels qui permettent d’en savoir un peu plus. L’administration mis en place par les Hauteville a établi une partie de ses documents en arabe et produit de nombreuses listes fiscales, d’une part, et les archives ecclésiastiques ont conservé un petit nombre d’actes notariés en arabe, d’autre part. Ces deux types de sources sont rares dans les pays islamiques et découlent tant de la situation culturelle insulaire que de la politique menée par la dynastie des Hauteville.

187Les données onomastiques que contiennent ces actes sans équivalent – regroupant plusieurs milliers de noms – permettent de jeter une lumière partielle sur la société sicilienne, arabo-musulmane, multingue et multi-religieuse, et soumise, en outre, à des évolutions qui tiennent à la nouvelle domination latine. Cette société apparaît, même si la documentation est partielle, arabisée et islamisée, mais aussi nettement plus variée que l’analyse des statuts personnels des soumis ne l’a longtemps suggéré. Diversités religieuse, linguistique, sociale sont ainsi documentées. La référence tribale n’apparaît guère importante ; elle est essentiellement utilisée comme un indice de la bona fama des témoins dans les actes notariés en arabe. Elle conserve donc une signification sans être structurante pour autant. De ce point de vue, le dār, famille élargie, est plus présent.

188Les documents grecs, et surtout latins, enfin, fournissent des indications moins précises certes, mais qui ne sont pas contradictoires avec ce que l’on peut tirer des actes en arabe. Ils sont également révélateurs d’interactions culturelles et linguistiques.

189La société sicilienne ainsi mise en lumière est donc complexe et structurée. Ce point confirme la lecture des statuts personnels proposée dans le chapitre précédent. Ces catégories ne regroupent pas que des cultivateurs ou des habitants des zones rurales.

190Néanmoins, de même que les jarā’id documentent l’attache de plus en plus étroite des individus à leur communauté fiscale, les documents notariés reflètent l’érosion du patrimoine des Arabomusulmans au profit de chrétiens latins ou latinisés.

Notes

1 Il existe une bibliographie abondante qui a tenté d’évaluer au moins proportionnellement les différents groupes. On en trouvera un condensé dans A. Várvaro, Lingua e Storia in Sicilia, p. 174 et sq. Diverses méthodes ont été adoptées : du calcul de la proportion d’actes conservés dans les différentes langues [A. Guillou, « Inchiesta sulla popolazione greca della Sicilia e della Calabria nel Medio Evo », Rivista storica italiana, 75 (1963), p. 53-68, mais aussi de manière plus aboutie, V. von Falkenhausen, « The Greek Presence in Norman Sicily : The Contribution of Archival Material », dans The Society of Norman Italy, éd. G. A. Loud et A. Metcalfe, Leyde-Boston-Cologne, Brill, 2002 (The Medieval Mediterranean. Peoples, Economies and Cultures, 400-1500, 38), p. 253-289] à l’étude systématique des documents d’époque normande dans I. Peri, Città e campagna in Sicilia, qui conclut à la présence de « Grecs », selon sa terminologie, dans toutes les localités de l’île et, de manière plus marquée, dans le val Demone.

2 Cette expression est utilisée dans le sens large défini en introduction. Avec cette signification, elle s’applique à l’essentiel de la population sicilienne si l’on exclut les immigrants de fraîche date.

3 Cf. F. Giunta, Bizantini e bizantinismo nella Sicilia normanna, Palerme, 1974. On dispose également d’informations plus tardives sur les fondations de monastères de langue grecque d’époque normande. Cf. H. Bresc, Un monde méditerranéen, qui mesure le recul de cette culture au XIVe siècle. On peut en effet utiliser les listes de dîmes siciliennes du XIVe siècle qui précisent quelles églises sont de grecis (il est peu probable qu’elles le soient devenues avec le temps). Néanmoins, cette documentation est biaisée par le fait que dès l’époque normande, le rite et la langue grecs servent de « sas » vers la latinisation et le rite latin pour les musulmans. Elle ne reflète donc pas la consistance des groupes en présence, mais plutôt le rôle confié à ces monastères. Le sujet a été renouvelé récemment, cf., en particulier, V. von Falkenhausen, « The Greek Presence in Norman Sicily » et la mise au point de M. Re sur Palerme : « La sottoscrizione del Vat. Gr. 2294 (ff. 68-106) : il copista Matteo sacerdote e la chiesa di S. Giorgio de Balatis (Palermo, 1260/1261) ».

4 Ainsi, on aimerait connaître, avec plus de certitude, la proportion de chrétiens hellénophones qui ont quitté la Calabre pour la Sicile afin de suivre les Normands, mais les documents ne le permettent pas. La Sicile du VIIe siècle est hellénisée et le grec s’y est imposé dans la liturgie ; il n’y eut pas de départ en masse depuis la Sicile vers l’Italie méridionale lors de la conquête arabo-musulmane, seule une partie des élites s’y réfugia. En outre, un mouvement eut probablement lieu de l’ensemble de l’île en direction du val Demone au même moment. Cf. A. Várvaro, Lingua e Storia, p. 100 et sq.

5 Le principal indice de l’immigration normande dans le sud de l’Italie est onomastique. Il a fait l’objet d’une estimation serrée par L.-R. Ménager dans « Pesanteur et étiologie de la colonisation normande de l’Italie » et « Inventaire des familles normandes et franques émigrées en Italie méridionale et en Sicile (XIe-XIIe siècles) », rééd. dans Hommes et institutions de l’Italie normande, Londres, 1981, p. 203-229 et p. 280-410 (Variorum Reprints). Les critères retenus dans ces études sont le qualificatif de Normannus, la documentation d’une origine normande, les noms scandinaves attestés dans le duché de Normandie, les surnoms dérivés de toponymes normands et, enfin, l’appartenance à une lignée normande identifiable. A. Várvaro, « Les Normands en Sicile aux XIe et XIIe siècles. Présence effective dans l’île des hommes d’origine normande ou gallo-romane », Cahiers de Civilisation médiévale, 23, (1980), p. 199-213, a voulu élargir les critères pris en compte, mais ceux qu’il retient manquent de rigueur. La vérité se situe donc quelque part entre les deux évaluations et l’on peut avancer le chiffre probable de quelques milliers d’immigrés « français » et normands aux XIe et XIIe siècles pour toute l’Italie méridionale, une partie demeurant sur la Terre ferme et une autre poursuivant son aventure vers la Terre Sainte.

6 Cf. Préambule.

7 Ainsi d’Ibn ‘Idhārī (BAS, 2, p. 5 et BAS ar., 1, p. 408) et d’al-Nuwayrī (BAS, 2, p. 116 et BAS ar., 2, p. 484).

8 BAS, 1, p. 202 et BAS ar., 1, p. 124.

9 Ibn al-Athīr (BAS, 1, p. 368-369 et BAS ar., 1, p. 272).

10 Cf. le chapitre 8, p. 483-484.

11 Et quand il l’est, c’est essentiellement pour les quelques informations qu’il contient sur la fiscalité ; cf. J. Johns, Arabic Administration, p. 25.

12 H. H. Abdul Wahab et F. Dachraoui, « Le régime foncier ».

13 Ibid., p. 432. Les auteurs renoncent à identifier le toponyme. La traduction donne : « Une partie des habitants de ces forteresses fuirent : les musulmans leur avaient fait subir meurtres et pendaisons ( ?), à tel point qu’ils s’étaient enfuis vers Demenna et d’autres villes » (p. 412) ; éd. Rabat, p. 72 (avec la version Dimashq, soit Damas au lieu de Demenna !...).

14 Comme cela a été définitivement établi dans E. Kislinger, Regionalgeschichte als Quellenproblem : die Chronik von Monembasia und das sizilianische Demenna : eine historisch-topographische Studie, Vienne, 2001 (Veröffentlichungen der Kommission für die Tabula Imperii Byzantini, 8. Denkschriften-Österreichische Akademie der Wissenschaften. Philosophisch-historische Klasse, 294).

15 H. H. Abdul Wahab et F. Dachraoui, « Le régime foncier », p. 436-438 ; éd. Rabat, p. 75-77. La traduction en est reproduite dans l’annexe XIII. Sur ce texte, cf. A. Nef, « La fiscalité en Sicile sous la domination islamique ».

16 Ibid., p. 438 : « Une armée de musulmans partit en expédition contre les Rūm et un groupe de soldats venant de cette forteresse (Agrigente) déserta avec d’autres. Le pouvoir central les punit en les installant à Taormine, Rametta et Aci qui sont des forteresses montagneuses près du territoire des ennemis et ils y habitèrent par la volonté de Dieu » ; éd. Rabat, p. 76.

17 Ibid., p. 438 : « Un groupe des anciens habitants d’Agrigente se rendit auprès du pouvoir central et dit : “Nous sommes des gens endurcis. Installe-nous dans une même région. Si un malheur doit arriver, ils nous frappera nous”. Il les rassembla alors à Syracuse et il contraignit tous leurs proches, les anciens (d’Agrigente) à habiter à Syracuse » ; éd. Rabat, p. 76.

18 Par exemple, en dernier lieu, F. Maurici, Castelli, p. 48-55.

19 Sur cet ouvrage, cf. chapitre 3.

20 Ibn Jubayr, « Relation de voyages », p. 345 : « À Messine ne vit qu’un petit nombre de musulmans qui sont artisans ».

21 Ibid., p. 349 : « Une communauté de musulmans y réside ».

22 Ibid. : « Les musulmans y occupent un vaste faubourg où sont érigées des mosquées ».

23 Ibid., p. 345 : « C’est là que les musulmans citadins résident ».

24 Ibid., p. 355 : « Les habitants de cette ville ainsi que ceux des villages situés sur cette route sont tous musulmans ».

25 Ibid., p. 356 : « Les habitants musulmans et chrétiens ont leurs mosquées et leurs églises ».

26 Sur les statuts paysans dans la Sicile normande, cf. chap. 8. En réalité, si l’essentiel des ensembles considérés sont ruraux, il est des exceptions, nous y reviendrons.

27 En effet, la transcription en latin ou en grec ne permet pas toujours de retrouver le nom arabo-musulman ainsi translittéré ; en outre, la dénomination individuelle est rarement aussi détaillée dans ces langues qu’en arabe.

28 Les noms des quwwād ont été passés en revue dans le chapitre 7 ; la troisième liste infra donne les noms cités dans les délimitations foncières.

29 Les qualifications des individus que nous indiquons ici sont celles des documents et non celles que nous tirons de l’onomastique.

30 Un tilde surmonte la dernière lettre.

31 Sur ce document, cf. Johns, Appendice I, doc. 2.

32 Seule cette dernière est ici détaillée.

33 Même si le chiffre de cent n’est pas à prendre au pied de la lettre, Roger estime qu’il y a suffisamment d’Arabo-musulmans dans la zone pour que l’église de Troina en convainque un nombre non négligeable d’accepter son contrôle. Sur ce type de donations, cf. l’analyse des données infra.

34 Il s’agit d’un groupe de faux ; on donnera d’abord la version de 1122-1124, puis entre crochets celle de 1132.

35 Les documents sont conservés à Catane, dans le Tabulario dei monasteri di S. Nicolo l’Arena di Catania e di S. Maria de Licodia, dans les Biblioteche riunite civica e A. Ursino Recupero, pergamena 4 pour les corrections.

36 Garufi, Le donazioni, p. 22-23 : Hamhelmesep.

37 Ibid., p. 18-19 : Bhalil.

38 Ibid. : elcausceri.

39 Ibid. : Thacan.

40 Ibid. : Gazem.

41 Ibid. : Elabella.

42 Ibid. : Catemhel Amenis.

43 Ibid. : Elebiz.

44 Ibid. : Halil.

45 Ibid. : Jetha.

46 H. Grégoire, « Diplômes de Mazzara (Sicile), Annuaire de l’Institut de Philologie et d’Histoire orientale, (1932-1933), p. 82-90 ; voir aussi Id., « Documents grecs de Mazara », Accadémie royale de Belgique, Bulletin de la classe de Lettres et des Sciences morales et politiques, sér. V, 18 (1932), p. 50-53. Pour une critique de ce document, cf., entre autres, C. A. Garufi, « Tre nuove pergamene del monastero di S. Michele di Mazara », Archivio Storico Siciliano, 52 (1933), p. 219-224. Cf., enfin, Johns, Appendice I, doc. 9.

47 Peut-être faut-il entendre ici que le terme renvoie de manière générique à la filiation, à moins que le premier terme soit un surnom.

48 Sont indiqués entre crochets les ajouts postérieurs.

49 C. A. Garufi, « Censimento e catasto », doc. 3 et Catalioto, doc. 52 : Solimen.

50 Ibid., doc. 3 : Ualcasimos ; Catalioto, doc. 52 : Valcasimos.

51 Ibid., doc. 3 et Catalioto, doc. 52 : Amitis.

52 Ibid. : Vucheris.

53 Ibid. : Abdesseris.

54 Ibid. : Brachinos.

55 Ibid., doc. 3 : Amoris.

56 Catalioto, doc. 52 : Achis.

57 C. A. Garufi, « Censimento e catasto », doc. 3 : Oubli de Garufi.

58 Garufi reporte ce qui est suscrit à la ligne précédente : Hamut filius eius (C. A. Garufi, « Censimento e catasto », doc. 3).

59 Catalioto, doc. 52 : Muhamet.

60 Erreur de Garufi et Catalioto qui reprennent Gusen Mungeberis (C. A. Garufi, « Censimento e catasto », doc. 3 et Catalioto, doc. 52).

61 C. A. Garufi, « Censimento e catasto », doc. 3 : Uucheris Ocunpulis.

62 Ibid. : Umchinos.

63 Ibid. : Abdelnakis.

64 Catalioto, doc. 52 : Messanam. Probablement, toutefois, faut-il penser à identifier un nom de lieu qui n’est pas Messine.

65 Catalioto, doc. 52 : fretres.

66 C. A. Garufi, « Censimento e catasto », doc. 3 et Catalioto, doc. 52 : Chilio

67 Les archives de la cathédrale de Cefalù sont aujourd’hui inaccessibles ; en revanche l’Université de Palerme conserve les photographies sur verre d’un certain nombre de documents que C.-A. Garufi fit faire au début du XXe siècle. Nous remercions le Prof. D. Cicarelli, enseignant de paléographie latine à l’Université de Palerme, de nous avoir donné accès à ces témoins de grande valeur et de nous avoir permis de les reproduire.

68 Garufi, Doc. ined., doc. 11 : Buseit.

69 Ibid. : Taydus.

70 Ibid. : Boson.

71 On citera le document grec de 1136 (Cusa, p. 115) entre crochets.

72 Garufi, Doc. ined., doc. 12 : Muhamud.

73 Ibid. : Abderrahem.

74 Ibid. : Munden.

75 Le texte est connu dans la version copiée par Antonio Amico (m. 1641) au XVIIe siècle, mais la traduction est antérieure ; celle-ci est meilleure que les traductions plus tardives car elle restitue assez exactement les noms et pourrait être contemporaine de la version arabe ou légèrement postérieure. Les seules erreurs tiennent à la ponctuation fautive introduite ultérieurement. En outre, la version arabe de cette liste a été retrouvée à Medinaceli, ce qui rend ce document particulièrement intéressant puisqu’il peut être confronté à l’original arabe, c’est pourquoi il figure dans cette liste. Pour l’édition, cf. M. E. Galvez, « Noticia sobre los documentos arabes de Sicilia del archivo ducal de Medinaceli », dans Del nuovo sulla Sicilia musulmana, p. 167-182. On indiquera l’arabe entre crochets ; lorsque notre lecture diffère de celle proposée par M. E. Galvez, nous indiquons cette dernière en note. Notre lecture s’appuie sur les microfilms des archives de Medinaceli conservés à l’ASP (bobine 3, perg. 1119). Cf. Johns, Appendice I, doc. 18.

76 Le document est troué à cet endroit.

77 La lecture de l’arabe est très incertaine.

78 On ne voit pas à qui s’applique cette mention par ailleurs classique dans ce type de listes.

79 L’arabe est incertain.

80 L’arabe est très incertain.

81 M. E. Galvez, « Noticia » : Tamān.

82 Ibid. : Bū K. q.

83 Erreur du traducteur, mais l’arabe est incertain. Nous lisons : ‘Abd al-mu‘‘amim ; ibid. : ‘Abd al-m.‘.m.‘.m.

84 Erreur du traducteur. L’arabe peut se lire ‘Alwī (ibid.) ou ‘Alūn.

85 Erreur de lecture du traducteur qui a confondu un avec un nūn.

86 Erreur du traducteur.

87 M. E. Galvez, « Noticia » : Abū Bakr ‘Abd Allāh.

88 Manque dans le texte latin.

89 M. E. Galvez, « Noticia » : Bū Raqīu.

90 L’arabe n’est d’aucune aide.

91 Erreur de lecture ou plutôt d’inattention du traducteur.

92 M. E. Galvez, « Noticia » : Maymūn.

93 Ibid.

94 Erreur de lecture du traducteur.

95 M. E. Galvez, « Noticia » : ‘Andūsh.

96 Erreur de lecture du traducteur ; M. E. Galvez, « Noticia » : Finyān.

97 M. E. Galvez, « Noticia » : Raḥmān.

98 Il semble que le traducteur ait travaillé à partir d’un document arabe et ait commis des erreurs dans la restitution des points diacritiques qui ne sont pas nécessairement indiqués en arabe. p. 87.

99 Pour d’autres transcriptions, cf. A. Metcalfe, Muslims and Christians,

100 Cf. Johns, Appendice I, doc. 2.

101 Ibid., doc. 4.

102 Pour les corrections à apporter à l’édition d’A. Guillou, cf. J. Johns, Arabic Administration, p. 75-78 et Johns, Appendice I, doc. 8.

103 Cf. Johns, Appendice I, doc. 18.

104 Ibid., doc. 20.

105 Ibid., doc. 24.

106 Ibid., doc. 22.

107 Ibid., doc. 25.

108 Ibid., doc. 21.

109 Ibid., doc. 28.

110 Ibid., doc. 30.

111 Ibid., doc. 38.

112 Ibid., doc. 43.

113 Ibid., doc. 45.

114 Les documents notariés en arabe, presque exclusivement palermitains, seront passés en revue plus bas.

115 Illuminato Peri s’y est essayé, sans éviter certains écueils. Il a sous-estimé le rôle des églises de langue grecque dans la conversion des Arabo-musulmans et a donc déduit trop systématiquement de leur présence l’existence de « communautés grecques » importantes. Il analyse en outre les listes de chrétiens portant des noms arabes dressées à Corleone et Calatrasi comme autant de listes de « Grecs ». Enfin, il tire de la documentation plus qu’elle ne peut prouver, car les listes de noms ne permettent pas de trancher en faveur de la présence majoritaire de tel ou tel groupe, tout comme l’absence de mention d’un groupe dans la documentation n’autorise pas à conclure à son absence dans les faits. Cf. I. Peri, Città e Campagna in Sicilia, p. 147 et suiv.

116 D. A. Agius, Siculo Arabic.

117 On conçoit aujourd’hui les variantes de l’arabe sous la forme d’un spectre continu allant de la plus dialectale à la plus classique. Chacune d’entre elles est susceptible d’interagir avec les autres en fonction du degré d’instruction de l’interlocuteur. C’est au Moyen Âge qu’apparaît ce que l’on désigne comme l’« arabe moyen », dont les caractéristiques dialectales et les traits morphologiques le distinguent de l’arabe classique.

118 Un article, abondamment critiqué depuis, rapprochait l’arabe de Sicile du dialecte égyptien : R. Di Pietro et G. Selim, « The Language Situation in Arab Sicily », dans Linguistic Studies in Memory of R. S. Harrel, éd. D. G. Stuart, Washington, 1967, p. 19-34. Parmi les critiques, on peut voir J. Wansbrough, « Diplomatica siciliana », Bulletin of the School of Oriental and African Studies, 47 (1984), p. 10-21.

119 Notons toutefois la naissance du GIRAS (Groupe international de recherche sur l’arabe de Sicile) en 2005 autour de M. Cassarino et M. Moriggi, cf. J. Lentin, « Sur quelques spécificités du Moyen arabe de Sicile », dans M. Moriggi éd., XII Incontro italiano di linguistica camito-semitica (afroasiatica), Soveria Mannelli, 2007, p. 45-54, spéc. p. 45, n. 3. Dans le même volume, cf. les articles de M. Cassarino, D. Agius et J. Grand’Henry.

120 Cf. A. Nef, « L’analyse du Tathqīf al-lisān d’Ibn Makkī et son intérêt pour la connaissance de la variante sicilienne de l’arabe : problèmes méthodologiques », Oriente moderno, 77/1 (1997), p. 1-17.

121 Par exemple, dans le domaine de la construction, cf. H. Bresc et G. Bresc-Bautier, « Maramma. I mestieri della costruzione nella Sicilia medievale », dans I mestieri (Atti del secondo congresso internazionale di studi antropologici siciliani), Palerme, 1983, p. 145-160.

122 Cf. D. A. Agius, « Arab Expertise in Cultivation as reflected in the Siculo-Arabic Agricultural Terminology », Le Muséon, 103 (1990), p. 167-176.

123 G. B. Pellegrini, « Voci marinaresche siciliane di origine araba », Bollettino dell’Atlante linguistico mediterraneo, 16-17 (1974-1975), p. 143-159.

124 Une question sur laquelle se sont penchés, entre autres auteurs, tant A. De Simone, « Gli antroponimi arabo-greci ed il vocalismo dell’arabo di Sicilia », dans Onomastica e trasmissione del sapere nell’islam medievale, Studi Orientali, 12 (1992), p. 59-90, qu’A. Metcalfe, Muslims and Christians, p. 141-174. Leur constat est toutefois peu encourageant : les résultats que l’on peut tirer d’une analyse des documents du XIIe siècle de ce point de vue sont limités.

125 Pour une comparaison entre les deux îles, cf. J. M. Brincat, « Malta e Pantelleria : affinità e diversità storico-liguistiche », www.pantelleria-isl.it/Joseph-BRINCAT.htm.

126 J. M. Brincat, Malta 870-1054 : al-Ḥimyarī’s Account and its Linguistic Implications, Malte, 1995.

127 G. Wettinger, Place-names of the Maltese Islands ca. 1300-1800, Malte, 2000. On y trouvera toute la bibliographie utile sur la toponymie de Malte et de Gozo.

128 Quelques exemples récents de collaboration : Peuplement et arabisation au Maghreb occidental. ; le dossier Les langues en Égypte de la revue Égypte. Monde arabe, 27-28/3-4 (1996), p. 7-287 ; Trames de langues. Usages et métissages linguistiques dans l’histoire du Maghreb, dir. J. Dakhlia, Paris, 2004.

129 Cf. Alex Metcalfe, Muslims and Christians, p. 62-67.

130 Nous y revenons plus bas.

131 Nous ne comptons les vilains de Triocala et Rahlilbasal et ceux de la liste de 1095 pour Palerme qu’une seule fois, au titre des listes en langue arabe.

132 Nous proposerons plus loin une évaluation plus précise, prenant en compte le nombre de membres du foyer fiscal lorsqu’il est mentionné.

133 Cf. les données toponymiques chapitre 6.

134 Des noms grecs sont contenus en 1082 dans une donation à la cathédrale de Troina (dix hommes), à S. Teodoro, S. Maria Frigani et S. Barbaro en 1097 (quatre) et à nouveau en 1102, à S. Filippo de Fragalà en 1101 (quatre, Cusa, p. 394), au même monastère entre 1101 et 1113 (huit, Cusa, p. 393), au même en 1112 (cinq, dont un Calabrais, Cusa, p. 409), à l’église de Galati en 1116 (un, Cusa, p. 411). En 1117, dans un accord passé entre S. Bartolomeo de Lipari et les vilains de Librizzi, huit d’entre eux sont désignés pour accomplir les corvées requises, tous ont un nom grec. D’autres apparaissent à S. Filippo de Fragalà en 1124 (huit), à Rocella et dans le territoire de Cefalù en 1136 (cf. supra), à Gala en 1136 [Medinaceli, 1417 S 641, C. Rognoni, La liberté dans la norme : le discours des actes de la pratique juridique grecque de l’Italie méridionale. Le fonds Medinaceli (XIe-XIVe siècle), thèse de l’E.H.E.S.S., dir. A. Guillou, 1998, 2, doc. 20) et maintenant C. Rognoni, « Le fonds d’archives “Messine” de l’Archivio de Medinaceli (Toledo). Regestes des actes privés grecs », Byzantion, 72/2 (2002), p. 497-554, doc. 24], à Naso, Fitalia, Librizi et Panagia en 1131-1148 (au nombre de 289). En outre, on trouve des boni homines portant des noms grecs en 1142 (cf. supra) à Centuripe, à Castrogiovanni et à Adrano, en 1154 à Troina, à S. Filippo d’Agira et à Adrano (dont un Calabrais).

135 La question des chrétiens arabophones sera traitée plus bas.

136 Nous disposons des archives de certaines institutions ecclésiastiques possessionnées dans le palermitain (celles des cathédrales de Palerme, de Monreale plus tardivement, de Cefalù qui y possède des biens ; les archives de la Martorana), dans l’Agrigentin (l’abondant chartrier de la cathédrale d’Agrigente, mais aussi le fonds de S. Maria della Giummare de Sciacca) et dans la région de Mazara (S. Maria della Grotta et S. Maria dell’Ammiraglio).

137 Les exceptions sont les documents 4, 10, 15 et 24 de la liste donnée aux p. 524-537. Notons que le premier est un acte de concession de soixante-quinze « hommes » en faveur de la cathédrale de Palerme datant de 1095 (et son renouvellement en 1144). Ces « hommes » résident à Iato, Corleone et Limina, mais leur répartition géographique n’est pas détaillée (cf. chapitre précédent). Notons toutefois qu’il s’agit d’une concession de presque 100 vilains (75 + 20 « nouveaux mariés » = 95). Le document 24 contient 115 noms.

138 Cf. chapitre 7.

139 Ainsi de la concession de 100 vilains, sans précision, à Bizir pour la cathédrale de Mazara en 1093 (Pirro, p. 842-843) et de 100 autres à Cathal pour la cathédrale d’Agrigente en 1094 (Collura, p. 15-18). Cf. égalemente note 137.

140 On se rappelle tout de même que Catane, comme Syracuse, est une des capitales de royaume de tayfa à la fin de la période islamique.

141 Cf. H. Bresc, « Dominio feudale, consistenza patrimoniale e insediamento umano », p. 76 et suiv.

142 En outre, Alex Metcalfe y est revenu récemment, cf. A. Metcalfe, Muslims and Christians, p. 85-98.

143 Ibid., p. 150-153.

144 Ainsi à Mensidusto en 1111, à Naso, Fitalia, Panagia ou Librizzi en 1131-1148 ou à Rocella et Cefalù en 1136 (cf. supra). Même si Jeremy Johns suggère, peut-être avec quelque raison, que le document de 1131-1148 est traduit du grec (Cf. « The Greek Church », p. 148 : « The Latin register is clearly ( !) based upon an earlier Greek version of an Arabic original », on ne voit pas très bien quels sont les indices qui attestent l’existence d’un original arabe ; le document peut avoir été entièrement rédigé en grec en raison de la prédominance de noms grecs ou bien avoir été bilingue grec-arabe. Toutefois, même dans les listes bilingues, les noms arabes rendus en grec ne sont jamais aussi « hellénisés ».

145 Cf. G. Caracausi, « Un hapax medievale greco in veste arabo-sicula », Bollettino del Centro di studi filologici e linguistici siciliani, 16 (1990), p. 5-18, spéc. p. 12-14. Ce type de traductions se retrouvent surtout dans les actes bilingues arabe/grec.

146 Ce qui n’aurait pas de sens d’un point de vue fiscal s’ils n’étaient pas musulmans. Cf. 1131-1148, supra.

147 Les actes en arabe ou bilingues analysés pour établir les tableaux 17, 1 et 2, sont ceux qui sont énumérés plus haut p. 538-539, on trouvera dans l’inventaire toutes les précisions utiles.

148 Cf. chapitre précédent.

149 H. Bresc et A. Nef, « Les mozarabes de Sicile (1100-1300) ».

150 Voir à ce sujet, J. Sublet, Le voile du nom, Paris, 1991.

151 Tâche que s’était fixé H. J. Cohen, « The Economic Background of Muslim Jurisprudents and Traditionists in the Classical Period of Islam (until the Middle of the XIth Century », Journal of Economic and Social History of Orient, 13 (1970), p. 16-88 à partir d’ouvrages de ṫabaqāt.

152 Divers projets ont vu le jour autour de leur exploitation, ainsi de l’Onomasticon Arabicum, gigantesque base de données lancée dans les années 1970 par la Section arabe de l’I.R.H.T., dans le cadre duquel sont parus irrégulièrement des Cahiers d’onomastique arabe. Mais l’entreprise la plus féconde jusqu’à présent est espagnole : il s’agit de la collection d’Estudios onomástico-biográficos de al-Andalus. Enfin, de nombreux ouvrages portant sur les élites arabo-musulmanes se sont appuyés sur ce type de sources.

153 D’autres documents notariés en arabe provenant du monde islamique médiéval ont été conservés, mais ils sont bien moins nombreux que les actes du même type dans l’Occident latin ; cf. sur ce point, cf. E. Manzano, « Introduction », dans From al-Andalus to Khurasan, p. XVII-XXVIII. En revanche, aucune liste de paysans en arabe comparable à celles qui nous sont parvenues pour la Sicile du XIIe siècle n’est connue.

154 Cf. A. Nef, « Anthroponymie et jarā’id de Sicile : une approche renouvelée de la structure sociale des communautés arabo-musulmanes de l’île sous les Normands », dans L’anthroponymie, document de l’histoire sociale des mondes médiévaux méditerranéens, éd. M. Bourin, J.-M. Martin et F. Menant, Rome, 1996, p. 123-142.

155 Ainsi M. Bourin, par exemple, affirme : « C’est ainsi que l’organisme seigneurial assujettit le vilain. La nouvelle anthroponymie appartient à ce processus de normalisation » (« Bilan de l’enquête : de la Picardie au Portugal, l’apparition du système anthroponymique à deux éléments et ses nuances régiorégionales», dans Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne, Tours, 1990, p. 243).

156 Il y a donc parfois plusieurs fiches par foyer fiscal, d’où la différence avec le nombre de foyers fiscaux livré plus haut.

157 La première rubrique donne la structure globale du nom (par exemple : ism, nasab d’ism et nom de métier), suivent différentes entrées qui correspondent aux éléments susceptibles d’être contenus dans la dénomination (statut personnel, éléments honorifiques – soit nisba tribale, al-ḥājj, al-shaykh, al-qā’id nisba géographique, nom de métier, nasab, ism, surnom, lien familial, numéro de classement, corrections, observations).

158 Cf. A. Nef, « Anthroponymie et jarā’id de Sicile ».

159 Étant donné les multiples choix fournis par la dénomination individuelle arabo-musulmane, disparaître serait un jeu d’enfant si le nom donné ne permettait pas l’identification.

160 Cf. Tableau 18.

161 Comme pour le tableau 17, les données exploitées sont détaillées dans les listes figurant plus haut dans le chapitre.

162 Cf. chapitre précédent.

163 G. Petralia, « La « signoria » nella Sicilia normanna », p. 228-229 et A. De Simone, « Ancora sui « villani » di Sicilia », p. 492-495.

164 Ainsi 17 % des rijāl (491/2836), 18 % des muls (95/527) et 11 % des maḥallāt (18/159) sont désignés par un élément unique.

165 Cf. Tableau 18.

166 Sur les kunyas en Sicile, on peut voir A. De Simone, « La kunyah negli antroponimi arabi di Sicilia tra metafora e ambiguità », dans Studi linguistici e filologici offerti a Girolamo Caracausi, Palerme, 1992, p. 77-98.

167 Cf. Annexe XIV.

168 On y trouve : deux nasabs en najjār (« menuisier », cf. supra, doc. 1095 et 1132), deux en ḥaṡṡār (« tisserand », ibid., doc. 1108 et 1122-1124), un en ṫaḥḥān (« meunier »), un en sāqqā (« porteur d’eau », ibid., doc. 1122), un en kharrāz (« cordonnier », ibid., doc. 1133), trois en khayyāṫ (« tailleur », ibid., doc. 1132), un ḥamāmī (« éleveur/vendeur de pigeons », ibid., doc. 1122) et un kātib (« scribe, notaire », ibid., doc. 1131). Les mentions sont donc peu nombreuses et souvent héritées.

169 Cf. Annexe XIV.

170 Pour une présentation générale des types d’activités mentionnées dans les documents concernant la région de Monreale, cf. H. Bercher, A. Courteaux et J. Mouton, « Une abbaye latine dans la société musulmane : Monreale au XIIe siècle », Annales. Économie, Sociétés, Civilisation, 34 (1979), p. 525-547.

171 On note dans cette région les présences d’un naffāsh (« cardeur »), d’un b. al-ṫarrāz (« fils du brodeur »), de qaṫṫān (« fabricant de toile de coton »), de ḥarīrī (« soyeux »), de khayyāṫ (« tailleur »), de ḥaṡṡār (« tisserand »), cf. Annexe XIV.

172 Sont cités, par exemple, des artisans qui fabriquent des vêtements non luxueux (qawālibī, labbād), ou un type de plat populaire (ṭābūnī, faṭār’irī, jarā’i-diqī, qasaṭī, etc.), ou encore qui répondent à une demande de type courant à l’époque (fabricant de selles, de tamis, de bâts, etc.), cf. Annexe XIV.

173 Sur six mentions de tājir (« marchand »), cinq sont en position de nasab. En revanche, de petits vendeurs d’un produit spécifique apparaissent ; cf. Annexe XIV.

174 Sont mentionnés un mutaqabbil al-sūq (Monreale, 1183) et un ṡāḥib al-sūq (Catane, 1145) ; cf. Annexe XIV.

175 H. Bresc, « Esclaves auliques et main d’œuvre servile », p. 102.

176 Les données sont les suivantes : un ‘abīd (Monreale 1178, Calatrasi), six rājil [Monreale 1178, Calatrasi (1), Qabayāna (2), Corleone (1) et Monreale 1183, Qasṭana (2)], sept ġulām/s [Monreale 1178, Calatrasi (3), Catane 1145 (4)].

177 Sur le vocabulaire de la servitude et du service, cf. M. Méouak, Ṡaqāliba, eunuques et esclaves à la conquête du pouvoir.

178 Cf. le rigel de la liste de 1130-1148, cf. supra.

179 On en rencontre à Aci en 1095 (3) et en 1145 (2) et à Catane en 1145 (1).

180 Cf. Cusa, p. 563. Il s’agit de vingt-deux ou vingt-trois personnes dont H. Bresc a souligné que le nom pourrait être celui de libres. Il a conclu que l’esclavage était plus familial à Catane que dans le reste de l’île. H. Bresc, « Esclaves auliques et main d’œuvre servile », p. 102, n. 1.

181 Rappelons en outre, après J. Johns (The Muslims, p. 301) que les foyers de cette localité, au nombre de 424, sont énumérés en bloc, sans que soient distingués les habitats voisins plus petits comme c’est le cas pour Corleone. Faut-il penser que la densité de population du district était plus grande et ressemblait à celle d’une ville de taille non négligeable ?

182 Cf. Annexe XV.

183 Ibid.

184 Cf. R. H. Idris, La Berbérie orientale sous les Zirides du Xe au XIIe siècle ; cf. D. Abulafia, « The Norman Kingdom of Africa and the Norman Expedition to Majorca and the Muslim Mediterranean », dans Anglo-Norman Studies, 7, (Proceedings of the Battle Conference, 1984), Woodbridge, 1985, p. 26-49, rééd. dans Italy, Sicily and the Mediterranean, Londres, 1987 (Variorum Reprints), p. 27 : des famines frappent la région en 1141-1142, 1142-1143 et 1147-1148.

185 Sur la politique africaine de la monarchie normande, cf. Épilogue.

186 Cf. chapitre précédent.

187 À propos des listes de Catane et Aci, cf. A. De Simone, « Catania nelle fonti arabe », dans Chiesa e Società in Sicilia, 2, p. 109-137, spéc. p. 125-128. Elle y relève la présence d’individus originaires d’Aci, de Darja, de Judica, de Raguse, de Sant’Anastasia, de Syracuse, de Tavi.

188 Comparées aux documents établis pour Catane, les listes de Monreale en 1178 énumèrent des individus originaires de lieux plus éloignés en Sicile (Celso, Iato, Palerme), du Maghreb (Barca, Masila, Milila, Nabeul, Sousse), de Calabre ( ? Sabuto), d’Égypte ou d’Orient (al-Salūqī), cf. Annexe XV.

189 On trouve dans la jarīda de 1178 des individus originaires de Burgio, Castrogiovanni, Demone, Palerme, Malte, Mineo, Petralia, Polizzi, Rametta, Sciacca, Termini ou Trapani pour les lieux les plus lointains, et Bonifato, Celso, Disisa, Marineo, Partinico, pour les plus proches ; cf. Annexe XV.

190 Une partie des muls et des maḥallāt proviennent de Bishār, Bône, Fès, de l’Ifrīqiya plus génériquement, de Jerba, Mahdia, Sousse ou Tripoli ; cf. Annexe XV.

191 La liste de Triocala (1141) énumère des individus venant de Gabès, d’Ifriqiya, de Sfax, de Tripoli et de Tunis, cf. ibid.

192 Les « Siciliens » énumérés en 1183 sont originaires d’Agrigente, de Caltabellotta, de Cinisi, de Grotte, de Palerme, de Malte, de Mazara, de Modica, de Pantelleria, de Sciacca et de Trapani, cf. ibid.

193 On rencontre dans les listes latines et grecques un Agrigentin (1095), un Maltais (1127), deux nasabs en Ifrīqī (1130-1148) et deux Fitalī (« de Fitalia », mais à proximité du lieu, 1130-1148) ; cf. supra.

194 Cf. J. Johns, Arabic Administration, p. 127-128, p. 154-155 et p. 157-158.

195 Cf. Épouser au plus proche : inceste, prohibitions et stratégies matrimoniales autour de la Méditerranée, dir. P. Bonte, Paris, 1994 (EHESS, Civilisations et sociétés, 89).

196 Cf., pour une exploitation de ce type de données telles que les sources médiévales les livrent, P. Guichard, Structures sociales « orientales » et « occidentales » et pour un bilan plus nuancé, E. Manzano, Conquistadores, emires y califas, p. 129-146.

197 Cf. Annexe XVI.

198 A. Nef, « Premières réflexions sur l’emploi et place de la nisba tribale dans les dénominations individuelles en Sicile (IXe-XIIe siècles) », Sources. Travaux historiques, 45-46 (1996), p. 71-78.

199 Voir par exemple, P. Guichard, Les musulmans de Valence ; pour le Portugal, S. Boissellier, Naissance d’une identité portugaise et C. Picard, Le Portugal musulman (VIIIe-XIIIe siècle).

200 On trouve, en effet, al-‘amiyyā dār bin al-Hawwārī (« les aveugles de la maisonnée B. al-H. »), Cusa, p. 581, col. 2.

201 Les jarā’id se présentent un peu comme des tableaux divisés en quatre ou cinq colonnes nettement séparées, et elle-mêmes composées de lignes. L’unité économique correspond à une « case », c’est-à-dire au croisement d’une ligne et d’une colonne.

202 Ces liens familiaux peuvent être exprimés sous deux formes. Soit on énumère un nom, puis ses frères aux lignes suivantes, comme dans les cas suivants à Calatrasi : awlād Su‘diyya ‘Abd al-Sayd et ‘Abd al-Salām et ‘Abd al-Muḥsin, awlād ‘Amrūn ‘Umar wa aḥwatu-hu ithnīn (« les enfants de A., U. et ses deux frères », Cusa, p. 165) ou Muqātil ġulām Ḥammūd et, ligne suivante, akhwatu-hu Mū’affiq et Fityān (« M. esclave de H. ; ses frères M. et F. », Cusa, p. 166) ; soit on ne détaille pas : awlād b. Bū ‘Allāl thalātha (« les trois enfants de B. A. », Cusa, p. 166).

203 Par exemple : ‘Abd al-Mun‘im b. al-shaqrūniyya et, ligne suivante, ‘Abd al-A‘lī ṡihru-hu (« A. son gendre ») (Cusa, p. 147, Celso) ou Muḥammad b. Bādīs wa-rabā’ibu-hu (« M. et ses brues », Cusa, p. 474).

204 J. Johns a bien montré que le scribe qui a rédigé le document de 1178 pour Monreale a compilé plusieurs listes (comme dans la plupart des jarā’id) : ainsi des rabīb/s (beaux-fils) que l’on trouve p. 162 de Cusa. Cette liste sans titre énumère les gendres d’individus cités plus haut dans le document. Il suggère également qu’il pourrait s’agir de clients, mais aucune certitude ne peut être atteinte ici ; cf. J. Johns, Arabic Administration, p. 159-162.

205 Cf. Annexe XVII.

206 Quinze vilains sont dits « frères » d’un autre vilain, un « cousin », trente-sept « enfants » et dix « neveux ».

207 Pour quelques indications rapides, on peut voir A. Messina, « Gli Arabi christiani della Sicilia normanna », Rivista di Storia della Chiesa in Italia, 46 (1992), p. 483-488.

208 J. Johns a analysé ces noms dans « The Greek Church ». S’il envisage l’hypothèse mozarabe sans employer le terme, il ne semble pas considérer que ces chrétiens puissent l’être depuis longtemps.

209 Les noms suivants, exclusivement contenus dans la liste de la première génération, reflètent peut-être une christianisation ou une hellénisation récentes : Fīlib (Filippos), Nijafūr b. Makhūna (Nikêforos epin Macoune), Ibn Qālī (epin Kalê), Akhū Raqlī (O adelfos tou Raklê), Branqāṭ (Prankathos), Quzmān (O kosman), Niqūlat al-Qaṡīr (Nikolaos o kondos), Thawdur al-wakīl (Theodôros o kouratôr), Ibn Basīlī (epin Basiliou) soit neuf noms sur quarante-sept.

210 Comme l’indiquent les noms suivants : 1) Première génération : Bū-l-Sayd b. al-Tarmāsh (Bousêt epin eltermês = « de Termini »), akhū-hu (o adelphos...), Maymūn al-Baṭralī (Maimounê tês Petralias = « de Petralia »), Yūsuf al-Bāz (Iôsêph elpaz), Yusūf al-ḥarrāth (Iôsêph epin elcharath), akhū-hu (o adelphos...), Ibn Abī al-ḥarrāth (Epin Epi elcharath), Maymūn al-Thawfil (Maimounês epin Theophil), Ibn al-Bāqūshī (epin ebekoush) Abū-l-khayr b. Māġa (Ebou echaêr epin Maga), Ja‘far al-raḥḥāl (Tzafar erachal), Ibn Zaytūn (Epin zentoun), ‘Abd Allāh b. Abī Ḥubza (Audella epin Epi choupousa), Ibn Wārith (Epin Oueriq), Ḥammūd b. Abī Ḥajar (Chamoud epin epi Chatzar), Riḍwān al-ḥarrāz (Radouan echaraz), Muḥammad al-jannān (Mouchmet eltzennen), Muḥammad al-ḥarīrī (Mouchmet elchariri), Ibn al-Majnūna (Epin elmoutznoune), Ni‘ma (Nigmes), al-raffās (o reffesês), Khalīl b. al-shim (Chalil epin elsêm), Ibn al-qassāṭī (Epin elkassati), ṡihr al-‘amsha (o suggenês tou gamêsê), Ibn Rātiba (Epin Ratêpe), Abū-l-‘ajīn (Ebou elgatzin), Abū-l-rijāl (Ebou elritzel), Bū-l-khayr al-ḥabbāt (Bou elchaêr elchatap), Ibn Bū Ḥila (Epin bou chile), al-Ḥāfūzī (o chafousês), ‘Alī b. Misilla (Alis epin Misêlle), Ibn al-rabīb (Epin elrapêp) Maymūn rabīb Raqlī (Maimoun progônos Raklê), al-Sabu‘al-naṡrānī (o sepas o cristianos), Sulaymān al-khanzārī (Solomôn o choiroboskos), Bū ġālib al-khanzārī (Bougalip o choiroboskos), Khilfa b. Bārūn (Chilfe epin peroun), Ibn al-fawwāl (Epin elfeouel).
2) Seconde génération : Khilfat akhū Maymūn b. Thawfil (Chilfe adelfos Maimoun epi Theofil), Khilfa b. Nijafūr b. Makhūna (Chalfe epin Nikêforou epin Macoune), Abū ġālib b. Nijafūr b. Makhūna (Ebou Galip epin Nikêforou epin Macoune), Yūsuf akhū bū-l-khayr b. Māġa (Iôsêf adelfos Boulcaêr epin Magou), Aḥmad b. Ḥammūd b. Abī Ḥajjar (Achmet epin Chamout epin Epi Chatzar) et Ja‘far akhū Ibn Bāsīlī (Tzafar adelfos epin Basiliou).

211 J. Johns, « The Greek Church », p. 146-147. Quatre textes fournissent des informations : le premier, donation d’Adelicia de Collesano à la cathédrale de Cefalù en 1140 (Garufi, Doc. ined., no 7) ne contient que des noms arabes, sauf Philippus eben Muheres, qui peut ne refléter que l’adoption d’un prénom. En revanche, celui de 1182, restitution de biens usurpés par Robert de San Giovanni à la même église ne contient que des noms grecs. Mais ces vilains sont installés à Qal‘at al-Ṡirāṭ, l’ancien site de Collesano, déplacé par Roger II. Or, il est probable que ce déplacement forcé se soit accompagné de l’arrivée de personnes nouvelles sur le nouveau site. Il est donc difficile d’être affirmatif. Deux autres documents, gréco-arabe et latin, de 1145 (Cusa, p. 472-480 et White, p. 194, tableau 1 de J. Johns, « The Greek Church ») contiennent le nom de cinq chrétiens, quatre noms grecs et un Filīb b. Bū Sayyid qui ne me semble pas déterminant, dans un contexte fortement arabisé (quatorze musulmans sont concédés en même temps). Il pourrait s’agir d’un chrétien de culture islamique. En 1183, en revanche, comme le souligne J. Johns, trois des huits noms que portent les vilains donnés par Robert de Collesano à la cathédrale de Cefalù reflètent au moins l’hellénisation croissante des chrétiens de culture islamique de la région, sinon leur conversion récente (Johannes f. Delegandi pour ‘Abd al-ġanī ( ?), Philippus f. Bulfadar, Basilius f. Abdesseid). Mais, là encore, le premier groupe de documents concerne l’ancien site, tandis que le dernier texte doit concerner le nouveau Collesano auquel est rattaché le donataire et dans lequel l’acculturation, linguistique et/ou religieuse devait être plus forte. Toutefois, le fait que les noms adoptés soient grecs et non latins (alors que le peuplement latin s’y développe) montre que l’on reste à l’intérieur de la logique décrite plus haut.

212 Cf. supra.

213 Nous donnons ici la liste établie par J. Johns et les traductions qu’il propose : Maymunis Ihcas Nicholai Cafiris (Maymūn akhū Niqūlat al-kāfir), Nicholaos Cafiris (Niqūlat al-kāfir), Maimunus Lecos (Maymūn al-Lākiz), Nicholaos Arcudi (Niqūlat al-qāḍī), Filadelfos Cafiris (Filadalfus ? al-kāfir), Omuris (‘Umar), Bucheris adelfos aptu (Abū-l-khayr akhū...), Filipos Chareris (Fīlib al-ḥarīrī), Chamitis (Muḥammad ou Aḥmad), Maria tu Maimuni (Maryam bint Maymūn), Georgius Vulcharis (Jurgis al-Murābiṭ), Iohannis Morabitos (Yaḥya al-Murābiṭ), Leon Gaitanis (Lāw al-qā’id), et Leo Morabito (Lāw al-Murābiṭ).

214 Tels Nicholaos Arcudi (Niqūlat al-qāḍī) – Arcudi est fréquent dans l’onomastique grecque du sud de l’Italie et dérive d’arkoudion (Caracausi, Lessico greco) – ou Léon Gaitanis (Lāw al-qā’id) qui transcrit le nom grec Gaitanês (ibid.). Georgius Vulcharis est mal traduit (Bū-l-khayr) et Chamitis doit plutôt renvoyer à Aḥmad ou Ḥammūd.

215 Mentionnons aussi dans les actes latins et grecs la présence de noms provenant de noms de métiers ou de qualificatifs arabes fossilisés, cf. H. Bresc et A. Nef, « Les Mozarabes », p. 146.

216 Ainsi des isms Mouses pour Mūsā et Jises pour ‘īsā ou Oumourês pour ‘Umar, Outhmenes pour ‘Uthmān, Tzfarês pour Ja’far, Abdellas pour ‘Abd Allāh, Radounos pour Riḍwān, Alês pour ‘Alī (passim), etc.

217 Une catégorie est constituée par les nisba/s géographiques : maltês pour māliṭī (« maltais », passim), fesês pour fāsī (« de Fès », Cusa, p. 263, col. 1), endoulsês pour andalūsī (« d’al-Andalus », passim), kausirês pour qawsirī (« de Pantelleria », passim), gaoutisês pour ġaudisī (« de Gozo », passim), rogousês pour raġūsī (« ragusain », passim), moudikanos pour mūdiqānī (« de Modica », Cusa, p. 269, col. 1). Enfin un autre groupe est celui des nisba/s de métiers : catzemês pour ḥajjām (« barbier », Cusa, p. 141, col. 1), tzaggarês pour jazzār (« boucher », Cusa, p. 139, col. 1), carirês et variantes pour ḥarīrī (« soyeux », passim).

218 G. Caracacausi le fait dans les articles déjà cités : « L’elemento bizantino e arabo » et « Un hapax », A. De Simone, Spoglio antroponomico delle giaride (jarā’id) arabo-greche dei diplomi editi da Salvatore Cusa, 1re partie, Rome, 1979, p. 63-66. Les notations de cette dernière sont plus fiables.

219 Ainsi, par exemple, de doulos pour ġulām (« esclave », Cusa, p. 166), de bourdonaros pour ḥammār (« ânier », p. 285) ou de kondos pour qaṡīr (« petit », p. 146).

220 Tels al-furnānī de fournani, le « fournier » (Cusa, p. 169), Quzmān pour Kosmas (Cusa, p. 146) et al-istranbū pour strambus (« stupide », p. 479).

221 Cf. A. Nef, « Anthroponymie ˙ et jarā’id de Sicile », p. 139-141.

222 Une nouvelle édition des actes privés est en préparation par J. Johns et son épouse N. Jamil.

223 Johns, Appendice II, 2 (1112), 6 (1137), 9 (1161), 18 (1180), 19 (1183), 26 (1190), 27 (1193), 29 (1196), et 1 (s. d.)

224 Johns, Appendice II, 5 (1132)

225 Johns, Appendice II, 23 (1187).

226 Johns, Appendice II, 8 ( ? 1130-1160). Il a été réédité par J. Johns dans « Arabic Contracts of Sea-Exchange from Norman Sicily ».

227 Johns, Appendice II, 16 (1177).

228 Sur ce sujet, on peut voir M. Gronke, « La rédaction des actes privés dans le monde musulman médiéval : théorie et pratique », Studia Islamica, 59 (1984), p. 159-174 ; et, pour se faire une idée des éléments qui devraient, en théorie, figurer sur un acte notarial en arabe, Ibn al-‘Aṭṭār, Formulario notarial hispanoárabe por el alfaquí y notario cordobés Ibn al-‘Aṭṭār (s. X), éd. P. Chalmeta et F. Corriente, Madrid, 1983. Cf. M. Tillier, « L’identification en justice à l’époque abbasside », dans L’identification des origines de l’islam au XIXe siècle, Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 127 (2010/1), p. 97-112.

229 Nous avons développé ce point dans « La nisba tribale entre identification individuelle et catégorisation. Variations dans la Sicile des Xe-XIIe siècle ».

230 Cet aspect ne sera pas traité en détails ici car il sera l’objet d’une étude à part.

231 É. Tyan, Le notariat et le régime de la preuve par écrit dans la pratique du droit musulman, 2nde éd., Beyrouth, 1959. Pour le statut et les caractéristiques de l’acte notarié en Islam on verra Y. Ragib, Actes de vente d’esclaves et d’animaux d’Égypte médiévale, 2, Le Caire, 2006 et la bibliographie de l’ouvrage.

232 Cf. l’entrée bayyina (« preuve ») dans l’EI rédigée par R. Brunschvig.

233 Pour une révision sous l’angle hanéfite, B. Johansen, « Formes de language et fonctions publiques : stéréotypes, témoins et offices dans la preuve par l’écrit en droit musulman », Arabica, 44 (1997), p. 333-376.

234 Cf. C. Cahen, « À propos des shuhūd », Studia Islamica, 31 (1970), p. 71-79.

235 Nous avons rappelé plus haut l’existence d’une véritable dynastie de juges musulmans palermitains, cf. chapitre 5, p. 322-323. Nous ne nous attardons pas ici sur les documents en question d’un point de vue juridique car nous en menons une étude de prochaine publication.

236 En 1137 et en 1161 (doc. 5 et 7 infra).

237 É. Tyan, Histoire de l’organisation judiciaire en pays d’Islam, Leyde, 1960, deux. éd. revue, p. 86-99. Sur la fonction du qāḍī en Islam à la période haute, on verra désormais, M. Tillier, Les cadis d’Iraq et l’État abbasside (132/750-334/945), Damas, 2009.

238 Sur le droit malikite, la bibliographie est immense. On peut toutefois voir D. Santillana, Istituzioni di diritto musulmano malichita con riguardo anche al sistema sciafiita, 1, Rome, 1938, 2nde éd. et vol. 2, Rome, 1943. Sur la diffusion du droit malikite en Ifrīqiya, on trouvera des vues intéressantes dans S. Ghrab, Ibn ‘Arafa et le malikisme en Ifriqiya au VIIIe-XIVe siècles, 1, Tunis, 1992 (Faculté des Lettres de la Manouba, série Lettres, XII). Ce premier volume retrace le développement de l’école en Ifrīqiya.

239 Une étude systématique a été proposée par A. d’Emilia dans « Diplomi arabi siciliani di compravendita del secolo VI Egira e loro raffronto con documenti egiziani dei secoli III-V Egira », dans Scritti in onore di Laura Veccia Vaglieri, Annali dell’Istituto Universitario Orientale di Napoli, n. s. 14 (1964), 1, p. 83-109, maintenant dans Id., Scritti di diritto islamico, éd. F. Castro, 1976, Rome (Pubblicazioni dell’Istituto per l’Oriente, 70), p. 385-412. Ce dernier n’a pris en compte que huit actes de vente, mais les autres documents de même nature et celui qui concerne l’échange de tours d’eau suivent les mêmes règles. On peut voir également, toujours pour une étude partielle (huit actes) O. R. Constable, « Cross-Cultural Contracts : Sales of Land between Christians and Muslims in XIIth Century Palermo », Studia Islamica, 85/1 (1997), p. 67-84, avec des erreurs. Cf. également H. Bresc et A. Nef, « Les actes en arabe dans la Sicile d’époque normande », dans L’autorité de l’écrit au Moyen Âge (Orient-Occident) (XXXIXe Congrès de la SHMESP, Le Caire, 30 avril-5 mai 2008), Paris, 2009, p. 73-87.

240 Cf. la liste infra.

241 Contrairement à ce que pense pouvoir faire O. R. Constable (« Cross-Cultural Contracts », p. 83).

242 Il a été possible de vérifier la lecture de l’ensemble des actes (pour les références archivistiques desquelles, cf. Cusa ; Johns, Appendice II et Bresc, 1995), excepté le premier, datant de 1112, qui avait disparu et vient d’être retrouvé à Termini Imerese ; son édition a été confiée à Giuseppe Mandalà.

243 Nous restituons directement ce qui peut l’être sans hésitation.

244 Le volume d’eau échangé est évalué en temps de jouissance. Ce procédé perdurera en Sicile pendant tout le Moyen Âge, cf. H. Bresc, « Les jardins de Palerme (1290-1460) », MEFRM, 84 (1972), p. 55-127, rééd. dans Politique et société en Sicile, spéc. p. 55-127.

245 J. Johns propose Maḥmūd (Johns, Appendice II, doc. 9, p. 318) ; le doute persiste après vérification.

246 J. Johns propose al-Tanūkhī (Ibid.) ; le doute persiste après vérification.

247 J. Johns propose « b. Qarqar al-Tanūkhī » (Ibid.) ; le doute persiste après vérification.

248 Cusa, p. 101 et Johns, Appendice II, doc. 9, p. 318 : al-L....

249 Lecture tout à fait incertaine.

250 Si la lecture de Cusa n’est pas satisfaisante, celle de J. Johns [‘ādiyā’( ?)] est impossible (Johns, Appendice II, doc. 9, p. 318).

251 Proposition de J. Johns qui ne va pas de soi, ibid.

252 Cusa ne propose rien et J. Johns : al-naṡrānī( ?), ibid.

253 J. Johns : al-ḥarīrī, ibid.

254 J. Johns lit Ibn Mu‘āsh là où Cusa lisait Muwāthir (ibid.).

255 Plutôt qu’al-Rayġī chez Cusa et al-Tanūkhī chez Johns (Johns, Appendice II, doc. 9, p. 318).

256 Sans être directement en prise avec le monde urbain (quoique l’on puisse penser que les trois fugitifs n’habitent pas forcément eux-mêmes hors de la ville), cet acte est un acte privé notarié et en suit les règles.

257 Plutôt que al-Khudāmī chez Cusa, p. 39.

258 Cusa, p. 39 et Johns (Johns, Appendice II, doc. 18) : al-R.y.ġī ( ?).

259 Plutôt que le al-Rabi‘ī de Cusa.

260 Par rapport à A. Nef, « La nisba tribale », on inclut en outre les actes traduits en latin plus tardivement et l’acte de 1177-1179 (doc. 8).

261 Nous ne considérons pas leur position dans la dénomination. Les quarante-cinq noms sont les suivants : ‘Abd Allāh (13), ‘Abd al-Raḥmān (15), ‘Abd al-Ġanī (3), ‘Abd al-Mālik (2), ‘Abd al-Wāḥid (2), ‘Abd al-Kāfī (2), ‘Abd al-Karīm (2), ‘Abd al-Muḥsin (1), ‘Abd al-Ḥamīd (1), ‘Abd al-‘Azīz (1), ‘Abd al-Salām (1), ‘Abd al-Mun‘im (1), ‘Abd al-Ṡamad (1), ‘Abd al-Nūr (1), ‘Abd al-Qāhir (1).

262 Les noms du prophète de l’islam et des califes sont ainsi représentés : Muḥammad (21) et Abū l-Qāsim, qui en est l’équivalent [14], ‘Alī (25), ‘Umar (17), Abū Bakr (8), ‘Uthmān (8).

263 Quant aux fils de ‘Alī, on relève 9 Ḥasan et 11 Ḥusayn.

264 Un al-Būnī (de Bône), un al-Burjī, un al-Ḥaḍrāmī, un al-Masīnī (de Messine), un al-Shāqī (de Sciacca), un al-Ṡiqillī, un al-Ṭarāb. n. sī (de Trapani) et deux al-Thirmī (de Termini).

265 On rencontre des Anṡārī (6), des Azdī (4), des Kindī (3), des Laḥmī (2), des Qaysī (13), des Qurashī (12), des Rabi‘ī (3), des Tamīmī (12).

266 On trouve des Hawwārī (11), un Judhāmī, un Kutāmī, des Lawātī (9), des Zanātī (3).

267 A. Nef, « Premières réflexions sur l’emploi et la place de la nisba tribale », p. 76-78.

268 Doc. 9. Al-shaykh Abū l-‘Abbās Aḥmad (p. 39) devient al-shaykh Abū l-‘Abbās Aḥmad b. ‘Abd al-nūr al-Tamīmī (p. 40) ; tandis qu’al-shaykh al-muqrī Abū al-Faḍl (p. 39) devient al-ḥājj Abū al-Faḍl b. Aḥmad al-Judhāmī (p. 40).

269 M. Amari, Le epigrafi arabiche di Sicilia et V. Grassi, « Iscrizioni del V-VI secolo dell’Egira nel Museo Pepoli di Trapani », Anaquel de Estudios Arabes, 8 (1997), p. 129-140. L’origine des cinq stèles funéraires inédites évoquées dans ce dernier article est inconnue. Certaines ne sont peut-être pas siciliennes, mais elles n’en confirment pas moins toutes les caractéristiques que nous soulignons.

270 Stèle III (M. Amari, Le epigrafi arabiche, p. 152), il s’agit d’un Rabī‘ī, d’un Ru‘aynī (ibid., IV, p. 154), d’un Aḥwālī (ibid., V, p. 170), d’un Azdī (XVI, p. 181) et d’un S.l.fī (XVII, p. 183).

271 Doc. 1 et 9, nous ne prenons pas en compte les qāḍī/s qui sont tous dans ce cas.

272 Doc. 6.

273 Doc. 1, 5 et 7.

274 Doc. 1.

275 Doc. 4.

276 Doc. 9 (muqrī).

277 Ils apparaissent comme garants, dans le doc. 7.

278 Doc. 1.

279 H. Bresc, « Arab Christians » et Id. et A. Nef, « Les Mozarabes ». On verra également sur ce sujet les prolongements suivants : P. Degni, « Le sottoscrizioni testimoniali nei documenti italogreci : uno studio sull’alfabetismo nella Sicilia normanna », Bizantinistica, II, 4 (2002), p. 107-154 et G. Mandalà et M. Moscone, « Tra Latini, Greci e ‘Arabici’ : ricerche su scrittura e cultura a Palermo tra XII e XIII secolo », Segno e testo, 7 (2009), p. 143-238.

280 Pour les Latins immigrés, cf. H. Bresc et A. Nef, « Les Mozarabes », p. 148.

Table des illustrations

Titre Tableau 17 (1) – Les noms à connotation musulmane dans les actes arabes de l’administration comtale et royale147
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/5398/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/5398/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau 17 (2) – Les noms à connotation musulmane dans les actes latins et grecs (1090-1190)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/5398/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 149k

© Publications de l’École française de Rome, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search