Version classiqueVersion mobile

Conquérir et gouverner la Sicile islamique aux xie et xiie siècles

 | 
Annliese Nef

Quatrième partie. La population arabo-musulmane dans la Sicile du xiie siècle. Statuts juridiques et conditions sociales

Introduction

Texte intégral

1Le binôme vainqueurs/vaincus étant difficile à dépasser, la composition de la société sicilienne du XIIe siècle a rarement été abordée d’un point de vue autre qu’ethnique. Or, ce dernier aplatit d’autant plus les analyses qu’il est couplé avec une approche très juridique des sources et de la situation insulaire. S’il est des différences, y compris juridiques, qui calquent les distinctions ethniques (au sens où nous avons défini ce terme dans l’introduction générale), dans le même temps, l’adéquation entre les deux types de catégories est loin d’être simple et en particulier pour le groupe qui nous intéresse ici et constitue la majorité de la population au moins dans un premier temps : les Arabo-musulmans.

2Depuis une dizaine d’années, une approche plus nuancée a enfoncé des coins dans cet ensemble de certitudes. Une série de données conditionnent en effet grandement l’évolution insulaire. Tout d’abord, les conquérants, et même les chrétiens, sont numériquement minoritaires, au moins au départ, en Sicile. Se pose donc la question d’un contrôle établi sur la population et les ressources que l’on peut en tirer qui ne soit pas seulement coercitif car les Hauteville et ceux qui les accompagnaient n’en avaient pas les moyens, mais aussi parce qu’il ne s’agissait pas de provoquer une fuite généralisée. La question se pose de manière prévalente pour l’immense majorité de la population qui vit de l’activité agricole.

  • 1 Sur ce point, on verra A. Nef, « Pluralisme religieux et État monarchique dans la Sicile des XIIe- (...)

3Parallèlement, pour des raisons historiques évidentes, le monde chrétien de l’époque, à la différence de l’Islam, dernier arrivé des monothéismes, n’a pas élaboré de catégorie juridique qui permette de donner un statut, notamment fiscal, aux musulmans1. On peut donc se demander, comment leur situation insulaire est pensée, en particulier du point de vue fondamental de la fiscalité, d’autant que sont susceptibles d’être mobilisés pour ce faire deux systèmes sociaux-économiques, dont les catégories, s’exprimant dans des langues différentes, doivent être traduites et interprétées. Ici comme ailleurs, droit, système d’exploitation des ressources et contrôle des hommes sont difficiles à dissocier et doivent donc être pensés ensemble.

  • 2 G. Petralia, « La “signoria” nella Sicilia normanna ».
  • 3 Cf., par exemple, l’enquête collective publiée en deux volets : Pour une anthropologie du prélèvem (...)

4On assiste depuis maintenant deux décennies à une dé-juridicisation, si l’on peut dire, du système féodal, au profit notamment d’une attention majeure portée à la « seigneurie rurale »2 et aux systèmes de prélèvement seigneurial3. Le statut des hommes bénéficie du même processus de réflexion. Également importante pour analyser les rapports de domination, surtout dans les campagnes qui abritent l’essentiel de la population à l’époque, est la question des communautés rurales. Comment sont-elles organisées ? Quel est leur degré d’autonomie et leurs modalités d’interaction avec les agents seigneuriaux ou de l’État ?

5Enfin, à l’échelle de l’ensemble de la population on retrouve ce qui est apparu pour les élites, et qui est même nécessairement encore plus net à cette échelle : une grande diversité sociale. Il semble donc difficile d’imaginer un système qui effacerait totalement cette réalité et même un système dont l’objectif serait celui-là.

6Les sources siciliennes du XIIe siècle ne permettent certes pas de dresser un tableau exhaustif sur ces questions, mais ces lacunes ne doivent pas favoriser l’inertie qui caractérise les analyses qui portent sur ce point. Deux interrogations seront donc développées, et en particulier au sujet de la population arabo-musulmane : la première porte sur les catégories juridiques et fiscales qui lui sont appliquées ; la seconde sur la diversité sociale qui la caractérise. On tentera de voir si les premières reflètent en partie la seconde.

Notes

1 Sur ce point, on verra A. Nef, « Pluralisme religieux et État monarchique dans la Sicile des XIIe-XIIIe siècle » et « La déportation des musulmans siciliens par Frédéric II : précédents, modalités, signification et portée de la mesure », dans Le monde de l’itinérance en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne. Procédures de contrôle et d’identification, éd. C. Moatti, W. Kaiser et C. Pébarthe, Bordeaux, 2009, p. 455-479.

2 G. Petralia, « La “signoria” nella Sicilia normanna ».

3 Cf., par exemple, l’enquête collective publiée en deux volets : Pour une anthropologie du prélèvement seigneurial dans les campagnes médiévales. Réalités et représentations paysannes, éd. M. Bourin et P. Martinez Sopena, Paris, 2004 et Pour une anthropologie du prélèvement seigneurial dans les campagnes médiévales (XIe-XIVe s.). Les mots, les temps, les lieux (Colloque de Jaca, 5-9 juin 2002), éd. M. Bourin et P. Martinez Sopena, Paris, 2007.

© Publications de l’École française de Rome, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search