Version classiqueVersion mobile

Conquérir et gouverner la Sicile islamique aux xie et xiie siècles

 | 
Annliese Nef

Troisième partie. Les fondements de la domination : organisation du territoire et structuration des élites en Sicile

Conclusions de la troisième partie

Texte intégral

1L’étude de la toponymie insulaire a mis en lumière la forte arabisation des noms de lieux dans l’ensemble de l’île, même si la partie occidentale est la plus concernée. Une telle transformation ne peut être attribuée sans prudence à des mouvements migratoires dont nous ignorons tout. En revanche, elle révèle que, sous la domination islamique, une évolution linguistique profonde a eu lieu au sein de la population sicilienne, non exclusive de pratiques multilingues et de l’existence d’une lingua franca. Elle souligne ainsi une des conséquences de cette période, dont les effets sont par ailleurs difficiles à mesurer. Ce constat explique en partie la double nécessité de trouver dans la Sicile du XIIe siècle des agents locaux à même de servir d’intermédiaires entre les fonctionnaires royaux et la population et de développer une administration partiellement en langue arabe.

2Cette toponymie d’origine arabo-musulmane n’est pas identique dans les trois vaux qui se partagent la Sicile. Cette diversité peut découler non seulement d’usages linguistiques régionaux, mais aussi de spécificités dans la mise en valeur des terres et dans leur encadrement administratif, même s’il est impossible de dépasser le stade des hypothèses.

3La conquête normande ne semble pas bouleverser, dans la limite des connaissances actuelles, l’occupation du sol insulaire, ni le rapport entre lieux fortifiés et habitats ouverts, même si des ajustements sont susceptibles d’apparaître grâce à l’apport de l’archéologie, au fur et à mesure que la chronologie de la céramique des XIe-XIIe siècle deviendra plus précise.

4Pour mettre en place un maillage qui permette de contrôler le territoire insulaire, les Hauteville s’appuient sur des apports divers. L’héritage islamique est perceptible dans le maintien de raḥal/s qui sont la traduction foncière de concessions fiscales communes dans le monde arabo-musulman et non l’équivalent des casaux tels que définis jusqu’à présent par l’historiographie. Quant au Val Demone, caractérisé par la forte présence d’alleux, nous l’avons laissé de côté dans notre démonstration car il a été bien étudié.

5De manière générale, les élites bénéficiaires de concessions royales sont d’une composition variée et leurs sources de revenus ne le sont pas moins. Les liens féodo-vassaliques sont presque complètement absents des documents d’époque normande : cette modalité d’agrégation de l’aristocratie n’a pas été utilisée en Sicile.

6On distingue deux niveaux au sein des élites conquérantes : celui des milites, qui défendent une partie des points fortifiés insulaires et participent aux expéditions militaires, constitue un groupe relativement égalitaire, probablement parce qu’il est minoritaire numériquement au sein de la population. Les grands, ou barons royaux, sont issus des familles proches des Hauteville ou des grandes familles normandes. Ils sont richement dotés mais étroitement contrôlés. Ils ne portent pas de titres nobiliaires qui les inséreraient dans une hiérarchie régionale, même s’ils peuvent être rattachés à des familles nobles extérieures à la Sicile (cf. les Alera-mici). Les relations entre ces deux niveaux n’apparaissent pas clairement dans les sources. Tous bénéficient de ces concessions qui apparaissent comme des « alleux en terre fiscale ». Les délégations de l’autorité royale sont très limitées et la concession peut être retirée à tout moment, mais les conditions de son bénéfice sont peu définies dans les documents : le combat au service du souverain, éventuellement contre les musulmans, est sous-entendu.

7Les évêques ou les archevêques jouent un rôle important dans le dispositif de contrôle du territoire et de la population, comparable à celui des comtes sur le continent. Cette situation tient à la fois au fait que le souverain jouit de la legazia apostolica et au fait que les ecclésiastiques ne donnent pas naissance à des lignages. Ils sont donc sous l’autorité du comte puis du roi.

8L’aristocratie, outre les conquérants, intègre également des membres des élites en place à l’arrivée des Hauteville. Leur présence n’est documentée que ponctuellement (dans le Monréalais et l’Agrigentin essentiellement). Arabo-musulmans, ils portent le qualificatif de qā’id et jouissent de revenus qui semblent être tirés d’alleux ou de concessions fiscales, les deux étant proches pour les milites également, comme nous l’avons vu. Mais de vastes parties du territoire échappent à notre observation et suggèrent la possibilité d’une variété plus grande encore.

9Il convient à présent d’enquêter sur l’autre dimension de la question : qu’en est-il des modes de production et de redistribution, et en particulier peut-on parler en Sicile de ce que l’historiographie française désigne par le terme de « féodalisme » ? Pour ce faire, il est nécessaire d’éclairer le statut des hommes qui mettent en valeur les campagnes insulaires aux XIe-XIIe siècle.

© Publications de l’École française de Rome, 2011

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search