Version classiqueVersion mobile

Conquérir et gouverner la Sicile islamique aux xie et xiie siècles

 | 
Annliese Nef

Troisième partie. Les fondements de la domination : organisation du territoire et structuration des élites en Sicile

Chapitre 7. Composition et structuration des élites siciliennes

Retour sur le féodalisme et la féodalité

Texte intégral

  • 1 Nous renvoyons ici à la très claire introduction de S. Reynolds, Fiefs and Vassals. The Medieval Ev (...)
  • 2 La réflexion sur la féodalité dans le sud de l’Italie suit les courants de l’historiographie généra (...)
  • 3 On verra l’article stimulant de P. Bauduin sur ce point : « Les modèles anglo-normands en questions (...)

1Peu de sujets ont été autant débattus par les historiens du Moyen Âge que ceux du féodalisme et de la féodalité, de leur définition et donc de leur extension géographique1. Au XIe siècle en Sicile, et plus largement en Italie méridionale, les relations au sein des élites et la redistribution des revenus liés aux activités rurales2 sont redéfinies. L’origine normande des conquérants a d’abord favorisé une lecture « féodale » de ces derniers, mais l’Italie méridionale, comme l’Angleterre après la conquête normande3, a vu de nouvelles analyses, plus nuancées, se multiplier.

  • 4 Parmi les exemples les plus connus, on peut citer les investitures données aux chefs de guerre, pui (...)
  • 5 La situation est identique, notamment, dans les Abruzzes, en Pouille ou en Lombardie. Cf. ibid., p. (...)
  • 6 Tradition – reprise par la plupart des auteurs qui travaillent sur l’Italie – qui met l’accent sur (...)
  • 7 S. Carocci, « Signoria rurale, prelievo signorile e società contadina (sec. XI-XIII) : la ricerca i (...)

2Toutefois, on a souligné depuis longtemps le peu d’attestations pour la période et la zone qui nous occupent de termes renvoyant aux relations féodo-vassaliques (prestations d’hommage, serments de fidélité4, mentions de fiefs), indices privilégiés de ce que l’historiographie a défini comme la féodalité, même si cette absence ne constitue en rien une originalité locale5. Parallèlement, n’ont pas manqué les approches qui mettent en avant l’existence du féodalisme, comme mode de redistribution des revenus tirés de la production, avant tout agricole, et comme mode de domination de la population, même si les modalités de sa mise en œuvre en Sicile, nous le verrons, présentent des spécificités. La tradition historiographique italienne, quant à elle, a longtemps privilégié une approche juridique6, avant qu’une place ne soit faite à la « signoria rurale »7 au sein des études médiévales. Ces grandes lignes ne mettent d’ailleurs pas fin à l’analyse des déclinaisons infinies qui caractérisent ces deux domaines, en fonction de la place que jouent le souverain et l’administration, des hiérarchies qui existent au sein des élites et de leurs fondements, de la nature des concessions dont jouissent les bénéficiaires, etc.

  • 8 On a dernièrement remis en question la différence qui existe entre « système tributaire » et « féod (...)

3Il importe donc d’analyser le contexte insulaire en privilégiant la question des instruments de structuration des élites siciliennes : qu’en est-il des relations féodo-vassaliques en Sicile ? Quels types de concession, au sens juridique du terme, y repère-t-on ? Quelles relations se mettent en place au sein des élites ? Qu’en est-il, enfin, des élites laïques par rapport aux ecclésiastiques et des nouveaux conquérants par rapport à l’aristocratie arabo-musulmane ? L’évaluation des changements induits dans ce domaine par l’installation des Normands en Sicile est importante si l’on veut analyser la rencontre entre des groupes qui se réfèrent à des systèmes socioéconomiques et de domination dont les fondements sont à l’origine en partie distincts8. Dans ce premier volet, on reviendra sur la distribution des revenus de la terre entre les différents groupes qui composent les élites siciliennes et on s’intéressera tant aux relations entre souverains et bénéficiaires laïcs et ecclésiastiques de ces concessions qu’à la composition de ces élites et à l’intégration éventuelle des élites vaincues en leur sein. Un second volet sera consacré, dans le chapitre suivant, à l’encadrement de la population, en particulier arabo-musulmane, par le biais de ces concessions.

  • 9 C. Cahen a défendu cette position de la manière la plus convaincante, en la mettant en rapport avec (...)

4On a souvent avancé que, dans ce domaine, les Hauteville auraient repris à leur compte des structures et des pratiques préexistantes de manière à imposer une autorité monarchique forte à l’aristocratie qui se mettait en place dans les terres récemment conquises, particulièrement en Calabre et en Sicile dont le passé byzantin et islamique facilitait ce processus9. Il s’agirait donc d’un « régime féodal » spécifique et limité.

5Nous nous proposons donc, en nous concentrant sur la documentation sicilienne, de reprendre le dossier, en poursuivant ainsi dans la voie qu’ont commencé d’ouvrir un certain nombre d’historiens. Il s’agit, entre autres, d’établir si, comme pour le lexique de l’organisation du territoire, celui de la féodalité a été adapté, traduit, ou surimposé à une autre réalité en Sicile ou bien si une pratique féodale a été introduite de manière plus ou moins systématique.

I. La terminologie utilisée en Italie méridionale et en Sicile

  • 10 D. Barthélemy, La mutation de l’an mil a-t-elle eu lieu ? Servage et chevalerie dans la France des (...)
  • 11 Sous Roger II (1130-1154), parmi les diplômes royaux latins conservés ayant trait à la Sicile (cf. (...)
  • 12 Les thèses d’histoire régionale de L. Feller, Les Abruzzes médiévales et J.-M. Martin, La Pouille s (...)
  • 13 E. Cuozzo, « La feudalità del ‘Regnum’ nell’età di Ruggero II », dans Alle origini del costituziona (...)

6Même si les mises en garde contre le fétichisme terminologique ont leur utilité10, nous sommes dépendants des mots que nous transmettent les textes médiévaux. Or, en Italie méridionale et dans la Sicile normandes, le lexique de la féodalité, le terme « vassal »11 par exemple, n’est utilisé massivement qu’après le XIIe siècle. Il apparaît dans un contexte où les types de concessions royales (ou non) dont bénéficient les individus qui composent les élites siciliennes et les droits qui en découlent ont sensiblement évolué par rapport au XIIe siècle. Dans l’ensemble, la région ne se caractérise pas par l’utilisation d’un vocabulaire féodo-vassalique classique, et ce jusqu’à la fin de la domination normande12. Documents de la chancellerie et législation royale n’emploient pas cette terminologie, que l’on rencontre, très rarement, dans des actes privés13.

  • 14 On le retrouve par exemple, en 1121, dans un acte par lequel Raul Cephaludi dominus concède à Guisc (...)
  • 15 Catalogus baronum, éd. E. J amison, Rome, 1972 (F.S.I., 101).
  • 16 Cette idée a une longue tradition, cf. notamment, J.-M. Martin, « Aristocraties et seigneuries en I (...)

7Qu’en est-il, au-delà des relations et de la hiérarchie qui structurent les élites, des concessions dont bénéficient leurs représentants et du vocable « fief » ? Le terme feudum est quasi inexistant en Sicile et n’est guère plus fréquent dans le sud de l’Italie14. Seul le Catalogus baronum15 en fait un usage systématique. Bien qu’il ne concerne ni la Sicile ni la Calabre, on ne peut le négliger car on le considère, généralement, comme né du désir de Roger II de rationaliser la réalité féodale du royaume. Il pourrait, de ce fait, refléter l’organisation générale des nouveaux détenteurs du pouvoir, y compris en Sicile et en Calabre, même si l’on présente les relations entre le roi et les barons de ces deux régions comme plus pacifiques, en raison du contrôle étroit qu’y exerçaient les souverains sur les grands16.

  • 17 Cf. l’introduction d’E. Jamison à son édition du Catalogus Baronum et le commentaire d’Errico Cuozz (...)
  • 18 E. Jamison, « Additional Work by E. Jamison on the Catalogus Baronum », Bullettino dell’Istituto St (...)
  • 19 Ibid. Soulignons que le terme n’apparaît pas dans le texte des Assises d’Ariano, cf. Le Assise di A (...)

8Les travaux d’Evelyn Jamison et Errico Cuozzo font remonter la rédaction du Catalogus baronum aux années 1150-1168 et, pour les deux dernières parties du texte qui constituent deux entités distinctes, respectivement à 1175 et 1239-124017. Le seul manuscrit du texte conservé datait du XIVe siècle et Evelyn Jamison a bien mis en évidence l’existence d’une copie intermédiaire d’époque souabe (vers 1250) qui aurait été utilisée pour mettre au point la transcription angevine18. Or, l’emploi systématique de feudum / pheudum pourrait correspondre plutôt à une réécriture souabe influencée par la réorganisation du royaume engagée par Frédéric II, même si, comme l’a montré Errico Cuozzo, la matière première du texte est certainement d’époque normande19. Il conviendrait donc de parler d’un « palimpseste ».

  • 20 Catalogus baronum, du § 1263 au § 1373 (p. 264-276).
  • 21 On les voit agir en 1247-1248. Cf. E. Winkelmann, Acta Imperii inedita, Innsbruck, 1880-1885, 1, p. (...)
  • 22 Catalogus Baronum, p. 276 et sq.

9Au-delà du contraste de vocabulaire, d’autres éléments confirment cette hypothèse. La section du document que l’on fait remonter à 117520 et qui semble la plus proche du premier état du texte n’utilise pas ce lexique, si ce n’est dans les titres des paragraphes qui peuvent être le fruit d’une explicitation plus tardive. La conformation d’un document ancien à des préoccupations nouvelles n’a rien de surprenant pour qui connaît l’activité des reintegratores feudorum sous Frédéric II21. La similitude frappante entre la rédaction du passage dit d’origine normande et la dernière partie du manuscrit qui commence par Hii sunt pheudatarii Justitiariatus Capitanate in primis22, où l’on s’accorde pour voir un texte de facture souabe, n’est qu’un argument supplémentaire en faveur de l’hypothèse d’un remodelage du texte sous Frédéric II. En l’absence de manuscrit contemporain de la réécriture, cette hypothèse ne peut être confirmée ni écartée.

  • 23 Pour la Pouille, J.-M. Martin a une analyse similaire, bien qu’il souligne la diffusion du mot feud (...)

10Toutefois, il existe suffisamment d’arguments allant dans ce sens pour limiter l’intérêt d’une analyse lexicale du catalogue qui viserait à étudier le vocabulaire féodal de l’époque normande, et ce d’autant que les documents royaux et autres de cette période contrastent avec ce qu’on peut y observer23. À ces retouches postérieures, il est probable, en effet, que s’ajoute une systématisation des règles de concession et de contrôle du fief. Ces remarques ne signifient pas que toute réalité féodale était absente sous les Normands. Trois autres possibilités sont en effet envisageables : la féodalité était désignée en Sicile par un vocabulaire autre que celui considéré comme classique ; ou le fief n’y était qu’un type de concession parmi d’autres ; ou, enfin, sa réalité différait de ce que l’on connaît ailleurs. Aussi est-il nécessaire de s’interroger sur l’existence d’autres modalités d’accès aux revenus de la terre. Il est probable que l’objectif originel du Catalogus était de rendre plus efficace la levée des forces du regnum, mais rien ne nous dit que la démarche fut, dès le XIIe siècle, aussi systématique que le suggère la version éditée par Evelyn Jamison.

  • 24 Cf. J.-M. Martin, « Aristocraties ».

11L’ensemble du sud de l’Italie voit donc la mise en place d’un pouvoir qui n’exprime pas la structuration des élites par des termes féodo-vassaliques classiques. Cette affirmation vaut aussi pour les documents qui concernent exclusivement des chevaliers d’origine française ou, plus largement, continentale, mais toujours originaires du Nord. Cette absence de terminologie spécifique reflète peut-être la nécessaire adaptation des milites normands à un contexte dont tout le monde s’accorde à reconnaître le caractère peu féodalisé24, d’autant qu’en Sicile le Catalogus Baronum ne s’applique pas.

  • 25 Igor Mineo revient sur cette tradition historiographique au cours d’un développement très éclairant (...)
  • 26 Cf. H. Bresc, « Féodalité coloniale en terre d’Islam », p. 639. Cf. aussi E. Mazzarese Fardella, «  (...)

12Cette caractéristique sicilienne a été attribuée à la politique de concession de terres et/ou revenus à l’aristocratie ou à l’Église développée par les souverains normands, décrite comme fortement centralisée et contrôlée25. Cette vision a conduit à postuler la quasi-inexistence de la sous-inféodation. Dans un second temps, on a avancé, en nuançant cette présentation, que les Hauteville auraient utilisé une pyramide féodale rigoureuse comme un instrument de pouvoir efficace26. Une telle révision, qui continue à analyser le cas sicilien avec des catégories féodales, n’apparaît plus suffisante aujourd’hui.

  • 27 En conclusion de son ouvrage, Igor Mineo rappelle ainsi : Sembra strano, ma una della principali im (...)
  • 28 A. Sennis l’a bien montré pour la Marsica, dans « Potere centrale e forze locali in un territorio d (...)
  • 29 Au terme de son analyse du système administratif normand dans le sud de l’Italie, H. Takayama parvi (...)

13Il importe, en premier lieu, de distinguer la Sicile – au cœur du royaume normand et caractérisée, au moment de sa conquête, par l’existence d’un système socio-économique islamique27 – de la péninsule dont l’histoire et le mode de gouvernement diffèrent28. Dans le sud du continent, la royauté fait, en effet, une plus grande place à la délégation de pouvoir et donc à une autonomie, même relative, des pouvoirs locaux29. Pour la Sicile, le nœud du problème a été exposé par Henri Bresc :

  • 30 Cf. H. Bresc, « Genèse du latifondo », p. 274.

« La réforme radicale de l’ordre normand, c’est le casal, chôrion, raḥal, inspiré à la fois du village fiscal grec et musulman et de la villa post-carolingienne »30.

14Il souligne ainsi l’originalité de la forme que prend sous les Normands la concession des revenus tirés de la terre, articulée à une organisation territoriale particulière. Il convient d’évaluer, cependant, ce qui relève d’une « réforme radicale » et ce qui prolonge des pratiques antérieures afin de revenir sur la portée et les limites de cette spécificité. Les nouveaux conquérants ont-ils, en outre, utilisé divers types de distribution des revenus ?

15Pour appréhender ce problème, l’analyse lexicale des sources qui nous renseignent sur la dimension institutionnelle et la conception royale ne suffit toutefois pas.

II. la structuration des élites conquérantes en Sicile

16Au sein de la documentation fragmentaire dont on dispose, différents types de concessions foncières et/ou de délégations de pouvoir, opérées en faveur de laïcs, coexistent en Sicile aux XIe-XIIe siècles. Elles reflètent et assoient en grande partie la hiérarchie qui structure des élites conquérantes. Nous reviendrons sur la définition des simples milites et des grands, qualifiés parfois de barons. Si cette bipartition des bénéficiaires laïcs latins se retrouve ailleurs, la place occupée par les concessionnaires ecclésiastiques et par ceux qui tiennent leur position du fait qu’ils descendant des élites insulaires antérieures est propre à la Sicile. On débutera toutefois par le groupe qui devrait nous permettre de documenter le plus facilement l’éventuelle introduction de nouvelles pratiques dans la région.

Les milites siciliens et les barons royaux

  • 31 K. F. Werner propose des vues éclairantes dans Naissance de la noblesse. L’essor des élites politiq (...)
  • 32 Sembra evidente insomma che la condizione militare, ancora in pieno XII secolo, non ha perso una co (...)

17Ce n’est pas le lieu ici de revenir sur les débats relatifs à la progressive évolution du mot « miles » en Occident entre le Xe et le XIIe siècle, de sa signification de « combattant armé » à celle de « chevalier », en passant par celle de « cavalier », sans oublier les périodes intermédiaires où ces divers sens coexistent dans le temps. Au début du XIIe siècle, la transformation du terme n’est nulle part achevée dans le sud de l’Italie et le mot est loin de toujours signifier « chevalier », de manière univoque31. Igor Mineo l’a parfaitement exposé32.

  • 33 Voici quelques exemples de milites : en 1100-1101, Geoffroi Borrel fait une donation à l’évêque de (...)
  • 34 En 1120, Geoffroi de Hauteville donne des terres situées à Raguse à l’évêque de Catane, parmi les t (...)
  • 35 En 1130, une donation de 1111 est confirmée : Renaud Avenel donne un moulin et dix vilains à l’évêq (...)
  • 36 F. Maurici, Castelli, p. 107.
  • 37 Ainsi Eleazar Maulevrier est un miles relativement important : il fonde dès 1116 une église à Galat (...)

18Si son utilisation pour désigner un individu n’est pas systématique, ce terme qualifie cependant un certain nombre de témoins ou les parties prenantes d’actes juridiques d’époque normande, en général des concessions en faveur d’établissements ecclésiastiques33. Il renvoie à une situation sociale qui varie. Trois cas se dégagent : certains milites sont attachés à un personnage plus important mais sans qualification précise, sans que l’on sache s’ils disposent de biens, ou s’ils sont logés et nourris par ce dernier34 ; d’autres tiennent des revenus d’un personnage plus important, mais on ignore si ces derniers proviennent de la totalité d’un casal, ou seulement d’une partie35. Ils peuvent adopter le nom de ce dernier36. D’autres, enfin, sont dépositaires d’une autorité publique mal définie par les sources ; responsables d’un castrum, ils sortent de l’anonymat37.

  • 38 Au sein de la documentation relative à l’abbaye de Monreale, un document rappelle la concession en  (...)
  • 39 L’expression est de F. Maurici.
  • 40 Jean de Brucato est même désigné comme le nutritus d’Adelicia, fille du comte de Montescaglioso, qu (...)

19Le premier cas regroupe ceux que l’on pourrait désigner par l’expression milites castri, par analogie avec d’autres situations en Occident, même si elle n’apparaît pas dans les textes siciliens. Les concessionnaires les plus importants s’entourent de milites pour répondre aux besoins militaires de défense du territoire et les rétribuent grâce à des concessions dont la nature demeure à préciser38. La présence d’un cognomen toponomasticum n’est toutefois pas suffisante pour faire de ceux qui le portent des milites castri ou même des membres de « familles féodales »39 locales. Ces milites castri semblent résider au moins une partie du temps dans le castrum à la défense duquel ils participent. Il est possible qu’une partie d’entre eux ne soient pas chasés40.

  • 41 C’est le cas de l’acte de 1094 cité plus haut et de la donation du comte Henri d’Aleramici, seigneu (...)

20Il arrive que des groupes de milites concèdent conjointement les revenus d’un ou plusieurs vilains à une église sous l’impulsion d’un miles plus important, qui semble être leur seigneur41. Cependant, le terme « vassal » n’est pas utilisé – ni aucun autre de même tonalité – et les différences de rang ne sont pas soulignées. On peut donc penser que ces divers milites se partagent la défense d’un point fortifié en échange des revenus d’un casal ou d’une portion de casal.

21Apparaissent ainsi des relations non formalisées, de parenté, de patronage, de compagnonage militaire dessinant probablement une gamme variée sur lesquelles les sources siciliennes sont malheureusement très discrètes. Aucune étude lexicale n’est ici possible.

  • 42 H. Bresc, « Féodalité coloniale », p. 639.
  • 43 Cf. F. Maurici, Castelli, p. 106-107.
  • 44 Ibid., p. 107.

22Dans ce cadre, que faut-il penser des individus qui sont désignés dans la documentation sicilienne par le terme baro ou baronus (suivi d’un nom de château) ? Quel est leur lien avec les milites ? Ils ont été définis comme des « chevalier(s) attaché(s) à la défense du château et muni(s) d’un fief »42. Mais baro et baronus pouvaient qualifier plusieurs personnes au sein d’un même territoire et ne renvoyaient manifestement pas au personnage auquel le castrum, dont dépend la zone concernée, aurait été confié43. Au contraire, il s’agissait de châtelains de châteaux moins importants placés sous l’autorité de ce dernier44. Ici aussi, les deux vocables renvoient au compagnonage. La structuration des élites conquérantes siciliennes est donc relativement vague et le vocabulaire peu précis.

  • 45 H. Bresc, « Le fief en Sicile. Du don gratuit à la structuration de l’État », dans Fiefs et féodali (...)

23Cette lecture et la terminologie employée portent à croire à l’existence de cours seigneuriales, à l’intérieur desquelles les rapports de supériorité ne sont pas formellement exprimés, sans doute pour des raisons variées et non exclusives les unes des autres. Tout d’abord, le besoin n’est peut-être pas ressenti d’exprimer de manière explicite des liens qui sont connus des différents protagonistes ; ensuite, « la vassalité (...) paraît totalement occultée par la fidélité générale due au souverain »45. Mais, plus encore, il est un autre facteur que l’on a tendance à négliger : le sentiment de forte proximité qui ne peut manquer de naître à l’intérieur d’un groupe très minoritaire numériquement au sein de la population. Il « écrase » en partie les hiérarchies : la distinction d’avec le reste de la population, linguistique, religieuse, soulignée visuellement par le costume, etc., rend peu utiles les instruments classiques de la distinction et prive d’une partie de son sens les logiques qui animent cette dernière.

  • 46 Eux-mêmes portent rarement ce qualificatif dans les actes siciliens. Un exemple, datant de 1171, es (...)
  • 47 Le terme est générique, mais renvoie plutôt aux proches du roi, aux premiers rangs de l’aristocrati (...)
  • 48 F. Maurici, Castelli, p. 106.
  • 49 On peut citer les Hauteville dans la partie orientale de la Sicile essentiellement ou les Aleramici (...)

24Il reste toutefois à définir ceux que nous appellerons les « barons royaux »46 et qui sont désignés dans les diplômes des Hauteville comme les barones47. Ces grands, proches ou membres de la famille royale48, tiennent leurs terres directement du souverain. Nous ne nous attardons pas sur leurs vastes domaines et les cours qui les entourent car cet aspect a été bien étudié49. Aucune charge institutionnelle n’est assumée par ces grands et aucun comte n’est attesté en Sicile, même après l’avènement de la royauté. Ces représentants les plus éminents de l’aristocratie latine de l’île ne portent, sauf exception, ni titres ni qualificatifs honorifiques individuels.

  • 50 En latin, on ne trouve le terme que dans deux documents qui définissent les droits de l’évêché d’Ag (...)
  • 51 A. De Simone a avancé l’hypothèse d’une origine tardo-antique du vocable, cf. « Ancora sui “villani (...)
  • 52 Cusa, p. 246. Les occurrences du terme sont rares.
  • 53 Cf. Cusa, p. 290 (1096, concession à Troina dans laquelle les terrerioi du roi sont soumis à la cat (...)
  • 54 On trouve également une fois le terme de barūnīya pour désigner l’ensemble des concessionnaires laï (...)
  • 55 On le rencontre dans les préambules aux actes du dīwān, aux côtés des tarāriya, lorsque les grands (...)

25Pour terminer, il convient d’évoquer deux désignations collectives renvoyant aux milites et aux barons royaux. Le vocable latin terrarii50 (qui renvoie à l’ancien français terriers51), très rare en Sicile, est rendu par les néologismes tarāriya52 en arabe, beaucoup plus commun dans la documentation sicilienne, et terrerioi en grec53. Ces termes désignent les bénéficiaires de revenus et/ou de terres relevant du domaine comtal puis royal surtout dans les préambules aux diplômes du dīwān. Il est utilisé le plus souvent comme un équivalent de barones, ou bien, dans les mêmes actes, aux côtés de qamāmisa54, qui n’apparaît qu’en arabe et est censé traduire comites55, réalité pourtant absente du cadre insulaire. Dans ce dernier cas, deux niveaux sont distingués. Ce décalage entre les langues est révélateur : le souverain évite l’institutionnalisation de la position des grands siciliens en latin, mais en arabe l’enjeu est moins explicite.

26Dans chacune des langues, ces termes collectifs permettent toutefois d’éviter la personnalisation du pouvoir en renvoyant à des groupes égalitaires en théorie.

27La structuration des élites qui servent le souverain militairement contre une compensation/rémunération provenant avant tout de la redistribution des revenus de la terre dépend également en partie de l’action du souverain et de l’État. On peut donc se demander quelle est la nature de ces revenus et quelles modalités de contrôle sont mises en place.

Les élites conquérantes et l’État en Sicile

  • 56 Comme le rappelle H. Bresc : « Ici le fief comprend les hommes, sans que la terre soit évoquée ; là (...)
  • 57 Ainsi du faux (mais l’authenticité ici ne change rien au propos) daté de 1094 et qui regroupe des d (...)

28Concessions, service militaire et délégation de l’autorité publique Les milites disposent donc, en général, des revenus tirés d’un casal ou d’un certain nombre de vilains56. Il n’est pas rare qu’une concession ne porte que sur une partie des habitants d’un casal57.

  • 58 Pour des exemples des uns et des autres, cf. les tableaux de toponymes de l’annexe IX.
  • 59 Ainsi dans la concession faite aux moines de l’église de Chùrchuro en 1149 (Cusa, p. 28-30).
  • 60 Ce terme a donné son nom à une duana apokopôn, cf. chapitre 4 et H. Takayama, The Administration, p (...)
  • 61 Le terme a été défini à la fin du chapitre précédent. Ainsi dans la conces sion de ‘Ayn bi-l-lyān q (...)
  • 62 Pour des exemples d’occurrences, cf. G. Caracausi, Lessico greco della Sicilia.

29Pour désigner les biens fonciers sur la production desquels pèsent les taxes concédées, on trouve les vocables tenimentum terrarum58 en latin, raba‘ (« champ » ou « pièce de terre »)59 en arabe et, en grec chôrion ou, dans un cas, apokopê60 (mais ce néologisme forgé par l’administration centrale semble faire long feu). D’autre termes renvoient indifféremment aux dimensions fiscale et foncière de la concession : le latin casale et le grec chôrion sont dans ce cas ; tandis que l’arabe raḥal61 renvoie avant tout à la dimension fiscale. Jamais, en revanche, on ne rencontre en grec un terme plus proche de feudum, tel le fion calabrais62.

  • 63 Cf. chapitre suivant.
  • 64 H. Bresc, « Féodalité coloniale », p. 640.
  • 65 H. Bresc, « Le fief en Sicile », p. 77.
  • 66 Ibid., p. 80.
  • 67 Cf. le cas de Jean Malconvenant en 1162 qui doit remettre le château de Calatrasi au roi car il n’a (...)
  • 68 Ainsi de Brucato, fief de six milites, donné à la cathédrale de Palerme en 1157 (Mongitore, p. 37-3 (...)
  • 69 Les deux notes précédentes contiennent les deux seuls exemples dont on dispose pour la Sicile norma (...)
  • 70 Ce qui la rapproche du cas catalan, pour lequel P. Bonnassie a souligné cette caractéristique : « E (...)

30Le nombre de foyers fiscaux dont les revenus sont concédés est la mesure de la concession63 et cette dernière est censée financer le service militaire dû au souverain par le bénéficiaire en retour64. Ce service est toutefois rarement mentionné ; il est sous-entendu, et ces concessions « implique[nt] une possession très large de la terre, héréditaire et sans liaison bien affirmée avec le service »65. La plupart du temps, en effet, les terres cultivées par les paysans sont considérées comme la propriété du concessionnaire et de sa famille. La concession « suit longtemps les mêmes modèles, on n’ose pas dire le même droit, puisqu’il s’agit de donations pures »66. À partir du milieu du XIIe siècle, il arrive qu’elle soit confisquée pour non-accomplissement des obligations qui lui sont liées67, ce qui suppose en théorie un calcul mettant en péréquation ce qu’elles rapportent et le service militaire dû par le bénéficiaire68, bien qu’il soit très rarement explicite69. Cette situation, qui peut sembler paradoxale (droits larges exercés par le concessionnaire mais confiscation toujours possible), mais qui n’a rien d’exceptionnel, se comprend d’autant mieux dans un contexte où le service militaire s’identifie en partie à la défense du territoire insulaire contre les rébellions musulmanes ou leurs éventuels soutiens extérieurs70.

  • 71 Cf. chapitre 4, mais on peut dire que la concession faite à Monreale à la fin du siècle relève de l (...)
  • 72 Cf. supra, chapitre 5.

31Plus généralement, l’hétérogénéité originelle qui caractérise la concession de revenus par le souverain en Sicile pourrait expliquer les opérations visant à son homogénéisation vers le milieu du siècle71. Toutefois, ce mouvement est surtout lisible dans les documents bilingues arabe et grec, et ne contient guère de référence à la concession évaluée en service militaire, si bien que l’on peut se demander si elle ne demeure pas minoritaire et peu articulée jusqu’à la fin de la période. Deux éléments pourraient expliquer une telle situation : le service du roi en cas de danger va de soi dans un contexte perçu comme potentiellement hostile et l’existence de contingents arabo-musulmans dans l’armée royale permet sans doute de limiter les besoins72.

  • 73 P. Bonnassie, « Sur la genèse de la féodalité catalane », p. 569-580.

32Les « fiefs de milites » n’apparaissent donc que de manière fugitive en Sicile. La situation sicilienne évoque plutôt la première phase de féodalisation en Catalogne et son « alleu féodal en terre fiscale »73. Peut-on utiliser le mot « fief » pour des concessions de vilains – qui diffèrent des dons de terres (qui sont d’ailleurs rarement évoquées) – et ne faut-il pas distinguer divers types d’octrois au sein même du groupe des laïcs latins ? Nous préférons donc nous abstenir de l’utiliser en raison de ses ambiguïtés, afin de ne pas dissimuler la variété des concessions et le pragmatisme des souverains normands en Sicile. Ici comme pour l’administration, la fluidité prédomine, sans s’opposer pour autant à une centralisation de l’autorité par les Hauteville, nous y reviendrons.

  • 74 Cf. S. Carocci, « Giustizia signorile e potere regio nel regno normanno », dans Puer Apuliae, 1, p. (...)

33Le degré de délégation de l’autorité royale qui découle de ce type de concession, enfin, n’est guère mieux connu. Qu’en est-il de l’exercice de la justice souvent pris comme un des critères majeurs de l’inféodation, aux côtés des aspects militaires ? Les souverains normands, qui prirent soin d’instituer des justiciers royaux ou de confier leurs tâches au dīwān, ne cédèrent que peu de prérogatives en la matière en Sicile, comme d’ailleurs sur le continent74. Rien dans les textes n’indique que les concessions de casaux s’accompagnent d’une délégation de droits de justice, trait que renforce sans doute le fait que les causes civiles relèvent d’un droit et de structures communautaires.

  • 75 Ce trait se retrouve ailleurs en Italie méridionale. J.-M. Martin écrit ainsi : « Aussi a-t-on l’im (...)

34Les concessionnaires latins et laïcs en Sicile bénéficient donc essentiellement d’un transfert de revenus fiscaux. Dans ce processus, le rôle des héritages byzantin et arabo-musulman doit être pris en compte75, cependant, on ne peut négliger le rôle probable des ramifications post-carolingiennes de l’idée d’État, mais aussi de ses formes.

L’État et le contrôle des concessions

  • 76 On ne peut, bien entendu, établir un parallèle avec la péninsule. On sait que le contrôle royal, po (...)

35On connaît les thèses développées par les tenants d’une monarchie forte et à même de contrôler la « féodalité insulaire »76, mais n’a-t-on pas exagéré le contrôle exercé par le pouvoir royal sur les concessions évoquées ?

  • 77 Cf. sur le dīwān al-taḥqīq, le chapitre 4.
  • 78 Ainsi les documents établis pour l’abbaye de Monreale entre 1178 et 1183 relèvent de la même logiqu (...)
  • 79 Cf supra. Nous reviendrons sur le rôle joué par les boni homines dans le règlement de ces litiges.

36Quels sont les éléments qui attestent un contrôle monarchique étroit ? Les souverains normands tentèrent, certes, de l’exercer, comme le montrent les deux grandes enquêtes menées en 1095 et en 1145 pour établir les limites des terres concédées, l’identité de leurs détenteurs et le nombre d’hommes qui en dépendaient. La technique utilisée est proche d’une vérification cadastrale comparable à des pratiques byzantines ou islamiques77. Cinquante ans plus tard, la dynastie des Hauteville ne se livre plus à ce genre d’entreprise, suggérant qu’un contrôle régulier, ce qui ne signifie nullement parfait, a été progressivement établi, même si des situations spécifiques peuvent nécessiter ce genre d’actions78. Ainsi, en toute logique, les conflits relatifs aux confins des casaux ou des territoires de castra, ou à la jouissance des revenus tirés d’un vilain, étaient réglés par des représentants de l’autorité royale79.

  • 80 Ils ont été évoqués dans le chapitre 4. Ainsi, par exemple, Philippe vicomte de Lentini apparaît da (...)

37En revanche, les concessions effectuées par un miles, en général au bénéfice d’une église, se font le plus souvent apparemment sans que le pouvoir royal en soit informé. Il peut intervenir a posteriori, néanmoins, par le biais de la confirmation royale de donations. De plus, un contrôle inidirect du souverain est suggéré par la présence, dans les actes rédigés par des grands, de témoins qui assumaient des charges publiques. On rencontre ainsi des vicecomites80, qui apparaissent très tôt dans l’administration locale normande.

  • 81 Cf. H. Bresc, « Le fief en Sicile », p. 83.
  • 82 Cf. Pseudo-Falcand, p. 64. L’exemple de 1183 concerne le mariage de Roger de Tarsia et de Marie, fi (...)

38Un autre instrument de contrôle concerne les alliances matrimoniales entre grands, soumises à l’approbation royale, et les plaintes dont le Pseudo-Falcand se fait l’écho montrent qu’il est utilisé de manière renforcée sous Guillaume Ier et Guillaume II81. Un acte royal de 1183 autorise ainsi une union, en échange de la restitution d’un casal au souverain, pour éviter la concentration d’un patrimoine trop important entre les mains du nouveau couple82.

  • 83 Ainsi dans un acte de 1111, Adélaïde fait une donation à S. Maria de Messine ; dans le mouvement, G (...)

39Enfin, d’autres textes mettent en scène un individu qui demande à son seigneur l’autorisation d’effectuer une donation83. Quoique la documentation soit lacunaire, ces mentions confirmeraient l’existence d’un contrôle, probablement peu systématique, de la circulation des revenus concédés.

  • 84 Cf. Cusa, p. 37-38, la donation de 1167 en faveur de l’hôpital situé dans le Khandaq al-Qayrūz, dan (...)
  • 85 H. Bresc l’a mis en lumière pour les Aleramici (« Gli Aleramici », p. 157-158).
  • 86 Ainsi dans une donation de l’évêque de Cefalù à Guiscard fils de Baudouin, un certain Guido senesca (...)
  • 87 Ainsi, en 1171 Guillaume cappellanus domini Anfusi est témoin d’une donation faite par Amphoux de L (...)
  • 88 Dans le même acte, Gislibertus, châtelain de Petterana, est cité comme témoin. Or, Petterana est le (...)

40La surveillance royale se concentre sur certains points, en particulier la conservation des limites territoriales et/ou administratives. De même, à plusieurs reprises, le roi se porte également garant du respect de la condition et du statut des hommes dont il concède les revenus des taxes84. À l’intérieur de leurs domaines, et tout en ne contrevenant pas à un certain nombre de règles, les grands latins agissent toutefois à leur guise. En propriétaires et gestionnaires de leurs biens, ils établissent leur propre administration, sans toutefois exercer la justice. Parmi leurs aides, dans les castra85, on retrouve des fonctions qui figurent dans l’entourage du roi, telles celle de sénéchal86, de chapelain87 et de châtelain88, mais leurs prérogatives n’empiètent pas sur celles des agents royaux.

  • 89 La meilleure preuve de cette efficacité est l’apparition désordonnée de comtes en Sicile au cours d (...)

41La théorie politique ne suffit pas à établir les droits des souverains, surtout si, à l’image des Normands d’Italie, ils ne jouissent que d’une légitimité « en construction ». Aussi les rois de Sicile ont-ils recours à des procédés plus réalistes pour s’assurer la soumission des barons royaux, les plus à mêmes d’ébranler leur autorité. Leur nombre est limité et il s’agit exclusivement de proches du roi ; leurs biens sont restreints, dispersés et contrôlés par le pouvoir royal89. Les « sous-inféodations », ou plus exactement les « sous-concessions », auxquelles les grands se livrent ne concernent que les revenus fiscaux.

***

42Les liens féodo-vassaliques n’apparaissent pas comme un élément structurant des relations qui se nouent au sein de l’aristocratie latine installée en Sicile. Les liens informels de compagnonage militaire et les relations de parenté semblent plus importants, même si la documentation ne livre que peu d’éléments sur le sujet. De même, les logiques de distinction ne jouent guère, même si deux niveaux peuvent être différenciés : les barons royaux, peu nombreux, proches du souverain et contrôlés de près, dominent les simples milites, parfois qualifiés de barons. Les liens entre ces deux groupes ne sont pas documentés, probablement en partie parce que les milites sont surtout présents dans les actes privés qu’ils font rédiger (donations, etc.), tandis que les barones sont mentionnés dans les diplômes royaux. Les quelques actes rédigés par ces derniers que nous avons conservés ne nous informent pas sur ce point précis.

  • 90 On peut voir sur ce sujet, F. Maurici, Castelli et Castelli medievali di Sicilia. Guida agli itiner (...)

43Les milites jouissent de concessions d’inégale valeur, correspondant à la concession de revenus fiscaux levés sur des foyers dont nous préciserons le statut plus loin. Ils sont tous désignés de manière identique, reflétant un écrasement de la hiérarchie sociale dû à leur faible nombre et au contexte dans lequel ils évoluent. Si les barons royaux peuvent se voir confier des espaces relativement vastes, nombre de localités fortifiées et de grandes villes demeurent à l’époque normande sous contrôle royal direct90. Les souverains se réservent l’exercice de la justice et ne concèdent que des droits de taxation que nous détaillerons dans le chapitre suivant. Le service militaire dû par les bénéficiaires de ces concessions est sous-entendu et constitue probablement une pression sur la monarchie d’autant plus limitée que les souverains ont recours à des Sarraceni, qui ne peuvent être milites, pour combattre.

44Les Hauteville ont recours à deux autres types de concessions qui leur permettent, de la même manière, de déléguer une partie du contrôle des hommes, dans les limites rappelées, tout en s’efforçant de ne pas donner un pouvoir trop important aux aristocrates latins. Une des deux est la concession en faveur d’une institution ecclésiastique.

III. Les concessions au bénéfice des institutions ecclésiastiques

  • 91 Nous reviendrons plus bas sur la legazia apostolica
  • 92 Nous ne nous attarderons pas ici sur l’archimandritat de S. Salvatore de Messine, mais sa fondation (...)

45Le statut particulier de la Sicile au regard des droits qu’y exerce Rome91, de la place des églises et monastères de langue grecque92 et, surtout, de la puissance temporelle concédée aux évêques, donne un relief particulier au choix des sièges épiscopaux. Quelles sont donc les motivations des souverains normands lorsqu’ils y refondent la géographie ecclésiastique ? Si la constitution des évêchés siciliens au cours des XIe-XIIe siècles contribua à conférer la légitimité chrétienne qui leur faisait défaut aux nouveaux maîtres de l’île et favorisa la christianisation de la population, est-ce là le seul rôle qui leur fut assigné ? Ou bien le contrôle politique et économique étroit du territoire qui était confié aux premiers représentants du clergé était-il tout aussi important ?

Retour sur la fondation des évêchés dans la Sicile des XIe et XIIe siècles

  • 93 Cf. chapitres 4 et 6.

46Si les souverains normands ont repris les limites administratives en usage sous la domination musulmane qui, pour certaines, se calquaient sur des circonscriptions antérieures93, il est un domaine pour lequel ils ne pouvaient en apparence guère imiter leurs prédécesseurs, c’est celui des limites épiscopales. La meilleure preuve de l’islamisation de l’île, qui est en règle générale bien difficile à mesurer, réside en effet dans la disparition des évêchés sous la domination musulmane.

  • 94 F. Maurici, « Le diocesi siciliane nei secoli XI-XII. Note di geografia eccleecclesiastica», dans L (...)
  • 95 Cf. fig. 6.

47De fait, deux possibilités s’offraient aux Normands : soit reprendre le découpage byzantin ou tardo-antique encore antérieur, soit imposer une nouvelle géographie ecclésiastique. Dans les listes établies entre le VIIe et le IXe siècle94, Syracuse est désignée comme l’évêché métropolitain dont dépendent Lentini, Catane, Taormine, Messine, Lipari, Tindari, Halaesa, Cefalù, Termini, Palerme, Trapani, Lilybée, Triocala, Agrigente et Malte. À l’époque de Grégoire le Grand, un évêché supplémentaire, à Carini, est mentionné95. Ferdinando Maurici a suggéré que certains d’entre eux, dont celui de Trapani, devaient être de fondation récente. Il a souligné qu’il s’agissait des localités les plus importantes de la Sicile byzantine. Or, ces villes se maintiennent jusqu’à la conquête normande et conservent, pour les plus importantes d’entre elles, leur caractéristiques urbaines, même si Halaesa se déplace à Tusa. En 1061, seul l’évêché de Palerme est encore en place, tenu par un grec du nom de Nicodème qui officie dans une église suburbaine. Il est fort probable qu’il a été considéré par les autorités islamiques comme le représentant des chrétiens insulaires. Face à cette situation assez dégradée, les Normands auraient pu envisager de rétablir les sièges épiscopaux antérieurs, ce qu’ils n’ont cependant pas fait.

Fig. 6 – Les sièges épiscopaux de l’époque byzantine en Sicile (à partir de F. Maurici, « Le diocesi siciliane nei secoli XI-XII...).

  • 96 R. Starraba avait proposé une synthèse dans « Contributo alla studio della diplomatica siciliana (1 (...)
  • 97 Rappelons que la mémoire de ces limites n’avait probablement pas disparu et, en tout état de cause, (...)
  • 98 On sait que ce rattachement va de pair avec le transfert à Byzance de la levée de la taxe foncière (...)
  • 99 Pour tous ces actes, on renvoie à Italia Pontificia sive Repertorium privilegiorum et litterarum a (...)
  • 100 Cf. H. Enzensberger, « Fondazione o « rifondazione » episcopali da Ruggero I a Guglielmo II ».

48Soulignons que les préambules aux fondations des plus anciens évêchés normands sont le fruit de réélaborations datant du XIIe siècle, même si les actes sont sincères96. Ils nous renseignent, malgré tout, sur les conceptions générales présidant à leur fondation. Or, la géographie ecclésiastique de la Sicile tardo-antique n’y est jamais avancée comme argument de légitimation du choix d’un siège épiscopal, même lorsque celui-ci existait déjà au VIe siècle97. À l’inverse, les confirmations pontificales renouent explicitement avec la tradition antérieure au rattachement de l’île au patriarcat de Constantinople vers 73098, réaffirmant ainsi les droits de Rome sur l’Église sicilienne, au moins dans trois cas. Pour Catane, dans un acte de 1092, Urbain II évoque Grégoire le Grand99 ; dans deux diplômes de 1093 pour Syracuse et de 1098 pour Agrigente, il se contente de se référer de manière générale à la tradition qui veut que ces cités soient le siège d’évêchés100. Ainsi, par son silence sur ce point et par ses choix de localisation, le grand comte, suivi en cela par ses successeurs, se présente comme l’auteur de fondations épiscopales.

  • 101 Sur les vaux siciliens, cf. le chapitre précédent.
  • 102 Cf. Chapitre suivant.
  • 103 Cf. P. Collura, « Appendice al regesto dei diplomi di Re Ruggero compilato da Erich Caspar », dans (...)

49La première création d’un siège épiscopal est située sur l’emplacement de la première « capitale » normande en Sicile, (la véritable capitale des Hauteville se trouvait alors à Mileto en Calabre, avant de se déplacer à Messine). Il s’agit de Troina, qui ne fut jamais siège d’évêché avant cette date. Établies en 1080, ses limites comprennent tout le Val Demone, la partie grecque de l’île, sans doute d’une part pour ne pas donner d’entrée de jeu trop de puissance à Messine et, d’autre part, parce que ce port demeurait vulnérable face aux attaques arabo-musulmanes. Elles s’étendaient au-delà de Cefalù. En 1096, le siège est déplacé à Messine, mais les limites demeurent identiques. On retrouve ici la délimitation d’un val101. Sous la domination musulmane, cette région fut toujours considérée comme un espace à part, une région de colonisation ponctuelle et un refuge pour les musulmans révoltés contre le pouvoir central102. Au cours de la période suivante, il est le lieu de troubles et de rébellions contre le pouvoir comtal, puis sous la régence d’Adélaïde, des soubresauts agitent la région jusque sous Roger II103. Cela tend à confirmer son statut de relative autonomie pendant les siècles précédents, qui contraste avec son choix comme lieu d’installation du pouvoir comtal.

Fig. 7 – Les limites épiscopales de l’époque normande en Sicile (à partir de F. Maurici, « Le diocesi siciliane nei secoli XI-XII...).

  • 104 Pirro, 1, p. 520.
  • 105 H. Bresc, « Dominio feudale, consistenza patrimoniale e insediamento umano », dans Chiesa e società (...)

50L’évêché de Catane, fondé en 1091, reprend des limites arabo-musulmanes, ce que confirme le diplôme de fondation : sicut Sarraceni eandem civitatem cum omnibus pertinentiis suis tenebant quando Northmanni primum transierunt in Siciliam104. Elles correspondent plus ou moins à la taifa d’al-Maklātī. Cet évêché fait la jonction entre le Val Demone, grec, et le Val de Noto plus islamisé et comprend une région (le Val de Castrogiovanni) où l’implantation lombarde sera importante. Henri Bresc a montré que la consolidation des limites de l’évêché passe par la diminution du pouvoir exercé par les grands laïcs : Tancrède de Syracuse, un neveu du comte Roger, et Geoffroi de Raguse, un de ses fils105.

  • 106 Pirro, 1, p. 617-618.
  • 107 Cf. chapitre suivant.
  • 108 Cf. chapitre 6.

51L’évêché de Syracuse, dont la fondation remonte probablement à 1092, s’étend de la pointe sud-orientale de l’île jusqu’au fleuve Salso et à Castrogiovanni106. Il englobe d’anciens évêchés (Lentini entre autres) et comprend un territoire qui fit l’objet d’entreprises de colonisation menées par des groupes agissant à l’instigation du pouvoir islamique107. La répartition des habitats et la toponymie gardent encore la mémoire de ces entreprises à l’époque normande, comme nous l’avons vu108. Cet évêché correspond, lui aussi, à un reino de taifa, celui d’Ibn al-Thumna, responsable de l’arrivée des Normands en Sicile. Bien que son extension soit notable, son rôle est considérablement réduit par rapport à celui qui était le sien à l’époque byzantine. Que Syracuse ait été la capitale du thème de Sicile n’y est probablement pas étranger.

  • 109 Collura, p. 7-18.

52L’évêché d’Agrigente est fondé en 1093, entre le fleuve Salso, le Belice et Corleone109. Il reprend la zone d’influence des  ?ammudides, qui s’étendait entre cette ville et Castrogiovanni. Agrigente est la dernière cité conquise. Notons que Castrogiovanni est séparée d’Agrigente, qui lui servait de port, et rattachée à Catane. Cette nouvelle délimitation empêche que se reconstitue un pouvoir musulman trop important dans la Sicile centro-méridionale, ce que le grand nombre de communautés arabo-musulmanes installées dans la région pouvait faire craindre.

  • 110 Pirro, 1, p. 842 et F. D’Angelo, « Il territorio della chiesa mazzarese nell’età normanna », dans L (...)

53L’évêché de Mazara fondé en 1093 englobe, quant à lui, tout l’Ouest de la Sicile110. Il remplace Lilybée (Marsala) et entérine le développement de la ville de Mazara sous la domination islamique. Durant la période normande, on ne sait pas grand-chose de cette région qui reste probablement très islamisée et qui correspondait au XIe siècle au domaine d’Ibn Mankūd.

  • 111 Italia Pontificia, p. 230.
  • 112 F. Maurici, « Le diocesi siciliane », p. 81.

54Aucune description de l’évêché de Palerme antérieure à 1122 ne nous est parvenue. À cette date, ses limites sont comprises dans une confirmation du pape Calixte II111. Elles s’étendent de Misilmeri à Corleone et de Termini à Vicari. De faible envergure, elles correspondent plus ou moins la zone d’influence sur laquelle s’exerçait le pouvoir du conseil arabo-musulman qui gouvernait la capitale au moment de la conquête des Hauteville112.

  • 113 Bien que le résultat final, qui contraste avec la prolifération de petits évêchés neufs dans le sud (...)
  • 114 A. Nef, « Géographie religieuse et continuité temporelle dans la Sicile normande (XIe-XIIe siècles) (...)

55Au regard de ces nouvelles circonscriptions rapidement décrites, Roger Ier ne tient guère compte de la géographie ecclésiastique antérieure, d’époque byzantine113, ce qui s’explique aisément par sa volonté de promouvoir une Église latine. Mais il ne reprend pas pour autant la tradition de l’église de Rome plus ancienne encore. Il calque au contraire le nouveau cadre ecclésiastique sur la réalité administrative et démographique qu’il découvre et préfère, au besoin, se réclamer de circonscriptions datant de la domination islamique, tout en en remodelant parfois les contours lorsqu’elles sont susceptibles de représenter une menace pour le nouveau pouvoir114.

  • 115 Cela n’empêche pas que la majorité des sièges épiscopaux ont des antécédents paléochrétiens ; simpl (...)

56Si ces choix ne l’empêchent pas de reprendre parfois des sièges épiscopaux plus anciens, il étend toutefois considérablement leur limites territoriales, comme si la figure de l’évêque devait se superposer à celles des reguli arabo-musulmans du milieu du XIe siècle. Le Hauteville, sans tradition royale personnelle, mais sous l’influence de modèles de gouvernement byzantin et islamique, restaure ou bien plutôt crée une Église dont l’autonomie vis-à-vis de Rome est grande et à laquelle il confère des références et des repères spatiaux qui lui sont propres115 et qui suggèrent que les réalités historiques de la fin du XIe siècle n’ont pas dû disparaître du jour au lendemain.

57Roger II maintient le même cap. L’évêché de Cefalù, fondé en 1131 et dépendant de Messine, a été choisi comme lieu de sépulture par ce souverain en 1145. Mais la cathédrale, non encore consacrée à sa mort en 1154, ne recueillera jamais sa dépouille mortelle qui a été déposée dans la cathédrale de Palerme, où elle se trouve toujours. Les motivations de la création de ce nouvel évêché n’apparaissent pas immédiatement et ne sont pas livrées par les documents. Il ne s’agit manifestement pas de reprendre les limites de l’ancien évêché byzantin du même nom. En revanche, on peut interpréter cette fondation comme un relais dans le processus de christianisation de la région s’étendant de Messine à Palerme, comme une manière aussi de contrebalancer l’importance de ces deux villes et de leurs évêques et, enfin, comme un moyen d’affirmer plus fortement la présence de l’Église et du pouvoir royal à proximité d’une région, les Madonies, qui abrite une importante population arabisée.

  • 116 C. A. Garufi, Per la storia (1912), p. 159-197 et White, p. 121-155. Cf., désormais, L. Catalioto, (...)
  • 117 Cf. supra.

58L’ensemble de Patti-Lipari a une histoire complexe116 et sa reconnaissance comme évêché est d’abord le fait d’Anaclet II en 1131. En 1139, l’évêché perd son statut qu’il ne retrouve officiellement qu’en 1166, en raison de l’opposition pontificale, motivée par l’exiguïté de ce diocèse peu peuplé. De taille réduite sur le territoire insulaire, il comprend tout l’archipel éolien. Mais il jouit d’un patrimoine qui s’étend bien au-delà de ces limites et le contrôle qu’il exerce sur Naso, Fitalia et Panagia pourrait bien fournir une clé de lecture pour expliquer sa fondation dans une région troublée durant la régence d’Adélaïde et dans les décennies suivantes117. À l’image de Cefalù, ce siège est étroitement lié à la dynastie royale, puisque la dépouille d’Adélaïde y repose.

59La fondation de ces deux évêchés, qu’on pourrait croire d’inspiration byzantine, n’intervient donc qu’après la promotion royale de Roger II. Rien dans la documentation officielle ne rappelle le passé ecclésiastique de ces sièges, mais faut-il y voir l’influence indirecte de l’ouvrage sur la géographie ecclésiastique de Nil Doxapater ? Ils sont immédiatement inclus dans un ensemble à la gloire de la dynastie grâce à leur élection comme lieux de sépulture royale. La deuxième génération de fondations se concentre donc sur des évêchés peu étendus, mais dotés de sources de revenus non négligeables. Inclus dans des archevêchés préexistants ou créés pour l’occasion, ils développent et renforcent ce que l’on pourrait appeler, en référence à la pyramide féodale, la « pyramide épiscopale » sicilienne. Elle peut en effet servir de relais à la volonté royale, de telle manière qu’elle contrebalance le pouvoir des grands laïcs.

60Si Guillaume Ier n’eut ni le temps ni le loisir de développer sa propre politique de fondations épiscopales, il revient à Guillaume II d’avoir créé le dernier évêché d’époque normande. Modification drastique de la géographie ecclésiastique insulaire, la constitution d’un évêché de 1200 km2 au cœur de la Sicile est opérée à travers le transfert de terres relevant de ceux de Mazara, Agrigente et Palerme. Reconnu en 1183 par le pape et promu au rang d’archevêché, le diocèse de Monreale exerce son autorité sur Syracuse et Catane. Comme l’a souligné Ferdinando Maurici, cette fondation est originale et exceptionnelle. Elle n’emprunte ni à un siège ecclésiastique ancien ni à un royaume musulman ; elle ne s’appuie sur aucune grande ville et est située, qui plus est, près de Palerme. Ces caractéristiques particulières s’expliquent par le triple objectif qui lui est assigné : célébrer Guillaume II, roi très chrétien, surveiller une région qui, devenue le « refuge » arabo-musulman de l’île au cours du XIIe siècle, sera le cœur du dernier royaume musulman au début du siècle suivant, alors que l’évêché d’Agrigente est dans une situation tout à fait minoritaire face à la population musulmane abondante qui le peuple, et contrebalancer le pouvoir des autres évêchés et particulièrement celui de l’archevêché de Palerme.

61La fondation de Monreale n’est donc que l’aboutissement d’une politique dont les prémisses remontent au XIe siècle. Constatons que Guillaume II renforce encore la « pyramide épiscopale », en conférant à un archevêché étroitement lié au pouvoir royal et à sa personne, un pouvoir immense au cœur du territoire sicilien.

62Reste à évaluer la consistance politique et économique de ces pôles de la géographie ecclésiastique sicilienne et à définir leur rôle dans le contrôle du territoire insulaire.

Les évêchés : un instrument de contrôle économique et politique

63Les pouvoirs conférés à ces entités ecclésiastiques peuvent être larges et variés, ce qui peut à priori surprendre, dans un royaume qui marque clairement son autonomie vis-à-vis du pontife romain. Ils s’expliquent cependant par la politique de contrôle étroit exercée par les souverains normands sur l’Église sicilienne.

  • 118 On sait que la dîme ecclésiastique était inconnue dans le sud de l’Italie ; les souverains concédai (...)
  • 119 N. Kamp, Kirche und Monarchie im staufischen Königreich Sizilien. I. Prosopographische Grundelung : (...)
  • 120 Cf. infra.

64Une ville peut être confiée à un évêque. La justice (exceptée pour les crimes de sang et de lèse-majesté et pour la justice civile des non Latins) également. La levée des taxes et des droits commerciaux, si importante dans la définition de l’autonomie urbaine, est également souvent de son ressort118. Dans le domaine économique, les privilèges concédés aux évêchés siciliens sont importants : exemption des droits sur le bois, le pâturage etc., mais aussi sur le commerce ; droit d’exploitation de la pêche ou de salines et droit de constructions de moulins peuvent également leur être concédés119. Le premier évêché à bénéficier de ce transfert de droits publics étendus a été celui de Catane. Toutes les créations de la seconde et de la troisième générations relèvent du même cas de figure. Cefalù et Monreale, comme Catane, sont fondés dans des régions qui abritent une importante population arabo-musulmane, ce qui pourrait expliquer ce choix. Pattì, en revanche, est situé au centre d’une région peu peuplée et la fonction qui lui est confiée est plutôt de veiller à sa colonisation. Dans des régions parfois fortement islamisées et pas toujours totalement pacifiées, l’autorité épiscopale n’est pas toujours bien assise, ce qui justifie la concession de pouvoirs extraordinaires. L’exercice de cette autorité ne va pas sans provoquer parfois la résistance de la population latine ou grecque, soucieuse d’obtenir une plus grande autonomie urbaine, comme à Cefalù ou à Librizzi contre Patti120 et celle de la population arabo-musulmane, plus violente.

  • 121 Cf. S. Fodale, Comes et legatus Siciliae : sul privilegio di Urbano II e la pretesa apostolica lega (...)
  • 122 Cf. chapitre 3.
  • 123 L’indépendance prise par les Hauteville dans la nomination des évêques ne manqua pas de scandaliser (...)
  • 124 Uguccio de Pise rapporte en 1178 que Guillaume II faisait episcopos flectere coram se et adorare se(...)

65Que le souverain sicilien, si jaloux de ses prérogatives, concède d’aussi larges pouvoirs aux évêques a de quoi surprendre. Mais ce choix s’explique précisément par les privilèges qui sont reconnus au roi, ou qu’il s’attribue, dans le domaine ecclésiastique. Les droits concédés à un évêché sont d’autant plus soumis à la volonté du souverain que celui-ci influe sur le choix des évêques. Nous ne reviendrons pas en détail sur la legazia apostolica et les débats bien connus121 qu’a suscités sa définition, ni sur le texte rédigé par Nil Doxapater pour Roger II122 qui vise à réaffirmer les droits du patriarcat constantinopolitain en Sicile. Mais il faut les garder présent à l’esprit, pour comprendre la grande liberté que s’attribuent les souverains normands dans la nomination des évêques123 et, en général, par rapport au pape, dont ils se considèrent comme les légats-nés. Ce faisant, ils se placent à la fois dans une longue tradition normande et dans un cadre qui n’est pas sans rappeler la conception byzantine de la royauté et que souligne, par exemple, le rite de proskynésis imposé aux archevêques par le souverain124.

  • 125 F. Maurici, Castelli, p. 151-154. Voir également, G. Di Stefano, Monumenti.
  • 126 Collura, p. 307.
  • 127 Collura, p. 309.

66Il est d’autres avantages à renforcer le pouvoir épiscopal par rapport à celui des grands lignages installés en Sicile. Non héréditaires, les concessions faites aux évêques permettent de ne pas céder trop aux grands laïcs, même si les deux groupes peuvent, bien entendu, dans certains cas, s’allier contre le pouvoir royal. Ces concessions de vaste ampleur ne peuvent toutefois pas se comprendre si l’on ne tient pas compte d’une de leurs motivations profondes : pour l’autorité royale, elles sont un instrument de contrôle du territoire. Le caractère d’ecclesiae munitae des cathédrales normandes a été souligné par de nombreux auteurs125. Le texte le plus souvent cité à ce propos est tiré du Libellus de Successione de la cathédrale d’Agrigente. Lors de la constitution de l’évêché, Gerland, premier détenteur du siège, fit construire le palais épiscopal près du château propter timorem innumerabilium Sarracenorum habitantium in Agrigento qui pauci christiani erant ibi usque ad mortem regis Guillelmi secundi126 et la fortification de cet édifice se poursuivit jusqu’au début du XIIIe siècle. Le déplacement à Messine du siège de l’évêché originellement situé à Troina coïncide aussi avec le renforcement des fortifications de la ville (undecumque terrarum artificiosis caementariis conductis, fundamenta castelli turresque apud Messanam jacens, aedificare coepi). Toutes les autres cathédrales siciliennes sont construites à proximité du château de la ville et disposent d’un système de fortification propre. Que leur édification soit entreprise sous l’impulsion royale ou sous celle de l’évêque, le résultat est identique. Les revenus alloués aux évêchés les autorisent, en outre, à entretenir d’importants contingents d’hommes d’armes qui leur permettent, en théorie, de tenir le territoire. Seule la violence des révoltes qui visent expressément les évêques au début du XIIIe siècle127 donne la mesure d’un pouvoir exercé d’une main de fer.

67Si l’évêché ainsi fondé sert la politique normande de contrôle du territoire et de la population, fut-il aussi utilisé comme un instrument de christianisation en Sicile ?

Les évêchés : des instruments de christianisation ?

  • 128 Il ne s’agit pas ici de latinisation de la population, mais du développement d’une culture latine.

68Bien que pourvus de richesses et des moyens de contrôler leur territoire, les évêchés n’ont paradoxalement que bien peu participé à la christianisation de la population et à la latinisation de la culture insulaire, sous les Normands. Les évêques nommés par le pouvoir royal étaient tous des Latins. Ils auraient dû, en bonne logique, promouvoir une politique religieuse et linguistique128 en accord avec leurs origines. Or, force est de constater que tel ne fut pas le cas. Que leur politique linguistique, en accord avec la volonté royale, n’ait pas été plus agressive n’est guère étonnant ; ce qui l’est plus est leur apparent manque de ferveur dans le domaine religieux.

  • 129 Cf. P. Buresi, « Les conversions d’églises et de mosquées en Espagne » et Préambule, supra.
  • 130 Une mosquée y est transformée en église et dédiée à Saint Thomas de Canterbury (White, p. 179).
  • 131 Idrīsī, p. 308.
  • 132 Le Castello a mare à Palerme était chargé de la surveillance du port. À la fin des années 1160, Rob (...)
  • 133 Cf. chapitre 2.

69De fait, ce dernier reflète les grandes lignes de la politique des souverains dans ce domaine. Un certain nombre d’indices empêchent de penser que les Hauteville ont développé une politique systématique de christianisation en Sicile, on l’a vu, mais un faisceau d’élements supplémentaires vont dans le même sens. Si politique de christianisation il y a, elle passe obligatoirement par la conversion de lieux de culte musulmans en églises comme le montre l’exemple ibérique dans les territoires conquis par les chrétiens129. Or, si l’on excepte un lieu de culte à Catane130, seule la cathédrale de Palerme est explicitement présentée comme une mosquée regagnée à la vraie foi131, tandis que la mosquée du Castello a mare est mentionnée incidemment132. Ailleurs il s’agit de constructions nouvelles. En outre, les modifications apportées à la cathédrale de Palerme paraissent minimes. Al-Idrīsī la décrit comme la « grande mosquée de la ville » redevenue ce qu’elle était dans son passé musulman, et insiste sur les décorations de type islamique qui y sont préservées133. Elle conserva cet aspect jusqu’à sa reconstruction par l’évêque Gauthier sous Guillaume II à la suite d’un tremblement de terre. C’est dire si cette conversion de lieux de culte musulmans au christianisme n’est pas considérée comme une priorité par les nouveaux souverains !

  • 134 Dans « I vescovi siciliani nel periodo normanno ». Cf. également, E. Cuozzo, « Les évêques d’origin (...)
  • 135 Un Liber de successione pontificium y a été conservé. Il a été édité dans Collura.
  • 136 A. Schlichte, « Chiesa e feudalesimo », p. 172 et svtes.
  • 137 On verra notamment la synthèse de White.

70Les minces informations biographiques concernant les évêques de Sicile à l’époque normande ont été exploitées depuis longtemps par les historiens et Norbert Kamp a remis à jour les données disponibles134. Logiquement, la première génération provient de l’extérieur et a souvent immigré en même temps que les Normands dans le sud de l’Italie. À Troina, l’évêque Robert est normand et lié aux Hauteville ; il est dit italus. À Syracuse, le premier évêque est provençal, mais une autre source le dit normand, ce qui n’est pas nécessairement contradictoire (cette identification reflète les étapes de la descente des Normands vers le sud de l’Italie). À Mazara, il s’agit d’un certain Étienne de Rouen, parent de Roger. À Catane, on trouve Ansgerius, un Breton passé par l’abbaye de Sant’Eufemia en Calabre ; à Agrigente, Gerland, un Bourguignon, et à Palerme, un certain Alcherius. Après cette première génération, dont nous parle le chroniqueur Geoffroi Malaterra, les détails biographiques relatifs aux évêques se font plus rares, sauf pour le siège d’Agrigente135. Sous Guillaume II, les candidats sont de plus en plus souvent des latins d’origine locale136. Or, ces évêques latins ne semblent pas avoir développé une politique de latinisation et de christianisation particulièrement active. Probablement cette tâche, au plus près de la population, était-elle confiée aux monastères, richement dotés par les Hauteville137. On assisterait ainsi à une sorte de dédoublement des tâches : aux évêques, le contrôle du territoire ; aux monastères, la christianisation des populations.

  • 138 Translatio Sante Agate Virginis et martiris, en appendice à G. Scalia, « La traslazione del corpo d (...)
  • 139 E. Pispisa, « Il vescovo, la città e il regno », dans Chiesa e Società, 1, p. 144.
  • 140 La publication d’un colloque sur le culte de sainte Christine est annoncé aux presses de l’École fr (...)
  • 141 Les reliques de saint Castrense, vénéré à Capoue et abritées à Monreale, ont été offertes par l’évê (...)
  • 142 Cf. chapitre 3.

71Un autre indice est le caractère relativement tardif de la construction de cultes citadins autour de saints promus par les évêques. De telles pratiques ne sont en effet pas attestées dans les sources contemporaines. Seule la translatio, en 1126, des reliques de sainte Agathe, volées à Constantinople où elles avaient été rapportées par Maniace en 1040, donne lieu à la rédaction d’un texte – parvenu dans une copie tardive138 – et suscite le développement d’un culte dépassant les murs de la cité139. Palerme se dote d’une sainte dans les années 1170, sous l’impulsion de l’archevêque Gauthier qui fait construire une église-mausolée pour accueillir le corps de sainte Christine que son prédécesseur avait fait venir de Toscane quelques années plus tôt140. On peut se demander si ces initiatives, tardives dans la Sicile occidentale, et le relatif silence des sources, ne reflètent pas, là encore, un choix royal relayé par les évêques : éviter l’affirmation d’identités citadines chrétiennes trop nettes141. Plus généralement, les monastères latins et les scriptoria des cathédrales ne participèrent que peu à l’élaboration d’ouvrages latins au cours du XIIe siècle142.

  • 143 Le sujet mériterait un nouvel examen, on trouve des informations dans H. Bresc, « Arab Christians »
  • 144 La bibliographie sur le sujet est importante, nous nous contentons de renvoyer à White.
  • 145 Cf. J. Johns, « The Greek Church and the Conversion of Muslims ».
  • 146 Cf. infra.

72Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette situation paradoxale, à commencer par l’importance du monachisme grec comme vecteur de la conversion des Arabo-musulmans de l’île143 et, parallèlement, celui du monachisme latin144, qui se développe en très petites unités, stratégie payante si l’on en croit la documentation145. En outre, les groupes les plus suceptibles de soutenir le christianisme latin, les Lombards appelés dans l’île par les Hauteville146, ne se sont pas installés dans les villes épiscopales. Souvent les premiers à réclamer plus d’autonomie, ils suscitent la méfiance des souverains qui promeuvent à la fois les cultures islamique et hellénophone et le christianisme.

***

  • 147 Cf., par exemple, les suggestions d’H. Bresc pour les Aleramici, dans « Gli Aleramici in Sicilia », (...)

73Les évêchés normands sont donc loin d’être des coquilles vides, mais leur ampleur géographique et leurs pouvoirs étendus laissaient attendre un rôle religieux plus perceptible. Tout se passe comme si leur capacité militaire considérable et leur soumission étroite à la politique royale en faisaient plus le relais de la politique temporelle des souverains – ou les acteurs de leur propre politique –, que les instruments d’une christianisation promue par les Normands. D’un point de vue religieux, ils fournissent avant-tout des repères chrétiens à l’intérieur du territoire insulaire. Ils ne véhiculent pas la convergence entre monothéismes que semblent favoriser les Hauteville à la cour, même s’ils sont le cadre d’une forte exaltation royale. Les évêques jouent sans doute un rôle plus important dans l’affirmation du christianisme latin des grands et de leur entourage, dont les nombreuses concessions à des institutions ecclésiastiques mériteraient d’être étudiées plus systématiquement, qu’ils ne promeuvent une véritable politique de conversion147.

  • 148 P. Corrao et V. D’Alessandro, « Geografia amministrativa e potere sul territorio nella Sicilia tard (...)
  • 149 A. Schlichte, « Chiesa e feudalesimo » et épilogue.

74Au total, leur fondation relève donc autant de l’histoire de la géographie administrative que de la géographie ecclésiastique, et les évêques siciliens semblent, au XIIe siècle, jouer le rôle que tiennent sur le continent les comtés, dont la création en Sicile ne fut pas souhaitée par les souverains normands. Cette situation spécifique explique que Pietro Corrao et Vincenzo d’Alessandro aient considéré la constitution de ces évêchés comme la première étape d’une étude des structures administratives médiévales dans l’île148. Elle explique également le rôle politique et institutionnel qu’ils jouent de plus en plus nettement sous Guillaume II149.

  • 150 H. Bresc, « Dominio feudale », p. 92 : « (la concession) n’étant ni contractuelle ni héréditaire, m (...)

75Les conséquences de ces caractéristiques sont notables. Le but et la nature des concessions dont les évêques sont les destinataires diffèrent des cas analysés précédemment, puisqu’il s’agit essentiellement, pour les souverains normands, de contrebalancer le pouvoir des grands laïcs par celui d’ecclésiastiques jugés plus dociles, du fait de leur dépendance institutionnelle à l’égard du roi, et moins susceptibles de développer des stratégies familiales. Leurs devoirs militaires et fiscaux ne sont pas évoqués, pas plus qu’ils ne le sont dans le cas des concessions à des laïcs. Mais, on l’a vu, certains diocèses, constitués comme des ensembles territoriaux, jouissent d’une immunité totale ou quasi totale. Si ce type de concession a rencontré la faveur des souverains normands, c’est, comme le rappelle Henri Bresc, parce qu’on ne peut considérer ces biens comme féodaux, « (la concessione) non essendo nè contrattuale nè ereditaria, ma perpetua e di natura pubblica »150. Si la dimension contractuelle n’est pas complètement absente de la désignation d’un évêque (il est entendu qu’un évêque ne peut ni fomenter de complots ni prendre les armes contre le roi), une véritable différence réside dans le caractère non-héréditaire des donations attribuées à ces ecclésiastiques – ce qui favorise le contrôle royal dans une région où les évêques sont désignés par le souverain – et dans la dimension publique de la seigneurie ecclésiastique.

  • 151 Cf. Byzantine Monastic Foundation Documents. A complete Translation of the Surviving Founders’Typik (...)

76Les évêques et les grands, auxquels sont octroyés de vastes territoires, sont pour l’essentiel d’origine normande, ou, à tout le moins, nord-européenne. Les eugoumènes de monastères grecs, eux-mêmes de culture grecque dans un premier temps, peuvent également bénéficier d’immunités151, bien qu’il n’y ait pas d’équivalence entre un évêché et un monastère, fût-il puissant. Les ecclésiastiques peuvent concéder, à leur tour, terres ou castra, mais semblent se livrer assez peu à cette pratique, si l’on en croit les archives conservées dans les chartriers des cathédrales.

  • 152 J.-M. Martin, « Aristocraties et seigneuries ».
  • 153 Cf. chapitre 5. Pour les grands personnages de culture grecque, nous renvoyons aux travaux de V. vo (...)

77Jusqu’ici, l’intégration des élites en place au moment de la conquête est inexistante, à la différence de la Pouille contemporaine, par exemple152, alors même que leur aide était appréciée dans l’administration et qu’elles faisaient partie de l’aristocratie153. Toutefois, la documentation normande livre des informations sur les biens fonciers des quwwād arabo-musulmans dont il importe de clarifier la nature exacte.

IV. L’intégration des Arabo-musulmans aux élites siciliennes, les quwwād siciliens et le raḥal

  • 154 H. Bresc, « De l’État de minorité à l’État de résistance ».

78Toute conquête pose la question du sort réservé aux élites en place à l’arrivée des conquérants. En Sicile, un certain nombre d’individus sont qualifiés de quwwād ; ils sont souvent définis comme les représentants d’élites arabo-musulmanes à l’époque normande154. Il convient donc de tenter de revenir sur la nature exacte de ce groupe, si ces individus en constituent un, avant de pouvoir poser la question de leur rôle éventuel dans le contrôle des hommes et du territoire dans la Sicile normande.

79En outre, d’autres individus arabo-musulmans, qui ne sont pas désignés comme des quwwād et dont on ne sait pas toujours s’ils se sont convertis au christianisme, apparaissent comme bénéficiaires de concessions foncières et/ou en mesure de mener un train de vie qui les rangent parmi les élites siciliennes.

Les quwwād dans la Sicile normande

  • 155 Nous donnerons dans ce passage toutes les occurrences de ce terme tant latines que grecques et arab (...)
  • 156 Devant la diversité des situations, H. Bresc a conclu à l’existence de trois groupes de quwwād : au (...)
  • 157 Cf. chapitre 5. Nous dirons ce que nous savons de leur fortune et des formes de patronage qu’ils dé (...)
  • 158 Cf. chapitre 5.

80On a vu que le titre de qā’id, transcrit sous la forme gayt ou gaytus en latin155, était porté par les responsables de l’administration centrale d’origne arabo-musulmane, notamment eunuques, mais il est porté également par d’autres individus et derrière cette apparente similarité se laisse lire l’hétérogénéité des conditions sociales et économiques dont relèvent les personnes ainsi qualifiées156. Nous laisserons de côté ici deux ensembles, dont le mode de vie est incontestablement celui de membres des élites, mais dont on ignore la relation exacte aux revenus de la terre. Le premier est celui des hauts fonctionnaires convertis de statut servile ou non157 ; le second celui des grands arabo-musulmans qui fréquentent la cour, tel le qā’id Muḥammad b Ḥammūd Ibn Ḥajar158. Commençons donc par recenser l’ensemble des noms de quwwād qui nous sont parvenus et par préciser le contexte qui les voit intervenir.

Les quwwād dans les documents latins et grecs159

  • 159 Nous laissons ici de côté les actes notariés en arabe qui seront évoqués dans le chapitre 9.

811. 1102 (Cusa, p. 551) ; grec

Tancrède fait une donation à la cathédrale de Catane

Parmi les témoins, figurent : Kaitos Abdesseitês (« le qā’id ‘Abd al-sayyid ») et kaitos Nikolaos.

822. 1103 (Ménager, Notes critiques, doc. 4) ; grec.

  • 160 Cusa lisait « Nikolaos » (Cusa, p. 552-554).

L’évêque Jacques concède au monastère Sant’Agata de Catane le prieuré San Giovanni de Fiumefreddo Parmi les témoins : kaitês Niel160.

833. 1108 (White, doc. 8) ; latin

Délimitation de San Pietro (près de Castronuovo)

Parmi les individus convoqués, figure le gaytus Bula Mele (al-qā’id Bū-Allāh Mulā).

  • 161 Cette version a pu être vérifiée grâce à la photographie sur verre exécutée par C.-A. Garufi et con (...)
  • 162 Quatre documents sont pris en compte : un latin de 1114, un grec-arabe de 1133 (mais les noms ne fi (...)

844. 1114 (Patti, Fond., I, 42-43 ou 81-82 et Girgensohn et Kamp, Urkunden, p. 65) et 1133 ; latin (1114) et grec (1133) et latin161 (1133)162

  • 163 À noter, J. Johns propose lui aussi une reconstruction des noms arabes, ibid., p. 97-98.

Le vicus de Mirto est délimité pour l’évêque de Patti en présence des boni homines des localités environnantes163. Sont qualifiés de sarraceni :

    • 164 Garufi, Per la storia (1912), doc. 2 : Micherez de Jatino.
    • 165 Ibid. : Alus de Jatino.
    • 166 Ibid. : Jatino.
    • 167 Ibid. : Jatinensis.
    • 168 Ibid. : Alus de Jatino.
    • 169 Ibid. : Gaitus.
    • 170 Ibid. : de Jato.
    • 171 Le document est troué à cet endroit.
    • 172 Ibid. : de Iato.
    • 173 Ibid. : de Iato.
    • 174 Ibid. : Bulhassin filius Maluf de Jato.
    • 175 Ibid. : Abdelgasat de Jato.

    Pour Iato, Gaytus Miherez de Iatino164 [O kaitês Michriz tou Giatou, Gaytus Miheret de Iatino] (« le qā’id Miḥriz de Iato »), Gaytus Bulcassin filius Aliis de Iatino165 [O kaitês Boulkasimos Epen Allious, Gaitus Bulcassin filius Alus de Iatino] (« le qā’id Bū-l-Qāsim b. ‘Alī de Iato »), Gaytus Othemen filius Peleu de Iatino166 [Outhmen Epen Chammout ; même version que doc. de 1114] (l’écart entre les deux versions est étrange : « le qā’id ‘Uthman b. Peleu ? de Iato », en latin et « le qā’id ‘Uthman b. Ḥammūd de Iato », en grec), Boabdille filius Amor Iatinensis167 [Bouabdille Epen Oumour, même version que doc. de 1114] (« Bū ‘Abd Allāh b. ‘Umar de Iato »), Gaytus Boabdille filius Aliis de Iatino168 [Bouabdille Epen Allious, Gaytus Boabdille filius Alus de Iatino] (« al-qā’id Bū ‘Abd Allāh b. ‘Alī de Iato »), Gaytus169 de Scaranis iatine Maumet de Iatino170 (O kaitês tôn skararanôn tou Giatou Mouchoummout, Gaytus de...nis171 iatine Mahumet de Iato] (« le qā’id des soldats de Iato Muḥammad »), Bulcassin filius Miherez de Iatino172 [Boulkasim, Bulcassin filius Miheret de Iato] (« Bū-l-Qāsim b. Miḥriz de Iato »), Bulhusseyn filius Ysaac de Iatino173 [Boulchousen Epen Ischak, Bulhussein filius Ysaac de Iato] (« Bū-l-Ḥusayn b. Isḥāq de Iato »), Bulhassen filius Maluf de Iatino174 [Bou... Epen Malouf, Bulhassen filius Maluf] (« Bū-l-Ḥasan b. Makhlūf de Iato »), Fichi Abelgafar (illis.) de Iatino175 [Abdelgafar o fikês, Fichi Abdelgafar de Iato] (« al-faqīh ‘Abd al-Ġaffār de Iato ») ; et omnes maiores natus Iatinae.

    • 176 Johns, Arabic Administration, p. 97 : Husseyn.
    • 177 Ibid. : Bulcassinus.

    Pour Mirto, Gaytus Myrte nomine Husseyn [O kaitês tou Murtou Chousein, Gaytus Myrte nomine Husseyin176] (« le qā’id de Mirto Ḥusayn »), Bulcassimus177 myrtensis [Boulkasimos, Bulcasinus myrtensis] (« Bū-l-Qāsim de Mirto »), Amut notarius mirtensis [Chammout o not..., Hamut notarius myrtensis] (« Ḥammūd le notaire de Mirto ») ; et omnes Saraceni Myrtenses.

855. 1116-trad. latine de l’arabe en 1266. (Bresc, 1995)

Acte notarié ; vente d’une terre dans les environs de Palerme

  • 178 Nous restituons directement ce qui peut l’être sans hésitation.

Philippus filius Gayti Phytien, chrétien, achète à Bin B [...] [a Charz] alla filio Abdelgani Ellahmi (Ibn ? Ḥirz Allāh b. ‘ Abd al-ġanī al-Laḥmī178) une terre près de Cefalà.

866. 1122-1124 (cf. doc. 24 des noms de vilains ; chapitre 9) ; latin

Concession de vilains à Trablisin

Ils dépendaient auparavant du gayt Malahel [Mihahol] (« al-qā’id M ? ») de Butera.

877. 1123 (Cusa, p. 471) ; grec

Jugement de la cour convoquée par le comte Roger pour régler un litige qui oppose Boumadares fils de Petteranos et Muriel de Peterrana à propos d’un moulin localisé vers Cimmina Est cité dans l’acte le qā’id Alê (gén.) (‘Alī).

888. 1130 et trad. latine de l’arabe en 1255 (Bresc, 1995)

Vente d’un tenimentum terrarum (Rahalkarram).

Gualterius christianus cognitus de Seyda de Panormo, filius senis Mathei, achète à Bulhasen filius Gayti Karram Essaly (Bū l-ḥasan b. qā’id al-Karrām al- ?) une terre.

  • 179 Il existe de ce document une version grecque en lambeaux et une version latine.

899. 1132 (Spata, Diplomi greci, doc. 3, p. 423)179 ; grec et latin

Confirmation par Roger II de donations (vilains et terres) faites à l’évêché de Cefalù, dont le Rahal Ray ; ces biens sont délimités

  • 180 Spata, Diplomi greci, doc. 3 : Othemme.
  • 181 Ibid. : Abdelmume.
  • 182 Ibid. : Othemme.

Les boni homines comprennent douze Sarrasins : Gaitus Zicciri (alqā’id Zakrī), Gaitus Bunfadal (al-qā’id Bū-l-faḋal), Othemm180 ben Chiminie (‘Uthman b. ?), Bucher filius Rasun (Bū-l-khayr b. Rizzūn), Gaitus Gazi (al-qā’id Ġāzī), Muhummet filius Chalef (Muḥammad b. Khalaf), Ossen filius Othemm (Ḥusayn b. ‘Uthman), Assen de Messusina (Ḥasan ?), Sallem filius Corray (Salam b. ?), Abdelinume181 filius Mezic (‘Abd al-mu‘min b. ?), Othemm182 filius Mesus (‘Uthman b. ?) et Cheteb Iuseph (al-Kātib ? Yūsuf).

9010. 1142 (Cusa, p. 302) ; grec

Dans le cadre du règlement d’un litige à propos des limites entre San Filippo d’Agira et Regalbuto, celles-ci sont redéfinies, en s’appuyant notamment sur le témoignage de boni homines

  • Pour Castrogiovanni (anthrôpoi) : O kaitês Mouchametou (al-qā’id Muḥammad), Ketos Boulboutouch uios kaitou Oumouri (al-qā’id Bū-l-Futūḥ, b. al-qā’id ‘Umar), Audelmenem Epinzêt (‘Abd al-Mun‘im b. Zayd), Kait Alês Epenmoumen (al-qā’id ‘Alī b. Mu‘min), Auderachame Epinbarnani (‘Abd al-Raḥman b. al-Barnanī ?), Chousin Epinlous (Ḥusayn b.‘Alī).

  • Pour Gagliano (agarinoi) : O kait Chilel (al-qā’id Hilāl), Ebrachem Epencheste (Ibrāhīm b. ?), Soulêeme Epenmechetê (Sulaymān b. ?), Tzproun o adelfos kait (« Jabrūn le frère du qā’id »).

  • Pour Adernò (anthrôpoi) : ketês Boulkasimos Epenmaouie (al-qā’id Bū-l-Qāsim b. Mu‘awiya).

9111. 1142 ? (Cusa, p. 306) ; grec

Règlement d’un litige entre l’évêque de Messine et Gilbertus Perollus à propos du casal de Gagliano par des représentants du roi

Parmi les boni homines figure Maimounin (Maymūn).

9212. 1154 (Cusa, p. 317) ; grec

Règlement d’un conflit à propos des limites de Gagliano, Milge et d’autres casaux

  • Pour Adrano (gerontes) : Kaitês Boulkasimos (al-qā’id Bū-l-Qāsim), Kaitês Bofkeras vios Selmenê de San Filippo d’Agire (al-qā’id ? b. Salmān), Kaitês Abdecharamen uios Chala (al-qā’id ‘Abd al-Raḥman b. ?), Aetês vios Chalkeôs (‘Iyāḋ b. ?).

  • Pour Gagliano (gerontes) : O kaitês Bolêmenos (al-qā’id Bū-l-Imān), kaitês Chilêdês uios Matzoezê (al-qā’id Khālid b. ?).

9313. 1154 (Cod. Diplo., doc. 4), trad. latine de l’arabe en 1258

Concession et délimitation de Haiarzeneti et Margana pour San Giovanni dei Lebbrosi

Dans les limites de la Margana, sont mentionnés : planum Gayti Bugalibi (al-qā’id Abū-l-Ġālib) et terras filii Leonis qui sunt in manibus gayt Bugalibi (idem).

9414. 1154-1171 (Collura, doc. 25) ; latín

L’évêque d’Agrigente achète les casaux de Michalilfe, Muccarin, Misectus et Rahal Sulle (près d’Agrigente)

Ces derniers étaient la propriété du gayt Abdisalemo filius Abdiliabar (al-qā’id ‘Abd al-Salām b. ‘Abd al-Jabbār) et d’autres gayts non cités.

9515. 1159 (Collura, doc. 17) ; latin

Achat par l’évêque d’Agrigente de terres situées à Mittino (non loin de la cathédrale d’Agrigente)

Elles étaient la propriété du gayt Abdilmule (al-qā’id ‘Abd al-Mulā).

9616. 1172 (Cusa, p. 487) ; bilingue latin-grec

  • 183 La version grecque contient des noms supplémentaires ; ils sont indiqués dans le dernier paragraphe

Donation d’une terre à Santa Lucia de Syracuse par Guillaume II aux chanoines de Cefalù ; elle est délimitée et des boni homines sont cités183

    • 184 Version un peu différente en grec : O gambros tou notari Abderrachmen.

    Pour Syracuse, Sarraceni : gaitus Maimon (al-qā’id Maymūn), Abderahamen gener suus (« ‘Abd al-raḥman son gendre »)184 ;

  • Pour Agulia, Sarraceni : gaitus Hamar (al-qā’id ‘Umar), Bocher Binsarcus (Bū-l-khayr b. Zirqūn), gaitus Brahim (al-qā’id Ibrāhīm), Maimondus filius suus (« Maymūn son fils »), Abdelali (‘Abd al-‘alī), et multi alii.

Noms supplémentaires dans la version grecque : Kait Abderrachmen ebên Mouchoummet (al-qā’id ‘Abd al-Raḥman b. Muḥammad), Azouz epbên Chatdaiie (‘Azzūz b. ?), Ali epbên Metzêri (‘Alī b. al-Māzarī), Phêttach epbên Mouse (Fatāḥ b. Mūsā).

9717. 1175 (Spata, p. 451) ; bilingue arabe-grec, trad. latine de 1286 seule conservée

Des boni homines apparaissent dans le règlement d’un litige sur les limites entre Charsa et Ottumarano

    • 185 Spata : Abdelguayti.
    • 186 Spata : Elbufaragius.
    • 187 Spata : Africanus.

    Pour Ottumarano : Gaytus Rahmun de Michiken (al-qā’id Raḥman de Michiken), senex Aly filius Ychie de Michiken (al-shaykh ‘Alī b. Yaḥyā de Michiken), senex Chalif filius Humur de Michiken (al-shaykh Khālif b. ‘Umar de Michiken), gaytus Aly elbenifati de Gurfe (al-qā’id ‘Alī al-Bū Nafāṫī = de Bū Nafāṫ, près d’Alcamo ?, de Gurfa), frater eius Ahmed elbenifati de Gurfe (« son frère Aḥmad al-Bū Nafāṫī » = de Bū Nafāṫ, près d’Alcamo ?), gaytus Abdelgayti185 filius Abdesselem de Gurfe (al-qā’id ‘Abd al- ? b. ‘Abd al-Salam de Gurfa), Elbufonagius186 filius Abdesellem affricanus187 de Gurfe ( ? b. ‘Abd al-Salam al-Ifrīqī = « l’Ifrīqiyen » de Gurfa).

    • 188 Spata : filius succentoris...

    Pour le casal de Charsa : Bubiker filius Sittonis188 de casali Yhale (Abū Bakr b. Zaydūn du casal Yhale), frater eius Hasen de casali Yhale (« son frère Ḥasan du casal Yhale »), gaytus Chuseyn filius Abdelmuchsen de Cassari (alqā’id Ḥusayn b. ‘Abd al-muḥsin de Cassari), Brahym filius Humur de Cassari (Ibrāhīm b. ‘Umar de Cassari).

9818. 1188 (Garufi, Per la Storia, doc. 6) ; latin

Costantino, miles, vend deux terres à l’abbé de Lipari et Patti près de Milazzo

Une des limites mentionne terram filiorum gaiti Nemi et nepotum suorum, une autre (pour la deuxième terre) évoque terram eiusdem gaiti Nemi et nepotum suorum (« al-qā’id Ni‘ma et ses petits-enfants »).

9919. ? – Mentionné dans un acte de 1208 (Winkelmann, 1, doc. 97) ; latin

Un acte de Frédéric II en faveur des chevaliers de Saint-Jean à Messine en mentionne un autre en faveur d’Eugenius de Calo : concession dans le Val de Milazzo de terras laboratorias ac duo paricla que fuerant quondam gayti Aymar (‘Umar) et idem dominus imperator felicis memorie Boccayto quondam secreto concessit...

  • 189 On a indiqué les termes qui les désignent au fil de l’énumération : ils sont variés.
  • 190 Sur leur rôle dans les communautés rurales, cf. chapitre suivant, p. 507-508.
  • 191 Nous avons indiqué dans la liste les qualifications de cette nature mentionnées dans les documents.

100Les quwwād ne semblent pas être liés à un contexte géographique déterminé : on en trouve cités dans toutes les régions insulaires. En outre, on entrevoit un double contexte d’utilisation du qualificatif « qā’id » : celui de propriétaires de biens fonciers dont on ignore les charges ou fonctions et celui de boni homines, individus respectables d’une communauté d’habitants189, qui sont appelés à prendre part aux affaires collectives et à témoigner190, mais dont on ignore tout du patrimoine. Dans les deux cas, toutefois, nous avons à faire à des élites au moins locales et leur mention reflète une diversité sociale de la population arabo-musulmane plus grande qu’on ne l’a souvent dit. Notons, enfin, que sont désignés ainsi tant des chrétiens que des musulmans191.

101Le terme qā’id est donc distinctif mais vague. Il est la marque d’une origine arabo-musulmane et d’une prééminence sociale qui est relative au contexte d’utilisation et ne tient compte ni de la religion, ni du statut personnel (servile pour les hauts fonctionnaires, soumis à des statuts sur lesquels nous reviendrons pour ceux des jarā’id, propriétaires fonciers libres pour certains, enfin).

  • 192 Ainsi (cf. liste supra) l’évêque d’Agrigente, Gentil, achète en 1159 des terres au gaitus Abdilmule(...)
  • 193 La traduction en 1266 d’un acte de 1116 fait apparaître un certain Philippus christianus filius Gay (...)
  • 194 Cf. supra.
  • 195 Ce que confirme le maintien de grands domaines allodiaux dans l’ouest de la Sicile jusqu’au XVe siè (...)

102Les quwwād ne sont pas exclus de la propriété foncière et sont même le plus souvent évoqués dans les sources en tant que propriétaires, dans le cadre d’une vente en particulier, ou, peut-être, certaines mentions étant moins claires que d’autres, en tant qu’exploitant relevant d’un statut différent. La documentation témoigne surtout de l’érosion de leurs biens autour d’Agrigente192 ou de Palerme193. Les quwwād jouissent de tous les droits sur ces terres, y compris du droit de les vendre. Ce privilège, comme d’autres de nature régalienne (ceux qui sont exercés sur l’eau, par exemple)194, apparentent le statut de ces terres à celui d’alleux195, sans que l’on sache quelle est leur origine. On peut se demander s’il ne s’agit pas, pour une part, de raḥā’il que leurs bénéficiaires se seraient appropriés.

103Les quwwād ne sont pas les seuls individus arabo-musulmans à avoir accès aux revenus de la terre.

Biens fonciers et nature du patrimoine des grands arabo-musulmans siciliens

  • 196 Il n’y a ni conservation ni christianisation de la fonction. Cf., pour comparaison, P. Guichard et (...)

104Aucun grand arabo-musulman ne se voit déléguer la charge d’un castrum ni les tâches et les privilèges qui en découlent, du moins dans les documents qui nous sont parvenus196. En revanche, ils tirent bénéfice de casaux, de vilains, ou de tenimenta terrarum, sur lesquels les informations sont lacunaires.

  • 197 Chamut autem (...) ne comiti, quasi aliquam fallaciam miscens, suspectus fieret, vel minus crederet (...)

105Les exemples de concessions accordées par le souverain à un personnage important d’origine arabo-musulmane ayant vécu en Sicile sont rares. Cependant, on connaît le cas célèbre de Chamut. Lors de la chute de Castrogiovanni en 1086, ce descendant des Ḥammūdides ibériques, membre d’une famille princière, se voit attribuer des terres près de Mileto (en Calabre), alors centre du pouvoir normand en Italie du Sud197. Lorsque leur résistance est réduite, les chefs de guerre musulmans qui se soumettent peuvent donc, exceptionnellement, obtenir des biens que la proximité du pouvoir central permet de surveiller. Chamut, ayant volontairement négocié sa reddition, ne peut perdre ses privilèges sans contrepartie, et dans les décennies ultérieures ses descendants, directs ou indirects, se verront souvent confier des charges importantes. Il s’est toutefois converti avant même d’obtenir les faveurs du souverain.

  • 198 Cf. p. 325.

106Ibn Ḥajar présente un cas encore différent. Ses biens lui furent confisqués lorsqu’il fut accusé d’avoir trahi au profit des Almohades198, mais on ignore quelle part en était foncière et quelle était leur origine.

  • 199 Cf. chapitre précédent.

107Certains Arabo-musulmans se sont vus concéder des revenus prélévés sur un groupe d’hommes ou ont conservé le bénéfice d’une concession antérieure, nous l’avons vu dans le cadre de la description des biens revenant à l’abbaye de Monreale199. La question est de savoir si l’on peut étendre ce modèle à toute la Sicile. Il faut également tenir compte de nombreuses régions sur lesquelles nous ne savons rien et qui étaient avant tout peuplées d’Arabo-musulmans. Peut-on considérer que leur situation ne fut pas profondément bouleversée par la conquête ? D’une certaine manière le cas de l’Agrigentin, où l’on a vu que les Arabo-musulmans étaient très nombreux et sur lequel le chartrier de la cathédrale d’Agrigente jette une lumière partielle, suggère qu’une évolution (par le rachat de terres appartenant à des Arabo-musulmans) se dessine à partir du milieu du siècle. Là aussi, toutefois, ce cas microrégional peut difficilement être généralisé sans plus de précaution.

***

  • 200 Pour une comparaison avec la péninsule Ibérique, on peut voir P. Chalmeta, « Concessiones territori (...)
  • 201 Sur ces distinctions, on peut voir, outre les articles de C. Cahen déjà cités, S. Tsugitaka, State (...)

108On a donc affaire, pour ce que l’on peut en savoir, à des types de propriété foncière, ou de concessions fiscales, probablement ancrés, pour une part, dans une réalité antérieure à la conquête qui nous échappe200. Faut-il en effet penser que ces domaines avaient, à l’origine, été concédés comme une sorte de salaire pour services rendus (iqṫā‘ al-istiġlāl), à travers la perception des impôts, et furent ensuite l’objet d’une appropriation, abusive en théorie, par leurs bénéficiaires dès la domination musulmane ? Ou bien les Normands ont-ils maintenu un type de concession qui assurait au bénéficiaire une jouissance équivalente à la propriété en échange de l’acquittement d’impôts au pouvoir central (iqṫā‘ al-tamlīk)201 ? Ou bien encore s’agissait-il de propriété pleine et entière dès le départ ?

109En réalité la situation est probablement très variée : le cas de Chamut diffère sans doute des concessions de quelques foyers fiscaux qui apparaissent dans le documents de Monreale, qui elles-mêmes ne sont pas identiques à la jouissance d’un domaine vendu grâce à l’établissement d’un acte notarié, même si la nature juridique de ces sources de revenus a peut-être évolué dans le temps. Rien ne permet de trancher, en l’absence d’informations supplémentaires, notamment concernant les obligations des détenteurs de ces biens vis-à-vis du pouvoir royal au XIIe siècle. Il demeure, toutefois, que les nouveaux maîtres de l’île ne semblent ni avoir modifié drastiquement la situation qu’ils découvrirent à leur arrivée, ni fait quoi que ce soit par la suite pour la maintenir. Elle s’errode en effet progressivement à la fin de la période.

  • 202 Cf. supra le cas de la jarīda pour Monreale.

110La consistance économique des concessions faites à de simples milites et celle des biens appartenant aux quwwād se ressemble. Une interrogation qui est destinée à demeurer telle en l’absence de documentation supplémentaire concerne le rôle joué par les raḥal/s dans ce cadre. Ont-ils influencé les concessions attribuées aux milites et l’attribution de revenus tirés de vilains202 ?

  • 203 Cf. le préambule.
  • 204 On verra la fin du chapitre 5, sur ce point.
  • 205 Cf. chapitre 5. Rappelons que Iohar a participé aux guerres menées pour mater les rebelles dans la (...)

111Sont-ce les seuls points communs entre ces différents représentants des élites ? on peut en effet s’interroger sur l’éventuelle contrepartie militaire, outre la contrepartie fiscale, que tiraient les Hauteville des concessions faites à des Arabo-musulmans. À l’origine, en effet, dans le monde islamique en général, mais également en Sicile, le terme qā’id revêt une dimension militaire. On se rappelle le rôle des quwwād au moment de la conquête normande203. Cette dimension a-t-elle pu disparaître complètement avec la mise en place du nouveau pouvoir qui aurait imposé le désarmement des Arabo-musulmans insulaires204 ? Rien ne permet de l’affirmer. Le fait que tous les eunuques portent un tel titre et apparaissent aussi comme les membres d’une sorte de garde rapprochée des souverains, comme le grand nombre de Sarrazins évoqués dans les troupes, invitent à la prudence205. Si les éléments manquent pour répondre à cette question, il convient donc de ne pas écarter l’hypothèse trop rapidement.

Conclusions du chapitre 7

112La réalité féodale est donc extrêmement limitée dans le cadre insulaire, pour deux raisons principales. Les Hauteville semblent, d’une part, laisser en place une grande diversité de situations, qui reflète en partie les circonstances relativement pacifiques d’une conquête qui s’est prolongée dans le temps. Il est indéniable, d’autre part, que la dynastie royale entend construire un État aussi centralisé que possible et contrôler les grands de l’île. Ces choix, contradictoires seulement en apparence, ont tous deux pour objectif de favoriser la rentrée de revenus fiscaux importants, permettant au souverain de mener une politique aussi ambitieuse que coûteuse.

113Les milites d’origine occidentale sont les bénéficiaires de concessions, proches de donations sans condition, même si certains droits qu’ils pourraient exercer dans ce cadre sont limités, notamment l’exercice de la justice. Quant aux grands latins, ils sont contrôlés de près : aucun ne porte le titre comtal, la formation de grands ensembles territoriaux placés sous leur autorité est évitée autant que faire se peut, enfin leurs alliances matrimoniales et les conséquences patrimoniales de ces dernières sont soumis à des règles sévères.

114En outre, l’éventuelle émergence d’ensembles territoriaux qui serviraient de fondements à la puissance des aristocrates est contrebalancée par les concessions faites par le souverain à l’archimandritat de San Salvatore ou aux évêchés, dont le découpage reflète la volonté comtale puis royale. Les évêchés se voient en effet confier une partie du contrôle du territoire insulaire. Le fait que leurs titulaires ne puissent transmettre leurs prérogatives héréditairement et qu’ils soient choisis sinon par le souverain, du moins avec son accord, les favorisent par rapport aux grands laïcs. Cette situation privilégiée est accentuée par le fait que la géographie ecclésiastique promue par les Normands calque les équilibres administratifs et politiques insulaires en place au moment de la conquête. Le rôle de ces évêques, dotés d’immenses territoires et de pouvoirs très étendus, est moins de christianiser la population que de la contrôler, au besoin par la force. Certains évêchés, peu documentés, sont peut-être dans une situation difficile qui n’est pas très éloignée de celle d’Agrigente (celui de Mazara notamment).

115Quant aux élites arabo-musulmanes, elles sont très variées. Au niveau local, elles sont constituées tant de propriétaires que de bénéficiaires de concessions, de boni homines et autres individus de bona fama, autorisés à témoigner. Elles semblent toutefois connaître une érosion de leur pouvoir économique (et de leur rôle ?) après le milieu du siècle.

  • 206 Sur cet aspect, on verra la rapide mais suggestive mise au point de P. Corrao, « Gerarchie sociali (...)

116À l’issue de cette analyse, apparaît clairement la grande variété de la composition des élites206 et de leurs sources de revenus.

Notes

1 Nous renvoyons ici à la très claire introduction de S. Reynolds, Fiefs and Vassals. The Medieval Evidence Reinterpreted, Oxford, 1994.

2 La réflexion sur la féodalité dans le sud de l’Italie suit les courants de l’historiographie générale : problèmes de datation, de continuité ou de rupture, de terminologie, elle n’a rien à envier aux débats mieux relayés dans le monde scientifique. Voir en dernier lieu, P. Skinner, « When was Southern Italy “feudal” ? », dans Il feudalesimo nell’alto medioevo, Spolète, 2000, 1, p. 309-340 (XLVII Settimana di Studi sull’alto medioevo), qui insiste sur l’adaptation des Normands à des réalités socio-économiques déjà en place et sur une évolution progressive plutôt que sur l’idée d’une rupture et d’un bouleversement drastique, même si sa connaissance de la Sicile reste limitée et, surtout G. Petralia, « La signoria nella Sicilia normanna e sveva : verso nuovi scenari ? », dans La signoria rurale in Italia nel medioevo (Atti del II Convegno di studi, Pise, 6-7 novembre 1998), Pise, 2004, p. 217-254.

3 On verra l’article stimulant de P. Bauduin sur ce point : « Les modèles anglo-normands en questions », dans Nascita di un regno. Poteri signorili, istituzioni feudali e strutture sociali nel Mezzogiorno normanno (1130-1194) (Atti delle Diciasettesime Giornate normanno-sveve (Bari, 10-13 oct. 2006), Bari, 2008, p. 51-98, spéc. p. 61-69.

4 Parmi les exemples les plus connus, on peut citer les investitures données aux chefs de guerre, puis souverains, normands par les papes successifs, tout au long du XIIe siècle. Cf. G. Giordanengo, « Les féodalités italiennes », dans Les féodalités. Histoire générale des systèmes politiques, dir. J.-P. Poly et E. Bournazel, Paris, 1998, p. 211-263, spéc. p. 228. Mais on ne peut voir là un apport normand ; de même, l’héritage local sud-continental explique bien plus le développement de certains réalités « féodales » dans cette région au XIIe siècle que l’apport normand (ibid., p. 229).

5 La situation est identique, notamment, dans les Abruzzes, en Pouille ou en Lombardie. Cf. ibid., p. 211-243.

6 Tradition – reprise par la plupart des auteurs qui travaillent sur l’Italie – qui met l’accent sur la délégation des droits de justice et, globalement, des droits régaliens en faveur des féodaux. Sur cette nuance « italienne », cf. S. Reynolds, Fiefs and Vassals, introduction et G. Petralia, « La « signoria » nella Sicilia normanna », p. 217. Nous faisons nôtre la position de C. Wickham, « Le forme del feudalesimo », dans Il feudalesimo nell’alto medioevo, p. 15-46.

7 S. Carocci, « Signoria rurale, prelievo signorile e società contadina (sec. XI-XIII) : la ricerca italiana », dans Pour une anthropologie du prélèvement seigneurial dans les campagnes médiévales. Réalités et représentations paysannes, éd. M. Bourin et P. Martinez Sopena, Paris, 2004, p. 63-82.

8 On a dernièrement remis en question la différence qui existe entre « système tributaire » et « féodalisme » en arguant qu’elle n’est pas sensible pour les paysans et en faisant de cette diversité une question regardant l’histoire de la construction de l’État (cf. ibid.). Si l’organisation économique a le même but dans les deux cas (permettre à un groupe d’hommes de vivre des concessions qui leur ont été faites et de financer des activités militaires lorsque cela est nécessaire), les considérer comme équivalentes ne fait qu’évacuer la question d’une analyse plus fine des mécanismes mis en œuvre.

9 C. Cahen a défendu cette position de la manière la plus convaincante, en la mettant en rapport avec l’histoire pré-normande de la région : « Ce qui facilite cette maîtrise du pouvoir central est précisément le fait que la société qu’il régit est en grande partie non féodale. La notion d’État a ainsi dès l’origine une base matérielle, et la possibilité pour le prince de recruter des agents d’administration et surtout une armée en dehors des cadres féodaux réduit d’autant l’importance sociale et les moyens matériels d’indépendance des feudataires » (Le régime féodal de l’Italie normande, Paris, 1940, p. 41).

10 D. Barthélemy, La mutation de l’an mil a-t-elle eu lieu ? Servage et chevalerie dans la France des Xe et XIe siècles, Paris, 1997, p. 110 et sq. par exemple.

11 Sous Roger II (1130-1154), parmi les diplômes royaux latins conservés ayant trait à la Sicile (cf. Cod. Diplo), on ne trouve jamais le terme vassallus, une seule fois celui de vavassor dans une copie tardive et incomplète ; une fois le terme fidelis. Pour les périodes qui suivent, on retrouve les mêmes caractéristiques, à la différence près que le terme fidelis devient plus présent.

12 Les thèses d’histoire régionale de L. Feller, Les Abruzzes médiévales et J.-M. Martin, La Pouille sont sur ce point éclairantes.

13 E. Cuozzo, « La feudalità del ‘Regnum’ nell’età di Ruggero II », dans Alle origini del costituzionalismo europeo. Le Assise di Ariano 1140-1990, éd. O. Zecchino, Ariano Irpino, 1996 (Centro europeo di studi normanni, Fonti e Studi, 8), p. 153-167, spéc. p. 154.

14 On le retrouve par exemple, en 1121, dans un acte par lequel Raul Cephaludi dominus concède à Guiscardus : in perpetuum per feodum ad utendum et fruendum villanos sex cum omni eorum patrimonio et heredibus et recipi a te [hommagium] et quinquagenta tarenos et unum caballum, Garufi, Cens. e catast., doc. 1. Le contenu rappelle ce que l’on peut trouver ailleurs en Occident, même si le terme hommagium semble une invention de l’éditeur et n’est pas indispensable ici. Rappelons tout de même qu’il s’agit d’un transumptum de 1196 et que nous ne sommes pas à l’abri d’une opération de réécriture.

15 Catalogus baronum, éd. E. J amison, Rome, 1972 (F.S.I., 101).

16 Cette idée a une longue tradition, cf. notamment, J.-M. Martin, « Aristocraties et seigneuries en Italie méridionale aux XIe et XIIe siècles : essai de typologie », Journal des Savants, (janv.-juin 1999), p. 227-260.

17 Cf. l’introduction d’E. Jamison à son édition du Catalogus Baronum et le commentaire d’Errico Cuozzo au texte : E. Cuozzo, Catalogus Baronum, Commentario, Rome, 1984.

18 E. Jamison, « Additional Work by E. Jamison on the Catalogus Baronum », Bullettino dell’Istituto Storico Italiano per il Medio Evo e Archivio Muratoriano, 83 (1971) p. 1-65, spéc. p. 34-56.

19 Ibid. Soulignons que le terme n’apparaît pas dans le texte des Assises d’Ariano, cf. Le Assise di Ariano, éd. et trad. de O. Zecchino, Cava dei Tirreni, 1984. Le seul passage qui ait un lien avec cette question a trait à la nova militia. On a, en général, considéré qu’il en fermait l’accès à de nouveaux venus et définissait ainsi l’élite militaire du royaume (art. XIX du ms Vat. et 31 du ms Cas.). E. Cuozzo en a donné une interprétation dans « Quei maledetti Normanni ». Cavalieri e organizzazione militare nel Mezzogiorno normanno, Naples, 1989, p. 53.

20 Catalogus baronum, du § 1263 au § 1373 (p. 264-276).

21 On les voit agir en 1247-1248. Cf. E. Winkelmann, Acta Imperii inedita, Innsbruck, 1880-1885, 1, p. 701.

22 Catalogus Baronum, p. 276 et sq.

23 Pour la Pouille, J.-M. Martin a une analyse similaire, bien qu’il souligne la diffusion du mot feudum dans les actes de la pratique à partir du XIIe siècle, mais en notant la variété de ses significations. J.-M. Martin, La Pouille, p. 759-760.

24 Cf. J.-M. Martin, « Aristocraties ».

25 Igor Mineo revient sur cette tradition historiographique au cours d’un développement très éclairant sur la formation des élites et le féodalisme en Sicile aux XIIe et XIIIe siècles, cf. Nobiltà di Stato, p. 28.

26 Cf. H. Bresc, « Féodalité coloniale en terre d’Islam », p. 639. Cf. aussi E. Mazzarese Fardella, « Osservazioni sul suffeudo in Sicilia », Rivista di Storia del Diritto Italiano, 34 (1961), p. 99-183. F. Maurici reprend ces idées dans Castelli, p. 107.

27 En conclusion de son ouvrage, Igor Mineo rappelle ainsi : Sembra strano, ma una della principali implicazioni di quella svolta [le passage de la domination musulmane à celle des Normands] e della costruzione di un nuovo regno di cultura latina e cattolica è stata davvero poco sottolineata dalla tradizione storiografica : e cioè che in Sicilia non si costituì il laboratorio signorile che, nei secoli centrali del medioevo, dal IX al XI, caraterizzò largamente, sia pure con forme ed esiti localmente differenziati, l’Europa postcarolingia, Italia meridionale compresa (Nobiltà di Stato, p. 295).

28 A. Sennis l’a bien montré pour la Marsica, dans « Potere centrale e forze locali in un territorio di frontiera : la Marsica tra i secoli VIII e XII », Bullettino dell’Istituto Storico Italiano per il Medio Evo e Archivio Muratoriano, 99 (1994), p. 1-77. On pourrait citer de nombreuses autres études allant dans le même sens.

29 Au terme de son analyse du système administratif normand dans le sud de l’Italie, H. Takayama parvient à la conclusion suivante : The irregular administrative system explains the administrative difference between Sicily and Calabria, and the rest of the peninsula. The king had immediate control of inhabitants and lands by means of registers of lands and villeins in Sicily and Calabria. Vassals and churches were no obstacle to the royal administration. Here there existed a valid and stable administration. In the peninsular administration, however, the vassals were indispensable. The king could control and govern inhabitants and land only through vassals. The list of these vassals was the catalogus baronum (The Administration, p. 165). En outre, la situation calabraise diffère de celle de la Sicile et présente deux visages différents au nord et au sud.

30 Cf. H. Bresc, « Genèse du latifondo », p. 274.

31 K. F. Werner propose des vues éclairantes dans Naissance de la noblesse. L’essor des élites politiques en Europe, Paris, 1998, p. 472-506. J. Flori traite plus précisément de notre sujet dans « Lexicologie et société : les dénominations des milites normands d’Italie chez Geoffroy Malaterra », dans Les sociétés méridionales à l’âge féodal (Espagne, Italie et sud de la France Xe-XIIIe s.). Hommage à Pierre Bonnassie, Toulouse, 1999, p. 271-279. En Pouille, d’après J.-M. Martin (La Pouille, p. 751-754), c’est l’inconsistance du groupe qui frappe tout au long du XIIe siècle.

32 Sembra evidente insomma che la condizione militare, ancora in pieno XII secolo, non ha perso una connotazione originaria di tipo professionale che la rende del tutto inadatta a definire formalmente i contorni di un ceto aristocratico (I. Mineo, Nobiltà di Stato, p. 9). L’auteur montre bien que l’assise De nova militia des Assises d’Ariano ne détermine en aucun cas la fermeture d’un groupe chevaleresque. Comme souvent, la lecture de ce texte a été influencée par les sources souabes et particulièrement le Liber augustalis (ibid., p. 11-13).

33 Voici quelques exemples de milites : en 1100-1101, Geoffroi Borrel fait une donation à l’évêque de Lipari ; parmi les témoins Théodore miles est cité (White, Ap. IV, p. 247). Roger confirme un don fait par Renaud Avenel en 1133 à l’évêque de Patti et Lipari du casal de Mirto ; Jean miles de Parthenacio est un des témoins (Pirro, 1, p. 773-74). De la même manière, lorsqu’en 1186, Baudouin, fils de feu Runinus de Noto, fait une donation au prieur de Bagnara ; parmi les témoins, on note Roger miles et Lorerius miles (White, no 37, p. 279-280). Et l’on pourrait citer d’autres occurrences du terme qui ne diffèrent pas fondamentalement de celles-ci.

34 En 1120, Geoffroi de Hauteville donne des terres situées à Raguse à l’évêque de Catane, parmi les témoins, sont cités : Serlon miles, son fils Robert de Gulsio et Renaud miles magistri Bartholomei (Pirro, 1, p. 525, col. 1). Dans ce cas, l’attachement à un personnage particulier, le châtelain, est souligné. En 1159, Renaud de Tusa, grand justicier, fixe pour les évêques de Cefalù et de Patti la limite qui sépare Petralia de Collesano ; sont témoins de ce jugement : Jean Messanensis de Tusa miles, Philippe de Tusa miles, Guido fils de Robert miles et Richard de Sperlinga et sui milites (Doc. ined., no 34, p. 81-83). Dans le dernier cas, l’attachement de milites à un personnage est à nouveau affirmé, mais ils ne sont visiblement pas suffisamment importants pour que leurs noms soient détaillés.

35 En 1130, une donation de 1111 est confirmée : Renaud Avenel donne un moulin et dix vilains à l’évêque de Cefalù ; un certain Guarnerius miles donne également un vilain (Garufi, ASS, 1940, no 11, p. 74).

36 F. Maurici, Castelli, p. 107.

37 Ainsi Eleazar Maulevrier est un miles relativement important : il fonde dès 1116 une église à Galati. Il est qualifié de miles clarus dans un acte de donation du milieu du XIIe siècle dont on a conservé la confirmation (Garufi, Doc. ined., no 29, p. 67-72). En 1140, un acte de 1111 est confirmé qui rappelle une donation d’Adelicia à S. Pietro de Collesano. En sont témoins Eleazar miles et Absalon miles (Garufi, Doc. ined., no 15, p. 38-40). On le retrouve, enfin, en 1144, avec le qualificatif de miles (Cod. Diplo., doc. no 63, p. 179-183).

38 Au sein de la documentation relative à l’abbaye de Monreale, un document rappelle la concession en 1159 par Jean Malconvenant d’une terre à son fidèle (fidelis) Henri (cf. Garufi, Doc. ined. no 35, p. 83-84). Voir aussi les documents cités plus bas et évoquant des milites qui concèdent une partie des revenus dont ils jouissent sous l’impulsion de leur seigneur.

39 L’expression est de F. Maurici.

40 Jean de Brucato est même désigné comme le nutritus d’Adelicia, fille du comte de Montescaglioso, qui, en 1156, concède à l’évêque Ardouin de Cefalù une église construite par ce même Jean, des terres et quatre vilains (Garufi, Doc. ined. no 31, p. 76-77). Cf. pour les milites non chasés du sud continental, E. Cuozzo, ‘Quei maledetti’, p. 59.

41 C’est le cas de l’acte de 1094 cité plus haut et de la donation du comte Henri d’Aleramici, seigneur de Paternò à S. Maria di Valle Giosafat, qui est suivie d’autres concessions faites par ses proches, et qui est confirmée en 1154 et 1166 (Garufi, Doc. ined., no 29, p. 67-72). De la même manière, Renaud Avenel fait une donation à l’évêque de Lipari entre 1111 et 1130, et il est imité par ses proches (Garufi, 1940, no 11, p. 74). D’autres exemples pourraient être cités.

42 H. Bresc, « Féodalité coloniale », p. 639.

43 Cf. F. Maurici, Castelli, p. 106-107.

44 Ibid., p. 107.

45 H. Bresc, « Le fief en Sicile. Du don gratuit à la structuration de l’État », dans Fiefs et féodalité dans l’Europe méridionale (Italie, France du Midi, Péninsule ibérique) du Xe au XIIIe siècle (Toulouse et Conques, les 6-8 juillet 1998), Toulouse, 2002, p. 75-92, p. 77.

46 Eux-mêmes portent rarement ce qualificatif dans les actes siciliens. Un exemple, datant de 1171, est celui de Anfusus Lucci filius Philippi de Lucci Dei gratia domini regis baronus et consanguineus qui confirme une donation à la cathédrale de Patti (Garufi, Per la storia, 1913, doc. 2, p. 176).

47 Le terme est générique, mais renvoie plutôt aux proches du roi, aux premiers rangs de l’aristocratie, cités aux côtés des évêques ; il peut être distingué, rarement, de celui de milites, pour souligner la supériorité des barones (Cf. Cod. Diplo., Roger II, doc. 3, p. 8 : cum multis nostrorum tam clericorum quam baronum quam militum residentes).

48 F. Maurici, Castelli, p. 106.

49 On peut citer les Hauteville dans la partie orientale de la Sicile essentiellement ou les Aleramici (Cf. H. Bresc, « Gli Aleramici in Sicilia »). La Sicile orientale et les Madonies sont les deux régions les plus concernées. Toutefois, on a souligné avec justesse que l’on ne perçoit pas la mise en place de stratégies familiales claires, ni même la formation de lignages à l’intérieur desquels seraient transmis les ensembles, parfois immenses, concédés (I. Mineo, Nobiltà di Stato, p. 28-31).

50 En latin, on ne trouve le terme que dans deux documents qui définissent les droits de l’évêché d’Agrigente et des terarii du diocèse en matière de dîme. Datés respectivement de 1097, avec des réserves, et de 1139-1154, tous deux sont des copies du XIIe siècle et l’apparition isolée de ce terme pourrait amener à penser que ces actes sont le fruit d’une réécriture postérieure. Cf. Collura, doc. no 4, p. 18 et sq et doc. no 15, p. 40 et sq.

51 A. De Simone a avancé l’hypothèse d’une origine tardo-antique du vocable, cf. « Ancora sui “villani” di Sicilia », p. 475, n. 16.

52 Cusa, p. 246. Les occurrences du terme sont rares.

53 Cf. Cusa, p. 290 (1096, concession à Troina dans laquelle les terrerioi du roi sont soumis à la cathédrale), p. 28 (1145, concession pour l’église de Palerme, dans laquelle on précise que les hommes concédés ne doivent pas faire partie des platee des terrerioi), entre autres références.

54 On trouve également une fois le terme de barūnīya pour désigner l’ensemble des concessionnaires laïcs insulaires dans le préambule de l’acte de 1183 pour Monreale (cf. trad. chapitre 8, p. 502, note 106).

55 On le rencontre dans les préambules aux actes du dīwān, aux côtés des tarāriya, lorsque les grands sont convoqués lors des renouvellements de concessions en 1145 (Cusa, p. 127, p. 472 et p. 563)

56 Comme le rappelle H. Bresc : « Ici le fief comprend les hommes, sans que la terre soit évoquée ; là, c’est la terre seule. La pluralité exclut dès l’abord un plan unique, un projet préalable » (« Le fief en Sicile », p. 76).

57 Ainsi du faux (mais l’authenticité ici ne change rien au propos) daté de 1094 et qui regroupe des donations diverses faites à l’évêque de Lipari. Plusieurs personnes y participent qui détiennent notamment des vilains autour de S. Filippo sur le mont Argirius (White, p. 245). Ainsi du tiers de casal concédé par Constance de Thiron à S. Maria di Valle Giosafat entre 1154 et 1166, près de Paternò (Garufi, Doc. ined., p. 67-72). D’autres exemples, dans H. Bresc, « Le fief en Sicile », p. 84-85.

58 Pour des exemples des uns et des autres, cf. les tableaux de toponymes de l’annexe IX.

59 Ainsi dans la concession faite aux moines de l’église de Chùrchuro en 1149 (Cusa, p. 28-30).

60 Ce terme a donné son nom à une duana apokopôn, cf. chapitre 4 et H. Takayama, The Administration, p. 146.

61 Le terme a été défini à la fin du chapitre précédent. Ainsi dans la conces sion de ‘Ayn bi-l-lyān que fait Guillaume II en 1169 à l’Hôpital sis à Khandaq al-Qayrūz (Cusa, p. 37-39).

62 Pour des exemples d’occurrences, cf. G. Caracausi, Lessico greco della Sicilia.

63 Cf. chapitre suivant.

64 H. Bresc, « Féodalité coloniale », p. 640.

65 H. Bresc, « Le fief en Sicile », p. 77.

66 Ibid., p. 80.

67 Cf. le cas de Jean Malconvenant en 1162 qui doit remettre le château de Calatrasi au roi car il n’a pu lui fournir les onze milites qu’il lui devait (Garufi, Monreale, doc. no 7, p. 6-7).

68 Ainsi de Brucato, fief de six milites, donné à la cathédrale de Palerme en 1157 (Mongitore, p. 37-39). Pour des tentatives d’évaluation, cf. H. Bresc, « Le fief en Sicile », p. 84-85.

69 Les deux notes précédentes contiennent les deux seuls exemples dont on dispose pour la Sicile normande.

70 Ce qui la rapproche du cas catalan, pour lequel P. Bonnassie a souligné cette caractéristique : « Et chacun des membres de la parentèle, à quelque niveau qu’il se trouve, est responsable des mêmes missions, à savoir défendre la terre, la peupler et, face au redoutable voisin musulman, commander l’ost des hommes libres. L’obligation de loyauté et celle de service sont implicites » (« Sur la genèse de la féodalité catalane : nouvelles approches », dans Il feudalesimo nell’alto Medioevo, p. 569-606, spéc. p. 579).

71 Cf. chapitre 4, mais on peut dire que la concession faite à Monreale à la fin du siècle relève de la même logique.

72 Cf. supra, chapitre 5.

73 P. Bonnassie, « Sur la genèse de la féodalité catalane », p. 569-580.

74 Cf. S. Carocci, « Giustizia signorile e potere regio nel regno normanno », dans Puer Apuliae, 1, p. 122-137.

75 Ce trait se retrouve ailleurs en Italie méridionale. J.-M. Martin écrit ainsi : « Aussi a-t-on l’impression que la « mutation féodale » se traduit ici par un changement des bénéficiaires des taxes publiques plus que par une transformation qualitative de celles-ci » (La Pouille, p. 695).

76 On ne peut, bien entendu, établir un parallèle avec la péninsule. On sait que le contrôle royal, pour réel qu’il fût, n’y a jamais été obtenu que par la force utilisée de manière répétée. Il semble qu’ici encore la particularité de l’île dans le schéma général soit voulue et rendue possible par les souverains normands.

77 Cf. sur le dīwān al-taḥqīq, le chapitre 4.

78 Ainsi les documents établis pour l’abbaye de Monreale entre 1178 et 1183 relèvent de la même logique. Ils concernent une aire géographique soumise probablement à des tensions à cette période. Cf. chapitre suivant.

79 Cf supra. Nous reviendrons sur le rôle joué par les boni homines dans le règlement de ces litiges.

80 Ils ont été évoqués dans le chapitre 4. Ainsi, par exemple, Philippe vicomte de Lentini apparaît dans un acte de Tancrède de Hauteville en faveur de l’évêque de Syracuse, Tancrède ayant en charge le territoire de la ville, dont faisait partie Lentini, en 1103 (Pirro, 2, p. 1242) ou de Nicolas vicecomes qui est témoin dans un acte de 1121 (Garufi, Censimento et Catasto, no 1, p. 89-90). De même Maurus et Rainaldus, dans un acte de 1140, confirmation d’un autre de 1111 (Garufi, Doc. ined. no 15, p. 38-40), ou encore Attard vicecomes qui est témoin dans un acte de 1159 (Garufi, Doc. ined., no 34, p. 81-83).

81 Cf. H. Bresc, « Le fief en Sicile », p. 83.

82 Cf. Pseudo-Falcand, p. 64. L’exemple de 1183 concerne le mariage de Roger de Tarsia et de Marie, fille de feu Robert de Malconvenant ; le casal est celui de Bisacquino (Garufi, Monreale, no 47). Cf. également B. Pio, Guillelmo I d’Altavilla : gestione del potere e lotta politica nell’Italia normanna (1154-1169), Bologne, 1996.

83 Ainsi dans un acte de 1111, Adélaïde fait une donation à S. Maria de Messine ; dans le mouvement, Geraldus de Lentini donne à l’église trois bœufs, des terres et deux vilains, mais pour ce faire, il avance la permission que lui a donnée Tancrède de Syracuse (Ménager, Les actes latins, doc. no 7, p. 53-62).

84 Cf. Cusa, p. 37-38, la donation de 1167 en faveur de l’hôpital situé dans le Khandaq al-Qayrūz, dans laquelle Marguerite et Guillaume II rappellent que les hommes concédés doivent être régis par le ḥukm (statut) du dīwān, c’est-à-dire que leurs conditions, droits et obligations ne doivent pas subir de variation ; cf. également l’acte de 1183 concernant les hommes relevant de l’abbaye de Monreale (chapitre suivant).

85 H. Bresc l’a mis en lumière pour les Aleramici (« Gli Aleramici », p. 157-158).

86 Ainsi dans une donation de l’évêque de Cefalù à Guiscard fils de Baudouin, un certain Guido senescalcus apparaît comme témoin (C. A. Garufi, « Censimento e catasto della popolazione servile », no 1, p. 89-90). Or, le contexte est celui d’une seigneurie épiscopale bénéficiant d’une très large immunité. De la même manière, lors d’une donation faite par le comte Henri de Paternò à S. Maria di Valle Giosaphat, parmi les témoins, on note la présence de Constantin senescalcus et de Burgondio senescalcus (Garufi, Le donazioni, p. 18-19).

87 Ainsi, en 1171 Guillaume cappellanus domini Anfusi est témoin d’une donation faite par Amphoux de Lucy à l’évêque de Patti (Garufi, Per la storia, no 2, p. 176-177).

88 Dans le même acte, Gislibertus, châtelain de Petterana, est cité comme témoin. Or, Petterana est le centre de la zone concédée à Amphoux de Lucy.

89 La meilleure preuve de cette efficacité est l’apparition désordonnée de comtes en Sicile au cours des années 1190, au moment où l’île traverse une crise dynastique sans précédent.

90 On peut voir sur ce sujet, F. Maurici, Castelli et Castelli medievali di Sicilia. Guida agli itinerari castellani dell’isola, publié par la Regione Siciliana, centro regionale per l’inventario e la catalogazione e la documentazione dei beni culturali e ambientali, sous la direction scientifique de F. Maurici, Palerme, 2001.

91 Nous reviendrons plus bas sur la legazia apostolica

92 Nous ne nous attarderons pas ici sur l’archimandritat de S. Salvatore de Messine, mais sa fondation par Roger II en 1131, qui en fait l’équivalent d’un monastère impérial dont l’archimandrite élu par les moines est confirmé par le roi et le place sous la juridiction de ce dernier et non sous celle de l’évêque de Messine. Il s’agit d’à encadrer nombre des monastères de langue grecque du Val Demone en créant l’équivalent d’un évêché. Cf. V. von Falkenhausen, « L’archimandritato del S. Salvatore in lingua phari di Messina e il monachesimo italogreco nel regno normanno-svevo (secoli XI-XIII) », dans Messina. Il ritorno della memoria, p. 41-52.

93 Cf. chapitres 4 et 6.

94 F. Maurici, « Le diocesi siciliane nei secoli XI-XII. Note di geografia eccleecclesiastica», dans La Legazia apostolica. Chiesa, potere e società in Sicilia in età medievale e moderna, Palerme, 2000, p. 69-88.

95 Cf. fig. 6.

96 R. Starraba avait proposé une synthèse dans « Contributo alla studio della diplomatica siciliana (1082-1093) », Archivio Storico Siciliano, 18 (1893), p. 30-106, qui est aujourd’hui dépassée sur certains points ; il faut donc se reporter aux analyses concernant les différents fonds d’archives, tels Ménager, Notes critiques, hypercritique à tort, à compléter par P. Collura, « La polemica sui diplomi normanni dell’Archivio Capitolare di Catania », Archivio storico per la Sicilia orientale, 11-12 (1959), p. 131-139, G. Scalia, « Nuove considerazioni storiche e paleografiche sui documenti dell’Archivio Capitolare di Catania per il ristabilimento della sede vescovile nel 1091 », Archivio storico per la Sicilia orientale, ser. 4, 14 (1961), p. 5-54, avec une nouvelle édition des documents concernés et C. D. Fonseca, « Pontificali sede aptavit : la ricostituzione della Chiesa vescovile di Messina (secc. XI-XII) », dans Messina. Il ritorno della memoria, p. 35-40. Pour Agrigente, cf. Collura, p. 7-18.

97 Rappelons que la mémoire de ces limites n’avait probablement pas disparu et, en tout état de cause, elle fut ravivée par l’ouvrage de géographie ecclésiastique composé par Nil Doxapater (cf. chapitre 3, p. 198).

98 On sait que ce rattachement va de pair avec le transfert à Byzance de la levée de la taxe foncière qui bénéficiait jusque-là à la papauté. Sur le premier point, cf. M. V. Anastos, « The transfer of Illyricum, Calabria and Sicily to the Jurisdiction of the Patriarcate of Constantinople in 732-733 », Rivista dei studi bizantini e neoellenici, 9 (1957), p. 14-31 ; sur le second, F. Marazzi, « Il conflitto fra Leone III Isaurico e il papato fra il 725 e il 733, e il “definitivo” inizio del Medioevo a Roma : un’ipotesi in discussione », Papers of the British School at Rome, 9 (1991), p. 231-255. V. Prigent, « Les empereurs isauriens et la confiscation des patrimoines pontificaux d’Italie du sud ».

99 Pour tous ces actes, on renvoie à Italia Pontificia sive Repertorium privilegiorum et litterarum a Romanis pontificibus ante annum MCLXXXXVIII Italiae ecclesiis, monasteriis, civitatibus singulisque personis concessorum. X. Calabria. Insulae, éd. D. Girgensohn, Zurich, 1975.

100 Cf. H. Enzensberger, « Fondazione o « rifondazione » episcopali da Ruggero I a Guglielmo II ».

101 Sur les vaux siciliens, cf. le chapitre précédent.

102 Cf. Chapitre suivant.

103 Cf. P. Collura, « Appendice al regesto dei diplomi di Re Ruggero compilato da Erich Caspar », dans Atti del Convegno internazionale di studi ruggierani, 2, p. 545-625. L’auteur livre en annexe des pièces supplémentaires au dossier et revient sur que l’on en connaît (p. 609-614). Cf. A. Nef, « Les monts péloritains et les Nébrodes orientales de la domination islamique à l’époque des Hauteville », dans La valle d’Agrò. Un territorio, una storia, un destino (Convegno internazionale di Studi, Marina d’Agrò, 20-22 fév. 2004. I. L’età antica e medievale, éd. C. Biondi, Palerme, 2005, p. 19-38.

104 Pirro, 1, p. 520.

105 H. Bresc, « Dominio feudale, consistenza patrimoniale e insediamento umano », dans Chiesa e società in Sicilia, 1, p. 91-109. Tancrède est le fils de Guillaume du Principat (m. vers 1080).

106 Pirro, 1, p. 617-618.

107 Cf. chapitre suivant.

108 Cf. chapitre 6.

109 Collura, p. 7-18.

110 Pirro, 1, p. 842 et F. D’Angelo, « Il territorio della chiesa mazzarese nell’età normanna », dans L’organizzazione della Chiesa in Sicilia nell’età normanna (atti del Congresso di Mazara del Vallo, 29-30 nov. 1985), éd. G. Di Stefano, Mazara-Trapani, 1987, p. 151-171.

111 Italia Pontificia, p. 230.

112 F. Maurici, « Le diocesi siciliane », p. 81.

113 Bien que le résultat final, qui contraste avec la prolifération de petits évêchés neufs dans le sud de l’Italie, puisse donner une impression contraire. Cf. J.-M. Martin, Italies normandes, p. 216-220.

114 A. Nef, « Géographie religieuse et continuité temporelle dans la Sicile normande (XIe-XIIe siècles) : le cas des évêchés », À la recherche de légitimités chrétiennes, p. 177-194.

115 Cela n’empêche pas que la majorité des sièges épiscopaux ont des antécédents paléochrétiens ; simplement ce critère n’est pas mis en avant par les Normands pour légitimer leurs choix.

116 C. A. Garufi, Per la storia (1912), p. 159-197 et White, p. 121-155. Cf., désormais, L. Catalioto, Il vescovato di Lipari-Patti in età normanna (1088-1194). Politica, economia, società in una sede monastico-episcopale della Sicilia, Messine, 2007.

117 Cf. supra.

118 On sait que la dîme ecclésiastique était inconnue dans le sud de l’Italie ; les souverains concédaient aux évêchés des revenus fiscaux, des dîmes royales. Cf. N. Kamp, « Der unteritalienische Episkopat im Spannungsfeld zwischen monarchischer Kontrolle und römischer « libertas » von der Reichsgründung bis zum Konkordat von Benevent », dans Società, potere e popolo nell’età di Ruggero II, p. 99-132, spéc. p. 105.

119 N. Kamp, Kirche und Monarchie im staufischen Königreich Sizilien. I. Prosopographische Grundelung : Bistümer und Bischöfe des Königreichs 1194-1266, 3 : Sizilien, Munich, 1975 (Müntersche Mittlealter-Schriften, 10/I, 3). Ce volume est centré sur la période souabe, mais chaque évêché fait l’objet d’un retour en arrière qui fait le point sur les origines et l’évolution de son patrimoine.

120 Cf. infra.

121 Cf. S. Fodale, Comes et legatus Siciliae : sul privilegio di Urbano II e la pretesa apostolica legazia dei Normanni di sicilia, Palerme, 1970 (Università di Palermo, Istituto di Storia medievale, 2) et « La Legazia Apostolica nella storia della Sicilia », dans La Legazia Apostolica, p. 11-23. Cf. également, E. Jordan, « La politique ecclésiastique de Roger I et les origines de la Légation sicilienne », Le Moyen Âge, ser. II, 24/2 (sept.-déc. 1922), p. 237-274 et 25/1 (janv.- sept. 1923), p. 32-65.

122 Cf. chapitre 3.

123 L’indépendance prise par les Hauteville dans la nomination des évêques ne manqua pas de scandaliser les contemporains, Jean de Salisbury écrit ainsi : Instead of allowing any freedom of elections (Roger) named in advance the candidate to be elected, so disposing of all ecclesiastic offices like palace appointments (Historia pontificalis, éd. et trad. M. Chibnall, Londres, 1956 [Oxford Medieval Texts], p. 65) cité par G. A. Loud, « Royal Control of the Church in the XIIth Century Kingdom of Sicily », dans Religion and National Identity (XIXth Summer Meeting and XXth Winter Meeting of the Ecclesiastical History Society), éd. S. Mews, Oxford, 1982, p. 147-161, spéc. p. 147. Même si G. Loud a récemment nuancé l’idée que les Hauteville aient pris autant de libertés qu’on pourrait le soupçonner avec les nominations d’évêques ; cf. G. Loud, Latin Church in Norman Italy, Cambridge, 2007. On verra également A. Schlichte, « Chiesa e feudalesimo », dans Nascita di un regno, p. 143-176.

124 Uguccio de Pise rapporte en 1178 que Guillaume II faisait episcopos flectere coram se et adorare se (cité par S. Bordonali, « Presenza normanna in Sicilia », p. 87.

125 F. Maurici, Castelli, p. 151-154. Voir également, G. Di Stefano, Monumenti.

126 Collura, p. 307.

127 Collura, p. 309.

128 Il ne s’agit pas ici de latinisation de la population, mais du développement d’une culture latine.

129 Cf. P. Buresi, « Les conversions d’églises et de mosquées en Espagne » et Préambule, supra.

130 Une mosquée y est transformée en église et dédiée à Saint Thomas de Canterbury (White, p. 179).

131 Idrīsī, p. 308.

132 Le Castello a mare à Palerme était chargé de la surveillance du port. À la fin des années 1160, Robert de Calatabiano, son châtelain, est accusé de pratiquer le culte musulman dans son enceinte (pour les détails cf. épilogue, p. 614 et 616-617) et in castello maris antiquissimum Sarracenorum templum propriis sumptibus renovasse (Pseudo-Falcand, p. 115 : « d’avoir restauré à ses frais le très ancien temple des Sarrasins sis dans le Castello a mare »). « Très ancien » renvoie ici à la période d’avant la conquête.

133 Cf. chapitre 2.

134 Dans « I vescovi siciliani nel periodo normanno ». Cf. également, E. Cuozzo, « Les évêques d’origine normande en Italie et en Sicile », dans Les évêques normands du XIe siècle (Colloque de Cerisy-la-Salle, 30 sept-3 oct. 1993), éd. P. Bouet et F. Neveux, Caen, 1995, p. 67-78.

135 Un Liber de successione pontificium y a été conservé. Il a été édité dans Collura.

136 A. Schlichte, « Chiesa e feudalesimo », p. 172 et svtes.

137 On verra notamment la synthèse de White.

138 Translatio Sante Agate Virginis et martiris, en appendice à G. Scalia, « La traslazione del corpo di S. Agata e il suo valore storico », Archivio storico per la Sicilia orientale, ser. 2, 3-4 (1927-1928), p. 149-153.

139 E. Pispisa, « Il vescovo, la città e il regno », dans Chiesa e Società, 1, p. 144.

140 La publication d’un colloque sur le culte de sainte Christine est annoncé aux presses de l’École française de Rome. On peut consulter E. Cuozzo et J.-M. Martin éd., Le pergamene di Santa Cristina di Sepino (1143-1463), Rome, 1998 (Sources et documents d’histoire du Moyen Âge, 1), p. 59-63.

141 Les reliques de saint Castrense, vénéré à Capoue et abritées à Monreale, ont été offertes par l’évêque de Capoue à Guillaume II comme cadeau de noces en 1179-1180. Le saint est célébré dans une mosaïque située au-dessus de la porte principale. Mais il est ainsi rattaché à la dynastie royale et à une abbaye non urbaine. S. Brodbeck, Les saints de la cathédrale de Monreale en Sicile.

142 Cf. chapitre 3.

143 Le sujet mériterait un nouvel examen, on trouve des informations dans H. Bresc, « Arab Christians ».

144 La bibliographie sur le sujet est importante, nous nous contentons de renvoyer à White.

145 Cf. J. Johns, « The Greek Church and the Conversion of Muslims ».

146 Cf. infra.

147 Cf., par exemple, les suggestions d’H. Bresc pour les Aleramici, dans « Gli Aleramici in Sicilia », p 159.

148 P. Corrao et V. D’Alessandro, « Geografia amministrativa e potere sul territorio nella Sicilia tardomedievale (secoli XIII-XIV) ».

149 A. Schlichte, « Chiesa e feudalesimo » et épilogue.

150 H. Bresc, « Dominio feudale », p. 92 : « (la concession) n’étant ni contractuelle ni héréditaire, mais perpétuelle et de nature publique ».

151 Cf. Byzantine Monastic Foundation Documents. A complete Translation of the Surviving Founders’Typika and Testaments, éd. J. Thomas et A. Constantinides Hero, Dumbarton Oaks, 2000 (Dumbarton Oaks Studies, 35). Pour une présentation générale sur les monastères royaux et impériaux au XIIe siècle, voir vol. 2, p. 607-620, sur S. Filippo de Fragalà, p. 621-636 et sur S. Salvatore in lingua phari, p. 637-648. Les éditeurs retracent l’histoire des origines de ces deux établissements, les plus importants en Sicile, en mettant l’accent, entre autres, sur le point qui nous intéresse ici. On y trouvera la bibliographie utile.

152 J.-M. Martin, « Aristocraties et seigneuries ».

153 Cf. chapitre 5. Pour les grands personnages de culture grecque, nous renvoyons aux travaux de V. von Falkenhausen cités en bibliographie.

154 H. Bresc, « De l’État de minorité à l’État de résistance ».

155 Nous donnerons dans ce passage toutes les occurrences de ce terme tant latines que grecques et arabes pour la période en Sicile. Dans les jarā’id, ou listes de noms sur la nature exacte desquelles nous revenons dans le prochain chapitre, on trouve neuf mentions : al-qā’id Makhlūf (Cusa, p. 155, col. 1) ; Yūsuf son neveu (p. 156, col. 2) ; al-qā’id Mujāhid (p. 157, col. 2, avec une famille de quatre personnes) ; al-qā’id Yūsuf qisīs (p. 265, col. 1 ; « le qā’id Yūsuf, prêtre ») ; ‘Alī b. al-qā’id Abū Bakr (p. 477, col. 1), al-qā’id ‘Umar (p. 478, col. 2) ; al-qā’id Yūsuf b. Ibn al-Qāsim (p. 477, col. 1, et son fils) ; al-qā’id ‘Uthmān b. Khalq (p. 541, col. 2) et awlād al-qā’id Ḣammūd (p. 564, col. 1, « les enfants du qā’id Ḣammūd »).

156 Devant la diversité des situations, H. Bresc a conclu à l’existence de trois groupes de quwwād : au sommet, on trouve des individus qui ressemblent fort aux « juifs de cour » que l’on rencontre sous d’autres cieux, le milieu intermédiaire composé des cadres de l’administration normande et, à la base, le « village, casal important (...) (où) apparaît enfin un troisième type de gayt, intermédiaire entre les grands seigneurs collaborateurs et les petits cadres de la noblesse paysanne », cf. H. Bresc, « De l’État de minorité à l’État de résistance », p. 340-341 et Bresc, 1995, p. 83-85.

157 Cf. chapitre 5. Nous dirons ce que nous savons de leur fortune et des formes de patronage qu’ils développent en ville, dans l’épilogue.

158 Cf. chapitre 5.

159 Nous laissons ici de côté les actes notariés en arabe qui seront évoqués dans le chapitre 9.

160 Cusa lisait « Nikolaos » (Cusa, p. 552-554).

161 Cette version a pu être vérifiée grâce à la photographie sur verre exécutée par C.-A. Garufi et conservée à l’Université de Palerme. Ce dernier l’a éditée dans Garufi, Per la storia (1912), doc. 2.

162 Quatre documents sont pris en compte : un latin de 1114, un grec-arabe de 1133 (mais les noms ne figurent pas en arabe) et un latin de 1133. On citera entre crochets l’acte de 1133 (Cusa, p. 515 pour le grec et Cod. Diplo., doc. 24 pour le latin). L.-R. Ménager a soulevé la question de l’authenticité de l’acte de 1114, dans Ménager, Amiratus, p. 46. Quoique P. Collura ne l’ait pas suspecté dans son regeste (Collura, Reg., p. 561), nous le considérons comme un faux, pour les raisons avancées par Léon-Robert Ménager et soupçonnons que la liste de boni homines qu’il contient s’inspire de la confirmation de 1133. Jeremy Johns a établi définitivement ce point, cf. Arabic Administration, p. 94-101.

163 À noter, J. Johns propose lui aussi une reconstruction des noms arabes, ibid., p. 97-98.

164 Garufi, Per la storia (1912), doc. 2 : Micherez de Jatino.

165 Ibid. : Alus de Jatino.

166 Ibid. : Jatino.

167 Ibid. : Jatinensis.

168 Ibid. : Alus de Jatino.

169 Ibid. : Gaitus.

170 Ibid. : de Jato.

171 Le document est troué à cet endroit.

172 Ibid. : de Iato.

173 Ibid. : de Iato.

174 Ibid. : Bulhassin filius Maluf de Jato.

175 Ibid. : Abdelgasat de Jato.

176 Johns, Arabic Administration, p. 97 : Husseyn.

177 Ibid. : Bulcassinus.

178 Nous restituons directement ce qui peut l’être sans hésitation.

179 Il existe de ce document une version grecque en lambeaux et une version latine.

180 Spata, Diplomi greci, doc. 3 : Othemme.

181 Ibid. : Abdelmume.

182 Ibid. : Othemme.

183 La version grecque contient des noms supplémentaires ; ils sont indiqués dans le dernier paragraphe.

184 Version un peu différente en grec : O gambros tou notari Abderrachmen.

185 Spata : Abdelguayti.

186 Spata : Elbufaragius.

187 Spata : Africanus.

188 Spata : filius succentoris...

189 On a indiqué les termes qui les désignent au fil de l’énumération : ils sont variés.

190 Sur leur rôle dans les communautés rurales, cf. chapitre suivant, p. 507-508.

191 Nous avons indiqué dans la liste les qualifications de cette nature mentionnées dans les documents.

192 Ainsi (cf. liste supra) l’évêque d’Agrigente, Gentil, achète en 1159 des terres au gaitus Abdilmule et, entre 1154 et 1171, les casaux de Michalchilfe et Muccarin au gait Abdilsalemo fils de Adiliabar et ceux de Miscectus (um ?) et Rahal Sulle, ainsi que multa alia casalia situés dans les territoires d’Agrigente, Naro et Licata à divers autres Sarraceni.

193 La traduction en 1266 d’un acte de 1116 fait apparaître un certain Philippus christianus filius Gayti Phytien cognoscitur Bin (...) qui achète une terre à Charzalla filius Abdelgani Ellahini, (Bresc, 1995, doc. 1).

194 Cf. supra.

195 Ce que confirme le maintien de grands domaines allodiaux dans l’ouest de la Sicile jusqu’au XVe siècle (cf. H. Bresc, « La féodalité coloniale », p. 636).

196 Il n’y a ni conservation ni christianisation de la fonction. Cf., pour comparaison, P. Guichard et D. Menjot, « Les emprunts aux vaincus. Les conséquences de la « reconquête » sur l’organisation institutionnelle des États castillan et aragonais au Moyen Âge », dans État et colonisation, p. 379-396, spéc. p. 385-387. Le terme passe en latin dans la péninsule Ibérique pour désigner un châtelain.

197 Chamut autem (...) ne comiti, quasi aliquam fallaciam miscens, suspectus fieret, vel minus crederetur, apud Calabriam, in provincia Melitana a comite terram suis usibus sufficientem expetit (G.M., p. 88, soit : « Chamut, cependant, comme il ne voulait pas être suspect d’une espèce de trahison ou inspirer moins de confiance au comte, demanda à celui-ci une terre qui fût suffisante à ses besoins dans la province de Mileto »).

198 Cf. p. 325.

199 Cf. chapitre précédent.

200 Pour une comparaison avec la péninsule Ibérique, on peut voir P. Chalmeta, « Concessiones territoriales en Al-Andalus », Cuadernos de Historia, 6 (1975), p. 1-91. L’auteur y montre comment on passa de concessions qui servaient à verser leurs soldes aux troupes au début de la conquête à une quasi-féodalisation.

201 Sur ces distinctions, on peut voir, outre les articles de C. Cahen déjà cités, S. Tsugitaka, State and Rural Society in Medieval Islam. Sultans, muqta‘s and Fallahun, Leyde-New York-Cologne, 1997 (Islam. History and Civilization. Studies and Texts, 17), p. 1-10.

202 Cf. supra le cas de la jarīda pour Monreale.

203 Cf. le préambule.

204 On verra la fin du chapitre 5, sur ce point.

205 Cf. chapitre 5. Rappelons que Iohar a participé aux guerres menées pour mater les rebelles dans la péninsule, que Pierre, après avoir fui, devient un homme de guerre. Nous verrons dans l’épilogue la capacité militaire de ces eunuques lorsqu’il s’agit de mettre fin au règne d’Étienne du Perche.

206 Sur cet aspect, on verra la rapide mais suggestive mise au point de P. Corrao, « Gerarchie sociali e di potere nella Sicilia normanna. Questioni storiografiche e interpretative », dans Señores, siervos, vasallos en la edad media (XXVIII Semana de estudios medievales. Estella 16-20 juillet 2001), Pampeloune, 2002, p. 459-482, spéc. p. 467 et 473.

© Publications de l’École française de Rome, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search