Versión clásicaVersión móvil

Conquérir et gouverner la Sicile islamique aux xie et xiie siècles

 | 
Annliese Nef

Deuxième partie. État, administration et service du roi dans la Sicile des xie-xiie siècles

Chapitre 5. La sphère de la domination

Le service du roi et la cour

Texto completo

  • 1 Ces exigences tiennent à l’articulation entre administration locale, bien peu latine, et centrale. (...)

1L’utilisation des trois langues insulaires par l’administration sicilienne répond à des exigences en partie techniques1 qui rendent indispensable la maîtrise de ces idiomes et, au moins partiellement, des pratiques administratives qui leur sont liées. Les effets de cette nécessité sont renforcés par l’évolution administrative mise en lumière dans le chapitre précédent : la construction de l’État en Sicile au cours du XIIe siècle a abouti à une multiplication et une superposition des fonctions et des organes administratifs, dont aucun n’a été supprimé. Au cœur de l’administration, en outre, les pratiques et les organes administratifs d’origine ou d’inspiration islamique, occupent une place toujours plus importante, surtout après l’avènement de Roger II à la royauté en 1130. Quel est, dès lors, l’impact de cette politique sur le recrutement des agents de l’administration sicilienne ?

  • 2 Rappelons que cette expression est dans l’emploi que nous en faisons « englobante » et non « exclu (...)
  • 3 Les deux phénomènes y sont souvent liés. L’expression utilisée par Y. Raghib d’« esclave public » (...)
  • 4 Sur le service de l’État assumé par des individus originaires de régions nonbyzantines, cf. Ch. M. (...)

2Sont-ils choisis de manière croissante parmi les Arabo-musulmans2 et, si une telle évolution devait apparaître, s’agit-il d’individus originaires de Sicile ou des pays du dār al-islām ? Deux possibilités sont en effet documentées au Moyen Âge dans des contextes similaires : la promotion et l’intégration d’élites locales ou bien la mise en place d’une élite provenant de l’extérieur, servile ou non. Ces deux systèmes sont amplement attestés et le second particulièrement dans le monde islamique3, mais aussi à Byzance4.

3Les transformations de l’administration, nettes entre la première et la seconde moitié du XIIe siècle, soulèvent deux ordres de problèmes. Le premier concerne les serviteurs de l’État : assiste-t-on à l’émergence (ou au renforcement) d’un milieu polyglotte au service du roi ou bien constate-t-on une segmentarisation croissante de l’administration ? Dans la mesure où la spécialisation fonctionnelle est fort réduite, qu’en est-il de la spécialisation culturelle et linguistique ? Ces questions ont une incidence concrète sur la formation du personnel administratif et influent également sur la nature de l’État sicilien.

  • 5 Avec le temps, il est très probable que ces différences s’estompent dans le milieu de la cour et d (...)
  • 6 Cf. la célèbre miniature du Liber Augusti de Pierre d’Eboli sur laquelle on voit tous les quartier (...)
  • 7 Nous ne rentrerons pas dans les détails ici, mais rappelons que l’église S. Maria dell’Ammiraglio, (...)

4Une autre incidence de cette évolution a partie liée avec la représentation de l’État et du roi et avec la sphère de la souveraineté. La mise en place d’une administration trilingue exige de faire appel à un personnel qui puisse la faire fonctionner. Parallèlement, le recours à des individus de culture islamique ou grecque construit aussi une image du pouvoir royal qui, surtout dans un premier temps5, se reflète éventuellement dans les costumes qu’ils portent6, certains aspects de leur mode de vie et dans le mécénat qu’ils développent7. Plus durablement, on l’a vu, la royauté intègre des éléments variés dans les images et les lettres qui la chantent. Au-delà de l’efficacité administrative, on peut ainsi se demander si les souverains siciliens font le choix de donner à voir la diversité de la population insulaire au plus près de leur personne. On s’interrogera également sur la place et le rôle des Arabo-musulmans qui évoluent à la cour, sans pour autant faire partie de l’administration et même sans être siciliens.

5Une telle analyse n’est pas aisée en raison de la nature inégale et hétérogène de la documentation, qui est plus abondante et plus variée pour la seconde moitié du siècle. Par ailleurs, la nature des informations n’est pas identique dans les actes administratifs, qui contiennent parfois des données prosopographiques limitées, et dans les chroniques ou les ouvrages littéraires. Enfin, les seuls textes qui nous renseignent sur l’effet produit par la présence de ces individus arabo-musulmans et sa mise en scène concrète sont les récits de voyageurs. Or, aucun ne date de la période rogérienne. Le tableau est donc loin d’être complet, mais il permet de soulever un certain nombre de questions.

I. Au service et à la cour du roi : la première moitié du XIIe siècle

  • 8 On se limitera donc ici aux élites administratives et d’État, les élites urbaines seront abordées (...)

6L’administration centrale et la cour palatine seront prises en examen tour à tour, afin de mettre en lumière la composition des élites8 et la présence éventuelle d’Arabo-musulmans dans leurs rangs, ainsi que les relations entre les groupes culturels au sein de l’aristocratie. Il est néanmoins nécessaire de revenir sur deux termes qui ont été utilisés dans un contexte sicilien pour qualifier la culture d’une partie des individus arabo-musulmans proches du pouvoir.

Melkites et mozarabes

7Les vocables « melkite » et « mozarabe » ne sont pas utilisés dans les textes se rapportant à la Sicile du XIIe siècle. Leur emploi dans le contexte des études siciliennes s’inspire des exemples de la péninsule Ibérique et de l’Orient byzantin passé sous la domination islamique. Bien que suggestif, il ne va toutefois pas de soi et demande à être précisé.

  • 9 Ce terme vient de malik, le « roi » en arabe et, plus précisément dans ce contexte, « l’empereur d (...)
  • 10 Sans compter que le long séjour de Georges en Ifrīqiya pendant sa période de formation pourrait to (...)
  • 11 Cf. « De l’État de minorité à l’État de résistance », p. 333. Notons que l’auteur lui-même assorti (...)

8Un « melkite » est un chrétien vivant sous domination islamique, mais qui, chalcédonien, relève du patriarche de Constantinople, quand bien même son degré d’islamisation est élevé9. Peut-on parler de « melkites siciliens » de la même manière, comme l’a proposé Henri Bresc ? Sous la domination normande, certains individus ou groupes de culture grecque vivant en Sicile conservent ou renouent des liens religieux ou culturels avec l’Empire byzantin, mais ils ne vivent pas sous domination islamique et ne sont pas liés à l’église byzantine institutionnellement. Le terme a été utilisé, avec quelque justesse, en référence à Georges d’Antioche, originaire de Syrie et qui a vécu en Ifrīqiya islamique. La formation du principal conseiller de Roger II après l’avènement de la royauté peut justifier l’usage de ce qualificatif, mais la vertu heuristique de ce dernier est réduite s’il ne s’applique qu’à un individu10. Il est en effet difficile de mettre en lumière un véritable milieu « melkite »11, même si cela ne signifie pas qu’il n’a pas existé et si ce vocable a eu le grand mérite de faire apparaître au grand jour des individus de culture à la fois grecque et arabo-musulmane.

  • 12 La bibliographie sur le sujet est très abondante, mais on peut voir M. De Elpaza, « Les Mozarabes. (...)
  • 13 Nous en avons usé autrement dans un article consacré aux multiples indices concernant la culture d (...)

9Le terme de « mozarabe », dans le sens de chrétien « arabisé », a donc pu sembler plus adéquat pour qualifier les Siciliens de culture grecque, arabisés linguistiquement et islamisés culturellement12. Son utilisation n’est pas attestée en Sicile, probablement parce qu’il n’était pas nécessaire d’y distinguer, comme dans la péninsule Ibérique, deux groupes de chrétiens latins intégrés au monde latin qui différaient par leur histoire. En outre, en Sicile, le rapport, qu’il soit réel, idéologique ou mythique, qu’entretiennent les conquérants avec le passé de la région est très éloigné de ce qu’il fut dans la péninsule Ibérique. Enfin, la multiplication des débats autour des « mozarabes », bien que peu pertinents pour l’histoire sicilienne, explique que nous évitions de recourir à cette désignation13.

  • 14 Cf. A. Metcalfe, Muslims and Christians.
  • 15 Tout le contraire de ce que fait l’introduction de C. Aillet à ¿Existe una identidad mozárabe ? (p (...)

10Nous renoncerons donc à ces deux qualificatifs, dont l’introduction dans l’historiographie sicilienne a eu le grand mérite de mettre l’accent sur un point fondamental : l’impossibilité de définir les cultures en présence en Sicile de manière monolithique, comme l’a rappelé récemment Alex Metcalfe14, le revers de la médaille étant que ces vocables peuvent contribuer à figer cette complexité15.

Les grands administrateurs et la place des Arabo-musulmans au cœur de l’État : les lacunes de la documentation avant 1154

11En Sicile, des autochtones se mêlent à des individus venus de l’extérieur, les plus nombreux semble-t-il au sommet de l’État. Leur répartition et leur éventuelle spécialisation reflètent les choix qui président à la conduite de l’État en Sicile. Toutefois, avant la mort de Roger II, la documentation lacunaire ne laisse entrevoir que quelques personnages exceptionnels. En outre, Jeremy Johns ayant récemment synthétisé ce que nous savons des individus d’origine arabo-musulmane entrés au service du roi, nous n’insisterons que sur les grandes lignes de l’évolution du personnel de l’administration royale.

La période antérieure à l’avènement de la royauté (1130)

12Il s’agit de la période la plus mal connue. On constate tout de même l’essor de la fonction d’émir, à partir des années 1110-1120.

Les officiers du gouvernement central avant 1130

  • 16 J. Johns, Arabic Administration, p. 65-69 et Takayama, The Administration, p. 32-35 pour Roger Ier(...)
  • 17 Cf. infra.

13Antérieurement à 1125 environ, les informations sur les grands officiers du royaume, bien que très ponctuelles, renvoient majoritairement à des individus de culture grecque, originaires du sud de l’Italie ou de la Sicile, et à quelques Latins16. Il faut toutefois nuancer cette observation car la culture de l’émir Christodule, attesté depuis 1105, est sans doute plus complexe17, tout comme celle de Georges d’Antioche qui va devenir le principal conseiller de Roger II à partir de 1125 environ et jusqu’en 1151. Une évolution se dessine donc relativement tôt, mais elle est renforcée à partir de la majorité de Roger II (1112).

  • 18 J. Johns, Arabic Administration, p. 65.
  • 19 Cf. en 1105 (Cusa, p. 399-400) : Nikolaou tou endoxotatou kapriligga et tou endoxotatou Leontos to (...)

14Analyser la titulature de ces grands officiers du royaume aide à percevoir la conception du pouvoir qu’ils véhiculaient et incarnaient. Le matériel disponible pour mener cette étude se limite à un petit nombre de documents écrits et de sceaux. Pour cette première période, les documents conservés n’attestent pas l’existence d’un système de titulature cohérent pour les fonctionnaires royaux. La plupart des administrateurs dont on a donné le titre des fonctions dans le chapitre précédent sont désignés comme des archôntes tês kortês (« archontes de la cour »)18. Il existait néanmoins des titres courants qui soulignaient l’importance d’un personnage sans plus de précision, tels en grec endoxotatos19 ou kuros. Le premier signifie « très glorieux » à la fin du IXe siècle, et prend probablement un sens assez vague, mais honorifique, au XIIe siècle en Sicile ; le second est l’équivalent de « seigneur ».

Prémisse sur les émirs et les émirs des émirs : l’évolution jusqu’au milieu du XIIe siècle

  • 20 Cf. H. Takayama, « Amiratus in the Norman Kingdom of Sicily. A Leading Office of Arabic Origin in (...)
  • 21 Cf. l’article amīr de l’EI, qui montre bien la multiplication des émirs dans l’empire arabo-musulm (...)

15Léon-Robert Ménager, dans le cadre d’une recherche sur les origines du terme « amiral » en Occident, a retracé l’évolution du terme « émir » dans la Sicile normande. Il a établi, avec justesse, qu’il ne signifie pas « chef de la flotte ». Ici encore, les Hauteville se sont inspirés de l’Orient où, comme dans la Sicile aghlabide et kalbide20, amīr renvoie au responsable des armées et de l’administration civile, tout comme amīr al-umarā’, depuis 93621.

  • 22 Sur ces titres, cf. L.-R. Ménager, Amiratus, passim. H. Takayama a proposé une syntèse récente sur (...)
  • 23 Le premier à être désigné ainsi est Georges d’Antioche en 1133, cf. Ménager, Amiratus, p. 50 ; Mai (...)
  • 24 Comme le pensait L.-R. Ménager. Sur les notions de dignités et de charges qui renvoient clairement (...)
  • 25 La distinction entre titre et office n’apparaît pas dans le propos de J. Johns, Arabic Administrat (...)
  • 26 Notons qu’elle ne fit jamais partie de la titulature (suscription, souscription, sceau) de Georges (...)
  • 27 Cf., notamment, ce qu’en dit le Pseudo-Falcand au sujet de Maion, à qui Guillaume Ier accorde la m (...)
  • 28 L.-R. Ménager écrit ainsi : « Précisément, cette différenciation qui s’opère à la fin de l’époque (...)

16Bien que le terme « émir » vienne de l’arabe amīr, on ne trouve jamais ce dernier dans la titulature sicilienne en arabe, à l’inverse des vocables latins et grecs ammiratus et amêrâs, puis des expressions ammiratus ammiratorum22 et amêrâs tôn amêradôn23. Ces derniers renvoyaient-ils à des dignités24 ou à des charges sous les Normands ? Il faut distinguer deux temps dans une évolution qui porte, à terme, à la dévaluation du simple émirat, qui devient une dignité héritée, ce qu’il n’était pas à l’origine. Les rôles assumés au début du XIIe siècle par les simples émirs, puis par l’émir des émirs, à la tête de l’administration du sud de l’Italie et de la Sicile sous domination normande, recouvrent un ensemble de charges variées. Il ne s’agit donc pas, dans un premier temps, d’une dignité mais bien d’une fonction polyvalente25. L’expression « émir des émirs »26 désigne une fonction qui cumule des charges militaires et un rôle de « premier ministre » du roi, ce qui explique l’unicité de la fonction27. Il convient donc de ne pas projeter une réalité qui est celle de la fin du XIIe siècle sur l’ensemble de la période normande28.

  • 29 Les critères utilisés pour aboutir à cette affirmation ne sont pas absolument certains car la pros (...)
  • 30 Les deux premiers émirs sont « émirs de Palerme » et assurent une fonction beaucoup plus réduite, (...)

17Les émirs de la première moitié du XIIe siècle sont donc en général de culture grecque29 et parfois également de culture arabo-musulmane, si l’on exclut les premiers individus à avoir porté le titre30. Ces références culturelles à la fois grecques, chrétiennes et arabo-musulmane caractérisent Christodule comme Georges d’Antioche.

Les débuts d’un émirat puissant : Christodule

  • 31 Cf. al-Maqrīzī, Kitāb al-Muqaffā, 3, p. 19.
  • 32 Cf. SMS, 3, p. 371.
  • 33 Ainsi dans la biographie de Georges d’Antioche par al-Maqrīzī, cf. J. Johns, Arabic Administration (...)
  • 34 Cf. Ménager, Amiratus, p. 28-33.
  • 35 Pour une synthèse et la référence aux documents, cf. J. Johns, Arabic Administration, p. 69-71.

18Christodule, appelé aussi Christophorus, fut entre 1105 et 1125 une figure-clé du gouvernement, au point qu’al-Maqrīzī va jusqu’à affirmer que Roger II partagea le pouvoir avec lui31. Michele Amari lui a attribué une culture arabo-musulmane32 car il apparaît dans les sources arabes sous les noms de ‘Abd Allāh ou ‘Abd al-Raḥmān33 (deux noms susceptibles de traduire Christodule) al-Naṣrānī (« le Nazaréen », c’est-à-dire « le chrétien »). Léon-Robert Ménager voyait en lui un Grec originaire de Calabre, au regard de son activité en faveur de l’ordre basilien dans le sud de la péninsule, du titre de « protonobilissime » qui lui fut accordé en 1109 par Alexis Comnène et du rôle joué par la Calabre de l’époque, qui servait de pépinière d’administrateurs pour la cour normande34. Vera von Falkenhausen, pour sa part, insiste sur ses liens avec la Sicile35.

  • 36 Cf. le texte arabe de la note 31 : Georges d’Antioche y est qualifié de naṣārī parce qu’il évolue (...)

19Or, ces deux dernières démonstrations remarquablement informées ne parviennent pas à convaincre de cette origine. On ne comprend pas en effet ce besoin de traduire le nom du personnage en arabe si celui-ci ne portait pas un double nom, à la manière des juifs dans les pays islamiques ou chrétiens. En outre, le qualificatif de naṣrānī, utilisé pour désigner Christodule dans des textes en arabe composés dans le dār al-islām, y est en général attribué à une personne de culture islamique et de religion chrétienne36, contrairement à Rūm ou rūmī. Même si la prudence reste de mise, nous pencherions plutôt pour un Christodule de culture arabo-musulmane, chrétien et hellénophone, ce qui ne contredit pas l’hypothèse d’une naissance sicilienne ou calabraise.

20Quels changements sont introduits par l’avènement de la royauté rogérienne, dont on a vu l’impact majeur du point de vue des évolutions administratives ?

Le règne de Roger II

21Roger II amorce un recul des officiers de culture grecque originaires de la région et sous son règne, au cours de la dernière décennie essentiellement, des individus d’origine arabo-musulmane connaissent même des promotions fulgurantes.

  • 37 Sur la question de la continuité avec la période antérieure, cf. le chapitre précédent.
  • 38 Cf. N. Oikonomides, Les listes de préséance byzantines des IXe et Xe siècles, intr., texte, trad. (...)
  • 39 J.-C. Cheynet, « Tathoul, archonte des archontes », Revue des études byzantines, 48 (1990), p. 233 (...)

22La tranformation majeure de la royauté rogérienne réside, on l’a vu, dans la mise en place ou la réorganisation du dīwān sicilien37. Pour désigner les fonctionnaires qui y travaillent et ne sont guère spécialisés, on trouve en arabe le vocable qā’id (gaytus et ses variantes) et en grec celui d’« archonte », qui avait servi de titre honorifique associé à diverses fonctions à Byzance38, mais qui y était tombé en désuétude à cette date39.

  • 40 Cf. Épilogue, p. 587-588.

23La fonction clé sous Roger II est celle d’émir, puis celle d’émir des émirs ; elle est assumée sous son règne, après l’éviction de Christodule40, par Georges d’Antioche.

Georges d’Antioche

  • 41 Cf. A. De Simone, « Il Mezzogiorno normanno-svevo », p. 276-279, et pour une traduction légèrement (...)

24Georges d’Antioche (1124-1151) a été présenté comme l’exemple parfait du « melkite » sicilien, au sens propre du terme, en raison de son origine orientale et syrienne. Sa biographie a été enrichie récemment grâce à la découverte d’un passage d’al-Maqrīzī ignoré jusqu’ici. Le savant égyptien livre des informations sur ses années byzantines, avant qu’il n’entre dans l’administration ziride41.

  • 42 Georges n’est jamais qualifié ainsi dans la documentation qui nous est parvenue.
  • 43 Romualdi Salernitani, p. 233. Le terme « abductum » suggère qu’il quitta Antioche sous la contrain (...)
  • 44 Nous renvoyons pour plus de précisions à F. C. Chalandon, Essai sur le règne d’Alexis Ier Comnène (...)
  • 45 Cf. épilogue.
  • 46 A. De Simone, « Il Mezzogiorno normanno-svevo », p. 276, note 70.
  • 47 Cf. épilogue, p. 592.

25Que sait-on de la prime jeunesse de Georges d’Antioche ? Il se trouve, selon toute vraisemblance, en Syrie dans les années 1080, si l’on s’appuie sur l’attribution posthume qui lui est faite de la nisba al-Anṭākī par les historiens arabes42 et sur la description très brève que fait de lui Romuald de Salerne (Georgium virum utique maturum, sapientem et discretum, ab Antiochia abductum43). Que Georges ne porte pas cette nisba de son vivant confirme que cette dénomination souligne son origine et n’est pas un nom de famille. Or, Antioche, reconquise en 969 par Constantinople, est dans les années 1080, l’enjeu de luttes entre Arméniens, Turcs et Byzantins44. C’est précisément en 1087 que la position de Byzance se détériore définitivement. Que la date donnée par al-Maqrīzī doive être prise au pied de la lettre n’est pas certain, mais l’intention de l’auteur est claire : il met en relation ce recul byzantin et le départ de la famille de Georges d’Antioche. Il suggère que, dans ce contexte instable, sa famille était en butte à l’hostilité locale et qu’Alexis Comnène l’avait rappelée probablement pour la châtier. Cela expliquerait l’animosité durable de Georges à l’égard des Byzantins et son choix d’une politique d’alliance avec les dynasties du dār al-islām45. De ce point de vue, l’intervention des Zirides est assez étonnante, d’autant que Gorges d’Antioche et les siens ne semblent pas avoir été réduits en esclavage, mais bien chargés de hautes fonctions fiscales en Ifrīqiya. L’hypothèse d’Adalgisa De Simone selon laquelle, ils auraient pris langue avec les Zirides pour pouvoir échapper au sort qui les attendait, sans pouvoir être assise définitivement, donnerait un sens à cet événement46, d’autant que Georges reproduisit ce type de coup monté par la suite47.

  • 48 Même V. Prigent, le seul à avoir souligné cette difficulté chronologique, n’en tire pas toutes les (...)
  • 49 Ibn Khaldūn et al-Tijānī, dont J. Johns a bien montré qu’ils proposent une version similaire qui d (...)
  • 50 Cf. Romualdi Salernitani, p. 233.
  • 51 Ibid.
  • 52 Cf. V. Prigent, « L’archonte Georges, prôtos ou émir ? ».

26Ce passage est également intéressant par la date, même approximative, qu’il met en avant (autour de 1087). Elle entraîne, en effet, une série de conséquences que personne n’a soulignées jusqu’à présent48. Rappelons que Georges meurt en 1151 à un âge que l’on ignore. Si on lui prête une longévité honorable de 80 ans, il aurait eu 16 ans environ en 1087. Or, al-Maqrīzī, et d’autres sources49, mentionnent que Georges travailla pour l’empereur, même s’il ne précise pas qu’il le fit dans le secteur fiscal, domaine qui devait être le sien en Ifrīqiya par la suite. L’expression employée par al-Maqrīzī est vague : « travailler pour » ou « travailler au service de » et son jeune âge ne semble guère compatible avec la maîtrise de mécanismes fiscaux complexes. En outre, il est difficile de l’imaginer, en 1149, en train de diriger les opérations navales devant Corfou pour le souverain normand s’il a travaillé pour l’empereur byzantin en Syrie : il aurait alors nécessairement plus de quatre-vingts ans50 ! L’adjectif maturus qu’utilise Romuald de Salerne51 pour le qualifier dans cette circonstance indique, certes, un certain âge, mais plutôt que « d’âge mûr »52, il signifie « vieux », « mûri par l’expérience ».

  • 53 Cf. supra.

27Il est donc probable que c’était le père de Georges, Michel, qui était au service de l’empereur dans le domaine fiscal, tandis que la formation de Georges fut, au moins en grande partie, ifrīqiyenne. On comprend ainsi à la fois son hellénisme et sa bonne connaissance du monde arabo-musulman comme de la langue arabe53, mais ces données ont aussi une autre conséquence : les modèles des pratiques administratives par Georges en Sicile sont probablement à chercher au Maghreb, et particulièrement dans l’Ifrīqiya postfatimide.

  • 54 Cf. chapitre 2 et A. De Simone, « Il Mezzogiorno normanno-svevo », p. 278 : (...) fece si che (Rog (...)
  • 55 D’autant que si la culture arabo-musulmane de Christodule est sujette à caution, on l’a vu, al-Maq (...)
  • 56 Ibid., p. 279 et J. Johns, Arabic Administration, p. 82-83.

28L’historien égyptien fait de Georges, originaire d’une zone de frontière longtemps disputée et en contact incessant avec l’empire arabo-musulman, l’introducteur du cérémonial fatimide à la cour du roi Roger54 ; ce choix politique éclaire nettement son appartenance à la communauté chrétienne et arabophone, mais aussi l’intérêt qu’il avait à rehausser la gloire d’un souverain au service duquel il travaillait. Al-Maqrīzī suggère qu’en éloignant Roger de ses sujets, Georges concentrait entre ses mains un pouvoir non négligeable. Il s’agit là d’une construction : Georges d’Antioche apparaît chez al-Maqrīzī comme l’agent d’une œuvre civilisatrice auprès d’un souverain occidental et chrétien. S’il est donc certain que le rôle de Georges dans l’islamisation de la pratique du pouvoir royal en Sicile fut important, il convient de redimensionner son apport personnel à cette élaboration55, en tenant compte de la saveur hagiographique de cette biographie56. Toutefois, il est vrai qu’après Georges d’Antioche peu nombreux furent les conseillers des souverains normands à concentrer autant de pouvoirs entre leurs mains.

Philippe de Mahdiya

  • 57 J. Johns, Arabic Administration, p. 215-219.
  • 58 Ibid., p. 216-217.

29Le dernier émir de la période rogérienne est un hapax. Il est le seul émir d’origine ifrīqiyenne, eunuque et converti, que connut la Sicile. Les renseignements sur sa vie sont très peu nombreux57. Il cumulait comme les émirs précédents des charges civiles et militaires, puisqu’il est surtout connu pour son siège de Bône en 1153, un échec qui lui coûta la vie. Il fut en effet brûlé en place publique pour avoir trahi et apostasié à la fin de 115358.

  • 59 Cf. infra.

30Ce n’est sans doute pas un hasard, donc, si Abū l-Ḋaw, évoqué comme kātib al-inshā’ au chapitre précédent, pressenti par Roger pour succéder à Christodule, laissa la place à Georges d’Antioche et si Philippe de Mahdiya connut une triste fin. La pression exercée sur le souverain en particulier par les grands latins – et les ecclésiastiques étaient nombreux parmi les conseillers du roi59 –, devait être forte, surtout à la fin de sa vie. Les Latins étaient donc peu présents au sommet de l’administration durant cette période et l’on peut se demander comment ils étaient intégrés aux élites, et notamment aux élites de gouvernement.

Les Latins au service et autour de Roger II

  • 60 H. Takayama, The Administration, p. 71.

31Alors que les hellénophones de culture grecque et les fonctions désignées en grec, reculent fortement après 113060, les Latins ne pouvaient, en effet, être totalement écartés de la sphère du gouvernement central sans risque excessif pour la stabilité de ce dernier. Sous Roger II, en dépit du manque d’informations, ils apparaissent essentiellement de trois manières différentes.

  • 61 Ibid., p. 67-71. Ainsi du chancelier Guarinus dont l’activité est attestée entre 1132 et 1137 et q (...)

32Les charges de cancellarius et de notarius, importantes, étaient toujours assumées par des Latins, pour d’évidentes questions de compétence linguistique. La chancellerie est réorganisée après 1130 et le rôle du chancelier mieux défini. Les Latins qui assumaient cette charge occupaient souvent également une fonction importante sur la Terre ferme61, mais leur place vient de leurs connaissances techniques, ce sont des « spécialistes » et rarement des nobles importants.

33Roger II prenait soin de réunir régulièrement des assemblées composées de ceux que les textes désignent comme les barones ou les magnats, et de représentants de la plus haute hiérarchie ecclésiastique, ces deux catégories étant le plus souvent tout à fait distinctes. Ici, contrairement au cas que l’on vient d’évoquer, il s’agit de faire une place aux élites nobles et religieuses ; leur place au sein de l’aristocratie ne tient pas aux charges qu’ils exercent, mais à leurs biens, à leur train de vie et à leur éventuelle noblesse, ou bien à leur charge d’évêque ou d’archevêque. Deux types de réunion, permettant de les faire participer de loin au gouvernement, en évitant de leur confier des charges trop importantes, nous sont connues.

  • 62 C’est le cas des Assises qui se tiennent à Ariano en 1140.
  • 63 Cf. chapitre précédent, le passage sur le majlis al-samīy, cf. p. 252-255.

34Certaines présidaient à la promulgation de textes de lois nouveaux, elles réunissaient alors des représentants de l’ensemble du territoire soumis au souverain62, et se tenaient dans le sud de la péninsule. En Sicile, l’association des grands au gouvernement prend une autre forme. Ils sont convoqués lors du renouvellement des concessions dont ils bénéficient, mais leur soumission au souverain est alors encore plus clairement soulignée que lors des assemblées continentales. On ne rappellera pas ici les deux hypothèses en présence dans le détail : soit ils sont considérés dans ces occasions comme formant un majlis ou conseil, soit ils sont simplement présents pour être informés des décisions du souverain63.

  • 64 H. Takayama, The Administration, p. 99, note 17.

35Les Latins interviennent, enfin, en tant que familiares64, même s’ils sont mal connus pour la période de Roger et si ce rôle ne semble avoir été institutionnalisé qu’à partir de Guillaume Ier (cf. infra). Leur impact informel antérieur nous échappe.

36Le rôle des Latins est donc relativement réduit d’un point de vue institutionnel. Il est très difficile de déterminer leur poids exact, en Sicile, dans la vie et la prise de décision politiques avant le milieu du XIIe siècle, faute de sources adéquates. De même, dans un premier temps, les titulatures des serviteurs de l’État ne font guère de place à l’apport latin.

Au-delà de la fonction : retour sur la titulature des grands fonctionnaires siciliens

37La manière dont les plus hauts responsables de l’État – et l’on peut étendre en réalité le propos à l’ensemble de ses serviteurs – sont désignés et les titres qu’ils portent jouent un rôle non négligeable dans la représentation de l’autorité royale qui leur est déléguée.

38Peut-on évoquer l’existence d’un système de titulature ? de systèmes parallèles en fonction de la langue utilisée ? On a vu que, pour les officiers du roi, même prestigieux, on ne peut parler dans un premier temps de règles articulées. Les titres sont rares, interchangeables et ne semblent pas être l’objet d’une élaboration poussée. Les évolutions postérieures à 1130 et l’œuvre de Georges d’Antioche dans ce domaine ont-elles changé cet état de fait ?

Georges d’Antioche

  • 65 Cf. B. Lavagnini, « Giorgio di Antiochia e il titolo di « ARCHÔN TÔN ARCHONTÔN », dans SUNALESMOS, (...)
  • 66 Cf. L.-R. Ménager sur le titre d’amiratus / amêras (cf. Amiratus, p. 87-89).
  • 67 Cf., pour une attestation de ce titre dans le contexte byzantin, J.-C. Cheynet, « Tathoul, archont (...)

39La titulature de Georges d’Antioche, un fonctionnaire certainement conscient des enjeux de cet élément honorifique, offre un exemple éclairant. Situé au carrefour de deux cultures qu’il connaît bien, Georges combine leurs ressources. Les deux titres principaux qu’il a portés sont ceux d’« archonte des archontes »65 et d’« émir » (amêras)66. À cette date, l’usage du titre « archonte des archontes » est curieux si l’on se réfère à un contexte byzantin. Dans un cas analysé par Jean-Claude Cheynet, il a été concédé à un individu qui, tout en faisant obédience à l’empereur, jouissait, de fait, d’une totale autonomie67 ; il s’agissait donc ainsi de récompenser cette fidélité et d’intégrer le personnage dans la hiérarchie byzantine, au sens large. Dans le cas de Georges d’Antioche, il est difficile de reprendre cette explication. Toutefois, il s’agit peut-être d’un titre élaboré par Georges lui-même et inspiré par les pratiques de la région d’Antioche.

40Ces titres d’origine byzantine et islamique ne sont donc pas strictement équivalents : en grec, la titulature de Georges renvoie à une pratique périphérique, tandis qu’en arabe, sa désignation se réfère à une pratique très répandue dans le dār al-islām depuis le centre politique jusque dans les provinces. Quant à la multiplication des émirs au cours du XIIe siècle, le mouvement ne fait que refléter un processus que l’on repère également dans les pays arabo-musulmans.

  • 68 Arthur Engel l’a édité au début du siècle dans ses Recherches sur la numismatique, p. 94
  • 69 Sceau conservé au Musée archéologique de Palerme et étudié par Vivien Prigent dans « L’archonte Ge (...)

41Les sceaux de Georges d’Antioche que nous avons conservés illustrent bien ses choix. Ils portent toujours des inscriptions en grec, et sont ornés de représentations figurées : celui qui était attaché à l’acte de fondation de S. Maria dell’Ammiraglio68 est illustré d’une Vierge orante avec l’enfant Jésus. Un autre porte un saint Georges, représenté avec une lance et un bouclier69. Les références iconographiques et linguistiques sont donc clairement « grecques ». Toutefois, les titres retranscrits sont en partie arabes puisque Georges est qualifié non seulement de tôn archontôn archôn, mais aussi d’amêras, transcription grecque d’amīr.

42Les titres grecs courants de Georges le placent à la marge du système de titulatures byzantin, tandis que ses titres arabes sont beaucoup plus liés aux pratiques contemporaines des régions islamiques. De manière plus générale, toutefois, les titres siciliens, qui combinent les éléments disponibles en leur donnant un sens et un poids distincts de ce qu’ils étaient à Byzance ou en Islam, sont nettement en retrait par rapport à ces deux traditions et la différence apparaît clairement lorsqu’on compare les titres insulaires et ceux que l’empereur byzantin ou le calife fatimide ont concédés ou attribués à des fonctionnaires siciliens.

Les titres concédés par l’empereur de Byzance et les souverains islamiques aux grands fonctionnaires siciliens

  • 70 Nous ne reprenons pas ici l’immense bibliographie qui traite de la hiérarchie des titulatures et d (...)
  • 71 Sur ce titre et son apparition, cf. L. Stiernon, « Notes de titulature et de prosopographie byzant (...)
  • 72 A. Acconcia Longo, « Gli epitaffi giambici ».
  • 73 Cusa, p. 418.

43Les byzantinistes s’accordent sur le fait que le titre de panhuper-sebastos, qualificatif attribué à Georges d’Antioche dans son épitaphe, est difficile à interpréter dans ce contexte70. L’usage de cette titulature, anciennement réservée à l’empereur, s’est en effet élargi à ses parents à partir de la fin du XIe siècle71. Or, Georges d’Antioche ne fait pas partie de la famille impériale. Le qualifier ainsi pourrait être une manière de lui conférer une noblesse équivalente à celle de Stéphane Contostephanos, beau-frère de Manuel Ier Comnène, qui mourut en 1149 lors de l’attaque de Corfou par une flotte normande que commandait Georges en personne72 ; il s’agirait donc d’une invention poétique de l’auteur de l’épitaphe visant à mettre le conseiller de Roger sur le même pied que l’adversaire qu’il avait vaincu. Rien ne permet d’écarter définitivement cette lecture. Toutefois, l’attribution du titre de « protonobilissime » à Christodule et de sebastos au kuros Basileios cité dans un texte de 1136-115173, oblige à envisager que ce titre ait vraiment pu être concédé à Georges d’Antioche par l’empereur de Byzance. C’est ce que propose Vivien Prigent, qui considère qu’un tel geste serait imaginable dans le contexte d’inflation des titulatures byzantines au XIIe siècle.

  • 74 H. Ahrweiler, « Le sébaste, chef de groupes ethniques », dans Polychronion. Festschrift Franz Dölg (...)
  • 75 On ne peut aller beaucoup plus loin et les circonstances précises de ces gestes impériaux nous éch (...)
  • 76 Cette pratique était courante pour remercier les alliés de Byzance.

44On peut ajouter que, dès l’origine, ce titre important est accordé à des individus extérieurs à la famille impériale, et notamment à des étrangers ou aux représentants de groupes ethniques dans ou hors de l’Empire, au point qu’Hélène Ahrweiler a supposé qu’il pouvait désigner la fonction de « chef de groupe ethnique »74. Quelle serait la motivation de l’attribution d’un tel titre à Georges d’Antioche ? Il faut probablement y voir le fruit d’une tentative de rapprochement entre Byzance et les Normands, dans un contexte où l’Empire peut difficilement se permettre de susciter l’hostilité des Hauteville75, ainsi qu’une manière d’intégrer les hauts fonctionnaires siciliens dans la hiérarchie byzantine76. La valeur réduite de ces titres n’échappe toutefois pas aux principaux intéressés qui utilisent fort peu, dans le contexte sicilien, la titulature byzantine qu’ils seraient en droit d’afficher, et préfèrent reprendre les titres qu’ils ont eux-mêmes forgés.

  • 77 Pour une édition et une datation correctes du diplôme impérial, cf. F. Dölger, « Der Kodikellos de (...)
  • 78 Cf. Ménager, Amiratus, p. 40.
  • 79 Cf. ibid., p. 39-40.
  • 80 Cf. N. Oikonomides, Les listes, p 293.
  • 81 Robert Guiscard se voit accorder le titre de nobilissime en 1074 dans le cadre d’un projet matrimo (...)
  • 82 Il faut probablement penser à la volonté d’encourager une réaction face aux menaces venues d’Orien (...)
  • 83 cf. Ménager, Amiratus, p. 39-40.
  • 84 Même s’il faut rappeler que les actes comtaux de cette époque sont connus surtout sous des formes (...)

45On le vérifie avec un autre titre byzantin célèbre, que l’on a évoqué, celui de prôtonobellissimos, décerné par l’empereur de Byzance à Christodule en 110977, mais aussi au notaire Bon, pour lequel il est attesté en 111078, et pour le camérier Nicolas dès avant 109979. Dérivé de nobilissimus, il apparaît dans un contexte byzantin à la fin du XIe siècle, pour disparaître à la fin du siècle suivant80. Il est attribué assez tôt à des étrangers dans le cadre de la diplomatie impériale : Robert Guiscard en a bénéficié81, ainsi qu’une petite dizaine de personnages importants dans les villes d’Amalfi et Bari, au début du XIIe siècle toujours, à un moment où Byzance perd définitivement pied dans le sud de l’Italie. Sont donc combinés deux mouvements : l’un de soutien à des villes susceptibles de demeurer favorable à l’empire et l’autre qui ménage l’avenir à un moment où les Hauteville ne portent pas encore le titre royal, n’ont pas encore tranché en faveur de Palerme au détriment de Mileto et Messine, et regardent plus vers Byzance que vers l’Islam. Il est probable que Christodule doive à un semblable rapprochement ce signe de bonne volonté à l’égard de la monarchie normande de Sicile, sans que les circonstances exactes de ce mouvement diplomatique soient claires pour autant82. Or, le titre de protonobellissime n’accompagne jamais le nom de Christodule dans un contexte sicilien ; par contraste, il suit ponctuellement83 celui de deux autres membres de la cour comtale, Bon et Nicolas84, tandis que les Amalfitains et les Barésans évoqués l’affichent fièrement.

  • 85 Cf. M. Canard, « Une lettre », p. 131-132.
  • 86 Al-Qalqashandī, Subḥ, 6, p. 459 : Amīr ta’yīd al-dawla wa-aḍudu-hā, ‘izz al-mulk wa-fakhru-hu, niẓ (...)
  • 87 A. De Simone, « Il Mezzogiorno normanno-svevo », p. 278, n. 78. Al-Maqrīzī, Kitāb al-Muqaffā, 3, p (...)

46Qu’en est-il par comparaison des titres attribués par les Arabo-musulmans aux émirs siciliens ? Le cas diffère de ce que nous avons vu jusqu’ici car il n’existe rien dans les pays islamiques d’aussi systématique que la hiérarchie des titulatures byzantines. On peut toutefois se demander si les titulatures siciliennes dépassent les limites insulaires et sont reconnues dans les chancelleries islamiques. Une lettre, déjà évoquée, adressée par le calife al-Ḥāfiẓ à Roger II en 1137 contient une série de louanges adressées à Georges d’Antioche. Il s’y voit attribuer une titulature proche de celle qu’on lui connaît dans la documentation sicilienne : wazīr, al-sayyid al-ajall85. Mais il y est aussi désigné comme « l’émir, soutien et appui de l’État, force et gloire du royaume, règle de l’autorité et émir des émirs »86. On retrouve ces dernières qualifications, presque à l’identique, dans la biographie de Georges rédigée par Maqrīzī qui livre ce qu’il affirme être sa titulature87. On a ici un bon exemple de ce que pourraient être dans un cadre islamique les titres d’un ministre de l’importance de Georges et leur relative simplicité en Sicile n’en est, par comparaison, que plus apparente.

47On ne peut donc évoquer sous Roger II l’existence d’un système de titulatures articulé : ni hiérarchie claire, ni lien entre fonction et titre n’apparaissent dans la documentation. La titulature arabe des hauts fonctionnaires reste donc somme toute relativement simple et souligne qu’ils sont au service de l’administration royale. On peut se demander si l’expression « émir des émirs » n’a pas été empruntée à la chancellerie fatimide, sans être jamais intégrée à la titulature officielle de Georges. Les titres grecs, ou même précisément byzantins, sont caractérisés par un certain faste, mais un faste creux puisqu’ils correspondent soit à des pratiques marginales (« archonte des archontes ») soit sont dévalués (panhupersebastos), et ne figurent que rarement dans les documents. La langue arabe est donc plus fidèle aux titres contemporains islamiques, par comparaison avec le grec. Seul Georges d’Antioche tenta de marier des apports divers en leur conservant leur signification première.

48Les titulatures propres à l’administration sicilienne suggèrent que, si l’élaboration de titres personnels bilingues ne peut dépendre que de personnalités exceptionnelles, ces titres renvoient à des modèles contemporains et sont signifiants pour ceux qui les connaissent, même si leur relative modestie suggère que l’administration est, là encore, conçue comme une réalité existant en dehors des individus qui la composent et vivent dans son ombre. Une telle conclusion ne présage pas de la magnificence du mode de vie de ces grands ou de leur puissance socio-économique, qui se donne à voir notamment dans leur mécénat, mais elle reflète une conception du pouvoir. Enfin, la distance qui existe entre ces titres et la titulature royale renforce l’exaltation de l’idée de souveraineté.

49Contrastant avec ces fonctions polyvalentes, fortement centralisées et individualisées, assumées par des personnages aux références culturelles multiples, qui prévalent dans un premier temps, du moins dans nos sources, il est des charges plus techniques et plus spécifiquement islamiques qui sont rendues indispensables par la présence d’une importante population musulmane. Constituant une élite au sein de cette dernière, mais aussi à l’échelle de la Sicile, ils côtoient d’autres personnages arabo-musulmans importants.

Une élite arabo-musulmane au milieu du XIIe siècle ?

50Au premier rang de ces fonctions techniques, figurent les charges judiciaires, en particulier celle de qāḍī, qui illustrent l’existence d’élites urbaines arabo-musulmanes siciliennes. Évoluent également autour de la cour, et en nombre plus important, de prestigieux personnages originaires du dār al-islām.

Les fonctions judiciaires : les qāḍī/s de Palerme

  • 88 Citons également, en passant, le cas d’Ibn Zur‘a, faqīh, sicilien qui affirme à Ibn Jubayr avoir é (...)
  • 89 Pour une évocation de cette famille, cf. J. Johns, Arabic Administration, p. 88-90, qui reprend et (...)

51Il est logique, étant donné le principe de personnalité des lois appliqué en Sicile, que les individus chargés de faire respecter le droit musulman dans la communauté musulmane aient rempli la fonction de qāḍī et aient été des Arabo-musulmans88. Tous les qāḍī/s de Palerme connus entre 1123 et 1161 appartiennent, en outre, à la même famille et se succèdent sur trois générations89. Ce lignage est celui des Banū Rajā attesté à travers les qāḍī/s suivants : Abū l-Qāsim ‘Abd al-Raḥman, cité en 1123 et 1137-38 ; son fils Abū l-Ḥasan ‘Alī et son petit-fils Abū l-Faḍl Rajā, attesté en 1161.

  • 90 Le qāḍī de Palerme siège, en effet, en 1123 aux côtés de l’émir Christodule, plus haut personnage (...)

52Il est impossible d’assurer que dans ce domaine la continuité a prévalu entre les périodes pré-normande et normande, mais cela paraît probable. Ne sachant rien du système judiciaire ailleurs dans l’île, on ne peut dire si Palerme constitue un cas à part. De la même manière, on ne peut affirmer que le qāḍī de Palerme occupait une position prééminente dans le système judiciaire musulman insulaire, même si une occurrence semble aller dans ce sens90.

  • 91 A. De Simone, « Alla corte di Ruggero II », p. 12.

53Toutefois, l’éminence de ceux qui occupent cette fonction et leur proximité avec le souverain apparaissent clairement, notamment par le fait que l’un deux composa des vers pour pleurer la mort d’un des fils de Roger II91. Ils font partie des grands personnages musulmans qui évoluent autour de la cour palermitaine, mais ils ne sont pas les seuls.

Une aristocratie arabo-musulmane au plus près du souverain ?

  • 92 Cf. infra.
  • 93 Cf. chapitre 3.

54Nous ne nous arrêterons pas ici sur le contexte palatial décrit par plusieurs auteurs médiévaux (al-Idrīsī, Ibn Jubayr et le pseudo-Falcand principalement)92 et étudié par de nombreux historiens de l’architecture. Après l’aristocratie au service de l’État, c’est l’entourage du roi et, plus particulièrement, la place qu’y occupent les Arabo-musulmans qui nous retiendra, même si nous ne reviendrons pas sur les savants qui fréquentent la cour palermitaine93. Les descriptions les plus intéressantes sont fournies par les auteurs arabo-musulmans de passage, en particulier Ibn Jubayr en 1185, qui repèrent à la cour de Sicile certains éléments propres aux cours islamiques. Cependant, elles concernent essentiellement la seconde moitié du siècle.

55Les documents qui nous renseignent sur les fonctionnaires au service du souverain sicilien sont peu nombreux durant le règne de Roger II. Cette relative absence de sources suggère, certes, que le nombre de ces individus est réduit (même si la complexification de l’administration après la mort de Roger II ne peut qu’accroître les besoins dans ce domaine), mais surtout le fait qu’ils sont peu visibles dans les textes. Les officiers disparaissent derrière l’appareil administratif durant cette période et leur nom n’est pas toujours cité dans les documents. Mais tous les représentants des grandes familles d’origine arabo-musulmane ne sont pas des fonctionnaires.

  • 94 Ce phénomène n’est pas propre à la Sicile normande, cf. pour une période postérieure l’ouvrage de (...)
  • 95 Fa-lammā waqa‘a al-ġalā’fī-l-maġrib ma‘a al-fitan, raḥala ilay-hi min alumarā’wa-l-quḍāt wa-l-fuqa (...)

56Le roi côtoie également les représentants de dynasties arabo-musulmanes qui, parvenus en Sicile au gré de vicissitudes diverses, y compris à l’époque normande, évoluent à la cour94. Un passage de la biographie de Georges d’Antioche par al-Maqrīzī, citée plus haut, suggère que nombreux furent les musulmans de l’Ifrīqiya qui se réfugièrent en Sicile dès la première moitié du XIIe siècle. Il avance qu’un tel mouvement était encouragé par une politique sciemment mise en œuvre par le souverain et son principal conseiller95.

  • 96 Cf., en dernier lieu, A. Amara et A. Nef, « Nouvelles données biographiques ».
  • 97 Sur cet épisode, voir al-Nuwayrī (Nihāyat al-‘arab, éd. Ḥ. Naṣṣār et A. A. al-Ahwānī, Le Caire, 19 (...)
  • 98 Ibn Khaldūn, Kitāb al-‘Ibar (BAS, ar., 2, p. 542-543 et BAS, 2, p. 211-212).
  • 99 Cf. épilogue.

57En général, ces grandes familles ne sont jamais très éloignées du service du prince, mais ne s’y limitent pas : le cas des Ḥammūdides est le mieux connu96. Celui des Ḥammādides est tout aussi éclairant : une partie de cette dynastie fuit en Sicile après la prise de la capitale ḥammādide, la Qal‘a Banī Ḥammād, par les Almohades en 115297. Al-Ḥarīth, qui tenait Bône avant sa fuite, aurait ensuite été rétabli à la tête de la ville par Roger, avant d’être défait et exécuté par les Almohades, si l’on suit Ibn Khaldūn98. L’opération menée par Philippe de Mahdiya contre Bône pour le compte de Roger en 1153 doit être lue dans ce contexte politique99.

  • 100 J. Johns, Arabic Administration, p. 234-242.
  • 101 Cf. G. Pistarino, « Commercio e communicazione tra Genova e il regno normanno svevo all’epoca dei (...)
  • 102 En 1167-1168, cf. infra.
  • 103 Cusa, p. 484-486.
  • 104 Cf. A. Bruel, Chartes de l’abbaye de Cluny, Paris, 1894, 5, p. 600.
  • 105 L’épisode est connu : on lui aurait confisqué une partie de ses biens et infligé une lourde amende (...)
  • 106 Al-Harāwī, Kitāb al-ithārāt ilā ma‘rifat al-ziyārāt, éd. J. Sourdel, Damas, 1953, p. 55 et trad. f (...)

58Une branche des Ḥammūdides s’installa durablement en Sicile, celle des Banū l-Ḥajar. Jeremy Johns a bien retracé les grandes lignes du parcours d’un de ses représentants les plus illustres, Abū l-Qāsim Ibn Ḥammūd100. Engagé en 1162 dans des activités commerciales avec Gênes101, il fait, quelques années plus tard, son apparition sur la scène politique en montant la communauté arabo-musulmane de l’île contre Étienne du Perche à qui il reproche de lui préférer un de ses coreligionnaires102, ce qui reflète son rôle de premier plan à la cour ; il est alors employé du sekreton et est cité dans un document datant de 1168103. L’éloignement qu’il dénonce ne dure pas au-delà du départ d’Étienne du Perche, puisqu’il est à nouveau magister duanae de secretis en 1173, aux côtés de Geoffroi de Centorbi104. Son activité pro-almohade lui aurait par la suite attiré les foudres du pouvoir105, au contraire de son souhait de voir intervenir Saladin en Sicile, qui ne nous est connu que par le récit d’al-Harāwī106. On peut toutefois se demander si les deux textes ne renvoient pas en fait au même épisode qu’Ibn Jubayr aurait attribué de manière erronée à du pro-almohadisme.

  • 107 Nous reparlerons plus longuement de cet auteur plus bas. Cf. A. De Simone, Splendori e misteri di (...)
  • 108 Un document de 1289 mentionne quondam Iohannem filium quondam gayti Philippi de Ibn Hammud civem P (...)

59Des membres de la famille d’Abū l-Qāsim Ibn Ḥammūd – trois fils, un frère, un neveu et trois autres personnes non identifiées –, sont mentionnés par le poète égyptien Ibn Qalāqis que le qā’id a invité en Sicile en 1168-1169107. Cette présence suggère que ce personnage était entouré d’un ample groupe de familiers et de proches. Ces indices ne donnent sans doute qu’une idée partielle non seulement du rayonnement d’Abū l-Qāsim en Sicile mais aussi des réseaux insulaires qui structuraient les activités commerciales, l’administration et le milieu politique et se recoupaient en partie. Ces réseaux étaient en effet indissociables de l’existence de relations de parenté et d’alliance entre les individus qui les composaient, une réalité documentée dans l’ensemble du monde médiéval contemporain. Notons, enfin, que les Ḥammūdides n’ont pas disparu de Sicile avec la fin du XIIe siècle108.

  • 109 A. Amara et A. Nef, « Nouvelles données biographiques » et H. Bresc et A. Nef, « Introduction » à (...)

60Si nous l’évoquons alors que l’essentiel des mentions qui concernent le qā’id sont postérieures au règne de Roger II, c’est parce qu’il n’est que le représentant le plus tardif de ce lignage. En effet, le géographe al-Idrīsī descendait de cette même dynastie des Ḥammūdides, et plus précisément de la branche qui a régné à Malaga, puisqu’il est le fils d’un de ses représentants arrivés en Sicile dès le XIe siècle. Même si aucun lien précis ne peut être établi à l’heure actuelle entre cette première arrivée de Ḥammūdides et Abū l-Qāsim109, il ne peut s’agir d’une coïncidence. Cette double présence est intéressante dans la mesure où, encore une fois, il s’agit d’une dynastie qui avait dû fuir son lieu d’établissement premier et trouver une « cour de refuge » en Sicile.

  • 110 Jeremy Johns rappelle avec raison qu’il ne peut être confondu avec Ḥammūd de Castrogiovanni, ni av (...)
  • 111 Cusa, p. 16.

61Certains convertis ont également connu un destin glorieux, moins soumis aux aléas politiques que celui des eunuques, que nous évoquerons plus loin. Parmi ces derniers, figure Roger/Aḥmad110 qui donne trois domaines situés dans l’Agrigentin à l’archevêque de Palerme en 1141111 ; l’acte précise qu’ils lui avaient été concédés par le Comte Roger, son parrain. C’est là un exemple classique de conversion, qui entraîne l’adoption par le converti du nom de son parrain. On peut supposer qu’en cédant ces trois domaines de cette manière il ne se dépossèdait pas de tout et que l’étendue de ses propriétés n’était donc pas négligeable. Pour une minorité d’Arabo-musulmans convertis, une intégration réelle au sein des élites fut donc possible, mais les souverains ne semblent pas l’avoir encouragée de manière systématique.

  • 112 Il convient toutefois de ne pas négliger le caractère lacunaire des sources : il est probable que (...)
  • 113 On connaît à Byzance le thème du prince d’ascendance sassanide réfugié dans l’empire, pour le cas (...)
  • 114 Ainsi les processions fatimides qui se déroulaient lors de la crue du Nil au Caire intégraient ces (...)

62L’impression qui se dégage – et on ne peut guère aller plus loin étant donnée la maigreur des informations disponibles – est que Roger II a privilégié, pour les postes les plus importants, des individus originaires de l’extérieur de la Sicile, provenant de pays islamiques dans la plupart des cas, mais qui, par leur religion ou leur position délicate dans leur région d’origine, étaient susceptibles de s’identifier à leur protecteur sicilien. La culture à la fois hellénophone et islamique de Christodule et Georges d’Antioche évitait d’avoir à les former, à une époque où les cadres de cette formation étaient peut-être amoindris en Sicile. Par la suite on fera plutôt appel à des individus de statut servile, formés au palais, et eunuques112. La solution retenue par Roger II est donc radicalement différente et la connaissance par ses grands officiers des deux cultures et langues qui co-existaient et interagissaient en Sicile à l’arrivée des Hauteville était de toute évidence un atout dans ce contexte. En revanche, les élites d’origine locale semblent rarement promues aux plus hautes positions et Roger/Aḥmad demeure une sorte d’hapax dans nos sources, tandis que parmi les courtisans figurent nombre de grands dont l’appartenance à l’aristocratie se rattache à leur position antérieure, le plus souvent hors du royaume. Ce trait n’est pas propre à la Sicile normande et Byzance113, comme les dynasties islamiques114, a intégré aux élites et au cérémonial du souverain de grands personnages contraints de fuir leur région d’origine, soulignant ainsi l’attractivité universelle de sa cour.

63Le cœur de l’État sicilien abrite donc les représentants de groupes variés mais originaires de pays islamiques, qu’ils soient chrétiens ou musulmans, tandis que les individus d’origine locale n’apparaissent guère dans les sources, même si une partie d’entre eux semblent liés à des immigrations antérieures (ainsi des Ḥammūdides). Ces caractéristiques sont-elles également celles de la Sicile de la deuxième moitié du XIIe siècle ?

II. Les élites administratives et curiales sous les deux Guillaume

64Les éléments recueillis au cours des chapitres précédents pour la deuxième moitié du XIIe siècle pourraient apparaître contradictoires. D’une part, dans la sphère administrative se multiplient les termes latins et grecs ; d’autre part, la cohérence grandissante de la titulature royale en arabe et d’autres éléments suggèrent un essor de l’arabisation et de la référence islamique. Dans ce contexte, qu’en est-il du recrutement des officiers de l’administration et de la place des individus arabo-musulmans à la cour palermitaine ? Le paradoxe est que les historiens mettent en avant une reprise en main en faveur des Latins sous Guillaume Ier (Maion de Bari) et pendant la régence de Marguerite (Étienne du Perche), alors même que les Arabo-musulmans et les eunuques convertis sont documentés comme jamais auparavant. Faut-il y voir un effet de source ?

Une latinisation marquée sous Guillaume Ier et Marguerite ?

65Les évolutions de la seconde moitié du XIIe siècle ne se bornent pas à redéfinir les bureaux administratifs et leurs compétences régionales, elles ont une incidence plus large, notamment sur les élites promues par les souverains au cœur de l’État. Les souverains pouvaient favoriser trois options dans ce domaine : l’intégration des élites locales à l’administration centrale, la promotion d’individus de statut servile et la nomination de personnages provenant de l’extérieur (Occident chrétien ou Orient). Ces trois méthodes ne sont pas exclusives l’une de l’autre et ont été utilisées parallèlement par les Hauteville. Toutefois, des tendances apparaissent en fonction des périodes. Qu’en est-il donc sous Guillaume Ier et Guillaume II ?

La disparition des émirs siciliens

  • 115 Cf. chapitre suivant.

66Jusqu’à la mort de Roger II, le personnel placé à la tête de l’administration, les plus éminents membres du groupe des émirs, sont caractérisés par leur connaissance de la culture grecque et de la culture arabo-musulmane. Leur origine est toujours plus extra-insulaire, même si Roger II nomma également le seul émir musulman converti au christianisme et eunuque : Philippe de Mahdiya115. L’issue fatale de cette promotion pourrait bien avoir dissuadé les souverains postérieurs de recourir à cette solution. Après 1154, ce sont des Latins et des Grecs qui prennent la relève et cette évolution va de pair avec le déclin de la fonction d’émir, surtout après 1161.

  • 116 Il est le seul à en porter le titre, cf. Ménager, Amiratus, p. 55.
  • 117 J. Johns, Arabic Administration, p. 197-198.

67Les derniers émirs importants sont les suivants. Maion de Bari (1151-1160), qui est le premier et dernier « émir des émirs »116, s’inscrit dans la continuité de Georges d’Antioche. Originaire du continent et, comme son nom l’indique, de la ville de Bari, il a bénéficié du contexte culturel qui caractérise la Pouille. Il connaît en effet la langue et la culture grecques. Il est attesté à partir de 1144 comme scriniarius (responsable des archives) de la chancellerie royale, et devient vice-chancelier en 1149 et chancelier en 1152. Il ne devient « émir des émirs » qu’après la mort de Roger II en février 1154117 ; mais il ne parvient pas à asseoir son autorité à la manière de Georges d’Antioche.

  • 118 Entre 1161 et 1177, aucun émir n’est évoqué dans les sources ; ensuite, sont cités : Sanctorus ent (...)

68Désigné après l’assassinat de Maion, Henri Aristippe (1160-1162), archidiacre de Catane et helléniste de renom, évoqué plus haut, est un Latin. Le titre d’« émir » renvoie désormais à une dignité et rares sont les informations disponibles au sujet des quelques autres personnages qualifiés d’émirs118. Cette évolution reflète le déplacement du centre du pouvoir de la fonction d’émir à la tête du dīwān sicilien.

69On assiste, en effet, à une sorte de dédoublement du centre politique entre la dimension financière, qui croît au cœur de l’administration et est assumée surtout par des Arabo-musulmans et des convertis, eunuques pour la plupart, et le conseil des regis familiares.

Les regis familiares

  • 119 Sur ce personnage essentiel, cf. chapitre suivant.
  • 120 Son existence est attestée pour la dernière fois au printemps 1162.
  • 121 Sur cette évolution, cf. H. Takayama, The Administration, p. 98-101.

70Au lendemain de la mort de Maion, Guillaume Ier fait appel à Henri Aristippe, qui porte à la fois le titre d’émir et celui de regis familiaris. À la suite des troubles palermitains anti-musulmans, en mars 1161, un conseil de trois regis familiares est institutionnalisé ; il ne peut s’agir d’un hasard. Dans un premier temps, il est composé du comte Silvestre de Marsico, de l’évêque de Syracuse Richard Palmer, d’origine anglaise, et d’Henri Aristippe, archidiacre de la cathédrale de Catane. On pourrrait donc penser qu’il s’agit de promouvoir un nouvel équilibre interne, au centre du pouvoir. Toutefois, dès 1161, Henri Aristippe, suspect de pencher du côté des barons qui se sont révoltés, est arrêté et emprisonné, il est remplacé par Mathieu d’Aiello, bon arabisant, bon connaisseur de l’administration du dīwān119. À la mort de Silvestre de Marsico120, l’eunuque Pierre le remplace121. Il apparaît donc qu’en 1166, le conseil, dont les attributions exactes et les modalités d’intervention nous échappent, n’est plus un contrepoids représentant les grands latins auprès du roi, si tant est qu’il l’ait jamais été, puisqu’ecclésiastiques et officiers du dīwān y sont toujours plus nombreux que les barons latins.

  • 122 H. Takayama, The Administration, p. 115-116.
  • 123 Pseudo-Falcand, p. 100 et épilogue, p. 613.
  • 124 Cf. chapitre suivant.
  • 125 H. Takayama, The Administration, p. 116-117.

71Guillaume Ier avait établi que cette configuration devait être maintenue après sa mort. Mais la reine Marguerite, régente jusqu’en 1171, en décida autrement. Elle nomma magister camerarius regii palatii l’eunuque Pierre et lui soumit les deux autres familiares, Mathieu d’Aiello et Richard Palmer, si l’on en croit le Pseudo-Falcand, chroniqueur contemporain des événements122. Un tel choix peut étonner mais s’explique probablement par la manumission de Pierre123. Les barons latins se révoltent toutefois contre cette décision et poussent au premier plan le comte Gilbert de Gravina. La reine, plutôt que de le nommer à la place de l’eunuque Pierre, élargit le conseil à Richard de Mandra, comte de Molise, tandis que les pressions de Gilbert de Gravina suggèrent à Pierre de fuir en Ifriqiya124. Richard de Mandra le remplace, exerçant son autorité sur les autres familiares, et, peu après, les qā’id/s eunuques convertis Richard et Martin, tous deux officiers du dīwān, comme on le verra, sont nommés membres du conseil125. À ce stade, on assiste donc à un renforcement du rôle du conseil qui s’élargit et intègre nombre de représentants de l’administration, en particulier des eunuques.

  • 126 Ibid., p. 117-118.

72La situation évolue à l’automne 1166, avec l’arrivée d’Étienne du Perche. Appelé à Palerme par la reine, il est rapidement nommé chancelier et élu évêque de Palerme un an plus tard, en 1167. Il semble prendre la tête du conseil, sur lequel les informations sont rares, ce qui reflète probablement son affaiblissement126. La manière forte d’Étienne du Perche entraîne des résistances et, en butte à l’hostilité générale, il prend la fuite au printemps 1168.

  • 127 Ibid., p. 118.

73Une nouvelle évolution se fait alors jour puisque le conseil des familiares compte désormais dix membres et que sous la pression armée de Richard, comte de Molise, il intègre une majorité nette de grands latins et d’ecclésiastiques (huit sur dix, dont cinq ecclésiastiques), dont cinq viennent de la Terre ferme. Continuent à faire partie du conseil Mathieu d’Aiello et le qā’id Richard127. On voit néanmoins, qu’il ne s’agit pas là de la volonté de la reine, mais du résultat d’un rapport de force qui évolue en faveur des grands latins, durant la minorité de Guillaume II.

  • 128 Les deux autres membres en sont : l’évêque d’Agrigente et Mathieu d’Aiello ; ibid., p. 119.

74Les informations sont rares jusqu’en 1169, moment où le précepteur de Guillaume II, Gauthier, diacre de la cathédrale d’Agrigente, devient évêque de Palerme. Il prend alors la tête d’un conseil de familiares ramené à trois personnes dans un premier temps et au sein duquel il prédomine128.

  • 129 Ibid., p. 120.

75Le récit du Pseudo-Falcand s’interrompt, mais nous sommes ensuite renseignés par les diplômes royaux. Après la fuite d’Étienne du Perche, ces derniers sont en effet datés en fonction non plus du chancelier, dont le poste est laissé vacant jusqu’en 1190, mais des regis familiares. Cette évolution entérine le renforcement du rôle joué par ce conseil, qui est ensuite composé tout au long de l’année 1169 de six personnes129.

  • 130 Ibid., p. 120-122.
  • 131 Ibid., p. 120-123.

76À partir de 1170 et jusqu’en 1189, les regis familiares sont au nombre de trois (quatre entre 1184 et 1189) et ne comptent plus d’eunuques. L’archevêque de Palerme, Gauthier, est à la tête du conseil sans interruption, Mathieu d’Aiello, vice-chancelier, en fait partie sans solution de continuité, le troisième membre est toujours un ecclésiastique (ainsi que l’éventuel quatrième)130. Cette promotion de familiares, membres de l’administration, mais latins, ou ecclésiastiques, semble s’être maintenue jusqu’en 1194131.

77Un double mouvement caractérise donc le règne personnel de Guillaume II : le renforcement du rôle du conseil des familiares, qui s’accompagne de son rétrécissement, et le dédoublement des centres de décision. Aux familiares revient la politique générale du royaume, tandis que le dīwān remplit des fonctions sur lesquelles il convient de s’interroger, mais arrêtons-nous d’abord sur un document exceptionnel qui évoque les familiares du roi en grec et en arabe.

Une convergence plus marquée au sein de la titulature : une tentative sans lendemain ?

78Tout au long de la deuxième moitié du XIIe siècle, la titulature et les épithètes qui qualifient les grandes fonctions du royaume demeurent relativement pauvres par contraste avec celles des souverains.

  • 132 Il s’agit du seul exemple bilingue de ce type de qualification qui accompagne la mise en place d’u (...)
  • 133 Ménager, Amiratus, ibid., p. 219, n. 1.

79Un seul document bilingue grec-arabe, datant de 1172, évoque les regis familiares132. Même s’il est exceptionnel, les équivalences sont instructives : appelés « archontes de la curia » en grec, ils sont désignés par le terme de « vizirs » en arabe, ce qui souligne leur fonction de ministres du roi. Le terme « kuros » est traduit par mawlā, mais aussi par qīr, sa translittération arabe, titre donné par les chrétiens syriens arabophones aux évêques melkites133.

80Enfin, la notion de familiaris regis n’est pas rendue en arabe ; l’accent est mis, au contraire, sur la distance qui sépare le souverain des membres de l’administration, même au plus haut niveau. Elle apparaît nettement dans la disproportion des titulatures. En revanche, le grec souligne la prééminence de Gauthier, qualifié de protofamiliaros.

  • 134 At about the same time, or a little later, a small board of royal familiars was interposed between (...)

81L’évolution des charges politiques est donc claire sous Guillaume II. La question est de savoir quel est le rôle du conseil par rapport au dīwān. Jeremy Johns attribue au triumvirat évoqué dans ce document une fonction d’intermédiaire entre ce dernier et le souverain134. Une telle analyse repose sur l’idée que les trois personnages évoqués dans le document de 1172 composent un nouveau « bureau », qui diffère du conseil de familiares, tout en étant composé des mêmes membres... Il paraît plus logique qu’il s’agisse d’une traduction en grec et arabe d’une réalité contemporaine, celle du conseil des familiares regis, dont le rôle se renforce pendant le règne personnel de Guillaume II et qui joue probablement un rôle entre le souverain et le dīwān.

82Il ne s’agit donc pas d’une innovation institutionnelle. Est-ce là le fruit d’une tentative pour renforcer la convergence entre les langues et les traditions administratives et l’intégration des élites politiques qui viennent d’entrer en conflit de manière forte pendant la régence de Marguerite ? L’unicité du document empêche de trancher ce point.

83Le renforcement du conseil des familiares regis signifie-t-il pour autant que le dīwān est moins présent ou que les eunuques et/ou les Arabo-musulmans sont marginalisés au sein de l’administration centrale ?

Les officiers de l’administration centrale sous Guillaume Ier et Guillaume II

  • 135 Le dédoublement des charges entre familiares regis et magistri camerarii palatii est encore renfor (...)

84S’il revient à Roger II d’avoir mis en place le dīwān, à partir des règnes de Guillaume Ier et surtout de Guillaume II, les fonctions administratives centrales se multiplient. Cela évite de recourir à un ministre tout-puissant, dont la culture et la formation devraient répondre à des exigences difficiles à remplir, et permet de ne pas favoriser une trop grande concentration du pouvoir entre les mêmes mains135.

Au cœur de l’État : de l’émir au camerarius. Le règne des eunuques

  • 136 Cf. épilogue.
  • 137 H. Bresc, « Esclaves auliques et main d’œuvre servile agricole dans la Sicile des XIIe et XIIIe si (...)
  • 138 Pour un premier point sur le sujet, P. Corsi, « L’eunuco », dans Condizione umana e ruoli sociali (...)

85À partir de la deuxième moitié du règne de Guillaume Ier et de l’assassinat de Maion de Bari (1160)136, le personnel administratif le plus proche du souverain se compose en grande partie d’esclaves auliques137, parmi lesquels on compte de nombreux eunuques138. Il s’agit là d’une nouveauté si l’on excepte le court intermède constitué par l’émirat de Philippe de Mahdiya.

  • 139 Nous ne nous étendrons pas sur ce personnel sur lequel H. Takayama a déjà synthétisé de nombreuses (...)
  • 140 On pourrait opposer à cela l’exemple d’Aténulf, au nom latin et lombard, mais unique. En réalité, (...)

86Ce sont en effet les eunuques qui occupent les plus hauts postes de l’administration financière. Ainsi, les magistri camerarii palatii, qui sont à la tête de l’appareil fiscal et du trésor royal, sont tous, sauf un, des eunuques d’origine arabo-musulmane convertis au christianisme139. Ils connaissent probablement la culture grecque et latine, dans une mesure que nous ignorons. En Sicile, ils sont qualifiés de qā’id ; c’est, dans le contexte normand, une manière honorable de nommer ces agents du pouvoir et de souligner leur origine arabo-musulmane. Un autre trait distinctif, onomastique, réside dans le fait que ces eunuques portent un nom unique et que leur dénomination ne contient jamais de nom de lieu. Les noms des camériers palatins le démontrent amplement : ainsi de l’eunuque Iohar (Jawhar), de l’eunuque Pierre qui lui succède, du qā’id Richard, du qā’id Martin, du qā’id Materacius, par contraste, par exemple, avec Geoffroi de Modica cité en 1180140.

  • 141 Cf. également chapitre suivant.
  • 142 Cf. ibid. Sur cette dimension, cf. A. Nef, « Pluralisme religieux et État monarchique dans la Sici (...)

87Nous avons vu, en outre, que Richard et Martin, qui font preuve de la plus grande longévité, sont des personnages centraux du jeu politique sicilien141. Ils ne sont pas pour autant à l’abri des crispations politiques, puisque sur cinq eunuques connus, deux – Philippe de Mahdiya et Iohar – furent exécutés sous Roger II et Guillaume Ier, tandis qu’un troisième, le gaytus Petrus ou Aḥmad al-Ṣiqillī, prit la fuite de peur de subir le même sort142.

  • 143 Elle est exposée par J. Johns, Arabic Administration, p. 222-228, et dans l’article qu’il a publié (...)
  • 144 Il est cité dans trois actes, le premier, grec, date de 1141 et en fait un membre du sekreton (il (...)
  • 145 La lecture de M. Amari semble exacte après visite au Museo Civico de Termini (Le epigrafi arabiche (...)
  • 146 S. Cusa, Su di una iscrizione araba del Museo di Palermo, Palerme, 1858.
  • 147 J. Johns, Arabic Administration, p. 222.
  • 148 En effet, comme M. Amari l’a rappelé (Le epigrafi arabiche, p. 63), on en connaît d’autres occurre (...)
  • 149 Cusa, p. 499-501.

88À propos de ce dernier, Jeremy Johns émet une hypothèse que l’on ne peut partager143. À la suite de Michele Amari, il voit justement dans le gaytus Petrus sicilien le futur Aḥmad al-Ṣiqillī, revenu à l’islam après sa fuite de Sicile où il se sentait menacé. Mais il propose également de l’identifier à un certain Barrūn, officier du dīwān et qualifié de qā’id dans différents documents144. Ce Barrūn serait, en outre, le même que celui qui est qualifié de ‘abd al-ḥaḍrat al-malikiyya (« esclave de la majesté royale ») dans une inscription retrouvée et conservée à Termini Imerese, au Museo Civico145 qui constitue l’élément qui établit le lien entre les trois noms. Comme Salvatore Cusa avant lui146, Jeremy Johns appuie, en effet, son argumentation sur la découverte dans la même ville, parmi des matériaux de remploi, d’une autre inscription, bilingue en latin et en grec. Tous deux y voient une traduction du premier texte en arabe, en s’appuyant sur le fait qu’elles ont aussi été retrouvées à Termini Imerese. Pour Salvatore Cusa, suivi par Jeremy Johns, l’expression ‘abd al-ḥaḍrat al-malikiyya serait, en outre, traduite par celle de servus palatii en latin. Or, rien n’étaye cette supposition dont on ne trouve aucune confirmation par ailleurs. De plus, cumuler un nom d’origine et un patronyme lié à une conversion est plausible (Aḥmad et Petrus), mais la présence d’un troisième nom (Barrūn) paraît peu explicable. Jeremy Johns, après y avoir vu une référence ironique de la part des courtisans au mot « baron », suggère que ce nom renvoie à la forme diminutive de Pierre en français : « Perron »147, alors même que le nom Barrūn est attesté en arabe148. Ce dédoublement des noms Petrus (attesté par le Pseudo-Falcand pour la seconde partie du siècle) et Barrūn (attesté dans le documents du dīwān entre 1141 et 1152) paraît toutefois difficile à accepter, d’autant que la transcription sicilienne de Petrus en arabe est connue par un document privé datant de 1196 : Bātrū149.

  • 150 Cf. M. Amari, SMS, 6, p. 505.
  • 151 Qu’il faudrait peut-être rattacher plutôt à une œuvre de bienfaisance (construction d’un aménageme (...)

89L’identification de Pierre et Aḥmad repose sur la concomitance entre la fuite du premier, tombé en disgrâce, et l’apparition au Maroc du second, dont on sait le passé sicilien150, et il est possible que le texte grec-latin se réfère à lui. De même, le Barrūn des documents de 1141, 1149 et 1152 et le Barrūn de l’inscription151 sont peutêtre une seule et même personne. En revanche, le lien entre les deux inscriptions paraît peu probable, tout comme celui entre Pierre Ȧhmad et Barrūn.

  • 152 Les sources redeviennent plus minces, mais Tancrède nomme en 1191 ‘Abd al-Sayyid (Abdeserdus) came (...)

90Le cas des camerarii paraît donc clair et la fin du règne de Guillaume II ne fait pas cesser ce type de recrutements152. Qu’en est-il des officiers du dīwān ?

Les officiers du dīwān

  • 153 Cf. chapitre précédent.
  • 154 Hormis le Barrūn que nous venons d’évoquer, sont attestés un certain Jean et Boualê (Abū ‘Alī) dan (...)

91Même si, contrairement à la fonction de magister camerarius palatii, celle d’officier du dīwān existe dès le règne de Roger II, la comparaison entre les deux périodes se révèle impossible. On a vu, en effet, que dans un premier temps, l’autorité royale est mise en avant, puis que le dīwān apparaît comme un organe administratif dont les représentants ne sont pas cités153 (cf. chapitre précédent). Au-delà de la multiplication des sources littéraires, les actes émis par le dīwān eux-mêmes connaissent donc une évolution au cours de la deuxième moitié du XIIe siècle, qui correspond à la fois à la multiplication des charges, clairement identifiées (magister camerarius palatii, magister duanae de secretis, magister duanae baronum), mais aussi à l’essor de leur rôle. Ceci explique que nous ne connaissions que très peu de noms des employés du dīwān sous le règne de celui qui l’a promu154. Qu’en est-il donc pour la période suivante ?

  • 155 Cf. Takayama, The Administration, p. 137, tableau 10. Des corrections y sont apportées dans les pa (...)
  • 156 Il est attesté comme tel en 1161 et 1167, probablement l’est-il demeuré entre les deux dates, cf. (...)
  • 157 Il est attesté avec cette fonction en 1168, 1170, 1183 et 1187, à chaque fois il assume aussi la c (...)
  • 158 Il intervient en tant que palatinus camerarius et magister regie duane de secretis et duane baronu (...)
  • 159 Il est qualifié, de manière intéressante, de qā’id, ce qui renforce l’idée qu’il connaissait bien (...)
  • 160 Et probablement le demeure-t-il entre les deux dates. Sur ce musulman célèbre, cf. infra et cf. H. (...)
  • 161 Cf. H. Takayama, The Administration, p. 137 qui mentionne des documents pour 1168 et 1183 et Johns (...)
  • 162 Cf. Ménager, Amiratus, p. 214-224.
  • 163 Cf. H. Takayama, The Administration, p. 137 et J. Johns, Arabic Administration, p. 170. Entre autr (...)
  • 164 Cf. chapitre précédent ; il est cité une fois en 1161 ; Johns, Appendice I, doc. 35.
  • 165 Son surnom arabe équivaut au tou kalou grec : « fils de Kalos » ? ou « fils du beau », mais le sen (...)

92Certains camerarii cumulent cette fonction, ou ont été avant de devenir magistri camerarii palatii, officiers du diwān al-taḥqīq al-ma‘mūr, c’est-à-dire, magistri duane de secretis155 : Martin est dans le pemier cas156, Richard157 et Geoffroi de Modica en 1180158 dans le second. D’autres officiers de ce dīwān sont documentés. Leur profil est plus varié : Mathieu d’Aiello apparaît en 1161159, avant d’être évoqué comme chancelier par la suite, Abū l-Qāsim en 1168 et 1173160, un ou plusieurs Jean entre 1161 et 1183161, Geoffroi de Centorbi (Centuripe) entre 1172 et 1174162, Eugenios tou Kalou alias Abū l-Ṭayyib entre 1175 et 1195163. Citons également Ḥamza b. Ḥamza, le contrôleur du diwān al-taḥqīq al-ma‘ mūr164. La variété est donc grande entre un Latin originaire d’Italie méridionale, mais excellent arabisant (Mathieu), un des grands musulmans de l’île (Abū l-Qāsim), un ou plusieurs Jean peu documentés, mais qui ne sont pas qualifiés de qā’id, ce qui tendrait à prouver leur peu de liens avec la culture islamique, d’autant qu’ils signent en grec ; un Geoffroi de Centorbi qui n’est pas un eunuque du palais, signe les actes en grec, et est lié d’une manière ou d’une autre à Centuripe, localité sicilienne ; un individu, Eugenios tou Kalou alias Abū l-Ṭayyib, dont le nom double suggère la conversion165 et un Arabomusulman dont nous ignorons tout (Ḥamza b. Ḥamza). En outre, les eunuques sont très minoritaires.

93Dans ce cadre, la maîtrise linguistique doit primer, avec une petite place faite aux hellénophones puisque le dīwān compose également des actes partiellement en grec, mais aussi, peut-être, aux Latins, avec Geoffroi de Modica. On ne décèle pas d’évolution chronologique en faveur d’un groupe ou d’un autre ; semblent primer les compétences, en particulier linguistiques, même s’il est vrai que le seul Latin attesté avant les années 1170, Mathieu d’Aiello, était une sorte d’exception par l’étendue de ces connaissances en arabe. On ignore, à la vérité, ce qu’il en est pour Geoffroi.

  • 166 En voici une liste : Renaud de Tusa (1157-1159), Avenel de Petralia (1159), Judex Tarentinus (1159 (...)
  • 167 Après la révolte des barons entre 1160-1162, cf. J. Johns, Arabic Administration, p. 224.

94Quant aux magistri justiciarii, en charge de la justice royale, ce sont, comme on pouvait s’y attendre, plutôt des Latins166. Ce « partage des tâches » repose sur les connaissances cultivées par chaque groupe, en particulier linguistiques, même si le Pseudo-Falcand met en scène Pierre l’eunuque prenant des décisions judiciaires contre des grands latins167.

  • 168 Geoffroi lui-même apparaît en 1172 dans un acte bilingue grec et arabe, était-il trilingue ? (cf. (...)

95L’arabisation de l’administration et l’évolution du dīwān rendent l’emploi d’Arabo-musulmans indispensable, mais non exclusif. En revanche, le sommet de l’administration fiscale est confié à des camériers du palais royal très majoritairement arabophones et eunuques168. À la tête de l’édifice administratif, ils doivent, en effet, être à même de gérer une administration normande qui utilise trois langues et, en Sicile, l’arabe. Confier, au plus haut niveau de l’État, les aspects techniques des finances à des eunuques de statut servile, est un bon moyen, en théorie, pour soustraire ces tâches aux soubresauts des luttes entre factions politiques. C’est une manière également d’intégrer ces eunuques aux élites palatiales. Ce qui pourrait donc apparaître comme un effort de latinisation du sommet de la hiérarchie administrative est en réalité plus complexe, d’autant qu’ils peuvent cumuler cette fonction avec celle de regis familiaris. Ces personnages conjuguent vulnérabilité et dépendance avec la maîtrise de savoirs irremplaçables et indispensables à la construction de la nouvelle souveraineté normande, nous y reviendrons. Toutefois, le règne personnel de Guillaume II les confine à nouveau à cette sphère administrative.

96Organes administratifs et politiques ne sont toutefois pas les seuls espaces ou se déploient les élites et leurs stratégies, non plus que la politique royale d’intégration, et dans certains cas, de construction, de ces mêmes élites.

Eunuques et Arabo-musulmans à la cour du souverain durant la seconde moitié du XIIe siècle

97Si Roger II développe un cérémonial dont certains aspects s’inspirent de pratiques orientales, Guillaume Ier et Guillaume II se voient souvent attribuer une vie de cour, qui s’inspire de l’Orient islamique, entourée de nombre de serviteurs et de courtisans arabo-musulmans. Pourraient ainsi se déployer des réseaux, dont l’existence expliquerait qu’il n’ait pas été si facile pour les grands latins de s’imposer à la cour au détriment des eunuques et des grands arabo-musulmans.

Les eunuques du palais : sens et portée de leur présence à la cour

  • 169 Comme le résume parfaitement K. M. Ringrose : « Why Eunuchs ? We should ask why not Eunuchs ? – a (...)

98La présence d’eunuques à la cour pouvait surprendre, dans une certaine mesure, des individus provenant de l’Occident latin, mais cette pratique était la norme dans le reste du monde connu à cette époque169. Il convient donc de ne pas en exagérer la portée. Une question qui se pose, mais ne peut être résolue sur la base des sources disponibles, est de savoir si, en Sicile, elle se situe dans la continuité de pratiques antérieures. Nous connaissons en effet très mal la vie de la cour kalbide et manquons d’informations pour la première moitié du XIIe siècle.

  • 170 J. Johns, Arabic Administration, p. 243-244.
  • 171 Philippe de Mahdiya vient de la ville dont il porte le nom (J. Johns, Arabic Administration, p. 21 (...)

99Les points d’interrogation sont nombreux concernant les eunuques, et plus généralement les serviteurs de statut servile, du palais palermitain. Jeremy Johns a bien montré que nous n’en connaissons que la pointe émergée170. Leur origine précise nous échappe le plus souvent171, ainsi que les voies de leur arrivée en Sicile. Toutefois, la description que dresse Ibn Jubayr de la cour palermitaine suggère que l’essentiel d’entre eux venaient de pays arabo-musulmans, et étaient originairement arabophones et musulmans.

  • 172 Les informations sur cette question sont réduites pour les eunuques en général. Cf. J. S. Hogendor (...)

100Nous ignorons où les eunuques étaient castrés. On peut toutefois supposer qu’ils ne l’étaient pas en Sicile car on imagine mal que le Pseudo-Falcand ne l’ait pas évoqué172. Logiquement, une partie de leur formation devait se dérouler dans les murs du palais, mais là non plus nous ne disposons d’aucune information.

  • 173 Sur ce terme, cf. J. Johns, Arabic Administration, p. 249.
  • 174 D. Ayalon, Eunuchs, Caliphs and Sultans, p. 312

101Le terme majābīb173, employé par Ibn Jubayr174 pour qualifier les fityān (pl. de fatā, esclaves, serviteurs ou eunuques) de la cour palermitaine, désigne un individu qui a été soumis à une castration totale. Or celle-ci n’était pas pratiquée à Byzance, où cette méthode était qualifiée de « perse » afin d’en souligner l’origine. Elle relève donc d’une tradition islamique plutôt que byzantine et va de pair avec l’origine majoritaire de ces eunuques.

  • 175 C. De la Puente, « Sin linaje, sin alcurnia, sin hogar : eunucos en al-Andalus en época omeya », d (...)
  • 176 Ibn Jubayr, Riḥla, p. 324-327, passim et M. Méouak, Ṣaqāliba, p. 95-98, sur ce terme. L’auteur ren (...)
  • 177 Cf. J. Johns, Arabic Administration, p. 224 et chapitre suivant.
  • 178 À propos de cette inscription, cf. supra note 144.
  • 179 L’objectif de tout le passage qu’il consacre à l’entourage de Guillaume II est de montrer que la g (...)

102Les eunuques du palais étaient-ils toujours de statut servile ? La question mérite d’être posée car, si en Islam ces deux qualités semblent aller de pair175, ce n’est pas le cas à Byzance, par exemple. Trois arguments plaident en faveur de la servilité de ces serviteurs de l’État siciliens : la description qu’en fait Ibn Jubayr qui les qualifie de fityān (pl. de fatā), un terme qui implique souvent la servilité en arabe176 ; la seule manumission qui nous soit connue atteste que l’eunuque Pierre, personnage dont on a pourtant vu l’importance à la cour, était un esclave177 ; l’expression utilisée dans l’inscription de Termini au sujet de Barrūn (‘abd ḥaḍrat al-malikiyya) peut être métaphorique mais elle pourrait également renvoyer au statut personnel de Barrūn178. Tous sont supposés pourtant être convertis au christianisme, même si Ibn Jubayr nous assure de leurs pratiques crypto-musulmanes179. La conjonction des quatre éléments qui les caractérisent – origine arabo-musulmane, castration, christianisme, servilité – est pourtant loin d’aller de soi, nous y reviendrons.

103Certains de ces eunuques pouvaient parvenir à de très hautes positions, ce qui ne manqua pas de faire naître des récriminations. Leur présence à la cour a été soulignée tant pour son rôle dans l’administration qu’en raison de son poids dans les intrigues politiques qui se nouent dans la capitale. Il est probable qu’elle n’est pas une nouveauté au milieu du XIIe siècle, mais on ignore si l’on assiste à un essor du phénomène dans la mesure où les sources manquent pour la période rogérienne. On peut tout de même noter que le nombre important d’eunuques dans la seconde moitié du XIIe siècle suggère qu’ils ont été formés en partie sous Roger II.

  • 180 Par exemple pour al-Andalus, C. de la Puente écrit dans « Sin linaje, sin alcurnia » : « Tal y com (...)

104Certains d’entre eux sont décrits par les contemporains comme riches et puissants (cf. infra), en accord avec ce que l’on connaît pour d’autres régions180, ce qui soulève un autre problème. Ils jouissaient de revenus et de biens non négligeables : le devaient-ils à la faveur royale se déployant au coup par coup, ou bien étaient-ils rémunérés en fonction de leur charge ? Rien ne permet de répondre à la question.

  • 181 G. M. Cantarella, La Sicilia e i Normanni. Le fonti del mito, Bologne, 1989, p. 70. L’auteur y sou (...)
  • 182 Cette dimension est illustrée par l’utilisation d’eunuques depuis le XIIe siècle pour garder le to (...)
  • 183 Sur la conception de la royauté sacrée développée par les rois normands et le rôle que joue le pal (...)

105Ces convertis au service de la royauté en sont les représentants soumis et haïs181, puisque leur apostasie et la perte de leur virilité abolit leur honneur tant aux yeux des Arabo-musulmans qu’aux yeux des Latins. Il ne faut pas pour autant négliger qu’en Islam les eunuques développent également une relation forte au sacré182. Or, le palais royal de Palerme est considéré, dans une certaine mesure, comme un espace sacré (ḥaram), nous l’avons vu183. Ils participent donc de cette sacralisation du pouvoir, en dépit et en raison de leurs caractéristiques. Cela explique également que leur emploi administratif soit aussi très lié à la sphère palatine.

  • 184 C. De la Puente, « Sin linaje, sin alcurnia », p. 189 : « Los eunucos son parte imprescindible de (...)

106Dans le même temps, ils soulignent la splendeur de la majesté royale, une dimension que tant Byzance que les cours islamiques avaient intégrée184. Il convient donc de ne pas accentuer l’« exotisme » de cette pratique.

Une cour islamique ?

107L’originalité de la cour normande de Sicile au regard des autres cours occidentales est bien perçue par les auteurs orientaux, qui la soulignent favorablement, tandis que les sources latines sont plus discrètes, ou critiquent certaines pratiques perçues comme excessives. Il convient de garder présent à l’esprit la fierté que tirent les Arabo-musulmans de cette situation et aussi le fait que les pratiques islamiques maintenues par les serviteurs du palais sont pour Ibn Jubayr un indice de la grandeur de Dieu. Il n’est donc pas impossible que cela influe sur la description qu’il fait en 1185.

  • 185 Cf., BAS, ar., 1, p ; 320 et BAS, 1, p. 450, Michele Amari traduit le dernier terme par porte-drap (...)
  • 186 Il y évoque un eunuque du nom de ‘Abd al-Masīḥ, converti et cryptomusulman selon lui ; Ibn Jubayr,(...)
  • 187 Cf. Épilogue.
  • 188 En latin, le vocabulaire employé pour désigner les eunuques est clair. Ce n’est pas le cas en arab (...)
  • 189 « Il ressemble aux souverains musulmans : comme eux il plonge dans les délices du pouvoir, établit (...)
  • 190 Wa-‘alay-him yalūḥ rawnaq mamlakati-hi, li-anna-hum muttasi‘ūn fī malābis al-fākhira wa-l-marākib (...)
  • 191 Outre ce que l’on en a dit à la note précédente, c’est le cas de Philippe de Mahdiya, brûlé avec s (...)
  • 192 Ibid., p. 346, pour le français et p. 299 pour l’arabe.
  • 193 Cf. Épilogue.

108Ibn al-Athīr décrit ainsi l’entourage de Roger II, constitué de personnages multiples : le ḥājib (chambellan, dont la fonction première est de dévoiler le souverain aux personnes présentes), les silāḥī (écuyers) et le jandar (garde du corps)185. Ibn Jubayr, qui décrit de visu la cour royale, de son côté, souligne le grand nombre d’eunuques (fityān) à la cour, y compris dans le palais de Messine186, mais aussi celui des jawārī (esclaves femmes). Si le Pseudo-Falcand offre parfois une image exacerbée de cet élément emprunté aux gouvernements islamiques, l’insertion de ces individus dans un ensemble arabo-musulman plus vaste et leur train de vie luxueux ne va pas sans conférer aussi de la grandeur au gouvernement normand187. Ibn Jubayr précise qu’ils occupent des postes importants188, sont intégrés à la hiérarchie palatine et au cérémonial189, accumulent une fortune personnelle et développent des réseaux qui leur permettent d’influencer le jeu politique190. Nombre d’entre eux ont ainsi eux-mêmes des eunuques à leur service191. Ibn Jubayr tire également de l’ombre l’employé du ṭirāz royal, Yaḥyā192. Ses propos concordent ainsi avec ceux du Pseudo-Falcand au sujet des jeux politiques autour du palais, où les eunuques savent se placer193.

  • 194 Ibn Jubayr, Relation de voyages : « Le roi possède une troupe d’esclaves noirs musulmans qui est c (...)
  • 195 Cf. H. Bresc, « Esclaves auliques et main d’œuvre servile », p. 104.

109Les souverains normands disposent également de gardes rapprochées formées d’esclaves. Ibn Jubayr mentionne ainsi une garde d’esclaves noirs musulmans (jumlat al-‘abīd al-sūd al-muslimīn) en 1185194, autre trait commun aux gouvernements islamiques de l’é-poque, à la Sicile fatimide et à la Sicile normande195.

  • 196 J. Johns a résumé ce que l’on sait de lui dans Arabic Administration, p. 238-239 : celui-ci est co (...)

110Enfin, comme à la période précédente, les convertis de statut libre apparaissent peu dans les sources, même s’il faut faire une exception pour Rogerius Hamutus qui vécut à la fin du XIIe siècle. Il semble avoir été un descendant de la branche convertie des Ḥammūdides immigrés en Sicile196.

111Si les tenants d’une culture islamique jouent un rôle quotidien dans le cérémonial et la vie de cour, ils ne sont pas cantonnés à une fonction « décorative ». Comme à la période antérieure, un certain nombre d’individus abandonnent pour un temps ou pour toujours leur région d’origine pour la cour palermitaine, reflétant ainsi son attractivité.

Les grands arabo-musulmans à la cour de 1154 à 1189 : Ibn Qalāqis, un informateur privilégié

112Ibn Qalāqis, un poète égyptien déjà évoqué, fournit dans ses œuvres des informations sur quelques personnages de la vie culturelle et palatine palermitaine.

  • 197 Lettre éditée dans le Tarassul (Correspondance) d’Ibn Qalāqis (Riad, 1984, p. 77) et traduite dans (...)
  • 198 Pour une étude et une présentation bilingue du texte, cf. Lettera a un tesoriere di Palermo. Le pa (...)
  • 199 Pseudo-Falcand, p. 119 : Gaytus quoque Richardus illi cum caeteris Eunuchis infestissimus erat, eo (...)

113Certains apparaissent fugitivement, tel al-Sadīd al-Ḥuṣrī, à qui Ibn Qalāqis adresse une lettre197. Il s’agit sans doute du Sedictus ditissimus sarracenus que cite le Pseudo-Falcand dans sa chronique et dont la demeure palermitaine est un repère suffisamment important pour être citée dans l’Epistola ad Petrum Panormitane Ecclesie Thesaurarium de calamitate Sicilie attribuée au même auteur198. Or, ce dernier décrit Sedictus prenant part en 1166-1167 à des intrigues à la cour contre certains de ses coreligionnaires, notamment Ibn Ḥajar199.

  • 200 Le texte se trouve dans Tarassul, p. 53 et a été traduit dans A. De Simone, « Ibn Qalāqis », p. 34 (...)
  • 201 Tarassul, p. 69 et A. De Simone, « Ibn Qalāqis », p. 341.
  • 202 Splendori e misteri, p. 72-73, 91, 104, 106, 109 et 122.
  • 203 Ibid., p. 70.
  • 204 Ibid., p. 85. Il précède l’auteur à Messine pour l’y accueillir.

114Le poète égyptien adresse également une lettre à un certain qā’id Gharāt b. Jawshan, qualifié de membre de la khāṣṣa (« courtisans ») de Guillaume II200 et à Ibn Fātiḥ, juriste et lettré201. Ibn Qalāqis, toujours, utilise comme intermédiaire dans ses rapports difficiles avec son mécène un poète sicilien, visiblement bien introduit, Abū l-Ḥasan ‘Alī b. Abū-l-Fatḥ b. Khalaf al-Umawī202, qui est qualifié de faqīh. On ignore s’il faut prendre ce vocable (« expert en droit musulman ») comme l’indice de fonctions qu’il aurait assumées dans ce domaine, mais ce n’est pas impossible. Ibn Qalāqis cite par deux fois, de manière abrégée, un personnage que nous ne pouvons identifier, Abū l-Sayyid, qui le prend en charge à son arrivée dans l’île203, et ensuite lors de ses déplacements204, probablement sur l’ordre duroi et/ou d’Abū l-Qāsim Ibn Ḥajar. Il se pourrait donc qu’il ait été un employé du dīwān.

  • 205 Ibid., p. 97.

115Enfin, la même œuvre mentionne Abū ‘Amr ‘Uthmān b. al-muhadhdhib al-Judhamī, dont le nom indique l’appartenance (revendiquée) à l’une des tribus les plus anciennes et les plus respectées de la péninsule arabique, qui a été proche des Lakhmides, dont se réclame le poète. Or, Abū l-Qāsim Ibn Ḥajar demande à ce dernier de prendre soin d’Ibn Qalāqis et de lui donner accès aux facilités du dīwān205, ce qui suggère qu’il travaille pour l’administration royale. Une unique source permet donc d’entr’apercevoir autour des souverains siciliens un monde de courtisans d’origine arabo-musulmane qui n’apparaît pas autrement. Ceci laisse supposer une présence plus grande que l’on ne l’imagine de tels personnages à la cour.

  • 206 « Il a des médecins et des astrologues, car il s’en préoccupe grandement et y tient tant que lorsq (...)

116Le témoignage unique que constituent les textes d’Ibn Qalāqis est renforcé par Ibn Jubayr. Comme sous Roger II, Guillaume II est décrit accueillant des savants arabo-musulmans de passage206, dont nous ne savons rien par ailleurs.

117Nos connaissances sont encore plus limitées au sujet d’un autre rôle qui pouvait être assumé par les grands arabo-musulmans. On peut se demander en effet quelle était leur place au sein des troupes royales.

III. Le rôle des Arabo-musulmans dans les troupes comtales puis royales au XIIe siècle

  • 207 V. von Falkenhausen a insisté sur la place des Grecs et des Arabo-musul mans dans la marine et sur (...)
  • 208 G. M., p. 100 : Comes vero multa millia Sarracenorum a Sicilia et Calabria conducens (...).
  • 209 Chiffre très exagéré bien entendu, mais qui suggère qu’il ne s’agit pas simplement de la garde per (...)
  • 210 D. Clementi, « Historical Commentary on the “libellus” of Alessandro di Telese, previously known a (...)
  • 211 Cf. Falcon de Bénévent, Chronicon Beneventanum, Città e feudi dell’Italia dei Normanni, éd. et com (...)
  • 212 Ibid., p. 151 : E mentre stavano lì, ecco all’improvviso che re Ruggero attraversò lo Stretto, seg (...)
  • 213 Ainsi, après que Bari a été matée en 1132, on y place une garnison (C.-F. Chalandon, Histoire de l (...)
  • 214 Cf. le passage toujours cité de la Vita Anselmi d’Eadmer (éd. et trad. R. W. Southern, Oxford, 196 (...)

118Les sources dont nous disposons ne permettent pas de dégager des évolutions nettes entre l’ère rogérienne et la période guillelmide ; en revanche, elles ne laissent guère de doute sur l’importance des contingents arabo-musulmans dans les armées des Hauteville. Les souverains normands n’hésitaient pas en effet à appuyer leurs actions militaires, particulièrement dans le sud de l’Italie, sur des troupes arabo-musulmanes207. L’utilisation de combattants provenant de Sicile est décrite dès 1094 : à l’assaut de Castrovillari tenu par Guillaume de Grantmesnil, le comte Roger entraîne derrière lui une armée comprenant « plusieurs milliers de Sarrasins »208. En 1096, contre Amalfi, il est accompagné de 20 000 archers, aux dires de Romuald de Salerne209. Le même auteur cite leurs méfaits en 1129 à Tarente210. Au moment de la rébellion générale qui secoue le sud de la péninsule en 1132-1133, ces troupes réapparaissent à Bénévent en 1132. Elles sont considérées comme le symbole d’un pouvoir détesté et de son extrême rigueur dans la répression211. Falcon les décrit l’année suivante traversant le détroit212. Elles sont aussi postées sur la Terre ferme, en garnison213. Mais la responsabilité de leur cruauté n’épargne pas le monarque, accusé de leur interdire de se convertir pour être certain qu’ils continuent de considérer les chrétiens du sud de l’Italie comme des ennemis214.

  • 215 H. Bresc, « Esclaves auliques et main d’œuvre servile », p. 104.
  • 216 Selon la tradition de l’esclavage militaire islamique ? Cf. sur ce point, au-delà de la thèse géné (...)
  • 217 Nous reviendrons sur ce point dans le chapitre suivant.
  • 218 Cf. infra.

119On a suggéré que leur statut était servile215. Si l’on ne peut qu’admettre que leur position était extrêmement dépendante du pouvoir et qu’une partie d’entre eux devaient être soumis à la servitude216, il n’est pas certain que leur statut personnel reflète systématiquement cette infériorité, qu’il n’était sans doute pas nécessaire de souligner ou de renforcer217. À l’image des marins arabo-musulmans employés dans la flotte royale218, les troupes terrestres n’étaient probablement pas constituées exclusivement d’esclaves, mais étaient aussi alimentées sans doute par un service plus ou moins contraint.

120Jusqu’ici, toutefois, il est vrai que l’on a affaire à des fantassins, ce qui pourrait constituer une limite du rôle militaire assumé par les Arabo-musulmans. Il ne serait donc pas lié à la constitution d’une aristocratie. Néanmoins, l’utilisation de contingents arabo-musulmans implique un commandement en arabe qui n’est pas nécessairement assumé par des esclaves. Nous ignorons comment cette difficulté était résolue, à moins que cette tâche n’ait été confiée aux eunuques du palais, souvent présents sur les terrains de bataille.

  • 219 Pseudo-Falcand, p. 73 : Ubi, cum inter Sarracenos et Christianos in exercitu orta fuisset seditio, (...)

121La présence de Sarrasins dans les troupes royales ne va pas sans soulever de difficultés dans un contexte politique tendu. Ainsi, en 1161, lorsqu’elles sont chargées de réprimer la révolte des localités lombardes en Sicile orientale. Piazza est détruite et « là, comme un conflit s’était développé entre les Sarrasins et les chrétiens de l’armée, un grand nombre de Sarrasins fut tué, car les chrétiens se lançaient contre eux avec force. Ni la peur ni les menaces du roi ne les arrêtaient, malgré le fait que le souverain eût envoyé ses connétables pour défendre les Sarrasins et interdire de les tuer »219. Loin de constituer une partie minime de ces contingents, les Arabo-musulmans semblent y être nombreux, même s’ils ne le sont pas autant que les Latins.

  • 220 Giraud le Cambrien suggère d’appliquer cette politique à l’Irlande (Topographia Hibernica, éd. J. (...)
  • 221 Pseudo-Falcand, p. 57 : Postea vero Sarraceni, perturbatione cognita, viribus se quidem ad resiste (...)

122Ces données contredisent l’idée admise d’un désarmement global de la population arabo-musulmane de Sicile, évoquée dans une rapide mention220. Le Pseudo-Falcand souligne, par exemple, qu’à Palerme, les Arabo-musulmans ne furent désarmés qu’en 1160, par Maion221. En outre, les révoltes qui secouent la Sicile à la fin du XIIe siècle montrent bien que les armes ne font pas défaut. Il est donc probable qu’il s’agit d’un désarmement gradué visant à empêcher l’auto-défense et la rébellion des Arabo-musulmans, mais non leur participation aux expéditions militaires. De fait, lorsque des révoltes agitent la Terre ferme, le nombre de Latins disponibles sur l’île est insuffisant pour les mater, ce que les sources citées plus haut confirment. On fait alors appel aux Arabo-musulmans, essentiellement des fantassins, pour les réprimer.

123Les souverains normands sont donc partout accompagnés d’au moins un petit nombre d’Arabo-musulmans ou de convertis qui sont à leur service et impressionnent les Latins. Mais il serait réducteur de présenter ce groupe de familiers du roi comme composé uniquement d’individus réduits à un état de dépendance peu glorieux.

Conclusions du chapitre 5

124Encore une fois, les Hauteville paraissent avoir, par les modalités d’agrégation des élites qu’ils ont promues, joué sur des registres et des traditions variées. Ils ont ainsi construit un milieu d’administrateurs et de cour qui, à l’origine, avait peu à voir avec la population insulaire et les élites antérieures, même si ce milieu a pu lui-même s’inspirer de pratiques antérieures. Ces nouvelles élites tendent avant tout à exalter l’État tel qu’il est réorganisé à partir des années 1130.

  • 222 La description que font A. P. Kazhdan et M. Mc Cormick de la vie de cour byzantine jusqu’à la fin (...)

125Les avantages d’un tel choix apparaissent aisément. Les pratiques administratives et connaissances culturelles des individus sont mobilisées de la manière la plus efficace possible au sein de l’administration et, au sommet de l’État, les plus grands fonctionnaires sont censés s’identifier au souverain. De ce point de vue, l’État sicilien se rapproche plus du modèle byzantin que des modèles de l’Occident latin222.

126Une telle politique s’accompagne d’évolutions qui reflètent à la fois les étapes de la construction, ou de la réorganisation, de l’État sicilien et le contexte historique changeant. Ainsi, la première période se caractérise par le recours à des individus de culture grecque et d’origine le plus souvent calabraise. Le déplacement de la capitale du comté de Messine à Palerme dans les années 1110 s’accompagne du recrutement d’individus extra-insulaires et maîtrisant à la fois des références islamiques et une culture grecque. De ce point de vue, le rôle de Georges d’Antioche apparaît fondamental, mais il dissimule la variété qui devait caractériser la situation des serviteurs de l’État. Il est probable que l’intégration d’eunuques d’origine arabo-musulmane et convertis, de statut servile, se développe dès Roger II, mais leur rôle n’apparaît au grand jour qu’au cours de la seconde moitié du XIIe siècle. Les Latins sont associés de manière variée au gouvernement et imposent leur représentation au sein du conseil des familiers du souverain sous Guillaume II, dans le cadre de ce qui apparaît comme une réaction au rôle grandissant des eunuques. Parallèlement, l’aristocratie de culture grecque marque le pas, sans pour autant disparaître, et l’aristocratie arabo-musulmane insulaire, mal connue, paraît tenue à distance du centre du pouvoir, même si les Arabo-musulmans venant de l’extérieur sont accueillis avec tous les égards, tant leur présence à la cour élargit l’horizon de cette dernière. Enfin, nous ignorons à peu près tout des serviteurs militaires arabo-musulmans des Hauteville, mais leur nombre paraît important et leur statut ne peut avoir été exclusivement servile.

127La politique menée dans ce domaine par la dynastie sicilienne évite qu’aucun des différents groupes culturels qu’abrite l’île ne soit totalement et/ou exclusivement identifié à l’État. De ce point de vue, la promotion d’esclaves eunuques nés hors de Sicile se présente a priori comme la solution parfaite. Toutefois, les choix des Hauteville ne se limitent pas à cette promotion, pas plus qu’ils ne passent par une véritable synthèse. Dans l’administration, ils procèdent par superpositions et font appel à des systèmes concurrents et non exclusifs de désignation des officiers dans les différentes langues. La segmentarisation de l’administration centrale sicilienne et de l’État ne croît donc pas au cours du XIIe siècle, mais cette évolution bénéficie au groupe des eunuques, polyglotte et formé au palais.

  • 223 Ainsi le volume consacré aux « identités marginales » cité à la note 175 comprend deux articles su (...)

128La situation des eunuques mérite que l’on s’y arrête. Ils ont été définis dans d’autres contextes, islamiques, comme un groupe faisant partie des élites, mais marginal223. Or, ils occupent une place centrale au cœur de l’État sicilien et le concept de marginalité n’apparaît pas comme le plus adapté ici. Ils développent, en outre, des stratégies qui, pour s’inspirer des pratiques familiales et d’alliances du reste de l’aristocratie, n’en sont pas moins spécifiques. Elles s’appuient en effet sur la constitution de familles d’adoption et de familiae de proches et de serviteurs, ce qui leur confèrent une force armée non négligeable.

  • 224 Leur cas n’est pas unique, bien entendu, dans l’Occident médiéval, mais il est nettement plus « vi (...)
  • 225 A. Echevarría Arsuaga dans « Biografías de conversos : historia de una doble exclusión », dans Ide (...)

129Les eunuques siciliens mêlent des traits qui s’inspirent de l’Islam et de Byzance mais qui sont en partie contradictoires. Ils sont d’origine arabo-musulmane, comme une partie de la population sicilienne. Or, une telle pratique serait mal vue en Islam comme à Byzance, où les eunuques ne sont pas, en théorie, identifiables à la population, mais viennent de l’extérieur, précisément pour éviter cette éventualité. En outre, les eunuques siciliens sont chrétiens et, à ce titre, ils ne devraient pas être soumis à un statut servile, si l’on se réfère aux règles en vigueur dans l’ensemble du monde chrétien224. Leur conversion est, en fait, autant un facteur d’inclusion que d’exclusion, ici comme ailleurs225 et il n’est pas étonnant qu’ils aient été soupçonnés de pratiques crypto-musulmanes. Les Hauteville ont donc inventé une nouvelle pratique de l’« eunuquat », dans la mesure où la situation des eunuques siciliens ne renvoie à aucun des systèmes susceptibles de servir de modèle aux acteurs du jeu politique insulaire. L’image de ces derniers n’en est que plus trouble et ambiguë.

Notas

1 Ces exigences tiennent à l’articulation entre administration locale, bien peu latine, et centrale. Il est plus aisé, à l’échelon local, d’établir les documents fiscaux ou fonciers dans les langues pratiquées (sans même prendre en compte l’existence d’archives locales sur lesquelles nous ne savons rien), mais ces derniers doivent ensuite être traités par l’administration centrale de manière efficace. Deux solutions sont donc promues : la centralisation accrue et le multilinguisme de l’administration.

2 Rappelons que cette expression est dans l’emploi que nous en faisons « englobante » et non « exclusive » : en font partie des non-musulmans et des non-Arabes, de la même manière qu’ils étaient intégrés au monde islamique. Cf. introduction.

3 Les deux phénomènes y sont souvent liés. L’expression utilisée par Y. Raghib d’« esclave public » (« Les esclaves publics aux premiers siècles de l’Islam », dans Figures de l’esclave au Moyen Âge et dans le monde moderne, Paris, 1996, p. 730) a l’avantage de souligner le statut particulier de ces esclaves, serviteurs de l’État ; employés dans l’armée comme au cœur de l’État, ils étaient souvent Africains ou Turcs. Cf. pour une bibliographie récente, M. Méouak, Ṣaqāliba, eunuques et esclaves à la conquête du pouvoir. Géographie et histoire des élites politiques « marginales » dans l’Espagne umayyade, Helsinki, 2004 ; pour une vision d’ensemble du phénomène : Slave Elites in the Middle East and Africa. A Comparative Study, éd. M. Toru et J. E. Philips, Londres-New York, 2000.

4 Sur le service de l’État assumé par des individus originaires de régions nonbyzantines, cf. Ch. M. Brand, « The Turkish element in Byzantium » et Ch. Stavrakos, « Sceaux inédits d’Arabes au service de Byzance », Graeco-Arabica, 7-8 (1999-2000), p. 511-518.

5 Avec le temps, il est très probable que ces différences s’estompent dans le milieu de la cour et de l’administration.

6 Cf. la célèbre miniature du Liber Augusti de Pierre d’Eboli sur laquelle on voit tous les quartiers de Palerme manifester leur douleur à la mort de Guillaume II et où l’on distingue des costumes et des coiffures reflétant l’appartenance à tel ou tel groupe culturel, cf. Annexe I. Toutefois, et bien que cette illustration soit souvent interprétée dans ce sens, on peut se demander s’il ne s’agit pas de rendre visible par des topoi iconographiques ce qu’il l’était moins dans la réalité.

7 Nous ne rentrerons pas dans les détails ici, mais rappelons que l’église S. Maria dell’Ammiraglio, aussi appelée la Martorana, a été fondée et édifiée par Georges d’Antioche (cf. E. Kitzinger, I mosaici di Santa Maria dell’Ammiraglio) et que Maion de Bari décida, certainement en raison de la continuité qu’il tenait à afficher avec ce dernier, qu’il remplaça comme premier conseiller du souverain sici lien, d’édifier l’église S. Cataldo juste à côté de la fondation de Georges (cf. R. Di Liberto, « Il pavimento a tarsie marmoree della chiesa normanna di San Cataldo »). De même, Mathieu d’Aiello, on le verra, est à l’origine de plusieurs constructions : S. Maria del Cancelliere et l’église de la Magione en particulier. Toutes rivalisent de prouesses artistiques, en partie empruntées au registre islamique.

8 On se limitera donc ici aux élites administratives et d’État, les élites urbaines seront abordées dans le chapitre suivant et les élites latines dotées par le souverain au chapitre 7.

9 Ce terme vient de malik, le « roi » en arabe et, plus précisément dans ce contexte, « l’empereur de Byzance ». Il désigne les chrétiens de rite grec, rattachés à Constantinople, après la conquête arabo-musulmane des VIIe-VIIIe siècles. Cf. G. Troupeau, « Églises et chrétiens dans l’Orient musulman », dans Histoire du christianisme, dir. J.-M. Mayeur, Ch. et L. Pietri, A. Vauchez et M. Venard, IV. Évêques, moines et empereurs (610-1054), dir. G. Dagron, P. Riché et A. Vauchez, Paris, 1993, p. 383-407.

10 Sans compter que le long séjour de Georges en Ifrīqiya pendant sa période de formation pourrait tout aussi bien justifier de le présenter comme un « mozamozarabe», même s’il est hellénophone.

11 Cf. « De l’État de minorité à l’État de résistance », p. 333. Notons que l’auteur lui-même assortit ce qualificatif de limitations, lorsqu’il définit le milieu de l’« État melkite » : « J’appelle ce milieu grec, essentiellement palermitain, « melkite » en raison de l’origine syrienne de son plus brillant représentant, l’amiral Georges d’Antioche, qui résume bien les caractéristiques de cette élite administrative et intellectuelle : des Grecs de religion, arabes de langue, issus du pays sicilien ou immigrés de Syrie, chrétiens de famille ou de conversion, mozarabes donc, mais sur le versant byzantin, sans attache profonde envers Constantinople, mais dévoués au « roi », à l’idée abstraite de la souveraineté » (ibid., p. 335). Les italiques sont miennes.

12 La bibliographie sur le sujet est très abondante, mais on peut voir M. De Elpaza, « Les Mozarabes. État de la question », Revue du Monde musulman et de la Méditerranée, 63-64 (1992), p. 40-50 ; H. Bresc, « Arab Christians » ; l’introduction méthodologique de C. Aillet à ¿Existe una identidad mozárabe ? et C. Aillet, Les mozarabes.

13 Nous en avons usé autrement dans un article consacré aux multiples indices concernant la culture des individus d’origine autochtone et arabisés et ayant conservé leur religion chrétienne ; cf. A. Nef, « L’histoire des « mozarabes » de Sicile ».

14 Cf. A. Metcalfe, Muslims and Christians.

15 Tout le contraire de ce que fait l’introduction de C. Aillet à ¿Existe una identidad mozárabe ? (p. 1-8) dont le titre était volontairement provocateur.

16 J. Johns, Arabic Administration, p. 65-69 et Takayama, The Administration, p. 32-35 pour Roger Ier et p. 43-46, pour Adélaïde.

17 Cf. infra.

18 J. Johns, Arabic Administration, p. 65.

19 Cf. en 1105 (Cusa, p. 399-400) : Nikolaou tou endoxotatou kapriligga et tou endoxotatou Leontos tou logothetou.

20 Cf. H. Takayama, « Amiratus in the Norman Kingdom of Sicily. A Leading Office of Arabic Origin in the Royal Administration », dans Forschungen zur Reichs-, Papst-und Landesgeschichte (Peter Herde Zum 65. Geburtstag von Freunden, Schülen und Kollegen dargebracht), éd. K. Borchardt et E. Bünz, Stuttgart, 1998, 1, p. 133-144, p. 135.

21 Cf. l’article amīr de l’EI, qui montre bien la multiplication des émirs dans l’empire arabo-musulman et l’évolution de leurs charges.

22 Sur ces titres, cf. L.-R. Ménager, Amiratus, passim. H. Takayama a proposé une syntèse récente sur l’évolution de la fonction au cours du XIIe siècle (« Amiratus in the Norman Kingdom of Sicily »).

23 Le premier à être désigné ainsi est Georges d’Antioche en 1133, cf. Ménager, Amiratus, p. 50 ; Maion de Bari portera le titre ensuite (doc. de 1154, ibid., p. 56).

24 Comme le pensait L.-R. Ménager. Sur les notions de dignités et de charges qui renvoient clairement à un système byzantin, que L.-R. Ménager connaissait fort bien, Amiratus, p. 86-89.

25 La distinction entre titre et office n’apparaît pas dans le propos de J. Johns, Arabic Administration, p. 69-70. Mais il montre clairement l’omni-compétence des émirs, à cheval entre domaine civil et militaire, ibid., p. 68-74.

26 Notons qu’elle ne fit jamais partie de la titulature (suscription, souscription, sceau) de Georges d’Antioche (cf. Ménager, Amiratus, p. 50-51) ; seul Maion de Bari signe avec ce titre une fois, en 1154 : cf. J. Johns et A. Metcalfe, « The Mystery at Churchuro ».

27 Cf., notamment, ce qu’en dit le Pseudo-Falcand au sujet de Maion, à qui Guillaume Ier accorde la maxima dignitas de magnus admiratus : Huic igitur maxima collata dignitate totiusque regni cura et administratione commissa, Pseudo-Falcand, p. 8.

28 L.-R. Ménager écrit ainsi : « Précisément, cette différenciation qui s’opère à la fin de l’époque normande entre les amirati et les amirati stolii nous paraît un argument irréversible pour assurer que le simple titre d’émir n’avait aucune relation avec une fonction déterminée à la cour panormitaine » (Amiratus, p. 89). Mais la création de l’amiratus stolii semble être, au contraire, une limitation tardive de la fonction d’émir, dont le domaine de compétence originel était immense, à la sphère civile.

29 Les critères utilisés pour aboutir à cette affirmation ne sont pas absolument certains car la prosopographie est chose ardue au début de la période normande. Toutefois les éléments suivants convergent : l’anthroponymie, la langue des actes dans lesquels apparaissent ces personnages, la langue de leur signature et, parfois, la teneur de leurs actes privés (donations à des monastères grecs, etc.). Il en est ainsi de Jean, attesté entre 1117 et 1141 (Ménager, Amiratus, p. 59-61) ; de Nicolas, attesté en 1125 (ibid., p. 61-62) ; de Théodore, en 1133 (ibid., p. 63) ; de Basile, en 1140 (ibid., p. 64) ; de Michel, fils de Georges, en 1143 (ibid., p. 64). Jeremy Johns a établi, en outre, que le notaire Eugène n’avait été qualifié d’« émir » que longtemps après sa mort (cf., sur ce personnage, Ménager, Amiratus, p. 26-28 et J. Johns, Arabic Administration, p. 69). Attesté en 1091, d’origine calabraise ou sicilienne, ce personnage est mal connu, mais il donne naissance à une dynastie d’administrateurs.

30 Les deux premiers émirs sont « émirs de Palerme » et assurent une fonction beaucoup plus réduite, dans la continuité de la période arabo-musulmane : il s’agit d’un chevalier normand anonyme et de Petrus Bido (1086), un Latin qualifié dans un acte grec inédit de strategos Panormou. Cf. J. Johns, Arabic Administration, p. 68-69.

31 Cf. al-Maqrīzī, Kitāb al-Muqaffā, 3, p. 19.

32 Cf. SMS, 3, p. 371.

33 Ainsi dans la biographie de Georges d’Antioche par al-Maqrīzī, cf. J. Johns, Arabic Administration, p. 81.

34 Cf. Ménager, Amiratus, p. 28-33.

35 Pour une synthèse et la référence aux documents, cf. J. Johns, Arabic Administration, p. 69-71.

36 Cf. le texte arabe de la note 31 : Georges d’Antioche y est qualifié de naṣārī parce qu’il évolue dans un contexte islamique.

37 Sur la question de la continuité avec la période antérieure, cf. le chapitre précédent.

38 Cf. N. Oikonomides, Les listes de préséance byzantines des IXe et Xe siècles, intr., texte, trad. et comm., Paris, 1972.

39 J.-C. Cheynet, « Tathoul, archonte des archontes », Revue des études byzantines, 48 (1990), p. 233-242, spéc. p. 240.

40 Cf. Épilogue, p. 587-588.

41 Cf. A. De Simone, « Il Mezzogiorno normanno-svevo », p. 276-279, et pour une traduction légèrement corrigée du passage, cf. J. Johns, Arabic Administration, p. 80. Nous proposons la traduction suivante du début de la biographie : « Georges fils de Michel d’Antioche, vizir de Roger roi des Francs de l’île de Sicile. Il faisait partie des chrétiens et il a travaillé avec sa famille pour le souverain de Constantinople pendant une période. Des bruits furent rapportés contre lui et contre les siens [ou : il y eut une agitation contre lui et les siens]. Le roi ordonna qu’il vienne auprès de lui avec sa famille et son père ; ils furent rassemblés sur un bateau et partirent au nombre de quarante. La flotte du sultan Tamīm b. al-Mu‘izz b. Bādīs, seigneur du Gharb, les croisa. Cela se déroula peu après 480 (1087-88) alors que le sultan revenait d’une expédition contre les îles de Constantinople. Il s’en empara et les porta à Mahdiya en Ifrīqiya (...) » (Jurjī b. Mikhā’īl al-Anṭākī, wazīr Awjār malik al-Ifranj bi-jazīra Ṣiqilliyya. Kāna min jumlat al-naṣārā, wa-‘amala huwa wa-ahl bi-bayti-hi li-malik al-Qusṭanṭīniyya muddatan. Wa-rufi‘a ‘alay-hi wa-‘alā ahli-hi, fa-amara al-malik bi-uṣūli-him ilay-hi bi-ahli wa-l-waladi, fa-jumi‘ū fī markabi wa-kharajū fī arba‘īn nafsān. Fa-laqay-hum usṭūl al-sulṭān Tamīm b. al-Mu‘izz b. Bādīs ṣāḥib bilād al-ġarb, wa-dhalik fī sanat nīf wa-thamanīn wa-arba‘umā’ia, wa-huwa rāji‘min ġazzū jazā’ir al-Qusṭanṭīniyya, fa-akhadhahum wa-utī bi-him ilā al-Mahdiyya min arḍ Ifrīqiya, al-Maqrīzī, al-Muqaffā, 3, p. 19).

42 Georges n’est jamais qualifié ainsi dans la documentation qui nous est parvenue.

43 Romualdi Salernitani, p. 233. Le terme « abductum » suggère qu’il quitta Antioche sous la contrainte.

44 Nous renvoyons pour plus de précisions à F. C. Chalandon, Essai sur le règne d’Alexis Ier Comnène (1081-1118), Paris, 1900 (Mémoires et documents publiés par la Société de l’École des Chartes, 4), p. 95-101. Au début des années 1080, la ville est aux mains de Philarète l’Arménien mais relève nominalement encore de Byzance. C’est la dernière ville importante de Syrie dans ce cas. Sulaymān s’en empare en décembre 1084. Il est éliminé par le maître de Damas, inquiet de l’essor qu’il prend, en 1085. Le sultan seljūkide Malik Shāh intervient en 1087 pour partager la Syrie entre ses différents émirs. Il confie Antioche à Yagy Siyan. Il est dès lors clair pour Byzance que la région lui échappe, d’autant qu’elle-même est occupée sur d’autres fronts. On connaît remarquablement, grâce aux sceaux, les ducs d’Antioche dans la seconde moitié du XIe siècle, cf. J.-C. Cheynet, Sceaux de la collection Zacos (Bibliothèque nationale de France) se rapportant aux provinces orientales de l’Empire byzantin, Paris, 2001, p. 20-23.

45 Cf. épilogue.

46 A. De Simone, « Il Mezzogiorno normanno-svevo », p. 276, note 70.

47 Cf. épilogue, p. 592.

48 Même V. Prigent, le seul à avoir souligné cette difficulté chronologique, n’en tire pas toutes les conséquences, cf. « L’archonte Georges, prôtos ou émir ? ».

49 Ibn Khaldūn et al-Tijānī, dont J. Johns a bien montré qu’ils proposent une version similaire qui découle d’une source unique aujourd’hui disparue (Abū l-Salt ou Ibn Shaddād, deux chroniqueurs de la dynastie ziride) ; cf. J. Johns, Arabic Administration, p. 83-86.

50 Cf. Romualdi Salernitani, p. 233.

51 Ibid.

52 Cf. V. Prigent, « L’archonte Georges, prôtos ou émir ? ».

53 Cf. supra.

54 Cf. chapitre 2 et A. De Simone, « Il Mezzogiorno normanno-svevo », p. 278 : (...) fece si che (Roger) assumesse l’aspetto esteriore (dei sovrani) musulmani e che non si mostrasse a cavallo e non comparisse in pubblico se non in occasione delle feste, e davanti a lui (avanzavano allora) i cavalli bardati con selle d’oro e d’argento e con gualdrappe incrostate di pietre preziose e con portantine coperte, e (davanti a lui ancora) i vessilli dorati e il parasole e sul suo capo la corona.

55 D’autant que si la culture arabo-musulmane de Christodule est sujette à caution, on l’a vu, al-Maqrīzī avance que pour le remplacer Roger II avait d’abord pensé au chef de la chancellerie, Abū l-Ḍaw, dont on connaît des compositions poétiques en arabe. Ce premier choix suggère que le nombre d’Arabo-musulmans susceptibles de soutenir cette évolution au sommet de l’État était plus grand que les sources ne le laissent entrevoir. Cf. al-Maqrīzī, Kitāb al-Muqaffā, 3, p. 19.

56 Ibid., p. 279 et J. Johns, Arabic Administration, p. 82-83.

57 J. Johns, Arabic Administration, p. 215-219.

58 Ibid., p. 216-217.

59 Cf. infra.

60 H. Takayama, The Administration, p. 71.

61 Ibid., p. 67-71. Ainsi du chancelier Guarinus dont l’activité est attestée entre 1132 et 1137 et qui est le premier chancelier, au sens propre, du royaume. Il était jusque-là chapelain de Roger II. À partir de 1134, il est nommé également gouverneur de la Terra di Lavoro.

62 C’est le cas des Assises qui se tiennent à Ariano en 1140.

63 Cf. chapitre précédent, le passage sur le majlis al-samīy, cf. p. 252-255.

64 H. Takayama, The Administration, p. 99, note 17.

65 Cf. B. Lavagnini, « Giorgio di Antiochia e il titolo di « ARCHÔN TÔN ARCHONTÔN », dans SUNALESMOS, Studi in onore di Rosario Anastasi, Catane, 1994, 2, p. 215-220.

66 Cf. L.-R. Ménager sur le titre d’amiratus / amêras (cf. Amiratus, p. 87-89).

67 Cf., pour une attestation de ce titre dans le contexte byzantin, J.-C. Cheynet, « Tathoul, archonte des archontes » ; l’auteur y analyse l’attribution d’un titre similaire au milieu du XIe siècle à un Arménien de la région d’Antioche.

68 Arthur Engel l’a édité au début du siècle dans ses Recherches sur la numismatique, p. 94

69 Sceau conservé au Musée archéologique de Palerme et étudié par Vivien Prigent dans « L’archonte Georges ». Saint Georges peut avoir été choisi par Georges d’Antioche pour des raisons à la fois « personnelles » (c’est son saint éponyme) et plus étroitement liées au contexte sicilien : on a vu que saint Georges est apprécié des Normands qu’il a aidés à Cerami (cf. préambule).

70 Nous ne reprenons pas ici l’immense bibliographie qui traite de la hiérarchie des titulatures et de son évolution à Byzance. On en trouvera une, élaborée par un des spécialistes de la question, dans l’ouvrage de vulgarisation Le Monde byzantin. II. L’empire byzantin (641-1204), dir. J.-C. Cheynet, Paris, 2006. Sur le titre en question, cf. A. Acconcia Longo, « Gli epitaffi giambici per Giorgio di Antiochia per la madre e par la moglie », QFIAB, 61 (1981), p. 25-59, spéc. p. 40-46.

71 Sur ce titre et son apparition, cf. L. Stiernon, « Notes de titulature et de prosopographie byzantine. Sébaste et Gambros », Revue des Études byzantines, 23 (1965), p. 222-244.

72 A. Acconcia Longo, « Gli epitaffi giambici ».

73 Cusa, p. 418.

74 H. Ahrweiler, « Le sébaste, chef de groupes ethniques », dans Polychronion. Festschrift Franz Dölger zum 75. Geburtstag, éd. P. Wirth, Heidelberg, 1966, p. 34-39. Le titre est en particulier accordé au Normand Bohémond (ibid., p. 34).

75 On ne peut aller beaucoup plus loin et les circonstances précises de ces gestes impériaux nous échappent (Ménager, Amiratus, p. 41-44).

76 Cette pratique était courante pour remercier les alliés de Byzance.

77 Pour une édition et une datation correctes du diplôme impérial, cf. F. Dölger, « Der Kodikellos des Christodoulos in Palermo », Archiv für Urkundenforschung, 11 (1929), p. 1-65, rééd. dans Byzantinische Diplomatik, Munich, 1956, p. 1-74. Pour un commentaire, on peut lire Ménager, Amiratus, p. 36-38. Le cas de Christodule est le plus connu car le diplôme impérial, conservé dans le fonds de la Chapelle palatine de Palerme, a été l’objet de nombreuses études.

78 Cf. Ménager, Amiratus, p. 40.

79 Cf. ibid., p. 39-40.

80 Cf. N. Oikonomides, Les listes, p 293.

81 Robert Guiscard se voit accorder le titre de nobilissime en 1074 dans le cadre d’un projet matrimonial et en échange de son soutien militaire. Cf. H. Bibicou, « Une page d’histoire diplomatique de Byzance au XIe siècle : Michel VII Doukas, Robert Guiscard et la pension des dignitaires », Byzantion, 29-30 (1959-1960), p. 43-75.

82 Il faut probablement penser à la volonté d’encourager une réaction face aux menaces venues d’Orient et au désir manifesté par l’Occident d’intervenir dans la défense des lieux saints orientaux.

83 cf. Ménager, Amiratus, p. 39-40.

84 Même s’il faut rappeler que les actes comtaux de cette époque sont connus surtout sous des formes plus tardives et souvent interpolées, cf. Ménager, Amiratus, p. 39-40 et J. Becker, « Die griechischen und lateinischen Urkunden graf Rogers I. von Sizilien ».

85 Cf. M. Canard, « Une lettre », p. 131-132.

86 Al-Qalqashandī, Subḥ, 6, p. 459 : Amīr ta’yīd al-dawla wa-aḍudu-hā, ‘izz al-mulk wa-fakhru-hu, niẓām al-ri’āsa, amīr al-umarā’. Les expressions ta’yīd al-dawla wa-aḍudu-hā renvoient à des titulatures utilisées par les califes (abbassides et fatimides) pour des dynasties périphériques. La mise au point la plus récente sur la titulature islamique de Georges d’Antioche est désormais A. De Simone, « Note sui titoli arabi di Giorgio di Antiochia », dans Byzantino-Sicula V, p. 284-308.

87 A. De Simone, « Il Mezzogiorno normanno-svevo », p. 278, n. 78. Al-Maqrīzī, Kitāb al-Muqaffā, 3, p. 20 : Al-sayyid al-ajall al-murtaḍā, ‘izz al-malik al-muẓaffar, fakhr al-jalāl, niẓām al-ri’āsa, za’īm al-juyūsh, sharaf al-wuzarā’, amīr al-umarā’ : « le très-illustre seigneur agréable (à Dieu), gloire du roi victorieux, lustre de la majesté, ordonnateur du commandement, chef des armées, noblesse des ministres, émirs des émirs ».

88 Citons également, en passant, le cas d’Ibn Zur‘a, faqīh, sicilien qui affirme à Ibn Jubayr avoir été forcé à apostasier par des contraintes fiscales et qui serait devenu compétent dans les deux droits, musulman et romain, cf. Ibn Jubayr, Relation de voyages, p. 361.

89 Pour une évocation de cette famille, cf. J. Johns, Arabic Administration, p. 88-90, qui reprend et prolonge les considérations d’A. De Simone dans « Alla corte di Ruggero II », p. 3-16 et dans « Il Mezzogiorno normanno-svevo », p. 277.

90 Le qāḍī de Palerme siège, en effet, en 1123 aux côtés de l’émir Christodule, plus haut personnage de l’État après le Comte de Sicile à cette date, au cours d’un procès qui voit s’affronter deux individus au sujet de la propriété d’un moulin. Toutefois, on ne peut être catégorique sur ce point, dans la mesure où le moulin se situait dans les environs de Caccamo, ce qui pourrait justifier la présence du qāḍī de Palerme. Les autres affaires dans lesquelles apparaît le qāḍī de Palerme concernent toutes des biens localisés dans la capitale, qui concentre l’essentiel de la documentation privée en arabe.

91 A. De Simone, « Alla corte di Ruggero II », p. 12.

92 Cf. infra.

93 Cf. chapitre 3.

94 Ce phénomène n’est pas propre à la Sicile normande, cf. pour une période postérieure l’ouvrage de B. Alonso Acero, Sultanes de Berbería en tierras de la cristiandad. Exilio musulmán, conversión y asimilación en la Monarquía hispanica (siglos XVI y XVII), Barcelone, 2006.

95 Fa-lammā waqa‘a al-ġalā’fī-l-maġrib ma‘a al-fitan, raḥala ilay-hi min alumarā’wa-l-quḍāt wa-l-fuqahā’wa-l-udabā’wa-l-shu‘rā’, fa-awsa‘a-hum Jurjī wa-Rūjār rifda-humā wa-nzalā-hum ‘inda-humā (Quando sul Maghrib si abbatterono carestia e torbidi, si recarono presso di lui molti fra principi, giudici, giuristi, letterati, poeti, e Giorgio e Ruggero furono con loro larghi di mezzi e li ospitarono [...]) (A. De Simone, « Il Mezzogiorno normanno-svevo », p. 278).

96 Cf., en dernier lieu, A. Amara et A. Nef, « Nouvelles données biographiques ».

97 Sur cet épisode, voir al-Nuwayrī (Nihāyat al-‘arab, éd. Ḥ. Naṣṣār et A. A. al-Ahwānī, Le Caire, 1983, 24, p. 303 ; le passage n’est pas cité dans la BAS) ; Ibn Khaldūn, Kitāb al-‘Ibar (BAS, ar., 2, p. 542-543 et BAS, 2, p. 211) et Ibn al-Athīr, Kāmil (BAS, ar., 1, p. 336-337 et BAS, 1, p. 477-478). Il s’agit d’al-Ḥārith et de ‘Abd Allāh qui quittent l’Ifrīqiya en 1152.

98 Ibn Khaldūn, Kitāb al-‘Ibar (BAS, ar., 2, p. 542-543 et BAS, 2, p. 211-212).

99 Cf. épilogue.

100 J. Johns, Arabic Administration, p. 234-242.

101 Cf. G. Pistarino, « Commercio e communicazione tra Genova e il regno normanno svevo all’epoca dei due Guglielmi », dans Potere, società e popolo nell’età dei due Guglielmi, p. 261 et suiv. et D. Abulafia, The two Italies. Economic Relations between the Norman Kingdom of Sicily and the Northern Communes, Cambridge, 1977, p. 248 et suiv. Cf. également, J. Johns, « Arabic Contracts of Sea-Exchange from Norman Sicily », dans Karissime Gotifride. Historical Essays to Godfrey Wettinger on His Seventieth Birthday, éd. P. Xuereb, Malte, 1999, p. 55-78.

102 En 1167-1168, cf. infra.

103 Cusa, p. 484-486.

104 Cf. A. Bruel, Chartes de l’abbaye de Cluny, Paris, 1894, 5, p. 600.

105 L’épisode est connu : on lui aurait confisqué une partie de ses biens et infligé une lourde amende en raison de son rapprochement avec les Almohades, si l’on en croit Ibn Jubayr, qui visite la Sicile en 1185 (cf. A. De Simone, Splendori e misteri di Sicilia, p. 15-16). On peut se demander si cette présumée trahison n’était pas simplement un prétexte pour affaiblir Abū l-Qāsim, mais rien ne permet de l’affirmer.

106 Al-Harāwī, Kitāb al-ithārāt ilā ma‘rifat al-ziyārāt, éd. J. Sourdel, Damas, 1953, p. 55 et trad. frse : Guide des lieux de pèlerinage, trad. J. Sourdel, Damas, 1957, p. 126.

107 Nous reparlerons plus longuement de cet auteur plus bas. Cf. A. De Simone, Splendori e misteri di Sicilia, qui contient une traduction du texte composé par Ibn Qalāqis en Sicile, dans l’ordre : p. 52, p. 101 (poème pour la naissance du fils du frère d’Abū l-Qāsim) et p. 68.

108 Un document de 1289 mentionne quondam Iohannem filium quondam gayti Philippi de Ibn Hammud civem Panormi dont des terres sont achetées par un représentant des Abbate, lignage implanté à Trapani (L. Sciascia, « I cammelli e le rose. Gli Abbate di Trapani da Federico II a Martino il vecchio », dans Mediterraneo medievale. Scritti in onore di Francesco Giunta, Soveria Mannelli, 1989, 3, p. 1173-1230, spéc. p. 1179 et doc. 5, p. 1218) ; cf. J. Johns, Arabic Administration, p. 242. Le nom est donc demeuré connu pour un temps encore, en dépit de la conversion au christianisme d’une partie des descendants de cette branche, à moins qu’il ne s’agisse de la branche convertie auparavant... Sur les Ḥammūdides, cf. Préambule.

109 A. Amara et A. Nef, « Nouvelles données biographiques » et H. Bresc et A. Nef, « Introduction » à Idrīsī.

110 Jeremy Johns rappelle avec raison qu’il ne peut être confondu avec Ḥammūd de Castrogiovanni, ni avec Rogerius Hamutus. Les dates parlent d’elles-mêmes, un individu qui aurait vécu de 1091 (étant déjà d’âge mûr) à la fin du XIIe siècle aurait bénéficié d’une longévité vraiment exceptionnelle !

111 Cusa, p. 16.

112 Il convient toutefois de ne pas négliger le caractère lacunaire des sources : il est probable que cet appel aux eunuques ne commence pas à la toute fin de la période rogérienne, mais auparavant. Les sources manquent pour le confirmer définitivement.

113 On connaît à Byzance le thème du prince d’ascendance sassanide réfugié dans l’empire, pour le cas des Arabes, J.-C. Cheynet, « L’apport arabe à l’aristocratie byzantine des Xe-XIe siècle », dans Byzantino-Slavica, 56/1 (1995), p. 137-146 ; p. 137 : « la tradition byzantine d’accueil des élites étrangères est bien connue » ; cf. également A. P. Kazhdan et M. Mc Cormick, « The Social World of the Byzantine court », dans Byzantine Court Culture from 829 to 1204, éd. H. Maguire, Washington, 1997, p. 167-197, spéc. p. 177.

114 Ainsi les processions fatimides qui se déroulaient lors de la crue du Nil au Caire intégraient ces représentants de dynasties étrangères, si l’on en croit une description datant du XIe siècle : « Il y avait aussi une troupe composée de fils des souverains et de princes des différents royaumes de la terre qui étaient venus en Égypte ; ils n’étaient point considérés comme faisant partie de l’armée. Ces princes étaient originaires du Maghreb, du Yémen, du pays des Rûms, de celui des Slaves, de la Nubie et de l’Abyssinie. Il y avait parmi eux les fils du Khosrau de Dehly, dont la mère s’était fixée au Caire avec eux, ceux des princes de Géorgie, des émirs daylamites et les enfants du Khaqan du Turkestan », Nassiri Khosrau, Sefer Nameh (Relation de voyage), éd. et trad. Ch. Sheffer, Paris, 1881, rééd. dans la collection Islamic Geography, vol. 170, Francfort-sur-le-Main, 1994, p. 139.

115 Cf. chapitre suivant.

116 Il est le seul à en porter le titre, cf. Ménager, Amiratus, p. 55.

117 J. Johns, Arabic Administration, p. 197-198.

118 Entre 1161 et 1177, aucun émir n’est évoqué dans les sources ; ensuite, sont cités : Sanctorus entre 1187 et 1197 et « l’émir Eugène » sous Guillaume II. Il a été évoqué au sujet des traductions exécutées sous Guillaume II, dans le chapitre 3 ; il connaissait le grec, le latin et l’arabe. Cf. Ménager, Amiratus, p. 68-78. Avec le temps, la fonction devient entièrement honorifique.

119 Sur ce personnage essentiel, cf. chapitre suivant.

120 Son existence est attestée pour la dernière fois au printemps 1162.

121 Sur cette évolution, cf. H. Takayama, The Administration, p. 98-101.

122 H. Takayama, The Administration, p. 115-116.

123 Pseudo-Falcand, p. 100 et épilogue, p. 613.

124 Cf. chapitre suivant.

125 H. Takayama, The Administration, p. 116-117.

126 Ibid., p. 117-118.

127 Ibid., p. 118.

128 Les deux autres membres en sont : l’évêque d’Agrigente et Mathieu d’Aiello ; ibid., p. 119.

129 Ibid., p. 120.

130 Ibid., p. 120-122.

131 Ibid., p. 120-123.

132 Il s’agit du seul exemple bilingue de ce type de qualification qui accompagne la mise en place d’un triumvirat de familiers du roi intermédiaire entre l’administration et le souverain ; cf. J. Johns, Arabic Administration, p. 202. Le texte est le suivant (Cusa, p. 80, 1172) : Tôn megalepifanestatôn kai theotimêtôn archontôn tês krataias kortês, toute panagiôtatou kai paneulabestatou archiepiskopou poleus Panormou kuriou Galteriou tou protofamiliariou kai kuriou Matthaiou tou upertimou antikagkellariou kai kuriou Bartholomaiou tou timiôtatou kai theopilesta tou upopsêriou Agragantinês chôras kai familiariou (c’est-àdire : « les archontes illustrissimes et très honorés de Dieu, qui étaient alors le très-saint et très pieux archevêque de la ville de Palerme, le seigneur Gauthier, premier des familiers, le seigneur Mathieu, vice-chancelier, le seigneur trèsestimé Barthélémy, ami de Dieu, electus d’Agrigente et familier (du souverain) » ; la version arabe donne : Amr al-mawālī al-wuzarā’wa-hum ḥīna’idhin al-mawlā al-ajall al-arak al-qiddīs wa-l-mawlā al-ajall al-qīr jinsilīr wa-l-mawlā al-ajall al-mukhtâr – Adāma Allāh su‘ūdahum (soit : « l’ordre des seigneurs vizirs, qui étaient alors le très sublime et saint archevêque, le seigneur très-sublime kurios chancelier et le seigneur très-sublime electus – Que Dieu fasse durer leur fortune ! ». L.-R. Ménager a proposé une traduction de cet acte (Amiratus, p. 217 et sq.).

133 Ménager, Amiratus, ibid., p. 219, n. 1.

134 At about the same time, or a little later, a small board of royal familiars was interposed between the ruler and the elders of the dīwān al-taḥqīq, occupying the executive space left vacant since the death of Maio. In october 1172, when it first appears, this group of directors comprised archbishop Walter II of Palermo, the Vice-chancellor Matthew of Salerno, and Bartholomew, bishop-elect of Agrigento ; the same triumvirate of royal familiars which comprised the king’s closest council, J. Johns, Arabic Administration, p. 202.

135 Le dédoublement des charges entre familiares regis et magistri camerarii palatii est encore renforcé par l’émergence, difficilement datable avec précision de la fonction de regii fortunati stolii admiratus ou chef de la flotte. Le titre est attesté pour la première fois en 1177 (cf. Ménager, Amiratus, p. 94). Cette fonction est auparavant remplie, sans être distinguée, par les émirs, en plus de leurs autres charges, puis par les plus hauts fonctionnaires sciciliens. Cette spécialisation progressive n’affecte que le sommet de la hiérarchie politico-administrative.

136 Cf. épilogue.

137 H. Bresc, « Esclaves auliques et main d’œuvre servile agricole dans la Sicile des XIIe et XIIIe siècles », dans Figures de l’esclave au Moyen Âge, p. 97-115, spéc. p. 103-109.

138 Pour un premier point sur le sujet, P. Corsi, « L’eunuco », dans Condizione umana e ruoli sociali nel Medioevo normanno-svevo, (IX Giornate normannosveve, 17-20 oct. 1989), Bari, 1991, p. 251-279. Cf. aussi J. Johns, Arabic Administration, p. 248-251 et D. Ayalon, Eunuchs, Caliphs and Sultans. A Study of Power Relationships, Jérusalem, 1999, p. 300-315 et spéc. sur la Sicile, p. 312, qui montrent bien que les techniques de castration (complète) utilisées en Sicile sont islamiques.

139 Nous ne nous étendrons pas sur ce personnel sur lequel H. Takayama a déjà synthétisé de nombreuses informations (cf. Tableau 6) et auquel J. Johns a consacré des biographies détaillées. Voici les noms qui nous sont parvenus : Atenulf (1155 ; J. Johns, Arabic administration, p. 219) ; le Qā’id Johar (1162 ; cf. H. Takayama, The Administration, p. 128 et J. Johns, Arabic administration, p. 243), le Qā’id Pierre (cf. H. Takayama, The Administration, p. 128 et J. Johns, Arabic administration, p. 222-228, cf. infra), le Qā’id Richard (en 1166 à 1169, puis en 1176 et en 1183, suggérant la continuité de la fonction, Richard est mentionné comme magister camerarius regii palatii ; cf. H. Takayama, The Administration, p. 128 et J. Johns, Arabic administration, p. 228-234), le Qā’id Martin (en 1167, 1169 et 1176, Martin est cité comme magister camerarius regii palatii ; cf. H. Takayama, The Administration, p. 128 et J. Johns, Arabic administration, p. 219-222), le Qā’id Materacius (1176 ; cf. H. Takayama, The Administration, p. 128 et J. Johns, Arabic administration, p. 243), Geoffroi de Modica (1180 ; cf. H. Takayama, The Administration, p. 128), le fatā (eunuque) Jean est cité dans un acte privé bilingue arabe-latin en 1187 (Cusa, p. 83-85 et H. Takayama, The Administration, p. 128).

140 On pourrait opposer à cela l’exemple d’Aténulf, au nom latin et lombard, mais unique. En réalité, ce qui frappe est moins la variété onomastique latine que la systématicité de la désignation des eunuques.

141 Cf. également chapitre suivant.

142 Cf. ibid. Sur cette dimension, cf. A. Nef, « Pluralisme religieux et État monarchique dans la Sicile des XIIe -XIIIe siècle », dans Politique et religion en Méditerranée. Moyen Âge et époque contemporaine, éd. H. Bresc, G. Dagher et C. Veauvy, Paris, 2008, p. 237-255.

143 Elle est exposée par J. Johns, Arabic Administration, p. 222-228, et dans l’article qu’il a publié avec A. Metcalfe, « The Mystery at Chùrchuro », p. 231, n. 24.

144 Il est cité dans trois actes, le premier, grec, date de 1141 et en fait un membre du sekreton (il est inédit et fait partie du fonds Medinaceli, cf. J. Johns, Appendice I, doc. 15) ; le second, arabe, de 1149, le rattache au dīwān (il a été édités dans Cusa, p. 28 ; cf. J. Johns, Appendice I, doc. 29) ; le troisième date de 1152 et porte sa ‘alāma (il est inédit et fait partie du fonds Medinaceli, cf. J. Johns, Appendice I, doc. 31).

145 La lecture de M. Amari semble exacte après visite au Museo Civico de Termini (Le epigrafi arabiche, inscription no VIII, p. 63 et sq et table V, 2 ; la réédition de cet ouvrage en 1971, à Palerme, revue par F. Gabrieli, ne reprend malheureusement pas la photo). Nous transcrivons le tout ici (M. Amari éditait déjà les trois textes, car il s’opposait à la thèse avancée par S. Cusa). Le texte arabe est le suivant : Mimmā amara bi-binā hādhihi (...) / ‘abd al-ḥaḍrat al-malikiyya (...) / al-fatā Barrūn sanna sab‘ (...) / raḥima llāh man da‘ā la-(...) (« La construction de ce (...) a été ordonnée (...) l’esclave de la majesté très-royale (...) / l’eunuque Barrūn l’année (il ne reste que la trace d’un 7 ou d’un chiffre en 70, ce qui pourrait correspondre, comme le souligne M. Amari, pour le XIIe siècle à 1123, 1132, 1142, 1152, 1161, 1171, 1181 ou à 1174-75, dans la deuxième hypothèse ; pour les hypothèses de J. Johns sur ce point, cf. J. Johns, Arabic Administration, p. 223, note 41) (...) / Dieu soit clément avec celui qui prie pour [lui] (...) ». En latin, on trouve : Domino Rogerio (...) / Petrus servus palatii ejus regnantis feliciter (...) et en grec : « En êmerais Rogeriou (...) / autou (...) ».

146 S. Cusa, Su di una iscrizione araba del Museo di Palermo, Palerme, 1858.

147 J. Johns, Arabic Administration, p. 222.

148 En effet, comme M. Amari l’a rappelé (Le epigrafi arabiche, p. 63), on en connaît d’autres occurrences en Sicile, où il est porté par des Arabo-musulmans, et il peut dériver également d’une racine arabe.

149 Cusa, p. 499-501.

150 Cf. M. Amari, SMS, 6, p. 505.

151 Qu’il faudrait peut-être rattacher plutôt à une œuvre de bienfaisance (construction d’un aménagement servant à la population) en raison du sens de la dernière expression déchiffrable Cf. Ibid.

152 Les sources redeviennent plus minces, mais Tancrède nomme en 1191 ‘Abd al-Sayyid (Abdeserdus) camerarius regii palatii et magister duanae baronum, cf. J. Johns, Arabic Administration, p. 243.

153 Cf. chapitre précédent.

154 Hormis le Barrūn que nous venons d’évoquer, sont attestés un certain Jean et Boualê (Abū ‘Alī) dans l’acte de 1152 (inédit, fonds Medinaceli, cf. Johns, Appendice I, doc. 31) et un scribe nommé ‘Uthmān en 1149 (Cusa, p. 28 ; cf. Johns, Appendice I, doc. 29).

155 Cf. Takayama, The Administration, p. 137, tableau 10. Des corrections y sont apportées dans les pages qui suivent.

156 Il est attesté comme tel en 1161 et 1167, probablement l’est-il demeuré entre les deux dates, cf. H. Takayama, The Administration, p. 137 et J. Johns, Arabic Administration, p. 219-222.

157 Il est attesté avec cette fonction en 1168, 1170, 1183 et 1187, à chaque fois il assume aussi la charge de magister camerarii palatii, cf. ibid.

158 Il intervient en tant que palatinus camerarius et magister regie duane de secretis et duane baronum dans un acte bilingue latin-arabe de 1180 qui confirme des droits commerciaux concédés en 1132 à Cefalù par un acte grec-arabe, cf. J. Johns, Arabic Administration, p. 203, spéc. note 48.

159 Il est qualifié, de manière intéressante, de qā’id, ce qui renforce l’idée qu’il connaissait bien la culture arabo-musulmane. Sur ce personnage, cf. supra et épilogue et cf. H. Takayama, The Administration, p. 137.

160 Et probablement le demeure-t-il entre les deux dates. Sur ce musulman célèbre, cf. infra et cf. H. Takayama, The Administration, p. 137.

161 Cf. H. Takayama, The Administration, p. 137 qui mentionne des documents pour 1168 et 1183 et Johns, Appendice I, doc. 35 et 37.

162 Cf. Ménager, Amiratus, p. 214-224.

163 Cf. H. Takayama, The Administration, p. 137 et J. Johns, Arabic Administration, p. 170. Entre autres attestations, Eugène apparaît en 1175, dans une délimitation d’Ottumarano, cf. Johns, Appendice I, doc. 41 ; en 1183 dans un document au sujet de Centuripe (Cusa, p. 432-434) et en 1195 (A. Guillou, Les actes grecs, doc. 40).

164 Cf. chapitre précédent ; il est cité une fois en 1161 ; Johns, Appendice I, doc. 35.

165 Son surnom arabe équivaut au tou kalou grec : « fils de Kalos » ? ou « fils du beau », mais le sens de l’arabe est littéralement « le père du bon » ou « le bon » puisque la kunya en Abū (« père de ») est une manière de former un surnom. Il s’agit probablement d’un converti, ce genre de double nom étant rare en Sicile, et jamais attesté au palais parmi les eunuques (il ne porte pas non plus le titre de qā’id).

166 En voici une liste : Renaud de Tusa (1157-1159), Avenel de Petralia (1159), Judex Tarentinus (1159-1168), Abdenagus (1168), Guillaume de Malconvenant (1183-1186), Sanctorus (1185-1187) et Geoffroi de Marturano (1186).

167 Après la révolte des barons entre 1160-1162, cf. J. Johns, Arabic Administration, p. 224.

168 Geoffroi lui-même apparaît en 1172 dans un acte bilingue grec et arabe, était-il trilingue ? (cf. supra).

169 Comme le résume parfaitement K. M. Ringrose : « Why Eunuchs ? We should ask why not Eunuchs ? – a question more logically directed toward Western Europe », dans The Perfect Servant : Eunuchs and the social construction of gender in Byzantium, Chicago, 2003, p. 9.

170 J. Johns, Arabic Administration, p. 243-244.

171 Philippe de Mahdiya vient de la ville dont il porte le nom (J. Johns, Arabic Administration, p. 215-218) et l’eunuque Pierre vient de Jerba (ibid., p. 222-228). Quant aux autres, nous ignorons leur provenance.

172 Les informations sur cette question sont réduites pour les eunuques en général. Cf. J. S. Hogendorn, « The location of the « Manufacture » of Eunuchs », dans Slave Elites in the Middle East, p. 41-70.

173 Sur ce terme, cf. J. Johns, Arabic Administration, p. 249.

174 D. Ayalon, Eunuchs, Caliphs and Sultans, p. 312

175 C. De la Puente, « Sin linaje, sin alcurnia, sin hogar : eunucos en al-Andalus en época omeya », dans Identitades marginales, éd. C. de la Puente, Madrid, 2003 (Estudios onomásticos de al-Andalus, XIII), p. 147-194, spéc. p. 185.

176 Ibn Jubayr, Riḥla, p. 324-327, passim et M. Méouak, Ṣaqāliba, p. 95-98, sur ce terme. L’auteur renvoie à l’exemple sicilien.

177 Cf. J. Johns, Arabic Administration, p. 224 et chapitre suivant.

178 À propos de cette inscription, cf. supra note 144.

179 L’objectif de tout le passage qu’il consacre à l’entourage de Guillaume II est de montrer que la grandeur de Dieu se manifeste dans cette capacité des serviteurs du roi à préserver leur foi en cachette. Il convient donc peut-être de ne pas exagérer ce trait.

180 Par exemple pour al-Andalus, C. de la Puente écrit dans « Sin linaje, sin alcurnia » : « Tal y como se ha visto muy someramente, algunos eunucos alcanzan enorme poder en el entorno de los gobernantes ; llegan a acumular grandes sumas de dinero y disfrutan de paradisiacas almunias », p. 183.

181 G. M. Cantarella, La Sicilia e i Normanni. Le fonti del mito, Bologne, 1989, p. 70. L’auteur y souligne l’interdépendance entre ces agents fidèles et le pouvoir fort qui les protège.

182 Cette dimension est illustrée par l’utilisation d’eunuques depuis le XIIe siècle pour garder le tombeau du prophète de l’islam Muḥammad. Cf. sur ces questions, S. Marmon, Eunuchs and Sacred Boundaries in Islamic Society, Oxford-New York, 1995.

183 Sur la conception de la royauté sacrée développée par les rois normands et le rôle que joue le palais dans sa construction, cf. chapitre précédent.

184 C. De la Puente, « Sin linaje, sin alcurnia », p. 189 : « Los eunucos son parte imprescindible de las ceremonias palaciegas y ornamento de alcazar o de los hogares privilegiados ; su posesion es un medio ostentoso de hacer alarde de poder y riqueza ». Pour Byzance, l’existence d’une hiérarchie de dignités palatines réservées aux eunuques suffit à souligner leur intégration à la taxis palatine.

185 Cf., BAS, ar., 1, p ; 320 et BAS, 1, p. 450, Michele Amari traduit le dernier terme par porte-drapeau (alfieri). L’entrée de l’EI suggère la traduction que nous avons retenue. Insistons sur le fait que le vocable apparaît dans un contexte seljuqide ce qui renforce l’idée que des influences orientales se sont exercées sur la cour palermitaine et son cérémonial (Cf. chapitre 2).

186 Il y évoque un eunuque du nom de ‘Abd al-Masīḥ, converti et cryptomusulman selon lui ; Ibn Jubayr, Relation de voyages, p. 347 pour le français et Riḥla, p. 299 pour l’arabe.

187 Cf. Épilogue.

188 En latin, le vocabulaire employé pour désigner les eunuques est clair. Ce n’est pas le cas en arabe, nous ne nous attardons toutefois pas ici sur cette question, dans la mesure où Ibn Jubayr précise dès le départ qu’il évoque dans le cadre de la Sicile des eunuques « complets » (cf. supra, p. 340). Wuzarā’-hu wa-ḥ ujjābu-hu al-fityān : « Ses vizirs et ses chambellans sont des eunuques » (Ibn Jubayr, Relation de voyages, p. 346 et Riḥla, p. 298 pour l’arabe) et Wa-ammā fityānu-hu al-ladhīna hum ‘uyūn dawlati-hi wa-ahl ‘imālati-hi fī mulki-hi fa-hum muslimūn : « Les eunuques qui sont inspecteurs du gouvernement et employés de l’administration financière du royaume sont musulmans » (p. 347 et p. 299).

189 « Il ressemble aux souverains musulmans : comme eux il plonge dans les délices du pouvoir, établit ses lois, règle ses modalités, répartit les dignités parmi ses hommes, exagère la pompe royale et l’étalage de son apparat » (p. 346 pour le français et p. 298 pour l’arabe).

190 Wa-‘alay-him yalūḥ rawnaq mamlakati-hi, li-anna-hum muttasi‘ūn fī malābis al-fākhira wa-l-marākib al-fāhira, wa-mā min-hum ilā man la-hu al-ḥāshiya wa-l-khawal wa-l-itibā‘ : « En effet les musulmans portent des vêtements somptueux et ont de nombreuses montures fringantes. Il n’en est point qui n’ait sa cour, sa domesticité et sa suite » (p. 346 pour le français et p. 298 pour l’arabe). Nous verrons l’efficacité de ces réseaux dans l’épilogue.

191 Outre ce que l’on en a dit à la note précédente, c’est le cas de Philippe de Mahdiya, brûlé avec ses eunuques ; ‘Abd al-Masīḥ est également dans ce cas (p. 347 pour le français : le terme arabe utilisé est khuddām ; pour l’arabe, p. 299).

192 Ibid., p. 346, pour le français et p. 299 pour l’arabe.

193 Cf. Épilogue.

194 Ibn Jubayr, Relation de voyages : « Le roi possède une troupe d’esclaves noirs musulmans qui est commandée par l’un des leurs » (p. 346 ; Riḥla, p. 298 pour l’arabe).

195 Cf. H. Bresc, « Esclaves auliques et main d’œuvre servile », p. 104.

196 J. Johns a résumé ce que l’on sait de lui dans Arabic Administration, p. 238-239 : celui-ci est converti mais libre et devient regius justiciarius sous Guillaume II, fonction qui, on l’a vu, était en général réservée aux Latins.

197 Lettre éditée dans le Tarassul (Correspondance) d’Ibn Qalāqis (Riad, 1984, p. 77) et traduite dans A. De Simone, « Ibn Qalāqis in Sicilia », dans Yâd-Nâma in memoria di Alessandro Bausani, éd. B. Scarcia Amoretti et L. Rostagno, Rome, 1991, 2, p. 323-344, spéc. p. 341.

198 Pour une étude et une présentation bilingue du texte, cf. Lettera a un tesoriere di Palermo. Le passage est situé p. 138 où le Cassaro de Palerme est décrit : tertia [via] sane ab aula regia que palatio subest, per domum Sedicti sarraceni (...).

199 Pseudo-Falcand, p. 119 : Gaytus quoque Richardus illi cum caeteris Eunuchis infestissimus erat, eo quod Robertum Calatobojanensem contra voluntatem ejus damnaverat. Nec minus Bulcassem inter Sarracenos Siciliae nobilissimus ac praepotens multam illi Sarracenorum conflarat invidiam, cum eum ab initio plurimum dilexissent. Indignabatur enim quod Gaytum Sedictum ditissimum Sarracenorum, cum quo privatas habebat inimicitias, Cancellarius nimis familiariter admitteret, et ejus consilio multa facere videretur ; et inde se, cum ei dona plurima contulisset, putabat contemni, nec ejus posse gratiam promereri, soit : « Le gaytus Richard était également très hostile à Étienne du Perche, comme les autres eunuques, car il avait condamné à mort Robert de Calatabiano contre sa volonté. Bulcassem, très-noble parmi les Sarrasins de Sicile et très-puissant, n’excitait pas moins l’envie des Sarrasins contre lui, même s’ils l’avaient beaucoup aimé au début. Il était indigné, en effet, que le Chancelier soit trop proche du gaytus Sedictus, Sarrasin très riche, car (entre eux) existait une inimitié personnelle, et qu’il tienne grand compte de ses conseils, alors que lui, qui lui avait offert de nombreux présents, il le trouvait méprisable et indigne de sa faveur ».

200 Le texte se trouve dans Tarassul, p. 53 et a été traduit dans A. De Simone, « Ibn Qalāqis », p. 340.

201 Tarassul, p. 69 et A. De Simone, « Ibn Qalāqis », p. 341.

202 Splendori e misteri, p. 72-73, 91, 104, 106, 109 et 122.

203 Ibid., p. 70.

204 Ibid., p. 85. Il précède l’auteur à Messine pour l’y accueillir.

205 Ibid., p. 97.

206 « Il a des médecins et des astrologues, car il s’en préoccupe grandement et y tient tant que lorsqu’il apprend qu’un médecin ou un astrologue est de passage dans son royaume, il ordonne qu’on le retienne et le comble de tant de moyens d’existence qu’il en oublie sa patrie » (Ibn Jubayr, Relation de voyages, p. 346 et Riḥla, p. 298). Notons que, comme son grand-père, Guillaume accueille dans son royaume des grands exilés d’autres cours, ainsi ce jeune Alexis, un Byzantin qui se fait passer pour Alexis II, fils de Manuel Comnène, lequel avait été exécuté par Andronic Comnène lorsque celui-ci usurpa le pouvoir en 1182 (p. 358-360 et p. 311-313).

207 V. von Falkenhausen a insisté sur la place des Grecs et des Arabo-musul mans dans la marine et sur l’importance des mercenaires dans l’armée normande (cf. « I gruppi etnici », p. 153).

208 G. M., p. 100 : Comes vero multa millia Sarracenorum a Sicilia et Calabria conducens (...).

209 Chiffre très exagéré bien entendu, mais qui suggère qu’il ne s’agit pas simplement de la garde personnelle du souverain. Chronicon, éd. C. A. Garufi, Città di Castello, 1909-1935, p. 200 (RIS, VII, 1).

210 D. Clementi, « Historical Commentary on the “libellus” of Alessandro di Telese, previously known as “De rebus gestis Rogerii Siciliae regis” or as “Ystoria Rogerii regis Siciliae, Calabriae et Apuliae ” », dans Alexandri Telesini, p. 175-336, à l’année 1129.

211 Cf. Falcon de Bénévent, Chronicon Beneventanum, Città e feudi dell’Italia dei Normanni, éd. et comm. de E. D’Angelo, Florence, 1998, cité ici en italien. En 1132, Bénévent prend parti contre Roger qui doit quitter la ville (C.-F. Chalandon, Histoire de la domination, II, p. 27). Raon de Fragneto le poursuit et alla fine, Raone assalì alcuni dei sarraceni che stavano nel seguito del re (« quosdam Sarracenorum regis »), e li prese prigioneri portandoli via con se, a uno però fece mozzare la testa e la inviò al principe in segno di gloria e il principe mandò la testa a Capua, perché aumentasse il suo prestigio. Il re per parte sua, venendo a sapere della strage e della cattura dei suoi Sarraceni (« sarracenorum suorum ») ne fu addoloratissimo (p. 133). Tous les éléments sont ici présents : la peur que ces troupes suscitent (d’où découle la gloire de l’acte accompli), la douleur du roi et les pronoms possessifs qui soulignent qu’il s’agit de sa garde rapprochée.

212 Ibid., p. 151 : E mentre stavano lì, ecco all’improvviso che re Ruggero attraversò lo Stretto, seguito da un esercito di sarraceni (« exercitu Sarracenorum congregato, Farum transivit ») ; dopodichè si portò molto velocemente in Puglia [...] Giuro su Dio che si acanì con tanta crudeltà contro quei Cristiani (« tanta crudelitate in Christianos illos exarsit ») quanto non si era mai sentito in precedenza !

213 Ainsi, après que Bari a été matée en 1132, on y place une garnison (C.-F. Chalandon, Histoire de la domination, 2, p. 17) ; lorsque la ville se soulève à nouveau : Non nullos Sarracenorum quod ibi ad munitionis sue delegaverat, ira commoti necaverant (Alexandri Telesini, p. 39).

214 Cf. le passage toujours cité de la Vita Anselmi d’Eadmer (éd. et trad. R. W. Southern, Oxford, 1962, Oxford Medieval Texts, p. 110-112) qui met en scène Anselme du Bec devant les murs de Capoue tentant avec succès de proposer la conversion aux musulmans des troupes de Roger, qui ne franchissent néanmoins pas le pas, par peur du comte.

215 H. Bresc, « Esclaves auliques et main d’œuvre servile », p. 104.

216 Selon la tradition de l’esclavage militaire islamique ? Cf. sur ce point, au-delà de la thèse générale de l’ouvrage qui soulève des problèmes, D. Pipes, Slave Soldiers and Islam, New Haven-Londres, 1981.

217 Nous reviendrons sur ce point dans le chapitre suivant.

218 Cf. infra.

219 Pseudo-Falcand, p. 73 : Ubi, cum inter Sarracenos et Christianos in exercitu orta fuisset seditio, plurima Sarracenorum multitudo cecidit, acriter in eos irruentibus Christianis, neque metu vel interminatione Regis cessantibus, cum et ipse, missis ad auxilium Sarracenorum Comestabulis, prohiberet eos occidi. Le terme seditio indique bien que le conflit a lieu au sein de l’armée.

220 Giraud le Cambrien suggère d’appliquer cette politique à l’Irlande (Topographia Hibernica, éd. J. F. Dimock, Londres, 1867, p. 399).

221 Pseudo-Falcand, p. 57 : Postea vero Sarraceni, perturbatione cognita, viribus se quidem ad resistendum impares arbitrari, cum eos praecedenti anno Admiratus omnia arma sua Curiae reddere coegisset (...) (« Ensuite les Sarrasins, informés de l’émeute et estimant leur capacité de résistance insuffisante, parce que l’année précédente l’émir (Maion) les avait contraints à remettre toutes leurs armes à la Cour [...] »).

222 La description que font A. P. Kazhdan et M. Mc Cormick de la vie de cour byzantine jusqu’à la fin du XIe siècle s’applique en grande partie à celle de la cour palermitaine : Aristocracy in the strict, technical sense of the word was only in the making. The ruling class was constitutionally vague and not without features of meritocracy. Formed and recruited by its relation with the emperor, it wielded its authority via the machinery of the state, whereas those who possessed private or economic power stood often at the outskirts of the official ranking. The elite was unstable (« The Social world », p. 168) ; les auteurs distinguent de hauts militaires, des bureaucrates et des courtisans comme composantes principales de ces élites.

223 Ainsi le volume consacré aux « identités marginales » cité à la note 175 comprend deux articles sur les eunuques.

224 Leur cas n’est pas unique, bien entendu, dans l’Occident médiéval, mais il est nettement plus « visible » que celui des esclaves domestiques de la fin du Moyen Âge, nombreux dans cette situation.

225 A. Echevarría Arsuaga dans « Biografías de conversos : historia de una doble exclusión », dans Identidades marginales, p. 215-244 cite à la page 215 une phrase de l’introduction de M. Garcia-Arenal à Conversions islamiques. Identités religieuses en Islam méditerranéen, Paris, 2002 : La conversión como medio de franquear las fronteras es inseparable de los complejos procesos que realizan/producen la integración y que, a la vez, incluyen fenomenos de exclusión y de estimatización por parte del grupo dominante. Elle résume parfaitement le problème.

© Publications de l’École française de Rome, 2011

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Leer

Open access

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search