Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conquérir et gouverner la Sicile islamique aux xie et xiie siècles

 | 
Annliese Nef

Première partie. La conception œcuménique de la royauté normande de Sicile : mythes et réalités

Chapitre 3. Des prétentions universelles relayées par un mécénat architectural et littéraire

Texte intégral

  • 1 On verra la synthèse toujours satisfaisante de G. Di Stefano, Monumenti.

1Qu’une dynastie développe un programme architectural n’a rien d’original, mais les Hauteville ont, en peu de temps, fait construire un nombre impressionnant de monuments, religieux ou civils – seuls ces derniers seront évoqués ici – non seulement à Palerme et dans la Conque d’or qui l’entourait, mais aussi dans l’ensemble de l’île1. Que des souverains utilisent des écritures exposées pour célébrer leur gloire sur les murs qu’ils édifient n’est pas non plus une nouveauté. Chaque dynastie privilégie toutefois des thèmes particulièrement significatifs à ses yeux et le choix quasiment exclusif de la langue arabe par les Hauteville, surprenant, mérite une analyse détaillée. L’étude de la poésie arabe composée en Sicile en l’honneur de la dynastie, après celle des conceptions universelles développées par les rois siculo-normands (chapitre 2), permettra de compléter le cadre dans lequel il convient de replacer cette épigraphie monumentale.

2L’existence de cette poésie célébrative en arabe pose une question plus large qui ouvre sur le mécénat des souverains siciliens dans le domaine de la production écrite. Faut-il voir dans ces odes une exception ou le symbole d’une « synthèse culturelle » qui aurait pris place à la cour sicilienne ? Quelle place occupent-elles dans la production écrite qui s’épanouit autour des Hauteville ? Pour répondre à cette question, on s’interrogera sur la nature des œuvres rédigées dans le royaume sicilien dans un contexte curial, en tenant compte de la répartition des trois langues insulaires au sein de cette production. Les choix qui président à cette distribution interne sont, en effet, essentiels pour évaluer à la fois la convergence des trois langues insulaires et ses limites, et la place assignée à chaque langue, en particulier à l’arabe, au-delà de la sphère administrative. De ce point de vue, la politique de traduction des Hauteville n’est pas moins significative.

I. Les rois de Sicile en rois-bâtisseurs et en souverains universels : architecture et poésie dans la Sicile du XIIe siècle

3L’image que les Hauteville entendaient donner de leur pouvoir était véhiculée tant par leur programme architectural que par les pièces poétiques en leur honneur et les inscriptions gravées sur les monuments royaux, toutes composées principalement en langue arabe.

  • 2 Le trait est général. Cf., par exemple, M. Canard qui l’a mis aussi en exergue pour les Fatimides (...)

4La capacité des « nouvelles » dynasties à attirer des poètes et des panégyristes pour chanter leurs prétentions a souvent été prise en compte pour éclairer la construction de leur légitimité politique2. Les rois normands de Sicile ne font pas exception et s’entourent de lettrés qui célèbrent leur règne. Ces derniers les chantent comme bâtisseurs, déclinant ainsi le thème du souverain-démiurge. Reprenant une pratique très répandue en Islam, les Hauteville font également graver des vers sur les murs des édifices qu’ils font élever.

  • 3 Sur cette perception différenciée, cf. P. Sanders, Ritual, Politics and the City, introduction.
  • 4 Sur lesquelles nous ne nous arrêterons pas ici, faute de compétences.
  • 5 Cf. Eugenius Panormitanus, Versus iambici, éd. et trad. ital. M. Gigante, Palerme, 1964, Carmen XX (...)
  • 6 Sur ce point, cf. A. Nef, « Un poème d’Ibn Qalāqis à la gloire de Guillaume II », dans A. Nef, B. (...)

5Leur volonté de faire converger des modes de légitimation propres à diverses cultures supposait qu’ils s’adressent à un public différencié3. Or, si l’architecture mêle des solutions d’origines variées4, cette production écrite laudative s’inscrit en Sicile avant tout à l’intérieur d’une tradition islamique et s’exprime en arabe, ce qui ne laisse pas de surprendre, mais suggère aussi que l’horizon visé était plus large que le simple cadre sicilien. L’unique exception est celle d’un panégyrique, probablement en l’honneur de Guillaume Ier, rédigé en grec par Eugène de Palerme5. Les similitudes que l’on relève entre les thèmes développés en grec et leur traitement dans la poésie de langue arabe consacrée aux souverains siciliens6 sont par ailleurs multiples, mais la seconde est indéniablement plus développée.

6Deux thèmes, qui dominent ces compositions en langue arabe, serviront de fils directeurs à l’analyse : le roi comme souverain universel et comme ordonnateur du monde.

Constructeur et ordonnateur du monde : le pouvoir démiurgique du souverain

  • 7 Cf. chapitre 2.

7Les programmes « mis en mots » et « mis en images » des souverains normands ne jouent pas sur les mêmes ressorts et ne s’adressent pas exactement au même public. Les lecteurs de poésie arabe sont à la fois probablement plus rares en Sicile que les spectateurs du cérémonial et que les admirateurs des lieux de villégiature royaux, et potentiellement plus nombreux au-delà des limites insulaires. Or, parmi les textes qui seront analysés, une partie sont précisément des inscriptions placées au sommet des ensembles architecturaux édifiés par les souverains normands au sein d’espaces qui leur sont réservés. Situées, en outre, beaucoup trop haut pour être lisibles depuis le sol, à la manière des inscriptions du plafond de la Chapelle palatine de Palerme7, elles peuvent être abordées de deux points de vue. Leur présence même vise, à travers une calligraphie identifiable, à mettre en avant une des sources d’inspiration de la souveraineté sicilienne. Cet aspect ne sera pas repris ici. Parallèlement, leur contenu véhicule une conception du pouvoir proche de celle que développent les pièces poétiques en langue arabe destinées à chanter les Hauteville.

8S’immortaliser par la pierre est commun à de nombreux types de souveraineté et les Normands n’échappent pas à la règle : les textes en langue arabe les mettent ainsi en scène comme architectes, mais aussi, plus largement comme porteurs de civilisation.

Le roi-architecte

  • 8 Cf. chapitre 2.
  • 9 On se reportera (chapitre 2) à l’inscription A citée plus haut qui invite celui qui évolue dans le (...)
  • 10 Idrīsī, p. 309 : « Ces (palais et salles) sont ornés des motifs calligraphiques les plus merveille (...)
  • 11 « C’est là qu’est située la grande mosquée ou du moins le bâtiment qui en tenait lieu dans le pass (...)
  • 12 Philagète de Cerami, dans la traduction de B. Lavagnini, « Profilo di Filagato da Cerami » : Vi è (...)
  • 13 Ainsi trouve-t-on des muqarnas à la Cuba, à la Zisa et au Scibene, trois constructions royales sit (...)

9Les prouesses techniques qu’est capable de mettre en œuvre le souverain sont, on l’a vu8, rappelées par un programme de construction qui se déploie dans l’ensemble de l’espace insulaire, mais plus particulièrement à Palerme, et par la richesse de l’ornementation des édifices9. Chez al-Idrīsī10, la calligraphie apparaît ainsi comme un élément fondamental de la décoration du palais royal, mais aussi de la cathédrale de Palerme, du moins avant qu’elle ne soit reconstruite à la fin du XIIe siècle11. Les tentures d’une grande richesse qui, selon Philagète de Cerami12, recouvraient les murs de la nef de la Chapelle palatine à l’époque de Roger II, qu’elles aient été réalisées par l’atelier textile palatial ou bien importées, devaient rehausser également les murs du palais. Les mosaïques, fruits d’un travail long et coûteux, abondent dans les édifices royaux palermitains. Enfin, l’omniprésence à l’intérieur de ces ensembles architecturaux de muqarnas13, fruits d’une technique complexe à maîtriser et relativement récente au XIIe siècle, converge avec ces différents éléments pour souligner à la fois la prospérité du royaume et la grandeur de ses maîtres.

  • 14 M. Amari, Le epigrafi arabiche, p. 39-46 et A. Nef, « Venti blocchi framentari ».
  • 15 Cf. p. 138, notes 88-89.
  • 16 Sur ce terme, cf. p. 99-100.
  • 17 Le sens premier en est très large (« pouvoir »).
  • 18 Sur le terme sulṭān, cf. M. Abbès, Islam et politique, p. 26-30.
  • 19 Sur ce point, on verra le parallèle avec le palais royal de Palerme, chapitre 2.

10On comprend donc que chanter les édifices royaux ait pu permettre de célébrer les souverains siciliens. Tant les poètes que les inscriptions monumentales, souvent versifiées, qui ornent ces constructions le font. Ainsi les fragments épigraphiques retrouvés à Messine14, évoqués plus haut15, désignent le palais royal de la ville comme le qaṣr al-salāṭīn, « château des souverains ». Ce pluriel de sulṭān16 est volontairement universalisant17 et le vocable permet d’inclure les souverains tant islamiques, que non islamiques ou antéislamiques 18. Le palais de Messine est également qualifié de dār al-khulūd (« demeure de l’éternité »), expression qui renvoie au Paradis et souligne son caractère sacré19, mais qui exalte aussi la perfection de sa réalisation.

  • 20 ‘Imād al-dīn al-Iṣfāhanī le précise dans sa Ḥarīdat al-qaṣr wa-jarīdat al-‘asr, lorsqu’il évoque a (...)
  • 21 Il s’agit de l’œuvre de ‘Imād al-dīn al-Iṣfāhanī, Ḥarīdat al-qaṣr wa jarīdat al-‘asr, éd. M. al-`A (...)
  • 22 Ce poète originaire de Butera écrit sous Roger II.
  • 23 BAS, ar., 2, p. 706 et BAS, 2, p. 437 : « Admire le séjour [des palais triomphaux], dont le Miséri (...)

11La célébration du roi-bâtisseur est également un thème prépondérant dans les poèmes en arabe à la gloire des souverains. On ignore s’il était préféré à d’autres car nous ne disposons que d’extraits transmis à travers des recueils, sous forme de citations, qu’au moins un compilateur, al-Iṡfahānī, a censurées : les louanges adressées aux rois normands chrétiens y étaient telles, selon l’anthologiste, qu’elles étaient en effet susceptibles de blesser les oreilles d’un croyant musulman20. C’est toutefois ce recueil du XIIe siècle21 qui nous a transmis une poésie de ‘Abd al-Raḥmān b. Muḥammad b. ‘Umar al-Buthīrī22 qui attribue la beauté de la résidence royale à Dieu et compare l’eau qui coule dans ses jardins à celle du paradis23. Si ces thèmes sont communs dans un contexte islamique, leur utilisation dans la Sicile du XIIe siècle ne manque pas de surprendre.

  • 24 Nous reviendrons sur son œuvre en détail plus bas et en particulier sur le panégyrique qu’il a com (...)
  • 25 Sur ce personnage, cf. infra, Épilogue.

12Vers 1168, l’Égyptien Ibn Qalāqis24, averti de son départ pour la Sicile (et de son financement) par Abū l-Sayyid25, adresse un premier poème de remerciement au gaytus Richard, alors tout-puissant à la cour, et à Guillaume II. On y lit le vers suivant :

  • 26 Dans la traduction établie par A. De Simone : Ci fu dato di goder [della vista] della corona e del (...)

Nous pûmes jouir de la vue de la couronne et du palais royal et nous nous promenâmes dans les deux palais de Khawarnaq et Sadīr26.

  • 27 Cf. l’EI au premier de ces deux noms.
  • 28 On peut voir, par exemple, le poème de Ibn Ḥamdīs sur le palais ḥammādide de Bougie, dans lequel s (...)
  • 29 Cf. A. Nef, « Venti blocchi frammentari », p. 507, fragment no 12 :... al-jamāl fa-mā al-Khawarnaq (...)

13Les réalisations des souverains normands (sans que l’on sache lesquelles avec précision) y sont comparées à un palais lakhmide (al-Khawarnaq) et à un palais voisin. Situés en Irak actuel (al-Sadīr)27, ils étaient devenus deux références des plus classiques pour souligner dans la littérature en langue arabe la perfection d’un palais28. Par cette métaphore, le poète convoque, en outre, par le biais d’une image très commune, le passé anté-islamique qui joue un rôle fondamental dans les topoi de la souveraineté islamique. Il insère donc l’architecture royale siculo-normande au sein d’une koiné islamique, tant architecturale que poétique. Cette référence est d’ailleurs utilisée également dans les écritures exposées siciliennes d’époque normande, puisque parmi les fragments retrouvés à Messine, et datés de Roger II, il en est un qui contient le nom du Khawarnaq29.

14La mobilisation de telles images, tout en développant des thèmes communs à l’ensemble des souverainetés méditerranéennes permet de les décliner à partir d’un registre islamique, mais qui demeure très universalisant. La célébration des souverains normands peut ainsi également dépasser les limites insulaires. De la même manière, la célébration du roi-ordonnateur du monde permet une convergence large autour d’un thème répandu.

Le souverain ordonnateur du monde

  • 30 Ce trait est commun à de nombreuses cultures de l’époque ; s’y reflète un souci d’universalité. Su (...)
  • 31 Rappelons que l’immense parc élaboré au sud de Palerme au XIIe siècle et regroupant la Cuba, la Cu (...)
  • 32 S. Braida Santamaura, « Il palazzo ruggeriano di Altofonte », Palladio, n.s., 2 (1973), p. 185-187
  • 33 L’art des fontaines a été particulièrement développé à Palerme. Cf. le shadirwān de la Zisa (G. Sp (...)
  • 34 La Favara qui associait un parc, un édifice et un vivier, localisés à proximité de Palerme, est dé (...)
  • 35 Cf. G. D’Erme, « Contesto architettonico », p. 5-6.

15D’une manière générale, tout ce qui reflète une maîtrise technique et la capacité royale d’ordonner le monde naturel pour le modeler à l’image du paradis terrestre suscite l’intérêt des souverains normands30 : jardins et animaux sauvages vivants utilisés comme décor au sein de ménageries (Genoard)31, illustrant ainsi la capacité du souverain à les dompter ; réserves de chasse (Altofonte32) ; techniques de maîtrise, de transport et de mise en valeur de l’eau, qu’il s’agisse de fontaines33 ou de viviers34, sont autant d’éléments de cette démonstration en images. Giovanni M. D’Erme a interprété les nombreux panneaux floraux qui décorent le mur qui entoure l’estrade dans la Chapelle palatine (mais aussi la « Salle des Normands » du palais royal), comme une illustration de la même idée : l’ordre qui est imposé à la nature sauvage par le souverain35.

  • 36 Il s’agit de celle du rez-de-chaussée M. Amari, Epigrafi arabiche, p. 77-82.
  • 37 J. Dakhlia, Le divan des rois, chapitre 1 et également A. Al-Azmeh, Muslim Kingship, p. 161-162.

16Si les réalisations architecturales et les jardins élaborés sur l’ordre des souverains exaltent leur figure d’ordonnateurs du monde, cette célébration se donne aussi à lire plus directement dans l’épigraphie monumentale. Une inscription de la Zisa36 désigne ainsi le souverain comme malik al-zamān (« roi du temps »), locution célèbre37, utilisée surtout dans un contexte shi‘ite. Elle souligne ici la capacité du roi à mesurer, et donc à maîtriser, le temps séculier.

  • 38 Hoc opus horologii precepit fieri dominus et magnificus Rex Rogerius. Anno... ; M. Amari, Epigrafi (...)
  • 39 Ô thauma kainon o krataios despotês Rogerios rix ek theouskêptokratôr Roun Chalinoi tês reousês ou (...)
  • 40 Kharaja amr al-ḥaḍra al-malikiyya al-mu‘aẓẓamiyya al-rujāriyya al-‘aliyya – abbada llāh ayāma-hā w (...)
  • 41 On retrouve cette double dimension dans le poème d’Ibn Qalāqis à la gloire de Guillaume II, cf. A. (...)

17La fabrication d’une clepsydre localisée dans le palais royal illustre combien ce thème est développé consciemment par Roger II. L’inscription qui la célèbre est trilingue, latin, arabe et grec. Ce trilinguisme, exceptionnel au sein des inscriptions royales siciliennes, souligne l’universalité de certains symboles : la clepsydre est susceptible d’être admirée de tous. Les variantes entre les trois dédicaces sont toutefois significatives. Le latin est très sobre, dans la titulature comme dans l’évocation de l’ouvrage réalisé38. La version grecque donne une description nettement plus détaillée de l’horloge ; elle seule l’identifie comme une clepsydre39. Quant à l’arabe, il reprend une titulature royale flamboyante et insiste sur l’utilité de la machine40. Le mot raṣad appartient à un double registre : celui de l’observation, éventuellement astronomique, de la connaissance donc, et celui de la conjuration d’un malheur41. Ces deux champs sémantiques renvoient à la figure d’un souverain savant et dévoué à la protection de son royaume, la connaissance visant aussi, mais pas seulement nous le verrons, à une meilleure administration des sujets.

  • 42 L’inscription assez longue qui ornait la Cuba (M. Amari, Epigrafi arabiche, p. 82 et sq.) est très (...)
  • 43 Bi-aymin awqāt wa-as‘ad aḥyān ; ibid.
  • 44 Ceci demeure une hypothèse dans la mesure où l’inscription est incomplète, pour une relecture réce (...)

18On retrouve, peut-être42, la même idée de maîtrise temporelle, dans une inscription de la Cuba qui célèbre Guillaume II et le décrit comme celui qui améliore son époque, « avec des périodes plus fastes et des moments plus heureux43 ». Ici aussi, il est possible que le vers renforce la dimension temporelle en insistant sur la capacité qu’a le souverain de rendre le temps meilleur, et de non seulement contrôler son cours, mais également de l’améliorer44.

  • 45 Eugenius Panormitanus, Versus iambici, Carmen XXIV.
  • 46 Ibn Qalāqis, Dīwān, éd. S. al-Furaiḥ, Koweit, 1988, p. 145-147 et trad. dans A. Nef, « Un poème d’ (...)
  • 47 Cf. Idrīsī, p. 58 : « Quel est le but éloigné que ce roi n’atteint pas et sur lequel il n’est pas (...)

19La poésie n’est pas en reste. Eugène de Palerme développe cette dimension en soulignant que l’univers obéit à Guillaume Ier et ajoute : « la Fortune omnipotente se soumet à toi en révérant ta puissance, ô monarque45 ». Ibn Qalāqis, qui chante Guillaume II, reprend ce thème également46, tout comme al-Idrīsī l’avait fait dans l’introduction à sa géographie pour Roger II47.

20Les lieux de vie du roi expriment la majesté de sa figure à travers le faste dont leur décoration fait montre et les inscriptions qui les ornent. Ils illustrent son pouvoir démiurgique, thème transversal à toutes les formes de souveraineté, mais visent dans le même temps à le situer au carrefour de traditions diverses. L’universalité de son pouvoir peut toutefois être célébrée de manière plus directe.

Un souverain universel

21Au sein de la tradition islamique, ce sont les motifs les plus anciens, d’origine pré-islamique, même s’ils sont intégrés dans la tradition islamique, qui sont mobilisés de manière prépondérante, dans les registres tant figuratif que calligraphique, pour évoquer cette universalité.

Des images anciennes puisées dans un fond commun : le malik sicilien

  • 48 Cf. chapitre 1.
  • 49 M. Abbès, Islam et politique, p. 26-30.
  • 50 Cf. J. Dakhlia, Le divan des rois, p. 37-40. Cf., pour l’évolution du terme, l’entrée malik dans l (...)
  • 51 Ibn Qalāqis n’utilise que ce terme dans son panégyrique de Guillaume II pour désigner sa souverain (...)

22Le seul titre arabe employé sur les monuments royaux (comme sur les monnaies à partir du milieu du règne de Roger II), celui de malik48, permet aux Hauteville de ne pas s’enfermer dans une tradition précise. Il n’a pas été choisi au hasard par les souverains normands ; en effet, son absence de dimension religieuse en faisait un terme particulièrement adapté pour un prince chrétien. Vocable d’origine pré-islamique, il a été réservé dans les premiers temps de l’Islam aux souverains non-musulmans. Cela explique que les musulmans l’aient d’abord évité, avant qu’il ne soit remis au goût du jour par les auteurs de miroirs des princes qui abordaient la royauté sous un angle non-exclusivement religieux49, et par les dynasties non-arabes, dont la légitimité était suspecte, Bouyides en tête. Il a enfin été utilisé par les souverains islamiques pour multiplier les canaux de légitimation, de manière limitée à la fin du Moyen Âge, puis plus massive à partir de l’époque moderne50. Ici encore les voies de l’emprunt normand sont incertaines, mais ce titre n’en est pas moins le fruit d’un choix conscient et d’une sélection : les Normands abandonnent les qualificatifs d’imām et de sulṭān, utilisés sur leurs premières monnaies, et évitent le mot de calife que portent leurs voisins égyptiens. Le terme de malik est également celui qui est utilisé par les poètes qui chantent les Hauteville en arabe51.

23Si l’on reste dans le domaine de l’écrit, et plus précisément de la calligraphie, la figure a-musulmane et a-temporelle, mais néanmoins islamique, du roi apparaît également dans de nombreuses inscriptions retrouvées ou attribuées à des monuments construits par les souverains normands. Ainsi celle de Messine, déjà évoquée, en célèbrant le palais royal de la ville comme le qaṣr al-salāṭīn (« château des souverains »), utilise un pluriel volontairement universalisant qui inclut l’ensemble des souverains du monde et des temps.

  • 52 Le terme renvoie soit à l’ensemble du bâtiment, soit à une pièce ouverte sur l’extérieur. Il pourr (...)
  • 53 J. Dakhlia, Le divan des rois, p. 179-181.

24Deux autres inscriptions, palermitaines, reprennent ce thème, sous la forme d’une célébration du roi universel, roi du monde, voire des mondes. La première, qui orne la Zisa, loue Guillaume II comme khayr malik ajall mamālik al-dunyā (« le meilleur roi du plus grand des royaumes du monde ») ; la seconde, à la Cuba, décrit ce pavillon de villégiature comme khayr iwān li-khayr mulūk al-arḍ Ġulyālim al-thānī (« le meilleur des iwans52 pour le meilleur des rois de la terre, Guillaume II »). Ces désignations sont volontairement universalisantes, a-temporelles et a-topiques. Mais il ne s’agit ni du malik al-mulk arabe (« roi de toute souveraineté »), ni du malik al-mulūk persan (« le roi des rois »). Guillaume II puise, ici encore, dans le registre islamique, mais la périphrase retenue est le fruit d’une innovation réelle, même si elle s’inspire de modèles antérieurs. En outre, le terme ‘iwan pourrait bien renvoyer, au-delà de sa large diffusion comme terme architectural islamique, à l’Iwan persan par excellence53, référence, commune en Islam, de la grandeur persane.

La royauté universelle : thèmes et symboles

  • 54 Cf. Le poème d’al-Buthīrī cité plus haut, p. 181.
  • 55 « Cessez Rome et Constantinople, faites silence et mettez fin aux anciens tumultes, rejetant les C (...)
  • 56 Cf. le premier hémistiche du vers 20 : « On leur exprime, à l’est comme à l’ouest, de la vénératio (...)
  • 57 Cf. Idrīsī, p. 58 : « Le meilleur sujet auquel puisse s’intéresser un observateur, car il lui insp (...)
  • 58 À propos de ce court texte, cf. le Préambule, p. 59, pour l’auteur, seule la mort de Robert Guisca (...)
  • 59 L’hypothèse d’un emprunt à Richard le Poitevin par l’anonyme auteur de l’Hystoria, avancée par J.- (...)

25Les souverains siciliens sont également comparés aux Césars, auxquels ils sont, bien entendu, supérieurs54. Cette supériorité sur l’ensemble des souverains du monde est également affirmée par Eugène de Palerme55 se référant à Guillaume Ier et par Ibn Qalāqis dans son panégyrique de Guillaume II56. Al-Idrīsī n’est pas en reste dans l’introduction à sa géographie57. On en retrouve, enfin, un écho en latin après 1170 dans la France de l’Ouest58, dans l’Hystoria Rotberti Guischardi, à propos de celui qui est présenté comme le fondateur de la dynastie, bien que l’on ne puisse retracer les voies de la diffusion du thème59.

  • 60 Le lion est un symbole universel du pouvoir et il est difficile d’assigner une origine précise et (...)
  • 61 Ainsi des trois vers suivants : « 8. Il guide ceux qui ressemblent à des lions /mais ne sont motiv (...)
  • 62 « Les rois et les satrapes tremblent devant toi car ils reconnaissent clairement le lion à sa grif (...)
  • 63 Dans un des passages les plus développés sur ce thème : « Les maîtres d’astrologie enseignent que (...)
  • 64 Il s’agit du v. 61 : « Les Bédouins menaient la Guerre Sainte contre les Barbares, porcs sur lesqu (...)

26Il est des images qui convergent avec les mots pour convoquer ce fond commun de la souveraineté et du pouvoir politique qui n’a pas de connotation religieuse en Islam. Ainsi de motifs animaliers et floraux présents dans la décoration de nombre d’édifices qui tendent à l’universalité et pourraient avoir différentes origines, à l’image du lion60, que l’on peut interpréter diversement, mais qui est souvent associé à la puissance guerrière. Elle est utilisée notamment par Ibn Qalāqis61, Eugène de Palerme62 et l’anonyme prisonnier maltais63. Son identification comme emblème de la dynastie des Hauteville pourrait, à l’inverse, expliquer une pique d’Ibn Ḥamdīs dans son poème sur la victoire musulmane d’al-Dīmās (1123) où il compare les Normands à des porcs et leurs ennemis à des lions64. Ce trait d’esprit pourrait suggérer que l’idéologie normande et les symboles qu’elle promouvait n’étaient pas inconnus dans le monde arabo-musulman contemporain.

  • 65 Pour une tentative d’étude combinée de l’art princier musulman, byzantin et européen au Moyen Âge, (...)
  • 66 Cf. J. Dakhlia, Le divan des rois, p. 31-43.

27Ces motifs pré-islamiques font partie du patrimoine commun des souverains musulmans – et, pourrait-on ajouter, chrétiens65 – qui ne puisent jamais leur légitimation, de manière univoque, dans un registre purement religieux66. Cela explique qu’une partie des thèmes retenus soient communs à la littérature chrétienne de même nature : les références sont semblables, les vertus chantées souvent identiques.

***

28Il faut donc, ici comme pour la Chapelle palatine, distinguer deux niveaux : celui du contenu et de la signification de ces constructions, inscriptions et poèmes, et celui de leur public et de leur impact.

  • 67 Une telle suggestion n’est évidemment pas contradictoire avec le fait que tous les éléments peuven (...)
  • 68 Comme le rappelle M. A. De Luca dans « L’uso della lingua araba », p. 260-261.

29La langue arabe joue un rôle essentiel dans la célébration du souverain sicilien. Dans les autres langues en usage à la cour de Sicile, on ne trouve pas de pièces poétiques équivalentes, si l’on excepte les trois textes grecs cités, dont un seul se présente comme un panégyrique en l’honneur d’un souverain sicilien, celui d’Eugène de Palerme. L’épigraphie royale, hormis l’inscription trilingue sur l’horloge évoquée au fil du texte, est également avant tout en arabe. Cela suggère d’une part que l’élément arabo-musulman était peut-être encore plus important qu’on ne le pense à la cour, mais on ne peut, d’autre part, manquer de s’interroger sur l’effet produit par de telles pièces. Ces exemples montrent en effet que la convergence culturelle et linguistique qui caractérise indéniablement la cour de Palerme et la construction de la royauté des Hauteville n’est pas exclusive d’une spécialisation des langues. L’arabe est ici l’idiome de la royauté chantée. L’impact de ce choix est indépendant de l’appréhension du contenu exact des inscriptions. Au-delà de l’enchantement et de l’admiration qui rassemblent les spectateurs dans un élan commun, la calligraphie – qui diffère clairement pour chacune des langues utilisées en Sicile – a un impact. Elle n’est certes pas déchiffrable depuis le sol, mais son existence même met l’accent sur l’importance de la culture islamique dans l’exaltation dynastique et suggère une certaine continuité avec la période antérieure67. Elle a probablement également un horizon méditerranéen et notamment celui des dynasties du dār al-islām68, mais les inscriptions localisées en Sicile ont nécessairement un impact réduit dans ce domaine, les poésies, susceptibles de circuler, sont ici les premières concernées.

  • 69 Au sujet des textes grecs, on verra, chapitre 1.
  • 70 On verra ce qui a été dit des inscriptions attribuées au palais royal palermitain (chapitre 2, p.  (...)

30Le contenu de ces inscriptions et poésies soulève une autre question : la personne royale est chantée en clé religieuse à l’intérieur de chaque tradition69. De l’héritage islamique, les Hauteville retiennent des registres qui n’excluent pas complètement le religieux70, convoqué de manière plus ou moins universalisante, même si les thèmes universels et anté-islamiques de la poésie sont également présents. Leur élaboration est donc plus complexe qu’on pourrait le penser à première vue. Ils cherchent délibérément à mobiliser chacune des traditions culturelles insulaires sans qu’il y ait réellement convergence, mais dans aucune ils ne renoncent à l’aura religieuse chrétienne de leur fonction.

  • 71 Cet étonnement est parfaitement rendu par la description de la Chapelle palatine que dresse l’aute (...)
  • 72 Cf., par exemple, la description du palais royal par al-Idrīsī (Idrīsī, p. 309).

31L’étanchéité relative des trois volets de cette propagande apparaît nettement dès qu’elle utilise l’écrit, mais les motifs artistiques étaient également l’objet de lectures diverses. Le cas de l’architecture et des jardins jouent sur deux registres : la stupeur et la familiarité. Il est notable que les observateurs non siciliens, et en particulier occidentaux, ne soulignent jamais la dimension orientale de ce qu’ils admirent71. Les auteurs de culture islamique sont en revanche sensibles aux éléments de leur culture d’origine, mais aussi à la richesse des réalisations72.

32Si les souverains commandent des œuvres qui les chantent directement, il en est d’autres qui témoignent de leur intérêt pour des disciplines variées et, surtout, qui les font apparaître comme des rois savants, soucieux d’attirer à la cour des personnages qui contribuent à leur renommée. Malgré le petit nombre de textes témoins de cette époque qui nous sont parvenus, la production savante et littéraire sous les Normands de Sicile ne peut manquer de surprendre par quelques traits généraux qu’il importe de passer en revue.

II. Le mécénat des Hauteville dans le domaine de la production écrite

33Le contexte linguistique sicilien paraît a priori favorable à l’éclosion d’une production dans chacune des trois langues pratiquées dans l’espace insulaire, une situation que des souverains soucieux de leur image de rois savants ne pouvaient manquer d’exploiter. Qu’en a-t-il donc été dans la Sicile des XIe-XIIe siècles de la production écrite en latin, grec et arabe ? Dans quel cadre est-elle advenue ? Le trilinguisme insulaire a-t-il donné lieu à de nombreuses traductions, à la naissance de genres au contact de courants littéraires distincts ?

  • 73 Le seul ouvrage récent qui aborde ces questions est trop rapide : K. Mallette, The Kingdom of Sici (...)

34Ces questions ne sont pas nouvelles et des études récentes leur ont été consacrées, mais les compétences linguistiques de chacun expliquent que les trois langues soient rarement prises en compte ensemble. Volontairement plus historique que philologique, l’analyse portera ici sur la répartition des langues par genres et sur les formes de convergence linguistique et littéraire (ouvrages multilingues et traductions)73.

Une répartition linguistique des genres

35Il convient, pour établir si les langues pratiquées en Sicile ont donné naissance à une production différenciée dans le champ littéraire, de passer en revue les ouvrages composés sous les Hauteville dans chaque langue. L’étude sera limitée aux œuvres écloses en Sicile, dans l’entourage des souverains, de manière à dégager les grandes lignes de leur politique de mécénat dans ce domaine et, si possible, ses motivations.

Les ouvrages en latin et en ancien français

  • 74 Cf. Préambule.
  • 75 Ce texte fait lui-même partie de la Geste de Guillaume d’Orange, il a été édité dans les deux vers (...)
  • 76 Celui-ci écrivit le poème épique intitulé Aleschans qui met en scène les luttes entre chrétiens et (...)

36En latin, le genre le plus représenté est celui des chroniques : celle de Malaterra, en prose, et celle de Guillaume de Pouille, en vers, chantent la conquête74. Il peut paraître étonnant, toutefois, que l’aventure normande n’ait pas donné naissance à une production plus abondante, en particulier en ancien français. Seule une œuvre épique disparue a probablement été rédigée en Sicile pour chanter les hauts faits des conquérants. Elle a ensuite été intégrée dans la deuxième partie du Moniage Guillaume75. Elle serait l’œuvre de Graindor de Brie qui aurait écrit en Sicile vers 117076.

  • 77 Le monastère du Saint-Sauveur de Telese est situé à proximité de Bénévent.
  • 78 Alexandri Telesini Abbatis Ystoria Rogerii Regis Sicilie Calabrie atque Apulie, éd. L. De Nava et (...)
  • 79 Sur l’identité de celui que l’on appelle le Pseudo-Falcand, cf. Épilogue, p. 598-600. On trouvera (...)
  • 80 G. B. Siragusa l’a édité en 1897 pour la collection des Fonti per la storia d’Italia (22) et une t (...)
  • 81 On dispose d’une édition critique, d’une traduction et d’un commentaire grâce à S. Tramontana, Let (...)
  • 82 G. M. Cantarella, « Ripensare Falcando », Studi Medievali, 34/2 (1994), p. 823-841. Sur ce point, (...)

37La construction par les Hauteville d’un ensemble politique fait d’entités relativement hétérogènes a donné naissance à une littérature que l’on peut qualifier de politique et qui a été le plus souvent commanditée de manière indirecte par le souverain. Alexandre de Telese77 a ainsi rédigé à la demande de la comtesse Mathilde, sœur de Roger II, une Ystoria Rogerii regis Siciliae, Calabriae atque Apuliae qui est adressée au roi et retrace, à partir de sources variées et proches du milieu curial (ce qui renforce l’hypothèse d’un lien plus étroit que l’on ne l’a pensé jusqu’ici entre l’auteur et l’entourage du roi), les étapes de la construction rogérienne jusqu’en 1136, en insistant sur la sacralité du pouvoir politique qui en naît78. Les intrigues de la cour ont aussi donné naissance à deux textes qui sont de véritables pamphlets et dont l’auteur, très probablement unique, n’est toujours pas définitivement identifié79 : le Liber de regno Sicilie80 et l’Epistola ad Petrum Panormitane ecclesie thesaurarium de calamitate Sicilie81, longtemps attribués à Ugo Falcandus. Glauco Maria Cantarella a souligné, après d’autres mais en accordant plus d’attention aux modèles classiques dont s’inspire l’auteur de ces textes, le niveau de culture que reflète son utilisation du latin et la vigueur de son style82.

  • 83 Sur le chroniqueur et sa place dans le panorama de son époque, cf. l’introduction étoffée de G. An (...)
  • 84 Pour un point sur la question et la bibliographie principale, cf. M. Zabbia, « Romualdo Guarna arc (...)

38Une dernière chronique importante en langue latine est la chronique universelle connue comme celle de l’archevêque de Salerne Romuald Guarna, proche de Guillaume II, qu’il a couronné et représenté dans de nombreuses tractations diplomatiques83. Son ouvrage combine des annales depuis la période la plus haute et une chronique qui se fait relativement détaillée du vivant de son auteur, ou plus exactement de son dernier auteur, et qui se prolonge selon les versions jusqu’en 1177 ou en 1178. Sans rentrer ici dans des débats complexes sur les différentes versions de la chronique et sur sa rédaction84, soulignons simplement que Romuald de Salerne était un proche des deux Guillaume, et en particulier du second. Même si l’ouvrage n’est pas présenté comme une commande, on peut donc s’interroger sur le rôle joué par ce dernier dans sa conception.

  • 85 Le peu que l’on sait de cette veine de la Table Ronde et de son introduction en Sicile est résumé (...)
  • 86 Gervais de Tilbury, Le livre des merveilles. Divertissement pour un Empereur (Troisième partie), t (...)
  • 87 Guillaume de Palerne, éd. A. Micha, Genève, 1990.
  • 88 Les spécialistes ne sont pas unanimes sur ce point, certains l’attribuent au début du XIIIe siècle
  • 89 Cf. R. Lejeune, « La Sicile et la littérature française », p. 90.

39On dispose de peu d’informations sur la diffusion d’une culture arthurienne avant la fin du XIIe siècle (ce qui laisse perplexe si l’on prend la mesure de la postérité des thèmes qui s’y rattachent dès le XIIIe siècle en Sicile), mais cette absence s’explique peut-être par le nombre réduit de laïcs originaires du Nord de l’Europe venus jusque dans l’île85. Gervais de Tilbury décrit, vers 1190, Arthur habitant sur le mont Etna dans ses Divertissements impériaux dédiées à l’empereur Othon86. Enfin, le Roman de Guillaume de Palerne87, texte anonyme composé de 9 662 octosyllabes, aurait été rédigé en Sicile à la fin du XIIe siècle88, puis dédié à Yolande (1143-1207), fille aînée de Baudouin IV, comte de Hainaut89.

  • 90 Il a été édité par P. B. Liacentini et publié en annexe d’un article de O. Hartwigh, « Re Guglielm (...)
  • 91 Nous renvoyons sur ce point à A. Di Stefano, La Cultura in Sicilia, p. 62-73.

40Si l’on excepte cette production, le reste est peu abondant. Maion de Bari a laissé un court commentaire du Pater Noster intitulé Prologus et expositio orationis dominicae90, composé pour son fils Étienne entre 1154 et 1160. Et si, sous les deux Guillaume, le rôle culturel des Latins s’accrut à la cour, la production littéraire qui vit le jour demeura, somme toute, limitée91.

  • 92 P. Gautier Dalché, Du Yorkshire à l’Inde. Une géographie urbaine et maritime de la fin du XIIe siè (...)
  • 93 Ibid., p. 215-218.
  • 94 Ménager, Amiratus, p. 96-103.

41Citons, enfin, un ouvrage évoqué dans un De viis maris qui a été attribué hypothétiquement à Roger de Howden92. Il s’agit du Tractatus Margariti ducis piratarum, dont le texte est repris, probablement sous une forme synthétique et partielle93, dans ce routier qui décrit l’espace maritime et côtier entre l’Angleterre et la Terre Sainte. Rares sont les informations disponibles sur Margarit, qui est à la tête de la flotte sicilienne, à partir de la fin des années 1170 semble-t-il, et qui joua un rôle important à la cour sous Guillaume II et au-delà94. Les pages de son Tractatus qui figurent dans le De viis maris décrivent les routes caravanières entre le Nil et la Mer rouge et mettent en relation les deux villes d’Aydhab et de Baghdad avec les régions qui les avoisinent. Peu en rapport avec le sujet général du traité de Roger de Howden, elles semblent s’inspirer de sources géographiques arabes. Elles attesteraient que certaines informations provenant de ces dernières ont donné naissance à la cour de Palerme à un texte en latin, même limité, sur un sujet géographique, à la toute fin de la période normande.

  • 95 G. Orofino et V. Pace, « La miniatura », dans I Normanni, p. 263-271.
  • 96 Ainsi du Missel du XIIe siècle conservé à la bibliothèque régionale de Palerme sous la cote ms. XI (...)
  • 97 Décrit dans Manuscrits enluminés de la Bibliothèque Nationale. Manuscrits d’origine italienne.
  • 98 Voir, par exemple, M. L. Fobelli, « La vitalità dei motivi ornamentali », p. 224 et p. 227, à prop (...)
  • 99 Cf. H. Buchtal, « The Beginnings of Manuscript Illumination ».
  • 100 Cf. G. Orofino et V. Pace, « La miniatura ».

42On sait que le palais royal abritait un scriptorium et que des miniatures y ont été réalisées95. En sortaient des manuscrits latins et, peut-être, arabes, tandis que pour les ouvrages grecs, la plus grande prudence reste de mise en dépit d’hypothèses récentes (cf. infra). Au sein de la production latine, outre le commentaire de Maion, on attribue à ce scriptorium les livres de chants de la Chapelle palatine96 et un Cantique des Cantiques conservé à la Bibliothèque Nationale de Paris97. Plus tardivement, d’autres ouvrages liturgiques sont réalisés à Palerme, qui ne sont peut-être pas tous l’œuvre d’un seul atelier98. Des débats ont eu lieu quant aux sources auxquelles puisaient cette production : on a d’abord insisté sur ses ressemblances avec les manuscrits provenant du royaume de Jérusalem et sur l’introduction de motifs byzantins et islamiques dans l’ornementation99, avant de mettre l’accent sur des éléments d’origine anglaise présents dans les enluminures100.

  • 101 Nous ne nous étendons pas sur cette activité qui touche de moins près les souverains normands. On (...)
  • 102 Demeure entière la question de savoir si seul le texte est d’origine agrigentine ou si le manuscri (...)
  • 103 Il était jusqu’ici plutôt attribué à Palerme. Cf., pour cette hypothèse, A. Nef, « Sur les saints (...)

43Certains ateliers, relativement productifs, ont été identifiés également hors de la sphère royale. Pour la fin de la période, un scriptorium est ainsi attesté à la cathédrale de Palerme, dont la mise en place coïncide sans doute avec l’élection de l’archevêque Gauthier. Cette production insulaire de codices latins a bénéficié à la fin du XIIe siècle de l’essor à Messine d’un autre scriptorium, sous l’impulsion de Richard Palmer, archevêque de la ville. Les copies qui y furent réalisées sont actuellement dispersées entre leur lieu d’origine, quelques grandes bibliothèques italiennes et, surtout, la Bibliothèque Nationale de Madrid101. Enfin, il faut probablement attribuer une origine agrigentine à un martyrologe102 conservé dans le trésor de la Chapelle palatine à partir d’une date inconnue au XIIe siècle. Il s’agirait d’un des deux martyrologes cités dans l’inventaire du trésor de la Chapelle palatine établi en 1309103.

44L’ouvrage d’al-Idrīsī, dont l’original ne nous est pas parvenu mais qui était illustré de nombreuses cartes, a, quant à lui, nécessité la collaboration de diverses compétences. L’étroite implication du souverain dans le projet, suggère que cette élaboration a eu lieu au Palais.

45L’activité du palais royal dans le domaine codicologique est donc peu attestée et ne comprend pas d’ouvrage en grec.

46Les ouvrages en latin commandités par les souverains, dont l’intervention est plus ou moins directement documentée, se concentrent donc autour de l’histoire – mais entendue le plus souvent comme une histoire de l’aventure des Hauteville, ou d’une partie d’entre eux, en Sicile –, et de la liturgie, tandis que peu de textes en ancien français nous sont parvenus, même si les éléments disponibles laissent supposer qu’ils devaient traiter de l’épopée normande et du cycle arthurien. Si la production en grec promue par les souverains normands se révèle moins importante, elle est aussi nettement caractérisée.

Les ouvrages grecs

  • 104 Pour un aperçu général sur la culture grecque et la cour palermitaine sous les Hauteville, cf. F. (...)
  • 105 L’ouvrage est publié dans Migne (PG, 132), col. 1083-1114, Paris, 1864, et rééd. anastat. Turnhout (...)
  • 106 Ce patronage est rappelé au début du texte.
  • 107 S. Caruso, « Echi della polemica bizantina antilatina dell’XI-XII sec. Nel De œconomia Dei di Nilo (...)
  • 108 L’objectif de ce traité est de justifier historiquement le rattachement des églises de l’Italie mé (...)
  • 109 Cf. V. von Falkenhausen, « Doxapatres, Nilo », dans Dizionario biografico degli Italiani, vol. 41, (...)
  • 110 S. Caruso a suggéré qu’il faut en effet lui attribuer l’hagiographie anonyme (BHG 1513) de Saint P (...)

47Au sein de la production littéraire en grec104, la veine la plus prolifique est de tonalité religieuse. L’auteur le plus important qui ait composé en Sicile à cette époque est Nil Doxapater, qui a rédigé aussi bien l’Ordre des sièges patriarcaux (Taxis tôn patriarchikôn thronôn)105, pour Roger II en 1143 à Palerme106, qu’un De œconomia Dei107. Le premier ouvrage entend remettre en cause l’idée de la prédominance de Rome sur les autres patriarcats défendue par le pape108 et la légitimité du pouvoir pontifical exercé sur l’Église de Sicile. Dans le second, Nil traite un certain nombre de questions théologiques qui étaient l’objet de dissensions entre Latins et Byzantins au XIIe siècle, en adoptant le point de vue de ces derniers. Soulignons le statut de transfuge de Nil Doxapater109, qui est un exilé de la cour byzantine, même si on ignore les raisons de son éloignement. Enfin, Nil serait peut-être aussi l’auteur d’une hagiographie de saint Philarète le Jeune110.

  • 111 Philagète de Cerami, Omelie per i vangeli domenicali e le feste di tutto l’anno, éd. G. Rossi Taib (...)
  • 112 B. Lavagnini l’a traduite dans « Profilo di Filagato da Cerami ».
  • 113 Les Erotemata grammatika sont mentionnés dans un inventaire de la bibliothèque de S. Pietro dell’A (...)
  • 114 G. Zaccagni, « Il bios di s. Bartolomeo da Sieri (BHG 235) », Rivista di studi bizantini e neoelle (...)

48Toujours dans le domaine religieux, on a conservé un certain nombre de sermons rédigés par Philagète de Cerami qui prêcha dans la Chapelle Palatine à plusieurs reprises et dont l’homéliaire a connu une diffusion notable111. Son texte le plus célèbre contient la description de la Chapelle palatine de Palerme et a déjà été évoqué à plusieurs reprises ; cette homélie célèbre également de manière indirecte le souverain112. Il faudrait, enfin, lui attribuer un manuel de grammaire grecque113 et, peut-être, une hagiographie de saint Barthélémy de Sieri114.

  • 115 E. Jamison, Admiral Eugenius.
  • 116 Il est issu d’une famille grecque insulaire qui fut toujours liée au pouvoir royal : son grand-pèr (...)
  • 117 Pour une édition critique, cf. Eugenius Panormitanus Versus Iambici. Il s’agit de vingt-quatre poè (...)
  • 118 Cf. infra.

49L’autre veine explorée dans cette langue est la poésie. Eugène de Sicile, à qui Evelyn Jamison a consacré une étude115, est relativement bien connu116. Il a composé un recueil de poésies, déjà évoqué, à la fin du XIIe siècle117, même s’il est surtout passé à la postérité pour ses traductions118.

  • 119 Cf., par exemple, trois épitaphes du XIIe siècle situées à Messine et Palerme (pour Georges d’Anti (...)
  • 120 Pour une présentation synthétique sur le sujet, A. Jacob, « Épigraphie et poésie dans l’Italie mér (...)
  • 121 Le manuscrit a été découvert par E. Tsolakis, « Agnôsta erga Italobuzantinou poiêtê tou 12ou aiôna (...)

50En outre, l’existence d’un certain nombre d’épigrammes en grec servant d’épitaphes, dont les plus connues chantent la famille de Georges d’Antioche et supposent donc un lien étroit avec la cour119, suggère que la production poétique dans cette langue était plus abondante que celle qui a survécu120. Serait à replacer au sein de cette production, même si on peut difficilement parler ici de « mécénat curial », un poème anonyme adressé à Georges d’Antioche par un individu emprisonné à Malte pour une raison que nous ignorons, mais dont on a avancé qu’elle équivalait probablement à un crime de lèse-majesté121.

  • 122 La description de son contenu est dans Bibliotecae Divi Marci Venetiarum codices graeci manuscript (...)
  • 123 G. Orofino et V. Pace, « La miniatura », p. 267.
  • 124 S. Lucà, « I Normanni e la ‘rinascita’del sec. XII », Archivio Storico per la Calabria e la Lucani (...)
  • 125 J. Irigoin, « Manuscrits italiotes et traductions latines de traités scientifiques et techniques : (...)
  • 126 S. Lucà, « I Normanni e la ‘rinascita’del sec. XII », p. 85 et note 351, estime que la médiocre qu (...)
  • 127 Ibid. et A. Grabar et M. Manoussacas, L’illustration du manuscrit de Skylitzès de la Bibliothèque (...)
  • 128 M. Re, « A proposito dello ‘Skylitzes’di Madrid », La Memoria, Annali della Facoltà di Lettere e F (...)
  • 129 S. Lucà a réattribué le ms. Vat. gr. 300, dont le contenu est médical, au milieu messinois. Il mon (...)

51Enfin, en 1175, sous Guillaume II, le notaire Jean organise un recueil de textes de lois en grec, conservé à Venise (Ven. Marc. gr. 172)122, que l’on a supposé exécuté à Palerme123. Il a toutefois été démontré que tel n’était pas le cas124. Un codex contenant les Vies des philosophes de Diogène Laërce, attribué dans un premier temps au milieu curial palermitain (Neapolis III B 29)125, a connu le même sort126. De même, un exemplaire somptueux de la Chronique de Jean Skylitzès avait été attribué lui aussi à la capitale sicilienne et daté de Roger II127. Or, cette hypothèse a été remise en cause et, sans prétendre résoudre ce qui est devenu un véritable casse-tête pour tous les spécialistes et l’objet d’une bibliographie abondante128, dans l’état actuel des connaissances, aucun manuscrit grec du XIIe siècle n’a été réalisé de manière certaine à Palerme129.

  • 130 S. Lucà, « I Normanni e la ‘rinascita’del sec. XII ».

52Plus généralement, le rôle des souverains normands dans la « renaissance grecque » qui a eu lieu en Italie méridionale aux XIe-XIIe siècles a été amplement redimensionné, ce qui n’empêche pas, on l’a vu, qu’ils se soient intéressés à la production en langue grecque130. Le domaine le plus fréquenté par les auteurs de langue grecque proches de la cour est donc la théologie, ce qui confirme le relatif œcuménisme religieux des Hauteville, même si celui-ci se justifie en partie par leur volonté d’autonomie par rapport à Rome. Il est probable que la poésie n’était pas en reste, même si peu de chose nous en est parvenu. En revanche, les autres disciplines et genres ne peuvent être mis en relation avec le milieu curial.

53À la cour des Hauteville, la production littéraire en arabe est, néanmoins, de loin la plus abondante et surtout la plus novatrice.

Les ouvrages arabes

  • 131 On sait cependant peu de choses sur la culture arabo-musulmane en Sicile au XIIe siècle, cf. A. De (...)

54La langue arabe est celle des trois qui nous a laissé le plus d’œuvres originales véritablement en relation avec le milieu curial en Sicile à cette époque131. Elle s’est illustrée principalement dans trois genres : la géographie, un miroir des princes et la poésie, qui sont trois veines susceptibles de donner naissance à des œuvres dans lesquelles la dimension religieuse est réduite et les thèmes royaux célébrés. En effet, si la langue arabe fut loin d’être au service exclusif de l’exaltation royale, elle fut, plus que le latin ou le grec, sollicitée dans ce sens. L’existence d’une production en arabe souligne les ambitions universelles des Hauteville dans le domaine du savoir ; son contenu les chante souvent.

La géographie d’al-Idrīsī

  • 132 Cf. supra.

55La géographie universelle d’al-Idrīsī est sans doute l’œuvre la plus connue de cette production en arabe. Fruit de l’intérêt personnel et du patronage direct de Roger II, que l’introduction chante132, elle est remarquable à plusieurs titres. Il s’agit, d’abord, de la première géographie systématique de l’Occident chrétien en langue arabe ; elle a bénéficié d’une vaste récolte de données qui ont été organisées pour aboutir à une description de l’oikoumène aussi exhaustive et homogène que possible (ce qui requérait un effort particulier pour l’Occident latin, peu décrit dans les ouvrages géographiques en langue arabe antérieurs), articulée en climats, selon la méthode ptoléméenne abandonnée depuis des siècles et peut-être reprise à la suite de la consultation de sources locales aujourd’hui disparues. Al-Idrīsī renonce donc à la géographie comme description exclusive du dār al-islām.

  • 133 Pour un point sur la méthode du géographe, cf. l’introduction d’H. Bresc et A. Nef à al-Idrīsī, La (...)
  • 134 La source qui permet de l’avancer est le Kitāb Wāfī bi-l-wafayāt d’al- Ṣafadī, éd. H. Ritter, Wies (...)

56Al-Idrīsī a ainsi fait profiter un roi latin de l’avance islamique en matière de géographie, tout en renouvelant profondément le genre en arabe, et en permettant la diffusion d’une image de Roger en roi savant dans le monde arabophone133. Son auteur, issu de la dynastie des Ḥammūdides, serait le fils d’un de ses derniers représentants en al-Andalus, réfugié dans l’île au milieu du XIe siècle134, ce qui donne à sa coopération avec Roger II et à sa description de la Sicile et de l’Italie méridionale une valeur particulière.

  • 135 F. Sezgin en a proposé une édition fac-similée (al-Idrīsī, Uns al-muhaj, Francfort, 1984) à partir (...)
  • 136 Une entreprise à laquelle s’est attelé J.-Ch. Ducène. Voir aussi V. Prévost, « Les itinéraires d’a (...)

57Un autre ouvrage attribué à al-Idrīsī, de géographie lui aussi, nous est parvenu : l’Uns al-muḥaj wa-rawḍ al-furaj (« La distraction des cœurs et les prairies de la contemplation »), à travers deux manuscrits de piètre qualité135. Il intrigue par les substantielles différences qui le distinguent du Kitāb al-nuzhat, mais seule une étude systématique pourra faire la lumière sur les liens entre les deux textes136.

  • 137 Elle est mentionnée sous des titres divers : Kitāb al-jāmi‘al-ashtāt al-nabāt (Somme sur les diffé (...)
  • 138 Cf. M. Meyerhof, « Ueber die Pharmakologie und Botanik des arabischen Geographen Edrisi », Archiv (...)
  • 139 Toutes les traductions ne sont pas systématiquement données et des blancs, laissés « à remplir », (...)

58Le géographe a en outre composé un ouvrage de botanique et de pharmacologie137, encore inédit et conservé dans deux exemplaires (connus) à Istambul et Téhéran, lesquels contiennent deux versions différentes. La première n’est pas datée et se présente comme un dictionnaire qui propose parfois pour un terme des équivalents dans de multiples langues (latin, grec, syriaque, hindiyya, turc, persan, kurde et berbère)138, ce qui explique qu’il ait été abondamment utilisé par les auteurs postérieurs139. La seconde version est datée de 1283 et a été copiée à Māgha. Elle ne fournit pas les équivalents dans les différentes langues mais précise les sources de l’auteur, ce qui n’est pas le cas du manuscrit d’Istambul. On ignore si cet ouvrage fut écrit à la cour de Palerme et sous quelle forme, et son étude reste à mener systématiquement.

59Al-Idrīsī, outre cette activité déjà abondante, est également l’auteur de poèmes, ce qui nous ramène à une discipline déjà évoquée.

La poésie en langue arabe

  • 140 G. Oman, « Osservazioni sulle notizie biografiche comunemente diffuse sullo scrittore arabi al-Sha (...)
  • 141 Pour quelques exemples traduits, on se référera à « Un’ipotesi su al-Idrīsī geografo e poeta », da (...)
  • 142 Comme le pensait G. Oman, « Osservazioni sulle notizie biografiche ».

60Al-Idrīsī a également composé, si l’on en croit al-Iṣfaḥānī un Rawḍ al-uns wa-nuzhat al-nafs (« Le jardin de l’amitié et le divertissement de l’âme ») qui ne nous est pas parvenu140. Al-Iṣfaḥānī précise que l’ouvrage fut réalisé pour Guillaume Ier. On pourrait penser qu’il faut l’identifier avec le Uns al-muhaj wa-rawḍ al-furaj ou Petit Idrīsī évoqué plus haut, en raison des échos entre les deux titres. Certaines des compositions poétiques d’al-Idrīsī sont toutefois citées dans des anthologies141 et les deux titres pourraient renvoyer à deux ouvrages différents142.

  • 143 A. De Simone, « Un’ipotesi su al-Idrīsī geografo e poeta ».
  • 144 Poète andalousien mort en 1113, sur lequel on peut voir H. Hadjadji, Ibn al-Labbāna : le poète d’a (...)
  • 145 Un affrontement oral eut d’abord lieu en Sicile, puis Ibn Qalāqis consacra une épître à attaquer s (...)

61Une hypothèse récente a, en outre, proposé d’identifier al-Idrīsī avec le Sharīf al-Makīn, qui s’opposa à Ibn Qalāqis au cours d’une controverse en Sicile en 1167-68143. Cette dernière portait sur le sens d’un terme utilisé dans un poème d’Ibn al-Labbāna144. Si cette lecture doit demeurer hypothétique en l’absence d’élements supplémentaires, l’épisode n’en atteste pas moins que des joutes de cette nature145 prenaient place dans le cadre insulaire, peut-être au palais royal.

  • 146 L’œuvre a été présentée et traduite en italien par A. De Simone, sous le titre Splendori e misteri (...)
  • 147 Cf. p. 344-346.

62D’autres œuvres ont été rédigées en liaison avec le milieu curial, même si elles n’étaient pas directement commanditées par le souverain. Nous n’en évoquerons qu’un exemple poétique, en raison de son importance : le recueil composé en 1168-1169 par l’Égyptien Ibn Qalāqis, le Zahr al-bāsim wa-l-‘arf al-nāsim fī madīḥ al-ajall Abī l-Qāsim (La fleur magnifique et le parfum qui s’élève en louange à Abū l-Qāsim). Le titre est une référence au patron de l’auteur, le qā’id sicilien Ibn Ḥajar146. On a vu plus haut que le poète l’avait remercié de son soutien, ainsi que le gaytus Richard et Guillaume II, dans un poème, ce qui suggère que l’invitation faite au poète de se rendre en Sicile par Ibn Ḥajar, représentant des élites insulaires147, était approuvée en haut lieu.

  • 148 On pourrait citer de nombreux passages. On ne retiendra que la pièce finale adressée au mécène, do (...)
  • 149 Ibn Qalāqis, Splendori e misteri, p. 70. Il s’agit du Naẓm al-sulūk fīmadā’iḥ man laqī-hu min al-m (...)

63Les pièces adressées au mécène commencent en général par un nasīb, prologue amoureux, dont les accents passionnés peuvent surprendre mais qui sont classiques dans les panégyriques arabes148. La relation entre les deux hommes se gâtera progressivement et le poète assumera jusqu’au bout la posture d’un amoureux éconduit. L’ouvrage est intéressant à plus d’un titre car, mêlant prose assonantique et formes poétiques plus classiques, il retrace le voyage et les rencontres de l’auteur en Sicile. En outre, il mentionne dans ce recueil une autre œuvre, aujourd’hui perdue, qui était également dédiée aux mêmes individus149.

  • 150 Cf. supra.

64Ibn Qalāqis laisse entrevoir un milieu de poètes siciliens sur lequel les informations sont rares. Il cite ainsi Abū l-Ḥasan ‘Alī b. Abī l-Fatḥ b. Khalaf al-Umawī et quelques-uns des envois poétiques qu’il lui fit. On connaissait son existence et quelques vers de sa main grâce au recueil sur les poètes de son temps rédigé par al-Iṣfahānī150, mais il acquiert un peu plus de consistance et semble avoir été relativement proche des grands.

  • 151 Il serait nécessaire de faire un point systématique et spécifique sur l’ensemble de la production (...)

65On a vu que les poèmes151 à la gloire des souverains siciliens étaient probablement plus nombreux que ceux qui nous sont parvenus. Il est d’autres ouvrages à avoir disparu ou à avoir été l’objet de dédicaces variées.

Biographies royales et miroirs des princes

  • 152 Dans la traduction d’A. De Simone : Egli fece sì che Ruggero avesse un posto tra le biografie real (...)

66Dans un premier temps, Roger réussit à rassembler autour de lui des auteurs arabes, y compris pour chanter son règne. Ainsi, la biographie de Georges d’Antioche par al-Maqrīzī mentionne que le ministre du premier roi sicilien commanda à un scribe surnommé al-Ḥanash (« le serpent ») une biographie du souverain152. Adalgisa de Simone a émis l’hypothèse que le nom de l’auteur pourrait être un surnom dépréciatif dont al-Idrīsī aurait été affublé et que la « biographie » royale renvoyait en fait à sa géographie couramment désignée comme le Livre de Roger. Rien, toutefois, n’indique que cette vie de roi ne fut pas écrite et le choix de l’arabe pour ce faire confirmerait à la fois que l’entourage royal était fortement arabisé et que Roger se projetait au-delà des limites insulaires.

  • 153 Deux éditions sont désormais disponibles, celle de A.A. b. A. b. ‘Abd al-Majid (Le Caire, 1978) et (...)
  • 154 Pour un point sur la vie de l’auteur, cf. l’introduction à la traduction de Michele Amari (ibid.). (...)
  • 155 Sur cette littérature qui a connu un développement précoce en Islam, cf. A. K. Lambton, « Islamic (...)
  • 156 Le premier est l’abandon à Dieu, le deuxième le réconfort, le troisième la persévérance, le quatri (...)
  • 157 Cf. Ibn al-Muqaffa‘, Le livre de Kalila et Dimna, trad. A. Miquel, Paris, 1957.
  • 158 Cf. infra.

67S’ouvre ensuite une seconde période, au cours de laquelle le patronage de la production arabe semble revenir plutôt aux élites arabo-musulmanes de l’île. Toutefois, il est un ouvrage qui soulève une série de questions : le Sulwān al-Mutā‘ fī ‘udwān al-atbā‘ (Le réconfort de celui qui est en butte à l’hostilité de ses sujets)153 d’Ibn Ẓafar. Sa diffusion notable est attestée à la fois par le grand nombre de manuscrits conservés et par les notices biographiques consacrées à l’auteur, qui détaillent le contenu de l’ouvrage154. Ce miroir des princes155, en cinq parties156, propose au prince en butte à l’hostilité des siens autant d’attitudes possibles, en prenant pour modèle Kalīla et Dimna157, le célèbre recueil d’apologues indiens largement diffusé dans le monde islamique et qui aurait été traduit de l’arabe en grec en Sicile à la fin du XIIe siècle158. Ibn Ẓafar divise chaque partie en sous-sections selon la nature des sources qui peuvent servir à déterminer l’attitude du prince dans une situation donnée : versets du Coran, proverbes et sentences philosophiques, récits enfin, le plus souvent d’origine persane.

  • 159 C’est au même qu’Ibn Qalāqis a dédié son ouvrage rédigé en Sicile, comme nous l’avons vu plus haut
  • 160 Pour M. Amari (cf. SMS, 6, p. 741), il s’agit de Mujīr al-Dīn et l’ouvrage aurait été rédigé dans (...)

68Si l’auteur et son œuvre, le Sulwān al-Mutā‘, ne sont pas inconnus, certains points doivent être éclaircis. La chronologie exacte de la rédaction du livre est confuse. Le texte nous est en effet parvenu en deux versions ; la première, la plus ancienne, suit un déroulement linéaire, tandis que la seconde enchâsse les récits les uns dans les autres. La première version est adressée à un roi qui n’est pas nommé et qui est victime de troubles dans son pays. La seconde l’est au qā’id Abū ‘Abd Allāh Muḥammad Ibn Abī al-Qāsim b. ‘Alī b. al-‘Alawī al-Qurayshī, sicilien et mieux connu sous le nom d’Ibn Ḥajar ou Abū l-Qāsim159, d’après la plupart des sources arabes. Or, cette deuxième version est unanimement datée de 1159-1160. Mais de quand date la première version et quelle est l’identité de son destinataire160 ?

  • 161 Les avis ne sont pas unanimes, cf. SMS, 6, p. 736-737. Al-Maqrīzī et Ibn Khallikān le font naître (...)
  • 162 Introduction au Khayr al-bishar bi-khayr al-bashar (BAS, ar., 2, p. 846-848 et BAS, p. 634-638).

69Les allées et venues de l’auteur ne sont pas précisément documentées. Selon certains auteurs, il est né en Sicile161 et a voyagé dans le Maghreb, le Ḥijāz (notamment à la Mecque), en Égypte et en Syrie où il est mort au début des années 1170 à Hamā. Si l’on ne connaît pas la date de ces déplacements, nous disposons de deux repères chronologiques fermes : en 1159-60, Ibn Ẓafar est en Sicile où il modifie son ouvrage et sa dédicace ; le Khayr al-bishar bi-khayr al-bashar (Les meilleures nouvelles à propos des meilleurs des hommes) est adressé au shaykh Ṣafī al-dīn Abū l-Riḍā Aḥmad b. Qurnāṣ, qui le protégea lorsqu’il se réfugia auprès de Nūr al-dīn (1149-1174)162. L’auteur du Sulwān se trouve donc en Syrie à un moment qui se situe entre 1149 et 1159.

  • 163 Continuando io dico, che un re (malik) di egregi fatti e di intenzioni che ognun sapea diritte ; ( (...)
  • 164 Cf. SMS, 6, p. 741.
  • 165 « Les perles frontales », qui reprend un ouvrage plus ancien du même auteur et qui est un recueil (...)
  • 166 Ibn Ẓafer, Sulwān al-Mutā’ ossiano Conforti politici, p. 3-4.
  • 167 C’est l’auteur lui-même qui précise qu’il s’est réfugié en Syrie dans la préface du Khayr al-bisha (...)

70Revenons aux deux préfaces successives du Sulwān. La première est dédiée à un prince en butte à la révolte de ses sujets et la description en est assez précise163. Pour Michele Amari, cet épisode se situe en Orient164. Or, rien ne permet de l’affirmer et l’on peut se demander pourquoi, dans ce cas, le nom du commanditaire de l’œuvre n’est pas mentionné. Un autre indice autorise une hypothèse différente. Un des manuscrits de la première version inclut dans la préface une liste des ouvrages d’Ibn Ẓafar dictée par ce dernier : elle énumère le Khayr al-bishar et un des trois livres (le Durar al-ġurar165) dont l’auteur précise dans la deuxième préface166 qu’il les a dédiés au qā’id auquel il adresse la seconde version du Sulwān. En revanche deux autres œuvres dans le même cas ne sont pas mentionnées. Ibn Ẓafar a donc composé le Durar pour le qā’id Ibn Ḥajar avant de partir pour la Syrie où il a écrit le Khayr al-bishar167 ; il est ensuite retourné en Sicile où il a rédigé la deuxième version du Sulwān qu’il a dédiée en 1159-60 à Ibn Ḥajar, avant de lui adresser deux autres titres. Entre la fin des années 1140 et le début des années 1150, Ibn Ẓafar se trouve donc en Sicile où il écrit le Durar, avant de fuir en Syrie, où il compose le Khayr al-bishar, avant de revenir une nouvelle fois dans l’île, au plus tard en 1159. On ignore, en effet, si les deux textes qu’il rédige entre-temps pour le qā’id Ibn Ḥajar le sont en Syrie, afin d’accélérer son retour auprès de son patron sicilien, ou bien à son retour en Sicile, qui s’en trouverait anticipé d’autant.

  • 168 Cf. F. Chalandon, Histoire de la domination, II, p. 219 et sq. Les grands du sud de l’Italie se re (...)
  • 169 La différence est nette entre la dédicace au qā’id sicilien de la seconde préface (BAS, ar., 2, p. (...)

71Qu’a donc fui Ibn Ẓafar de Sicile jusqu’en Syrie ? Un malheur temporaire de toute évidence, puisqu’il revient ensuite dans l’île. Or, le passage qui décrit la rébellion contre le souverain dans la première version, peut être lu comme une référence aux événements siciliens des années 1155-1156168. La situation est alors confuse, violente et n’est certainement pas favorable aux Arabo-musulmans insulaires. Que le livre ait été prévu pour un souverain chrétien expliquerait que son nom soit tu, mais cela rendrait également raison du choix du sujet puisque les miroirs des princes islamiques puisent largement dans les exemples pré-islamiques. Renforce cette hypothèse le fait que ce souverain est loué pour ses qualités intellectuelles et pour sa morale, mais jamais pour sa piété, contrairement aux autres destinataires, musulmans, des œuvres de l’auteur169.

  • 170 Cf. supra.

72On peut donc suggérer une reconstitution hypothétique du parcours de l’auteur du Sulwān : en Sicile, à la fin du règne de Roger, Ibn Ẓafar a pour patron Abū l-Qāsim. Il lui destine un premier ouvrage. Il fait ensuite probablement partie de l’entourage de Guillaume Ier, qui est en butte à une opposition déclarée. Il fuit alors et finit son ouvrage en Syrie, ce qui explique que le Sulwān première version n’ait pas de dédicace claire. Il est protégé par un grand syrien pour qui il écrit le Khayr al-bishar, avant de rentrer, rappelé par Abū l-Qāsim. Mais, il ne réintègre pas l’entourage du souverain, ce qui s’explique sans doute par l’éloignement du qā’id de la cour170.

  • 171 Les trois ouvrages dédiés par Ibn Ẓafar au qā’id avant son départ définitif pour l’Orient sont le (...)

73L’existence d’une première version avec une première dédicace, même voilée, explique les changements formels de la seconde. Ibn Ẓafar reste fidèle à Abū l-Qāsim qui l’a accueilli en Sicile et a été son mécène. Il lui adresse non seulement la deuxième version du Sulwān, mais également trois autres ouvrages171, ce qui illustre la variété des intérêts de son patron sicilien.

***

  • 172 Il est clair que nous restreignons la réflexion à la Sicile (et à la Calabre méridionale qui en es (...)
  • 173 Cf. notamment M. Re, « Il typikon del S. Salvatore de Lingua Phari come fonte per la storia della (...)
  • 174 On a évoqué plus haut le palais royal de Messine qui fut dans un premier temps la capitale comtale (...)

74Les trois langues ne remplissent pas exactement la même fonction au sein de la production littéraire qui fleurit dans le milieu curial palermitain au XIIe siècle. Le latin paraît le plus directement soutenu par les souverains, ce qui s’explique par l’étroitesse du milieu à même d’exercer un mécénat dans cette langue172. Le grec semble se déployer surtout dans le milieu monastique, messinois, dans un contexte bibliothécaire particulièrement riche173 et dans le cadre de relations avec Byzance et avec le monachisme hellénophone d’Italie méridionale. On pourrait, toutefois, se poser la question du rôle de la cour royale lorsqu’elle évolue à Messine dans cette production174, mais les éléments disponibles ne permettent pas d’apporter de réponse claire. La production en arabe, enfin, est financée à la fois par la cour et par les représentants des élites arabomusulmanes insulaires, qui agissent en accord avec les souverains.

  • 175 On ne peut citer qu’une exception à cette prédominance du latin dans la production historique : l’ (...)

75La répartition des langues par genres et disciplines est relativement nette, même si elle n’est pas exempte de recoupements partiels. Ainsi, le latin est la langue qui célèbre l’histoire des conquérants siciliens175, mais elle développe également une production religieuse qui rejoint en partie la production en grec. Ce dernier idiome partage avec l’arabe une production poétique qui n’hésite pas à chanter les souverains. Le plus grand nombre d’ouvrages est rédigé en arabe même si leur conservation partielle ne le reflète qu’imparfaitement : une géographie, des poésies dont nous ne conservons que des fragments au sein d’anthologies et un miroir des princes sont ainsi composés. Le recueil de poésie d’Ibn Qalāqis, quant à lui, est rattaché de manière un peu plus lâche à la cour.

76La production en arabe dans la Sicile du XIIe siècle se caractérise donc par sa dimension a-religieuse, même si les textes poétiques étaient sans doute plus porteurs de cette dimension qu’ils ne le semblent aujourd’hui, comme le montre le panégyrique d’Ibn Qalāqis qui célèbre Guillaume II. Dans un premier temps, le mécénat est royal, contribuant au prestige des souverains, surtout sous Roger II, puis, avec Guillaume II, le patronage de cette production est repris, en partie, par les grands arabo-musulmans.

77Il n’est sans doute pas négligeable que les deux auteurs nonlatins les plus profondément originaux du XIIe siècle sicilien, al-Idrīsī et Nil Doxapater, qui réécrivent le monde pour, et à la demande de, Roger II, lequel renoue ainsi avec une tradition proprement impériale, se soient tous deux réfugiés à la cour de Sicile.

78Cette répartition linguistique de la production littéraire sicilienne, pourrait surprendre à première vue, mais replacée dans le contexte que nous avons retracé jusqu’ici, cette caractéristique insulaire apparaît toutefois logique. Que les traditions littéraires et pratiques culturelles n’aient guère convergé à travers l’écrit, nous l’avons montré, mais, dans le même temps, on note que les souverains siciliens ne cherchèrent pas à inverser cette tendance. Dans chacune des trois langues pratiquées en Sicile sont produites des œuvres dont l’ambition est extra-sicilienne, ce qui explique en partie que la synthèse ne soit pas dans ce domaine le souci principal des souverains.

79Jusqu’ici la production sicilienne n’atteste guère une convergence entre les diverses traditions littéraires et l’on pourrait y voir un écho du tableau dressé pour la documentation diplomatique. Étant donnée la situation linguistique de l’île, on pouvait s’attendre dans ce domaine à des rencontres plus nombreuses. Il faut néanmoins faire une place aux ouvrages multilingues, aux traductions et à une découverte récente, afin de mettre en lumière les contacts interlinguistiques et leurs limites dans la Sicile du XIIe siècle.

Une convergence limitée ?

80Il est probable que les recherches sur les ouvrages multilingues produits en Italie méridionale, qui n’en sont encore qu’à leurs débuts, seront étoffées dans le futur, mais on peut tout de même brosser un rapide tableau de la situation en trois points.

Les ouvrages multilingues : le monopole des textes scripturaires

  • 176 La seule tentative de synthèse, rapide, est celle de A.-M. Piemontese, « Codici greco-latino-arabi (...)
  • 177 L’utilisation des trois langues insulaires dans la liturgie chrétienne est attestée par Ludolf de (...)

81Les liens entre les quelques ouvrages bilingues et trilingues des XIe-XIIIe siècles utilisant l’arabe et le mécénat des Hauteville, ou même la Sicile, sont incertains. Il s’agit toujours de textes scripturaires176 ; ce qui pourrait s’expliquer par l’existence dans l’île, jusqu’au XIVe siècle, d’offices chrétiens en langue arabe, à côté des offices en grec et latin177. Il convient de s’y arrêter dans la mesure où, si les souverains siciliens avaient promu une telle production, elle cadrerait parfaitement avec une conception œcuménique de la royauté sicilienne. La difficulté tient à ce que ces textes, exceptionnels, ont été peu étudiés, ou jamais de manière égale dans toutes les versions. Le plus souvent, la version grecque est la mieux décrite.

  • 178 Cf. A. Urbàn, « An Unpublished Greek-arabic Ms of Luke’s Gospel (BnF Suppl. grec. 911, A. D. 1043) (...)
  • 179 Par A. Urbàn et J.-P. Monferrer-Sala ; on trouvera la bibliographie la plus as à jour dans le text (...)

82Le manuscrit le plus ancien contient l’Évangile selon saint Luc et date du premier XIe siècle (Paris, BnF, suppl. gr. 911)178. Il a été l’objet de recherches récentes qui en font un des manuscrits les mieux connus de l’ensemble pris ici en examen179. Il provient de la bibliothèque du Saint-Sépulcre de Jérusalem et comprend une introduction lacunaire bilingue annonçant les chapitres de l’ouvrage, le texte lacunaire (il manque environ 22 pages pour un texte qui en compte aujourd’hui 328) de l’Évangile selon saint Luc bilingue, une page et demie qui présente, en arabe seulement, le texte (auteur, date et lieu de composition) et enfin un colophon bilingue qui livre les noms du copiste et du possesseur.

  • 180 A. Urbàn, « An Unpublished Greek-arabic Ms of Luke’s Gospel », p. 89, mais encore une fois l’étude (...)
  • 181 Voir, P. Géhin, « Un manuscrit bilingue grec-arabe », p. 173, n. 29.
  • 182 Il faut donc écarter l’hypothèse d’H. Bresc selon laquelle le manuscrit aurait été composé par une (...)
  • 183 Ph. Roisse insiste sur le fait que les différences entre écritures occidentales et orientales à un (...)
  • 184 A. Urbàn, « An Unpublished Greek-arabic Ms of Luke’s Gospel », p. 89.
  • 185 Cf. J. P. Monferer-Sala, « Descripciòn lingüistíca de la columna árabe del Suppl. grec 911 BnF (añ (...)

83Le colophon indique que le codex a été composé en 1043 ; l’arabe est en caractères coufiques écrit dans une calligraphie qui a été d’abord qualifiée de maghrébine ou d’ibérique, avant d’être définie comme orientale180, tandis que le grec est rédigé dans le style dit de pique », attesté en Italie du sud entre la deuxième moitié du Xe siècle et la première moitié du XIe siècle181. L’utilisation d’un style occidental en arabe serait un unicum dans la série qui nous occupe et attesterait une présence chrétienne, mais originaire du Maghreb, dans le sud de l’Italie au XIe siècle182. Combinée avec le style du texte grec, elle plaiderait en faveur d’une facture occidentale183. Si, en revanche, le style est considéré comme oriental, le manuscrit a pu être composé en Italie du sud pour la partie grecque, puis complété en Orient pour l’arabe184. La version arabe renvoie d’un point de vue linguistique à une version en moyen-arabe proche de celui de la région de Jérusalem185. Ce manuscrit ne semble donc plus pouvoir être attribué en toute certitude à l’Italie méridionale et sa date est, quoi qu’il en soit, trop précoce pour imaginer qu’il puisse avoir été le fruit d’une collaboration soutenue par les Hauteville depuis leur première capitale calabraise de Mileto. En bref, il faut espérer que les recherches menées sur ce manuscrit aideront à retracer son histoire de manière plus assurée, mais dans l’état actuel de nos connaissances il faut l’exclure d’une production qui serait attribuée à une commande du milieu curial sicilien, faute d’éléments déterminants.

  • 186 C’est le Ms gr., suppl. 94, de la B. N. de Vienne dans R. Devreesse, Les manuscrits grecs de l’Ita (...)
  • 187 Jusqu’ici on datait ces ajouts du XIIIe siècle, A.-M. Piemontese propose pour l’arabe le XIIe sièc (...)

84Le second manuscrit du XIe siècle (Cod. Neapolitanus gr. 20), qui provient de la bibliothèque augustinienne de S. Giovanni de Carbonara, est plus tardif186. Il est acéphale, apode et lacunaire. Ce psautier était en langue grecque à l’origine ; par la suite, ont été ajoutées dans ses marges les versions arabe et latine du texte, la seconde étant incomplète187. Le lieu de son élaboration est inconnu et rien ne permet de le relier à la Sicile, surtout si l’ajout des différentes versions est aussi étalé dans le temps que le suggère l’étude paléo-graphique.

  • 188 A Catalogue of the Harleian Manuscripts, in the British Museum, Londres, 3, 1808, no. 5786 ; A. G. (...)
  • 189 P. Canart et J. Leroy, « Les manuscrits en style de Reggio. Étude paléographique et codicologique  (...)
  • 190 Cf. J. Johns, « The Greek Church », p. 141. L’hypothèse qu’il est sicilien serait renforcée par la (...)
  • 191 J. Johns, « The Greek Church », p. 141-142.
  • 192 Ch. Burnett, « The use of Arabic Numerals among the three language cultures of Norman Sicily », da (...)
  • 193 M. Re, « Lo stile di Reggio vent’anni dopo », in L’Ellenismo italiota dal VII al XII secolo. Alla (...)
  • 194 H. Houben, « Possibilità e limiti della tolleranza », p. 228.
  • 195 On peut supposer, mais cette hypothèse mériterait une recherche en soi, que, conformément à la réé (...)

85Du deuxième tiers du XIIe siècle date un psautier trilingue (British Library, Harley 5786188) qui portait la mention, à présent illisible, d’une date (1153) qui fixe le terminus ante quem de sa mise par écrit189. On a émis l’hypothèse qu’il était palermitain190. On ne sait malheureusement rien de son élaboration ou de son histoire, mais la présentation des pages, aux marges larges qui accueillent les versions arabe (à droite) et grecque (à gauche), suggère que le projet d’une version trilingue existait dès le départ, d’autant que l’écriture en est soignée dans les trois langues. Jeremy Johns a avancé l’hypothèse que l’écriture arabe utilisée, similaire à une de celles du dīwān sicilien qui aurait été importée d’Égypte vers 1130191, pouvait faire penser à une origine proche du souverain ; en outre, on y trouve des caractéristiques calligraphiques propres à l’Occident islamique192 ; le texte grec, quant à lui, a été copié dans le style dit « de Reggio »193. Les versions du texte retenues ne sont pas moins instructives : la Septante côtoie la Vulgate et la version melkite des psaumes établie par ‘Abdallāh Ibn al-Faḍl, un diacre antiochénien qui a vécu au XIe siècle194. Ce manuscrit contient un des témoins les plus anciens de cette dernière. L’importance du milieu chrétien arabophone et des relations avec Antioche pour l’histoire de la culture sicilienne du XIIe siècle pourrait donc bien transparaître ici encore195. Cet exemplaire, même en l’absence d’éléments l’assurant définitivement, est le plus susceptible d’avoir été élaboré dans un milieu curial palermitain.

  • 196 A.-M. Piemontese, « Codici greco-latino-arabi », p. 462.
  • 197 Cf., entre autres, I. Furlan, Codici greci illustrati della Biblioteca marciana, 4, Milan, 1981, p (...)
  • 198 A.-M. Piemontese, « Codici greco-latino-arabi », p. 461.
  • 199 Ibid., p. 462.

86Deux manuscrits, enfin, proviennent de la bibliothèque du Saint-Sauveur de Messine et ont ensuite conflué dans celle de Bessarion196, mais les deux catalogues qui les mentionnent pour la première fois datent du milieu du XVe siècle et on ignore leur histoire antérieure. Du milieu du XIIe siècle daterait le tétra-évangile bilingue grec et arabe conservé à Venise (Ven. Marc. 539)197 qui porte une mention indiquant qu’il proviendrait du monastère San Michele de Troina. Le texte arabe présente des caractéristiques que l’on a déjà rencontrées : écriture orientale et signes diacritiques « occidentaux »198. Le second manuscrit est un praxapostolos trilingue, dont la version latine est datée du XIIe-XIIIe siècle, la version grecque du milieu du XIIe siècle, tandis que l’arabe est rédigé dans un style oriental199.

87Si le lien de la quasi-totalité de ces textes avec la Sicile et le milieu curial est fort incertain, on peut tout de même noter que le seul véritable domaine de rencontre entre l’arabe, le grec et le latin au sein de la production littéraire du sud de l’Italie à l’époque normande est celui des textes scripturaires. En outre, rappelons que les Psaumes (Zabūr) et les Évangiles (Injīl) sont pour les musulmans deux des trois textes anté-coraniques, avec la Torah, à avoir été révélés par Allāh, même s’ils ont en partie eté dévoyés.

  • 200 Philagète de Cerami y a prononcé des homélies en grec, nous l’avons vu, et l’inventaire d’ouvrages (...)
  • 201 Les points diacritiques ne suffisent pas à établir à eux seuls le caractère « occidental » ou « or (...)
  • 202 Cette présence ne fait pas de doute, que l’on s’appuie sur des éléments liturgiques ou sur la prés (...)

88Toutefois, rien ne permet d’établir le véritable rôle de la dynastie des Hauteville dans la production de ces manuscrits, même si l’existence en Sicile d’espaces religieux où se déroulaient des liturgies en plusieurs langues (notamment la Chapelle palatine200) était incontestablement favorable à leur éclosion. Pour des questions de chronologie, de qualité de la réalisation, mais aussi, il faut bien le dire, de manque d’informations sur son histoire, le psautier trilingue de 1153 est celui qui a été le plus probablement réalisé dans le milieu curial palermitain. Il faut donc espérer qu’une étude plus aprofondie de ces ouvrages sera menée, au fur et à mesure que la connaissance de la paléographie arabe progressera201. On peut en effet imaginer qu’un style oriental, qui caractérise souvent les versions arabes des manuscrits passés en revue ici, s’est développé en Italie méridionale, en liaison soit avec une immigration chrétienne d’origine orientale, soit avec des communautés monastiques d’origine orientale202.

89Cela s’accorde assez bien avec ce que nous avons vu jusqu’ici et souligne le rôle – non exclusif – joué à la cour de Palerme par les chrétiens arabophones. C’est dans ce même contexte qu’il faut replacer un inventaire en arabe découvert dans le trésor de la Chapelle palatine de Palerme.

L’inventaire arabe du XIIe siècle conservé dans le trésor de la Chapelle palatine

  • 203 Le texte n’est pas disposé comme le serait une page qu’on tourne, mais doit être tourné verticalem (...)
  • 204 Il a été exposé pour la première fois en 1994 à Palerme et reproduit de manière très lisible dans (...)
  • 205 Cf. A. Shalem, Islam christianized. Islamic portable Objects in the Medieval Church Treasuries of (...)
  • 206 H. Bresc, « Le royaume normand d’Afrique et l’archevêché de Mahdiyya », dans Le Partage du monde. (...)
  • 207 Cf. A. Nef, « L’histoire des « mozarabes » de Sicile ».

90Ce fragment bi-face203, découvert par Benedetto Rocco204, provient d’une liste de livres. Il a été utilisé comme une relique à partir d’une date inconnue et conservé dans une crosse épiscopale du trésor de la Chapelle Palatine, probablement parce qu’il nétait plus déchiffré. Ce type de « déplacement » n’est pas inconnu dans l’Occident latin médiéval, notamment pour les produits de l’artisanat de luxe islamique, souvent intégrés dans les trésors d’églises205. L’inventaire arabe, entièrement rédigé sur du papier, a été en partie lu par Henri Bresc qui l’avait, dans un premier temps, attribué à la cathédrale de Mahdiya206. Une nouvelle lecture complète et une traduction en ont été proposées ailleurs207 ; elles sont reportées ci-dessous :

  • 208 Deux lettres indéchiffrables. Le texte a été l’objet d’une nouvelle analyse depuis notre première (...)
  • 209 Les deux premiers mots sont barrés.
  • 210 Tafsīran est un ajout, écrit à l’intérieur d’un cercle. Cf. note 208.
  • 211 ‘An qawl est écrit dans le même cercle que celui évoqué à la ligne précéprécédente ; ajout.
  • 212 Toute la ligne est barrée.

Face A : « 1. [...] Raḥima Allāh ( ?) [...]208
2. [...] ? ā r.m Māstir Mā.ī ‘ajuza
3. [Z]awj kalandāriyyāt matā‘ Māstir Ġulyālm ‘ajuzū
4. Umīlāriyūs ‘ajuza209. Zawj karāris al-a[...]
5. Karāris Justīniyān ‘ajuzat tafsīran210
6. Kitāb al-mūsiqā Māstir Ṭūmāṣ ‘ajuz ‘an qawl211
7. Kitāb Murāliya Ayyub ‘ajuz Māstir Ṭūmāṣ212

  • 213 Ce mot est barré.
  • 214 Deux mots indéchiffrables sont ensuite barrés.
  • 215 La traduction donne :
    « Face A :...Que Dieu accorde sa miséricorde... / ... Palerme ( ?) maître Mā. (...)

Face B : 1. Kitāb Marr al-ansāb Māthyū ‘inda Juwān al-I[frīqī ?]
2. Kitāb marr al-s[...] ‘inda al-Mustakhlif Sir L.n.sā (?)
3. Kitāb tafsīr Bātir Nūstir ‘inda al-ḥ[...]
4. Kitāb Kantikā Kantīkūrum ‘ajuz Māyū Kitāb213 [...]
5. Kitāb Bshtiyuwār ‘izz faṣlay al-naql al-w214 [...]
6. Kitāb Uġ[niya] [...]līta ‘ajuza215.

  • 216 Cette mention est commune dans les inventaires de bibliothèques, cf. H. Bresc, Livre et société en (...)

91La première ligne indique que nous sommes en présence du début du document, puisqu’on y trouve une invocation à Dieu. En outre, l’autre bout du fragment est suffisamment rectiligne pour qu’il s’agisse de la fin de la page ; on discerne également la trace de l’endroit où la feuille était attachée, mais étant donnée la disposition des mots, on peut penser qu’elle a été ôtée d’un cahier. La liste contient le titre, complet ou partiel, de seize ouvrages et elle continuait probablement car la page a été découpée sur la gauche. Elle faisait visiblement l’objet d’une remise à jour régulière, puisque certains titres sont barrés ; enfin, elle porte mention de l’état des ouvrages qui sont, pour la plupart, qualifiés de « vieux »216.

  • 217 Les inventaires de bibliothèques du XIIe siècle en Occident sont mal connus, on verra pour un aper (...)

92Le premier mot de la deuxième ligne confirme que l’inventaire provient de Palerme. L’analyse externe du fragment ne permet pas de le dater précisément, mais les noms cités, les titres énumérés, comme l’écriture, proche de celle de l’administration centrale sicilienne de la même époque, suggère qu’il remonte au XIIe siècle, tout comme d’autres indices internes qui permettent de resserrer la fourchette chronologique217.

93Il s’agit du seul inventaire de bibliothèque sicilien en arabe connu à ce jour. L’importance exceptionnelle de cette découverte réside également dans les titres qui y sont énumérés. Mais il convient, dans un premier temps, de répondre à quelques questions. Tout d’abord, la liste seule est-elle établie en caractères arabes ou les livres qu’elle énumère ont-ils aussi été composés dans cette langue ?

  • 218 Pour un aperçu synthétique sur l’histoire des livres liturgiques en Occident, cf. E. Palazzo, Le M (...)
  • 219 H. Bresc, Livre et société, p. 112.
  • 220 Cf. supra, p. 197 et pour le second, l’hypothèse selon laquelle il serait latin et conservé à Phil (...)

94Les titres sont pour l’essentiel des transcriptions du latin. Les deux calendriers mentionnés à la troisième ligne trahissent ainsi la langue de leur composition. Le fait qu’ils soient au nombre de deux est intéressant, mais notre curiosité est condamnée à rester insatisfaite. S’agit-il d’une division selon le temps liturgique, de calendriers correspondant à deux rites différents (grec et latin par exemple)218 ? On peut émettre l’hypothèse qu’il s’agit des deux martyrologes cités dans un inventaire de la Chapelle palatine datant de 1309219 et dont un a été évoqué plus haut220.

  • 221 On sait que le De iustitia et iusto du cardinal Laborante lui est dédié [Laborantis cardinalis opu (...)
  • 222 D. Matthew « Maio of Bari’s Commentary on the Lord’s Prayer », p. 126.

95L’homéliaire qui suit, dont le titre latin est transcrit, révèle ainsi dans quelle langue il a été composé. La même observation vaut pour les Moralia in Job. Deux lignes plus bas, le Commentaire du Notre Père doit probablement être identifié avec l’Expositio orationis dominicae, œuvre composée par Maion (m. 1160) pour son fils, dont l’original est conservé à la Bibliothèque nationale de Paris (ms. nouv. acq. lat. 1772). Le titre suivant (4e ligne de la face B), le Cantique des Cantiques suivi de la mention « Maion » est le Cantica canticorum cum glossis conservé au même endroit (ms. Lat. 245) et daté du milieu ou troisième quart du XIIe siècle. Ses enluminures et ses initiales présentent en effet de nombreux traits communs avec l’Expositio orationis dominicae évoquée. Maion de Bari semble donc avoir été, pendant son séjour à Palerme, le commanditaire, sinon l’auteur, de plusieurs œuvres latines dont le sujet est religieux221. Les Moralia in Job de Grégoire le Grand, citées à la ligne 7, semblent avoir été très prisées par le ministre de Guillaume Ier, qui les cite abondamment dans son commentaire du Pater Noster222. Notons que cet attachement à un christianisme latin s’accorde assez bien avec la politique pro-latine de Maion, comme nous le verrons.

96La ligne suivante est étonnante : elle mentionne un psautier mais la transcription arabe ne renvoie pas au latin, mais au français. Si le contenu en était nécessairement latin, son titre atteste la pratique du français à la cour.

  • 223 H. Bresc, Livre et société, p. 112.

97Revenons aux ouvrages a priori plus problématiques, tel le Kitāb al-marr al-ansāb Māthyū. Qu’il ait été conservé dans la Chapelle Palatine suggère d’y voir la traduction d’un ouvrage qui remplit une fonction liturgique. Il est donc probable que l’incipit ait été utilisé pour désigner le volume comme cela était courant à l’époque. Un livre du Nouveau Testament se prête à l’identification, l’Évangile selon Mathieu qui commence par l’expression « Liber generationis » et déroule les générations qui précèdent la venue du Christ, ce qui pourrait expliquer la traduction arabe (marr al-ansāb). D’autant que dans un inventaire des livres de la Chapelle palatine datant de 1309, figure « librum unum, qui incipit Amovendi cuius rubrica incipit Liber generationis, et finis Undecim discipuli abierant », soit l’Évangile selon Mathieu jusqu’à 28, 16223, qui pourrait bien être ce texte, lequel serait donc en latin.

  • 224 Nous reviendrons dans le chapitre suivant sur ce texte dont la datation pose une série de problème (...)
  • 225 Sur les vicissitudes du droit justinien en Occident, on peut voir E. Cortese, Il diritto nella sto (...)

98La langue des cahiers du Code de Justinien ne va pas de soi : latin ? traduction grecque ? version arabe ? Rien ne permet de trancher. Leur présence est d’autant plus intéressante que le manuscrit est dit « vieux ». Mais celui des Cantica Canticorum, que l’on doit dater entre 1154 et 1160 comme on l’a vu, est signalé comme « vieux » également. Ce qualificatif est, bien entendu, éminemment subjectif et relatif, mais on peut supposer que si le souvenir de son propriétaire, Maion, était encore vif, cet adjectif ne serait peut-être pas utilisé. Il faut donc placer la rédaction de l’inventaire au plus tôt dans les années 1170, voire plus tard. Ce recueil de textes justiniens pourrait ainsi dater du milieu du siècle, voire d’une période encore antérieure. On sait que les Assises d’Ariano224 sont imprégnées de certains concepts qui en dérivent directement et l’on a remis récemment en avant l’idée d’une diffusion précoce du droit justinien dans le sud de l’Italie. Dans un premier temps, toutefois, cette circulation ne concerne que certaines parties du corpus225. Cette attestation est donc importante car elle confirme ce que l’on savait par d’autres biais ; malheureusement l’impossibilité de dater cet inventaire plus précisément empêche de tirer des conclusions plus détaillées sur ce point.

  • 226 Il est vrai toutefois que les seuls qui nont sont parvenus sont en latin. À propos des tropaires d (...)

99Les livres de musique et de chants (sixième ligne de chaque face) pourraient aussi bien avoir été rédigés en grec qu’en arabe ou en latin226. Ils pourraient renvoyer, notamment, aux tropaires que nous avons signalés plus haut, même si leurs titres sont traduits et non transcrits.

100Mais si l’essentiel des ouvrages mentionnés sont des textes en latin, pourquoi avoir transcrit leurs titres en arabe ? Doit-on penser que tous les chanoines de la Chapelle palatine étaient à même de lire cette langue ? Quelle serait l’utilité d’un inventaire rédigé dans une langue que seule une minorité du chapitre comprendrait ? S’agit-il de la traduction d’une liste établie dans une autre langue ? Ce qui est certain, c’est que son existence atteste la présence de chrétiens arabophones au plus près du souverain.

  • 227 Jeremy Johns a souligné l’évolution qui affecte l’écriture du dīwān au milieu du XIIe siècle, avec (...)

101Faut-il penser que ces manuscrits sont le fruit du scriptorium du palais ? L’écriture utilisée dans ce document ressemble à celle des chartes produites227 par l’administration royale, et ses membres devaient être proches du milieu de la Chapelle palatine de Palerme. La majorité des livres cités dans l’inventaire est utilisée lors des offices ou par les chanoines de la chapelle lors de leurs lectures : Homélies, Livre de Job, Cantique des Cantiques, psautier, mais aussi ouvrages de divulgation et d’enseignement (commentaire du Notre Père) ou destinée à servir durant les offices : livres de musique ou de chant. Si certains ouvrages sont possédés en commun, d’autres semblent appartenir nommément à des mastru qui sont vraisemblablement des chanoines (Thomas, Guillaume) de la Chapelle palatine. Cet inventaire est une des rares traces siciliennes d’une véritable convergence (y compris linguistique) dans le domaine de l’écrit, avec la stèle du prêtre Grisantus et probablement le psautier trilingue évoqué ci-dessus. Le milieu de production est identique et l’élément commun privilégié est la religion chrétienne. Elle permettait de combiner une référence religieuse commune et une forte diversité culturelle et linguistique, mais, on le voit, rien ici qui relèverait d’une quelconque « tolérance », notion inconnue en tant que telle au Moyen-Âge, même si des pratiques qui en relèvent sont, elles, bien attestées.

102Le cadre sicilien semblait a priori propice au développement d’une intense activité de traduction, mais la réalité se révèle néanmoins assez décevante.

Un petit nombre de traducteurs

  • 228 Pour une vue rapide sur le sujet, R. Rashed, « Les traducteurs », dans Palerme 1070-1492, p. 110-1 (...)
  • 229 Henri Aristippe précise qu’il a commencé ces traductions dans le prologue de sa traduction du Méno (...)
  • 230 Meno interprete Henrico Aristippo, éd. V. Kordeuter, Londres, 1940 (Plato Latinus, I).
  • 231 Phaedo interprete Henrico Aristippo, éd. L. Minio-Paluello, Londres, 1950 (Plato Latinus, II).
  • 232 L. Minio-Paluello, « Henri Aristippe, Guillaume de Moerbeke et les traductions latines des Météoro (...)

103Le contexte culturel était des plus favorables et la Sicile aurait, a priori, pu jouer un important rôle de transmetteur. Or, dans l’état des connaissances actuelles, la traduction ne repose que sur quelques individus au cours du siècle228, même si l’on peut s’interroger sur l’existence de groupes de traducteurs demeurés dans l’ombre, on le verra. L’apport majeur de la Sicile consiste dans les traductions latines exécutées directement à partir de la version grecque d’ouvrages rédigés originellement dans cette langue. Henri Aristippe, sous Guillaume Ier, aurait fait passer du grec au latin des opuscules de Grégoire de Naziance et aurait entrepris la traduction du De vita et conversatione dogmateque philosophorum de Diogène Laërce229. Plus important, il traduisit le Phédon230 et le Ménon231 de Platon ; enfin, il contribua à introduire Aristote dans le monde latin, en donnant une version latine du livre IV des Météorologiques232.

  • 233 Tous deux sont des présents de Manuel Comnène à Guillaume Ier ; le second est conservé sous la cot (...)
  • 234 Le manuscrit de la traduction est conservé sous la cote Ms. Vatican Pal. lat. 1371. Ch. H. Haskins (...)
  • 235 Ch. Burnett, « The use of Arabic Numerals », p. 39.
  • 236 Ch. Burnett, « Antioch as a Link between Arabic and Latin Culture », spéc. p. 13, n. 43. Mais, en (...)
  • 237 Pour R. Lemay, il s’agit d’Hermann de Carinthie, mais cette hypothèse, critiquée par d’autres spéc (...)
  • 238 S. Ito, The Medieval Translation of the Data of Euclid, Tokyo, 1980.
  • 239 J. E. Murdoch, « Euclides graeco-latinus : a hitherto Unknown Medieval Latin Translation of the El (...)
  • 240 G. Cavallo, « La trasmissione scritta della cultura greca », p. 200 ; Ch. H. Haskins, « The Sicili (...)
  • 241 Cf. H. L. L. Busard, The Mediaeval Latin Translation, p. 2-5.
  • 242 Ibid., p. 178 et svtes. L’auteur avance des arguments en faveur d’une attribution de la plus ancie (...)
  • 243 Cf. Ch. Burnett, « The Use of Arabic Numerals » et R. Lemay, « De la scolastique à l’histoire par (...)

104C’est aussi Henri Aristippe qui rapporta de Constantinople le manuscrit grec de l’Almageste (Mathêmatikê Syntaxis) de Ptolémée233. Le confirme le traducteur anonyme du texte qui précise dans sa préface qu’il alla trouver, depuis Salerne, Henri Aristippe avec le dessein de traduire ce traité dont il avait appris l’arrivée en Sicile234. La traduction aurait eu lieu vers 1165 à Palerme235 ; il pourrait donc s’agir de la plus ancienne traduction de l’Almageste en latin, même si l’on a suggéré récemment qu’une traduction antérieure de cet ouvrage avait déjà été réalisée à Antioche236. Rebuté par la difficulté du texte, le traducteur anonyme237 précise dans sa préface qu’il commença par s’entraîner, si l’on peut dire, en traduisant des traités d’Euclide (les Données238, l’Optique, la Catoptrique et, peut-être les Éléments239) et de Proclus (le De Motu ou Éléments de Physique240). La nature exacte de son travail sur ces textes n’est pas claire – et les questions de savoir si l’identité du traducteur de tous ces traités est unique et si les Éléments d’Euclide n’ont pas été traduits à plusieurs mains, demeurent ouvertes241 – mais les éléments convergent pour suggérer une localisation sicilienne de la première traduction de ces textes242. On a récemment souligné que ces traductions du grec au latin effectuées en Sicile ont eu régulièrement recours à des textes intermédiaires rédigés en arabe, qu’ils s’agissent de commentaires ou de traductions243.

  • 244 Ch. H. Haskins, « The Sicilian Translators », p. 181-183. Contre cette hypothèse, cf., à nouveau, (...)
  • 245 H. L. L. Busard, « Der Traktat De Isoperimetris, der unmittelbar aus dem Griechischen ins Lateinis (...)

105La préface de la traduction du Phédon par Henri Aristippe mentionne également la présence en Sicile des Pneumatica de Héron d’Alexandrie, ce qui a suggéré là aussi qu’une version latine pouvait en avoir été composée en Sicile244. Enfin, on a également attribué à la Sicile la traduction d’un traité de Zénodore du grec au latin245.

  • 246 Dans la préface de cette traduction, Eugène est décrit comme virum tam grece quam arabice lingue p (...)
  • 247 Cf. l’édition d’A. Lejeune, L’Optique de Claude Ptolémée dans la version latine depuis l’arabe de (...)
  • 248 Ibid., p. 12. Et surtout, Ch. H. Haskins, « The Sicilian Translators », p. 173-174 ; le manuscrit (...)
  • 249 Ibid., p. 175-178 et G. Cavallo, « La trasmissione scritta della cultura greca », p. 201

106L’autre grand nom de l’activité de traduction en Sicile est l’émir Eugène : après avoir aidé à la mise en latin de l’Almageste246, il réalisa entièrement la traduction de l’Optique de Ptolémée de l’arabe en latin247. Il a également traduit du grec en latin ce que l’on appelle le Vaticinium Sibyllae Erithrae, recueil d’oracles qui a connu par la suite une grande diffusion, à partir d’une version grecque établie par Nil Doxapater depuis le « Chaldéen »248 (le syriaque ?). Enfin, il aurait repris la version grecque de Kalīla wa Dimna, déjà traduite sous le titre Stephanites et Ichnelates en grec par Siméon Seth, en lui ajoutant des prémisses absentes de la version byzantine249. Eugène avait donc accès tant à l’arabe qu’au grec.

  • 250 Sur l’original arabe, cf. A. Caiozzo, Images du ciel d’Orient au Moyen Âge, Paris, 2003, p. 61-82.
  • 251 Ms. 1036 de la Bibliothèque de l’Arsenal.
  • 252 M.-T. Gousset, « Le Liber de locis stellarum fixarum d’al-Sūfī, ms. 1036 de la Bibliothèque de l’A (...)
  • 253 Ainsi, le manuscrit Ms 1036 de la bibliothèque de l’Arsenal contient des notes marginales qui témo (...)
  • 254 Ibid., p. 73.

107Enfin, est conservé à Paris un manuscrit latin d’une œuvre traduite de l’arabe sur l’ordre de Guillaume II. Ce codex, qui contient le texte d’un célèbre traité d’astrologie arabo-musulman250, le De locis stellarum d’al-Ṣūfī251, était jusqu’à il y a peu considéré comme de confection sud-italienne et daté du XIIe siècle, mais il a été réattribué à un atelier bolonais du XIIIe siècle avec des arguments convaincants. En effet, si les illustrations qui le décorent sont originales et sont peut-être influencées par l’art islamique, les initiales ornées ne ressemblent en rien à celles que l’on trouve un siècle auparavant en Sicile252. Toutefois, le texte renvoie par deux fois à Guillaume II, désigné comme le commanditaire de la traduction, qui doit donc bien, quant à elle, être considérée comme antérieure et d’origine sicilienne, ce que confirme d’autres indices, tels que des notes se référant à des calculs astronomiques accomplis à Palerme en 1183 et 1188253. Il est à noter que ces calculs, bien qu’établis à partir de tables arabes, l’ont été sous la direction d’un individu venu de Constantinople254.

  • 255 Ainsi de la bibliothèque de Syracuse riche en manuscrits grecs à l’époque et aujourd’hui disparue (...)
  • 256 Et pas seulement pour les manuscrits. Ainsi, les instruments servant à positionner les astres util (...)
  • 257 Ainsi, les manuscrits les plus anciens de la traduction anonyme de l’Optique d’Euclide, évoquée pl (...)
  • 258 Sur Jean de Salisbury qui se rend en Sicile au début des années 1150, cf. G. A. Loud, « Il regno n (...)

108Quatre traducteurs donc (en comptant les anonymes et en admettant que le nombre n’en est pas plus grand que ce que l’on a supposé jusqu’ici) et l’essentiel est rendu du grec en latin. Toutes ces personnalités évoluent autour des souverains, qui semblent avoir stimulé cette production, et soutenu les efforts de différents savants pour procurer des manuscrits aux traducteurs, sans toutefois avoir jamais développé une politique systématique dans ce domaine. On sait qu’il existait de riches bibliothèques en Sicile pour les textes grecs255 et les relations avec Constantinople étaient intenses dans ce domaine, nous l’avons vu256. Les ouvrages en arabe semblent avoir été moins nombreux en Sicile, reflétant probablement le rôle modeste de l’île pendant la période islamique dans le domaine scientifique et philosophique, mais surtout le plus grand intérêt qu’il y avait à traduire directement du grec quand cela était possible. Il ne semble guère y avoir eu d’équipes mixtes, travaillant à la fois sur les versions arabes et grecques d’un même texte, même si ces traductions, comme l’ont montré des travaux récents, mêlent, plus qu’on ne le pensait jusqu’ici, connaissance des textes grecs et arabes et pas seulement d’une des deux versions257. Nous ignorons également quel rôle exact joua l’île comme centre d’étude et d’accès aux manuscrits pour les savants de l’Europe chrétienne latine, mais il est probable, comme le suggère la venue de l’anonyme évoqué plus haut et de Jean de Salisbury au début des années 1150258, que tous les séjours de ce type ne nous sont pas connus, faute de sources. Étant donné le contexte favorable, les œuvres traduites offrent donc un visage contradictoire : elles sont à la fois majeures et peu nombreuses.

  • 259 On trouvera quantité de notations intéressantes dans G. Mandalà, « Il Prologo delle Risposte alle (...)
  • 260 Il n’est que de voir les progrès récents dans le domaine grec.

109Il faudra toutefois attendre Frédéric II pour que soit développée par un souverain sicilien une politique systématique de traduction259. On a souvent souligné le paradoxe que constituerait l’opposition entre cet intérêt intellectuel et la latinisation violente de la Sicile par l’empereur, tandis que les Hauteville « tolérants » n’auraient pas porté leurs efforts sur cette transmission du patrimoine grec et arabe à l’Occident latin. Toutefois, ce qui apparaît comme un paradoxe tient sans doute à ce que le contexte culturel fortement hellénisé et surtout islamisé de la Sicile et de sa cour au XIIe siècle rendait peu nécessaire ce processus. L’intérêt des souverains siculo-normands pour les œuvres rédigées dans les trois langues du royaume est au moins aussi grand que leur zèle dans l’entreprise de traduction. La question demeure, de savoir si l’image que nous restituent non seulement les sources disponibles, mais aussi nos connaissances actuelles260, n’est pas en grande partie tronquée et si ne manquent pas des études précises permettant d’établir un panorama définitif. Des données récentes sur la diffusion des chiffres « arabes » en Sicile, qui amènent à élargir quelque peu l’impact des échanges entre groupes culturels dans le cadre insulaire et en Méditerranée, notamment à la cour de Palerme, le laissent à penser.

Une image tronquée ? Le cas des chiffres indo-arabes en Sicile

  • 261 La bibliographie sur le sujet est vaste. Nous renvoyons à P. Kunitzch, « The Transmission of Hindu (...)
  • 262 Ch. Burnett, « The use of Arabic Numerals ».
  • 263 Si les chiffres indiens sont attestés tôt en Islam, leur forme « orientale » s’impose dans les man (...)
  • 264 Ch. Burnett, « Indian Numerals in the Mediterranean Basin in the Twelfth Century, with Special Ref (...)

110Charles Burnett a récemment consacré un article à la diffusion des chiffres indo-arabes dans le monde latin261 en prenant en examen l’exemple de la Sicile262. On le sait, ces chiffres se diffusent entre la fin du Xe siècle et le XIIe siècle dans l’Occident latin, sous une forme « occidentale », qui est distincte par quelques traits de celle que l’on trouve en Orient et qui s’est finalement imposée en Occident263. Cette forme occidentale n’est toutefois pas attestée dans un manuscrit arabe avant le XIIIe siècle. Néanmoins, à partir de la seconde moitié du XIIe siècle, à Byzance et en Italie centrale (Pise), on rencontre dans les manuscrits les formes orientales des chiffres indo-arabes264. Or, un témoin probablement palermitain, connu depuis longtemps, mais jamais pris en examen par les historiens des sciences car il s’agit d’un texte liturgique, a été mis en avant par Charles Burnett au sein de cette étude. Le psautier trilingue grec-arabe-latin contenu dans le manuscrit Harleainus 5786 de la British Library, évoqué plus haut à propos des textes liturgiques multilingues, contient en effet des chiffres indo-arabes, utilisés pour numéroter les psaumes.

  • 265 Ch. Burnett, « The use of Arabic Numerals », p. 47.

111Ces chiffres sont intéressants à plus d’un titre : d’abord le manuscrit, on l’a vu, a été rédigé en 1153 au plus tard, ce qui fait de cette attestation l’une des plus précoces de ces formes orientales dans l’Occident chrétien. Ensuite, cet usage suggère non seulement la connaissance de ces chiffres mais aussi leur diffusion en Sicile hors de la sphère scientifique à laquelle ils étaient le plus souvent cantonnés à cette époque. Enfin, tant la calligraphie que les chiffres du manuscrit sont caractérisés par des traits à la fois orientaux et occidentaux265, ce qui en fait un cas à part, puisque le 6 et le 8 sont « occidentaux », tandis que le 2, le 3, le 5 et le 7 reprennent les formes « orientales ».

  • 266 Ibid. et « Indian Numerals in the Mediterranean Basin in the Twelfth Century », tableau p. 266.

112Il est vrai que l’origine palermitaine de ce manuscrit n’est pas complètement établie, mais il a été montré qu’au moins un autre manuscrit, certainement sicilien cette fois, le codex contenant la traduction du grec au latin de l’Almageste de Ptolémée (ms. Vatican, Pal. lat. 1371) utilise des chiffres très semblables (notamment les formes occidentales du 6 et du 8 qui contrastent avec les formes orientales des autres chiffres)266. Cette dernière attestation suggère que le rôle de la médiation byzantine ne doit pas être sous-estimé.

  • 267 Ibid.

113En outre, d’autres supports semblent avoir porté ce type de chiffres en Sicile puisque l’on connaît deux pièces de monnaie (un follis de 1138-1139 et un autre de 1148-1149) frappées sous Roger II et portant une date de l’hégire en chiffres267 – ce qui n’est attesté nulle part ailleurs à cette époque que ce soit en Occident ou en Orient – dont la forme rappelle celle du psautier (notamment le 5, dont la forme sur les deux manuscrits cités ne ressemble à rien d’équivalent qui soit connu des chercheurs).

  • 268 Le 12 dans « 12 mai » est indiqué en chiffres et même si la date pose problème, la lecture de ce c (...)

114À propos de la diffusion des chiffres indo-arabes en Sicile, hors du milieu curial, on peut apporter de nouvelles pierres à l’édifice de Charles Burnett. On les rencontre en effet sur d’autres supports en Sicile au XIIe siècle, toujours dans le milieu curial. Ainsi la date portée sur le lin de l’aube de Guillaume II, évoquée plus haut268, l’est en chiffres indo-arabes. Cet usage est peu attesté dans les pays arabomusulmans et en Occident à la même époque où on les retrouve essentiellement dans les manuscrits traitant de sujets scientifiques.

115Outre que ces éléments démontrent l’intérêt de la cour palermitaine pour le savoir en général, et mathématique en particulier, ils suggèrent également que la composition du manuscrit eut probablement lieu dans ce milieu de cour, fier de son savoir, mais aussi que la diffusion de ces connaissances a sans doute suivi un chemin plus complexe que l’on ne le soupçonne.

Conclusions du chapitre 3

116Les souverains siciliens confient donc à la langue arabe, à des symboles et à des constructions d’origine islamique le soin de porter leurs prétentions à exercer un pouvoir universel. Probablement, la compétition du souverain sicilien avec les deux empires chrétiens de l’époque aurait-elle été trop inégale. La synthèse entre culture islamique et christianisme proposée par les Hauteville avait le mérite de se déployer dans un espace moins balisé.

117Cette synthèse ne passe pas par une convergence linguistique claire : la poésie laudative en leur honneur est rédigée exclusivement en arabe et la répartition par genre des ouvrages dont ils passent commande auprès des savants qui fréquentent leur cour en fonction de la langue utilisée, est nette. Là encore, seuls les ouvrages liturgiques échappent à cette division interne.

  • 269 Ce problème a été évoqué dans le préambule.

118Notons, que la part latine de la production littéraire palermitaine est réduite et de dimension essentiellement régionale. Elle retrace pour l’essentiel les hauts faits des Normands d’Italie. Sa diffusion montre d’ailleurs qu’elle ne circula guère, que l’on se penche sur la localisation et le nombre de manuscrits concernés ou sur les citations et renvois aux œuvres latines siciliennes dans la littérature latine postérieure269. Par contraste, les compositions en arabe et en grec ont connu une diffusion non négligeable dans le monde islamique et byzantin.

  • 270 Un pôle grec est concentré à Messine où, en outre, Richard Palmer, l’archevêque de la fin du XIIe  (...)
  • 271 Sur Pierre de Blois qui passe les années 1166-1168 en Sicile comme précepteur de Guillaume II et q (...)

119Une autre caractéristique ne peut manquer de surprendre : l’inscription de cette production dans un environnement quasiment exclusivement curial270, qui tient probablement à l’absence de scriptoria et de bibliothèques hors du Val Demone dans un cadre monastique hellénophone. Ceci explique sans doute que ce mouvement ait abouti à la composition d’un petit nombre seulement d’œuvres importantes et de traductions. La cour palermitaine attira somme toute moins qu’on eût pu s’y attendre les savants occidentaux, et elle en fit fuir plus d’un271. Elle fut certes fréquentée par des lettrés arabo-musulmans et byzantins, mais, outre que cette présence ne découlait pas toujours d’un choix, les premiers ne furent pas nécessairement invités par les souverains et d’autres personnalités exercèrent un patronage tout aussi important dans ce domaine.

Notes

1 On verra la synthèse toujours satisfaisante de G. Di Stefano, Monumenti.

2 Le trait est général. Cf., par exemple, M. Canard qui l’a mis aussi en exergue pour les Fatimides dans « L’impérialisme des Fatimides et leur propapropagande», Annales de l’Institut des Études orientales, 6 (1942-1947), p. 156-193.

3 Sur cette perception différenciée, cf. P. Sanders, Ritual, Politics and the City, introduction.

4 Sur lesquelles nous ne nous arrêterons pas ici, faute de compétences.

5 Cf. Eugenius Panormitanus, Versus iambici, éd. et trad. ital. M. Gigante, Palerme, 1964, Carmen XXIV et infra. Il faut également mentionner un autre texte grec qui célèbre Roger II indirectement tout en étant adressé à Georges d’Antioche que l’auteur supplie de le faire libérer, cf. infra. Enfin, on trouve également des passages de ce type dans l’homélie de Philagète de Cerami prononcée dans la Chapelle palatine, cf. infra.

6 Sur ce point, cf. A. Nef, « Un poème d’Ibn Qalāqis à la gloire de Guillaume II », dans A. Nef, B. Grévin et E. Tixier, Chrétiens, juifs et musulmans dans la Méditerranée médiévale, Paris, 2008, p. 33-43. Sur Eugène de Palerme, cf. E. Jamison, Admiral Eugenius of Sicily ; pour le poème en question, cf. Eugenius Panormitanus, Versus iambici, Carmen XXIV.

7 Cf. chapitre 2.

8 Cf. chapitre 2.

9 On se reportera (chapitre 2) à l’inscription A citée plus haut qui invite celui qui évolue dans le palais royal à l’admirer : wa-ta’ammal mā ḥawā-hu min jamāl (« et contemple la beauté qu’il contient »).

10 Idrīsī, p. 309 : « Ces (palais et salles) sont ornés des motifs calligraphiques les plus merveilleux et couverts de peintures remarquables ». Cette description renforce l’idée que les inscriptions A et B, passées en revue dans le chapitre précédent, étaient probablement insérées au milieu d’autres inscriptions et ne faisaient donc pas nécessairement partie d’un même ensemble.

11 « C’est là qu’est située la grande mosquée ou du moins le bâtiment qui en tenait lieu dans le passé et qui est aujourd’hui redevenu ce qu’il était auparavant. Elle surprend les esprits par sa facture merveilleuse et l’originalité des motifs qui ont été inventés, choisis et élaborés pour les peintures, les dorures et les inscriptions » (ibid., p. 308).

12 Philagète de Cerami, dans la traduction de B. Lavagnini, « Profilo di Filagato da Cerami » : Vi è inoltre sospeso nell’aria gran numero di veli la cui materia hano fornito fili di seta, intessuti con fili d’oro e di diversi altri colori che i Fenici hanno abbellito con arte mirabile e singolare (p. 235). Notons que le terme « Phéniciens » renvoie ici clairement à l’Orient.

13 Ainsi trouve-t-on des muqarnas à la Cuba, à la Zisa et au Scibene, trois constructions royales situées dans la campagne environnant Palerme, même si dans le dernier édifice, elles ne sont plus visibles aujourd’hui. Cf. G. Spatrisano, La Zisa e lo Scibene di Palermo, Palerme, 1982 et U. Staacke, Un palazzo normanno a Palermo : la Zisa. La cultura musulmana negli edifici dei Re, Palerme, 1991, spéc. p. 102-105. Sur les muqarnas, cf. chapitre 2.

14 M. Amari, Le epigrafi arabiche, p. 39-46 et A. Nef, « Venti blocchi framentari ».

15 Cf. p. 138, notes 88-89.

16 Sur ce terme, cf. p. 99-100.

17 Le sens premier en est très large (« pouvoir »).

18 Sur le terme sulṭān, cf. M. Abbès, Islam et politique, p. 26-30.

19 Sur ce point, on verra le parallèle avec le palais royal de Palerme, chapitre 2.

20 ‘Imād al-dīn al-Iṣfāhanī le précise dans sa Ḥarīdat al-qaṣr wa-jarīdat al-‘asr, lorsqu’il évoque al-Buthīrī : « J’ai ôté de ces deux qasīda plus que je n’en ai cité, parce qu’elles sont composées à la gloire des infidèles (al-kuffār). Les vers que j’en ai transcrits suffisent » (BAS, ar., 2, p. 708 et BAS, 2, p. 439).

21 Il s’agit de l’œuvre de ‘Imād al-dīn al-Iṣfāhanī, Ḥarīdat al-qaṣr wa jarīdat al-‘asr, éd. M. al-`A. al-Matwī, M. al-Marzūqī et Ibn al-Ḥājj Yaḥyā, Tunis, 1986 (parties sur le Maghreb, al-Andalus et la Sicile). Elle s’inspire pour les poètes siciliens, dont elle transmet de nombreux extraits, essentiellement d’une anthologie composée par le Sicilien Ibn al-Qaṭṭā‘ (né vers 1041 en Sicile et mort en Égypte en 1121), cf. U. Rizzitano, « Ibn al-Qaṭṭā‘ : un Siciliano illustre », dans Storia e cultura nella Sicilia sarracena, Palerme, 1975 (Biblioteca di lettere e di storia. Saggi e testi, 5), p. 169-177.

22 Ce poète originaire de Butera écrit sous Roger II.

23 BAS, ar., 2, p. 706 et BAS, 2, p. 437 : « Admire le séjour [des palais triomphaux], dont le Miséricordieux a parachevé la beauté ».

24 Nous reviendrons sur son œuvre en détail plus bas et en particulier sur le panégyrique qu’il a composé en l’honneur de Guillaume II, seul texte de ce type à nous être parvenu en entier.

25 Sur ce personnage, cf. infra, Épilogue.

26 Dans la traduction établie par A. De Simone : Ci fu dato di goder [della vista] della corona e della reggia e ci aggirammo nei due palazzi di al-Khawarnaq e di as-Sadīr, dans Splendori e misteri di Sicilia, p. 71.

27 Cf. l’EI au premier de ces deux noms.

28 On peut voir, par exemple, le poème de Ibn Ḥamdīs sur le palais ḥammādide de Bougie, dans lequel se retrouve aussi bien cette comparaison, qu’une autre avec le palais sassanide de Ctésiphon. Le poète souligne également l’origine reconnue et surpassée du palais bougiote, un modèle persan et le fait que les Byzantins ne pouvaient rivaliser avec ses réalisations : Le sue fabbriche sfidano l’abilità dei Persiani, che erressero edifizi e ben conobbero le regole d’arte / E lunghi secoli passarono sui Rum che pur non seppero edificare ai loro re niente di simile ed uguale ad esso (trad. de F. Gabrieli, « Il palazzo hammadita di Bijaya descritto da Ibn Hamdis », dans Aus der Welt der Islamischen Kunst-festschrift für Ernst Künhel zum 75. Geburtstag am 26.10.57, Berlin, 1959, p. 54-58, spéc. p. 55.

29 Cf. A. Nef, « Venti blocchi frammentari », p. 507, fragment no 12 :... al-jamāl fa-mā al-Khawarnaq... : « ... la beauté si ce n’est le Khawarnaq... ».

30 Ce trait est commun à de nombreuses cultures de l’époque ; s’y reflète un souci d’universalité. Sur la conception du jardin en Islam, on verra les synthèses générales D. F. Ruggles, Islamic Garden and Landscapes, Philadelphie, 2007 et The Islamic Garden, éd. R. Ettinghausen et E. B. McDougall, Washington, 1976. Une synthèse récente en italien : Il giardino islamico, éd. L. Zangheri, B. Lorenzi et N. M. Rahmati, Città di Castello, 2006 (Giardini e Paesaggio 15), qui contient un article général sur la Sicile, B. Lorenzi, « Parchi e verzieri nella Sicilia islamica e normanna », p. 206-275. Pour Byzance (mais l’auteur donne aussi des exemples islamiques et dans l’Occident chrétien), cf. N. P. Sevcenko, « Wild Animals in the Byzantine Park », dans Byzantine Garden Culture, éd. A. R. Littlewood, H. Maguire et J. Wolschke-Bulmahn, Washington, 2002, p. 69-86 et A. R. Littlewood, « Gardens of the Palaces », dans Byzantine Court Culture, éd. H. Maguire, Washington, 1997, p. 35-38. Pour l’Islam, Cf. J. Dakhlia, Le divan des rois, p. 89-90.

31 Rappelons que l’immense parc élaboré au sud de Palerme au XIIe siècle et regroupant la Cuba, la Cuba de la villa Napoli (Cubula) et peut-être la Zisa, s’appelait Genoard, transcription de Jannat al-Arḍ (« le paradis terrestre ») dont il est sans doute révélateur que le nom ne soit pas traduit, mais seulement transcrit. Cf., H.-R. Meier, Die normannischen Königspaläste in Palermo : Studien zur hochmittelalterlichen Residenzbaukunst, Worms, 1994, et le très rapide G. Bellafiore, Giardini e parchi della Palermo normanna, Palerme, 1996.

32 S. Braida Santamaura, « Il palazzo ruggeriano di Altofonte », Palladio, n.s., 2 (1973), p. 185-187.

33 L’art des fontaines a été particulièrement développé à Palerme. Cf. le shadirwān de la Zisa (G. Spatrisano, La Zisa e lo Scibene di Palermo) et les fouilles menées à Palerme, à la villa Napoli (structure du XVIIe siècle qui entoure un pavillon de la fin de l’époque normande, la « Cubula »), cf. F. Ardizzone, « Palermo. Villa Napoli : Scavi 1998. Notizie preliminari », Kokalos, 43-44 (1997-1998), II, 2, p. 600-605.

34 La Favara qui associait un parc, un édifice et un vivier, localisés à proximité de Palerme, est décrite en ces termes par Benjamin de Tudèle lors de son passage en Sicile en 1172 : « De là [Messine], il y a deux journées à la ville de Palerme. C’est une grande ville qui mesure deux milles de long et deux milles de large. C’est là que l’on trouve le palais du roi Guillaume. Il y a dans cette ville environ deux mille juifs, beaucoup de chrétiens et d’Ismaélites. C’est une terre qui abonde en sources d’eau, en rivières, en jardins, en vergers, en froment et en orge. Il n’y a point de ville semblable dans toute la Sicile. C’est là aussi que le roi possède un palais-jardin appelé al-Hacina. On y trouve toutes sortes d’arbres fruitiers. Au milieu, il y a une source d’eau qu’on a entourée d’une muraille, avec un bassin appelé Albouhira (al-Buḥayra : « la petite mer »), où il y a toutes sortes de poissons et les barques du roi, couvertes d’or et d’argent, sur lesquelles le roi et ses femmes se promènent. Dans le jardin, il y a un grand palais dont les murailles sont ornées de figures, d’or et d’argent. Le parterre est en marbre, où sont dessinées toutes sortes de formes qui sont dans le monde ». Cf. H. Harboun, Les voyageurs juifs du XIIe siècle, Aix-en-Provence, 1986, p. 138. Ce vivier a également été chanté par Romuald de Salerne : Pulcrum fecit vivarium, in quo pisces diversorum generum de variis regionibus adductos, iussit inmitti, cf. B. Lorenzi : « Parchi e verzieri », p. 215.

35 Cf. G. D’Erme, « Contesto architettonico », p. 5-6.

36 Il s’agit de celle du rez-de-chaussée M. Amari, Epigrafi arabiche, p. 77-82.

37 J. Dakhlia, Le divan des rois, chapitre 1 et également A. Al-Azmeh, Muslim Kingship, p. 161-162.

38 Hoc opus horologii precepit fieri dominus et magnificus Rex Rogerius. Anno... ; M. Amari, Epigrafi arabiche, p. 29-33.

39 Ô thauma kainon o krataios despotês Rogerios rix ek theouskêptokratôr Roun Chalinoi tês reousês ousias gnôsin nemôn aptaiston ôrôn tou ib tês basileias cronô mêni martiô ind. e et. schn. [soit : « Oh ! spectacle nouveau ! Le seigneur Roger, roi qui tient son sceptre de Dieu, freine le cours de la substance liquide et diffuse la connaissance impeccable des heures du temps. Le mois de mars, indiction V, l’an 6650 (1142) »], ibid.

40 Kharaja amr al-ḥaḍra al-malikiyya al-mu‘aẓẓamiyya al-rujāriyya al-‘aliyya – abbada llāh ayāma-hā wa-ayyada a ‘lāma-hā – bi-‘amal hadhihi al-ala li-raṣad al-sa‘āt (« L’ordre de la majesté royale, très vénérable, rogérienne, élevée – Que Dieu prolonge ses jours et soutienne ses étendards ! – a été donné de fabriquer cette machine pour observer (raṣad) les heures ») ; ibid.

41 On retrouve cette double dimension dans le poème d’Ibn Qalāqis à la gloire de Guillaume II, cf. A. Nef, « Un poème d’Ibn Qalāqis ». Ce panégyrique, jusque-là inédit, figure également dans l’annexe VIII.

42 L’inscription assez longue qui ornait la Cuba (M. Amari, Epigrafi arabiche, p. 82 et sq.) est très mal conservée et lacunaire ; le sujet exact de la phrase est donc inconnu, mais doit être Guillaume lui-même. Cf. M. A. De Luca, « Una proposta di rilettura dell’iscrizione araba della Cuba », dans Rassegna siciliana di storia e cultura, 9 (2000), p. 59-74.

43 Bi-aymin awqāt wa-as‘ad aḥyān ; ibid.

44 Ceci demeure une hypothèse dans la mesure où l’inscription est incomplète, pour une relecture récente, cf. ibid.

45 Eugenius Panormitanus, Versus iambici, Carmen XXIV.

46 Ibn Qalāqis, Dīwān, éd. S. al-Furaiḥ, Koweit, 1988, p. 145-147 et trad. dans A. Nef, « Un poème d’Ibn Qalāqis... » et dans l’annexe VIII. Sur ce thème, les vers 28-30 : « 28. Tu soumets les destins à tes désirs / et ils accourent pour accomplir tes projets selon tes desseins. 29. J’affirme que les vicissitudes du sort t’ont rendu maître de leur gouvernement / et qu’elles ont prêté ce serment : ‘on ne peut se soustraire à ce gouvernement’. 30. Il agit sur elles avec justice de manière expérimentée / avec la clairvoyance du cours des choses, en frère de l’entendement ».

47 Cf. Idrīsī, p. 58 : « Quel est le but éloigné que ce roi n’atteint pas et sur lequel il n’est pas informé ? Quelle est l’aspiration difficile qu’il ne réalise et ne rend possible ? D’autant que le cours des choses est en accord avec ses efforts et sa volonté, que la félicité le sert et dépend de sa préférence en toute circonstance ».

48 Cf. chapitre 1.

49 M. Abbès, Islam et politique, p. 26-30.

50 Cf. J. Dakhlia, Le divan des rois, p. 37-40. Cf., pour l’évolution du terme, l’entrée malik dans l’EI.

51 Ibn Qalāqis n’utilise que ce terme dans son panégyrique de Guillaume II pour désigner sa souveraineté. Cf. A. Nef, « Un poème d’Ibn Qalāqis » et l’annexe VIII.

52 Le terme renvoie soit à l’ensemble du bâtiment, soit à une pièce ouverte sur l’extérieur. Il pourrait également s’agir d’une référence à l’iwān par excellence, le palais de Ctésiphon (cf. infra).

53 J. Dakhlia, Le divan des rois, p. 179-181.

54 Cf. Le poème d’al-Buthīrī cité plus haut, p. 181.

55 « Cessez Rome et Constantinople, faites silence et mettez fin aux anciens tumultes, rejetant les Césars au loin, dans les ténèbres.
La splendeur qui s’élève au-dessus de la Sicile éteint votre lampe et votre faste [...]
Un seul dépasse tous les autres de très loin, un seul est source de bienfaits pérennes. Qui est-il ? Il se manifeste seul et n’a pas besoin de hérauts.
Mais, ô roi trois fois grand, trois fois béni, que tu foudroies l’ouïe, l’esprit, la bouche ; que le début de ta couronne ne connaisse pas de terme, que ta vie soit sans fin, comme ta majesté. Les rois te porteront dons et tributs, ils seront tes assistants sur le trône, et t’appelleront d’une seule voix souverain.
Ils apprendront que la monarchie te revient de droit » (Eugenius Panormitanus, Versus iambici, carmen XXIV).

56 Cf. le premier hémistiche du vers 20 : « On leur exprime, à l’est comme à l’ouest, de la vénération ».

57 Cf. Idrīsī, p. 58 : « Le meilleur sujet auquel puisse s’intéresser un observateur, car il lui inspirera pensées et idées, est le grand roi Roger, glorieux par Dieu, et puissant par la puissance de ce dernier, roi de Sicile, d’Italie, de Lombardie et de Calabre, soutien de l’imām de Rome et de la religion chrétienne. Il est supérieur au roi des Rūm, par l’extension et la rigueur de son pouvoir. Il mène les affaires comme il l’entend. Qu’il confirme ou infirme ce qui est, il rend la justice dans le cadre de sa religion en se soumettant à l’équité, il comprend ses sujets sous la protection de sa générosité et de sa grâce. Il tient les rênes de son royaume de la manière la plus ferme et il soumet le déroulement de son règne au meilleur ordre et à la plus belle des harmonies. Il a conquis des pays à l’est comme à l’ouest ; il a courbé les nuques des tyrans de sa religion au loin et à proximité [...] ».

58 À propos de ce court texte, cf. le Préambule, p. 59, pour l’auteur, seule la mort de Robert Guiscard l’empêche de devenir « empereur des Perses » et il affirme « il n’était le second de personne parmi les rois et les empereurs ».

59 L’hypothèse d’un emprunt à Richard le Poitevin par l’anonyme auteur de l’Hystoria, avancée par J.-M. Martin dans « Une « histoire » peu connue », pourrait être inversée. On pourrait émettre l’hypothèse que le chroniqueur poitevin, fort isolé dans son enthousiasme en France de l’ouest, a repris le texte en question dans sa chronique plutôt qu’il n’en est l’auteur. L’origine du texte, dans ce cas, pourrait ne pas être française mais plutôt italienne, voire sicilienne.

60 Le lion est un symbole universel du pouvoir et il est difficile d’assigner une origine précise et certaine à l’utilisation de cette image par les Hauteville. Elle est omniprésente : comme symbole de la dynastie, sur les édifices (L. Kapitaikin, « The Paintings of the Aisle-Ceilings », p. 118-120), sur les vêtements royaux (cf. G. D’Erme, « Contesto archittetonico », p. 6 et cf. S. Tramontana, Vestirsi e trasvestirsi, p. 93), sur les monnaies (L. Travaini, La monetazione, table 20, ex. 370) et dans la poésie (cf. infra). Comme le rappelle W. Tronzo, Romuald de Salerne associait Roger II à une facies leonina, cf. « Il manto di Ruggero », p. 259.

61 Ainsi des trois vers suivants : « 8. Il guide ceux qui ressemblent à des lions /mais ne sont motivés que par un roi puissant. 9. Les régions du monde tremblent à leur rugissement / qui précipite la beauté de la prospérité dans la désolation. 10. Ils mettent du zèle à s’emparer des marches frontières / de sorte que leurs défenses apparaissent au matin comme des bouches sous les coups ».

62 « Les rois et les satrapes tremblent devant toi car ils reconnaissent clairement le lion à sa griffe, et craignent son rugissement, qui renverse et détruit les montagnes de l’injustice [...] » (Eugenius Panormitanus, Versus iambici, carmen XXIV).

63 Dans un des passages les plus développés sur ce thème : « Les maîtres d’astrologie enseignent que tu tires profit du signe zodiacal du Lion et de ses petits [...] : toi qui est fils et père de roi, faisant entendre un rugissement du fond de ta poitrine, tu frappes parmi les animaux les bêtes féroces – les tyrans – leur ôtant peaux et queues, afin qu’ils aprennent à obéir au nouveau pouvoir » (v. 1385-1393 ; éd. et trad. dans M. Puccia, « L’anonime Carme di supplica », p. 256.

64 Il s’agit du v. 61 : « Les Bédouins menaient la Guerre Sainte contre les Barbares, porcs sur lesquels se déchaînaient des lions furieux », Ibn Ḥamdīs, Il Canzoniere nella traduzione di Celestino Schiaparelli, éd. S. E. Carnemolla, Palerme, 1998, p. 240. Pour le contexte de ce vers, on verra, A. De Simone, « Ruggero II e l’Africa islamica », dans Il Mezzogiorno normanno-svevo e le Crociate (Atti delle quattordicesime giornate normanno-sveve. Bari 17-20 oct. 2000), éd. G. Musca, Bari, 2002, p. 95-130.

65 Pour une tentative d’étude combinée de l’art princier musulman, byzantin et européen au Moyen Âge, on peut voir les premiers jalons posés dans A. et O. Grabar, « L’essor des arts inspirés par les cours princières à la fin du premier millénaire : princes musulmans et princes chrétiens », dans L’Occidente e l’Islam nell’alto Medioevo (XII Settimana di Studio del centro italiano di Studi sull’Alto Medioevo, 2-8 avril 1964), Spolète, 1965, p. 845-892.

66 Cf. J. Dakhlia, Le divan des rois, p. 31-43.

67 Une telle suggestion n’est évidemment pas contradictoire avec le fait que tous les éléments peuvent être l’objet de modifications et d’innovations et le sont par le fait même de leur intégration dans un contexte chrétien.

68 Comme le rappelle M. A. De Luca dans « L’uso della lingua araba », p. 260-261.

69 Au sujet des textes grecs, on verra, chapitre 1.

70 On verra ce qui a été dit des inscriptions attribuées au palais royal palermitain (chapitre 2, p. 136 et suiv.), mais aussi les comparaisons entre demeure royale et Paradis (cf. supra) ; enfin, dans le panégyrique d’Ibn Qalāqis, on trouve les vers suivants : « 13. Combien de malades du cœur sa volonté a-t-elle guéris ? / Et combien d’esprits effrayés n’a-t-il pas rétablis dans leur corps ? 14. Il a vaincu grâce à la lumière du Seigneur qui guide dans la voie droite / Il ressuscite pour nous les morts et libère de la maladie ; 15. Il ajoute aux réalisations du Messie / ce que lui a enseigné le fil du sabre dans l’action de trancher ; 16. Il y a eu un temps où il ne partageait avec aucun ami proche / ce que le Seigneur lui avait enseigné » (cf. Ibn Qalāqis, Dīwān, p. 146 et trad. dans A. Nef, « Un poème d’Ibn Qalāqis » et dans l’annexe VIII).

71 Cet étonnement est parfaitement rendu par la description de la Chapelle palatine que dresse l’auteur de l’Epistola (nous citons la traduction de S. Tramontana) : Inoltre a chi entra nel Palazzo da quella parte che guarda la città, si offre per prima la Cappella regia che, rivestita di un pavimento di splendida fattura, ha anche le pareti decorate in basso con lastre di prezioso marmo, in alto invece con tasselli musivi, alcuni dorati, altri di vari colori, che mostrano dipinta la storia del Vecchio e del Nuovo Testamento. Adornano poi il soffitto ligneo di notevole altezza la sorprendente leggiadria dell’intaglio, la splendida molteplicità di pitture e il fasto dell’oro che brilla da ogni parte (Lettera a un tesoriere di Palermo, p. 137).

72 Cf., par exemple, la description du palais royal par al-Idrīsī (Idrīsī, p. 309).

73 Le seul ouvrage récent qui aborde ces questions est trop rapide : K. Mallette, The Kingdom of Sicily 1100-1250, Philadelphie, 2005. Précisons que la production sur ce sujet est infinie ; on ne trouvera donc pas ici de bibliographie exhaustive.

74 Cf. Préambule.

75 Ce texte fait lui-même partie de la Geste de Guillaume d’Orange, il a été édité dans les deux versions qui nous sont parvenues : Les deux rédactions en vers du Moniage Guillaume, chanson de geste du XIIe siècle, éd. W. Cloetta, Paris, 1, 1906 et 2, 1911. Cf., sur sa dimension sicilienne, R. Lejeune, « La Sicile et la littérature française », p. 87.

76 Celui-ci écrivit le poème épique intitulé Aleschans qui met en scène les luttes entre chrétiens et musulmans. Quelques années plus tard, il rédige probablement la Bataille Loquifer qui reprend les aventures du héros de ce récit, Rainouart. Ce dernier voyage en Sicile et se rend à Avallon où il rencontre Arthur et Morgane (A. Di Stefano, La Cultura in Sicilia nel periodo normanno, Bologne, 1954, p. 74).

77 Le monastère du Saint-Sauveur de Telese est situé à proximité de Bénévent.

78 Alexandri Telesini Abbatis Ystoria Rogerii Regis Sicilie Calabrie atque Apulie, éd. L. De Nava et comm. de D. Clementi, Rome, 1991 (FSI, 112). On verra, en particulier, l’introduction de L. De Nava et le commentaire historique de D. Clementi p. 175 à 336.

79 Sur l’identité de celui que l’on appelle le Pseudo-Falcand, cf. Épilogue, p. 598-600. On trouvera un résumé des controverses autour de son attribution dans A. De Lellis, « Il “Liber de regno Sicilie” e la “Epistola ad Petrum” del cosidetto Ugo Falcando. Stato degli studi », Archivio storico siciliano, ser. IV, 33 (1974), p. 491-572. G. E. Hood a avancé à nouveau que l’auteur des deux textes était Hugues Foucauld, abbé de Saint-Denis, cf. G. E. Hood, « Falcandus and Falcaudus, Epistola ad Petrum, Liber de Regno Sicilie. Literary Form and Author’s Identity », Studi Medievali, 40/1 (1999), p. 1-43. S. Tramontana, sans jamais citer cet article, s’est opposé à cette hypothèse, en maintenant l’incertitude quant à l’identité de l’auteur : S. Tramontana, « La lettera dello pseudo Ugo Falcando : una lettura filologica », dans Nobiles Officinae, 2, p. 81-90.

80 G. B. Siragusa l’a édité en 1897 pour la collection des Fonti per la storia d’Italia (22) et une traduction annotée a récemment vu le jour en anglais sous le titre The History of the Tyrants of Sicily by ‘Hugo Falcandus’ 1154-1169 grâce à la collaboration de G. A. Loud et T. Wiedemann, (Manchester-New York, 1998).

81 On dispose d’une édition critique, d’une traduction et d’un commentaire grâce à S. Tramontana, Lettera a un tesoriere di Palermo.

82 G. M. Cantarella, « Ripensare Falcando », Studi Medievali, 34/2 (1994), p. 823-841. Sur ce point, cf., également, l’introduction à la version anglaise de ce texte The History of the Tyrants of Sicily by « Hugo Falcandus » 1154-1169.

83 Sur le chroniqueur et sa place dans le panorama de son époque, cf. l’introduction étoffée de G. Andenna, H. Houben et M. Oldoni à la traduction italienne Romualdo Guarna, Chronicon, trad. C. Bonnetti, Cava de’Tirreni, 2001 (Schola Salernitana, Studi e Testi, 6).

84 Pour un point sur la question et la bibliographie principale, cf. M. Zabbia, « Romualdo Guarna arcivescovo di Salerno e la sua cronaca », dans Salerno nel XII secolo. Istituzioni, società, cultura (Atti del Convegno internazionale Raito di Vietri sul Mare 16-20 juin 1999), éd. P. Delogu et P. Peduto, Salerne, 2004, p. 380-398.

85 Le peu que l’on sait de cette veine de la Table Ronde et de son introduction en Sicile est résumé dans H. Bresc, « Excalibur en Sicile », Medievalia, 7 (1987), p. 7-21 et « Paradis et enfer du monde européen », dans Palerme 1070-1492. Mosaïque de peuples, nation rebelle : la naissance violente de l’identité sicilienne, dir. H. Bresc et G. Bresc-Bautier, Paris, 1993 (Autrement. Série Mémoires, 21), p. 195-204.

86 Gervais de Tilbury, Le livre des merveilles. Divertissement pour un Empereur (Troisième partie), trad. A. Duchesne, Paris, 1992, p. 152.

87 Guillaume de Palerne, éd. A. Micha, Genève, 1990.

88 Les spécialistes ne sont pas unanimes sur ce point, certains l’attribuent au début du XIIIe siècle.

89 Cf. R. Lejeune, « La Sicile et la littérature française », p. 90.

90 Il a été édité par P. B. Liacentini et publié en annexe d’un article de O. Hartwigh, « Re Guglielmo I e il suo grande ammiraglio Majone di Bari », Archivio storico per le province napoletane, 8/1 (1883), p. 397-485, spéc. p. 464-485. L’auteur n’en connaissait, toutefois, qu’un manuscrit, conservé à Turin. Mais, l’original l’est à Paris (B. n. F, nouv. acq. lat. 1772, cf. Manuscrits enluminés de la Bibliothèque Nationale. Manuscrits d’origine italienne. I : VIe-XIIe siècles, éd. F. Avril et Y. Zaluska, Paris, 1980). Cf. également, D. Matthew, « Maio of Bari’s Commentary on the Lord’s Prayer », dans Intellectual Life in the Middle Ages. Essays presented to Margaret Gibson, éd. L. Smith et B. Ward, Londres-Rio Grande, 1992, p. 119-139.

91 Nous renvoyons sur ce point à A. Di Stefano, La Cultura in Sicilia, p. 62-73.

92 P. Gautier Dalché, Du Yorkshire à l’Inde. Une géographie urbaine et maritime de la fin du XIIe siècle (Roger de Howden ?), Genève, 2005 (E.P.H.E., Hautes études médiévales et modernes, 89).

93 Ibid., p. 215-218.

94 Ménager, Amiratus, p. 96-103.

95 G. Orofino et V. Pace, « La miniatura », dans I Normanni, p. 263-271.

96 Ainsi du Missel du XIIe siècle conservé à la bibliothèque régionale de Palerme sous la cote ms. XIV.F.16 ; cf. le catalogue Biblioteca centrale della regione siciliana, éd. S. Masone Barreca, Florence, 1992, p. 34 et le bref M. G. Cacioppo, « Il Messale XIV. F. 16 della Biblioteca Centrale della Regione Siciliana. Osservazioni paleografiche e musicologiche », Schede Medievali, 38 (2000), p. 91-105. Il se rattache à une tradition normande qu’attestent aussi les tropaires de la B. N. de Madrid (mss 288, 289 et 19421). Cf. G. Orofino et V. Pace, « La miniatura », p. 270 et D. Hiley, « The Norman Chant Traditions. Normandy, Britain, Sicily », Proceedings of the Royal Musical Association, 107 (1980-1981), p. 1-33 et « Quanto c’è di normanno nei tropari siculo-normanni ? », Rivista italiana di musicologia, 18 (1983), p. 3-28. Le Liber cantus chori, conservé également à la B. N. de Madrid (ms. Vitr. 20-4), est daté entre 1130 et 1154 car on y trouve une référence à Roger II dans l’Exultet du Samedi Saint (cf. M. C. Di Natale, « La miniatura a Palermo nell’età tardo-normanna », dans Federico II e la Sicilia, p. 385, qui renvoie à la bibliographie antérieure). Pour la période intermédiaire, un manuscrit, conservé à la Biblioteca Ambrosiana de Milan (ms. A 92 Inf.) et daté de 1166-1167, moment où Ansaldus, châtelain du palais royal de Palerme, le fait réaliser pour S. Savino di Puglia (ibid.), a longtemps été qualifié de bénédictionnaire, en raison du contenu du colophon du fol. 208r alors qu’il s’agit d’un Ordo ad principem consecrandum, cf. H. Schneider, « Ein unbekannter Ordo ad principem consecrandum aus dem süditalianischen Normannenreich », Deutsches Archiv für Erfoschung des Mittelalters, 60-61 (2004), 53-95, qui revoit l’ensemble du dossier. M. L. Fobelli, « La vitalità dei motivi ornamentali dello “scriptorium” di Palermo e un inedito disegno tardo-normanno », dans La Cattedrale di Palermo, p. 221-231, suggère aussi de lui attribuer un évangéliaire conservé à Mdina (Malte) (p. 223-224), un volume des lettres de Bède conservé à la bibliothèque bodléienne d’Oxford (Ms. Laud. Misc. 57), un martyrologe conservé à la Free library de Philadelphie et un fragment contenant des écrits de saint Cyprien conservé à la Columbia University de New York (p. 224). On a également suggéré qu’il fallait ajouter à cet ensemble, la Bible de S. Daniele di Friuli, cf. C. Tristano, « Famuli, famulae. Segni di autorità femminile nel sacramentario dell’ASDPa, ms. 3 », dans Storia e arte nella scrittura. L’archivio storico diocesano di Palermo a 10 anni dalla riapertura al pubblico (1997-2007), Palerme, 2008, p. 371-391, spéc. p. 373.

97 Décrit dans Manuscrits enluminés de la Bibliothèque Nationale. Manuscrits d’origine italienne.

98 Voir, par exemple, M. L. Fobelli, « La vitalità dei motivi ornamentali », p. 224 et p. 227, à propos du missel gallican de l’Archivio Storico Diocesano de Palerme (ms. 1) qui date de la fin du XIIe siècle. Il faudrait faire entrer dans ce groupe plus tardif, l’épistolaire de l’Archivio Storico Diocesano de Palerme (ms. 10) et l’évangéliaire de Monreale (ms. 8) antérieur à 1189, cf. M. C. Di Natale, « La miniatura a Palermo nell’età », p. 385 et 386.

99 Cf. H. Buchtal, « The Beginnings of Manuscript Illumination ».

100 Cf. G. Orofino et V. Pace, « La miniatura ».

101 Nous ne nous étendons pas sur cette activité qui touche de moins près les souverains normands. On peut voir les mises au point suivante : M. C. Di Natale, « I codici latini », dans Federico II e la Sicilia, p. 357-362 et M. R. Menna, « I codici della Biblioteca Nazionale di Madrid », ibid., p. 363-372.

102 Demeure entière la question de savoir si seul le texte est d’origine agrigentine ou si le manuscrit lui-même l’est. Il s’agit du ms. 2 Qq E2 de la Biblioteca Comunale de Palerme. Sa composition est datée de la première moitié du XIIe siècle. Cf. L’età normanna, p. 136 et B. Rocco, « Il tabulario della Capella Palatina di Palermo e il Martirologio di epoca ruggierana », Ho Theologos, 14 (1977), p. 140-144. Cf. F. Aricò, « Il Martirologio di Usuardo della Biblioteca Comunale di Palermo (sec. XII) », Schede medievali, 43 (2005), p. 1-46. On y trouve les variantes par rapport au Martyrologe d’Usuard, qui est le texte de référence de ce manuscrit. Cf. A. Nef, « Sur les saints de la Sicile normande : à propos du martyrologe Ms 2 Qq E2 de la Biblioteca Comunale de Palerme », dans Puer Apuliae, 2, p. 477-490.

103 Il était jusqu’ici plutôt attribué à Palerme. Cf., pour cette hypothèse, A. Nef, « Sur les saints de la Sicile normande ».

104 Pour un aperçu général sur la culture grecque et la cour palermitaine sous les Hauteville, cf. F. Giunta, Bizantini e bizantinismo nella Sicilia normanna, p. 55-63 et p. 83-92 et V. von Falkenhausen, « Friedrich II. und die Griechen im Königreich Sizilien », dans Federico II. Convegno Internazionale dell’Istituto Storico Germanico di Roma nell’VIII centenario della nascita, éd. A. Esch et N. Kamp, Tübingen, 1996, p. 235-262, spéc. p. 238-245.

105 L’ouvrage est publié dans Migne (PG, 132), col. 1083-1114, Paris, 1864, et rééd. anastat. Turnhout, 1984, dans G. Parthey, Hieroclis synecdemus et notitiae graecae episcopatuum, Berlin, 1866, rééd. Amsterdam, 1967, p. 265-308. Cf. également l’analyse de la partie géographique de l’œuvre dans J. Darrouzès, Notitia episcopatuum Ecclesiae Constantinopolitanae, Paris, 1981, p. 373-377.

106 Ce patronage est rappelé au début du texte.

107 S. Caruso, « Echi della polemica bizantina antilatina dell’XI-XII sec. Nel De œconomia Dei di Nilo Doxopatres », dans Atti del Congresso Internazionale, p. 403-432.

108 L’objectif de ce traité est de justifier historiquement le rattachement des églises de l’Italie méridionale à la juridiction de Constantinople. Cf. I. Spiteris, La critica bizantina del primato romano nel secolo XII, Rome, 1979, p. 126-153.

109 Cf. V. von Falkenhausen, « Doxapatres, Nilo », dans Dizionario biografico degli Italiani, vol. 41, 1992, p. 610-613.

110 S. Caruso a suggéré qu’il faut en effet lui attribuer l’hagiographie anonyme (BHG 1513) de Saint Philarète le jeune dans « Sull’autore del Bios di S. Filareto il Giovane : Nilo Doxapatres ? », Epetêris Etaireias Bizantinôn Spodôn, 41 (1979-1980), p. 293-304. Hypothèse rejetée par E. Follieri dans « I santi dell’I-talia greca », Rivista di Studi Bizantini e Neoellenici n.s. 34 (1997), p. 3-36, spéc. p. 28-29.

111 Philagète de Cerami, Omelie per i vangeli domenicali e le feste di tutto l’anno, éd. G. Rossi Taibbi, 1, Palerme, 1969 (ISSBN, Testi, 11). Voir l’article de V. von Falkenhausen dans le Dizionario biografico degli Italiani, s. v. Filagato da Cerami et, surtout, G. Rossi Taibbi, Sulla tradizione manoscritta dell’omiliario di Filagato da Cerami, Palerme, 1965 (ISSBN, Quaderni, 1). L’ouvrage regroupe soixante dix-sept textes et un fragment, auxquels s’ajoutent onze textes incomplets ou qui ne sont pas à proprement parler des homélies ; on en connaît une centaine de copies datées entre le XIIe et le XVIIIe siècle, et qui sont conservées de la Sicile à l’Orient.

112 B. Lavagnini l’a traduite dans « Profilo di Filagato da Cerami ».

113 Les Erotemata grammatika sont mentionnés dans un inventaire de la bibliothèque de S. Pietro dell’Arena rédigé en 1457 et inclus dans le Liber visitationis d’Athanase Chalkeopoulos qui y fait le compte rendu de la visite de soixante dix-huit monastères calabrais. Il a été édité : M.-H. Laurent et A. Guillou, Le ‘liber visitationis’ d’Athanase Chalkéopoulos (1457-1458). Contribution à l’histoire du monachisme grec en Italie méridionale, Cité du Vatican, 1960 (Studi e testi, 206), p. 115-117 pour S. Pietro dell’Arena, spéc. p. 115. Cf. B. Lavagnini, « Profilo di Filagato da Cerami », p. 232 et « Filippo-Filagato promotore degli studi di greco in Calabria », Bollettino della badia greca di Grottaferrata, n. s. 28 (1974), p. 3-12.

114 G. Zaccagni, « Il bios di s. Bartolomeo da Sieri (BHG 235) », Rivista di studi bizantini e neoellenici, n.s. 33 (1996), p. 3-21 et Ead., « Considerazioni sulla paternità del bios di s. Bartolomeo da Sieri », dans Liturgia e agiografia tra Roma e Costantinopoli (Atti del I e del II Seminario di Studio, Rome-Grottaferrata 2000-2001), éd. K. Stantchev et S. Parenti, Grottaferrata, 2007 (Analecta Kryptoferris, 5), p. 33-44. Hypothèse critiquée dans un compte rendu de l’édition établie par l’auteur de ces deux articles par S. Caruso, dans Bizantinistica, 1 (1999), p. 305-349, mais soutenue par E. Follieri dans « I santi dell’Italia greca », p. 33-34.

115 E. Jamison, Admiral Eugenius.

116 Il est issu d’une famille grecque insulaire qui fut toujours liée au pouvoir royal : son grand-père était notaire à Troina, son père, Jean, était émir et ses oncles paternels, Philippe et Nicolas, étaient respectivement logothète et émir ; lui-même est attesté comme magister duane baronum entre 1174 et 1189. Opposé à Henri VI, il fut emprisonné en Allemagne avant de revenir mourir dans le sud de l’Italie.

117 Pour une édition critique, cf. Eugenius Panormitanus Versus Iambici. Il s’agit de vingt-quatre poèmes dodécasyllabiques conservés dans un manuscrit unique du XIVe siècle. La moitié est consacrée à une description des vices et des vertus et l’autre à des thèmes religieux, à l’exception du poème XXIV qui, comme nous l’avons vu, est un panégyrique de Guillaume Ier.

118 Cf. infra.

119 Cf., par exemple, trois épitaphes du XIIe siècle situées à Messine et Palerme (pour Georges d’Antioche, son épouse et sa mère). A. Acconcia Longo, « Gli epitaffi giambici per Giorgio di Antiochia, per la madre e per la moglie », QFIAB, 61 (1981), p. 25-59 ; B. Lavagnini, « L’epitaffio in Palermo di donna Irene consorte di Georgio l’Ammiraglio », dans Studi in onore di Francesco Gabrieli nel suo ottantesimo compleano, 2, éd. R. Traini, Rome, 1984, p. 435-442 ou Id., « L’epigramma e il commitente » et, enfin, Id., « Cultura bizantina in Sicilia sotto i Normanni. Epigrammi greci a Palermo e a Messina », Bollettino della Badia greca di Grottaferrata, n. s. 36 (1982), p. 81-93. Elles ont été rééditées sans modification dans A. Guillou, Recueil des inscriptions grecques médiévales d’Italie, Rome, 1996 (CEFR, 222), p. 211-216.

120 Pour une présentation synthétique sur le sujet, A. Jacob, « Épigraphie et poésie dans l’Italie méridionale hellénophone », dans L’épistolographie et la poésie épigrammatique (Actes de la 16e Table ronde du XXe Congrès International des Études byzantines), Paris, 2003 (Dossiers byzantins, 3), p. 161-176, spéc. p. 173-175. Notons dans des milieux proches de la cour, ou probablement proches de la cour : les vers de la mosaïque qui dans l’église S. Maria dell’Ammiraglio, construite par Georges d’Antioche, représente la Vierge et le commanditaire et ceux, disparus mais redécouverts car copiés dans un manuscrit d’époque moderne, de l’église palermitaine de S. Giorgio de Balatis : M. Re, « La sottoscrizione del vat. GR. 2294 (FF. 68-106) : il copista Matteo sacerdote e la Chiesa di S. Giorgio de Balatis (Palermo, 1260/1261). Con una nota sulla presenza greca nella Palermo del Duecento », Rivista di studi bizantini e neoellenici, n.s. 42 (2005), p. 163-201 et pour le texte des vers concernés, cf. Id., « Postilla ad un articolo sul perduto mosaico della chiesa palermitana di S. Giorgio de Balatis », Rivista di studi bizantini e neoellenici, n.s. 43 (2006), p. 165-175.

121 Le manuscrit a été découvert par E. Tsolakis, « Agnôsta erga Italobuzantinou poiêtê tou 12ou aiôna », Ellenikà, 26 (1973), p. 46-66. Voir aussi B. Lavagnini, « “Versi dal carcere” da un anonimo poeta italo-bizantino di età normanna (1135-1151) », Rivista di studi bizantini e slavi, 2 (1982), (Miscellanea Agostino Pertusi, 2), p. 323-331 et, désormais, M. Puccia, « L’anonimo Carme di Supplica a Giorgio di Antiochia », p. 131-140 pour les éléments biographiques que le texte livre sur l’auteur.

122 La description de son contenu est dans Bibliotecae Divi Marci Venetiarum codices graeci manuscripti. I. Thesaurus Antiquuus. Codices 1-299, Rome, 1981. Le recueil comprend : des extraits du Digeste, des novelles et des éclogues de différents empereurs, les lois navales de Rhodes et le nomos geôrgikos ; enfin, il comprend des novelles attribuées à Roger II. Pour une analyse juridique, on peut voir L.-R. Ménager, « Notes sur les codifications byzantines et l’Occident », dans Varia, études de droit romain, 3, Paris, 1958 (Institut de droit romain de l’Université de Paris, 16), p. 239-303.

123 G. Orofino et V. Pace, « La miniatura », p. 267.

124 S. Lucà, « I Normanni e la ‘rinascita’del sec. XII », Archivio Storico per la Calabria e la Lucania, 60 (1993), p. 1-91, spéc. p. 34. Selon l’auteur, il serait dû à un milieu de notaires.

125 J. Irigoin, « Manuscrits italiotes et traductions latines de traités scientifiques et techniques : quelques exemples », dans La cultura scientifica e tecnica nell’Italia meridionale bizantina (Atti della sesta Giornata di studi bizantini, Arcavacata di Rende, 8-9 febbraio 2000), éd. F. Burgarella et A. M. Ieraci Bio, Soveria Mannelli, 2006, p. 125-136, spéc. p. 130 et Id., « L’apport de l’Italie méridionale à la transmission des textes classiques », dans Histoire et culture dans l’Italie byzantine, p. 5-20, spéc. p. 15. Sur ce texte cf. infra, à propos des traductions.

126 S. Lucà, « I Normanni e la ‘rinascita’del sec. XII », p. 85 et note 351, estime que la médiocre qualité du manuscrit ne permet de pas de penser au fruit d’un mécénat curial.

127 Ibid. et A. Grabar et M. Manoussacas, L’illustration du manuscrit de Skylitzès de la Bibliothèque Nationale de Madrid, Venise, 1979 (Bibliothèque de l’Institut hellénique d’études byzantines et post-byzantines de Venise, 10).

128 M. Re, « A proposito dello ‘Skylitzes’di Madrid », La Memoria, Annali della Facoltà di Lettere e Filosofia dell’Università di Palermo, 3 (1984), p. 329-341. L’auteur excluait que le manuscrit ait pu être composé à Palerme. S. Lucà a attribué le manuscrit à un milieu messinois, en le datant de l’époque de Roger II. Cf. S. Lucà, « I Normanni e la ‘rinascita’del sec. XII », p. 36-63. Depuis, V. Tsamakda a renforcé l’hypothèse messinoise, mais en mettant le manuscrit en relation avec l’archimandrite du Saint-Sauveur Onofrius (1159-1183 ?) ; cf. V. Tsamakda, The illustrated Chronicle of Ioannes Skylitzes in Madrid, Leyde, 2002, p. 397 et svtes. B. L. Fonkic, « Sull’origine del manoscritto dello Scilitze de Madrid », Erytheia, 28 (2007), p. 67-89, a reproposé une origine constantinopolitaine pour le manuscrit, critiqué par S. Lucà dans « Dalle collezioni manoscritte di Spagna : libri originari o provenienti dall’italia greca meridionale », dans Ricordo di Lidia Perria III, Rivista di Studi bizantini e neoellenici, 44 (2007), p. 39-96, p. 79-80.

129 S. Lucà a réattribué le ms. Vat. gr. 300, dont le contenu est médical, au milieu messinois. Il montre également que Messine fut revitalisée par une immigration provenant de la région de Rossano. Cf. S. Lucà, « I Normanni e la ‘rinascita’del sec. XII ».

130 S. Lucà, « I Normanni e la ‘rinascita’del sec. XII ».

131 On sait cependant peu de choses sur la culture arabo-musulmane en Sicile au XIIe siècle, cf. A. De Simone, « I luoghi della cultura arabo-islamica », dans Centri di produzione della cultura nel Mezzogiorno normanno-svevo (XII Giornate normanno-sveve, Bari, 17-20 oct. 1995), éd. G. Musca, Bari, 1997, p. 55-87.

132 Cf. supra.

133 Pour un point sur la méthode du géographe, cf. l’introduction d’H. Bresc et A. Nef à al-Idrīsī, La première géographie. Cf. également G. Martinez-Gros, « La division du monde selon Idrīsī », Le Partage du monde, éd. M. Balard et A. Ducellier, Paris, 1998, p. 315-334. On se saurait ici citer l’abondante bibliographie consacrée à l’auteur ; on renverra à l’article du spécialiste, G. Oman, dans l’EI, qui y cite ses propres mises au point bibliographiques régulières.

134 La source qui permet de l’avancer est le Kitāb Wāfī bi-l-wafayāt d’al- Ṣafadī, éd. H. Ritter, Wiesbaden, 1962, 1, p. 163-164. Pour un point sur la question, cf. A. Amara et A. Nef, « Al-Idrīsī et les Ḥammūdites de Sicile : nouvelles données biographiques sur l’auteur du Livre de Roger », Arabica, 48/1 (2001), p. 121-127. Cf., également, A. Nef, « Al-Idrīsī : un complément d’enquête biograbiographique», dans Géographes et voyageurs, éd. H. Bresc et E. Tixier, 2010, Nanterre, p. 56-66. Mise au point récente sur la bibliographie d’al-Idrīsī, cf. L’Afrique dans le Uns al-Muhaj wa-rawḍ al-furaj d’al-Idrīsī, éd., trad. et comm. J.-Ch. Ducène, Louvain, 2010, p. XX-XXVIII.

135 F. Sezgin en a proposé une édition fac-similée (al-Idrīsī, Uns al-muhaj, Francfort, 1984) à partir de deux manuscrits (Hekimoglu no 688 et Ḥasan Ḥusnī, no 1289) qu’il date respectivement et hypothétiquement du XIVe siècle et du XVIe siècle. La partie concernant al-Andalus a été éditée et traduite : al-Idrīsī, Los caminos de al-Andalus en el siglo XII, éd. et trad. J. A. Mizal, Madrid, 1989, de même que celle qui décrit le Maghreb et le Bilād al-Sūdān : Al-Idrīsī, Uns al-muhaj wa-rawḍ al-furaj : qism shamāl al-Ifrīqiya wa-l-Bilād al-Sūdān, éd. Nūḥī al-Wāfī, 2007, Rabat. Un troisième manuscrit serait parvenu d’Alep à Londres avant la publication du travail de F. Sezgin. La partie concernant l’Afrique a été rééditée et traduite en français tout récemment par J.-Ch. Ducène, cf. L’Afrique dans le Uns al-Muhaj wa-rawḍ al-furaj d’al-Idrīsī.

136 Une entreprise à laquelle s’est attelé J.-Ch. Ducène. Voir aussi V. Prévost, « Les itinéraires d’al-Idrīsī dans le Sud tunisien : deux versions bien différentes », Zeitschrift der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft, 157/2 (2007), p. 353-365. Sur ce point, cf. A. Nef, « Al-Idrīsī, un complément... ».

137 Elle est mentionnée sous des titres divers : Kitāb al-jāmi‘al-ashtāt al-nabāt (Somme sur les différentes plantes), Kitāb al-mufradāt (Le livre des simples) et Kitāb al-adwiya al-mufrada (Le livre des remèdes simples), deux manuscrits inédits sont conservés à la bibliothèque Fatih d’Istambul et à la Kitābkhāna-i majlis-i Sanā à Téhéran. F. Sezgin en a proposé avec d’autres une reproduction anastatique sous le titre Compendium of the properties of diverse plants and various kinds of simple drugs, Francfort, 1995.

138 Cf. M. Meyerhof, « Ueber die Pharmakologie und Botanik des arabischen Geographen Edrisi », Archiv für Geschichte der Mathematik, der Naturwissenschaften und der Technik, 12 (1930), p. 45-53 et 225-236.

139 Toutes les traductions ne sont pas systématiquement données et des blancs, laissés « à remplir », parsèment le texte.

140 G. Oman, « Osservazioni sulle notizie biografiche comunemente diffuse sullo scrittore arabi al-Sharīf al-Idrīsī (VI-XII sec.) », Annali dell’Istituto Universitario Orientale di Napoli, 30 [20] (1970), p. 209-239, spéc. p. 226.

141 Pour quelques exemples traduits, on se référera à « Un’ipotesi su al-Idrīsī geografo e poeta », dans Azhar. Studi arabo-islamici in memoria di Umberto Rizzitano (1913-1980), éd. A. Pellitteri et G. Montaina, Palerme, 1995, p. 111-123.

142 Comme le pensait G. Oman, « Osservazioni sulle notizie biografiche ».

143 A. De Simone, « Un’ipotesi su al-Idrīsī geografo e poeta ».

144 Poète andalousien mort en 1113, sur lequel on peut voir H. Hadjadji, Ibn al-Labbāna : le poète d’al-Mu‘tamid, prince de Séville ou le symbole de l’amitié, Paris, 1997.

145 Un affrontement oral eut d’abord lieu en Sicile, puis Ibn Qalāqis consacra une épître à attaquer son adversaire ; on ne connaît que son titre peu amène : Bu‘d al-Makīn ‘an al-Tamkīn [L’éloignement d’al-Makīn de la capacité (de penser ?) ou plutôt L’incapacité ou l’Incompétence d’al-Makīn].

146 L’œuvre a été présentée et traduite en italien par A. De Simone, sous le titre Splendori e misteri di Sicilia. On y trouvera la bibliographie essentielle. Sur ce personnage, voir chapitre 5, p. 324-326.

147 Cf. p. 344-346.

148 On pourrait citer de nombreux passages. On ne retiendra que la pièce finale adressée au mécène, dont les premiers vers sont les suivants : Per fugare l’oscurità è stata predisposta la fresca luce [del mattino], né senza essa mai svanirebbe [la notte]. / Non sempre è d’uopo che chi ha estinto la fiamma la riaccenda, ché anche aspersa essa talor riprende a divampare. / E come potrebbe essere spento dall’acqua versata un tizzone che avvampa rossagiando fin sulle nostre gote. / E come potrebbe non più battere un cuore che dalla passione più del dovuto è stato dominato (...).

149 Ibn Qalāqis, Splendori e misteri, p. 70. Il s’agit du Naẓm al-sulūk fīmadā’iḥ man laqī-hu min al-mulūk.

150 Cf. supra.

151 Il serait nécessaire de faire un point systématique et spécifique sur l’ensemble de la production poétique arabe en Sicile à cette époque, on a en effet conservé nombre d’extraits d’ouvrages ou de bribes d’informations sur des poètes variés. On trouvera des informations, par exemple, dans A. De Simone, « Alla corte di Ruggero II » et de nombreux extraits traduits dans la BAS, 2, passim.

152 Dans la traduction d’A. De Simone : Egli fece sì che Ruggero avesse un posto tra le biografie reali e ordinò ad uno dei suoi segretari (kuttāb) noto come al-Ḥanash, di comporre un libro e quegli mise insieme per lui una biografia (ṣīra) (« Il Mezzogiorno normanno-svevo », p. 278).

153 Deux éditions sont désormais disponibles, celle de A.A. b. A. b. ‘Abd al-Majid (Le Caire, 1978) et celle de M. A. Damaj (Beyrouth, 1995). Le texte a été traduit en italien Ibn Ẓafer, Sulwān al-Mutā’ossiano Conforti politici, trad. M. Amari, revue par P. Minganti, Palerme, 1973 et récemment en anglais : The just Prince. A Manual of leadership including authoritative English translation of the Sulwan al-Mutā‘fī ‘Udwan al-Atba‘, trad. J. A. Kechichian et R. Hrair Dekmejian, Londres, 2003.

154 Pour un point sur la vie de l’auteur, cf. l’introduction à la traduction de Michele Amari (ibid.). Un certain nombre des notices de dictionnaires biographiques concernant Ibn Ẓafar sont traduites par le même dans la BAS, telles celles de ‘Imād al-dīn al-Iṣfahānī, Ḥarīdat al-Qaṣr (BAS, ar., 2, p. 729-730 et BAS, 2, p. 477-478), d’Ibn Khallikān, Wafayāt al-A‘yān (BAS, ar., 2, p. 761-762 et BAS, 2, p. 523-525), d’al-Fāsī, Kitāb al-‘iqd al-tamīn (BAS, ar., 2, p. 806-807 et BAS, 2, p. 568-571), d’al-Maqrīzī, Kitāb al-Muqaffā (BAS, ar., 2, p. 812-813 et BAS, 2, p. 581-585) et celle d’al-Suyūṭī, Bughīyat al-wa‘ā (BAS, ar., 2, p. 820-821 et BAS, 2, p. 597-598), auxquelles on peut ajouter les annales d’Abū l-Fiḍā, Kitāb al-Muḥtaṣir, p. 103, l’ouvrage de Ḥājjī Khalīfa, Kashf al-ẓunūn, p. 650, 653 et 656, ou celui d’al-Dawūdī, Ṭabaqāt al-Musaffirīn, éd. ‘A. M. Ùmar, Le Caire, 1972, p. 167-168.

155 Sur cette littérature qui a connu un développement précoce en Islam, cf. A. K. Lambton, « Islamic Mirror for Princes », dans Ead., Theory and Practice in Medieval Persian Government, Londres, 1980, texte VI. Voir également la très bonne mise au point de M. Abbès, Islam et politique, p. 19-22.

156 Le premier est l’abandon à Dieu, le deuxième le réconfort, le troisième la persévérance, le quatrième le fait de s’en remettre à la volonté de Dieu et le dernier consiste à se convaincre de la vanité du monde.

157 Cf. Ibn al-Muqaffa‘, Le livre de Kalila et Dimna, trad. A. Miquel, Paris, 1957.

158 Cf. infra.

159 C’est au même qu’Ibn Qalāqis a dédié son ouvrage rédigé en Sicile, comme nous l’avons vu plus haut.

160 Pour M. Amari (cf. SMS, 6, p. 741), il s’agit de Mujīr al-Dīn et l’ouvrage aurait été rédigé dans les années 1150 en Syrie.

161 Les avis ne sont pas unanimes, cf. SMS, 6, p. 736-737. Al-Maqrīzī et Ibn Khallikān le font naître en Sicile.

162 Introduction au Khayr al-bishar bi-khayr al-bashar (BAS, ar., 2, p. 846-848 et BAS, p. 634-638).

163 Continuando io dico, che un re (malik) di egregi fatti e di intenzioni che ognun sapea diritte ; (principe) commendevole per uso alla riflessione e dotato di molta forza d’intelletto ; pien d’amore per la scienza, alla quale egli avea dato albergo nel proprio cuore e nella propria mente, e vago sempre delle (speculazioni di) filosofia morale, (pati questa vicenda di fortuna, che furono) osteggiati i sudditi suoi da un ribelle, al quale venne fatto di alienargliene parte, onde già agognava a torgli lo Stato per forza, ed era pervenuto perfino a sedurre una mano degli ottimati della sua corte. In questa condizion di cose il re mi richiese di confortarlo con un libro di filosofia insieme e di erudizione, e vedendo ch’io tenea l’invito e sperava di guarire il suo cuore dal cordoglio che affligealo, pensò che il mio dettato non avrebbe potuto mai dissipar l’uggia dell’animo suo, nè portargli rimedio, s’io non lo scrivessi ad imitazione di Kalīla e Dimna... (BAS, ar., 2, p. 840 et BAS, 2, p. 626).

164 Cf. SMS, 6, p. 741.

165 « Les perles frontales », qui reprend un ouvrage plus ancien du même auteur et qui est un recueil d’exempla mettant en scène des jeunes gens admirables.

166 Ibn Ẓafer, Sulwān al-Mutā’ ossiano Conforti politici, p. 3-4.

167 C’est l’auteur lui-même qui précise qu’il s’est réfugié en Syrie dans la préface du Khayr al-bishar.

168 Cf. F. Chalandon, Histoire de la domination, II, p. 219 et sq. Les grands du sud de l’Italie se rebellent alors contre Guillaume Ier qui est malade et surtout contre Maion de Bari ; ils reçoivent l’aide des Byzantins et l’agitation s’étend à la Sicile. En 1156, Bari est détruite par Guillaume Ier.

169 La différence est nette entre la dédicace au qā’id sicilien de la seconde préface (BAS, ar., 2, p. 835-839 et BAS, 2, p. 622-626) et celle de la première préface (BAS, ar., 2, p. 840-843 et BAS, 2, p. 626-630).

170 Cf. supra.

171 Les trois ouvrages dédiés par Ibn Ẓafar au qā’id avant son départ définitif pour l’Orient sont le Musannī al-istishāf fī-l-Ma‘ūna wa-l-Ishrāf (Pour aider à la connaissance du Ma‘ūna wa-l-Ishrāf), explication d’un traité de droit malikite portant ce titre ; le Asālīb al-ġāya fī aḥkām ayā (Les chemins qui conduisent vers l’explication d’un verset coranique), traité de commentaire coranique, le Durar al-ġurar, déjà évoqué.

172 Il est clair que nous restreignons la réflexion à la Sicile (et à la Calabre méridionale qui en est difficilement dissociable).

173 Cf. notamment M. Re, « Il typikon del S. Salvatore de Lingua Phari come fonte per la storia della biblioteca del monastero », dans Byzantino-Sicula III. Miscellanea di scritti in memoria di Bruno Lavagnini, Palerme, 2000 (ISSBN. Quaderni, 14), p. 249-278.

174 On a évoqué plus haut le palais royal de Messine qui fut dans un premier temps la capitale comtale. Le pouvoir royal sicilien, comme celui de la plupart des rois contemporains, était itinérant et non pas centré sur une seule capitale, ce que l’on a trop tendance à oublier.

175 On ne peut citer qu’une exception à cette prédominance du latin dans la production historique : l’évocation de la conquête insulaire et du règne de Roger II par al-Idrīsī au début de sa description de la Sicile. Cf. Idrīsī, p. 306-307 et Kitāb al-nuzhat, 2, p. 589-590.

176 La seule tentative de synthèse, rapide, est celle de A.-M. Piemontese, « Codici greco-latino-arabi in Italia fra XI e XV secolo », dans Libri, documenti, epigrafi medievali : possibilità di studi comparativi, éd. F. Magistrale, C. Drago et P. Fioretti, Spolète, 2002, p. 445-466.

177 L’utilisation des trois langues insulaires dans la liturgie chrétienne est attestée par Ludolf de Sudheim qui, en route pour la Terre-Sainte, passe en Sicile dans les années 1330 et évoque un ritus sarracenorum, à côté des rites grec et latin (Ludolph de Suchem, De Itinere Terrae Sanctae, éd. F. Deycks, Stuttgart, 1851, p. 20). Cf. A. Nef, « L’histoire des « mozarabes » de Sicile. Bilan provisoire et nouveaux matériaux », dans ¿ Existe una identidad mozárabe ? Historia, lengua y cultura de los cristianos de al-Andalus (siglos IX-XII), éd. C. Aillet, M. Peñelas et Ph. Roisse, Madrid, 2008 (Coll. de la Casa de Velázquez, 101), p. 255-286.

178 Cf. A. Urbàn, « An Unpublished Greek-arabic Ms of Luke’s Gospel (BnF Suppl. grec. 911, A. D. 1043) : A report », dans Eastern Crossroads. Essays on medieval Christian Legacy, Piscataway, 2007, éd. J.-P. Monferrer-Sala, p. 83-95, qui en fait désormais la présentation la plus complète. A.-M. Piemontese, « Codici greco-latini-arabi », p. 451-452.

179 Par A. Urbàn et J.-P. Monferrer-Sala ; on trouvera la bibliographie la plus as à jour dans le texte cité à la note précédente.

180 A. Urbàn, « An Unpublished Greek-arabic Ms of Luke’s Gospel », p. 89, mais encore une fois l’étude de la calligraphie arabe est minimale, tandis que le grec est décrit dans le détail. P. Géhin, « Un manuscrit bilingue grec-arabe, BnF, Supplément grec 911 (année 1043) », dans Scribes et manuscrits du Moyen-Orient, dir. F. Déroche et F. Richard, Paris, 1997, p. 161-175. Pour une analyse linguistique de la version grecque, cf. A. Urbán, « Los intercambios vocálicos en un manuscrito greco-árabe inédito del Evangelio de Lucas (BnF Suppl. gr. 911, s. XI), Colectanea cristiana orientalia, 2 (2005), p. 245-272.

181 Voir, P. Géhin, « Un manuscrit bilingue grec-arabe », p. 173, n. 29.

182 Il faut donc écarter l’hypothèse d’H. Bresc selon laquelle le manuscrit aurait été composé par une petite communauté d’origine orientale (cf. « Arabs Christian in the Western Mediterranean », p. 15, n. 50).

183 Ph. Roisse insiste sur le fait que les différences entre écritures occidentales et orientales à une date aussi haute sont moins marquées qu’on ne tend à le penser en général et incite à la prudence dans la localisation de la fabrication de ce manuscrit qui provient de Jérusalem avant son arrivée à la BnF. Cf. Ph. Roisse, « La circulation du savoir des Arabes chrétiens en Méditerranée médiévale. Approche des sources manuscrites », Collectanea Christiana Orientalia, 1, 2003, p. 185-231, spéc. p. 229-230.

184 A. Urbàn, « An Unpublished Greek-arabic Ms of Luke’s Gospel », p. 89.

185 Cf. J. P. Monferer-Sala, « Descripciòn lingüistíca de la columna árabe del Suppl. grec 911 BnF (año 1043 », Colectanea cristiana orientalia, 2 (2005), p. 93-139. L’auteur y renvoie à sa bibliograhie sur ce manuscrit.

186 C’est le Ms gr., suppl. 94, de la B. N. de Vienne dans R. Devreesse, Les manuscrits grecs de l’Italie méridionale, Cité du Vatican, 1955, (Studi e Testi, 183), p. 54 ; aujourd’hui Cod. Neapolitanus gr. 20 ; cf. E. Mioni, Catalogus codicum graecorum Bibliotecae Nationalis Neapolitanae (Indici e cataloghi, n. s. VIII), I, 1, Rome 1992, p. 32-33. Pour la bibliographie, cf. G. Cavallo, « La cultura italo-greca nella produzione libraria », dans I Bizantini in Italia, Milan, 1982, p. 497-612, spéc. p. 525.

187 Jusqu’ici on datait ces ajouts du XIIIe siècle, A.-M. Piemontese propose pour l’arabe le XIIe siècle, tandis que le latin daterait du XIVe siècle, A.-M. Piemontese, « Codici greco-latini-arabi », p. 454.

188 A Catalogue of the Harleian Manuscripts, in the British Museum, Londres, 3, 1808, no. 5786 ; A. G. Watson, Catalogue of Dated and Datable Manuscripts c. 700-1600 in The Department of Manuscripts : The British Library, Londres, 1979, no. 838 et Summary Catalogue of Greek Manuscripts, Londres, 1999, 1, p. 191-92.

189 P. Canart et J. Leroy, « Les manuscrits en style de Reggio. Étude paléographique et codicologique », dans La paléographie grecque et byzantine (Paris, 21-25 octobre 1974), Paris, 1977 (Colloques internationaux du CNRS, 559), p. 241-261, spéc. p. 256 et note 59.

190 Cf. J. Johns, « The Greek Church », p. 141. L’hypothèse qu’il est sicilien serait renforcée par la présence de gloses en sicilien, cf. A.-M. Piemontese, « Codici greco-latini-arabi », p. 456.

191 J. Johns, « The Greek Church », p. 141-142.

192 Ch. Burnett, « The use of Arabic Numerals among the three language cultures of Norman Sicily », dans Art and Form in Norman Sicily, p. 37-48, spéc. p. 47.

193 M. Re, « Lo stile di Reggio vent’anni dopo », in L’Ellenismo italiota dal VII al XII secolo. Alla memoria di Nikos Panagiotakis (Venezia, 13-16 novembre 1997), Athènes, 2001 (Fondazione Nazionale Ellenica delle Ricerche. Istituto di Ricerche Bizantine. Convegno Internazionale, 8), p. 99-124, spéc. p. 107 et note 45. L’article revient sur ce style attesté entre le second quart du XIIe siècle et la fin du XIIIe siècle dans les monastères sous l’influence de San Salvatore de Messine en Calabre méridionale et en Sicile orientale

194 H. Houben, « Possibilità e limiti della tolleranza », p. 228.

195 On peut supposer, mais cette hypothèse mériterait une recherche en soi, que, conformément à la réévaluation du rôle d’Antioche au XIIe siècle par Ch. Burnett, cette ville a eu un impact plus grand qu’on ne le pense habituellement sur la Sicile, d’autant que jusqu’en 1119 ce sont des Normands originaires d’Italie méridionale qui président à ses destins. Cf. Ch. Burnett, « Antioch as a Link between Arabic and Latin Culture in the Twelfth and Thirteenth Centuries » et « The Transmission of Arabic Astronomy via Antioch and Pisa in the second quarter of the XIIth century », dans The Enterprise of Science in Islam. New Perspectives, éd. J. P. Hogendijk et A. I. Sabra, Cambridge-Londres, 2003, p. 23-52.

196 A.-M. Piemontese, « Codici greco-latino-arabi », p. 462.

197 Cf., entre autres, I. Furlan, Codici greci illustrati della Biblioteca marciana, 4, Milan, 1981, p. 20-22.

198 A.-M. Piemontese, « Codici greco-latino-arabi », p. 461.

199 Ibid., p. 462.

200 Philagète de Cerami y a prononcé des homélies en grec, nous l’avons vu, et l’inventaire d’ouvrages évoqué plus bas, confirme qu’elle était fréquentée par des arabophones qui utilisaient des ouvrages liturgiques chrétiens.

201 Les points diacritiques ne suffisent pas à établir à eux seuls le caractère « occidental » ou « oriental » d’un texte à cette date, mais notre connaissance de la paléographie arabe de cette époque, particulièrement en Italie méridionale, est toutefois loin d’être parfaite. En outre, les manuscrits liturgiques ou scripturaires chrétiens en arabe conservés sont souvent tardifs. Cf. Ph. Roisse, « La circulation du savoir des Arabes chrétiens en Méditerranée médiévale ».

202 Cette présence ne fait pas de doute, que l’on s’appuie sur des éléments liturgiques ou sur la présence de palimpsestes arabes dans des manuscrits grecs conservés en Italie du sud, cf. A.-M. Piemontese, « Codici greco-latino-arabi », p. 447-450 ; l’auteur s’appuie notamment sur les études d’A. Jacob.

203 Le texte n’est pas disposé comme le serait une page qu’on tourne, mais doit être tourné verticalement.

204 Il a été exposé pour la première fois en 1994 à Palerme et reproduit de manière très lisible dans L’età normanna e sveva in Sicilia. Nous remercions B. Rocco d’avoir accepté d’en parler avec nous et de nous avoir donné accès à l’inventaire pour analyse.

205 Cf. A. Shalem, Islam christianized. Islamic portable Objects in the Medieval Church Treasuries of the Latin West, Fancfort-sur-le-Main, 1996.

206 H. Bresc, « Le royaume normand d’Afrique et l’archevêché de Mahdiyya », dans Le Partage du monde. Échanges et colonisation dans la Méditerranée médiévale, dir. M. Balard et A. Ducellier, Paris, 1998, p. 347-361, p. 354.

207 Cf. A. Nef, « L’histoire des « mozarabes » de Sicile ».

208 Deux lettres indéchiffrables. Le texte a été l’objet d’une nouvelle analyse depuis notre première édition et quelques améliorations de lecture ont été suggérées. Elles sont proposées par A. De Simone, « Lingua, finalità, ambiente del documento della Palatina : considerazioni di un arabista » dans F. Martino et A. De Simone, « Un documento in arabo e il diritto comune alla corte di Ruggero II », Rivista Internazionale di Diritto Comune, 19 (2008), p. 93-136, p. 119. Sans détailler les nombreuses propositions de cet article, les suggestions selon lesquelles la ligne 1 de la face A est une lecture peu probable et la fin des lignes 5 et 6 de la face A doivent se lire comme un tout pris dans un cercle, soit : tafsīran ‘an qawl (« commentaire super verbo ») nous semblent devoir être retenues.

209 Les deux premiers mots sont barrés.

210 Tafsīran est un ajout, écrit à l’intérieur d’un cercle. Cf. note 208.

211 ‘An qawl est écrit dans le même cercle que celui évoqué à la ligne précéprécédente ; ajout.

212 Toute la ligne est barrée.

213 Ce mot est barré.

214 Deux mots indéchiffrables sont ensuite barrés.

215 La traduction donne :
« Face A :...Que Dieu accorde sa miséricorde... / ... Palerme ( ?) maître Mā. y, vieux / Deux calendriers qui appartiennent à maître Guillaume, vieux / Homéliaire, vieux. Deux cahiers de... / Cahiers de Justinien, vieux. / Livre de la musique de maître Thomas, vieux / Le livre des Moralia in Job, vieux, du maître Thomas / Dans un cercle ajouté à la fin des lignes 5-6 : Commentaire superverbo.
Face B : Le livre du passage des générations de Matthieu qui est en possession de Jean l’Ifriqiyen (?) / Le livre du passage de [...] qui appartient au Mustakhlif Sire L.n.sā / Le livre du commentaire du Notre Père qui appartient à Ḥ... / Le livre du Cantique des Cantiques, vieux, de Maion. Le livre... / Livre du psautier, en bon état, les deux volumes de la version d’al-w.../ Le livre des chants ?, vieux ».

216 Cette mention est commune dans les inventaires de bibliothèques, cf. H. Bresc, Livre et société en Sicile, Palerme, 1971.

217 Les inventaires de bibliothèques du XIIe siècle en Occident sont mal connus, on verra pour un aperçu général, B. Munk Olsen, « Le biblioteche del XII secolo negli inventari dell’epoca », dans Le biblioteche nel mondo antico e medievale, éd. G. Cavallo, Rome-Bari, 1998, p. 137-163.

218 Pour un aperçu synthétique sur l’histoire des livres liturgiques en Occident, cf. E. Palazzo, Le Moyen Âge, des origines au XIIIe siècle, Paris, 1993.

219 H. Bresc, Livre et société, p. 112.

220 Cf. supra, p. 197 et pour le second, l’hypothèse selon laquelle il serait latin et conservé à Philadelphie, cf. note 95.

221 On sait que le De iustitia et iusto du cardinal Laborante lui est dédié [Laborantis cardinalis opuscula, éd. A. Landgraf, Bonn, 1932 (Florilegium Patristicum, 22), p. 6-42].

222 D. Matthew « Maio of Bari’s Commentary on the Lord’s Prayer », p. 126.

223 H. Bresc, Livre et société, p. 112.

224 Nous reviendrons dans le chapitre suivant sur ce texte dont la datation pose une série de problèmes, mais il est hors de doute que le cœur du texte date bien des années 1140.

225 Sur les vicissitudes du droit justinien en Occident, on peut voir E. Cortese, Il diritto nella storia medievale, Rome, 1995, 1, p. 238-253, p. 378 et sq. et 2, p. 14-33 et E. Conte, Tre Libri Codicis. La riscoperta del testo e l’esegesi scolastica prima di Accursio, Francfort-sur-le-Main, 1990.

226 Il est vrai toutefois que les seuls qui nont sont parvenus sont en latin. À propos des tropaires de Palerme, cf. supra.

227 Jeremy Johns a souligné l’évolution qui affecte l’écriture du dīwān au milieu du XIIe siècle, avec l’introduction d’un ductus plus clair et plus élégant. Cf. « I re normanni », p. 15-16.

228 Pour une vue rapide sur le sujet, R. Rashed, « Les traducteurs », dans Palerme 1070-1492, p. 110-117. Cf., également, C. H. Haskins, « The Sicilian Trans lators of the Twelfth Century », dans Studies in the History of Medieval Science, Cambridge (Mass.), 1924, p. 155-193 et F. Micheau, « La transmission à l’Occident chrétien : les traductions médiévales de l’arabe au latin », dans États, sociétés et cultures du monde musulman médiéval, Xe-XVe siècles. II. Sociétés et cultures, Paris, 2000 (Nouvelle Clio), p. 399-421 ; la Sicile n’y est quasiment pas évoquée, ce qui est révélateur de son rôle réduit dans les traductions de l’arabe au latin. Cf. également W. Berschin, Medioevo greco-latino. Da Girolamo a Niccolò Cusano, Naples, 1989, p. 292-297.

229 Henri Aristippe précise qu’il a commencé ces traductions dans le prologue de sa traduction du Ménon. Cf. K. M. Setton, « The Byzantine back-ground to the Italian Renaissance », Proceedings of the American Philosophical Society, 100/1 (1956), p. 1-76, spéc. p. 19 ; G. Cavallo, « La trasmissione scritta della cultura greca antica in Calabria e in Sicilia tra i secoli X-XV, consistenza, tipologia, fruizione », Scrittura e civiltà, 4 (1980), p. 157-246, p. 199.

230 Meno interprete Henrico Aristippo, éd. V. Kordeuter, Londres, 1940 (Plato Latinus, I).

231 Phaedo interprete Henrico Aristippo, éd. L. Minio-Paluello, Londres, 1950 (Plato Latinus, II).

232 L. Minio-Paluello, « Henri Aristippe, Guillaume de Moerbeke et les traductions latines des Météorologiques et du De generatione et corruptione d’ArisAristote», rééd. dans Id., Opuscula. The Latin Aristotle, Amsterdam, 1972, p. 62-71. En revanche, contrairement à ce qu’affirmait ce dernier article les trois premiers livres des Météorologiques ne sont pas dus à Henri Aristippe. Pour l’édition, cf. Aristote, Meteorologica : Translatio Henrici Aristippi (Liber IV) et Translatio Guillelmi de Moerbeka, éd. H. J. Drosaart-Lulofts et G. Vuillemin-Diem, dans Aristoteles Latinus, 10, 2-3. La traduction du De generatione et corruptione d’Aristote ne lui est plus non plus attribuée, elle l’est à Burgundio de Pise, cf. J. Durling, « The Anonymous Translation of Aristotle De generatione et corrupcorruptione», Traditio, 49 (1994), p. 220-230.

233 Tous deux sont des présents de Manuel Comnène à Guillaume Ier ; le second est conservé sous la cote Ven. Marc. gr. 313. Sur les autres manuscrits rapportés ainsi en Sicile et sur leur sort postérieur, cf. G. Cavallo, « La trasmissione scritta della cultura greca », p. 201-202 et G. Derenzini, « All’origine della tradizione di opere scientifiche classiche : vicende di testi e di codici tra Bisanzio e Palermo », Physis, 18 (1976), p. 87-103.

234 Le manuscrit de la traduction est conservé sous la cote Ms. Vatican Pal. lat. 1371. Ch. H. Haskins, « The Sicilian Translators of the Twelfth Century », p. 157 et svtes.

235 Ch. Burnett, « The use of Arabic Numerals », p. 39.

236 Ch. Burnett, « Antioch as a Link between Arabic and Latin Culture », spéc. p. 13, n. 43. Mais, en tout état de cause, Aristippe n’a pas eu connaissance de cette première tentative.

237 Pour R. Lemay, il s’agit d’Hermann de Carinthie, mais cette hypothèse, critiquée par d’autres spécialistes, n’est pas assurée, cf. R. Lemay, « De la scolastique à l’histoire par le truchement de la philologie », dans La diffusione delle scienze islamiche nel medio evo europeo, éd. B. Scarcia Amoretti, Rome, 1987, p. 399-535.

238 S. Ito, The Medieval Translation of the Data of Euclid, Tokyo, 1980.

239 J. E. Murdoch, « Euclides graeco-latinus : a hitherto Unknown Medieval Latin Translation of the Elements made directly from the Greek », Harvard Studies in Classical Philology, 71 (1966), p. 249-302.

240 G. Cavallo, « La trasmissione scritta della cultura greca », p. 200 ; Ch. H. Haskins, « The Sicilian Translators », p. 179-181 et H. L. L. Busard, The Mediaeval Latin Translation of Euclid’s Elements, Stuttgart, 1987.

241 Cf. H. L. L. Busard, The Mediaeval Latin Translation, p. 2-5.

242 Ibid., p. 178 et svtes. L’auteur avance des arguments en faveur d’une attribution de la plus ancienne traduction latine de certains de ces textes au traducteur anonyme. Contre cette hypothèse, on verra l’article d’Edward Grant qui démontre que le traducteur travailla sur ces textes mais n’en établit pas de traduction, cf. E. Grant, « Henricus Aristippus, William of Moerbeke and Two alleged Medieval Translations of Hero’s Pneumatica », Speculum, 46/4 (1971), p. 656-669, spéc. p. 4.

243 Cf. Ch. Burnett, « The Use of Arabic Numerals » et R. Lemay, « De la scolastique à l’histoire par le truchement de la philologie », p. 466.

244 Ch. H. Haskins, « The Sicilian Translators », p. 181-183. Contre cette hypothèse, cf., à nouveau, E. Grant, « Henricus Aristippus, William of Moerbeke », p. 5-7.

245 H. L. L. Busard, « Der Traktat De Isoperimetris, der unmittelbar aus dem Griechischen ins Lateinische übersetzt worden ist », Mediaeval Studies, 42 (1980), p. 61-88.

246 Dans la préface de cette traduction, Eugène est décrit comme virum tam grece quam arabice lingue peretissimum, latine quoque non ignarum, cf. Ch. H. Haskins, « The Sicilian Translators », p. 172.

247 Cf. l’édition d’A. Lejeune, L’Optique de Claude Ptolémée dans la version latine depuis l’arabe de l’émir Eugène de Sicile, Louvain, 1956 et L’Optique de Claude Ptolémée dans la version latine depuis l’arabe de l’émir Eugène de Sicile : édition critique et exégétique augmentée d’une traduction française et de compléments, Leyde, 1989.

248 Ibid., p. 12. Et surtout, Ch. H. Haskins, « The Sicilian Translators », p. 173-174 ; le manuscrit provenait du trésor de Manuel Comnène, ibid., p. 174, note 76 : Extractum de libro vasilographia in imperiali scriptura quem Sybilla erythrea babilonica ad peticionem Graecorum regis Priami edidit, quem caldaeo sermone Doxopater peritissimus transtulit, tandem de aerario Manuelis imperatoris eductum Eugenius regni Siciliae admiratus de graeco transtulit in latinum.

249 Ibid., p. 175-178 et G. Cavallo, « La trasmissione scritta della cultura greca », p. 201

250 Sur l’original arabe, cf. A. Caiozzo, Images du ciel d’Orient au Moyen Âge, Paris, 2003, p. 61-82.

251 Ms. 1036 de la Bibliothèque de l’Arsenal.

252 M.-T. Gousset, « Le Liber de locis stellarum fixarum d’al-Sūfī, ms. 1036 de la Bibliothèque de l’Arsenal à Paris : une réattribution », Arte Medievale, 2 (1985), p. 93-106. Sur les illustrations, cf. A. Caiozzo, Images du ciel, p. 79-80.

253 Ainsi, le manuscrit Ms 1036 de la bibliothèque de l’Arsenal contient des notes marginales qui témoignent que la position des étoiles était établie à Palerme en 1183 et en 1188 grâce à des tables arabo-musulmanes et donc que cet ouvrage était connu durant le règne de Guillaume II dans la capitale sicilienne. Cf. P. Kunitzsch, « The Astronomer Abū l-Ḥusayn al-Ṣufī and his Book on the Constellations », Zeitschrift für Geschichte der Arabisch-Islamischen Wissenschaften, 3 (1986), p. 56-81, spéc. p. 72.

254 Ibid., p. 73.

255 Ainsi de la bibliothèque de Syracuse riche en manuscrits grecs à l’époque et aujourd’hui disparue (cf. C. H. Haskins, « The Sicilian Translators of the Twelfth Century », p. 170) ou de celle de S. Salvatore in lingua phari, encore importante de nos jours. Cf. supra.

256 Et pas seulement pour les manuscrits. Ainsi, les instruments servant à positionner les astres utilisés à Palerme dans les années 1180 auraient été fabriqués grâce à un intermédiaire byzantin. Cf. Ch. Burnett, « The use of Arabic Numerals », p. 40 et P. Kunitzsch, « The Astronomer Abū l-Ḥusayn al-Ṣufī », p. 73.

257 Ainsi, les manuscrits les plus anciens de la traduction anonyme de l’Optique d’Euclide, évoquée plus haut, contiennent, à côté de la traduction depuis le grec, la traduction de certaines phrases depuis l’arabe. Cf. K. Takahashi, T. Mori et Y. Kikuchihara, « A Paraphrased Latin version of Euclid’s Optica : a text ‘De Visu’ in Ms Add. 17368, British Library, London », Sciamus, 3 (2002), p. 127-92.

258 Sur Jean de Salisbury qui se rend en Sicile au début des années 1150, cf. G. A. Loud, « Il regno normanno-svevo visto dal regno d’Inghilterra », p. 183.

259 On trouvera quantité de notations intéressantes dans G. Mandalà, « Il Prologo delle Risposte alle questioni siciliane di Ibn Sab‘īn come fonte storica. Politica mediterranea e culture arabo-islamica nell’età di Federico II », Schede medievali, 45 (2007), p. 25-94.

260 Il n’est que de voir les progrès récents dans le domaine grec.

261 La bibliographie sur le sujet est vaste. Nous renvoyons à P. Kunitzch, « The Transmission of Hindu-Arabic Numerals reconsidered », dans The Enterprise of Science in Islam, p. 3-22, mais aussi à la vaste synthèse de G. Ifrah, Histoire universelle des chiffres, Paris, 1981.

262 Ch. Burnett, « The use of Arabic Numerals ».

263 Si les chiffres indiens sont attestés tôt en Islam, leur forme « orientale » s’impose dans les manuscrits en arabe. Alors que l’on ne connaît pas jusqu’à aujourd’hui de manuscrit arabe faisant usage des formes occidentales avant le XIIIe siècle, elles apparaissent dès 976 en Catalogne (cf. P. Kunitzch, « The Transmission of Hindu-Arabic »).

264 Ch. Burnett, « Indian Numerals in the Mediterranean Basin in the Twelfth Century, with Special Reference to the ‘Eastern Forms’ », dans From China to Paris : 2000 Years Transmission of Mathematical Ideas, éd. Y. Dold-Samplonius et alii, Stuttgart, 2002, p. 237-288.

265 Ch. Burnett, « The use of Arabic Numerals », p. 47.

266 Ibid. et « Indian Numerals in the Mediterranean Basin in the Twelfth Century », tableau p. 266.

267 Ibid.

268 Le 12 dans « 12 mai » est indiqué en chiffres et même si la date pose problème, la lecture de ce chiffre est très claire (pour l’inscription, cf. chapitre 2, p. 132 note 53 et 54).

269 Ce problème a été évoqué dans le préambule.

270 Un pôle grec est concentré à Messine où, en outre, Richard Palmer, l’archevêque de la fin du XIIe siècle, donne l’impulsion à la composition d’ouvrages en latin.

271 Sur Pierre de Blois qui passe les années 1166-1168 en Sicile comme précepteur de Guillaume II et qui ne cessera de dépeindre l’île sous des traits noirs après l’avoir quittée à la suite de l’exil d’Étienne du Perche, on peut voir I. La Lumia, Guglielmo II (detto il Buono). La Sicilia sotto il suo regno, rééd. anast., Palerme, 2000, p. 101-104 ; G. M. Cantarella, La Sicilia e i Normanni, p. 25 et O. Guyotjeannin, « L’Italie mérionale », p. 167.

© Publications de l’École française de Rome, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access