Version classiqueVersion mobile

Conquérir et gouverner la Sicile islamique aux xie et xiie siècles

 | 
Annliese Nef

Préambule. La conquête de l’espace insulaire par les Hauteville

Les faits et la geste

Texte intégral

1L’histoire des conquêtes enseigne que le premier impact compte. Le nombre des conquérants, leur infériorité technique et militaire, ou leur supériorité, la nouveauté de leur contact avec les conquis ou l’histoire qui les lie antérieurement à la conquête, la rapidité ou la lenteur avec laquelle s’imposent les vainqueurs, les conceptions qui président à l’avancée militaire sont autant de données fondamentales, à la fois dans le déroulement de la conquête elle-même, dans la mise en place d’« une société de conquête » et dans l’évolution ultérieure des relations entre conquérants et conquis. Tous les mouvements qui conduisent à un changement de domination ne sont pas identiques. Il convient donc de revenir sur ce point en conjuguant une approche factuelle et une analyse des conceptions qui président à l’avancée des Hauteville en Sicile et influent sur son déroulement comme sur le traitement de la population. Non moins fondamentale est l’attitude des conquis.

  • 1 La qualification de cette conquête ne va pas sans soulever de problèmes. Menée par des représentan (...)

2La question est d’autant plus complexe que, dans la Sicile que découvrent, à partir de 1061, les Hauteville suivis de leurs troupes, la population insulaire se répartit en groupes culturels distincts et souvent mêlés. Cet aspect, qui n’est pas propre à la Sicile, explique les nombreuses tentatives menées par les historiens pour évaluer et localiser ces derniers. On peut se demander si tous ces groupes réagissent suivant les mêmes modalités lorsque les Normands envahissent l’île et si tous sont perçus de la même manière par les conquérants, même s’il est indispensable de rappeler que leur homogénéité est très relative. On peut se demander en effet ce que signifie être « grec », mais aussi « arabo-musulman », dans la Sicile des XIe-XIIe siècle. Il faut également rappeler que cette conquête fut bien peu « normande » en réalité1, même si nous utiliserons cet adjectif par commodité.

  • 2 Sur ce point, cf. l’introduction générale.

3L’analyse que l’on mène de l’expérience des Hauteville en Sicile2 influence la lecture que l’on fait de son commencement, la conquête, de manière quelque peu téléologique. C’est donc ce premier nœud qu’il importe de défaire en abordant les deux temps chronologiquement, sans préjuger du dénouement, quand bien même la tentation serait grande, tant le premier moment de la présence normande en Sicile est connu imparfaitement.

4Il s’agit donc à la fois de s’interroger sur la chronologie et le déroulement événementiel de ces premières décennies mais aussi sur la manière dont elles sont rapportées par les auteurs qui en sont les témoins. Dès l’origine, l’avancée des Normands en Sicile pose la question des vocables utilisés pour la décrire : peut-on parler de croisade ? de « pré-croisade » ? La question peut être abordée d’un point de vue institutionnel, mais aussi spirituel ; si la lettre de la croisade n’est pas présente dans le contexte sicilien, l’esprit pourrait bien l’être.

  • 3 Cf. l’article de P. Toubert qui tente à la fois de dépasser la lecture positiviste des récits de l (...)

5Le déroulement de la conquête conditionne, pour partie, le cours ultérieur des événements. La violence des protagonistes ou, au contraire, leur pragmatisme, ont pu influencer l’après-conquête, mais ils reflètent aussi les motivations et les conceptions qui président à ce changement de domination. Il est donc important de retracer les étapes de l’installation des Normands dans l’île, mais aussi de mettre en lumière la manière dont elle fut justifiée et mise en mots sous leur égide et au-delà. En somme, il s’agit de privilégier un aller-retour constant entre les événements que retracent les chroniqueurs et le récit qu’ils en font3.

I. Une conquête de trente ans : rythmes et modalités

  • 4 Dans Castelli medievali in Sicilia, Palerme, 1992, F. Maurici consacre des pages synthétiques à ce (...)
  • 5 Dans La terreur du monde. Robert Guiscard et la conquête normande en Italie, Paris, 1996, p. 373-3 (...)
  • 6 Les auteurs les plus récents se sont intéressés à des aspects partiels de la question : F. Maurici (...)
  • 7 J. Johns, Arabic Administration in Norman Sicily. The Royal Dīwān, Cambridge, 2002, p. 31-46.

6Avant de se pencher sur la présentation des faits par ces auteurs, il convient de rappeler rapidement les étapes et les modalités de la conquête de l’île. Michele Amari, Ferdinand Chalandon, Ferdinando Maurici4 et Huguette Taviani-Carozzi5 en ont proposé, chacun à leur manière6, une chronologie rapide et synthétique, dont nous reprendrons les grandes lignes, en indiquant éventuellement nos divergences avec leur reconstitution chronologique. De son côté, Jeremy Johns s’est penché sur les conditions faites aux vaincus7.

Un petit nombre de sources

  • 8 On ne dispose pas, sur le sujet, de sources en arabe antérieures à la fin du XIIe siècle. Le plus (...)
  • 9 Cf. M. Gil, « Sicily 827-1072, in light of the Geniza Documents and Parallel Sources », dans Gli e (...)
  • 10 Nous renvoyons ici à la présentation de ces textes et de leurs auteurs, très vivante, qu’en a fait (...)

7Les sources qui permettent de faire le point sur la conquête sont peu nombreuses : quelques textes provenant du dār al-islām, vagues le plus souvent8, mais complémentaires des autres sources disponibles, on le verra ; des lettres de la Gheniza, qui pour être succinctes n’en offrent pas moins des détails supplémentaires et originaux9, et des chroniques rédigées en latin et en ancien français10. Parmi ces dernières, on ne retiendra ici que les ouvrages qui contiennent plus qu’une mention rapide de la conquête sicilienne.

  • 11 Aimé du Mont-Cassin, Ystoire de li Normant (Storia dei Normanni), éd. V. De Bartholomeis, Rome, 19 (...)
  • 12 Léon d’Ostie (ou Leo Marsicanus) et Pierre Diacre, Chronica monasterii Casinensis, éd. H. Hoffmann (...)

8Aimé du Mont-Cassin est le premier chroniqueur latin à livrer des informations sur le sujet. Il écrit vers 1080 une Histoire des Normands11 en latin, qui nous est parvenue dans une traduction en moyen français réalisée à Naples au XIVe siècle. À la fin du XIe siècle, Léon d’Ostie, dans sa chronique du monastère du Mont-Cassin, s’inspire de la version originale de ce texte, ce qui rend utile la confrontation des deux récits12.

  • 13 Geoffroi Malaterra, De rebus gestis Rogerii Calabriae et Siciliae Comitis et Robertis Guiscardi du (...)
  • 14 Cf. H. Houben, « Adelaide “del Vasto” nella storia del regno di Sicilia », dans Bianca Lancia d’Ag (...)

9Geoffroi Malaterra écrit dans la dernière décennie du XIe siècle, à la demande de Roger, comte de Calabre et de Sicile, principal acteur de la conquête de la Sicile, les Gestes de Roger comte de Calabre et de Sicile et du duc Robert Guiscard son frère13 dont il ne reste que des manuscrits tardifs, du XIVe siècle. Les dates qu’il fournit sont, malgré leur utilité (car il est souvent le seul à les préciser), sujettes à caution14.

  • 15 Guillaume de Pouille, Gesta Roberti Wiscardi, éd. et trad. M. Mathieu, Palerme, 1961, (ISSBN, Test (...)

10Guillaume de Pouille a, quant à lui, chanté en hexamètres latins la Geste de Robert Guiscard15. Il évoque les pressions exercées par Urbain II (1088-1099) et Roger Borsa (m. 1111), duc de Pouille et second fils de Robert Guiscard, pour qu’il mène à bien la rédaction de son ouvrage. Les passages qui concernent directement la conquête de la Sicile sont peu nombreux, mais fort intéressants.

  • 16 Romuald de Salerne, Chronicon, éd. C. A. Garufi, Bologne, 1914-1935 (RIS, 7).
  • 17 Éd. I. B. Carusio, Milan, 1726 (RIS, Muratori, 8), p. 741-780.
  • 18 F. Chalandon, Histoire de la domination, p. XXXVII, n. 3. On trouve dans le texte une allusion à l (...)

11Le Chronicon de Romuald Guarna, qui retrace l’histoire du monde depuis l’origine jusqu’à 1178, contient peu d’informations sur la conquête de la Sicile16. Enfin, il faut citer l’Anonymi Vaticani Historia Sicula a Normannis ad Petrum Aragonensem17. La date de sa rédaction n’est pas connue, mais se situe sous le règne de Roger II18. La prolongation du texte de 1091 à 1282, qui tient en deux pages, est le fruit d’un ajout postérieur. Si ce récit est dépourvu de repères chronologiques précis, il livre des renseignements sur les personnages musulmans qui ont la charge de défendre les différentes localités.

12Notre connaissance de la conquête normande est donc tributaire d’un petit nombre d’auteurs qui visent, pour les plus précis d’entre eux, à chanter les hauts faits des conquérants. Les conceptions de la conquête que véhiculent ces textes et la reconstruction qu’ils en proposent sont d’autant plus intéressants que, nous l’avons vu, les chroniqueurs dont il sera question ici sont très proches des acteurs de cette aventure militaire.

L’avancée normande : un tableau récapitulatif

13Si pour les Normands la conquête de la Sicile apparaît comme le prolongement d’une activité militaire commencée en Italie méridionale, ils bénéficient également d’un contexte régional favorable sur lequel il convient de revenir avant de retracer les étapes de leur avancée dans l’île.

Retour sur les causes de la conquête

  • 19 R. H. Idris, La Berbérie orientale sous les Zirides, Xe-XIIe siècles, Paris, 1962, 2, p. 181 et sv (...)

14Jusqu’à la fin du premier tiers du XIe siècle, la Sicile est sous l’autorité nominale des Fatimides, représentés par la dynastie émirale des Kalbides dans l’espace insulaire. Toutefois, les relations de Palerme avec les Zirides d’Ifrīqiya demeurent nourries, y compris après le départ des Fatimides pour le Caire. Dans ce contexte, ce n’est probablement pas un hasard si le début de l’offensive menée par les Hauteville contre la Sicile correspond plus ou moins à la date de la rupture entre les Zirides et les Fatimides19, suivie de l’« invasion hilalienne » en Ifrīqiya.

  • 20 Cf. H. Taviani Carozzi, La terreur du monde, p. 356-358. Selon les chroniques arabes, Ibn al-Thumn (...)
  • 21 Dès 1062 (G.M., p. 36).
  • 22 Le début de l’émergence d’unités centrifuges remonte à 1036, date à laquelle un groupe de Palermit (...)

15Il est également des circonstances plus siciliennes, mais inséparables de l’évolution ifrīqiyenne, qui expliquent l’implication des Hauteville dans les affaires insulaires. Les nouveaux conquérants ont ainsi été appelés, selon une chronologie maintenant bien connue, par Ibn al-Thumna20, qui est cependant rapidement victime d’un des qā’ids de l’île21. Pour comprendre cet épisode, au-delà des récits anecdotiques, il est nécessaire de se référer aux sources arabes et de remonter deux décennies en arrière environ, quand la dynastie des Kalbides voit son autorité remise en question à Palerme et que le pouvoir central disparaît pour donner naissance à des entités centrées sur quelques villes importantes22.

  • 23 Nous renvoyons au seul Ibn al-Athīr qui est la source des auteurs postérieurs sur ces événements :(...)
  • 24 Ibn al-Athīr, Kāmil, BAS, ar., 1, p. 317 et BAS, 1, p. 444.
  • 25 Ibid., p. 442-443.
  • 26 Sur ce point, cf. A. Nef, « La désignation des groupes ethniques de la Sicile islamique dans les c (...)

16En 1036, en effet, une partie des élites palermitaines appellent les Zirides à la rescousse contre les Kalbides accusés de despotisme23. Cette évolution peut difficilement être dissociée des événements ifrīqiyens, mal connus dans le détail mais qui aboutissent à la rupture entre Zirides et Fatimides. Il est probable que la proposition extraordinaire que fait l’émir kalbide al-Akhal en 1036 aux « Siciliens » de chasser les « Ifrīqiyens » de Sicile24 est à comprendre comme une manière de tenter de raffermir un pouvoir sicilien affaibli dont l’autorité de référence est fatimide. Cette démarche d’al-Akhal fait, en outre, écho à la décision de son frère entre 1015 et 1019 de chasser les esclaves noirs et les Berbères hors de Sicile au profit des Siciliens25. Ces décisions, qu’on peut difficilement croire appliquées systématiquement26, renvoient, en fait, à des groupes plus politiques qu’ethniques, et la mesure devait viser des opposants politiques au pouvoir kalbide. Elles reflètent également des tensions et probablement des tentatives menées par les Zirides, présentés dans les sources de langue arabe comme berbères et « africains », rappelons-le, contre les Kalbides pro-Fatimides à un moment où la dynastie ifrīqiyenne s’éloigne du Caire fatimide. Dans l’implosion politique qui découle de cette évolution, il importe de trouver une légitimation qui peut passer par la soumission à des autorités de référence concurrentes (fatimide, ziride, ou normande, pour Ibn al-Thumna par exemple) ou par l’instauration d’une autorité autonome (pour les Ḥammūdides de Castrogiovanni, cf. infra), même si nous sommes loin de connaître le positionnement de chaque chef local désireux de s’affirmer.

17On comprend sans peine que ce contexte ait été favorable à la progression des Hauteville qu’il s’agit à présent de retracer.

Les étapes de la conquête

  • 27 Respectivement A. du M. et G.M. dans la chronologie qui suit. Les références renvoient aux édition (...)
  • 28 Cf. fig. 1.

18Afin d’établir les grandes phases de la conquête, nous avons recoupé les informations provenant des ouvrages d’Aimé du Mont-Cassin et de Geoffroi Malaterra27, les plus riches de ce point de vue. En outre, pour ne pas négliger l’apport des sources arabes ou judéoarabes qui sont souvent ignorées ou étudiées en même temps que les sources latines – ce qui leur enlève toute originalité – nous l’avons intégré dans le cadre que dessinent les deux chroniqueurs latins, tout en soulignant les divergences entre les données fournies par les différents types de textes28 :

  • 1061 : début de la conquête proprement dite29. Prise de Messine30, de Rametta31, avancée dans le Val Demone, prise de Tripi32, Frazzanò33, échec devant Centuripe34, prise de Paternò (A du M.)35 ou échec devant Paternò (G.M.)36 et Emmelesium (non identifié, A. du M.)37, échec devant Castrogiovanni38 et Calascibetta, razzia dans l’Agrigentin, retour à Messine et prise de Troina39. Au cours des opérations, les Normands doivent faire face à une tentative de contre-attaque navale organisée par les musulmans de Sicile dans le détroit de Messine.
  • 1062 : Mort d’Ibn al-Thumna tué par les siens près d’Antilio40. Cet événement provoque un mouvement de panique chez les Normands qui regagnent Messine41. Petralia tombe42, avant d’être abandonnée, en même temps que Troina, après une révolte des Grecs de la ville. Troina est ensuite reprise une nouvelle fois43. En 1061-1062, un double débarquement a lieu à Palerme et Agrigente depuis l’Ifrīqiya (Ibn al-Athīr44 et G.M.45).
  • 1063 : victoire retentissante de Cerami contre des troupes musulmanes regroupant des contingents venus du Maghreb et des Siciliens46. Échec devant Castrogiovanni47. Caltavuturo tombe48. Razzias à Collesano, Brucato, Cefalù49. Les Pisans attaquent Palerme50. Razzia dans l’Agrigentin51.
  • 1064 : Bugamum est réduit et sa population déportée à Scribla (Calabre)52. Attaque navale contre le port de Palerme par les Normands53.
  • 1066 : fortification de Petralia qui permet de contrôler le territoire environnant grâce à des opérations régulières54.
  • 1068 : victoire normande contre les Palermitains à Misilmeri55.
  • 1068-1169 : à la suite d’affrontements avec les Siciliens56, les troupes ifrīqiyennes rembarquent pour le nord de l’Afrique57.
  • 1071 : entre 1070 et 1071, chute de Catane58. Palerme tombe (1072 pour A. du M59).
  • 1072 : reddition de Mazara dont les habitants ont été impressionnés par la chute de Palerme (A. du M.60) ou construction d’un château à Mazara (G.M.)61. Construction d’un château à Paternò62.
  • 1074 : l’édification d’un château à Calascibetta prouve que les Normands contrôlent la ville63. Attaque musulmane contre Nicotera64.
  • 1075 : attaque depuis l’Ifrīqiya, sous l’impulsion de Tamīm, contre Mazara. Mais les assaillants sont repoussés65.
  • 1075-1076 : Ibn ‘Abbad (ou Benavert) fait son apparition à Syracuse et en coordonne la résistance66.
  • 1076 : réduction de Judica et déportation des habitants67. Razzia autour de Noto68.
  • 1077 : chute de Trapani69 et de Castronovo70.
  • 1079 : Taormine se rend71. Une attaque est lancée depuis l’Ifrīqiya, mais, interceptée, la flotte se justifie en arguant qu’elle devait combattre des pirates72. Les environs de Iato et de Cinisi se révoltent, puis sont repris73.
  • 1082 : Catane échappe aux Normands qui la reprennent ensuite74.
  • 1086 : chute de Syracuse75. Attaque de Mahdiya menée par les Pisans auxquels Roger refusent d’apporter son aide en raison du traité qui le lie à Tamīm.
  • 1087 : Castrogiovanni est livrée par le Ḥammūdide qui la tenait76. Platano, Missar, Guastanella, Sutera, Raselbifar, Mocluse, Naro, Caltanissetta, Licata, Ravanusa sont soumises77. Agrigente tombe78.
  • 1088 : Butera tombe79.
  • 1090 : Noto est la dernière ville de Sicile à se rendre80.
  • 1090-1091 : conquête de Malte et de Gozo81.

Fig. 1 – Les mouvements militaires liés à la conquête de la Sicile par les Normands (à partir de F. Maurici, Castelli medievali, carte 21).

  • 82 Nous reviendrons plus bas sur la géographie des mouvements militaires normands, car ils aident à c (...)
  • 83 L’Égypte fatimide, dont dépend alors théoriquement la Sicile, est, en effet, beaucoup moins active (...)

19Il a donc fallu trois décennies aux Normands pour s’assurer le contrôle de l’île82. Si le rythme de cette conquête n’a pas été régulier, c’est non seulement en raison des tâches continentales qui occupaient les deux frères et de l’entrain plus ou moins grand qu’ils manifestèrent au cours de cette entreprise selon les périodes, mais aussi parce que les habitants de l’île se révoltèrent à plusieurs reprises (notamment, en 1079). Il ne s’agit donc pas d’un changement de domination brutale, mais d’une lente prise de contrôle. Notons, pour finir, que les coups d’arrêt que l’on note parfois sont dus aussi à des interventions extérieures ifrīqiyennes83.

20Non moins importantes que le rythme qui scande l’avancée des Normands sont les conditions de reddition des localités réduites. La lecture des chroniques les éclaire en effet également, ainsi que la nature des premiers contacts entre conquérants et insulaires.

Figures de conquis : un éventail d’attitudes variées, de l’accueil enthousiaste au refus

21Dès le début, la conquête de la Sicile a été placée sous le signe de la collaboration des Hauteville avec une partie des chefs musulmans locaux contre d’autres. Comme en Italie du Sud, les Normands, peu nombreux, ont besoin d’appuis locaux pour accélérer leur avancée, mais ils rencontrent également des résistances, directes ou indirectes, qui influent sur le rythme de leur progression. Enfin, leur connaissance de la situation de l’île et leur préparation se reflètent dans leur manière d’appréhender la population insulaire.

La collaboration de certains chefs musulmans et des « Grecs »84 insulaires

  • 84 Ce qualificatif est employé par commodité. Plusieurs problèmes se superposent ici. Celui de l’immi (...)
  • 85 Ainsi de la population de Castronovo qui, en 1078, se rend pour échapper aux abus d’Abū Bakr qui r (...)
  • 86 Cf. A. du M., p. 244.

22Les Normands trouvèrent des appuis temporaires en Sicile, au sein de la population d’origine arabo-musulmane85. Certains chefs musulmans essaient ainsi d’amadouer les deux frères, comme le montrent, par exemple, les cadeaux que leur offre l’émir de Palerme au début de la conquête86.

  • 87 G.M., p. 33 : Hic Christiani, in valle Deminae manentes, sub Sarracenis tributarii erant. De Chris (...)

23L’accueil réservé aux Normands par les communautés chrétiennes de la partie orientale de l’île est présenté par les sources latines comme enthousiaste dans un premier temps. Ainsi les chrétiens du Val Demone, qui se plaignent des tributs auxquels ils sont soumis par les musulmans, promettent monts et merveilles aux Normands en échange de leur aide87. Si ces groupes étaient de culture grecque, les sources ne le précisent pas et ils ne semblent pas avoir été perçus comme tels. Le qualificatif est en effet réservé aux troupes de Byzance et sa connotation est négative.

  • 88 L’article de M.-A. Lucas-Avenel, « Les populations de Sicile et les conquérants normands vus par G (...)
  • 89 Cf. l’exemple très parlant donné par Ibn al-Athīr à propos d’un épisode qui se situe en 1019 (BAS,(...)
  • 90 G.M., p. 39-40.
  • 91 Une seule fois, il évoque « les chrétiens et les catholiques », ce qui a été récemment présenté co (...)
  • 92 Cf. infra, chap. 10 et A. Nef, « Les souverains normands et les communautés culturelles en Sicile  (...)

24Les chroniqueurs arabes et Geoffroi Malaterra convergent dans leurs modes de désignation des différents groupes insulaires88. Ils distinguent les Africains, les Siciliens (qui désignent les autochtones arabisés sinon islamisés)89 et les chrétiens sans autre précision, et réservent le terme de Graeci (ou de Rūm) aux ressortissants de Byzance. La seule occurrence de ce vocable appliqué à des Siciliens dans le texte de Malaterra apparaît à l’occasion d’une trahison orchestrée à Troina par les Sarrasins, alliés aux Grecs, contre les Normands90. Dans l’ensemble des Gesta, le terme de Sarraceni n’est employé qu’une dizaine de fois et désigne clairement les différents groupes qui constituent les troupes ennemies, tandis qu’Aimé du Mont-Cassin divise simplement la population entre « Chrétiens » et « Sarrasins »91. Les ensembles que dessine Malaterra reflètent non seulement une appréhension plus fine de la population insulaire, mais aussi une position qui pourrait être influencée par le contexte de la fin du XIe siècle, moment où il termine son ouvrage et où la domination normande se structure en Sicile. L’opposition des conquis et des conquérants en termes strictement religieux semble alors dépassée et la population insulaire est évoquée comme un tout. Les « Siciliens » sont arabisés et/ou islamisés dans leur majorité ; les chrétiens n’étant qu’une subdivision de la population insulaire. Cette conception pourrait correspondre à celle des Hauteville, commanditaires de l’ouvrage, et nous la retrouverons chez un auteur plus tardif, également proche de la dynastie, le Pseudo-Falcand92.

25Le bon accueil réservé par une partie de la population aux Normands n’empêche cependant pas les tentatives de résistance de l’intérieur ou les interventions venues de l’extérieur.

La résistance à la conquête normande

  • 93 F. Chalandon, Histoire de la domination, I, p. 202.
  • 94 C’est le moment où Ibn al-Ba’bā’ prend le pouvoir à Palerme (cf. la chronologie supra à cette date (...)

26L’argument est rarement abordé sous tous ses aspects. L’aide apportée aux Siciliens par les souverains musulmans est, il est vrai, peu évoquée par les sources elles-mêmes. Pourtant, le ralentissement remarquable des opérations militaires entre 1064 et 1068 est certainement le résultat d’une action fatimide, que seul Ibn al-Athīr mentionne93. Selon lui, en 1061-1062, un double débarquement a lieu, à Palerme et à Agrigente, qui donne naissance à un conflit durable entre ces troupes venues de l’extérieur et les Siciliens ; les soldats qui prennent part à cette opération rembarquent vers leur lieu d’origine en 106994. La coïncidence des dates ne peut être accidentelle. Leur mise en perspective permet également de nuancer le désintérêt total à l’égard de l’île attribué aux Fatimides, que pourrait conforter la lecture des seules sources latines.

  • 95 Il faut tenir présent à l’esprit que les Zirides ont été affaiblis par l’arrivée des tribus hilali (...)

27Pour tenter de repousser les Normands, d’autres actions sont lancées depuis l’Ifrīqiya, telle l’opération décidée en 1074 par Tamīm, l’émir ziride. Elle touche Nicotera, en Calabre, dont une partie de la population est emmenée en esclavage. En 1079, le même Tamīm aurait envoyé 14 bateaux contre Taormine, mais le comte Roger l’aurait dissuadé d’attaquer par des tractations. Dès 1086, en effet, les Normands refusent d’intervenir à Mahdiya avec les Pisans au nom d’un traité de non-agression conclu avec l’Ifrīqiya à une date inconnue, mais qui doit se situer entre 1079 et 108695. On voit donc, que, très vite, les Hauteville multiplient les moyens visant à faciliter leur avancée.

  • 96 Du milieu à la fin du XIe siècle, le régime fatimide connaît une crise profonde. Cf. T. Bianquis, (...)

28Les élites siciliennes sont visiblement plus proches des Ifrīqiyens que des Fatimides, peut-être pour des raisons qui tiennent autant à la proximité géographique et aux liens intenses qui existaient entre l’île et l’Ifrīqiya qu’au sunnisme majoritaire en Sicile. Les Zirides assurent l’essentiel des opérations, peu nombreuses au demeurant, après la première et unique intervention égyptienne. En réalité, les Zirides comme les Fatimides étaient alors occupés à d’autres tâches96.

  • 97 Ainsi de Brachiem à Castrogiovanni (G.M., p. 56), de Bechus à Castronovo (p. 64), de Chamutus qui (...)
  • 98 Nous reviendrons plus loin sur les conditions des vaincus.
  • 99 Jugum nostrae gentis abhorrentes statutum servitium et censum persolvere renuntiant (G.M., p. 69). (...)
  • 100 Erant enim usque ad tredecim milia familiarum (G.M., p. 69).

29Il est des résistances, internes cette fois, qui diffèrent des actions menées par les « caïds » de l’île, les seules généralement évoquées par les historiens97. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, ceux qui s’opposent aux Normands sont en effet parfois décrits comme des chrétiens hellénophones. Ainsi à Troina en 1062, Grecs et Sarrasins s’allient contre les soldats normands et empêchent le comte Roger et son épouse de sortir de la ville. Parfois, c’est la population musulmane qui se révolte, comme en 1079, lorsque les habitants de la région de Iato se soulèvent contre le « cens » qu’ils doivent verser et « leur nouveau statut d’assujettis »98, selon Malaterra99. Le mouvement aurait rassemblé 13 000 familles et, même en faisant la part de l’exagération, le nombre de rebelles a dû être élevé100. Peut-être faut-il lire la décision prise par Tamīm d’intervenir à cette date comme une conséquence de ce mouvement, mais les sources ne permettent pas de l’affirmer.

  • 101 G.M., p. 75 : (...) Elias Cartomensis – qui ex Sarracenis ad fidem Christi conversus, postea apud (...)

30L’opposition aux Normands prend aussi très tôt la forme du refus de la conversion au christianisme comme l’illustre l’histoire d’Elias Cartomensis, dont on ne connaît pas le nom d’origine. Converti, il est tué par ses ex-coreligionnaires à Castrogiovanni, après 1082101. Cette réaction violente est aussi l’indice de l’existence d’un mouvement de conversion dont l’ampleur nous échappe, mais qui ne se réduisait sans doute pas à l’apostasie de quelques individus.

  • 102 La question a été récemment traitée dans J. Johns, Arabic Administration, p. 33.

31Mais plus encore que la résistance opposée aux Normands, illustrée il est vrai seulement par les quelques rares noms que livrent les sources, le rôle des intermédiaires polyglottes dans la conquête apparaît clairement102.

Interprètes et espions arabophones

  • 103 Nous avons décrit sa mort dans le paragraphe précédent. Il est également cité dans le livre III, c (...)
  • 104 Sur la fluidité linguistique qui devait caractériser la population sicilienne lors de la conquête (...)

32La direction de troupes musulmanes ralliées à la cause normande ou contraintes de la défendre rendait nécessaire la présence d’arabophones dans l’armée des conquérants. Elias Cartomensis devait l’être, par exemple103. En outre, les pourparlers de paix et de reddition exigeaient de faire appel à ce type d’intermédiaires, sur lesquels nous avons peu de renseignements. Il est probable qu’une fois les opérations entamées, des habitants bilingues de l’île ont été utilisés à cette fin104. Mais s’ils sont restés le plus souvent dans l’anonymat, il est quelques personnages que l’on voit sortir de l’ombre dans le cadre de négociations.

  • 105 Dans Malaterra : Hic Jordanus, filius suus, cum exercitu equestri sibi obvius factus, multa inter (...)
  • 106 A. du M. : « Un qui se clamoit dyacone Pierre, liquel entendoit et parloit molt bien comment li Sa (...)

33Les Normands ont en effet recruté des espions qui, bien que de culture grecque, maîtrisaient la langue arabe et, parfois, le latin. Ainsi en est-il de Philippus filius Gregorii patricii envoyé par Jourdain, un fils de Roger, ou par Roger lui-même selon les auteurs, à Syracuse pour y prendre des informations105. Il est accompagné de douze marins bilingues en grec et en arabe (il n’est pas sûr qu’ils connaissent eux aussi le latin). De même, le diacre Pierre, arabophone, est expédié au tout début de la conquête à Palerme pour remercier l’émir de la ville des cadeaux qu’il a offerts à Robert Guiscard et à son frère Roger ; il profite de son séjour pour se renseigner sur les défenses de la ville106. Les contacts entre l’île et le continent n’ont jamais cessé et les Normands ont su, pendant leurs années calabraises, se préparer à la conquête d’une population majoritairement arabophone.

  • 107 Certains ont dû choisir l’exil vers le sud de la péninsule à partir des ces régions, mais il ne fa (...)
  • 108 On sait que tel avait été le cas dès les débuts de la conquête (cf., pour un résumé des positions (...)
  • 109 G. Noyé, « La Calabre entre Byzantins, Sarrasins et Normands », p. 90-92.
  • 110 Ibid.

34Les intermédiaires qui connaissent la langue arabe sont de culture au moins partiellement hellénophone, issus de l’aristocratie locale (cf. le « Philippe fils du patrice Grégoire » évoqué plus haut) ou membres du clergé. Les liens entre groupes de culture grecque et Arabo-musulmans étaient étroits depuis longtemps dans les régions anciennement byzantines intégrées à l’empire arabo-musulman et ils existaient également en Sicile107. Un certain nombre d’immigrés de l’Orient anciennement byzantin se sont réfugiés dans le sud de l’Italie après les conquêtes islamiques108, mais cette région a aussi connu, à partir du milieu du IXe siècle, l’installation de colonies arabo-musulmanes locales en plus d’un endroit109, notamment en Calabre, où les contacts ont perduré110. Ces individus, qui ont également une connaissance, même limitée, de la langue latine, liée à l’histoire récente du sud de la péninsule, apparaissent donc comme les agents indispensables de l’aventure sicilienne des Hauteville.

35S’ils se voyaient confier des missions d’espionnage, ces personnages étaient sans doute aussi utiles comme interprètes. Ils devaient faciliter, en particulier, les négociations de reddition entre les différentes parties.

La reddition des localités siciliennes

  • 111 On peut voir maintenant, J. Johns, Arabic Administration, p. 31-33.
  • 112 Ainsi pour Palerme, Guillaume de Pouille, v. 340-344. Ces otages sont emmenés par Roger à Reggio, (...)

36La reddition des localités siciliennes suit deux schémas que l’on retrouve à peu près à l’identique dans toute l’île111. Le premier est illustré par Geoffroi Malaterra et le second par Aimé du Mont-Cassin. Chez Malaterra, les envoyés choisis parmi les anciens (shuyūkh, pl. de shaykh) de la ville vont trouver les Normands – que ceux-ci les assiègent ou que leur initiative soit spontanée – et négocient les conditions de la reddition. Elles comprennent le versement d’un tribut annuel et une prestation de serment par lequel la population s’engage à se soumettre à l’ordre normand. Lors de cet acte d’allégeance, les habitants sont représentés par une minorité d’entre eux, qui est garante du respect de l’engagement pris. Pour s’assurer le contrôle d’une ville, la prise d’otages était également pratiquée112.

  • 113 Libris superstitionis legis suae coram positis, « avec les livres contenant leur loi superstitieus (...)
  • 114 Ainsi dans le Val Demone (ibid.) ou à Troina (ibid.).
  • 115 Ainsi à Petralia (G.M., p. 35).
  • 116 Ainsi de la population de Castronovo en 1077 (G.M., p. 64).
  • 117 G.M., p. 53.

37À Rametta, les musulmans de la ville jurent fidélité sur le Coran en 1061113. Parfois les portes des villes s’ouvrent plus facilement car les habitants sont majoritairement des chrétiens de langue grecque114. Lorsque la population est mixte, la délégation d’habitants représente les deux communautés115. L’identité de ceux qui se rendent n’est toutefois pas toujours précisée116. En outre, certaines villes font l’objet d’un traitement particulier, comme Palerme. En échange, du versement d’un tribut par les musulmans de la ville et de leur soumission, les Normands y respecteront la loi musulmane117.

  • 118 Ainsi à propos de Castrogiovanni, A. du M. : Et puiz vindrent à une haute cité, laquelle se clamoi (...)
  • 119 Cf., par exemple, pour al-Andalus, P. Guichard, Les musulmans de Valence et la reconquête du XIe-X (...)

38Chez Aimé du Mont-Cassin, les événements sont présentés de manière légèrement différente, puisqu’on y voit le cait, ou le cayte, c’est-à-dire le qā’id (« chef militaire ») remettre la ville aux vainqueurs118. Il est probable que ces diverses modalités se conjuguaient : les shuyūkh représentent en effet, la communauté, alors que les quwwād (pl. de qā’id) sont responsables de la défense militaire des sites, où ils jouent parfois le rôle plus important de représentants locaux de l’État, en tant que concessionnaires des revenus fiscaux de telle ou telle localité119. Le récit d’Aimé ne fait que confirmer le rôle essentiel de ces personnages, à la tête des communautés urbaines.

  • 120 Sur la figure du qāḍī, son importance à la fois religieuse et politique, qui l’autorise à prendre (...)
  • 121 Anonymi Vaticani, p. 748 : Erat autem ex parte Sarracenorum quidam vocatus Archaydus, idem legis d (...)
  • 122 Ibid., p. 762 : E contrario Saraceni virtute atque animis omnino destituti, jamque Panormitano Arc (...)
  • 123 SMS, 3e partie, 1, p. 99.
  • 124 Cf. M. Fierro, « The qāḍī as Ruler ».

39De son côté, l’auteur de l’Anonymi Vaticani Historia Sicula parle d’un qāḍī (ou juge)120 qui aurait combattu aux côtés des habitants de Messine et dont la mort aurait provoqué l’émoi de la population121. Dans un autre passage, il signale la mort du qāḍī de Palerme lors de la bataille de Cerami (1063), épisode que rapportait déjà Malaterra122. Michele Amari croyait à une confusion entre qā’id et qāḍī123. Mais la définition précise de la fonction qui est donnée pour Messine s’oppose à cette hypothèse, d’autant que des cas similaires sont documentés pour la péninsule Ibérique124. Le qāḍī, représentant éminent des élites locales, prend probablement part aux combats. Personnage en vue dans toute localité musulmane, il est partie prenante dans les négociations de paix.

  • 125 On a l’impression qu’elles s’inspirent des deux types de reddition définis par le droit musulman e (...)
  • 126 Sur le prélèvement fiscal après la conquête dans l’île, cf. chapitre 8 ; au sujet de la jiziya sou (...)

40Ces conditions de reddition reprennent peu ou prou les clauses de paix telles qu’elles ont été codifiées par les musulmans125. Tout se passe en effet comme si les Normands avaient suivi ici l’ordre des vaincus : ils vont même jusqu’à « retourner » la jiziya que devaient les chrétiens et les juifs à l’État islamique en la prélevant, à leur tour, sur les musulmans et les juifs126. L’hypothèse d’une application générale de ce principe (selon lequel la coopération fiscale des vaincus leur assure la protection du vainqueur) dès les premiers temps de la présence normande en Sicile se heurte toutefois à l’ignorance dans laquelle nous sommes des modalités de capitulation de la plupart des localités de l’île.

41Il n’en demeure pas moins que la conquête de l’île telle qu’elle est menée par les Hauteville est caractérisée par un pragmatisme qui allie collaboration avec des chefs de guerre locaux et conditions de reddition supportables. Les quelques mises à sac et déplacements de population mentionnés au fil de la chronologie retracée plus haut ne sont exemplaires que parce qu’ils sont exceptionnels.

42Si les modalités de reddition sont connues pour certaines localités seulement, nombreuses sont les régions qui échappent en apparence au contrôle étroit des conquérants.

Profondeur de la conquête et conversion de l’espace insulaire

La profondeur relative de la conquête

43Au cours de leur longue campagne en Sicile, Robert Guiscard et son frère Roger ont eu le temps de prendre la mesure de ce qui les attendait et d’adapter leur politique au terrain rencontré ; leur pragmatisme le prouve. Cette relative souplesse était d’autant plus nécessaire que la conquête ne semble pas – comme c’était souvent le cas à l’époque – avoir été systématique et que certains espaces étaient « tenus » de manière plus lâche que d’autres par les Normands.

  • 127 Même si on peut penser que les chroniques ne donnent pas le détail de tous les mouvements, notamme (...)
  • 128 La conquête suit, par exemple, les axes Messine-S. Marco-Petralia (1061-62), Messine-Centorbi (106 (...)
  • 129 Ainsi des routes Messine-Syracuse, Palerme-Agrigente, Taormine-Termini.
  • 130 Cf. L. Arcifa, « Vie di comunicazione e potere in Sicilia (sec. XI-XIII). Insediamenti monastici e (...)
  • 131 Notons, toutefois, que cette absence reflète peut-être l’absence de ville importante sur cet axe, (...)
  • 132 L’axe Syracuse-Agrigente est bien connu et important depuis l’Antiquité (cf. G. Uggeri, Sull’« Iti (...)
  • 133 Des révoltes contre les Normands ont toutefois lieu très tôt, telle celle qui secoue le Corléonais (...)

44Si l’on dresse une carte de la conquête insulaire, sur la base des chroniques citées plus haut127, en localisant les mouvements de troupes et les villes tombées aux mains des Hauteville, certaines zones échappent manifestement à leur contrôle. La progression des conquérants, dont les grands axes128 suivent, dans l’ensemble, les routes principales connues pour cette période129, est ensuite renforcée par une politique de fondations monastiques situées le long de ces mêmes voies130. Cependant certains axes sont curieusement absents de cette avancée (ainsi de la route Palerme-Agrigente, via Corleone131, de la Syracuse-Agrigente par la côte132 ou encore de la Marsala-Agrigente). Les aires délimitées par ces routes négligées ne sont pas nécessairement le lieu de révoltes133 ou d’une résistance particulière, mais il serait imprudent de considérer que lorsque les voies de pénétration ou les sites fortifiés proches étaient investis par les conquérants, elles étaient soumises à un contrôle réel, surtout lorsqu’elles étaient vastes et les points forts qui les entouraient peu nombreux.

  • 134 Pour avoir une idée de ces évolutions, on peut consulter G. Uggeri, « Il sistema viario in Sicilia (...)

45Ainsi de l’espace côtier entre Trapani et Mazara, qui s’étend vers l’intérieur sur une cinquantaine, voire une centaine, de kilomètres ; du triangle Mazara-Iato-Agrigente ; du plateau hybléen et de l’essentiel du Val de Noto. Jusqu’au milieu du XIIe siècle, les lacunes du réseau viaire calquent ces « vides », tandis que se densifient les routes de la zone « latinisée » par l’immigration suscitée de « Lombards », originaires du Nord de l’Italie, autour d’Enna et de Piazza Armerina134.

Fig. 2 – Les réseaux viaires dans la Sicile du XIIe siècle (à partir de G. Uggeri, « Il sistema viario in Sicilia... »).

  • 135 Cf. infra, chapitre 5.
  • 136 Cf. I. Peri, « La questione delle colonie “lombarde” in Sicilia », Bollettino storico-bibliografic (...)

46Or, tous les « trous » de la carte du contrôle militaire correspondent aux aires les plus densément peuplées par les communautés arabo-musulmanes, comme nous le verrons, et constitueront, par la suite, les foyers de la rébellion qu’elles opposeront au pouvoir royal135. Peu ou mal maîtrisées, elles feront au cours du XIIe siècle l’objet d’une surveillance accrue, notamment par l’intermédiaire des colonies lombardes136.

47Dans ce processus de prise de contrôle du territoire insulaire, la conversion de l’espace musulman en espace chrétien constituait un enjeu non négligeable. Il importe donc de déterminer quels furent les choix privilégiés par les Normands dans ce domaine.

Approche de l’espace musulman par les Normands

  • 137 Cf. A. Echevarría, « La transformación del espacio islámico (siglos XI-XIII) », dans À la recherch (...)

48L’appropriation d’un espace géographique passe, en effet, aussi par l’introduction de symboles nouveaux, surtout si la religion du groupe qui prend le contrôle d’une région diffère de la foi des habitants. Des exemples significatifs d’une telle politique sont le Saint-Sépulcre de Jérusalem et l’ensemble des lieux saints des États latins d’Orient qui firent l’objet d’une liberatio et parfois d’une récupération au christianisme. L’exemple de la péninsule Ibérique n’est pas moins éclairant. Si la reconquête religieuse de l’espace a pu y prendre la forme de construction sans destructions préalables, nombreux y sont aussi les cas de démolitions ou de transformation d’une mosquée en église, surtout dans les chefs-lieux137.

  • 138 Le seul miḥrab connu en Sicile, a été découvert lors de fouilles à Ségeste, mais il date au plus t (...)
  • 139 Sur ce point, cf. la mise au point méthodologique de E. Galdieri, « Sull’architettura islamica in (...)
  • 140 Nous y reviendrons.
  • 141 Pour le cas particulier des cimetières musulmans, les recherches menées jusqu’à aujourd’hui ne dém (...)

49En Sicile, on le sait, aucune mosquée de la période musulmane n’a été retrouvée138. On pourrait donc penser que les destructions ont été massives, mais seule une intensification des fouilles menées par des spécialistes de l’archéologie islamique permettrait de s’en assurer139. Dans l’état actuel des recherches, s’il est probable que les guerres menées par Frédéric II, et sans doute les luttes intestines plus tardives, jouèrent un rôle dans ce processus, rien n’atteste pour l’époque normande l’existence d’une politique délibérée de transformation du paysage religieux sicilien. Seule la cathédrale de Palerme est restaurée, et encore les modifications qu’elle subit semblent-elles limitées dans un premier temps140. La christianisation de l’espace se fait plus par la construction ex novo de monastères et de cathédrales, que par la récupération de lieux de culte préexistants ; la superposition l’emporte sur le remplacement pur et simple. L’espace est christianisé, certes, mais plutôt à travers l’insertion de repères nouveaux dans le tissu en place que par la suppression des lieux considérés comme sacrés par les musulmans141.

  • 142 Nous nous contentons de renvoyer pour ce texte connu à la traduction française, Ibn Jubayr, Relati (...)
  • 143 Ibid., p. 350 : « Il est entouré de nombreux tombeaux de fidèles, ascètes et dévots. Ce château es (...)
  • 144 Ibid., p. 353.
  • 145 Ibid., p. 355.
  • 146 Ibid., p. 356.

50C’est ce qui explique la description d’Ibn Jubayr, agréablement surpris, à la fin du XIIe siècle. Il cite les mosquées de Termini142, le château de Qaṣr Ṣa‘d, près de Palerme, dont la mosquée attire les fidèles sur un large rayon143. Il évoque la bonne tenue de la religion musulmane dans la capitale144. Alcamo a également conservé ses lieux de culte145, tout comme Trapani146. En somme, du petit nombre de villes visitées par le voyageur, seule Messine lui apparaît majoritairement chrétienne et hostile aux musulmans. Si l’on considère qu’il ne s’est pas rendu dans les régions qui abritent la plus large population musulmane (partie méridionale et occidentale de l’île, Trapani exceptée), l’impression qui se dégage n’est certes pas celle d’une politique active de conversion religieuse de l’espace insulaire au moment de la conquête. Cela ne signifie pas, bien entendu, que toute volonté de christianisation soit absente chez les conquérants, mais sa manifestation emprunte d’autres voies. De manière générale, elle procède plutôt par superposition (fondations de lieux de culte chrétiens dans un contexte majoritairement musulman) que par la conversion des espaces.

51L’établissement d’une chronologie et d’une géographie de la conquête normande ne constitue que la première étape de sa reconstruction. En effet, plus encore que par les informations qu’ils livrent, les chroniqueurs retiennent l’attention du lecteur par la présentation qu’ils font des événements. Comment la conquête normande, contemporaine des débuts du mouvement qui devait porter tant de combattants et de fidèles de l’Occident vers l’Orient, fut-elle perçue à la fin du XIe siècle et décrite a posteriori ? Peut-on parler de pré-croisade, ou d’« esprit de croisade », sans anachronisme ?

II. L’« esprit de croisade » des Normands durant la conquête

52L’élaboration d’un royaume chrétien qui s’inspire pour partie de pratiques et de conceptions islamiques, motivée par la présence d’une forte population arabo-musulmane et par la proximité géographique du dār al-islām découle-t-elle de conceptions repérables dès les débuts de la conquête, ou bien d’une politique pragmatique élaborée progressivement, au contact de la réalité insulaire ? Ou bien encore ce choix a-t-il succédé dans l’esprit des conquérants à une volonté originelle de destruction portée par des motivations religieuses ? Le débat est ancien, mais aucune réponse définitive n’a été apportée à ces questions, faute d’un examen systématique de l’ensemble du dossier, et aussi probablement parce que ce dernier ne permet pas d’y répondre de manière univoque.

53En revanche, les textes présentés plus haut, dont la rédaction répond à des motivations variées, et, en particulier, religieuses, véhiculent chacun une interprétation des événements élaborée une fois que le succès des Hauteville était acquis. Porteurs de conceptions qui sont celles de leur temps, ils illustrent la manière dont les Hauteville étaient perçus par les acteurs du contexte italien méridional et dont eux-mêmes interprétaient leur entreprise. On peut se demander quel succès ils rencontrèrent.

Une croisade avant la lettre ? Les termes du débat

54Si l’on ne pense plus aujourd’hui à qualifier de croisade tout combat mené contre les ennemis de la foi, la question de la définition de l’aventure des Hauteville en Sicile n’en demeure pas moins. La difficulté tient à ce que l’histoire de la conquête de la Sicile est prise dans un double contexte historiographique.

  • 147 Pour une relecture des conceptions religieuses et des références bibliques à l’œuvre chez les hist (...)
  • 148 Pour une synthèse, cf. J. Flori, Pierre l’Ermite et la première croisade, Paris, 1999.
  • 149 Pour une bibliographie conséquente sur l’étape médiévale, cf. J. Flori, La guerre sainte. La forma (...)
  • 150 Pour un aperçu de l’importance accordée à la péninsule ibérique, cf. J. Flori, « Guerre sainte et (...)
  • 151 Le seul auteur qui le fait de manière un peu extensive est J. Riley-Smith, The First Crusade and t (...)
  • 152 Cf. J. Flori, « Réforme, reconquista, croisade (L’idée de reconquête dans la correspondance pontif (...)

55L’historiographie de la croisade a connu des renouvellements importants au cours de la deuxième moitié du XXe siècle. L’accent qui avait été mis sur la dimension militaire (guerre au service de la papauté contre les ennemis de l’Église) a été déplacé vers le spirituel (prolongement des pèlerinages et acte de pénitence)147, tandis que le mérite revient à Jean Flori d’avoir insisté sur la complémentarité des deux volets et d’avoir proposé une nouvelle chronologie de l’émergence de l’idée de croisade148. Cette dernière est liée aux notions de « guerre juste » et de « guerre sainte », dont la genèse a également fait couler beaucoup d’encre149. En outre, plus tournées vers la péninsule ibérique et la Reconquista150, les études n’ont guère porté sur la Sicile, si l’on excepte celles de Jonathan Riley-Smith151 et de Jean Flori152, ou l’ont fait de manière trop peu systématique.

  • 153 F. Giunta et U. Rizzitano, Terra senza crociata. Sur le contexte à la fois politique (ère post-col (...)
  • 154 Cf. J. Flori, Pierre l’Ermite, spéc. p. 132-142.
  • 155 H. Taviani Carozzi, La terreur du monde, p. 376-379.
  • 156 G.M. Cantarella, « La frontiera della crociata : i Normanni del Sud », dans Il concilio di Piacenz (...)
  • 157 M. Gallina, « La « precrociata » di Roberto il Guiscardo : un’ambigua definizione », dans Il Mezzo (...)

56Le débat a toutefois vu le développement d’un versant « sicilien » qui rencontre peu d’échos hors du cadre italien. Pour les uns, la Sicile est une « terre sans croisade »153, tandis que, pour les autres, l’arrivée des Normands constitue une étape dans l’élaboration des conceptions qui donneront naissance à l’idée de croisade154. Huguette Taviani-Carozzi155 évoque, quant à elle, dans son Robert Guiscard, un « esprit de croisade » et Glauco Maria Cantarella, une croisade à part entière156. Enfin, Mario Gallina est revenu récemment sur l’ambiguïté de la notion de « pré-croisade » appliquée aux entreprises normandes, particulièrement contre Byzance157, mais ses conclusions peuvent être étendues à d’autres contextes.

57C’est donc en revenant aux sources, c’est-à-dire aux chroniques latines les plus anciennes qui furent commanditées par les souverains normands ou leur entourage, qu’il est possible de réexaminer le dossier et de redéfinir les termes utilisés. Ouvrages exaltant la dynastie et sa victoire sur les musulmans de Sicile, destinés à des lecteurs qui comprennent le latin, aussi bien dans l’île qu’au dehors, ces récits se prêtent particulièrement bien à une relecture de ce type.

  • 158 Sur ce point qui a fait coulé beaucoup d’encre, cf., en dernier lieu, V. Prigent, « Les empereurs (...)
  • 159 Ainsi de H. Taviani Carozzi ou de J. Flori.

58En premier lieu, soulignons que l’on ne saurait parler de « reconquête » à propos de l’avancée normande en Sicile, puisque ses acteurs viennent d’un tout autre contexte que celui qu’ils découvrent et n’ont donc rien à « reconquérir » ; seule l’Église de Rome pouvait espérer récupérer dans cette opération ce qu’elle avait perdu avant la conquête arabo-musulmane158 et même récupérer intégralement ce qu’elle considérait comme son patrimoine (en arguant de la donation de Constantin). Or, ce terme, employé par analogie avec la Reconquista ibérique, se trouve dans tous les ouvrages159. Il n’est pourtant pas utilisé dans le contexte sicilien de l’époque et le seul mouvement qu’il pourrait légitimement désigner est celui des campagnes de Frédéric II contre les musulmans au début du XIIIe siècle.

59Dans le déroulement de la conquête et dans le traitement des populations conquises, tels qu’ils ont été retracés, rien ne permet jusqu’ici d’identifier le changement de domination en Sicile à une croisade. Peut-on parler néanmoins de « croisade sicilienne » par analogie, d’une part d’un point de vue institutionnel (en se demandant quel fut le rôle de la papauté dans cette opération et quels moyens elle mit en œuvre) ; et d’autre part, d’un point de vue spirituel, puisque nous avons vu que cette dimension constitue, de l’avis des spécialistes, le deuxième aspect fondamental de ce mouvement vers l’Orient ?

La dimension institutionnelle

  • 160 Traduction dans P. Bouet, « Les Normands, le nouveau peuple élu », dans Les Normands et la Méditer (...)

60Si dans un premier temps les rapports entre la papauté et les Normands ont été plutôt orageux, les deux parties ont rapidement compris tout ce qu’elles avaient à tirer d’une meilleure entente. Malaterra rapporte qu’après la bataille de Civitate, à l’issue de laquelle Léon IX est fait prisonnier par les Normands qui le libèrent rapidement, le pape aurait confié à Robert Guiscard « en fief héréditaire de Saint-Pierre (...) la Pouille qu’il avait occupée ainsi que la Calabre et la Sicile qu’il pouvait conquérir »160. Un tel geste semble confirmer que le pontife romain soutenait une éventuelle conquête de l’île avant même qu’elle ne débute.

  • 161 Sur cet épisode, cf. désormais J.-M. Martin, « Les institutions politico-administratives liées à l (...)
  • 162 H. Taviani Carozzi, La terreur du monde, p. 237-244. L’auteur tranche en faveur de l’affirmative.
  • 163 Léon d’Ostie, III, 15.
  • 164 L.-R. Ménager, Recueil des actes des ducs normands d’Italie (1046-1127). I. Les premiers ducs (104 (...)
  • 165 G. Loud, The Age of Robert Guiscard : Southern Italy and the Norman conquest, Harlow, 2000, p. 186 (...)
  • 166 J.-M. Martin, « Les institutions politico-administratives liées à la conquête », p. 316.

61Un peu plus tard, le pape Nicolas II, lors du concile de Melfi, en 1059, investit Robert Guiscard et reconnaît son titre de duc (de Pouille et de Calabre)161. Il lui confie alors la conquête de la Sicile162. Deux textes vont dans ce sens : celui de Léon d’Ostie qui rapporte que le pape reconnaît alors à Robert Guiscard la haute main sur le « duché de Pouille, de Calabre et de Sicile »163 et le texte du serment de Robert Guiscard qui le présente comme « futur duc de Sicile »164. Toutefois, ni Aimé du Mont-Cassin, favorable au rapprochement entre le pape et les Normands, ni Malaterra ne mentionnent cet épisode. Graham Loud165, comme Jean-Marie Martin166, ont replacé ce geste dans son contexte : il s’agit pour le pape de s’assurer l’aide de Robert contre ses ennemis romains, une entrée fiscale supplémentaire (par le biais du tribut versé par les Hauteville) et surtout l’autorité religieuse sur les terres qui seront dans le futur sous le contrôle de la dynastie. Cette situation explique que Robert Guiscard n’ait guère besoin du pape et, par conséquent, que les chroniqueurs aient été peu diserts sur cet événement qui n’exalte pas particulièrement les Hauteville.

62Même l’épisode de Melfi ne présente toutefois pas la conquête de l’île comme une entreprise spirituelle particulièrement soutenue par l’Église de Rome. Il s’agissait pour la papauté de revendiquer l’autorité spirituelle sur les terres à conquérir. En outre, les récits dont nous disposons interprètent ce geste comme le résultat d’un échange de bons procédés et non comme l’indice d’une institutionnalisation de l’avancée normande. En reconnaissant la légitimité de l’autorité pontificale, les Hauteville obtiennent son soutien pour leur action dans le sud de l’Italie.

  • 167 On trouve une mention chez V. D’Alessandro, « Lettura di Amato di Montecassino », dans Id., Storio (...)
  • 168 Le texte de Malaterra, très rarement cité dans le débat sur les origines de la croisade, est le su (...)
  • 169 Pour des détails sur la bataille de Cerami, cf. infra.

63Une seconde intervention pontificale, qui aurait eu lieu en 1063, renforce l’impression que les chroniqueurs limitent les relations entre Rome et les Hauteville à des rapports de cette nature. L’épisode est rapporté par Geoffroi Malaterra ; peu commenté167, il mérite d’être repris168. Il se déroule peu après la victoire normande de Cerami, en Sicile169 :

  • 170 Il s’agit de quatre chameaux qui lui ont été envoyés par Roger. Pour un contexte plus large, F. Bo (...)

L’apôtre (Alexandre II 1061-1073) réjoui plus par la victoire accordée par Dieu contre les païens que par les trésors170 qui lui avaient été remis, envoie au comte et à tous ceux qui aident à soustraire la Sicile aux païens, à la gagner et à la conserver pour toujours dans la foi du Christ, sa bénédiction et, usant de son pouvoir, leur accorde l’absolution (des offenses), si, repentants, ils prennent soin de les éviter dans l’avenir. Il leur envoie aussi, depuis le siège romain, la bannière confiée à l’autorité apostolique, comme prix de ceux qui se battront contre les Sarrasins de manière plus assurée, confiants dans la protection de saint Pierre.

  • 171 Cf. V. D’Alessandro, « Fidelitas Normannorum. Note sulla fondazione dello Stato normanno e sui rap (...)
  • 172 Sur les bannières, on peut consulter le chap. 1 (« Holy Banners ») et surtout le chapitre sur le V (...)

64Ce passage, le seul à mentionner la remise de la bannière de saint Pierre par le pontife romain, est souvent discuté dans un contexte un peu différent où l’on s’interroge pour savoir si Guiscard reconnaissait par là sa vassalité envers le siège pontifical171. On répond, en général, par la négative, ou en insistant sur la portée religieuse du geste172, signe de l’affirmation de l’autorité apostolique. Il semble toutefois que la question soulevée par ce passage soit autre.

  • 173 Le seul cas de la même époque avancé jusqu’ici, celui de l’expédition vers Barbastro, a été l’obje (...)
  • 174 Cf. le texte, supra. Sur le vexillum Sancti Petri, cf. J. Flori, La guerre sainte, p. 161-176.

65Malaterra est le seul à mentionner cet épisode, ce qui ne peut manquer d’étonner. Il insiste sur la dimension religieuse de l’acte et prend bien soin de placer l’intervention pontificale après et non avant le début de la conquête, à la suite de la victoire de Cerami, au cours de laquelle saint Georges se serait manifesté (cf. infra). Le chroniqueur, qui chante les hauts faits accomplis par les Hauteville, donne une lecture de l’événement qui limite ainsi strictement la portée du geste d’Alexandre II. Que le pontife n’ait pas appelé au combat en instituant pour cela un statut spirituel favorable, ce qui était inconcevable à cette époque173, n’a rien de surprenant. En revanche, si Geoffroi fait de cette conquête une préfiguration de la croisade, ce qui lui confère toute sa légitimité, il convient de souligner qu’il le fait en rapportant une manifestation divine. Ce faisant, il défend une conception précise des relations entre le pape et les Normands. Le premier est cantonné dans un rôle strictement spirituel exercé a posteriori ; l’accent est mis sur la pénitence : il convient de se repentir et d’éviter de pécher. La remise du vexillum Sancti Petri aux combattants renforce la décision pontificale, mais là aussi elle a lieu a posteriori174, après Cerami. En revanche, elle donne une autre dimension à la suite des événements.

  • 175 Pierre Toubert a rappelé qu’Urbain II est le « surdestinataire » des œuvres d’Aimé et de Geoffroi, (...)
  • 176 Sur ce point, cf. H. E. J. Cowdrey, The Age of Abbot Desiderius. Montecassino, the Papacy and the (...)
  • 177 Urbain II rédige ainsi des lettres félicitant Roger de sa victoire contre les musulmans en Sicile  (...)

66Les deux principaux chroniqueurs ne manifestent guère, du point de vue qui nous intéresse ici, de sympathie pour la papauté, au moins dans sa version pré-Urbain II175. À leurs yeux, elle a peu fait pour lutter contre les musulmans dans le sud de l’Italie, au contraire des Normands, qui apparaissent guidés par Dieu. En outre, les relations entre les Normands et Alexandre II, particulièrement en 1063, étaient très mauvaises ; le contexte de cette année se prête donc mal à un tel geste176 et il pourrait s’agir d’une reconstruction tardive, par le seul Malaterra, motivée par le réchauffement postérieur des relations entre Roger et Urbain II177 et par le contexte porteur de la première croisade. Quoi qu’il en soit, ce n’est pas ici le pontife romain qui confère sa dimension spirituelle à l’événement et son rôle est strictement encadré.

67Si la réalité institutionnelle et canonique de la croisade est absente des textes, un « esprit de croisade », selon l’expression d’Huguette Taviani-Carozzi – même s’il serait peut-être plus exact d’évoquer ici un « esprit de guerre sainte » –, s’y donne néanmoins à lire. Repérable à travers des motifs, des topoi ou des épisodes, il faut le rapprocher d’autres mentions du même ordre, récurrentes dans les textes qui évoquent les premières croisades, les plus proches, chronologiquement, de la conquête sicilienne. Nous en proposons donc un relevé, en renvoyant à l’ouvrage d’Huguette Taviani-Carozzi lorsqu’ils y sont cités.

La conquête de la Sicile : une entreprise portée par un élan spirituel ?

  • 178 J. Riley-Smith, The First Crusade, p. 18-22.
  • 179 Chez Aimé, Robert Guiscard sur son lit de mort prononce les paroles suivantes : « Je voudroie deli (...)
  • 180 Cf. G.M., p. 53. Aimé du Mont-Cassin écrit à ce sujet : (Robert Guiscard) s’en ala, o grant revere (...)
  • 181 Sur cette élaboration, cf P. Alphandéry et A. Dupront, La chrétienté et l’idée de croisade, rééd. (...)

68Comme Jonathan Riley-Smith l’a noté, l’idée de liberatio ou de libertas redonnée d’une part aux chrétiens orientaux et, de l’autre, à la ville de Jérusalem fait figure de leitmotiv dans les discours qui prêchent la première croisade178. Or, les récits de la conquête normande déclinent ces mêmes thèmes sous une double forme : la libération des chrétiens de l’île179 et la reprise de la ville de Palerme et de sa cathédrale « souillée » par sa transformation en mosquée, bien que le parallèle avec Jérusalem ne soit pas fait pour des raisons évidentes180. En outre, la cathédrale de Palerme ne focalise pas seule l’attention des Normands car le lieu ne se prête pas à la même élaboration mystique et eschatologique que Jérusalem sur laquelle se concentrent les aspirations des croisés181. Toutefois, cette conception n’est jamais exprimée avant le début de la conquête et le premier épisode où se manifeste clairement la dimension spirituelle de cette aventure est la bataille de Cerami.

  • 182 G.M., p. 44 : Dum talia versus certamen properando perorantur, apparuit quidam eques, splendidus i (...)
  • 183 Ibid.
  • 184 En dernier lieu, J. Flori, La guerre sainte, p. 125-134.
  • 185 Cf. H. Bresc, « Les historiens de la Croisade », p. 739.
  • 186 Notons tout de même que si les Gesta peuvent trouver leur place dans l’archéologie du récit des cr (...)

69Selon Huguette Taviani-Carozzi, tous les ingrédients y sont réunis : l’infériorité numérique des Normands (36 chevaliers affrontent 3000 musulmans) et l’intervention divine manifestée par l’apparition de saint Georges qui porte le vexillum sancti Petri182. Elle montre que Geoffroi Malaterra se livre à une reconstruction influencée par la première croisade et souligne l’origine byzantine du culte de saint Georges183. Malaterra élabore donc a posteriori cette scène en reprenant des croyances qui s’étaient alors diffusées dans tout l’Occident184. En outre, il est un modèle qui inspire plus directement le chroniqueur et que Henri Bresc a bien mis en évidence185 : celui de Gédéon (Juges, VII)186. L’épisode l’évoque à la fois par la topographie décrite et la stratégie suivie. Le pontife, qui envoie le vexillum Sancti Petri aux combattants à la suite de cette victoire (cf. supra), ne fait qu’entériner ainsi l’apparition surnaturelle si l’on suit le chroniqueur.

  • 187 p. 762 : miles quidam incognitus cum niveo equo, et niveis armis, et albo vexillo crucem habente r (...)
  • 188 H. Bresc, « Les historiens de la croisade », p. 739.
  • 189 Ainsi Guillaume de Pouille : « (Roger) combattit toujours contre les Siciliens, ennemis du nom div (...)

70S’il tait l’identité du cavalier187, qui rappelle le cavalier céleste qui donne la victoire aux Maccabées188, le passage correspondant de l’Anonymi mentionne la présence d’une croix rouge sur l’enseigne blanche, une manière d’évoquer le vexillum sancti Petri. Si cette chronique se démarque en partie de celle de Malaterra, elle en est, sur ce point, le prolongement unique. La piété qui porte les combattants au cours de la bataille de Cerami se retrouve en effet à plusieurs reprises chez Guillaume de Pouille, mais sans miracle (et sans intervention pontificale, alors même que l’auteur compose son poème à la demande d’Urbain II)189.

  • 190 Ainsi, avant la bataille de Cerami, Nostri vero, hostilem affinitatem ditius impugnitatam ferre no (...)
  • 191 Ainsi du discours de Roussel de Bailleul tenu toujours avant ce même combat, G.M., p. 43-44.

71Autre topos évoqué, celui du repentir collectif190 et de l’exhortation religieuse avant la bataille191. Le premier n’est mis en scène qu’avant la bataille de Cerami, le second est très peu présent et l’exemple le plus achevé de ces différentes manifestations de piété est également celui de 1063. La concentration de topoi propres à la guerre sainte autour de cet épisode est particulièrement dense mais relativement isolée, d’autant que c’est aussi le passage où l’auteur cite le plus abondamment la Bible, comme si le seul moment susceptible d’être l’objet d’une telle interprétation était soumis à une reconstruction systématique.

  • 192 Pour une conception contraire, cf. P. Toubert, « La première historiographie », mais sans élément (...)

72En revanche, aucun des récits ne fait usage d’un topos qui revient régulièrement dans les chroniques de la croisade, celui du dénigrement de la religion musulmane, probablement parce que la dimension religieuse de ce combat demeure limitée dans l’esprit même des auteurs192.

73Si une religiosité diffuse n’est donc pas absente de l’aventure normande en Sicile, elle occupe une place réduite et Henri Bresc a montré que les citations ou les références aux Écritures sont bien moins nombreuses que dans les écrits des chroniqueurs de la première croisade, postérieurs tout au plus d’une décennie. On peut donc s’interroger sur la présentation de la conquête sicilienne dans la littérature extérieure au regnum normand et/ou postérieure aux événements. Y est-elle lue comme un combat religieux ou rapprochée de la Croisade ? La présentation des faits par les auteurs passés en revue était-elle partagée et reprise par les auteurs contemporains des événements, hors du sud de l’Italie ?

  • 193 Nous avons passé en revue les textes se rapportant à la première croisade, en particulier les Anon (...)
  • 194 Si l’on en croit L.A.M. Sumberg, « Au confluent de l’histoire et du mythe : la Chanson d’Antioche, (...)
  • 195 Ainsi l’épisode suivant qui met en scène Évrard de Puisac et Bohémond (cité dans l’adaptation de M (...)
  • 196 Raoul de Caen, Gesta Tancredi (Recueil des Historiens des Croisades, Historiens Occidentaux), III, (...)
  • 197 La contribution de Jean Richard au colloque de Bari qui s’est tenu en 1997 ne modifie pas ce table (...)

74La première croisade fut lancée environ une génération après le début de la conquête de la Sicile, alors que la victoire y était acquise. On pouvait donc espérer trouver dans le Cycle de la première croisade les indices d’une promotion a posteriori de l’aventure normande en Sicile au rang de « répétition générale » de cette croisade193. Or, si Tancrède et Bohémond sont régulièrement cités – ce dernier est le chevalier le plus souvent mentionné194 –, et s’il est fait allusion à leur glorieuse ascendance195, jamais, sauf une fois rapidement196, les combats siciliens ne sont évoqués. Cela prouve que la reconstruction de Geoffroi n’a pas connu de diffusion notable en Occident, à tout le moins dans le premier cycle de la croisade où l’on pouvait s’attendre à la retrouver, y compris lorsque les auteurs sont (ou sont probablement) des Normands197.

  • 198 Cf. les articles de E. Jamison, « The Sicilian Norman Kingdom in the Mind of Anglo-Norman Contempo (...)
  • 199 Bravoure, comme P. Delogu l’a noté, bien peu chrétienne dans les sources du sud de l’Italie. P. De (...)
  • 200 Cf. Adémar de Chabannes, Chronicon, éd. J. Chavanon, Paris, 1897, L. III, c. 55, p. 178.
  • 201 R. Glaber, Les Cinq livres de ses histoires, éd. M. Prou, Paris, 1887, III, c. 1, § 3, p. 52-53.
  • 202 Ce qui montre bien d’ailleurs que les chroniqueurs n’hésitaient pas à inventer des épisodes de ce (...)
  • 203 Cf. l’introduction de M. Mathieu à son édition et traduction de Guillaume de Pouille et E. Jamison (...)
  • 204 D’abord dans ses interpolations aux Gesta Normanorum Ducum de Guillaume de Jumièges, The Gesta Nor (...)
  • 205 P. Bouet, « La conquête de l’Italie du Sud et de la Sicile vue par les chroniqueurs de Normandie d (...)
  • 206 Cf. l’introduction de M. Mathieu à Guillaume de Pouille, p. 9-10 et Orderic de Vital, The Ecclesia (...)
  • 207 Pour la mise au point la plus récente et la plus complète sur le sujet, cf. O. Guyotjeannin, « L’I (...)
  • 208 Ibid., p. 152-153.
  • 209 Ibid., p. 154, où l’auteur cite le passage (n. 36). Ajoutons aussi le court extrait, cité par O. G (...)
  • 210 R. Lejeune, « La Sicile et la littérature française du XIe au XIIIe », dans Dai trovatori arabo-si (...)

75Dans les chroniques anglo-normandes, normandes, voire du sud-ouest de la France198 et même, plus généralement, françaises, le thème n’apparaît que très peu, quand bien même y est reconnue la bravoure dont ont fait montre les Normands en Italie du Sud199. Adémar de Chabannes, dans son Chronicon qui va jusqu’en 1028200, et Raoul Glaber (m. 1047), dans ses Histoires201, présentent les premières actions des Normands comme le résultat d’une intervention du pape Benoît VIII qui aurait appelé à lutter contre les Grecs, les plaçant ainsi a posteriori sous la protection romaine202. Nombreuses sont les références à leurs hauts faits203, mais la perspective est le plus souvent exclusivement guerrière. Même Orderic Vital, qui peint Guiscard en croisé avant la lettre, le fait en relation avec les actions qu’il a menées contre Constantinople en Italie du Sud et non en Sicile204. Pierre Bouet a, en outre, souligné les limites de son approbation des Hauteville205. Dans un milieu a priori plus réceptif, où les glorifications de l’aventure normande dans la péninsule ne manquent pas, et surtout, où circulent les manuscrits des textes de Guillaume de Pouille et de Malaterra206, on ne trouve pas d’écho de cette vision méridionale de la conquête, qui peut apparaître en filigrane comme une épopée mais jamais comme une pré-croisade207. En outre, comme le souligne Olivier Guyotjeannin, « après la mort de Guiscard, après les événements liés à la première croisade, l’Italie est en retrait. Elle n’est plus guère présente (et cette tendance se retrouve chez d’autres auteurs) que comme un élément de la glorification normande si l’on évoque le passé, ou présentée, pour l’époque contemporaine, comme le lieu de troubles »208. Seul Pierre le Vénérable fait exception dans son panégyrique à Roger II, mais son « leitmotiv, la lutte contre les Sarrasins et pour l’ordre social, dit sans doute les véritables motifs de ce bref filon clunisien »209. Ce qui se rapproche le plus d’une projection de la Croisade sur l’aventure normande en Sicile, c’est l’attribution d’actions menées par les Normands en Italie à des guerriers luttant contre les musulmans de la péninsule Ibérique210.

  • 211 Sur ce texte, cf. J.-M. Martin, « Une « histoire » peu connue de Robert Guiscard », Archivio stori (...)
  • 212 En fait, rien n’empêche de penser à un texte-source antérieur utilisé à la fois par cette histoire (...)
  • 213 Ibid., p. 59. Le texte ouvre sur les lignes suivantes : Robertus Wischardi de Normannia exiens, vi (...)

76Le seul écho clair de la religiosité des conquérants, mais sans référence à la Croisade, apparaît dans les milieux Plantagenêt au cours des années 1170, changement probablement lié au rapprochement de la Sicile et de l’Angleterre qui débouche sur le mariage en 1177 de Guillaume II avec Jeanne d’Angleterre, fille d’Henri II Plantagenêt et Aliénor d’Aquitaine. L’Hystoria Rotberti Guischardi est une histoire anonyme qui s’inspire très directement de la chronique du moine clunisien Richard le Poitevin et qui chante Robert Guiscard en tant que conquérant et grand souverain211. Elle retrace ensuite les principales étapes de la construction du royaume de Sicile jusqu’en 1130. Le texte aurait commencé à exister à part avant 1172212. Si la piété de Robert n’est pas sa principale vertu, il est tout de même décrit comme le combattant de deux empires hérétiques, celui de Byzance et celui des Perses213.

77On ne rencontre donc l’écho d’une spiritualité proche de celle de la croisade que chez Geoffroi Malaterra et encore, de manière limitée. Cet auteur est exceptionnel de ce point de vue et ses liens étroits avec les conquérants dont il relate les hauts faits d’armes amènent à s’interroger sur la diffusion de cette spiritualité dans les rangs des combattants. L’absence de ce thème tant chez Guillaume de Pouille, pourtant au service du « pape de la Croisade », que chez les auteurs de la première Croisade ne plaide pas en faveur d’une réponse positive.

78La circulation des récits sud-italiens hors de Sicile fut, de manière générale, réduite et, pour l’essentiel, tournée vers la Normandie et l’Angleterre, les régions les plus à même d’apprécier la célébration des hauts faits accomplis par les Hauteville comme autant de réalisations du peuple normand, élu de Dieu.

Les Normands, peuple élu investi d’une mission ?

  • 214 Cf. V. D’Alessandro, « Lettura di Amato di Montecassino ». Cf. également pour le contexte théologi (...)
  • 215 Nous citons la traduction d’Huguette Taviani-Carozzi : « Ils abandonnaient peu pour acquérir beauc (...)
  • 216 Ibid., p. 32 et sq.

79En effet, une conception originale des événements retracés se dégage de ces chroniques : elles visent moins à présenter les faits d’armes des Normands dans le sud de l’Italie comme une pré-croisade qu’à chanter la réalisation des desseins de Dieu par ces hommes du Nord. Le champion de cette idée214 est Aimé du Mont-Cassin qui centre son ouvrage sur le destin des Normands dont il retrace l’épopée. Partis de rien, ils sont appelés à conquérir le monde215. Dans sa version, leur expédition en Italie du Sud débute par l’épisode des quarante pèlerins arrivant de Jérusalem et défendant Salerne contre les musulmans en l’an mille216. Ce point a toutefois été suffisamment démontré pour que l’on ne s’y attarde pas.

80Ce mythe, qui n’a pas eu de postérité, rappelons-le, contient une symbolique religieuse forte. Ainsi Aimé du Mont-Cassin, avant 1095, décrit l’action normande en Italie du sud comme guidée par Dieu, même lorsqu’elle s’oppose à la volonté du pape. Désireux de rapprocher de Rome les nouveaux hommes forts de la région, il place ce peuple longtemps craint au cœur de son récit, au point que ce dernier inspire le titre de son ouvrage. Malaterra défend la même conception, mais montre un plus grand souci du souverain pontife qui, par son appel à la croisade et à une mobilisation des esprits, a profondément modifié le contexte religieux en Occident à l’époque où Malaterra compose ses Gesta. Les conquérants sont présentés comme un peuple éternellement vainqueur et toujours situés du « bon côté » d’un point de vue religieux.

81Ce n’est pas la seule distinction que l’on peut établir entre ces auteurs. En effet, les chroniqueurs du sud de l’Italie proposent l’image d’une conquête pragmatique de la Sicile à travers deux types d’épopées. Tandis qu’Aimé du Mont-Cassin présente la mission normande comme celle d’une natio élue de Dieu, Malaterra et, dans une certaine mesure, Guillaume de Pouille sont influencés par le contexte de la croisade et relisent les événements en termes religieux ; toutefois, la réalité plus terre à terre de la conquête et, peut-être, l’idéologie élaborée par les souverains normands limitent la portée de cette reconstruction. Ainsi, les musulmans de l’île ne sont jamais dépeints en des termes méprisants ou haineux, sans que cette absence soit motivée par le souci de ne pas déprécier l’adversaire car dévaloriser la religion de l’ennemi n’équivalait pas nécessairement à dévaluer sa combativité.

***

82L’ensemble des sources de la fin du XIIe siècle reflète le caractère pragmatique, tant sur le plan politique que militaire, de la conquête normande, ainsi que sa relative lenteur. Commencée dans un contexte régional favorable qui voit l’affaiblissement du Maghreb oriental et le développement des activités fatimides en Orient, cette avancée conjugue des combats, dont l’échelle était réduite, et des tractations avec les représentants des localités assiégées. L’infériorité des musulmans sur le champ de bataille les pousse en effet à adopter une attitude essentiellement défensive. Quant au soutien que les « Grecs » de l’île apportent aux Normands, il est présenté sous la forme d’un accueil enthousiaste plutôt que comme une participation militaire active. Les conquérants sont préparés, accompagnés d’interprètes, sachant jouer des rivalités intestines, plus favorables aux négociations qu’à l’intransigeance. Leur faible effectif n’est probablement pas étranger à cette attitude et certaines régions échappent jusque tard dans le siècle à un véritable contrôle de la part des nouveaux maîtres de l’île, qui ne développent pas de politique visant à la destruction ou à la conversion des lieux de culte musulmans et se contentent, en général, de construire de nouveaux points de repère religieux chrétiens. Les sources latines contemporaines de la conquête ne la présentent donc pas comme une lutte à mort entre deux ennemis de fois différentes. Cette manière de relater les événements reflète certes l’état d’esprit de leurs commanditaires, mais les sources arabes, plus tardives, n’en diffèrent guère sur ce point.

  • 217 P. Guichard avance qu’un front commun chrétien contre l’Islam serait apparu dans la deuxième moiti (...)
  • 218 Lorsqu’elles sont mentionnées, ces interventions non exclusivement normandes sont dépréciées. Ains (...)

83Il est difficile de voir dans ces campagnes militaires successives une étape fondamentale dans l’émergence de l’idée de croisade, si l’on s’en tient aux sources qui nous sont parvenues. Rien de ce qui fait la spécificité de la croisade (appel universel aux chrétiens, pour combattre les infidèles et libérer les chrétiens avant tout, impulsion pontificale et mesures juridico-canoniques promulguées par la papauté, dans un deuxième temps) ne se retrouve ici, sinon en embryon. À la différence des événements militaires contemporains en Espagne, ceux de Sicile ne semblent donc pas, avoir constitué un véritable jalon dans la lente émergence de l’idée de croisade pour les acteurs de l’époque. C’est à première vue surprenant lorsqu’on sait le danger qu’ont pu représenter les Arabo-musulmans de Sicile pour l’Italie méridionale, jusqu’à Rome comprise ; sans doute cela tient-il en partie à la guerre menée par la papauté contre les Normands en Italie du Sud une décennie auparavant et au fait que cette mission n’était pas généralisée à l’Occident tout entier. Aucun pape n’a défini de statut particulier pour les milites qui combattaient en Sicile, si l’on exclut l’épisode de Cerami. L’absence de troupes non soumises au commandement des Normands à l’inverse de ce qui se passait en Espagne au même moment217, renforce cet aspect218.

84Parler d’« esprit de croisade » serait également forcer le trait. Le seul morceau de bravoure à tonalité religieuse, la description de la bataille de Cerami (1063), qui concentre l’essentiel des topoi propres à la croisade figurants dans l’œuvre de Geoffroi Malaterra, participe certes d’une atmosphère religieuse répandue au moment où il est écrit, mais il reste isolé. De ce point de vue, la perception extérieure de ce mouvement de conquête est encore plus significative. Jamais, elle n’est présentée comme une pré-croisade, même de loin. Quant aux chantres du nouveau pouvoir, ils sont plutôt attentifs à célébrer la mission confiée par Dieu au peuple normand.

  • 219 T. Reuter, « Wom Parvenu zum Bündnispartner : das Königreich Sizilien in der abendländischen Polit (...)

85Ce n’est donc pas à proprement parler la politique religieuse des Hauteville qui permet de les présenter comme des champions de Dieu, mais une conception téléologique de l’histoire, commune à l’époque. Si l’impact de la conquête normande à l’extérieur fut, somme toute, faible, on peut se demander pourquoi les conquérants normands, commanditaires des Gesta de Geoffroi Malaterra, n’ont pas mis l’accent sur cette dimension dont on ne trouve qu’un écho ponctuel dans cette chronique. Sans doute faut-il y voir en partie l’effet de la présentation des Normands comme des parias après 1130 dans la plupart des chroniques occidentales219. Mais cette caractéristique doit aussi être mise en relation avec la politique des Hauteville. Plutôt que l’échec d’une « propagande » légitimante, peut-être faut-il y voir le résultat d’un choix de leur part.

  • 220 S. Fodale souligne avec raison que ces œuvres latines visaient à « justifier et légitimer l’entrep (...)

86La représentation chrétienne de la guerre menée contre les musulmans de Sicile, dans les limites que nous avons indiquées, ne fut, en effet, l’objet que d’une transmission en latin. Or, les destinataires latins locaux ne constituent qu’un groupe culturel parmi d’autres dans le Sud de l’Italie. Plus qu’à établir une base idéologique, cette perception de la conquête servit à exalter, dans la langue qui était la sienne, un groupe peu nombreux, d’autant plus restreint qu’au passage les Normands avaient combattu un certain nombre de ces « Latins » qui ne pouvaient donc se montrer réceptifs à cette auto-célébration de la natio normande220. Par la suite, le thème n’est ni repris ni amplifié dans la littérature latine alors que les Hauteville auraient pu chercher à le promouvoir. Il est donc probable que l’horizon de leurs ambitions était autre...

Notes

1 La qualification de cette conquête ne va pas sans soulever de problèmes. Menée par des représentants de la famille des Hauteville, originaire de Normandie, mais installée en Italie méridionale depuis une date mal définie, cette conquête qualifiée ici parfois de « normande », bien qu’elle ne le soit que peu (les troupes et les évaluations prennent en compte des Français de toutes origines et des Lombards), parfois de « latine », même si le sud de l’Italie est en partie hellénophone et si une partie des troupes devait utiliser cet idiome que pratiquaient les Hauteville. Il s’agit ici de commodités.

2 Sur ce point, cf. l’introduction générale.

3 Cf. l’article de P. Toubert qui tente à la fois de dépasser la lecture positiviste des récits de la conquête « normande » de la Sicile et de dégager les conceptions générales qui président à l’écriture de chaque œuvre, afin de montrer leurs relations : « La première historiographie de la conquête normande de l’Italie méridionale (XIe siècle) », dans I caratteri originari della conquista normanna. Diversità e identità nel Mezzogiorno (1030-1130) (Atti delle Sedicesime Giornate normanno-sveve, Bari 5-8 oct. 2004), éd. R. Licinio et F. Violante, Bari, 2006, p. 15-50.

4 Dans Castelli medievali in Sicilia, Palerme, 1992, F. Maurici consacre des pages synthétiques à ce sujet, en s’intéressant plus particulièrement aux fortifications érigées par les Normands au cours de la conquête (p. 90-119).

5 Dans La terreur du monde. Robert Guiscard et la conquête normande en Italie, Paris, 1996, p. 373-379.

6 Les auteurs les plus récents se sont intéressés à des aspects partiels de la question : F. Maurici a lu cet événement à travers l’histoire des châteaux siciliens ; H. Taviani-Carozzi a voulu y voir une reconquête, une pré-croisade normande contre la Sicile qui renforce la dimension épique de son héros, Robert Guiscard. D’autres auteurs, antérieurs, ont privilégié une approche plus strictement événementielle, tels M. Amari ou F. Chalandon.

7 J. Johns, Arabic Administration in Norman Sicily. The Royal Dīwān, Cambridge, 2002, p. 31-46.

8 On ne dispose pas, sur le sujet, de sources en arabe antérieures à la fin du XIIe siècle. Le plus ancien des chroniqueurs est Ibn al-Athīr (1160-1233), auteur du Kāmil al-tawārikh (éd. C. J. Tornberg, Leipzig, 1851-1876). Cette chronique universelle a été abondamment reprise par les auteurs postérieurs. Il sera cité dans la version de la BAS.

9 Cf. M. Gil, « Sicily 827-1072, in light of the Geniza Documents and Parallel Sources », dans Gli ebrei in Sicilia sino all’espulsione del 1492 (Atti del V Convegno internazionale Italia Judaica, Palerme, 1992), Rome, 1995, p. 96-171 et Id., Jews in Islamic countries in the Middle Ages, Leyde-Boston, 2004 (Études sur le judaïsme médiéval, 28), 3e partie, qui reprend ce texte.

10 Nous renvoyons ici à la présentation de ces textes et de leurs auteurs, très vivante, qu’en a faite H. Taviani Carozzi, dans le prologue de La terreur du monde. On peut voir aussi G. Fasoli, Cronache medievali di Sicilia. Note d’orientamento, Catane, 1950.

11 Aimé du Mont-Cassin, Ystoire de li Normant (Storia dei Normanni), éd. V. De Bartholomeis, Rome, 1935 (FSI, 76) ; abrégé A. du M.

12 Léon d’Ostie (ou Leo Marsicanus) et Pierre Diacre, Chronica monasterii Casinensis, éd. H. Hoffmann, Hanovre, 1980 (MGH, Scriptores, 34).

13 Geoffroi Malaterra, De rebus gestis Rogerii Calabriae et Siciliae Comitis et Robertis Guiscardi ducis fratris eius, éd. E. Pontieri, Bologne, 1927-28 (RIS, 5) ; abrégé G.M. Il existe une traduction italienne de ce texte, Imprese del Conte Ruggero e del fratello Roberto il Guiscardo, trad. E. Spinnato et intr. V. d’Alessandro, Palerme, 2000. Nous retraduirons toutefois tous les passages que nous citons car, si cette version est élégante, elle s’éloigne parfois du texte latin.

14 Cf. H. Houben, « Adelaide “del Vasto” nella storia del regno di Sicilia », dans Bianca Lancia d’Agliano. Fra il Piemonte e il Regno di Sicilia, Alessandria, 1992, p. 121-147, spéc. p. 124-125.

15 Guillaume de Pouille, Gesta Roberti Wiscardi, éd. et trad. M. Mathieu, Palerme, 1961, (ISSBN, Testi e Monumenti, Testi, 4).

16 Romuald de Salerne, Chronicon, éd. C. A. Garufi, Bologne, 1914-1935 (RIS, 7).

17 Éd. I. B. Carusio, Milan, 1726 (RIS, Muratori, 8), p. 741-780.

18 F. Chalandon, Histoire de la domination, p. XXXVII, n. 3. On trouve dans le texte une allusion à la monarchie.

19 R. H. Idris, La Berbérie orientale sous les Zirides, Xe-XIIe siècles, Paris, 1962, 2, p. 181 et svtes.

20 Cf. H. Taviani Carozzi, La terreur du monde, p. 356-358. Selon les chroniques arabes, Ibn al-Thumna fait pénétrer les Hauteville en Sicile en raison de dissensions qui l’opposaient à son beau-frère Ibn al-Ḥawwās. Ibn al-Thumna aurait en effet maltraité son épouse qui, n’ayant échappé à la mort que de peu, se serait réfugiée auprès de son frère, Ibn al-Ḥawwās. Or, ce dernier aurait refusé de la renvoyer auprès d’Ibn al-Thumna qui exigeait son retour (cf. Ibn al-Athīr, BAS, ar., 1, p. 318 et BAS, 1, p. 446-447). Les sources latines présentent une version un peu différente : pour Geoffroi Malaterra, l’émir Betumen (lire Ibn al-Thumna) avait tué le mari de sa sœur, Bennecler, raison pour laquelle l’émir Belcamed l’avait mis en fuite (G.M., p. 30). Ces deux derniers noms ne sont pas identifiés. Pour Aimé du Mont-Cassin, Ibn al-Thumna (Vultumine) aurait simplement eu à faire face à une révolte à Palerme et aurait gagné Catane avant d’appeler Roger à la rescousse. Il ne s’agit pas d’établir ou non la réalité de ces faits, mais de noter les similarités entre l’entrée des Hauteville en Sicile et celle des Arabo-musulmans en 827. Euphèmios aurait alors fait appel aux Arabo-musulmans d’Ifrīqiya, après avoir séduit et épousé une moniale, acte passible d’un châtiment impérial sévère (sur ce point, cf. V. Prigent, « La carrière du tourmarque Euphèmios, basileus des Romains », dans Histoire et culture dans l’Italie byzantine. Acquis et nouvelles recherches, éd. A. Jacob, J.-M. Martin et G. Noyé, Rome, 2006 (CEFR, 363), p. 279-317, spéc. p. 298-300. Vivien Prigent rejette, à juste titre, l’idée d’une influence directe de l’histoire de Julien, aux origines de la conquête de la péninsule Ibérique, sur les sources, uniquement byzantines, qui rapportent l’histoire d’Euphèmios. Sur l’histoire du comte Julien, cf. G. Martinez-Gros, Identité andalouse, Paris, 1997, p. 87-96.

21 Dès 1062 (G.M., p. 36).

22 Le début de l’émergence d’unités centrifuges remonte à 1036, date à laquelle un groupe de Palermitains se rebelle contre l’émir kalbide Aḥmad al-Akhal au pouvoir depuis 1019. Ensuite, la chronologie est incertaine et l’on distingue plusieurs pouvoirs musulmans régionaux : Ibn Mankūd à Mazara et Trapani (jusqu’en 1053 ?), une jamā‘a, ou conseil, à Palerme (après une parenthèse ziride vers 1036, suivie d’un retour au pouvoir temporaire des Kalbides) jusqu’en 1072, Ibn al-Ḥawwās à Castrogiovanni et Agrigente où il est remplacé par Ibn Ḥammūd jusqu’en 1087 (parenthèse ziride à Agrigente entre les deux), Ibn Maklātī à Catane, Ibn al-Thumna à Syracuse et Noto, et d’autres chefs locaux évoqués en passant par les sources latines.

23 Nous renvoyons au seul Ibn al-Athīr qui est la source des auteurs postérieurs sur ces événements : Kāmil al-tarīkh, BAS, ar., 1, p. 317 et BAS, 1, p. 444-445.

24 Ibn al-Athīr, Kāmil, BAS, ar., 1, p. 317 et BAS, 1, p. 444.

25 Ibid., p. 442-443.

26 Sur ce point, cf. A. Nef, « La désignation des groupes ethniques de la Sicile islamique dans les chroniques en langue arabe : source d’information ou topos ? », Annales islamologiques, 42 (2008), p. 57-72, spéc. p. 67-69. Nous y critiquions une interprétation ethniciste des événements mise en avant au XIXe siècle. Il nous semble que ce point de vue peut encore être renforcé si l’on en fait une lecture politique, en liaison avec les événements ifrīqiyens.

27 Respectivement A. du M. et G.M. dans la chronologie qui suit. Les références renvoient aux éditions citées supra.

28 Cf. fig. 1.

29 Les sources arabes indiquent 1052-1053 comme date du début des hostilités, une datation reprise par les successeurs d’Ibn al-Athīr. Les sources judéoarabes avancent celle de 1056 selon certaines interprétations (pour un résumé des données et la critique de cette lecture, cf. J. Johns, Arabic Administration, p. 31, n. 3). Rien ne permet d’invalider, à partir des sources disponibles, la datation traditionnelle. Toutefois, ces variations nous paraissent suggérer que des actions militaires ont été lancées par les Latins du sud de l’Italie contre la Sicile dès avant le début de la conquête proprement dite.

30 A. du M., p. 236-238 ; G.M., p. 33.

31 A. du M., p. 238 ; G.M., p. 33.

32 G.M., p. 33.

33 A. du M., p. 238 ; G.M., p. 33.

34 A. du M., p. 239 ; G.M., p. 33.

35 A. du M., p. 240.

36 G.M., p. 33-34.

37 A. du M., p. 240.

38 A. du M., p. 241-243 ; G.M., p. 34.

39 G.M., p. 35.

40 Localité longtemps identifiée avec Entella, ce qui paraît peu probable, étant donnée la localisation occidentale de cet établissement. Mieux vaut penser à Antillo dans la province de Messine. Cf. A. Corretti, « Appendice 1. Entella in un passo di Malaterra ? », dans A. Corretti, M. Gargini, C. Michelini et M. A. Vaggioli, « Tra Arabi, Berberi e Normanni : Entella ed il suo territorio dalla tarda Antichità alla fine dell’epoca sveva », MEFRM, 116, 1 (2004), p. 145-190, spéc. p. 179-181.

41 Id., p. 36-40.

42 G.M., p. 35.

43 Id., p. 40-41.

44 BAS, ar., 1, p. 319-320 et BAS, 1, p. 448-449. L’émir ziride Tamīm envoie en effet ces deux fils, ‘Alī et Ayyub dans l’île. Si l’on suit les sources latines, toutes ces attaques ont été repoussées ; les sources arabes font entendre un autre son de cloche et il semble que les troupes ifrīqiyennes soient restées dans l’île jusqu’en 1068-1069.

45 Geoffroi Malaterra ne précise pas le lieu du débarquement mais insiste sur le fait que les troupes mêlent des Arabici et des Africani (G.M., p. 41).

46 G.M., p. 42 et sq.

47 G.M., p. 42.

48 Ibid.

49 H. Taviani Carozzi pense que ces villes ont été conquises à cette date (La terreur du monde, p. 363), mais le texte est le suivant : Golisanum una die, secunda Brucatum, tertia Cefaludum, praedatum aciem dirigit. Sicque Traynam multo abundantia replens (G.M., p. 45) soit : « Il dirige son armée contre Collesano le premier jour, contre Brucato le deuxième et contre Cefalù le troisième, afin d’y faire du butin. De telle manière qu’il rapporte à Troina des biens en abondance ». Le texte décrit donc des razzias plutôt que la réduction de villes.

50 G.M., p. 45.

51 Ibid.

52 G.M., p. 47. Voir G. Noyé, « Le château de Scribla et les fortifications normandes du bassin du Crati de 1044 à 1139 », dans Società, potere e popolo nell’età di Ruggero II (III Giornate normanne-sveve, Bari, 23-25 mai 1977), Bari, 1979, p. 207-224.

53 M. Gil, « Sicily 827-1072, in light of the Geniza Documents », p. 123 : un marchand juif rapporte dans une lettre que des bateaux ont été brûlés dans le port de Palerme. A. du M., p. 246.

54 G.M., p. 48.

55 G.M., p. 50.

56 Les sources en langue arabe mettent quant à elles l’accent sur des disensions internes entre les deux frères zirides, envoyés en 1062 par Tamīm (cf. supra), et Ibn al-Ḥawwās à Agrigente ; cf. BAS, 1, p. 448 et BAS, ar., 1, p. 319.

57 SMS, 3, p. 113 et p. 133 et sq. Cf. M. Gil, « Sicily 827-1072, in light of the Geniza Documents », p. 129 : deux lettres datées de mai 1069 rapportent la prise du pouvoir à Palerme par Ibn al-Ba’bā’ contre les « Africains ».

58 A. du M., p. 276 et G.M., p. 52-53.

59 A. du M., p. 278 et sq.

60 Id., p. 283.

61 G.M., p. 57.

62 Ibid.

63 G.M., p. 61.

64 Ibid.

65 Ibid.

66 G.M., p. 62.

67 Ibid.

68 Ibid.

69 G.M., p. 62.

70 G.M., p. 64.

71 G.M., p. 66.

72 G.M., p. 66-67.

73 G.M., p. 69.

74 G.M., p. 75.

75 G.M., p. 86.

76 G.M., p. 87. Le texte de Geoffroi Malaterra donne le nom latinisé de Chamutus. Jeremy Johns a avancé que Chamutus n’est pas un Ḥammūdite (Arabic Administration, p. 236-237). On peut toutefois douter du contraire à la lecture d’Ibn Khaldūn qui mentionne un Ḥammūdite qui combat entre Qaṣr Yanna (Castrogiovanni) et Agrigente vers 1086 : Abū-l-Qāsim ‘Alī b. Ḥammūd. Cf. Ibn Khaldūn, Kitāb al-‘Ibār, 1967, Beyrouth, 1, p. 91 : le texte précise qu’avant les Normands, la Sicile était aux mains des Ḥammūdites et plus précisément des représentants de la branche de Malaga (« aux princes de Malaga »). Sur l’immigration d’au moins un représentant de cette branche en Sicile, cf. A. Amara et A. Nef, « Al-Idrīsī et les Ḥammūdides de Sicile : nouvelles données biographiques sur l’auteur du Livre de Roger », Arabica, 67 (2000), p. 121-127.

77 G.M., p. 88.

78 Ibid.

79 G.M., p. 92.

80 G.M., p. 93.

81 G.M., p. 94-96.

82 Nous reviendrons plus bas sur la géographie des mouvements militaires normands, car ils aident à comprendre la nature du contrôle que les conquérants exercent par la suite sur l’île.

83 L’Égypte fatimide, dont dépend alors théoriquement la Sicile, est, en effet, beaucoup moins active, car elle s’est lancée dans une politique orientale qui accapare l’essentiel de ses forces. En outre, l’Égypte traverse entre 1065 et 1072 une crise économique profonde, qui s’accompagne de famines dévastatrices.

84 Ce qualificatif est employé par commodité. Plusieurs problèmes se superposent ici. Celui de l’immigration qui a eu lieu depuis les parties orientales de l’Empire avant le IXe siècle et que l’on a du mal à évaluer (mais sur laquelle on peut voir M. McCormick, « The Imperial Edge : Italo-Byzantine Identity, movement and Integration A.D. 650-950 », dans Studies on the Internal Diaspora of the Byzantine Empire, éd. H. Ahrweiler et A. E. Laiou, Washington, 1998, p. 17-52) ; celui de la byzantinisation de l’administration qui semble poussée (et le doctorat soutenu par V. Prigent en 2006, La Sicile byzantine (VIe-Xe siècle) renforce l’impression qui se dégage des sources déjà connues) ; celui de l’hellénisation linguistique qui est loin d’être réglé, mais qui ne peut l’être avec les sources dont nous disposons (cf. A. Várvaro, Lingua e storia in Sicilia. Dalle guerre puniche alla conquista normanna, Palerme, 1981, 1, p. 60-80) ; celui enfin de la profonde hellénisation de l’Église sicilienne.

85 Ainsi de la population de Castronovo qui, en 1078, se rend pour échapper aux abus d’Abū Bakr qui règne sur la ville (G.M., p. 64).

86 Cf. A. du M., p. 244.

87 G.M., p. 33 : Hic Christiani, in valle Deminae manentes, sub Sarracenis tributarii erant. De Christianorum adventu gavisi, illis occurrerunt, multaque exenia et donaria obtulerunt : hanc excusationem contra Sarracenos assumentes, quod, non causa amoris, sed ut seipsos et quae sua erant tuerentur, hoc facerent, fidelitatem vero suam illis inviolabilem se servaturos (« Là, les chrétiens qui résidaient dans le Val Demone, étaient tributaires des Sarrasins. Heureux de l’arrivée de chrétiens, ils coururent à leur rencontre et leur apportèrent de nombreux cadeaux et dons, s’excusant de leurs rapports avec les Sarrasins en disant qu’ils ne se pliaient pas à ces versements par amour, mais pour s’assurer la protection de leurs personnes et de leurs biens ; ils se soumirent à une fidélité inviolable à l’égard de [Roger et Robert Guiscard] »). A. du M., p. 244 : « Et puiz que la multitude li Chrestien, liquel habitoient en un lieu qui se clamoit lo Val Demone, vindrent por estre aidié de lo Duc, et qué desirroient de non estre subjette à li Paien, lui firent tribut de or et habondance de cose de vivre ».

88 L’article de M.-A. Lucas-Avenel, « Les populations de Sicile et les conquérants normands vus par Geoffroi Malaterra », dans De la Normandie à la Sicile : Réalités, représentations, mythes, éd. Ead. et M. Colin, Saint-Lô, 2004, p. 49-67 est à utiliser avec prudence...

89 Cf. l’exemple très parlant donné par Ibn al-Athīr à propos d’un épisode qui se situe en 1019 (BAS, 1, p. 444 et BAS, ar., 1, p. 317) ou encore la présence des Sicilienses aux côtés des Africani dans les combats insulaires chez Malaterra.

90 G.M., p. 39-40.

91 Une seule fois, il évoque « les chrétiens et les catholiques », ce qui a été récemment présenté comme une redondance fréquente par H. Taviani Carozzi (La terreur du monde, p. 358) qui s’oppose, à juste titre, à la lecture qui y voyait une distinction établie entre chrétiens de langue grecque et chrétiens de langue latine. Mais il se pourrait que cette répétition remplisse une fonction : elle donne encore plus de vigueur à la mission des Normands, chargés aux yeux de l’auteur de la libération de tous les chrétiens.

92 Cf. infra, chap. 10 et A. Nef, « Les souverains normands et les communautés culturelles en Sicile ».

93 F. Chalandon, Histoire de la domination, I, p. 202.

94 C’est le moment où Ibn al-Ba’bā’ prend le pouvoir à Palerme (cf. la chronologie supra à cette date).

95 Il faut tenir présent à l’esprit que les Zirides ont été affaiblis par l’arrivée des tribus hilaliennes au milieu du XIe siècle.

96 Du milieu à la fin du XIe siècle, le régime fatimide connaît une crise profonde. Cf. T. Bianquis, « Les pouvoirs de l’espace ismaïlien », dans États, sociétés et cultures du monde musulman médiéval Xe-XVe siècle. I. L’évolution politique et sociale, dir. J. C. Garcin, Paris, 1995, p. 81-121, spéc. p. 107-112.

97 Ainsi de Brachiem à Castrogiovanni (G.M., p. 56), de Bechus à Castronovo (p. 64), de Chamutus qui est à Agrigente, puis à Castrogiovanni (p. 86), ou de Benavert qui attaque Nicotera depuis Syracuse en 1085 et profane les lieux sacrés de la ville (p. 85), entre autres.

98 Nous reviendrons plus loin sur les conditions des vaincus.

99 Jugum nostrae gentis abhorrentes statutum servitium et censum persolvere renuntiant (G.M., p. 69). On peut prendre la phrase de manière très générale (« Haïssant le joug imposé par notre peuple, ils refusent la servitude établie et le versement du cens ») ou l’expliquer par ce que l’on sait de l’évolution fiscale sous les Normands (imposition de la jiziya aux musulmans qui en étaient auparavant exemptés, ce qui est le signe de leur nouvelle servitude, cf. infra). Pour l’interprétation de ce passage, cf., désormais, J. Johns, Arabic Administration, p. 33-39.

100 Erant enim usque ad tredecim milia familiarum (G.M., p. 69).

101 G.M., p. 75 : (...) Elias Cartomensis – qui ex Sarracenis ad fidem Christi conversus, postea apud Castrum-Johannis a sua gente hostiliter interfectus, quia negando apostata fieri noluit, martyrio vitam laudabiliter finivit (...), c’est-à-dire : « Elias Cartomensis – qui, de Sarrasin qu’il était, s’était converti à la foi du Christ, fut ensuite tué à Castrogiovanni par les siens qui lui étaient hostiles, car refusant de devenir apostat, il finit sa vie, de manière louable, par le martyre ».

102 La question a été récemment traitée dans J. Johns, Arabic Administration, p. 33.

103 Nous avons décrit sa mort dans le paragraphe précédent. Il est également cité dans le livre III, chap. 18 de Malaterra, lors de la prise de Taormine et paraît être à la tête d’un contingent au sein des troupes menées par Roger, peut-être constitué, précisément, d’arabophones, comme le suggère M. Amari, SMS, 4, p. 158.

104 Sur la fluidité linguistique qui devait caractériser la population sicilienne lors de la conquête menée par les Hauteville, cf. A. Metcalfe, Muslims and Christians.

105 Dans Malaterra : Hic Jordanus, filius suus, cum exercitu equestri sibi obvius factus, multa inter se de iis, quae facienda erant, conferentes, consilio habito, Philippum, filium Gregorii patricii, cum velocissima sagacia versus Syracusam, omnem terram exploratum, mandant. Qui jussa fideliter complens, de nocte inter classem Sarracenorum, ac si unus ex ipsis esset, circumnavigat : nam et lingua eorum, sicut et graeca, ipse et nautae omnes, qui cum ipso processerant, pertissimi erant (G.M., p. 86) c’est-à-dire : « Ce Jourdain, son fils, ayant rejoint (le comte) avec son armée de chevaliers, ils discutent longuement ensemble de ce qu’ils doivent faire et, ayant tenu conseil, ils envoient Philippe, le fils du patrice Grégoire, vers Syracuse explorer rapidement et avec attention toute la côte. Celui-ci exécute les ordres fidèlement et il navigue de nuit au milieu de la flotte des Sarrasins, comme s’il était l’un d’entre eux. En effet, lui-même, et tous les marins qui l’accompagnaient maîtrisaient parfaitement la langue des Sarrasins et aussi le grec » ; dans l’Anonymus Vaticanus : Quod pius comes, et caeteri considerantes, securi de victoria grates Deo debitas cum laudibus referunt. Navibus, et Jordano apud Rasalinum convenientibus ex praecepto Comitis, quidam Philippus nomine fidelis eius, Latina, et Saracenica lingua eruditus, loqui cum XII sibi electis sociis pro exploranda Syragusanorum continentia (...) (p. 775), soit : « Le pieux comte et tous les autres considérant cela et sûrs de la victoire, rendent les grâces dues à Dieu en chantant ses louanges. Les bateaux s’étant rassemblés à Rasalinum et Jordanus les ayant rejoints, sur l’ordre du comte, un certain Philippe, un de ses fidèles, érudit en latin et en arabe, se voit demander d’explorer avec douze compagnons choisis par lui la côte de Syracuse ».

106 A. du M. : « Un qui se clamoit dyacone Pierre, liquel entendoit et parloit molt bien comment li Sarrazin » (p. 244).

107 Certains ont dû choisir l’exil vers le sud de la péninsule à partir des ces régions, mais il ne faut pas non plus négliger l’impact des opérations et de la présence arabo-musulmane dans le sud non-sicilien, bien que les sources soient avares en informations. Cf. G. Noyé, « La Calabre entre Byzantins, Sarrasins et Normands », dans Cavalieri alla conquista del Sud. Studi sull’Italia normanna in memoria di Léon-Robert Ménager, éd. E. Cuozzo et J.-M. Martin, Rome-Bari, 1998 (Centro europeo di studi normanni, Studi e Testi, 4), p. 90-117.

108 On sait que tel avait été le cas dès les débuts de la conquête (cf., pour un résumé des positions des uns et des autres, même si les conclusions de l’auteur sont à considérer avec la plus grande prudence, A. Várvaro, Lingua e storia in Sicilia, p. 100-109), mais il est probable que le mouvement a pu continuer, moins important, par la suite, notamment dans le milieu clérical.

109 G. Noyé, « La Calabre entre Byzantins, Sarrasins et Normands », p. 90-92.

110 Ibid.

111 On peut voir maintenant, J. Johns, Arabic Administration, p. 31-33.

112 Ainsi pour Palerme, Guillaume de Pouille, v. 340-344. Ces otages sont emmenés par Roger à Reggio, puis à Melfi.

113 Libris superstitionis legis suae coram positis, « avec les livres contenant leur loi superstitieuse (ou ancienne ?) devant eux » (G.M., p. 33).

114 Ainsi dans le Val Demone (ibid.) ou à Troina (ibid.).

115 Ainsi à Petralia (G.M., p. 35).

116 Ainsi de la population de Castronovo en 1077 (G.M., p. 64).

117 G.M., p. 53.

118 Ainsi à propos de Castrogiovanni, A. du M. : Et puiz vindrent à une haute cité, laquelle se clamoit Chastel Johan (...) Et en la fin, Balchaot, liquel estoit plus fort et plus sage de bataille, o autre official, liquel se clamoient “Cayci”, issirent defors (1061, p. 240) ou : Et qu’est besoigne de plus dire ? O les bras ploïez et la teste enclinée, de toutes pars venent li Cayte ; et aportent domps, et ferment pais avec lo Duc, et se soumetent à lui et lor cités (1061, p. 243). Enfin, ce sont les « cayte » qui s’occupent de la reddition de la ville de Palerme (p. 281).

119 Cf., par exemple, pour al-Andalus, P. Guichard, Les musulmans de Valence et la reconquête du XIe-XIIIe siècles, Damas, 1990-1991, 2, p. 350-353.

120 Sur la figure du qāḍī, son importance à la fois religieuse et politique, qui l’autorise à prendre la relève du pouvoir politique lorsque celui-ci vient à faire défaut, cf. M. Fierro, « The qāḍī as Ruler », dans Saber religioso y poder político en el Islam. Actas del Simposio Internacional (Grenade 15-18 octobre 1991), Madrid, 1994, p. 71-116.

121 Anonymi Vaticani, p. 748 : Erat autem ex parte Sarracenorum quidam vocatus Archaydus, idem legis doctor, vel princeps, cui tantae vires, tantaque animositas inerat, quod nullus Graecorum vel Longobardum ei numquam impugne occurrebat (...), c’est-à-dire : « Chez les Sarrasins, il y avait un personnage appelé archaydus, c’est-à-dire docteur en loi, ou prince, il était doté d’une si grande force et d’une si grande animosité, que personne parmi les Grecs et les Lombards ne le croisait impunément (...) ».

122 Ibid., p. 762 : E contrario Saraceni virtute atque animis omnino destituti, jamque Panormitano Archadio (...) lancea gloriosissimi Comitis interfecto (...), soit « En face, les Sarrasins sont abandonnés par le courage et la volonté de combattre, maintenant que l’archadius de Palerme (...) a été tué par la lance du très-glorieux Comte ». Malaterra rapporte : Comes ergo aciei suae primos exhortatus, Arcadium de Palerna, suam aciem, nostris exprobando, promptissime antecedentem, et splendenti clamucio, quo pro lorica utebatur, armatum, certamine inito, fortissimo congressu hastili robore dejectum, caeteris metum incutiens, interfecit, c’est-à-dire « Le Comte, ayant exhorté les premiers rangs de son armée, tua l’Arcadius de Palerme, qui devançait très rapidement ses troupes et provoquait les nôtres au combat, entrant dans la bataille revêtu d’un clamucium [sans doute une cotte de mailles] splendide qu’il utilisait comme une cuirasse, en le renversant par le choc très violent d’une lance solide, ce qui fit naître la peur chez tous les autres » (G. M, p. 44).

123 SMS, 3e partie, 1, p. 99.

124 Cf. M. Fierro, « The qāḍī as Ruler ».

125 On a l’impression qu’elles s’inspirent des deux types de reddition définis par le droit musulman et reconnues par les chrétiens de la Reconquête en al-Andalus : ‘anwātan (de force) ou après un pacte (ṣulḥan). Le premier cas de figure n’offre aucune garantie aux vaincus ; dans le second, la communauté bénéficie de la dhimma (protection) des vainqueurs et de la sécurité (amān) en échange leur soumission.

126 Sur le prélèvement fiscal après la conquête dans l’île, cf. chapitre 8 ; au sujet de la jiziya sous domination islamique, cf. J. Johns, Arabic Administration, p. 26-27 et A. Nef, « La fiscalité en Sicile sous la domination islamique », dans La Sicile de Byzance à l’Islam, éd. A. Nef et V. Prigent, Paris, 2010, p. 131-156.

127 Même si on peut penser que les chroniques ne donnent pas le détail de tous les mouvements, notamment ceux menés par d’autres chefs de guerre que les frères Hauteville, Malaterra est assez bien renseigné année par année et les mouvements qu’il décrit sont suffisamment « logiques », du point de vue à la fois de la topographie et des routes, pour qu’on lui accorde du crédit.

128 La conquête suit, par exemple, les axes Messine-S. Marco-Petralia (1061-62), Messine-Centorbi (1061), Messine-Enna (1063), Petralia-Palerme (1064), Palerme-Agrigente (1064), Messine-Catane (1070), Palerme-Mazara (1072), Palerme-Trapani (1077), Catane-Syracuse-Noto (1088-1091), Palerme-Agrigente (1087) et Agrigente-Enna (1087). Cf. fig. 1.

129 Ainsi des routes Messine-Syracuse, Palerme-Agrigente, Taormine-Termini.

130 Cf. L. Arcifa, « Vie di comunicazione e potere in Sicilia (sec. XI-XIII). Insediamenti monastici e controllo del territorio », dans Primo congresso nazionale di archeologia medievale (Pise, mai 1997), Pretiragi, éd. S. Gelichi, Florence, 1997, p. 181-186. Or, si les Nébrodes sont bien parsemées de fondations de lieux de culte de langue grecque, placés à proximité de ces axes, les régions qui seront confiées aux Teutoniques par Frédéric II recoupent en revanche en partie celles qui semblent mal contrôlées à l’époque normande.

131 Notons, toutefois, que cette absence reflète peut-être l’absence de ville importante sur cet axe, en dépit de son rôle stratégique, cf. G. Uggeri, « Viabilità antica e viabilità medievale. Un esempio di persistenza nella lunga durata, la via Palermo-Agrigento », dans Società multiculturali nei sec. V-IX. Scontri, convivenza, integrazione nel Mediterraneo occidentale (Atti delle VII Giornate di studio sull’età romano-barbarica (Benevento, 31 maggio-2 giugno 1999), éd. M. Rotoli, Naples, 2001, p. 321-336.

132 L’axe Syracuse-Agrigente est bien connu et important depuis l’Antiquité (cf. G. Uggeri, Sull’« Itinerarium per maritima loca » da Agrigento a Siracusa, Florence, 1970), on le retrouve au XIIe siècle, chez al-Idrīsī (cf. Idrīsī, p. 315-316).

133 Des révoltes contre les Normands ont toutefois lieu très tôt, telle celle qui secoue le Corléonais en 1079, cf. supra.

134 Pour avoir une idée de ces évolutions, on peut consulter G. Uggeri, « Il sistema viario in Sicilia e le sopravvivenze medioevali », dans La Sicilia rupestre nel contesto della Civiltà mediterranea, éd. C. D. Fonseca, Galatina, 1986, p. 85-112 et les nombreuses cartes qu’il dresse, dont celle de la viabilité telle qu’elle est reflétée par la géographie d’al-Idrīsī (p. 107) ; cf. fig. 2. G. Uggeri insiste sur les permanences, mais aussi sur le lent démembrement du réseau romain et sur la dégradation des routes à partir du Bas-Empire, qui pourrait expliquer en partie l’absence de certains axes dans la conquête. Pour des considérations plus récentes sur le sujet, cf. S. Fiorilla, « Percorsi viari medievali nella Sicilia sudosudorientale», Sicilia Archeologica, 98 (2000), p. 247-257. Cf. également C. Trasselli, « Les routes siciliennes du Moyen Âge au XIXe siècle », Revue historique, 251 (1974), p. 27-44 et enfin, G. Uggeri, « Itinerari e strade, rotte, porti e scali della Sicilia tardoantica », dans IX Congresso internazionale sulla Sicilia antica : Ruolo mediterraneo della Sicilia nella tarda antichità, Kokalos, 43-44 (1997-1998), I, 1, p. 299-364.

135 Cf. infra, chapitre 5.

136 Cf. I. Peri, « La questione delle colonie “lombarde” in Sicilia », Bollettino storico-bibliografico subalpino, 57 (1959), p. 253-280 ; H. Bresc, « Gli Aleramici in Sicilia : alcune nuove prospettive », dans Bianca Lancia d’Agliano. Fra il Piemonte e il Regno di Sicilia (Atti del Convegno, Asti-Agliano, 28-29 avr. 1990), éd. R. Bordone, Alessandria, 1992 (Ricerca di Storia locale, 4), p. 147-165. B. Di Bartolo, « Les minorités gallo-italiennes en Sicile à l’époque normanno-suève », Studi Medievali, 35, 2 (1994), p. 797-816 et, sur le rôle des Aleramici dans cette immigration, C. A. Garufi, « Adelaide nipote di Bonifazio del Vasto e Goffredo figliuolo del gran Conte Ruggiero », Rendiconti e memorie della Reale Accademia degli Zelanti di Acireale, ser. III, 4 (1904-1905), p. 185-216 et « Gli Aleramici e i Normanni in Sicilia e nelle Puglie », dans Centenario della nascita di M. Amari, Palerme, 1910, I, p. 47-83 et, enfin, A. Messina, « Onomastica “lombarda” nelle carte normanne di Sicilia », Bollettino storico-bibliografico subalpino, 94, 1 (1996), p. 313-331.

137 Cf. A. Echevarría, « La transformación del espacio islámico (siglos XI-XIII) », dans À la recherche de légitimités chrétiennes. Représentations de l’espace et du temps dans l’Espagne médiévale (IXe-XIIIe siècle) (colloque Casa de Velázquez, 26-27 avril 2001), dir. P. Henriet, Lyon-Madrid, 2003 (Annexes des Cahiers de linguistique et de civilisation hispaniques médiévales, 15), p. 53-80. L’auteur reprend la périodisation établie par Pascal Buresi dans sa thèse (Une frontière entre chrétienté et Islam dans la péninsule ibérique (XIe-XIIIe), Paris, 2004) : fin XIe-début XIIe siècle, conversion des mosquées de Tolède, Coria, Valence, Huesca, Tudèle et Saragosse en églises ; en 1147, c’est le tour d’Almeria et de Calatrava ; aux XIIIe siècle, ce sont Alcaraz, Cordoue, Valence, Jaén et Séville dont les mosquées sont transformées en églises ; après 1492, dans un contexte différent, suivent celles de Cadix, Grenade et Malaga. Cf. P. Buresi, « Les conversions d’églises et de mosquées en Espagne aux XIe-XIIIe s. », dans Religion et société urbaine au Moyen Âge. Études offertes à J.-L. Biget, Paris, 2000, p. 333-351, spéc. p. 335.

138 Le seul miḥrab connu en Sicile, a été découvert lors de fouilles à Ségeste, mais il date au plus tôt du milieu du XIIe siècle, si l’on suit la datation d’A. Molinari dans Segesta II. Il castello e la moschea (scavi 1989-1995), Ricerche storicoarcheologiche, Palerme, 1997. Nous ne retenons pas ici les hypothèses avancées et reprises récemment par Aldo Messina concernant l’existence de trois mosquées rupestres à Caltabellotta, Rametta et Sperlinga, en l’absence d’étude rigoureuse et systématique de ces sites : cf. A. Messina, Le chiese rupestri del Val Demone e del Val di Mazara, Palerme, 2001 (Istituto siciliano di Studi bizantini e neoellenici, Monumenti, 7), respectivement p. 51-52, p. 96-99 et p. 111-113.

139 Sur ce point, cf. la mise au point méthodologique de E. Galdieri, « Sull’architettura islamica in Sicilia. Lamento di un architetto ignorante sopra una architettura inesistente », Rivista degli studi orientali, 74, 1-4 (2000), p. 41-73.

140 Nous y reviendrons.

141 Pour le cas particulier des cimetières musulmans, les recherches menées jusqu’à aujourd’hui ne démontrent pas de volonté explicite de les détruire ou de les christianiser par l’implantation de monuments chrétiens, sur ce point, cf. E. Pezzini, « Problemi di topografia », dans Ead. et A. Bagnera, « I cimiteri di rito musulmano nella Sicilia medievale. Dati e problemi », MEFRM, 116, 1 (2004), p. 234-259.

142 Nous nous contentons de renvoyer pour ce texte connu à la traduction française, Ibn Jubayr, Relation de voyages, trad. P. Charles-Dominique, dans Voyageurs arabes, Paris, 1995, p. 349.

143 Ibid., p. 350 : « Il est entouré de nombreux tombeaux de fidèles, ascètes et dévots. Ce château est réputé pour sa grâce et sa bénédiction. On y vient de partout ».

144 Ibid., p. 353.

145 Ibid., p. 355.

146 Ibid., p. 356.

147 Pour une relecture des conceptions religieuses et des références bibliques à l’œuvre chez les historiens de la Croisade, cf. H. Bresc, « Les historiens de la Croisade. Guerre sainte, justice et paix », MEFRM, 115, 2 (2003), p. 727-753.

148 Pour une synthèse, cf. J. Flori, Pierre l’Ermite et la première croisade, Paris, 1999.

149 Pour une bibliographie conséquente sur l’étape médiévale, cf. J. Flori, La guerre sainte. La formation de l’idée de croisade dans l’Occident chrétien, Paris, 2001. Pour une vision plus large, cf. le numéro spécial des Studi Storici, 43, 3 (2002) : Guerra santa e guerra giusta dal mondo antico alla prima età moderna.

150 Pour un aperçu de l’importance accordée à la péninsule ibérique, cf. J. Flori, « Guerre sainte et rétributions spirituelles dans la deuxième moitié du XIe siècle (Lutte contre l’Islam ou pour la papauté ?) », Revue d’histoire ecclésiastique, 85 (1990), p. 617-650. On peut voir, pour les difficultés que soulève l’analyse de la formation de l’idée de guerre sainte dans la péninsule Ibérique P. Henriet, « L’idéologie de guerre sainte dans le Haut Moyen Âge hispanique », Francia. Moyen Âge, 29, 1 (2002), p. 171-220, à propos du livre d’A. P. Bronisch, Reconquista und Heiliger Krieg. Die Deutung des Krieges im christlichen Spanien von den Westgoten bis ins frühe 12. Jahrhundert, Munster, 1998 (Spanische Forschungen der Görresgesellschaft, zweite Reihe, 35).

151 Le seul auteur qui le fait de manière un peu extensive est J. Riley-Smith, The First Crusade and the Idea of Crusading, Londres, 1986, p. 16-20. Il illustre son propos à travers la correspondance de Grégoire VII et d’Urbain II.

152 Cf. J. Flori, « Réforme, reconquista, croisade (L’idée de reconquête dans la correspondance pontificale d’Alexandre II à Urbain II) », Cahiers de Civilisation Médiévale, 40 (1997), p. 317-335, maintenant dans Croisade et chevalerie. XIe-XIIe siècle, Paris-Bruxelles, 1998 p. 54-80, spéc. p. 54. Plus récemment, il a repris l’argument dans J. Flori, Pierre l’Ermite, spéc. p. 140.

153 F. Giunta et U. Rizzitano, Terra senza crociata. Sur le contexte à la fois politique (ère post-coloniale) et historiographique (développement des thèses de J. Prawer sur le colonialisme des croisades) de la publication de ce livre, cf. A. Nef, « Fortuna e sfortuna di un tema ».

154 Cf. J. Flori, Pierre l’Ermite, spéc. p. 132-142.

155 H. Taviani Carozzi, La terreur du monde, p. 376-379.

156 G.M. Cantarella, « La frontiera della crociata : i Normanni del Sud », dans Il concilio di Piacenza e le crociate, Plaisance, 1996, p. 225-246. L’auteur y défend l’idée que Geoffroi Malaterra n’exalte guère l’idée de croisade parce qu’il chante ce qui lui apparaît comme la croisade des Hauteville.

157 M. Gallina, « La « precrociata » di Roberto il Guiscardo : un’ambigua definizione », dans Il Mezzogiorno normnanno-svevo e le Crociate (XIV Giornate normanno-sveve, Bari, 17-20 oct. 2000), éd. G. Musca, Bari, 2002, p. 29-48.

158 Sur ce point qui a fait coulé beaucoup d’encre, cf., en dernier lieu, V. Prigent, « Les empereurs isauriens et la confiscation des patrimoines pontificaux d’Italie du sud », MEFRM, 116, 2 (2004), p. 557-594.

159 Ainsi de H. Taviani Carozzi ou de J. Flori.

160 Traduction dans P. Bouet, « Les Normands, le nouveau peuple élu », dans Les Normands et la Méditerranée (Colloque de Cerisy-la-Salle, sept. 1992), Caen, 1994, p. 239-253, spéc. p. 248. Le texte latin est le suivant (G.M., p. 15) : Quorum legitimam benevolentiam vir apostolicus, gratanter suscipiens, de offensis indulgentiam et benedictionem contulit, et omnem terram suam pervaserant et quam ulterius versus Calabriam et Siciliam lucrari possent, de Sancti Petri haereditali feudo sibi et haeredibus suis possidendam concessit circa annos MLIII.

161 Sur cet épisode, cf. désormais J.-M. Martin, « Les institutions politico-administratives liées à la conquête. Le duché », dans I caratteri originari della conquista normanna, p. 305-333.

162 H. Taviani Carozzi, La terreur du monde, p. 237-244. L’auteur tranche en faveur de l’affirmative.

163 Léon d’Ostie, III, 15.

164 L.-R. Ménager, Recueil des actes des ducs normands d’Italie (1046-1127). I. Les premiers ducs (1046-1087), Bari, 1981 (Documenti e Monografie, 45), doc. 6 et 7 et Liber Censuum de l’Église Romaine, éd. P. Fabre et L. Duchesne, Paris, 1905, 1, p. 421-422 (BEFAR, 2e série, 6).

165 G. Loud, The Age of Robert Guiscard : Southern Italy and the Norman conquest, Harlow, 2000, p. 186-194.

166 J.-M. Martin, « Les institutions politico-administratives liées à la conquête », p. 316.

167 On trouve une mention chez V. D’Alessandro, « Lettura di Amato di Montecassino », dans Id., Storiografia e politica nell’Italia normanna, Naples, 1978, p. 51-99, spéc. p. 68.

168 Le texte de Malaterra, très rarement cité dans le débat sur les origines de la croisade, est le suivant : Apostolicus vero plus de victoria a Deo de paganis concessa quam de sibi transmissis donariis gavisus, benedictionem apostolicam et potestate qua utebatur, absolutionem de offensis, si resipiscentes in futurum caveant, comiti et omnibus, qui in lucranda de paganis Sicilia et lucratam in perpetuum ad fidem christiani retinendo auxiliarentur, mandat, vexillumque a Romana sede, apostolica auctoritate consignatum ; quo praemio, de beati Petri fisi presidio tutius in Saracenos debellaturi insurgerent (p. 45). Il présente une difficulté qui a entraîné un certain nombre d’erreurs. Il s’agit du membre de phrase : (...) et potestate qua utebatur, absolutionem de offensis, si resipiscentes in futurum caveant (...). Ainsi, la version italienne (Imprese del Conte Ruggero...) ne traduit pas la condition qui est mise à l’absolution ; Jean Flori, quant à lui, la traduit par « s’ils se repentent dans le futur » (Pierre l’Ermite, p. 140). Le problème est sans doute dû à une erreur de ponctuation et la virgule devrait être placée après absolutionem, caveant se comprenant en liaison avec de offensis. Cf., en dernier lieu, la lecture de ce passage par Jean Flori, dans le cadre d’un reflexion sur le vexillum Sancti Petri, dans La guerre sainte, p. 169-172. Il y répète sa position.

169 Pour des détails sur la bataille de Cerami, cf. infra.

170 Il s’agit de quatre chameaux qui lui ont été envoyés par Roger. Pour un contexte plus large, F. Bougard, « Trésors et mobiliers italiens du haut Moyen Âge », dans Les trésors de sanctuaires de l’Antiquité à l’époque romane, éd. J.-P. Caillet et P. Bazin, Nanterre, 1996, p. 161-197, spéc. p. 176.

171 Cf. V. D’Alessandro, « Fidelitas Normannorum. Note sulla fondazione dello Stato normanno e sui rapporti col papato », dans Id., Storiografia, p. 99-221, spéc. p. 183, n. 414.

172 Sur les bannières, on peut consulter le chap. 1 (« Holy Banners ») et surtout le chapitre sur le Vexillum Sancti Petri du livre de C. Erdmann, The Origin of the Idea of Crusade, Princeton, 1977, p. 35-56 et p. 182 et sq. Sur cet épisode particulier, p. 190-193. Cf. J. Flori, « Réforme », p. 54.

173 Le seul cas de la même époque avancé jusqu’ici, celui de l’expédition vers Barbastro, a été l’objet d’une critique attentive et l’on n’y voit plus une pratique précoce, même « archaïque », de l’indulgence. Cf., sur ce point, J. Flori, « Réforme... », p. 54 et sq.

174 Cf. le texte, supra. Sur le vexillum Sancti Petri, cf. J. Flori, La guerre sainte, p. 161-176.

175 Pierre Toubert a rappelé qu’Urbain II est le « surdestinataire » des œuvres d’Aimé et de Geoffroi, mais que tous deux sont également les rédacteurs d’un speculum principis, en particulier Geoffroi ; cf. P. Toubert, « La première historiographie », p. 24 et p. 40. Il est des domaines dans lesquels l’équilibre des deux autorités est complexe et la conquête de la Sicile ainsi que sa définition en font partie.

176 Sur ce point, cf. H. E. J. Cowdrey, The Age of Abbot Desiderius. Montecassino, the Papacy and the Normans in the Eleventh and Twelfth Centuries, Oxford, 1983, spéc. p. 119 et sq.

177 Urbain II rédige ainsi des lettres félicitant Roger de sa victoire contre les musulmans en Sicile : en 1093 à Roger, évêque de Catane (Lettre 93, PL, t. 151, col. 370-371) et en 1098 au duc Roger lui-même (Lettre 239, ibid., col. 506).

178 J. Riley-Smith, The First Crusade, p. 18-22.

179 Chez Aimé, Robert Guiscard sur son lit de mort prononce les paroles suivantes : « Je voudroie delivrer li christien et li chatolici, liquel sont constreint à la servitude de li Sarrazin ; et desire molte de chacier les de la servitude lor, et faire venjence de la injure de Dieu » (p. 234). Chez Malaterra, on trouve le passage suivant : Inde Traynam veniens, a christianis civibus qui eam incolebant, cum gaudio susceptus, urbem intrat : quam pro velle suo ordinans, ibidem natalem Domini celebravit (p. 35. « Ensuite, il se rendit à Troina, où il fut accueilli avec joie par les habitants chrétiens qui y vivaient. Il organisa la ville selon son désir, puis il y fit célébrer la nativité du Seigneur »). Cet épisode se situe à la fin de l’année 1061.

180 Cf. G.M., p. 53. Aimé du Mont-Cassin écrit à ce sujet : (Robert Guiscard) s’en ala, o grant reverence, plorant à l’églize de Saint Marie, laquel eclize avait esté temple de li Sarrazin. Et en fist chacier toute l’ordesce et ordure, et fist dire messe a lo catholique et saint archeveque (p. 282). La page suivante rapporte le miracle qui se produit dans l’église : Une grant merveille apparut devant celle eglize, quae furent aucun bon chrestien qui oirent en celle ecclize la voiz de li angele et molt douz chant ; en lequel cant looient Dieu. Et apparut alcune foiz enluminée celle eglize de la lumiere de Dieu, plus resplendissant que non est nulle autre lumiere mundane (p. 283). Guillaume de Pouille en traite dans ces termes (L. III, v. 335-336) : Et quae Machamati fuerit cum daemone sedes / Sedes facta Dei, fit dignis ianua coeli (« [la cathédrale] qui fut la demeure de Muhammad et du démon / Devenue demeure de Dieu, il en fit la porte du ciel pour ceux qui en étaient dignes »).

181 Sur cette élaboration, cf P. Alphandéry et A. Dupront, La chrétienté et l’idée de croisade, rééd. Paris, 1995 (postface de M. Balard) et, pour la diffusion de cette idée chez les croisés eux-mêmes, la première analyse de J. Riley-Smith, « The Idea of Crusading in the Charters of Early Crusaders, 1095-1102 », dans Le Concile de Clermont de 1095 et l’appel à la croisade, Rome, 1997, p. 155-166 (CEFR, 236).

182 G.M., p. 44 : Dum talia versus certamen properando perorantur, apparuit quidam eques, splendidus in armis, equo albo insidiens, album vexillum in summitate hastilis alligatum ferens et desuper splendidam crucem, quasi a nostra acie progrediens, ut nostros ad certamen promptiores redderet, fortissimo impetu hostes, ubi densiores erant, irrumpens, soit : « Tandis qu’ils priaient ainsi pour se préparer au combat, un cavalier apparut, éblouissant dans son armure. Il chevauchait un cheval blanc. Il brandissait un étendard blanc, [attaché] au sommet de sa lance, et [sur lequel] se trouvait une croix éblouissante. Comme s’il sortait de nos rangs, pour hâter les nôtres au combat, il se rua dans un formidable élan là où les ennemis étaient les plus nombreux » (trad. d’H. Taviani-Carozzi, La terreur du monde, p. 375). À la fin du combat, les soldats prient Dieu et saint Georges, bien que celui-ci ne soit pas formellement identifié dans le passage.

183 Ibid.

184 En dernier lieu, J. Flori, La guerre sainte, p. 125-134.

185 Cf. H. Bresc, « Les historiens de la Croisade », p. 739.

186 Notons tout de même que si les Gesta peuvent trouver leur place dans l’archéologie du récit des croisades, les textes postérieurs sont bien plus riches en références bibliques (cf. l’intervention d’H. Bresc citée à la note précédente).

187 p. 762 : miles quidam incognitus cum niveo equo, et niveis armis, et albo vexillo crucem habente rubeam (...) (« un cavalier inconnu sur un cheval blanc, portant des armes blanches et un étendard blanc orné d’une croix rouge »).

188 H. Bresc, « Les historiens de la croisade », p. 739.

189 Ainsi Guillaume de Pouille : « (Roger) combattit toujours contre les Siciliens, ennemis du nom divin, et, désirant exalter la sainte foi dans laquelle nous vivons tous, consacra principalement à cette œuvre sa jeunesse, jusqu’à ce que la soumission des Siciliens lui permît de prendre un repos mérité » (v. 195-204). Le chroniqueur décrit les Ifrīqiyens venus défendre Palerme comme jouant de la musique sur des bateaux tendus de rouge dans un passage qui les feraient facilement passer pour des démons, mais la comparaison n’est pas faite (v. 231-245).

190 Ainsi, avant la bataille de Cerami, Nostri vero, hostilem affinitatem ditius impugnitatam ferre nolentes, cum magna devotione, presbyteris testibus, Deo confessi, poenitentia accepta, Dei miserationi sese commendantes et de eius auxilio confisi, bellum hostibus inferre vadunt (G.M., p. 42), soit : « Les nôtres, en vérité, ne supportant pas le voisinage de l’ennemi plus longtemps sans combattre, avec une grande dévotion et en présence des prêtres, s’étant confessés à Dieu et ayant reçu la pénitence, se recommandant à Dieu et confiants dans son soutien, vont porter la guerre contre les ennemis ».

191 Ainsi du discours de Roussel de Bailleul tenu toujours avant ce même combat, G.M., p. 43-44.

192 Pour une conception contraire, cf. P. Toubert, « La première historiographie », mais sans élément nouveau.

193 Nous avons passé en revue les textes se rapportant à la première croisade, en particulier les Anonymi Gesta Francorum (édités par Louis Bréhier, Gesta, Histoire anonyme de la première croisade, Paris, 1924 et rééd. Paris, 1964) qui furent vraisemblablement rédigés par un Normand du sud de l’Italie. La bibliographie concernant cette œuvre est considérable. Nous n’en citerons que l’article de E. Jamison, « Some Notes on the Anonymi Gesta Francorum, with Special Reference to the Norman Contingent from South Italy and Sicily in the First Crusade », maintenant dans Studies on the History of Medieval Sicily and South Italy, éd. P. Clementi et T. Kölzer, Darmstadt, 1992, p. 275-300 et la mise au point sur les sources de la première croisade et les débats qui se sont succédés à propos des Gesta par J. Flori, dans Pierre l’Ermite, p. 34-38. Cet ouvrage ne fait quasiment jamais référence à la Sicile et jamais pour y comparer les opérations militaires qui s’y sont déroulées à une croisade avant la lettre.

194 Si l’on en croit L.A.M. Sumberg, « Au confluent de l’histoire et du mythe : la Chanson d’Antioche, chronique en vers de la première croisade », dans Les épopées de la Croisade (Ier colloque international, Trèves, 6-11 août 1984), éd. K.H. Bender, Stuttgart, 1987, p. 58-66 (Zeitschrift für französiche Sprache und Literatur, 11). Bohémond apparaîtrait dans 84 épisodes, Godefroid de Bouillon dans 64 et Tancrède dans 58. Tous les trois sont en tête de ce « palmarès ».

195 Ainsi l’épisode suivant qui met en scène Évrard de Puisac et Bohémond (cité dans l’adaptation de M. de Combarieu Du Grès) : « Fais demi-tour, seigneur duc, dit Évrard. Tu es déjà renommé pour ta prouesse. Et tu es fils de ce Robert Guiscard qui reçut tant d’honneurs et qui était venu tout seul de Normandie, armé de son seul bouclier comme on le sait. Or, à force d’exploits, il réussit à se rendre maître des Pouilles et de la Calabre. Il y a bien lieu de te rappeler le souvenir de ton père et de ses belles qualités » (Chanson d’Antioche, dans Croisades et Pélerinages, dir. D. Regnier-Bohler, Paris, 1997, p. 77). On se contentera de renvoyer à un songe de Bohémond (p. 111) et à une scène qui le décrit combattant aux côtés de saint Georges (p. 191).

196 Raoul de Caen, Gesta Tancredi (Recueil des Historiens des Croisades, Historiens Occidentaux), III, Paris, 1866, p. 605 : Excipiendus est Rogerius, cui subacta gentilia sicula gloriam peperit inter fratres a Wiscardo secundam.

197 La contribution de Jean Richard au colloque de Bari qui s’est tenu en 1997 ne modifie pas ce tableau général, même s’il réaffirme le soutien apporté par les souverains normands de Sicile en argent, en vivres et en donations aux établissements et aux ordres de la Terre Sainte. Cf. « Le Midi italien vu par les pèlerins et les chroniqueurs de la Terre Sainte », dans Il Mezzogiorno normanno-svevo visto dall’Europa e dal mondo mediterraneo (XIII giornate normanno-sveve, Bari, 21-24 oct. 1997), Bari, 1999, p. 341-359.

198 Cf. les articles de E. Jamison, « The Sicilian Norman Kingdom in the Mind of Anglo-Norman Contemporaries », rééd. dans Studies on the History, 6, p. 159-207 et E.-R. Labande, « La Sicile dans les sources narratives de la France de l’Ouest aux XIe et XIIe siècles », dans Atti del Congresso internazionale sulla Sicilia normanna (Palerme, 4-8 déc. 1972), Palerme, 1973, p. 146-161.

199 Bravoure, comme P. Delogu l’a noté, bien peu chrétienne dans les sources du sud de l’Italie. P. Delogu, « La “militia christi” nelle fonti normanne dell’Italia meridionale », dans Militia Christi e crociata nei secoli XI-XIII, Milan, 1992, p. 145-165 (Miscellanea del Centro di studi medioevali, 13).

200 Cf. Adémar de Chabannes, Chronicon, éd. J. Chavanon, Paris, 1897, L. III, c. 55, p. 178.

201 R. Glaber, Les Cinq livres de ses histoires, éd. M. Prou, Paris, 1887, III, c. 1, § 3, p. 52-53.

202 Ce qui montre bien d’ailleurs que les chroniqueurs n’hésitaient pas à inventer des épisodes de ce genre.

203 Cf. l’introduction de M. Mathieu à son édition et traduction de Guillaume de Pouille et E. Jamison, « The Sicilian Norman Kingdom ».

204 D’abord dans ses interpolations aux Gesta Normanorum Ducum de Guillaume de Jumièges, The Gesta Normannorum ducum of William of Jumièges, éd. et trad. E.M.C. Van Houts, II, Oxford, 1992-1995, L. VII, 23, 29 et 30, p. 142 et 152-158 (Oxford Medieval Texts). Orderic Vital, The Ecclesiastical History of Orderic Vitalis, éd. et trad. M. Chinball, 4, Oxford, 1969-1980, p. 28-38.

205 P. Bouet, « La conquête de l’Italie du Sud et de la Sicile vue par les chroniqueurs de Normandie des XIe et XIIe siècles », dans De la Normandie à la Sicile, p. 33-48 et spéc., p. 42-43.

206 Cf. l’introduction de M. Mathieu à Guillaume de Pouille, p. 9-10 et Orderic de Vital, The Ecclesiastical History, 2, p. 100, qui précise qu’il connaît l’œuvre de Malaterra.

207 Pour la mise au point la plus récente et la plus complète sur le sujet, cf. O. Guyotjeannin, « L’Italie méridionale vue du royaume de France », dans Il Mezzogiorno normanno-svevo visto, p. 143-175. Ce colloque qui aborde ce thème de divers points de vue, péninsulaires et plus lointains, ne fait que renforcer cette conclusion.

208 Ibid., p. 152-153.

209 Ibid., p. 154, où l’auteur cite le passage (n. 36). Ajoutons aussi le court extrait, cité par O. Guyotjeannin toujours et qui s’inscrit dans le même filon, de la chronique universelle de Richard le Poitevin, éd. G. Waitz, Hanovre, 1882 (MGH, Scriptores, 26), p. 80, qui chante Roger Ier et évoque la Sicile au milieu de ses autres faits d’armes.

210 R. Lejeune, « La Sicile et la littérature française du XIe au XIIIe », dans Dai trovatori arabo-siculi alla poesia d’oggi. Atti del congresso internazionale di poesia e di filologia per il VII Centenario della poesia e della lingua italiana, Palerme, 1953, p. 85-107, spéc. p. 90 et sq.

211 Sur ce texte, cf. J.-M. Martin, « Une « histoire » peu connue de Robert Guiscard », Archivio storico pugliese, 31 (1978), p. 47-67. Le texte est édité aux pages 63-67.

212 En fait, rien n’empêche de penser à un texte-source antérieur utilisé à la fois par cette histoire et par Richard le Poitevin ou que ce dernier s’est inspiré de l’histoire de Robert Guiscard plutôt que le contraire.

213 Ibid., p. 59. Le texte ouvre sur les lignes suivantes : Robertus Wischardi de Normannia exiens, vir pauper, miles tamen, ingenio et probitate sua Apuliam, Calabriam sue ditioni submisit et insulam Siciliam de manu Ysmaelitarum liberavit, ibid., p. 63.

214 Cf. V. D’Alessandro, « Lettura di Amato di Montecassino ». Cf. également pour le contexte théologique de cette conception et pour le détail de ses différentes dimensions, P. Bouet, « Les Normands ».

215 Nous citons la traduction d’Huguette Taviani-Carozzi : « Ils abandonnaient peu pour acquérir beaucoup. Ils ne suivirent pas l’exemple de ceux qui vont par le monde pour se mettre au service des autres, mais, semblables aux guerriers des temps anciens, ils voulaient avoir les peuples en leur soumission, en leur seigneurie (...) » (La terreur du monde, p. 29 ; A. du M., I, 1-2). Cf. également, H. Taviani-Carozzi, « Le mythe des origines de la conquête normande en Italie », dans Cavalieri alla conquista del Sud, p. 57-89.

216 Ibid., p. 32 et sq.

217 P. Guichard avance qu’un front commun chrétien contre l’Islam serait apparu dans la deuxième moitié du XIe siècle, dont l’aventure sicilienne aurait participé dans « Combattants de l’Occident chrétien et de l’Islam. Quelques remarques sur leurs images réciproques (fin Xe-XIIe s.) », dans Identidad y representación de la frontera en la España medieval (siglos XI-XIV), éd. C. de Ayala Martinez, P. Buresi et P. Josserand, Madrid, 2001 (Coll. de la Casa de Velázquez, 75), p. 223-251, spéc. p. 231, mais les exemples de Normands qui sont cités sur des théâtres extra-siciliens (Robert Crispin dans la péninsule Ibérique et Roussel de Bailleul en Orient ont bien peu à voir avec les Normands de Sicile, p. 232).

218 Lorsqu’elles sont mentionnées, ces interventions non exclusivement normandes sont dépréciées. Ainsi Malaterra décrit sans aucun enthousiasme les Pisans qui, ayant proposé aux Normands de mener cette action en commun, attaquent seuls Palerme, brisent la chaîne qui fermait le port et pillent la ville (G.M. II, 34), événement célébré par une inscription sur la façade de la cathédrale de Pise (cf. F. Gabrieli, « Pisa e i Sarraceni nell’XI-XII secolo », dans Il Duomo e la civiltà pisana del suo tempo, F. Gabrieli et alii éd., Pise, 1986, p. 9-16).

219 T. Reuter, « Wom Parvenu zum Bündnispartner : das Königreich Sizilien in der abendländischen Politik des 12. Jahrhunderts », dans Die Staufer im Süden. Sizilien und das Reich, éd. T. Kölzer, Sigmaringen, 1996, p. 43-56.

220 S. Fodale souligne avec raison que ces œuvres latines visaient à « justifier et légitimer l’entreprise (des Normands) du point de vue de l’Occident latin » (« La Sicilia tra crociata e convivenza », dans Verso Gerusalemme. Il convegno internazionale nel IX Centenario della Prima Crociata (1099-1999), Bari 11-13 janv. 1999, éd. F. Cardini, M. Belloli et B. Vetere, Martina Franca, 1999, p. 47-55), mais ne dit pas assez que l’entreprise échoua.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Les mouvements militaires liés à la conquête de la Sicile par les Normands (à partir de F. Maurici, Castelli medievali, carte 21).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/5358/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Légende Fig. 2 – Les réseaux viaires dans la Sicile du XIIe siècle (à partir de G. Uggeri, « Il sistema viario in Sicilia... »).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/5358/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k

© Publications de l’École française de Rome, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search