Version classiqueVersion mobile

Conquérir et gouverner la Sicile islamique aux xie et xiie siècles

 | 
Annliese Nef

Remerciements

Texte intégral

1Je n’aurais pu mener ce travail à son terme sans le soutien de ceux qui ont cru à ce projet et des institutions qui m’ont accueillie. C’est à Françoise Micheau que je dois d’avoir été dirigée vers Henri Bresc lorsque j’ai décidé de m’intéresser à l’Occident islamique. Le séminaire d’Henri Bresc m’a mis en contact avec des étudiants qui, comme moi, avaient choisi d’étudier l’histoire médiévale de la Sicile, en particulier Georges Caron, Hadrien Penet, Kristjan Toomaspoeg et Benoît Grévin, qui sont devenus des amis auprès desquels mettre à l’épreuve mes hypothèses de travail. Parallèlement, les séminaires de Ghalib Al-Hakkak et de Françoise Micheau m’ont permis de rencontrer de jeunes chercheurs, Allaoua Amara, Cyrille Jalabert, Emmanuelle Tixier, Dominique Valérian, Éric Vallet, Vanessa Van Renterghem et Élise Voguet, avec lesquels j’ai noué des liens étroits. Durant ces premières années de recherche, Ghislaine Noyé, Chiara Raimondo et Raffaela Biundo m’ont initiée à l’archéologie en Pouille et en Calabre.

2Devenue membre de l’École française de Rome en 1999, j’y ai bénéficié d’un cadre de travail exceptionnel, comme tous les membres de cette institution. La disponibilité de son directeur André Vauchez et l’amitié de François Bougard, directeur des études médiévales, y ont été constantes. Les échanges avec mes compagnons d’études et les chercheurs rattachés à l’institution, en particulier Jean-Marie Martin, y ont été fructueux et amicaux. Aujourd’hui encore, le directeur de l’École, Michel Gras, la directrice des études médiévales, Marilyn Nicoud, le service des publications, permettent à cet ouvrage de voir le jour dans les meilleures conditions.

3Ces quatre années passées en Sicile m’ont également permis de rencontrer des amis irremplaçables, dont la compétence et l’acharnement à la discussion n’ont eu d’égal que l’extrême générosité (et le talent culinaire !) : Elena Pezzini, qui m’ouvrit la première sa porte ; Rosa di Liberto qui m’a introduite à l’architecture normande de Sicile et son époux, Sergio Aiosa ; Fabiola Ardizzone, archéologue médiéviste, et son mari Andrea Lo Bue ; Lucia Arcifa, avec qui les longues conversations et prospections archéologiques ont été si instructives. Sans Antonio Miccichè qui m’a accueillie durant toutes les années précédant mon séjour romain sans jamais se lasser, Barbara Fodale, Concetta Romano, Linda Scaccio, Daniela Lucido, Salvatore Maniscalco et Francesco Filangeri, ces années n’auraient pas eu la même saveur ; tous ont réussi à me faire croire que j’étais devenue, un peu, palermitaine.

4Salvatore Fodale et Laura Sciascia m’ont accueillie à l’Istituto di Storia medievale de Palerme. À Alessandra Bagnera, Pietro Corrao, Marilì De Luca, Jeremy Johns, Alex Metcalfe, Alessandra Molinari, Giuseppe Petralia et Benedetto Rocco je dois la stimulation de multiples discussions. À Adalgisa De Simone de l’Istituto di Studi orientali de Palerme, je ne saurais dire tout ce que je dois : elle m’a inlassablement fait profiter de son savoir et de sa bibliothèque personnelle. Enfin, je ne saurais oublier la générosité de Franco d’Angelo, toujours prêt à encourager le chercheur débutant.

5La gentillesse et la disponibilité des archivistes de l’Archivio di Stato de Palerme, comme des bibliothécaires de la Biblioteca regionale et de la Biblioteca comunale de Palermo ne peuvent être passées sous silence. Diego Cicarelli m’a, quant à lui, permis d’accéder aux photographies de documents normands prises par Carlo Alberto Garufi qui sont conservées à l’Université de Palerme.

6Huit années se sont écoulées entre la soutenance de ma thèse et l’achèvement de cet ouvrage et il serait trop long d’énumérer les séminaires et les expériences archéologiques qui ont nourri ma réflexion, mais sans eux ce livre ne serait pas ce qu’il est.

7Certains, enfin, ont été sollicités, parfois sans pitié, pour des relectures toujours attentives et utiles. Je tiens donc à remercier Cyrille Aillet, Alessandra Bagnera, Cécile Bresc, Henri Bresc, Sulamith Brodbeck, Caroline Callard, Adalgisa De Simone, Sophie Gilotte, Alexis Grélois, Jean-Marie Martin, Sophie Métivier, Igor Mineo, Marilyn Nicoud, Christophe Pébarthe, Vivien Prigent, Elena Pezzini, Mario Re, Cristina Rognoni, Emmanuelle Tixier et Éric Vallet.

8L’énergie inépuisable et les idées stimulantes d’Henri Bresc, mon directeur de thèse, m’ont poussée à aller toujours plus loin, qu’il en soit ici remercié.

9Enfin, je ne saurais terminer sans souligner tout ce que je dois à ma famille dont le soutien a été toujours été sans faille.

  • 1 Il n’a pas été possible de prendre en compte la bibliographie et ses apports depuis cette date, sa (...)

10Paris, le 23 novembre 20091.

Notes

1 Il n’a pas été possible de prendre en compte la bibliographie et ses apports depuis cette date, sauf très rares exceptions.

© Publications de l’École française de Rome, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search