Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le juste marché

 | 
Monica Martinat

Chapitre III. L’organisation du réseau commercial du blé

Texte intégral

1– LA CONFIGURATION DU RÉSEAU COMMERCIAL DU BLÉ

1L’une des conséquences les plus importantes de la stratégie de l’Annone romaine au xviie siècle concerne la configuration du réseau de commercialisation des céréales. Celui-ci est organisé autour de trois pôles : la place du Campo de’ Fiori, les entrepôts des mercanti di campagna et l’Annone elle-même (Cf. figure I). Leur importance respective est inégale, de même que leurs structures sont dissemblables.

2Au Campo de’ Fiori – une place situé au cœur de la ville – est localisé un circuit restreint, où l’on négocie une partie réduite du blé entré à Rome. Pendant la seconde moitié du xviie siècle, ce n’est qu’en 1687 que les ventes de l’année y dépassent 10 % des transactions globales effectuées dans la ville ; pour le reste de la période elles demeurent largement en-dessous de ce pourcentage (Cf. tableau 16).

Fig. I – Organisation du réseau d’échange du blé et du pain à Rome (début xvie-fin xviiie siècle).

  • 1 Cela remonte aux années 1520. Voir supra, chap. II. A. Gabrielli, op. cit., p. 18 ; BAV, ms. Vat. L (...)
  • 2 ASR, Bandi Annona, b. 455, « Ordini da osservarsi... », cit.

3Cela s’explique d’abord par le fait que le Campo de’ Fiori est réservé aux ventes des petits producteurs locaux, qui emblavent annuellement moins de dix rubbia de terre1. Or la campagne romaine est, comme on l’a vu, dominée par la grande propriété foncière, laïque ou ecclésiastique. Celle-ci est repartie en grands domaines affermés et, de ce fait, laisse très peu de place à la petite exploitation indépendante. Cela explique le rôle limité de cet espace commercial dans l’ensemble du ravitaillement romain. Du côté des acheteurs, l’accès au Campo de’ Fiori est réservé aux particuliers appartenant aux classes populaires. Les professionnels de la transformation céréalière, les revendeurs de pain, les fonctionnaires publics, les producteurs agricoles, ainsi que les « seigneurs », ecclésiastiques ou laïques, et tous leurs représentants, en sont exclus2.

4Dans une structure économique largement monétarisée comme celle de Rome et de sa campagne, les échanges directs de blé entre producteurs et particuliers demeurent quantitativement limités, l’essentiel de la consommation se faisant sous forme de produit transformé, par l’intermédiaire des boulangers.

Tableau 16. POURCENTAGES DES VENTES : MARCHANDS, ANNONE ET CAMPO DE’ FIORI (1658-1715)

Tableau 16. POURCENTAGES DES VENTES : MARCHANDS, ANNONE ET CAMPO DE’ FIORI (1658-1715)

(Source : ASR, Presidenza dell’Annona, « Nota dei grani introdotti e venduti a Roma », regg. 352-377, 1657-1715).

  • 3 Tariffa perpetua per li fornai di Roma del prezzo che devono pagare il Grano della Camera, secondo (...)
  • 4 L’échéance du remboursement demeure flexible, gérée par l’Annone, selon une analyse détaillée des c (...)

5Les professionnels de la transformation céréalière, boulangers, pâtissiers, fabricants de pâtes, dominent les autres circuits commerciaux : celui de l’Annone, dont les distributions leur sont presque exclusivement destinées, et celui des mercanti di campagna. L’Annone distribue le blé des stocks publics selon deux modalités : par liste a contanti et selon le système du rinnovo. Dans le premier cas, il s’agit de véritables ventes, dont le prix est établi, dès 1605, par rapport au poids du pain fixé, selon des équivalences résumées dans la Tariffa perpetua per li fornari di Roma...3. Le système du rinnovo constitue, lui, une sorte de prêt : les boulangers doivent ensuite rendre le blé que l’administration leur a remis4. L’importance quantitative des distributions annonaires n’est pas fixe : elle varie, dans la période considérée, des 3,7 % de l’année-récolte 1710-1711, aux 35,9 % de la saison 1678-1679, avec une moyenne annuelle d’environ 17 % du total des transactions.

  • 5 Cf. infra.

6C’est dans le dernier circuit que l’on trouve la commercialisation de blé de la ville la plus importante, avec des pourcentages qui varient entre 58 % et 92,30 % du total. Les autorités annonaires le désignent comme celui des mercanti di campagna. L’expression n’est pas tout à fait exacte, car les mercanti di campagna ne représentent qu’une partie des vendeurs, parmi lesquels on trouve aussi bien les mercanti que les grands propriétaires fonciers de la campagne romaine, ou encore d’autres possesseurs de blé5. Cette appellation souligne néanmoins l’importance de ces personnages dans le panorama de l’exploitation agricole du Latium. D’autre part, au niveau du marché romain, elle marque une opposition encore plus forte avec les contadini (paysans) présents sur le Campo de’ Fiori. Il s’agit d’une différence fondamentale pour la compréhension de la structure du marché romain.

7La position de ces deux groupes vis-à-vis de la production se traduit dans leurs comportements économiques. Si l’on examine les tendances annuelles des ventes au Campo de’ Fiori, on voit que les pourcentages de ventes les plus importantes sur ce circuit se situent dans le premier trimestre de l’année-récolte. Entre le début de juillet et la fin de septembre, on y effectue entre un minimum de 47,7 % des transactions, en 1685, et un maximum de 90,2 %, en 1658 (Cf. Tableau 17).

8En revanche, les ventes des marchands s’étalent assez régulièrement sur toute l’année-récolte, malgré l’importante exception des années 1677 et 1678, où les ventes deviennent particulièrement faibles vers la fin de la saison (Cf. Tableau 18).

Tableau 17. RÉPARTITION TRIMESTRIELLE DE VENTES À CAMPO DE’ FIORI (en pourcentage) (1658-1715)

Tableau 17. RÉPARTITION TRIMESTRIELLE DE VENTES À CAMPO DE’ FIORI (en pourcentage) (1658-1715)

(I trim. = juillet, août, septembre ; II = octobre, novembre, décembre ; III = janvier, février, mars ; IV = avril, mai, juin)
(Source : ASR, Presidenza dell’Annona, « Nota dei grani introdotti e venduti a Roma », reg. 352-377, 1657-1715).

Tableau 18. RÉPARTITION TRIMESTRIELLE DES VENTES DES MERCANTI DI CAMPAGNA (en pourcentage) (1658-1715)

Tableau 18. RÉPARTITION TRIMESTRIELLE DES VENTES DES MERCANTI DI CAMPAGNA (en pourcentage) (1658-1715)

(I trim. = juillet, août, septembre ; II = octobre, novembre, décembre ; III = janvier, février, mars ; IV = avril, mai, juin)
(Source : ASR, Presidenza dell’Annona, « Nota dei grani introdotti e venduti a Roma », reg. 352-377, 1657-1715).

  • 6 Celle de l’année-récolte 1678-79. Sur les caractéristiques particulières de cette année, Cf. infra.
  • 7 Sur les modèles de comportements différentiels des producteurs selon les dimensions de l’entreprise (...)

9Par ailleurs, les deux séries de prix, bien qu’obéissant au même mouvement général, se situent sur deux niveaux différents : à une exception près6, les cours des ventes des grains au Campo de’ Fiori sont toujours inférieurs à ceux des marchands (Cf. graphique IX). L’explication de ces deux facteurs renvoie aux différentes stratégies mises en place par les deux groupes de vendeurs. Les petits exploitants qui vendent au Campo de’ Fiori, produisent d’abord pour l’autoconsommation et ne vendent sur le marché romain que leurs excédents pour obtenir les liquidités nécessaires à l’achat d’autres biens, pour recommencer les semences et rembourser les dettes contractées à l’occasion des travaux agricoles7. En revanche, sur l’autre circuit on a affaire à une production destinée entièrement à la commercialisation, et qui permet de développer une politique d’étalement des ventes en fonction des hausses saisonnières des prix.

Graphique IX – Prix du blé vendu à Campo de’ Fiori et par les mercanti.

  • 8 Pour la réglementation de la commercialisation des céréales en France, voir Afanassief, 1894 ; Kapl (...)
  • 9 Kaplan, 1988, surtout chap. I, « L’approvisionnement de Paris : le marché comme principe et comme s (...)
  • 10 Ibid., p. 18.
  • 11 « Concentrant l’offre et la rendant visible, rendant aux transactions leur transparence, le marché (...)

10L’Annone exploite ces différences entre les comportements économiques des acteurs, en imposant une organisation du commerce assez différente de celle que l’on peut observer dans d’autres villes européennes à la même période8. L’asymétrie entre le Campo de’ Fiori et le réseau des marchands va au-delà de l’aspect quantitatif, et concerne la configuration même des échanges : autant les transactions qui ont pour protagonistes les petits exploitants sont concentrées dans un même lieu, la place du Campo de’ Fiori, espace clos et réglementé par des normes précises et explicites, autant les échanges effectués par les mercanti di campagna sont éparpillés et fragmentés sur l’ensemble de la ville, puisqu’ils ont lieu dans les entrepôts de chaque marchand. La présence de fonctionnaires publics, les misuratori del grano (mesureurs de blé), qui assistent à toute transaction particulière, n’atténue pas ce fait, qui apparaît assez inhabituel dans la configuration des échanges céréaliers dans les villes d’Ancien Régime. L’absence d’un marché clos, où tous les échanges commerciaux pourraient avoir lieu, est une particularité romaine sur laquelle il convient de s’arrêter. En effet, l’existence de lieux clos et réglementés, où se concentrent tous les échanges de céréales, a été considérée comme l’un des éléments qui caractérisent le mieux les Annones, au-delà des différences locales que l’on peut constater9. Steven L. Kaplan, par exemple, a proposé un modèle interprétatif de la « police des grains » dans la France d’Ancien Régime, fondé en priorité sur la différence et le conflit entre principe de marché (market principle) d’une part, et marché (market place) d’autre part, ce dernier étant d’abord un « emplacement spatial et [un] corps de prescriptions lié à cet emplacement »10. Pour cet auteur, l’existence de ce type de site, regroupant et renfermant toutes les transactions et les agents économiques, qui doivent opérer au vu et au su de tous, représenterait la meilleure garantie de la légitimité et de la justice requises par les consommateurs11. Or, dans le cas romain, non seulement le marché en tant que lieu fermé, doué d’une réglementation qui assure une relative transparence, ne concerne qu’une partie marginale des échanges, les autres se déroulant dans des lieux privés – les entrepôts des marchands ; mais encore la réglementation même de Campo de’ Fiori, on le verra, suggère que les préoccupations des autorités annonaires ne vont pas dans le sens d’assurer la transparence des transactions et le contrôle du public sur leur bon déroulement.

11L’accent mis sur l’existence de sites tels que les lieux de marché est aussi dû à une interprétation particulière partiellement erronée d’ailleurs, du mode d’application du principe scolastique de l’estimation commune. Celui-ci a été, souvent sans réflexion, traduit dans les termes de « place de marché », concept plus familier et plus assimilable aux catégories économiques contemporaines. Les règles qui gèrent le fonctionnement des marchés, visant à éviter toute spéculation et toute forme de monopole, ont d’autre part favorisé une lecture qui voit ces emplacements comme la tentative de reproduire, au moins en théorie, les conditions d’un marché concurrentiel. En réalité, comme on l’a vu dans le premier chapitre de ce travail, l’estimation commune n’a pas forcément besoin d’un site public pour s’exprimer. Puisqu’il s’agit d’un concept bâti en opposition à l’idée qu’un individu, ou le couple des partenaires commerciaux, puisse, à lui seul, donner une évaluation des marchandises en vente et en établir le prix, il suffit qu’il existe un moyen pour éviter cela : le marché en tant qu’emplacement spatial, mais aussi les autorités, ou encore les « experts » auxquels les textes des moralistes et des juristes font allusion. Ce qui est important, c’est que, au moment de la formation du prix, ne puisse intervenir aucun élément susceptible d’altérer la justice intrinsèque dont celui-ci doit être doué.

  • 12 Il manque une étude précise concernant les boulangers romains. Quelques données et observations se (...)

12Si l’on se situe du point de vue de l’administration annonaire, il est important que dans la réglementation des échanges à l’intérieur de la ville, chacun des acteurs reçoive ce qui lui est dû selon justice. Ce principe pose toutefois deux problèmes. Premièrement, celui des différentes places occupées à l’intérieur de la hiérarchie sociale par les personnes impliquées dans l’échange. Il ne s’agit pas seulement de différences entre les sujets et leurs rôles respectifs – producteurs, marchands, boulangers ou consommateurs – mais aussi des différences qui traversent une même catégorie de personnes. Les consommateurs, de par la structure de l’exploitation agricole et l’organisation de la panification, appartiennent à toutes les catégories sociales : ils peuvent être nobles ou bourgeois, pauvres ou riches, laïques ou ecclésiastiques. Ils ont des besoins légitimes différents, qui se traduisent, sur le marché du pain, par l’existence de deux types de pain, auxquels il faut ajouter les produits céréaliers de luxe, comme les pâtes et la pâtisserie, qui reflètent à leur tour deux types de standards de vie et de consommation. Les conséquences de cette division sociale de la consommation se reflètent sur les artisans de la transformation : parmi les boulangers, ceux qui produisent le pain de luxe, les decinanti, jouissent d’une position de prestige et sont économiquement privilégiés12.

  • 13 Voir supra, chap. I.
  • 14 Il existe des conditions à respecter et des limites dans les prix que l’on peut percevoir, qui ne d (...)

13Mais en ce qui concerne la structure du marché, les différences de statuts les plus importantes sont celles qui traversent le groupe des producteurs-vendeurs de céréales. Rassemblant des petits et moyens propriétaires ou exploitants, des sous-locataires de terres, les quelques grands propriétaires laïques et ecclésiastiques qui exploitent directement leurs domaines, les fermiers de la Chambre apostolique, c’est un groupe extraordinairement hétérogène du point de vue social et économique comme du point de vue du rôle attribué au sein de la communauté à chacun de ses membres. Cela entraîne la reconnaissance non seulement de privilèges spécifiques à chacun selon son appartenance sociale, mais aussi la légitimation d’attitudes économiques très diverses. La notion même de juste prix contient la reconnaissance de « droits additionnels » pour certaines catégories de vendeurs, et non pour d’autres. Cela permet, à un niveau aussi bien pratique que théorique, la construction des différences à l’intérieur du groupe des vendeurs. L’exemple le plus clair est peut-être celui des conditions d’application des titres de lucrum cessans et de damnum emergens. Ceux qui peuvent démontrer qu’ils subissent une perte, ou un manque à gagner, en prêtant ou en vendant quelque chose dont la conservation aurait pu produire un gain supérieur, sont les seuls à avoir le droit de demander un dédommagement supplémentaire qui se traduit par la perception d’un intérêt dans le cas d’un prêt ou, dans le cas d’une vente, par une augmentation du prix de la marchandise13. Le cas de la vente du blé, dans la période de l’année où les prix atteignent leur plus bas niveau, par ceux qui auraient l’intention de le garder jusqu’au moment où la hausse naturelle des prix pourrait leur permettre de meilleures conditions de vente, est parmi les plus débattus par les théologiens de l’époque moderne. La réponse est unanime : il s’agit d’une attitude légitime qui ne lèse pas les principes du juste prix, mais qui n’est applicable, dans la pratique, qu’aux marchands ou aux producteurs les plus puissants et les plus riches14.

14Il existe d’autre part des différences « naturelles », à l’intérieur de la communauté, entre nobles et roturiers, ainsi qu’entre laïcs et ecclésiastiques, différences qui fonctionnent aussi dans le domaine de l’échange. Celui-ci devrait pourtant être géré par les principes de la justice commutative, à l’exclusion donc de toute influence de la position sociale des individus lorsqu’ils sont dans leur rôle d’acteurs économiques. Il s’agit là du deuxième problème rencontré par les autorités pontificales dans la gestion du ravitaillement de la ville. Le double statut du domaine annonaire se présente avec toutes ses conséquences au niveau théorique et pratique : il influence à la fois les échanges, dans la mesure où les Annones doivent en contrôler la régularité et la légitimité ; et la redistribution des ressources à l’intérieur de la communauté, dont les principes d’équivalence ne sont plus les mêmes.

15La configuration du marché romain que les autorités pontificales ont dessiné, me paraît représenter une solution au problème du respect des deux exigences que l’on a évoquées, et qui sont à la fois centrales et fondamentales dans la pensée économique et sociale de la scolastique, et très difficilement conciliables. Les autorités romaines opèrent une division des circuits de l’échange selon des critères sociaux, en sauvegardant ainsi les différences les plus significatives au sein de la catégorie des producteurs. Si cela introduit subrepticement des éléments qui ne peuvent que heurter les principes rigoureux de la justice commutative, l’application stricte de ces derniers est déplacée à l’intérieur de chaque sphère commerciale, où ils peuvent être adaptés de façon tout à fait légitime à la diversité des protagonistes, sans que les différences concrètes soient remises en cause. On retrouve cette même logique de la division à l’intérieur du circuit des mercanti di campagna : l’absence d’un lieu commun et circonscrit où se regrouperaient toutes les transactions commerciales est la condition qui permet de dégager des circuits internes distincts, avec des prix qui ne sont pas uniformes mais peuvent s’établir en fonction des caractéristiques sociales des protagonistes et non pas simplement selon les lois d’une offre et d’une demande impersonnelles.

  • 15 La taxation du prix du blé est très rare, comme le déclarent les autorités romaines elles-mêmes lor (...)

16Les différences entre les protagonistes de deux circuits de l’échange expliquent aussi l’asymétrie qui caractérise le type d’intervention opérée par l’Annone dans chacun d’eux. Le marché du Campo de’ Fiori n’est contrôlé que par la réglementation politique et législative des échanges : ces mesures sont considérées comme suffisantes, puisque les partenaires commerciaux finissent par agir de façon solidaire en vue du même objectif, qui convient aussi aux autorités. Ce n’est qu’à l’occasion des crises graves que l’on songe à adopter des mesures extrêmes, comme la fixation du prix maximum du blé, y compris pour les transactions qui ont lieu dans cet espace15. Dans les périodes normales, on estime que les prix qui se forment sont compatibles avec intérêt général.

17L’attitude des autorités à l’égard de l’autre circuit, dont les protagonistes sont d’abord les marchands et les boulangers, est tout à fait différente. C’est dans ce secteur qu’elles emploient tous les moyens à leur disposition, en combinant un mélange d’intervention politique, législative et économique qui est véritablement original. Dans ce circuit se concentrent les plus grandes virtualités de conflits entre intérêts divergents : le bas prix des céréales, revendiqué par la population urbaine comme un droit, et central dans le pacte virtuel de soumission au souverain, s’oppose à la recherche de hauts prix par les producteurs. Or le rôle de ces hauts prix, qui doivent encourager la production, est clairement perçu par les autorités elles-mêmes, comme une condition pour que le ravitaillement constant de la ville soit assuré. Par ailleurs, l’activité de transformation pose un certain nombre de problèmes de coûts, de rémunération du travail des boulangers et de contrôle de la qualité du produit, qui constituent, tous, des éléments fondamentaux du système. C’est encore là que le problème du contrôle des niveaux de profit et de leur répartition sociale optimale se présente dans toute son urgence, puisque c’est le circuit où est commercialisé le produit des grands domaines de la campagne romaine, laïques et surtout ecclésiastiques : une intervention politique drastique serait en conflit direct avec les intérêts des grands propriétaires, des mercanti di campagna et de l’Église elle-même, en tant que puissance foncière.

2 – CAMPO DE’ FIORI

  • 16 ASR, Bandi, Annona, b. 455, Ordini da osservarsi nel vendere..., cit.
  • 17 Au Campo de’ Fiori, ainsi que dans les autres circuits de la ville, on échange toutes sortes de cér (...)

18Comme on l’a dit, le Campo de’ Fiori est la seule véritable place de marché à Rome. Sa réglementation est très stricte, du moins pour ce que les Ordres à observer pour vendre et acheter les blés à Campo de’ Fiori16en laissent voir. Tous les paysans (contadini) sont obligés d’y apporter leurs céréales17. A partir du moment où le blé arrive sur le marché, il appartient à celui-ci, et ne peut plus en être retiré sans que les fonctionnaires publics soient prévenus du lieu où il est emporté. Il est sous-entendu que tout ce qui n’a pas été vendu devra revenir sur le même marché lors de sa réouverture, sauf autorisation spéciale de l’Annone. Plusieurs articles des Ordres limitent l’accès à cet espace commercial à certaines catégories de vendeurs, en excluant les professionnels de l’activité de transformation, les revendeurs de pain, les fonctionnaires publics qui voudraient acheter pour leur usage personnel, ainsi que toute personne appartenant aux familles ecclésiastiques ou nobles.

19Les transactions doivent avoir lieu sur place, en présence du vendeur, de l’acheteur et d’un commissaire, en utilisant les mesures officielles établies par les autorités annonaires :

  • 18 Che nessuno possa portar via grano, orzo et altre biade della piazza di Campo di Fiore per haverle (...)

(...) que personne ne puisse enlever du blé, de l’orge, ou d’autres céréales de la place du Campo de’ Fiori pour les faire mesurer chez soi, en l’absence du vendeur (...)18.

  • 19 Sur les différentes formes de monopole envisagées par la théologie morale, voir supra, chap. I.

20Tous les comportements apparentés de façon plus ou moins directe au monopole sont interdits19 : il est interdit d’acheter pour revendre, à l’intérieur comme à l’extérieur du Campo de’ Fiori, ainsi que d’envoyer de faux acheteurs pour faire monter les prix :

  • 20 (...) che nessuna persona possa sotto prestesto di haver comprato grano, o altre biade in Campo di (...)

(...) que personne, sous prétexte d’avoir acheté du blé ou d’autres céréales au Campo de’ Fiori, pour lui-même ou pour le compte de quelqu’un d’autre, ne puisse le transporter du dit lieu chez soi, ou ailleurs, pour le revendre, afin de rendre service aux propriétaires du blé, qui pourront le vendre plus cher (...).
Que personne n’ose faire apporter au Campo de’ Fiori du blé, de l’orge ou d’autres céréales, ni envoyer un tiers à les acheter pour faire monter le prix, ni acheter, ou faire acheter, avec le même but, celles qui y seront apportées par d’autres personnes voulant les vendre librement20.

21La logique de ces normes est claire. Il s’agit d’abord d’assurer à tout détenteur de blé l’écoulement libre et direct de sa marchandise, sans l’intervention d’éventuels accapareurs ; il faut éviter ensuite toute spéculation sur les prix, tout comportement visant à produire de façon artificielle une hausse. Campo de’ Fiori est aussi un espace commercial pensé pour protéger les petits exploitants des accaparements des grands marchands et des propriétaires : de même que sur les lieux de production les autorités essaient d’éviter au maximum les accaparements de récoltes par les propriétaires fonciers et mettent en place un système de crédit pour réduire la dépendance des paysans par rapport aux prêts usuraires qui finissent aussi pour assurer aux créanciers des droits sur le blé, de même elles bâtissent un lieu privilégié où écouler le produit au bénéfice des paysans, mais aussi dans les intérêts de la ville.

22Et c’est en fonction de sa préoccupation fondamentale – garantir les subsistances – que, dans le dernier article des Ordres, l’Annone se réserve de larges marges de manœuvre sur ce marché, au cas où cela s’avérerait nécessaire pour la ville. Les commissaires ont l’autorisation de prendre les mesures estimées opportunes, sans précision supplémentaire :

  • 21 Si dichiara e si ordina, che accadendo caso inopinato, ò non espresso nel presente Bando, il quale (...)

On déclare et l’on ordonne que, dans les cas inopinés ou non prévus par le présent décret, où pour le bien-être public on aurait besoin d’un ravitaillement rapide, les commissaires de Campo de’ Fiori pourront procéder selon le nécessaire. On déclare que ceux qui, par des mots ou par des faits, s’opposeront à leur travail, subiront une peine de 100 ducats et trois traits de corde, voire plus, à notre jugement21.

23Ce règlement reflète des préoccupations typiques des autorités d’Ancien Régime vis-à-vis de l’organisation des échanges. D’un côté, il souligne la fermeture et l’isolement presque complet de ce circuit par rapport aux autres qui sont présents dans la ville. Non seulement il s’agit d’un marché d’accès limité, qui exclut une grande partie des acheteurs potentiels, mais il ne communique pas avec les autres lieux d’échange. A ce propos, l’interdiction faite aux personnes chargées de porter le blé, de s’insérer dans les négociations pour « faire le prix » est significative : par leur mobilité, par les contacts dont ils disposent en ville, par les informations qu’ils font circuler, ils représentent un lien dangereux entre la place et ce qui en est exclu, susceptible de provoquer des altérations dans son fonctionnement et d’avoir une incidence sur les prix qui se forment au cours des transactions. Les porteurs doivent rester aux marges de la place, et n’intervenir qu’une fois la transaction effectuée :

  • 22 (...) si prohibisce che nessun facchino, portatore, ò conciatore di grano, rivenditore, ò altra per (...)

Il est interdit à tout porteur, revendeur, ou autre personne, de se mêler en faisant le prix des blés, et de se promener au milieu de la place où il y a les sacs de blé ; il est ordonné qu’ils restent sur la rue où sont les commissaires de la place ; et lorsqu’ils sont appelés pour transporter des blés (...) qu’ils ne puissent y aller qu’avec l’autorisation des commissaires (...) qui ne sera donnée que lorsque les paysans auront conclu la négociation avec les acheteurs et établi le prix des choses vendues (...)22.

24D’autre part, le règlement souligne une fois de plus l’ambiguïté du statut du blé : bien privé, appartenant à ses légitimes propriétaires, il est néanmoins soumis à des contraintes sociales, et peut à tout moment leur être soustrait du fait des exigences de la communauté, représentée par les autorités. Sa commercialisation doit se faire selon des modalités précises, qui en assurent la légitimité et garantissent la justice du prix. Les commissari della piazza, nommés par l’Annone, sont censés veiller sur le déroulement correct des ventes. Ils sont chargés de l’enregistrement de toute transaction, qui doit inclure l’indication des quantités vendues, des prix, des noms de l’acheteur et du vendeur, du lieu où le blé sera transporté une fois sorti de la place. Tout ceci a un double but. D’une part, de suivre tous les déplacements des grains, et tous leurs changements de propriétaire, afin que les autorités sachent à tout moment quel est l’état des disponibilités de la ville et où pouvoir repérer le blé. D’autre part, il faut assurer que les achats ne soient faits que par les personnes ayant le droit d’accès à ce circuit particulier et dans le respect des règlements.

25Dans les Ordres qui réglementent le fonctionnement de la place de marché, on retrouve l’écho des préoccupations des moralistes concernant les conditions à respecter dans les échanges : le contrôle social des transactions, qu’il soit public ou politique, l’opposition à toute forme de monopole ainsi qu’à tout comportement visant à altérer le prix de la marchandise de façon injuste, grâce à l’introduction d’une transaction fictive, ainsi que l’hostilité aux intermédiaires commerciaux. La liberté des échanges n’est pas le but essentiel de la réglementation, ni la préoccupation principale des autorités.

  • 23 ASR, Camerale II, Annona, b. 1, Atti diversi, f. 5, Motu Proprio della Santità di Nostro Signore pa (...)

26On le voit clairement si l’on compare les Ordres aux chapitres concernant l’organisation du marché dans le Motu Proprio de Pie VII, publié le 3 septembre 1800, qui propose un « nouveau système annonaire et de libre commerce »23. Les articles II, III et IV de ce dernier proposent une nouvelle organisation de la commercialisation, où la liberté des négociations est centrale. Ceux qui transportent le blé en ville sont propriétaires de leur marchandise à tous les effets, ce qui implique que, lorsque les conditions de vente sur la place romaine ne leur conviennent pas, ils sont autorisés à quitter le marché avec leurs biens, pour les proposer sur une autre place, pourvu que ce soit à l’intérieur de l’Etat. Les fonctionnaires qui achètent pour le ravitaillement des stocks publics ne jouissent plus d’aucun privilège par rapport aux autres acheteurs : eux-aussi doivent se soumettre à la « liberté des prix ». Bien que l’enregistrement de toute transaction soit toujours prévu, il ne concerne désormais que les quantités de blé vendues et les prix, sans mention des acheteurs. Il s’agit d’ailleurs des déclarations faites par les vendeurs à la fin du marché, dans lesquelles les commissaires ne jouent que le rôle marginal de simples écrivains-enregistreurs, dont le travail sert exclusivement à connaître l’état du marché. Leur fonction de contrôle du bon déroulement des transactions a pratiquement disparu. Les articles III et IV introduisent deux éléments nouveaux et significatifs dans l’organisation du réseau commercial : un autre marché, qui double le Campo de’ Fiori, est introduit à Ripagrande, sur le fleuve ; toute limitation d’accès à chacun de ces deux marchés est d’autre part éliminée :

  • 24 E nei predetti due giornalieri mercati poi vogliamo che sia permesso indistintamente a qualunque pe (...)

Nous voulons que dans les deux susdits marchés journaliers il soit permis à tous, sans distinction, de faire des achats de blé, de maïs et de farine ; pour cela on lève l’interdiction présente dans les anciens règlements annonaires, faite aux boulangers, fabricants de pâtes et pâtissiers, ou à toute autre personne24.

  • 25 Il faut souligner que dans tous les marchés, et aussi dans celui de Paris étudié par Kaplan, 1988, (...)

27C’est une autre logique qui domine ce texte et qui influence non seulement l’organisation extérieure du marché, mais aussi sa pratique. La création de lieux de commercialisation communiquant entre eux grâce à la liberté d’accès accordée aux vendeurs et à tous les acheteurs, indépendamment de leur appartenance sociale et professionnelle, se rapproche davantage du modèle de marché proposé par Kaplan, que ne le faisait la structure précédente du Campo de’ Fiori25. Au xviie siècle, celle-ci semble fonctionner plutôt comme un rassemblement désordonné d’unités indépendantes, constituées par les différents couples vendeurs-acheteurs, que comme le lieu de rencontre entre les forces impersonnelles de l’offre et de la demande.

28En effet, les normes de fonctionnement du Campo de’ Fiori que l’on vient d’examiner, et notamment celles qui concernent le déroulement des transactions individuelles, mettent plus en relief la tension que l’on perçoit dans l’acte d’échange entre vendeur et acheteur, que l’exigence d’assurer, grâce à la concentration simultanée et localisée de l’offre et de la demande, la compétition entre vendeurs et sa conséquence la plus directe, le nivellement et l’uniformisation des prix. Il s’agit là d’une des préoccupations centrales de toute la théologie morale qui s’occupe du problème du juste prix. L’ensemble de la réflexion sur ce thème, dont il a été question dans la première partie de ce travail, est centré sur le problème de l’équilibre de justice entre les deux partenaires que l’acte d’échange n’assure pas automatiquement en lui-même. Puisque la tension se situe entre vendeur et acheteur, et que là où il n’y a pas de prix fixé par les autorités publiques ou par les corporations, la négociation se fait individuellement entre l’un et l’autre, il faut fixer des règles, préciser les limites des prétentions individuelles pour que des éléments personnels ne rentrent pas dans la détermination du prix. La configuration du Campo de’ Fiori, qui rassemble petits exploitants et consommateurs des classes inférieures, répond bien à cette exigence. Les intérêts réciproques des deux parties ont en effet plus de chances de se rencontrer de façon peu conflictuelle. On peut alors se limiter à éviter les manœuvres de spéculation et à empêcher la présence d’autres personnes, ayant un profil différent de celui des protagonistes légalement admis dans ce circuit.

  • 26 Revel, 1972, p. 250.
  • 27 La corporation des boulangers est, à ce propos, solidaire : lorsque quelqu’un a un endettement jugé (...)
  • 28 Geertz, 1963 ; Levi, 1989, p. 118-138.

29Ces considérations nous invitent à réfléchir sur le mode de formation des prix sur ce circuit. On a fait l’hypothèse que les producteurs qui viennent au Campo de’ Fiori n’y vendent que l’excédent d’une production destinée en priorité à leur consommation personnelle, et que les ventes se justifient d’abord par le besoin de disposer rapidement d’argent liquide dans un délai court. Ils sont obligés de vendre sur ce circuit, tandis que les consommateurs qui s’adressent à cet emplacement, ne sont pas exclus du circuit du pain : ils peuvent acheter le blé au Campo de’ Fiori, pour le consommer directement sous forme de bouillie26, mais ils peuvent aussi l’apporter aux boulangers casarecci pour le faire panifier, ce qui suppose un coût supplémentaire. Ils peuvent également acheter directement le pain à baiocco, dont le prix est taxé. On peut supposer que le choix du circuit auquel le consommateur s’adresse est aussi fonction des prix pratiqués. La négociation se fait sur ces bases, d’ailleurs insuffisantes pour déterminer un prix. Les coûts de production ne représentent pas forcément la limite inférieure du prix de vente : on ne se trouve pas face à une production destinée essentiellement au marché ; il n’y a pas d’autres lieux de commercialisation possibles ou facilement accessibles pour les vendeurs, puisque le produit ne peut pas sortir invendu de la place ; le besoin impérieux de se procurer des liquidités prime souvent sur les considérations de profit. L’attitude des acheteurs peut, de son côté, être conditionnée par d’autres facteurs que la comparaison des prix sur les deux circuits : l’achat de blé permet une conservation de plus longue durée que celle du pain ; on peut avoir une disponibilité d’argent temporaire pour acheter des grains en début de saison, lorsque les prix sont à leur plus bas niveau, ce qui peut représenter une assurance vis-à-vis d’une situation d’incertitude née de la modification du prix du pain, toujours possible, qu’elle soit officielle ou non ; on peut aussi être exclus des achats chez les boulangers pour avoir contracté des dettes trop importantes27. L’absence d’éléments stables influençant leur niveau, vers le haut comme vers le bas, donne lieu à un système de formation des prix proche du sliding price system, décrit par Clifford Geertz et approfondi par Giovanni Levi28. Dans ce système, les conditions pour parvenir à la conclusion d’une transaction sont à rechercher dans la négociation individuelle et très personnalisée qui, seule, permet d’atteindre un prix acceptable pour les deux parties, du fait d’une demande faible, d’une information insuffisante et de l’ambivalence des besoins des deux partenaires.

  • 29 Cf. supra, chap. I.

30Une situation semblable à celle que l’on retrouve au Campo de’ Fiori, où le vendeur se trouve dans une position de faiblesse relative par rapport à l’acheteur, de fait de son propre besoin de vendre et d’une carence de la demande, avait été discuté par le cardinal De Vio, dans le cadre de sa réflexion sur le juste prix. Comme on l’a vu, De Vio avait constaté la présence simultanée de différents prix pour une même marchandise selon les modalités de la vente : les vendeurs qui cherchent les acheteurs vendent, en général, moins cher que ceux qui les attendent, identifiés comme les mercatores29. Le problème moral sous-jacent était celui des causes engendrant une situation de ce genre. Il fallait premièrement exclure l’influence du statut et des besoins individuels du vendeur, car la cause qui amène un individu à vendre au-dessous du prix commun que l’on trouve sur la place, ne doit pas intervenir dans la formation du prix, sous peine de le rendre injuste. Mais exclure cette motivation dans la théorie du juste prix, ne revient pas à éliminer le problème, qui demeure concret et réel : on a affaire à des individus qui vendent sous la pression d’un besoin. La solution théorique apporté par De Vio, à savoir que la raison de l’existence d’un juste prix inférieur au prix courant chez les mercatores est à rechercher dans le défaut de la demande qui oblige les possesseurs d’un bien à l’offrir, en allant à la recherche des acheteurs, semble avoir trouvé, dans la division des circuits commerciaux romains, une application pratique. En séparant les vendeurs selon leurs caractéristiques économiques, et en réduisant la demande sur la place de Campo de’ Fiori, par l’obligation d’avoir recours à une boulangerie strictement contrôlée, ainsi que par les interdictions d’accès à cet espace de certaines catégories d’acheteurs, les autorités pontificales ont créé un espace autonome, officiel, séparé, où les prix peuvent être considérés comme justes, bien qu’ils soient inférieurs à ceux de la même marchandise dans les autres circuits : en effet, ils finissent pour ne plus être le résultat du besoin du vendeur, mais celui de l’estimation commune.

  • 30 BAV, Cod. Chigi H. III. 63, c. 193v.
  • 31 Des exemples concernant la négociation entre la Préfecture et les producteurs pour l’achat des grai (...)

31A partir de ces considérations, il faut se poser la question du rôle du Campo de’ Fiori. En effet, en dépit de sa marginalité économique, cet espace joue un rôle tout à fait central au niveau politique. C’est le marché officiel de la capitale. Ses prix représentent les indices de référence pour la politique adoptée par la Préfecture de l’Annone. Le « prix de la Chambre », payé par l’Annone aux producteurs des provinces annonaires pour le blé acheté avant la récolte, est calculé sur la base des cours du blé au Campo de’ Fiori dans les deux semaines centrales du mois d’août30. En théorie, il devrait correspondre à la moyenne des prix enregistrés. Plus vraisemblablement, ces derniers ne constituent qu’une base pour les négociations entre la Préfecture et les producteurs31. Les caractéristiques sociales et les attitudes économiques des protagonistes de cet espace commercial font que les prix qui se réalisent sur ce circuit sont considérés en quelque sorte comme plus « purs » que les autres, dépourvus de tous les éléments additionnels qui peuvent affecter les prix formés dans le circuit des mercanti.

32Derrière ce choix, il y a cependant une volonté pédagogique marquée. Sur le terrain de la production agricole et de la commercialisation des denrées alimentaires s’affrontent deux conceptions éthiques sensiblement différentes. D’un côté, le pouvoir politique et le peuple interprètent la production et la vente du blé comme une opération avant tout politique et sociale. D’autre côté, les marchands conçoivent et gèrent ces mêmes activités dans un sens strictement économique, et agissent avant tout en vue de leur propre profit. Avec la condamnation de l’accaparement et du monopole, on vise toute attitude s’adressant à l’obtention des profits illégitimes à partir d’une activité réputée d’intérêt politique et social plus qu’économique. Ce modèle concerne notamment ceux qui produisent pour le marché, c’est-à-dire, dans le cas romain, les grands propriétaires locaux et les mercanti di campagna, et fort peu, en revanche, les petits exploitants qui ne vendent que l’excédent d’une production surtout destinée à l’autoconsommation. Le choix de prix résultant de la négociation entre ce type d’exploitant et le peuple, comme base pour la fixation du prix d’achat payé par l’Annone à tous les producteurs des provinces annonaires, correspond aussi, en ce sens, à la proposition d’un modèle de gain plus « juste », que les autorités voudraient étendre à tout type d’exploitant. C’est là, il me semble, une autre raison qui se trouve à la base des tentatives de substitution du mode d’exploitation de la campagne romaine, qu’on voudrait fonder sur les petits producteurs et non plus sur les grands fermiers qui dominent dans l’Agro.

3 – L’INTERVENTION ANNONAIRE : LES STOCKS PUBLICS ET LA TAXATION DU PAIN

33Les deux pivots de la politique annonaire romaine sont, d’un côté, les stocks de blé que les autorités pontificales constituent et conservent, et dont l’usage a des caractères spécifiques ; et, d’autre côté, les critères de fixation du poids du pain. Ces deux éléments sont utilisés en étroite solidarité : la possibilité d’adopter des critères entièrement politiques dans le choix concernant le poids du pain, indépendamment de l’état de la production et du marché, dépend en premier lieu de la disponibilité du blé dans les entrepôts annonaires.

  • 32 Labrousse, 1933, vol. ii, p. 576-577.

34Pour comprendre la signification de la politique des prix mise en place par l’administration romaine, il faut préalablement réfléchir sur le rôle du calmiere dans les systèmes annonaires d’Ancien Régime. Autour du calmiere se concentrent plusieurs exigences à la fois pratiques et idéologiques. Puisque le pain représente la nourriture essentielle d’une grande majorité de la population urbaine, et qu’un nombre croissant de consommateurs devient, à l’époque moderne, de plus en plus dépendant du marché pour son ravitaillement, le prix du pain acquiert une importance fondamentale. Les études sur les mouvements des prix et des salaires ont montré le poids des dépenses d’alimentation dans les budgets des salariés ; et ils ont mis en évidence le rapport entre le mouvement des prix des grains et celui des salaires. En général, l’adéquation de ces derniers aux hausses des prix frumentaires se vérifie dans la longue durée, tandis que les effets d’une conjoncture négative demeurent très violents dans le temps court32. C’est ce qui explique la tendance toujours remarquée des prix du pain à suivre, avec un certain décalage, le mouvement des prix du blé : ne pouvant pas annuler les hausses soudaines et violentes de ceux-ci, les autorités visent à modérer leur influence sur la population consommatrice, notamment en annulant les mouvements de très courte durée, dont les effets peuvent être redoutables.

  • 33 Par exemple à Paris, où il n’existe pas de véritable système annonaire, mais plutôt un système de r (...)
  • 34 Thompson, 1971.
  • 35 Ibid., p. 34.

35S’il est incontestable que la taxation du pain représente l’acte central de toute politique annonaire, même là où les institutions publiques de ravitaillement sont faibles33, il existe plusieurs façons et différents critères de fixation de son niveau. Le problème n’est pas secondaire. Les populations urbaines réagissent au manque du ravitaillement ou à sa cherté par l’insubordination, car la disette représente une transgression du pacte virtuellement souscrit entre le peuple et le souverain, fondé sur un échange réciproque entre l’obéissance, la soumission et la garantie de la subsistance matérielle. Les contenus concrets de ce pacte sont étroitement liés aux institutions traditionnelles du ravitaillement, et au respect des équilibres et des valeurs qui se sont consolidés avec le temps. Les études des émeutes frumentaires ont fait émerger l’existence de modèles de comportement et d’action très précis adoptés par les foules lors des insurrections : ces modèles reproduisent de près les mesures d’urgence traditionnelles et légitimées par les autorités lors des disettes34. Grâce à la dynamique des révoltes populaires, on peut dégager l’« économie morale » qui, comme l’affirme E. P. Thompson, consiste fondamentalement en une « vision traditionnelle et cohérente des normes sociales, des obligations et des fonctions économiques propres des différentes composantes de la communauté (...) »35. Les révoltes frumentaires révèlent les mécanismes à l’œuvre lorsque l’ordre supposé légitime et juste est brisé ; elles laissent cependant dans l’ombre les chemins par lesquels un type spécifique d’ordre s’instaure, se met en place, se consolide, les principes qui le soutiennent, et la façon dont ces derniers influencent les institutions et les politiques, ainsi que les adéquations auxquelles sont eux-mêmes soumis dans une situation sociale concrète. C’est précisément cet aspect que je voudrais examiner, en partant des différentes manières de déterminer le calmiere, de son rapport avec les cours des céréales, de la périodicité de ses variations, du type d’équilibre qu’il détermine entre les acteurs économiques concernés par son niveau.

Les calmieri du pain

36L’analyse de différentes formes de taxation du pain, et des méthodes utilisées dans l’établissement du niveau de la taxe, permet en effet de voir un aspect pratique du processus de construction d’un système de relations sociales et économiques qui sert de référence aux individus dans leurs comportements, et à l’action collective. Le choix du niveau du calmiere permet, premièrement, de saisir la médiation concrète proposée par les autorités entre les intérêts des différents sujets concernés, lesquels trouvent, sur ce terrain, une occasion notoire de conflit. Cette médiation trouve une justification générale, bien que rarement explicite, dans la théorie du juste prix et du juste salaire qui dicte aussi les règles et les limites de son exécution.

37Le principe du calmiere étant le même partout, les différences les plus marquées concernent les méthodes adoptées par les autorités dans sa fixation et dans les critères du choix de son niveau. Ces éléments sont très influencés à la fois par la vision des priorités et des relations sociales propres aux autorités, et par les contraintes exercées par la configuration territoriale et productive.

  • 36 Cf. le cas de Gênes, décrit et analysé par Grendi, 1970, et celui de Genève, étudié par Wiedmer, 19 (...)

38Comme on l’a dit, par rapport aux consommateurs, le rôle pratique du calmiere n’est pas uniquement d’assurer le prix le plus bas possible pour la nourriture fondamentale, mais aussi et surtout d’atténuer les effets des mouvements saisonniers des cours des grains. Ces deux exigences se heurtent à de nombreuses difficultés, dont la première est sans doute l’attraction que les hauts prix exercent sur le blé. Les autorités en sont parfaitement conscientes, notamment dans les villes qui, pour leur ravitaillement, dépendent en priorité du commerce extérieur36 ; mais le même problème se présente aussi là où l’on peut compter sur un plat-pays producteur. Si le niveau du calmiere dépend en premier lieu du prix du blé, il est néanmoins en mesure de l’influencer à son tour, puisqu’il représente l’horizon des négociations entre boulangers et vendeurs de blé. En effet, dans sa relation avec les prix du blé, le calmiere détermine la rémunération du travail des premiers.

  • 37 Il faut préciser que le prix du pain ne varie jamais : c’est toujours son poids qui change. Parler (...)

39Les différences les plus importantes dans les critères utilisés par les autorités annonaires pour l’établissement des prix, concernent précisément les relations entre le cours du blé et le poids du pain37, la périodicité de l’ajustement entre les deux valeurs et l’adoption de mesures de compensation variées entre les profits et les pertes de chaque partie intéressée par ce type de médiation.

  • 38 Zanetti, 1964.
  • 39 Basini, 1970 ; Romani, 1975 ; Grab, 1986 ; Balani, 1987.
  • 40 C’est le système adopté à Pavie, a Modène et aussi à Rome.
  • 41 Elle est témoignée par exemple à Modène, à Pérouse et à Bologne.
  • 42 Grab, 1986.

40Le calmiere en vigueur à Pavie, par exemple, correspond au prix moyen du blé enregistré périodiquement sur le marché local, la rémunération du travail des boulangers étant assurée et limitée par la différence de poids entre le blé et le pain, due à l’adjonction d’eau à la farine et à la cuisson38. Un système semblable, fondé sur une correspondance directe avec les prix du blé du marché, est également adopté à Modène, à Parme, à Milan et à Turin39. Cependant les autorités ne se limitent presque jamais à rendre publique et officielle la relation entre ces deux valeurs, en assistant de façon passive aux évolutions des cours des céréales. Lorsque les prix sont jugés trop élevés, on intervient pour maintenir un poids du pain acceptable pour la population urbaine. L’indexation rigoureuse du calmiere au prix du blé est ainsi atténuée par l’évaluation politique des valeurs qui permettent un bon équilibre entre les acteurs économiques : il s’agit d’une correction nécessaire en raison du rôle de médiation joué par le calmiere. Les instruments pratiques de cette intervention peuvent changer d’un lieu à l’autre, ou d’une période à l’autre. Les autorités peuvent intervenir directement en écoulant leurs stocks de blé sur le marché pour endiguer les tendances à la hausse, qui sont préjudiciables à l’efficacité du système et qui pèsent trop lourdement sur les profits de la panification40 ; on peut également fixer un prix au blé, bien que cette mesure soit adoptée avec beaucoup de précautions41. A Milan, on indemnise les boulangers lorsque les prix du blé dépassent le seuil au-delà duquel il faudrait remettre à jour le calmiere, en évitant ainsi des modifications jugées dangereuses42.

  • 43 5 emine équivalent à environ 115 litres, Cf. Balani, 1987.
  • 44 Mattozzi et al., 1983.

41La périodicité de la fixation du calmiere est essentielle pour la définition du type de relation entre celui-ci et les cours du blé. L’idéal d’une valeur constante et immuable, sous-jacent à l’idée même de calmiere, est remis en cause par les variations annuelles et saisonnières qui affectent le prix de la matière première. De ce fait, l’action des autorités est entièrement consacrée à la recherche tâtonnante de la stabilité maximale dans des conditions de variabilité permanente. Dans quelques cas – par exemple Pérouse et Bologne –, la fixation est annuelle. Lorsque les variations atteignent des niveaux excessifs, on adopte des mesures d’aide en faveur des boulangers. Dans d’autres cas, la fixation est hebdomadaire, comme à Milan, Parme ou Pavie, ou trimestrielle, comme à Modène. Dans la plupart des cas, toutefois, elle est soumise au jugement porté sur le marché par les administrateurs. A Turin, on modifie le poids du pain lors-qu’on enregistre sur le marché du blé des variations du prix moyen dans au moins trois transactions pour des quantités supérieures à 5 emine43 ; à Venise, le caractère arbitraire de la périodicité de fixation du prix de barème permet un usage du calmiere assez particulier : établi à un niveau supérieur au prix du blé dans les périodes d’abondance et de baisse des prix, et à un niveau inférieur dans les périodes de crise et de hausse, il permet le maintien d’une certaine stabilité des prix du pain, grâce à un système d’enregistrement précis des dettes et des crédits virtuels entre boulangers et consommateurs, selon la variation des prix du blé44.

  • 45 Guenzi, 1977 et 1982. Il faut souligner que dans ce cas il s’agit de la fixation du prix du blé. Le (...)

42Toutefois l’attention des autorités n’est pas entièrement tournée vers les consommateurs pour en assurer la protection. A elle seule, cette préoccupation n’expliquerait pas le recours à un système complexe, et en partie inefficace, comme celui du calmiere. Celui-ci, on l’a dit, influence également de façon directe les gains des boulangers, et il a d’importantes retombées indirectes sur les producteurs et les marchands. Alberto Guenzi a mis en lumière le rôle politique joué par la fixation du prix du blé à Bologne, où elle agit d’abord en tant qu’instrument de protection de la rente foncière ; le prix est en effet établi à un niveau légèrement inférieur à celui ayant cours sur les marchés proches, de façon à assurer l’écoulement complet du blé local au prix le plus haut possible, tout en évitant aux propriétaires fonciers la concurrence du produit étranger45. Les exigences des consommateurs, dans ce cas et au moment de la fixation des prix, viennent après celles, jugées fondamentales, des propriétaires fonciers, qui représentent la classe dirigeante locale.

  • 46 Mattozzi, 1983.

43Les boulangers, trait d’union fondamental entre le monde de la production et celui de la consommation, sont constamment contrôlés par les autorités et souvent sacrifiés aux exigences des autres protagonistes, mais ils demeurent l’objet des plus grandes attentions. C’est en effet à travers le calcul complexe et difficile des coûts de transformation du blé – dont la variété a une influence importante sur les rendements en pain –, et l’évaluation du juste prix de leur travail, que se fait le processus de détermination du calmiere, indépendamment des critères précis adoptés. L’estimation des coûts est faite à partir des scandagli, des essais de panification qui permettent d’établir les coûts moyens de la transformation d’une quantité donnée de blé en farine et ensuite en pain. A cette évaluation est ajoutée celle, tout à fait politique, du gain légitime et juste ; sur ces bases, on arrive à la formation des Tariffe, qui proposent des relations permanentes entre tous les prix possibles du blé et les poids correspondants du pain : on obtient ainsi un système d’équivalences stables et immédiatement applicables à toute variation du prix du blé. Comme l’a montré Ivo Mattozzi, loin d’être des simples « barèmes de comptabilité », les Tariffe représentent des instruments très sophistiqués de politique annonaire : la séquence des valeurs du pain et du blé prise en compte, les variations périodiques des Tariffe, dues à la révision des estimations des coûts, ainsi que les types d’approximation et de calcul, cachent des intentions précises relatives aux gains des protagonistes, et impliquent des variations significatives dans le temps46. C’est l’ensemble des relations cristallisées autour du poids du pain qui sont prises en compte dans la détermination du calmiere ; et c’est l’équilibre entre les parties, évalué selon des critères qui sortent du champ proprement économique, qui intéresse les autorités et qui constitue leur objectif essentiel.

44Cet aspect est particulièrement accentué à Rome, où la relation entre prix du blé et poids du pain est indirecte, puisqu’elle est établie grâce à l’intervention de l’Annone et par le moyen de l’écoulement des stocks publics. L’analyse du calmiere romain et des instruments qui servent à son établissement – le scandaglio et la Tariffa –, grâce à l’originalité de l’articulation entre ces différents éléments de la taxation du pain, permet de poser des questions importantes concernant la signification générale des politiques de contrôle des prix. Par ce biais, on peut également saisir la relation concrète entre la théorie économique scolastique et la pratique de l’Annone pontificale.

Poids du pain et prix du blé au xviie siècle

  • 47 BAV, ms. Barb. Lat. 4862, Libro delle risoluzioni... cit., 18 novembre 1612.
  • 48 Pendant cette année, bien que le poids officiel du pain reste fixé à 8 once, le poids réel est de 8 (...)

45L’observation de la tendance séculaire du poids du pain, unie à celle du mouvement des prix du blé, permet d’éclaircir deux caractéristiques fondamentales de la politique annonaire romaine. D’abord la tendance à maintenir le poids du pain le plus stable possible. Entre 1605 (année de l’élection de pape Borghese), et 1721 (lorsque se termine le pontificat de Clément XI), on enregistre cinq périodes, d’une durée d’au moins neuf ans, pendant lesquels le poids du pain n’a pas varié (Cf. graphique X). Du 30 juin 1610, date à laquelle il subit une augmentation, passant de dix à douze once, au mois d’octobre 1617, quand la diminution commence, pour se stabiliser à huit once dans le courant du juin 1618, le calmiere demeure fixé à douze once. Cette valeur, que les autorités elles-mêmes estiment très élevée47, ne sera plus atteinte par la suite : la politique de stabilisation va se fixer sur un poids de huit once par baiocco, caractéristique des périodes 1622-1633, 1676-1687, et 1702-1725, cette dernière uniquement interrompue par une augmentation de courte durée pendant l’année 1711-171248.

  • 49 Pendant l’année-récolte 1644-1645 on enregistre trois variations du calmiere : le 25 juillet il est (...)

46En outre, le poids de huit once devient, dans le courant du xviie siècle, le seuil minimum au-dessous duquel il est politiquement dangereux de descendre. Entre 1605 et 1721, le calmiere ne descend au-dessous de ce niveau qu’en neuf cas. Les années 1640 et 1650 sont spécialement critiques pour les consommateurs romains. En 1643 s’ouvre une période difficile, pendant laquelle le poids du pain à baiocco subit plusieurs variations : réduit à sept once en 1643, il reprend son niveau habituel l’année suivante, après avoir traversé une période intermédiaire où il a été fixé à 7,5. En 1645, le poids est à nouveau augmenté à 8,5 once : l’élection du nouveau pape, Innocent X, le 15 septembre 1644, n’est sans doute pas étrangère à cette décision49. L’augmentation ne dure qu’un ans : en 1646 débute une série de diminutions, d’abord limitées puis, dès 1648, assez marquées. Entre 1648 et 1649 le poids du pain atteint son plus bas niveau du siècle, à savoir 4 once. Après quelques années d’accalmie, pendant lesquelles on revient aux valeurs habituelles, de nouvelles saisons difficiles suivent. En 1653, le poids est baissé d’une oncia et demi, et le pain pèse 6,5 once ; l’année d’après il récupère son poids de 8 once, avant que de nouvelles variations ne se manifestent dès 1655, se poursuivant jusqu’à la fin de la peste : le calmiere, établi en 1655 au niveau de six once, remonte à huit en 1656, redescend à sept en 1657, avant d’être rétabli à huit, de façon durable, le 29 juillet 1658. A partir de cette date, le poids du pain romain ne descendra plus sous ce niveau jusqu’en 1764.

Graphique X – Poids du pain à Rome (1605-1715) (once par baiocco).

  • 50 Pult Quaglia, 1990.

47Bien qu’à Rome le calmiere ait la tendance à suivre les mouvements des prix du blé avec un certain décalage temporel, le rapport entre les deux séries demeure assez atypique (Cf. graphique XI) : en dépit des variations, même d’une certaine ampleur, que l’on peut observer dans la courbe des prix du blé, le calmiere ne change pas de niveau pendant des périodes assez longues. Or les données sur le poids du pain à Florence, entre 1630 et 1738 par exemple, bien que partielles et discontinues, révèlent des variations importantes d’une année à l’autre, ainsi qu’une fréquence plus accentuée des modifications apportées au poids du pain pendant une même année-récolte50.

  • 51 Guenzi, 1977, p. 188-197 (série du calmiere de 1606 à 1795) ; Boldrini, 1921 (la série des poids du (...)

48A l’intérieur de l’Etat pontifical, d’ailleurs, des variations du calmiere comparables à celles de Florence sont enregistrées à Bologne, Fano et Matelica51. C’est précisément le caractère atypique du calmiere romain qui suscite des questions à la fois sur les objectifs des autorités dans l’établissement de son niveau et sur les moyens qu’elles se donnent pour les atteindre.

Graphique XI – Poids du pain et prix moyens du blé (1605-1721).

  • 52 Sur la Tariffa, voir aussi Reinhardt, 1990 et 1991, p. 37-61.
  • 53 Bulle Pastoralis Officii, du 19 octobre 1611. Le texte est publié dans Nicolai, 1803, vol. II, p. 5 (...)
  • 54 Ibid.
  • 55 Bulle Inter gravissimas curas, 23 décembre 1605. Le texte est publié dans Nicolai, 1803, vol. ii, p (...)

49Le pontificat de Paul V (1605-1621) représente sans aucun doute un tournant. Le lendemain de son élection, le pape Borghese dote l’Annone d’une série d’instruments qui se révéleront fondamentaux pour le contrôle du marché et des prix. En 1605, la Tariffa perpetua per li fornai di Roma... est approuvée : un rapport, officiel et constant, qui doit lier poids du pain et prix du blé distribué aux boulangers par l’Annone, est ainsi établi. D’un point de vue strictement technique, la Tariffa ne fait que redessiner, dans une perspective que l’on souhaite stable et définitive, les relations commerciales entre ces derniers52. En réalité, son aspect le plus important et le plus original par rapport aux autres instruments du même genre, est le fait que sa structure permet de rendre la fixation du poids du pain relativement indépendante du mouvement annuel et saisonnier des prix du blé : entre ces deux éléments, elle introduit la médiation centrale de l’Annone. Dans une conjoncture de bas prix céréaliers telle que celle du xviie siècle ce mécanisme se révèle indispensable à l’exercice de la politique de soutien aux agriculteurs et d’encouragement de la production agricole qui caractérise l’ensemble des mesures adoptées dans les premières années du pontificat Borghese. En 1611, la Congregazione sopra l’Annona e la Grascia est créée53 : elle est destinée non seulement à discuter de la politique quotidienne de l’Annone, mais aussi à formuler des projets de longue haleine, notamment sur l’agriculture des provinces annonaires. Le pape, de son côté et de façon autonome par rapport aux autorités annonaires, prend position en faveur des producteurs. Par un Motu proprio de la même année, il autorise le Mont-de-Piété à prêter aux agriculteurs des sommes allant jusqu’à 2 000 écus, à 2 % d’intérêt annuel54, un taux faible, visant à soustraire les agriculteurs aux prêts usuriers. Il établit en outre un système de permis d’exportation pour tous les agriculteurs de la campagne romaine : d’après ce système, les tratte sont automatiquement autorisées, au mois de mars, pour un cinquième de la récolte, à condition que le prix du blé sur le marché romain n’ait pas dépassé 55 giuli par rubbia55.

50La Tariffa, qui reste en vigueur plus d’un siècle ; la fonction de crédit assignée de manière définitive à l’Annone ainsi que le système de concession des tratte qui, lui, sera remis en cause et modifié à plusieurs reprises : toutes ces mesures représentent les principaux instruments techniques autour desquels se construit la politique annonaire. Le sens de la stratégie du pape Borghese est clair : offrir un soutien politique et financier aux agriculteurs des provinces annonaires, sans pour autant délaisser l’impératif moral et politique de la sauvegarde des consommateurs urbains.

La Congrégation pour l’Annone et les discussions sur le calmiere dans les années 1610-1617

51Les projets du pape se heurtent à plusieurs difficultés, à la fois théoriques et pratiques, qui en retardent l’application.

  • 56 Pour la période précédente, à partir de 1563, voir les données publiées par Reinhardt, 1991, p. 509 (...)

52La période-clé, pendant laquelle les principes de la stratégie annonaire du xviie siècle sont mis en place, est sans doute la deuxième décennie du xviie siècle. Un cycle se termine, caractérisé par une variation très marquée du poids du pain d’une année sur l’autre, et par un calmiere relativement haut, dont les niveaux ne seront plus atteints par la suite56.

53Le 30 juin 1610, le poids du pain est augmenté de 10 à 12 once, et il ne sera plus changé jusqu’à la fin de l’année-récolte 1617-1618. Avec la réduction du calmiere, débutée en octobre 1617, s’ouvre une nouvelle période dans la politique des prix adoptée par les autorités. Elle a laissé des traces dans les débats de la Congrégation, et a marqué la pratique de gestion des administrateurs romains.

54La succession de plusieurs années de forte production, unie à la volonté des autorités de faire bénéficier les consommateurs de l’abondance, mettent en évidence toutes les conséquences des bas prix du blé, et en particulier l’abandon de la production locale et ses retombées, dramatiques, sur la vie de la capitale. La Congrégation de l’Annone en est très consciente, au point de consacrer l’un de ses premiers débats au problème de la reprise agricole dans la campagne romaine. Dans la séance du 5 janvier 1612, uniquement consacrée à ce thème, on aborde aussi le problème du prix du pain. Les participants décident que

  • 57 Ogn’anno il prezzo del pane debba stabilirsi havuto diligente risguardo alla qualità della raccolta (...)

chaque année, le poids du pain doit être établi après avoir soigneusement observé la qualité de la récolte et le prix que le blé apporté à Rome aura coûté aux marchands, du moment qu’il semble à cette Congrégation que ceci est la base pour la conservation de l’agriculture, et que 10 once de pain devraient être largement suffisantes même dans les périodes d’abondance, et qu’avec les remèdes et les mesures que l’on vient de prendre, on devra pouvoir assurer, grâce à une grande vigilance, la mise en culture d’assez de terrains pour pouvoir donner, même dans les années stériles, au moins 8 once de pain (...)57.

55Les résolutions de la Congrégation ne marqueront le fonctionnement de l’Annone qu’après quelques années. Pour le moment, d’autres considérations la poussent à maintenir le poids du pain à baiocco fixé, depuis désormais deux ans, à 12 once. Il s’agit sans doute d’une décision visant à rassurer la ville de la politique adoptée par Paul V qui, avec l’introduction des prêts aux agriculteurs et le nouveau système d’octroi des permis d’exportation, montre des attentions particulières à l’égard des producteurs. Le maintien de ce poids, toutefois, représente une menace pour les agriculteurs, mis en difficulté par une série de bonnes récoltes et de bas prix. L’Annone craint leurs réactions. Ils pourraient cacher leur produit pour en faire monter le prix, ou ensemencer moins pour réduire la production, mettant ainsi en danger la bonne situation du ravitaillement de la ville, qui dure depuis quelques années.

  • 58 Ibid., 13 janvier 1612.
  • 59 Mantenere in freno i mercanti et in opinione la gente che vi sia grano, Ibid.

56Le maintien des 12 once de pain à baiocco doit ainsi entraîner l’intensification de l’activité annonaire sur tous les autres fronts. L’Annone doit tout d’abord se renseigner sur les possesseurs des 100 000 rubbia de blé environ qui, selon les estimations du Préfet, doivent se trouver en ville au début de 1612. Le mot d’ordre est la discrétion : tout soupçon, toute rumeur sur la stratégie annonaire et sur les conditions réelles du ravitaillement pourrait avoir des conséquences catastrophiques58. Sur la base des résultats de l’enquête, on prend des décisions à propos des distributions annonaires. L’état des ressources n’est pas inquiétant. Il y a, dans les entrepôts de Termini, environ 11 000 rubbia, tandis que 5 000 autres, bien qu’elles ne soient pas encore arrivées en ville, ont déjà été achetées par les commissaires locaux de l’Annone, selon les ordres donnés antérieurement. Le pape en personne intervient pour solliciter le transport de toutes les réserves de l’Annone dans les entrepôts de la ville, en soulignant la valeur de la présence réelle des stocks pour « contenir les marchands et consolider l’opinion des gens qu’il y a abondance de blé »59.

57C’est pourquoi la Congrégation ordonne l’achat de 4 000 ou 5 000 rubbia de blé supplémentaires, par des intermédiaires, afin de ne pas dévoiler l’identité réelle de l’acheteur. Le prix maximum pour l’achat est fixé à 55 giuli par rubbia, transport à Rome inclus : c’est un prix supérieur à celui auquel l’Annone vend son blé, mais la Congrégation estime que ces pertes peuvent être compensées par les achats conclus précédemment à un prix inférieur. En attendant, on réfléchit sur l’opportunité de commencer à s’assurer des contingents de blé de la prochaine récolte, en octroyant aux producteurs une anticipation sur le paiement qui leur permettrait de disposer d’argent liquide pour faire face aux dépenses courantes. La nécessité d’octroyer des crédits aux producteurs a déjà été signifiée à la Congrégation du 8 janvier, à la suite de l’inscription de cette fonction parmi les compétences annonaires :

  • 60 (...) pare alla congregazione che gli agricoltori habbino necessità di potere havere denari facilme (...)

(...) la Congrégation croit que les agriculteurs ont la nécessité d’avoir aisément de l’argent, à un intérêt faible, et qu’il n’y a pas d’autres solutions pour maintenir l’agriculture en état et éviter les disettes dues au manque d’emblavures60.

  • 61 Ibid., « Relatione fatta da Ms. Prefetto dell’annona alla S. di N.S. sopra l’agricoltura di Corneto (...)

58On commence aussi à discuter des tratte, sans pour autant beaucoup d’enthousiasme, bien qu’un rapport du Préfet de l’Annone sur l’agriculture de Corneto61soit favorable à leur concession comme forme de soutien aux agriculteurs frappés par les bas prix. C’est le pape qui coupe court et invite l’Annone à reporter la discussion sur les tratte au mois de mars, « qui est le temps où il est coutume de les octroyer ».

59Lors de la séance du 14 mars, on perçoit quelques-unes des difficultés rencontrées dans l’adoption des mesures discutées, notamment en ce qui concerne le transport du blé de l’Annone dans les entrepôts de Termini. Le pape intervient énergiquement contre l’inertie des officiers annonaires : en un mois et demi ils n’ont été capables que d’estimer les ressources annonaires qui s’élèvent, d’après la relation présentée à la Congrégation, à 17 500 rubbia, dont seulement 9 000 à Rome. Le commentaire du pape est aigre :

  • 62 Importa poco il calcolare se non si sollecita la condotta ; i mercanti sanno benissimo le difficolt (...)

Il importe très peu de faire de calculs si l’on ne sollicite pas le transport du blé ; les marchands connaissent parfaitement les difficultés du transport, ils font nos comptes et ne considèrent que le blé qui est à Termini, et en voyant les greniers vides, ils croient pouvoir obtenir ce qu’ils désirent62.

  • 63 Ibid., 14 mars 1612.

60« Ce qu’ils désirent », c’est la baisse du poids du pain et, par conséquent, l’augmentation des marges de manœuvre sur le prix du blé. En attendant, ils désertent le marché, en ne faisant que très peu de ventes. A cette attente de la part des marchands, qui sonne comme un défi, et aux sollicitations exprimées par les boulangers, qui ont besoin de blé, l’Annone répond par un message clair et fort, en augmentant de deux-tiers ses distributions aux boulangers. Elles passent ainsi de 600 à 1 000 rubbia par semaine. Les membres de la Congrégation pensent pallier ainsi la faiblesse des échanges et répondre aux marchands, en les persuadant de ce que l’administration à la volonté de ne pas modifier le prix du pain63.

61Le pape raille encore une fois les bonnes intentions de l’Annone en rappelant que

  • 64 L’importanza è poter durare di farlo, e però bisogna sollecitare le condotte e votare manco che si (...)

ce qui est important c’est de pouvoir continuer de le faire ; il faut donc solliciter les transports et vider le moins que possible le grenier de Termini. Pour cela il faut aussi acheter 3 000 rubbia de blé en plus et, même si l’on perdra 3 ou 4 000 écus, ou plus, le faire apporter le plus vite que possible64.

  • 65 Ibid., 11 avril 1612.

62Un mois après, les fonctionnaires de l’Annone peuvent enfin répondre aux préoccupations du pape. Les entrepôts publics sont en mesure d’assurer le ravitaillement de la ville jusqu’à la fin juin, même au cas où les marchands décideraient d’arrêter complètement les ventes65.

  • 66 Le Douanier du Patrimoine, comme les autres fermiers caméraux, jouit des tratte comprises dans le c (...)
  • 67 BAV, Barb. Lat. 4862, Libro delle risoluzioni... cit., 11 avril 1612.

63La question la plus délicate concerne toutefois l’attitude à adopter pour l’année à venir : que faut-il faire si la récolte se révèle mauvaise ? On n’envisage que trois solutions : la réduction du poids du pain proportionnellement à la récolte ; l’arrêt de toutes les exportations, même de celles dont bénéficient d’habitude les agriculteurs de Castro et le Douanier du Patrimoine66 ; l’achat de blé par l’Annone sur le marché international67. La préoccupation immédiate n’est pas forte au point d’obliger l’administration à recenser les disponibilités des autres régions de l’Etat, ni à envoyer des commissaires extraordinaires dans les provinces annonaires. La discussion est donc reportée d’environ un mois, au moment où l’on aura plus d’informations sur la récolte à venir.

  • 68 Ibid., 2 mai 1612.
  • 69 Ibid., 8 mai 1612.
  • 70 Ibid., 8 mai 1612.

64L’approximation de la politique annonaire durant ces mois cruciaux dévoile toute la faiblesse des moyens d’information dont dispose l’administration. L’Annone est contrainte d’opérer dans des conditions de grande incertitude : incertitude réelle, parce que les récoltes sont aléatoires, en danger permanent ; incertitude fictive aussi, à cause du système des assegne. Elle doit pour autant prendre en compte tous les cas de figure. Le 2 mai, l’administration commence à envisager de négocier, le plus secrètement et discrètement que possible, l’achat de blé à l’étranger, et notamment à Livourne, afin de bénéficier de bons prix avant la hausse68. La semaine suivante, on donne le feu vert à l’achat d’environ 5 800 rubbia, pour lesquelles les négociations sont déjà à un stade avancé69 ; on envisage aussi l’achat de 6 000 ou 8 000 rubbia en France. Cela semble la décision la plus raisonnable : si la récolte se révèle médiocre ou insuffisante, on aura profité de bons prix ; si en revanche il y a du blé en abondance, « (...) on pourra vendre le même blé sans dommage, ou du moins avec des faibles pertes, à Lucques, Gênes, ou bien ailleurs en Italie où il est possible de le vendre facilement »70.

  • 71 Selon les données de Reinhardt, 1991, p. 312, en 1612, l’Annone achète en Sicile 4 793 rubbia de bl (...)
  • 72 BAV, Barb. Lat. 4862, Libro delle risoluzioni... cit., « Nota dei grani che l’Abbondanza tiene in R (...)
  • 73 Ibid., « Nota delli grani che l’Abbondanza tiene in Roma e fuori », 6 novembre 1612 :

65Rien n’est plus dit à ce sujet dans les mois qui suivent. Dans les premiers bilans des ressources annonaires, il n’y a aucune trace d’achats à l’étranger71. En ne prenant en compte que le blé de la récolte précédente, ainsi que celui acheté dans les provinces annonaires, l’Annone dispose, au 7 septembre 1612, de 20 000 rubbia environ72. Deux mois après, le capital céréalier de l’Abbondanza, qui est encore formé uniquement par le blé des provinces, s’élève à 24 600 rubbia, dont 12 000 dans les entrepôts de Termini, les autres demeurant encore sur les lieux de production73.

  • 74 « con certezza che vi sia molto più del bisogno », Ibid., 21 novembre 1612. Selon les estimations r (...)
  • 75 Ibid., 21 novembre 1612.

66Finalement, le 21 novembre, on présente les premières estimations sur les rentrées de blé : selon le Préfet, 167 000 rubbia vont arriver en ville dans le courant de l’année. Ajoutées aux 68 000 restantes, elles permettront de vivre « avec la certitude d’avoir beaucoup plus que ce dont on a besoin »74. Les premières données sur les emblavures sont également réconfortantes : avec 12 359 rubbia de terres emblavées, « [elles] sont abondantes par rapport à celles des autres années »75.

  • 76 D’après les comptes présentés à la Congrégation du 21 novembre 1612.

67L’ensemble de ces informations place l’Annone en condition de penser au « gouvernement de l’abondance » pour le reste de l’année. On rédige donc un rapport destiné à être discuté par les membres de la Congrégation avant d’être présenté au pape qui portera sur lui son jugement, puis donnera des ordres. Dans l’immédiat, on décide de ne rien changer : le poids du pain demeure à 12 once, ce qui entraîne la distribution du blé de l’Annone à 5 écus la rubbia ; et on laisse aux marchands romains une liberté de négociation totale. Cette politique coûte à l’administration environ 13 000 écus de perte nette76et l’épuisement presque complet de ses stocks. Elle se trouve ainsi dépourvue à faire face à une éventuelle mauvaise récolte, privée des moyens nécessaires pour « résister aux marchands sans avoir à utiliser la violence » et obligée de faire recours au marché international, augmentant ainsi son déficit. Ces éléments suffisent à imposer une nouvelle réflexion sur les caractères que la politique annonaire doit assumer pour le reste de la saison 1612-1613. Les marchands, de leur côté, ont commencé à vendre leur blé à 7 écus la rubbia : à un tel prix, les boulangers ne peuvent continuer longtemps à produire un pain de 12 once, malgré l’apport des distributions annonaires à 5 écus la rubbia. Le prolongement de cette situation peut avoir deux conséquences néfastes pour les consommateurs : soit le manque de pain, soit la mauvaise qualité de celui-ci. Suivant le vœu du pape, l’Annone est en quête de solutions « justes pour les marchands, les boulangers et le peuple ». Trois hypothèses d’intervention sont donc soumises à la discussion.

68Pour garder inchangé le poids du pain, l’Annone peut intervenir de deux façons. Elle peut augmenter ses distributions à 5 écus la rubbia, compensant ainsi les pertes subies par les boulangers pour les achats du blé au prix courant de 7 écus ; elle peut aussi associer à son intervention directe l’obligation pour les marchands de vendre pendant quelque temps à 6,5 écus la rubbia, qui est le prix maximum que les boulangers peuvent supporter par rapport au poids du pain fixé.

  • 77 Le cardinal Giacomo Serra, génois, sera envoyé par Paul V à Ferrare, comme Cardinal-Légat, de 1616 (...)

69La diminution à 10 once du poids du pain permettrait aux marchands de vendre leur blé à 7,5 écus par rubbia, et à l’Annone de distribuer le sien à 6 écus. Les membres de la Congrégation sont partagés. Certains, parmi lesquels un commissaire de l’Annone, penchent pour la diminution du poids du pain : ils estiment les pertes financières de l’Annone trop lourdes et pensent que la diminution du calmiere encouragerait les marchands à augmenter les emblavures. Le Préfet de l’Annone, en revanche, semble imperméable à l’argument financier : il considère comme tout à fait possible de maintenir jusqu’à la fin de l’année, grâce aux distributions, un pain bon et abondant. Au cas où il faudrait choisir, il affirme qu’entre la diminution du poids du pain et la vente forcée imposée aux marchands, il choisira la première solution, qui lui semble la moins grave. Le cardinal Serra77préférerait gagner du temps, et retarder d’un mois encore l’affrontement avec les marchands, en maintenant le poids à 12 once et augmentant ultérieurement les distributions aux boulangers : la baisse du poids du pain ne serait envisagée qu’en janvier, au cas où les marchands n’auraient pas baissé leurs prix.

  • 78 BAV, Barb. Lat. 4862, Libro delle risoluzioni... cit., 12 décembre 1612. Selon la Tariffa, le prix (...)

70La solution adoptée à la fin du débat, sans doute après l’intervention du pape, est celle de maintenir les 12 once de pain, tout en faisant appel aux boulangers pour qu’ils ne dépassent pas dans leurs achats le prix de 7 écus par rubbia ; au cas où il ne trouveraient pas à acheter moins cher, l’Annone leur fournira du blé à 6 écus78.

71Le poids économique de ce choix revient surtout à l’Annone. En neuf points, une Scrittura sopra la conservazione del pane alle 12 once exprime les raisons pour lesquelles il est préférable de ne pas toucher le poids du pain. Tout d’abord, il y a des considérations relatives à l’abondance de la récolte et de l’afflux de blé en ville, accompagnées par le constat des bas coûts de production et des hautes disponibilités de l’Annone. Il semblerait illogique et contraire au bon sens, voire à l’équité, que les consommateurs soient les seuls à ne pas profiter de conditions si avantageuses et si rares. D’autant que

  • 79 Il calare è facile, e sempre ci è modo di farlo, ma il crescere è sempre molto difficile, e però è (...)

diminuer est facile, et l’on peut toujours trouver un moyen de le faire, tandis qu’augmenter est toujours plus difficile. Il est donc bon de maintenir haut le poids si longtemps que l’on peut79.

72L’inconnue représentée par la récolte à venir est un élément supplémentaire qui pousse à une stabilité du poids du pain. Au cas où elle se révélerait insuffisante, les autorités seraient obligées de baisser encore le poids du pain : on arriverait ainsi, en six mois, à une baisse d’un tiers par rapport au poids initial, ce qui ne serait pas acceptable socialement.

  • 80 (...) se Roma l’anno passato non mosse detto peso quando anche tutto il resto d’Italia haveva calat (...)

73L’attention portée aux consommateurs n’est pas la seule raison de ce choix. Aux considérations concernant l’image internationale de la ville pontificale80, s’ajoute l’inquiétude au sujet de l’interprétation que les marchands pourraient donner à cette décision. Elle pourrait en effet être reçue comme un signe de faiblesse de l’Annone, et provoquer une désertion temporaire des marchés par les marchands, dans l’attente de la hausse des prix :

  • 81 Ibid.

Une diminution du poids fera augmenter la valeur des blés et donnera aux marchands tellement d’orgueil qu’ils serreront leurs blés, et il sera donc nécessaire que l’Annone en donne encore plus que l’année dernière, ou bien qu’elle fasse recours à la force, ce qui est très dangereux81.

  • 82 En 1612-13, la quantité de blé produit dans les provinces et disponible pour la consommation romain (...)
  • 83 Le prix moyen du blé dans le premier semestre de 1613-1614 est de 6,21 écus la rubbia (contre les 5 (...)

74L’inquiétude des autorités à propos des emblavures et, par conséquent, de la satisfaction des besoins de l’année à venir, se transforme en réalité, au moins en partie. La production globale des provinces annonaires pour 1613-1614 est de 122 800 rubbia, soit environ 50 000 de moins que l’année précédente82. Les prix moyens des marchands s’élèvent légèrement, et l’on augmente donc les distributions annonaires, sans doute pour réduire la pression à la hausse83.

75Le choix de l’Annone est toutefois récompensé par une excellente année 1614-1615, pendant laquelle les provinces annonaires en voient dans la capitale 166 800 rubbia. Les prix baissent à nouveau, l’Annone peut réduire ses ventes et reconstituer une partie de ses stocks, complètement épuisés au terme de la saison précédente.

76On constate des alternances de ce genre jusqu’en 1617-1618, où la production locale se révèle très faible, ne fournissant à la capitale que 93 200 rubbia. Les autorités s’en aperçoivent extraordinairement tard : aucune préoccupation sur les emblavures ne se manifeste pendant l’année 1616 ; le 18 juillet 1617, la Congrégation estime que la ville aura besoin de 140 000 rubbia, mais elle ne s’inquiète guère, jugeant que la récolte en cours

  • 84 (...) questa sarà miglior raccolta dell’anno passato, che fu di 117 000, senza li grani fatti venir (...)

(...) sera meilleure que celle de l’année dernière, qui fut de 117 000, sans compter le blé arrivé de l’extérieur du territoire romain84.

77Les autorités sont en outre rassurées par les réserves de l’Annone, environ 40 000 rubbia mais avec la possibilité d’atteindre les 60 000. Ce n’est qu’à la fin du mois de septembre que l’on se rend compte que

  • 85 Stante la mala qualità della raccolta non sono riusciti i dissegni che si avevano di far un corpo p (...)

à cause de la mauvaise qualité de la récolte, le dessein que l’on avait de faire affluer vers la capitale les 170 000 rubbia de blé que l’on estimait nécessaires pour conserver l’abondance, a échoué85.

  • 86 Ibid., 28 septembre 1617.
  • 87 On propose de faire une ordonnance et de l’envoyer « in Avignone, in Fiandra, Polonia, Sardegna, e (...)

78Deux jours plus tôt, on avait décidé de diminuer le poids du pain en le ramenant à 8 once86. Parallèlement, des initiatives pour encourager l’arrivée de blé étranger sont mises en place. Le 30 septembre, la Congrégation propose d’offrir aux marchands étrangers une prime d’un écu par rubbia de blé apportée en ville avant mai87. Et l’on entame une campagne d’importations pour l’Annone : on veut se procurer des grains en Sicile, à Amsterdam, en Languedoc, à Marseille et en Provence. La pénurie ne touche pas uniquement la capitale : elle met en difficulté beaucoup de régions de l’Etat pontifical. Le recours aux ressources des provinces les plus riches, telles que les Marches et la Romagne, pour ravitailler la capitale, est une hypothèse pour l’instant rejetée. Elle sera reprise à la mi-novembre, lorsque toutes les tentatives d’achat à l’étranger auront échoué :

  • 88 Non potendosi havere grani sé sperarli di Francia, Fiandra e Ponente per gli avvisi avutisi del pre (...)

Ne pouvant pas obtenir ni espérer les grains de la France, des Flandres et du Ponent, du fait des nouvelles reçues sur les hauts prix qui courent dans ces pays, on a estimé bon d’écrire au Cardinal-Légat de Romagne88.

Un tournant : la politique des prix dans les années 1620

  • 89 Reinhardt, 1991, p. 519.
  • 90 Les années 1619-1622 sont, en Europe, des années de crise. Cf. Romano, 1962 et 1964.

79L’expression de l’échec temporaire de l’action annonaire clôt le manuscrit des débats de la Congrégation de l’Annone de Rome. Le bilan de l’action des autorités n’est cependant pas catastrophique, au moins du point de vue du ravitaillement de la ville : la capitale a bénéficiée, à la fin de l’année 1617-1618, de 142 800 rubbia de blé, dont 50 000 produites à l’extérieur des provinces annonaires89. Les tensions contribuent de même à la réouverture de la discussion sur l’état de l’agriculture locale, avec des retombées inévitables sur la politique des prix adoptée en ville. C’est à ce moment que l’on met en pratique le projet, présenté cinq ans auparavant, de maintenir le poids du pain entre les huit et les dix once pour un baiocco. Le but déclaré est de faire en sorte que les producteurs trouvent sur le marché urbain des prix rémunérateurs, pour qu’ils soient encouragés à mettre en culture le nécessaire pour assurer à la ville un poids du pain égal ou supérieur aux huit once, même dans les moments critiques. Il y a à l’époque une volonté déclarée de favoriser les agriculteurs, sans pourtant perdre de vue le problème des subsistances de la capitale. Les résultats de cette politique, dans la courte et la moyenne durée, sont à évaluer tout d’abord par rapport aux objectifs exprimés. Le « nouveau cours » annonaire, qui va caractériser la politique pontificale jusqu’à la fin du siècle et durant une bonne partie du suivant, prend sa forme au début des années 1620. On peut saisir les raisons du changement de stratégie à travers une comparaison fine avec la décennie précédente. Malgré des résultats semblables au niveau du ravitaillement de la ville, les deux périodes présentent des différences sur lesquelles il convient de réfléchir90.

  • 91 En 1611-1612 les réserves totales de la ville s’élèvent à 61 700 rubbia, pour atteindre, l’année su (...)
  • 92 BAV, Barb. Lat. 4862, Libro delle risoluzioni... cit., « Scrittura sopra il governo dell’Abbondanza (...)

80Tout comme l’année-récolte 1612-1613, l’année 1620-1621 se caractérise par une production locale abondante, permettant un afflux considérable de blé vers la capitale, augmenté par des arrivées de l’extérieur (Cf. tableaux 19 et 20). Dans les deux cas, les ventes globales de l’année sont inférieures aux entrées de blé : c’est le signe certain d’une ample disponibilité, entre le grain nouveau et ce qui reste de la saison précédente91. Sur le marché, les prix moyens sont respectivement de 5,82 et 5,63 écus par rubbia ; les distributions de l’Annone s’élèvent à 15 500 rubbia en 1612-1613, et à 20 000 en 1620-1621. Inchangé par rapport à l’année précédente en 1612, le poids du pain est en revanche augmenté à la fin de la saison 1619-1620, et porté de huit à dix once à baiocco ; il ne bouge plus de ce niveau jusqu’au 30 juin 1622, date à laquelle il est à nouveau ramené à huit once. Cette pratique s’inscrit parfaitement dans les intentions exprimées par l’Annone, de rester dans une fourchette de huit et dix once. La volonté de faire profiter la population de l’abondance se mêle à celle de ne pas pénaliser les producteurs. Le choix de dix once, plutôt que de 12, représente aussi la volonté d’imposer un modèle de consommation plus sobre à la ville, en répondant aux principes formulés en 1612 : dans la relation Sopra il governo dell’abbondanza, le poids de douze once était alors considéré comme excessif, non pas favorable à la « bonne » population, mais servant d’appel pour les « tristes et les vagabonds »92.

  • 93 Grégoire XV est élu le 9 février 1621.

81La saison suivante, 1621-1622, se termine avec une baisse de l’afflux de blé dans la capitale, semblable à celle enregistrée en 1613-1614, mais avec une différence significative au niveau des provenances. Dans le premier cas, les 122 000 rubbia environ venaient entièrement des provinces annonaires ; en 1621-1622, avec un apport de 98 700 rubbia, celles-ci ne couvrent que 82,7 % des entrées globales. Les prix moyens augmentent de 38,5 %, contre une hausse d’à peine 8,4 % en 1613-1614. Grâce à l’effort de l’Annone, qui double ses distributions, le poids du pain est maintenu à dix once. L’activité de l’administration pendant cette année, et le maintien du poids du pain à un niveau élevé, au vu de la conjoncture, ont sans doute une signification politique, liée à l’élection du nouveau pape93 : des prévisions pessimistes sur la récolte qui doit assurer le ravitaillement en 1621-1622, persuadent les autorités à alléger de deux once le pain en fin de saison. De même, l’apport des provinces sera modéré en 1622-1623, avec seulement 98 400 rubbia, auxquelles s’en ajoutent environ 30 000 provenant de l’extérieur ; le prix du blé monte par la suite. La situation s’améliore de façon marquée dans les trois années suivantes, qui voient une production abondante, permettant de réduire le recours à l’extérieur des provinces annonaires et de modérer les distributions des stocks publics. Le prix du blé baisse légèrement, et le poids du pain est maintenu à huit once.

Tableau 19. LE BLÉ À ROME : ENTRÉES, PROVENANCE, VENTES, DISTRIBUTION DE L’ANNONE, PRIX MOYENS ET CALMIERE (1610-1619)

Tableau 19. LE BLÉ À ROME : ENTRÉES, PROVENANCE, VENTES, DISTRIBUTION DE L’ANNONE, PRIX MOYENS ET CALMIERE (1610-1619)

(Source : Reinhardt, 1991, p. 517-519).

Tableau 20. LE BLÉ À ROME : ENTRÉES, PROVENANCE, VENTES, DISTRIBUTION DE L’ANNONE, PRIX MOYENS ET CALMIERE (1620-1626)

Tableau 20. LE BLÉ À ROME : ENTRÉES, PROVENANCE, VENTES, DISTRIBUTION DE L’ANNONE, PRIX MOYENS ET CALMIERE (1620-1626)

(Source : Reinhardt, 1991, p. 520-521).

82La comparaison avec les années 1615-1619 fait apparaître une nouvelle politique annonaire. Dans des conditions bien moins favorables, l’Annone avait alors opté pour la défense du poids du pain, même si, au même moment, elle esquissait un changement de politique. Le soutien aux consommateurs choisi à l’époque, grâce au maintien d’un poids du pain élevé, est désormais considéré comme l’une des causes concourant à pénaliser les marchands et à provoquer les difficultés des années 1620. On expérimente alors une autre solution, caractérisée non seulement par une baisse structurelle du poids du pain, mais aussi par une tendance à le maintenir le plus stable possible.

Producteurs, consommateurs, boulangers face à la politique des prix de la seconde moitié du xviie siècle

83On l’a vu : en 1612, les autorités avaient affirmé que le poids de 8 once pour un baiocco était le seuil minimum devant être garanti à la population romaine, même dans des années peu favorables. A l’époque il s’agissait d’un simple vœu, lié à l’adoption d’une politique des prix destinée à encourager une augmentation des emblavures susceptible d’assurer le niveau de consommation représenté par ce poids. Et c’est concrètement le niveau au-dessous duquel les autorités ne se risquent plus dès 1658. La défense de ce seuil minimum apparaît très clairement si l’on regarde l’attitude des autorités dans des situations difficiles, qui diffère selon la possibilité politique d’une baisse du poids du pain.

84En 1662, face à une hausse des prix du blé sur le marché romain, l’Annone augmente ses distributions aux boulangers, tout en laissant inchangé le calmiere fixé à 8 once depuis juin 1659.

  • 94 La hausse entre 1661-1662 et 1662-1663 est de 13,2 % ; celle entre 1666-1667 et 1668-1669 est de 8, (...)
  • 95 ASR, Camerale II, Annona, b. 1 Atti diversi, fasc. 2, mémoire du Père Gale-no de 1673.
  • 96 Dans les deux années 1671-1673, 45 464 rubbia de blé rentrent dans les entrepôts de l’Annone. Les d (...)

85Quelques années après, en 1668-1669, une nouvelle hausse des prix des marchands, plus faible que la précédente94, amène cette fois l’Annone à baisser le poids du pain, sans modifier significativement l’ampleur de ses distributions. Le poids du pain, fixé à 9,5 once en 1667, permet une réduction d’une demi-oncia sans conséquences trop graves pour les consommateurs. En 1671-1672, année de mauvaises récoltes dans l’ensemble de l’espace italien95, la baisse du calmiere est beaucoup plus forte : établi à 9,5 once en 1670, il est réduit à huit au début de la saison suivante. L’apport des provinces annonaires est faible, et ce n’est que grâce aux achats sur le marché international, effectués par l’Annone, que la capitale peut affronter la crise96 : l’année se clôt avec un afflux d’environ 112 000 rubbia.

  • 97 Il faut signaler un problème de conformité des données entre celles que j’ai rassemblées moi-même, (...)

86Si la baisse du poids du pain est radicale, les effets de l’augmentation du prix du blé annonaire sur les boulangers sont atténués par la réduction de prix pratiquée par l’Annone : les boulangers baioccanti paient en réalité 7,18 écus pour une rubbia de blé, contre les 7,5 prévus par la Tariffa. Mais en 1678-1679, il n’y a aucune marge pour la réduction du calmiere qui était de 8 once depuis 1676. A la hausse des prix sur le marché romain, les autorités répondent par l’augmentation des distributions. Celles-ci atteignent l’un des niveaux les plus élevés de la période97 ; elles augmentent en outre de façon constante entre novembre et mars, lorsque les prix minimum du blé dans les transactions entre particuliers atteignent 8 écus par rubbia.

87Dans le courant du siècle, le niveau de 8 once se confirme comme la valeur idéale à respecter, indépendamment des prix du blé : il assure en effet à la population urbaine une consommation adéquate, sans porter atteinte aux intérêts des marchands ni des producteurs, et encourageant l’activité agricole. Bien qu’il s’agisse de considérations théoriques, c’est à partir de là que l’Annone tâche de construire sa politique propre.

88L’analyse des années 1622-1633, 1676-1687, 1701-1711 et 1712-1725, pendant lesquelles le poids du pain demeure stable à huit once, permet d’observer les différences entre chacune d’elles et, par là, de saisir la stratégie annonaire (Cf. tableaux 21-22-23). Chaque période a ses caractéristiques propres pour ce qui est du prix du blé, depuis les valeurs maximum et minimum enregistrées dans l’espace de temps où le calmiere n’est pas touché, jusqu’à l’intensité des variations entre les deux niveaux. Les prix annuels moyens du blé varient entre 4,74 écus par rubbia en 1681, et 9,02 en 1630. L’écart entre les prix à l’intérieur de chaque période de stabilité du calmiere va de 1,42 écus (période 1701-1711) à 3,30 (période 1676-1687).

89Les variations d’une année sur l’autre ne sont d’ailleurs pas insignifiantes. Entre 1622 et 1632, le poids du pain est stable, mais le prix moyen du blé subit des hausses allant jusqu’à 20,4 % entre 1625 et 1626, et des baisses allant jusqu’à 11,4 % entre 1626 et 1627. Dans les années 1676-1687, toujours d’une année sur l’autre, les hausses dépassent 19 %, et les baisses atteignent 35,45 %. Le mouvement des prix devient moins heurté dans la première décennie du xviiie siècle : la hausse maximale enregistrée entre 1706 et 1707 est de 11,13 %, tandis que la baisse la plus importante se situe aux alentours de 7 % entre 1702 et 1703. Dans les années suivantes, l’Annone démontre sa capacité et sa volonté de gérer des variations situées autour de 20 %.

  • 98 Reinhardt, 1991, p. 520-547.

90Il faut une chute des prix supérieure à 30 %, entre 1632 et 1633, accompagnée par la confirmation d’une tendance à la baisse, pour convaincre les autorités à augmenter le poids du pain d’environ 26 %. En 1633, il est fixé à 10,10 once. Une décennie de variations permanentes s’ouvre alors, suivant de près les variations des prix du blé. Dans la deuxième période de stabilité que l’on peut observer, entre 1676 et 1687, la baisse des prix du blé, qui détermine une hausse du poids du pain, est beaucoup plus importante : environ 41 % entre 1686 et 1687. Le calmiere n’est pourtant augmenté que de 0,8 once, ce qui correspond à 10 % par rapport au poids initial. Mais dans ce cas, les années suivantes voient plusieurs modifications du poids du pain : fixé à 9,9 once en 1689, puis à 10 trois années durant, il varie encore de 8 à 10 jusqu’en 1701, lorsqu’il est rétabli à son niveau habituel de huit once. Dans les vingt premières années du xviiie siècle, la seule hausse du poids du pain que l’on enregistre, en 1711-1712, pendant la longue période de stabilité, semble due plus à l’abondance du blé arrivé en ville qu’à la baisse des prix par rapport à l’année précédente : ceux-ci ne diminuent que de 7,13 %, tandis qu’à la fin de la saison, la ville a pu disposer de 156 000 rubbia de blé, provenant entièrement des provinces annonaires, dont la production globale s’élève à 201 90098.

Tableau 21. DONNÉES STATISTIQUES SUR LA PÉRIODE DE STABILITÉ DU CALMIERE 1621-1634

Tableau 21. DONNÉES STATISTIQUES SUR LA PÉRIODE DE STABILITÉ DU CALMIERE 1621-1634

(Source : Reinhardt, 1991, p. 520-523).

Tableau 22. DONNÉES STATISTIQUES SUR LA PÉRIODE DE STABILITÉ DU CALMIERE 1675-1687

Tableau 22. DONNÉES STATISTIQUES SUR LA PÉRIODE DE STABILITÉ DU CALMIERE 1675-1687

(Source : Reinhardt, 1991, p. 534-537).

Tableau 23. DONNÉES STATISTIQUES SUR LA PÉRIODE DE STABILITÉ DU CALMIERE 1700-1726

Tableau 23. DONNÉES STATISTIQUES SUR LA PÉRIODE DE STABILITÉ DU CALMIERE 1700-1726

(Source : Reinhardt, 1991, p. 540-547).

91Le choix du poids du pain implique un jugement sur l’équilibre que celui-ci va produire entre les différentes parties en présence. La volonté des autorités est cependant limitée par des seuils que l’on ne peut logiquement dépasser : l’état réel de la production et les prix. L’état du ravitaillement de la ville prime, de ce point de vue, sur les prix. Lorsqu’il y a un grand afflux de grain, comme c’est le cas en 1711-1712, les autorités sont obligées d’augmenter le poids du pain, même si les prix n’ont pas subi une baisse correspondante. Ainsi, le poids du pain est en quelque sorte détaché du prix du blé. Il n’est donc pas étonnant que, dans la seconde moitié du xviie siècle, le rapport entre poids du pain et prix du blé enregistré sur le marché urbain, change par rapport à la première partie du siècle. Dans les années 1620, à un poids de 8,3 once, correspond un prix moyen par rubbia de 7,76 écus, tandis que dans les années 1660, on établit un poids quelque peu supérieur (8,6 once) lorsque le prix du blé est de 6,14 écus par rubbia (Cf. tableau 24). Les conditions du ravitaillement urbain après la peste de 1656-1657 ont changé ; la tension s’est réduite, au moins provisoirement. La réflexion théorique porte sur d’autres considérations.

92Le choix du niveau du calmiere dans la seconde moitié du xviie siècle, doit être principalement étudié par rapport à la tendance des arrivées de grains en ville : la moyenne des quantités de blé arrivées en ville tout au long de l’année-récolte baisse sensiblement dès les années 1650 (Cf. tableau 24).

Tableau 24. ENTRÉE ET PRIX DU BLÉ, POIDS DU PAIN À ROME, 1620-1720 (moyennes décennales)

Tableau 24. ENTRÉE ET PRIX DU BLÉ, POIDS DU PAIN À ROME, 1620-1720 (moyennes décennales)

(Source : V. Reinhardt, 1991, p. 520-545).

  • 99 Cf. supra, chap. II.

93Les conséquences de cette réduction tendancielle ne sont pas aperçues immédiatement : sur le moment, la chute démographique due à la peste allège la tension, mais la reprise de la croissance de la population, qui n’est pas suivie d’une augmentation proportionnelle de l’afflux de blé, pose à nouveau le problème et provoque, sur un temps plus long, une baisse des disponibilités par tête99.

  • 100 Mattozzi et al., 1983.

94Face à cette situation, et dès les années 1680, l’inquiétude des autorités se manifeste par l’augmentation des stocks. Il s’agit d’un choix d’autant plus significatif qu’il s’oppose aux mesures prises par Alexandre VIII en 1689, qui prévoient un stockage maximum de 20 000 rubbia. De ce point de vue, la baisse relative du poids du pain représente une forme d’épargne forcée, ainsi que de contrôle et de réglementation de la consommation, semblable à celui que Mattozzi a constaté à Venise100.

95La fixation du calmiere agit aussi sur les relations entre l’Annone et les boulangers. En effet le prix du blé distribué par l’Annone est lié au poids du pain, selon les valeurs exprimées par la Tariffa de Paul V. Dans les périodes de stabilité du poids, que l’on a prises en compte, il existe aussi des différences importantes dans le rapport entre les prix pratiqués par l’Annone et les prix moyens pratiqués par les marchands dans la capitale. Entre 1622 et 1633, et à l’exception des années 1625-1626 et 1632-1633, le prix de l’Annone est inférieur à la moyenne de ces prix. Or, le rapport entre les deux séries est complètement renversé dans les autres périodes considérées (Cf. tableau 25).

  • 101 Cf. supra, chap. II ; Voir aussi Delumeau, 1957-59 ; Revel, 1972.
  • 102 Cf. supra, chap. II.

96La conjoncture de bas prix dans les années 1680 ne s’accompagne pas d’une réduction parallèle du prix annonaire ; ainsi, les prix payés par les boulangers sont beaucoup plus élevés que ceux auxquels ils achètent le blé sur le circuit des marchands. La baisse des prix n’est pas, dans ce cas, un symptôme de production et d’arrivages abondants ; bien au contraire, elle agit de façon à provoquer une contraction ultérieure de l’afflux du blé des provinces annonaires, due sans doute à la réduction des emblavures. Cette hypothèse est soutenue par plusieurs éléments. Les données sur la production des provinces annonaires, bien que fragmentaires et sporadiques, confirment la tendance à la stagnation sur la longue durée, notamment dans l’Agro101. C’est l’une des principales raisons d’inquiétude des autorités annonaires, d’ailleurs très justifiée. Si l’on compare avec les années 1621-1633, on constate une baisse sensible de l’apport moyen des provinces annonaires au ravitaillement de la capitale : elles fournissaient alors en moyenne 137 992 rubbia de blé, tandis que, dans les années 1675-1688, elles n’en donnent que 113 608. Certes, les besoins de Rome ont diminué à cause de la baisse démographique : c’est pourquoi les importations sont en moyenne inférieures dans la deuxième période (10 146 rubbia contre 11 246). Cependant, on constate aussi une baisse des disponibilités par tête102. Les variations des prix dans la période considérée ont exercé une influence sur les entrées de blé. Cela confirme qu’il y a bien de la part des producteurs une réponse aux stimulations du marché, à laquelle l’Annone essaie de répondre à son tour en mettant en œuvre une nouvelle politique des prix.

Tableau 25. QUANTITÉ ET PRIX DU BLÉ ACHETÉ PAR LES BAIOCCANTI DES MARCHANDS ET DE L’ANNONE (périodes de stabilité)

Tableau 25. QUANTITÉ ET PRIX DU BLÉ ACHETÉ PAR LES BAIOCCANTI DES MARCHANDS ET DE L’ANNONE (périodes de stabilité)

97Dans les années 1620, la fixation du poids du pain à 8 once a été utilisée comme un moyen pour freiner la hausse des prix du blé sur le marché. Les autorités ont alors agi directement sur la demande, avec l’écoulement à prix modérés des grains des stocks publics. Le mouvement des distributions annonaires est alors presque parallèle à celui des prix des marchands, et atteint les niveaux les plus élevés au moment des pointes des prix les plus élevés, en 1626 et 1630.

98Vers la fin des années 1670, la situation est la même. Elle change en 1681, quand la chute des prix du blé ne s’accompagne pas d’une diminution importante des distributions annonaires – qui restent uniformément élevées pour le reste de la période – ni d’une modification stable du poids du pain.

  • 103 On verra que ces réductions sont aussi dues à une révision de la Tariffa, dont les calculs sont est (...)

99Au début du xviiie siècle, le prix du blé de l’Annone continue à être plus élevé que le prix moyen des marchands, bien que l’écart se soit sensiblement réduit. Comme on l’a dit, les autorités abandonnent la rigueur de la relation entre poids du pain et prix du blé imposée par la Tariffa, en accordant aux boulangers des réductions de prix variant entre un demi-écu et un écu103. Pendant ces années, l’Annone utilise de plus en plus les distributions de blé aux boulangers selon le système du rinnovo, ce qui réduit l’incidence du prix de vente du blé annonaire sur les bilans des artisans.

  • 104 Ces données n’ont qu’une valeur d’indice : en réalité l’écart entre les prix payés par les baioccan (...)

100La baisse générale des prix du blé ne provoque pas une baisse analogue de celui de l’Annone qui, au contraire, finit par peser lourdement sur les coûts supportés par les boulangers baioccanti. Le prix moyen d’une rubbia de blé vendue par les mercanti di campagna est de 6,33 écus pendant la période 1676-1687, de 6,68 dans les années 1701-1711, et augmente légèrement entre 1712 et 1725, lorsqu’il se situe sur les 6,71 écus104 ; les prix moyens du blé de l’Annone, vendu aux seuls baioccanti, sont respectivement de 7,5, 7,4 et 7 écus par rubbia (Cf. graphique XII).

101Si de l’observation des seules périodes de stabilité du calmiere, on passe à celle, plus générale, du siècle compris entre 1620 et 1720, on trouve une confirmation du rôle joué par les distributions de l’Annone sur les coûts du blé supportés par les boulangers baioccanti (Cf. tableau 26).

Tableau 26. PRIX PAYÉS PAR LES BAIOCCANTI SUR LE MARCHÉ ET À L’ANNONE ET MOYENNE TOTALE DU PRIX D’UNE RUBBIA ACHETÉE PAR LES BAIOCCANTI (moyennes décennales, 1620-1719)

Tableau 26. PRIX PAYÉS PAR LES BAIOCCANTI SUR LE MARCHÉ ET À L’ANNONE ET MOYENNE TOTALE DU PRIX D’UNE RUBBIA ACHETÉE PAR LES BAIOCCANTI (moyennes décennales, 1620-1719)

(Source : V. Reinhardt, 1991, p. 520-545).

102Dès les années 1630, et pour toutes les décennies du siècle, les prix du blé de l’Annone sont plus élevés que ceux du marché, et il augmentent le coût moyen de la rubbia achetée par les baioccanti.

Graphique XII – Prix moyens des marchands et prix de l’Annone selon la Tariffa de Paul V (1605-1721).

  • 105 En 1643, l’Annone achète à Castro 2 206 rubbia, au prix de 7,62 écus ; en 1647, elle achète dans le (...)
  • 106 Ibid., p. 133-135.

103L’écart entre les deux prix est bien évidemment plus important dans les périodes où les distributions annonaires augmentent. Dans les années 1640, le prix élevé pratiqué par l’Annone sert sans doute à compenser une partie des coûts soutenus par l’administration pour les importations de blé de l’étranger, effectuées surtout à l’occasion de la crise de 1648. Les 110 000 rubbia environ, achetées par l’Annone entre 1643 et 1648, lui coûtent, en moyenne, 16,31 écus chacune105. Les importations représentent presque 40 % des distributions faites par l’Annone à toutes les catégories de boulangers et de fabricants de pâtes, au prix moyen global de 10,12 écus par rubbia. Le montant des importations sera encore supérieur dans la décennie suivante (139 642 rubbia) et dans les années 1670 (175 998 rubbia)106, mais elles seront payées beaucoup moins cher : 9,50 et 9,33 écus en moyenne.

  • 107 Des signes de mécontentement avaient déjà été manifestés dans les années 1660. Ils avaient amené le (...)

104La nécessité de compenser le coût de la gestion ne semble cependant pas expliquer complètement cet écart. Dans la décennie 1680-1689, par exemple, la différence de 2,31 écus par rubbia entre prix des marchands et prix de l’Annone, doit être attribuée surtout à la baisse des premiers, qui n’est pas suivie d’une baisse parallèle des prix de l’Annone. Dans cette période, les critiques contre la politique annonaire se durcissent. Les boulangers se plaignent d’être obligés d’acheter le blé de l’Annone, à un prix nettement plus élevé que celui qu’ils peuvent trouver sur le circuit romain ; les consommateurs ne voient pas d’augmentation du poids du pain proportionnelle à la baisse du prix du blé ; les agriculteurs sont, de leur côté, pris entre les mailles de l’Annone, qui occupe de plus en plus leur espace commercial107. En 1689, sous la pression de la conjoncture et des critiques, le pape Alexandre VIII entame une réforme de l’Annone, visant à en réduire la présence sur le marché romain : on suspend les ventes aux boulangers, tout en maintenant les distributions à rinnovo du blé des stocks publics.

  • 108 Reinhardt, 1990, p. 115.
  • 109 Nicolai, 1803, vol. iii, p. 95-96. Voir aussi G. B. De Luca, Il principe... cit., qui en fait l’un (...)

105D’après Reinhardt, la réduction du poids du pain, qui caractérise la politique annonaire dans la conjoncture de baisse de la seconde moitié du xviie siècle, peut s’expliquer tout d’abord par la défense des intérêts de l’institution elle-même : puisque la Tariffa établit un lien contraignant entre poids du pain et prix du blé public, toute augmentation du poids entraînerait la baisse des prix de l’Annone. A partir des prix du marché, Reinhardt estime que les pertes subies par l’Annone auraient été importantes, puisque le prix de vente aurait baissé de 7,5 à 6,69 écus par rubbia108. Cette interprétation saisit un aspect central du fonctionnement du système romain, mis d’ailleurs en évidence par Reinhardt lui-même : la stratification d’intérêts divergents finit pour conditionner le fonctionnement même du système. L’Annone, en choisissant d’intervenir activement sur le marché romain, introduit ses propres exigences comptables et ses intérêts directs dans le jeu des échanges. Cela influence donc inévitablement les décisions prises. Cependant, la pratique qui consiste à vendre en-dessous du prix coûtant dans les périodes de crise, pour se rattraper dans les périodes d’abondance, grâce au maintien des prix à un niveau supérieur à celui des prix de marché, est l’une des caractéristiques de tout régime annonaire. A la fin du xviiie siècle, Nicolai la reconnaît même comme l’un des traits principaux de la politique pontificale, justifiée par la nécessité d’équilibrer les coûts par l’augmentation des recettes dans les bonnes années109. Cela n’est pas perçu comme une ingérence d’intérêts étrangers dans un champ où la liberté de négociation devrait être assurée. De même, sur un autre plan, la perception d’un intérêt pour les prêts opérés par les Monts-de-Piété n’est pas considérée comme un intérêt stricto sensu, mais comme le paiement d’un travail. On est face au même type de logique.

106Pour autant, il ne me semble pas que celle-ci soit la meilleure clé pour comprendre les incohérences et les ambiguïtés de la politique des prix ni, de façon plus général, le fonctionnement de l’ensemble du système romain. Les présupposés sur lesquels cette interprétation repose sont précisément ceux qui devraient être explicités et expliqués. Après avoir démontré et soutenu le caractère exceptionnel du système de fixation du calmiere en vigueur à Rome, et la particularité de la Tariffa de Paul V qui, contrairement aux autres tarifs connus, ne fixe aucun rapport entre poids du pain et prix du blé, Reinhardt utilise cette Tariffa pour déduire du prix du blé les valeurs idéales du calmiere que les autorités auraient dû respecter.

  • 110 BAV, Barb. Lat. 4862, Libro delle risoluzioni... cit., « Scrittura sopra il governo dell’Abbondanza (...)
  • 111 Le prix du blé de l’Annone continue à être de 7,5 écus en 1633, lorsque le poids du pain est augmen (...)

107Le problème est en fait beaucoup plus complexe. Il est directement lié à celui de l’absence de relations entre prix du blé et poids du pain. On sait, grâce au compte-rendu d’une séance de la Congrégation de l’Annone en novembre 1612, que si l’on fixe le calmiere à 12 once, poids auquel correspondrait un prix du blé annonaire de 5 écus par rubbia, les boulangers peuvent acheter chez les mercanti di campagna à un prix maximum de 6,5 écus, sans que cela entraîne aucune perte financière de leur part110. On sait aussi que ce seuil peut bien être modifié au moyen des distributions annonaires : si l’Annone augmente ses distributions au prix de 5 écus, le coût moyen de la rubbia baisse pour les boulangers. De plus, les autorités annonaires démontrent une grande indépendance par rapport à la relation entre poids du pain et prix du blé prévu par la Tariffa : dans les années 1630, par exemple, malgré la hausse effective du prix du pain, l’Annone ne cesse pas de vendre à 7,5 écus, à savoir au prix prévu dans le cas d’un calmiere de huit once111.

  • 112 Guenzi, 1977 ; Mattozzi, 1983.

108L’usage politique des calmieri et des Tariffe a été mis en lumière par Alberto Guenzi et Ivo Mattozzi, pour Bologne et pour Venise. Dans des conjonctures de bas prix, un système de « tolérances », c’est-à-dire d’écarts par rapport au niveau prévu pour le poids du pain en fonction d’un certain prix du blé, permet une meilleure défense de la rente foncière, sans avoir de retombées dramatiques sur les conditions de vie de la population urbaine112. La politique romaine s’écarte toutefois de celle adoptée dans ces deux villes avec les distributions du blé des stocks à des prix supérieurs à ceux du marché : cela correspond à une réduction des profits de la boulangerie, un contrôle sur ces mêmes profits, et une défense indolore des intérêts annonaires.

109En réalité, dans la seconde moitié du xviie siècle, le manque de respect pour les équivalences proposées par la Tariffa entre un poids du pain donné et le prix du blé correspondant, apparaît comme nécessaire pour permettre la rémunération de l’activité de panification. En effet, une application à la lettre de la Tariffa non seulement n’aurait laissé aucune marge de profit ; mais elle n’aurait pas permis non plus la couverture entière des coûts de panification.

La formation de la Tariffa : les scandagli

110Pour comprendre ce paradoxe de la Tariffa romaine, qui oblige les autorités à la transgresser en permanence, il faut considérer les critères et les instruments utilisés dans sa formation.

  • 113 Il devrait reproduire, selon la déclaration de l’auteur, les mêmes estimations que celui, perdu, du (...)

111A la base de la formation de la Tariffa, il y a les scandagli, des essais de panification exécutés afin de déterminer les coûts-types de transformation d’une quantité donnée de blé en pain et, par conséquent, le prix maximum d’achat du blé selon un éventail de poids du pain. On ne dispose pas, pour Rome, du scandaglio fait au moment de la formation de la Tariffa ; on dispose toutefois d’une copie d’un scandaglio fait en 1648, dont les critères et les résultats ne diffèrent sans doute guère113. Celui-ci présente toutefois une première particularité : l’auteur déclare ne pas prendre en compte la rémunération des boulangers. En effet, il n’y a aucune façon de dégager le profit des boulangers à partir des données de ce scandaglio. De plus, selon les calculs présentés ces derniers seraient presque toujours en déficit si la Tariffa était appliquée à la lettre.

112Les dépenses sont calculées selon les dimensions des fours et de la quantité de blé que chacun d’eux est en mesure de traiter. Les coûts de la transformation d’une rubbia de blé sont inversement proportionnels à la quantité globale des rubbia travaillées. On estime qu’aucun four ne peut travailler moins de deux rubbia par jour, ni plus de dix. Selon les calculs, les valeurs des dépenses sont comprises entre 1,47 écus par rubbia dans les fours les plus petits, et 0,96 écus dans les plus grands. Le montant des dépenses pris en compte par le scandaglio correspond à la moyenne de ces valeurs, 1,3 écus par rubbia. Cette façon de considérer les coûts moyens favorise évidemment les plus grands fours, puisque leurs dépenses sont inférieures à celles retenues dans le scandaglio ; il représente ainsi un encouragement à la concentration de l’activité de boulangerie.

113Les scandagli proposent une série de rapports entre poids du pain et prix du blé selon le rendement en farine et en pain des différentes qualités de blé. Les variations ne sont pas négligeables : la rubbia est une mesure de capacité, tandis que les rendements du blé doivent être calculés en termes de poids, variables selon la qualité du blé et selon d’autres paramètres, comme il est dit au début du texte d’introduction au scandaglio :

  • 114 La differenza da grano a’ grano quale per di più sorte è grandissima (...). I grani di Danzica sono (...)

La différence d’une qualité à l’autre de blé est très grande (...) Les blés de Dantzig sont très légers, et en mauvaise condition, ceux de Provence et de Languedoc sont beaux et bons, mais pas trop lourds. La campagne romaine en offre des forts, qui sont lourds (...), et d’autres qui sont doux et légers (...). [Les blés] peuvent être mesurés ou non, ce qui peut entraîner beaucoup de différences dans la qualité et la quantité de pain que l’on peut en tirer ; ils peuvent avoir voyagé par mer ou non, ce qui est très important parce que, outre l’humidité artificielle provoquée par les marins, il y a aussi l’humidité naturelle de l’air de mer, qui est considérable sur de longs parcours, et cette humidité augmente le volume du blé de façon que dans la mesure du rubbio il y en a moins que dans les rubbia de blé sec, et que par conséquent il en résulte moins de farine et de pain (...)114.

114Les exemples présentés dans le scandaglio proposent des variations de poids comprises entre 500 et 700 livres.

115Le poids du pain vendu pour un baiocco, comparé au rendement des différentes qualités de blé, permet d’établir le profit brut de la vente d’une rubbia. C’est cette simple relation qui devrait établir le prix d’une rubbia par rapport à un éventail de poids du pain allant de 3 à 12 once par miche, à condition tout de même de soustraire le montant des dépenses de la transformation.

116La structure de la Tariffa est semblable à celle des scandagli ; elle prend comme référence une rubbia de blé donnant 500 livres de pain. Mais l’observation de la Tariffa à travers les données du scandaglio montre que le prix de la rubbia ne comprend pas les coûts de transformation : si l’on prend un poids du pain de 8 once, le prix correspondant du blé est estimé à 7,5 écus, ce qui représente le profit brut obtenu de la vente des 6 000 once de pain que l’on produit avec cette quantité de blé. Elle ne comprend donc ni la rémunération du travail, ni la couverture des coûts, dont le montant moyen est de 1,3 écus. Sous certaines conditions, à l’intérieur même de la Tariffa, deux biais permettent l’obtention d’un profit net de l’activité de transformation.

117Le scandaglio utilisé comme base pour la Tariffa ne prévoit pas le cas d’un poids du blé permettant de tirer 500 livres de pain. Les deux cas les plus proches de celui pris en compte dans la Tariffa sont celui de 550 livres de blé donnant 497 livres de pain, et celui de 560 livres de blé donnant 506 livres de pain. Selon l’auteur du scandaglio, c’est ce dernier qui correspond, à peu de choses près, à celui proposé par la Tariffa. Il s’agit en réalité d’une approximation trompeuse.

118Le poids effectif du blé apte à donner 500 livres de pain peut être déterminé, avec une certaine approximation, en utilisant les éléments proposés par le scandaglio.

  • 115 Cette estimation correspond à peu près à celle des rendements à Bologne, de 92,5 kilos de pain pour (...)

119Selon les calculs du scandaglio, le rendement en pain est d’environ 90,4 % du poids du blé115. Pour obtenir 500 livres de pain il faut donc environ 553 livres de blé. Suivant le raisonnement du scandaglio, on peut ainsi construire un tableau d’équivalences à partir de ces valeurs, afin d’établir, pour toute valeur donnée du poids du pain, le profit brut que le boulanger peut tirer de la vente d’une rubbia de blé pesant 553 livres et donnant 500 livres de pain.

120La comparaison entre les valeurs déduites par le moyen de ce procédé et celles proposées par la Tariffa de 1605, montre la présence, dans cette dernière, d’un agio de 10,6 % environ par rapport à la valeur réelle du blé (Cf. tableau 27).

121La présence de cet agio ne résout pas non plus le problème : ce n’est que dans les cas d’un poids du pain de trois ou quatre once que ces valeurs sont supérieures à celles de la Tariffa majorées des 1,3 écus de dépenses nécessaires pour la transformation. Dans tous les autres cas, qui sont indiscutablement plus fréquents, les boulangers travailleraient encore à perte.

122Les marges de couverture des coûts de transformation, permettant également de dégager un profit net, commencent à apparaître à mesure que le poids de la rubbia de blé augmente : dans ce cas, c’est le rendement en pain qui augmente et, avec lui, le profit brut des boulangers.

123Dans le cas où le blé pèserait 700 livres, donnant 632 livres de pain, le profit brut des boulangers serait toujours supérieur aux dépenses (Cf. tableau 28).

124A mesure que le poids du blé diminue, l’éventail des poids du pain assurant un profit aux boulangers se réduit. Pour un poids du pain de huit once, par exemple, le boulanger commence à gagner de l’argent lorsque le poids de la rubbia dépasse 660 livres (Cf. tableau 29).

Tableau 27. PROFITS BRUTS DES BAIOCCANTI SELON LE POIDS DU PAIN ET PRIX DU BLÉ SELON LA TARIFFA

Tableau 27. PROFITS BRUTS DES BAIOCCANTI SELON LE POIDS DU PAIN ET PRIX DU BLÉ SELON LA TARIFFA

(Source : ASR, Camerale II, Annona, b. 1, Atti diversi, « Scandaglio per regolare i prezzi del grano... », cit.).

Tableau 28. POIDS DU PAIN SELON LA TARIFFA, COÛTS DE TRANSFORMATION DU BLÉ EN PAIN, PRIX DU BLÉ SELON LE SCANDAGLIO ET PROFITS BRUTS DES BAIOCCANTI POUR UNE RUBBIA DE BLÉ PESANT 700 LIVRES

Tableau 28. POIDS DU PAIN SELON LA TARIFFA, COÛTS DE TRANSFORMATION DU BLÉ EN PAIN, PRIX DU BLÉ SELON LE SCANDAGLIO ET PROFITS BRUTS DES BAIOCCANTI POUR UNE RUBBIA DE BLÉ PESANT 700 LIVRES

(Source : ASR, Camerale II, Annona, b. 1, Atti diversi, « Scandaglio per regolare i prezzi del grano... », cit.).

Tableau 29. PROFIT DES BAIOCCANTI SELON LE POIDS DE LA RUBBIA DE BLÉ, POUR UN CALMIERE DE 8 ONCE

Tableau 29. PROFIT DES BAIOCCANTI SELON LE POIDS DE LA RUBBIA DE BLÉ, POUR UN CALMIERE DE 8 ONCE

(Source : ASR, Camerale II, Annona, b. 1, Atti diversi, « Scandaglio per regolare i prezzi del grano... », cit.).

  • 116 Il existe d’ailleurs des règles dans le mesurage des blés qui donnent une priorité dans le choix à (...)

125De cette manière, les marges de profit des boulangers prévus par la Tariffa sont surtout obtenus grâce aux différences de poids entre les différentes rubbia de blé travaillées. C’est un système très fragile, qui ne permet que des profits aléatoires. S’il peut pousser à une sélection dans les achats qui favorise les blés de meilleure qualité de la part des baioccanti116, il peut aussi encourager les fraudes dans la panification et sur le poids réel du pain à baiocco. Si telle est la structure de la Tariffa, la partie la plus importante de la rémunération des boulangers passe donc par l’écart entre le prix théorique du blé proposé par la Tariffa selon les différents poids du pain, et le prix moyen réel payé par les boulangers. Dans ce cas, le maintien du poids du pain à un niveau bas, qui caractérise la seconde moitié du xviie siècle, ne serait que le principal moyen d’assurer la rémunération du travail accompli. L’agio que l’on a retrouvé caché dans la Tariffa est le biais qui permet, dans un respect apparent de ses règles, de faire fonctionner le système.

  • 117 Cf. infra.

126Les distributions annonaires se présentent ainsi comme une sorte d’impôt pesant sur les boulangers, destiné aussi à constituer des ressources économiques nécessaires pour une intervention en leur faveur dans les conjonctures de hauts prix. Lorsque Alexandre VIII met fin aux ventes de l’Annone, en 1689, on introduit un impôt, d’abord appliqué uniquement aux boulangers decinanti puis étendu à toutes les catégories de boulangers. Cet impôt est incontestablement une source de rentrées pour les caisses annonaires et remplace celles qui provenaient des ventes qui viennent d’être supprimées. Le caractère fiscal de l’Annone est du reste reconnu dans la structure même du réseau commercial romain : la concession d’un four franc, on le verra, est intéressante à obtenir pour les boulangers parce qu’il s’agit d’une institution exempte des distributions de l’Annone117.

127A la racine des choix de l’administration en ce qui concerne le poids du pain, il y a aussi, et au premier plan, l’évaluation de l’influence que celui-ci peut avoir sur les profits des producteurs. Il faut prendre au sérieux la déclaration faite par la Congrégation de l’Annone, selon laquelle le poids du pain devrait être fixé chaque année sur la base de la qualité de la récolte et des coûts globaux supportés par les agriculteurs pour la production et le transport du blé à Rome. Du reste, certains signes indiquent que la préoccupation pour l’agriculture dirige en profondeur les actions de la Préfecture.

  • 118 BAV, Barb. Lat. 4862, Libro delle risoluzioni..., cit., « Sopra il governo dell’abbondanza... » cit

128L’observation du mouvement des prix sur le marché romain, et les informations recueillies par la Préfecture sur les coûts de production, permettent aux autorités d’évaluer les profits des mercanti di campagna, et d’organiser leur stratégie en tenant compte de cet élément aussi. C’est ce qui apparaît clairement de la lecture des objections présentées à la fin de 1612 au sein de la Congrégation, quand on envisage de laisser inchangés le poids du pain et le montant des distributions annonaires, en obligeant pour quelque temps les marchands à vendre leur blé au prix de 6,5 écus118. L’évaluation des profits des marchands est l’une des considérations qui décident les autorités à repousser cette hypothèse. Selon les calculs, si l’on fixait le prix de 6,5 écus par rubbia, et étant données les dépenses de culture et les rendements à la surface, les marchands obtiendraient un profit net d’un écu par rubbia, correspondant à 18 % environ de leur mise initiale, contre 27 % obtenus en vendant au prix courant de 7 écus, sans l’intervention de l’Annone. La Congrégation s’interroge sur les décisions à prendre par rapport à la justice de la rémunération du travail que les marchands obtiendraient si le prix était fixé à 6,5 écus. Juste en théorie, un taux de 18 % paraît cependant trop faible dans la conjoncture présente :

  • 119 (...) pare che sia poco stante le fatiche, i risichi di vita e di robba, i bisogni delle case dei m (...)

(...) il semble être peu, étant donnés la peine, les risques de vie et de biens, les besoins des maisons des marchands, qui ont pour la plupart une famille, et surtout si l’on considère la perte qu’ils ont subie dans les trois années précédentes, qui ont été stériles pour eux parce que, bien qu’ils aient eu beaucoup de blé, ils l’ont vendu très peu ou ils l’ont jeté ; pour cela, il ne semble pas honnête, dans une année où ils peuvent être récompensés, de limiter le prix à 65 giuli. Bien qu’ils puissent rentrer dans leurs dépenses et obtenir un profit, et qu’ils devraient spontanément s’y conformer, il n’est pas juste de le contraindre à vendre à ce prix119.

129Le profit de 1,5 écus par rubbia, représentant 27 % de profit net, est considéré à la fois comme raisonnable et comme pouvant compenser les pertes subies dans les années précédentes :

  • 120 (...) Nè i mercanti si potrebbono dolere del prezzo di scudi 7 già che guadagnerebbono 15 giuli il (...)

(...) ni les marchands devraient se plaindre du prix de 7 écus, puisqu’ils gagneraient 15 giuli par rubbia, ce qui correspond à 27 % (...) et le dit profit non seulement devrait leur suffire pour cette année, mais aussi les compenser un peu des pertes subies dans les précédentes120.

  • 121 Cf. supra.

130Le raisonnement de la Préfecture, pour ce qui concerne les profits des producteurs, est symétrique à celui développé pour les autres acteurs économiques. Les autorités, bien que sachant que le moteur de la croissance de la production est l’augmentation des profits, n’acceptent pas de les rendre indépendants de toute considération morale. Dans une conjoncture de bas prix comme celle de la seconde moitié du xviie siècle, cet aspect de la politique annonaire reste à l’arrière-plan, car le mouvement naturel des prix agit seul dans cette direction, et le calmiere du pain appliqué à Rome n’influence pas la baisse des prix du blé. On constate d’ailleurs que le rôle du calmiere sur les profits des agriculteurs disparaît des discussions des Congrégations annonaires de la deuxième moitié du siècle, et que l’attention se déplace sur les moyens les plus aptes à soutenir les profits agricoles, sans pour autant remettre en cause les résultats obtenus sur le marché romain121. Le contrôle acquis sur cet espace commercial par les autorités n’est pas abandonné, même avec la réforme d’Alexandre VIII. Pendant la période 1689-1703, lorsque l’activité annonaire de vente aurait dû être arrêtée, les distributions de blé à rinnovo fonctionnent au contraire à plein régime. Ce mode de distribution, joint aux prêts octroyés aux marchands tant en blé qu’en argent, permet aux autorités de contrôler à fond le marché. L’absence d’une échéance fixe pour le remboursement du blé distribué aux boulangers laisse à la Préfecture d’amples marges d’intervention. Lorsqu’on estime devoir intervenir pour soutenir les cours du blé, les boulangers sont obligés de rendre tout le blé qui leur a été cédé à rinnovo. Ils sont ainsi, de façon indirecte, contraint de s’adresser au marché, favorisant de cette manière la hausse des prix, en participant à l’augmentation de la demande. L’attitude inverse est évidemment adoptée lorsqu’on veut faire baisser les prix du blé vendu en ville. L’importance de ce système à été parfaitement saisi par l’excellent analyste qui est Nicola Maria Nicolai, qui écrit à ce propos :

  • 122 (il sistema del rinnovo) tenuto dall’annona, era, per così dire, la bilancia, perché venendo il nuo (...)

(Le système du rinnovo) adopté par l’Annone, était, pour ainsi dire, la balance, parce que, la nouvelle récolte venue, et les marchands voulant vendre leur blé à un prix dépassant les 7 écus par rubbia, l’Annone n’obligeait pas les boulangers à payer leur dette ; au contraire, elle leur distribuait d’autres blés (...) ; en tenant ainsi pourvue la ville pendant quelque temps, il arrivait que les marchands, du fait du retard dans la vente, et parce qu’ils étaient obligés de rendre au mois d’août les prêts octroyés par l’Annone, se décidaient à vendre leurs blés (...). En revanche, s’il arrivait que le boulanger ne veuille pas, dans des saisons d’abondance, acheter le blé à un prix raisonnable, avec lequel le marchand puisse payer son loyer et ses autres dépenses, l’Annone l’obligeait au début de la saison à rembourser tout ou partie de sa dette. Ainsi faisant, saison après saison, tout était dans un équilibre parfait, et le Prince était à l’abri des pertes, sauf dans les cas de disette (...) et pour leur travail le marchand et le boulangers recevaient, un gain légitime et honorable122.

131Bien que, comme j’ai cherché à démontrer, le mécanisme de fonctionnement et la réalisation pratique de ce système soient beaucoup plus compliqués et contradictoires, l’analyse de Nicolai saisit bien le principe de base qui régit les actions de la Préfecture, et fournit la clé pour en comprendre la logique.

132L’analyse des modalités particulières de l’intervention annonaire selon les différentes conjonctures qui traversent le xviie siècle a permis de dégager un certain nombre d’éléments importants pour la compréhension de la logique des autorités pontificales. On constate ainsi une tendance atypique à garder inchangé le poids du pain pendant des longues périodes. Cela est possible car la Tariffa n’établit pas de liens directs entre le poids du pain fixé et le prix du blé vendu sur les circuits commerciaux urbains, mais uniquement entre celui-là et le prix auquel l’Annone vend son propre blé. Cela permet des marges de manœuvre considérables pour contrôler efficacement l’équilibre entre les différents sujets concernés par l’échange céréalier. En particulier, c’est pour assurer aux boulangers des revenus « justes », en dépit des équivalences proposées par la Tariffa que, dès les années 1620, le poids du pain souhaitable s’établit autour de 8 once à baiocco, même si les afflux de blé et les prix pratiqués par les marchands pourraient permettre une augmentation du poids de la miche (comme s’était le cas dans les premières décennies du siècle). A cette exigence, s’ajoute celle, impérieuse, d’encourager les producteurs à augmenter les emblavures pour assurer à la ville une production toujours satisfaisante.

133L’ensemble des considérations relatives aux coûts et aux bénéfices du commerce céréalier pour chacun de ses protagonistes est développé dans le cadre de l’économie morale pontificale, fondée sur l’évaluation attentive du juste prix et du juste salaire. La forme acquise par le marché romain, et le rôle de l’Annone dans le circuit commercial de la capitale représentent la traduction pratique de ces deux concepts-clés de la pensée économique catholique. Comme on l’a vu leur définition concrète pose de nombreux problèmes, et peut mener à l’adoption de solutions différentes sur la base des considérations concernant la position des individus au sein de la communauté et le respect des hiérarchies sociales confirmées. L’existence d’importantes différences de statut à l’intérieur de chaque groupe, évidente dans le cas des producteurs, impose une organisation très raffinée du circuit commercial, permettant la réalisation de profits différents selon la position sociale des individus. La division entre les petits producteurs, auxquels est destinée la place du Campo de’ Fiori, et les grands marchands, qui disposent d’un circuit indépendant, ne résout pas complètement le problème, à cause justement des différences entre individus au sein de la catégorie des mercanti di campagna. Ce groupe est en effet composé des grands propriétaires fonciers, laïques et ecclésiastiques de la campagne romaine, des véritables mercanti di campagna, des personnages liés de manière diverse à la cour et à l’administration pontificale, et par une constellation difficilement définissable de marchands grands et moyens, qui n’apparaissent que de façon discontinue dans ce circuit. A travers le mode de réalisation des échanges, et la fragmentation des transactions, les autorités pontificales arrivent de façon efficace à assurer des rémunérations diversifiées à tous ces personnages, sans pour autant remettre en cause les principes de la justice commutative qui, selon la théologie morale, doivent régler la sphère économique, mais qui n’assurent pas le respect des hiérarchies sociales.

4–LE CIRCUIT DES MERCANTI DI CAMPAGNA

134Au-delà des polémiques des marchands et de l’apologétique annonaire, il est légitime de se demander de quelle façon les producteurs et les marchands utilisent le débouché commercial romain, et quel genre de possibilités d’exploitation celui-ci leur offre étant donné sa configuration particulière.

  • 123 Cf. supra, chap. II.
  • 124 ASR, Presidenza dell’annona e grascia, b. 2297, Nuovo regolamento dell’annona di Roma in sollievo d (...)

135Toutes les analyses contemporaines concernant les profits et les coûts de la céréaliculture, et toutes celles relatives aux moyens à mettre en œuvre pour remédier à la fois au déficit chronique des emblavures dans l’Agro et aux pertes subies régulièrement par les agriculteurs, proposent en dernière analyse la fixation d’un prix stable du blé et la prise en charge, complète et directe, de tous les achats par l’administration publique123. Sans aucun doute, la céréaliculture n’est pas une activité aux profits faciles et sûrs : non seulement à cause des aléas qui lui sont propres, mais aussi du fait des contraintes commerciales et tarifaires qui lui sont imposées par les autorités. Les impôts en tout genre qui pèsent sur le blé, ajoutés aux coûts de transport et aux risques courus, rongent les marges de profit, déjà étroites, permises par la vente en ville ; de leur côté, les limites posées à la liberté de commerce ne permettent pas de compenser les pertes subies sur le marché local. Mais comme l’affirme dans une incise le rédacteur du Nouveau règlement de l’Annone de Rome124, les agriculteurs qui, selon les calculs proposés par l’auteur, devraient perdre régulièrement 4,5 écus pour chaque rubbia de terre emblavée, en réalité ne perdent guère

  • 125 Ibid.

bien qu’ils aient à soutenir les dépenses citées, parce que les agriculteurs tirent des champs des profits sans lesquels ils ne s’adonneraient pas au travail (j’aurai l’honneur de les exprimer directement à Votre Excellence), et qui leur permettent de se refaire des pertes dont on a fait mention125.

136Un examen attentif des transactions céréalières qui ont lieu à l’intérieur de la ville, pendant une année choisie comme échantillon, permet de saisir les espaces de manœuvre qui existent à l’intérieur du marché, et qui permettent des formes et des niveaux de profits qui ne sont pas toujours facilement visibles, parce qu’ils sont fondés sur les relations qui lient différents groupes de vendeurs et différentes catégories d’acheteurs, dont l’institution annonaire elle-même. Si l’utilisation de tels espaces dépend certes de la structure particulière de la production et de la commercialisation, ainsi que des contraintes politiques imposées à ces activités, elle influence à son tour les évolutions possibles de la structure même, et contribue à modeler une image spécifique du marché, de l’activité marchande et du rôle joué par le pouvoir politique dans le domaine économique.

Une année d’échanges : 1658-1659

  • 126 Pour un examen de la politique annonaire pendant la peste, voir d’Amelia, 1990.

137Une fois terminée la peste qui a frappée la ville entre 1656 et 1657, déterminant une situation d’urgence y compris au niveau du ravitaillement alimentaire et de la politique annonaire126, Rome commence à revenir à la normalité avec l’année-récolte 1658-1659. Du point de vue des arrivées de blé en ville, des quantités vendues sur l’ensemble du réseau commercial urbain, et des distributions effectuées par l’Annone, l’année 1658-1659 se situe dans la moyenne de la période qui, commencée à la fin de la contagion, se clôt dans les quinze premières années du siècle suivant. 126 000 rubbia de blé atteignent la ville, dont environ 100 000 sont vendues dans le courant de l’année. En provoquant une chute importante de la population, l’épidémie a du même coup allégé le poids de la demande urbaine par rapport à une campagne dont les limites de production étaient une préoccupation constante pour les autorités ; et elle a aussi permis d’augmenter les stocks publics. En effet, non seulement l’Annone se montre très généreuse dans ses distributions, mais elle arrive aussi à augmenter de moitié les stocks présents dans ses entrepôts au début de l’année suivante.

138La tension des deux ans d’épidémie n’a pas complètement disparu, du moins pour ce qui est des retombées sur les prix des céréales. En 1658-1659, ceux-ci sont très élevés, à un niveau qui ne sera plus atteint dans les cinquante années suivantes. La bonne marche du ravitaillement, notamment dans le deux premiers mois de l’annéerécolte – à la fin du mois d’août 77 000 rubbia de blé sont déjà en ville – persuade les autorités d’augmenter le poids du pain qui, pendant l’année, passe de 7 à 8 once à baiocco.

139L’équilibre entre les différents acteurs du marché représente le but principal de l’intervention de la Préfecture pendant une année qui ne suscite pas de préoccupation particulière.

140Le maintien du calmiere au niveau de 8 once est rendu possible grâce à la distribution de blé aux baioccanti au prix de 7,5 écus, sensiblement inférieur aux prix moyens payés par les mêmes boulangers sur le marché (Cf. graphique XIII). Le montant global des distributions ainsi que leur répartition mensuelle n’ont d’ailleurs pas d’incidence sur le fonctionnement du circuit des marchands, ni du point de vue des quantités échangées, ni de celui des prix du blé : la sauvegarde des boulangers se conjugue avec la protection de la liberté des marchands.

141Avant d’entrer dans le détail de l’analyse des transactions qui ont lieu pendant l’année-récolte 1658-1659, je voudrais m’arrêter sur quelques considérations concernant les éléments qui interviennent dans la formation des prix : certains d’entre-eux vont permettre d’éclaircir les grands axes du fonctionnement du marché romain et de l’idéologie des politiques annonaires.

  • 127 ASR, Camerale II, Annona, b. 1, Atti diversi, contrat d’adjudication des douanes du Patrimoine, 167 (...)
  • 128 Cette condition rappelle de près le titre du lucrum cessans. Cf. supra, chap. I.
  • 129 ASR, Camerale II, Annona, b. 1, Atti diversi, contrat d’adjudication des douanes du Patrimoine, 167 (...)

142Les prix sont d’abord influencés par le rapport entre l’offre et la demande. La première dépend évidemment de la récolte : celle faite dans la campagne qui entoure la ville en premier lieu, mais aussi celle des régions représentant ou des réservoirs potentiels pour la capitale, ou des lieux privilégiés d’exportation du blé local. Les prix pratiqués dans les Etats voisins et dans les grands centres du commerce international sont également importants, dans une configuration de la propriété foncière et de l’exploitation agricole comme celle de Rome et de sa campagne : ici, comme on l’a vu, la petite exploitation paysanne n’a qu’une place limitée, la gestion des grands patrimoines fonciers étant soit directe, soit confiée aux mercanti di campagna. En principe, du fait des dimensions de leurs affaires et de leurs réseaux, ce sont les grands exploitants qui peuvent tirer profit du commerce à moyenne et longue distance. Dans le cas romain, ce sont toutefois les fermiers de la Chambre Apostolique qui jouent le rôle principal dans le commerce extérieur. Les contrats d’adjudication des charges publiques prévoient toujours, on se le rappelle, des clauses octroyant le droit de commerce dans toutes les provinces de l’Etat et à l’étranger pour des quantités données de blé ou d’autres céréales. Il est évident que l’usage de cette prérogative dépend de l’écart entre les prix locaux et ceux du lieu de vente choisi, auquel il faut ajouter les coûts du transport et les impôts. L’octroi des permis d’exportation (gratuits et privilégiés pour les fermiers, ou achetés et octroyés chaque année aux autres agriculteurs) est réglementé de façon à ne pas léser, en principe, l’intérêt et le bien-être de la capitale. L’Annone garde en tout cas un droit de préemption sur les contingents de blé pour lesquelles la tratta a déjà été octroyée : cependant, si elle en fait usage, elle doit indemniser le bénéficiaire, et les conditions de rachat de la tratta ne semblent pas pénaliser le concessionnaire. Sur ce point, l’exemple du contrat d’adjudication des douanes de la province du Patrimoine, souscrit en 1677, est probant. D’après le texte, le douanier bénéficie des tratte pour 9 000 rubbia de blé par an127. Le prix du rachat de ce blé par l’Annone, en cas de besoin, dépend du moment où il est effectivement acheté : jusqu’à la fin septembre elle le paie au prix courant du Campo de’ Fiori, augmenté de 2 écus par rubbia à titre d’indemnisation pour la perte de la tratta et des profits qui auraient pu en découler128 ; ensuite les conditions de rachat deviennent beaucoup plus lourdes pour l’administration, l’Annone devant s’engager à payer le blé au prix le plus élevé enregistré à Gênes, Lucques, Livourne, Viareggio et Naples129.

Graphique XIII – Prix maximus et moyens, prix payés par les baioccanti, les decinanti et les institutions ecclésiastiques pour une rubbia de blé achetée sur lecircuit des marchands (1658-1659).

  • 130 Cf. supra.

143Dans le cas romain, un autre élément influence l’offre de façon sensible : les disponibilités des stocks annonaires et l’usage que les autorités envisagent d’en faire. On a déjà insisté sur cet aspect130, mais il faut tout de même en rappeler la présence déterminante dans la régulation des flux de marché : bien que dans la réalité elle ne change pas énormément la position de l’Annone, la révision de la pratique annonaire de 1689, concernant à la fois les achats extra muros et les distributions aux boulangers, est néanmoins significative du rôle joué par l’institution publique dans la régulation de l’offre et de la demande.

  • 131 ASR, Presidenza dell’Annona, b. 1470, Registro delle lettere del Prefetto dell’Annona, 1659-60 ; Ib (...)
  • 132 Labrousse, 1933 ; Meuvret, 1977-1988.

144La qualité du blé influence également la formation du blé et en affecte la valeur. Il s’agit d’un facteur étroitement lié au précédent, qui intervient dans les cotations produites par la relation variable entre offre et demande, et qui contribue à donner au marché une configuration « à échelle » : à chaque niveau de prix correspond une catégorie spécifique d’acheteurs. Il y a en effet un blé à baioccanti et un autre à decinanti, de qualité supérieure et offrant un meilleur rendement en pain ; il y a un blé très précieux, utilisé par la cour pontificale, et un autre d’une qualité particulière, utilisé pour les se mences131. La valeur plus ou moins grande du blé selon sa qualité se reflète sur les prix payés par les différentes catégories d’acheteurs qui participent au marché, à chacune desquelles correspond une fourchette de prix, dont les limites demeurent très variables. Comme on l’a dit, la qualité joue à l’intérieur du contexte plus général de l’offre et de la demande. Dans les années de pénurie, les plus fortes tensions se produisent sur les céréales de qualité inférieure, vers lesquelles se porte l’essentiel de la demande132, tandis que dans les années d’abondance, on préfère les blés de qualité supérieure. Les conseils donnés en 1659 par le Préfet de l’Annone à deux de ses correspondants le montrent bien. Dans la lettre adressée à un baron napolitain il écrit, entre autres, que

  • 133 I grani belli che fanno bianco qui si vendono, e chi ne mandasse ne farebbe il denaro ; i grani for (...)

ici, les bons blés qui font le pain blanc se vendent bien, et ceux qui en enverraient feraient de bonnes affaires ; les blés durs, comme les scorcidi ont un prix très bas133.

Il donne ensuite des conseils d’affaires :

  • 134 Ibid.

Si les blés que vous possédez font du pain noir, ne les envoyez sous aucun prétexte ; s’ils font du pain très blanc, songez aux prix et aux coûts. Ici on les vend à 8,5 et 9 écus par rubbia134.

Quinze jours plus tard il conseille à Andrea Galimberti, le commissaire de l’Annone de Civitavecchia, de ne pas se presser de vendre son blé,

  • 135 Ibid., lettre du 18 octobre 1659 à Andrea Galimberti, Civitavecchia.

puisqu’un blé si lourd, bien qu’il donne un pain très noir, va trouver son acheteur cet hiver, avec votre profit135.

En plus de ces éléments, pour ainsi dire structurels, il en est d’autres qui jouent un rôle dans la détermination de la valeur du blé, donc sur son prix. Ils s’agit de ceux qui caractérisent le mieux la « personnalisation » des marchés d’Ancien Régime.

145Le privilège de la tratta a une valeur, même si l’exportation n’est pas véritablement effectuée. Dans la longue négociation qui a lieu entre le Préfet de l’Annone et les agriculteurs de la province du Patrimoine pendant la saison 1659-1660, cet élément apparaît clairement. La récolte a été très abondante dans toutes les régions de l’Etat pontifical. Les producteurs sont donc contraints de s’adresser à l’Annone pour obtenir son appui et lui vendre leur blé à des prix plus rémunérateurs que ceux pratiqués dans les différentes villes de l’Etat. Le Préfet, bien qu’il manifeste l’intention de soutenir concrètement les producteurs, hésite à en accepter les conditions, qu’il juge excessives. Il exprime ses doutes dans la correspondance qu’il entame avec Francesco Falgario, commissaire de l’Annone de Corneto et Montalto, c’est-à-dire dans une des zones privilégiées de l’approvisionnement romain. Poussé par ses supérieurs à accepter un contingent important de blé proposé à l’Annone par les Betti, douaniers du Patrimoine, au prix de 5 écus par rubbia, le Préfet utilise ce prix comme référence pour les autres agriculteurs de la région, affirmant toutefois, et c’est l’élément significatif, que

  • 136 Ibid., lettre du 30 aout 1659, à Francesco Falgario.

si les Betti, qui ont la tratta, le cèdent à 5 écus, les marchands en question peuvent bien le faire à 4,5 écus136.

146Le privilège de la tratta augmente la valeur du blé, même sur le marché local. Les tratte sont conçues comme une forme de gain à sauvegarder, même si elles ne sont pas utilisées. Il s’agit d’un privilège lié au statut de la personne qui en jouit ou, comme dans le cas évoqué, à la position professionnelle du propriétaire, qui se transfère automatiquement au bien possédé, même lorsque ce bien est vendu sur place. En vérité, il y a une séparation presque totale entre les droits dont on peut jouir sur un bien et le bien lui-même. Les tratte peuvent être vendues séparément du blé, créant ainsi un autre circuit commercial, géré en premier lieu par ceux qui bénéficient de tratte gratuites, et qui s’adresse à d’autres groupes économiques et sociaux. Ce qui est important, ce n’est pas tant le point d’arrivée, que les règles qui guident les passages successifs. Le passage de privilèges de la personne qui en bénéficie à la chose possédée est en effet à l’origine d’un autre transfert : celui qui voit le retour du privilège des choses aux personnes qui les acquièrent directement de ceux qui possèdent le privilège ; ce privilège est ensuite étendu à tous les biens possédés par l’acheteur, même si ces derniers sont d’une toute autre provenance. Ce même mécanisme agit dans un autre cas, dans une période plus tardive. Dans un chirographe du 23 janvier 1728, le pape Benoît XIII résout un problème qui s’était posé à la suite de l’application d’un autre chirographe, exonérant l’Hôpital de San Gallicano des impôts portant sur la production du pain pour la consommation de l’Hôpital, ainsi que des distributions annonaires. L’hôpital, n’ayant pas son propre boulanger, avait chargé un boulanger de la ville, Andrea Zingher, de lui fournir le pain nécessaire à ses propres besoins ; en outre il lui avait loué pour 400 écus l’an, l’exonération des distributions annonaires dont il bénéficiait. Le problème qui se pose alors peut se formuler ainsi :

  • 137 ASR, Presidenza dell’Annona, b.2287, Raccolta di duplicati di chirografi, moti propri, ordinazioni (...)

L’exonération de la distribution du blé octroyée au boulanger chargé du ravitaillement en pain pour l’hôpital, est-elle limitée aux quantités de blé transformées à ce fin (...) ou bien est-elle élargie à tout le blé travaillé par le même boulanger et vendu au public dans son four ?137.

Non seulement la résolution du pape admet la possibilité de louer l’exonération, chose qui paraît tellement évidente qu’elle n’est même pas discutée ; mais elle accepte aussi l’idée d’une extension de l’exonération ; est en effet octroyé

  • 138 (...) tanto al detto Andrea Zingher, quanto ad ogni altro fornaro che sarà pro tempore destinato e (...)

(...) tant au dit Zingher, qu’à tout autre boulanger qui sera par la suite désigné pour le ravitaillement en pain de l’Hôpital (...) l’entière et complète exonération des distributions du blé (...) que l’Annone et le Préfet ont coutume de faire, et des autres, ordinaires et extraordinaires, tant pour la quantité de pain que le boulanger produira pour le service de l’hôpital, que pour tout le pain qu’il produira et vendra au public dans son four138.

Dans les deux cas proposés, la structure du raisonnement est la même, et elle renvoie à l’importance des relations interpersonnelles dans le domaine de l’échange et, par là, à la contradiction fondamentale qui existe au sein de la théorie économique catholique dans la version adoptée par l’Etat pontifical.

147On a vu comment la configuration du Campo de’ Fiori répond aussi à la nécessité théorique de garantir une formation correcte du juste prix, c’est-à-dire un prix conforme aux principes de la justice commutative qui devrait régler les échanges. C’est précisément grâce à la présence du Campo de’ Fiori, idéologiquement indispensable, que la politique annonaire peut s’écarter de ces principes, en acceptant dans son activité au sein du circuit des marchands, des critères et des jugements de valeur plus proches de ceux de la justice distributive. La théorie économique est riche d’exemples semblables. La légitimation, par exemple, du prêt à intérêt suit la reconnaissance du droit de perception d’intérêts de la part d’une catégorie spécifique de personnes, à savoir les marchands, grâce à l’application des principes du lucrum cessans et du damnum emergens. Ici aussi, on part du rôle joué par la personne pour justifier ces pratiques. A l’intérieur du circuit des marchands, peuplé par des acteurs qui diffèrent tant par leur position économique que sociale et politique, la marge de déviation par rapport aux principes de la justice commutative se justifie, à travers la nécessité de respecter les privilèges dérivant du statut. C’est la politique qui est en jeu dans un espace économique : les relations sociales, les médiations entre intérêts divergents, le respect de la hiérarchie sociale. Et c’est précisément dans ce contexte qu’agit la justice distributive, pour laquelle la référence de l’équivalence est la position sociale des individus à l’intérieur de la communauté et non pas les choses échangées. La fusion, ambiguë et pleine de contradictions, entre les deux domaines de la justice, se réalise précisément dans l’espace étroit de l’activité annonaire. C’est dans cette zone intermédiaire de contact entre deux logiques, celle de l’échange et celle de la politique, que se réalise un système économique particulier, dont les règles ont été élaborées dans d’autres contextes. C’est ici que s’affaiblit la rigueur scolastique de la justice commutative posée à la base des échanges ; mais c’est aussi ici que, dans une tentative de conciliation entre la doctrine et une pratique qui la remet en cause, se réalisent les solutions les plus novatrices. La spécificité de l’Annone romaine, l’efficacité montrée par le système, sa capacité à créer du consensus, sont précisément le résultat de la relation entre théorie et pratique.

148Après avoir examiné dans le premier chapitre les aspects théoriques du problème de l’échange, il faut maintenant voir, du point de vue pratique, comment agissent concrètement les relations d’échange sur ce circuit, quelles possibilités de profit ce réseau permet, qui en sont les principaux bénéficiaires et de quelle façon ils se comportent.

Les acheteurs

149La distribution des transactions par catégories d’acheteur est d’abord une conséquence logique de la réglementation rigide de la boulangerie, qui vise à concentrer la presque totalité de la production de pain dans les mains des boulangers soumis aux contrôles de l’autorité politique (Cf. tableau 30).

Tableau 30. ACHATS DE BLÉ PAR CATÉGORIE D’ACHETEURS

Tableau 30. ACHATS DE BLÉ PAR CATÉGORIE D’ACHETEURS

(Source : ASR, Presidenza dell’Annona, b. 67, Lista dei misuratori del grano, 1658).

Les professionnels

150Les principaux acheteurs du blé sont les « professionnels de la transformation », boulangers, fabricants de pâtes, pâtissiers : 83,5 % du blé passe par eux avant d’atteindre les consommateurs effectifs. L’importance de chaque catégorie d’artisans est naturellement différente (Cf. tableau 31).

Tableau 31. RÉPARTITION DES ACHATS ENTRE LES DIFFÉRENTES CATÉGORIES DE PROFESSIONNELS

Tableau 31. RÉPARTITION DES ACHATS ENTRE LES DIFFÉRENTES CATÉGORIES DE PROFESSIONNELS

(Source : ASR, Presidenza dell’Annona, b. 67, Lista dei misuratori del grano, 1658).

151Si les fabricants de pâtes et les pâtissiers effectuent à peine un peu plus de 4 % des achats, les boulangers baioccanti et decinanti se partagent, en proportions presque égales, 64 795 rubbia de blé, correspondant à 79,7 % du blé vendu en ville pendant l’année 1658-59, tous circuits confondus.

Graphique XIV – Répartition mensuelle des achats des professionnels (1658-1659).

  • 139 Revel, 1972, p. 215.

152Les achats sont effectués par les professionnels de façon presque uniforme tout au long de l’année (Cf. graphique XIV). C’est cependant d’août à octobre que l’on enregistre le plus fort volume d’échanges : c’est la période pendant laquelle les distributions de l’Annone sont plutôt faibles (1 032 rubbia au total) et où, par conséquent, toute la demande spécialisée s’adresse au marché. A cause de leur position charnière entre le monde de la production et celui de la consommation, les contrôles sur les boulangers sont très rigoureux, et leur interdisent de constituer et de conserver des stocks de blé trop importants139.

153D’autre part, l’interdiction du stockage privé ou professionnel permet de maintenir le marché animé tout au long de l’année, même dans les saisons de hausse naturelle des prix. L’Annone intervient parfois pour défendre les boulangers contre les spéculations, dans les cas où les tensions sur les prix se révèlent trop fortes ; il n’en est pas moins vrai que leur dépendance par rapport aux variations saisonnières demeure très forte. Pour accroître les difficultés des boulangers, vient s’ajouter la pratique de l’achat du pain à crédit. Le dépouillement de quelques registres notariaux révèle une diffusion importante de cette pratique, utilisée aussi par les marchands. Quelques exemples suffiront à montrer la présence de ces comportements et l’incidence des dettes, ainsi que l’usage qui peut être fait de ces dernières.

  • 140 ASR, Notai, segretari e cancellieri della Reverenda Camera Apostolica, vol. 1043, notaire Francesco (...)
  • 141 Ibid., c. 330.
  • 142 Ibid., c. 980. Marsilio Selvaggio est un boulanger important, qui achète en 1658-1659 2 654 rubbia (...)

154Pendant l’année 1658-1659, Giobatta Calcarasi, un marchand, vend 43 rubbia de blé. Il est débiteur de Francesco Illuminati, boulanger dans la place Madama, pour un montant de 430,5 écus, en plus de l’équivalent de 10 dizaines de pains blancs140 ; le 16 mars 1658, un autre marchand reçoit du Préfet de l’Annone une injonction à payer, dans un délai de 20 jours, sa dette de 14,70 écus contractée avec le boulanger Giobatta Curubino141. Marsilio Selvaggio, boulanger à Santa Barbara, profite de l’endettement d’un de ses clients : il achète au conte Simeone della Leona la maison où se trouve son four, en soustrayant du prix estimé de la maison le montant de ce que le conte lui doit, équivalent à 397,40 écus142.

  • 143 Rodocanachi, 1894.
  • 144 ASR, Presidenza dell’Annona, b. 2287, ff. 235-241, Raccolta di duplicati..., cit. « Ordini, precett (...)

155La corporation des boulangers essaie de protéger ses membres des difficultés provoquées par les créanciers insolvables ou récidivistes, en interdisant à tout boulanger de vendre du pain à ceux qui ont des dettes envers un autre boulanger de la ville143. Du côté des agriculteurs, on adopte des mesures semblables pour protéger les membres de la corporation des dettes contractées par les boulangers. Les mesureurs de blé ont l’interdiction de travailler pour les boulangers signalés par les marchands comme débiteurs insolvables144.

156La vente et l’achat à crédit représentent une pratique assez répandue, comme en témoigne la réitération des textes visant à l’interdire ; elle apparaît néanmoins très peu souvent dans les registres des mesureurs de 1658. Il n’y a que douze transactions à crédit, dont onze concernent les boulangers : huit baioccanti, pour un montant de 156 rubbia, et trois decinanti, pour 300 rubbia. Trompeuse pour ce qui est de la réalité des échanges, l’absence de référence à cette pratique montre plutôt une hésitation devant le fait de la déclarer, parce qu’il s’agit d’une pratique suspecte, toujours soumise au risque de tomber dans la catégorie de l’usure.

157Sur le circuit des marchands, on enregistre cependant une forme particulière d’achat qui présente des caractéristiques, avantages et risques, proches de ceux du crédit. Tous les professionnels de la transformation céréalière, mais surtout les boulangers decinanti, reçoivent du blé des propriétaires, pour leur donner du pain en échange, tout le long de l’année. Le montant des transactions effectuées selon cette modalité est très varié, et les fournisseurs appartiennent à différentes couches sociales et commerciales. On va d’une seule rubbia, confiée au boulanger par des artisans qui l’ont reçue comme paiement de leur travail, aux 155 rubbia remises par le duc Altemps au début de janvier à Cesare, boulanger à via Condotti, qui lui fournit tout au long de l’année du pain blanc et du pain de campagne pour le ravitaillement de ses ouvriers agricoles ; ou aux 275 rubbia du prince de Palestrina, données en novembre à Gio, boulanger à San Nicola, en échange de pain blanc pour la consommation de sa famille.

158Les plus de 4 000 rubbia que les boulangers acquièrent ainsi, et qui équivalent à environ 15 % de leurs achats, ont une fonction semblable à celle du blé distribué par l’Annone à rinnovo. Achetées pour 60 % environ dans les cinq premiers mois de l’année-récolte, elles sont payées aux fournisseurs avec des livraisons de pain fragmentées et reparties sur des périodes plus longues. Le pain produit avec le blé qu’ils se sont procurés de cette manière peut ainsi être mis en circulation immédiatement, assurant une certaine liquidité que les boulangers utiliseront pour d’autres achats. Ces achats constituent une forme limitée de stockage à moyen terme, et mettent les boulangers à l’abri de hausses soudaines de prix. L’incidence de ce type d’achat sur le total des achats mensuels, est plus forte dans les périodes où le volume des échanges est réduit, et dans celles où les acheteurs sont poussés à la prudence soit par le niveau élevé des prix, comme en février, soit par l’attente de la nouvelle récolte.

159Le choix du boulanger à qui confier son blé pour la transformation intervient après un essai de qualité : on donne quelques rubbia au boulanger pour évaluer son travail. Ce choix est subordonné au jugement de qualité formulé à la suite de l’essai, mais aussi à un jugement global sur la fiabilité de l’artisan. Il est donc probable que l’accès à cette modalité de ravitaillement et de paiement soit assez difficile, et qu’elle suppose une certaine solidité financière du boulanger, notamment lorsque les livraisons concernent des quantités importantes. Le boulanger a en effet intérêt à tisser un lien stable avec les familles qui jouissent de privilèges particuliers de panification, puisqu’il existe la possibilité que de tels privilèges soient élargis à tout son travail, comme dans le cas du boulanger de l’hôpital de San Gallicano, que l’on a mentionné.

Les institutions ecclésiastiques

160Un second groupe de transactions concerne les institutions ecclésiastiques. Même si elles se situent loin derrière les boulangers, elles sont les protagonistes du 11,5 % des transactions de l’année 1658-59, pour un total de 9 370 rubbia de blé.

  • 145 BAV, ms. Chigi H III 63, « Casali dell’Agro romano... », cit. ; Ibid., mémoire de l’Hôpital du Sant (...)
  • 146 Il y a sans doute d’autres boulangers qui travaillent pour le Santo Spirito, mais il est impossible (...)

161Le ravitaillement des institutions ne dépend pas du seul marché ; il provient également de leurs propriétés foncières. Le cas le plus significatif est celui de l’Hôpital du Santo Spirito. Propriétaire de 4 180 rubbia de terres dans l’Agro romain, il en gère directement la plus grande partie et, en 1658 il est le principal vendeur de blé de la ville145. Au moins 490 rubbia sortent de ses entrepôts pour être livrées à son boulanger, Tommaso Cecone, et être utilisées pour la consommation directe de l’institution146. On explique ainsi la faiblesse des quantités achetées par l’Hôpital par rapport à celles qui le sont par des institutions beaucoup plus petites (Cf. tableau 32).

  • 147 Dans le calcul des rubbia achetées par l’Hôpital du Santo Spirito, on n’a pas compté celles qui arr (...)

Tableau 32. RÉPARTITION DES ACHATS ENTRE LES INSTITUTIONS ÉCCLÉSIASTIQUES (1658-1659)147

Tableau 32. RÉPARTITION DES ACHATS ENTRE LES INSTITUTIONS ÉCCLÉSIASTIQUES (1658-1659)147

(Source : ASR, Presidenza dell’Annona, b. 67, Lista dei misuratori del grano, 1658).

162Le principal acheteur est le Palais Apostolique : pour le ravitaillement de la cour pontificale, il achète 6 768 rubbia. Loin derrière, avec des achats inférieurs aux 700 rubbia, on trouve le Château Saint Ange, c’est à dire les prisons pontificales ; suivent les collèges, les églises et les monastères, qui n’achètent que quelques centaines de rubbia ; il est cependant certain que ces institutions ont aussi recours, pour leur ravitaillement, au marché du pain.

163La participation des institutions ecclésiastiques au marché du blé est discontinue sur l’année : importante d’août à octobre et en février, elle est en revanche très réduite pendant les autres mois, ne dépassant jamais 1 000 rubbia au total. Cette discontinuité, due en partie aux arrivages en ville de la production des propriétés des institutions elles-mêmes, a une retombée importante sur le mouvement des prix du blé qu’elles achètent. Les prix moyens payés par les boulangers baioccanti et decinanti, ont un mouvement similaire, se situant respectivement en-dessous et au-dessus de la moyenne générale. Les prix moyens payés par les institutions, eux, varient sensiblement d’un mois à l’autre, entre un minimum de 78 giuli en novembre et un maximum de 95 en février. L’incidence des achats des institutions sur le mouvement des achats des boulangers et des prix payés par eux, est très faible ; ce type de transactions représente plutôt un circuit à part, bien que situé à l’intérieur du marché urbain. Le parallélisme parfait entre le mouvement des prix des institutions et les prix maximum généraux du deuxième semestre en est une preuve supplémentaire, tout comme le fait que ce mouvement ne produit aucun effet tangible sur le reste des transactions. Les grandes possibilités financières des institutions, ainsi que leur recherche attentive d’une qualité supérieure, en font des interlocuteurs aussi différents que précieux pour les marchands de blé. L’accès à ce circuit commercial, comme on le verra, reste cependant difficile et réservé à un nombre restreint de marchands.

Les particuliers

1645 % environ des transactions ont enfin comme destinataire un groupe hétérogène, dont font partie des personnes qui achètent le blé pour un usage que l’on peut qualifier de privé (Cf. tableau 33).

  • 148 A l’exception des 149 rubbia achetées par les Pères de l’Apollinare et des 10 achetées par le Santo (...)

165La plupart des céréales sont achetées par des boulangers de maison (fornai di casa), derrière lesquels se cachent des familles ou des institutions qui jouissent du privilège de la panification. On y compte aussi des artisans, des commerçants, des membres des professions libérales, ainsi que quelques seigneurs ecclésiastiques. Globalement, ces catégories s’adjugent 750 rubbia de blé. Les rares bou langers casarecci qui achètent sur ce circuit, pour un total d’environ 100 rubbia, le font sans doute pour utiliser personnellement le blé : les normes qui règlent la panification prévoient en effet que cette catégorie de boulangers ne travaille que le blé qui leur est directement fourni par les clients, et les excluent du droit d’accès au marché de gros, et de la revente de pain. Pour le reste des ventes aux particuliers, 120 rubbia sont vendues à la communauté juive et 249 à quelques marchands qui se font acheteurs de blé destiné aux semailles148.

Tableau 33. RÉPARTITION DES ACHATS DES PARTICULIERS (1658-1659)

Tableau 33. RÉPARTITION DES ACHATS DES PARTICULIERS (1658-1659)

(Source : ASR, Presidenza dell’Annona, b. 67, Lista dei misuratori del grano, 1658).

Les vendeurs

166Sur les 1 113 vendeurs qui animent le marché romain, 43,3 % vendent moins de 10 rubbia de blé dans l’année (Cf. tableau 34).

167Ce groupe comprend des artisans et des petits commerçants qui ont reçu une ou deux rubbia en paiement de leur travail, et qui s’empressent de les revendre ou de les confier à un boulanger en échange de pain ; s’y ajoutent des soldats et des ecclésiastiques, quelques nobles, des seigneurs. Le pourcentage élevé de vente sans indication de prix que l’on trouve dans ce groupe fait penser qu’il s’agit d’un petit circuit utilisé par ceux qui, pour des raisons diverses, possèdent quelques rubbia de blé et décident de les utiliser pour leur propre consommation, en les confiant aux boulangers pour la transformation, ou qui les vendent pour compléter leur rentrées d’argent, par un gain limité et improvisé.

168Le pourcentage des ventes contrôlées par ce groupe est assez restreint : 3,2 % du total. Le marché romain est en effet presque entièrement entre les mains d’un petit groupe de grands propriétaires fonciers et de marchands. Plus de 50 % des ventes sont réalisées par 4 % environ des acteurs qui participent au circuit commercial avec chacun plus que 400 rubbia de blé.

169Dans ce groupe, on trouve quelques-uns des principaux propriétaires fonciers de l’Agro romain. L’Hôpital du Santo Spirito est, comme on l’a dit, le vendeur le plus important ; d’autres institutions ecclésiastiques le suivent d’assez loin : le Chapitre de San Pietro (1 528 rubbia), les moines de San Paolo (893 rubbia), la Compagnia de la Santissima Annunziata (464), le chapitre de Santa Maria Maggiore (448). Parmi les propriétaires laïcs, on retrouve certains des noms les plus connus de la noblesse et de la bourgeoisie urbaine : les Pamphili, les Borghese, les Cesarini, ainsi que le marquis Patrizi et Orazio Falconieri, tous avec des ventes supérieures à 1 000 rubbia ; puis les Astalli, les Sacchetti, les Barberini et les Ludovisi, les Mattei et les Strozzi, le chevalier Verospi et Alessandro Butio.

Tableau 34. RÉPARTITION DES VENDEURS PAR QUANTITÉS VENDUES ET POURCENTAGES DE MARCHÉ POUR CHAQUE GROUPE (1658-1659)

Tableau 34. RÉPARTITION DES VENDEURS PAR QUANTITÉS VENDUES ET POURCENTAGES DE MARCHÉ POUR CHAQUE GROUPE (1658-1659)

(Source : ASR, Presidenza dell’Annona, b. 67, Lista dei misuratori del grano, 1658).

  • 149 Je ne fais ici référence qu’aux propriétés comprises dans l’Agro romano.
  • 150 Coste, 1969 ; Revel, 1979.
  • 151 Cf. supra, chap. II.
  • 152 BAV, ms. Chigi H III 63, cit., ff. 1-3.

170La présence des grands propriétaires de l’Agro sur le marché de la capitale n’est pas toujours proportionnelle à la quantité de terre possédée (Cf. tableau 35). Bien que les 49 propriétaires qui apparaissent dans le groupe des vendeurs contrôlent globalement 29,4 % du blé commercialisé, la différence de comportement à l’intérieur du groupe reflète de façon significative les différentes possibilités d’exploitation du patrimoine agricole et les stratégies personnelles par rapport à un marché contrôlé. Le Chapitre de San Pietro, par exemple, qui est le plus important propriétaire de l’Agro avec 15 442 rubbia de terres, n’introduit sur le marché que 1 528 rubbia de blé ; l’Hôpital du Santo Spirito, dont les possessions ne représentent qu’un quart environ de celles du Chapitre149, vend et consomme 4 629 rubbia. L’aversion des chanoines de San Pietro pour l’exploitation directe, et leur préférence pour la mise en location, sont anciennes : déjà dans la première décennie du xviie siècle, la plupart de leurs casali sont loués, et ce n’est que dans les dernières années du siècle que l’on peut constater une inversion de la tendance150. Le mémoire – déjà mentionné plus haut151– daté de la seconde moitié du xviie siècle, bien que rédigé par les dirigeants du Santo Spirito en polémique ouverte contre le Chapitre, souligne la différence d’attitude profonde entre les deux institutions, en opposant l’activité productive très marquée de l’Hôpital au laxisme présumé de San Pietro152.

Tableau 35. PROPRIÉTAIRES FONCIERS DE L’AGRO QUI APPARAISSENT COMME VENDEURS SUR LE MARCHÉ ROMAIN (1658-1659)

Tableau 35. PROPRIÉTAIRES FONCIERS DE L’AGRO QUI APPARAISSENT COMME VENDEURS SUR LE MARCHÉ ROMAIN (1658-1659)
  • 153 ASR, Presidenza dell’Annona, Liste dei misuratori del grano, 1659.
  • 154 On se limitera ici à souligner les absences contemporaines – et de ce fait significatives – d’un gr (...)

171Plusieurs grands propriétaires afferment la plupart de leurs possessions, et n’introduisent en ville que ce qui est nécessaire pour leur propre ravitaillement : ils le confient à un boulanger pour la transformation, ou ils l’utilisent pour payer les artisans qui travaillent pour eux. Leur présence sur le marché, bien que réduite, semble avoir un caractère constant. On retrouve en effet 40 d’entre eux l’année suivante153. Il y a quelques exceptions visibles, telles la Compagnie de la Santissima Annunziata ou le marquis Crescenzi, dont on ne trouve plus de trace154. Il faut néanmoins souligner qu’en 1659-1660, année de production abondante, presque tous les grands propriétaires qui ont beaucoup vendu l’année précédente, réduisent de façon sensible leur contribution aux ventes. Tout en demeurant le principal vendeur de la ville, l’Hôpital du Santo Spirito réduit de moitié son apport, comme le Chapitre de San Pietro ; le prince Borghese le réduit, lui-aussi, d’un tiers, et le marquis Patrizi passe de 1 282 rubbia en 1658-1659 à moins de 169 l’année suivante. D’autres propriétaires, qui n’avaient vendu que peu de blé, gardent par contre leurs positions. La seule exception est celle du duc Cesarini, dont les ventes augmentent, passant de 1 550 à 2 200 rubbia : plus de la moitié sont vendu au Palais Apostolique, au prix de 91 giuli par rubbia.

  • 155 ASR, Presidenza dell’Annona, b. 1470, Lettere del Prefetto dell’Annona, lettre à Francesco Falgario (...)

172Ces données permettent de formuler des hypothèses sur l’attitude des grands propriétaires dans une conjoncture de bonnes récoltes et de bas prix. Ceux qui exploitent directement leurs terres tendent à réagir à la baisse des prix en réduisant leur contribution au marché. Les ressources financières dont ils disposent peuvent leur permettre de conserver leurs stocks, en attendant la hausse des prix ; ou de les exporter lorsque, grâce à leurs relations, ils peuvent disposer des tratte et des informations économiques nécessaires sur les débouchés dans le reste de l’Etat ou à l’étranger. L’exception constituée par le duc Cesarini montre d’autre part l’existence d’un débouché sûr et hautement profitable à l’intérieur même du marché romain, représenté par la cour pontificale. La possibilité d’accéder à ce circuit paraît une condition essentielle à la participation au marché des grands vendeurs, dont l’attitude est avant tout orientée vers la réalisation de profits importants. En 1659-1660, par exemple, des trois personnes qui vendent plus de 400 rubbia de blé et qui étaient absentes du marché l’année précédente, deux fournissent le Palais Apostolique ; le troisième, le cardinal Medici, semble avoir trouvé la vente de son blé à Rome plus profitable que celle dans les lieux habituels pour lui155. Des relations particulières avec la cour pontificale sont indispensables pour avoir accès à ce circuit, qui permet de réaliser d’importants profits : on le verra dans le détail lors de l’examen des transactions effectuées sur le marché.

  • 156 Ces renseignements sont tirés de ASR, Camerale II, Annona, b. 1, Atti diversi ; Ibid., b. 64, Tratt (...)
  • 157 ASR, Presidenza dell’Annona, Liste dei misuratori del grano, 1659.
  • 158 Ces renseignements sont tirés notamment de ASR, Camerale II, Annona, b. 64, Tratte sciolte.

173Les relations avec le pouvoir politique et le gouvernement temporel de l’Etat pontifical permettent aussi d’obtenir une position importante dans le commerce céréalier. Dans le groupe qui domine le circuit commercial de la capitale, en dehors des grands propriétaires locaux, on trouve plusieurs fermiers de la Chambre Apostolique. En 1651, Pietro Nerli est le Dépositaire Général de la Chambre ; en 1652, il est fermier des impôts de Monte Marciano, charge qu’il détient depuis huit ans ; chargé pendant trois ans, entre 1653 et 1655, d’acheter du blé pour le compte de l’Annone, on le retrouve en 1663 fermier de la salara de Rome156. C’est sans doute grâce à cette activité, liée de façon plus ou mois directe au commerce céréalier, qu’il acquiert une position importante dans le ravitaillement romain. Le cas de Ludovico Acciaioli est encore plus clair : en 1658, sa dernière année de location de la ferme de l’alun de Tolfa, il vend à Rome 489 rubbia de blé, tandis que l’année suivante il a disparu des Liste dei misuratori157. Filippo d’Asti est le trésorier de la province de Campagna, Giacomo et Leone Betti sont les douaniers du Patrimoine, tandis que le marquis Patrizi obtient en avril 1658 le généralat des postes de l’Etat et du duché d’Urbino158.

  • 159 ASR, Camerale II, Tratte sciolte, b. 64. Voir, entre autres, les concessions à Ludovico Acciaioli, (...)
  • 160 Comme on l’a dit, les tratte peuvent être retirées dans le cas d’un besoin pressant de l’Annone. Ex (...)

174La position particulière des fermiers de la Chambre dans le réseau de la production et du commerce céréalier a, comme tout ce qui concerne l’Annone, des significations et des effets contradictoires. La concession privilégiée et anticipée de tratte gratuites est sans aucun doute un instrument pour faire monter le prix des baux ; elle a d’ailleurs aussi une fonction d’encouragement à la culture des terres appartenant à la Chambre159. Cet encouragement doit être interprété dans le cadre des préoccupations dominantes des autorités vis-à-vis de la céréaliculture dans les provinces annonaires : leur objectif demeure celui de l’augmentation des emblavures pour assurer le ravitaillement de la ville, quelle que soit la conjoncture. Mais pour ce qui est des fermiers et plus généralement de tous ceux qui bénéficient des tratte, le problème est celui de la rentabilité de la vente dans la capitale : il est évident que, pouvant disposer d’une certaine liberté dans le choix des lieux d’écoulement de leurs produits160, ils ne choisissent la capitale que sur la base des conditions de vente, et notamment des prix, comparées à celles qui peuvent être obtenues ailleurs. Une contradiction se manifeste donc entre la volonté des autorités d’augmenter la production locale pour assurer le ravitaillement de la ville, en jouant sur la possibilité de tirer de cette activité des profits considérables, et l’impossibilité politique d’agir sur les prix à l’intérieur du marché urbain. Bien évidemment, elle ne concerne pas que les fermiers de la Chambre, mais l’ensemble des producteurs, et notamment les plus importants par les dimensions de l’exploitation et des activités économiques.

175Au xviie et au début du xviiie siècle, les débats des Congrégations annonaires révèlent une conscience très nette des contradictions du système des tratte. On sait qu’il s’agit là d’un des moyens centraux pour encourager l’agriculture. Comme on l’a vu, l’organisation du système des tratte, qui devient l’un des sujets centraux des débats des Congrégations dès la moitié du xviie siècle, permet de déplacer le profit de l’activité agricole vers l’extérieur de la ville, en préservant celle-ci comme un espace différent, doté de règles propres. Il est impossible, notamment au niveau théorique, de sortir de l’impasse et de la contradiction entre rentabilité de l’activité agricole et gestion politique : deux logiques opposées s’affrontent. Cependant, l’organisation du marché romain représente un moyen pratique de sortir de l’impasse théorique. En utilisant des espaces marginaux mais significatifs du marché, les autorités annonaires réussissent à atteindre un double résultat : favoriser les grands propriétaires et les grands marchands, en leur assurant des possibilités importantes de profit, même à l’intérieur de la ville, sans altérer pour autant la gestion des subsistances de la population urbaine.

L’organisation du réseau d’échange

176Une fois présentés les protagonistes du marché céréalier urbain, il faut voir la manière dont la structure du circuit permet la communication entre vendeurs et acheteurs.

    • 161 Cf. infra.

    Les mesureurs de blé sont les figures centrales de cette sphère commerciale, le trait d’union indispensable entre partenaires commerciaux. On peut difficilement esquisser leur portrait et présenter leur rôle : les sources sont assez silencieuses à leur propos, sans doute à cause de l’évidence immédiate de leur position au sein du marché. Ce n’est qu’au début du xviie siècle, lorsque s’ouvre une discussion approfondie sur les caractères et les problèmes du marché, que leur rôle est remis en cause par certains des intervenants dans le débat161.

  • 162 ASR, Presidenza dell’annona e grascia, b. 2287, « Ordini, Precetti e provisioni date da Monsignor P (...)

177Organisés en dix compagnies, de huit membres chacune, les mesureurs sont des fonctionnaires préposés aux contrôles de la régularité des transactions. Loin d’être des simples figurants sur la scène commerciale, ils acquièrent un rôle de médiation déterminant. Les Ordres qui leur sont donnés par le Préfet de l’Annone162interdisent certaines pratiques, en laissant ainsi transparaître les comportements réels.

  • 163 Sur le problème des mesures, Cf. Kula, 1984.

178Aucune vente ne peut être menée à bien sans leur participation. Tous ceux qui veulent vendre ou acheter du blé, y compris l’Annone, doivent s’adresser à l’une des compagnies. La première fonction des mesureurs est d’assurer l’uniformité des mesures utilisées en ville. Chaque compagnie est tenue de déposer auprès de l’Annone un exemplaire de celles qu’elle utilise, et tout fonctionnaire doit s’y référer lors des transactions. Elles doivent être construites selon les règles édictées par la Préfecture de l’Annone, qui indique avec précision la quantité de blé devant être contenue dans une rubbia. Le mesurage de blé est une opération très délicate : au niveau pratique, l’incertitude des mesures permet le développement de nombreuses polémiques et aussi de nombreux favoritismes, comme en témoigne le grand nombre de plaintes présentées à la Préfecture et concernant la mesure utilisée dans une transaction ; au niveau théorique, on l’a vu, l’uniformité des mesures est un devoir du souverain, parce qu’elle représente une condition nécessaire de réalisation des principes de la justice commutative163.

179Aux mesureurs est également confiée la tâche de vérifier le droit à opérer à l’intérieur du circuit de toute personne qui demande leurs services. Ils ne doivent mesurer que

  • 164 nelli granari dove stia maggior somma di rubbia 10 di grano (...) di un padrone solo, ASR, Presiden (...)

dans les greniers où il y a plus que 10 rubbia de blé (...), appartenant à une seule personne164

  • 165 Ibid., f. 236.

puisque, au-dessous de cette quantité, les vendeurs sont censés vendre au Campo de’ Fiori. Ils doivent aussi vérifier que les professionnels désirant acheter sont en possession des autorisations d’achat octroyées gratuitement par la Préfecture, et qu’il n’y a pas de procédure pénale ouverte contre les acheteurs éventuels. En d’autres termes, ils doivent s’assurer que la personne qui demande leurs services n’a pas de dettes antérieures pour lesquels elle serait exclue du marché165. Au cas où un mesureur accomplirait une transaction pour des sujets exclus, la responsabilité en retombe sur toute sa compagnie, qui doit rembourser entièrement le prix du blé au propriétaire. La raison de cette clause est indiquée dans les Ordres :

  • 166 Ciò si fa acciocché stiano sempre vigilanti à vedere a chi danno il grano, e che lo faccino sempre (...)

cela est fait afin que les mesureurs soient vigilants et sachent toujours à qui ils confient le blé, et pour qu’ils le fassent toujours payer, de façon à ce que les marchands et les propriétaires de grains ne soient pas lésés dans leurs paiements166.

  • 167 Ibid., f. 235.
  • 168 ASR, Presidenza dell’Annona, b. 67, Liste dei misuratori, 1658-1659.

180Deux articles des Ordres sont très importants pour saisir l’organisation de ce réseau commercial, y compris au niveau des critères de formation des prix. En effet, il revient au chef de chaque compagnie de mesureurs d’entamer la négociation du blé et d’établir le marché idéal et le prix de tout contingent mis en vente167. La différence de qualité entre les blés est sans doute à l’origine de ce principe d’organisation : puisqu’il y a un blé pour les decinanti et un blé pour les baioccanti, c’est aux mesureurs de faire une première estimation qualitative et de diriger chaque stock vers le bon circuit. Il ne s’agit évidemment pas d’un partage radical et sans chevauchements, la séparation entre les deux circuits théoriques étant très fréquemment poreuse : on enregistre beaucoup de cas où un même contingent de blé est partagé entre baioccanti et decinanti, et vendu au même prix168. Il s’agit plutôt, à un moment donné, d’assurer une répartition des ressources qui soit équitable par rapport aux exigences des consommateurs appartenant à chaque niveau social. En accomplissant cette sorte de tri, qui pèse d’ailleurs sur le prix du blé, les mesureurs assurent théoriquement un quota de marché à toutes les catégories de boulangers, en réduisant ainsi les possibilités de conflits.

  • 169 ASR, Presidenza dell’annona e grascia, b. 2287, « Ordini, Precetti e provisioni date da Monsignor P (...)
  • 170 Cf. supra, chap. I.

181Des tensions se produisent toutefois entre boulangers baioccanti et autres catégories d’acheteurs qui s’adressent au même type de blé. Dans ce cas aussi, le règlement intervient pour adoucir l’impact de la concurrence. Selon les Ordres, les mesureurs ne peuvent pas accomplir de transaction pour les fabricants de pâtes et d’hosties, les pâtissiers, les aubergistes, ni les juifs, avant que les baioccanti n’aient « rompu le prix »169. Cette expression présente quelques difficultés de compréhension. « Rompre le prix » à une marchandise veut dire « arrêter et établir le prix auquel elle doit être vendue ». L’interprétation suggérée par cette définition paraît cependant peu appropriée au contexte. Comme on l’a dit, l’établissement d’un prix revient aux mesureurs et non pas aux boulangers ou, plus en général, aux acheteurs. De plus, cette expression est utilisée dans un cas très précis, où les baioccanti sont opposés à d’autres catégories d’acheteurs qui ne représentent pas pour autant l’ensemble de tous les acheteurs possibles, et qui excluent notamment les deux groupes qui, avec les baioccanti, se partagent plus de 90 % du marché romain : les decinanti et les institutions ecclésiastiques. D’autre part, les conditions de formation du juste prix proposées par la réflexion économique de l’époque, n’admettent en aucune manière que se soient les acheteurs qui fassent le prix d’une marchandise170.

  • 171 Cf., comme exemple, les règlements des marchés de Paris, dans Afanassief, 1894 et Kaplan, 1988.

182En fait, la règle à laquelle on à affaire ici apparaît plutôt comme l’affirmation d’une priorité de choix, à un prix donné, octroyée aux boulangers baioccanti par rapport aux catégories d’acheteurs envisagés comme concurrentes. Pour l’interprétation de cette norme comme indicateur d’un privilège de ce genre, on peut en effet faire référence aux règlements qui, dans la plupart des villes d’Ancien Régime, imposent de réserver une partie du marché à certaines catégories d’acheteurs171. En général, les lieux de vente leurs sont réservés pendant quelques heures en début de journée. Ces normes visent à assurer les meilleures conditions de choix et de prix aux catégories qui seraient les plus en situation de faiblesse par rapport à l’offre, ou bien à celles qui sont considérées les plus importantes, ou les plus dangereuses. A Rome, l’absence d’un emplacement spatial équivalent au « marché » en tant que site, n’implique pas l’absence de ce type de préoccupation, mais conduit seulement à une traduction pratique différente : puisqu’il n’y a pas de concentration de l’offre et de la demande dans un lieu pouvant être ouvert et fermé suivant cette logique, le même résultat est obtenu grâce à la priorité accordée aux baioccanti dans l’évaluation et le choix des différents contingents de blé mis en vente. Dans ce cadre, l’expression « rompre le prix » signifie que les baioccanti ont une sorte de droit de préemption sur l’achat de tout contingent de blé par rapport aux catégories indiquées, et ce au prix proposé par les mesureurs. Ce prix vaut ici comme indicateur, en gros, de la qualité du blé et du type de marché auquel il est adressé, ce qui explique l’absence d’autres catégories d’acheteurs plus importants dans la liste de ceux dont l’accès aux transactions est subordonné au privilège des baioccanti.

183Le fait que les Ordres reconnaissent aux mesureurs la faculté d’établir le prix des céréales n’exclut ni l’intervention des facteurs habituels de variation des prix, ni la négociation entre les partenaires amenant une modification du prix initial. Il est vrai que cette dernière paraît réduite au minimum et que dans l’observation des transactions, notamment des prix auxquels chaque vendeur opère, on se trouve face à une certaine stabilité tout le long de l’année.

184La fonction des mesureurs me paraît devoir être étudiée à la lumière des conditions de la justice du prix. Comme on l’a vu dans la première partie, le prix est juste lorsqu’il découle de l’estimation commune, la préoccupation principale des théologiens et des juristes étant d’annuler le risque d’une évaluation personnelle et subjective de la valeur et du prix.

185L’estimation commune peut être représentée aussi bien par l’ensemble des participants au marché que par les fonctionnaires publics, lorsqu’ils se font garants du respect des conditions naturelles de variation des prix. On se trouve ici dans ce deuxième cas de figure : du fait de leur mobilité sur le marché et des informations sur les conditions de l’échange dont ils disposent, les mesureurs représentent le trait d’union indispensable pour transformer l’éparpillement des transactions dans l’espace urbain en un véritable circuit commercial, dont les prix ne sont pas le simple reflet des volontés individuelles.

186Dans ce cadre il faut toutefois prêter une attention particulière à l’analyse et à l’interprétation des prix. Ceux-ci ne peuvent plus être interprétés comme le seul résultat du rapport de force entre une offre et une demande impersonnelles. Bien au contraire, ils représentent aussi le résultat de plusieurs relations individuelles, de différents genres, qui pèsent sur leur niveau final, le plus souvent de façon légitime selon la théorie économique scolastique. C’est une structure commerciale de ce genre qui, tout en assurant au moins formellement le respect des règles de la justice commutative, favorise, plus qu’un marché localisé, la présence d’une personnalisation des transactions.

  • 172 ASR, Congregazione del Sollievo, bb. 1-2, mémoire anonyme.

187Au début du xviiie siècle, un mémoire présenté à la Congrégation du Sollievo déplore le rôle partial joué par ces fonctionnaires172. En effet le mécanisme de la négociation de blé est proposé comme l’une des causes principales de la crise de l’agriculture et, de ce fait, mis en question. Selon l’auteur du mémoire, la meilleure solution serait d’imposer un prix officiel au blé. Cela serait, dans la pratique, un moyen pour réduire les tensions dans la négociation entre vendeur et acheteur, et pour arriver à l’indifférence des protagonistes dans les résultats, c’est à dire à l’impersonnalité du marché. Dans le cadre de l’économie morale, c’est théoriquement inconcevable, et l’auteur du mémoire propose une solution intermédiaire et immédiate, consistant dans

  • 173 Ibid.

l’interdiction aux chefs des mesureurs de jouer les courtiers, et de s’ingérer de quelque façon que ce soit dans les contrats d’achat et de vente des blés (...)173.

  • 174 L’auteur du mémoire suggère aussi qu’ils peuvent avoir des intérêts directs dans la gestion des fou (...)

188Les mesureurs ont des liens étroits avec les boulangers174, et leur médiation permet à ces derniers de toujours connaître avec précision les besoins des marchands vendeurs. Ce sont toujours les marchands qui cherchent leurs acheteurs à travers les mesureurs et jamais l’inverse. Il s’agit d’une pratique qui s’inscrit parfaitement dans le cadre de la réflexion théologique sur le contrat d’achat et de vente, et sur les conditions de formation du juste prix. En effet, comme on l’a vu dans la première partie, et notamment dans l’analyse de la pensée économique de De Vio, lorsque ce sont les vendeurs qui vont à la recherche des acheteurs, en offrant leur marchandise, les prix sont normalement inférieurs à ce qu’ils sont dans le cas inverse, où les vendeurs exposent leur marchandise en attendant les acheteurs. C’est l’un des effets de la faiblesse de la demande, reconnu donc comme tout à fait normal. Ce qui est ici important à souligner, c’est que l’organisation globale du réseau commercial romain, avec les contraintes imposées aux producteurs pour qu’ils apportent tout leur blé en ville, dans un délais court après la récolte, les distributions régulées aux boulangers, et aussi l’absence de concentration de l’offre dans un seul lieu, vise à favoriser ce mode de vente, en mettant la demande en situation de force par rapport à l’offre. Elle est en mesure de « faire le prix », sans que les conditions théoriques de formation du juste prix soient enfreintes.

189L’essentiel des critiques que le rédacteur du mémoire formule sur le rôle des mesureurs, vise précisément cet aspect : le recours obligatoire à leurs services, ainsi que les abus dont ils se rendent coupables permettent aux boulangers de se présenter sur le marché en tant que groupe compact. Une négociation directe, sans intermédiaires, entre le marchand et le boulanger, soustrairait à ce dernier la puissance qui naît de la cohésion du groupe et de son meilleur accès aux informations. Même s’il est loin d’être impartial, ce texte met en lumière le problème des rapports de pouvoir qui s’instaurent entre les protagonistes d’un circuit éparpillé, sans lieu central où se rassemblent l’offre et la demande. Il montre clairement les tensions qui se créent entre vendeurs et acheteurs, ainsi que le rôle joué par les mesureurs. Ce sont ces derniers qui possèdent le plus de renseignements sur la situation d’un marché dispersé. Même le Préfet de l’Annone, lorsqu’il veut avoir une estimation du blé que l’un de ses interlocuteurs veut vendre, s’adresse à un des mesureurs pour connaître les conditions de vente du moment. C’est pour cela que la réglementation de leur métier vise à en réduire la puissance, en leur interdisant certaines pratiques, et notamment en limitant les quantités que chaque compagnie peut traiter.

190Il est fort possible que les limites ne soient pas les mêmes pour toutes les compagnies, et que leur établissement soit le résultat d’une négociation avec la Préfecture. Il existe en effet une différence sensible dans les quantités de blé négociées par chaque compagnie. Celles de Biscione et de Borgo traitent chacune 18 % du blé de Rome, suivies, à distance, par les autres ; la compagnie de Specchi, avec seulement 2867 rubbia mesurées, soit 3,5 % du total, arrive en dernière position (Cf. tableau 36).

191Les noms des compagnies font référence au quartier où, probablement, elles sont censées opérer, mais les renseignements sur leur rôle sont si rares qu’il n’est pas possible de le déterminer avec précision : ce que l’on peut affirmer c’est qu’il n’y a aucun rapport entre ce nom et la localisation des boulangers avec lesquels elles travaillent.

Tableau 36. QUANTITÉS DE BLÉ MESURÉ PAR CHAQUE COMPAGNIE DE MESUREURS

Tableau 36. QUANTITÉS DE BLÉ MESURÉ PAR CHAQUE COMPAGNIE DE MESUREURS
  • 175 ASR, Presidenza dell’Annona, b. 2287, Raccolta di duplicati..., cit., « Ordini... », cit., f. 240. (...)
  • 176 Voici les proportions de blé appartenant à des vendeurs utilisant plusieurs compagnies sur le total (...)

192En ce qui concerne les marchands, on manque totalement d’indications. Certes, on connaît les noms des vendeurs qui s’adressent à chaque compagnie, mais il faudrait connaître la localisation de leurs entrepôts, ce que les sources ne permettent pas. A la lecture des interdictions qui leur sont imposées par les Ordres, il semble que, en réalité, chaque compagnie cherche à se procurer le maximum de transactions dans un contexte mobile et très concurrentiel. Pour se procurer des contrats, les mesureurs vont à la rencontre du blé, jusqu’à l’extérieur de la ville où ils contactent les vendeurs en leur proposant leurs services175 : l’objectif est de s’assurer les contrats avec les marchands les plus importants, qui vendent de grandes quantités de blé. Pour obtenir les meilleurs résultats, la première démarche est en effet de s’assurer le plus grand nombre de clients importants. Cela se fait à travers une véritable appropriation des vendeurs : sur les 1 113 marchands de blé qui participent au marché en 1658-1659, il n’y en a que 63 qui utilisent plus d’une compagnie dans l’année. Les 14 175 rubbia appartenant à des vendeurs qui changent de mesureurs, et qui correspondent à 17,5 % du blé traité dans l’année, affectent de façon variable les quantités globalement traitées par chaque compagnie. Très importantes pour les compagnies de Banchi et de Rotonda176au point de modifier leur position relative par rapport aux autres compagnies, elles sont également significatives pour les compagnies de Conti et Specchi ; elles ne représentent en revanche qu’un dixième du blé traité par celles de Biscione et Borgo, et environ 7 % pour celles de Conti et de Paradiso.

193Autour de ces vendeurs instables, ou disposés à entretenir des relations avec plus d’une compagnie, s’ouvre une véritable chasse, contre laquelle la Préfecture de l’Annone essaie de se battre à travers les Ordres, en interdisant tous les comportements qui seraient un facteur de concurrence trop violente entre mesureurs. L’enjeu est d’ailleurs capital : il ne s’agit pas seulement de s’adjuger le plus grand nombre possible de vendeurs, ou de négocier de quantités importantes de blé, mais aussi de construire de relations durables dans le temps, de façon à s’assurer du travail d’une année sur l’autre. De ce point de vue, les grands marchands représentent les interlocuteurs idéaux, parce que le risque de les voir disparaître du marché en cas de pénurie est bien inférieur que pour des vendeurs de moindre importance.

  • 177 La compagnie de Biscione travaille aussi pour le duc Cesarini et le Chapitre de San Pietro ; elle a (...)

194Par rapport aux clients stables, les différences entre compagnies concernent à la fois le nombre et les dimensions des marchands. L’éventail va de 69 vendeurs qui font recours aux services des seuls mesureurs du Paradiso, aux 198 qui se partagent les services de la compagnie de Borgo. La compagnie de Biscione, qui négocie la plus forte quantité de blé, n’a pourtant que 87 clients qui ne s’adressent qu’à elle. Mais parmi eux on trouve Filippo d’Asti, avec ses 1 200 rubbia, et Orazio Falconieri, pour lequel elle mesure 1 533 rubbia de blé177. La même compagnie traite aussi le blé de cinq des vingt marchands qui vendent entre 500 et 1 000 rubbia. La compagnie de Specchi n’aboutit pas au même résultat : bien qu’elle ait un nombre équivalent de vendeurs, elle n’opère avec aucun marchand ayant plus que 100 rubbia. En revanche, un nombre élevé de vendeurs demande les services des compagnies de Borgo et de Ripetta ; mais 14,3 % seulement du blé traité par cette dernière appartient à un grand marchand, Giorgio Alessi, contre 60 % du blé que les mesureurs de Borgo font vendre à trois grands marchands : l’Hôpital du Santo Spirito, le duc de Bracciano et Lodovico Felice.

195Une fois évaluée la qualité du blé, en connaissant à peu près la demande ainsi que les requêtes formulées par les vendeurs, les mesureurs considèrent l’offre de façon ciblée, pour réaliser rapidement la transaction. Ils savent circuler à l’intérieur de la ville, entretenir des relations avec tout genre d’acheteur et tous les individus. Il n’est pas certain que leur action vise toujours à favoriser les boulangers ou plus généralement, les acheteurs locaux. Ainsi, la division de grands contingents de grains entre plusieurs acheteurs favorise par exemple le maintien d’un prix élevé, notamment si elle s’accompagne à la vente du blé moins cher à la même personne et au même moment. Grâce à leur médiation, on évite un double risque. D’un côté, étant donnée la fixation du poids du pain, elle empêche que l’offre s’achemine entièrement et rigidement vers des circuits séparés, à l’intérieur desquels seules des variations très limitées des prix sont possibles. De l’autre, en liaison avec le risque précédent, elle freine une baisse des prix trop marquée chez les marchands les plus importants ou pour le blé de meilleure qualité. La présence des mesureurs réduit la concurrence des vendeurs entre eux et réduit le mouvement des prix qui s’ensuit, en cas de déséquilibre entre l’offre et la demande, en termes absolus et relativement à certaines périodes de l’année.

196Il n’est pas rare qu’à peu de distance dans le temps, la même compagnie réalise une vente au même boulanger du blé appartenant à des vendeurs différents et à des prix différents. Ainsi Pietro, gérant d’un four à baiocco via della Scrofa, achète dix rubbia de blé pendant la troisième semaine du mois d’août. Elles sont mesurées par la compagnie de Rotonda ; cinq appartiennent à Belardino Colletta, et sont vendues à 74 giuli chacune ; les autres viennent des chanoines de San Paolo, et Pietro les paie 84 giuli l’une. Au début de septembre, le même boulanger achète encore deux rubbia à Belardino Colletta, au prix de 75 giuli ; deux autres lui sont vendues par Clementia Cecchina, à 80 giuli chacune. C’est sans doute l’activité des mesureurs de la compagnie de Corbi qui, pendant la dernière semaine de juillet, permet la vente de 25 rubbia de blé de Barbara Cremona au prix de 85 giuli. Ce prix est parmi les plus élevés auxquels la compagnie ait jamais vendu jusqu’alors ; d’autant plus qu’elle a réalisé très peu de transactions avec des boulangers decinanti, acheteurs potentiels du blé le plus cher. Les acheteurs sont deux boulangers, Francesco Maria, ayant un four dans le quartier de Sicura, et Giovanni, dont l’activité est située à Pantani. Ils achètent respectivement dix et quinze rubbia. La compagnie s’arrange pour qu’ils puissent acquérir, au même temps, un autre contingent à un prix inférieur : Francesco Maria achète treize rubbia à deux autres vendeurs, en les payant 70 giuli ; et Giovanni en achète quinze à Francesco Agnelli, au prix de 75 giuli. Agostino, titulaire d’un four à baiocco, compense les 91 giuli payés pour chacune des 103 rubbia achetées par l’intermédiaire de la compagnie de Borgo, à Domenico Cavigione, grâce à l’achat de deux autres contingents de blé, l’un de cinq et l’autre de 24 rubbia, aux prix de 80 et 78 giuli : ce sont les prix les plus bas auxquels la compagnie négocie le blé pendant la seconde semaine de janvier.

197De par leur position particulière, certains vendeurs n’ont aucun besoin d’une médiation pour vendre leur blé à des prix élevés. Les institutions ecclésiastiques représentent le cas le plus important et le plus significatif.

  • 178 Vingt rubbia sont achetées à 85 giuli chacune ; pour vingt autres rubbia, on a pas d’indication de (...)
  • 179 Le prix modal demeure celui de 90 giuli par rubbia. Les autres acheteurs sont trois decinanti, un b (...)
  • 180 Dans la première semaine de mars, Giorgio, boulanger à Borgo Pio, achète cinq rubbia du Chapitre à (...)

198Le Chapitre de San Pietro vend 1 528 rubbia de blé pendant l’année 1658-1659. Le Palais Apostolique est son acheteur principal, en achetant 37 % au prix d’environ 90 giuli la rubbia178. A un prix variant entre 85 et 90 giuli, le Chapitre trouve aisément des boulangers baioccanti prêts à acheter : sur 24 acheteurs, douze baioccanti achètent 39 % du blé du Chapitre179. Ces achats sont accomplis non seulement dans des périodes où le prix moyen payé par cette catégorie d’acheteurs est inférieur à celui proposé par le Chapitre ; mais aussi dans les mêmes semaines où d’autres transactions concernant les baioccanti sont effectuées à des prix nettement inférieurs par la même compagnie à laquelle fait appel le Chapitre. En outre, dans une seule occasion, le Chapitre vend, pendant la même semaine, à un boulanger qui achète aussi à un autre marchand, et dans ce cas, son prix est inférieur180.

  • 181 Beaucoup de transactions ne comportent néanmoins pas d’indication de prix.
  • 182 On ne compte que cinq cas de ce genre. Zenobio achète pendant la même semaine, 10 rubbia de l’Hôpit (...)

199Le cas de l’Hôpital du Santo Spirito est semblable. Cette institution trouve, elle aussi, plusieurs acheteurs parmi les baioccanti, à un prix supérieur à celui du Chapitre de San Pietro : exception faite des 60 rubbia vendues à 95 giuli chacune aux Pères du Séminaire romain, tout le blé est vendu à 93 giuli par rubbia181. Plus de la moitié des acheteurs sont des baioccanti, achetant des stocks d’une certaine importance, et il est rare que le prix payé au Santo Spirito soit compensé par des achats faits en même temps à des prix inférieurs182. Comme on l’a vu dans le cas de l’Hôpital de San Gallicano, le blé appartenant aux institutions ecclésiastiques peut jouir de privilèges particuliers, qui en rendent l’achat spécialement intéressant pour les boulangers, même à des prix plus élevés que ceux que l’on peut trouver sur le marché au même moment. Il ne s’agirait d’ailleurs pas du seul cas où, derrière le prix, se cachent non seulement des privilèges, mais d’autres éléments importants pour une analyse approfondie du marché.

200Un type particulier de transactions, concernant le blé destiné aux semences, met en lumière un réseau spécifique de relation, interne au groupe des vendeurs. Selon les annotations des mesureurs dans leurs registres, 29 transactions concernent du blé destiné à cet usage. Ce sont 698 rubbia au total, divisées en contingents de dimensions variables, d’un minimum de 2 à un maximum de 149 rubbia. Vendues par 14 producteurs, elles ont 27 acheteurs – particuliers ou institutions – entre la dernière semaine de septembre et la première de décembre. La plupart des acheteurs sont aussi des vendeurs sur le même circuit au cours de l’année. Les Pères de l’Apollinare, par exemple, vendent 560 rubbia, tout en en rachetant 149 pour leurs semailles ; Domenico Pasara en achète 30 à cette fin, après en avoir vendues 128 ; Girolamo Iacobelli recourt à l’achat d’environ un cinquième du grain qu’il a lui-même vendu au cours de l’année. Les prix payés pour ces achats varient entre 75 et 100 giuli, avec une moyenne de 89,3. Ils sont sensiblement supérieurs tant à la moyenne annuelle, calculée sur l’ensemble du blé vendu (80,5 giuli par rubbia), qu’à celle des trois mois pendant lesquels ces achats sont accomplis. Pour les semences, en effet, il faut du blé de qualité supérieure. Dans les Liste de l’année 1659-1660, on explique d’ailleurs clairement que, lorsque le prix est très élevé, il s’agit de blé destiné à cet usage particulier. Il arrive toutefois que ce type de blé soit vendu aussi à des baioccanti : le duc Cesarini n’ayant trouvé aucun acheteur pour son blé destiné aux semences, le vend à des boulangers, et les sources indiquent qu’il s’agit d’un produit particulier.

  • 183 Simone Neri n’apparaît plus, l’année suivante, comme vendeur sur le marché romain, ni seul, ni asso (...)

201Si l’on examine maintenant l’ensemble des transactions concernant ce type de bien, qui ont lieu sur le marché romain en 1658-1659, on a l’impression que l’existence de relations particulières entre vendeurs et acheteurs, ainsi que la situation professionnelle de ces derniers, exerce une influence sur le niveau des prix. En voici quelques exemples. Simone Neri, qui reçoit gratuitement 118 rubbia pour les semences de la part de Carlo et Nicolò Gavotti, est indiqué, dans les notes accompagnant certaines transactions, comme l’associé des deux Gavotti ; dans ce cas, il s’agit probablement d’un prêt en blé qui va permettre à Simone d’ensemencer pour son propre compte, ou bien du solde qui met fin à la relation professionnelle entre les Gavotti et Simone Neri183. Giobatta Cerullo est le seul à acheter une quantité importante de grains pour les semences à un prix relativement bas (35 rubbia à 75 giuli chacune). Le marquis Spinola qui le lui vend, a aussi d’autres acheteurs pour du blé ayant le même usage : ce sont des marchands, qui paient des prix nettement plus élevés (90 giuli la rubbia). Dans le cas des achats de Cerullo, on peut également imaginer des relations professionnelles, ou un rapport de crédit avec le marquis qui se manifeste à travers le prix indiqué. Dans plusieurs cas, les prix pratiqués sont différents quand l’acheteur est aussi un marchand, vendant sur le marché romain. Gioantonio Pietrolino, par exemple, vend 50 rubbia à 90 giuli chacune à un petit marchand, mais aussi 5 rubbia à 95 giuli et 11 à 100 giuli à des personnes qui n’ont rien revendu ; les frères Sacchetti vendent à un artisan, Domenico, 2 rubbia à un prix légèrement supérieur à celui demandé à Agostino Colletta, vendeur à son tour de 240 rubbia de blé ; Tiberio Ceccoli à un comportement semblable, différent selon les acheteurs et leur situation professionnelle.

202Un circuit intégré à celui des marchands, mais relativement autonome, est constitué par les achats de blé par les institutions ecclésiastiques, et d’abord par le Palais Apostolique.

203Les échanges qui ont la cour pontificale pour destinataire représentent un cas particulier, non seulement à cause de quantités de céréales concernées ; mais aussi et surtout du fait des personnes qui sont impliquées, des modalités de la négociation que l’on peut apercevoir derrière les notes sommaires apposées par les mesureurs et accompagnant l’enregistrement de la transaction, et finalement du rôle joué par l’administration qui permet à certains groupes économiques et sociaux de réaliser des profits considérables. C’est ici que l’on obtient les meilleurs prix de vente. Pour son propre ravitaillement, le Palais Apostolique achète 6 768 rubbia de blé ; il fait appel à 30 fournisseurs, dont l’apport est très variable : des 1 220 rubbia du Santo Spirito, aux contributions individuelles de quelques marchands représentant chacune à peine 10 rubbia. Dans le groupe restreint formé par ceux qui pourvoient aux besoins de la cour pontificale, on trouve quelques-uns des principaux fournisseurs du marché romain : le Santo Spirito, comme on l’a vu, mais aussi Lodovico Felice, Orazio Falconieri et Filippo d’Asti, tous marchands vendant plus de 1 000 rubbia. Le prince Borghese et le duc Cesarini ne jouent qu’un rôle marginal dans ce type de transactions, en vendant au Palais Apostolique à peine 44 et 10 rubbia. Le duc Cesarini sera cependant le principal fournisseur de la cour l’année suivante, avec 1 221 rubbia, vendues à 91 giuli.

204Beaucoup de fournisseurs destinent tout ou partie de leur blé au Palais. Silvio Bacanti n’apparaît sur le marché qu’une seule fois, en janvier, lorsqu’il vend ses 100 rubbia au boulanger de la cour ; Cesare Paganetto et Carissimo Brica épuisent presque tout leur produit dans les transactions avec la même institution, ainsi que Lodovico Felice et Mario Massimi, qui vendent néanmoins des quantités plus importantes ; dans beaucoup d’autres cas, les ventes au Palais Apostolique représentent plus que 40 % du total des ventes effectuées par chaque marchand concerné.

205Pour les marchands, les prix payés par la cour sont très intéressants. Les prix moyens d’une rubbia sont de 95,3 giuli, et il atteignent une sorte de record, 100 giuli, pour l’achat de 1 636 rubbia, possédées par Lodovico Felice, Orazio Falconieri et le duc Caetani. La cour est spécialement exigeante sur la qualité du blé, mais elle est aussi disposée à payer cher.

  • 184 La pratique de l’essai de blé par le boulanger, est courante aussi chez les particuliers, avec une (...)
  • 185 Orazio Falconieri et Filippo d’Asti, par exemple, ne sont payés que l’année suivante. C’est sans do (...)
  • 186 Beaucoup de transactions faites sans indication de prix, effectuées avec le Palais Apostolique, son (...)

206Le prix du blé reçu est négocié directement par l’administration et le propriétaire, à l’extérieur du circuit, souvent après un essai de rendement et de qualité portant sur quelques rubbia prises dans les contingents négociés. Les Liste signalent que le boulanger du Palais reçoit quelques dizaines de rubbia, sans indications de prix, et quelques semaines plus tard, des stocks plus importants lui sont livrés. Entre temps, le boulanger a essayé le blé, l’a évalué, et cette évaluation sert de base pour la négociation du prix184. Toutefois, d’autres éléments interviennent dans son évaluation finale. Parmi ceux-ci figurent l’importance de la livraison, la possibilité de différer le paiement185, la comparaison avec les prix pratiqués par d’autres producteurs dans le même type de transaction186.

  • 187 ASR, Camerale I, Entrate e uscite del maggiordomo del Sacro Palazzo, vol. 1410 et 1414 (1657-58 ; 1 (...)

207L’examen des achats du Palais Apostolique dans les années adjacentes au 1658-59 démontre la continuité des attitudes de la cour pontificale187. Les prix sont toujours élevés, les stocks vendus par chaque marchand sont assez importants, la plupart des protagonistes font partie du groupe des grands propriétaires fonciers et des familles nobles romaines.

  • 188 L’intégration est démontrée par le fait que les fournisseurs du Palais Apostolique interviennent au (...)

208Dans ce circuit qui, bien que théoriquement intégré dans le réseau commercial urbain, en demeure assez séparé188, l’élément caractéristique est le mode de négociation. Comme on l’a dit, l’évaluation du blé est souvent faite en dehors des systèmes de contrôle. Ceux-ci prévoient non seulement la participation active des mesureurs du blé à la transaction, mais aussi l’enregistrement soigneux de toutes les données relatives de la part de ce groupe de fonctionnaires. L’omission du prix implique que ces échanges ne sont soumis aux règles normales du fonctionnement du marché. Le fait qu’une partie importante des transactions du marché y soit soustraite démontre à son tour la difficulté à conjuguer dans le même champ des exigences et des intérêts différents, et révèle au-delà la tension qui existe entre morale de l’échange et sauvegarde du privilège. La soustraction au circuit marchand – et donc à ses règles, aux contrôles, et aux acheteurs soumis à des réglementations de prix particulières – d’une partie importante de la production de certains, grâce à des canaux alternatifs à l’intérieur et à l’extérieur de la ville, représente la solution que les autorités pontificales ont adopté pour maintenir et défendre les privilèges liés au statuts des individus. Deux institutions – que l’on va rapidement présenter – représentent bien cette attitude : les fours francs et les achats annonaires.

  • 189 ASR, Presidenza dell’annona, b. 2287, Raccolta di duplicati, chirografi... cit., « Memoriale presen (...)
  • 190 Ibid.

209Les trois grandes basiliques romaines, San Giovanni in Laterano, San Pietro et Santa Maria Maggiore, jouissent traditionnellement du droit de posséder un four franc189. Conçu à l’origine comme le lieu de la transformation du blé produit sur les terres propres des basiliques, et destiné à leur propre consommation, le four franc est exonéré de tous les impôts et obligations qui pèsent sur les fours normaux : les impôts sur le blé moulu et l’obligation de renouveler les stocks de l’Annone190. Mais l’usage réel que l’on fait de ces fours est différent, et génère d’importants avantages pour leurs titulaires. La licence est louée, bien évidemment avec les privilèges et exonérations qui lui sont liés. Les fours produisent pour les chapitres, mais aussi pour le même public qui s’adresse aux boulangers baioccanti et decinanti. En outre, au début du xviiie siècle, on autorise l’ouverture de six autres fours francs. La licence est octroyée au chapitre de Santa Maria in Trastevere, et à l’Hôpital de San Gallicano, qui ou bien ne possède pas de propriétés foncières, ou bien les louent en moyennant des redevances en argent ; à un cardinal et à trois princes séculiers. Le premier avantage dont les institutions ecclésiastiques jouissent en tant que producteurs de blé, consiste à ne pas devoir assumer les risques liés à la possibilité d’écoulement du blé et aux prix. La plupart du blé produit est en effet absorbé par le four franc. Comme le montre très clairement le mémoire présenté par le chapitre de Santa Maria in Trastevere, on conserve cet avantage même lorsque les propriétés foncières ont été louées. On gagne d’abord du fait de la location de la franchise liée au four ; puis

  • 191 Ibid., Mémoire présenté par le chapitre de Santa Maria in Trastevere.

dans la vente rapide de ses propres blés, et notamment dans le prix certain, payé immédiatement, et dans les importantes conséquences qui découlent de cette vente et de cet établissement du prix191.

Les locataires du four sont en effet tenus à

recevoir à prix ferme et sûr tout le blé des locations et champarts des ses propriétés reçu par le chapitre,

210en payant le coût du transport du blé tel qu’il est récolté ; ils payent aussi le loyer du four et les droits qui reviennent aux chanoines, prêtent le blé pour les semailles aux travailleurs des tenute. Les prix du blé peuvent varier, selon les années et les contrats de location, entre 6,5 et 7,5 écus : ce sont des prix élevés, surtout si l’on considère que le blé des champarts est en général évalué à un prix inférieur. Bien que le chapitre n’exploite pas directement ses terres, il est donc en mesure d’obtenir des loyers considérables, compte tenu de la garantie d’un écoulement facile, assuré et bien payé qu’il offre aux locataires pour toute leur récolte.

211Autour des fours francs, se constitue un circuit privilégié et indépendant du marché urbain qui, partant du dernier stade, celui de la panification, finit pour remonter toute la chaîne de la production et de la distribution des céréales.

212Des bénéfices semblables sont souvent octroyés par les autorités en remplacement et en compensation de la perte d’autres bénéfices plus étendus. Dans le cas des grandes basiliques romaines, comme dans celui du Chapitre de Santa Maria in Trastevere, le privilège du four franc remplace les exonérations coutumières de tout impôt, dont bénéficiaient tous ceux qui habitaient le territoire appartenant à la Basilique, exonérations abrogées par Innocent X au milieu du xviie siècle. Comme par le passé, les privilèges sont conçus comme des sources de profit. C’est pour cela qu’il semble tout à fait normal, aux institutions aussi bien qu’à l’administration centrale, de proposer la même logique, et les mêmes moyens, dans le commerce céréalier. Ce qui se passe avec les fours francs n’est différent, ni du système implicite qui règle la concession des tratte, ni de celui qui préside aux achats de blé par l’Annone, et cela en dépit de la théorie.

  • 192 Voir notamment les travaux cités de Dal Pane et La Marca.

213Les producteurs des provinces annonaires sont soumis au prélèvement effectué par l’Annone sur leur récolte, et qui est utilisé pour la formation des stocks publics. Ce qui nous intéresse ici, c’est le rôle des achats annonaires par rapport aux producteurs, en essayant de dépasser les polémiques contemporaines et historiographiques qui ont souvent voulu voir l’intervention de l’administration dans ce domaine comme une cause de découragement ultérieur des agriculteurs192.

214En effet, l’usage du débouché annonaire peut être très avantageux pour les producteurs. Dans le cas de récoltes abondantes, et donc de difficulté d’écoulement des grains à des prix rémunérateurs notamment pour les grands exploitants, l’Annone a une fonction de soutien, en achetant à des prix politiques ce qui n’est pas vendu directement par les propriétaires et les marchands. Le cas de l’année 1718 est assez significatif en ce sens. Les producteurs de la campagne romaine qui, en 1689, avaient obtenu la suspension des achats de l’Annone dans la région, demandent au cours de l’année la révocation de cette mesure, et ils obtiennent que l’Annone achète le tiers de leur production au prix minimum de 6 écus par rubbia.

  • 193 Cf. supra, chap. I.

215Au-delà des exceptions représentées par les années de récolte abondante, l’incidence des achats publics sur les profits des producteurs est à évaluer attentivement, en opérant des distinctions précises cas par cas. Les normes du système annonaire accordent en effet à la Préfecture un droit de préemption sur une partie du produit de l’Agro et des autres provinces193 ; le prix d’achat est théoriquement fixé, comme on l’a vu, sur la base des cours des prix au Campo de’ Fiori dans les deux semaines centrales du mois d’août. Le niveau habituellement inférieur de ces prix par rapport à ceux qui courent dans le circuit des marchands, amènerait à croire que le commerce avec l’Annone est peu avantageux pour les propriétaires. Il y a toutefois des éléments qui permettent de corriger ce jugement. D’une part, ce type d’achats est effectué et payé avant la récolte, ce qui représente une forme de crédit : la différence entre l’évaluation du blé sur le circuit des marchands et celle accomplie par la Chambre peut alors être comprise comme une sorte de paiement d’intérêts. D’autre part, l’Annone n’achète pas uniquement selon cette modalité : les prix payés dans ce cas, ne sont plus liés à ceux du Campo de’ Fiori, mais plutôt les résultats de la négociation entre l’institution publique et chaque producteur. La force de ces derniers, due aussi au résultat global – réel ou supposé – de la production, à l’afflux de blé sur le marché par les canaux normaux, et à la situation des stocks publics, joue alors un rôle important pour leur permettre d’obtenir de l’Annone des prix plus avantageux.

  • 194 ASR, Presidenza dell’Annona, b. 1470, Lettere del Prefetto dell’Annona, 1659-1660.
  • 195 Ibid., lettre à Francesco Falgario, 30 août 1659.
  • 196 Ibid., lettre à Francesco Falgario, 23 août 1659.

216La correspondance du Préfet de l’Annone en 1659-1660 est riche de références permettant d’apercevoir les tensions dans la négociation entre l’administration et les producteurs194. Pendant une année qui se révèle progressivement de plus en plus abondante, et qui voit un stockage également important dans les entrepôts publics, le Préfet cherche à faire les affaires les meilleures, afin de protéger la ville d’éventuelles disettes à venir. Il évalue donc les offres que lui font les producteurs par l’intermédiaire des commissaires locaux de l’Annone, et s’attache tout particulièrement à choisir le meilleur blé aux prix les plus avantageux. Cependant, à plusieurs reprises, il manifeste l’intention de soutenir les producteurs dans une conjoncture où non seulement les prix sont bas, mais où l’écoulement du blé risque également d’être assez difficile. Cette intention est dans la droite ligne de la logique générale des actions de la Préfecture. Il accepte ainsi des offres qui ne lui semblent pas très avantageuses, en essayant de favoriser équitablement les agriculteurs de toutes les provinces. Monseigneur Pallavicino, toutefois, cherche à résister aux requêtes des agriculteurs du Patrimoine qu’il considère exagérées : ceux-ci demandent un prix trop élevé. Bien qu’en position de force, le Préfet est cependant contraint à négocier : ses supérieurs lui demandent d’octroyer des faveurs pour certains personnages spécialement importants195. Il est par ailleurs obligé de prendre en compte les exigences de nombreux agriculteurs, qui doivent se procurer rapidement du numéraire196.

217La Préfecture se trouve ainsi conduite à limiter les risques courus par les agriculteurs, et à soutenir les profits – ou à endiguer les pertes – des entrepreneurs agricoles les plus importants. Même dans ce cas, les résultats sont très sélectifs à l’intérieur du groupe des producteurs. Ils ne favorisent d’ailleurs pas seulement, ni spécialement, ceux qui disposent des exploitations les plus étendues, mais plutôt ceux qui jouissent de privilèges particuliers découlant de leur activités, tels que les fermiers de la Chambre.

  • 197 C’est par exemple le cas de Francesco Falgario, commissaire de l’Annone à Corneto, qui apparaît com (...)

218La clé de voûte du fonctionnement de ce système est la négociation individuelle, menée par l’intermédiaire – pas toujours désintéressé ni limpide – des commissaires provinciaux. L’Annone achète le blé directement sur place, grâce à son important réseau de commissaires, ordinaires et extraordinaires, qui utilisent souvent leur position pour acheter pour leur propre compte et s’insérer ainsi sur le marché urbain197.

219Au-delà des effets pratiques et contingents de la politique annonaire adoptée, ce qu’il faut souligner c’est la façon dont la logique sous-entendue est reçue, repensée et adaptée par les protagonistes. L’évaluation des stratégies économiques mises en place par les marchands et les propriétaires doit prendre en compte à la fois les limites posées par une législation et des normes qui restreignent la liberté du transport et du commerce des céréales, et les possibilités offertes par un système de ce genre. L’un des effets importants de la présence du débouché annonaire, et du type de gestion que l’on en fait, est la possibilité pour les producteurs d’affronter l’incertitude et le risque en bénéficiant de protections relatives. En cas de prix élevés, qui favorisent surtout les grands producteurs, le mécanisme du marché profite à cette catégorie de manière autonome. L’intervention annonaire doit alors viser à contrôler les retombées négatives que la situation peut avoir sur les consommateurs. En revanche, en cas de bas prix, les autorités doivent agir activement pour protéger les profits agricoles. Dans les deux cas, la logique poursuivie n’est pas à proprement parler économique : mais elle se réfère implicitement au concept d’un juste équilibre à atteindre entre les différents sujets impliqués, selon une proportionnalité qui dépend de la position sociale de chacun.

La victoire de l’Annone : les propositions présentées à la Congregazione del Sollievo

  • 198 ASR, Congregazione del Sollievo, bb. 1-2.

220Cette logique, renforcée par la réussite de la politique annonaire, est entièrement acceptée et proposée par tous ceux qui écrivent sur l’agriculture, sur son amélioration et sur le soutien à accorder aux producteurs. Dans les propositions les plus complètes que l’on peut retrouver dans la documentation annonaire, l’idée d’une assistance par l’administration est assumé en tant que pivot des « réformes ». A l’examen détaillé des profits et des pertes des agriculteurs, selon les différents niveaux de la production et des prix, fait suite la proposition de faire de l’Annone le seul acheteur de blé sur le marché local198, à un prix stable, permettant la couverture des dépenses nécessitées par la production et un juste gain pour les agriculteurs. Le but est clair : il faut éviter aux agriculteurs tous les risques dérivant des incertitudes de la production et du marché. Le modèle de référence est représenté, de façon également claire, par le comportement de l’administration, mais aussi de tous ceux qui font intervenir le privilège lié à leur propre statut ou à leur position politique dans le cadre du commerce céréalier.

221L’examen de la documentation produite par la Congregazione del Sollievo démontre, à mon avis, la victoire de l’idéologie annonaire sur ce terrain.

  • 199 potessero riceversi li ricorsi, che venissero fatti, e proposti da ogn’uno in sollievo dello Stato (...)
  • 200 Quatorze fois la première année, huit la deuxième, quatre la troisième et une seule fois par an dan (...)

222Cette Congrégation est instituée en 1701 par le pape Clément XI. A la base de sa création, il y a la volonté de doter l’administration d’une structure où l’on puisse « recevoir les recours, qui seraient faits et proposés par chacun en soulagement de l’Etat et de Rome »199, affaibli par la crise qui l’avait frappé dans les dernières décennies du siècle précédent. Présidé par le cardinal Marescotti, elle est composée par le Préfet de l’Annone et le président de la Grascia, le secrétaire de la Congrégation du Buon Governo, le Trésorier général de la Chambre et par d’autres personnalités du monde romain et curial. La Congrégation va durer six ans, se réunissant 29 fois200.

  • 201 ASR, Congregazione del Sollievo, b. 1.

223Les problèmes annonaires et agricoles sont, bien évidemment, au centre de ses discussions. L’esprit avec lequel la Congrégation aborde ces problèmes me paraît bien exprimé par un bref questionnaire, envoyé le 10 février 1701 aux nonces de France, de Turin, de Florence, à l’évêque de Parme et à deux interlocuteurs à Modène et à Milan201. On veut connaître le système adopté dans ces villes et ces Etats pour ce qui concerne la gestion annonaire. On veut savoir plus précisément si des stocks publics de blé existent, comment ils fonctionnent et comment ils sont gérés, quelles sont les mesures adoptées pour assurer le ravitaillement des villes et les critères employés dans la fixation du poids du pain, ainsi que la périodicité des variations auxquelles celui-ci est sujet. Ce qui intéresse les autorités, est de savoir

  • 202 Ibid.

comment l’on procède pour qu’au même temps le peuple ait le pain du poids dû selon l’abondance ou la pénurie de la récolte, pour que les propriétaires vendent leur blé aux justes prix, que les boulangers puissent tirer de la vente un gain légitime et que la bourse du Prince, ou du public ne subisse aucune perte202.

224On retrouve ici le langage habituel des autorités annonaires, ainsi que les principes dont on a vu l’application dans les chapitres et les paragraphes précédents. Les autorités s’interrogent sur les moyens employés dans leur action, sans pour autant remettre en cause ni leurs fonctions, ni leurs objectifs. Mais ce qui est plus significatif, est la façon dont tous ceux qui répondent à l’appel de la Congrégation réagissent. Dans tous les mémoires conservés dans ses archives, on retrouve la même préoccupation de proposer des solutions qui ne mécontentent personne et qui tiennent en équilibre le système, sans pour autant renoncer à soutenir des intérêts particuliers.

  • 203 Cf. supra, chap. II.
  • 204 En particulier c’est la position de Giuseppe Rubini et du cardinal Spada. ASR, cit.

225La plupart des intervenants proposent des solutions pour encourager l’agriculture qui sont tout à fait semblables à celle présentée par Fulvio Fulvii quelques années auparavant203. Les variations principales concernent surtout le niveau du prix du blé, et le rôle de l’Annone. Certains proposent en effet que l’achat de la totalité du blé nécessaire à la ville revienne à l’Annone, qui se chargera ensuite de le revendre aux boulangers ; d’autres, en revanche, recommandent l’adjudication de cette tâche à des particuliers204.

  • 205 Ce sont les églises où siègent les confréries des boulangers allemands et italiens.
  • 206 ASV, Fondo Albani, 16, cc. 135-140. Mémoire signé par « N.N. amante della Gloria di sua Beatitudine (...)
  • 207 ASR, Congregazione del Sollievo, texte anonyme.

226Les problèmes soulevés par certains mémoires sur le fonctionnement des négociations entre marchands et boulangers sur la place romaine éclairent quelques éléments qui peuvent être à l’origine de ces propositions. Avec la dénonciation des fraudes qui se produisent régulièrement dans les opérations de mesurage, et la requête d’y mettre fin, on remet en cause le rôle des mesureurs de blé dans les transactions. Leur complicité avec les boulangers est dénoncée à plusieurs reprises et dans des occasions diverses. Certains auteurs en arrivent à proposer, comme remède à cette situation qui pénalise lourdement les marchands, l’interdiction des réunions des boulangers dans les églises de Santa Barbara et de Santa Maria di Loreto205, réunions auxquelles participeraient régulièrement les mesureurs pour se mettre d’accord avec les boulangers au détriment des agriculteurs206. Le rapport entre le système de négociation et la proposition de la fixation du prix du blé est rendu explicite dans l’un des textes qui traitent de ce sujet. Comme le démontre la pratique courante, l’alliance entre les boulangers et les mesureurs agit au détriment des marchands. Pour réduire le rôle, tout à fait partial, de ces fonctionnaires, écrit l’auteur, il faudrait imposer au blé un prix déterminé207. Conscient des difficultés qui peuvent résulter de cette proposition, l’auteur en indique une autre, minimale, et

  • 208 meno remota dalla pratica presente, e questa è la proibizione à capi de’ misuratori di fare i senza (...)

moins éloignée de la pratique présente : il s’agit de l’interdiction aux chefs des mesureurs de faire les intermédiaires, ou de s’immiscer, de quelque façon que ce soit, dans les contrats d’achat et de ventes des blés (...)208.

227Tous les auteurs insistent sur la nécessité d’octroyer les traites, et peu d’entre eux éludent le problème de l’instauration d’un système d’octroi valable pour tous : les privilèges dont les fermiers de la Chambre jouissent. C’est la Congrégation elle-même qui formule une question significative à ce propos :

  • 209 Ibid., b. 1., Quesiti da considerarsi e risolversi nelle Congregazioni seguenti.

S’il peut être bénéfique et sans dommage pour la Chambre que dans l’avenir dans les contrats d’affermage de la Chambre ne soient octroyés aux fermiers ni la faculté d’accaparer le blé, ni les traites pour des quantités fixes, mais que les traites soient octroyées selon la même forme, et le même calendrier que celles octroyées à tous les autres sujets, ou s’il est mieux de laisser la liberté d’accaparer à tous sans distinctions209.

  • 210 Il faut néanmoins souligner que le problème des pertes financières pouvant dériver de la suppressio (...)

228Un autre texte, également anonyme, souligne particulièrement ce problème, en insistant sur les dommages subis par les marchands du fait de l’absence de traites, notamment dans les mois d’automne, lorsque les ventes de blé sont plus importantes, car les traites sont, dans cette période, réservées aux fermiers de la Chambre. La Congrégation s’exprime en faveur de l’extension de la concession des traites et de l’uniformité de traitement pour les marchands et les fermiers, ainsi que pour la suppression du droit d’accaparement dont ces derniers jouissent. C’est un symptôme d’un nouveau mode de penser le problème, sans doute sollicité par les marchands, ou encore par la possibilité de résoudre les problèmes financiers de la Chambre sans avoir à recourir à la concession de privilèges aux fermiers210. Le problème des traites passe toutefois à l’arrière-plan : au centre de la scène se situe désormais le marché urbain, avec le rôle central joué par les autorités.

229La politique concrètement exercée par les autorités romaines a démontré aux agriculteurs les avantages qu’ils pouvaient en tirer. L’appel à l’Annone pour qu’elle achète des pourcentages variables de la production à des prix rémunérateurs pour les agriculteurs est à interpréter à la lettre. Il démontre la façon dont les acteurs économiques peuvent agir activement à l’intérieur d’un système de règles dont les principes inspirateurs ne semblent pas, en apparence, leur être très favorables.

  • 211 Dal Pane, 1957
  • 212 Ibid., p. 1201.

230La perspective dans laquelle Luigi Dal Pane a examiné le matériel produit par la Congrégation du Sollievo, va dans la direction opposée à celle que j’ai proposé ici. Selon Dal Pane211, les propositions exprimées dans tous les mémoires soutiennent un projet de liberté économique : liberté de circulation de blé à l’intérieur du Pays, et liberté d’exportation. S’ils ne le font pas de manière explicite et univoque, c’est, d’une part, à cause de la « connaissance déficitaire des mécanismes économiques »212 ; d’autre part, pour ne pas heurter trop violemment les préjugés courants. Dal Pane sous-estime, me semble-t-il, le fait que tous ces auteurs proposent que l’Annone assume la charge du ravitaillement de la ville, et qu’ils ne condamnent pas l’ancienne habitude d’acheter le blé aux producteurs locaux. Entre l’administration et les agriculteurs il n’y a pas d’opposition, au moins en cette occasion. La grammaire qui régit leurs discours respectifs est la même. Comme j’ai essayé de le démontrer, il existe des raisons bien réelles, liées au fonctionnement concret du circuit commercial romain, où l’Annone joue un rôle central, pour que le système global de ravitaillement de la ville ne soit pas forcément défavorable aux agriculteurs.

Notes

1 Cela remonte aux années 1520. Voir supra, chap. II. A. Gabrielli, op. cit., p. 18 ; BAV, ms. Vat. Lat. 8354, Discorso del dominio temporale e spirituale del Papa, ff. 193-232, sans date, mais rédigé sous le pontificat de Alexandre VII, f. 215r. Dans les « Ordini da osservarsi nel vendere e comprare Grani e Biade in Campo di Fiore » (ASR, Bandi, Annona, b. 455, plusieurs exemplaires) les vendeurs sur la place du Campo de’ Fiori sont appelés contadini (paysans), terme qui n’est pas utilisé ailleurs, et qui désigne cette catégorie de producteurs en opposition à celle des mercanti di campagna.

2 ASR, Bandi Annona, b. 455, « Ordini da osservarsi... », cit.

3 Tariffa perpetua per li fornai di Roma del prezzo che devono pagare il Grano della Camera, secondo il peso del pane che li sarà fatto spianare..., promulguée par Paul V et entrée en vigueur le 23 décembre 1605. Le texte se trouve dans Nicolai, 1803, vol. ii, p. 57

4 L’échéance du remboursement demeure flexible, gérée par l’Annone, selon une analyse détaillée des circonstances d’ensemble de la production, du ravitaillement romain, des ressources annonaires et des exigences politiques du moment. Voir infra.

5 Cf. infra.

6 Celle de l’année-récolte 1678-79. Sur les caractéristiques particulières de cette année, Cf. infra.

7 Sur les modèles de comportements différentiels des producteurs selon les dimensions de l’entreprise agricole, voir Abel, 1973, p. 23-28 ; Labrousse, 1933 ; Meuvret, 1988, vol. iii, p. 145-158. La formation de ce circuit d’échange, réservé uniquement aux petits exploitants, peut aussi être interprété comme un moyen adopté par les autorités pour éviter les accaparements de la part des propriétaires fonciers ou des marchands qui sont aussi, d’habitude, les créanciers de leurs locataires ou sous-locataires.

8 Pour la réglementation de la commercialisation des céréales en France, voir Afanassief, 1894 ; Kaplan, 1988 ; sur l’Angleterre, voir les observations de Thompson, 1971, p. 38 ; sur Genève, voir Wiedmer, 1993 ; sur Madrid, De Castro, 1987 ; sur les villes italiennes, voir, sur Milan, Grab, 1986 ; sur Bologne, Guenzi, 1982 ; sur Turin, Balani, 1987 ; sur Modène, Basini, 1970 ; sur Parme, Romani, 1975 ; sur Vérone, Vecchiato, 1979 ; sur Sienne, Parenti,1942. Il faut néanmoins signaler que, avec l’exception de S. L. Kaplan, aucun des historiens cités ne s’est spécialement intéressé ni à l’examen de la législation concernant les marchés urbains, ni à mettre en lumière l’organisation concrète des échanges.

9 Kaplan, 1988, surtout chap. I, « L’approvisionnement de Paris : le marché comme principe et comme site », p. 15-30.

10 Ibid., p. 18.

11 « Concentrant l’offre et la rendant visible, rendant aux transactions leur transparence, le marché répond[ait] aux aspirations les plus profondes du peuple consommateur », Ibid., p. 19.

12 Il manque une étude précise concernant les boulangers romains. Quelques données et observations se trouvent dans Reinhardt, 1991, chap. 4, consacré aux boulangers, mais ils concernent notamment les baioccanti. Pour des études détaillées de la profession dans d’autres villes, cf. Kaplan, 1996 ; Wiedmer, 1993, p. 265-325.

13 Voir supra, chap. I.

14 Il existe des conditions à respecter et des limites dans les prix que l’on peut percevoir, qui ne doivent pas dépasser, à quelques conditions près, ceux qui courront dans la saison où la vente est prévue. Cf. supra, chap. I.

15 La taxation du prix du blé est très rare, comme le déclarent les autorités romaines elles-mêmes lors de la crise de 1715-1716 (Cf. supra, chap. I). C’est une mesure qui fait l’objet de discussion dans les Congrégations de l’Annone (Cf., par exemple, les comptes rendus des débats dans BAV, ms. Barb. Lat. 4862, Libro delle risoluzioni... cit.), plutôt que de réalisation concrète. Delumeau, 1957-59, vol. II, p. 598-625, cite des cas de fixation du prix du blé pendant le xvie siècle ; il s’agit en général, comme en 1550, d’un prix élevé, visant à encourager les ventes, et non pas à comprimer une hausse. L’Annone préfère agir sur le calmiere du pain, ou bien contenir les effets des hausses sur les boulangers à travers les distributions du blé des stocks publics à prix modérés.

16 ASR, Bandi, Annona, b. 455, Ordini da osservarsi nel vendere..., cit.

17 Au Campo de’ Fiori, ainsi que dans les autres circuits de la ville, on échange toutes sortes de céréales. Cependant, dans ce travail on n’a pris en considération que le froment.

18 Che nessuno possa portar via grano, orzo et altre biade della piazza di Campo di Fiore per haverle à fare misurare alle loro case, senza la presenza del venditore (...), Ibid.

19 Sur les différentes formes de monopole envisagées par la théologie morale, voir supra, chap. I.

20 (...) che nessuna persona possa sotto prestesto di haver comprato grano, o altre biade in Campo di Fiore per se, o per altri levarlo da detto luogo e trasportarlo alle proprie case, o altrove per rivenderlo per dare commodità à conduttori di esso di venderlo a maggior prezzo (...). Che niuno ardisca far condurre in Campo di Fiore grano, orzo, ò altre biade, et quelle mandare à comprare da terze persone per inalzare i prezzi, né comprar al medesimo fine, o far comprare quelle, che vi fossero condotti da altri per vendere liberamente, Ibid.

21 Si dichiara e si ordina, che accadendo caso inopinato, ò non espresso nel presente Bando, il quale per pubblico commodo havesse bisogno di celere provisione li Commissari di Campo di Fiore possino procedere secondo sarà necessario. Dichiarando che chi in parole, et in fatti impedirà detti Commissari nell’offitio, et esercitio loro caderà nella pena di ducati cento, et tre tratti di corda, et di maggiore arbitrio nostro, Ibid.

22 (...) si prohibisce che nessun facchino, portatore, ò conciatore di grano, rivenditore, ò altra persona possa intromettersi à far prezzi di grani (...) né anco andar tra li sacchi in Campo di Fiore, mà debbano stare dentro alla strada dove stanno li Commissari della Piazza, et essendo chiamati per portar grani (...) non possano andare senza licenza di detti commissari (...), e questa non si dia prima li Contadini non saranno d’accordo con li compratori del prezzo delle robbe vendute (...), Ibid.

23 ASR, Camerale II, Annona, b. 1, Atti diversi, f. 5, Motu Proprio della Santità di Nostro Signore papa Pio VII in cui si prescrive un nuovo sistema annonario e di libero commercio in materia di Grani, esibito negli atti del Nardi, Segretario di Camera, li 3 settembre 1800, in Roma, Stamperia della Reverenda Camera Apostolica, 1800.

24 E nei predetti due giornalieri mercati poi vogliamo che sia permesso indistintamente a qualunque persona affacciarsi per fare acquisto di grano, o di Granturco, e Farine, togliendo a tale effetto, e annullando la proibizione, che in forza degli antichi regolamenti annonari, avevano li Fornari, Vermicellari, e Ciambellari, o che potesse avere qualunque altra persona, Ibid., art. IV, p. 7.

25 Il faut souligner que dans tous les marchés, et aussi dans celui de Paris étudié par Kaplan, 1988, il existe des règles également restrictives au niveau de l’accès : bien que les mêmes emplacements puissent être fréquentés par tous les acheteurs, les professionnels, par exemple, en sont exclus pour une certaine partie de la journée.

26 Revel, 1972, p. 250.

27 La corporation des boulangers est, à ce propos, solidaire : lorsque quelqu’un a un endettement jugé trop important chez un boulanger, il est signalé aux autres et interdit d’achat. Voir Rodocanachi, 1894, qui commente les réglementations de la corporation des boulangers. Bien que l’on puisse douter de l’effectivité pratique de cette interdiction, il faut néanmoins la considérer en tant qu’hypothèse.

28 Geertz, 1963 ; Levi, 1989, p. 118-138.

29 Cf. supra, chap. I.

30 BAV, Cod. Chigi H. III. 63, c. 193v.

31 Des exemples concernant la négociation entre la Préfecture et les producteurs pour l’achat des grains, se trouvent dans la correspondance du Préfet de l’Annone, dans ASR, Presidenza dell’Annona, b. 1470, Registro delle lettere del Prefetto dell’Annona, 1659-1660. Voir aussi les observations de Ago, 1985.

32 Labrousse, 1933, vol. ii, p. 576-577.

33 Par exemple à Paris, où il n’existe pas de véritable système annonaire, mais plutôt un système de réglementation du commerce. Voir Afanassief, 1894 ; Kaplan, 1988. Sur l’Angleterre, Cf. Webb-Webb, 1904 ; Ross, 1956. Pour le domaine italien, quelques études ont été spécifiquement consacrées aux calmieri : Reinhardt, 1990 ; Guenzi, 1977, 1981 et 1982 ; Mattozzi et al., 1983 ; Mattozzi 1983 ; Boldrini, 1921.

34 Thompson, 1971.

35 Ibid., p. 34.

36 Cf. le cas de Gênes, décrit et analysé par Grendi, 1970, et celui de Genève, étudié par Wiedmer, 1993.

37 Il faut préciser que le prix du pain ne varie jamais : c’est toujours son poids qui change. Parler du prix du pain, ou de son poids, revient toutefois au même. Sur la coutume de garder inaltéré le prix, tout en changeant le poids du pain, qui est propre à tout l’espace européen d’Ancien Régime, voir Kula, 1984.

38 Zanetti, 1964.

39 Basini, 1970 ; Romani, 1975 ; Grab, 1986 ; Balani, 1987.

40 C’est le système adopté à Pavie, a Modène et aussi à Rome.

41 Elle est témoignée par exemple à Modène, à Pérouse et à Bologne.

42 Grab, 1986.

43 5 emine équivalent à environ 115 litres, Cf. Balani, 1987.

44 Mattozzi et al., 1983.

45 Guenzi, 1977 et 1982. Il faut souligner que dans ce cas il s’agit de la fixation du prix du blé. Les caractéristiques du calmiere du pain, existant aussi, sont semblables à celle que l’on a décrit pour d’autres villes.

46 Mattozzi, 1983.

47 BAV, ms. Barb. Lat. 4862, Libro delle risoluzioni... cit., 18 novembre 1612.

48 Pendant cette année, bien que le poids officiel du pain reste fixé à 8 once, le poids réel est de 8,8 once. Il s’agit d’un agio pratiqué en plusieurs occasions par l’administration pontificale qui, ne voulant pas changer le calmiere et modifier par conséquence le prix de vente du blé public, en correspondance d’une baisse des prix du blé sur le marché, impose aux boulangers de produire un pain d’un poids supérieur à celui du calmiere officiel. Cf. Reinhardt, 1991, p. 37-61. Ici, on prendra en compte, comme base de l’analyse, le poids réel du pain, même lors-qu’il s’écarte du calmiere officiel, du fait de l’agio.

49 Pendant l’année-récolte 1644-1645 on enregistre trois variations du calmiere : le 25 juillet il est établi à 7 once ; le 3 octobre, peu de jours après l’élection de pape Pamphili, il est augmenté d’une demie oncia, et le 30 juin il atteint le niveau de 8 once. Il ne s’agit pas du seul cas où une augmentation du poids du pain fait suite à l’élection pontificale. La première année du règne de Paul V, les romains voient le pain augmenté d’une oncia ; l’élection de Clément IX se déroule pendant le mois de juin 1667, et le mois d’août le pain passe de 8,9 once à 9,5. De même, pendant la première année du pontificat de Clément X, élu le 29 avril 1670, on ajoute une demie oncia au pain, qui va en peser 9,5 : l’année suivante, il est diminué et porté à 8 once. Ces coïncidences, qui ne prennent pas en compte tous les éléments intervenants dans les décisions sur le calmiere, soulignent néanmoins la valeur politique du choix sur le poids du pain.

50 Pult Quaglia, 1990.

51 Guenzi, 1977, p. 188-197 (série du calmiere de 1606 à 1795) ; Boldrini, 1921 (la série des poids du pain publiée commence le mois de septembre 1642 et termine le mois de mai 1679. Les variations saisonnières et annuelles sont très importantes : sur les 37 années considérées, on enregistre 90 variations).

52 Sur la Tariffa, voir aussi Reinhardt, 1990 et 1991, p. 37-61.

53 Bulle Pastoralis Officii, du 19 octobre 1611. Le texte est publié dans Nicolai, 1803, vol. II, p. 59-62.

54 Ibid.

55 Bulle Inter gravissimas curas, 23 décembre 1605. Le texte est publié dans Nicolai, 1803, vol. ii, p. 53-57.

56 Pour la période précédente, à partir de 1563, voir les données publiées par Reinhardt, 1991, p. 509 et sqq.

57 Ogn’anno il prezzo del pane debba stabilirsi havuto diligente risguardo alla qualità della raccolta e del prezzo che sarà costato alli mercanti il grano condotto in Roma, parendo alla congregazione che questa sia la base e il fondamento della conservazione dell’agricoltura, e che 10 once di pane dovessero bastare etiandio nei tempi abbondanti e che con i rimedi et aiuti soprascritti si dovesse procurar sempre con molta vigilanza che si lavori tanto terreno che anco in annate sterili si potessero dare almeno 8 once (...), BAV, Barb. Lat. 4862, Libro delle risoluzioni della Congregazione... cit., 5 janvier 1612.

58 Ibid., 13 janvier 1612.

59 Mantenere in freno i mercanti et in opinione la gente che vi sia grano, Ibid.

60 (...) pare alla congregazione che gli agricoltori habbino necessità di potere havere denari facilmente ad interesse tenue, né che ci sia altro rimedio che questo da conservare l’agricoltura e provedere alle carestie che possono venire per mancamento di sementi, Ibid., 8 janvier 1612.

61 Ibid., « Relatione fatta da Ms. Prefetto dell’annona alla S. di N.S. sopra l’agricoltura di Corneto », présentée à la congrégation du 8 janvier 1612.

62 Importa poco il calcolare se non si sollecita la condotta ; i mercanti sanno benissimo le difficoltà che sono nella condotta, e ci fanno li conti addosso e non considerano se non il grano ch’è a Termini, e credendo votati i granai pensano di conseguire quel che desiderano, Ibid., 14 mars 1612.

63 Ibid., 14 mars 1612.

64 L’importanza è poter durare di farlo, e però bisogna sollecitare le condotte e votare manco che si può il granaro di Termini, e a questo effetto bisogna anco comprare 3 000 rubbia di grano in più, se bene si rimettesse 3 o 4 000 scudi o più, e farlo condurre quanto prima, Ibid., 14 mars 1612.

65 Ibid., 11 avril 1612.

66 Le Douanier du Patrimoine, comme les autres fermiers caméraux, jouit des tratte comprises dans le contrat d’adjudication de son office. Par exemple, selon le contrat d’adjudication de 1677, pour la douane du Patrimoine, le fermier bénéficie chaque année de la possibilité d’exporter 9 000 rubbia de blé. Cf. ASR, Camerale II, Annona, b. 1, Atti diversi ; ASR, Camerale II, Annona, b. 64, Tratte sciolte, 1650-1663.

67 BAV, Barb. Lat. 4862, Libro delle risoluzioni... cit., 11 avril 1612.

68 Ibid., 2 mai 1612.

69 Ibid., 8 mai 1612.

70 Ibid., 8 mai 1612.

71 Selon les données de Reinhardt, 1991, p. 312, en 1612, l’Annone achète en Sicile 4 793 rubbia de blé.

72 BAV, Barb. Lat. 4862, Libro delle risoluzioni... cit., « Nota dei grani che l’Abbondanza tiene in Roma », 7 septembre 1612 : « Grano vecchio compreso quello di Perugia, rubbia 6 000 ;

grano nuovo incaparrato : circa r. 6 000 ;
grano nuovo compro a Corneto : r. 4 000 ;
grano nuovo compro in Campagna : r. 1 200 ;
grano dei doganieri del Patrimonio : r. 2 800
 ».

73 Ibid., « Nota delli grani che l’Abbondanza tiene in Roma e fuori », 6 novembre 1612 :

« ne granari di Termine : r. 12 000 ;
a Corneto : r. 4 200 ;
a Civitavecchia : r. 500 ;
nel Patrimonio (doganieri) : r. 2 800 ;
Tivoli e altri obbligati : r. 1 000 ;
Oriolo e Barbarano : r. 800 ;
Viterbo : r. 1 000 ;
Horti : r. 300
 ».

74 « con certezza che vi sia molto più del bisogno », Ibid., 21 novembre 1612. Selon les estimations rapportées à la séance du 10 novembre de l’année précédente, la consommation d’une année normale à Rome serait d’environ 130 000 rubbia.

75 Ibid., 21 novembre 1612.

76 D’après les comptes présentés à la Congrégation du 21 novembre 1612.

77 Le cardinal Giacomo Serra, génois, sera envoyé par Paul V à Ferrare, comme Cardinal-Légat, de 1616 à 1622. « Expert » en matières économiques, pendant cette période, il mettra en place une nouvelle organisation annonaire. Cf. Cazzola, 1970-71. Il fait partie de la Congrégation romaine avec Monseigneur Rucellai, le Préfet de l’Annone, Mons. Serlupi, Président de la Grascia, Ortensio de Rossi, commissaire de la Chambre et Giobatta Costaguta, dont on ne connaît pas le rôle.

78 BAV, Barb. Lat. 4862, Libro delle risoluzioni... cit., 12 décembre 1612. Selon la Tariffa, le prix de 6 écus correspondrait à un poids du pain de 10 once : il est évident que l’Annone demande un effort aux boulangers.

79 Il calare è facile, e sempre ci è modo di farlo, ma il crescere è sempre molto difficile, e però è bene di mantenere alto il peso mentre che si può, Ibid., « Scrittura sopra la conservazione del pane alle 12 once », présentée à la congrégation du 12 décembre 1612.

80 (...) se Roma l’anno passato non mosse detto peso quando anche tutto il resto d’Italia haveva calato, e pativa, non pare conveniente che hora sia la prima a scendere e a rendersi, Ibid.

81 Ibid.

82 En 1612-13, la quantité de blé produit dans les provinces et disponible pour la consommation romaine, était de 172 200 rubbia, dont 171 600 arrivent effectivement dans la capitale. Cf. Supra, chap. II, tableau I.

83 Le prix moyen du blé dans le premier semestre de 1613-1614 est de 6,21 écus la rubbia (contre les 5,85 du II semestre de l’année précédente) ; les distributions globales de l’Annone dépassent, le long de l’année, les 22 000 rubbia (elles avaient été d’environ 15 500 rubbia l’année d’avant) Cf. Reinhardt, 1991, p. 518.

84 (...) questa sarà miglior raccolta dell’anno passato, che fu di 117 000, senza li grani fatti venire di fuori del territorio di Roma, BAV, Bar. Lat. 4862, Libro delle risoluzioni... cit., 18 juillet 1617.

85 Stante la mala qualità della raccolta non sono riusciti i dissegni che si avevano di far un corpo per Roma di 170 000 rubbia, conforme si diceva bisognasse per conservare l’abbondanza, Ibid. 30 septembre 1617.

86 Ibid., 28 septembre 1617.

87 On propose de faire une ordonnance et de l’envoyer « in Avignone, in Fiandra, Polonia, Sardegna, e Genova e non lo pubblicare in Roma », Ibid, 30 septembre 1617.

88 Non potendosi havere grani sé sperarli di Francia, Fiandra e Ponente per gli avvisi avutisi del prezzo alto che corre in quelle parti si è stimato bene che si scriva al cardinal legato di Romagna, Ibid., 17 novembre 1617.

89 Reinhardt, 1991, p. 519.

90 Les années 1619-1622 sont, en Europe, des années de crise. Cf. Romano, 1962 et 1964.

91 En 1611-1612 les réserves totales de la ville s’élèvent à 61 700 rubbia, pour atteindre, l’année suivante, les 81 100 ; en 1619-1620, il y en a 63 700, tandis qu’à la fin de la saison 1620-1621 elles s’élèvent à 87 900. Cf. Reinhardt, 1991, p. 517-521.

92 BAV, Barb. Lat. 4862, Libro delle risoluzioni... cit., « Scrittura sopra il governo dell’Abbondanza del resto dell’anno 1612 in 1613 », novembre 1612. Par ailleurs, on reconnaît l’effet de la baisse des prix du blé sur l’augmentation des salaires, réels et nominaux : les journaliers peuvent décider de travailler moins, du moment qu’avec une quantité moindre d’argent ils peuvent obtenir la même quantité de pain que, dans une conjoncture de hauts prix, ils ne pourraient obtenir avec davantage de travail. Cf., entre autres, C.-J. Hebert, 1775, cit. dans Grenier, 1987, p. 512.

93 Grégoire XV est élu le 9 février 1621.

94 La hausse entre 1661-1662 et 1662-1663 est de 13,2 % ; celle entre 1666-1667 et 1668-1669 est de 8,8 %. Le terme de référence adopté correspond au point le plus bas du cycle.

95 ASR, Camerale II, Annona, b. 1 Atti diversi, fasc. 2, mémoire du Père Gale-no de 1673.

96 Dans les deux années 1671-1673, 45 464 rubbia de blé rentrent dans les entrepôts de l’Annone. Les dates d’arrivée du blé, notamment dans les premiers mois de l’année 1672-1673 montrent que la campagne d’achats avait sans doute été décidée dans le courant de l’année précédente.

97 Il faut signaler un problème de conformité des données entre celles que j’ai rassemblées moi-même, et celles publiées par Reinhardt, notamment pour ce qui concerne la saison 1671-1672, et qui ont une influence sur l’interprétation des données de 1678-1679. Selon les Note dei misuratori del grano, – que j’ai utilisées, rapportant semaine par semaine les arrivages de blé en ville, les ventes qui ont lieu sur les circuits commerciaux urbains, les prix, et les quantités distribuées par l’Annone aux boulangers – l’intervention de l’administration le long de l’année 1671-1672, n’est que de 8 979 rubbia (la série est complète). Selon Reinhardt, 1991, p. 533-535, dont les données pour le reste de la période coïncident presque parfaitement avec les miennes, le total des distributions est par contre de 53 716 rubbia. Toujours d’après les Note, les distributions de 1678-1679 sont de 44 946 rubbia, beaucoup plus importantes donc que celles reportées par la même source pour l’année 1671-1672. Ces données sont par ailleurs conformes à celles proposées par Reinhardt, selon lequel les distributions en 1678-1679 seraient de 47 000 rubbia environ.

98 Reinhardt, 1991, p. 520-547.

99 Cf. supra, chap. II.

100 Mattozzi et al., 1983.

101 Cf. supra, chap. II ; Voir aussi Delumeau, 1957-59 ; Revel, 1972.

102 Cf. supra, chap. II.

103 On verra que ces réductions sont aussi dues à une révision de la Tariffa, dont les calculs sont estimés, dans cette période, partiellement erronés, notamment pour ce qui concerne les profits permis et assurés aux boulangers.

104 Ces données n’ont qu’une valeur d’indice : en réalité l’écart entre les prix payés par les baioccanti sur le marché romain et ceux imposés par l’Annone pourrait bien être plus important. Les données sur les prix du blé se réfèrent à la moyenne des prix que l’on peut enregistrer pendant l’année-récolte sur le marché romain, indépendamment des acheteurs. On prend en compte toutes les transactions, non seulement celles qui concernent directement les boulangers baioccanti. La moyenne payée par cette catégorie d’artisans sur le circuit commercial romain pendant l’année 1658-1659, est légèrement inférieure à la moyenne générale des prix. Cf. infra.

105 En 1643, l’Annone achète à Castro 2 206 rubbia, au prix de 7,62 écus ; en 1647, elle achète dans les Marches 29 490 rubbia, en les payant 9,68 écus chacune. En 1648, elle assume la charge la plus importante de la période, en termes de quantités achetées et de prix payés : 1 326 rubbia achetées à Castro, au prix de 20,04 écus chacune ; 25 588 en France (18,69 écus), 50 165 en Hollande (18,93), 1 791 en Angleterre (25,42 écus), 347 dans un lieu indéterminé (19,84 écus). Cf. Reinhardt, 1991, p. 133.

106 Ibid., p. 133-135.

107 Des signes de mécontentement avaient déjà été manifestés dans les années 1660. Ils avaient amené les autorités annonaires à réaffirmer la liberté, pour les boulangers et les marchands, de vendre et acheter sur le marché romain. Cf. ASR, Bandi, Annona, b. 455, Edit du 22 décembre 1665, où l’on affirme que « le commerce d’acheter et de vendre est libre pour plus de 100 000 rubbia par an, car l’Annone ne distribue que 18 000 rubbia »

108 Reinhardt, 1990, p. 115.

109 Nicolai, 1803, vol. iii, p. 95-96. Voir aussi G. B. De Luca, Il principe... cit., qui en fait l’un des éléments d’une bonne gestion de l’Annone.

110 BAV, Barb. Lat. 4862, Libro delle risoluzioni... cit., « Scrittura sopra il governo dell’Abbondanza... », cit.

111 Le prix du blé de l’Annone continue à être de 7,5 écus en 1633, lorsque le poids du pain est augmenté à 10,1 once ; en 1634, avec un calmiere de 11,2 ; et entre 1638 et 1643, période pendant laquelle le calmiere varie entre 8,8 et 11,2 once. Par la suite, on commence à respecter l’équivalence proposée par la Tariffa. Il s’agit, comme l’affirme Reinhardt, d’une espèce de réduction à laquelle les boulangers sont contraints. Le calmiere officiel ne varie pas ; celui-ci, comme on l’a dit, n’a d’autre fonction que de réglementer les relations économiques entre l’Annone et les boulangers. Par conséquent, qu’il s’agisse d’une variation du calmiere officiel, ou bien d’une réduction officieuse, le type d’influence de l’activité annonaire sur les boulanger s’est la même.

112 Guenzi, 1977 ; Mattozzi, 1983.

113 Il devrait reproduire, selon la déclaration de l’auteur, les mêmes estimations que celui, perdu, du début du siècle. Cf. ASR, Camerale II, Annona, b. 1, Atti diversi, asc. 6, « Scandaglio per regolare il prezzo dei’ grani che si danno à fornari, fatto dal fu Virgilio Spada l’anno 1648 ».

114 La differenza da grano a’ grano quale per di più sorte è grandissima (...). I grani di Danzica sono leggierissimi, e di mala condizione, quelli di Provenza e di Lingua d’oca belli e buoni, ma non troppo grevi (...) e altri sono dolci e leggieri (...) e ponno esser misurati e non misurati, il che può causare gran differenze nella qualità et quantità del pane che se ne cava ; ponno esser navigati e non navigati, e questo importa molto, perché oltre l’humidità artificiale, che si procura da’ marinari, c’è la naturale procedente dall’aria marina humida, et in lunga navigazione è considerabile, e tale humidità fa crescere il vaco del grano in maniera che nella misura del rubbio vi entra meno numero di vachi di quelli che entrerebbero se non fossero bagnati, o humidi, e conseguentemente ne risulta minor farina e minor pane (...), Ibid., p. 1.

115 Cette estimation correspond à peu près à celle des rendements à Bologne, de 92,5 kilos de pain pour 100 kilos de blé. Cf. Guenzi, 1977, p. 149.

116 Il existe d’ailleurs des règles dans le mesurage des blés qui donnent une priorité dans le choix à cette catégorie de boulangers. Cf. infra.

117 Cf. infra.

118 BAV, Barb. Lat. 4862, Libro delle risoluzioni..., cit., « Sopra il governo dell’abbondanza... » cit.

119 (...) pare che sia poco stante le fatiche, i risichi di vita e di robba, i bisogni delle case dei mercanti per lo più gravati di famiglia, e sopra tutto stante la grossa perdita che hanno fatto nei tre anni passati continui che sono stati sterili per loro, perché se bene hanno avuto grano assai, l’hanno venduto poco e gettato, onde non pare che sia honesto nell’anno presente che possa ricompensarli, limitarli il prezzo a giuli 65 col quale si bene il mercante vi può stare e dovrebbe vendere il grano spontaneamente da sé, non però si stima giusto di astringerlo, Ibid.

120 (...) Nè i mercanti si potrebbono dolere del prezzo di scudi 7 già che guadagnerebbono 15 giuli il rubbio, che sono 27 % (...) e detto guadagno non solo dovrebbe loro bastare per quest’anno, ma ricompensarli ancora in qualche parte delle perdite fatte nei passati, Ibid.

121 Cf. supra.

122 (il sistema del rinnovo) tenuto dall’annona, era, per così dire, la bilancia, perché venendo il nuovo raccolto, e succedendo che li mercanti volessero vendere li loro grani a maggior prezzo dei scudi sette per rubbio, la medesima non obbligava li fornari a pagare il loro debito, ma anzi distribuiva ai medesimi altri grani (...) e tenendo così provvista la città per qualche tempo, ne accadeva, che in seguito li mercanti, sì pel ritardo della vendita, che per esser obbligati nel mese di agosto a restituire le prestanze ricevute dall’annona per le sementi e mietiture, si adattavano a esitare i loro grani (...). All’opposto poi se accadeva, che il fornaro in stagioni abbondanti non volesse comprare i grani ad un prezzo ragionevole, col quale il mercante potesse ricoprirsi dell’affitto e spese, l’annona l’obbligava a restituire nel principio della stagione intieramente o in parte il suo debito a grano, e così procedendo di stagione in stagione il negoziato di tal genere sì necessario, era tenuto in perfetto equilibrio, restando in tal guisa esente il Principe dalle remissioni, eccettuati i casi delle carestie (...) ed il mercante e il fornaro percepivano dalle loro industrie e fatiche un onorato e lecito guadagno, Nicolai, 1803, vol. III, p. 128.

123 Cf. supra, chap. II.

124 ASR, Presidenza dell’annona e grascia, b. 2297, Nuovo regolamento dell’annona di Roma in sollievo dell’arte agraria, s.d. (mais début du XVIIIe siècle).

125 Ibid.

126 Pour un examen de la politique annonaire pendant la peste, voir d’Amelia, 1990.

127 ASR, Camerale II, Annona, b. 1, Atti diversi, contrat d’adjudication des douanes du Patrimoine, 1677.

128 Cette condition rappelle de près le titre du lucrum cessans. Cf. supra, chap. I.

129 ASR, Camerale II, Annona, b. 1, Atti diversi, contrat d’adjudication des douanes du Patrimoine, 1677.

130 Cf. supra.

131 ASR, Presidenza dell’Annona, b. 1470, Registro delle lettere del Prefetto dell’Annona, 1659-60 ; Ibid., bb. 67-68, Liste dei misuratori del grano.

132 Labrousse, 1933 ; Meuvret, 1977-1988.

133 I grani belli che fanno bianco qui si vendono, e chi ne mandasse ne farebbe il denaro ; i grani forti come li scorcidi sono a vilissimo prezzo, ASR, Presidenza dell’Annona, Registro delle lettere, cit., lettre du 4 octobre 1659 au Baron de Angolis, Naples.

134 Ibid.

135 Ibid., lettre du 18 octobre 1659 à Andrea Galimberti, Civitavecchia.

136 Ibid., lettre du 30 aout 1659, à Francesco Falgario.

137 ASR, Presidenza dell’Annona, b.2287, Raccolta di duplicati di chirografi, moti propri, ordinazioni e altre scritture spettanti all’annona, 1561-1749, ff. 193-196.

138 (...) tanto al detto Andrea Zingher, quanto ad ogni altro fornaro che sarà pro tempore destinato e deputato per la provista del pane per servizio del detto ospedale (...) l’intiera e completa esenzione dalle distribuzioni de’ grani (...) solite farsi dalla nostra annona e suo prefetto, o altre sì ordinarie che straordinarie, tanto per tutta quella quantità di pane che dal medesimo si darà per servizio di detto ospedale (...) quanto per tutto quel pane in più che si spacciarà per pubblico uso nel detto forno, Ibid., f. 195.

139 Revel, 1972, p. 215.

140 ASR, Notai, segretari e cancellieri della Reverenda Camera Apostolica, vol. 1043, notaire Francesco Lucarelli, 1658, Ier partie, c. 855.

141 Ibid., c. 330.

142 Ibid., c. 980. Marsilio Selvaggio est un boulanger important, qui achète en 1658-1659 2 654 rubbia de blé.

143 Rodocanachi, 1894.

144 ASR, Presidenza dell’Annona, b. 2287, ff. 235-241, Raccolta di duplicati..., cit. « Ordini, precetti e provisioni dati da Monsignor Prefetto dell’Annona li 28 settembre 1635 riguardanti i facchini e misuratori de Grani e la Rubbiatella », f. 236.

145 BAV, ms. Chigi H III 63, « Casali dell’Agro romano... », cit. ; Ibid., mémoire de l’Hôpital du Santo Spirito ; J. Revel, 1979 ; en 1658-1659, l’Hôpital vend 4 629 rubbia de blé, tandis que le deuxième vendeur par quantité commercialisée n’en vend qu’environ 2 000.

146 Il y a sans doute d’autres boulangers qui travaillent pour le Santo Spirito, mais il est impossible de les reconnaître avec certitude. Une partie des transaction accomplies sans indication de prix, et considérées ici comme des transactions entre particuliers, sont probablement utilisées directement. Cf. infra.

147 Dans le calcul des rubbia achetées par l’Hôpital du Santo Spirito, on n’a pas compté celles qui arrivent directement de ses propriétés. Il manque ainsi 490 rubbia de blé dans le total pour atteindre les 9 370 rubbia du tableau 1 dont bénéficient les institutions ecclésiastiques. La catégorie des autres institutions comprend Castel Gandolfo et la Reverenda Camera Apostolica.

148 A l’exception des 149 rubbia achetées par les Pères de l’Apollinare et des 10 achetées par le Santo Spirito, les 698 rubbia vendues à cette fin sont achetées par les marchands. Sur les transactions concernant le blé pour les semailles, cf. infra.

149 Je ne fais ici référence qu’aux propriétés comprises dans l’Agro romano.

150 Coste, 1969 ; Revel, 1979.

151 Cf. supra, chap. II.

152 BAV, ms. Chigi H III 63, cit., ff. 1-3.

153 ASR, Presidenza dell’Annona, Liste dei misuratori del grano, 1659.

154 On se limitera ici à souligner les absences contemporaines – et de ce fait significatives – d’un groupe d’institutions ecclésiastiques : aucune vente n’est effectuée, pendant la saison 1659-1660, par l’Hôpital de San Giacomo degli Incurabili, le chapitre de Santa Maria in Via Lata, les frères de Sant’Antonio, le Collegio germanico et le collegio capranicense.

155 ASR, Presidenza dell’Annona, b. 1470, Lettere del Prefetto dell’Annona, lettre à Francesco Falgario du 2 août 1659.

156 Ces renseignements sont tirés de ASR, Camerale II, Annona, b. 1, Atti diversi ; Ibid., b. 64, Tratte sciolte, 1650-1663 ; Ibid., b. 109, Conti, rendiconti, libri dei creditori e dei debitori, 1653-1716.

157 ASR, Presidenza dell’Annona, Liste dei misuratori del grano, 1659.

158 Ces renseignements sont tirés notamment de ASR, Camerale II, Annona, b. 64, Tratte sciolte.

159 ASR, Camerale II, Tratte sciolte, b. 64. Voir, entre autres, les concessions à Ludovico Acciaioli, fermier de l’alun de Tolfa, 8 novembre 1651 ; à Pietro Nerli, fermier des entrées de Monte Marciano, 8 novembre 1652 ; aux fermiers de l’alun de Tolfa, 15 septembre 1663 ; à Alessandro Busciotti, douanier du Patrimoine, 21 octobre 1663 ; à Nicolò Benedetti, pro-trésorier des Marches, 3 octobre 1663.

160 Comme on l’a dit, les tratte peuvent être retirées dans le cas d’un besoin pressant de l’Annone. Exception faite pour les conjonctures très négatives, il s’agit d’une véritable liberté de commerce, du moins pour les quantités prédéterminées, qui ne sont pas négligeables.

161 Cf. infra.

162 ASR, Presidenza dell’annona e grascia, b. 2287, « Ordini, Precetti e provisioni date da Monsignor Prefetto dell’annona... », cit.

163 Sur le problème des mesures, Cf. Kula, 1984.

164 nelli granari dove stia maggior somma di rubbia 10 di grano (...) di un padrone solo, ASR, Presidenza dell’annona e grascia, b. 2287, « Ordini, Precetti e provisioni date da Monsignor Prefetto dell’annona... », cit., f. 240.

165 Ibid., f. 236.

166 Ciò si fa acciocché stiano sempre vigilanti à vedere a chi danno il grano, e che lo faccino sempre pagare, acciò li mercanti et padroni de’ grani non siano defatigati nelli loro pagamenti, Ibid., f. 236.

167 Ibid., f. 235.

168 ASR, Presidenza dell’Annona, b. 67, Liste dei misuratori, 1658-1659.

169 ASR, Presidenza dell’annona e grascia, b. 2287, « Ordini, Precetti e provisioni date da Monsignor Prefetto dell’annona... », cit., f. 235.

170 Cf. supra, chap. I.

171 Cf., comme exemple, les règlements des marchés de Paris, dans Afanassief, 1894 et Kaplan, 1988.

172 ASR, Congregazione del Sollievo, bb. 1-2, mémoire anonyme.

173 Ibid.

174 L’auteur du mémoire suggère aussi qu’ils peuvent avoir des intérêts directs dans la gestion des fours.

175 ASR, Presidenza dell’Annona, b. 2287, Raccolta di duplicati..., cit., « Ordini... », cit., f. 240. Il s’agit d’un comportement ouvertement interdit, mais pour cela sûrement pratiqué.

176 Voici les proportions de blé appartenant à des vendeurs utilisant plusieurs compagnies sur le total du blé mesuré par chaque compagnie : banchi 33,2 % ; biscione 11 % ; borgo 10,5 ; conti 28,7 ; corbi 7,7 ; paradis 7,2 ; ripetta 18,1 ; rotonda 40,5 ; savelli 16,4 ; specchi 24,7.

177 La compagnie de Biscione travaille aussi pour le duc Cesarini et le Chapitre de San Pietro ; elle a toutefois un rôle marginal par rapport à ces vendeurs, qui utilisent en priorité les services d’autres compagnies.

178 Vingt rubbia sont achetées à 85 giuli chacune ; pour vingt autres rubbia, on a pas d’indication de prix.

179 Le prix modal demeure celui de 90 giuli par rubbia. Les autres acheteurs sont trois decinanti, un boulanger dont on ne connaît pas le statut, et sept artisans ou particuliers.

180 Dans la première semaine de mars, Giorgio, boulanger à Borgo Pio, achète cinq rubbia du Chapitre à 88 giuli, et vingt rubbia du marquis Patrizi, en les payant 93 giuli chacune.

181 Beaucoup de transactions ne comportent néanmoins pas d’indication de prix.

182 On ne compte que cinq cas de ce genre. Zenobio achète pendant la même semaine, 10 rubbia de l’Hôpital, à 93 giuli, et 15 rubbia au duc de Bracciano à 76 giuli. Giovanni, boulanger via Giulia, avec les 75 rubbia de l’Hôpital achète 5 autres rubbia de Francesco Bravi, à 75 giuli ; ce même boulanger, dans une autre occasion, achète deux contingents, d’environ la même quantité (20 de l’Hôpital et 18 rubbia de Bastiano Pasquetti) aux prix de 93 et 86 giuli ; Gaspare achète 48 rubbia, dont 8 de Stefano Papuci, à 80 giuli ; le boulanger de Sant’Ambrogio en achète 10 du Santo Spirito, 15 du duc de Bracciano, à 88 giuli, et une de Francesco Borga, au prix de 82 giuli.

183 Simone Neri n’apparaît plus, l’année suivante, comme vendeur sur le marché romain, ni seul, ni associé aux Gavotti. Cf. ASR, Presidenza dell’Annona, b. 68, Lista dei misuratori del grano, 1659.

184 La pratique de l’essai de blé par le boulanger, est courante aussi chez les particuliers, avec une double fonction : le boulanger essaie le blé, pour en calculer le rendement ; au même temps, le particulier, voulant confier son blé pour la transformation et l’usage personnel, évalue la qualité du produit final.

185 Orazio Falconieri et Filippo d’Asti, par exemple, ne sont payés que l’année suivante. C’est sans doute l’une des raisons du prix élevé qu’ils reçoivent, qui peut cacher l’intérêt pour une vente à crédit.

186 Beaucoup de transactions faites sans indication de prix, effectuées avec le Palais Apostolique, sont accompagnées par deux types de mentions : ou bien « au prix négocié (ou que l’on négociera) entre le Palais et le marchand » ; ou bien « au prix auquel vendra... », suivi par le nom du vendeur auquel on fait référence.

187 ASR, Camerale I, Entrate e uscite del maggiordomo del Sacro Palazzo, vol. 1410 et 1414 (1657-58 ; 1658-60).

188 L’intégration est démontrée par le fait que les fournisseurs du Palais Apostolique interviennent aussi dans d’autres transactions, et que les prix pratiqués sur le marché des professionnels subissent dans certains cas l’influence de l’évaluation effectuée par le Palais.

189 ASR, Presidenza dell’annona, b. 2287, Raccolta di duplicati, chirografi... cit., « Memoriale presentato dall’Università dei fornari di Roma per la Congregazione del 18 agosto 1730 », avec les pièces jointes au dossier.

190 Ibid.

191 Ibid., Mémoire présenté par le chapitre de Santa Maria in Trastevere.

192 Voir notamment les travaux cités de Dal Pane et La Marca.

193 Cf. supra, chap. I.

194 ASR, Presidenza dell’Annona, b. 1470, Lettere del Prefetto dell’Annona, 1659-1660.

195 Ibid., lettre à Francesco Falgario, 30 août 1659.

196 Ibid., lettre à Francesco Falgario, 23 août 1659.

197 C’est par exemple le cas de Francesco Falgario, commissaire de l’Annone à Corneto, qui apparaît comme vendeur sur le marché romain en 1659-1660. Cf. ASR, Presidenza dell’Annona, b. 68, Lista dei misuratori del grano, 1659-1660 ; voir aussi ASR, Presidenza dell’Annona, b. 1470, Registro delle lettere, cit.

198 ASR, Congregazione del Sollievo, bb. 1-2.

199 potessero riceversi li ricorsi, che venissero fatti, e proposti da ogn’uno in sollievo dello Stato e di Roma, cit.

200 Quatorze fois la première année, huit la deuxième, quatre la troisième et une seule fois par an dans les années suivantes.

201 ASR, Congregazione del Sollievo, b. 1.

202 Ibid.

203 Cf. supra, chap. II.

204 En particulier c’est la position de Giuseppe Rubini et du cardinal Spada. ASR, cit.

205 Ce sont les églises où siègent les confréries des boulangers allemands et italiens.

206 ASV, Fondo Albani, 16, cc. 135-140. Mémoire signé par « N.N. amante della Gloria di sua Beatitudine e del Pubblico Bene ».

207 ASR, Congregazione del Sollievo, texte anonyme.

208 meno remota dalla pratica presente, e questa è la proibizione à capi de’ misuratori di fare i senzali, ò d’ingerirsi in modo alcuno nelli contratti di compra, e vendita de’ grani (...), Ibid.

209 Ibid., b. 1., Quesiti da considerarsi e risolversi nelle Congregazioni seguenti.

210 Il faut néanmoins souligner que le problème des pertes financières pouvant dériver de la suppression du droit de traite et d’accaparement des fermiers n’est pas réglé, mais uniquement renvoyé à d’autres autorités. L’avis de la Congrégation n’est que théorique. Le problème est d’ailleurs extrêmement complexe, notamment dans le cas où les fermiers ne sont pas des sujets de l’Etat pontifical, ce qui était pour un certain temps la règle. Il se peut que les propositions visant à éliminer ce privilège soient exprimées aussi en conséquence d’une modification du profil des fermiers, de plus en plus appartenant à la communauté étatique et au milieu des mercanti di campagna. D’ailleurs les résistances à ces propositions sont nombreuses. Pour ne citer qu’un exemple, Cristoforo et Antonio Nicolai, chacun auteur d’un projet pour l’amélioration de l’agriculture, s’expriment en faveur du maintien du privilège des fermiers de la Chambre, même s’ils suggèrent des corrections au système. Cf. ASR, Congregazione del Sollievo, cit., mémoires de Cristoforo et Antonio Nicolai.

211 Dal Pane, 1957

212 Ibid., p. 1201.

Table des illustrations

Légende Fig. I – Organisation du réseau d’échange du blé et du pain à Rome (début xvie-fin xviiie siècle).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/521/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Tableau 16. POURCENTAGES DES VENTES : MARCHANDS, ANNONE ET CAMPO DE’ FIORI (1658-1715)
Légende (Source : ASR, Presidenza dell’Annona, « Nota dei grani introdotti e venduti a Roma », regg. 352-377, 1657-1715).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/521/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Tableau 17. RÉPARTITION TRIMESTRIELLE DE VENTES À CAMPO DE’ FIORI (en pourcentage) (1658-1715)
Légende (I trim. = juillet, août, septembre ; II = octobre, novembre, décembre ; III = janvier, février, mars ; IV = avril, mai, juin)(Source : ASR, Presidenza dell’Annona, « Nota dei grani introdotti e venduti a Roma », reg. 352-377, 1657-1715).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/521/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Tableau 18. RÉPARTITION TRIMESTRIELLE DES VENTES DES MERCANTI DI CAMPAGNA (en pourcentage) (1658-1715)
Légende (I trim. = juillet, août, septembre ; II = octobre, novembre, décembre ; III = janvier, février, mars ; IV = avril, mai, juin)(Source : ASR, Presidenza dell’Annona, « Nota dei grani introdotti e venduti a Roma », reg. 352-377, 1657-1715).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/521/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Légende Graphique IX – Prix du blé vendu à Campo de’ Fiori et par les mercanti.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/521/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Graphique X – Poids du pain à Rome (1605-1715) (once par baiocco).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/521/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 27M
Légende Graphique XI – Poids du pain et prix moyens du blé (1605-1721).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/521/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 6,0M
Titre Tableau 19. LE BLÉ À ROME : ENTRÉES, PROVENANCE, VENTES, DISTRIBUTION DE L’ANNONE, PRIX MOYENS ET CALMIERE (1610-1619)
Légende (Source : Reinhardt, 1991, p. 517-519).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/521/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Tableau 20. LE BLÉ À ROME : ENTRÉES, PROVENANCE, VENTES, DISTRIBUTION DE L’ANNONE, PRIX MOYENS ET CALMIERE (1620-1626)
Légende (Source : Reinhardt, 1991, p. 520-521).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/521/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Tableau 21. DONNÉES STATISTIQUES SUR LA PÉRIODE DE STABILITÉ DU CALMIERE 1621-1634
Légende (Source : Reinhardt, 1991, p. 520-523).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/521/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Tableau 22. DONNÉES STATISTIQUES SUR LA PÉRIODE DE STABILITÉ DU CALMIERE 1675-1687
Légende (Source : Reinhardt, 1991, p. 534-537).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/521/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Tableau 23. DONNÉES STATISTIQUES SUR LA PÉRIODE DE STABILITÉ DU CALMIERE 1700-1726
Légende (Source : Reinhardt, 1991, p. 540-547).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/521/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre Tableau 24. ENTRÉE ET PRIX DU BLÉ, POIDS DU PAIN À ROME, 1620-1720 (moyennes décennales)
Légende (Source : V. Reinhardt, 1991, p. 520-545).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/521/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Tableau 25. QUANTITÉ ET PRIX DU BLÉ ACHETÉ PAR LES BAIOCCANTI DES MARCHANDS ET DE L’ANNONE (périodes de stabilité)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/521/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre Tableau 26. PRIX PAYÉS PAR LES BAIOCCANTI SUR LE MARCHÉ ET À L’ANNONE ET MOYENNE TOTALE DU PRIX D’UNE RUBBIA ACHETÉE PAR LES BAIOCCANTI (moyennes décennales, 1620-1719)
Légende (Source : V. Reinhardt, 1991, p. 520-545).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/521/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Graphique XII – Prix moyens des marchands et prix de l’Annone selon la Tariffa de Paul V (1605-1721).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/521/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 3,8M
Titre Tableau 27. PROFITS BRUTS DES BAIOCCANTI SELON LE POIDS DU PAIN ET PRIX DU BLÉ SELON LA TARIFFA
Légende (Source : ASR, Camerale II, Annona, b. 1, Atti diversi, « Scandaglio per regolare i prezzi del grano... », cit.).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/521/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Tableau 28. POIDS DU PAIN SELON LA TARIFFA, COÛTS DE TRANSFORMATION DU BLÉ EN PAIN, PRIX DU BLÉ SELON LE SCANDAGLIO ET PROFITS BRUTS DES BAIOCCANTI POUR UNE RUBBIA DE BLÉ PESANT 700 LIVRES
Légende (Source : ASR, Camerale II, Annona, b. 1, Atti diversi, « Scandaglio per regolare i prezzi del grano... », cit.).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/521/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Tableau 29. PROFIT DES BAIOCCANTI SELON LE POIDS DE LA RUBBIA DE BLÉ, POUR UN CALMIERE DE 8 ONCE
Légende (Source : ASR, Camerale II, Annona, b. 1, Atti diversi, « Scandaglio per regolare i prezzi del grano... », cit.).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/521/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Graphique XIII – Prix maximus et moyens, prix payés par les baioccanti, les decinanti et les institutions ecclésiastiques pour une rubbia de blé achetée sur lecircuit des marchands (1658-1659).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/521/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 4,3M
Titre Tableau 30. ACHATS DE BLÉ PAR CATÉGORIE D’ACHETEURS
Légende (Source : ASR, Presidenza dell’Annona, b. 67, Lista dei misuratori del grano, 1658).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/521/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 31. RÉPARTITION DES ACHATS ENTRE LES DIFFÉRENTES CATÉGORIES DE PROFESSIONNELS
Légende (Source : ASR, Presidenza dell’Annona, b. 67, Lista dei misuratori del grano, 1658).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/521/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Graphique XIV – Répartition mensuelle des achats des professionnels (1658-1659).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/521/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 26M
Titre Tableau 32. RÉPARTITION DES ACHATS ENTRE LES INSTITUTIONS ÉCCLÉSIASTIQUES (1658-1659)147
Légende (Source : ASR, Presidenza dell’Annona, b. 67, Lista dei misuratori del grano, 1658).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/521/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau 33. RÉPARTITION DES ACHATS DES PARTICULIERS (1658-1659)
Légende (Source : ASR, Presidenza dell’Annona, b. 67, Lista dei misuratori del grano, 1658).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/521/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Tableau 34. RÉPARTITION DES VENDEURS PAR QUANTITÉS VENDUES ET POURCENTAGES DE MARCHÉ POUR CHAQUE GROUPE (1658-1659)
Légende (Source : ASR, Presidenza dell’Annona, b. 67, Lista dei misuratori del grano, 1658).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/521/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Tableau 35. PROPRIÉTAIRES FONCIERS DE L’AGRO QUI APPARAISSENT COMME VENDEURS SUR LE MARCHÉ ROMAIN (1658-1659)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/521/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/521/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Tableau 36. QUANTITÉS DE BLÉ MESURÉ PAR CHAQUE COMPAGNIE DE MESUREURS
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/521/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 131k

© Publications de l’École française de Rome, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540