Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le juste marché

 | 
Monica Martinat

Remerciements

Texte intégral

1Ce travail représente une version légèrement revue et corrigée d’une thèse de doctorat préparée sous la direction de Jacques Revel, et soutenue à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales en 1994.

2Je souhaite remercier tous ceux et toutes celles qui ont partagé avec moi la période, désormais lointaine, de la recherche et de la rédaction : ceux et celles qui ont affronté ces moments savent combien l’accompagnement d’autrui est précieux, pour éviter de s’égarer dans la solitude et dans le désarroi.

3Ma dette la plus grande est certainement celle que j’ai contractée avec Giovanni Levi, qui a suivi mon chemin dès mes premières années d’études à l’Université de Turin. Son intelligence et sa générosité, intellectuelle et humaine, ont été précieuses à tout moment, et m’ont fourni la confiance et l’encouragement nécessaires pour avancer.

4Jacques Revel a été un directeur d’études attentif, disponible et patient. Ses critiques, sévères et discrètes, m’ont permis d’éclaircir des points obscurs de mes argumentations. Sa façon de diriger ma recherche m’a appris à me sentir libre et responsable face à mon travail.

5J’ai pu abondamment profiter de l’intelligente amitié de Maurizio Gribaudi : ses démarches intellectuelles, toujours passionnantes et riches de suggestions, m’ont poussé à prendre des risques, et m’ont montré des liens insoupçonnés entre les éléments dont se composait mon sujet.

6Les discussions que j’ai pu avoir, depuis la soutenance, avec Gilles Postel-Vinay et Jean-Yves Grenier ont été riches en suggestions importantes : je tiens à les remercier pour leur disponibilité et pour la passion avec laquelle ils ont partagé leur savoir avec moi.

7Alon Confino et Francesca Fiorani ont été des présences constantes et toujours disponibles, dans mon travail et dans ma vie : leur accueil m’a souvent permis de dépasser des moments délicats, leur manière d’exercer notre métier a été un exemple de passion et de rigueur qui m’a encouragé à poursuivre dans plusieurs occasions..

8Ils ont été des compagnons de discussion formidables, tout comme Anna Bellavitis, Ida Giordano, Sabina Loriga, Silvia Moretti, Federica Sossi, Alessandro Stanziani, et bien d’autres encore.

9Les collègues et les amis de l’Université de Paris X-Nanterre, où j’ai travaillé entre 1995 et 2001 m’ont souvent donné l’occasion d’enrichir mes hypothèses et de préciser mes préoccupations : qu’Henri Bresc, Alain Cabantous, Charlotte de Castelnau, Michèle Fogel, Isabelle Heullant-Donat soient ici remerciés. Corine Maitte a été mon guide dans l’enseignement universitaire français : sans elle j’aurais été perdue. Nous avons partagé pendant trois ans une expérience d’enseignement commune, parfois difficile, mais très enrichissante : j’espère avoir appris quelque chose d’elle.

10Sylvie Schweitzer m’a offert son aide et son amitié, précieuse dans ma nouvelle vie lyonnaise.

11Je dédie ce travail à Ira, qui m’a fait découvrir ce que c’est que le bonheur, et à nos enfants Noemi et Isaac, sources quotidiennes d’étonnement et d’amour.

© Publications de l’École française de Rome, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540