Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rhétorique du pouvoir médiéval

 | 
Benoît Grévin

Conclusion

Texte intégral

Les Lettres dans les pratiques d’écriture du Moyen Âge tardif : une leçon méthodologique ?

1Il existe une meilleure raison que la hâte de l’auteur pour conclure cette enquête, alors que tant de problèmes n’ont été qu’effleurés. Il était normal, dans le cours de cette étude, de chercher à donner le plus de relief et d’autonomie possible à la somme des Lettres, à l’époque de sa création au xiiie siècle et de son utilisation maximale au xive siècle. Mais, il faut le rappeler une dernière fois avec un relief particulier, les Lettres de Pierre de la Vigne ne sont qu’une des grandes summe dictaminis créées dans la seconde moitié du treizième siècle en Italie par le même milieu de notaires campaniens, qui exercèrent ensemble une influence décisive sur les pratiques d’écriture politique européennes pendant un long siècle (1280-1400) avant de s’effacer graduellement au xve siècle.

2Le style des Lettres de Pierre de la Vigne n’était pas fondamentalement différent de celui des lettres papales de Thomas de Capoue, de Richard de Pofi ou de Bérard de Naples. Il fut certes faiblement individualisé par certains choix ou habitudes stylistiques de Pierre de la Vigne, Nicolas de Rocca et d’autres stylistes de la chancellerie sicilienne, mais c’est surtout le lieu de production des documents qui lui donna sa coloration particulière par rapport aux lettres papales écrites par les cousins, amis ou connaissances des notaires impériaux. La rhétorique impériale ne pouvait être exactement la même que la rhétorique papale pour des raisons politiques et juridiques. Dans ce qui était un seul univers culturel et social, dont Rome, le Mont-Cassin, Naples et Capoue furent les principaux centres entre 1200 et 1270, c’est donc un clivage institutionnel qui fit office de ligne de démarcation stylistique, non la recherche littéraire. Cela correspond du reste parfaitement à la définition médiévale du style, comme forme en usage dans une institution, dans notre cas, la chancellerie impériale un temps confondue avec la chancellerie royale sicilienne.

3Les Lettres de Pierre de la Vigne ont formé un objet d’étude commode pour faire l’histoire sociale d’un « style » particulier, en individualisant un filon dans cet ensemble textuel, parce que leur origine impériale les place à part dans le groupe de ces grandes summe dictaminis curiales formalisées dans la seconde moitié du xiiie siècle à partir de documents créés pendant l’ensemble du treizième siècle. Cette possibilité d’individualisation a pourtant des limites, indiquées par les zones de contact à l’intérieur même de la tradition manuscrite entre les Lettres et la collection de Thomas de Capoue, et par la probabilité que le processus de création de la collection se soit achevé au sein de la Curie pontificale entre 1268 et 1300.

4Mais c’est surtout pour l’histoire de la postérité des Lettres que leur insertion dans un ensemble de formes analogues impose de ne continuer la recherche que dans une perspective élargie. Les exemples d’utilisation conjointe des Lettres de Pierre de la Vigne et des summe de Richard de Pofi ou de Thomas de Capoue par les chancelleries française, anglaise et impériale présentés dans la cinquième partie prouvent que la mise en évidence de l’utilisation des Lettres ne peut être qu’une étape dans la reconstitution d’une pratique de l’écriture politique qui s’appuyait sur un ensemble documentaire plus vaste, mais néanmoins cohérent.

5Cette cohérence semble indiquée par les contours de la tradition manuscrite. Cette dernière associe le plus souvent les Lettres aux deux grandes sommes papales de création contemporaine de Richard de Pofi et Thomas de Capoue, et à trois autres grandes autorités de l’ars dictaminis appartenant à un univers culturel légèrement différent et à une génération antérieure (1160-1220) : Transmundus de Clairvaux, Pierre de Blois et Jean de Limoges. À partir des résultats exposés dans la dernière partie de cette étude, il est possible de se faire une idée de la marche à suivre pour développer notre connaissance des pratiques d’écriture politique des grandes chancelleries européennes entre 1250 et 1450.

6La recherche systématique, à partir du super-ensemble textuel constitué par ces six sommes, de réutilisations dans les écrits politiques écrits en style solennel entre 1270 et 1400 permettra d’accroître exponentiellement le nombre de parallèles textuels, et de réduire les incertitudes sur la provenance exacte des modèles.

7Dans un second temps, il devrait être possible d’étendre cet examen à d’autres sources d’influence plus rarement liées aux Lettres dans la tradition manuscrite, comme les Varie de Cassiodore, les formules de Marinus d’Eboli, les œuvres de Guido Faba, la somme de Bérard de Naples. De l’absence même de liens aussi importants entre ces autres grandes collections épistolaires et la tradition manuscrite des Lettres, se dégage le soupçon que certains de ces ensembles textuels ont été utilisés pour des pratiques d’écriture officielles différentes, en complémentarité avec les sommes de l’école campanienne. Il est probable qu’un dernier effet de cet agrandissement du champ de l’enquête par cercles concentriques sera donc de cerner plus précisément les limites du domaine d’influence de l’ars dictaminis « campanienne » du xiiie siècle par rapport aux autres modèles épistolaires du langage politique tardo-médiéval.

8En tout cas, les contours du champ d’investigation sont désormais clairement tracés. Une demi-douzaine de grands recueils dans la tradition de l’ars dictaminis, tous écrits entre 1150 et 1270, et souvent réunis pour des raisons pratiques à partir de la seconde moitié du xiiie siècle, eurent une influence décisive sur un secteur considérable des pratiques d’écriture politique européennes entre 1270 et 1400. C’est dans ce courant qu’il faut replacer l’histoire des Lettres de Pierre de la Vigne, qui ne doit surtout pas être isolée comme un phénomène exceptionnel, pas plus qu’elle ne doit être replongée dans la confusion d’un renvoi généralisé aux pratiques d’une ars dictaminis trop rapidement assimilée à la reproduction et à la transmission des seuls modèles théoriques à des fins littéraires.

9Si la présente étude apporte quelque chose de neuf au-delà de la reconstitution du cheminement complexe d’une tradition d’écriture particulière, c’est donc d’abord un enseignement d’ordre méthodologique. La nécessité de comprendre les voies de création, de diffusion et d’utilisation des Lettres a amené à diagnostiquer deux problèmes récurrents et associés dans l’étude de l’ars dictaminis par les historiens.

10Le premier est d’ordre général et concerne la tendance à la confusion entre l’exposition par les docteurs médiévaux des principes théoriques de l’ars dictaminis avec le dictamen dans son entier. En minorant systématiquement l’existence et l’utilisation de ces grandes sommes « tardives » créées dans la seconde moitié du xiiie siècle, et plus généralement de sommes qui n’étaient pas issues comme les simples artes d’une réflexion universitaire ou théorique, mais représentaient au contraire un effort d’exposition de pratiques administratives et politiques à partir de documents sélectionnés pour leur valeur d’exemple, les spécialistes de la rhétorique médiévale ont provoqué un effet d’enfermement de leur propre discipline, avec pour résultat une cécité partielle sur les modalités de création pratique d’une partie considérable de la documentation tardo-médiévale.

11En effet, à la fin du xiiie comme pendant tout le xive siècle, l’enseignement de l’ars dictaminis universitaire ne débouchait pas directement sur la rédaction de documents formels inspirés par des modèles théoriques, quoique étroitement dépendants d’une tradition administrative autonome. L’écart entre ces deux pôles était devenu trop grand. Il existait désormais une étape intermédiaire entre l’enseignement théorique de l’ars dictaminis et sa mise en pratique dans les grandes chancelleries. Cette étape, c’était l’étude et l’intériorisation des grandes summe dictaminis regroupant des modèles pratiques.

12Les indices rassemblés dans cette étude permettent d’affirmer que les notaires commençaient l’étude de ces summe sur les bancs de l’école, et la finissaient ou la poursuivaient, en fonction des besoins, dans leur apprentissage sur le tas, au sein même des chancelleries. Pour comprendre le rôle de l’ars dictaminis dans la culture médiévale, il est donc au moins aussi important d’étudier intensivement l’utilisation didactique et pratique de ces collections de Lettres que les subtiles modifications théoriques entre les doctrines contenues dans les artes du xiie siècle et celles de la génération de Laurent d’Aquilée (vers 1300).

13Le premier effet de ce changement de perspective devrait être de balayer le discours sur le déclin de l’ars dictaminis au xive siècle, qui perd tout son sens si l’on ne considère plus la raréfaction des manuels rhétoriques – le marché en était saturé, et il n’y avait plus grand chose à dire, une fois les base de l’ars définitivement fixées – mais la diffusion des modèles pratiques. On espère avoir donné avec le présent travail une idée du foisonnement de ces pratiques d’écriture un peu partout en Europe dans les trois derniers siècles du Moyen Âge, et des possibilités de reconstitution souvent exceptionnelles de la diffusion de traditions précises depuis les inventeurs des textes jusqu’à leurs derniers utilisateurs. Mais une telle histoire suppose de ne pas se laisser obséder par des problèmes et des catégories purement littéraires, et de les remettre à leur juste place dans l’ensemble des facteurs historiques.

14Le second problème concerne l’application à l’étude des actes de méthodes d’analyse littéraires. La mise en évidence des procédés d’écriture de la catégorie de documents, actes ou lettres, pour laquelle des sommes du genre des Lettres de Pierre de la Vigne étaient utilisées, impose une réflexion sur une modification des principes mêmes de la recherche concernant les réceptions de tradition et de pratiques d’écriture de chancellerie à chancellerie, et l’analyse de ces textes.

  • 1 Ces lignes tentent de donner un élément de réponse aux questions stimulantes posées par Guyotjeann (...)

15Après 1270, il n’est en effet plus possible de mener des enquêtes sur l’influence du style de la chancellerie papale ou impériale sur les chancelleries locales en opérant directement des rapprochements entre les grandes collections diplomatiques en amont, et les textes pour lesquels une influence est postulée en aval. Les techniques mêmes de travail des notaires des chancelleries examinées se sont révélées trop dépendantes de la forme particulière des grandes summe dictaminis pour que l’omission de cette étape intermédiaire essentielle dans la transmission des pratiques stylistiques ne fausse pas les conclusions de la recherche1.

16En effet, une recherche directe des sources d’influence des actes dans les séries reconstituées se révèle dispendieuse en temps et en énergie et risque de cacher à l’historien le modèle recherché en multipliant les effets de rapprochement abusifs. Même si la source originelle est localisée, sa signification risque d’être majorée ou mal comprise, par une application instinctive de la réutilisation au contexte de rédaction initiale du document, qu’on imagine soit mal connu, soit utilisé dans une pleine connaissance de sa valeur originelle par le notaire imitateur. Or, la plupart du temps, le document papal ou impérial ne se trouve dans aucune de ces deux situations. Il a certes été médiatisé, mais pas par la vague chaîne de transmission que l’historien est souvent conduit à imaginer.

17L’utilisation des sommes par les notaires royaux du nord de l’Europe prouve en fait que le document imité avait été le plus souvent « formalisé » dans une des sommes évoquées dans cette conclusion. C’est donc dans un lieu précis, et dans un rapport précis avec d’autres modèles regroupés dans les mêmes pages des manuscrits, que l’historien devra le rechercher pour comprendre comment et pourquoi il a été réutilisé. Le détour par la réflexion sur la forme de transmission peut donc d’autant moins être évité que cette forme n’est ni aléatoire, ni éphémère, ni locale. La diffusion de l’ensemble des sommes de ce type a été suffisante au xive siècle pour que la plupart des grandes chancelleries travaillent dans la rédaction d’une partie de leur documentation à partir des mêmes outils, et c’est donc d’une pratique généralisée qu’il est ici question.

18Une dernière conséquence concrète de la mise en valeur de ces procédés de réutilisation est de relativiser les vertus de l’analyse avec les outils d’une critique littéraire décontextualisée de la production diplomatique employant le langage de l’ars dictaminis au xive siècle. Étudier les techniques de composition de ces documents en les considérant comme des créations littéraires n’est certes pas sans valeur. Mais si les subtilités rythmiques, rhétoriques, ou la symbolique idéologique qu’on attribue par exemple aux notaires français de Jean le Bon ont en fait été créées par les notaires de Frédéric II ou Urbain IV et simplement recopiées par eux, il devient difficile de parler de choix d’écriture dans la formation du cursus ou la sélection d’autorités bibliques.

19Le problème de l’inventivité et de la portée symbolique de ces documents se trouve donc déplacé d’autant. Il sera impossible de garder l’originalité qu’on a parfois voulu restituer récemment à un certain nombre de ces documents politiques d’apparat, ou il faudra au moins en reconsidérer la signification, en examinant plus précisément ce que les notaires ont tenu à adapter dans un travail dont l’absence de standardisation a en partie dissimulé ce qu’il pouvait avoir de mécanique. Il faudra alors juger de leur inventivité au cas par cas, dans la mesure où telle chancellerie semble avoir utilisé ces modèles de manière plus fruste, telle autre comme une source d’inspiration plus maîtrisée.

20La summa dictaminis des Lettres de Pierre de la Vigne une fois constituée était rapidement devenue une partie essentielle d’une sorte de réseau, de banque de données de rhétorique politique dans laquelle les notaires des chancelleries les plus prestigieuses avaient coutume de rechercher des éléments qu’ils recomposeraient en vue de créer certains textes trop sophistiqués et de forme trop mouvante pour être rédigés à partir de formulaires plus rigides et routiniers. Ce réseau de dictamina organisés par sections thématiques souples venait en quelque sorte compléter les formulaires ou les registres plus purement administratifs, réservés aux affaires courantes, pour servir d’assistant dans l’écriture des textes politiques devant revêtir une qualité linguistique particulière.

21Cette technique demandait certes aux notaires plus d’inventivité que le maniement de formes rigoureusement figées, mais cette inventivité, cette inventio rhétorique, passait essentiellement par la virtuosité dans le remplacement de clausules et de chaînes syntagmatiques par d’autres de longueur et de sens équivalents, ou par l’accouplement de périodes prises dans deux documents différents. Pour ces notaires du xive siècle, l’inventio consistait donc dans la capacité de variation des formes solennelles qu’ils devaient recomposer par une sorte de jeu d’automatismes à partir de la gigantesque base de données rhétoriques des Lettres et des sommes analogues, largement intériorisées grâce à leur formation.

22Pour les créateurs des Lettres, un siècle plus tôt, l’inventio, marquée par les techniques rhétoriques développées en France et en Italie pendant la jeunesse de Pierre de la Vigne, était en apparence plus proche de notre idée de l’inventivité littéraire. Pourtant, elle consistait également dans une très large mesure en une recomposition de fragments d’autorités, déjà pour partie certainement composés de modèles épistolaires, mais aussi directement d’autorités latines poétiques et d’autorités bibliques, retravaillés pour entrer dans le cadre contraignant du cursus.

23Entre ces deux étapes successives de l’histoire du « style » des Lettres de Pierre de la Vigne, il y a certainement eu une relative ossification des procédés du dictamen politique, employés plus mécaniquement par la plupart des imitateurs des Lettres que par leurs créateurs. Cette ossification correspond à la lente acculturation des composants poétiques et bibliques du langage politique du Moyen Âge central dans l’uniformisation progressive des techniques administratives tardo-médiévales.

24Néanmoins, l’ars dictaminis politique dont les Lettres et les sommes contemporaines forment comme le centre maintint sa cohérence d’ensemble de la génération de Pierre de Blois (seconde moitié du xiie siècle) à celle de Jean de Neumarkt (seconde moitié du xive siècle), donnant à l’écriture politique qui en dépendait des caractéristiques communes. La création et la diffusion des Lettres furent une étape déterminante, au centre de ce mouvement d’ensemble. Le résultat fut une première grande standardisation du langage politique se superposant aux particularismes juridiques et diplomatiques pour former un socle unifié, lentement et inégalement recouvert par les pratiques humanistes au cours du xve siècle. Nul doute que cet ensemble n’ait laissé des traces profondes dans la culture linguistique européenne, car il a exercé son emprise maximale sur le langage du pouvoir à l’époque de formation des automatismes d’écriture administrative de la plupart des langues vulgaires d’Europe occidentale, sous l’influence directe des pratiques d’écriture latine.

Quel sens donner aux Lettres ? Exégèse littéraire, exégèse politique et intentionnalité

25La difficulté des historiens à appréhender l’importance et surtout le fonctionnement exact de ce langage politique à équidistance entre la renaissance littéraire latine du xiie siècle et les langages politiques modernes provient certainement en partie de l’habitude persistante de distinguer rigoureusement entre production littéraire et administrative. À la fin de son histoire, l’ars des Lettres et des sommes analogues commençait tout juste à être rejetée en Italie comme une technique de composition obsolète, dépassée par la prose cicéronienne du second humanisme, et le dictamen médiéval est resté associé à des prestations d’un type purement littéraire pendant la majeure partie de son existence.

26Ce langage amphibie garantissait la possibilité de préserver un lien entre différents secteurs de la production écrite dans une société qui avait déjà besoin d’une première forme de standardisation et de spécialisation stylistique, mais n’était pas encore prête à dissocier complètement activité littéraire et activité administrative. Jusqu’à la fin du xive siècle, et même au-delà, il fut toujours possible pour les clercs de repartir des Lettres pour créer les formulaires les plus impersonnels, comme les pamphlets politiques les plus mordants. Ce polymorphisme donne à ce langage complexe sa saveur particulière, car même dans les actes les plus banals qui l’employaient, les citations, chevilles rhétoriques et périphrases évoquant un imaginaire du pouvoir foisonnant donnaient au texte une épaisseur sémantique remarquable. La tentation est alors de restituer à ce continent documentaire une sorte de noblesse littéraire, en y cherchant systématiquement un surcroît de sens que les procédés rhétoriques des Lettres mettraient à portée du chercheur.

27De ce point de vue, le lecteur de cette étude aura peut-être ressenti une certaine frustration, puisque le travail de recherche à travers le désert minéral des formes rhétoriques s’est le plus souvent arrêté à l’entrée des vertes prairies du sens. Il a donné une idée que j’espère la plus complète possible des procédés de composition formelle des documents, à l’époque de la création de la somme comme de sa réutilisation, tout en se contentant de suggérer les implications de ces procédés de composition sur le sens même de cette rhétorique politique.

28Ce refus d’entrer à fond dans le jeu de l’interprétation était volontaire. Il s’agissait d’établir de nouvelles bases pour des analyses ultérieures, en fournissant des outils plus précis pour comprendre les rapports entretenus entre les techniques d’écriture de Pierre de la Vigne et de ses imitateurs, leur culture rhétorique, administrative et littéraire, la culture politique du Moyen Âge, et les institutions dans lesquelles ils évoluaient. À l’issue de ce travail, il est possible de s’extraire de la présentation de détail de ces techniques de création, de réception et de reproduction des Lettres pour répondre une dernière fois à la question initiale qui l’a motivé, la question de l’obscurité des Lettres. Obscurité, c’est-à-dire en définitive sens véritable, puisque ce terme implique une sorte de dimension cachée échappant au lecteur non initié aux mystères supposés de cette rhétorique.

29Ce problème qui paraissait central au début de l’enquête a été en grande partie résolu une fois mis en évidence qu’il reflétait l’usage dans l’ars dictaminis politique des techniques d’amplification métaphorique empruntées à l’exégèse. Le langage des Lettres n’était obscur que dans la mesure où, tendant à s’amplifier pour se conformer à la complexité d’une vision intellectuelle du monde héritée de la philosophie chartraine et peu à peu enrichie par le nouvel aristotélisme, il personnifiait une conception de la perfection comme reflet d’un plan divin dont le voilement métaphorique était un aspect essentiel. De ce point de vue, les documents à l’origine des Lettres n’étaient ni archaïques, ni progressistes. L’ars dictaminis des Lettres devrait peut-être être comprise comme un dernier grand moment de synthèse formelle parfaite entre l’expression politique, l’expression littéraire et la formalisation juridique en Italie. Dans ce sens, l’apparition de l’humanisme à la génération suivant la mort d’Odofredus et de Pierre de la Vigne aurait été une première réaction structurelle à la crise annoncée par les remarques du premier sur le style du second, à un moment où la complexification de la société italienne rendait nécessaire une différenciation stylistique correspondant à l’autonomisation progressive de ses différentes activités juridiques, littéraires et administratives.

30Les Lettres de Pierre de la Vigne ne sont donc obscures que dans la mesure où leurs rédacteurs ont tenu à conformer leur langage à l’idée d’un empereur terrestre, reflet de l’empereur céleste, en chargeant la rhétorique impériale de toutes les implications historiques, juridiques mais aussi théologiques d’une conception du pouvoir qui devait faire des documents émis par la chancellerie la synthèse parfaite de ce que ses clercs croyaient avoir été l’idéologie de l’empire romain avec une explication rationnelle du monde proprement médiévale. Cette rationalité se réalisait dans le cadre de l’ars dictaminis non seulement par l’application à la métaphore politique de techniques exégétiques, mais aussi par la recherche d’une harmonie formelle rythmique et sonore qui faisait une large place à la valorisation des contraintes formelles de type poétique. Ce second aspect de la complexité formelle des lettres se justifiait en dernière analyse par l’identification idéologique du droit et de la rhétorique : tout comme le droit devait redresser par sa codification rationnelle les actes de l’homme entachés par sa nature peccamineuse, la rhétorique à travers laquelle ce droit s’exprimait devait corriger l’imperfection du langage naturel grâce à la codification poétique. Ainsi s’accomplissait la double identification du droit et du langage dans la parole de Frédéric II.

31Les problèmes posés aux contemporains par cette intensification de la recherche rhétorique dans les lettres politiques impériales ne semblent pas avoir été particulièrement grands. Ce langage formel, tout complexe qu’il fût, restait globalement compréhensible pour les élites lettrées des cours européennes du xiiie siècle, d’autant plus qu’il était très proche de celui développé par la hiérarchie pontificale. Le succès des Lettres prouve que les avantages symboliques de ce qui était ressenti comme un surcroît de qualité formelle dans la formulation politique et juridique par rapport aux formes localement en usage l’a généralement emporté sur les possibles réticences envers la complexité de cette forme d’expression.

32Est-ce à dire que la lecture des Lettres déclenchât chez leurs contemporains une interprétation herméneutique analogue à celle que l’historien se sent obligé de mettre en œuvre ? Et que cette interprétation avait des conséquences considérables ? Il faut ici faire un effort de contextualisation. Les automatismes de langage du type rythmique et rhétorique qui peuvent troubler l’historien étaient alors des aides à la lecture, qui confortaient plutôt qu’ils ne déroutaient, et le jeu des transumptiones/métaphores n’était pas d’une complexité telle qu’un clerc cultivé ne pût, dans la plupart des cas, en saisir plus ou moins la portée. Le contenu du message proprement dit avait fait l’objet d’un travail d’argumentation rhétorique précis, et provoquait un effet concret en fonction de menaces ou de promesses précises, comme quand Frédéric créa de graves troubles en Angleterre et surtout en France en appelant les nobles à s’emparer des biens ecclésiastiques, en 1246.

33L’ornementation plus symbolique qui caractérisait en particulier l’ouverture et la conclusion de la lettre représentait un garant de son authenticité. Cette partie plus convenue, et liée à la titulature et à la présence des autres signes de la souveraineté, contenait certes en puissance une reformulation perpétuelle, hautement sophistiquée, de l’idéologie impériale. Mais c’était un élément de cette rhétorique attendu et prévisible. Le rédacteur pouvait certainement y faire passer un message précis, le lecteur y saisir une intention particulière. Le plus souvent toutefois, il suffisait certainement au destinataire que les éléments proposés lui permissent de considérer la pièce comme authentique, et lui donnassent l’impression générale d’une sacralité que la lettre se devait de toute manière de refléter. Pour saisir le sens global de son message, il importait peu d’avoir à l’esprit toutes les implications possibles de sa signification. On imagine bien toutefois que la chancellerie pontificale, le roi d’Angleterre, une assemblée communale italienne ou un noble de Champagne ne prenaient pas le même intérêt à l’appréciation des nuances subtiles sur l’équilibre des deux pouvoirs contenues dans tel exorde luni-solaire d’une lettre ou d’un acte impérial.

34La question de la compréhension médiévale des Lettres ne pourra bien sûr jamais être parfaitement résolue. Pourtant, l’examen de leur réutilisation ultérieure est un adjuvant précieux pour comprendre les motivations des notaires de Frédéric II et les impressions des premiers lecteurs des lettres. Or il ne permet pas d’arriver à un constat univoque. Bien au contraire, les Lettres ont été employées tantôt comme une forme vide et désincarnée, réutilisée dans des contextes sans rapport avec la rédaction initiale du document, tantôt avec leur pleine valeur symbolique et mémorielle.

35La réutilisation du document semble donc avoir été accompagnée par une complète diversité d’interprétations, qui a certainement déjà caractérisé, en fonction du contexte politique, la réception des lettres isolées à l’époque de leur publication par Frédéric II, Conrad IV et Manfred, au xiiie siècle. Étant donné le nombre d’allusions spéculaires aux techniques de l’ars dictaminis contenues dans des lettres publiques, allusions qui ne se comprennent qu’en fonction de la correspondance privée des notaires, on serait même tenté d’affirmer qu’au niveau même de la rédaction du document, les intentions de l’autorité politique et du dictator pouvaient se superposer, une intention politique officielle cachant parfois une intention plus purement rhétorique et personnelle.

36L’utilisation de la somme, la réception de la lettre, la rédaction même du document, rien de tout cela n’était donc univoque. Les voies d’une exégèse de type littéraire qui donnerait un sens précis et définitif au texte sont contredites par ces distorsions internes au document, ou constatées dans sa réception et son réemploi. Mais ce qui doit se dégager de ce constat n’est pas un hymne à l’inventivité médiévale. Pour rendre compte de manière cohérente de ce foisonnement interprétatif, la notion la plus pertinente est sans doute celle d’intentionnalité.

37Intentionnalité de l’autorité expéditrice et des notaires-rédacteurs, qui peuvent glisser dans le message officiel leur message particulier, à l’intention d’un milieu de réception précis qui saura peut-être le décoder, peut-être pas ; intentionnalité du lecteur de la lettre qui l’interprétera en fonction de ses orientations politiques mais aussi de ses propres limites culturelles ; intentionnalité des compilateurs de la somme qui sélectionnent et organisent les documents dans un but utilitaire et mémoriel ; intentionnalité, enfin, des utilisateurs de la somme, en fonction de leur position respective par rapport à son triple héritage rhétorique, politique et littéraire, dont ils reprennent tout ou partie selon leurs besoins, mais aussi en fonction de leur connaissance plus ou moins grande de la signification des phrases ou du contexte initial de la rédaction.

38Pour comprendre la signification symbolique des Lettres, de leur lecture et de leur réemploi, c’est ce jeu des intentionnalités multiples qu’il fallait reconstituer, non un sens donné à l’avance par l’indication des citations, l’interprétation des métaphores, et la constatation d’un réemploi selon les bases d’une exégèse trop tentante. Car l’historien obligé de restituer le maximum de sens à son objet est sans doute tenté d’y trouver trop de choses à voir, par peur de n’avoir pas vu assez. La plupart du temps, une fois l’heure de la rédaction initiale et de l’effet politique immédiat passée, les lettres qui composaient les Lettres ont été lues dans la grisaille d’un studium, effeuillées dans la recherche hâtive et distraite d’un atelier d’écriture curial. Il faut aussi rendre cette rhétorique scintillante au harassement et à la monotonie des bureaux dont elle est sortie, à cette scie grinçante du travail administratif dont Nicolas de Rocca a été l’un des premiers à faire la satire dans l’inflation naissante de la chancellerie sicilienne un temps étendue aux dimensions du Saint Empire.

Histoire sociale et histoire des textes : étudier les notaires pour comprendre un style

39Ce travail d’éclairage de la signification du document en fonction des intentionnalités multiples à différentes étapes de son existence, de la création de la somme jusqu’à sa mise au rebut dans les bibliothèques monastiques au xvie siècle, c’est celui qui a été esquissé dans ce long cheminement aux côtés de ces lettres de Frédéric II, Conrad IV, Manfred, écrites par Pierre de la Vigne, Nicolas de Rocca et bien d’autres, et maniées en tous sens à partir de ces collections jamais totalement identiques, jamais complètement différentes, par des notaires pressés ou des lecteurs curieux, par de jeunes rêveurs comme Cola di Rienzo ou des hommes de pouvoir blanchis sous le harnais comme Jean de Neumarkt.

40C’est la dissection patiente des métamorphoses formelles de l’objet d’étude, depuis la lettre jusqu’à la collection, et de la collection aux régestes et aux éditions modernes, qui a seule permis de rétablir les conditions d’une analyse en échappant aux habituels effets de réfraction dus au trop simple aller-retour entre la source recomposée et son historien moderne.

41Mais c’est la reconstitution du milieu social de leur utilisation, de cet ensemble de notaires qui associe à la centaine de noms célèbres et obscurs gravitant autour de la chancellerie de Frédéric II, ceux d’une centaine de leurs successeurs un peu partout en Europe, qui pouvait seule apporter un commencement de réponse à ce problème du sens donné par les hommes du Moyen Âge au style « obscur » des Lettres en fonction de leurs intentions.

42Les enseignements à tirer de cette intentionnalité dans l’usage des Lettres sont valables au niveau individuel, comme à un niveau plus général. Cette étude est partie d’une déflation du discours kantororowiczien sur les Lettres, parce qu’il semblait impossible d’attribuer à leur style des vertus magiques le mettant au-dessus des styles voisins, voire quasi-identiques, d’autres recueils de dictamina contemporains. Pourtant, à la fin de l’enquête, les Lettres semblent avoir récupéré la place unique que Kantorowicz leur avait attribuée. Mais ce n’est pas, en dépit de toute la fascination que peuvent exercer les prouesses stylistiques des dictatores de Frédéric II et Conrad IV, une sorte de génie littéraire qui la leur a fait retrouver. C’est la charge référentielle que les notaires leur ont donnée à travers les siècles.

43Il est bien possible d’affirmer que les Lettres occupèrent une position unique dans le monde de l’écrit médiéval, et peut-être, par certains aspects, une position différente et supérieure à celle des autres summe dictaminis. Mais c’est parce que les Lettres remplissaient une fonction à la fois pratique et symbolique, liée à leur double aspect de somme rhétorique et juridique, qui faisait d’elles l’emblème professionnel des notaires ayant accès aux plus hautes sphères du pouvoir laïc. Cette fonction symbolique transparaît déjà en Angleterre ou en France. Mais elle ne prend tout son sens qu’en Italie, en Provence, en Allemagne, c’est à dire dans l’Empire, là où les notaires pouvaient se réclamer directement du droit pour s’identifier à l’empereur, en se faisant les incarnations vivantes de la parole impériale.

44L’exemple le plus éclatant de ce phénomène est sans doute celui de Cola di Rienzo. Mais les préambules recopiés à la même époque par l’obscur Vannucius pour la corporation des notaires bolonais, la présence des Lettres dans la bibliothèque de Lazare Bertrand à Aix ou de Heinrich Neithart à Ulm en plein xve siècle, montrent que l’écriture des lettres à la cour de Frédéric II et Conrad IV, puis leur rassemblement en Lettres à la fin du xiiie siècle, a bien marqué une étape essentielle dans l’affirmation d’une conscience notariale liée à la diffusion du droit impérial, c’est à dire du droit romain.

45De ce point de vue, peut-être plus que de celui du style, la création des Lettres forme bien le moment central, le partage des eaux pressenti par Kantorowicz dans l’évolution des pratiques d’écriture tardo-médiévales. Elles furent constituées dans une optique qui résumait une évolution politique et idéologique pluriséculaire, celle du Saint Empire, rapidement condamnée à la caducité par l’accident du grand interrègne et l’affaiblissement conséquent de la royauté allemande. Mais elles innervèrent une nouvelle conscience professionnelle, de nouvelles pratiques de formalisation administrative, portées par les notaires dans l’ensemble des États occidentaux en formation à partir de la seconde moitié du xiiie siècle. Cette transmission n’aurait pas été possible si l’archaïque chancellerie impériale n’avait été fusionnée par les hasards dynastiques, le temps d’un règne prestigieux et d’une succession avortée, avec la chancellerie d’un royaume qui fut le terrain d’expériences politiques fondatrices dans l’Europe du xiie et du xiiie siècle : le royaume de Sicile.

46À cet aspect d’ensemble de l’histoire sociale des Lettres, se superpose une dimension individuelle. Chacun des quelques deux cent notaires ou juristes croisés dans cette étude entretint un rapport particulier avec cette somme qui fournit une piste pour analyser la manière dont elles imprégnèrent la culture tardo-médiévale. Les données furent souvent trop fragmentaires, l’enquête individuelle trop rapide pour que ces trajectoires fournissent autre chose que des hypothèses à la génération de Pierre de la Vigne, ou aux xive et xve siècles. Par chance, dans le cas des premiers exportateurs de cette tradition, actifs entre 1240 et 1290, de riches dossiers personnels permettaient de se faire une idée précise des conditions sociales de sa première extension. Nicolas de Rocca, Étienne de San Giorgio ou Henri d’Isernia offrent des profils de notaires-dictatores qui font comprendre la dynamique menant de l’invention de la collection à l’institutionnalisation de son emploi hors de son foyer originel. Plus tard, les renseignements exceptionnels donnés par tel manuscrit padouan écrit par un apprenti notaire, ou notre connaissance d’un utilisateur prestigieux tel que Cola di Rienzo, ont permis de compenser ce que la moyenne des attestations d’utilisation des Lettres pouvait avoir de décevant.

47Pris dans leur ensemble, ces témoignages ont fini par représenter une matière suffisante pour faire de l’histoire de ces Lettres la véritable histoire sociale d’un style, un style qui n’a trouvé son sens qu’à travers les tribulations de ceux qui l’ont inventé, manié, imité. Car comment comprendre le sens d’un texte au fil d’une tradition manuscrite désincarnée, dans une analyse littéraire qui dira trop ou trop peu, alors que s’offre la possibilité de saisir sa remise en jeu perpétuelle grâce aux interprétations offertes par cette double procession de notaires inconnus ou célèbres, qui ont fait des Lettres un bréviaire des mots du pouvoir, en tentant de concilier leurs idéaux de lettrés et leurs ambitions politiques, à l’aide et à la suite de l’homme dont le nom leur était un symbole, la somme un instrument et le sort un avertissement, de cet éloquent damné du treizième chant de l’Enfer, Pierre de la Vigne ?

Notes

1 Ces lignes tentent de donner un élément de réponse aux questions stimulantes posées par Guyotjeannin 1999a et 2001, à partir de la perspective des Lettres de Pierre de la Vigne. Il est néanmoins évident que les problèmes complexes posés par l’influence des actes pontificaux sur la pratique diplomatique tardo-médiévale sont loin d’être résolus par la présente enquête, même si elle peut apporter un début de solution à un certain nombre de questions.

© Publications de l’École française de Rome, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540