Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Curie romaine de Pie IX à Pie X

 | 
François Jankowiak

Première partie. «Il Papa Re». La curie romaine, gouvernement de l’Église et de ses États

Introduction à la première partie. États et état de l’église à l’avènement de Pie IX

Texte intégral

L’IDÉE DE ROME ET LA RÉALITÉ D’UNE CRISE

  • 1 Voir G. Martina, Pio IX 1846-1850, Rome, 1974, ch. 2 : « La situazione generale della Chiesa alla (...)
  • 2 Ainsi le jugement d’Ernest Renan en décembre 1849 : « Il est certain que, depuis des siècles, ce p (...)
  • 3 Sur la figure de G. G. Belli, voir S. Negro, G. G. Belli, Rome, 21947 ; Seconda Roma, op. cit., p. (...)
  • 4 G. Martina, Pio IX 1846-1850, op. cit., p. 51. V. La Mantia rappelle que le 28 avril 1846, une pro (...)
  • 5 Pellegrino Rossi écrira le 28 juillet 1847 : « Grégoire XVI laissait à son successeur un État on n (...)
  • 6 Filippo De Angelis, né à Ascoli le 16 avril 1792, cardinal réservé in petto le 13 septembre 1838 ((...)

1À la disparition de Grégoire XVI, comme lors de son avènement quinze années plus tôt, le gouvernement pontifical connaît une crise qui met en évidence la fracture entre les États romains et la Curie romaine. Le bilan nettement négatif de l’administration temporelle, souligné par une large partie de l’historiographie du pontificat grégorien1, entretient l’animosité envers le « gouvernement des prêtres »2. Dans la capitale, les sonnets populaires de Giuseppe Gioachino Belli3, diffusés clandestinement (« alla macchia »), retiennent des thèmes à la fois anticléricaux et antigouvernementaux, dans une interpénétration, unique à Rome, des champs politique et religieux. Est surtout condamné le contraste entre la pratique officielle de la foi, imposée d’en haut, et l’immoralité réelle, révélant « la juxtaposition de structures chrétiennes et [d’] une corruption effective »4. Cette duplicité supposée des gouvernants forme l’armature de la critique adressée à la Curie de Grégoire XVI. La fracture paraît à beaucoup prononcée entre l’idée de Rome et la réalité, en un sens trop humaine, de l’ancrage du pouvoir et de ses pratiques politiques et administratives. Ces facteurs trouvent leur traduction physique dans un espace urbain qui contient et combine la dimension universelle de l’Église et une profonde inscription dans le « siècle ». L’incompréhension est tout aussi vive et généralisée hors de la Ville, sur le territoire des États pontificaux5, y compris de la part de dignitaires ecclésiastiques qui, sans être libéraux, à l’image du cardinal De Angelis, font état de leur ressentiment6.

  • 7 M. Caravale – A. Caracciolo, Lo Stato pontificio..., op. cit., p. 626. Le phénomène se poursuit du (...)
  • 8 Estimée par G. Calindri dans son enquête de 1829 à un habitant sur six (Saggio statistico-storico (...)
  • 9 C’est le constat peu encourageant dressé par deux observateurs à la fin des années 1830 : J. Bowri (...)

2Les États pontificaux comptent alors environ trois millions d’habitants, chiffre supérieur à celui de tous les autres États italiens, si l’on excepte le royaume des Deux-Siciles ; Rome dans le même temps atteint les 175.000 habitants (contre 140.000 en 1827), mais cette croissance revêt un « caractère pathologique »7, entraînant une urbanisation incontrôlée et un taux important de mendicité8. Les faiblesses structurelles de l’économie ressortent de l’importation de biens manufacturés et de l’exportation de produits de base ou semi-finis ainsi que d’une industrie conservée dans des formes héritées du siècle précédent, c’est-à-dire quasiment inexistante9. Ces difficultés sont globalement celles de l’Europe méridionale du temps. De ce point de vue, la dernière période des États de l’Église est d’abord l’histoire politique, économique, sociale, culturelle et religieuse de la bande centrale de la péninsule italienne dans le troisième quart du xixe siècle. Rome et ses États tranchent toutefois par leur identification à une tradition spécifique, celle de l’Église qui y réside. Irréductible à ses seuls aspects temporels, la présence territoriale de l’Église fait peser dans l’espace romain une lourde charge symbolique, jusqu’à la saturation.

  • 10 F. Bartoccini, Roma nell’Ottocento..., op. cit., I, p. 2.
  • 11 Selon l’expression de S. Negro, Seconda Roma..., op. cit., p. 15.
  • 12 F. Bartoccini, Roma nell’Ottocento..., op. cit., I, p. 5.

3Rome focalise en effet les discours revendicatifs de l’unité, catholique ou italienne selon le cas. L’idée de Rome paraît à tous l’enjeu majeur, tantôt de l’avenir – celui de la nation –, tantôt de l’éternité – celle de la mission confiée à Pierre dont la tradition ecclésiastique charge chacun de ses successeurs. Mais la force et la clarté des arguments déployés de part et d’autre se heurtent à la réalité physique de Rome, avec ses limites, ses blocages et une inertie unanimement relevés par les observateurs. L’inscription et le degré d’efficacité de l’appareil d’État dans le tissu urbain dépend largement de la configuration des lieux et de l’agglomération elle-même, dont « les institutions internes, surtout à compétence municipale, reliées à l’ensemble des problèmes et des programmes, des services et des interventions, [créent] des cadres variés de hiérarchies et d’exercices de pouvoir, de responsabilités, de conditionnements, de sollicitations et de contrôles »10. L’histoire du gouvernement de l’Église et de ses instances centrales – soit la définition de la Curie romaine retenue ici – doit être comprise dans cette relation parfois difficilement saisissable avec les organes périphériques des provinces de l’État et ceux de la capitale. À l’extérieur, c’est-à-dire dans le reste de la péninsule et de l’Europe, l’Église et le pouvoir ecclésiastique pouvaient être controversés, mais Rome, elle, métropole spirituelle à forme paysanne11, « ne savait pas ou ne comprenait pas, [en tout cas] ne suivait pas les rythmes et les transformations de la société contemporaine »12.

  • 13 La notion d’années de Pierre est couramment employée dans la littérature religieuse du xixe siècle (...)
  • 14 Aux termes du projet rédigé par A. Rosmini à l’été 1848 après discussion avec certains membres de (...)
  • 15 A. C. Jemolo, Chiesa e Stato..., op. cit., ch. 1 : « Le speranze d’Italia dal Primato di Gioberti (...)
  • 16 Sur cette maxime traditionnelle des duo genera Christianorum, d’origine inconnue mais recueillie p (...)

4Ce décalage, aussi souvent déploré que mal compris par les contemporains, traduit et trahit la nature et l’histoire des rapports entre le souverain pontife et ses sujets et partant entre la Curie romaine et la population des États de l’Église. Il en introduit deux autres, qui peuvent être retenus au nombre des fils conducteurs des vingt-cinq premières années – les traditionnelles années de Pierre13 – du pontificat de Pie IX, de 1846 à 1870-1871, dans la mesure où ils façonnent le comportement de la Curie comme gouvernement de l’Église et de ses États. Dans les débats politiques et juridiques qui alimentent et donnent sa signification à la « Question romaine », la place à réserver à l’Église (et d’abord au pape) au sein de l’entité nationale en gestation est un thème central. Il est décliné tantôt en termes de confédération placée sous la présidence « morale » du souverain pontife14 – caractéristique du projet néo-guelfe – tantôt considéré comme un élément exogène faisant obstacle à la réalisation des « espoirs d’Italie »15. À la stigmatisation du pouvoir temporel, entendu d’abord comme occupation territoriale de la part du pouvoir ecclésiastique, répond la revendication d’une place à réserver à la population laïque, et principalement aux Romains, dans le gouvernement central de la papauté. Le monopole exercé par les clercs sur les postes les plus importants de la Curie, encore tributaire de l’assimilation péjorative du laicus et de l’illiteratus, courante au Moyen Âge16, correspond surtout à la crainte d’une profanation de l’institution parfaite, d’essence immuable, voulue par le Christ. C’est là la source d’une autre hétérogénéité, perçue comme irréductible et qui, après la parenthèse réformatrice des premières années du pontificat de Pie IX close par la révolution mazzinienne et l’exil du pape à Gaète (ch. 1), nourrit l’incompréhension et les affrontements des derniers temps de l’État pontifical. La violence de ce contexte, aggravée par une restauration brutale du pouvoir temporel et le retour aux pratiques antérieures (ch. 2), confirme aux yeux des observateurs le caractère irréformable de l’administration des États de l’Église et partant sa fin inéluctable, alors que la Curie, resserrée autour de son souverain et rectrice du premier concile œcuménique tenu au Vatican, solennise et parfait les définitions de son propre pouvoir (ch. 3).

Notes

1 Voir G. Martina, Pio IX 1846-1850, Rome, 1974, ch. 2 : « La situazione generale della Chiesa alla morte di Gregorio XVI », p. 49-80, surtout p. 50-57.

2 Ainsi le jugement d’Ernest Renan en décembre 1849 : « Il est certain que, depuis des siècles, ce pays est le plus mal gouverné de l’Europe [...]. Si quelque révolution semble désirable, c’est assurément dans cette malheureuse contrée » (A. Lefranc, Ernest Renan en Italie, Paris, 1938, p. 52-53). L’expression de « governo de’preti » concentra les critiques et les haines ; cf. F. Jankowiak, « Vers un gouvernement sans État. Les critiques adressées à la Curie romaine (1850-1914) », dans L’anticléricalisme croyant (1860-1914). Jalons pour une histoire, C. Sorrel (dir.), Chambéry, 2004, p. 9-24.

3 Sur la figure de G. G. Belli, voir S. Negro, G. G. Belli, Rome, 21947 ; Seconda Roma, op. cit., p. 239-248, ainsi que son article sur l’image du pontificat grégorien véhiculée par cette littérature, « Gregorio XVI nei ‘Sonetti romaneschi’ di G. G. Belli », dans Gregorio XVI. Miscellanea commemorativa, op. cit., I, p. 329-362. Egalement l’essai récent de P. Gibellini, « Giuseppe Gioachino Belli e la religione dei romani », dans Roma, la città del papa..., op. cit., p. 975-1003.

4 G. Martina, Pio IX 1846-1850, op. cit., p. 51. V. La Mantia rappelle que le 28 avril 1846, une proclamation anonyme dénonçant les maux et les désordres de l’administration fut adressée aux prélats représentants de l’État pontifical réunis à Forlì « pour consulter les populations sur leurs besoins et sur les causes de leur mécontentement » (Storia della legislazione italiana..., op. cit., p. 619).

5 Pellegrino Rossi écrira le 28 juillet 1847 : « Grégoire XVI laissait à son successeur un État on ne peut plus mal gouverné, des finances en désordre, une justice décriée, une police odieuse, des abus criants, un mécontentement général, une irritation qui menaçait à chaque instant d’éclater en révolte » (G. Martina, Pio IX 1846-1850, op. cit., p. 52 n. 9).

6 Filippo De Angelis, né à Ascoli le 16 avril 1792, cardinal réservé in petto le 13 septembre 1838 (Notizie per l’anno 1845..., p. 50) et publié au consistoire du 8 juillet 1839, alors archevêque de Fermo et membre de cinq congrégations (Consistoriale, Concile, Immunité, Propagande, Lorette), entretint une correspondance (aujourd’hui conservée aux archives du musée du Risorgimento) à caractère privé avec le cardinal Luigi Amat, en poste à Rome. Sa vision de Rome est celle d’un enfer, sorte de nouvelle Babylone – image répandue d’abord par la critique protestante –, cité pleine de jalousie et d’orgueil dont il convient de s’éloigner autant qu’il est possible (cf. G. Martina, Pio IX 1846-1850, op. cit., p. 51). Le cardinal soulignait pourtant les inconvénients d’un poste hors de la capitale, déplorant « l’ignorance dans laquelle sont tenus les cardinaux » et la méconnaissance, de la part du gouvernement central, des réalités locales : « Roma non conosce la Romagna, nè la maniera di governarla » (De Angelis à Amat, 20 juin 1839, 27 novembre 1839, 2 janvier 1844, Archivio del Museo Centrale del Risorgimento, b. 13, f. 3, no 3, 5, 9). À cette date, De Angelis avait déjà occupé plusieurs charges au sein de l’État pontifical et notamment celle d’administrateur apostolique de Forlì de 1826 à 1830). Sur son action administrative, voir la thèse de R. Illuminati, Il cardinale Filippo De Angelis, arcivescovo di Fermo 1842-1877, Rome, 1968, renouvelant l’étude ancienne de G. Leti, Fermo e il cardinale Filippo De Angelis. Pagine di storia politica, Rome, 1902. Luigi Amat di S. Filippo e Sorso, né à Cagliari le 21 juin 1796, élevé à la pourpre lors du consistoire du 19 mai 1837 (Notizie per l’anno 1845..., p. 46), était préfet de la section économique de la Propagande et de la chambre des Dépouilles (Reveranda Camera degli Spogli) rattachée à cette congrégation. Il siégeait aux côtés du cardinal De Angelis dans les congrégations du Concile et de l’Immunité, ainsi qu’à celles des Évêques et Réguliers et de la Consulta. En 1845, il venait d’être appelé à faire partie de la congrégation spéciale pour la réédification de la basilique Saint-Paul hors les Murs (Notizie per l’anno 1845..., p. 443).

7 M. Caravale – A. Caracciolo, Lo Stato pontificio..., op. cit., p. 626. Le phénomène se poursuit durant tout le xixe siècle, Rome abritant 183.000 habitants en 1860 et 226.000 en 1870. La capitale et sa périphérie (appelée Comarque) comptaient 326.500 habitants en 1870, et le Latium avec ses cinq provinces (Rome, Frosinone, Viterbe, Velletri et Civitavecchia) 700.000 personnes environ.

8 Estimée par G. Calindri dans son enquête de 1829 à un habitant sur six (Saggio statistico-storico del pontificio Stato, Pérouse, 1829, p. 94), elle trouve son explication principale dans un important exode rural. Voir G. Tomassetti, La campagna romana antica, medioevale e moderna, Rome, 1910-1926, 6 vol., qui décrit minutieusement les structures de production et les institutions économiques locales, et E. Bonomelli, I papi in campagna, Rome, 1953.

9 C’est le constat peu encourageant dressé par deux observateurs à la fin des années 1830 : J. Bowring, Statistica della Toscana, di Lucca, degli Stati pontifici, Lombardi-Veneti, Londres, 1838 ; A. Galli, Cenni economici e statistici sullo Stato pontificio, Rome, 1840. Sur la situation économique de l’État pontifical à cette période, voir F. Bonelli, Il commercio estero dello Stato pontificio nel secolo xix, Rome, 1961, avec de nombreux tableaux explicatifs ; N. La Marca, Saggio di una ricerca storico-economica sull’industria e l’artigianato a Roma, Padoue, 1969 ; G. Orlando, « Le campagne : agro e latifondo, montagna e palude », dans A. Caracciolo (dir.), Il Lazio, Turin, 1991, p. 83-165 ; et la synthèse récente de C. Barbe-ris, Le campagne italiane dall’Ottocento a oggi, Bari, 1999.

10 F. Bartoccini, Roma nell’Ottocento..., op. cit., I, p. 2.

11 Selon l’expression de S. Negro, Seconda Roma..., op. cit., p. 15.

12 F. Bartoccini, Roma nell’Ottocento..., op. cit., I, p. 5.

13 La notion d’années de Pierre est couramment employée dans la littérature religieuse du xixe siècle ; ce motif apologétique est alors d’autant plus exploité que deux pontifes successifs, Pie IX et Léon XIII, atteignent et dépassent ces vingt-cinq années de pontificat. Voir par exemple Mgr D.-M. Valensise, Omaggio a Pio IX nel di’ in cui compie sulla cattedra del supremo Pontificato gli anni di Pietro, Naples, 1871, ou V. di Pietro, XXV anni di pontificato di S. S. Leone XIII, Aversa, 1902. À partir de 1870, la longévité exceptionnelle de Pie IX constituera un des topoi de la littérature apologétique « temporaliste », c’est-à-dire favorable à la restitution du pouvoir temporel. Plus rarement, la perte du pouvoir temporel fut considérée comme un facteur positif de la longévité pontificale : en 1879, le P. Gagghini avance que « Iddio, tenando anche conte dalla sana e ben temperata complessione del S. Padre, gli volle conservata la vita oltre gli anni di Pietro senza pensare di ristabilirgli il dominio temporale ricevuto nella sua esaltazione, e consolandolo colla sua grazia nella sofferta disavventura » (I fatti imperiali, op. cit.). En 1900, A. de Waal, à la suite d’autres auteurs, voit « dans la succession de deux pontificats aussi prolongés [ceux de Pie IX et de Léon XIII] une disposition particulière de la Providence de Dieu à l’égard de son Église » (« État du monde à la mort de Pie IX », dans Rome, le chef suprême..., op. cit., p. 65).

14 Aux termes du projet rédigé par A. Rosmini à l’été 1848 après discussion avec certains membres de la Curie, la présidence de la confédération « établie entre les États de l’Église, du roi de Sardaigne et du Grand-Duc de Toscane » serait confiée « au pontife Pie IX et à ses successeurs » (art. II). Après ratification du projet, les trois États signataires désigneraient trois représentants chacun, avec mandat de rédiger la constitution fédérale (art. III), laquelle prévoierait un pouvoir central exercé par une Diète permanente ayant son siège à Rome. Sur A. Rosmini et sa vision réformatrice de l’Église, voir infra, p.95 et s.

15 A. C. Jemolo, Chiesa e Stato..., op. cit., ch. 1 : « Le speranze d’Italia dal Primato di Gioberti a Novara », p. 13-119. La formule est reprise du titre de l’ouvrage de Cesare Balbo, Le speranze d’Italia, paru à Paris en 1844 et dédicacé à Gioberti. Machiavel avait en son temps reconnu une des causes de la « ruine de l’Italie » dans le fait que « l’Église a tenu et tient [encore] cette province divisée » (Discours, livre I, ch. 12, dans Tutte le opere storiche, politiche e letterarie, éd. A. Capata, Rome, 1998, p. 80-82, cit. p. 81). En 1796, Michele Laurora avait défendu cette thèse dans son volume All’Italia nelle tenebre, l’aurora porta luce, jeu de mots dévoilant le nom de l’auteur : « Le Christ était sans royaume. Pourquoi donc les papes ont-ils pris douze des plus belles provinces de l’Italie ? ». Sur la fortune de l’argument, notamment chez Mazzini et Garibaldi, voir infra, p. 362.

16 Sur cette maxime traditionnelle des duo genera Christianorum, d’origine inconnue mais recueillie par le décret de Gratien (c. XII, qu. 1, c. 7), voir les observations de J. Gaudemet, « La condition des chrétiens dans la doctrine canonique des xviiie et xixe siècles », dans Les droits fondamentaux du chrétien dans l’Église et la société. Actes du IVe Congrès international de droit canonique, Fribourg, 1981, p. 645-667, art. repris dans Droit de l’Église et société civile (xviiie-xxe siècles), Strasbourg, 1998, p. 117-144, spéc. p. 131-141, et l’étude de N. D’Acunto, I laici nella Chiesa e nella società secondo Pier Damiani. Ceti dominanti e riforma ecclesiastica nel secolo xi, Rome, 1999, p. 59-94.

© Publications de l’École française de Rome, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540