Version classiqueVersion mobile

« In partibus fidelium ». Missions du Levant et connaissance de l’Orient chrétien (XIXe-XXIe siècles)

 | 
Marie Levant
, 
Philippe Bourmaud
, 
Séverine Gabry-Thienpont
, 
et al.

Première partie – Les missions chrétiennes du Levant comme lieux de production et de diffusion d’un savoir « oriental »

Les caractères de Jérusalem 

L’Imprimerie franciscaine et la revue La Terre Sainte (1921-1940)

Marion Blocquet et Maria Chiara Rioli

Résumé

En 1847, la Custodie de Terre sainte fonde sa propre imprimerie à Jérusalem afin de soutenir les franciscains dans leurs activités missionnaires et scolaires cette dernière ne tarde pas à s’affirmer comme l’un des centres éditoriaux majeurs de la région. À son catalogue, varié par ses œuvres comme par ses langues, s’ajoute en 1921 la revue La Terre Sainte, éditée en italien, français et espagnol. De la naissance du périodique à son interruption momentanée en 1940, les articles se proposent d’interroger le regard porté par l’ordre des frères mineurs sur la Palestine d’entre-deux-guerres. Le discours qu’ils diffusent, fragile équilibre entre la constitution de nouveaux savoirs sur la Terre sainte et la perpétuation de clichés tenaces, constitue un témoignage original sur la mise en place du mandat britannique et l’exacerbation des nationalismes à la veille de la Seconde Guerre mondiale.

Note de l’auteur

Ce chapitre est fruit d’un travail commun. Les autrices remercient les directeurs de cet ouvrage et les réviseurs anonymes pour les corrections et les commentaires précieux.

Texte intégral

  • 1 L’histoire des imprimeries au Moyen-Orient a connu un intérêt historiographique croissant dans les (...)

1Située à la croisée de plusieurs disciplines de recherche, l’histoire de l’imprimerie au Proche-Orient constitue un objet d’étude aux perspectives renouvelées et dynamiques. Dans une région dominée par la transmission orale et manuscrite des textes jusqu’à la fin du XIXe siècle, l’installation de presses missionnaires et d’initiative locale bouleverse le paysage de l’écrit : les ouvrages littéraires, scolaires et scientifiques circulent de plus en plus au côté des imprimés du quotidien, entrainant au passage l’essor de langues locales comme l’arabe tout en favorisant la diffusion de savoirs en et sur la Terre sainte1.

2Les revues missionnaires contribuent à cette diffusion, mais restent jusqu’à présent peu exploitées dans les recherches historiques : pourtant, elles apportent un éclairage sur des sociétés souvent méconnues – voire inconnues – à travers le regard des missionnaires au tournant de l’ère contemporaine. Elles représentent des sources originales qui permettent de retracer l’histoire de la construction de l’imaginaire autour du « Proche-Orient », façonné par et dans les congrégations missionnaires, ainsi que la circulation et la réception de ce dernier par les lecteurs. Les rédacteurs des périodiques missionnaires se situent en effet au contact direct des populations locales, aux prises avec leurs réalités quotidiennes, dont ils sont parfois les seuls témoins.

  • 2 Jensz – Acke 2013, p. 10.

3Ces revues ne sont pas cependant sans poser un certain nombre de problèmes2, puisqu’elles sont avant tout la production de mouvements religieux qui suivent des orientations bien déterminées et dont l’influence politique est parfois très marquée. Elles sont de même révélatrices, autant par leurs choix éditoriaux que par les tournures de leurs phrases, du regard souvent très critique et biaisé des religieux sur ces terres et leurs populations, les conduisant bien souvent à conforter les préjugés déjà existants sur la zone à laquelle ils s’intéressent, au lieu de les dissiper.

  • 3 Traditionnellement, on fait remonter l’origine de la Custodie franciscaine de Terre sainte à 1217 (...)

4Plus spécifiquement, la « Terre sainte », inévitablement, a été l’objet de plusieurs revues missionnaires dès le milieu du XIXe siècle. La soif de connaissances sur l’Orient est alors très forte en Europe, tandis que les caravanes de pèlerins se rendent de nouveau dans la « patrie du Christ », et que les mouvements de dévotion à la Vierge connaissent une nouvelle vitalité. Cependant, si ces revues affichent et remplissent leur objectif de renseigner les pèlerins et tous les chrétiens qui le souhaitent sur l’histoire et les sanctuaires de la Terre sainte, ces informations sont bien souvent présentées à travers le prisme des revendications politiques et religieuses propres à chaque groupe. C’est aussi le cas de la revue La Terre Sainte, éditée à Jérusalem en français, italien (La Terra Santa) et espagnol (Tierra Santa) à partir de 1921 par la Custodie franciscaine3. Cette entreprise éditoriale montre aussi des éléments spécifiques qui en font un objet d’étude particulièrement stimulant dans le panorama des revues publiées dans la Palestine mandataire (1920-1948).

  • 4 Dans ce chapitre on utilisera l’acronyme LTS quand il sera fait référence aux trois versions lingu (...)

5Dans ce chapitre, nous explorons l’histoire de trois versions linguistiques de la revue LTS4 à travers la comparaison avec d’autres revues traitant de la Terre sainte depuis la deuxième moitié du XIXe siècle, l’analyse des éléments éditoriaux qui la définissent, la discussion des savoirs élaborés et véhiculés à travers ses pages, son rôle dans le débat public et politique dans la Jérusalem mandataire et finalement les réseaux transnationaux de la revue à l’âge des totalitarismes.

6À cette fin, il nous faut insérer l’histoire de la revue au sein de celle des imprimeries établies à Jérusalem au XIXe siècle et plus particulièrement l’entreprise de la Stamperia di Terra Santa.

L’Imprimerie franciscaine de Terre sainte, naissance et essor d’une imprimerie à Jérusalem

  • 5 L’histoire de la Franciscan Printing Press (FPP), comme elle est appelée plus tard, peut être reco (...)
  • 6 Voir Archivio della congregazione de Propaganda fide, SC Terra Santa e Cipro, vol. 24, fra Remigio (...)
  • 7 Laurens 1999 et Sanbar 2014.
  • 8 Sur la Nahda et les institutions catholiques en Palestine, voir Pieraccini 2019.
  • 9 Pieraccini 2006.
  • 10 Suleiman 2009, p. 83-84.
  • 11 Löffler 2006.
  • 12 Pour l’imprimerie catholique fondée par les pères jésuites de Beyrouth en 1853, voir Delpal 2005. (...)

7L’Imprimerie franciscaine de Jérusalem (FPP) est fondée en 1847 à l’initiative du commissariat de Terre sainte de Vienne, soutenu par l’archevêque de la ville, Mgr Vinzenz Eduard Milde5. Presque trente ans plus tard, en 1876, la gestion de l’imprimerie est transférée complètement à la Custodie de Terre sainte6. Son ouverture s’inscrit donc dans une époque marquée par un intérêt politique et culturel croissant des puissances et sociétés européennes pour le Moyen-Orient – et, dans le cas de la Palestine, pour « l’invention de la Terre sainte7 » –, mais aussi par la renaissance culturelle des décennies de la Nahda8. En outre, le début de l’activité éditoriale des frères mineurs coïncide avec l’année du rétablissement par le Saint-Siège du patriarcat latin de Jérusalem9. Du point de vue de l’histoire culturelle et de la presse, l’imprimerie des frères mineurs de Jérusalem n’est pas la seule entreprise éditoriale à ouvrir ses portes au cours de ces années, tant dans la Ville sainte que dans le reste du Moyen-Orient. En 1833, le patriarcat arménien inaugure la première imprimerie de la ville, suivie par celles des franciscains, des grecs-orthodoxes (1853), des protestants (comme dans le cas de la Protestant Church Missionary Society10) et l’importante Syrian Orphanage Press11. Il y a parallèlement des initiatives lancées par d’autres communautés et notamment d’intellectuels juifs, comme les imprimeries créées par Nessim Beyk et Eliezer Ben Yehuda. Parmi les congrégations les plus actives dans le bilād al-shām, les jésuites et les dominicains fondent ensuite des imprimeries au Liban et en Irak12.

  • 13 Pour des éléments sur ces ouvrages, voir Dakhli 2020.

8À sa création, l’objectif principal de la Stamperia di Terra Santa (comme elle était parfois appelée) était de produire des livres scolaires, liturgiques et de dévotion destinés aux franciscains, au clergé patriarcal et aux religieux et religieuses d’autres congrégations mais aussi aux populations chrétiennes locales, donc en langue arabe, une grande première en Palestine. De fait, les premières publications sorties des presses du couvent de Saint-Sauveur le 28 janvier 1847 sont un abécédaire et un syllabaire, tous les deux en arabe. Quelques mois plus tard paraît un premier livre à proprement parler, une édition du catéchisme de saint Robert Bellarmin en italien et en arabe13.

  • 14 Pour une analyse du vaste répertoire de cartes de visite à Jérusalem, voir Wallach 2020 et Rioli 2 (...)

9Les décennies suivantes voient l’imprimerie franciscaine s’imposer parmi les plus importants éditeurs de Jérusalem et de la région toute entière. À travers les réseaux des commissaires de la Custodie, les volumes imprimés à Jérusalem rejoignent les couvents et les bibliothèques des différents continents. Dans la Ville sainte même, son usage ne se limite pas aux besoins des frères franciscains et des autres ordres religieux : les registres des ventes conservés dans les archives de la Custodie montrent la palette large et hétérogène des clients et des contacts. À partir de la fin du XIXe siècle, l’imprimerie devient l’endroit où des imprimeurs juifs se fournissent en caractères, où des musulmans viennent faire relier des exemplaires du Coran et imprimer les horaires du Ramadan, et où des personnes de tout statut, de l’humble artisan au gouverneur de la ville, commandent leurs cartes de visite14 tandis que les autorités britanniques s’adressent aux franciscains pour produire des ordonnances et tous types de documents administratifs dans la période mandataire.

  • 15 Parmi ces ouvrages de référence doivent être remarqués le grand Dizionario italiano-arabo (1878) e (...)

10Une fois durablement installée et dotée des équipements adéquats, la FPP est en mesure d’élargir son champ éditorial : de ses presses sortent désormais aussi des essais de franciscains et d’autres religieux portant sur des questions d’exégèse, d’histoire ou d’archéologie. Ces textes au caractère scientifique plus affirmé deviennent l’une de ses principales productions à la suite de l’ouverture en 1924 de l’Institut biblique franciscain (Studium biblicum franciscanum) au couvent de la Flagellation. Ces typologies sont d’autant plus riches que les langues utilisées sont variées, puisque l’on imprime bien évidemment en arabe et dans les langues européennes (italien, latin, français, anglais, espagnol, allemand, polonais), mais aussi en turc, arménien, grec, russe (etc.) ce qui reflète de fait le paysage complexe et multiculturel de la région. Les franciscains participent par ailleurs à ce fourmillement linguistique en élaborant de nombreux dictionnaires15, grammaires et manuels d’apprentissage destinés à l’usage des élèves et des nouveaux missionnaires, comme des érudits et des professionnels locaux.

  • 16 Dakhli 2018(b).
  • 17 À l’exception de la longue contribution de P. Pieraccini, Il custodiato di Fernandino Diotallevi ( (...)

11Toutefois, dans ce cadre d’intense activité éditoriale, traversée aussi par des problèmes de gestion des ouvriers16, la Custodie ne réussit pas à se doter d’une propre publication interne avant plusieurs décennies. Celle-ci apparaît seulement soixante-dix ans après l’ouverture de la FPP : La Terra Santa, mensuel en trois langues – italien, français et espagnol, expression des trois composantes nationales principales de la Custodie – débute ainsi sa publication en janvier 1921. Jusqu’à aujourd’hui, cette revue, dont les publications continuent encore de nos jours, est très rarement citée dans les travaux historiques portant sur l’entre-deux-guerres et l’après 194617.

  • 18 Voir Fouilloux 2002.

12LTS mélange érudition, études scientifiques, controverses, chroniques et anecdotes. Dans le panorama des revues sur l’Orient chrétien fondées depuis la fin du XIXe siècle jusqu’à la première moitié du XXe siècle, elle ne constitue pas un cas unique de cette pluralité de thèmes et de registres : il suffit de penser à Échos d’Orient18, publiée à Paris en 1897 et dirigée par les pères assomptionnistes, à laquelle LTS franciscaine se réfère de façon évidente dans les différentes rubriques qui composent chaque numéro. Cependant, elle présente des caractères spécifiques par rapport à Échos d’Orient et à d’autres revues publiées au cours de ces décennies comme la Zeitschrift des Deutschen Palästina-Vereins, éditée par la Deutscher verein zur Erforschung Palästinas depuis 1878, et le Journal of the Palestine Oriental Society (1920-1948), publié par la société du même nom dans le but de développer la recherche sur l’histoire ancienne palestinienne. La triple édition, les thématiques abordées, l’effort de présenter des contenus savants tout en gardant une approche « simple et populaire », ainsi que le moment historique particulier durant lequel elle voit le jour, c’est-à-dire après la fin de l’Empire ottoman, en font une source précieuse pour saisir et étudier les transformations religieuses, sociales et politiques de la Palestine mandataire.

13Les trois versions linguistiques de la revue partagent des articles et des rubriques, mais présentent chacune en même temps des spécificités. Une comparaison n’est pas simple : les articles sont souvent présentés de façon anonyme, ce qui rend difficile l’identification des auteurs et de leur provenance. À cela s’ajoutent les variations de contenu, puisque chaque édition se fait l’écho de perceptions, d’idées et d’événements propres aux pays européens correspondant à sa langue de rédaction.

  • 19 Sur la guerre de 1947-1949 en Palestine et l'Église catholique, voir Rioli 2021.
  • 20 Rioli 2017, p. 100-104.

14Nous nous penchons dans cette contribution sur les vingt premières années d’existence de la revue, de 1921 à 1940, c’est-à-dire jusqu’à la césure due à l’interruption des publications pendant la Seconde Guerre mondiale, et avant les bouleversements provoqués par la guerre de Palestine en 194819. À sa reprise en 1946, LTS, tout en s’inscrivant dans une certaine continuité avec sa première période, évolue désormais dans un cadre politique et culturel bouleversé qui modifie quelque peu sa ligne éditoriale. Si elle adopte une posture plus attentive au dialogue entre les diverses communautés chrétiennes de la région (c’est le cas par exemple de la rubrique française « Rencontres œcuméniques » dans les années 1960), elle continue de proposer des stéréotypes antijuifs et de fortes critiques anti-israéliennes, comme dans les commentaires au procès Eichmann en 196120.

15Pour comprendre la genèse de cette revue, il est également utile de considérer d’autres périodiques dédiés à la Terre sainte, publiés en Europe et en Palestine dans la seconde moitié du XIXe siècle, dans un contexte d’intérêt renouvelé pour les Lieux saints et les chrétiens d’Orient. Ces publications, bien que n’étant pas toujours liées directement à la Custodie franciscaine, ont en effet contribué à la réflexion menant à la création de sa propre revue cinquante ans plus tard.

La Terre sainte, nouvel objet des revues missionnaires

  • 21 Il n’a pas été possible d’établir avec certitude qu’il s’agisse de l’Œuvre des écoles chrétiennes (...)
  • 22 La Terre Sainte, Royaume de Marie, année I, n° 2, 25 décembre 1865, p. 16 : « L’apparition de notr (...)
  • 23 La Terre Sainte et les Églises orientales (1869-1865) ; La Terre Sainte ! (1875-1888) ; Revue Illu (...)
  • 24 La Terre Sainte, 15 juillet 1875, année I, n° 1 : « Notre modeste revue s’efforcera de satisfaire (...)

16À partir de 1865 est publié à Grenoble le bimensuel La Terre Sainte, Royaume de Marie, dirigé par l’avocat laïc Claude-Régis Girard (1814-1875), pour le compte de l’Œuvre religieuse de l’Orient21. D’emblée, si l’objectif assumé de la revue est la propagation de la foi catholique en Orient et la défense des Églises orientales sur place, elle ne manque pas de se présenter comme un trait d’union entre la France et la Terre sainte, pour laquelle son lectorat se passionnerait22. Ses directeurs et différents avatars23 se succédant, la revue garde néanmoins un contenu assez constant : on y présente la région, les églises, communautés religieuses et sanctuaires, les populations locales – sans faire l’impasse sur ses figures les plus pittoresques et stéréotypées – et ce dans un large territoire allant de l’Afrique du Nord à la Russie. La publication s’adresse au grand public, et en particulier aux pèlerins passés et à venir24, dont elle accompagne l’aventure par ses pages consacrées à la description des Lieux saints, aux essais d’histoire biblique et d’exégèse, aux textes de spiritualité ou simplement par des conseils pratiques pour leur voyage, le tout illustré par de belles gravures participant d’une vision romantique de l’Orient à la fin du XIXe siècle. La revue disparaît finalement en 1907. La Revue de l’Orient chrétien, son supplément scientifique lancé en 1896 pour la diffusion de travaux d’érudition d’accès plus difficile, perdure jusqu’en 1946.

  • 25 Bottini et al. 2012, p. 28.

17De l’autre côté des Alpes, on édite en 1876 à Florence La Terra Santa, fondée par quelques ecclésiastiques liés à la Pia società per i pellegrinaggi25. Si dans ses thématiques cette revue semble très semblable à son homonyme français, en réalité elles expriment deux visions politiques opposées : La Terre Sainte soutient activement l’œuvre de diffusion des institutions françaises en Terre sainte entreprise par le Quai d’Orsay au cours de ces décennies, tandis que La Terra Santa affirme la prééminence franciscaine sur les autres ordres.

  • 26 Saint François et la Terre Sainte, I, n° 1, mai 1891, p. 2.

18Cherchant à se démarquer devant la multiplication des entreprises gouvernementales et des communautés religieuses en provenance de l’Europe, étant par ailleurs confronté à de nombreuses critiques, l’ordre des frères mineurs prend conscience de la nécessité de communiquer plus efficacement sur ses activités en Terre sainte. Cette volonté s’incarne à travers la revue Saint François et la Terre Sainte, publiée entre 1891 et 1900 par le Commissariat de Terre sainte de Paris sous la direction du père Victor-Bernardin de Rouen, personnellement désigné à cette charge par le ministre général de l’ordre, le père Louis de Parme26. À travers des articles envoyés par des religieux sur place, des recherches historiques et des compilations d’ouvrages, la revue donne un panorama très complet et détaillé de la présence franciscaine en Orient, tant de son histoire et de ses droits que de ses établissements et missions. L’accent est mis sur les efforts continus des frères mineurs dans la région, en rappelant particulièrement leurs sacrifices et les vexations qu’ils ont pu subir de la part des autres cultes (musulmans, grecs-orthodoxes) ou des autorités civiles. Le contexte politique et sociétal n’est d’ailleurs pas tout à fait absent de ses pages, puisque l’on trouve quelque temps après ses débuts une « Chronique » venant présenter les diverses actualités du territoire, et qui n’est pas sans annoncer celle que l’on trouve en 1921 dans LTS hiérosolymitaine.

19Enfin, une première expérience éditoriale, enrichissante mais éphémère, est menée au sein de la Custodie : le Diarium Terræ Sanctæ. Cette revue trimestrielle en latin est éditée de 1908 à 1912 avec de clairs objectifs d’information mais aussi d’érudition : elle contient une première section consacrée à la transcription de documents historiques conservés dans les archives de la Custodie, constituant ainsi une source importante pour retracer l’histoire de cette dernière ; les autres sections traitent des œuvres, paroisses et sanctuaires franciscains de la région, avec de très nombreuses statistiques, ainsi que des recensions littéraires et autres bibliographies. Toutefois, la revue, souhaitée personnellement par le custode Roberto Razzoli (1906-1913), ne survit pas au départ de ce dernier.

LTS : objectifs et aspects matériels d’une revue franciscaine

  • 27 Sur la figure et le rôle de Golubovich voir dans ce volume la contribution de Riccardo Saccenti, W (...)

20Il faut attendre le mandat du père Ferdinando Diotallevi pour que la Custodie se dote d’un organe informatif propre. Élu custode en décembre 1917, au lendemain de l’entrée dans Jérusalem des troupes du général Allenby qui marque la fin du pouvoir ottoman sur la ville et le début de ce qui est qualifié de mandat britannique sur la Palestine, Diotallevi doit faire face aux conséquences dramatiques de la Première Guerre mondiale. Celles-ci se manifestent aussi bien en termes matériels, à cause des lourds dommages infligés par les combats aux œuvres franciscaines, que du point de vue diplomatico-ecclésiastique, en raison des tensions avec les gouvernements anglais et français comme avec le patriarcat latin. Une fois garantie la réouverture des couvents, des paroisses, des écoles et des autres possessions franciscaines, le frère se consacre à la création du Studium biblicum franciscanum, à la promotion de ses études historiques (en particulier la seconde série de la Biblioteca bio-bibliografica della Terra Santa e dell’Oriente francescano, sous la direction du père Girolamo Golubovich27), ainsi qu’à la reprise des fouilles et des travaux de construction des basiliques de Gethsémani et du Thabor, réalisées par l’architecte Antonio Barluzzi.

  • 28 Les citations de ce paragraphe sont extraites de « Notre programme », La Terre Sainte, I, n° 1, 15 (...)
  • 29 Bottini et al. 2012, p. 16-27.

21La publication des trois éditions de la revue LTS s’insère donc pleinement dans la politique culturelle du custode Diotallevi. Le premier numéro de la revue, paru le 15 janvier 1921, s’ouvre dans les trois éditions sur un éditorial programmatique28 : l’objectif de la publication est « simple et bien déterminé, c’est celui de maintenir et de répandre la connaissance de la Terre sainte dans son vrai caractère de Terre de Dieu », à l’opposé de quelques personnes écrivant « dans le but de la dénaturer ». Pour atteindre ce but, « [n]ous nous efforcerons de leur présenter, d’une manière simple et populaire, tantôt un des mystères qui se sont déroulés dans cette terre bénie, tantôt un de nos sanctuaires, dont nous raconterons les vicissitudes. Nous décrirons en même temps tout ce qui s’y pratique actuellement. » Selon ce premier article, les missions catholiques franciscaines seraient donc mises au cœur de la revue, « car dans les missions nous voyons se renouveler de nos jours l’antique héroïsme chrétien au milieu de persécutions parfois sanglantes, persécutions qui prennent souvent la forme d’évolution sociale plus ou moins avancée, mais dont le but est toujours le même : la destruction du catholicisme, dut-on pour cela donner la main à ce qu’il y a de plus abject dans le monde ». Enfin, on souhaite offrir au lecteur « de la variété […] au moyen d’illustrations, de récits de pèlerinages, de comptes rendus de publications, spécialement de celles qui parlent de la Terre Sainte ». À la suite des échanges entre le custode Diotallevi et le père Golubovich29, il est décidé que la revue soit mensuelle : tout au long de la période étudiée, l’impératif de publication à cette fréquence soutenue est un enjeu crucial pour l’imprimerie, notamment au cours des périodes où les événements politiques et les problèmes d’approvisionnement rendent difficile toute impression.

22Les trois versions linguistiques naissent sous une forme assez spartiate : seize pages de texte brut parsemé de fautes, auxquelles s’ajoutent progressivement des clichés photographiques ainsi que des caractères et des ornements variés, preuves de la richesse de l’Imprimerie et de l’intérêt croissant pour le périodique. Dès 1922, la revue passe à vingt-quatre pages, format qu’elle conserve jusqu’en 1940 pour l’édition française, alors que ses sœurs italienne et espagnole comptent trente-deux pages à partir de 1931.

  • 30 Réuni à fréquence régulière, le Discrétoire de Terre sainte est le conseil assistant le custode da (...)

23Bien que les rédactions de chaque édition soient autonomes, elles gardent une structure très semblable où se succèdent cantiques, élévations spirituelles, essais historiques et d’exégèse, informations de variété et petite littérature, en gardant toujours pour la fin la « Chronique de Palestine », ainsi que les actualités bibliographiques et les éventuelles nécrologies. Au-delà de la ligne générale de la revue et des articles publiés concomitamment, le contenu de chaque édition diffère. Les auteurs des contributions ne sont pas simples à identifier puisqu’ils signent peu leurs textes avant la fin des années 1930 et qu’aucun sommaire ne vient les signaler, exception faite de certains travaux qui ont pu être publiés ailleurs ou en tiré-à-part à la FPP. De façon générale, l’organisation de la rédaction reste assez opaque, bien que l’édition espagnole s’efforce de signaler les changements au sein de sa direction : les archives nous apprennent toutefois qu’au cours de ces premières décennies le rédacteur en chef est toujours un membre du Discrétoire de Terre sainte30 de la nationalité concernée.

24Vers la fin des années 1920 apparaissent les premiers espaces publicitaires. Les encadrés accueillent des agents de voyage et des producteurs d’objets de piété, ainsi que des invitations à acquérir des espaces libres pour « la propagande dans La Terre Sainte », dont les coûts annuels varient de 100 francs pour un quart de page dans une édition, à 725 francs pour trois quarts de page dans les trois éditions.

  • 31 ASCTS, fondo « Tipografia », Miscellanea, 5, 1931-1941 : Abbonati alla rivista Terra Santa. Les ar (...)

25Le volume des tirages permet d’évaluer la portée et la diffusion de la revue, dans la mesure où peu de sources concernant les abonnements sont disponibles, à l’exception d’un registre concernant uniquement ceux à Tierra Santa31. Ce registre permet d’identifier environ 1980 abonnés entre 1931 et 1941, dont les adresses pointent vers des destinations aussi diverses que l’Espagne et l’Amérique latine, mais aussi les États-Unis, la France, New Delhi ou encore le consulat français de Jérusalem. Cette large diffusion géographique ne traduit pas le succès économique de cette entreprise éditoriale. Le montant de l’abonnement annuel à l’édition française, à savoir 7 francs, est volontairement peu élevé pour la rendre accessible au plus large public possible. À en croire les propos des rédacteurs eux-mêmes mais aussi les appels fréquents aux lecteurs à s’acquitter de leur abonnement, cette petite somme ne permettrait qu’à peine à la rédaction et à l’imprimerie de rentrer dans leurs frais.

  • 32 Cf. la lettre d’Ibrahim Sartuf sur Terra Santa, 15 janvier 1923, n° 1, p. 17-21, parue aussi en fr (...)

26La réception de la revue reste difficile à évaluer en raison de l’absence d’une rubrique de courrier des lecteurs. Quelques lettres de lecteurs palestiniens et européens paraissent marginalement sur les colonnes de la revue, dédiées surtout aux célébrations dans les Lieux saints32. La présence d’articles de polémique répondant à d’autres magazines – notamment des journaux sionistes et la revue du patriarcat grec-orthodoxe Nea Sion – atteste de la circulation hors des cercles catholiques.

  • 33 ASCTS, fondo « Tipografia », Spedizioni e fatture, 3, 1919 lug.-1932 dic. : Registro delle spedizi (...)
  • 34 Ibid. Pour comprendre mieux ces différences, en novembre 1953, soit sept ans après sa reprise suit (...)
  • 35 ASCTS, fondo « Tipografia », Registro del lavoro 2, 1935 gen.-1940 : Rivista di Terra Santa.

27Le nombre de tirages varie de façon importante selon les langues : en juin 1921, sont imprimés 1 200 exemplaires de l’édition italienne et 1 500 de l’espagnole, contre seulement 800 de la française33. Si le nombre de tirages augmente le temps passant, cette évolution demeure très lente et fait toujours apparaître un décalage important entre l’édition française et les autres. Ainsi en décembre 1932, soit plus de dix ans après la naissance du périodique, celui-ci tire à 2 050 exemplaires en italien, 1 525 en espagnol et 1 200 en français34. Le numéro unique en français pour la période janvier-avril 1940 est tiré quant à lui à 1 300 exemplaires, tandis que les autres éditions continuent de publier en numéros mensuels jusqu’en mai 1940 (pour l’italienne, 2 525 exemplaires ; pour l’espagnole, 1 500)35. La prédominance numérique de diffusion de l’édition en italien peut être expliquée par le fait que l’italien représentait – et constitue encore aujourd’hui – la lingua franca de la Custodie.

28Le Prospectus Status Missionis pour l’année 1936, envoyé par la Custodie au Saint-Siège, offre une comparaison avec d’autres revues produites par l’imprimerie de Terre sainte : le Moniteur diocésain du patriarcat latin était imprimé en 250 exemplaires, La Palestine, aussi fondée par le patriarcat latin, 4 700, Raqib Sahyoun, revue en arabe du diocèse latin, 300, les trois éditions de LTS, 3 500, la Review of Terra Sancta College (en anglais et arabe), 800, et la Conférence Saint Vincent de Paul en arabe, 150.

  • 36 G. Cavaterra, « Gerusalemme liberata », La Terra Santa, I, n° 6, 15 juin 1921, p. 85.
  • 37 Yazbak 1999 ; Makdisi 2008.
  • 38 « San Luis Rey de Francia y las Cruzadas », Tierra Santa, XII, septembre 1932, p. 219-222.

29Il est décidé de publier la revue au 15 de chaque mois, en souvenir de la prise de Jérusalem par les croisés, le 15 juillet 109936. Le discours porté sur les croisades – thématique qui à l’époque se retrouve aussi hors du catholicisme palestinien37 – révèle les différences entre les éditions : s’agissant d’un épisode incontournable du roman national français mettant en scène des figures aussi remarquables que saint Louis ou Godefroy de Bouillon, des études, récits et portraits liés à ce mouvement sont assez naturellement proposés aux lecteurs français. L’Espagne n’étant pas concernée aussi fortement par ce passé, Tierra Santa ne déploie pas autant d’efforts sur ce sujet. À dire vrai, elle adopterait même une position plus critique et distancée que ne le fait l’édition française, en rappelant les échecs et limites de ces croisades et en présentant un portrait assez peu flatteur du roi saint38. L’idée d’un Orient chrétien sectaire apparaît aussi comme relationnelle et tournée vers des pays de tradition chrétienne. En promouvant la défense d’intérêts communs découlant de ces éléments identitaires et historiques chrétiens, la revue franciscaine permet de tisser autour de cette lutte des réseaux transnationaux, à base ecclésiale et en particulier missionnaire.

  • 39 La Terre Sainte, VIII, n° 3 et 4, mars et avril 1928, p. 57-60 et 78-82, « Le Martyrologe ou le li (...)
  • 40 Sur le massacre de Damas, voir Laurens 2010, p. 65-70.
  • 41 La Terra Santa, I, n° 5, 15 mai 1921, p. 97 ; La Terre Sainte, V, 15 septembre 1925, « Les Vénérab (...)

30Le choix de cette date, loin d’être insignifiant, est révélateur de deux aspects constitutifs de la Custodie de Terre sainte : d’abord sa mission primitive de garde des Lieux saints dans la patrie du Christ, mais aussi son rôle dans la préservation des intérêts catholiques dans la région, face à qui sont perçus comme des ennemis de la foi. LTS, organe de la Custodie, s’affiche franciscaine jusque dans ses moindres détails : son contenu retrace à de nombreuses reprises l’histoire des frères et donne les actualités de l’ordre, au-delà des limites géographiques indiquées par son titre, tandis que formellement, sa couverture emblématique – un groupe de frères en adoration devant Jérusalem – et son titre orné de cordes à nœuds et de francisques puisent dans l’iconographie franciscaine. De fait, les rédactions ne manquent pas d’évoquer le passé douloureux de la Custodie, en mettant notamment l’accent sur ses martyrs : dès le premier numéro, et jusqu’aux années trente qui voient un autre type de victimes, on scande la liste des frères tombés pour la gloire de Dieu39, en particulier les martyrs de Damas de 186040 béatifiés en 1926, à qui l’on réserve une couverture soutenue. Plusieurs articles ainsi qu’un numéro hors-série41 sont alors consacrés au récit illustré de leur assassinat, témoignant des relations tendues entre les communautés chrétiennes et musulmanes de la région.

Couverture de La Terra Santa, 1924

Couverture de La Terra Santa, 1924

Cultiver sa foi et sa curiosité

31LTS se définit d’emblée comme une revue pieuse à caractère populaire, dont le contenu varié doit non seulement enrichir la culture du lecteur mais aussi le guider dans son parcours spirituel. De fait, la publication ne cesse jamais de s’améliorer formellement, en soignant sa typographie, en aérant sa présentation et en multipliant les illustrations, notamment pour étayer les descriptions des Lieux saints. Les articles, mêlant dévotion, histoire, géographie et morale, auxquels s’ajoutent des cantiques, poèmes, contes, extraits littéraires d’auteurs reconnus (dans l’édition française, on trouve la prose remaniée de Huysmans, Mauriac, Mistral) et anecdotes, en font une lecture agréable et d’accès assez large.

32Loin cependant d’être un simple loisir, la revue se propose d’accompagner la foi des lecteurs au quotidien. La fréquence des numéros permet de présenter des textes en lien avec le calendrier liturgique : ainsi les numéros de décembre et de janvier sont traditionnellement consacrés aux fêtes de Noël et de l’Épiphanie célébrées à Nazareth, tandis que Pâques et la Passion du Christ font l’objet de récits circonstanciés entre mars et mai. Régulièrement, les éditions italienne et espagnole rappellent l’existence de l’Almanach de Terre sainte, édité aussi par la FPP et en complément de la revue. Les qualités morales imprègnent la revue entière, depuis les « élévations spirituelles » extraites des ouvrages du père Ange-Marie Hiral (1871-1952) jusqu’aux maximes disséminées dans les espaces vides.

  • 42 Notons parmi ces guides : F. Liévin de Hamme, Guide Indicateur des Lieux saints, quatre éditions e (...)

33Le premier numéro signale la reprise des pèlerinages, après la longue interruption de la Première Guerre mondiale. Cette précision fait sens quand on constate que la revue s’adresse surtout aux pèlerins. En tant que lecture préparatoire pour leur voyage, de mémento des expériences vécues sur place ou encore de support de présentation des Lieux saints au sein des paroisses et autres groupes de prières pour ceux qui n’ont pu se déplacer, LTS se veut l’outil incontournable de toute personne voulant connaître la patrie de Jésus. On propose ainsi des notices sur les sanctuaires, des itinéraires intéressants, des conseils pratiques ainsi que des ouvrages utiles pour profiter pleinement du séjour : la revue constitue de fait un précieux canal de valorisation des guides de pèlerinage publiés par la FPP42, objets composites mêlant aux prières et aux récits bibliques de riches informations sur les Lieux saints et sur la région, actuelle comme antique.

  • 43 La publication à Paris en 1904 d’un guide de Terre sainte édité par des professeurs de Notre-Dame- (...)
  • 44 Tierra Santa, IX, n° 1, 15 janvier 1929, p. 1 : « Al lector ».
  • 45 La Terre Sainte, XIII, n° 12, décembre 1933, p. 291- 298 ; id., XV, n° 12, décembre 1935, p. 273-2 (...)

34Dans l’optique de faire connaître la Terre sainte, chaque édition sélectionne des essais susceptibles d’intéresser son lectorat, rédigés aussi bien par des franciscains de la Custodie que par des auteurs religieux et laïcs européens. Ceux-ci font la part belle à l’histoire chrétienne de la région, en se penchant par exemple sur ses églises (cf. articles de Melchior de Vogüé entre 1929-1930) ou sur les premiers temps du christianisme (cf. articles signés Louis de Lagger en 1934 et 1935) et tout particulièrement sur les épisodes bibliques. L’histoire franciscaine, la géographie, les arts, la littérature trouvent leur place dans les colonnes de la revue, toutefois l’attention se porte surtout sur les questions d’archéologie. On ne saurait trop insister sur l’enjeu que représentent les fouilles archéologiques pour les différentes communautés chrétiennes actives à Jérusalem, en particulier pour les franciscains : au-delà du seul but scientifique, ces derniers s’efforcent depuis plusieurs décennies à travers leurs recherches et leurs publications de prouver l’authenticité des Lieux saints face à leurs détracteurs43, et de réaffirmer ainsi leur mission de garde des sanctuaires. Aussi, la Custodie lance à partir des années 1920 de nouveaux chantiers de fouilles, auxquels participent les professeurs et élèves de l’Institut biblique de la Flagellation. La revue offre un espace de valorisation privilégié pour leurs travaux dont les lecteurs sont très demandeurs44. Les progrès graphiques permettent de publier des reportages abondamment illustrés sur des sites emblématiques, ainsi que des comptes rendus de fouilles, comme ceux que propose le père Sylvester Saller entre 1933 et 1936 pour le Mont Nébo45, agrémentés de plusieurs clichés et d’un plan détaillé du site.

35Le père Augustin Arce, bibliothécaire du couvent Saint-Sauveur (1936-1966) et figure incontournable de l’érudition franciscaine en Terre sainte, joue à ce titre un rôle tout à fait remarquable au sein de l’édition espagnole : ses contributions, nombreuses et variées, concernent tant la littérature, que l’histoire et l’archéologie. Il signe à plusieurs reprises des reportages sur des fouilles et assure la diffusion des actualités les plus marquantes.

  • 46 Le R.P. Prosper-Marie Viaud (1852-1932) est professeur puis directeur du collège Saint-Antoine de (...)
  • 47 Pour des éléments biographiques sur les pères Paul Cheneau et Gaudenzio Orfali, se reporter à La T (...)
  • 48 Après un parcours missonnaire en Chine, le père Barnabé Meistermann d'Alsace (1850-1923) entre en (...)

36De plus, ces articles sont complétés par les recensions bibliographiques éditées en fin de chaque numéro. Celles-ci mettent en avant des ouvrages traitant de toutes sortes de sujets touchant à la Terre sainte, ce qui permet de valoriser les publications de la FPP, notamment les volumes provenant de ses plus grands auteurs (dont les pères Aracil et Viaud46, un temps rédacteurs en chef des éditions espagnole et française, ou encore les pères Golubovich, Cheneau, Orfali47 et Meistermann48) ainsi que les collections de l’Institut biblique franciscain lorsque celui-ci devient plus important. Cependant, en vue de la publication d’études plus avancées, l’édition espagnole se dote d’un supplément scientifique en 1947 reflétant les recherches menées au sein de l’Institut biblique franciscain.

Visions d’Orient

  • 49 Plus de quarante ans après sa publication, Orientalism de Edward W. Saïd (New York, 1978) continue (...)
  • 50 La Terre Sainte, II, 15 janvier 1922, p. 17-19. La même année, un autre article porte le titre « L (...)

37De nombreux articles portent sur les mœurs et les traditions des sociétés arabes, dont le ton oscille entre la description ethnographique, la dévalorisation et la louange nostalgique, nourrissant ainsi un imaginaire orientaliste totalement fantasmé49. Le premier numéro de 1922 de l’édition française publie un texte anonyme intitulé « L’immuable Orient50 », qui s’ouvre sur une interrogation : « Est-il bien vrai qu’en Orient, qu’en Palestine surtout, les peuples et les mœurs ressemblent encore à ce qu’ils étaient il y a deux mille ans ? » Prenant appui sur les traditions matrimoniales arabes, longuement décrites comme fondées sur l’achat et l’asservissement de la jeune épouse, l’auteur affirme que :

[L]à où l’indigène n’a guère subi l’influence moderne, là où il est maître et indépendant, la Terre sainte est ce qu’elle était il y a des siècles ; elle est encore, sauf les bouleversements survenus et les ruines accumulées, comme aux temps où le Sauveur la parcourait en tous sens, semant ses miracles et ses bienfaits.

  • 51 La Terre Sainte, II, 15 février 1922, p. 44-45.

38Cet article suscite lors de sa parution quelques réactions de lecteurs mettant en doute la réalité de cet immobilisme. L’auteur, répondant aux critiques (qu’il ne cite pas) le mois suivant51, concède alors que la modernité est effectivement entrée en Palestine, comme en attestent l’ouverture des cinémas et des bals, les nouveaux jeux et sports pratiqués ou encore l’engouement étonnant des populations locales pour les imperméables, tout en gardant un jugement critique sur la situation : « Dire que ces nouveautés, ces changements, sont des progrès, serait toutefois une vraie calomnie pour tout le pays », en proposant encore le caractère immuable de la Palestine, topos des études bibliques.

  • 52 Ibid.

39Ces articles ne sont pas traduits directement dans l’édition italienne. Dans la rubrique « Chronique » de La Terra Santa, on rapporte cependant certaines considérations d’« un de nos amis, romain de Rome, qui a passé une grande partie de sa vie en Orient ». Dans ces lignes, aux accents fortement sarcastiques, l’auteur joue sur l’image d’un Orient qui « n’est plus immobile » et où l’on observe « certes un peu de modernité » mais « celle du gin, par exemple, celle du gin-cocktail, de la Pale Ale, du bridge, du cricket, du golf », s’achevant sur la conclusion polémique que « la mobilité de l’Orient attriste mon existence »52.

  • 53 Fondé en 1865, le PEF est la plus ancienne organisation créée pour étudier la région du Levant con (...)
  • 54 A home in the Holy Land: a tale illustrating customs and incidents in modern Jerusalem, New York, (...)

40Ces textes, de pensée proche mais de styles divergents, s’inscrivent tous deux dans une forte intertextualité : l’« Orient immobile » est en fait la traduction littérale du titre de l’ouvrage The immovable East: studies of the people and customs of Palestine, publié en 1913 par le missionnaire luthérien Philip Baldensperger, auteur de nombreux articles dédiés aux traditions palestiniennes dans les pages du Palestine Exploration Fund Quarterly Statement. En effet, les publications du Palestine Exploration Fund (PEF)53 et en particulier les articles d’Elizabeth Anne McCaul Finn, épouse du consul anglais James, sont l’expression limpide de la volonté de retrouver les traces bibliques d’une Palestine rurale54. Si les idées contenues dans les pages de LTS concordent avec la tradition anti-moderne au sein de l’Église, en Palestine ces sentiments n’étaient cependant pas la prérogative de la sphère catholique : en jeu, c’est la représentation de l’Orient par l’Occident.

  • 55 Voir Bourmaud 2012.
  • 56 Tamari 2004, p. 36.

41Au moment où paraissaient ces articles, le folkloriste Tawfiq Canaan (1882-1964), président de la Palestine Oriental Society55, tenait des propos similaires sur une Palestine pure et patriarcale balayée par la modernité européenne, sophistiquée et artificielle56. Même si les points de vue et les finalités divergent, la recherche d’un retour aux origines et la reprise du mythe d’une société de type biblique, tout en déplorant les évolutions modernes, se retrouvent donc non seulement dans les revues de la Custodie mais aussi dans les articles du Journal of the Palestine Oriental Society, dont la publication commence en 1920, soit un an avant les trois versions de LTS.

  • 57 Ces images, sorties de tout contexte historique dans leur fixité silencieuse, sont communes à une (...)
  • 58 Spigolature orientali, La Terra Santa, XV, n° 2, 15 février 1935, p. 39-42.
  • 59 Sur genre, éducation et missions chrétiennes, voir Okkenhaug 2002.

42Le jugement ambivalent sur un Orient mobile-immobile revient dans une série d’articles intitulés Pagine di vita orientale. Usi e costumi della Palestina qui paraissent au cours des années 1920, et dans les Spigolature orientali, rédigées par un anonyme, « M. », dans les années 1930. Ces articles, assortis de photographies57, se consacrent aussi à la réflexion sur le rôle et la condition des femmes dans la société arabe palestinienne. Si l’on vante souvent la grande bienveillance du catholicisme envers les épouses et les mères58, on retrouve aussi quelques changements en cours dans les rapports de genre59 :

  • 60 M., « L’emancipazione della donna », La Terra Santa, XVII, n° 8, 15 août 1937, p. 273-276.

Depuis quelques années, cependant, la femme musulmane a elle aussi débuté une campagne d’émancipation dont le rythme des revendications s’est progressivement accéléré […] le charme de la liberté a franchi les seuils désolés des harems60.

  • 61 M., « Ritratto dei beduino perfetto », La Terra Santa, XIII, n° 3, 15 mars 1933, p. 87-89.
  • 62 M., « Il buon costume in Palestina », La Terra Santa, XII, n° 9, 15 septembre 1932, p. 276-278.

43Ces articles décrivent donc un « Orient » générique oscillant entre une corruption atavique et une pureté souillée par les habitudes modernes61, importées surtout par les femmes juives, porteuses des « émancipations les plus éhontées de l’Occident », et par le cinéma62.

  • 63 La Terra Santa, I, n° 5, 15 mai 1921, p. 79-80 : « Quelle leçon constituent pour tous les chrétien (...)
  • 64 « La Quaresima dei mussulmani », La Terra Santa, XII, n° 2, 15 février 1931, p. 51-53
  • 65 Voir par exemple : M., « Gesù nel Corano », La Terra Santa, XII, n° 10, 15 octobre 1932, p. 301-30 (...)

44Dans certains articles, le musulman est présenté comme un modèle pour l’Europe déchristianisée, comme c’est le cas dans un récit très vivant consacré à un pèlerinage au sanctuaire de Nabi Mûsa63. La dévotion manifestée à travers le strict respect du Ramadan est indiquée comme un élément que les fidèles de l’Église doivent prendre pour exemple64. Le rôle de Jésus dans le Coran est en outre souligné dans plusieurs essais dans les trois versions65.

  • 66 Voir « Giorni di grazie! », La Terra Santa, II, 15 juillet 1922, p. 154-156, à propos du juif Ferd (...)

45Le thème des conversions est aussi très présent : les récits d’enfants musulmans à la charge des franciscains, d’adolescents et d’adultes musulmans et juifs venus réclamer les sacrements spontanément constellent les pages de la revue surtout dans les années 1920, où ces épisodes sont présentés selon des topoi classiques (« dons de la Providence », chemin de « conquête de la lumière »)66.

  • 67 L’utilisation du terme « schismatiques » est critiquée par Nea Sion, revue du patriarcat grec-orth (...)
  • 68 La Terre Sainte, 1937, « L’histoire diplomatique de la Custodie franciscaine de Terre sainte. »

46En ce qui concerne les autres confessions chrétiennes, les affrontements sont certes nombreux entre les frères mineurs de Saint-François et les grecs-orthodoxes qu’ils qualifient, selon la rhétorique habituelle, de « schismatiques67 », et donnent lieu à de nombreux essais indignés contre la barbarie des orthodoxes. Toute occasion est bonne pour rappeler ces vieilles querelles et ces rancœurs accumulées, au détour d’une description de sanctuaire (notamment le Saint Sépulcre et sa restauration) ou bien en insistant sur la question des firmans et capitulations accordés à la Custodie, alors que les Grecs auraient produit de faux documents justificatifs pour obtenir la garde des Lieux saints. Ainsi une chronologie des textes juridiques et diplomatiques donnés en faveur des franciscains paraît dans les pages de la revue au cours de l’année 193768.

Une revue au cœur de dynamiques politiques complexes

  • 69 « Al lettore », La Terra Santa, I, n° 12, 15 décembre 1921, p. 181-182.

47Dès le commencement, les trois revues ambitionnent de renforcer l’attention à l’actualité : « Une revue comme la nôtre manquerait à l’un de ses devoirs fondamentaux si elle délaissait l’étude des habitants et des coutumes de la Palestine69 ». Cette annonce d’ouverture se trouve nuancée, le mois suivant, par une précision rapportée au début des chroniques :

  • 70 La Terra Santa, II, 15 janvier 1922, p. 22. 

Le sort de chroniqueur en Palestine est bien triste. Il lui est interdit de commenter le mouvement social qui tend à la réorganisation du pays du fait du caractère volontairement apolitique de la revue70.

48Quoi qu’il en soit, la rubrique « Cronaca palestinese » s’étoffe, passant d’une ou deux pages à quatre ou cinq, et s’ouvrant toujours plus aux événements politiques et sociaux au lieu des seules informations d’ordre religieux.

  • 71 La Terra Santa, VIII, n° 12, 15 décembre 1927, p. 301.
  • 72 « Il nuovo Orologio del Campanile di S. Salvatore », La Terra Santa, XII, n° 8, 15 août 1932, p. 2 (...)

49La rubrique « Chronique de Palestine » est l’une des plus intéressantes : elle propose un espace où convergent des nouvelles relatives à tous les domaines de la vie sociale, politique, économique, culturelle palestinienne, souvent accompagnées de brefs commentaires au ton cinglant. Entre ces lignes, la vie ordinaire de Jérusalem se fraye un chemin. On dénonce, par exemple, le manque d’eau face à une population toujours croissante, on annonce l’état des récoltes, on décrit les conséquences du tremblement de terre du 11 juillet 1927 ou encore les réactions à l’éclipse du 8 décembre de la même année71. Les discussions au sein du conseil municipal, les faits divers, les prisons, en passant par les recensions des spectacles de théâtre ou les invitations aux représentations des enfants des orphelinats, trouvent leur place dans la rubrique des chroniques. C’est une Jérusalem où le temps est scandé par l’horloge de Saint-Sauveur, réalisée à Naples par Alfonso Sellaroli et inaugurée en 1932, remplaçant ainsi l’horloge ottomane de la porte de Jaffa, détruite dix ans plus tôt par les Anglais dans un geste hautement symbolique72.

  • 73 M., « La rivolta in Terrasanta », La Terra Santa, XVIII, n° 8, 15 août 1938, p. 245-247.

50C’est cette même vie quotidienne que la revue voit pourtant bouleversée par les affrontements entre sionistes et Arabes dans la seconde moitié des années trente73. La crise de la municipalité et l’absence d’un maire à la tête de la ville sont des indicateurs, parmi les facteurs du chaos ambiant, d’une Jérusalem sous couvre-feu. Si encore quelques numéros auparavant les bars et les cinémas étaient les symboles d’une modernité dégénérée, leur fermeture imposée par la guerre est désormais présentée comme le signal de la fin d’une sociabilité et d’un espace public collectif.

  • 74  La Terra Santa, V, n° 1, 15 janvier 1925, p. 5-6.
  • 75 Tierra Santa, VIII, février 1928, p. 47
  • 76 Voir par exemple la recension de l’« utilissimo libro » du père Berardo Maraglia, « Massoneria ed (...)
  • 77 « Il Cinematografo sionista di Gerusalemme coopera validamente riproducendo dei film che farebbero (...)
  • 78 « La stampa ebraica », La Terra Santa, IV, n° 9, 15 septembre 1924, p. 236.

51Dans ce cadre, la condamnation des autorités mandataires et du mouvement sioniste est presque totale. Tout en craignant la censure explicite de certains numéros74, mois après mois, le ressentiment anti-britannique et l’antisionisme – plus encore que l’anti-communisme, néanmoins présent, surtout dans les pages de Tierra Santa où il est assimilé à une maladie – deviennent de plus en plus évidents. Puisant dans le riche inventaire des stéréotypes de l’antijudaïsme chrétien, on retrouve aussi dans les trois éditions la dénonciation d’un complot judéo-bolchévico-maçonnique, un « virus75 » diffusé dans l’objectif de renverser l’ordre mondial76 et de mener à une rapide dégénérescence des traditions en Palestine77, comme le démontrent, selon les frères, les insultes à la religion chrétienne dont la presse juive est parsemée78.

  • 79 La Terra Santa, VII, n° 1, 15 janvier 1927, p. 23. Asher Zvi Hirsch Ginsberg-Ahad Ha’am (en hébreu (...)
  • 80 M., « Le scuole cattoliche in Palestina », La Terra Santa, XV, n° 2, 15 février 1935, p. 37-39.

52Les juifs sont le plus souvent décrits comme des personnages négatifs et avides, porteurs du stigmate de la crucifixion du Christ. Une des rares exceptions à ce ton se trouve à l’occasion de la mort d’Ahad Ha’am « une des figures parmi les plus puissantes du sionisme79 ». À la lecture de la revue, le gouvernement mandataire serait alors l’allié des sionistes, et à cette politique s’ajouterait, selon les rédacteurs, la volonté de faire obstacle aux institutions de l’Église, notamment les écoles80, et de réviser le statu quo des Lieux saints au préjudice des catholiques. Le mandat est ainsi le « sceau d’une autre tombe où la vermine pourra désormais œuvrer en paix ». Cette lecture du développement du sionisme et la condamnation de la politique mandataire rompent avec l’idée d’une Palestine représentée comme figée dans le temps.

  • 81 Voir par exemple : M., « I puritani dell’Islam », La Terra Santa, XIV, n° 6, 15 juin 1934, p. 169- (...)

53L’histoire du temps présent entre dans LTS : la revue relate les affrontements des années vingt, en particulier les émeutes pour l’accès au Mur des Lamentations en 1929 et la Grande Révolte de 1936-1939. Son regard reste le plus souvent centré sur la situation politique palestinienne, à l’exception de quelques articles et chroniques qui rendent compte des mouvements dans la région81.

  • 82 « Ai nostri lettori », La Terra Santa, XIX, n° 9-12, 15 septembre-décembre 1939.

54L’irruption de la Deuxième Guerre mondiale impose le ralentissement82 puis l’interruption des publications à partir du printemps 1940 jusqu’en 1946 pour les éditions espagnole et italienne, et 1955 pour l’édition française. La guerre de Palestine à partir de l’automne 1947 occupe les pages de LTS à la fin des années 1940.

De Jérusalem à l’Europe des totalitarismes

  • 83 La Terra Santa, V, n° 11, 15 novembre 1925, p. 261 : « Il 6, giunse notizia del pericolo dal quale (...)
  • 84 La Terra Santa, XX, n° 1, 15 janvier 1940. Sur la politicisation du culte de François d’Assise, vo (...)

55Comme énoncé plus haut, les trois versions linguistiques mettent en lumière des tendances patriotiques propres, chaque édition cherchant à suivre au plus près les préoccupations de son lectorat national, au-delà du réservoir commun d’informations liées aux événements locaux et à la situation sur place. Ainsi les développements du fascisme ainsi que sa politique coloniale et religieuse viennent occuper une place spécifique au sein de La Terra Santa. L’appui au régime fasciste, conduit par le « Duce provvidenziale83 », devient vite manifeste. La nationalisation du culte de saint François opéré par le Saint-Siège et le régime fasciste émerge dans les pages de la revue. On publie des poésies envoyées par des lecteurs italiens, en particulier à l’occasion de la proclamation de saint François comme patron d’Italie en 1939, « le plus saint des Italiens, le plus italien parmi les saints84 ».

  • 85 Tierra Santa reproduit ainsi la « Carta Colectiva del Episcopado Español a los de todo el mundo co (...)
  • 86 Tierra Santa, XIX, septembre-octobre 1939, p. 275-279.
  • 87 F. L. Polo, Fray León Villuendas Polo: Catolicismo y Nación, dans XILOCA, 22, novembre 1998, p. 11 (...)

56Tierra Santa de son côté assure une couverture détaillée de la guerre civile espagnole, en particulier des meurtres de religieux dont elle publie à plusieurs reprises la liste des noms85. Un traitement qui, s’il fait sens dans la mesure où il s’agit de défendre les intérêts du catholicisme face à ce qui est perçu comme la barbarie rouge, peut sembler un peu surprenant, compte tenu de la distance géographique et du décalage par rapport aux objectifs premiers du périodique. De fait, au cours de ces années 1936-1940, l’édition espagnole de la revue est moins l’émanation de l’entité protectrice des Lieux saints en Orient qu’un des nombreux organes faisant écho au message, politisé, de l’Église. Elle se fait le relais de différentes communications de Pie XI et Pie XII, et ne tarde pas à soutenir sans réserve le mouvement nationaliste en Espagne, incarné par le général Franco. L’exaltation de l’Espagne catholique glorieuse prend le pas sur les informations propres à la Terre sainte, au point de voir la quantité d’actualités ainsi que le traitement des troubles entre Arabes et Juifs passer au second plan. Les paroles du Caudillo trouvent une place de choix au sein des pages du périodique, et la communauté espagnole en Palestine est plus souvent mise en valeur, notamment à travers le compte rendu des célébrations de la Vierge du Pilier86, une des patronnes du pays. Cette inclination s’explique peut-être aussi par la nomination du frère Leon Villuendas Polo (1885-1968, il est aussi évêque de Teruel à partir de 1944) comme directeur de la revue de novembre 1937 à juillet 1939. Comptant parmi les principaux collaborateurs de la revue depuis sa création à laquelle il donne de nombreux articles littéraires et historiques, il est aussi un ardent défenseur de la cause chrétienne en tant que combat politique, à travers le mouvement du nacionalcatolicismo et la légitimation du pouvoir franquiste87.

  • 88 Bottini et al. 2012, p. 97-106.

57Le lien avec les communautés des frères mineurs de France, d’Espagne et d’Italie ne s’affaiblit pas après 1946. Bien au contraire, la revue se tourne encore plus vers un public européen, puisqu’au cours du second XXe siècle apparaissent des périodiques semblables, édités hors de Jérusalem et dans de nouvelles langues : Im Land des Herrn en Allemagne (1946), L-Art-Imqaddsa à Malte (1955), The Holy Land Review à Washington (1975) et Ziemia Swietia en Pologne (1995), ainsi qu’une édition numérique de LTS en portugais (au cours des années 2010), s’ajoutent au panorama des revues venant illustrer l’œuvre de la Custodie en Terre sainte88. En outre, dès 1940 les franciscains éditent un mensuel en langue arabe, As-Salām wal-Kheir, (« Paix et bien », d’après la devise de l’ordre) qui vient combler le vide de publication à destination des populations chrétiennes orientales.

Une revue, trois revues : langues, savoirs et nationalismes dans une revue multiple

58Loin de n’être qu’une revue missionnaire parmi tant d’autres, LTS s’est affirmée au cours de son histoire comme un objet éditorial multiforme dont l’analyse permet de croiser les champs de la recherche en histoire politique, religieuse, culturelle et sociale. À la fois voix de la Custodie à destination des fidèles européens et arme dans le dialogue tendu qu’elle mène avec les autres communautés religieuses de la Ville sainte, la tentation peut être forte de la limiter à sa dimension d’organe officiel de la présence franciscaine dans la région. En effet les sujets abordés – qu’ils concernent le Proche-Orient ou le reste du monde –, le point de vue ainsi que les styles d’écriture adoptés concourent à forger l’image d’un périodique manifestement orienté vers les intérêts particuliers des religieux de Terre sainte. Ces intérêts sont souvent cachés derrière une nostalgie d’un passé idéalisé et anhistorique.

59Cependant les dynamiques multiples et complexes qui parcourent la revue durant sa longue existence interdisent de s’arrêter à cette conclusion : LTS se fait l’écho des transformations à l’œuvre dans la société palestinienne ainsi que de l’évolution des relations entre cette société et les autres, notamment à Jérusalem dont elle livre un témoignage vivant au fil de ses pages. L’ancrage au sein des études bibliques s’accompagne d’articles et de commentaires sur les évolutions politiques en Palestine et sur les événements en cours en Europe. Cela est particulièrement évident à partir de la fin des années 1920, quand les ruptures portées au fragile équilibre ottoman par les politiques mandataires deviennent de plus en plus profondes, et que les processus d’identification sont davantage marqués d’un point de vue confessionnel. Les appartenances linguistiques signalent des revendications nationales, en compétition les unes avec les autres. Dans ce contexte, les différences linguistiques à l’intérieur de la Custodie franciscaine, représentées aussi dans les éditions de LTS, deviennent l’expression d’une compétition entre nationalismes européens, particulièrement aiguë à partir des années 1930. La diffusion de la revue renforce ces appartenances et ces conflits dans les commissariats franciscains au Moyen-Orient mais aussi en Europe et en Afrique du Nord : la revendication d’un rôle de l’Italie fasciste au Levant et la mobilisation à la faveur de la conquête coloniale de Mussolini dans la Corne de l’Afrique animent certains articles de l’édition italienne. À la différence des représentations contenues dans les articles des années 1920, pour les auteurs de la revue, l’Orient n’est plus « immobile » ou, pour le dire autrement, le discours sur l’Orient doit être « mobilisé » et utilisé, aussi par les institutions religieuses, au service des ambitions nationalistes fascistes, italiennes et espagnoles.

60Ces positions deviennent anachroniques après la tourmente de la deuxième guerre mondiale, la Shoah, les bouleversements de la guerre palestinienne et la naissance de l’État d’Israël. D’où repartir après ? Comment se positionner face au conflit israélo-palestinien ? Ces questions reviennent surtout dans les années cinquante et après les nouveaux changements engendrés par la guerre de juin 1967.

61La revue continue à vivre autour de plusieurs pôles, Jérusalem et les territoires d’extension de la Custodie, mais aussi l’Italie, la France et l’Espagne. Le transfert des rédactions des éditions italienne et espagnole à Milan et à Madrid en 2005 signale la conclusion d’un processus interne à l’histoire entière de la revue. Aujourd’hui, seule l’édition française maintient son poids spécifique à Jérusalem. Elle constitue dès lors une source documentaire originale tant pour l’historien que pour l’anthropologue, dont la richesse met en évidence la pertinence d’entreprendre des études systématiques sur les revues missionnaires en Orient : ces dernières, situées à mi-chemin entre les recherches les plus érudites et les croyances les plus folkloriques, entre le spectre d’une éternité fictive et l’inévitable pression de l’actualité, sont autant de témoignages de l’histoire plurielle de cette région multiculturelle.

Bibliographie

Ouvrages à caractère de source

Arce 1969 = A. Arce, Catalogus descriptivus illustratus operum in Typographia Ierosolymorum Franciscali Impressorum, I, 1847-1880, Jérusalem, Imprimerie des pères franciscains, 1969.

Maiarelli 2012 = A. Maiarelli (dir.), L’Archivio Storico della Custodia di Terra Santa, Milan, Terra Santa Edizione, 2012.

Études secondaires

Arce 1946 = A. Arce, Centenario de la Imprenta franciscana de Jerusalén 1847-1947, Tierra Santa, XXV, novembre-décembre 1946, p. 34-41.

Baratto 1982 = C. Baratto, La tipografia editoriale della Custodia di Terra Santa “Franciscan Printing Press”, Jérusalem, 1982.

Baratto 1983 = C. Baratto, La tipografia francescana di S. Salvatore, dans M. Piccirillo, La Custodia di Terra Santa e l’Europa. I rapporti politici e l’attività culturale dei Francescani in Medio Oriente, Rome, 1983, p. 207-211.

Bloquet 2019a = M. Blocquet, L’imprimerie franciscaine de Jérusalem au service de la Terre sainte (1846-1969), dans Positions des thèses soutenues par les élèves de la promotion de 2019 pour obtenir le diplôme d’archiviste paléographe, Paris, 2019, p. 43-53.

Bloquet 2019b = M. Blocquet, « Un royaume de papier » : naissance et essor de l’Imprimerie des Pères franciscains de Jérusalem (1846-1969), dans Études franciscaines, nouvelle série, 12-2, 2019, p. 397-407.

Camorani 2013 = M. Camorani, Il primo secolo della tipografia francescana Franciscan Printing Press dal 1846 al 1947, mémoire de master, Université catholique du Sacré-Cœur de Milan, 2013.

Leonetti – Saviotti 2020 = A. Leonetti, P. Saviotti, Un cimelio della antica tipografia francescana di Gerusalemme. Analisi del torchio manuale in ghisa, dans Gutenberg Jahrbuch, 95, 2020, p. 152-162.

Leonetti 2018 = A. Leonetti, Tra editoria pedagogica e stampa missionaria: le origini della Franciscan Printing Press di Gerusalemme, dans J. M. Hernandez Diaz (dir.), Prensa pedagogica, mujeres, niños, sectores populares y otros fines educativos, Salamanque, 2018, p. 531-540.

Mombelli 1934 = A. Mombelli, La Custodia di Terra Santa, Jérusalem, 1934, p. 84-87.

Général :

Auji 2016 = H. Auji, Printing Arab modernity. Book culture and the American press in Nineteenth-Century Beirut, Leyde-Boston, 2016 (Arts and Archaeology of the Islamic World, 7).

Ayalon 2004 = A. Ayalon, Reading Palestine. Printing and literacy, 1900-1948, Austin, 2004.

Bottini et al. 2012 = G.C. Bottini, G. Caffulli, A. Cordero Lanza di Montezemolo et al., Una voce per la Terra santa. Atti del convegno “Dalla notizia alle notizie”. 90 anni della rivista Terrasanta (1921-2011). Pontificia Università Antonianum, Roma, 21 ottobre 2011, Milan, 2012.

Bourmaud 2012 = Ph. Bourmaud, “A son of the country”, Dr Tawfiq Canaan, modernist physician and Palestinian ethnographer, dans G. Shafir, M. Levine (dir.), Struggle and Survival in Palestine/Israel, Berkerley, 2012, p. 104-124.

Buffon 2003 = G. Buffon, Les franciscains en Terre sainte (1869-1889). Religion et politique : une recherche institutionnelle (1869-1889), Paris, 2003.

Caliò – Rusconi 2011 = T. Caliò, R. Rusconi (dir.), San Francesco d’Italia. Santità e identità nazionale, Rome, 2011.

Dakhli 2018 = L. Dakhli, The Tipografia di Terra Santa: men at work (1847-1930), dans A. Dalachanis, V. Lemire (dir.), Ordinary Jerusalem 1840-1940. Revisiting a global city, Layde, 2018, p. 352-365.

Dakhli 2020 = L. Dakhli, Between local power and global politics: playing with languages in the Franciscan Printing Press of Jerusalem, dans K. Sanchez Summerer, T. Baarda, H. Murre-van den Berg (dir.), Arabic and its alternatives: religious minorities and their languages in the emerging nation states of the Middle East (1920-1950), Layde, 2020, p. 287-302.

Delpal 2005 = B. Delpal, L’imprimerie catholique et la bibliothèque Orientale à Beyrouth, dans E. Fouilloux, B. Hours (dir.), Les jésuites à Lyon, XVIe-XXe siècle, Lyon, 2005, p. 161-172.

Fouilloux 2002 = E. Fouilloux, Les Échos d’Orient (1897-1908), dans B. Hölzer (dir.), Mgr Petit, assomptionniste, fondateur des « Échos d’Orient », archevêque latin d’Athènes (1868-1927). Actes du colloque, Rome, 15-17 décembre 1997, Rome, 2002, p. 69-86.

Hauptmann 2015 = G. Hauptmann, Barnabé d’Alsace, François Joseph Meistermann 1850-1923 dans les pas de saint François d’Assise, s.l., 2015.

Jensz – Acke 2013 = F. Jensz, H. Acke, Missions and media: the politics of missionary periodicals in the long nineteenth century, Stuttgart, 2013.

Khachatryan 2018 = A. Khachatryan, The St. James Armenian Printing Press in Jerusalem: Its scientific and educational activities, 1833-1933, dans A. Dalachanis, V. Lemire (dir.), Ordinary Jerusalem 1840-1940. Revisiting a global city, Layde, 2018, p. 366-383.

Laurens 1999 = H. Laurens, La Question de Palestine, 1, L’invention de la Terre sainte (1799-1922), Paris, 1999.

Laurens 2010 = H. Laurens, L’Orient arabe. Arabisme et islamisme de 1798 à 1945, Paris, 2015.

Legrand – Croce 2010 = H. Legrand, G.-M. Croce (dir.), L’Œuvre d’Orient : solidarités anciennes et nouveaux défis, Paris, 2010.

Löffler 2006 = R. Löffler, The metamorphosis of a pietistic missionary and educational institution into a social services enterprise: the case of the Syrian orphanage (1860-1945), dans H. Murre-van den Berg (dir.), New faith in ancient lands. Western missions in the Middle East in the nineteenth and twentieth centuries, Layde-Boston, 2006, p. 151-174.

Makdisi 2008 = U. Makdisi. Artillery of heaven: American missionaries and the failed conversion of the Middle East, Ithaca, 2008.

Nassar 1996 = I. Nassar, Photographing Jerusalem: the image of the city in nineteenth-century photography, Lewiston, 1996.

Nassar 2006 = I. Nassar, “Biblification” in the service of colonialism: Jerusalem in nineteenth‐century photography, dans Third Text, 20-3, 2003, p. 317-326.

Okkenhaug 2002 = I.M. Okkenhaug. The Quality of Heroic Living, of High Endeavour and Adventure: Anglican Mission, Women and Education in Palestine, Layde, 2002.

Pieraccini 2006 = P. Pieraccini, Il ristabilimento del Patriarcato latino di Gerusalemme e la Custodia di Terra Santa. La dialettica istituzionale al tempo del primo patriarca, mons. Giuseppe Valerga (1847-1872), Le Caire-Jérusalem, 2006.

Pieraccini 2019 = P. Pieraccini, Catholic missionaries of the “Holy Land” and the Nahda: the case of the salesian society (1904-1920), in Ph. Bourmaud, K. Sanchez Summerer (dir.), Missions, powers, Arabization, dossier dans Social Sciences and Missions, 32, 3-4, p. 311-341.

Rioli 2017 = M.C. Rioli, The “new Nazis” or the “People of our God”? Jews and Zionism in the Latin Church of Jerusalem, 1948-1962, dans The Journal of Ecclesiastical History, 68-1, 2017, p. 81-107.

Rioli 2018 = M.C. Rioli, Introducing Jerusalem. Visiting cards and urban identities at the turn of the 20th century, dans A. Dalachanis, V. Lemire (dir.), Ordinary Jerusalem 1840-1940. Revisiting a global city, Layde, 2018, p. 29-49.

Rioli 2021 = M.C. Rioli, A Liminal Church: Refugees, Conversions and the Latin Diocese of Jerusalem, 1946-1956, Layde, 2021.

Rioli – Castagnetti 2021 = M.C. Rioli, R. Castagnetti, Sound Power: Musical Diplomacy within the Franciscan Custody in Mandate Jerusalem, dans K. Sanchez Summerer, S. Zananiri (dir.), European Cultural Diplomacy and Arab Christians in Palestine, 1918-1948: Between Contention and Connection, Londres, p. 79-103.

Sanbar 2014 = E. Sanbar, The invention of the Holy Land, dans B. Stora, A. Meddeb (dir.), A history of Jewish-Muslim relations: from the origins to the present day, Princeton, 2014, p. 292-296.

Sanchez Summerer – Zananiri 2021 = K. Sanchez Summerer, S. Zananiri, Imaging and Imagining Palestine Photography, Modernity and the Biblical Lens, 1918-1948, Layde, 2021.

Suleiman 2009 = M.B. Suleiman, Early printing presses in Palestine: a historical note, dans Jerusalem Quarterly, 36, 2009, p. 79-91.

Tamari 2004 = S. Tamari, Lepers, lunatics and saints: the nativist ethnography of Tawfiq Canaan and his Jerusalem circle, dans Jerusalem Quarterly, 20, 2004, p. 24-43.

Wallach 2020 = Y. Wallach, A city in fragments: urban text in modern Jerusalem, Stanford, 2020.

Yazbak 1999 = M. Yazbak, Templers as proto-Zionists? The “German colony” in late Ottoman Haifa, dans Journal of Palestine Studies, 28, 4, 1999, p. 40-54.

Notes

1 L’histoire des imprimeries au Moyen-Orient a connu un intérêt historiographique croissant dans les dernières décennies. Voir en particulier Auji 2016 ; Suleiman 2009 ; Delpal 2005 et Ayalon 2004.

2 Jensz – Acke 2013, p. 10.

3 Traditionnellement, on fait remonter l’origine de la Custodie franciscaine de Terre sainte à 1217 et à François d’Assise. Depuis 1342, les frères mineurs sont les gardiens officiels des Lieux saints. Aujourd’hui la Custodie est présente en Israël, Palestine, Jordanie, Syrie, Liban, Égypte et les îles de Chypre et Rhodes. Sur l’histoire de cette province, voir Pieraccini 2006 et Buffon 2003.

4 Dans ce chapitre on utilisera l’acronyme LTS quand il sera fait référence aux trois versions linguistiques dans leurs caractères communs.

5 L’histoire de la Franciscan Printing Press (FPP), comme elle est appelée plus tard, peut être reconstruite à travers les archives conservées au couvent de Saint-Sauveur à Jérusalem, mais aussi par des sources imprimées et des archives privées. L’inventaire des archives de la FPP, rédigé par F. Sergey Loktionov, n’est pas inclus dans le monumental inventaire en trois volumes des archives custodiales. Voir Maiarelli 2012. Pour un approfondissement sur l’histoire de cette entreprise éditoriale voir la bibliographie présentée à la fin de ce chapitre. Le travail de recherche et de valorisation conduit par Edoardo Barbieri, directeur du Centro di ricerca europeo libro, editoria, biblioteca au sein de l’université catholique de Milan, est fondamental (voir Camorani 2013). Notre contribution s’insère aussi dans la recherche conduite par Maria Chiara Rioli avec Leyla Dakhli sur l’histoire de l’imprimerie franciscaine de Terre sainte, dans le cadre du projet ERC Open Jerusalem: Opening Jerusalem Archives for a connected history of ‘citadinité’ in the Holy City 1840-1940, dirigé par Vincent Lemire et hébergé par l’université de Paris-Est Marne-la-Vallée (2014-2019). Autour de la politique culturelle de la Custodie, voir aussi Rioli – Castagnetti 2021. On signale aussi le colloque pour le centenaire de l’établissement de la revue, organisé en 2021 par les rédactions de LTS.

6 Voir Archivio della congregazione de Propaganda fide, SC Terra Santa e Cipro, vol. 24, fra Remigio Buselli au card. Alessandro Barnabò, 29 mai 1866, f. 59-68.

7 Laurens 1999 et Sanbar 2014.

8 Sur la Nahda et les institutions catholiques en Palestine, voir Pieraccini 2019.

9 Pieraccini 2006.

10 Suleiman 2009, p. 83-84.

11 Löffler 2006.

12 Pour l’imprimerie catholique fondée par les pères jésuites de Beyrouth en 1853, voir Delpal 2005. L’imprimerie dominicaine de Mossoul, créée en 1860, est étudiée dans le présent volume.

13 Pour des éléments sur ces ouvrages, voir Dakhli 2020.

14 Pour une analyse du vaste répertoire de cartes de visite à Jérusalem, voir Wallach 2020 et Rioli 2018.

15 Parmi ces ouvrages de référence doivent être remarqués le grand Dizionario italiano-arabo (1878) et le surprenant Dictionnaire français-arabe-italien-turc (1880) : Dakhli 2020.

16 Dakhli 2018(b).

17 À l’exception de la longue contribution de P. Pieraccini, Il custodiato di Fernandino Diotallevi (1918-1924) e la nascita della rivista La Terra Santa (15 gennaio 1921), dans Bottini et al. 2012, p. 25-84.

18 Voir Fouilloux 2002.

19 Sur la guerre de 1947-1949 en Palestine et l'Église catholique, voir Rioli 2021.

20 Rioli 2017, p. 100-104.

21 Il n’a pas été possible d’établir avec certitude qu’il s’agisse de l’Œuvre des écoles chrétiennes d’Orient, ou qu’il y ait existé un lien organique entre les deux.

22 La Terre Sainte, Royaume de Marie, année I, n° 2, 25 décembre 1865, p. 16 : « L’apparition de notre petit journal semble combler un vide et satisfaire les désirs de tous les cœurs pieux… Cela ressort des lettres qu’on m’adresse : tout le monde veut se consacrer à l’amour des Saints-Lieux et de nos martyrs de la Terre Sainte. »

23 La Terre Sainte et les Églises orientales (1869-1865) ; La Terre Sainte ! (1875-1888) ; Revue Illustrée de la Terre Sainte et de l’Orient catholique (1888-1895) et enfin La Terre Sainte : revue illustrée de l’Orient chrétien (1895-1907).

24 La Terre Sainte, 15 juillet 1875, année I, n° 1 : « Notre modeste revue s’efforcera de satisfaire tous ces pieux désirs, en donnant aux premiers [ex-pèlerins] un souvenir, aux seconds [pèlerins en préparation] un encouragement, aux derniers enfin [ceux qui ne peuvent aller en Terre sainte] un dédommagement à leurs justes regrets. »

25 Bottini et al. 2012, p. 28.

26 Saint François et la Terre Sainte, I, n° 1, mai 1891, p. 2.

27 Sur la figure et le rôle de Golubovich voir dans ce volume la contribution de Riccardo Saccenti, Writing the history of the East from Francis of Assisi’s Perspective .

28 Les citations de ce paragraphe sont extraites de « Notre programme », La Terre Sainte, I, n° 1, 15 janvier 1921, p. 3-5.

29 Bottini et al. 2012, p. 16-27.

30 Réuni à fréquence régulière, le Discrétoire de Terre sainte est le conseil assistant le custode dans toutes ses prises de décision. Afin de respecter le caractère international de la Custodie, il se compose obligatoirement au début du XXe siècle de deux franciscains italiens (dont le custode), deux Espagnols (dont le procureur), deux Français (dont le vicaire custodial) et un Allemand. Le Discrétoire s’ouvre par la suite à d’autres nationalités, en accueillant un franciscain anglophone (1921) puis des frères mineurs arabophones.

31 ASCTS, fondo « Tipografia », Miscellanea, 5, 1931-1941 : Abbonati alla rivista Terra Santa. Les archives de la revue sont assez lacunaires au sein du fonds de la FPP : s’il est possible d’imputer ces manques à des pertes consécutives aux déménagements des archives ou bien aux combats de 1948, la raison exacte de cette disparition des informations reste à ce jour inconnue.

32 Cf. la lettre d’Ibrahim Sartuf sur Terra Santa, 15 janvier 1923, n° 1, p. 17-21, parue aussi en français et espagnol au même moment.

33 ASCTS, fondo « Tipografia », Spedizioni e fatture, 3, 1919 lug.-1932 dic. : Registro delle spedizioni dell’introito attivo.

34 Ibid. Pour comprendre mieux ces différences, en novembre 1953, soit sept ans après sa reprise suite à l’interruption de la guerre, la revue espagnole est imprimée en 10 000 exemplaires. ASCTS, fondo « Tipografia », Introito passivo, 7, 1947 gen.-1953 dic. : « Introito passivo ».

35 ASCTS, fondo « Tipografia », Registro del lavoro 2, 1935 gen.-1940 : Rivista di Terra Santa.

36 G. Cavaterra, « Gerusalemme liberata », La Terra Santa, I, n° 6, 15 juin 1921, p. 85.

37 Yazbak 1999 ; Makdisi 2008.

38 « San Luis Rey de Francia y las Cruzadas », Tierra Santa, XII, septembre 1932, p. 219-222.

39 La Terre Sainte, VIII, n° 3 et 4, mars et avril 1928, p. 57-60 et 78-82, « Le Martyrologe ou le livre d’or de la Custodie de Terre sainte » et id., XVII, n° 5, 15 mai 1937, p. 101-106, « Sanguis Martyrum ».

40 Sur le massacre de Damas, voir Laurens 2010, p. 65-70.

41 La Terra Santa, I, n° 5, 15 mai 1921, p. 97 ; La Terre Sainte, V, 15 septembre 1925, « Les Vénérables Emmanuel Ruiz et compagnons, martyrs de Damas, en 1860 », p. 205-210. En outre, le numéro spécial du 15 mai 1927 leur est consacré dans les trois éditions.

42 Notons parmi ces guides : F. Liévin de Hamme, Guide Indicateur des Lieux saints, quatre éditions entre 1869 et 1898, traduit en italien, anglais et allemand ; P. Donato Baldi, Piccola guida di Terra Santa, Tip. dei PP. Francescani, 1921 ; P. Paulin Lemaire, Petit guide de Terre sainte, cinq éditions entre 1930 et 1961.

43 La publication à Paris en 1904 d’un guide de Terre sainte édité par des professeurs de Notre-Dame-de-France donne lieu à une querelle opposant les franciscains aux assomptionnistes et dominicains : ses auteurs, reprenant les conclusions des travaux de l’École biblique de Jérusalem, remettent alors en cause la localisation traditionnelle de sites catholiques majeurs à Jérusalem et en Palestine (l’Emmaüs, la Voie douloureuse, le prétoire de Pilate ou encore le palais de Caïphe). En guise de réponse sont immédiatement publiés « Le Tombeau de la Vierge » (P. Meistermann) et « Le Palais de Caïphe » (P. Urbain Coppens), critiquant la méthode scientifique des assomptionnistes (ministère des Affaires étrangères, Archives des postes, Jérusalem, 294PO/A/81).

44 Tierra Santa, IX, n° 1, 15 janvier 1929, p. 1 : « Al lector ».

45 La Terre Sainte, XIII, n° 12, décembre 1933, p. 291- 298 ; id., XV, n° 12, décembre 1935, p. 273-278 et id., XVI, n° 1, janvier 1936, p. 7-13.

46 Le R.P. Prosper-Marie Viaud (1852-1932) est professeur puis directeur du collège Saint-Antoine de Padoue à Alep (1898-1900). Il s’illustre par ses fouilles archéologiques au mont Sion (1891-1893) et à Nazareth (1889, 1906-1912) et en tant que fondateur et conservateur du premier musée de Terre sainte à la Flagellation jusqu’en 1929 (La Terre Sainte, XII, mai 1932, p. 97-104).

47 Pour des éléments biographiques sur les pères Paul Cheneau et Gaudenzio Orfali, se reporter à La Terre Sainte, VI, n° 4-5-6, avril-mai-juin 1926, p. 111-120.

48 Après un parcours missonnaire en Chine, le père Barnabé Meistermann d'Alsace (1850-1923) entre en 1893 à la Custodie de Terre sainte où il occupe concomitamment les fonctionss de bibliothécaire du couvent de Saint-Sauveur et de professeur en matière biblique, puis en archéologie biblique, auprès des élèves du séminaire (Hauptmann 2015). C'est aussi un auteur prolifique.

49 Plus de quarante ans après sa publication, Orientalism de Edward W. Saïd (New York, 1978) continue à fournir des éléments fondamentaux à l’analyse et la déconstruction de ces documents.

50 La Terre Sainte, II, 15 janvier 1922, p. 17-19. La même année, un autre article porte le titre « L’Orient immobile », cette fois-ci consacré aux sépultures à Jérusalem (La Terre Sainte, II, n° 8, 15 août 1922, p. 186-189).

51 La Terre Sainte, II, 15 février 1922, p. 44-45.

52 Ibid.

53 Fondé en 1865, le PEF est la plus ancienne organisation créée pour étudier la région du Levant connue sous le nom de Palestine, avec l’objectif d’effectuer et de publier des recherches topographiques et ethnologiques. Elle devient une référence : par exemple Felicity Cobbing, The Palestine Exploration Fund: the collections of an historic learned society in London, Journal of Eastern Mediterranean Archaeology & Heritage Studies, vol. 5, n° 1,‎ 2017, p. 75-87 et John James Moscrop, Measuring Jerusalem: the Palestine Exploration Fund and british interests in the Holy Land, Leicester University Press, 2000.

54 A home in the Holy Land: a tale illustrating customs and incidents in modern Jerusalem, New York, 1882 ; Palestine peasantry: note on their clans, warfare religion, and laws, London-Edinburgh, 1923.

55 Voir Bourmaud 2012.

56 Tamari 2004, p. 36.

57 Ces images, sorties de tout contexte historique dans leur fixité silencieuse, sont communes à une photographie « biblifiée » de la Palestine tardo-ottomane et mandataire. Voir Sanchez Summerer – Zananiri 2021 ; Nassar 2006 et 1996.

58 Spigolature orientali, La Terra Santa, XV, n° 2, 15 février 1935, p. 39-42.

59 Sur genre, éducation et missions chrétiennes, voir Okkenhaug 2002.

60 M., « L’emancipazione della donna », La Terra Santa, XVII, n° 8, 15 août 1937, p. 273-276.

61 M., « Ritratto dei beduino perfetto », La Terra Santa, XIII, n° 3, 15 mars 1933, p. 87-89.

62 M., « Il buon costume in Palestina », La Terra Santa, XII, n° 9, 15 septembre 1932, p. 276-278.

63 La Terra Santa, I, n° 5, 15 mai 1921, p. 79-80 : « Quelle leçon constituent pour tous les chrétiens l’attitude respectueuse de ce peuple non chrétien, sa foi et les multiples sacrifices auxquels il s’expose pour venir pour la vingtième ou cinquantième fois déposer sur la tombe présumée de Moïse ses vœux, ses prières, ses sacrifices ! […] Combien de chrétiens n’en deviendraient pas meilleurs en y repensant ! »

64 « La Quaresima dei mussulmani », La Terra Santa, XII, n° 2, 15 février 1931, p. 51-53

65 Voir par exemple : M., « Gesù nel Corano », La Terra Santa, XII, n° 10, 15 octobre 1932, p. 301-303.

66 Voir « Giorni di grazie! », La Terra Santa, II, 15 juillet 1922, p. 154-156, à propos du juif Ferdinando Tlumak, originaire de Bucovine, baptisé à Saint-Sauveur.

67 L’utilisation du terme « schismatiques » est critiquée par Nea Sion, revue du patriarcat grec-orthodoxe, dans le numéro de mars 1922. À cette attaque les éditions espagnole et italienne répondent en affirmant que le terme ne figure qu’en français « en raison d’une inadvertance quelconque. C’est un mot qui offense nos frères séparés et que la charité chrétienne nous interdit d’utiliser » (La Terra Santa, II, 15 mai 1922, n° 5, p. 116-117 et Tierra Santa, II, 15 mai 1922, n° 5, p. 117). Malgré cette rectification, le mot reste en usage dans les trois éditions de la revue au cours des années suivantes.

68 La Terre Sainte, 1937, « L’histoire diplomatique de la Custodie franciscaine de Terre sainte. »

69 « Al lettore », La Terra Santa, I, n° 12, 15 décembre 1921, p. 181-182.

70 La Terra Santa, II, 15 janvier 1922, p. 22. 

71 La Terra Santa, VIII, n° 12, 15 décembre 1927, p. 301.

72 « Il nuovo Orologio del Campanile di S. Salvatore », La Terra Santa, XII, n° 8, 15 août 1932, p. 228-229.

73 M., « La rivolta in Terrasanta », La Terra Santa, XVIII, n° 8, 15 août 1938, p. 245-247.

74  La Terra Santa, V, n° 1, 15 janvier 1925, p. 5-6.

75 Tierra Santa, VIII, février 1928, p. 47

76 Voir par exemple la recension de l’« utilissimo libro » du père Berardo Maraglia, « Massoneria ed ebraismo nella vita e nella storia contemporanea. Fatti e commenti » (La Terra Santa, VII, n° 1, 15 janvier 1927).

77 « Il Cinematografo sionista di Gerusalemme coopera validamente riproducendo dei film che farebbero arrossire anche i porci » (La Terra Santa, VII, n° 3, 15 mars 1927, p. 72).

78 « La stampa ebraica », La Terra Santa, IV, n° 9, 15 septembre 1924, p. 236.

79 La Terra Santa, VII, n° 1, 15 janvier 1927, p. 23. Asher Zvi Hirsch Ginsberg-Ahad Ha’am (en hébreu : « Un du peuple ») (1856-1917), penseur nationaliste juif, fut le leader du mouvement des Amants de Sion pronant un « retour vers Sion » à la suite d’émeutes anti-juives dans les années 1880.

80 M., « Le scuole cattoliche in Palestina », La Terra Santa, XV, n° 2, 15 février 1935, p. 37-39.

81 Voir par exemple : M., « I puritani dell’Islam », La Terra Santa, XIV, n° 6, 15 juin 1934, p. 169-171, sur le wahabisme.

82 « Ai nostri lettori », La Terra Santa, XIX, n° 9-12, 15 septembre-décembre 1939.

83 La Terra Santa, V, n° 11, 15 novembre 1925, p. 261 : « Il 6, giunse notizia del pericolo dal quale, per grazia di Dio, era scampato il primo Ministro italiano B. Mussolini. La setta diabolica, nemica di Dio e della Patria, sperava suscitare, con la morte del Duce provvidenziale, la rivoluzione in Italia e precipitare nel disordine la Nazione. L’attentato fu scoperto in tempo. »

84 La Terra Santa, XX, n° 1, 15 janvier 1940. Sur la politicisation du culte de François d’Assise, voir Caliò et Rusconi, 2011.

85 Tierra Santa reproduit ainsi la « Carta Colectiva del Episcopado Español a los de todo el mundo con el motivo de la guerra en España » entre octobre 1937 et mars 1938. Elle publie aussi le récit « Un año en el infierno rojo » par le frère Antonio Ruiz, témoignage des événements espagnols, entre février et novembre 1938. On se reportera au numéro de novembre-décembre 1939, p. 312-314, pour la liste « 216 franciscanos martirizados por las hordas comunistas ».

86 Tierra Santa, XIX, septembre-octobre 1939, p. 275-279.

87 F. L. Polo, Fray León Villuendas Polo: Catolicismo y Nación, dans XILOCA, 22, novembre 1998, p. 115-128 [en ligne, disponible sur http://xiloca.org/data/Bases%20datos/Xiloca/720.pdf, consulté le 20 octobre 2017].

88 Bottini et al. 2012, p. 97-106.

Table des illustrations

Titre Couverture de La Terra Santa, 1924
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/45963/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 310k

Auteurs

Archives départementales du Cantal – mblocquet@cantal.fr

Università di Modena e Reggio Emilia - mariachiara.rioli@unimore.it

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search