Version classiqueVersion mobile

Les mobilités monastiques en Orient et en Occident de l’Antiquité tardive au Moyen Âge (IVe-XVe siècle)

 | 
Olivier Delouis
, 
Maria Mossakovska-Gaubert
, 
Annick Peters-Custot

Mobilités et territoires

La communication dans un réseau méditerranéen en constitution

Voyage des moines et circulation des écrits entre Saint-Victor de Marseille et ses dépendances aux XIe et XIIe siècles

Jean-Baptiste Renault

Texte intégral

  • 1 Sur le réseau victorin, voir principalement : Magnani 1998 et Magnani 1999. Je remercie Claire Lam (...)
  • 2 Sur la politique de reconquête domaniale menée en particulier sous Isarn, voir Magnani 1999, p. 20 (...)
  • 3 Voir les remarques formulées sur le réseau victorin d’après la Vie d’Isarn (p. 116-125). La versio (...)
  • 4 Transfert du monastère Saint-Ferréol par l’archevêque Léger de Vienne, 1036 (Artem 4026, ADBDR 1 H (...)
  • 5 Lauwers 2009, p. 226-228.
  • 6 Magnani 1998 ; Lauwers 2009 ; Vones 2005. Après une captivité en Germanie, Bernard a été en contac (...)
  • 7 Zimmermann 2003, 2, p. 807-808 ; Lauwers 2013.

1Au cours du XIe siècle, l’abbaye Saint-Victor de Marseille connaît un essor considérable, élargissant son rayonnement d’une sphère régionale à un espace méditerranéen s’étendant de la péninsule Ibérique à la Sardaigne1. L’abbatiat d’Isarn (1021-1047) est dominé par une politique de reconquête et de consolidation du patrimoine provençal, dans laquelle le rôle de l’abbé semble avoir été déterminant2. Le réseau provençal victorin commence à se structurer, comme l’indiquent les mentions de prieurés (obedientia ou cella) ou, à partir des années 1040, les premières mentions de prieurs (prior)3. L’abbatiat d’Isarn voit également de premières ramifications hors de Provence, à Vienne ou à Sant Miquel del Fai, en Catalogne, où Isarn se rend à l’occasion d’un voyage diplomatique pour obtenir la libération des moines de Lérins capturés par les Maures4. Il semblerait qu’en valorisant plus tard ce voyage, dans la Vita Isarni, composée dans les années 1070, les Victorins aient voulu implicitement légitimer l’extension nouvelle du réseau. En effet, la faveur dont jouit alors Saint-Victor dans le Midi et la Catalogne doit beaucoup au dynamisme des abbés et à leur mobilité. Lors de son bref abbatiat, entre 1060 et 1065, Durand voyage beaucoup en Languedoc, à l’occasion du rattachement de nombreux monastères5. Après lui, deux Rouergats, Bernard de Millau et son frère Richard, successivement abbés (1065-1079 et 1079-1106), voyagent non seulement pour administrer leurs dépendances mais encore pour des légations confiées par Grégoire VII en Espagne et en Germanie6. L’engagement des abbés aux côtés de la papauté bénéficie à Saint-Victor et à sa renommée, particulièrement en Catalogne, auprès des comtes soutiens du « parti » pontifical, puis en Sardaigne où les Victorins participent activement au processus de romanisation de l’Église locale7.

  • 8 Poeck 1998 ; Iogna-Prat 1998, p. 62-74 ; Magnani 1998, p. 328-334 ; Vones 2005 ; Lauwers 2009.
  • 9 Andenna – Herbers – Melville 2012 ; Cygler 2012 ; Barret 2008.
  • 10 Voir supra n. 6.

2Comparable à l’Ecclesia Cluniacensis, Saint-Victor conjugue l’appui pontifical à une suprématie de l’abbé, à qui les monastères rattachés sont confiés à titre personnel, comme pour Cluny8. Le mouvement de constitution d’une Ecclesia monastique, unissant des établissements liés par des rapports de sujétion, repose sur une communication entre le centre et ses dépendances9. D’importants travaux ont éclairé la constitution de l’ensemble victorin et même les discours de légitimation qui l’ont accompagnée10. En revanche, il est encore difficile de percevoir le fonctionnement de ce réseau, de mesurer sa pérennité au-delà de la phase de construction, au XIIe siècle et au-delà, ou même de saisir quelle était sa consistance en fonction des liens attachant les différents types de dépendances au centre.

  • 11 Keller – Neiske 1997 ; Cygler – Melville – Oberste 1997.
  • 12 Chastang 2013, p. 502-506.
  • 13 Cygler – Melville – Oberste 1997 ; Baudin – Morelle 2016.

3Documenter la circulation des écrits permet souvent de repérer celle des moines. En reconstituant les déplacements des hommes et leur recours à la communication écrite, on devrait pouvoir approcher plus finement ces processus d’organisation et saisir les stratégies ayant animé la constitution d’amples réseaux. On connaît mieux, notamment depuis les travaux menés à Münster et Dresde, le rôle central de la scripturalité dans la constitution puis l’institutionnalisation des réseaux monastiques, entre le XIe et le début du XIIIe siècle11. Dans la réforme de l’Église, entre le XIe et le XIIIe siècle, la phase très active de la réforme pontificale, à la fin du XIe siècle et au début du XIIe siècle, favorise le souci de la bonne gestion, moteur d’un nouveau rapport à l’écrit documentaire produit et archivé12. L’approche des pratiques de l’écrit pour chaque réseau devrait permettre d’affiner la connaissance de leur fonctionnement, comme cela a été tenté par exemple pour les Clunisiens ou les Cisterciens13.

  • 14 Nous avons laissé de côté la question des voyages à Rome, mus par la nécessité du paiement du cens (...)

4En définissant les moyens employés par les abbés et les moines de Saint-Victor pour organiser et vasculariser leur réseau malgré les contraintes spatiales, il conviendra de tenir compte des contingences. Nous évoquerons peu la circulation des abbés, assez bien connue, mais privilégierons celle des moines, particulièrement hors de Provence14. Après avoir présenté rapidement les sources, nous aborderons les voyages entrepris par les moines pour produire des écrits ou les faire circuler, puis traiterons de la circulation des moines comme moyen de régulation d’un réseau en cours d’organisation progressive.

Les sources relatives aux voyages des moines

  • 15 Marseille, Archives départementales des Bouches-du-Rhône [désormais ADBDR], 1 H 629 et 1 H 630 ; é (...)
  • 16 Zerner 1993, p. 232-237.
  • 17 Liste des cens en blé dus par les prieurés de Saint-Victor, s. d., XIIe siècle (CSV no 778).

5Le chartrier de Saint-Victor de Marseille a transmis, dans différents états de tradition, environ 1200 actes antérieurs au XIIIe siècle, dont les trois quarts se situent entre 1021 et 1080. Alors que les actes provençaux constituent l’essentiel de la documentation transmise avant 1060, on voit par la suite un renversement de la tendance au profit des actes affluant des nouvelles dépendances en Languedoc, Catalogne ou Sardaigne. Les nombreux actes originaux de Saint-Victor, (environ 400 avant 1121, contre 90 pour 1121-1200), peuvent être complétés par les actes transcrits dans deux recueils : le grand cartulaire commencé en 1079, contenant un peu plus de 800 actes et le petit cartulaire compilé dans les années 125015. À l’origine, le grand cartulaire ne reflétait que le premier cercle de rayonnement de Saint-Victor en excluant les actes non provençaux. Le second cercle de rayonnement, avec le Languedoc, la Catalogne et la Sardaigne, n’est représenté au recueil que par quelques actes ajoutés par la suite, jusqu’au milieu du XIIe siècle, de façon discontinue16. Le plan suivi par le cartulaire et sans doute le classement des archives reflétaient donc la structure du réseau marseillais et la façon dont il a été administré. On voit ainsi, au XIIe siècle, que seules les dépendances provençales étaient tenues de verser un cens en blé à Saint-Victor, les deux cercles subsistant très probablement17. Notons enfin que la documentation, plus rare entre les années 1130 et les années 1180, pourrait n’avoir pas été aussi bien transmise car certains documents dépourvus de caractère pérenne pourraient avoir été écartés avant que la rédaction du second cartulaire, au milieu du XIIIe siècle, ne vienne récolter les principales pièces relatives au réseau extra-provençal.

  • 18 Les sept plus anciennes ont été éditées avec soin (Lettere originali).
  • 19 Moyenne établie pour les lettres antérieures à 1121.
  • 20 Fait exception une lettre [1149-1163] cotée « Sardeigne no 74 » au XVIe siècle (ADBDR 1 H 82 no 39 (...)
  • 21 ADBDR, no 215, note XIVe-XVe siècle : Littera pulcra ad dominum abbatem missive. ADBDR, no 395, no (...)
  • 22 Thomas Le Fournier (1675-1743), moine à Saint-Victor, y fut bibliothécaire et archiviste, restaura (...)

6Par ailleurs, le fonds de Saint-Victor a transmis une série de vingt-et-une lettres missives antérieures au XIIIe siècle écrites pour la plupart entre 1060 et le milieu du XIIe siècle18. Matériellement elles se distinguent nettement des chartes par leur petit format, un faible interligne et un module petit pour l’écriture. Pour le transport, la plupart des lettres avaient été pliées en douze, seize ou vingt-quatre, formant un petit rectangle de parchemin (d’environ 40 sur 60 mm en moyenne) que fermait un fil dont témoignent des incisions portées sur chacune des faces dessinées par les pliages19. Ces lettres concernent pour l’essentiel les possessions lointaines et non la Provence, comme si l’on avait opéré une sélection. Sans valeur juridique ni probatoire, traitant surtout du personnel du réseau, les lettres perdaient rapidement leur utilité première d’où la rareté des exemplaires conservés dans leur expédition originale et le caractère exceptionnel de leur conservation à Saint-Victor. Leur préservation ne semble guère être imputable au souci de servir de preuves relatives aux possessions lointaines puisqu’elles n’ont pas été classées parmi les sections diocésaines du chartrier20. Les rares annotations antérieures au XVIIIe siècle ne disent rien du classement. Ont-elles été épargnées pour leurs qualités littéraires ou en vertu d’un éventuel usage comme modèle ? Ce ne serait pas à exclure. Si les rares annotations médiévales, apportées soit au XIIe siècle soit à la fin du Moyen Âge, renseignent plutôt le destinataire ou l’objet, sur deux lettres elles comprennent une appréciation, ce qui n’est pas si fréquent sous la plume des archivistes médiévaux21. On pourrait supposer qu’elles étaient dès la fin du Moyen Âge conservées ensemble. Ce n’est toutefois qu’au XVIIIe siècle que l’apposition d’une numérotation et d’analyses dorsales par Dom Thomas Le Fournier permet de savoir qu’elles formaient une collection22.

Fig. 1 – Lettre du moine P., prieur d’une dépendance languedocienne, à B[ernard], abbé de Saint-Victor, lui demandant l’envoi de livres et de bons religieux (Artem 4275, ADBDR 1 H 54 no 257).

Fig. 1 – Lettre du moine P., prieur d’une dépendance languedocienne, à B[ernard], abbé de Saint-Victor, lui demandant l’envoi de livres et de bons religieux (Artem 4275, ADBDR 1 H 54 no 257).
  • 23 Nebbiai 2005.

7Il faut encore mentionner les autres sources. Les archives des églises qui ont été en contact avec Saint-Victor de Marseille ont été consultées à partir des éditions, de la base Chartes originales conservées en France antérieures à 1121, ainsi que lors d’un dépouillement en archives mené pour la Provence et la Catalogne mais qu’il conviendrait d’approfondir pour le Languedoc et la Sardaigne. Les sources narratives se limitent à la Vita Isarni et aux brèves mentions contenues dans la Chronique de Saint-Victor de Marseille. Enfin, les anciens inventaires de livres et les manuscrits préservés apportent des informations relatives aux échanges entre le monastère marseillais et ses dépendances23. Le croisement des différentes sources permettra bien souvent de réunir des faisceaux d’indices sur des aspects de la circulation des moines du réseau marseillais.

Voyager pour écrire ou faire circuler l’écrit

8Bien que contraire à la stabilité cénobitique, la mobilité des moines constituait une exigence pratique. Administrer les domaines, en percevoir les revenus, recevoir des donations ou contrôler des dépendances étaient autant de mobiles mettant les moines sur les routes.

Du centre vers les dépendances : l’envoi de moines pour dresser des actes

  • 24 Renault 2014.
  • 25 Renault 2016.

9L’étude des scribes et du formulaire à Saint-Victor a mis en évidence une prise en charge de la réalisation des actes par les moines24. Des souscriptions de scribe explicitant l’ordre exprès de l’abbé (jubente ou mandante abbate) apparaissent à vingt-six reprises au bas d’actes relatifs à la Provence mais également parfois à des diocèses plus lointains, entre 1005 et 1075. On peut parfois proposer pour ces actes une instrumentation au plus proche des lieux concernés, mais l’absence presque systématique de dates de lieu ne permet pas de l’assurer. Alors qu’au Xe siècle l’activité d’écriture s’exerçait presque toujours dans les cités, les petites localités, qualifiées de villae ou castra, sont désormais des lieux élus pour dresser des actes, comme le montre l’examen des rares dates de lieux des actes victorins25. Dans certains cas, la mention expresse de l’ordre de l’abbé semble avoir été employée dans le cadre de missions spécifiques confiées aux moines-scribes.

  • 26 CSV no 430.
  • 27 Quatre actes de donation transcrits sur la pancarte de Gréasque (ADBDR 1 H 15 no 62, CSV no 123 à (...)
  • 28 Voir supra n. 4.
  • 29 (Monogramme) DURANNUS monachus scripsit Guidone et fratribus ejus rogantibus et domno Isarno abbat (...)
  • 30 Deux autres actes de 1036 et [1047-1060] souscrits par Durand mentionnent l’ordre de l’abbé (Artem (...)

10C’est notamment pour préparer les actes fondateurs de dépendances que l’on aurait envoyé les moines en mission. Le scribe Martin mentionne l’ordre de l’abbé, lorsqu’il souscrit en 1034 l’acte de transfert du monastère Saint-Véran de Vaucluse par l’évêque Clément de Cavaillon, l’acte étant daté de cette cité26. Durand, l’un des scribes les mieux attestés par dix-huit actes s’échelonnant entre 1028 et 1056, semble avoir à plusieurs reprises reçu des missions d’écriture impliquant un déplacement. Dressant, en 1035, les premiers actes du prieuré de Saint-Michel de Cousson au diocèse de Digne, il évoque l’ordre de l’abbé, ce qu’en revanche il ne fait pas, la même année, sur les quatre premiers actes de Gréasque, plus proche de Marseille27. S’il s’est probablement déplacé à Cousson, cela reste moins certain pour Gréasque. L’année suivante, il se rend à Vienne, sur l’ordre de l’abbé Isarn, pour recevoir des mains de l’archevêque Léger l’église Saint-Ferréol28. En 1042, un acte daté d’Arles, relatif à un bien au comté d’Aix, porte à nouveau sa souscription mentionnant l’ordre de l’abbé29. Il semble donc que lorsque Durand explicite l’envoi en mission, cela ait bien été à l’occasion d’un déplacement30.

  • 31 Voir infra n. 45 (Artem 4206, ADBDR 1 H 38 no 176 ; CSV no 688 et Artem 4207, ADBDR 1 H 38 no 177) (...)

11Deux autres scribes auraient pu recevoir des missions comparables à celles confiées à Durand. Le moine Sirus, connu par une vingtaine d’actes (onze souscrits et neuf attribués), a dressé des actes pour différents lieux où il s’est probablement rendu (diocèse de Nîmes et Rouergue). On suppose qu’il s’est déplacé à Groseau, au diocèse de Vaison-la-Romaine, car la copie de deux actes anciens de ce monastère a été attribuée à sa main et les deux actes de transfert adoptent un formulaire qui apparait très fréquemment dans les actes souscrits par Sirus31. Jean de Ripoll, scribe connu par cinq actes, semble avoir voulu rappeler une ancienne appartenance à l’abbaye catalane dans sa souscription (Johannes rivipollentinus et massiliensis monachus, v. Ill. 2). Ses origines et ses compétences pourraient expliquer qu’il ait reçu des missions d’écriture entre 1060 et 1075, le mettant aux prises avec d’autres communautés à Saint-Symphorien de Buoux (près d’Apt), en Gévaudan et à Castres.

Fig. 2 – Souscription du moine-scribe Jean de Ripoll, donation du manse de Reirandesco, en Gévaudan, 1070 (Artem 4251, ADBDR 1 H 48 no 229).

Fig. 2 – Souscription du moine-scribe Jean de Ripoll, donation du manse de Reirandesco, en Gévaudan, 1070 (Artem 4251, ADBDR 1 H 48 no 229).
  • 32 Magnani 2009, p. 243-244. Cet exercice décentralisé de l’écrit diplomatique sera évoqué dans la ve (...)

12On pourrait se demander si l’établissement des actes n’a pas constitué seulement l’un des aspects de missions relatives à la surveillance ou la gestion des dépendances. Pour autant que l’on puisse le supposer par les mentions de moines présents dans les dépendances, les moines victorins envoyés pour dresser des actes sur ordre de l’abbé semblent n’être pas restés dans les dépendances. Ces missions auraient été ponctuelles car on observe dans les dépendances une pratique décentralisée de l’écrit repérable par le recours à des formulaires locaux32.

Fig. 3 – Souscription du moine-scribe Béraud, acte de transfert de Sant Pere de Besalù, 1080 (Artem 4281, ADBDR 1 H 55 no 264).

Fig. 3 – Souscription du moine-scribe Béraud, acte de transfert de Sant Pere de Besalù, 1080 (Artem 4281, ADBDR 1 H 55 no 264).
  • 33 Transfert du monastère de Sant Pere de Besalù par Bernard II, comte de Besalù : Data per manum Ber (...)
  • 34 Transfert de Sainte-Marie de Gerri (CSV no 824) : Signum domni Ugonis, levite et capellani abbatis (...)
  • 35 Notice d’un plaid tenu à Spéluques par l’abbé Richard pour régler la contestation entre les abbaye (...)
  • 36 Autres exemples : Souscription de Pons, moine de Saint-André [de Villeneuve-lès-Avignon], dans la (...)

13Si l’abbé est appelé à se déplacer en Languedoc dès les années 1060, sa présence n’est en revanche, par la suite, que rarement mentionnée dans les actes relatifs à la Catalogne. De fait Bernard puis Richard ont été à plusieurs reprises éloignés des régions d’implantation victorine par leurs légations. Il semble que l’abbé ait alors parfois envoyé des émissaires au-delà des Pyrénées, lesquels auraient notamment eu pour mission de dresser des actes. Béraud, massiliensis monachus, écrit l’acte de transfert de Sant Pere de Besalù et très probablement celui de Sant Esteve de Banyoles33. Hugues, « chapelain de l’abbé Richard », qui écrit l’acte de transfert de Sainte-Marie de Gerri, en 1096, a sans doute été envoyé par Richard car ce dernier n’est pas mentionné parmi les témoins34. On pourrait proposer de l’identifier avec le moine Hugues, souscrivant comme scribe un acte d’accord avec Lérins en 1099 suite à un plaid tenu à Spéluques. L’acte a été dicté par l’abbé Richard et la souscription du scribe précise qu’il appartient au monastère marseillais35. En cette fin du XIe siècle, les Provençaux avaient presque toujours abandonné la pratique de la souscription de scribe. Aussi la présence de la souscription de scribe sur ces actes pourrait s’expliquer par une fonction pratique qui lui aurait été dévolue. Il est fort probable que l’on ait souhaité pouvoir se reporter au moine qui s’était rendu dans le monastère rattaché et avait peut-être participé aux premiers contacts ou négociations. C’est sans doute cette vocation pratique de la souscription de scribe qui explique que ceux-ci renseignent leur appartenance à tel ou tel monastère uniquement lorsqu’ils réalisent des actes mettant aux prises plusieurs institutions ou destinés à un autre établissement que le leur36.

  • 37 Indiquée : Barcelone, Biblioteca de Catalunya, ms. 430, Roc d’Olzinelles, Indice de las donaciones (...)
  • 38 Urbain II, pape, confirme à Saint-Victor ses nouvelles dépendances, 1089, 20 février (Copie : ADBD (...)

14Si l’envoi de moines pour dresser des actes est attesté, l’envoi de documents centraux vers les dépendances semble avoir été exceptionnel car seuls deux exemples nous en sont parvenus. Ripoll détenait probablement dans ses archives une copie du grand privilège de confirmation générale de Grégoire VII du 4 juillet 1079 à l’abbé Bernard37. Le rattachement à Saint-Victor ayant nourri des contestations tout au long du XIIe siècle, on peut supposer que l’autorité du privilège aurait pu être de quelque utilité. De même, un privilège de confirmation d’accroissement, émanant d’Urbain II a vraisemblablement fait l’objet d’une copie envoyée au monastère dépendant de Saint-Servand de Tolède38.

  • 39 Lemarié 1965 ; Nebbiai 2005, p. 47. Bréviaire de Ripoll : Paris, BnF, lat. 742. Bréviaire de Saint (...)
  • 40 Artem 4275, 1 H 54 no 257 ; Ill. 1. Lettere originali, p. 11-16, no 2.

15Des envois d’écrits pour réformer la liturgie pourraient être évoqués. Les indices émanent le plus souvent de livres liturgiques postérieurs à l’époque effective de la diffusion mais qui présentent, sédimentés, des textes que l’on peut rattacher aux moines victorins. Le témoignage des bréviaires de Ripoll et de Saint-Savin de Lavedan permet en effet d’attester une diffusion de la liturgie victorine39. Cela supposait un voyage des moines portant avec eux des manuscrits aptes à diffuser les textes victorins. À ce propos, la lettre du moine P., prieur d’une dépendance languedocienne (peut-être Saint-Léons) de 1068-1079, est éclairante : ce moine réclamait à l’abbé non seulement l’envoi de religieux, mais encore l’envoi de livres40.

Des dépendances vers le centre

  • 41 L’étude des pancartes victorines figurera dans la version remaniée de ma thèse.
  • 42 Parisse 1997 ; Parisse – Pégeot – Tock 1998 ; Guyotjeannin – Morelle 2007, p. 377 ; Morelle 2009.

16Les moines porteurs d’écrits se rendaient plus fréquemment des dépendances vers le centre, comme cela apparaît nettement par l’examen de la documentation relative aux dépendances. En Provence, les moines réalisèrent à partir du milieu du XIe siècle douze pancartes probablement destinées à transmettre à Marseille des dossiers documentaires conservés dans les prieurés41. La rédaction de pancartes, documents compilant plusieurs actes sur une unique feuille de parchemin, est une pratique principalement attestée dans les monastères aux XIe et XIIe siècles42. Certaines de ces petites compilations-placards ont été copiées au grand cartulaire, mais les moines continuent à en rédiger jusqu’au début du XIIe siècle, ce qui ne permet pas d’y voir une entreprise systématique ni de leur attribuer une vocation univoque de « pré-cartulaires ».

17Afin de se défendre contre d’éventuelles contestations des moines des monastères rattachés, voire d’autres réseaux monastiques concurrents, le centre avait besoin de disposer des documents attestant de la soumission des établissements réunis. On conserve actuellement dans le fonds de Saint-Victor treize copies d’actes relatifs au rattachement de monastères non provençaux. Pour onze d’entre elles le fonds de Saint-Victor recèle également l’original. On pourrait se demander si la plupart de ces copies n’avaient pas été réalisées pour être envoyées à Marseille, alors que l’original était initialement conservé dans le monastère concerné. Mais cela ne peut être déterminé avec certitude, car dans la plupart des cas les annotations dorsales ne permettent pas d’attester la présence à Marseille des originaux ou des copies.

  • 43 Artem 4777, ADBDR 1 H 20 no 88 ; Martène – Durand 1724, col. 406 ; CSV no 1051 et 1052 ; note dors (...)
  • 44 Accord conclu entre Mir Géribert, Gisla son épouse, et Mir, abbé de San Sebastià, pour faire réfor (...)

18La rédaction de trois pancartes réalisées pour des monastères catalans permet toutefois d’envisager que l’on copiait les actes pour les transférer au centre. La première, comportant la copie de l’acte de transfert de Sant Miquel del Fai et d’un serment, semble avoir été envoyée à Marseille, où on aurait apposé la note dorsale : « charte de Saint Miquel del Fai, en Espagne »43. Le parchemin sur lequel ont été copiés deux actes relatifs au rattachement de Sant Sebastià dels Gorgs et celui qui reçut la transcription de deux actes de rattachement de Sant Père de Besalù et de Sant Esteve de Banyoles semblent avoir été prévus pour un envoi44. Ces deux documents sont des cartae transversae, allongées vers le bas qui auraient pu être roulées pour le transport. En Provence, on avait alors recours au format carta non transversa pour établir des actes originaux et pour dresser des copies, les Victorins semblent avoir sciemment employé des parchemins de format comparable mais en écrivant dans l’autre sens.

  • 45 ADBDR 1 H 1. Fondation du monastère par Aredius-Petruinus, évêque de Vaison, 684 (éd. Boyer de Sai (...)
  • 46 Artem 3974, ADBDR 1 H 5 no 13, rouleau composé de deux peaux (850 × 170mm), au verso, note Carta R (...)
  • 47 ADBDR 1 H 38 no 179 ; CSV no 1045-1050, Martène – Durand 1724, col. 406-408.
  • 48 Cartulaire-rouleau du Monastier-Chirac, commencé au début du XIIe siècle (Rodez, AD Aveyron, D 250 (...)

19On retrouve, sous une forme matérielle apparentée, des copies d’actes antérieurs au rattachement et qui ont vraisemblablement été envoyées à Marseille. Les copies de deux actes du VIIe siècle pour le monastère de Groseau45 et celle d’un privilège d’Agapet II pour Ripoll (951) ont été réalisées sur des rouleaux46. Enfin, la pratique de transcrire des copies d’actes en écrivant parallèlement au côté le plus étroit des parchemins se serait prolongée avec la compilation de trois cartulaires-rouleaux. Le plus ancien a été réalisé sans doute peu après 1066 pour transmettre à Marseille un dossier relatif au prieuré catalan de Sant Miquel del Fai, assemblant neuf actes, situés entre 996 et 1066, parmi lesquels quatre antérieurs au rattachement, quatre postérieurs et l’acte de transfert47. Au XIIe siècle, les moines réalisent encore de petites compilations en rouleau pour Le Monastier-Chirac ou Roumanou, deux dépendances d'outre-Rhône48.

  • 49 Acte de consécration de Sant Joan de les Abadesses, 875, copie du Xe siècle (Artem 3968, ADBDR 1 H (...)
  • 50 Diplomatari de Sant Joan, p. 103-107, no 53. Vones 2005, p. 335-336.

20Si l’intérêt du centre pour les actes de rattachement et même ponctuellement pour la mémoire des monastères rattachés s’est surtout matérialisé par le transfert de copies, il est parfois arrivé que l’on prélève des actes originaux dans les monastères soumis. La fuite des moines marseillais de Tolède, en 1110, lors d’un raid menaçant leur monastère de Saint-Servand, pourrait expliquer l’arrivée à Marseille d’une partie des originaux. Dans le cas de Sant Joan de les Abadesses, c’est un violent conflit avec les chanoines qui revendiquaient l’établissement qui expliquerait le transfert à Marseille d’originaux anciens49. Un mémoire rédigé par les chanoines éconduits nous apprend que le comte de Besalù s’était emparé des archives et que Richard avait fait usage des privilèges de l’ancien monastère50.

  • 51 Bible de Ripoll : Vatican, Bibl. Apostolica Vaticana, Vat. Lat. 5729 (Nebbiai 2005, p. 293). Recue (...)
  • 52 La venue d’Isarn, en 1047, en ce prieuré étant sans doute encore dans les mémoires (Recueil des ro (...)

21De même, les rares transferts à Marseille de livres des dépendances semblent pouvoir être mis en relation avec des situations conflictuelles. C’est sans doute à la suite de conflits avec Ripoll, riche abbaye et grand centre intellectuel catalan, que Saint-Victor aurait prélevé deux manuscrits, à la fin du XIIe siècle : la célèbre Bible et un recueil comprenant une compilation chronologique et cosmographique, tous deux actuellement au Vatican51. Ce recueil réalisé vers 1055, fut complété de notes historiques à Ripoll. Les moines catalans indiquèrent notamment les dates des abbés de Saint-Victor, de Guifred à Richard. En 1168 ou peu après ils ajoutèrent une liste des abbés de Ripoll ayant fait leur profession à Marseille Puis, après le transfert du manuscrit à Marseille (entre 1178 et 1185), les Marseillais ajoutèrent, à leur tour, des annotations pour le XIIe siècle en complétant notamment la chronologie des abbés marseillais. La mémoire des abbés de Marseille pouvait donc être entretenue dans les dépendances. On le constate également à Sant Miquel del Fai dont les moines ajoutent en 1050 les obits des abbés Guifred et Isarn sur le rouleau mortuaire du comte Guifred de Cerdagne, qui termina sa vie comme moine à Saint-Martin du Canigou et mourut en 104952.

22Si le déplacement des moines peut être retracé grâce aux missions d’écritures et aux circulations d’écrits, les sources permettent également de saisir d’autres mobiles aux voyages monastiques ainsi qu’un contrôle exercé sur les monastères rattachés.

Peupler, ordonner et réguler un réseau

Envoyer des moines dans les dépendances

  • 53 Voir supra n. 44.
  • 54 Plusieurs actes de transfert mentionnent l’adoption des coutumes du monastère marseillais (consuet (...)

23L’affiliation et la réforme des monastères confiés à Saint-Victor nécessitaient l’envoi de moines formés à l’abbaye marseillaise, qu’ils soient Provençaux, Languedociens ou Catalans. Ainsi, un accord de 1059 conclu entre le seigneur catalan Mir Géribert et ses enfants au sujet de Sant Sebastià dels Gorgs stipulait que si l’abbé de Marseille n’y envoyait pas de moines, ce monastère conserverait son ancien statut53. Outre la soumission à l’abbé de Marseille, l’affiliation au réseau passait par l’adoption des coutumes propres de ce monastère. Or seule la présence de moines envoyés permettait de diffuser ces coutumes encore orales54.

Fig. 4 – Lettre de l’abbé D[urand] au comte R[aimond de Cerdagne] s’excusant de n’avoir pu encore lui envoyer les moines promis (Artem 4237, ADBDR 1 H 45 no 212)

Fig. 4 – Lettre de l’abbé D[urand] au comte R[aimond de Cerdagne] s’excusant de n’avoir pu encore lui envoyer les moines promis (Artem 4237, ADBDR 1 H 45 no 212)
  • 55 Artem 4237, ADBDR 1 H 45 no 212 (Ill. 4) ; Lettere originali, p. 3-9, no 1 ; Ammannati 2007, p. 60 (...)
  • 56 Artem 4309, ADBDR 1 H 62 no 297.
  • 57 Artem 4278, ADBDR 1 H 55 no 261 et Artem 4292, ADBDR 1 H 58 no 277. La donation de l’église de Cam (...)
  • 58 Voir supra n. 40.
  • 59 Artem 4276, ADBDR 1 H 54 no 258; Lettere originali, p. 33-41, no 5, 1070-1076, octobre.
  • 60 Mazel – Lauwers, 2009, p. 137-141 (reproduction); Lauwers 2009, p. 230-232.

24L’envoi de moines dans des monastères lointains est évoqué dans plusieurs lettres missives permettant d’envisager ses effets sur la gestion des forces humaines du réseau. Dans une lettre à un comte R., l’abbé Durand s’excusait de n’avoir pu encore lui envoyer les quatre ou cinq moines promis. Giulia Ammannati a proposé que cette lettre ait concerné une première tentative de rattachement de Saint-Michel de Cuxa et que Raimond, comte de Cerdagne, en ait été le destinataire55. L’acte de rattachement de Cuxa, de 1091, évoque en effet de premiers contacts avec les abbés Durand (1060-1065) et Bernard (1065-1079)56. De la même façon, le transfert de Saint-Amans de Rodez, confié à l’abbé Bernard puis confirmé en 1079 à son frère Richard, ne semble pas avoir été immédiatement effectif puisqu’il nécessita la rédaction d’un nouvel acte en 1082, déplorant que les lieux ne fussent plus desservis depuis longtemps et appelant implicitement à un nouveau peuplement57. Il est probable que le transfert d’un grand nombre de monastères dans les années 1060 ait rendu difficile l’envoi de moines marseillais dans chacun d’eux. La lettre d’un moine envoyé en tant que prieur en Languedoc témoigne également de besoins en personnel dans une dépendance58. Mais l’envoi de recrues aurait pu produire des effets déstabilisant pour la congrégation, si l’on en croit la lettre du moine E. à l’abbé Bernard, alors en visite dans les dépendances. Annonçant la mort de trois frères, le moine déplore le dégarnissement de la maison-mère et lui réclame le retour des religieux que l’abbé avait envoyés dans d’autres monastères, en nommant cinq religieux plus spécialement attendus59. Ayant constaté lui-même les difficultés rencontrées par les dépendances et dues à l’indigentia procuratorum, le moine E. déplore presque la numerositas possessionum. À juste titre, cette lettre est interprétée par Florian Mazel et Michel Lauwers comme l’indice de tensions créées par l’essor trop rapide de Saint-Victor60. Si moines et abbés écrivent volontiers à propos de l’envoi des recrues, le témoignage apporté par les lettres missives converge avec celui de plusieurs cas de rattachements de monastères qui n’ont pu être concrétisés faute de moines à envoyer : de lourdes difficultés ont pesé sur le recrutement, particulièrement lors de la phase d’accroissement rapide du réseau victorin, entre 1060 et 1080 environ.

  • 61 Lauwers 2013, p. 275-276.

25C’est peut-être le manque de recrues masculines disponibles qui a conduit l’abbé Richard à faire venir à Sant Joan de les Abadesses des moniales provençales de Brignoles. Le monastère catalan avait certes été à l’origine un monastère féminin, mais il était alors depuis longtemps occupé par des chanoines. La politique abbatiale a peut-être oscillé en fonction de priorités changeantes qui nous échappent en grande partie. À la fin du XIe siècle, l’envoi de moines « marseillais » est par exemple bien attesté pour la Sardaigne61.

Fig. 5 – Lettre de Pierre, abbé de Ripoll à Pierre, abbé de Saint-Victor, lui réclamant le retour de plusieurs religieux, ca. 1146 (ADBDR 1 H 84 no 407).

Fig. 5 – Lettre de Pierre, abbé de Ripoll à Pierre, abbé de Saint-Victor, lui réclamant le retour de plusieurs religieux, ca. 1146 (ADBDR 1 H 84 no 407).
  • 62 ADBDR 1 H 84 no 407; Ill. 5 (éd. Martène – Durand 1724, col. 697 et Albanès 1886, p. 457-458). Le (...)

26Les renseignements sont plus épars pour le XIIe siècle. Vers 1146 encore, dans une lettre à Pierre, abbé de Saint-Victor, Pierre, abbé de Ripoll, lui réclame le retour d’un certain G. de Cambolads et « d’autres [personnes] utiles à l’Église de Dieu » et s’excuse de ne pouvoir lui renvoyer Senior Elias car il lui a confié une charge de prévôt62. De fait, les moines capables de diriger leurs frères étaient des personnes-clés dont la gestion s’avérait cruciale.

Contrôler et réguler les monastères dépendants

  • 63 Par exemple lors des transferts de Sorèze, en 1062 (Artem 4227, ADBDR 1 H 42 no 200) et de Castres (...)
  • 64 Voir supra n. 55 et ill. 3.
  • 65 Voir supra n. 44. Un acte non daté souscrit par Durand se situe cependant entre 1047 et 1060 (Arte (...)

27Plusieurs actes de transfert mentionnent le droit accordé à l’abbé de Marseille de désigner l’abbé du monastère rattaché63. Une lettre de l’abbé Durand évoquant l’élection d’un moine B. à Vabres pourrait témoigner, d’après l’hypothèse de Giulia Ammannati, d’un envoi de Bernard de Millau pour réformer cette abbaye, avant qu’il ne soit finalement élu à Saint-Victor en 106564. Durand, le prédécesseur de Bernard, élu en 1060 pour un bref mais fécond abbatiat, pourrait avoir eu un itinéraire comparable. On pourrait, en effet, proposer de l’identifier avec le moine Durand installé en 1052 comme « prévôt et prieur » de Sant Sebastià dels Gorgs, en Catalogne, qui est peut-être le même que le scribe Durand qui avait reçu des missions d’importance dès les années 1030 et dont on ne possède plus d’actes souscrits entre 1042 et 105665.

  • 66 Belmon 1994, p. 25-26.
  • 67 Artem 4364, ADBDR 1 H 76 no 370 (éd. Martène – Durand 1724, col. 522-523 ; Lettere originali, p. 1 (...)
  • 68 ADBDR 1 H 82 no 396 ; Martène – Durand 1724, col. 810-811.

28Le contrôle des prieurés a motivé une circulation accrue des moines. Au Monastier-Chirac, des prieurs provençaux auraient ainsi alterné avec des Languedociens66. Il se pourrait que les prieurs envoyés par les abbés aient parfois été munis de lettre de nomination, bien qu’aucune ne nous soit parvenue. Dans une lettre à l’abbé Richard (entre 1092 et 1099), le moine Jean, prieur d’une dépendance sarde, Posada, déplore que le moine Obert, qu’il avait envoyé à Marseille avec une forte somme, ait prétendu à son retour avoir été nommé prieur par Richard. Or Jean refuse de croire Obert faute d’écrit attestant de cette nomination et demande à l’abbé une réponse écrite à ce sujet67. Par ailleurs, l’envoi de prieurs a pu susciter des conflits. Dans sa lettre à l’abbé Guillaume (1149-1163), le moine B., envoyé comme prieur, probablement à Saint-André de Pise, narre ses démêlés avec les moines locaux68. S’appuyant sur des chartes et privilèges qu’ils interprètent mal, nous dit-il, les moines lui opposent un droit de libre élection. Le moine B. relate ensuite la fuite de son rival Alderan, s’échappant nuitamment avec la somme de 1300 sous.

Fig. 6 – Lettre du moine B. à l’abbé Guillaume, narrant ses difficultés avec les moines vers qui il avait été envoyé, [1149-1163] (ADBDR 1 H 82 no 396).

Fig. 6 – Lettre du moine B. à l’abbé Guillaume, narrant ses difficultés avec les moines vers qui il avait été envoyé, [1149-1163] (ADBDR 1 H 82 no 396).
  • 69 Reconnaissance de soumission de l’abbé de Vabres et de prieurs dépendants de lui, 1137, vidimus de (...)
  • 70 Guilloreau 1910-1911. Lettres du pape Clément III, 1188-1189 (CSV no 855, 877, 878, 879 ; JL 16293 (...)
  • 71 CSV no 886. Sur l’abbé Bonfils et son action, voir Guilloreau 1910-1911, p. 84-88.
  • 72 CSV no 887, 888 et 889. Le premier concerne deux prieurs catalans et un prieur de Pise, le second (...)

29Vers la même époque, des tentatives en vue d’une meilleure régulation des rapports avec les dépendances apparaissent. En 1137, l’abbé de Vabres doit reconnaître sa sujétion et vers la même époque, semble-t-il, l’abbé élu de Ripoll prête le premier serment conservé, lors d’un chapitre tenu à Marseille69. De façon notable, ces actes apparaissent uniquement pour deux abbayes qui ont tenté à plusieurs de reprises de recouvrer leur indépendance. Ce n’est qu’à l’extrême fin du XIIe siècle et au début du XIIIe siècle que s’amorce la mise en place de véritables instances de régulation : le chapitre général est institué en 1188 et la première visite canonique apparait en 121770. Un acte réglementaire de 1218 prévoyait le serment des prieurs et en insérait le formulaire à suivre71. Ce serment devait sans doute avoir lieu à Marseille, comme on le constate pour trois actes de serments de 1240 et 1241 émanant de plusieurs abbés ou prieurs de Sardaigne et Catalogne et rédigés selon un même et unique formulaire72.

Voyager en dehors du cadre institutionnel

  • 73 Original perdu. Copie : Paris, BnF, nouv. acq. lat. 1304, f.. 253-254. éd. : Sorgia 1966 ; étude : (...)
  • 74 Artem 4240, ADBDR 1 H 45 no 215. Martène – Durand 1724, col. 469-471 ; Dufour – Giordanengo – Gour (...)

30Les moines voyagent parfois sans l’autorisation de leur supérieur comme le montrent deux lettres. La première est une lettre de 1140 dans laquelle le prieur de Saint-Saturne de Cagliari demande à l’abbé de Saint-Victor, Pierre, la clémence pour un moine fuyard qui s’était réfugié chez lui73. Hector, responsable d’un petit prieuré de l’Aveyron (Octon ou Saint-Léons) s’était réfugié à Cagliari, « navigant au milieu de la tempête, ayant subi la violence de nombreuses infortunes, entre vents opposés en conflit », formule désignant peut-être davantage des adversités relationnelles qu’une traversée difficile. En effet, Hector n’avait pas supporté, semble-t-il, que son prieuré soit, après un long conflit, rattaché à Vabres, monastère lui-même assujetti à Saint-Victor. La seconde lettre émane d’un moine voyageant en Italie pour étudier le droit, vers 1124-112774. Le moine R., après avoir félicité l’abbé Bernard II pour son élection, lui demande la permission d’étudier le droit romain à Pise, après de premières études à Pavie. Bien connue des historiens du droit, cette lettre constitue un précieux témoignage sur les débuts de l’enseignement du droit à Pise, parallèlement à l’éclosion de Bologne. Pour se défendre le moine argue des aptitudes qu’il va acquérir pour défendre le temporel contre les assauts. Dans les deux cas, il s’agissait pour un moine à l’itinéraire non autorisé de se justifier d’infractions à l’obéissance et à la stabilité monastiques.

Conclusion

31La gestion des nombreuses dépendances fondées ou le plus souvent rattachées à Saint-Victor dans un large croissant méditerranéen invitait à une mobilité nouvelle des moines du réseau marseillais. Orale ou écrite, la communication avait besoin des messagers, porteurs de lettres ou de manuscrits liturgiques, moines profès de Marseille dépositaires des coutumes du monastère ou moines des prieurés apportant des revenus ou des copies d’actes au centre. La circulation des hommes et des écrits est la mieux documentée pendant la phase d’élargissement du réseau victorin hors de Provence, entre 1060 et le début du XIIe siècle. Plusieurs lettres et divers indices indiquent que sous les abbatiats de Durand et de Bernard, l’envoi de moines marseillais dans les monastères rattachés a engendré des difficultés voire des tensions. Si les lettres missives permettent de supposer des contacts épistolaires encore plus fréquents que ceux dont elles attestent, la gestion des écrits laisse apparaître, quant à elle, quelques options générales. L’envoi de copies d’actes au centre constituait ainsi un des principaux préalables au contrôle des dépendances. Entre les années 1130 et les années 1180, la documentation, plus pauvre, met au jour des efforts pour assurer une bonne communication au sein du réseau, efforts dont il est difficile de déterminer s’ils n’ont été que ponctuels. La régulation du réseau semble encore empirique et on ne sait si la pratique du serment prononcé à Marseille par des abbés de monastères soumis s’est alors réellement imposée. Comme à Cluny, c’est au tournant des XIIe et XIIIe siècles qu’encouragé par la papauté, le réseau victorin met en place de premières instances de régulations avec les premiers chapitres généraux et visites canoniques. S’il demeure bien des aspects institutionnels et organisationnels à approfondir, l’examen de la communication et de ses outils permet donc de préciser les phases de l’histoire d’un réseau.

Bibliographie

Albanès 1886 = J. H. Albanès, La Chronique de Saint-Victor de Marseille, dans Mélanges d’Archéologie et d’Histoire de l’École française de Rome, 1886, p. 64-90, 287-326, 454-465.

Amargier 1991 = P. Amargier, Un âge d’or du monachisme. Saint-Victor de Marseille (990-1090), Marseille, 1991.

Ammannati 2007 = G. Ammannati, Saint-Victor di Marsiglia e la sua espansione nell’area pirenaica. Tre lettere della seconda metà del sec. XI, dans Studi Medievali, ser. III, 48-1, 2007, p. 41-64.

Andenna – Herbers – Melville 2012 = C. Andenna, K. Herbers, G. Melville (éd.), Die Ordnung der Kommunikation und die Kommunikation der Ordnungen. 1: Netzwerke: Klöster und Orden im Europa des 12. und 13. Jahrhunderts, Stuttgart, 2012 (Aurora – Schriften der Villa Vigoni, 1.1).

Artem = Chartes originales antérieures à 1121 conservées en France, C. Giraud, J.-B. Renault, B.-M. Tock (éd.), Nancy, Centre de Médiévistique Jean Schneider ; éd. électronique : Orléans : IRHT, 2010 (Telma), http://www.cn-telma.fr/originaux/

Barret 2008 = S. Barret, Écrit, communication administrative, obéissance. Autour de trois communautés religieuses médiévales (clunisiens, dominicains, franciscains), dans S. Barret, G. Melville (éd.), Oboedientia. Zu Formen und Grenzen von Macht und Unterordung im mittelalterlichen Religiosentum, Münster, 2008 (Vita Regularis Abhandlungen), p. 281-304.

Baudin – Morelle 2016 = A. Baudin et L. Morelle (dir.), Les pratiques de l’écrit dans les abbayes cisterciennes (XIIe-milieu du XVIe siècle). Produire, échanger, contrôler, conserver, Actes du colloque international, Troyes – Abbaye de Clairvaux, 28-30 octobre 2015, Paris, 2016.

Belmon 1994 = J. Belmon, Les débuts d’un prieuré victorin en Gévaudan : le Monastier-Chirac (XIe-XIIe siècles), dans Bibliothèque de l’École des Chartes, 152, 1994, p. 5-90

Boyer de Sainte-Marthe 1731 = L.-A. Boyer de Sainte-Marthe, Histoire de l’église cathédrale de Vaison, Avignon, 1731.

Butaud 2009 = G. Butaud, Listes abbatiales, chartes et cartulaire de Lérins : problèmes de chronologie et de datation (XIe-XIIe siècles), dans Y. Codou, M. Lauwers (dir.), Lérins, une île sainte de l'Antiquité au Moyen Âge, Turnhout, 2009, p. 365-444 (Collection d’Études médiévales de Nice, 9).

Chastang 2013 = P. Chastang, Réforme grégorienne et administration par l’écrit des patrimoines ecclésiastiques dans le Midi de la France (Xe-XIIIe siècle), dans Fournier – Le Blévec – Mazel 2013, p. 495-522.

CSV = Cartulaire de l’abbaye de Saint-Victor de Marseille, éd. B. Guérard, 2 vol., Paris, 1857.

Cygler 2012 = F. Cygler, Caractères et contenus de la communication au sein des ordres religieux au Moyen Âge, dans Andenna – Herbers – Melville 2012, p. 77-92.

Cygler – Melville – Oberste 1997 = F. Cygler, G. Melville, J. Oberste, Aspekte zur Verbindung von Organisation und Schriftlichkeit im Ordenswesen : ein Vergleich zwischen den Zisterziensern und Cluniazensern des 12. / 13. Jahrhunderts, dans C. M. Kasper (dir.), Viva vox und ratio scripta. Mündliche und schriftliche Kommunikationsformen im Mönchtum des Mittelalters, Münster, 1997 (Vita Regularis, 5), p. 205-280.

Délivré 2013 = F. Délivré, Le domaine de l’apôtre. Droit de saint Pierre et cens de l’Église romaine dans les provinces d’Aix, Arles et Narbonne (milieu XIe-fin XIIe siècle), dans Fournier – Le Blévec – Mazel 2013, p. 447-494.

Diplomatari de Sant Joan = Diplomatari del monestir de Sant Joan de les Abadesses (995-1273), éd. J. Ferrer i Godoy, Barcelone, 2009.

Dufour – Giordanengo – Gouron 1979 = J. Dufour, G. Giordanengo, A. Gouron, L’attrait des leges. Notes sur la lettre d’un moine victorien (vers 1124-1127), dans Studia et documenta historiae et iuris, 45, 1979, p. 127-146.

Die Urkunden der Merowinger = Die Urkunden der Merowinger, Th. Kölzer (dir.), M. Hartmann, A. Stieldorf (collab.), 2 vol., Hannovre, 2001 (Monumenta Germaniae historica – Diplomata regum Francorum e stirpe Merovingica).

Fita 1906 = Fidel Fita, El monasterio toledano de San Servando en la segunda mitad del siglo XI. Estudio critico, dans Boletin de la Real Academia de la Historia, 49, 1906, p. 280-331.

Fixot – Pelletier 2009 = M. Fixot, J.-P. Pelletier (dir.), Saint-Victor de Marseille, études archéologiques et historiques, Actes du colloque Saint-Victor, Marseille, 18-20 novembre 2004, Turnhout, 2009 (Bibliothèque de l’Antiquité tardive, 13).

Fournier – Le Blévec – Mazel 2013 = M. Fournié, D. Le Blévec, F. Mazel (dir.), La réforme « grégorienne » dans le Midi (milieu XIe-début XIIIe siècle), Toulouse, 2013 (Cahiers de Fanjeaux, 48).

Guilloreau 1910-1911 = Dom L. Guilloreau, Les Statuts de Réformation de Maynier et de Raymond Lordet, abbés de Saint-Victor de Marseille, dans Revue Mabillon, 6, 1910-1911, p. 65-96.

Guyotjeannin – Morelle 2007 = O. Guyotjeannin, L. Morelle, Tradition et réception de l’acte : jalons pour un bilan des recherches, dans Archiv für Diplomatik, 53, 2007, p. 367-403.

Iogna-Prat 1998 = D. Iogna-Prat, Ordonner et exclure. Cluny et la société chrétienne face à l’hérésie, au judaïsme, à l’islam, 1000-1150, Paris, 1998.

JL = Ph. Jaffe, A. Loewenfeld, F. Kaltenbrunner et al., Regesta Pontificum Romanorum, 2 vols., Leipzig, 1885-1888.

Keller – Neiske 1997 = H. Keller et F. Neiske (éd.), Vom Kloster zum Klosterverband. Das Werkzeug der Schriftlichkeit. Akten des Internationalen Kolloquiums des Projekts L 2 im SFB 231 (22.-23. Februar 1996), Munich, 1997 (Münstersche Mittelalter-Schriften, 74).

Lauwers 2009 = M. Lauwers, Cassien, le bienheureux Isarn et l’abbé Bernard, un moment charnière dans l’édification de l’église monastique provençale (1060-1080), dans Fixot – Pelletier 2009, p. 213-238.

Lauwers 2013 = M. Lauwers, Réforme, romanisation, colonisation ? Les moines de Saint-Victor de Marseille en Sardaigne (seconde moitié XIe-première moitié XIIe siècle), dans Fournier – Le Blévec – Mazel 2013, p. 257-310.

Lemarié 1965 = Dom J. Lemarié, Le bréviaire de Ripoll, Paris B. N., lat. 742. Étude sur sa composition et ses textes inédits, Montserrat, 1965.

Lettere originali = Lettere originali del Medioevo latino (VII-XI sec.), II.1. Francia (Arles, Blois, Marseille Montauban, Tours), dir. A. Petrucci, éd. G. Ammannati, A. Mastruzzo, E. Stagni, Pise, 2007.

Llagostera Fernández 1995-1996 = A. Llagostera Fernández, Notes sobes els abaciologis del monestir de Santa Maria de Ripoll : nou abaciologi, dans Annals. Centre d’Estudis Comarcals del Ripollès, 1995-1996, p. 13-77.

Magnani 1998 = E. Magnani, Saint-Victor de Marseille, Cluny et la politique de Grégoire VII au nord ouest de la Méditerranée, dans G. Constable, G. Melville, J. Oberste (dir.), Die Cluniazenser in ihren politisch-sozialen Umfeld, Münster, 1998 (Vita regularis, 7), p. 321-347.

Magnani 1999 = E. Magnani, Monastères et aristocratie en Provence milieu Xe-début XIIe siècle, Münster, 1999 (Vita regularis, 10).

Magnani 2009 = E. Magnani, Pastorale monastique et pratique de l’écrit, les actes de donation de Saint-Victor de Marseille (XIe siècle), dans Fixot – Pelletier 2009, p. 239-254.

Martène – Durand 1724 = E. Martène, U. Durand, Veterum Scriptorum et monumentorum, historicum, dogmaticum, moralium amplissima collectio, t. I, Paris, 1724.

Mazel – Lauwers 2009 = F. Mazel, M. Lauwers, L’abbaye Saint-Victor, dans Th. Pécout (dir.), Marseille au Moyen Âge, entre Provence et Méditerranée. Les horizons d’une ville portuaire, Méolans-Revel, 2009, p. 125-144.

Morelle 2009 = L. Morelle, Instrumentation et travail de l’acte : quelques réflexions sur l’écrit diplomatique en milieu monastique au XIe siècle, dans Médiévales, 56, printemps 2009, p. 41-74.

Nebbiai 2005 = D. Nebbiai, La bibliothèque de l’abbaye de Saint-Victor de Marseille XIe-XVe siècle, Paris, 2005 (Histoire des Bibliothèques médiévales, 15).

Papsturkunden 896-1046 = Papsturkunden 846-1046, éd. H. Zimmermann, 3 vol., Vienne, 1984-1989.

Papsturkunden in Spanien = P. Kehr, Papsturkunden in Spanien. Vorarbeiten zur Hispania Pontificia. I. Katalanien. I. Archivberichte, Berlin, 1926.

Parisse 1997 = M. Parisse, Écriture et réécriture des chartes : les pancartes aux XIe et XIIe siècles, dans O. Guyotjeannin, L. Morelle, M. Parisse (dir.), Pratiques de l'écrit documentaire au XIe siècle, Paris, 1997 (Bibliothèque de l’École des Chartes, 155), p. 247-265.

Parisse – Pégeot – Tock 1998 = M. Parisse, P. Pégeot, B.-M. Tock (dir.), Pancartes monastiques des XIe et XIIe siècles, Turnhout, 1998.

Poeck 1998 = D. W. Poeck, Cluniacensis ecclesia. Der cluniacensische Klosterverband (10.-12. Jahrhundert), Munich, 1998 (Münstersche Mittelalter-Schriften, 71).

Recueil des rouleaux des morts = Recueil des rouleaux des morts (VIIIe siècle-vers 1536), éd. J. Dufour, 4 vol., Paris, 2005-2008 (Recueil des historiens de la France. Obituaires, 8).

Renault 2013 = J.-B. Renault, Saint-Victor de Marseille, des archives au cartulaire : sélection des actes, contingences archivistiques et objectifs d'une compilation (XIe siècle), dans E. Ramirez-Vaquero, V. Lamazou-Duplan (dir.), Los cartularios medievales. Escribir y conservar la memoria del poder, el poder de la memoria. Les cartulaires médiévaux. Écrire et conserver la mémoire du pouvoir, le pouvoir de la mémoire. Actes des journées d'études de Pau (novembre 2010) et de Pampelune (novembre 2011), Pau, 2013, p. 173-183.

Renault 2014 = J.-B. Renault, L’écrit diplomatique à Saint-Victor de Marseille et en Provence (ca. 950-ca. 1120), dans Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre, BUCEMA, en ligne, 18-1, 2014, http://cem.revues.org/13392.

Renault 2016 = J.-B. Renault, Scribal Activity and Diplomatic Forms in Western Provence (c. 950-c. 1010), dans S. Barret, D. Stutzmann, G. Vogeler (dir.), Ruling the Script in the Middle Ages. Formal Aspects of Written Communication (Books, Chartes and Inscriptions), Turnhout, 2016 (Utrecht Studies in Medieval Literacy, 35), p. 427-475.

Salvatori 2002 = E. Salvatori, Boni amici et vicini. Le relazioni tra Pisa e le città della Francia meridionale dall’XI alla fine del XIII secolo, Pise, 2002.

Santifaller 1957 = L. Santifaller (dir.), H. Feigl, H. Schmidinger et al. (collab.), Quellen und Forschungen zum Urkunden- und Kanzleiwesen Papst Gregors VII. I. Teil. Quellen : Urkunden. Regesten. Facsimilia, Cité du Vatican, 1957.

Sorgia 1966 = G. Sorgia, Une lettre inédite (1140) de Bernard, prieur de San Saturno, à Pierre, abbé de Saint-Victor, dans Provence historique, 16, 1966, p. 387-392.

Vie d’Isarn = Vie d’Isarn, abbé de Saint-Victor de Marseille (XIe siècle), éd. C. Caby, J.-F. Cottier, R. M. Dessi et al., Paris, 2010.

Vones 2005 = L. Vones, Päpstlicher Legat und päpstlicher Wille. Zu den Rahmenbedingungen der Legatengewalt um 1100 am Beispiel der Gesandtentätigkeit des Richard von Marseille, dans S. Weinfurter (dir.), Päpstliche Herrschaft im Mittelalter. Funktionsweisen-Strategien-Darstellungsformen, Ostfildern, 2005 (Mittelalter-Forschungen, 38), p. 335-360.

Zerner 1993 = M. Zerner, L'élaboration du grand cartulaire de Saint-Victor de Marseille, dans O. Guyotjeannin, L. Morelle, M. Parisse (éd.), Les Cartulaires, Actes de la Table ronde organisée par l’École nationale des chartes et le G.D.R. 121 du C.N.R.S., Paris, 1993, p. 217-246.

Zerner 2009 = M. Zerner, Le grand cartulaire de Saint-Victor de Marseille : comparaison avec Cluny, crise grégorienne et pratique d’écriture, dans Fixot – Pelletier 2009, p. 295-322.

Zimmermann 2003 = M. Zimmermann, Écrire et lire en Catalogne du IXe au XIIe siècle, 2 vol., Madrid, 2003 (Bibliothèque de la Casa de Velázquez, 23).

Notes

1 Sur le réseau victorin, voir principalement : Magnani 1998 et Magnani 1999. Je remercie Claire Lamy pour sa relecture et ses suggestions.

2 Sur la politique de reconquête domaniale menée en particulier sous Isarn, voir Magnani 1999, p. 208-226.

3 Voir les remarques formulées sur le réseau victorin d’après la Vie d’Isarn (p. 116-125). La version remaniée de notre de thèse de doctorat comportera une étude détaillée du réseau et de ses dépendances.

4 Transfert du monastère Saint-Ferréol par l’archevêque Léger de Vienne, 1036 (Artem 4026, ADBDR 1 H 15 no 64) ; Vie d’Isarn, p. 78-101 et étude p. 144-152 ; Butaud 2009, p. 387-391.

5 Lauwers 2009, p. 226-228.

6 Magnani 1998 ; Lauwers 2009 ; Vones 2005. Après une captivité en Germanie, Bernard a été en contact avec des moines de l’Empire avant de rentrer à Marseille en passant par Cluny. D’aucuns ont proposé d’attribuer à ces contacts le fait que le manuscrit de la Vie d’Isarn soit dû à une main germanique (Vie d’Isarn, p. XLVII-LV).

7 Zimmermann 2003, 2, p. 807-808 ; Lauwers 2013.

8 Poeck 1998 ; Iogna-Prat 1998, p. 62-74 ; Magnani 1998, p. 328-334 ; Vones 2005 ; Lauwers 2009.

9 Andenna – Herbers – Melville 2012 ; Cygler 2012 ; Barret 2008.

10 Voir supra n. 6.

11 Keller – Neiske 1997 ; Cygler – Melville – Oberste 1997.

12 Chastang 2013, p. 502-506.

13 Cygler – Melville – Oberste 1997 ; Baudin – Morelle 2016.

14 Nous avons laissé de côté la question des voyages à Rome, mus par la nécessité du paiement du cens à Saint-Pierre, bien attesté pour Saint-Victor (Délivré 2013) ou la demande de privilèges à la chancellerie pontificale.

15 Marseille, Archives départementales des Bouches-du-Rhône [désormais ADBDR], 1 H 629 et 1 H 630 ; éd. : CSV ; étudié : Zerner 1993 ; Zerner 2009 ; Renault 2013.

16 Zerner 1993, p. 232-237.

17 Liste des cens en blé dus par les prieurés de Saint-Victor, s. d., XIIe siècle (CSV no 778).

18 Les sept plus anciennes ont été éditées avec soin (Lettere originali).

19 Moyenne établie pour les lettres antérieures à 1121.

20 Fait exception une lettre [1149-1163] cotée « Sardeigne no 74 » au XVIe siècle (ADBDR 1 H 82 no 396).

21 ADBDR, no 215, note XIVe-XVe siècle : Littera pulcra ad dominum abbatem missive. ADBDR, no 395, note XVe siècle : Littera notabilis missiva.

22 Thomas Le Fournier (1675-1743), moine à Saint-Victor, y fut bibliothécaire et archiviste, restaurant ou annotant les pièces du chartrier et réalisant un recueil de copies (ADBDR 1 H 632 à 1 H 634) ; il correspondit avec Montfaucon et collabora avec Martène et Durand à qui il transmit notamment le texte de la plupart de ces lettres (Martène – Durand 1724).

23 Nebbiai 2005.

24 Renault 2014.

25 Renault 2016.

26 CSV no 430.

27 Quatre actes de donation transcrits sur la pancarte de Gréasque (ADBDR 1 H 15 no 62, CSV no 123 à 126). Donation à Saint-Victor et à Saint-Michel de Cousson par Guillaume et Ecila, son épouse, de trois modiata de terre à Vallis Justini (CSV no 747) : (Monogramme) DURANDUS monachus scripsit, abbate ISARNO mandante et Wilelmo rogante. Donation à Saint-Victor par les mêmes, d’une terre à Podius Regalis, au pied du Mont Cousson qu’ils avaient échangée avec leur fidèle Ansulfe contre un alleu à Vallis Justini. (CSV no 752) : DURANDUS MONACHUS SCRIPSIT, ABBATE ISARNO MANDANTE.

28 Voir supra n. 4.

29 (Monogramme) DURANNUS monachus scripsit Guidone et fratribus ejus rogantibus et domno Isarno abbate mandante (Artem 4046, ADBDR 1 H 20 no 86).

30 Deux autres actes de 1036 et [1047-1060] souscrits par Durand mentionnent l’ordre de l’abbé (Artem 4027, ADBDR 1 H 15 no 65 ; Artem 4211, ADBDR 1 H 39 no 181), le second concernant le diocèse d’Uzès.

31 Voir infra n. 45 (Artem 4206, ADBDR 1 H 38 no 176 ; CSV no 688 et Artem 4207, ADBDR 1 H 38 no 177). Les identifications figureront dans la version remaniée de ma thèse de doctorat.

32 Magnani 2009, p. 243-244. Cet exercice décentralisé de l’écrit diplomatique sera évoqué dans la version remaniée de ma thèse de doctorat.

33 Transfert du monastère de Sant Pere de Besalù par Bernard II, comte de Besalù : Data per manum Beraldi Massiliensis monachi, regnante domino nostro Jhesu Christo. Ill. 3 (Artem 4281, ADBDR 1 H 55 no 264). Transfert par le même du monastère de Sant Esteve de Banyoles, 1080, 8 août (CSV no 820, original perdu, acte transmis par la pancarte comprenant la copie des deux actes de transfert : Artem 4282, ADBDR 1 H 55 no 265). Sur la pancarte, l’acte de transfert de Banyoles, daté du même jour, est souscrit par un certain Géraud. Compte tenu de l’unité de temps et de lieu, il semble qu’il s’agisse du même scribe et que le copiste de la pancarte se soit trompé d’une lettre.

34 Transfert de Sainte-Marie de Gerri (CSV no 824) : Signum domni Ugonis, levite et capellani abbatis Richardi jam dicti, qui hanc cartam scripsit die et anno quod supra. (SIGNUM SIGNUM SIGNUM).

35 Notice d’un plaid tenu à Spéluques par l’abbé Richard pour régler la contestation entre les abbayes de Lérins et de Saint-Victor au sujet de Mougins, 1099 (Artem 4402, ADBDR 1 H 61 no 294).

36 Autres exemples : Souscription de Pons, moine de Saint-André [de Villeneuve-lès-Avignon], dans la donation à Saint-Victor de l'église Saint-Roman et Saint-Jean de Venasque en 1048 (Artem 4050, ADBDR 1 H 25 no 112). Transfert de l’abbaye Sorèze à Saint-Victor, par Frotaire, évêque de Nîmes, 1064, établi en deux exemplaires, celui pour Saint-Victor portant la souscription de Raimond, moine de Psalmodi (Artem 4227, ADBDR 1 H 42 no 200) : Bernardus monachus scripsit [unam cartam. Raimundus Psalmodiensis scripsit alteram].

37 Indiquée : Barcelone, Biblioteca de Catalunya, ms. 430, Roc d’Olzinelles, Indice de las donaciones de condes, reyes y papas existentes en el Archivo de Ripoll, f. 63r ; absente des relevés des actes ripollais établis par Baluze (Paris, BnF, Coll. Baluze, t. 107) ; copie sans doute perdue lors de la destruction des archives de Ripoll en 1835. L’identification avec le privilège de confirmation du 4 juillet 1079 (Artem 4277, ADBDR 1 H 54 no 259 ; JL 5134 ; CSV no 843 ; Papsturkunden in Spanien, p. 124, n. 4 ; Santifaller 1957, p. 199-206, no 173) est due à par Paul Kehr.

38 Urbain II, pape, confirme à Saint-Victor ses nouvelles dépendances, 1089, 20 février (Copie : ADBDR 1 H 60 no 287 ; CSV no 839 ; JL 5392 ; Copie partielle au Cartulaire de l’Église de Tolède I, Archives Nationales, Madrid, f. 56v-57r, éd. Fita 1906, p. 284-286, no 2).

39 Lemarié 1965 ; Nebbiai 2005, p. 47. Bréviaire de Ripoll : Paris, BnF, lat. 742. Bréviaire de Saint-Savin de Lavedan : Toulouse, BM, ms. 173 et Bagnères-de-Bigorre, BM, ms. 31-32.

40 Artem 4275, 1 H 54 no 257 ; Ill. 1. Lettere originali, p. 11-16, no 2.

41 L’étude des pancartes victorines figurera dans la version remaniée de ma thèse.

42 Parisse 1997 ; Parisse – Pégeot – Tock 1998 ; Guyotjeannin – Morelle 2007, p. 377 ; Morelle 2009.

43 Artem 4777, ADBDR 1 H 20 no 88 ; Martène – Durand 1724, col. 406 ; CSV no 1051 et 1052 ; note dorsale du XIe siècle : CARTA SANCTI MICAELIS / DE FALIO IN ISPA/NIA. Transfert de l’église Sant Miquel del Fai par Gombaud de Besora, 1042. Engagement par Mir et Gisla de ne pas ravir à Sant Miquel del Fai les alleux et églises que Gombaud de Besora lui avait donnés ou pouvait lui donner, s. d. [1047-1060]. Original du premier acte : Artem 4047, ADBDR 1 H 20 no 87.

44 Accord conclu entre Mir Géribert, Gisla son épouse, et Mir, abbé de San Sebastià, pour faire réformer le monastère par Saint-Victor, 1052, 14 juillet. Accord entre Mir Géribert, son épouse, d’une part et ses enfants d’autre part, confirmant le transfert du monastère à Saint-Victor, 1059 (Artem 4166, ADBDR 1 H 30 no 136 ; éd. Martène – Durand 1724, col. 431-432, 447-448). Pancarte de Besalù et Banyoles, voir supra, n. 33.

45 ADBDR 1 H 1. Fondation du monastère par Aredius-Petruinus, évêque de Vaison, 684 (éd. Boyer de Sainte-Marthe 1731, Livre II, p. 7-13 ; CSV no 1038). Confirmation de cette fondation par Clovis III, roi des Francs, 692 (éd. Die Urkunden der Merowinger, p. 337-399, no 133 ; Boyer de Sainte-Marthe 1731, Livre II, p. 13).

46 Artem 3974, ADBDR 1 H 5 no 13, rouleau composé de deux peaux (850 × 170mm), au verso, note Carta Rivipollentis écrite au XIe siècle, lisible quand le parchemin était roulé (JL no 3655 ; PL, t. 133, col. 907 ; Papsturkunden 896-1046, t. 1, p. 223-225, no 127 ; original sur papyrus détruit, indiqué : Roc d’Olzinelles [voir n.37], f. 62v).

47 ADBDR 1 H 38 no 179 ; CSV no 1045-1050, Martène – Durand 1724, col. 406-408.

48 Cartulaire-rouleau du Monastier-Chirac, commencé au début du XIIe siècle (Rodez, AD Aveyron, D 250 ; éd. Belmon 1994, p. 44-95). Cartulaire-rouleau du prieuré de Roumanou, rédigé vers 1170 (ADBDR 1 H 90 no 436 ; étude et éd. Amargier 1991, p. 159-167).

49 Acte de consécration de Sant Joan de les Abadesses, 875, copie du Xe siècle (Artem 3968, ADBDR 1 H 3 no 6 ; Albanès 1886, p. 454-456, no 1). Confirmation des possessions du monastère de Sant Joan par Arnuste, archevêque de Narbonne, et d’autres évêques réunis en concile à Barcelone, 906 (Artem 3970, ADBDR 1 H 5 no 9 et copie Xe siècle : Artem 3971, ADBDR 1 H 5 no 10).

50 Diplomatari de Sant Joan, p. 103-107, no 53. Vones 2005, p. 335-336.

51 Bible de Ripoll : Vatican, Bibl. Apostolica Vaticana, Vat. Lat. 5729 (Nebbiai 2005, p. 293). Recueil chronologique et cosmographique : Vatican, Bibl. Apostolica Vaticana, Reg. Lat. 123 (Albanès 1886 ; Zimmermann 2003, 2, p. 808-810 ; pour une bibliographie plus complète sur ce recueil, voir Nebbiai 2005, p. 48-50 et 292).

52 La venue d’Isarn, en 1047, en ce prieuré étant sans doute encore dans les mémoires (Recueil des rouleaux des morts, no 74, p. 154-155).

53 Voir supra n. 44.

54 Plusieurs actes de transfert mentionnent l’adoption des coutumes du monastère marseillais (consuetudines dans cinq actes, constitutiones dans quatre actes, disciplina dans deux actes). Vie d’Isarn, p. 122-123, n. 33.

55 Artem 4237, ADBDR 1 H 45 no 212 (Ill. 4) ; Lettere originali, p. 3-9, no 1 ; Ammannati 2007, p. 60, no 1 et étude, p. 50-54.

56 Artem 4309, ADBDR 1 H 62 no 297.

57 Artem 4278, ADBDR 1 H 55 no 261 et Artem 4292, ADBDR 1 H 58 no 277. La donation de l’église de Camboury en Albigeois à Saint-Amans [de Rodez] et à Saint-Victor semble attester d’une première tentative de rattachement sous l’abbatiat de Durand (Artem 4236, ADBDR 1 H 45 no211 ; Lauwers 2009, p. 226).

58 Voir supra n. 40.

59 Artem 4276, ADBDR 1 H 54 no 258; Lettere originali, p. 33-41, no 5, 1070-1076, octobre.

60 Mazel – Lauwers, 2009, p. 137-141 (reproduction); Lauwers 2009, p. 230-232.

61 Lauwers 2013, p. 275-276.

62 ADBDR 1 H 84 no 407; Ill. 5 (éd. Martène – Durand 1724, col. 697 et Albanès 1886, p. 457-458). Le nom de G. de Cambolads apparaît curieusement sur une zone grattée.

63 Par exemple lors des transferts de Sorèze, en 1062 (Artem 4227, ADBDR 1 H 42 no 200) et de Castres, en 1073 (Artem 4261, ADBDR 1 H 50 no 240).

64 Voir supra n. 55 et ill. 3.

65 Voir supra n. 44. Un acte non daté souscrit par Durand se situe cependant entre 1047 et 1060 (Artem 4211, ADBDR 1 H 39 no 181).

66 Belmon 1994, p. 25-26.

67 Artem 4364, ADBDR 1 H 76 no 370 (éd. Martène – Durand 1724, col. 522-523 ; Lettere originali, p. 111-119, no 12 ; Lauwers 2013, p. 291-292 et reproduction p. 272).

68 ADBDR 1 H 82 no 396 ; Martène – Durand 1724, col. 810-811.

69 Reconnaissance de soumission de l’abbé de Vabres et de prieurs dépendants de lui, 1137, vidimus de 1235 (CSV no 892) ; serment de l’abbé de Ripoll, Raimond de Sesguinyoles (CSV no 823), probablement datable de l’abbatiat de Pierre II Salomon (1134-1146) et non de celui de Pierre III de Nogaret (1166-1179), si l’on se fie à la mention des quatre abbés ripollais précédents (Llagostera Fernández 1995-1996, p. 26, n. 39 et 40).

70 Guilloreau 1910-1911. Lettres du pape Clément III, 1188-1189 (CSV no 855, 877, 878, 879 ; JL 16293, 16312, 16346 et 16383). Visite de Vabres en 1217 (CSV no 891).

71 CSV no 886. Sur l’abbé Bonfils et son action, voir Guilloreau 1910-1911, p. 84-88.

72 CSV no 887, 888 et 889. Le premier concerne deux prieurs catalans et un prieur de Pise, le second Sant Sebastià dels Gorgs et le 3e Saint-Saturne de Cagliari.

73 Original perdu. Copie : Paris, BnF, nouv. acq. lat. 1304, f.. 253-254. éd. : Sorgia 1966 ; étude : Lauwers 2013, p. 276.

74 Artem 4240, ADBDR 1 H 45 no 215. Martène – Durand 1724, col. 469-471 ; Dufour – Giordanengo – Gouron 1979 ; Salvatori 2002, p. 118-119.

Auteur

Université de Lorraine, jean-baptiste.renault@univ-lorraine.fr

© Publications de l’École française de Rome, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search