Version classiqueVersion mobile

Les mobilités monastiques en Orient et en Occident de l’Antiquité tardive au Moyen Âge (IVe-XVe siècle)

 | 
Olivier Delouis
, 
Maria Mossakovska-Gaubert
, 
Annick Peters-Custot

Mobilités et institutions monastiques

Les assemblées de moines dans les congrégations monastiques en Égypte (IVe-VIe siècle)

Maria Mossakowska-Gaubert

Note de l’auteur

Je remercie vivement Ewa Wipszycka pour les échanges que nous avons eus à propos de cet article. Je remercie également Annie Forgeau d’avoir vérifié le français de ce texte.

Texte intégral

  • 1 Les moniales n’assistaient pas à ces réunions, telles les moniales chénoutiennes qui menaient leur (...)

1Les congrégations qui regroupaient plusieurs monastères cénobitiques et éventuellement aussi des communautés semi-anachorétiques, organisaient quelquefois par an des assemblées réunissant tous ses membres1. Pour se rendre à l’assemblée, les moines pouvaient avoir à se déplacer de plusieurs centaines de kilomètres pour rejoindre le monastère principal. L’organisation de l’accueil sur place nécessitait un effort logistique considérable. Pour la période comprise entre le IVe et le VIe siècle, nous disposons de sources concernant deux congrégations : celle de Pachôme (mort en 346 ou 347) qui, fondée en Thébaïde dans les années vingt et trente du IVe siècle, s’étendit par la suite à une zone géographique plus importante, et celle crée vers le milieu du IVe siècle dans la région d’Akhmîm (Panopolis) par Pcol, dirigée ensuite par Ebonh, et développée et réorganisée par Chénouté (après l’an 385).

2Les assemblées générales tenues dans ces congrégations n’ont jamais fait l’objet d’une étude de synthèse ; les recherches ponctuelles auxquelles elles ont donné lieu – relatives notamment aux aspects spirituels et administratifs –, sont décevantes sur plusieurs points : elles négligent la question de l’organisation des déplacements et de l’accueil sur place. C’est cette problématique qui sera au cœur de la présente contribution.

Dates des assemblées

Les pachômiens

  • 2 Lettres V et VII.
  • 3 Lettres I et II.
  • 4 Lettre de notre Père Théodore adressée à tous les monastères au sujet de Pâques ; Lettre de notre (...)
  • 5 Pour un commentaire sur les lettres de Horsièse et de Théodore, présentées dans la perspective plu (...)
  • 6 Règles, Praefatio 7-8 ; Praecepta 27 ; Lettre d’Ammon évêque, ch. 21 ; Vita graeca prima 83 ; Vita (...)
  • 7 Lettre de notre Père Théodore pour la rémission, 59.
  • 8 Lettre VII ; Vies coptes de Pachôme (Bo), trad. Lefort, p. 132, ch. 71 et (S4) p. 310, ch. 71.
  • 9 De Vogüé 1986, p. 48-49.

3Plusieurs lettres de Pachôme2, d’Horsièse3 et de Théodore4 rédigées à l’occasion des assemblées générales sont préservées5. Les assemblées sont mentionnées aussi dans d’autres textes appartenant au dossier pachômien6. Les moines de la congrégation se réunissaient dans le monastère de Pboou deux fois par an : pour célébrer la Semaine Sainte et la fête de Pâques, puis, au mois de Mesorê – dernier mois de l’année dans le calendrier égyptien –, à la période suivant la récolte et pendant une pause dans les travaux agricoles causée par la crue du Nil. D’après une des lettres de Théodore, la seconde réunion avait lieu le 1er Mesorê7 (c’est-à-dire le 25 juillet), mais une des lettres de Pachôme ainsi que certaines Vies de Pachôme rédigées en copte fixent le début de l’assemblée le 20e jour du mois de Mesorê8 (c’est-à-dire le 13 août). Selon Adalbert de Vogüé, ce serait Théodore (mort en 368), qui, vers la fin de sa vie, aurait modifié la date au 1er Mesorê9 pour des raisons que nous ignorons. Dans les Vies de Pachôme se trouverait donc la date originelle, instaurée par Pachôme lui-même.

Les chénoutiens

  • 10 Vita et opera omnia, éd. Leipoldt, p. 120 (*310) ; Canon 3 et Canon 9 (d’après Layton 2008, n. 12, (...)
  • 11 Canons, éd. Layton, Règle no 79. H. Wiesmann (Vita et opera omnia, trad. Wiesmann, p. 72) a tradui (...)
  • 12 Layton 2008, p. 77.
  • 13 Cf. Canons, éd. Layton, Règles nos 252 et 314.

4À propos de la congrégation chénoutienne, nos informations sont beaucoup plus limitées. Les moines se réunissaient dans le monastère principal « pour quatre sabbaton (copt.) » dans l’année10 : d’après Bentley Layton, il s’agit dans ce passage de « four weeks »11. Les assemblées avaient lieu vraisemblablement la première semaine du Carême, la semaine de Pâques et encore en deux autres occasions difficiles à préciser12, semble-t-il organisées toujours pendant des périodes de jeûne13.

Les déplacements des moines se rendant aux assemblées

Les pachômiens

  • 14 Sur ces questions voir Wipszycka 2013, p. 27-28.
  • 15 Voir Lefort 1939, p. 393-397 ; Gascou – Fournet 2002, p. 40 ; Wipszycka 2009, p. 218-225.

5Dans le cas de la congrégation pâchomienne, l’organisation était très complexe. À la mort de Pachôme en 347, il existait neuf communautés monastiques pachômiennes (fig. 1) : en Thébaïde (Tabennési, Pboou-Phbôou, Chénoboskion, Monchosis-Thmousons, Thbéou-Thbéw), dans la région de Panopolis (Tse, Panopolis-Šmin, Tesminé) et près de Latopolis (Phnoum). Certaines regroupaient deux monastères, un pour les hommes et un pour les femmes (comme Tabennési), ou un grand et un petit monastères pour les hommes (Chénoboskion et Pesterposen). Les successeurs directs de Pachôme ont fondé d’autres monastères (fig. 2) : un dans la Thebaïde (Bechné), un près de Panopolis (Ptolémais) et deux dans la région hermopolitaine en Moyenne Égypte (Kaior-Kahior, Ouoi-Nauoi). S’y ajoute un monastère – appelé vers 404 « Métanoïa », fondé vers 391 à Canope près d’Alexandrie. Enfin, les sources papyrologiques du VIe siècle mentionnent quatre monastères pachômiens près d’Hermopolis (Stratoniké, Afroditô, Pouinkoris) et d’Antinoé (Périsitéra). Il est difficile d’évaluer le nombre de monastères de l’époque des premières fondations encore en fonction au VIe siècle, mais il est certain que les monastères de Tabennési, Pboou et celui de la « Métanoïa » continuaient d’accueillir les moines. Il se peut d’ailleurs qu’il y ait eu d’autres fondations pachômiennes dont nous ignorons l’existence14. Les monastères pachômiens étaient fondés dans des villages abandonnés, ou dans des faubourgs de village ou de ville situés dans la vallée du Nil, souvent au bord ou à proximité du fleuve. Certains se trouvaient dans le désert, toujours cependant à proximité de la vallée du Nil15.

Fig. 1 – Les communautés pachômiennes de Haute Égypte (dessin d’après Martin 1996, p. 125, fig. 8 © A. Martin).

Fig. 1 – Les communautés pachômiennes de Haute Égypte (dessin d’après Martin 1996, p. 125, fig. 8 © A. Martin).

Fig. 2 – Carte des sites monastiques d’Égypte (dessin © G. Ochała).

Fig. 2 – Carte des sites monastiques d’Égypte (dessin © G. Ochała).
  • 16 Tous les calculs indiqués ici sont approximatifs.

6Les distances étaient souvent conséquentes entre les différents monastères et le monastère principal de Pboou ; celui-ci se trouvait, suivant les bornes du Nil, à environ 150 km16 au nord du monastère de Phnoun, à environ 120 km au sud des monastères de Panopolis, et à 340 km environ du monastère de Kahior, si toutefois la localisation de ce dernier est correcte. Enfin, la « Métanoïa » était éloignée, par la voie fluviale, de plus de 900 km de Pboou.

  • 17 Voir notamment Gascou – Fournet 2002. En ce qui concerne des bateaux utilisés par d’autres communa (...)
  • 18 Gascou – Fournet 2002, p. 40.
  • 19 Vita graeca prima 71 ; Vies coptes de Pachôme (Bo), trad. Lefort, p. 127, ch. 66 (cf. S4, p. 305, (...)
  • 20 P. ex. Vies coptes de Pachôme, trad. Lefort (Bo), p. 121, ch. 59 ; Vies coptes de Pachôme (S5), tr (...)
  • 21 Vies coptes de Pachôme (Bo), trad. Lefort, p. 101-102, ch. 30 (cf. S4, p. 295, ch. 30).
  • 22 Vita graeca prima 55 ; 60 ; Vies coptes de Pachôme (Bo), trad. Lefort, p. 197, ch. 185.
  • 23 P. ex. Vies coptes de Pachôme (Bo), trad. Lefort, p. 152, ch. 89 ; cf. S4, p. 315 ; Vies coptes de (...)
  • 24 Vita graeca prima 113 ; Vies coptes de Pachôme (Bo), trad. Lefort, p. 195, ch. 183.
  • 25 Gascou – Fournet 2002, p. 31.
  • 26 Ibid., p. 38-39.
  • 27 Ibid., p. 43.

7Quels étaient les moyens de transport utilisés par les moines pachômiens pour se rendre à l’assemblée ? Si les moines venant de monastères proches de Pboou, pouvaient se déplacer à pied ou à dos d’âne, il n’en allait pas de même pour ceux qui devaient parcourir des distances dépassant un à deux jours de marche. Précisément les sources écrites nous apprennent que la batellerie de la congrégation connut un développement progressif dès la première génération de moines pachômiens17, et que certains monastères possédaient leur propre port18. Les bateaux (fig. 3) étaient employés pour la récolte de roseaux19, pour se rendre dans un monastère afin d’y fabriquer du pain20 ou pour tout autre service21, pour le voyage d’un supérieur en visite dans un monastère22, pour aller chez l’évêque d’Alexandrie et pour les voyages d’affaire effectués entre la Haute Égypte et la capitale23, enfin, pour transporter des marchandises24. Les embarcations pachômiennes transportaient aussi du blé collecté dans le cadre du système fiscal d’État : ce service était probablement rémunéré et exécuté dans le cadre de contrats passés avec l’administration fiscale25. Cette activité est attestée pour le VIe siècle notamment, mais il se peut que, dès le troisième quart du IVe siècle, les moines aient été engagés dans le système de l’annona. On suppose que les bateaux pachômiens transportaient parfois aussi, au moins au VIe siècle, du courrier d’habitants laïques de Haute Égypte26. Malgré l’absence d’indices directs, il est fort probable que les moines se soient rendus en bateau aux assemblées annuelles organisées dans le monastère principal. D’après Jean Gascou et Jean-Luc Fournet, les moines de la « Métanoïa » qui descendaient à Pboou pour l’assemblée du mois de Mesorê, chargeaient au retour du blé collecté dans le cadre de l’annona à Aphrodité et à Hermopolis27.

Fig. 3 – Bateau avec des moines (?) : monastère de Saint-Jérémie à Saqqara, pièce no 782 (dessin d’après Quibell 1909, p. 13, fig. 3).

Fig. 3 – Bateau avec des moines (?) : monastère de Saint-Jérémie à Saqqara, pièce no 782 (dessin d’après Quibell 1909, p. 13, fig. 3).
  • 28 Sur les conditions de la navigation suivant le cycle annuel de la crue du Nil, voir Cooper 2014, p (...)
  • 29 Vinson 1998, p. 56-57. Voir aussi Lewis 1988, p. 142, qui estime à 40 km par jour la vitesse d’un (...)

8Ces voyages devaient être parfois difficiles et même dangereux. Au printemps, pour se rendre à la fête de Pâques, on naviguait sur les eaux du Nil déjà basses, encourant le risque d’échouage et de tempêtes de sable, avec un vent violent du sud dominant. Quant à la réunion de Mesorè, elle avait lieu au plus haut de la crue du Nil, avec un vent nord-ouest dominant, et les conditions de navigation étaient plus favorables ; on s’exposait cependant à naviguer sur les terres inondées28. Il n’est pas aisé de calculer la durée de ces voyages, faute d’informations précises pour cette époque. À partir des estimations de Steve Vinson, fondées sur les sources papyrologiques de la période gréco-romaine, selon lesquelles les bateaux commerciaux se déplaçaient sur le Nil, en moyenne, de 30 à 40 km par jour29, on peut raisonnablement penser qu’un aller simple entre Pboou et la « Métanoïa », sur un grand bateau destiné à charger du blé, durait de 20 à 30 jours.

Les chénoutiens

  • 30 Canons, éd. Layton, Règle no 79.
  • 31 Canons, éd. Layton, Règle no 301.
  • 32 Canons, éd. Layton, Règle nos 301, 488.
  • 33 Canons, éd. Layton, Règle no 486.
  • 34 Canons, éd. Layton, Règle no 80. Nous pouvons supposer que les femmes-ermites allaient rejoindre l (...)

9À l’époque de Chénouté, existaient dans la congrégation deux monastères cénobitiques destinés aux hommes, le Monastère Rouge, éloigné d’environ 3 km du monastère principal, le Monastère Blanc (cf. fig. 2). Les laures semi-anachorétiques faisant partie de la congrégation devaient se situer dans le voisinage de ce dernier. Les monastères chénoutiens étaient situés dans le désert, à proximité des terrains cultivables. Pour atteindre le monastère principal, les chénoutiens effectuaient donc sans doute leur trajet à pied, tandis que les moines malades étaient exemptés30. En outre, les deux monastères d’hommes possédaient chacun un ou deux chameaux31, quelques ânes32 ainsi que des chevaux33; il est donc possible, qu’exceptionnellement un moine ait pu monter un de ces animaux pour pouvoir se rendre à l’assemblée. Les ermites appartenant à la congrégation, hommes comme femmes, étaient expulsés de la communauté s’ils refusaient de se déplacer34.

  • 35 Sur la transmission des règles chénoutiennes et et les difficultés de ce sujet voir Boud’hors 2015 (...)
  • 36 P. Paramone 14.

10Les données manquent sur le développement de la congrégation après la mort de Chénouté (vers 451), mais la fondation de nouveaux monastères est vraisemblable35, tel celui pour les moniales dans l’oasis du Fayoum, attesté dans une lettre datée au VIe-VIIe siècle36.

Séjour à l’assemblée

11Les vestiges archéologiques des monastères chénoutiens et, à un moindre degré, des pachômiens, complètent les données fournies par les sources écrites, abondantes pour les seconds et indigentes pour les premiers. À l’appui de mon analyse, j’utiliserai également des exemples provenant d’autres monastères qui n’appartenaient à aucune congrégation.

Le nombre de moines appartenant à la congrégation

  • 37 Wipszycka 2009, p. 419-426.
  • 38 Lettre d’Ammon évêque, ch. 21.
  • 39 Lettre d’Ammon évêque, ch. 2.

12Pour se rendre compte de l’échelle à laquelle ces réunions ont été organisées, il faut d’abord évaluer combien de moines y participaient. Dans son étude consacrée aux « Moines et communautés monastiques en Égypte (IVe-VIIIe siècles) », Ewa Wipszycka a montré que le témoignage le plus digne de confiance est celui de l’évêque Ammon qui, dans sa jeunesse, a été pendant trois ans (352-355) moine à Pboou37. Dans ses souvenirs sur Théodore et les pachômiens, Ammon mentionne l’assemblée de Pâques où plus de 2000 moines se sont rassemblés à Pboou38, à un moment où 600 moines résidaient dans le monastère39. Tous cependant ne devaient pas participer à l’assemblée, car il fallait, au sein des communautés, continuer à s’occuper des moines malades, des cheptels vifs et assurer la gestion du monastère lui-même.

  • 40 Vie arabe de Shenoudi, éd. Amelineau, p. 331. Sur la question du nombre de moines chénoutiens dans (...)
  • 41 Voir infra, « Les témoignages des vestiges archéologiques ».
  • 42 P. ex. la thèse de doctorat de Louise Blanke soutenue en 2015 (Blanke 2015).

13Seule la version arabe de la Vie de Chénouté livre des renseignements sur le nombre de moines de la congrégation : 2200 moines et 1800 moniales40. Ce texte, très tardif par rapport aux événements décrits, ne semble sur ce point guère crédible ; les chiffres sont certainement excessifs. Dans la mesure où les dimensions de l’église principale du « Monastère Blanc » et celles de Pboou sont, dans leurs phases datées de la deuxième moitié du Ve siècle, quasi identiques41, il se peut que les deux monastères aient eu alors le même nombre de moines. Seule une publication de nouveaux témoignages archéologiques pourrait permettre d’évaluer plus précisément le nombre de moines chénoutiens42.

L’assemblée de Pâques chez les pachômiens

  • 43 Lettre d’Ammon évêque, ch. 21.
  • 44 Voir particulièrement la Lettre de notre Père Théodore adressée à tous les monastères au sujet de (...)
  • 45 Cf. F. Halkin, Introduction, dans Sancti Pachomii Vitae graecae, p. 90*-91*.
  • 46 Vita graeca prima 83 : « Deux fois l’an, [les frères – ce mot ne figure pas dans le texte grec] se (...)
  • 47 Sur la datation de la rédaction de la Vie de Pachôme et des différentes variantes, voir Wipszycka (...)
  • 48 Vita graeca tertia 134 ; Vies coptes de Pachôme (Bo), trad. Lefort, p. 132, ch. 71 (cf. S4, p. 310 (...)

14Selon les lettres de Pachôme et de Théodore susmentionnées, ainsi que la Lettre d’Ammon43, tous les moines, qui n’avaient pas d’empêchement majeur44, se rendaient à Pboou pour les Pâques. Or le texte de la première Vie grecque de Pachôme, considéré comme le plus fiable, dont la rédaction primitive – remaniée ensuite –, date probablement des dernières décennies du IVe siècle45, indique qu’à l’assemblée de Pâques et à celle du mois de Mesorê, venaient uniquement « les frères dans les charges »46. La contradiction se résout si l’on considère que le passage reflète la réalité de l’époque de sa rédaction ou de sa compilation, et non pas celle du temps de Pachôme. Quant aux autres Vies de Pachôme, grecques et coptes, rédigées ou compilées après la Vita prima, dont la datation est difficile à établir47, ne font mention d’aucune restriction mise à la participation aux assemblées générales48. On peut donc supposer qu’à l’époque de Pachôme comme encore à celle de Théodore, tous les moines se réunissaient pour les Pâques dans le monastère principal. Puis, lorsque la population de la congrégation s’est accrue et que les monastères se sont multipliés, comme il n’était plus possible de réunir tous les membres de la congrégation, seuls étaient convoqués les moines responsables et les représentants de communautés, et cela dès peut-être la fin du IVe siècle. Toutefois, dans la tradition communautaire, l’assemblée de Pâques restait considérée comme la réunion de toute la congrégation et c’est ainsi qu’elle est décrite dans les textes plus tardifs.

  • 49 Vies coptes de Pachôme (Bo), trad. Lefort, p. 226, ch. 205.
  • 50 Vies coptes de Pachôme (Bo), trad. Lefort, p. 205-207, ch. 189.
  • 51 Lettre de notre Père Théodore adressée à tous les monastères au sujet de Pâques ; Vies coptes de P (...)
  • 52 Lettre d’Ammon évêque, ch. 21 ; Vies coptes de Pachôme (Bo), trad. Lefort, p. 226, ch. 205.

15Les moines rassemblés dans le monastère principal pour célébrer les Pâques participaient à l’eucharistie commune49. Ils écoutaient aussi une lettre pascale envoyée par l’évêque d’Alexandrie50 et c’est à cette occasion qu’avait lieu le baptême des catéchumènes51. Les assemblées offraient aussi la possibilité d’écouter les enseignements du supérieur de la congrégation52.

L’assemblée de Mesorê chez les pachômiens

  • 53 Soit la traduction de la version latine du titre de la Lettre VII.
  • 54 Cf. aussi de Vogüé 1986, p. 40.
  • 55 Vita graeca prima 83.
  • 56 Sur différents aspects de cette assemblée voir, p. ex. Delhougne 1969, p. 375-377 ; de Vogüé 1986, (...)
  • 57 […] ut rite omnium peccatorum atque operum remissio compleatur.
  • 58 Voir aussi Règles, Praefatio 8 et Praecepta 27.
  • 59 Quand un moine avait reconnu dans sa conscience son « état de pécheur », il confessait ses péchés, (...)
  • 60 de Vogüé 1986, p. 17.
  • 61 Pour la datation de cette Vie, voir la note no 45.
  • 62 Voir la note no 56.
  • 63 Sur les différentes formes de la pénitence pratiquées en Orient dans l’Antiquité tardive, voir Lig (...)

16Une Lettre de Pachôme rédigée à l’occasion de l’assemblée de Mesorê est adressée « à tous les monastères pour que tous les pères des monastères et les chefs de maison se réunissent au monastère de Pboou le vingtième jour du mois que les Égyptiens nomment Mesorê […] »53. Il semble donc que, dés les origines, c’était essentiellement les responsables de l’ensemble des monastères qui étaient réunis54. Un passage de la première Vie grecque de Pachôme, précédemment cité55, semble le confirmer. Ayant lieu à la fin de l’année, l’assemblée, à une certaine période en tout cas, avait un caractère double : spirituel et administratif 56. D’après la version latine du titre de la Lettre VII de Pachôme, elle était organisée « […] afin d’y accomplir solennellement la remise de tous les péchés et d’établir le compte de tous les travaux »57. On peut donc supposer qu’à côté des moines « en charge », étaient aussi présents les frères auxquels s’appliquait la clause relative à la « remise de péchés »58, sans qu’on sache cependant s’il s’agissait uniquement de ceux ayant commis des fautes particulièrement graves et ayant déjà accompli leur pénitence, ou d’autres frères « pécheurs »59. Or, d’après la même Lettre de Pachôme, les moines se rassemblaient « […] pour vous pardonner les uns les autres, afin que, selon le commandement de l’Évangile, chacun remette à ses frères ses dettes, ses rancœurs, ses rivalités ». Dans la version copte de la Lettre de notre Père Théodore pour la rémission, cet aspect spirituel est décrit ainsi : « […] la rémission, qui a pour effets mystiques le pardon, la purification et la conscience saine […] »60. Cependant aucune version de la Vie de Pachôme ne mentionne l’acte de la « remise de péchés » lors de l’assemblée de Mesorê. Il est donc possible que cet aspect de l’assemblée ait été abandonné déjà lors des dernières décennies du IVe siècle – la période de la rédaction primitive de la Vita prima61. Bien que cette coutume soit mentionnée par Jérôme dans sa Préface et la traduction des Règles pâchomiennes62, rédigées en 404, il se peut que des moines pachômiens aient rapporté à Jérôme des pratiques déjà « anciennes ». À cette période, la « pénitence publique »63 annoncée et exécutée en présence d'autres frères continuait, sans doute, à être en vigueur au sein de chaque monastère de la congrégation.

  • 64 Pachôme, Lettre VII ; Règles, Praecepta 27 ; Lettre de notre Père Théodore pour la rémission ; Vit (...)
  • 65 Règles, Praecepta 27.
  • 66 Règles, Praefatio 8 ; cf. Vita graeca prima 79 et 83.
  • 67 Vies coptes de Pachôme (Bo), trad. Lefort, p. 132, ch. 71.

17Quant à l’aspect administratif de l’assemblée, il revenait au grand économe de la congrégation de recevoir l’ensemble des comptes rendus en provenance de tous les monastères64. Durant l’année, à la fin de chaque semaine, les supérieurs de monastères et les chefs de maisons enregistraient les travaux effectués par leurs communautés pour ensuite préparer une reddition annuelle des comptes65. L’assemblée de Mesorê était aussi l’occasion pour le supérieur de nommer les nouveaux responsables66 et de communiquer ses instructions67.

Les assemblées de chénoutiens

  • 68 Canons, éd. Layton, Règle no 163.
  • 69 Canons, éd. Layton, Règles nos 166-170, 173, 296, 306.
  • 70 Canons, éd. Layton, Règle no 370.
  • 71 Canons, éd. Layton, Règle no 252.
  • 72 Canons, éd. Layton, Règle no 345.
  • 73 Canons, éd. Layton, Règle no 370.
  • 74 Canons, éd. Layton, Règle no 413.

18La documentation concernant les assemblées dans la congrégation chénoutienne est très limitée. Dans un passage des Canons, il est question d’une « grande assemblée » – s’agit-il d’une assemblée de la congrégation ou seulement d’un monastère ? – pendant laquelle tous les moines devaient prier ensemble : douze « séries » de prière à l’aube et douze le soir68. En dehors du moment des assemblées, les « séries » de prière étaient organisées différemment69. Les moines assistaient aussi à lecture des écritures saintes70, mais aussi de toutes les lettres de Chénouté, contenant ses « ordonnances » et enseignements71. On examinait aussi les paroles et les actes des moines72. Personne n’était autorisé à rester seul à cette période, pas même les candidats pour devenir moines73 et les enfants habitant dans les monastères74.

Le témoignage des vestiges archéologiques

  • 75 Voir Van Lantschoot 193 ; Debono 1971 ; Grossmann 2002, p. 546-552. 

19L’eucharistie et le baptême se déroulaient, sans aucun doute, dans la plus grande église du monastère principal. Quelques vestiges de l’église principale du monastère de Pboou sont encore visibles sur place (fig. 4). Trois phases de construction du bâtiment peuvent être distinguées75 (fig. 5). Le dernier édifice est une basilique à cinq nefs consacrée vraisemblablement en 459, bâtie en briques cuites avec des colonnes de granit rose, dont certaines atteignent 5 m 50 de hauteur et 75 cm de diamètre à la base. La longueur de l’édifice était de 73 m environ, sa largeur de 38 m environ et la surface de 2774 m2 environ.

Fig. 4 – Ruines de l’église principale du monastère de Pboou (photo d’après Lefort 1939, pl. XIII, g).

Fig. 4 – Ruines de l’église principale du monastère de Pboou (photo d’après Lefort 1939, pl. XIII, g).

Fig. 5 – Plan de l’église principale du monastère de Pboou (dessin d’après Grossmann 2002, fig. 163 © P. Grossmann).

Fig. 5 – Plan de l’église principale du monastère de Pboou (dessin d’après Grossmann 2002, fig. 163 © P. Grossmann).

20L’église principale du « Monastère Blanc » de la congrégation chénoutienne est toujours en usage (fig. 6). Les parties les plus anciennes sont datées de la deuxième moitié du Ve siècle. Construit en blocs de calcaire, avec des colonnes de granit, le bâtiment, à trois nefs, est muni d’une abside en forme de triconche (fig. 7). Il mesure environ 75 m de longueur, sa largeur est de 37 m environ, et sa surface de 2775 m2. La coupole du sanctuaire se dresse à 18 m de hauteur environ.

Fig. 6 – L’église principale du « Monastère Blanc » (photo prise en 2002 © M. Mossakowska-Gaubert).

Fig. 6 – L’église principale du « Monastère Blanc » (photo prise en 2002 © M. Mossakowska-Gaubert).

Fig. 7 – Plan de l’église principale du « Monastère Blanc » (dessin d’après Grossmann 2002, fig. 150 © P. Grossmann).

Fig. 7 – Plan de l’église principale du « Monastère Blanc » (dessin d’après Grossmann 2002, fig. 150 © P. Grossmann).
  • 76 Quibell 1912, p. I-VII. Pour une analyse récente du matériel archéologique voir Grossmann 1991, ai (...)
  • 77 Quibell 1912, p. 7-8.
  • 78 Ibid., p. 3-4.

21Lors des moments dépourvus de caractère liturgique, les moines pouvaient profiter soit d’une église soit, plus probablement, d’une place ou d’une cour ouverte à l’intérieur du monastère. Les fouilles menées actuellement dans le « Monastère Blanc » n’ont pas encore dégagé de structures de ce type, mais on en connaît sur d’autres sites, notamment celui du monastère de St Jérémie à Saqqara (fig. 8). La tradition littéraire veut que le monastère ait été fondé vers la fin du Ve siècle, mais il n’existe aucun matériel archéologique antérieur au milieu du VIe siècle ; l’ensemble du monastère est abandonné au milieu du IXe siècle76. Lors des fouilles, deux grandes cours ont été dégagées à l’intérieur. La première77, d’environ 17,5 m sur 16 m (environ 280 m2) contient, dans sa partie centrale, une pulpite (fig. 9). Dans la seconde78, en forme de rectangles irréguliers, d’une surface d’environ 450 m2, appelée, à cause de son carrelage, la « cour à octogones », se dresse, près du mur nord, un siège en marbre (fig. 10). Il va de soi que pour jouer leur rôle lors des assemblées, les cours dans les monastères principaux des congrégations devaient avoir des dimensions plus importantes que celles du monastère de Saqqara, destiné uniquement à une communauté.

Fig. 8 – Plan du monastère de St Jérémie à Saqqara (dessin d’après Quibell 1912, pl. I).

Fig. 8 – Plan du monastère de St Jérémie à Saqqara (dessin d’après Quibell 1912, pl. I).

Fig. 9 – Pulpite se trouvant dans la petite cour du monastère de St Jérémie à Saqqara (photo d’après Quibell 1912, pl. XIV).

Fig. 9 – Pulpite se trouvant dans la petite cour du monastère de St Jérémie à Saqqara (photo d’après Quibell 1912, pl. XIV).

Fig. 10 – Le siège en marbre conservé dans la « cour à octogones » de St Jérémie à Saqqara (photo d’après Quibell 1912, pl. VI, 4).

Fig. 10 – Le siège en marbre conservé dans la « cour à octogones » de St Jérémie à Saqqara (photo d’après Quibell 1912, pl. VI, 4).

22Une fois les moines sur place, il fallait les nourrir et les loger. Il est difficile d’imaginer 2000 personnes – nombre vraisemblable des pachômiens réunis aux assemblées de Pâques pendant la deuxième moitié du IVe siècle – mangeant dans un réfectoire prévu pour 600 moines. Sans doute, les cours ouvertes accueillaient les moines lors des repas, ce que semble indiquer l’aménagement d’une communication directe entre les deux cours du monastère de Saqqara et le réfectoire.

  • 79 Mossakowska-Gaubert 2015, p. 32-33.
  • 80 Vita graeca prima 40.
  • 81 Sur ce monastère voir Grossmann 1993 ; Wipszycka 2009, p. 157-160.
  • 82 La tombe du Cheikh Shâdhilî, mort en 1258, est rapidement devenue un des lieux bénis visités par l (...)

23La même question se pose pour l’hébergement. Les monastères égyptiens ne comportaient pas de dortoirs communs : les moines dormaient individuellement ou, plus souvent, par trois, soit dans des maisonnettes, soit dans un bâtiment divisé en cellules79. Chez les pachômiens, les moines de passage étaient logés dans une hôtellerie près de la porte du monastère, où ils prenaient aussi leur repas80. Dans le monastère cénobitique de Deir el-Balaizah81, probablement en fonction entre la fin du VIIe et le milieu du VIIIe siècle, et sans lien avec une congrégation, l’entrée du monastère a pu être identifiée, ainsi que la maison du portier et les vestiges d’une maison située extra muros, destinée aux visiteurs, sans qu’il soit possible de déterminer s’il s’agit d’un logement pour les moines ou pour les visiteurs laïcs. Les moines réunis pour une assemblée étaient beaucoup trop nombreux pour dormir dans une telle hôtellerie. Ils devaient donc profiter aussi des locaux destinés aux pèlerins laïcs et, si cette solution ne suffisait pas, il fallait recourir à des abris légers, sans doute construits hors de l’enceinte du monastère, pour des raisons d’hygiène et d’espace. Pour illustrer la manière dont un tel campement pouvait s’utiliser, je ferai appel à un exemple contemporain, celui du mouled du cheikh Shâdhilî82, qui se déroule chaque année près de la tombe du cheikh, dans le désert Oriental, à plus que cent kilomètres de Marsa Alam (côte de la mer Rouge). Bien que le cadre culturel soit différent l’organisation du logement de milliers de gens venus dans un endroit isolé, sans le soutien d’une infrastructure adéquate, ressortit à la même problématique (fig. 11).

Fig. 11 – Mouled du Cheikh Shâdhilî (photo prise en 2006 © M. Mossakowska-Gaubert).

Fig. 11 – Mouled du Cheikh Shâdhilî (photo prise en 2006 © M. Mossakowska-Gaubert).


24Événements majeurs dans la vie d’une congrégation, les assemblées générales représentaient une émanation de l’esprit collectif et du sentiment de fraternité entre les moines. C’était aussi une occasion pour diffuser l’enseignement du Père supérieur à toute la communauté. Les assemblées servaient à développer et à contrôler la vie spirituelle et morale des moines, sans négliger les aspects économiques et administratifs de la congrégation. Cette entreprise engageait pour plusieurs semaines tous les moines : aussi bien ceux qui voyageaient vers le monastère principal que les résidents du monastère, mais aussi les moines qui restaient dans leur communauté et veillaient à son fonctionnement en l’absence des supérieurs et des autres frères.

Bibliographie

1. Dossier chénoutien

Chénouté

Canons

Sinuthii Archimandritae vita et opera omnia, éd. J. Leipoldt, Paris, 1913 (Corpus Scriptorum Christianorum Orientalium, 73).

Sinuthii Archimandritae vita et opera omnia, trad. H. Wiesmann, Louvain, 1952 (Corpus Scriptorum Christianorum Orientalium, 108).

The Canons of Our Fathers. Monastic Rules of Shenoute, éd. et trad. anglaise B. Layton, Oxford 2014.

– Vie

Vie arabe de Schnoudi, éd. et trad. française É. Amélineau, dans Monuments pour servir à l’histoire de l’Égypte chrétienne au IVe et Ve siècles, 1er fasc., Paris 1888 (Mémoires publiés par les membres de la Mission archéologique française du Caire, 4), p. 289-478.

– P. Paramone

Reliquien des Schenute im Frauen Konvent, éd. et trad. allemande A. Jördens, dans Editionen und Aufsätze von Mitgleidern des heidelberger Instituts für Papyrologie zwischen 1982 und 2004, éd. J.M.S. Cowey, B. Kramer, Munich-Leipzig, 2004 (Archiv Beih., 16), p. 142-156.

2. Dossier pachômien

textes latins : Pachomiana Latina, éd. A. Boon, Louvain, 1932 (Bibliothèque de la Revue d’Histoire Ecclésiastique, 7) ;

trad. française des textes latins : L’esprit du monachisme pachômien, trad. P. Deseille (dir.), Bégrolles-en-Mauges, 1980 (Spiritualité Orientale, 2).

Pachôme

– Lettres 

trad. allenande et commentaire : Joest 2014 = Ch. Joest, Die Pachom- Briefe. Übersetzung und Deutung, Louvain, 2014 (Corpus Scriptorum Christianorum Orientalium, Subsidia, 133).

Lettre V

Lettre de Notre Père Pakhome adressée à tous les monatères pour que tous les frères se réunissent au grand monastère de Pebou au moment de Pâques, et qu’ainsi il n’y ait qu’une seule célébration de la fête par tous.

texte latin : Boon 1932, p. 89-92 ;

trad. française : Deseille 1980, p. 61-65.

Lettre VII

Lettre de Notre Père Pakhome adressée à tous les monatères pour que tous les pères des monastères et les chefs de maison se réunissent au monastère de Pebou le vingtième jour du mois que les Égyptiens nomment Mésoré, afin d’y accomplir solennellement la remise de tous les péchés et d’établir le compte de tous les travaux.

texte latin : Boon 1932, p. 95-96 ;

trad. française : Deseille 1980, p. 67-69.

texte grec :

Quecke 1975 = H. Quecke, Die Briefe Pachoms, Regensburg, 1975 (Textus Patrictici et Liturgici, 11), p. 107-108 ;

P. Köln IV 174 = Aus dem siebten Brief des Pachom. Fragmente zur Pergamenteolle der Chester Beatty Library, éd. C. Römer, dans Köloner Papyri, Band 4, éd. B. Kramer, C. Römer, D. Hagedorn, Opladen, 1982 (Papyrologica Coloniensia, 7), p. 90-98.

– Règles

texte latin : Boon 1932, p. 3-74 ;

trad. française : Deseille 1980, p. 11-57.

Vies

Pachomii vita prima (BHG 1396)

Vita prima dans Sancti Pachomii vitae graecae, éd. F. Halkin, Bruxelles, 1932 (Subsidia hagiographica, 19), p. 1-96 ;

trad. française A.-J. Festugière, La première vie grecque de Saint Pachôme, Les moines d’Orient, IV/2, Paris, 1965.

Pachomii vita tertia (BHG 1400c)

Vita tertia dans Sancti Pachomii vitae graecae, éd. F. Halkin, Bruxelles, 1932 (Subsidia hagiographica, 19), p. 272-406.

Paralipomena (BHG 1399a)

Paralipomena de SS. Pachomo et Theodoro BHG 1399a, éd. du texte grec F. Halkin, trad. française A.-J. Festugière, dans Le Corpus Athénien de Saint Pachôme, Genève, 1982 (Cahiers d'Orientalisme, 2), p. 73-93, trad. p. 123-145.

S. Pachomii vitae sahidice scriptae, éd. L.-Th. Lefort, Louvain, 1933 (CSCO, 99-100).

S. Pachomii vita bohairice scripta, éd. L.-Th. Lefort, Louvain, 1925 (CSCO, 89).

trad. française de versions sahidiques et bohaïrique : L.-Th. Lefort, Les vies coptes de Saint Pachôme et de ses premiers successeurs, trad. L.-Th. Lefort, Louvain, 1943 (Bibliothèque du Muséon, 16).

Autres sources

Ammon

– Lettre d’Ammon évêque

De Sanctis Pachomio et Theodoro Epistula Ammonis Episcopi (BHG 1397), éd. du texte grec F. Halkin, trad. française A.-J. Festugière, dans Le Corpus Athénien de Saint Pachôme, Genève, 1982 (Cahiers d'Orientalisme, 2), p. 99-115, trad. p. 147-165.

Horsièse

Lettres I et II

texte copte : inédit ;

trad. française : de Vogüé 1986, p. 9-16.

Théodore

Lettre de notre Père Théodore adressée à tous les monastères au sujet de Pâques

texte latin : Boon 1932, p. 105-106 ;

trad. française : Deseille 1980, p. 73-75.

– Lettre de notre Père Théodore pour la rémission

éd. du texte copte et trad. allemande :

Quecke 1977 = H. Quecke, Ein Brief von einem Nachfolger Pachoms, dans Orientalia, 44, 1977, p. 426-433;

Krause 1981 = M. Krause, Der Erlassbrief Theodors, dans Studies Presented to Hans Jakob Polotsky, Beacon Hill, 1981, p. 220-238;

trad. française : de Vogüé 1986, p. 16-17.

3. Littérature secondaire

Arnaut 2015 = P. Arnaut, La batellerie de fret nilotique d’après la documentation papyrologique (300 avant J.-C. – 400 après J.-C.), dans P. Pomay (éd.), La batellerie égyptienne. Archéologie, histoire, ethnographie, Alexandrie, 2015 (Études Alexandrines, 34), p. 99-150.

Blanke 2015 = L. Blanke, The Archaeology of Egyptian Monasticism. Settlement, Economy, and Daily Life of the White Monastery Federation, Thèse de doctorat inédite, Université de Copenhague, a.a. 2015.

Boud’hors 2015 = A. Boud’hors, Production, diffusion et usage de la norme monastique : les sources coptes, dans O. Delouis, M. Mossakowska-Gaubert (éd.), La vie quotidienne des moines en Orient et en Occident (IVe-Xe siècle). I. L’état des sources, Le Caire-Athènes, 2015, (Bibliothèque d’étude, 163), p. 69-79.

Cooper 2014 = J. P. Cooper, The Medieval Nile. Route, Navigation, and Landscape in Islamic Egypt, Le Caire, 2014.

Debono 1971 = F. Debono, La basilique et le monastère de St. Pacôme (Fouilles de l’Institut Pontifical d’Archéologie Chrétienne, à Faou-el-Qibli, Haute-Égypte – janvier 1968), dans BIFAO, 70, 1971, p. 191-223.

Delattre 2007 = A. Delattre, Papyrus coptes et grecs du monastère d’apa Apollô de Baouît conservés aux Musées royaux d’Art et d’Histoire de Bruxelles, Bruxelles, 2007 (Mémoires de la Classe des Lettres, Académie royale de Belgique, 43).

Delhougne 1969 = H. Delhougne, Autorité et participation chez les Pères du cénobitisme, dans RAM, 45, 1969, p. 369-394.

Gascou – Fournet 2002 = J. Gascou, J.-L. Fournet, Moines pachômiens et batellerie, dans Ch. Décobert (éd.), Alexandrie médiévale 2, Le Caire, 2002 (Études Alexandrines, 8), p. 23-45.

Giorda 2010 = M. Giorda, Monachesimo e istituzioni ecclesiastiche in Egitto, Bologne, 2010.

Giorda 2011 = M. Giorda, Il regno di Dio in Terra. Le fondazioni monastiche egiziane tra V e VII secolo, Rome 2011 (Temi e Testi, 94).

Grill 2005 = D. Grill, La stèle funéraire d’Abû l-Hasan al-Shâdhilî à Humaytharâ, dans E. Geoffroy (dir.), Une voie soufie dans le monde : la Shâdhiliyya, Paris, 2005, p. 503-511.

Grossmann 1991 = P. Grossmann, Dayr Apa Jeremiah, dans Coptic Encyclopedia, III, New York, 1991, p. 772-776.

Grossmann 1993 = P. Grossmann, Ruinen des Klösters Dair al-Balaiza in Oberägypten, dans Jahrbuch für Antike und Christentum, 36, 1993, p. 171-205.

Grossmann 2002 = P. Grossmann, Christliche Architektur in Ägypten, Leyde, 2002 (Handbuch der Orientalistik, 62).

Hampson 1841 = R. T. Hampson, Medii ævi kalendarium, or Dates, charters, and customs of the Middle Ages, Londres, 1841.

Krawiec 2002 = R. Krawiec, Shenoute and the Women of the White Monastery. Egyptian Monasticism in Late Antiquity, Oxford, 2002.

Layton 2006 = B. Layton, Nouvelles recherches sur la vie au monastère de Chenouté, dans A. Boud’hors, J. Gascou, D. Vaillancourt (éd.), Études coptes IX, Onzième journée d’études (Strasbourg, 12-14 juin 2003), Paris, 2006, p. 233-237.

Layton 2008 = B. Layton, The Ancient Rules of Shenoute’s Monastic Federation, dans G. Gabra, H. N. Takla (éd.), Christianity and Monasticism in Upper Egypt. Vol. 1, Akhmim and Sohag, Le Caire-New York, 2008, p. 73-81.

Lefort 1939 = L.-Th. Lefort, Les premiers monastères pachômiens. Exploration topographique, dans Le Muséon, 52, 1939, p. 379-407.

Lewis 1988 = N. Lewis, La mémoire des sables. La vie en Égypte sous la domination romaine, Paris, 1988.

Ligier 1967 = L. Ligier, Le sacrement de pénitence selon la tradition orientale, dans Nouvelle Revue Théologique, 89/9, 1967, p. 940-967.

Martin 1996 = A. Martin, Athanase d’Alexandrie et l’Église d’Égypte au IVe siècle (328-373), Rome, 1996 (CEFR, 216).

Mossakowska-Gaubert 2015 = M. Mossakowska-Gaubert, Vie domestique des moines égyptiens : alimentation, hygiène, vêtements, sommeil (IVe-VIIe siècle)l’état des sources archéologiques et écrites, dans O. Delouis, M. Mossakowska-Gaubert (éd.), La vie quotidienne des moines en Orient et en Occident (IVe-Xe siècle). I, L’état des sources, Le Caire-Athènes, 2015 (Bibliothèque d’étude, 163), p. 23-55.

Quibell 1909 = J. E. Quibell, Excavations at Saqqara (1907-1908), Le Caire, 1909, p. i-vi et 1-19.

Quibell 1912 = J. E. Quibell, Excavations at Saqqara (1908-1909, 1909-1910). The Monastery of Apa Jeremias, Le Caire, 1912.

Van Lantschoot 1934 = A. Van Lantschoot, Allocution de Timothée d’Alexandire prononcée à l’occasion de la dédicace de l’église de Pachôme à Pboou, dans Le Muséon, 47, 1934, p. 13-56.

Veilleux 1968 = A. Veilleux, La liturgie dans le cénobitisme pachômien au quatrième siècle, Rome, 1968 (Studia Anselmiana, 57).

Vinson 1998 = S. Vinson, The Nile boatman at work, Mayence, 1998.

de Vogüé 1986 = A. de Vogüé, Les nouvelles lettres d’Horsièse et de Théodore. Analyse et commentaire, dans Studia Monastica, 28, 1986, p. 7-50.

de Vogüé 1975 = A. de Vogüé, Sur la terminologie de la pénitence dans la Règle de Saint Pachôme, dans Studia Monastica, 17, 1975, p. 7-12.

Wipszycka 2009 = E. Wipszycka, Moines et communautés monastiques en Égypte (IVe-VIIIe siècles), Varsovie, 2009 (The Journal of Juristic Papyrology Supplement, 9).

Wipszycka 2011 = E. Wipszycka, Resources and Economic Activities of the Egyptian Monastic Communities from the 4th to the 8th Centuries, dans The Journal of Juristic Papyrology, 41, 2011, p. 159-263.

Wipszycka 2018 = E. Wipszycka, The Second Gift of The Nile, Monks and Monasteries in Late Antique Egypt, Varsovie, 2018 (The Journal of Juristic Papyrology Supplement, 9).

Notes

1 Les moniales n’assistaient pas à ces réunions, telles les moniales chénoutiennes qui menaient leur vie dans un cénobion situé vraisemblablement dans un ancien temple à Athribis-Wannina, à 3 km du Monastère Blanc. Les échanges entre la mère supérieure et l’archimandrite avaient un caractère épistolaire. Quant à l’instruction spirituelle, elle était exposée dans des lettres du supérieur de la congrégation lues aux moniales, ou enseignée directement par un moine indiqué pour cette fonction. Il semble que les visites du supérieur de la congrégation en personne étaient d’une grande rareté, et seulement le moine-prêtre, chargé de la liturgie, avait un contact régulier avec les moniales (cf. Krawiec 2002, p. 32-37, 53, 105-106 ; Layton, Monastic life as seen in the Rules, dans son édition de The Canons of Our Fathers, p. 67 et 73).

2 Lettres V et VII.

3 Lettres I et II.

4 Lettre de notre Père Théodore adressée à tous les monastères au sujet de Pâques ; Lettre de notre Père Théodore pour la rémission.

5 Pour un commentaire sur les lettres de Horsièse et de Théodore, présentées dans la perspective plus large de toutes les lettres de convocation pour des réunions de la congrégation pachômienne, voir de Vogüé 1986.

6 Règles, Praefatio 7-8 ; Praecepta 27 ; Lettre d’Ammon évêque, ch. 21 ; Vita graeca prima 83 ; Vita graeca tertia 134 ; Vies coptes de Pachôme (Bo), trad. Lefort, p. 132, ch. 71 (cf. S4, p. 310, ch. 71, cf. S6, p. 332) ; (Bo), p. 211, ch. 193 ; (Bo), p. 226, ch. 205.

7 Lettre de notre Père Théodore pour la rémission, 59.

8 Lettre VII ; Vies coptes de Pachôme (Bo), trad. Lefort, p. 132, ch. 71 et (S4) p. 310, ch. 71.

9 De Vogüé 1986, p. 48-49.

10 Vita et opera omnia, éd. Leipoldt, p. 120 (*310) ; Canon 3 et Canon 9 (d’après Layton 2008, n. 12, p. 80) ; Canons, éd. Layton, Règle no 79.

11 Canons, éd. Layton, Règle no 79. H. Wiesmann (Vita et opera omnia, trad. Wiesmann, p. 72) a traduit en latin cette expression comme quattuor sabbatis : « quatre samedis », soit éventuellement : « quatre semaines » (sur le terme sabbatum voir Hampson 1841, p. 345).

12 Layton 2008, p. 77.

13 Cf. Canons, éd. Layton, Règles nos 252 et 314.

14 Sur ces questions voir Wipszycka 2013, p. 27-28.

15 Voir Lefort 1939, p. 393-397 ; Gascou – Fournet 2002, p. 40 ; Wipszycka 2009, p. 218-225.

16 Tous les calculs indiqués ici sont approximatifs.

17 Voir notamment Gascou – Fournet 2002. En ce qui concerne des bateaux utilisés par d’autres communautés, à titre d’exemples, voir Delattre 2007 [Introduction], p. 80 ; Wipszycka 2011, p. 216-219. Les embarcations utilisées par les moines sont désignées dans les sources écrites par des termes variés : πλοῖον / πλοιάριον / ploion (copt.) ; σκαφίδιον / skaphos (copt.) ; ḏoi (copt.) ; libernos (copt.). À titre de comparaison, sur le lexique grec de différents types de bateaux circulant sur le Nil aux époques héllenistique et romaine (jusqu’à 400 apr. J.-C.), voir Arnaut 2015.

18 Gascou – Fournet 2002, p. 40.

19 Vita graeca prima 71 ; Vies coptes de Pachôme (Bo), trad. Lefort, p. 127, ch. 66 (cf. S4, p. 305, ch. 66) ; Vies coptes de Pachôme (Bo), trad. Lefort, p. 128, ch. 67 ; cf. S4 p. 306 ch. 67 ; Vies coptes de Pachôme (Bo), trad. Lefort, p. 186, ch. 108.

20 P. ex. Vies coptes de Pachôme, trad. Lefort (Bo), p. 121, ch. 59 ; Vies coptes de Pachôme (S5), trad. Lefort, p. 277-278, ch. 131-132.

21 Vies coptes de Pachôme (Bo), trad. Lefort, p. 101-102, ch. 30 (cf. S4, p. 295, ch. 30).

22 Vita graeca prima 55 ; 60 ; Vies coptes de Pachôme (Bo), trad. Lefort, p. 197, ch. 185.

23 P. ex. Vies coptes de Pachôme (Bo), trad. Lefort, p. 152, ch. 89 ; cf. S4, p. 315 ; Vies coptes de Pachôme (Bo), trad. Lefort, p. 164, ch. 96 ; Vies coptes de Pachôme (Bo), trad. Lefort, p. 179-180, ch. 107; Vies coptes de Pachôme (S5), trad. Lefort, p. 265-268, ch. 118-119-120.

24 Vita graeca prima 113 ; Vies coptes de Pachôme (Bo), trad. Lefort, p. 195, ch. 183.

25 Gascou – Fournet 2002, p. 31.

26 Ibid., p. 38-39.

27 Ibid., p. 43.

28 Sur les conditions de la navigation suivant le cycle annuel de la crue du Nil, voir Cooper 2014, p. 107-123.

29 Vinson 1998, p. 56-57. Voir aussi Lewis 1988, p. 142, qui estime à 40 km par jour la vitesse d’un bateau chargé du blé qui remonté le Nil à la période d’été (donc la crue du Nil) avec vent dominant nord-ouest. À titre de comparaison, j’ai profité des informations sur les voyages sur le Nil effectués notamment aux XVIIIe et XIXe siècles, rassemblées chez Cooper 2014. J.P. Cooper a comparé les données extraites de plusieurs récits de voyage, et il a conclu que le voyage entre Le Caire et Assouan durait en moyenne 28 jours, et celui avec le courant – d’Assouan vers le Caire – 20 jours (Cooper 2014, p. 159, fig. 10.1). La navigation contre le courant était donc plus longue en moyenne de 30 % environ par rapport à celle allant avec le courant. La durée de voyage variait également selon la jauge du navire (see Cooper 2014, p. 156-164).

30 Canons, éd. Layton, Règle no 79.

31 Canons, éd. Layton, Règle no 301.

32 Canons, éd. Layton, Règle nos 301, 488.

33 Canons, éd. Layton, Règle no 486.

34 Canons, éd. Layton, Règle no 80. Nous pouvons supposer que les femmes-ermites allaient rejoindre les moniales du cénobion à Athribis.

35 Sur la transmission des règles chénoutiennes et et les difficultés de ce sujet voir Boud’hors 2015, p. 70-74.

36 P. Paramone 14.

37 Wipszycka 2009, p. 419-426.

38 Lettre d’Ammon évêque, ch. 21.

39 Lettre d’Ammon évêque, ch. 2.

40 Vie arabe de Shenoudi, éd. Amelineau, p. 331. Sur la question du nombre de moines chénoutiens dans ce passage de la Vie de Chénouté, ainsi que sur les méthodes de calcul du nombre de moines par rapport au nombre de réfugiés accueillis dans le monastère d’une part et aux dimensions de l’église principale d’autre part, voir Wipszycka 2009, p. 427-429.

41 Voir infra, « Les témoignages des vestiges archéologiques ».

42 P. ex. la thèse de doctorat de Louise Blanke soutenue en 2015 (Blanke 2015).

43 Lettre d’Ammon évêque, ch. 21.

44 Voir particulièrement la Lettre de notre Père Théodore adressée à tous les monastères au sujet de Pâques, et la Règle de Pachôme, Praefatio 7.

45 Cf. F. Halkin, Introduction, dans Sancti Pachomii Vitae graecae, p. 90*-91*.

46 Vita graeca prima 83 : « Deux fois l’an, [les frères – ce mot ne figure pas dans le texte grec] se rendaient au grand monastère : à Pâques, les frères dans les charges (οἱ τασσόμενοι) se rendaient là où se trouvait notre père Pachôme, et ils faisaient ensemble la Pâque, festoyant de la parole de Dieu et de charité. Au mois de mésoré, de nouveau, ils avaient coutume de se rendre au grand monastère pour remettre au grand économe les comptes de leurs travaux, inscrivant ces comptes en détail. De plus, si le supérieur (πατήρ) de quelque monastère voulait quelque ordonnance, il le disait à Pachôme, et celui-ci appointait un chef de maison ou un autre officier. »

47 Sur la datation de la rédaction de la Vie de Pachôme et des différentes variantes, voir Wipszycka 2009, p. 51-54.

48 Vita graeca tertia 134 ; Vies coptes de Pachôme (Bo), trad. Lefort, p. 132, ch. 71 (cf. S4, p. 310, ch. 71, cf. S6, p. 332) ; (Bo), p. 211, ch. 193 ; (Bo), p. 226, ch. 205.

49 Vies coptes de Pachôme (Bo), trad. Lefort, p. 226, ch. 205.

50 Vies coptes de Pachôme (Bo), trad. Lefort, p. 205-207, ch. 189.

51 Lettre de notre Père Théodore adressée à tous les monastères au sujet de Pâques ; Vies coptes de Pachôme (Bo), trad. Lefort, p. 211, ch. 193.

52 Lettre d’Ammon évêque, ch. 21 ; Vies coptes de Pachôme (Bo), trad. Lefort, p. 226, ch. 205.

53 Soit la traduction de la version latine du titre de la Lettre VII.

54 Cf. aussi de Vogüé 1986, p. 40.

55 Vita graeca prima 83.

56 Sur différents aspects de cette assemblée voir, p. ex. Delhougne 1969, p. 375-377 ; de Vogüé 1986, p. 39-49 ; Giorda 2010, p. 94-95 ; Joest 2014, p. 177-181 ; Wipszycka 2018, p. 230. À titre de comparaison, sur le rite de la « remise de péchés » dans la communauté de l’apa Phib de Tiktooh (Baouît), voir Giorda 2011, p. 138-144.

57 […] ut rite omnium peccatorum atque operum remissio compleatur.

58 Voir aussi Règles, Praefatio 8 et Praecepta 27.

59 Quand un moine avait reconnu dans sa conscience son « état de pécheur », il confessait ses péchés, soit à son supérieur direct, soit publiquement à ses frères, et il recevait une pénitence – cf. sur ce sujet Veilleux 1968, p. 340-365 ; sur la terminologie de la pénitence chez les pachômiens cf. de Vogüé 1975. Il arrivait aussi qu’un moine refusât de se reconnaître « coupable », et lorsque ses fautes étaient révélées par d’autres frères, le père du monastère ou le supérieur de la congrégation le punissait en appliquant des châtiments prévus dans les Règles.

60 de Vogüé 1986, p. 17.

61 Pour la datation de cette Vie, voir la note no 45.

62 Voir la note no 56.

63 Sur les différentes formes de la pénitence pratiquées en Orient dans l’Antiquité tardive, voir Ligier 1967.

64 Pachôme, Lettre VII ; Règles, Praecepta 27 ; Lettre de notre Père Théodore pour la rémission ; Vita graeca prima 83 ; Vita graeca tertia 134 ; Vies coptes de Pachôme (Bo), trad. Lefort, p. 132, ch. 71.

65 Règles, Praecepta 27.

66 Règles, Praefatio 8 ; cf. Vita graeca prima 79 et 83.

67 Vies coptes de Pachôme (Bo), trad. Lefort, p. 132, ch. 71.

68 Canons, éd. Layton, Règle no 163.

69 Canons, éd. Layton, Règles nos 166-170, 173, 296, 306.

70 Canons, éd. Layton, Règle no 370.

71 Canons, éd. Layton, Règle no 252.

72 Canons, éd. Layton, Règle no 345.

73 Canons, éd. Layton, Règle no 370.

74 Canons, éd. Layton, Règle no 413.

75 Voir Van Lantschoot 193 ; Debono 1971 ; Grossmann 2002, p. 546-552. 

76 Quibell 1912, p. I-VII. Pour une analyse récente du matériel archéologique voir Grossmann 1991, ainsi que les rapports de fouilles publiés par P. Grossmann, H.-G. Severin, dans les Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Instituts, Abteilung Kairo, nos 27, 28, 36, 38, 65, resp. 1971, 1972, 1980, 1982 et 2009.

77 Quibell 1912, p. 7-8.

78 Ibid., p. 3-4.

79 Mossakowska-Gaubert 2015, p. 32-33.

80 Vita graeca prima 40.

81 Sur ce monastère voir Grossmann 1993 ; Wipszycka 2009, p. 157-160.

82 La tombe du Cheikh Shâdhilî, mort en 1258, est rapidement devenue un des lieux bénis visités par les pèlerins sur le trajet de La Mecque. Sur ce saint soufi et son culte, cf. Grill 2005.

© Publications de l’École française de Rome, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search