Version classiqueVersion mobile

Formations et cultures des officiers et de l’entourage des princes dans les territoires angevins (milieu XIIIe-fin XVe siècle)

 | 
Isabelle Mathieu
, 
Jean-Michel Matz

Conclusions

Isabelle Heullant-Donat

Texte intégral

  • 1 Rappelons que le premier volume issu des travaux de l’ANR EUROPANGE a été consacré aux grands offic (...)

1Considérer le fonctionnement de l’espace angevin, contingent et multiculturel, entre le XIIIe et le XVe siècle, et les formes étatiques qui l’ont structuré à l’échelle des officiers, importants ou plus modestes1, c’est-à-dire des personnes, des groupes de personnes (clercs et laïcs, barons et petits nobles, clercs séculiers et réguliers…), de leur formation, de leur culture, de leurs relations intellectuelles, donc à l’échelle des réseaux qui furent les leurs et qu’ils enrichirent parfois grâce à l’exercice d’un office, tel est l’objectif de ce volume. L’espace considéré est vaste et discontinu, complexe et hétérogène, en raison des substrats multiples sur lesquels les pouvoirs angevins se sont développés, comme de la stratification des héritages dont la nature et l’épaisseur sont très variables du Royaume de Sicile au duché d’Anjou et à la Lorraine, en passant par le comté de Provence, les communes de l’Italie du Nord-Ouest et le Royaume de Hongrie. Ces différentes entités politiques ne se sont pas développées sur les mêmes bases, c’est peu de le rappeler, ni n’ont fait fructifier les héritages reçus de manière identique, voire toujours comparable. Cependant, il existe bien une forme d’unité créée par le gouvernement des différents princes en raison de leur appartenance commune à la dynastie angevine, de l’influence pontificale mise en œuvre avec plus ou moins de succès et d’efficacité dans la plupart de ces espaces, de l’influence, plus circonscrite, des pratiques du gouvernement héritées des Staufen ou encore inspirées par les souverains capétiens.

  • 2 G. L. Borghese, Les registres de la chancellerie angevine de Naples. Un exemple de destruction et r (...)

2Les rapports aux lieux et milieux de formation des serviteurs de ces différentes entités politiques se sont construits, eux aussi, dans une grande diversité, quand bien même les institutions scolaires et universitaires entre XIIIe et XVe siècle, leurs modes de fonctionnement et la peregrinatio studii, inégalement pratiquée durant la période et dans les espaces politiques considérés, contribuèrent à forger des intérêts et des profils communs aux hommes voués à l’administration de l’État et à la construction d’une culture de gouvernement spécifique. Porter attention à la formation et à la pratique professionnelles de ces hommes, acquise en amont de l’exercice de l’office ou dans le cadre de celui-ci, se révèle donc essentiel, au même titre d’ailleurs que les fonctions d’enseignement exercées par certains d’entre eux au sein de certains studia. Cependant, il existe un problème récurrent, lié à la difficulté de cerner groupes et individus à travers une documentation disparate, et souvent lacunaire2 ; d’où la nécessité de varier les échelles d’analyse (parcours individuels ou groupes de tailles très inégales), en postulant leur complémentarité, de recourir à des biais documentaires, parfois trompeurs (comment interpréter les mentions de livres dans les testaments de certains officiers et que disent-elles réellement sur leur niveau de culture ou leurs intérêts spécifiques, par exemple ?), de croiser des sources aux destinations premières hétérogènes et de recourir, avec toutes les précautions d’usage, aux sources postérieures à la période médiévale (celles de l’époque moderne, notamment pour le Royaume de Sicile).

3L’approche prosopographique vise à mettre en relation des parcours individuels et, ainsi, à discerner des tendances que la juxtaposition contingente de portraits épars dissimule en partie. Mais saisir les « corps » d’officiers au prisme de leur formation et de leurs parcours universitaires et, plus largement, de leur culture, qui ne se réduit pas à celle qu’ils ont forgée dans un cadre scolaire et à ce que peut impliquer l’obtention de grades, engage donc dans la voie de l’analyse des pratiques de l’écrit dans la diversité de l’exercice des offices, comme en dehors de ceux-ci – quand bien même la distinction serait artificielle ou, à tout le moins, difficile à opérer dans certains cas, ce qu’ont démontré plusieurs interventions ; et à poser la question des formes de leur participation et de leur contribution à la vie politique de leur temps, au sens large.

  • 3 S. Kelly, The New Salomon. Robert of Naples (1309-1343) and fourteenth century kingship, Leyde-Bost (...)

4Depuis le XIIIe siècle, la littérature politique insiste sur la nécessaire « sagesse » du prince, une qualité autant qu’un vecteur de propagande3, dont l’importance va croissant au sein de la communication politique. Sans doute doit-on postuler que les officiers, qui exercent une parcelle du pouvoir des princes en leur nom mais à des niveaux de responsabilité et d’intensité très variables entre centre (la cour, la « capitale ») et périphérie, ont dû acquérir et faire preuve de compétences spécifiques bien avant que celui qu’ils servaient ne démontrât en posséder lui-même, lui qui les avait acquises d’une manière bien différente : rois et princes ne fréquentèrent guère les écoles et les universités, même s’ils furent eux aussi « formés ». Enfin demeure toujours ouverte la question des raisons de la place des officiers, ou de certains d’entre eux, au sein des appareils étatiques. Par exemple, au-delà des formations reçues et des savoirs acquis, quelles conséquences la position initiale des individus dans les hiérarchies sociales ou encore les stratégies familiales ont-elles pu avoir sur leur recrutement en tant qu’officiers et sur les évolutions de leurs carrières ? Et, en retour, l’expérience acquise au service du prince ou dans sa proximité a-t-elle induit des formes de mobilité éclairantes, professionnelles ou sociales, quant au fonctionnement des États en construction dans l’espace angevin et quant à l’élaboration d’une culture du gouvernement qui présenterait certaines spécificités par rapport à d’autres espaces politiques ? Formations et parcours intellectuels, savoirs et savoir-faire acquis, formalisés ou transmis doivent donc être mis en perspective, lorsque toutefois une telle possibilité existe, avec le jeu des clientèles et des stratégies familiales ou encore le fonctionnement des réseaux, qui viennent favoriser ou contrarier les carrières en un temps où les notions de « compétences » ou d’« efficacité » ne sont mobilisables pour éclairer les modes de fonctionnement de l’administration qu’avec quelques précautions.

  • 4 Je renvoie à l’introduction du volume dans laquelle cette décision est expliquée.
  • 5 Kiss et Antonetti.
  • 6 Galdi-Santoro.
  • 7 Csukovits.
  • 8 Veszprémy.
  • 9 Csako.
  • 10 De Caprio – Montuori pour la première, Importa pour les seconds.
  • 11 Loschiavo.
  • 12 Schneider.
  • 13 Rosso.
  • 14 Pécout.
  • 15 Maleth.
  • 16 Bonnaud.
  • 17 Matz.

5Lors du colloque dont ce livre est le fruit, trois thèmes avaient été distingués : formation universitaire des officiers, culture des officiers et pratiques de l’écrit, culture de gouvernement enfin. Après réflexion, les curateurs du volume ont renoncé à présenter les contributions selon ce schéma, tant il est vrai que ces différentes approches se mêlent, se fondent et se confondent souvent, pour lui en préférer un autre4. Au moment de poser quelques conclusions, il est néanmoins possible d’y revenir afin de souligner l’apport des différentes contributions dans cette architecture. Celles-ci touchent en effet à la formation des officiers considérés comme groupe – officiers du royaume de Hongrie, entre 1342 et 1382, ou évêques du Mezzogiorno, par exemple5 – et parfois scrutés au prisme de leurs familles (les Fundicario, les Guindazzo, les Solimena, médecins formés à l’école de Salerne qui pour certains enseignent, pour d’autres deviennent notaires ou, bien mieux, maître rational, par exemple)6. Elles concernent également la culture(celle des barons hongrois du XIVe siècle)7, entre pratiques culturelles spécifiques (marquées par l’idéal chevaleresque chez ces mêmes barons)8, et produits des activités intellectuelles de certains acteurs (celles des officiers de la chancellerie royale de Hongrie, qui révèlent l’articulation entre production du document et production historiographique)9, ou bien ceux qui leur étaient destinés(à Naples, la Cronaca di Partenope ou les manuscrits enluminés destinés aux nobles et officiers du Royaume)10. Si quelques individus bien documentés permettent d’articuler formation, carrière et pratiques écrites sur le mode du « profil » (Marino da Caramanico, juge de la Magna Curia et juriste, actif sous le règne de Charles II d’Anjou11, et Johannes Lud, dans la Lorraine angevine du second XVsiècle)12, des groupes circonscrits invitent à nouer plus fermement les mêmes fils que les missions confiées ou accomplies éclairent d’un jour plus vif : officiers angevins d’Italie du Nord-Ouest entre 1259 et 138213, docteurs et professeurs de droit civil dans la Provence angevine sur la même période14, envoyés de Charles Ier de Hongrie auprès du pape15, hommes de loi de la Provence de la seconde Maison d’Anjou16 ou encore chanoines de la cathédrale d’Angers par ailleurs officiers des ducs d’Anjou17.

  • 18 Pécout.

6Scruter le lien entre la formation universitaire des officiers et l’exercice de leurs offices sur une période qui voit se développer l’institution et la communauté universitaires s’est révélé incontestablement fructueux. Parmi les corps d’officiers, dans l’espace angevin comme d’autres espaces en Europe, la tendance générale est bien connue : la part des gradués ou du nombre d’individus ayant fréquenté l’université – sans que l’on sache toujours par quels grades leurs parcours furent couronnés – augmente dans les appareils administratifs. Là comme ailleurs, les universités servent en général le pouvoir et son administration. La difficulté réside plutôt dans l’évaluation des proportions, l’identification précise des parcours, sans négliger les formations qu’on qualifie de « pratiques », celles reçues auprès d’hommes de l’art (les notaires, par exemple) et sans oublier qu’en certaines régions, telle la Provence, culture et professions juridiques sont déjà bien développées en amont de l’implantation des Angevins en Italie du Sud et du développement de leur État18.

  • 19 Kiss.
  • 20 Maleth.
  • 21 Matz.
  • 22 Pécout.

7En dépit du caractère souvent parcellaire et incomplet des informations, il est possible de parvenir à des résultats précis quand les archives le consentent. Tel est le cas, par exemple, des officiers clercs représentant Louis Ier de Hongrie (1342-1382) auprès des papes d’Avignon qui ont appartenu à la chapelle, à la chancellerie ou au conseil du roi19. L’enquête révèle que les trois-quarts des chapelains royaux repérés ont une formation universitaire, mais seulement un tiers de ces représentants du roi sont des clercs « universitaires », la diplomatie royale demeurant dominée par un groupe d’ecclésiastiques, contrairement à ce qu’a pu prétendre jusqu’alors la tradition historiographique ; cette caractéristique était déjà celle des envoyés auprès du pape de son prédécesseur Charles Ier qui prisait les clercs « moyens » (prévôt, archidiacre…) dont l’éducation s’améliora dès la fin du XIIIe siècle, sans que les facteurs et les modalités de l’accroissement de leurs compétences soient clairement perceptibles dans les sources20. D’une manière générale, à l’échelle de l’espace angevin, certaines caractéristiques postulées a priori ont été validées. Les séculiers sont plus nombreux que les réguliers, même s’il existe des exceptions qu’incarnent souvent les membres des ordres mendiants. Les juristes ont un poids très important, notamment là où il existe une université ancienne ou plus récente mais versée dans l’enseignement des droits savants, comme à Angers par exemple21, ou encore une tradition juridique forte et antérieure aux premiers développements de l’État princier, comme en Provence22. On note, sans grande surprise, le poids des studia anciens et prestigieux dans les formations juridiques, Bologne et Padoue, bien sûr, Naples dans une moindre mesure puisque son école de droit fonctionne tout en n’étant pas particulièrement brillante dans les années 1250-1260. Trop souvent, on ignore où les gradués ont été formés : tel est le cas dans la Provence angevine où les juristes montent en puissance à partir du milieu du XIIIe siècle et constituent l’écrasante majorité des grands officiers comme du personnel des cours locales dans les années 1330-1340.

  • 23 Kiss.

8D’autres éléments ayant trait à la formation universitaire des officiers sont moins attendus. Ainsi, à nouveau dans l’entourage de Louis Ier de Hongrie, les gradués sont des canonistes, non des civilistes, les premiers portant souvent le titre de docteur, contrairement aux seconds qui ne semblent pas avoir reçu ce grade ; et il n’y a pas de théologiens. On pourrait donc poser l’hypothèse que l’importance du droit civil fut moindre dans la construction de l’État hongrois qu’ailleurs. Et la création d’une université à Pécs, à l’initiative du pouvoir royal en 1367, au moment où se produit un changement de génération dans l’entourage du roi, ne semble pas avoir permis une augmentation du nombre des clercs gradués, alors que l’objectif de la fondation était précisément de créer un lieu de formation de qualité : tout au contraire, parmi les clercs officiers du roi, la proportion des universitaires diminue alors, et l’université ne devient pas le foyer de recrutement qu’elle a pu être dans d’autres zones de l’espace angevin23.

  • 24 Galdi-Santoro.

9Autre élément intéressant, dans le Mezzogiorno cette fois : le rôle de l’école de médecine de Salerne dont on sait qu’elle a formé nombre de médecins personnels des rois angevins de Naples qui leur ont accordé titres et largesses, et leur ont parfois confié des missions diplomatiques. Certains de ces individus, formés à la médecine donc, soignent bien peu, voire pas du tout semble-t-il, et font surtout de belles carrières dans l’administration, tel Bernillo Guindazzo, maître rational en 1375. Le prestige tiré de leur formation, doublé de celui de leurs familles à Salerne même, et la proximité de celles-ci avec l’entourage royal ne furent pas sans influence sur le cours de leurs carrières, ce qui permet de poser, plus largement, la question de la corrélation entre formation des officiers, stratégies familiales et faveur royale24.

  • 25 Antonetti.

10Enfin, lieux et niveaux de formation peuvent parfois être corrélés aux responsabilités exercées dans l’appareil étatique. En Italie du Nord-Ouest entre 1250 et 1350, la formation intellectuelle des grands officiers, reçue dans un studium, acquise par la pratique notariale ou encore par l’exercice de la judicature, orientait prioritairement vers des charges diplomatiques et l’administration des territoires (les procureurs royaux, par exemple, dont certains portaient le titre de professor iuris ou legum professor, ou encore les juges mages), alors que la charge de sénéchal, politique et militaire, était dévolue à des membres de familles éminentes mais non ou bien peu lettrés, sauf rare exception. Au sein du personnel ayant exercé des charges significatives, on trouve alors des universitaires formés dans des studia plus divers qu’on ne l’aurait imaginé : Bologne et Padoue, mais également Naples où l’école de droit était plus orientée vers la pratique que d’autres, les plus belles carrières conjuguant une formation universitaire complète et des liens étroits avec la curia regis. Enfin, entre 1250 et 1350, des ecclésiastiques bien formés intellectuellement et élevés à la dignité épiscopale, tout particulièrement ceux issus des rangs des Mendiants, purent jouer un rôle important auprès des souverains angevins, selon une pratique expérimentée en Provence comme dans d’autres monarchies européennes. Au demeurant, l’étude de quarante-sept évêques titulaires dans le Mezzogiorno entre 1266 et 1348, majoritairement « italiens » (vingt-huit) et séculiers (trente-quatre), « français » dans une moindre mesure (neuf), permet de confirmer cette hypothèse, étant entendu qu’on ne discerne guère leur formation, même si pour les Mendiants, il est assuré qu’elle fut d’assez haut niveau et doublée, pour certains d’entre eux, d’une expérience acquise dans des missions au service ou au nom de leur ordre25. Six d’entre eux occupent des fonctions à la tête de la chancellerie (chancelier, vice-chancelier, logothète) ou dans ses rouages et eurent une formation plutôt juridique ou bien une longue pratique de la cour. D’autres furent de vrais professionnels de la diplomatie des souverains mais, toujours à l’exception des Mendiants (tel le franciscain Paolino da Venezia, par exemple, qui fut aussi polygraphe), on ignore quel fut leur parcours universitaire, et même s’il exista toujours. Enfin, parmi ceux qui exercèrent des charges plus variées et parfois successives (offices comptables, diplomatie, enquêtes, service personnel du souverain), quelques-uns portent le titre de professor ou de magister, mais ils sont assez rares et la documentation ne semble pas permettre une identification plus précise des disciplines dans lesquelles ils furent formés. Si les clercs réguliers ou séculiers jouèrent un rôle important dans la monarchie angevine, force est de constater que la distinction entre serviteurs ecclésiastiques et serviteurs laïques du pouvoir royal ne recouvre pas une distinction entre les différentes missions qui leur étaient confiées.

  • 26 Matz.

11Le groupe de quarante-et-un membres du chapitre de la cathédrale d’Angers offre un exemple fécond de ce que l’enquête prosopographique peut apporter en elle-même, comme dans la perspective d’une mise en série des données, au sein d’une base plus large. Homogène, ce groupe permet de bien cerner la nature des offices occupés par ces religieux au service du prince : majoritairement juristes et gradués (la moitié sont des docteurs), ils siègent au conseil, sont secrétaires des princes et princesses, occupent la fonction de chancelier alors que le service auprès de la Chambre des comptes est beaucoup moins prisé ; ils cumulent les prébendes, font de belles carrières (neuf accèdent à l’épiscopat), accomplissent des missions diplomatiques26.

  • 27 Rosso.
  • 28 Maleth.

12La formation des officiers et leur place au service du pouvoir dessinent les limites d’une approche par zones géopolitiques (Mezzogiorno, Provence, Anjou, Hongrie) où des pratiques souvent hétérogènes apparaissent, sans pour autant dissimuler d’importants points communs. Ainsi, certaines fonctions sont éminemment liées à une appartenance sociale qui (sur)détermine des fonctions très politiques, liées à une délégation de gouvernement, et non fondées sur une formation strictement intellectuelle. Tel est le cas des sénéchaux des rois angevins en Italie nord-occidentale et en Provence qui sont d’abord des chefs militaires, sachant s’entourer d’officiers subalternes savants et en mesure de trancher les litiges requérant des connaissances et compétences précises, notamment juridiques. D’autres fonctions vont de pair avec une formation à l’université, essentiellement juridique, ou encore une formation professionnelle spécifique : dans cette même Italie nord-occidentale, ceux qui incarnent les premières sont actifs dans la diplomatie du prince ou l’administration de ses territoires, dans sa version judiciaire (juges mages) par exemple, tandis que les seconds, essentiellement des notaires, si nombreux à être formés dans les communes de cette région, le sont dans le fonctionnement du gouvernement régional. On remarque également la place de certains dans le système d’enseignement universitaire en Italie du Nord, comme en Provence (université d’Avignon) ; ceux-là enseignent avant ou après un passage au service de l’administration du prince27. Mais sous le règne de Charles Ier de Hongrie (1301-1342), sur les quinze ambassades envoyées à la Curie pontificale, seize des vingt-quatre ambassadeurs sont des clercs (dont quatre Mendiants) de position moyenne (archidiacres, prévôts), certes éduqués mais dont on ignore la formation exacte ; leur principale caractéristique est leur grande proximité avec le roi et sa cour où ils exercent des fonctions de confesseurs, de secrétaires ou de notaires28. Le service diplomatique signe donc des formes de proximité préalables avec le roi, son entourage proche ou la cour plus qu’il n’est le marqueur de compétences spécifiques acquises dans le cadre de formations précises. Dans le Mezzogiorno comme en Anjou, le lien entre proximité avec le souverain et missions diplomatiques favorise également les carrières ecclésiastiques (accession à l’épiscopat, notamment) ; et les représentants de la petite et moyenne noblesse hongroise ont pu faire le choix de carrières ecclésiastiques, après être passés par les écoles capitulaires par exemple, pour ensuite accomplir de telles missions et y trouver l’occasion de récompenses et ascensions du même ordre ; dans ce cas, ils obtiennent un évêché en récompense de leurs services.

13En matière de formation universitaire, il demeure souvent difficile d’identifier les lieux et parcours de formation, y compris pour des individus d’un certain relief, ou encore d’évaluer, dans ces mêmes formations, le poids respectif des studia « locaux » (ceux de Naples et de Pécs pour les royaumes homonymes, ceux de la zone rhodanienne pour la Provence, par exemple) et plus anciens ou plus prestigieux (Bologne, Padoue, Orléans ou Toulouse), dont la fréquentation supposait une mobilité qui eut probablement quelques conséquences sur la constitution des réseaux, le déroulement des carrières, voire la pratique de l’office elle-même. L’une des questions importantes demeure de mesurer l’apport des praticiens du droit à la culture de gouvernement, question qui rencontre celle du substrat antérieur ou contemporain à l’installation des pouvoirs angevins, avant que le développement de ceux-ci n’impulse des évolutions dans les recrutements.

  • 29 Loschiavo.
  • 30 Schneider.

14Dans le Royaume de Sicile, l’exemple de Marino da Caramanico est de ce point de vue assez éloquent. Dans les années 1278-1285, il apparaît dans la documentation avec le titre de juge de la Magna Curia, donc comme praticien du droit. On ignore où il fut formé, le studium de Naples n’étant qu’une hypothèse ; il n’y enseigna pas, semble-t-il, mais il dispensa peut-être un enseignement au seuil du tribunal, très connoté par sa pratique donc. Il est surtout l’auteur de la très célèbre glose sur le Liber constitutionum Regni Siciliae (le Liber Augustalis)de Frédéric II, un travail théorique, la maîtrise d’une culture allant au-delà du domaine strictement juridique (il cite Cicéron et Salluste). Au-delà des incertitudes pesant sur le parcours de son auteur, ce commentaire développe une pensée originale sur la souveraineté du roi de Sicile par rapport au pape et à l’empereur ; il illustre la capacité de Marino da Caramanico à analyser de manière prospective les évolutions politiques et sociales de son temps29. C’est un autre portrait qu’offre deux siècles plus tard, et à l’autre extrémité de l’espace angevin, le cas de Johannes Lud de Pfaffenhofen30, modeste officier ducal en Lorraine qui exerça comme conseiller, secrétaire et auditeur de la Chambre des comptes au service de trois ducs, qu’on saisit au travail dans les archives et à travers un texte, dans lequel il analyse l’histoire des années 1465-1500 en forme de défense et illustration de la politique ducale et d’invitation à la sagesse adressée au duc René II.

  • 31 Pécout.
  • 32 Bonnaud.

15En Provence, on l’a dit, il existe un milieu de juristes professionnels, constitué antérieurement au développement de l’État princier dans le cade urbain et municipal ou dans celui de la seigneurie ecclésiastique. Ces juristes sont, pour beaucoup d’entre eux, de culture noble et chevaleresque et, sauf rares exceptions, ils n’ont guère produit d’écrits théoriques ; mais dans leur pratique, ils ont mis en œuvre le principe d’équité fondé sur la délibération et la vertu de prudence, ainsi que le sentiment d’utilité sociale, avant qu’au XIVe siècle, les professeurs de droit civil, formés pour certains au studium de Naples, ne constituent le vivier permettant de pourvoir les grands offices31. Entre 1382 et 1434, sous les trois premiers souverains de la seconde maison d’Anjou-Provence, on observe des formes de répartition dans les fonctions occupées au sein des offices centraux selon les types de compétences des hommes de loi : aux juristes très qualifiés, les offices judiciaires ; aux notaires, les fonctions comptables et de rédaction ; quant aux fonctions politiques et de conseil, elles sont partagées entre hommes de loi et noblesse traditionnelle. Mais ce schéma est à nuancer d’une double manière. D’une part, approcher le souverain par l’exercice de certains offices permet à certains hommes de lois d’entrer au conseil royal et d’occuper des postes d’importance (secrétaire du roi, par exemple), sans pour autant disposer toujours d’une formation universitaire de très haut niveau ; d’autre part, l’absence de formation universitaire n’empêche pas certains nobles d’exercer des offices à caractère technique ou juridique32. Ces conclusions renvoient donc à l’idée – mise en valeur par le titre de cet ouvrage – du rôle important du souverain et de son entourage dans le choix et le déroulement des carrières des officiers de haut niveau qui devaient acquérir la confiance du roi ou, tout simplement, lui convenir. Une bonne formation et une culture juridique solide pouvaient ne pas suffire.

  • 33 Loschiavo.

16Enfin, le lien entre l’exercice d’un ou plusieurs offices et la pratique de l’enseignement universitaire est loin d’être toujours explicite, en tout premier lieu par manque de données précises. Certains titres (professor, iurisperitus, magister) ne suffisent pas à savoir ce que furent les formations de ceux qui les portent, ni même leurs éventuelles activités d’enseignement, dans les studia ou dans d’autres cadres. Et si l’enseignement dispensé dans un studium avant, pendant ou après l’exercice d’un office signe a priori un haut niveau de compétence, que signifie-t-il par rapport au déroulement d’une carrière ? Le cas de Niccolò Ruffolo est intéressant de ce point de vue. Mentionné comme procurator Curiae in Apulia en 1254, il apparaît comme professeur de droit au studium de Naples entre 1266 et 1295, à partir de l’avènement des Angevins donc33. Est-ce un simple effet de source dont on ne peut rien déduire ? Ou bien pourrait-ce être le signe d’une forme de retrait au moment du changement dynastique, voire de relégation après 1268 ? On mesure ici l’intérêt qu’il y aurait peut-être à mettre en perspective les parcours de quelques officiers-universitaires (ou l’inverse) avec les résultats des recherches conduites par les historiens des universités médiévales pour tenter de dissiper ce brouillard persistant autour des pratiques d’enseignement de certains officiers.

17Quant à la culture des officiers, elle affleure sous des formes variées dans toutes les contributions de cet ouvrage. Sans surprise, elle est souvent fortement teintée de droit en raison de leur formation pour les uns, de leur pratique professionnelle pour les autres, l’une et l’autre se conjoignant dans la construction des parcours. Cependant, d’autres éléments peuvent être relevés à travers l’étude de groupes ou de types de sources plus circonscrits, qui permettent de confirmer des tendances connues, mais également de battre en brèche certaines idées reçues, quand bien même la documentation est parfois très indigente. Passer des personnes elles-mêmes aux productions écrites, et inversement, s’avère alors fructueux. Tel est le cas des serviteurs de l’État hongrois, abordé à travers trois études de cas très éclairantes.

  • 34 Csukovits.

18Les nobles hongrois sont réputés incultes dans les sources narratives médiévales « étrangères », comme dans l’historiographie hongroise contemporaine, et on sait que les jeunes nobles aspirant à intégrer l’élite aulique des barons du royaume pouvaient traditionnellement réaliser cette ambition grâce à leurs prouesses militaires34. Mais quelques indices ténus permettent de montrer – et ce point est très neuf – que les rejetons de la petite et moyenne noblesse pouvaient accomplir de belles carrières dès lors qu’ils possédaient des capacités intellectuelles, acquises auprès d’un précepteur, d’écoles capitulaires, par la pratique notariale ou encore, quoi que rarement semble-t-il, par la fréquentation d’une université étrangère (celle de Bologne ou de Padoue). Cette formation les conduisait vers les bureaux de la chancellerie et les cours royales de justice ou encore vers une carrière ecclésiastique que le service diplomatique du souverain pouvait dynamiser tout en enrichissant leur culture, notamment grâce aux voyages – jusqu’au foyer très actif de la cour pontificale d’Avignon, notamment.

  • 35 Veszprémy.

19Quelques manuscrits révèlent en outre l’existence d’une demande sociale de livres dans le milieu des barons, limitée il est vrai à un cercle particulièrement restreint. Ces différents indices, pour fragiles qu’ils soient, mettent à mal l’image traditionnelle de l’inculture de l’élite nobiliaire hongroise au XIVe siècle, ou invitent à la nuancer. Nobles et barons ne cultivaient pas moins l’idéal chevaleresque, diffusé à partir de la cour royale : tournois, cérémonies, ordres de chevalerie, sceaux et héraldique en constituent autant de témoignages au XIVe siècle, dissociés du monde de l’écrit il est vrai35.

  • 36 Csako.

20Enfin, la pratique de l’écrit juridique au sein de la chancellerie hongroise durant la période angevine, et le type de culture acquise dans ce contexte, interagit fortement avec la peu abondante production historiographique contemporaine, traditionnellement considérée comme liée à la cour sous les règnes de Charles Ier et Louis le Grand – le seul officier de la chancellerie à avoir rédigé une geste véritable fut Jean de Küküllő, biographe de Louis Ier. Les informations fournies par les exposés (narrationes)des chartes et une part du vocabulaire de celles-ci se retrouvent dans les strates des chroniques rédigées au XIVe siècle ; et, à l’inverse, les exposésdes chartes sont souvent le lieu de longs développements historiques, véritables petites chroniques ou chansons de geste célébrant les vertus des nobles destinataires de ces documents. Au point que face à cette spécificité de la documentation hongroise, il est légitime de s’interroger sur la pertinence d’une distinction trop étanche entre sources diplomatiques et sources narratives. Faute de répondre à cette interrogation, on peut poser l’hypothèse que la pratique de l’écrit de chancellerie put générer des formes de productions historiographiques spécifiques36.

  • 37 De Caprio – Montuori

21L’historiographie napolitaine, quant à elle, permet d’affronter la question du lien entre milieu urbain d’écriture de l’histoire, rôle de la noblesse dans cette activité et stratification des mémoires dans un contexte où trois langues de culture (latin, français et toscan) cohabitent, avant que n’apparaissent des textes rédigés dans une langue vernaculaire locale (le napoletano civile, pour reprendre l’expression forgée par Francesco Sabatini en 1993). La complexe et très célèbre Cronaca di Partenope agrège divers types de textes au cours du XIVe siècle, processus dans lequel a été réévaluée l’intervention de Bartolomeo Caracciolo Carafa, noble de Naples, officier de la cour, maître rational en 1342 et proche de Louis de Tarente, deuxième époux de la reine Jeanne Ière de Naples37. L’analyse de son activité, doublée d’un réexamen des trois manuscrits transmettant le texte de la Cronaca di Partenope permet de lui attribuer la paternité de la Breve informazione (la recherche et la transmission de « l’information » étant une nécessité pour tout maître rational qui exerçait principalement des fonctions de contrôle) qui traite de la dynastie angevine et fut intégrée ensuite à la chronique elle-même.

22Quant à l’analyse des manuscrits enluminés commandés par certains nobles et officiers du royaume de Sicile entre XIIIe et XIVe siècle, elle illustre bien la convergence des curiosités intellectuelles du souverain angevin et de certains de ses officiers qui allait bien au-delà des manuscrits juridiques : leurs intérêts s’ouvraient vers la médecine, les romans chevaleresques, les traductions du latin en français d’auteurs antiques… Et quelques manuscrits religieux (bibles, missels, psautiers, bréviaires…) démontrent, en outre, une forme d’adhésion de ce milieu aux nouveautés introduites par les souverains angevins en matière de représentations figurées au début du XIVsiècle ou, à tout le moins, une volonté de certains nobles d’adopter les systèmes d’illustration et de décoration appréciés par la cour, quand bien même l’existence dans Naples de plusieurs ateliers de miniaturistes travaillant à la fois pour le roi, pour des représentants de la noblesse et pour certains ecclésiastiques contribua probablement à homogénéiser la production. Cependant, est-ce l’office et sa pratique au sens strict qui déterminent les intérêts culturels des commanditaires ou destinataires de ces manuscrits ? Les modèles culturels construits par le souverain et au sein de sa cour n’irriguent-ils pas bien les pratiques de ceux qui s’en approchent à un titre ou à un autre, au-delà de l’élaboration d’une « culture du gouvernement » difficile à saisir par ce biais ?

  • 38 Antonetti.
  • 39 Matz.

23L’exemple des ecclésiastiques impliqués dans le gouvernement de l’État permet de souligner combien leurs formations ou parcours antérieurs à l’exercice d’un office orientèrent probablement, et sauf exception, leurs intérêts intellectuels. Ainsi, parmi les évêques impliqués dans l’administration du Royaume de Naples, on trouve Landolfo Caracciolo Rossi, membre d’une puissante famille de la noblesse régnicole, formé à la théologie (peut-être à Paris) et employé dans diverses missions diplomatiques sous le règne de Robert d’Anjou, puis de Jeanne Ière : les écrits qui lui sont attribués sont de nature théologique ou pastorale et portent donc la marque de sa formation initiale comme des fonctions qui furent les siennes en dehors du service princier38. Les livres des membres du chapitre de la cathédrale d’Angers qui servirent ducs et duchesses de la seconde maison apanagée d’Anjou-Provence entre le milieu du XIVe siècle et la fin du XVe siècle ne témoignent pas plus d’une grande originalité par rapport aux ouvrages qu’il est habituel de trouver dans les milieux canoniaux (bibles, missels, bréviaires et quelques textes littéraires), sauf exception qui se caractérise soit par une forme d’éclectisme (livres possédés par Jean de La Vignole), soit par une ouverture à la nouveauté littéraire liée à l’humanisme, parallèlement à des intérêts plus attendus envers la vie religieuse, la spiritualité ou la théologie39 : le goût pour la nouveauté de Jean Bouhalle, conseiller de René d’Anjou à la veille de son expédition en Italie, est-il le fruit de cette proximité, et donc de ses fonctions au service du prince, d’un cheminement propre, de l’insertion dans un réseau particulier ? Il est impossible de trancher.

24Outre de précieuses analyses, toutes les contributions ont fourni de riches données qui viendront alimenter la base prosopographique40, laquelle permettra d’apporter des réponses plus sérielles en matière de lieux de formation, de grades obtenus, de typologie des offices occupés, de livres possédés, notamment. Elle ouvrira assurément de nouvelles perspectives de recherche. Tentons, un peu à l’aveugle, de les esquisser. Tout d’abord, la question des circulations des officiers, d’un office à l’autre, à l’intérieur des différents espaces politiques angevins et, plus rarement sans doute, d’un espace politique vers un autre : la mobilité, « administrative » souvent, sociale et géographique parfois, semble une voie féconde à emprunter, tant pour l’étude de la constitution des réseaux et de leurs reconfigurations éventuelles au moment où un prince cède sa place à un autre (qui peut être une princesse) que pour analyser la circulation de pratiques ou de modèles. En outre, à plusieurs reprises, la question de l’humanisme a affleuré, alors qu’on sait par ailleurs combien le milieu des notaires joua un rôle-clé dans l’émergence d’intérêts intellectuels nouveaux et combien la cour des Angevins de Naples fut un point de passage pour certains de leurs représentants. Il y aurait sans doute un intérêt à l’approfondir, peut-être en lien avec la question linguistique qui a, elle aussi, fait l’objet d’allusions éparses, notamment dans sa dimension vernaculaire : en quoi les officiers et leurs pratiques ont-ils contribué aux évolutions du latin vers les langues vernaculaires, qu’il s’agisse d’administration au sens strict ou, plus largement, de pratiques écrites en dehors de l’exercice des offices ? Enfin, la question de la contribution des officiers à l’élaboration d’une culture politique au sein de l’espace angevin apparaît comme la porte d’entrée possible vers la caractérisation d’un éventuel « esprit de corps » : on ne peut que se réjouir qu’elle soit ouverte lors du prochain colloque de l’ANR EUROPANGE.

Notes

1 Rappelons que le premier volume issu des travaux de l’ANR EUROPANGE a été consacré aux grands officiers, R. Rao (dir.), Les grands officiers dans les territoires angevins / I grandi ufficiali nei territori angioini, Rome, 2017 (Collection de l’École française de Rome, 518-1), http://books.openedition.org/efr/3015.

2 G. L. Borghese, Les registres de la chancellerie angevine de Naples. Un exemple de destruction et reconstitution de sources archivistiques à travers les siècles, dans Médiévales, 69, 2015, p. 171-182. En dépit des disparités documentaires, doublées de traditions historiographiques dont l’ancienneté est variable, le volume présente un bel équilibre entre la Provence et le Mezzogiorno (six contributions) et la Hongrie (cinq contributions), l’Anjou et la Lorraine angevine de la fin de la période constituant des points de comparaison fructueux.‬

3 S. Kelly, The New Salomon. Robert of Naples (1309-1343) and fourteenth century kingship, Leyde-Boston, 2003.

4 Je renvoie à l’introduction du volume dans laquelle cette décision est expliquée.

5 Kiss et Antonetti.

6 Galdi-Santoro.

7 Csukovits.

8 Veszprémy.

9 Csako.

10 De Caprio – Montuori pour la première, Importa pour les seconds.

11 Loschiavo.

12 Schneider.

13 Rosso.

14 Pécout.

15 Maleth.

16 Bonnaud.

17 Matz.

18 Pécout.

19 Kiss.

20 Maleth.

21 Matz.

22 Pécout.

23 Kiss.

24 Galdi-Santoro.

25 Antonetti.

26 Matz.

27 Rosso.

28 Maleth.

29 Loschiavo.

30 Schneider.

31 Pécout.

32 Bonnaud.

33 Loschiavo.

34 Csukovits.

35 Veszprémy.

36 Csako.

37 De Caprio – Montuori

38 Antonetti.

39 Matz.

40 https://angevine-europe.huma-num.fr/ea/fr/base-officiers-angevins.

© Publications de l’École française de Rome, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search